Vous êtes sur la page 1sur 10

HEPH CONDORCET CHARLEROI

Rapport
Prototypage rapide
Formation Technocampus

Professeur :

M. PAREDES

Corentin leboeuf
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

Table des matières


La fabrication additive................................................................................................................3

Qu’est-ce que la fabrication additive ?....................................................................................3

Quels sont les avantages de la fabrication additive ?..............................................................3

Comparaison entre fabrication additive et fabrication conventionnelle ?...............................3

Quand utiliser la fabrication additive ?...................................................................................4

Quels sont les limites de la fabrication additive ?...................................................................5

Conclusion de la fabrication additive......................................................................................5

Power Bed Fusion (fusion sur lit de poudre)..............................................................................6

Qu’est-ce que le DMLS ou Direct Metal Laser Sintering?.........................................................6

Qu’est-ce que le SLM ?..............................................................................................................7

Avantages :..............................................................................................................................8

Inconvénients :........................................................................................................................8

Conclusion..................................................................................................................................8

QCM...........................................................................................................................................9

Sources :....................................................................................................................................10

CORENTIN LEBOEUF 1
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

La fabrication additive

Qu’est-ce que la fabrication additive ?

La notion de fabrication additive (ou additive manufacturing) désigne les différents procédés
permettant de créer des objets 3D par ajouts successifs de matière. Ces objets sont conçus et leur
fabrication est assistée par ordinateur. Il existe une multitude de procédés en fabrication additive tels
que :
- Stéréolithographie
- Frittage laser de poudres (SLS/DMLS/SLM)
- Procédés par injection de poudre (DMD)
- Procédés par injection de résine (Polyjet)
- Dépôt fil fondu (FDM)
- impression multicolore par projection de liant (Zcorp)

La fabrication additive est une technologie assez récemment utilisée, énormément d’entreprises
investissent beaucoup dans l’AM. Chaque année, de nouvelles techniques voient le jour.

Quels sont les avantages de la fabrication additive ?

- Moins de gaspillage par rapport à l’usinage


- Permet de réaliser des pièces avec une géométrie complexe
- Aucun n’outil n’est utilisé
- La complexité n’augmente pas le coût
- Plusieurs pièces différentes peuvent être réalisées en même temps
- Possibilités d’obtenir plusieurs matériaux
- Délai très court
- Domaine en constante évolution
- Intérieur des pièces plus accessibles
- Larges éventails de matériaux (polymères, céramiques, métaux)
- Personnalisation des paramètres

Comparaison entre fabrication additive et fabrication conventionnelle ?

Les techniques de fabrication conventionnelles (usinage, moulage par injection, etc.) permettent de
nombreux avantages. Notamment les techniques soustractives (enlèvement de matière) comme
l’EDM, le tournage ou le fraisage qui donnent un très bon état de surface et une précision au micron.
Le moulage par injection nécessite un temps plus considérable de conception mais dès que tout est
opérationnel, il permet des volumes de production impressionnant. Lors de la conception, beaucoup de
facteurs doivent être pris en compte afin de choisir au mieux la méthode de fabrication. Ces méthodes
ne sont pas en concurrence mais sont complémentaires. La fabrication additive a engagé un marché où
le moulage par injection et la fabrication soustractive n’était plus très rentable. Lorsque la pièce a une
réalisation trop complexe ou lorsque la quantité de pièces est très faible.

CORENTIN LEBOEUF 2
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

Ce graphique montre quel type de fabrication (CM ou AM) choisir en fonction du nombre de pièces à
produire, de la complexité géométrique de la pièce et du coût. Les zones vertes représentent les
moments où l’additive manufacturing est la plus rentable. Bien sûr, il existe d’autres paramètres
intrinsèques aux entreprises qui définissent ce choix comme :

- Le matériel déjà existant sur site ou le prix que cela demanderait


- Le coût de la maintenance et de l’entretien
- Le personnel qualifié
- Le prix de la matière première
- Les délais imposés par le cahier des charges
- …

Quand utiliser la fabrication additive ?

Quand il faut :
- Concevoir des pièces complexes sans accroître le coût
- Conceptualiser des pièces fonctionnelles et complexes.
- Mettre à jour systématiquement des conceptions
- Un temps de mise sur marché réduit
- Éliminer les coûts et les problèmes liés aux stocks.

L’AM est utilisé dans plusieurs domaines de pointe comme la médecine, la recherche, l’aéronautique,
l’automobile, etc. Cette technologie permet d’améliorer les rapports poids/puissance et les
fonctionnalités des pièces.
Quels sont les limites de la fabrication additive ?

- La meilleure précision géométrique obtenue est de 0,1 mm pour une pièces inférieur à
100mm.

CORENTIN LEBOEUF 3
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

- Limitation de la taille maximale (en moyenne : 800 mm de côté) mais certaines machines font
exception et permettent des volumes d’impression plus grands.
- De nombreuses technologies nécessitent un support au préalable.
- Il faut prendre en compte le nettoyage après la réalisation de certaines pièces (exemple  :
fusion sur lit de poudre, lorsque la pièce est finie la poudre non soudée doit être retirée de
celle-ci avec une soufflerie ou un aspirateur. La pièce doit être désigné pour que cette
opération soit possible).
- Certaines technologies créent des pièces aux propriétés mécaniques anisotropes (cela signifie
que les propriétés mécaniques varient en fonction de la direction de la pièce).

Remarque  : Cependant ce problème peut être résolu en changeant l’orientation de la pièce lors de la
réalisation. Si la pièce subit de la compression, les couches de matières doivent être perpendiculaires à
l’effort afin d’éviter un délaminage des couches et inversement si la pièce est en traction. Certains
motifs de remplissage des couches permettent un renforcement de la pièce pour des contraintes
multidirectionnelles et permettent aussi d’alléger celle-ci comme le motif octaédrique ou en nid
d’abeilles.

Conclusion de la fabrication additive

La fabrication additive possède un grand nombre d’avantages certains surtout pour le prototypage
rapide et la conception. Mais cette dernière a ces limites. Afin de garantir au mieux la productivité et
la rentabilité au sein d’une entreprise, il faut savoir exploiter chaque méthode de fabrication en pesant
le pour et le contre en fonction du cahier des charges, des disponibilités matériels et humaines mais
aussi de la demande du client.

Power Bed Fusion (fusion sur lit de poudre)


Cette méthode consiste à utiliser un laser ou un faisceau pour fusionner ou fritter la poudre de
matériau ensemble selon la technologie utilisée

Le processus Power Bed Fusion (PBF) comprend plusieurs techniques :

- Frittage laser direct des métaux (DMLS)

CORENTIN LEBOEUF 4
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

- Fusion par faisceau d’électron (EBM)


- Frittage thermique sélectif (SHS)
- Fusion laser sélectif (SLM)
- Et frittage laser sélectif (SLS)

Les machines permettant ce genre de procédé sont généralement constituées :

- D’un plateau qui monte et qui descend


- D’un système qui répartit la poudre sur la surface de travail
- D’un laser
- De réservoirs de poudre métallique

Toutes les étapes décrites sont générées par des logiciels. Les fichiers 3d de la pièce sont envoyés dans
un logiciel seuls certains paramètres comme la vitesse ou les hauteurs de couches sont modifiables
tout le reste est automatisé.

Qu’est-ce que le DMLS ou Direct Metal Laser Sintering?


Le frittage laser direct du métal en français, est l’une des techniques les plus efficace. Elle peut être
utilisée avec quasiment tous les alliages contrairement à d’autres techniques 3D.
Le DMLS consiste étaler une fine couche de poudre métallique sur la surface à imprimer. Un laser
vient dessiner la forme demandée. Lors de son passage, le laser fritte la poudre (càd que les molécules
sont « collées » les unes aux autres). Quand cette forme est terminée, le plateau redescend de la
hauteur de couche désirée. Ensuite un système de racloir étale de la poudre sur la surface de travail de
façon uniforme, la poudre excédentaire est poussée dans un bac de récupération et le laser refait une
passe. Ce cycle est répété jusqu’à que la pièce soit complétement finie.

Liens vers les vidéos YouTube :


https://www.youtube.com/watch?v=yiUUZxp7bLQ
https://www.youtube.com/watch?v=cLFVMXWa7Q0&feature=emb_title
https://www.youtube.com/watch?v=bgQvqVq-SQU

CORENTIN LEBOEUF 5
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

Qu’est-ce que le SLM ?


La technique SLM ou en français fusion sélective au laser, consiste à faire fondre la poudre de
matériau grâce à un laser très puissant. Elle est très similaire au DMLS pour le processus de
fabrication à l’exception près qu’il utilise un gaz inerte comme de l’argon. L’utilisation de ce gaz
réduit l’efficacité énergétique du système et augmente donc les coûts énergétiques et nécessite un
surdimensionnement des lasers.

La différence entre le DMLS et le SLM est la température à laquelle est chauffé la poudre via le laser.
Le DMLS ne fait que fritter les molécules càd que la température du matériau en contact avec le
faisceau laser est inférieure à la température de fusion du matériau tandis qu’en SLM on atteint cette
température afin de fusionner les molécules.

Que ce soit pour le DMLS ou le SLM, il


indispensable d’effectuer un post-
traitement afin d’enlever toute la poudre
excédentaire manuellement. Cette étape est
à garder en tête lors de la conception de la
pièce car toute cette poudre en trop doit être
évacuée et ne peut pas rester. A long terme
elle causé des dégâts structurelle (ex :
érosion des parois internes dans un système
de refroidissement liquide)

Liens vers les vidéos YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=Mjf6oaMVWr8
https://www.youtube.com/watch?v=R5WCyafMPLs
https://www.youtube.com/watch?v=9bTuQklZBCY

CORENTIN LEBOEUF 6
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

Avantages :

- Bon marché
- Convient pour produit fini et prototype
- La poudre agit comme un support de structure (permet la dissipation thermique)
- Large gamme de matériaux utilisable

Inconvénients :

- Vitesse relativement lente (par rapport à d’autre techniques additives)


- Manque de propriétés mécaniques des pièces
- Limitation du volume de la pièce
- Consommation d’énergie élevée
- La finition de la pièce dépendra de qualité, granulométrie de la poudre

Conclusion
Les secteurs suivants sont très friands de ces méthodes de fabrication :
- Automobile
- Aéronautique
- Médicale (notamment le dentaire)

Car elles offrent une complexité géométrique difficilement atteignable avec des techniques
conventionnelles. Elles permettent de faire une optimisation topologique faisant ainsi gagner du temps
de fabrication, de la matière première et permet d’alléger la pièce au maximum. Les délais de
production sont réduits. Mais ces techniques possèdent aussi plusieurs défauts comme le coût des
licences, le coûts et l’entretien des machines, la précision, le volume, etc…

QCM

1) Que signifie AM ?

a) Aero marine
b) Avant midi
c) AM radio
d) Additive manufacturing

2) Que signifie CM ?

a) Conditionnal manufacuring
b) Conventional manufacturing
c) Code morse

3) Le DLMS c’est :

a) Frittage laser direct des métaux

CORENTIN LEBOEUF 7
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

b) Fusion par faiseau d’électron


c) Frittage thermique sélectif
d) Fusion laser sélectif

4) Le SLM c’est

a) Frittage laser direct des métaux


b) Fusion par faiseau d’électron
c) Frittage thermique sélectif
d) Fusion laser sélectif

5) En SLM on chauffe une poudre à

a) La température de fusion du matériau


b) La température de frittage du matériau
c) Température 400°C constant pour éviter les contraintes thermiques

6) En DLMS on chauffe une poudre métallique à

a) La température de fusion du matériau


b) La température de frittage du matériau
c) Température 400°C constant pour éviter les contraintes thermiques

7) SLM on utilise un gaz neutre comme

a) L’argon ou l’azote
b) Hydrogène
c) On n’utilise pas de gaz

8) En additive manufacturing la précision et de l’ordre


a) Du dixième de minimètre
b) Du dixième de centimètre
c) Du micron

9) Que signifie PBF ?

a) Plus Bed Fusion


b) Power Bed Fusion
c) Power Bed Formation

10) L’additive manufacturing est rentable pour la production de pièces

a) Simples et nombreuses avec un court délai (potentiellement correct)

CORENTIN LEBOEUF 8
RAPPORT PROTOTYPAGE RAPIDE

b) Complexes et nombreuses avec un grand délai


c) Peu nombreuses et complexes avec un court délai

Sources :
https://www.sculpteo.com/fr/glossaire/fabrication-additive-definition/

https://www.sirris.be/fr/quand-la-fabrication-additive-devient-elle-rentable

https://formlabs.com/fr/blog/fabrication-additive-soustractive-industrielle/#Quand%20utiliser%20la
%20fabrication%20additive%20et%20la%20fabrication%20soustractive%20%3F

https://www.lboro.ac.uk/research/amrg/about/the7categoriesofadditivemanufacturing/powderbedfusio
n/

https://www.3dnatives.com/frittage-laser-poudres-metalliques-on-vous-explique-tout/#!

CORENTIN LEBOEUF 9

Vous aimerez peut-être aussi