Vous êtes sur la page 1sur 15

ARCHIDIOCESE DE DOUALA

PAROISSE NOTRE DAME DES VICTOIRES NEW


BELL I

RAPPORT DE TRAVAIL

POUR LA CHORALE CLASSIQUE NOTRE


DAME DES VICTOIRES de NEW BELL

Rédigé par Christian TINAK, Maître de chœur et compositeur.


TABLE DES MATIERES
I.INTRODUCTION
II.PRESENTATION ET INTEGRATION
III.TRAVAUX DIRIGES (MESSE DE LA PENTECOTE)
IV.REMARQUES ET RECOMMANDATIONS
V.CONCLUSION
I.INTRODUCTION

Cette année 2021, durant mon passage dans la capitale économique du Cameroun
(DOUALA), j’ai eu l’honneur et l’opportunité de faire partie des effectifs de la chorale
classique Notre Dame des Victoires de la paroisse Notre Dame des Victoires New Bell
I, située au quartier NEW BELL. Bref passage allant de la période du 12 au 23 Mai
2021. Durant cette période, de partage, d’échange d’expérience musicale, j’ai
accompagné le groupe liturgique en tant que chanteur, et en tant que maître de
chœur. Comme chanteur, j’ai animé avec la chorale la messe de l’ascension, qui s’est
tenue le 13 Mai 2021, et en tant que maître de chœur, j’ai tenu la chorale la semaine
allant du 19 au 23 Mai 2021. Au bout de cette expérience riche en humanité et en
musicalité, j’ai tenue à présenter à la chorale par l’entremise de son Directeur
Technique Monsieur Assamba Pasquier, un rapport dans lequel sont renseignées
toutes les informations perçues et reçues durant mon séjour.
Ledit rapport s’articulera comme suit :
1. Une présentation de la chorale. Dans cette partie il sera question pour nous de
renseigner le déroulement des activités.
2. Les travaux dirigés. Ici nous parlerons des activités menées.
3. Remarques et recommandations.
4. Conclusion.
II PRESENTATION ET INTEGRATION

Le mercredi 12 Mai 2021 à 18h00, j’ai fait mes premiers pas à la chorale Notre Dame
des Victoires. Arrivé, j’ai été reçu par les choristes déjà présents. Ces derniers après
leur séance d’échauffement vocal, m’ont orienté vers mon pupitre. Ensuite nous
eûmes commencé la classe de chant par l’enseignement des chants prévus pour la
messe de l’ascension, qui devait se tenir le lendemain. Le Directeur Technique m’a
proposé de travailler avec le pupitre des basses, pour l’enseignement des chants. J’ai
pris mon rôle très au sérieux, et j’ai travaillé avec mes confrères du même pupitre.
Ensuite le Maître de chœur du jour du prénom de Boris, a remis les choristes en salle
de répétition pour pouvoir débuter la répétition avec l’organiste. Après ce travail, j’ai
été présenté à la chorale par le Directeur Technique et s’en suivait un échange
particulièrement fraternelle et chaleureux.
La chorale m’a proposé de chanter avec elle la messe de l’Ascension, une proposition
aussi importante et lourde de sens, que je ne pouvais refuser, et avec plaisir et
enthousiasme malgré mon défaut de ne pas avoir la tenue de fête de la chorale, j’ai
accepté à cœur joie de chanter la messe de la montée du Christ au ciel.
Après cette messe, il m’a été confié la charge par le Bureau exécutif de la chorale et la
Direction Technique de mener les répétitions de la messe de la pentecôte, et de la
conduire. Dans la partie suivante de mon rapport j’entrerai plus en détails dans le
déroulé de cette messe.
La chorale répète dans une salle assez aérée, avec un éclairage lumineux favorable
pour la vision. S’agissant de l’acoustique de la salle de répétition, elle m’a semblé
inclure une petite réverbération, mais ceci négligeable au vue des points positifs cités
plus haut et au vue du conteste musicale. Les choristes disposaient de supports assis
et confortables, favorables à leur condition physique. Quant à la salle de prestation
en occurrence l’église, nous avons noté quelques points : un plus important effet de
réverbération, une bonne luminosité, un espace assis convenable, une sonorisation
adéquat (nous reviendrons dessus dans les remarques) et une disposition des
choristes peu encombrantes, mais qui serait gênante si l’effectif devenait important.
Nous avions par séance de répétition en moyenne une vingtaine de choristes.
Rappelons que la chorale tient ses répétitions le mercredi entre 18h00 et 20h30, le
samedi entre 18h30 et 21h00, et le dimanche ses membres se retrouvent à 17h00
pour l’animation de la messe à 18h30. La tenue ordinaire est pour les filles :
«chemise-blanche/jupe-noir/foulards» et pour les garçons «chemise-
blanche/pantalon-noir». La tenue de fête étant le jaune pour tous pour les vêtements
de haut, et le reste sans changement.
Je n’entrerai pas en détail dans l’organigramme de la chorale que je maitrise très peu,
et de manière sommaire la chorale est dirigée par un bureau administratif conduis
par sa Présidente Madame Ngo Oum Marie Thérèse et un bureau technique conduis
par son Directeur Technique Monsieur Assamba Pasquier.
Nous avons ainsi présenté de manière formelle la chorale qui nous a accueilli. Dans la
prochaine partie, il sera question de parler propre dit du travail qui nous a été
soumis.
III. TRAVAUX DIRIGES

Dans cette partie, nous parlerons essentiellement de la préparation de la messe de la


pentecôte, jusqu’à sa célébration.
III.1 Du programme de messe.
Nous vous présenterons le programme de messe qui a été soumis à l’appréciation du
Directeur Technique :
Procession d’entrée : Je vis la nouvelle Jérusalem de Lucien Deiss
Entrée : Esprit de Pentecôte de Desisieux et Zurfluh
Kyrie : Messe des anges de Chanoine H.Carole
Gloria : Messe Inconnu arrangement de Math
Graduel : Psaume 103 de Lucien Deiss
Acclamation : Alleluia de Lucien Deiss
Credo : Messe Inconnu de Math
Prière universelle : Entend nos prière de Raymond Fau
Offertoire 1 : Yahwe Mbo Yoh Kola
Offertoire 2 : L’amour de Dieu est versé en nos cœurs - de Lucien Deiss
Sanctus : Messe de la sainte vierge de l’abbé Kaltnecker
Pater noster : A tara - en langue Ewondo du cameroun
Agnus Dei : Messe Inconnu arrangement de Math
Communion 1 : Veni sancte spiritus de Christian Tinak
Communion 2 : L’Esprit de Dieu de Lucien Deiss
Envoie : Ne rentrez pas chez vous comme avant d’un compositeur inconnu.
Ainsi voilà le programme autour duquel notre atelier s’est construit et que vous
trouverez plus en détail en annexe.
Les chants dans ce programme sont pour la plupart en langue latine et française. Ce
choix s’est effectué pour deux raisons :
1- Travailler avec les choristes le style « plain-chant » ou chant grégorien, étant le
style par essence de l’église catholique romaine. L’objectif était de faire
redécouvrir aux choristes ce genre musical dans sa forme et ses exigences
(prononciation syllabique, respiration, diction et expression).
2- Travailler avec les choristes de manière générale le chant liturgique.
Ayant fait cela, nous pouvons donc aborder la phase pratique. Celle-ci a débuté le
mercredi le 19 Mai 2021, par une séance d’échauffement vocal conduit par le Chef
pupitre Soprano (Danielle). Ensuite un travail en carrefour s’est tenu, et enfin la mise
en commun. Je dois faire remarquer qu’au premier contact les choristes n’ont pas
compris notre gestuelle, il a fallu un entretient autour duquel nous avons expliqué
aux choristes la signification des gestes. Heureusement pour nous, le chœur était
réceptif et impliqué, ce qui a favorisé le travail. Ce mercredi-là, nous avons travaillé
les chants suivants : Je vis la nouvelle Jérusalem, le Kyrie, le Graduel, l’Acclamation, et
le Veni Sancte Spiritus. Au bout de la répétition, ces chants étaient plus ou moins
maitrisés parce que nouveaux pour la plupart. La répétition s’est terminée à 21h00,
et nous avions atteint nos objectifs de la séance, à savoir :
 Enseigner les chants nouveaux.
 Faire des mises en commun.
 Faire connaitre aux choristes le plain-chant et le genre liturgique.
Samedi le 22 Mai nous nous sommes retrouvés à nouveau pour la deuxième
répétition de la semaine. Nous avons mis l’accent ce jour sur la forme chantée,
l’expression musicale, l’interprétation de chaque partie de messe. Aussi nous avons
insisté sur le travail harmonique et mélodique avec le chœur et l’organiste. La
répétition s’est terminé à 21h05, et la encore les résultats escompté étaient atteints
avec le concours et la collaboration infaillible de l’ensemble du chœur.
Dimanche, jour de fête et jour de messe, nous nous sommes retrouvés à 17h00, nous
avons débuté par une prière, et ensuite par une mise en condition vocale pendant
20min avec les exercices suivants :
 relaxation
 respiration
 diction
 chant sur différentes hauteurs.
Puis nous avons commencé une révision des chants. Au terme nous nous sommes
installés à l’église pour le début de la célébration. Pendant la célébration, les
consignes données lors des répétitions ont été mise en place et respectées, sauf
exception de quatre chants notamment le Kyrie, l’acclamation, la communion 1 et
l’envoi. Nous y reviendrons plus en détails dans les remarques.
Nous sommes arrivés au terme de cette partie. Par la suite il sera question pour nous
d’apporter nos remarques et de faire des propositions.
III. REMARQUES ET PROPOSITIONS

III.1 REMARQUES
Dans cette rubrique nous allons énumérer les observations et remarques faites tout
au long de notre passage. Les observations et remarques se feront en quatre points :
1- Le maître de chœur
2- L’organiste
3- Le Chœur
4- Le bureau administratif
III.1.1 Le maître de chœur
Le maître de chœur d’une chorale ou d’un ensemble vocal est la vitrine par laquelle
les choristes se reconnaissent, s’identifient, et s’inspirent. Nous avons eu l’occasion
de voir à l’œuvre les maîtres de la chorale, et certaines observations ont été faites
que nous listerons :
- Le retard des maîtres.
Nous avons observé à chacune des répétitions et occasions que les maîtres
arrivaient toujours des minutes importantes après.

- La préparation des séances


Ici, nous avons remarqué des hésitations quant à la maitrise des chants,
parfois une incapacité à pourvoir réagir et répondre promptement aux
difficultés que pouvaient rencontrer les choristes, et une improvisation mal
adaptée de la conduite des chants. Aussi nous ajouterons une inadéquation
entre les formules de vocalises choisis et le répertoire à travailler.

- La direction
Le tempo ou vitesse des chants étaient souvent mal interprété et avec très peu
de nuances d’où un caractère plat des chants. Comme exemple :
Le graduel à caractère méditatif et contemplatif, conduit par un
mouvement très allant et avec très peu de nuances.
Entre le maître de chœur et les choristes la communication et la
compréhension des signes et gestes n’étaient pas convenablement établies.
Nous avons assisté des fois pendant l’exécution d’un chant que le maître de
chœur battait des mains pour indiquer la pulsation aux choristes, le résultat
sonore d’ensemble était désagréable, véritable absence de complicité entre le
Chef et son chœur.
- La confiance
Nous avons remarqué de légers manques de confiance du maître. Qui se
traduisait par une reprochable maitrise de son sujet.
III.1.2 Les organistes
- La présence d’un organiste « titulaire » d’une prestation est obligatoire.
Beaucoup de changements lors des répétitions et des messes d’un organiste à un
autre ont été observé. Cette pratique bien connue dans notre environnement
choral ne favorise pas la qualité des interprétations.
- Les organistes jouent sans tenir compte du rendu sonore, le volume de leur
instrument saturant et bruyant, le mauvais choix d’instruments
d’accompagnement.
- Les organistes ne sont pas ponctuels et concentrés aux répétitions. Il existe un
fossé entre ceux-ci et le reste du chœur notamment dans les consignes et
volontés du chef de chœur.
- Les organistes ne sont pas fidèles aux partitions, beaucoup d’improvisation et de
fautes d’exécution sont constatées, beaucoup trop d’ailleurs.
III.1.3 Le chœur
La chorale est majoritairement constituée de choristes ayant peu d’expérience
dans le chant. Visiblement il saute à l’œil qu’il manque un encadrement rigoureux,
orienté et régulier. Nous notons une charité limitée, impression des voix qui ne
s’écoutent pas et ne chantent pas en harmonie. La cohésion est oscillante, car
beaucoup d’efforts fournis pour un résultat moyen. Egalement nous avons relevé des
problèmes de diction, des problèmes de placement de la voix, des difficultés à suivre
le maître, des problèmes de tempo et un criard manque de concentration.
- Soprano
C’est le pupitre le plus important en terme d’effectif, nous avons remarqué
chez elles une volonté de progresser, mais le temps ne permettant pas de
mettre en place un travail continu et permanant. La plupart très jeune et
inexpérimenté, manquent de repère vocal. La couleur vocale est loin d’être la
meilleure, car un mauvais usage de l’appareil vocal. Un son criard, inconstant
et sans enveloppe.

- Alto
L’alto nous a paru le pupitre le plus équilibré entre expérimentées et
inexpérimentées, d’où la puissance sonore émanant de leur groupe. Elles
chantent encore sans tenir compte de leur environnement, c’est-à-dire sans
tenir compte des autres voix. La couleur vocale est remise en cause aussi,
l’usage de leur caisse de résonnance mal utilisé, un son lourd et rugueux.

- Ténor
Chez eux, l’élément le plus visible d’entrée de jeu est la concentration. Ils sont
très dispersés. Le son est criard, inconstant et aussi sans enveloppe. Les voix
sont distinctement perçues et ne s’harmonisent pas. Ils ne s’écoutent pas
entre eux et n’écoute pas le reste du chœur. Ils peinent dans les aigus. Leur
son est lourd, oscillant, et sans canalisation.
- Basse
Le pupitre sans doute le moins important en termes d’effectif. Il leur manque
des leaders vocaux, nous devons dire que c’est le pupitre qui a besoin de plus
d’attention car étant pour nous le plus défavorisé et le plus défaillant. Leur son
est plat, vacillant, brute et sans couleur vocale.
III.1.4 Le bureau
- Le programme de messe arrive généralement le mercredi, mais un peu tard.
- Il est indiqué sur le programme de messe uniquement le prénom et le numéro
de téléphone du dirigeant.

III.2 PROPOSITIONS
III.2.1 Le maître de chœur
Nous ferons suite aux remarques faites des propositions et des suggestions pouvant
améliorer la qualité et la performance de la chorale. Comme remarques et
suggestions nous pouvons dire ceci :
- Les maitres de chœur doivent être les premiers a instauré la discipline et la
rigueur, ils devront être ponctuel aux classes de chant. Ceci est un mode
opératoire qui impose le respect des choristes, qui écarte le maître de tout
reproche et qui incarne la responsabilité de celui-ci. Le retard du maître doit
être des occasions bien justifiées et rares dans le temps.
- Le maître devra préparer sa classe de chant scrupuleusement à la maison ou
dans un lieu approprié. Il devra pour chaque chant faire une lecture mélodique
et harmonique afin de ressortir sa propre interprétation qu’il devra indiquer
avec méthode aux choristes. Il devra aussi pour chaque chant travailler chaque
partie (voix et accompagnement) afin de desseller d’éventuelles difficultés qui
pourront facilement être résolu lors des séances de répétition. Sa
compréhension d’un chant devra être expliqué aux choristes par des exemples,
des reprises, des explications afin que ceux-ci s’approprient et intègrent sa
volonté.
- Le maître devra travailler sa direction et sa gestuelle sur différentes mesures et
vitesses devant un miroir et à la maison. Ce qui lui donnera un aperçu de ce
que voient et comprennent les choristes. Ainsi pour chaque chant il devra
simuler sa direction, sa gestuelle et son expression. Ceci cultivera en lui une
certaine aisance dans la maîtrise de son art. Il devra au début éviter des gestes
trop superflues et considérablement travailler la gestion de ses mouvements.
Chaque gestes devra avoir une signification claire et précise, et pourquoi pas
être expliquer aux choristes.
- Au début de chaque chant celui-ci devra veiller et se rassurer que l’attention
de son chœur est requise. Ne jamais débuter un chant si toutes les attentions
ne sont pas aux rendez-vous.
S’agissant de l’interprétation d’une partition, lorsque celle-ci ne n’est pas
indiquée, il est conseillé de prendre des conseils auprès de personnes plus
expérimentés. On pourra aussi faire des écoutes audio si celles-ci sont
disponibles. Le kyrie, le graduel, la prière universelle, l’agnus dei et la
communion sont des chants à caractère méditatif, contemplatif et calme, sauf
si le chant à exécuter propose un autre caractère. Ainsi le maître devra veiller à
respecter ce caractère tant auprès des choristes qu’auprès de l’organiste.
- Le maître de chœur devra éviter dans son exécution du chant d’user de
clappements de doigts ou de mains, seul son mouvement de direction doit
pouvoir donner le tempo et les nuances. Rappelons que le tempo se bat à la
main droite et les nuances à la main gauche. Ce schéma doit être respecté
scrupuleusement au début de son apprentissage.
- La confiance du maître s’acquiert par un travail rigoureux et acharné. A force
de répétition il trouvera une confiance qui sera perçu et intégré par les
choristes. Quand le maître a confiance en lui, les choristes aussi ont confiance
en eux.
- Nous suggérons au bureau de former ses maîtres de chœur. Une chorale
compétente l’est par la compétence de son maître.
III.1.2 Les organistes
- L’organiste responsable d’une prestation devra être informé et responsabilisé
au plus tôt. Celui-ci devra être ponctuel et présent aux séances de répétitions.
- Il devra se soumettre à l’exigence du maître, car faisant partie du chœur. Il
devra surveiller le volume de son instrument et respecter à cet effet les
nuances et changements de vitesse du dirigeant.
- Plusieurs organistes ne jouent pas fidèlement les partitions qui leur sont
proposées. Un travail de solfège et de pratique devra se faire continuellement
afin d’acquérir une certaine aisance tant dans le déchiffrage que dans
l’exécution. Attention ! les partitions ne se découvrent pas lors des prestations.
C’est à tort de croire qu’on pourrait jouer un chant qui nous parait facile sans
le préparer. Tous les chants doivent être préparé et révisé.
- S’agissant du choix des instruments, nous demandons aux organistes d’être
modéré et porté vers des choix intégrant l’harmonie des voix avec
l’instrument. Un piano à la place d’une guitare ou d’un orgue change le
résultat et la perception d’une œuvre. Ainsi nous suggérons que ce travail soit
fait avant les répétitions en collaboration avec le maître de chœur.
- Nous suggérons au bureau de former ses organistes. Une chorale agréable à
écouter l’est par la compétence de son organiste.

III.2.3 Le chœur
S’agissant du chœur nous pouvons dire que celui-ci a besoin d’une formation vocale
et de solfège. Nous conseillons donc le travail suivant :
- L’échauffement de la voix avant toutes séances. Il est question d’échauffer son
organe et son corps avant toute production de son exigeant une certaine
puissance et effort relativement prolongés.
- Des exercices de respiration, car bien chanter c’est avant tout bien respirer. La
qualité de la voix dépend en grande partie de la qualité du souffle.
- S’entrainer à projeter le son. Chanter avec puissance ne demande pas de crier,
mais d’avoir une voix puissante et audible. L’intérêt doit rester le même peu
importe l’intensité du son, se faire entendre.
- Travailler l’attaque des notes. Il faudra bien préparer son corps avant
l’émission du son. Etre conscient que produire un son interpelle le corps
entier.
- Parfaire sa diction. Plusieurs exercices de diction sont proposés. Le choix est
laissé au maître de sélectionner ceux qui conviennent à son groupe en
fonction de ses objectifs.
- Les vocalises. Ne pas confondre vocalise et échauffement de la voix. La vocalise
est un exercice autour des voyelles. Aussi des exercices y sont proposés.
- Il faudra pour le maestro veiller à orienter chaque choriste dans le pupitre
correspondant à sa voix et ses possibilités. Des séances d’audition
accompagnées d’un instrument pourront être prévues à cet effet.
III.2.4 Le bureau
- Nous demandons au bureau de faire parvenir à temps les programmes et
partitions.
- Sur le programme de messe nous recommandons que soit mis uniquement le
nom et prénom du dirigeant. Les contacts mentionnés doivent être uniquement ceux
des responsables de la chorale.
IV. CONCLUSION

Nous sommes arrivés au terme de notre travail, il était question pour nous de faire
un rappel des activités que nous avons mené, d’y faire des analyses et des
observations, et ensuite d’y apporter des remarques et des propositions. Ce travail
n’intègre pas tous les éléments perçus et observés lors de notre passage, bien
entendu l’essentiel a été retenu. Saint augustin un chrétien des premiers siècles
disait : « Bien chanter, c’est prier deux fois ». Le chant permet de prier non seulement
avec la tête et le cœur, mais avec le corps tout entier. La prière étant contenue dans
les paroles et exprimée par la musique. Nous espérons ainsi avoir donné à nos frères
chantres les valeurs d’une église qui se veut belle, priante et irréprochable.
Nous recommandons donc que ce travail soit perçu comme un stimulus pouvant
conduire à des travaux et des prestations améliorés au sein de la chorale Notre Dame
des victoires en particulier, et au sein de l’église catholique dans son ensemble.
Nous ne pouvons conclure sans remercier La présidente de la chorale Madame Ngo
Oum Marie Thérèse pour sa générosité, son équipe notamment le secrétariat, le
censorat et les autres pour leur humble collaboration.
Nous disons également merci à Monsieur Assamba Pasquier le Directeur Technique
de nous avoir donné l’opportunité d’exercer nos plus nobles services, sans oublier les
membres qui l’accompagnent dans sa tâche à savoir Boris, Danielle et Guillaume.
Un merci profond et reconnaissant au chœur qui nous a témoigné une amitié sincère
et chaleureuse.

Merci à tous.
Annexe : Programme de l’assomption.

Vous aimerez peut-être aussi