Vous êtes sur la page 1sur 7

PRESENTATION DU TOGO

Pour une présentation différente du Togo, visitez le site http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-


geo_833/togo_358/presentation-du-togo_1312/geographie_8459.html
1. Présentation Générale

1.1. Situation Géographique

Le Togo est un pays étiré sur 600 km Les principales villes sont : Lomé,
de long entre les 6ème et 11ème Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Kara,
parallèles nord. Situé sur la côte Dapaong.
occidentale de l’Afrique, il a 55 km de
façade atlantique et 150 km dans sa
plus grande largeur.

Il est situé entre le Burkina-


Faso au Nord, à l’Est par le Bénin et
à l’ouest par le Ghana.

Le TOGO à une superficie de


56.600 km2 avec comme capital
LOME, située au sud-ouest sur le
Golfe de Guinée.

1
subsahélien qui fait alterner une
saison des pluies (de mai à octobre)
et une saison sèche le reste de
1.2. Autres aspects
l’année. Au Sud, un climat
La population du Togo est d’environ 5 subéquatorial plus doux où se
millions (deux fois la population de succèdent 2 saisons des pluies ; la
Montréal). Les jeunes de moins de 15 1ère s’étend de mars à juillet et la
ans constituent 46% de la population seconde de septembre à octobre.
togolaise ; donc c’est une population
très jeune

Le TOGO est divisé en 5 régions


subdivisées à leur tour en préfectures
et sous-préfectures.
Du sud au nord on distingue la
région maritime, puis celle des
plateaux, la région centrale vient
ensuite juste avant la Kara et enfin
la région des Savanes.

A côté du français qui est la langue


officielle, il existe près d’une
cinquantaine de langues au Togo.
Elles correspondent à peu près aux
langues des différentes ethnies.
La Monnaie est le franc CFA avec
100 FCFA = 0,15 euro.
La Fête nationale est le 27 avril
(date de proclamation de
l'indépendance en 1960)

Trois religions s’y pratiquent à


savoir : le Christianisme, l’Islam et
l’animisme.

On distingue au Togo 2 types de


climats. Au Nord, un climat

2
2. Contexte Socio-économique

Le Togo à partir de 1966 à adopter quatre plans quinquennaux, nommés « Stratégie de


développement duo décennale, sur le plan macro- économie. Trois plans seulement ont été mises
eu œuvre. Malheureusement jusqu’en 1985, les difficultés structurelles et conjoncturelles, n’ont
pas permis aux trois plans œuvre d’aboutir à des résultats satisfaisants. Cette situation a
entraîné un endettement élevé et disproportionné par rapport au PIB. Grâce aux institutions de
Breton Wood (Banque mondiale, FMI), à partir de 1983 un programme : faciliter l’ajustement
structurel renforcée (FASR) et programme d’ajustement et de relance économique (PARE) ont
été lancés afin de permettre un équilibre macro-économique.

Une fois de plus à partir du dernier trimestre de 1990, suite aux troubles socio- politique
qui ont accompagné le processus de démocratisation et la grève générale illimitée, le PIB réel
diminue à 16,5%. Toujours étant dans ce contexte peu favorable, le Togo fait face encore à une
dévaluation du Fcfa le 12 janvier 1994. Malgré tous les efforts consentis pour réduire les
déséquilibres macro- économique jusqu’en 2003, seul la période 1997 – 2001 à vu un taux de
croissance du PIB de 1,1%.vu la faible performance de l’économie avec le PIB par habitant qui va
en décroissant, le Togo décide d’adopter une stratégie de relance qui intègre entre autre les
recommandations des objectifs de développement du millénaire issus du sommet du Millénaire de
septembre 2002.

De 1993 à 2008, la rupture de la Coopération avec l’Union Européenne et les principaux


bailleurs de fonds bilatéraux, les différentes crises socio- politiques qui se sont enchaînées de
2003 à 2008 ont plongé je Togo dans une situation économique très grave enlisant la population
dans une pauvreté sans précédent.

L’année 2008 a apporté une bouffée d’oxygène à la relance économique, grâce aux petits
financements accordés aux projets communautaires par : la Banque Mondiale, le PNUD l’Union
Européenne et la France.
Exemple : le conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé à Washington,
le 26 juin 2008 : le projet des infrastructures socio- économiques de base et des activités
génératrices de revenus aux communautés pauvres, en finançant au moins 450 sous- projets
destinés à être identifiés et exécutés directement par celles-ci.

3
3.Situation du TOGO par rapport au Développement Durable

Les objectifs d’ici 2015 du Millénaires pour le Développement OMD représentent le socle du
développement durable.

La situation du TOGO par rapport à chaque objectif :

 Le premier objectif des OMD : Réduction de l’extrême pauvreté et de la faim


La croissance démographique du TOGO est très forte, ce qui engendre une densité aussi
élevée. En l’an 2000, le TOGO a une densité de 82 hbts/km².La région maritime est celle qui
possède la densité soit 312 hbts/km² et les autres régions 35 à 67 hbts/km² et cela a une
répercussion directe sur le PIB. Estimée à 30% à la fin des années 80, l’incidence de la pauvreté
s’est accrue au cours des années 90. Elle touche en moyenne 72.6% de la population et est
inégalement répartie dans le pays. C’est en milieu rural que le niveau de la pauvreté et son
intensité sont les plus marqués. (Tableau 1)

Tableau 1 : Répartition des pauvres et des extrêmement pauvres

Désignation ZONE Ensemble Ensemble


Lomé Grande CUS MILIEU RURAL milieu rural TOGO
ville Région Région Région Région Région
mariti plateau centrale kara savane
me
Extrêmement 32.7 60.1 54.9 68.0 62.9 63.9 60.8 73.2 65.5 57
pauvres (%)
Pauvres (%) 50.0 76.2 74.8 80 73.5 82.2 79.8 85.9 78.6 72.6
Non pauvres 50.0 23.8 25.2 20.0 26.5 18.0 20.2 14.1 21.4 27.4
(%)

Source PNUD : Stratégie Nationale de Lutte contre la Pauvreté


Plus de 70% des togolais vivent en 1995 de l’agriculture sans valeur ajoutée. L’apport du secteur
primaire au PIB est de 42% par rapport à la population active dans le secteur. 70% montre la
précarité de ce secteur.

 Le deuxième objectif des OMD : Assurer l’éducation primaire pour tous

Le TOGO est l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest après le Sénégal à avoir un taux de
scolarisation primaire le plus élevé. Pour la rentrée scolaire 2008-2009, l’école est gratuite au
primaire. Il s’agit d’une initiative du gouvernement favorisant l’augmentation du taux de
scolarisation avec une vision de 100% de scolarisation.
Néanmoins, l’état de pauvreté du Togo fait que les enfants abandonnent l’école avant la fin du
cycle primaire soit un pourcentage de 30 à 35% d’abandon.

4
 Le troisième objectif des OMD : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomie des
femmes
L’état togolais ne s’était pas effondré sur le plan économique à cause de l’activité économique
des femmes (petits commerces, micros entreprises de productions agricoles et artisanales) de
1993 à 2008. Les institutions internationales, les ONG, les partenaires bilatéraux ont alors
encouragé le micro crédit en injectant des milliards de FCFA dans la micro finance
encourageant le crédit aux femmes.
L’état togolais a créé un département ministériel pour la promotion de la femme en vue
d’atteindre l’égalité des sexes et d’encourager les femmes à travers plusieurs réseaux
associatifs afin qu’elles soient éduquées à une mentalité d’égalité des sexes sur tous les plans.
Aujourd’hui des efforts restent à mener pour atteindre cet objectif 3 des OMD car les us et
coutumes ne favorisent pas l’émergence de la femme. Pour preuve les femmes ne dépassent
jamais 5 à 10% à l’assemblée nationale togolaise. C’est avec la république actuelle que les
femmes occupent la tête des directions des entreprises et départements étatiques

 Le quatrième objectif des OMD : Réduire la mortalité des enfants de moins de 5ans
Le TOGO a créé des directions de soins de santé primaire qui s’occupent beaucoup de la santé
de la mère et de l’enfant.
Selon les statistiques : la mortalité infantile est passée de 83.2 pour mille à 77 pour mille en
2006. Ce qui est faible par contre la mortalité infanto juvénile est passée de 158.7 pour mille en
1988 à 123 pour mille en 2006.

 Le cinquième objectif des OMD : Améliorer la santé maternelle


A partir de 1988, l’état togolais par le ministère de la santé a accentué la sensibilisation pour
la consultation prénatale. Vu l’impact positif sur la santé de la mère et de l’enfant, une prise de
conscience des femmes enceintes est remarquée sur toute l’étendue du territoire national. La
conséquence positive directe est la baisse du taux de la mortalité maternelle. A tel enseigne
qu’en 1998, seulement 478 cas de décès ont été constatés chez les femmes en travail et les
mères de nouveaux nés.

 Le sixième objectif des OMD : Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres


maladies
L’état togolais et le Fonds Mondial, l’ONUSIDA, l’OMS et d’autres partenaires ont contribué
activement à la lutte contre le VIH/SIDA au TOGO. Les actions ont permis d’obtenir une
baisse considérable du taux de prévalence VIH/SIDA soit 5.98% en l’an 2000 à 3.2% en l’an
2006.
Les actions du gouvernement sont axées sur la lutte contre le paludisme. A cet effet, le
programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) a fait une proposition au nom du TOGO
intitulée « Renforcement de la lutte contre le paludisme au TOGO ». Cette proposition
contribue à la réduction de la morbidité et de la mortalité dues au paludisme de 30% d’ici fin
2008. Les objectifs et les principales activités de la proposition sont les suivantes :

5
1. Augmenter le taux d’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticides de 4% à 75%
chez les femmes enceintes et de 3% à 75% chez les enfants de 0 à 5ans
2. Augmenter à 60% le taux de ré imprégnation des moustiquaires dans les foyers.
3. Amener à 80% des femmes enceintes à suivre le traitement préventif intermittent (TPI) à la
sulfadoxine – Pyriméthamine
4. Augmenter de 35% la proportion des enfants de moins de 5ans ayant le paludisme/fièvre qui
sont correctement pris en charge à domicile.

 Le septième objectif des OMD : Assurer un environnement durable


Dans le cadre de l’environnement, le Togo est l’un des bons élèves, vu toutes le actions
entreprises depuis le 5 février 1938 bien avant les indépendances. La législation togolaise
forestière repose sur le décret du 5 février 1938 portant organisation du régime forestier
togolais et 1990 on peut dénombrer 83 aires protégées.
Le 1er juin de chaque année représente une journée réservée spécialement pour planter des
arbres. (L’Etat togolais fait du reboisement une action de chaque citoyen à tel enseigne que
cela est devenu coutume tous les ans.)
Le Togo a signé et ratifié plusieurs conventions, traités et accords relatifs à la protection de
l’environnement. En 1992, il a signé les conventions des Nations Unies sur la lutte contre la
désertification, les changements climatiques et sur la diversité biologique.

Dans le cadre institutionnel :


Outre les divers Ministères qui interviennent dans le domaine de l’environnement, les ONG et
des Organisations intervenant dans l’environnement ont aidé à élaborer le Plan National d’Action
pour l’Environnement (PNAE), qui fonctionne passablement. Par contre les autres tel que : la
Commission Interministérielle de l’Environnement (CIE) ; la Commission Nationale de
l’Environnement (CNE) ; les comités de protection et de gestion de l’environnement et les
comités locaux de planification, ne fonctionnent pas.
Néanmoins en 1998, une sensibilisation spéciale sur toute l’étendu du territoire togolais a été
réalisée (chaque préfecture et chaque région administrative du Togo). Cette action à la
sensibilisation à la bonne gestion de l’environnement était effectuée par les ONG et Association
suivantes :
P.A.C.P.E « Programme d’Assistance Technique à la Commission et l’Information pour la
protection

La commission interministérielle de l’environnement (CIE)


La Commission Nationale de l’Environnement (CNE)
Les Comités de Protection et de Gestion de l’Environnement et les comités locaux de
l’environnement, ne fonctionnent pas.

Néanmoins, en 1998 une sensibilisation spéciale sur toute l’étendue du territoire togolais
(chaque préfecture et région administrative du Togo). Cette action sur la sensibilisation à la

6
bonne gestion de l’environnement était effectuée par les ONG et associations suivantes :
P.A.C.I.P.E. « Programme d’Assistance Technique à la Commission et à l’Information pour la
Protection de l’Environnement ».

CIDE – TOGO « Centre d’Information et de Documentation sur l’Environnement du TOGO ».

SIPED « Solidarité Internationale pour la Protection de l’Environnement et du


Développement »

CARE International (ONG Canadienne) appui financier du PACIPE

Les actions s’étaient déroulées en mars, avril 1998.

 Huitième objectif des OMD : Mettre en place un partenariat mondial pour le


développement.

Dans ce cadre, plusieurs principes sont retenus :

• Le partenariat

Le processus de conservation de la diversité biologique doit être participatif. Il s’agira


d’impliquer les parties prenantes nationales ou internationales (organisations sous – régionales et
bailleurs de fonds). Les accords de partenariats doivent être définis entre les partenaires
nationaux ou internationaux, que ce soit du secteur public (Etat et collectivités locales) ou du
secteur privé (société civile et ONG), les pauvres, les riches, les femmes, les jeunes, etc.

• Décentralisation

Afin de permettre la cogestion des ressources, les collectivités territoriales, les conseils
municipaux et de préfecture, les comités villageoises de développement impliqués des le
développement assurent la maîtrise d’ouvrage des actions initiées dans leurs localités.

Le TOGO a mis sur pieds un cadre institutionnel spécial au niveau de chaque objectif du
millénaire pour le développement. Pourtant les stratégies et les activités planifiées sont à 90%
restés à l’état lettres, sans être réalisées. Alors, il faut des stratégies d’information et de
motivation pour sensibiliser toutes les couches sociales du TOGO afin de mettre en œuvre les
programmes très intéressants qui sont restés sans exécution depuis plus de trois décennies