Vous êtes sur la page 1sur 146

République du Bénin

*****

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE ET DE LA


PECHE (MAEP)

********
PROJET D’APPUI AUX INFRASTRUCTURES AGRICOLES DANS LA VALLÉE DE L’OUEME (PAIA-
VO)
***********

ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET


SOCIAL (EIES) SIMPLIFIEE DU SOUS-
PROJET DE PAIA-VO RELATIF À LA
CONSTRUCTION DE 11,11 KM DE PISTES
AGRICOLES DANS LA COMMUNE DE ZE

RAPPORT FINAL
Réalisé par :

CECO-BTP Ingénieurs Conseils


Etudes, travaux, contrôle et surveillance
Ménontin, C/ 2118, 4 BP 1165 Cotonou Bénin
Tel : (+229) 21 38 36 52 ; Fax : (+229) 21 30 29 15
Site web : hpps://www.cecobtp.com ; E-mail :
cecobtp@cecobtp.com

Août 2018 1
SOMMAIRE
SOMMAIRE ......................................................................................................................................................... 2
LISTE DES FIGURES LISTE DES PLANCHES PHOTOGRAPHIQUE LISTE DES TABLEAUX . 3
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS .................................................................................................... 5
RESUME............................................................................................................................................................... 6
ABSTRACT .......................................................................................................................................................... 8
INTRODUCTION ............................................................................................................................................ 10
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET .................................................................................. 11
2. DEMARCHE METHODOLOGIQUE DE RÉALISATION DE L'ETUDE D’IMPACTS
ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU SOUS-PROJET ...................................................................... 17
3. DESCRIPTION DU MILIEU RECEPTEUR DU SOUS-PROJET ..................................................... 26
4. ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET ...................................................... 47
5. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DU SOUS
PROJET.............................................................................................................................................................. 49
6. ANALYSE DES VARIANTES DU SOUS-PROJET............................................................................. 64
7. DESCRIPTION DES ACTIVITES DU SOUS PROJET DE CONSTRUCTION DE PISTE
AGRICOLE ........................................................................................................................................................ 69
8. ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET ..................... 72
9. SYNTHÈSE DE LA CONSULTATION DU PUBLIC........................................................................... 98
10. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) ....................................... 99
11. PROGRAMME DE SURVEILLANCE ET DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL ......................... 106
CONCLUSION ................................................................................................................................................ 109
BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................................................................... 110
ANNEXES ....................................................................................................................................................... 115

2
LISTE DES FIGURES LISTE DES PLANCHES PHOTOGRAPHIQUE LISTE
DES TABLEAUX
Liste des figures
Figure 1 : Situations géographique et administrative de la Commune de Zè ...................... 27
Figure 2: Evolution mensuelle de la pluviométrie entre 1961 et 2007 dans la commune
de Zê (station de Niaouli) ........................................................................................................................... 28
Figure 3 : Formations géologiques de la Commune de Zè. .......................................................... 29
Figure 4: Caractéristiques pédologiques de la Commune de Zè ............................................... 31
Figure 5: Caractéristiques du relief dans le milieu récepteur du projet ................................ 33
Figure 6 : Cartographie du couvert végétal dans la Commune de Zè...................................... 34
Figure 7 : Evolution de la population de la Commune de Zè de 1992, 2002 et 2013 ....... 36
Figure 8 :Caractéristiques des unités d’occupation du sol en 2006 dans la Commune de
Zè ........................................................................................................................................................................ 44

Liste des planches photographiques


Planche 1 : Mise en valeur de bas-fonds à Djigbé.......................................................................... 37
Planche 2 : Etat des pistes agricoles à amenager par PAIA-VO dans la Commune de Zè 46

Liste des tableaux


Tableau 1 : Composantes de la matrice de type Léopold pour l’identification des impacts
du sous- projet de construction de pites agricoles ......................................................................... 21
Tableau 3 : Matrice d’évaluation des impacts ................................................................................... 23
Tableau 3 : Caractéristique géologie de la Commune de Zè ........................................................ 30
Tableau 4 : Caractéristique pédologique de la Commune de Zè .......................................... 30
Tableau 5 : Déclivité de la Commune de Zè ........................................................................................ 32
Tableau 6 : Répartition de la végétation de la Commune Zè ....................................................... 35
Tableau 7 : Forêts sacrées appuyées par le PAGEFCOM ............................................................... 35
Tableau 8 : Infrastructures marchandes dans la commune......................................................... 39
Tableau 9 : Situation des infrastructures hydrauliques dans la commune ........................... 41
Tableau 10 : Superficie des différentes occupations du sol de la Commune de Zè............. 43
Tableau 11 : Répartition des différents types établissements sanitaires de la commune
de Zé .................................................................................................................................................................. 45
Tableau 12: Conventions/accords multilatéraux ratifiés ayant une pertinence directe ou
indirecte pour le projet .............................................................................................................................. 51
Tableau 13 : Normes de qualité de l’air ambiant ............................................................................. 55
Tableau 14: Critères d’émission des particules ................................................................................ 56
Tableau 15 : Critères d’émission du bruit ........................................................................................... 56
Tableau 16: Récapitulatif des aménagements projetés par piste retenue .......................... 70
Tableau 17 : Identification des sources d’impacts à partir des activités du projet ............ 73
Tableau 18 : Matrice de synthèse des impacts biophysiques du sous –projet de
construction de pistes agricoles ............................................................................................................. 83

3
Tableau 19 : Matrice de synthèse des principaux impacts socio-économiques du sous –
projet de construction de pistes agricoles .......................................................................................... 84
Tableau 20 : Synthèse des impacts et mesures du sous projet de construction de pistes
agricoles ........................................................................................................................................................... 89
Tableau 21 : Plan de Gestion Environnementale et Sociale du sous Projet ........................100
Tableau 22 : Récapitulatif des coûts des activités environnementales et sociales des
sous-projets ..................................................................................................................................................105
Tableau 23: Programme de suivi environnemental....................................................................106

4
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS
ABE : Agence Béninoise pour l’Environnement
BAD Banque Africaine de Développement
CE : Cellule Environnementale
DDAEP : Direction Départementale de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche
DDUHA : Direction Départementale de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Assainissement
DGEC : Direction Générale de l’Environnement et du Climat
DST : Direction de la Sécurité au Travail
EIE : Études d’Impact sur l’Environnement
EIES : Études d’Impact Environnemental et Social
FAD : Fonds Africain de Développement
FEM : Fonds pour l’Environnement Mondial
INSAE : Institut National de Statistique et de l'Analyse Economique
IRA : Infection Respiratoire Aiguë
IST : Infections Sexuellement Transmissibles
MAEP : Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche
MCVDD : Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable
MESRS : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
MST : Maladies Sexuellement Transmissibles
ONG : Organisation Non Gouvernementale
OSD : Orientations Stratégiques de Développement
PAIA-VO : Projet d’Appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé
PCGES : Plan Cadre de Gestion Environnementale et Sociale
PGES : Plan de Gestion Environnementale et Sociale
PSRSA : Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole
PTF : Partenaires Techniques Financiers
RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitation
SCRP Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté

5
RESUME
Le Projet d’Appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (PAIA-VO) initié par le
Gouvernement du Bénin avec le concours du Groupe de la Banque Africaine de Développement
(BAD), s’inscrit dans le cadre l’accroissement durable de la productivité et des productions
agricoles par la promotion des filières porteuses dans la vallée de l’Ouémé. Pour y arrivé, le
projet envisage le (i) Développement des infrastructures agricoles structurantes ; (ii)
Développements des chaines de valeurs ; et (iii) Gestion du projet. Dans la Commune de Zè,
le projet vise la construction de pistes agricoles d’une longueur de 11,11 Km.
La mise en œuvre de ce projet aura des impacts sur le milieu naturel et socio-économique des
populations habitant ou ayant des activités dans les zones d’influence du projet. Or, le Bénin a
adhéré aux principes généraux du développement durable que sont, la prise en compte des
aspects environnemental et social dans toutes les programmes et projets de développement.
Ainsi, mise en œuvre de ce projet nécessite donc la réalisation d’une Etudes d’Impact
Environnemental et Social (EIES) Simplifiée.

La presente Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) simplifiée du projet a été réalisée
afin de prendre en compte de l’ensemble des composantes des milieux naturel et humain
susceptible d’être affectés par le projet ; d’identifier impacts positifs et négatifs du projet sur
l’environnement et de planifier la mise en œuvre des mesures d’atténuations et des
maximisations correspondantes. L’étude prend également en considération les intérêts, attentes
et préoccupations des parties prenantes en vue de la conception d’un projet plus respectueux de
l’environnement.

Méthodes d’investigation

Les enquêtes de terrain ont été réalisées dans la zone d’implantation du projet. Elles ont porté
sur les aspects physiques, biologiques et socio-économiques du projet.

Les données factuelles, qualitatives ou quantifiables issues des activités à mener suivant les
différentes phases du projet ont été croisées avec les éléments valorisés de l’environnement
(EVE) à l’aide de la matrice de Léopold et le cadre de référence de l’ABE (2001). Cela, a permis
d’apprécier des enjeux environnementaux et sociaux du projet, lors de la phase préparation, de
construction et d’exploitation des ouvrages et de déterminer les mesures d’atténuation et de
compensation.

Environnement socio-économique
Les principales activités des populations de la Commune de Zè sont l’agriculture, l’élevage, la
pêche, l’artisanat et transformation des produits agricoles, le commerce, etc. L’agriculture
constitue la première activité de la population. Elle occupe plus de 70 % des actifs. Les ménages
agricoles représentent 68,31 % de l’ensemble des ménages de la Commune. Les principales
cultures pratiquées sont par ordre d’importance : le maïs, les tubercules (essentiellement du
manioc), le niébé et l’ananas qui occupent respectivement 61,9 %, 20 %, 3,2 % et 3 % des
superficies cultivées annuellement (SDAC, 2012).

Cadre réglementaire du projet


L’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du présent projet a été menée conformement
aux exigences législatives et règlementaires de la République du Bénin et aux politiques
opérationnelles de sauvegarde environnementale et sociale la Banque Africaine de
Développement.
6
Impacts positifs du projet
Les impacts socio-environnementaux positifs du Projet de construction d’une piste agricole dans
la Commune de Zè sont :

- amelioration de la mobilité et la circulation des personnes et des biens


- amélioration des conditions d’acheminement des produits agricoles ;
- dessenclavement des zones rurales ;
- amelioration des conditions d’accès aux services socio-économiques de base comme les
écoles, les marchés, les points d’eau, les centres de santé ;
- developpement des activités agricoles et socio-économiques par la disponibilité de la
piste;
- réduction des risques d’inondation et d’accidents de circulation ;
- amélioration du cadre et de la qualité de vie ;
- amélioration du paysage locale par les nouvelles infrastructures ;
- création d’emplois temporaires (manœuvres, ouvriers et gardiens) ;
- création et développement des petites activités génératrices de revenus (petits
commerces) ;
- etc.

Impacts négatifs du projet


Les impacts négatifs du projet seront ressentis au cours des phases des travaux de préparation,
construction et d’exploitation. Ces impacts négatifs concernent :
- perturbation de la circulation et de la mobilité humaine ;
- augmentation de la nuisance sonore (bruit) et de l’émission des poussières ;
- augmentation des risques d’accident de circulation pour les usagers et de travail pour les
ouvriers ;
- pollutions diverses (rejets anarchiques des déchets solides et liquides issus des
chantiers : gravats et déblais provenant du netoyage de l’emprise, etc.) ;
- perte temporaire des droits de jouissance pour les riverains des pistes à aménager ;
- le risque potentiel de propagation des IST, VIH Sida ;
- etc.

Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES)


Pour atténuer les impacts négatifs potentiels, des mesures ont été proposées dans le Plan de
Gestion Environnementales et Sociale (PGES) et les plus importantes sont :
- organisation des séances d’information des populations sur le déroulement des travaux
et les dispositions utiles à prendre ;
- l’aménagement et l’entretien périodique des voies de déviations ;
- dotation de la main d’œuvre des équipements de protection individuels;
- sensibilisation la population et des ouvriers sur les risques d’accidents de chantier ;
- organisation des sensibilisations et formations par l’entreprise sur les IST, le VIH/SIDA
pour le personnel de chantier et les populations locales ;
- aménagement des aires de stockage des déchets solides du chantier ;
- etc.

Le coût de mise en ouevre du PGES s’élève à TROIS MILLIONS HUIT CENT CINQUENTE
MILLE (3 850 000) FRANCS CFA.

7
ABSTRACT

As part of the sustainable increase in productivity and agricultural production through the
promotion of supply chains in the Ouémé valley, the Project to Support Agricultural
Infrastructures in the Ouémé Valley (PAIA -VO) with the support of the Technical and Financial
Partners (PTF), notably the African Development Bank Group. The six-year project is structured
around three main components: (i) Development of structuring agricultural infrastructure; (Ii)
Development of value chains and (iii) Project management.

The implementation of this project will have an impact on the natural and socio-economic
environment of the populations living or having activities in the zones of influence of the project.
However, Benin has adhered to the general principles of sustainable development, which take
account of the environmental and social aspects in all development programs and projects.
Implementation of this project therefore requires the implementation of a Simplified
Environmental and Social Impact Assessment (SEIA).

This Simplified Environmental and Social Impact Study (ESIA) was carried out in order to take
into account all the components of the natural and human environment likely to be affected by
the project; To identify positive and negative impacts of the project on the environment and to
plan the implementation of mitigation measures and corresponding maximizations. The study
also takes into consideration the interests, expectations and concerns of stakeholders in
designing a more environmentally friendly project.

Investigative methods

Field surveys were carried out in the project area. They focused on the physical, biological and
socio-economic aspects of the project.

The factual, qualitative or quantifiable data resulting from the activities to be carried out
following the various phases of the project have been cross-referenced with the valued elements
of the environment (EVE) using the Leopold matrix and the EBA framework (2001). This helped
to assess the project's environmental and social issues during the preparation, construction and
operation phases of the structures and to determine mitigation and compensation measures.

Regulatory framework for the project


The Environmental and Social Impact Assessment (ESIA) of this project was conducted in
accordance with the legislative and regulatory requirements of the Republic of Benin and the
operational policies of environmental and social safeguard the African Development Bank.
Positive impacts of the project
The positive socio-environmental impacts of the 15.4 km Agricultural Trail Construction Project
in the Commune de Zè are:
- improving the mobility and movement of people;
- improvement of the conditions for the transport of agricultural products;
- opening-up of rural areas;
- improved access to basic socio-economic services such as schools, markets, water points,
health centers and agricultural products;
- development of agricultural and economic activities;
8
- improvement of the general condition of the runways by better practicability;
- reduction of the risks of flooding and traffic accidents;
- improvement of the framework and the quality of life;
- improvement of the local landscape through new infrastructures;
- creation of temporary jobs (laborers, workers and guardians);
- creation and development of small income-generating activities (small shops);
- etc.

Negative impacts of the project


The negative impacts of the project will be felt during the preparation, construction and
operation phases. These negative impacts concern:
- disruption of traffic and human mobility;
- increased noise (noise) and dust emissions;
- increased risk of road accidents for road users and work for the workers;
- various types of pollution (uncontrolled discharges of solid and liquid waste from
construction sites: rubble and cuttings resulting from the clearing of the right-of-way,
etc.);
- temporary loss of rights of use for residents of the runways to be developed;
- the potential risk of spread of STIs, HIV AIDS;
- etc.

Environmental and Social Management Plan (ESMP)


To mitigate potential negative impacts, measures have been proposed in the Environmental and
Social Management Plan (ESMP) and the most important are:
- organization of information sessions on the progress of the work and the necessary
measures to be taken;
- development and periodic maintenance of diversion routes;
- staffing of personal protective equipment;
- sensitizing the population and workers on the risks of accidents at the site;
- Organization of sensitization and training by the company on STIs, HIV / AIDS for site
personnel and local populations;
- development of storage areas for solid waste at the site;
- etc.

The cost of implementing the ESMP amounts to TREE MILLIONS EIGHT HUNDRED
THOUSAND (3 850 000) FRANCS CFA.

9
INTRODUCTION
Dans le cadre de l’accroissement durable de la productivité et des productions agricoles par la
promotion des filières porteuses dans la vallée de l’Ouémé, il est initié, le Projet d’Appui aux
Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (PAIA-VO) avec l’appui des Partenaires
Techniques et Financiers (PTF) notamment le Groupe de la Banque Africaine de Développement.
Ce projet d’une durée de six ans est structuré autour de trois composantes principales :
(i)Développement desinfrastructures agricoles structurantes ; (ii) Développements des
chaines de valeurs et (iii) Gestion du projet.

La mise en œuvre de cette activité est susceptible d’engendrer des impacts sur le milieu
biophysiques et humains. Or, le Bénin a adhéré aux principes généraux du développement
durable que sont la prise en compte des aspects environnemental et social dans toutes les
politiques, programmes et projets de développement. Pour cela, le Bénin a inscrit dans sa
constitution du 11 décembre 1990 des dispositions de droit et de protection de l’environnement
(article 27) et a élaboré la loi-cadre sur l’environnement qui prescrit les dispositions et
procédures d’évaluation environnementale de tout projet de développement. C’est ainsi l’article
88 de cette loi précise que « Nul ne peut entreprendre des aménagements, des opérations, des
installations, des plans, des projets et programmes ou la construction d’ouvrages sans suivre la
procédure d’étude d’impact sur l’environnement, lorsque cette dernière est exigée par les lois et
règlements».

Dans ces conditions, il importe de réaliser une étude d’impact environnemental et social pour se
conformer aux dispositions du décret n°2001-235 du 12 juillet en vigueur en République du
Bénin afin d’améliorer la prise de décision et de s’assurer que le projet sous examen est sain au
plan environnemental et social.

C’est pour respecter ces dispositions constitutionnelles et réglementaires que la réalisation de la


présente étude d’impact environnemental et Social Simplifiée du sous-projet de construction de
piste agricole dans la Commune de Zè a été initiée. Cette étude permet d’identifier et évaluer les
impacts potentiels de la réalisation de ce projet sur les milieux socio-économiques et, par la suite
proposer des mesures permettant soit de supprimer, de compenser ou d’atténuer les effets
négatifs éventuels sur l’environnement biophysique et socio-économique.

Le présent rapport s’articule autour de la présentation du projet, de la démarche d’évaluation


des impacts, de l’évaluation des impacts environnnementaux et sociaux du projet lors de la
phase préparation, de construction et d’exploitation des ouvrages et de déterminer les mesures
d’atténuation et de compensation ainsi que le Plan de Gestion Environnementale et Sociale
(PGES). Ce PGES précise les indicateurs, les responsabilités dans l’exécution, le suivi et la
surveillance des mesures recommandées.

10
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET

1.1 Présentation du promoteur


 Nature du projet et financement
INTITULE DU PROJET D’APPUI AUX INFRASTRUCTURES AGRICOLES DANS LA
PROJET VALLEE DE L’OUEME (PAIA VO)
OBJECTIFS L’objectif sectoriel de PAIA VO est de contribuer à la sécurité
alimentaire et nutritionnelle, et à une croissance économique forte
et inclusive au Bénin.
De façon spécifique, ce projet vise à contribuer à l’accroissement
durable de la productivité et des productions agricoles par la
promotion des filières porteuses dans la vallée de l’Ouémé.
BUT Prévu pour une durée de six (6) ans, le but de ce projet se traduit
par ses axes prioritaires que sont :
(i) le développement des infrastructures agricoles
structurantes ;
(ii) le développement des chaines de valeurs ;
(iii) la gestion efficiente et durable du projet.
COUT TOTAL DU 49,93 millions d’UC (Soit 34,8 milliards de FCFA)
PROJET
SOURCES DE Prêt FAD : 39,50 M. UC
FINANCEMENT Don FAD : 0,53 M.UC
Don FEM : 7,2 M.USD (4,80 M.UC)
Gouvernement : 4,00 M.UC
Bénéficiaires : 1,10 M.UC
DATES  Approbation de la note conceptuelle : 6 juin 2013 ;
IMPORTANTES  Approbation du projet : 23 octobre 2013 ;
 Entrée en vigueur : décembre 2013.
DUREE DU La durée prévue de réalisation du PAIA-VO est de six (6) années à
PROJET compter de l’entrée en vigueur du prêt.
ZONE La zone du projet s’étend sur une superficie de 4.770 km²
D’INTERVENTION représentant la partie inférieure de la vallée de l’Ouémé. Elle
DE PAIA VO compte environ 1,4 millions d’habitants et couvre 15 communes
réparties sur trois départements : l’Ouémé, le Zou et l’Atlantique.
BENEFICIAIRES Les bénéficiaires de ce projet (ceux qui jouissent de ses retombées)
sont les producteurs et leurs organisations professionnelles, les
commerçants, les transformateurs et les consommateurs.

 Description des composantes du PAIA VO


Les composantes du PAIA VO reposent sur ses axes prioritaires autour desquels
plusieurs activités ou sous-projets ont été identifiées pour assurer l’atteinte des objectifs
fixés. Elles sont décrites comme suit :

NOM DE LA DESCRIPTION DES COMPOSANTES


COMPOSANTE
Composante A : A1 Aménagements hydro-agricoles : (i) Réhabilitation de 1.000
11
Développement hectares de périmètres irrigués gravitaires, (ii) aménagement de
des 3.500 hectares de bas-fonds (2.800 ha d’aménagements sommaires
infrastructures et 700 ha de bas-fonds à l’entreprise), (iii) 300 hectares de jardins
agricoles maraîchers pour les femmes, (iv) aménagement de 200 ha de
structurantes planches surélevées en zone lacustre, intégrant des techniques de
résilience, (v) aménagement du périmètre semencier de Glazoué,
(vii) étude du périmètre de Tangbédji ;
A2 Infrastructures de stockage et de commercialisation : (i)
Construction de 50 magasins de stockage et 100 aires de séchage, (ii)
réhabilitation et extension de 13 marchés, (iii) construction de 6
centres de groupage ;
A3 Infrastructures de désenclavement : (i) Réhabilitation de 200
km de pistes agricoles et de 10km de digues-pistes, et (ii)
construction de 8 débarcadères.
Composante B : B1 Appui à la mise en valeur : (i) Appui conseil à 21.000 exploitants
Développement agricoles et recherche-développement, (ii) appui à l’accès aux
des chaines de semences certifiées, (iii) appui à l’approvisionnement en intrants de
valeur qualité et en équipements agricoles ;
B2 Renforcement des capacités des acteurs : (i) Structuration et
organisation des OP, (ii) sécurisation du foncier (évaluation sociale,
élaboration des PFR et appui aux communes pour la diffusion des
outils de transaction foncière), (iii) prévention des conflits liés à la
transhumance, (iv) appui à la résilience au changement climatique
(atténuation des impacts des inondations, sensibilisation et diffusion
de paquets technologiques), et (v) appui au MAEP (suivi-évaluation,
genre, environnement, mise en place de l’APAH) ;
B3 Appui à la transformation et la commercialisation : (i)
Equipements et unités de transformation agroalimentaires (moulins,
étuvage, séchage, appuis aux rizeries existantes, etc.), (ii) appui à la
mise en marché des produits (assistance technique, système
information des marchés, etc.) ;
B4 Développement de l’entreprenariat agricole (en partenariat
avec le PPEA/PNUD) : (i) équipement et développement des centres
de Kétou et de Zangnanado (pistes, électrification, bâtiments,
magasins, atelier mécanoculture, etc.), (ii) promotion de nouvelles
technologies, (iii) appui à l’installation de jeunes et à la
professionnalisation (établissement de plans d’affaire, bourses de
formation, appuis techniques, formations in situ à la carte, etc.), (iv)
appui aux métiers para-agricoles, et (v) dynamisation du centre de
Kouti.
Composante C : (i) Coordination des activités du projet, (ii) gestion administrative,
Gestion du comptable et financière, (iii) acquisition des biens, travaux et
projet services, (iv) mise en place d’un plan de communication, et (v) suivi-
évaluation de l’exécution du projet et de la mise en œuvre du PGES.

REFERENCES DU PROMOTEUR
Nom Projet d’Appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de
12
l’Ouémé (UGP/PAIA-VO)
Représentant : Monsieur Sènou Jean KOKOYE,Coordonnateur PAIA-VO
Adresse  Direction Générale de l’Aménagement et de l’Equipement
Rural (DGAER) à Porto-Novo ; B.P 268 Porto-Novo
 Tél: (00229) 20213209 ; (00229) 20213982 ; (00229) 95 84
53 25/97 16 77 04 Fax (00229) 20213982 ;
E-mail : paiavo@paiavobenin.org,

1.2. Prise en compte de l’environnement dans les activités du projet


Le processus d’intégration des aspects environnementaux dans la mise en œuvre du PAIA-VO a
nécessité le recours à plusieurs textes juridiques et réglementaires en vigueur au Bénin. La
référence faîtière au Bénin en matière d’environnement est la loi-cadre sur l’environnement qui
définit dans ses titres II, III et IV, les principes de la protection des milieux physiques (air, eaux
continentales et marines, sol et sous-sol), des êtres vivants (flore, faune et établissements
humains) et la lutte contre les pollutions et les nuisances (déchets, substances nocives et bruits),
etc.
Pour donc se conformer à ces diverses dispositions, le PAIA-VO a prévu et rendu opérationnel
dans son organigramme un service spécifiquement dédié au contrôle et à la coordination des
actions relatives à la sauvegarde environnementale et sociale de l’ensemble des activités
conduites par le projet. Ce service est animé par des cadres qui œuvrent quotidiennement pour
la prise en compte du volet environnemental et social dans la mise en œuvre du projet. PAIA-VO
s’est aussi doté d’un Cadre de Gestion Environnemental et Social qui est un outil d’évaluation
environnementale applicable au projet afin de cerner l’ensemble des enjeux au plan
environnemental et social que pourraient engendrer la mise en œuvre des activités du projet. En
s’appliquant à cette exigence du mécanisme de sauvegarde environnementale et sociale, le
projet PAIA-VO prouve son attachement au respect des normes environnementales.
Toujours dans l’optique d’assoir un système de management environnemental et social
performant, l’unité de gestion du projet PAIA-VO a signé le 08 février 2016 la convention N°
022/PAIA-VO/2016 avec l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE). Les termes de cette
convention permettent au projet de bénéficier de l’assistance technique de l’ABE en matière du
suivi environnemental des activités du projet. À travers la convention qui a été établie, le PAIA-
VO a pu aussi bénéficier entre autre de :
- l’organisation de l’atelier de cadrage environnemental des sous-projets du PAIA-VO les 16 et
17 juin 2016 au siège de l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE) ;
- l’approbation des Termes de Référence des sous-projets discriminés lors du screenning ;
- l’organisation des visites conjointes de terrain pour le suivi et l’évaluation de la performance
environnementale des activités mises en œuvre par le projet ;
- l’accompagnement technique en matière du respect des procédures de conformité aux
normes et prescriptions en vigueurs au Bénin ;
- l’assurance qualité et approbation des rapports d’EIES des sous-projets du PAIA-VO en vue
de l’obtention des certificats de conformité environnementale.
Dans la perspective d’une prise en compte réelle des préoccupations environnementales et
sociales provenant des activités du projet, l’unité de gestion du PAIA-VO s’est acquittée

13
régulièrement des obligations financières nécessaires pour la mise en œuvre et le suivi des
mesures et actions de sauvegarde environnementale et sociale des activités exécutées par le
PAIA-VO.
Au regard des dispositions énumérées ci-dessus qui ont été mises en place et exécutées par le
PAIA-VO au plan environnementale et social, il se dégage que le PAIA-VO qui est le promoteur du
sous-projet construction et aménagement de piste agricoles, adopte un pratique
environnementale qui milite en sa faveur. Ces efforts, faits par le PAIA-VO pour intégrer
l’environnement dans ses activités, dénote, d’une performance environnementale acceptable de
sa part ; qui, laisse croire à travers son expérience, en sa capacité future de prise en compte des
recommandations du présent rapport EIES.

1.3. Présentation du Consultant mandaté par le promoteur


CECO-BTP Ingénieurs Conseils : Etudes, contrôle et surveillance
Ménontin, C/ 2118, 4 BP 1165 Cotonou Bénin
Tel : (+229) 21 38 36 52
Fax : (+229) 21 30 29 15
Site web : hpps://www.cecobtp.com ; E-mail : cecobtp@cecobtp.com
CECO-BTP est une entreprise du droit béninois qui intervient dans le domaine de l’ingénierie
conseils en terme de contrôl, études, et coordination des travaux de bâtiments et travaux
publiques. C’est un bureau d’études qui avec le concours de son personnel dispose de forte
capacité en évaluation environnementale et sociale des projets d’implantation des ifrastructures
routières. La direction du bureau d’études CECO-BTP est assurée par un expert senior titulaire
d’un diplôme d’ingénieur de conception en Génie-civile en la personne de monsieur Sylvain
Médard ADJAGBONI.

1.4. Justification du projet


Le Projet d’Appui aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (PAIA-VO) initié par le
Gouvernement du Bénin avec le concours du Groupe de la Banque Africaine de Développement,
s’inscrit dans les Orientations Stratégiques de Développement (OSD) du Bénin ainsi que dans la
Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté (SCRP). Il est également en parfaite
cohérence avec le Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole (PSRSA) qui considère la
promotion des filières comme l’axe majeur à travers lequel le secteur agricole contribuera à la
mise en œuvre des OSD et de la SCRP.
L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et à une
croissance économique forte et inclusive au Bénin. L’objectif spécifique est de contribuer à
l’accroissement durable de la productivité et des productions agricoles par la promotion des
filières porteuses dans la vallée de l’Ouémé. La zone du projet s’étend sur une superficie de
4.770 km², abrite plus de 1,4 millions d’habitants et couvre 15 communes réparties sur trois
départements : l’Ouémé(Adjohoun ; Adjarra ; Aguégués, Akpro-Missérété, Bonou, Dangbo, Porto-
Novo et Sèmè-Podji) , le Atlantique (Covè, Ouinhi, Zagnanado et Zè) et l’Atlantique (Abomey-
Calavi, So-Ava et Zè). Il s’agit d’une vallée très fertile située le long du fleuve Ouémé, présentant
d’importants potentiels hydroagricoles.
Le projet d’une durée de six ans est structuré autour de trois composantes principales : (i)
Développement des infrastructures agricoles structurantes ; (ii) Développements des
chaines de valeurs ; et (iii) Gestion du projet. Son financement est assuré conjointement par
le prêt du Fonds Africain de Développement (FAD), le don FAD, le don du Fonds pour

14
l’Environnement Mondial (FEM) la contrepartie de l’Etat Béninois et par une participation des
bénéficiaires.

En dehors des missions d’étude/contrôle et de renforcement des capacités des acteurs, la mise
en œuvre de ce projet comprend :
Pour la composante A :
 Aménagement gravitaire avec maitrise de l'eau de 1000 ha de bas-fonds;
 Aménagement à l’entreprise de 700 ha de Bas-fonds à maitrise partielle ;
 Aménagement de 2800 ha de Bas-fonds par l’approche HIMO;
 Aménagement de 300 ha de Périmètres Maraichers pour les femmes ;
 Aménagement de 200 ha de planches surélevées dans les Aguégués ;
 Aménagement de 50 ha de périmètre semencier de glaAtlantique e (INRAB) ;
 Construction de 50 magasins de stockage de produits agricoles ;
 Construction de 100 aires de séchage de produits agricoles ;
 Construction et/ou Réhabilitation de 10 marchés de collecte et de 3 marchés
secondaires ;
 Construction de 6 centres de groupage ;
 Réhabilitation de 200 km de pistes rurales ;
 Réhabilitation de 10 km de digues pistes ;
 Construction de 8 débarcadères/embarcadère.

Pour la composante B :
 Construction de 2 centres de traitement de semences à Dangbo et Covè ;
 Construction d’une dizaine de magasins d’intrants agricoles ;
 Matérialisation de couloir de passage des animaux ;
 Construction de 30 unités de transformation pour les femmes ;
 Construction de bâtiments complémentaires dans les centres de formation de Kétou et
de Zagnanado ;
 Réalisation de travaux de viabilisation au niveau des centres de formation de Kétou et de
Zagnanado ;

Ces différents aménagements, bien que bénéfiques du point de vue socioéconomique, pourraient
présenter, lors de leur mise en œuvre des enjeux environnementaux qu’il importe d’identifier
aux fins de les maîtriser pour garantir la maximisation des avantages du projet et la préservation
de l’équilibre écologique des milieux récepteurs.
Ainsi, conformément aux recommandations du screening des sous-projets de PAIA-VO, certaines
infrastructures méritent d’être soumis à une Etude d’impact Environnemental et Social (EIES) en
raison de leur nature et de la sensibilité des milieux qui les accueille.

Les enjeux majeurs de la construction de ces pistes sont liés à la perte de la végétation sur
l’emprise, les risques de pollution des ressources en eaux, le sol et les aspects socio-
économiques et humains.

Au regard de ces enjeux, il convient de soumettre cette activité à une étude d’impact
environnemental conformément aux dispositions de la loi n°98-030 du 12 février 1999 portant
Loi-cadre sur l’environnement en République du Bénin. Ainsi, en référence au décret N°2015-
382 du 09 juillet 2015 portant organisation des procédures de l’évaluation environnementale en
République du Bénin, et selon les directives du Guide Générale de réalisation d’EIE au Bénin ledit
sous-projet sera assujetti à une EIES simplifiée assorti d’un PGES par tronçon de piste.

15
1.5. Objectifs de la mission

L’objectif global de la presente mission est de réaliser l’étude d’impact environnemental et


sociale simplifiée du sous-projet de construction de pistes agricoles dans la Commune de Zè.

De façon spécifique, il sera question de :


- faire un état des lieux du site du projet et de ses environs ;
- décrire les caractéristiques géographiques, biophysiques et socio-économiques du sous
projet avec un accent sur les produits et équipements à utiliser ainsi que les différents
mesures sociales nécessaires ;
- déterminer les principaux enjeux environnementaux et socio-économiques liés à la
réalisation de ces pistes agricoles dans la zone d’accueil ;
- évaluer les risques ainsi que les impacts environnementaux et sociaux potentiels relatifs
aux opérations de construction et d’exploitation des pistes ;
- organiser la consultation publique assortie de procès-verbal manuscrit, signé de toutes
les parties ;
- proposer les mesures d’atténuation des impacts négatifs, de maximisation des impacts
positifs, de prévention et de gestion des risques afférents ;
- élaborer le plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) par tronçon de piste
assorti des coûts de mise en œuvre de différentes mesures proposées .

16
2. DEMARCHE METHODOLOGIQUE DE RÉALISATION DE L'ETUDE
D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU SOUS-PROJET

Pour atteindre les objectifs de cette étude et répondre aux grandes lignes éditées dans
les termes de références, la démarche générale adoptée s’articule autour des axes
suivants : la recherche documentaire, collecte des informations socio-économiques et
analyse des données collectées.

2.1. Méthode de collecte des données


Pour atteindre les objectifs de cette étude et répondre aux grandes lignes éditées dans
les termes de références, l’approche méthodologique adoptée consiste en :
- la recherche documentaire et analyse des composantes de l’environnement du
milieu recepteur des sous-projet ;
- collecte des données socio-économiques ;
- evaluation des impacts environnementaux et sociaux du sous projet
- le traitement et l’analyse des données collectées.

2.1.1. Recherche documentaire et analyse des composantes de l’environnement


Elle a consisté en une consultation et l’analyse des documents existants (etudes Avant
Projet détaillées, des études techniques des sous-projet, des etudes d’impacts sur des
projet similaires (projets d’aménagements des routes et pistes rurales), mémoires de
recherche, thèses, articles scientifiques et autres documents applicables au present
sous-projet) pouvant permettre de faire l’analyse des cadres physique (caractéristiques
climatiques, pédologique, géologique, etc.), biologique (caractéristiques hydrologiques,
floristique et faunique) et socioéconomiques (aspects économiques, etc.) du milieu
récepteur du sous-projet d’extension de construction de pistes agricoles.
.
Cette recherche documentaire a été conduite dans les centres de documentation des
structures telles que :
- le Ministère du Cadre de Vie et de Déveloopement Durbale (MCVDD) ;
- le Ministère des Infrastructures, de l’Habitat et du Transport ;
- la Direction Générale du Transport Terrestre (DGTT) ;
- le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) ;
- le Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Mines (MEEM) ;
- l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE) ;
- la bibliothèque de la Mairie de Zè ;
- la bibliothèque du Département de Géographie et Aménagement du Territoire
(DGAT) ;
- la bibliothèque de l’UAC ;
- etc.
Cette analyse bibliographique a porté sur :
- les caractéristiques biophysiques du milieu recepteur du sous-projet
- la structure de la population de la Commune ;
- la répartition spatiale de la population ;

17
- les activités socio-économiques de la population;
- etc.

2.1.2. Collecte des données socio-économiques


Avant les enquêtes de terrain proprement dites, le Consultant et son équipe ont procédé
à la revue du périmètre fonctionnel des travaux à effectuer et de l’emprise des
différentes pistes agricoles à construire. Cette délimitation a permis de circonscrire
l’ensemble des effets directs et indirects du projet sur les milieux biophysiques et
humains. Ainsi, cette activité consiste à des rencontres préparatoires avec les
responsables du projet (briefing). Elle a permis de comprendre davantage la mission et
de circonscrire la portée du mandat confié au Consultant et de se familiariser avec le
projet (ses acteurs, ses enjeux environnementaux et sociaux, etc.).

Pour effectuer un recensement systématique des populations et leurs biens ainsi que
leurs activités socio-économiques susceptibles d’être affectés par le projet, les
investigations proprement dites sont menées auprès des groupes de personnes
habitants ou ayant des activités dans les zones d’influence des pistes agricoles à
contruire, auprès des autorités de la mairie (le Chef service voirie et le chef service
environnement de la mairie de Zè) et auprès des chefs Villages de Akizo et Domè. Ces
investigations ont permis de cerner les enjeux environnementaux et socio-économiques
des milieux récepteurs du projet et d’appréhender la perception des populations sur ce
projet et les mesures nécessaires à prendre avant, pendant et après la réalisation des
ouvrages.

 Recrutement et formation des enquêteurs

Des enquêteurs recrutés sont formés par l’équipe de consultants sur l’utilisation des
outils de collecte de données. Ces enquêteurs ont au moins un niveau de Bac + 3 en
sociologie, ou en environnement, ou en développement local/communautaire et en
cartographie et justifient d’une expérience avérée d’au moins deux (02) années dans le
domaine des études similaires.

Au total, quatres (04) enquêteurs sont recrutés et déployés sur le milieu recepteur des
deux (02) pistes agricoles à construire. Ces enquêteurs se sont constitués en deux (02)
équipes et chaque équipe comprend deux (02) enquêteurs qui ont séjourné dans la
zone de l’enquête pendant deux (02) jours. Les travaux de ces agents de collecte sont
expertisés dans un premier temps par un (01) contrôleur et dans un second temps par
un (01) superviseur.

 Techniques et outils de collecte des données


La Méthode des itinéraires, la Méthode Active de Recherche Participative (MARP)
appuyée par les entretiens ou interviews individuelles, les observations directes et
participantes sur le terrain et les focus group sont les principales techniques utilisées
pour la collecte des informations. En effet, les techniques de collecte et d’investigation
en milieu réel se résument à l’approche socio-géographique. Il s’agit des visites
systématiques des groupes de personnes habitants ou ayant des activités dans les zones
d’influence du projet par des entretiens semi-directifs et des focus group. Ces entretiens

18
et focus ont concerné toutes les catégories de personnes susceptibles de ressentir
directement ou indirectement les impacts (positifs et négatifs) du sous-projet de
construction de pistes agricoles. Ces techniques ont permis de recueillir les avis et
points de vu des populations sur le sous projet et les mesures nécessaires à prendre
avant, pendant et après la réalisation des ouvrages.

Les outils de collecte utilisés sont entre autres, les questionnaires pour les enquêtes
systématiques, un guide d’entretien pour les entretiens directs et semi-directif, le guide
d’observation pour les inspections et constats, des appareils photographiques
numériques et des GPS qui sont respectivement utilisés pour prendre des vues
instantanées et pour géoréférencer avec précision des differents ouvrages de
franchissement à construire et l’itineraire des pistes agricoles.

La collecte de ces données socio-économiques a facilité l’identification et l’analyse des


impacts potentiels et la définition des enjeux environnementaux et sociaux majeurs du
sous-projet.

2.2. Méthode d’identification et d’évaluation des impacts


environnementaux des sous-projets
La démarche méthodologique utilisée pour l’identification et d’évaluation des impacts
des activités du sous-projet de construiction de pistes agricoles sur l’environnement,
notamment sur ses diverses composantes biophysiques et socio-économiques a été faite
en quatre(04) grandes étapes :
 identification des sources d’impact ;
 identification des éléments valorisés du milieu (naturel et social) ;
 identification des impacts ;
 évaluation de l’importance des impacts.

 Identification des sources d’impacts

L’identification des sources d’impacts a été rendu possible grâce à l’analyse des travaux
à mener (phase de préparation, de construction et d’exploitation) dans le cadre de la
construiction de pistes agricoles. Il s’agit de l’analyse des caractéristiques techniques des
ouvrages et des infrastructures de franchissement à construire afin de préciser les
activités susceptibles de modifier les composantes environnementales et socio-
économiques et de définir les méthodes de construction inhérentes au projet. Dans ce
cas, il à été procédé à une présentation des activités du sous projet suivant les
différentes phases de sa réalisation. A partir de la description de ces activités, leurs
impacts environnementaux et socio-économiques sur les milieux récepteurs ont été
identifiés.

Par ailleurs, les impacts négatifs liés au transport des matériaux de construction sur
l’environnement physique (air, eau, sol), biologique (flore et faune /aquatique et
terrestre) et humain (santé et sécurité professionnelle, santé publique et sécurité) sont
pris en compte.

19
 Identification des éléments valorisés et des impacts du milieu récepteur

La recherche documentaire et les enquêtes de terrain ont permis de comprendre le


contexte écologique et social dans lequel s’inscrit le présent projet. Cette étape a permis
d’identifier les éléments valorisés du milieu récepteur (ressources naturelles (eau, sol,
végétation, etc.), humains, culturelles, les activités économiques), soit ceux qui
présentent un intérêt au plan écologique ou humain et qui peuvent être affectés par le
projet. La valorisation d’un élément repose sur la considération de plusieurs éléments
qu’il convient de préciser. Il s’agit de :
 la valorisation sociale accordée à l’élément par le public concerné ;
 le niveau de préoccupation relatif à la conservation ou à la protection de
l’élément ;
 l’état de l’élément dans le secteur du projet ;
 l’abondance et la répartition d’une espèce (et de son habitat) dans la zone
d’étude, en fonction de notion d’unicité, de rareté, de diversité, etc. ;
 la tolérance de l’élément face aux modifications physique de l’habitat ;
 etc.

Par ailleurs, pour dresser la liste des éléments valorisés du milieu, il est tenu compte des
résultats des enquêtes effectuées auprès de la population ainsi que des observations
directes sur le terrain. Les différentes sources d’impacts du projet sont rapportées aux
éléments valorisés de l’environnement susceptibles d’être affectés à travers le cadre de
la matrice d’identification des impacts. Le tableau 16 fait la synthèse des activités du
projet et les impacts qui en découleront sur les différentes composantes
environnementales et sociales du milieu récepteur.

20
Tableau 1 : Composantes de la matrice de type Léopold pour l’identification des impacts du sous- projet de construction de pites agricoles
Composantes environnementales SOCIO-ECONOMIQUE
PHYSIQUE BIOLOGIQUE

(aviaires,

Mobilité et circulation des personnes et des

conditions
développement

d’acheminement des produits agricoles

Santé et risques d’affection sanitaire


Eaux souterraines et superficielles

Végétation et habitats fauniques

Plantation et activités agricoles


fauniques
mammifères, reptiles, etc.)

des
économique des localités
Ressources halieutiques

Sécurité des personnes


Dessenclavement et
Risques d’incendie
Marais/marécages

Risque d’accident
Qualité de l’air

Amélioration
Phases et activités

Ressources
du Projet

Paysage

Emploi
biens
Sol

Phase préparatoire
Installations de base de chantier

Délimitation de l’emprise des pistes à


construire et sa matérialisation
Dépôt et stockage de matériaux de
travail
Défrichement et nettoyage de
l’emprise
Phase de construction

Défrichement et nettoyage de
l’emprise
Démolition, terrassement et remblais
Ouverture des voies de déviations
Exploitation des carrières existantes
Recrutement et présence des ouvriers
sur le chantier

21
Extraction et le transport de
matériaux d'emprunt dans les
carrières et autres gisements
Circulation des camions et engins lors
de la construction
Excavation et terrassement
Constriction des fossés latéraux avec
des ouvrages de franchissement et
d’assainissement
Transport de la latérite et recharge
des pistes
Enlèvement de matériaux et fermeture
de chantier
Phase d’exploitation

Transport et circulation des biens et


personnes
Mise en place du mécanisme de
financement de l’entretien des pistes

Mise en place du mécanisme de suivi-


évaluation

Entretiens annuels des pistes

22
 Evaluation de l’importance des impacts
L’évaluation des impacts a pour but de déterminer l’importance des impacts du projet
sur les éléments du milieu durant sa construction et son exploitation. La détermination
de l’importance de chaque impact a été établie en fonction de trois critères : la durée,
l’intensité et l’étendue de cet impact. La démarche utilisée dans la présente étude est
ainsi conforme au contenue du document « guide général de réalisation d’une étude
d’impact sur l’environnement » produit par l’Agence Béninoise de l’Environnement (ABE,
2001).
Durée : L’impact est évalué en fonction de sa durée considérée comme permanent
lorsque ses effets sont ressentis pendant une période longue et indéterminée allant au-
delà de la durée de l’activité ; la durée est qualifié de temporaire lorsque l’impact dure
une période non courte, mais déterminée comme la durée de l’activité ; caractérisé
d’occasionnel lorsqu’il touche un élément du milieu pendant une période courte.
Intensité : L’intensité d’un impact est une indication du degré de perturbation d’un
élément du milieu naturel ou du milieu humain résultant de modification du milieu.
L’intensité de l’impact est déterminée par une analyse qui tient compte du contexte
écologique et social du milieu concerné et de la valorisation de l’élément (tableau 3).
Tableau 2 : Matrice d’évaluation des impacts
Niveau Environnement Naturel Environnement Humain
d’intensit
é
IMPACTS NEGATIFS
Forte Le projet détruit l’élément ou s’il en altère Il compromet l’intégrité de l’élément ou
l’intégrité d’une manière susceptible d’entrainer limite d’une manière importante son
un changement majeur de son abondance ou de utilisation par une communauté ou une
sa répartition dans la zone d’étude, ce population régionale
changement pouvant induire son déclin
Moyenne Si, sans compromettre son intégrité, il altère Si, sans compromettre son intégrité, il
l’élément d’une manière susceptible d’entraîner limite l’utilisation de l’élément par une
une modification limitée de son abondance ou communauté ou une population
de sa répartition générale dans la zone d’étude régionale
Faible S’il altère peu l’élément et modifie peu son S’il altère peu l’élément et limite peu son
abondance ou sa répartition générale dans la utilisation par une communauté ou une
zone d’étude population régionale
IMPACTS POSITIFS
Forte S’il améliore de façon marquée l’état, L’impact est d’intensité fort s’il améliore
l’abondance ou la répartition générale de de façon marquée l’état ou l’utilisation
l’élément dans la zone d’étude de l’élément par une communauté ou
une population régionale
Moyenne S’il améliore de façon marquée l’état, S’il améliore de façon modérée l’état ou
l’abondance ou la répartition générale de l’utilisation de l’élément par une
l’élément dans la zone d’étude communauté ou par une population
régionale ;
Faible S’il améliore de façon marquée l’état, S’il améliore peu l’état de l’élément ou
l’abondance ou la répartition générale de son utilisation de l’élément par une
l’élément dans la zone d’étude communauté ou par une population
régionale
Source : ABE, 2001
Etendue
L’étendue de chaque impact potentiel généré par le projet de construction des
infrastructures socio-communautaires et le pavage des voies est déterminée par
l’analyse de la proportion de la population qui est touchée par le projet. Trois différentes
23
étendues sont définies : National, lorsque l’impact est ressenti par une proportion
importante de la population ou lorsqu’il s’étendra au-delà des frontières géographiques
du projet ; Régional, lorsque l’impact est ressenti par une proportion de la population à
l’intérieur d’une région, par exemple la commune, mais qui ne s’étendra pas à l’extérieur
de cette zone ; Local, lorsque l’impact est ressenti par la population dans
l’environnement immédiat de l’activité, par exemple l’impact du bruit des camions dans
une zone d’emprunt qui touche essentiellement les environs immédiats.
Ainsi, l’importance de l’impact est définie sur la base d’une grille, selon les critères
suivants:
 la durée : (1) occasionnelle, (2) temporaire et (3) permanente ;
 l’intensité : (1) faible, (2) moyenne et (3) forte ;
 l’étendue: (1) locale, (2) régionale et (3) nationale.
L’importance est ensuite donnée par le cumul des points donnés à chaque critère. Ainsi,
les impacts ayant obtenu :
 entre 1 et 4 points sont considérés de faibles importances ;
 entre 5 et 7 points sont considérés de moyennes importances ;
 8 points et plus sont considérés d’importance majeure.

2.3. Proposition des mesures de bonification (pour les impacts positifs),


d’atténuation et/ou de suppression (pour les impacts négatifs) des impacts
Des mesures d’atténuation des différents impacts identifiés sont proposées en fonction
des différentes phases de mise en œuvre du projet afin de prévenir, de limiter,
compenser, réparer ou supprimer les impacts négatifs sur l’environnement, ou en
renforcer les impacts positifs. Du reste, les mesures d’atténuation et bonification sont
proposées en fonction des impacts identifiés. L’ensemble de ces mesures d’atténuation
proposées est traduit en un plan de gestion qui prendra en compte les aspects
significatifs analysés, accompagné d’un cadre logique de mise en œuvre.

2.4. Elaboration d’un Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES)


Le plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) définit de manière
opérationnelle les mesures préconisées et les conditions de leur mise en œuvre. Du
reste, il est élaboré pour permettre une mise en œuvre coordonnée des mesures
proposées pour l’atténuation des impacts négatifs potentiels du projet et une
maximisation de ceux positifs. Les mesures d’atténuation concernent :
 les mesures d’atténuation des impacts précédemment identifiés ;
 les mesures à l’endroit de l’entreprise en charge des travaux;
 les mesures à l’endroit des populations riveraines et des employés ;
 les mesures de lutte contre des accidents de circulation .
Le plan de gestion environnementale et sociale est présenté sous forme d’une matrice
conformément aux directives de l’ABE. Il précise les activités, les rôles et responsabilité
des différents acteurs associés à la mise œuvre, le calendrier et le budget de mise en
œuvre.

2.5. Programme de surveillance et de suivi environnemental


Le programme de surveillance et de suivi environnemental pour la mise en œuvre du
PGES propose des mesures permettant de vérifier l’exactitude de l’évaluation et
l’efficacité des mesures d’atténuation proposées au regard des principaux effets
environnementaux du projet. Il contient l’ensemble des activités que le promoteur prend
24
l’engagement de mener pour veiller à la protection de l’environnement. Mieux, il assure
le contrôle de conformité du système d’urgence et de la qualité des ressources humaines
et matérielles affectées à sa mise en œuvre.

Le programme de surveillance et de suivi environnemental est assuré par les


responsables du projet PAIA-VO, de MAEP, de Groupe de la Banque Africaine de
Développement, l’ABE, d l’entreprise en charge des travaux, les autorités locales, etc. Ce
suivi comprendra d'une part le suivi physique et le suivi financier de la mise en œuvre
des diverses actions d’autre part.

25
3. DESCRIPTION DU MILIEU RECEPTEUR DU SOUS-PROJET
La description du milieu repose sur la situation géographique du milieu récepteur du sous-
projet, les facteurs physiques et biologiques et de l’environnement socio-économique.

3.1. Situations géographique et administrative du milieu récepteur du sous


projet
La Commune de Zè est comprise entre 6°32 et 6°87 de latitude Nord d’une part et entre
2°13 et 2°26 de longitude Est d’autre part. Avec une superficie de 653 km², elle est la
commune la plus vaste du département dont elle occupe 19,88 % du territoire (figure 1).
Elle est limitée au nord par les Communes de Zogbodomey et de Toffo, au sud par les
Communes d’Abomey-Calavi et de Tori-bossito; à l’Est par les communes d’Adjohoun et
de Bonou et à l’ouest par la Commune d’Allada.
Sur le plan administratif, la commune de Zè est comptée parmi les huit communes du
département de l’Atlantique. Elle compte 73 villages répartis sur 11 arrondissements
que sont : Adjan, Dawé, Djigbè, Dodji-Bata, Hêkanmè, Koundokpoé, Sèdjè-Dénou, Sèdjè-
Houègoudo, Tangbo-Djêvié, Yokpo et Zè.

26
Figure 1 : Situations géographique et administrative de la Commune de Zè

27
3.2. Aspects bio-physiques de la zone d’influence du sous-projet
3.2.1. Aspects climatiques
Le climat est de type béninien marqué par des hauteurs pluviométriques plus ou moins
élevées, une amplitude thermique annuelle relativement faible (inférieure à 5°C) et par
la succession de quatre saisons distinctes :

- une grande saison pluvieuse d’avril à juillet;


- une petite saison pluvieuse de septembre à novembre;
- une grande saison sèche de décembre à mars;
- une petite saison sèche centrée sur le mois d’août.

Le cycle des pluies permet d’observer quatre (4) saisons inégalement réparties dans l’année
(figure 2).

Figure 2: Evolution mensuelle de la pluviométrie entre 1961 et 2007 dans la commune de Zê


(station de Niaouli)
Source : ASECNA, 2014

L’analyse de la figure 2 permet de constater que la commune de Zê jouit de quatre


saisons. Il s’agit, de deux saisons pluvieuses et deux saisons sèches. Ces saisons
gouvernent le calendrier agricole de la commune. Elles donnent aux paysans la
possibilité d’une campagne agricole marquée par deux saisons de cultures. La
pluviométrie moyenne est de 1500 mm/an. Cela représente un atout à valoriser pour
maximiser les rendements et atteindre l’autosuffisance alimentaire dans la commune en
dépit des récents aléas climatiques dus aux effets des changements du climat, qui
perturbent un temps soit peu le vieux calendrier cultural des agriculteurs (Ogouwalé,
2006).

3.2.2. Caractéristiques pédologiques et géologiques du milieu récepteur du sous-


projet
La géologie des matériaux de surface est principalement caractérisée par des formations
datant du Miocène supérieur (c’est-à-dire entre 5,3 à 11,6 millions d’années) qui sont
constitués soit de sables quartzeux avec de l’argile ou de graviers avec du grès
28
ferrugineux subordonnés. La géologie des matériaux de surface est aussi caractérisée
par des dépôts alluviaux de graviers. Ces dépôts sont de faibles épaisseurs et
contiennent également du sable et de l’argile. Des grandes zones de la commune sont
recouvertes de matériaux datant de l’éocène moyen et inférieur (entre 37 et 49 millions
d’années). Les formations de l’éocène moyen sont composées soit d’argiles kaoliniques
parfois marneuses avec niveaux micritiques et coquillers phosphatés, soit de micrites
fossilifères avec nombreux niveaux à nodules et coprolithes phosphatés. Pour sa part, les
formations de l’éocène inférieur sont constituées d’argiles à attapulgite avec des niveaux
calcaro-dolomitiques organogènes glauconieux-phosphatés. Les dépôts alluviaux
récents et anciens de la rivière Sô sont constitués de sables, argiles avec graviers
subordonnés et de niveaux charbonneux. La figure 3 presente les differentes formations
géologiques de la Commune de Zè.

Figure 3 : Formations géologiques de la Commune de Zè.


29
Sur le plan géologique, il ressort que le miocène superieur, le dépôt alluvial récent et les
graviers alluviaux occupent respectivement 45,6 %, 31,9 % et 21,6 % du territoire de la
Commune de Zè (tableau 3).
Tableau 3 : Caractéristique géologie de la Commune de Zè
Recouvrement
Géologie
km2 %
Miocène supérieur 307,1 45,6
Dépôt alluvial récent 214,5 31,9
Graviers alluviaux 145,7 21,6
Éocène moyen 4,3 0,6
Dépôt alluvial ancien 1,3 0,2
Éocène inférieur 0,4 0,1
Source : Interprétation cartographique Tecsult, 2010
Sur le plan pédologique, un peu de 62 % du territoire de la commune de Zè est constitué
de sols ferralitiques. Ces sols sont engendrés par une altération extrême qui les a
dépouillés de leur fertilité naturelle et sont donc peu propices à l’agriculture. Les sols
hydromorphes, c’est-à-dire engorgés d’eau de façon temporaire ou permanente,
recouvrent environ 37 % de la commune. Ces sols se retrouvent principalement le long
de la rivière Sô. Le tableau 4 montre les caractéristiques pédologiques de la Commune
de Zè

Tableau 4 : Caractéristique pédologique de la Commune de Zè


Recouvrement
Sols
km2 %
Sols ferralitiques, modaux, sur sédiment meuble argilo-
314,4 46,7
sableux du Continental terminal
Sols ferralitiques, modaux, sur grès et matériau colluvial 98,1 14,6
Sols hydromorphes à gley sur matériau alluvial argileux 89,7 13,3
Sols hydromorphes à pseudo-gley sur matériau alluvial
85,7 12,7
sablo-limoneux à limono-argileux
Sols hydromorphes à pseudo-gley sur sable sur argile 46,4 6,9
Sols hydromorphes à gley sur matériau alluvio-colluvial
24,4 3,6
fluviatile
Non sol (fleuve/ bassin) 5,7 0,8
Sols ferralitiques, hydromorphes, sur sédiment argileux
5,2 0,8
du Continental terminal
Sols hydromorphes à pseudo-gley sur matériau alluvial
3,6 0,5
argileux et sédiment argileux du Paléocène
Source : Interprétation cartographique Tecsult, 2010
De l’analyse du tableau, il ressort que les sols ferralitiques, modaux, sur sédiment
meuble argilo-sableux du Continental terminal, les sols ferralitiques, modaux, sur grès et
matériau colluvial, les sols hydromorphes à gley sur matériau alluvial argileux et les sols
hydromorphes à pseudo-gley sur matériau alluvial sablo-limoneux à limono-argileux
sont dominants dans la Commune de Zè avec respectivement 46,7 %, 14,6 %, 13,3 % et
12,7 %. La figure 4 présente les caractéristiques pédologiques de la Commune de Zè.

30
Figure 4: Caractéristiques pédologiques de la Commune de Zè

Par ailleurs, le territoire de la commune de Zè est dominé par les sols faiblement
ferralitiques, les sols hydromorphes et les bas-fonds très propices à l’agriculture. Les
terres situées sur les plateaux et exploitables pour l’agriculture pluviale existent dans
tous les arrondissements. Les terres de bas-fonds et plaines inondables qui sont
actuellement sous exploitées sont trouvées dans tous les arrondissements sauf Adjan et
Tangbo Djèvié. Quelques périmètres sont aménagés au niveau de ces bas-fonds
notamment ,11 ha à Ahokpa dans l’arrondissement de Hèkanmè et 18 ha à Djigbé. Les
plus importants bas-fonds identifiés par les populations sont ceux de

- Domè Sèko dans l’arrondissement de Dawè ;


- Adjamè, Kpadjamè, Akon et Djoko dans l’arrondissement de Dodji Bata ;
- Ahokpa, Hèkanmè Centre, Houédota et Agbata dans l’arrondissement de
Hèkanmè ;
- Aïfa, Houéhounta ToAtlantique nka et Togbonou dans l’arrondissement de
Koundokpoé ;
- Sèdjè I et Agongbo dans l’arrondissement de Sèdjè Dénou ;
- Akpomè, Aglangbin, Ahozonnoudé, Vossa, Houègoudo Centre, Ahouangnan dans
l’arrondissement de Sèdjè Houègoudo ;
- Kintokpa, Goulo, Akpali, Guékoumèdé et Dokota dans l’arrondissement de Zè.

31
3.2.3. Caractéristiques du relief dans le milieu récepteur du projet
Le relief de la commune de Zè est un élément du vaste plateau d’Allada. Le dénivelé est
d’environ 160 mètres entre les dépressions et le point le plus élevé. Les pentes sur la
commune sont généralement moins de 5 % mais des versants avec un fort dénivelé sont
également observables. Le tableau 5 montre les differentes pentes dans la Commune de
Zè.
Tableau 5 : Déclivité de la Commune de Zè
Dénivelé Recouvrement
% km2 %
0 <0,1 Insignifiant
0-2 291,3 43,3
2-5 290,8 43,2
5-8 65,6 9,7
8 - 15 22,7 3,4
15 - 30 2,8 0,4
30 - 60 <0,1 Insignifiant
Source : Interprétation cartographique Tecsult, 2010
L’exemen du tableau 5 montre que les pentes les plus importantes dans la Commune de
Zè varient de 0 à 2 % et de 2 à 5 % avec respectivement un pourcentage de 43,3 % et
43,2 %. La figure 5 presente le relief de la Commune de Zè.

32
Figure 5: Caractéristiques du relief dans le milieu récepteur du projet
Par ailleurs, deux bassins versants couvrent la Commune. Il s’agit du bassin du plateau
de l'Ouémé, bassin qui couvre 580,4 km2 du territoire et est drainé vers la rivière So.
Ensuite, la portion Sud de la commune (92,9 km2) est drainée vers l’Atlantique par
l’intermédiaire de la frange lagunaire sur la côte.

3.2.4. Caractéristiques hydrologiques du milieu récepteur du sous- projet


Le réseau hydrographique de la Commune n’est pas dense. Seule la zone nord de la
commune est arrosée par les affluents du fleuve Ouémé principalement la rivière Sô. On
retrouve aussi des mares Leitiou, Towazé et Ninwoué dans l’arrondissement de Djigbé
et Godro dans l’arrondissement de Sèdjè Houègoudo. Ces différents plans d’eau sont
utilisés surtout pour la pêche et le maraîchage et leur accès est libre. Cependant, les
trous à poisson sont des propriétés individuelles. La mare de Godro sert de lieu de
pèlerinage pour les Christianistes célestes.
Les contraintes liées à l’exploitation de ces ressources sont l’érosion des berges de ces
plans d’eau et un comblement progressif, ce qui empêche la reproduction des poissons.
Les mauvaises pratiques comme l’utilisation des filets à petite maille en périodes de
hautes eaux.
33
En revanche, malgré la faible densification du réseau hydrographique de la commune,
les points d’eau existant constituent des supports pour la production agricole de
certains vivriers et halieutique. Pendant les saisons sèches les bas-fonds sont mis en
valeur pour les cultures maraîchères.

3.2.5. Formations végétales et fauniques observées dans le milieu récepteur du


sous-projet

Le couvert végétal s’articule autour de quatre ensembles à savoir : les forêts claires et
formations boisées dont la forêt classée de Djigbé (3 441 ha), les formations arborées et
arbustives, les formations aquatiques et les plantations d’Elaeis guineensis (palmier à
huile) d’une superficie de 3 056 ha installées par la SONADER et gérées actuellement par
des Coopératives d’Aménagement Rural (CAR). Il existe quelques forêts sacrées sous le
contrôle des Chefs traditionnels mais ces forêts sont en nette dégradation avec la
croissance démographique et la pression anthropique. On rencontre dans ces forêts des
espèces telles que Milicia Excelsa (Iroko), Ceiba pentendra (Fromager), Adansonia
digitata (baobab), Thalia welwischi, Nymphea Lotus, etc. La faune quant à elle est très
variée mais s’amenuise de jour en jour. La figure 6 presente la cartographie de la
végétation dans la Commune de Zè.

Figure 6 : Cartographie du couvert végétal dans la Commune de Zè

Le couvert végétal est principalement caractérisé par des mosaïques de culture et


jachère qui peuvent être sous palmiers (tableau 6). De plus, près 22 % de la commune
est recouverte de plantation et les zones à proximité des berges sont parsemées de
marécages.
34
Tableau 6 : Répartition de la végétation de la Commune Zè
Recouvrement
Couvert végétal
km2 %
Mosaïque de culture et jachère sous
318,1 47,2
palmiers
Plantation 147,8 21,9
Mosaïque de culture et de jachère 104,5 15,5
Marécage 86,6 12,9
Agglomération 10,2 1,5
Plan d'eau 6,6 1,0
Source : Interprétation cartographique Tecsult, 2010
Par ailleurs, on distingue principalement quatre types de ressources forestières dans la
commune de Zè. Il s’agit des forêts claires et formations boisées dont la forêt classée de
Djigbé (3 441 ha), des formations arborées et arbustives, des formations aquatiques et
des plantations d’Elaeis guineensis (palmier à huile) d’une superficie de 3 056 ha
installées par SONADER et gérées actuellement par des Coopératives d’Aménagement
Rural (CAR). Il est à noter l’existence de quelques ilots de forêts sacrées couvrant
environ 60 ha sous le contrôle des Chefs traditionnels. Par ailleurs, le PAGEFCOM a
appuyé la mise en place de plantation communale de 117 ha dans l’arrondissement de
Houègoudo. Le projet appuie également les planteurs privés et l’enrichissement de
certaines forêts sacrées présentées dans le tableau 7.
Tableau 7 : Forêts sacrées appuyées par le PAGEFCOM

Localisation
Nom de la forêt Superficie
(arrondissement)
ZannounAtlantique n Zè 16 ha
Assanmè Dawé 11 ha
Hounzanmè Koundokpé 7 ha
DoAtlantique nmè Dawé 20 ha
TogboAtlantique n Sèdjè Dénou -
Houédo Hèkanmè -
Doglo Djigbé 2,5 ha
MouAtlantique n Djigbé agué 2 ha
SiligboAtlantique n -
Source : Atelier de restitution, Tecsult 2009

3.3. Environnement humain et socio-économique


Cette rubrique est consacrée à l’analyse de l’environnement socio-économique du milieu
récepteur du sous-projet. Elle traite des questions relatives à la croissance
démographique et aux activités socio-économiques des populations.

3.3.1. Evolution de l’effectif de la population du milieu récepteur du sous-projet


D’après les résultats du dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat
(RGPH4, 2013), la population de la Commune de Zè était de 106 913 habitants contre 72
814 habitants selon les résultats du Recensement Général de la Population et de
l’Habitat (RGPH3, 2002). Cette population était de 60 028 habitants en 1992. La figure 7
présente l’évolution de la population de la Commune de Zè de 1992 à 2013.

35
Figure 7 : Evolution de la population de la Commune de Zè de 1992, 2002 et 2013
Source : INSAE, 1992, 2002 et 2013

L’anlyse de la figure montre que sur le plan démographique, la population de la


Commune de Zè est très dynamique. Selon le RGPH 2 (INSAE, 2002), la population de Zè
représente 9,08 % de la population du département de l’Atlantique et se classe en
sixième position du point de vue poids démographique, après les communes d’Abomey-
Calavi, d’Allada, d’Ouidah, de Sô-Ava et de Toffo. La population est inégalement répartie
sur l’ensemble du territoire communal. Les arrondissements de Zè, Tangbo-Djèvié,
Dodji-Bata, et de Hèkanmè concentrent l’essentiel de la population environ 51,01 %. Les
arrondissements les moins peuplés sont Djigbé (5,04 %) et Dawé (5,26 %).

3.3.2. Activités socio-économiques


Les principales activités des populations vivant dans le milieu récepteur projet d’Appui
aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (PAIA-VO) notammment le sous
projet de construction d’une piste agricole dans la Commune de Zè sont la production
végétale, l’élevage, la pêche, Artisanat et transformation des produits agricoles, le
commerce, etc.
 Production agricole
L’agriculture constitue la première activité de la population. Elle occupe plus de 70 %
des actifs avec une participation importante des femmes. Les ménages agricoles
représentent 68,31 % de l’ensemble des ménages de la Commune.
Le nombre de ménages agricoles est de 9 193 pour une population totale de 54 079
agriculteurs. Les agriculteurs sont retrouvés dans tous les arrondissements de la
commune (au moins 75 %), mais dans des proportions moins importantes dans les
arrondissements de Djigbé et de Zè qui ont moins de 50 % de population agricole. La
taille moyenne des ménages est, selon le recensement de 2002, de 5,4 personnes par
ménage dans la commune. Cette taille moyenne varie d’un arrondissement à un autre.
Les ménages agricoles représentent 68,3 % des ménages de la commune et ont une taille
moyenne de 5,9 personnes par ménage.

36
Les principales cultures pratiquées sont par ordre d’importance : le maïs, les tubercules
(essentiellement du manioc), le niébé et l’ananas qui occupent respectivement 61,9 %,
20 %, 3,2 % et 3 % des superficies cultivées annuellement (SDAC, 2012). Le palmier à
huile est une culture pérenne importante dans la commune. Le manioc représente de
loin la culture la plus importante en termes de production. Cette forte production
s’explique par l’important rôle que jouent les produits dérivés du manioc dans la
consommation des populations du sud-Bénin. En effet, le manioc est transformé surtout
par les femmes (organisées en groupements) en gari, tapioca, très bien apprécié et pour
la plupart exportés vers les villes environnantes. Le maïs est la culture qui occupe la
majeure partie de la population et constitue la principale culture de subsistance. Les
surfaces emblavées sont importantes avec par contre une production faible.
Par ailleurs, les habitants de cette région cultivent la terre toute l'année. Pendant les
saisons pluvieuses, ils exploitent la terre ferme et au cours de la grande saison sèche, les
bas-fonds. La planche 1 montre des champs de mise en valeur de bas-fonds à Djigbé
observé aux cours des enquêtes de terrain.

Planche 1 : Mise en valeur de bas-fonds à Djigbé


Prise de vue : Kounoukpêvi, avril 2009

La culture de l’ananas est l’un des traits caractéristiques de la commune de Zè. Elle est la
seconde culture en termes de production et la première en termes de rendement.
L’ananas est destiné à plus de 95 % à la vente et fait de plus en plus objet de
transformation par certains groupements de femmes en jus d’ananas. Mais il se pose le
problème d’accès aux intrants au niveau des producteurs, notamment l’accès au
phosphate.
La culture du palmier à huile constitue la seconde culture de rente après celle de
l’ananas au point de vue production mais la plus importante en termes de rentabilité.
Elle est principalement l’œuvre des Coopératives d’Aménagement Rural (CAR)
organisées en une structure faîtière qui est l’Union Régionale des Coopératives
d’Aménagement Rural (URCAR). Les noix de palme récoltées sont transformées en huile
rouge destinée en grande partie aux industries de corps gras du pays.
 Elevage
La production animale concerne essentiellement les caprins, la volaille et les porcins.
Elle intervient dans l’économie des ménages par sa contribution aux petites dépenses et
à la satisfaction des besoins exceptionnels. De type traditionnel, il n’est pas intégré à
l’agriculture et n’est donc pas orienté vers la maximisation des revenus. L’élevage de
bovins est l’œuvre de quelques éleveurs qui confient leur cheptel à des peulhs.
37
Cependant l’élevage moderne est pratiqué et organisé dans certaines stations. Il s’agit de
: six stations avicoles ; quatre stations d’élevages d’aulacodes ; dix stations d’élevage
de lapins ; deux stations hélicicoles et sept ruches.
Pour la transhumance, les bovins entrent dans la commune en mars par
l’arrondissement de Djigbé précisément au niveau du village Awassou. À partir de ce
village, deux axes sont pris de part et d’autre de la rivière Sô pour traverser
l’arrondissement de Djigbé et enfin entrer dans l’arrondissement de Sèdjè Houègoudo,
dans le village d’Ahozonnoudé où tous les troupeaux de bovins se rencontrent. Ils
ressortent par les mêmes couloirs à partir du mois d’avril

 Pêche
Le poids économique de la pêche en termes de génération de revenus et d’emplois est
très faible dans la commune. Ceci est dû aux contraintes liées à la ressource eau
(tarissement, comblement, pollution, etc.) couplées aux moyens et méthodes de
production rudimentaires (pisciculture archaïque, moyens de pêche très peu
performants).
La pêche est pratiquée surtout dans trois arrondissements de la commune traversés par
l’affluent (Sô) du fleuve Ouémé. L’existence d’un nombre non négligeable de bas-fonds
constitue un atout dans la perspective d’une pisciculture moderne et le programme
d’appui à la réalisation des étangs en cours d’exécution dans la commune grâce au
Programme de Développement de la Filière Halieutique est une bonne opportunité pour
le développement du secteur. Les trous à poisson qui sont des propriétés privées
existent déjà au niveau des mares de Leitou à Wotogoudo et Sessivali, de Tozawé à
Djigbé-Agué et Gbodjè, de Ninwé à Agoundji tous dans l’arrondissement de Djigbé et et
Ahozonnoudé dans l’arrondissement de Sèdjè-Houègoudo. Par rapport à l’exploitation
de ces mares, il faut noter le non respect des règlementations de la pêche, l’absence de
zones de frayère et le manque d'appuis techniques.

 L’artisanat et la transformation des produits agricoles


L’activité artisanale (toutes catégories confondues) occupe près de 7 % de la population
active, répartie sur les nombreuses branches d’activités de l’artisanat, récemment
définies par la nomenclature des métiers de l’artisanat au Bénin (le bâtiment,
l’alimentation, les métaux et la construction mécanique, les fibres végétales, le bois, les
textiles, l’habillement, les cuirs peaux, les arts et la décoration, la poterie et la céramique,
l’installation, la maintenance, l’entretien, la réparation, les images, l’électronique,
l’électricité-froid et enfin l’hygiène et les soins corporels).
Quant aux activités de transformation, elles s’exercent suivant deux modes : individuel
et en groupements souvent appuyés par des ONG et des projets. Elles occupent un grand
nombre d’acteurs et concernent : la transformation du manioc en gari et en tapioca, la
distillation du vin de palme en sodabi, la préparation de l’huile rouge à partir de la noix
de palme, la fabrication du savon artisanal, la préparation du jus d’ananas et de galettes
(klui-klui). Produits en grande quantité, ils sont destinés en majeure partie à la vente et
sont l’œuvre surtout des femmes souvent organisées en groupement.
Les difficultés liées à ces activités sont notamment : le manque ou l’insuffisance de
capital financier, l’archaïsme des méthodes et des outils de travail, la difficulté à se

38
procurer les matières premières et à écouler les produits à cause du mauvais état des
voies d’accès.
 Exploitation minière et de carrières
L’exploitation des carrières n’est pas très développée dans la commune. Il s’agit d’une
exploitation encore manuelle et rudimentaire qui se fait par des privés au niveau des
carrières de sable de gravier et de latérite qui existent dans la commune. Les grandes
contraintes à l’exploitation de ces carrières sont l’inaccessibilité des sites et
l’inorganisation du secteur.
 Activités commerciales
Le potentiel en matière de commerce est lié en grande partie à l’abondance de produits
agricoles qui constituent près de 70 % des échanges dans les cinq marchés locaux dont
dispose la commune (tableau 8). Quant au commerce de produits manufacturés, il est
pratiqué par de grands commerçants qui agissent pour la plupart dans l’informel. Ces
produits sont installés dans des boutiques, des dépôts, dans certains marchés ou aux
abords des voies principales. Le tableau suivant montre les principaux infrastructures
marchands dans la Commune.
Tableau 8 : Infrastructures marchandes dans la commune
Nom
(Localisation Importance
Périodici Accessib
Type / (rayonneme État Observations
té ilité
arrondisseme nt)
nt)
Tangbo Projet
Matériaux
Aga/Tangbo Régional 4 jours Facile d’aménagemen
précaires
Djèvié t en cours
Matériaux Projet de
Régional (84
Zè Centre/Zè 4 jours précaires Difficile construction
places)
et définitifs en cours
Projet de
construction
Marché Matériaux
Sèdjè Dénou Régional 4 jours Difficile de 10 hangars
précaires
à 6 places en
cours
Agbata/Hèkan Matériaux
Local 4 jours Difficile -
mè précaires
Matériaux
Aïfa/Koundok Local (18
4 jours précaires Difficile -
poé places)
et définitifs
Tangbo
Matériaux
Aga/Tangbo - - Facile -
précaires
Gare Djèvié
routièr Matériaux
Zè Centre/Zè - - Difficile -
e précaires
Dénou centre/ Matériaux
- - Difficile -
Sèdjè Dénou précaires
Source : Atelier de restitution, Tecsult 2009 et SCDAC, 2012

Les deux principaux atouts du commerce dans la commune sont : la forte productivité
vivrière et la proximité des centres urbains tels que : Cotonou, Abomey-Calavi et Allada.
39
Mais ils ne sont pas encore très bénéfiques à la commune en raison de la faible capacité
technique, organisationnelle et d’investissement des acteurs ainsi que de la défectuosité
des voies d’écoulement malgré la présence remarquée des institutions de micro finance
telles que : la Caisse Locale de Crédit Agricole Mutuel (CLCAM), la Banque Villageoise
d’Épargne et de Crédit (BAVEC), le Comité Villageois d’Épargne et de Crédit (COVEC) et
des projets de développement tels que le Projet d’Activités Génératrices de Revenus
(PAGER), le Projet de Développement des Racines et Tubercules (PDRT), les Projets
Verts. Il est important de noter l’absence de Sociétés d’État ou privées, d’où les
problèmes d’emploi.
Il faut cependant noter que les produits agricoles sont difficilement acheminés sur les
trois principaux marchés de collecte de produits vivriers (Zè centre, Sèdjè Dénou et
Tangbo Djèvié) qui offrent des prix bas. De plus, pendant la saison pluvieuse, le
déplacement devient quasi-impossible et les producteurs connaissent une forte
mévente. Il en est de même pour les intermédiaires et les grossistes qui viennent de
Cotonou et Houègbo. Pendant la saison sèche, le circuit de commercialisation des
produits est tel que les intermédiaires constitués des femmes de la commune reçoivent
des grossistes le financement des collectes auprès des producteurs. Celles-ci passent
alors directement dans les maisons où les zones d’interceptions des villages pour
collecter. Le jour du marché, les grossistes passent ramasser les produits collectés et
lancent une autre commande. Ce circuit est bloqué et les produits sont laissés à la charge
du producteur lorsque les voies deviennent impraticables. Il faut aussi noter que bien
que les intermédiaires favorisent l’écoulement des produits, cette situation n’arrange
pas la mairie qui perçoit très peu de taxe sur les produits vendus puisque la collecte est
faite de façon officieuse. Plus spécifiquement pour l’ananas, le marché d’écoulement
existe (surtout à l’extérieur) mais faute de matériels adéquats, d’intrants spécifiques et
de maîtrise de la technicité, les produits ne respectent pas les normes (qualité,
traçabilité) du commerce international et sont ainsi bradés dans les marchés locaux.
Par rapport à l’organisation autour de ces activités, des organisations (UCP, les
associations des jeunes, des femmes, le collectif des artisans) existent mais il se pose le
problème de compétence pour leur fonctionnement.

3.4. Problématique urbaine et occupation du sol


3.4.1. Mode gestion des ordures
La conséquence de cette insalubrité sans précédent est énorme. D’abord la
consommation de ces eaux à des fins alimentaires peut entraîner des maladies liées au
tube digestif comme la diarrhée, la dysenterie, etc. ; des maladies infectieuses dues aux
microbes comme les oxyures femelles qui pondent au niveau de l’anus causant ainsi des
démangeaisons. L’utilisation de ces eaux pour l’hygiène corporelle pourrait engendrer
des maladies cutanées comme des boutons et des acnés sur tout le corps. Il est donc clair
que cette situation de manque d’eau peut provoquer une augmentation du taux de
fréquentation des centres de santé entraînant ainsi une production accrue des déchets
sanitaires. Face à cette situation, il serait donc souhaitable que l’Etat, de concert avec les
partenaires au développement revoit sa politique pour l’adduction d’eau dans les
milieux ruraux.

40
3.4.2. Habitat, mode d’éclairage et approvisionnement en eau

Sur le plan national, la commune de Zè fait partie des rares divisions administratives qui
bénéficient le moins du courant électrique. Très peu de localités sont couvertes par le
réseau électrique de la SBEE qui juste que là, détient le monopole de distribution de
l’électricité au Bénin. Cette absence d’électricité est suppléée par endroits par quelques
rares groupes électrogènes privés.
La situation au niveau de la disponibilité en eau de la commune de Zè, à défaut d’être
alarmante, est préoccupante car si on note la présence d’infrastructures hydrauliques
dans presque tous les arrondissements (tableau 9), elles ne couvrent pas tous les
besoins des populations.
Tableau 9 : Situation des infrastructures hydrauliques dans la commune
Type d’ouvrage (Nombre)
Arrondissement
AEV PEA FPM PM
Adjan 1 2 3 7
Dawé 1 2 3 2
Dodji-Bata 1 0 7 11
Djigbé
1 1 6 6
Hèkanmè
Koundokpoe 2 0 4 8
Sèdjè-Dénou
1 0 2 0
Sèdjè Houègoudo
Tangbo-Djèvié 2 2 4 6
Yokpo 1 1 1 5
Zè 2 0 2 9
Total 12 8 32 54
Source : Atelier de restitution, Tecsult 2009 et SDAC, 2012

Les arrondissements de Sèdjè-Dénou et Sèdjè Houègoudo apparaissent comme les plus


dépourvus. Il faut noter que le sous-sol de la commune se caractérise par une nappe
phréatique très profonde qui ne permet pas le forage de puits traditionnels susceptibles
de venir en appoint aux infrastructures modernes. Les populations sont obligées de se
ruer sur les eaux de ruissellement, des rivières ou des bas-fonds ou d’effectuer de
longues distances à la recherche d’eau potable ou de construire des citernes, du moins
pour ceux qui en ont les moyens.
Les types d’ouvrages qui assurent la couverture en eau sont : les Adductions d’Eau
Villageoises (AEV : 54 % fonctionnelles), les puits à grand diamètre (PM : 79 %
fonctionnels) et les forages équipés de pompe (FPM : 29 % fonctionnels) et les Points
d’Eau villageois.

3.4.3. Dynamique foncière dans la Commune de Zè


Sur le plan foncier, Zè est l’une des communes où les terres ont été prises par les
coopératives CAR et URCAR et l’ONAB (environ 3 441 ha). Aujourd’hui, il se pose un
problème de gestion et d’insécurité de ces terres. Cette insécurité est plus accentuée
d’autant plus que la mairie n’a pas été associée à la gestion de ces coopératives. Il faut
aussi noter que l’occupation de vastes domaines par les coopératives a fait
qu’actuellement la mairie ne dispose pratiquement pas de réserves foncières
administratives. La résolution de ce problème passe nécessairement par le lotissement.
41
C’est dans cette optique que le conseil communal a autorisé depuis 2005, le lotissement
de trois arrondissements sur onze que compte la commune. Mais ce processus connaît
quelques difficultés au point que, depuis lors, c’est dans un seul arrondissement que le
processus a démarré, celui de Yokpo. Ces difficultés sont essentiellement dues à
l’opposition de la population à la déstabilisation qu’engendre le lotissement. Seuls les
domaines des coopératives ont été lotis.
En ce qui concerne l’accessibilité des terres dans cette commune, il existe différents
modes d’accès à la terre dans cette commune à savoir : l’héritage dont les femmes ne
bénéficient guère, l’achat, le don, la location et le métayage. Le don s’effectue souvent
entre la mairie et la population ou les projets et ce sont les coopératives qui octroient
ces terres puisque la mairie ne dispose pas de réserves administratives.
Les parcelles sont souvent vendues aux étrangers (cas de TANKPINOU qui dispose de
113 ha) qui achètent dans l’optique de revendre plus tard à un prix beaucoup plus élevé.
Du coup, ces parcelles restent inexploitées pendant des années au moment où la
population en souffre pour des besoins d’exploitation agricole puisque le reste des
terres non occupées par les coopératives et l’ONAB, est insuffisant pour la population. Il
convient de signaler que la commune dispose d’une grande vallée dont la partie
accessible est déjà occupée par l’ONAB et les Coopératives et un bas-fond délaissé parce
que difficile à exploiter. Dans cette perspective, des doléances ont été adressées à
l’endroit de l’État et des ONG pour l’aménagement de la partie inexploitée.

La Commune de Zè connaît des conflits fonciers ces dernières années liés au phénomène
de la vente des terres aux particuliers, notamment ceux qui viennent de Cotonou ou
d’ailleurs. Les droits de propriété ou d’usage des parcelles acquises d’une manière ou
d’une autre sont parfois remis en cause entraînant des conflits entre les deux parties.
Les causes de ces conflits sont entre autres, la remise en cause des ventes par le
propriétaire même ou ses descendants, la remise en cause des parts entre héritiers et le
soulèvement des propriétaires terriens ayant cédé des domaines aux coopératives. Le
règlement de ces conflits commence souvent par une tentative de règlement à l’amiable.
Dans le cas échéant, les protagonistes ont recours à la maison puis au tribunal au pire
des cas. Mais aujourd’hui, tout achat est sanctionné par un contrat de vente délivré par
la mairie.
Des conflits potentiels de limites administratives sont observés. Ils concernent la limite
communale sud ouest où de faibles zones peuvent être disputées avec Abomey-Calavi.
Ces problèmes de limites sont également observées au sud ouest de la commune pour la
frontière avec Tori, à l’ouest à la frontière avec Allada, au nord ouest avec Toffo et enfin
au nord avec Zogbodomey pour ce qui constitue la limite entre les deux communes et
des deux départements du Atlantique et de l’Atlantique.

3.4.4. Occupation du sol dans la Commune de Zè

Les mosaïques de champ et jachère représentent le type d’occupation du sol recouvrant


la plus grande superficie et elles sont principalement observées dans la partie Ouest de
la commune . Les zones de reboisement couvrent environ le quart de la commune et
sont essentiellement situées dans la partie Nord. La savane arbustive est le troisième
type d’occupation des sols en importance en termes de superficie suivi de près des

42
formations marécageuses. Ces formations sont entremêlées et se retrouvent
principalement dans la partie Est de la commune. Finalement, les zones caractérisées
par des périmètres aménagés, zones bâties, plantations de palmiers à huile ou de
cocotiers, savane arborée, plans d'eau, forêts claires, aires de végétation en zone
urbaine, plages sablonneuses et sols dénudés ou végétation clairsemée recouvrent au
total un peu plus de 10 % de la commune.
Tableau 10 : Superficie des différentes occupations du sol de la Commune de Zè
Recouvrement
Occupation de sol
km2 %
Mosaïque champ et jachère 219,77 32,6
Reboisement de rente ou forestier 152,63 22,7
Savane arbustive 127,02 18,9
Formation marécageuse 99,47 14,8
Périmètre aménagé 32,85 4,9
Zone bâtie 16,74 2,5
Plantation de palmiers à huile ou de cocotiers 15,04 2,2
Savane arborée 5,29 0,8
Plan d'eau 3,05 0,5
Forêt claire 0,83 0,1
Aire de végétation en zone urbaine 0,35 0,1
Plage sablonneuse 0,14 Insignifiant
Sol dénudé ou végétation clairsemée 0,06 Insignifiant
Source : Interprétation cartographique Tecsult, 2010

L’analyse du tableau montre les mosaïque champ et jachère, le reboisement de rente ou


forestier, la savane arbustive et la formation marécageuse couvrent respectivement 32,6
%, 22,7 %, 18,9 % et 14,8 % de la superficie totale de la Commune de Zè.

43
Figure 8 :Caractéristiques des unités d’occupation du sol en 2006 dans la Commune de Zè
Source : Image LandSat TM, 2006

Les figure 8 montre que sous l’effet de plusieurs formes de pression notamment,
l’exploitation des ressources forestières ; la commune de Zè a perdu une partie de sa
couverture végétale dans l’espace. Cette régression des unités forestières et des jachères
au profit des plantations privées et des champs de cultures illustre en grande partie la
colonisation des terres de grandes superficies par le défrichement ou par incinération et
par les diverses formes de ponction quotidienne.

44
3.5. Situation de l’hygiène, santé et de l’assainissement du milieu récepteur
du projet

Les problèmes environnementaux dans la commune sont liés aux pratiques agricoles
(feux de brousse, monoculture, érosion) qui entraînent l’épuisement et
l’appauvrissement des sols cultivés.
Les cours d’eau et les plans d’eau sont envahis par les herbes et le sable et se retrouvent
comblés, ce qui ne favorise pas la reproduction des poissons. On assiste également à la
réduction du couvert forestier et à la dégradation des forêts qui existent encore, surtout
celles qui sont sacrées. Au niveau des grandes agglomérations, on observe la mauvaise
gestion des déchets solides et ménagers et l’insuffisance de services en matière de voirie.
Dans le domaine de l’assainissement, les latrines publiques et familiales existent
seulement au niveau du chef-lieu de la commune et dans quelques arrondissements avec
son corollaire de pollution de l’environnement. Il existe des latrines scolaires et
sanitaires mais celles-ci sont inaccessibles au grand nombre. Aussi les ordures
ménagères sont mal gérées puisqu’aucun système de pré collecte n’existe.
La commune de Zè dispose d’un centre de santé communal (CSC), de six centres de santé
d’arrondissement (CSA) et de trois centres confessionnels. Ainsi trois arrondissements
se trouvent dépourvus de Centre de Santé. En outre, elle dispose de 18 cabinets privés
qui jouent un rôle non négligeable dans la couverture sanitaire de la commune. Le
Tableau 11 présente la répartition des infrastructures dans la commune. Au niveau des
infrastructures, la quasi-totalité des formations sanitaires se trouvent dans un état
vétuste et déliquescent puisqu’on y rencontre des locaux en très mauvais état et
inadéquat à la mission sanitaire.
Tableau 11 : Répartition des différents types établissements sanitaires de la commune de Zé
Type (Nombre)
Dispens
Materni

Cabinet
Hôpital

sionnel
confes-
Centre
Arrondissement privé
aire
CSA

CSC

Adjan 0 1 0 1 1 1 0
Dawè 0 En construc 0 0 0 0 0
Dodji-Bata 0 1 0 1 1 4 1
Djigbé 0 1 0 1 1 0 0
Hèkanmè 0 0 0 0 0 1
Koundokpoé 0 1 0 1 1 2 0
Sèdjè-Dénou 0 1 0 1 1 1 0
Sèdjè-Houègoudo 0 0 0 0 0 1 0
Tangbo-Djèvié 0 1 0 1 1 5 0
Yokpo 0 En construc 0 0 0 2 1
Zè 0 0 1 1 1 5 0
Total 0 6 1 7 7 21 3
Source : Atelier de restitution, Tecsult 2009 et SDAC, 2012

3.6. Caractéristiques spécifiques du site récepteur du projet


Les pistes rurales sont dans l’ensemble impraticables surtout en saison pluvieuse. Elles
présentent des crevasses avec encaissement des eaux par endroits et des inondations
en période pluviale. Actuellement, les pistes agricoles à aménager par le Projet d’Appui

45
aux Infrastructures Agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (PAIA-VO) sont dans un état de
dégradation très avancées comme indique la planche 2. Ainsi, pendant la saison
pluvieuse, le déplacement devient quasi-impossible et les producteurs connaissent une
forte mévente.

Planche 2 : Etat des pistes agricoles à amenager par PAIA-VO dans la Commune de Zè
Prise de vue :CECO, juin, 2017

Par ailleurs, dans la Commune de Zè, la plupart des pistes agricoles ou rurales sont à
réhabiliter. La dégradation de ces infrastructures sociocommunautaires altère
considérablement la qualité de vie. En effet, avec l’état actuel des pistes agricoles, en
saison pluvieuse, les produits agricoles sont difficilement acheminés sur les trois
principaux marchés de collecte de produits vivriers (Zè centre, Sèdjè Dénou et Tangbo
Djèvié). De plus, pendant la saison pluvieuse, le déplacement devient quasi-impossible et
les producteurs connaissent une forte mévente.

46
4. ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET
Les enjeux environnementaux enjeux identifiés sont liés aux éléments sensibles dans la
zone d’influence du projet et aux contraintes que peut créer ce dernier dans le cadre de
mise en œuvre du projet. L’identification de ces enjeux va permettre de connaître les
composantes du milieu qui méritent une attention particulière. Ils vont permettre de
discuter de façon approfondie avec les communautés concernées, les spécialistes afin
d’éviter ou de réduire au mieux les impacts sur l’environnement.
Les enjeux les plus remarquables qui se dégagent de ce projet peuvent être classés en
plusieurs catégories, à savoir :

Sur le plan environnemental, il s’agit de :


 la conservation de la diversité biologique (faune et flore) ;
 la sauvegarde des écosystèmes aquatiques ;
 les risques de pollution des plans d’eau et cours d’eau par les rejets des eaux
usées et de déchets solides qui proviendront des travaux de construction de
pistes agricoles ;
 Présence des espèces animales terrestres (oiseaux, rongeurs ; reptiles …etc.)
et aquatique ;
 les risques de comblement des cours d’eau et plan d’eaux lors des travaux de
construction des pistes ;
 la dégradation continue du cadre de vie (déboisement, les mauvaises
conditions d’hygiène et d’assainissement) notamment dans les
agglomérations environnantes des sites visés par le projet ;
 la conservation de la qualité de l’air, du sol et de l’eau ;

Sur le plan socio-économique, les enjeux les plus pertinents sont :


 la préservation des biens matériels et immatériels ;
 la protection des droits et dignité des personnes susceptible d’être affectées
par le projet;
 la gestion des plantations situées dans l’emprise du projet;
 la préservation des activités socioéconomiques ;
 la conservation des mœurs ;
 la gestion de la santé et la sécurité des employés et des populations
riveraines ;
 le risque des IST/SIDA dû aux brassages entre des étudiants, les ouvriers et
la population locale;
 la conservation des mœurs ;
 la gestion de la santé et la sécurité des employés et des populations
riveraines .
 Etc.

Sur le plan politique

Le Bénin est partie à des textes internationaux pour élaborer des politiques et stratégies
au plan national. Les enjeux politiques majeurs liés à ce projet se résument aux éléments
suivants :
 la préservation des zones humides qui sont d’une importance capitale pour le
milieu ;
47
 la conservation de la biodiversité ;
 la lutte contre la dégradation et la pollution des sols;
 la conservation du couvert végétal ;
 le maintien et/ou l’amélioration du cadre de vie des populations.

D’une manière générale, les travaux des constructions de pistes agricoles pourraient
provoquer des modifications négatives dans les fonctions du milieu à travers les
différentes dégradations qu’il aura engendré et auxquelles il faut trouver de mesures
d’atténuation ou de compensation. En effet, dans la droite ligne du principe
d’anticipation et de celui de précaution, il est souligné au point huit (8) du préambule de
la Convention de Rio de 1992 sur la Diversité biologique que : « il importe au plus haut
point d’anticiper et de prévenir les causes de la réduction ou de la perte de la
biodiversité et s’y attaquer».

La même Convention édite en son principe 15 que : « pour protéger l’Environnement,


des mesures de précaution doivent être largement appliqué par les Etats selon leurs
capacités. En cas de risque de dommage grave et irréversible, l’absence de certitude
scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption
de la mesure effective visant à prévenir la dégradation de l’Environnement».

En raison de la nature de l’ouvrage à réaliser ainsi que des activités afférentes à leur
réalisation, les principaux risques auxquels s’exposeront la zone d’implantation et la
communauté riveraine se traduisereront par :

 la pollution des composantes : air, eau, sol, etc. par les diverses émissions/rejets
et/ou des déversements accidentels de certains produits et du fonctionnement des
équipements installés sur le chantier ;
 les risques d’accident de circulation lors de differentes phases du projet
(prépartaion, construction et exploitation) ;
 les risques d’augmentation de la vulnérabilité des populations défavorisées ou
pauvres habitants ou ayant des activités dans les zones d’influence du sous projet ;
 les risques de pertes des biens et perturbations des activités de groupes de
personnes habitants ou ayant des activités dans les zones d’influence du sous
projet ;
 les risques perturbations de la circulation des biens et personnes lors de la phase de
preparation et de construction des pistes ;
 les risques d’accident liés aux travaux d’excavation, de manipulation de divers
matériels et équipements, à circulation des engins au cours de la phase de
construction et d’exploitation ;
 etc.

Ces risques et enjeux représentent des défis à relever par les responsables de mise en
œuvre du projet dans les conditions requises définies par les textes et normes
environnementales et sociales en vigueur au Bénin. L’EIES observera donc les risques
environnementaux et sociaux liés à ces différents enjeux.

48
5. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL DE MISE EN
ŒUVRE DU SOUS PROJET
La présent chapitre présente de manière succincte les textes législatifs et réglementaires
en vigueur en matière de gestion de l’environnement et des aménagements urbains
applicables au present sous projet de construction des pistes agricoles. Il met l’accent
également sur le volet institutionnel qui encadre la mise en œuvre et le suivi des
activités prévu dans cet sous-projet d’aménagement.

5.1. Cadre politique nationale de l’évaluation environnementale


Depuis son accession à la souveraineté nationale, le Bénin a initié une nouvelle
perspective de gouvernance et des résolutions non seulement sur le plan économique
mais également sur d’autres axes. Notamment, en ce qui concerne les préoccupations
environnementales, ces décisions ont pris forme avec la définition du principe de
protection et de gestion de l’environnement dans la Constitution du 11 décembre 1990
et la mise en place d’instances dédiées à l’environnement telles que le ministère chargé
de l’environnement (1990) et ses structures techniques dont l’Agence Béninoise pour
l’Environnement (1995).
Pour atteindre les ambitions de sa politique soucieuse de la préservation de
l’environnement, le Bénin a ainsi entrepris des actions conséquentes :
 Le Plan d’Action Environnemental (PAE) : Depuis mars-avril 1991, le Bénin a
décidé d’intégrer dans sa politique globale de développement, un Plan d’Action
Environnementale. Articulé autour des outils d’information dont les ateliers
régionaux, les enquêtes villageoises et urbaines, les enquêtes bibliographiques et
de projets,… ce programme a pour but, la recherche d’un équilibre dans
l’utilisation durable du patrimoine national des ressources naturelles et de
l’environnement ;
 L’adoption de l’Agenda 21 National : Inspiré de « Action 21 » issu de la
Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement de Rio
de Janeiro en 1992, cet Agenda 21 National définit à l’échelle de collectivités
territoriales un plan d’action de développement durable pour le XXIe siècle dans
plusieurs secteurs notamment : la désertification, la gestion des déchets, la
pollution, la gestion des ressources en eau et de l’assainissement,… L’objectif est
de mettre en place un programme de développement durable, à partir d’un
mécanisme de consultation de la population ;
 La Déclaration de Politique Nationale d’Aménagement du Territoire (DEPONAT) :
A travers l’élaboration de ce document, le Bénin a mis en place une approche
intégrée de l’Aménagement du Territoire. Il documente les instruments
techniques en la matière et se propose de définir les grandes orientations sur les
questions majeures de l’aménagement du territoire. L’objectif principal que vise
cette politique à travers la mise en place d’une stratégie de développement
régional est de fournir aux populations urbaines et rurales, un niveau de bien-
49
être et des capacités leur permettant d’assurer leur développement socio-
économique en valorisant au mieux leurs potentialités locales tout en préservant
durablement leurs ressources ;
 Les Orientations Stratégiques de Développement et le document de Stratégie de
Croissance pour la Réduction de la Pauvreté : Programme National de Gestion de
l’Environnemental (PNGE) : Faisant partie intégrante du Programme d’Action du
Gouvernement, ces orientations et stratégies font montre de la volonté du Bénin
de faire de l’environnement un des piliers clés du développement durable en ce
sens qu’elles incorporent le but et les objectifs spécifiques du Programme
National de Gestion de l’Environnement (PNGE).

Par ailleurs, le Bénin n’a pas fait qu’adopter des documents et orientations stratégiques
pour s’assurer de l’efficience de sa politique environnementale. En effet, il a aussi
institué des assemblées intercommunales pour une gestion effective de l’environnement
dans le cadre de projets de développement, de préservation de l’environnement ou de
gestion de services collectifs. C’est notamment le cas du Conseil Intercommunal d’Eco-
Développement (CIED) dont la principale attribution est de contribuer à la réduction de
la pauvreté, l'appui à la décentralisation, la conservation de la biodiversité et le
patrimoine culturel des communes, grâce à une gestion concertée et durable de la
Lagune côtière, par la définition et la mise en œuvre d'une charte intercommunale.
En appoint à ses efforts politiques, il importe d’évoquer d’autres nombreuses actions qui
ont été prises et dont la portée environnementale n’est pas des moindres :
 l’adoption de la stratégie nationale de gestion de la biodiversité et son plan
d’action ;
 l’adoption du Plan d’Action National de Lutte contre la Désertification
(PANLCD) ;
 l’adoption de la Stratégie Nationale de Lutte contre la Pollution
Atmosphérique ;
 l’actualisation de la stratégie nationale sur la gestion des eaux usées ;
 la préparation de la stratégie de Gestion Intégrée des Ressources en Eau
(GIRE) ;
 l’élaboration de la stratégie nationale de gestion des zones humides ;
 l’élaboration d’un Plan National de Lutte contre les Pollutions (PNLPo) ;
 la stratégie nationale de lutte contre les changements climatiques.

5.2 Cadre juridique de réalisation du projet


5.2.1 Cadre juridique international de mise en œuvre du projet
La mise en œuvre de ce projet est encadré par des dispositions règlementaires
internationales qu’il est important de rappeler ici. Ainsi, à travers le tableau ci-dessous
ces différents textes ont été rappelés et leur intérêt pour le projet clarifié.

50
Tableau 12: Conventions/accords multilatéraux ratifiés ayant une pertinence
directe ou indirecte pour le projet
INTERET DE SON
No Conventions / accords
APPLICATION AU PROJET
01 Convention sur la diversité biologique et Modification des écosystèmes sensibles
l’utilisation durable de ses éléments du 30 pouvant regorger des espèces menacées
juin 1994 d’extinction (lors des aménagements
projetés)
02 Convention sur la protection du patrimoine Possibilité d’affectation des biens
mondial, culturel et naturel du 14 septembre culturelles
1992
03 Convention sur les zones humides, habitats Affectation des bas-fonds, des berges,
des oiseaux d’eau - Convention Ramsar du 20 cours et plans d’eau lors de la réalisation
janvier 2000 des aménagements projetés
04 Convention africaine sur la conservation de Affectation du milieu naturelle
la nature et des ressources naturelles du 5
novembre 1998
05 La Convention Cadre des Nations Unies sur - Destruction des puits à carbones par
les Changements climatiques à Kyoto en déboisement lors de la mise en place des
1997 infrastructures et aménagement ;
- Production des GES par décomposition
des matières organiques et bouses de
vaches

Ce tableau fait la synthèse des éléments montrant la volonté du Bénin de se doter de


tous les moyens juridico-politiques nécessaires pour gérer son environnement et
surtout pour contribuer à la conservation de l’environnement.
Pour renforcer ces conventions, au niveau national, un ensemble de textes juridiques ont
été promulgués et/ou adoptés et dont les buts sont directement orientés vers la
protection et la gestion pérenne des ressources environnementales et du cadre de vie.

5.2.2 Cadre juridique national de mise en œuvre du projet


Il s’agit ici de rappeler les dispositions règlementaires nationales qui encadrent la mise
en œuvre du projet. elles regroupent essentiellement les lois, les decrets et les normes.
5.2.2.1 Les lois nationales
Elles découlent de La Loi N°90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la
République du Bénin qui a prévu en son sein certains principes ayant trait à
l’environnement et aux conditions de vie des citoyens.
 Art.8 : L’Etat assure aux citoyens, l’égal accès à la santé, à l’éducation, à la culture, à
l’information, à la formation professionnelle et à l’emploi.
 Art.22 : Toute personne a droit à la propriété. Nul ne peut être privé de sa propriété
que pour cause d’utilité publique et contre justice et préalable dédommagement.
 Art.27 : Toute personne a droit à un environnement sain, satisfaisant et durable et a
le devoir de le défendre. L’Etat veille à la protection de l’environnement.

51
 Art.47 : Le Président de la République sera accusé de haute trahison pour un certain
nombre de comportements, parmi lesquels un acte attentatoire au maintien d’un
environnement sain, satisfaisant, durable et favorable au développement.
 Art.98 : fixant le domaine de la loi qui détermine entre autres, les principes
fondamentaux de la protection de l’environnement et de la conservation des
ressources naturelles.
En référence à ces dispositions constitutionnelles, une série de textes de lois a été
adoptée pour mieux clarifier les conditions de mise en œuvre de toute action de
développement ayant trait à ces points.
Il s’agit essentiellement des diverses lois relatives à la protection de l’environnement et
aux aménagements.
a) Lois spécifiques à la protection de l’environnement
Comme lois nationales relatives à la protection de l’environnement qu’on peut appliquer
au projet on peut citer
 la loi n°030-98 du 12 février 1999 portant loi-cadre sur l’environnement en
République du Bénin : elle comprend des dispositifs relatifs à la clarification des
concepts, aux sanctions, à la protection et la mise en valeur des milieux récepteurs, à
la protection et la mise en valeur du milieu naturel et de l’environnement humain, à
la pollution et nuisances, aux études d’impact, aux audiences publiques sur
l’environnement, aux plans d’urgence et aux incitations.
Dans les dispositions de cette loi sur la protection de l’environnement, il est prescrit
ce qui suit :
o ‘’Nul ne peut entreprendre des aménagements, des opérations, des
installations, des plans, des projets et des programmes ou la construction
d’ouvrages sans suivre la procédure d’étude d’impact sur l’environnement
(Article 88). Cet article rend donc obligatoires l’évaluation environnementale
stratégique (EES) et l’étude d’impact sur l’environnement (EIE) ;
o ‘’Quiconque a l’intention d’entreprendre la réalisation d’une des activités
visées à l’article 88 doit déposer un avis écrit au Ministre en charge de
l’environnement demandant la délivrance d’un certificat de conformité
environnementale et décrivant la nature générale de l’activité. Ce certificat de
conformité environnementale fait partie des pièces à soumettre à l’autorité de
tutelle pour l’obtention de la décision finale quant à la réalisation de l’activité
proposée’’, Article 89.
o Une autre disposition de la même loi fixe, la sanction applicable à tout
contrevenant au processus d’études d’impact sur l’environnement : ‘’Est punie
d’une amende de cinq millions (5 000 000) à vingt cinq millions (25 000 000)
de francs et d’une peine d’emprisonnement de un (1) à trois (3) ans, ou de
l’une de ces peines, seulement toute personne convaincue d’avoir falsifié le
résultat d’une étude d’impact ou altéré les paramètres permettant la
réalisation d’une étude d’impact. L’usage du résultat falsifié ou altéré d’une

52
étude d’impact mentionné à l’alinéa précédent est puni des mêmes peines’’
(Article 122) ;
 la loi n° 2010-44 du 21 octobre 2010 portant gestion de l’eau en République du
Bénin : elle préconise la GIRE comme principe de gestion de l’eau (GIRE) comme
principe de base pour la gestion de l’eau au Bénin ;
 la loi n° 87-015 du 21 septembre 1987 portant code de l’hygiène publique de la
République du Bénin : elle légifère sur les habitations, le bruit, l’eau, la pollution du
milieu naturel, les installations industrielles, les plages, les établissements classés, la
police sanitaire. Elle a été pendant longtemps peu vulgarisée jusqu’à l’avènement de
la décentralisation (2003) qui a favorisé la prise de textes d’application par les
maires ;
 la loi n°2002-016 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en
République du Bénin : elle édicte les dispositions relatives à la gestion rationnelle
et participative de la faune et de ses habitats, à la création et la gestion des aires
protégées, à la protection des espèces menacées, vulnérables ou endémiques, et
enfin aux infractions et sanctions. La présente loi est un élément fondamental qui
vient renforcer les objectifs du Programme notamment la conservation de la
biodiversité à travers les réserves biologiques gérées par les communautés à la base.
b) Dispositions juridiques relatives à la maîtrise foncière et à la propriété
Les principaux textes constituant l’arsenal juridique du Bénin sur lesquels repose le
régime de la propriété foncière de l’Etat était jusqu’à un passé récent assez disparates.
Une importante partie de cet arsenal datait de l’époque coloniale. Mais à partir de
l’année 2013, le Bénin a procédé à l’actualisation des différents textes de lois régissant le
foncier. Ensuite, en 2017 ce code a connu un amendement qui a donné lieu à la Loi n°
2017-15 modifiant et complétant la loi n° 2013-01 du 14 août 2013 portant code foncier
et domanial en République du Benin. Cette loi structurée mieux structurée aborde tous
les aspects de droit foncier au Bénin des modalités d’accès à la terre, de l’organisation
institutionnelle du secteur à l’expropriation pour cause d’utilité publique. A son article
537, le code abroge toutes les dispositions antérieures à savoir la loi n°60-20 du 13
juillet 1960 fixant le régime des permis d’habiter au Dahomey, la loi n°65-25 du 14 août
1965 portant organisation du régime de la propriété foncière au Dahomey, la loi n°
2007-03 du 16 octobre 2007 portant régime foncier rural en république du Bénin, ainsi
que toutes dispositions antérieures contraires.
c) Dispositions juridiques relatives à la décentralisation
La décentralisation est devenue effective au Bénin depuis mars 2003. Elle octroie
désormais au niveau local des responsabilités très larges en matière de gestion de
l'environnement et d'aménagement du territoire. En l'occurrence, la loi 97-029 du 15
Janvier 1999 portant organisation des Communes au Bénin, statue qu’une commune est
compétente entièrement en ce qui concerne les domaines comme l’assainissement, la
gestion des déchets, la gestion de l’environnement et des ressources naturelles
notamment. C’est le niveau communal qui doit mettre en œuvre toutes les stratégies

53
nationales relatives à la protection de l’environnement et des ressources naturelles sur
son ressort territorial.
Par ailleurs, la commune élabore et adopte son plan de développement. Elle veille à son
exécution en harmonie avec les orientations nationales en vue d’assurer les meilleures
conditions de vie à l’ensemble de la population. Dans ce cadre :

1) elle élabore les documents de planification nécessaires :


 le schéma directeur d’aménagement de la commune ;
 le plan de développement économique et social ;
 les plans d’urbanisme dans les zones agglomérées ;
 les règles relatives à l’usage et à l’affectation des sols ;
 les plans détails d’aménagement urbain et de lotissements.
2) elle délivre les permis d’habiter, les permis de construire ;
3) elle assure le contrôle permanent de la conformité des réalisations et des
contributions avec la réglementation en vigueur''.
La loi n°2009-17 du 13 août 2009 portant modalités de l’intercommunalité en
République ouvre des perspectives de gestion concertée entre les villes en vue d’une
mutualisation des ressources et d’une meilleure efficacité dans les domaines où cette
disposition est applicable. En l’occurrence, l’intercommunalité est indispensable dans la
gestion de l’assainissement et l’aménagement du territoire.
5.2.2.2 Les décrets applicables au projet
Il s’agit essentiellement des décrets d’application des textes de lois cités plus haut. Ainsi,
a) Sur le plan environnemental nous avons :
 le décret n° 2001-094 du 20 février 2001 portant sur les normes de qualité de
l’eau potable en République du Bénin ;
 le décret n° 2001-095 du 20 février 2001 portant création, attributions,
organisation et fonctionnement des cellules environnementales en République du
Bénin ;
 le décret n° 2001-294 du 08 août 2001 portant réglementation du bruit en
République du Bénin ;
 le décret n° 2001-110 du 04 avril 2001 portant les normes de qualité de l’air en
République du Bénin ;
 le décret n° 2003-332 du 27 août 2003 portant gestion des déchets solides en
République du Bénin ;
 le décret n° 2003-330 du 27 août 2003 portant gestion des huiles usagées en
République du Bénin;
 le décret n°2001-092 du 20 février 2001 portant classement des voies d’intérêt
économique, touristique ou stratégique.
 Arrêté interministériel N° 136, MISAT/MEHU/MS/DC/DE/DATC/DHAB – 1995 ;
réglementation des activités de collecte, d’évacuation, de traitement et
d’élimination des déchets solides en République du Bénin.
54
b) Sur le plan foncier nous avons :
 Décret N°2015-008 du 29 janvier 2015 portant attributions, organisation et
fonctionnement du Fonds de Dédommagement Foncier (FDF)
 Décret N°2015-009 du 29 janvier 2015 fixant les modalités d’exercice du droit de
préemption et de location-vente des immeubles préemptés ou expropriés
 Décret N°2015-011 du 29 janvier 2015 portant modalités de cession à titre
onéreux, d’aliénation à titre gratuit, de location des terres et biens immeubles du
domaine privé de l’Etat et des collectivités territoriales
 Décret N°2015-013 du 29 janvier 2015 portant composition et fonctionnement
type des commissions d’enquête de commodo et incommodo et d’indemnisation
en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique
 Décret N°2015-016 du 29 janvier 2015 portant conditions et modalités
d’occupation du domaine public
 Décret N°2015-017 du 29 janvier 2015 portant attributions, organisation et
fonctionnement de la commission de gestion foncière de la commune et de la
section villageoise de gestion foncière
 Décret N°2015-29 du 29 janvier 2015 fixant les modalités d’acquisition des terres
rurales en République du Bénin.

5.2.2.3. Normes environnementales applicables au projet


Les normes de conformité applicables à l’exécution du sous-projet sont définies par les
différents textes d’application à savoir le décret n°2001-110 du 04 avril 2001 portant
normes de qualité de l’air en république du Bénin. Il fixe les normes de la qualité de l’air
ambiante, les normes de rejet des véhicules motorisés et les normes d’émission
atmosphérique relatives aux sources fixes, conformément aux dispositions de la loi
n°98-030 du 12 février 1999 portant loi-cadre sur l’environnement en République du
Bénin.

Tableau 13 : Normes de qualité de l’air ambiant


Durée de la période de
Polluants Valeur moyenne
mesure
Ozone (O3) Moyenne sur 8 heures 0,08 ppm
Moyenne sur 1 heure 40 mg/m3
Monoxyde de carbone (CO)
Moyenne sur 8 heures 10 mg/m3
1300 μg/m3
Moyenne sur 1 heure
200 μg/m3
Dioxyde de souffre (SO2) Moyenne sur 24 heures
80 μg/m3
Moyenne annuelle
Particules en suspension (<10 Moyenne sur 24 heures 230 μg/m3
microns) Moyenne annuelle 50 μg/m3
Moyenne sur 24 heures 150 μg/m3
Dioxyde d’azote (NO2)
Moyenne annuelle 100 μg/m3
Plomb (Pb) Moyenne annuelle 2 μg/m3

55
Tableau 14: Critères d’émission des particules
Type d’établissement Paramètre Critères limites d’émission

Installations de Particules 85 mg/Mj


combustion utilisant des NOx 325 ppm
hydrocarbures comme
combustible

Le décret n°2001-294 du 08 août 2001 portant réglementation du bruit en république


du Bénin. Ce décret définit en article 6 les sources d’émission du bruit et en son article 7,
les niveaux de bruit selon les tranches horaires et les types de zones.

Tableau 15 : Critères d’émission du bruit


Types de zones Classe 2 Classe 3
Classe 1
Zone Zone
Zone d’habitation
Tranches horaires commerciale industrielle
06 heures à 13 heures 50 dB 55 dB 70 dB
13 heures à 15 heures 45 dB 50 dB 70 dB
15 heures à 22 heures 50 dB 55 dB 70 dB
22 heures à 06 heures 45 dB 50 dB 70 dB

Le décret n°2003-330 du 27 août 2003 portant gestion des huiles usagées en république
du Bénin. Ce décret fixe les modalités de collecte, de transport, de regroupement, de
prétraitement, d’élimination ou de valorisation des huiles usagées en application des
dispositions de la loi n°98-030 du 12 février 1999 portant loi-cadre sur l’environnement
en république du Bénin (article 1er). Il définit en son article 2 les huiles usagées comme
étant «toutes huiles, issues du raffinage du pétrole brut ou synthétique, destinées à la
lubrification ou à d’autres fins, et qui sont devenues impropres à leur usage original en
raison de la présence d’impuretés ou de la perte de leurs propriétés initiales ; elles
incluent les huiles lubrifiantes, les huiles hydrauliques, les huiles pour le travail des
métaux et les liquides isolants ou caloporteurs ».
Ce décret n°2003-332 du 27 août 2003 portant gestion des déchets solides en
République du Bénin, définit les objectifs et les dispositions de protection de
l’environnement et la santé de l’homme de toute influence dommageable causée par les
déchets. Il vise entre autres :

 la prévention ou réduction des déchets et leur nocivité ;


 l’organisation et l’élimination des déchets, la limitation, la surveillance et le
contrôle des transferts de déchets ;
 l’assurance de la remise en état des sites.

56
5.2.2.4 Cadre juridique spécifique à l’aménagement urbain et à la construction au
Bénin
Plusieurs textes régissent ce sous-secteur. Les plus importants de ces textes sont
présentés dans les paragraphes qui suivent.
a) Textes généraux
 L’ordonnance n°45-1423 du 18 juin 1945, relative à l’urbanisme dans les
colonies ;
 Le décret n°95-341 du 30 octobre 1995, portant approbation de la déclaration de
politique urbaine.
b) Textes relatifs aux projets d’aménagement
 L’arrêté interministériel n° 038/MET/MISPAT/DGM/DROA/DTT du 04
novembre 1986 portant réglementation de la circulation sur les routes et
protection des infrastructures routières en République du Bénin
 Le décret N° 2005-601 du 21 septembre 2005 portant conditions de circulation
des véhicules de transport et de préservation du patrimoine routier en
République du Bénin ;
 Le décret n°46-1496 du 18 juin 1946, fixant les modalités d’établissement,
d’approbation et de mise en vigueur des projets d’urbanisme pour les territoires
relevant du ministère de la France d’Outre –Mer ;
 Le décret n°69-155 PR/MTPTPPT du 19 juin 1969, fixant les conditions
d’approbation des projets d’aménagement urbains ;
 Le décret n°55-635 du 20 mai 1955, relatif aux groupes d’habitations et aux
lotissements dans les territoires relevant de l’autorité du ministre de la France
d’Outre-mer, la Nouvelle Calédonie et dépendances exceptées ;
 L’arrêté n°0023 MEHU/DC / DU du 22 octobre 1996, définissant les prescriptions
minimales à observer en matière de lotissement en République du Bénin.
c) Textes relatifs à la réglementation du secteur de la construction
 La loi 2001-07 du 09 mai 2001 portant Maîtrise d’ouvrage Public en République
du Bénin. Elle a été modifiée par la loi 2009-02 du 07 aout 2009 ;
 Le décret n° 2014-205 du 13 Mars 2014 portant réglementation de la délivrance
du permis de construire en République du Bénin
 L’arrêté interministériel année 2014 n°
031/MUHA/MEF/MS/MDGLAAT/MISPC/DC/SGM/DGHC/DNSP/DGNSP/DCLR/
SA du 04/04/2014 portant modalités d'application du décret n° 2014-205 du 13
mars 2014 portant réglementation de la délivrance du permis de construire en
république du Bénin;
 L’arrêté année 2014 n° 0032/MUHA/DC/SGM/DGHC/DCLR/SA du 04/04/2014
définissant les prescriptions minimales à observer pour la délivrance du permis
de construire

57
 L’arrêté n°0002 MEHU/DC /DUA du 7 février 1992, définissant les zones
impropres à l’habitation.

5.3 Cadre institutionnel de réalisation du projet


Il regroupe tous les acteurs pouvant être impliqués dans la réalisation et le suivi des
activités du projet.

5.3.1 Le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable MCVDD


il définit la politique nationale d’environnement à adopter par le gouvernement, et
contrôle sa mise en œuvre. Cette politique doit être en synergie avec les politiques
sectorielles de gestion des ressources naturelles et celles des activités potentiellement
sources de nuisances environnementales (industrie, agriculture, mines et énergie, centre
de santé, équipements). Pour mieux assurer son rôle, il s’est doté de structures
techniques et déconcentrées qui l’appuient dans l’atteinte de ses objectifs.

 La Direction Générale de l’environnement et du Climat (DGEC) constitue la


structure d’appui au ministre dans ce domaine. Au niveau départemental, les
prérogatives du ministère du cadre de vie et du développement durable puis
celles de ses directions nationales sont dévolues à la Direction Départementale
du Cadre de Vie et du Développement Durable (DDCVDD). Dans le cadre de la
mise en œuvre du présent projet le DDCVDD-Zou-Colline sera chargée du suivi du
volet environnemental.
 l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE) : établissement public créé
depuis 1995, elle est chargée de la mise en œuvre de la politique nationale
d’environnement adoptée par le gouvernement dans le cadre de son plan de
développement (art. 12). Elle est placée sous la tutelle du ministre chargé de
l’environnement. A ce titre, elle travaille en collaboration avec les autres
ministères sectoriels, les collectivités locales, les structures non
gouvernementales, la société civile et le secteur privé. Elle gère toutes les
procédures d’évaluation environnementale ;
 la Direction Départementale du Cadre de Vie et du Développement Durable
DD/CVDD
Elle assure à l’échelle du département toutes les fonctions dévolues au MCVDD. La
police environnementale assure aussi le respect de l’environnement au niveau local.

5.3.2 Le Ministère de l'Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP)


Ce département ministériel représente à la fois le Maitre d’ouvrage et le chef d’orchestre
des opérations de ce projet. Il a pour mission la conception, la coordination, la mise en
œuvre et le suivi évaluation de la politique de l'Etat en matière d’amélioration de la
production, des revenus des producteurs des secteurs de l'Agriculture, de l'élevage et de
la pêche et du niveau de vie des populations, conformément aux lois et règlements en
vigueur au Benin et aux vision et politique de développement du Gouvernement. Pour
l'accomplissement de sa mission, le Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche
met en place un dispositif d'appui-conseils basé sur la spécialisation du personnel pour
58
le développement des filières agricoles, tant au niveau central, régional que local. Pour
plus d’efficacité dans son action, il se fait appuyer par :
 la Direction Départementale de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche
(DDEAP) :Le rôle de métronome du ministère explicité plus haut est assuré dans
les départements par une direction spécifique notamment la Direction
Départementale de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche DDAEP. Dans la mise
en œuvre de ses activités, la DDEAP se dote de services compétents dont les
cahiers de charges sont précis. Ainsi, la réalisation de ce projet fait intervenir un
de ces services dont le rôle est déterminant.
 L’Agence Territoriale de Développement Agricole (ATDA) Pôle 5 : Il est créé, en
République du Bénin, au niveau de chaque Pôle de Développement Agricole
(PDA), un établissement public, dénommé « Agence Territoriale de
Développement Agricole (ATDA) ». Elle est régie par les dispositions de la loi
n°94-009 du 28 juillet 1994 portant création, organisation et fonctionnement des
établissements publics à caractères social, culturel et scientifique.L’Agence
Territoriale de Développement Agricole basée à Bohicon est l’organe de gestion
du pôle de développement du Zou. Elle est dotée de la personnalité morale et de
l’autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du Ministère de
l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.L’Agence Territoriale de Développement
Agricole a pour objet de veiller à une meilleure combinaison de l’approche filière
et de l’approche territoriale ainsi que l’application des instruments et démarches
y afférents, notamment : la sélection des filières prioritaires pour le pôle ; les
interventions sur les maillons pertinents des filières à développer/renforcer ; le
renforcement des relations entre les différentes catégories d’acteurs ;
l’établissement des partenariats stratégiques pour des réponses aux problèmes
des producteurs, des transformateurs, des services financiers, des commerçants
de produits agricoles et leurs dérivés, et des consommateurs; la promotion des
aménagements hydroagricoles, le développement de la mécanisation agricole et
la réalisation des infrastructures structurantes dans le pôle. Au regard de ses
attributions, il apparait évident le rôle important qu’aura à jouer l’ATDA pôle 5
dans la mise en œuvre de ce projet.
Dans le cadre de la mise en œuvre du projet PAIA-VO le MAEP interragira avec l’UGP-
PAIAVO à travers des structures déconcentrées telles que : Direction Générale de
l’Aménagement et de l’Equipement Rural (DGAER) et la Direction Générale du Génie
Rural (DGR).
 l’Unité de Gestion du Projet PAIA-VO (UGP-PAIAVO) : elle assure la mise en
œuvre et le suivi des activités du projet et travaillera en concertation étroite avec les
services décentralisés en charge des aménagements hydro-agricoles, de l’appui
conseil et de l’organisation du monde rural. L’UGP-PAIAVO établira une convention
de partenariat avec chacune de ces structures qui bénéficieront d’un renforcement
de leurs capacités et ajusteront leur dispositif opérationnel pour permettre un suivi
rapproché et une bonne concertation sur le terrain. Au plan environnemental, l’UGP
59
veillera à l’application des mesures de sauvegarde environnementale et sociale du
projet ;
 la Commission Nationale de Développement Durable (CNDD) : créée par la loi-
cadre sur l’environnement, elle est un organe consultatif multi-acteurs chargé de
contribuer à l’intégration des aspects environnementaux dans les actions du
gouvernement ;
 la Cellule Environnementale du MAEP : instituée par décret cité plus haut, il s’agit
d’unité fonctionnelle à l’intérieur du ministère. Elle favorise la prise de conscience
des enjeux environnementaux par les techniciens sectoriels, et surtout faciliter la
vulgarisation et la réalisation des évaluations environnementales de façon générale.

5.3.3 Le Ministère de la Décentralisation et de la gouvernance locale


Il met en œuvre la politique nationale en matière de décentralisation. Son action est
fondée sur l’application de la loi 97-029 du 15 Janvier 1999 portant organisation des
Communes au Bénin. Dans son fonctionnement il s’appuie sur diverses structures.
 la Préfecture : aux termes des textes sur la décentralisation, elle est garante de
l’application des orientations nationales par les communes qui font partie du ressort
territorial de son département. Elle est ainsi la représentation de chaque ministre
pris individuellement et du gouvernement pris collectivement. La Préfecture est
donc chargée de la mise en application de toutes les questions environnementales au
niveau déconcentré de l’Etat ;
 la Commune : elle met en œuvre sa politique propre de gestion de l’environnement et
des ressources naturelles mais en conformité avec les lois et orientations nationales.

5.4. Politiques environnementales de la Banque Africaine de


Développement (BAD)

Pour s’adapter aux nouveaux défis environnementaux et sociaux du développement, la


Banque Africaine de Développement (BAD) a révisé ses outils dont la série de politiques
opérationnelles (PO) publié en 2013. Il s’agit d’une série de cinq Sauvegardes
Opérationnelles (SO) constituant le Système de Sauvegarde Intégré (SSI). La SO1 établit
les prescriptions générales de la Banque qui permettent aux emprunteurs ou aux clients
d’identifier, d’évaluer et de gérer les risques et impacts environnementaux et sociaux
potentiels d’un projet, y compris les questions de changement climatique. Les SO2 à 5
soutiennent la mise en œuvre de la SO1 et établissent les conditions précises relatives
aux différents enjeux environnementaux et sociaux, y compris les questions de genre et
la vulnérabilité, qui sont déclenchées si le processus d’évaluation révèle que le projet
peut présenter un risque.

60
SO1 - Evaluation environnementale et sociale (EES)

L’objectif de cette SO primordiale, et de l’ensemble des SO qui la soutiennent, est


d’intégrer les considérations environnementales et sociales y compris celles liées à la
vulnérabilité au changement climatique dans les opérations de la Banque et de
contribuer ainsi au développement durable dans la région.

La prescription qui gouverne et commande l’évaluation environnementale se retrouve


dans la Sauvegarde Opérationnelle 1 du Système de sauvegardes intégré du Groupe de la
Banque Africaine de Développement (BAD). Cette SO s’applique à toutes les opérations
de prêts publics et privés de la Banque, y compris aux opérations de prêts des sous-
projets individuels ou aux intermédiaires financiers ou encore aux activités de projets
financés par d’autres instruments financiers gérés par la Banque, à l’exception de l’aide
d’urgence à court terme qui est expressément exemptée.

Dans ses exigences, au niveau projet la conduite de l’évaluation environnementale et


sociale ainsi que le développement d’un plan approprié pour la gestion des impacts
potentiels est entièrement sous la responsabilité des emprunteurs ou des clients et ceci
en suivant les processus de conformité de la Banque pour garantir une bonne qualité.

L’évaluation couvre, de manière intégrée, tous les risques et impacts environnementaux


et sociaux directs et indirects pertinents, y compris ceux couverts spécifiquement dans
les Sauvegardes Opérationnelles 2-5. Les impacts potentiels comprennent les impacts :
physiques, biologiques, socioéconomiques et culturels, ainsi que les émissions de gaz à
effet de serre (GES), les effets de la vulnérabilité au changement climatique.

Les travaux d’évaluation environnementale et sociale effectués sous cette SO


déterminent les activités ou les composantes des opérations qui posent des risques
spécifiques couverts par les SO 2 à 5, et par conséquent si les conditions applicables
doivent être satisfaites. La Banque examine et divulgue toute la documentation relative à
l’évaluation d’impact avant de présenter un projet aux Conseils.

SO2- Sauvegarde opérationnelle–Réinstallation involontaire :


Acquisition de terres, déplacements de populations et indemnisation

Cette SO concerne les projets financés par la Banque qui entraînent la réinstallation
involontaire de personnes. Elle vise à garantir que les personnes qui doivent être
déplacées soient traitées de façon juste et équitable, et d’une manière socialement et
culturellement acceptable, qu’elles reçoivent une indemnisation et une aide à la
réinstallation de sorte que leur niveau de vie, leur capacité à générer un revenu, leurs
niveaux de production et l’ensemble de leurs moyens de subsistance soient améliorés, et
qu’elles puissent bénéficier des avantages du projet qui induit leur réinstallation.

Le terme « réinstallation » désigne à la fois le déplacement physique et économique. La


réinstallation est considérée comme involontaire lorsque les personnes affectées par le
61
projet ne sont pas en mesure de refuser les activités qui entraînent leur déplacement
physique ou économique. Cela se produit dans les cas d’expropriation légale ou de
restrictions temporaires ou permanentes de l’utilisation des terres, et de règlements
négociés dans lesquels l’acheteur peut recourir à l’expropriation ou imposer des
restrictions légales sur l’utilisation des terres au cas où les négociations avec le vendeur
échouent.

Cette SO a pour but, avec l’appui du personnel compétent de la Banque, d’aider les
emprunteurs ou les clients à faire face aux coûts et risques potentiels associés à la
réinstallation involontaire et, ce faisant, de faciliter le développement durable. Cette
politique ne s’applique pas au présent projet.

SO3 - Biodiversité, ressources renouvelables et services éco-systémiques


La SO3 définit les conditions requises pour les emprunteurs ou les clients afin (i)
d’identifier et d’appliquer les occasions de préserver, et d’utiliser durablement la
biodiversité et les habitats naturels, et (ii) d’observer, de mettre en œuvre, et de
respecter les conditions prescrites pour la préservation et la gestion durable des
services éco-systémiques prioritaires. En réalité, cette SO reflète les objectifs de la
Convention sur la diversité biologique, la Convention de Ramsar, la Convention sur la
conservation des espèces migratrices de la faune sauvage, la Convention sur le
commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées
d’extinction, la Convention du patrimoine mondial 23, la Convention des Nations Unies
sur la lutte contre la désertification, et sur l’évaluation des écosystèmes pour le
Millénaire. Ses recommandations sont également compatibles avec la Convention
internationale pour la protection des végétaux qui couvre le mouvement des espèces
exotiques envahissantes, les ravageurs et l’analyse du risque phytosanitaire pour les
organismes de quarantaine, incluant l’analyse des risques pour l’environnement et des
organismes vivants modifiés. La SO3 s’applique à toutes les opérations de prêt des
secteurs public et privé de la Banque et aux activités des projets financés à travers
d’autres instruments de financement gérés par la Banque.

SO4 - Prévention et contrôle de la pollution, matières dangereuses et utilisation


efficiente des ressources
Cette SO expose les principales conditions de contrôle et de prévention de la pollution
pour que les emprunteurs ou les clients puissent réaliser une performance
environnementale de grande qualité tout au long du cycle de vie d’un projet. De façon
spécifique, il s’agit de gérer et de réduire les polluants. Elle s’applique à toutes les
opérations de prêt des secteurs public et privé de la Banque. Il exige que l’emprunteur
ou le client applique des mesures de contrôle et de prévention de la pollution
conformément aux législations et normes nationales, aux conventions internationales en
vigueur et aux bonnes pratiques internationalement reconnues.

62
SO5 - Conditions de travail, santé et sécurité
La sauvegarde opérationnelle 5 énonce les principales conditions que les emprunteurs
ou les clients doivent satisfaire pour protéger les droits des travailleurs et subvenir à
leurs besoins essentiels. Cette SO s’applique aux investissements des secteurs public et
privé dans lesquels la Banque est un partenaire direct contractuel.

Elle exige que lorsque l’emprunteur ou le client a l’intention d’employer une main-
d’œuvre pour le projet, il devra élaborer et mettre en œuvre une politique de ressources
humaines et des procédures adaptées à la nature et à la taille du projet, à l’ampleur de la
main-d’œuvre conformément à la législation nationale en vigueur.

D’après les directives de la Banque Africaine de Développement, l’emprunteur ou le


client a la responsabilité de réaliser des consultations adéquates (à savoir consultation
libre, préalable et informée) avec les communautés susceptibles d’être affectées par les
impacts environnementaux et sociaux, et avec les acteurs locaux, et d’en fournir les
preuves. La consultation est basée sur une analyse des parties prenante se tes précédée
par une diffusion de l’information environnementale et sociale adéquate pour garantir
que les participants sont pleinement informés.

En analysant les composantes et les caractéristiques du PAIA-VO, toutes les


Politiques de Sauvegarde Opérationnelle (OP) de la Banque Africaine de
Développement (BAD) seront déclenchées dans le cadre de la mise en œuvre des
activités du projet.
Toutesfois il faut préciser qu’au niveau de ce sous-projet d’aménagement de pistes
rurales, en plus de la SO1, les SO3, SO4 et SO5 seront également déclenchées pour
conformer le projet aux exigences de la BAD

63
6. ANALYSE DES VARIANTES DU SOUS-PROJET
En vue d’éviter ou de minimiser les impacts sociaux et environnementaux au niveau des
tronçons des pistes à aménager, des variantes et des options de réalisation ont été analysées
concernant le tracé des pistes agricoles répartis entre les villages Gbegbessa -Aïfa -Tozounkpa -
Houéhounta et Gbedohountomey -Awokpa -Mangassa. L’analyse des variantes a permis de
suggérer celles qui présentent le minimum de contraintes et de nuisances au plan
environnemental et social.
Du reste, plusieurs variantes ont fait l’objet d’analyse dans le cadre de la réalisation des travaux
de construction des pistes agricoles répartis entre les villages Gbegbessa -Aïfa -Tozounkpa -
Houéhounta et Gbedohountomey -Awokpa -Mangassa. Cette analyse a permis d’étudier les
possibilités de réalisation des travaux et leurs incidences. A cet effet, trois (03) variantes ont été
analysées. Il s’agit de :

 la variante 1 ‘’Réalisation du projet tel que proposé (cas de base) sur les différents tronçons
initialement retenus’’,
 la variante 2 ‘’Projet cas de base avec ajustement de l’emprise de la voie en fonction des
enjeux’’ et
 la variante 3 ‘’Réalisation du projet avec modification de l’itinéraire de la pite initialement
retenu à l’issu des études techniques’’.

Ces options ont été évaluées en considérant les effets de la modification de l’itinéraire ou des
caractéristiques techniques du projet d’aménagement du tronçon retenu et des effets du projet
sur l’environnement, la population et l’économie.

6.1. Variante 1 : ‘’Réalisation du projet tel que proposé (cas de base) sur les
différents tronçons initialement retenus’’
Dans le cadre de cette variante, le sous-projet à mettre en œuvre, consiste à construire
des pistes agricoles d’une longueur totale de 11,11 kilomètres linéaires répartis en deux
pistes (Gbegbessa – Aïfa – Tozounkpa – Houéhounta et Gbedohountomey - Awokpa –
Mangassa) dans la commune de Zê. Les pistes à construire ne nécessiteront pas des
travaux d’ouverture de voie. Elles emprunteront les anciennes pistes existantes dont
l’état et l’importance du trafic surtout des produits agricoles exigent des aménagements
pour plus de fludité. A cet effet, pour limiter au maximum les coûts de réalisation du
projet, les tracés projetés de la piste à construire suit le plus possible le tracé existant à
quelques nuances près. Ainsi, au niveau du tracé en plan, les études techniques ont
proposée : (i) l’élargissement de la plate-forme à 10 m, (ii) la correction des virages très
dangereux, et (iii) la création au besoin de fossés latéraux de part et d’autre de la
chaussée protégée ou non. En finalité, la piste qui sera construite présentera : une
emprise de 10 m ; une plate-forme plus haute que le terrain naturel, d’une largeur de 7
m et ; des fossés latéraux avec des ouvrages de franchissement et d’assainissement.

C’est la variante initiale du sous-projet. Mais, il convient de le rappeler que le choix des
axes qui feront l’objet de construction de pistes agricoles est basé sur des critères.
D’abord, les axes est situés dans les arrondissements où se developpent plus les activités
agricoles et dont les voies d’accès sont très degradées et parfois inondées en saison
pluvieuse. Ensuite, elles desservent la quasi-totalité des localités, villages et des
hameaux ainsi que des zones de grandes productions agricoles (notamment les bas-
fonds) de ces arrondissements. Il faut aussi noter que certaines des pistes à construire
relient les zones de production aux marchés locaux des produits agricoles.

64
Avec la cette variante, la circulation serait facile et la plainte des usagers sera conjugée
au passé. Les inondations seront réduites pendant la saison des pluies ou la crue. De
même, l’exploitation des pistes agricoles à amenager permettra une ouverture des zones
enclavées sur le chef-lieu de la Commune et principalement sur les marchés
d’écoulement. Ceci entraînera de facto, la levée des difficultés d’écoulement des produits
agricoles et autres. Cela contribuera à l’augmentation du revenu des ménages et
améliorera les conditions de vie des populations. Mieux, la construction des pistes
agricoles perrmettra de désenclaver plusieurs zones rurales afin de mieux valoriser
leurs potentiels socio-économique et agricoles et d’améliorer les conditions d’accès des
populations aux services socio-économiques de base comme les écoles, les marchés, les
points d’eau, les centres de santé. De même, la variante de construction des pistes
agricoles améliorera les conditions d’acheminement des produits agricoles et les
conditions d’accès des producteurs aux zones agricoles.

Les exigences que comporte la mise en œuvre de cette variante portent principalement
sur les points suivant :
 la maîtrise de la pollution de l’air, de l’eau, du sol et de la pollution sonore ;
 la maîtrise de la pollution des eaux due aux effluents liquides produits sur le site ;
 la restriction au stricte minimum de la dégradation du couvert végétal et le
remplacement des espèces végétales du couvert végétal dans la proportion
dégradée ;
 la prévention des risques d’accidents de travail et de circulation par la
sensibilisation des ouvriers et des usagers ;
 la maîtrise de toutes formes de perturbations et risques à subire par les riverains ;
 l’assurance de la sécurité sur le chantier, voie de circulation de la zone du projet
par la mise en place des panneaux de signalisation des dangers et de régulation du
trafic;
 la prise des mesures pour la sécurité des personnes à leur poste de travail
(dotation d’EPI) ;
 l’assurance d’une bonne assistance des personnes affectées par le projet (mesures
d’accompagnement pour une réparation consentante des dommages causés aux
riverains).

Par rapport à ces exigences auxquelles il faut inévitablement faire face dans le cadre de
la mise en œuvre de ce sous-projet, le promoteur par l’entremise du MAEP dispose d’une
bonne expérience en la matière qui favorise leur prise en compte intégrale et même au-
delà. En dehors de cet aspect, la présente variante a déjà bénéficié de toutes les études
techniques nécessaires à l’exécution de pareil sous-projet. De même, les axes devant
abriter cette variante ont également bénéficié des différentes études en la matière et qui
présument de forte chance liée à la faisabilité de la variante 1.

Les facteurs de chance relatifs à la réalisation de la variante 1 se notent également dans


le rang des effets positifs que sa mise en œuvre peut engendrer. A ce titre, on recense
l’ensemble des gains à perdre dans le cas de l’abandon du projet comme profit et même
au-delà. Au vue des avantages qui caractérisent la variante 1, elle se positionne comme
la meilleure option qu’il faut adopter. Certes, elle n’est pas sans inconvénients sur les
différentes composantes environnementales et sociales mais la mise en œuvre de toutes
les mesures contenues dans le PGES permettra de contrôler tous les désagréments.

65
6.2. Variante 2 : “Projet cas de base avec ajustement de l’emprise de la voie
en fonction des enjeux’’
Cette variante opte pour une approche d’évitement des enjeux potentiels présents dans
l’emprise des pistes à aménager à travers la modification des caractéristiques
techniques d’aménagement retenu dans le cas de la variante 1. En effet, cette deuxième
variante opte pour le rétrécissement de la largueur de la plateforme de la piste à
construire à tous les points critiques où se trouveraient des enjeux potentiels. Ainsi
l’emprise de la voie à aménagée passerait de 10 m à 6 m par endroit réduisant par
conséquent le possibilités de fluidité de la voie. Cette option tire sa source des exigences
et contraintes auxquelles la mise en œuvre du sous-projet de base doit faire face d’une
part et d’autre part des perturbations environnementales et sociales que le projet est en
mesure de générer. Donc dans l’optique d’éviter au maximum les potentiels enjeux
présents sur la voie, il faut opérer le choix de réduction de l’emprise de la voie à des
points critiques. L’autre avantage du choix de cette variante réside dans le fait qu’elle
contribuerait à réduire subtentiellement le coût de réparation de l’ensemble des
dommages que pourrait engendrer la mise en œuvre du projet suivant l’option de la
variante 1. Dans ce contexte, la quiétude des riverains ne connaîtra point de dégradation
outre mesure. Le paysage du milieu d’accueil du projet ne subira non plus d’importantes
modification. Ainsi, le milieu d’accueil initial du sous-projet restera stable. C’est-à-dire
sans les influences majeures de la mise en œuvre du projet.
Cette option semble bénéfique au plan environnemental et social. Cependant, procéder à
l’ajustement de l’emprise de la voie pour des raisons de préservation de
l’environnement et des enjeux socioéconomiques, n’est toujours pas la meilleure
solution ; parce que la réduction de l’emprise de la voie augmenterait les risques
d’accidents de circulation sur la voie. Surtout, quand il s’agit des investissements lourds
dans un secteur aussi sensible et moins dégradant l’environnement comme c’est le cas
ici et qui est susceptible de contribuer significativement au développement
socioéconomique de la localité bénéficiaire. Sur cette base, la variante 2 est très peu
souhaitable dans ce cas ci.
La réduction de l’emprise de construiction des pistes agricoles prévues n’est en aucun
cas avantageux pour les populations bénéficiaires. La plainte des usagers à l’endroit des
autorités ne saurait s’arrêter du fait de multiple cas d’accidents dû au retrécissement de
la largueur de la plateforme de la voie. Toute chose qui rendrait l’accès des populations
aux zones agricoles toujours difficile. Cette situation constituera un facteur limitant au
developpement des activités agricoles et par conséquent l’amélioration de la sécurité
alimentaire.
La variante ‘’Projet cas de base avec ajustement de l’emprise de la voie en fonction des
enjeux’’ de construction des pistes agricoles ne contribuera pas substentiellement à
l’épanouissement de la communauté bénéficiaire.

6.3. Variante 3 : “Réalisation du projet avec modification du tronçon de la


pite initialement retenu à l’issu des études techniques’’
Au niveau de la variante 3, il n’y a aucune différence en termes de contenu par rapport à la
variante 1 mis à part, la modification de l’itinéraire de la piste devant accueillir
l’initiative au profit du choix d’un nouveau tronçon de piste présentant moins d’enjeux.
En conséquence, cette variante 3 dispose des mêmes atouts et contraintes identifiés au
niveau de la variante 1 à la seule différence que, la mise en œuvre du sous-projet tel que
proposé (cas de base) sur les axes ayant moins d’impacts n’a encore bénéficiée

66
d’aucunes études techniques de faisabilité. Or, c’est une exigence capitale dans le
processus normal de mise en œuvre d’un projet.
Choisir donc de mettre en œuvre la variante 3 nécessitera alors des coûts
supplémentaires et un prolongement du délai de réalisation du sous-projet sans une
marge de profit significative à comptabiliser. Dans le cas d’espèce, les chances du choix
de la variante 3 sont réduites par rapport à celle de la variante 1 car, en matière de mise
en œuvre d’un projet le coût et le délai d’exécution des activités programmées sont très
importants dont il faut chercher à tout prix à minimiser. Ce qui ne peut pas être le cas ici
en ce qui concerne le choix de la variante 3.

6.4. Variante optimale sur le plan environnemental et social


En définitive, les trois variantes identifiées dans le cadre de la réalisation du sous-projet,
dispose chacune des atouts et des contraintes qui militent en leur faveur dans le
processus de sélection de l’option la plus opérationnelle et rentable. Par conséquent, une
analyse comparative basée sur le coût des opportunités des différentes alternatives
identifiées postule que l’alternative préférable reste celle initiale. Il s’agit spécifiquement
de la variante 1 relative au sous-projet tel que proposé (cas de base) sur les axes
initialement retenus.
Dans le cadre de la mise en œuvre de cette variante préférable, il existe à ce niveau aussi
des possibilités de choix en ce qui concerne la méthode de réalisationn des travaux. En la
matière, trois possibilités s’offrent à savoir : la réalisation des travaux par la méthode
HIMO (Haute Intentié de Main d’œuvre), la méthode d’utilisation des engins lourds
adaptés aux travaux de réseau routier et la méthode mixte qui est une conjugaison des
deux premières méthodes. Dans le cas d’espèce, c’est l’alternative d’une approche mixte
qui sera privillégiée compte tenu du délais d’exécution des travaux et du soucis du
maître d’ouvrage de faire exécuter ces activités à travers l’approche participartive pour
une implication maxive de la comunauté bénéficiaire.
L’analyse des variantes montre que la variante préférable «Réalisation du projet tel que
proposé (cas de base) sur les tronçons initialement retenus» est la plus recommandée
du point de vue socio-économique et environnementale pour les raisons suivantes :

- l’importance du projet dans le cadre de l’amélioration de la mobilité humaine et de


la réduction des risques d’accident ;
- la réalisation du sous-projet peut être une source de création de richesse pour les
populations ;
- le désenclavement des localités et des zones agricoles, ce qui facilitera le
déplacement des personnes et des biens ;
- l’amélioration des déplacements locaux par la construction de la piste ;
- la construction de la piste permettra une évacuation plus rapide et plus confortable
des malades vers les hôpitaux au niveau du chef lieux de la Commune, et une
couverture sanitaire plus facile des zones enclavées;
- l’amélioration des conditions d’acheminement des produits agricoles ;
- l’amelioration des conditions d’accès aux services socio-économiques de base
comme les écoles, les marchés, les points d’eau, les centres de santé et aux produits
agricoles ;
- le developpement des activités agricoles et économiques ;
- la réduction des risques d’inondation et d’accidents de circulation ;
- la création d’emplois temporaires (manœuvres, ouvriers et gardiens) ;

67
- les six tronçons jouent des rôles très importants dans l’animation de la vie socio-
économique des populations riveraines ;
- etc.

La variante 2 « Projet cas de base avec ajustement de l’emprise de la voie en fonction des
enjeux », au regard de la tendance du flux actuel de la piste présenterait de nombreux
inconvénients de même que la variante 3. Par ailleurs, d’un point de vue
environnemental, le projet peut être réalisé en conformité avec les normes
environnementales notamment en application stricte du Plan de Gestion
Environnementale et Sociale.

68
7. DESCRIPTION DES ACTIVITES DU SOUS PROJET DE CONSTRUCTION
DE PISTE AGRICOLE
Dans le cadre de la mise en œuvre du sous-projet dans la Commune de Zè, il est prévu la
construction de pistes agricoles d’une longueur totale de 11,11 Km répartis entre les
villages Gbegbessa - Aïfa – Tozounkpa - Houéhounta et Gbedohountomey - Awokpa -
Mangassa.

Il s’agit de pistes agricoles en terre ayant les caractéristiques ci-après :


 Une emprise de 10 m ;
 Une plate-forme plus haute que le terrain naturel, d’une largeur de 5m ;
 Des fossés latéraux avec des ouvrages de franchissement et d’assainissement.
Les differents types aménagements projetés dans la Commune de Zè sont décrits de la
manière suivante :

7.1. Tracé en plan


Pour limiter au maximum les coûts de réalisation du projet, le tracé projeté suit le plus
possible le tracé existant à quelques nuances près. Au niveau du tracé en plan, les
études techniques ont proposée :
 Elargissement de la plate-forme à 10m (6 m par endroit),
 Correction des virages très dangereux ;
 Création au besoin de fossés latéraux de part et d’autre de la chaussée
protégée ou non.

7.2. Profil en travers


Le choix du profil en travers type a été fait en tenant essentiellement compte du trafic, de la
plate-forme et de la largeur des ouvrages transversaux existants. On obtient alors 2
types de travers : un travers type avec une plate-forme de 10 m et un autre avec une
plateforme de 6 m.

Le profil en travers type retenu pour le travers de 10 m est le suivant :

 une chaussée bidirectionnelle à deux voies de 3,50m de large chacune ;


 des accotements de part et d’autre de la chaussée de largeur 1,50m chacun ;
 un profil en toit avec un devers de 3% ;
 la projection de fossés latéraux dans les zones de fortes pentes longitudinales et/
ou de grands déblais ;
 une pente de 2/3 pour les fossés.

Le profil en travers type retenu pour le travers de 6 m est le suivant :


 une chaussée bidirectionnelle à deux voies de 2,50m de large chacune ;
 des accotements de part et d’autre de la chaussée de largeur 0,5m chacun ;
 un profil en toit avec un devers de 3% ;
 la projection de fossés latéraux dans les zones de fortes pentes longitudinales et/
ou de déblais ;
 une pente de 2/3 pour les fossés.

69
7.3. Profil en long
En ce qui concerne le profil en long, sa conception est faite en tenant compte :
De la minimisation du remblai de façon générale,
 de la position des ouvrages d’assainissement transversaux à conserver ;
 des zones sujettes aux inondations ;
 des profils TN environnants ;
 de l’estimation des mouvements de terre ;
 des pentes minimales à accorder en vue d’un bon assainissement naturel ;
 de la position de la courbe plane en vue d’une bonne coordination (gage du
respect des paramètres de visibilité) ;
 la mise hors d’eau de certaines sections à risque de la route.

7.4. Structure projetée


En tenant compte du fait que les sols rencontrés sont majoritairement constitués de sols
fins argileux, le consultant a retenu la structure suivante :
 mise en œuvre d’une couche de remblai en graveleux latéritique ou sable silteux
partout où le besoin sera ;
 mise en œuvre d’une couche de roulement de 10 cm en graveleux latéritique.

7.5. Assainissement retenu


L’assainissement projeté tient compte des fortes précipitations auxquels la ZIP est
soumise. Les propositions faites ci-dessous tiennent compte uniquement des
observations faites sur le terrain et de l’enquête sur les défis de l’assainissement auprès
des populations touchées. En effet, le consultant a été confronté à l’indisponibilité des
courbes de niveau auprès des services compétents à les délivrer. Il faut souligner que
cette méthode basique d’évaluation de l’assainissement des pistes rurales découle aussi
des recommandations de la banque mondiale en matière de construction de pistes de
rurales d’une part et de ce qui se fait en République du Bénin.

Ainsi, il est retenu :


 l’aménagement de fossés en terre en forme de V de façon systématique ;
 la construction de dalots partout où nécessaire ;
 le prolongement de certains ouvrages ;
 la démolition de certains ouvrages en fonction de la largeur de la plate-forme ;
 la protection des fossés latéraux par du Béton légèrement armé dosé à 250 kg/m3
pour les zones de très forte pente.

Les pistes agricoles à réaliser dans la Commune de Zè concernent les itinéraires et des
amenagements projetés tels que mentionnés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 16: Récapitulatif des aménagements projetés par piste retenue


Arrondissements Piste à Linéaire (km)
Aménagements projetés
construire
Djigbé Plate-forme de 10m,
Gbegbessa – Aïfa Chaussée bidirectionnelle à deux
– voies de 3,5 m de large chacune.
6,39 Deux accotements latéraux de 1,5m
Tozounkpa -
Houéhounta de large chacun
Fossés latéraux protégés

70
Hêkamè Plate-forme de 10 m,
Gbedohountomey Chaussée bidirectionnelle à deux
- voies de 3,5m de large chacune.
4,72 Deux accotements latéraux de 1,5 m
Awokpa -
Mangassa de large chacun
Fossés latéraux protégés

Par ailleurs, les grandes étapes de réalisation de ces pistes agricoles sont :
 délimitation de l’emprise et sa matérialisation ;
 défrichement et nettoyage de l’emprise ;
 apport de matériaux et terrassement ;
 construction des ouvrages nécessaires.
Il convient de retenir que les itinéraires ciblés sont des pistes existantes, qu’il faudra
élargir (10 m au maximum) et recharger.

71
8. ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU
PROJET
Les activités sources d’impacts potentiels résulteront de construction de pistes
agricoles. Il s’agit notamment des travaux de :

Phase préparatoire
 Etudes techniques et travaux préliminaires ;
 Installation de base de chantiers ;
 Délimitation de l’emprise et sa matérialisation ;
 Dépôt et stockage de matériaux de travail
 Défrichement et nettoyage de l’emprise
 Information et sensibilisation des populations.

Phase des travaux


 Défrichement et nettoyage de l’emprise
 Recrutement de la main d’œuvre locale ;
 Apport de matériaux, terrassement et déblayage ;
 Extraction et le transport de matériaux d'emprunt dans les carrières ;
 Circulation des camions de transport de matériaux ;
 Entreposage de matériaux ;
 Utilisation des machines et engins lourds pour travaux ;
 Constriction des fossés latéraux avec des ouvrages de franchissement et
d’assainissement;
 Recharge des pistes ;
 Production des déchets solides et/ou liquides ;
 etc.

Phase d’exploitation et d’entretien des ouvrages


 Transport et circulation des biens et personnes;
 Emission de fumées lors de l’exploitation de la piste de 200
 Mise en place du mécanisme de financement de l’entretien des pistes ;
 Mise en place du mécanisme de suivi-évaluation
 Production des déchets papiers ;
 Entretiens annuels des pistes ;
 Entretien courant et périodique des ouvrages.

Le tableau 17 présente les différentes activités du projet, les composantes


environnementales susceptibles d’être affectées et les sources des impacts.

72
Tableau 17 : Identification des sources d’impacts à partir des activités du projet
Activités du projet Composantes Sources d’impacts
environnementales affectées
PHASE PREPARATOIRE
1. Installation du chantier, delimitation de l’emprise, transport et stockage des materiaux
1.1. Installation de base-vie Air, eau, végétation, faune Sécurité, santé, Excavations, transport, émission des gaz
des chantiers emploi d’échappement et du bruit
1.2. Délimitation et végétation, populations, plantations Excavations, demolition, émission des gaz
matérialisation de l’emprise d’échappement et du bruit
1.3. Transport et stockage des Populations, air, sol, eau Transport, émission des gaz
matériaux de travail d’échappement et du bruit
1.4. Défrichement et Eau, végétation, air, faune, plantations, Excavations, demolition, circulation des
nettoyage de l’emprise ambiance sonore, emploi camions, émission du bruit
PHASE DE CONSTRUCTION
2. Profilage, transport, circulation et construction
2.1. Recrutement de main Emploi, activités féminines, santé Mode de fonctionnement des employés
d’œuvre publique, sécurité Absence des séances de sensibilisations au
profit des ouvriers
2.2. Défrichement et Eau, végétation, air, faune, plantations, Excavations, demolition, transport,
nettoyage de l’emprise ambiance sonore, emploi, circulation des circulation des camions, émission des gaz
biens et personnes d’échappement et du bruit
2.3. Ouverture des voies de Eau, végétation, air, faune, plantations, Excavations, demolition, circulation des
déviations ambiance sonore, emploi camions, émission du bruit
2.4. Démolition, terrassement Eau, végétation, air, faune, paysage, Excavations, transport, circulation des
et remblais ambiance sonore, emploi, circulation des camions, émission des gaz d’échappement
biens et personnes et du bruit
2.5. Extraction et le transport Sol, végétation, eau, faune, air, paysage, Excavation ; chargement du sable,
de matériaux d'emprunt dans sécurité, santé des ouvriers et Transports, circulation des camions,
les carrières autorisées populations, emploi, circulation des biens émission des gaz d’échappement et du
et personnes, qualité de vie bruit
2.6. Circulation des camions Eau, air, sol, emploi, ambiance sonore, Transports, circulation des camions,
et engins lors de la santé et sécurité populations, circulation émission des gaz d’échappement et du
construction des biens et personnes bruit
2.7. Constriction des fossés Cours d’eaux, sol, air, emploi, activités Transport, circulation des engins lourds,
latéraux avec des ouvrages de économiques, qualité de vie, circulation émission des gaz et du bruit, emission des
franchissement des biens et personnes dechets solides et liquides
2.8. Transport de la latérite et Eau, air, sol, emploi, ambiance sonore, Transport, circulation des engins lourds et
recharge des pistes activités économiques, santé et sécurité camions, émission des gaz d’échappement
populations riveraines, circulation des et du bruit, emission des dechets solides et
biens et personnes liquid
PHASE D’EXPLOITATION
3. Transport et entretiens des pistes

3.1. Transport et circulation Sécurité,santé publique, emploi, qualité de Non respect des consignes de circulations
des biens et personnes vie Absence des ralentisseur sur la piste
Manque d’entretien de la piste
3.2.Débroussaillage et Populations, eau, sol, air, flore et faune Débroussaillage, circulation
nettoyage de l’emprise
3.3. Réparation et entretiens Sol, air, végétation, emploi, activités Transports, accidents de circulation et
annuels des pistes économiques, qualité de vie diverses
Circulation des engins lourds et camions,
Manque d’entretien de la piste,

8.1. ANALYSE DES IMPACTS


Cette analyse aborde les impacts négatifs et positifs directs et indirects, résultant des
activités du sous-projet de construction de pistes agricoles.

8.1.1. Impacts négatifs sur l’environnement biophysique


Dans le milieu biophysique, les composantes de l’environnement susceptibles d’être
affectées sont : le sol, la végétation, l’eau et l’air.
73
8.1.1.1. Phase préparatoire

Imapct négatifs sur la destruction de graminées et autres espèces végetales

En phase de preparation, les activités de débroussaillage et de netoyage du site


recepteur d’ouvrage entraineront une destruction de graminées et autres espèces
végétales. C’est un impact d’intensité faible, d’étendue locale et de durée permanante.
L’impact est moyen.
Impacts négatifs sur les sols

Dégradation et compactage du sol. Elle résulte des activités d’installations de base et


d’ouverture de chantier, de démolition, de terrassement, etc. pendant la phase
préparatoire. C’est un impact d’intensité moyenne, d’étendue faible et de durée
permanente. L’impact est moyen.

Impacts négatifs sur la qualité de l’air


Dégradation de la qualité de l’air. Elle résulte des activités d’installation de base et
d’ouverture de chantier, de démolition et de terrassement pendant la phase
préparatoire. C’est un impact d’intensité faible, d’étendue faible et de durée temporaire.
L’impact est faible.

Impacts négatifs sur le comblement et de la pollution des eaux de surface

Les travaux de constriction des fossés latéraux avec des ouvrages de franchissement et
d’assainissement le long des pistes agricoles à amenager entraineront le comblement, la
polution et la modification du regime hydrographique des differents cours d’eaux et
plans d’eaux. De meme, les travaux de démolition, de terrassement et de remblais et le
déplacement des camions et des machines lourdes lors des travaux entraîneront la
production des huiles usagées. Les particules seront entraînées par les eaux de
ruissellement vers les eaux de surface. Ceci augmentera donc le niveau de pollution de
plusieurs cours d’eau et plans d’eau. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue forte et
de durée temporaire. L’impact est fort.
8.1.1.2. Phase de travaux

Dégradation du sol et perte d’espèces floristique et faunique : L'approvisionnement


en matériaux de construction (sable, gravier) se fera au niveau des sites de carrière
existants ou ouverts pour les fins du chantier. Dans le cas où, on procédera à l’ouverture
de carrières, cela peut participer à la déforestation et occasionner la défiguration du
paysage avec les stigmates liés aux trous creusés pour le prélèvement des matériaux de
construction. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue faible et de durée permanante.
L’impact est donc moyen.

Impacts négatifs sur les ressources halieutiques et fauniques (aviaires,


mammifères, reptiles, etc.)

Perturbation des ressources halieutiques et fauniques. Elle résulte des activités de


démolition, de terrassement et de remblais, d’ouverture et d’exploitation des carrières,

74
de construction des ouvrages de franchissement d’une part, et du rejet de résidus
d’hydrocarbure dans les cours d’eau d’autre part, pendant la phase de construction.
C’est un impact d’intensité forte, d’étendue faible et de durée temporaire. L’impact est
moyen.

Impacts négatifs sur la circulation


Les travaux de construction de pistes agricoles provoqueront une perturbation de la
circulation des véhicules et des piétons augmentant ainsi des risques d’accident liés aux
déplacements des engins et véhicules de chantiers. C’est un impact d’intensité forte,
d’étendue locale et de durée temporaire. Cet impact est d’importance moyenne.
Mesures à prendre :
- identifier et aménager des voies de contournement ;
- mettre en place des panneaux de signalisation pour les déviations et les passages
transversaux ;
- prévoir des passages pour traverser le chantier par endroits et passer d’un côté à
un autre ;
- renforcer les mesures de sécurité routière.
Impacts négatifs sur les sols

Dégradation du sol. Elle résulte des activités de démolition, de terrassement et de


remblais et l’exploitation des carrières pendant la phase de construction. C’est un impact
d’intensité forte, d’étendue faible et de durée temporaire. L’impact est moyen.

Compactage du sol. Elle résulte des activités de circulation des camions et engins
lourds pendant la phase de construction. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue
faible et de durée temporaire. L’impact est moyen.

Impacts négatifs sur la qualité de l’air

La pollution de l’air se caractérise par l’intrusion dans l’air de matières ou de gaz qui
altèrent sa qualité au-delà des seuils admissibles. Elle sera causée par l’émission de
poussières provenant des activités de démolition, de terrassement et de remblais d’une
part, d’ouverture et d’exploitation des carrières, l’émission de fumée et de gaz provenant
des moteurs des véhicules et des engins de chantiers d’autre part. C’est un impact
d’intensité faible, d’étendue locale et de durée temporaire. L’impact est faible.

Mesures à prendre :
- limiter la vitesse de circulation des véhicules de chantier sur les surface pouvant
produire des poussières en quantité importante (circulations de chantier et dans
l’emprise des travaux);
- arroser périodiquement la voie d’accès ;
- couvrir régulièrement de bâches les véhicules dont les chargements seront
susceptibles de produire des poussières en quantité importante.
Impacts négatifs de l’augmentation du niveau de bruit

La pollution sonore résultera des activités de démolition, de terrassement et de remblais


d’une part, d’ouverture et d’exploitation des carrières, de circulation des engins et
75
camions d’approvisionnement des chantiers qui produisent énormément du bruit
pendant la phase de construction. Aussi, les bruits seront produits par les véhicules, les
camions et autres machines utilisées dans le chantier. Les affectations pouvant résulter
des émissions sonores sont des troubles psychopathologiques, hypertension artérielle,
hypoacousie ou surdité définitive. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue locale et
de durée temporaire. L’impact est moyen.

Mesures à prendre :
- les engins et appareils de chantier ne pourront être utilisés sans leur équipement
standard d’insonorisation et de filtration de gaz d’échappement ;
- respecter la loi sur la pollution l’émission du bruit en république du Bénin
- les travaux nocturnes dans les zones d’habitat seront limités aux cas d’urgence et
à des travaux spécifiques.

Impacts négatifs sur le comblement et de la pollution des eaux de surface

Les travaux de constriction des fossés latéraux avec des ouvrages de franchissement et
d’assainissement le long des pistes agricoles à amenager entraineront le comblement, la
polution et la modification du regime hydrographique des differents cours d’eaux et
plans d’eaux. De meme, les travaux de démolition, de terrassement et de remblais et le
déplacement des camions et des machines lourdes lors des travaux entraîneront la
production des huiles usagées. Les particules seront entraînées par les eaux de
ruissellement vers les eaux de surface. Ceci augmentera donc le niveau de pollution de
plusieurs cours d’eau et plans d’eau. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue forte et
de durée temporaire. L’impact est fort.

Impacts négatifs sur la végétation en place

Les travaux de construction de pistes agricoles entraineront une destruction de


graminées et de quelques la plantation de Tectona grandis (tech) et Elacis guineensis
(palmier à huile) dans l’emprise du projet. C’est un impact d’intensité faible, d’étendue
locale et de durée permanante. L’impact est moyen.
8.1.1.3. Phase d’exploitation
Impacts sur la végetation en presence
En phase d’exploitation de piste agricoles, les travaux d’entretien notamment, le
débroussaillage et nettoyage de la piste, la recharge de la piste entreineront la perte de
la végetation en presence. C’est un impact d’intensité faible, d’étendue locale et de durée
permanante. L’impact est moyen.
Impact negatifs sur la pollution des plans d’eaux et cours d’eaux
Le rejet des déchets divers, des huiles, l’émission de fumées et de rejet de résidus
d’hydrocarbure, essences des différents moteurs, production de déchets due au
transport et à la circulation des usagers et biens pollueront le plan d’eau et cours d’eau
en phase d’exploitation. C’est un impact de durée permanente si des mesures ne sont pas
prises parce qu’il durera tout le temps que la piste sera ouverte à la circulation. Son
étendue est locale. Le degré de perturbation sera donc faible d’où un impact
d’importance faible et par conséquent moyen.

76
Impacts négatifs sur l’ambiance sonore

La pollution sonore résultera de la circulation des engins, des voitures et autres, qui
produisent énormément du bruit pendant la phase d’exploitation. Ces bruits pourront
perturber la tranquillité des populations riveraines. C’est un impact d’intensité faible,
d’étendue locale et de durée permanente. L’impact est moyen.

8.2.2. Impacts négatifs sur le milieu socio-économique


8.2.2.1. Phase préparatoire

Impacts négatifs sur les activités économiques

Les impacts négatifs sur les activités économiques concernent la perturbation des
activités économiques et de transport sur l’emprise des pistes à amenager. C’est un
impact d’intensité faible, d’étendue locale et de durée temporaire. L’impact est donc
faible.

Impacts négatifs sur la sécurité des personnes

Risques élevés d’accidents de circulation. Il résulte des activités d’installation de base


et d’ouverture de chantier, de démolition, de terrassement et de remblais pendant la
phase préparatoire. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue faible et de durée
permanente. L’impact est faible.

Insécurité des ouvriers et autres personnes. Elle résulte des activités d’installations de
base et d’ouverture de chantier, de démolition, de terrassement et de remblais pendant
la phase préparatoire. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue faible et de durée
permanente. L’impact est faible.

Impacts négatifs sur la santé

Risques d’affection respiratoire. Elle résulte des activités d’installations de base et


d’ouverture de chantier, de démolition d’une part, de terrassement et de remblais
d’autre part, pendant la phase préparatoire. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue
faible et de durée temporaire. L’impact est faible.
8.2.2.2. Phase de travaux

Impacts liés à la circulation des véhicules d’approvisionnement des chantiers


La circulation des vehicules acheminant le matériel et les matériaux de construction
provoqueront des risques d’accident de circulation. De même, l'impact de
l'approvisionnement en matériaux de construction sur la qualité de l'air se manifestera
surtout par l'émission de poussière sur le chantier, sur le trajet de transport et sur les
lieux de construction. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue locale et de durée
temporaire. Cet impact est d’importance moyenne.
Impact sur les circulations et les accès
Les travaux provoqueront une perturbation de la circulation des véhicules et des
piétons augmentant ainsi des risques d’accident liés aux déplacements des engins et
77
véhicules de chantier tout comme sur les voies de déviation, qui seront encombrées ou
inondées pendant les saisons des pluies. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue
locale et de durée temporaire. Cet impact est d’importance moyenne.

Impacts négatifs sur les activités socio-économiques

Les activités exercées dans le voisinage immédiat du sous projet seront perturbés, ce
qui constituera une perte de revenus et l’accès à des sources de revenus pour les
populations locale dont leurs coultures sont installées aux abords du tronçon de pistes à
amenager. C’est un impact d’intensité faible, d’étendue importante et de durée
temporaire. L’impact est donc moyen.

Mesures à prendre :
- sensibiliser riveraines afin qu’ils prennent les dispositions pour réduire les
impacts négatifs ;
- libérer l’emprise avant le démarrage des travaux.

Impacts négatifs sur la sécurité des personnes

Risques d’accidents de circulation. Il résulte des activités d’exploitation des carrières,


de circulation des camions et des engins et de construction des ouvrages de
franchissement pendant la phase de construction. C’est un impact d’intensité forte,
d’étendue faible et de durée temporaire. L’impact est moyen.

Impacts négatifs sur l’augmentation des risques d’accident


Pendant la phase des travaux, il surviendra des risques d’accidents liés aux
engins/instruments de chantier et à la présence de matériaux de construction mal
protégés ou mal utilisés. Le risque d’accident également lié au trafic routier pour
l’acheminement des matériaux de construction est à craindre (circulation des engins :
collision, dérapage, heurt, coincement, écrasement, ou charge - chute, heurt,
renversement lors des opérations). C’est un impact d’intensité faible, d’étendue locale et
de durée temporaire. L’impact est donc moyen.
Impacts négatifs sur le cadre de vie et la santé des populations
L’amoncellement des déchets des travaux comme les déblais, les remblais, les gravats et
les déchets issus des travaux routiers vont constituer une gêne supplémentaire pour les
populations. Les travaux vont générer des quantités de poussières fines relativement
importantes sur les chantiers et dans leurs voisinages. Ces poussières peuvent affecter
les populations riveraines avec des risques d’infections respiratoires. C’est un impact
d’intensité faible, d’étendue locale et de durée temporaire. L’impact est donc moyen.

Impacts négatifs sur la sécurité des personnes et les risques d’accidents de travail

Risques potentiels d’accidents de travail. Il résulte des activités d’exploitation des


carrières, de creusement des fondations, des piliers et de réalisation des semelles, des
piles culées et des travaux de béton armé pendant la phase de construction. C’est un
impact d’intensité forte, d’étendue locale et de durée temporaire. L’impact est moyen.

78
Insécurité des ouvriers et autres personnes travaillant sur le chantier. Elle résulte des
activités pendant la phase de construction. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue
locale et de durée permanente. L’impact est faible.
Mesures à prendre :
- mettre à disposition des ouvriers des EPI ;
- sensibiliser les ouvriers sur les risques d’accidents.
Impacts négatifs de l’augmentation de la prévalence des IST et VIH/SIDA
Ils sont liés au brassage de populations et des ouvriers venus d’autres milieux. L’impact
des IST et VIH/SIDA est qualifié d’impacts directs, majeures parce qu’ils affectent
durablement la santé humaine d’où la nécessité d’une campagne de sensibilisation. C’est
un impact d’intensité forte, d’étendue régionale et de durée temporaire. L’impact est
donc fort.

Mesures à prendre :
- Organiser des campagnes IEC aux populations et aux ouvriers sur les risques
d’infection aux IST, VIH/SIDA et autres affections ;
- distribuer gratuitement des préservatifs aux ouvriers.
8.2.2.3. Phase d’exploitation
En phase d’exploitation, les impacts négatifs potentiels regroupent :
Impacts négatifs sur les risques d’accident de circulation
En phase d’exploitation de pistes agricoles, le manque d’entretien entreinera la
degradation de la piste notamment des crévasses et la stagnation des eaux pluviales.
Cette situation pourra provoquer les risques d’accident de circulation. C’est un impact
d’intensité faible, d’étendue locale et de durée permanante. L’impact est moyen.
Impacts négatifs sur la qualité de l’air

Pollution de l’air. Elle résulte de l’émission de fumées et rejet de résidus


d’hydrocarbure et production due au transport et à la circulation des usagers et biens, et
des déchets d’une part, et des entretiens courants et périodiques de l’ouvrage d’autre
part, pendant la phase d’exploitation. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue faible
et de durée temporaire. L’impact est moyen.

Impacts négatifs sur l’ambiance sonore

La pollution sonore résultera de la circulation des engins, des voitures et autres, qui
produisent énormément du bruit pendant la phase d’exploitation. Ces bruits pourront
perturber la tranquillité des populations riveraines. C’est un impact d’intensité forte,
d’étendue locale et de durée permanente. L’impact est moyen.
Impacts négatifs sur l’entretien des ouvrages
Les travaux de débroussaillage, de recharge de l’emprise des pistes à aménager
peuvent affectés la santé et la sécurité des employés du secteur. C’est un impact
d’intensité forte, d’étendue locale et de durée permanente. L’impact est moyen.

79
8.2.3. Impacts positifs potentiels du projet

8.2.3.1. Phase préparatoire


Impacts positifs sur l’emploi
Création d’emploi et amélioration du niveau de revenu de certaines personnes, en
particulier des jeunes des agglomérations riveraines. Cette amélioration des revenus
résulte de l’utilisation de la main d’œuvre locale par l’entreprise en charge des travaux.
C’est un impact d’intensité forte, d’étendue faible et de durée temporaire. L’impact est
moyen.

8.2.3.2. Phase de travaux

Impacts positifs sur l’emploi


Pendant la phase des travaux, on assistera à l’augmentation des revenus des
populations riveraines. En effet, les travaux de construction vont constituer une source
d’emplois et d’amélioration du niveau de revenu de certaines personnes, en particulier
des jeunes des agglomérations riveraines par utilisation de la main d’œuvre locale et de
certains ouvriers spécialisés. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue locale et de
durée temporaire. L’impact est moyen.

Impacts positifs sur les revenus temporaires


Les travaux auront un autre impact positif en termes d'augmentation du revenu des
populations à travers la fourniture de matériels et matériaux de construction pouvant
augmenter les transactions dans la Commune. C’est un impact d’intensité forte,
d’étendue faible et de durée temporaire. L’impact est moyen.

Impacts positifs sur les activités de petits commerces


En phase de construction, la présence des ouvriers et des manœuvres va surtout
favoriser le développement des activités de petits commerces et de restauration au
niveau des chantiers. Les retombées économiques seront aussi ressenties dans les
ménages et chez les commerçants locaux. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue
locale et de durée temporaire. L’impact est moyen.

8.2.3.3. Phase d’exploitation

Impacts positifs sur le dessenclavement des zones rurales

La construction des pistes agricoles perrmettra de désenclaver plusieurs zones rurales


afin de mieux valoriser leurs potentiels socio-économique et agricoles. De meme, la mise
en œuvre de ce sous-projet perrmettra de valoriser les potentialités agro économiques
et d’ameliorer les conditions aux services socio-économiques de base comme les écoles,
les marchés, les points d’eau, les centres de santé et aux produits agricoles des zones
rurales. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue regionale et de durée permanante.
L’impact est donc fort.

80
Impacts positifs sur l’amelioration des conditions d’achiminement des produits
agricoles

La construction des pistes agricoles ameliorera les conditions d’acheminement des


produits agricoles et les conditions d’accès des producteurs aux zones agricoles. C’est
un impact d’intensité forte, d’étendue regionale et de durée permanante. L’impact est
donc fort.
Impacts positifs sur la mobilité urbaine
La construction des pistes agricoles rendra le trafic plus fluide et plus aisé. Aussi, la mise
en place de cette infrastructure permettra le développement des activités commerciales,
un transport de personnes et des biens mieux organisés et plus rapide et l'accès aux
services de base. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue regionale et de durée
permanente. L’impact est donc fort.

Impacts positifs sur l’inondation


La construction des pistes agricoles notamment élargissement de 10 m au maximum et
le rechargeage permettra de réduire les risques inondations grâce à la construction des
ouvrages fossés latéraux avec des ouvrages de franchissement et d’assainissement. C’est
un impact d’intensité forte, d’étendue locale et de durée permanente. L’impact est donc
fort

Impacts positifs sur l’emploi

Les travaux d’entretien périodique des pistes agricoles sont des opportunités d’emplois
directs. De façon indirecte, l’accroissement des échanges induits par les ouvrages de
franchissement sera source d’emploi plus ou moins pérenne, notamment dans les
domaines des echange des produits agricoles , etc. C’est un impact d’intensité forte,
d’étendue locale et de durée permanente. L’impact est donc fort.

Impacts positifs sur les échanges et les revenus


Au cour de la phase d’exploitation, les revenus des populations pourront être améliorés
à travers le developpement activités d’échanges commerciales des produits agricoles
et autres. En effet, de nouveaux débouchés induits par le désenclavement peuvent créer
des opportunités beaucoup plus rentables, pour l’écoulement des produits (artisanat,
produits de transformation, etc.). De même, l’exploitation de la piste de pites agricoles à
amenager permettra une ouverture des zones enclavées sur le centre-ville de la
commune. Ceci entraînera de facto, la levée des difficultés d’écoulement des produits
agricoles et autres. Cela contribuera à l’augmentation des revenus des ménages et
améliorera les conditions des populations. C’est un impact d’intensité forte, d’étendue
locale et de durée permanente. L’impact est donc moyen.

Impacts positifs sur la mobilité et la circulation des personnes des biens

Amélioration de la circulation routière. Elle résulte des activités du transport et de la


circulation des usagers et biens, des entretiens courants et périodiques de l’ouvrage,
pendant la phase d’exploitation. C’est un impact positif d’intensité forte, d’étendue faible
et de durée permanente. L’impact est fort. De même, la qualité de vie des enfants pourra
s’améliorer à travers un approvisionnement plus rapide et plus régulier des localités

81
désenclavées en produits de première nécessité. C’est un impact positif d’intensité forte,
d’étendue faible et de durée permanente. L’impact est fort.

Impacts positifs sur les conditions d’évacuation des femmes enceintes et des
groupes vulnérables

L’évacuation des femmes enceintes et des malades vers les zones sanitaires pourra se
faire de façon plus rapide et bien confortable. Aussi, son aménagement pourra-t-il
augmenter le taux d’accès des populations rurales aux soins. L’impact du projet sur les
conditions de vie des femmes et des groupes vulnérables est d’intensité forte, d’étendue
régionale et de durée permanente. L’impact est donc moyen.

Impacts positifs sur le développement socio-économique

Amélioration du niveau de développement du milieu récepteur. C’est un impact positif


d’intensité forte, d’étendue faible et de durée permanente. L’impact est fort.

Somme toute, les impacts positifs du sous-Projet sont liés à :


 la création d’emplois locaux directs pendant la phase de construction. C’est un
impact socio- économique fort ;
 le désenclavement des localités et des zones agricoles, ce qui facilitera le
déplacement des personnes et des biens ; c’est un impact socio- économique fort ;
 l’amélioration des déplacements locaux par l’ouverture de la piste, il reste aussi
un impact socio-économique positif et fort
 la construction de la piste permettra une évacuation plus rapide et plus
confortable des malades vers les hôpitaux au niveau du chef lieux de la
Commune, et une couverture sanitaire plus facile des zones enclavées.

Les tableaux 18 et 19 présentent la matrice de synthèse des impacts du sous –projet de


construction de pistes agricoles dans la Commune de Zè.

82
Tableau 18 : Matrice de synthèse des impacts biophysiques du sous –projet de construction de pistes agricoles
Physique Biologique

de

de

souterraine

floristiques

Ressources
Source d’impact

Ambiance

fauniques
surface/

Paysage

Espèces
Qualité

sonore

Eaux
Sols

l’air
PHASE PREPARATOIRE
Etudes techniques et travaux
préliminaires
Installations de base et Dégradation, Pollution Augmentation des Dégradation Destruction Dégradation
ouverture de chantier pollution, compactage nuisances sonores
PHASE DE CONSTRUCTION
Transports de matériaux de Dégradation, Pollution Augmentation des Dégradation
construction pollution, compactage nuisances sonores
Extraction des carrieres de Dégradation Pollution Augmentation des Dégradation Dégradation
sable nuisances sonores
Terrassement Dégradation, Pollution Augmentation des Pollution Dégradation Destruction Dégradation
pollution, compactage nuisances sonores
Construction des ouvrages de Dégradation, Pollution Augmentation des Pollution Dégradation Dégradation
franchissement pollution, compactage nuisances sonores
Construction des dos-d’âne ou Dégradation, Pollution Augmentation des
des ralentisseurs pollution nuisances sonores
PHASE D’EXPLOITATION
Présence et exploitation Imperméabilisation Pollution Augmentation des Pollution Amélioration/
despistes nuisances sonores Dégradation
Présence et exploitation des Augmentation des Pollution Amélioration
ouvrages nuisances sonores
Entretien courant et périodique Amélioration Amélioration
de la piste

83
Tableau 19 : Matrice de synthèse des principaux impacts socio-économiques du sous –projet de construction de pistes agricoles
Composantes MILIEU SOCIO-ECONOMIQUE
environnementales Activités Santé et Risque Habitation et Emploi Population Activités des Circulation et Qualité de vie
économiques Sécurité des d’accident infrastructures /revenu riveraines femmes mobilité et bien-être
Source personnes de connexes urbaine
d’impact circulation
PHASE PREPARATOIRE
Etudes techniques et travaux Dégradation Amélioration
préliminaires
Installations de base et Dégradation Amélioration Dégradation
ouverture de chantier
PHASE DE CONSTRUCTION
Transports de matériaux de Perturbation Dégradation Dégradation Amélioration Dégradation
construction
Exécution des terrassements Dégradation Dégradation Dégradation Dégradation
Perturbation
(déblai et remblai)
/ Amélioration Dégradation Amélioration
Amélioration
Extraction des carrieres de Amélioration Dégradation Dégradation Amélioration Dégradation Amélioration Dégradation Dégradation
sable
Construction des ouvrages Dégradation / Dégradation Dégradation Dégradation / Dégradation Dégradation Dégradation Dégradation
franchissement Amélioration Amélioration
Construction des dos-d’âne Dégradation / Dégradation Dégradation Dégradation / Dégradation Amélioration Dégradation Dégradation
Amélioration Amélioration
Présence de main d’oeuvre Dégradation Dégradation Dégradation / Amélioration Amélioration
Amélioration
PHASE D’EXPLOITATION
Présence et exploitation de la Amélioration Dégradation / Amélioration Dégradation / Amélioration Amélioration
piste agricole Amélioration Amélioration
Présence et exploitation Dégradation / Dégradation / Amélioration
Amélioration Amélioration
Entretien courant et Amélioration Dégradation Amélioration Amélioration Amélioration Amélioration Amélioration
périodique de la piste

84
8.3. Directives environnementales de mise en œuvre des activités du sous-
projet
Les directives suivantes devront être respectées lors de la mise en œuvre du sous-projet.
Il s’agit de :
 l’hygiène et la sécurité sur le site de travail ;
 la protection des propriétés dans le voisinage ;
 la protection des aires communautaires de conservation ;
 la protection du personnel d’exécution dans les zones d’activités ;
 protection des sols, des eaux de surface et souterraines (éviter des rejets d’eaux
usées et des polluants sur le sol, les eaux de surfaces et les eaux souterraines) ;
 la signalisation des travaux de réalisation des activités ;
 l’autorisation préalable avant les travaux (déboisement, ouverture de carrière,
etc.) ;
 l’information et sensibilisation des populations riveraines ;
 la protection de l’environnement contre le bruit, les poussières et autres résidus
solides ;
 la protection des sols, des eaux de surface et des nappes souterraines : éviter tout
déversement ou rejet d’eaux usées, hydrocarbures, et polluants de toute nature
sur les sols, dans les eaux superficielles ou souterraines ;
 la gestion des déchets issus des travaux et des aménagements ;
 etc.

8.4. Proposition des mesures d’atténuation et de maximisation des impacts


du sous- projet de construction de pistes agricoles
Les mesures d’atténuation concernent :
 les mesures d’atténuation des impacts précédemment identifiés ;
 les mesures à l’endroit de l’entreprise en charge des travaux;
 les mesures à l’endroit des populations riveraines lors des travaux de
construction.
8.4.1. Mesures à l’endroit de l’entreprise en charge des travaux

Mesures d’atténuation et de compensation

Les travaux d’ouverture seront caractérisés par le débroussaillement, la destruction


d’arbres sur les sites où il en existe nécessite la mise en place de mesures d’atténuation
et de compensation. Les mesures concernent des actions de protection du cadre de vie
des populations riveraines et de la santé des ouvriers sur le chantier en assurant leur
sécurité. Elles portent sur la lutte contre la pollution de l’air, la pollution sonore et du
sol. Ces mesures devront être traduites au niveau du cahier des charges des entreprises
qui exécuteront les travaux des constructions des infrastructures des pistes agricoles.

Mesures de protection de l’environnement

Il a été démontré que beaucoup d’impacts pourraient être minimisés si les entreprises
en charge des travaux d’une part observent certaines mesures de bonne conduite avec
leurs personnels et d’autre part adoptent des méthodes de travail appropriées et des

85
précautions tenant compte de la sensibilité des composantes de l’environnement en
présence.

Durant l’exécution des travaux, les entreprises doivent observer les règles élémentaires
de protection de l’environnement en s'engageant à respecter au mieux le tapis végétal
lors de l'accès aux sites de travaux et n’en détruire que lorsque c’est nécessaire. Dans le
cas des zones d’extraction de carrière de sable, elles doivent s’engager à les remodeler et
à procéder à leur aménagement par le reboisement.

Lors de la clôture du chantier, les entreprises doivent faire nettoyer les sites et en
particulier reboucher les divers trous et fosses, rassembler, brûler et enterrer tous les
déchets solides : ceci afin de préserver les enfants et populations locales de risques
d'infection.

(i) Confinement des substances inflammables et dangereuses : les secteurs de


stockage des produits inflammables (lubrifiants et autres produits dérivés de la
pétrochimie) doivent disposer d’un équipement d'urgence adéquat maintenu en bon
état de fonctionnement. Les huiles usagées seront recueillies dans des fûts en vue d’être
recyclées et acheminées en dehors du site dans des conditions recommandées.

(ii) Sols contaminés par les carburants et lubrifiants : une aire spéciale sera réservée
pour le traitement éventuel des sols contaminés par les produits pétroliers. Ils seront
excavés et placés dans des bacs de confinement étanche et décontaminés à l'aide de
solvants. Les sols traités seront évacués dans des dépotoirs autorisés.

(iii) Rejets liquides, les risques de pollution des eaux, les rejets solides : en
fonction du dimensionnement des sous chantiers, les effluents provenant des
installations seront collectés et évacués suivant leur composition dans des fosses
septiques étanches ou des systèmes de collecte mobile. Les dépôts éventuels de produits
huileux et pétroliers seront conçus de façon rigoureuse en vue d’éviter les écoulements
sur le sol et dans les eaux de surface. Les déchets solides des chantiers seront acheminés
vers des dépotoirs autorisés et permettraient une sélection et un recyclage notamment
pour le bois, les métaux et les matières organiques en compost.

(iv) Plan de circulation et de déviation : Le plan de circulation des engins seront


élaborés de manière à permettre la plus grande mobilité et l’accessibilité des riverains et
des utilisateurs de la voie. Il devra être évolutif en fonction du phasage prévu pour les
travaux de construction. Ce plan sera renforcé par la pose de panneaux de signalisation
et d’information. Les aires de travaux seront clairement balisées.

(v) Emissions de poussières : Pour réduire les émissions de poussière provenant des
circulations d’engins et du transport de matériaux, les responsables de chantier
effectueront des actions d'arrosage sur les pistes adjacentes aux zones habitées. Les
dépôts provisoires de remblais ou déblais pourraient également nécessiter leur
humidification.

86
Utilisation de main-d’œuvre locale

La présente mesure est d’inciter l’entreprise à recruter une main-d’œuvre locale. La


présence d’ouvriers des localités proches limitera les risques de dérapage et de conflit
avec la population. Le recrutement se fera par l’intermédiaire du chef d’Arrondissement
auquel l’entreprise adressera ses besoins dans les meilleurs délais. L’entreprise devra de
préférence recruter des équipes originaires des localités où les ouvrages seront
implantés. Les travaux de terrassement et d’enlèvement des dépotoirs sauvages qui sont
ceux qui vont mobiliser le plus de main-d’œuvre locale, devront impérativement être
organisés selon ce principe.

Prévention des populations locales

Prévenir les populations riveraines dont les installations se trouvent non loin du site et
qui sont susceptibles d’être impactées. La mesure sera exécutée par l’entreprise en
charge des travaux en collaboration avec les autorités locales et les comités locaux de
suivi des travaux.

8.4.2. Mesures en faveur des populations riveraines

Prévention des maladies sexuellement transmissibles et du Sida

Elle consistera en la protection de la population locale vis-à-vis des risques des maladies
sexuellement transmissibles et du VIH/SIDA et et les risques d’affection sanitaire. La
mesure sera exécutée pendant toutes les phases du Projet. L’entreprise sera tenue
d’assurer la protection des ouvriers et de la population locale vis à vis des risques des
maladies sexuellement transmissibles et du VIH/SIDA et soumettra un plan d’action au
projet PAIA-VO.

Organisation d’une campagne d’information et de sensibilisation des populations

Afin de prévenir les populations, un mois avant le démarrage effectif des travaux de
construction des pistes agricoles, l’entreprise en charge des travaux en accord avec les
autorités locales organiseront des campagnes d’information et de sensibilisation des
populations du secteur récepteur du projet. Elle contribue à l’information des
populations pour éviter toute situation conflictuelle. Les informations à véhiculer auprès
des populations locales concernent :
- la presentation du sous-projet de construction des pistes agricoles et ses
objectifs ;
- le planning et la nature des travaux ;
- les principaux résultats de l’EIES ;
- la sensibilisation des populations ayant leurs activités dans la zone
d’influence du projet ;
- les mesures de mitigation ;
- les rôles et responsabilités des populations et des autorités locales ;
- les rôles et responsabilités du comité de suivi des travaux ;
- la main-d’œuvre locale à recruter ;
- etc.
87
Cette campagne consistera à organiser des réunions d’information et de sensibilisation
au niveau des localités/villages riverains avec la collaboration des autorités locales. Les
frais à prévoir pour cette activité sont les frais de préparation et d’organisation des
réunions par les autorités locales, les frais de déplacement des participants aux
réunions, notamment les membres des comités locaux de suivi. Le budget prévisionnel à
garantir pour mener la campagne d’information comprend la préparation de matériels
de présentation du rapport, l’utilisation des radios de proximité, les déplacements, les
invitations des responsables locaux.

Le tableau 20 présente la synthèse des impacts et des mesures d’atténuation proposées


pour réduire les impacts négatifs et maximiser ceux positifs dans le cadre de la mise en
œuvre des activités du sous-projet de construction de pistes agricoles dans la Commune
de Zè.

88
Tableau 20 : Synthèse des impacts et mesures du sous projet de construction de pistes agricoles
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
Phase préparatoire
1. Etudes et 1.a.1. Amélioration du Forte 1.a1.1. Suivre les
travaux divers niveau de connaissance recommandations du
des caractéristiques du PGES et des
site du projet et des différentes études
impacts du projet
2.a.1 Création d’emploi Moyenne 2.a.1.1. Donner la
temporaire et priorité à la main
amélioration des revenus d’œuvre locale
des femmes et des jeunes
des agglomérations
riveraines
2.b.1. Création d’une Moyenne 2.b1.1. Organiser au moins 03
ambiance de méfiance, des séances d’information et
d’inquiétude et de de sensibilisation des
suspicion entre les populations locales sur le
2. Installations entreprise en charge des demarrage des travaux et les
de base, travaux et la population dispositions utiles à prendre
ouverture de locale 2.b.1.2. Donner la priorité à la
chantier, main d’œuvre locale
défrichement et 2.b.2. Destruction de Forte 2.b.2.1. Limiter au maximum
liberation de graminées et de la destruction des graminées
l’emprise quelques espèces et des especes vegetales le
vegetales en phase de long de la piste à construire
débroussaillage et de
liberation de l’emprise

89
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
2.b.3. Perturbation de la 2.b.3.1. Créer et entretenir
circulation des périodiquement des voies de
populations locales Moyenne déviations

2.b.3.2. Prévoir des


passerelles pour faciliter
l’accès des populations
riveraines aux habitations
2.b.4. Risques de Moyenne 2.b.4.1. Arroser la voie d’accès
pollution et de et les déviations autant de
dégradation de la fois nécessaire par jour
qualité de l’air Moyenne 2.b.4.2. Doter les ouvriers des
équipements de protection
individuelle appropriés
(masque, casque, lunettes,
casque antibruit, bottes, etc.)
et veiller à leur utilisation
effective
Moyenne 2.b.5.1. Doter les ouvriers des
2.b.5 Risque d’accident équipements de protection
travail pour les ouvriers individuelle appropriés
du chantier (masque, casque, lunettes,
bottes, etc.) et veiller à leur
utilisation effective
2.b.6. Augmentation du Moyenne 2.b.6.1. Respecter les normes
niveau de bruit par les béninoises en matière de
vibrations des engins et pollution sonore

90
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
machinerie lourde 2.b.6.2. Utiliser des engins en
bon état de fonctionnement
2. b.7. Pollution par les Faible 2.b.7.1. Organiser la gestion
rejets liquides et solides des déchets solides et liquides
sur le chantier sur le site
2.b.7.2 Aménager des aires de
stockage des déchets solides
et liquides du chantier
Phase de construction
3. Recrutement 3.a.1. Création d’emploi et Forte 3.a.1.1. Donner la
et presence des amélioration de revenu priorité à la main
ouvriers sur le des populations d’œuvre locale
chantiers
3.b.1. Augmentation des 3.b.1.1. Sensibiliser les
risques sanitaires, des ouvriers et la population
IST et de VIH/SIDA riveraine sur les maladies
respiratoires et sexuellement
transmissibles (IST, VIH,
SIDA)

4 . Extraction 4.b.1 Modification de la Forte 4.b.1.1 S’approvisionner en


des materiaux texture et de la matériaux (carrières de sable)
des carrières de structure du sol dans les sur les sites déjà autorisés
sable pour la carrières 4.b.1.2 Restaurer les carrieres
construction de exploitées au terme des
la piste travaux

91
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
4.b.2. Destruction de Moyenne 4.b.2.1. Limiter au maximum
graminées et de la destruction des graminées
quelques espèces et des especes vegetales
vegetales sur les Moyenne 4.b.2.1 Restaurer les carrieres
carrières de sable à exploitées au terme des
exploter travaux
5. Transport des 5.a.1. Création d’emploi
matériaux et temporaire et Forte 5.a.1.1. Donner la
construction de amélioration du niveau de priorité à la main
la piste agricole revenu de certaines d’œuvre locale
personnes, en particulier
des jeunes des
agglomérations riveraines
5.a.2 Développement des Moyenne 5.a.2.1. Accorder la
activités féminines priorité aux femmes
génératrices de revenus et des communautés
réduction de la pauvreté riveraines et aux
groupes vulnérables
5.b.1. Dégradation de la Moyenne 5.b.1.1 Arroser la voie d’accès .
qualité de l’air et du sol et les déviations autant de
fois nécessaire par jour
5.b.1.2. Bâcher les camions de
transport de matériaux

92
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
5.b.2 Augmentation du Moyenne 5.b.2.1. Doter les ouvriers des
risque d’accident de équipements de protection
travail individuelle appropriés
(masque, casque, lunettes,
casque antibruit, bottes, etc.)
et veiller à leur utilisation
effective
5.b.3. Augmentation des Forte 5.b.3.1. Sensibiliser les
risques sanitaires, des ouvriers et la population
IST et de VIH/SIDA riveraine sur les maladies
respiratoires et sexuellement
transmissibles (IST, VIH,
SIDA)
5.b.4. Pollution par le Moyenne 5.b.4.1. Respecter les normes
bruit et les vibrations béninoises en matière de
des engins et pollution sonore
machinerie lourdes

5.b.5. Pollution par les Faible 5.b.5.1. Organiser la gestion


rejets liquides et solides des déchets solides et liquides
sur le site
5.b.5.2 Aménager des aires de
stockage des déchets solides
et liquides du chantier
5.b.6. Augmentation des Moyenne 5.b.6.1. Installer des panneaux
risques d’accident de et des balises de signalisation
circulation pour les sur les sites et pour les voies
usagers des pistes de deviation

93
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
agricoles Moyenne 5.b.6.2. Prévoir des
passerelles pour faciliter
l’accès des populations
riveraines aux habitations
Moyenne 5.b.1.3. Sensibiliser les
conducteurs des camions de
transport pour le respect du
code de la route
5.b.7. Comblement et Forte 5.b.7.1. Sensibiliser les
augmentation du niveau entreprises en charge des
de pollution des cours travaux sur risques de
d’eau et plans d’eaux par pollution, de comblement des
la construction ouvrages cours d’eau et plans d’eaux
de franchissement et
d’assainissement
6. Terrassement 6.b.1. Dégradation de la Moyenne 6.b.1.1. Arroser la voie d’accès
et remblais qualité de l’air et les déviations autant de
fois nécessaire par jour
6.b.2. Pollution par le Moyenne 6.b.2.1. Respecter les normes
bruit et les vibrations béninoises en matière de
des engins et pollution acoustique
machinerie lourdes

94
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
6.b.3. Augmentation des Moyenne 6.b.3.1. Sensibiliser les
risques sanitaires, des ouvriers et la population
IST et de VIH/SIDA riveraine sur les maladies
respiratoires et sexuellement
transmissibles (IST, VIH,
SIDA)
6.b.4. Pollution de l’air Moyenne 6.b.4.1. Doter les ouvriers des
et visuelle équipements de protection
individuelle appropriés
(masque, casque, lunettes,
casque antibruit, bottes, etc.)
et veiller à leur utilisation
effective
6.b.1. Augmentation des Moyenne 6.b.1.1. Doter les ouvriers des
risques d’accident de équipements de protection
circulation pour les individuelle appropriés
usagers et de travail (masque, casque, lunettes,
pour les ouvriers casque antibruit, bottes, etc.)
et veiller à leur utilisation
effective
6.b.1.2. Sensibiliser les
conducteurs des camions de
transport pour le respect du
code de la route
Phase d’exploitation

95
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
7. Transport et 7.a.1. Amelioration de la Forte 7.a.1.1. Mettre en
circulation des circulation des biens et place un mecanisme
biens et des personnes des réparation et
personnes d’entretien annuel
des pistes agricoles
7.b.1. Risques Moyenne 7.b.1.1. Installer des panneaux
d’accidents de et des balises de signalisation
circulation le long de la piste à amenager

7.b.1.2. Mettre en place des


ralentisseurs ou dos d’ânes le
long de la piste à amenager
7.b.1.3.Entretenir
periodiquement des pistes
agricoles à construire
7.b.2. Risques Moyenne 7.b.2.1. Mettre en place un
d’inondation, de mecanisme d’entretien
degradation et annuel des pistes agricoles
d’encaissement des eaux construites
le long des pistes à
amenager
7.a.2. Dessenclavement Forte 7.a.2.1. Mettre en
des zones rurales et place un mecanisme
amélioration des des réparation et
conditions d’entretien annuel
d’acheminement des des pistes agricoles
produits agricoles

96
Activités du Impacts positifs Impacts négatifs Importanc Mesures d’atténuation Mesures de
Projet e de maximisation
l’impact
7.a.3. Developpement des Forte 7.a.3.1. Mettre en
activités agricoles et socio- place un mecanisme
économiques dans les des réparation et
zones rurales d’entretien annuel
des pistes agricoles
7.a.4. Amélioration des Forte 7.a.4.1. Mettre en
conditions d’évacuation place un mecanisme
des femmes enceintes et des réparation et
des groupes vulnérables d’entretien annuel
des pistes agricoles
7.a.5. Amelioration des Forte 7.a.5.1. Mettre en
conditions d’accès aux place un mecanisme
services socio- des réparation et
économiques de base d’entretien annuel
comme les écoles, les des pistes agricoles
marchés, les centres de
santé et aux produits
agricoles
8. Entretien 8.b.1. Risques de Moyenne 8.b.1.1. Mettre en place un
courant et dégradation des pistes mécanisme d’entretien annuel
périodique des agricoles en exploitation de la piste agricole
pistes agricoles 8.b.1.2 Assurer l’entretien des
pistes agricoles en
exploitation

97
9. SYNTHÈSE DE LA CONSULTATION DU PUBLIC
Dans le cadre du bon aboutissement de l’étude d’impact environnemental et social du
sous projet de construction de pistes agricoles dans la Commune de Zè, deux (02)
séances de consultation publique ont été initiées. En effet, les résultats des
investigations de terrain ont été présentés aux populations au cours des séances de
consultations publiques qui ont été tenues avec les communautés riveraines et les
autorités locales. Ces séances d'information publique ont été tenues en application des
directives de la Banque Mondiale en matière environnementale et sociale. Elles ont en
outre permis de recuillir les points de vue exprimés par les populations riveraines au
cours des rencontres d'information publique afin de prendre en compte dans la
finalisation du présent rapport d’étude. Au point des débats, les participants ont
exprimé clairement leurs préoccupations, inquiétudes et points de vue sur les différents
sur le projet.

Du reste, la participation communautaire dans la conception et la mise en œuvre du


sous projet de construction de pistes agricoles s’est traduite par :
 deux consultations publiques par localités concernées par le projet, effectuées
par le consultant et son équipe ;
 entretiens avec les différents chefs villages et conseilleurs locaux;
 des séances d’échanges avec les élus locaux et le Service Technique et
d’Environnement de la Mairie de Zè.
Les populations consultées estiment que la réalisation de ce projet est d’une grande
utilité en ce sens qu’il va permettre aux differentes localités de disposer de pistes
agricoles nécessaires au bien-être des populations. Ces éléments contribueront à la
résolution des problèmes sociaux, économiques, environnementaux. En effet, les
principaux avantages du projet selon les populations beneficiaires sont entre autres :
- l’amélioration de la mobilité humaine et de la réduction des risques d’inondation;
- le désenclavement des localités et des zones agricoles;
- évacuation plus rapide et plus confortable des malades vers les hôpitaux au
niveau du chef lieux de la Commune, et une couverture sanitaire plus facile des
zones enclavées;
- l’amélioration des conditions d’acheminement des produits agricoles ;
- l’amelioration des conditions d’accès aux services socio-économiques de base
comme les écoles, les marchés, les points d’eau, les centres de santé et aux
produits agricoles ;
- le developpement des activités agricoles et économiques ;
- la réduction des risques d’inondation et d’accidents de circulation ;
- les deux tronçons jouent des rôles très importants dans l’animation de la vie
socio-économique des populations riveraines

En somme, les populations beneficiaires du projet suggèrent que des voies de


contournement soient aménagées et entretenues périodiquement par l’entreprise en
charge des travaux, ceci pour réduire les risques d’accident de circulation. Elle ont salué
l’initiative et souhaitent que le projet aille jusqu’au bout, ceci dans un délai bref.

98
10. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)
Le présent plan de gestion environnementale et sociale a été élaboré en vue de la mise
en œuvre coordonnée des mesures proposées pour l’atténuation des impacts négatifs du
projet et une maximisation des impacts positifs. Les tableau 25 et 26 présente à partir
des mesures significatives, des indicateurs d’impacts et de réalisation d’une part, des
responsables de surveillance et de suivi, d’autre part. De même, un échéancier de mise
en œuvre des mesures a été présenté pour permettre une programmation des activités
dans le temps.

99
Tableau 21 : Plan de Gestion Environnementale et Sociale du sous Projet
Responsables
Mesures/Activités à Indicateurs/Moyen de Echéancier Surveillance
réaliser vérification Suivi Coût (FCFA)
5.a.2.1. ; 3.a.1.1. ; PM
5.a.1.1. ; 2.a.1.1. ; 2.b.1.2. • Liste des ouvriers locaux A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique
Donner la priorité à la recrutés preparation charge des travaux • PAIA-VO ,
 Bureau de contrôle
main d’œuvre locale • Au moins 50% d’ouvriers et • CE/MAEP
locaux recrutés construction • Mairie Zè

2.b1.1. Organiser au  Au moins 03 séances organisées Avant le  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique 750 000 + 800
moins 03 des séances  Réduction des plaintes des démarrage charge des travaux • PAIA-VO , 000
populations locales  Bureau de contrôle
d’information et de des travaux • CE/MAEP
sensibilisation des • Mairie Zè
populations locales sur le
demarrage des travaux et
les dispositions utiles à
prendre
4.b.2.1. ; 2.b.2.1. Limiter • Presence de graminées et A la phase  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
au maximum la des espèces végetales préparatoire charge des travaux • PAIA-VO ,
 Bureau de contrôle
destruction des sauvegardées le long de la • CE/MAEP
graminées et des especes piste à construire • Mairie Zè
vegetales le long de la
piste à construire

2.b.3.1. Créer et  Nombre de voies de Pendant la • DD MCVDD/Atlantique PM


entretenir déviation identifiées et phase  Entreprise BTP en • PAIA-VO ,
périodiquement des aménagées ; preparatoire charge des travaux • CE/MAEP
voies de déviations  Bureau de contrôle • Mairie Zè
 Bon état de praticabilité des
voies de déviation ;

100
Responsables
Mesures/Activités à Indicateurs/Moyen de Echéancier Surveillance
réaliser vérification Suivi Coût (FCFA)
 Absence de plaintes des
usagers ;
2.b.3.2., 5.b.6.2. Prévoir  Pressence des passerelles Pendant la • DD MCVDD/Atlantique PM
des passerelles pour  Facilitation de l’accès des phase de  Entreprise BTP en • PAIA-VO ,
faciliter l’accès des riverains aux habitations constructio, charge des travaux • CE/MAEP
populations riveraines  Absence de plaintes des  Bureau de contrôle • Mairie Zè
aux habitations usagers
2.b.4.1. ; 5.b.1.1 ; 6.b.1.1  Absence de poussière sur le site A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
Arroser la voie d’accès  Absence de plainte des construction charge des travaux • PAIA-VO ,
populations  Bureau de contrôle
et les déviations autant  Au moins deux arrosage par jour • CE/MAEP
de fois nécessaire par • Mairie Zè
jour

2.b.4.2. ; 2.b.5.1 ; 5.b.2.1. ; • Tous les usagers portent A la phase de  Entreprise BTP • DD MCVDD/Atlantique 250 000 + 350
6.b.4.1. ; 6.b.1.1. ;. Doter leurs EPI sur le chantier construction en charge des • PAIA-VO , 000
les ouvriers des • Absence d’accident de travaux • CE/MAEP
équipements de travail  Bureau de • Mairie Zè
protection individuelle contrôle
appropriés (masque,
casque, lunettes, casque
antibruit, bottes, etc.) et
veiller à leur utilisation
effective
2.b.6.1. ; 5.b.4.1 ; 6.b.2.1. ;  heures et nombre de décibel A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
Respecter les normes autorisés respectés construction charge des travaux • PAIA-VO ,
 Absence de plaintes justifiées  Bureau de contrôle
béninoises en matière de • CE/MAEP
pollution sonore • Mairie Zè

101
Responsables
Mesures/Activités à Indicateurs/Moyen de Echéancier Surveillance
réaliser vérification Suivi Coût (FCFA)

2.b.6.2. Utiliser des  Les engins en bon état de A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
engins en bon état de fonctionnement sont utilisés construction charge des travaux • PAIA-VO ,
pour les divers travaux  Bureau de contrôle
fonctionnement • CE/MAEP
 La pollution sonore est réduite
• Mairie Zè

2.b.7.1. ; 5.b.5.1.  Présence de poubelle sur le A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM


Organiser la gestion des terrain construction charge des travaux • PAIA-VO ,
 Absence de déchets solides  Bureau de contrôle
déchets solides et  Existence de contrat avec une
et • CE/MAEP
liquides sur le site structure de pré-collecte agrée d’exploitation • Mairie Zè

3.b.3.1. ; 4.b.3.1.  Au moins TROIS séances de A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique 300 000 + 300
Sensibiliser les ouvriers sensibilisation construction charge des travaux • PAIA-VO , 000
et la population riveraine • Dossier médical des  Bureau de contrôle
• CE/MAEP
sur les maladies o3vriers • Mairie Zè
respiratoires et • Tous les ouvriers et usagers
sexuellement de chantiers ont été
transmissibles (IST, VIH, sensibilisés
SIDA)
3.b.1.2. Bâcher les • Tous les camions A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
camions de transport de transportant les matériaux construction charge des travaux • PAIA-VO ,
 Bureau de contrôle
matériaux sont bâchés • CE/MAEP
• Absence de plainte • Mairie Zè

102
Responsables
Mesures/Activités à Indicateurs/Moyen de Echéancier Surveillance
réaliser vérification Suivi Coût (FCFA)
4.b.1.1 S’approvisionner  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
en matériaux (carrières • Existence de contrat avec A la phase de charge des travaux • PAIA-VO ,
de sable ) sur les sites les carrières autorisées construction  Bureau de contrôle
• CE/MAEP
déjà autorisés • Mairie Zè

4.b.1.2 ; 4.b.2.1  Plan de restauration des PM


Restaurer les carrieres carières en exploitation Au terme des Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique
exploitées au terme des  Etat de lieux des carières travaux charge des travaux • PAIA-VO ,
travaux exploitées • CE/MAEP
• Mairie Zè

5.b.6.1. ; 7.b.1.1. Installer • Présence des panneaux et A la phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
des panneaux et des de balises au voisinage du site construction charge des travaux • PAIA-VO ,
 Bureau de contrôle
balises de signalisation le • Réduction des accidents et • CE/MAEP
long de la piste à d’exploitation • Mairie Zè
amenager

5.b.7.1. Sensibiliser les • Rapports de sensibilisation Phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique


entreprises en charge • Nombre de personnes construction charge des travaux • PAIA-VO ,
 Bureau de contrôle
des travaux sur risques sensibilisées • CE/MAEP PM
de pollution, de • Réduction des risques de • Mairie Zè
comblement des cours pollution et de comblement
d’eau et plans d’eaux des cours d’eaux et plans
d’eaux
5.b.1.3., 6.b.1.2. Nombre de séances réalisées Phase de  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique 400 000 + 300
Sensibiliser les Réduction des accidents de construction charge des travaux • PAIA-VO , 000
circulation  Bureau de contrôle
conducteurs des camions et • CE/MAEP

103
Responsables
Mesures/Activités à Indicateurs/Moyen de Echéancier Surveillance
réaliser vérification Suivi Coût (FCFA)
de transport pour le d’exploitation • Mairie Zè
respect du code de la
route
7.b.1.1. Installer des  Nombre de panneaux et des A la phase  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
panneaux et des balises d’exploitation charge des travaux • PAIA-VO ,
balises installés  Bureau de contrôle
de signalisation le long  Faible taux d’accident de • CE/MAEP
de la piste à amenager circulation sur les pistes • Mairie Zè
agricoles
7.b.1.2. Mettre en place  Nombre de ralentisseurs A la phase  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
des ralentisseurs ou dos d’exploitation charge des travaux • PAIA-VO ,
réalisés le long de la piste  Bureau de contrôle
d’ânes le long de la piste aménagée • CE/MAEP
à amenager • Mairie Zè
 Faible taux d’accident de
circulation sur les tronçons
aménagé
7.b.1.3. ; 8.b.1.2 Nombre d’entretien réalisé par an A la phase  Entreprise BTP en • DD MCVDD/Atlantique PM
Entretenir Etat de la praticabilité de la piste d’exploitation charge des travaux • PAIA-VO ,
Absence des crevasses et des eaux  Bureau de contrôle
periodiquement des stagnantes sur la piste • CE/MAEP
pistes agricoles à • Mairie Zè
construire

104
Le tableau 22 présente un récapitulatif des coûts de mise en œuvre du PGES dans le
cadre des différents sous projets du PAIA-VO dans la Commune de Zè.
Tableau 22 : Récapitulatif des coûts des activités environnementales et sociales des
sous-projets
Sous-projet Coût du (FCFA)
SOUS PROJET DE CONSTRUCTION DE PISTES
AGRICOLES ENTRE GBEGBESSA – AÏFA –
1 700 000
TOZOUNKPA - HOUEHOUNTA
SOUS PROJET DE CONSTRUCTION DE PISTES
AGRICOLES ENTRE GBEDOHOUNTOMEY - AWOKPA -
2 150 000
MANGASSA
TOTAL 3 850 000
NB : Certaines mesures sont en coûts Pour Mémoire

Au total, le coût de mise en œuvre du Plan de Gestion Environnementale et Sociale des


interventions du PAIA-Vo dans la Commune de Zè s’élève à TROIS MILLIONS HUIT CENT
CINQUENTE MILLE (3 850 000) FRANCS CFA.

105
11. PROGRAMME DE SURVEILLANCE ET DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL
11.1. Cadre organisationnel de mise en œuvre du PGES
Le suivi environnemental est une activité d’observations et de mesures à court, moyen
et long termes qui vise à déterminer les impacts réels les plus préoccupants du projet
comparativement aux pronostics d'impacts réalisés lors de l'étude d'impact afin de
pouvoir apporter, le cas échéant, les correctifs nécessaires aux mesures d’atténuation
préconisées. Les mesures de surveillance et de suivi doivent permettre de rendre
compte de l’exécution et de l’efficacité des mesures de compensation et d’atténuation.
En phase des travaux de construction et d’exploitation, il s’intéressera à l’évolution des
caractéristiques sensibles de certains récepteurs d’impacts affectés par le Projet. Il
s’agira entre autres de la :
 dégradation des sols ;
 qualité de l’eau ;
 dégradation de la flore ;
 destruction/perturbation de la faune terrestre et aquatique ;
 santé et sécurité des travailleurs sur le chantier ;
 santé et sécurité des ouvriers;
 santé et la sécurité des populations locales.

11.2. Mécanisme de suivi-évaluation du PGES


11.2.1. Indicateurs de suivi
Le promoteur assure la responsabilité du suivi. Le tableau 23 présente de façon détaillée
les éléments de suivi environnemental.

Tableau 23: Programme de suivi environnemental


Récepteur Éléments de Indicateurs de suivi (à Responsabl Période Fréquence de
d’impact suivi titre indicatif) es de suivi de suivi suivi
Comportement de la
végétation herbacée sur Mensuelle en
le site du chantier, des Pendant phase de
Dégradation de
bases vie et des Promoteur, et après travaux
Sols la qualité des
différents dépôts après ABE, etc. les Annuelle en
sols
repli. travaux phase
Contaminations diverses d’exploitation
des sols.
Promoteur, Pendant
Dégradation de Concentration des eaux
ABE, etc. et après
la qualité des en substances polluantes Semestrielle
les
eaux (métaux lourds, …).
travaux
Taux de variation du Promoteur,
Eaux de Mensuelle en
braconnage. ABE, etc.
surface Pendant phase de
Perturbation et Variation du
et après travaux
destruction de la comportement des
les Annuelle en
faune animaux sauvages
travaux phase
pendant et après les
d’exploitation
travaux

106
Récepteur Éléments de Indicateurs de suivi (à Responsabl Période Fréquence de
d’impact suivi titre indicatif) es de suivi de suivi suivi
Promoteur,
Pendant
Ambiance de Nombre de conflits entre ABE, etc.
les Mensuelle
travail les ouvriers
Sécurité des travaux
travailleurs
Disponibilité et ports des Promoteur,
sur le
Port équipements ABE, etc. Pendant
chantier
d’équipement de Nombre d’ouvriers les Mensuelle
protection portant d’équipement de travaux
protection
Promoteur, Semestrielle en
ABE, etc. Pendant phase de
Évolution du taux de
et après travaux
Santé IST et VIH/SIDA prévalence des IST et du
les Annuelle en
SIDA.
travaux phase
d’exploitation

11.2.2. Responsabilités des acteurs


 Rôles et responsabilités du promoteur

En tant que maître d'ouvrage du Projet, le promoteur assure le financement et la mise en


œuvre du plan de Gestion Environnementale et Sociale. Il s’appuiera sur les services
extérieurs d’autres structures, qui seront chargées de la supervision de l’ensemble des
travaux du Projet.
Le présent rapport détaille les tâches du promoteur dans la conduite des opérations de
mise en œuvre du PGES, dans ses aspects de planification, de réalisation et de suivi. Il est
à noter également que des mesures de renforcement de capacité sont prévues par le
promoteur dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan de gestion de l’environnement.
Ceci concerne ; (i) le développement de « standards environnementaux d’exploitation de
l’infrastructure », et ; (ii) une formation pour le personnel.

 Rôle de la Commune de Zè
Les autorités locales sont concernées par la mise en œuvre des mesures. Elles devront
intervenir en termes de soutien organisationnel. Elles appuieront le promoteur dans
l’organisation des diverses réunions relatives à la mise en œuvre des mesures.
Par ailleurs, les autorités communales constituent des acteurs intermédiaires
incontournables entre le promoteur et les administrés. Ces autorités participeront à
toutes les discussions et négociations entre le promoteur, et les particuliers, et
effectueront des tâches spécifiques de par leur pouvoir foncier. La principale
responsabilité des autorités communales dans l’exécution du plan est le suivi de la mise
en œuvre des actions d’atténuation consignées dans le plan de gestion
environnementale et sociale.
 Rôle et responsabilité de suivi
Les responsabilités relatives à la mise en œuvre des mesures environnementales et
sociales sont les suivantes :

107
 Rôle du promoteur
Le promoteur est chargé de veiller à la mise en œuvre des mesures environnementales
décrites dans le présent rapport, en les prenant en compte dans le contrat de marché de
travaux de l’Entreprise. Elle veillera à l’exécution du plan de mise en œuvre des mesures
environnementales et sociales et s’attellera à la surveillance et au suivi
environnemental.
Par ailleurs, il a la responsabilité d’appliquer effectivement et efficacement les
prescriptions environnementales et sociales. Elle établira en début de chantier un plan
de protection de l’environnement qui lui permettra d’exécuter de façon concrète les
mesures préconisées dans le PGES. Ce plan sera approuvé par l’ABE après vérification de
sa conformité au PGES.
Pour être plus opérationnelle, il est recommandé à l’Entreprise de disposer en son sein
d’un « Répondant environnemental » qui aura la responsabilité de veiller au respect
des clauses techniques environnementales après avoir répertorié les contraintes
environnementales les plus délicates sur son chantier, d’intégrer la surveillance
environnementale dans le journal de chantier, et de servir d’interlocuteur avec le Bureau
de Contrôle sur les questions environnementales.
 Rôle du Comité local de Suivi
Sous la responsabilité du promoteur, le Comité de suivi élaborera, sur la base des
directives du présent rapport, un plan de suivi qui portera sur les impacts les plus
préoccupants du projet, dans le but de mettre en exergue les impacts réels sur une
composante environnementale et de valider les appréhensions exposées dans l’étude
d’impact. Ce comité travaillera en étroite collaboration avec la mission de surveillance et
de suivi quotidiens et qui, contractuellement a le pouvoir de contraindre l’Entreprise à
corriger les défaillances relevées.
LES COÛTS LIÉS À LA MISE EN ŒUVRE DES MESURES ENVIRONNEMENTALES ET
SOCIALES PRÉCONISÉES SONT ÉVALUÉS À TROIS MILLIONS HUIT CENT
CINQUENTE MILLE (3 850 000) FRANCS CFA.

108
CONCLUSION
La présente Etude d’Impact Environnemental et Social, réalisée conformément à la
réglementation en vigueur, a permis d’apprécier l’état initial du milieu récepteur du
projet, de ressortir les impacts tant positifs que négatifs du projet sur son
environnement immédiat, de proposer des mesures d’atténuation ou de compensation
des impacts négatifs et de bonification des impacts positifs.
Les impacts socio-environnementaux positifs du Projet sont :
- amelioration de la mobilité et la circulation des personnes des biens
- amélioration des conditions d’acheminement des produits agricoles ;
- dessenclavement des zones rurales ;
- amelioration des conditions d’accès aux services socio-économiques de base ;
- developpement des activités agricoles et économiques ;
- réduction des risques d’inondation et d’accidents de circulation ;
- amélioration du cadre et de la qualité de vie ;
- amélioration du paysage locale par les nouvelles infrastructures ;
- création et développement des petites activités génératrices de revenus;
- etc.
Les impacts négatifs concernent : la perturbation de la circulation et de la mobilité
humaine ; l’augmentation de la nuisance sonore (bruit) et de l’émission des poussières ;
l’augmentation des risques d’accident de circulation pour les usagers et de travail pour
les ouvriers ; la perturbation temporaire de la circulation lors des travaux ; le risque de
propagation des IST, VIH Sida ; les risques pollution du sol et de l’eau, etc.

Pour atténuer les impacts négatifs potentiels, des mesures ont été proposées dans le
Plan de Gestion Environnementales et Sociale (PGES) et les plus importantes
concernent, l’organisation des séances d’information des populations sur le
déroulement des travaux; dotation de la main d’œuvre des équipements de protection
individuels par l’entreprise, etc.

La mise en œuvre du Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) et son suivi


nécessitera la mobilisation d’un total de TROIS MILLIONS HUIT CENT CINQUENTE
MILLE (3 850 000) FRANCS CFA.

109
BIBLIOGRAPHIE
1. ABE (2000) : Inventaire et diagnostic pour préparation du schéma directeur
d'aménagement du littoral, ABE, Cotonou, Bénin, 188 p
2. ABE (2001) : Profil des potentialités et activités touristiques dans la zone littorale
au Bénin : Situation et perspectives d'aménagement ABE, Cotonou, Bénin
3. ABE (2001) : Synthèse des contraintes foncières réelles et grandes orientations et
lignes directrices de l'avant-projet de loi littoral, ABE, Cotonou, Bénin, 89 p.
4. ABE (2002) : Plans sectoriels de gestion des activités dans la zone littorale du
Bénin : agriculture (production végétale, élevage), pêche et saliculture : Secteur
de la pêche. Cotonou, Bénin, 125 p.
5. ABE (2002) : Plans sectoriels de gestion des activités dans la zone littorale du
Bénin : agriculture (production végétale, élevage), pêche et saliculture : Secteur
de la l’agriculture, tome 1 production végétale. Cotonou, Bénin 148 p.
6. ABE (2002) : Plans sectoriels de gestion des activités dans la zone littorale du
Bénin : agriculture (production végétale, élevage), pêche et saliculture : Secteur
de la saliniculture. Cotonou, Bénin 110 p.
7. ABE (2002) : Répertoire des indicateurs environnementaux de développement
durable et de compendium statistiques du Bénin, pp 141-145.
8. ABE (2006) : Plan d'aménagement du site RAMSAR 1017
9. ABE, (2000) : Inventaire et diagnostic pour préparation du schéma directeur
d'aménagement du littoral, ABE, Cotonou, Bénin, 188 p
10. ABE, (2001) : Profil des potentialités et activités touristiques dans la zone
littorale au Bénin : Situation et perspectives d'aménagement ABE, Cotonou, Bénin
11. ABE, (2001) : Synthèse des contraintes foncières réelles et grandes orientations
et lignes directrices de l'avant-projet de loi littoral, ABE, Cotonou, Bénin, 89 p.
12. ABE/PAZH (2001) : Inventaire et caractérisation des écosystèmes humides du
Sud-Bénin. Rapport provisoire, Cotonou, Bénin, 27 p.
13. Adam K. S. et Boko M. (1993) : Le Bénin. Edicef, Paris 96 p.
14. Adam K. S., (1998) : Vers une gestion intégrée de la zone côtière du Golfe de
15. Adeel Z. et Pomeroy R., (2002): Assessment and managment of mangroves
ecosystems in developing countries. Trees, Vol.16, PP. 235-238.
16. Adjakpa J.B., Coubéou P. T. et Hagemeijer M. (1996) : Inventaire de la faune
aviaire des zones humides du sud-Bénin Programme d’Aménagement des Zones
Humides du sud-Bénin (PAHZ, ABE, MEHU, Ambassade Royale des Pays-Bas),
Cotonou, Bénin. 70 p.
17. Adjakpa, J.B. (2002). Ecologie du Lamantin d’Afrique Trichechus senegalensis
(Link, 1995) dans la partie béninoise du Bassin du fleuve Niger et ses affluents.
CEROE & Wetlands Internationa/Sevaré/Mopti. 30 p.
18. Affomase T.M., (1999) : Inventaire et Etude de la Stratégie de Protection des
Populations de Lamantins (Trichechus senegalensis) des Zones Humides du Sud-
Bénin, Programme d’Aménagement des Zones Humides 48 p PAZH
110
19. Agbossou E.-K. et Assogba-Nongnidé, B.-K., (2001) : Inventaire et caractérisation
des écosystèmes humides des deux complexes Est et Ouest des zones humides du
Sud-Bénin. Aspects hydrologiques et cartographiques des bassins versants.
Rapport, ABE, PAZH, Bénin ;
20. Akakpo A., (2002) : La morphodynamique littorale dans la sous-préfecture de
Grand-Popo. Mémoire de maîtrise de Géographie, DGAT/FLASH/UAC, 91p +
annexes.
21. Akoègninou A. (2001) : De l’étude des formations végétales des sites constitutifs
de réserves biologiques dans les zones humides du Sud Bénin. MAB/CBRST. 22p
+ annexes.
22. Alidou S. et al. (1994) : Projet ‘’Hydrogéologie du quaternaire du Sud-Bénin
Phase 2’’ 21 p.
23. Amieux P. et al., (1989): Cathodoluminescence of carbonate-cemented holocene
beachrock from the Togo coastline (West Africa): an approach to early
diagenesis. Sedimentary Geology 65, 261 – 272.
24. Amoussou E. (2003) : Dynamique hydro-sédimentaire et mutations des
écosystèmes du ‘’lac’’ Ahémé. Mémoire de maîtrise de géographie, DGAT/ FLASH/
UAC. 103 p.
25. Amoussou E., (2004) : Systèmes traditionnels de gestion durable du lac Ahémé au
Bénin. Département de Géographie et d’Aménagement du Territoire, Université
d’Abomey-Calavi, Bénin.
26. analyse de prévision et d'impact. "Patrimoines n°10 " pp 643-660.
27. Anthony D. and Leth, J. O., (2002): Large-scale bedforms, sediment distribution
and sand mobility in the estern North Sea off the Danish west coast. Marine
Geology, 182: 247-263.
28. Anthony E. and Blivi, A., (1999): Morphosedimentary evolution of a delta-
sourced, drift-aligned sand barrier-lagoon complex, western Bight of Benin.
Marine Geology 158:161 – 176.
29. Anthony, E. J., Oyédé, L., M. and Lang, J., (2002): Sedimentation in a fluvially
infilling, barrier-bound estuary on a wave-dominated, microtidal coast: the
Ouémé River estuary, Benin, west Africa. Sedimentology, 49: 1095-1112.
30. Anthony, E., (1988) : Etude géomorphologique du littoral de la Sierra Leone.
Université Louis-Pasteur, Strasbourg, 316p (Thèse d'Etat).
31. Atlantique. Cahiers d'Info. Géog. 1,57 – 68.
32. Baglo A. A., (1994) Le barrage de Cotonou et l’évolution de la production du lac
Nokoué de 1959 à 1993. 31 p
33. Baglo M., (1989) : La Mangrove du Bénin : Grands équilibres écologiques et
perspectives d'aménagement. Thèse de Doctorat de 3e Cycle. ICIV, CNRS, Uni. Paul
Sabatier de Toulouse. 169 p.
34. Baglo M., Oyede M., Toffi D., (1988) : Etudes intégrées des systèmes côtiers béninois.
La mangrove EPEEC-BENIN/UNESCO Cotonou, 70 p.

111
35. Baglo, A. (2006) : Connaissance et évaluation de la mangrove de Togbin à dégoué
au Bénin. Mémoire de DEA de Géographie. UAC/FLASH. 104P
36. Bamisso, R. (2006) : Caractérisation et gestion des écosystèmes de mangrove
dans le littoral béninois. Mémoire de maîtrise de Géographie. UAC/FLASH. 79p.
37. Billon G., Ouddane B., Recourt P. and Boughriet A., (2002): Depth variability and
some Geochemical characteristics of Fe, Mn, Ca, Mg, Sr, P, Cd and Zn in anoxic
sediments from the authie bay. Estuarine, Coastal and Shelf Science55, 167-181.
(Impact Factor : 1.10 en 2000)
38. Blivi A., (1995) : Le delta de la Volta ; de l'Holocène à l'Actuel. Ann. Univ. Bénin,
Sér. Lett. Tome XV : 109 – 125.
39. Blivi A., (1998) : Quelques aspects du beach-rock dans le golfe du Bénin ; le cas du
Togo. Revue CAMES, série B, vol. 00, pp 43-56.
40. Blivi, A. B., (1999) : Impacts de l'érosion côtière sur l'économie d'un pays et
éléments d'étude de vulnérabilité. Exemple du Togo dans le Golfe de Guinée. In
Travaux et Recherches Géographiques n°15, pp51-66.
41. Blivi, A. B., (2000) : La pêche, un secteur d'activité vulnérable à l'augmentation de
la température. InAnnales de l’UB, Série Lettres XX, pp 120-133.
42. Blivi, A., (1993) : Géomorphologie et dynamique actuelle du littoral du Golfe du
Bénin (Afrique de l’Ouest) PH.D. Thesis, Université Michel de Montaigne,
Bordeaux, 458 p.
43. Blivi, A., (1993): Morphology and current dynamics of the coast of Togo. Geo-Eco-
Trop 17, 25 – 40.
44. Boko M. (1975) : La plaine côtière du Dahomey à l’Ouest du lac Nokoué. Thèse de
Doctorat de 3ème cycle de Géographie tropicale. Université de Bourgogne, Dijon,
221 p.
45. Boko M. (1988) : Climats et communautés rurales du Bénin : rythmes climatiques
et rythmes de développement. Thèse d’état ès-lettres, Université de Bourgogne, 2
tomes, 608 p.
46. CBRST, (2003) : Contribution a l'inventaire bibliographique des travaux réalises
sur le plateau continental et la zone côtière du Bénin. Deuxième Tome, Cotonou,
Bénin, 60p.
47. CEDA (2007) : Rapport National sur l’Environnement Marin et Côtier du Bénin.
MEPN, PNUE, 68 p.
48. CEE. (1989) : Erosion côtière dans le golfe du Bénin, aspects nationaux et
régionaux. Rapport d'expertise, 155p.
49. Chavance, P., Bâ, M., Gascuel, D., Vakily, J. M. & Pauly, D. (2004) : Pêcheries
maritimes, écosystèmes & sociétés en Afrique de l’Ouest : Un demi-siècle de
changement, [Marine fisheries, ecosystems and societies in West Africa: half a
century of change], actes du symposium international, Dakar (Sénégal), 24-28
juin 2002, Bruxelles, Office des publications officielles des Communautés
européennes, xxxvi-532-XIV p., ann., 6 pl. h.-t. coul., (coll. Rapports de recherche
halieutique A.C.P.-U.E., n 15).

112
50. Chodaton D. P. (2004) : Contribution à l’aménagement écotouristique dans les
zones humides du Sud- Bénin : Secteur Togbin-Grand-Popo. Mémoire de DEA de
géographie, UAC, FLASH, DGAT, 104 p.
51. Colleuil B., (1981) : La sédimentation lagunaire. Séminaire national sur
l’environnement et pêche lagunaire. INFOSEC, Cotonou du 18 au 23 mai 1981,
9p.
52. Coyne et Bellier., (1992) : Barrage d'Adjarala (Togo-Bénin). Etudes d'impacts
hydrauliques et sédimentologiques. Rapport d'études, 98p (Edition provisoire).
53. Dajoz R., (2000) : Précis d’écologie 7ème édition, DUNOD, Paris, 615p.
54. Dégbé C. G. E. (2009) : Géomorphologie et érosion côtière dans le Golfe de Guinée.
Mémoire de Master 2 en Océanographie physique, UAC, CIPMA, 100 p.
55. Djodo D.C., (1981) : Conséquences de la construction du port autonome de
Cotonou sur les pecheries du lac Nokoué et la lagune de Porto-Novo. Mémoire de
fin de cycle, Complexe polytechnique agricole niveau II Medji de Sékou, 51p.
56. Dossou C., (1981) : Peuplements animaux des lagunes du Bénin. Séminaire
national sur l’environnement et pêche lagunaire. INFOSEC, Cotonou du 18 au 23
mai 1981, 15p.
57. Dossou C., (1981) : Peuplements animaux des lagunes du Bénin. Séminaire
national sur l’environnement et pêche lagunaire. INFOSEC, Cotonou du 18 au 23
mai 1981, 15p.
58. FAO, (2002): FAO Guidelines on the Ecosystem Approach to Fisheries (Final
Draft). FAO Rome.
59. Fiogbé E.D., (2000) : Diversité biologique de l’Océan Atlantique à la frontière Sud
Bénin : poissons et animaux marins et algues. Rapport de consultation
Monographie Nationale de la Biodiversité, 42p.
60. Fiogbé E.D., (2002) : L’avenir de l’alimentation humaine est dans la domestication
de la vie aquatique. In HOUNKPATI B.C. Capo et Cyprien GNANVO (ed.), Actes des
1ères Journées Scientifiques Internationales, Université Nationale du Bénin, pp.
229-230.
61. Fiogbé E.D., (2002) : L’avenir de l’alimentation humaine est dans la domestication
de la vie aquatique. In HOUNKPATI B.C. Capo et Cyprien GNANVO (ed.), Actes des
1ères Journées Scientifiques Internationales, Université Nationale du Bénin, pp.
229-230.
62. Guilcher, A., (1954) : Dynamique et morphologie des côtes sableuses de l'Afrique
63. Guilcher, A., (1959) : La région côtière du Bas-Dahomey Occidental. Etude de
géographie physique et humaine appliquées. Bull. IFAN, TXXI, série B (3-4), pp
357-424.
64. Guinée. Document cadre, ONUDI, 173 p.
65. Ibe A. C. et Abe J. (2002) : Introduction to physical oceanographic processes in the
Gulf of Guinea
66. Lackner & Partner., (1983) : Etude de l'ensablement de l'accès au port de Lomé.

113
67. Lang, J.; Paradis, G. & Oyede, L.M., (1988) : Le domaine margino-littoral du Bénin
(Golfe de Guinée-Afrique de l’Ouest) : Age Holocène et mise en place marine des
"sables jaunes". J.A.E.S, vol.7, n°5/6, pp 829-833.
68. Lasserre P., (1981) : Les lagunes côtières, écosystèmes refuges, foyers de culture
et cibles d’expansion économique. Séminaire national sur l’environnement et
pêche lagunaire. INFOSEC, Cotonou 1981, 5 p.
69. Lasserre P., (1981) : Les lagunes côtières, écosystèmes refuges, foyers de culture
et cibles d’expansion économique. Séminaire national sur l’environnement et
pêche lagunaire. INFOSEC, Cotonou mai 1981, 5 p.
70. LY, C.K., (1980: The role of Akossombo dam on the Volta river in causing erosion
in central and eastern Ghana (West Africa). Mar. Geol., 35: 323 – 332.
71. MEHU, (2001) : Communication Nationale Initiale du Bénin sur les Changements
Climatiques. Cotonou, Bénin 94 p.
72. NEDECO, (1975) : Erosion littorale sur la côte togolaise. Rapport d'étude.
Ministère des Travaux Publics, Lomé, 73p.
73. Niyonkuru C., (2001) : Les variations spatio-temporelles de la faune
ichtyologique du lac Nokoué en République du Bénin. Mémoire en vue de
l’obtention du diplôme d’études spécialisées (DESS) en aménagement et gestion
des ressources naturelles, 112p.
74. OBIT, (2002) : Plan de travail de l’OIBT sur la mangrove 2002–2006, 10p.
75. Oyédé L. M. (1991) : Dynamique sédimentaire actuelle et messages enregistrés
dans le Quaternaire et Néogène du domaine margino-littoral du Bénin (Afrique
de l’Ouest). Thèse de Doctorat Unique de Géologie sédimentaire. Université de
Bourgogne, Dijon, 302 p.
76. Oyede, L. M., (1991) : Dynamique sédimentaire actuelles et messages enregistrés
dans les séquences quaternaires et néogènes du domaine margino-littoral du
Bénin (Afrique de l’Ouest). Université de Bourgogne-Université Nationale du
Bénin, 302p. (Thèse de Doctorat-Géol. Marine).
77. Pellerin-Massicotte, J., (1996) : Le rôle des indicateurs écologiques et la
conservation in situ des espèces menacées. in L’être humain, l’animal et
l’environnement : dimensions éthiques et juridiques. T. Leroux et Lyne
Létourneau, eds. Montréal, Les Éditions Thémis Inc. pp. 497-507.

114
ANNEXES

115
Annexe 1 : Procès Verbal de la séance de consultation formelle du public

116
117
118
Annexe 2 : Tracé en plan et en long des pistes rurales retenues dans la commune de
Ouinhi
Tracé en plan et profile n long de la rue ‘’Gbedohountomey – Awokpa-magassa’’
Commune de ZE

119
120
121
122
123
124
125
Tracé en plan et profile n long de la rue ‘’Gbegbessa – Aifa – Tozounkpa - Houénoufa’’
Commune de ZE

126
127
128
129
130
131
132
133
134
Annexe 3 : Approbation des TDR

135
Annexe 4 : TDR de l’étude

136
137
138
139
140
141
142
143
Table des matières
SOMMAIRE ......................................................................................................................................................... 2
LISTE DES FIGURES LISTE DES PLANCHES PHOTOGRAPHIQUE LISTE DES TABLEAUX . 3
Liste des figures ........................................................................................................................................3
Liste des planches photographiques ........................................................................................................3
Liste des tableaux .....................................................................................................................................3
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS .................................................................................................... 5
RESUME............................................................................................................................................................... 6
ABSTRACT .......................................................................................................................................................... 8
INTRODUCTION ............................................................................................................................................ 10
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET .................................................................................. 11
1.1 Présentation du promoteur............................................................................................................. 11
1.2. Prise en compte de l’environnement dans les activités du projet ................................................. 13
1.3. Présentation du Consultant mandaté par le promoteur ............................................................... 14
1.4. Justification du projet ..................................................................................................................... 14
1.5. Objectifs de la mission.................................................................................................................... 16
2. DEMARCHE METHODOLOGIQUE DE RÉALISATION DE L'ETUDE D’IMPACTS
ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU SOUS-PROJET ...................................................................... 17
2.1. Méthode de collecte des données ................................................................................................ 17
2.1.1. Recherche documentaire et analyse des composantes de l’environnement ............................. 17
2.1.2. Collecte des données socio-économiques .................................................................................. 18
2.2. Méthode d’identification et d’évaluation des impacts environnementaux des sous-projets ..... 19
2.3. Proposition des mesures de bonification (pour les impacts positifs), d’atténuation et/ou de
suppression (pour les impacts négatifs) des impacts............................................................................ 24
2.4. Elaboration d’un Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) ........................................ 24
2.5. Programme de surveillance et de suivi environnemental.............................................................. 24
3. DESCRIPTION DU MILIEU RECEPTEUR DU SOUS-PROJET ..................................................... 26
3.1. Situations géographique et administrative du milieu récepteur du sous projet ........................... 26
3.2. Aspects bio-physiques de la zone d’influence du sous-projet ....................................................... 28
3.2.1. Aspects climatiques ..................................................................................................................... 28
3.2.2. Caractéristiques pédologiques et géologiques du milieu récepteur du sous-projet .................. 28
3.2.3. Caractéristiques du relief dans le milieu récepteur du projet .................................................... 32
3.2.4. Caractéristiques hydrologiques du milieu récepteur du sous- projet ......................................... 33
3.2.5. Formations végétales et fauniques observées dans le milieu récepteur du sous-projet ........... 34

144
3.3. Environnement humain et socio-économique ............................................................................... 35
3.3.1. Evolution de l’effectif de la population du milieu récepteur du sous-projet ............................. 35
3.3.2. Activités socio-économiques ....................................................................................................... 36
3.4. Problématique urbaine et occupation du sol ................................................................................. 40
3.4.1. Mode gestion des ordures .......................................................................................................... 40
3.4.2. Habitat, mode d’éclairage et approvisionnement en eau .......................................................... 41
3.4.3. Dynamique foncière dans la Commune de Zè ............................................................................ 41
3.4.4. Occupation du sol dans la Commune de Zè ............................................................................... 42
3.5. Situation de l’hygiène, santé et de l’assainissement du milieu récepteur du projet ..................... 45
3.6. Caractéristiques spécifiques du site récepteur du projet .............................................................. 45
4. ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET ...................................................... 47
5. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DU SOUS
PROJET.............................................................................................................................................................. 49
5.1. Cadre politique nationale de l’évaluation environnementale...................................................... 49
5.2 Cadre juridique de réalisation du projet ......................................................................................... 50
5.2.1 Cadre juridique international de mise en œuvre du projet ......................................................... 50
5.2.2 Cadre juridique national de mise en œuvre du projet ................................................................. 51
5.3 Cadre institutionnel de réalisation du projet .................................................................................. 58
5.3.1 Le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable MCVDD .......................................... 58
5.3.2 Le Ministère de l'Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP) .............................................. 58
5.3.3 Le Ministère de la Décentralisation et de la gouvernance locale ................................................ 60
5.4. Politiques environnementales de la Banque Africaine de Développement (BAD) ....................... 60
6. ANALYSE DES VARIANTES DU SOUS-PROJET ............................................................................. 64
6.1. Variante 1 : ‘’Réalisation du projet tel que proposé (cas de base) sur les différents tronçons
initialement retenus’’ ............................................................................................................................ 64
6.2. Variante 2 : “Projet cas de base avec ajustement de l’emprise de la voie en fonction des enjeux’’66
6.3. Variante 3 : “Réalisation du projet avec modification du tronçon de la pite initialement retenu à
l’issu des études techniques’’................................................................................................................ 66
6.4. Variante optimale sur le plan environnemental et social .............................................................. 67
7. DESCRIPTION DES ACTIVITES DU SOUS PROJET DE CONSTRUCTION DE PISTE
AGRICOLE ........................................................................................................................................................ 69
7.1. Tracé en plan .................................................................................................................................. 69
7.2. Profil en travers .............................................................................................................................. 69
7.3. Profil en long .................................................................................................................................. 70
7.4. Structure projetée .......................................................................................................................... 70

145
7.5. Assainissement retenu ................................................................................................................... 70
8. ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET ..................... 72
8.1. ANALYSE DES IMPACTS................................................................................................................... 73
8.1.1. Impacts négatifs sur l’environnement biophysique .................................................................... 73
8.1.1.1. Phase préparatoire ................................................................................................................... 74
8.1.1.2. Phase de travaux ...................................................................................................................... 74
8.1.1.3. Phase d’exploitation ................................................................................................................. 76
8.2.2. Impacts négatifs sur le milieu socio-économique ...................................................................... 77
8.2.2.1. Phase préparatoire ................................................................................................................... 77
8.2.2.2. Phase de travaux ...................................................................................................................... 77
8.2.2.3. Phase d’exploitation ................................................................................................................ 79
8.2.3. Impacts positifs potentiels du projet .......................................................................................... 80
8.2.3.1. Phase préparatoire ................................................................................................................... 80
8.2.3.2. Phase de travaux ...................................................................................................................... 80
8.2.3.3. Phase d’exploitation ................................................................................................................. 80
8.3. Directives environnementales de mise en œuvre des activités du sous-projet ............................ 85
8.4. Proposition des mesures d’atténuation et de maximisation des impacts du sous- projet de
construction de pistes agricoles ............................................................................................................ 85
8.4.1. Mesures à l’endroit de l’entreprise en charge des travaux ........................................................ 85
8.4.2. Mesures en faveur des populations riveraines ........................................................................... 87
9. SYNTHÈSE DE LA CONSULTATION DU PUBLIC........................................................................... 98
10. PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) ....................................... 99
11. PROGRAMME DE SURVEILLANCE ET DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL ......................... 106
11.1. Cadre organisationnel de mise en œuvre du PGES .................................................................... 106
11.2. Mécanisme de suivi-évaluation du PGES ................................................................................... 106
11.2.1. Indicateurs de suivi.................................................................................................................. 106
11.2.2. Responsabilités des acteurs .................................................................................................... 107
CONCLUSION ................................................................................................................................................ 109
BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................................................................... 110
ANNEXES ....................................................................................................................................................... 115

146

Vous aimerez peut-être aussi