Vous êtes sur la page 1sur 3

MS 204 – O NDES ET VIBRATIONS 2010-2011

PC 4 : Systèmes discrets

L’étude de systèmes discrets, dont les dynamiques sont exprimées à partir des
équations de Lagrange, est proposée. Le premier exercice s’inspire d’un ouvrage
de génie civil, la tour de Taipeh, pour lequel on étudie un modèle simplifié de
réduction de vibration. On verra que les degrés de liberté sont couplés par la ma-
trice de masse. Dans le second exercice, on s’intéressera à une masse en rotation,
pour laquelle on verra apparaître les forces gyroscopiques, couplant les degrés
de liberté par les termes de vitesse, faisant ainsi apparaître des modes complexes.

Exercice 1 : Tour de Taipeh


Cet exercice propose de modéliser un système de réduction de vibration existant, mis au
point lors de la construction de la tour de Taipeh, inaugurée en 2004. Cette tour, d’une hauteur
de 508 mètres, est construite dans une région où les ouragans sont nombreux, et où l’activité
sismique est forte. En plus d’être une des plus hautes tours du monde, la Tour Taipeh 101
se doit donc de pouvoir résister à de fortes contraintes extérieures imposées par le vent et
les mouvements sismiques. Cela a conduit les ingénieurs à mettre au point un système de
réduction de vibration par masse d’équilibrage1 unique à cette échelle. Il s’agit d’une sphère
de 660 tonnes, suspendue au 88ème étage, et pouvant osciller avec des amplitudes allant
jusqu’à 1.5 mètres. Cet exercice propose un modèle simplifié du système tour+absorbeur
afin d’en comprendre le fonctionnement.
y
q(t)
M
l
L θ m

qg (t)

11111
00000
x 00000
11111
00000
11111
Rabsolu R relatif
1
Le nom anglais est Tuned Mass Damper, que l’on désigne en génie civil sous l’acronyme TMD.
1. Le modèle simplifié est représenté Figure 1. On se place dans le cas d’une excitation se
situant à la base de la tour, et représentée par un déplacement extérieur imposé qg (t), permet-
tant de rendre compte d’une excitation sismique. On suppose que les plus grandes amplitudes
de vibration de la tour auront lieu selon le premier mode de flexion. Ne conservant que ce
mode, on modélise la tour comme un système q de masse M qet de raideur K (masse et raideur
K EI
modales du premier mode), telles que M = ω1 = 3.516
L2 ρS
: pulsation propre associée
au premier mode d’une poutre encastrée-libre. La sphère est représentée par une masse m,
oscillant au bout d’un bras rigide de longueur l. Nous avons donc un système discret à deux
degrés de liberté q(t) et θ(t). Ecrire l’énergie cinétique et l’énergie potentielle de ce système.

2. En utilisant les équations de Lagrange, donner les deux équations différentielles gouver-
nant la dynamique du système.

3. En supposant les amplitudes des oscillations de la sphère petites, linéarisez les équations
précédentes et mettez les sous forme matricielle.

4. Un séisme impose à la tour un mouvement d’ensemble qg (t) = a cos Ωt. En cherchant


directement des solutions forcées du système, sous la forme :
   
q(t) Q
= cos Ωt , (1)
θ(t) Θ

déterminer les amplitudes Q et Θ du mouvement forcé.

5. Montrer que, par un choix convenable de la masse m de la sphère et de la longueur l du


cable qui la retient, il est possible d’annuler complètement le mouvement de la tour.

6. Calculer les pulsations propres du système modifié


q et préciser leur position par rapport
K
, et du pendule seul, gl . On intro-
p
aux valeurs des pulsations propres de la tour seule, M
p m
duira le paramètre λ = M +m mesurant l’intensité du couplage.
Exercice 2 : couplage gyroscopique
y’

y x

K K

M
x’

1. On considère une masse M, retenue par deux ressorts de raideur K à une roue tournant
à vitesse Ω autour de son centre O. Les ressorts agissent dans deux directions orthogonales
définissant un repère cartésien (Oxy) tournant avec la roue. Au repos, la masse est au centre
et l’élongation des ressorts est nulle. Écrivez l’énergie cinétique de la masse M dans le re-
père du laboratoire (Ox′ y ′ ), avec les coordonnées du repère tournant (x, y). Écrivez l’énergie
potentielle et donnez les équations du mouvement à l’aide du formalisme de Lagrange.
q
K
2. On suppose la vitesse de rotation Ω petite de telle sorte que Ω2 ≪ ω02, où ω0 = M
est la pulsation du système masse-ressort découplé. Déterminer alors les pulsations propres
et les modes propres du système avec le couplage gyroscopique. Représenter l’évolution des
fréquences propres en fonction de Ω.

3. Lorsque Ω devient grand, on ne peut plus faire l’hypothèse de la question 2. Expliquer


alors qualitativement ce qui va se produire.