Vous êtes sur la page 1sur 18

La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions

industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

Plan
1 Introduction....................................................................................................................2
2 Le début de la révolution industrielle en Angleterre......................................................3
3 La révolution industrielle en France...............................................................................4
3.1. La première phase de l‘industrialisation....................................................................4
a) Des secteurs touchés principalement............................................................................4
b) Le financement.............................................................................................................5
c) Les débouchés..............................................................................................................5
d) Le changement de l‘organisation du travail.................................................................6
e) Les ouvriers - nouvelle classe sociale..........................................................................6
f) Le développement des villes: Haussmann et des grands magasins..............................8
3.2. Seconde phase de l‘industrialisation........................................................................10
a) Secteurs touchés principalement................................................................................10
b) Le financement: l’influence des banques...................................................................12
c) Les débouchés............................................................................................................12
d) Changement de l‘organisation de travail: Taylor et Ford...........................................13
e) Les ouvriers................................................................................................................13
f) Des écoles...................................................................................................................15
4 Conclusion....................................................................................................................15
Bibliographie...................................................................................................................17
Table des illustrations......................................................................................................18

1
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

1 Introduction

L’économie française du XIXe siècle fait face aux plusieurs transformations


profondes qui possèdent encore une ampleur signifiante pour notre économie
d’aujourd’hui et pour notre niveau de vie. L’économie française est notamment marqué
de la révolution industrielle qui commence en Angleterre et s’accélèrent aussi en France
au milieu du XIXe siècle. Elle influe tout le système de la société, de la politique, de
l’infrastructure et de la culture profondément, puisque tous les systèmes sont liés entre
eux. En plus, le XIXe siècle est attribué à la période de 1814 à 1914 étant donné que les
phases politiques jusqu’à 1814 et jusqu’à 1914 sont difficile à séparer. Néanmoins, le
XIXe siècle connaît des changements politiques fréquents, à savoir trois monarchies,
deux empires et républiques qui ont aussi une influence sur l’économie. À cause des
transformations économiques des autres systèmes doivent s’adapter pour retrouver leur
équilibre. Nous verrons que cette adaptation est accompagnée par des luttes sociales très
violentes du fait d’un déséquilibre de pouvoir.

Dans ce travail nous examinerons les transformations économiques importantes du


XIXe siècle en France. Nous donnons un bref aperçu du début de la révolution
industrielle en Angleterre pour aborder après les développements économiques en
France. La partie principale est divisée en deux parties – la première et la seconde phase
d’industrialisation. Dans ces parties nous nous occuperons d’abord des secteurs qui sont
touchés par l’industrialisation les plus forts et le changement de l’organisation du
travail. Puis nous enquêterons sur le financement de l’industrialisation, des personnes et
des organisations qui le promeuvent, pour regarder ensuite l’évolution des débuchés
pour les produits industriels. Nous terminerons chaque partie avec une analyse du
développement de la nouvelle classe des ouvriers et l’évolution des villes dans la
première phase d’industrialisation et des écoles dans la deuxième phase.

2
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

2 Le début de la révolution industrielle en Angleterre


La révolution industrielle commence en Angleterre à partir de 1780 grâce aux
innovations techniques,1 particulièrement la machine à vapeur, qui permet de fournir des
grandes machines de l’énergie en étant indépendant des sources d’énergie sur le plan
géographique.2 La raison pour laquelle l’Angleterre est l’origine du changement se
montre par des conditions préalables qui sont favorables à l’industrialisation; il y a assez
de capital disponible pour des grands investissements dans des machines industrielles et
assez de main-d‘œuvre.3 D’une part c’est dû aux fermiers, qui gagne beaucoup d’argent,
parce qu’ils possèdent des parcelles de grande taille et emploient des ouvriers, d’autre
part les investissements des riches fermiers dans l’amélioration des processus dans
l’agriculture accroît le rendement et la population peut être fournit avec plus de
nourriture4. Cela mène à la baisse de la mortalité et par conséquent à la croissance de la
population et des ouvriers.5 Le résultat est un exode rural, car l’offre de travail dans
l’agriculture ne suffit plus pour satisfaire la demande.6 Les ouvriers cherchent du travail
dans les villes.7 En plus, l’économie anglaise est plutôt influencée par l’économiste et
philosophe Adam Smith.8 Selon lui, il existe une main invisible qui régule le marché. À
l’inverse dans des autres pays européens le mercantilisme est encore très répandu 9.
Selon ce concept, il faut « stimuler la production , encourager les exportations par la
création de manufactures et limiter les importations »10. Cette liberté de l’économie
favorise la révolution industrielle, comme les échanges extérieurs sont pas si limités et
les commerçants peuvent acheter des matières premières bon marché d’autres pays et
les ouvriers agricoles sont libres de chercher un autre travail dans une ville.11

1 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 84.
2 cf. ibid., p. 86.
3 cf. ibid.
4 cf. ibid.
5 cf. ibid.
6 cf. ibid.
7 cf. ibid.
8 cf. Opitz, « Adam Smith and the Invisible Hand », In MARROQUÌN A. (edit.): Invisible Hand : The
Wealth of Adam Smith, Honolulu: University Press of the Pacific 2002, p. 118.
9 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 84.
10 Ibid.
11 cf. ibid.

3
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

3 La révolution industrielle en France


La révolution s’accélère aussi en Europe après des décennies pour profiter de la
croissance économique grâce aux innovations techniques et économiques. Il paraît
difficile de dater la première phase d’industrialisation en France, parce qu’elle
commence plus lentement qu’en Angleterre. On estime qu’elle commence déjà dans la
première moitié du XIXe siècle voire à la fin du XVIIIe siècle (cf. Fredj, p. 72), mais
s’accélère à partir au milieu du XIXe, quand les tarifs douaniers baissent et l’échange
extérieur est plus facile (cf. ibid., p. 86).

3.1. La première phase de l‘industrialisation


L’industrialisation commencent dans des régions proto-industrielles où il y a
du capital, de la main-d‘œuvre et même de la matière première et des sources
d’énergie pour fournir des machines industrielles; dans ces régions la densité de
population est plus grande, la riche bourgeoisie est représentée et la proximité
des ressources minières et des cours d’eau existent.12

a) Des secteurs touchés principalement


Des riches représentants de la bourgeoisie envoient souvent des espions
en Angleterre ou emploient des techniciens britanniques afin d’importer
les innovations britanniques dans leurs entreprises, comme la
mécanisation des filatures textiles, l’outillage et la construction
mécanique.13

Au niveau de l’organisation du travail de petits ateliers, nommé des


fabriques, sont très répandus dans la première phase.14 Ce sont des
ateliers à domicile où des ouvriers travaillent.15 Des marchandes
fournissent des matières premières aux ouvriers et souvent des machines
et achètent plus tard les produits finals pour les vendre aux clients. 16 De

12 cf. ibid.
13 cf. ibid.
14 cf. ibid., p. 86
15 cf. ibid.
16 cf. ibid.

4
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

cette façon il reste facile de travailler de façon flexible dans l’agriculture


et, s’il y a des commandes, aussi dans l’industrie.17

Mais la transformation industrielle signifie aussi l’augmentation du


nombre des usines et la diminution des nombres des ateliers au cours de
la première phase.18 La centralisation du travail dans de grandes usines
est de plus en plus fréquente.19

En général, la structure de l’économie française reste différente de la


structure anglaise, parce que le secteur agricole demeure le secteur le
plus important jusqu’aux années 1880.20 Même si tous les secteurs sont
touchés par l’industrialisation21 et sa mécanisation du travail.

b) Le financement
Après la révolution de Napoléon Ier et son politique de promouvoir
quelqu’un en fonction de son mérite, la bourgeoisie prend de l’ampleur
face à la noblesse.22 Elle a de plus en plus d’accès au capital et influence
politique. Ce sont par exemples des commerçants riches. Même s’ils
sont riches, les machines industrielles sont souvent trop chers.23 La
baisse des tarifs douaniers aide à financer les usines plus facilement et
pour cela aboutit à la croissance de l’importation des matières premières
manquantes en France ; ce qui rend l’économie française « plus
vulnérable aux événements extérieurs ».24

c) Les débouchés
Au début, la grande industrie fabriquent « des biens de production ou
des biens intermédiaires »25, tandis que les ateliers urbains se

17 cf. ibid., p. 84
18 cf. ibid., p. 86
19 cf. ibid., p. 84
20 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 72.
21 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 82.
22 cf. Haupt, « Von der Französischen Revolution bis zum Ende der Julimonarchie (1789-1848) », In:
Geschichte Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart: Reclam 2014, p. 283.
23 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 101.
24 cf. ibid., p. 76.
25 Ibid. p. 83.

5
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

spécialisent dans des produits de luxe qui sont souvent exportés à


l’étranger.26 Des biens de consommation courante pour le marché
française sont produits par des artisans dans des fabriques décentralisées
ou des petites entreprises.27

d) Le changement de l‘organisation du travail


Le travail dans les usines nécessite de plus en plus la séparation de
lieu de travail et logement.28 Comme les machines sont chères, les
entreprises doivent produire beaucoup pour faire ses frais. On parle des
économies d’échelle. Alors les journées de travail sont très longues et la
vitesse de la production paraît de plus en plus importante.29 La
production de masse doivent être optimisée et les ouvriers se
spécialisent plus dans certaines étapes de travail pour atteindre de la
vitesse par la routine.30
L’avantage de la production avec des machines est que c’est plus facile
de standardiser des produits qui peuvent être utilisés plus flexibles.

e) Les ouvriers - nouvelle classe sociale


Pour accroître la production les patrons des usines ont besoin des
beaucoup d’ouvriers. Ils forment une nouvelle classe sociale: la classe
des ouvriers.31 Ils habitent dans des quartiers ouvriers, qui sont souvent
surpeuplés et des maladies sont transmises rapidement.32

Comme le travail dans les usines est fortement divisé, la qualification


des ouvriers n’est plus si importante. 33 Ils doivent souvent justement

26 cf. ibid.
27 cf. ibid.
28 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 86.
29 cf. ibid.
30 cf. ibid.
31 Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à 1945,
Paris: Klett-Nathan 2008, p. 86.
32 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 28.
33 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 86.

6
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

manier des machines et la société valorise leur travail de moins en


moins.34 Au même temps leurs conditions de travail sont dures. 35 Les
journées de travail durent normalement douze heures ou plus. 36 Tout doit
suivre le rythme des machines de l’usine, chacun a sa place dans la
chaîne de travail et pour cela, les patrons attachent beaucoup
d’importance à la ponctualité et de la qualité de travail des ouvriers. 37
Chaque inexactitude peut causer un licenciement. 38 Il n’existe aucune
sécurité de l’emploi. Notamment pendant des crises, le chômage
augmente.39

Afin d’améliorer leur situation et obtenir plus de droits, comme le


suffrage universel indépendant du salaire, les ouvriers commencent à
s’organiser; a révolte des canuts de Lyon en 1832 pour augmenter le
salaire aux pièces est une des plus connues.40 Mais les régimes politiques
interdisent des syndicats et grèves et repoussent des insurrections.41

La Deuxième République menée par Napoléon III de 1848 à 1852


introduit finalement des améliorations sociales. Il adopte une loi qu’on
ne doit plus travailler plus que dix ou onze heures par jour. 42 En plus, il
autorise la création des syndicats.43 Le suffrage masculin permet 9
millions de Français de voter pour leurs droits. 44 Napoléon III est Louis
Blanc, qui est socialiste et ministre, veulent aussi diminuer le chômage
et adoptent le droit au travail; ils inaugurent les ateliers nationaux. 45 Des
ouvriers qui sont au chômage, après une grave crise d’industrie et

34 cf. ibid.
35 cf. ibid.
36 cf. ibid.
37 cf. ibid., p. 87
38 cf. ibid.
39 cf. Haupt, « Von der Französischen Revolution bis zum Ende der Julimonarchie (1789-1848) », In:
Geschichte Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart: Reclam 2014, p. 299.
40 cf. ibid., p. 304
41 cf. ibid.
42 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 317.
43 cf. ibid.
44 cf. ibid., p. 318.
45 cf. ibid., p. 317.

7
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

commerce, y trouvent du travail.46 Les ouvriers font des travaux


publics,47 par exemple l’expansion du réseau ferré pour le chemin de fer.
Mais comme la nombre des ouvriers augmentent rapidement, la crises
s’aggrave parce que c’est très coûteux de rémunérer de plus en plus de
salaire et de trouver encore du travail pour chacun. 48 Les ateliers
nationaux doivent être fermés après justement trois mois. 49 Par
conséquent, elles ne parviennent pas à résoudre cette problématique, dite
la question sociale.

f) Le développement des villes: Haussmann et des grands magasins


Par rapport avec l’industrialisation et la concentration de travail dans
des villes, le secteur de construction se développe. 50 Un exode rural en
raison des crises agricoles aggravent la situation à partir de 1870. 51 La
situation a été encore plus grave à cause d’une «pression
démographique » dans la campagne qui avait abouti à «la diminution de
la taille des parcelles » qui était trop petite pour en survivre.52 Pour
rendre Paris plus attractif et faire disparaître les quartiers surpeuplés et
peu hygiéniques, Napoléon III, empereur de la Seconde Empire de 1852
à 1870, missionne Georges-Eugène Haussmann pour transformer la
ville.53 Comme l’infrastructure n’est plus adapter à la croissance de la
population dans les villes, il devient aussi nécessaire d’«améliorer la
circulation des hommes et des marchandises».54 Haussmann doit
construire des boulevards plus larges, des jolis bâtiments avec des

46 cf. ibid., p. 318.


47 cf. ibid.
48 cf. Bourel et.al., Bescherelle Chronologie de l’histoire de France, des origines à nos jours. Paris:
Hatier 2019, p. 275.
49 cf. ibid.
50 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 326.
51 cf. Adoumie, De la monarchie à la république, 1815-1879. Paris: Hachette supérieur 2013, p. 143.
52 cf. ibid., p. 142.
53 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 327.
54 cf. Bourel et.al., Bescherelle Chronologie de l’histoire de France, des origines à nos jours. Paris:
Hatier 2019, p. 280.

8
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

éléments classiques et des jardins.55 Les travaux étant très chers mène à
l’augmentation des loyers.56 Ce qui aggrave la situation financière des
ouvriers, surtout, parce qu’une autre crise économique s’annonce. 57
Plusieurs vagues des insurrections suivent de 1868 à 1870.58

D’autre côte, la ville de Paris plus jolie attire des touristes et la


bourgeoisie. Cette clientèle devient la cible des grands magasins qui
représente des innovations sur plusieurs plans qui révolutionne le
marché de commerce.59 Inventée à Paris par Aristide Boucicaut, l’idée
est copiée partout dans le monde.60
Le marchand achète un petit boutique en 1852 à Paris qui magasin
s’appelle « Le Bon Marché », vend des tissus et devient le plus grand
magasin du monde trente ans plus tard.61

Boucicaut a du succès grâce à plusieurs innovations révolutionnaires


dans le commerce de détail qui ont encore du succès aujourd’hui.
Premièrement, Boucicaut offre ses produits au prix fixe pour ne perdre
pas de temps à marchander.62 En plus, il réduit sa marge de 40% à 13,5%
pour être capable d‘offre sa marchandise plus bon marché que celle de la
concurrence et de cette façon réaliser un volume de vente plus important
que celui de la concurrence.63
Deuxièmement, Boucicaut paye la marchandise au moment où il l‘a déjà
revendue grâce aux délais de paiement de ses fournisseurs.64

55 cf. Adoumie, De la monarchie à la république, 1815-1879. Paris: Hachette supérieur 2013, p. 143.
56 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 327.
57 cf. ibid., p. 330.
58 cf. ibid.
59 cf. Ferro, La France, histoire insolite et curieuse, Éditions OUEST-FRANCE 2012, p. 186.
60 cf. Tilge, « Les structures du commerce. Les grands magasins » In: Hommes et Terres du Nord,
1970/1. p. 9.
61 cf. Penfonrnis, Français.com. Méthode de français professionnel et des affaires, Paris : Cle
international 2006, p. 74.
62 cf. ibid., p. 75.
63 cf. ibid., p. 74.
64 cf. ibid., p. 75.

9
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

Troisièment, Boucicaut est le premier marchand qui institue une entrée


libre sans obligation d‘acheter quelque chose. Ses clients peut toucher
les produits et se promener dans les rayons.65

Quatrièmement, il est aussi possible de commander quelque chose sur


un catalogue et la laisser livrer à domicile. 66 Boucicaut met les clients en
confiance en proposant l‘échange et la reprise de la marchandise
« présentant le moindre défaut ».67

3.2. Seconde phase de l‘industrialisation


La seconde phase d’industrialisation se produit à partir de 1870 avec
l’introduction de l’électricité et d’autres innovations techniques stimule la
création des nouveaux secteurs qui accélèrent le processus de
l’industrialisation.68

a) Secteurs touchés principalement


Ces nouveaux secteurs sont notamment le secteur électrique et
chimique.69 Ils font émerger l’industrie du médicament et du cinéma. 70
Le téléphone et télégraphie sans fils sont aussi utilisé de plus en plus et
améliore la communication.71

La croissance des villes continue et pour cela l’industrie de la


construction.72 La tour Eiffel construite par Gustav Eiffel pour
l’Exposition universelle de Paris en 1889 est, avec une hauteur
65 cf. ibid.
66 cf. Tilge, « Les structures du commerce. Les grands magasins » In: Hommes et Terres du Nord,
1970/1. p. 10.
67 cf. Penfonrnis, Français.com. Méthode de français professionnel et des affaires, Paris : Cle
international 2006, p. 75.
68 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 88.
69 cf. ibid.
70 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 92.
71 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 88.
72 cf. ibid.

10
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

d’environ 300 mètres le plus grand bâtiment de l’époque qui attire des
touristes du monde entier jusqu’au jour d’aujourd’hui. 73 Grâce à la
hauteur et l’installation d’une antenne au sommet, le tour devient un
moyen de communication très importante.74 L’éclairage des villes est
possible grâce à l’électricité et les villes sont raccordée au réseau
électrique.75 On peut même travailler plus facilement pendant la nuit. En
plus, des nouveaux moyens de transport électrique sont inventés comme
le tram ou l’automobile et le réseau de chemin de fer est développé. 76 Ce
qui facilite la mobilité des personnes et des biens.

Le secteur du service se développe avec le transport public, des


banques, des assurances et des administrations.77 « En 1906, un quart de
la population active travaille dans les services».78 Grâce aux nouveaux
services, c’est plus facile d’apprendre les besoins des clients et adapter
l’offre à la demande.79

Le secteur agricole est touché par des catastrophes naturelles et en


conséquence les terres se dévalorisent de 1879 entre 1912. 80 Les
possessions des notables ne sont plus si importante et l’influence et le
statut de la bourgeoisie industrielle se consolide.81 Mais quand-même le
secteur agricole offre le plus grand nombre des emplois avec 42% de la
population active au début du XXe siècle. 82 Une partie de la production
agricole est modernisée avec des nouvelles méthodes et machines ou des
engrais, mais la plupart des exploitations agricoles restent
préindustrielles.83 Les structures locales qui offrent du travail dans de

73 cf. Schwarz, Der Eifelturm – Rovolution aus Eisen, Martange Production, 2017, 00:01:50 – 00:06:30.
74 cf. Morlaines, La Tour Eiffel inconnue, Paris: Hachette 1971, p. 90.
75 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 88.
76 cf. ibid.
77 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 83.
78 Ibid.
79 cf. ibid.
80 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 352.
81 cf. ibid., p. 353.
82 cf. ibid., p. 352.
83 cf. ibid.

11
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

petites fabriques comme revenu supplémentaire pour les paysans


restent.84 Alors, un grand exode rural comme dans d’autres pays ne se
produit pas.85

b) Le financement: l’influence des banques


Tandis que les patrons financent leurs entreprises pendant la première
phase d’industrialisation en premier lieu eux-mêmes, le secteur bancaire
prend de l’ampleur dans la deuxième moité du XIXe siècle. 86 La
possession de terre et des emprunts d’État ne sont plus le placement
d’argent préféré, mais les actions d’industrie sont de plus en plus
recherchées.87 Plus de mille entreprises sont côte à la Bourse de Paris en
1900.88 Mais le secteur financier présente aussi des risques. En 1882, la
banque l’Union Générale, fait faillite et une crise internationale suit.89

c) Les débouchés
Après une politique de protection du marché national avec des tarifs
douaniers élevés longtemps l’économie est enfermée au début du XIXe
siècle, mais, avec l’internationalisation des marchés financiers et du
commerce, les échanges extérieurs sont plus importants que jamais. 90
Les colonies servent aussi comme fournisseur des matières premières et
débouché au même temps.

84 cf. ibid.
85 cf. ibid., p. 353.
86 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 94.
87 cf. ibid., p. 97
88 cf. ibid.
89 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 351.
90 cf. Fredj, La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019, p. 72-73.

12
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

d) Changement de l‘organisation de travail: Taylor et Ford


L’organisation du travail continue à évoluer. Dans la deuxième phase
des scientifiques comme Taylor cherchent des améliorations pour
accélérer la vitesse de production et l’efficacité du travail. 91 Ford
parvient à révolutionner la construction automobile par l’introduction du
travail à la chaîne.92 Souvent monotone, le travail à la chaîne est critiqué,
mais il triomphe grâce à son efficacité. La production de masse des
automobiles qui ne sont plus trop chers au XXe siècle commence.

e) Les ouvriers
Dans la deuxième phase d’industrialisation des ouvriers sont de plus
en plus organisés. En 1879, ils forment le premier parti politique pour
obtenir plus des droits.93 Au début ils sont encore trop dispersés, mais ils
réussissent à s’unifier dans le Parti socialiste unifié, section française de
l’Internationale ouvrière (SFIO) en 1904 avec 34.700 membres.94 Le
nombre des membres augmente en 1914 jusqu’à 91.000 comme. 95 Nous
voyons cela dans la graphique suivante

91 cf. Geiss et. al., Manuel d’histoire francoallemand-L’Europe et le monde du congrès de Vienne à
1945, Paris: Klett-Nathan 2008, p. 90.
92 cf. ibid.
93 cf. Tacke, « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In : Geschichte
Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p. 348.
94 cf. ibid.
95 cf. ibid.

13
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

100000
90000
80000
70000
60000
50000
Membres
40000
30000
20000
10000
0
1904 1914

Fig. 1 : Le nombre des membres de la Parti socialiste unifié, section


française de l’Internationale ouvrière (SFIO) (graphique créé par l’auteur,
sur la base des chiffres selon Tacke) 96

Dans les années 1881 la liberté de réunion et de presse soutient cette


évolution. Même si les grèves restent interdites et toutes les associations
à partir de 20 personnes doivent être déclarées et octroyées jusqu’au
début du XXe siècle.97 Les bourses du travail existent à Paris à partir de
1887.98 Leur objectif est le placement des ouvriers, mais elles servent
aussi à la création des syndicats interprofessionnels à l’échelle local. 99
Tandis qu’à l’échelle nationale, la « Confédération générale du travail
(C.G.T.) » se forme en 1895 qui est répartie en secteurs
professionnels.100 En 1891 seulement 300.000 ouvriers industriels sont
organisés dans des syndicats, cela veut dire 9 %, mais en 1907, ils sont
déjà presque un million.101 Mais ils font de la grève quand même et
réussissent souvent avec leur revendication salaire.102

96 cf. ibid.
97 cf. ibid., p. 341-342.
98 cf. ibid., p. 357.
99 cf. ibid.
100 cf. ibid.
101 cf. ibid., p. 347-348.
102 cf. ibid., p. 358.

14
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

f) Des écoles
Depuis 1882 la scolarisation est obligatoire.103 Le nombre des
analphabètes diminue nettement (cf. ibid., p. 360).104 L’accès aux écoles
gratuites facilite l’ascension sociale et permet plus d’égalité des droits
des différentes classes sociales.

4 Conclusion

Pour conclure, l’industrialisation en France comme en Angleterre est accompagnée


par des innovations fondamentales comme la machine à vapeur, qui rend la production
industrielle indépendante des ressources naturelles d’énergie, le chemin à fer, qui
accélère la distribution des biens, et le téléphone, qui facilite en plus la communication
et la collaboration entre les sites des entreprises. Des nouveaux secteurs d’économie
comme le secteur chimique et électrique se développe pour améliorer le niveau de vie
avec des nouveaux médicaments et des vaccins contre des maladies. Le secteur de
banques devient aussi important pour rendre le financement des nouvelles entreprises
possible et en conséquence faciliter la diffusion des innovations économiques comme
les grands magasins, qui existe encore aujourd’hui.

Cela change la vie sociale et professionnel profondément, laisse accroître l’économie


et le niveau de vie. Ce qui amène les pays industrialisés souvent à la conclusion qu’ils
sont plus développés et d’une certaine façon supérieure d’autres pays non-industrialisés.
Mais nous avons vu aussi que ce changement dans l’économie a causé des problèmes
sociaux très graves. La croissance économique se passe aux dépenses des groupes
sociaux plus faibles. La question sociale reste une problématique longtemps irrésolue,
mais la lutte des ouvriers et socialistes aboutit finalement à l’amélioration de la situation
et des droits plus égaux. Ils reçoivent un suffrage universel masculin, un accès libre à
l’école et peuvent s’organiser dans des syndicats et des partis politiques.

103 cf. ibid., p. 342.


104 cf. ibid., p. 360.

15
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

Néanmoins, les problèmes sociaux causés par l’industrialisation ne sont pas encore
surmontés aujourd’hui, quand nous voyons des grandes entreprises externaliser ou
délocaliser la production industrielle à l’étranger où il existe des lois moins strictes et
les entreprises peuvent fabriquer des produits beaucoup plus bons marché.
L’internationalisation d’économie qui se redouble énormément pendant
l’industrialisation cause toujours des problèmes dans des anciens colonies des pays
industrialisés.

16
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

Bibliographie
ADOUMIE V. : De la monarchie à la république, 1815-1879. Paris: Hachette supérieur
2013.

BOUREL G., CHEVALLIER M., GUILLAUSSEAU A. , JOUBERT G.: Bescherelle


Chronologie de l’histoire de France, des origines à nos jours. Paris: Hatier
2019.

FERRO R. : La France, histoire insolite et curieuse, Éditions OUEST-FRANCE 2012.

FREDJ C. : La France au XIXe siècle, Quadrige manuels, PUF 2019.

GEISS P., HENRI D., LE QUINTREC G., (Ed.) : Manuel d’histoire francoallemand-
L’Europe et le monde du congrès de Vienne à 1945, Paris: Klett-Nathan 2008.

HAUPT H.-G. : « Von der Französischen Revolution bis zum Ende der Julimonarchie
(1789-1848) », In: Geschichte Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart:
Reclam 2014, p. 256-313.

MORLAINES J. : La Tour Eiffel inconnue, Paris: Hachette 1971.

OPITZ E.: « Adam Smith and the Invisible Hand », In MARROQUÌN A. (edit.):
Invisible Hand : The Wealth of Adam Smith, Honolulu: University Press of the
Pacific 2002, p. 118-130.

PENFORNIS J.-L. : Français.com. Méthode de français professionnel et des affaires,


Paris : Cle international 2006.

SCHWARTZ, M. : Der Eifelturm – Rovolution aus Eisen, Martange Production, 2017.

TACKE, C. : « Von der Zweiten Republik bis zum Ersten Weltkrieg (1848-1914) », In :
Geschichte Frankreichs, HINRICHS E. (ed.), Stuttgart : Reclam 2014, p.314-
364.

TILGE R. : « Les structures du commerce. Les grands magasins » In: Hommes et Terres
du Nord, 1970/1. p. 7-19.

17
La France au XIXe siècle - Les transformations économiques et les révolutions
industrielles, Judith Gröschel (matr. 2631416)

Table des illustrations


Fig. 1: Le nombre des membres de la Parti socialiste unifié, section française de
l’Internationale ouvrière (SFIO)

18

Vous aimerez peut-être aussi