Vous êtes sur la page 1sur 6

GUIDE DE CONSTRUCTION

D’UN DISPOSITIF LAVE MAINS


EXTERNE

ACTION CONTRE LA FAIM INTERNATIONAL


DECEMBRE 2016
MISSION CAMEROUN
BASE DE MAROUA
SOMMAIRE

SOMMAIRE.............................................................................................................................................1
PREAMBULE...........................................................................................................................................1
INTRANTS NECESSAIRES POUR LA CONSTRUCTION D’UN DLM..............................................................1
IMPLANTATION......................................................................................................................................2
TERRASSEMENT ET FOUILLE...................................................................................................................2
REALISATION DU SOCLE DE DLM............................................................................................................2
CONFECTION DU FERRAILLAGE ET DU COFFRAGE AUTOUR DU CANARI...............................................2
REALISATION DE LA DALLE DE COUVERTURE DU DLM...........................................................................3
ENDUISAGE DE L’ENSEMBLE DE L’OUVRAGE..........................................................................................3

1
GUIDE CONSTRUCTION DLM
PREAMBULE
Le lavage des mains est une des barrières la plus importante contre la transmission des maladies
diarrhéiques. Un dispositif lave mains est un réservoir de stockage d'eau destiné à faciliter le lavage
des mains, avec du savon ou de la cendre, aux moments critiques tels qu’après l’utilisation des
latrines. ACF a opté d’en construire un, en béton armé, à proximité des latrines dans les Centres de
Santé où elle intervient en appui à la lutte contre la malnutrition aigüe sévère dans le cadre de
l’implémentation de la WaSH in Nut.

Plusieurs étapes, les unes aussi cruciales que les autres, marquent le déroulement de  travaux de
construction d’un tel ouvrage : implantation, terrassement, pose de fondation et maçonnerie des
assises, réalisation du ferraillage et coffrage du canari et confection de dalle de couverture sans
oublier quelques travaux de raccords.

Ce document ne se veut pas être un guide à part entière de construction d’un dispositif lave mains,
mais se prête plutôt à illustrer de manière succincte ces étapes qui ont été suivies par les équipes
ACF dans le cadre de l’appui apporté aux Centres de Santé du District Sanitaire de Tokombéré.

INTRANTS NECESSAIRES POUR LA CONSTRUCTION D’UN DLM


Désignations unités quantités
ciment sac 03
Fer de 8 barre 01
Fer de 06 barre 03
File d'attache rouleau 1/4
sable brouette 06
gravier brouette 04
Bois de coffrage pièce 02
lattes pièce 02
Trappe métallique 35x35 cm avec loquet et cadenas pièce 01
Robinet ½’avec accessoires de fixation (flexible, rondelle, raccord) pièce 01
Canari 60 à 80 L pièce 01

IMPLANTATION cours d’utilisation dans le centre de santé. Il


est situé à environ 3 m et sur la voie d’accès
Le choix de l’emplacement du dispositif lave
aux latrines pour qu’aucun usager ne le
mains dépend de la position des latrines en

2
GUIDE CONSTRUCTION DLM
manque pas à la sorite des latrines. Considérer réservoir constitué du canari
également la texture du sol et éviter les
endroits mal drainés. Pour réaliser ce socle, vingt parpaings de 15
TERRASSEMENT ET FOUILLE ont été utilisés, soit quatre par assise. Une
fois le socle réalisé, il sera crépi pour le
Une fois la position de l’ouvrage indexée, on protéger des intempéries et l’embellir
procède aux travaux de terrassement. Ils CONFECTION DU FERRAILLAGE ET DU
consistent à décaper le sol jusqu’à une
certaine profondeur (40 cm ou plus en COFFRAGE AUTOUR DU CANARI
fonction de la texture) et à évacuer les déblais La deuxième partie du DLM est un réservoir
pour obtenir un substratum stable qui construit à partir du bétonnage d’un canari
supportera l’ensemble de l’ouvrage. Les couvert ensuite par une dalle munie d’une
dimensions de cette fouille sont étroitement trappe assortie de loquets.
liées aux dimensions du socle, soient de 60 cm Nous avons utilisé les fers de 8 pour les aciers
x60 cm. porteurs (verticaux), plantés dans la dernière
REALISATION DU SOCLE DE DLM assise du socle, et les fers de 6 pour les aciers
Pour réaliser le socle du dispositif, nous avons de répartition (horizontaux) comme présenté
utilisé des parpaings de 15 (200 kg/m 3 de sur la figure suivante, avec un enrobage de 3
mortier) hourdés avec un mortier de même cm.
consistance. Ce socle est constitué de trois
parties :
 Deux assises de parpaings bourrés
(sous-bassement) ;
 Une superstructure de trois assises
d’agglos non bourrés. Des trous sont
perforés sur l’arase de la dernière
assise de parpaings pour servir
d’encrage au ferraillage du réservoir ;
 Enfin, le creux du socle, saturé en
Ferraillage tout autour du canari
sable et tout venant compactés, sur
lequel se pose directement le canari.
Après la réalisation du ferraillage (maillage de
30 cm), nous avons effectué le coffrage. Dalle de
Pendant le coffrage nous devons encastrer le couverture
tuyau flexible dans l’orifice prévu à cet effet
sur les canaris et le manchon du robinet.

Socle du DLM sur lequel reposera le

3
GUIDE CONSTRUCTION DLM
Socle du
dispositif

Mise en place du coffrage autour du canari Ensemble de l’ouvrage avant les travaux de raccords et
de finitions
REALISATION DE LA DALLE DE
ENDUISAGE DE L’ENSEMBLE DE
COUVERTURE DU DLM
L’OUVRAGE
Les dimensions de cette dalle correspondent à
celles de la partie supérieure du dispositif L'enduisage est un travail de finition de
(dimension interne du coffrage). Elle a une maçonnerie, il répond à plusieurs buts a
épaisseur d’environ 4 cm, dosée à 350 kg de savoir :
ciment par m3 de béton et n’est pas pleine sur * protéger le gros œuvre contre les
toute sa section transversale. Cette dalle est intempéries et les agents extérieurs ;
munie d’une trappe dotée d’un loquet de * rectifier les irrégularités du gros œuvre ;
cadenas. * donner à la maçonnerie son aspect fini ;
La réalisation des enduits exige I ‘utilisation
d'un sabre plus épais que celui du mortier
Trappe
ordinaire et parfaitement propre. Raison pour
laquelle on tamise d’abord le sable avant
d’utiliser. Après cet enduit rugueux, le
réservoir est ensuite lissé à la barbotine.

Réalisation de la dalle de couverture du DLM

Après décoffrage au bout de trois jours, la


dalle est scellée sur l’ensemble de l’ouvrage
au moyen de mortier.

Travaux de raccords et de finissions

4
GUIDE CONSTRUCTION DLM
REALISATION D’UNE AIRE D’INFILTRATION
Pour éviter que l’eau de lavage ne stagne tout
autour du dispositif, une petite aire
d’infiltration est réalisée en creusant un trou
de 10x10x15 cm dans le quel on place des
graviers
Trappe

Robinet

Aire
d’infiltration

5
GUIDE CONSTRUCTION DLM

Vous aimerez peut-être aussi