Vous êtes sur la page 1sur 13

Chapitre 5 Les alimentations à

découpage ou S.M.P.S.
Introduction
Les téléviseurs couleurs ou moniteurs couleurs, les alimentations pour PC et
beaucoup d’autres appareils électroniques tels que les lecteurs DVD les
démodulateurs des réceptions par satellite, les vidéos projecteurs etc. utilisent les
alimentations à découpage ou S.M.P.S. (Switching Mode Power Supply). L’avantage
de ces alimentations est une bonne protection contre les courts-circuits en effet en
cas de court-circuit l’alimentation s’arrête automatiquement.

I. Analyse d’une alimentation


Le schéma de principe d’une alimentation classique est le suivant.

Ue

Uz

Tension d’entrée

Régulation
8

|
=
Vz

Tension de sortie

Ce type d’alimentation qui donne une certaines satisfactions souffre de quelques


défauts conceptuels incontournables partons d’une alimentation classique avec un
transistor ballast

12V
220V
220V
Vz=12V

Supposons qu’il s’agit d’une alimentation fournissant une tension de 12 V et un


courant de 17A. Soit environ 200W (i.e. 17*12=204W) avec un transistor en série.
Supposons que le réseau soit de 240V +/- 10% pour 240V on peut considérer que la
chute de tension VCE du transistor est d’environ 5V soit 85W (17A*5V=85W) de
dissiper sur le collecteur qu’il faudra refroidir efficacement. Radiateur sur le transistor
pour refroidir le dispositif. Si le réseau est à plus 10 % en excès ce sera près de 94W
qui seront perdues dans le transistor. Dans le pont de diode et le condensateur de
filtrage au aura environ 40W de perdu (0.7V de chute par diode) et 2 diodes
passantes en série à chaque instant avec 17A plus le courant de charge du
condensateur de filtrage.

Le transformateur n’a pas non plus un rendement de 100% et consomme une 8


trentaine de Watts auxquelles il faut ajouter quelques Watts supplémentaires
consommés dans le reste du dispositif. On arrive ainsi à une perte de l’ordre de 170

|
Primaire 220V

Watts pour une puissance utile de 200W soit un rendement de 54% ce qui est plutôt
médiocre et oblige à surdimensionner tous les éléments.

Les quelques défauts conceptuels incontournables sont donc :

 L’obligation d’injecter une tension d’entrée supérieure à la tension de sortie

D1
souhaitée.

D1
 L’usage d’un transformateur travaillant à la fréquence
D1 du secteur (50Hz) et
R
dont les dimensions sont proportionnelles à la puissance souhaitée
Primaire 220V D3 ce qui
nous amène à de gros transformateurs pour une puissance pas vraiment

D3
colossale.

D3
 Une puissance importante convertie en chaleur par le système série qui est le
transistor ballast de la stabilisation qui impose l’usage d’un dissipateur
R
conséquent radiateur. R

Cette puissance à dissiper est égale à la tension d’entrée –tension de sortie multiplier
par le courant s’utilisation P= (VE-VS)*I

Ce système est intéressant mais gourmand et les militaires pour qui sont développés
ces technologies ont des contraintes sévères : ils veulent plus de puissance moins de
poids et moins de consommation et l’industrie va leur donner des solutions plus
efficaces et vont leur présenter les alimentations à découpage ou S.M.P.S.

II. Le découpage au secondaire

+
+
- C2
- C1 D2 R1

220V 220V PWN

R2
Vreq

Pulse Width Modulation


8
Dans cette structure la différence essentielle par rapport à l’alimentation classique
tiens au fait que entre le transistor ballast et la diode Zener on n’a placé un transistor
de commande piloter par un circuit PWN (Pulse Width Modulation) i.e. un circuit

|
générant des impulsions à fréquence fixe mais donc la largeur est modulable. Cette
fréquence varie entre 20KHz et 120KHz typiquement 70KHz et le transistor ballast va
fonctionner en mode « tout ou rien » à cette fréquence

Fonctionnement
Le fonctionnement est le suivant :

 Si le transistor est saturé le courant circule vers la charge via l’inductance de


lissage qui emmagasine au passage une certaine quantité d’énergie
(l’inductance est récepteur)
I
+ -
+
C2
-

 Quand le transistor est bloqué le courant continue de circuler dans


l’inductance dans le même sens par le biais de la diode D2 le condensateur C2
étant chargé d’atténuer l’ondulation inévitable.(l’inductance est générateur)

+ -
+
- C2
I

En jouant à fréquence constante sur le rapport cyclique on peut régler cette


tension de sortie et lorsque le débit va varier le circuit PWM en comparant la tension
de sortie prise au point milieu du diviseur de tension à V REF ca moduler la largeur des
pulsions i.e. la durée de conduction du transistor afin de maintenir constant la tension
de sortie .

En termes de rendement, le gain est limité :

 La perte au niveau du transistor ballast est réduite puisqu’il est soit bloqué
soit saturé la majeur parti du temps
 Mais on doit mettre dans le montage une inductance et une diode en plus et
se sont les éléments de puissance puisqu’ils sont traversé par le courant 8
dissipé dans la charge

|
 Le transformateur et le pont de diode associé au condensateur C1 sont
inchangés par rapport au montage précédent et leurs pertes restent
identiques. Le rendement atteint tout au plus 68%.

III. Le découpage au primaire


Une meilleure solution consiste à procéder au découpage coté primaire et à inclure
de même le pont de diode au primaire. C’est ce qu’on appelle un convertisseur
Forward.
Le découpage au primaire consiste à hacher la tension redressée et filtrée à une
fréquence comprise entre 15KHz et 80KHz. Cette tension est appliquée au primaire
d’un transformateur donc le secondaire délivre les tensions nécessaires au
fonctionnement des circuits de l’appareil. Ce type d’alimentation à beaucoup
d’avantages

 Le transformateur est à noyau de ferroxcube (C’est un oxyde de fer très utiliser


en raison de ses performances aux fréquences élevées de l’ordre de quelques
MHz) par conséquent il est léger moins couteux et moins volumineux que le
circuit magnétique des appareils fonctionnant à 50Hz.
 Une très bonne régulation du secondaire est obtenue et quelques soit la
variation de la tension et quelques soit la consommation des circuits de
l’appareil.
 Le filtrage des tensions secondaire est très facile car à des fréquences élevées
des condensateurs de faible valeur donc moins encombrant et moins chers
sont suffisants.
On n’obtient une isolation galvanique complète du châssis par rapport au
secteur ce qui permet ce qui permet d’avoir un châssis dit froid ainsi les
branchements de périphériques tels que les lecteurs DVD console de jeux
vidéos, vidéos projecteurs peuvent être effectué en toute sécurité.
[ 2 parties d’un même circuit électrique sont isolés galvaniquement l’une de
l’autre lorsqu’aucune branche du circuit n’établit le passage entre les 2 parties
le graphe d’un tel circuit est dit non-connexe ]
 A la différence de la régulation à transistor examiné précédemment
l’alimentation à découpage au primaire dissipe peu d’énergie par effet joule
d’où un meilleur rendement du circuit et une grande fiabilité des
composants. Cependant la réalisation et le fonctionnement de ce type
8
d’alimentation sont plus complexes et il existe un risque de rayonnement entre
15KHz et 80KHz sur les étages de l’appareil et sur le secteur. A cet effet la
présence d’un filtre secteur est nécessaire de tel sorte que les parasites

|
produits par le découpage ne soit pas réinjecter dans le réseau ou sur les
étages alimentés au secondaire.

a. Le principe

+ +V2
Secteur
-
+V1

oscilallateur

Primaire Secondaire

b. Le fonctionnement
Considérons le schéma ci-après

E L
P

Nous y voyons un circuit composé d’un générateur de courant G d’une inductance L


et d’un interrupteur P. Lorsque nous fermons P un courant croissant linéairement
traverse l’inductance L.

|
t

Fig : Croissance du courant dans un circuit selfique

Complétons le circuit par une diode un condensateur et une charge et examinons son
fonctionnement. D

+ + -
I1 I2 R
E L
- - +
-

Etude du fonctionnement

a. De t0 à t1
A to fermons P Le courant I1 croit linéairement dans la bobine L et la diode D est
bloquée (l’inductance est récepteur)

b. De t1 à t2
A t1 ouvrons l’interrupteur P le courant qui circulait avant cet instant dans la bobine
continue de circuler dans le même sens. Le circuit 1 est ouvert et la self qui était
récepteur de t0 à t1 deviens générateur de t1 à t2 l’inversion de tension à ses bornes
fait que la diode D1 soit conductrice.

Un courant I2 cricule alors dans le circuit 2 formé de la self L du condensateur C et de


la diode D. Le condensateur C se décharge alors à une tension qui est fonction de la
résistance R. En somme, de t0 à t1 (interrupteur P fermé) la self se charge en puissant
de l’énergie dans la source E. Pendant le temps t1 à t2 (P ouvert) la self se décharge
dans le condensateur C

.t0 .t1 .t2 t


Fig : Allure du courant dans L

En régime établie lecourant IL et la tension VL relative à la bobine L prennent la forme


indiquée par la figure ci-dessous

IL

.t0 .t1 .t2 .t

VL

VL1

VL2

|
Nous voyons donc que la bobine L opère un simple transfert d’Energie entre le
générateur E et la charge R.

Si nous appellons T1 le temps pendant lequel l’interrupteur est fermé et T2 le temps


pendant lequel l’interrupteur est ouvert

Si T1=T2 nous avons VL1=VE et VR=-VL1VL2= or |VL1|= |VL2||VE|=|VR| Ceci se vérifie


dans la figure précedente ou l’on voit que les surfaces se trouvent de part et d’autres
de l’axe des temps sont égales

Supposons que T1 et T2 prennent des valeurs différentes i.e. si on modifie le rapport


cyclique T1/T2 la tension VL à l’allure indiqué à la figure ci-dessous en suppossant
T2=5*T1

VL1 T

T2

T1

Fig Allure de VL avec T1=5T2

On n’a T1=5T2 i.e. T1<T2 et on voit que |VL1|>|VL2| i.e. VE>VR or les surfaces
hachurées de part et d’autres de l’axe des abscisses sont égales nous avons donc
VL1*T=VL2*T2 et VE*T1=VR*T2  VR/VE=T1/T2

Ainsi le rapport entre la tension d’entrée VE et la tension de sortie VR depend


du rapport cyclique T1/T2
8
Pour transformer un tel hacheur enn alimentation à découpage il est
necessaire d’y insérer une isolation galvanique. Pour se faire nous allons donc
remplacer l’inductance par 2 inductances couplées bobinées sur un même noyau i.e.
|
un transformateur . La magnétisation de l’inductance sera réalisé par l’enroulement 1
(le primaire) et sa démagnétisation par l’enroulement 2 ( le secondaire)

c. Evolution du montage
Remplaçons l’inductance par un transformateur ceci ne modifie pas le principe de
fonctionnement du circuit

E ILP LP ILS

LS

Supposons le rapport cyclique T1/T22=1 et que les 2 enroulements du


transformateur sont branchés dans le meme sens nous obtenons les oscillogrammes
ci-des
P fermée P ouvert P fermée
VLP

ILP

VLS

t
8

ILS

t
.t1 .t2 .t3
.t4

Loi de Farraday Loi de Lenz


NB :

induit dont Polarité Est telle


Variation Tension Un
+/- qu’elle tend à
de flux P1 E courant
faire circuler

Qui s’oppose à Un flux créant


P2

Lorque le flux du champ magnétique qui traverse uin circuit conducteur varie au cour
du temps il apprait dans ce circuit une tension notée force électromotrice . La f.e.m
ainsi créée est orientée de facon à généré des courants s’opposant à la variation de
flux. i.e.

e=-(dϕ/dt) [En volt]

Toute variation produit une variation de ce champ induit ce qui a pour effet de
produire une tension qui s’oppose à la variation du champ dont qui s’oppose à la
variation de courant.

U=-L(di/dt)

L=coefficient d’auto-induction du circuit

d. Etude de fonctionnement
i. .t1 à t2
8
Lorsque nous fermons l’interrupteur P un flux magnétique ϕ proportionnelle à la
variation du courant engendre dans chaque spire du transformateur une f.é.m e égale
à la dérivé par rapport au temps de la fonction ϕ changé de signe.

|
Le signe moins indique que comme pour tout transformateurs donc les enroulements
sont branchés dans le même sens, la f.e.m induite est en opposition de phase avec la
tension au borne du primaire.

Pendant l’intervalle t1 et t2 la f.e.m au borne de Ls à des polarités tels que son


potentiel négatiif se trouve du coté anode de la diode. Cette dernière est donc
bloqué et aucun courant ne circule dans le circuit secondaire. La valeur de la f.e.m
varie en fonction du nombre de spire de Ls et se calcule à l’aide de la formule

e=-N(dϕ/dt) [En volt]

Ou N est le nombre de spire de Ls

ii. .t2 et t3
A t2 P s’ouvre la croissance du courant ILP dans l’enroulement Lp est stoppé et la
tension VLP s’inverse la f.e.m VLS induite sur Ls en opposition de phase avec VLP rend la
diode D passante et le courant I LS circule dans le circuit du secondaire.

iii. .t3 à t4
A t3 P se ferme à nouveau la f.e .m induite VLS s’inverse ce qui bloque la diode D. Le
courant ILS deviens donc nul car le circuit est ouvert. Le courant I LP croit jusqu’à t4 :On
se trouve dans les mêmes conditions qu’en t2 et le processus continu.

Dans la pratique, le générateur E est remplacée par la tension secteur redressée et


filtrée et l’interrupteur P par un transistor de commutation qui va tour à tour se saturé
et se déchargé dans les fréquences comprises entre 15 et 80 KHz.

iv. Fonctionnement de l’alimentation à decoupage au primaire

e. Le schéma synoptique

Redressement Découpeur
Secteur Transformateu Tensions
+filtrage (hacheur)
r
Secondaires

Protection du
oscillateur découpage 8

Mesure du
courant
|

regulation Mesure de
tension
Fig :Synoptique d’une alimentation à découpage au primaire

Vous aimerez peut-être aussi