Vous êtes sur la page 1sur 87

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Formatted Table
Paix – Travail – Patrie Peace – Work - Fatherland
---------------- ----------------
MINISTERE DE L’EMPLOI ET DE LA MINISTRY OF EMPLOYMENT
FORMATION PROFESSIONNELLE AND VOCATIONAL TRAINING
---------------- ----------------
SECRETARIAT GENERAL SECRETARIAT GENERAL
----------------- ----------------
PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DES PROJECT ON SKILLS DEVELOPMENT SUPPORT
COMPETENCES POUR LA CROISSANCE ET L’EMPLOI FOR EMPLOYMENT AND GROWTH
----------------- -----------------------

CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET


SOCIALE AU CAMEROUN DU PROJET D’APPUI AU
DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR LA
CROISSANCE ET L’EMPLOI (PADECE)

Novembre 2018

i
SOMMAIRE

SOMMAIRE ; .....................................................................................................................................................ii
LISTE DES ACRONYMES ; ...............................................................................................................................v
RÉSUMÉ ANALYTIQUE .................................................................................................................................. vii
RÉSUMÉ ANALYTIQUE EN ANGLAIS ............................................................... Error! Bookmark not defined.x
1. INTRODUCTION..................................................................................................................................... 1
1.1. CONTEXTE DE L’ETUDE ...................................................................................................................... 1
1.2. CONTEXTE DE L’ELABORATION DU CGES...................................................................................... 1
1.3. OBJECTIF DU CGES ............................................................................................................................. 2
1.4. APPROCHE METHODOLOGIQUE ....................................................................................................... 3
1.5. RÉSULTATS ATTENDUS DU CGES .................................................................................................... 3
2. BREVE DESCRIPTION DU PROJET ..................................................................................................... 4
2.1. MATRICE DES COMPOSANTES ET BUDGET DU PROJET ............................................................. 4
2.2. CIBLE DU PROJET ................................................................................................................................ 5
2.3. LES BENEFICIAIRES DU PROJET ...................................................................................................... 5
2.4. ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS ............................................................................................... 5
3. SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE REFERENCE..................................................7
3.1. MILIEU NATUREL .................................................................................................................................. 7
3.1.1. Zones agro écologiques ..............................................................................................................................7
3.2. MILIEU HUMAIN ..................................................................................................................................... 7
3.3. MILIEU ECONOMIQUE .......................................................................................................................... 8
3.4. SITUATION DE l’ENSEIGNEMENT ET LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE
(EFTP) 8
3.4.1. Système formel d’EFTP : .............................................................................................................................8
3.4.2. Systèmes non formel et informel d’EFTP .......................................................................................................9
3.4.3. États des lieux du secteur ..........................................................................................................................10
3.4.4. Enseignants et formateurs de l’EFTP ..........................................................................................................11
3.4.5. Enjeux des système d’EFTP ......................................................................................................................11
4. CADRE POLITIQUE, ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE EN MATIERE
D’ENVIRONNEMENT/D’’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET APERÇU DES POLITIQUES DE
SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALES APPLICABLES, AINSI QU’UNE ANALYSE DES CONDITIONS
REQUISES PAR LES DIFFERENTES POLITIQUES ......................................................................................12
4.1. CADRE POLITIQUE ET PLANS STRATEGIQUES ........................................................................... 12
Conventions internationales environnementales et sociale ............................................................................. 12

ii
Politique nationale environnementales ............................................................................................................. 14
4.2. CADRE INSTITUTIONNEL DU MIS EN ŒUVRE DU CGES ............................................................. 18
4.2.1. Cadre institutionnel de la gestion environnementale et sociale ...................................................... 18
4.2.2. Les institutions du secteur de la formation professionnelle ............................................................. 19
4.2.3. Les autres Ministères sectoriels ....................................................................................................... 19
4.2.4. Société civile ..................................................................................................................................1920
4.2.5. Autres partenaires nationaux ou internationaux .............................................................................. 20
4.3. REVUE DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA
BANQUEMONDIALE ........................................................................................................................................ 20
4.3.1. Lien avec cadre de planification en faveur des populations autochtones (CPPA) .........................................2122
4.3.2. Cohérence du cadre réglementaire de l’environnement avec le système ........................................................22
4.4. DIFFERENCES ENTRE LE CADRE JURIDIQUE NATIONAL ET LES POLITIQUES
DESAUVEGARDE OP 4.01 ET OP 4.10 DE LA BANQUE ............................................................................ 22
5. RESUME DES CONSULTATIONS PUBLIQUES DU CGES ...............................................................26
6. PLAN CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DU PROJET ........................ 2927
6.1. TYPOLOGIE DES ACTIVITES DU PROJET .................................................................................. 2927
6.2. IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX ET
LEURS MESURES DE GESTION ................................................................................................................3028
6.2.1. Check-list globale des impacts sociaux et environnementaux positifs du projet ...........................................3028
6.2.2. Check-list des impacts sociaux négatifs potentiels globaux et mesures d’atténuation ................................... 3129
6.3. PROCÉDURES D’ANALYSE ET DE SÉLECTION DES OUVRAGES INCLUANT LES CRITÈRES
DE DÉTERMINATION DU NIVEAU D’ANALYSE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE REQUISE POUR
CHAQUE OUVRAGE ........................................................................................................................................ 34
6.3.1. Procédure de gestion environnementale et sociale des sous projets ..............................................................34
6.3.2. Le tri préliminaire : .................................................................................................................................... 34
6.3.3. Dispositions environnementales et sociales à incorporer dans le cycle des élections des sous-projets .............35
6.4. GESTION DES PLAINTES ................................................................................................................... 37
6.3.1. Acteurs en présence ................................................................................................................................. 37
6.3.2. Description du mécanisme .........................................................................................................................37
6.5. PROCÉDURE DE CONSULTATION DU PUBLIC POUR LES SOUS-PROJETS ........................... 38
6.6. MODALITÉS INSTITUTIONNELLES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU CGES ............................... 39
6.6.1. Dispositions institutionnelles de mise en œuvre ...........................................................................................39
6.6.2. Dispositions institutionnelles de suivi environnemental..................................................................................45
6.7. PLAN D’ACTION DE MISE EN ŒUVRE ......................................................................................... 4948
6.7.1. Programme détaille pour le renforcement des capacités ............................................................ 5048
6.7.2. Calendrier de mise en œuvre .......................................................................................................5149

iii
6.7.3. cout de mise en œuvre ................................................................................................................. 5250
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................................................ 5452
ANNEXES : .................................................................................................................................................. 5753
Annexe 1 : TDR de la mission ..............................................................................................................................5753
Annexe 2 : DETAIL DES CONSULTATIONS DU CGES, I.......................................................................................6258
Annexe 3 : GRILLE DE CONTROLE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL, COMPRENANT LA GRILLE D’IMPACT
ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL ET LES MESURES D’ATTENUATION APPROPRIEES ; .................................... 6258
Annexe 4 : UN FORMULAIRE DE REVUE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (SCREENING) ;Error! Bookmark not
defined.58
Annexe -5 : Mini plan de gestion des déchets ....................................................................................................... 7159

iv
LISTE DES ACRONYMES

CIE Comité Interministériel de l’Environnement


CGES Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
CNUED Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement
CTD Collectivités Territoriales Décentralisé
DSCE Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi
EIE Etude d’Impact Environnemental
EIES Etude d’Impact Environnemental et Sociale
ENSET Écoles normales supérieures de l’enseignement technique
EFTP Ecoles de Formation Technique et Professionnelle
FCDC Fond Compétitif de Développement des Compétences
FTP Formation Technique et Professionnelle
AID/IDA Association Internationale pour le Développement
MINAS Ministère des Affaires Sociales
MINADER Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural
MINATD Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation
MINEDUB Ministère de l’Éducation de Base
MINESEC Ministère des Enseignements Secondaires
MINDCAF Ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières
MINEE Ministère de l’Eau et de l’Energie
MINEPDED Ministère de l’Environnement, de la Protection de Nature et du
développementDurabledéveloppement Durable
MINEPIA Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales
MINEFOP Ministère de la Formation Professionnelle
MINEPAT Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire
MINSANTE Ministère de la Santé
NIES Notice d’Impact Environnemental et Social
MINTOUL Ministère du Tourisme et Loisirs
ONG Organisation Non Gouvernementale
ONEFOP l’Observatoire national de l’emploi et de la formation professionnelle
PADECE Projet d’Appui au Développement des Compétences pour la Croissance et l’Emploi
PIAASI Programme intégré d’appui aux acteurs du secteur informel
PGES Plan de Gestion Environnementale et Sociales
PNGE Plan national de gestion de l’environnement
RES Responsable Environnement et Social
SPM Spécialiste de Passation des Marchés
SAR/SM Sections artisanales et rurales et sections ménagères
SFI Société Financière Internationale
SHQS-SE Spécialiste en Hygiène, Qualité, Sécurité et Sauvegardes Environnementales
UE Union Européenne

v
UCP Unité de Coordination du Projet

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1: Cadre de mise en œuvre du projet ...................................................................................... 4
Tableau 2: Comparaison entre la législation nationale et la politique de sauvegarde environnementale de la
Banque mondiale ......................................................................................................................... 6923
Tableau 3: Typologie des activités en fonction des résultats attendus et des fenêtres du projet ........... 2927
Tableau 4: Risques environnementaux et mesures d’atténuation.......................................................... 30
Tableau 5 : Procédure d’analyse socio-environnementale des sous-projets................................... 35
Tableau 6 : Calendrier de mise en œuvre du CGES ........................................................................ 5250
Tableau 7: Coûts des mesures techniques ..................................................................................... 5250

vi
RÉSUMÉ ANALYTIQUE
Le Gouvernement de la République du Cameroun a obtenu auprès de la Banque mondiale un fonds IDA
d’un montant de 50 M USD pour la mise en œuvre du Projet de Développement des Compétences pour la
Croissance et l’Emploi (Projet SKILLS - PADECE) avec pour objectif d’augmenter l’offre et la qualité des
compétences requises par le marché du travail, particulièrement dans les secteurs porteurs et d’améliorer la
gouvernance et le pilotage du système de développement des compétences au Cameroun, en vue d’une
croissance soutenue et inclusive de l’économie.
Le PADECE vise à proposer des mesures et projets de consolidation du dispositif de développement des
compétences et à introduire une meilleure cohérence d'ensemble du fonctionnement du système Formation
Technique et Professionnelle (FTP), et une plus grande efficacité de ses perfo rmances.

Le projet est structuré autour de deux composantes, une composante support et une Composante
technique : appui au secteur du développement des compétences et envisage la réhabilitation de certaines
Ecoles de Formation Technique et Professionnelle (EFTP), et l’appui en équipements de formation.
Certaines activités prévues dans le cadre du projet, notamment les réhabilitations (bien que mineures), les
équipements éventuels d’approvisionnement en énergie électriques, de même que les déchets générés l ors
des travaux pratiques, peuvent avoir des impacts négatifs sur l’environnement et sur les différentes
communautés aux environs des sites retenus. Lorsqu’un projet est susceptible de risques environnementaux
et sociaux, tel que c’est le cas du PADECE, la Politique Opérationnelle (PO) 4.01de la Banque Mondiale est
déclenchée. Elle permet de s’assurer que les projets financés par la Banque sont viables et faisables sur le
plan environnemental, et que la prise des décisions s’est améliorée à travers une analyse appropriée des
actions et leurs probables impacts environnementaux.

Le projet sera mis en œuvre dans tout le pays, qui face à des enjeux environnementaux différents en fonction
des zones agro-écologiques : (i) la surexploitation des produits forestiers, la déforestation, les inondations,
les feux de brousse, la dégradation des sols, la pollution de l’air et de l’eau en zone de Forêt Humide
Bimodale ; (ii) les problèmes de pollution industrielle et tellurique en zone de Forêt Monomodale ; (ii) les
problèmes de déforestation, l’érosion des sols et les feux de brousse dans la zone des Hauts Plateaux de
l’Ouest et du Nord-Ouest ; (iv) les problèmes de diminution quantitative des ressources en eau, la disparition
de certaines espèces, la superficie décroissante des forêts et une fertilité des sols en baisse constante en
zone soudano-sahélienne.

Les projets pour lesquelles les impacts négatifs ne peuvent être exactement localisés au moment de
l’évaluation préalable donnent lieu à la préparation d’un Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
(CGES). Le CGES est donc conçu comme étant un mécanisme d’identification préalable des impacts sociaux
et environnementaux des investissements et activités dont les sites/localisations sont peu connus avant
l’évaluation du projet. Le CGES définit le cadre de planification, de suivi, de surveillance et de gestion ainsi
que les dispositions institutionnelles pour assurer une meilleure prise en compte des dimensions
environnementales et sociales à prendre avant, durant et après la mise en œuvre du projet d’une part, et
propose les activités à réaliser pour atténuer les impacts environnementaux et sociaux défavorables, les
supprimer ou les réduire à des niveaux acceptables.

vii
Le CGES du PADECE a pour objectif général,conformémentgénéral, conformément aux termes de
référence, d’établir un processus de sélection environnementale et sociale qui permettra aux structures
chargées de la mise en œuvre du Projet de pouvoir identifier, évaluer et atténuer les impacts
environnementaux et sociaux potentiels des activités du projet aux stades de préparation, de planification et
de mise en œuvre. Il met le (PADECE) en conformité avec les (Politiques de sauvegarde de la Banque
mondiale) et la législation nationale en matière de protection environnementale et sociale.
De manière générale, impacts sociaux négatifs pouvant être générés par la mise en œuvre du PADECE sont
: dégradation du patrimoine culturel et archéologique, destruction et/ou déplacement de monuments
historiques, conflits liés aux restrictions d’accès aux ressources naturelles, conflits de leadership entre les
PME, conflits entre les populations et le Projet, accidents au travail, recrudescence des maladies pulmonaires
des ouvriers et employés, abandon de certains secteurs d’activités traditionnelles du milieu, renchérissement
du prix de vente des produits agropastoraux.
Le Cameroun dispose d’un cadre politique clair et précis en matière de gestion environnementale. Par rapport
au Projet PADECE et sa nature, le document le plus significatif est le Plan National de Gestion de
l’Environnement (PNGE) préparé en 1996, et actualisé en 2008 : il constitue le cadre stratégique de référence
en matière de planification et de gestion de l’environnement au Cameroun. La loi n°96/12 du 5 août 1996
portant Loi-cadre relative à la gestion de l’environnement rend obligatoire la réalisation d’une Etude d’Impact
Environnemental (EIE) pour tout projet d’aménagement qui risque en raison de sa dimension, de sa nature,
de porter atteinte à l’environnement. Les différents textes subséquents définissent les conditions réalisation
de ces EIE.
La gestion environnementale et sociale des projets est de la responsabilité des Ministères de
l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable (MINEPDED) et des Affaires
Sociales (MINAS). Ils sont chargés respectivement de : la définition des modalités et des principes de gestion
rationnelle et durable des ressources naturelles; la définition des mesures de gestion environnementales en
liaison avec les Ministères et organismes spécialisés concernés ; le suivi de la conformité environnementale
dans la mise en œuvre des grands projets ; de l’information du public en vue de susciter sa participation à
la gestion, à la protection et à la restauration de l’environnement et de la nature ; et de lalà l’élaboration et
de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de prévention, d’assistance et de protection
des personnes socialement vulnérables. A cet effet, il s’occupe entre autres de la lutte contre le trafic des
personnes notamment des enfants mineurs, de la protection des personnes victimes d’abus physiques, du
suivi des procédures de protection de l’enfance en difficulté, du suivi de la protection des personnes victimes
de trafics humains, du suivi des personnes âgées et des personnes handicapées, de la facilitation de la
réinsertion sociale, de la solidarité nationale. Il est également chargé de la lutte co ntre les exclusions
sociales, en particulier des populations autochtones vulnérables.

Le projet devra également se conformer aux exigences de la Banque mondiale en la matière. Les directives
et politiques opérationnelles de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque mondiale permettent
l’intégration des considérations environnementales et sociales dans l’élaboration, la planification et
l’exécution des projets de développement. Ces politiques sont conçues pour : (i) protéger l'environnement et
la société contre les effets négatifs potentiels des projets, plans, programmes et politiques ; (ii) réduire et
gérer les risques liés à la mise en œuvre des activités du projet; et (iii) aider à une meilleure prise de décisions

viii
pour garantir la durabilité des activités. Les politiques de sauvegardes environnementale et sociale de la
Banque servent d'orientation à la Banque Mondiale pour le processus, la portée et l'étendue de l'évaluation
environnementale et sociale requise dans le cadre de l'évaluation des projets.

Après le passage en revue de l’ensemble des politiques de sauvegarde de la Banque, (02) sont déclenchées
notamment la PO 4.01 sur l’évaluation environnementale, la PO 4.10 sur les peuples autochtones . Des
mesures appropriées ont été prises pour chacune des politiques déclenchées, qui sont reflétées dans le
présent CGES ou dans des documents annexes. Elles ont donné lieu à la production de 02 documents
distincts à savoir : (i) le Cadre de gestion Environnementale et Sociale (CGES) et (ii) le Plan de
Développement des Peuples Pygmées, qui vont globalement orienter la prise en compte des aspects socio -
environnementaux dans le cadre de la mise en œuvre du Programme

Les sites potentiels de mise en œuvre du projet sont les 180 SAR/SM, les 06 Centres de Formation
Professionnelle Rapides publics et les Centres de Formation Professionnelle d’Excellence sous la tutelle du
MINEFOP, et dans une moindre mesure les lycées techniques et les Collèges de l’Enseignement Technique
Industrielle et Commercial (CETIC) sous la tutelle du MINESEC, de même que les structures privées de
formation professionnelle qui représentent plus de 90% de l'offre de formation professionnelle au Cameroun.
Le projet a pour bénéficiaires directs l’ensemble des acteurs du champ de la formation au Cameroun,
constitué de l’ensemble des formations post-éducation de base, assurées soit par les structures publiques,
soit par les structures privées agréées par l’Etat. La formation professionnelle vise à donner aux apprenants
et aux apprentis des savoirs, des habilités et des aptitudes nécessaires à l’exercice d’un métier et/ou
permettant l’accès à l’emploi. Il s’agit alors des jeunes de toutes tranches d’âge sortis du système éducatif
sans qualification ou désireux de se réorienter vers une qualification nouvelle, vers qui seront adressées les
formations, de même que leurs enseignants et formateurs dont les compétences devront être renforcées.
Les impacts positifs du projet sont nombreux au rang desquels :
‐ L’amélioration de la gouvernance dans le secteur de la formation technique et professionnelle,
‐ Renforcement des capacités des enseignants du secteur de la formation technique et
professionnelle notamment ceux des secteurs BTP – Agro-industrie – Numérique – Energie ;
‐ Le renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure compétitivité face à la concurrence
étrangère dans des secteurs concernés et même des corps de métiers connexes.
‐ Le renforcement des capacités des acteurs sur les mesures de santé et de sécurité au travail,
‐ La facilitation de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes dans le monde de l’emploi grâce aux
nouvelles compétences reçues et aux contacts avec les entreprises des secteurs concernés. Cette
action aura pour effet à long terme la création d’emplois pour les jeunes
Ces impacts positifs devront être bonifiés par :
• L’Intégration de l’approche genre : le Projet prendra en compte les aspects genre liés à ses
activités. Une attention particulière devra notamment être portée sur l’accès des femmes aux
centres de formations qui seront soutenus par le Projet.
• La prise en compte des handicaps : les appuis fournis par le Projet doivent prendre en compte les
différents aspects liés aux personnes vivant avec des handicaps. Le Projet devra faciliter l’accès

ix
des personnes vivant avec des handicaps (déficients visuels, sourds-muets, handicapés
physiques) aux activités et produits du Projet
Les principes de bonne planification environnementale requièrent la mise en œuvre et le contrôle des
mesures de gestion et d’atténuation identifiées durant tout le cycle de vie du projet. Au st ade actuel du
PADECE, les sous projets susceptibles de comporter des activités physiques sur le terrain sont des
réhabilitations mineures de bâtiments, et probablement les constructions des équipements et
d’approvisionnement en énergie électrique, au vu de la nature modérée des impacts qui pourraient en
découler, ces projets ne nécessiteront qu’une Notices d’Impact Environnementale (NIE). En cas de rétention
de sous projets à activités physiques sur le terrain et qui pourraient nécessiter la réalisation d’u ne EIES et
donc l’élaboration d’un PGES, ce dernier sera approuvé par le Comité Interministériel pour l’Environnemen t
(CIE). Mais pour ce qui est du Plan Simplifié de Gestion Environnementale et Sociale contenu dans une
NIES, ils seront approuvés par la commune concernée.
Des impacts sociaux négatifs potentiels d’ordre général pourront être générés par le projet, des mesures
visant à les atténuer ont été identifiées. Parmi ces impacts sociaux, un certain nombre d’entre eux ont
certainement cours dans les zones qui seront concernées, tandis que d’autre sont susceptibles d’être
spécifiquement générés par le Projet, il s’agit de : la dégradation du patrimoine culturel et archéologique,
destruction et/ou déplacement de monuments historiques, les risques d’accidents de chantier, les pollutions
et dégradations diverses des composantes de l’environnement, conflits entre les populations et le Projet,
recrudescence des maladies pulmonaires des ouvriers et employés. Pour tous ces impacts, des mesures
ont été envisagées et leur mise en œuvre s’intègre dans le plan cadre de gestion environnemental et social
proposé par le présent CGES. Le coût estimé de mise en œuvre de ce plan cadre de gestion s’élève à
97 000 000 (quatre-vingt-dix-sept millions de FCFA). Les dépenses y relatives comprennent les frais
pour :
- Procédure de consultation du public pour les sous-projets,
- Programme détaille pour le renforcement des capacités.

x
EXECUTIVE SUMMARY
The Government of the Republic of Cameroon has obtained from the World Bank an IDA financing of USD 50 million
for the implementation of the Skills Development for Growth and Employment Project (SKILLS Project - PADECE) with
aim to increase the supply and quality of skills required by the labor market, particularly in promising sectors, and to
improve the governance and management of the skills development system in Cameroon, with a view to sustained
growth and inclusive of the economy.
The PADECE aims to propose measures and projects for the consolidation of the skills development system and to
introduce a better overall coherence of the operation of the Technical and Vocational Training (TVET) system, and a
greater efficiency of its performance.
The project is structured around two components, a support component and a technical component: support to the
skills development sector and the rehabilitation of some Technical and Vocational Training Schools (TVET) and support
for training equipment. Some activities planned under the project, including rehabilitations (albeit minor ones), potential
equipment for supplying electricity, as well as, waste generated during practical work may have negative impacts on
the environment and on the different communities around the selected sites. When a project is susceptible to
environmental and social risks, as is the case of the PADECE, the Operational Policy (OP) 4.01 of the World Bank is
triggered. It ensures that Bank-financed projects are environmentally sustainable, and that decision-making has
improved through appropriate analysis of actions and their likely environmental impacts.
Projects for which the negative impacts cannot be exactly located at the time of the preliminary assessment lead to the
preparation of an Environmental and Social Management Framework (ESMF). The ESMF is therefore conceived as a
mechanism for the prior identification of the social and environmental impacts of investments and activities whose sites
/ locations are not well known before the project evaluation. The ESMF defines the framework for planning, monitoring,
surveillance and management, as well as, the institutional arrangements to ensure better consideration of the
environmental and social dimensions to be taken before, during and after the implementation of the project and propose
activities to mitigate adverse environmental and social impacts, remove or reduce them to acceptable levels.
The general objective of the Project ESMF, in accordance with the terms of reference, is to establish an environmental
and social selection process that will enable the structures responsible for the implementation of the Project to identify,
evaluate and mitigate the potential environmental and social impacts of project activities at the stages of preparation,
planning and implementation. It aligns PADECE with sustainable development guidelines (World Bank Safeguard
Policies) and national legislation on environmental and social protection.

After a review of all the Bank's safeguard policies, it appears that (02) policies are triggered in particular OP 4.01 on
environmental assessment and OP 4.10 on indigenous peoples. Appropriate measures have been taken to each of
the policies triggered, which are reflected in this ESMF or in related documents. They led to the production of 02
separate documents, namely: (i) the Environmental and Social Management Framework (ESMF) and (ii) the Pygmies
Peoples Development Plan, which will generally guide the consideration of social environmental aspects within the
implementation of the Program.

The potential sites for the implementation of the project are the 180 SAR / SM, the 06 Public Rapid Vocational Training
Centers and the Professional Training Centers of Excellence under the supervision of MINEFOP; and to a lesser extent,
technical high schools and Colleges of Technical Industrial and Commercial Education (CETIC) under the supervision
of MINESEC, as well as, private vocational training structures which represent more than 90% of the vocational training
offer in Cameroon.

xi
The direct beneficiaries of the project are all actors in the field of training in Cameroon, made up of all post-basic
education courses, provided either by public structures or by private structures approved by the State. Vocational
training is intended to provide learners and apprentices with the knowledge, skills and abilities necessary for the
exercise of a trade and / or allowing access to employment. These are young people of all ages who have left the
education system without any qualification or who wish to reorient themselves towards a new qualification, to whom
the training will be addressed, as well as, their teachers and trainers whose skills will have to be strengthened.
There are several positive impacts of the project, among which:
- Improvement of governance in the sector of technical and vocational training;
- Capacity building of teachers in the technical and vocational training sector, particularly in the construction
and civil engineering sectors, Agro-industry, Digital, Energy;
- Capacity building for actors to improve competitiveness in the context of foreign competition in relevant sectors
and even those related trades bodies;
- Capacity building of actors on health and safety measures at work;
- Facilitating the socio-professional integration of young people in the world of employment thanks to new skills
received and contacts with companies in the sectors concerned. This action will have the long-term effect of
creating jobs for young people. These positive impacts will have to be enhanced by:
• Integration of the gender approach. The Project will consider the gender aspects related to its
activities. Attention should be paid to women's access to training centers to be supported by the
Project;
• Consideration of disabilities. the support provided by the Project must consider the different aspects
related to people with disabilities. The Project will facilitate the access of persons with disabilities
(visually impaired, deaf-mute, physically disabled) to Project activities and products.
Good environmental planning principles require the implementation and monitoring of identified management and
mitigation measures throughout the project life cycle. At the current stage of PADECE, sub-projects likely to involve
physical activities in the field are minor building rehabilitations, and probably the construction of equipment and
electricity supply. Given the moderate nature of the impacts that may result, these projects will only require an
Environmental Impact Notice (EIN). In case of retention of sub-projects with physical activities in the field and which
might require the completion of an ESIA and thus the development of an ESMP, the latter will be approved by the
Interministerial Committee for the Environment (ICE). But as for the Simplified Environmental and Social Management
Plan contained in a EIN, they will be approved by the concerned municipality.
Potential general negative social impacts may be generated by the project, measures to mitigate them have been
identified. Of these social impacts, a number of them are likely to occur in the areas that will be affected, while others
are likely to be specifically generated by the Project, namely: the degradation of cultural heritage and archaeological,
destruction and / or displacement of historical monuments, the risks of construction site accidents, various pollution
and degradation of the components of the environment, conflicts between populations and the Project, recrudescence
of pulmonary diseases of workers and employees. For all these impacts, measures have been envisaged and their
implementation is included in the environmental and social management plan proposed by this ESMF. The estimated
cost of its implementation is 97,000,000 (CFAF ninety-seven million). The related expenses include fees for:

- Public consultation procedure for sub-projects;


- Detailed program for capacity buildingin an IEN, they will be approved by the municipality concerned.

xii
1. INTRODUCTION

1.1. CONTEXTE DE L’ETUDE


Le Gouvernement de la République du Cameroun a obtenu auprès de la Banque mondiale un fonds IDA
d’un montant de 50 M USD pour la mise en œuvre du Projet d’appuiau Développement des Compétences
pour la Croissance et l’Emploi (Projet SKILLS - PADECE) avec pour objectif d’augmenter l’offre et la
qualité des compétences requises par le marché du travail, particulièrement dans les secteurs porteurs
et d’améliorer la gouvernance et le pilotage du système de développement des compétences au
Cameroun, en vue d’une croissance soutenue et inclusive de l’économie.

L'analyse de l'état actuel du capital humain dans l'économie du Cameroun, l'évaluation des besoins des
entreprises en main d'œuvre qualifiée, la réalisation des objectifs de croissance, la pression de la
demande sur le marché du travail, impose à l'évidence la mise en œuvre d’une politique de formation
professionnelle qui tienne compte des défis de l'étape et des enjeux futurs. Les grandes lignes de cette
politique ont été clairement énoncées dans le DSCE. Elles n'ont pas toutefois fait l'objet de dispositions
pratiques susceptibles d'en assurer la concrétisation.

Le PADECE vise à proposer des mesures et projets de consolidation du dispositif de développement des
compétences et à introduire une meilleure cohérence d'ensemble du fonctionnement du système
Formation Technique et Professionnelle (FTP), et une plus grande efficacité de ses performances.

Le projet envisage la réhabilitation de certaines Ecoles de Formation Technique et Professionnelle


(EFTP), et l’appui en équipements de formation. Ces activités sont susceptibles d’avoir des risques pour
l’environnement, la santé des apprenants et des formateurs. La mise en œuvre de ce Projet exige donc
l’élaboration d’un cadre de gestion des incidences environnementales et sociales des différentes
composantes dudit Projet sur les milieux récepteurs des interventions et actions y découlant et le
Gouvernement a l’intention d’utiliser une partie des montants de ce crédit(référence du crédit) pour
effectuer des paiements au titre du contrat de consultant pour l’élaboration d’un cadre de Gestion
Environnementale et Sociale (CGES) du Projet.

1.2. CONTEXTE DE L’ELABORATION DU CGES

Certaines activités prévues dans le cadre du projet, notamment les réhabilitations (bien que mineures),
les équipements éventuels d’approvisionnement en énergie électriques, de même que les déchets
générés lors des travaux pratiques, peuvent avoir des impacts négatifs sur l’environnement et sur les
différentes communautés aux environs des sites retenus. Ces impacts pourraient survenir tant durant la
phase d’exécution des travaux d’infrastructures que pendant leur exploitation et la conduite des activités
de formation. Lorsqu’un projet est susceptible de risques environnementaux et sociaux, tel que c’est le cas du
PADECE, la Politique Opérationnelle (PO) 4.01 de la Banque Mondiale est déclenchée. Elle permet de
s’assurer que les projets financés par la Banque sont viables et faisables sur le plan environnemental, et
que la prise des décisions s’est améliorée à travers une analyse appropriée des actions et leurs probables
impacts environnementaux.

1
Les projets pour lesquellesles impacts négatifs ne peuvent être exactement localisés au moment de l’évaluation
préalable donnent lieu à la préparation d’un Cadre de gestion Environnementale et Sociale (CGES). Le
CGES est donc conçu comme étant un mécanisme d’identification préalable des impacts sociaux et
environnementaux des investissements et activités dont les sites/localisations sont peu connus avant
l’évaluation du projet. Le CGES définit le cadre de planification, suivi, de surveillance et de gestion ainsi
que les dispositions institutionnelles pour assurer une meilleure prise des dimensions environnementales
et sociales à prendre avant, durant et après la mise en œuvre du projet d’une part, et propose les activités
à réaliser pour atténuer les impacts environnementaux et sociaux défavorables, les supprimer ou les
réduire à des niveaux acceptables.
Le présent CGES met le Projet d’Appui au Développement des Compétences pour la Croissance et
l’Emploi (PADECE) en conformité avec les(Politiques de sauvegarde de la Banque mondiale, et la
législation nationale en matière de gestion de l’environnement.

1.3. OBJECTIF DU CGES


Objectif général :
Le Cadre de gestion environnementale et sociale du PADECE a pour objectif général,conformément aux
termes de référence, d’établir un processus de sélection environnementale et sociale qui permettra aux
structures chargées de la mise en œuvre du Projet de pouvoir identifier, évaluer et atténuer les impacts
environnementaux et sociaux potentiels des activités du projet aux stades de préparation, de planification
et de mise en œuvre.

Objectifs spécifiques : Spécifiquement, il s’agit :


• Intégrer les questions environnementales et sociales dans la planification du projet ;
• Présenter le cadre juridique de la gestion sociale et environnementale au Cameroun ;
• Identifier les principales institutions étatiques et non-étatiques impliquées ;
• Etablir un cadre pour déterminer, analyser et évaluer les impacts environnementaux et
sociaux potentiels des activités prévues dans le cadre du projet ;
• Définir la méthodologie concernant le tri des sous-projets et les outils de sauvegarde sociale
et environnementale requis ;
• Identifier les principales mesures d’atténuation des risques génériques ;
• Préciser les rôles et responsabilités des parties prenantes et définir le cadre de suivi et de
surveillance pour la mise en œuvre du CGES ;
• Déterminer les implications budgétaires concernant la gestion environnementale et sociale
du projet (GES).
Une attention particulière a été portée sur les points ci-après lors de l’analyse :
➢ les aspects liés à l’accès à l’Energie par les EFTP bénéficiaires des équipements de formation ;
➢ lesaspects de sécurité et de santé au travail ;
➢ le mécanisme de gestion des plaintes et à la sécurité des équipements de formation dans les
potentiels structures de formation bénéficiaires.
De la même façon, un point de vigilance a été porté sur les couches sociales les plus défavorisées
(femmes, populations autochtone, personnes vivant avec un handicap, jeunes) pour qu’elles soient prises
en compte dans les activités du projet.
2
1.4. APPROCHE METHODOLOGIQUE
L’élaboration du CGES du projet PADECE s’est faite avec la participation de toutes les parties prenantes,
notamment les principaux acteurs clés impliqués dans la chaîne de mise en œuvre du Projet (MINEFOP,
MINEPDED, PRECASEM, Banque Mondiale, les CTD, le secteur privé,…) de même queles
organisations de la Société Civile, les acteurs du secteur et populations riveraines des sites potentiels,etc.
La revue documentairea permis de collecter et d’analyser les différents documents disponibles sur la
thématique de la mission et du Programme
Les consultations des parties prenantes : Des échanges ont été menées avec les responsables des
services techniques compétents, du projet et de la Banque mondiale et ont permis de (i) de cadrer, avec
l’unité du projet, le contenu potentiel de chaque composante en termes de sous-projets et
d’investissements à financer et (ii) identifier, évaluer, et mesurer si possible l'ampleur des risques
environnementaux consécutifs à la mise en œuvre des composantes du projet ;
Des consultations ont également été organisées dans plusieurslocalités du pays. La zone d’intervention
du projet n’étant pas encore définie, de choix de ces localitésa été fait sur la base de la possibilité d’y
rencontrer les différentes cibles du projet (établissements de formation professionnelles publics et privés,
lycée technique, …). Ces consultations ont eu pour but d’informer les potentielsbénéficiaires et acteurs
de premier plan sur les objectifs et les enjeux du projet, de recueillir leurs avis sur la problématique de
l’évaluation environnementale, d’identifier avec eux les risques environnementaux liés au projet et les
mesures de mitigation.
Des entretiens ont été menés avec les acteurs institutionnels dont les services techniques, les autorités
administratives et les exécutifs communauxdans les communes choisies. Au niveau des communautés
locales, de réunions d’information et d’échanges ont été organisées avec la participationdes autorités
traditionnelles et les leaders des populations riveraines de certaines EFTP. L’annexe 2 présente les
différents comptes rendus de ces rencontres.
1.5. RÉSULTATS ATTENDUS DU CGES
Il est attendu de la mission un document de CGES contenant point ci-après :
Résumé en français
Résumé en anglais
1. Introduction
2. Brève description du projet
3. Situation environnementale et sociale dans les zones du projet
4. Cadre politique, administratif et juridique en matière d’environnement, du social et du secteur du
projet
5. Résumé des consultations publiques du CGES
6. Plan cadre de gestion environnementale et sociale du projet, incluant la gestion des plaintes
Annexes.

3
2. BREVE DESCRIPTION DU PROJET
2.1. MATRICE DES COMPOSANTES ET BUDGET DU PROJET
a) Composantes du projet
Le tableau 1 présentesuccinctement le projet dans ses différentes composantes
Tableau 1: Cadre de mise en œuvre du projet

Objectif de Développement du Projet : Améliorer la qualité et la pertinence et augmenter l’accès aux


programmes de développement des compétences dans les secteurs prioritaires et renforcer la
planification stratégique et la transparence du secteur.
Secteurs identifiés : BTP – Agro-industrie – Numérique – Energie
Résultat 1 : élaboration de référentiels de
formation (DLI1)
Pilier 1 : améliorer la qualité
Résultat 2 : formation des formateurs, des
et la pertinence de la
enseignants, des inspecteurs et des directeurs des
formation
établissements de formation sur les nouveaux
référentiels en lien avec le monde professionnel (DLI2)
Pilier 2 : Améliorer l'accès
Fenêtre 1 : formations diplômantes et qualifiantes au
équitable à la formation en
sein des structures de formation publiques ou privées
mettant l'accent sur les
Composante 1 : Fenêtre 2 : appui à la formation continue dans les
secteurséconomiques porteur
appui au secteur entreprises
à travers le Fond Compétitif
du développement Fenêtre 3 : apprentissage et appui au développement
de Développement des
des compétences des compétences du secteur informel
Compétences (FCDC)
Résultat 1 : définition de la stratégie nationale de
développement des compétences et son plan d’action
budgétisé et mise en place d’une plateforme
Pilier 3 : renforcer la
d’information sur les formations disponibles et leurs
gouvernance et la gestion du
résultats(DLI3)
secteur
Résultat 2 : un dispositif de suivi des sortants des
systèmes de formation technique et professionnelle est
opérationnel (DLI 4)
Composante 2 : Sous-composante 1 Assistance technique et renforcement des capacités
Renforcement des
capacités du
secteur et gestion Sous-composante 2 Gestion du Projet
du Projet

Seul le Pilier 2 : « Améliorer l'accès équitable à la formation en mettant l'accent sur les secteurs
économiques porteur à travers le Fond Compétitif de Développement des Compétences (FCDC) »,
de la composante 1, est susceptible de porter atteinte à l’environnement dans la mesure où, pour les
besoins de la dispensation des formations de qualité, il sera impératif de mettre à niveau certaines
infrastructures de formation. Cette mise à niveau pourrait nécessiter quelques travaux de réhabilitations
mineures et la construction de quelques ouvrages d’approvisionnement en électricité. De même, les
matières d’œuvre devant servir aux travaux pratiques lors de l’exécution des enseignements pourront
produire des déchets. Les activités dues aux travaux de réhabilitations/constructions pourront impacter
l’environnement tant pendant la phase de construction que pendant la phase d’exploitation des
infrastructures et ouvrages. Tandis que les effets négatifs des déchets des travaux pratiques se feront
ressentir uniquement lors de la phase d’exploitation.
4
b) Budget du projet
La Banque mondiale met à la disposition du Cameroun un fonds IDA d’un montant de 50 M USD pour la
mise en œuvre du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance et l’Emploi (Projet
SKILLS - PADECE). Le Budget total du Projet pour les activités au Cameroun est d’environ 725
millionde dollars US, dont 7 % financement IDA, sur la base d’un crédit de l’Association internationale
de Développement (AID/IDA) sur la période allant de 2020 à 2024.

2.2. CIBLE DU PROJET


Les sites potentiels de mise en œuvre du projet sont les 180 SAR/SM, les 06 Centres de Formation
Professionnelle Rapides publics et les Centres de Formation Professionnelle d’Excellencesous la
tutelledu MINEFOP, les lycées techniques et les Collèges de l’Enseignement Technique Industrielle et
Commercial (CETIC) sous la tutelle du MINESEC, de même que les structures privées de formation
professionnelle qui représentent plus de 90% de l'offre de formation professionnelle au Cameroun.

2.3. LES BENEFICIAIRES DU PROJET


Le projeta pour bénéficiaires directs l’ensemble des acteurs du champ de la formation au Cameroun. La
récente Loi 2018/010 du 11 juillet 2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun défini
le champ de la formation professionnelle comme étant constitué de l’ensemble des formations post-
éducation de base, assurées soit par les structures publiques, soit par les structures privées agréées par
l’Etat. La formation professionnelle vise à donner aux apprenants et aux apprentis des savoirs, des
habilités et des aptitudes nécessaires à l’exercice d’un métier et/ou permettant l’accès à l’emploi.Il s’agit
alors des jeunes de toutes tranches d’âge sortis du système éducatif sans qualification ou désireux de se
réorienter vers une qualification nouvelle, vers qui seront adressées les formations, de même que leurs
enseignants et formateurs dont les compétences devront être renforcées.
2.4. ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS
Le MINEFOP est responsable de la coordination des activités du Projet, sous la responsabilité d’un
Comité de Pilotage ayant pour président le Ministre en charge de la formation professionnelle (MINEFOP)
et pour vice-président le Ministre en charge des enseignements secondaires (MINESEC).
Schéma : Organigramme fonctionnel de l’Unité de Coordination du Projet (UCP)

Coordonnateur - UCP

Chargé du Spécialiste
Suivi- Chargé du en Hygiène,
Expert en Responsab Spécialiste
Responsable Evaluation Partenariat, Spécialiste Qualité,
Ingénierie le du Pôle en un
technique Administratif et 01 des relations en Passation Sécurité et
de la gouvernance et Financier Assistant publiques et de des marchés Sauvegarde Comptable
formation du Comité et gestion du .
d’Allocatio communication s
et 02 dispositif
Assistants n des Environnem
ETFP et 02 entales
fonds et
Assistants (SHQS-SE)
02
Assistants

5
3. SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE REFERENCE
Le PADECE sera mis en œuvre sur l’étendue du territoire national, avec comme principaux bénéficiaires
les jeunes et d'autres acteurs du secteur de la formation technique et professionnelle.Ce chapitre fait une
description succincte du milieunaturel, humain et économique.
3.1. MILIEU NATUREL

3.1.1. Zones agro écologiques


Le Cameroun, qui s’étend du 2° au 13° de latitude Nord, est divisé en cinq zones agro écologiques.
DuNord au Sud :
➢ La zone de Forêt Humide Bimodale : Elle comprend les régions du Sud, de l’Est et du Centre.Cette
zone est sous l’influence du climat subéquatorial à deux saisons sèches et deux saisons depluie. La
pluviométrie se situe entre 1 500 mm et 2 000 mm par an, les problèmesenvironnementaux incluent:
la surexploitation des produits forestiers, la déforestation, lesinondations, les feux de brousse, la
dégradation des sols, la pollution de l’air et de l’eau ;
➢ La zone de Forêt Monomodale: Elle englobe sur le plan administratif les régions du Littoral et
duSud-Ouest. Cette zone est sous l’influence du climat équatorial camerounien à deux (2)
saisonsréparties comme suit: une longue saison de pluies et une courte saison sèche, avec un
niveau depluviométrie élevé variant entre 2 000 et 4 500 mm par an. Cette zone connaît des
problèmes depollution industrielle et tellurique ;
➢ La zone des Hauts Plateaux de l’Ouest et du Nord-Ouest. Elle comporte sur le plan
administratifles régions de l’Ouest et du Nord-Ouest. Elle est également sous l’influence du
climatcamerounien, y compris de montagnes, avec une longue saison de pluies et un
totalpluviométrique supérieur à 2 000 mm par an. Les problèmes environnementaux rencontrés par
lapopulation incluent: la déforestation, l’érosion des sols et les feux de brousse ;
➢ La zone des Hautes savanes Guinéennes dans la région de l’Adamaoua, où prédomine le
climattropical de transition à deux saisons d’égales durées, les précipitations restent encore à un
bonniveau, avec une pluviométrie de l’ordre de 1 500 à 2 000 mm par an.
➢ La zone soudano-sahélienne : elle couvre le Nord et l’Extrême-Nord. Le climat y est sec
avecseulement trois à quatre mois de précipitations pour un total pluviométrique de 300 à 1 000
mmpar an. Les principaux problèmes environnementaux sont la diminution quantitative des
ressourcesen eau, la disparition de certaines espèces, la superficie décroissante des forêts et un e
fertilité dessols en baisse constante.
3.2. MILIEU HUMAIN
Au plan sociodémographique, lapopulation du Cameroun était estimée en 2004 à 17 millionsd’habitants,
soit une densité moyenne de 35,7 habitants/km2. Il s’agit d’une population à fortecroissance (2,7%par
an) et à majorité jeune, avec 44,6 des moins de 15 ans. La répartition de lapopulation par région présente
l’Extrême-Nord comme étant la plus peuplée (17,3%), suivie du Centre(15,9%), du Littoral (14,0%), de
l’Ouest (12,6%). Les régions les moins peuplées en revanche, sont leSud (3,4%), l’Adamaoua (4,6%) et
l’Est (4,8%). Cette population est du point de vue ethnologiqueextrêmement diverse, et compte plus de
250 groupes ethniques aux parlers tout aussi divers. Ce sontentre autres les Pygmées et Bantu dans le
grand Sud forestier, les semi Bantous dans les HautsPlateaux de l’Ouest et les Soudaniens dans le Grand
Nord. Certaines tribus soudaniennes d’éleveurs,plus précisément les Bororos, ont émigré à l’Ouest et
surtout dans le Nord-Ouest où elles sontinstallées depuis des décennies.

7
3.3. MILIEU ECONOMIQUE
Tous les secteurs d’activités sont représentés, mais les principales activités ont trait à l’agriculture(travail
de la terre, élevage, exploitation forestière, pêche).Le Cameroun offre de nombreux produits agricoles à
la consommation intérieure et à l’exportation.Parmi les produits exportés se trouvent le caoutchouc, le
thé, le cacao, le café arabica / robusta, labanane, le bois, l’ananas, l’huile de palme, les palmistes, le riz
paddy, le haricot vert, etc. Pour ce quiest du vivrier, les spéculations sont : les tubercules (manioc,
macabo, bananier plantain, ignames,patate, etc.), surtout dans la zone forestière, les céréales, (mais, riz,
mils et sorghos), les oléagineux(arachides, haricot), les légumes et fruits. La répartition régionale de ces
productions tient compte dumilieu écologique, des habitudes alimentaires et autres.S’agissant de
l’élevage, les filières les plus représentées sont le bovin, les ovins, les porcins, lescaprins et l’aviculture,
surtout en zones périurbaines des grandes agglomérations. La pêche estpratiquée dans les fleuves, les
nappes d’eau intérieures et dans la mer. On distingue ainsi la pêchecontinentale, la pêche maritime
artisanale et la pêche industrielle. Mais la production est faible etlaisse encore beaucoup de place aux
importations.L’exploitation forestière est en très grande baisse comme en témoignent les chiffres sur
lesexportations de bois débité et grumes de ces dernières années: les exportations de bois scié
sontpassées de 682 144 m3 en 2004 à 144 946 m3 en 2006, alors que dans le même temps, celles
desgrumes sont passées de 910 702 m3 à 228 463 m3.Les agro industries occupent une place importante
dans le secondaire, alors que le commerce tient deplus en plus le haut du pavé dans le tertiaire, avec
une prépondérance du commerce informel
3.4. SITUATION DE l’ENSEIGNEMENT ET LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE
(EFTP)
Au Cameroun, l’EFTP (enseignement et formation techniques et professionnels,
rassemblantl’enseignement technique et la formation professionnelle) a pour mission de mettre en place
unemain-d’œuvre qualifiée pour divers secteurs d’emploi et de renforcer la culture technologique.Les
programmes d’EFTP visent également à permettre aux individus d’assumer une citoyennetéresponsable
au sein de la société. Il est constitué d’un système formel et d’un système informel

3.4.1. Système formel d’EFTP


Des cours d’enseignement et de formation professionnels sont assurés par divers collèges à
titred’alternative à l’enseignement secondaire général. Les programmes d’EFTPsont dispensés en
anglais eten français, et les lauréats ont accès à des cours de formationprofessionnelle supérieure aux
niveaux primaire et secondaire ainsi que tertiaire. Lesprogrammes d’enseignement professionnel
secondaire sont structurés autour de deux sous-systèmes, un anglophone et un francophone. Dans le
sous-système anglophone, à l’issue du premier cycle «enseignement technique», qui dure cinqans,
lesélèves passent dans le second cycle, qui dure deux ans. Et dans le sous-système francophone, à
l’issue du premier cycle qui dure quatre ans, les élèves passent dans lesecondcycle qui dure trois ans.

Les établissements d’enseignement professionnel et technique peuvent être classés en


troiscatégories:(i) sections artisanales et rurales et sections ménagères (SAR/SM), (ii) collèges
d’enseignementtechniques et(iii) lycées techniques.

Les établissements d’enseignement artisanal et rural offrent desformations de deux ans à lacharpenterie,
à la maçonnerie, à la poterie et à l’agriculture pour lesapprenants susceptibles d’êtretrop âgés pour les
établissements d’enseignement secondaire.

8
Les qualifications acquises à l’issuede l’enseignement professionnel supérieur sont fonction dela filière
suivie. En particulier:
- les programmes de premier cycle durent trois ans (durée nominale de deux ans plus uneannée
supplémentaire);
- les programmes de médecine durent deux à trois ans;
- la durée des programmes d’ingénierie est variable;
- la durée des programmes de deuxième cycle est variable.

3.4.2. Systèmes non formel et informel d’EFTP

Des programmes non formels d’EFTP sont assurés par divers départements ministériels(agriculture,
culture, jeunesse). C’est ainsi que le Ministère de la jeunesse met en place desprogrammes de formation
des jeunes et le Ministère de l’agriculture et du développement ruralorganise des apprentissages.

Le Cameroun possède un vaste secteur informel et si l’ampleur des formations professionnellesassurées


dans des contextes informels est importante, ces activités ne sont guère documentées.Un exemple est
celui du Groupement interprofessionnel des artisans (GIPA), organisationcomposée d’artisans et qui
dispense des apprentissages traditionnels pour améliorer lescompétences pédagogiques et les niveaux
de formation des maîtres artisans.

Le projet PADECE s’adresse au champ de la formation professionnellequi est constitué de l’ensemble


des formations post-éducation de base, assurées soit par les structures publiques, soit par les structures
privées agrées par l’Etat.
a) Les structures publiques

Le Ministère de l’emploi et de la formation professionnelle (MINEFOP) est en charge desprogrammes


d’EFTP. Le dispositif structurel public responsable de la diffusion de l’EFTP sous la supervision
duMINEFOP est constitué ainsi qu’il suit:

- Centres de formation professionnelle d’excellence;


- Centres sectoriels de formation professionnelle;
- Centres de formation aux métiers;
- Centres d’apprentissage professionnel;
- Centres publics de formation professionnelle rapide;
- Sections artisanales et rurales et Sections ménagères.

Les récentes statistiques actuelles sont les suivantes :


- 180 SAR/SM dont la quasi-totalité est sans équipements adéquats et se trouvent dans un état de
délabrement avancé faute d'investissements suffisants,
- 06 Centres de Formation Professionnelle Rapides publics parmi lesquels 05 fonctionnels dont deux
pour les métiers industriels basé à PITOA dans le Nord et l'autre à Douala.
- 03 Centres de Formation Professionnelle d’Excellence (Douala, Limbé et Sangmélima), ouverts
depuis le mois de juillet 2016 avec l’organisation des galops d’essai avec les travailleurs uniquement
et ce en cours du soir pour tester le fonctionnement des installations et équipement de pointe fruits
de la coopération Cameroun-Corée.
- 04 Centre de Formation aux Métiers non agricole (CFM) Douala, Limbé, Sangmelima et Nkongsamba
et 01 en cours de construction à Ebebda sur financement C2D.
b) Les structures privées agréées

9
Les structures privées de formation professionnelle sont constituées d’une multitude de centres éparpillés
à travers le pays. Ces structures privées représentent plus de 90% de l'offre de formation professionnelle
continue au Cameroun.

c) Les autres ministères en charge de l’éducation au Cameroun sont:

- Ministère de l’éducation de base (MINEDUB),


- Ministère des enseignements secondaires (MINESEC) et
- Ministère de l’enseignement supérieur (MINESUP).

d) Les organisations et initiatives publiques offrant des cours d’EFTP

Diverses organisations et initiatives publiques offrent des cours d’EFTP. On peut citer:
- le Réseau national du Programme des emplois en Afrique, une initiative de lutte contrele chômage et
le sous-emploi par la promotion de l’EFTP axée notamment sur les TIC etla création de synergies
entre les services nationaux intervenant en matière d’emploi;
- le Fonds national de l’emploi, qui favorise l’emploi en finançant la formation par letravail, la formation
formelle, l’emploi indépendant et d’autres dispositifs en fonctiondes besoins du marché du travail;
- l’Observatoire national de l’emploi et de la formation professionnelle (ONEFOP), chargéde recueillir
et d’analyser les données relatives à l’emploi et à la formationprofessionnelle;
- le Programme intégré d’appui aux acteurs du secteur informel (PIAASI), qui a pourmission de
favoriser la mutation du secteur informel vers le secteur formel à traversl’appui à l’EFTP et au
financement.

Les initiatives locales et les organisations non gouvernementales sont regroupées par exempledans le
«Cameroon Education for All network» ou CEFAN, le réseau camerounais pourl’éducation pour tous.
Créé en 2005, il a pour but d’intervenir dans l’enseignement et lesprogrammes d’enseignement
professionnel et d’œuvrer pour l’éducation pour tous.

3.4.3. État des lieux du secteur

L'analyse faite du système de formation du pays par les spécialistes, met en évidence de nombreuses
insuffisances qualitatives, quantitatives et organisationnelles. Ils indiquentqu'un tel système ne permet
pas le positionnement de la formation en adéquation avec les besoins réels de l'économie. Ils ajoutent
que cette contrainte centrale réduisait la capacité de ce sous-secteur à assurer la régulation des flux, et
à contribuer à la croissance et à la réduction de la pauvreté ; à organiser les formations continues des
travailleurs et la formation des formateurs en quête de reconversion ou de requalification professionnelles.
Du côté du MINEFOP, on affirme que l’une des contraintes majeures tant dans le publique que
dans le privé est l’état de délabrement très avancé des infrastructures, c’est particulièrement le cas
des SAR/SM construites pour la quasi-totalité avant les années 1970. Il faut ajouter à cela, la qualité
médiocre des équipements pour la plupart de technologie désuète et la difficulté d’accès à la matière
d’œuvre.

La stratégie du secteur éducatif a assigné au MINEFOP la mission d'accueillir 50% des sortants du
système éducatif formel et leur offrir une formation professionnelle inclusive centrée sur les métiers. De
manière opérationnelle, il devrait s'agir notamment de doter chaque région d'un centre public de formation
professionnelle d'excellence auquel les structures privées devraient se référer en tenant compte des
potentialités économiques de chaque région. Autrement dit, la stratégie sectorielle du système éduc atif,
assignée au MINEFOP est de réguler les flux des sortants, sans qualification professionnelle, des divers

10
sous-secteurs de l'éducation (primaire secondaire, supérieur) estimés à 150 000 jeunes par an et avant
2015. Le MINEFOP a donc la responsabilité de donner à ces jeunes les compétences dont ils ont besoin
pour trouver ou créer des emplois.
Malgré tous les efforts déployés, l'offre de formation professionnelle reste encore insuffisante, tant sur le
plan qualitatif que quantitatif. Le Ministère de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, s’attèle à doter
en infrastructures équipements les SAR/SM et les CFPR afin qu'ils retrouvent l'attractivité du public qu'ils
n'auraient dû perdre. Les structures privées de formation professionnelle qui représentent plus de 90%
de l'offre de formation professionnelle continue de bénéficier d'un accompagnement soutenu et d'une
attention toute particulière dans leurs efforts de promouvoir l'adéquation formation/emploi.

3.4.4. Enseignants et formateurs de l’EFTP

Depuis les années 1990, d’importants efforts ont été consacrés à la mise en place d’unprogramme de
contractualisation des enseignants dans le système éducatif, définissant lesbarèmes salariaux, les
avantages et les carrières. En 2011, ce sont 37.200 enseignants quiavaient été recrutés au titre de ce
programme. Il existe deux modes de recrutement des enseignants et formateurs de l’EFTP. Le premier
estcelui du recrutement direct sur la base des diplômes et titres délivrés par des
établissementsd’enseignement supérieur. Le second mode de recrutement passe par les Écoles
normalessupérieures de l’enseignement technique (ENSET). Ces établissements ont pour mission de
formerdes enseignants de l’EFTP. On peut citer à titre d’exemple l’ENSET de l’Université de Douala.
Lesétudes sont sanctionnées par un diplôme de Professeur de collège d’enseignement technique oude
Professeur de lycée d’enseignement technique, qui habilite à l’enseignement dans l’EFTP
auCameroun1.Les types de diplômes requis pour être enseignant de l’EFTP sont les suivants :
- Diplôme deprofesseur de l’enseignement technique premier grade (DIPET 1),
- Diplôme de professeur del’enseignement technique deuxième grade (DIPET 2),
- Certificat d’aptitude d’instituteur del’enseignement technique (CAPIET).

3.4.5. Enjeux des systèmesd’EFTP

Selon l’Agence française de développement, l’EFTP doit au Cameroun faire face àcertains grands
impératifs:

- Amélioration de l’accès à la formation. L’objectif dans les années 2010 était d’accueillir 150.000
jeunes à l’horizon2015 et avoir au moins un centre de formation professionnelle d’excellence
pardépartement;
- Meilleure intégration des filières techniques et professionnelles dans le système éducatifgénéral;
- Construction ou rénovation de centres de formation professionnelle;
- Renforcement des liens entre l’EFTP et le marché du travail;
- Elaboration de programmes recourant à l’approche par les compétences;
- Augmentation du financement de la formation professionnelle (tant publique queprivée) et
conception de mécanismes novateurs d’incitation à l’investissement privédans la formation
professionnelle.

11
Banque mondiale (2012). Cameroon – Governance and Management in the Education Sector.
1

Washington D.C.: World Bank. Consulté: 18 juin 2014.


4. CADRE POLITIQUE, ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE EN MATIERE
D’ENVIRONNEMENT/D’’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET APERÇU DES
POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALES APPLICABLES

4.1. CADRE POLITIQUE ET PLANS STRATEGIQUES

Le PADECErespectera strictement les cadres politique, juridique et réglementaire de la gestion environnementale


et sociale camerounaise. En effet, au Cameroun, la protection de l’environnement constitue un axe prioritaire de la
politique de développement durable.

4.1.1. Conventions internationales environnementales et sociale


4.1.1.1. Sur le plan environnemental

Le Cameroun est lié à la communauté internationale au titre d'accords de coopération bilatérale et


multilatérale et a ratifié la quasi-totalité des conventions internationales relatives à l’environnement. Le
Gouvernement s'efforce d'observer et mettre en œuvre les normes internationales en termes d'indicateurs
de développement socio-économique et environnemental2.Dans ce contexte, les institutions du Système
des Nations Unies, par leur mandat, constituent des partenaires privilégiés du Cameroun.
- Le pays a ratifié depuis 1982 la Convention du Patrimoine mondial de l’UNESCO pour la
protection des biens culturels et naturels, et
- En avril 2008 la Convention de 2003 de l’UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel
immatériel.

4.1.1.2. Sur le plan social

Le Cameroun a ratifié tous les instruments internationaux de protection des droits de l’homme à
caractèregénéral (Déclaration universelle des droits de l’homme, Charte des Nations Unies,
Pactesinternationaux relatifs aux droits civiques, politiques, économiques, sociaux et culturels) ; ainsi que
ceuxà caractère spécifique (Convention relative aux droits de l’enfant, Convention sur l’élimination de
toutesles formes de discrimination à l’égard des femmes, Convention relative aux droits des personnes
handicapées, les principes des Nations Unies pour les personnes âgées, la Déclaration depolitique et le
Plan d’action international de Madrid sur le vieillissement).
A) Droit de travail
➢ Convention nº87 concernant la liberté d’association et la protection du droit syndical (1948)le
7 juin 1960 : elle est applicable dans le cadre du Projet à travers les syndicats des enseignants des
EFTP qui ont un rôle important àjouer, notamment dans la prise en compte des droits des
enseignants de la mise en œuvre du projet.
➢ Convention nº98 concernant le droit d’organisation et de négociation collective (1949) le3
septembre 1962 : dans le cadre de la mise en œuvre du Projet, le droit de négociation
etd’organisation doit être garanti aux populations bénéficiaires, mais aussi aux personnesaffectées
pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations.
➢ Convention nº111 concernant la discrimination (emploi et la profession) (1958) le 13 mai1988
: à travers cette Convention, les membres signataires s’engagent à formuler et à appliquerune
politique nationale visant à promouvoir, par des méthodes adaptées aux circonstances etaux usages

2 12
En particulier : la Convention sur la Diversité Biologique (14 juin 1992) et Convention Cadre des Nations Unies
sur les changements climatiques (Mars 1994).
nationaux, l’égalité de chances et de traitement en matière d’emploi et deprofession, afin d’éliminer
toute discrimination en cette matière. Les droits des populationslocales, notamment des jeunes en
matière d’accès aux emplois générés par la réalisation dessous-projets doit être garanti et promu.
Dans le même sens, l’application des principes HIMOdoit être privilégiée, pour favoriser l’emploi des
jeunes, dans des villes confrontées à un taux dechômage de jeunes très élevé.
➢ Convention nº182 concernant les pires formes de travail des enfants (1999) le 5 juin2002 : elle
oblige les parties à prendre des mesures immédiates et efficaces pour assurerl’interdiction et
l’élimination des pires formes de travail des enfants et ce, de toute urgence. Leterme « enfa nt»
s’appliquant à l’ensemble des personnes de moins de 18 ans. Les entreprisesen charge de la
réalisation des activités financées dans le cadre du PADECE doivent travailler à éviter la présence
des enfantssur les sites, en vue d’assurer le respect de cette Convention.
➢ Convention nº 138 sur l’âge minimum, au travail (1973) le 13 août 2001 : cette Convention viseà
assurer l’abolition effective du travail des enfants et à élever progressivement l’âge
minimumd’admission à l’emploi ou au travail à un niveau permettant aux adolescents d’atteindre le
pluscomplet développement physique et mental. Bien que promouvant l’emploi des jeunes dans
leschantiers, les entreprises et les responsables en charge des questions sociales doivent
s’assurerque les ouvriers travaillant sur les différents chantiers remplissent les conditions d’âge
préciséesdans cette Convention.
➢ La Convention supplémentaire sur l’abolition de l’esclavage, les institutions et les pratiques similaires
à l’esclavage (1956) ;

B) Personnes handicapées
➢ La Déclaration des droits des personnes handicapées adoptée par l’Assemblée Générale des Nations
Unies le 09 décembre 1975 ;
➢ Guide des normes internationales du travail, relatif à la réadaptation professionnelle (1984) ;
➢ Convention 159 et Recommandation n°168 de l’Organisation Internationale du travail, relativesà la
réadaptation professionnelle et à l’emploi des personnes handicapées (20 juin 1985) ;
➢ Les 22 règles-standards des Nations Unies, relatives à l’égalité des chances et opportunitéspour les
personnes handicapées (1993) ;
➢ Plan d’action africain pour la décennie africaine des personnes handicapées, adopté le 11 juillet2006
;
➢ La Convention relative aux droits des personnes handicapées du 13 décembre 2006 et le Protocole
facultatif y afférent, signés par le Cameroun le 1er octobre 2008 ;
La conception et la construction/réhabilitation des infrastructures dans les EFTP devront aborder la
question de l’accessibilité par leshandicapés.
C) Droits des peuples autochtones
Convention n°169 relative aux peuples indigènes et tribaux (1989). Elle couvre toute une gamme de
questions, dont les droits aux terres, l’accès aux ressources naturelles, la santé, l’éducation, la formation
professionnelle, les conditions d'emploi et les contacts transfrontaliers ;
D) Droits des femmes et des enfants
➢ Charte africaine des droits de l’homme et des peuples de 1981 (articles 16 et 24).
➢ Convention sur l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard des femmes de 1979 ;
➢ Convention relative aux droits de l’enfant de 1989 ;
➢ Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant 1990 (article 14 (2) ;

13
➢ Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits desfemmesde
2003 (article 15).
➢ La Convention 182 de l’OIT sur les pires formes de travail des enfants adoptée par leCameroun le 17
juin 1999 et entrée en vigueur le 19 novembre 2002 ;
➢ La Convention des Nations-Unies relative aux Droits de l’Enfant/CDE adoptée le 20 novembre1989 et
ratifiée par le Cameroun le 11 janvier 1993 ;
➢ La Convention 138 de l’OIT sur l’âge minimum d’admission à l’emploi adoptée le 26 juin 1976 ;
Le projet devra promouvoir et respecter les droits des femmes et des enfants. Le travail des mineurs
etl’exploitation sexuelle devront être interdits dans le cadre des activités du projet. Un code de conduite
visantla promotion et le respect des droits des femmes et des enfants devra être annexe au contrat
desemployés du projet et des contractants éventuels.
4.1.2. POLITIQUENATIONALE ENVIRONNEMENTALE
Le préambule de la constitution consacre l’importance de la protection de l’environnement en stipulant :
« Toute personne a droit à un environnement sain. La protection de l’environnement est un devoirpour
tous. L’Etat veille à la défense et la promotion de l’environnement »
4.3.2.1. Gestion de l’environnement naturel
Le Cameroun dispose d’un cadre politique clair et précis en matière de gestion environnementale. Par
rapport au Projet PADECE et sa nature, le document le plus significatif est le Plan National de Gestion
de l’Environnement (PNGE) préparé en 1996, et actualisé en 2008 : il constitue le cadre stratégique de
référence en matière de planification et de gestion de l’environnement au Cameroun. Ce plan est mis en
œuvre à travers des programmes sectoriels et le Programme Environnement élaboré en 2008.
1. La loi n°96/12 du 5 août 1996 portant Loi-cadre relative à la gestion de l’environnement rend
obligatoire la réalisation d’une Etude d’Impact Environnemental (EIE) pour tout projet d’aménagement qui
risque en raison de sa dimension, de sa nature, de porter atteinte à l’environnement.

2. Le Décret n°2013/0171/PM du 13 février 2013 précise les modalités de réalisation des études
d’impact environnemental. En fonction de la nature et de l’importance des sous projets et suivant ce
décret, le décret distingue en particulier:
• L’Etude d’Impact environnemental et social (EIES): examen systématique visant à déterminer les
effets favorables et défavorables susceptibles d’être causés par un projet de développement. Elle
permet d’atténuer, d’éviter, d’éliminer ou de compenses les effets néfastes sur l’environnement.
• La Notice d’Impact environnementale (NIE): rapport établi au sujet des projets ou établissements
/ installations de faible envergure qui ne sont pas assujettis à une étude d’impact environnemental
et social ou à un audit environnemental et social, mais qui pourraient avoir des effets non
négligeables sur l’environnement
3. Arrêté n° 00001/MINEPDED du 08 février 2016 fixant les différentes catégories d’opérations dont la
réalisation est soumise à une évaluation environnementale stratégique ou à une étude d’impact
environnemental.
4. La Loi N°2013/003 du 18 avril 2013 régissant le patrimoine culturel au Cameroun. La construction
des fondations des postes et des pylônes de lignes pourra être source des déco uvertes archéologiques
accidentelles, leur protection devra se faire conformément aux dispositions de cette loi. Un mini plan de
découvertes accidentelles est annexé au présent document de CGES.
5. Loi n°77/11 du 13 juillet 1977 portant réparation et prévention des accidents de travail et maladies
professionnelles
6. Loi n°64/LF-23 du 13 novembre 1964 portant protection de la santé publique
7. Loi n° 76/03 du 04 janvier portant Loi Cadre dans le domaine de la santé

14
8. Arrêté n° 039/MTPS/IMT du 26 novembre 1984 fixant les mesures générales d’hygiène et sécurité
au travail
9. Le décret explique aussi les différentes procédures à suivre pour qu’un projet, initié par un
promoteur, puisse obtenir l’avis favorable de l’administration compétente une attestation de conformité
environnementale. Ces procédures prévoient la participation des bénéficiaires par le biais de
consultations publiques.3
10. Décret n°2012/0882/PM du 27 mars 2012 fixant les modalités d’exercice de certainescompétences
transférées par l’État aux communes en matière d’environnement ; lescommunes seront impliquées dans
le processus de validation des rapports de Notice d’ImpactEnvironnemental (NIE).
11. Arrêté n°00001/MINEP du 03 février 2007 définissant le contenu général des termes deréférence
(TdR) des EIES. Le PADECE devra s’assurer du respect de ce canevas dans les TdRdes EIES à réaliser
dans le cadre du programme ;
12. L’arrêté N° 001/MINEP du 03 avril 2013 portant organisation et fonctionnement des
ComitésDépartementaux de suivi de la mise en œuvre des Plans de Gestion Environnementale
etSociale(PGES).
13. Arrêté n°00004/MINEP du 03 juillet 2007 fixant les conditions d’agrément des bureaux
d’études(BET) à la réalisation des études d‘impact et audits environnementaux. Le PAECE devra veiller
àce que toute EIES ou audit environnemental commanditée soit réalisé par un bureau d’étudesagréé au
MINEPDED ;

A coté de cette importante loi, de nombreux autres textes influencent la mise en œuvre du
projet,notamment :
➢ La Loi n°96/67 du 08 Avril 1996 portant protection du patrimoine routier national, telle quemodifiée par
la Loi n°98 du 14 juillet 1998;
➢ Loi n°409/PJL/AN du 27 novembre 1987 portant sur les déchets toxiques et dangereux ;
➢ Décret n°2012/2809/PM du 26 septembre 2012 fixant les conditions de tri, de collecte, de stockage,
de transport, de récupération, de recyclage, de traitement et d’élimination finale desdéchets ;
➢ Arrêté conjoint n°004/MINEPDED/MINCOMMERCE du 24 octobre 2012 portantrèglementation de la
fabrication, de l’importation et de la commercialisation des emballagesnon biodégradables ;

a) En matière de gestion des déchets, établissements classés dangereux, insalubres et


incommodes
Elle est encadrée par les textes suivants :
➢ Décret n°2012/2809/PM du 26 septembre 2012 fixant les conditions de tri, de collecte, de stockage,
de transport, de récupération, de recyclage, de traitement et d’élimination finale des déchets : les
entreprises en charge de la réalisation des infrastructures doivent veiller au respect des normes
définies dans cette loi, pour l’élimination des déchets produits dans le cadre des travaux ;

3
L’Arrêté n°00001/MINEP du 03 février 2007 définissant le contenu général des termes de référence (TdR) des 15
EIES. L’Arrêté n°00002/MINEPDED du 08 février 2016 définit le canevas type des termes de référence et le
contenu de la Notice d’impact environnemental. Le Décret n°2012/2809/PM du 26 septembre 2012 fixe les
conditions de tri, de collecte, de stockage, de transport, de récupération, de recyclage, de traitement et
d’élimination finale des déchets : les entreprises en charge de la réalisation des infrastructures doivent veiller
au respect des normes définies dans cette loi, pour l’élimination des déchets produits dans le cadre des
travaux.
➢ Arrêté n°002/MINEPDED du 15 octobre 2012 fixant les conditions spécifiques de gestion desdéchets
industriels (toxiques et dangereux) : La gestion des déchets produits dans les chantiersde réalisation
des sous-projets doit être conforme aux conditions et exigences prévues dans cetexte ;
➢ Arrêté conjoint n°004/MINEPDED/MINCOMMERCE du 24 octobre 2012 portant règlementationde la
fabrication, de l’importation et de la commercialisation des emballages nonbiodégradables.
➢ Arrêté n°001/MINEPDED du 15 octobre 2012 fixant les conditions d’obtention d’un permis
environnemental en matière de gestion des déchets ;
➢ Arrêté n°002/MINEPDED du 15 octobre 2012 fixant les conditions spécifiques de gestion des déchets
industriels (toxiques et dangereux) ;

b) Assainissement
Le volet assainissement est traité de manière générale par la loi-cadre de 1996 sur
l’environnement.D’autres textes qui en font référence sont les suivants :
➢ Décret n°2005/3089/PM du 29 août 2005 précisant les règles d'assiette, de recouvrement et contrôle
de la taxe d'assainissement et de redevance de prélèvement des eaux. En son article3, les personnes
physiques ou morales exploitant des installations industrielles oucommerciales polluant ou détériorant
la qualité des ressources sont soumises à la taxed'assainissement sur le déversement des eaux usées
ci-après nommée « taxed'assainissement ». L'article stipule que les taxes sont gérées et recouvertes
par le programmede sécurisation des recettes du ministère en charge de l'Eau ;
➢ Décret n°737/PM du 23 avril 2008 fixant les règles de sécurité, d’hygiène et d’assainissementen
matière de construction.
4.3.2.2. Dans le domaine social
La mise en œuvre du PADECE impose la prise en compte de l’arsenal juridiquenational en matière de
gestion foncière et d’indemnisations, ainsi que de protection sociale etnotamment des peuples
pygmées. Dans cette perspective, en matière foncière, les textes visés sont :
➢ Ordonnance n°74-1 du 06 juillet 1974 fixant le régime foncier ;
➢ Ordonnance n°74-2 du 06 juillet 1974 fixant le régime domanial ;
➢ Loi n°19 du 26 Novembre 1983 modifiant les dispositions de l’article 5 de l’ordonnance n°74-1 du 06
Juillet 1974 fixant le régime foncier ;
➢ Décret n°76/165 du 27 Avril 1976 fixant les conditions d’obtention du titre foncier ;
➢ Décret n°76/166 du 27 Avril 1976 fixant les modalités de gestion du domaine national ;
➢ Décret n°84/311 du 22 Mai 1984 portant modalités d’application de la Loi n°80/22 d u 14Juillet 1980
portant répression des atteintes à la propriété foncière ;
➢ Décret n°74/412 du 24 avril 1974 portant délimitation des périmètres nationauxd’aménagement agro-
pastoraux et définissant le statut desdits terrains.
➢ Loi n°85/009 du 04 Juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique et auxmodalités
d’indemnisation ;
➢ Décret n° 66/385 du 30 Décembre 1966 portant sur la revalorisation des taux de mise à prixdes
terrains domaniaux ;
➢ Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003 fixant les tarifs des indemnités à allouer aupropriétaire
victime de destruction pour cause d’utilité publique de cultures et arbres cultivés ;
➢ Arrêté n°00832/4Y.15.1/MINUH/D000 du 20 novembre 1987 fixant les bases de calcul de lavaleur
vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité publique (taux decalcul par
catégorie de construction) ;

16
➢ Instruction n°000005/I/Y.2.5/MINDAF/D220 du 29 décembre 2005 portant rappel des règlesde base
sur la mise en œuvre du régime de l’expropriation pour cause d’utilité publique

a) En matière de protection sociale


La mise en œuvre du PADECE sera assujettie au respect des lois,décrets et arrêtés ci-après :
➢ La Loi N°2018/010 du 11 juillet 2018 régissant la formation professionnelle au Cameroun
➢ la Loi n° 2010/ 002 du 13 avril 2010 portant protection et promotion des personneshandicapées ;
➢ la Loi n°69/LF/18 du 10 Novembre 1969 instituant le régime d'assurance invalidité et décèspension
tel que modifié par la loi n o 84/007 du 04 Juillet 1984;
➢ la Loi n° 84/007 du 04 Juillet 1984 modifiant la loi no 69/LF/18 du 10 Novembre 1969instituant un
régime d'assurance, pension d'invalidité et de décès;
➢ la Loi n° 92/007 du 14 Août 1992 portant Code du Travail;
➢ le Décret n° 74/733 du 19 Août 1974, fixant les modalités d'application de la loi n° 69/LF/18du 10
Novembre 1969 instituant un régime d'assurance, pension d'invalidité et de décès;
➢ le Décret n° 77/495 du 07 Décembre 1977, fixant les conditions de création et defonctionnement des
établissements privés de protection sociale ;
➢ le Décret n°2009/ 096 du 16 mars 2009 portant organisation et fonctionnement du CentreNational de
réhabilitation des handicapés Cardinal Paul Emile Léger ;
➢ l’Arrêté n° 0001 du 15 Mars 1993 fixant les modalités d’établissement et de délivrance de laCarte
Nationale d’invalidité sur le territoire de la République du Cameroun ;
➢ la lettre circulaire n°003/CAB/PM du 18 avril 2008 relative au respect des règles régissant lapassation,
l’exécution et le contrôle des marchés publics ;
➢ la lettre circulaire n° 86/LC/658/ MINEDUC/CT2 du 13 janvier 1986 ;
➢ la lettre circulaire conjointe n°283/ 07/ LCC/MINESEC/MINAS du 14 avril 2007 relative àl’identification
des enfants handicapés et de ceux nés des parents handicapés indigents inscritsdans les
établissements publics d’enseignement secondaire et à leur participation aux examensofficiels;
➢ la lettre circulaire conjointe n°34/ 06/ LCC/MINESEC/MINAS du 02 août 2006 relative àl’admission
des enfants handicapés et de ceux nés des parents handicapés indigents dans lesétablissements
publics d’enseignement secondaire ;
➢ la lettre circulaire conjointe n°8/ 06/ LCC/MINESUP/MINAS du 8 juillet 2008 relative aurenforcement
de l’amélioration des conditions d’accueil et d’encadrement des étudiantshandicapés et vulnérables
dans les universités d’Etat du Cameroun ;
➢ Le décret n° 68/DF/253 du 10 juillet 1968 fixant les conditions générales d’emploi desdomestiques et
employés de maison ;
➢ Le décret n° 90/524 du 23 mars 1990 portant création d’une commission nationale pour laprotection
de l’enfance en danger moral, délinquante ou abandonnée ;
➢ le décret N°2010/0243/PM du 26 février 2010 fixant les modalités d’exercice des
compétencestransférées par l’Etat aux communes en matière d’attribution des aides et secours
auxindigents et aux nécessiteux ;
➢ le décret N°2015/012/PM du 05 janvier 2015 fixant les modalités d’exercice des
compétencestransférées par l’Etat aux communes en matière de promotion et de réinsertion sociales
;
➢ la Circulaire N°003/CAB/PM du 18 avril 2008 relative au respect des règles régissant lapassation,
l’exécution et le contrôle des marchés publics, qui prescrit à toutes les partiesprenants de veiller à ce
que, pour les projets de construction des bâtiments, des édificespublics des voies de communication
etc. ;
17
➢ la Lettre-Circulaire conjointe MINMAP/MINTP/ MINHDU/MINAS du 16 juillet 2013relative à
l’accessibilité des personnes à mobilité réduite à l’environnement bâti.

b) En matière de décentralisation et de transferts de compétences aux communes


Le décret n°2011/0002/PM du 13 janvier 2011 fixant les modalités d’exercice de certaines compétences
transférées par l’État aux communes en matière de formation professionnelle ; confère aux communes
les compétences en matière participation à la mise en place, à l’entretien et à l’administration des Centres
de Formation Professionnelle (CFP). Au sens de ce décret, le CFP s’entend de la Section Artisanale
Rurale et Section Ménagère (SAR/SM) ou des Centres de Publics de Formation Rapide (CFPR). Les
communes participent à la mise en place, à l’entretien et à l’administration de ces centres à travers les
activités ci-après : (i) la construction et la gestion des infrastructures abritant les Centres de Formation
Professionnelle, notamment les ateliers, les salles de classe, les blocs administratifs, les aires de jeux,
ainsi que les latrines, puits et forages rattachés à ces infrastructures ; (ii) la réalisation des jardins et
cantines au sein desdits Centres ; (iii) la fourniture d’équipements constitués du mobilier, du matériel et
des matières d’œuvre nécessaires à la formation ; (iv) l’entretien et la maintenance de l’ensemble des
équipements de formation desdits Centres ; (v) la prise de toutes les mesures nécessaires pour assurer
l’hygiène et la salubrité dans l’enceinte et aux environs desdits Centres

4.2. CADRE INSTITUTIONNELDU MIS EN ŒUVRE DU CGES

4.2.1. Cadre institutionnel de la gestion environnementale et sociale Formatted: Font: Bold

➢ Le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable Formatted: French (France)

(MINEPDED) est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement


en matière d’environnement et de protection de la nature dans une perspective de développement
durable. Entre autres choses, il est chargé de : la définition des modalités et des principes de gestion
rationnelle et durable des ressources naturelles; la définition des mesures de gestion
environnementales en liaison avec les Ministères et organismes spécialisés concernés ; le suivi de la
conformité environnementale dans la mise en œuvre des grands projets ; de l’information du public
en vue de susciter sa participation à la gestion, à la protection et à la restauration de l’environnement
et de la nature.

➢ Le Ministère des Affaires Sociales (MINAS) : est chargé de l’élaboration et de la mise enœuvre de
la politique du Gouvernement en matière de prévention, d’assistance et de protectiondes personnes
socialement vulnérables. A cet effet, il s’occupe entre autres de la lutte contre le traficdes personnes
notamment des enfants mineurs, de la protection des personnes victimes d’abusphysiques, du suivi
des procédures de protection de l’enfance en difficulté, du suivi de laprotection des personnes victimes
de trafics humains, du suivi des personnes âgées et despersonnes handicapées, de la facilitation de
la réinsertion sociale, de la solidarité nationale. Ilest également chargé de la lutte contre les exclusions
sociales, en particulier des populationsautochtones vulnérables.

➢ le Ministère du Travail et de la sécurité Sociale(MINTSS): est responsable de l’élaboration et de la


mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans les domaines des relations professionnelles,
du statut des travailleurs et de sécurité sociale. A ce titre, il est chargé entre autre du contrôle de
l’application du code du travail et des conventions internationales ratifiées par le Cameroun, ayant trait
au travail.

18
4.2.2. LES INSTITUTIONS DU SECTEUR DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Formatted: Font: Bold
La mise en œuvre efficace des responsabilités légales et administratives du MINEPDED dans le cadre Formatted: French (France)
du présent CGES exigedes apports des départements ministériels des systèmesd’éducation et de
formation au Cameroun principaux bénéficiaires du projet. Il s’agit des départements ministériels ci-
après :le Ministère des Enseignements Secondaire(MINESEC) qui a sous sa tutelle les Lycées etCollèges
d’enseignement général et technique, les Ecoles Normales d’Instituteurs d’EnseignementGénéral et
d’Enseignement Technique (ENIET, ENIEG), le Ministère de l’Enseignement Supérieur(MINESUP) qui
est chargé des Ecoles Normales Supérieur (ENS) et de l’Enseignement Technique(ENSET), des
Facultés, des Instituts d’enseignement supérieur préparant aux BTS, Licences, DUT, etc. Il s’agit surtout
du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle qui a sous sa tutelle les centres de formation
professionnel.
En effet, quoique organisée par plusieurs autres départements ministériels (Poste, Agriculture, Forces
armées,Jeunesse, etc.), l’emploi et de la formation professionnelle sont du ressort du MINEFOP qui est
chargé de l’élaborationet de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière, d’emploi, de
formation etd’insertion professionnelle.Il a été créé par décret N°2004/320 du 08 décembre 2004 portant
organisation du Gouvernement. La stratégie du secteur éducatif lui a assigné l'exaltante tâche d'accueillir
50% des sortants du système éducatif formel et leur offrir une formation professionnelle inclusive centrée
sur les métiers. Il est la tutelle du PADECE.
4.2.3. Les autres Ministères sectoriels
La mise en œuvre efficace des activités du CGES pourraient nécessiter les compétences etapports des
autres départements ministériels ci-après :
➢ Le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) qui élabore etmet en
œuvre les mesures relatives au respect des droits des femmes et de la famille dans lasociété. Il
travaille à la disparition de toute discrimination à l’égard de la femme et pourl’accroissement des
garanties d’égalité en sa faveur dans tous les domaines. Le PADECE veilleraà la prise en compte
des compétences transférées par ce département ministériel dans leprocessus d’élaboration du
PCD, et à la sensibilisation des maires pour le choix desmicroprojets prioritaires à financer dans ce
domaine.
➢ le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural(MINADER) pour lesquestions de formation en
rapport avec la transformation des produits agricoles,
➢ le Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA), pour les questions de
formation en rapport avec la transformation des produits les de l’élevage et des halieutiques,
➢ le Ministèrede l’Eau et de l’Energie (MINEE) pour les questions d’eau et d’énergie;
➢ le ministère des Postes et Télécommunication (MINPOSTEL) pour les question en rapport aven le
numérique
➢ le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique qui encadre les jeunes; (x)
➢ leMinistère des Petites, des Moyennes Entreprises et de l’Economie Sociale ;
➢ le Ministère desMines, de l’Industrie et du Développement Technologique,
➢ le Ministère de la Communication pourson appui dans le développement des plans de communications
communales, ainsi que du volet« radios communautaires ;

4.2.4. SOCIÉTÉ CIVILE


La société civile regorge de nombreuses organisations dénommées Organisations
NonGouvernementales, dont les domaines d’intervention intègrent l’accompagnement et la formation

19
destiers, et des entreprises dans des domaines variés. Le PADECE pourrait s’appuyer surcertaines de
ces structures pour la mise en œuvre de certaines de ses activités.
4.2.5. Autres partenaires nationaux ou internationaux
Des plateformes de collaboration ont été conclues avec le milieu socioprofessionnel dans l'optique
d'assurer la formation par alternance, organiser la formation par la voie de l'apprentissage et de faciliter
l'insertion des apprenants. Des conventions et protocole ont été signés avec, entre autres, la CRTV à
travers son centre de formation professionnelle de l'audiovisuel ; le Groupement Inter patronal du
Cameroun (GICAM) ; la Chambre de Commerce, d'Industrie, des Mines et de l'Artisanat ; le Syndicat
Professionnel de l'Industrie Hôtelière et du Tourisme ; l'Institut Africain d'Informatique, représentation du
Cameroun ; la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale ; le Matériel du Génie Civil (MATGENIE). L'extrant
recherché est de donner une qualification de pointe à la main d'œuvre Camerounaise de sorte quelle
réponde aux standards internationaux.
4.3. REVUE DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET
SOCIALE DE LA BANQUEMONDIALE

Les directives et politiques opérationnelles de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque


mondiale permettent l’intégration des considérations environnementales et sociales dans l’élaboration, la
planification et l’exécution des projets de développement. Ces politiques sont conçues pour : (i) protéger
l'environnement et la société contre les effets négatifs potentiels des projets, plans, programmes et
politiques; (ii) réduire et gérer les risques liés à la mise en œuvre des activités du projet; et (iii) aider à
une meilleure prise de décisions pour garantir la durabilité des activités. Les politiques de sauvegardes
environnementale et sociale de la Banque servent d'orientation à la Banque Mondiale pour le processus,
la portée et l'étendue de l'évaluation environnementale et sociale requise dans le cadre de l'évaluation
des projets.

Tout Projet fait l’objet d’un examen environnemental et social préalable basé sur le type, l’emplacement,
le degré de sensibilité, l’échelle, la nature et l’ampleur de ses incidences environnementales et sociales
potentielles, qui le classe dans l’une des catégories suivantes :
• Catégorie A : Projet qui risque d’avoir sur l’environnement des incidences très négatives,
névralgiques, diverses ou sans précédent. 4
• Catégorie B : Projet dont les effets négatifs qu’il est susceptible d’avoir sur la population ou des
zones importantes du point de vue de l’environnement (terres, forêts, et autres habitats naturels,
etc.) sont modérées. Le PADECEest classé « catégorie B ».
• Catégorie C : Projet dont la probabilité de ses impacts négatifs sur l’environnement est jugée minime
ou nulle.
Parmi toutes les politiques de sauvegardes environnementale et sociale de la Banque mondiale, trois
politiques opérationnelles(PO) sont déclenchées dans le cadre duPADECE, à savoir:

➔ La PO 4.01 Evaluation environnementale, qui couvre les impacts sur l’environnement (air, eau et
terre), la santé humaine et la sécurité, les ressources culturelles physiques ainsi que les problèmes
transfrontaliers et environnementaux mondiaux. La PO 4.01 est déclenchée parce que le Projet est
susceptible d’avoir des risques et impacts environnementaux sur sa zone d’influence.Cette politique

4
Ce type de projet doit faire l’objet d’une étude d’impact environnemental et social détaillée qui consiste à 20
examiner les incidences environnementales et sociales négatives et positives, à les comparer aux effets
d’autres options incluant l’option « sans projet » et à proposer un plan de gestion environnementale et sociale.
exige que les conséquences environnementales et sociales soient identifiées très tôt dans le cycle du
projet et prises en compte dans la sélection, l’emplacement, la planification, et la conception du projet
afin de minimiser, prévenir, réduire ou compenser les impacts négatifs environnementaux et sociaux
et par là maximiser les impacts positifs, et inclure le processus de mitigation et de la gestion des
impacts environnementaux et sociaux pendant le cycle du projet.

➔ Politique de Sauvegarde 4.10 Populations autochtones : L’objectif de cette politique est de : (i) faire
en sorte que le processus de développement encourage leplein respect de la dignité, des droits de
l’homme et de la spécificité culturelle des peuples indigènes ;(ii) faire en sorte que ceux-ci ne souffrent
pas des effets préjudiciables au cours du processus dedéveloppement, ou, quand c’est n’est pas
possible, de faire en sorte que ces impacts soient minimisés,atténués ou indemnisés ; et (iii) faire en
sorte que les peuples indigènes reçoivent des bénéficessociaux et économiques qui soient appropriés
sur le plan culturel, du gène, et intergénérationnel. Le PADECE pourrait intervenir dans les zones
abritant lespeuples indigènes notamment les peuples pygmées. Ainsi, un Plan d’Action des Peuples
Autochtones PAPP a été préparé en document séparé, pour couvrir l’ensemble des communes du
Cameroun abritant les peuples pygmées du pays.

Aucune autre politique opérationnelle de la Banque mondiale ne sera déclenchée dans le cadre
duPADECE.On rappelle qu’il s’agit des politiques suivantes : la Politique de Sauvegarde 4.12,
Réinstallation Involontaire des populations dont l’objectif est d’éviter ou de minimiser la réinsertion
involontaire là ou cela est faisable,en explorant toutes les autres voies alternatives de projets viables ;la
PO 4.04 Habitats naturels, quin’autorise pas le financement de projets dégradant ou convertissant des
habitats naturels critiques ; La PO 4.11 Ressources culturelles physiques qui donne des directives sur le
patrimoine culturel en vue d’éviter ou d’atténuer les impacts défavorables des projets de
développement,dans tous les cas, des dispositions seront prises pour protéger les sites culturels
(patrimoine national et mondial) et même protéger les éventuelles découvertes archéologiques,la PO
4.09, Gestion des pesticides ; la PO 4.36: Forêts ; la PO 4.37 Sécurité des barrages; la PO 7.50 Voies
d’eaux internationales; et la PO 7.60, Zones disputées
Par contre, dans le cadre duPADECEseront aussi utilisées :
➔ Les Directives environnementales, sanitaires et sécuritaires Générales et les Directives
environnementales, sanitaires et sécuritaires (dites Directive EHS)du Groupe de la Banque
mondiale.
➔ La Procédure d’Accès à l’Information (Access to Information Policy) de 2010 pour une large
diffusion de toute l’information concernant la nature et les objectifs d’un projet.

4.3.1. Lien avec cadre de planification en faveur des populations autochtones (CPPA)
Le PADCE pourrait être mis en œuvre dans certaines CFTP situées dans les zones où vivent
lespopulations autochtones notamment dans les régions de l’Est, du Sud et du Centre où vivent
lespopulations pygmées Baka, Bakola, Bagyéli et Bedzang. Cette situation fait
automatiquementdéclencher la politique opérationnelle 4.10 sur les populations autochtones. À cet effet,
afin que le PADECE se conforme à cette politique, il est élaboré concomitamment au présent CGES, un
Cadrede Planification des Peuples Autochtones (CPPA).
Le CPPA vise à assurer la prise en compte des populations autochtones pygmées et des
populationsmarginales Mbororos dans la mise en œuvre du projet. Il vise à promouvoir un
développementdurable, qui respecte pleinement la dignité, les droits humains, les systèmes économiques

21
et lescultures des populations autochtones, de façon qu’elles bénéficient des avantages sociaux
etéconomiques compatibles avec leur cadre culturel, et qu’elles ne souffrent pas d’effets néfastes aucours
du processus de développement.

4.3.2. Cohérence du cadre réglementaire de l’environnement avec le système


Les points de convergence entre la législation nationale en matière de gestion socio-environnementale
et les politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale sont les suivants :
- l’existence d’une Loi-Cadre (Loi-cadre de 1996) et d’un Plan national de gestion del’environnement
(PNGE) ;
- l’existence d’un cadre législatif et réglementaire national en matière de réinstallation despersonnes
déplacées ;
- la prise en compte de la protection des peuples autochtones et des femmes ;
- l’obligation pour le promoteur de réaliser une étude ou d’une notice d’impactenvironnemental et
social (EIES ou NIES) pour les aménagements, les ouvrages ou installations qui risquent en raison
de leurs dimensions, de la nature des activités qui y sontexercées ou de leur incidence sur le milieu
naturel, de porter atteinte à l’environnement ;
- l’indication des principaux aspects environnementaux et sociaux que doit comprendre uneEIES et
une NIES ;
- l’existence d’une liste des différentes catégories d’opérations ou ouvrages soumis à laprocédure
d’étude d’impact ;
- l’existence des procédures administratives de réalisation d’une EIES et de NIES.

4.4. DIFFERENCES ENTRE LE CADRE JURIDIQUE NATIONAL ET LES


POLITIQUES DESAUVEGARDE OP 4.01 ET OP 4.10 DE LA BANQUE
Les différences qui existent entre le système national (législation environnementale et sociale)avec les
politiques de sauvegarde de la Banque applicables au projet sont récapitulées dans letableau synthèse
ci-après.

22
En conclusion, après le passage en revue de l’ensemble des politiques de sauvegarde de la Banque, il
apparaît que (02) sont déclenchées notamment la PO 4.01 sur l’évaluation environnementale, la PO 4.10
sur les peuples autochtones, Des mesures appropriées ont été prises pour chacune des politiques
déclenchées, qui sont reflétées dans le présentCGES ou dans des documents annexes. Elles ont donné lieu
à la production de 02 documents distinctsà savoir : (i) le Cadre de gestion Environnementale et Sociale
(CGES) et (ii) lePlan de Développement des Peuples Pygmées, qui vont globalement orienter la prise en
compte desaspects socio-environnementaux dans le cadre de la mise en œuvre du Programme. Finalement,
onpeut conclure que le PADECE est en conformité avec les Politiques de Sauvegarde, à condition que
lesprescriptions des documents suscités et celles du présent document soientrigoureusement mises
enœuvre.

25
5. RESUME DES CONSULTATIONS PUBLIQUES DU CGES
Les bonnes en matière d’élaboration et de mise en œuvre des projets suggèrent la consultation des parties
prenantes tant lors de la phase de formulation que lors des phases de mise en œuvre et de suivi. Elle crée
les conditions de la participation de l’ensemble des parties prenantes au projet, gage de leur implication et
leur participation à la pérennisation des acquis du projet. Les consultations publiques organisées dans le
cadre du CGES s’inscrit dans cette logique et font parties du mécanisme global de participation mis en place
du le cadre du PADECE.

Au plan national, la participation du public est encadré par la Loi N° 96/12 du 5 août 1996 portantloi-cadre
relative à la gestion de l’environnement qui, en son article 72, stipule que : « laparticipation des populations
à la gestion de l’environnement doit être encouragée, notamment àtravers : (i) le libre accès à l’information
environnementale, sous réserve des impératifs de ladéfense nationale et de la sécurité de l’État ; (ii) des
mécanismes consultatifs permettant derecueillir l’opinion et l’apport des populations ; (iv) la représentation
des populations au sein desorganes consultatifs en matière d’environnement ; (v) la production de
l’informationenvironnementale ; (vi) la sensibilisation, la formation, la recherche, l’éducation
environnementale.

5.1. DEROULEMENT DE CONSULTATION DES PARTIES PRENANTES


Dans le cadre de l’élaboration du présent CGES, des missions de terrains ont été organisées du 08 au 12,
dans la ville de Yaoundé et dans les arrondissements d’Obala et de Batchenga, département de la Lékié. Il
a été question pour l’équipe du consultant lors de ces descentes d’organiser des rencontresavec l’ensemble
d’acteur du secteur de la formation professionnelle (les responsables administratifs et les enseignants), les
populations riveraines de certains sites potentiels de mise en œuvre du projet des jeunes chercheurs
d’emploi.

Le processus a commencépar l’identification les parties prenantes à rencontrer. A cet effet, le Point Focal au
niveau du MINEFOP du PADECE et les responsables des mairies ont été d’un appui important , car ils nous
ont fourni les contacts d’un certain nombre d’acteurs de premier plan dans les quatre secteurs concernés
par le projet (BTP, Agro-industrie, Energie et numérique). Le point focal PADECE également a anvoyé une Formatted: French (France)

lettre d’introduction auprès de ces acteurs (voir annexe 2). En suite les rencontr es proprement dites ont été
organisées.

Les acteurs du secteur de la formation professionnelle ont été rencontrés tant au niveau stratégique
(administration centrale) qu’au niveau des opérationnel (collectivités territoriales
décentralisées,responsables d’établissements et centres de formations). Au total l’équipe du consultant a
rencontré (02) responsables administratifs, 02 responsables communaux, 05 enseignants, 10 jeunes
chercheurs d’emplois (avec et sans qualification), les populations autours de deux sites.Ces rencontres ont
été articulées autour de deux points : la présentation du projet et de ses impacts potentiels ; le consultant
s’est pour cela appuyé sur une note de synthèse du projet préparé à cet effet et dont une copie était remise
aux acteurs consultés, et recueil des avis des acteurs sur l’état des lieux des sites potentiels de mise en
œuvre du projet et les enjeux environnementaux en rapport avec les activités du projet.

26
5.2. SYNTHESE DES RESULTATS DES CONSULTATIONS PUBLIQUES
Avis sur le projet : De manière générale, l’ensemble des parties prenantes rencontrées portent des
appréciations très positives sur projet qui arrivent véritablement à point nommé et constituera selon certains
un début de solution aux nombreux problèmes que connaissent le secteur.

Impacts et enjeux sociaux : Les parties prenantes rencontrées pensent que le projet pourraitgénérer de
nombreux impacts notamment sociaux tels :

- l’amélioration de la qualité de la formation marquée par une amélioration du suivi du cadre de et des
équipements, générée par l’augmentation du nombre d’enseignants, l’amélioration de leur
compétences et une motivation plus accrue de cesderniers ;
- l’amélioration des profils et des compétences des apprenants ;
- la création de nouvelles opportunités d’emploi ;

Problèmes relatifs au secteur de la formation professionnelle au Cameroun : Les acteurs rencontrés


pensent tous que malgré tous les efforts déployés, l'offre de formation professionnelle reste e ncore
insuffisante, tant sur le plan qualitatif que quantitatif.

- Dans les SAR/SM les infrastructures et équipements sont dans un état de délabrement très avancés.
Il en résulte que la plupart de ces établissements sont boudés par les apprenants, ce qui ju stifie les
effectifs dérisoires. Pour les quelques apprenants en place, les matières d’œuvre sont quasi
inexistantes ce qui fait que les apprenants qui en sortent ont peu de connaissances pratiques.
- Les structures privées sont plus nanties en termes d’équipements et accueillent logiquement plus
d’apprenants que les structures étatiques mais il s’y pose surtout le problème de la qualité des
formateurs.
- Cherté des conditions d’accès dans les Centres de Formation Professionnelle d’Excellence

Risques liés au projet : Les acteurs rencontrés ont fait état des points suivants :

- La faible représentativité des sites bénéficiaires : en effet, dans la mesure où le projet ne financera
pas les infrastructures, la tendance sera forte que les sites choisis soient les sites nantis au détriment
des autres
- l’absence de transparence dans les processus de choix des sous projets et des sites, de même que
des enseignants bénéficiaires des formations des formateurs ;
- la non prise en compte des avis des parties prenantes ;
- la mauvaise répartition des enseignants recrutés dans les localités cibles du projet ; leszones
urbaines les plus prisées ;
- le détournement des équipements et appuis du projet ;
- la non prise en compte des enseignants particulièrement ceux des zones rurales quiconnaissent une
réelle marginalisation.

Attentes liées au projet : Au regard des enjeux et de l’importance du projet, de nombreuses attentesont été
émises par les parties prenantes rencontrées :

27
- financement des infrastructures et équipements par des ressources additionnelles déployées par l’Etat,
- le recrutement des enseignants handicapés dans le projet ;
- le recrutement des enseignants disposant de connaissance dans le langage des signes ;
- la prise en compte des enfants aveugles et sourds-muets dans le projet notamment surl’accessibilité
aux manuels scolaires ;
- la promotion de la formation inclusive ;
- la promotion du recrutement équitable et affecter les enseignants où le besoin se faitréellement sentir
;
- la lutte active et effective contre la corruption au sein des différentes administrations encharge de la
formation ;
- La construction des logements d’astreinte pour les enseignants principalement ceux deszones
rurales ;
- le suivi et l’évaluation des enseignants par une structure privée ;
- la rémunération des enseignants en fonction des présences effectives dans les salles declasse ;
- la réalisation d’une enquête de moralité avant les recrutements ;
- l’évaluation de la formation des enseignants ;
- - la construction des points d’eau et des sanitaires dans les différentes écoles ;
- la répartition des enseignants sur l’ensemble des localités d’intervention du projet en tenantcompte
des besoins réels de chaque localité ;

28
6. PLAN CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DU PROJET
6.1. TYPOLOGIE DES ACTIVITES DU PROJET
La typologie des activités qui vont concourir à la mise en œuvre du projet diffère en fonction des résultats
attenduset des fenêtres de la composante 1 (qui est la composante technique) du projet tels que présenté
dans la matrice des résultats.
Tableau 2: Typologie des activités en fonction des résultats attendus et des fenêtres du projet

Composante Pilier Résultats attendus Type d’activité à réaliser


Résultat 1 : élaboration de référentiels Atelier et séminaires de
deformation (DLI1) réflexion et d’échange
Pilier 1 : améliorer Résultat 2 : formation des formateurs, Atelier de formation
la qualité et la des enseignants, des inspecteurs et
pertinence de la des directeurs des établissements de
formation formation sur les nouveaux référentiels
en lien avec le monde professionnel
(DLI2)
- Réhabilitations mineures
Pilier 2 : Améliorer Fenêtre 1 formations diplômantes et d’infrastructures
l'accès équitable à qualifiantes au sein des structures de - Construction d’équipements
la formation en formation publiques ou privées d’approvisionnement
mettant l'accent (énergie)
Composante 1 : sur les secteurs Fenêtre 2 : appui à la formation - Fournitures d’équipement
appui au secteur économiques continue dans les entreprises nécessaire au
du porteur à travers le fonctionnement du centre de
développement Fond Compétitif de formation et à l’organisation
des Fenêtre 3 : apprentissage et appui au
Développement des enseignements
compétences développement des compétences du
des Compétences - Organisation des
secteur informel
(FCDC) enseignements et tenue des
travaux pratique
Résultat 1 : définition de la stratégie Atelier et séminaires de
nationale de développement des réflexion et d’échange
compétences et son plan d’action
budgétisé et mise en place d’une
Pilier 3 : renforcer
plateforme d’information sur les
la gouvernance et
formations disponibles et leurs
la gestion du
résultats(DLI3)
secteur
Résultat 2 : un dispositif de suivi des
sortants des systèmes de formation
technique et professionnelle est
opérationnel (DLI 4)

29
6.2. IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET
SOCIAUX ET LEURS MESURES DE GESTION
Les composantes du milieu biophysique susceptibles d’être affectées par la mise en œuvre des sous-projets
sont l’air, le sol, les eaux de surface et souterraines, le paysage, l’environnement acoustiqu e, la végétation,
la faune, les produits forestiers non ligneux tandis que les composantes du milieu humain, socio -économique
et culturel concernés seront le foncier, les activités socio-économiques (agriculture, élevage, artisanat, etc.),
le genre, le patrimoine culturel et archéologique, l’emploi et les revenus, les IST/SIDA.
Le projet n’envisage une construction nouvelle d’infrastructures.Les activités du projet nécessitant des
interventions sur le terrain sont prévues se limiter à quelques réhabilitations mineures, la construction
d’équipements d’approvisionnement en énergie électrique. Il convient néanmoins de signaler quele
diagnostic du secteur de la formation professionnelle révèle que l’une des contraintes majeures tant dans le
dans public que dans le privé est l’état de délabrement très avancé des infrastructures. C’est particulièrement
le cas des SAR/SM construites pour la quasi-totalité avant les années 1970. Si la question des infrastructures
ne se pose pas avec la même acuité pour ce qui l’enseignement technique, il faut noter que cet ordre
d’enseignement souffre au même titre que la formation professionnelle d’un déficit criard d’équipements et
surtout de la désuétude des équipements existant particulièrement caractérisés par l’util isation de
technologies depuis très longtemps dépassées et donc inapte à produire les compétences nécessaires pour
faire face à la concurrence internationale sur le marché de l’emploi. Dans ces conditions on comprend mal
comment les activités du projet pourront sortir du cadre des quelques centres et établissements ayant des
infrastructures adaptées et se déployer sur l’ensemble du territoire national afin de garantir aux camerounais
où qu’ils se trouvent un accès équitable aux enseignements et formations qui seront dispensées dans le
cadre du projet ; de la même façon qu’on comprend mal comment les structures bénéficiaires publiques
comme privés, ne seront pas tenté de rechercher des ressources alternatives pour mettre à niveau leurs
infrastructures (ateliers, laboratoires, aires de stockages des produits dangereux, …) et équipements
notamment (approvisionnement en eau potable ...). Ceci conduit à dire que même de manière indirecte, le
projet pourrait susciter la construction d’infrastructures et donc pourrait gégèner de manière indirecte des
impacts liés à la construction d’infrastructures.
Il n’est donc pas possible au stade actuel de formulation du PADECE, d’identifier et d’évaluer de manière
exhaustive tous les impacts environnementaux et sociaux tant positifs que négatifs susceptibles d’être
générés par les activités du Projet.Les évaluations environnementales et sociales futures devront rentrer
dans les détails de ces impacts.

6.2.1. Check-list globale des impacts sociaux et environnementaux positifs du projet


a) Check-list des impacts sociaux positifs potentiels
‐ Le renforcement de la prise en compte des aspects sociauxdans le secteur de la formation technique et
professionnelle, notamment à travers la prise en compte dans les activités du projet des couches sociales
les plus défavorisées (femmes, populations autochtone, personnes vivant avec un handica p, jeunes).
‐ L’amélioration de la gouvernance dans le secteur de la formation technique et professionnelle,
‐ Renforcement des capacités des enseignants du secteur de la formation technique et professionnelle
notamment ceux des secteurs BTP – Agro-industrie – Numérique – Energie ;

30
‐ Le renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure compétitivité face à la concurrence
étrangère dans des secteurs concernés et même des corps de métiers connexes.
‐ Le renforcement des capacités des acteurs sur les mesures de santé et de sécurité au travail,
‐ La facilitation de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes dans le monde de l’emploi grâce aux
nouvelles compétences reçues et aux contacts avec les entreprises des secteurs concernés . Cette action
aura pour effet à long terme la création d’emplois pour les jeunes.
‐ L’amélioration des revenus des populations riveraines du site des centres bénéficiaires. En effet, l ’afflux
de jeunes et d’enseignants vers les sites bénéficiaires du PADECE engendrera la prolifération d’activités
connexes au niveau des populations notamment le développement de l’agriculture périurbaine, du petit
commerce, de la restauration, etc. Ces activités connexes permettront du fait de la disponibilité de
quelques excédents dans les budgets familiaux, la satisfaction de cer tains droits sociaux fondamentaux
tels que les droits à l’alimentation, le droit au développement, le droit à l’habillement, le droit à l’assistance
des personnes âgées… En outre, la scolarisation et l’accès aux soins de santé appropriés pourraient être
améliorés pour les populations riveraines.
‐ La création de nouvelles opportunités pour les entreprises nationales qui susceptibles d’être
contractualisées comme fournisseurs/prestataires des services dans le cadre de la mise en œuvre du
projet.

Ces impacts positifs devront être bonifiés par :


• L’Intégration de l’approche genre : le Projet prendra en compte les aspects genre liés à ses activités.
Une attention particulière devra notamment être portée sur l’accès des femmes aux centres de
formations qui seront soutenus par le Projet.
• La prise en compte des handicaps : les appuis fournis par le Projet doivent prendre en compte les
différents aspects liés aux personnes vivant avec des handicaps. Le Projet devra faciliter l’accès des
personnes vivant avec des handicaps (déficients visuels, sourds-muets, handicapés physiques) aux
activités et produits du Projet
b) Check-list des impacts environnementaux positifs potentiels
Le renforcement de la conscientisation environnementale et des capacités des entreprises contractualisées
comme fournisseurs/prestataires des services dans le cadre de la mise en œuvre du proje t en matière

6.2.2. Check-list des impacts sociaux négatifs potentielsglobaux et mesures d’atténuation


Le tableau n°4 : dresse la check-list des impacts sociaux négatifs potentiels d’ordre général pouvant être
générés par la mise en œuvre du PADECE et des mesures visant à les atténuer. Parmi les impacts sociaux
ci-après, un certain nombre d’entre eux ont certainement cours dans les zones qui seront concernées, seuls
ceux-ci-après sont susceptibles d’être spécifiquement générés par le Projet : dégradation du patrimoine
culturel et archéologique, destruction et/ou déplacement de monuments historiques, conflits liés aux
restrictions d’accès aux ressources naturelles, conflits de leadership entre les PME, conflits entre les
populations et le Projet, accidents au travail, recrudescence des maladies pulmonaires des ouvriers et
employés, abandon de certains secteurs d’activités traditionnelles du milieu, renchérissement du prix de
vente des produits agropastoraux.

31
Tableau 3: Risques environnementaux et mesures d’atténuation
Catégorie Risque Niveau de Mesure d’atténuation
risque (*)
1. Appels d’offres Négligence des aspects Faible à Préparation de Termes de référence adéquats, qui seront validés par la SDEE et approuvé par
(phase préparatoire) environnementaux modéré la BM
2. Au sujet des Insécurité des travailleurs, des Modéré • Préparation de cahiers de charge détaillés de la part des entreprises de travaux
démolitions ou riverains et des usagers • Pendant les activités de démolition d’intérieur, des dispositifs de collecte de
extensions • débris doivent être maintenus dans une zone contrôlée. De l’eau doit être pulvérisée afin de
Non respect des règles dans réduire la poussière des débris.
l’utilisation de gros engins • Éliminer la poussière pendant les activités de forage pneumatique et de
pour la démolition de • destruction des murs moyennant vaporisation continue d’eau et/ou
bâtiments • installation d’écrans anti-poussière sur le site
• Maintenir le milieu environnant (trottoirs, routes) libre de débris, afin de
• minimiser la quantité de poussière
• Aucun feu à l’air libre de matériaux de construction/déchets ne sera effectué sur le site.
3. Sols Risque de pollution ou érosion Faible Conduite d’études géotechniques préalables éventuelles.
accidentelle des sols (au Mesures anti-érosion
niveau du site et du voisinage)
4. Eaux Pollution éventuelle des eaux Faible à • Utilisation de petits ouvrages permettant l’écoulement de l’eau des pluies
souterraines et contamination modéré • Gestion des eaux usées : évacuation des eaux usées sanitaires (ou fosse étanches couvertes
des nappes phréatiques du fait et clôturée)
dudéversement accidentel de • Contrôle de la qualité de l’eau potable
produits nocifs (hydrocarbures, • Mise en place des mesures appropriées de contrôle de l’érosion et des sédiments, comme des
d’huiles lubrifiantes, peinture, balles de foin et/ou des barrières de limons afin de prévenir le déplacement des sédiments du
…) site et la génération d’une turbidité excessive dans les cours d’eau et rivières avoisinantes.
5. Déchets Dégradation des composantes Faible à • Stockage adéquat des produits et des déchets (remise étanche) ;
de l’environnement par les modéré • Evacuation des déchets vers les décharges publiques autorisées.
déchets des chantiers • Règle d’hygiène des chantiers
(pendant les travaux) • Interdiction de déchets en plein air
Déchets des travaux pratiques • Les voies d’acheminement et les sites pour la collecte et l’élimination des déchets seront
(après les travaux) identifiées pour les principaux types de déchetshabituellement générés par les activités de
démolition et de construction.

30
• Les déchets minéraux de construction et de démolition seront séparés des déchets généraux,
des déchets organiques, liquides et chimiques moyennant un tri effectué sur le site et seront
placés dans des conteneurs appropriés.
• Les déchets de construction seront recueillis et éliminés de manièreappropriée para des
ramasseurs agréés
• Des registres d’élimination des déchets seront maintenus comme justificatifs pour la gestion
appropriée prévue.
• Les cas échéant, le contractant réutilisera et recyclera les matériauxappropriés et viables (à
l’exception de l’amiante)
• Toutes ces dispositions devront être rapportées dans le PGES-C de l’entrepreneur.
6. Déchets toxiques Risques de contamination des Faible • L’entreposage temporaire sur le site de toutes substances dangereuses ou toxiques sera
dangereux (y compris composantes de effectué dans des conteneurs sûrs indiquant les données de composition, les propriétés et les
de déchets l’environnement par des informations de manipulation desdites substances
médicaux) déchets toxiques dangereux • Les conteneurs de substances dangereuses doivent être placés dans un conteneur étanche aux
fuites afin de prévenir tout écoulement et toute fuite
• Les déchets sont transportés par des transporteurs spécialement agréés et sont éliminés sur un
site habilité à cet effet.
• Les peintures contenant des ingrédients ou des solvants toxiques ou les peintures à base de
plomb ne seront pas utilisées
• Des installations de stockage appropriées pour les déchets médicaux sont en place; et
• Si l'activité comprend un traitement en établissement, des options d'élimination appropriées
doivent être mises en place
7. Qualité de l’air • Impact potentiel négatif Modéré • Système de contrôle de la pollution atmosphérique (respect des normes de rejet des gaz
d’engins lourds dans les d’échappement des engins de chantier (phase travaux).
chantiers et de véhicules • Arrosage des chantiers ;
• Émissions de poussières et • Enlèvement systématique des remblais inutilisés.
de gaz d’échappements du
matériel roulant.
8. Pollution • Les chantiers pourraient Faible à • Adoption de normes strictes de sécurité dans les zones proches des chantiers.
atmosphérique contribuer à augmenter la modéré • Utilisation de techniques pour atténuer ce risque dans les chantiers
pollution atmosphérique et la • Organisation de campagnes de sensibilisation et d’information du public
génération de poussières. • Arrosage des chantiers
• Augmentation de la pollution
et stockage inapproprié de

31
matériaux et déplacement et
utilisation des matériaux
9. Pollution sonore Augmentation des nuisances Faible à • Mise en place de mesures de contrôle régulier de l’intensité des pollutions sonores
sonores et des vibrations modéré • Mesures acoustiques par sonomètre selon laNT 48.04 (ISO.1996/1) en cas de plainte ou
(matériel roulant, marteaux deperception de dépassement par les contrôleurs
piqueurs, compresseurs d’air) • Respect des horaires de travail sur les chantiers
• Le bruit des activités de construction sera restreint à l’horaire convenu dans le permis
• Pendant leur fonctionnement, les couvercles des moteurs des générateurs,des compresseurs
d’air et d’autres équipements mécaniques devront êtrefermés, et les équipements seront placés
aussi loin que possible des zonesrésidentielles.
10. Emission de Risques de pollution par les Faible à Entretien et maintenance des engins et véhicules
GES gaz d’échappement des modéré
engins et véhicules
11. Sécurité des • Risques d’accidents dans les Faible • Etablissement de règles de sécurité dans les chantiers et application des consignes et règles
travailleurs, des chantiers d’hygiène
riverains et • Risques de chutes de • Gestion du personnel
desusagers travailleurs des échafaudages • Porte de casques par les travailleurs
(le plus commun des • Panneaux de signalisation d’endroits à risque,
accidents)
12. Sécurité des Risque d’incendies et Faible à Obtention d’une attestation de prévention de la part de la Protection civile (sécurité des
bâtiments explosions modéré bâtiments et prévention des risque d’incendie et explosion). Présence de détecteurs de fumée et
d’extincteurs.
13. Sécurité de la Dangers directs ou indirects Faible à Conformément à la réglementation nationale, l'entrepreneur doit s'assurer que le site de
circulation et des pour la circulation publique et modéré construction est correctement sécurisé et que la circulation liée à la construction doit être
piétons les piétons par les activités de réglementée. Cela inclut mais n'est pas limité à :
construction • Signalisation, panneaux d'avertissement, barrières et détournements: le site sera clairement
visible et le public averti de tous les dangers potentiels
• Système de gestion du trafic et formation du personnel, en particulier pour l'accès au site et le
trafic dense à proximité du site. Procurer des passages et des passages sécuritaires pour les
piétons lorsque le trafic de construction interfère.
• Ajustement des heures de travail aux schémas de trafic locaux
• Gestion active du trafic par un personnel formé et visible sur le site, si nécessaire pour un
passage sûr et pratique pour le public.
• Assurer un accès sûr et continu aux bureaux, magasins et résidences pendant les activités de
rénovation, si les bâtiments restent ouverts au public.

32
14. Travail des Risques d’utilisation par les Faible Respect stricte de la réglementation nationale au sujet du travail des enfants de la part des
enfants entreprises de travaux du entreprises de travaux
travail d’enfants
15. Personnes à Négligence dans les plans de Faible à Respect des dispositifs nationaux en matière d’accessibilité des personnes handicapées aux
mobilité réduite construction et de modéré immeubles publics (rampes d’accès, blocs sanitaires, etc.)
réhabilitations de bâtiments
16. Réhabilitation Non prise en compte de la Faible à Notifier les autorités compétentes locales et en obtenir les autorisations / permis. Respect de la
d’immeubles à valeur valeur historique d’u immeuble modéré réglementation de la direction du patrimoine au sujet des immeubles ayant une valeur historique.
historique à réhabiliter
17. Patrimoine Non prise en compte du Fable • S'assurer que les dispositions sont mises en place afin que les artefacts ou autres «trouvailles»
archéologique, patrimoine archéologique possibles rencontrés lors de l'excavation ou de la construction soient notés, que les officiels
culturel et historique soient contactés et que les travaux soient retardés ou modifiés pour tenir compte de ces
découvertes.
• Respect des réglementations nationales en matière de protection de biens historiques et
culturels. Implication éventuelle du département du patrimoine national et de centres
spécialisés. Voir Appendice.
22. Risques de Désagréments liés à bruit et Faible à Respect des horaires de travail. Arrosage du chantier. Signalétique.
nature sociale poussière. modéré
23. Patrimoine Travaux concernant des Faible Implication du Ministère de a Culture pour suivre les procédures réglementaires
culturel bâtiments à valeur archéologique
et culturelle
(*) Le niveau du risque sera précisé lors de la préparation des PGES.

33
6.3. PROCÉDURES D’ANALYSE ET DE SÉLECTION DES OUVRAGES INCLUANT
LES CRITÈRES DE DÉTERMINATION DU NIVEAU D’ANALYSE ENVIRONNEMENTALE
ET SOCIALE REQUISE POUR CHAQUE OUVRAGE

6.3.1. Procédure de gestion environnementale et sociale des sous projets


Les principes de bonne planification environnementale requirent la mise en œuvre et le contrôle des mesures
de gestion et d’atténuation identifiées durant tout le cycle de vie du projet.
Au stade actuel du PADECE, les sous projets susceptibles de comporter des activités physiques sur le terrain
sont des réhabilitations mineures de bâtiments, et probablement les constructions des équipements et
d’approvisionnement en énergie électrique et donc ne nécessiteront qu’une Notices d’Impact
Environnementale (NIE).En cas de rétention de sous projets à activités physiques sur le terrain et qui
pourraient nécessiter la réalisation d’une EIES et donc l’élaboration d’un PGES, ce dernier sera approuvé
par le Comité Interministériel pour l’Environnement (CIE). Mais pour ce qui est du Plan Simplifié de Gestion
Environnementale et Sociale contenu dans une NIES, ils seront approuvés par la commune concernée.

6.3.2. Le tri préliminaire


Le screening permettra le tri et laclassification des sous-projets dans l’une ou l’autre catégorie (B ou C). Ce
processus vise às’assurer de la prise en compte des paramètres socio-environnementaux au cours de la
mise enœuvre des activités du projet. Ce processus de sélection visera à :
- déterminer les projets qui sont susceptibles d’avoir des impacts négatifs au niveauenvironnemental
et social ;
- identifier les activités nécessitant des EIES/NIES ou les simples mesuresenvironnementales à
appliquer le cas échéant ;
- remplir le formulaire de tri préliminaire permet de recueillir au niveau local desinformations sur les
problèmes environnementaux et sociaux associés à l’implantation duprojet en vue de déterminer le
travail environnemental à faire ;
- le formulaire comporte les volets suivants : (i) la brève description du projet ; (ii)l’identification des
impacts environnementaux et sociaux ; (iii) la proposition de simplesmesures environnementales (iv)
la classification du projet.
- les formulaires doivent être remplis avec les populations bénéficiaires ou affectées.
Les aspects suivants seront essentiels pour la détermination d’effets significatifs :
- capacité d’assimilation de l’environnement naturel ;
- sensibilité environnementale, p. ex. milieux humides, zones côtières et montagneuses ;
- normes et objectifs environnementaux et sociaux ;
- proximité de zones protégées ou désignées ;
- dans des paysages ayant une valeur patrimoniale particulière ;
- existence de plan d’aménagement du sol et autres engagements ;
- abondance et qualité des ressources naturelles.
La définition de tri – informations requises par l’UCP portera sur :

34
- la description de la proposition/projet ;
- les conditions et caractéristiques de l’environnement ;
- la politique, plan et objectifs réglementaires applicables ;
- l’identification d’impacts potentiels ;
- le degré de préoccupation et d’intérêt du public.
Le cadrage environnemental et social (scoping) permettra d’élaborer les termes de référence (TDR)des
études environnementales et sociales de la sous-composante à l’étude en fonction des
enjeuxenvironnementaux et sociaux, afin que celles-ci soient conformes à la législation nationaleapplicable
et aux politiques de sauvegarde de la Banque mondiale.
Les étapes amenant à la classification des projets pourraient être résumées comme suit :
- Étape 1 : Description sommaire du projet : objectifs et principales composantes ;
- Étape 2 : Identification sommaire des impacts environnementaux et sociaux positifs etnégatifs de
chaque composante ;
- Étape 3 : Élaboration d’une synthèse des impacts cumulés du projet ;
- Étape 4 : Attribution d’une classification des projets, selon la politique opérationnelleOP/PB. 4.01
"Évaluation environnementale" de la Banque mondiale, en fonction de leursparticularités (type,
emplacement, degré de sensibilité, échelle, nature et ampleur de sesincidencesenvironnementales
potentielles).

6.3.3. Dispositions environnementales et sociales à incorporer dans le cycle desélections des


sous-projets
Le tableau ci-après résume la procédure d’analyse socio-environnementale des sous-projets, et en précise
les responsabilités institutionnelles pour la sélection et la préparation de l’évaluation, del’approbation et de
la mise en œuvre des sous-projets à financer.

Tableau 4: Procédure d’analyse socio-environnementale des sous-projets


EXIGENCES DE SAUVEGARDE RESPONSABILITES DE
PROCEDURE ETAPE
CORRESPONDANTES MISE EN ŒUVRE
- Promoteur ou
Remplissage du bénéficiaires
- Remplissage du formulaire socio environnemental
formulaire des sous-projets ; Sectoriel
MINEPDED
Soumission
- identification du sous-projet
des
- Examen du formulaire
sous-projets
Classification des - Classification du sous projet dans la catégorie B
sous-projets par ou C - SHQS-SE du PADECE
type (nature) - Détermination du travail environnemental :
Simples mesures de mitigation ou NIES ou EIES
éventuellement sommaire
Évaluation Catégorie C :
socio Triage et - Formuler des mesures
environnement Détermination du Risque bas d’atténuation génériques - SHQS-SEdu PADECE
aledu sous- risque (faible, et de suivi pour les
projet moyen, élevé) secteurs des sous-projets
Risque moyen Catégorie B :

35
- Préparer une NIES
Catégorie B :
Risque élevé
- Préparer une EIES
- Sélection du consultant par le promoteur
- centres bénéficiaires
- Élaboration des TdR de la NIES ou de l’EIES par
Réalisation de la des sous-projets
un consultant recruté par lepromoteur
NIES, plan de - Consultant
- Soumission des TdR de la NIES à la
gestion des - MINEPDED
commune et de l’EIES au MINEPDED pour
déchets, du sous- - Commune concernée
validation
projet - MINEFOP
- Réalisation de la NIES ou de l’EIES par un
- MINESEC
consultant
- centres bénéficiaires
Examen et Examen et - Soumission de la NIES à la commune puis au des sous-projets
Approbation approbation de départemental MINEPDED concerné pour - Commune concernée
dusous-projet laNIES validation - MINEFOP
- MINESEC
- centres bénéficiaires
des sous-projets
Consultation - UCP du PADEC
- Consultation des parties prenantes
et Consultation et - MINEPDED
- Diffusion de la NIE ou de l’EIES
Diffusion Diffusion - Commune concernée
- MINEDUB
- MINEFOP
Intégration des
dispositions
environnementale - Intégration des dispositions - UCP du PAREC
Exécution du
set sociales dans environnementales et sociales dans les - Promoteur ou
sous
lesDossiers Dossier d’appel d’offre et d’exécution des bénéficiaires
projet
d’appeld’offre et activités des sous-projets
d’exécution des
activités
Mise en œuvre - Exécution des mesures d’atténuation duPGES du
- Promoteur ou
desmesures sous-projet
bénéficiaires
d’atténuation du - Formation du personnel local, desfonctionnaires
des sous-projets
sous-projet locaux et des communautés àl’exécution des PGES
- Élaboration des indicateurs de suivi
- RES du PAREC
Suivi interne - Supervision des activités de mise en œuvredes
- Promoteur du sous projet
mesures
Suivi-
- Sectoriels
évaluation de
départementaux
la mise en - Mission d’inspection environnementale etsociale
MINEPDED et MINAS
œuvredes - Édiction des mesures correctives
Suivi externe - MINEDUB
mesures socio - Mise en œuvre des mesures correctives parle
- MINESEC
environnement promoteur du sous projet
Autres sectoriels
ales
départementaux concernés
- Consultant socio
- Consultant indépendant à mi-parcours
Évaluation environnementaliste
- Consultant indépendant à la fin du projet
indépendant

36
6.4. GESTION DES PLAINTES
Différents conflits et plaintes peuvent surgir avant et pendant la mise en œuvre de projet. Ils peuvent être
relatifs soient à divers désaccords par rapport à l’évaluation ou la propriété des parcelles et des biens, soit
à l’omission dans la compensation, ou alors des désaccords entre les populations riveraines et le projet. Un
mécanisme de gestion des conflits, des plaintes et des griefs inclusif, bien conçu et efficace aidera l'équipe
de mise en œuvre du projet à être plus sensible aux bénéficiaires, à accroître la confiance et à améliorer le
système de S&E et la mise en œuvre du projet en identifiant les griefs perçus ou réels le plus tôt possible

6.3.1. Acteurs en présence


Les acteurs identifiées et susceptibles d’intervenir dans le cadre de la gestion des plaintes pour le PADECE
sont les suivants :
▪ Les chefs d’établissement ;
▪ Les autorités traditionnelles/instances coutumières de gestion des conflits (pour les conflits
impliquant les populations riveraines) ;
▪ La Commune ;
▪ L’Unité de Coordination du projet (UCP) à travers le responsable SHQS-SE ;

6.3.2. Description du mécanisme


Les mécanismes efficaces de gestion des conflits, des plaintes et des griefs ont généralement des éléments
constitutifs et caractéristiques communs : points de collecte multiples des griefs et de multiples canaux pour
recevoir les griefs ; normes de service fixes pour le règlement des griefs ; des directives de traitement clairs
; et un système de réponse aux griefs efficace et opportun pour informer les plaignants de l'action menée.
Le mécanisme de gestion des conflits mis en place devra s’arrimer, dans la mesure du possible, aux
initiatives de gestion des conflits qui existent déjà, notamment les mécanismes en dogènes. Les mécanismes
endogènes sont propres à chaque communauté. Ce sont les instances coutumières qui siègent dans les
chefferies traditionnelles ou organisées par les patriarches dans les communautés qui ne disposent pas de
chefferie constituée. Par instances coutumières, on entend tout dispositif traditionnel relevant des institutions
traditionnelles ou mises en place pour prévenir et résoudre les conflits qui surviennent dans la communauté
ou entre elles (chefs de tribus, patriarche, chefs religieux, juridiction coutumière, …). Ces cadres de gestion
et de résolution des conflits se rencontrent dans toutes les régions du pays. Leur fonctionnement reste
tributaire de la sollicitation des parties en cas de conflit.
Le processus consistera pour le plaignant à rédiger une plainte qu’il déposera au niveau des acteurs locaux
ci-dessus identifiés qui auront la charge de les transmettre soit aux instances coutumières pour les conflits
en rapport avec les terrains non immatriculés notamment, soit à la commune. Une copie de ces conflits sera
transmise à l’UCP via les responsables du centre de formation. Les plaintes seront enregistrées à tous les
stades de la mise en œuvre du projet suivant un formulaire mis à la disposition de ces acteurs (voir annexe
5). Le procès-verbal des travaux des instances de traitement des plaintes sera transmis aux concernés pour
information ou disposition à prendre par rapport au problème soulevé.
Le plaignant ne fera recours à la justice qu’en dernier ressort, notamment si l’UCP ne parvient pas à son tour
à résoudre le conflit. En effet, la réglementation camerounaise prévoit par exemple pour les expropriations
qu’en cas de désaccord d’un exproprié sur l’indemnisation proposée, et ceci uniquement pour les propriétés
titrées, celui-ci saisit le Tribunal de Première Instance du lieu de situation des biens (Loi n° 85/009 du 4 juillet
1985, article 12).

37
Le délai de recours auprès de la Commission sera de trois mois, conformément aux règles nationales.
Toutefois, il convient d’indiquer ici que le mécanisme de gestion des plaintes sera harmonisé avec le
mécanisme de gestion des plaintes qui sera élaboré dans le cadre de ce projet.

6.5. PROCÉDURE DE CONSULTATION DU PUBLIC POUR LES SOUS-PROJETS


La consultation publique a pour but d’assurer l’acceptabilité sociale du Projet à l’échellecommunautaire, en
mettant tous les acteurs dans un réseau de partage de l’information aussi bien surl’environnemen t que sur
le Projet proprement dit. Il s’agit d’amener les acteurs à avoir, àl’échelle des collectivités, une vision commune
et des objectifs partagés des actions entreprises par leProjet dans une logiq ue tridimensionnelle : avant la
réalisation des sous-projets (phased’identification et de préparation), en cours de réalisation des sous -projets
(phase d’exécution),après la réalisation des sous-projets (phase de gestion, d’exploitation et de d’évaluation
finale).Le plan de consultation met l’accent sur le contexte environnemental et social en rapport avec
lescomposantes du Projet. Le processus de consultation renvoie à la nécessité d’associer pleinement
lespopulations locales dans l’identification des besoins, le suivi des activités et leur évaluation dans
uneperspective de contrôle citoyen, de partage des informations, de participation et d’e fficacité sociale.

a) Mécanismes et procédure de consultation : Les mécanismes et procédures pour l'information, la


concertation et la négociation à mettre en placedevront reposer sur les points suivants : les connaissances
sur l’environnement des zonesd’intervention du Projet, l’acceptabilité sociale du projet. Les outils et
techniques de consultationsdevront se conformer à une logique de communication éducative et de
communication sociale.

b) Stratégie : Le début de la mise à disposition de l’information environnementale et sociale du Projet


devra êtremarqué par des ateliers de lancement, avec une série d’annonces publiques. Dans le domaine de
laconsultation environnementale et sociale, il sera nécessaire de bien mettre place, au niveau de la
coordination et auniveau de chacune des communes concernées, un dispositif pour appuyer l’institution
locale dans l’appropriation sociale du Projet et mobiliser lespartenaires nationaux et locaux dans la mise en
œuvre des activités du projet.

c) Etapes et processus de consultation : Le Plan de consultation peut se dérouler à travers trois


cheminements : (i) La consultation locale oul’organisation de journées publiques ; (ii) L’organisation des
fora communautaires ; (iii) Les rencontressectorielles de groupes sociaux et ou d’intérêts.
Le processus de consultation publique devra être structuré autour des axes suivants : (i) préparation de
dossiers de consultations publiques comprenant les rapports d’étude (rapportsd’évaluationenvironnementale
et sociale), descriptif des activités déjà identifiées (localisation, caractéristiques, etc.)
et des fiches d’enquêtes ; (ii) missions préparatoires dans les sites de projet et de consultation ; (iii)annonces
publiques ; (iv) enquêtes publiques, collecte de données sur les sites de sous -projets etvalidation des
résultats.
d) diffusion de l’information au public : Pendant la mise en œuvre du Projet, tous les acteurs et
partenaires devront être régulièrementconsultés. Pour des besoins de commentaires éventuels, le CGES
devra être mis à la disposition du public, par laCellule de coordination du Projet, à travers la pressepublique
et au cours des réunions desensibilisation et d’information dans les villes où les activités du Pr ojet seront
38
réalisées. Par ailleurs, leCGES devra aussi être publié dans le centred’informationINFOSHOP de la Banque
mondiale.
Approche méthodologique : Deux campagnes d’information seront organisées à raison d’une session au
lancement du projet et unesession à mi-parcours.
6.6. MODALITÉS INSTITUTIONNELLES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU CGES

6.6.1. Dispositions institutionnelles de mise en œuvre

L’analyse et l’approbation des sous-projets seront conduites par l’Ingénieur duProjetqu’accompagneront


leSpécialiste en Hygiène, Qualité, Sécurité et Sauvegardes Environnementales(SHQS-SE)du PADECE
en collaboration avecles chefs des établissements bénéficiaires, les communes, et les sectoriels MINEPDED
et du MINAS. Cette analyse seraprécédée par l’examen duformulaire des sous-projets. Elle consistera à :
(i) déterminer les activités du sous-projet susceptibles d’avoir des impacts environnementaux et
sociaux négatifs ;
(ii) vérifier que les mesures d’atténuationappropriées pour les activités ayant des impacts
préjudiciables sont prévues conformément à laréglementation en vigueur, et le cas échéant, les
prescrire ;
(iii) identifier les activités du sous-projet nécessitant une EIES sommaire ou détaillée ou d’une NIES
séparée ;
(iv) s’assurer que la réalisation des NIES ou EIES sommaire ou détaillée pour les activités concernés
estprévue ; et s’assurer que les responsabilités institutionnelles de mise en œuvre et de suivi des
mesuresd’atténuation sont définies.
a) Unité de Coordination du Projet (UCP) et Coordonnateur du projet :
Structurentde mise en œuvre du projet. L’UCP sera responsable de la mise en œuvre des instrumentsde
sauvegarde du Projet. La maîtrise d’ouvrage du Projet sera assurée par le Coordonnateur du Projet,qui sera
appuyé par uneéquipe de consultants expérimentés.

b) Le Coordonnateur :
- Approuve la catégorisation par l’entité chargée desEIE(SHQS-SE, MINEPDED, Consultant EIE) et
la Banque.
- Assure également la publication des documents (CGES, CPR, EIES, PAR).
- Définit les caractéristiques du Projet, fait préparer les documents d’appel d’offres et les termesde
référence incluant le CCES éventuellement.
- Signe les contrats en respectant les procédures qui s’appliquent soit aux institutions administratives,
soit aux bailleurs de fonds.
- Prend en charge la maîtrise d’œuvre avec son personnel.
- Rend compte au gouvernement et au Bailleur de fonds du déroulement des activités du Projet et
del’utilisation des fonds alloués pour sa réalisation.
Cette mission de maitrise d’ouvrage en ce qui concerne la gestion environnementale et sociale est assurée
pars le SHQS-SE.

39
Le PADECE devra faire préparer avant l’entrée en vigueur du projet un Manuel d’exécution du PGES.
CeManuel décrira :
- L’ensemble des procédures et des règles d’administration et de gestion incluant les
principesgénéraux, les aspects de contractualisation, la gestion du personnel, la structure
descomposantes, la gestion technique, etc.
- Les termes de référence devant guider chaque action inscrite au PGES afin d’encadrer les
interventions des consultants, entrepreneurs, ONG et employés du PADECEchargés de la
réalisation des activités ;
- La programmation des activités pour chaque sous composante avec
chronogrammes,responsabilités, étapes clés, livrables, moyens à mettre en œuvre et budgets
annuels détaillés
- La priorisation des activités tenant compte de la durée du PGES et des impacts anticipés
Le manuel fournira les instruments de suivi de réalisation et de contrôle d’exécution tel que prévu pourle
Suivi-évaluation.
Le Maître d’Ouvrage (PADECE) doit assurer le contrôle des chantiers afin d’atténuer leurs
impactsenvironnementaux et sociaux et maîtriser les risques de perturbation majeure de l’écosystème de
lazone du Projet. A ce titre, il devra :
- Indiquer dans tous les marchés de travaux la nécessité de se conformer au CCES tel quedivulgué
comme section du PGES.
- Inclure les tâches relatives aux obligations environnementales et sociales des maîtres
d’œuvredécrites ci-dessus dans tous les contrats de maîtrise d’œuvre.
- Établir des protocoles d’accord bilatéraux avec les administrations-clés, notamment le MINSANTE,
le MINMAP, le MINEPDED, le MINMIDT, le MINEE, le MINEPAT, le MINFI, MINESEC, le
MINPMEESA,MINADER, MINEPIA, MINESUP, la Primature, la PRC,… et même des organisation
telles que le GICAM, CCIMA et les syndicats, pour leur contribution à la mise en œuvre du projet.
- Préside le Comité de Suivi, Facilitation et Accompagnement(CSFA) des PGES du Projet,
- Fait inclure dans le Manuel des procédures opérationnelles du PADECE les procédures de
supervision de la mise en œuvre des PGES

c) Le responsable SHQS-SE
(i) En phase de préparation du Projet et d’études :
Sous l’autorité du Coordonnateur :
- Il participe à la sélection environnementale et sociale (Screening-remplissage des formulaires) et à
ladétermination du type d’instruments spécifiques de sauvegarde (EIES, NIE, Audit E&S,…).
- Il assure également la préparation, l’approbation et la publication des TDR des études.
- Il veille à la réalisation dans les délais et selon les règles de l’art, de l’étude environnementale,y
compris les consultations et lesaudiences du publiques.
- Il effectue le suivi avec l’assistance et auprès du MINEPDED de la validation du rapport d’étudeet
de l’obtention du certificat de conformité environnementale.

40
- Il assure le renforcement des capacités des acteurs en mise en œuvredes actions de sauvegardes
Environnementale & Sociale.
- Veille à la mise en œuvre des mesures de compensations prévues dans les PAR, del’information
des populations et des liaisons avec les administrations départementales et lasociété civile
(ii) En phase de mise en œuvre du projet et fonctionnement des centres bénéficiaires :
- Il donne son avis technique en vue l’approbation du PGES entreprise (PGESE). Il supervise lemaître
d’œuvre et les entrepreneurs.
- Il donne au PADECE un avis d’expert sur la documentation environnementale etsociale ainsi que
sur la documentation relative à l’hygiène et la sécurité, fournies par lesentreprises chargées des
travaux.
- Il répond en temps réel aux questions des entrepreneurs et alerte l’UCP en cas de manquement aux
PGES constatés lors de leurs inspections régulières. Il a la charge pour le compte de l’UCP, de la
gestion des conflits liés aux travaux, aux effets, aux nuisances,et aux impacts environnementaux et
sociaux, notamment après le paiement des indemnisations.
- Il supervise les activités des comités ad hoc locaux de gestion des plaintes.
- Il assure l’exécution/mise en œuvre par les entreprises des mesures environnementales et sociales
noncontractualisées avec elles.
- Il assure la surveillance interne de la mise en œuvre des mesures environnementales et sociales
destravaux.
- Il assure la production et la diffusion du rapport mensuel de surveillance interne des
impactsenvironnementaux et sociaux des travaux.
- Il participe en collaboration avec les autres acteurs à la surveillance externe de la mise enœuvre des
mesures Environnementales & Sociales des travaux.
- Il participe contradictoirement avec le MINEPDED, le MINAS et les autres acteurs concernés au
suivienvironnemental et social des activités du Projet.
- Il donne un avis sur l’organisation adoptée, les moyens mobilisés et la mise en œuvreopérationnelle
par les entreprises des mesures du PGESE et de l’ensemble des planstechniques sectoriels
environnementaux.
- Il recommande les mesures requises pour suivre et gérer les non-conformités par lesentreprises et
l’ingénieur maître d’œuvre.
- Il participe aux réunions entre le PADECE et le Bailleur de fonds.
- Il assure la réalisation de l’Audit de mise en œuvre des mesuresEnvironnementales & Sociales du
Projet.
- Il est rapporteur du Comité de Suivi, Facilitation et Accompagnement (CSFA) des PGES du Projet.
- Il est responsable de la gestion pour le compte de l’UCP, des conflits liés aux omissions et erreurs
de la CCE,notamment avant la publication des décrets d’expropriation et d’indemnisation.
- De la production et de la diffusion du rapport mensuel de surveillance interne des impactssociaux
des travaux.
Ce sectoriel de la maîtrise d’œuvre environnementale et sociale qui sera maintenus en place jusqu’après la
mise enœuvre des travaux (au moins un an) permettra :
- D’assurer une surveillance publique de la mise en œuvre des PGES et des PAR.

41
- De donner un avis indépendant et des conseils afin que le PADECE soit en mesure de respecter,ou
de faire respecter par les entités concernées, les engagements pris par le gouvernement à travers
leProjet dans l’EES, les PAR et le PGES, y compris les prescriptions du CCES applicables
auxentrepreneurs, ainsi que les exigences du Gouvernement du Cameroun et des bailleurs defonds,
notamment en ce qui concerne les sauvegardes environnementales et sociales.Ils travailleront en
étroite collaboration avec l’équipe technique pour que leurs avis et recommandationsau Projet
prennent en compte et soient cohérents avec les impératifs techniques et économiques.
Il fournira également les prestations suivantes :
- Vérifier que les actions de développement, l’indemnisation et le recasement des populations ainsi
que les pratiques des entreprises sur le chantier respectent la législation nationale, les directives et
politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale, les obligations du CCES, les principes de la norme
ISO 14001 et les engagements pris.
- Donner au PADECE un avis d’expert sur l’organisation de l’ensemble des acteurs et des
moyensmobilisés pour la mise en œuvre des mesures d’accompagnement social du PGES.
- Faire un suivi de la mise en œuvre des actions de compensation et de développement desPGES,
des PAR.
- Donner un avis sur les résultatsintermédiaires et finaux obtenus.
- Évaluer et donner au PADECE un avis d’expert sur le déroulement du processus
d’indemnisationetde déplacement des PAP.
- Recommander au PADECE comment gérer les plaintes des populationsindemnisées etdéplacées.

d) Expert en Ingénierie de la formation (EIF)


Il assure :
- La supervision des études préalables à la réalisation des éléments du Projet.
- L’évaluation les propositions des maîtres d’œuvre et des entrepreneurs, de concert avec les autres
intervenants.
- L’identification de la localisation/site et principales caractéristiques technique s du sous-projet.
- L’intégration dans le dossier d’appel d’offres (DAO) du sous-projet, de toutes les mesures de laphase
des travaux contractualisables avec l’entreprise ;
- La supervision des activités des maîtres d’œuvre.
- La supervision et la maîtrise des activités des entrepreneurs et des autres intervenants-clésdans
son champ d’action.
- La validation des prestations et des décomptes des entrepreneurs et des maîtres d’œuvre.
- La production et la diffusion du rapport mensuel de réalisation des travaux.

e) Spécialiste en passation de marchés


- Il prépare les documents d’appel d’offre et les termes de référence incluant le CCESéventuellement.
- Il définit les marchés, prépare le plan de passation des marchés, lance les appels d’offre,évalue les
propositions en respectant les procédures qui s’appliquent soit aux organesgouvernementaux
camerounais, soit aux bailleurs de fonds.

42
f) Responsable Administratif et Financier :
Il met à disposition dans les délais raisonnables les fonds nécessaires au déroulement harmonieux
ettransparent des activités de GES.
g) Le chargé du suivi-évaluation :
Le chargé du suivi évaluation surveille les indicateurs de mise en œuvre des mesures de sauvegarde
environnementale etsociale et attire l’attention des sectoriels et du Coordonnateur sur les côtes d’alerte. Le
PADECE devraaussi s’auto-évaluer dans une démarche de recherche de qualité et devra assurer l’efficience
desinterventions afin de maintenir les coûts aussi bas que possible.
h) Comité de Suivi, Facilitation et Accompagnement (CSFA)
La mise en œuvre de cette composante demande l’intervention sur le terrain de nombreux
ministères. A cet effet, le Coordonnateur du PADECE instituera, par Note de service, un Comité de
Suivi,Facilitation et Accompagnement (CSFA) des PGES du Projet, présidé par lui-même, avec le
RSEcomme vice-président.Les administrations concernées doivent intégrer leurs interventions au niveau
des PGES dans leursprogrammes de travail respectifs au niveau national. A cet effet, le Coordonnateur du
PADECE instituera,par Note de service, un Comité de Suivi, Facilitation et Accompagnement (CSFA) des
PGES du Projet,présidé par elle-même ou son représentant et comprenant :
- Le RSE comme vice-président,
- Le SHQS-SE comme rapporteur ;
- Les députés des zones cibles du sous-projet,
- Les maires des communes des zones cibles du sous-projet,
- Les délégués départementaux des ministères (MINEFOP, MINESESC, MINEPAT et MINFI)
- Les représentants sectoriels des administrations concernées par le sous-projet de gestion
sociale cible.
- Un représentant des ONG
Les attributions du comité sont de :
- Suivre et faciliter l’exécution des interventions décrites dans les PGES des travauxd’atténua tion des
impacts sociaux.
- Identifier les sous-projets complémentaires à mettre en œuvre dans le cadre des interventionsde
l’État ou des collectivités territoriales décentralisées
- Examiner et veiller à la cohérence des interventions envisagées dans la zone du sous-projet
Le CSFA permettra un dialogue entre le PADECE et les délégations départementales des ministères
concernés par le sous-projet et entre ces délégations. Il permettra un suivi trimestriel de l’avancement
du sous-projet, des actions prévues dans les PGES, les PAR. LeCSFA sera un lieu d’échanges et de
dialogue entre les délégations départementales des ministères etles autorités préfectorales et le PADECE
pendant la phase de construction. Le CSFA peut devenir un pointde contact essentiel pour les populations
locales et peut coordonner le suivi pendant la phased’exploitation
i) Les entreprises :

43
Les entrepreneurs seront responsablesde la réalisation d’un certain nombre d’activités dans le cadre de la
mise en œuvre des sous projets. Il s’agira des activités de Réhabilitation, d’équipement, d’entretien, formation
et renforcement des capacités… ces activités devront être réalisée selon les bonnes pratiques
environnementales et sociales de l’industrie, telles que détaillées dans le CGES, à l’intérieur du siteautorisé
par le Maître d’ouvrage. A ce titre, l’Entrepreneur doit respecter lesobligations d’organisation et techniques
définies dans le Cahier des Clauses Environnementales etSociales (CCES)à insérer dans les marchés ou
contrat desprestataires. Ces obligations se réfèrent d’une part, à la norme ISO 14001 (Système
deManagement Environnemental), à la norme santé sécurité OHSAS 18001 et, d’autre part, sur lesbonnes
pratiques de construction respectueuses de l’environnement communément obser vées dans lemonde et
mises en œuvre par des entreprises responsables. Le CCES couvre les situations dechantier qui déclenchent
les PO 4.01 (Évaluation Environnementale), 4.11 (Biens Culturels Physiques), 4.12 (Réinstallation
involontaire de personnes),4.15 (Réduction de la pauvreté),4.20 (Genre et développement), et la politique
de divulgation de l’information. Afin de faciliter la mise en œuvre des prescriptions,chaque entreprise devra
avoir un Responsable des questions environnementales et socialesexpérimenté sur le terrain, élaborer et
implémenter un Manuel de Procédures Environnementales etSociales à l’attention de son personnel et de
ses sous-traitants de même qu’un Plan de Formation dupersonnel pour tous les aspects relevant de la
gestion environnementale et sociale sur les sites.
j) Autorité locale (Mairie, Sous-préfet, etc.) :
Les autorités locales (Préfet, Maire et Sous-préfet) mettent en œuvre la politique de gestion
del’environnement et des ressources naturelles au niveau local mais en conformité avec les lois
etorientations nationales. Elles participeront donc aux activités des Commissions de Constat etd’Évaluation
(CCE) des biens, au règlement des conflits et des différends liés à l’occupation desemprises. Les autorités
communales devront valider les rapports de Notice d’Impact Environnemental(NIE) après avis du délégué
départemental du MINEPDED.
Le décret n°2011/0002/PM du 13 janvier 2011 fixant les modalités d’exercice de certaines compétences
transférées par l’État aux communes en matière de formation professionnelle ; confère aux communes les
compétences en matière participation à la mise en place, à l’entretien et à l’administration des Centres de
Formation Professionnelle (CFP). Lorsque les sites choisis par le projet seront des CFP, des SAR/SM ou
CFPR. Les communes devront être fortement impliquées dans la mise en œuvre du projet conformément à
cet important texte.
Le Préfet a également le pouvoir decoordination de l’action des différents services sectoriels départementaux
concernés par les avistechniques à donner sur les aspects des chantiers qui les concernent sur la base d’une
non-objectiondans un délai de trois semaines.Pendant la phase de construction les ministères suivants
seront appelés à intervenir :
MINEPDED : Structure nationale en charge des Évaluation environnementale, il fait le suivirégalien de la
mise en œuvre des mesures environnementales et sociales. Le Ministère del’Environnement, de la
Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED)devra émettre les certificats de
conformité environnementale et assurer le suivienvironnemental semestriel des sous-projets à travers les
Comités Départementaux de Suivides PGES. Il sera également consulté par le PADECE pour apporter ses
avis techniques surcertains sous plans des PGESE.

44
Le MINAS donnera son avis technique sur l’évaluation externe de la mise en œuvre des mesures sociales
Le MINSANTEvérifiera les agréments des OSC chargées des campagnes de sensibilisation àla prévention
des IST/VIH/SIDA, donnera son avis sur la validation de ces campagnes. Il sera également sollicité pour des
conventions avec les entrepreneurs en vue de laprise en charge des cas de maladies ou d’accidents des
personnels.
Le MINMEE : d'après le décret de 1988, la Direction de l'Eau et de l'Assainissement urbain et laDirection
des Techniques et des Nuisances Industrielles de ce Ministère ont la charge d'assurerla gestion de
l'assainissement urbain.
Le MINEFOPdevra coordonner avec le Ministère de l’Économie, de la Planification et del’Aménagement du
Territoire (MINEPAT) et le MINFI pour s’assurer de la disponibilité de fondsde contrepartie nécessaires pour
le paiement des indemnisations, la validation administrativedes termes de références et de s rapports
d’études d’impact environnemental et social, lefonctionnement des CCE et le recasement.
La Primature et la Présidence de la République (PM/PRC) devront prendre les décretsd’expropriation et
d’indemnisation qui sont les éléments déclencheurs du paiement descompensations et des indemnisations.

6.6.2. Dispositions institutionnelles desuivi environnemental


Le suivi-évaluation socio-environnemental du projet devra se faire de manière régulière voire au jour lejour
par l’équipe de mise en œuvre du programme, puis un suivi externe par les administrationstechniques
impliquées et les consultants. Il s’effectuera à quatre niveaux :
- Le suivi interne par le RES;
- Le suivi externe par le MINEPDED et le MINAS ;
- L’audit à mi-parcours et en fin du programme par des consultants
6.6.2.1. Dispositif de suivi
a) Objectifs du suivi : L’objectif du suivi est d’assurer l’efficacité des mesures environnementales et
sociales préconisées dans les sous-projets. Il s’agit aussi de vérifier si les actions mises en œuvre ont permis
soit l’optimisation des impacts positifs ou l’atténuation des impacts négatifs réels, ou permettent de les
prévenir, ou de voir si d’autres interventions sont nécessaires. Les indicateurs de suivi dépendront du
contexte spécifique du sous-projet et permettront aussi d’avoir une banque d’informations et données sur
l’expérience socio environnementale du PADECE sur les questions récurrentes pour lesquelles il faudrait
développer des stratégies particulières pour leur résolution. Le suivi environnemental et social vise aussi à
vérifier, sur le terrain, la justesse de l’évaluation de certains impacts et l’efficacité de certaines mesures
d’atténuation ou de compensation prévues par le PGES, et pour lesquelles subsiste une incertitude. Le suivi
visera en particulier à :
- Vérifier les prévisions d’impact ;
- Vérifier l’efficacité des mesures mises en œuvre ;
- S’assurer de l’optimisation des retombées positives ;
- Réaliser de nouvelles études en cas de découverte d’impacts insoupçonnés ;

45
b) Outils de suivi : Il s’agit des outils qui seront utilisés pour le contrôle des prestations qui relèvent
de la gestion de l’environnement. Ces outils seront confectionnés par le SHQS-SE du PADECE et
comprendront entre autres :
- La fiche d’identification de l’environnement (FIE) ;
- La fiche d’indicateurs ;
- Le tableau de bord environnemental ;
- La fiche de constatation de non-conformité (FNC) ;
- La fiche d’action préventive à entreprendre ;
- Le compte- rendu des réunions de sensibilisation ;
- Les correspondances.

c) Programme du suivi : Le programme de suivi décrira : (i) les éléments devant faire l’objet d’un suivi
; (ii) les méthodes/dispositifs de suivi ; (ii) les responsabilités de suivi ; et (iv) la période de suivi. L’objectif du
programme de suivi est de s’assurer que les mesures sont exécutées et appliquées selon le planning prévu.

6.6.2.2. Acteurs de suivi


a) Le Comité de pilotage : Un Comité de pilotage du PADECEdevra être mis en place par les deux
ministres concernés (MINEFOP et MINESE). Il va être l’instance de coordination et de supervision de la mise
enœuvredes activités du Projet. Il sera composé de représentants de ces deux dép artements ministériels,des
maires de Communesconcernées et des responsables des centres bénéficiaires.Il sera chargé
(i) d’assurer la direction générale stratégique et la supervision de l'exécution du Projet ;
(ii) d’assurer la communication et la concertation entre les parties prenantes ;
(iii) d’approuver lesprogrammes de travail et les budgets annuels ; et
(iv) d’examiner les rapports d'avancement et lesrapports d'audits.
b) L’Unité de coordination du Projet (UCP) : Elle va constituer la cheville ouvrière de la mise en
œuvre des activités du Projet. Elle sera chargée dela gestion du Projet et sera rattachée au MINEFOP,
etplacée sous l’autorité du Comité de Pilotage mis en place pour assurer la direction générale du Projet.Elle
aura la charge de (i) la coordination des activités du Projet ; (ii) la finalisation des plans de travail etbudgets
annuels à soumettre au CP ; (iii) le reporting, le suivi et l'évaluation ; (iv) la relation entre lesdifférentes
agences d’exécution et départements ministériels impliqués dans la mise en œuvre du Projet; (v) la
communication sur le Projet ; (vi) la coordination des audits ; (vii) la relation avec les bailleurs defonds. Les
membres du Comité de Pilotage seront des représentants des différents ministères dudomaine urbain, des
délégués du gouvernement auprès des Communautés urbaines et les maires decommunes concernées.
c) Communes : conformément aux transférées aux communes en matière de gestion des centres, ces
dernières vont constituer des relais opérationnels de la Cellule decoordination sur le terrain.
d) Comité de Suivi, Facilitation et Accompagnement (CSFA) : La mise en œuvre de cette
composante demande l’intervention sur le terrain de nombreuxministères. A cet effet, le Coordonnateur du
PADECE instituera, par Note de service, un Comité de Suivi, Facilitation et Accompagnement (CSFA) des
PGES du Projet, présidé par lui-même, avec le RSE comme vice-président. Les administrations concernées
doivent intégrer leurs interventions au niveau des PGES dans leurs programmes de travail respectifs au
niveau national. A cet effet, le Coordonnateur du PADECE instituera, par Note de service, un Comité de
Suivi, Facilitation et Accompagnement (CSFA) des PGES du Projet, présidé par elle-même ou son
représentant et comprenant :
46
e) Le responsable SHQS-SE : Il cordonne les activités de l’équipe chargée du suivi de la mise en
œuvre des mesures de sauvegarde du projet. Il est chargé de :
- Développer des indicateurs environnementaux et sociaux d’évaluation et de suivi (indicateursde
procédure, d’impact et de résultat) ;
- Assurer le suivi, l’évaluation, la supervision et l’évaluation rétrospective des différents sous -projets,
envue d’apprécier l’effectivité de la prise en compte des mesures environnementales etsociales ;
- Élaborer un rapport trimestriel des activités qu’il soumet à la Coordination du Projet qui letransmet à son
tour après validation à la Banque mondiale et au MINEPDED pour approbationet validation.
f) Les bénéficiaires du projet (enseignants et apprenants) : la mise en œuvre réussit d’un projet
est aussi tributaire de la participation des bénéficiaires et dans une plus large mesure des populations locale,
depuis la phase d’identification jusqu’à la phase de mise en œuvre et cela passe également par le suivi et
l’évaluation. Le suivi des activités et leur évaluation s’inscrit dans une perspective de contrôle citoyen, de
partage des informations, de participation et d’efficacité sociale.
g) ONG et autres organisations de la société civile : la participation de ces organisationss’inscrit
dans la même perspective que celle des bénéficiaires principaux du projet et des populations locales. Etant
au contant de ces derniers en permanence, elles ont une bonne connaissance du milieu et sont mieux à
même d’apporter des contributions significatives dans les orientations à prendre en rapport avec le projet. E,
outre, elles seront chargés des points suivants : (i) Participer à l’organisation et à la formation des populations
bénéficiaires en vue de la bonnegestion des biens et (ii) participer à la mise en œuvre des mesures
d’atténuation des impacts.

6.6.2.3. Indicateurs pertinents de mise en œuvre du PCGES


Les indicateurs sont des signaux pré-identifiés qui expriment les changements dans certainesconditions ou
résultats liés à des interventions spécifiques. Ce sont des paramètres dont l’utilisationfournit des informations
quantitatives ou qualitatives sur les impacts et les bénéfices environnementauxet sociaux du PADECE.Les
principaux indicateurs de mise en œuvre du CGES sont les suivants :
- Recrutement Responsable SQHS-SE du projet ;
- Effectivité de l’insertion de clauses environnementales dans les dossiers d’ exécution,
- Niveau d’application des mesures d’atténuation environnementales et sociales,
- Nombre d’acteurs formés/sensibilisés en gestion environnementale et sociales,
- Niveau d’implication des autorités et acteurs locaux dans le suivi des travaux,
- Nombre de compagnes de sensibilisation organisées
- Nombre et nature de plaintes enregistrées.
- Nombre de missions de suivi Nombre de séances de formation organisées

Tableau 5:des Etapes et responsabilités (au regard de l’arrangement institutionnel de mise en


œuvre du CGES)

No Etapes/Activités Responsable Appui/Collaboration Prestataire


Identification de Spécialiste en Hygiène, Consultant
Expert en Ingénierie
1. lalocalisation/site Qualité, Sécurité et enIngénierie de la
de la formation (EIF)
etprincipales Sauvegardes formation de ville

47
caractéristiques technique Environnementales Consultant
du sous-projet (SHQS-SE) Etudesociale
Sélectionenvironnementale
(Screening-remplissage
des formulaires), et • Bénéficiaires ;
Consultant
2. détermination du type SHQS-SE • Autorité locale
EIES/PAR
d’instrument spécifique de • UP
sauvegarde (EIES, RAP,
IPP, Audit E&S, AS, …)
Approbation de la • Entité Nationale
catégorisation par l’entité Coordonnateur du chargée des EIE
3. SHQS-SE /UP
chargée des EIE et la Projet (MINEPDED)
Banque • Banque mondiale
4.1. Préparation de l’instrument spécifique de sauvegarde E&S de sous-projet de catégorie A
Préparation, approbation
EN-EIE Banque mondiale
et publication des TDR
Spécialiste passation des
Réalisation de l’étude y
marches (SMP) ; EN-
compris consultation du Consultant
EIE ; chefs
publique
SHQS-SE /UP d’établissement
Validation du document et
• SMP ; • EN-EIE
obtention du certificat
environnemental • chefs d’établissement • Banque mondiale
• Media ; • Média
Publication du document
• Banque mondiale • Banque mondiale
4.2. Préparation de l’instrument spécifique de sauvegarde E&S de sous-projet de catégorie B ou C
Préparation et
Banque mondiale
approbation des TDR
Réalisation de l’étude y
compris consultation et SPM Consultant
audiences publiques
SHQS-SE /UP
Validation du document et
• EN-EIE • EN-EIE
obtention du certificat
environnemental • chefs d’établissement • Banque mondiale
• Media ;
Publication du document Coordonnateur
• Banque mondiale
(i) Intégration dans le
dossier d’appel d’offres
(DAO) du sous-projet, de
toutes les mesures de la Responsable
• SHQS-SE
5. phase des travaux Technique (RT) de
• SPM
contractualisables avec l’activité (Ingénieur)
l’entreprise ; (ii)
approbation du PGES
entreprise

48
Exécution/Mise en œuvre • SPM
des mesures non • RT (Ingénieur) • Consultant
6. contractualisées avec SHQS-SE • Responsable • ONG
l’entreprise de Financier (RF) • Autres
construction • chef d’établissement
Surveillance interne de la
mise enœuvre des
• SHQS-SE Bureaux d’études
mesures SHQS-SE
• chef d’établissement agréés enEIES
environnementales et
sociales
• Spécialiste suivi
Diffusion du rapport de évaluation du projet
Coordonnateur /
surveillance interne • RF
7.
• chef d’établissement
Surveillance externe de la
mise enœuvre des
mesures EN-EIE SHQS-SE /
environnementales et
sociales
• Responsable
environnementale de
l’entreprise • Laboratoires/centres
Suivi environnemental et
8. SHQS-SE/UCP • Comité de Suivi, spécialisés
social
Facilitation et • ONG
Accompagnement
(CSFA)
Renforcement des
capacités des • Consultant
9. acteurs en mise en œuvre SHQS-SE/UCP DD MINEPDED • Structures publiques
environnementales et compétentes
sociales
• Responsable
Audit de mise en œuvre environnementale de
desmesures l’entreprise Consultant socio
10. SHQS-SE/UCP
environnementales et • SPM environnementaliste
sociales • EN-EIE
• Chef d’établissement

6.7. PLAN D’ACTION DE MISE EN ŒUVRE

49
6.7.1. Programme détaille pour le renforcement des capacités Formatted: French (France)

Le renforcement des capacités visera de façon globale à répondre au souci de développer lescompétences Formatted: Font:

des acteurs (Cadres du PADECE, entreprises prestataires et sectoriels MINEPDED et MINAS concernés
notamment), sur l’identification des risques et impactssociaux environnementaux, sur le développement des
mesures visant à atténuer les impacts négatifs etsur l’évaluation de la performance du volet.
a) Objectifs des formations : De manière spécifique, il s’agira d’améliorer/ renforcer les capacités des
partenaires et bénéficiaires du Projet en matière de :
- Compréhension des enjeux et défis de la protection de l’environnement en général et ceux desrégions
et sous-projets de manière particulière afin de poser les bases d’une gestion durabledes ressources
naturelles ;
- Connaissance et compréhension des exigences des politiques de sauvegarde socio-
environnementale de la Banque mondiale, ainsi que du dispositif législatif et réglementairenational en
la matière ;
- Fonctionnement du CGES et de ses documents annexes, y compris, le processus d’examensocio
environnemental ;
- De suivi socio-environnemental de la mise en œuvre des mesures d’atténuation des impactsnégatifs
des sous projets.
Ces formations permettront aux différentes parties prenantes du Projet :
- De mieux s’impliquer dans le processus de prise de décision, de planification, de négociation,de
mise en œuvre, de suivi-évaluation des initiatives économiques durables du point de
vueenvironnemental et social ;
- De mieux gérer les risques et conflits environnementaux et sociaux potentiels de leursactivités ;
- De diffuser les techniques adéquates de gestion durable des ressources naturelles.

b) Résultats attendus des formations : Les résultats suivants sont attendus suite aux formations
reçues :
- La vision sur les questions environnementales et sociales est acquise de manière uniforme ausein
du PADECE et mise en application dans les sites de mis en œuvre des sous projets ;
- Les différents intervenants et groupes cibles en aval sont mieux informés et sensibilisés enma tière
de gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles ; de prise encompte des aspects
sociaux et environnementaux ;
- Les responsables régionaux et partenaires du PADECE sont mieux imprégnés des concepts
etapproches et plus outillés pour le suivi environnemental et social des activités dans leurs zones
d’intervention ;
- Les mesures socio-environnementales appropriées pour les sous projets sont maîtrisées ;
- L’importance du CGES et de ses documents annexes est reconnue au regard du contextelégislatif
national actuel, et des politiques de Sauvegarde de la Banque mondiale ;
- Les promoteurs/bénéficiaires des sous-projets sont formés, informés et accompagnés pourassurer
leur auto-développement dans une perspective de durabilité.

c) Cibles de la formation : La formation s’adressera aux acteurs suivants :

50
- Cadres du PADECE notamment le responsable environnemental et social, le responsable de suivi-
évaluation, le coordonnateur ;
- Bénéficiaires des sous-projets à financer à savoir les membres des comités de développementet les
responsables des communes concernées ;
- Sectoriels MINEPDED et MINAS des départements où seront implantés les sous-projets ;
- Cadres Communaux de Développement des communes concernées ;
- Responsables des entreprises prestataires des travaux de génie civil dans la mise en œuvredes
investissements ;
- Membres des comités départementaux de suivi des PGES.

d) Thématiques retenues pour l’information, la sensibilisation: Le programme de renforcement


des capacités des bénéficiaires du PADECE devra comporter entre autres les modules récapitulés dans le
tableau 8 ci-après ; lesquels seront affinés et dispensés par des consultants spécialisés recrutés à cet effet.
Les participants seront constitués des points focaux responsables départementaux des affaires sociales et
de l’environnement et des ministères concernés par le Projet ; et des responsables des centres de formations
bénéficiairesles cadres communaux. Leur nombre a été estimé en fonction des thèmes deformation. Ces
formations seront organisées au niveau national et dans chaque région ciblée par le projet en début età mi -
parcours À cet effet, le projet recrutera par contrat des consultants chargés de les réaliser. Les recrutements
se feront selon des modalitésdéfinies par un contrat-type dont le modèle devra être annexé au Manuel
d’exécution du PADECE et sur la base des thématiques arrêtées. Des appui-conseils techniques et
technologiques devront accompagner les formations. Cesappui-conseils seront relatifs à l’ensemble des
activités ponctuelles qui permettent aux différentsacteurs d’améliorer leurs performances socio -
environnementales dans l’exercice de leurs fonctions ettâches quotidiennes. Il s’agira d’une assistance
pratique s’appuyant sur des besoins précis de ceux àqui elles sont destinées. L’appui-conseil pourra être
retenu tout au long du sous-projet d’un groupe cibleet sera alors assuré par le responsable environnemental
et social du projet.L’appui-conseil pourra aussi consister à fournir aux bénéficiaires une expertise so cio-
environnementale(personnel, support documentaire, etc.) qui soit spécialisée dans un aspect déterminant à
la réalisationdes activités.Les appuis technologiques prendront la forme d’un transfert de connaissances et
de procédés liés àl’utilisation des outils et des machines indispensables au suivi de la réalisation des
activités.Les appuis techniques et technologiques seront accordés sous la forme de subventions
(pourl’acquisition) selon les cas. Ils amélioreront l’offre nationale en la matière et tiendro nt compte
durenforcement des capacités des locaux sous forme de sous-traitance.

6.7.2. Calendrier de mise en œuvre


Les actions environnementales envisagées pourront être mise en œuvre suivant le calendrier proposé dans
le tableau 6 Ci-après ;

51
Tableau 6 : Calendrier de mise en œuvre du CGES

PERIODE DE MISE EN
MESURES ACTIONS ŒUVRE
A1 A2 A3 A4 A5
Mesures Mettre en application les mesures de mitigationet de
d’atténuation bonification proposées
Recrutement d’un Responsable Environnementalet
Mesures
Social au sein de l’UCP
institutionnelles
Publication du CGES et du CPPA
Mesures
Réalisation des EIES et NIES éventuelles
techniques
Atelier national ou régional de formation sur
Formation
lesévaluations environnementales et sociales
Information et Campagnes d’information et de sensibilisationdes
Sensibilisation communautés
Surveillance et suivi environnemental desprestations
Suivi environnemental (missions de terrain 2 à 3fois par
trimestres dans les zones d’interventiondu projet par le
SHQS-SE
Élaboration et mise en œuvre un plan decommunication
Mesures de suivi
à travers les radioscommunautaires, des affiches, et des
foires pourfaire connaître le PAREC au niveau local
notamment les activités en termes derenforcement des
capacités et lesmodalités,l’exécution de travaux, etc
Élaboration et mise en œuvre du mécanisme de
gestion des plaintes
Évaluation (mi-parcours et finale)

6.7.3. cout de mise en œuvre


Tableau 7: Coûts des mesures techniques
Coût
Composante de la Apport Coût total
Public cible Fréquence Unitaire
formation (jours) (FCFA)
(FCFA)
- Fonctionnement duCGES : sélection, et
outils d'évaluation· Sensibilisation sur les Au cours
questions environnementale, lespolitiques de de la
Personnel 2 Ateliers de
sauvegardeenvironnementale nationales et première 3 000 000 6 000 000
l’UCP 4 jours
de laBanque mondiale année du
- Approches del'évaluation des impactssur projet
l’environnement
Promoteurs
1 atelier
dessous - Formation en ÉvaluationEnvironnementale
àl’année 1 du
projets etSociale (sélection etclassification des 10 3 500 000 35 000 000
PADECE dans
Comités activités ;
chaquerégion
communaux

52
desuivi des - identification desimpacts, élaboration des
mesures de mesures d’atténuation desuivi des
sauvegarde indicateurs)
duprojet - Élaboration des TDRpour les EIES et des
NIES Législation
etprocéduresenvironnementalesnationales
(EIES etNIES)
- Suivi des mesuresenvironnementales
- Politiques de Sauvegardede la Banque
mondiale
- Fonctionnement duCGES (sélection,
réduction et dispositifsd'évaluation
environnementale
- Bonnes pratiques etmesures en matière Une fois
demitigation Atelier de 3 par an, au
Firmes 2 000 000 6 000 000
- Textes surl’environnementnationaux et jours cours des
d’exécution
Politiquesde sauvegarde de la années 1-3
Banque
- Mesures d’atténuationpour les activités du
sous-projet
- Campagnesd’information et Au fur età
Bénéficiaires desensibilisation sur la nature mesurede la
et populations desinvestissements,l’implication des Forfait validation
5 000 000 50 000 000
riveraines es · Acteurs locaux et lesaspects parrégion dessites dans
sites environnementaux etsociaux liés aux chacunedes 10
activitésdes sous projets régions
Total - 97 000 000

53
7. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Le projet s’inscrit en droite ligne de la stratégie sectorielle du système éducatif, qui assigne au MINEFOP la
mission de réguler les flux des sortants, sans qualification professionnelle, des divers sous -secteurs de
l'éducation (primaire secondaire, supérieur), estimés à 150 000 jeunes par an en 2015, en leurs compétences
dont ils ont besoin pour trouver ou créer des emplois.Les activités du PADECE auront des impacts positifs
majeurs sur les conditions d’accès à l’emploi au Cameroun et sur la compétitivité des employés camerounais,
notamment à travers :
‐ Le renforcement de la prise en compte des aspects sociauxdans le secteur de la formation technique et
professionnelle, notamment à travers la prise en compte dans les activités du projet des couches sociales
les plus défavorisées (femmes, populations autochtone, personnes vivant avec un handicap, jeunes).
‐ L’amélioration de la gouvernance dans le secteur de la formation technique et professionnelle,
‐ Renforcement des capacités des enseignants du secteur de la formation technique et professionnelle
notamment ceux des secteurs BTP – Agro-industrie – Numérique – Energie ;
‐ Le renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure compétitivité face à la concurrence
étrangère dans des secteurs concernés et même des corps de métiers connexes.
‐ Le renforcement des capacités des acteurs sur les mesures de santé et de sécurité au travail,
‐ La facilitation de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes dans le monde de l’emploi grâce aux
nouvelles compétences reçues et aux contacts avec les entreprises des secteurs concernés. Cette action
aura pour effet à long terme la création d’emplois pour les jeunes.
‐ L’amélioration des revenus des populations riveraines du site des centres bénéficiaires. En effet, l ’afflux
de jeunes et d’enseignants vers les sites bénéficiaires du PADECE engendrera la prolifération d’activités
connexes au niveau des populations notamment le développement de l’agriculture périurbaine, du petit
commerce, de la restauration, etc. Ces activités connexes permettront du fait de la disponibilité de
quelques excédents dans les budgets familiaux, la satisfaction de certains droits sociaux fondamentaux
tels que les droits à l’alimentation, le droit au développement, le droit à l’habillement, le droit à l’assistance
des personnes âgées… En outre, la scolarisation et l’accès aux soins de santé appropriés pourraient être
améliorés pour les populations riveraines.
‐ La création de nouvelles opportunités pour les entreprises nationales qui susceptibles d’être
contractualisées comme fournisseurs/prestataires des services dans le cadre de la mise en œuvre du
projet.

Le projet aura également sur sont environnementquelques impacts sociaux négatifs. De manière générale,
impacts sociaux négatifs pouvant être générés par la mise en œuvre du PADECE sont : dégradation du
patrimoine culturel et archéologique, destruction et/ou déplacement de monuments historiques, conflits liés
aux restrictions d’accès aux ressources naturelles, conflits de leadership entre les PME, conflits entre les
populations et le Projet, accidents au travail, recrudescence des maladies pulmonaires des ouvriers et
employés, abandon de certains secteurs d’activités traditionnelles du milieu, renchérissement du prix de
vente des produits agropastoraux.
Les aspects positifs du projet l’emportent largement sur les quelques impacts négatifs potentiels qui ont été
identifiés et donc les mesures de mitigation seront prises, conformément aux dispositions des politiques
opérationnelles de la Banque Mondiale (OP 4.01, OP4.10) et de la législation nationale, tels que planifié
dans le présents CGES, qui est compté par le Plan des Peuples Autochtones (PPA).

54
Les impacts positifs du projet devront être bonifiés par :
• L’Intégration de l’approche genre : le Projet prendra en compte les aspects genre liés à ses activités.
Une attention particulière devra notamment être portée sur l’accès des femmes aux centres de
formations qui seront soutenus par le Projet.
• La prise en compte des handicaps : les appuis fournis par le Projet doivent prendre en compte les
différents aspects liés aux personnes vivant avec des handicaps. Le Projet devra faciliter l’accès des
personnes vivant avec des handicaps (déficients visuels, sourds-muets, handicapés physiques) aux
activités et produits du Projet

55
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
- Banque mondiale, Politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale, Projet d’examen et
demise à jour, Document de cadrage, Octobre 2012.
- Banque Mondiale, Cadre environnemental et social, Elaboration des
normesenvironnementales et sociales dans le cadre du financement des projets
d’investissement,deuxième version pour consultation, Juillet 2015.
- Banque mondiale, Politiques opérationnelles 4.12, Réinstallation involontaire despersonnes,
Décembre 2001.
- Banque mondiale, Politiques opérationnelles 4.01, Evaluation environnementale, Janvier999.
- PDUE, Cadre de Gestion Environnemental et Social, phase 3, Juin 2010
- PDUE, Cadre de Politique de Recasement, phase 3, Juin 2010

56
ANNEXES :
Annexe 1 : TDR de la mission

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON


Paix – Travail – Patrie Peace – Work - Fatherland
---------------- ----------------
MINISTERE DE L’EMPLOI ET DE LA MINISTRY OF EMPLOYMENT
FORMATION PROFESSIONNELLE AND VOCATIONAL TRAINING
---------------- ----------------
SECRETARIAT GENERAL SECRETARIAT GENERAL
---------------- ----------------
PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DES PROJECT ON SKILLS DEVELOPMENT SUPPORT
COMPETENCES POUR LA CROISSANCE ET L’EMPLOI FOR EMPLOYMENT AND GROWTH

TERMES DE REFERENCE
POUR LE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT NATIONAL INDIVIDUEL CHARGE D’ELABORER UN
CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE AU CAMEROUN DU PROJET D’APPUI AU
DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR LA CROISSANCE ET L’EMPLOI (PADECE)

1. Contexte et justification

Le Gouvernement de la République du Cameroun a reçu un crédit de l’Association Internationale pour le


Développement (AID/IDA) et a l’intention d’utiliser une partie des montants de ce crédit(référence du crédit)
pour effectuer des paiements au titre du contrat de consultant pour l’élaboration d’un cadre de Gestion
Environnementale et Sociale (CGES) du Projet D’appui au Développement des Compétences pour la
Croissance et l’Emploi (PADECE).

Le PADECE a pour objectif d’augmenter l’offre et la qualité des compétences requises par le marché du
travail, particulièrement dans les secteurs porteurs et d’améliorer la gouvernance et le pilotage du système
de développement des compétences au Cameroun, en vue d’une croissance soutenue et inclusive de
l’économie.

L'analyse de l'état actuel du capital humain dans l'économie du Cameroun, l'évaluation des besoins des
entreprises en main d'œuvre qualifiée, la réalisation des objectifs de croissance, la pression de la demande
sur le marché du travail, impose à l'évidence la mise en œuvre d’une politique de formation professionnelle
qui tienne compte des défis de l'étape et des enjeux futurs. Les grandes lignes de cette politique ont été
clairement énoncées dans le DSCE. Elles n'ont pas toutefois fait l'objet de dispositions p ratiques susceptibles
d'en assurer la concrétisation.

57
Le PADECE vise à proposer des mesures et projets de consolidation du dispositif de développement des
compétences et à introduire une meilleure cohérence d'ensemble du fonctionnement du système Formati on
Technique et Professionnelle (FTP), et une plus grande efficacité de ses performances.

Le projet envisage la réhabilitation de certains écoles (EFTP) et l’appui en équipements de formation. Ces
activités sont susceptibles d’avoir des risques pour l’environnement, la santé des apprenants et des
formateurs. La mise en œuvre de ce Projet exige donc l’élaboration d’un cadre de gestion des incidences
environnementales et sociales des différentes composantes dudit Projet sur les milieux récepteurs des
interventions et actionsydécoulant. C’est ce qui justifie la conduite de la présente étude dont l’objectif est
d’élaborer un ensemble d’outils en rapport avec les préoccupations convergentes de la Banque Mondiale et
de la législation camerounaise afin de:

➢ Respecter les conditionnalités de la Banque mondiale et intégrer les préoccupations du


Gouvernement du Cameroun ;
➢ fournir un ensemble d’outils de gestion environnementale et sociale au PADECE.

2. Objectif et périmètre de la mission

L’objectif du cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) est d’établir un processus de sélection
environnementale et sociale qui permettra aux structures chargées de la mise en œuvre du Projet de pouvoir
identifier, évaluer et atténuer les impacts environnementaux et sociaux potentiels des activités du projet aux
stades de préparation, de planification et de mise en œuvre.
Spécifiquement, il s’agira : (i) d’évaluer les impacts environnementaux et sociaux potentiels du projet, qu’ils
soient positifs ou négatifs, et proposer des mesures d’atténuation ou d’accentuation suivant que les impacts
sont négatifs ou positifs ; (ii) d’établir des directives et méthodes claires pour l’examen des composantes
environnementales et sociales en rapport avec la mise en œuvre des actions qui doivent être financées par
le PADECE.
La mission focalisera également son analyse pour l’accès à l’Energie par les EFTP bénéficiaires des
équipements de formation, aux aspects de sécurité et de santé au travail, au mécanisme de gestion des
plaintes et à la sécurité des équipements de formation dans les potentiels structures de formation
bénéficiaires. De la même façon, un point de vigilance devrait être porté sur les couches sociales les plus
défavorisées (femmes, populations autochtone, personnes vivant avec un handicap, jeunes) pour qu’elles
soient prises en compte dans les activités du projet.
3. Les « Services » attendus du consultant

Les services du consultant se feront selon l’approche méthodologique suivante :


(i) une analyse documentaire des textes légaux et réglementaires régissant la gestion de l’Environnement
au Cameroun, et en conformité avec les directives établies par la Banque mondiale en la matière ; (ii) une
description des fondements et des composantes du Projet d’Appui au Développement des Compétences
pour la Croissance et l’Emploi (PADECE); (iii) une présentation des enjeux environnementaux grâce à des
visites de sites et des discussions et/ou enquêtes avec les responsables locaux et les personnes ressources

58
dans les différentes localités envisagées ; (iv) un questionnement (questionnaire, guides d’entretiens) avec
les organisations de la Société Civile,les acteurs du secteur et populations riveraines ; (v) une analyse
analogue pour la définition et l’évaluation des impacts génériques potentiels du Projet d’Appui au
Développement des Compétences pour la Croissance et l’Emploi (PADECE).
De manière spécifique, il sera question de :
➢ fixer les procédures et méthodologies explicites pour la planification environnementale et sociale,
ainsi que pour l’évaluation, l’approbation et la mise en œuvre des activités devant être financées
dans le cadre du projet ;
➢ préciser les rôles et responsabilités ad hoc et institutionnelles et esquisser les procédures de
comptes rendus impératives pour gérer et suivre les préoccupations environnementales et sociales
relatives à ces activités ;
➢ déterminer les besoins en renforcement des capacités et autres assistances techniques pour la mise
en œuvre adéquate des recommandations du CGES ;
➢ fournir les moyens d’information adaptés pour exécuter et suivre les recommandations du CGES.
La réalisation de la mission s’effectuera de façon participative par la consultation des différentes parties
prenantes des secteurs intéressés pour la présentation des résultats du diagn ostic et la prise en compte de
leur préoccupation.

4. Résultats attendus

Les principaux résultats attendus de l’étude sont :


- Les enjeux environnementaux et sociaux des zones d’intervention du projet sont analysés et
caractérisés ;
- Les forces et faiblesses du cadre juridique de gestion environnementale et sociale sont mises en
exergue en vue de leur prise en compte dans la formulation des recommandations du PCGES ;
- les différents types de risques et d’impacts environnementaux et sociaux associés aux inte rventions
du projet sont identifiés et analysés par composante du projet;
- Les risques majeurs sur l’hygiène, la santé, et la sécurité au travail sont identifiés et les procédures
de gestion sont énoncées
- un plan cadre de gestion environnementale et sociale (PCGES), y compris les coûts estimés, est
élaboré conformément aux normes connues et comprenant :
- les rôles et responsabilités pour la mise en œuvre de ces mesures sont précisés, au regard de la
législation et du cadre institutionnel en la matière et des exigences de la Banque mondiale dans ce
domaine ;
- un mécanisme de surveillance environnementale comprenant les modalités de suivi et de rapportage
de la mise en œuvre des mesures du PCGES;
- les besoins de renforcement des capacités de l’unité de mise en œuvre du projet et des principaux
acteurs impliqués dans la bonne exécution du PCGES ;
- un budget y afférant est estimé.

5. Organisation de la mission

59
L’étude sera conduite sous la supervision de l’Unité de Coordination du Projet (UCP). La méthodologie
présentée par le Consultant sera approuvée par l’équipe de suivi de l’étude.
Les extrants attendus se présentent comme suit :
➢ Un rapport provisoire en dix (10) exemplaires, en support papier et électroniqueen français et en
anglais, doit être déposé quinze (15) jours après le début de la mission ;
➢ Un rapport final en dix (10) exemplaires en support papier et électronique, en français et en anglais
ne dépassant pas de cinquante (50) pages doit être déposévingt-cinq (25) jours après le début de la
mission.
Le délai d’approbation des rapports ci-dessus par l’UCP-PADECCE ne devrait pas excéder dix (10) jours.

6. Contenu et plan du rapport

Étant un document de cadrage, le rapport du CGES sera, autant que possible, concis. Il ne traitera donc que
des impacts environnementaux et sociaux significatifs. Il se concentrera sur les résultats, les conclusions et
les recommandations pour de futures actions, à la lumière des données rassemblées ou d'autres références
utilisées au cours de l'étude. Les éventuels détails seront développés en annexe du rapport.
Le rapport du CGES sera structuré comme suit :
➢ Liste des Acronymes ;
➢ Sommaire ;
➢ Résumé analytique en français et en anglais ;
➢ Brève description du projet et des sites potentiels incluant la méthodologie qui sera appliquée pour
la préparation, l’approbation et l’exécution des sous projets ;
➢ Situation environnementale et sociale de référence (enjeux environnementaux et sociaux actuels)
dans les zones du Projet ;
➢ Cadre politique, administratif et juridique en matière d’environnement/d’’évaluation
environnementale et aperçu des politiques de sauvegarde environnementales applicables, ainsi
qu’une analyse des conditions requises par les différentes politiques ;
➢ Identification et évaluation des impacts environnementaux et sociaux et leurs mesures de gestion ;
➢ Le Plan CGES comportant les éléments suivants :
• Les critères environnementaux et sociaux d’éligibilité des microprojets ;
• Processus de screening environnemental des sous projets en vue de définir le niveau d’analyse
environnementale et sociale requise selon la réglementation ;
• Le processus d’analyse et de validation environnementale des sous projets passés au screening ;
• Dispositions institutionnelles pour la mise en œuvre et le suivi du PCGES ;
• Des indications sur le mécanisme de gestion des conflits à mettre en place pour la mise en œuvre
des activités.
• Programme détaillé pour le renforcement des capacités ;
• Un budget de mise en œuvre du PCGES ;

➢ Le Cadre de suivi environnemental y compris quelques indicateurs clés et les rôles et


responsabilités, un calendrier de suivi-évaluation et les parties responsables de la mise en œuvre ;
➢ Résumé des consultations publiques du CGES ;

60
➢ Annexes : Détail des consultations du CGES, incluant les localités, dates, listes de participants,
problèmes soulevés, et réponses données ; Grille de contrôle environnemental et social, comprenant
la grille d’impact environnemental et social et les mesures d’atténuation appropriées ; Un formulaire
de revue environnementale et sociale (Screening) ;
➢ Références bibliographiques.

7. Responsabilité du PADECE

Le consultant prendra toutes les dispositions qui s’imposent pour la réussite de sa mission.
Le projet agira en tant que Maître d’Ouvrage de l’Opération et aura pour tâches essentielles de :
➢ mettre à disposition du consultant toutes les informations susceptibles de l’aider dans
l’accomplissement de sa mission et établir la liaison avec les entités impliquées dans la réalisation
du projet ;
➢ veiller à la réalisation des prestations dans le respect des normes, des textes en vigueur et suivant
les règles de l’art ;
➢ liquider et acheminer dans les circuits administratifs de paiement les factures des prestations du
consultant selon les termes du contrat.

8. Durée de la mission

Il est prévu que les prestations soient fournies au plus tard le 30 septembre 2018 sur une période ne
dépassant pas vingt-cinq (25) jours calendaires, non compris les délais d’approbation des rapports.

9. Profil du Consultant

Pour mener à bien cette étude, le consultant devra :


✓ Etre titulaire d’un diplôme universitaire BAC+5en sciences sociale, environnement, science
agronomique ou autres domaines équivalent
✓ Disposer d’un minimum de 5 années d’expérience de travail dans la préparation de documents
d’évaluation d’impact environnemental et social ; consultation et participation des populations ;
✓ Avoiruneexcellenteconnaissance des problématiquesenvironnementales et sociales au Cameroun.
✓ Avoirune bonne connaissance des politiques publiquesdans le secteur de l’éducation.
✓ Avoiruneexpériencedansl’analyse des risques et le système de management intégré (Qualité-
sécurité-environnement)
✓ Avoir conduit au moins 02 missions similairesentermes de nature.
✓ Avoir une excellente maitrise des outils informatiques usuels (Word, Excel, Power Point) ;
✓ Le consultant devra faire preuve des compétences suivantes :
o Faire preuve de rigueur dans le travail ;
o Avoird'excellentescapacitésrédactionnelles, d’une grande disponibilité ;
o Avoir des aptitudes pour le travail en équipe et un esprit d’initiative développé ;
o Être en mesure de travailler sous pression ;
61
o Être ouvert au changement et apte à gérer des situations complexe.

Annexe 2 : DETAIL DES CONSULTATIONS PUBLIQUES

Liste des personnes rencontrées


Noms et Prénoms Administration/Organisation Qualité Contact

OVAH OWONA Centre IAI (Institut Africaine Chef de centre 695 45 45 47


Augustine d’Informatique

ASSE Alexandre Mairie d’Obala Chef de cabinet du 676 33 83 01


Maire

Fotso Bertin SAR/SM d’Obala Enseignant

EWODO ENAMA Z. Sous préfecture de Secrétaire Particulier 674 60 30 33


Batchenga de sous préfet

62
Lettre d’introduction

63
Annexe 3 : Plan Cadre de Gestion Environnementale et sociale (dans l’ordre des points suivants)

5.1. Enumération des mesures génériques de gestion environnementale et sociale


(système et unité de gestion proposés, activités physiques, renforcement de
capacités) par type de sous – projets ou microprojets ; - OPTIONNEL (sinon en
annexe)
5.2. Procédure de gestion environnementale et sociale des sous projets, couvrant du
screening au suivi-rapportage du PGES du sous-projet (selon le type de projet et le
risque) y compris de façon spécifique des critères (choix de site, exclusion spécifique
d’activités, études additionnelles, etc.) conformément à la procédure administrative
nationale et aux compléments de revue/commentaire/non-objection de la Banque ;
5.3. Plan de communication/consultation du public pendant la vie du projet ; (SI
NECESSAIRE)
5.4. Renforcement des capacités spécifiques et bien ciblé, y compris (selon le cas)
la communication pour le changement de comportement;
5.5. Mécanisme de gestion des plaintes et conflits environnementaux et sociaux du
projet (géré principalement par l’un ou l’autre des spécialistes en sauvegarde selon la
nature environnementale ou sociale du sujet) ;
5.6. Enumération des quelques principaux indicateurs (pas plus de 5) de mise en
œuvre du CGES ;
5.7. Arrangement institutionnel clair pour l'exécution de la procédure de gestion
environnementale et sociale des sous-projets (en cohérence avec le cadre
institutionnel global du projet), y compris les rôles et responsabilités au sein de l’entité
de mise en œuvre (Unité de Coordination du Projet) synthétisés dans un tableau de
synthèse qui permet surtout au Coordonnateur de l’unité de projet de savoir ‘’qui fait
quoi, quand, comment’’ et quel partenaire externe collabore/participe/prête service;
(CF. TABLEAU DES ETAPES ET RESPONSABILITES A CONTEXTUALISER); ce
point est à refléter dans le manuel d’exécution du projet ;
5.8. Budget global estimatif prévu pour la mise en œuvre de toutes les mesures
environnementales et sociales (en francs CFA et en dollars US, par source de
financement) y compris les provisions pour les compensations ;
6. Consultations menées (un paragraphe sur les dates et groupes d’acteurs ayant
participé) ;

Conclure en indiquant les autres documents qui complètent le CGES.

Annexe 4 : Diagramme de sélection et d’approbation des micro projets

Le présent formulaire de sélection a été conçu pour aider dans la sélection initiale des activités duprojet et pour
mettre les informations entre les mains des exécutants et des analystes afin que lesimpacts environnementaux et
sociaux et les mesures d’atténuation y relatives, s’il y en a, soientidentifiés et/ou que les exigences en vue d’une
analyse environnementale plus poussée soientdéterminées.

Formulaire de sélection environnementale et sociale « screening » de sous-projet

Formulaire de sélection environnementale et sociale

64
1. De l’établissement /du Village/sous-préfecture/
Commune/Ville/Département/ Région où le sous projetsera mis en
œuvre
2. Agence d'exécution du sous projet
3. Nom, titre, fonction et signature de la personnechargée de remplir le Nom, titre et fonction
présent formulaire Date et signature
Adresse (Contact téléphonique) :
4. Nom, titre, fonction de la personne chargéed’attester la réalisation du Nom, titre et fonction
screening Date, signature et cachet

Partie A : Brève description du sous projet

1. Comment le site du sous projet a-t-il été choisi?..…………………………………………


2. Nombre de bénéficiaires directs: ……Hommes : ……… Femmes : …… Enfants : ….…
3. Nombre de bénéficiaires indirects : ...Hommes : ……… Femmes : … Enfants : ..……
4. Origine ethnique ou sociale: Autochtones : Allogènes Migrants : Mixtes
5. Statut du site d’implantation du projet : Propriété : Location : Cession gratuite :

Partie B : Identification des impacts environnementaux et sociaux

Préoccupations environnementales Oui Non Observations


Ressources du secteur
Le sous-projet occasionnera-il des prélèvements importants de
matériauxde construction (sable, gravier, latérite, eau, bois de chantier,
etc.) ?
Le sous-projet nécessitera‐t‐il un défrichement important ?
Le sous-projet nécessitera-t-il l'acquisition de terres publiques de
façontemporaire ou permanente pour son développement?
Le sous-projet nécessitera-t-il l'acquisition de terres privées de
façontemporaire ou permanente pour son développement ?
Diversité biologique
Le sous-projet risque‐t‐il de causer des impacts sur des espèces rares,
vulnérables et/ou importantes du point de vue économique, écologique,
culturel ?
Y a‐t‐il des zones de sensibilité environnementale qui pourraient être
affectées négativement par le sous-projet ? forêt, aire protégée, zones
humides (lacs, rivières, bas-fonds, plaines inondables, etc.)
Zones protégées
La zone du sous-projet comprend‐t‐elle des aires protégées
(parcsnationaux, réserve nationales, forêt protégée, site de patrimoine
mondial,etc.) ?
Si le sous-projet est en dehors, mais à faible distance, de zones
protégées, pourrait‐il affecter négativement l'écologie dans la
zoneprotégée ? (P.ex. interférence avec les vols d'oiseau, avec les
migrationsde mammifères)
Géologie et sols
y a‐t‐il des zones instables d'un point de vue géologique ou des
sols(érosion, glissement de terrain, effondrement) ?
y a‐t‐il des zones à risque de salinisation ?
Paysage I esthétique
Le sous-projet entraînera-t-il une dégradation de la valeur esthétique
dupaysage?
Sites historiques, archéologiques ou culturels

65
Le sous-projet pourrait‐il changer un ou plusieurs sites
historiques,archéologiques, ou culturels, ou nécessiter des excavations ?
Perte d’actifs et autres
Est-ce que le sous-projet déclenchera la perte temporaire ou
permanented'habitats, de cultures, de terres agricoles, de pâturage,
d'arbres fruitiers?
Si oui, combien ?.................. ……………………
Est-ce que le sous-projet déclenchera la perte temporaire ou
permanenteet d'infrastructures domestiques ?
Est-ce que le sous-projet déclenchera une restriction d’accès à
unequelconque ressource naturelle ? (restriction d’accès à des
airesprotégées par exemple PFNL, faune)
Est-ce que la réalisation du sous-projet nécessite le déplacement d’uneou
plusieurs personnes ?
Si oui, combien ?.................. ……………………
Est-ce que le sous-projet déclenchera la perte temporaire ou
permanented'infrastructures commerciales formelles ou informelles ?
Pollution
Le sous-projet pourrait‐il occasionner un niveau élevé de bruit ?
Le sous-projet risque-t‐il de générer des déchets solides et/ou liquides ?
Si « oui » le sous-projet prévoit- il un plan pour leur collecte et
élimination ?
Y a‐t‐il les équipements et infrastructures pour leur gestion appropriée?
Le sous-projet pourrait‐il affecté la qualité des eaux de surface,
souterraine, sources d’eau potable ?
Le sous-projet risque‐t‐il d’affecter la qualité de l’atmosphère
(poussière,gaz divers) ?
Mode de vie
Le sous-projet peut‐il entraîner des altérations de mode de vie
despopulations locales ?
Le sous-projet peut‐il entraîner une accentuation des inégalités sociales ?
Le sous-projet peut‐il entraîner des utilisations incompatibles ou
desconflits sociaux entre les différents usagers ?
Santé sécurité
Le sous-projet peut‐il induire des risques d’accidents des travailleurs et
des populations ?
Le sous-projet peut‐il causer des risques pour la santé des travailleurs et
de la population ?
Le sous-projet peut‐il entraîner une augmentation de la population des
vecteurs de maladies ?
Le sous-projet peut‐il affecter négativement le fonctionnement des
infrastructures socioéducatives et sanitaires environnantes ?
Revenus locaux
Le sous-projet permet‐il la création d’emploi ?
Le sous-projet favorise‐t‐il l’augmentation des productions agricoles et
autres ?
Préoccupations de genre
Le sous-projet favorise‐t‐il une intégration des femmes et autres couches
vulnérables ?
Le sous-projet prend‐t‐il en charge les préoccupations des femmes et
favorise‐t‐il leur implication dans la prise de décision ?
Préoccupations culturelles
Le sous-projet favorise-t-il une intégration des divers groupes ethniques ?
Le sous-projet bénéficie t-il d'un large soutien de la communauté?
66
Le sous-projet peut-il causer d’autres nuisances environnementales ou
sociales potentielles? Si oui, Lesq

Annexe 5 : Liste de contrôle environnemental et social

Pour chaque sous projet /infrastructure proposé, remplir la section correspondante de la liste de
contrôle ; Le tableau du PGES présente plusieurs mesures d’atténuation; celles-ci peuvent être
amendées si nécessaire.

Activité
Questions auxquelles il faut répondre OUI NON Si OUI,
du projet
• Y aura-t-il perte de végétationquelconque pendant
l’exploitation del’infrastructure ?
• Y a-t-il des services adéquats pourl’évacuation des déchets
prévuspendant l’exploitation ?
• Y a-t-il possibilité de générer desdéchets d’amiante lors des
travaux ?
• Est-il possible que le projet génère desdéchets biomédicaux ?
• Les détritus générés pendant la miseen œuvre et
l’exploitation seront-ilsnettoyés et éliminés écologiquement ?
Si Oui,
Mise en • Les équipements et matériel desécurité et de secours en
s’inspirer
œuvre casd’accident seront-ils disponiblespendant la mise en œuvre
des mesures
etexploitati etl’exploitation ?
adéquates
on dessous • Y a-t-il des risques de pollution deseaux souterraines ou d’atténuation
projets superficielles parles activités du projet ? décrite s dans
duProjet • Y a-t-il des zones écologiquessensibles dans les environs de letableau du
la zoned’exploitation qui pourraient être PGES
impactés négativement ?
• Y a-t-il des impacts sur la santé despopulations riveraines et
celle dupersonnel de mise en œuvre et
d’exploitation ?
• Y a-t-il des impacts visuels causés parles travaux?
• Y a-t-il des odeurs pouvant provenirdu rejet des déchets issus
de l’activité?
• Y a-t-il des établissements humains,ou des sites d’importance
culturelle,religieuse, ou historique près du sitedu projet?
Annexe : CONTENU DE LA NOTICE
D’IMPACTENVIRONNEMENTAL
Le contenu d'une Notice d'impact Environnemental comprend:
- le résumé de la notice d'impact, en français et en anglais;
- la description du projet ou de l'établissement;
- la description de l'état du site et de son environnement physique, biologique, socio-économique et
humain;
- l'identification des effets possibles de la mise en œuvre du projet ou de l'établissement
67
surl'environnement et l'estimation des dépenses correspondantes;
- les mesures prévues pour éviter, réduire, éliminer ou compenser les effets dommageables duprojet sur
l'environnement et l'estimation des dépenses correspondantes;
- le programme de sensibilisation et d'information ainsi que les rapports des concertations avecles
populations riveraines;
- les termes de référence de la notice d'impact environnemental;
- la revue du cadre juridique et institutionnel.

Annexe : MODELE SIMPLIFIE DE CLAUSES A INCLURE DANS LE


DOSSIER DE CONSULTATIONDES ENTREPRISES ET LE CONTRAT DE
TRAVAUX POUR ATTENUER LES RISQUES SURL’ENVIRONNEMENT
Toute entreprise adjudicataire d’un marché de travaux dans le cadre du PADECE sera tenue de mettre en
œuvre une série de mesures visant à atténuer les impacts socio-environnementaux de son intervention
dans la zone d’influence du microprojet. A titre indicatif, ces mesures incluent :
- la limitation de l’envol des poussières pour protéger la santé des populations riveraines etpersonnel de
chantier, par les arrosages réguliers, ou l’adoption d’un calendrier approprié ;
- la limitation des nuisances sonores dues aux mouvements des équipements et engins ;
- la non obstruction des cours d’eau existants par les travaux, ou le dépôt anarchique des matériauxde
mauvaise tenue ;
- la mise en place d’un plan de gestion des huiles, carburant, lubrifiants et autres produitsdangereux. Ce
plan devra inclure leur récupération et transfert vers les entreprises spécialisées detraitement ;
- l’arrêt automatique des travaux en cas de découverte des vestiges archéologiques ou historiques,puis la
saisine immédiate des services compétents du Ministère de la Culture ;
- le respect des sites culturels ;
- l’interdiction systématique de transport, de chasse ainsi que de tous les produits forestiers nonligneux
par le personnel du chantier ;
- la mise à disposition dans la base chantier, des équipements adéquats pour l’eau potable et leseaux usées
domestiques ;
- le recrutement prioritaire de la main d’œuvre locale, ainsi que l’utilisation des matériaux locaux ;
- la signalisation systématique du chantier, aussi bien pendant qu’après les travaux, ainsi que lalimitation
des travaux afin de protéger la sécurité et la santé des riverains et du personnel dechantier ;le
portsystématique par le personnel de chantier, des équipements et tenue appropriés ;
- la sensibilisation du personnel de chantier et des riverains sur les IST/VIH/SIDA, et sur les autresfléaux
sociaux ;
- la remise en état systématique et totale du site d’installation du chantier à la fin des travaux ;
- l’organisation au profit du personnel de chantier et des populations riveraines, d’une campagne
desensibilisation, sur les risques sanitaires, les risques d’accidents et sur les impacts du braconnage.

En fonction de la nature et de la taille du projet à l’étude, ces directives peuvent être simplifiées
ou enrichies pour mieux s’adapter au contexte socio-économique et environnemental de la zone
du Projet. En tout état de cause, selon le phasage des travaux, le tableau ci-après fournit le détail
de quelques directives indicatives à observer par l’Entreprise :

68
Période /
Impacts potentiels à prévenir Directive
Activité
Installer le chantier à bonne distance de :
• la route : 80 m
Insécurité et conflits
• les cours d’eau et habitations : 80 m
Installation de Eviter d’installer le chantier dans une zone sensible (marécage, zonesacrée, flanc de colline, etc.)
chantier • Installer le chantier en dehors des zones sensibles
estruction des espèces
• Identifier (avec MINEP local), les espèces végétales sensibles/protégées se trouvant dans
végétales
l’emprise des travaux ;
• Installer le chantier en dehors des zones ne nécessitant pas des
Erosion
débroussaillages importants
• Organiser une réunion d’information au démarrage des travaux(prestataire, autorités Formatted: French (France)
Pendant les onflits avec les populations administratives/ communales / traditionnelles,populations), selon l’importance des travaux)
travaux • Recruter prioritairement le personnel local
• Elaborer un Règlement Intérieur et l’afficher. Y inclure lesdispositions telles que : Interdiction
du braconnage, de transport etconsommation de viande de gibier ; sensibilisation du personnel
Braconnage / MST- SIDA/
auxdangers des MST / SIDA, au respect des mœurs et coutumes locales,port obligatoire des
tenues de chantier,
• Doter le personnel en équipements de sécurité (selon la nature destravaux)
• Débroussailler les abords immédiats de l’ouvrage, y comprischantiers routiers pour améliorer la
Insécurité visibilité
• Construire des ralentisseurs en amont / aval du chantier
• Mettre des plaques de signalisation mobile du chantier
• Exécuter les travaux avant la saison des pluies
Erosion
• Engazonner les talus, et reboiser les espaces dégradés
Pollution par les déchets de • Installer des bacs / futs à déchets et les vider régulièrement dans ladécharge municipale ;
chantier • Eviter les dépôts à proximité des cours d’eau et zones sensibles
• Bétonner l’aire d’entretien et de lavage des engins
Pollutions par les huiles et
• Aménager un puisard de récupération des huiles et graisses
graisses des engins
(travaux routiers) • Récupérer les huiles et graisses dans des fûts prévus à cet effet, et lesretourner à des entreprises
spécialisées pour traitement Le prévoirdans le contrat)
Pollutions par les poussières
• Compacter et arroser périodiquement les voies d’accès
d’accès (travaux routiers)
Destruction des espèces
• Préserver et protéger les arbres et espèces de qualité
végétales
Fin des travau • Remettre le site en son état initial (ex : régalage des terres végétales sizone d’emprunts,
Enlaidissement du paysage
• Emporter tout équipement ou matériel apporté sur le site
• Aménagement des exutoires / divergents/ fossés, selon le cas
Erosion
• Rétablir le système de drainage

Enfin, avant le démarrage des travaux, l’Entreprise devra préparer et soumettre à l’approbation du
Maitre d’ouvrage (Maire/chef d’établissement) et du représentant régional de l’UCP, le plan de mise
enœuvre de l’ensemble des mesures environnementales envisagées dans le microprojet, y compris les
présentes clauses. Ce plan devra inclure les formations ou campagnes de sensibilisation envisagées, les
responsabilités de mise en œuvre, le calendrier ainsi que les couts y afférents.

69
Annexe 6 : Tableau de comparaison entre la législation nationale et la politique de sauvegarde environnementale de la Banque mondiale

Disposition des Politiques de sauvegarde


Législation nationale Analyse de conformité
déclenchés par le projet
Disposition de l’OP 4.01
Evaluation environnementale et Sociales Loi 96/12 du 5 août 1996 portantLoi-cadre
L’OP 4.01 est déclenchée si un projet vaprobablement relative à la gestion del’environnement impose Conformité entre l’OP 4.01et la législation
connaître des risques et desimpacts environnementaux uneEIES à tout projet susceptible deporter nationale
potentiellementnégatifs dans sa zone d’influence. atteinte àl’environnement.
Arrêté N°00001/MINEPDEDdu 08 février2016
fixant lesdifférentes catégoriesd’opérations
Conformité entre l’OP 4.01et la
Examen environnemental préalable dont la réalisationest soumise à une
législationnationale
L’OP 4.01 classifie les projets comme suit : évaluationenvironnementale stratégiqueou à
- La catégorie Acorrespondant àl’EIESdétaillée
- Catégorie A : impact négatif majeur certain une étude d’impactenvironnemental e social
- La catégorie Bcorrespondant à
- Catégorie B : impact négatif potentiel suit ;
l’EIESsommaire
- Catégorie C : impact négatif non - EIES détaillée : impactnégatif majeur
- La catégorie C à uneNotice
significatif. certain
d’impactenvironnemental
- EIES sommaire : impactnégatif potentiel
- NIES : impact négatifnon significatif
Participation publique:
L’OP 4.01 dispose que pour tous les projets deCatégorie A
et B, les groupes affectés par leprojet et les ONG locales
sont consultés sur lesaspects environnementaux du projet,
et tientcompte de leurs points de vue. Pour les projetsde La Loi dispose également sur latenue de
catégorie A, ces groupes sont consultés aumoins à deux consultations pourtoutes les catégories
Conformité entre l’OP 4.01
reprises : d’évaluationenvironnementale ; à cela
et la législation nationale
a) peu de temps après l’examen environnemental s’ajoutent les audiences publiques pour les
préalable et avant la finalisation des termes de référence EIESdétaillées
de l’EIE ; et
b) une fois établi le projet de rapport d’EIE. Parailleurs, ces
groupes sont consultés tout au longde l’exécution du
projet, en tant que de besoin.

69
Diffusion d’information
L’OP 4.01 dispose (voir Annexe 11.4) de rendredisponible
le projet d’EIE (pour les projets de lacatégorie A) ou tout
rapport EIE séparé (pourles projets de la catégorie B) dans La Loi dispose également sur ladiffusion des Conformité entre l’OP 4.01et la législation
le pays etdans la langue locale à une place rapports de l’EIES national
publiqueaccessible aux groupes affectés par le projet etaux
ONG locales avant l’évaluation. En plus, laBanque
mondiale diffusera les rapportsappropriés à Infoshop
Dispositions de l’OP 4.10 PopulationsAutochtones
Il n’existe pas de textesspécifiques sur
L’objectif de cette politique est de faire ensorteque : (i) lespopulationsautochtones. Toutefois,
leprocessus de développementencourage le plein respect laConstitution, comme il a étésouligné un peu
de la dignité, desdroits de l’homme et de la plus haut,n’établit pas de distinctionformelle
En l’absence d’unepolitiquenationale spécifique,
spécificitéculturelledes peuples indigènes ; (ii) ils ne entre ces peuplesautochtones et les autres
laPolitique de la Banque seraappliquée dans le
souffrent pasdes effets préjudiciables au cours du populations dans l’énonciationdes droits
cadre duprojet
processusdedéveloppement ; et (iii) les reconnus auxcitoyens. De même, elle ne
peuplesindigènesreçoivent des bénéfices sociaux et créenon plus de discrimination dansl’accès et
économiquescompatibles avec leur culture. la jouissance du statutde citoyen et de
reconnaissancede sa personnalité juridique.

70
Annexe 7 :Mini plan de gestion des déchets

En matière de déchets, une bonne gestion passe par quelques étapes clés et par une démarche bien
structurée. Quelques actions clés sont à considérer par ordre de priorité :

a) Bien connaitre les déchets et leur gestion actuelle

Bien connaître les déchets est une étape incontournable pour améliorer la gestion de ceux-ci. Or cette
connaissance s’acquiert notamment par un suivi régulier des quantités et des coûts de gestion de déchets
et par un (auto)diagnostic de celui qui produit ces déchets.

Pour cela, il faut dresser un état des lieux qui identifie les différents flux de déchets, les quantités produites,
les processus qui les génèrent et les coûts induits ; sans oublier d'inventorier les filières d’élimination et les
modes de stockage actuels.

Ce suivi et cette analyse des quantités et des coûts de gestion des déchets produits permettent donc
d’identifier les déchets les plus coûteux et ceux produits en plus grande quantité, de mettre en évidence
faiblesses et points forts, et enfin, d’identifier les possibilités d’amélioration.

b) Bien connaitre la législation applicable

Il est important de réaliser un inventaire des législations en matière de déchets qui concernent les acteurs
concernés. Cela permettra notamment d'évaluer les risques de non-conformité réglementaire, d'épingler les
non-conformités réglementaires de l'entreprise mais aussi d'élaborer une stratégie de veille réglementaire.

c) Prendre des mesures de prévention

De manière à diminuer les coûts de gestion mais aussi l’impact environnemental de l'ent reprise, il est
important de mettre en place des mesures dites "de prévention" qui consistent à adopter des comportements
et des attitudes éco-responsables.

La prévention agit à la source en suivant le principe : le meilleur déchet est celui qui n’existe p as !

Cela peut être effectué de deux manières :

• Par de la prévention quantitative, qui vise à prévenir l'apparition de déchets


• Par de la prévention qualitative, qui a un double objectif : d’une part, minimiser la nocivité des
déchets produits en réduisant à la source les teneurs en substances nocives, et d’autre part,
améliorer le caractère valorisable et/ou recyclable des déchets produits

En considérant l’ensemble du cycle de vie des produits, la prévention s’applique donc en amont des difficultés
que peuvent poser les déchets une fois produits.

Faire de la "prévention déchets", c’est aussi agir au niveau :

71
• des consommations des produits en appliquant une politique d’achats responsables
• de la fabrication des produits en appliquant des principes d’éco-conception intégrant également les
notions d’utilisation rationnelle des ressources (eaux, énergie, matières…)

d) Optimiser la gestion

Une bonne gestion des déchets permet de maîtriser chaque type de déchet de sa production à son
élimination. L’amélioration de la gestion passe donc par l’application de mesures curatives permettant
notamment d’optimaliser le tri, les collectes sélectives, le taux de recyclage, le choix des modes
d’élimination/traitement, ...

Les actions de gestion doivent assurer une simplification du tri, une facilité de suivi des aspects quantitatifs
et qualitatifs, une rapidité d’adaptation aux nouvelles technologies ou aux nouvelles législations, une
meilleure valorisation de vos déchets, ...

e) Sensibiliser le personnel

Il est fréquent que l’analyse de la situation de départ révèle des dysfonctionnements dus par exemple à une
mauvaise connaissance des filières de tri des déchets de l'entreprise. La sensibilisation et l'adhésion du
personnel sont essentielles pour la réussite de toute démarche en matière de gestion des déchets.

Si vous envisagiez :

• d’organiser une collecte sélective de déchets dans les ateliers comme dans les bureaux afin de
favoriser leur élimination adéquate
• de modifier les modes d’approvisionnement matière et produits pour limiter la production des
emballages perdus

d’améliorer les procédés pour limiter les chutes et rebuts

72
Annexe : MINI PLAN DETAILLE POUR LA GESTION DES DECOUVERTES ARCHEOLOGIQUES
ACCIDENTELLES

Ce plan donne au PADECE et à ses sous-traitants les directives et les actions à entreprendre en cas de
découvertede matériaux archéologiques déjà perturbés ou intacts lors de la construction.

A. Objectif du plan
Proposer des actions qui permettent de minimiser non seulement les dommages aux
ressourcesarchéologiquesmais aussi les risques de rupture du calendrier des travaux de construction.

B. Principe
Le principe à la base de ce mini plan est la mise en place d’une procédure permettant une remontée rapide
del’information vers l’autorité compétente en cas de découverte archéologique, en vue de la sécurisation de
la découverte, de l’enclenchement des actions de sauvetage et d’études tout en limitant au maximum l’impact
sur ledéroulement des travaux.

C. Activités source d’impact


Les activités de fouille et d’excavation en vue de l’implantation des fondations des pylônes et des
postessont denature à perturber les ressources archéologiques des sites d’insertion. Il est rappelé aux
utilisateurs de ce planque la gestion des ressources archéologiques est régie par la loi N°2013/003 du 18
avril 2013 qui a pour objet defavoriserdéfavoriser la connaissance, la conservation, la protection, la
valorisation, la promotion et la transmission dupatrimoine culturel, dans l’intérêt public et dans la
perspective du développement durable.

D. Actions à entreprendre en cas de découverte archéologique accidentelle


Réponse initiale par l'entrepreneur en cas de découverte archéologique accidentelle
Etape 1 :
- Cesser immédiatement toute activité sur et autour de la zone concernée,
- Eviter de déplacer les vestiges et de recouvrir les découvertes de matériaux inertes
Etape 2 :
- informer immédiatement le chef chantier, l’environnementaliste de l’entreprise et le contrôleur
destravaux/ingénieur résident,
- Contacter immédiatement le coordonnateur du PADECE et l’expert environnementaliste
respectivement aux numéros ????????. Ils conseilleront les actions à entreprendre.

E. Action initiale par l’entrepreneur et le PADECE


En fonction de la nature de la situation, les actions suivantes pourront être entreprises :
- Sur la base d’une description au téléphone de l'incident, le PADECE peut décider qu'il n’ya pas
d'autres préoccupations, ce qui permet les travaux de continuer comme prévu
- Le PADECE informe par écrit les autorités locales et déclare par écrit la découverte accidentelle
auMINAC(Cela devra se faire tout au plus dans les 24h qui suivent le moment de la découverte) et une
descented’investigation par l’environnementaliste avec l’appui technique d’un archéologue est
recommandée.

F. Options de gestion

73
L’archéologue consultant du PADECE en concertation avec les groupes affectés et l’ingénieur del’entreprise
devrontentreprendre une évaluation préliminaire rapide de la découverte et du site. Il devra considérer les
optionssuivantes dans le processus de prise de décision des options à entreprendre.
- Option 1 : Evitement à travers une relocalisation partielle ou complète de l’emprise du pylône et/ou du
poste oucontournement du tracé ou du site de construction du poste. Cela garantit un impact minimal
sur le sitearchéologique. Les sites à éviter ont généralement une importance avérée ( grande densité
et/ou variétéd’artefacts reposés en contexte primaire) et ont souvent besoin de recherches
archéologiques approfondies.Les conditions d’autorisation des fouilles (voir paragraphe V ci-dessous)
et recherche, ainsi que les droits etobligations de l’archéologue seront déterminées par l’arrêté conjoint
du MINAC et du MINRESI. Avec cetteoption, le PADECE devra mobiliser par appel d’offres national une
équipe de recherche archéologique.
- Option 2 :Fouilles des sites de moindre importance par l’archéologue consultant du PADECE (site isolé
et trouvaillesisolées sont difficiles à interpréter parce qu’un échantillon représentatif du matériel est
nécessaire).
- Option 3 : Application des mesures de protection du site. Quadriller, fermer et protéger le secteur en
créant unpérimètre de sécurité. En fonction de la situation, un service de garde devra être mis surplace
jusqu’à la décisionde gestion.

G. Fouille du site et l’étude du matériel collecté


- Inventaire des sites, objets et données collectées
- Cartographie du site (échelle 1/20)
- Ouverture d’un pourcentage adapté de la surface totale du site
- Décapage par couches artificielles de 10 cm d’épaisseurs
- Tamisage de tous les sédiments à travers une maille de 0, 5 cm
- Pendant les fouilles, tous les artefacts comme les tessons de poterie, l’outillage lithique et les débr is
dedébitage sont collectés
- Au cours du décapage les grands artefacts ou les structures sont laissés en place le plus
longtempspossible pour être cartographiés et photographiés ✓ Les ossements, coquillages, charbon de
bois sont collectés systématiquement pour datationradiocarbone
- Des échantillons de sol sont collectés pour analyse par flottation ✓ Les couleurs des sédiments sont
identifiées selon le Munsell Soil Color Chart.60
- Prise de notes complètes et précise des procédures de terrain et des r ésultats, avec illustration par
photo, plans, profils et dessins
- Etude des artefacts et des données associées en laboratoire
- Publication des données (rapport, articles scientifiques) par la PADECE et le MINAC

H. Enregistrer les données suivantes pour chaque site archéologique :


- Coordonnées GPS
- Date de découverte et heure d’arrêt des travaux
- Extension approximative du site
- Contexte géomorphologique.
- Artefacts/structures observés
- Photographie d’un échantillon d’artefacts
- Photographie générale du site

I. propriétaire et conservation du matériel collecté

74
Tout le matériel archéologique collecté lors des travaux du projet appartient à l’État camerounais et
devradoncêtre remis au MINAC pour conservation.

J. Pré requis pour la mise en œuvre effective du plan


Pour faciliter la gestion des découvertes archéologiques accidentelles, le PADECE devra en amont :
- Recruter en CDD un consultant archéologue. Il devra lancer un appel manifestation d’intérêt
pourconstituer un fichier de consultants archéologues qu’il pourra au besoin mobiliser ;
- Veiller à ce que les employés et ouvriers soient sensibilisés au respect des mesures de précaution
établies pour préserver les ressources archéologiques sur les chantiers.
Une réponse concertée devra toujours être recherchée entre le PADECE, l’entrepreneur, le Ministère des
Arts et dela culture, le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’inn ovation (MINRESI) et les groupes
affectés.

75

Vous aimerez peut-être aussi