Vous êtes sur la page 1sur 182

LA SPIRITUALITE CHRETIENNE

L’identité du Seigneur Jésus


Jésus est Dieu, l’Esprit Créateur sous son apparence humaine.
« Tout a été créé par lui et pour lui » Colossiens 1V16
Pour hériter de cette condition humaine, il a dû naître de l’Esprit qu’il identifie au Père.
« Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde et
Je vais au Père » Jean 16V28. Quand on dit que Jésus est « né » cela signifie tout simplement
qu’il a hérité d’une vie unique (celle de l’Esprit dans une condition d’homme).
Jésus peut tout faire car il n’est jamais soumis à l’incrédulité.
« Tout est possible à celui qui croit » Marc 9V23
Jésus qui est Dieu, ne condamne jamais le pécheur mais il veut le libérer de son péché.
Il percevait lui-même le péché comme une maladie et il considérait les pécheurs comme des
Malades et lui, comme le médecin.
« Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades »
Matthieu 9V12
Jésus n’était pas gêné de marcher avec des pécheurs ou des personnes de mauvaise vie.
Les pécheurs d’ailleurs aimaient sa compagnie car il ne les jugeait pas et ils pouvaient
Trouver auprès de lui la consolation et la solution à leurs faiblesses.
« Comme Jésus était à table dans la maison, voici beaucoup de publicains et de gens de
Mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et ses disciples. » Matthieu 9V10
« Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus : va et ne pèche plus » Jean 8V11
Jésus regardait plutôt aux cœurs des personnes plutôt qu’à leurs apparences
« …vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat et à l’intérieur vous êtes pleins de rapine
Et de méchanceté…Donnez plutôt en aumônes ce qui est dedans, et voici toutes choses
Seront pures pour vous » Luc 11V39-41
Jésus aimait beaucoup les petits enfants à cause de l’état de leur cœur
« On lui amena des petits enfants, afin qu’il les touchât. Mais les disciples reprirent ceux
Qui les amenaient. Jésus, voyant cela, fût indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits
Enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur
Ressemblent » Marc 10V13-14
Jésus a révélé Dieu au monde comme un Père. Et il a d’ailleurs souhaité qu’on nomme Dieu
Ainsi.
« Quand vous priez, dites : Père ! » Luc 11V2

Comprendre la Matrice du diable et ses stratégies de contrôles


1ère Partie : La Matrice et son Système d’influence
Satan, aidé dans sa tâche avec d’autres puissances des Ténèbres, ont plongé l’humanité dans une
illusion spirituelle : la « Matrice ». Ces forces existent bel et bien et elles veulent se donner une
image de ce qu’elles ne sont pas auprès des Hommes. A termes, elles ambitionnent se révéler au
monde comme des extraterrestres. Nous devons donc veiller à ne pas tomber dans cette
supercherie. Si vous vous rendez compte que depuis un bon bout de temps, certains médias, études
ou recherches scientifiques, émettent la probabilité qu’il existerait d’autres êtres dans l’espace, c’est
dans l’objectif de préparer la classe populaire à cette pseudo-réalité. Or la vérité est qu’il ne s’agit
pas d’extraterrestres, mais d’anges déchus, de créatures spirituelles dont l’existence remonte à la
création du monde et qui se sont dissociés volontairement du gouvernement de Dieu.

« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les
autorités, contre les princes de ce monde des Ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux
célestes. » Ephésiens 6V12

La Matrice est une réalité factice dans laquelle les Hommes sont plongés (au moins 99% d’entre eux).
Elle a pour objectif de contrôler inconsciemment les réactions, les comportements, les possibilités de
ceux-ci. Il s’agit littéralement d’une prison spirituelle. L’esclavage qui est exercé contre l’humanité
n’est pas visible, mais réside dans son système de pensées ou de croyances. Et si l’Homme veut
accéder à une vraie liberté, l’enjeu va consister à cultiver en lui des pensées et croyances
authentiques.
Le maître d’orchestre de ce vaste plan de contrôle est Satan. Il est la tête pensante et le
commanditaire des opérations de contrôles et d’influences, exercés contre l’humanité. Il n’est pas le
seul, mais il jouit d’une grande notoriété parmi ces puissances des Ténèbres. Satan après sa tentative
échouée de ranger à son camp toutes les créatures angéliques de Dieu, a été précipité sur la Terre ou
dans l’espace cosmique, avec tous ceux qui se sont rangés de son côté.

« …il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit
toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. »
Apocalypse 12V9

Satan est loin d’être ce que la plupart des religieux croient. Il est avant tout un esprit qui s’est
distingué des autres créatures angéliques, par son intelligence et sa sagesse. Mais il a obscurci toute
cette intelligence par des intentions infâmes, et son identité s’est carrément corrompue. Satan est
passé Maître dans l’art de l’illusion et de la manipulation. C’est justement avec ces « aptitudes » qu’il
a réussi à élaborer cette Matrice et à plonger toute l’humanité dans l’illusion. Il est un être avec une
intelligence extrêmement froide, dépourvue de toute compassion.
En réalité, Satan n’a pas le pouvoir de contrôler directement les Hommes. S’il avait cette capacité, le
monde serait plongé dans un état bien plus pire qu’il ne l’est déjà. Mais ce qui fait sa force, c’est qu’il
a la capacité de contrôler la Matrice, cette Illusion dans laquelle tous les Hommes sont plongés. Et,
c’est ainsi qu’il exerce un contrôle et une influence sur le monde entier. Tant que vous serez soumis à
l’influence de la Matrice, votre perception de la réalité sera grandement influencée par les Ténèbres.

« …le monde entier est sous la puissance du malin. » 1 Jean 5V19

Il est difficile pour les Hommes de sortir de la Matrice car c’est l’unique réalité qu’il connaisse. En
dehors de la Matrice, ils ont de la peine à se représenter une toute autre réalité. Sortir de la Matrice,
cela reviendrait à rebâtir en quelque sorte un modèle de réalité complètement différent de ce à quoi
la plupart des Hommes ont été habitués. Depuis le berceau, jusqu’à l’âge de la conscience, ils ont été
littéralement programmé par le Système comme des « robots » afin de réagir conformément aux
instructions de la Matrice. Il ne s’agit pas d’une fiction comme vous pourrez l’envisager, c’est la face
cachée de la réalité actuelle qui est ainsi exposée. Satan est tellement sûr de son coup qu’il se plait
bien à révéler la réalité à travers la fiction, avec la certitude que les Hommes ne verront que du floue.
Mais dans la Matrice, ce qui semble relever de la fiction ou de l’imaginaire est bien plus qu’une
illusion. Un Homme de science l’a souligné : L’imagination est plus importante que la connaissance.

Satan associe volontiers la fiction à la réalité, dans l’objectif de confondre le jugement des Hommes
et discréditer ceux qui auraient suffisamment de sagesse pour comprendre sa dynamique. Son but
derrière toute cette vaste supercherie est d’établir son règne sur Terre et de ranger tous les Hommes
à sa cause, en créant un gouvernement mondial dont il sera le chef. Mais pour y parvenir, il doit être
à même de contrôler le système de pensées de l’humanité. Ce que Satan redoute plus que tout au
monde, est que les Hommes parviennent à être conscient de leur affiliation spirituelle et de
l’influence qu’il exerce dans leur système de pensées ou de croyances. Au sein de la Matrice, il a mis
en place un Système Central dont l’objectif est de légiférer plusieurs aspects de la société. Le
Système de Satan génère constamment des modèles de pensées, qui sont des normes qui fondent la
plupart des croyances des Hommes. Les gens pensent être libres mais en réalité toutes leurs
croyances sont pour la plupart influencées par le Système. Même les victoires qu’ils remportent à
différents niveaux de leur vie n’est qu’illusion. Car celles-ci n’ont aucun rapport réel avec la vraie
réalité. Pour comprendre la vanité de ces victoires, considérez la désillusion d’une personne qui
pendant son sommeil, se voyait être le propriétaire d’une grande multinationale. Il possédait de
grandes propriétés privées et faisait partie du top cinq des Hommes les plus riches du monde. Et
après son réveil, il se rend compte que tout ceci n’était qu’une illusion. Les victoires sont autant des
illusions que les échecs dans la Matrice. Le but du diable n’étant pas que les Hommes perdent ou
gagnent, mais qu’ils demeurent toujours dans l’esprit de la compétition. Le Système de Satan tourne
autour d’une dualité constante : le négatif et le positif ; le bien et le mal ; le paradis et l’enfer ; la paix
et la guerre ; le riche et le pauvre…etc. Or la vérité est qu’il existe qu’une seule réalité ou vérité, qui
est parfaite et intemporelle. Donc cette réalité qui a toujours existé est ce qui est et c’est ce qui sera.
Aucune réalité imparfaite ne fait partie du plan ou du projet du Créateur.

« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de
malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. » Jérémie 29V11

D’où viennent donc toutes ces autres formes d’évènements imparfaits ? Ils ont été générés par le
diable qui a voulu déformer ou tordre la réalité, afin d’amener les Hommes à expérimenter le
manque et toutes sortes de limitations. Comme ces réalités imparfaites ont été intégrées à
l’existence des Hommes, il leur est difficile d’entrevoir une vie sans imperfection. A travers ces
réalités imparfaites, il amène l’Homme à intégrer dans son raisonnement l’idée de manque, qui faut
le rappeler, ne fait pas partie des projets de Dieu. Si Satan a tellement bien réussi son coup, c’est
parce qu’à la vérité, la vraie réalité est tout sauf ce que nous pensons. Celle-ci est tellement parfaite
et généreuse qu’elle ne s’oppose pas aux intentions de qui que ce soit, pas mêmes à celles du diable.
Or la religion qui est un maillon essentiel dans le Système, fait croire aux Hommes que les projets des
méchants ou des pécheurs ne peuvent aboutir, puisque Dieu n’exauce pas les pécheurs. Si cela était
vrai, la première personne qui allait être freinée dans ses intentions serait Satan évidemment. Satan
veut contrôler la spiritualité à travers les religions, afin d’empêcher les Hommes de prendre
conscience de l’identité de Dieu et de leur position en celui-ci. D’ailleurs il ne veut pas que les
Hommes comprennent les œuvres que Dieu a accomplis pour qu’ils soient libérer de sa Matrice. Car
s’ils le comprenaient, ils auraient foi en la Parole de Dieu et son influence serait annulée. Cette foi a
la capacité d’enrailler et de détruire toutes les œuvres des Ténèbres.

« Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits
enflammés du malin ; » Ephésiens 6V16

Le Système a été tellement bien pensé que lorsque les Hommes n’agissent pas selon ses normes, ils
sont sanctionnés par toutes espèces de réalités de privations. Si vous êtes un salarié par exemple et
que vous ne vous rendez pas régulièrement au service, sans motif valable, vous ne recevrez pas votre
salaire. Or si vous ne recevez pas votre salaire, il y a des charges personnelles et familiales que vous
ne pourrez tenir. Si vous êtes par exemple un élève, et que vous travaillez suffisamment assez pour
faire partie des meilleurs, vous aurez certainement votre examen en fin d’année. Vous pensez que
ces exemples sont logiques n’est-ce pas ? La réalité est qu’ils ne respectent toujours pas la logique. Il
arrive qu’il y ait des erreurs ou des bugs dans le Système et tout ne se passe pas comme il faut. Il
peut arriver qu’on soit un salarié exemplaire et ne pas recevoir à termes son salaire parce que
l’entreprise traverse une crise. Il peut arriver qu’on soit sur le plan comptable le meilleur élève d’une
classe et ne pas décrocher son examen. C’est une situation d’ailleurs que j’ai dû endurer au collège. Il
peut arriver qu’on fasse les choses selon les normes établies et être sanctionné par le manque.
Rassurez-vous ce n’est pas la faute à Dieu. Ces bugs sont des indicateurs, qui sont censés nous
amener à réfléchir davantage sur la nature et la fiabilité du Système qui contrôle notre société
humaine. Et si le désir de vous en prendre à l’Etat vous empresse, vous devez comprendre qu’il est
lui-même un maillon du Système au même titre que la religion, ou tout autre individu. Mais même
dans ces cas de bugs, il y a au sein de la Matrice des réponses qui finiront par vous convaincre et vous
empêcher de prendre conscience de la supercherie : crises financières ; troubles d’attention ou haut
niveau de stress pendant l’examen ;…etc. Quand les réponses conventionnelles manquent de
convaincre, il y a également des explications à caractère paranormale ou « spirituel » qui peuvent
même rassurer les plus curieux. Il y a au sein de la Matrice, un vaste champ de possibilités destinés à
donner du sens aux circonstances les plus irréalistes auxquelles une personne pourrait faire face.
Ainsi, vous comprenez combien il est difficile de sortir de cette Matrice. Car toutes les anomalies du
Système finiront par trouver du sens à vos yeux. Votre plus grande erreur est de chercher à justifier
les bugs du Système. La Matrice est tellement complexe en termes de ramifications, que certains
pensent en être sortir, or en réalité ils sont loin d’être au bout de leur peine.
A travers cette dualité du bien et du mal, les Ténèbres peuvent parvenir à tromper les Hommes en
leur faisant miroiter des évènements qui semblent relever du bien, or qui ne le sont pas en réalité. Le
bien est uniquement ce qui relève de la pensée du Créateur, et non ce qui en a des apparences. Et
celui-ci dans sa pensée n’a jamais envisagé que les Hommes peinent ainsi, afin d’obtenir quoi que ce
soit d’utile, de bon ou de parfait. La Matrice vous instruit sur la nécessité de travailler. Etre riche,
suppose beaucoup d’efforts et de compromis. Etre brillant suppose un goût de l’effort et de
l’endurance dans le travail. Etre fort suppose beaucoup d’entrainements et de détermination. Tout
est fait en sorte que les Hommes aspirant à un mieux-être, s’usent au final par le travail et les efforts.
Et quand nous avons fini par atteindre ce à quoi nous aspirons, la joie n’est que de courte durée.
Dans ces instants, on se rend bien compte que nous avons manqué un but inconnu, malgré le fait que
l’objectif de départ ait été atteint. D’aucuns diront que le jeu en vaut certainement la chandelle. Car
si l’on se résigne à ne rien faire, il nous sera impossible d’atteindre la gloire ou même une situation
sociale convenable. Le travail est le seul objectif valable assigné à un esclave. Mais c’est
paradoxalement le seul moyen qui est donné aux Hommes pour sortir de la précarité. En les
soumettant au travail, on amène les Hommes à entretenir inconsciemment le Système. Mais ce qui
fait l’ingéniosité du Système, est de leur faire croire qu’ils travaillent uniquement dans leurs propres
intérêts. Et ce qui a de l’intérêt ici, c’est bien entendu la récompense qu’ils recevront du Système
pour leur abnégation à maintenir ou préserver celui-ci. Comprenez-le : le Système n’est pas une
machine physique, mais un ensemble de croyances ou de normes qui régissent le bon
fonctionnement de la Matrice. Le fait par exemple que nous ayons été conditionnés à croire que c’est
mal de ne pas travailler, est une croyance que nous avons contractée du Système. Le problème n’est
pas le travail en soi, mais on amène les Hommes à croire que sans le travail, ils ne peuvent rien
recevoir de bon ou d’utile pour leur épanouissement. C’est aussi pareil quand on les amène à penser
que sans finances, ils sont presque réduire à rien. Ainsi, on perçoit le travail, qui nous permettra
d’obtenir de l’Argent, comme l’unique moyen d’avoir de la valeur et de n’être pas réduit à rien. On
exige de tout Homme à la vérité un sens de la responsabilité. Mais la question qu’on devrait se poser
est si le travail et les efforts suffisent à définir notre niveau de responsabilité. Quand on parle de
responsabilité, on pense plus en termes de résultats que d’efforts. Ce n’est parce que vous êtes un
père de famille qu’on dira de vous que vous êtes responsable, tout simplement parce que vous
travaillez plus et fournissez assez d’efforts pour subvenir aux besoins de votre famille. Vous serez
responsable que si vous parvenez réellement à subvenir aux besoins de votre famille et à inculquer
de bonnes valeurs à vos enfants. Ceci n’est qu’un exemple de croyances que la Matrice peut
suggérer. Les Hommes ne sont pas au bout de leurs peines, étant donné que la Matrice leur suggère
des modèles de pensées qui semblent censés. Même si dans le meilleur des cas, ils décident d’être
inactifs ou improductifs, en vue de paralyser le Système, leur situation ira certainement en
s’empirant. Les finances ne seront d’aucune utilité et le monde serait plonger dans un chaos sans
précédent, où seule la violence sera l’unique moyen de change. La ruse du diable a été de faire en
sorte que le Système soit un acteur incontournable de l’équilibre social. Paralyser le Système,
reviendrait donc à déséquilibrer le tissu et cette relative accalmie sociale. Dans un contexte moins
dramatique, ceux qui auraient décidé de ne pas travailler serait tout simplement surclassé par
d’autres travailleurs dévoués, qui aspirant à un mieux-être, voudront profiter de cette aubaine pour
atteindre le sommet. La solution n’est donc pas de paralyser le Système par l’inactivité. Si nous
devons le paralyser, cela passe par la culture de nouveaux systèmes de croyances qui sortent
littéralement des normes instituées par la Matrice. En d’autres termes, notre intelligence devra être
carrément restaurée ou renouvelée.

« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de
l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et
parfait. » Romains 12V2

En toute évidence, si l’humanité est plongée dans une illusion, cela suppose que la conception que
nous avons de l’intelligence est erronée. Etre intelligent ne signifie donc pas être cette personne
douée en sciences ou en lettres, aux capacités de réflexion largement supérieures à la moyenne.
Mais une personne intelligente sera définit tout simplement comme un individu assez lucide, capable
de cerner la réalité et les véritables enjeux de cette Illusion dans laquelle nous sommes plongés. Or
Dieu nous a communiqué ses paroles, pour que nous ne soyons plus entrainés dans cette mascarade.

« La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l’intelligence aux simples. » Psaumes 119V130

Avant de révéler cette réalité authentique, exempt de toute corruption, il est important de
comprendre un élément essentiel au bon fonctionnement du Système. Il s’agit de trois notions
capitales qui seront en quelques sortes le moteur de toute initiative personnelle ou collective. La
première notion est la Sanction ; la deuxième est la Récompense ; la troisième notion est le Mérite.
Le Système mis en place au sein de la Matrice, définit ces trois notions afin d’amener les Hommes à
se bouger d’eux-mêmes sans qu’on ne les y oblige directement. Ces notions sont suffisamment
puissantes pour amener les Hommes à se mettre eux-mêmes la pression.
La Sanction se définit comme un ensemble de réalités ou de circonstances défavorables, qui ont
tendance à dévaloriser l’Homme quand celui-ci n’agit pas par rapport au Système, selon un standard
ou une norme d’efficacité, de performance ou de bon sens. Ces réalités peuvent être entre autre le
fait d’être emprisonner pour avoir enfreint la loi ; une loi qui faudrait le rappeler est établie selon
l’appréciation des Hommes. On pourrait d’en en établie une qui empêcherait les Hommes de prier
dans des endroits publics. Que Dieu nous en garde ! Une autre réalité pouvant émaner de la Sanction
est par exemple le fait d’être disgracié aux yeux des autres pour une erreur ou un échec ; le fait de
subir une violence verbale ou psychologique ; perdre sa confiance en soi ou même son amour propre
après une série d’épreuves ; être moins estimé dans la société parce que ne manifestant pas
certaines valeurs (richesses matérielles ; grandes facultés intellectuelles ; beauté physique)…etc. Afin
d’éviter la Sanction, l’Homme serait naturellement tenté à travailler en trouvant des voies et moyens
pour accéder à la Récompense, qui est la deuxième notion essentielle du Système. Le principe de la
Récompense est celui-ci : « on obtient rien sans rien ». Un tel état d’esprit amène les Hommes à
vouloir sortir le grand jeu en usant de certains moyens conventionnels ou non, afin d’atteindre l’objet
de leur dévouement. Ainsi, on définit la Récompense comme l’ensemble des réalités ou
circonstances favorables, qui ont tendance à valoriser l’Homme par le Système quand celui-ci agit
selon un standard d’efficacité, de performance ou de bon sens. La troisième notion, celle du Mérite,
est directement rattachée à ce que nous sommes à un moment donné de notre parcours dans la
société. Contrairement à la Récompense, le Mérite n’est pas le fruit immédiat d’un travail que nous
aurons effectué. Il est en quelque sorte une reconnaissance attribuée à une personne pour son
dévouement au sein du Système. La Récompense s’inscrit dans une échéance brève. Mais le Mérite
quant à lui, sur une période relativement longue. Peu importe si vous avez utilisé des moyens légaux
ou pas. Le Système donne l’impression de sanctionner la fraude, mais ceci n’un qu’un leurre. Etant
donné que celui qui use de voies conventionnelles ou contestables auront tous deux accès aux
mêmes privilèges, le Système incite plus à la fraude qu’au respect des « normes ». Observez bien, et
vous constaterez que c’est à dessein que la sécurité qu’elle met en place pour veiller à ce qu’il n’y ait
point de fraude, soit foncièrement corruptible. Vous êtes sans ignorés que cette corruption, touche
même les grandes instances de décision de la société. Ainsi, on veut amener les gens à croire que
plus ils auront de l’importance au sein du Système, plus ils auront le pouvoir de contourner les
normes sans risque d’être sanctionnés. C’est la raison pour laquelle certaines personnes une fois
parvenue à de hautes instances de décisions dans la société, sont tentées de pratiquer des activités
proscrites d’un point de vue moral. Pour en revenir à la notion de Mérite, vous devez comprendre
que si par exemple vous avez obtenu une note excellente en mathématiques, cela est la Récompense
de votre initiative à agir selon une norme d’efficacité. Mais cette note excellente, n’est pas suffisante
pour vous inscrire aux Olympiades de mathématiques. Pour avoir ce Mérite, faudrait être à même de
réitérer le même exploit de manière récurrente et sur des problématiques de plus en plus
complexes. Le Mérite va donc vous amener à vous consacrer encore mieux au Système que la
Récompense. Il est supposé être le sacre de plusieurs actions « efficaces » que vous aurez réussies
sur une période relativement longue. La Récompense vous permettra d’atteindre la richesse et le
Mérite vous donnera accès à la gloire, selon le Système. A travers ces notions, le diable a rendu sa
Matrice plus dynamique, au point où il est inutile d’exercer pour le moment une pression physique
sur les Hommes bien trop évidente. De ce fait, les Hommes à peinent peuvent-ils se rendre compte
de la vanité de leurs efforts et abnégations, entrainés vers des enjeux qui à la vérité, ne sont destinés
qu’à entretenir le Jeu social.

La Matrice fonctionne avec un Système fondamental qui génère des pensées et de fausses croyances.
L’objectif de ce Système est de contrôler la perception que les Hommes ont de la réalité. Et tant que
les Hommes ont cette perception altérée de la réalité, ils ne seront jamais en pleine possession de
leurs moyens. Ils auront l’impression de pouvoir faire plus, malgré les limites apparentes auxquelles
ils sont confrontés. Toute personne peut faire plus, à condition que les normes auxquelles elle est
tenue de se conformer, lui permettent de déployer le potentiel. En limitant les Hommes, à travers
des normes conçues habillement, ils ne peuvent que souffrir d’une grande frustration, qui à terme
peuvent les conduire à la dépression. Sortir de la Matrice comme nous l’avons énoncé, va consister à
littéralement fonctionner avec des normes adaptées, censé nous conduire à la Véritable liberté. Nous
allons donc procéder par une série de révélations, afin de vous amener à vous rendre compte de
l’évidence de la vraie réalité, que la Matrice a réussi jusqu’ici à occulter.

1ère révélation : Tout est spirituel

Satan et toutes les forces des Ténèbres dans leur stratégie, veulent amener les Hommes à adhérer à
un schéma de pensée exclusivement naturel ou rationnel. La norme rationnelle est d’ailleurs la
première qu’ils ont instituée au sein de la Matrice. C’est la raison pour laquelle, ils travaillent à
induire une démarche intellectuelle, basée essentiellement sur les sciences, la logique et la culture
philosophique. Plus les Hommes sont rationnels, plus ils sont enclins à trouver des réponses
conventionnelles aux évènements, et moins ils seront disposés à cerner et accepter les concepts
spirituels. Or ce sont ces concepts spirituels qui ont la capacité de libérer les Hommes du bouvier
dans lequel ils ont été engagés. Il existe des lois naturelles comme des lois spirituelles. Les lois
naturelles sont contraignantes, pour les Hommes qui n’ont pas été habitués à fonctionner avec celles
qui sont supérieures et spirituelles. Vous ne pouvez pas dominer le monde naturel avec vos
connaissances rationnelles de base. Pour dominer le monde naturel, vous devez être capable de
marcher selon une intelligence supérieure de celle à laquelle vous avez été habituée. Vous savez fort
bien que même en sciences physiques, il existe des lois inférieures qui sont négligeables face à
certaines forces supérieures. Donc en amenant les Hommes à se conformer à un raisonnement
exclusivement naturel, Satan à poser en quelque sorte le fondement de sa manipulation. Etant
donné qu’il n’a rien perdu de son potentiel spirituel, il lui sera aisé avec ses acolytes, de contrôler les
Hommes qui ont été véritablement « diminués » en termes de capacités. A cause de cette culture
naturelle ou rationnelle qui a été imposé aux Hommes, ceux-ci ne peuvent accéder à des moyens
bien plus efficaces qui leur permettraient de remporter n’importe quels défis de la vie. Et cela est un
point essentiel dans le plan de contrôle orchestré par les forces occultes. Car si les Hommes
possédaient les clefs pour résoudre n’importe quels défis, il est évident que tout le Système qui leur
a été suggéré aurait pris un coup. La notion de Sanction, qui est un élément essentiel de son Système
ne pourrait exister, à cause de cette capacité que les Hommes auraient eu à tout faire avec
perfection. Donc Satan est le grand gagnant de la souffrance et l’incapacité des Hommes.
Il veut également amener les Hommes à penser à travers la religion, que Dieu sanctionne lui-même
les pécheurs par toutes sortes de privations et de manques. A force d’une telle mentalité, les
religieux croient que les souffrances qu’ils endurent sont naturelles, et qu’elles résultent de la
correction que Dieu les infligerait. La religion est à cet effet la deuxième norme qui régit le
fonctionnement de la Matrice. La Vérité est que Dieu a compassion des pécheurs et il les a libéré une
bonne fois pour toute de ce statut discréditant. Si Satan gagne à ce que l’humanité subisse toutes
espèces de fléaux, comment Dieu voudra intentionnellement envoyer des fléaux sur les Hommes
quel qu’en soit les raisons ? Le projet de Dieu va consister à libérer les Hommes et non à les
condamner davantage. Car il faut avoir l’intelligence de comprendre que Dieu se porte responsable
des incapacités de l’humanité, puisqu’il en est son Créateur. Respectant le libre arbitre qu’il à
communiquer à ses créatures, Dieu ne va pas certainement leur imposer sa volonté, mais il va leur
offrir une solution, pour qu’elles n’aient plus à souffrir d’aucune incapacité ou difficulté. Et chacun
aura maintenant le loisir de suivre la voie de Dieu.

« J’en prends à témoin aujourd’hui contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la
mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives toi et ta postérité. »
Deutéronome 30V15

Dans ce contexte, le Créateur ne se tient plus responsable du choix de ces créatures. Satan et les
autres créatures spirituelles qui se sont dissociées du gouvernement de Dieu, ont fait un choix pour
lequel Dieu ne pas être tenu pour responsable. Car il leur a communiqué sa solution, pour les libérer
de leur corruption. Mais ils l’ont refusé. Mais pour nous qui ignorons le dessein de Dieu, cette
solution nous est communiquée et c’est la foi. C’est un terme que Satan veut corrompre avec toute
son énergie. Quand on parle de foi, les gens ont tendance à l’assimiler à de la pensée positive ou à un
quelconque principe destiné à leur rendre maîtres de leur vie. Ceci n’est qu’une corruption. La foi
n’est pas seulement la solution que Dieu nous communique pour ne plus que nous ayons à subir
toutes formes de limites. La foi est le Message pour toute créature qui aspire à vivre la vraie vie, celle
qui n’est soumise à aucune influence des Ténèbres. C’est ce Message qui va à terme vous faire sortir
de la Matrice dans laquelle l’humanité a été plongée. Le fait d’aborder le terme de la foi, nous
prépare à un concept spirituel, auquel notre intelligence naturelle n’est pas familiarisée. Mais étant
donné que Tout est spirituel, vous verrez que la foi n’est pas si étrange. La foi, comme nous l’avons
spécifié est le Message de Dieu pour l’humanité. Elle est bâtie sur ce qu’on appelle dans le langage
spirituel l’Evangile ou la Bonne Nouvelle.

« Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le
dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence… » 2 Corinthiens 4V3-4

Le Message de la foi a la capacité d’actualiser votre vie, afin de révéler les richesses cachées de votre
existence. Prenons l’exemple d’un ordinateur. Parfois il y a des ressources qui y sont invisibles pour
l’utilisateur, mais disponibles. Pour accéder à ces ressources, vous n’avez qu’à actualiser votre
interface et vous verrez qu’elles feront surface naturellement. C’est pareil avec la foi. Elle nous
communique des informations ou des ressources à travers un Message, qui vous concerne. Mais vous
ne pourrez voir la manifestation de ces ressources qu’après avoir actualisés ou mis à jours les
informations que vous avez entendues jusqu’ici. Actualiser, c’est tout simplement accepter les
nouvelles croyances issues du projet de Dieu, pour laisser les anciennes qui ont été alimentées par la
Matrice. Et ce procédé de la foi, qui consiste à une mise à jour permanente des informations
erronées ou obsolètes que nous possédons est continu. Vous devez donc demeurez dans la foi, afin
de vous dégager au fur et à mesure de toutes espèces de limites qui vous sera suggéré par le
Système. La foi va donc vous permettre de cultiver en vous une intelligence supérieure qui repose
cette fois ci sur des évidences spirituelles. Et vous verrez que les choses qui vous étaient auparavant
impossibles à cause des limites de votre intelligence trop naturelle ou rationnelle, seront désormais à
votre portée.

2ème révélation : le Message de la foi va vous libérer de l’Illusion

Le Message de la foi ou l’Evangile est une série d’instructions ou de révélations émanant de la Vérité,
qui a le pouvoir de vous libérer de l’Illusion. Vous vous demandez sûrement si de simples instructions
ont la capacité de transformer votre vie. Ce sont les instructions de la foi, qui ont permis à ce que je
sois ce que je suis aujourd’hui. Tout ce que vous avez à faire, pour qu’elles aient en vous de l’impact,
c’est de les accepter et de croire en leur pouvoir. Le Message de la foi va vous révéler tout ce que
vous ignorez jusqu’ici sur l’origine du monde, de l’humanité, du but vers lequel nous nous
acheminons…etc. Il y a pas mal de réponses que ce Message nous révèle. Mais préparez-vous à
entrer dans une forme de logique bien plus supérieure, que celle à laquelle vous avez été habitué.
Car le Message de la foi est régit par des normes assez élevée, que l’intelligence naturelle ne peut
saisir. Mais comme Tout est spirituel, et que vous l’êtes aussi, j’ai l’intime conviction que ces
instructions ne seront certainement pas aussi « folles » pour vous. Pour que ces instructions soient
plus assimilables, nous allons procéder sous l’aspect d’une Foire Aux Questions (FAQ). Mais avant
tout, nous allons introduire les bases de la Spiritualité Chrétienne, qui est le vecteur du Message de
la foi.

Au commencement de toutes choses, quand rien ne fut créé, seule la Parole était (Jean 1V1 /
Apocalypse 19V11-13). La Parole est l’Esprit qui est le plus souvent appelé Dieu. On identifie Dieu à la
Parole parce que c’est son essence, c’est sa nature et c’est sa caractéristique fondamentale. La Parole
dans le sens spirituel n’est pas un mot ou un ensemble de phrases. La Parole est une personne qui a
un nom et c’est Jésus en français ou Iesous en grec. Peu importe les multiples traductions que ce
nom pourrait avoir, elles conservent toute la puissance et l’autorité qui lui est propre. Ce nom signifie
« Dieu Sauveur »
Dieu ou l’Esprit sait toute chose (omniscience), il est partout à la fois (omniprésence), il peut toute
chose (omnipotence) et il est Eternel. Il n’a ni commencement de jours, ni fin de jours tout
simplement parce qu’il est avant le temps, l’espace et toutes circonstances. Etant donné qu’il a créé
le temps et l’espace, il est naturel qu’il ne soit pas soumis à leur influence. Car il nous est révélé
qu’au commencement était la Parole et non le temps ou l’espace. Ainsi, Dieu ou l’Esprit ne peut pas
vieillir. Les Hommes que nous sommes, nous vieillissons parce que notre corps est soumis à
l’influence du temps et de l’espace. Dieu en tant qu’Esprit à la capacité de prendre une infinité de
formes, en conservant toujours son essence ou sa nature. Il s’est identifié sous deux apparences :
celle du Père et celle du Fils. L’Esprit ne peut pas être considéré comme une des apparences de Dieu,
puisque c’est sa nature essentielle. Comme l’a souligné le Seigneur Jésus dans sa Parole : « Dieu est
Esprit… » (Jean 4V24). Le Père et le Fils sont donc les apparences que l’Esprit a prises et qui lui sont
propre. Ces apparences ne sont pas des personnes distinctes, car c’est le même Esprit, la seule
Source. Rappelez-vous que Dieu est omniprésent, c’est-à-dire il demeure « partout à la fois ». La
seule manière pour lui de se révéler à ces créatures est de prendre au moins une apparence, avec
laquelle elles peuvent le contempler. C’est pour cela, il s’est doté de ses deux apparences (le Père et
le Fils). Celles-ci ont existé avant la création du monde et elles sont éternelles. Mais le Fils a été
révélé bien plus tard à la Création, car c’est en lui que résidait le dessein ou le mystère de Dieu, pour
sauver le monde de la corruption. Le fait que Dieu ou l’Esprit ait pris deux apparences ne relève pas
du hasard. Le Père représente l’Autorité Suprême et le Fils représente l’humanité ou la création aux
yeux de Dieu. Dieu dans son Omniscience, a compris que c’est par un sacrifice qu’il devait sauver la
création de l’action des Ténèbres. Il a dû donc préparer ce sacrifice parfait prédestiné à sauver le
monde. Comment cela devait-il se faire ? En contractant une Alliance.

Avant d’aller un peu plus loin, nous allons comprendre un peu brièvement ce que c’est une Alliance,
et pourquoi Dieu a jugé nécessaire de contracter une Alliance avec le monde. Prenons l’Alliance
conjugale entre un homme et sa femme. En réalité un homme et une femme sont mariés aux yeux
de Dieu lorsque l’un et l’autre échange des promesses et qu’ils le scellent par l’acte sexuel. L’homme
promet à sa femme de lui rester fidèle, de l’aimer et de la chérir jusqu’à ce que la mort les sépare et
vice-versa. La fidélité est le socle de l’Alliance entre un homme et sa femme. C’est-à-dire, aussi
longtemps qu’ils demeureront fidèles l’un à l’autre, l’Alliance demeure. Si l’un d’eux trompe son
partenaire, l’Alliance est donc brisée (Matthieu 5V32). A condition que celui qui a commis l’offense
l’avoue à son partenaire, et qu’au nom de l’amour, ils décident de continuer ensemble. Nous n’allons
pas trop nous attarder sur l’Alliance conjugale pour l’instant. Mais vous constatez que ce qui fait la
force d’une Alliance, c’est la capacité des différents partis à respecter les clauses de l’Alliance.

Ainsi Dieu sachant que la création allait être soumise aux forces des Ténèbres, a décidé de contracter
une Alliance perpétuelle avec elle, afin que l’action des Ténèbres sur elle soit nulle. Dans cette
Alliance donc, il devait avoir deux partis. Car une Alliance est toujours contracté entre au moins deux
partis. Le premier camp c’est Dieu lui-même, représenté en apparence par le Père. Et le deuxième
camp c’est l’humanité (l’ensemble de tous les Hommes). Mais comme Dieu n’allait pas contracter
une Alliance individuelle avec chaque Homme, son projet a été de choisir une personne qui
représenterait l’humanité, et avec qui l’Alliance allait être engagée. Et compte-tenu de la faiblesse
des Hommes, de leur incapacité à demeurer fidèles à Dieu, aucun Homme n’a pu faire l’affaire. Toute
la race humaine s’était corrompue dans le péché et était dans l’incapacité de respecter les clauses de
l’Alliance. Où donc trouver une personne qui soit à la fois humaine et capable de demeurer fidèle à
l’Alliance pour le compte de l’humanité ? Un autre détail qu’il ne faut pas omettre, c’est que celui qui
devait agir pour le compte de l’humanité devait verser son sang afin de sceller définitivement
l’Alliance. Et ce sang devait être pur de toute imperfection ou corruption. Car dans l’Alliance, le sang
est ce qui va sceller définitivement les clauses et les promesses qui lui sont rattachées. Les mots seuls
ne suffisent pas. Le sang symboliquement revêt un caractère immuable et sacré. C’est la raison pour
laquelle une Alliance ou un pacte n’a aucune valeur spirituelle sans effusion de sang. Et plus grand est
la pureté du sang, plus grand est l’impact de l’Alliance dans la vie des contractants. Aucune créature
donc ne pouvait contracter une Alliance avec Dieu, à cause de la corruption des Ténèbres qui s’est
propagée sur l’ensemble de la création. Les promesses qui sont rattachées à l’Alliance sont partagées
des deux camps. De plus, Celui qui devait contracter l’Alliance devait agir avec la même efficacité
avec laquelle Dieu agirait. Donc ce qui fait une autre particularité de l’Alliance, c’est l’équilibre des
forces. En d’autres termes, les contractants de l’Alliance doivent être capables de se soutenir en
comblant leurs insuffisances ou attentes mutuelles. Imaginez-vous un seul instant qu’il existe une
seule créature capable de combler les attentes de Dieu et de lui venir en aide ? Qui peut aider Dieu si
ce n’est Dieu lui-même. Car Dieu avait besoin d’aide dans la mesure où il fallait pouvoir à un sacrifice
parfait, destiné à racheter la création des Ténèbres. Jésus est révélé par le prophète Esaïe comme le
bras de Dieu, qui vient en aide à Dieu.

« Il voit qu’il y a pas un homme, il s’étonne de ce que personne n’intercède ; alors son bras lui vient
en aide, et sa justice lui sert d’appui. » Esaïe 59V16

Jésus vient en aide à Dieu pour délivrer le monde de la corruption et de l’influence des Ténèbres. Il
vient en aide à Dieu par son sacrifice, qui revêt une valeur hautement symbolique pour toute
l’humanité. Car par son sacrifice, il a pris sur lui la culpabilité qui devait tomber sur chacun de nous,
afin que nous obtenions la justice de Dieu. C’était le seul moyen par lequel le monde devait être
racheté de la corruption. Et le Père a pu l’atteindre grâce à son Fils.

« …Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, comme un
rejeton qui sort d’une terre desséchée ; il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son
aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et
habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous
n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos
douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu et humilié. Mais
il était blessé pour nos péchés, brisé par nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est
tombé sur lui et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants
comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de
nous tous… » Esaïe 53V1-6

A cause du sacrifice du Seigneur Jésus, nous avons été libérés de la condamnation du péché et de
toutes espèces de limites, de manques et d’imperfections. Si Dieu n’avait pas pris cette apparence
humaine pour sauver définitivement l’humanité, les Ténèbres auraient encore eu raison de nous.
Mais à cause de la valeur de ce sacrifice, nous devons accepter le fait que nous appartenions à la
Lumière et que le Seigneur Jésus est notre assurance en toutes choses. Ainsi, au lieu d’écouter ces
religieux qui vous font croire que vous êtes un pécheur et que vous irez certainement en enfer,
regardez et acceptez dans votre cœur l’œuvre du Seigneur Jésus, qui a pris nos péchés pour que nous
soyons irréprochables devant Dieu. Dire que les gens risquent d’aller en enfer s’ils ne posent pas telle
ou telle autre action, c’est méprisé l’œuvre de Dieu, qui certainement n’espère pas que les
évènements se déroulent ainsi.

« En lui (le Seigneur Jésus) Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons
saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestiné dans son amour à être ses enfants
d’adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté » Ephésiens 1V4-5

La religion a trop perverti l’image de Dieu auprès des Hommes. Certains par crainte de l’enfer ont été
contraints de demeurer dans ces fausses croyances qu’elle leur a insufflées et qui n’ont fait que les
éloigner de la Vérité. Avec cette apparente image de piété qu’elle accoutre, la religion a contribué
activement à servir mieux que personne, les intérêts du diable.

Nous avons posé donc le socle du Message de la foi. Nous procéderons par une série de questions-
réponses afin que vous puissiez recevoir certaines Instructions de foi, relative au Salut obtenu dans le
Seigneur Jésus.

Q1 : Que dois-je faire pour avoir l’assurance d’être sauvé du péché et de la corruption ?
R1 : vous devez tout simplement demeurer dans la foi en l’œuvre que le Seigneur a accompli pour
l’humanité. Il a pris sur lui le péché des Hommes, afin de les soustraire de la condamnation.

Q2 : Si le Seigneur Jésus a pris le péché de toute l’humanité, pourquoi est-ce que nous devons encore
croire ?
R2 : Dieu dans sa nature ne contraint personne à marcher à sa suite. C’est la raison pour laquelle il
vous laisse exercer votre libre arbitre à travers votre foi. Quand vous croyez en ses œuvres, vous
décidez de marcher selon son plan ou sa vision.

Q3 : Si je crois en cette œuvre, dois-je appartenir à une religion chrétienne pour que cela ait son
effet ?
R3 : Tout ce qui importe, c’est que votre foi en l’œuvre de la croix soit inscrite dans votre cœur et
qu’elle demeure. La plupart des religions chrétiennes d’ailleurs ne marchent pas dans la foi.

Q4 : Quel intérêt gagnerais-je à appartenir à une religion chrétienne ?


R4 : Le seul avantage quand vous avez accepté de marcher par la foi, c’est de trouver le moyen
d’entretenir cette foi jusqu’à votre départ de ce monde ou jusqu’au second retour du Seigneur Jésus.
Il n’y a aucun intérêt à appartenir à une religion, chrétienne ou pas, qui ne partage pas cette foi.

Q5 : Comment fortifier ma foi en l’œuvre du Seigneur ?


R5 : Procurez-vous une Bible (j’utilise la Bible Louis Second) lisez pour comprendre davantage le
mystère du Seigneur Jésus, en commençant par le Nouveau Testament. Ensuite, demandez au
Seigneur Jésus de vous conduire dans une communauté où le Message de la foi est annoncé et où
vous pourrez croître spirituellement. Et surtout le plus important est que vous conserviez des temps
d’intimité avec lui. La prière dans la spiritualité chrétienne c’est l’acte d’échanger avec Dieu, c’est le
fait de lui confier tout ce que vous avez sur le cœur, comme vous le ferez avec la personne la plus
importante de votre vie.

Q6 : Si j’ai du mal à croire en cette œuvre, Dieu va-t-il m’abandonner ?


R6 : Dieu ne vous abandonnera pas si vous lui exposez votre faiblesse et que vous ne vous entêtiez
point. Rappelez-vous que son Esprit est partout à la fois. Si vous avez du mal à croire pour une raison
ou une autre, vous n’avez qu’à le lui exposer cela, et il vous viendra en aide. Ne le faites pas une ou
deux fois en passant. Faites le régulièrement et il viendra certainement vers vous, pour vous faire
connaître la Vérité.

Q7 : Que se passe-t-il quand je crois que le Seigneur Jésus a pris sur lui tous mes péchés, afin que je
devienne irrépréhensibles aux yeux de Dieu ?
R7 : Il se passe que vous passiez spirituellement de la mort à la vie. Avant cette espérance, vous étiez
sur le chemin de la mort. Et chaque seconde qui passait, vous rapprochait de plus en plus de la
condamnation et de la mort. Mais parce que vous vous êtes débarrassés du péché par la foi en
l’œuvre du Seigneur, vous êtes spirituellement sur le chemin de la vie. Et, chaque seconde qui passe,
vous rapproche de plus en plus de la vie de Dieu.

Q8 : Est-ce à dire que je ne mourrais pas si je crois en cette œuvre ?


R8 : La mort dans son sens originel, est une séparation avec Dieu. Tous ceux qui n’ont pas accepté
l’œuvre du Seigneur Jésus sont donc morts spirituellement. Mais quand vous croyez en l’œuvre du
Seigneur, vous recevez de Dieu la vie éternelle. Cette vie vous garantit une communion éternelle
avec Dieu même après votre mort physique.

Q9 : Serais-je condamné si je péchais toujours, malgré ma foi en l’œuvre du Seigneur Jésus ?
R9 : A la vérité, il y a une différence entre un pécheur et vous. Et celle-ci se situe au niveau de votre
foi. Pour comprendre cette différence, considérez l’image d’un footballeur professionnel et un simple
amateur de football. Le footballeur professionnel reçoit un salaire quand il joue au football, parce
que c’est son identité professionnelle. Et l’amateur ne reçoit aucun salaire, parce qu’il n’est pas
identifié professionnellement comme un joueur de football. Le pécheur reçoit le salaire du péché qui
est la mort. Et le Croyant ne reçoit pas de salaire pour ce qui est du péché, parce qu’il n’a plus
l’identité de pécheur dans le Seigneur. Si vous continuez de pécher, comme vous le dites, vous n’êtes
pas condamnés. Le but de Dieu n’est pas de vous sanctionner pour votre faiblesse, mais son but a été
de trouver la solution, pour que votre faiblesse ne soit plus un facteur de condamnation.

Q10 : Donc je peux continuer à pécher sans crainte, si je crois en l’œuvre du Seigneur Jésus ?
R10 : Si vous croyez réellement en cette œuvre, vous comprendrez que c’est à cause du péché que le
Seigneur Jésus a dû subir toutes ces atrocités à la croix. Il ne l’a pas fait pour que vous tombiez à
nouveau dans le péché, mais pour que vous accédiez librement à la perfection. Ainsi vous devez
poursuivre cette perfection, puisque le chemin vous est largement accessible désormais.

Q11 : Quel intérêt donc je gagne à surmonter mes faiblesses et à ne plus me laisser adonner à toutes
espèces de péchés ?
R11 : C’est une bonne manière d’exprimer sa reconnaissance au Seigneur Jésus qui nous a libérés de
la condamnation du péché. Mais en plus de cela, cela va vous permettre de profiter de votre héritage
d’enfant de Dieu. Car le péché fait la guerre à votre âme et vous empêche de saisir avec assurance les
promesses de Dieu. En plus de ce fait, vous devez savoir que Dieu promet donner des récompenses à
chaque racheté, sur la base de ce qu’il aurait fait de bien ou de mal. Et là il y a des personnes qui
auront accès à la vie de Dieu à cause de leur foi en l’œuvre du Seigneur, mais qui perdront leur
récompense parce qu’ils ne se seraient pas tenus à dominer leurs péchés. En surmontant donc vos
faiblesses, vous acquérez un trésor incorruptible auprès de Dieu.

Q12 : Comment puis-je vaincre mes péchés ou mes faiblesses alors ?


R12 : Vous n’avez qu’à considérer qu’ils ont été déjà vaincus à la croix. Et vous devez vous-même
vous regarder comme mort au péché, et vivant pour accomplir les œuvres parfaites de Dieu. Le
Seigneur n’a pas que pris sur lui vos péchés, mais il a détruit par sa mort, la racine du péché en vous,
afin que vous puissiez produire des fruits de justice et de sainteté. En croyant ainsi, vous serez dans la
foi. Agir par la foi, c’est considérer l’impact ou les retombés que le sacrifice du Seigneur Jésus a sur la
vie d’une personne.

Q13 : La foi est donc la clef pour saisir toutes les promesses de Dieu ?
R13 : Oui. Et la foi n’échoue jamais car elle engage Dieu. Quand vous placez votre foi dans le
Seigneur, vous entrez dans ce qu’on appelle le « Repos de Dieu ». C’est-à-dire, vous laissez à Dieu la
liberté d’agir lui-même dans votre vie sur la base de votre conviction ou de ce à quoi vous croyez.

Q14 : Quelles sont les plus grandes promesses que je peux saisir dès à présent au moyen de ma foi ?
R14 : La plus grande promesse est sans doute la justice et la vie éternelle que vous avez reçues par la
foi en l’œuvre du Seigneur Jésus. Vous avez l’assurance que si vous n’êtes plus de ce monde, vous
irez dans la Maison de Dieu (le Paradis) non pas par vos efforts, mais uniquement par la grâce de
Dieu. Une autre promesse que vous pouvez saisir est que vous êtes devenus enfant de Dieu à cause
de votre foi en l’œuvre du Seigneur. C’est cela la Nouvelle Naissance dont a parlé le Seigneur Jésus
(Jean 3V1-6). Vous devez comprendre que de cette œuvre, découle toutes les promesses de Dieu.
Une autre promesse est celle du Saint Esprit (l’Esprit de Dieu) qui vient demeurer en vous et vous
révéler toutes choses. Le Saint Esprit vient en vous pendant la Nouvelle Naissance. Il est à cet effet
l’assurance que vous avez d’être devenu enfant de Dieu. Par lui, vous pouvez exercer votre autorité
au nom du Seigneur Jésus, pour détruire n’importe quelle œuvre des Ténèbres.
La promesse que nous attendons tous est celle de notre enlèvement auprès du Seigneur lors de sa
deuxième venue, et de la transformation de notre corps physique en corps de gloire. Cette promesse
vous devez la saisir et ne pas vous laisser ébranler dans la foi. Vous serez enlevés auprès du Seigneur
parce que vous aurez cru que son œuvre vous qualifie pour l’enlèvement. Ce n’est aucunement à
cause de la qualité de vos œuvres que cette grâce vous sera accordée. Le Seigneur a dit que certaines
personnes seront étonnées de ce que les prostituées et les personnes de mauvaises vies précèdent
dans le Royaume des Cieux, certaines personnes qui espèrent en leurs œuvres ou mérites. Il y a des
personnes qui rateront l’enlèvement, parce qu’ils ont abandonné la foi, en croyant que ce sont leurs
œuvres qui leur permettront de l’atteindre. Retenez-le : la foi en l’œuvre du Seigneur Jésus surclasse
de très loin tous les mérites des Hommes. Celle-ci n’est jamais obsolète et c’est en elle que
s’accomplit toutes les promesses de Dieu.

Il existe encore d’autres promesses que vous pourrez saisir avec votre foi : baptême du Saint Esprit,
revêtement de puissance, autorité pour guérir toutes sortes de maladies et d’infirmités au nom du
Seigneur Jésus…etc. Méditez la Bible, et vous trouverez plusieurs promesses que vous pourrez saisir
par votre foi. Dieu de sa nature est généreux et plein de bonté. Et il jugera les Hommes sur la base de
leur refus à recevoir gratuitement ses grâces.

Q15 : Quel impact la foi en le Seigneur Jésus peut avoir sur ma vie ?
R15 : Cette foi vous permet d’accéder à toutes perfections. Il a lui-même dit dans sa Parole : « En
vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera
de plus grandes… » Jean 14V12. Pour comprendre l’impact de cette Parole, il faut comprendre que le
Seigneur Jésus dans sa condition humaine n’était soumis à aucune limite. Ainsi, nous qui croyons en
lui, ne sommes soumis également à aucune limite. Mais cette promesse vous devez la cultiver dans
votre cœur, afin que ses effets paraissent dans votre vie. N’allez pas vite en besogne. Prenez du
temps pour édifier votre foi et ne tentez rien de périlleux dans la démonstration de votre foi.

Le Seigneur Jésus est donc le Centre du Message de la foi. Il est mort pour libérer les Hommes de la
condamnation. Par son sang il a contracté une Alliance éternelle avec le Père pour tous les Hommes,
afin que ceux-ci aient l’assurance de demeurer éternellement avec Dieu. Le troisième jour il est
ressuscité des morts, pour garantir à tous ceux qui placeraient en lui leur foi que la mort et l’enfer
n’auront aucun pouvoir sur eux. Relisez plusieurs fois ces différentes Instructions, afin de vous
imprégnez des possibilités qui s’offrent à vous en tant que Croyant.

3ème révélation : « …Tout est possible à celui qui croit. »

Le Seigneur l’a souligné : « Tout est possible à Celui qui croit » C’est le principe du surnaturel dans la
vie d’un Croyant.
La question qu’on devrait se poser est celle-ci : comment croire à volonté ?...car tant que je peux
croire, je verrais toujours la gloire du Seigneur Jésus à l’œuvre.

Parfois on se met inutilement la pression pour « croire », or c’est la chose la plus simple qui soit.
C’est pourquoi la foi collabore toujours avec la grâce de Dieu. Si c’était une chose pénible que de
croire, Dieu n’allait certainement pas utiliser le moyen de notre foi, pour que nous accédions à la
grâce du Salut qui se trouve dans le Seigneur Jésus. Je crois que c’est une chose facile que de croire,
car je crois en l’accessibilité de la grâce de Dieu.

Croire c’est décider de marcher selon une vérité, peu importe l’avis ou la position de certaines
personnes sur celle-ci.
Ex : Certaines personnes croient que l’Homme est issu de grands primates qui ont existé il y a de
millions d’années. Ces personnes croient en cette parole, même si certains sont d’avis contraires.

Croire est le plus souvent basé sur une opinion, une idée, une pensée ou un élément abstrait.
Ex : Certaines personnes croient que si la jeunesse est aujourd’hui sans repère, les parents sont les
premiers responsables.
Cette croyance est une opinion, et non un fait qu’on peut observer, toucher, sentir. On peut donc
croire au-delà de ce que nos sens physiques peuvent discerner.

Croire est fondé sur un support, un motif qui va démontrer la raison pour laquelle nous croyons ainsi.
Le motif de notre conviction peut être une étude scientifique ; une information que nous avons
perçue quelque part ; la parole d’une personne ; la Parole de Dieu…etc.
Ex : il y a des personnes qui croient que l’Homme est issu de grands primates parce que certaines
études scientifiques confirment cette thèse. Il en existe qui ne croit pas en cette thèse, parce que
justement d’autres études scientifiques infirment la thèse de l’évolution.

Croire c’est prendre position, c’est décider d’appartenir à un camp ou à une classe de personnes.
Ex : Tous ceux qui croient au réchauffement de la planète forme un camp, un groupe de personnes :
les écologistes. Et ceux qui ne croient pas au réchauffement de la planète forme aussi un camp : les
climato sceptiques.

Croire est l’expression de notre libre arbitre. C’est la raison pour laquelle, Dieu ne peut pas obliger
une personne à croire ce qu’elle ne veut pas. Et personne ne peut vous contraindre à croire une
chose pour laquelle vous n’êtes pas d’accord, pas même Satan. Car la foi vient du cœur.
Il est dans notre intérêt de croire aux choses positives et vraies. Car on ne tirerait aucun avantage à
croire aux choses négatives ou à des évènements qui suscitent en nous aucun espoir, aucune volonté
à toujours persévérer. Tout ce qui n’est pas digne de foi est à cet effet toujours négatif. Et tout ce qui
est négatif empêche le potentiel d’une personne d’être pleinement manifesté.

Nous avons donc vu en long et en large, différents éléments qui pourraient motiver le fait de croire.
Nous allons à partie de ces éléments, étudier la foi pour recevoir par un exemple une faveur
financière.

La Parole de Dieu affirme qu’en tant qu’enfant de Dieu (personne régénérée dans l’esprit par la
Parole de Dieu) nous sommes bénis de toutes sortes de bénédictions en Jésus et que tout ce que
nous demandons, nous devons croire que nous l’avons pour le voir se manifester.

Sur la base de cette Parole, je décide de croire que je suis déjà financièrement riche. Je possède en
Jésus une fortune illimitée qui pourra me permettre plusieurs accès matériel. La parole de Dieu ne dit
pas de croire aux choses qui sont possibles ou faisables pour la raison ou l’intelligence naturelle. Elle
dit, ce que vous croyez vous le verrez se manifester dans votre vie. Il n’existe donc aucune limite à ce
que ma foi pourrait me permettre d’obtenir. Rappelez-vous que la foi est la vertu qui rend possibles,
les choses impossibles à la raison humaine ou naturelle.

Donc je crois que je suis financièrement riche et puissant en Jésus, et que je n’ai point besoin de
travailler naturellement pour entrer en possession de cela. Le Seigneur a dit si je crois, je le verrai et
non si je travaille, je le verrai. Le fait de marcher selon cette parole de mon cœur, met ma foi en
activité.
Deuxièmement, comme nous l’avons étudié, cette foi est basée sur une pensée, elle n’est pas
quelque chose de matériel. Et nous avons vu que tout ce à quoi nous pouvons croire n’est pas
toujours matériel, discernable par les sens.
Ensuite nous avons dit que la foi est fondée sur un motif. Dans notre cas, le motif de notre foi n’est
pas une étude scientifique, mais la Parole de Dieu. Aucune étude scientifique ne peut authentifier le
fait que je crois à ma richesse surnaturelle. Donc si une personne regarde à l’intelligence naturelle,
elle ne sera pas capable de manifester la foi que j’ai pour cette faveur. Plutôt donc que de regarder à
la sagesse humaine qui me retiendrait, je préfère croire à la sagesse spirituelle qui donne accès à ma
foi d’être pleinement opérationnelle. Plutôt que de croire en ce que pensent les scientifiques, pour
marcher à leur niveau de possibilité, je préfère croire en la Parole de Dieu, qui me donne de marcher
dans la dynamique de Dieu lui-même.
Par notre foi, nous prenons position. Ici, je fais partie de ceux qui croient que c’est possible d’être
financièrement riche d’une manière surnaturelle en Jésus, sans passer par le travail. Et l’autre camp
est constitué de personnes qui ne croient pas que cela est possible. Au lieu donc d’appartenir à ce
camp qui est contre la Parole, je décide d’appartenir au camp de ceux qui décident de marcher selon
une intelligence supérieure, capable de nous donner accès à des possibilités infinies.
Et enfin, je peux en déduire qu’il est à mon avantage de croire ainsi. C’est la manière la plus évidente
d’expérimenter la puissance et l’authenticité de la Parole de Dieu. Mais une personne qui ne marche
pas selon cette parole, se limiterait d’une manière gratuite et absurde. Car cela ne lui coûterait rien
de marcher par la foi, étant donné que c’est à son propre avantage.

Dieu n’attend pas à ce que nous ayons d’abord la foi pour mettre des choses en place. C’est parce
qu’il a déjà mis tout en place pour notre épanouissement que nous pouvons avoir la foi, qui ne crée
pas des choses nouvelles, mais qui nous permet de jouir au maximum des choses dont nous ignorons
parfois l’existence.
C’est à dessein que l’exemple d’une faveur financière a été pris. Je ne suis pas de ceux qui s’inscrivent
dans un matérialiste gratuit et excessif, gloire au Seigneur Jésus. Mais je vous ai dit que nous sommes
dans une bataille spirituelle hautement stratégique avec des forces occultes, qui contrôlent le monde
à travers son système de croyances. L’une des stratégies qu’elles ont mises en place pour réduire les
Hommes à l’impuissance est l’Argent ou le système financier. Ils ont fait en sorte qu’il soit au centre
de toute transaction et également qu’il soit le bien le plus prisé. Mais en tant que Croyant, nous
devons combattre ces forces avec la même intensité avec laquelle elles usent et d’une manière
intelligente. Si Satan a fait de l’Argent le cœur de son système, avec cette révélation que vous venez
de recevoir, vous aurez l’occasion de lui rendre largement la monnaie de sa pièce.

4ème révélation : vous êtes soumis à la limite de votre foi

La Matrice veut vous amener à croire que vous n’avez aucune maîtrise sur les réalités que vous
endurez. Son but est de vous conditionner pour mieux vous exploiter. Elle vous conditionne par des
faits ou des réalités contraires, afin que vous vous identifiiez à elles. Une personne qui n’a pas
d’argent, le Système la qualifie de pauvre. Et vous finissez par marcher avec cette mentalité de
pauvre. Une personne qui a un problème de santé, on lui fait croire qu’elle risque de mourir, et elle
finit par l’accepter. Le Système classifie les Hommes comme du bétail : tel est intelligent parce qu’il a
un quotient intellectuel au-dessus de la moyenne, telle souffre de déficit intellectuel, tel est fort, tel
est puissant, tel autre est faible…etc. La Parole de Dieu dit que celui qui est faible dise je suis fort
(Joël 3V10). Est-ce de la présomption ? Ce le serait si je pense que cette force viendra de moi. Mais si
je reconnais que l’apparente faiblesse du moment ne change rien au fait que je sois pleinement fort
en Jésus, loin d’être une présomption, c’est une évidence. Ne commettez jamais l’erreur de marcher
selon les normes avec lesquelles le Système vous identifie. Peu importe si ces normes vous semblent
positives ou négatives. Rappelez-vous que le Système fonctionne suivant une dualité permanente. Si
vous acceptiez d’être qualifié de riche selon le Système, le jour où vous n’aurez plus de richesse, il
vous sera difficile de croire que vous n’êtes pas pauvre. C’est la raison pour laquelle, les notions de
Récompense et de Mérite, propres au Système sont des illusions, des pièges que vous devriez éviter.
Si vous êtes riche, vous devez l’êtes selon Dieu. Car la richesse en Dieu ne change pas. Percevez-vous
comme une personne forte, riche, intelligente, sage, et en bonne santé, selon Dieu. En Dieu, il n’y a
ni dualité ni imperfection. En lui tout demeure dans un état de perfection et d’expansion infinie. Mais
tout ce qui émane du Système varie, et peut facilement virer du positif au négatif. Etre riche ou
intelligent selon Dieu, c’est se percevoir selon la grâce qui nous a été accordée par l’œuvre du
Seigneur Jésus. Un riche selon le Système croira que la source de sa richesse, ce sont ces diplômes,
son travail, ses sacrifices…etc. Mais un riche selon Dieu croira que sa richesse n’est qu’un des fruits
ou des retombés de l’œuvre de rédemption du Seigneur Jésus dans sa vie. Il ne doit pas seulement le
croire, mais il faudrait que sa richesse provienne effectivement de sa foi en cette œuvre, et non des
mérites de son abnégation ou de son travail. N’adhérez pas non plus à la pensée positive, et à toutes
ces supercheries de la loi d’attraction, la visualisation positive…etc. Toutes ces croyances ne sont que
des leurres de la Matrice, qui ont pour objectif de vous donner une illusion de contrôle. Le but de ces
techniques est de vous faire croire que vous avez le pouvoir de changer vos situations difficiles et
devenir ce que vous rêvez d’être. D’un point de vu marketing, elles ont de l’impact. Car tout le
monde aspire à un mieux-être. Mais à la vérité, ces techniques vous éloignent de la foi. La foi vous
révèle que la création de Dieu est déjà parfaite, et que tout ce que vous constatez d’imparfait dans le
monde, n’est que la conséquence des limites auxquelles les Hommes ont été soumis dans leurs
systèmes de croyances. Ces techniques ont du succès parce qu’elles usent de la foi. En réalité, on
veut amener les Hommes à travers elles, à exploiter les possibilités de la foi, sans leur ouvrir les yeux
sur celle-ci. On veut amener les Hommes à profiter des avantages de la foi, sans leur ouvrir les yeux
sur son auteur qui est Jésus. Vous pouvez très bien utiliser la loi d’attraction pour obtenir telle ou
telle autre chose dans votre vie, mais qu’en est-il de ce que vous deviendrez après ce monde ? La
pensée positive ou la loi d’attraction va-t-elle vous rassurez sur ce que vous serez après cette vie ?
Dieu veut vous sauver du péché, afin que vous ne soyez pas détruit avec le Système. Car ce que la loi
d’attraction ne vous dira pas, c’est que le monde sera détruit de lui-même à cause de la corruption
qui l’habite. C’est ce qu’on appelle dans un sens spirituel le jugement de Dieu. Mais en réalité, ce
n’est pas Dieu lui-même qui exerce ce jugement. Imaginez que le monde entier soit un fruit
corrompu par les Ténèbres. Vous remarqueriez que plus le temps passe, plus la corruption se
propage, au point où tout le fruit se décompose. Si vous constatez les catastrophes naturelles, les
tensions politiques ou autres soulèvements sociaux, c’est parce que la corruption s’intensifie
progressivement dans le monde. Les Ténèbres sont en phase de se révéler au monde et de contrôler
le monde entier, d’une manière visible et non pas seulement à travers le Système. Dieu dans son
omniscience a perçu qu’il y a un temps où cette corruption va tellement s’intensifier, qu’il sera
difficile pour les Hommes de vivre dans ce monde. C’est la raison pour laquelle il a prévu enlever
auprès de lui, tous ceux qui se seront soustraits de la corruption par leur foi en l’œuvre de son Fils.
Quand l’œuvre du Salut demeure dans le cœur d’une personne, le Saint Esprit vient habiter en elle et
il la sanctifie en ôtant en elle la corruption. Mais ces vérités émanent de la foi et ce n’est pas la
Pensée positive qui vous le dira ou l’hypnose. Toutes ces techniques qui sont de plus en plus
vulgarisées, ont pour objectif de détourner les personnes du Message de la foi. Et on pourrait
aisément résumer ces techniques en un seul point : l’homme est soumis à la limite de ce qu’il croit. Et
cette vérité ne devrait pas vous surprendre. Car nous avons révélé au tout depuis que l’esclavage qui
est exercé contre l’humanité réside dans son système de croyances. C’est donc à dessein que la
Matrice à travers son Système, a généré de fausses croyances. Elle a ainsi amené les Hommes à
moins profiter des possibilités que Dieu leur offre. Et on veut leur fait croire qu’il y a dans le monde
des principes qui ont la capacité de permettre aux Hommes d’être ou d’obtenir tout ce qu’ils
désirent. Mais ceci n’est pas suffisant. Car je peux vous assurer que si un démon ou Satan peut se
dresser contre vous, tout en se moquant éperdument de ce que vous croyez êtes capable ou pas.
Vous n’aurez aucun pouvoir sur lui que si vous prenez conscience de votre autorité en Jésus. Vous
conviendrez que Satan ne vous révélera jamais l’arme destinée à le détruire. En effet quand le
Seigneur Jésus est ressuscité des morts, il est monté au ciel et s’est assis à la droite du Père et il a
reçu l’autorité au-dessus de tout pouvoir, de toute domination, de toute créature qui soit dans le
ciel, sur la terre, et sous la terre. Et, nous qui avons cru en son œuvre, il est révélé que le Père nous a
positionnés en Jésus, il nous a fait asseoir en esprit avec lui afin que nous dominions Satan et tout le
monde des Ténèbres (cf. Philippiens 9V2-11 / Ephésiens 2V6 / Ephésiens 1V16-21). Le Message de la
foi est tout à fait complet, à un point où vous devez être capable de comprendre cette vérité :

« Vous avez tout pleinement en lui (le Seigneur Jésus), qui est le chef de toute domination et de
toute autorité. » Colossiens 2V10

Ainsi, puisque vous avez tout pleinement en Jésus en tant que Croyant, vous devez comprendre que
vous n’êtes soumis qu’à la limite de votre propre foi. Ces techniques ou principes tels que la loi
d’attraction ou la pensée positive ne vous révèlent pas que vous avez déjà tout en Jésus. Ils vous font
prendre davantage conscience du Manque que de l’Abondance.

5ème révélation : le manque n’existe pas dans la pensée de Dieu

Parfois, on se demande quelle assurance a-t-on auprès de Dieu, pour ce qui est de la manifestation
d’une faveur. Sa Parole est non seulement suffisante, mais le fait de comprendre que le manque ou
un quelconque refus n’existe pas dans sa pensée, nous rassure davantage. Le manque est synonyme
de sècheresse, d’insuffisance ou de pauvreté. Ces réalités n’existent pas en Dieu et elles n’émaneront
jamais de son cœur. Tout est pleinement accompli en lui.
Le diable veut davantage vous fait prendre conscience du manque. C’est ce à quoi il s’évertue en
mettant en place toutes ses stratégies d’influences, que nous verrons plus en détail ici.

Il génère le manque en faisant croire aux Hommes qu’ils pourront rejoindre l’enfer, s’ils ne se
conduisent pas d’une certaine façon. Or la foi nous instruit que Dieu dans sa pensée ne prédestine
aucun Homme pour l’enfer, à cause de l’œuvre du Fils à la croix. La seule contrainte est votre foi et
non Dieu. Si par votre foi, vous exercez votre libre arbitre, votre incrédulité est ce qui vous condamne
et non Dieu. Même ces mauvais esprits qui se dirigent à termes pour l’enfer, ont tout simplement
refusé d’adhérer aux perfections de Dieu. Les œuvres censées vous qualifier pour le Paradis aussi
pieuses qu’elles peuvent paraître, sont des illusions pour vous détourner de la Vérité.

Satan crée aussi le manque en vous faisant prendre conscience que certaines forces occultes
s’opposent à votre bonheur. Cette tendance s’est répandue dans la pensée religieuse. Les gens
croient qu’il y a des sorciers, des esprits qui s’opposent à leur épanouissement et c’est la raison pour
laquelle ils sont dans le malheur. Cette pensée n’émane pas de la foi, si toutefois vous parvenez à
reconnaître que l’œuvre du Seigneur Jésus vous donne une nette supériorité sur n’importe quels
ennemis. Aucunes forces, quel qu’en soit le rang, ne peut s’opposer aux droits et privilèges que j’ai
acquis dans le Seigneur Jésus. C’est la raison pour laquelle mon cœur n’accepte jamais l’idée qu’un
mauvais esprit soit à la base d’un quelconque malheur dans la vie d’une personne. Car ce serait nier
l’œuvre du Seigneur Jésus dans la vie de cette personne.

Le diable crée de nombreux manques d’un point de vue intellectuel, financier, moral, spirituel…etc.
Or tous ces manques n’existent plus si vous contemplez la portée de l’œuvre du Seigneur Jésus dans
votre vie. Même les maladies révèlent des manques qui en réalité ne devraient pas exister. A chaque
fois que vous constatiez un manque quelconque dans votre vie, reconnaissez que le manque ne fait
pas partie du projet de Dieu pour vous, à cause de l’œuvre du Seigneur Jésus à la croix. La sensation
de manque est à cet effet une illusion qui se dissipe totalement dans le Seigneur Jésus.

En générant ces manques, le diable veut vous laisser entrevoir des solutions assez rudimentaires. Car
elles ne feront que retarder l’échéance, sans jamais détruire la racine du problème.

Ce que vous devez savoir c’est qu’en dehors de la foi, il peut arriver toutes sortes de manques dans la
vie d’une personne. Ces manques peuvent avoir diverses origines et je ne veux surtout pas lister ici
tous les facteurs qui peuvent être la cause d’un quelconque problème. Mais une chose dont je suis
certain, et qui est hautement suffisante, c’est qu’à cause de l’œuvre du Seigneur Jésus, plus rien ne
justifie un manque quelconque dans la vie de qui que ce soit. Ce que je sais encore, c’est qu’en
dehors de l’œuvre du Seigneur Jésus, il n’existe aucune solution efficace et éprouvée, destinée à faire
sortir une personne d’un quelconque manque.

Etant donné que le manque n’existe pas en Dieu, et qu’il s’est chargé pour cela de vous combler de
toutes sortes de bénédictions et de grâces, afin que vous ne souffrez d’aucune limite : tout ce à quoi
vous aspirez, vous devez croire que vous l’avez déjà obtenu en Jésus, et vous le verrez se manifester.
Satan veut vous amener sur le terrain du manque, afin de vous affaiblir. N’entrez jamais dans ce jeu
et ne le combattez jamais sur ce terrain. Le secret de l’exaucement ce n’est pas la demande, mais
plutôt un cœur reconnaissant. C’est pourquoi si vous voulez réussir à battre Satan, entrainez-le dans
votre monde, celui où vous avez déjà tout en Jésus. Il n’y a aucune espérance pour lui de triompher
sur le terrain de l’abondance.

Une autre stratégie que vous devez connaître, c’est que toutes les fois où le malin suscite en vous un
manque ou un besoin, sont but est de vous amener à valider ce manque dans votre vie. C’est cette
stratégie qu’il a d’ailleurs employé avec moi, pour m’affaiblir intellectuellement à un moment donné
de mon parcours. A cette époque, j’ignorais tous ces points que le Seigneur me fait la grâce de vous
les révéler. Le diable m’a fait prendre conscience d’une incapacité intellectuelle que je pouvais sentir
en moi et qui se confirmait par les mauvaises notes que j’obtenais. J’ai donc cru instantanément que
mes capacités intellectuelles avaient dégringolées. C’est la plus grande erreur que j’ai faite. Car en
marchant selon ce que je ressentais et ce que je constatais de mes notes, je me suis engagé sur le
terrain du manque et j’ai perdu la bataille. Il m’a entrainé dans son monde et j’ai souffert atrocement
durant cette période. J’ai échoué à trois examens, et j’ai perdu assez d’années. J’ai perdu en estime
et en crédibilité aux yeux de plusieurs. Ces sentiments et ces notes qu’il me suggérait au départ,
avaient un but : ma signature. Il m’a amené inconsciemment à valider ces mensonges dans ma vie, en
les acceptant comme miens. C’est ainsi qu’il procède dans beaucoup d’autres domaines. Il génère en
vous des sentiments ou pensées de manques ou de limites, et lorsque vous les acceptez, vous venez
de les valider dans votre vie. La manière dont vous les acceptez est très subtile, au point où vous ne
vous en rendez pas compte. Vous les acceptez dès lors où vous cherchez des solutions pour combler
le manque ou le besoin qu’il vous a suggéré. La plupart des solutions ou méthodes qui prolifèrent
dans ce monde, sont donc des cadeaux empoisonnés, qui ont pour mission d’apposer vous-même
votre signature à votre défaite. C’est la raison pour laquelle ces solutions « efficaces » n’atteignent
pas l’effet souhaité. Une personne qui veut par exemple utiliser la loi d’attraction pour régler ses
problèmes financiers est déjà en échec. Car elle a inconsciemment accepté l’idée d’un manque
financier dans sa vie. Et tant que ce manque demeure, aucune solution « efficace » en dehors de la
foi, ne pourra extirper cette carence financière dans sa vie.

Je veux m’adresser particulièrement aux Croyants, ceux à qui le Message de la foi a été légué. Tout
comme vous, j’ai connu pas mal de frustrations dans ma marche Chrétienne, jusqu’à ce que le
Seigneur Jésus me révèle le mystère de cette Matrice et des stratégies de l’ennemi. Vous serez peut
être étonné de ce que vous allez entendre, mais vous verrez par vous-même qu’il s’agit d’une
évidence. Le problème des Chrétiens, c’est qu’ils ont trop longtemps sous-estimé la sagesse et
l’intelligence que Dieu a communiqué à Satan. Si nous nous sommes inscrits dans cette dynamique,
c’est parce que nous avons sous-estimé en premier lieu l’amour de Dieu. Quand le Seigneur aime, il
donne sans faire de calculs. Dieu dans son omniscience savait que le diable allait lui tourner le dos. Et
paradoxalement, c’est lui qu’il a élevé en sagesse et en intelligence plus qu’aucune autre créature.
Est-ce pour lui rappeler qu’il aimera toujours malgré sa rébellion ? Certainement. Cette sagesse était
tellement supérieure, au point que Satan s’est cru capable de prendre la place de Dieu. La Bible nous
révèle que Satan a réussi à balayer avec sa queue le tiers des anges de Dieu. Autrement dit, il a réussi
par cette intelligence à enrôler des êtres spirituels qui n’étaient soumis à aucune influence préalable,
hormis l’expression de leur propre volonté. C’est dire combien est grande sa sagesse. Que les choses
soient claires, je ne glorifie pas Satan. Je veux vous amener à prendre conscience du grand amour
que le Seigneur a manifesté à son égard, en lui accordant une aussi grande sagesse. Satan s’est édifié
sur son intelligence au point où aucune créature n’a pu remettre en question son autorité. Il est
révélé dans le Livre d’Apocalypse que les deux tiers d’anges qui ont pu le combattre y sont parvenus
à cause du sang de l’agneau et de la Parole de leur Témoignage. Cette parole de témoignage était
une révélation qu’ils auraient eue de la position et de l’autorité du Fils. La seule personne qui a été
capable de venir à bout de son intelligence donc a été le Fils, c’est-à-dire Dieu lui-même. Et grâce au
Seigneur Jésus, nous avons reçu en tant que Croyants, une autorité et une sagesse hautement
supérieure à Satan.
Il y a des questions qu’on devrait se poser étant Chrétiens afin de comprendre encore mieux, la
portée de l’autorité que nous avons dans le Seigneur Jésus. La première question qu’on devait se
poser en tant que Croyant est celle-ci : En tant que fils et filles de Dieu, pensons-nous que Satan n’est
pas conscient de l’autorité et de cette position supérieure que nous avons acquise en Jésus ? La
deuxième question est la suivante : Etant donné que Satan n’a pas la capacité de nous subtiliser
l’autorité que nous avons dans le Seigneur Jésus (comme ce fût le cas avec Adam), pensons-nous
réellement qu’il va simplement nous laisser l’exercer et ainsi le discréditer aux yeux du monde ? La
troisième question est celle-ci : Du fait que nous avons reçu du Seigneur la mission d’annoncer au
monde le Message de la foi, contre qui Satan et les autres puissances démoniaques vont vouloir user
de toute leur influence ? Du monde ou de l’Eglise ?

Si vous répondez avec franchise à ces différentes questions, vous pouvez par vous-même
comprendre pourquoi les Croyants ont longtemps été en position de faiblesse dans le monde. La
Matrice dans laquelle le monde entier est plongé, est moins puissante que celle que le diable a
ficelée contre l’ensemble des Croyants. Le but de Satan à travers cette Matrice renforcée est
d’empêcher les Croyants d’annoncer le Message de la foi au monde dans une position de force.
Imaginez un seul instant que les Croyants en plus de l’Evangile qu’ils possèdent, parviennent à
posséder les hautes sphères d’influences du monde. Si cela advenait, imaginez combien sera grande
la désillusion de Satan et ses alliés auprès des adeptes qu’ils ont réussi à séduire par leur ruse. Cette
Matrice fonctionne sur différents niveaux ou couches que nous verrons plus en détails.

2ème Partie : Une Matrice conçue sur mesure contre l’Eglise


Je tiens à vous rappeler avant tout propos que le terme Matrice n’a pas de connotation biblique.
Toutefois, il m’a permis de définir un phénomène spirituel dont l’existence ne fait aucun doute. La
Matrice dans laquelle l’Eglise a été plongée utilise les mêmes principes que la précédente, mais elle
emploie des stratégies encore plus sophistiquées. Le but de cette Matrice évoluée est d’empêcher les
Croyants d’annoncer le Message de la foi dans une position de force. Cette Matrice évoluée est
constituée de plusieurs couches, suivant les stratégies directes et indirectes employées.

Avant d’aller un peu plus loin, il est important de définir d’abord un terme très important, pour ne
pas susciter d’amalgame. Il s’agit du terme : « Croyant » ou « Chrétien »
Certaines personnes à la vérité ne sont pas encore des Croyants, mais aiment bien s’identifier comme
tel. Ceci est une séduction et il ne faudrait pas qu’elle tombe dans ce piège. Un(e) Croyant(e) est une
personne convaincue d’avoir obtenu sa justice uniquement dans l’œuvre de rédemption de notre
Seigneur Jésus, sans besoin d’ajouter une quelconque œuvre pour parfaire d’elle-même cette justice.
C’est le fondement ou l’essence du Message de la foi. Si vous pensez que vos œuvres peuvent
parfaire ou achever l’œuvre du Seigneur Jésus à la croix, je peux vous assurer que vous avez une trop
grande opinion de vous-même. Ceci est un leurre et vous devez veiller à ne pas tomber dans ce
piège. Pour comprendre ce mystère de cette justice qui s’acquiert uniquement dans le Seigneur
Jésus, retournons si vous le voulez bien dans le jardin d’Eden, juste après qu’Adam et Eve ait pris
conscience de leur état de pécheurs. Il nous est révélé qu’ils se firent des vêtements avec les feuilles
de figuier et des ceintures pour couvrir leur nudité. Mais, Dieu leur fit des vêtements meilleurs, faits
de peau d’un animal. D’abord la nudité ici représente leur état de pécheurs. Les vêtements conçus
avec les feuilles représentent leurs propres œuvres de justice. Et les vêtements conçus avec la peau
de l’animal représentent la justice de Dieu, qui nous sera révélé à travers le sacrifice du Seigneur
Jésus. Dieu a donc agréé sa propre justice, qui ne souffre d’aucune imperfection, plutôt que la justice
orgueilleuse des Hommes. Alors certains se diront : A quoi servent donc les œuvres si la foi seule
suffit à nous justifier ? Les œuvres sont des préalables ou si vous voulez des conditions, pour ne pas
être en position de transgresseurs vis-à-vis de la loi. L’œuvre qui te suggéra par exemple de ne pas
mentir, est censé te préserver de la condamnation de la loi aussi longtemps que tu ne mentiras pas.
Et si par malheur il arrivait que tu mentes, à cause de la loi qui t’a défendu de le faire, tu es déclaré
coupable. Les œuvres de justice sous la dispensation de la loi ont donc toute leur importance,
puisqu’elles s’inscrivent dans un contexte « légal » Mais sous la dispensation de la grâce, ces œuvres
s’inscrivent dans un cadre « inapproprié » dans le sens où elles tendent à dévaloriser l’œuvre du
Seigneur Jésus à la croix. Ainsi vous comprenez que même les œuvres n’ont jamais été destinées à
nous rendre justes et à nous libérer de la loi. Il existe aucune œuvre destinée à vous libérer de la loi.
Et si vous n’êtes pas libérés de la loi, vous êtes toujours condamnables. Seule la grâce du Seigneur
Jésus nous a définitivement libérés de la loi, en sorte que nous ne soyons plus condamnables.

« Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. En effet, la loi
de l’esprit de vie en Jésus Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. » Romains 8V1-2

Si votre cœur a saisi ce mystère, gloire au Seigneur Jésus, vous êtes maintenant un(e) Croyant(e) ou
un(e) Chrétien(ne). Nous pouvons alors étudier ensemble les différentes stratégies employées par
Satan contre l’Eglise (l’ensemble du corps constitué de tous les Croyants ou Chrétiens).

La 1ère couche de la Matrice élaborée contre l’Eglise : les stratégies


d’influences directes
Stratégie 1 : inciter les membres du corps à être impressionner par les richesses de ce monde

Stratégie 2 : créer une illusion de Manque ou du besoin dans l’Eglise

Comme nous l’avons précédemment abordé, à chaque fois que vous recherchez une solution pour
combler un manque ou un besoin, vous cautionnez involontairement ce manque dans votre vie. Et la
solution qui est utilisée pour la plupart des Croyants pour combler un besoin c’est la prière, le jeûne,
ou tout autre moyen. Si vous utilisez tous ces moyens dans l’intention de combler un manque, vous
risquez de ne pas obtenir de sitôt ce que vous voulez. Tout simplement parce que votre motivation
est corrompue à la base par les Ténèbres. C’est la raison pour laquelle, Dieu a dit dans sa Parole :
« Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez
s’accomplir. » Marc 11V24
Autrement dit, la prière n’est pas la clef de la manifestation, mais la foi. Le Seigneur aurait pu dire,
tout ce que vous demanderez en priant vous le recevrez. Mais s’il a tenu préciser que nous devons
croire que nous l’avons déjà reçu, car que c’est le secret qui favorise la manifestation. Aujourd’hui
dans l’Eglise, cette Illusion du Manque est accentuée avec la plus grande force. On a longtemps
enseigné au peuple de Dieu des méthodes, des révélations qui leur rendent plus conscience du
Manque que de l’abondance qu’ils ont déjà obtenu dans le Seigneur Jésus. Le fait par exemple de
faire croire aux Croyants que s’ils ne donnent pas de dîmes ou d’offrandes, leurs finances peuvent
être menacées par l’ennemi, crée l’illusion d’un Manque dans leur vie. Le contexte de l’Ancienne
Alliance diffère de celui de la Nouvelle Alliance. Dans la première Alliance, les Croyants ne
disposaient d’aucun héritage en Dieu. Ils n’étaient pas inscrits dans la foi. S’il voulait donc recevoir, il
y avait nécessité de poser une action. Or dans la Nouvelle Alliance, il est dit que nous sommes
héritiers de Dieu dans le Seigneur. En sorte que Paul va révéler que toutes choses nous
appartiennent, y compris le monde (1 Corinthiens 3V21-23). Donc, le fait de supplier Dieu pour un
quelconque besoin relève plus de l’incrédulité que de la foi. Le fait de vouloir appliquer une méthode
ou des principes bibliques en dehors de la foi, relève encore de l’incrédulité. Cette illusion est très
puissante. Car même les apôtres ont été soumis à cela. Et quand on lit certains versets du Nouveau
Testament, on peut se rendre compte combien grande a été cette ruse. Nous étudierons, plusieurs
passages qui corroborent ce dont nous parlons.

Le miracle de la multiplication des pains (cf. Matthieu 14V15-21)


Dans ce récit, il nous est rapporté que les disciples étaient confrontés à une situation où d’après
l’ordre du Seigneur, ils devaient trouvés le moyen de nourrir une foule composée de cinq mille
hommes (sans compter les femmes et les enfants). Ils n’ont pas pu accomplir un tel miracle, et le
Seigneur a dû prendre les devants. Quand vous lisez le texte, il est dit qu’ils demandèrent au
Seigneur de renvoyer la foule, vu qu’ils n’avaient rien pour la nourrir. Et le Seigneur Jésus, loin de les
suivre dans leur raisonnement leur a tout simplement dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller ;
donner-leur vous-mêmes à manger. » Vous comprenez que les disciples regardaient au manque,
parce qu’ils étaient plongés dans une illusion de Manque. Ils s’y sont conformés et leur défaite n’a
été qu’évidente. Mais le Seigneur Jésus, n’était pas dans cette illusion. Il était plutôt dans une
dynamique d’Abondance. Au final, le miracle s’est produit. Dans ce même contexte, certains
Chrétiens ou Croyants auraient faits des prières et rien ne se serait produit. Non pas parce que Dieu
ne leur ai pas exaucé, mais tout simplement parce qu’ils se seraient déjà conformés au Manque
plutôt qu’à l’Abondance. Le secret n’est pas la prière mais la foi. Nous verrons un peu plus loin à quoi
sert la prière dans la dynamique de foi ou de l’Abondance.

L’incapacité des disciples à chasser un démon (cf. Matthieu 17V14-21)

Dans ce passage, il nous est révélé l’incapacité des disciples à chasser un démon qui possédait le fils
d’un homme. Cet homme a signifié au Seigneur, qu’il a emmené l’enfant aux disciples, qui
malheureusement, n’ont pu le guérir. Le Seigneur a réprimandé ces disciples en ces termes : « Race
incrédule et perverse…jusqu’à quand serai-je avec vous ? » Rassurez-vous, il ne leur a pas offensé.
Parfois, quand on lit ce passage, on s’imagine nous-même qu’il a dû le dire avec un ton dur et froid.
Mais rien ne nous garantit qu’il l’ait dit sur un tel ton. Au-delà du ton, le Seigneur nous a révélé deux
éléments dont souffraient les disciples. Ces éléments sont l’incrédulité et la perversion. L’incrédulité
c’est un manque de foi et la perversion révèle une corruption. En ces instants, les disciples étaient
non seulement incrédules, mais ils étaient corrompus dans leur système de croyances. Je n’ose pas
parler de péché dans ce cas, puisqu’il leur avait donné le pouvoir de chasser les démons. Mais un
point sur lequel le Seigneur Jésus s’est attardé, c’est leur incrédulité. Le manque de foi vous inscrit
toujours dans une illusion de Manque ou d’incapacité. Il est vrai que le Seigneur a mentionné bien
plus tard que ce genre de démon ne sortait que par la prière et le jeûne. Mais nous verrons à quoi
servent réellement le jeûne et la prière.

Ce que vous devez retenir, c’est que si vous êtes déjà plongé dans une illusion de Manque ou
d’incapacité, tous vos efforts ou moyens pour rétablir votre situation, seront dilués au maximum.
C’est pourquoi il y a pas mal de frustrations dans l’ensemble du Corps. Les gens aspirent à plus ou à
mieux, comme s’ils étaient déjà dans le Manque ou l’insuffisance. Si un tel état d’esprit prend de plus
en plus d’ampleur, c’est justement parce que le diable travaille à éloigner les Chrétiens du Message
de la foi : celle qui place l’œuvre du Christ au centre des débats. Quand on contemple le Seigneur
Jésus à travers le Message de la foi, on ne regarde plus à ce qu’on est supposé faire, mais on
contemple ce que Christ a déjà accomplis. Or si Christ a déjà accomplis, où donc le Manque ou le
besoin tire-t-il leur source ? Il n’y a plus lieu de se lancer embarquer dans les impressions de
manques ou de besoins. Le Seigneur savait qu’en lui les disciples avaient largement de quoi subvenir
aux besoins de cette foule. Il savait aussi qu’en lui, ils avaient toute l’autorité pour chasser ce démon.
Mais ils ont préféré regarder à ce qu’ils seraient capables de faire plutôt que de regarder à Jésus.
C’est la raison pour laquelle, il leur demande : « …jusqu’à quand serais-je avec vous ? Le Seigneur
nous a rappelé qu’il sera toujours avec nous jusqu’à la fin des temps. Et nous savons qu’en Dieu, nous
avons été créés pour demeurer éternellement avec lui. Ainsi, la question de savoir si Dieu ou le
Seigneur s’en ira loin de nous ne se pose pas. Car même son Esprit demeure toujours avec nous.
C’est donc une question rhétorique qu’il nous pose. Il veut nous amener à considérer qu’aussi
longtemps qu’il sera avec nous, nous n’avons pas à nous soucier de quoi que soit ou à courir après
telle ou telle méthode. Car tout est pleinement accompli en lui. Nous n’avons qu’à le contempler
pour voir la manifestation de sa grâce infinie dans notre vie.

Pour ce qui est de nos prières, nous devons comprendre que le Père n’exauce pas une prière, mais
une personne et c’est Jésus (Jean 11V42). C’est la raison pour laquelle toutes les promesses de Dieu,
tout ce que nous demandons, trouvent leur accomplissement en Jésus (2 Corinthiens 1V20). Nous
n’avons simplement qu’à le contempler pour nous rendre compte que notre miracle est déjà une
réalité en lui. Ne cherchez aucune méthode, regardez à cette œuvre que le Seigneur Jésus a accompli
dans votre vie et qui va démontrer votre foi.

Stratégie 3 : Amener les Croyants à confondre la foi, des outils censés les édifier sur celle-ci

Nous verrons maintenant à quoi sert la prière, le jeûne, les louanges, la méditation de la Parole de
Dieu, l’adoration,…etc. ? Ces éléments ne changent pas le cœur de Dieu à notre égard. Ils ne sont pas
censés rendre Dieu plus disposé à nous faire du bien qu’il ne l’est déjà. Leur but essentiel n’est donc
pas l’exaucement, mais l’édification des membres du corps sur le fondement de la foi qui est Jésus. A
chaque fois que vous les pratiquez dans l’intention d’obtenir quelque chose, vous devez veiller à
demeurer dans la foi. On prie, on jeûne, on loue le Seigneur, on l’adore, on médite la Parole de Dieu
pour nous édifier nous-mêmes et édifier les autres membres du Corps dans la foi. D’abord nous
devons comprendre en quoi consiste l’édification spirituelle. Edifier d’un point de vue spirituel, c’est
bâtir ou construire afin d’être de plus en plus imposant en terme de stature, à l’image du Seigneur
Jésus. C’est d’ailleurs lui qui est le modèle de référence. Quand on s’édifie, ce n’est pas le corps
physique qui prend forcément de l’ampleur. C’est notre esprit et notre âme qui sont impactés. L’âme
est concernée par le processus d’édification autant que notre esprit qui a été récréé à la Nouvelle
Naissance. Pour l’âme le processus d’édification consiste essentiellement à une régénération au
niveau de la volonté, des émotions et du système de pensées. Quand votre esprit est de plus en plus
édifié, vous êtes plus sensibles à la vie de Dieu en vous. A un tel point où, vous pouvez vivre déjà
dans votre condition terrestre, une parfaite communion avec le Saint Esprit. Et lorsque l’esprit et
l’âme sont édifiés, il y a possibilité que cela ait même de l’impact sur votre aspect physique (Matthieu
17V2 / Actes 6V15). Tous ces outils que nous avons cités partagent un point commun : une entière
soumission et dévotion à Dieu. Leur pratique est donc censée vous amener tel un soldat à être
entièrement soumis et dévoués corps, âme et esprit au Seigneur Jésus. L’entière soumission à Dieu
est l’essence de l’édification et même de la sanctification dans la Spiritualité chrétienne. Plus vous
êtes soumis à Dieu et à sa Parole, plus vous vous édifiez et sanctifiez. La sanctification ou l’édification
n’ont donc rien à voir forcément avec les œuvres, elles partent de l’excellente disposition de cœur à
l’égard de Dieu. Et plus votre cœur est soumis à Dieu et à sa Parole, plus vous serez capables de
produire des œuvres excellentes. Donc c’est à tort que nous pensons que nous prions ou nous
jeûnons pour recevoir forcément quelque chose de Dieu. Maintenant si on peut constater que par la
prière, le jeûne, les louanges, il y a des personnes qui vivent des percées spirituelles ou qui voient la
manifestation de ce qu’ils demandent, c’est tout simplement parce que ces éléments ont pu édifier
leur foi. Et comment ils édifient la foi ? Tout simplement en développant une profonde dévotion et
soumission à la personne de Dieu et à sa Parole. C’est pourquoi Paul exhortera Timothée à s’exercer
à la piété ou à l’attachement à Dieu. Car, dit-il «…l’exercice corporel est utile à peu de chose, tandis
que la piété est utile à tout… » (1 Timothée 4V8). Donc vous constatez que la foi demeure la clef
pour avoir de l’impact dans tous les domaines de notre vie. Et cette foi comme nous l’avons dite,
repose sur la personne de Dieu.

La stratégie du Malin va donc consister à amener les Chrétiens à croire que ce sont ces outils
(prières ; jeûnes ; louanges ; méditation de la Parole ; adoration…etc.) qui créent l’exaucement ou la
manifestation. Ainsi, certains se découragent de constater que leur situation ne change rien malgré la
pratique de ces différents exercices spirituels. En se laissant ainsi emporter par le découragement, ils
manquent la foi qui leur aurait permis d’obtenir ce qu’ils désirent, si toutefois ils avaient compris le
but de leurs prières ou jeûnes. De plus, le Malin en développant cette stratégie amène les Croyants à
établir avec Dieu une relation froide basée sur le donner et le recevoir. Les Chrétiens entrent dans
une dynamique « commerciale » où ils pensent forcément recevoir quelque chose en échange de
leurs prières ; jeûnes ; adorations…etc. Or ce qu’ils ignorent, c’est que ces éléments ont pour but
premier de les édifier, de les transformer de l’intérieur, afin qu’étant plus sensibles à Dieu, ils entrent
dans une dynamique opérante de la foi.

On peut comprendre dès lors, pourquoi les disciples n’ont pu malheureusement chasser le démon
qui tourmentait la vie de l’enfant. Le Seigneur Jésus leur a révélé que ce genre de démons ne sort
que par le jeûne et la prière. Avant de souligner ce détail, notons qu’il a d’abord relevé leur
incrédulité. Le manque de foi est donc la raison fondamentale de leur échec. Mais ce que le Seigneur
a voulu sans doute nous révéler, c’est qu’il y a des catégories de démons qui peuvent paraître très
intimidant. Et pour ce genre de démons, il faut être davantage édifié sur la foi. Or, le jeûne et la
prière sont deux exercices spirituels nous permettant d’être d’avantage édifier sur la foi. Comment
savoir qu’il s’agissait d’un démon assez intimidant ? La Parole de Dieu nous révèle certaines
caractéristiques à cet effet. En Marc 9V18, il nous est révélé qu’en quelque lieu où le démon saisit
l’enfant, il le jette par terre, écume, grince des dents et devient tout raide. Et même dans le verset 20
du même chapitre, il est dit qu’aussitôt que l’enfant vit le Seigneur Jésus, l’esprit l’agita avec
violence ; il tomba par terre et se roulait en écumant. Devant toute cette scène, les disciples ont sans
doute été intimidés par l’esprit au point où leur foi n’a pu être opérationnelle. Or s’ils étaient
suffisamment édifiés, soumis et entièrement dévoués, ils auraient compris que nul n’est plus grand
que le Seigneur Jésus, et ils auraient chassé le démon.

Stratégie 4 du Malin : Etablir un leadership mondain au sein du Corps

« Si tous étaient un seul membre, où serait le corps ? Maintenant donc il y a plusieurs membres, et
un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds :
Je n’ai pas besoin de vous. Mais bien plutôt, les membres du corps qui paraissent être les plus
faibles sont nécessaires, et ceux que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les
entourons d’un plus grand honneur... Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d’honneur
à ce qui en manquait, afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que également les
membres aient soin les uns des autres. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec
lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. » 1 Corinthiens 12V19-25

« …quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des
Cieux. » Matthieu 18V4

Satan a institué une grande séduction dans l’Eglise, en sorte que certains s’estiment plus grand en
autorité et en stature que les autres membres du Corps. S’il y a une telle attitude dans l’Eglise, c’est
parce que certains Chrétiens sont influencés par les croyances du Système. Pour le Système, celui qui
est grand est celui qui domine et qui surclasse les autres par ses capacités. Or dans la pensée de
Dieu, le plus grand est sans doute le plus utile, qui travaille en toute humilité à mettre ses talents et
possibilités au service des autres. Nous devons prendre garde et comprendre que Dieu ne juge pas
les Hommes selon les normes sociales. Dans notre société, on estime la grandeur d’un personnage
par ses titres, ses capacités, son charisme…etc. Tous ces critères sont mondains et illusoires. Dieu
estime toujours une personne par son dévouement et sa disposition à servir qu’à être servit. A cause
de cet état d’esprit qui relève d’une illusion, et qui consiste à se comparer à un autre membre du
corps, l’esprit de fraternité se désagrège peu à peu pour laisser place à un esprit de rivalité et de
jalousie. Que Dieu par sa grâce préserve notre cœur de cette Illusion. Comme le Seigneur a lui-même
souligné, quiconque se rendra humble comme un petit enfant sera le plus grand dans le royaume des
Cieux. Il n’a pas dit quiconque chassera le plus de démons ou réalisera d’étonnants prodiges, mais
quiconque se rendra humble et serviable. Voyons avec quelle humilité le Seigneur Jésus a servi
l’humanité lui qui pourtant est Dieu. Il s’est tellement rabaissé que même son service cache parfois
sa divinité. On a du mal à se représenter si réellement il est Dieu, à cause justement de son humilité.
Qu’est-ce-que Paul nous révèle à cet effet dans son épître aux Philippiens ? Il nous exhorte en ces
termes : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel existant en forme de
Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu. Mais il s’est dépouillé
lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux Hommes ; et ayant paru
comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même
jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé et lui a donné le
nom qui au-dessus de tout nom  » Philippiens 2V5-9

Pourquoi le Père a élevé le Fils et lui a donné le nom au-dessus de tout nom ? Tout simplement parce
que celui-ci a fait montre d’une humilité, et d’un sens aigu du service dont personne ne peut se
vanter. Mais aujourd’hui, lorsque notre ministère dans le Seigneur Jésus connaît un plein essor, on
perd le sens du service et on préfère plutôt être servit par les autres membres que nous estimons
moins honorables. Il nous est révélé que lorsque le règne du Seigneur Jésus sera établi sur Terre,
certains recevrons un nouveau nom (Apocalypse 2V17). Ce n’est pas sur la base des dons que nous
aurons manifesté que nous serons élevés par le Seigneur, mais sur la base de notre disponibilité à
l’égard des membres les plus faibles. Et le nom que chacun recevra, prouvera la grandeur de ses
actions selon Dieu. On se plait bien à être appelé « papa » à cause de la grandeur de notre ministère.
Ce n’est pas mauvais d’être appelé ainsi. Ce qui peut être mauvais et corrompu, c’est la motivation
que cache parfois cette appellation. Car pour nombreux, « papa » est celui dont le ministère est plein
de succès, de miracles et prodiges ou qui dirige tout simplement une assemblée de Croyants. Paul a
révélé aux Corinthiens le fait qu’ils n’ont pas plusieurs pères, puisque c’est lui qui les a engendrés en
Jésus Christ par l’Evangile (1 Corinthiens 4V15). Il leur a révélé ce fait, parce qu’il y avait sans doute
une corruption de la même espèce qui gagnait de plus en plus l’Eglise de Corinthe. Nous voyons que
Satan utilise toujours les mêmes méthodes avec lesquelles il séduisait ou aveuglait l’Eglise primitive.
A la seule différence que plus le temps passe, plus il s’évertue à perfectionner ses méthodes. Le
phénomène de pères spirituels est devenu un véritable fléau au sein de l’Eglise. Son but est
essentiellement de briser l’esprit de fraternité entre les membres et de générer un leadership
malsain au sein du Corps. Ce même état d’esprit a gagné le cœur des disciples lorsqu’ils étaient avec
le Seigneur Jésus dans sa condition terrestre. C’est pourquoi il leur a souligné que celui qui veut être
le plus grand se fasse serviteur de tous. Paul qui était sans doute l’un des personnages les plus estimé
dans l’Eglise primitive a souligné que bien qu’il soit libre à l’égard de tous, il s’est rendu serviteur de
tous, afin de gagner le plus grand nombre (1 Corinthiens 9V19). Quel être humain peut se vanter
d’avoir un ministère plus utile et plus honorable que celui du Seigneur Jésus ? Pourtant lui-même qui
est Dieu de sa nature, il nous appelait ses frères. Il va jusqu’à mentionner que quiconque fait la
volonté de Dieu, celui-là est son frère, sa sœur et sa mère (Marc 3V35). La notion de père spirituel
entre dans un contexte, où Paul soucieux de rétablir ce désordre qui régnait dans l’Eglise, s’est vu
contraint de leur rappeler qu’il était la personne la mieux indiquée pour porter ce titre de « père »
Car il est celui qui les a engendrés en Christ par l’Evangile. Paul ne se considérait lui-même pas
comme un père, parce qu’il recevait plus de révélations ou manifestait au nom du Seigneur, plus de
de dons et de charismes que les autres membres du Corps. Ne nous laissons pas séduire par les
Ténèbres, en tombant dans un orgueil spirituel. De plus, en agissant de la sorte, on ralenti la
croissance spirituelle des autres membres, qui demeurent à cet effet plus attentifs à notre personne
qu’au Seigneur Jésus. L’essentiel des différents ministères est le service, afin que ceux qui sont les
plus faibles reçoivent plus d’honneur ou de dynamisme par le canal des plus forts dans la foi.

« …il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes,
les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du
ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité
de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature
parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants , flottants et emportés à tout vent de
doctrine, par la tromperie des Hommes… » Ephésiens 4V11-14

Dieu a créé les différents ministères pour un but précis : que tous parviennent à la stature parfaite de
Christ. Si tous parviennent à la stature parfaite de Christ, il est évident que personne n’aura besoin
d’être enseigné ou impacté par qui que ce soit. Et Satan lutte contre ce but en employant cette
stratégie de leadership malsain dans l’Eglise. Donc le rôle d’un ministre ou un ambassadeur de Dieu,
n’est pas de créer une dépendance des membres du corps à sa personne. Il doit plus travailler à ce
que les membres dont il a la charge deviennent moins dépendant de lui et plus dépendant du
Seigneur Jésus et de la Parole de Dieu. Mais nous manquons ce but à cause de ce leadership mondain
qui prend de plus en plus de l’ampleur dans l’Eglise. Nous devons agir dans le sens de ce but en
cultivant encore plus esprit de fraternité et de communion en Jésus.

La 2ème couche de la Matrice évoluée : les stratégies d’influences indirectes.


Stratégie 1 : amener les Croyants à confondre la révélation de la Parole du Christ de l’interprétation
de la Parole de Dieu.

La Parole de Dieu est le fondement de la spiritualité chrétienne. Si cette Parole est mal transmise au
peuple de Dieu, il est évident que les Croyants ne pourront pas pleinement croître dans leur
spiritualité. Le sachant, les Ténèbres ont employé des moyens d’influences indirectes pour amener
les Chrétiens à confondre la révélation de la Parole de Dieu ou de Christ (Rhema) de l’interprétation
de la Parole écrite.

Pour comprendre la nuance entre ces deux éléments, il faut savoir que la révélation de la Parole, est
une interprétation spirituelle de la Parole qui nous est donnée par le Saint Esprit, et qui place le
Seigneur Jésus au centre du message. Il s’agit d’une révélation qui nous est donnée par Dieu afin que
nous puissions saisir les différentes retombées de l’œuvre du Seigneur Jésus sur l’humanité. Par
contre l’interprétation spirituelle de la Parole de Dieu est une interprétation qui est laissée à la seule
appréciation de celui ou celle qui l’interprète. Celle-ci peut être donc mauvaise. Et elle est incapable
d’amener les auditeurs à croître dans la foi, car elle a tendance à ne pas placer le Seigneur Jésus au
centre du message.

« …la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. »
Romains 10V17

Paul nous révèle ici que la foi tire son essence ou sa source dans la Parole de Christ. Le terme grec
associé à la Parole dans ce verset est Rhema, qui est une parole révélée sans énigme. Ainsi la Parole
Rhema de Christ, nous révèle le Seigneur Jésus et ses œuvres dans la Bible de manière claire. Le
Rhema de Christ, place Jésus au centre du message, accomplissant des œuvres pour Israël et toute
l’humanité. Pour un Croyant, toute interprétation spirituelle de la Parole de Dieu, qui ne placerait pas
le Seigneur Jésus au centre des lignes, n’est pas un Rhema, une Parole de foi. Or c’est la parole de foi
qui console, délivre, restaure, transforme et édifie. Seule la Parole de foi peut engager d’une manière
authentique et persuasive, la manifestation de la gloire de Dieu. Le Rhema de Christ est la source de
tout pouvoir et de tout accomplissement en Jésus. L’enseignement de la Parole révélée de Christ,
vous permet de vous reposer par la foi en Jésus et à considérer les répercussions de son œuvre dans
votre vie. Cette Parole est une interprétation spirituelle des œuvres du Seigneur Jésus, basées sur la
grâce et pleinement engagée dans la vie de quiconque croit. L’Evangile qui nous a été annoncé est
une Parole révélée de Christ. Il ne vous dira jamais faîtes ceci ou cela. Tout ce que vous avez à faire,
c’est de croire pour que vous voyiez sa puissance se manifester dans votre vie. Vous devez croire les
réalités vous concernant, maintenant que vous êtes enfants de Dieu. Et pour cela, nous allons
découvrir des Instructions de Foi, relatives à votre statut en Jésus.

Les Instructions de la Foi

Instruction 1 : le péché n’a pas de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la
grâce (Romains 6V14)

Instruction 2 : votre vieil homme a été crucifié avec le Seigneur Jésus, afin que le corps du péché, la
racine qui produit en vous toutes sortes d’imperfections, soit détruite et que vous ne soyez plus
esclaves du péché (Romains 6V6)

Instruction 3 : le pouvoir vous a été donné de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute
la puissance de l’ennemi et rien ne pourra vous nuire (Luc 10V19)

Instruction 4 : tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez
sur la terre sera délié dans le ciel (Matthieu 18V18)

Instruction 5 : tout est possible à vous qui croyez (Marc 9V23)

Instruction 6 : tout vous est permis (mais tout ne vous sera pas utile…à vous donc de regarder les
choses qui vous seront utiles car il en sera selon votre foi) (1 Corinthiens 10V23)

Instruction 7 : ne recherchez pas l’exaucement, croyez tout simplement que vous l’avez déjà
obtenu car il en sera fait selon votre foi. (Jean 11V42)

Instruction 8 : vous n’êtes plus une personne naturelle, vous êtes une personne spirituellement
identique en tout point au Seigneur Jésus. Vous n’êtes pas ce corps ni l’âme, vous êtes un esprit. Et
votre esprit qui auparavant était mort à cause du péché a été récréé en Christ selon son stature
parfait. (1 Jean 4V17)

Instruction 9 : vous n’êtes plus condamnable ou accusable car vous avez hérité de la justice de Dieu
(Romains 8V1 / Romains 8V33-34)

Instruction 10 : vous avez cette vie de Dieu en vous, la Vie Eternelle que rien ne peut supplanter
(1 Jean 5V13)

Instruction 11 : vous êtes bénis de toutes sortes de bénédictions, grâces, faveurs spirituelles
(richesse surnaturelle ; santé divine ; connaissance surnaturelle ; sagesse surnaturelle ; force
surnaturelle ; intelligence surnaturelle ; paix surnaturelle ; joie surnaturelle ; puissance
surnaturelle ; foi agissante ; amour divin…etc.) (Ephésiens 1V3)

Instruction 12 : tout est à vous et vous appartenez au Seigneur Jésus (1 Corinthiens 3V23)

Instruction 13 : vous êtes saint, car vous êtes le temple de Dieu, et l’Esprit de Dieu habite
pleinement en vous (1 Corinthiens 3V16-17)
Instruction 14 : vous êtes l’expression de la bonté infinie de Dieu, vous êtes la preuve de son amour
et de sa grâce parfaite à cause de l’œuvre qui a été accomplis pour vous en son Fils
(Ephésiens 2V6-7)

Instruction 15 : vous avez la capacité de faire les choses que le Seigneur Jésus à faites et même bien
plus car son Esprit demeure en vous (Jean 14V12)

Instruction 16 : vous ne pouvez plus pécher à cause de la semence de Dieu qui demeure en vous
(1 Jean 3V9)

Instruction 17 : vous êtes un citoyen du Royaume des Cieux ; vous êtes membre de la Famille
Royale ; vous appartenez à la Maison de Dieu (Ephésiens 2V19)

Instruction 18 : vous êtes un enfant de Dieu au même titre que Christ, car il vous a engendré en
esprit, d’une manière surnaturelle (1 Jean 3V1)

Instruction 19 : vous réjouissez déjà le cœur de Dieu, vous lui êtes dès maintenant agréable à cause
de votre foi (Hébreux 11V6)

Instruction 20 : vous avez la plénitude des dons spirituels à cause de votre disposition à être utile
aux autres et à les servir avec amour (1 Corinthiens 12V7)

Instruction 21 : vous êtes en tant qu’enfant de Dieu le plus puissant canal à partie duquel Dieu se
glorifie. Et il le fait à partie de votre foi (Jean 11V40)

CINQ DIMENSIONS OU NIVEAUX DE CONSCIENCE


L’Homme a la possibilité d’interagir avec cinq niveaux de conscience. Chaque dimension ou
niveau de conscience a ses lois et principes. Plus nous passons d’une dimension inférieure à
une autre dimension supérieure, plus on perçoit des lois encore plus puissantes, qui
soumettent littéralement les niveaux précédents. Le fait d’être positionné à un niveau de
conscience supérieur, nous donne une vision plus élargie et parfaite des réalités de la vie.
Mais quand vous vous réduisez à une dimension inférieure, vous avez une conscience
étriquée de la réalité et vous subissez les conditions inhérentes à cette dimension. Les lois
des dimensions inférieures sont à cet effet, plus contraignantes pour ceux qui y sont soumis.
Dans les dimensions supérieures, la réalité est plus dynamique. Le temps et l’espace se
réduisent considérablement, au point même de s’annuler à certains niveaux de conscience. Il
est donc plus facile d’interagir, de se déplacer, de posséder…etc. dans les niveaux supérieurs
que dans les niveaux inférieurs. Aussi tout ce dont nous sommes conscients dans les niveaux
supérieurs a un impact direct sur notre réalité. Nous ne vivons donc pas les mêmes réalités,
car nous nous ne sommes pas tous au même niveau de conscience.
 La 1ère dimension ou niveau de conscience : la matière ou le physique
Le corps humain constitué de tous ces organes et autres accessoires, est une enveloppe, une
matière qui est conditionnée de manière standard, aux lois du monde physique, qui
constituent la 1ère dimension. Des lois supérieures peuvent s’y appliquer, et annuler les lois
de la matière. Le corps n’est pas une personne, mais plutôt une combinaison adaptée au
monde de la matière. A travers son corps et ses sens physiques, l’Homme a accès au monde
matériel et peut y interagir. Le physique est la 1ère dimension à laquelle nous avons accès.
 La 2ème dimension ou niveau de conscience : la sphère émotionnelle de l’âme (le domaine
du ressenti)
C’est le premier niveau auquel l’âme a accès. L’âme n’est pas une personne, c’est un canal à
travers lequel s’expriment les émotions, les sentiments ainsi que tous les éléments subjectifs
qui pourraient définir l’Homme. Le corps pourrait être assimilé à une maison. Et l’âme à
l’ambiance, la vie qui règne dans cette maison. Accéder au premier niveau de l’âme d’une
personne, c’est accéder à son intimité, ce qu’elle ressent au niveau émotionnel ou
sentimental. Quand l’âme d’une personne est corrompue ou influencée par le péché, elle
ressent en elle des mauvais sentiments. Les sentiments sont également un excellent moyen
pour juger de la qualité de nos intentions. Les sentiments d’une personne influencée par la
Parole de Dieu sont de plus en plus meilleurs, et cela impacte positivement ses intentions.
Nous devons apprendre à veiller sur les sentiments et émotions que nous ressentons. Cette
attitude va nous permettre d’acquérir une certaine discipline afin de ne pas nourrir des
pensées ou intentions mauvaises. Et pour ce faire, nous devons comprendre que nos
ressentis sont particulièrement sensibles à la qualité de nos pensées. Plus nos pensées sont
orientées d’une certaine manière, plus celles-ci sont imprimées en nous à travers des
ressentis du même type. Si donc vous voulez avoir en vous de bons sentiments, vous n’avez
qu’à orienter vos pensées vers des aspirations nobles. C’est pourquoi l’Apôtre dira : « Au
reste frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout
ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux
et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. » (Philippiens 4V8)

 La 3ème dimension ou niveau de conscience : la sphère rationnelle et sensoriel de l’âme (le


domaine de la raison et de la volonté)

C’est le deuxième niveau qui définit l’âme. C’est à ce niveau que se situe l’attention mentale
qui est le plus souvent assimilée à la pensée. A travers notre pensée, nous accédons au
monde de l’imagination, de la logique de la raison, et de la volonté. C’est dans cette
dimension que nous construisons des savoirs, des connaissances, des croyances qui fondent
l’intelligence naturelle et la personnalité. La plupart des personnes s’arrêtent à ce niveau de
conscience. C’est selon la 3ème dimension d’ailleurs que la société humaine a été bâtie. Les
Hommes se sont restreints à ce niveau, car ils ne pouvaient aller au-delà de ce que leurs sens
physiques ne pouvaient percevoir, ni au-delà de ce qu’ils pouvaient ressentir, ou même de
ce qu’ils pouvaient comprendre. Ainsi, ils sont devenus prisonniers ou esclaves de la 3 ème
dimension. A ce niveau de conscience, il est impossible pour une personne d’accéder au
monde spirituel, et donc de connaître DIEU. Prétendre servir Dieu, ou même le connaitre à
ce niveau de conscience, c’est fait preuve d’une grande malhonnêteté intellectuelle. Car
l’intelligence naturelle ne peut valider des connaissances qui émanent de plans de
consciences supérieures. En plus de la sphère rationnelle qui caractérise ce niveau de
conscience, la volonté est un autre élément qui fait partie de l’âme. La volonté est la plus
haute expression de liberté à laquelle l’Homme naturel a accès. Et c’est aussi la plus
convoitée de tous. Contrôler la volonté d’une personne, c’est la soumettre littéralement à
votre autorité. Les Hommes ne sont pas en pleine possession de leur volonté la plupart du
temps. Car celle-ci est influencée constamment par les habitudes du monde, les intérêts
manifestes ou non du prochain, ou même par certains esprits impurs. Quand une personne
est influencée ou possédée par un esprit impur, sa volonté est partiellement ou totalement
soumise à l’influence de cet esprit. On parle généralement de possession démoniaque,
lorsque la volonté du sujet est totalement soumise à l’autorité de l’esprit. Ces cas sont le
plus souvent rares et ne peuvent être possible sans le consentement du sujet. Pour être en
pleine possession de sa volonté et l’orienter vers les choses de Dieu, il faut s’exercer à ne pas
laisser libre cours aux convoitises de l’âme qui sont orientées vers des plaisirs et des
autosatisfactions mondaines et impures. Et il faut davantage que vous appreniez à
développer une sensibilité pour les choses qui émanent de Dieu, plutôt qu’à celles
auxquelles vous êtes confrontés dans votre contexte naturel. La volonté est à cet effet le
plus haut palier de l’âme. L’ensemble des différents paliers de l’âme et la manière dont ils
interagissent, constituent la personnalité de l’Homme. A cet effet, nous pouvons savoir si
une personne à l’âme renouvelée ou non par la Parole de Dieu, à travers sa personnalité.

 La 4ème dimension : la sphère spirituelle

C’est le domaine de l’esprit, qui correspond cette fois ci à la nature réelle de l’Homme. La
personnalité est l’expression de notre caractère, et l’esprit définit ce que nous sommes en
réalité. L’Homme est un esprit qui possède des sens et un corps spirituel à partie duquel il
peut interagit avec le monde invisible. L’esprit tout comme le corps physique et l’âme
dispose d’éléments sensoriels. Les plus indispensables sont la conscience et l’intuition. La
conscience n’est pas à confondre avec l’attention qui est propre à l’âme. Quand nous
sommes endormis par exemple, notre attention n’est pas opérationnelle. Mais notre
conscience demeure toujours alerte, même si nous ne la ressentons pas. La conscience est
une présence en l’Homme qui a la capacité de juger des actions de celui-ci,
indépendamment de sa volonté. C’est une présence qui le rend davantage attentif de ce qui
se passe en lui-même et même en d’autres personnes. Quand nous posons souvent de
mauvaises actions, notre conscience nous accuse, même si notre âme ne nous permet pas
de reconnaitre notre part de responsabilité. La conscience est spontanée et n’est soumise à
aucune influence extérieure au préalable. L’Homme qui est esprit à la capacité d’obscurcir
cette conscience, en servant les intérêts d’esprits impurs et démoniaques, dans le monde
des Ténèbres. Quand la conscience est obscurcie, elle ne nous reprend plus lorsque nous
agissons mal. Une conscience inopérante est le signe d’une personne possédée ou
influencée par un esprit mauvais. Une personne qui commet par exemple un crime sans
ressentir la moindre culpabilité, a certainement obscurci sa conscience. Souvent dans le
langage populaire, on dit de cette personne qu’elle n’a plus de conscience. En plus de sa
capacité à juger des actions, la conscience a également la capacité de percevoir des réalités
qui sont au-delà du champ physique visuel et auditif. Elle n’est pas restreinte pas des limites
physiques, contrairement à l’attention qui est orientée selon nos perceptions physiques et
mentales.
Quant à l’intuition, elle nous permet d’accéder à des informations ou des connaissances
spontanées. Quand vous recevez une information de manière intuitive, elle provient de
votre esprit qui n’est pas soumis aux principes spatiotemporels. Vous ne comprenez pas
pourquoi et comment vous avez eu accès à cette information, mais elle demeure au fond de
vous avec une telle évidence, qui vous est pénible de remettre en question sa fiabilité. Dieu
se sert de notre intuition, pour nous transmettre des connaissances, auxquelles nous
n’avons pas naturellement accès.

Nous sommes en tant qu’Hommes, des esprits qui avons la capacité de nous exprimer à
travers une âme, et qui possédons notre propre corps physique (une apparence tangible).
Dans la 4ème dimension, on accède à une logique et une raison qui sont extrêmement
supérieures, à celles que nous avons été confrontées dans la 3ème dimension.
A cause de leurs corps physiques, les Hommes ont la capacité sur Terre de mener une
existence « naturelle » Ils peuvent par exemple se marier entre individus de sexes opposés
« naturellement » ; ils peuvent faire des enfants et avoir des descendances…etc. Les
expériences que les Hommes vivent à des niveaux de conscience inférieurs sont dues au fait
qu’ils possèdent un corps naturel, avec lequel ils interagissent avec des plans de conscience
d’un bas niveau. Mais tout ce que l’Homme est capable de faire à un plan de conscience
inférieure, ne devrait pas remettre en question les possibilités supérieures auxquelles il a
accès. C’est une grâce que nous avons eu de posséder chacun un corps propre et d’interagir
avec des niveaux inférieurs. Car les autres entités spirituelles n’en disposent pas.
Comment accéder au règne de l’esprit et entrer dans la quatrième dimension ? C’est
uniquement par la Foi en la Parole de DIEU. Il ne s’agit pas simplement d’entendre ou de lire
la Parole de Dieu seulement, mais d’y placer notre Foi. Car la Foi en la Parole, est une action
qui a lieu dans l’esprit de l’Homme et non dans l’âme. Rappelez-vous que l’âme est incapable
de croire aux réalités qui sont supérieures à l’intelligence naturelle. Donc quand on croit en
la PAROLE de DIEU, c’est forcément avec notre esprit que nous croyons. Dans la 4 ème
dimension, il y a le règne de l’Esprit qui correspond au Royaume de DIEU et il y a le monde
des Ténèbres. Pour accéder à la 4ème dimension, certaines personnes usent de moyens
occultes, et se rendent ainsi alliés ou participants du monde des Ténèbres. Ce monde est en
tout point inférieur en termes de prestiges et de gloires à celui du Royaume de Dieu. Cela est
évident, car Dieu est le Créateur des mondes visibles et invisibles. C’est donc avec une gloire
sans précédente qu’il a bâtie et préservée l’environnement dans lequel il réside. Pour nous
qui sommes enfants de DIEU, nous disposons uniquement de sa Parole pour accéder au
règne de l’Esprit. Et par ce moyen, nous avons une position élevée sur les Ténèbres. Car la
Parole de Dieu est une Lumière qui règne en Maître et qui a la capacité d’assujettir toutes
formes d’imperfections. L’esprit s’exprime à travers la Foi. Mais étant donné que l’Homme
évolue dans plusieurs dimensions, sa Foi peut rencontrer des obstacles :
- Le premier obstacle c’est le matériel ou les réalités physiques.
- Le deuxième obstacle ce sont les émotions, les sentiments.
- Le troisième obstacle ce sont nos croyances antérieures, la logique, le raisonnement
humain.
« …la Parole de DIEU est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à
deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit… » (Hébreux 4V12)
La Parole de DIEU constitue une ligne de démarcation entre les choses naturelles ou
charnelles (celles qui appartiennent au règne de l’âme) et les choses spirituelles (celles qui
appartiennent au règne de l’esprit). Ce verset, nous révèle des caractéristiques qui sont
propres à la Parole et qu’il importe d’étudier soigneusement.
1- La Parole de DIEU est vivante et efficace : elle désigne dans un sens spirituel un Etre,
et c’est DIEU en la Personne de JESUS
« …je vis dans le ciel ouvert, et voici parut un cheval blanc. Celui qui le montait
s’appelle Fidèle et Véritable…et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son
nom est la Parole de DIEU. » (Apocalypse 19V11-13)
Jésus est Fidèle et Véritable, il n’échoue jamais car il a reçu tout pouvoir et toute
autorité.
« Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc ; une
couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre. » (Apocalypse
6V2)
2- La Parole de DIEU est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants  :
elle est une arme spirituelle, que rien ne peut ravir. L’épée de l’Esprit ou de DIEU,
c’est sa Parole (Ephésiens 6V17 / Apocalypse 2V16). Une personne qui agit dans la Foi
en cette Parole, est sûre de la victoire.
« …De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était
comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force. » (Apocalypse 1V16)
3- Elle pénètre jusqu’à partager âme et esprit : La Parole de DIEU va séparer les choses
précieuses de celles qui sont viles, elle va discerner ce qui est de l’esprit de ce qui ne
l’est pas, à cause de la Foi de celui qui la pratique. En tant qu’enfants de DIEU, nous
ne pouvons pas marcher selon ce que nos sens physiques perçoivent, ou même selon
ce que nous ressentons, ou encore selon la raison et la logique humaine. Car, « …
l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de DIEU, car elles sont une folie
pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. »
(1 Corinthiens 2V14). Marcher dans la 4ème dimension, c’est marcher dans la Foi aux
œuvres que DIEU a accompli pour nous en la Personne de Jésus. C’est croire
également en toutes les promesses qui ont été placées en lui, afin de les manifester
dans notre contexte actuel en tout ordre et sagesse spirituel. La Foi va donc consister
à se reposer dans les promesses auxquelles nous avons accès en Christ. Face aux
différents obstacles que notre Foi peut rencontrer, nous devons veiller à ce repos par
une pleine assurance. Quand vous sentez que votre Foi est remise en question par
vos appréhensions émotionnelles et rationnelles, vous devez savoir que c’est naturel
que l’âme réagisse ainsi. Elle combat généralement les réalités qui sont au-delà de
son champ d’action, jusqu’à ce qu’elle soit aussi influencée par la Parole de Dieu.
votre âme sera influencée par la Parole de Dieu à travers la méditation quotidienne
de la Parole. Pas seulement la lecture, mais la méditation. Il y a une différence entre
lire et méditer. Lire c’est ingurgiter, c’est ce nourrir. Vous pouvez également l’écouter
e, dehors de lire la Parole. Mais vous devez comprendre que lorsque vous lisez, ou
que vous écoutez la Parole de Dieu, vous ne méditez pas encore. Vous permettez à
votre intelligence de stocker de la nourriture spirituelle en mémoire. Lorsque vous
méditez la Parole, vous ressassez ce que vous avez stocké dans votre esprit, vous le
répétez en vous-même, jusqu’à ce qu’elle soit bâtie en vous comme une croyance.
Dans la quatrième dimension, l’Homme est invité à développer son esprit par une
méditation assidue de la Parole de Dieu, qui finira par cultiver en lui la Foi. Nos temps de
méditation ne sont donc pas vains. Ils contribuent à édifier notre esprit, afin de nous donner
une ascendance réelle sur la raison et la logique humaine ; les sentiments humains et même
les réalités matérielles du physique.
 La cinquième dimension : la dimension parfaite du Royaume spirituel
C’est la dimension de DIEU. Et nous y avons accès par l’Esprit de DIEU. C’est la dimension à
laquelle certains ont accès quand ils sont par l’Esprit conduit en vision, vers des réalités
parfaites, que leur pensée ne peut saisir. Aucun esprit mauvais ou inconvertis ne peut
accéder à la condition de Dieu. Dans la cinquième dimension, l’Homme est incapable de
pratiquer une mauvaise action, à cause de la Sainte influence qu’exerce DIEU sur lui. Nous ne
pouvons dire que peu de choses sur cette condition, car elle est propre à DIEU. Et les choses
que Dieu a prévues pour nous dans cette dimension sont d’une telle perfection qu’elles
dépassent notre entendement. Au renouvellement de toutes choses, lorsque Dieu aura créé
un ciel nouveau et une nouvelle terre, nous serons par sa grâce, dans cette dimension
parfaite.
Les différentes dimensions nous permettent de considérer le fait qu’il y a des réalités ou des
vérités auxquelles l’Homme ne peut accéder, s’il se réduit à un certain niveau de conscience.
Parmi ces vérités, il y a celles qui sont parfaites et spirituelles et qui émanent de Dieu. Pour
les aborder, il est important de méditer la Parole de Dieu et se rapprocher peu à peu de lui.
Cette connaissance spirituelle de la Parole, indissociable à notre Foi, va nous affranchir des
limites respectives des dimensions inférieures. Mais nous devons pouvoir comprendre que
c’est par l’esprit que nous pourrons accéder à cette connaissance et non par l’âme. Ce n’est
donc pas par la raison et la logique de l’Homme qu’on accède aux réalités spirituelles. Car le
spirituel a ses propres normes « intellectuelles » qui diffèrent et sont de loin supérieures à
celles de la 3ème dimension rationnelle. Par contre, à force de méditer la Parole, nôtre âme
sera de plus en plus sensible à la vie de l’Esprit, au point de ne plus faire obstacle aux réalités
spirituelles. Nous savons donc que la Parole de Dieu nous permet d’entrer en contact avec
un type de connaissance, que notre intelligence naturelle ne peut recevoir. Tout en méditant
la Parole, nous pouvons donner plus de dynamisme à notre esprit en l’exerçant à une vie de
sacrifices et de sanctification.
L’IMPORTANDE DES SACRIFICES
Les sacrifices sont d’une grande importance dans la vie du Croyant. Ils permettent d’établir
de la profondeur dans notre relation avec Dieu. Les sacrifices vont également nous
permettre de nous soustraire de l’influence de la chair, afin d’être plus sensible aux réalités
de l’esprit. Une vie Chrétienne sans sacrifices, est une vie superficielle, incapable de
permettre au Croyant d’accéder aux perfections divines. Certains croyants se plaignent de ce
que leur vie Chrétienne soit monotone et naturelle. Dieu n’est pas la cause de leur
insatisfaction. Ils sont eux-mêmes la cause de cette monotonie et de cette fadeur spirituelle.
Le problème est qu’il y a entre eux et Dieu tout un ensemble de réalités, de possessions, de
croyances, qui ont plus de valeurs à leurs yeux que Dieu lui-même, et qu’ils devraient
sacrifier. A chaque fois que nous sacrifions quelque chose au nom de Dieu, l’espace qui
existe entre lui et nous se rétrécit. Sans sacrifices, il ne peut y avoir de véritable élan de Foi.
Ils nous permettent de mettre Dieu au centre de notre vie. Celui qui sacrifie beaucoup à Dieu
devient un autel vivant où Dieu à la capacité de se mouvoir librement. Nos sacrifices ouvrent
notre cœur à Dieu. Quand on aime une personne, on est prêt à faire des sacrifices, c’est
même un réflexe. Nous agissons de la sorte à l’égard de la personne aimée, parce que nous
voulons qu’elle occupe plus de places dans notre vie. Ainsi nous sommes prêts à sacrifier
tout ce dont nous nous affectionnons, au nom de la relation que nous voulons établir avec
cette personne. C’est pareil avec le Seigneur. Nos sacrifices nous permettent d’entrer encore
plus dans son intimité et d’accéder aux perfections qui lui sont propres. Soyons clair, Dieu
n’intervient pas dans notre vie à cause des sacrifices que nous lui offrons. Il ne nous bénit
pas non plus à cause de nos sacrifices. Mais à travers nos sacrifices, nous laissons tout ce qui
est susceptible d’avoir de la valeur à nos yeux, afin de les remplacer par ce qui a de la valeur
aux yeux de Dieu. En sacrifiant donc à Dieu, nous lui concédons plus de places dans divers
domaines de notre vie.
Qu’est-ce que nous pouvons sacrifier à Dieu ? Tout ce qui a de la valeur à nos yeux et qui est
susceptible de nous éloigner de lui. Dans l’Ancienne Alliance, les Israélites sacrifiaient des
animaux à Dieu le plus souvent. Car l’élevage faisait partie de leur activité économique
principale. Ils sacrifiaient donc ce qui faisait l’objet de leurs subsistances et de leurs
richesses. De nos jours, il y a plusieurs choses qui ont autant de valeurs que les animaux qui
étaient offerts par les Israélites. Nous pouvons sacrifier à Dieu notre temps, notre argent,
certains aliments que nous affectionnons, certaines habitudes…etc. Nos prières, nos
louanges spirituelles, et nos temps de méditation de la Parole sont également des sacrifices
que nous offrons intentionnellement à Dieu. Le but des sacrifices n’est pas tant les choses
que nous offrons, mais la valeur qu’elles pourraient représenter à nos yeux. Il y a des
personnes qui ont sacrifié leur vie à DIEU, et qui se sont résolus à vivre uniquement pour lui.
Sacrifier au-delà de sa dimension matérielle est une disposition intérieure. Un exemple très
parlant dans la Bible, va nous permettre de comprendre la valeur réelle du sacrifice.
« Jésus, s’étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l’argent.
Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit de petites
pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit : Je vous le
dis en vérité cette veuve a donné plus qu’aucun de ceux qui ont mis dans le tronc ; car tous
ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour
vivre. » (Marc 12V41-44)
Le Sacrifice nous permet d’entretenir notre cœur et le préserver de toutes espèces de
convoitises. Dans ce passage, nous voyons l’exemple d’une veuve qui avait le cœur pour
Dieu. Elle a offert ce qui avait plus de valeur à ses yeux. Et par cet acte, il est révélé par le
Seigneur qu’elle a donné plus que tous ceux qui avaient posés dans le tronc de fortes
sommes d’argents. Sacrifier est une manière pratique de faire confiance à Dieu. Dieu ne
regarde pas la valeur marchande de ce que nous offrons en son nom, mais le coût que cela
représente dans notre cœur. Les sacrifices vont nous permettre d’être plus sensibles à Dieu
plutôt qu’à soi. A travers cet acte, nous réduisons l’effet considérable que l’âme pourrait
avoir sur nous-même, à travers ses envies, ses passions, ses raisonnements...etc. Une
personne qui médite la Parole de Dieu et qui sacrifie des choses au nom de Dieu ira plus en
profondeur dans l’intimité avec Dieu.
La vie de sanctification ou de consécration est une autre étape du sacrifice. Faudrait que les
choses soient claires également à ce niveau : on ne vit pas une vie de sanctification ou de
consécration pour obtenir la Justice de Dieu. C’est en Jésus seul que se trouve la Justice de
Dieu et nous l’obtenons par notre Foi en sa Personne. Mais vous devez comprendre que
vous ne pouvez pas grandir dans votre marche avec le Seigneur, si vous ne menez pas une
vie de sanctification ou de consécration. Se sanctifier, c’est sacrifier à Dieu les passions ou
certains plaisirs de l’âme, au nom de notre marche avec le Seigneur. Il y a des personnes qui
par exemple ne fument pas ou ne consomment pas d’alcool par ce qu’elles ont décidé de se
sanctifier elles-mêmes à ce niveau. La consommation de l’alcool ou de la cigarette est donc
un sacrifice qu’elles offrent à Dieu. Ceci n’est qu’évidemment un aspect. Donc ces personnes
sacrifient des choses susceptibles de procurer du plaisir à leur âme, afin de se libérer du
fardeau que ses choses pourraient constituer pour elles. Celui qui mène une vie de
sanctification est dans une forme de sobriété vis-à-vis de certaines passions et plaisirs du
monde. Mais au-delà de son aspect démonstratif, la vie de sanctification est aussi un état de
cœur. Comme tout sacrifice qu’on ferait au nom de Dieu, il faut veiller à ce qu’il y ait une
forme de confidentialité, qui engage seulement Dieu et nous. Si donc tout le monde sait que
vous offrez ceci ou cela en sacrifices pour le SEIGNEUR, comme le dit sa Parole : Vous avez
déjà votre récompense. Puisque vous désirez que les Hommes vous estiment à travers vos
sacrifices, ils vous estimeront…vous avez déjà votre récompense. Quand l’on offre en
sacrifice son corps à travers une vie de sanctification, on doit veiller à ne pas indisposer
notre entourage, ou même attirer volontairement l’attention de nos proches. Car Dieu
regarde toujours l’état de notre cœur, plus que la valeur des choses que nous lui offrons.
Les sacrifices que nous offrons à Dieu ont pour but de nous rendre sensibles à sa voix. A
travers eux, nous invitons le SEIGNEUR a occupé plus de places dans notre cœur. Ils ne
doivent donc pas être source de divisions ou des prétextes pour ne pas exercer l’Amour et la
compassion envers nos prochains. De plus, nous devons avoir toujours à l’esprit que ce qui
compte aux yeux de Dieu, ce n’est pas la valeur de ce que nous lui offrons, mais l’état de
notre cœur. Par exemple une personne qui parce qu’elle se consacre au Seigneur, refuse de
répondre aux autres quand ceux-ci lui demandent quelque chose, n’agit pas selon le cœur de
Dieu. Si vous voulez offrir du temps à Dieu en évitant les interactions sociales au maximum
avec les autres, vous devez créer les conditions. Vous pouvez prendre un temps de retraite
spirituel, dans un lieu isolé où vous n’aurez pas à interagir avec les autres. Si par exemple
vous avez décidé de ne pas consommer de l’alcool, il faut créer les conditions. Vous n’allez
pas par exemple suivre tous les jours vos amis dans des fêtes ou soirées et leur rappeler à
chaque fois que vous ne consommez pas d’alcool, parce que vous êtes Chrétiens. Nulle part
il est écrit qu’un chrétien ne devrait pas consommer d’alcool. Tout ceci pour dire que vos
sacrifices sont comme un accord d’une valeur confidentielle dans votre marche avec le
Seigneur. Vous êtes le seul à savoir ce que ses sacrifices vous procurent dans votre marche
avec le Seigneur. Au-delà de ce que nous pouvons offrir comme sacrifices, il est important de
discipliner sa chair, et de préserver son corps de toutes formes d’impuretés. C’est inutile de
sacrifier à Dieu et de laisser votre âme vous conduire. Soyons vrai avec nous-même. La
spiritualité chrétienne est un engagement éternel à marcher et à agir selon le cœur de Dieu.
Il faut s’y attendre et s’y préparer, selon la grâce infinie qui nous est accordée en Jésus
Christ.
Les sacrifices sont très importants, et c’est la raison pour laquelle il est important de bien les
aborder. Dans notre marche avec le Seigneur, il y a des réalités que nous ne percevrons pas
souvent avec netteté. Lorsque vous sentirez un blocage à un certain niveau de votre marche
avec le Seigneur, cela ne viendra pas de Dieu. Sachez reconnaître qu’il y a un obstacle que
vous pourrez sacrifier à ce moment, pour créer plus de profondeur. Il peut par exemple
arriver que vous entendiez une vérité que vous n’avez pas à saisir dans la Parole de Dieu.
Sacrifiez à ce moment quelque chose qui vous tient à cœur, au nom du désir que vous
éprouviez à marcher selon la Parole, et vous verrez les choses avec plus de netteté. Le
principe sacrificiel vous permet d’engager votre cœur sur des voies que vous ne maitrisez
pas et qui peuvent être des opportunités d’expansion et de croissance.
COMPRENDRE LA PAROLE DE DIEU
La Bible est le modèle écrit de la Parole de DIEU qui nous a été communiqué. Il en existe
plusieurs versions et traductions. Les plus originales d’entre elles, sont celles qui véhiculent
assez fidèlement la pensée ou le langage de DIEU. La Bible est un recueil de soixante-six
livres, tous inspirés par l’Esprit de DIEU. Ainsi, il ne peut être l’objet d’interprétation
particulière ou même être considérer comme l’œuvre de tierces personnes. Le Seigneur en a
inspiré une quarantaine pour sa rédaction, sur une période de 1500 ans. Les différents Ecrits,
loin de se contredire, présentent DIEU sous des facettes multiples. Ils révèlent sans doute,
son Amour qui surpasse de loin, l’inaccessibilité de sa Personne. Dans leur regroupement, il
est important de souligner que les différents livres qui constituent la Bible, n’ont pas été
rassemblés dans un ordre chronologique. Toutefois, la Genèse est le Livre le plus ancien de
la Bible (env. -1400 ans AV J-C) et l’Apocalypse, le plus récent (l’an 90 après Jésus Christ).
Mais, il faut tout de même révéler que l’organisation scripturaire des différents livres est
voulue par l’Esprit, car elle nous permet de mieux saisir le plan de Dieu. Comprendre la Bible,
c’est donc saisir ce plan que Dieu s’est tenu d’exécuter depuis la création, pour amener
l’Homme à la perfection. Ce plan comporte une série d’évènements marquants qu’il faudrait
attentivement observer.
« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour
corriger, pour instruire dans la justice » (2 Timothée 3V16)
Comprendre la Parole de Dieu à travers les différentes dispensations
Une dispensation est une période à travers laquelle, Dieu entretient un type de relations
avec les Hommes. D’une période à une autre, il y a des réformes qui ont lieu entre Dieu et
les Hommes d’un point de vu relationnel. Ces réformes ne contredisent ni le langage de
Dieu, ni sa pensée. Mais, elles démontrent un désir constant de Dieu à parfaire sa relation
avec les Hommes. Sans la sagesse spirituelle, les lecteurs de la Bible diront que certains
textes s’opposent dans leurs contenus. C’est sans savoir le dynamisme de ce livre, que ces
personnes pourront tenir des jugements aussi superficiels. Pour comprendre le mystère des
différentes dispensations, il faut percevoir en image différents niveaux de relations entre les
Hommes. Les relations humaines varient en fonction du lien qui unie des personnes. Le lien
amical qui unie deux personnes n’aboutira pas au même type de relations quand il s’agit par
exemple de lien professionnel qui les unie. De même le type de lien qui unie un père avec
son fils, implique une certaine relation qui n’est pas pareille que celui qui uni le serviteur à
son maître. Les grandes dispensations sont donc des liens qui débouchent nécessairement
vers un type de relation. Même dans la relation qui lie un père à son fils, il y a encore une
certaine relativité qu’il faudrait souligner. Le père n’agira pas de la même manière avec son
enfant qui a dix ans qu’avec celui qui en a vingt. A l’un, il concédera moins de liberté, à cause
de son immaturité. Et l’autre aura accès à plus de liberté, car le père estime qu’il est assez
mature pour faire des choix judicieux, selon la sagesse qui lui a été inculqué dès le bas âge.
Afin de préserver l’enfant de certains dangers, le père lui interdira des accès. Plus tard, il
donne la possibilité à l’enfant sous certaines conditions, d’avoir droit aux choses qui
auparavant lui était interdit. Souvent lorsque l’enfant commet des actes immatures, il est
repris par son Père soit par une simple mise en garde ou une punition stricte. Ensuite il va se
contenter de lui prodiguer des conseils, afin que l’enfant fasse ses propres choix avec
sagesse et intelligence. Avec le temps, le père s’implique de moins en moins dans l’éducation
morale de l’enfant, qui a acquis d’ici là une certaine maturité. Malgré donc les aspects
contradictoires de cette relation père-fils, on ne peut douter de son caractère bienveillant.
Au-delà des grandes dispensations qui nous permettent de saisir le modèle de relation entre
Dieu et les Hommes, il faut aussi comprendre qu’il existe aussi un certain type de relation
que Dieu va entretenir individuellement avec les Hommes. Par exemple, sous un modèle où
Dieu prône d’une manière globale la liberté, il y a des personnes qui dans cette période
n’auront pas accès à cette liberté. Tout comme dans une période où la sanction prévaut, il y
a des personnes qui échapperont à cette sanction et qui seront plutôt dans la liberté. Les
macro-modèles établis par DIEU à travers les dix grandes dispensations que nous étudierons,
ne remettent donc pas en question la relation individuelle que Dieu tient avec chaque
Homme. Sous la dispensation de la Grâce par exemple, Dieu peut juger une personne selon
la Loi, car celle-ci n’est pas entrée dans la Grâce. Ce n’est donc pas parce que nous sommes
sous la dispensation de la GRACE que Dieu devra agir comme tel envers tous les Hommes. Il
y a certains préalables qui incombent à l’Homme, s’il veut intégrer une dispensation donnée.
Les relations entre Dieu et une personne, dépendent de la disposition de celui qui est
engagé, à marcher selon Dieu. Tandis que, les grandes dispensations tiennent compte d’un
projet collectif pour toute l’humanité. C’est important de comprendre ces choses, car nous
éviteront de tomber dans des critiques et des jugements inutiles. Le récit de certains
évènements racontés dans la Bible, nous révèle qu’il y avait une forme d’ignorance dans la
connaissance de ces choses. Dans le livre des Nombres par exemple, il nous est raconté que
Miriam et Aaron parlèrent contre Moïse, au sujet de la femme éthiopienne qu’il avait prise.
Car Dieu avait défendu à son peuple de s’unir avec des femmes étrangères, de peur de se
prostituer devant leurs idoles. Mais Dieu a pris partis pour Moise, et Miriam a été frappé à
cause de ces critiques, tandis qu’Aaron a été épargné (cf. Nombres 12V1-11). Ignorant le
mystère des dispensations, Aaron et Miriam ont vite fait de juger Moïse au sujet de son
choix. Et cela a valu des réprimandes à Aaron et une punition à Miriam. Même dans le
jugement de Dieu, on constate une certaine relativité. Il se contente d’adresser son
mécontentement à Aaron et il frappe Miriam de la lèpre. Avant cet épisode, on nous relate
l’histoire d’Abram qui a menti aux Egyptiens, en leur faisant croire que Saraï était sa sœur. Il
eut peur qu’ils s’en prennent à lui, s’il savait qu’elle était sa femme. Car Saraï était une
femme très belle et convoitée. A cause de ce mensonge, l’Eternel frappa de grandes plaies
Pharaon et sa maison (Genèse 12V11-20). Certains diront comment Dieu qui déteste la
fraude, peut se ranger du côté d’Abram qui a menti, au point de frapper les Egyptiens sur la
base de son mensonge. Mais c’est en ignorant la période de dispensation entre Abram et
Dieu, qu’on pourra tenir un tel jugement. Comprendre donc le mystère des dispensations va
nous permettre de ne pas avoir une mauvaise interprétation de la Parole de Dieu et de son
Amour pour l’humanité.
Quels sont donc les dix grandes dispensations ?
1- LA DISPENSATION DE L’INNOCENCE
Cette dispensation couvre toute la période où l’Homme n’avait pas encore consommé le
fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. A cette période, l’Homme avait accès à
tout, il pouvait tout faire, selon la sagesse et l’intelligence qui lui a été inculquée par le
Seigneur. L’âme de l’Homme (ses sentiments, ses ressentis et croyances) n’avait pas encore
été souillé pendant toute cette période. Les Hommes (Adam et Eve) avaient accès à une
gloire et un prestige, pensés par Dieu lui-même. Ils ne ressentaient aucune limite dans cet
état. La volonté de l’Homme était la seule menace dans cette condition parfaite. Car Adam
et Eve pouvaient exercer leur volonté d’une manière contraire à l’ordre de Dieu : «  …tu
pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la
connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse
2V16-17). Si les Hommes consomment ce fruit défendu, Dieu ne peut plus agir envers eux
selon leur innocence. La connaissance du bien et du mal, allait placer l’Homme dans une
forme de responsabilité et d’exigence vis-à-vis du Bien. Ayant accès à cette responsabilité,
Dieu dans sa justice, ne peut plus tenir compte de l’innocence des Hommes.
2- LA DISPENSATION DE LA CONSCIENCE ET DU GOUVERNEMENT HUMAIN
Cette période débute dès l’instant où les Hommes ont désobéi à l’ordre du Seigneur, en
mangeant le fruit défendu. Les Hommes sont dorénavant conscients du bien et du mal, et
sont soumis à l’exercice de leur propre volonté. Ils sont à cet effet, responsables de leurs
différents choix. Dieu ne peut plus donc être considéré comme le responsable des malheurs
qui les atteignent. A cette période, l’Homme ne peut interagir avec Dieu qu’à partie des
principes naturels et spirituels établis. La seule manière pour lui d’avoir une relation vivante
avec Dieu, serait qu’il y ait une reconversion qui engagerait l’Homme dans un processus de
repentance et de purification de ses fautes. Dans la dispensation de la conscience et du
gouvernement humain, l’Homme est perçu comme le centre de la création. Il emploie lui-
même suivant les penchants de son cœur, toutes ces choses que Dieu lui a données : un
corps, une intelligence rationnelle, des émotions et sentiments, des dons extraordinaires, la
création (la terre, l’espace, la faune, la flore, l’espace)…etc. S’étant lui-même détourné de
Dieu, afin d’espérer utiliser toutes ces choses, selon son entendement « corrompu » par le
péché, l’Homme a fini par pervertir la création de Dieu. Il est porté vers sa propre personne,
sa propre conception de la réalité et de la spiritualité. Il a établis des connaissances,
domptés la nature, générer des systèmes à travers lesquels il peut bâtir un modèle sociale.
Mais si l’Homme est devenu insensible à la volonté divine, Dieu est pleinement conscient des
œuvres de celui-ci. Et c’est sur la base des actions inabouties et mauvaises des Hommes, que
la justice de Dieu est exercée.
3- LA DISPENSATION DE LA PROMESSE
Afin de ne pas laisser les Hommes à leurs tristes sorts, Dieu a communiqué à certaines
personnes un projet de rétablissement, où il deviendra à nouveau le centre d’attention de
l’humanité. Par ce projet, il laisse entendre une amélioration des conditions de vie et de la
relation, qui le liera à l’Homme. Cette promesse comporte deux grandes phases. La première
phase est manifestée à travers l’adoption du peuple d’Israël, comme le peuple saint et choisi
par Dieu. Cette promesse, Dieu l’a communiquée aux patriarches, qui en sont les garants, et
qui ont donc un devoir de transmission pour les générations futures. Dans cette période de
dispensation, Dieu agit donc envers Israël selon la promesse faite aux pères. C’est la raison
pour laquelle, on rappelait le souvenir de la promesse quand le peuple agissait mal, comme
pour évoquer la fidélité de Dieu. La seconde phase de la promesse peut être perçue comme
l’aboutissement ou l’accomplissement de la première. Celle-ci ne concerne pas seulement
l’adoption d’un peuple, mais de toute l’humanité, y compris les Israélites en qualité de Fils et
Filles de Dieu. Le but de la promesse étant le rétablissement d’un ordre nouveau, où Dieu
lui-même règnera avec les Hommes, après les avoir purifiés de toutes imperfections. C’est
en Jésus et par lui seul que cette promesse va se manifester. Et les apôtres en sont les
garants, à travers l’Evangile qui leur a été communiqué.
4- LA DISPENSATION DE LA LOI
A cette période, Dieu établit une organisation sociale, fondée à partie de prescriptions
divines dont l’objectif est de légiférer la vie des Hommes. Cette organisation prend en
compte tous les aspects de la vie communautaire et individuelle de l’Homme. A travers la
dispensation de la Loi, Dieu révèle à Israël, un aperçu de sa promesse. Mais un aspect que la
Loi a démontré, c’est que la sainteté de Dieu ne peut cohabiter avec la corruption de
l’Homme, sans que cela n’ait des conséquences terribles sur ce dernier. Dans la dispensation
de la Loi, Dieu vient révéler que la nature humaine à cause de son péché, ne peut supporter
la gloire de Dieu. Ce n’est pas à dire que Dieu lui-même refuse de venir vers les Hommes à
cause de leurs imperfections, mais plutôt que ceux-ci ne peuvent le recevoir à cause de la
nature Sainte et Parfaite de Dieu. La Loi a donc démontré des conditions préalables à
l’accomplissement de la promesse :
- Dieu doit masquer sa Toute-Puissance et sa Sainteté, afin que sa nature ne détruise
pas l’humanité corrompue, s’il souhaite s’approcher d’elle.
- L’humanité doit parvenir à une perfection et une sainteté qui est propre à Dieu, pour
espérer vivre éternellement avec lui. Faute de quoi, elle ne pourra se tenir en sa
présence à cause du péché.
- L’humanité ne peut parvenir à cette perfection et cette sainteté, si la nature des
Hommes n’est pas régénérée, récréée. Car leur nature ancienne est totalement
corrompue par le péché.
Sous la Loi, les Hommes étaient jugés selon leurs œuvres puisqu’ils aient perdus leur
innocence par la connaissance du bien et du mal. Mais à travers l’expiation des fautes du
peuple qui était faite, les Hommes pouvaient parvenir à une forme de détente dans leur
relation avec Dieu. La Loi démontre donc que le sacrifice d’une victime parfaite, était la clé
qui pouvait combler toutes les exigences de cette relation entre Dieu et les Hommes.

5- LA DISPENSATION DE L’ALLIANCE
Elle marque la période où Dieu exécute pleinement sa promesse d’adopter toute l’humanité
à travers le Sacrifice du Seigneur Jésus Christ. A travers l’Alliance, l’Homme subit une
transformation induite par Dieu, qui le rend capable d’accéder à ses perfections et ses
promesses, et de porter en lui la Justice de Dieu et la vie éternelle. Sans cette dispensation,
les Hommes ne peuvent pas prétendre être qualifié selon le projet de rétablissement de
Dieu. A cette période, il y a une relation père-fils qui est engagée entre Dieu et l’Homme à
cause de l’œuvre du Seigneur Jésus.
6- LA DISPENSATION DE LA GRACE ET DE L’EGLISE
La dispensation de la Grâce et de l’Eglise est pleinement manifestée par le Seigneur Jésus
pour tout Homme. Mais chacun y a accès par la Foi. Dans cette période, Dieu nous donne
accès à ses richesses et perfections, à cause de notre union à Jésus. Après que l’Homme eut
consommé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, il a été mentionné que
Dieu ne pouvait plus agir envers l’humanité selon son innocence. Les Hommes portant le
poids de leur culpabilité et de leurs péchés, ne pouvaient espérer quoi que ce soit de bien
venant de Dieu. Mais dans la dispensation de la Grâce, Dieu donne à l’humanité d’accéder à
toutes perfections à cause de la Justice qu’elle a acquise par le sacrifice du Seigneur Jésus.
Nous avons donc accès dans cette dispensation à une faveur et un statut bien plus supérieur
à celui d’Adam dans le jardin d’Eden. Nous sommes dans la Grâce, favorisés au même titre
que Dieu lui-même à cause de la qualité de sa Vie que nous avons en partage.
7- LA DISPENSATION DE LA 1ère RESURRECTION ET DU JUGEMENT DES VIVANTS OU DES
SAINTS
Cette période est marquée par la résurrection de tous ceux qui ont accédé à la Grâce infinie
qui a été répandue lors de la précédente dispensation, par la Justice de Dieu. Elle se
caractérise par la transformation de leurs corps physique en corps spirituel (qu’ils soient
physiquement morts ou non), et de leur enlèvement auprès de Dieu. A cette étape, il nous
est révélé un jugement des Saints ou des Justes, qui consiste à les récompenser chacun selon
ce qu’il aura accomplie comme œuvre dans le Seigneur.
8- LA DISPENSATION DU REGNE DE MILLE ANS
La dispensation du règne de mille ans est marquée par l’établissement du règne du Seigneur
Jésus sur Terre. Ceux qui auront connu la 1ère résurrection, règneront avec le Seigneur selon
leur rang sur une période de mille ans. Ce règne marque donc l’accomplissement de la
Promesse de Dieu, qui a toujours voulu habiter avec les Hommes.
9- LA DISPENSATION DE LA 2nde RESURECTION ET DU JUGEMENT DES MORTS
La neuvième dispensation est caractérisée par la résurrection de tous ceux qui sont morts, et
qui n’ont pas eu accès à la 1ère résurrection. Une fois ressuscités, chacun sera jugé sur la base
de ses œuvres pour décider si oui ou non, il pourra accéder à la Vie ou pas : c’est le jugement
dernier. Contrairement au jugement des saints, le jugement dernier a pour objectif de
décider de l’élection des Hommes dans le Royaume de Dieu. Ce jugement ne concerne donc
pas ceux qui ont obtenu leur Justice par la foi en l’œuvre de Rédemption du Seigneur Jésus.
10- LA DISPENSATION DE L’ETABLISSEMENT DU ROYAUME ETERNEL DE DIEU
A la dernière dispensation, il y aura une restauration complète et parfaite de la création. Un
nouveau ciel et une nouvelle terre verra son jour, et Dieu habitera au milieu de son peuple
Saint, pour l’éternité.
Comprendre la Parole de Dieu à travers le modèle des deux grandes Alliances
La Bible nous renseigne sur le modèle de deux grandes Alliances : l’Ancienne Alliance et la
Nouvelle Alliance.
L’Alliance biblique est un engagement entre DIEU et l’Homme, à partie duquel un type de
relation va être établie entre les deux. Les deux Alliances, l’Ancienne et la Nouvelle, peuvent
donc être assimilées à des dispensations distinctes. L’ancienne correspond à celle de la Loi et
la Nouvelle à celle de la Grâce et de l’Eglise. Entre ces deux périodes, il y a une dispensation
qui les démarque : la dispensation de l’Alliance. La qualité des alliances (ancienne et
nouvelle) est révélée par la valeur de la relation et sa pérennité. Il y a plusieurs éléments qui
vont permettre de définir la qualité d’une Alliance et donc d’authentifier sa valeur et assurer
ainsi son immuabilité :
- La valeur du sacrifice d’Alliance
- Les médiateurs ou les précepteurs de l’Alliance
- La capacité des deux parties à respecter les clauses de l’Alliance
- La valeur des promesses qui sont rattachées à l’Alliance
Ces différents éléments vont nous permettre de faire un parallèle entre l’Ancienne Alliance
et la Nouvelle Alliance.
1- La valeur du sacrifice
Pourquoi est-ce si important de sceller l’Alliance par un sacrifice ? Le but de l’Alliance étant
une relation entre l’Homme et DIEU, il fallait trouver le moyen de rendre l’Homme parfait et
saint. Car il ne peut y avoir de relation entre Dieu qui est Saint et l’Homme pécheur. Le
sacrifice qui est offert est à la base une substitution à l’imperfection ou à l’incapacité de
l’Homme à marcher dans la voie de DIEU. Le sacrifice va également nous permettre de
sceller dans le sang l’Alliance. Le sang va révéler d’ailleurs le caractère sacré de l’Alliance.
Une Alliance qui n’est pas scellée dans le sang est donc d’aucune valeur spirituelle, pour les
contractants. Dans l’Ancienne Alliance, on offrait des animaux purs, sans défauts corporels
comme sacrifices. Mais dans la Nouvelle Alliance, DIEU s’est lui-même substitué aux
animaux, en l’image de son Fils qui vient ôter le péché du monde. Ainsi, la valeur du sacrifice
du SEIGNEUR JESUS, est plus que parfait pour assurer l’authenticité et la pérennité de la
Nouvelle Alliance. Car le sang qui a dû être versé revêt un caractère plus précieux que celui
des animaux.
2- Les précepteurs de l’Alliance
Dans l’Ancienne Alliance, du côté humain il y avait le prophète ou le sacrificateur et du côté
de DIEU, il y avait les saints anges. Car dans l’Ancienne Alliance, ce sont les saints Anges qui
exerçaient la justice de Dieu et défendaient ses intérêts auprès des Hommes (les Israélites en
particulier). Dans la Nouvelle Alliance, il y a un seul médiateur entre l’homme et DIEU ET
C’est le Seigneur Jésus. Ce ne sont pas les prophètes, ni des saints, ni des pasteurs, ni même
des anges. DIEU lui-même en la Personne de son Fils, occupe la fonction de médiateur. Cela
signifie que DIEU en Christ, s’engage lui-même à remplir valablement toutes les exigences
qui sont utiles au perfectionnement de l’Alliance ou de la relation qui nous lie à lui. Le but du
médiateur est d’assurer une entremise entre les partis. C’est-à-dire si DIEU veut regarder à
l’Homme, il regarde à Christ-Jésus qui est le médiateur des Hommes auprès de lui. Si les
Hommes veulent regarder à DIEU, il regarde également à Christ-Jésus qui est le médiateur
de DIEU auprès d’eux.
3- La capacité des deux parties à respecter les clauses de l’Alliance.
Dans l’Ancienne Alliance, les principes issus de la Loi définissaient les clauses du contrat qui
liait l’Homme à DIEU. Quand il s’en écartait, il était soumis à toutes les sanctions que cela
pouvait entrainer. La Loi ne se réduit pas aux modèles des ordonnances et des prescriptions
qu’Israël a reçues. Mais Paul révèlera qu’il existe par la voix de la conscience en chaque
Homme, un modèle de Loi semblable, auquel tout Homme est tenu d’obéir. A cause de sa
nature charnelle qui s’est corrompue par le péché, l’Homme sous le rapport de la Loi, est
incapable de respecter les clauses de l’Alliance qui le liait à DIEU. Or, DIEU demeure toujours
fidèle contrairement aux Hommes. Pour pallier à leurs insuffisances donc, DIEU a envoyé son
Fils unique, qui s’est tenu à obéir à la Loi, afin de dégager les Hommes de celle-ci, par sa
mort et sa résurrection. Et dans la Nouvelle Alliance, Christ est l’assurance que nous avons
auprès de DIEU quant à notre capacité à respecter les clauses de l’Alliance.
4- La valeur des promesses qui sont rattachées à l’Alliance
La Nouvelle Alliance nous assure les plus grandes et les plus précieuses promesses. Dans
l’Ancienne, on peut lit l’ensemble des bénédictions et des promesses pour ceux qui se
tenaient à obéir à la Loi. Et vous pouvez remarquer que d’un point de vu scripturaire, il
pourrait exister des manques ou des incertitudes en ce qui concerne certaines promesses.
Mais les promesses et les bénédictions qui sont rattachées à la Nouvelle Alliance sont
tellement infinies qu’il est écrit : VOUS AVEZ TOUT PLEINEMENT EN CHRIST ; VOUS AVEZ ETE
BENIS DE TOUTES SORTES DE BENEDICTIONS EN CHRIST…etc. Et les plus précieuses
promesses dans la Nouvelle Alliance sont sans doute la Nouvelle Naissance ; le Baptême du
Saint Esprit ; être rempli de toute la plénitude de DIEU ; recevoir la Nouvelle Jérusalem en
héritage ; la Vie éternelle…etc. Il n’y a aucune bénédiction ou aucune promesse qui pourrait
manquer à la richesse que nous avons en Christ dans la Nouvelle Alliance. Si on voulait écrire
toutes les promesses ou les bénédictions auxquelles nous avons accès en Christ, on ne
s’arrêtera jamais de les écrire. C’est la raison pour laquelle vous constatez que dans le
Nouveau Testament, il n’est pas fait cas de manière détaillée de l’ensemble des promesses
auxquelles les contractants de l’Alliance ont accès.
Comprendre la Parole de Dieu à travers son organisation scripturaire
Il est important de comprendre scripturairement la Bible, afin de ne pas avoir une mauvaise
compréhension de la Parole de DIEU. Scripturairement, la Bible est divisée en plusieurs
grandes parties : la Loi ; le témoignage de la vie du Seigneur Jésus ; l’Evangile
1- La Loi
Il s’agit de l’ensemble des livres de l’Ancien Testament. La Loi s’est enrichie au fil du temps.
Autrefois, il se définissait par les cinq premiers livres de la Bible écrits par Moïse et qui
constituaient le pentateuque ou la Torah. Et il a ensuite évolué pour prendre en
considération les livres historiques, poétiques et prophétiques. La loi est donc constituée de
trente-neuf livres, depuis le livre de la Genèse jusqu’à celui de Malachie. Et du temps du
Seigneur Jésus, c’était ces trente-neuf livres qui constituaient le seul modèle de la Parole
écrite de Dieu. Dans la Loi, nous sommes dans l’Ancienne Alliance. Elle un modèle de relation
entre Dieu et l’Homme, basé sur les dispensations suivantes : l’Innocence ; la Conscience et
le gouvernement humain ; la Promesse ; la Loi. Ainsi le mystère de l’Evangile demeurait
encore un voile pour les Juifs. Et c’est d’ailleurs ce que Paul va révéler dans son Ecrit aux
Corinthiens : « …jusqu’à ce jour le même voile demeure quand ils font la lecture de
l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. Jusqu’à ce
jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs ; mais lorsque les cœurs se
convertissent au Seigneur, le voile est ôté. » (2 Corinthiens 3V14-16).
Dans l’Ancienne Alliance, Israël était le seul peuple qui avait reçu les commandements
divins. Mais la vérité était que ces commandements avaient été donnés sous le conseil des
Anges. Israël n’était donc pas en contact directe avec Dieu, mais plutôt avec des Anges. A
cause de la gloire de ceux-ci, ils étaient directement assimilés à DIEU lui-même. Lorsque les
Israélites ne se soumettaient pas à la Loi (l’ensemble des commandements et prescriptions
qu’ils avaient divinement reçus), ils étaient sévèrement repris par les Anges qui assuraient
ainsi le rôle de forces de l’ordre, par la Justice divine qu’ils exerçaient. Dans l’Ancienne
Alliance, les promesses de DIEU étaient toutes soumises à des conditions préalables
d’obéissance et de soumission. La loi (Ancienne Alliance) n’a pas été établie pour sauver
l’Homme ou pour lui faire grâce. Mais elle est venue pour établir une justice, vue les actions
tout à fait déréglées des Hommes. Sans la Loi, le monde serait retourné à un état de
corruption sans précédente, comme ce fut le cas avec la génération de Noé ou celle avec
Sodome et Gomorrhe. Sans la Loi, le mal se serait accru considérablement. Imaginez par
vous-mêmes une société où il n’existe pas de Loi. Une telle société serait incapable de tout
progrès, et ses citoyens auraient finis par se détruire mutuellement. Car en absence de Loi,
l’Homme naturel est tenté de laisser libre cours à ses désirs égoïstes et corrompus. La Loi n’a
pas la capacité d’amener l’Homme à la perfection. Mais, elle le tient dans la crainte de mal
faire, à cause des sanctions auxquelles il pourrait être soumis s’il s’en écartait. Et c’est cette
crainte qui va communiquer à l’Homme une certaine discipline, et assurer ainsi un certain
ordre social.
« Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu’à ce
que vient la postérité à qui la promesse avait été faite ; elle a été promulguée par des
anges… » (Galates 3V19)
La Loi a été donnée comme Paul l’a révélé, à cause des infractions commises par les
Hommes, jusqu’à ce que celui à qui la promesse a été faite vienne. Nous verrons par la suite
que ce personnage tant attendu, qui allait mettre fin à la Loi (Ancienne Alliance) et non à la
Loi (l’Ancien Testament), n’est autre que le SEIGNEUR JESUS.
La notion de transgression, bien avant que la Loi fut établie, nous amène à considérer qu’il
existait une Loi morale dans la conscience de chaque Homme. Mais, les fautes commises par
les Hommes n’étaient pas imputées, car il n’existait pas de base légale sur laquelle juger des
actions de l’Homme. Le but de la Loi n’est pas de bénir l’Homme mais de le dissuader à
laisser libre cours à ses penchants naturels. Quand il parvient à se discipliner à travers elle,
l’Homme peut être récompensé pour sa fidélité. Mais la Loi n’est pas établie à la base pour
bénir l’Homme. Sous la Loi, Jacob à dut lutter avec l’Ange pour recevoir de lui une
bénédiction. C’est dire combien recevoir une bénédiction n’était pas monnaie courante à
cette époque. Dans l’Ancienne Alliance, on était bénit par :
- Une volonté souveraine de Dieu : Dieu ou les Anges dans leur conseil bénissait et
favorisait afin de poursuivre un but divin. (Genèse 1V28 ; Genèse 2V3 ; Genèse
17V15-16 ; Genèse 26V12-13 ; Genèse 25V11 ; Genèse 26V3)
- Filiation ou Affiliation : C’est-à-dire on recevait directement la bénédiction de la part
d’un parent, ou d’un proche sur qui reposait une certaine faveur divine. (Genèse
9V26-27 ; Genèse 24V60 ; Genèse 25V11 ; Genèse 26V3 ; Genèse 26V24 ; Genèse
27V25-29 ; Genèse 30V27 ; Genèse 39V5 ; Genèse 47V7 ; Genèse 48V15-16 ; Genèse
49V28)
- Sacrifices : on pose un acte sacrificiel qui réjouissait le cœur de Dieu (le conseil des
Anges). (Exode 20V24 ; 1 Rois 3V4-5)
- Mérites : en posant un acte de Foi, on attirait sur soi des faveurs divines. (Genèse
22V18 ; Genèse 32V26 ;)
Un fait marquant sous la Loi : la lutte de Jacob
« Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. Voyant
qu’il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l’emboîture de la hanche…il dit : Laisse-
moi aller car l’aurore se lève. Et Jacob répondit : je ne te laisserai point aller, que tu ne
m’aies béni. Il lui dit : quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob. Il dit encore : ton nom ne
sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et les hommes, et tu
as été vainqueur. Jacob l’interrogea, en disant : Fais-moi je te prie, connaître ton nom ? Il
répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Et il le bénit là. Jacob appela ce lieu du nom
de Peniel : car dit-il, j’ai vu Dieu face à face et mon âme a été sauvée. » (Genèse 32V24-30)
« Dans le sein maternel Jacob saisit son frère par le talon, et dans sa vigueur, il lutta avec
Dieu. Il lutta avec l’ange et fut vainqueur. Il pleura et lui adressa des supplications. Jacob
l’avait trouvé à Béthel, et c’est là que Dieu nous a parlé. L’Eternel est le Dieu des armées ;
son nom est l’Eternel. » (Osée 12V4-6)
Dans la Loi, les Anges Saints étaient considérés comme Dieu. C’est la raison pour laquelle,
plusieurs apparitions angéliques vont être assimilées à celles de Dieu lui-même. Ce qu’il faut
noter à travers ces deux passages, c’est que Jacob a lutté avec une personne qui de toute
évidence n’était pas humaine. Et il l’a identifié à Dieu. Osée nous démontre clairement que
celui avec qui Jacob a lutté était un ange et non DIEU le Père que nous savons comme étant
le Créateur. Et il va jusqu’à révéler l’identité de cet ange qui est identifié à « l’Eternel, le Dieu
des armées » En toute évidence, il ne s’agit pas d’une armée terrestre mais d’une armée
céleste et spirituelle dont l’Eternel est le chef. L’Eternel n’est pas en réalité le nom propre de
l’Ange, mais un titre spirituel, une nomination assez importante. Celui qui porte un tel titre
devrait être un personnage important dans la hiérarchie angélique. Car ce titre révèle qu’il
officiait à une dimension supérieure qui pourrait être assimilée à celle de Dieu. C’est à
travers lui donc, que Dieu s’est fait connaître à Israël, jusqu’à ce qu’il se révèle lui-même en
chair et en os, à travers Jésus. C’est le même Ange qui apparut à Moïse dans le buisson
ardent. Et il est dit que Moïse se cacha le visage, par crainte de regarder Dieu face à face
(Exode 3V2-6). C’est encore lui qui donna sur la montagne les dix commandements de Dieu
(Exode 19V3-4). Et dans ces deux cas de figures, Etienne va révéler que Moïse s’entretenait
avec un Ange et non avec le Créateur lui-même (Actes 7V30 / Actes 7V35 / Actes 7V38).
Comprendre l’autorité et le conseil des Saints Anges
Les Saints Anges peuvent être assimilés à Dieu lui-même car en tant que messagers ou
envoyés, ils ont tendance à transcrire assez fidèlement le message de DIEU en parlant en son
nom. Quand ils s’expriment, ils parlent directement comme si DIEU lui-même le faisait en
temps réel, un peu comme le ferait un prophète qui prophétiserait. Mais ils jouissent d’une
certaine liberté et ont la capacité d’exercer leur libre arbitre. Cela dit ils peuvent prendre des
décisions eux-mêmes, toujours en agissant dans la légalité et en conformité avec la Loi. Par
exemple, lorsque l’ange Gabriel a été envoyé chez Zacharie, il lui dit clairement qu’il est
Gabriel et qu’il a été envoyé pour lui parler et lui annoncer la bonne nouvelle de la venue de
Jean. C’est ici l’ordre qu’il avait reçu de DIEU. Mais parce que Zacharie n’avait pas cru à ses
paroles, Gabriel avait la liberté de déclarer qu’il serait muet, et ne pourra parler jusqu’à ce
que ces choses arrivent. L’ange Gabriel en agissant ainsi était dans la légalité, et il avait
certainement une raison valable de prendre cette décision. Mais ce qu’il faut souligner, c’est
que cette décision que l’Ange a prise n’était pas un ordre qu’il aurait reçu directement de
DIEU. Dans la Loi, lorsque les Anges exerçaient des jugements ou des sanctions contre une
personne, ils agissaient toujours dans la légalité. Ce n’était pas des ordres qu’ils recevaient
de DIEU directement, mais c’est suivant l’autorité qu’ils avaient reçu de lui et selon la Loi,
qu’ils agissaient.
Quand aujourd’hui les Chrétiens veulent marcher selon la Loi (Ancienne Alliance), afin
d’obtenir telle ou telle chose de DIEU, ils ignorent donc le contexte dans lequel la Loi a été
promulguée. Ceux qui marchent par la Loi ignorent qu’elle n’est pas faite pour les justes,
mais pour les pécheurs, les meurtriers, les calomniateurs…et tous ceux qui agissent
contrairement à la saine doctrine (1 Timothée 1V9-11). Dans la Loi, Dieu ne se sent pas
« redevable » envers vous parce que vous vous êtes tenus à faire bien les choses. Les bonnes
œuvres sous la Loi ne sont pas la condition pour laquelle Dieu devrait bénir qui que ce soit.
C’est comme si un hors la loi exigerait une faveur de la part du législateur parce qu’il se
serait bien conduit. C’est son devoir de bien se conduire et ce n’est pas une faveur qu’il
ferait au législateur. S’il manque à ce devoir, au nom de la Loi, il sera sanctionné.
« Dieu se tient dans l’assemblée de Dieu ; il juge au milieu des dieux. » (Psaumes 82V1)
« J’avais dit : vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très-Haut. » (Psaumes 82V6)
Dans l’Ancienne Alliance, les fils de Dieu étaient les anges. Mais il faut faire attention à ne
pas confondre le terme « fils de Dieu » qui leur était propre dans la Loi, avec la filiation de
notre Seigneur Jésus ou de tous ceux qui ont été engendrés par Dieu dans la Nouvelle
Alliance. Les anges étaient appelés des fils de Dieu, non pas parce qu’ils avaient été
engendrés par Dieu, mais parce qu’ils étaient identifiés à lui du fait de leur gloire et leur
nature totalement spirituelle. A cette époque, ils étaient perçus comme l’expression de la
gloire de Dieu. Dans l’Ancienne Alliance, les Anges s’occupaient des affaires du monde et ils
étaient habiletés à le faire, après qu’Adam eut perdu son Autorité. Et même leur Autorité
était reconnue du Créateur, puisque dans la Loi, il est écrit qu’ils étaient appelés des dieux et
formaient ainsi l’Assemblée ou le Conseil de Dieu. C’est dans ce conseil que Satan ainsi que
toutes les entités qui avaient été chassées du ciel pouvaient aussi se tenir, en présence de
celui qui avait reçu le titre d’Eternel Dieu des armées.
« …les fils de Dieu (les anges) vinrent un jour se présenter devant l’Eternel, et Satan vint au
milieu d’eux…L’Eternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne
comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant
du mal. Et Satan répondit à l’Eternel : Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint
Dieu ? » (Job 1V6-9)
Un fait marquant dans ce récit est la question que l’Eternel pose à Satan. Il lui dit : as-tu
remarqué que Job craint Dieu ? Et Satan lui répond : est-ce d’une manière désintéressée que
Job craint Dieu ?
Dans le conseil que constituaient les Anges, Satan avait le droit de venir accuser l’Homme
pour ses manquements à la Loi. Mais l’Homme n’avait pas à ce moment un Avocat auprès de
lui, pour défendre sa cause. Celui qui avait le titre de Dieu en qualité d’Eternel des armées,
était celui qui siégeait dans ce conseil comme chef du Conseil. Il n’était pas l’Esprit, c’est-à-
dire, Jésus ou le Créateur. Mais, il avait reçu l’autorité et le mandat d’agir comme tel. Et donc
quand Satan venait accuser les Hommes dans le conseil de Dieu, ceux-ci subissaient toujours
les sanctions pénales, parce qu’ils étaient soumis à la Loi et parce qu’ils n’avaient pas de
Défenseur ou d’Avocat. Et d’ailleurs sous la Loi, aucun Homme n’était en situation de
légitimité devant Dieu. Le fait que la justice était assurée par la Loi plaçait les Hommes dans
une situation illégitime.
Dans le Psaumes 82V2-4, on constate que Dieu se tenant dans l’Assemblée de Dieu, se plaint
des jugements exercés contre les Hommes. Il dit : «  jusqu’à quand jugerez-vous avec
iniquité, et aurez-vous égard à la personne des méchants ? Rendez justice au faible et à
l’orphelin, faites droit au malheureux et au pauvre, sauvez le misérable et l’indigent,
délivrez-les de la main des méchants. » En parlant ainsi, Dieu annonce les couleurs de
l’ordre qu’il serait sur le point de rétablir. Car, il faut souligner que les Anges n’avaient pas la
compétence pour délivrer une bonne fois pour toute l’Homme de la main des méchants (les
esprits déchus de la grâce). C’est la raison pour laquelle à la fin du Psaumes, il est dit :
« Lève-toi, ô Dieu, juge la terre ! Car toutes les nations t’appartiennent. » Donc viendra un
moment, où le Conseil des Anges va être abolie avec la Loi. Et cela est déjà un fait dans la
Nouvelle Alliance. Car celui qui est assis et qui juge c’est le Seigneur Jésus. Et nous siégeons
avec lui en Esprit pour prendre les décisions en ce qui concerne le Royaume et les affaires de
la Terre. Satan et tous les esprits mauvais n’ont pas de place dans ce Conseil nouveau qui
appartient à Christ et à son Eglise.
« Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le Salut est arrivé, et la
puissance et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité,
l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant Dieu jour et nuit. » (Apocalypse
12V10).
Lorsque le Seigneur a achevé sa mission sur Terre, et qu’il est monté au Ciel, il a reçu tout
Pouvoir et Autorité. Le Conseil des Anges qui jusqu’ici subsistait à cause de la Loi, a été
anéanti. Satan a perdu ainsi tous le droit de se tenir encore en présence de Dieu (le Conseil
des Anges), pour accuser qui que ce soit. Comme le souligne cette révélation, « …
Maintenant le Salut est arrivé, et la puissance et le règne de notre Dieu, et l’autorité de
son Christ… » Il faut prêter attention à ce détail : Maintenant, est arrivé le règne de Dieu et
l’autorité de Christ. Cela dit, dans l’Ancienne Alliance, le règne de Dieu n’était pas établi et il
a fallu attendre la Nouvelle Alliance pour que ce règne soit. Dieu avait laissé le soin aux
Anges d’agir en son nom car l’Homme Adam, a perdu l’autorité qui lui avait donnée. Le
règne de Dieu va donc de pair avec l’autorité qui est conféré au Seigneur Jésus. Quand Christ
a reçu l’autorité, le règne de Dieu a été établi au Ciel. Une ère nouvelle a donc débuté dans
le spirituel. Dieu a placé son Autorité dans le Seigneur Jésus qui est sa forme visible et
accessible. Et cette Autorité demeure en l’Homme, tant qu’il demeure uni à Christ Jésus, qui
en est la source. Dans l’Ancienne Alliance, lorsque subsistait le conseil des Anges, la Loi était
le support de référence à partie duquel toute action devait être engagé. Et même Satan ne
pouvait agir en dehors d’un contexte « légal » L’Ancienne Alliance faisait donc les affaires du
diable, vu l’incapacité des Hommes à demeurer fidèle à Dieu. Et même, Satan trouvait
toujours le moyen de faire mal aux Hommes, en les accusant à tort et d’une manière tout à
fait subtile. Quand Satan accuse une personne sous la Loi, il ne dit pas sur elle des choses
qu’elles n’auraient pas faites. Car nul ne peut mentir à Dieu, puisqu’il sait toutes choses. Le
diable ment aux Hommes et non à Dieu. Et, il accuse les Hommes devant Dieu en remettant
en question leur fidélité ou leur bonne intention à l’égard de Dieu. Et comme les Hommes
n’avaient pas d’Avocat sous la Loi, Satan avait légalement le droit d’agir pour toucher
différents aspects de la vie d’une personne, afin de démontrer ou pas sa duplicité. Mais dans
la Nouvelle Alliance, nous ne sommes plus sous la Loi. Et même si nous l’étions, Christ-Jésus
est l’assurance de notre fidélité et de notre engagement auprès de Dieu. Afin de comprendre
ce mystère, nous étudierons une vision qui a été décrite dans le Livre de Zacharie et qui
révèle notre justice et notre autorité en Christ.
« Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Eternel, et Satan
qui se tenait à sa droite pour l’accuser. L’Eternel dit à Satan : Que l’Eternel te réprime,
Satan ! Que l’Eternel te réprime, lui qui a choisi Jérusalem ! N’est-ce pas là un tison arraché
du feu ? Or Josué était couvert de vêtements sales, et il se tenait debout devant l’ange.
L’ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient devant lui : Otez-lui les vêtements sales !
Puis il dit à Josué : Vois, je t’enlève ton iniquité, et je revêts d’habits de fête. Je dis : Qu’on
mette sur sa tête un turban pur ! Et ils mirent un turban pur sur sa tête, et ils lui mirent des
vêtements. L’ange de l’Eternel était là. » (Zacharie 3V1-5)
Il faut comprendre que cette vision comporte plusieurs symboles prophétiques. D’abord
Josué ici qui est présenté comme le souverain sacrificateur, est le Seigneur Jésus. Jésus et
Josué en Hébreu ont le même nom Yehoushua. Et quand il est présenté comme un souverain
sacrificateur, c’est à juste titre. Car le Seigneur Jésus est le Souverain Sacrificateur, selon qu’il
fut révélé : « L’Eternel l’a juré, et il ne s’en repentira point : tu es sacrificateur pour
toujours, à la manière de Melchisédek. » (Psaumes 110V4). Et Paul en a écrit à ce sujet dans
son épître aux Hébreux (cf. Hébreux 5V4-6). Le deuxième élément qu’on devrait révéler,
c’est que le Seigneur Jésus était au pied de l’ange de l’Eternel, avec des vêtements sales. Le
fait d’être au pied de l’ange de l’Eternel, et non pas au pied de Dieu le Père, nous donne
encore une révélation de la fonction qu’exerçait les Anges sous la Loi. Ils exercèrent la
fonction de Dieu, comme nous l’avons abordé. Et il y avait un Ange en particulier qui
occupait cette fonction. Les vêtements sales du Seigneur étaient l’image de l’iniquité de
l’humanité qu’il a dû porter. Et comme le Seigneur Jésus était en position de faiblesse dans
cette condition, à cause de la Loi, Satan pouvait se permettre de l’accuser. Mais au lieu de
céder aux accusations de Satan, l’Eternel (l’Ange de l’Eternel) a demandé à ce qu’on lui retire
ses vêtements sales afin de le revêtir de vêtements de fêtes et d’un turban qui symbolise la
royauté. Mais ce qui est particulièrement intéressant, c’est la réponse de l’ange face aux
accusations de Satan. Il lui dit : « Que l’ETERNEL te réprime, lui qui a choisi Jérusalem. N’est-il
pas un tison arraché du feu ? » En d’autres termes, il nous révèle que le Seigneur Jésus a été
hautement favorisé par le Créateur, en échappant à la géhenne (l’enfer) à cause la portée de
son sacrifice et de la valeur inestimable de son sang versé. Il est donc incontestablement le
choix de Dieu, pour le Salut de l’humanité. C’est la raison pour laquelle il existe aucune
condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ par la Foi (Romains 8V1).
2- Le témoignage de la vie de Jésus
Ce témoignage nous est rapporté à travers le récit des quatre évangélistes qui sont :
Matthieu ; Marc ; Luc et Jean. A cette période, où ces faits se sont déroulés, nous sommes
encore sous la Loi. Nous sommes à une phase de transition entre la Loi (Ancienne Alliance)
et l’établissement de la Nouvelle Alliance. A cette période, le Seigneur Jésus qui est la
présence même du Seul et Unique DIEU au milieu de son peuple, vient démontrer les
insuffisances de l’Ancienne Alliance. Il s’y est conformé, mais il a démontré que personne
sous le règne de la chair ne peut s’y accorder. Le témoignage de la vie de Jésus, nous révèle
que l’Amour est ce qui manquait à la Loi (Ancienne Alliance) pour qu’elle soit parfaite. En
manifestant donc son Amour au monde, il est venu accomplir la Loi. Mais cet Amour n’était
pas dans tous les cas à la portée des Hommes. Il s’agissait d’un type d’Amour que seul DIEU
lui-même pouvait démontrer et manifester, à travers le don de sa Personne. Et dans son élan
d’Amour, DIEU n’attend qu’une seule chose de la part des Hommes : que ceux-ci viennent à
lui en toute sincérité malgré leurs imperfections. Entre la Loi et cette période de transition, il
y a donc une réforme dans la relation qui lie Dieu aux Hommes. Car Dieu lui-même vient
prendre en main les affaires de ce monde. Dans la Loi, on cachait les péchés et les
imperfections de peur d’être indexé, et de tomber sous la condamnation. Mais le Seigneur
Jésus est venu nous démontrer que ceci n’était pas la bonne approche. Pour Dieu, il faut
venir à lui avec un cœur sincère en lui dévoilant nos imperfections et nos péchés, afin que
nous puissions obtenir miséricorde. Tous ceux qui obtenaient du Seigneur quoi que ce soit,
n’était pas de grands pratiquants de la Loi, des maîtres de la Loi comme on pouvait les
appeler, mais des personnes sincères qui lui dévoilaient leurs faiblesses et leurs incapacités.
Il s’agissait de personnes qui indépendamment de leurs origines, de leur statut social,
étaient prêtes à faire confiance au Maître pour ce qui était des questions urgentes de leur
vie. Jésus était une personne auprès de qui ces personnes de mauvaises vies, ces pécheurs
comme on le disait, trouvaient du repos. Ils ne venaient pas au Seigneur pour justifier leurs
mauvaises actions, mais ils cherchaient miséricorde et surtout être libérés du joug du péché.
Nous sommes donc passés d’un modèle de Loi stricte, sans compassion, à un modèle de Loi
souple, compatissant, où Dieu agit envers nous de la même manière que nous agissons
envers les autres.
« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera
aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non
plus vos offenses. » (Matthieu 6V14-15)
A cette période de transition, marquée par les réformes apportées par le Seigneur Jésus,
nous sommes toujours sous le règne de la Loi. Dans cette période de réformes, le Seigneur
nous exhorte à l’amour fraternel et à la compassion mutuelle. A travers le récit de la vie du
Seigneur Jésus, que nous rapportent les quatre évangélistes, nous pouvons dire sans l’ombre
d’un doute que nous ne sommes pas à cette époque où ces faits se sont déroulés, dans la
Nouvelle Alliance. Nous sommes à l’époque de la Loi révisée ou revisitée par l’enseignement
du Seigneur Jésus. Cette Loi révisée regarde à la manière dont l’Homme se conduit à l’égard
de son prochain, avant d’établir le modèle de relation qui le liera à DIEU. Le Psaumes 18V26-
28 illustre assez bien ce modèle de Loi révisée : « Avec celui qui est bon tu te montres bon,
avec l’Homme droit tu agis selon la droiture, avec celui qui est pur tu te montres pur, et
avec le pervers tu agis selon sa perversité. Tu sauves le peuple qui s’humilie, et tu abaisses
les regards hautains. » C’est la raison pour laquelle, le Seigneur nous demandera de ne pas
agir selon la méchanceté des Hommes. Car si nous agissons selon leur méchanceté,
comment Dieu pourra user de compassion à notre égard ?
Dans la Loi, DIEU agit toujours selon les œuvres de l’Homme. Et comme les actions de ce
dernier sont assez imparfaites, il est impossible de contempler sous le rapport de la Loi, le
cœur de DIEU : son amour, sa bonté, sa tempérance, sa générosité…etc.
3- L’Evangile
« …je n’ai point honte de l’Evangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de
quiconque croit… » (Romains 1V16)
« Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’Homme ;
car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un Homme, mais par une révélation de Jésus Christ. »
(Galates 1V11-12)
«  …Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu’il s’efforçait alors de
détruire. » (Galates 1V23)
Ces trois passages de Paul, nous permettent de savoir réellement ce qu’est l’Evangile. Il est
une Bonne Nouvelle, fondée sur le message de la foi, qui n’est pas d’un Homme mais qui a
été révélé par le Seigneur Jésus, comme une puissance de Dieu pour le salut de quiconque
croit.
Les quatre évangélistes ne nous exposent pas l’Evangile ou la Bonne Nouvelle du Seigneur
Jésus, de manière claire et précise. Ils nous rapportent le témoignage de la vie du Seigneur
Jésus, (qui faudrait le rappeler a vécu sous la Loi) en annonçant les couleurs de l’Alliance
Nouvelle. D’un point de vu contextuel, l’Evangile du Seigneur Jésus, nous est pleinement
révélé à partie du Livre des Actes. Sous la Loi, l’Homme était perçu comme le centre du
message. Dieu était censé agir en fonction des actions de celui-ci à cause de la responsabilité
qui lui incombe. Mais dans la Nouvelle Alliance, le Seigneur Jésus est le centre du message.
Et Dieu est censé agir cette fois-ci non plus en fonction de l’Homme, mais plutôt en fonction
des œuvres du Seigneur Jésus. Pour accéder à l’Evangile, il faut Comprendre la Bible à
travers la Personne de Jésus. Or le mystère de sa Personne, nous est révélé qu’à parti du livre
des Actes et des épîtres de Paul, Pierre, Jean, et dans le Livre de Révélations. D’un point de
vue scripturaire, les bases de la Nouvelle Alliance ont été établies depuis la condamnation du
Seigneur Jésus ; sa flagellation ; sa mort ; sa résurrection ; son ascension au ciel et sa venue
en Esprit sur l’Eglise. Ce sont ces différents éléments qui établissent les bases de l’Alliance
Nouvelle à laquelle nous appartenons par la grâce du Seigneur. Nous sommes d’ailleurs
toujours dans la Nouvelle Alliance qui correspond à l’ère de l’Eglise ou de la Grâce. Et cette
Alliance parfaite est d’ailleurs éternelle.
A travers sa condamnation, le Seigneur Jésus a endossé le poids de la sanction qui devait
tomber sur l’humanité à cause de ses transgressions. Esaïe prophétisera : « …le châtiment
qui nous donne la paix est tombé sur lui… » (Esaïe 53V5). Si le Seigneur n’avait pas porté
cette sanction, chacun après son vécu sur la Terre comparaitrait devant le tribunal de Christ
avec toutes ses fautes et ses transgressions. Comme l’a souligné l’Ecclésiaste à la fin de son
livre : « …Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit
bien, soit mal. » (Ecclésiaste 12V14). Il a pris le poids des fautes de tout Homme. Mais
chacun est tenu de placer sa Foi en cette Parole pour recevoir la rémission de ses péchés.
Comme il est écrit : « Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas en lui
est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jean 3V18). La Foi
est donc le moyen par lequel on entre dans l’accomplissement du plan que Dieu a exécuté à
travers le Seigneur, pour notre perfection.
Par sa flagellation, le Seigneur a subi dans sa chair, les effets qui résultaient de notre
insoumission sous les formes de maladies ou d’imperfections physiques, psychologiques et
spirituelles. C’est ce qu’à prophétiser Esaïe en ces termes : « …C’est par ses meurtrissures
que nous sommes guéris. » (Esaïe 53V5). A travers les coups, les humiliations que le
Seigneur a subies dans sa chair, nous sommes dégagés de toutes espèces de fléaux ou de
maladies, à la seule condition que nous y plaçons notre Foi. Et par sa mort, nous sommes
aussi morts à cette vieille nature corrompue par le péché, et qui était sujette à la
condamnation. Dans sa Toute-Puissance, Dieu nous a redonné la vie en Esprit, en nous
engendrant selon sa Sainte semence.
Par la résurrection du Seigneur Jésus, notre esprit est passé de la mort à la vie, tout en
portant cette fois-ci la vie éternelle, le type de vie qui est propre à Dieu lui-même. Cette
résurrection est aussi l’assurance que tous ceux qui sont morts en Christ, ressusciteront pour
avoir part à la vie, au renouvellement de toutes choses. Et par son ascension, Dieu est allé
nous réserver au ciel une place, dans le Royaume éternel de notre Père. L’ascension nous
révèle aussi l’autorité que nous avons en Christ sur tout pouvoir, domination, puissance et
autorité. Pour les croyants, c’est aussi l’assurance que lorsque nous aurons tous revêtus
notre corps de gloire, nous serons enlevés auprès de Dieu, pour vivre éternellement avec lui.
Et en attendant que cela se manifeste, le Seigneur nous envoie son Esprit Saint, lequel est le
gage de notre héritage.
Voici en quelque sorte le fondement de la Bonne Nouvelle que nous avons reçu. Mais à
travers les Ecritures, nous pouvons comprendre encore plus, la profondeur ce cet Evangile
qui nous assure toutes choses en Christ-Jésus. Nous verrons donc à travers elles, plusieurs
points de l’Evangile de Jésus Christ, qui nous a été révélé et qui font souvent objet de
polémiques.
Le premier point qu’il faut souligner est le caractère universel de l’Evangile de Jésus. Car il y a
des personnes qui croient malheureusement, que l’Evangile est l’affaire d’Israël ou d’une
certaine dénomination de personnes. La vérité est que l’Evangile est l’affaire de tous. Et c’est
d’ailleurs la raison pour laquelle les apôtres ont reçu le mandat de l’annoncer dans toutes les
nations.
Paul dira : « …Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs ? Ne l’est-il pas aussi des païens ? Oui,
il l’est aussi des païens » (Romains 3V29). Dieu étant le créateur de tous les Hommes, il veut
également que tous soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité, qui est
Jésus.
Et Paul mentionnera également dans son épître aux Ephésiens : « …les païens sont
cohéritiers, ils forment un même corps et participent à la même promesse en Jésus Christ
par l’Evangile » (Ephésiens 3V6). Quand Paul parle des païens, il ne se réfère pas à ceux qui
demeurent encore dans les pratiques mauvaises et qui n’ont pas Christ. Mais Paul fait ici
mention des autres peuples ou nations qui ne sont pas juives selon la chair, et qui étaient
appelés païens ou Gentils (Goïms) dans la tradition juive.
Si l’Evangile était uniquement réservé à Israël, l’Esprit de Dieu n’aurait pas instruit Philippe à
l’annoncer à l’eunuque Ethiopien qui était un païen ou un Gentil (Actes 8V26-35).
Le deuxième point qu’il faut sans cesse rappeler, c’est le caractère parfait du sacrifice du
Seigneur Jésus. Dans l’Ancienne Alliance, le sacrifice de l’animal qui était offert suffisait à
expier les péchés de celui pour qui, ce sacrifice avait été fait. Si le sang d’un animal suffisait à
décliner les responsabilités d’un pécheur sous la Loi, comment pouvons-nous croire un seul
instant, que nous avons nos œuvres à ajouter au sacrifice Parfait et Eternel du Fils de Dieu ?
Il est vrai que ceux qui pensent pouvoir ajouter quoi que ce soit à l’œuvre du Seigneur, ont
une trop grande estime de leur personne, et c’est un fait. Mais ce serait un affront d’aller
jusqu’à dévaloriser la valeur du sang de Jésus. Si le sang Pur et Saint du Seigneur Jésus, n’a
pas suffi à nous rendre saints et parfaits à ses yeux, serait-ce nos œuvres qui le feront ?
Réfléchissons !
Paul l’affirme dans ses épîtres : « …nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans
les œuvres de la loi. » (Romains 3V28)
Et Paul a fait des reproches aux Galates en ces termes : « Je m’étonne que vous vous
détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à
un autre Evangile. Non pas qu’il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous
troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. Mais quand nous-mêmes, quand
un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous avons prêché, qu’il soit
anathème ! » (Galates 1V6-8)
Un peu plus loin Paul le dit aux Galates : « ...sachant que ce n’est pas par les œuvres de la
Loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus Christ, nous aussi nous avons cru en
Jésus Christ afin d’être justifiés par la foi en Christ et non pas par les œuvres de la Loi… »
(Galates 2V16)
Le problème avec les Légalistes, c’est qu’ils croient que l’Homme en plus de sa Foi, doit par
la qualité de ses œuvres, atteindre lui-même la Perfection ou le Salut qui est dans le
Seigneur. S’ils le pensent, c’est tout simplement parce qu’on constate qu’il y a des Chrétiens
qui ont reçu le Seigneur, mais qui continuent de mener une vie de péché. Même face à cela,
nos œuvres aussi parfaites qu’elles soient, n’y changeront rien. En effet il y a deux catégories
de Chrétiens : les charnels (qui sont toujours soumis à l’effet de la chair) et les spirituels (qui
ont pu se soustraire à l’influence de la chair).
Le Chrétien charnel désigne un genre d’individu qui a certes cru en la Bonne Nouvelle, mais
n’est pas spirituel. On peut être chrétien et être donc encore charnel, parce que notre âme
ou notre intelligence n’a pas encore été renouvelée. Quand l’âme ou l’intelligence du
chrétien n’est pas encore renouvelée par la Parole, indépendamment de ce que le chrétien
peut produire comme signes ou miracles, sa volonté ou ses désirs sont souvent portés vers
des réalités malsaines. On dit d’un tel Chrétien qu’il est encore un bébé spirituel ou un
enfant en Christ. Son esprit est sauvé parce qu’il a cru en l’œuvre du SEIGNEUR JESUS, mais
son âme demeure étrangère à la vie de DIEU. Et c’est ce reproche que Paul fera aux
Corinthiens en ces termes : « Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels
que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en
Christ…En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas
charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme ? » (1 Corinthiens 3V1-3)
Qu’est-ce qui distingue un enfant en Christ et un adulte en Christ, un chrétien charnel et un
chrétien spirituel ?
Ce ne sont pas les dons spirituels qui les distinguent les uns des autres. Car les Corinthiens à
qui Paul avait fait ces reproches, manifestaient en grand nombres les dons spirituels. Et il l’a
témoigné cela au tout début de son épître aux Corinthiens : « Je rends à mon Dieu de
continuelles actions de grâce à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée
en Jésus Christ. Car en lui vous avez été comblés de toutes les richesses qui concernent la
Parole et la connaissance…de sorte qu’il ne vous manque aucun don… » (1 Corinthiens 1V4-
7). Mais malgré leurs fulgurances dans l’exercice des dons spirituels, Paul souligna qu’il a dû
leur donner du lait et non de la nourriture solide, parce qu’ils sont encore charnels (1
Corinthiens 3V2). Ce qui distingue les Chrétiens spirituels et les charnels, c’est l’Esprit, le
Pneuma. Il y a des Chrétiens Pneumatikos, et il y a des Chrétiens Sarkikos. Les deux types de
chrétiens ou de croyants sont certes nés de nouveau, mais il y en a qui sont régénérés dans
l’âme (les Pneumatikos) et il y en a qui n’y sont pas encore (les Sarkikos). Les Pneumatikos
par leur marche dans l’Esprit ont pu s’affranchir des imperfections de la chair. Et les Sarkikos
y sont encore soumis, indépendamment des dons ou de l’autorité qu’ils manifestent en
Christ.
Maintenant, il est important de connaître comment être régénéré dans l’âme. Dieu pour
cela, nous communique un message : celui de la Foi et non des œuvres de la Loi.
Quelle différence il y a-t-il entre le message de la Foi et celui des œuvres de la Loi ?
La différence est extrême. Les œuvres de la Loi ont tendance à placer l’Homme au centre du
message. Et il fonctionne sur cette base : SI L’HOMME FAIT CECI…ALORS IL RECEVRA CELA.
Ce message a démontré sa vulnérabilité, car l’Homme dans sa condition naturelle, n’est pas
prédisposé à faire les choses dans le bon ordre. Donc quand Paul parle des Chrétiens
charnels, il fait certainement allusion à cette catégorie de chrétiens qui dans le cœur,
accordent une trop grande importance à leur propre personne. Les Chrétiens charnels sont
trop centrés sur leur personnalité et non sur Christ. C’est pourquoi Paul dira d’eux qu’ils
marchent selon l’Homme. En agissant de la sorte, ils excitent la nature corrompue de leur
âme non encore renouvelée. Ils ne comprennent pas que c’est en Christ que nous avons tout
pleinement. Ainsi, si nous souhaitons vivre une vie de sanctification à tous égard, nous
n’avons qu’à placer notre Foi en une Personne, le SEIGNEUR JESUS, qui a été fait
sanctification pour nous. Si nous voulons être parfaits à tous égard, nous devons placer notre
Foi en la Personne du SEIGNEUR JESUS, qui a été fait perfection pour nous. Si nous voulons
être remplis d’amour, nous devons placer notre Foi en la Personne du SEIGNEUR JESUS qui a
été fait amour pour nous…etc. Car si nous croyons ainsi, nous verrons certainement les
choses s’accomplir d’elles-mêmes. JESUS est l’incarnation de la Parole. Toutes les exigences
de la Parole de Dieu sont pleinement accomplies en lui. Toutes les normes de sainteté et de
perfection sont donc déjà en lui. Nous devons donc marcher par la Foi au Fils de Dieu. Si
nous marchons en Christ, les œuvres qui émaneront de notre Foi seront celles que DIEU
agrée parce qu’elles proviennent de l’Esprit (de Jésus) et non de la chair (de notre personne
ou de l’Homme). Les Chrétiens charnels ignorent ou négligent aussi, certains aspects des
promesses et de la provision qui a été placé en Jésus. Pour eux, tout est question de pouvoir
et d’autorité. Ils omettent le caractère qui va avec, et qui est censé donner un témoignage
favorable au monde.
Contrairement donc aux chrétiens charnels, les spirituels fonctionnent sur cette base : SI
L’HOMME CROIT AVOIR RECU CECI DANS LE SEIGNEUR JESUS…ALORS IL LE VERRA SE
MANIFESTER. Sur la base de cette conviction, les Pneumatikos ne négligent aucune promesse
dans le Seigneur, pas même les normes de perfection et de sainteté qui ont été placées en
Jésus pour leur croissance et leur édification spirituelle. Pour les Chrétiens spirituels, tout
n’est donc pas question d’autorité et pouvoir en Christ. Ils prennent en compte le fait que
nous devons en tant qu’enfants de Dieu, démontrer un comportement approprié,
proportionnellement aux dons que nous manifestons. Sans ordre, les dons seront utilisés à
des fins malsaines. Les Chrétiens spirituels sont donc sensibles à cette moralité spirituelle,
censée concourir à leur croissance et donner un excellent témoignage à ceux du dehors. Le
plus important est qu’ils savent qu’ils ne pourront accéder à cette moralité que par la Foi et
non en comptant sur leurs propres capacités.
Il existe donc chez le Chrétien né de nouveau deux natures : une nature parfaite selon Dieu,
qui est positionnée dans l’Esprit. Et, une nature imparfaite selon la chair, qu’il a acquise de
parents non-convertis ou des habitudes du système social corrompu. Ces deux natures sont
présentes en lui. L’une est spirituelle et l’autre est charnelle. Nos œuvres ne peuvent avoir
de conséquence directe sur ces deux types de nature. Ce n’est donc pas parce que vous vous
conduirez bien, que la nature charnelle en vous sera anéantie. Ce n’est pas aussi parce que
vous agissez mal, que la nature spirituelle et parfaite que vous avez acquise par votre Foi,
sera aussi anéantie. Ce que donc le Chrétien doit faire pour ne plus avoir à agir selon la chair,
c’est de détruire par la Foi cette nature charnelle qu’il a acquis de ses parents ou du système
mondain. Et pour détruire cette nature, il faut marcher selon la révélation que nous avons
reçu de l’Esprit, et qui dit : « Nous savons que notre vieille nature a été crucifiée avec lui (le
Seigneur Jésus), afin que le corps de péché soit réduit à l’impuissance et que nous ne
soyons plus esclaves du péché… » (Romains 6V6). Toute la vie chrétienne est bâtie sur le
modèle de la Foi. Et cette Foi vient de ce que nous révèle la Parole de Dieu. Le Salut en Christ
est disponible pour tout Homme. Mais seulement ceux qui placeront leur Foi dans cette
Parole hériteront du Salut placé en Christ-Jésus. De la même manière, il y a des Chrétiens qui
ont eu accès à un autre niveau de révélation, et qui démontre à travers elle que leur nature
de péché a été crucifiée aussi à la croix. Ceux qui placeront leur Foi en cette Parole,
accéderont aussi à l’effet ou à la promesse qui y est rattachée.
« Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair »
(Galates 5V16).
La plupart des Légalistes (Chrétiens marchant encore selon le régime de l’Ancienne Alliance)
se méprennent sur ce verset. Pour eux, marchez selon l’Esprit, c’est se discipliner à ne plus
accomplir les œuvres de la chair. Ces personnes se trompent et s’illusionnent elles-mêmes.
C’est comme si on demandait à un fumeur de marcher par l’Esprit en s’efforçant d’arrêter de
fumer. Il est évident qu’il aura du mal à le faire. Marchez selon l’Esprit, est censé être la
solution pour qu’il n’ait plus justement la capacité de fumer. Mais au lieu de la lui expliquer,
vous vous contentez de lui dire que la solution, c’est qu’il s’efforce à ne plus le faire. Le
problème de certains Chrétiens, c’est qu’ils étudient la Parole de Dieu avec leur propre
intelligence. La compréhension ou la révélation de cette Parole est inaccessible à la raison ou
l’intelligence naturelle de l’Homme. Paul dans ce verset, communiquait aux Croyants la
solution pour ne plus avoir à accomplir les désirs de la chair, qu’il va énumérer un peu plus
loin : impudicité ; impureté ; débauche ; idolâtrie ; magie ; hostilité ; discorde ; jalousie ;
fureurs ; rivalités ; ivrognerie…etc. Paul n’était pas un surhomme, comme certains peuvent le
penser. Il lui est arrivé au tout début de sa marche Chrétienne, d’agir selon la chair. Il l’a lui-
même révélé dans son épître aux Romains, « …je ne fais point ce que je veux, et je fais ce
que je hais. » (Romains 7V15). Il va jusqu’à dire : « Ce qui est bon, je le sais n’habite pas en
moi, c’est-à-dire dans ma chair : j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. »
(Romains 7V18). Avant d’être un Chrétien Pneumatikos, Paul a été aussi un Chrétien
Sarkikos. Ce que Paul révèle à travers ces versets en Romains chapitre 7, c’est que personne
n’a le pouvoir de faire le bien étant dans la chair. Mais le Seigneur pas sa grâce va lui révéler
plus tard la solution pour détruire l’effet qu’à la chair sur le Chrétien. Et cette solution
consiste à marcher selon l’Esprit.
Alors que signifie marchez selon l’Esprit ? Un point sur lequel nous pouvons maintenant être
unanime, ce n’est pas se forcer à vouloir bien faire les choses. Marchez selon l’Esprit, c’est
marcher non pas selon l’Homme, mais plutôt selon Christ. Avant que Paul n’ait la révélation
de ce mystère, il était lui aussi comme tout enfant de Dieu, soumis aux imperfections de sa
chair. Mais il a compris qu’il était mort à lui-même à cause de l’œuvre que le Seigneur Jésus
a accompli à la croix. Etant mort en Christ, sa vie était désormais cachée avec Christ en Dieu
(cf. Colossiens 3V3). Ainsi, il se perçoit désormais à travers Christ qui est l’image de Dieu,
comme Dieu lui-même se perçoit, afin d’être transformé en son image de gloire en gloire.
Christ est l’expression de la Parole de Dieu. Et si nous voulons marcher selon lui, c’est suivant
une pleine révélation de l’œuvre qu’il a accompli que nous sommes appelés à marcher. Pour
ce qui est de la chair, il est dit que le corps du péché a été crucifié en Christ. Il n’y a donc
aucune raison qui contraindrait un Chrétien ayant une révélation de ce mystère, à être
soumis encore aux imperfections de la chair.
Le troisième point qui fait souvent débat, c’est le fait que nous avons tout en Christ Jésus. Il
est donc légitime que face à la maladie, la pauvreté, les manquements…etc. le Croyant
décide de placer sa Foi en lui, pour être secouru. Certaines personnes disent que ce n’est pas
biblique de placer sa Foi dans le Seigneur pour ce qui concerne certaines questions. La Bible
dit : « Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute
autorité. » (Colossiens 2V10). Quand il est dit que nous avons tout pleinement en lui, il est
évident qu’il s’agit absolument de tout : le baptême du Saint Esprit, la richesse matérielle, les
dons spirituels, l’amour, la sanctification, la perfection, la vie éternelle, la santé divine,
l’assurance que nous serons enlevés avec lui dans les nuées au son de la trompette…etc.
Tout ce qui contribue à la vie et à la piété dans ce siècle présent, et dans le siècle à venir,
nous l’avons en Christ-Jésus. Et si nous voulons les manifester dans notre vie, nous n’avons
qu’à marcher par la Foi en lui. C’est en Jésus Christ que Dieu notre Père démontre la richesse
infinie de sa bonté envers nous (Ephésiens 2V7).
Quelle assurance a-t-on de disposer pleinement de tout en le SEIGNEUR JESUS ?
Cette question est légitime et elle est d’une grande importance dans l’affermissement de
notre Foi. Car même lorsque le SEIGNEUR a fait cette promesse à Abraham, qu’il possédera
le pays de Canaan, Abraham lui a demandé : « SEIGNEUR ETERNEL, à quoi connaîtrai-je que
je le posséderai ? » (Genèse 15V8). A cette question, le Seigneur ne s’est pas contenté de lui
dit : « croit en ma Parole, ce que j’ai dit, je le ferais » quoique sa Parole aurait suffi. Mais en
plus de sa Parole, DIEU a répondu à Abraham par un signe plus persuasif, qui ne manquera
pas d’affermir la Foi du patriarche. La réponse de DIEU a été symbolisée par une alliance de
sang, qui a été scellé par un sacrifice. L’alliance de sang lorsqu’elle est établie entre des
personnes, exposent tout contrevenant à la malédiction et même à la mort. Car la vie de
ceux qui pratiquent une telle Alliance se trouve dans leur sang, qui dorénavant est l’objet
d’un serment. Aussi longtemps que l’Alliance est honorée des différents partis, la vie des
contractants est préservée. En offrant son sang pour nous, le Seigneur est entré dans une
Alliance avec Dieu en notre nom. Le sang du Christ a coulé à notre place. Mais certains
diront, nous voyons clairement que le Seigneur a offert son sang pour nous, mais qu’en est-il
de la part de Dieu ? La part de Dieu a été également remplie par le Seigneur. Car il nous est
révélé que : « …Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant
point aux Hommes leurs offenses…» (2 Corinthiens 5V19). De la même manière que nous
étions en Christ lorsqu’il mourait à la croix, il nous est révélé que Dieu était également en lui.
Donc à travers le sacrifice du Seigneur Jésus, nous avons contracté une Alliance de sang avec
Dieu. Notre sang et celui de Dieu s’est en quelque sorte mélangé, confondu à travers Jésus.
Le sang du SEIGNEUR qui a coulé à la croix a donc autant de valeur pour nous que pour le
Père. Pour Dieu, ce sacrifice vient sceller et confirmer sa Parole. Et pour nous, c’est le signe
de notre assurance en la Parole de Dieu. Dans la Nouvelle Alliance, le sacrifice du SEIGNEUR
JESUS est la réponse de DIEU pour ce qui concerne toutes ses promesses et ses bénédictions.
« Car, pour ce qui concerne toutes les promesses de DIEU, c’est en lui qu’est le oui ; c’est
pourquoi l’Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de DIEU » (2 Corinthiens 1V20)
Nous avons donc tout pleinement dans l’union avec le Seigneur Jésus (Colossiens 2V10). Ma
Foi en ce qui concerne toutes les promesses et perfections de DIEU n’est pas bâtie sur le
monde matériel ou physique, elle n’est pas bâtie sur ce que je ressens ou ce que je sais dans
mon intelligence, non plus sur ce que je peux bien croire ou sur ce que je peux faire. Mais ma
Foi est solidement établie en la Personne de DIEU, sur la valeur inestimable de son sang
versé à la croix, et de son sacrifice parfait.
Comprendre la Parole de Dieu à travers la Personne de Jésus
Le SEIGNEUR JESUS est sans aucun doute le plan de DIEU, exécuté pour la perfection des
Hommes. Pourquoi pensez-vous que les Hommes ont été soumis à des commandements,
sachant qu’ils étaient incapables de les pratiquer ? Etait-ce une manière de les condamner ?
Car à la vérité, si aucun Homme n’avait pu par son obéissance totale à la Loi affranchis
l’humanité, nous serions toujours soumis au jugement et à la condamnation. Tous les
commandements et les prescriptions ont pu être donnés aux Hommes, car DIEU dans sa
prescience, avait prévu un Libérateur capable de se conduire parfaitement en tout point,
selon les exigences de la Loi. Par sa capacité à respecter toute la Loi, sans faillir en aucun cas,
le Seigneur Jésus a justifié tous ceux qui placeront en lui leur Foi. C’est pourquoi toutes les
promesses ou les bénédictions de DIEU ont également été placé en lui à cause de son
obéissance. Ainsi, toutes les bénédictions auxquelles nous avons accès, sont placées en
Christ-Jésus. Et c’est la raison pour laquelle DIEU n’attend rien de nous en ce qui concerne
des œuvres de justices, après que Christ ait tout accompli pour nous. Christ a accompli pour
nous la Loi, ainsi que toutes les exigences auxquelles nous étions tenus d’obéir pour recevoir
les faveurs du TRES-HAUT, et entrer dans une Alliance perpétuelle. Mais en plus de ce qu’il a
fait pour nous, le Seigneur a aussi par son sacrifice confirmé toutes les promesses de Dieu.
S’il n’avait pas pu faire ce sacrifice et triompher du péché, toute la Parole de Dieu aurait été
anéantie. Le Père se sent donc redevable envers Christ, autant que nous lui sommes
redevables.
« …Car, si par l’offense d’un seul (Adam) il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte
raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus Christ, ont-ils
été abondamment répandus sur beaucoup. » (Romains 5V15).
De même que par la désobéissance d’un homme, la mort est entrée dans le monde avec
toutes sortes d’imperfections, aussi par l’obéissance du Seigneur, la vie est communiquée au
monde avec tout son lot de gloire et de perfection. Par la Foi au Fils de Dieu, nous avons
l’assurance de recevoir tout de la part de DIEU.
En vérité, tous les commandements et ordres de Dieu ont été donné au Seigneur Jésus, et
cela est révélé dans sa Parole : « Ainsi parle l’Eternel des armées : Si tu marches dans mes
voies et si tu observes mes ordres, tu jugeras ma maison et tu garderas mes parvis, et je te
donnerai libre accès parmi ceux qui sont ici. » (Zacharie 3V7). Etant donné qu’aucune
créature ne peut marcher conformément à la Pensée de DIEU, sous le régime de la Loi, un tel
commandement ne pouvait être adressé qu’au Seigneur Jésus seul. Il a reçu tout de DIEU et
même au-delà, après avoir marché dans les voies du Seigneur et observé les ordres de Dieu.
Comme il est écrit : « …les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas
dit : et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une
seule : et à ta postérité, c’est-à-dire à Christ. » (Galates 3V16). Etant donné que nous étions
en Christ, lorsque Dieu à travers lui, réconciliait le monde avec lui-même, nous avons
l’assurance d’avoir part aux promesses qui ont été placées en lui. A cet effet, Le Seigneur
Jésus a accompli toute la Parole de DIEU, non pour lui, mais pour les Hommes. Il a marché
selon DIEU pour les Hommes, et il a également reçu tout de DIEU pour les Hommes. En lui
donc, nous avons obtenu la Justice de DIEU par son obéissance, et nous avons tout reçu
pleinement en lui comme récompense pour sa soumission.
Et ce mystère va plus loin, puisqu’il est révélé que Dieu « …nous a ressuscités ensemble
(l’Eglise), et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de
montrer dans les siècles à venir, l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en
Jésus Christ. » (Ephésiens 2V6-7) Et si nous avons été placés en Christ, cela signifie que nous
sommes positionnés au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance,
de toute dignité, et de tout nom qui peut se nommer, non seulement dans le siècle présent,
mais encore dans le siècle à venir (Ephésiens 1V21).
Nous savons que Jésus est la Parole faite chair. Il est cette Parole qui est au commencement
de toutes choses et qui est Dieu. Or, il est révélé que nous qui sommes enfants de Dieu, nés
à partie de la semence incorruptible de Dieu (la Parole), nous constituons l’Eglise, le Corps de
Christ. Jésus est la tête du Corps de l’Eglise (Colossiens 1V18) et nous sommes les membres
de son Corps. Nous faisons donc une seule chair avec lui (Ephésiens 5V30-32). Etant donc
participants du Corps de Christ, qui est la Parole faite chair, nous sommes donc participants
de la Parole. A travers Christ, nous sommes participants de DIEU.
Il a révélé à Philippe : « …Celui qui m’a vu a vu le Père… » (Jean 14V9). Car en lui habite
corporellement, c’est-à-dire à travers sa chair, toute la plénitude de Dieu. (Colossiens 2V9-
10). Etant unis à Christ, chaque enfant de Dieu est une expression visible du Christ. C’est la
raison pour laquelle le Seigneur est apparu à Saul de Tarse en lui disant : « …Saul, Saul,
pourquoi me persécutes-tu ? » Saul répondit : « Qui es-tu Seigneur ? » et le Seigneur
répliqua : « Je suis Jésus que tu persécutes. » (cf. Actes 9V4-5). On pourrait se demander
comment Saul pouvait persécuter le Seigneur Jésus, s’il était déjà au ciel ? Mais le mystère
est qu’à travers l’Eglise que Saul persécutait, c’était le Corps du Christ qu’il persécutait. Le
mystère entre l’Eglise et le Seigneur Jésus n’est pas une métaphore, c’est un fait bien réel, et
il plus grand qu’on l’imagine. Nous sommes en tant qu’enfants de Dieu, le Corps à partie
duquel Dieu se meut, à travers Christ. Chaque enfant de Dieu, jouit à cet effet des mêmes
avantages qui ont été placé en Christ (la Parole faite chair). Nous sommes « Un » avec Christ
Jésus par son Esprit en nous. Et nous sommes également « Un » avec le Père, car Christ est le
Père fait chair. Chaque enfant de Dieu à accès à travers Christ à une Puissance, une Autorité,
une Gloire, une Sainteté, inimaginable. Quand on dit que nous constituons le Corps de
Christ, il faut comprendre ce mystère dans sa profondeur. En vérité, chaque enfant de Dieu
est une expression à part entière de Christ et non pas un morceau. D’ailleurs on nous révèle
Jésus comme la tête du Corps, est-ce à dire que Dieu n’est pas pleinement en lui ? Il l’est
bien évidemment. Donc quand on dit que chacun constitue un membre du Corps de Christ, il
faut comprendre que Christ est pleinement en chacun de nous. Chaque enfant de Dieu à cet
effet, constitue en quelque sorte une décentralisation de l’Eglise. Autant Christ est présent à
travers son Corps qui est l’Eglise, autant il est présent intégralement en chaque enfant de
Dieu. Les différents membres de notre propre corps, sont ceux de Christ Jésus également.
« Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les
membres de Christ pour en faire les membres d’une prostituée ? » (1 Corinthiens 6V15)
L’Autorité collective que nous avons en Christ, est également présente et accessible pour
chaque membre du Corps. Car si c’était collectivement qu’on devait exercer cette puissance
ou cette autorité, chacun sera livré à lui-même face à des situations de crises. Donc il y a une
décentralisation qui est perçue dans la gestion de l’Héritage et des promesses que nous
avons en lui. En Jésus, l’Homme renoue à nouveau avec l’Autorité et la Puissance que Dieu
lui confère. Et cette fois-ci, il ne peut les perdre puisqu’elles n’engagent pas son obéissance à
la Loi. Mais cette Autorité et cette Puissance que nous avons en Christ, engagent
l’obéissance et la soumission du SEIGNEURE JESUS, Gloire à JESUS !!! Satan ne peut plus
donc à nouveau nous conduire à l’insoumission, pour nous subtiliser l’Autorité que nous
avons en Christ, car nous ne sommes plus concernés dans cette affaire. Il a tenté le Seigneur
Jésus en tout point sans que celui-ci ne défaille, GLOIRE A JESUS !!! Notre Autorité en Christ-
Jésus est donc fermement établie, et rien ne peut nous ravir cette assurance, GLOIRE A
JESUS !!! Si l’Eglise veut connaître la profondeur de son héritage, chaque membre du corps
du Christ doit marcher selon la position et l’autorité placé dans le Seigneur Jésus. Mais pour
marcher ainsi, il est important d’avoir une connaissance de l’autorité et la position qui est
propre au SEIGNEUR. Si nous ne comprenons pas jusqu’où notre Seigneur a été élevé,
comment pourrions-nous marcher selon le type d’autorité qui lui est propre ?
A cet effet, plusieurs éléments dans la Bible nous révèlent la dimension de la position et de
l’autorité qui est propre au Seigneur.
« …Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. » (Matthieu 28V18)
Le SEIGNEUR JESUS agissait dans sa condition d’Homme avec l’autorité et la position qui est
propre au Père lui-même. C’est un fait que beaucoup de croyants ignorent
malheureusement. Il n’agissait pas en tant que DIEU, mais il œuvrait dans la législation
divine, à cause de l’Autorité qu’il avait reçue du Père. Cela signifie que le SEIGNEUR JESUS
n’était pas obligé de prier ou de demander quoi que ce soit au Père, avant d’entrer en
possession d’un quelconque bien. Cette déclaration faite par le Seigneur en Matthieu 28V18,
nous démontre qu’il était pleinement conscient de sa position et de son autorité en Dieu
notre Père. Mais la question que nous devons nous poser : sommes-nous conscients de
l’autorité que nous avons en Christ-Jésus ? Les Chrétiens se méprennent souvent en
cherchant la puissance ou l’onction de tel Homme de Dieu, sans plonger leurs regards dans
l’onction et la Puissance qu’ils ont en Jésus Christ à travers la Parole. Il n’existe aucune
onction ou autorité qui soit aussi authentique que celle que nous avons reçue dans le
SEIGNEUR JESUS. Tout ce qui est propre à CHRIST JESUS, est disponible également pout tout
enfant de Dieu, à cause de son union avec Christ. C’est un fait ! Car il est révélé que nous
sommes cohéritiers des promesses qui ont été placées dans le Seigneur. Tout est dans la
Parole, tout est dans le Seigneur Jésus. Peu importe la dimension dans laquelle nous voulons
opérer, c’est en Jésus que nous pourrons y accéder, en lui seul et pas en un autre Homme. Le
secret de l’onction du Seigneur pour nous, réside dans la révélation que nous aurons de
notre position en lui. Quand le Seigneur nous donne une pleine connaissance de la position
que nous avons en lui, c’est parce qu’il veut délibérément manifester à travers nous plus de
puissance. Dieu veut que nous exercions l’autorité que nous avons en lui. Il désire plus que
nous l’exercions, plutôt que nous passons notre temps à lui demander des choses à chaque
fois. Ce n’est pas mauvais de demander, mais exercer son autorité révèle une certaine
maturité. Et ce que Dieu désire, c’est notre croissance dans le Seigneur Jésus. Quand vous
exercez votre autorité en Christ, vous êtes en position de force. Et l’ennemi craint
vraisemblablement le jour où vous serez dans cette posture.
« …il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme
évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints
en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ (l’Eglise), jusqu’à ce
que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du fils de Dieu, à
l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ » (Ephésiens 4V11-13)
A travers ce verset, Paul nous relate le plan terrestre de Dieu pour son Eglise. Il nous
explique le but des différents ministères établis dans le Corps. Dieu a placé dans son Eglise,
son Corps, des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des pasteurs et des docteurs, pour
parfaire et édifier chaque membre du Corps (chaque enfant de Dieu) afin que chacun puisse
parvenir à la dimension de Christ. Donc l’Autorité collégiale déployée à travers l’ensemble du
Corps par Christ, est destinée à être propre à chaque enfant de Dieu, parvenu à la dimension
de Christ. Mais cette dimension ne peut être possible, si on ne prépare pas les enfants de
Dieu à l’Autorité qu’ils ont en Christ. Ce n’est que parvenu à cette dimension que nous
serons parvenus à l’unité de la Foi.
« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais,
et il fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père. » (Jean 14V12)
Tous ceux qui placent leur Foi dans le Seigneur Jésus, ont accès à la même autorité avec
laquelle le Seigneur exerçait. Et comme le Seigneur n’officie plus dans sa condition de chair,
il nous donne la possibilité de faire des choses plus grandes que celles qu’il a fait quand il
était dans la chair. Nous sommes destinés en Christ à perpétuer les œuvres qu’il a fait et
même d’aller au-delà. Reconnaître qu’on peut faire aujourd’hui des œuvres plus grandes
que le Seigneur Jésus, n’est pas de l’arrogance ni même de la prétention. De toutes les
manières, c’est avec son autorité que nous agissons. En dehors de lui, nous ne disposons pas
d’une position ou d’une autorité supérieure et légale. Le Seigneur nous révèle donc que
parce que nous disposons de son autorité, nous avons la capacité de faire plus que lui, étant
dans la chair. Lorsqu’un Roi délègue son autorité à son Fils, ce dernier n’a-t-il pas la capacité
de faire des choses bien supérieures que celles qui ont été accomplies du temps de son
Père ? Le fait que le Seigneur nous donne la capacité d’agir avec son Autorité, ne signifie pas
qu’il a perdu le sien. S’il l’avait perdu, notre autorité à nous ne pourrait pas subsister. Mais
c’est afin que nous ayons l’assurance en ce qui concerne notre autorité en Christ, qu’il a été
révélé : « Ton règne est un règne de tous les siècles, et ta domination subsiste dans tous
les âges. » (Psaumes 145V13). L’autorité du Seigneur Jésus subsiste pour toujours, et c’est
une grande assurance pour nous qui avons part à sa gloire.
« Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur
toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire. » (Luc 10V19)
L’Autorité que nous avons dans le Seigneur est celle qui est propre à Dieu. Ainsi, il est
inconcevable de penser un instant qu’une autorité quelconque, soit capable de résister à
une personne pleinement consciente de sa position en Christ Jésus. Même tout l’enfer ne
peut rien contre une telle personne. Aujourd’hui plusieurs enfants de Dieu ne sont pas
conscients de leur autorité en Christ, et c’est la raison pour laquelle Satan peut s’acharner
contre certains. Vous pouvez exploiter une personne quand celle-ci ignore sa position et agit
avec une mentalité d’esclave. Mais le jour où cette personne sera pleinement consciente
que vous n’avez aucun pouvoir sur elle, votre tyrannie prendra fin, ce sera la fin de votre
règne. Le jour où chaque enfant de Dieu aura la pleine révélation de sa position en Christ, ce
sera la fin du règne de Satan et des Ténèbres. En Christ, nous avons une domination totale
sur toutes choses. Et même les Entités spirituelles ont été placées à notre faveur. Certaines
personnes disent que les Anges ne sont soumis qu’à l’Autorité de Dieu, et c’est vrai. Mais si
en Christ, nous avons accès à la même Autorité avec laquelle Dieu agit, les Anges ne sont-ils
pas également soumis à l’autorité que nous avons en Christ ? Nous travaillons ensemble
avec les Saints Anges de Dieu pour que le règne de Dieu soit une réalité sur Terre. Mais dans
cette tâche, il nous est donné une position supérieure à cause de notre place en Christ. Les
Anges sont certes au service de Dieu, mais ils sont aussi envoyés par lui afin d’exercer un
ministère en notre faveur. Nous qui sommes en position de force en Christ, nous avons la
capacité de prendre des décisions. Il faut savoir que lorsque nous exerçons notre autorité en
Christ, afin de redresser par exemple une situation, les Anges sont délégués pour agir
spirituellement dans ce sens. Ils sont en quelque sorte les mains invisibles, les ouvriers qui
agissent derrière l’Autorité que nous exerçons dans le Seigneur. Et parfois l’Esprit de Dieu
lui-même les relais dans l’action, afin de confirmer sa Parole ou son autorité.
Maintenant une chose est de savoir l’autorité que nous avons dans le Seigneur, et une autre
chose, est de savoir en faire usage. Comment s’exerce alors notre autorité en Christ ?
D’abord l’autorité s’acquiert par une prise de conscience, une révélation de la position que
chaque enfant de Dieu a en Christ. Une fois que nous en sommes conscients, l’exercice de
l’autorité est ce qu’il y a de plus pratique et de plus accessible. Savoir comment exercer son
autorité, c’est un peu chercher à comprendre comment un Roi ou un Prince exerce son
Autorité. Ce n’est qu’en prenant des décisions que l’autorité est exercée. C’est donc par
l’exercice de notre volonté que nous pratiquons notre autorité. La seule limite à l’Autorité
que nous avons en Jésus est Dieu lui-même. Autrement dit, nous pouvons prendre toutes
sortes de décisions et elles auront leurs effets. Mais nous ne pouvons pas prendre des
décrets contre la Personne de Dieu lui-même. Comme il a été révélé : « Dieu, en effet, a tout
mis sous ses pieds. Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui
lui a soumis toutes choses (c’est-à-dire Dieu) est excepté. » (1 Corinthiens 15V27). S’il nous
est révélé que seul Dieu sort du champ d’action de l’autorité que nous avons dans le
Seigneur, cela signifie que même Satan et tous les esprits impurs sont soumis à notre
autorité. C’est la raison pour laquelle nous pouvons commander au nom de Jésus, aux
esprits de libérer une personne, et ils le feront sur le champ. Toute chose est soumise donc à
l’exercice de notre volonté en Christ Jésus. La dimension de la Foi à laquelle le Seigneur Jésus
a opéré ne peut se faire sans une prise de conscience de l’autorité qu’il avait sur toute
chose. Aussi malgré que toutes choses lui aient été soumises, le Seigneur n’a jamais exercé
son Autorité en dehors du cadre de la morale ou du bon sens. Il exerçait son Autorité avec
sagesse, en agissant selon l’approbation des Hommes et de DIEU. Il ne faisait rien qui
pouvait heurter la conscience des Hommes, quoiqu’il ait la capacité de faire des choses
inimaginables. C’est à cause de cette sagesse qu’il a montré dans l’exercice de son autorité
qu’il a été agrée du Père, qui l’a fait héritier du monde à venir. De deux rois, l’un est estimé
et l’autre est méprisé. Car, l’un use de son autorité en agissant avec sagesse, dans l’intérêt
du peuple et l’autre use de l’autorité pour agir avec mépris et arrogance. Nous devons nous
aussi en tant qu’enfants de Dieu utiliser notre autorité en toute sagesse et intelligence, car
une récompense nous sera communiquée par le Père selon l’usage qu’on en fera.
« Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement (à savoir Christ Jésus) subsiste, il recevra
une récompense. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ;
pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. » (1 Corinthiens 3V14-15)
Afin de n’avoir pas œuvrés inutilement, nous devons apprendre à agir en toute sagesse dans
l’exercice du pouvoir qui nous est communiqué dans le Seigneur.
Marchez selon la Parole de Dieu dans la Nouvelle Alliance, c’est marcher selon Christ en qui
repose toute perfection et accomplissement. Marcher selon Christ au quotidien, c’est avoir
une pleine révélation de ce que le Seigneur Jésus a eu à faire pour nous libérer des défis
auxquels nous serons confrontés. Dieu est un visionnaire, et c’est en Jésus qu’il a accompli sa
vision. Si vous voulez avoir de la percée dans chaque domaine de votre vie, et être pour ainsi
dire une personne de vision selon le cœur de Dieu, vous devez apprendre à marcher selon
Christ. Car Dieu a vu nos détresses, il a vu nos péchés, il a vu nos imperfections, nos maladies
et échecs, et il a déjà tout résolus pour nous à travers sa Parole, à savoir Christ-Jésus. Jésus
est la solution de DIEU pour toute l’humanité. Dans la Nouvelle Alliance donc, nous sommes
supposés marcher dans la Foi au Fils de DIEU, qui est la solution de DIEU face à toutes
imperfections et manquements.
A travers la personne du Seigneur Jésus, Dieu nous révèle son devoir à l’égard de la création.
On s’attarde bien souvent sur les devoirs du chrétien, ignorant celui de Dieu. Le devoir de
Dieu est celui d’un Père, qui doit tout mettre en œuvre pour l’épanouissement de ses
enfants. Tout ce qu’un Père exige pour ses enfants, s’il dispose des moyens de le faire, il le
fera. Dieu en tant que Père exige de nous que nous soyons saints, parfaits, comblés à tous
égards, bon envers nos prochains,…etc. Toutes ces choses qu’il exige de nous, en tant que
Père et Dieu, il devait pouvoir les accomplir pour nous, puisque nous en étions incapables.
Christ étant l’accomplissement du plan de Dieu, il peut davantage être perçu comme le
« devoir » pleinement accompli du Père pour ses enfants que nous sommes. Lorsque notre
intelligence est renouvelée par la Parole de Dieu, il nous est possible de comprendre ces
choses. Que devrait être par exemple le devoir d’un Père qui voit ses enfants atteints par la
maladie, la pauvreté, la tristesse…etc. ? S’il a la capacité de résoudre tous les problèmes de
ses enfants, va-t-il exiger quoi que ce soit d’eux avant d’agir ? Bien sûr que non. Certains
Chrétiens pensent que c’est parce qu’ils ont fait quelque chose de mauvais que Dieu leur a
tourné le dos. C’est faux de penser ainsi dans la Nouvelle Alliance les frères. Les contractants
de l’Ancienne Alliance n’entretenaient pas le type de relation que nous entretenons
aujourd’hui avec Dieu, par la grâce du Seigneur Jésus. Autrefois il n’existait aucune relation
filiale entre l’Homme et Dieu. Sous la Loi, les contractants de l’Ancienne Alliance avaient un
statut de serviteur de DIEU. Ainsi, on percevait plus les devoirs qu’ils devaient tenir auprès
du Maître. Et malheureusement, ce modèle est encore ancré dans le cœur des enfants, qui
jouissent d’une relation parfaite avec Dieu. C’est la raison pour laquelle le Seigneur Jésus a
rendu témoignage du fait que le plus petit dans le Royaume des Cieux soit plus grand que
tous ceux qui ont vécu sous le modèle de la Loi. Dans la Nouvelle Alliance, le message est
centré sur le devoir du Père à l’égard de ses enfants. On ne dit plus fais ceci et Dieu agira…
mais plutôt, DIEU AGIT PARCE QUE C’EST SON DEVOIR DE PERE. L’image que nous avons de
Dieu sous l’Alliance Nouvelle diffère, à cause de l’œuvre du SEIGNEUR JESUS à la croix, qui
nous a engendrés selon la Parole, en Esprit, pour que nous devenions enfants de Dieu. Le fait
d’être né de Dieu n’est pas simplement un titre ou un statut, c’est un fait qui a eu
véritablement lieu en Esprit. Dieu ne nous perçoit pas donc comme des serviteurs qu’il
devrait récompenser pour le travail bien fait. Mais au-delà de cela, il nous perçoit désormais
comme ses enfants, auprès de qui, il se doit de tenir parfaitement son rôle de Père. Le Père
nous révèle à travers son Esprit que sous l’Alliance Nouvelle, il ne nous exauce pas à cause
de nos œuvres, nos prières, nos sacrifices...etc. Mais nous a-t-il révélé par l’Esprit : « J’AGIS
FAVORABLEMENT POUR VOTRE EPANOUISSEMENT A CAUSE DE L’ŒUVRE QUE MA PAROLE
A ACCOMPLI DANS VOTRE ESPRIT. » Et quelle est cette œuvre que la parole a accompli en
nous ? Elle nous est révélée dans l’Evangile selon Jean : « …à tous ceux qui l’ont reçue (la
Parole faite chair à travers l’image du Seigneur Jésus), elle leur a donné le pouvoir (la
capacité) de devenir enfants de Dieu. Lesquels sont nés non du sang, ni de la volonté de la
chair, ni de la volonté de l’Homme, mais de la volonté de Dieu (autrement dit, il a plu à
Dieu de nous engendrer selon son bon plaisir, à partie de sa propre semence, c’est-à-dire
sa Parole, afin de nous donner accès à sa gloire). » (Jean 1V12-13) Ainsi, Dieu ne nous a pas
engendrés en Jésus dans le But que nous lui apportons quoi que ce soit, avant qu’il ait à agir
en notre faveur. Mais s’il nous a engendrés en Christ Jésus, c’est dans l’optique qu’il soit lui-
même dans l’obligation de tenir envers nous, un certains nombres de devoirs, en sa qualité
de Père.
Il y a des Chrétiens qui croient que Dieu est obligé d’agir envers eux parce qu’ils gardent sa
Parole dans leur cœur. Mais ils ne comprennent pas eux-mêmes la profondeur de ce qu’ils
disent. Ils confondent à tort la lettre de la Parole. Vous pouvez marcher selon la lettre, qui
est la parole écrite, et réussir dans vos différentes entreprises. Mais comprenez qu’en
agissant ainsi, vous ne connaitrez pas de grandes percées, parce que vous ne marchez pas
selon la Pensée de Dieu. Vous devez comprendre que la part de vous qui reçoit la lettre ce
n’est pas votre esprit, mais votre intelligence. Le but de la lettre est donc de renouveler
votre âme ou votre intelligence, en l’accordant à la révélation ou au témoignage que vous
avez reçu dans votre esprit. Ce que votre esprit est supposé recevoir donc, pour que Dieu
soit d’une certaine manière obligé d’agir à votre avantage, ce n’est pas la lettre, mais sa
Parole qui est le témoignage que Dieu apporte dans votre esprit à travers le Seigneur Jésus.
Et ce témoignage que Dieu apporte dans notre esprit à travers sa Parole, c’est que nous
sommes enfants de Dieu en Christ.
« L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »
(Romains 8V16)
Quand il arrive à certains Chrétiens de dire que Dieu ne tardera pas à agir en notre faveur si
nous gardons sa Parole dans notre cœur ou notre esprit, qu’est-ce que cela signifie donc ?
Cette affirmation révèle que Dieu agit toujours en notre faveur à cause du témoignage qui
est révélé à notre esprit, selon que nous sommes enfants de Dieu. Le fait que nous soyons
enfants de Dieu, engage Dieu pour ce qui est de notre épanouissement, notre bonheur,
notre liberté, notre perfection. Les premières personnes qui sont accusées lorsque
l’éducation d’un enfant est ratée, ce sont les parents. Si un enfant agit mal donc, on dira
certainement qu’il n’a pas reçu de ses parents une bonne éducation. Quand un enfant n’est
pas heureux, ou qu’il lui manque certains éléments utile à son épanouissement, on prend les
parents pour responsables. Le fait que Dieu ait fait de nous ses enfants par le SEIGNEUR
JESUS, engage de sa part donc une grande responsabilité.
En tant que des enfants de Dieu, et surtout à cause de la qualité de l’Alliance à laquelle nous
appartenons, nous devons comprendre que toute l’omniscience, l’amour, l’omnipotence,
ainsi que tous les attributs qui sont propres à Dieu, sont employés à notre avantage. Le fait
de savoir cela est très utile dans notre croissance spirituelle. Car nous saurons que face à des
défis auxquels nous sommes confrontés, Dieu n’est pas obligé d’agir d’une certaine manière,
parce qu’il aurait un plan à suivre. Bien souvent les personnes affirment que c’est le plan de
Dieu que nous passons par des crises, des difficultés…etc. comme s’il était d’une certaine
façon contraint d’employer de telles méthodes. Le seul plan auquel Dieu était contraint de
se conformer a été déjà pleinement exécuté en JESUS CHRIST. En tant qu’enfants de Dieu,
nous usons donc d’une grande liberté. Etant donné que nous reconnaissons que c’est à
cause de l’œuvre que sa Parole a opéré dans notre esprit, que Dieu notre Père nous favorise
en tout point, nous ne devons pas croire que nos actions participent à la bonté de Dieu pour
nous. Si un Père devait regarder à la qualité des actions de ses enfants pour leur faire du
bien, il est évident qu’un tel Père manquera à ses devoirs. Dieu notre Père ne regarde pas
non plus à la qualité de nos prières, de nos jeûnes ou de nos soit disant sacrifices pour nous
faire du bien et nous bénir en toutes choses. Car tout ce que nous sommes capables de
produire, ne change rien à la nature aimable et généreuse de Dieu notre Père. Et même dans
la Nouvelle Alliance, notre Père n’est pas tenu de regarder à ce que nous croyons qu’il est
capable de faire, pour agir en notre faveur. Si vous avez un enfant, ce n’est pas parce qu’il ne
croit pas que vous êtes capables de l’enrichir que vous ne le feriez pas. Serait-ce donc à
cause de l’incrédulité de votre enfant que vous n’accomplirez pas envers lui vos devoirs de
Père ? La seule chose qui pourrait vous contraindre à agir, serait la volonté manifeste de
celui-ci d’user de tous les moyens pour vous empêcher d’agir en sa faveur. Et
malheureusement c’est ce que bon nombres d’enfants de Dieu font à cause des mauvaises
interprétations qu’ils ont de la Parole de Dieu. Ils se réfugient dans ce qu’ils savent dans leur
intelligence non encore renouvelée, plutôt qu’à ce que la Parole de Dieu révèle. En agissant
ainsi, ils placent leur Foi en ce qu’ils savent plutôt qu’à la Parole, et empêchent Dieu
d’intervenir en leur faveur. Nous devons retenir ce fait : le devoir de Dieu pour ses enfants
que nous sommes est pleinement rempli en la personne de Jésus. Tout ce que nous désirons
auprès du Père a été également placé dans la Parole, à savoir Christ.
Un quatrième point qui fait objet d’interprétations diverses est celui de l’enlèvement et des
évènements qui marqueront la fin des temps. D’abord, il faut comprendre que rien ne se
passe sur Terre, sans que le Seigneur en soit préalablement informé. C’est bon de le
comprendre, car certains croyants se laissent troubler comme si Dieu n’avait pas un contrôle
sur ces évènements de la fin. D’abord au sujet de l’enlèvement plusieurs doctrines ou
prophéties circulent à cet effet. Certains croient que certains chrétiens vont le rater et subir
les tribulations qui viendront sur la Terre. L’illustration de la parabole des dix vierges relate
ce fait. Cinq vierges dites « sages » ont été prises, et cinq autres vierges qualifiés de « folles »
ont été laissées. C’est important de savoir le comportement ou l’attitude qui distingue les
sages des folles, afin d’avoir de l’assurance au jour de l’enlèvement.
Une chose est certaine : les sages sont celles qui le sont au goût de Dieu et les folles sont
celles qui se sont laissés corrompus dans leurs raisonnements sans faire la volonté de Dieu. Il
y a des symboles qui ont été utilisés dans cette parabole, pour nous permettre de mieux
comprendre cette parabole. Le premier symbole est la lampe. Et le deuxième symbole qui a
été utilisé est celui de l’huile. Ces deux éléments sont censés produire la lumière, qui
pourrait être identifiée comme un troisième symbole.
La lampe désigne la Parole de Dieu. Il est écrit en Psaumes 119V105 : « ta parole est une
lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier. » Cette Parole est une lampe, qui pour
fonctionner et donner de la lumière a besoin d’un combustible : l’huile. Au temps du
Seigneur, l’huile était le combustible qui était utilisé pour allumer les lampes. Alors dans un
sens moins imagé, de quel élément la Parole a-t-elle besoin pour être opérationnelle ?
Serait-ce les œuvres ? Si c’était les œuvres, le Seigneur les aurait exigées de notre part,
lorsque nous avons entendu l’Evangile, afin d’être sauvés. Mais quand la Parole vient jusqu’à
nous, le seul élément destiné à la rendre opérationnelle est la Foi. C’est d’ailleurs la raison
pour laquelle le seul problème que le Seigneur a décrié chez les Hommes, ce n’est pas leurs
péchés ou mauvaises actions, mais leur incrédulité. Autrement dit, le manque de Foi est ce
qui empêche la Parole de Dieu d’agir en notre faveur. Le portrait de ces deux catégories de
vierges se dessine peu à peu. Le Seigneur avait souvent coutume de dire aux pharisiens qu’ils
s’étonneront de voir les publicains et les prostituées les devancer dans le Royaume des
Cieux. Cette déclaration du Seigneur révèle que certaines personnes, peut-être moins estimé
du goût des Hommes, devanceront d’autres, dans le Royaume des Cieux. Cette parabole du
Seigneur se rapporte encore à l’enlèvement. Car le Seigneur surement n’était pas dans
l’intention de dire que ces publicains ou prostituées mourront plus vite que les pharisiens.
Cette Parole du Seigneur est dite donc dans une perspective eschatologique (relative à la fin
des temps). Pourquoi le Seigneur prend soin de souligner ces deux catégories de personnes
(les docteurs de la loi et les publicains ou prostituées) que tout oppose dans l’attitude ? Au-
delà des actions de ces personnes, le Seigneur veut révéler un point essentiel : la Foi. Ces
personnes dites de « mauvaises vies » et qui ont eu fois en le Seigneur Jésus pour leur
justice, devanceront celles qui s’estiment justes ou parfaites à cause de leurs œuvres ou
mérites personnelles.
Pour revenir aux vierges folles et sages, nous devons comprendre qu’au départ, elles avaient
toutes l’huile. Mais les folles ont fini par négliger la quantité d’huile, tandis que les sages y
veillaient scrupuleusement. Cela révèle l’état de certains chrétiens qui ont fini par perdre la
Foi, en se laissant entrainés par des doctrines et enseignements creux impossibles de
produire la Foi chez ceux qui les observent. La Foi nous amène à toujours regarder au
Seigneur Jésus et à sa Parole. Si donc au lieu de considérer le Seigneur Jésus comme la seule
et unique garantie à votre Salut, vous préférez croire qu’il faille ajouter quoi que ce soit
d’autre, vous risquez de rater ce grand rendez-vous divin. Mieux vaut avoir une assurance
totale et aveugle dans le Seigneur Jésus que de se conformer à des enseignements qui
semblent avoir une apparence de piété mais qui ne produisent rien.
« …Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra
sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut. » (Hébreux 9V28)
Cette Parole est certaine. La seconde venue du Seigneur Jésus es un type de personnes et
par pour tous. Il vient pour ceux qui ont fait de lui l’objet de leur Salut, et qui ne se sont pas
confiés en leurs œuvres pour être rachetés du monde.
Pour comprendre bien le mystère de ceux qui seront enlevés en ce jour, nous devons
méditer avec l’aide du Seigneur l’épitre de Paul aux Thessaloniciens 4V15-18
« Voici en effet, ce que nous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants
(ceux qui ont reçu la vie à cause de leur foi dans le Seigneur Jésus), restés pour
l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts (les morts en
Christ). Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de
la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront
premièrement. Ensuite nous les vivants qui seront restés, nous serons tous ensemble
enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous
serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles. »
Les morts et les vivants qui seront enlevés auprès du Seigneur ont en commun leur Foi en la
personne de Jésus. Quand l’apôtre parle des vivants, ils ne fait pas allusion à tous ceux qui
sont en vie, car autrement tous les Hommes qui seraient en vie, seraient enlevés. Mais les
vivants désignent ceux qui ont reçu la vie éternelle à cause de leur Foi ferme et résolue dans
la Justice et la rédemption qui se trouvent dans le Seigneur Jésus. C’est la raison pour
laquelle, le but des Ténèbres est de refroidir la Foi de plusieurs en les amenant à s’attacher à
des principes ou des dogmes qui semblent pieux, mais qui n’ont absolument rien à voir avec
la Vérité. Nous devons avoir l’assurance que notre Foi en Jésus est le seul et unique moyen,
destiné à nous qualifier pour le Salut et même l’enlèvement. Et nous devons nous consoler
avec cette Parole et ne point nous laisser troubler par quoi que ce soit ou qui que ce soit.
Nous devons avoir l’assurance que quelques soit les évènements qui viendront, nous
sommes plus que vainqueurs. Car celui qui est l’objet de notre Foi, à savoir le Seigneur Jésus,
a triomphé du monde.
Un autre point qui est souvent source de débats dans l’église, est le fait que Paul ait défendu
à la femme d’enseigner et de prendre autorité sur l’Homme. Cette recommandation, Paul l’a
faite à Timothée et pas seulement aux Corinthiens. Quand il écrivait ces lettres à Timothée,
c’était dans un désir que celui-ci préserve et agisse selon les recommandations qu’il
recevrait. Paul transmettait donc à Timothée ses dernières paroles car ils savaient que son
départ auprès du Seigneur était proche. Il ne faut donc pas tordre le sens des Ecritures, en
justifiant le fait que Paul ait donné cette recommandation uniquement aux Corinthiens. Et il
ne faut pas amplifier la recommandation de Paul à cet effet en disant qu’il ait interdit à la
femme de prophétiser. Dans aucune épître, Paul a défendu à la femme de ne pas
prophétiser, si celle-ci a reçu le don de prophétie éventuellement. Pour bien comprendre ce
qu’il en est sur ce sujet, il faut méditer avec l’aide de l’Esprit Saint, pour comprendre les
intentions de Paul à cet effet.
« Comme dans toutes les Eglises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées,
car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi
la Loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leurs maris à la
maison ; car il est malséant à une femme de parler dans l’Eglise. » (1 Corinthiens 14V33-35)
« Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme ; mais
elle doit demeurer dans le silence. » (1 Timothée 2V12)
Ces propos furent rapportés dans un contexte où les manifestations du Saint Esprit étaient
populaires dans l’Eglise et chez les femmes et chez les Hommes. Tous avaient des dons et
pouvaient librement les manifester, sans même tenir compte pour certains, des normes de
moralité et de bonnes conduites qui étaient utiles à l’harmonie sociale. Il y a de ce cela deux
mille ans en arrière, la femme n’avait pas droit à certains accès comme c’est le cas
aujourd’hui, avec cette société qui se veut plus émancipatrice. A cette époque, c’était
honteux ou malséant de voir une femme se conduire d’une certaine manière en public, peu
importe le titre ou la position sociale de cette dernière. Et on identifiait une femme bien
éduquée, à travers ses valeurs de tempérance, de modération et de pudeur qu’elle affichait
aussi bien dans son apparence vestimentaire que dans son attitude morale. C’était donc très
mal vu de voir une femme se tenir devant une assemblée constituée d’Hommes et les
enseigner sur quoi que ce soit. On comprend pourquoi il était donc si important pour Paul de
préserver cette image de pudeur de la femme, malgré les dons que celle-ci peut manifester.
Paul défend à la femme de prendre autorité sur l’homme. Il ne se limite donc pas seulement
au fait d’enseigner. Maintenant avec les nombreux bouleversements que la société a
connus, est-ce possible qu’une femme ne prenne pas autorité sur l’homme ? Car il y a de nos
jours des femmes qui sont chefs d’entreprises et qui sont à de hautes instances de décisions.
Ces femmes sont dans des positions où elles doivent exercer leur autorité sur leurs
subordonnés masculins. Maintenant si dans la société actuelle, il est impossible de reléguer
la femme aux rôles secondaires, qu’en est-il de la place de la femme dans l’Eglise ?
Comparativement à l’époque où cette recommandation a été donnée, aujourd’hui on ne
considère pas comme malséant ou honteux de voir les femmes occuper des postes de
responsabilité. A cet effet, l’Eglise tolère la femme d’enseigner et même de diriger des
assemblées pour certaines. Dira-t-on que certains aspects de la Parole de Dieu sont donc
dépassés et qu’il faudrait à cet effet apporter des réformes dans ce sens ? En aucun cas. Car
tout ce qui est écrit l’a été avec la sagesse de Dieu. C’est plutôt notre rôle en tant qu’Eglise
de conserver un certain nombre de valeurs « saines » parce qu’établies sur la Parole de Dieu.
Au-delà de son attitude démonstrative, l’attitude de soumission est un état de cœur et de
conscience. Indépendamment des rôles que la femme Chrétienne pourra occuper dans la
société ou dans l’Eglise, il lui est demandé d’observer une attitude de soumission qui la
valorise aux yeux des hommes et de Dieu. Une femme peut très bien ne pas tenir des
fonctions de prédicatrices dans l’Assemblée sans qu’elle ne soit pour autant soumises à
l’homme.
COMPRENDRE LA PAROLE DE DIEU A TRAVERS LA VOLONTE ET LE CŒUR DE DIEU
La volonté de Dieu est pleinement révélée en ces temps qui sont les derniers à travers Christ
Jésus. Nous comprenons que Dieu n’a pas créé les Hommes pour les soumettre à des lois
qu’ils devront obéir avant de recevoir quoi que ce soit de lui. Le but de Dieu n’est pas de
juger les Hommes selon leurs œuvres, mais de leur permettre d’accéder à une liberté
parfaite en lui. Et pour exécuter cette volonté, Dieu a envoyé son Fils Premier né, le Seigneur
Jésus, pour ôter le péché du monde. . Il n’y a pas de péché en lui (1 Jean 3V5). Tout ce que
Dieu attend des Hommes, c’est qu’ils marchent par la Foi au Fils de Dieu, afin qu’ils puissent
accéder à sa gloire. Car le péché était la seule contrainte qui nous empêchait d’accéder au
Cœur du Père.
Pour comprendre le cœur de Dieu, nous devons méditer 1 Corinthiens 13. Ce passage nous
révèle que Dieu est patient ; il est plein de bonté ; Dieu n’est pas envieux ; il ne se vante pas
et ne s’enfle pas d’orgueil ; Dieu ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche point son intérêt ;
Dieu ne s’irrite pas ; il ne soupçonne pas de mal ; Dieu ne se réjouit pas de l’injustice, mais il
se réjouit de la vérité ; Dieu excuse tout ; Dieu supporte tout…Dieu est parfait en toute
chose.
Parfois nous nous faisons de fausses conceptions à l’égard de Dieu, et cela nous empêche
d’agir avec assurance. Dans la dispensation de la Grâce et de l’Eglise, le cœur de Dieu est
pleinement révélé. Dans les autres dispensations qui ont précédées celles-ci, Dieu n’était pas
pleinement révélé à la création. Mais en prenant un corps semblable au nôtre, il s’est révélé
à nous sans ombre. Si vous ne comprenez pas cette vérité, vous ne pouvez accéder à une
certaine dimension de gloire et d’autorité dans le Seigneur. L’Esprit qui est l’essence de Dieu,
s’est révélé aux Hommes sous une forme humaine en la personne de Jésus. C’est très
important de comprendre que le Seigneur Jésus est la manifestation de la divinité, afin de
comprendre le cœur de Dieu. Quand DIEU s’est fait Homme, il a totalement épousé la
condition humaine, sans toutefois perdre son essence divine. En prenant cette condition, le
But de DIEU est de permettre aux Hommes de parvenir à sa Justice, afin qu’il puisse accéder
à ses perfections. Le SEIGNEUR est venu donc libérer les Hommes de la Loi, en leur
communiquant sa propre nature, sur laquelle le péché n’a aucun pouvoir. Si vous faites un
parallèle entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, vous comprendrez que le
SEIGNEUR JESUS est pleinement DIEU. Car les paroles qui se rapportent à lui, étaient les
mêmes qui s’appliquaient à DIEU lui-même. En prenant la condition humaine, le SEIGNEUR a
agi comme le Fils de DIEU. Car son humanité est issue de l’Esprit. C’est donc l’Esprit qui l’a
engendré et lui a donné cette vie humaine et sainte à travers la matrice de Marie. Il est donc
réellement né de DIEU, qu’il identifie lui-même au Père désormais. Afin de se faire connaître
à toutes ses créatures, DIEU a dû sortir de sa condition, se rabaisser en naissant et prenant la
condition humaine. Et comme DIEU ne peut pas être détruit par quoi que ce soit, le
SEIGNEUR a donc conserver cette part de son humanité, sans perdre les perfections divines
qu’il a hérité de l’Esprit. Donc à la question qui est Jésus ? Nous savons qu’il est le Fils de
DIEU parce qu’il a dû naitre de l’Esprit pour avoir une condition humaine. En prenant cette
condition humaine, il a concédé à l’Esprits ses attributs qui révèlent la Puissance de sa nature
(omniscience, omnipotence, éternité, omniprésence…etc.) tout en conservant ses attributs
moraux qui révèlent sa personnalité. Etant né de l’Esprit, il a hérité d’un sang non corrompu
par le péché et d’une nature parfaite et sainte. En ce qui concerne les œuvres qu’il a opéré, il
a dû les apprendre auprès de l’Esprit qui lui montra toutes choses. A cause de sa condition
humaine, Dieu a dû apprendre à grandir dans les perfections divines : sagesse ; intelligence ;
autorité ; pouvoir…etc. la seule chose dont il n’a pas appris et qu’il a conservé est le
caractère ou la personnalité divine qui lui est propre (amour ; justice ; miséricorde ; grâce ;
vérité ; droiture...etc.) Jésus est donc Dieu sous un jour « humain »
Quand il a achevé son ministère terrestre, le SEIGNEUR JESUS a promis demeurer avec nous
à travers son Esprit. Cet Esprit qui n’est en rien différent de celui qui existait avant toute
chose, a donc été répandu sur les Hommes qui placeraient leur Foi en sa personne. Paul va
même identifier l’Esprit de Dieu à celui du Seigneur Jésus, quand il révèle que l’Esprit de
Jésus ne leur permit pas d’entrer en Bithynie (Actes 16V7). Dans le verset précédent, il
mentionne que le Saint Esprit les avait empêchés d’annoncer la Parole dans l’Asie (Actes
16V6). N’est-ce pas le même Esprit qui a agi dans ces deux cas de figures ? A moins qu’il y ait
deux Esprits ou personnes qui agissaient dans les apôtres. Et si ces passages peuvent
paraître moins évidents, Paul a révélé : « …Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui
appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps il est vrai est mort, mais l’esprit est vie à
cause de la justice. » (Romains 8V9-10). Il est vrai que le Saint Esprit est une Personne, et
c’est le Seigneur Jésus, qui est lui-même Dieu. Le Seigneur a même révélé aux disciples qu’ils
connaissent l’Esprit car il demeure avec eux et il sera en eux (Jean 14V17). De qui voulait-il
parler si ce n’est de lui-même ? Car en ces instants, les disciples n’avaient aucune expérience
avec « le Saint Esprit » ou « le Père ». La seule personne qu’ils avaient vue et qu’ils
connaissaient, était LE SEIGNEUR JESUS. Comme Jean l’a révélé dans son Evangile :
« Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a
fait connaître. » (Jean 1V18). Philippe a d’ailleurs voulu voir le Père. Mais Jésus lui a révélé
que celui qui l’a vu a vu le Père (Jean 14V9). Et ce qui peut paraître bouleversant, c’est qu’à
cette demande de Philippe, le Seigneur interrogea Philippe en lui disant : « Il y a si
longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as point connu, Philippe !...comment dis-tu :
montre nous le Père ? » Donc nous avons l’assurance que le Seigneur Jésus est venu nous
révélé pleinement la personnalité ou le cœur de Dieu. Ainsi, il y a des systèmes de croyances
erronées que nous devons détruire à cause de la connaissance que nous avons de Dieu en
Jésus. Ces systèmes de croyances nous ont été transmis par le levain ou l’enseignement des
pharisiens et des sadducéens. C’est pourquoi le Seigneur lui-même dit : « Gardez-vous avec
soin du levain des pharisiens et des sadducéens. » (Matthieu 16V6)

1ère croyance erronée : Dieu n’exauce pas les pécheurs


Cette croyance a longtemps été alimentée par la religion, qui a fait croire aux hommes que
Dieu n’exauce pas les pécheurs. Toutes les personnes que le Seigneur a exaucées lorsqu’elles
avaient besoin de lui, n’étaient pas des justes, mais des pécheurs.
« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés
par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. C’est lui que Dieu a
destiné, par son sang, à être pour ceux qui croiraient, victime propitiatoire… » (Romains
3V23-25)
Avant que le sang du Seigneur Jésus n’ait coulé à la croix, tous les Hommes étaient des
pécheurs, selon qu’il est écrit : « Il n’y a point de juste, pas même un seul » (Romains 3V10).
Tous les Hommes étaient sous l’empire du péché. Et leurs sacrifices ou offrandes ne
changeaient rien au fait qu’ils étaient pécheurs. La question qu’on devait donc se poser est
celle-ci : combien de personnes Dieu a exaucé depuis Adam jusqu’au sacrifice du Seigneur
Jésus à la croix ? Vous êtes d’avis qu’on ne peut compter le nombre de pécheurs ou de
personnes qui ont été exaucé durant cette période. A force de nourrir en eux-mêmes que
Dieu n’exauce pas les pécheurs, il y a des Chrétiens qui sont frustrés dans leur marche avec
le Seigneur, parce qu’ils voient des pécheurs exceller là où ils échouent. Il y en qui lorsqu’ils
prient, mentionnent devant Dieu toutes les soi-disant bonnes œuvres qu’ils auraient faits,
comme si c’est par ces œuvres qu’ils sont justifiés aux yeux du Seigneur. C’est par notre Foi
en l’œuvre de rédemption qui est en Jésus que nous sommes justifiés devant Dieu et non,
par nos œuvres. La Foi est la seule condition à partie de laquelle Dieu exauce une personne
et rien d’autre. Si en tant que Chrétien, il te manque la Foi, pour ce qui est de certains de tes
besoins, tu ne verras rien de ce que tu as reçu se manifester. Ce n’est pas aussi parce que tu
es serviteur, disciple ou enfant de Dieu, que Dieu devrait faire exception à la règle en
t’exauçant sur la base de tes œuvres. Ton statut ne change rien à la bonté de Dieu, qui
exauce tout le monde sur la base de la Foi. Pierre a failli s’enfoncer dans l’eau quand il
avançait vers le Seigneur, parce qu’il avait douté à un moment donné. Et même les disciples
n’arrivaient pas à chasser certains démons à cause de leur incrédulité. Ainsi, si nous voyons
un serviteur de Dieu échoué, ce n’est pas parce que c’est un faux serviteur de Dieu. La raison
de son échec est qu’il s’est laissé gagner tout simplement par l’incrédulité.
De plus, si Dieu exauce tout le monde, nous qui avons été justifiés par le sang Précieux du
Seigneur Jésus devront avoir une Foi solide. Car si le pécheur est exaucé, combien à plus
forte raison nous qui avons été justifiés par le sang du Christ, auront gain de cause ?

2ème croyance erronée : Dieu n’aime pas les pécheurs

Cette croyance émane une fois de plus d’un mensonge. Car c’est pour les pécheurs que Dieu
a dû payer le prix fort. Comme Paul l’a souligné dans son épître : « A peine mourrait-on pour
un juste ; quelqu’un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son
amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort
pour nous. » (Romains 5V7-8). Dieu ignore le péché, et il ne tient pas le coupable pour
innocent car il est Juste. Mais Dieu aime le pécheur. Il faut comprendre que rien ne peut
amener Dieu à agir d’une manière contraire à sa nature Parfaite. Pas même le péché. Dieu
ne hait même pas le péché, il l’ignore tout simplement. Dieu ignore tout ce qui est
susceptible de faire naître en lui des sentiments ou des émotions contraires à sa nature.
C’est la raison pour laquelle des lois ont été établies pour maintenir l’ordre et la Justice de
Dieu. Dieu lui-même ne se charge pas de veiller à l’ordre ou à la Justice, car il existe des
entités spirituelles qui ont été déléguées pour occuper cette fonction. Le péché est une
infraction à la Justice, et cela entraine des conséquences naturellement. Toute action bonne
ou mauvaise entraine au moins une conséquence du même genre. Quand le pécheur donc
subit les conséquences de son péché, Dieu ne peut pas s’interposer même s’il aime celui-ci.
Ce qu’il fait, c’est de trouver un moyen de sauver le pécheur tout en agissant dans la légalité.
C’est au nom de son Amour pour le pécheur que Dieu va chercher une solution légale pour le
sauver de son péché. Quand on amena la femme qui a été surprise en flagrant délit
d’adultère devant le Seigneur, pour la condamner selon la Loi en la lapidant, quelle était la
réponse du Seigneur Jésus ? Il l’a gardé un temps de silence. Comme quoi, il ignore le péché.
Et il l’a dit aux bourreaux de la femme : que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette
la première pierre. Et ils sont partis, laissant les pierres qu’ils avaient prises. Ce récit nous
donne une parfaite illustration de Dieu face au péché. Face au péché, ce n’est pas Dieu lui-
même qui nous condamne, mais la Loi ou les principes établis pour maintenir l’Ordre dans la
création. Comme le Seigneur l’a bien dit : « Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde
point, ce n’est pas moi qui le juge ; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour le
sauver. » (Jean 12V47). La Parole de Dieu dans notre cœur est la solution qu’il a trouvée
pour nous sauver. Le but de Dieu ce n’est pas d’exercer une justice impitoyable contre le
monde, mais plutôt de le sauver contre celle-ci en ôtant ses péchés. Dieu aime tellement le
pécheur, qu’il est prêt, malgré sa sainteté à prendre sur lui-même tous les péchés de
l’humanité afin de la sauver. Mais nous devons prendre conscience qu’à cause des lois
établies, le pécheur ne restera pas impunis malgré l’amour du Seigneur. C’est la raison pour
laquelle il veut que tous les Hommes obtiennent gratuitement la Justice qui est en lui. Tous
ceux qui croient dans le cœur que le Seigneur Jésus a pris sur lui à la croix tous leurs péchés,
afin qu’ils puissent obtenir la Justice de Dieu, sont justifiés. Ils ne sont plus considérés
comme des pécheurs, à cause de la rédemption qu’ils ont obtenu dans le Seigneur.
3ème croyance erronée : Dieu fait souffrir intentionnellement les personnes qui le servent

L’autre croyance qui a été répandue dans l’Eglise par la religion, est que Dieu fait souffrir
intentionnellement ceux qui veulent le servir. Cette croyance empêche les gens à accepter
l’appel que Dieu leur adresse parfois. Il n’y a pas de plus grand privilège que de marcher à la
suite du Seigneur et de le servir. Il y a un passage de la Bible que tout aspirant au service du
Seigneur et même tout serviteur de Dieu devra méditer.
« Tous tes fils seront disciples de l’Eternel, et grande sera la postérité de tes fils. Tu seras
affermie par la justice ; Bannis l’inquiétude, car tu n’as rien à craindre, et la frayeur car elle
n’approchera pas de toi. Si l’on forme des complots, cela ne viendra pas de moi ;
Quiconque se liguera contre toi tombera sous ton pouvoir. Voici, j’ai créé l’ouvrier qui
souffle le charbon au feu, et qui fabrique une arme par son travail ; mais j’ai créé aussi le
destructeur pour la briser. Toute arme forgée contre toi sera sans effet ; et toute langue
qui se lèvera en justice contre toi, tu la condamneras. Tel est l’héritage des serviteurs de
l’Eternel… » (Esaïe 54V13-17)

Ce passage ne fait point mention de souffrances que Dieu adresserai à ses serviteurs. Il le
souligne lui-même : « …si l’on forme des complots, cela ne viendra pas de moi. » Toutes les
attaques ou les persécutions auxquelles certains serviteurs de Dieu sont confrontés, ne vient
donc pas Dieu. Nous devons comprendre cela, afin de ne pas être entrainés par les ruses de
Satan. 1 Corinthiens 13 nous révèle que Dieu ne médite point de mal, et c’est un fait ! Mais
vous n’aurez point d’assurance si vous ne remplissez pas certains critères préalables autant
dans le service. Avant d’être serviteur et être rassuré d’exercer dans une position hautement
privilégiée, il faut être Fils. Etre Fils signifie que le témoignage du Seigneur Jésus est
pleinement établi en nous. Etre Fils c’est accepter avec son cœur que le Seigneur Jésus est
l’assurance de votre justice et de votre Salut. Et que pour cette raison vous avez hérité d’une
nouvelle nature en esprit qui émane de Dieu. Une fois que le témoignage du Seigneur Jésus
est ancré dans votre esprit, vous devez apprendre à exercer votre autorité d’enfant de Dieu
par la Foi en Jésus. Car, c’est votre Foi qui va éteindre tous les traits enflammés du malin. La
Foi va changer les circonstances défavorables en opportunités de gloire et de succès dans le
Seigneur. En tant qu’enfants de Dieu, la souffrance, le malheur ou l’échec, ne fait pas partie
de notre héritage. Tout ce qui n’est pas parfait et digne de louange, ne nous concerne pas. Si
des situations désavantageuses font surface, nous devons exercer notre Foi, car elles ne
viendront pas de Dieu, mais de l’ennemi. Souvent certaines personnes illustrent l’exemple
des apôtres de l’Eglise primitive qui sont morts dans des conditions atroces, pour justifier
que Dieu fait souffrir ses serviteurs. Ce que les apôtres ont enduré n’est pas vain. Il s’agit ici
de leurs démonstrations de Foi et d’un puissant témoignage qu’ils voulaient nous
communiquer. Rappelez-vous que ce sont ces mêmes personnes, qui la plupart ont fui et se
sont cachés au jour de l’arrestation du Seigneur Jésus, qui se sont livrés en martyres à cause
de leur Foi en lui. Que s’est-il donc passé entre la fois où ils ont fui par crainte de mourir et
les fois où ils se sont exposés à la mort au nom de leur Foi en Jésus Christ ? Quand on lit
Hébreux 11, il est dit que par la Foi, « …d’autres furent livrés aux tourments et
n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection, d’autres
subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison, ils furent lapidés, sciés,
torturés…etc. » (Hébreux 11V35-37). Le témoignage du Seigneur était tellement ancré dans
leur esprit, qu’ils l’ont démontré à travers les persécutions qu’ils ont endurées volontiers.
S’ils l’ont fait, n’est-ce pas pour nous démontrer combien est grande et précieuse
l’espérance que nous mettons dans le Seigneur Jésus. Car en elle est attachée une grande
récompense, dans le siècle à venir. Si les premiers apôtres n’avaient pas cette assurance que
produit l’Esprit en eux, ils ne se seraient pas livrés à de telles persécutions et auraient reniés
le Seigneur Jésus. Mais ils ont enduré toutes ces souffrances, sans vouloir une quelconque
délivrance au point où le Témoignage de leur Foi nous est parvenu aujourd’hui. Paul dira :
« Aussi je vous demande de ne pas perdre courage pour vous à cause de mes tribulations
pour vous : elles sont votre gloire. » (Ephésiens 3V13).

LE MONDE SPIRITUEL
Au-delà de ce que nos sens physiques peuvent discerner, il existe un monde spirituel régit
par des principes divins. Etre en conformité avec ces principes attire la faveur de DIEU dans
notre vie. Et, agir de manière contraire aux principes ou aux lois spirituelles, vous expose à
une condamnation. Car ces principes assurent le bon ordre dans la création parfaite de Dieu.
Dieu ne condamne personne, mais ce sont ses lois, ses principes, sa Parole établie, qui
condamnent ceux qui s’en détournent. Certaines personnes s’évertuent à chercher et à
pratiquer les principes spirituels, car elles pensent ainsi détenir à tous les niveaux, les clefs
du succès ou de la réussite. Leur quête peut être noble. Mais l’exercice de ces principes ne
se résume pas uniquement à l’existence que nous menons ici-bas.
« …que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme ? » (Marc 8V36)
Nous devons comprendre que le fait d’avoir du succès dans tous les aspects de notre
existence n’est pas en soi le But de la vie. Le But même de notre vie est le salut de notre
âme. Vous pouvez parfaitement donc connaître les principes divins ou spirituels, les exercer
à votre avantage, et obtenir tout ce qu’un Homme peut se vanter d’avoir sur Terre. Mais
vous devez avoir l’assurance du Salut de votre âme en plus de toutes ces choses. C’est en
atteignant ce But, qu’on pourra dire que vous avez réussi votre vie. Pourquoi le Salut de
l’âme devrait être notre priorité ? En vérité, l’âme est une énergie d’origine divine qui est
communiquée à tout Homme, et qui lui permet d’exister. C’est également en elle que réside
la personnalité de l’Homme. Mais au-delà de toutes ses caractéristiques, ce qui donne sa
particularité à l’âme, c’est qu’elle est immortelle. La mort physique n’a donc aucun pouvoir
sur l’âme. Cette mort n’est qu’une séparation de l’âme, du corps physique. Et quand l’âme
quitte le corps, elle intègre sa condition réelle qui est spirituelle. Mais dans le monde
spirituel, toutes les conditions ne sont pas les mêmes. Il existe des conditions supérieures
qui expriment des réalités parfaites et des conditions inférieures qui illustrent des réalités
imparfaites. En fonction du choix qui a été préalablement fait par l’Homme entre le Bien ou
le Mal, une force attractive est exercée sur l’âme afin de la conduire vers l’une de ces
conditions. L’Homme n’a donc pas la possibilité de décider par sa volonté, une fois mort, s’il
veut vivre une condition parfaite ou pas éternellement. Ce choix est déterminé sur Terre.
Donc d’une manière pratique, notre existence dans ce monde matériel, a pour objectif de
définir un choix entre le Bien et le Mal / la Vie et la Mort. Malheureusement quand l’âme est
définie par le Mal, elle se perd et finit par expérimenter une damnation éternelle. Et elle ne
peut avoir accès à la présence de DIEU. C’est pour cette raison que si nous voulons après
notre passage sur Terre, accéder à la condition de DIEU et vivre auprès de lui pour l’éternité,
nous devons faire le choix du Bien ou de la Vie.
Comment faire le choix de la Vie, afin de sauver notre âme ?
Il y a deux principes spirituels majeurs qui nous ont été révélé, pour faire le choix du Bien ou
du Mal. Le premier principe est celui de la Loi et le second principe est celui de la Grâce.
Mais avant de révéler le modèle de chaque principe, il est important de comprendre
pourquoi il nous a été imposé un tel choix entre le Bien ou le Mal / la Vie ou la Mort. En
effet, Dieu a créé l’Homme dans une condition parfaite, et lui a soumis toute chose. A partie
du modèle qu’il s’est fait à travers le premier Homme qui était mâle, il créa celle qui sera
pour l’homme (le mâle), une femme, une semblable, une aide (la femelle). En les créant, ils
avaient la liberté d’avoir accès à toute chose, excepté l’arbre de la connaissance du Bien et
du Mal. Car, le jour où ils mangeraient le fruit de cet arbre, ils se seraient eux-mêmes rendus
responsables d’un choix entre le Bien et le Mal / la Vie ou la Mort. Et quand ils ont
malheureusement mangé ce fruit, le Mal ou la Mort s’est attachée à leur vie. L’existence du
Mal ou de la Mort s’explique d’ailleurs par le fait qu’il y ait eu avant la création de l’Homme
(mâle et femelle), des entités spirituelles qui se sont volontairement dissociés du sentier du
Bien ou de la Vie. Depuis leur insurrection, le Bien ou le Mal / la Vie ou la Mort est devenu un
principe incontournable du spirituel, par lequel la liberté est donné à chaque être de choisir
la condition qui le sied. DIEU a voulu garder ou préserver l’Homme d’un tel choix à cause de
son immaturité spirituelle. Et, c’est la raison pour laquelle il l’a défendu de toucher au fruit
de l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal. Mais l’Homme a été tenté par Satan, une
entité spirituelle qui s’est dissociée du chemin de la Vie. Et l’homme et la femme ont fini par
manger le fruit. Quand ils l’ont fait, ils prirent conscience qu’ils étaient dans une situation
illégitime face à DIEU. Cette prise de conscience est née du péché, qui est une transgression
de la Loi. L’Homme avait reçu le premier modèle de Loi lorsqu’il a été soumis à ce
commandement: « …tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal,
car le jour où tu en mangeras tu mourras. » (Genèse 2V17). Or si l’Homme demeure dans
cette condition de pécheur, il est impossible pour lui de se rapprocher de DIEU qui est Saint
et Juste. Aucun pécheur ne peut vivre en présence de DIEU. Si physiquement donc, les
Hommes meurent dans le péché, il est évident que leur âme ira rejoindre une condition
imparfaite. L’immaturité spirituelle de l’Homme a quelque peu plaidé en sa faveur. Car
contrairement aux entités spirituelles, l’Homme n’avait aucune connaissance de ce que son
choix lui coûterait réellement. C’est plus tard qu’il comprit qu’au-delà de la mort physique,
sont acte a eu pour conséquence une mort spirituelle. C’est donc pour sauver les Hommes
de la mort spirituelle, que deux principes vont leur être soumis, pour leur permettre de
vaincre le péché et permettre à leur âme d’être sauvée.
Le premier principe est donc celui de la Loi. Par la Loi, l’Homme une fois mort physiquement,
atteindra la condition de DIEU par la qualité de ses œuvres, en marchant en tout point en
conformité avec la morale, le bon sens, et la pensée de DIEU. S’il lui arrive de manquer une
quelconque œuvre de justice, il devra offrir en réparation un sacrifice au Seigneur. Dans
l’Ancienne Alliance, ce sacrifice était celui d’un animal pur, sans défaut corporel. Le sang de
l’animal était offert à l’autel pour le pardon des offenses commises. « …sans effusion de
sang, il n’y a pas de pardon » (Hébreux 9V22) « Car l’âme de la chair est dans le sang… »
(Lévitique 17V11). En offrant donc en sacrifice un animal pur, l’Homme recherchait ici le
pardon pour l’offense qu’il avait commise. Et à cause de « la pureté » du sang de l’animal,
l’Homme était pardonné. Sans sacrifice donc, on ne peut pas recevoir le pardon de DIEU
dans l’Ancienne Alliance. C’est la raison pour laquelle la notion de sacrifice est un principe
incontournable dans la spiritualité. Si vous voulez marcher conformément à la Loi pour être
sauvé, votre conscience doit pouvoir témoigner de la perfection de vos œuvres. Et si par
erreur, vous commettez une action qui vous rend coupable vis-à-vis de DIEU, vous devez
offrir en sacrifice un animal afin de soulager votre conscience et obtenir le pardon de DIEU.
Mais ce sacrifice ne peut vous rendre parfait aux yeux de DIEU, puisque vous êtes toujours
condamnables. Car, le fait que vous offrez des sacrifices d’animaux d’une manière récurrente
à DIEU démontre votre imperfection. Les sacrifices qui sont donc offerts sous le rapport de la
Loi ne peuvent avoir le mérite de vous rendre parfait aux yeux de Dieu. Le peuple d’Israël a
été celui à qui ce principe de Loi avait été communiqué. Quand ils l’ont pratiqué, ils se sont
eux-mêmes rendus compte du caractère impraticable de la Loi. Car dans leur condition de
pécheurs, les Israélites produisaient toujours des œuvres qui étaient contraires au bon sens,
à la morale, à la Pensée ou la Parole de Dieu qu’ils avaient reçue. Ils offraient donc
constamment des sacrifices d’animaux au SEIGNEUR en réparation de leurs mauvaises
œuvres, au point où ils n’étaient plus capables de garder une bonne conscience devant DIEU.
L’Ancienne Alliance a donc démontré que nul ne sera justifié par les œuvres de la Loi
(Galates 3V11).
Le second principe par lequel nous pouvons obtenir le Salut de notre âme, est celui de la
Grâce. Ce principe n’exige de nous aucune œuvre de Justice ou de sacrifice pour être sauvé.
La seule condition pour marcher selon le principe de la Grâce, est de placer sa Foi en l’œuvre
du SEIGNEUR JESUS. Quand il est venu sur Terre, il s’est offert lui-même une bonne fois pour
toute, pour tout Homme comme l’Agneau de DIEU qui enlève le péché du monde. Il a dû
mourir sur la croix dans les conditions les plus atroces, afin que par l’aspersion de son sang
Saint et Pur, nous puissions avoir l’assurance d’avoir été pardonné par DIEU, une bonne fois
pour toute. La valeur du sang du SEIGNEUR JESUS est tellement précieuse, que son seul
sacrifice suffit à absoudre toutes les fautes des Hommes. Par lui donc, nous avons obtenu à
grand prix le Salut de notre âme. Ainsi, si nous croyons dans notre cœur en l’œuvre du
SEIGNEUR JESUS, peu importe nos œuvres, le péché n’aura point de pouvoir sur nous car
nous ne sommes pas sous la Loi, mais sous la Grâce (Romains 6V24). C’est ce message de la
Grâce que la religion ne supporte pas. Car elle annule toute la gloire à ses religieux qui par
leurs fausses humilités, tentent vainement de corrompre le chemin de la Vérité.
A travers donc ces deux principes spirituels, Dieu a établi deux modèles d’Alliances entre lui
et les Hommes. Une Ancienne Alliance qu’il a contracté avec le peuple d’Israël et qui était
entretenu par la pratique des commandements et ordonnances de la Loi. Et une Nouvelle
Alliance qu’il a contracté avec tout Homme qui place sa Foi en l’œuvre du SEIGNEUR JESUS.
La première Alliance a démontré la faiblesse humaine, et surtout l’incapacité de l’Homme à
marcher de lui-même selon la perfection de DIEU. La Nouvelle Alliance démontre quant à
elle, l’Amour de DIEU pour l’humanité. Dans l’Ancienne Alliance, les péchés des Hommes
étaient couverts par les sacrifices d’animaux qu’ils offraient au SEIGNEUR. Sous cette
couverture, on pouvait sentir la puanteur de leurs œuvres d’imperfection. De plus la
conscience des Hommes ne pouvait pas être purifiée, car ils conservaient toujours le
souvenir des fautes à cause justement de l’imperfection des sacrifices d’animaux. Mais dans
la Nouvelle Alliance, DIEU a offert son propre Fils pour le Salut des Hommes. Cela dit, la
perfection du sacrifice de notre SEIGNEUR JESUS engage DIEU lui-même. Ceux qui placent
donc leur confiance en l’œuvre du SEIGNEUR JESUS à la croix jouissent donc d’une grande
assurance. Car, comme le révèle Paul : « par une seule offrande, il a amené à la perfection
pour toujours ceux qui sont sanctifiés. » (Hébreux 10V14). A cause de la perfection du
sacrifice du SEIGNEUR, les Hommes ont été libérés du péché, de telle sorte qu’il n’y a plus
lieu d’offrir encore un quelconque sacrifice pour obtenir le pardon des péchés. Si DIEU
retenait encore les fautes de ceux qui croient en l’œuvre du SEIGNEUR, pour le Salut de leur
âme, il serait lui-même entrain de dévaloriser le sacrifice de son Fils. C’est la raison pour
laquelle ceux qui placent leur confiance dans le SEIGNEUR JESUS, pour ce qui concerne le
Salut de leur âme, ont l’assurance de leur Justice et de leur perfection en DIEU. Par ce
sacrifice, DIEU nous révèle et nous démontre la manière dont il s’est pris pour sauver le
monde de son imperfection.
« …Christ qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans
péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur Salut. » (Hébreux 9V28)
C’est irréaliste de vouloir comprendre le monde spirituel, sur la base exclusive de nos
expériences naturelles ou surnaturelles. Et c’est la raison pour laquelle, la Parole de Dieu se
révèle être le seul moyen pour accéder à la Vérité. A travers la Parole de Dieu, l’on peut
comprendre le monde spirituel, et même les circonstances antérieures et futures de notre
vie. Cette Parole est donc un miroir à partie duquel nous pouvons sonder les temps et les
circonstances. Les vérités spirituelles qui y sont contenues dénotent de la volonté propre de
Dieu. Elles nous révèlent par ailleurs son Plan qui a été minutieusement exécuté à travers
plusieurs générations d’Hommes. Ces vérités émanent de la capacité de Dieu, à disposer
pleinement de la création selon son bon plaisir. Etant l’expression de sa propre volonté, elles
doivent témoigner des valeurs de Perfection qui le caractérisent. C’est justement la raison
pour laquelle, toute connaissance qui n’est pas « parfaite » dans son contenu, ne peut pas
être considérée comme une vérité spirituelle.
Les vérités spirituelles sont dignes de foi car elles démontrent non seulement la Sagesse
infiniment variée du Créateur, mais aussi son Amour inconditionnel. Elles ne dépendent pas
des circonstances visibles auxquelles l’Homme peut être soumis. Elles sont établies à jamais,
car elles ne changent point à cause justement de leur caractère parfait. S’il existait en ces
vérités une quelconque imperfection, cela remettrait en question la bonté de Dieu. Les
maladies, la mort, la souffrance,…etc. ne sont donc pas des vérités car elles ne démontrent
pas la Perfection de Dieu. Aucune Parole ou enseignement spirituel, ne devrait considérer les
maladies, les échecs, ainsi que toute difformité, comme étant essentiel à l’exécution du Plan
divin. Car tout ce qui n’émane pas de la Vérité est destiné à disparaître. Et c’est justement
cette perception des choses qui consolide notre Foi, face à tout type de réalités imparfaites.
A travers donc les vérités spirituelles, nous comprenons assez aisément, que le type de vie
auquel la création a été soumise n’émane pas de la Vérité. C’est-à-dire Dieu n’a pas destiné
le monde, ainsi qu’aucune créature à des conditions aussi précaires, comme nous pouvons le
constater. Les malheurs ou autre limite qui sont dans le monde actuel, n’émanent pas de
Dieu lui-même, car elles sont contre sa propre nature. Sachant que la Vérité demeure le seul
élément à partie duquel nous pouvons connaître réellement Dieu, et que celle-ci est révélée
uniquement par sa Parole, nous devons apprendre à ne pas nous conformer aux réalités
extérieures. Mais, nous devons marcher par la Foi en la bonté divine qui nous est
communiquée à travers la Parole. Ce n’est qu’en agissant ainsi que le monde ainsi que nos
différentes circonstances, pourront se conformer à la volonté de Dieu.
Qu’est-ce que la Vérité ?
La Vérité est d’abord la volonté ou la décision qui est propre à Dieu, pour toute chose.
Autrement dit, Dieu a une pensée pour chaque aspect de notre vie. Et cette pensée est à
connaître, si justement nous voulons vivre une vie parfaite à la gloire de Dieu. Elle n’est pas
forcément à connaître dans ses moindres détails. Mais nous devons tout de même
connaître les intentions de Dieu à notre égard, afin d’avoir de l’assurance face à l’adversité.
Et, c’est à travers la connaissance que nous avons du langage de DIEU, qui nous pourrions
saisir globalement sa pensée et ses intentions. Ce langage ne s’acquiert que lorsque nous
soumettons constamment notre esprit ou notre intelligence, à la vérité que nous révèle la
Parole de Dieu. La vérité obéit à un principe de perfection, car tout ce qui vient de Dieu est
perfection. C’est selon la Vérité que Dieu a créé toute chose. Toute la création était parfaite
dans sa condition d’origine. Mais Dieu est l’unique source de la perfection. Toute la création
n’était donc pas parfaite d’elle-même, puisque la perfection de toute chose dépendait de la
condition dans laquelle elle a été créée. Autrement dit, la création demeurerait parfaite tant
qu’elle ne se dissociait pas de sa condition première. Mais s’il advient qu’elle se dissocie
d’une manière ou d’une autre de la condition dans laquelle elle a été créée, elle perd sa
perfection. Si donc le monde ne fonctionne plus dans un schéma parfait, c’est parce qu’il
n’est plus régit pas la Vérité, et qu’il s’est séparé de sa condition d’origine. C’est justement
dans le but d’être Perfection comme Dieu, que toute chose fut créée. Mais en attendant que
ce But soit atteint, la perfection de toute chose était déterminée par DIEU lui-même. Se
dissocier de lui, c’est donc aspirer volontairement ou pas à des réalités défavorables que la
création n’a jamais connues. Contrairement aux créatures, si Dieu quitte sa condition pour
une autre, il demeure toujours Parfait et Saint car ce sont des attributs qui lui sont propres,
et qui ne dépendent d’aucune condition. Mais il n’en n’est pas ainsi du monde.
C’est donc selon la Vérité que nous avons été créés, pour un But noble et parfait. Mais à
cause du péché (qui a révélé que nous n’étions pas parfaits en nature comme Dieu), nous
nous sommes dissociés de notre condition d’origine. Le péché nous a fait donc manquer le
But de Dieu, qui veut que nous soyons parfaits en nature comme lui. En manquant ce But,
nous avons subi un jugement, qui était une sanction en réparation de l’offense commise. Par
ce manquement, nous nous sommes retrouvés dans une condition imparfaite, qui n’émane
donc pas de la Vérité ou de la volonté de Dieu. Certains se demanderont mais pourquoi cette
condition imparfaite a existé ? N’est-ce pas Dieu qui l’a créé parce qu’il savait que ces
créatures allaient pécher ? Comme il a été dit, tout ce que Dieu crée est perfection. Cette
condition imparfaite propre aux créatures qui se sont dissociés du But de Dieu, n’est que le
résultat ou la conséquence directe de leur transgression. Nous devons bien comprendre ce
mystère. Les créatures de Dieu à travers leur choix propre, ont la capacité d’intégrer des
éléments d’imperfection à la création parfaite de Dieu. Ne mesurant pas forcement le poids
de leurs choix, elles ne savent pas avec exactitude les réalités qu’elles devront subir, à cause
de leur immaturité. Ces réalités imparfaites qui sont intégrées à la création de DIEU sont
régit par un principe de causalité. Nous subissons les effets de nos choix ou de nos décisions.
Si donc nos choix ou nos décisions sont imparfaites, nous subirons des effets proportionnels.
Cette condition actuelle que les Hommes expérimentent, et qui est caractérisée par la
souffrance, est un exemple palpable de leurs choix immatures et déraisonnés. La justice de
Dieu est une caractéristique de sa Personne. Face à toute violation de la Loi ou de l’ordre
établis, le jugement divin est exercé en guise de réparation. Les Hommes ayant corrompu
leur nature par le péché, il leur est devenu impossible de se conformer en tout point à la Loi.
A cause de leur manquement, les jugements divins s’exercèrent contre eux, au point où leur
existence a fini par être un véritable calvaire. Dans l’Ancienne Alliance, les jugements divins
n’étaient pas exercés par Dieu lui-même. Mais ses jugements étaient exercés par des
législateurs qui étaient instruits selon la justice de Dieu. Ces législateurs n’avaient donc
aucune connaissance de la Grâce, car ils agissaient selon une justice qui leur était
naturellement inculquée. Ils ont par ailleurs la liberté de se dissocier eux-mêmes de cette
justice. Mais certains s’y sont tenus, et ont été qualifiés pour exercer le ministère de Justice :
ce sont les Saints Anges ou les Anges Elus de Dieu.
Vous avez reçu la loi d’après des commandements d’anges, et vous ne l’avez point gardée
(Actes 7V53).
La loi a été promulguée par des anges, au moyen d’un médiateur (Galates 3V19).
« Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au
lieu que j’ai préparé. Tiens-toi sur tes gardes en sa présence et écoute sa voix ; ne lui
résiste point, parce qu’il ne pardonnera pas vos péchés… » (Exode 23V20-21)
L’un des rôles des anges de Dieu est d’exécuter des jugements divins. Quoiqu’étant des êtres
aimables, les saints anges ont un sens très aiguisé de la justice de Dieu. C’est pour ne pas
donc laisser les Hommes subir les effets de leurs transgressions, par leurs mauvais choix, que
Dieu a quitté sa condition pour rejoindre la nôtre en la personne de Jésus. Par ce corps, Dieu
a vécu comme un Homme sans pour autant perdre les valeurs de perfection et de sainteté
qui le définissent. Et il s’est offert comme un sacrifice de culpabilité, pour le rachat de tout
Homme sans exception. La Vérité est donc parvenue jusqu’à nous en la personne de Jésus,
afin que tout Homme qui croit en lui, puisse à nouveau intégrer le projet parfait de Dieu.
Qu’est-ce-qui explique le fait donc que nous devions subir cette condition imparfaite où
règne la souffrance, les maladies, les catastrophes naturelles, la pauvreté…etc. malgré le
sacrifice du Seigneur Jésus ?
Il y a trois raisons fondamentales qui pourraient expliquer le fait que nous subissions ces
réalités, malgré le sacrifice du Seigneur.
La première raison est que tout ce que le Seigneur Jésus a accompli à la croix est déjà scellé,
mais non encore manifesté. Par le Seigneur Jésus, Dieu est venu révéler un modèle parfait
de vie qui est conforme à celui qu’il avait en Esprit en créant toute chose. Mais cette
perfection qui a été accompli par le Seigneur Jésus ne sera pleinement manifestée qu’à un
moment bien précis. Et ce moment est inhérent au renouvellement de toute chose, lorsque
Dieu va récréer de nouveaux cieux et une nouvelle terre, à la fin de ce siècle présent. A ce
moment, nous entrerons dans une nouvelle ère où règne la Justice de Dieu. Nous serons
revêtus d’un corps de gloire sur lequel la corruption n’a aucun pouvoir. Le péché sera
totalement oublié et toutes formes d’imperfections ou de limites détruites. Nous aurons en
nous la pensée de Dieu et nous porterons l’image de Dieu notre Père, qui aura achevé notre
Adoption en tant qu’enfants de Dieu. Il n’y aura plus de maladies, de souffrances, de
pauvreté, de peur, d’angoisses, de pensées ou intentions mauvaises, car nous serons parfaits
en nature et en condition comme Dieu. Donc le sacrifice du Seigneur Jésus a pour But de
sceller définitivement le projet de Dieu, afin que celui-ci puisse se manifester tôt ou tard,
indépendamment des imperfections actuelles. Mais ce projet tarde parce que pour pouvoir
l’intégrer, les Hommes doivent passer par la repentance. Du grec metanoia, la repentance
définit une transformation qui est induite par l’adoption d’un nouveau schéma de pensée.
Autrement dit, les Hommes sont tous appelés à se détourner du système actuel de pensées
corrompues, pour adopter un nouveau système fondé sur la Vérité ou la Parole de Dieu. De
manière pratique, la repentance engage deux actions : la conversion et la Foi en l’Evangile.
Par la conversion, nous reconnaissons avec le cœur notre état de pécheur. Nous prenons
donc conscience que nous étions sur un chemin mauvais, qui ne pouvait nous apporter quoi
que ce soit de parfait de la part de Dieu. Ensuite, après que l’état de notre cœur nous a été
révélé, nous devons nourrir en nous le désir d’adhérer au plan de Dieu. Enfin le processus de
repentance s’achève par notre Foi en l’Evangile du SEIGNEUR JESUS, qui nous annonce que
Dieu a déjà porté par lui, tous nos péchés afin de subir lui-même le jugement ou la sanction
qui nous était réservé en tant que pécheur. C’est cette Foi qui va qualifier les Hommes pour
cette vie glorieuse que Dieu viendra rétablir au renouvellement de toute chose. Mais sans
cette Foi, les Hommes ne disposent d’aucune base légale pour espérer atteindre cette vie
parfaite que Dieu leur réserve. Ils devront donc passer en jugement à cause de leurs péchés,
et supporter la sanction qui est la mort. Il ne s’agit pas d’une mort physique, mais d’une
mort spirituelle qui se définit comme une séparation définitive et éternelle avec Dieu. Et
tous ceux qui seront définitivement séparés avec Dieu, seront jetés dans les flammes de
l’enfer. Cette Parole est à prendre très au sérieux. Car certains croient que si Dieu est bon, il
n’emmènera personne en enfer. Or si on comprend que l’enfer n’a pas été créé par Dieu,
mais qu’il est la conséquence directe du choix des créatures déchus de la grâce divine, on ne
pensera pas ainsi. Sa grâce prêchée par l’Evangile est donc notre assurance. Mais
malheureusement tous n’ont pas cette connaissance. C’est pourquoi Dieu use de patience
envers les Hommes dans l’exécution de son projet.
« Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns
le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais
voulant que tous arrivent à la repentance. » (2 Pierre 3V9)
Imaginé de quelle manière, les sentiments du Seigneur sont mitigés. D’une part il veut
délivrer ses enfants en précipitant sa venue afin qu’ils puissent accéder à cette vie glorieuse
qu’il leur prépare. Et, d’autre part, ils pensent à tous ceux qui ne se sont pas encore repentis
du chemin de la mort qu’ils empruntent. Car DIEU désire qu’eux aussi puissent être sauvés et
intégrer sa Famille, avant sa venue.
« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à
l’ETERNEL, qui aura pitié de lui, à notre Dieu qui ne se lasse pas de pardonner. » (Esaïe
55V7).
Mais en attendant que ce plan soit pleinement exécuté, Dieu n’a pas destiné ceux qui ont
d’avance cru en lui à subir les imperfections de ce monde. C’est pourquoi il leur a confié un
Puissant outil de changement qui est sa Parole. Et cela nous amène à reconnaître une
deuxième raison pour laquelle les conditions de ce monde ne s’améliorent pas.
La deuxième raison pour laquelle l’imperfection demeure le sort des Hommes malgré le
sacrifice du Seigneur Jésus, c’est qu’ils ne bâtissent pas tous leur vie sur le Rocher des
siècles : la Parole de Dieu. Les gens vivent dans une condition exclusivement « naturelle » qui
est étrangère à celle que Dieu a en vue pour eux. La Parole de Dieu nous révèle que tous les
Hommes ont été sauvés du péché et même de la mort, à cause du sacrifice du Seigneur.
Mais à cause des religions et même de certaines réalités propres à ce monde matériel, tous
n’ont pas cette connaissance. Certains la refuse, parce qu’ils croient que l’accepter serait
renier la religion à laquelle ils appartiennent. Il est vrai qu’il existe des religions dites
« chrétiennes » qui en parle, et c’est ce qui justement amène certaines personnes à penser
que si elles acceptaient cette vérité, elles seraient de pair avec ces dénominations
« chrétiennes » Or la vérité est tout autre. Il ne s’agit pas d’un principe à partie duquel
certaines religions peuvent en faire une affaire personnelle. La révélation du Sacrifice du
Seigneur Jésus émane même de la volonté de Dieu, qui a voulu par ce moyen soustraire une
bonne fois le monde de la corruption, du péché et de toute forme de limite. Car
reconnaissez le, Dieu est trop sage et puissant pour laisser le monde dans la condition
actuelle des choses. Cette condition ne le glorifiant pas, il a certainement prévu un moyen
d’échappatoire. Un jour viendra donc où toute imperfection sera consumée comme on le
ferait avec des objets sans valeur. Mais comment cela se fera-t-il et surtout comment
l’humanité pourra y échapper vue qu’elle est aussi inutile à cause de ses œuvres ? La
réponse réside dans la connaissance que nous avons du mystère, que Dieu a exécuté pour
nous en Jésus.
« Il a voulu par lui (le Seigneur Jésus) réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la
terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Et vous
qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il
vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire
paraître devant lui, saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez
fondés et inébranlables dans la Foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Evangile que
vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel… » (Colossiens 1V20-23).
C’est important que les Hommes puissent parvenir à la connaissance de cette Vérité, s’ils
veulent par ailleurs vivre une condition de vie différente. Or cette connaissance nous l’avons
que dans la Parole de Dieu. L’Evangile du SEIGNEUR est la clé de notre salut. Il est tellement
important, qu’il est révélé que le SEIGNEUR JESUS est allé l’annoncer aux morts qui avaient
été autrefois détruites au temps du déluge (1 Pierre 3V18-20). La méconnaissance de la
Parole de Dieu, démontre pourquoi les Hommes vivent d’une manière aussi mauvaise, et se
détruisent mutuellement par leurs convoitises. Et elle explique aussi pourquoi les
circonstances qui nous arrivent ne sont pas parfaites ou agréables. Cette Parole nous
apporte la révélation des desseins de Dieu, et c’est notre rôle d’être conduit par la Foi en ses
desseins. L’incrédulité ou le manque de foi est ce qui va justement révéler la troisième raison
pour laquelle les Hommes ne vivent pas une vie digne et honorable, malgré le sacrifice du
Seigneur.
Vous pouvez connaître la Parole de Dieu, mais sans la foi, cette Parole ne peut pas produire
en vous ses fruits. Comme le Seigneur l’a maintes fois répété : « rien ne vous sera impossible
si vous avez la foi » ou encore « il en sera fait selon votre foi »
Avoir la foi ce n’est pas espérer, c’est croire en une réalité non encore manifestée, qui existe
bel et bien et qui émane de la Vérité (la volonté ou la Parole de DIEU). La Foi part d’une
évidence, que même l’imperfection des réalités actuelles ne peut contredire. Considérez par
exemple le fait que vous avez des problèmes financiers et que vous êtes le Fils d’un riche
entrepreneur. Le fait donc que vous soyez le Fils d’une personne immensément riche, ne
vous dispense pas de certaines réalités de manques financiers. Vous décidez d’avoir recours
à votre Père parce que vous avez l’assurance qu’il dispose des moyens dont vous avez
besoin, et aussi vous avez cette assurance qu’il vous aime puisque vous êtes son Fils bien-
aimé. Quand vous le lui demandiez, il le fait et vous êtes tout content. C’est cela Foi. A la
seule différence qu’au lieu de la placer dans un Homme qui peut être limité en termes de
moyens, ou de bonnes intentions à votre égard, vous la placez en DIEU.
Vous devez donc vous conformer en cette évidence que suggère la Foi, à un point où votre
condition actuelle ne devrait pas la remettre en doute. Face à la maladie, vous voyez en
esprit votre santé, cette vitalité qui émane de la volonté de Dieu pour vous et que rien ne
peut ravir. Et vous ne considérez pas la maladie comme une malédiction, mais comme une
étape vers la guérison. Car vous devez être capable de reconnaître que la maladie n’est que
la toute première étape vers cette guérison divine en laquelle vous êtes enraciné. La Foi c’est
être capable de comprendre et surtout de croire avec le cœur, que Dieu à cause de ce qu’il
est Souverain sur toute chose, a la capacité de faire surgir du néant l’existence, des ténèbres
la lumière, de la mort la vie, de la maladie la santé, de la pauvreté la richesse, du péché la
Justice…etc. Mais en plus de cette capacité qu’il a de faire toutes choses bonnes, la Foi va
intégrer aussi le fait que c’est pleinement la volonté de DIEU d’agir ainsi.
« Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide ; il y avait
des ténèbres à la surface de l’abîme, mais l’esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu
dit : Que la lumière soit et la lumière fut. » (Genèse 1V1-3).
Ce verset est une puissante révélation de Foi. Car il démontre que Dieu par sa Parole à faire
surgir de l’informité, du vide et des ténèbres, la Lumière, qui est un élément parfait. Pour
Dieu donc aucune réalité n’est aussi catastrophique ou impossible, au point de l’entraver
dans son action. Et si Dieu prend soin de créer la Vie à partie de ce qui est Mort, nous devons
avoir de l’assurance que toute condition imparfaite ne remet pas en doute l’autorité et
l’amour divins. Mais Dieu démontre même sa Toute-Puissance, et son Amour en ce qu’il
manifeste pour nous, des œuvres parfaites à partie de celles qui ne sont pas. Et telle est sa
volonté. Face donc à l’imperfection des conditions actuelles, nous devons marcher par la Foi
en nourrissant dans notre cœur des desseins qui sont approuvés par Dieu. Tout ce qui est
approuvé par Dieu est bon pour nous, pour les autres, et le glorifie.
Quelle est la source de toute imperfection (péchés, maladies, peurs, guerres, dépressions…
etc.) si rien de mauvais ne vient de Dieu ?
En effet Dieu a donné la liberté à chacune de ses créatures de disposer pleinement d’elle-
même. En cela certaines créatures Humaines ou spirituelles, par ignorance ou par
méchanceté, induisent des réalités qui sont en tout point contraires à la Vérité. Elles le font
dans l’intention de faire mal aux autres, par quête de plaisir, ou en vue de s’opposer à
l’exécution du plan de Dieu. Pour ce qui est des créatures Humaines qui agissent de la sorte,
elles ont toujours la possibilité de se repentir à travers la Parole de Dieu qui leur est
annoncée, et la Puissance d’absolution qui s’y trouve. Mais les créatures spirituelles qui
agissent ainsi, le font d’une manière tout à fait délibérée. Pour elles donc, il n’y a pas de
possibilité de repentance. Leur sort est déjà scellé pour une triste fin. Elles-mêmes ont
d’ailleurs toujours su ce que coûterait leur transgression.
On ne devrait pas, sous aucun prétexte, justifier l’existence de réalités imparfaites dans la vie
d’une personne. Comme quoi il s’agirait d’un but caché de Dieu qui veut éduquer ou former
cette personne à travers elles. DIEU est trop sage et puissant pour se réduire à utiliser des
méthodes viles pour corriger ou instruire quelqu’un. Aussi, on ne devrait pas condamner
ceux qui sont encore soumis à ces imperfections, car ce serait nier le bras tendu de Dieu ou
même son œuvre dans leur vie. Peu importe la source de toute imperfection, la Foi en la
Parole triomphante et efficace de Dieu suffit à la dissiper.
Les Hommes sont de plus en plus exposés aux imperfections lorsqu’ils sont encore soumis à
la Loi et qu’ils ne marchent pas sous le rapport de la Grâce. Le message de la Foi est
indissociable au principe de la Grâce. Car c’est la Foi qui saisit toutes les faveurs que Dieu
veut nous communiquer. La Foi est vraisemblablement une bombe dans le monde des
Ténèbres. Car ce message annule toutes les attaques ou les effets corrompus de ce monde
et même des Ténèbres. C’est justement à cause de la puissance qui est manifestée à travers
la Foi que l’apôtre Paul dira : « prenez par-dessus tout le bouclier de la foi, avec lequel vous
pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin » (Ephésiens 6V16). Les traits
enflammés du malin, ce sont ces pensées, ces croyances ou sentiments, ainsi que toute
circonstance susceptible de vous faire souffrir, et qui ne glorifie pas Dieu. L’incrédulité est à
cet effet l’une des attaques les plus persuasives que l’ennemi engagera contre vous, pour
faire baisser votre garde. La Foi a la capacité de baliser votre existence, afin qu’aucune
réalité contraire, ne puisse entraver vos droits de disposer pleinement de vous-même en
tant qu’enfants de Dieu. La Foi n’est pas simplement un bouclier, c’est un véritable dôme de
protection, destinée à rendre inefficace tout type d’attaques orientées contre vous. Non
seulement elle vous protège contre les Ténèbres, mais aussi contre le système du monde et
vous-même. Car elle va littéralement s’attaquer aux pensées ou croyances erronées que
vous avez trop longtemps nourrit en vous. Elle va détruire ces mauvaises croyances et les
remplacer par celles qui sont issues de la Parole de DIEU. Vous devez être conscient qu’il y a
un combat qui a lieu contre vous dans le monde de l’Esprit. Ce ne sont pas contre des
adversaires visibles que vous avez à combattre, mais contre des adversaires spirituels, des
esprits antiques et méchants qui agissent directement dans le spirituel ou indirectement à
travers des Hommes. Leur but est de vous empêcher d’entrer dans le projet de Dieu et de
vivre une existence riche et agréable qui glorifie Dieu. Vos adversaires veulent que vous vous
enlisez de plus en plus dans le mal, la souffrance, afin d’attirer sur vous un jugement et une
condamnation certaine. Mais pour être un soldat redoutable dans le spirituel, vous devez
comprendre les enjeux du combat spirituel.
Quels sont les différents enjeux du combat spirituel ?
Le combat spirituel est bien réel. Il s’agit d’une opposition entre les forces des Ténèbres et
celles de la Lumière. Ce combat a débuté au ciel lorsque certains esprits ont décidé de se
dissocier volontairement de la condition de Dieu. Dans leur initiative, ils ont voulu séduire le
reste des esprits qui ont été fidèle à leur condition d’origine. Mais leur tentative a été vaine.
« Et il eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le
dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut
plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le
diable et Satan, celui qui séduit toute la terre. Il fut précipité sur la terre, et ses anges
furent précipités avec lui. » (Apocalypse 12V7-9).
Dans cette guerre, la Parole de Dieu nous révèle qu’un tiers des anges se sont associés à
Satan, et donc les deux tiers sont restés dans la condition parfaite qui était la leur
(Apocalypse 12V3-4). C’est donc dire que ceux qui sont avec nous, sont bien plus nombreux
et puissants que ceux qui sont contre nous (2 Rois 6V15-17). L’objectif visé par les Ténèbres
est d’empêcher les Fils de Lumière à entrer en possession de leur héritage. Ils ne veulent
surtout pas voir les Fils profiter des trésors que Dieu tient en réserve pour eux. Car cela
rappellerait le souvenir de leur échec qui est d’ores déjà inscrit depuis le jour de leur
rébellion. Le diable et ses agents des Ténèbres mettent tout en œuvre donc pour atteindre
leur sinistre objectif. Gloire soit rendue à Dieu qui met à notre disposition son armée
angélique, pour nous garder des multiples assauts de l’ennemi. L’armée de Dieu est
tellement puissante (par la vertu de Dieu), que bien de fois nous ne nous rendons pas
compte qu’un combat a lieu contre nous. Si le combat spirituel a débuté au ciel avec la
rébellion des esprits mauvais, ce combat continue toujours sur Terre car Satan (le chef de la
rébellion), « fut précipité sur terre, et ses anges furent précipités avec lui. » Quand ils furent
précipités, c’était dans le but qu’ils soient humiliés et dominés par l’Homme, qu’ils ont
estimés bien trop inférieur à leur rang. Car, Dieu a donné à l’Homme la domination sur toute
la terre (Genèse 1V26). L’Homme était placé sur terre dans un rôle de gardien, afin qu’il la
préserve et assujettisse ces forces qui avaient été précipitées sur Terre.
« Par la grandeur de ton commerce tu as été rempli de violence, et tu as péché ; je te
précipite de la montagne de Dieu, et je te fais disparaître, chérubin protecteur, du milieu
des pierres étincelantes…Je te jette par terre, je te livre en spectacle aux rois. » (Ezéchiel
28V16-17).
Dans l’Ancienne Alliance, Israël était confronté en bataille contre un peuple très peu
commun, les Amalécites. Il est important de comprendre cette guerre qui opposait Israël et
Amalek, car à la vérité elle révèle l’enjeu du combat spirituel.
Le combat qui opposait les Israélites aux Amalécites était d’ordre spirituel. Et l’enjeu de cette
bataille était de détenir « le Contrôle » ou « le Commandement ». Dans cette bataille, Amalek
voulait littéralement contrôler les différents aspects de la vie d’Israël, en étant une Autorité
spirituelle sur Israël. Et fort heureusement, Amalek ne pouvait pas déterminer l’issue du
combat. Car, il est dit dans la Parole de DIEU : « lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le
plus fort ; et lorsqu’il baissait sa main, Amalek était le plus fort. » (Exode 17V11). C’est dire
que Satan et toute son armée n’ont pas la capacité de déterminer l’issue du combat qu’ils
engagent contre nous. Leur sort est entre nos mains car la victoire nous a été donnée. Mais
ce qui est par ailleurs important de mentionner, c’est que Moïse ne levait pas sa main nue. Il
tenait dans sa main « le Bâton » avec lequel il avait opérer de grands signes en Egypte et
délivrer le peuple d’Israël. Moïse ne brandissait donc pas un simple bois, mais il élevait le
« Bâton de commandement » avec lequel il avait fait fléchit Pharaon et toute son armée,
ainsi que les obstacles qui les empêchaient de progresser vers la Terre Promise. Dans un
sens spirituel, ce Bâton levé démontrait une Autorité déjà établie sur Israël. Et cette Autorité
est l’Eternel Dieu des armées. A chaque fois que Moïse élevait donc le bâton, l’Eternel Dieu
combattait contre Amalek et son armée. Mais quand il baissait la main, spirituellement Israël
n’avait pas d’Autorité établie sur lui, et Amalek pouvait dominer Israël et poursuivre son
objectif de l’assujettir. Israël avait donc la clef de la victoire entre ses mains. Et il en est ainsi
dans le combat qui nous oppose aux forces des Ténèbres. La victoire est à nous, à la seule
condition que le Seigneur Jésus soit élevé dans notre cœur comme l’Autorité de notre vie.
Car « …Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout
nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la
terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le
Père. » (Philippiens 2V9-11). Mais lorsque le Seigneur Jésus n’est pas établit comme Autorité
spirituelle sur la vie d’une personne, celle-ci peut être dominée par des forces supérieures.
Concrètement, qu’implique le fait d’être soumis au Seigneur Jésus ? Lorsque nous sommes
soumis à une Autorité, il importe de marcher conformément à sa Parole. Et la Parole du
SEIGNEUR JESUS est celle de la Foi dans les œuvres qu’il a accompli, et qu’il est encore
capable de faire pour nous. Dans l’Ancienne Alliance, le peuple d’Israël avait reçu la Loi
comme modèle d’obéissance. A chaque fois qu’Israël marchait conformément à la Loi, il
pouvait littéralement dominer tout obstacle qui se dressait contre lui. Mais quand il
s’écartait de la Loi, Israël était dominé par ses adversaires. La victoire d’Israël face à l’ennemi
résidait dans la pratique de la Loi. En se conformant à elle, Israël démontrait qu’il y avait une
Autorité spirituelle établit sur lui. Mais assez souvent les enfants d’Israël s’écartaient de
cette Loi, dont les exigences étaient bien pénibles dans la condition dans laquelle ils étaient.
Or à chaque fois qu’ils s’en écartaient, ils remettaient en doute l’Autorité spirituelle qui était
établie sur eux, et donnaient ainsi l’avantage à leurs adversaires. C’est pourquoi l’Eternel
dira à Josué, fils de Nun : « Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le
jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras
du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. » (Josué 1V8).
« Si tu obéis à la voix de l’ETERNEL ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous
ses commandements que je te prescris aujourd’hui, l’Eternel ton Dieu te donnera la
supériorité sur toutes les nations de la terre…L’ETERNEL te donnera la victoire sur tes
ennemis qui s’élèveront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept
chemins…L’ETERNEL ordonnera à la bénédiction d’être avec toi dans tes greniers et dans
toutes tes entreprises…Tu seras pour l’ETERNEL ton Dieu un peuple saint, comme il te l’a
juré, lorsque tu observeras les commandements de l’Eternel ton Dieu, et que tu marcheras
dans ses voies… » (Deutéronome 28V1-14)
Le succès du peuple d’Israël reposait sur l’obéissance et la pratique de la Loi. Quand il
agissait conformément à la Loi, Israël avait de l’assurance devant n’importe quel ennemi. Car
l’ETERNEL marchait au-devant de lui et combattait ses adversaires visibles et invisibles. Mais
à chaque fois qu’Israël ne se conformait pas à la Loi, l’ETERNEL ne combattait plus à son côté
car il ne pouvait s’associer avec un peuple rebelle et pécheur. Les Israélites étaient donc
justifiés et sanctifiés aux yeux de l’ETERNEL à cause de l’obéissance à la Loi qu’ils avaient
reçu.
L’Ancienne Alliance étant une ombre des choses parfaites, Dieu par un modèle de Loi bien
plus supérieur à la première, est venu nous communiquer sa Parole. Celle par qui tout
Homme est sauvé sans distinction de personnes, de peuples ou de races, sur la base de la Foi
en sa Grâce. Par ce modèle parfait basé sur la Parole de Vie qui nous est communiquée au
moyen de la Foi, Dieu vient démontrer qu’il est SEIGNEUR de toute la race humaine et non
pas seulement d’un peuple. La Loi avait été donnée à Israël par Moïse, avant que tous les
peuples y compris Israël ne reconnaissent le Christ, celui que Dieu a choisi pour révéler ses
desseins éternels. Et même Moïse reconnaissant le projet divin qui a été placé dans le Christ,
dira au peuple d’Israël : « L’ETERNEL, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes
frères, un prophète comme moi ; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira » (Actes
3V22 / Deutéronome 18V15). Se faisant, Dieu ne voulait laisser aucun peuple en marge de la
grâce et la Vérité qu’il vient lui-même communiquer à tous. Cette grâce et cette Vérité
apportées par le SEIGNEUR JESUS, vient nous révéler le cœur Véritable de Dieu. Par
l’Ancienne Alliance qui a été communiqué à Israël, Dieu démontre qu’il est un Dieu Saint et
Juste dont la nature ne peut cohabiter avec le mal. Ainsi dans sa Justice, il ne cautionne
aucune impunité face à la plus petite transgression commise. C’est pour cette raison que le
peuple était livré à lui-même à chaque fois qu’il désobéissait à la Loi, qui était à cette période
le seul modèle de vérité qui existait sur Terre. Etant donc le seul modèle de vérité, en se
conformant à la Loi, les Israélites avaient la primeur sur le reste des habitants de la Terre car
la Justice de Dieu régnait au milieu d’eux. Mais cette Première Alliance n’était pas parfaite,
elle reste inachevée. Car si elle est venue démontrer qu’il est impossible que l’injustice et le
mal ne cohabitent avec Dieu, elle ne révèle pas le plan de Dieu pour sauver les Hommes de
cette injustice qui est en eux. Si on devait donc se conformer uniquement au modèle de la
Première Alliance, tous les Hommes seraient détruits et Israël le premier.
« Or, nous savons que tout ce que dit la Loi, elle le dit à ceux qui sont sous la Loi, afin que
toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. »
(Romains 3V19)
Le modèle de l’Ancienne Alliance auquel les Hommes ont été soumis n’émane pas de la
Vérité. Car ce modèle n’est pas perfection aux yeux de DIEU. Sous le régime de la Loi, aucun
Homme ne peut connaître le cœur de DIEU. Si l’on s’arrête uniquement au modèle de
l’Ancienne Alliance, on conclura que Dieu est trop Saint pour qu’un Homme puisse demeurer
à ses côtés, vu l’état et la condition de celui-ci. Certains plus audacieux diront que Dieu est
trop dure avec les Hommes, en atteste les châtiments qu’ils doivent subir à cause de leur
faiblesse. Et on pourrait citer même plusieurs exemples à travers l’Histoire, qui démontrent
la rigueur qui avait été employé par Dieu contre les Hommes. Adam et Eve avaient été
chassé du Jardin d’Eden après qu’ils eurent mangé l’arbre de la connaissance du bien et du
mal, pour cultiver une terre qui avait été maudite et qui ne pouvait produire quoi que ce soit
de bon (Genèse 3V17-18 / Genèse 3V23) ; une première création avait été détruite par les
eaux du déluge, emportant avec elle toute espèce d’êtres vivants à cause de sa corruption
(Genèse 6V13 / Genèse 7V11-12) ; Les villes de Sodome et Gomorrhe ont été détruites par le
feu et le soufre à cause de leur immoralité (Genèse 19V24) ; L’ETERNEL exerçait des
sanctions sévères à travers Israël contre les autres peuples de la terre qui pratiquaient
l’idolâtrie (Exode 12V12 / Deutéronome 27V7-8 / Josué 6V2 / 1 Samuel 17V52-53…etc.) Car
toutes les nations de la Terre pratiquaient l’idolâtrie, excepté Israël qui avait reçu les oracles
du vrai et unique Dieu.
L’ETERNEL n’était pas un Dieu complaisant qui privilégierait Israël sur le reste des Hommes,
contrairement à ce qu’on pourrait penser. Car le peuple d’Israël était jugé plus sévèrement
quand il ne se conformait pas à la Loi de Dieu. Plusieurs fois, ce peuple fut frappé pour ses
transgressions (Lévitique 26V21).
Les exemples où Dieu punissait les Hommes pour leurs transgressions sont multiples. Et ils
révèlent tous, que Dieu est Saint et il a en horreur le péché ou l’injustice. Cette vérité est
certaine car même les plus illustres serviteurs de Dieu ont subi le châtiment qui leur était
réservé pour leurs transgressions.
A travers donc la Nouvelle Alliance, Dieu vient nous communiquer le projet qu’il a d’avance
préparé pour les Hommes, afin de les sauver de l’injustice et du mal. La Nouvelle Alliance
nous révèle que Dieu a pris sur lui-même l’injustice des Hommes afin de faire retomber sur
sa propre personne, le châtiment ou la sanction qui en résulte. En agissant de la sorte, Dieu a
libéré tout Homme de la Loi, afin que notre conscience ne nous condamne plus. Il l’a fait afin
de nous démontrer que même ses perfections (sa Justice et sa Sainteté) ne sont pas un frein
dans l’Amour qu’il éprouve pour nous. Par la Nouvelle Alliance, Dieu vient nous révéler la
solution qu’il a pour l’humanité afin de la sauver de la corruption et la préserver du
jugement. Car la création actuelle est réservée pour un jugement final où Dieu va la détruire
par le feu. Cette destruction imminente va consumer une bonne fois pour toute l’iniquité
ainsi que toute œuvre imparfaite qui existe dans le monde. Dieu n’a donc pas perdu le sens
de la Justice à travers la Nouvelle Alliance. Mais il a trouvé un moyen de préserver l’Homme
de la condamnation et du jugement.
« Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge ; car je
suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. » (Jean 12V47).
Quelle place le plan du Salut exécuté par le SEIGNEUR JESUS occupe-t-il dans le combat
spirituel ?
Ce plan est l’assurance que nous avons de notre victoire sur n’importe que ennemi de notre
destinée. Une personne qui est fermement établie sur l’œuvre du SEIGNEUR, est telle une
arche insubmersible, qu’aucune hauteur ne peut ravir. Il y a trois armes que les Ténèbres
utilisent pour déstabiliser les enfants de Dieu. Sachant qu’elles ne peuvent vous atteindre
directement à cause de votre Foi, les Ténèbres usent de ces armes : l’arme de la Culpabilité,
l’arme du Manquement et l’arme de l’Imperfection. Chacune d’elles révèlent l’intensité du
combat qui est engagé contre vous, mais également un niveau de Foi requis. Le but des
Ténèbres en envoyant contre vous ces différentes armes est de vous amener à baisser la
garde, afin qu’elles puissent facilement engager contre vous toute espèces de fléaux.
L’arme de la Culpabilité est ce qui va être généralement utilisé contre les Chrétiens quand ils
agissent d’une manière contraire au bon sens ou à la morale. Et la religion est
malheureusement un puissant canal que l’ennemi va utiliser pour employer cette arme. Car,
vous devenez facilement vulnérable quand vous êtes à chaque fois assailli par des messages
ou des exhortations, qui professent votre culpabilité, malgré votre Foi en l’œuvre du
Seigneur Jésus. Certains vont jusqu’à dire que l’œuvre du Seigneur n’est pas valable pour
ceux qui continuent d’agir d’une manière contraire au bon sens, malgré leur Foi. D’autres
diront que les mauvaises œuvres commises par les Chrétiens est ce qui empêche
l’intervention de Dieu à leur faveur. Cela laisse penser que si les Chrétiens veulent bénéficier
des grâces du Seigneur, ils doivent avoir une conduite irréprochable. Serait-ce encore une
grâce d’accéder aux bénédictions que nous aurions méritées, par la qualité de nos propres
œuvres ? A force d’entendre ce type de message, la Foi des chrétiens défaillent et ils
deviennent une proie facile pour les Ténèbres. Toute leur vie est sujette à la sécheresse, et
ils pensent encore que c’est parce que leurs actions ne sont pas dignes devant Dieu. Or,
toutes ces choses leur arrivent parce que leur Foi n’est pas solidement ancrée dans l’Amour
de Dieu. N’est-il pas dit que si nous sommes infidèles, Dieu lui reste fidèle à sa Parole. Si la
fidélité de Dieu en ce qui concerne le message de la grâce, dépend encore de nos œuvres, en
quoi est ce que l’Evangile serait une Bonne Nouvelle ?
« Je reste fidèle à l’alliance que j’ai faite avec vous quand vous sortîtes de l’Egypte, et mon
Esprit est au milieu de vous ; Ne craignez pas ! » (Agée 2V5).
« Rassemblez-moi mes fidèles, qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice ! » (Psaumes
50V5).
Dieu a établi une alliance perpétuelle avec tous les Hommes sur la base de son sacrifice.
Tous ceux qui demeurent dans cette alliance sont fidèles à ses yeux. La fidélité envers Dieu
dans la Nouvelle Alliance, n’est pas tenue par la qualité de vos œuvres, mais par votre Foi en
l’œuvre même du SEIGNEUR JESUS. Dieu dit à son peuple de ne donc pas craindre à cause de
l’alliance qu’il a contracté avec lui par le sacrifice.
Une autre arme que l’ennemi utilise contre vous dans le combat spirituel, est celle du
Manquement. Cette arme est généralement utilisée pour les Chrétiens qui sont parvenus par
le Saint Esprit à vivre une vie disciplinée, au moyen de la Parole de Dieu. Ils ne font
apparemment rien de mauvais qui pourrait heurter leur conscience en tant qu’enfants de
Dieu. Toutefois, ils sentent qu’il y a des devoirs qu’ils n’accomplissent pas et qu’ils devraient
justement accomplir à cause de leur statut. Ces personnes ont la sensation qu’elles
manquent trop souvent à leur devoir de Fils, et elles s’en veulent. Par exemple, elles
n’annoncent pas l’Evangile à leurs proches ; elles n’assument pas suffisamment leur identité
d’enfants de Dieu dans le monde ; elles ne travaillent pas au bien-être de leurs frères et
recherchent parfois leur intérêt personnel ; elles manquent à l’appel du Seigneur…etc. A
cause de leurs différents manquements, l’ennemi amène la plupart des frères à penser qu’ils
ne peuvent rien recevoir de parfait venant de Dieu. Dans leur entendement, les bénédictions
de Dieu dans leur vie sont proportionnelles à leurs efforts dans le service. Les Ténèbres
veulent les amener à croire que moins elles agiront pour Dieu, moins elles recevront de lui.
Or les pensées de Dieu sont au-dessus des nôtres (Esaïe 55V7-8). Dieu a déjà tout disposé à
notre faveur sur la base de notre fidélité en l’œuvre du Seigneur Jésus, et nous devons le
reconnaître. C’est un fait qui est déjà accompli et qui ne dépend donc pas de ce que nous
sommes capables de lui prouver.
« Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, même celui qui n’a pas d’argent ! Venez, achetez
et mangez, venez achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer ! » (Esaïe 55V1).
C’est une erreur de croire que les bénédictions ou les grâces du SEIGNEUR, sont précédés
d’un prix qu’on devrait payer. Et tant que cette fausse croyance sera établie en nous, les
Ténèbres auront toujours une main mise sur des aspects de notre vie. Il est vrai que certains
sont venus à Dieu avec de l’argent (le fruit de leur travail) et ils ont obtenus les bénédictions
de Dieu. Mais en vérité cet argent n’a servi qu’à édifier eux-mêmes leurs propres foi, afin
qu’ils puissent recevoir du Seigneur. Ce qui manque aux Hommes pour être riche auprès de
Dieu ce n’est pas l’argent, mais la capacité de recevoir. Certains viennent à Dieu avec une
capacité moindre qui a été façonné par le prix de leurs efforts. D’autres plus avisés viennent
au Père avec une capacité bien plus grande, façonnée par la qualité de leur Foi. C’est
pourquoi le SEIGNEUR a dit : « …prenez garde à ce que vous entendez. On vous mesurera
avec la mesure dont vous vous serez servis, et on y ajoutera pour vous. » (Marc 4V24).
Dans le français courant, cela se traduit ainsi : « Faites attention à ce que vous entendez !
Dieu mesurera ses dons envers vous avec la mesure que vous employez vous-mêmes et il
en ajoutera encore. »
Quand le Seigneur dit dans sa Parole que même ceux qui n’ont pas d’argent viennent à lui,
comprenons qu’il n’exclue pas ceux qui viennent avec de l’argent. Mais au-delà de ce que
chacun pourra apporter ou pas, il dit que rien est à payer ! Ne tombez donc pas dans le piège
du Malin, qui veut bien que vous croyez que Dieu attend quoi que ce soit de vous, pour vous
bénir. Dans la société dans laquelle nous sommes, nous avons été conditionné à croire qu’on
obtient rien sans rien. Le travail bien fait étant pour nous la condition indispensable à toute
récompense, il nous est difficile de croire que nous avons gratuitement Tout en Dieu. Or
c’est ce principe de gratuité que Dieu veut bien nous révéler. Car c’est ainsi que fonctionne
le Royaume des Cieux. Et il nous exhorte aussi à donner gratuitement, nous qui avons reçu
gratuitement de lui (Matthieu 10V8). Le principe de gratuité émane de la Vérité car il est
parfait. Lorsque nous serons avec DIEU dans la Nouvelle Jérusalem, il n’aura rien qui sera
acheté auprès de lui. Ce principe démontre que le SEIGNEUR se suffit pleinement à lui-même
et il n’a point besoin de s’enrichir auprès de qui que ce soit. Nos efforts de prières de
Justices, de louanges, d’offrandes n’apportent rien de plus à Dieu qu’il ne possède déjà.
Certains pensent que Dieu veut qu’on produit toutes ces choses, car elles l’élève ou le
glorifie. Dieu n’en reste pas moins glorifié ou élevé parce que nous ne l’adorons pas. Ces
choses nous élèvent nous-mêmes, elles nous glorifient nous-mêmes. Ne tombons donc pas
dans le piège de croire que c’est parce que nous ne nous consacrons pas nous-mêmes, dans
les prières, les jeûnes, l’adoration, le service, que nous ne recevions rien de Dieu. Car le
diable n’attend que cela pour contrôler certains aspects de notre vie.
L’arme de l’Imperfection est l’élément ultime que les Ténèbres utilisent dans le combat
spirituel contre nous. C’est l’arme la plus subtile. Et elle part du principe que nous n’avons
pas accès à certains Trésors de Dieu, parce que nous ne sommes pas suffisamment qualifiés.
Les Ténèbres amènent les Chrétiens à croire que tant qu’ils ne sont pas parvenus à un
certain niveau de maturité, il y a des richesses auxquelles ils ne peuvent pas accéder. Car
elles finiraient par les détruire à cause de leur imperfection. Quel mensonge ! Dira-t-on que
Moïse avait atteint une telle perfection qu’il pouvait contempler face à face le SEIGNEUR ?
Puisqu’il est écrit : « L’ETERNEL parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à
son ami… » (Exode 33V11). Aucune maturité ou perfection n’est exigée de nous, pour
accéder aux biens de Dieu. Si vous ne voyez pas certaines grâces du SEIGNEUR dans vos vies,
ce n’est parce que vous n’êtes pas encore matures ou parfaits. Mais certaines bénédictions
de Dieu vous manquent, parce que vous ne venez pas à lui avec une capacité plus grande
pour les recevoir. Car « LA PROFONDEUR APPELLE LA PROFONDEUR » Moïse est venu à Dieu
et lui a dit : « …Fais-moi voir ta gloire ! » (Exode 33V18). Et malgré que Dieu lui ait révélé
que l’Homme ne peut le voir et vivre (Exode 33V20) sans doute à cause de son imperfection,
la requête de Moïse a été approuvée. Car Dieu ne s’opposera jamais à quelqu’un qui vient à
lui avec une telle profondeur. Et Dieu a rendu témoignage de la foi qu’avait son serviteur
Moïse devant le peuple. Il leur a dit : « Ecoutez bien mes paroles ! Lorsqu’il y aura parmi
vous un prophète, c’est dans une vision que moi, l’ETERNEL, je me révélerai à lui, c’est
dans un songe que je lui parlerais. Il n’en n’est pas ainsi de mon serviteur Moïse. Il est
fidèle dans toute ma maison. Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes,
et il voit une représentation de l’Eternel… » (Exode 12V6-8). La Foi de Moïse l’a qualifié
pour vivre des réalités que personne ne vivait à son époque. Pourquoi donc tomber dans ces
faux raisonnements qui veulent bien nous faire croire que tant que nous ne parvenons pas à
une certaine maturité, il y a des accès qui nous seront refusés. Si en vérité certains accès
requièrent de nous une préparation, Dieu lui-même se chargera de nous préparer à cause de
notre Foi. Notre Foi ne nous engage pas à identifier les moyens qui vont être utilisés pour
parvenir aux choses que nous désirons. Tout ce que nous sommes appelés à faire, c’est de
demeurer dans la Foi et non pas étudier des méthodes. A travers l’arme de l’Imperfection,
l’ennemi nous laisse aussi entendre que c’est immature ou inconvenable de vouloir
demander certaines choses à Dieu. Sur cette base, il y a des besoins qu’on n’ose pas en
parler au Père. Et c’est souvent triste. De telles attitudes sont la cause d’une vie Chrétienne
insatisfaite.
La perfection de tous ceux qui marchent par la Foi engage Dieu lui-même. Et face à notre
immaturité, nous devons croire que la perfection fait partie de notre provision.
Quelles sont les erreurs que nous commettons dans le combat spirituel ?
L’incrédulité et l’ignorance de la Parole, sont les deux plus grandes erreurs qu’un enfant de
Dieu peut commettre dans le combat spirituel. Nous devons comprendre qu’en tant
qu’enfants de Dieu, il existe sur Terre un combat qui nous oppose aux Ténèbres.
Contrairement à ce que certains pourraient penser, le combat spirituel ne consiste pas
principalement à des séances de prières nocturnes, qui ont pour but de décréter des paroles
contre l’ennemi.
« Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont
puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. » (2 Corinthiens 10V4)
Le combat spirituel est la plus haute bataille stratégique que le monde ait connue. Parfois,
l’ennemi vous amène sur des terrains vagues, où il n’existe en réalité aucun enjeu. Vous
épuisez ainsi vos forces à combattre des personnes, qui ne sont pas vos ennemis réels.
Toutefois, ces personnes peuvent être contrôlées par des forces obscures contre vous. Mais,
c’est votre rôle en tant qu’enfants de Dieu d’observer les choses avec plus de maturité. Les
véritables ennemis des Hommes sont des entités spirituelles qui ont été déchus de la Grâce
de Dieu, et qui mettent tout en œuvre pour que les Hommes n’accèdent pas à la faveur
divine. L’une des erreurs que nous commettons, c’est que nous pensons que nos ennemis
sont physiques. Et si nous voyons les choses ainsi, c’est tout simplement parce que nous
ignorons ce que dit la Parole de Dieu. Les ennemis de notre destinée s’attaquent au système
de pensées des Hommes, afin qu’ils puissent vivre une existence qui est en tout point
contraire à la volonté de Dieu. Ce sont les pensées et les croyances, qui sont justement ces
forteresses que nous devons renverser par notre Foi en la Parole de Dieu. C’est pourquoi
Dieu dit dans sa Parole : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent
les sources de la vie. » (Proverbes 4V23). Le cœur est le siège des croyances et des pensées
prééminentes. C’est le siège des sentiments et des convictions intimes. Mais Dieu nous
demande de garder le cœur, car il est l’origine des circonstances ou des évènements que
nous expérimentons dans notre vie. Alors la question qu’on devrait se poser est la suivante :
contre qui ou quoi est ce que nous devons garder notre cœur ? Nous devons le garder contre
toute croyance ou pensée qui ne concours pas à notre épanouissement. Et ces pensées ou
croyances qui constituent des forteresses, viennent du système mondain actuel, des idées
religieuses qui n’émanent pas de la Vérité, et de l’influence directe des Ténèbres sur notre
conscience. Ainsi, vous constatez que beaucoup de chrétiens combattent contre des
adversaires imaginaires sans s’attaquer à la racine du mal. Certains sont découragés dans
leur vie spirituelle, parce qu’ils ne combattent pas le bon ou le vrai combat, que Paul
identifie à celui de la Foi. Vous aurez beau prié, jeûné, déclarer des paroles…etc. mais sans la
Foi, votre lutte sera vaine. Le but de la prière, du jeûne ou des déclarations c’est la Foi, et
vous devez en être conscient. C’est pourquoi le SEIGNEUR dira : « Tout ce que vous
demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez. » (Matthieu 21V22). La Foi est ici le
principe, et la prière n’est qu’un moyen comme le jeûne, les déclarations prophétiques, ou
toute autre chose. Il n’y a pas de répit donc dans ce combat qui nous oppose à Satan et ses
associés. Car même le système de notre société actuelle, est influencé par la pensée des
Ténèbres. Nous sommes donc constamment sous l’influence des Ténèbres et donc soumis à
une lutte dans notre entendement renouvelé. Et c’est notre rôle de veiller aux pensées et
sentiments que nous conservons dans notre cœur. C’est parce que nous sommes
responsables des évènements de notre vie, que la Parole de Dieu nous révèle que les clés de
la victoire se trouve entre nos mains, et non entre les mains de nos adversaires. Etre
responsable de sa vie ne signifie pas que vous en êtes l’auteur. Mais cela révèle qu’aucun
changement ne peut être visible dans votre existence, sans votre participation. Et
malheureusement, nous participons inconsciemment à nos souffrances à cause de la
mauvaise qualité de nos croyances. Certains ne croient pas au fait que la Foi soit efficace. Car
ils n’arrivent pas à comprendre comment le simple fait de croire ou pas, pourrait influencer
la réalité. Ces personnes ne savent pas que le simple fait de croire, comme elles le disent,
engage des entités invisibles pour la manifestation. Or, quand vous croyez à la Parole ou la
Pensée de Dieu pour vous, les saints anges de Dieu sous le mandat divin, agissent en votre
faveur. Et quand vous êtes dominés par l’incrédulité ou des pensées mauvaises, vous
participez inconsciemment à l’influence des Ténèbres dans votre vie. Le secret d’une vie
dont l’épanouissement ne souffre d’aucune contestation, est la Foi dans les perfections
divines. Car la religion à cause de sa soumission en la Loi, nous a fait miroiter l’image d’un
Dieu inaccessible, imprévisible, qui n’hésite pas à châtier les Hommes pour la moindre
transgression. A cause de la religion, l’Homme a longtemps cru qu’il ne pourrait rien recevoir
de bon ou de parfait de la part du SEIGNEUR. Mais ce qu’elle ignore, c’est que si Dieu est
inaccessible et imprévisible, c’est exclusivement à cause son Amour. Ce n’est pas par la Loi,
mais par la Grâce que nous pouvons connaître le cœur de Dieu plein d’amour et de
compassion. Le principe de la Grâce, c’est qu’il est toujours opérant par la Foi. Car par notre
Foi, Dieu nous permet d’accéder à une liberté parfaite.
Un autre piège que nous devons éviter dans le combat spirituel, c’est de remettre en
question des choses parfaites et agréables, sous prétexte qu’elles peuvent ne pas faire partie
du plan de Dieu pour nous. Les Ténèbres amènent les enfants de Dieu à leur faire croire que
ce n’est pas le plan de Dieu qu’ils soient guéris, riches, intelligents, prospères, sauvés…etc.
sous prétexte que Dieu a un plan meilleur. Si face à des réalités de manque ou
d’insatisfaction, une pensée ou une parole aussi pieuse qu’elle puisse paraître, s’oppose à
votre Foi, cela ne viendra pas de Dieu. Car le Seigneur notre Père ne s’opposera jamais à
notre Foi, mais plutôt à notre incrédulité. Pourquoi s’opposera-t-il d’ailleurs à votre Foi, si
c’est le moyen à travers lequel vous l’être agréable ? Les réalités insatisfaisantes ne sont pas
consignées dans la Parole de Dieu. Et cela, c’est afin de vous donner de l’assurance et de
vous affermir sur ce roc (la Parole de Dieu). S’il y avait des ombres d’imperfections ou de
limites dans la Parole de Dieu, comment est-ce que nous pourrions tenir fermes face à
l’adversité ? Demeurons donc sur le roc, sans nous laisser détourner par toute espèce de
pensées mensongères. Certains diront mais toute chose concourant aux biens de ceux qui
aiment Dieu, le SEIGNEUR ne permet-il pas la maladie ou les difficultés pour nous affermir ?
A ceci, nous devons savoir que nous sommes affermir par la Parole de Dieu et non par les
épreuves. Le but des épreuves quand elles arrivent dans notre vie, est de nous amener à
avoir Foi en ce que dit la Parole de DIEU. Si des circonstances mauvaises ou imparfaites nous
atteignent, le SEIGNEUR veut à travers sa Parole, nous amener à savoir qu’elles ne pourront
jamais nous séparer de son Amour. Il utilisera donc ces mauvaises circonstances qui nous
sont arrivées d’une manière ou d’une autre, pour nous élever dans ses perfections. Mais
comment cela se fera-t-il ? C’est à travers notre Foi. Donc s’il arrivait que des évènements
désagréables nous atteignent, c’est notre Foi qui de toute manière permettra l’intervention
divine dans notre Vie. Dans la Parole de Dieu, il est fait mention d’une femme qui souffrait
de perte de sang pendant douze années. Elle a utilisé tous les moyens qui étaient à sa
disposition sans trouver la délivrance. Quand elle a vu le Seigneur passé au milieu d’une
foule qui le pressait de tous côtés, elle ne s’est pas dite : « Vu que j’ai utilisé tous les moyens
qui étaient à ma disposition pendant douze ans, peut-être que c’est la volonté de Dieu que je
meurs dans cet état. »
Cette femme ne s’est pas dite non plus : « Si le SEIGNEUR JESUS pouvait faire quelque chose
pour moi, sûrement que toutes ces personnes qui le pressent allaient trouver la solution à
leur problème. Mais si rien ne se passe pour eux, rien ne se passera aussi pour moi. »
Mais la Parole de Dieu nous révèle que cette femme s’est dite en elle-même : « …si je puis
seulement toucher la frange de ses vêtements, je serais guérie. » Il est mentionné qu’au
même instant, où elle toucha la frange du vêtement du SEIGNEUR, la perte de sang s’arrêta
et elle sentit qu’elle était guérie de son mal. Et ce qui est particulièrement intéressant, C’est
qu’à l’instant où elle a touché le vêtement du SEIGNEUR, il connut qu’une force était sortie
de lui. Les disciples s’étonnant qu’il s’interroge sur la personne qui avait touché son
vêtement, lui dirent : « Tu vois la foule qui te presse, et tu dis qui m’a touché ? » Mais il est
dit que le SEIGNEUR regardait autour de lui, pour voir celle qui avait fait cela. L’ayant trouvé,
il lui dit : « ma fille, ta foi t’a sauvée… » (cf. Marc 5V25-34) Dieu connait ses enfants et sait
de quoi chacun a besoin. Sa provision pour ses fils et ses filles est illimitée, et va au-delà de
ce que nous sommes nous-mêmes capables d’imaginer. Mais sans la Foi, rien ne peut
parvenir jusqu’à nous. Si le Salut qui est le plus précieux des dons de Dieu s’obtient par le
moyen de la Foi, nous devons comprendre qu’il n’y a rien que nous ne pouvons recevoir de
DIEU sans notre Foi. Car plus de Foi attire plus de faveur et de grâces. Le Malin le sachant, il
nous fait adhérer à toutes sortes de croyances qui nous rendent tièdes et nous empêchent
de saisir les grâces du SEIGNEUR. Quand on lit la Parole de Dieu, on se rend compte que la
Foi des Hommes est l’une des rares choses qui pouvaient impressionner et exalter le
SEIGNEUR. Nous sommes certes nombreux sur cette Terre, mais les Hommes de Foi attirent
d’une manière spéciale les regards du Père. Ne laissez rien ni personne vous ébranler dans
votre Foi. Dans le monde spirituel, les personnes de Foi sont très redoutées par les Ténèbres
qui s’en méfient. Car Satan et toute son armée savent que ceux qui marchent par la Foi,
conformément à la Parole de DIEU, sont invincibles.
Les enfants de Dieu manquent d’assurance dans le combat spirituel, parce qu’ils ignorent la
Puissance des armes qui sont mises à leur disposition. Lorsque vous vous engagez dans un
combat, vous avez de l’assurance quand vous savez que les armes dont vous disposez sont
nettement supérieures à celles de vos adversaires. Le SEIGNEUR sachant le niveau des
adversaires auxquelles nous sommes confrontés, ne nous a pas équipés avec des armes
secondaires. Mais il nous a donné les plus puissantes armes qui existent dans le monde
spirituel.
« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations,
contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits
méchants dans les lieux célestes. » (Romains 6V12)
Beaucoup d’enfants de Dieu pensent que leurs adversaires réels sont les sorciers, les
mystiques, ou autres individus ayant des capacités surnaturelles. Mais en vérité, nos
ennemis ce sont les maîtres de toutes ces personnes que l’on pourrait considérer comme
dangereux. La Bible nous révèle que ceux contre qui nous sommes directement confrontés
ne sont pas humains, et c’est un fait. Cela dit, le monde n’est pas fait que des Hommes, des
animaux, des végétaux et des minéraux. En plus de tous ceux que nous avons cités, il y a
Dieu, et d’autres créatures spirituelles. De ces créatures, il en existe qui opèrent du côté des
Ténèbres, sans qu’elles aient perdues leur grade dans la hiérarchie spirituelle. Pour ne pas
donc qu’elles aient le dessus sur les êtres spirituels qui sont restés au côté de Dieu, le
SEIGNEUR a dû favoriser toutes les créatures qui opèrent à ses côtés. Autrement dit, il a
bénit indépendamment de son grade, chaque ange Saint, afin de lui donner de l’ascendance
sur ces créatures qui opèrent dans les Ténèbres. Mais au ciel, il n’y a plus de combat.
Actuellement la Terre est devenue l’unique champ de bataille. Mais Dieu ne laisse pas les
Hommes à leur sort. Il a placé ses saints anges d’une manière stratégique afin de préserver
la vie des Hommes, du moins jusqu’à ce qu’ils connaissent Dieu et s’approchent de sa
Personne. Et quand un Homme vient au SEIGNEUR, il bénéficie aussi d’une faveur sur toutes
les forces des Ténèbres. Car le SEIGNEUR nous a donné le pouvoir de marcher sur les
serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra nous nuire
(Luc 10V19). En plus de cette faveur, il place toujours ses anges saints à nos côtés. Ceux-ci
restent constamment attentifs aux ordres qu’ils reçoivent directement de DIEU. Car le
SEIGNEUR JESUS par son Esprit qui plane sur toute chose, demeure le Chef de
Commandement de l’Armée Sainte. Quand nous sommes nés de nouveau, Dieu notre Père
nous a intégrés à l’Armée Sainte. Tous ceux qui sont de cette armée sont saints, c’est la
raison pour laquelle nous devrions naître de nouveau. Mais dans une guerre, il faut être vêtu
et équipé. C’est la raison pour laquelle le SEIGNEUR, notre Père et Dieu, nous a vêtu et
équipé de ses propres armes. Nous sommes donc très bien équipés dans cette bataille. Et
nous avons de l’assurance parce que nous savons que nous portons aussi les armes avec
lesquelles DIEU lui-même combat.
« …prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir
ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour
ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que
donne l’Evangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous
pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut et
l’épée de l’esprit qui est la Parole de Dieu. » (Ephésiens 6V13-17)
Un autre mystère que nous devons saisir à travers la Parole du SEIGNEUR, c’est que si nous
disposons de toutes les armes de Dieu, l’ennemi ne peut plus rien contre vous. Le fait de
revêtir toutes ces armes, bloquent tous les différents accès de l’ennemi. Le combat est donc
plié à votre avantage. Chaque arme est utile dans le combat spirituel. Ces armes sont un
puissant arsenal de dissuasion, car elles démontrent votre position et votre statut en DIEU.
Quand vous êtes revêtus des armes de DIEU, le monde spirituel sait qui vous êtes. On
reconnait à vos armes, à la manière dont vous êtes vêtus dans l’Esprit, que vous êtes une
descendance de DIEU.
Il est important de comprendre le rôle et l’exercice des armes spirituelles, car en elles, nous
sommes de redoutables combattants. D’un point de vue stratégique, ces armes spirituelles
sont constituées de manière à ce que ceux qui les détiennent soient invincibles.
LA 1ERE ARME SPIRITUELLE : LA PAROLE DE DIEU (le casque du salut et l’épée de l’esprit)
Il s’agit de l’arme spirituelle la plus puissante sur le plan offensif et défensif. Il y a justement
deux éléments qu’elle intègre. Un élément offensif qui est symbolisé par l’épée et un autre
élément défensif qui est représenté par le casque. Ce qui fait de la Parole de Dieu une arme
aussi puissante, c’est qu’elle est pleinement établie. C’est-à-dire les éléments qui la
constituent sont déjà une réalité, un fait que rien ne peut contredire. Car la Parole de Dieu
révèle l’Autorité et le pouvoir dont dispose le SEIGNEUR sur toute chose. La plus grande
révélation qui nous est communiquée à travers cette arme, c’est que dans sa Souveraineté,
Dieu notre Père a déjà accompli et décrété notre Salut et notre victoire en Jésus. Car en lui
résidait le projet divin, le plan de Dieu dans sa totalité. En venant donc sur Terre, son But
était donc d’exécuté ce plan. En lui donc, nous sommes déjà sauvés et nous avons la victoire
sur toute chose. C’est la raison pour laquelle on identifie le SEIGNEUR JESUS comme la
Parole rendue visible, la manifestation du plan de Dieu pour l’humanité. Le casque est le
symbole de l’assurance que nous avons de notre salut, face à tout type de réalité susceptible
de remettre en question la faveur de Dieu à notre égard. Et l’épée est le signe de la victoire
que nous avons sur toute forme d’imperfections, de limites, de circonstances propres à ce
siècle présent. Si la Parole de Dieu est en nous, nous disposons donc de la plus grande arme
spirituelle qui n’a jamais existé.
Mais de façon pratique, que signifie avoir la Parole de Dieu en soi ? Avoir la Parole de Dieu
en soi, ou disposer de l’arme de la Parole, ce n’est pas connaître tous les versets de la Bible
par cœur. Mais c’est comprendre le langage de Dieu et marcher selon sa perspective. Vous
pouvez connaître les Ecritures, mais la puissance vient en vous lorsque vous parvenez (par
l’Esprit de Dieu), à comprendre et à vivre selon le langage que Dieu veut vous communiquer
à travers les Ecritures. Car le langage de Dieu en vous à la capacité de vous instruire et vous
conduire sur le chemin de la Vie. Quand vous avez son langage en vous, vous arrivez à
sondez les Ecritures et à saisir le message, qui est la Pensée de Dieu pour vous. Le langage de
Dieu en vous, vous donne la capacité d’agir en tout point comme Dieu le ferait s’il était vous.
C’est à cause de la compréhension du langage de Dieu, qu’une personne ne va pas pouvoir
accepter dans son esprit, toute idée contraire à la Pensée de DIEU. C’est parce que nous
comprenons son langage, que nous avons su qu’aucune souffrance ou circonstance
imparfaite ne pouvait venir de lui. Dieu ne nourrit pas en lui la pensée de faire
intentionnellement du mal à qui que ce soit. La Parole de Dieu à cet effet, nous donne une
conviction tellement ferme dans l’Amour de Dieu, que face à l’adversité, notre Foi demeure.
C’est donc la Parole qui engendre et consolide notre Foi.
LA 2EME ARME SPIRITUELLE : LA FOI (le bouclier de la Foi)
La Foi est l’arme spirituelle la plus dissuasive. Paul l’a identifié à un bouclier car elle a la
capacité de mettre techniquement fin à toute espèce de lutte vaine. Votre Foi engage Dieu
lui-même contre vos adversaires. Par elle, vous êtes spirituellement caché en Dieu à travers
sa Parole. Et il est important justement de distinguer la Foi de la pensée positive. La Foi est
une assurance pleine en la Parole de Dieu et en la personne même de DIEU. La pensée
positive est quant à elle une discipline qui amène à percevoir toujours les circonstances sous
leur meilleur jour. Le monde fonctionne avec la pensée positive, mais l’Eglise marche par la
Foi. Ce qui manque au monde, c’est la révélation des desseins de Dieu. Car tout Homme a la
capacité de croire, et c’est d’ailleurs ce qui explique les prouesses que les Hommes ont pu
réaliser dans le naturel. Mais face à des dominations spirituelles, la pensée positive ne peut
absolument rien. En tant qu’Homme naturel, ce n’est pas parce que vous croyez que vous
n’allez jamais mourir que cela va se réaliser. Quand la mort vient vers vous, elle vient avec
une autorité, et elle se fiche de ce que vous pouvez bien croire ou non. Dans le monde
spirituel, la volonté est une clé pour exercer l’autorité. Mais sans autorité, votre volonté est
soumise à ceux qui disposent d’un pouvoir nettement supérieur au vôtre. C’est pourquoi en
tant qu’enfants de Dieu, Dieu nous a placés en Christ dans les lieux Très Haut, au-dessus de
toute domination, et de toute autorité spirituelle. Ainsi nous pouvons manifester notre Foi,
en la Parole de Dieu car nous reconnaissons notre position en Christ. Et même nos
adversaires reconnaissent aussi la position que nous avons en Christ. La Foi n’est donc pas
fondée sur le simple fait de croire, contrairement à la pensée positive. Mais elle est régit par
des principes spirituels qui favorisent en toute légalité, tous ceux qui ont été sanctifiés par
Dieu. La Foi a comme fondement les principes éternels et supérieurs de la Parole.
Comment expliquer le fait que des personnes qui ne sont pas nées de nouveau, parviennent
à vivre des réalités sur la base de leurs propres convictions ? En vérité si ces personnes
arrivent à vivre ainsi, c’est parce qu’elles obéissent sans le savoir, à un principe établi dans la
Parole Dieu : « Tout est possible à celui qui croit » Dieu ne s’oppose de lui-même à aucune
créature. Et vous constaterez qu’il y a dans la Parole de Dieu, des païens qui ont pu accéder à
des faveurs divines sur la base de leurs convictions. Cela démontre que le SEIGNEUR n’est
pas seulement le Dieu des Israélites, des chrétiens, ou des justes. Il est le Dieu de tout
Homme, qu’il le croit ou pas. Etant donné que la Terre est la propriété de l’Homme, Dieu lui
a donné autorité sur les choses de la Terre. Sur la base de ses convictions donc, un Homme
naturel a la capacité de vivre sur Terre des réalités qui émanent de ces choix personnels.
Mais au-delà de ce que les Hommes sont capables de faire sur Terre, il y a des forces qui leur
sont supérieures en autorité. Elles peuvent donc s’opposer aux convictions des Hommes, en
les influençant d’une manière ou d’une autre. Et malheureusement, quand les personnes se
laissent entrainés par l’influence de ces entités, elles ne disposent d’aucune base légale sur
laquelle elles peuvent se soustraire à leur volonté. La seule condition pour se soustraire à la
volonté de ces forces supérieures, c’est d’agir par la Foi en la Parole de DIEU. C’est justement
ce qui explique le fait que des personnes qui avaient une vie sociale agréable, vire du jour au
lendemain dans des difficultés sans précédentes. Parfois en quête de solution, ces personnes
ne font pas le bon choix, et se tournent vers des moyens alternatifs, dont l’efficacité a pour
but de les aveugler davantage.
Le fait de croire peut amener n’importe quel évènement à se manifester, à la seule condition
que nous soyons établis sur le roc de la Parole de Dieu. La Foi ne vient pas de ce que nous
sommes capables de considérer comme vrai ou faux, possible ou pas, réel ou imaginaire. La
Foi est une ferme assurance qui nous vient de la connaissance que nous avons de la Parole
de Dieu. Si nous savons que Dieu désire pour nous toute perfection et bénédiction, nous
demeurons dans cette assurance. Et rien ne peut nous soustraire de la conviction que nous
avons en DIEU. Car son Esprit en nous, nous édifie davantage en sa Personne. La Foi n’est
pas qu’un bouclier. Toute action dans le spirituel est conditionnée par notre Foi. Et nous
sommes supérieurs à nos ennemis parce qu’aucun d’eux ne place sa confiance dans la Parole
de Dieu. En se dissociant du plan divin, ces mauvais esprits se sont séparés de la puissance et
de la faveur qui est contenue dans sa Parole. Et nous qui plaçons notre Foi en Dieu, nous
sommes en tout point favorisés. Comment Dieu peut-il dévaloriser sa propre personne, en
favorisant les ennemis de ceux qui placent en lui leur Foi ? C’est inconcevable. Certains
diront mais Dieu étant amour, ne va-t-il pas aussi le manifester à ces esprits mauvais ? Dieu
est certes amour. Mais il ne peut pas manifester cet amour à l’égard de ces esprits, qui nient
sa grâce et qui s’opposent à son règne. Comme il le dit dans sa Parole : « Si l’on fait grâce au
méchant, il n’apprend pas la justice. Il se livre au mal dans le pays de la droiture, et il n’a
point égard à la majesté de Dieu. » (Esaïe 26V10). Dieu est Amour pour ceux qui sont sous la
grâce. Et il manifeste sa Justice à l’égard de ceux qui s’en écartent. Mais il ne fait de tort à
personne car toutes ces décisions sont justes. Même ceux qui sont conduits par sa grâce,
obéissent à un principe de Justice à cause de leur Foi en sa Personne.
La première chose que Dieu veut apporter à une personne c’est le Salut. Car le Salut vous
protège et vous donne accès à toutes les promesses de Dieu. Mais si vous refusez le Salut, ne
pensez pas que les esprits mauvais contre lesquels nous sommes confrontés, manqueront
l’opportunité de vous assujettir. Nous avons obtenu le Salut par un grand prix, que Dieu lui-
même veut valoriser à travers notre Foi. C’est pourquoi la Foi a la capacité d’éteindre et
d’annuler toutes les attaques de l’ennemi. Dieu se réjouit énormément des personnes de
Foi, car elles lui permettent de manifester sa gloire sur Terre. Quand le Seigneur dit à une
personne : « si tu crois tu verras la gloire de Dieu » beaucoup pensent que Dieu veut nous
éprouver. Mais ils ne perçoivent pas que la gloire de Dieu ne peut être à l’œuvre sur Terre
sans la Foi de l’Homme. En d’autres termes, Dieu ne peut pas démontrer sa gloire sans que
nous lui donnions accès. La Parole déclare que Dieu attend, désirant nous fait grâce (Esaïe
30V18). Le but du SEIGNEUR n’est pas donc de nous éprouver par notre Foi. Mais il veut que
nous comprenions que notre Foi est l’élément qui déclenche instantanément ses œuvres
dans notre vie.
LA 3EME ARME SPIRITUELLE : LE ZELE DE L’EVANGILE (les chaussures)
Dans le combat spirituel, les chaussures ne sont pas un luxe. Car nous avançons sur des
terrains piégés, qui sont parfois jalonnés d’épines, de pierres, de braises, de mines…etc. Mais
quand nous marchons avec le zèle de l’Evangile qui nous a été annoncée, nous écrasons
littéralement toute espèce d’obstacles qui a été placé sur notre chemin. Avoir le zèle de
l’Evangile en soi, c’est se résoudre à marcher selon la Vérité qui nous a été apportée par le
SEIGNEUR JESUS. C’est vivre une vie dont les différents aspects peuvent témoigner de la
grâce que le SEIGNEUR est venu communiquer au monde. Ce zèle donc ne se résume pas à
prêcher uniquement l’Evangile aux autres. Mais il consiste à le rendre évident à leurs yeux,
afin que notre attitude et nos œuvres puissent servir de témoignage. Quand vous êtes zélé
pour l’Evangile, vous prenez des initiatives avec l’aide du Saint Esprit, afin d’amener les
Hommes à intégrer le projet parfait de Dieu. Une telle attitude ne vous laisse pas passive.
Mais elle vous engage à injecter dans tous les aspects de la réalité, cette vie divine en vous,
avec une frénésie que rien ne peut arrêter. Certains essayeront de vous dissuader par des
propos ou des actions qui n’émanent pas de la vérité, afin de freiner votre élan, voire même
vous paralyser. Mais la connaissance que vous avez reçue de l’Evangile, sera votre argument
face à leurs vaines tentatives de dissuasion. C’est pour cette raison qu’en tant que Chrétiens
nous devons connaître l’Evangile du Seigneur Jésus dans toute sa globalité. Car c’est en
ayant connaissance de ses différents aspects, que nous pourrions avoir du zèle pour les
convictions que nous défendons.
Alors quels sont les différents éléments centraux de l’Evangile du Seigneur ?
On pourrait très bien résumer le message de l’Evangile du Seigneur Jésus ainsi :
EN JESUS-CHRIST NOUS AVONS TOUT PLEINEMENT PAR LA FOI EN SA PERSONNE.

1. EN JESUS-CHRIST
« Il nous a délivrés de la puissance des Ténèbres et nous a transportés dans le
Royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des
péchés. » (Romains 1V13-14)
En Jésus-Christ, nous sommes passés de la Mort à la Vie, des Ténèbres à la Lumière.
Autrefois, nous ne connaissions pas DIEU, nous étions même ennemis de DIEU à
cause de nos péchés. Car par le péché, nous nous sommes littéralement opposés au
plan de DIEU. Ainsi, un jugement et une condamnation éminente planait sur toute la
création. Dans sa sagesse, le SEIGNEUR a eu soin de notre vie, qu’il estime bien trop
précieuse à ses yeux. Au point où, il a dû s’offrir en sacrifice pour que nous obtenions
la Justice de DIEU. Par cette Justice que nous avons obtenue en sa Personne, il nous a
adoptés comme des enfants bien-aimés, afin que nous vivions éternellement avec lui
dans son Royaume de Gloire. En Jésus-Christ, nous avons donc l’assurance que plus
rien ne pourrait nous séparer de DIEU, à cause de la valeur si précieuse de son
sacrifice. En lui, DIEU nous perçoit tel qu’il est, afin que nous ayons l’assurance que
nous lui sommes agréables, indépendamment de notre état actuel. Etant devenus
des membres de sa propre personne, comment pourrait-il nous haïr, lui qui est Saint,
Juste et Parfait ?

2. NOUS AVONS TOUT PLEINEMENT


« Je ne rejette pas la grâce de DIEU ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est
donc mort en vain. » (Galates 2V21)
La Bonne Nouvelle qui nous est annoncée, c’est que nous avons déjà pleinement
acquis toute chose en lui :
- La Justice
- Le Salut (la Vie éternelle)
- La guérison de l’âme, du corps et de l’esprit
- Les perfections du monde à venir
- Les biens du monde présent…etc.
Paul dans son message, nous exhorte à saisir la Grâce de Dieu. Il dit d’ailleurs qu’il ne
la rejette pas. Car si la justice ; le Salut ; la guérison de l’âme, du corps et de l’esprit ;
les perfections du monde à venir ; les biens du monde présent…etc. s’obtiennent par
la Loi (la qualité de nos œuvres propres), quelle valeur le sacrifice du Seigneur Jésus
occupe-t-il dans notre vie ?

3. PAR LA FOI EN SA PERSONNE


La Foi en la personne de Jésus est ce qui va littéralement nous permettre d’entrer
dans une dimension incontournable de faveur. Certains viennent à Dieu en
présentant leurs efforts personnels. Mais la Parole de Dieu nous révèle qu’il y a rien
qui a plus de valeur dans le monde que le sacrifice de son Fils bien-aimé pour les
Hommes. Si donc, vous venez à DIEU avec la Foi que vous portez en Jésus, rien ne
vous sera impossible. Placer sa confiance dans le SEIGNEUR JESUS pour tout et en
tout temps, est la clé pour accéder à la faveur divine.

LE SAINT ESPRIT ET LA SPIRITUALITE CHRETIENNE


La spiritualité chrétienne est animée par le Saint Esprit, qui est l’Esprit de Dieu.
Contrairement à ce que certains ont longtemps cru, le Saint Esprit n’est pas une personne
distincte du Père et du Fils. On le comprend aisément si justement on prend en
considération le fait que Dieu est par nature Esprit, et qu’il a la capacité de prendre une
multitude de formes sans perdre son essence. L’esprit de l’Homme ne possède pas la
capacité d’être omniprésent. C’est-à-dire l’Homme de lui-même, n’a pas la capacité d’être
partout à la fois, tout en se présentant sous des apparences différentes. Quand on dit de
DIEU qu’il est omniprésent, il ne s’agit pas de dire qu’il peut se trouver à deux ou trois
endroits en même temps. Mais l’omniprésence de DIEU révèle qu’il est déjà partout à la fois.
Contrairement à l’Homme donc, Dieu peut à travers son Esprit, agit indépendamment des
apparences visibles du Père ou du Fils qu’il prend. C’est pourquoi plusieurs personnes
peuvent expérimenter la plénitude de Dieu au même moment.

« …il voit une représentation de l’ETERNEL… » (Nombres 12V8)

Dans l’exécution du plan divin, Dieu va agir lui-même sous ses trois aspects révélés : le Père ;
le Fils ; le Saint-Esprit. A travers ces différentes identités, il nous révèle des rôles qu’il est le
seul à pouvoir tenir dans la création. Par ses actions, Dieu veut nous amener à considérer le
fait qu’il vit avec nous, et qu’il n’est pas insensible aux réalités que nous vivons. Bien au
contraire, il œuvre afin de nous amener à accéder à une Liberté Parfaite. La sagesse
spirituelle devrait nous amener à comprendre que DIEU est par nature une Personne, qui
peut agir en plusieurs Hommes, et sous plusieurs aspects. Le SEIGNEUR à travers l’Ancien
Testament, nous révèle d’ailleurs que Moïse a eu l’opportunité de contempler « une
représentation » de sa Personne (Nombres 12V8). DIEU est un Esprit dynamique qui n’est
pas figé dans le temps ou dans l’espace. Ce dynamisme qui est propre à sa personne lui
vaudra d’ailleurs plusieurs noms. Mais au-delà de ces différentes appellations, il se révèle
comme étant « JE SUIS » Autrement dit, le nom de DIEU nous révèle qu’il est celui qui existe
de lui-même, et qui n’est soumis qu’à l’exercice de sa propre volonté. Aucune condition ne
pourrait amener DIEU à agir contre sa propre volonté. Ainsi, Job dira au SEIGNEUR : « Je
reconnais que tu peux tout, et que rien ne s’oppose à tes pensées. » (Job 42V2). Mais nous
devons comprendre que la volonté de Dieu qui est toujours parfaite, ne peut pas s’exprimer
dans la vie d’une personne si elle ne coopère pas avec sa Parole. DIEU n’exprime sa volonté
pour quiconque qu’à travers sa Parole. En dehors de sa Parole, il n’y a que chaos et
imperfection. Vous ne pourrez accéder aux faveurs divines si la Parole de Dieu ne demeure
pas en vous. Donc, le fait que rien ne s’oppose à la pensée du SEIGNEUR n’est pas un
argument valable pour croire qu’il est l’auteur des malheurs ou des péchés des Hommes.
DIEU est tellement Saint et Pur, qu’aucune intention mauvaise ne peut venir de lui. C’est
pour préserver justement sa perfection et son cœur si aimant et si doux, que les Saints
Anges instruits selon la Sagesse divine, vont exercer le ministère de Justice. Dans ce
ministère, tous ceux qui ne marchent pas selon la Parole de Dieu sont sujet au jugement et à
la condamnation. Et la Loi ou le commandement constitue la base légale sur laquelle les
anges saints se fondent pour exercer ce ministère. Ainsi vous comprenez que sous le rapport
de la Loi, il est impossible pour une personne d’accéder à l’intimité de Dieu et de profiter de
sa Grâce et de ses trésors. Or, vu l’état des Hommes et des créatures spirituelles qui se sont
dissociés de la volonté de DIEU, il était important que la Loi soit institutionnalisée. Sous un
rapport de la Grâce, ils auraient finis par détruire la création parfaite de DIEU à cause de leur
nature corrompue. Et cela a été démontré à travers la première génération d’Hommes qui a
existé avant le déluge. Comme l’a révélé le SEIGNEUR, « Ne donnez pas les choses saintes
aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent
aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent. » (Matthieu 7V6). Sans donc ce ministère
de Justice exercé par les saints anges, le monde serait perpétuellement un chaos. Et même le
ciel, serait devenu un véritable enfer.
C’est sous le rapport de la Grâce que les Hommes peuvent connaitre le cœur de Dieu et
prendre part aux richesses de sa gloire. Car tous ceux qui sont sous la Grâce, ont une
nouvelle nature en laquelle la corruption n’existe pas. Il n’y a donc aucun risque donc qu’un
Fils de Dieu puisse se rebeller dans le Royaume de son Père, qui est aussi le sien. La Loi est
inopérante pour ceux qui ont été admis à la Grâce par leur obéissance à la Parole de DIEU. Le
ministère de la Grâce est exercé par Dieu lui-même et ses enfants. Car ils sont les seuls à
communiquer au monde, cette vie divine qu’ils portent en eux.

Toujours dans sa dynamique, l’Esprit s’est révélé aux Hommes sous une forme humaine en la
personne de Jésus. Quand DIEU s’est fait Homme, il a totalement épousé la condition
humaine, sans toutefois perdre son essence divine. En prenant cette condition, le But de
DIEU est de permettre aux Hommes de parvenir à sa Justice, afin qu’il puisse accéder à ses
perfections. Le SEIGNEUR est venu donc libérer les Hommes de la Loi, en leur communiquant
sa propre nature, sur laquelle le péché n’a aucun pouvoir. Si vous faites un parallèle entre
l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, vous comprendrez que le SEIGNEUR JESUS est
pleinement DIEU. Car les paroles qui se rapportent à lui, étaient les mêmes qui
s’appliquaient à DIEU lui-même. En prenant la condition humaine, le SEIGNEUR a agi comme
le Fils de DIEU. Car son humanité est issue de l’Esprit. Il est donc réellement né de DIEU,
qu’il identifie lui-même au Père désormais. Afin de se faire connaître à toutes ses créatures,
DIEU a dû sortir de sa condition, pour demeurer dans une condition « humaine » Et comme
DIEU ne peut pas être détruit par quoi que ce soit, le SEIGNEUR a donc conserver cette part
de son humanité, sans perdre ses perfections divines. Donc à la question de qui est Jésus ?
Nous savons qu’il est le Fils de DIEU parce qu’il a dû naitre de l’Esprit pour avoir une
condition humaine. Et il est lui-même DIEU parce qu’indépendamment de sa condition
humaine, sa divinité n’en reste pas moins diminuée.
Quand il a achevé son ministère terrestre, le SEIGNEUR JESUS a promis demeurer avec nous
à travers son Esprit. Cet Esprit qui n’est en rien différent de celui qui existait avant toute
chose, a donc été répandu sur les Hommes qui placeraient leur Foi en sa personne.
Paul va même identifier l’Esprit de Dieu à celui du Seigneur Jésus, quand il révèle que l’Esprit
de Jésus ne leur permit pas d’entrer en Bithynie (Actes 16V7). Dans le verset précédent, il
mentionne que le Saint Esprit les avait empêchés d’annoncer la Parole dans l’Asie (Actes
16V6). N’est-ce pas le même Esprit qui a agi dans ces deux cas de figures ? A moins qu’il y ait
deux Esprits ou personnes qui agissaient dans les apôtres. Et si ces passages peuvent
paraître moins évidents, Paul a révélé : « …Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui
appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps il est vrai est mort, mais l’esprit est vie à
cause de la justice. » (Romains 8V9-10). Comment l’esprit de Christ peut être sur plusieurs
personnes en même temps, s’il ne possède pas cette omniprésence qui est propre à DIEU ? Il
est vrai que le Saint Esprit est une Personne, et c’est le Seigneur Jésus, qui est lui-même
Dieu. Le Seigneur a même révélé aux disciples qu’ils connaissent l’Esprit car il demeure avec
eux et il sera en eux (Jean 14V17). De qui voulait-il parler si ce n’est de lui-même ? Car en ces
instants, les disciples n’avaient aucune expérience avec « le Saint Esprit » ou « le Père ». La
seule personne qu’ils avaient vue et qu’ils connaissaient, était LE SEIGNEUR JESUS. Philippe a
d’ailleurs voulu voir le Père. Mais Jésus lui a révélé que celui qui l’a vu a vu le Père (Jean
14V9). Et ce qui peut paraître bouleversant, c’est qu’à cette demande de Philippe, le
Seigneur interrogea les disciples en leur disant : « Il y a si longtemps que je suis avec vous,
et tu ne m’as point connu, Philippe !...comment dis-tu : montre nous le Père ? » Il dit
encore : « En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et
que je suis en vous. » (Jean 14V20).
DIEU est donc un Etre, une Personne par essence, quantitativement et qualitativement. Quel
esprit était dans le Seigneur Jésus ? Celui d’un Homme ou celui de Dieu lui-même. Si Jésus
avait son esprit propre qui était distinct de celui de Dieu, alors il ne pouvait pas être Dieu. En
tant qu’enfants de Dieu, nous ne pouvons pas prétendre être DIEU car notre esprit est certes
unis à lui, mais distinct de sa Personne. Mais nous reconnaissons que le SEIGNEUR JESUS est
DIEU, parce que quand il était dans sa chair, l’Esprit qui était dans son corps était celui de
DIEU. Et c’est son Esprit propre qui est aujourd’hui répandu sur les différents membres de
son l’Eglise.

« …il y a un seul Seigneur…un seul DIEU et Père de tous, qui est au-dessus de tous, parmi
tous et en tous. » (Ephésiens 4V5-6).

Nous savons que le Saint Esprit est l’Esprit du Seigneur Jésus. Et, cet Esprit agit
conjointement à travers les identités de Père et de Fils. Mais au-delà de ces deux identités,
l’Esprit peut prendre une infinité de formes (colombe, langues de feu, pluie,…etc.). Ce sont
ces diverses formes qui le distinguent en apparence des identités du Père et du Fils, qui
laissent entendre qu’il est une personne distincte de ces deux identités. Les Hommes sont
habitués à distinguer les personnes par leurs apparences. Quand on voit un tel, on le
reconnait à son apparence et on peut facilement le nommer. Et comme Dieu agit à travers
trois apparences centrales, alors en les distingue en définissant une personne du Père, une
personne du Fils et une autre du Saint Esprit. Or en vérité, il suffit à Dieu d’être une seule
Personne pour prendre toutes les formes qu’il aimerait prendre. La personne même de Dieu
est un mystère. Dieu est partout à la fois à travers son Esprit. Mais sa présence est réelle et
évidente que pour ceux qui veulent s’approcher de lui. Dieu est présent, attendant que les
Hommes puissent lui ouvrir leur cœur. Et cette ouverture du cœur de l’Homme passe
nécessairement par une repentance sincère qui est conduite par l’Esprit de Dieu.

« …Si quelqu’un m’aime, il gardera ma Parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui,
et nous ferons notre demeure chez lui. » (Jean 14V23)

Quand une personne ouvre son cœur à Dieu pour une première fois, instantanément l’Esprit
va la convaincre de péché. C’est-à-dire, Dieu va amener cette personne à reconnaître son
état de pécheur. C’est le début du processus de repentance. Après que Dieu va la convaincre
de péché, il va lui révéler son Amour. C’est la conviction de justice. Par la conviction de
Justice, Dieu va lui démontrer qu’elle l’aime malgré tout ce qu’elle aurait pu faire. Et c’est à
cause de cet Amour qu’il a pris sur lui tout le poids de ses fautes. Et l’Homme est restauré
dans son être à cause de cette révélation qu’il a eu. Spirituellement, Dieu va rebâtir l’Esprit
de l’Homme par la révélation qu’il a eu de son plan de Salut : C’est la Nouvelle Naissance.
Sans le Saint-Esprit vous ne pouvez pas marcher dans une relation parfaite avec DIEU. Il est
facile de dire aux gens d’apprendre à développer une intimité avec Dieu, mais il est tout
aussi important de leur révéler que le Saint Esprit demeure la clé de cette intimité. Quand
l’Esprit vient habiter dans une personne, c’est Dieu qui vient élire domicile chez cette
personne. Il est important de reconnaître réellement qui est le Saint Esprit, car vous ne
pourrez bâtir une relation solide avec une personne que vous ne connaissez pas
véritablement.

« …le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la
fidélité, la douceur, la tempérance ; » (Galates 5V22).

Le fruit de l’Esprit nous révèle les valeurs morales de DIEU. DIEU est donc l’opposé de tout ce
que la religion nous a laissé entendre. Il est important de méditer sur chaque aspect de ces
valeurs morales, car c’est ainsi que nous aurons de l’assurance. Si nous ne connaissons pas
DIEU, il sera difficile de lui faire totalement confiance.
Quand on reconnait l’identité de l’Esprit de Dieu, on comprend pourquoi le SEIGNEUR JESUS
a mentionné que l’Esprit le glorifiera quand il sera venu (Jean 16V14). Car l’Esprit nous
démontre sa divinité. Sans le Saint Esprit, vous ne pouvez pas pratiquer la spiritualité
Chrétienne. Car c’est lui qui en est l’Animateur et même l’Auteur. Il est la présence du
SEIGNEUR JESUS parmi nous et en nous. Et si des miracles sont encore possibles par le nom
du Seigneur Jésus, c’est parce que son ESPRIT est avec nous, même si physiquement on ne le
voit pas.
« …Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28V20).
Nous qui marchons selon la voix du SEIGNEUR JESUS, ne sommes que ses ambassadeurs.
C’est pourquoi dans cette spiritualité, aucun Chrétien ne peut prétendre posséder une
connaissance ou des capacités supérieures par rapport à son « frère ». Car c’est le SEIGNEUR
lui-même qui opère toute chose parmi nous au moyen de la Foi. C’est lui qui continue
d’opérer des signes et des miracles à travers son ESPRIT. Dans ce modèle de spiritualité,
nous reconnaissons qu’il n’existe pas plusieurs vérités, mais une seule et unique Vérité qui
est celle du Dieu Créateur. C’est pourquoi il est spécifié dans la Parole de Dieu que, quand
l’Esprit de Vérité sera venu, il vous conduira dans la vérité toute entière (Jean 16V13).
Autrement dit, nous reconnaissons que l’Homme dans son état originel est incapable
d’accéder de lui-même à la Vérité, sans une intervention divine. Nous ne parlons pas dans ce
cas d’interventions surnaturelles ou d’une quelconque connaissance que de prétendus
« dieux » pourraient apporter à l’Homme. Mais dans le cas de cette spiritualité, nous partons
du principe que seul le Créateur lui-même peut nous faire parvenir à la Vérité, celle qui
émane de lui. Car il est sans aucun doute celui qui possède la Vérité dans son essence la plus
parfaite.
« …la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. » (Jean 1V17).
Donc le Chrétien spirituel, à cause du Saint Esprit, n’est même pas dans une quête de vérité,
contrairement à ce que d’autres formes de spiritualités peuvent laisser entendre. Il est
plutôt dans une découverte et une croissance perpétuelle dans la Vérité, celle de Dieu. Et le
but de ce processus est qu’il accède aussi à une forme de Liberté qui est propre à celle de la
divinité. La Vérité que nous avons auprès de Dieu par son Esprit, est à cet effet le seul
vecteur qui nous conduit dans la Vraie Liberté. Comme il est d’ailleurs mentionné dans la
Parole de Dieu : « vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libre. » (Jean 8V32). Ce
qui est particulièrement important à souligner c’est qu’il ne s’agit pas une fois de plus, d’une
liberté qui peut varier en fonction du regard de chacun. Cette liberté qu’est censée nous
apporter la Vérité n’est pas relative ou partagée en fonction de nos différentes aspirations.
Mais il s’agit du type de Liberté auquel Dieu lui-même a accès, à cause de la qualité de Vie
qui demeure en lui. Cette Liberté nous est accordée par la connaissance que nous avons de
la Vérité révélée qui est le Seigneur Jésus lui-même. Car il se définit lui-même comme étant
la Vérité (Jean 14V6). Le principe de la Liberté à laquelle nous participons donc, nous amène
à être libre et épanouir à tout point de vu, à cause De la connaissance que nous avons du
Christ-Jésus et de son œuvre. Ce qui va qualifier de Parfaite cette Liberté que nous recevons
de lui, c’est qu’en plus d’être Totale, elle est aussi Sagesse et Compassion. La spiritualité
chrétienne ne vous impose pas de parvenir vous-même à une forme quelconque de
perfection, puisque vous en êtes incapable. Mais par l’Esprit de Dieu qui produit en vous le
vouloir et le faire, elle vous conditionne à marcher dans la perfection et l’accomplissement
des choses que la Morale ou le bon sens, pourrait exiger de vous.
Quand le Saint Esprit vient en vous, il ne vous conduit pas seulement dans un schéma parfait
de Vérité et de Liberté. Mais cet Esprit change avant tout votre nature, afin de vous
communiquer la nature divine. Car il est évident que vous ne pouvez expérimenter en vous-
même les perfections divines, si vous ne portez pas aussi en vous la nature de Dieu. Or si
Dieu désire que vous puissiez expérimentez les réalités qui lui sont propres, vous devez
comprendre que cela passe nécessairement par la qualité de vie que vous avez en vous. Un
homme naturel donc ne peut prétendre expérimenter la vie de Dieu. Le SEIGNEUR JESUS en
vous, vous transmet donc sa vie (la vie éternelle). Cette vie que vous recevez de sa part vous
conditionne pour la vraie liberté. Car la vie éternelle n’est pas simplement caractérisée par
l’immortalité. Mais elle se distingue par des caractères qui sont propres à Dieu et que rien ne
peut contrarier. Quand vous avez la vie éternelle, les caractères de justice et de sainteté qui
définissent Dieu, vous définissent également. Mais ces deux éléments ne constituent pas les
seuls caractères qui sont propres à la divinité. La grâce que le SAINT ESPRIT vous
communique quand il vient habiter en vous est de vous permettre de participer à la nature
divine (2 Pierre 1V3-4). Par la Foi en cette révélation, vous pouvez vivre des réalités
qu’aucune créature ne peut prétendre atteindre. Avant que vous ne receviez l’Esprit Saint en
vous, vous devez être spirituellement une nouvelle créature, qui puisse porter en elle cette
vie qui est propre à Dieu. Car Dieu ne peut pas communiquer sa vie à un pécheur. C’est la
raison pour laquelle, le Saint Esprit prend soin de vous engendrer lui-même, afin que vous
deveniez cette nouvelle créature. Ainsi, vous devenez un enfant légitime de Dieu. C’est à
juste titre que l’Esprit Saint est aussi qualifié d’Esprit d’Adoption (Romains 8V15).
« L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »
(Romains 8V16).
Dans la Spiritualité Chrétienne donc, nous considérons tous ceux qui sont conduits par le
SEIGNEUR JESUS comme des « frères » A la vérité nous sommes frères, car la Parole révèle
que tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont Fils de Dieu (Romains 8V14). Et Dieu
lui-même atteste cela, quand il révèle dans sa Parole : « Je serai pour vous un père, et vous
serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur Tout-Puissant. » (2 Corinthiens 6V18). La
Spiritualité Chrétienne aussi nous enseigne qu’il a fallu que Dieu lui-même prenne une
condition humaine, afin de nous démontrer le type de vie que nous sommes censés
manifester en tant qu’enfants de Dieu. Quoique le but qu’il est venu accomplir dans cette
condition ne se résume pas à cela. Et c’est justement la révélation de ce mystère qui choque
les religieux et certaines personnes, qui n’ont pas l’Esprit de Vérité. Pour elles, c’est
inconcevable que le grand Dieu inaccessible par sa force et son autorité, puisse se rabaisser
jusqu’à s’humilier en mourant sur une croix. Pour ces gens, Dieu ne peut pas mourir car c’est
théoriquement absurde. Ils le pensent à un tel point, qu’on ne peut que se demander si c’est
en réalité impossible que Dieu meurt, même s’il le voulait. Dans leur obstination, il limite
eux-mêmes Dieu dans sa capacité à disposer pleinement de lui-même. Si sa Toute-puissance
est incapable de lui permettre d’expérimenter la mort pour un but spirituel, on admettra sur
la base de leur raisonnement que Dieu est limité. Mais le fait de mourir et de ressusciter, en
vérité vient démontrer que non seulement il n’est pas limité, mais que même la mort n’a sur
lui aucun pouvoir destructeur. C’est donc une grande espérance qu’il vient donner à ses Fils
que nous sommes et qui partageons sa nature. Nous reconnaissons par cette démonstration
de puissance, que la mort n’a pas de pouvoir sur le type de vie que nous avons reçu de Dieu
notre Père. Nous partageons entre frères donc une grande espérance. Car comme l’a
souligné Paul, nous croyons que : « …Dieu, qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera
aussi par sa puissance. » (1 Corinthiens 6V14). C’est pourquoi dans la Spiritualité
Chrétienne, nous considérons comme « endormis » un frère qui est physiquement mort.
Nous savons que son esprit est auprès de Dieu son Père, dans le lieu de Repos, cette
condition inégalée de gloire et de richesses. Et au jour de la résurrection, ce corps physique
qu’il a laissé sur Terre ressuscitera pour revêtir l’immortalité. Comme il est révélé dans la
Parole : « …Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Oui dit l’Esprit,
afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent. » (Apocalypse 14V13).
Il est aussi important de souligner que la Spiritualité Chrétienne n’est pas une religion. En
cela, même les religions chrétiennes qui se distinguent par leurs différentes dénominations,
ne peuvent prétendre la pratiquer. Car la Spiritualité Chrétienne pratique la Foi Véritable,
celle qui est pleinement manifestée à travers les œuvres que produit en chacun de nous le
SEIGNEUR JESUS par son Esprit. Toutes les religions sont dans l’erreur, et même la
Spiritualité Chrétienne le serait aussi si elle n’était pas guidée par l’Esprit du Seigneur. Cette
spiritualité nous révèle que nous tous qui marchons selon la Vérité, constituons l’Eglise, une
dimension Sainte et Spirituelle du Corps même de Dieu. Nous accédons à un niveau parfait
de relation, à cause du même Esprit qui est répandu sur nous et qui nous unis chacun,
comme les différents membres d’un seul Corps. C’est pour cette raison que nous ne
percevons pas un frère né de nouveau comme un pécheur mais comme un saint. Car nous
sommes sanctifiés par l’Esprit de Christ qui est répandu sur nous, et nous sommes une
nouvelle créature.
« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont
passées ; voici toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5V17).
Le Chrétien spirituel n’est pas en vérité un ancien pécheur. Il est une nouvelle créature sur
laquelle le péché n’a jamais eu un quelconque pouvoir, à cause du Saint Esprit et de sa
nature nouvelle, qui est conforme à celle de Dieu. Nous ne manquons donc pas le But de
Dieu, qui n’a pas créé l’Homme pour résoudre ce problème insoluble du péché, comme
toutes les religions laissent entendre. Nous marchons dans la pensée de Dieu qui a créé les
Hommes pour les adopter en tant que fils et filles, afin qu’ils soient à sa ressemblance et à
son image en tout point de vu. Et c’est ce que révèle en vérité, le mystère de la Nouvelle
Naissance. Quand vous êtes nés de nouveau, vous êtes morts à votre ancienne nature
corrompue par le péché. Et de cette mort, a émergé une nouvelle race, semblable au
Seigneur Jésus. C’est-à-dire nous portons en nous-mêmes par nature, comme le Seigneur, les
perfections divines. Paul révèle : « le premier homme, tiré de la terre est terrestre ; le
second homme est du ciel. Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres ; et tel est le
céleste, tels sont aussi les célestes. » (1 Corinthiens 15V47-48).
La plupart des religions chrétiennes croient que l’Eglise est un lieu, où se réunissent des
personnes de diverses origines, pour partager la Parole de Dieu. Or en vérité, il existe des
personnes dans nos différentes assemblées chrétiennes, qui peuvent avoir une attitude
irréprochable en termes de conduite, mais qui ne sont pas encore nés de nouveau. Ces
personnes ne sont donc pas membres du Corps, parce qu’elles ne portent pas encore en
elles la vie de Dieu. La Spiritualité Chrétienne n’exclut pas le fait qu’une personne devrait
avoir une bonne conduite et d’excellentes valeurs. Elle révèle simplement que tout ceci n’est
pas un critère valable d’authenticité. Les religions chrétiennes sont dans une forme de
discipline, qui vise à la pratique rigoureuse des choses qui sont écrites dans la Bible. Leurs
attitudes démontrent soit leur mauvaise foi visant à retenir captif la vérité, soit leur
ignorance des mystères spirituels, ou leur immaturité. Elles cherchent toujours des moyens
d’absoudre les fautes car elles ne saisissent pas le mystère de la nouvelle création. Si de
vous-même vous voulez pratiquez les choses qui sont propres à Dieu, vous êtes déjà dans
l’erreur. La manière dont les religions se comportent donnent l’impression que Dieu a
échoué dans sa Création à cause du péché, et qu’il revient aux Hommes de corriger ce
« échec divin ». Or c’est par l’Esprit Saint que vous serez « naturellement » conduit à agir
comme Dieu le ferait, s’il avait un corps. En d’autres termes, c’est par lui que vous pourrez
agir comme Christ, en pratiquant d’une manière naturelle la Parole de Dieu. Les religions
chrétiennes ont la lettre (la Parole écrite de Dieu ou la Bible) mais elles n’ont pas l’Esprit (la
pensée de Dieu). Ainsi, elles croient que c’est en s’évertuant à obéir ou à pratiquer d’elles-
mêmes les choses qui sont contenues dans la Parole écrite, qu’elles seront agréables à Dieu.
Or c’est par la Foi qu’une personne est agréable à Dieu (Hébreux 11V6)
« …la lettre tue, mais l’Esprit vivifie. » (2 Corinthiens 3V6)
La lettre est le modèle à partie duquel les religions chrétiennes ont décidé de s’approcher.
Elle reflète un modèle de loi, qui vous expose à la condamnation quand vous vous approchez
d’elle, avec l’intention de vouloir vous-même la pratiquer. Comme l’a signifié Paul : « ...tous
ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit
est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne la met pas en
pratique. » (Galates 3V10). Si vous voulez de vous-même obéir à la Parole de Dieu, vous avez
intérêt à obéir et à pratiquer tout ce qui est écrit dans cette Parole. Or l’Ancienne Alliance a
démontré que cela était impossible sans le Saint Esprit. Quand c’est par l’Esprit que vous
pratiquez la Parole de Dieu, vous démontrer la Liberté que vous avez en tant que Fils, de
vous approcher des choses qui sont propres à votre Père, afin de les manifester. Vous
pouvez très bien lire la Parole de Dieu sans la comprendre, car c’est l’Esprit qui vous révèle la
pensée dans laquelle les choses ont été dites. Et dès l’instant où nous sommes enfants de
Dieu, ce n’est pas à la lettre que nous sommes tenus d’obéir, mais à l’Esprit. Et tout ce que
l’Esprit révèle à notre esprit au moyen de la Parole écrite, parlée, ou révélée de Dieu, il nous
donne aussi la capacité de le pratiquer.
« Ce n’est pas à dire que nous soyons par nous-mêmes capable de concevoir quelque
chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire vient de Dieu. » (2
Corinthiens 3V5).
Dans la Spiritualité Chrétienne, l’Esprit ne vous demande pas de faire ceci ou cela avant de
recevoir quoi que ce soit de Dieu. Cette spiritualité vous amène à reconnaître les choses que
Dieu a déjà accomplies par sa Parole, et qui font désormais partie de votre provision, afin
que celles-ci puissent se manifester à travers vous. Son but est donc de manifester la vie de
Dieu ou sa Pensée en nous, dans tous les aspects de cette condition matérielle et même au-
delà. La Spiritualité chrétienne vous engage dans une vie de Foi dans les desseins de Dieu.
Car nous savons que toutes les imperfections ou limites qui sont dans ce monde, n’émanent
pas directement de Dieu. Au fait, tant que vous ne parvenez pas à savoir d’où viennent
toutes ces imperfections qui sont dans ce monde, il vous sera difficile d’avoir de l’assurance
face à des religieux ancrés dans la lettre. Toute imperfection en vérité tire sa source de
l’influence de certaines forces invisibles, et de cette forme de vie corrompue qui est propre à
la chair. Or ce n’est pas parce que nous agissons bien que ces forces ainsi que l’effet de la
chair seront anéanties. Mais c’est par une foi persévérante dans la Parole qui nous révèle
que nous sommes morts avec Christ dans la chair et aux principes élémentaires du monde,
que peu à peu la vie divine sera une évidence en nous. En marchant donc par la Foi au plan
révélé de Dieu, nous sommes persuadés que nous exécuteront ses desseins. Et cela ne
viendra pas de nous, mais de la grâce agissante par la Foi.
« …j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais par la grâce de Dieu qui est
avec moi. » (1 Corinthiens 15V10).
La raison pour laquelle il est pénible pour les chrétiens de vivre une vie conforme à la
Parole, c’est parce qu’ils veulent agir par la chair et non par la Foi. DIEU veut que le monde
visible redevienne un reflet des perfections éternelles et invisibles. Mais pourvu que nous
agissions avec son Esprit par la Foi.
Le fait d’être né de nouveau fait partie de l’une des étapes initiatiques dans la Spiritualité
Chrétienne. C’est à votre nouvelle naissance que l’Esprit du Seigneur Jésus vient demeurer
en vous. La deuxième étape va consister à vous nourrir de la Parole de Foi, qui est utile à
notre croissance dans l’Esprit. Cette étape est d’ailleurs continue. Car vous devez
constamment vous nourrir de la Parole de Dieu pour gagner en maturité. Mais on pourrait la
considérer comme une étape, car il y a une période bien définie où le Croyant commence à
développer naturellement une sensibilité pour la Parole. Cette étape débute généralement
quand il reconnait en lui-même, qu’il y a des réalités auxquelles il ne devrait plus être soumis
en tant qu’enfant de Dieu. Pour ce qui est de l’onction que beaucoup de Chrétiens
recherche, il faut comprendre qu’ils l’ont déjà à leur Nouvelle Naissance. Quand nous
sommes nés de nouveau, nous avons été oints par le Seigneur. Et c’est d’ailleurs ce que Jean
va révéler quand il affirme : « pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en
vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous
enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge,
demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés. » (1 Jean 2V27). Quand
Dieu vient demeurer en nous à travers son Esprit, son but premier est de nous sceller pour le
Salut. Ensuite il nous enseigne à travers notre esprit et nous guide dans la méditation de la
Parole de Dieu. Les enfants de Dieu pour la plupart ne reconnaissent pas que cet intérêt
subit pour la Parole de Dieu, est conditionné par le Saint Esprit en eux. Vous pouvez être
attiré par la Parole de Dieu pour y rechercher un quelconque intérêt, quand vous n’êtes pas
nés de nouveau. Mais celui qui est né de nouveau, à cause de sa Foi en l’œuvre du Seigneur,
perçoit la Parole comme la clé qui lui révèlera la profondeur de son Héritage.
Si vous n’êtes pas instruits dans les voies du Seigneur, il vous sera difficile d’exercer avec
sagesse le service divin. Et vous risquez d’être un scandale pour plusieurs.
Le service est lié à l’exercice du don ou des dons que nous avons reçu du SEIGNEUR JESUS,
pour l’édification commune de l’Eglise (ensemble du Corps des Croyants). Ainsi, le ministère
spirituel auquel un Chrétien peut être appelé ne se résume pas uniquement à servir au sein
d’une assemblée locale (temple ou autres lieux de rassemblement de Chrétiens). Le but du
ministère ou de l’exercice des dons spirituels, est d’amener les Hommes à croire que Dieu
est réellement présent au milieu de nous. Par cette conviction, le maximum de personnes
sera ajouté à la grande Famille de Dieu. Nos assemblées constituent des lieux d’édification et
d’exhortations entre frères. Mais la grande moisson ne se fera pas dans nos temples, mais
dans le monde.
Par votre Nouvelle Naissance, vous êtes déjà capable par la Foi, de marcher conformément
au plan de Dieu pour votre vie. Le but du Saint Esprit en vous est de vous sceller pour votre
Salut. Si vous mourez dans cette condition, votre esprit ira au ciel car il est saint. Mais le
SAINT ESPRIT ne s’arrête pas à cette seule étape. Car sa venue en vous se fait suivant deux
dynamiques. La première dynamique est celle qui est consécutive à votre salut et de votre
adoption dans la Famille de Dieu. Mais la deuxième dynamique se fait selon une action
puissante et persuasive. C’est cette seconde dynamique manifestée par la puissance que
recherchent beaucoup de chrétiens. Elle est généralement illustrée par un revêtement de
puissance. C’est cette seconde dynamique que le SEIGNEUR a expérimenté dans sa condition
de chair après qu’il eut été baptisé par Jean Baptiste. Et c’est aussi ce que les disciples vont
expérimenter au jour de la Pentecôte. Le but de cette seconde dynamique induit
généralement un réveil spirituel à l’échelle personnelle, collective, ou même mondiale. Car
vous disposez à cet instant d’un mandat divin dûment attesté dans le spirituel, pour agir en
tant que représentant de Dieu sur Terre. Certains pensent qu’une personne est née de
nouveau quand elle est baptisée ou revêtu du Saint Esprit. Or cette idée n’est pas vraie. Il est
possible qu’une personne puisse expérimenter consécutivement ces deux expériences
(Nouvelle Naissance et Baptême du Saint Esprit). Mais nous ne devons pas croire que le
baptême du Saint Esprit est un élément préalable à la Nouvelle Naissance. Par contre, vous
ne pouvez pas expérimenter le baptême du Saint Esprit, si vous n’êtes pas déjà né de
nouveau. Et quand vous êtes né de nouveau, vous pouvez déjà parler en langues. Car le Saint
Esprit est déjà en vous par votre Nouvelle Naissance. Ce n’est donc pas parce qu’une
personne parle en langues qu’on dira qu’elle est baptisée du Saint Esprit. Mais une personne
qui est baptisée du Saint Esprit est automatiquement revêtue de puissance. Elle dispose
donc d’un mandant divin pour agir comme Dieu sur Terre.

Les différents niveaux de progression dans la spiritualité chrétienne

NB : Le 1er niveau est indépendants des niveaux suivants

 LE REVETEMENT DE PUISSANCE OU L’ONCTION  Il est placé au 1er niveau. Car


contrairement à ce qu’on peut croire, on peut être revêtu pour un mandat spirituel sans être
Fils du Royaume. Et tous les élus dans l’Ancienne Alliance étaient revêtus. Et comme le
Seigneur l’a révélé : « Plusieurs me diront en ce jour-là  : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas
chassé des démons par ton nom  ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton
nom  ? Alors je leur dirai ouvertement  : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous
qui commettez l’iniquité. » (Matthieu 7V22-23). Quand on est revêtu, on a le don du Saint
Esprit pour agir selon le mandat de Dieu, mais on n’a pas en nous la Personne du Saint Esprit
pour être considéré comme Fils du Royaume.
 LA NOUVELLE NAISSANCE OU L’ADOPTION  Il est placé au 2ème niveau. A ce niveau, on
devient un membre du Royaume des Cieux, étant même sur Terre. Car la Personne de Dieu à
travers Son Esprit, vient habiter dans notre esprit récréé selon la perfection de Dieu. Pour
être adopté dans la Famille de Dieu, il faut croire au nom du Fils de Dieu et de son œuvre de
Justice à la croix pour soi-même. Comme il est d’ailleurs écrit : « …à tous ceux qui l’ont reçue
(la Parole faite chair), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir devenir enfants
de Dieu… » (Jean 1V12). Et le but même de Dieu, c’est que nous devenions une nouvelle
créature, façonnée à l’image de Dieu. tous ceux qui sont adoptés ne sont pas jugés car le
péché n’a sur eux aucun pouvoir. S’ils étaient condamnables, Christ l’aurait été quand il a pris
sur lui le péché de l’humanité. Mais à cause de la Justice de Dieu qui est en eux, ils sont
saints. En atteste ce verset : « ...je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient
sanctifiés par la vérité. » (Jean 17V19)
 LE BAPTEME DU SAINT ESPRIT ET LE REVETEMENT DE PUISSANCE Il est placé au 3ème
niveau. C’est d’ailleurs la dernière expérience qu’un enfant de Dieu peut vivre dans sa chair.
Cette étape suppose que nous sommes déjà nés de nouveau. A ce niveau, notre esprit est
totalement immergé dans l’Esprit de Dieu. A partie de cette totale immersion, nous sommes
revêtu de la puissance de Dieu.

Par la seconde dynamique de l’Esprit Saint, l’Homme reçoit non pas la Personne de Dieu,
mais l’autorité et la puissante qui est propre à DIEU. Au point qu’il est capable de
transmettre aussi ce don (la puissance de Dieu) par imposition des mains à d’autres
personnes. Or il est évident que vous ne pourrez jamais transmettre la Personne de Dieu à
un individu. Ces deux expériences nous permettent donc de distinguer la Nouvelle Naissance
(processus à partie duquel le Croyant reçoit la Personne du SAINT ESPRIT) et le baptême du
Saint Esprit (processus à partie duquel une Personne reçoit le don qui est propre au Saint
ESPRIT ou à DIEU lui-même). Les contractants de l’Ancienne Alliance opéraient avec le don
du Saint Esprit, parce que les élus étaient revêtus de la Puissance de Dieu lorsqu’ils étaient
oints par le prophète. Cette expérience de revêtement ou du don du Saint Esprit n’est pas
synonyme de baptême du Saint Esprit non plus. Car le dit, ce serait affirmer que des
personnes étaient baptisés du Saint Esprit dans l’Ancienne Alliance, parce qu’ils recevaient la
puissance de Dieu. Dans l’Ancienne Alliance, personne n’avait encore reçu en lui la Personne
du Saint Esprit car cela ne peut pas se faire par une cérémonie de consécration
traditionnelle. L’adoption des saints de l’Ancienne Alliance s’est faite après la mort du
Seigneur Jésus à la croix. Ce n’est qu’après cet instant que les Contractants de l’Ancienne
Alliance, agréés par Dieu pour leur Foi, ont expérimenté la Nouvelle Naissance. Pour ce qui
est du revêtement de puissance, plusieurs versets attestent que les croyants opéraient déjà
avec le don du Saint Esprit dans l’Ancienne Alliance.
« Gédéon fut revêtu de l’esprit de l’ETERNEL… » (Juges 6V34)
« L’Esprit de l’Eternel saisit Samson, et sans avoir rien à la main, Samson déchira le lion
comme on déchire un chevreau. » (Juges 14V6)
« L’ETRNEL parla à Moïse et dit : sache que j’ai choisi Betsaleel, fils d’Uri, fils de Hur, de la
tribu de Juda. Je l’ai rempli de l’Esprit de Dieu… » (Exode 31V1-3)
« Zacharie son père fut rempli du Saint Esprit et il prophétisa. » (Luc 1V67)
« (Marie) se trouva enceinte par la vertu du Saint Esprit… » (Matthieu 1V18)
« Et voici, il y avait à Jérusalem un homme…il attendait la consolation d’Israël, et l’ESPRIT
SAINT était sur lui. Il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu’il ne mourrait point
avant d’avoir vu le Christ. Il vint au temple poussé par le Saint Esprit… » (Luc 2V25-27)
Toutes les actions qu’on jugerait « exceptionnelles » et que les justes de l’Ancienne Alliance
ont pu accomplir, se faisait par le Saint Esprit. Car aucun autre esprit n’a l’autorité légale
d’investit un Homme. Le seul Esprit qui agit dans une personne d’un point de vu légale est
Dieu lui-même. Les anges et les hommes ne peuvent agir au travers d’une personne et
opérer dans la légalité.
Si le Saint Esprit opérait donc déjà dans l’Ancienne Alliance, alors pourquoi il est écrit que du
temps du Seigneur dans sa chair, l’Esprit n’était pas accordé parce que le Seigneur Jésus
n’avait pas encore été glorifié (Jean 7V39) ?
Cette question nous permet de différencier la Personne du Saint Esprit du don ou de la
puissance qui lui est rattaché. Ce qui n’était pas accordé ici c’est la Personne du Saint Esprit,
qui ne pouvait descendre tant que le Seigneur n’était pas monté au ciel pour être glorifié. Ce
n’est qu’après avoir été glorifié au ciel que le Seigneur pouvait habiter dans le cœur (l’esprit)
de tous les Croyants. Car à partie de cet instant il a pleinement hérité de la gloire qui fut la
sienne, avant la fondation du monde, celle qui est propre à Dieu. Son humanité à ce moment
va être engloutie par sa divinité.
« Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant
toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que
le monde fût » (Jean 17V4-5)
Le SEIGNEUR ne pouvait pas dans sa législation humaine agit comme DIEU. C’est pour cela
qu’il devait être glorifié, afin d’agir comme tel et habiter par son Esprit en chaque Croyant.
On comprend pourquoi il dit : « …je suis glorifié en eux. » (Jean 17V10)

Dans la Nouvelle Alliance, quand nous sommes baptisés du Saint Esprit, cela suit
automatiquement un revêtement de puissance. Contrairement à l’Ancienne Alliance où les
élus de Dieu étaient revêtus seulement sans pour autant être baptisés de l’Esprit. Le
baptême de l’Esprit est une immersion dans la Personne de DIEU. Vous êtes plongés
entièrement dans la personne de l’Esprit et vous ressortez totalement revêtu de sa
puissance. Par le baptême du Saint Esprit, vous expérimentez la plénitude de DIEU. Ce n’est
pas par les expériences de revêtement ou du baptême du Saint Esprit que vous êtes sauvés.
Vous l’êtes parce que lorsque vous avez cru, le SEIGNEUR JESUS est venu habiter en vous
afin de vous communiquer sa vie (la Vie Eternelle). C’est donc une grosse illusion de vouloir
aspirer au revêtement ou à la puissance de DIEU, sans réelle repentance. Car une personne
peut opérer avec le don de Dieu sans être né de nouveau. Judas a même opéré avec le don
du SAINT ESPRIT sans qu’ils ne puissent naître de nouveau car sa Foi n’était pas en l’œuvre
du Seigneur. Judas faisait partie du nombre de ceux qui avaient été envoyés par le SEIGNEUR
avec le mandat de guérir les malades, de chasser les démons, de prêcher la repentance
(Marc 6V7-13). Mais au final, il n’a pas ouvrir son cœur à la vie de Dieu. Il est utile d’être
revêtu de l’autorité ou de la puissance de Dieu. Car ainsi, vous pourrez aisément démontrer
aux Hommes l’authenticité de sa Parole. Mais si vous n’avez pas reçu en vous la Personne du
Saint Esprit, toutes vos actions ne seront pour vous d’aucune utilité.

Comment se manifeste le don ou la puissance de Dieu ?


Il se manifeste directement par Dieu ou indirectement par des Hommes qui le possède. Mais
toujours est-il que Dieu demeure la source de ce don.
Le don peut être aussi communiqué par imposition des mains d’une ou plusieurs personnes
qui le possède, à d’autres personnes. Et quand les personnes qui la reçoivent ne sont pas
nées de nouveau, ils peuvent exercer cette puissance sans avoir obtenu le Salut. C’est pour
cette raison, Paul dira à Timothée : « N’impose pas les mains à personne avec précipitation,
et ne participe pas aux péchés d’autrui… » (1 Timothée 5V22). Le don de Dieu ou du Saint
Esprit, doit être entretenu par une vie de consécration, car il pourrait s’éteindre
contrairement à la Personne de Dieu en vous qui peut être attristé. Le don de Dieu ou du
Saint Esprit grandit donc en vous par la consécration, contrairement à la Personne de
l’Esprit qui est déjà parfaite en vous. La consécration consiste à tout simplement se disposer
à être sensible à la vie de Dieu. Et parfois une vie de consécration peut même attirer le don
de Dieu. Dans la tradition Juive, le Naziréat est le chemin préconisé pour une vie de
consécration. Ce terme vient de l’hébreu nâzar qui signifie « séparer » Quand vous êtes
Naziréen, vous menez un type de vie différent en tout point de celui que vivent les autres
personnes. Le principe du Naziréat repose sur la liberté de l’aspirant à s’engager dans la voie
du SEIGNEUR. Et chez les Juifs cet engagement est marqué par un vœu, qui marque un
contrat de coopération entre le Naziréen et DIEU. Le vœu du Naziréat exigeait plusieurs
recommandations dans l’Ancienne Alliance : Abstinence des boissons enivrantes ;
Abstinence de tout contact avec un mort ; Obligation de laisser croître ses cheveux…etc.
Mais le Naziréen pouvait être une personne qui a été déjà consacrée dans le sein maternel,
par le SEIGNEUR pour le service divin. Dans ce cas, il devait très tôt se conformer à un type
de vie qui était spéciale et différent des autres.
Mais ce que la plupart des enfants de Dieu ignorent, c’est qu’ils ont été déjà consacrés au
SEIGNEUR par leur Nouvelle Naissance. D’une manière pratique donc, un enfant de Dieu n’a
pas besoin de se consacrer lui-même. Mais s’il veut s’engager dans le service divin, il doit
vivre une vie de consécration. Il y a donc une différence entre l’acte de se consacrer et le fait
de vivre une vie de consécration. Une personne qui se consacre n’est pas forcément choisit
par Dieu pour un service spirituel. C’est donc volontairement qu’elle s’offre à Dieu. Et après
un rite de consécration, la personne menait une vie de consécration temporaire ou
perpétuelle. Mais dans la Nouvelle Alliance, Christ nous a déjà consacré afin que nous
devenions saints aux yeux de Dieu. Maintenant, tous les aspirants au service divin doivent
mener une vie de sanctification ou de consécration. La vie de sanctification n’est pas une
condition pour être sauvé puisque c’est par grâce qu’on est sauvé. Mais pour le service divin,
il est important de vivre une vie de sanctification ou de consécration. C’est une manière
d’exprimer notre consentement pour le service. Donc nous sommes tous sanctifiés en Christ
pour le Salut. Et nous sommes appelés à vivre une vie de sanctification en vue d’exercer un
service ou un ministère spirituel. Car en tant qu’enfants de Dieu, nous sommes tous qualifiés
pour le service. Et il faut comprendre comment nous avons été consacrés par le Seigneur.
Quels sont les différentes étapes de la consécration ?
La sanctification est un préalable à la consécration. Tout ce qui est saint est consacré (mis à
part) pour Dieu. L’Homme est consacré (retiré du monde) pour être au service de Dieu
(Exode 28V1) et marcher conformément à sa volonté.
Il existe trois grandes étapes à la consécration :
- La première étape de la consécration est celle de la purification (Exode 29V4) qui est l'image
du baptême. (Romains 6V3 : Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus
Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ?)

- la deuxième étape après celle de la purification de l'eau, était celle du revêtement. Celui qui
était consacré pour le service devait porter des vêtements de faveurs qui couvre sa nudité et
qui sont pour lui un signe de gloire. Ces vêtements démontrent des caractères de Justice et
de sainteté que nous avons revêtu en Christ (Galates 3V27 : vous tous qui avez été baptisés
en Christ, vous avez revêtu Christ.)

- Et Celui qui était au service de Dieu devait être oint (Exode 29V7) après avoir été revêtu. (1
Jean 2V27 : Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous…)

En quoi consiste le rituel de consécration ?


Le rituel de consécration est destiné à qualifier pour le service celui qui avait été choisis par
le SEIGNEUR. Le processus de consécration nous est détaillé en Exode 29. Il y a plusieurs
éléments qui devaient servir à consacrer l’aspirant au service : un taureau ; deux béliers ;
une corbeille contenant des pains sans levain, des gâteaux sans levain pétris à l’huile et des
galettes sans levain arrosées d’huile.

- Il y avait le taureau qui était offert et qui servait de sacrifice de péché pour celui qui était
choisi pour servir Dieu. Ceux qui étaient destinés au service posaient leurs mains sur le
taureau. Le sang du taureau, ainsi que les entrailles de l'animal (foie et reins avec la graisse
qui les recouvre) étaient offerts à l'autel car ils portaient la pureté de l'animal sacrifié. Mais
la chair du taureau, sa peau et ses excréments étaient brulés au feu hors du camp car ils
portaient les péchés de celui qui devaient se consacrer à Dieu. (Hébreux 13V11-12 : le corps
des animaux, dont le sang est porté dans le sanctuaire par le souverain sacrificateur pour le
péché, sont brûlés hors du camp. C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple
par son propre sang a souffert hors de la porte. )

- il y avait ensuite un 1er bélier qui était offert à Dieu comme un holocauste. Ceux qui étaient
destiné au service devaient poser leurs mains sur la tête du bélier. Pour l'holocauste, la
victime (le bélier) devait être entièrement consumée par le feu afin que cette fumée d'une
odeur agréable puisse monter vers Dieu. Cette odeur était agréable au SEIGNEUR puisque les
aspirants au service n’avaient plus de péché. Le premier sacrifice qui avait été offert par le
taureau a ôté en eux toutes traces de souillures. Le sang et les entrailles du taureau qui
justifiait celui qui devait être consacré, est ce que Dieu percevait maintenant. Ainsi tout le
bélier pouvait être entièrement consumé sans risque que l’odeur qui monte vers Dieu ne soit
pas d'une bonne odeur. Ce qui est important à souligner, c'est qu'avant d'être offert, les
entrailles et les jambes du bélier étaient lavées avec l'eau qui symbolise la Parole. Grâce à la
Parole donc, celui qui devaient être mis à part pour Dieu, pouvaient purifier ses sentiments
et sa marche dans le Seigneur, afin de garder une conscience pure devant Dieu. Car Dieu
regarderait désormais à la perfection de sa Parole pour juger l'Homme et non les œuvres
propres de celui-ci (Psaumes 119V9: Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ?
En se dirigeant d'après ta parole. ) (Jean 17V19: je me sanctifie moi-même pour eux, afin
qu'eux aussi soient sanctifiés par la vérité. / Jean 17V17 : Sanctifie-les par ta vérité: ta parole
est la vérité.)

- il y avait ensuite un second bélier qui était offert. C'était le bélier de consécration. Les
aspirants à la consécration devaient y poser une fois de plus leurs mains sur la victime. Le
sang de l'animal était prélevé. Le sang était mis sur le lobe de l'oreille droite de l'aspirant.
Cela symbolise la sensibilité à la voix de Dieu. A tout instant, l'aspirant devait être prêt à
recevoir les instructions de Dieu. Ensuite le sang était mis sur le pouce de la main droite de
l'aspirant. Cela symbolise la disponibilité pour les œuvres de Dieu. A tout instant, l'aspirant
devait être prêt à agir pour Dieu. Enfin le sang était mis sur le gros orteil du pied droit de
l'aspirant. Cela symbolise l'engagement à l'égard de Dieu. A tout instant, l'aspirant devait
progresser dans la voie du Seigneur. Après cela, le sang et l'huile qui étaient sur l'autel qui
représentent respectivement la Justice et la Faveur de Dieu étaient aspergés sur l'aspirant et
sur ses vêtements. Ainsi l'aspirant par cette étape est consacré à Dieu.
Après, la graisse du bélier de consécration, sa queue, le grand lobe du foie, les deux rognons
et la graisse qui les entoure, l'épaule droite, les mets de la corbeille de pains sans levain
(gâteau de pain, gâteau à l'huile, et une galette) étaient placés sur les mains du consacré. Et
ils étaient agité de part et d'autre devant l'Eternel...C'était un acte de reconnaissance que le
consacré manifestait pour Dieu qui a bien voulu le "mettre à part" pour son service. Ensuite
tous ces éléments étaient brûlés sur l'autel, par-dessus l'holocauste. Il s'agit d'un sacrifice
d'actions de grâces d'une odeur agréable à Dieu.

Etant donné que nous avons été tous consacrés dans la Nouvelle Alliance par le SEIGNEUR,
quel avantage gagnerait une personne à vivre une vie de consécration ou de sanctification ?

« Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a
aussi de bois et de terre ; les uns sont des vases d’honneur, et les autres sont d’un usage
vil. Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase
d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. » (2 Timothée 2V20-
21).
Nous avons tout intérêt à vivre une vie de sanctification ou de consécration, si nous voulons
être de puissants instruments entre les mains de DIEU. Une personne qui désire se consacrer
doit apprendre à vivre une vie de Foi dans tous les aspects de sa vie. Car sans la foi,
personne ne peut être agréable à Dieu. Le désir de mener une vie qui manifeste les
perfections divines et à les communiquer aux autres, doit être le moteur de toutes ses
actions. Il est important de comprendre parfaitement que la consécration personnelle ne
sauve pas une personne. Elle amène à développer en soi le don de Dieu, mais pas à garantir
son salut. L’onction peut grandir jusqu’à atteindre l’expérience de la plénitude, parce que
nous menons une vie de sanctification. Hormis la vie de foi que nous devons démontrer par
notre assiduité à la Parole, nous devons aussi veiller sur nous-même. Celui qui se consacre
au SEIGNEUR veille sur sa conduite afin de lui plaire à tout point de vu. Il ne s’agit pas de
prouver quoi que ce soit à DIEU ou aux Hommes à travers une telle conduite. Mais, c’est une
manière pour nous de rendre grâces au SEIGNEUR pour sa bonté envers nous. Il y a des
choses auxquelles nous devons consentir à nous abstenir, si nous voulons que le don de
DIEU grandisse en nous et soit profitable à tous. Comme l’a souligné Paul, « il n’est pas de
soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé » (2
Timothée 2V4)
Ce que Paul veut nous amener à comprendre, c’est que nous devons avoir le désir de vivre
une vie qui glorifie le SEIGNEUR dans tous les aspects de notre vie. En paroles et en actes,
DIEU doit devenir le centre de toutes nos initiatives. En agissant de la sorte, nous
développerons le don de DIEU en nous et nous serons davantage utiles pour son œuvre. A la
fin de notre course, nous recevrons une récompense éternelle, selon la qualité des œuvres
que nous aurons accomplies dans le SEIGNEUR.
Nous avons donc tous la vie éternelle par notre Foi en l’œuvre du SEIGNEUR JESUS. Mais
tous n’ont pas la même position en lui. Car si certains se laissent entrainer dans les passions
de ce monde, au nom de leur Foi en l’œuvre du SEIGNEUR, d’autres par contre usent de ce
don comme une opportunité pour servir valablement DIEU.

 La vie des Croyants sans le don de Dieu ou de l’Esprit Saint

Le don de Dieu ou de l’Esprit se manifeste par l’Esprit de Dieu qui investit une personne,
dans le but d’exercer un mandat spirituel. Le don de Dieu communiqué à une personne, lui
permet d’entrer dans une condition incomparable de faveur. Ce don engage des anges au
service de votre mandat. Ces anges ne vous servent pas vous, mais ils sont à votre
disposition à cause du mandat spirituel qui est attaché à votre vie. Est-ce à dire que le
Chrétien ne peut pas aspirer à une vie glorieuse sans le don de Dieu ? Absolument pas.
Excepté le mandat spirituel qui est attaché à l’existence d’une personne, tout Chrétien né de
nouveau dispose de la Parole de Dieu et de sa Foi, pour mener une vie glorieuse. Et de
toutes les manières un mandat est attaché à la vie de tout enfant de Dieu. Mais entre le
mandat qui nous est donné, et l’exercice de ce mandat, il y a tout un parcours qui passe
nécessairement par le consentement du Croyant. La Parole de Dieu et la Foi du Croyant sont
des armes ultimes, avec lesquelles l’impossible devient possible dans sa vie. Lorsque le
Seigneur Jésus était auprès de ses disciples dans ses jours de chair, il leur révéla tout ce qu’il
avait appris auprès du Père (Jean 15V15). Et même après sa résurrection, il demeura avec
eux pendant quarante jours et continua de leur enseigner les choses qui concernent le
royaume de Dieu (Actes 1V3). Car le SEIGNEUR savait que ce dont ils avaient besoin plus que
tout, c’était d’être enseigné au travers de la Parole de Dieu. C’est donc notre rôle si nous
voulons aspirer à plus, à demeurer dans la Parole de Christ. Les croyants peuvent
expérimenter des réalités surnaturelles, sans qu’ils aient la capacité de les comprendre ou
de les reproduire, parce qu’ils n’ont pas la révélation de la Parole. De plus, les manifestions
surnaturelles n’émanent pas toutes du SEIGNEUR. Il faut donc une certaine croissance dans
la connaissance de la Parole, pour distinguer le vrai du faux. Quand nous avons le don sans
cette base aussi sûre qu’est la PAROLE du SEIGNEUR, il nous est difficile de garder une
certaine longévité dans l’exercice du mandat. C’est pour cela qu’avant le don, les disciples
étaient instruits et enseigner dans la voie de Dieu. Quand nous sommes éclairés dans notre
esprit par la Parole de Dieu, il y a des choses que nous savons possibles et vraies dans notre
intelligence. Face à donc des réalités contraires, nous pouvons agir avec assurance à cause
de la Sagesse que nous procure la Parole de Dieu. La plupart des croyants ne sont pas sereins
dans leur spiritualité, parce qu’ils ne savent pas à quoi ou à qui se conformer face à des
circonstances incertaines. Il y a des richesses auxquelles ils ont accès, mais ils en jouissent
pas parce qu’ils ignorent qu’ils en ont droit. Et il y a des Croyants qui sous prétexte de leur
Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus, tentent des actions qui sont irréalistes et qui peuvent
même les conduire à la mort faute de discernement. Ces personnes ont bel et bien la Foi
pour le Salut, mais elles n’ont pas encore la Foi pour ces choses qu’elles tentent au risque de
leur vie. On peut mourir au nom de notre Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus. Ceci est une
cause extrêmement, noble et ce n’est pas de cela qu’il est question. Mais dans notre cas,
nous parlons des frères qui ne sont pas suffisamment ancrés dans la Foi, et qui tentent
certaines actions irréalistes, au risque de leur vie. Ce n’est pas parce que vous croyez en
l’œuvre du Seigneur, que vous allez par exemple défier sur un coup de tête, les lois
naturelles. La Foi ne s’improvise pas. En atteste le processus par lequel les disciples ont dû
passer par l’enseignement de la Parole. La Foi doit être exercée de manière à toucher d’une
manière pratique les différents aspects de votre vie. Le but donc de notre Foi est de parvenir
à une démonstration tangible des vérités que nous confessons. C’est pourquoi Jacques dira
que la Foi est vaine sans les œuvres qui l’accréditent (Jacques 2V17). Comme il le dit : « Toi,
tu as la foi ; et moi j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi je te
montrerai la foi par mes œuvres. » (Jacques 2V18). Certaines personnes interprètent mal ce
verset. Dans leur manière de penser, ils font croire aux moins affermis que la Foi est une
chose et les œuvres en sont une autre. Or ce n’est pas dans ce but que Jacques à parler.
Jacques n’avait pas l’intention d’amener les Chrétiens à défier leur raison, et à mener des
actions qui prouveront leur Foi. Il n’avait pas l’intention de dissocier la Foi des œuvres, ou de
révéler que les œuvres sont plus importantes que la Foi. Ce que Jacques voulait expliquer,
c’est que sa Foi a lui à la capacité de démontrer des œuvres qui peuvent l’attester. La Foi de
Jacques est donc parvenu à une maturité où il ne peut plus être limité dans la pratique face
aux réalités présentes. Autrement dit, si Jacques étaient confronté à un problème ou un défi
quelconque, sa Foi avait la capacité de le résoudre. Et c’est de cette manière qu’il démontrait
sa Foi. C’est à cela que tous doivent parvenir dans l’exercice de la Foi. Les signes et prodiges
que le SEIGNEUR JESUS a pu accomplir, ont attesté la Foi qu’il plaçait dans le Père. Par ses
œuvres donc, il démontra sa Foi aux Hommes. Quand il était face à la foule, et que les
disciples insistaient pour qu’il la renvoie parce qu’ils n’avaient pas de quoi nourrir tous ces
Hommes, le SEIGNEUR JESUS répondit aux disciples : « …Ils n’ont pas besoin de s’en aller ;
donnez-leur vous-mêmes à manger. » (Matthieu 14V16). Le SEIGNEUR reconnaissait que la
Foi avait la capacité de pouvoir à n’importe quel besoin, à la seule condition qu’elle ait pour
fondement la Parole de Dieu.

 La vie des croyants avec le don ou la puissance de l’Esprit Saint

« Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem,


mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; car Jean
a baptisé d’eau. Mais dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint Esprit. » (Actes 1V4-
5).
Quand vous croyez en l’œuvre du Seigneur Jésus, vous naissez de nouveau. C’est-à-dire vous
recevez de Dieu une vie qui est semblable en nature à celle du Seigneur Jésus. Si donc vous
mourrez dans cette condition, vous irez au ciel. La Nouvelle Naissance est une expérience
produite en nous par le Saint Esprit qui nous scelle pour le jour de la rédemption. Mais le
baptême ou le don de l’Esprit est une tout autre expérience. Quand vous êtes baptisés du
Saint Esprit, vous êtes automatiquement revêtu de puissance par le Saint Esprit et vous êtes
aptes à exercer un ministère en faveur du Seigneur. Son but est de vous assister d’une
manière tangible, dans l’exercice des dons ou du mandat que Dieu vous a confié. En Actes
1V8, le Seigneur a signifié à ses disciples : « …vous recevrez une puissance, le Saint Esprit
survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la
Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre. » Donc il y a deux grandes expériences
spirituelles dans la vie du Croyant étant sur Terre : la Nouvelle Naissance et le baptême du
Saint Esprit. Certains diront à quel moment nous devenons le temple de Dieu en Esprit ? Est-
ce pendant la Nouvelle Naissance ou pendant le baptême du Saint Esprit ? Quand nous
naissons de nouveau (après avoir cru dans le Seigneur), Dieu par l’Esprit nous édifie pour
être un temple saint et vivant de Dieu. En Jésus, comme il est révélé : « …vous êtes aussi
édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. » (Ephésiens 2V22). Et par le baptême ou
le don de Dieu sur vous, Dieu vient nous communiquer suffisamment de puissance ou
d’autorité pour agir avec plus d’efficacité. A ce niveau, vous n’êtes pas soumis uniquement à
l’exercice de votre Foi, ou de tout ce que vous savez possible à travers l’enseignement que
vous avez reçu de la Parole de DIEU. En plus de cela, DIEU lui-même crée en vous une sorte
de dynamisme qui ne vous laisse pas inactif. Et même le Seigneur Jésus nous démontre à
travers son existence ces deux expériences : la Nouvelle Naissance et le Baptême du Saint
Esprit.
L’ange Gabriel a révélé à Marie la conception du Seigneur Jésus en ces termes : « le Saint
Esprit viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi
le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1V35). Ce passage révèle
plusieurs grands mystères. Le premier mystère quand nous sommes nés de Dieu, est que
Dieu lui-même nous engendre. Et cette conception n’est pas naturelle, mais spirituelle. Nous
n’avons donc pas besoin pour naître de Dieu, d’être le fruit d’un rapport intime entre un
homme et une femme. Et cela est la part de tous ceux qui sont nés de nouveau. Le deuxième
mystère c’est que nous sommes saints et cela n’a rien à voir avec les œuvres que nous
sommes supposés faire plus tard. Nous sommes saints parce que nous recevons de Dieu
notre Père, un ADN spirituel qui est saint. Un autre mystère qui n’est pas révélé dans ce
passage est que celui qui est né de Dieu devient un temple où Dieu trouve en lui la capacité
de résider. Dieu notre Père trouve donc en tous ceux qui sont nés de lui, la capacité de venir
demeurer en eux. Et il demeure en nous. Comme Paul l’a révélé « …le temple de Dieu est
saint et c’est ce que vous êtes. » (1 Corinthiens 3V17). Maintenant vous devez comprendre
que Dieu n’impose jamais à un Homme quoi que ce soit, car cela ira contre sa propre nature.
Dieu a donné le pouvoir aux Hommes de devenir ses enfants, sur la base de leur « oui »
c’est-à-dire de leur consentement. Et c’est à partie de ce consentement qu’il nous donnera
la Foi pour croire en l’œuvre du Seigneur. Mais vous constatez que le Seigneur a dû subir la
décision d’être enfant de Dieu parce que son « oui » était pareil à celui du Père, puisqu’en
Esprit il s’agissait d’une même personne. Cela nous permet de comprendre encore mieux le
mystère d’Adoption ou de la Nouvelle Naissance. Tous les Hommes ont été créés par Dieu
dans sa pensée, pour qu’ils soient ses enfants légitimes. Mais Dieu n’a pas voulu atteindre ce
But indépendamment du choix des Hommes. Il ne leur a pas imposés sa vision en les
contraignant à naître saint et Juste comme lui. Mais il nous donne à travers notre
consentement d’entrer dans son But et d’avoir ainsi part aux perfections divines. Il nous
rend participant de sa volonté ou de son projet d’adoption. Ainsi par notre consentement,
nous entrons dans le projet de Dieu qui : « …nous a élus avant la fondation du monde, pour
que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son
amour à être ses enfants d’adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté »
(Ephésiens 1V4-5). Tout ce que Dieu a accomplis à travers Christ avant la fondation du
monde et même aux jours de sa chair, c’est pour tous les Hommes qu’il l’a fait. Afin que ceux
qui consentent à être enfants de Dieu, reçoivent aussi toutes les perfections, les promesses
et les bénédictions qui ont été placées en Christ.
Maintenant la question qu’on devrait se poser est certainement si le fait d’être enfant de
Dieu est suffisant pour manifester la puissance et l’autorité qui est propre à Dieu notre
Père ?
Pour savoir si le fait d’être enfant de Dieu est suffisant pour manifester la puissance et
l’autorité de Dieu, nous devons regarder à la vie du Seigneur Jésus. Il est né de l’Esprit, c’est-
à-dire qu’il portait déjà en lui les perfections divines. Mais il a dû attendre trente ans avant
de faire un miracle, et c’était à Cana. Il est écrit : « Tel fût à Cana en Galilée, le premier des
miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui. » (Jean 2V11). Le
terme « manifesta » est très évocateur. Il démontre que le Seigneur portait déjà en lui la
gloire qui est propre à un enfant de Dieu. Il était donc déjà qualifié pour un type de vie que
personne auparavant n’aurait pu porter. Et il a dû le démontrer la toute première fois à
Cana. Mais que s’est-il passé entre la période de sa Naissance et celle où il fit son premier
miracle ? La Bible nous renseigne moins sur cette période. Mais nous pouvons constater que
Jésus avait reçu une éducation spirituelle, qui était de loin supérieure à celle des docteurs de
la Loi (Luc 2V46-47). Cette éducation, il l’a tenait de Dieu son Père. Quoiqu’il est Dieu, il a dû
apprendre étant fait chair, les révélations qui concernent la Parole. Malgré toutes ces
révélations qu’il avait et de l’intelligence qu’il avait des choses spirituelles, il a entendu
trente ans pour manifester sa gloire et ainsi se révéler au monde. « Jésus avait environ
trente ans lorsqu’il commença son ministère, étant comme on le croyait, fils de Joseph… »
(Luc 3V23). En vérité le nombre d’années que le Seigneur a dû attendre n’est pas très
important, mais ce qu’il faut indiquer, c’est le jour où il a reçu le don du Saint Esprit. Mis à
part le fait que le Seigneur avait une connaissance supérieure des réalités spirituelles, rien
ne s’est produit avant le don du Saint Esprit. Rien ne s’est produit, non pas parce qu’il n’avait
pas la Foi. Mais tout simplement parce qu’il ne l’avait pas encore exercé dans le cadre d’un
ministère spirituel.
Est-ce qu’il y a une différence entre ce qu’on appelle, le don Saint Esprit et le baptême du
Saint Esprit ? En vérité ces deux termes désignent une expérience spirituelle, qui consiste à
recevoir en vous la Puissance de Dieu, en vue d’exercer un service spirituel. Mais pour que
cette expérience se produise, il est important que vous naissiez de Dieu préalablement.
Lorsque vous êtes baptisés du Saint Esprit, vous recevez en vous le don du Saint Esprit. Et
Dieu lui-même vous revêt d’une onction spéciale en fonction de la mission qu’il vous
confère. Il ne se passe pas un instant entre le moment où vous recevez le don du Saint Esprit
en vous et celui où vous êtes capables de manifester à l’extérieur la vie divine. Car l’onction
va accroître en vous la Foi, aussi bien que la Foi accroît l’onction.

« …Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi
vous ne pouvez rien faire. » (Jean 15V5)
Quand le Seigneur vient demeurer en vous à travers son Esprit, vous êtes capables de tout
faire. La meilleure manière de le dire, c’est que quand le Seigneur vient demeurer en vous à
travers son Esprit, il est capable de tout faire à travers vous. Et vous êtes aussi capables tout
faire à travers lui. Il se sert de vous pour agir tout comme vous avez aussi la liberté d’agir en
vous servant de lui. Car autant il est en vous, autant vous êtes aussi en lui. Mais sans lui,
vous ne pouvez rien faire. Beaucoup de personnes croient que les miracles qui se
produisaient parmi les disciples étaient l’œuvre d’une quelconque maturité qu’ils auraient
atteint. Or en vérité, C’est Dieu lui-même qui accomplissait ces œuvres à travers eux. Le
Seigneur a d’ailleurs révélé qu’il ne faisait rien de lui-même (Jean 8V28). Par le Saint Esprit
en vous, vous pouvez donc vivre une vie surnaturelle, selon le standard de Dieu votre Père.
Il y a deux manières de recevoir le don du Saint Esprit : par l’action souveraine de Dieu et par
impactation ou imposition des mains. Le Seigneur Jésus ainsi que les onze apôtres, ont reçu
le Saint Esprit par l’action souveraine de Dieu. Eux, ainsi que le reste de tous ceux qui étaient
réunis dans la chambre haute pendant la pentecôte. Par contre Paul a reçu le don du Saint
Esprit par imposition des mains. Comme il est écrit : « Ananias sortit ; et, lorsqu’il fut arrivé
dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant : Saul, mon frère, le Seigneur Jésus qui
t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu recouvres la vue et
que tu sois rempli du Saint Esprit. » (Actes 9V17). Le Saint Esprit en vous, vous permet de
vivre une relation tangible avec le Seigneur. Et c’est un élément essentiel qui va justement
donner de l’assurance aux frères. Ananias ne s’est pas rendu chez Saul sur un coup de tête.
C’est l’Esprit qu’il l’a convaincu de se rendre chez lui. « …le Seigneur lui dit : lève-toi, va
dans la rue qu’on appelle la droite, et cherche dans la maison de Judas, un nommé Saul de
Tarse…Ananias répondit : Seigneur, j’ai appris de plusieurs personnes tous les maux que
cet homme a faits à tes saints dans Jérusalem ; et il a ici des pouvoirs, de la part des
principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom. Mais le Seigneur lui
dit : Va, car cet homme est un instrument que j’ai choisi, pour porter mon nom devant les
nations… » (Actes 9V11-15).
Et plusieurs autres versets dans le livre des Actes, montrent comment les frères marchaient
avec le Seigneur.

L’ESPRIT LEUR DONNAIT DES INSTRUCTIONS.

« L’Esprit dit à Philippe : Avance, et approche-toi de ce char. » (Actes 8V29).

« …comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l’Esprit lui dit : Voici, trois hommes te
demandent ; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les a envoyés.
Pierre donc descendit, et il dit à ces hommes : Voici, je suis celui que vous cherchez ; quel est
le motif qui vous amène ? » (Actes 10V19-21).

L’ESPRIT FORTIFIAIT LES FRERES DEVANT L’ADVERSITE.

« Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du
Saint Esprit, et ils annonçaient la Parole de Dieu avec assurance. » (Actes 4V31).
« Mais Etienne, rempli du Saint Esprit, et fixant les regards vers le Ciel, vit la gloire de Dieu et
Jésus debout à la droite de Dieu. Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme
debout à la droite de Dieu. » (Actes 7V55-56).

« …ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au
nom de Jésus, et ils les relâchèrent. Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux
d’avoir été jugés dignes de subir les outrages pour le nom de Jésus. » (Actes 5V40-41).

L’ESPRIT ACCOMPLISSAIT DES SIGNES ET PRODIGES AU MILIEU DES FRERES.

Il s’agit d’un point essentiel que Paul va d’ailleurs révéler dans son épitre aux Galates. « Celui
qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les
œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? » (Galates 3V5). Le Saint Esprit est le secret
de la puissance qui se déployait parmi les frères.

« La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les
apôtres. » (Actes 2V43).

« Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le
peuple. » (Actes 6V8).

Quand le Saint Esprit vient demeurer dans une personne, il lui donne d’accéder à une liberté
parfaite. Comme il est écrit : « …le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur,
là est la liberté. » (2 Corinthiens 3V17). L’Esprit vous donne la liberté de manifester la
Puissance qui est propre à Dieu votre Père et vous n’êtes soumis à aucune restriction. Mais
le but de l’Esprit n’est pas de vous permettre de manifester la puissance. En venant
demeurer en vous, le Seigneur veut établir une communion éternelle avec vous. Il veut que
vous puissiez vous approcher librement de lui, comme le ferait un enfant avec son Père. Et
c’est d’ailleurs le but de la Spiritualité Chrétienne : Pouvoir avoir une relation privilégiée et
filiale avec Dieu maintenant et pour l’éternité.
Si nous voulons recevoir le Saint Esprit, deux conditions doivent être honorées. La première
condition est que vous devez être enfant de Dieu. La deuxième condition est de demander
ce don à Dieu notre Père. Et le Seigneur nous donne une grande espérance à cet effet. Il dit :
« Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos
enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint Esprit à ceux qui le
lui demandent. » (Luc 11V13).
Nous croyons que la Spiritualité Chrétienne est la plus authentique. C’est par elle que
l’Homme peut trouver la Véritable Liberté, et vivre sur Terre une vie qui est semblable à celle
de Dieu. Par la Spiritualité Chrétienne, cette quête d’immortalité qui a longtemps fait l’objet
de toutes les convoitises et fantasmes humains, est atteinte dans les conditions les plus
parfaites. Cette spiritualité est fondée sur le modèle de Foi, d’Espérance et d’Amour. Et
l’Amour est justement le plus puissant et le plus grand don que Dieu veut vous
communiquer à travers son Esprit. Si vous voulez grandir dans cette Spiritualité, vous devez
vous nourrir de la Parole Véritable de Dieu, celle de la Foi. Elle est une nourriture pour
l’Homme, afin de l’amener à atteindre les perfections divines, tout en consolidant sa Foi. Car
« …l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de
Dieu. » (Matthieu 4V4). La Parole de Dieu doit être certes votre référence, mais sans l’Esprit
Saint elle est incapable de produire en vous quoi que ce soit d’utile. Demandez donc avant
toute chose l’Esprit de DIEU, qui vous conduira dans la Vérité. Peu importe la religion que
vous pratiquez, approchez-vous avec assurance de Dieu et dévoilez lui votre cœur. Parlez-lui
en toute franchise des choses que vous ressentez et qui vous empêche de lui faire confiance
totalement. N’ayez pas peur car Dieu est plus accessible que vous l’imaginez. Fermez les
yeux et dans le silence de votre cœur, dévoilez lui tout ce que vous n’oserez jamais dire à
quelqu’un, avec vos mots propres. Apprenez dès à présent à établir une relation franche et
authentique avec Dieu, tout en lui demandant de vous éclairer par sa vérité.
« …nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les
choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. » (2 Corinthiens 4V18).
Si vous utilisez les imperfections de ce monde pour y trouver des interprétations spirituelles,
vous serez dans l’erreur. Et c’est dans ce piège malheureusement que le système religieux
tombe. Si vous voyez un frère qui est dans la misère et que vous y trouvez à partie de sa
situation des interprétations spirituelles, vous le condamnez. Mais si par la Parole de Dieu,
vous remettez en question ce qu’il vit, vous marchez dans la Vérité. Car tout ce qui émane de
la Vérité est Parfait. Il y a d’ailleurs un récit dans la Parole de Dieu qui va révéler la façon
dont nous sommes supposés raisonner en tant qu’enfants de Dieu (cf. Jean 9V1-3). Il y avait
un homme qui était aveugle de naissance et qui passait devant le Seigneur et ses disciples.
Quand ils ont vu cet homme, les disciples ont demandé au Seigneur : « Rabbi, qui a péché,
cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? »
La question des disciples révèlent qu’ils étaient conditionnés dans leur manière de pensée,
selon une logique religieuse qui n’émane pas de la Vérité. Certaines religions croient que les
réalités que les Hommes subissent sont la conséquence de choses qu’ils auraient faites dans
des vies antérieures. D’autres pensent qu’il s’agit des conséquences des fautes que leurs
parents ou aïeux ont commises. A force de raisonner ainsi, les Hommes intègrent des
schémas de pensées qui les maintiennent dans la culpabilité ou parfois dans la passivité.
Mais à la question des disciples, le Seigneur va révéler qu’en vérité, rien n’est censé justifier
le fait que les Hommes vivent de telles réalités même s’il en existerait des causes. C’est
pourquoi il répondit à cette question en ces termes : « Ce n’est pas que lui ou ses parents
aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » Quelle
réponse ! Autrement dit, si les Hommes vivent des réalités qui sont imparfaites, difficiles,
mauvaises, c’est parce que les œuvres qui émanent de Dieu ne sont pas encore manifestées
en eux. Voici comment vous êtes censés raisonner dans la Spiritualité Chrétienne. Il ne s’agit
pas ici d’un quelconque exercice issu des idées que certaines traditions tentent de vulgariser
à travers la pensée positive ou la loi d’attraction…etc. Il s’agit de marcher conformément à la
Vérité, celle du Créateur, qui en vérité est trop Puissant et Sage pour créer des choses
imparfaites. Et le Seigneur ne s’est pas contenter de parler, il est passé à l’action afin de
démontrer l’efficacité de la Vérité sur les réalités imparfaites ou passagères. Le Seigneur n’a
pas blâmé cet Homme, il a pris conscience de sa responsabilité en tant qu’Etre de Lumière. Il
dit : « il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé ; la nuit
vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière
du monde. » (Jean 9V4-5). Quand il a achevé de dire ces Paroles, il est passé à l’action en
guérissant cet homme. Et dans ce même registre, le Seigneur révèle que nous qui marchons
selon le principe de la Vérité, nous sommes aussi la lumière du monde. C’est pourquoi il dit :
« Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres,
et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 5V16). Mais sans la
dynamique de l’Esprit du Seigneur en nous, nous ne pourrons pas démontrer à la face du
monde, la gloire de notre héritage en tant qu’enfants de Dieu.
La spiritualité Chrétienne vous permet à cet effet de manifester la Puissance et l’Autorité
afin de confondre le système mondain, corrompu par les Ténèbres. Mais vous devez pouvoir
comprendre que c’est à partie de votre Foi que vous pourrez coopérer avec le monde
spirituel et exercer vos droits d’enfants de Dieu. Vous ne pourrez pas pleinement marcher
dans la Vérité si vous n’agissez pas par la Foi. Et si vous ne marchez pas pleinement par la
Foi, vous serez esclaves des principes éphémères de ce siècle présent. La Foi est par ailleurs
l’un des piliers de la Spiritualité Chrétienne. Dans la Bible en français courant, elle est définit
comme le fait d’ « être convaincu de la réalité de ce que l’on ne voit pas. » (Hébreux 11V1).
Quand vous marchez par la Foi, vous ne devez pas entrer dans le piège d’espérer que les
choses changent. Ce que vous êtes supposés faire, c’est percevoir les choses ou les réalités
qui sont en accord avec votre statut de Fils jusqu’à ce qu’elles fassent partie de votre
condition visible. C’est pourquoi Paul a affirmé que nous ne regardons pas aux circonstances
visibles, mais à celles qui sont invisibles. Car les choses visibles qui sont propres à ce monde
n’émanent pas de la Vérité. Est-ce à dire que Dieu ait raté son But en créant ce monde ? En
vérité Dieu n’a pas raté son but. Mais il offre la liberté à chacun de l’intégrer, en décidant de
marcher selon la Vérité de ses œuvres saintes, parfaites et libres. Ce que vous devez
comprendre c’est que la création parfaite de Dieu, et les belles œuvres de Dieu pour vous,
existent bel et bien. Mais à cause de la corruption de ce monde présent, vous ne pouvez les
percevoir en premier lieu. Or si vous vous conformez à ces choses qui n’émanent pas de la
vision de DIEU pour vous et le monde, vous finirez par croire que Dieu ne vous aime pas ou
pire, qu’il n’existe pas. Quand vous marchez par la Foi, les choses se dessinent peu à peu
jusqu’à ce qu’elles deviennent palpables. Par la Foi, vous avez la possibilité d’orienter votre
perception sur les réalités agréables et parfaites, telles que révéler par le « Rhema » de Dieu
et qui démontrent l’amour de Dieu pour nous.
Il est aussi important de connaître le cœur de Dieu, avant de marcher avec assurance dans la
Spiritualité Chrétienne. Et le cœur de Dieu nous a été révélé en 1 Corinthiens 13, à travers la
description de l’amour ou de la charité. La plus grande Vérité que nous pouvons savoir de
Dieu est son Amour. Certains diront si Dieu est Amour, pourquoi est-ce que nous voyons des
réalités qui sont contraires à sa nature ? Ces réalités n’émanent pas de Dieu, mais des
violations des créatures de Dieu vis-à-vis de la Loi. Quand les créatures violent la Loi, elles
sont soumises à des sanctions qui sont exécutées par d’autres créatures spirituelles. La Loi
en elle-même a été un moyen d’obéir au principe de Vérité qui est propre à Dieu. Etant
donné que les créatures de Dieu n’ont pas accès à cette Vérité parce qu’ils n’ont pas l’Esprit
de Dieu en eux, la Loi a fait office auprès d’eux d’un modèle de vérité. Or elle n’est pas en
elle-même la vérité. Mais ceux qui par Adoption sont devenus enfants de Dieu, ne sont plus
sous l’influence de la Loi. Le fait qu’un enfant de Dieu soit encore sujet à la Loi, remettrait en
question sa justice et la perfection de sa nature. Donc la Loi a été instaurée afin de
permettre aux créatures de parvenir à un modèle de justice qui reposerait sur la qualité de
leurs œuvres. Mais les Hommes, contrairement aux anges n’ont pu atteindre ce modèle de
justice à cause de leur nature charnelle. Cette nature a produit des œuvres contraires à
celles qui sont spirituelles. C’est pourquoi Dieu est venu nous révéler sa Justice à travers la
Foi, qui produira en nous des œuvres dignes de louanges, à la gloire de Dieu qui opère en
nous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant.
1 Corinthiens 13 nous révèle le cœur de Dieu en énumérant plusieurs points qui participent à
l’amour ou la charité.
- Dieu est patient
- Dieu est serviable
- Dieu n’est pas envieux
- Dieu ne se vante pas
- Dieu n’est pas orgueilleux
- Dieu n’est pas égoïste
- Dieu ne recherche pas son intérêt
- Dieu ne s’irrite pas
- Dieu ne médite pas de mal
- Dieu n’éprouve pas de rancune
- Dieu ne se réjouit pas du mal
- Dieu se réjouit de la vérité
- Dieu peut tout supporter
- Dieu croit tout
- Dieu espère tout

Il est important de connaître le cœur de Dieu afin d’avoir de l’assurance, face aux multiples
réalités de ce siècle présent. Malheureusement, beaucoup de chrétiens cherchent auprès de
Dieu des biens, des privilèges, des dons…etc. sans chercher premièrement à s’approcher de
son cœur. Or comme le dit sa Parole, Dieu est la source de toute grâce parfaite et de tout
don excellent (Jacques 1V17). Plus vous vous rapprochez de sa personne, plus vous verrez
qu’il ne vous manque rien, car il comblera lui-même tous vos désirs avant que vous le lui
demandez quoi que ce soit. Tous les personnages qui ont pu manifester la puissance, des
dons surnaturels, avaient déjà une relation avec le Seigneur. Le plus haut niveau de
connaissance dans la Vérité, est la connaissance du Dieu Créateur. Il ne s’agit pas d’une
connaissance intellectuelle ou même spirituelle, mais d’une relation filiale basée sur une
profonde intimité. Quand vous avez ce type de relation avec le Seigneur, vous avez
l’assurance qu’il vous aime et qu’il désire que vous soyez toujours dans l’abondance et la
paix. Cette assurance est le plus précieux don que pourrait avoir une personne. Ne cherchez
pas la face de Dieu parce que vous recherchez forcément des choses auprès de lui, désirez sa
face et vous comprendrez la richesse infinie de sa Personne. Car en vous approchant de
Dieu, vous vous approchez de la source de toute richesse, de toute force et puissance, de
toute joie, amour…de toute chose. La relation que vous pourrez établir avec le Seigneur est
parfait et éternel. Il est donc dans notre intérêt à tous de s’approcher de Dieu dès à présent
par l’Esprit. Et contrairement aux contractants de l’Ancienne Alliance, nous avons de
l’assurance devant Dieu parce que nous sommes conscients d’avoir été sanctifiés et justifiés
par le Seigneur Jésus. Si vous souhaitez grandir dans la Spiritualité Chrétienne, aspirez à la
Vérité, aspirez à Dieu. Et Dieu nous offre sa Personne, à travers le Seigneur Jésus, afin que
nous puissions nous rapprocher de lui. Si vous voulez connaitre l’Esprit, regardez au Seigneur
Jésus car c’est lui l’Esprit fait chair.

LE BAPTEME

Il est important de spécifier un point qui est très important dans la Spiritualité Chrétienne :
le baptême. Quand on parle du baptême dans la Spiritualité Chrétienne, de quoi s’agit-il ?
Parfois nous avons pour habitude de distinguer deux types de baptêmes : le baptême d’eau
et le baptême du Saint Esprit. Et quand on parle du baptême d’eau, on distingue encore celui
de Jean et celui de Jésus (Actes 19V3-5). Cela nous fait au total trois types de baptêmes sans
compter les rites d’ablutions que pratiquaient les Juifs. Or Paul a révélé : « il y a un seul
Seigneur, une seule foi, un seul baptême » (Ephésiens 4V5). En vérité, il y a un seul
baptême. Et ce baptême est consécutif à notre Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus. Ce n’est ni
du baptême d’eau ni de celui du Saint Esprit auquel Paul faisait allusion. Le baptême d’eau
qui se réfère à celui du Seigneur Jésus est un acte symbolique qui vise à démontrer aux yeux
des Hommes votre Foi en son œuvre à la croix. Et il faut comprendre pourquoi dans l’Eglise
primitive, les frères avaient tendance à se baptiser d’eau publiquement au nom de Jésus. A
cette époque, il faut le souligner, c’était un grand acte de Foi vu les conditions dans
lesquelles l’Evangile était annoncé. Ceux qui se disaient disciples de Jésus étaient persécutés
par le système religieux et politique. Or se faire baptiser d’eau au nom de Jésus était une
manière de défier le système, en clamant son appartenance au Seigneur Jésus. Cet acte
pouvait donc être associé à un acte de bravoure, et donc à une preuve de Foi dans le
contexte de l’Eglise primitive. Face à la persécution et aux interdictions formelles de certains
juifs qui n’hésitaient pas à ôter la vie aux disciples de Jésus, il faudrait avoir Foi en Jésus pour
oser se faire baptiser en son nom. Mais comme mentionné, il ne s’agissait pas du véritable
baptême auquel Paul se référait quand il dit « il y a un seul baptême. » Paul va d’ailleurs
révéler ce qu’est le véritable baptême par ces termes : « Ignorez-vous donc que nous tous
qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous
avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est
ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en
nouveauté de vie. » (Romains 6V3-4). Si le baptême auquel Paul se référait dans ces Ecrits,
était celui du Saint Esprit, on ne peut déduire qu’on est sauvé à travers le baptême du Saint
Esprit. Il est très important de comprendre le sens du véritable baptême. Car ainsi vous
saurez que ni le baptême d’eau ni celui du Saint Esprit ne sauve. Le baptême véritable qui
nous sauve est celui qui est consécutif à notre Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus. Et ce
baptême tout comme notre Nouvelle Naissance suit une dynamique spirituelle, à travers
laquelle nous sommes unis au Seigneur dans sa mort et sa résurrection. C’est pourquoi
lorsque l’eunuque Ethiopien a dit à Philippe : « …voici de l’eau ; qu’est-ce qui empêche que
je sois baptisé ? », Philippe ne lui a pas simplement répondu : « vient que je te baptise de
cette eau afin que tu sois sauvé. » Mais il lui a dit : « Si tu crois de tout ton cœur, cela est
possible. » Et l’eunuque à son tour répondit : « Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu. »
(cf. Actes 8V35-38). Parfois les gens disent que le baptême d’eau est un acte d’obéissance et
qu’il faut pour cela le pratiquer. Si Dieu vous fait savoir personnellement qu’il vous faut vous
baptiser d’eau, alors obéissez-lui. Mais il est important de ne pas faire du baptême d’eau une
doctrine, qui est destinée à ajouter quoi que ce soit à l’œuvre parfait du Seigneur à la croix.
Car nous sommes convaincus que ce n’est pas le baptême d’eau qui viendra disqualifier ceux
qui ont placé leur Foi en Jésus. Ce n’est rien d’être baptisé d’eau ou pas, tout comme ce
n’est rien aussi d’être circoncis ou incirconcis « …ce qui est quelque chose, c’est d’être une
nouvelle créature. » (Galates 6V15). Et nous reconnaissons que le baptême d’eau ne fera
pas de vous une nouvelle créature, il ne vous communiquera pas aussi un quelconque don
spirituel. Car même le Seigneur Jésus, après s’être baptisé par Jean, a dû prier pour recevoir
le don du SAINT ESPRIT qui est sa Puissance dynamique (Luc 3V21-22).
LA CHAIR ET L’ESPRIT
« Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est Esprit. » Jean 3V6
Il y a deux types de vies qui sont opposées et qui manifestement n’ont pas le même But : la
vie dans la chair et la vie dans l’Esprit.
Les personnes charnelles vivent livrées à leurs propres passions et convoitises, sans qu’elles
ne puissent trouver en elles, la capacité d’agir autrement. Il s’agit d’un type de vie qu’elles
ont hérité de leurs parents, et qui y sont eux aussi soumis. La chair est à cet effet une nature
pleinement manifestée à travers l’existence même des Hommes. Elle n’est donc pas une
conséquence de leur manière de vivre, mais la raison fondamentale du genre de vie qu’ils
mènent. Le but de la chair est orienté vers un accomplissement et une jouissance
temporelle, exempts de toute motivation spirituelle. Il y a donc un rapport de temps et
d’efficacité qui engage les Hommes dans la chair, dans une quête constante de victoire et de
plaisir. Dans la chair, vous êtes l’unique acteur de votre bonheur. Ainsi, les êtres charnels
n’hésitent pas à se servir des autres comme instrument de leur ascension ou de leur
épanouissement. Puisque la chair donne l’illusion que les ressources sont autant limitées
que les richesses, la relation qui lie les Hommes par nature est très malsaine. Et ce type de
relation va d’ailleurs démontrer un caractère indissociable à la chair la rendant imparfaite :
le péché. Le terme « pécher » signifie étymologiquement « acte de manquer le but. »
La chair est une nature et le péché en est la caractéristique fondamentale. Peu importe les
œuvres que vous aurez faites, il n’y a pas lieu de se glorifier dans la chair. Car le péché est
dans la source de toute intention ou motivation détournée de son usage légitime. Toutes vos
œuvres dans la chair, qu’elles aient l’air excellentes ou parfaites, sont en réalité très loin du
contexte dans lequel elles devraient être employées à cause du péché. La vie dans la chair
est déjà à cet effet un échec. Ce n’est donc par parce que vous avez une belle situation
financière ou que vous êtes intellectuellement doué, que vous n’êtes pas déjà en échec dans
la chair. Si vous vivez dans la chair, toutes vos réalisations aussi grandes qu’elles puissent
paraître sont un échec à cause du péché qui est en vous. Elles sont un échec parce qu’elles
ne vous seront d’aucune utilité, une fois dissociée de leur contexte matériel. C’est de là que
vient aussi le principe des « œuvres mortes »
Une œuvre est dite morte quand celle-ci est orientée vers des intérêts ou accomplissements
charnels. Vous pouvez même vouloir atteindre un objectif spirituel, mais si au final l’atteinte
de cet objectif est guidée par une démarche charnelle, il est une œuvre morte. Les « œuvres
mortes » ne peuvent vous apporter en vérité quoi que ce soit d’utile en dehors du contexte
matériel dans lequel vous êtes. Autrement dit, ces œuvres sont pour la chair, et quand la
chair (le corps naturel) meurt, ces œuvres meurent avec elle. Pourquoi est-ce qu’elles
meurent ? Tout simplement parce qu’elles ont manqué leur but véritable.
La religion a donné une définition très limitée du péché, en le considérant comme le fait
d’agir contrairement à l’ordre moral et religieux. C’est-à-dire pour la religion, vous êtes un
pécheur quand vous n’agissez pas conformément à cette morale, prescrite selon la tradition
religieuse à laquelle vous appartenez. La vérité que la religion a occultée, est que tout
Homme est pécheur à cause de sa nature charnelle. En terme plus explicite, si vous êtes né
de l’Homme, vous êtes un pécheur et cela n’a rien à voir avec les œuvres que vous aurez
faites. Cela signifie pourquoi le Seigneur Jésus ne pouvait pas venir au mode par le moyen
naturel. Etant donné que tous les Hommes aient péché comme le dit les Ecritures (Romains
3V23), Marie et Joseph n’ont certainement pas été épargné au sort en héritant de leurs
parents respectifs cette nature corrompue. Si Jésus naissait par un processus naturel, il allait
aussi hériter du péché dans sa chair. Certains trouvent des arguments pour justifier l’idée
que Marie a été conçue elle-même sans le péché originel, et c’est pour cette raison qu’elle a
pu mettre au monde le Seigneur Jésus. Mais tout ceci n’est qu’une vaste tromperie destinée
à détourner les Hommes de la Foi. Car l’ange lui a clairement dit : « …le Saint Esprit viendra
sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint
enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1V35). Autrement dit, c’est à cause
de l’œuvre que le Saint Esprit accomplira en Marie que l’enfant qui naîtra d’elle sera Saint et
sera appelé Fils de Dieu. Ce n’est donc pas à cause d’une prétendue sainteté qui est propre à
Marie que le Seigneur a acquis sa sainteté. Jésus est né Saint parce que DIEU lui-même à
travers son propre Esprit demeure l’acteur incontournable de sa naissance.
L’état de pécheur dépend donc du type de vie que vous avez contracté de vos parents. Les
œuvres que vous produirez par la suite, ne feront que confirmer à la vérité cette nature
charnelle corrompue que vous avez reçue et qui est destinée à la mort. Ce n’est donc pas en
allant vous confesser ou en pratiquant un rite quelconque de purification qu’une personne
sera rendue parfaite. Car la perfection suppose en vous une nature exempte de tout défaut.
Or ce n’est pas parce que vous purifiez l’ancienne nature qu’elle sera rendue parfaite.
Autrement dit, le fait de purifier la nature que vous avez reçu de parents charnels, ne feront
pas de vous une personne parfaite ou même Sainte. La perfection et la sainteté supposent
une nature bien plus supérieure que celle que vous avez purifiée. Car à la vérité une nature
parfaite ou Sainte n’a pas besoin d’être encore purifié. Si vous réparez un vieux portable de
première génération, il n’aura pas les mêmes capacités que les portables de dernières
générations. Or c’est ce que la religion veut vous faire croire. Elle vous dit que si vous
« réparez » cette nature que vous possédez actuellement, et qui a été détruite par le péché,
vous aurez une nature supérieure. A la rigueur vous aurez une nature originelle, sans péché
qui ne sera pas pour autant parfaite. La perfection d’une vie se révèle quand même le péché
ou la mort n’a sur elle aucun pouvoir de condamnation.
Le pécheur est définit donc comme une personne incapable d’atteindre « le But », parce
qu’étant confronté aux limites de sa propre nature. C’est-à-dire même s’il désirait agir dans
le sens de ce But, il n’y parviendrait pas car sa propre nature le rend incapable. Le pécheur
mène donc le genre de vie propre à un esclave, puisqu’il ne peut comprendre ou agir dans le
sens des vérités censées concourir à son épanouissement. Car le bonheur de l’Homme prend
en compte des besoins matériels et spirituels. Mais à cause du péché, les Hommes sont
incapables d’avoir la connaissance des réalités spirituelles, qui participeraient à leur propre
épanouissement. Ils sont donc limités dans leurs différentes initiatives, à poursuivre des
idéaux matériels qui sont sur le point de disparaître à cause de la mort. La seule manière de
permettre à l’Homme d’accéder à la liberté est de lui ôter le péché avec cette nature
corrompue qu’il a hérité. Si on lui ôte simplement le péché, la chair sera certes saine, mais
elle ne sera pas pour autant parfaite ou sainte. Car le But de Dieu en créant les Hommes n’a
pas été de les rendre sans péché, mais de les rendre parfait. En d’autres termes, DIEU a créé
les Hommes pour qu’ils soient semblables à lui en termes de nature. C’est seulement en
recevant la nature de Dieu qu’on dira que vous êtes parfaits ou même saints. Car à ce
moment, vous disposerez d’une vie bien supérieure que même le péché n’a sur elle aucun
pouvoir. Le But de Dieu est de permettre aux Hommes d’accéder à une qualité de vie,
qu’aucune créature ne peut prétendre expérimenter d’elle-même. Si les personnes avaient
une pleine connaissance du sens de la vie dans la chair, elles comprendront pourquoi il est
impossible d’atteindre le But dans cette nature charnelle. La vie dans la chair est une vie où
l’Homme, est le seul responsable de son existence, parce qu’étant livré à sa propre
conception de la réalité. Il est dans l’incapacité de reconnaître l’existence et la nature même
de Dieu, même s’il s’évertue à montrer des signes extérieurs de piété. Sa relation entre lui et
Dieu est à cet effet parsemée d’hypocrisie et d’insoumission. Et, c’est pour cette raison que
les Hommes sous le rapport de la chair n’arrivent pas à faire totalement confiance à Dieu,
pour ce qui est de leurs besoins. Leur intelligence voilée ne peut appréhender l’idée de Dieu.
Dans leur entendement, l’existence qu’ils mènent sur Terre est un pur produit d’un hasard
sur lequel ils en savent peu. Dans la chair, il est impossible de connaître les vérités
concernant l’existence, peu importe votre science, votre spiritualité ou même votre religion.
Car toute la création a été soumise à la corruption à cause du péché et même l’Homme dans
son état charnel ne peut recevoir les vérités qui émanent de Dieu. Tout ce que vous aurez
saisi en termes d’informations est invalide et imparfaite à cause du péché qui va
littéralement vous empêchez d’atteindre la Vérité. L’ « acte de manquer le but » ne se réfère
donc pas seulement aux œuvres qui vous sont propres et qui sont mauvaises. Mais elle nous
révèle qu’il y a même des dimensions de compréhensions et de vérités que vous ne pouvez
pas saisir à cause du péché. Le fait de « manquer le but » démontre que vous n’êtes même
pas capable de percevoir la réalité comme cela devrait être. Cette nature corrompue va donc
vous amener à faire des choses que vous n’êtes pas censés produire, mais aussi à vivre des
réalités qui ne sont pas de votre lot. Vous pouvez percevoir donc qu’une personne charnelle
n’est pas forcément celle qui a des comportements qui frisent l’immoralité, la perversité ou
toute attitude pouvant se référer à l’inconduite. Si une personne manifeste une vie qui est
incapable d’embraser le plan divin, ce n’est donc pas parce qu’elle manque forcément de
bonne volonté. Mais c’est sûrement parce qu’elle est soumise à un type de vie qui ne peut
pas accéder aux perfections de DIEU. Celui qui vit dans la chair rate constamment le But
même s’il ne fait apparemment de mal à personne, à cause du péché. Alors, c’est quoi le
But ?
Comme on peut le constater, les Hommes charnels sont incapables de comprendre les
réelles motivations de l’existence. Ils ne peuvent accéder à la connaissance de Dieu et de la
Pensée qu’il avait en créant le monde. Cela explique la raison pour laquelle les Hommes se
sont réduits au fait de vivre une existence calquée sur le modèle de leurs propres besoins,
jusqu’à ce que mort s’ensuive. Manquer le But, c’est donc vivre selon un modèle de vie
étranger à celui de Dieu. Et comme Dieu est Esprit et que les Hommes se sont trouvés dans
un contexte exclusivement charnel, il est devenu impossible pour eux de comprendre les
vraies motivations de la vie. Dans la chair donc, Manquer le But est une évidence et n’est en
aucun cas le fruit d’une inconstance ou d’un manque de discipline. Parfois certains athées
croient que si Dieu existait réellement, il n’aurait pas eu les guerres, les famines, les
épidémies, les catastrophes naturelles…etc. Or le véritable problème n’est pas à ce niveau.
Toutes ces choses arrivent parce que les Hommes on manquer le But de cette vie à laquelle
DIEU les prédestinait. De plus ces désastres qui arrivent aux Hommes ne sont pas une
sentence que Dieu a prononcé sur l’humanité, parce qu’elle a manqué son But. Ces réalités
sont une conséquence du chemin périlleux que les Hommes ont pris à cause de l’ignorance
qu’ils avaient au sujet des réalités et vérités spirituelles. Cette ignorance n’est pas naturelle
ou normale, mais elle est conditionnée par le péché. La religion a longtemps été un moyen
pour l’Homme de se rapprocher de Dieu, et non l’inverse. Il n’y avait en cela aucun but divin
à travers la religion. Ce n’est donc pas par la religion qu’une personne pourra atteindre le
But. Tout ce que les religions ont démontré, était que l’Homme avait plus ou moins une idée
intuitive de l’existence d’une divinité dont il ignore le caractère, la nature et même les
sentiments. Malheureusement certaines créatures ont usé de cette ignorance pour se faire
un nom auprès des Hommes. Et comme l’Homme a toujours été subjugué par l’inconnu, il a
fini par adopter ceux qui en réalité n’étaient pas Dieu comme étant des dieux. De la religion,
les Hommes sont parvenus à des types de spiritualités qui manquent toujours le But et qui
sont incapables de le conduire à la Vérité. La spiritualité contrairement à la religion va
démontrer que l’Homme peut expérimenter des réalités surnaturelles, sans pour autant
parvenir à la connaissance de la Vérité.
Certains athées diront pourquoi Dieu a-t-il créé le péché, sachant que c’est l’élément qui
nous fait rater constamment le But ? Cette question est absurde à la vérité. Car l’ « acte de
manquer le but » suppose qu’une personne peut faire le choix de mener une vie qui ne
reflète pas la pensée de Dieu. Et ce n’est pas Dieu lui-même qui fait ce choix. Car tout ce que
Dieu a fait est parfait (Genèse 1V31). Le péché fait partie donc des choses dont Dieu n’est
pas l’auteur et qui peut être perçu comme une conséquence de la liberté que Dieu a donné
ses créatures (les plus réfléchies) de disposer pleinement d’elles-mêmes. Toute réalité
imparfaite, comme par exemple le péché, n’émane pas du cœur de Dieu. L’origine même du
péché remonte aux premiers âges de la création quand certaines créatures spirituelles ont
décidé de se dissocier d’elles-mêmes du Plan de Dieu. Ces créatures ont manifesté le désir
de vivre une vie qui est contraire à celle que Dieu a voulu pour elles. Et l’une des premières
créatures qui a manifesté ce désir a été un esprit du nom de Lucifer. Dieu avait un But bien
meilleure pour lui. Mais il a décidé de se dissocier lui-même de ce But, afin d’obtenir une
forme de liberté dont il pourra lui-même en révéler les caractéristiques. Lucifer a voulu
percevoir le monde d’un œil nouveau, quoiqu’imparfait mais qui n’était pas celui de Dieu.
Etait-ce pour lui le moyen d’être en quelque sorte Dieu ? On ne saurait le dire. Mais son
action l’a entrainé dans la servitude la plus totale et la plus profonde car sa nature a fini par
ce corrompre au point où il est devenu incapable de s’approcher de toute perfection. En se
dissociant de la voie de Dieu, Lucifer comme toutes les autres créatures qui ont péché,
suivent un agenda personnel qui manque constamment le But. Le pécher est un mystère,
étant donné qu’elle est incompatible à la personne de Dieu à cause de son caractère
imparfait, on pourrait se demander comment ces créatures spirituelles ont pu la manifester
en présence de Dieu ? A la vérité si ces créatures cohabitaient avec Dieu, elles ne pouvaient
pas avoir en elles la pensée de « manquer le but ». Car la présence de Dieu à leur côté
supposerait une perfection que rien ne pouvait contrarier. Mais elles ont pu
intentionnellement pécher, parce quand elles n’étaient pas encore en présence de Dieu. Il y
avait à la vérité des lieux de repos où Dieu avait créés ses créatures célestes et terrestres.
Ces lieux avaient pour objectif de leur donner une ombre des perfections divines, afin
qu’elles puissent décider si oui ou non elles souhaiteraient demeurer dans la Sainte et
Glorieuse présence de Dieu, qui bannit toute imperfection. Autrement dit, Dieu a laissé le
choix à ses créatures de vivre ou pas selon ses perfections. Il ne leur a pas contraint
d’épouser forcement sa nature divine et parfaite. Ces lieux étaient des Eden. Autant il y avait
un Eden terrestre où Dieu a formé l’Homme, autant il y en avait un Eden céleste où Dieu a
créé les Anges. Ces lieux étaient des lieux de repos qui marquaient la genèse, le point central
à partie duquel on pouvait déterminer l’origine mais aussi la condition dans laquelle les
Anges et l’Homme ont été créés. Ce qui est particulièrement intéressant à souligner, c’est
que chaque Eden respectif était considéré comme le domaine qui était propre aux créatures
qui y vivaient. Cela dit les Eden étaient gardés de toute influence extérieure même de celle
de Dieu. Qu’est-ce-que cela peut bien signifier ? Tout simplement que les créatures dans les
Eden respectifs n’avaient pas encore expérimenté la sainteté. Elles avaient donc la possibilité
de vivre un modèle de vie qui était contraire à celui de Dieu si elles le désiraient. Car si elles
avaient été créées dans le lieu du Repos qui était propre à celui de Dieu, c’est-à-dire si elles
avaient été créées dans la condition de Dieu (le Paradis), aucune créature ne pouvait être
capable de pécher. Car la nature de Dieu les influencerait à agir selon son propre cœur.
Quand une personne marche par la chair tout est centré sur sa personne, elle suit son
propre agenda. Mais quand une personne marche par l’Esprit tout est centré sur la Personne
même de Dieu. Et cette personne marche dans la perfection et l’accomplissement des
choses que Dieu a déjà accompli pour elle. Lucifer ne recherchait pas une vie meilleure,
belle, parfaite, selon le projet de Dieu à son égard. Il voulait décider de lui-même, prouver
son autonomie à DIEU en lui démontrant qu’il n’est pas obligé de se soumettre à son projet
de gloire et de perfection. Et c’est ainsi que le péché est né. Pour Lucifer, le fait d’emprunter
un chemin tout à fait contraire au plan parfait de Dieu est la seule manière d’accéder à sa
« Liberté ». D’autres esprits l’ont suivi et même les Hommes ont fini par adhérer à ce fameux
« projet de liberté ». Mais il y a tout de même une nuance entre l’insurrection de ces esprits
et celle des Hommes. Ces esprits avaient pleinement conscience de la gravité de l’acte qu’ils
posaient. Et c’est délibérément qu’ils ont rejeté les perfections divines. Mais les Hommes
quant à eux n’ont pas rejetés la divinité. Seulement dans leur naïveté, ils ont été séduits par
Satan qui leur a fait entrevoir une condition de vie bien meilleure que celle que Dieu leur
avait donnée. Mais les Hommes ont toujours eu le désir de se rapprocher de Dieu, même
dans leurs déchéances. Mais tous les Hommes ont manqué le But en se soustrayant de la
volonté parfaite de Dieu. L’autre mystère avec le péché, était que l’iniquité des pères se
transmettait de générations en générations. Si vous avez donc un parent qui porte en lui le
péché, il vous transmet cette nature à la naissance, et vous êtes condamnable tout autant
que lui. C’est pour cette raison que le péché du premier Homme a suffi à condamner
l’humanité. Par l’injustice des pères, le mal s’est répandu sur les fils jusqu’à ce que le sort du
monde soit définitivement scellé. On ne peut donc pas résoudre la question du péché, si on
ne change pas la nature même des Hommes.
Quand on parle du But, on ne parle pas des buts comme s’ils en existent plusieurs. Mais dans
cette logique, on parle d’une seule action qui est destinée à qualifier et à rendre parfait ceux
qui l’atteignent. A cet effet, le But est une œuvre à travers laquelle nous sortons du règne de
la chair pour appartenir à celui de l’Esprit. Pécher c’est tout simplement vivre selon le règne
de la chair et non celui de l’Esprit à cause d’une nature (semence) corrompue que nous
avons reçue de parents pécheurs. C’est cette nature ou semence corrompue qui va amener
les Hommes à manifester sous le règne de la chair des tendances qualifiées de « péchés » :
impudicité, mensonges, vols, meurtres,…etc. La marche par l’Esprit démontre non seulement
que le péché n’a plus sur vous une quelconque influence, à cause d’une nouvelle nature que
vous aurez reçue. Et cette nature ou semence nouvelle est celle de Dieu. Car c’est la seule
semence qui porte pleinement la Justice et la perfection. Et si vous avez en vous la nature de
Dieu, cela révèle que vous êtes devenus enfants de Dieu. Autrement dit, vous êtes nés de
Dieu. Toutes les circonstances se référant à votre venue sur Terre sont donc actualisées en
ce sens. Comme dit sa Parole : « …à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son
nom, elle leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés non du
sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » (Jean 1V12-
13). Ce que beaucoup ignorent malheureusement, c’est le fait qu’on n’est pas appelé enfant
de Dieu, parce qu’on a été créé par lui. Si cela était le cas, les animaux ou les plantes
pouvaient être également perçus comme des enfants de Dieu. Tant que la vie que vous avez
reçue de vos parents n’est pas supplantée par une vie bien supérieure, vous ne pouvez pas
prétendre être enfants de Dieu et appartenir au règne de l’Esprit. Comment donc naître de
Dieu ? Il n’y a qu’un seul moyen de naître de Dieu, c’est en recevant son Esprit ou sa Vie au
même titre que vous avez reçu cette vie charnelle de vos parents biologiques. Et pour y
parvenir, il vous faut croire en l’œuvre du Seigneur Jésus. A la vérité, le Seigneur Jésus est le
But, puisque Dieu a accompli à travers lui toute perfection. Comme le dit sa Parole, il est
« ...le chemin, la vérité et la vie. » (Jean 14V6). En croyant en l’œuvre du Seigneur Jésus qui
est mort à la croix pour vous, plusieurs réalités sont accomplies en vous. Plusieurs raisons
authentifient le fait qu’il est mort pour vous et vous n’avez qu’à croire en elles.
- La première raison est qu’il s’est offert comme sacrifice de culpabilité pour non
seulement porter nos péchés, mais aussi toutes les malédictions ou sanctions qui en
résultent. Par son sacrifice donc, nous avons été donc déclarés Justes mais il a dû
subir tout l’impact que ces fautes auraient eu sur la vie de ceux qu’il a justifié.
Comme le dit la Parole : « …il était blessé pour nos iniquités, brisé pour nos
iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses
meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des
brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité
de nous tous. » (Esaïe 53V5-6)
- La deuxième raison est qu’il nous a rachetés de la Loi afin que nous ne soyons plus
perçus comme des transgresseurs ou des pécheurs. Comme il est écrit : « il a effacé
l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il
l’a détruit en le clouant à la croix. » (Colossiens 2V14). Sans la Loi, on ne peut pas
juger des fautes d’une personne. La Loi est un ensemble de règles à partie duquel le
transgresseur est reconnu comme tel et sanctionné en fonction de la gravité de son
acte. S’il n’y a plus de Loi, il n’y a donc plus aucune base légale sur laquelle on
pourrait juger les actions d’une personne. C’est la Loi qui juge de la qualité de nos
différentes œuvres et c’est d’elle que vient la sanction quand celles-ci ne sont pas en
conformité avec les choses qui sont dignes d’approbation. Car à la vérité ce qui nous
condamne, ce ne sont pas nos œuvres mais la Loi. Dieu avait donné la Loi comme un
ensemble de règles au peuple d’Israël. Mais tout Homme à cause de la morale, a
également la Loi dans sa conscience. La Loi est venue révéler aux Hommes leurs
injustices afin que la Justice de Dieu soit révélée et acquise au moyen de la grâce.
Ainsi nul ne peut se vanter être de lui-même sage ou juste aux yeux de Dieu. Ayant
donc supprimé la Loi physique ou morale, le Seigneur amène tout Homme à
reconnaitre que ce n’est pas sur la base des œuvres qu’il sera justifié devant Dieu.
Mais c’est en plaçant sa Foi en l’œuvre de la croix que les Hommes obtiennent la
justice. Comme il est révélé, « Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice
de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi (l’ancien testament) et les prophètes,
justice de Dieu pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. » (Romains
3V21-22). Comme Paul l’a souligné, « …sachant que ce n’est pas par les œuvres de la
loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus Christ, nous aussi nous avons
cru en Jésus Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de
la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. » (Galates
2V16). Il n’y a donc plus lieu que notre conscience sous le rapport de l’Esprit, nous
accuse à cause de l’imperfection de nos actions. Est-ce à dire que le Seigneur justifie
toutes nos mauvaises actions maintenant que nous ne sommes plus condamnables ?
Il ne les justifie pas, mais il ôte le pouvoir de condamnation qu’elles avaient sur les
Hommes à cause de la Loi.
- La troisième raison est qu’il est venu nous donner en Esprit sa propre nature afin de
pouvoir habiter pleinement en nous. c’est-à-dire, nous ne sommes plus
spirituellement des Hommes (dans la conception charnelle). Mais nous sommes des
Fils de Dieu. Par cette qualité de vie, nous pouvons accéder aux promesses les plus
parfaites, puisque Dieu habite désormais en nous. Dieu nous donne sa Vie afin que
nous devenions sensibles au But, malgré le fait que nous sommes pour un peu de
temps dans la chair. C’est-à-dire grâce à cette Naissance Nouvelle, nous avons la
capacité de vivre une vie qui est conforme au projet de Dieu, malgré la chair. Car
ayant reçu la vie de Dieu, nous ne devons pas omettre le fait que celle que nous
avons reçu aussi de nos parents charnels demeurent jusqu’à ce qu’elle soit
manifestement détruite. Elle a été détruite avec Christ à la croix, car il est révélé :
« ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. »
(Galates 5V24). C’est un fait qui est déjà accompli en Christ. Mais cela sera
définitivement manifesté lorsque nous serons en possession de ce corps de gloire ou
de Lumière que Dieu a prévu pour tous ceux qui auront part aux perfections du
Royaume Eternel au renouvellement de toute chose.
Quand nous croyons en l’œuvre du Seigneur Jésus, ces trois actions se produisent
spirituellement en nous par la volonté de Dieu. L’aboutissement de l’œuvre du Seigneur
Jésus est donc l’Adoption dans sa prestigieuse Famille. Par cette vie nouvelle que nous
recevons de Dieu lui-même, nous devenons membres et héritiers d’un Royaume éternel.
Comme il le dit : « …si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de
Dieu. » (Jean 3V3). L’Adoption dans son sens spirituel révèle que nous avons reçu une vie
nouvelle en Esprit qui est différente de celle que nous avons reçu de parents charnels. La vie
charnelle que nous avons reçue selon la chair a été soumise à la condamnation à cause de la
Loi. Mais cette vie qui est de Dieu et qui fait partie intégrante de notre nature est Justice,
Sainteté et Perfection. Comme il a été révélé, « …lorsque les temps ont été accomplis, Dieu
a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi (Ancienne Alliance), afin qu’il rachetât
ceux qui étaient sous la loi (Ancienne Alliance), afin que nous reçussions l’adoption. Et
parce que vous êtes Fils, Dieu a envoyé vos cœurs l’Esprit de son Fils (ou l’Esprit
d’adoption), lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais tu es Fils ; et si tu es
Fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. » (Galates 4V4-7). Le mystère de l’Adoption
révèle le But pour lequel DIEU a formé ou créé l’Homme. DIEU l’a fait pour qu’à travers lui, il
puisse avoir une descendance. Et c’est la raison pour laquelle la Parole déclare que nous
avons été créés à son image et à sa ressemblance. C’est pourquoi Paul révèle : « …ceux qu’il
a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin
que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. » (Romains 8V29). Et il révèlera qu’en
le Seigneur Jésus, « …Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons
saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés à être ses enfants d’adoption
par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté. » (Ephésiens 1V4-5). Ceux que le
Seigneur a prédestinés, sont ceux qu’il a connus d’avance. Qui sont-ils en vérité ? Car
certains interprètent mal le mystère de la prédestination. En vérité, Dieu a prédestiné tous
ceux qui croiront dans le Seigneur à être ses Fils et à recevoir de sa part toute plénitude.
DIEU par son omniscience, a la capacité de connaître personnellement tous ceux qui croiront
en lui avant même qu’ils ne voient le jour, et sans pour autant influencer leur décision.
Certains croient que le simple fait que Dieu sache ces choses supposerait qu’il influence leur
décision. Ce n’est pas parce qu’une personne a eu une vision du futur de son enfant que cela
signifie que c’est elle qui l’a accompli. Car ce futur peut être malheureusement sombre si le
choix de l’enfant n’est pas aussi parfait que le projet avait en vue pour lui. Dieu peut vous-
même vous montrer des évènements futurs dans son omniscience et cela ne signifie pas que
ce soit lui ou vous qui en soyez l’auteur. Maintenant on pourrait peut-être se demander si
les choses que Dieu perçoit dans le temps sont définitives ou pas dans leur
accomplissement ? A la vérité Dieu nous révèle toujours des réalités définitives pour nous
encourager à demeurer dans la Foi. Car Dieu n’a aucun intérêt à nous révéler des choses qui
sont scellées dans le temps et qui ne nous affermissent pas dans la Foi. Et quand il nous
montre certaines réalités imparfaites, il veut nous amener à davantage placer notre Foi en
lui. Et c’est dans ce contexte que Dieu nous révèle parfois des réalités qui sont sombres. Le
but de Dieu n’est pas de nous condamner, mais il veut nous avertir que nous ne marchons
pas dans la Foi. Quand le Seigneur a donc révélé d’une certaine manière celui qui allait le
livrer, c’était en quelque sorte une manière de démontrer que Judas ne marche pas par la
Foi et qu’il court ainsi à sa perte. Il est donc important de comprendre que lorsque Dieu voit
le futur, ce n’est pas dans l’optique de nous condamner comme certains le pensent. Mais en
toute chose il le fait pour nous amener à marcher dans la Foi.
Pour ce qui est du mystère de l’Adoption, certaines personnes ne comprennent pas le fait
qu’on peut naître de nouveau avec un corps déjà vieux. Car les mystères de l’Esprit
surpassent en sagesse et en force ceux de la chair. On comprend donc pourquoi Nicodème a
demandé au Seigneur : « …comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il
rentrer dans le sein de sa mère et naître ? » (Jean 3V4). L’Homme charnel ou naturel, croit
que tout doit se dérouler selon une logique tout à fait naturelle. Or l’Homme spirituel
reconnaît que les choses naturelles constituent un palier négligeable d’intelligence et de
science face aux réalités spirituelles. A cette question de Nicodème, le Seigneur révèle que
ce qui est propre à la chair est charnel et ce qui est propre à l’Esprit est spirituel. L’Homme
ce n’est pas le corps ou la chair à la vérité, mais c’est l’esprit qui vit dans ce corps. Ainsi
quand nous sommes nés de nouveau, ce n’est pas ce corps physique ou charnel qui renaît,
mais c’est l’esprit (l’essence de notre être) qui naît de Dieu. Extérieurement donc nous
pouvons garder toujours la même apparence, et les mêmes traits de ressemblance que nos
parents biologiques. Mais intérieurement c’est-à-dire spirituellement, nous portons la
nature et la ressemblance qui est propre à Dieu. Et la finalité de l’Adoption se fera lorsque
même notre corps sera revêtu de la gloire de Dieu. Ainsi nous aurons un corps qui reflète
parfaitement l’image visible de Dieu. La naissance selon Dieu ne se résume donc pas à un
processus naturel comme on pourrait le concevoir dans la chair. Spirituellement, la
naissance est le fait d’hériter des caractères qui sont propres à la vie de celui dont nous
sommes issus. Et c’est pour cette raison que beaucoup ont du mal à concevoir l’idée que le
Seigneur Jésus puisse être Fils de Dieu, du moment où il est issu de Marie sa mère dans la
chair. Jésus est né de Dieu et non de Marie, parce qu’il a reçu seulement de Dieu et non de
Marie, tous les caractères qui sont propre à sa personnalité et au type de vie qu’il a
manifesté. Les choses exceptionnelles que le Seigneur accomplissait, il ne les tenait pas d’un
modèle de vie qu’il aurait hérité de Marie ou même d’un don qu’il aurait reçu à la naissance.
Il manifestait des choses qui étaient conformes à la vie qu’il avait de Dieu lui-même. Donc,
quand la Parole révèle que nous avons été adoptés par Dieu pour être ses Fils. Ce n’est pas
que nous avons reçu de Dieu un statut nouveau qui est censé nous amener à nous conduire
différemment. Mais notre Adoption révèle que nous avons spirituellement reçu un type de
vie qui est identique à celui de Dieu lui-même. Ainsi nous avons la capacité de manifester à
notre tout un standard de vie qui est en tout point similaire à celui de la divinité. Comme l’a
révélé Paul, nous sommes participants de cette nature divine que Christ a manifesté
(Hébreux 2V14). Et puisque nous sommes nés de Dieu, nous devenons ses héritiers en tant
que Fils. Cela dit, nous disposons légalement le droit de disposer des biens qui sont propres
à Dieu notre Père.
Le Royaume de Dieu est la dimension la plus agréable et parfaite de la vie, qu’une personne
expérimente dans le règne de l’Esprit en tant que Fils. Il y a eu une dimension de vie
parfaite que l’Homme a expérimenté quand le péché ne résidait pas encore dans sa chair :
c’est Eden. La vie dans le Royaume de Dieu est bien plus supérieure que celle à Eden. Ces
deux dimensions de vie ne se résument pas à un espace physique, qu’on pourrait
contempler de nos yeux. Elles sont une conséquence du type de vie que nous portons en
nous-mêmes. C’est-à-dire l’Homme pouvait rester à Eden aussi longtemps que subsistait en
lui un modèle de vie spécifique. Quand nous recevons la vie de Dieu, nous devenons
membre d’un Royaume parfait qui est en phase de se manifester. Mais l’Homme peut
cependant vivre étant dans ce monde comme s’il était dans ce Royaume parce qu’il porte en
lui le modèle de vie qui est propre au Royaume de Dieu. Et c’est l’objectif de cette vie en
Esprit étant dans le monde. Car cette qualité de vie que nous recevons de Dieu notre Père,
est censée nous amener à neutraliser et à détruire toutes les œuvres des Ténèbres dans le
monde. Nous devons savoir que nous cohabitons dans ce monde, avec ces créatures qui se
sont volontairement dissociés du Plan de Dieu. Elles sont spirituelles et c’est la raison pour
laquelle nous ne pouvons pas les observer avec nos yeux physiques, toutefois elles peuvent
prendre des formes et amener les Hommes à croire des histoires qui n’émanent pas de la
vérité. La Nouvelle Naissance est donc rendue possible par le Saint Esprit de Dieu, et nous
confère une certaine responsabilité dans ce monde. Quand nous naissons de nouveau, nous
recevons de Dieu sa Vie et ce n’est qu’à ce moment que nous sommes appelés enfants de
Dieu. La vie que nous avons est similaire à celle que Dieu lui-même aurait eue, s’il était tout
comme nous dans un corps humain. Et c’est ce modèle de vie qu’il a lui-même révélé en la
personne de Jésus. Il est venu à travers ce corps nous soustraire à la condamnation, qui est
devenu le sort de tout être humain à cause du péché. Jésus n’a pas reçu la vie d’un Homme.
Il possède en lui-même la Vie et il a été corporellement façonné par l’Esprit éternel et
universel auquel il est identifié dans l’Esprit. Dans sa dimension terrestre, Dieu avait pour
habitude d’appeler « Père » cette réalité incommensurable de lui-même. Quand la Parole de
Dieu révèle que les Hommes ont été créé à l’image de Dieu, faudrait comprendre que ce
n’est pas à l’image de cette dimension de l’Esprit intemporelle qui est assimilée au Père.
Mais, c’est selon la ressemblance visible, corporelle de Dieu que les Hommes ont été créés.
C’est à l’image visible du Christ-Jésus qu’Adam avait été créé. Adam a reçu de lui une vie,
mais pas celle qui est propre à la nature de Dieu. Il a reçu une vie qui est propre à sa nature
humaine et charnelle. Il n’y avait pas de péché dans la chair lorsqu’Adam avait été créé, mais
il était toutefois faillible. Toutes les créatures de Dieu sont faillibles par nature, et cela s’est
aussi démontré avec les anges. C’est pourquoi toutes autant qu’elles sont, ont été soumises
à une Loi d’obéissance et de soumission à l’égard de la divinité à Eden. Si toutes les créatures
ont été soumises à cette Loi, c’est pour révéler que leur nature pouvait aller à l’encontre de
la volonté parfaite de Dieu. Le seul Etre infaillible par nature est Dieu lui-même. Quand
Adam a démontré sa faiblesse par sa désobéissance, le péché s’est attaché à sa nature
charnelle et son esprit s’est éloigné de Dieu. Tout comme ce fut le cas avec les anges qui se
sont dissociés de la Sainte présence de Dieu. Le péché s’est répandu sur tout le genre
humain, et tous les Hommes sont devenus incapables de se rapprocher de la divinité. La
solution que Dieu a trouvée a été d’adopter les Hommes en détruisant leur nature humaine,
et en leur donnant accès à sa propre nature infaillible et parfaite. A la vérité cette solution
est conforme au projet que Dieu avait pour l’Homme. A la différence que cela ne s’est pas
exécuté dans les conditions que Dieu avait en vue. Le péché n’a donc rien changé au plan de
Dieu. Il a simplement amené ce projet à s’accomplir dans des circonstances différentes.
Aucune créature ne portait en elle la nature de Dieu à Eden. Car lorsque vous portez la
nature de Dieu, il est impossible que vous tombiez sous le poids d’une quelconque
condamnation. Et cela ne dépend même pas de vos œuvres. Dieu ne cessera pas d’être Juste
ou Saint même si ses œuvres pouvaient démontrer le contraire, et c’est ainsi que sont
justifiés tous ceux qui sont nés de Dieu. A la différence du charnel, Paul dira : « Mais
l’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. » (1
Corinthiens 2V15). C’est pourquoi lorsque vous êtes nés de Dieu ou de l’Esprit, vous devenez
supérieur en nature à toutes les autres créatures. Dieu ne vous regarde plus selon la chair
mais il vous voit en Esprit tel qu’il est, puisque vous portez sa vie. Vous supplantez
littéralement en dynamisme toute autre forme de vie. Celui qui est né de Dieu est lui-même
Dieu par nature au même titre que son Père. C’est pour cela la Parole révèle : «...vous êtes
des dieux, vous êtes tous des fils du Très Haut. » (Psaumes 82V6). Car Dieu n’est pas un
nom, c’est une race et une nature unique que le Père a en partage avec tous ceux qui
participent à sa nature. Et à la vérité, même les Saints Anges de Dieu ne partagent pas la
nature de Dieu. Dans la Loi (Ancienne Alliance) ils étaient qualifiés de Fils de Dieu, parce
qu’ils étaient à ce moment les seuls qui partageaient la condition de Dieu. Ils ne
partageaient pas la nature divine, mais la condition divine. Autrement dit, tant qu’il
demeurait dans cette condition, ils pouvaient avoir en partage la condition sainte et parfaite
qui était propre à la divinité.
Dieu nous a créés pour un But Parfait, qu’il se charge lui-même d’opérer à travers ceux qui
reçoivent sa nature en eux. Et nous ne devons pas mettre un frein à cette œuvre de
perfection que le Saint Esprit opère en nous, par une fausse modestie. Personne n’existe de
lui-même. Si donc Dieu veut démontrer son amour en amenant ses enfants à expérimenter
un niveau inimaginable de gloire, qui l’empêcherait ? Serait-ce la religion ? Un enfant de
Dieu dispose de la même autorité que Dieu lui-même possède sur toute chose et rien ne
peut se dresser contre lui. Celui qui s’attaque à lui, défie la nature divine. Or, rien ni
personne n’a suffisamment d’audace pour oser défier la nature divine. Pierre dira : « …sa
divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et la piété, au moyen de la
connaissance de celui qui nous a appelés par sa gloire et par sa vertu, lesquelles nous
assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que vous
deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde
par la convoitise. » (2 Pierre 1V3-4). La vie dans l’Esprit vous donne accès à une richesse et
une Justice incontournable afin que nous ne soyons plus tenter de convoiter quoi que ce soit
de l’extérieur. Les gens cherchent à l’extérieur ceux qu’ils n’ont pas. Or nous avons tout
pleinement en Dieu notre Père. Si donc Dieu demeure en nous par son Esprit, nous avons
donc Tout en nous.
Si le péché est devenu le caractère indissociable à la nature charnelle à cause d’Adam, la
Justice quant à elle est indissociable à cette nature divine que nous portons, à cause de Dieu
lui-même. Il y a donc un principe qui gouverne les différentes formes de vie : il s’agit du
principe des semences. Par ce principe nous comprenons pourquoi Dieu juge les Hommes
sur la base de leurs œuvres, et pourquoi il n’en fait pas autant avec ceux qui sont nés de lui.
Chaque semence porte en elle son fruit. Le fruit de la semence qui est propre à tous les
Hommes est le péché, parce depuis les origines du monde, le premier Homme Adam a
corrompu sa semence ou sa nature. C’est pourquoi tous ceux qui sont issus d’Adam sans
qu’ils n’aient accomplir d’œuvres sont appelés des pécheurs. Etant donné que tous les
Hommes sont devenus des pécheurs, il n’existait plus de moyen à partie duquel ils pouvaient
garder une conscience pure à l’égard de Dieu. Cette conscience souillée par le péché ne
pouvait donc permettre à l’Homme de se rapprocher de Dieu et accéder à sa gloire. Comme
le dit la Parole, « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » (Romains 3V23).
La plupart des personnes, influencées par leur religion croient que si elles arrêtent de
pécher, elles seront justes et saints aux yeux de Dieu. Or la Parole révèle que du moment où
vous avez péché une fois dans votre vie, vous êtes disqualifiés. D’autres pensent que si elles
demandent pardon à Dieu, il leur justifierait. Les choses ne sont pas aussi spéciales que la
religion veut leur amener à croire. Car supposons que Dieu décide de vous pardonner, qu’en
est-il des péchés que vous n’aurez pas confessés ? N’oublions pas aussi qu’il y a des actions
qu’on juge légitimes, mais qui sont péchés aux yeux de Dieu. Notre condition charnelle donc,
nous rends incapable d’être parfait à travers nos propres œuvres, même si extérieurement
nous ne faisons rien d’inconvenant. C’est pourquoi les chefs religieux n’étaient pas en de
bons termes avec le Seigneur. Extérieurement il gardait une apparence de piété, mais leurs
cœurs étaient remplis d’inconduites, d’insoumissions et de mauvaises intentions. Certaines
personnes diront que le Seigneur a révélé qu’on reconnaitra les vrais des faux par leurs
fruits. Ainsi, les œuvres doivent certainement compter pour le Seigneur. A la vérité c’est à
juste titre que l’image des fruits a été utilisée par le Seigneur Jésus. Car vous pouvez très
bien révéler à l’extérieur des œuvres qui ne sont pas conformes à votre nature véritable. Et
c’est de l’hypocrisie. En manifestant donc une forme quelconque d’hypocrisie, vous révéler à
la vérité la mauvaise qualité d’un fruit qui démontre votre véritable nature. Les fruits
désignent des œuvres naturelles qui ne dépendent même pas de notre volonté, mais du
type de semence que nous avons reçu. Il est donc inutile de vouloir manifester les œuvres du
Saint Esprit si vous n’avez pas en vous la semence de Dieu. Or pour avoir cette semence de
Dieu, il faut recevoir sa Parole qui est le Christ Jésus. Quelqu’un qui n’a pas Christ et qui fait
mine de lui ressembler est un hypocrite et un menteur. Mais si vous avez Christ en vous et
que vous marchez par la Foi, vous produirez naturellement les fruits qui sont propres à Christ
sans même que vous vous y efforciez. Ainsi on reconnaitra à ses œuvres qui émanent
naturellement de votre Foi dans le Seigneur, si vous lui appartenez ou pas.
Aussi si la confession des péchés est le moyen par lequel on obtient l’absolution, les
Hommes ont intérêt à avoir une mémoire excellente. Ils devraient se souvenir de tout ce
qu’ils auraient fait de mauvais extérieurement et même dans leurs cœurs. Il est donc
absurde donc de qualifier une personne de sainte ou de juste sur la base de ses œuvres
extérieures. Qu’en est-il des pensées ou des intentions de cette dernière ? Les a-t-on
également sondées ? Tout le monde est donc condamné par sa conscience à cause du péché.
C’est fort de cette révélation que les disciples diront : « …Qui peut donc être sauvé ? »
(Matthieu 19V25). Le Seigneur à cette question, démontre que personne ne peut parvenir de
lui-même au Salut. Car il dira : « Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est
possible. » (Matthieu 19V26). C’est pourquoi Dieu a décidé de sauver les Hommes lui-même,
en les soustrayant à cette nature corrompue afin que le péché n’ait sur eux aucun pouvoir.
Tous ceux qui sont nés de Dieu donc, reçoivent en eux la semence incorruptible et infaillible
de Dieu. Et le fruit qui est propre à cette semence parfaite de Dieu est la Justice. Ainsi tout
comme les Fils d’Adam sont devenus pécheurs indépendamment de leurs œuvres, mais à
cause du type de semence corrompue qui résidait dans leur père, de même ceux qui sont
nés de Dieu sont devenus Justes à cause de la qualité de semence qu’ils ont reçus de Dieu
leur Père. En croyant en l’œuvre de Justice que Dieu lui-même a accompli pour le Salut des
Hommes, il est impossible que leur conscience les juge à nouveau. Surtout, il est impossible
pour le croyant de se percevoir encore comme un pécheur, à cause de sa Foi en l’œuvre du
Seigneur. Car il reconnaît que c’est uniquement sur la base de l’œuvre du Seigneur qu’il a été
justifié et libéré de la Loi. A travers donc le principe des semences, il existe deux
prescriptions à partie desquelles le jugement de Dieu est prononcé : celle du péché pour
ceux qui sont faillibles et celle de la Justice pour tous ceux qui portent la nature de Dieu.
Etant de la race divine, au moyen de la Nouvelle Naissance, nous aussi nous sommes soumis
à la même prescription que Dieu notre Père : celle de la Justice. Ces prescriptions sont donc
indépendantes des œuvres qu’une personne pourrait faites. Autrement dit, nous sommes
jugés selon le standard de notre nature. Un Fils d’Adam va être jugé sur la base de ses
propres œuvres, selon le modèle de la Loi du péché inscrite dans sa conscience. Et un Fils de
Dieu va être jugé sur la base de la Foi, selon la Loi de Justice inscrite dans sa conscience. Jean
va souligner l’œuvre de Justice d’un enfant de Dieu en ces termes : « Quiconque est né de
Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut
pécher parce qu’il est né de Dieu. » 1 Jean 3V9. Ce que l’Esprit a révélé ici par Jean, c’est
que celui qui est né de Dieu ne peut plus pécher, comme Dieu lui-même ne pèche pas. Ce
n’est pas qu’un enfant de Dieu a lui-même cette capacité de ne plus pécher, étant donné qu’il
demeure encore dans la chair. Mais il ne peut plus être assimilé à un pécheur parce qu’il a
été soustrait à la Loi et parce que la semence de Dieu est en lui. Car le pécheur est ainsi
qualifié, parce qu’il demeure sous la Loi et à cause de la semence corrompue qu’il a reçue de
ses parents. Si donc un enfant de Dieu n’est plus sous la Loi et qu’il a reçu la semence de
Dieu, comment pourrait-on encore l’identifier au péché ? Dieu serait-il un pécheur tout
comme Adam l’a été ?
L’Homme est un esprit qui dispose d’une âme et qui possède un corps. Cette définition
classique nous permet de révéler trois réalités propre à l’Homme : l’esprit ; l’âme ; le corps.
L’esprit est la source de la conscience, c’est la réelle nature même de l’Homme. L’esprit est
la réalité à partie de laquelle Dieu peut exercer une influence, en vue d’orienter les actions
et dispositions morales des Hommes. Il est également la source des connaissances et des
motivations directement inspirées par Dieu. Par notre esprit donc, nous avons la capacité de
recevoir de Dieu une éducation spirituelle. Et cela est tout à fait normal, puisque même nos
parents dans la chair, sont censés nous transmettre un modèle d’éducation. C’est par notre
esprit que nous pouvons recevoir de Dieu certaines révélations, du dynamisme dans notre
Foi, et même ses bénédictions. Ainsi, c’est par l’esprit que l’homme a la capacité de
communiquer avec Dieu et accéder aux réalités parfaites du spirituel. Une vie spirituelle est
donc un modèle de vie qui est influencé et entretenu selon la volonté parfaite de Dieu. Il ne
faudrait donc pas confondre une vie surnaturelle avec une vie spirituelle. Il y a des
personnes qui sont influencés non pas par Dieu mais par certains esprits, et qui vivent à cet
effet des expériences surnaturelles. Ces expériences ne doivent en aucun cas être assimilées
à celles qui sont spirituelles et qui émanent de la volonté de Dieu. Toute réalité ou
expérience spirituelle est inspirée par Dieu selon sa Pensée et sa Parole. Une personne peut
donc vivre des réalités surnaturelles, comme par exemple des visions en esprit et être
qualifiée de charnelle. A cet effet, les sorciers, les magiciens et certains mystiques sont
toutes des personnes charnelles, parce qu’ils ne marchent pas encore selon l’Esprit et la
Vérité de la Parole de Dieu. Ce qui distingue une vie spirituelle d’une vie surnaturelle, c’est la
chair. Maintenant il y a un fait qu’on ne devrait pas occulter, c’est que toute initiative
spirituelle est toujours surnaturelle, mais toute action surnaturelle n’est pas spirituelle à
cause de la chair. Nous devons comprendre que Dieu en créant l’Homme a donné la capacité
à celui-ci de marcher au-dessus des standards naturels par son esprit, puisque l’Homme est
avant tout un esprit. Mais cette capacité a été quelque peu inexploitée à cause de la
civilisation ou du style de vie que les Hommes ont fini par adopter dans la chair. Toutefois, il
y a des personnes qui ont trouvé le moyen à travers une certaine discipline, de pouvoir se
reconnecter à leur esprit en vue d’influencer le naturel. Parfois eux-mêmes influencés par
certains esprits en vue d’accroître cette habilité surnaturelle, ces Hommes ont pu atteindre
des niveaux de conscience ou d’efficacité qui sont qualifiés d’impressionnants pour la
plupart de leurs paires. Contrairement donc aux personnes spirituelles qui manifestent une
habilité surnaturelle à cause de leur identité renouvelée en Dieu, et de la présence de l’Esprit
de Dieu en elles, ces Hommes agissent selon la vanité de leurs propres convictions et désirs.
Autrement dit, ils sont influencés par leurs âmes souillées par des motivations tout à fait
charnelles. Quand vous naissiez de Dieu, vous devenez une personne spirituelle. Mais toutes
les personnes spirituelles n’ont pas le même niveau de croissance. Il y en a des adultes et
d’autres qui sont encore enfants. La maturité spirituelle n’a rien à voir avec vos habilités
surnaturelles. Comme vous l’avez constaté, vous pouvez même être charnel, et manifestez
une puissance surnaturelle. Ce n’est donc pas parce que vous accomplissez des prodiges
dans la chair, étant spirituel, qu’on dira que vous êtes matures. La maturité spirituelle est
déterminée par votre sensibilité à la vie de Dieu. C’est-à-dire plus vous êtes matures
spirituellement, plus vous manifester des qualités divines et plus vous dissociez avec aisance
ce qui est de Dieu et ce qui ne l’est pas, en paroles et en œuvres. Votre maturité spirituelle
vous confère un discernement et une intelligence, qui révèlent votre niveau d’éducation
dans l’Esprit. Un autre moyen pour connaître la maturité d’une personne spirituelle est
l’amour. L’amour dans son sens spirituel ne se résume pas au fait d’éprouver des sentiments
bienveillants à l’égard de quelqu’un. L’amour est un don de sa personne, comme pour
honorer et glorifier l’autre. C’est se mettre à son service afin de lui donner plus de valeur,
sans rien attendre de lui. En sommes par notre amour, nous enrichissons intentionnellement
l’autre de ce que nous sommes, sans qu’il ait à nous devoir en retour quoi que ce soit.
L’âme est le siège de la vie individuelle et personnelle. C’est à travers elle que s’exprime à
cet effet, la vie dans la chair pour une personne spirituelle. Pour les personnes charnelles, la
vie dans la chair part de leur esprit jusque dans leur corps. Mais pour les personnes
spirituelles (nées de Dieu), la vie dans la chair par de l’âme jusque dans le corps. Car l’esprit
d’une personne spirituelle n’est plus soumis aux influences de la chair. Par l’âme, nous
pouvons nous faire une conception de la réalité selon notre sensibilité ou notre intelligence.
Pour une personne spirituelle, il y a une différence entre ressentir ou agir selon l’âme et le
faire selon l’esprit. Quand vos actions sont conduites par l’âme, c’est suivant votre
perception naturelle que vous agissez. C’est-à-dire vous agissez comme toute personne
charnelle l’aurait faite dans les conditions qui ont été les vôtres. Quand par contre vos
actions sont influencées par l’esprit, vous êtes comme porté de l’intérieur par des
motivations qui ne reflètent pas la réaction qu’une personne naturelle pourrait avoir. Parfois
vous ignorez même la raison pour laquelle vous agissez d’une manière si particulière.
L’Homme a toujours été charnel, autrement dit, il a été habitué à vivre sur la base de ses
propres motivations. Mais avant le péché, son esprit était fonctionnel et pouvait entrer en
communication avec Dieu. L’homme était conscient de son existence, de sa personnalité, et
était guidé et orienté par Dieu. Seulement l’Esprit et la nature de Dieu ne demeuraient pas
en lui comme c’est le cas avec les personnes spirituelles. Il ne pouvait donc pas à cet effet
être considéré comme une personnelle spirituelle. Dieu entrait en contact avec son esprit
par moment pour l’assister dans certaines fonctions, mais aussi pour l’instruire afin qu’il
sache se tenir en son absence. Il y avait donc une relation de professeur à élève qui existait
entre l’Homme et Dieu. Toutefois, ce n’est pas parce que vous avez été instruit par le
meilleur des professeurs que vous avez perdu la capacité d’échouer. L’Homme pouvait
toujours échouer si au lieu de recourir aux recommandations de Dieu, il s’abandonnait à ses
propres convictions en marchant par la chair. Quand il a péché, l’esprit de l’Homme est
mort. Comme l’a dit le Seigneur : « …tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du
bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Genèse 2V17
Quand il a mangé de cet arbre, ce n’est pas le corps et l’âme qui sont morts, mais c’est son
esprit. La mort n’est pas cette réalité qui est décrite dans un langage charnel comme la
disparition ou la fin d’une vie. Dieu a créé tous les Hommes pour l’éternité car tôt ou tard
tous ressusciteront. Mais tous n’auront pas le même sort à cause de la nature de semence
qui demeure en chacun. La mort désigne le fait qu’une vie soit détachée de sa source qui est
Dieu. C’est pour cela le concept de vie éternelle démontre plutôt une communion
perpétuelle et indéfinie avec Dieu, et non pas la capacité de demeurer immortel. C’est un
peu comme une fleur qu’on arrache à son arbre. Cette fleur est morte non pas parce qu’elle
n’existe plus, mais parce qu’elle a été arraché à la source à partie de laquelle elle vit. Ainsi,
l’esprit de l’Homme est mort non pas dans le sens où il n’existe plus, mais parce qu’il n’est
plus sous l’influence et la responsabilité de Dieu. Et, c’est la raison pour laquelle tous les
Hommes ont été livrés dès lors à leurs propres sens et convoitises. Comme l’esprit de
l’Homme est la seule réalité qui pouvait comprendre les réelles motivations de la vie, et que
celui-ci s’est éloigné de Dieu, les Hommes ont donc perdu le sens même de la vie et de Dieu.
C’est donc à partie de la chair que les Hommes vont percevoir le monde. Dieu n’est pas donc
la cause de toutes ces imperfections et fléaux qui minent le monde. Lorsqu’il s’est séparé de
Dieu, l’Homme a été sous l’influence de Satan et de ses anges déchus qui sont les artisans du
chaos et de toutes formes d’imperfections. Satan et ses anges du chaos existaient déjà dans
le monde avant qu’Adam ait été créé. Mais Adam était gardé de leur influence et de toute
autre réalité imparfaite à cause de la relation qu’il entretenait avec Dieu. Il avait à cet effet
aucune connaissance de ce qui était le bien ou le mal. La seule réalité dont il avait
connaissance, était celle de la perfection que Dieu lui-même l’amenait à percevoir étant
dans le jardin d’Eden. Adam avait été créé et placé dans le monde comme une lumière,
destinée à détruire les œuvres des Ténèbres. Dieu l’a créé pour qu’il domine et expose Satan
et toutes les forces des Ténèbres. L’image même du jardin d’Eden reflète la qualité de cette
vie, gardée de toute influence imparfaite à cause d’Adam qui en était le gardien. La maladie,
la haine, les pulsions et désirs incontrôlés, la mort…toutes ces réalités existaient déjà dans le
monde à cause de ces esprits. Mais Adam tout comme Eve n’en était pas conscient. Le jardin
d’Eden était spirituellement une délimitation, une zone réservée où ces réalités ne
pouvaient pas se confronter à l’esprit de l’Homme, à cause de sa relation avec Dieu. C’est
pourquoi même Satan devait se fondre dans le décor du Jardin, afin de séduire Eve et
échapper à la vigilance d’Adam. Et le serpent était le déguisement parfait pour Satan à cause
de sa ruse, de sa discrétion et de sa subtilité. Après la chute d’Adam, l’Homme va quitter ce
jardin car son esprit corrompu ne pouvait plus supporter la présence de Dieu. La vie qui se
développait en lui après le péché, ne le disposait plus à demeurer encore à Eden. Il a dû donc
quitter le jardin d’Eden pour une qualité de vie qui est similaire à celle qui se développait en
lui. Et c’est cette vie actuelle dans laquelle les Hommes sont plongés. A Eden, l’Homme
redoutait Dieu parce qu’il était devenu conscient de ses faiblesses et de la corruption qui
résidait en lui. La preuve en est qu’il a dû lui-même se cacher de Dieu après avoir désobéi.
Lorsqu’ils ont péché, Adam et Eve se sont rendu compte du fait qu’ils étaient nus et se sont
cachés de Dieu. Cette nudité est l’image de leur imperfection et du fait qu’ils sont faillibles
de leur nature. Dieu le savait, mais il ne leur en tenait pas rigueur pour cela. Mais ils ont eux-
mêmes remis en question la bonté de Dieu lorsqu’ils ont su qu’ils étaient nus (c’est-à-dire
capable de péché à cause de leur imperfection). C’est cette conscience qu’ils ont eu de leur
nudité qui a scellé définitivement la séparation entre Dieu et sa créature bien-aimée. On
comprend donc pourquoi Dieu a eu soin de les garder de la connaissance du bien et du mal.
Dieu savait que le jour où les Hommes auraient eu cette connaissance, ils remettraient en
question leur place et leur position auprès de lui. La connaissance du bien et du mal en
réalité exclut l’Amour. Les Hommes sous le rapport de cette connaissance ne peuvent pas
comprendre, le fait que Dieu les aimerait toujours, malgré le fait qu’ils n’en sont pas dignes.
Et c’est ici le grand mystère de l’amour. Dieu ne nous aime pas parce que nous en sont
dignes, mais parce que c’est sa nature. Et il l’a d’ailleurs lui-même spécifié : «…Aimez vos
ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez
pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père
qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait
pleuvoir sur les justes et sur les injustes. » (Matthieu 5V44-45). Les Hommes à travers l’image
des vêtements de figuiers conçus (Genèse 3V7), ont tenté de se donner une belle apparence
aux yeux de Dieu. Ils ont tenté de soulager leur conscience face à cet amour divin qu’ils ne
peuvent comprendre, en le justifiant par leurs œuvres. Mais cela ne pouvait
malheureusement suffit pour eux. Car leurs propres œuvres de justice ne pouvaient pas
soulager leur conscience de leur faiblesse. Et c’est ce que malheureusement ce que plusieurs
personnes essayent de faire à travers la religion. Ils tentent parfois à travers leur assiduité
dans la prière, leurs mortifications, les « bonnes œuvres », de se rapprocher de Dieu. Mais ils
reconnaissent au fond que tout ceci est bien peu pour retrouver une intimité parfaite avec
Dieu. La raison est qu’ils ne s’approchent pas de Dieu avec le bon véhicule. C’est pourquoi
Dieu a décidé de donner à Adam et Eve un vêtement parfait, celui de sa propre Justice
démontré par le sacrifice de l’animal, afin de redonner aux Hommes une conscience pure
vis-à-vis de sa personne. Si vous voulez vous rapprocher de Dieu et avoir une communion
parfaite avec lui, c’est par sa propre Justice et non la vôtre. Il y a même certaines personnes
nées de nouveau qui peinent à se rapprocher en toute confiance de Dieu, à cause
d’enseignements erronés qu’ils entendent au sujet de la Justice de Dieu. On leur fait croire
qu’étant nés de nouveau, Dieu ne peut se rapprocher d’eux s’ils continuent de mentir, de
voler, d’insulter,…etc. Et ils ont mal quand ils tombent dans l’inconduite à cause de la chair.
Si Dieu agissait ainsi étant nés de nouveau, quelle valeur le sacrifice du Seigneur occupe dans
leur vie ? La plupart de ceux qui enseignent de telles choses sont soit charnelles ou enfants
spirituellement. Vous devez comprendre que si vous ne recevez pas de Dieu, c’est tout
simplement parce que vous n’agissez pas par la Foi. En quoi est-ce qu’un enseignement qui
vous dit de faire ceci ou cela pour voir la main de Dieu, relève de la Foi ?
La nature de l’Homme s’est corrompue et le péché s’est attaché à son être entier (esprit,
âme, corps). L’image qu’il se fait de Dieu va peu à peu se dégrader au point de le considérer
comme un ennemi et non comme un allié, à cause du péché. Ainsi, Satan et ses acolytes ont
pu exercer une influence et un contrôle sur les Hommes afin de les soumettre à leur volonté.
Quand l’homme s’est éloigné de Dieu, cela a entraîné d’énormes conséquences sur son
corps, son âme et son esprit. Tout son être a commencé à se dégénérer et il s’est trouvé
dans une condition imminente de détérioration. La maladie et la mort sont devenus le sort
de l’existence humaine. En plus de cela, l’Homme a perdu une grande partie de l’autorité
qu’il pouvait exercer sur le monde. Les animaux lui sont devenus insoumis et il a perdu peu à
peu sa capacité à dominer les éléments naturels. La conséquence la plus significative est que
les Hommes sous le règne de la chair ont perdu la conscience de Dieu. S’ils demeurent dans
un tel état, leur esprit n’étant pas capable de se rapprocher de Dieu, ira auprès de Satan et
de ses agents après la fin des jours passés sur Terre. Car le monde spirituel est scindé en
deux blocs : le Royaume de Dieu et le monde des Ténèbres. Sous le règne de la chair
l’Homme est condamné à une mort certaine, c’est-à-dire une séparation définitive d’avec la
Sainte présence de Dieu. C’est-à-dire si une personne meurt dans le péché, puisque son
esprit ne peut s’approcher de Dieu dans cette condition, elle ne peut que rejoindre les
Ténèbres. Pour empêcher cela, Dieu a trouvé un moyen parfait de rapprocher les Hommes
de sa personne avant qu’il ne soit trop tard.
Lorsque l’Homme s’est éloigné de Dieu son créateur, son esprit s’est trouvé dans l’incapacité
d’entrer dans son plan parfait. Il fallait trouver un moyen de redonner la vie à l’Homme (une
reconnexion avec sa Source qui est Dieu). Car après sa mort physique, il sera définitivement
éloigné de Dieu. Seulement cette restauration entre les Hommes et Dieu ne pouvait être
possible, à cause d’un virus qui s’est introduit en eux et qui est assimilé au péché. Si on
restaure cette relation sans résoudre le problème du péché, la nature de l’Homme va
toujours se détériorer et va finalement le détruire, à cause de l’influence des Ténèbres. Pour
que les Hommes puissent bénéficier d’une communion éternelle avec Dieu, il a fallu détruire
une bonne fois pour toute, le péché avec leur nature imparfaite. Toutefois cela allait exiger
un coût, un sacrifice inestimable. Et ce sacrifice est l’image même de l’animal qui a dû être
sacrifié à Eden pour revêtir Adam et Eve. Le but de ce sacrifice servira à détruire l’ancienne
nature faillible. Son but va être de donner aux Hommes une nature infaillible et parfaite, afin
qu’ils ne soient plus sujets à la condamnation (l’image du revêtement). Comme il est écrit :
« vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. » (Galates 3V27).
Ayant donc par ce sacrifice revêtu Christ, nous pouvons avoir la liberté de nous rapprocher
de Dieu avec assurance. Le sacrifice du Seigneur Jésus à la croix est un choix personnel qu’il a
fait, afin que les Hommes puissent bénéficier de sa nature parfaite en communion avec son
propre corps. Quand il mourrait à la croix, le Seigneur était spirituellement en communion
avec tous les Hommes afin qu’à travers sa mort, eux aussi puissent mourir à cette nature
corrompue. Et quand il est ressuscité, les Hommes ont hérité au moyen d’une Naissance
Nouvelle, de la nature parfaite de Dieu. Car celui avec qui tous les Hommes étaient en
communion était Dieu lui-même. S’il était un ange, les Hommes auraient eu la nature
angélique dans cette communion. Mais il ne peut pas être un ange, puisque l’histoire a
démontré que la nature angélique est faillible. Et si les Hommes avaient hérité d’une nature
faillible, ils auraient été toujours condamnables à cause du péché. Ayant obtenus la Justice
de Dieu, les Hommes ne peuvent encore être soumis à la Loi. Car la Loi vient démontrer
l’imperfection d’une personne, afin que sa condamnation soit légitime. La loi en elle-même
ne comporte pas de textes, à partie desquelles une personne peut être justifiée. Il est donc
impossible d’obtenir la Justice ou la perfection sous le rapport de la Loi. On ne peut obtenir
cette Justice qui est propre à Dieu qu’en héritant de sa propre nature parfaite.
Le but du Seigneur était de racheter les Hommes une bonne fois pour toute en leur donnant
sa propre nature incorruptible et infaillible. Par cette nature infaillible, nous recevons la
Justice de Dieu et ne pouvons plus être sous une quelconque condamnation. Quand nous
recevons sa nature ou sa vie, nous devenons un esprit nouveau, recréé à l’image parfaite de
Dieu afin d’être définitivement sauvé. Même l’âme et le corps sont rachetés aussi.
Seulement dans la condition dans laquelle nous sommes, il y a des réalités spirituelles que
nous devons actualiser dans la chair afin de voir leur accomplissement. Nous devons
actualiser dans notre chair, les réalités spirituelles propres à notre nouvelle nature au moyen
de la Parole de Dieu. C’est justement pour cette raison que vous pouvez être né de nouveau
et toujours tombé malade, être dans la pauvreté, vivre des échecs, ou vous comporter
comme un païen. Ce n’est pas parce que la vie que vous avez reçu de Dieu est inefficace, ou
que vous ayez besoin d’y ajouter quoi que ce soit à travers vos propres œuvres. La raison est
que la chair est le domaine de votre propre volonté et celle-ci demeure. Si vous ignorez donc
les réalités propres à la vie dans l’Esprit, vous ne serez pas à mesure de mener une vie
spirituelle qui honore Dieu votre Père. Dieu a décidé de vous laisser le soin de ratifier dans
votre âme, les réalités qui sont propres à votre statut d’enfant de Dieu. Nous devons achever
notre sanctification en apprenant à marcher à la lumière de la Parole de Dieu. Ainsi nous
manifesterons la vie divine dans tous les aspects de notre réalité (esprit, âme et corps).
Achever sa sanctification, ce n’est pas ajouter une œuvre quelconque à celle du Seigneur
Jésus en vue de notre Salut. Mais c’est un exercice qui est utile si nous voulons manifester la
vie divine et ne plus être sujet à toute forme de limitations dans l’expression de notre
liberté. C’est pourquoi Paul dira : « Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile ; tout m’est
permis, mais je ne me laisserais pas asservir par quoi que ce soit. » (1 Corinthiens 6V12).
Maintenant la question que plusieurs se posent est certainement si un enfant de Dieu peut
perdre son Salut s’il se conduit mal ? Si plusieurs s’interrogent sur cette question, c’est
justement parce que la religion s’est évertuée à faire l’apologie de la condamnation, plutôt
que celle de la grâce qui se trouve dans le Seigneur Jésus. A cette question, nous devons
comprendre une bonne fois pour toute qu’un enfant de Dieu ne peut pas perdre le Salut s’il
se conduit mal, à cause de sa Foi. Tant qu’une personne demeure dans la Foi en l’œuvre
parfaite de Dieu pour tout Homme, Dieu ne la rejettera jamais. Car la justice de Dieu pour
nous ne dépend pas de nos œuvres, mais de la communion que nous avons avec lui par la
Foi. Cela est rendu ainsi afin que : « …nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est
évident, puisqu’il est dit : Le juste vivra par la foi. » (Galates 3V11), « …mais s’il se retire,
mon âme ne prend pas plaisir en lui. » (Hébreux 10V38)
Cette question était récurrente dans l’Eglise primitive, car on avait constaté que certains
croyants avaient des comportements bien plus pires que les païens (ceux qui ne sont pas
encore admis dans la Foi). Et il y a un cas qui avait été abordé dans l’Eglise.

« On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle
qu’elle ne se rencontre même pas chez les païens ; C’est au point que l’un de vous a la
femme de son père…pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé,
comme si j’étais présent, celui qui a commis un tel acte…qu’un tel homme soit livré à
Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur
Jésus. » (1 Corinthiens 5V1-5)

Plusieurs points sont révélés à travers ce passage :


- Le premier point c’est qu’on peut être né de nouveau et avoir un comportement bien
plus pire qu’un païen à cause de la chair. Comme abordé, lorsque nous sommes nés
de nouveau, notre esprit a été récréé. Notre chair (âme et corps) a été rachetée dans
le sens où elle appartient désormais à Dieu. Mais la vie divine n’a pas été actualisée
dans notre chair. Ainsi nous pouvons toujours manifester de vieilles habitudes tout
en appartenant au règne de l’Esprit, du moins jusqu’à ce que nous obtenions notre
corps glorieux aux jours de la résurrection, ou en ratifiant déjà en nous les promesses
de Dieu nous concernant par la Parole.
- Le deuxième point c’est que Satan n’a plus accès à un enfant de Dieu qui demeure
dans la Foi à cause de l’Esprit Saint qui est en lui. Comme dit la Parole, nous sommes
le temple de Dieu. Et, « si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car
le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. » (1 Corinthiens 3V17).
Personne ne peut détruire le temple de Dieu. Car Dieu lui-même détruira celui qui
veuille détruire son temple avant que ce dernier n’ait l’occasion de le faire. C’est pour
cette raison qu’il appartient à l’Eglise de se charger des cas d’inconduites en son sein
et de prendre des décisions idoines selon la gravité des différentes actions. En
agissant ainsi, l’image de l’Evangile ne sera pas ternie aux yeux des païens. Paul a eu
à livrés des personnes à Satan à cause de leurs inconduites (1 Timothée 1V20).
Lorsqu’une personne n’appartient pas à Dieu, Satan a sur elle des droits. Mais gloire
soit rendue à Dieu de ce qu’un enfant de Dieu dispose de tous les droits.
- Le troisième point est que malgré la gravité d’une action qu’un croyant peut faire
dans sa chair, celui-ci bénéficie toujours du Salut qu’il a dans le Seigneur. Comme le
dit clairement la Parole : « c’est par la grâce que vous êtes sauvés par le moyen de
la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les
œuvres afin que personne ne se glorifie. » (Ephésiens 2V8-9)
Ces différents points démontrent que malgré son imperfection dans la chair, un croyant ne
peut pas perdre son Salut s’il demeure dans la Foi. Le croyant n’est pas sauvé à cause de la
qualité de ses œuvres dans sa chair, mais à cause de sa Foi qu’il place en l’œuvre du
Seigneur Jésus.
Toutefois, il faut savoir qu’il y a plusieurs avantages à ne pas se conformer à la chair étant né
de nouveau. L’un des avantages est que celui qui ne se conforme pas à la chair, accroit sa
capacité à la dominer de plus en plus. Etant donné que la chair ne peut pas recevoir les
choses de l’Esprit, plus vous dominerez votre chair, plus vous serez de plus en plus sensibles
à la vie divine. Un autre avantage est qu’à la fin de nos jours passés sur Terre, chaque
Croyant recevra du Père une juste récompense selon ses œuvres. Si vous passez votre temps
à ternir l’image de l’Eglise à travers vos mauvaises habitudes, comment auriez-vous la même
récompense que celui qui en a pris soin ? Pour ce qui en est des œuvres des croyants dans la
chair, Paul révèle que « Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra
une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ; pour
lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. » (1 Corinthiens 3V14-15). Par la qualité de
ses œuvres dans la chair, le croyant se bâtit dans l’Esprit un trésor éternel.
Toujours dans cette dynamique qui consiste à achever sa sanctification, certains croient que
Dieu nous donne son Esprit Saint afin que par lui, nous achevons nous même ce que Christ a
commencé à la croix en vue de notre Salut. Pour eux donc, l’œuvre du Christ a facilité notre
sanctification afin que nous ayons la capacité de l’achever nous-mêmes. Si nous demeurons
dans nos vieilles habitudes donc malgré le fait que nous sommes dans la Foi, nous ne serons
pas sauvés aux dits de ces personnes. Ce que nous devons tous retenir, c’est que l’œuvre du
Seigneur Jésus à la croix pour le Salut est parfait, et il n’y a rien à y ajouter. Car il est écrit
que « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que quiconque croit en
lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3V16). On lit parfois ce passage
mais on ignore sa profondeur. Il s’agit ici du message central et parfait de la Foi, contre
lequel rien ni personne ne peut se dresser. La vie chrétienne n’est pas religieuse ni charnelle,
elle est spirituelle et basée sur la Foi. Ce passage démontre qu’il y a une seule condition à
partie de laquelle une personne peut être sauvée, et c’est en plaçant sa Foi dans le Seigneur
Jésus. C’est à juste titre que la Foi était le terme qu’on utilisait pour nommer la spiritualité à
laquelle tous les membres du Corps du Christ appartenaient. Il n’y avait pas plusieurs
dénominations pour qualifier la spiritualité des premiers chrétiens. D’ailleurs, on les appelait
croyants à cause de la Foi qu’il prônait et défendait. Ils s’appelaient par un terme qui
pouvaient sembler provocateur pour le système religieux : les Saints (Actes 9V32/ Actes
26V10). Et contrairement à ce que certains pensent, nous ne sommes pas Saints parce que
nous avons faits de bonnes œuvres au terme de notre vie dans la chair. Mais nous sommes
Saints parce que nous avons cru au message de la croix et le sang du Seigneur lui-même
nous sanctifie à cet effet. Le salut ne s’obtient que par la Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus,
sans qu’on ait besoin d’y ajouter quoi que ce soit d’autre.
Il y a aussi un élément que certaines personnes avancent pour justifier le fait que nous
devons nous débarrasser des vieilles habitudes, si nous voulons obtenir le Salut malgré notre
Foi. En effet on constate qu’il y a beaucoup de croyants qui abandonnent certaines
habitudes après leur Nouvelle Naissance. Il y en a qui volaient, qui se prostituaient, ou qui
commettaient des meurtres et qui ont cessé de pratiquer ces choses après leur Nouvelle
Naissance. Et on a fini par établir une relation entre le Salut et le fait qu’elles aient
abandonnées leurs mauvaises habitudes. En vérité ce n’est pas le fait que ces gens aient
arrêtées ces choses qui déterminerait leur Salut. Mais ce fait révèle qu’ils avaient été sous un
joug étranger. Cela peut être un lien familial, une oppression satanique, des réclamations…
etc. Quand ils ont reçu le Saint Esprit en eux, au moyen de la Nouvelle Naissance, ce joug
s’est brisé. Et cela s’est manifesté par le fait qu’ils ont eu la capacité de se débarrasser de
toutes ces choses. Comme il est écrit, « En ce jour, son fardeau sera ôté de dessus ton
épaule, et son joug de dessus ton cou ; et la graisse fera éclater le joug. » (Esaïe 10V27). La
graisse est assimilée à l’huile ou à l’onction qui est une image du Saint Esprit. C’est-à-dire
lorsque nous sommes habités par le Saint Esprit au moyen de la Nouvelle Naissance, le joug
se brise à cause de la présence du Saint Esprit. En d’autres termes, la fonction du Saint Esprit
n’est pas de briser le joug. Sa fonction est de sceller le croyant pour son Salut. Mais à cause
de sa présence, toute forme de liens ou d’oppressions sataniques s’annule. C’est pour cette
raison qu’un enfant de Dieu ne peut pas être possédé pas un esprit mauvais ou influencé par
des liens héréditaires. Le Seigneur a pris une image pour illustrer ce fait, « personne ne peut
entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet
homme fort ; alors il pillera sa maison. » (Marc 3V27). Si nous sommes unis à Dieu et qu’il
habite désormais en nous, n’est-il pas devenu en nous le nouvel homme fort ? Comment
pouvons-nous penser un instant qu’un démon ou Satan peut prétendre posséder un enfant
de Dieu ? C’est pourquoi toutes les œuvres des Ténèbres dans notre vie prennent fin quand
nous sommes nés de nouveau. Si donc Satan est la cause de l’instinct meurtrier d’une
personne, de sa débauche ou de son ivrognerie par exemple, il est évident qu’elle cessera de
pratiquer ces choses quand le Saint Esprit viendra en elle. Dieu est donc le seul auteur de ce
changement, et notre seul libérateur. Toutefois, il y a des personnes qui croient en l’œuvre
de Justice qui se trouve en Christ et qui luttent encore avec certaines mauvaises habitudes.
Cela ne signifie pas que Satan mène une lutte en elles contre le Saint Esprit. C’est d’ailleurs
impensable. En réalité, ce qui se passe c’est qu’il y a en effet une lutte, mais entre la vie de
l’Esprit qu’elles ont reçue et celle de leur chair. Comme il a été dit, quand nous naissons de
nouveau, nous devons actualiser la Parole de Dieu dans notre âme, qui s’est affectionnée de
certaines pratiques sous le règne de la chair. C’est-à-dire, nous devons amener notre
intelligence à être sensible à la vie de Dieu à travers sa Parole. En agissant de la sorte, il n’y a
pas de raison que certaines réalités propre à la chair nous résistent encore. C’est donc tout à
fait normal qu’étant né de Dieu, certaines vieilles habitudes tombent au profit d’autres
habitudes plus parfaites. Mais c’est un processus qui va progressivement et Dieu notre Père
ne nous tient pas rigueur pour le temps que cela peut bien prendre. Plus vous deviendrez
sensible à la Parole de Dieu, plus vous manifesterez la vie de Dieu. Plus vous serez sensible à
la vie dans la chair, plus vous agirez selon les réalités et principes humains, même si vous
êtes nés de Dieu. Ce n’est pas que Satan ou un quelconque démon vous retienne. Mais cela
révèle que vous vous êtes encore ignorants des réalités propres à la vie divine. Et, la
méditation de la Parole est le seul moyen dont vous disposez pour connaitre cette vie divine
en vue de la manifester. Mais au lieu de cela, on emmène les gens à pratiquer eux-mêmes la
Parole de Dieu, sans l’aide du Saint-Esprit. Or cela est tout à fait impossible pour un Homme
dans la chair. La Parole est une semence qui est censée porter ses fruits d’elle-même. Si nous
demeurons dans la révélation des promesses de Christ, en les méditant régulièrement, les
choses se manifesteront. Nous luttons pour pratiquer la Parole de Dieu parce que nous
voulons le faire nous-mêmes, à travers la chair. Comment pouvons-nous penser que la chair
a la capacité d’obéir et de pratiquer d’elle-même la Parole de Dieu ? Dieu nous demande de
pratiquer sa Parole, mais c’est seulement par la méditation que nous pourrons le faire.
Méditez la Parole de Dieu c’est la ressassez dans notre cœur jusqu’à ce que notre chair
l’appréhende comme une croyance. Ce n’est qu’à ce moment que nous pourrons
naturellement la pratiquer. Car si la Parole de DIEU demeure en nous, nous serons
naturellement amener à pratiquer les choses qui la concernent.
L’INFINIE RICHESSE DE LA JUSTICE DE DIEU
« Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous
devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5V21)
La Justice est un caractère propre à la nature divine que nous avons hérité de Dieu notre
Père. Car il y a deux types de vies : la vie de péché et celle de la justice. Chaque vie est
calquée selon le modèle de la chair ou de l’Esprit, selon la pensée du monde ou de Dieu. La
vie de péché est propre à la nature humaine ou charnelle corrompue.
Quand nous étions étrangers à la vie de Dieu, nous vivions dans le péché, car nous étions
incapables d’accéder à la Pensée de Dieu sous le rapport de la chair. Nous étions
condamnables non pas à cause de nos agissements, mais à cause même du type de vie que
nous portons en nous. Et une mauvaise action a suffi à nous condamner. Ce n’est donc point
à cause de nos œuvres que nous étions sujets à la condamnation, mais à cause de notre
nature corrompue par le péché.
« Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa
voie sur la terre. Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car
ils ont rempli la terre de violence ; voici je vais les détruire avec la terre. » (Genèse 6V12-
13)
Si nous comprenons ce qu’est le péché, nous n’allons pas le réduire aux œuvres de la chair,
qui sont le résultat d’une quelconque imperfection. Il est dit que toute chair avait corrompu
sa voie et c’est pour cette raison que la fin de toute chair est arrêtée. Les eaux du déluge
n’ont pas que détruites les Hommes, elles ont aussi détruit les animaux et même les petits
enfants. Quelle conscience ces animaux et enfants avaient de leurs œuvres ? Le monde a été
détruit parce que toutes les créatures, aussi bien les Hommes, les animaux, les petits
enfants, portaient en eux un modèle de vie qui était contraire au projet de Dieu. Leur
existence était à cet effet condamné à un échec certain. Il n’y avait plus rien à faire pour
sauver la chair car elle avait atteint une corruption sans précédente. Le seul moyen de
sauver la création étaient de la détruire afin qu’une nouvelle forme de vie puisse émerger. Il
s’agit encore une fois d’une préfiguration prophétique qui révèle le mystère de la Nouvelle
Naissance par le Baptême. Il n’y avait plus rien à faire pour sauver la chair donc, tant son
niveau de corruption était à son comble. Le terme hébreu qui définit la violence est châmâs.
Il se réfère étymologiquement au même sens qu’injustice. Quand on dit qu’ « ils ont rempli
la terre de violence » donc, on spécifie que l’injustice s’est répandue sur toute la Terre. Le
contraire de la Justice, c’est l’injustice. Elle révèle donc le fait que les Hommes tout comme
les animaux, à cause de leur nature corrompue, vivaient une vie qui était étrangère à celle
de Dieu. Autrement dit, ils étaient incapables de se conformer et de marcher selon la pensée
de Dieu à cause du péché. Et c’est justement la raison qui va amener Dieu à détruire la Terre,
afin de sauver la création. Car si Dieu ne l’avait pas fait, tous les Hommes auraient fini tôt ou
tard par se détruire mutuellement et leur âme serait perdue à tout jamais. Mais Dieu dans
son grand amour a eu soin de ces âmes qui avaient été détruites par le déluge.
Maintenant on pourrait se demander en quoi est ce que Noé et ceux qui échappaient au
déluge, étaient-ils différents de ceux qui périssent ? N’étaient-ils pas eux aussi soumis à la
même vie de péché que menaient les autres ?
Dans l’Ancienne Alliance, les hommes n’avaient pas une relation filiale avec Dieu. C’est-à-
dire, aucun d’entre eux ne pouvaient hériter de la Justice divine qui est propre à Dieu. C’est
par leur Foi donc que ces hommes qui avaient été agréés par Dieu tout comme Noé,
pouvaient être justifiés. Ils n’étaient pas étrangers à la vie de Dieu, à cause de la confiance
qu’ils pouvaient placer donc en lui. Et Dieu leur imputait cette Foi qu’ils portaient en sa
personne comme Justice. C’est ainsi que dans l’Ancienne Alliance, les Hommes ont pu
atteindre la justice de Dieu, sans avoir eu une relation filiale avec lui. Sous le rapport de la
chair, c’est par la Foi que nous pouvons accéder à la vie de Dieu. Et c’est ainsi qu’ils obtinrent
la Justice et pouvaient ainsi échapper aux misères qui étaient propres aux communs des
mortels. C’est pourquoi il est écrit qu’ « Abram eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa
à Justice. » (Genèse 15V6). Abraham tout comme Noé n’étaient pas si différents des autres
Hommes de leurs générations. Ils péchaient tout comme eux, mais à la différence qu’ils
avaient Foi en Dieu. Et la confiance qu’ils placèrent en Dieu, a pu les préserver de cette mort
qui se généralisait au genre humain. Leur justice donc était consécutive à la Foi qu’ils avaient
en Dieu. Tout comme notre justice est dans la Nouvelle Alliance consécutive à la Foi que
nous plaçons en l’œuvre du Seigneur Jésus. Car nous ne devons pas omettre que si une
première création avait été détruite par l’eau, cette création à laquelle nous appartenons est
réservée pour le feu, « …pour le jugement et la ruine des impies. » (2 Pierre 3V5-7). C’est
encore par la Foi que Dieu une fois de plus donne la possibilité aux Hommes d’échapper à la
condamnation et au jugement qui vient, et non pas par la qualité de prétendues œuvres que
nous aurons faites. Est-ce à dire que les œuvres sont inutiles ? Les œuvres ne sont pas
inutiles, mais elles sont consécutives à notre Foi. Les œuvres révèlent notre Foi. Autrement
dit, la Foi nous amène à agir d’une certaine manière. Nos œuvres sont donc en quelques
sortes, les fruits que nous sommes censés produire naturellement, si toutefois nous
marchons par la Foi.
A travers leur justice, les Hommes peuvent manifester le type de vie qui est commun à tous
ceux qui sont sensibles à la vie divine. C’est pour cette raison que les croyants ont toujours
été capables d’exploits et de prodiges jugés impossibles pour l’entendement humain. Et cela
est une grâce.
Pour ce qui est des œuvres de la chair, il faut comprendre que plus vous serez sensibles à la
vie divine, moins vous les accomplirez. Les gens à cause de la religion, limitent les œuvres de
la chair aux péchés : mensonges, vols, impudicités, meurtres,…etc. La chair n’accomplit pas
seulement ces choses en eux. Car même la maladie, l’ignorance, la pauvreté, la mort sont
des œuvres que la chair accomplit tout aussi en eux. Si on demande aux gens de cesser de
voler ou de mentir, on devrait aussi les demander de ne plus tomber malades ou mourir. Car
aux yeux de Dieu, le péché est tout autant répugnant que la maladie. Vous comprenez que
dans ce cas, cela peut sembler irréaliste pour la plupart des Hommes, car il est impossible
pour une personne d’agir contre sa propre nature. Si donc les gens admettent que la maladie
est propre à la nature de l’Homme, ils doivent par la même occasion comprendre que
l’inconduite ou l’impudicité est également propre à cette même nature corrompue. La seule
manière donc de ne plus manifester ces œuvres propre à la chair, est d’avoir en vous une
tout autre nature plus parfaite. Il ne s’agit pas d’excuser ceux qui se comportent mal. Mais
de révéler la raison pour laquelle ils agissent de la sorte. Et c’est pour cette raison d’ailleurs
qu’ils sont sous la condamnation. C’est pourquoi nous devons considérer comme une grâce
inestimable le fait d’être né de nouveau. Car, nous avons hérité de la vie de Dieu. Et même si
cette vie divine que nous avons reçue n’est pas pleinement développée en nous, nous avons
l’assurance qu’elle finira tôt ou tard par être l’unique norme à partie de laquelle nous
vivrons. En tant qu’enfants de Dieu, cela est possible puisque la vie de Dieu est désormais en
nous.
Ayant reçu de Dieu sa vie, nous avons pleinement obtenu cette justice qui est propre à sa
personne. Dieu a pris sur lui notre vie et la condamnation qui en résulte, afin qu’on puisse
accéder à sa perfection. Quand on obtient donc la Justice de Dieu, il n’y a plus aucune raison
qu’on mène une vie sujette à l’imperfection, puisque nous ne sommes plus étrangers à la vie
divine. Dieu notre Père nous invite à prendre part à sa propre condition. La justice que nous
avons obtenue de Dieu est donc le plus grand cadeau que Dieu puisse nous offrir, car elle
nous permet de participer à la nature divine. Ainsi en tant qu’enfants de Dieu, la justice a sur
nous plusieurs conséquences :
1. Nous ne sommes plus condamnables comme Dieu lui-même ne l’est pas. Comme dit
la Parole : « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en
Jésus Christ. » (Romains 8V1). Pourquoi donc nous ne sommes plus condamnables ?
Ce n’est pas parce que nous sommes devenus incapables d’inconduites. Car tant que
nous demeurions dans cette chair, nous aurons toujours cette capacité. En vérité
nous ne sommes plus condamnables, parce que le Seigneur lui-même a accompli en
nous notre justice sous la loi. C’est pourquoi il « a effacé l’acte dont les ordonnances
nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la
croix ; » (Colossiens 2V14). Paul dira à partie du verset 20 : « Si vous êtes morts avec
Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde,
vous impose-t-on ces préceptes : Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas ! » il
est vrai que ces préceptes ont comme le dit Paul, « une apparence de sagesse, en ce
qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais ils
sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair. »
La religion vous fera toujours croire que si vous faites ceci ou cela, vous serez sauvé
et agréables aux yeux de Dieu. Mais ce que toute religion ne va jamais dire, c’est la
Justice qui s’obtient uniquement dans votre union au Seigneur Jésus. Certains diront
donc si nous ne sommes plus condamnables, sommes-nous libres de faire ce que
nous voulons ? En vérité nous sommes libres de faire ce que bon nous semble,
comme dira Paul, tout lui est permis. Mais il dira aussi que tout ne lui est pas utile.
Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que nous devons nous imposer nous-
même une limite à cette liberté, afin de ne pas être une pierre d’achoppement pour
les plus faibles dans la Foi. Nous ne devons pas aussi user de cette liberté pour agir
faire du mal aux autres. Certains diront mais que se passe-t-il si donc une personne
use de cette liberté pour commettre des très mauvaises actions ? Il sera tout
simplement écarté afin que l’Evangile ne soit pas une pierre d’achoppement pour les
autres. Une telle personne peut mourir dans un sens physique, toutefois elle sera
elle-même sauvée à cause de sa Foi au jour de la résurrection. D’ailleurs c’est difficile
pour une personne d’adopter certaines attitudes quand l’œuvre de justice devient
parfaite en elle et qu’elle se laisse conduire par le Seigneur. Car le Saint Esprit en elle
fait croître un fruit digne de la Justice. Comme le dit la Parole, « …le fruit de l’Esprit
c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la
douceur, la tempérance ; » (Galates 5V22).

2. La Justice de Dieu en nous, nous donne la capacité d’accéder à la vie divine et de


marcher dans sa perfection. Comme dira le Seigneur, « Soyez donc parfaits, comme
votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5V48). Quand on parle de perfection, une
fois de plus les religieux vont se conformer uniquement au fait de ne plus pouvoir
pécher. Mais une vie parfaite suppose une existence libre de toute influence ou
réalité imparfaite. En d’autres mots nous sommes parfaits parce que nous ne
pouvons plus subir des réalités qui sont étrangères à la nature de Dieu, telles que le
péché, la maladie, la pauvreté, la souffrance, la peur, la mort…etc. Car afin d’accéder
à la Justice divine, Christ n’a pas pris sur nous le péché uniquement. Il s’est revêtu de
notre imperfection, de tout type de maladies ou de souffrances inhérentes à la
nature humaine. Même notre chair a été crucifiée avec lui à la croix, afin que nous ne
soyons pas contraints de subir des réalités imparfaites. Dieu notre Père nous donne
la capacité de remettre en question toute réalité en nous qui relève de
l’imperfection. Nous ne devons pas tomber dans le piège de la religion en ignorant
qu’une vie d’inconduite ou de péché est tout autant imparfaite qu’une vie de
pauvreté, de manque ou de souffrance. Par la Justice donc, Christ a banni toute
imperfection en nous. Autant il n’y a plus de raisons que nous péchions, autant il n’y
en a pas pour que nous soyons malades ou pauvres.

3. Quand nous sommes enfants de Dieu et que nous sommes rendus Justes, nous
portons en nous-même cette Justice. C’est-à-dire le Père nous donne la capacité de
porter en nous-même cette vie divine, au point où nous pouvons la manifester et la
communiquer à ceux qui y sont étrangers. Le Père ne fait pas que nous bénir, mais
nous devenons une source de bénédiction pour les autres.
De nos jours, l’on entend dire dans beaucoup de communautés chrétiennes qu’il ne
faut pas avoir de relations avec les païens. Or, en vérité le problème n’est pas que
ceux-ci seraient capables d’éteindre en nous le Saint Esprit. Mais ils pourraient
influencer les moins affermis et les détourner de la Foi. Paul démontre clairement
qu’une personne non-croyante ne peut pas rendre impur d’une quelconque manière,
un croyant (1Corinthiens 7V12-14). Certains croyants pensent que s’ils avaient des
rapports sexuels avec un conjoint ou conjointe non-croyant, ils seraient rendus
impurs et le Saint Esprit ne sera plus en eux. Cet enseignement n’est pas biblique !
Même dans l’ancienne alliance, les serviteurs de Dieu ont même eu des relations
avec des étrangers sans que leur intimité avec Dieu en soit influencée. Moise avait
pris pour femme une personne étrangère à l’alliance, une Ethiopienne (Nombres
12V1). Joseph aussi étant fait ministre en Egypte, reçut pour femme Asnath, fille de
Poti Phéra qui était prêtre d’On. C’est d’ailleurs avec cette Egyptienne qu’il eut
Manassé et Ephraïm qui ont eu part à l’héritage des 12 tribus et qui y sont de leur
nombres (Genèse 41V45 / Genèse 46V20). Nous ne devons pas ignorer l’influence
que les païens pourraient avoir sur le croyant. Toutefois, il est important que nous
apprenions à ne pas sous-estimer la puissance de la Lumière sur les Ténèbres. Nous
appartenons en tant que croyant à la Lumière et c’est à juste titre. Aussi si nous qui
formons le Corps du Christ, nous ne manifestons pas l’amour vis-à-vis de ces
personnes, comment serait-elles gagnées au Seigneur ? Un étranger à l’alliance ne
peut pas éteindre en nous la Vie que nous avons reçue de Dieu, tant que nous
marchons par la Foi et selon la vérité de la Parole. Nous devons comprendre que
nous sommes une bénédiction pour ces personnes, à cause de la vie divine et de
cette Justice que nous avons en Christ-Jésus. Ceux qui seraient d’ailleurs plus
susceptibles d’éteindre votre Foi, ce ne sont pas ces païens qui à la vérité savent très
peu de choses aux mystères de la Parole de Dieu. Le danger ne vient pas d’eux, mais
de nos soi-disant frères dans la Foi, qui trouvent un agréable plaisir à marcher encore
par la Loi (Ancienne Alliance). De plus sur quelle base dira-t-on qu’une personne est
réellement gagnée à Christ ? Est-ce parce qu’elle appartient à une communauté
chrétienne ou parce que le témoignage du Seigneur Jésus est inscrit dans son cœur ?
Nous commettons souvent l’erreur de croire que tous ceux qui appartiennent à nos
différentes assemblées, sont tous des croyants ou des Fils de Dieu. Il y en a qui vont
pour trouver des solutions à leurs différents problèmes, sans pour autant être
réellement convertis. La Foi est dans le cœur et ce n’est pas une marque visible que
vos yeux physiques peuvent facilement percevoir. Ce n’est donc pas en apparence
que nous pouvons savoir si une personne est réellement convertie ou pas, au point
de la choisir sur cette base comme un partenaire de vie. Il est vrai que c’est un
avantage d’avoir un conjoint ou une conjointe croyante afin d’éviter comme le dirait
Paul, certaines afflictions dans la chair. Une personne non-croyante qui n’est pas
sensible à la vie de Dieu ne pourra pas toujours comprendre vos motivations et cela
peut être source d’incompréhensions dans le couple. Mais certains se trompent en
recherchant au sein des communautés chrétiennes, le partenaire idéale. L’origine de
leur erreur est qu’ils regardent trop souvent à l’apparence. Un partenaire inconvertis
mais qui a de très bonnes valeurs étant dans la chair, peut s’avérer un bon
compagnon une fois convertis. Nous devons apprendre à ne pas percevoir les païens
comme des menaces, des plaies, car le véritable danger à la vérité se trouve dans nos
différentes assemblées. Comme l’a souligné Paul à Timothée : « C’est une parole
certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus Christ est venu dans le
monde pour sauver les pécheurs,… » (1 Timothée 1V15). C’est à la vérité pour le
pécheur que Christ est venu mourir à la croix. Si nous ne leur manifestons pas de
l’intérêt et les considérons comme des personnes à rejeter, comment l’amour de
Dieu peut-il parvenir à eux ? Il y a tellement de doctrines et de prescriptions qui sont
enseignées dans nos assemblées, que la Foi de plusieurs défaillent.
Toutefois, ce n’est pas parce que nous sommes une source de bénédiction pour les
autres, qu’on va abuser dans l’expression de notre liberté à leur égard. Notre Foi est
plus précieuse que toute chose. Nous devons apprendre à la nourrir constamment, et
le meilleur moyen de le faire, est d’être en compagnie de vrais frères dans la Foi. Ce
n’est certes pas en compagnie des païens que nous serons affermis dans la Foi et cela
est un fait. Si vous reconnaissez en vous-même qu’une compagnie peut éteindre la
Foi que vous placez dans le Seigneur Jésus, il est préférable que vous vous en
éloigniez. Etant donné que nous sommes une bénédiction pour les autres, nous ne
devons pas les fuir et les priver de la grâce qu’il y a dans le Seigneur Jésus. Car ils sont
des personnes à gagner aussi à la Famille de Dieu. C’est d’ailleurs en leur faveur que
le ministère de la Justice a été exercé. C’est pour les pécheurs, les injustes, que Christ
est mort à la croix. Mais, en étant conscient de la Puissance infinie que nous portons
en nous, nous devons user de sagesse dans la manière que nous communiquons au
monde cette grâce. Car notre Foi est tellement précieuse que rien au monde ne
devrait l’éteindre.
LA FAVEUR MET FIN AUX JOURS DE LABEUR
« Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie
éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera… » Jean 6V27
Le travail de la chair est source d’inquiétudes, d’incompréhensions et de frustrations. Mais le
travail de l’esprit vous garantit une vie noble, riche et prolifique. Certains sont découragés
dans la chair parce qu’ils consacrent beaucoup de temps et d’énergie, pour obtenir des
résultats insatisfaisants. Ils aimeraient bien trouver un travail qui leur permettra de profiter
des richesses de l’existence, mais ils sont confrontés aux limites de leur qualification
professionnelle ou intellectuelle. Certains plus chanceux ont pu décrocher des rôles ou des
fonctions qui leur permettent de « bien gagner leur vie », mais au prix d’efforts ou autres
sacrifices consentis.
Le travail de la chair vous donne une illusion d’abondance, mais en vérité elle démontre
votre pauvreté spirituelle ou votre incapacité à vous approprier les biens dans l’Esprit.
Travaillez pour la chair, c’est œuvrer dans le sens de votre survie et de vos besoins
autodéterminants. Vous ne pourrez trouver la paix véritable si vous continuez à agir de la
sorte, car vous finirez par sombrez dans une insatisfaction perpétuelle. En pensant ainsi,
vous serez toujours contraint à rechercher des choses incapables de satisfaire en vérité vos
besoins les plus utiles et parfaits. C’est la raison pour laquelle il y a des personnes qui vivent
une terrible dépression malgré le fait qu’elles aient atteint ce qu’on appelle « le succès » ou
« la réussite sociale ». Elles sont dans l’incapacité de comprendre que ce dont elles ont
réellement besoin se trouve non dans la chair mais dans l’Esprit. Car si elles étaient
spirituellement riches, elles n’auraient pas besoin de travailler encore pour obtenir ces
choses qui auraient été déjà en leur possession. C’est pourquoi Dieu nous exhorte à
chercher premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses nous seront
données par-dessus. (Matthieu 6V33). Quand le Seigneur parle de toutes ces choses, il fait
allusion à tout ce dont l’homme naturel est susceptible d’estimer comme un gain :
prospérité matérielle, santé, vêtements, appartements,…etc. Car, Dieu peut nous combler
de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire
à tous nos besoins, nous ayons encore en abondance pour toute bonne œuvre.
(2 Corinthiens 9V8). Autrement dit, Dieu ne veut pas que nous enrichir. Mais il veut
tellement nous rendre riche, au point que nous ayons aussi la capacité d’enrichir les autres.
Le Seigneur veut nous amener à une telle dimension de gloire, et bien plus, afin de
démontrer au monde l’infinie richesse de sa Justice. Et il y a une raison bien entendue à cela.
Celui qui obtient la Justice de Dieu et qui appartient au Royaume est d’office héritier de tout
par affiliation. Car la Justice est un caractère qui est propre à la nature divine. Et les Fils du
Royaume ont en partage avec leur Père. Cette nature nous expose à une condition de vie qui
est propre à Dieu notre Père. Et si le Père possède toute chose, les Fils également possèdent
tout. Toutes ces richesses et ces bonnes choses auprès desquelles les Hommes sont attirés,
Dieu les a créés dans sa pensée pour ses Fils afin qu’ils en jouissent. Il s’agit de leur héritage
et ils en ont le droit d’en disposer. Les richesses que nous voyons dans la chair ne
constituent qu’une poignée de miettes dans le Royaume des cieux.
Dans la conception charnelle, deux conditions doivent être observées avant que le fils puisse
disposer pleinement de son héritage. Et ces deux conditions tirent leur origine dans l’Esprit.
La première condition est que la mort du père doit être constatée. Par la mort de notre Père
en Jésus, nous avons eu accès à sa gloire et à son héritage. Car là où il y a un testament, il
est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. (Hébreux 9V16). Sa mort a donc été
pour l’ensemble des Fils un moyen à partie duquel ils accèdent aux biens qu’il possède en
propre. S’il n’était pas mort à la croix, nous ne pourrons pas bénéficier d’un droit légal sur
ses richesses. Mais sa nature a démontré qu’elle ne peut être retenue par la mort et il est
ressuscité le troisième jour. En ressuscitant, il a démontré que cette nature que nous avons
reçue aussi de lui par notre Nouvelle Naissance, ne peut se corrompre aussi. Le plus grand
bien que nous avons donc obtenu du Père est sans contexte donc cette nature infaillible et
incorruptible, sur laquelle la mort n’a aucun pouvoir. Ainsi nous régnons éternellement avec
notre Père sur l’ensemble des biens qui appartiennent à la Royauté.
Pour ce qui est de la deuxième condition, l’enfant doit atteindre l’âge de la maturité afin de
disposer pleinement de son héritage. Cette croissance est utile dans l’Esprit si les enfants de
Dieu veulent entrer en possession de leurs biens. Ils l’ont déjà, mais à cause de leur
immaturité spirituelle, ils ne savent pas comment accéder à ces biens. Pour grandir
spirituellement, les héritiers ont besoin de se nourrir constamment d’une nourriture
spirituelle : la Parole de Dieu. Cette Parole va produire en eux la Foi, et c’est elle qui va
chercher à chaque fois ce dont ils ont besoin dans le règne de l’Esprit. Si donc la Parole de
Dieu ne produit pas en vous la Foi, vous ne pourrez pas saisir les biens du Royaume. Car c’est
la Foi qui va authentifiez auprès de qui de droit, que vous avez légalement la permission
d’entrer en possession d’une quelconque richesse. Il y a une procédure à suivre dans le
monde de l’Esprit, plus vous comprendrez comment elle fonctionne, plus vous vous sentirez
libre.
Toute personne née de nouveau, a hérité d’une immense fortune constituée des biens les
plus inestimables. En cela, même sa condition charnelle ne change rien au fait qu’elle est
riche, sainte et parfaite en Esprit. Toutes ses richesses donc se trouvent dans le domaine de
l’Esprit et non dans la chair qui est sa condition immédiate. La Parole de Dieu va lui
permettre d’être conscient de son statut en Dieu et des biens qui sont mis en sa disposition.
Plus cette personne médite la Parole, plus son intelligence sera renouvelée et elle aura
l’assurance que sa vie ne dépend pas des circonstances extérieures de ce monde. Le défi
auquel le croyant est confronté va consister justement à croire, malgré l’aspect
contradictoire de la réalité, qu’il est héritier du Royaume de Dieu. En cela, tous les biens qui
sont dans ce Royaume lui appartiennent. Le croyant devra parfaitement intégré le fait que
les choses qui émanent de Dieu à son égard se trouvent dans la Parole, et non dans sa
condition matérielle ou charnelle. Car beaucoup de croyants trouvent des excuses aux
réalités imparfaites qu’elles endurent, comme si ces réalités venaient de Dieu lui-même. Ce
qui est de Dieu, est ce qui est conforme à sa Parole. C’est pourquoi quand vous êtes
conscient de votre statut d’enfants de Dieu, vous avez l’assurance que la maladie, les échecs,
la pauvreté …etc. ne peuvent pas venir de Dieu. Si elles ne viennent pas de Dieu votre Père
donc, vous devez avoir l’assurance que ces choses n’ont pas lieu d’être. Mais tant que votre
intelligence n’est pas renouvelée à la lumière de la Parole de Dieu, vous ne pourrez pas les
considérer comme des circonstances anormales. C’est pourquoi la Parole de Dieu nous
exhorte à ne pas nous conformez aux habitudes ou aux possibilités de ce monde, mais à être
« …transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin de discerner la volonté de
Dieu, ce qui est bon agréable et parfait. » (Romains 12V2). Par la méditation régulière de la
Parole de Dieu, nous comprenons aussi que la Foi est le moyen le plus efficace, pour entrer
en possession d’un quelconque bien. La Foi n’est pas la solution à Dieu pour nous enrichir,
puisque nous sommes déjà pleinement riches en lui. Vous avez déjà toute chose en tant
qu’enfant de Dieu que vous le croyez ou non. Car certains pensent que Dieu utilise la foi
comme un moyen de pression sur nous. Pour eux si vous n’avez pas la Foi, vous ne recevrez
rien de Dieu. Ce n’est pas ainsi que les choses marchent en réalité. A la vérité vous recevez
de Dieu même quand vous n’avez pas la Foi. Mais vous ne pouvez rien manifester ou
produire puisque vous ne croyez pas encore. La manifestation de ces choses engage votre
Foi, et leur disponibilité engage Dieu. Et comme Dieu ne manque jamais à ses obligations, il a
pourvu à ce que tout soit à notre disposition. C’est donc nous qui manquons à notre devoir
de les manifester à travers notre Foi. La Foi est donc l’outil qui va vous-même vous
permettre de profiter des choses auxquelles vous avez droit. Par exemple, il est mentionné
dans la Parole de Dieu que Christ est mort à la croix pour sauver l’humanité de ses péchés.
Cette œuvre du Seigneur à la croix ne dépend pas de ce que vous bien croire ou non.
Autrement dit, votre incrédulité ne change rien à ce que Christ a accompli pour vous à la
croix. Mais ceux qui croient en cette œuvre, entrent dans la prédestination de ceux pour qui
Christ est mort. Donc c’est votre Foi qui dans ce cas va vous qualifier pour le Salut. La foi
donc ne crée pas des choses nouvelles, mais elle vous permet de bénéficier des réalités qui
sont déjà accomplis dans l’Esprit, et qui jusqu’ici n’ont pas encore été manifestées dans le
visible. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que les réalités ou les possibilités dans
l’Esprit sont non seulement infinies, mais elles ne font acception de personnes. C’est
pourquoi, SI VOUS AVEZ LA FOI RIEN NE VOUS SERA IMPOSSIBLE. Et si la parole de Dieu est
inscrite dans votre cœur, certainement vous aurez la foi. Votre Foi va donc révéler toujours
la qualité et le type de Parole que vous portez en vous-même. Par votre foi, on saura si la
Parole en laquelle vous croyez est de l’Homme ou de Dieu, et si cette Parole est appropriée
ou pas. Car certains peuvent croire en la Parole qui révèle que nous avons obtenu la vie
éternelle en Jésus, et ne pas croire en celle qui déclare qu’on a déjà toute chose dans le
Seigneur. Souvent ce genre de contraste révèle que l’individu au lieu de se fonder sur la
Parole de Dieu, a pris pour modèle la Parole ou l’expérience d’un Homme, qui accepte l’idée
que le croyant soit pauvre conditionnellement. Si vous marchez à la lumière de la Parole de
Dieu, rien ne vous résistera, car vous serez constamment sur les pas du Seigneur.
Dans le monde de l’Esprit, la Foi est un dispositif qui va préserver les biens des Fils du
Royaume et leur permettre d’y avoir accès à n’importe quel moment. Seulement cette Foi se
nourrit des révélations que vous aurez découvertes et acceptées dans la Parole de Dieu.
D’ailleurs quand vous grandissez dans la compréhension des mystères spirituels, vous
comprenez que votre simple statut d’enfant de Dieu est suffisant pour manifester toutes
sortes de richesses. Le problème est que la plupart des Fils oublient leur statut et la Famille à
laquelle ils appartiennent, lorsqu’ils sont en phase de vouloir quelque chose. Si un enfant de
Dieu ne peut entrer en possession d’une quelconque richesse, personne d’autre n’est censé
en bénéficier, pas même Dieu lui-même. Or, Dieu n’est soumis à aucune limite et tout ce
qu’il a, ses Fils sont en droit d’en disposer. En tant qu’enfants de Dieu, vous entrez donc dans
une dimension inimaginable de faveur.
« Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne
nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? » (Romains 8V32)
Il y a beaucoup de personnes qui limitent l’œuvre du Seigneur Jésus au problème du péché,
et c’est dommage. Ce problème est crucial car tant qu’il n’est pas résolu, une personne ne
peut pas manifester la gloire de Dieu dans ce siècle actuel. Quand nous sommes enfants de
Dieu et que nous gardons la Foi, nous avons accès à une dimension de gloire et de richesse
inimaginable. Le prix que le Seigneur Jésus a dû payer pour nous sauver est bien plus
précieux que n’importe quels biens auxquels nous pouvons aspirer. Mais nous constatons
que beaucoup de croyants sont encore à lutter pour disposer de certaines faveurs. Le
problème est que le système religieux a amené de nombreux croyants à considérer que les
biens ou richesses de ce monde sont inutiles ou maudites. Certains plus catégoriques croient
que ces biens peuvent éteindre leur Foi. Comment avec de tels raisonnements nous pouvons
manifester la faveur divine dans tous les aspects de notre existence matérielle ? Pas mal de
croyants souffrent et sont frustrés inutilement dans ce monde. S’ils se trouvent dans un tel
état, ce n’est pas parce qu’il leur manque le Salut, mais c’est parce qu’on les a privé
inconsciemment de toutes choses avec Christ. Il y a des personnes qui recherchent par
exemple les dons spirituels, et elles se disent que c’est au prix de sacrifices, de jeûnes,
d’efforts, qu’elles pourront avoir et manifester ces dons. Mais quels efforts ont-elles fourni
pour bénéficier du Salut ? Ces dons auraient-ils plus de valeur que la Justice que nous avons
reçue gratuitement de Dieu ? Il y en a qui aspire à la santé, ou à la richesse matérielle, au
luxe de ce monde…etc. Pensons-nous que toutes ces choses sont réellement hors de notre
portée en tant qu’enfants de Dieu ?
Un autre problème avec les enfants de Dieu est qu’ils sont dans le luxe, mais ils gardent
toujours une mentalité de pauvreté à travers leur fausse modestie ou humilité vis-à-vis du
Père. Le monde et tout ce qu’il renferme est à Dieu, comme le dit sa Parole : « Voici, à
l’Eternel ton Dieu appartiennent les cieux des cieux, la terre et tout ce qu’elle renferme. »
(Deutéronome10V14). Dira-t-on que le Père serait orgueilleux parce qu’il reconnait que
toutes choses sont à lui ? Il n’en est de rien. Et il y a un mystère que le Seigneur a révélé lui-
même, lorsqu’il demanda à Simon : « …Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils des tributs
ou des impôts ? De leurs fils ou des étrangers ? » Il lui dit : des étrangers. Et Jésus lui
répondit : les fils en sont donc exempts. Mais pour ne pas les scandaliser, va à la mer, jette
l’hameçon, et tire le premier poisson qui viendra ; ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un
statère. Prends-le, et donne le leur pour moi et pour toi. » (Matthieu 17V25-27).
Dans ce passage le Seigneur nous révélait qu’en tant que Fils du Roi de la Terre, il n’était pas
contraint de payer les deux drachmes (forme d’impôts). Mais qu’il le ferait tout de même
afin de ne pas « scandaliser » les hommes à ce sujet. Et il l’a fait avec la manière en plus de
cela, afin de démontrer que toutes choses sont déjà en sa possession. A-t-on cherché à
savoir à qui appartenait réellement tous ces capitaux ou ces richesses qui circulent dans le
monde ? Ou qui est ce qui est réellement aux affaires de ce monde ? A ces questions,
certains diront que c’est Satan et ses agents. Mais ceci n’est qu’un gros mensonge. Car tout
le monde travaille en réalité pour le Roi notre Père. Même les taxes et les impôts qui sont
prélevés sont une propriété du Royaume des Cieux. Et pour qui le monde entier travaille ?
Ce n’est ni pour des Etats ou des entreprises privées. Mais les gens travaillent en réalité pour
le Roi et ses Fils, à tous ceux qui ont part à sa Justice. C’est pourquoi il est révélé que Dieu «
…donne au pécheur le soin de recueillir et d’amasser, afin de donner à celui qui est agréable
à Dieu… » (Ecclésiaste 2V26). Nous devons prendre conscience du fait que le Royaume
auquel nous appartenons est Puissant, car le Créateur de l’univers, l’Immortel Dieu, l’Incréé
en est le Roi et c’est lui notre Père. Le Royaume de Dieu à la domination sur toutes les
provinces ou contrées dans l’univers visible et invisible.
Si le monde appartient au Royaume de Dieu et que Dieu et ses Fils sont aux commandes, on
pourrait se demander pourquoi nous y constatons des réalités imparfaites, qui sont
contraires aux valeurs du Royaume ? Et même pourquoi il y a des enfants de Dieu qui vivent
dans le manque ou limités ?
Le fait qu’il y ait des réalités imparfaites dans ce monde, ne devrait pas remettre en question
l’idée que ce soit DIEU notre Père, qui soit au contrôle de toutes choses. D’ailleurs le diable
travaille à faire croire que c’est lui qui détient les commandes. La raison pour laquelle les
réalités de ce monde ne correspondent pas à la Pensée et à la dynamique du Royaume, est
que les Hommes ont adopté une mentalité qui est propre à celle des Ténèbres. Vous ne
pouvez pas ôter sa Gloire et sa Souveraineté à Dieu, et lui non plus ne vous contraint pas à
marcher selon ses voies de gloire et de perfection. Quand on définit Satan comme le prince
ou le dieu de ce siècle présent, c’est parce qu’il a réussi par la séduction à contrôler le
système de pensée, qui est propre à la manière dont le monde fonctionne. Légalement donc,
Satan n’a aucun droit sur un Homme car Christ est mort pour tous les Hommes sans
exception. Mais tous ne sont pas encore conscients de leur liberté en Christ. Comme le dit la
Parole, une personne est esclave de ce qui a triomphé d’elle. En agissant donc selon la
pensée corrompue du Malin, les Hommes se sont placés sous son joug. Mais n’empêche que
les décisions que le Seigneur prend en ce qui concerne le fonctionnement de ce monde ne
souffrent d’aucune contestation. Si le diable et ses agents étaient réellement au contrôle des
affaires de ce monde, pensez-vous qu’il restera combien de temps aux Hommes pour qu’ils
soient tous exterminés ?
Il y a deux principales causes au fait que les enfants de Dieu n’entrent pas dans cette
dimension infinie de faveur. Le Seigneur les a par ailleurs révélées à travers la Parabole du
Fils prodigue en Luc 15V11-32. Le Fils qui est allé fanfaronner hors du cadre de son Royaume
est l’image des croyants qui une fois admise dans la Famille de Dieu, retourne à leurs
systèmes de pensées erronées. Ils pensent que tout ce que pouvait leur accorder la Justice
de Dieu est exclusivement orienté vers le Salut de leur âme. Etant devenus des enfants de
Dieu et surtout après avoir obtenu le Salut, ils pensent qu’ils doivent eux-mêmes prendre en
charge leur destinée. Pour eux, ils ne peuvent pas s’épanouir à tous les niveaux avec cette
Justice qu’ils ont reçue gratuitement de Dieu. En cela, ils croient que c’est selon leurs
propres efforts qu’ils devront par exemple obtenir leur indépendance financière, vivre une
existence riche et glorieuse…etc. Pour cette catégorie de croyants donc, le Salut est une
chose et la réussite sociale en est une autre. Or ils ne sont pas encore conscients de la
Provision qui accompagne la Justice qu’ils ont obtenue en leur qualité d’enfants de Dieu. Au
point où il n’y a plus de différence entre eux et les inconvertis, dans la manière dont ils ont à
travailler pour obtenir quoi que ce soit. En quoi est-ce qu’un enfant de Dieu peut prétendre
marcher dans la Faveur, s’il doit se réduire à travailler comme un païen pour obtenir des
biens périssables ? Car la faveur vous permet d’entrer dans une certaine zone de confort,
une dimension indiscutable de repos pour ce qui concerne l’accès aux biens et richesses.
C’est pourquoi le Fils prodigue quand il a constaté de lui-même combien vaines étaient ses
propres efforts, il a décidé de retourner à la maison du Roi son Père. Il a pris conscience que
s’il voulait trouver le bonheur et marcher dans cette dimension de grâce, il devait avant tout
se souvenir de son rang et de la position qu’il avait auprès du Roi son Père. Un croyant ne
devrait pas se conformer à la manière dont pensent les gens de ce monde pour ce qui est de
son épanouissement financier, social, intellectuel, car il se limiterait lui-même. Les gens qui
vivent selon le modèle du monde ne peuvent se conduire en noble ou en dignitaire, car ils ne
disposent d’aucune autorité sur les réalités de ce siècle présent. Mais nous qui sommes
appelés Fils de DIEU et qui avons de ce fait un statut supérieur au leur, allons-nous ignorer
notre statut de prince ou princesses pour agir tel qu’ils le font ? Un esclave est contraint de
travailler pour obtenir de quoi subvenir à ses besoins. Il n’en est pas ainsi d’un roi. A moins
que celui-ci ait reçu une éducation d’esclave, ou qui veuille intentionnellement expérimenter
les privations ou le manque.
L’autre raison pour laquelle les fils de Dieu n’expérimentent pas des dimensions supérieures
de richesses et de gloire dans le monde, est démontrée avec l’exemple du Fils aîné. Ici le
Seigneur Jésus a révélé le comportement des enfants de Dieu, qui contrairement aux
précédents se conduisent selon leur statut. Le problème avec cette catégorie de croyants
n’est pas qu’ils ne sont pas conscients de leur identité d’enfants de DIEU. Ce n’est pas non
plus qu’ils ne marchent pas selon la Parole de DIEU. La source de leur insatisfaction, c’est
qu’ils n’usent pas de leur autorité et attendent toujours tout du Roi leur Père. Et c’est
véritablement un problème qui est source de frustrations et d’insatisfactions inavouées dans
l’Eglise. Beaucoup de croyants sont conscients de leur statut, mais ils attendent tout de Dieu
leur Père, sans user de leur autorité. Si Dieu voulait qu’on soit dépendant de lui, il n’allait pas
lui-même nous donner l’Autorité et la Faveur sur toute chose. Mais s’il l’a fait, c’est pour
qu’on puisse les exercer à notre avantage et à celui de nos semblables. C’est pourquoi
beaucoup de croyants passent leur temps à demander, demander, demander, sans rien
obtenir. Est-ce parce que Dieu est sourd à leur appel ? Pas du tout. Il y a des choses que nous
ne demandons pas à Dieu notre Père et qui le fait lui-même, car il est conscient qu’elles sont
encore hors de notre portée. Combien de fois nous échappions aux multiples assauts de
l’ennemi qui veut nous voir chuter ? Dieu engage ses Saints anges à veiller sur nous afin
d’être hors d’atteinte. Mais pour ce qui est de nos besoins ou désirs, Dieu a déjà tout mis à
nos pieds et il veut que nous soyons conscients de cela. Dieu notre Père est impatient de
nous voir user de cette autorité qu’il nous a donnée. Si en tant que croyants nous sommes
conscients de l’autorité que nous avons, il n’y a aucune raison que l’un d’entre nous soit
frustré parce qu’il voit son frère avec une quelconque richesse matérielle ou spirituelle.
Notre Père ne veut pas que des sentiments de jalousies ou d’envies soient observés au sein
de la Famille Royale, et c’est pour cela qu’il veut laisser le soin à ses enfants d’exercer
pleinement leur autorité. Chacun est donc libre d’entrer en possession de ce qui lui ferait
plaisir. Et la réponse de l’aîné au Roi son Père est révélateur. Il lui dit : « …il y a tant d’années
que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un
chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a
mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras ! ». Un autre
problème avec les croyants est qu’ils n’apprennent pas à connaître réellement Dieu. La
religion a longtemps laissé croire que Dieu nous bénit parce que nous demeurons fidèles à
lui, à ses prescriptions…etc. Malheureusement c’est ici que nous nous trompons, car l’amour
de Dieu n’est précédé d’aucune condition. La disponibilité de Dieu à l’égard d’un pécheur est
la même que celle manifestée à l’égard du croyant. C’est donc par la Foi respective de l’un
ou de l’autre qu’ils peuvent respectivement voir la main de Dieu opérer dans leur vie. Vous
pouvez être encore étranger à l’Alliance et manifester un niveau de Foi en Dieu qui vous fera
expérimenter des dimensions de richesses matérielles, que le croyant ignore malgré sa
connaissance de la Parole de Dieu. Il y a de nombreuses personnes qui sont longtemps
restées auprès du Père, et qui n’ont pas pu profiter de ses richesses parce qu’ils pensent que
c’est son rôle de leur donner toute chose. Ils pensent aussi que c’est à cause de leur « bonne
conduite » qu’ils pourront bénéficier de la gloire de Dieu. C’est ici qu’ils se trompent, car le
rôle du Père n’est pas de nous donner toute chose sur la base de nos mérites, mais d’assurer
la provision en toute chose. Imaginez que vous ayez selon la chair des parents très riches.
Vous avez tout à votre disposition étant dans leur demeure. Et vous attendiez que vos
parents partent à chaque fois prendre de quoi vous avez besoin pour vous l’apportez. Si vous
espérez cela pour être épanouir, vous risquiez d’être malheureux dans cette maison toute
votre vie. Vos parents sont censés pouvoir au fait que vous ne manquiez de rien, mais ce
n’est pas leur rôle de vous servir en vous apportant eux-mêmes ce dont vous avez besoin.
Certainement si le Fils aîné avait demandé à son Père un chevreau pour s’égayer ou même
une fête en son honneur, le Père ne lui aurait pas interdit. Car la réponse du Père à son Fils
aîné est tout aussi révélatrice. « Mon enfant, lui dit le Père, tu es toujours avec moi, et tout
ce que j’ai est à toi ; ». En d’autres termes, le Père lui faisait comprendre qu’il ne voit aucun
inconvénient à ce qu’il prenne un chevreau pour festoyer avec ses amis. Il n’a d’ailleurs pas
besoin de le lui demander la permission. Pour le Père, c’est normal et légitime qu’il profite
de tout ce qui est à lui. Le problème avec certains enfants de Dieu, c’est qu’ils ont une
mauvaise interprétation de l’exaucement. Dieu notre Père nous exauce toujours dans le sens
où il répond favorablement à nos différentes requêtes. Quand vous priez pour demander à
Dieu votre Père une voiture, sachez qu’il vous exauce. Il ne dit pas ce n’est pas encore la
saison où le moment comme la religion vous laisse souvent entendre. Il ne dit pas non plus
que vous êtes indigne de recevoir de lui quoi que ce soit. Dieu ne peut pas aller contre sa
nature parce que vos actions sont imparfaites. Dieu nous exauce toujours et d’ailleurs nous
n’avons pas besoin de prier pour ces choses. Au fait nous devons comprendre que nous
n’avons même pas besoin de prier pour entrer en possession des choses auxquelles nous
avons légitimement droit. Pensez-vous réellement qu’un enfant de Dieu ait besoin de prier
pour sa santé avant que Dieu son Père ne l’exauce ? En vérité il y a certaines prières que les
enfants de Dieu devraient considérer comme des faveurs demandées au Père, à l’égard de
ceux qui sont encore étrangers à l’Alliance. Le but de ces prières est de témoigner à ceux qui
ne marchent pas encore par la Foi, la bonté de Dieu. C’est d’ailleurs ce mystère que le
Seigneur va révéler, lorsqu’il était en phase de ressusciter Lazare. La Parole déclare : « Jésus
leva les yeux en haut, et dit : Père, je rends grâces de ce que tu m’as exaucé. Pour moi, je
savais que tu m’exauces toujours ; mais j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin
qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. Ayant dit cela, il cria : Lazare, sors ! » (Jean
11V41-43). Jésus aurait pu dit : « Lazare sors ! » et le miracle se serait produit. Mais il a prié
son Père devant la foule, afin que ce miracle puisse servir de témoignage et consolider la Foi
de ceux qui étaient présents. Et c’est important de prier pour édifier la Foi des frères, mais
aussi servir de témoignage pour les étrangers de l’Alliance. Et c’est justement ce à quoi nous
devons œuvrer en qualité d’héritier des promesses et de l’héritage de Dieu. Le travail dans
l’Esprit va consister en toute action à démontrer l’infinie richesse de la Justice de Dieu, pour
amener les païens à intégrer la Famille de Dieu, et consolider la Foi de nos frères. C’est à ce
type de travail que le Seigneur nous appelle. Le Seigneur Jésus voulait démontrer à travers
ce miracle de la résurrection, qu’une prière prononcée est tout aussi efficace qu’une Parole
décrétée. A condition que l’autorité de celui qui les exerce soit avérée. Le seigneur voulait
démontrer aussi que Dieu ne nous exauce pas à cause de nos prières. Ce n’est pas à cause
d’une prière que vous serez exaucé, mais à cause de votre foi. Une prière dite sans la foi est
inutile. Dieu nous a exaucés bien avant lorsqu’il a placé toute chose en notre possession.
Certains diront si nous demandons de mauvaises choses à Dieu notre Père, le fera-t-il au
nom de cette Autorité immense que nous avons ? Quand nous sommes conscients de la
dimension de Faveur que nous avons reçue, il est important que nous comprenions que c’est
à notre avantage de l’orienter sainement. Le Seigneur a révélé quelque part « ceux à qui
vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés ; et ceux à qui vous les retiendrez, ils
leur seront retenus. » (Jean20V23). Il a aussi dit : « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous
lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans
le ciel. » (Matthieu 18V18). Ces deux passages révèlent à la vérité que Dieu notre Père,
partage le pouvoir avec nous ses Fils, à un point où nous avons la capacité de remettre en
question les choses qu’il a déjà lui-même établi dans le ciel. Quelle dimension de faveur ! Il
faut être conscient de la manière dont cette autorité que nous avons reçue de Dieu notre
Père fonctionne. En tant qu’héritier de la promesse, Dieu n’approuve pas nos requêtes au
cas par cas. C’est-à-dire qu’il ne valide pas nos demandes après les avoir analysées chacune,
pour savoir si elles sont utiles ou non, agréables ou pas, permissibles ou non…etc.
L’approbation de Dieu à nos différentes requêtes, est comme un engagement indéfectible
que lui-même s’est déjà tenu à honorer, sur la base de notre Foi. Quand Dieu nous confère
son autorité, c’est d’une certaine façon son « oui » qu’il nous donne face à toutes décisions
que nous serons amenés à prendre. Dieu notre Père est d’ailleurs conscient de ce pouvoir,
c’est pourquoi il s’évertue à nous donner l’éducation royale qui va avec l’autorité souveraine
que nous avons en lui. Car si nous l’utilisons mal, nous risquons non seulement de retarder le
règne de Dieu sur Terre, et faire beaucoup de peines aux Hommes.
Ce que Dieu désire plus que tout, c’est que nous soyons concernés par les affaires du
Royaume comme s’il s’agissait de nos propres affaires. Le Royaume nous appartient en
qualité de Fils et filles du Roi. Nous devons en être conscient et œuvrer pour les intérêts de
la Royauté. Notre rôle en tant qu’enfants de Dieu consiste en premier lieu à annoncer et à
manifester au monde l’espérance et surtout la gloire qui est attachée à la Justice de Dieu.
Notre Père veut que tous les Hommes non seulement parviennent à la connaissance de la
vérité, mais qu’ils puissent parvenir à cette dimension de vie parfaite à laquelle ses Fils ont
droit. Notre deuxième fonction est de veiller à ce que nos frères encore faibles dans la Foi
puissent être affermis, afin qu’ils puissent profiter pleinement de leur Héritage. Il faut
comprendre que la Foi n’est pas liée aux nombres d’années passées dans l’Eglise, ou du titre
que nous avons. Les plus faibles dans la Foi ne sont donc pas forcement les nouveaux
convertis. On peut être convertis à Christ depuis des années, occuper des fonctions
importantes dans les églises et être faible dans la Foi. Une Foi faible, est une Foi qui ne
touche pas tous les aspects de notre vie. C’est également une Foi qui manque de
persévérance ou d’endurance. Et c’est un constat que Paul a fait dans l’Eglise. Il y en a des
personnes qui sont dans l’Eglise depuis bien longtemps et qui n’ont pas encore l’expérience,
la pleine révélation de la parole de Justice à laquelle sont attachés tous les biens et
perfection du siècle présent et du monde à venir. Elles ne comprennent pas encore le parfait
message de la Foi dans toute son authenticité.
« Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin
qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à
avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide. » (Hébreux 5V12)
Le Seigneur nous demande de travailler non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui
subsiste éternellement. Il y a donc deux types de travaux qui produisent respectivement
deux genres de nourritures. Le premier travail est celui de la chair qui produit la nourriture
périssable et le second travail est celui de l’esprit qui produit une nourriture qui subsiste.
Nous avons constaté que le travail de la chair se limitait à un contexte exclusivement
charnel : besoins personnels, familiaux ou communautaires, quête de réalisation socio-
professionnelle…etc. Le travail de l’Esprit est orienté vers un objectif spirituel, calqué sur le
modèle de la volonté parfaite de Dieu pour l’humanité. Et c’est le type de travail qu’a eu à
pratiquer le Seigneur Jésus lui-même. Ce travail consiste à ŒUVRER POUR L’AVENEMENT DU
REGNE DE DIEU SUR TERRE. Mais pour pouvoir pratiquer le travail de l’Esprit, il faut
préalablement être qualifié. Or, toute personne née de nouveau est qualifiée pour agir pour
les intérêts de DIEU et de sa Famille Royale. Le travail de l’Esprit va consister à démontrer au
monde l’authenticité de la Parole de DIEU, afin d’amener tous les Homme à adhérer au
message de la Foi. Ainsi, nous devons apprendre à être nous-mêmes un modèle vivant de la
Parole de Dieu, comme l’a été le Seigneur. Nous devons marcher selon les révélations de
cette Parole, afin que la vie divine soit communiquée dans tous les aspects de notre vie, mais
aussi dans le monde entier. C’est la mission ou l’œuvre à laquelle nous devons participer sur
Terre en tant que membres de la Royauté.
LE SECRET DE L’EXAUCEMENT ET DE LA MANIFESTATION
« En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens qui s’imaginent qu’à
force de paroles ils seront exaucés. » (Matthieu 6V7)
Beaucoup de croyants pensent que Dieu est plus sensible à leurs prières quand ils y passent
de longues heures. Toujours est-il qu’il faut savoir ce que prier signifie. La prière est une
pratique spirituelle qui peut avoir plusieurs objectifs : demander à Dieu une faveur ; passer
des temps d’intimité avec Dieu ; lui rendre des actions de grâces ; nous affermir
spirituellement ; intercéder…etc. En fonction de l’objectif que nous souhaitons atteindre,
notre prière peut varier en temps et en intensité. Dans l’Evangile de Luc, il nous est révélé
que le SEIGNEUR JESUS se rendit sur la montagne et passa toute la nuit à prier DIEU (Luc
6V12). On peut donc passer énormément de temps dans la prière, si par exemple notre
objectif est d’y rencontrer Dieu et avoir un temps d’intimité avec lui. C’est dans un tel
contexte que le fait de pouvoir passer des heures dans la prière peut être considéré comme
une bénédiction. Mais quand il s’agit de recevoir de DIEU quelque chose, la durée de notre
prière ne garantit pas l’exaucement. Dans ce cas, la durée nous permet d’atteindre un but
qui est censé susciter en nous, la garantie que nous sommes exaucés.
Quel est le but de la prière ? Qu’est-ce que nous sommes supposés rechercher à travers la
prière ? Quand on prie, on recherche la substance ou l’assurance des choses que nous
espérons. Tant que nous n’avons pas cette substance des choses que nous espérons, nous
pouvons donc toujours continuer à prier.
« …la prière fervente du juste a une grande efficacité. » (Jacques 5V16). Lorsque nous
posséderons la substance ou l’assurance au sujet de ce pour quoi nous prions, nous verrons
les choses se manifester. C’est pourquoi le SEIGNEUR a eu soin de nous révéler que ce n’est
pas à cause du temps que nous passons dans la prière que nous serons exaucés. Ce n’est pas
aussi parce que nous savons très bien nous exprimer que nous sommes exaucés. Mais nous
serons exaucés, parce que nous avons en nous cette substance ou assurance des choses que
nous demandons à DIEU.
Comment avoir l’assurance ou la substance des choses que nous espérons ?
La Parole de Dieu est notre assurance. Le SEIGNEUR a dit dans sa Parole : « Demandez et
l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira » (Matthieu
7V7). Dans ces différents cas de figures, l’exaucement nous est déjà accordé sur la base de
notre initiative. C’est-à-dire avant qu’on ne demande, qu’on ne cherche ou qu’on frappe, la
provision est déjà disponible. Ce qui consolide davantage notre assurance, c’est que
l’exaucement est disponible pour tous les Hommes. « Car quiconque demande reçoit, celui
qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. » (Matthieu 7V8). Nous devons savoir
que la Parole de DIEU est d’une telle précision, que nous ne devons pas négliger chaque
détail mentionné. Dans ce verset, le Seigneur ne dit pas que celui qui demande recevra. Mais
il dit celui qui demande reçoit. C’est-à-dire dans la pratique, il ne se passe pas un instant
entre le moment où nous demandons et celui où nous recevons. Ainsi si je demande une
chose, je l’aie déjà à travers sa substance. Et c’est cette substance qui est appelée à se
manifester ou s’accomplir. Nous sommes donc exaucés à partie de la substance des choses
que nous possédons en nous-mêmes. Il y a des gens qui ne sont pas nés de nouveau et qui
ont accès à de grandes richesses, parce qu’ils passent leurs temps à rechercher des
opportunités d’enrichissement. Il y en a qui ne sont pas chrétiens et qui sont capables
d’énormes prodiges, parce qu’ils ont aspiré à ces choses. Il y en a même qui ont des dons
spirituels parce qu’ils ont eu à les demander à une quelconque entité spirituelle. Ce qui
devrait attirer notre attention, c’est que le SEIGNEUR n’a pas précisé que celui qui demande,
cherche, auprès de DIEU uniquement, le recevra. Cela sous-entend que vous pourrez trouver
un miracle auprès d’un féticheur ou d’un sorcier, parce que DIEU veut tellement bénir
l’Homme, qu’il ne regarde pas aux voies que ce dernier emprunte. Le SEIGNEUR aurait pu
avoir le monopole en ce qui concerne le fait de donner à l’Homme des accès de liberté et
d’épanouissement. Mais s’il agissait ainsi, tous ceux qui ne le connaissent pas, seront
condamnés à vivre une existence extrêmement malheureuse. Donc DIEU exauce tout
Homme, indépendamment de voies ou des moyens qu’il emprunte.
Mais le tout ne suffit pas à recevoir ce que nous demandons, il faut que cela puisse
s’accomplir ou se manifester. Le problème, c’est qu’assez de personnes confondent
l’exaucement et la manifestation. Il y a des trésors que nous avons déjà reçus de Dieu et qui
ne sont point encore manifestés dans la matière, parce que nous ignorons le processus de la
manifestation. A cet effet, tous les enfants de DIEU sont riches et bénis de toutes sortes de
bénédictions, mais ils ne savent pas comment activer leurs manifestations. Ils demeurent
donc conditionnellement pauvres, alors qu’ils possèdent déjà toutes choses.
Le SEIGNEUR nous a révélé lui-même le secret pour manifester tout ce que nous voulons.
Il dit : « Tout ce que vous demanderez (en priant, en chantant, en jeunant…etc.) croyez que
vous l’avez reçu (car quiconque demande reçoit à travers sa substance) et vous le verrez
s’accomplir.
De même, Tout ce que vous chercherez (par quelque moyen que ce soit) croyez que vous
l’avez trouvé (car qui cherche trouve à travers sa substance) et vous le verrez s’accomplir
ou se manifester.
Et encore, Quel que soit la porte à laquelle vous frapperez, croyez que l’on vous a ouvert
(car l’on ouvre la porte à celui qui frappe) et vous le verrez s’accomplir.
Si les gens sont insatisfaits dans leur vie, la raison est qu’ils passent leur temps, à demander
ou à chercher des choses, espérant que celles-ci leur seront accordées. En agissant de la
sorte, ils ignorent ce détail qui nous est révélé dans la Parole de Dieu, et qui dit : croyez que
vous l’avez...et non espérez que l’aurez. La Parole de Dieu ne nous demande pas de croire
que les choses auxquelles nous aspirons sont déjà manifestées. Le but n’est donc pas de se
mentir à soi-même. Entre croire que nous l’avons et croire que c’est déjà manifesté, il y a une
grande différence. Quand une chose est manifestée, nous n’avons pas besoin de croire
encore. Nous ne faisons que l’expérimenter. Mais quand nous croyons que nous l’avons,
nous reconnaissons que cela fait partie des choses auxquelles nous avons accès, et qui se
manifeste maintenant dans notre vie, par la grâce du SEIGNEUR. Certaines personnes vivent
dans l’échec et le manque, parce qu’elles sont tellement occupées à chercher des choses à
l’extérieur, qu’elles ne se concentrent plus sur la substance des choses qu’elles recherchent.
D’autres l’avait, mais à un moment donné, elles l’ont tout simplement perdu. Il n’y a rien qui
n’arrive dans la vie d’une personne, sans qu’elle n’ait participé d’une manière ou d’un autre
à sa manifestation. C’est la raison pour laquelle nous devons apprendre à veiller sur nous-
même.
C’est DIEU qui exauce tout le monde sans exception. Et l’Homme emprunte diverses voies et
moyens pour voir la manifestation des choses auxquelles il aspire. Mais la meilleure attitude
est de s’enrichir directement auprès du SEIGNEUR lui-même. Cette révélation de la Parole de
Dieu nous permet d’avoir de l’assurance en ce qui concerne la bonté du SEIGNEUR. Dieu est
bon pour tous, et il désire que nous soyons heureux à tout point de vu. Dans la Parole de
DIEU, toutes les personnes qui ont reçu de Dieu des faveurs, n’étaient pas Chrétiennes. Et
cela se démontre même aussi bien dans le Nouveau Testament que dans l’Ancien
Testament. Le SEIGNEUR a d’ailleurs rendu témoignage de la bonté et de l’amour
incommensurable de DIEU à l’endroit des pécheurs ou des païens.
« Je vous le dis en vérité : il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d’Elie, lorsque le ciel
fut fermé trois ans et six mois et qu’il y eut une grande famine sur toute la terre ; et
cependant Elie ne fut envoyé vers aucunes d’elles si ce n’est à Sarepta, dans le pays de
Sidon. » (Luc 4V25-26 / 1Rois 17V8-16)
« Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël au temps d’Elisée, le prophète, et cependant
aucun d’eux ne fut purifié, si ce n’est Naaman le Syrien. » (Luc 4V27 / 2Rois 5V10-14)
Il y a également l’exemple de la femme syro-phénicienne d’origine, dont la fille a été délivrée
d’un esprit impur (Marc 7V25-30)
L’erreur que parfois nous commettons, est de croire que Dieu n’exauce que les chrétiens ou
les justes. Si cela était vrai, personne n’aurait été sauvé, puisque nous étions tous injustes et
pécheurs sans Dieu. Mais malgré cet état, il n’a pas hésité à nous offrir ce dont il avait de
plus cher, sans même que nous le lui demandions. Et quand on lit les Evangiles, on se rend
compte que le Seigneur ne faisait aucun cas des péchés des Hommes, pour les bénir. Bien au
contraire, il éprouvait une certaine sensibilité pour ces personnes dites de « mauvaises vies »
puisqu’il est venu leur annoncer la rémission de leurs péchés. Ce que nous devons
comprendre, c’est que c’est Satan qui utiliser les péchés des Hommes, comme une base
légale, pour les empêcher de recevoir quoi que ce soit de DIEU. Dieu pourvoit aux besoins de
tous les Hommes sans exception. C’est de lui que viennent toutes choses utiles, bonnes et
agréables. Mais parce que le principe de l’exaucement ou de la manifestation est méconnu
par les Hommes, Satan use de ruses pour avoir certaines personnes dans ses filets. Elles
viennent à lui, prêtes à signer toutes sortes de pactes, avec l’assurance (la substance)
qu’elles trouveront auprès de lui les choses qu’elles désirent : succès ; santé ; percée
financière ; intelligence ;…etc. Malheureusement quand elles obtiennent ces choses, elles
croient qu’il est la source de ces richesses, ignorants que rien d’utile et d’agréable ne peut
venir de lui. Elles se pervertissent elles-mêmes ainsi à cause du pacte qui les lie désormais à
Satan et finissent par pervertir les biens, auxquels elles ont eu accès. Si Satan est celui qui
fait obstruction entre les faveurs divines et nous, il peut donc tromper ceux qui viennent à
lui, en ne s’opposant pas aux faveurs de Dieu pour eux. Et c’est ainsi qu’il piège les Chrétiens,
en les faisant croire que DIEU est plus complaisant à l’égard ceux qui commettent l’iniquité,
puisqu’ils reçoivent plus. Ce que les Hommes ignorent, c’est que DIEU a déjà pensé notre
bonheur présent et futur à travers sa Parole. Satan s’oppose à l’épanouissement des
Hommes, en suscitant l’incrédulité dans leur cœur, afin qu’ils expérimentent les limites de
tout genre et le manque. Car Satan et même tout le monde des Ténèbres ne peuvent pas
s’opposer à un Homme qui place en lui sa confiance. Si nous nous conformons à sa Parole,
les biens du monde présents ainsi que les perfections du monde à venir sont déjà à notre
disposition.
LA ROYAUTE SPIRITUELLE (1)
" La gloire de Dieu, c'est de cacher les choses; la gloire des rois, c'est de sonder les choses."
(Proverbes 25V2).
Par ce passage, nous devons comprendre que Dieu se glorifie dans le fait qu’il se plait à
révéler les choses cachées aux rois, c’est-à-dire à ses Fils. Le monde est rempli de mystères,
qui révèlent les intentions et les réelles motivations de Dieu. En vérité, tout est spirituel.
Pourquoi les Hommes se marient ? Pourquoi il existe des familles sur la Terre ? Pourquoi les
lois existent ?...etc. Toutes les questions qu’on pourrait se poser sur notre existence et
même la Vie, sont des mystères que Dieu tient en réserve pour ses enfants, afin que ceux-ci
ne marchent pas dans les ténèbres de l’ignorance. Les rois sont ceux qui ont un droit légal
donc de s’approprier ces mystères, afin qu’à travers eux, ils puissent affermir leur autorité en
exerçant la Justice. Nous avons compris que les droits dont nous disposons en tant
qu’enfants de Dieu constituent un accès aux richesses infinies de Dieu. Autrement dit, quand
on a droit à quelque chose dans l’Esprit, Dieu n’est pas censé nous donner lui-même cette
chose, puisque nous n’avons qu’à nous servir nous-mêmes par notre foi. Toutefois, il y a des
choses que Dieu notre Père peut nous donner personnellement parce que leurs accès nous
aient encore difficiles. Pour ce qui est donc des mystères cachés de la création, nous avons
non seulement le droit de les connaître en tant que Fils, mais nous avons aussi le privilège de
les recevoir de Dieu notre Père. Et l’un des moyens dont dispose un enfant de Dieu, pour
connaitre et recevoir la révélation des mystères de la création, est la Bible. On pourrait se
demander ce que fait un document ou un support physique dans la spiritualité d’un croyant
(personne qui marche par la Foi et non par la vue). La Bible n’est pas qu’un support physique
ou un livre quelconque que tout le monde, chrétien ou pas peut s’en procurer. Elle est bien
plus que ce que nous imaginons ! Car elle contient des mystères divins, c’est-à-dire ces
choses que Dieu cache afin de les révéler qu’aux rois. Mais plusieurs ne le voient pas sous
cet aspect, ou du moins ne le comprennent pas ainsi. Le fait de vous procurer une Bible ne
garantit pas que vous ayez accès aux révélations qui y sont contenus. Car tant que vous ne
disposez pas du droit qu’a tout enfant de Dieu de s’approprier les mystères de la Parole,
vous ne pouvez pas accéder aux choses cachées. A moins que Dieu lui-même vous révèle
certains mystères. Et c’est ici la différence entre un Fils de Dieu et un Homme ordinaire. Le
Fils a le droit d’accéder lui-même aux trésors divins, aux richesses infinies et parfaites de
Dieu contenues dans la Parole. Mais l’Homme naturel ne peut recevoir un bien que par Dieu,
ou par un membre de la Famille Royale. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est inutile
de demander des faveurs aux anges. Un saint ange appartient à la Royauté, mais il n’est pas
lui-même un membre de la Famille Royale. Dieu et ses Fils constituent les membres de cette
Famille. Un enfant de Dieu peut prier son Père de sauver un Homme de la maladie par
exemple, mais un saint ange ne le fera que s’il en a reçu l’instruction. Mais ceci est une autre
paire de manche. La Bible est donc un livre physique, cachant des mystères spirituels. Si vous
êtes un Homme naturel, vous ne pouvez pas donc de vous-mêmes, accéder à ces mystères
spirituels. Et ne comptez pas non plus sur un saint ange de Dieu, car il ne le fera pas sans
l’accord du Roi. De plus, il y a certains mystères qui peuvent même échapper à un ange.
Comme il est écrit : « Toute la révélation est pour vous comme un livre cacheté que l’on
donne à un homme qui sait lire, en disant : Lis donc cela ! Et qui répond : je ne le puis, car il
est cacheté ; ou comme un livre que l’on donne a un homme qui ne sait pas lire, en disant :
Lis donc cela ! Et qui répond : je ne sais pas lire. » (Esaïe 29V11-12). Quand le livre est
cacheté, cela révèle qu’il n’est accessible qu’à un type de personnes, aux rois. C’est-à-dire
ceux qui ont accès à la révélation dans toute sa totalité ce n’est pas ceux qui savent lire ou
pas, mais ce droit est réservé à ceux qui portent le sceau Royal, les participants de la
Royauté. Car tous les membres de la Royauté ont droit à une éducation particulière, et celle-
ci est basée sur la révélation des mystères de la création.
Pourquoi est-ce si important d’avoir une révélation des choses cachées ? Les différents
mystères de la création cachent en vérité le projet de Dieu dans toute sa totalité. Et ce projet
ne change pas. Si donc vous avez accès à ces choses, non seulement vous entrez dans
l’intimité de Dieu, mais vous aurez accès aussi à tout ce qu’il est sur le point de manifester.
Imaginez donc que Satan avait eu accès au projet qui avait été placé en Jésus, pensez-vous
qu’il allait permettre à ce qu’il soit traité de la sorte à la croix ? Car la Parole de Dieu a révélé
par le prophète Esaïe : « Mais il a été blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le
châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. » (Esaïe 53V5). Satan avait sans doute connaissance de cette Parole, mais il
ne pouvait pas la comprendre, car elle était « cachetée »
C’est pourquoi Paul dira : « …c’est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits,
sagesse qui n’est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis ; nous
prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu avant les siècles, avait
destinée pour notre gloire, sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car s’ils
l’eussent connue, il n’aurait pas crucifié le Seigneur de gloire. Mais comme il est écrit, ce
sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont
pas montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui
l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les
profondeurs de Dieu. » (1 Corinthiens 2V6-10)
Les mystères de Dieu sont cachetés du sceau Royal qui est son Esprit. Ainsi, soit il vous les
révèle lui-même, ou soit vous y accédez vous-mêmes parce que vous y avez droit par son
Esprit en tant que Fils. Aucune créature ne peut d’elle-même accéder à ces mystères,
excepté celui qui est né de Dieu. Celui qui est né de Dieu, est né de l’Esprit et ce ne sont ni
les anges ni les êtres charnels. Quiconque nait de Dieu porte donc normalement en lui, la
marque de la Royauté, le sceau de Dieu. C’est pourquoi il y a même des mystères qui sont
encore révélé à la création à travers l’Eglise (l’ensemble de tous ceux qui ont été admis dans
la Foi).
Que se passe-t-il si certains étrangers à l’Alliance avaient accès au projet de Dieu ? Si des
étrangers à l’Alliance ont accès au projet de Dieu, il y aurait eu plus de temps et
d’oppositions avant que celui-ci ne soit accompli. C’est donc pour éviter plus d’oppositions
dans l’accomplissement de sa promesse, que Dieu scelle lui-même ces mystères qui parfois
concernent notre propre vie ou le cours des évènements. Car Dieu ne contraint personne
dans son action. Si Satan savait réellement ce qui avait été placé dans le Seigneur Jésus, il
n’aurait pas permis sa crucifixion et Dieu ne l’aurait pas contraint à le faire à tout prix. Par
contre, le projet de Salut que Dieu avait envisagé pour l’humanité allait tôt ou tard
s’accomplir. C’est pour cela Dieu utilise la prophétie comme une arme puissante pour sceller
définitivement le cours des évènements. Quand une prophétie est dite sur la vie d’une
personne, quel que soit les réalités ou les circonstances, si cette prophétie est de Dieu, elle
s’accomplira. C’est par ce mystère que Dieu n’a pas hésité à prophétiser sur lui-même et sur
les conditions de sa venue. Toute prophétie, lorsqu’elle émane directement du cœur de Dieu
est positive et bénéfique pour celui ou celle vers qui elle est destinée. Toute prophétie
négative, peut être authentique sans directement émaner du cœur de Dieu. Quand nous
lisons la Bible, nous y trouvons des prophéties qui peuvent paraître dures ou parfois cruelles,
et nous nous demandons comment Dieu peut-il prononcer de telles paroles ? En vérité elles
sont de Dieu, mais elles n’émanent pas dans ce cas du cœur de Dieu, mais de celui du
prophète.
En tant que membre de la Royauté, Dieu nous révèle les choses cachées, afin que nous
puissions marcher selon la révélation des desseins parfaits et que nous puissions participer à
l’accomplissement de ses plans. Puisque les desseins de Dieu notre Père sont éternels et
immuables, c’est avec une pleine assurance que nous pouvons professer ces choses cachées,
indépendamment des circonstances actuelles ou temporaires. Car sans révélation il n’y a pas
de Foi. Or avoir la Foi, c’est démontrer la connaissance (EPIGNOSIS) que nous avons de ces
choses cachées, que Dieu a prévu pour notre gloire, face à l’imperfection des réalités
actuelles. Quand donc il est révélé que la gloire des rois c’est de sonder les choses cachées,
ici on veut démontrer que le secret de l’autorité et du pouvoir des rois, résident dans la
connaissance qu’ils ont des desseins émanant directement du cœur de Dieu à leur faveur.
Car par cette connaissance (EPIGNOSIS), ils dominent et assujettissent avec assurance, toute
réalité susceptible de remettre en question leur Souveraineté et l’amour du Père à leur
égard. C’est pourquoi autant le Seigneur a révélé que rien n’est impossible à Dieu (Luc
1V37), autant il a révélé aussi que si vous avez de la foi, rien ne vous serait impossible
(Matthieu 17V20). Autrement dit, c’est par la Foi qu’une personne peut accéder aux
perfections du Royaume et opérer au même standard que Dieu lui-même opère. Elle nous
permet de voir le monde selon le regard de Dieu et non celui des Hommes, et elle nous
donne de manifester pleinement notre Autorité en tant que roi. Par la Foi aussi, nous
pouvons connaitre la manière dont les plans de Dieu se sont accomplis. Par exemple, nous
savons que c’est au moyen de la croix que Dieu a libéré les Hommes du joug de la Loi.
LA ROYAUTE SPIRITUELLE (2)
La Foi est une arme qu’on ne peut dissocier de l’Autorité de Dieu et de ses Fils. C’est à
travers elle qu’ils exercent leur Souveraineté, on dira même leur Liberté. Car par la Foi, ils
peuvent se soustraire de l’influence de n’importe quelle réalité, en vue de la soumettre à
leur volonté. Au fait, la Foi est une forme d'éducation qui est propre à la Royauté. Dans
l’éducation de la Famille Royale, il y a trois grandes disciplines qui sont utiles et
incontournables. Il y a la Foi qui est l’instrument à partie duquel on a accès à Tout,
l’Espérance qui est l’art d’attendre quand les choses ne sont point encore manifestées, et il y
a l’Amour qui est l’essence du caractère divin en nous. Chaque aspect est essentiel si nous
aspirons à mener une vie parfaite.
Comment nait la Foi et en quoi consiste-t-elle dans la pratique ?
La Foi est une forme d’assurance qui vient en premier lieu de Dieu lui-même à travers son
Esprit. Autrement dit, la Foi est premièrement une grâce destinée à nous rendre sensible à la
Parole de Dieu. Un Homme qui ne connait pas Dieu et qui ne peut accorder aucune
confiance véritable à sa Parole, comment peut-il croire quoi que ce soit venant de cette
Parole ? Le but de cette grâce est donc d’amener les Hommes à obtenir le Salut et la Justice
en croyant en l’œuvre du Seigneur telle que mentionnée dans la Bible. La Foi va donc naître
d’un contact entre l’Homme et l’Esprit de Dieu pendant le processus de régénération. C’est-
à-dire au contact de la Parole de Dieu, la Foi est cette arme qui va ébranler en nous les
forteresses ennemies, qui nous empêche de saisir la grâce du SEIGNEUR.
Maintenant que nous sommes enfants de Dieu, héritiers selon la Promesse, la Foi n’est plus
une grâce en tant que telle, elle devient un don de Dieu. Elle fait partie désormais de cette
provision dont nous avons droit et accès de par notre statut de Juste. Toutefois cette
assurance que nous avons vis-à-vis du Père est toujours produite en nous par le Saint Esprit.
En d’autres termes, lorsqu’un enfant de Dieu met sa Foi en action face à une réalité, c’est le
Saint Esprit qui produit toujours en lui cette assurance, cette sensibilité à la Parole de Dieu.
Mais étant donné que la Foi est un don auquel le croyant a accès, il a la capacité de l’utiliser
et de l’enclencher face à des limites. Si donc face à certaines situations, il ignore ce don qu’il
a reçu, Dieu ne fera toujours pas pour lui ce qui relève de sa propre liberté. Dieu notre Père
n’interviendra que dans certaines situations, qu’il jugera encore au-dessus de notre force,
pour faire naitre en nous la Foi. En somme, Dieu notre Père nous a donné la Foi pour que
nous apprenions en tant que membre de la Royauté à exercer l’Autorité. Quand on devient
Fils de Dieu, on a accès à la révélation et on peut marcher par la Foi. C’est un don que Dieu
lui-même nous donne et il est fier de nous voir en faire usage. A ce niveau donc, la Foi
émane donc de notre propre volonté. Mais nous devons connaitre la manière dont nous
l’utilisons.
Dans la version anglaise de la Bible ou en français courant, il est écrit : « Avoir la foi, c’est
être sûr de ce que l’on espère, c’est être convaincu de la réalité de ce que l’on ne voit
pas. » (Hébreux 11V1). Et le Seigneur dira : « …tout est possible à celui qui croit. » (Marc
9V23). Avant de se demander comment avoir la foi, il est important de chercher à
comprendre pourquoi est-ce si important d’avoir la Foi ?
A cette question, il faut comprendre qu’on a la foi parce que certaines réalités actuelles ne
sont pas conformes à non seulement la volonté de Dieu pour nous, mais qu’elles s’opposent
aussi à notre liberté d’enfants de Dieu. En d’autres termes, nous avons la foi en tant
qu’enfants de DIEU, parce qu’il y a des réalités qui sont dans notre condition actuelle qui
sont susceptibles de remettre en question nos droits d’enfant de Dieu. Notre foi va être donc
assimilée à un bouclier dont le but est de nous préserver de certaines réalités qui sont bien
présentes dans notre condition matérielle actuelle : la maladie, la pauvreté, la mort, la peur,
la guerre,…etc. La liste peut être bien longue. La Foi nous permet aussi de tout simplement
changer des choses dans notre réalité, qui pourraient constituer des fardeaux pour nous ou
pour les autres. Si donc vous ne manifestez pas votre foi, il y a des réalités que vous
endurerez toujours quoique vous ne soyez plus censés les vivre. C’est très important de
connaître la raison pour laquelle nous devons avoir la foi, car il y a des personnes qui se
découragent parce qu’elles ont cru en le Seigneur et qui vivent encore des situations
désagréables. Il faut comprendre que ces situations ne changeront pas physiquement parce
que vous êtes un enfant de Dieu. Mais c’est à cause de votre foi certainement, qu’elles
changeront. Toutes ces choses auxquelles nous avons droit et qui sont mentionnées dans la
Bible sont vraies. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous devons y placer notre foi, si
nous voulons constater un changement dans notre vie. Le fait que vous vivez encore des
limites dans la chair, démontrent donc l’utilité de la Foi. Le but donc de la Foi est donc de
remettre en question les réalités imparfaites que vous vivez ou qui sont imminentes, afin
d’apporter des changements utiles dans votre vie. Sans la foi, il est impossible de vivre une
vie glorieuse.
Maintenant que nous savons pourquoi est-ce si important de comprendre la raison pour
laquelle nous devrions manifester la Foi, il importe de comprendre comment la Foi opère. La
foi opère toujours entre un idéale qui est spirituel et une limite visible ou matérielle. Ce qu’il
faut aussi savoir, c’est que la matière ne peut d’elle-même exister. Toute réalité visible est le
résultat d’un processus invisible. Donc lorsque nous mettons en pratique notre foi, nous
sommes dans un processus créatif que même vos conditions actuelles ne devraient pas
remettre en cause. Cette à dire, vous ne devrez pas croire qu’il y a aucune raison que vous
manifestez votre foi face à la maladie par exemple. C’est justement parce que cette maladie
existe que votre foi a son rôle. Cette limite en question est visible, palpable, c’est elle qui se
réfère le plus à votre condition de départ. Et l’idéale est spirituel, invisible et c’est elle qui se
réfère à ce que vous demandez. Dans notre exemple ici, la maladie est une limite qui reflète
une condition de départ. Et la santé est cet idéale auquel vous aspirez et qui démontre une
condition d’arrivée. Vous devrez manifester la foi pour votre santé parce que la maladie ne
correspond pas à la volonté de Dieu pour vous, et aussi parce qu’elle vous prive de votre
liberté d’enfant de Dieu. Ainsi la foi est l’outil qui va puiser dans l’Esprit la santé à laquelle
vous avez droit, afin de la manifester dans la chair (votre condition physique).
Maintenant vous devez comprendre la différence qu’il y a entre un contractant de
l’Ancienne Alliance, et un Fils du Royaume. Dans l’Ancienne Alliance, la provision spirituelle à
laquelle les Hommes ont droit est limitée. C’est-à-dire ils n’avaient pas déjà toute chose dans
l’Esprit. Celui qui marche donc par la Loi a plus de raison de s’interroger sur la disponibilité et
la possibilité de ce qu’il souhaite manifester. Mais dans la Nouvelle Alliance, un Fils de Dieu a
déjà toute chose en Esprit. Donc si vous êtes dans la Nouvelle Alliance, il n’y a pas lieu de
chercher à savoir si ce que vous désirez est disponible ou est possible pour vous.
Pour donc résumer les principes de bases de la foi, vous devez pouvoir être convaincu de
certaines notions :
- La foi est utile parce qu’il y a des limites dans votre condition matérielle actuelle, qui
pourraient remettre en question les droits que vous disposez en tant qu’enfant de
Dieu. Ses réalités pourraient même vous faire douter de l’amour de Dieu pour vous.
- La foi va vous permettre de croire en ce à quoi vous aspirez et qui émane de votre
liberté d’enfants de Dieu.
- Les choses auxquelles vous avez accès par votre foi et en votre rang d’enfants de
Dieu vont au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Vous pouvez dont tout avoir dans
votre condition actuelle si seulement vous avez la foi.
- La foi ne crée pas des choses nouvelles, mais elle repousse les limites de votre liberté
d’enfants de Dieu.
- Par la foi, vous entrez dans le projet parfait de Dieu. Vous pouvez expérimenter une
dimension de vie glorieuse à travers l’exercice de votre foi.
Maintenant que vous savez à quoi sert la foi et surtout ce qu’elle engage, il va vous falloir la
pratiquer. Il y a trois niveaux de démonstrations dans l’exercice de notre Foi. Les trois
niveaux produisent les mêmes résultats, et l’un n’est pas supérieur à l’autre. Mais chacun va
révéler le niveau de maturité de celui ou celle qui exerce sa Foi.
Peu importe votre niveau de maturité dans la Foi, elle suit toujours le même principe : « …la
foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu » (Romains
10V17).
Le premier niveau de démonstration est celle qui part de la connaissance (EPIGNOSIS) que
nous avons des desseins de Dieu en notre faveur. Dans son principe, il est révélé que la Foi
vient de ce qu’on entend. Mais il faudrait se demander si réellement les choses que vous
entendez et qui sont destinées à vous faire grandir dans la Foi, sont en accord avec la
connaissance (EPIGNOSIS) des faveurs et des promesses de Dieu pour vous. Parfois nous
entendons des choses qui sont certes dans les Ecritures, mais qui ne sont pas en accord avec
le statut d’un Fils de Dieu. Tout enseignement qui est susceptible de vous limiter dans
l’expression de votre liberté en tant qu’enfant de Dieu, ne vous valorisent pas et ne glorifient
pas Dieu votre Père. A la vérité, ces choses révèlent des réalités qui sont propres à ceux qui
sont étrangers à l’Alliance, ou qui n’appartiennent pas encore au Royaume de Dieu. Et il faut
bien comprendre les Ecritures pour ne pas justement avoir des interprétations limitées, au
sujet de la Parole de Dieu. Dans le grec, Epignosis est une capacité à connaître, à discerner
totalement et intuitivement les choses grâce à un principe de reconnaissance ou
d’identification. Par exemple, les Hommes n’ont pas besoin que leurs différentes actions
soient inscrites dans la Bible, pour qu’ils sachent si ce qu’ils font est bien ou mal. Mais tous
peuvent juger de la qualité de leurs propres œuvres, parce qu’ils possèdent la connaissance,
l’Epignosis du bien et du mal. Si donc vous posez une action, vous pouvez de vous-même
savoir si elle relève du bien ou du mal. La démonstration de la Foi va donc consister face aux
réalités, à nous positionner dans l’Epignosis des faveurs de Dieu pour soi. Ainsi nous
reconnaissons au moyen de la Parole de Dieu, que Dieu veut que nous soyons favorisés en
tout point, face aux multiples réalités de l’existence. Ainsi face à la maladie, à la pauvreté
financière, à la tristesse, à la dépression…etc. nous n’avons pas besoin de trouver
nécessairement une Parole spécifique dans la Bible, avant de reconnaître la volonté de Dieu
pour nous, face à ces réalités. Car nous avons l’Epignosis des bonnes dispositions que Dieu a
pour nous face aux réalités de la vie. Comme il le dit d’ailleurs dans sa Parole : « … je connais
les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de
vous donner un avenir et une espérance. » (Jérémie 29V11).
Le deuxième niveau de démonstration part du fait que la Foi vient de la Parole (RHEMA) de
Dieu. Le grec utilise deux termes pour désigner la Parole. L’un est Logos et l’autre terme est
Rhema. Les deux termes sont rattachés dans l’exercice de la Foi. Mais il est important de
comprendre à quoi chaque terme se réfère spécifiquement, si nous voulons parvenir à ce
deuxième niveau de démonstration. Car le Logos de Dieu est différent du Rhema de Dieu.
Le Rhema de Dieu est la révélation de ses desseins dans le cœur de l’Homme. Dieu a placé
en l’Homme son RHEMA comme une provision, une source à partie de laquelle l’Homme
peut lui-même tirer les choses dont il a besoin. Quand le Seigneur a dit au diable, l’homme
ne vivra pas seulement de pain mais de toute parole (RHEMA) qui sort de la bouche de Dieu
(Matthieu 4V4), il veut démontrer ici que Dieu a donné la capacité à l’Homme, à travers la
révélation de sa Parole (RHEMA) en lui, de vivre indépendamment des circonstances
extérieures. Il est aussi dit : « c’est du fruit de sa bouche que l’homme rassasie son corps,
c’est du produit de ses lèvres qu’il se rassasie. » (Proverbes 18V20). On pourrait penser qu’il
y a une forme de contradiction entre ces deux versets de la Bible. Puisque l’un parle du
RHEMA qui sort de la bouche de Dieu et l’autre parle du fruit, de la PAROLE qui cette fois-ci
sort de la bouche de l’Homme. A la vérité, ils se rejoignent parfaitement. Car Dieu démontre
ainsi que la seule manière pour une personne de vivre de son RHEMA, est que ce RHEMA
soit placé dans son cœur (qu’elle y croit) et qu’elle le déclare aussi de sa propre bouche (en
la confessant). C’est pourquoi Paul paraphrase ce passage du livre de Deutéronome
(30V14) : « …la parole (RHEMA) est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or, c’est
la Parole (RHEMA) de la foi que nous prêchons. » (Romains 10V8). Mais comment le
RHEMA de Dieu est-il parvenu à l’Homme ? C’est par la prédication du message de Foi, celui
de l’Evangile. Paul identifie donc le RHEMA de Dieu, comme étant la Parole de la Foi. Quand
le Seigneur enseignait, c’est cette Parole qu’il employait lui-même. Le Seigneur dit : « …celui
que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu ne lui donne pas l’Esprit avec
mesure. »(Jean 3V34). Ici le terme grec qui est associé à « paroles » est encore Rhema. C’est-
à-dire par l’Esprit, les choses cachées étaient révélées par le Seigneur, afin que ceux qui les
entendent et les acceptent, puissent marcher par la Foi. Et à travers sa personne, le Seigneur
veut nous amener à reconnaître que tous ceux que Dieu envoie, sont censés révéler le
Rhema de Dieu, afin de nourrir la Foi de ceux qui les écoutent. Ainsi, « celui qui est de Dieu,
écoute les paroles (RHEMA) de Dieu… » (Jean 8V51). Le RHEMA de Dieu nous révèle
comment les choses sont faites dans l’Esprit, et comment elles sont supposées être faites
dans le visible, afin que nous puissions avoir de l’assurance malgré l’aspect contradictoire de
la réalité. « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend (au moyen de la prédication), et ce qu’on
entend (cette prédication) vient de la Parole (RHEMA) de Christ. » (Romains 10V17). La foi
ne peut pas venir de n’importe quel Rhema, mais de celui de Christ. Et il y a une raison à
cela. La Parole déclare : « la loi a été donné par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par
Jésus Christ. » (Jean 1V17). Avant que le message de la grâce ait été annoncé par le Seigneur
Jésus, les Hommes étaient habitués à un RHEMA qui n’émanait pas de la vérité. Dans
l’Ancienne Alliance, Dieu avait contracté un modèle de relation entre lui et le peuple qu’il
s’est acquis. Il n’y avait pas de relation filiale entre Dieu et les Hommes au temps de la Loi.
Le Rhema qu’ils avaient des Ecritures à cette époque était donc limité au modèle de relation
qui les liait au Seigneur en tant que serviteurs. De par ce modèle de relation, les contractants
de la Loi (Ancienne Alliance) ne pouvaient pas accéder aux promesses les plus précieuses et
parfaites telles que la Justice, l’Adoption…etc. Car à la vérité, la révélation qu’ils avaient de
ces écrits ne pouvait pas leur permettre de marcher par la foi et d’expérimenter l’Amour de
Dieu. « La loi (L’Ancienne Alliance) est-elle donc contre les promesses de Dieu ? Loin de là !
S’il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi. »
(Galates 3V21). La Loi (Ancienne Alliance) a tout simplement démontré qu’elle était dans
l’incapacité d’accéder aux plus grandes promesses. Sans donc le message de la grâce
prêchée par le Christ, les Hommes ne pouvaient donc pas avoir un enseignement
authentique, un Rhema parfait de l’Ecriture. Le message de la grâce a donc permis aux
Hommes de connaitre la volonté parfaite de Dieu en vue d’expérimenter son amour. Les
Hommes sous le rapport de la Loi ne peuvent pas accéder aux promesses les plus précieuses
et excellentes. Car la Loi (Ancienne Alliance) n’est pas faite pour les justes, mais pour les
injustes, les rebelles, les meurtriers…etc. (1 Timothée 1V8-9). Les promesses les plus
parfaites ne peuvent donc pas venir de la Loi (Ancienne Alliance) puisque : « …l’Ecriture
(Ancien Testament) a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût
donné par la foi en Jésus Christ à ceux qui croient. » (Galates 3V22). C’est pour cette raison
le Seigneur dira : « …Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens. »
(Matthieu 16V6). La Parole révèle que les disciples ne comprirent pas sur le coup le sens des
propos du Seigneur. Mais après, « …ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il
avait dit de se garder, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens. »
(Matthieu 16V12). La raison était que l’enseignement qui est propre à la Loi (Ancienne
Alliance), sans la révélation de l’œuvre du Seigneur qui y est associé, ne peut pas produire la
foi chez ceux qui l’entendent. Comme l’a signifié Paul : « Avant que la foi vînt, nous étions
enfermés sous la garde de la loi (l’Ancienne Alliance), en vue de la foi qui devait être
révélée. Ainsi la loi (l’Ancienne Alliance) a été comme un pédagogue pour nous conduire à
Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. La foi étant venue, nous ne sommes plus
sous ce pédagogue. Car vous êtes tous Fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ » (Galates
3V23-26). Si nous marchons par la foi, nous ne devons pas marcher selon l’enseignement
erroné des Ecrits propres à l’Ancienne Alliance. Ces Ecrits (Ancien testament) sont
authentiques et avérés, mais c’est à la lumière de l’Evangile qu’on peut en saisir le Rhema.
Tout l’ancien testament est basé sur le mystère de la venue du Seigneur Jésus, et de son
œuvre de Justice pour les Hommes. Rappelez-vous de ce que le Seigneur a révélé aux juifs :
« Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont
elles qui rendent témoignage de moi. » (Jean 5V39). Mais certains Sadducéens ou
Pharisiens des temps modernes trouvent toujours le moyen de détourner les Ecrits de leurs
véritables contextes en assujettissant les enfants de Dieu par leurs enseignements. Si nous
demeurons dans la Foi et que nous sommes Fils de Dieu, rien ne devrait remettre en
question les richesses infinies que nous possédons. Le Rhema de Dieu est basé à cet effet sur
le message de la Foi et non sur celui de la Loi.
A cet effet, on entend souvent les personnes dire qu’il est important pour les enfants de
Dieu de donner leur dîme. Ce message n’est pas mauvais, mais la qualité de l’enseignement
qui est fait à ce sujet est très limité et donc imparfait. Il est enseigné que si vous donnez
votre dîme, Dieu ouvrira les cieux sur vous et vous comblera de ses bénédictions, et il
protègera vos finances des attaques de l’ennemi. Le problème est qu’il y a beaucoup
d’enfants de Dieu qui ne comprennent pas leur statut, et qui se laissent entrainés
malheureusement pas toutes sortes d’enseignements. Si vous êtes enfants de Dieu, Fils du
Royaume, héritiers des biens de Dieu votre Père, vous ne serez pas bénis parce que vous
donnez votre dîme. Vous êtes déjà bénis parce que vous êtes enfants de Dieu et cela est un
fait. A la vérité la dîme représente les prémices. Et Dieu s’est donné un droit sur toutes les
prémices des revenus, afin que tout le reste lui soit consacré. Et c’est d’ailleurs ce que va
révéler sa Parole. « Toute dîme de la terre, soit des récoltes de la terre, soit du fruit des
arbres, appartient à l’Eternel ; c’est une chose consacrée à l’Eternel. » (Lévitique 27V30).
Mais le principe de la dîme révèle un mystère. Et il se rapporte à l’œuvre du Seigneur Jésus
pour le reste de l’humanité. Car le Seigneur Jésus est identifié comme les prémices, le
premier-né de toute la création. En le justifiant et le sanctifiant, tous les Hommes obtiennent
à travers lui la justice et la sanctification. Dieu n’a donc plus besoin de justifié chacun
individuellement à cause de notre communion avec Christ. Comme il est d’ailleurs écrits :
« ...si les prémices sont saintes, la masse l’est aussi ; et si la racine est sainte, les branches
le sont aussi. » (Romains 11V16). Mais le problème avec les enfants de Dieu, est qu’ils
ignorent qu’ils ont déjà tout pleinement en Christ, qui est le chef de toute autorité et de
toute domination (Colossiens 2V10). Ils regardent à leur condition, et comme celle-ci semble
contraire à ce qu’ils sont en Christ, ils ont recours à certaines alternatives qu’ils estiment
« efficaces ». Si en tant qu’enfant de Dieu, vous donnez votre dîme pour voir les cieux
s’ouvrir sur votre vie et pour préserver vos biens de l’ennemi, en quoi est-ce que vous êtes
différent des contractants de l’Ancienne Alliance ? Car à eux Dieu leur a fait cette promesse :
« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma
maison ; mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Eternel des armées. Et vous verrez si je
n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en
abondance. Pour vous je menacerai celui qui dévore, et il ne vous détruira pas les fruits de
la terre, et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, dit l’Eternel des armées.
Toutes les nations vous diront heureux, car vous serez un pays de délices, dit l’Eternel des
armées. » (Malachie 3V10-12). Cette promesse Dieu ne l’a pas faite aux contractants de la
Nouvelle Alliance, parce qu’ils jouissent déjà de tous les privilèges, en leur qualité d’enfants
de Dieu. Mais les gens continuent de prêcher la dîme en occultant son sens véritable. Ce
type d’enseignement à la vérité ne peut pas vous faire grandir dans la Foi. Et on se plaint de
ce que l’Eglise est pauvre conditionnellement, et que le réveil n’est pas encore effectif.
Comment voulez-vous que l’Eglise puisse manifester cette liberté de la gloire des enfants de
Dieu, si de tels messages sont enseignés encore ? Il s’agit d’un message religieux. La religion
va toujours vous amener à faire des choses par vous-même, pour obtenir de Dieu ses
faveurs. Mais la Foi vous amène à contempler ce que Dieu a déjà fait pour vous sur la base
de son Amour indéfectible. Et c’est en substance l’acte même de saisir le Rhema de DIEU.
C’est reconnaître les choses que Dieu a déjà fait pour nous dans l’ESPRIT, car elles sont
dignes de Foi. Le RHEMA de Dieu, c’est marcher à la lumière de la pensée de Dieu dans nos
circonstances actuelles. Face à la maladie, Dieu m’a déjà guéri en Jésus. Face aux limites
financières, Dieu m’a déjà enrichie en Jésus. Face au péché, Dieu m’a déjà justifié en Jésus.
Face à la mort, Dieu m’a rendue à la vie en Jésus. « Car, pour ce qui concerne toutes les
promesses de Dieu, c’est en lui qu’est le oui ; c’est pourquoi l’Amen par lui est prononcé
par nous à la gloire de Dieu. » (2 Corinthiens 1V20). La version anglaise ou en français
courant dit : « en effet, il est le « oui » de Dieu qui confirme toutes les promesses. C’est
donc par Jésus-Christ que nous disons notre « amen » pour rendre gloire à Dieu. » Et
quand nous allons jusqu’aux versets 21 et 22 dans cette version, il est dit : « Et c’est Dieu lui-
même qui nous a affermit avec vous dans la vie avec le Christ ; c’est Dieu lui-même qui
nous a mis à part, qui nous a marqués à son nom et qui a répandu dans nos cœurs le Saint
Esprit comme garantie des biens qu’il nous réserve. »
Le Saint Esprit qui est l’Esprit même du Seigneur Jésus en nous, est notre droit de disposer
pleinement de toute chose avec Dieu. La Foi ne consiste pas à croire en ce que Dieu va faire,
ou peut faire. La Foi va consister à croire en tout ce dont Dieu a déjà pourvu pour nous en
Jésus par son Esprit en nous. C’est pourquoi le Seigneur dit : « Si vous demeurez en moi, et
que mes paroles (RHEMA) demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela
vous sera accordé. » (Jean 15V7). Le deuxième niveau de démonstration va consister à
marcher selon la Parole circonstancielle de Dieu, celle qui n’est pas forcement écrite, mais
que nous avons à l’intérieur de nous à cause du témoignage de l’Esprit en nous. Le Rhema de
Dieu vient donc compenser ce qui n’est pas écrit, mais qui a autant de puissance et
d’efficacité que la Parole (Logos) qui sort directement de la bouche de Dieu.
Le troisième niveau de démonstration de la Foi, tire toujours son essence de la Parole de
Dieu. Mais cette fois-ci elle provient du Logos de Dieu, qui est la Parole proclamée par DIEU
lui-même, la vie qui sort directement de sa propre bouche. Le LOGOS est l’expression de sa
volonté, de son Autorité ou de son instruction propre. C’est avec le Logos que Dieu créa le
monde. La Bible déclare « Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et voici : c’était très bon… »
(Genèse 1V31), car les choses qu’il avait faites émanaient directement de lui-même. Le
Logos est cette force à partie de laquelle Dieu crée, c’est par lui qu’il manifeste son Autorité
en tant que DIEU. Lorsque le Seigneur Jésus par sa Parole commandait aux esprits impurs, ou
guérissait les malades, ressuscitait les morts…etc. c’est à travers son Logos qu’il le faisait. Le
Seigneur ne faisait pas que rapporter le message, ou la Parole (RHEMA) de Dieu aux
Hommes dans son rôle de messager, mais il employait lui-même son propre Logos pour
exercer son autorité. C’est-à-dire en ces instants quand il parlait, c’est de lui-même qu’il le
faisait. Nous aussi, ayant été engendrés par Dieu au moyen du Saint Esprit, nous avons hérité
de lui un modèle de vie qui est similaire à celui du Seigneur Jésus. Cela implique qu’autant le
Seigneur avait la capacité à travers son Logos d’exercer son autorité sur toute chose, autant
nous aussi, nous avons cette capacité. Autrement dit, quand nous sommes nés de Dieu, nous
recevons de lui une dynamique à travers son Esprit en nous, qui a le pouvoir d’apporter
instantanément des changements dans l’ordre des choses. Avons-nous réellement cette
force en tant qu’enfants de Dieu ? Nous savons par révélation que Dieu est par nature Esprit
(Jean 4V24) et Logos (Jean 1V1). Quand on naît de Dieu, il y a la nature qui est propre à Dieu,
qui grandit en nous. Mais il y a aussi Dieu qui vient pleinement habiter en nous à travers son
Esprit. En étant nés de Dieu, nous devenons donc une expression visible de l’Esprit et du
Logos, comme il l’a été lui-même dans sa condition de chair. Et c’est en vérité ce que nous
sommes étant nés de Dieu. C’est d’ailleurs l’une des conditions qui authentifient le fait que
nous sommes enfants de Dieu. Car nous sommes nés « d’eau et d’Esprit » (Jean 3V5). L’eau
qui est mentionnée ici désigne la Parole. Mais pas n’importe quelle Parole, et c’est ce que va
révéler l’Esprit à travers Pierre. Il dit dans son épître : «…vous avez été régénérés non par
une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole (LOGOS)
vivante et permanente de Dieu. » (1 Pierre 1V23). Dans la Bible en français courant ou dans
la version anglaise, il est dit : « vous êtes nés de nouveau, non de pères mortels, mais grâce
à une semence immortelle, grâce à la Parole (LOGOS) vivante et éternelle de Dieu. » Le
Seigneur a révélé que ce qui est né de l’Esprit est Esprit. Celui qui est donc né de la Parole
(LOGOS) est aussi Parole (LOGOS). C’est un principe tout à fait normal que d’hériter de la
nature qui est propre à notre parent. Et notre parent est désormais par notre Nouvelle
Naissance l’Esprit, le Logos. Cela dit, il y a aucune raison que toute Parole qui sort de notre
propre bouche n’ait aucun effet, puisque nous avons hérité de la nature de Dieu notre Père.
« Car il dit, et la chose arrive ; il ordonne, et elle existe. » (Psaumes 33V9). Plus la nature
divine sera pleinement manifestée en nous, plus nous saurons manifester cette puissance
qui est relâchée à travers notre propre Logos. La dynamique de vie que nous avons héritée
de Dieu notre Père, est bien plus puissante que nous l’imaginons. Et ces passages des
Evangiles le démontrent clairement :
" Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur
toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire. " (Luc 10V39).
" Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce
que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel." (Matthieu 18V18).
" Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les
retiendrez, ils leur seront retenus." (Jean 20V23).
" En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je
fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père ; " (Jean 14V12).
Maintenant que nous savons que Dieu notre Père nous donne la capacité d’agir et d’opérer
dans le même standard que lui, il y a un mystère que nous devons saisir par la même
occasion. Ce mystère est que le Seigneur Jésus dans sa condition de chair, employait un
Logos que personne d’autre ne pouvait employer si ce n’est le Père lui-même. Et cela va
démontrer que le Seigneur n’était pas qu’un Homme rempli de la plénitude de Dieu, il est à
la vérité le Père dans une condition humaine. Ce n’est donc pas par un concours de
circonstances qu’il va recevoir le nom au-dessus de tout nom, « afin qu’au nom de Jésus
tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue
confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » (Philippiens 2V10-11).
Comme nous l’avons souligné, le Logos est la Parole qu’une personne dit d’elle-même, selon
sa propre souveraineté. Ce n’est donc pas une parole rapportée ou révélée comme cela peut
être le cas avec le Rhema. Mais à la vérité, le Seigneur Jésus ne faisait pas que révéler le
Rhema de Dieu ou exercer son autorité à travers son Logos. Il disait de lui-même des choses
à travers son Logos que seul DIEU lui-même, c’est-à-dire le Créateur, pouvait déclarer. Et
sans la révélation de sa Personne, on ne pouvait pas comprendre pourquoi est-ce qu’un
Homme pouvait dire de telles choses de lui-même. Il leur dit par exemple : « celui qui mange
ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterais au dernier jour. » (Jean
6V54). Ce qui peut paraître choquant est sans doute le fait que le Seigneur révèle qu’il
ressuscitera lui-même au dernier jour celui qui ait reçu la vie éternelle. Quel Homme même
rempli de la plénitude de Dieu peut dire de telles choses de lui-même ? Pour comprendre
encore mieux la profondeur de ce passage, méditons attentivement Jean 2V19-22 et
Romains 8V9-11. Ces deux passages se réfèrent à la résurrection. Alors quand on parle de
résurrection, il va falloir distinguer celle qui est propre à un miracle et qui peut être exercé
par tout enfant de Dieu, et celle qui se réfère à la fin des temps. Ici la résurrection dont il est
question est celle qui est propre à la fin des temps, avant le jugement dernier. Ce type de
résurrection ne peut être exercé que par DIEU lui-même et non par qui que ce soit. Même
un Fils de Dieu ne peut prétendre ressusciter quelqu’un à la fin des temps. Un Fils de Dieu a
le pouvoir de ressusciter un mort, et même dans l’Ancienne Alliance, il eut des cas de
résurrection. Mais cette résurrection qui se réfère à la fin des temps est opérée par le Père
seul. En Jean 2V19-22, le Seigneur a dit : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le
relèverai… » Il avait donné cette réponse aux Juifs qui exigeaient de lui un miracle, afin qu’il
puisse leur démontrer la raison de ses agissements. Quand il disait que le miracle qu’il leur
fera voir est qu’il relèvera en trois jours ce temple qu’ils détruiraient, les Juifs pensaient
qu’ils parlaient de l’édifice qui était à Jérusalem. Or, comme le révèle les Ecritures, « ...il
parlait du temple de son corps. » et dans le verset 22, la Parole affirme : « C’est pourquoi,
lorsqu’il fût ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu’il avait dit cela, et ils
crurent à l’Ecriture et à la Parole que Jésus avait dite. » C’est-à dire que le Seigneur Jésus à
opérer un miracle que personne à part le Père seul ne pouvait accomplir, à travers sa propre
résurrection. Même le croyant ne peut pas de lui-même ressusciter, si ce n’est grâce à
l’Esprit de Dieu. Et c’est ce que Paul va démontrer dans sa lettre aux Romains 8V9-11 : « …Si
quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le
corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vit à cause de la justice. Et si
l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a
ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui
habite en vous. »
« L’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus » est le même Esprit que celui de notre Seigneur
Jésus, et c’est DIEU. Le Seigneur a pu opérer le miracle de sa propre résurrection parce qu’il
est à la vérité le Véritable Dieu et la vie éternelle. Nous qui sommes des Fils de Dieu, notre
esprit et celui de Dieu notre Père sont unis, dans le sens où l’Esprit de Dieu vient habiter
dans notre esprit. C’est donc l’Esprit de Dieu qui vit en nous, qui nous donne la capacité de
vivre éternellement avec lui et de ressusciter d’entre les morts. Mais Jésus n’avait en lui que
l’Esprit de Dieu comme esprit. C’est pour cela que lorsque nous recevons l’Esprit de Dieu,
nous recevons à la vérité l’Esprit du Seigneur Jésus. Le Seigneur Jésus est comme il est
révélé, l’image visible du Dieu invisible (Colossiens 1V15). C’est pour cette raison qu’il
pouvait dire de lui-même des choses que personne, pas même nous les fils de Dieu, ne
peuvent dire. Il n’était pas simplement une personne née de Dieu ou remplie de la plénitude
de Dieu, comme c’est le cas avec les Fils que nous sommes. Il est le Père dans une condition
humaine ou de Fils. « …puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a
également participé lui-même… » (Hébreux 2V14). C’est sans aucun doute le plus grand
mystère que nous révèle le Logos de Dieu : Dieu n’est pas qu’en ses Fils à travers son Esprit
Saint, il est également avec eux à travers son propre corps tout en partageant leur condition
de Fils. Le concept de la Trinité est donc à cet effet mauvais dans son interprétation. Et cette
mauvaise interprétation a pour objectif de remettre en question la divinité du Seigneur
Jésus. DIEU est une Personne et non pas trois personnes. Et cette Personne vit non
seulement en nous (à travers son Esprit), au-dessus de nous (à travers l’image du Père qui
est dans les cieux) et également parmi nous (à travers son propre corps visible qui est
assimilé au Seigneur Jésus). L’Esprit qui est une Personne, occupe trois fonctions qu’aucun
Etre ne peut tenir. Jésus est l’Esprit, le Logos qui a souverainement décidé d’être au contact
de ceux qu’il appelle à sa gloire, afin de demeurer éternellement avec eux. Certains diront
mais Paul a dit « Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la
communication du Saint Esprit soient avec vous tous ! » (2 Corinthiens 13V14). Cela ne
justifierait-il pas le fait que le Seigneur Jésus ne soit pas Dieu le Père ? Le langage naturel ne
peut pas parvenir à une connaissance exacte des réalités spirituelles sans l’aide de l’Esprit
Saint. Il est donc insensé de vouloir comprendre les choses spirituelles en partant d’un
langage ou d’une logique naturelle. Dans la perception humaine, cette phrase dont Paul a
fait mention dans ses Ecrits peut vouloir dire qu’il y a une différence entre le Seigneur Jésus,
Dieu, et le Saint Esprit. Mais à la vérité, cette phrase nous révèle trois fonctions que le
Créateur exerce au milieu de son peuple. Elle définit aussi le processus à partie duquel Dieu
agit lui-même à l’égard d’une personne. Ce processus part toujours de l’œuvre que Dieu a
accompli à la croix pour l’humanité. Car sans cette œuvre nul ne peut prétendre bénéficier
de l’amour de Dieu qui à la vérité, ne peut être reçu que par une personne sensible à la vie
divine à travers le Saint Esprit. Ainsi par ce processus nous comprenons que DIEU agit
différemment, afin d’exercer lui-même un ministère à l’égard de ceux qui sont appelés à
partager sa gloire. On ne cesse de dire que DIEU est ESPRIT. Mais parfois on le dit à tort et à
travers. Car les gens prétendent que DIEU EST ESPRIT parce qu’on ne le voit pas. Or l’Esprit
peut prendre une infinité de formes et il n’est pas soumis aux lois de l’espace et du temps.
Ce n’est donc pas parce qu’on ne perçoit pas naturellement Dieu qu’il est ESPRIT. DIEU est
Esprit parce que c’est sa nature et non parce qu’il n’est pas visible. D’ailleurs les Hommes
sont des esprits qui possèdent un corps. Et si la Parole déclare que nous avons été créés à
l’image de Dieu, faudrait comprendre qu’Il possède aussi un Corps qui lui est propre.
On entend souvent des personnes remettre en question le fait que le Seigneur Jésus soit
pleinement Dieu, par des arguments insensés. Ils disent par exemple si Jésus est DIEU et qu’il
s’est réduit à un corps, qui était dans le ciel à cet instant ? Ces personnes ignorent
malheureusement le caractère Omnipotent et Omniprésent de DIEU. Pour Dieu, ce n’est pas
un souci d’être « délocalisé », c’est-à-dire il peut très bien se trouver à deux endroits
différents au même moment. Même la connaissance scientifique actuelle, qui est bien
limitée en terme de ressources, démontrent que c’est théoriquement possible qu’un corps
soit à deux endroits, au même moment. Or Dieu peut agir au-delà des normes qu’il a lui-
même établit, et faire des choses que même la connaissance scientifique actuelle ne peut
pas démontrer théoriquement. Le Seigneur Jésus est l’expression même de l’ESPRIT.
L’ESPRIT est partout, dans les moindres détails de la réalité. Mais lorsqu’il demeure chez une
personne, il produit en elle une Justice et une Sainteté qui viennent exclusivement de Dieu.
Le Seigneur a décidé d’être soumis à travers ce corps physique, aux lois de l’espace et du
temps qui s’appliquent à tout Homme, en vivant parmi nous. Et lorsqu’il a achevé son œuvre
sur Terre, a-t-il disparu pour laisser place à l’ESPRIT ? Non. En vérité DIEU existait déjà sous
une forme corporelle, bien avant que le monde ait été créé. Mais cette expression physique
de la divinité n’avait pas encore été révélée à la création. DIEU a toujours eu cette apparence
humaine qui lui était propre, et c’est d’ailleurs selon cette image qu’il a décidé de créer les
Hommes. Quand il a achevé une partie de son œuvre sur Terre, puisqu’il reviendra, le
Seigneur Jésus est allé rejoindre le Père, qui règne et est souverainement établit au-dessus
de toute chose. C’est pourquoi il s’est révélé à ses disciples en disant : « Je suis sorti du Père,
et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père. » (Jean
16V28). Ce que nous devons retenir car même les mots sont bien faibles pour décrire la
dynamique de l’ESPRIT, c’est que le Créateur est Partout à la fois, tout en se résumant en
une Personne qui a bien voulu partager la condition qui est commune à ses Fils. C’est
pourquoi la confession de Foi de Thomas ne peut être que parfaite. Car lorsqu’il toucha Jésus
qui revenait de la mort, il affirma : « MON SEIGNEUR ET MON DIEU ! » (Jean 20V28).
LA ROYAUTE SPIRITUELLE (3)
« Or l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs
par le Saint Esprit qui nous a été donné. » (Romains 5V5)
« …Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs,
Christ est mort pour nous. » (Romains 5V8)
Quand on est persuadé de l’amour de Dieu pour nous, l’espérance est une simple formalité.
Sans l’espérance on ne peut pas manifester la Foi. Si on demandait à une personne de Foi,
qu’est-ce qui l’amène à croire que Dieu va manifester ce dont elle désire ? La réponse qu’elle
donnera nous révèlera certainement le degré d’assurance qu’elle a. Et la plus parfaite
réponse qu’elle puisse donner dans ce cas est celle-ci : « C’est l’amour de Dieu pour moi. »
Nous n’avons pas besoin d’une grande Foi pour manifester et accomplir de grandes choses.
Mais ce dont nous avons besoin, c’est d’avoir une grande assurance. Plus votre assurance est
grande et plus votre Foi est dynamique. Et quand vous êtes persuadé de l’amour de Dieu
pour vous, et pour les Hommes, votre assurance ne peut être qu’à son paroxysme. Combien
de personnes sont persuadés de l’amour de Dieu pour elles ?
Le But généralement de l’ennemi est de nous faire douter de l’amour du Seigneur à notre
égard, en nous confrontant à des réalités qui pourraient remettre son amour en question.
Certains penseront, peut-on dire que Dieu nous aime face à la maladie, la mort, les limites
de tout genre…etc. ? Mais en mourant lui-même à la croix, n’est-ce pas une preuve de son
amour qu’il a bien voulu nous témoigner ? Ne nous révèlerait-il pas par ce geste qu’il n’y a
pas de raisons que nous vivions ces réalités, qui ne contribuent pas à notre épanouissement
et à notre liberté ? Face à la contradiction, nous devons rester fermes donc dans son amour
pour nous. En vérité l’amour de Dieu à notre égard nous ouvre les yeux sur un modèle de vie
plus libre et plus parfait, que les conditions actuelles ne peuvent nier. Et c’est par la Foi
qu’on peut y accéder.
La religion contribue aussi à donner une très mauvaise image de Dieu aux Hommes. Pour
elle, Dieu est un Grand Etre inaccessible, qui ne rate pas une occasion de nous punir quand
nous ne marchons pas dans ses prescriptions. Mais à la vérité, aucune religion ne peut vous
rapprocher de Dieu. Car l’amour de Dieu à notre regard ne dépend pas de nos œuvres.
LES ENNEMIS DE LA FOI
La religion est sans aucun doute le plus grand ennemi de la Foi. Et malheureusement, le plan
des Ténèbres a été de faire en sorte que l’Eglise (l’ensemble de tous ceux qui sont unis au
Seigneur Jésus) tombe dans le piège d’un système religieux. La religion a pour but de
conditionner l’amour de Dieu, afin que les Hommes ne puissent pas pleinement vivre la
gloire et les perfections qu’il tient en réserve, pour quiconque s’approche de lui avec
assurance. L’Eglise ne supporte plus le message de la Foi, celui par lequel nous avons déjà
toute chose dans le Seigneur Jésus, sans exception de quoi que ce soit, et sans acception de
qui que ce soit. Le modèle d’un système religieux est toujours le même. Il y a ceux qu’on
considère comme des pères qui détiennent la connaissance sur presque toute chose, et qui
ont pour rôle d’infuser progressivement cette connaissance à des personnes inférieures,
ignorantes et mal affermies. Et entre les pères et ce peuple ignorant, il y a des intermédiaires
qui sont chargés d’alléger les pères en les secondant dans des tâches moins « gratifiantes »
Le rôle des pères ou de ces gourous est donc d’instruire la masse ignorante et de les
protéger contre les multiples assauts des forces du mal. Car certains s’estiment comme étant
même une sorte de couverture spirituelle pour leurs « fidèles ». En échange, le peuple doit
leur donner tout l’estime, l’honneur et la considération qui sont dues à leur rang. Il ne
devrait jamais remettre en question ce qui émane de leurs bouches, étant donné que les
pères sont plus « connectés » à Dieu que n’importe qui dans la masse. Et si jamais quelqu’un
s’oppose à leurs instructions, il s’expose à une éventuelle malédiction. Car Dieu semble plus
accorder d’intérêts et d’attentions aux pères que n’importe qui dans la masse. Voyez de
quelle manière la religion est un système purement diabolique, quand celle-ci s’intéresse
aux choses saintes. Le but premier de la religion est de discipliner les Hommes dans la chair,
afin que ceux-ci ne se détruisent pas mutuellement, et n’aient pas trop d’estime pour les
réalités éphémères de ce monde. Malheureusement, la religion ne s’est pas tenue dans ce
rôle et certains de ses principes ont fini par gagner l’Eglise. Ces principes ont fini même par
conditionner la main de Dieu à l’égard de ceux qu’il aime plus que tout, au mépris de sa
propre personne. Leur but dans l’Eglise est de diviser les membres du corps du Christ à
travers plusieurs dénominations par de fausses doctrines et révélations. Comment l’Eglise
peut valablement représenter Dieu dans ce monde, si ces membres sont dispersés ? Quand
malheureusement le message de la Foi n’est pas prêché on assiste à un détachement des
membres de l’ensemble du Corps. Or tant que l’Eglise n’est pas réunie sous la couverture
spirituelle d’un seul chef (le Seigneur Jésus) et tant que ses membres dispersés ne sont pas
réunis par une seule spiritualité (celle de la Foi), elle ne pourra manifester la gloire des
enfants de Dieu, dans ce siècle présent. Il y aura certes des cas individuels de percée ou de
réveil, mais collectivement l’Eglise ne pourra pas prendre possession de son héritage.
Nos différentes assemblées en tant que membres du corps, devraient répondre au modèle
de l’Eglise primitive : celui de la fraternité ou de l’unité des membres. Ce modèle n’exclut pas
le fait qu’il y ait des responsables, des anciens pour diriger les communautés. Mais ces
personnes devraient être établies par le Seigneur lui-même, afin qu’elles puissent fortifier
dans la Foi l’ensemble du Corps. Elles doivent elles-mêmes être des modèles de Foi et se
conduire sainement dans ce siècle présent, afin de ne pas être des sujets de scandales pour
ceux qui sont encore faibles dans la Foi. Les anciens ne devraient pas être forcément les plus
âgés dans les communautés, ou les plus érudits en termes de connaissance. Mais que leur
connaissance et leurs maturités soient proportionnels à leur sensibilité aux choses de
l’Esprit. En plus du rôle qu’occupent les anciens, il y a des ministères que le Seigneur peut
susciter dans l’Eglise pour son édification. Les anciens doivent être sensibles à ces choses,
afin que tout se fasse avec bienséance sous la direction du Christ-Jésus. Une des qualités qui
est propre au modèle de l’Eglise est le souci des différents besoins des frères. Quand un
frère est dans un besoin spirituel ou même matériel, il doit pouvoir trouver une solution à
l’Eglise. Aujourd’hui, les communautés sont devenues des endroits qui servent à dépouiller
les croyants plutôt qu’à les enrichir. Dans le modèle de la première Eglise « la multitude de
ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme. Nul ne disait que ses biens lui
appartiennent en propre, mais tout était commun entre eux. » (Actes 4V32). Et dans le
verset 34 de ce chapitre, il est dit qu’il n’y avait pas d’indigent parmi eux. En d’autres termes,
personne parmi eux ne manquait du nécessaire. Mais il a dans nos assemblées une telle
indifférence au sujet des plus démunis, que l’image même de l’Eglise est ternie de jours en
jours aux yeux des païens. Chacun cherche à se faire un nom, et à profiter des autres pour
établir son soi-disant ministère. Les responsables des différentes communautés n’ont pas le
souci des frères, ils ne pensent qu’au succès de leur ministère. Et ils pensent faire bien !
Même le Seigneur Jésus a pris soin des besoins temporels de ceux qui le suivaient. Autant il
leur a donné le pain spirituel qui est la Parole, autant ils reçurent de lui le pain physique. Si
vous vous considérez comme le berger des âmes que Dieu vous a confié, est-ce à eux de
pourvoir à vos besoins ou est-ce à vous de le faire ? Nous devons témoigner de notre statut
d’enfant de Dieu en tout point de vu, même pour ce qui est des biens temporels. L’Eglise
doit être forte à tous les niveaux, tant sur le plan spirituel que sur le plan matériel. Nous
devons posséder des portes dans ce monde, afin de ne laisser aucun accès aux Ténèbres.
Mais cela ne peut pas être possible, si nous ne revenons pas au véritable modèle de l’Eglise.
Ce modèle religieux dans lequel l’Eglise s’est inscrite est une abomination pour les enfants
de Dieu. C’est à la vérité une grosse tromperie orchestrée par des individus qui font mine
d’humilité, mais qui sont remplis d’intentions abjectes et de pensées infâmes. Le modèle
actuel de nos assemblées où il y a un prédicateur qu’on écoute religieusement est un
système établi à la vérité entre le croyant et les païens. C’est-à-dire, c’est le rôle du Croyant
de transmettre aux païens la Foi et la connaissance des choses de l’Esprit. Car quel
enseignement spirituel un Fils de Dieu peut-il recevoir d’un païen ? Mais entre frères, nous
devons apprendre à nous exhorter et à ne pas nous établir maître sur les autres. Mais
pourquoi ce modèle est aujourd’hui constaté au sein même de nos différentes
communautés chrétiennes ? Est-ce à dire que ceux à qui le prédicateur annonce la Parole
n’ont pas encore été scellés du Saint Esprit ? A la vérité, nous avons hérité de ce modèle,
pendant cette période d’Evangélisation massive, où les croyants venaient annoncer les
choses spirituelles aux païens. Le croyant ou l’Homme de Dieu était donc au-devant de la
scène, et les autres (païens) écoutaient les mystères qu’il leur communiquait. Mais quand
nous avons reçu le Saint Esprit, à la vérité nous avons en nous la connaissance des choses
spirituelles. Plus rien à la vérité n’est censée nous étonner à ce niveau. C’est pourquoi il y a
justement beaucoup de frustrés dans nos différentes communautés, car à la vérité plusieurs
ont la connaissance parce qu’étant Fils de Dieu. Comment un tel individu va grandir dans sa
Foi, si vous venez lui raconter des choses que l’Esprit atteste déjà dans son esprit ? Nous
devons pouvoir discerner les temps et marcher par la révélation. Car cette Parole du
Seigneur est certaine et manifeste : « Mais voici l’alliance que je ferais avec la maison
d’Israël, après ces jours-là, dit l’Eternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai dans
leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Celui-ci n’enseignera plus son
prochain, ni celui-là son frère, en disant : connaissez l’Eternel ! Car tous me connaîtront,
depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Eternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je
ne me souviendrai plus de leur péché. » (Jérémie 31V33-34). A la vérité aujourd’hui, ceux
qui se disent pères et ce qu’ils appellent leurs fils ou filles sont confrontés au même défi :
comment manifester et pratiquer toutes ces révélations que nous recevons de Dieu ? Les
différents responsables de ces assemblées savent qu’il y a un écart entre la théorie et la
pratique. Et ils sont conscients que la théorie sans l’action souveraine du Saint Esprit, ne
peut pas conduire à l’action ceux qui entendent le message. Mais leur erreur est d’ignorer
que le Saint Esprit qu’ils ont reçu, est le même que certains membres de leurs différentes
assemblées ont reçu. Tous ceux qui reçoivent le Saint Esprit en eux et qui sont conduits par
lui sont des enfants de Dieu. Ne pensez donc pas qu’un enfant de Dieu à un moment donné
de sa croissance spirituelle va être impressionné par les révélations que vous lui donnerez au
sujet de la Parole. C’est pour cela même à un moment donné la connaissance sera abolie et
ne sera plus d’aucune utilité. Ce dont un enfant de Dieu a besoin, ce ne sont plus des
enseignements mais des instructions, des recommandations, pour pratiquer tout ce qu’il
reçoit de Dieu. Et c’est ici que le modèle parfait de l’Eglise tel qu’abordé à son sens. C’est-à-
dire, chacun en fonction du don que l’Esprit lui impartie, communique à son frère par le
même Esprit, les instructions ou un quelconque don qui lui sera utile pour le service. Et le
service est orienté soit pour l’édification des membres du Corps, soit à l’égard de ceux qui
sont encore en dehors du Corps, c’est-à-dire les païens ou les incrédules. L’Eglise doit
devenir une Famille, une Ambassade de Dieu sur la Terre. On doit amener le monde à être
fier de ce statut honorable que nous portons, afin que le maximum d’âmes soient gagnées et
intègrent la Famille. Les questions spirituelles ou autres révélations d’un certain niveau de
maturité doivent être abordées dans un esprit de concorde et toujours sous la direction du
Saint Esprit, afin qu’on puisse grandir mutuellement. L’Eglise ne doit pas tomber dans un
système religieux où nous sommes tenus de nous réunir à des jours spécifiques pour des
tâches prédéfinies. Il doit y avoir une certaine organisation certes, mais tout ne doit pas être
mécanique, de peur que le temps ne finisse par avoir raison du Corps. Les Ténèbres ne
peuvent se tenir devant une Eglise forte et mature, qui est bâtie sur le Christ-Jésus comme
pierre angulaire. C’est pourquoi le diable et ses agents travaillent à ce que nos assemblées
soient « institutionnalisées ». Mais à qui revient la faute ? Nous ne sommes pas obliger de
construire des temples gigantesques pour nous retrouver régulièrement en tant que
membres du corps. Certains pensent que s’ils n’ont pas un grand temple, alors leur ministère
a échoué. Il veuille avoir un temple tellement immense pour démontrer la gloire ou la grâce
de Dieu qui repose sur eux. Mais les grands temples ne sont utiles que pour les grandes
croisades d’Evangélisation. L’Eglise peut avoir des Temples de toutes les tailles dans le
monde. Mais nous devons savoir que ce n’est pas dans l’intérêt premier des membres du
Corps, mais pour ceux qui sont dans le monde. Et c’est d’ailleurs l’objectif qui devrait être
assigné à ces Temples : amener les Hommes à découvrir la vie en Esprit. Ces Temples ne
doivent pas être exclusivement des lieux de rassemblement des Croyants. Si une personne
qui est physiquement malade se rend à l’hôpital pour être en bonne santé, faudrait que ces
Temples soient des lieux où le monde viennent trouver des solutions tangibles à tous leurs
besoins. Ainsi le monde reconnaitra que le Dieu que nous prêchons est le Véritable, et c’est à
lui que toutes choses appartiennent. Malheureusement ces Temples sont devenus des
propriétés privées d’un tel. Toute la gloire qui y est manifestée est perçue donc comme la
puissance propre à ce tel en question. Et c’est comme cela que les Hommes finissent par
vénérer et adorer d’autres Hommes. Certains disent qu’il y a plus de puissance à l’église d’un
tel. Est-ce le tel en question qui opère des miracles de lui-même ou est-ce avec la puissance
de Dieu qu’il le fait ? Un croyant n’est pas supposé posséder une église ou un temple. Ces
édifices doivent être des biens communautaires appartenant à tout l’ensemble du Corps.
Imaginez si le Seigneur Jésus avait un temple physique qui lui était propre. Cet endroit allait
vite devenir un lieu de vénération et d’adoration. Jusqu’à ce jour, certainement qu’on aurait
agrandi ce temple pour que le maximum de personnes puissent y adorer. Or le lieu à la
vérité est Saint à cause de l’Esprit qui l’habite, et c’est pour cela que Dieu a décidé de faire
de nous son Temple. En faisant de nous son Temple, Dieu veut manifester à travers nous sa
Gloire et son Amour pour cette génération corrompue. Les temples physiques que nous
construisons devraient être des biens appartenant à tout l’ensemble du Corps. Si ces
temples étaient un bien collectif, les croyants ne se soucieront plus d’avoir à construire
encore d’autres édifices, car il en existe tellement et de toutes les tailles. L’unité des
croyants dans la Foi sera perçue comme un Véritable modèle de Cohésion pour le monde.
Le but des principes religieux dans l’Eglise est aussi d’empêcher les enfants de Dieu à
prendre possession de leur héritage spirituel. Si on croit que c’est par le jeûne et des prières
incessantes qu’on devra recevoir quelque chose de la part de Dieu, pourquoi s’étonner si
notre vie demeure infructueuse malgré tout ? Dieu n’est pas dans l’obligation d’honorer les
efforts d’un Homme. Ceux qu’ils honorent, ce sont ces personnes qui reconnaissent la
faiblesse de leur chair et qui viennent à lui telles qu’elles sont. Dieu ne refuse rien à ces
personnes puisqu’elles sont vraies avec lui. Dieu approuve la sincérité d’un cœur plus que
tout autre chose chez une personne. A la vérité, Dieu n’attend rien de vous pour vous bénir
tant que vous demeurez dans la Foi. Posez-vous la question, qu’est-ce-que vos sacrifices
peuvent bien prouver à Dieu qui ne le sait déjà ? Qu’est-ce que vos privations peuvent bien
révéler sur vous que Dieu ignore ? Dieu a déjà accompli toute chose pour nous, tout ce qu’il
demande de nous c’est de marcher par la Foi. Quand vous marchez par la Foi, ne pensez pas
que vous serez inactif. Vous accomplirez des œuvres, mais vous les ferrez cette fois-ci avec
Dieu et non sans lui. Car par la Foi, David s’est dressé contre le géant Goliath, Moïse s’est
présenté devant pharaon et toute l’Egypte, les murailles de Jéricho se sont ébranlées à la
clameur des enfants d’Israël…etc. Les exemples sont multiples, mais ils démontrent qu’avec
Dieu, nous faisons des exploits (Psaumes 60V14).Toute action que vous faites sans la Foi ne
peut subsister, toute œuvre que vous accomplissez sans Christ, ne peut être digne d’une
récompense. Or c’est ce que la religion veut que vous fassiez à travers cette façade
d’humilité qu’elle s’évertue à vous communiquer. Elle vous dit toujours de faire ceci pour
Dieu, mais ignorant l’amour de Dieu à votre égard, elle ne vous dira pas ce que Dieu a déjà
fait pour vous. Sachez-le une bonne fois pour toute : Celui qui a créé ce monde n’attend pas
à ce que vous lui prouver quoi que ce soit, pour vous démontrer son amour, sa générosité ou
sa grâce. Mais il s’est toujours tenu de vous rappeler : il en sera fait selon ta foi. Votre foi est
donc la seule limite qui existe entre vous et ce que Dieu veut bien faire dans vos vies. Ne
placez donc pas votre confiance en ces enseignements qui vous détournent de la Foi. Si vous
marchez par la Foi, vous recevrez de Dieu des instructions spécifiques. Mais ne commettez
pas l’erreur d’en faire d’elles des doctrines. Car c’est encore un piège que vous devrez éviter.
C’est pour cette raison vous devez éprouver toute chose pour voir si elle obéit ou pas à la
Foi. Ce n’est pas parce que vous avez reçu une parole en songe, lors d’une apparition
surnaturelle, ou même d’une vision que celle-ci est authentique. L’authenticité d’un message
ne dépend pas de la gloire qui l’accompagne ni même de l’estime que vous avez de celui qui
l’annonce. Peu importe le messager, que ce soit une personne estimée par les Hommes, ou
même un esprit, recommandez toute chose à Dieu. Et analysez si ce message vous
rapproche surtout de l’œuvre du Seigneur Jésus ou vous en éloigne.
La Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus à la croix par laquelle est sauvé tout Homme, est le plus
puissant message de Foi. Malheureusement ce message est le plus combattu par le système
religieux. La religion a pour but de vous soustraire de la perfection de l’œuvre du Seigneur à
la croix. Mais vous devez combattre le bon combat, tout en gardant votre foi (2 Timothée
4V7). Il y a trois grands pièges que le système religieux emploie pour éteindre votre Foi. La
première est relative à vos œuvres dans la chair, la deuxième se réfère à l’influence des
Ténèbres sur votre vie, et la troisième se réfère au service.
Certains croient que leurs imperfections dans la chair annulent l’œuvre du Seigneur Jésus
dans leur vie. A force d’entendre ces genres de messages, les enfants de Dieu demeurent
toujours dans la crainte, quoiqu’ils aient reçurent l’adoption. Or c’est justement à cause de
l’imperfection de notre chair que Dieu est venu mourir à la croix dans un corps semblable au
nôtre. Quand nous avons cru en l’œuvre du Seigneur Jésus, Dieu a-t-il détruit à cet instant
cette chair ou ce corps de péché ? A la vérité il l’a fait, mais cela n’est pas encore manifesté
dans notre condition actuelle. Le Seigneur est mort à la croix pour nous, en sorte que nos
actions dans la chair ne soient plus donc pour nous un motif de condamnation. Le piège est
que si vous pensez que vos mauvaises œuvres dans la chair peuvent vous faire rater le ciel,
malgré l’œuvre du Seigneur Jésus, vous n’agissez plus par la Foi. Vos œuvres imparfaites
auraient-elles plus de valeur que le sacrifice du Seigneur ? Il y a des gens qui pensent que le
fait de se masturber, ou de commettre tout autre pratique peut les faire rater le ciel, malgré
leur Foi en l’œuvre de la croix. Le problème est que certaines personnes préfèrent accorder
plus de valeur à ce que disent les Hommes qu’à ce que la Parole de Dieu révèle. La
masturbation aurait-elle plus de poids devant Dieu que son propre sacrifice à la croix ?
L’autre piège que le système religieux va employer pour éteindre la Foi des enfants de Dieu,
est d’user de l’influence que pourrait avoir les Ténèbres dans leurs vies. Sous prétexte de
visions, ou de révélations, on entend dire qu’il y a des films, des émissions TV,…etc. que les
enfants de Dieu ne devraient pas regarder de peur de se retrouver en enfer. C’est à croire
que l’œuvre d’iniquité est plus puissante et efficace que celle de la Justice. Si le diable peut
employer des moyens aussi efficaces pour amener les Hommes en enfer, pourquoi Dieu
n’emploie-t-il pas des solutions tout aussi efficaces ? Si une émission TV peut amener une
personne en enfer, Dieu n’allait-il pas créer aussi des émissions TV qui allaient donner le
Salut à ceux qui les suivent ? Si un vêtement ou une nourriture peut amener une personne
en enfer, Dieu n’allait-t-il pas créer des vêtements ou des nourritures qui allaient
directement qualifier les Hommes pour le Salut ? Soyez raisonnables et ne vous laissez pas
prendre aux pièges de certains récits sensationnels. Etant donné que la Foi en l’œuvre du
Seigneur Jésus à la croix vous permet d’accéder au ciel, sachez que c’est votre incrédulité vis-
à-vis de cette œuvre, qui vous fait rater le ciel. Car vous pourrez certainement rater le But si
vous croyez que ce sont ces choses qui vous priveront du ciel. Si dans une vision
authentique, vous voyez des personnes se retrouvés en enfer parce qu’elles auraient
regardés ou pratiquer certaines choses, c’est tout simplement parce qu’elles n’auront pas
placé leur Foi en l’œuvre du Seigneur Jésus. Ces personnes ont aussi cru à un moment donné
que l’œuvre du Seigneur Jésus est annulée dans leur vie, si elles regardent ou pratiquent
certaines choses. Et le diable saisissant une occasion favorable, les a amenés à tomber elles-
mêmes dans ces choses qui sont supposées les disqualifier. Ne soyons pas des pierres
d’achoppements pour nos frères encore faibles dans la Foi. A la vérité, c’est pour eux que
nous devons nous abstenir de certaines choses, afin qu’ils ne nous jugent pas et ne tombent
pas eux-mêmes sous le poids de leur propre jugement.
L’autre enseignement que la religion utilise pour priver les enfants de Dieu de leur gloire, est
relatif au service. Certains prétendent qu’ils ne verront pas le ciel s’ils n’accomplissent pas la
fonction pour laquelle Dieu les a créés. C’est à croire que Dieu a créé les Hommes pour des
tâches spécifiques. Et ceux qui ne sont pas capables de les accomplir seront tout simplement
priver de la gloire de Dieu. Cet enseignement à la vérité ne peut pas s’appliquer à ceux qui
ont une relation filiale avec Dieu. Ceux qui ont un statut de serviteur ou d’esclave, seront
auprès de Dieu, traités comme tel. Et ceux qui ont un statut de Fils de Dieu seront traités
selon leur statut. Comme l’a déclaré le Seigneur, « l’esclave ne demeure pas toujours dans
la maison ; le fils y demeure toujours. » (Jean 8V35). Ce n’est pas parce qu’un enfant de
Dieu n’accomplit pas le service qu’il perdra sa place auprès de son Père. Si vous avez un fils
et que vous lui demandez de faire quelque chose pour les intérêts de la maison, allez-vous le
chassez de votre maison parce qu’il ne l’aurait pas fait ? Si un père charnel est capable d’agir
ainsi, Dieu qui est le plus parfait des pères, est plus digne et sage. Lui, il ne le fera
certainement pas. Par contre si vous avez un serviteur qui n’accomplit pas ce pour quoi il
devrait recevoir de vous un salaire, quelle place occupe-t-il encore dans votre demeure ? Il
n’y a aucune raison que le serviteur qui n’obéit pas aux ordres de son Maître, demeure chez
lui. Un Fils appartient au Royaume de son Père, et non un serviteur. Comme l’a révélé
Paul : « …vous n’avez pas reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ;
mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! (Romains
8V15).
Le diable use de subtilité pour annuler l’œuvre du Seigneur dans la vie de certaines
personnes. Il leur amène à croire que certains manquements, pratiques ou œuvres ont la
capacité d’annuler votre Foi. Si vous admettez que ces choses pourraient avoir un
quelconque impact sur votre Salut, vous ne pourrez trouver le repos de votre âme. Votre
existence sur Terre ne sera en rien différente d’un esclave qui est soumis à toutes sortes de
restrictions. Et le plus grave est qu’en agissant ainsi, subtilement le diable vous amène à ne
plus marcher par la Foi. Or, vous êtes à la vérité plus vulnérable quand vos actions ne sont
plus dictées par la Foi mais par la crainte. Au final, le diable trouve le moyen de vous
entrainer dans ces choses qui sont supposées vous exclure, et vous êtes condamnés à
travers vos propres paroles. C’est pourquoi vous devez être pleinement conscient de votre
statut d’enfant de Dieu. Celui qui fait la volonté de son Père n’est pas un serviteur dans sa
propre maison. Car à la vérité il y a deux catégories de personnes parmi les croyants : les
Serviteurs et les Fils. Vous pouvez changer votre statut par la qualité de la Parole en laquelle
vous placez votre Foi.
LE MYSTERE LE PLUS GRAND ET LE PLUS PARFAIT : L’AMOUR DE DIEU
« …afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre avec tous les
saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaitre l’amour
de Christ qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la
plénitude de Dieu. » Ephésiens 3V17-19
Il a été révélé que sous le rapport de la connaissance du bien et du mal, les Hommes étaient
incapables de comprendre la raison pour laquelle Dieu les aimerait malgré leur imperfection.
Et c’est pourquoi ils se sont dissociés du sentier de la Vie, par crainte d’être punis. C’est cet
amour incompréhensif que Dieu est venu nous témoigner lui-même en la personne de Jésus.
Quel Etre est capable de venir prendre la condition qui est propre à ses créatures afin de les
soustraire de leur misère ? Dieu pouvait sauver les Hommes autrement sans qu’il n’ait
besoin d’emprunter lui-même le chemin du calvaire. Mais pourquoi l’a-t-il fait ? Il voulait par
ce geste aussi précieux que significatif, affermir notre Foi en ce que rien ne peut nous
soustraire de son amour. Les Hommes veulent trouver des œuvres ou des principes pour
justifier l’amour de Dieu à leur égard. Et en le faisant, ils tombent eux-mêmes dans le piège
de leurs propres lois. Ils ignorent à travers leurs prétendues sciences ou connaissances,
l’amour de Dieu qui est constamment manifesté à leur faveur. Si vous voulez vous affermir
dans l’Esprit et grandir dans l’intimité du Père, vous devez dès à présent comprendre qu’il
n’existe aucune connaissance qui soit aussi vraie et parfaite que l’amour de Dieu à votre
égard. Dieu notre Père a créé le monde matériel et le monde spirituel, pour que nous
puissions jouir des richesses et des grâces, qu’il y a disposées pour nous dans sa Sagesse. Le
monde matériel est également un monde où nous sommes invités à nous préparer aux
perfections du monde spirituel, en recevant premièrement de Dieu la vie éternelle. Car si
nous ne nous préparons pas avec l’aide du Saint Esprit nous ne pourrons pas accéder aux
perfections du monde spirituel. Ce n’est pas que Dieu nous empêcherait, mais nous serons
littéralement écrasés par le poids de la culpabilité face à cette gloire que nous n’aurons pas
mérité. Or par la vie de Dieu que nous avons reçu, nous avons conscience du droit que nous
avons de jouir pleinement de toutes les richesses de ce monde, et de celles du monde à
venir. L’amour que Dieu éprouve pour ses enfants que nous sommes est parfait. C’est
d’ailleurs ce que Paul tente de nous décrire quand il se réfère à sa largeur, sa longueur, sa
profondeur et sa hauteur. Par Jésus, Dieu nous démontre une dimension inimaginable
d’amour que personne ne peut saisir totalement étant dans le monde matériel. Le projet de
Dieu est de faire de nous ses semblables en terme de nature, et de nous donner librement
un droit sur toutes ses richesses et ses perfections. Ce projet il le tenait dans son cœur bien
avant que la question du péché ait été abordée. Dieu accorde à la vérité très peu d’intérêt au
péché. Car la période de transgression est à la vérité insignifiante face à toute l’éternité qui
nous attend. Dans l’œuvre de Dieu, le péché ne constitue même pas à ses yeux une seconde
de réalité. C’est un détail tellement bref qu’il ne lui porte aucune attention véritable. Ce qu’il
déplore, c’est qu’il détruit la perception limitée du pécheur et le rend incapable de saisir le
cœur parfait de Dieu à son égard. C’est pour cette raison qu’il veut nous donner la
révélation, la connaissance exacte de ses intentions, afin que nous nous affermissons dans
son amour. Les Hommes périssent parce que sans cette révélation du cœur de Dieu, ils ne
peuvent accéder à une vie parfaite dans ce monde matériel et dans le spirituel. Le texte
complet du verset de notre méditation est ceci dans la version courante ou anglaise : « Je
demande à Dieu que, selon la richesse de sa gloire, il vous donne d’être fortifiés avec
puissance par son Esprit dans l’homme intérieur, et que le Christ habite dans votre cœur
par la foi. Je demande que vous soyez enracinés et solidement établis dans l’amour et que,
avec tous les membres du peuple de Dieu, vous soyez capables de comprendre combien
l’amour de Dieu est large et long, haut et profond. Oui, puissiez-vous connaître son amour,
bien que personne ne parvienne jamais à le connaître complètement, et être remplis ainsi
de toute la plénitude de Dieu. » (Ephésiens 3V16-19). Ce n’est pas en manifestant vous-
même l’amour, ou en parvenant à une forme quelconque de bonté que vous serez capable
de recevoir toute la plénitude de Dieu. Vous devez le comprendre, l’amour ou le don de Dieu
n’est pas conditionné par vos bonnes œuvres. Vous risquez même de ne rien recevoir si vous
croyez que c’est suivant vos mérites que vous recevrez quoi que ce soit de sa part. Car
comme il le dit dans sa Parole, « …Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par
mon Esprit dit l’Eternel des armées. » (Zacharie 4V6). Si vous voulez parvenir à la perfection
jusqu’à être rempli de toute la plénitude de Dieu, vous devez demeurer et croître dans la
connaissance de l’amour de Dieu. Souvent certains croyants veulent être remplis de l’Esprit
Saint, et n’y parviennent pas parce qu’ils ne demeurent pas dans l’amour de Dieu. Le secret
d’une vie spirituelle épanouie et vivante est fondée sur l’amour de Dieu. Mais il y a un
mystère qui se rapporte à cet amour. Ce mystère c’est que sans le Saint Esprit, vous ne
pouvez pas de vous-même parvenir à la connaissance de l’amour de Dieu, et manifester sa
bonté. C’est pourquoi Paul a révélé que « …l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs
par le Saint Esprit qui nous a été donné. » (Romains 5V5). Autrement dit, une personne ne
peut aimer Dieu ou même avoir l’assurance que Dieu l’aime sans l’action du Saint Esprit. Et
la connaissance que vous avez de l’amour de Dieu à votre égard est proportionnelle à votre
sensibilité à l’Esprit Saint. Plus vous êtes remplis de la présence de Dieu, plus vous êtes
persuadé de l’amour qu’il manifeste délibérément à votre égard. Une personne remplit du
Saint Esprit est toujours consciente de l’amour de Dieu pour elle. Et une telle personne ne
peut que manifester de l’amour à l’endroit de ses semblables. Car l’amour de Dieu la
conditionne à manifester des attributs divins.
L’amour est la plus puissante énergie qui existe, car c’est l’essence même de DIEU. Mais la
conception que nous avons de l’amour dans la chair est imparfaite. C’est pourquoi en grec,
on distingue l’amour à partie de trois termes, qui n’ont pas la même signification. Et chaque
type d’amour a un but qui lui est propre.
Il y a l’Heros qui est définit comme l’amour sensuel et qui est basé sur les sens. C’est ce type
d’amour qu’un homme va ressentir pour une femme quand justement il se sent attiré par
elle. Heros est un amour qui est la plupart du temps alimenté par ce que nous percevons
chez l’autre en termes de beauté, de charme ou d’élégance. Il est à cet effet un amour
conditionné par les ressentis, le toucher, la voix, le visu…etc. C’est justement la raison pour
laquelle, certains le définissent comme l’amour charnel. Heros est ce qui va motiver le désir
sexuel chez une personne. Et son but est donc l’aboutissement de ce désir par l’acte sexuel.

Vous aimerez peut-être aussi