Vous êtes sur la page 1sur 4

Annonce de la Pâque

�� �� � � � � � � � � � � � �� �� � ��
E x- ultez de joie, mul- ti- tu- de des anges, ex- ultez, servi- teurs de

� �� � � � � � � � � � � � � � � � � �� �� �
� � � ��
Dieu, sonnez cette heure tri- ompha- le et la victoi-re d’un si grand Roi.

� � � � � � � � � � � � � � � � � � �� � � �
� ��

Sois heureuse aussi, notre terre, irra-di- ée de tant de feux, car il t’a pri- se

� � � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � �
� � � ��
dans sa clarté et son règne a chassé ta nuit. Ré-jou- is-toi, mère Égli-se,

� � � � � � � � �� � � � � � � � �� � � � � �
� �
toute pa-rée de sa splendeur, entends vi-brer dans ce lieu saint l’acclama-tion

� � � �� �� �
�� �
de tout un peuple.

� � � � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � �
Omettre ce qui suit si le chanteur n’est pas diacre ou prêtre

Et vous, mes frè- res bien-aimés, à la lumiè- re de cette flamme, ne cessez

� � � � � � � � �� � � � � � � � �� � � � � � � �
� ��
pas d’en appe- ler a-vec moi à la bonté du Tout-Puis- sant. Il m’a choi-si

� � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
dans mon indigni- té pour être à son servi-ce : que sa lumiè-re me pé-nètre

� � � � � � � � � � � � � �� � �
� �� �
et je chante-rai la gloi-re du cierge pas- cal.

� � � � � � � �� � � � � � �� � � � � � � �� �
� �
Le Seigneur soit a-vec vous. Et a-vec votre esprit. É-le-vons notre cœur.

1
� � � � � � � � � �� � � � � � � � � � �� �
Nous le tournons vers le Seigneur. Rendons grâce au Seigneur, notre Dieu.

� � � � � � � �� �
Ce- la est juste et bon.

� � �� � � � � �� � � � � � � � � � � � �� � � �
Reprendre ici si le chanteur n’est pas diacre ou prêtre

Vraiment, il est juste et bon de chanter à pleine voix et de tout cœur le

� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �� � � �
Pè- re tout-puissant, Dieu invi- sible, et son Fils u- nique, Jé- sus Christ, notre

� � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
Seigneur. C’est lui qui a remis pour nous au Père é-ternel le prix de la dette

� � � � � � �� � � � � � � � � � � � �� � � � � � �
encourue par Adam ; c’est lui qui ré-pandit son sang par amour pour ef-fa-cer

� � � � � � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � �
la condamnation du premier péché. Car voi- ci la fê- te de la Pâque dans

� � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � �
laquelle est mis à mort l’Agneau vé-ri-table dont le sang consacre les portes des

� � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
croy- ants. Voi- ci la nuit où tu as ti-ré d’É-gypte les enfants d’Isra- ël, nos

� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � ��� � � � � � �
pè-res, et leur as fait passer la mer Rouge à pied sec. Voi- ci la nuit

� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �� � � �
où le feu d’u- ne co- lonne lumineuse repoussait les té- nèbres du péché.

2
� � � � � � �� � � � � � � � � � �� � � � � � � �
C’est mainte-nant la nuit qui arrache au monde corrompu, aveuglé par le

� �� � � � � � � � � � � � � �� � � � � � � � �
mal,
���� �
ceux qui, aujourd’hui et dans tout l’u-ni-vers, ont mis leur foi dans le

� �� � � � � � � � � � � � � � � � � � �� � � �
Christ : Nuit qui les rend à la grâ-ce et leur ouvre la communion des saints.

� �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
Voi- ci la nuit où le Christ, bri- sant les liens de la mort, s’est re- le- vé,

� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �� � � �
victo-ri- eux, des enfers. À quoi servi-rait-il de naître sans le bonheur d’être

� � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
sauvé. Merveilleuse condescendance de ta grâ- ce ! Impré- vi- sible choix de

� � � �� � � � � � � � � � � � � �� � � � �� � � ��
ton amour : pour rache- ter l’escla- ve, tu livres le Fils. Il fallait le péché

� � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �� �
d’Adam que la mort du Christ a-bo- lit. Heureuse é-tait la faute qui nous va-lut

� � � � � � � � � �� � �� � � � � � � � � � � � � � � � �
pa-reil Ré-dempteur. Ô nuit de vrai bonheur : toi seu-le pus connaitre cette

� � � � � � �� � � � � � � � � � � �� � � � � � � � � �
heure où le Christ a surgi des enfers. C’est de toi qu’il fut écrit : « La nuit

� � � � � � � � �� � � � � � � � � � � � �� � � � �
resplendi-ra comme le jour ; la nuit même est lumiè-re pour ma joie ». Car

� � � � � � � � � � � � � � �� � � �� � � � � � � � � �
le pouvoir sancti-fiant de cette nuit chas- se les crimes et la-ve les fautes,

3
� � � � � � � �� � � � � �� � � � � � � � �� � � � �
rend l’inno- cence aux coupables et l’al- légresse aux af- fl- igés, dis- si- pe la

� � � � � � � � � �� � � � � � � � � � � � �� � �� � � � �
haine, dispose à l’ami-tié et soumet toute puissance. Ô nuit de vrai

� � � � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � �
bonheur : nuit où le ciel s’u-nit à la terre, où l’homme rencontre Dieu.

� � � � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � �
Aussi nous t’en pri- ons, Seigneur : Permets que ce cierge pascal, consacré à

� � �� � � � � � � � � � �� � � � � � � � � �� � �
ton nom, brû-le sans déc-lin dans cette nuit. Qu’il soit agré- able à tes yeux,

� � � � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
et joigne sa clarté à cel-le des é-toi-les. Qu’il brûle enco-re quand se lè-ve-ra

� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �� � � � � �
l’astre du ma- tin, celui qui ne connaît pas de couchant, le Christ, ton Fils

� � � � �� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � �
ressusci- té, re- ve- nu des enfers, ré- pandant sur les humains sa lumière et sa

� � � � � � � � � � � � � �� � � � � � � � � � � �
paix, lui qui règne a-vec toi et le Saint-Esprit, mainte-nant et pour les siècles

� � �� �� � � �� �� � �
des sièc-les. Amen.