Vous êtes sur la page 1sur 41

LA FOI

Initiation à la Foi
Si pour plusieurs la foi est une ferme assurance des choses auxquelles nous espérons, certains
ignorent qu’elle est d’abord le modèle de spiritualité le plus authentique qui soit. Contrairement à ce
qu’on considère aujourd’hui, le terme « Croyant » ou « Chrétien » était à l’origine utilisé pour
désigner tous ceux qui pratiquaient la Foi. Ainsi, l’on distingue le simple fait de Croire, de la Foi qui
est une pleine assurance en Jésus Christ, pour toutes perfections qu’on désirait manifester. L’objectif
de ce livre est de justement vous communiquer les grandes vérités de la Foi, afin qu’ayant Cru, vous
entriez en possession des richesses que Dieu a placé en Christ pour vous.

[NOM DE L’AUTEUR] 1
1ère partie : La saine doctrine de la Foi
« Vous connaitrez la Vérité et la Vérité vous rendra libres. »

Je vais commencer par introduire une puissante vérité de Foi qui va certainement apporter la paix
dans votre âme. Il s’agit de l’Evangile ou la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. Cette vérité stipule qu’en
raison du sacrifice du Seigneur Jésus, les péchés des hommes ont été définitivement expiés, en sorte
que Dieu dans sa justice n’impute plus les fautes de tous ceux qui croiraient en ce message. Cette
Bonne Nouvelle constitue le pilier doctrinal de la Foi et c’est la raison pour laquelle je tiens à la
souligner en première instance. Car toutes les révélations de la Parole de Dieu tirent leur fondement
sur le sacrifice du Christ Jésus pour toute l’humanité.

« Le salut ne se trouve en aucun autre ; car il y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les
hommes, par lequel nous devrions être sauvés. » (Actes 4V12)
« Christ est mort pour nos péchés et il est ressuscité pour que nous soyons déclarés juste »
« Nous travaillons, en effet, et nous combattons, parce que nous mettons notre espérance dans le
Dieu Vivant, qui est le Sauveur de tous les hommes, principalement des Croyants. »
(1 Timothée 4V10)

Nous savons que certaines religions ne font que blâmer l’homme et lui rappeler son indignité vis-à-
vis de Dieu à cause du péché : « Les hommes sont imparfaits, mauvais et incapables de produire de
bonnes actions » affirment-elles. Il s’agit d’un constat flagrant de la réalité de l’homme qui n’est pas
encore réconcilié avec Dieu. D’ailleurs tous le savent et certains vont jusqu’à citer ce verset en guise
d’illustration : « la main de l’Eternel n’est pas trop courte...ce sont vos péchés qui l’éloignent…»
Néanmoins ce que plusieurs ignorent malheureusement, c’est que Dieu a sauvé le monde de ses
péchés à travers le sacrifice du Seigneur Jésus. C’est cette vérité qui sera par ailleurs révélé dans la
prophétie d’Esaïe : « le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et par ses meurtrissures
nous sommes guéris » Le Christ a porté le poids de la condamnation que chaque homme devait
souffrir, afin de réconcilier le monde avec Dieu.

« Il nous a donnés le ministère de la réconciliation… »

La Foi pose soigneusement les fondements d’une relation parfaite et éternelle entre Dieu et
l’homme. Elle n’occulte pas le fait que les hommes soient tous des pécheurs à la base, des êtres
imparfaits et indignes de se rapprocher de Dieu. Mais face à ce diagnostic sinistre, la Foi nous révèle
qu’il a plu à Dieu de sauver l’humanité de ses péchés, en sorte que l’inimitié qu’il y avait entre les
hommes et lui soit détruite. C’est dans l’optique de justifier les hommes une bonne fois pour toute,
que le Seigneur Jésus s’est offert en sacrifice. En échange de sa vie, Il a conduit ceux qui croiraient en
ce message à la perfection, après avoir supporté dans sa chair le jugement qu’ils devaient souffrir
pour leurs péchés. Les Ecritures attestent qu’avant que le monde n’ait été créé, Dieu avait déjà
conduit à la perfection ceux qui accepteraient ce message de Grâce et de Vérité.

« C’est lui que Dieu a destiné par son sang, à être pour ceux qui croiraient, victime propitiatoire,
afin (…) de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant
celui qui a la foi en Jésus. » (Romains 3V25-26)
« En lui, Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et
irrépréhensibles devant lui » (Ephésiens 1V4)

Nous avons été créés saints et irrépréhensibles par Dieu en Jésus Christ. Cette vérité est
fondamentale. Je dirais qu’elle donne tout un sens à notre vie, puisque vous et moi ne sommes pas

[NOM DE L’AUTEUR] 2
un échec à cause du péché ou d’une quelconque faiblesse. Car avant même que l’homme n’ait
touché à quoi que ce soit de défendu, Dieu nous avait déjà prédestiné à une perfection irrévocable
en Jésus Christ. Je suis conscient qu’il s’agit d’une révélation assez méconnue de la plupart des
hommes et même de certaines personnes se disant Chrétiennes. Or, elle est inscrite dans les
Ecritures (Cf. Ephésiens 1V4).

Dieu ne gagne rien à ce que les hommes s’éloignent de lui à cause du péché ou d’une quelconque
imperfection. Il ne se glorifie pas du péché ou de votre incapacité à lui être agréable. Dieu est Amour.
Il veut vous communiquer sa Grâce à travers la personne du Seigneur Jésus et à travers ces enfants,
initiés à sa Parole par son Esprit de Vérité.

Lorsque Dieu rendait ministère à travers Christ, Il faisait du bien aux hommes, Il pardonnait les
péchés des uns et des autres, Il guérissait les malades et délivrait ceux qui étaient animés de mauvais
esprits, indépendamment de leurs œuvres. La foi est tout ce qu’Il réclamait chez ces personnes, pour
être sauvés, pardonnés, guéris, délivrés…etc. Pour recevoir le pardon de tous vos péchés et accéder à
toutes les perfections que Dieu a prévues pour vous, vous devez croire en sa Parole. Et cette Parole
affirme que vous avez déjà tout en Jésus Christ et vous le recevez par votre foi.

« Ne t’ai-je pas dis que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu… »

Paradoxalement, le discours religieux est contraire à la Pensée de Dieu. Pour avoir part à la gloire de
Dieu, un religieux vous dira certainement : « Agis bien et accomplis de bonnes actions. » Les religions
veulent conditionner les faveurs de Dieu par les mérites et performances de l’homme. Or, la vérité
est que Dieu dans sa nature est plein d’amour et de bonnes dispositions à l’égard de l’homme,
indépendamment des mérites de celui-ci. Les religieux pour la plupart s’opposaient au ministère que
Dieu rendait à travers le Christ. Car le message de la religion, basé essentiellement sur les mérites des
hommes n’est pas conforme à la vérité. Tandis que la religion annonce la condamnation des
hommes, l’enfer et le jugement, Dieu annonce la justification et la position hautement privilégiée des
hommes en Jésus Christ.

« Or, c'est par lui (Dieu le Père) que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait
pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption » (1 Corinthiens 1V30)

Etre en Jésus Christ c’est demeurer dans le message de la Grâce et de l’amour de Dieu. Quand nous
sommes en Jésus, nous sommes changés en une créature nouvelle. Nous recevons l'Esprit de Dieu,
qui œuvre constamment à nous transformer en l'image de Jésus. Il peut alors Se servir de nous. Ceux
qui sont en dehors de Jésus sont encore dans les Ténèbres. Tous ceux qui nous entourent, et qui sont
en dehors de Jésus, ne se rendent pas compte qu'ils n'ont pas la vie véritable, indépendamment de
leurs bonnes œuvres. Ils sont sujets à la condamnation et vont à la mort, à cause du péché. C'est
pourquoi le Seigneur répand toujours Son Esprit aujourd'hui, pour appeler tous ceux qui ne sont pas
encore sauvés à entrer en Lui. Car ce ne sont pas les bonnes œuvres qui sauveront le monde du
péché. Si les œuvres des hommes pouvaient les conduire à la perfection et les sauver du péché, il
n’aurait pas été nécessaire que le Seigneur Jésus vienne s’offrir en sacrifice pour le monde. Mais c’est
afin de démontrer notre incapacité à nous sauver par nous-mêmes, que Christ est venu dans le
monde. Il n’est pas venu pour les bien-portants mais il est venu pour les malades, autrement dit tous
ces pécheurs qui sont incapables de parvenir à la perfection qu’exige la loi.

Le prix exigé pour sauver les hommes conformément à la loi n’était à la portée d’aucun individu. La
loi exigeait que les hommes soient irréprochables pour être sauvés. Or, aucun homme ne pouvait
satisfaire cette exigence. Car tous ont péché et ont été privés de la gloire de Dieu. Mais la suite du
message, c’est qu’ils ont été gratuitement justifiés en Jésus Christ.

[NOM DE L’AUTEUR] 3
Lorsque nous sommes en Jésus, nous possédons déjà tout ce que Dieu nous a donné en Christ. Il
nous suffit de comprendre, de croire Sa Parole, et de nous emparer par la foi du don de Dieu. Comme
Dieu est fidèle, Il accomplira ce qu'Il a dit dans la vie de ceux qui croient.

Il existe selon une étude plus de 10.000 religions dans le monde. Toutes les religions sont des moyens
que les hommes ont tenté de mettre en place pour atteindre Dieu. Les hommes ne peuvent pas
atteindre Dieu par leurs efforts. Il a fallu que Dieu descende vers nous. Il est venu et s’est présenté à
nous en la Personne du Fils, le Seigneur Jésus. Il est la Porte qui nous donne accès à toutes les
perfections que Dieu a résolues pour nous avant la fondation du monde. Une fois que l'on est en Lui,
nous devons continuer à marcher en Lui, jusqu'au bout. C'est-à-dire jusqu'à son retour, ou jusqu'à
notre départ de ce monde.

Nous ne devons pas tomber dans le piège des religions qui se font la guerre les unes les autres. Nous
possédons une Espérance qui est établie à jamais à la droite de Dieu le Père, et qui intercède jour et
nuit en notre faveur. Le Seigneur Jésus Christ est notre Espérance.

En effet, vous pouvez constater la nuance qu’il entre le Christianisme mondain et la Foi. Une
personne peut appartenir à une dénomination "chrétienne" sans être dans la Foi. Le Chrétien ou le
Croyant en vérité n’est pas celui qui appartient forcément à une quelconque religion ou même à
l’une des nombreuses dénominations issues du Christianisme. Ce n’est pas non plus celui ou celle qui
par ses bonnes œuvres, cherchent à se démarquer du commun des mortels en voulant prouver à
Dieu une certaine perfection charnelle. Le Croyant ou le Chrétien est la personne (homme ou femme)
qui marche avant tout dans la foi en Jésus Christ, afin de manifester librement toutes les perfections
qui ont été placées par Dieu en Christ, y compris les bonnes œuvres. Le seul message qui peut sauver
votre âme est celui de la Grâce et de l’amour de Dieu en Jésus Christ. La Foi est la spiritualité par
laquelle les hommes découvrent et accèdent à l’amour de Dieu qui a été manifesté en Jésus Christ.
La quasi-totalité des religions enseignent qu’il faut faire le bien et peut-être Dieu nous témoignera
son amour et son affection. Ce message est tellement rudimentaire qu’on n’a pas besoin d’avoir le
Saint Esprit pour le saisir. S’il y a un message que Dieu veut que vous saisissiez par son Esprit, c’est
qu’Il vous aime indépendamment de qui vous êtes. Et il a prouvé son amour lorsque Christ mourut à
la croix pour vous sauver du péché (Cf. Romains 5V8). Ceux qui pratiquent le Christianisme doivent
veiller avant tout à être dans la Foi, s’ils veulent être sauvés par Dieu. Car ce n’est pas une institution
religieuse qui a sauvé le monde de ses péchés. Le Seigneur Jésus Christ est celui qui a dégagé le
monde de la condamnation. L'Eglise (tous les Chrétiens) est en Dieu le Père et en Jésus-Christ le
Seigneur. L’Eglise n’est pas un lieu ou un bâtiment, mais un peuple, une catégorie de personnes
établies en Jésus Christ et en son message de Grâce et d’amour. Vous pouvez rencontrer des frères
et sœurs qui sont fondés dans le Message et communiez avec eux autour de la personne du Seigneur
Jésus, indépendamment du lieu où vous vous trouvez. C’est l’image de la Véritable Eglise contre
laquelle les portes du séjour des morts ne prévalent pas. Et cette Eglise qui nous a été révélée par les
premiers Chrétiens de la Nouvelle Alliance.

L’Eglise dans un sens spirituel représente le Corps du Seigneur Jésus, l’ensemble des Croyants ou des
Chrétiens. Si tu crois qu’en Jésus, tous tes péchés ont été définitivement pardonnés et que par lui il
n’existe aucune barrière entre toi et Dieu, tu es aussi un membre de ce Corps. Le Seigneur Jésus veut
que les différents membres de son Corps soient unis sur Terre autour d’un même Message et une
seule Foi. Il s’agit d’une mission à laquelle s’attèle l’Esprit de Vérité qui œuvre en ces jours pour
unifier le Corps du Christ autour du message de la Grâce et de la personne de Jésus Christ. Pour
accomplir cette mission, l’Esprit s’évertue à restaurer le Message. En effet, il est important pour
chaque Croyant de comprendre entre autre ce qu’implique le fait d’être en Jésus Christ. Dieu le Père

[NOM DE L’AUTEUR] 4
nous a pris, Il nous a arrachés de ce royaume de perdition auquel nous appartenions au moyen des
faux raisonnements et croyances auxquels nous avons adhérés, et Il nous a placés en Jésus.

« Nous renversons toute hauteur et raisonnement qui s’élève contre la connaissance de Christ »

Si le Père a décidé de nous mettre en Christ, c'est pour nous dégager des normes corrompues de ce
monde présent. Notre part, c'est de consentir à recevoir le Seigneur Jésus dans notre cœur. Dieu ne
forcera jamais quelqu'un à entrer en Christ. II faut que notre cœur s'ouvre et soit disposé à croire au
Message de la Grâce en Jésus Christ. Les religieux sont souvent les plus hostiles au message de la
Grâce, car pour eux un tel Message ne peut que conduire les hommes à pécher de manière
délibérée. Ils semblent plus soucieux de la perfection charnelle qu’à celle exigée par l’Esprit et qui est
agréable à Dieu. Ils auront beau prêcher cette sanctification charnelle, qui consiste à bien se conduire
en tout point de vu, jamais leurs auditeurs ne parviendront à cette perfection. Car la loi n’a cessé de
condamner cette incapacité des hommes à être bien disposé dans la chair. Les religieux et les
légalistes ignorent que si l’esprit est pur, la chair l’est aussi aux yeux de Dieu.

« Purifiez d’abord l’intérieur de la coupe afin que l’extérieur aussi devienne pur »

Le message de la sanctification charnelle est incapable de sauver l’homme de ses péchés. C’est un
message auquel souscrit plusieurs institutions religieuses. Par contre, le Message de la Foi en Jésus a
la capacité de sauver le monde, car elle purifie et sanctifie votre esprit de toute impureté. Les
docteurs de la loi s’indignaient de ce que le Seigneur Jésus soit en présence des pécheurs ou des gens
de mauvaises vies. A cause de leur pseudo sanctification, les maîtres de la loi se percevaient eux-
mêmes comme étant purs aux yeux de Dieu, contrairement à ces "gens de mauvaises vies". A
l’extérieur, les légalistes semblent purs et saints, mais ils sont en réalité impurs à cause de la
corruption de leur âme et esprit. Rappelons-nous de ce que le Seigneur a révélé à Nicodème, un
docteur de la loi : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’esprit, il ne
peut entrer dans le Royaume de Dieu » (Jean 3V5). Ce qui est utile aux yeux de Dieu, c’est que nous
ayons littéralement une nouvelle nature, pas que nous essayons de rendre parfaite cette première
nature corrompue par le péché.

Approchez-vous de la Grâce et vous serez sanctifiés et purifiés de toutes vos imperfections. Lorsque
nous venons au Seigneur, Il nous dégage de la vieille nature en nous communiquant une semence
incorruptible : la Parole de Dieu. Dans la condition charnelle, il est impossible d’être irréprochable
dans sa conscience. Car un jour où l’autre vous faillirez. Dieu seul sait combien de fois la chair est
imparfaite. Mais si vous êtes en Christ et que vous consentez au message de la Grâce, la condition du
Fils de Dieu finira par avoir raison de vous.

« Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la
lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume
du Fils de son amour » (Colossiens 1V12-13)

Dieu nous a non seulement transportés dans un Royaume où Son Fils règne, mais Il nous a placés
dans Son Fils, qui est le Roi et la Tête de Son Corps. Dieu ne nous a pas seulement introduits dans Son
Royaume, mais Il nous a aussi, et surtout, introduit en Lui-même. Plus cette révélation sera inscrite
dans votre conscience, plus vous aurez du mal à produire le moindre acte imparfait. La meilleure
manière de conduire les hommes à la perfection, c’est de leur révéler qu’ils ont été placés en Christ.

« …Celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. » (1 Corinthiens 6V17)
« Si quelqu’un est en Christ il est une nouvelle création, les choses anciennes sont passées. Voici
toutes choses sont devenues nouvelles »

[NOM DE L’AUTEUR] 5
« Tel Il l’est, tel aussi nous sommes dans ce monde »

En Christ, nous sommes complètement morts à tout ce qui est de notre passé. Nous sommes aussi
morts au monde, au péché, à la maladie, au manque et à toutes sortes d’imperfections. Etre en
Christ, c’est demeurer dans une condition incontestable de faveur pour toutes choses.

Nous devons comprendre que lorsque nous entrons en Christ, Dieu nous délivre complètement de
tout ce qui vient de notre ancienne vie passée. Nous savons tous de quoi était faite notre vie passée.
Nous sommes tous nés dans le péché. Nous vivions dans la chair. Celle-ci est complètement
corrompue, et source de corruption. Devant Dieu, on ne peut faire de différence entre les "bons" et
les "mauvais" pécheurs. Les hommes sont tous des pécheurs par leur nature charnelle. Ceux qui ont
une nature de péché ne peuvent pas faire autre chose que commettre des péchés ! Dieu ne peut
faire entrer en Christ une personne avec sa nature de péché. Nous devons passer par une
transformation, pour être dignes d'entrer dans le Corps de Son Fils Bien-aimé. Avons-nous subit cette
transformation ? En Christ, nous sommes devenus un être nouveau en qui le péché ou aucune forme
d’imperfection ne demeure. Dieu a donc voulu mettre complètement à mort tout ce qui vient de
notre vieille nature. Cela a été accompli quand Christ est mort à la Croix. Quand Il est mort, nous
sommes morts en Lui et avec Lui. Toute notre ancienne nature charnelle a été détruite à la Croix.
Tous ceux qui croient en Jésus-Christ reçoivent ce don merveilleux. Certains admettent difficilement
cette vérité de Foi car ils marchent encore dans la chair et se conforment en leur vieille nature. Ils
constatent que malgré le fait qu’ils sont en Christ, ils agissent encore de manière maladroite. La
réalité leur fait entrevoir toujours le vieil homme. Mais tout est une question de foi. Ceux qui
manifestent encore les tendances du vieil homme quoique nés de nouveau, doivent admettre qu’ils
marchent non par la foi en la Parole de Dieu, mais par ce que leurs sens physiques leur fait entrevoir.
S’ils perçoivent la réalité d’un point de vu charnel, ils verront leur limite et la faiblesse de leur chair.
Mais si par l’esprit ils décident de se conformer à ce que la Parole dit qu’ils sont en Christ, ils verront
leur perfection.

« Nous ne marchons par par la vue, mais par la foi »

« Faites mourir par l’esprit… »

Malheureusement certaines personnes admises en Christ sont encore charnelles. C’est la raison pour
laquelle elles prêchent la sanctification charnelle, ou les faveurs de Dieu conditionnées par nos
mérites et non par ceux du Seigneur Jésus. Autant nous sommes devenus une nouvelle création en
Christ, autant nous avons déjà tout pleinement en lui. Vous disposez déjà de toutes choses en Christ
et c’est par la foi en lui que vous intégrez ces choses. Il n’y a pas un message de sainteté, de
prospérité, ou de guérison qui tient indépendamment de ce que le Seigneur Jésus a fait, en vous
plaçant en lui.

« Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ
le fait pour l'Eglise, parce que nous sommes membres de son corps, étant de sa chair et de ses
os. » (Ephésiens 5V29-30)

Quel miracle étonnant d'être devenus, comme les Ecritures l'affirme, participants "de la chair et des
os" du Seigneur ! Jésus est actuellement dans un corps ressuscité. Il possède une chair glorifiée, qui
n'est plus soumise à la mort. Il affirme que nous sommes membres de Sa chair et de Ses os, puisque
nous sommes en Lui.

Lorsque nous entrons en Jésus, au moment même où nous comprenons et acceptons son œuvre
sacrificielle dans notre vie, Son sang efface définitivement tous nos péchés. Acceptez le Christ comme

[NOM DE L’AUTEUR] 6
son Sauveur personnel, c’est admettre son incapacité à être agréable à Dieu sous le rapport de ses
propres œuvres ou efforts personnels. C’est marcher par la foi, en acceptant le don gratuit de la
justice et de la sanctification que Dieu a déjà disposé en Jésus Christ à travers sa mort et sa
résurrection. Quand nous entrons en Christ, tous nos péchés sont pardonnés, effacés, oubliés !

La question de la chair ou du péché a été réglé à la Croix. Une chair non crucifiée par la foi est la
cause de toutes les imperfections. Le Seigneur ne veut pas que nous perdions du temps à lutter
contre la chair, mais à nous revêtir par la foi du nouvel homme, créé en Christ conformément à la
justice et à la vérité. La prédication de la Croix est la puissance de Dieu, pour nous faire comprendre
que la chair a été clouée sur le bois, et qu'elle est morte quand le Seigneur Jésus est mort. Il s'agit
d'un fait déjà accompli. Nous devons en recevoir la révélation et la garder dans nos cœurs.

« J'ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; si
je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré
lui-même pour moi. » (Galates 2V20)

Il est inutile d'adresser ce genre de prières à Dieu : "Seigneur, viens m'aider à crucifier ma chair ! "
C'est une prière d'incrédulité que Dieu n'aime pas entendre. Dites-Lui plutôt : "Seigneur, je Te
remercie parce que Tu dis dans Ta Parole que ma chair a été crucifiée en Jésus-Christ. Ouvre
pleinement mon intelligence spirituelle et mon cœur à cette vérité. Je la reçois, je me l'approprie par
la foi, indépendamment de ce que la réalité peut suggérer. Amen !"

Si j'accepte ce que me dit la Parole de Dieu, je sais que j'ai été crucifié au monde. Le monde est
crucifié pour moi. Tout mon passé a été englouti dans la mort de Jésus. Toute mon ancienne nature
de péché, avec son hérédité de malédiction qui remonte à Adam et Eve, et même à mes parents
biologiques, a été plongée dans la mort de Jésus.

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous
avons été baptisés ? » (Romains 6V3)

Etre baptisé en Christ signifie être plongé, immergé en Lui. Tout ce que Jésus a vécu à la Croix, et
après la Croix, nous l'avons vécu en Lui et avec Lui. Le baptême de Jésus est un acte de Foi par lequel
nous croyons que nous avons été unis à Christ à travers sa mort et sa résurrection. Le baptême est
souvent symbolisé par une immersion dans l’eau (image de la Parole). Le symbole n’a aucune valeur
spirituelle aux yeux de Dieu. Ce qui compte aux yeux de Dieu, c’est votre foi en l’œuvre que le Christ
a accompli pour que vous accédiez à la perfection. Ceux qui ne croient pas au Message de la Grâce se
condamnent eux-mêmes. Car ils espèrent parvenir à une perfection qui serait le résultat de leur
propre action ou mérite. Certains croient que le simple fait d’être immergé ou aspergé d’eau
physique suffit à nous réconcilier avec Dieu. Or les Ecritures affirment que c’est par la Grâce que nous
sommes sauvés, par le moyen de la foi. L’immersion dans l’eau physique n’ôte ni ne rajoute rien à la
perfection de l’œuvre du Christ pour celui ou celle qui croit.

Tout notre être, l'esprit, l'âme, et même le corps, sont au bénéfice de cette vie nouvelle, qui sera
pleinement manifestée lors de la première résurrection. Dieu fait de ceux qui sont en Christ de
nouvelles créatures ! Cela signifie que Dieu opère un grand miracle, à l'instant où tu acceptes Jésus
comme ton Sauveur. Il fait passer dans ta vie ce que Jésus a accompli aux jours de sa chair. Il fait
disparaître à jamais ta vieille nature de péché, et crée en toi une nature spirituelle entièrement
nouvelle, par la puissance de Son Esprit. L’Eglise peut dès à présent marcher dans cette révélation
par la foi, afin d’accéder à cette vie nouvelle. Mais au jour de notre rédemption finale, cette
puissante vérité sera révélée par chaque Croyant à la création toute entière, conformément au
dessein arrêté par Dieu dans les derniers temps.

[NOM DE L’AUTEUR] 7
« Nous ne mourrons pas tous, mais tous (l’Eglise) nous serons changés au son de la dernière
trompette »

Comme cette création spirituelle se passe au plus profond de notre être, dans notre esprit, le
Seigneur veut d'abord nous ouvrir à cette réalité. Il veut d’abord que notre perception soit
pleinement ouverte à la perfection spirituelle que nous avons en Christ, avant qu’il y ait un
changement radical dans nos membres.

Notre corps n'est pas encore changé. Notre âme, siège de notre volonté et de notre personnalité
n'est pas encore renouvelée. Mais le Seigneur a transformé notre esprit. Notre être intérieur est
devenu un "homme nouveau." Nous sommes devenus participants de la vie divine en Christ. Dieu
nous promet que, si nous restons dans la foi en Sa parole, Il transformera aussi notre âme et notre
corps, jusqu'à la résurrection du corps, au retour de Jésus. Nous recevrons alors la plénitude de ce
que nous sommes en Christ. Nous sommes prédestinés à être semblables à l'image parfaite de Jésus.

Avant d'être en Jésus-Christ, nous étions dans la mort spirituelle. Si nous étions passés par la mort
physique à ce moment-là, nous aurions été destinés au jugement et à la condamnation. Mais le Père
est Amour. Il ne désire pas la mort du pécheur. Il veut que tous les hommes soient sauvés et qu'ils
vivent. C'est pour cela qu'Il a envoyé le Seigneur Jésus. Il est venu sur cette terre pour nous arracher
à ce domaine de Ténèbres et nous faire entrer dans Son Royaume de lumière où la mort et le péché
n’ont aucun pouvoir.

« Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui
étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes
sauvés). » (Ephésiens 2V4-5)
« Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-
Christ. » (Ephésiens 2V6)

Où Se trouve le Seigneur Jésus à présent ? Il est assis à la droite du Père. Il prépare Son retour, pour
chercher Son Eglise et la prendre avec Lui. Comme Il est assis à la droite du Père, et que nous
sommes en Lui, nous sommes également assis en Lui à la droite du Père. Sur le plan terrestre, nous
sommes physiquement dans cette condition naturelle. Mais sur le plan spirituel, notre esprit
demeure en Jésus Christ dans les lieux célestes dans une position hautement privilégiée. Ce sont des
réalités que vos sens physiques ne peuvent discerner. Car il est écrit :

« Ce sont des choses que l’œil n’a pas vu, l’oreille n’a point entendu, des choses qui ne sont point
montées au cœur de l’homme ; Dieu nous les a révélées par son Esprit »

Nous sommes déjà parfaits en Jésus Christ indépendamment de ce que notre condition actuelle peut
laisser entrevoir. Lorsque nous entrons dans cette vie nouvelle en Christ, Dieu nous dit que nous
avons tout pleinement en Jésus-Christ. La richesse, les bonnes œuvres, la santé divine, l’amour et la
joie parfaite, la sagesse…etc. Etant en Christ, c’est sur la base de cette plénitude que nous avons en
Lui que Dieu nous perçoit.

Quand Dieu dit nous révèle que nous avons tout en Christ, cela voudrait dire qu’Il ne fait acception
d’aucune perfection. Bien-aimés, le Seigneur ne veut pas que nous soyons des mendiants qui se
lamentent et passent leur temps à Lui dire : "Il me manque ceci, il me manque cela !" ou encore "S’il
te plaît Dieu, donne-moi la santé, rends moi digne de toi…"

Certes, il peut y avoir en ce moment beaucoup de choses qui ne sont pas encore manifestées dans
notre vie. Mais si nous comprenons dans notre cœur que nous avons déjà tout reçu pleinement en
Christ, si nous restons dans la foi et dans une pleine confiance dans notre Seigneur qui nous aime,
[NOM DE L’AUTEUR] 8
nous verrons ces choses se manifester dans notre vie, dès maintenant, et jusque dans l'éternité.
Nous avons tout pleinement en Lui. Le Seigneur veut nous faire jouir pleinement de notre héritage,
ici-bas et dans l'éternité. Cette abondance a une explication : Christ Lui-même vient habiter en nous.
Or comme le révèle les Ecritures : « Christ en vous, l’espérance de la gloire »
Dieu ne nous demande pas d’espérer en la gloire, la richesse, la perfection. Mais Il veut ouvrir notre
intelligence au fait que Christ vous fait déjà participer à la gloire parce qu’il demeure en vous.
Comment est-ce que Christ demeure en vous ? Il le fait par Sa Parole. Si vous communiez en la Grâce
et l’amour de Dieu qui a été manifesté par le Christ, alors Il demeure en vous et vous demeurez en
Lui.

Dès que Dieu nous fait entrer en Christ, Il désire nous révéler clairement Son plan. Si Dieu nous a
donné Sa vie, c'est pour nous rendre parfaits en Christ, semblables à Lui.

« Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. » (Colossiens 2V9)


« …En sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. » (Ephésiens 3V19)

Le plan de Dieu est qu’en Christ, nous soyons remplis de toute sa plénitude, afin de participer à sa
nature. Christ est Dieu le Fils. En Lui habite, sous une forme corporelle, toute la plénitude de la
divinité. Il veut nous remplir de cette plénitude afin que nous soyons éternellement dans une
abondance et que nous apprécions les perfections de la vie divine.

« Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. »
(Colossiens 2V10)

Lorsque Dieu affirme que nous avons tout pleinement en Lui, nous devons comprendre que nous
n'avons besoin de rien ni de personne en dehors de Jésus Christ. Que peut-il nous manquer quand
nous sommes en Christ ? Lorsque nous avons tout pleinement en quelqu'un, nous ne pouvons
manquer de rien ! Ouvrons nos cœurs à la révélation du Saint-Esprit. Acceptons, par la foi, ce que
Dieu nous révèle. Nous pouvons alors dire avec Dieu : "J'ai tout pleinement en Jésus. Même si
certaines choses ne sont pas encore visibles dans ma vie, quand je sais que je suis en Christ, j’ai déjà
tout pleinement en Lui". Il ne s'agit pas d'une promesse future, de quelque chose que nous devons
atteindre plus tard, ou peut-être dans le ciel, si nous y arrivons. Si nous sommes en Christ, nous
avons tout pleinement en Lui maintenant. Pour tout ce qui concerne notre esprit, notre âme, notre
corps, nos finances, notre santé, la direction divine, nous avons tout pleinement en Jésus. Mais si
Christ nous suffit, dira-t-on, quel rôle les pasteurs ou les prophètes occupent-ils dans l’Eglise ?

« Il l’ donné les uns comme apôtres, pasteurs… »

Les Ecritures révèlent que les ministères ont été initiés par l’Esprit dans le Corps afin de conduire
l’ensemble des membres à l’unité de la Foi et à la stature parfaite de Christ. Parvenir à l’Unité de la
Foi, c’est marcher selon un seul Message, celui de la Grâce et de l’amour de Dieu en Jésus Christ. Une
fois que le Message sera établir dans le cœur de chaque membre, alors chacun pourra croître à la
mesure parfaite de Christ ! Ainsi, tous sauront à ce moment que nous avons toute la plénitude de la
divinité en nous par Jésus Christ !

Croire que nous sommes en Jésus et que nous avons tout en Lui ne doit pas dépendre de ce que nous
voyons ou ressentons en nous. Cela doit uniquement dépendre de ce que Dieu dit dans Sa Parole. Le
but de chaque ministre de Dieu consiste à dispenser la Parole dans toute son authenticité, afin
d’amener les auditeurs à la Foi et à la révélation de ce qu’ils ont déjà reçu en Christ. Chaque ministre
de Dieu dans la Nouvelle Alliance a deux tâches essentielles dans lesquelles il doit persévérer :

[NOM DE L’AUTEUR] 9
 Réconcilier le monde avec Dieu en révélant qu’Il ne leur impute plus leur faute en raison de
leur foi en la mort et en la résurrection du Seigneur Jésus Christ (Cf. le ministère de la
réconciliation)
 Révéler ou dispenser aux Croyants les grâces et les perfections infinies que Dieu a placées en
Christ pour nous (Cf. les dispensateurs des grâces de Dieu)

Dieu le Père a placé en son Fils, le Oui et l’Amen qui confirme toutes ses promesses. Cela signifie que
l’assurance de l’exaucement est pleinement assurée en nous qui sommes en Jésus Christ.

« Car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c'est en lui qu'est le oui ; c'est
pourquoi encore l'Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de Dieu. » (2 Corinthiens 1 :
20)
« En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui
qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté. » (Ephésiens 1 : 11)

Un héritier a droit à tout l'héritage de son père. En Christ, nous sommes déjà héritiers de notre Père
Céleste. Notre héritage est déjà crédité sur notre compte céleste et il concerne les biens présents
tout comme les perfections du monde à venir.

« Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par
nous en tout lieu l'odeur de sa connaissance. » (2 Corinthiens 2 : 14)

Si nous sommes en Christ, Dieu nous fait toujours triompher en Lui. La seule condition est d'être en
Christ, et de demeurer en Christ. Le Seigneur Jésus a dit : « Si vous demeurez en moi, et que mes
paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » (Jean
15 : 7)

Demeurant en Christ, je suis dans la paix. Cette paix m'est assurée par la foi en Lui. Car quiconque
croit en lui ne sera point confus. Je sais que Sa puissance travaille en moi. Je ne vais pas remporter
une petite victoire prise à l'arraché, mais un triomphe total en Christ. Le Christ a déjà triomphé à la
Croix pour moi. Toutes les Dominations et Autorités de ce monde des ténèbres ont été dépouillés de
leur puissance. Gloire à Jésus !

« En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Evangile de votre salut, en lui
vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis. » (Ephésiens 1 : 13)

Il y a maintenant un sceau sur la vie de chaque Croyant. Dans l'Antiquité, l'application d'un sceau
était un signe de propriété. Lorsqu'on appliquait un sceau sur un objet, tout le monde savait que cet
objet était la propriété d’un tel. Le sceau servait aussi à fermer une lettre, pour que personne ne
puisse l'ouvrir. Quand un document était scellé, personne n'avait le droit de l'ouvrir. Nous sommes
devenus la propriété de Dieu, puisqu’Il nous a rachetés par le sang précieux de Jésus. Il nous a scellés
par le Saint-Esprit. Cela signifie que lorsque nous sommes en Christ, plus personne n'a le droit de
nous arracher de Sa main. Certains parfois déclarent qu’il est possible qu’on puisse perdre le Salut.
Mais une déclaration aussi incrédule est extrêmement nuisible à votre foi. Ce n’est pas au moyen de
ses propres efforts qu’une personne est sauvée, mais plutôt par la Grâce. Et ce qui confère à la Grâce
toute sa particularité, c’est qu’elle est un accès que Dieu accorde à tout homme indépendamment de
ses mérites ! Mais cette faveur nous est accordée par un moyen : celui de la foi au Message d’amour
manifesté par Dieu le Père en Christ Jésus. Comme il est écrit, Il a tant aimé le monde qu’Il a donné
son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’Il ait la vie éternelle.
Ainsi, une fois que vous avez cru en l’amour du Père et que vous acceptiez le don de sa grâce en
Jésus Christ, rien ni personne ne peut vous ravir de ses mains.

[NOM DE L’AUTEUR] 10
« Ni la mort, ni la vie, ni les choses présentes, ni celles à venir ; rien ne peut vous séparer de
l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur »

Aujourd'hui, puisque nous sommes parvenus aux temps de la fin, la séduction grandit partout. Toutes
sortes de doctrines mensongères se répandent, au détriment de la prédication de la Grâce et de
l’amour du Père. Dieu veut que Ses brebis entendent Sa voix. Il veut qu'elles aient une pleine
révélation de Sa Parole. C’est pour cette raison que le Saint Esprit a été chargé d’enseigner les
enfants de Dieu conformément à la Vérité, celle qui rend libre et nous établit en Jésus Christ. Dieu
désire nous révéler Sa Parole. Et l’idée centrale de cette Parole, c’est l’amour et la Grâce qu’il a
manifesté envers tout homme en Jésus Christ. Dieu sait mieux que personne combien de fois les
hommes ont besoin de saisir cet amour. Il ne veut pas que Sa Parole soit l'objet d'interprétations
particulières. La seule interprétation vraie est celle du Saint Esprit, mandaté pour nous instruire
conformément à la Vérité. Le péché demeure à ce jour le problème insoluble des religions et de
toutes ces institutions légalistes qui occultent l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ. On
n’enseigne pas aux hommes que le problème du péché a été réglé une bonne fois pour toute,
puisque Dieu ne désire pas que les hommes soient disqualifiés de sa Grâce à cause de leur faiblesse.
Ainsi, les gens luttent à vouloir être agréables à Dieu en usant des bonnes œuvres comme un
élément de change pour recevoir la Grâce et l’amour de Dieu. Or, une telle dynamique ne réussit à
personne.

« Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous (sur la croix), afin que
nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5 : 21)

En Christ, nous devenons justice de Dieu. Il ne Se contente pas de nous donner Sa justice, mais nous
devenons en Lui justice de Dieu ! Cela signifie que nous recevons la même nature que Lui. Nous ne
devenons pas Dieu, mais nous devenons participants de Sa nature divine. Christ a payé entièrement
le prix de notre rachat. Il a lavé nos péchés et nous a donné une nouvelle nature. Il nous conduit lui-
même à une sainteté parfaite à travers Sa Parole. En Christ, nous devenons justice de Dieu ! Il a pris
ces pécheurs corrompus que nous étions tous, et nous a transformés, régénérés à Son image ! A tel
point que lorsque Dieu nous regarde, Il peut dire : "Tu es devenu ma justice, en Christ" Vous pouvez
avec assurance confesser cette Vérité de foi : "Je suis la justice de Dieu en Jésus Christ"

Plusieurs prêchent qu’il faut atteindre Dieu par les œuvres. Or, ceci est une hérésie qui va vous
éloigner considérablement de Sa personne. Israël a pensé obtenir la justice de Dieu sur la base des
œuvres. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les maitres de la loi, les pharisiens et les sadducéens
ont combattu la Grâce en Jésus Christ.

«…Les Païens qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la
foi. Tandis qu’Israël, qui cherchait une loi de justice, n’est pas parvenu à cette loi. Pourquoi ?
Israël l’a cherchée non par la foi, mais comme provenant des œuvres… » (Romains 9V30-32)

Le Seigneur nous a déjà fait du bien. Sa Parole nous a été donnée pour nous faire du bien. Vous savez
que Jésus est la Parole. Chaque fois que nous entendons une Parole fondée sur le message de la
Grâce, conformément à la vérité, elle nous édifie davantage en Jésus Christ. La Grâce nous fait
reposer en Dieu et nous donne d’apprécier ses œuvres. N'oublions jamais que l’Evangile que nous
annonçons est sorti du cœur du Père pour nous. Le Saint-Esprit est à l'œuvre pour nous conduire à la
perfection du Christ par la prédication de l’Evangile. Dieu veut notre perfection et notre sainteté. Il
désire que nous soyons semblables à l'image de Son Fils et cela ne peut être le fruit de nos efforts
personnels. Dans l'épître aux Colossiens, l'apôtre Paul dit ceci parlant de l’Esprit Saint :

[NOM DE L’AUTEUR] 11
« Il est au milieu de vous, et dans le monde entier ; il porte des fruits, et il va grandissant, comme
c'est aussi le cas parmi vous, depuis le jour où vous avez entendu et connu la grâce de Dieu
conformément à la vérité. » (Colossiens 1 : 6)

Si les hommes veulent porter du fruit, ils doivent demeurer dans ce message de la Grâce qui vous est
annoncé. La loi est incapable de vous édifier en Dieu et d’engendrer en vous des fruits de justice. Ce
n’est pas en demandant aux hommes de changer de vie qu’ils pourront le faire ou même qu’ils
pourront se rapprocher de Dieu. Conduisez-les à Jésus Christ qui produira en eux du fruit.

Dans sa lettre aux Colossiens, Paul parle du Seigneur, de Son Evangile et de Sa Parole. Le Seigneur est
au milieu de nous, Il est en nous par Son Esprit. Il porte des fruits. J'aime bien la manière dont Paul le
dit : "Le Seigneur est au milieu de vous, il porte des fruits." Il ne dit pas : "Vous, Colossiens, vous
portez des fruits." Pourquoi ? Parce que Dieu habitait dans le cœur des Colossiens. Et lorsque le
Seigneur habite dans un cœur, par votre foi Il porte des fruits.

« Car nous avons été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées
d'avance, afin que nous les pratiquions. » (Ephésiens 2 : 10)

C'est Dieu qui a préparé d’avance ces bonnes œuvres que nous sommes censés pratiquer en Christ.
C'est Lui qui nous y fait entrer. C'est Lui qui agit en nous par Son Esprit pour nous faire porter Ses
fruits et nous faire pratiquer ces bonnes œuvres. Il nous demande seulement de garder nos yeux sur
Lui et d'être remplis de foi en sa Parole et en la puissance qu’Il nous a communiquée par le don de sa
Personne.

Tout nous a été donné par le Père, en Jésus, par l'action du Saint-Esprit. Nous l'avons reçu par la foi.
Nous n'avions aucun mérite. Nous avons reçu ces choses parce qu'elles nous ont été révélées par le
Saint-Esprit. La lumière s'est faite dans nos cœurs. Nous sommes dans l'allégresse et nous rendons
grâce au Père.

« Ce n’est pas à dire que nous soyons capables d’une chose comme provenant de nous. Notre
capacité vent de Dieu »

Je n'étais capable de rien, sinon de faire des bêtises. Je me croyais capable de beaucoup de choses.
Mais Dieu m'a montré que j'étais un incapable, à cause de la confiance que je plaçais en ma nature
humaine. Il a fallu que cette nature humaine soit engloutie dans la mort de Jésus à la Croix. Le
Seigneur m'a montré qu'il n'y avait rien à espérer de cette vieille nature. Je ne devais pas tenter de la
rendre parfaite, en m’efforçant à certaines œuvres. Tout ce que j’ai à faire c’est de revêtir l’homme
nouveau, en marchant par la foi en ce que j’ai été rendu semblable à Christ par Dieu.

N'essaie pas de tirer quelque chose de ta nature personnelle. Arrête-toi ! Le Seigneur ne veut pas
raccommoder un vieil habit avec un vêtement neuf, ni remplir de vieilles outres avec du vin nouveau.
C’est pourquoi Il a mis à mort cette vieille nature. Le Seigneur nous a donné un Evangile tout simple,
qu'Il veut nous révéler par Son Esprit. Il veut nous faire comprendre que nous étions complètement
corrompus dans notre nature personnelle. Mais Il nous a aimés dans l'état où nous nous trouvions.
Au point qu'Il n'a pas eu d'autre solution que d'envoyer Jésus mourir pour nous. En mourant pour
nous, Il a entraînés notre vieille nature dans Sa mort. Le problème de notre nature passée est
définitivement réglé. Quand Jésus est ressuscité par la puissance de Dieu, Il a ressuscité en Lui et
avec Lui tous ceux que Dieu connaissait d'avance, et qui allaient répondre favorablement à cet acte
amour qu’Il nous a manifesté en Christ. Et ceux-ci, Il les prédestina à la gloire. Lorsque Jésus est
ressuscité, Il a abandonné au fond du tombeau leur vieille nature afin de leur communiquera une
Nouvelle Nature.

[NOM DE L’AUTEUR] 12
Nous devons donc persévérer dans le travail de la sanctification pratique, qui se fait dans la foi et la
compréhension de ce que nous sommes déjà en Christ. A mesure qu'Il nous révèle ce que nous
sommes en Lui, la lumière se fait dans nos cœurs et nous nous purifions de la mentalité du vieil
homme. Nous marchons dans cette lumière. Nous nous regardons comme Christ nous voit. Cette foi
que nous avons en Lui nous donne la puissance de vaincre notre monde avec tout son lot
d’imperfections.

« La loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. »
(Romains 8 : 2)

Il existe un principe ou une loi de vie pour nous qui sommes en Christ. Cette loi anéanti le péché et la
mort conformément à l’Evangile qui est annoncé et dans lequel nous croyons. Quand nous luttons
contre les mauvaises habitudes, il nous est impossible de le faire par notre seule volonté ou par nos
bonnes résolutions. Si nous procédons ainsi, nous nous retrouverons dans une impasse. Nous serons
découragés et nous risquerons d'abandonner la Foi. Ceci est valable pour tout ce que nous aimerions
manifester en Jésus Christ. Dire aux gens de mener une bonne vie sans faillir en quoi que ce soit, ce
serait comme si on leur suggérait de ne plus tomber malades ou d’être parfaits en toutes choses. Car
la même chair qui produit le péché est la même qui produit la maladie, la peur, l’incrédulité, la
frustration…etc. Elle produit ces choses en vertu d’une loi, que vous ne pourrez supplanter
uniquement par votre volonté ou vos résolutions. La seule façon de dégager les Croyants des réalités
imparfaites est d’ouvrir leur intelligence à une autre loi : celle de l’esprit de vie en Jésus Christ. Cette
loi est active lorsqu’on révèle à une personne les œuvres parfaites qui ont été accompli en sa faveur
par Dieu le Père en son Fils Jésus Christ. Il s’agit d’un principe de transformation initié par la loi de
l’esprit de vie en Jésus Christ. La révélation de la Parole aura pour effet d’engendrer en vous la foi, de
renouveler votre intelligence et de vous transformer en l’image du Fils.

« Nous tous qui le visage découvert contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur
Jésus, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire… »

Un message de condamnation est impropre à la Foi. Prêchez une sanctification charnelle basée sur
les œuvres et je peux vous assurer que vos auditeurs s’éloigneront non seulement de Dieu, mais de
plus en plus du véritable modèle de sanctification. Au pire des cas ils agiront par crainte et
s’efforceront de garder une apparence de piété, comme ces docteurs de la loi qui se sont opposés au
Seigneur.

« La vie et la mort sont au pouvoir de la langue… »

Certains prédicateurs communiquent littéralement la mort à leurs auditeurs à cause du contenu du


message qu’ils véhiculent. Ils passent le clair de leur temps à promouvoir le péché et la
condamnation, suscitant la peur et l’effroi dans le cœur de ceux qui les écoutent. Communiquer la
mort, c’est faire prendre conscience du vieil homme à ceux qui ont été dégagés de cette nature.
Nous ne devons pas agir comme si le Salut s’obtenait par la pratique de bonnes œuvres au détriment
de la foi en Jésus Christ ! La loi est incapable d’apporter le repos dans les cœurs, conformément à la
vérité que nous professons en Jésus Christ. La plupart du temps, ce type de prédications sont
inspirées de visions ou prophéties charnelles, qui ont pour but de détourner les frères de la Foi et de
la Vérité.

Nous devons imiter le Seigneur Jésus Christ, dont le ministère terrestre était fondé sur un message
d’amour et de Grâce. Quand il était face à une personne malade ou un pécheur, le Seigneur lui
communiquait ce message : « Tes péchés te sont pardonnés »
Cette attitude scandalisait les maîtres de la loi qui ne croyaient pas en la rémission des péchés et en

[NOM DE L’AUTEUR] 13
la Grâce que véhiculait le Christ. C’est pourquoi le Seigneur était dur avec ces personnes qui
n’avaient pas en eux l’amour du Père et qui marchaient selon l’esprit du monde.

De nombreuses personnes se méprennent sur la nature de l’esprit du monde. Ils ne comprennent


pas que cet esprit est celui de l’Antéchrist, et que sa particularité est de s’opposer farouchement au
message de la Grâce et de l’amour de Dieu.

« Voici comment l’amour de Dieu a été manifesté envers nous : Dieu a envoyé son Fils unique
dans le monde afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste non pas en ce que nous avons
aimé Dieu, mais en ce qu’Il nous a aimés et qu’Il a envoyé son Fils comme victime expiatoire
pour nos péchés. » (1 Jean 4 : 9-10)

Si les pécheurs à qui le Seigneur prêchait la Grâce étaient du monde, ils s’opposeraient tout comme
les pharisiens et les docteurs de la loi à ce Message. Mais au lieu de le combattre, il crut en ce
Message de Vie et l’Esprit lui-même attestait par la bouche du Seigneur qu’ils étaient aussi des
enfants du Royaume.

« Mes brebis entendent ma voix. Moi je les connais et elles me suivent. Je leur donne la vie
éternelle ; elles ne périront jamais, et personne ne les arrachera de mes mains. Mon Père qui me
les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les arracher de la main du Père. »
(Jean 10V7-29)

Observez les propos du Seigneur ! Il ne dit pas que ses brebis méritent la vie éternelle. Il dit : « Je
leur donne la vie éternelle. » Le Seigneur a voulu reprendre le plan qui avait été arrêté avant la
chute d'Adam et d'Eve. Il veut Se former un peuple à l'image de Son Fils. Ce peuple est l'Eglise. Dieu
se sent particulièrement concerné par ce projet plus que vous l’imaginez. La religion a voulu charger
les hommes de ce projet qui dépasse de loin toutes les espérances et les capacités humaines. Jamais
un homme ne peut travailler par ses œuvres à parvenir à la ressemblance du Fils, qui n’est autre que
Dieu dans une condition humaine. Le seul moyen d’atteindre la perfection est d’avoir foi en Jésus
Christ. Par cette foi, les Croyants reçoivent en esprit la nature parfaite du Fils. Cette Nouvelle Nature
a été créée sans péché à l'image de Jésus.

Le Seigneur Jésus a tout accompli pour nous dans Sa vie, Sa mort, et Sa résurrection. Il nous offre le
cadeau royal d'une nouvelle nature qu'Il a déjà rendue parfaite en Lui. Ce qu'Il a réussi à faire se
manifestera dans notre vie, par la puissance de Son Esprit, si nous gardons la foi en Lui. Quel repos de
posséder cette assurance ! Et même la loi a prophétisé ses évènements des siècles avant que ce plan
ne soit manifesté par Christ aux hommes :

« Eternel, tu mets en nous la Paix, car tout ce que nous faisons c’est toi qui l’accomplis pour
nous »
(Esaïe 26V12)

Nous pouvons enfin entrer dans les œuvres préparées d'avance par Dieu. S'il nous arrive ensuite de
nous lever à une heure du matin pour prier, ce sera simplement parce que l'Esprit nous conduira à le
faire ! Nous n'aurons aucun mérite. Entrer dans le repos de Dieu, c’est se laisser guider et inspirer par
l’Esprit du Seigneur en tout point de vu. Les œuvres que nous produirons dans notre vie de tous les
jours, sont simplement la preuve visible que nous sommes dans la Foi, et que nous avons compris la
Parole de Dieu. Il n’est pas pénible d’entendre la voix de l’Esprit et de se laisser conduire par lui. Si
vous êtes en Christ, Dieu communique continuellement sa Vérité à votre esprit. La seule barrière qui
pourrait exister cependant entre vous et Dieu sera votre intelligence non renouvelée par la Parole.
Lorsque votre intelligence sera reconditionnée par la Parole de Dieu, vous serez plus sensibles à la

[NOM DE L’AUTEUR] 14
voix du Seigneur. Vous pourrez alors la distinguer à travers les circonstances de votre vie, en
méditant les Ecritures, ou même par une inspiration intérieure.

En écoutant sa voix, le Seigneur veut engendrer en vous des œuvres de Foi. Nous verrons plus en
détail en quoi consistent ces œuvres. Néanmoins, je tiens à souligner que les œuvres de Foi sont
souvent mal interprétées au point de nuire à la Saine doctrine.

« La foi sans les œuvres est morte. »

En effet, c’est dans sa nature que la foi véritable aboutisse à des œuvres. La foi véritable désigne
toute croyance fondée sur les œuvres qui ont été accomplies par le Seigneur Jésus. Ce type de foi ne
peut jamais laisser une personne stérile puisqu’elle engage Dieu à travers sa Parole. Etant donné que
Dieu reste fidèle à sa Parole, une foi saine ne peut produire que des œuvres à terme. Quand nous
avons reçu la révélation de la Parole, elle produira Ses œuvres dans notre vie. Nous les accomplirons
naturellement sans effort ou mérite personnel. L’efficacité avec laquelle nous ferons preuve dans nos
actions sera animée par la puissance du Saint-Esprit et non par nos propres capacités.

« Notre capacité vient de Dieu »

La notion d’effort suggère que nous puisons en nous-mêmes des ressources pour agir d’une certaine
façon. L’effort suggère le travail de la chair, contrairement au travail de l’esprit qui engage la
dynamique du Saint Esprit. Cela dit, étant en Christ nous sommes conduits à réaliser de nobles et
grandes actions. Car le Seigneur a souligné que quiconque croit en lui, fera les œuvres qu’il a faites et
bien plus. C’est pourquoi le Saint-Esprit veut toujours ramener notre attention sur Jésus et sur Son
œuvre, jusqu'à ce que nous ayons tous compris, et qu'en comprenant, nous puissions entrer dans
une dimension incontestable de faveur divine.

Des vents de doctrines soufflent pour nous égarer et détourner nos yeux de Jésus et de Son Evangile
pur et simple. Combien de Chrétiens sont séduits aujourd'hui, pour la simple raison qu'ils ont quitté
du regard le Seigneur Jésus et son message de Grâce ! Ils n'arrivent pas à vaincre les réalités hostiles
de la vie, parce qu'ils n'ont pas foi en la Parole de Dieu. Ils se tournent donc vers toutes sortes de
méthodes, incapables de produire en eux une foi saine. Tout ceci, pour la simple raison qu’ils n’ont
pas une bonne compréhension du Message de la Grâce et de l’amour de Dieu.

On entend souvent dire que Dieu n’exauce pas les pécheurs et pour cette raison, nous devons avoir
une conduite irréprochable pour mériter ces faveurs. Ce genre de message légaliste et erroné ne
peut conduire les hommes à la perfection. Si Dieu n’exauce pas les pécheurs, pourquoi donc
exaucerait-il les démons ? Dieu fait lever son soleil aussi bien sur les justes que sur les injustes
comme le confirme Sa Parole. Alors comment peut-on croire qu’il n’exauce pas les pécheurs. Durant
tout son ministère terrestre, Il n’a cessé de faire du bien à des pécheurs, en les délivrant de leurs
infirmités et de leurs misères.

« Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ au temps marqué, est mort pour des impies.
A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être aurait le courage de mourir pour un
homme qui est bon. Mais en ceci, Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions
encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5 : 6-8)
« Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous
donnerait-il pas aussi toutes choses avec lui » (Romains 8V32)

Le problème avec certains Chrétiens, c’est qu’ils n’arrivent pas à trancher définitivement entre la loi
ou l’ancien testament et la Grâce. Ils ne savent pas que la loi n’a pas été instituée par le Véritable et

[NOM DE L’AUTEUR] 15
qu’elle est venue condamner la création entière. Certains affirment à tort que Christ n’est pas venu
abolir la loi, sans toutefois comprendre le fond de cette déclaration.

La loi exige que l’homme soit irréprochable en termes de conduite, afin d’hériter des promesses et
faveurs de Dieu. Elle stipule aussi que quiconque pèche contre un seul commandement se rend
coupable de tous les commandements de la loi. Aucun homme ne pouvait atteindre le standard de
perfection exigé par la loi. Ainsi, les hommes n’ont pu accéder aux perfections de Dieu et ont dû subir
le poids de la condamnation. Cependant, Dieu s’est dépouillé de sa condition divine et s’est présenté
à l’humanité dans une condition humaine, avec la gloire du Fils Unique de Dieu. En prenant la
condition humaine, son but n’était pas d’abolir la loi, mais de l’accomplir en faveur des hommes. Le
Seigneur Jésus est le seul qui a pu être déclaré juste sur la base de la loi. Il l’a fait afin de palier à la
faiblesse des hommes, incapables d’être justes selon la loi par leurs propres mérites. Quand Il
accompli cet acte, le mérite obtenu a été communiqué d’avance à tous ceux qui espéreraient en Lui.
Par conséquent, le Croyant ou le Chrétien n’est pas celui qui est tenu d’obéir une fois de plus à la loi.
Car conformément à la Foi, Christ l’a déjà fait pour lui sans faillir en quoi que ce soit. Le Croyant est
donc celui qui a accès par la foi aux promesses et bénédictions qui ont été placé en Christ, à cause de
son obéissance à la loi.

« Christ est la fin de la loi pour tous ceux qui croient… »

Quand nous avons compris que Christ a déjà remporté la victoire pour nous, qu'Il nous a rendus
parfaits en Lui, qu'en Lui nous avons reçu un plein salut, une pleine sainteté, une pleine perfection,
cela se traduira inexorablement dans notre vie de tous les jours.

Le Seigneur Jésus a triomphé du monde par son obéissance à la loi. Celui qui croit en Lui, qui est en
Lui et qui marche dans cette révélation, possède aussi le triomphe sur le monde.

« Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous
étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a
vieilli. » (Romains 7 : 6)

Comprenons que nous ne pouvons pas nous regarder comme morts à la loi, si nous continuons à
juger selon la chair. Sans quoi, nous continuerons à observer nos actions dans la chair pour juger de
notre perfection au lieu de juger par la Parole. À partir du moment où je sais, dans mon cœur, que je
suis mort en Christ, je peux me regarder comme mort à la loi et à tous ces principes de l’ancienne
création. Ce n'est pas une idéalisation de la vie chrétienne, ni une invention de l'imagination. C'est
une puissante révélation du Seigneur ! Paul avait reçu la révélation qu'il était mort en Christ.

« Ce n’est plus moi qui vit, c’est Christ qui vit en moi »

Malheureusement aussi longtemps qu’une personne est jugée selon la loi, l’œuvre du Christ n’a
aucun effet pour elle. Les gens ignorent qu’en s’accrochant à la loi, ils méprisent la Grâce et l’amour
de Dieu en Jésus Christ. Ils se condamnent eux-mêmes et mourront dans leurs péchés, car ils se
détournent de l’espérance de l’Evangile. Ils ne comprennent pas que Dieu a pourvu à ce que la Grâce
leur soit communiquée, à cause de leur incapacité à être parfaits par les œuvres de la loi. Ils se
disqualifient du Plan parfait que Dieu a résolu en Lui-même pour sauver le monde de ses péchés.

« Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes
déchus de la grâce. » (Galates 5 : 4)

La justification dans la loi est celle des œuvres que certains prônent. Elle consiste à vouloir se
rapprocher de Dieu sur la base de nos propres performances. Les Ecritures révèlent qu’une personne
qui agit ainsi est "Séparée" de Christ, "Déchue" de la Grâce.
[NOM DE L’AUTEUR] 16
Le message de la Grâce et notre Unité en Christ ou en Dieu sont liés. La meilleure manière de vous
écarter du plan de Dieu et même de sa Personne, est de chercher à vous justifier devant Lui à travers
vos propres œuvres. Un frère ou une sœur en Christ est une personne totalement en conformité
avec la Grâce et l’amour du Père, manifesté en Jésus Christ.

« La lettre tue, mais l’esprit vivifie »

La lettre symbolise le ministère de la loi. Certaines personnes n’ont pas la révélation qu’ils ont été
définitivement dégagés de la loi, par la mort du Christ. Et que par sa résurrection, elles ont été déjà
justifiées en Christ. On leur prêche certes des commandements qui sont excellents. Mais on ne leur
prêche pas le fondement de l'Evangile, c'est-à-dire le message de la Croix, le message de notre mort
et de notre résurrection en Christ.

La conception que les hommes ont de la justice de Dieu est totalement erronée. La justice de Dieu
n’a rien à voir avec la manière dont Dieu sanctionnerait une personne parce qu’elle n’aurait pas bien
agit. Je vais vous donner une image qui vous permettra de comprendre en quoi un individu agit mal
aux yeux de Dieu. Les Ecritures nous rapportent l’histoire de deux hommes qui étaient des disciples
du Seigneur Jésus. L’un s’appelait Pierre et l’autre Judas. Pierre fit au Seigneur le serment qu’il ne
l’abandonnerait jamais même s’il arriverait que tous les autres disciples l’abandonnent. Judas s’est
abstenu de faire une telle promesse, mais il livra le Seigneur Jésus entre les mains des Juifs qui en
voulaient à sa vie. Quand le Seigneur fut arrêté, Pierre renia par trois fois le Seigneur Jésus en
indiquant qu’il ne le connaissait pas et qu’il n’était pas l’un de ses disciples. Il se rendit compte de son
erreur et de la promesse qu’il avait faite. Il s’en alla et pleura amèrement, regrettant l’acte qu’il avait
posé. Judas quant à lui, envahit par le remord, s’en alla et mis fin à sa vie en se pendant. Qui des
deux a mal agit aux yeux de Dieu ? Certains diront que Judas a mal agit parce qu’il a livré le Seigneur
Jésus. D’autres par contre indexeront Pierre qui a renié publiquement le Seigneur. D’autant plus,
ajouteront-ils que le Seigneur a souligné qu’il reniera devant les anges celui qui l’aura renié devant
les hommes. Mais en vérité, le Seigneur s’adressait aux Légalistes et non aux Croyants. Car
contrairement aux Croyants ou Chrétiens, les Légalistes sont jugés selon la mesure des œuvres et
non selon la mesure de la foi. Aux yeux de Dieu, Pierre est irréprochable en raison de sa foi en Christ.
Il est certainement celui qui a bien agit contrairement à Judas. Car il s’est tenu dans la volonté de
Dieu, laquelle volonté est d’amener l’homme à la repentance et au salut.

Nous sommes sur le point d’aborder un aspect très essentiel dans la Foi. Il s’agit du modèle de
Repentance selon Dieu.

Pierre était dans l’incapacité de se tenir lui-même dans la volonté de Dieu et d’être parfait aux yeux
de Dieu sur la base de ses propres efforts. Cette expérience très amère lui permit de s’en rendre
compte et d’être conduit à la repentance, c’est-à-dire en l’acception du don de la Grâce et de la
justice. En réalité, la véritable repentance consiste à reconnaître les limites de ses propres efforts de
sanctification et de perfection, afin de saisir la Grâce du salut en Jésus Christ. Sur la base des œuvres,
Pierre et Judas étaient tous les deux disqualifiés. Mais la Foi a suffi à sauver Pierre de la culpabilité et
même de la mort. Il croyait en la Grâce et en l’amour de Dieu contrairement à Judas. Les fils de
perdition ne sont autres que ceux qui s’obstinent à refuser ou à conditionner le don de la Grâce et de
la justice en Jésus Christ. Car ceux-ci n’auront jamais part à la rémission des péchés et en la justice de
Dieu.

Ne nous conformons pas en cette repentance charnelle dans laquelle l’œuvre du Seigneur Jésus est
occultée. La véritable repentance est une action initiée par le Saint Esprit. Je me souviens encore de
ce qui s’est passé le jour de ma conversion. Ce jour, je fus convaincu du seul péché qui conduit à la

[NOM DE L’AUTEUR] 17
mort : celui de ne pas avoir réellement cru que le sacrifice du Seigneur Jésus m’avait libéré de la
condamnation. J’ai compris en ce jour que toutes mes tentatives de plaire à Dieu sur la base de mes
propres mérites étaient vaines et insignifiantes, devant la perfection de l’œuvre du Seigneur Jésus
Christ. J’ai eu la conviction que tant que je lutterais avec moi-même, jamais je ne pourrais saisir la
Grâce du Salut qui a été pourvue en Lui. Vous devez vous aussi faire ce pas de Foi afin d’être agréable
à Dieu. N’espérez pas en votre sainteté charnelle ou en vos bonnes œuvres pour être sauvés, mais
regardez à Christ qui est mort pour vos péchés et qui est ressuscité pour prouver votre justification.

Dans la Foi et conformément à la Parole de Dieu, on qualifie une personne de « juste » lorsqu’elle est
irréprochable et parfaite dans sa conscience en raison de sa foi en l’œuvre du Christ. Une personne
est juste aux yeux de Dieu, en raison de sa foi en Jésus Christ et non à cause de ses propres mérites.
Autrement dit, c’est uniquement par la foi qu’une personne placera en Jésus, que celle-ci pourra
garder une pureté de conscience à l’égard de Dieu et accéder à toutes ses grâces, y compris celles de
manifester des œuvres de justice. Dieu ayant pourvu à ce que nous soyons saints et irrépréhensibles
en vertu de la Grâce (Cf. Ephésiens 1V4), n’importe quel pécheur, peut accéder à cette réalité par la
foi et se trouver parfait en Jésus.

« …En lui est révélée la justice de Dieu par la Foi et pour la foi, selon qu’il est écrit : Le juste
vivra par la Foi. » (Romains 1V17)

Les Ecritures nous relatent l’histoire d’un bandit qui avait été sauvé de la condamnation, en vertu de
sa foi en la Grâce de Dieu. En dépit de ses fautes et de son imperfection dans la chair, ce brigand
pouvait parler avec assurance au Seigneur Jésus : « Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton
règne. » (Cf. Luc 23V42). Une vérité qu’il a pu saisir au soir de sa vie : « …là où le péché a abondé, la
grâce a surabondé » (Romains 5V20)

La Bible est un ensemble de plusieurs livres et Textes sacrés. Elle comporte officiellement 66 livres,
écrits sur une période de 1500 ans, par une quarantaine d’auteurs. Chacun de ces livres traite une
thématique qui a pour but de conduire l’homme à une connaissance plus parfaite de Dieu et de sa
justice.

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger,
pour instruire dans la justice » (2 Timothée 3V16)

Ces Textes sont utiles pour enseigner, convaincre, corriger, et instruire conformément à la justice (Cf.
2 Timothée 3V16). Ainsi toute interprétation des Saintes Ecritures doit pouvoir démontrer la manière
dont la justice s’y révèle. Et comme nous l’avons introduit, la justice est une conception purement
spirituelle, qui prend tout son sens à travers la foi en l’œuvre de Rédemption accomplie par le
Seigneur Jésus.

« Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles
qui rendent témoignage de moi. » (Jean 5V39)

En Jésus, la justice de Dieu se révèle en ce qu’il s’est offert à travers son sacrifice pour sauver le
monde du péché et de toutes sortes d’imperfections. En lui, la justice des Croyants est aussi établie
en ce qu’ils ont cru en son œuvre. Les Ecritures sont aussi habilitées à nous démontrer la
condamnation qui prévaut sur les hommes qui ne se tiennent pas dans la justice, en raison de leur
incrédulité en la Grâce manifestée par Dieu. Il y a donc trois points qu’expose la justice :

 La justice de Dieu : elle justifie gratuitement les hommes à travers le Seigneur Jésus.
 La justice du Croyant : Elle établit le fait que le Croyant soit une personne parfaite et
irrépréhensible en raison de sa foi en Jésus Christ.

[NOM DE L’AUTEUR] 18
 La culpabilité du pécheur : Elle place sur l’homme le poids de ses fautes à cause de son
incrédulité en la Grâce du Seigneur Jésus Christ.

Vous verrez donc ces trois points fondamentaux dans toutes les Ecritures. Nous pouvons affirmer
qu’une personne est coupable aux yeux de Dieu, aussi longtemps qu’elle ne se tient pas dans la
justice de Dieu. Durant toute la période de l’Ancienne Alliance ou de l’Ancien Testament, la justice
est révélée à travers des ombres et symboles. Puis dans la Nouvelle Alliance ou Nouveau Testament,
tous ces symboles et ombres trouvent leur accomplissement en Jésus Christ.

De façon classique, lorsque vous tenez une Bible physique entre vos mains, l’Ancien Testament part
généralement du livre de la Genèse à celui de Malachie. Et, le Nouveau Testament part du livre de
Matthieu à celui de l’Apocalypse. Mais en réalité, la période de l’Ancienne Alliance d’un point de vu
scripturaire, ne débute pas précisément à la Genèse. De même que celle du Nouveau Testament ne
prend pas effet à partie du livre de Matthieu. Comment peut-on spécifier scripturairement l’Ancien
Testament (Ancienne Alliance) et le Nouveau Testament (Nouvelle Alliance) ?

« …là où il un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. » (Hébreux
9V16)

Deux testateurs figurent dans les Ecritures : Adam et le Seigneur Jésus. Adam a ouvert l’Ancien
Testament à partie de cette mort spirituelle qu’il a subi. Car l’Ancien Testament (Ancienne Alliance) a
pris acte le jour où Adam consomma le fruit de la connaissance du bien et du mal, conformément au
commandement reçu : « …tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le
jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2V16-17). Par contre, le Nouveau Testament
(Nouvelle Alliance) a pris acte le jour où le Seigneur Jésus s’est offert en sacrifice pour l’humanité (Cf.
Matthieu 27V50-52). D’autant plus que le Seigneur Jésus a vécu dans sa condition de chair, durant
toute la période de l’Ancienne Alliance (Cf. Galates 4V4). L’héritage qui a été laissé à la postérité
d’Adam en raison de sa désobéissance, a été la maladie, les efforts inaboutis, l’échec, la déchéance
morale…etc. Par contre, l’héritage qui a été légué au Seigneur Jésus à sa postérité est la gloire, la
richesse, la sainteté, la perfection morale…etc.

Dans l’Ancienne Alliance, la justice de Dieu était symbolisée par le sacrifice d’un animal pur et sans
défaut corporel. Cette justice a été révélée pour la première fois à Eden, après que la conscience de
l’homme ait été souillée par le péché. Il est révélé que Dieu fit des vêtements de peaux d’animaux
(image du sacrifice animal), afin de couvrir la nudité d’Adam et Eve (Cf. Genèse 3V21). Cette nudité
affichée d’Adam et Eve les poussa à se cacher intentionnellement de Dieu, établissant du coup leur
indignité à s’approcher de la divinité à cause du péché. Pour donc purifier leur conscience, Dieu leur
révéla sa justice à travers les vêtements de peau, symbolisant le sacrifice du Seigneur Jésus.

« Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. » (Galates 3V27)

Depuis la Genèse jusqu’à l’apocalypse, l’image d’un animal sacrifié révèle toujours la justice de Dieu ;
sa disposition à rendre l’homme parfait et à lui communiquer une conscience irréprochable, à travers
le sacrifice du Christ et non à travers les mérites du Croyant.

Même dans l’Ancienne Alliance, c’était en vertu de l’aspersion du sang d’un animal pur que le peuple
se sanctifiait et pouvait ainsi se rapprocher de la divinité. Le livre des Hébreux qui est un livre
doctrinal, nous expose en détail ces réalités.

« Or voici le point capital de ce que nous disons : nous avons un souverain sacrificateur qui s’est
assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux ; Il est ministre du sanctuaire et du
véritable tabernacle, dressé par le Seigneur et non par un homme… » (Hébreux 8V1-2)

[NOM DE L’AUTEUR] 19
L’auteur du livre des Hébreux nous présente un souverain sacrificateur que nous avons auprès de
Dieu. Contrairement au sacerdoce lévitique, il rapporte que ce souverain sacrificateur est ministre du
sanctuaire et du véritable tabernacle qui n’est pas fait de mains d’hommes. Car certains l’ignorent,
mais tout le culte qui avait été observé par les Israélites dans le désert était une représentation de
réalités célestes, comme le précise encore l’auteur : « ceux-ci (les sacrificateurs de la lignée d’Aaron)
célèbrent un culte qui est une image et une ombre des réalités célestes, selon que Moïse en fut
divinement averti, quand il allait construire le tabernacle : …tu feras tout d’après le modèle qui t’a
été montré sur la montagne. » (Hébreux 8V5 / Exode 25V40). Moïse a donc eu une vision d’un
sanctuaire et un tabernacle qu’il devait représenter afin que le souverain sacrificateur initie un culte
en faveur du peuple.

Toutefois, si le culte terrestre officié par les hommes étaient une réplique du céleste, il y avait un
certain nombre de contraintes que l’office charnel ne pouvait combler :

 Le sacerdoce lévitique était transmissible, car les souverains sacrificateurs de cette lignée
étaient tous des mortels. Or, le Seigneur Jésus qui demeure éternel possède un sacerdoce
non transmissible (Cf. Hébreux 7V23-24).
 Les souverains sacrificateurs selon la chair devaient offrir des sacrifices pour leurs propres
péchés avant d’en offrir pour le peuple. Car contrairement au Seigneur Jésus, ils étaient par
nature imparfaits et dominés par le péché (Cf. Hébreux 7V26-27).
 Dans le sacerdoce lévitique, il y avait une nécessité d’offrir plusieurs fois des sacrifices pour le
péché. Car le sang des animaux n’avaient pas la capacité de purifier une bonne fois pour
toute la conscience du peuple de ses transgressions. Mais en offrant son propre sang, il est
révélé que le Seigneur obtint une rédemption éternelle pour son peuple (Cf. Hébreux 9V11-
14).

« …Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait par la main de l’homme, imitation du
véritable, mais dans le ciel même, afin de se présenter maintenant pour nous à la face de Dieu. Il
n’y est pas entré afin de s’offrir plusieurs fois, comme le souverain sacrificateur entre chaque
année dans le sanctuaire avec du sang étranger ; car alors, le Christ aurait dû s’offrir plusieurs
fois depuis la fondation du monde. Mais maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois
pour abolir le péché par son sacrifice. » (Hébreux 9V24-26)

Pourquoi le Seigneur Jésus a dû s’offrir en sacrifice pour sauver l’humanité ? Le sacrifice du Seigneur
Jésus Christ répondait à une exigence qui a été instituée par la loi. Car sous la loi, c’est par le sang
que l’expiation des fautes étaient faite. Christ s’est offert en sacrifice, car contrairement aux
animaux, son sang était habilité à abolir le péché. Puisque la mort est le salaire du péché (Cf. Romains
6V23), il fallait anéantir le péché pour détruire le pouvoir de la mort sur le monde. Je tiens à
souligner que la mort dont il est question consiste ici est une damnation de l’homme condamné à la
géhenne (Enfers). Mais combien de personnes ont la pleine révélation que Christ est venu abolir le
péché une bonne fois pour toute par son sacrifice ? Certaines peinent à recevoir cette vérité de foi,
car le péché est ce qui fonde l’essentiel de leur relation avec Dieu.

D’après la loi, sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon (Cf. Hébreux 9V22). Pour pardonner les
péchés des hommes, il fallait donc offrir en sacrifice du sang qui soit irréprochable en termes de
justice et de sainteté. Le peuple d’Israël ayant reçu toutes les ordonnances relatives à la loi, offrait en
sacrifice le sang des animaux, afin que leurs fautes soient couvertes. Mais, il y avait tout de même
plusieurs questions insolubles que ce type de sacrifice ne parvenait pas à combler comme nous avons
pu nous en rendre compte. A cause de l’imperfection du sang des animaux, les Israélites ne
parvenaient pas à atteindre cette pureté de conscience que la loi exigeait. C’est donc pour offrir un

[NOM DE L’AUTEUR] 20
sacrifice parfait, capable d’ôter définitivement le péché, que le Seigneur Jésus est venu dans le
monde. Nous pouvons donc affirmer avec foi cette vérité : « le péché n’a aucun pouvoir dans le
monde car Christ l’a anéanti une bonne fois pour toute par son sacrifice. »

« Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que
le monde soit sauvé par lui. » (Jean 3V17)
« C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus Christ est venu dans le
monde pour sauver les pécheurs… » (1 Timothée 1V15)

Les religieux comme ce fut le cas avec les docteurs de la loi, peinent à recevoir ces vérités de Foi.
Pour eux, dire que le péché n’a aucun pouvoir dans le monde en raison du sacrifice du Christ,
voudrait dire que chacun est libre de s’adonner à toutes espèces de vices. Leurs regards est portée
sur la déchéance qui pourrait considérablement s’accroître dans ce monde, si les hommes avaient la
révélation qu’ils ont été rendus libre vis-à-vis de la loi. En ceci, ils prouvent que la loi est bonne. Mais
Dieu veut que les hommes soient parfaits comme Il l’est. Or, si la loi sanctionne les hommes pour
leur transgression, elle ne leur communique pas cette justice ou la perfection que Dieu exige de leur
part. En ceci, la loi est incapable de sauver le pécheur. Or, le but que Dieu s’est résolu à travers le Fils
a été de sauver le monde de ses péchés.

Les docteurs de la loi s’opposaient à la Grâce que Dieu communique aux hommes par le sacrifice du
Seigneur Jésus. Ils agissaient comme si c’était trop prodigieux pour Dieu d’anéantir définitivement le
péché par le sacrifice parfait du Fils. Or c’est une réalité que Dieu a résolu selon son propre conseil et
que les prophètes ont attesté :

« Je les purifierai de toutes les fautes par lesquelles ils ont péché contre moi. Je leur pardonnerai
toutes leurs fautes par lesquelles ils ont péché contre moi, par lesquelles ils se sont révoltés
contre moi. » (Jérémie 33V8)

« En ces jours-là, en ce temps-là, Oracle de l’Eternelon cherchera la faute d’Israël, et elle
n’existera plus… » (Jérémie 50V20)

Les Ecritures révèlent qu’en absence de loi, Dieu n’impute pas aux hommes leurs péchés (Cf.
Romains 5V13). Il eut donc toute une période dans l’Ancienne Alliance où les fautes des hommes
n’étaient pas prises en compte. Cette période part du début de l’Ancienne Alliance, et s’achève dès
l’instant où les commandements et ordonnances relatifs à la loi avaient été donnés à Moïse. C’est
après la traversée de la mer Rouge, précisément après que le peuple d’Israël fit trois journées de
marche dans le désert, qu’il reçut les premières prescriptions relatives à la loi (Cf. Exode 15V22-26).

Même si l’Ancienne Alliance est marquée par une longue période où les fautes des hommes n’étaient
pas imputées, cependant tous les hommes ne bénéficiaient pas des avantages cette grâce. Car, c’est
durant ce temps qu’il eut le déluge (Cf. Genèse 6V11-18) et que les habitants de Sodome et
Gomorrhe ont été détruit à cause du péché (Genèse 19V12-25). Seuls les hommes de l’Alliance
n’étaient pas sanctionnés pour leurs transgressions durant la période d’avant loi. Ces hommes
constituent la première communauté de Chrétiens ou de Croyants. Le même scénario se répète
aujourd’hui. Car Dieu n’impute plus les fautes des hommes à cause du sacrifice du Christ. Toutefois
les Croyants sont ceux qui bénéficient de cette grâce en raison de leur foi .

« Cette parole qui nous est annoncée leur était aussi annoncée. Mais elle ne trouva pas la foi chez
ceux qui l’entendirent »

Pour certains, les premiers Croyants sont issus de la Nouvelle Alliance. Or, il y avait dans l’Ancienne
Alliance, un vestige de Croyants instruits des vérités de la Foi. Les hommes de l’Alliance sont ceux qui

[NOM DE L’AUTEUR] 21
ayant entendu le mystère de la justice de Dieu, y ont répondu de manière convenable à travers leur
foi. Conscients des vérités de la Foi, David pouvait s’exprimer en ces termes : « Heureux l’homme à
qui l’Eternel n’impute pas d’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude ! » (Cf. Psaumes
32V2)

Comment David et certains hommes de l’Ancienne Alliance pouvaient saisir ces vérités de Foi ?
Certains l’ignorent, mais l’Evangile ou la Foi n’a pas débuté avec Paul, Pierre ou les Croyants de la
Nouvelle Alliance. L’épitre aux hébreux corrobore ce fait, en révélant que cette bonne nouvelle qui
est révélée Aujourd’hui, a été annoncée également dans l’Ancienne Alliance. Mais pour certains, elle
ne le servit de rien car elle ne trouva pas de foi chez eux (Cf. Hébreux 4V2). Les hommes de l’Alliance
étaient instruits dans la Foi et la justice de Dieu manifestée en Christ. Ils étaient conscients que ces
sacrifices qu’ils offraient, devaient trouver pleinement leur accomplissement en Jésus Christ.

« Les prophètes qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut
l’objet de leurs investigations, voulant sonder l’époque et les circonstances marquées par
l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d’avance les souffrances de Christ et la gloire
dont elles seraient suivies » (1Pierre 1V10-11)

Le point que nous abordions est que les fautes des hommes de l’Alliance n’étaient point prises en
compte par Dieu avant que la loi ne soit instituée. Il s’agit d’une déclaration radicale que même les
Ecritures démontrent. Car parlant du Seigneur Jésus, il est écrit :

« C’est lui que Dieu a destiné comme victime d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son
sang, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant
aux temps de sa patience. Il a voulu montrer sa justice dans le temps présent de manière à être
reconnu juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus Christ. » (Romains 3V25-26)

Dieu démontre sa justice au monde en n’imputant plus aux hommes leurs fautes à cause de leur foi
en Jésus Christ. Car même avant que la loi ne fut donnée, la justice de Dieu avait été révélée aux
hommes en ne leur imputant pas leurs fautes en raison de leur foi. On peut constater ce fait en
étudiant la vie de Certains Croyants qui ont vécu durant cette période. Les Ecritures révèlent que par
sa foi, Enoch reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu, au point où il fut enlevé afin qu’il
n’expérimente point la mort (Cf. Hébreux 11V5). Le même témoignage favorable a été rendu aussi à
Abel, qui offrit par sa foi, un sacrifice plus excellent que son frère (Cf. Hébreux 11V4). Nous pouvons
étudier la vie de n’importe quel Croyant de la période d’avant loi, nous verrons qu’aucun reproche ne
leur a été fait par Dieu, pour une faute quelconque. Est-ce à dire que les Croyants étaient parfaits en
œuvres ? Ils étaient loin d’être parfaits sur la base de leurs œuvres. Leur perfection était plutôt due à
leur foi dans la justice de Dieu. Car sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu (Cf. Hébreux
11V6)

Noé s’enivra et maudit son fils Cham. Cela ne lui empêcha pas de bénéficier des faveurs de Dieu qui
le bénit. Abraham prit pour femme Sarah, la fille de son père (Cf. Genèse 20V11-12). Or sous la loi, il
existe une prescription qui interdit formellement d’avoir des relations intimes avec la fille de son
père : « Tu ne découvriras point la nudité de ta sœur, fille de ton père ou fille de ta mère, née dans la
maison ou née or de la maison. » (Lévitique 18V9). Que ce soit Isaac, Esaü, Joseph et ses frères qui le
vendirent comme esclave, jamais ils n’avaient été justifiés par les œuvres de la loi.

Le Livre de la Genèse révèle la justice de Dieu sans les œuvres de la loi, et vous pouvez vous en
rendre compte, en considérant la grâce divine qui reposait sur les hommes de l’Alliance.
Indépendamment des fautes qu’ils commettaient, ces hommes étaient favorisés en tout point de vu
en raison de leur foi et non à cause de la qualité de leurs œuvres. Certaines personnes pensent qu’il

[NOM DE L’AUTEUR] 22
faille ajouter des œuvres à la justice de Dieu afin d’atteindre la perfection. Elles citent Jacques qui
dans son écrit a mentionné ces détails :

« …que sert-il à quelqu’un qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ? »
(Jacques 2V14)
« Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur
l’autel ? » (Jacques 2V21)
« Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement. »
(Jacques 2V24)

Nous savons qu’Abraham a existé avant que la loi ne soit donnée. De quelles œuvres Jacques fait-il
donc mention ? En toute évidence, il ne s’agit pas des œuvres de la loi puisqu’il est mentionné dans
les Ecritures que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi (Cf. Romains 3V28). Les
œuvres dont Jacques fait mention sont donc celles relatives à Foi. Il y a donc deux types d’œuvres :
les œuvres de la loi et les œuvres de la Foi. Les pharisiens et les maîtres de la loi s’efforçaient à
respecter littéralement la loi. Si c’était donc en vertu des œuvres de la loi qu’on pouvait obtenir la
justice de Dieu, les pharisiens ou les sadducéens auraient eu raison de se glorifier. Mais Jacques fait
référence aux œuvres que nous sommes censés produire à cause de notre foi dans le Seigneur. C’est
ce qu’Abraham a produit quand il n’hésita pas à offrir son fils en sacrifice. A cause de sa foi en la
promesse (Cf. Genèse 15V2-6). Dans la Nouvelle Alliance, les œuvres de Foi consistent à marcher
d’une manière conforme aux vérités de l’Evangile. Etant donné que cette Parole (l’Evangile) nous
assure toutes faveurs auprès de Dieu, Jacques nous recommande d’user de cet accès pour faire le
bien à notre prochain, afin de démontrer toute l’utilité de notre foi…

La période de la loi qui débuta après l’Exode des Israélites de l’Egypte, ne pouvait révéler la justice de
Dieu aux hommes. Car, la justice de Dieu n’est démontrée qu’en absence de loi comme le souligne
les Ecritures : « …sans la loi est manifestée la justice de Dieu » (Romains 3V21). Durant cette
période, il était impossible pour les hommes de comprendre en quoi est ce que consistait l’amour de
Dieu, puisqu’ils étaient sanctionnés chaque fois qu’ils se détournaient de la loi. Les Croyants
n’échappaient pas aussi aux sanctions qui résultaient de leurs transgressions, car en absence de
grâce, la foi est anéantie. La période de la loi débute du temps où les commandements furent donnés
à Israël, jusqu’au temps où le Seigneur Jésus s’offrit en sacrifice pour sauver l’humanité. Les Israélites
étaient sanctionnés toutes les fois où ils agissaient à l’encontre d’une prescription de la loi. A
plusieurs reprises, les Israélites avaient été frappés pour leurs fautes. Il fut démontré durant tout ce
temps qu’aucun homme ne pouvait prétendre être parfait aux yeux de Dieu à travers les œuvres de
la loi. Ainsi, la loi n’a pas été instituée pour justifier les hommes, mais pour révéler leur faiblesse et
les condamner.

« …nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute
bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. Car nul ne sera
justifiée devant lui [Dieu] par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la
connaissance du péché » (Romains 3V19-20)
« …la loi n’est pas faite pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les
pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les meurtriers, les impudiques, les
infâmes, les voleurs d’hommes, les menteurs, les parjures, et tout ce qui est contraire à la saine
doctrine » (1 Timothée 1V9-10)

Le but de la loi a été de démontrer la culpabilité des hommes sans la justice de Dieu. Elle a prouvé
qu’il était impossible aux hommes, d’être parfaits et irrépréhensibles aux yeux de Dieu sur la base de

[NOM DE L’AUTEUR] 23
leurs œuvres. En aucun moment, il eut une période aussi similaire à celle de la loi, où les fautes des
Croyants étaient aussi exposées et condamnées dans les Ecritures. C’est durant ce temps qu’il fut
reproché à Moïse et Aaron le fait qu’ils n’aient pas cru que l’Eternel ferait sortir de l’eau du rocher,
afin d’abreuver le peuple. Et en raison de leur manque de foi, il leur fut indiqué qu’ils n’entreront pas
à Canaan (Cf. Nombres 20V10-12). La loi condamne par ailleurs l’incrédulité. Or sous la grâce, Dieu
vient au secours de notre incrédulité (Cf.)

Le manque de révélation de la Grâce et l’amour de Dieu, attire le jugement et la condamnation. C’est


la cause de toutes insatisfactions et de toutes limitations dans la vie des hommes. Même lorsque des
Croyants semblent irréprochables dans leur conscience, parce qu’ils auraient de mémoire fait tout ce
qu’ordonne la loi, il y a un élément aussi infirme soit-il qui peut les disqualifier. Ce point est d’ailleurs
révélé à travers Job, qui avait été frappé par le diable sans même qu’il eut posé un acte
condamnable. Soucieux de la justice, Job avait pour habitude d’offrir des sacrifices à Dieu pour ses
fils, de peur qu’il ne tombe sous la condamnation d’un péché quelconque (Cf. Job 1V1-5). Sous le
rapport de la loi, Job serait l’homme qui aurait été le plus apte à satisfaire toutes les exigences de
Dieu. Car l’Eternel pouvait même témoigner en sa faveur : « …Il n’y a personne comme lui sur la
Terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu et se détournant du mal. » (Cf. Job 1V8).
Comment donc la justice de Job pouvait être contestée par Satan, au point où celui-ci bénéficia d’une
légitimité pour l’éprouver ? Le livre de Job nous révèle que nul ne peut être parfait et juste de
manière incontestable sous le régime de la loi ou des œuvres, pas même le Croyant !

La loi est implacable et quiconque l’observe mais pèche contre un seul commandement, devient
coupable de toute la loi (Cf. Jacques 2V10). En somme, personne ne peut prétendre être juste sous le
rapport de la loi, c’est-à-dire sur la base exclusive ou même inclusive des œuvres. Les Croyants de
tout temps et de toute génération ont en eux l’assurance d’être agréables à Dieu non par les œuvres
de la loi, mais par la foi en Jésus Christ. C’est d’ailleurs cette vérité que Paul a ratifié dans sa lettre
aux Galates, lors d’un discours qu’il aurait fait à Pierre :

« ...sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en
Jésus Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ
et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. »
(Galates 2V16)

Si donc la loi a eu pour effet de communiquer une mauvaise conscience aux hommes vis-à-vis de
Dieu et ainsi prouver leur culpabilité, pourquoi a-t-elle été donnée ?

« Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce que vînt
la postérité à qui la promesse avait été faite ; elle a été promulguée par des Anges… » (Galates
3V19)

Les Ecritures nous révèlent trois points essentiels relatifs à la loi. Il s’agit de la cause qui justifia son
institution ; le temps durant lequel elle a été instituée ; ceux par qui elle a été instituée.

La loi a été prescrite par des Anges comme les Ecritures le révèlent. Etienne, bien avant qu’il quitte sa
condition terrestre a révélé aux juifs qu’ils avaient reçu la loi d’après le ministère des Anges (Cf. Actes
7V53). Parlant de Moïse à qui la loi a été donnée, Etienne révéla qu’il s’entretenait sur la montagne
du Sinaï avec l’Ange qui lui donna ces commandements et prescriptions (Cf. Actes 7V38). Sans la loi,
les fautes des hommes n’étaient pas imputées (Cf. Romains 5V13). Autrement dit, en absence de loi,
Dieu ne tenait pas compte du péché de l’humanité. Les Anges ont donc exercé un ministère de
condamnation pendant l’Ancienne Alliance, afin de démontrer la culpabilité des hommes et les
soumettre au jugement divin. Pour plusieurs, la loi a été institué par Dieu. Or, ce n’est pas ce que

[NOM DE L’AUTEUR] 24
démontrent les Ecritures. Certains diront à cet effet que les Anges n’auraient pas pu décréter la loi, si
Dieu ne les avait pas mandatés. Or, nous savons que Dieu a créé les Anges libres à tel enseigne qu’ils
sont capables, tout comme les humains, d’aller à l’encontre de sa volonté. Les Anges ne sont pas
esclaves des décisions de Dieu, puisqu’ils peuvent se rebeller et décider d’aller à l’encontre de sa
Parole. Le Seigneur Jésus a même illustré ce fait, en révélant que lorsque le diable dit des
mensonges, c’est de son propre fonds qu’il parle car il ne se tient pas dans la vérité (Cf. Jean 8V44).
Les Anges ont donc pu exercer ce ministère sans tenir compte du choix de Dieu. Je suis conscient du
caractère radical de ces propos. Mais il s’agit de vérités que ratifient les Ecritures.

« …la loi n’a rien amené à la perfection » (Hébreux 7V19)


« Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous
étions retenus… » (Romains 7V6)
« En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa
postérité, c’est par la justice de la foi » (Romains 4V13)

L’objectif des Anges qui ont institués la loi a été de condamner les hommes pour leurs transgressions,
afin que leur culpabilité soit attestée devant Dieu. Par conséquent, la loi s’évertue à condamner tous
ceux qui s’obstineraient à vouloir être agréable à Dieu sous le rapport d’une justice qui émanerait de
leurs bonnes œuvres.

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et, cela ne vient pas de vous,
c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres afin que personne ne se glorifie. »
(Ephésiens 2V8-9)

Si la loi a contribué à séparer les hommes de Dieu, ce n’est pas qu’elle soit mauvaise. Bien au
contraire, la loi exige un niveau d’excellence et de perfection qu’il est impossible à l’homme naturel
d’atteindre sur la base de ses propres efforts. La loi a donc créé un fossé qu’aucun homme ne pouvait
combler à cause de sa faiblesse. Certains font une grave erreur en réduisant la loi aux dix
commandements. Ils ignorent qu’elle exige bien plus de l’homme. En effet, la loi réclame trois
niveaux de perfection :

 Un niveau de perfection dans les actes


 Un niveau de perfection dans l’âme (pensées et sentiments)
 Un niveau de perfection dans l’esprit (la partie spirituelle de l’homme)

Certains commandements et bien d’autres exigences de la loi se réfèrent à un niveau de perfection


dans les actes. Mais la loi va plus loin en établissant un deuxième niveau de perfection, encore plus
difficile à atteindre. Ce deuxième niveau concerne notre âme, le siège de notre volonté, de nos
pensées et émotions. Le Seigneur Jésus l’a révélé en indiquant que celui qui regarde une femme pour
la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur (Cf. Matthieu 5V27-28).
Si certains parviennent à franchir ce deuxième niveau de perfection, il reste cependant un niveau
qu’aucun homme ne peut atteindre, qui est celui de l’esprit. Je ne veux pas trop m’attarder sur ce
troisième niveau pour le moment, qui requiert encore plus d’expérience dans la justice de Dieu et de
certaines réalités spirituelles. Néanmoins, quand on parle d’esprit, certains pensent qu’il s’agit de
leur mental. Or, l’esprit définit une réalité bien plus complexe que la plupart des hommes ignorent.
S’il y a un point que je peux aborder pour l’instant sur la question, c’est que tout homme naturel a
déjà l’esprit corrompu à cause du péché originel. Sans même avoir accompli la moindre action,
l’homme est par nature imparfait. La raison étant qu’il y a un principe de corruption et de servitude
qui est rattaché à cette création actuelle, à cause de la transgression du premier homme Adam. Or,
c’est de cette création qu’est issue tout homme naturel. Si vous êtes une personne naturelle, vous
[NOM DE L’AUTEUR] 25
êtes déjà corrompu et esclave du péché à cause de la condamnation qui pèse sur la postérité
d’Adam.

« …la création a été soumise à la vanité, non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise,
avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption… » (Romains
8V20-21)

Etant donné que l’homme naturel est issu de cette création corrompue, son esprit subi déjà le poids
de cette corruption, indépendamment de ses œuvres. Aucune action aussi bonne soit-elle ne
pourrait établir sa perfection en esprit, excepté s’il se tourne vers le Seigneur Jésus et saisisse sa
justice. Dès cet instant, l’esprit de cet homme sera créé conformément à la justice et à la perfection
de Dieu. La loi est donc venue sceller définitivement le sort des hommes en prouvant leur culpabilité.
C’est pourquoi le Seigneur Jésus a révélé la nécessité d’un homme de naître de nouveau pour entrer
dans le Royaume de Dieu (Cf. Jean 3V1-7). Car en vertu de la loi, la condamnation de l’homme issu de
la première création est déjà arrêtée.

Il eut un temps qui a été assigné à la loi. Les Ecritures mentionnent qu’elle a été donnée jusqu’à ce
que vint la postérité à qui la promesse a été faite (Cf. Galates 3V19). Et parlant de cette postérité, il
est dit qu’il s’agit de Christ (Cf. Galates 3V16).

« En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la
remplacer par une seconde. » (Cf. Hébreux 8V7)

La loi a failli aux yeux de Dieu, puisqu’elle n’a pas été capable de rapprocher les hommes de sa
Personne. C’est pourquoi il a plu à Dieu de manifester Celui dont les jours ont été annoncé depuis
l’éternité. Par sa venue, le Christ devait définitivement libérer l’humanité du péché et ainsi
manifester sa justice en dégageant les Croyants du régime de la loi. Le Seigneur Jésus n’est pas venu
abolir la loi, comme nous l’avons abordé précédemment. Mais, il est venu dégager de la loi tous ceux
qui placeraient foi en sa Personne et en son œuvre de Rédemption.

« …Je sais que le Messie doit venir (Celui qu’on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous
annoncera toutes choses. Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle. » (Jean 4V25-26)

La loi comporte un ensemble de Prophéties et de symboles, que devaient accomplir le Christ aux
jours de sa chair. Plus vous aurez une parfaite compréhension de la fonction qui a été reléguée à la
loi, plus vous pourrez saisir toute la cohérence des Saintes Ecritures. Car vous verrez qu’absolument
toute Ecriture, depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, converge vers l’accomplissement des œuvres
du Christ.

« Ne croyez pas que Je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; Je suis venu non pour
l’abolir, mais pour l’accomplir. Car Je vous dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront
point, il ne disparaitra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit
arrivé. » (Matthieu 5V17-18)

Si vous analysez les Textes de l’ancien Testament à la lumière du Christ et de son œuvre achevée,
vous serez capables de discerner tout le programme de Dieu, et la manière dont cet agenda vous
impacte positivement. L’ancien Testament pourrait être assimilé à l’esquisse qui révèle le plan de
Dieu, toujours en cours de manifestation. C’est pourquoi, le Seigneur rassure qu’aucune lettre de la
loi ne disparaitra, tant que toutes les prophéties ou les symboles n’aient pas été accomplis. Cela dit,
une bonne partie de ce programme a été accompli par le Seigneur aux jours de sa chair. Il n’est donc
plus utile de se conformer religieusement à certaines exigences, qui ont trouvé leur plein
accomplissement en Christ.

[NOM DE L’AUTEUR] 26
« Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une
nouvelle lune, ou de sabbats : c’était l’ombre des choses à venir, mais le Corps est en Christ. »
(Colossiens 2V16-17)

Le fait même que le Seigneur ait pris le soin de mentionner que son but n’était pas d’abolir la loi,
mais de l’accomplir, revêt une réalité qui n’en reste pas moins significative. En effet, le Seigneur Jésus
a remis en question un certain nombre d’instructions, qui faisaient partie de la tradition religieuse
juive.

Dans la loi, il est écrit : « œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure
pour brûlure, meurtrissure pour meurtrissure. » (Exode 21V24-25). Mais le Seigneur a affirmé :
« Vous avez appris qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, Je vous dis de ne
pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. »
(Matthieu 5V38-39).

Il est aussi mentionné dans la loi toute une liste d’animaux considérés impurs, qu’il ne fallait pas
consommer ou même toucher, au risque de se souiller (Cf. Lévitique 1V1-31). Mais, le Seigneur Jésus
a révélé : « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la
bouche, c’est ce qui souille l’homme. » (Matthieu 15V11). Il est dit que ces paroles scandalisaient
les pharisiens et les docteurs de la loi, gardiens de la tradition religieuse juive. Ils étaient choqués car
l’enseignement donné par le Seigneur Jésus, était en contradiction avec ce qu’ils avaient reçu dans la
loi. Paul, un juif converti dans la Voie du Seigneur affirmera d’une manière encore plus explicite la
pensée du Seigneur : « Ce n’est pas un aliment qui nous rapproche de Dieu : si nous en
mangeons, nous n’avons rien de plus ; si nous n’en mangeons pas, nous n’avons rien de moins. »
(1 Corinthiens 8V8)

En toute évidence, nous constatons que Christ est la fin de la loi (Cf. Romains 10V4). Il est la postérité
qui par sa venue, allait anéantir la loi et ses ordonnances. Les vérités de la Parole de Dieu, telle que
révélée dans la Foi, s’opposent radicalement aux instructions de la loi. Les enseignements de la loi ne
peuvent s’accorder aux vérités de la Foi. C’est pourquoi il a été demandé aux disciples de se garder
du levain des pharisiens, c’est-à-dire de leur enseignement (Cf. Matthieu 16V6-12). Néanmoins, ce
que la loi a de plus authentique, et qu’on pourrait souligner que Christ n’est pas venu abolir, ce sont
les prophéties et tout le symbolisme qui se réfère à sa Personne.

L’avènement du Christ était rapporté dans la loi des siècles auparavant. Les docteurs de la loi et
certains érudits étudiaient chaque signe qui se rapportait à la venue du Christ. Toute la loi comportait
des indices, qui permettraient à Israël de ne pas être surpris par les évènements qui étaient en phase
de se manifester. C’est pourquoi lorsqu’Hérode apprit la naissance de l’enfant-roi, par crainte d’être
détrôné, il assembla les savants parmi le peuple, afin de s’informer du lieu où devait naître le Christ.
Ceux-ci lui répondirent que Bethléem était la ville indiquée, et il fut angoissé par cette révélation (Cf.
Matthieu 2V1-6). Cette nouvelle pouvait troubler Hérode puisque le prophète Michée prophétisa
effectivement que de Bethléem sortira le Christ :

« Et toi, Bethléem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi Celui qui
dominera sur Israël, et dont l’origine remonte aux temps anciens, aux jours de l’éternité. »
(Michée 5V2)

Selon les exégètes, le livre de la prophétie de Michée date de 700 ans AV J-C. Cette prophétie a été
faite environ sept siècles avant la venue du Seigneur Jésus, comme d’ailleurs la plupart des
prophéties se rapportant à sa personne.

[NOM DE L’AUTEUR] 27
Le Seigneur Jésus depuis les circonstances de sa naissance, a donc démontré qu’Il est venu accomplir
la loi. En effet, un Ange du Seigneur apparut aux bergers et leur révéla la bonne nouvelle de sa
naissance : « …il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous
le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. » (Cf. Luc 2V8-
12)

Tout le symbolisme qui entoure la naissance du Christ, se réfère implacablement à la mission qu’Il est
venu accomplir : S’offrir en sacrifice tel un animal venu sauver le monde de ses péchés. C’est
pourquoi lorsque Jean-Baptiste le vit, il affirma : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du
monde. » (Jean 1V29). A travers la déclaration de Jean-Baptiste, qui présente le Messie comme
l’Agneau de Dieu, on perçoit la confusion dont devait souffrir certains juifs, qui attendaient un Messie
conquérant et puissant, qui devait régner sur Israël.

Etant donné que les chemins du Seigneur sont insondables, du moins pour l’homme naturel, les
docteurs de la loi ne perçurent pas que le Seigneur devait faire l’expiation des péchés du monde
avant de régner.

« …Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses
jours ; Et l’œuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme, Il
rassasiera ses regards ; par sa connaissance, mon serviteur Juste justifiera beaucoup d’hommes,
et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il
partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis
au nombre des malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a
intercédé pour les coupables. »
(Esaïe 53V10-12)

En dehors du fait que le Seigneur Jésus, devait régner après avoir livré sa vie pour le péché, que
savons-nous d’autre de lui ?

Le Seigneur Jésus n’était pas une personne ordinaire. A travers lui s’accomplissait tellement de
miracles et de prodiges, que Jean témoigna que si on devait consigner les détails des choses que le
Seigneur fit, le monde ne pourrait contenir les livres qu’on écrirait à son sujet (Cf. Jean 21V25). Il est
sans doute le personnage le plus déterminant de l’histoire de l’humanité, et sa venue devait marquer
un tournant décisif pour chacun d’entre nous.

Le prophète Michée dans sa prophétie, le révèle comme Celui dont les origines remontent aux temps
anciens, aux jours d’éternité (Cf. Michée 5V2). C’est donc de manière cohérente que le Seigneur
révéla aux juifs cette vérité : « Avant qu’Abraham fut, Je Suis » (Jean 8V58). Cependant, une chose
que les Juifs n’ignoraient pas, c’est que le Christ serait par nature, le Fils de Dieu. C’est bien pour
cette raison qu’après son arrestation, le souverain sacrificateur l’interrogea en ces termes : « Es-tu le
Christ, le Fils du Dieu béni ? » (Cf. Marc 14V61). Nous savons que bien plus tôt, Pierre sous
inspiration divine apporta la réponse à cette question : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.  »
(Cf. Matthieu 16V16).

A travers les Ecritures, nous avons donc l’assurance que le Seigneur Jésus est exceptionnel par
nature, puisqu’Il est le Fils de Dieu. Et, si dans la chair nous savons qu’il est issu de la lignée du roi
David (Cf. Actes 13V23), nous savons qu’en réalité, le Seigneur Jésus n’a ni généalogie, ni
commencement, ni fin de jours. Car comme Paul a eu soin de le souligner, si nous avons connu le
Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière (Cf. 2 Corinthiens
5V16).

[NOM DE L’AUTEUR] 28
Le premier chapitre de l’Evangile de Jean nous révèle que le Seigneur Jésus est la Parole faite chair,
c’est-à-dire la forme humaine de Dieu, et qu’Il s’est révélé au monde avec la gloire du Fils de Dieu (Cf.
Jean 1V1 ; Jean 1V14). De ce fait, avant qu’Il ne soit révélé au monde en tant que Fils de Dieu, le
Seigneur Jésus avait lui-même le même honneur et la même gloire que Celui qu’il appelait Père. C’est
pourquoi, l’épître aux Philippiens révèle que le Seigneur Jésus existant en forme de Dieu, a été
souverainement élevé, afin qu’en son nom, tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la
terre, et que toute langue confesse qu’Il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père (Cf. Philippiens 2V5-
11). Dieu est un Esprit Trinitaire par nature, qui se présente sous la Personne du Père, sous la
Personne du Fils, sous la Personne du Saint Esprit. Ces Trois ne sont pas distincts ou dissociables. Ils
définissent le même Etre, la même Autorité et Puissance Créatrice que nous identifions au Seul et
Véritable Dieu.

Le Messie a accompli une première partie de son œuvre, qui consistait à s’offrir en sacrifice pour le
salut du monde. Il reste cependant une seconde partie de son œuvre, qui doit se solder par
l’établissement de son règne éternel sur Terre. C’est d’ailleurs ce seul aspect qui a capté l’attention
de certains juifs, qui se sont disqualifiés en ne portant pas leur espérance en l’œuvre rédemptrice
accomplie par le Christ. La seconde venue sera consécutive à l’enlèvement de son Eglise, c’est-à-dire
l’ensemble des Croyants de tout temps, race et génération. Il s’agit d’un avènement d’une grande
importance, que le Seigneur a eu soin de consigner à travers les Ecritures :

« …lorsque Je m’en serai allé, et que Je vous aurai préparé une place, Je reviendrai, et Je vous
prendrai avec moi, afin que là où Je suis vous y soyez aussi. » (Jean 14V3)

La venue du Seigneur Jésus est une réalité tout aussi certaine que l’enlèvement des Croyants.
Lorsque Christ quittera son trône de gloire et viendra sur Terre, tous les Croyants seront enlevés
auprès de lui à sa rencontre dans les nuées. Les Croyants qui sont morts (endormis) en Christ
ressusciteront. Il s’agit de la première résurrection comme le révèle les Ecritures. Et, chaque Croyant
sera en ce jour changé de sorte à revêtir un corps incorruptible et une âme renouvelée. Ces
évènements se produiront instantanément en vertu de la puissance de Dieu. Les Croyants doivent
résolument placés leur espérance en ces réalités qui sont en cours de manifestation, d’autant plus
qu’elles ont été mentionnées dans les Ecritures (Cf. 1 Corinthiens 15V51-54 ; 1 Thessaloniciens 4V15-
17). Après l’enlèvement de l’Eglise, la terre subira la plus grande restauration qu’elle n’aura jamais
connue jusqu’alors. Car le Seigneur Jésus viendra établir son règne sur Terre pour une période de
mille ans (Cf. Apocalypse 20V6) avant de l’instaurer éternellement après la seconde résurrection et le
jugement dernier (Cf. Apocalypse 20V13-14).

[NOM DE L’AUTEUR] 29
2ème Partie : Le combat de la Foi
« Gardez-vous de ce que vous entendez… »
« La Foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu. »

En Christ réside toutes les promesses et perfections de Dieu. Nous devons demeurer en Christ en
nous conformant à son Message de Grâce et d’amour. Les bonnes œuvres sont en Christ ; La
sanctification est en Christ ; La santé est en Christ ; La richesse est en Christ ; La Sagesse et la gloire
sont en Christ…etc. En Christ se trouve le Repos car tout est pleinement accompli en lui.

« Vous avez tout pleinement en Christ, Lui qui est le Chef de toute Principauté et de toute
Domination »

Les Croyants doivent avoir la révélation qu’ils ont déjà tout pleinement en Christ. Autrement, ils
seront susceptibles de s’écarter de la Saine doctrine de la Foi.

« Je suis le Cep et vous êtes les sarments. Demeurez en moi car sans moi vous ne pouvez rien
faire. »
« Venez à moi vous qui êtes fatigués et chargés et Je vous donnerais le repos »

Dieu veut que nous demeurions dans son repos en Christ ! Il ne se plait pas à voir les hommes souffrir
et subir les aléas de la vie. Dieu est plus soucieux de notre épanouissement que nous l’imaginons. Il
n’attend pas à ce que nous lui demandions quoi que ce soit avant d’agir. Comme un Père
compatissant, Il a pourvu à ce que nous ne manquions de rien en Christ. Le problème est que tous
n’ont pas la connaissance. Il existe à ce jour des personnes qui croient à tort que Dieu est le
responsable des maux qu’elles endurent. Mais cette conception est fausse. Dieu ne gagne rien à ce
que les hommes souffrent d’une quelconque manière. Lors de son ministère terrestre en la Personne
du Christ, Dieu n’a cessé de faire du bien aux hommes.

« Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire. Moi Je suis venu afin que mes brebis
aient la vie et qu’elles soient dans l’abondance »

Dieu n’est pas la cause des fléaux qui touchent le monde. En nous plaçant en Christ, son but a été
justement de nous soustraire à toutes ces crises. Mais je le redis, tous n’ont malheureusement pas
cette connaissance. Une fois que les hommes seront établis en Christ et agiront conformément à la
Bonne Nouvelle de la Grâce, ils verront toutes leurs craintes s’évanouir.

Dieu dans son omniscience savait que le monde serait la proie des Ténèbres, des Puissances et
Dominations établies dans les lieux célestes. Ces forces génèrent les catastrophes, le manque, les
maladies, la pauvreté, et même la mort. Certains pensent que la mort vient de Dieu. Or les Ecritures
mentionnent que la mort est un ennemi qui sera détruit. Si la mort venait de Dieu, il est évident que
le Christ allait à l’encontre de Sa propre volonté en ressuscitant les morts ou en guérissant les
malades.

« Vous n’avez pas à combattre contre la chair et le sang, mais contre les Puissances… »

[NOM DE L’AUTEUR] 30
En dehors de la race humaine, il existe d’autres Etres doués de sensibilité et de conscience. Ces Etres
appartiennent au plan spirituel. Toutefois, ils peuvent s’incarner dans notre condition physique et
communiquer avec certains individus. Qu’ils s’agissent de Guides, d’Anges, de Génies, de Dieux ou
même d’Extraterrestres, il s’agit des mêmes Entités que les Ecritures révèlent comme résidant dans
les lieux célestes. Les gens ignorent que le monde actuel est sous leur domination, quoiqu’ils aient
perdus toute légitimité en Christ. Mais avant que le Seigneur Jésus n’entre en possession de son
héritage et n’établisse sa gouvernance dans le monde, ces forces exercent encore leur autorité dans
ce siècle présent. Le Seigneur Jésus a plusieurs fois révélé qu’il y avait un dieu propre à ce monde
actuel.

« Le dieu de ce monde présent »

Ces Puissances qui sont aussi identifiées aux Princes de ce siècle présent dans les Ecritures, ont
maintenu l’humanité dans une condition de servitude. En réalité, tous ceux qui ne sont pas en Christ
ont un statut d’esclaves, malgré ce qu’ils peuvent avoir ou être dans ce monde.

Ces Autorités établies dans les lieux célestes influencent ce monde, y compris l’existence de tous
ceux qui ne sont pas fermement établis en Christ. Elles peuvent littéralement imposer des limites de
tout genre à un individu. Il y a des personnes qui n’arrivent pas à enfanter malgré leur richesse
matérielle. Elles ont consulté les plus grands médecins afin de trouver une solution à leur mal. Mais
au terme de chaque consultation, elles sont toujours confrontées au même verdict insatisfaisant.
Elles finissent par se résigner et acceptent alors l’idée qu’elles sont condamnées à ne pas pouvoir
enfanter. En dehors du contexte médical, il y a des gens qui eux aussi croient fermement qu’ils sont
condamnés à échouer ; condamner à la pauvreté ; condamner à ne pas avoir de partenaire ;
condamner à la médiocrité ou à la déchéance ; condamner au vol ; condamner à la prostitution…etc.

« Il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ… »

A toutes ces personnes qui ont été condamnées à subir un manque quelconque, j’aimerais avant tout
qu’elles comprennent que ce qu’elles endurent ne vient pas du Seul et Véritable Dieu. Car ses
entrailles sont disposées à nous enrichir et à nous aimer au-delà de toute mesure. Il est très nocif
pour une personne de croire que Dieu soit la cause des épreuves ou des difficultés qu’elle endure. Si
vous admettez que Dieu vous éprouve d’une quelconque manière, je peux vous assurer que vous
endurerez cette épreuve, jusqu’à ce que ce prétendu dieu décide de vous en soustraire. Dieu ne vous
éprouve pas en vous envoyant la maladie ou la pauvreté, mais plutôt en suscitant en vous le désir de
vaincre cette maladie ou cette pauvreté.

La seule épreuve à laquelle Dieu nous confronte est tout à notre faveur. Elle consiste à nous engager
dans le combat de la Foi et à vaincre en Christ, toutes ces réalités hostiles qui ont été causées par les
Princes de ce monde. C’est à cette épreuve à laquelle le Seigneur Jésus a été confronté. Dans les
Ecritures, il nous est rapporté un récit où Il dut nourrir une foule de plus de cinq mille individus.
Avant qu’Il le fasse, les Ecritures mentionnent qu’Il éprouva ces disciples en leur demandant de
nourrir eux-mêmes cette foule. Pourquoi le Seigneur demanda à ces disciples de nourrir cette foule ?
Il voulut tout simplement ouvrir leur intelligence à deux vérités essentielles. La première vérité était
que le manque enduré par ces hommes ne venait pas de Dieu le Père. Sinon, le Christ n’ira pas à
l’encontre de la volonté du Père en décidant d’apporter à ces hommes ce qui leur manquait. La
seconde vérité était censée engendrer la foi chez les disciples. Etant donné que Dieu ne soit pas la
cause du manque, les disciples devaient croire qu’ils avaient en Christ toute l’autorité d’y mettre un
terme.

[NOM DE L’AUTEUR] 31
Le Seigneur Jésus est venu détruire le pouvoir de la maladie, du manque et de la mort sur la vie des
hommes. La seule fois où Il a enduré ces réalités, a été ce jour où Il décida de souffrir la
condamnation à leur place. Il prit sur lui toute la condamnation que devait subir le pécheur, afin de
l’en soustraire définitivement et lui donner un statut nouveau. Etant en Christ, vous devez savoir qu’il
n’y a plus de condamnation sous laquelle vous pouvez être retenus. Si vous êtes en Christ, vous ne
pouvez plus être condamnés par le manque, le péché, la maladie ou même la mort. Christ est votre
Repos et votre victoire dans l’épreuve. A la croix, Il a triomphé et dépouillé ces Autorités et
Puissances qui sont la cause des limitations auxquelles vous étiez confrontés à cause votre ignorance.
Dieu n’est pas la cause de votre manque, car Il vous en a dégagés en Christ. Si vous souhaitez obtenir
une quelconque faveur, vous devez commencer par admettre que Christ est votre Provision. Tout ce
dont vous aurez eu besoin dans ce monde réside déjà en Christ ! C’est pourquoi lorsque vous priez,
vous devez déclarés des paroles conformes à la Foi. Rendez grâces au Père de ce qu’il vous déjà tout
donné en Christ. Si vous aspirez à un mieux-être physique, dites "Père je te rends grâce de ce que je
sois en excellente santé et qu’aucune maladie n’a un quelconque effet sur moi en Christ." En priant
ainsi, vous serez en conformité avec le principe spirituel de la Véritable foi, qui a pour fondement
Jésus Christ. Si vous êtes en Christ, aucune arme forgée contre vous n’aura un quelconque effet,
puisque vous êtes en Lui l’expression de la faveur et de l’amour inconditionnel de Dieu.

Cependant, je tiens à souligner que nous sommes dans un monde rempli de séductions. Elles se
présentent parfois sous l’aspect d’opportunités extrêmement alléchantes, qui ont pour objectif de
vous détourner des œuvres parfaites que le Père a accompli en Christ. Pour la plupart du temps, il
s’agit de doctrines ou même de certaines réalités conçues implicitement par les Princes de ce monde,
afin de vous détourner de la Bonne Nouvelle qui vous est communiquée en ce jour. Cette Nouvelle
comme vous avez pu vous en rendre compte, c’est que le plan de Dieu pour votre vie consiste à ce
que vous ayez déjà tout pleinement en Christ.

Le plan de Dieu pour chaque Croyant(e) ou Chrétien(ne) consiste à ce qu’il/elle ait déjà tout
pleinement en Christ. Ne tombez pas dans l’erreur de croire que Dieu aurait pour votre vie un
projet spécifique, qui engagerait des facteurs ou des conditions que vous ne maitrisiez pas. Une
telle conception oblige certaines personnes à croire que les difficultés qu’elles pourraient endurer
font partie intégrante du plan de Dieu pour leur vie. Le seul projet que Dieu a formulé pour vous,
c’est qu’en toutes choses, vous soyez heureux et prospère à tous égards en Christ.

Avant la fondation du monde, vous avez été déjà justifiés du péché en Christ ; vous avez été déjà
enrichis de toutes sortes de bénédictions en Christ ; vous avez été déjà guéris de toutes espèces de
maladies en Christ.

Ainsi, toute doctrine qui enseignerait une quelconque perfection ou une faveur qui engagerait
votre propre initiative, indépendamment de ce que Dieu a pourvu en Christ, est tout simplement
une séduction. Le but d’une telle doctrine est de vous maintenir davantage dans la servitude en
vous soumettant au pouvoir des Puissances de ce monde.

Paul a mentionné dans les Ecritures que la nation d’Israël était sous la servitude. Et avant lui, le
Seigneur Jésus a révélé aux docteurs de la loi qu’ils étaient des esclaves. Les juifs étaient soumis à la
servitude des Princes de ce monde car ils pensaient obtenir la justice de Dieu sur la base de leurs
propres œuvres. En agissant de la sorte, les juifs se détournaient de la véritable justice de Dieu qui
repose sur la Foi en Christ. Malheureusement ce même principe de justice ou de perfection acquise
par les œuvres, est encore enseigné dans de nombreuses communautés se disant chrétiennes. Les
hommes croient que la justice de Dieu procède de leurs bonnes œuvres et que toute mauvaise action
est un péché qui mérite une juste sanction. Bien se conduire et produire naturellement de bonnes

[NOM DE L’AUTEUR] 32
actions est tout à fait normal et souhaitable. Je ne soutiens pas l’idée que les hommes doivent se
conduire d’une façon déréglée, et aller à l’encontre de ce qui est admise par la morale. La vérité que
je soutiens et que je professe conformément à la Foi, c’est qu’aucun homme ne sera agréable à Dieu
sur la base de ses œuvres. Si en tant que Chrétiens, nos actions nous justifiait et nous permettait
d’accéder aux faveurs de Dieu, quelle serait donc la valeur de l’œuvre du Christ dans notre vie ?

« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, trouvera-t-il encore la Foi dans ce monde ? »

Face à toute cette séduction qui gagne les cœurs, il est important de se demander si lors de sa
seconde venue, le Seigneur trouvera des personnes établir dans la Foi. Car la Foi consiste à demeurer
en Christ pour toutes choses et à ne pas se laisser entrainer loin de l’espérance de l’Evangile.

« Je vous rappelle l’Evangile que je vous ai annoncé et par lequel vous êtes sauvés…Christ est
mort pour nos péchés. »
« Il est mort pour nos péchés afin que soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous
soyons ensemble avec lui. »
« Si un Ange vous expose un Evangile autre que celui que vous avez reçu qu’il soit anathème. »

Tous les hommes sont conscients que les bonnes choses se gagnent par des efforts et un travail
conséquent. Les religieux croient également que le Paradis se mérite par des œuvres excellentes.
Cette notion de récompense consécutive à une action de qualité, est une perception qui est établie
en chaque homme à cause de la condamnation. L’esprit du monde ou de servitude engendre en
l’homme, le besoin de produire des efforts pour mériter les grâces excellentes : Richesse ; Santé ;
Succès ; Amour ; Paix…etc. Mais si nous sommes censés fournir tant d’efforts et de disciplines pour
atteindre la richesse ou le succès, quel effort devrions-nous fournir pour obtenir la vie éternelle ?

J’aimerais aujourd’hui que vous soyez disposés à recevoir la Grâce. Elle engage l’amour de Dieu au
détriment de vos propres mérites. La loi a conditionné l’amour de Dieu, en imposant aux hommes
une certaine ligne de conduite pour espérer bénéficier des faveurs divines. Mais Dieu n’a jamais
voulu conditionner sa bienveillance d’une quelconque manière. D’ailleurs une telle conduite ne
saurait l’honorer. Il l’a lui-même déclaré qu’il fallait aimer ses ennemis et faire du bien à ceux qui
nous haïssaient (Cf. Matthieu 5V43-48). Je suis conscient que de telles vérités ne sont pas répandues
et appréciées dans ce monde. Car, il y a des esprits séducteurs qui veillent à ce que les hommes
n’aient pas les cœurs tournés vers la Grâce et l’amour de Dieu en Jésus Christ. Mais il est utile que
ceux qui ont été initié à la Véritable Foi par le Saint Esprit, dispensent de telles vérités dans le monde.
En cela, les fils et filles du Royaume qui se sont égarés, pourront distinguer l’enseignement qui vient
de Dieu leur Père de celui qui vient du monde.

La plupart du temps quand on aborde une question impliquant le diable, on perçoit d’emblée tout ce
qui est négatif et qui pourrait aller à l’encontre de la loi ou de la morale. C’est justement une telle
perception qui empêche l’homme naturel de discerner les œuvres du Malin. Les pharisiens et les
sadducéens étaient très regardants au sujet de la loi. Ils n’hésitaient pas, conformément à la loi, à
mettre à mort une personne qui était condamnable ou fautive. Mais le Seigneur leur révéla qu’ils
étaient des fils du diable et qu’ils faisaient la volonté du diable leur Père. La volonté du diable serait-
ce donc que les hommes soient farouchement établis dans la loi, comme ce fût le cas avec les
Pharisiens ?

En effet, la volonté du diable est de condamner les hommes dans leurs péchés. Or il ne peut le faire
qu’en usant d’une base légale. La loi est donc un instrument de choix pour Satan, puisqu’elle lui
confère suffisamment de légitimité pour condamner tous ceux qui ne sont pas établis en Christ.

[NOM DE L’AUTEUR] 33
« Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Certes non ! Mais je n’ai connu le péché que par
la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait dit : Tu ne convoiteras pas. Et le
péché, profitant de l’occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de
convoitises ; car sans loi, le péché est mort. » (Romains 7V7-8)
« l’aiguillon du péché c’est la loi »

La loi n’a pas été donnée pour absoudre les péchés des hommes et les rendre justes aux yeux de
Dieu. Son but est de révéler toutes espèces d’iniquités, afin que chacun soit jugé et condamné
indépendamment de la miséricorde de Dieu.

Dans les Ecritures, il est rapporté le récit d’une femme que les maîtres de la loi avaient surpris en
flagrant délire d’adultère. Ils la conduisirent au pied du Seigneur Jésus afin qu’Il décide du sort de
cette femme. En réalité, ils cherchaient un motif pour condamner le Seigneur à travers la loi. Car
selon la loi, une femme prise en délire d’adultère devait être lapidée à mort. Mais au lieu de
condamner cette femme, le Seigneur se contenta de déclarer cette puissante parole à ses
persécuteurs : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. »
Frappés par cette déclaration, les Ecritures mentionnent que les persécuteurs s’en allèrent chacun du
plus âgé au plus jeune. Le Seigneur Jésus a démontré à ces experts de la morale, qu’ils étaient autant
condamnables que cette femme. Même s’ils n’avaient pas commis d’adultère ou de péché aussi
grotesque, leur conscience a fini par les condamner car ils étaient loin d’être irréprochables.

Celui qui juge selon la loi, sera aussi jugé en vertu de cette même loi. Sous la loi, il n’y a pas de
rémission des péchés. Autrement dans l’Ancienne Alliance, les sacrifices ou holocaustes auraient
définitivement dégagés Israël de la condamnation. Christ alors n’aurait pas eu besoin de venir encore
s’offrir en sacrifice pour le monde. Les religieux se plaisent bien à juger les pécheurs et à les
condamner. Ils le font en vertu de la loi omettant que cette même loi les condamne. Avant de juger
le voleur, l’ivrogne ou le menteur conformément à la loi, que font-ils de leurs péchés ? Ils croient
qu’il suffit de demander pardon pour être dégagé de la condamnation de la loi. Or, les choses ne sont
pas aussi simples !

Le Seigneur Jésus n’a cessé de révéler aux hommes qu’ils ne pouvaient être justifiés sous le rapport
de la loi. Il a affirmé qu’au jour du jugement les hommes rendront compte de toutes les paroles
vaines qu’ils auront prononcés. Mais celui qui vient à lui n’est point jugé. Car il est passé de la
mort à la vie.

Il existe deux principes par lesquels la justice de Dieu se révèle. Toute personne est soumise à l’un de
ces principes : la loi des œuvres ou la Grâce. Vous ne pouvez concilier ces deux principes. C’est soit
vos œuvres ou la Grâce de Dieu manifestée en Jésus Christ !

C’est la volonté du diable que les hommes s’attachent à la loi, s’essayant du mieux qu’ils peuvent à
vouloir être justes devant Dieu par leurs œuvres. Car ceux qui agissent ainsi demeurent sous le
jugement et la condamnation divine à cause de leur incapacité à obéir à toute la loi. Je suis conscient
du caractère radical de ces propos. Mais je peux vous assurer qu’ils constituent une puissante
révélation de Dieu, pour vous affranchir de la servitude dans laquelle les fils de la rébellion sont
maintenus. Produisez autant de bonnes actions car elles sont utiles ! Mais n’espérez jamais que par
elles vous serez justes aux yeux de Dieu ! Car le prix de la justification et du rétablissement de vos
droits est bien plus coûteux que vous ne l’espérez. Et ce prix, le Seigneur Jésus l’a payé en s’offrant
lui-même en sacrifice de culpabilité.

Recevez l’amour de Dieu manifesté en Christ et vous serez sauvés ! Tel est le message qu’on doit
transmettre au monde. Dieu a prouvé son amour au monde en justifiant les hommes en Christ. Mais,
[NOM DE L’AUTEUR] 34
ce Message est assez combattu par certaines forces invisibles. Elles suggèrent au monde que vous
devriez mériter l’amour et la Grâce de Dieu par des œuvres excellentes. Ainsi se manifeste l’impie ou
l’Antéchrist. Le combat de la Foi vous impose de demeurer dans l’amour de la Vérité qui vous est
annoncée : Dieu vous aime indépendamment de ce que vous êtes. Il a pourvu à ce que vous soyez
rendus justes à travers la mort et la résurrection du Seigneur Jésus Christ. 

L’esprit de l’Antéchrist a engendré toutes ces religions et doctrines qui ne sont pas fondées sur le
Message de la Grâce et de l’amour de Dieu, manifesté en Jésus Christ. Toute doctrine qui
enseignerait une quelconque faveur qui engagerait vos propres mérites, indépendamment de ce
que Dieu a pourvu en Christ est une séduction. Il est impossible pour une personne de discerner
l’esprit de l’Antéchrist seulement par la qualité des œuvres qu’un tel peut produire. Cet esprit peut
même influencer secrètement un frère dans la Foi, sans qu’il ne se doute de quoi que ce soit. L’esprit
de l’Antéchrist est capable de ressusciter des morts, de guérir des malades, de prophétiser,
d’accomplir de grands miracles et d’engendrer de multiples faveurs pour les hommes. Il est même
capable d’une certaine piété extérieure, afin de convaincre les hommes d’une sainteté charnelle
fondée sur du néant et non sur Christ. Cet esprit peut très bien vous enseigner à faire le bien aux
hommes, à mortifier la chair et à fuir toutes sortes d’immoralité. Sa justice est celle des œuvres et
non celle qui procède de la Foi en Jésus Christ. L’esprit de l’Antéchrist suggère aux hommes une
interprétation des Ecritures qui n’est pas fondée sur la justice de Dieu. Si vous ignorez ces choses, et
que vous n’êtes pas suffisamment enracinés en Christ, vous ne pourrez venir à bout des ruses de
l’Antéchrist. Car il agit avec la plus grande subtilité qui soit et son unique objectif est de détourner les
hommes du Christ Jésus. Il brille dans l’art de minimiser l’œuvre et même la personne du Seigneur
Jésus Christ dans le monde, au moyen de diverses doctrines et courants de spiritualité.

« L’avènement de l’impie se produira par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles,
de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’injustice pour tous ceux
qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la Vérité pour être sauvés »
(2 Thessaloniciens 2V9-10)

Ne soyez pas fascinés par les miracles qui sont produits ici et là par un tel. Car il existe en ce monde
des personnes qui ne sont pas initiées dans la Foi et qui réalisent autant de prodiges que le ferait un
Croyant. Les Ecritures mentionnent à cet effet que l’avènement de l’impie se produira par la
puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers. Je tiens à
ce que vous sachiez une vérité assez fondamentale. Satan n’est pas le seul adversaire contre lequel le
monde doit faire face. Il a été révélé dans les Ecritures qu’il existe des Dominations, des Principautés,
des Autorités contre lesquelles nous devons combattre. L’Antéchrist est l’une de ces Autorités assez
méconnu, car tous les regards ont été portés délibérément sur Satan. Si les religieux parvenaient à
discerner l’esprit de l’Antéchrist, ils verront comment la Religion est pernicieuse et la manière dont
elle détourne les hommes du Seigneur Jésus qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.

[NOM DE L’AUTEUR] 35
3ème partie : Les œuvres de la Foi
Les Ecritures relatent divers récits d’hommes et de femmes de Foi. L’épître aux hébreux consacre
tout un chapitre à la Foi. Par elle, il est dit que des hommes vainquirent des royaumes, obtinrent des
promesses, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, mirent en fuite des
armées étrangères…etc. Certains acceptèrent même la torture, les moqueries et le fouet, refusant
toute délivrance temporaire, afin d’obtenir une meilleure résurrection (Cf. Hébreux 11). Au-delà des
prodiges qui ont été accomplis par ces personnages, les Ecritures nous révèlent qu’ils espéraient tous
en une promesse qu’ils n’ont pas obtenus de sitôt. Car Dieu a voulu qu’ils ne parviennent pas à la
perfection sans nous et que nous entrions aussi dans l’accomplissement de cette promesse (Cf.
Hébreux 11V39-40). Laquelle promesse nous est accordée en Jésus Christ et elle consiste à participer
au règne de Dieu qui sera manifesté sur Terre.

Les œuvres de Foi sont celles que le Seigneur Jésus aurait accomplir dans la condition humaine. Pour
le Chrétien, elles sont des actes qu’il accompli par l’Esprit en raison de sa foi en Jésus Christ. Et nous
avons sans doute distingué le simple fait de croire, de la Foi qui est un modèle de spiritualité. Une
personne pourrait croire en n’importe quoi et tirer ainsi une certaine forme de puissance en raison
de sa croyance. Mais la Foi est une ferme assurance en Jésus Christ et en sa Parole. Lorsque vous
placez en Christ une pleine conviction, vous serez amenés nécessairement à produire des œuvres de
qualité. Le Seigneur Jésus a précisément mentionné que quiconque croit en lui fera les œuvres
qu’il a fait et même plus. Croire en Jésus, consiste à placer son espérance en sa Parole et à recevoir
toutes les grâces que cette Parole veut nous communiquer.

Vous avez en Christ un accès permanent au lieu Très Saint, où la grâce et la gloire demeurent de
manière permanente. Vous y accédez par la Parole de Dieu. Lorsque vous êtes initiés à la
Connaissance de Dieu à travers Christ et que vous saisissez tout l’amour qu’il a manifesté en votre
faveur, aucune forme d’incrédulité ne peut vous habiter. Cette assurance que vous avez de l’amour
de Dieu vous rendra apte à accomplir n’importe quelle œuvre de Foi.

Dieu vous aime ! Il a préparé pour vous des œuvres parfaites que vous pourrez manifestés étant en
Christ ! Lorsque vous entendez la Parole de Dieu, son Message de Grâce et d’amour, l’Esprit du Christ
travaille à vous affermir en cette Parole. Il témoigne en vous que vous êtes Fils de Dieu. Vous savez
alors que vous avez reçu le monde présent et à venir en héritage et qu’aucune faiblesse ne peut
s’attacher à votre existence. Par l’Esprit du Christ qui agit en vous, vous êtes capables d’accomplir de
grandes choses. Etant donné qu’aucune imperfection ne peut s’attacher à vous parce que vous êtes
devenus un même esprit avec le Seigneur Jésus, vous êtes conduits par Dieu à dispenser ses dons
excellents au monde. Vous le faites non pour recevoir des hommes un quelconque salaire, mais
gratuitement, afin de révéler la gloire de Dieu dans le monde.

Le Saint Esprit a ouvert mon cœur à sa Parole. Il m’a initié à sa science et j’ai compris qu’aucune
espèce de servitude matérielle, intellectuelle, morale et spirituelle, ne peut se manifester dans la vie
d’un(e) Chrétien(e). Certains l’ignorent, mais sachez que le Chrétien est une personne qui participe
en Christ à la nature divine.

[NOM DE L’AUTEUR] 36
« …lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et plus précieuses promesses, afin que
par elles vous devenez participants de la nature divine. »

Participer à la nature divine, c’est être libre de manifester les perfections de Dieu dans la condition
humaine comme Christ l’a fait. Le Seigneur Jésus est Dieu par nature. Mais il a vécu dans ce monde
dans une condition humaine. Il a donc démontré un standard de vie qui n’a jamais été manifesté
auparavant. Or tous ceux qui sont unis à sa Personne en vertu de leur foi, ont accès aussi à ce type de
vie. A la seule différence que ceux-ci ne sont pas Dieu par identification comme l’est le Christ ! Il y a
donc des droits qui sont exclusivement réservés au Seigneur Jésus en tant que Dieu. En lui seul se
trouve le pardon et la rémission des péchés. Même ceux qui sont des enfants de Dieu et qui sont
devenus conformes à Christ ne peuvent recevoir l’adoration et la louange qui lui est dû.

En ce qui concerne les œuvres que vous produirez en Jésus Christ, vous devez comprendre qu’elles
sont inspirées par la Parole de Dieu. La Parole est une semence et les œuvres en sont les fruits.
Chaque œuvre que vous accomplirez aura une récompense qui lui sera rattachée lors du millénium.
Toutefois, pour recevoir une récompense dans la Foi, vous devez veiller à ce que votre œuvre soit
établie sur la personne du Seigneur Jésus Christ. Car si vous produisez de grandes actions, et que
celles-ci n’ont pas pour fondement Christ, vous entreriez certes dans le millénium en raison de votre
Foi en Jésus Christ, mais vous perdrez votre récompense.

« L’œuvre de chacun sera manifesté… »

Vous pouvez faire des grandes aumônes, guérir les malades, visiter les orphelins…etc. Mais si ces
actions ne sont pas établies sur le fondement qui est Christ, alors vous n’aurez aucune récompense
pour ces œuvres. Une œuvre bâtie sur Christ aura tout simplement pour fondement la Parole et elle
sera consécutive à la Grâce que Dieu vous communique et non à cause de vos mérites personnels.
Ainsi, je fais les aumônes, je visite la veuve et l’orphelin, au nom du Seigneur Jésus et non pas pour
m’attirer la considération des hommes. Car il est écrit que celui qui donne au pauvre prête au
Seigneur qui le lui rendra.

Il existe plusieurs sortes d’œuvres que la Parole de Dieu peut engendrer dans le cœur du Croyant.
Néanmoins, on pourrait les identifier au sein de trois grands groupes :

 Les œuvres de Justice


 Les œuvres de Piété
 Les œuvres de Puissance

Avant de comprendre en quoi consistent ces différentes œuvres de Foi, je tiens à préciser que la
perception classique de ce qu’est une « œuvre » n’est pas correcte. L’on a tendance à considérer une
œuvre comme une action physique qui pourrait avoir une conséquence assez majeure sur la matière.
Ainsi, on considéra le travail comme une œuvre contrairement au repos. Or, en réalité une œuvre est
toute action même infirme, susceptible d’apporter un changement. Dans ce contexte, le sommeil est
une œuvre en soi. Lorsque vous dormez, il est connu que vos cellules sécrètent certaines substances
qui participent à votre équilibre biologique.
De cette définition, nous devons considérer que des œuvres sont dites de Foi, lorsqu’elles peuvent
vous permettre d’accéder à une quelconque faveur aussi minime soit-elle étant en Christ.

1) Les œuvres de Justice


Les œuvres de Justice ont pour fondement exclusif la mort et la résurrection du Seigneur Jésus.
Le fait de croire et de confesser sa foi en Jésus Christ, mort et ressuscité pour la justification des
hommes, est certainement une œuvre de Foi. Une telle attitude ne sera pas sans conséquence

[NOM DE L’AUTEUR] 37
dans votre vie, puisqu’elle vous communique la vie éternelle. Souvent l’on se plait à citer de
façon maladroite Jacques en prétextant que la foi seule ne peut pas sauver une personne. Mais
de quelle foi est-ce qu’il est question ? De celle fondée sur le néant ou de la foi bâtie sur la
personne du Seigneur Jésus ? Toute initiative fondée sur la connaissance de la Justice de Dieu en
Christ, est une œuvre d’une grande ampleur aux yeux de Dieu. Le témoignage que vous faites
aux hommes, leur révélant votre justification en Christ, indépendamment de vos propres
mérites, est porté à votre actif comme une œuvre de Foi. Comme il est écrit : « Si tu crois dans
ton cœur et que tu confesses que Christ est mort et ressuscité tu seras sauvé. Car c’est en
croyant qu’on est sauvé, c’est en confessant de la bouche qu’on parvient à la justice. » Il ne
s’agit pas d’une œuvre moindre que de placer sa foi en Christ, encore moins de confesser qu’il
est mort et ressuscité pour sauver le monde des péchés.
Au-delà de votre confession de Foi, l’Esprit peut insuffler en vous la nécessité de travailler au sein
d’un ministère où la Justice de Dieu est établie. Lorsque par l’Esprit vous entreprenez de révéler
Le mystère de la Justice de Dieu au monde, qui consiste à justifier le pécheur en raison de sa foi
en Jésus Christ, vous participez activement à la vision divine. C’est pourquoi il est écrit que celui
qui sème la justice travaille pour un salaire véritable.

2) Les œuvres de Piété


La Foi engendre également des œuvres de Piété. Contrairement au schéma mondain, la piété ne
précède pas la manifestation de l’amour de Dieu. Mais c’est bien parce que Dieu vous a témoigné
son amour à travers Christ, que vous trouverez en lui la capacité de vous conduire d’une manière
pieuse. Autant il existe une forme de piété religieuse qui consiste à pratiquer un certain nombre
de rites, autant la Foi a ses propres œuvres de piété.

D’abord, il est important de noter que la piété qu’engendre la Foi est produite par l’Esprit Saint
et elle est toujours conditionnée par la Parole de Dieu. Elle va consister en premier lieu à ne pas
s’écarter de la Saine doctrine et à marcher conformément à l’Evangile de Jésus Christ. Paul a fait
cas de cette piété dans sa lettre à Timothée, en précisant que celle-ci est utile en toute chose
contrairement aux exercices corporels ou charnels. Car elle porte en elle-même la promesse des
biens présents et de ceux à venir. Marcher d’une manière pieuse va consister à faire la volonté
de Dieu. Or selon la Saine doctrine, cette volonté est que vous soyez sauvés et que vous
receviez la vie éternelle par votre foi en Jésus Christ. La piété est donc démontrée lorsqu’une
personne admet cette vérité de Foi, consistant à justifier tout homme par sa foi en l’œuvre de
rédemption accomplie par le Christ.

Ensuite, la Piété va se manifester par des œuvres de perfection morale. Il s’agit pour le Chrétien
parvenu à une certaine maturité, de comprendre que tout lui est certes permis, cependant tout
ne lui est pas utile. Cette attitude de Foi a pour objectif d’amener les frères ayant revêtu en eux
la conscience de Christ, de ne pas scandaliser ceux qui sont encore faibles dans la Foi. Il existe en
Christ une pleine liberté, puisque nous ne sommes jugés que selon la perfection et la mesure du
Seigneur Jésus. Mais, cette connaissance de la liberté à laquelle nous avons accès par la grâce de
Dieu, nous communique toutes les capacités dont nous avons besoin afin de nous conduire d’une
manière droite dans la chair. La Parole de la Grâce et l’amour de Dieu que nous vous annonçons
en Jésus Christ, ne vous rends pas libre de pécher, mais elle vous libère du péché. Le Chrétien a-t-
il été dégagé de la loi pour vivre par exemple dans l’impudicité morale ? En aucun cas. Il devrait
plutôt travailler à revêtir Christ et à considérer qu’en lui, se trouve aussi une perfection morale
qu’il pourrait manifester par sa foi. Nous devons comprendre que la foi en Christ ne nous est pas
donnée seulement pour recevoir la vie éternelle. Elle a la capacité aussi de nous affranchir des

[NOM DE L’AUTEUR] 38
tendances du vieil homme. Sans cette foi, il vous sera difficile de vivre d’une manière décente
dans la chair. A cause de sa Parole en vous, et puisque vous avez été rendus semblable au Christ,
vous avez la capacité de vivre décemment. Vous n’agissez pas ainsi pour recevoir la vie éternelle
et avoir part aux perfections de Dieu. Mais comme la Grâce vous a été communiquée en Christ et
que vous avez part aux richesses incommensurables de la vie divine, vous pouvez par la foi
démontrer une conduite irréprochable en tout point de vu, tout en étant dans ce corps
corruptible.
Enfin, la piété va se révéler aussi à travers des actes sacrificiels. Ces actes sont motivés dans tous
les cas par l’amour de Dieu et sont toujours au profit de nos frères. Lorsque nous sommes animés
du grand amour que Dieu nous a témoigné à travers le Christ, nous pouvons sacrifier nos intérêts
personnels au profit des autres. Le Seigneur Jésus n’a pas hésité à renoncer à ses droits de Fils,
pour ne pas être en scandale aux hommes. Etant engendrés par sa Semence, nous pouvons aussi
agir pareillement. Les premières communautés Chrétiennes ont accompli le summum des actes
sacrificiels en défendant la Foi au prix de leur vie. Elles l’ont fait intentionnellement par amour de
Christ. Et leur sacrifice n’a pas été vain, vu que le témoignage de leur foi nous est parvenu.

3) Les œuvres de Puissance


Les œuvres de Puissance constituent la troisième catégorie des œuvres de la Foi. Leur but est de
démontrer au monde la gloire et l’autorité du Seigneur Jésus. Pour les manifester, vous devez
préalablement être conscients de votre justice et de votre perfection en Jésus Christ. Car si vous
vous croyez indignes de Dieu pour une raison ou une autre, vous ne pourrez avoir l’assurance
qu’il veuille révéler sa gloire à travers vous.

« Pourquoi fixez-vous les regards sur nous, comme si c’était nous qui, par notre propre
puissance ou par notre piété, avions fait marcher cet homme ?...Vous avez fait mourir le
Prince de la vie, que Dieu a ressuscité d’entre les morts ; nous en sommes témoins. C’est par
la foi en son nom, que son nom même a rendu fort cet homme que vous voyez et connaissez ;
c’est la foi en Jésus Christ qui lui a donné ce complet rétablissement en présence de tous. »
(Actes 3V12-16)

A travers ces versets, Pierre établit le principe par lequel les œuvres de Puissance sont initiées
dans la Foi. Elles ne sont pas consécutives à la puissance du Croyant ou à sa piété. Cela signifie
que ce n’est aucunement en raison de vos sacrifices, bonnes œuvres, ou même à cause de votre
perfection morale que l’autorité et la gloire de Dieu seront démontrées à travers vous. Mais les
œuvres de Puissance sont manifestes par votre seule foi en Jésus Christ.

Après que l’Esprit soit parvenu à vous convaincre de votre justice et de votre perfection en
Christ, vous devez posséder cette assurance sur ce que Jésus ait été établi Seigneur du Ciel et
de la Terre, en sorte que devant lui tout genou fléchit dans les Cieux, sur la Terre et sous la
Terre. En effet, le Seigneur Jésus aux jours de sa chair révéla lui-même à ses disciples que tout
pouvoir lui a été donné au Ciel et sur la Terre. Il est au-dessus de toute puissance et de toute
autorité qui pourraient être manifestées dans le monde et même dans les siècles à venir.

Pour se débarrasser de la conscience du péché, il vous faut devenir conscient de votre justice
en Christ.

[NOM DE L’AUTEUR] 39
[NOM DE L’AUTEUR] 40

Vous aimerez peut-être aussi