Vous êtes sur la page 1sur 3

Les Capesize sont plus spécialisés et transportent principalement du minerai de fer et du charbon (93 %

de leur cargaison), tandis que les Handysize sont plus polyvalents.

Selon leur cargaison, les vraquiers peuvent être désignés par un nom plus précis. On trouve ainsi les

céréaliers, les charbonniers , les

minéraliers , les phosphatiers …

Variantes

Les vraquiers se différencient également selon leurs équipements [1]

Vraquiers de base

Ils sont constitués d'une suite de cales (typiquement, cinq pour un 35 000 tonnes, neuf pour un 250 000
tonnes), protégées par des

panneaux ; ils disposent de grues pour pouvoir décharger seuls leur cargaison, utile dans les ports peu
équipés. Ils sont souvent conçus pour pouvoir transporter des marchandises variées et être adaptés à
différentes routes.

Transporteurs combinés

Il s'agit de navires pouvant transporter à la fois du minerai et du vrac (minéraliers-vraquier ou OB, de


l'anglais Ore-Bulk carrier ), ou du vrac/minerai/ pétrole , il s'agit alors de minéraliers-vraquiers-pétroliers
ou OBO (de l'anglais Ore-Bulk-Oil carriers ). À la mode dans les années 1970 en raison des multiples
routes empruntables, leur proportion a considérablement baissé depuis les années 1990 étant donné les
hauts coûts d'exploitation liés à leur complexité. Il en va de même pour les transporteurs combinés
vrac / conteneurs ou encore vraquiers / rouliers.

Vraquiers non gréés

Leur nom habituel est « vraquiers

gearless ». Dénués de grues, ils dépendent entièrement de l'équipement du port pour décharger ; c'est
souvent le cas des plus gros, qui ne peuvent toutefois arriver que dans certains ports en raison de leur
tirant d'eau . Économiquement, c'est le meilleur choix puisque le navire se retrouve allégé.

Vraquiers autodéchargeants

Plus couramment appelés self-unloaders, ou « vraquiers à autodéchargement » au Québec . Ils


disposent de bandes transporteuses dans chaque cale permettant de décharger très rapidement leur
cargaison ; ils sont utilisés pour les voyages courts et dans les ports encombrés. Ils sont identifiés sous
l'abréviation SUBC (pour Self-Unloading Bulk Carriers ).
« Mini-vraquiers »

Ils sont appelés aussi mini-bulkers . Le concept s'est développé principalement pour le transport fluvial .
Transportant de 500 à 2 500 tonnes, ils disposent d'une cale unique, souvent d'une superstructure
abaissée pour passer sous les ponts (ils sont alors dits « à faible tirant d'air ») et d'un équipage réduit, de
trois à huit personnes.

Vraquiers des Grands Lacs

Un vraquier des Grands Lacs [3] , aussi appelé laquier[3] ou cargo hors mer [4] ( Laker freighter en
anglais), est un navire de commerce long et étroit, adapté aux écluses des nappes d'eau intérieures des
Grands Lacs . La plupart ont une forme caractéristique selon l'époque où ils ont été construits, avec leur
passerelle proéminente à l'avant, salle des machines à l'arrière (période d'avant les années 1970) ou
passerelle à l'arrière, avec cinq ou six cales percées en moyenne de trois écoutilles chacune, leur étrave
verticale et renforcée qui sert aux manœuvres d' écluse , et leur grand allongement afin de passer dans
celles-ci.

Ces navires ont normalement un gabarit de 222,5 × 23,5 mètres pour un port en lourd d'environ 28 / 30
000 tonnes en fonction des écluses de la Voie maritime du Saint-Laurent (Seawaymax). Certains navires
américains confinés au Lac Supérieur ont un gabarit de 300 × 32 m de largeur. La moyenne d'âge de ces
navires est élevée puisqu'ils souffrent moins de la corrosion qu'en mer (sels). Certains sont auto-
déchargeurs et si ces navires sont restreints au Systèmes Saint Laurent/Grands Lacs, se retrouve une
sous-classe « Caribbean Class », qui permet à ce type de navire de sortir du Saint-Laurent pour naviguer
le long de la côte atlantique jusqu'au Golfe du Mexique, en incluant les Antilles.

Probablement, le plus fameux laquier est le SS Edmund Fitzgerald qui coula avec ses vingt-neuf
membres d'équipage et une cargaison de minerai de fer sur le lac Supérieur le 10 novembre 1975. Pris
dans une intense tempête automnale, il disparut au large de Whitefish Point et fut retrouvé à une
profondeur de 160 m. Lors de son lancement le 8 juin 1958 , il était le plus grand navire sur les Grands
Lacs et reste le plus grand y ayant sombré. Une chanson sera dédiée aux victimes « The Wreck of the
Edmund Fitzgerald » écrite, composée et chantée par le Canadien Gordon Lightfoot . Elle sort en 1976 et
la plupart des paroles sont basées sur les faits contenus dans l'article d'un journal [5] .

Type BIBO

Le terme BIBO , acronyme de Bulk In, Bags Out (« vrac au départ, sacs à l'arrivée ») désigne des vraquiers
spécialement aménagés pour pouvoir emballer la marchandise à bord.

Vraquier classique, équipé de grues

Le Captain Diamantis, transporteur vrac / minerai

Berge Athen , vraquier non gréé de 225 000 tonnes

Le laquier John B. Aird autodéchargeant


Aladin , mini-vraquier à faible tirant d'air

Naviga