Vous êtes sur la page 1sur 86

Université de Sfax

Faculté des sciences économiques et de gestion

Projet fin d’étude :

POUR L’OBTNETION DE LA LICENCE APPLIQUEE EN GESTION :

BANQUES ET INSITITIONS FINANCIERES

GESTION DES RISQUES BANCAIRES DES CREDITS


AUX ENTREPRISES : CAS DE LA BIAT

Élaboré par : Akram Kani

Encadrant pédagogique : Mr. Tarak

Encadrant professionnel : Fakhfakh


Mr. Wacel Khadhraoui
Mr. Ahmad Elaoud
Mr. Amine Baccour

Année universitaire : 2018/2019


Dédicaces
De plus profond de mon cœur et avec l’intensité de mes émotions, je dédie ce modeste travail,

A mon cher père Mongi,

Pour sa tendresse et ses sentiments d’affections, pour les sacrifices et les encouragements qu’il m’a
prodigué tout au long de mes études. Pour les efforts qu’il a faits pour que je suive le bon chemin dans
ma vie et mes études.

A ma chère mère Farida,

Pour le grand amour maternel qu’elle me porte. Pour tous les sacrifices qu’elle n’a plus cessé de
me donner depuis ma naissance. Pour la grande joie de ma réussite qu’elle attend impatiemment.

A ma sœur : Marwa,

Je leur souhaite une vie pleine de joie, de bonheur et de succès. Que Dieu nous garde toujours unis.

A ma grand-mère : Zina,

Pour votre soutien moral durant mes études, pour votre amour inestimable et votre confiance.

A tous mes enseignants,

Sans exception pour leurs effort, pour m’assurer une formation solide qui m’a permis de devenir ce
que je suis.

A tous mes chers amis,

Que les bons moments que nous avons passés ensemble restent le témoignage d’une amitié sincère
et durable.

Enfin, je remercie tous ceux qui n’ont épargné aucun effort, de prés ou de loin, pour permettre
d’accomplir mon travail et j’espère que je suis à la hauteur de votre confiance et votre soutien.

Remerciements
Je tiens au terme de ce travail à présenter mes vifs remerciements à tous les personnes qui ont
contribué, de près ou de loin, à son bon déroulement.

Mes remerciements les plus sincères s'adressent à Mr Tarak Fakhfakh mon encadreur pédagogique
à la faculté des sciences économiques et de gestion. Je le remercie infiniment pour sa collaboration, son
intérêt et les efforts qu’il a déployés pour la réalisation de ce travail.

Je remercie également toute l'équipe de l’agence 43 BIAT HACHED Sfax pour leurs conseils et leur
encouragement durant le stage effectué du 01/02/2019 jusqu'a 30/04/2019. Je tiens encore à exprimer ma
profonde gratitude à mes encadreurs professionnel Mr Ahmed El Aoud, Mr Wacel Khadraoui de m’avoir
acceuilli au sein de la « BIAT » en vue de réaliser mon projet de fin d’études. Ils ont su m’apporter de
leurs expérience, leurs savoir-faire et leurs disponibilité. Ainsi, il m’a permis d’atteindre mes objectifs. Je
tiens à remercier Mr Amine Baccour de m’avoir acceuilli au direction contentieux de la « BIAT » et qui
m’a guidé lors de mon PFE pour réaliser mes objectifs.

Je tiens aussi à exprimer mes respects et mes gratitudes aux différents membres du jury d'avoir
accepté d’évaluer mon travail.

Merci pour tout


Table des matiéres
INTRODUCTION GENERALE..........................................................................................................1

CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE TUNISIEN ET


PRESENTATION DE LA BIAT..................................................................................................................3

Introduction......................................................................................................................................3

Section 1 : Généralités sur le système bancaire tunisien..................................................................3

I. La banque centrale de la Tunisie..........................................................................................4

1. Etablissements de crédit...................................................................................................5

A. Banque..........................................................................................................................5

B. Etablissements Financiers.............................................................................................6

a) Etablissement de Leasing..........................................................................................6

b) Sociétés de Factoring.................................................................................................6

c) Banques d'affaires......................................................................................................6

2. Banques spécialisés ou à statut particulier.......................................................................6

A. Banque Offshore...........................................................................................................7

B. Banque de développement............................................................................................7

3. Bureaux de représentation................................................................................................7

II. La Banque Internationale Arabe de Tunisie (BIAT)............................................................7

1. Présentation général de la BIAT.......................................................................................7

2. Analyse financière de la BIAT.........................................................................................8

A. Structure du capital.......................................................................................................8

B. Produit Net Bancaire.....................................................................................................9

C. Résultat Net...................................................................................................................9

D. Total Bilan..................................................................................................................10

E. Les Ratios....................................................................................................................10

a) Ratios de rentabilité.................................................................................................10

b) Ratios de structure...................................................................................................11

c) Ratios de productivité..............................................................................................11
d) Ratios de solvabilité................................................................................................12

3. Classement de la BIAT dans le secteur bancaire Tunisien. . .Erreur ! Signet non défini.

Section 2: Présentation du lieu du stage "BIAT Sfax Hached 43".................................................13

I. Historique...........................................................................................................................13

II. Généralités sur l'agence BIAT Sfax Hached 43.................................................................14

1. L'organigramme de l'agence...........................................................................................14

2. La répartition des tâches.................................................................................................14

A. Chef d'agence..............................................................................................................14

B. Chargé de clientèle P.M.E...........................................................................................15

C. Chargé de clientèle P.P...............................................................................................15

D. Attaché commercial....................................................................................................16

E. Responsable étranger...................................................................................................16

F. Commercial de guichet................................................................................................16

G. Service BackOffice.....................................................................................................17

3. Les services et les produits offerts à la clientèle............................................................17

A. Les comptes................................................................................................................17

a) Le compte chèque....................................................................................................17

b) Le compte épargne..................................................................................................17

c) Le compte courant...................................................................................................18

d) Le compte en devise................................................................................................18

B. Les cartes bancaires....................................................................................................18

C. Banque à distance........................................................................................................19

D. Bancassurances...........................................................................................................20

E. Les crédits...................................................................................................................20

a) Les crédits pour les particuliers...............................................................................20

b) Les crédits aux entreprises......................................................................................22

4. Mission de stage.............................................................................................................24

Conclusion......................................................................................................................................26

CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES..................................................................................27


Introduction....................................................................................................................................27

Section 1 : Généralités sur les risques bancaires............................................................................27

I. La notion du risque bancaire..............................................................................................27

II. Les différents types des risques bancaires.........................................................................28

1. Risque de crédit..............................................................................................................28

2. Risque de liquidité..........................................................................................................29

3. Risque de solvabilité.......................................................................................................29

4. Risque de marché...........................................................................................................29

5. Risque de change............................................................................................................30

6. Risque opérationnel........................................................................................................30

7. Risque de taux d'intérêt..................................................................................................30

8. Risque de pays................................................................................................................31

9. Risque de moralité..........................................................................................................31

Section 2 : Analyse et évaluation du risque de crédit au entreprises et professionnels.................31

I. Mécanisme de traitement d’un dossier de Crédit de Gestion.............................................31

II. Description du processus d'octroi de Crédit de Gestion.....................................................32

1. ETAPE 1: Instruction, Etude et Décision:.....................................................................32

2. ETAPE 2 : Etude et vérification du dossier complet......................................................33

3. ETAPE 3: Etablissement du contrat...............................................................................34

4. ETAPE 4: Signature du contrat par le client :...............................................................34

5. ETAPE 5: Signature du contrat par la Banque...............................................................34

6. ETAPE 6 : Formalités d’achèvement de Constitution de la garantie.............................35

7. ETAPE 7 : Déblocage (Les autorisations entre en vigueur)...........................................35

8. ETAPE 8 : Conservation des Dossiers...........................................................................36

III. Evaluation du risque de crédit au entreprises et professionnels.....................................36

1. Analyse des informations provenant du client...............................................................36

2. L`analyse financière et évaluation des risques :.............................................................37

3. Analyse de l'équilibre financier......................................................................................37

A. Le fonds de roulement................................................................................................37
B. Besoin en Fonds de Roulement...................................................................................37

C. Trésorerie nette...........................................................................................................38

4. Calcul des ratios financiers.............................................................................................38

A. Les ratios de solvabilité..............................................................................................38

a) Le ratio d'autonomie financière...............................................................................38

b) Le ratio de capacité de remboursement...................................................................38

c) Ratio de couverture des frais financiers..................................................................39

d) Ratio de couverture des frais fixes..........................................................................39

B. Les ratios de gestion....................................................................................................39

a) Délai de règlement clients.......................................................................................39

b) Le ratio de rotation des stocks.................................................................................39

c) Délai de règlement fournisseurs :............................................................................39

C. Les ratios de structure.................................................................................................40

a) Ratio d'effet de levier...............................................................................................40

b) Ratio d'endettement.................................................................................................40

c) Le ratio d'indépendance financière..........................................................................40

D. Le ratio de liquidité.....................................................................................................40

5. L'étude des garanties.......................................................................................................40

A. Les garanties personnelles..........................................................................................42

a) Le cautionnement....................................................................................................42

b) L'aval.......................................................................................................................42

c) La lettre d'intention..................................................................................................42

B. Les garanties réelles....................................................................................................42

a) Le nantissement.......................................................................................................42

Section 3 : Contentieux bancaire....................................................................................................43

I. Définition...........................................................................................................................43

II. L'évolution du risque vers le non remboursement du crédit..............................................43

III. La procédure de contentieux bancaire............................................................................45

1. Les procédures à suivre d'un dossier en pré contentieux................................................45


A. Le recouvrement amiable ( ETAPE 1 )......................................................................45

B. Mise en demeure de payer ( ETAPE 2 ).....................................................................45

2. Les procédures à suivre d'un dossier en contentieux......................................................46

A. Assignation devant le tribunal et injonction de payer ( ETAPE 3 )...........................46

B. La saisie immobilière ( ETAPE 4 ).............................................................................47

C. Récupération des fonds ( ETAPE 5 )..........................................................................47

Conclusion......................................................................................................................................47

CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT DE GESTION (DOSSIER EN


CONTENTIEUX)........................................................................................................................................48

Introduction....................................................................................................................................48

Section 1 : Etude d’un cas réel de crédit de gestion à l’agence BIAT HACHED 43.....................48

I. Etude de dossier de crédit de gestion.................................................................................48

1. Présentation de l'affaire..................................................................................................48

2. Demande du client..........................................................................................................49

3. Nature de crédit..............................................................................................................49

4. Liste des principaux clients et fournisseurs de l’entreprise............................................49

5. Situation des engagements.............................................................................................50

6. Centrale des risques........................................................................................................50

7. Fonctionnement du compte............................................................................................51

8. Les garanties proposées..................................................................................................51

II. Analyse de la situation financière de l’entreprise..............................................................51

1. Analyse de l'équilibre financier......................................................................................52

A. Calcul et analyse du Fonds de Roulement (FR).........................................................52

B. Calcul et analyse du Besoin en Fonds de Roulement (BFR)......................................53

C. Calcul et analyse de la trésorerie nette........................................................................54

2. Analyse des ratios financiers..........................................................................................55

A. Analyse de la liquidité................................................................................................55

B. Analyse de la rentabilité..............................................................................................57

C. Analyse de solvabilité.................................................................................................58
III. Avis de l'agence et la direction de crédit........................................................................58

1. Avis de l'agence..............................................................................................................58

2. Avis de la direction de crédit..........................................................................................60

Section 2 : L'intervention de la BIAT vis à vis la non remboursement de crédit...........................60

I. Les procédures à suivre au niveau de l'agence...................................................................61

II. Les procédures à suivre au niveau de direction contentieux..............................................61

Conclusion......................................................................................................................................62

CONCLUSION GENERALE............................................................................................................63

Liste des annexes...................................................................................................................64


Bibliographie.........................................................................................................................72
LISTE DES TABLEAUX

Tableau n°1 : Structure du capital au 31/12/2017................................................................................8

Tableau n°2: Ratios de rentabilité......................................................................................................10

Tableau n°3: Ratios de structure........................................................................................................11

Tableau n°4: Ratios de productivité...................................................................................................11

Tableau n°5: Ratios de solvabilité......................................................................................................12

Tableau n°6: Classement des Banques...............................................................................................12

Tableau n°7 : Les différents types des cartes bancaires.....................................................................18

Tableau n°8 : Les différents types des crédits pour les particuliers...................................................20
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Les différentes composantes du système bancaire Tunisien...............................................4

Figure 2 : Structure du PNB.................................................................................................................9

Figure 3 : Evolution du Résultat Net (en MD).....................................................................................9

Figure 4 : Evolution du total de bilan (en MD)..................................................................................10

Figure 5 : Ratios de rentabilité...........................................................................................................10

Figure 6 : Ratios de productivité........................................................................................................11

Figure 7: L'organigramme de l'agence BIAT Sfax Hached 43..........................................................14

Figure 8 : Les différents types des risques bancaires.........................................................................28

Figure 9 : Les différentes types de garanties......................................................................................41

Figure 10 : Schéma de l'évolution du risque vers le non remboursement du crédit...........................43


LISTE DES ANNEXES

Annexe 1 : Bilan comptable...............................................................................................................64

Annexe 2 : Etat de résultat.................................................................................................................66

Annexe 3 : Central des risques...........................................................................................................67

Annexe 4 : Situation économique de l'entreprise...............................................................................68

Annexe 6 : Autorisation de crédit de gestion.....................................................................................71


LISTE DES ABREVIATIONS

BCT : Banque Centrale de Tunisie


BIAT : Banque Internationale Arabe de Tunisie
PNB : Produit Net Bancaire
BNA : Banque Nationale Agricole
STB : Société Tunisienne de Banque
BH : Banque de l'Habitat
UIB : Union Internationale de Banques
BT : Banque de Tunisie
ATB : Arab Tunisian Banque
UBCI : Union Bancaire pour le Commerce et l'Industrie
CI: Capital Intelligence Ratings
FSR : Solidité Financiére
PME : Petite et Moyenne Entreprises
PP : Personnes Physiques
DAB : Distributeur Automatique de Billets
IBS : Inter Bank Services
AGO : Assemblé générale ordinaire
CPF : Conservation de la Propriété Foncière
AFH : Agence Foncière d'Habitat
AFI : Agence Foncière Industrielle
AFT : Agence Foncière Touristique
CA : Chiffre d'Affaires
PIE : Plan d’Information des Engagements
M.M.M : Mouvement Mensuel Moyen.
S.M.V : Soldes moyen valeur
SDM : Solde Débiteur Moyen
CMLT : Crédit à Moyen et Long Terme
FR : Fond de Roulement
BFR : Besoin en Fond de Roulement
BFRE : Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation
BFRHE : Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation
TN: Trésorerie Net
CMP : Coût Moyen Pondéré
CC : Code de Commerce
CPCC: Code de Procédure Civile et Commerciale
INTRODUCTION GENERAL

INTRODUCTION GENERALE

Les banques sont des sociétés financières pouvant effectuer toutes sortes d'opérations bancaire.
D'une part recevoir et gérer les dépôts , accorder des crédits . D'autre part , proposer une multitude de
services financiers comme la gestion quotidienne des comptes bancaires et des moyens de paiement de
ses clients , donner des conseils en matière de gestion pour les particuliers et pour les entreprises et
effectuer des opérations de change , elle intervient sur les marchés financiers en investissant dans la
bourse

Chaque banque possède un réseau d'agence bancaire suivi et gouverné par la banque central qui
représente le principal fournisseur de la liquidité nécessaire aux banques pour financer leur activité
économique.

Les banques jouent un rôle fondamental au sein du système financier, elle agit comme l'épine
dorsale de l'entreprise moderne. Le développement économique d'un pays dépend principalement de
son système bancaire.

Toute banque, quel que soit publique ou privée , est exposée à une série de risques vue que
l'environnement bancaire est devenu très instable et très vulnérable face aux différents fluctuations de
la sphère monétaire

En mettant l’œil et en se basant sur le marché de crédit, les relations entre les banques-
entreprises sont assez complexes. D’une part, beaucoup d’entrepreneurs pensent que les banquiers sont
souvent très exigeants, ils ne veulent pas prendre suffisamment de risques dans leurs engagements, ce
qui peut freiner le financement des activités des entreprises même les plus solvables. D’autre part, les
banques réclament l’insuffisance des fonds propres des entreprises, le manque de crédibilité des
documents comptables présentés et le manque des garanties, à côté de l’absence d’un système de
gouvernance d’entreprise efficace.
En effet, l’octroi de crédit présente un risque important. De ce fait, il est nécessaire pour le
conseiller professionnel ou le chargé de clientèle PME de recueillir le maximum d’informations sur le
client pour réduire les risques au niveau le plus faible possible.
Pour essayer de limiter le risque lié au client, le conseiller doit faire une analyse bancaire
approfondie et prend en compte toute une série de paramètres tels la cotation de l’entreprise (prise en
compte des résultats comptables de l’entreprise) mais aussi des informations concernant le dirigeant de
l’entreprise (expérience, motivation, etc..), la nature du projet à financer, etc. cette analyse permet au
conseiller de se décider sur la faisabilité ou non du projet, c’est-à-dire d’accorder ou non le crédit.

Akram Kani Page 1


INTRODUCTION GENERAL

Notre problématique lors de notre recherche dans le circuit bancaire s’articule autour de quatre
questions :
- Quels sont les différentes types des risques bancaires
- Quels sont les différentes types de crédit offerts par la banque pour les entreprises ?
- Quel est le processus d’octroi d’un crédit de gestion ?
- Quelles sont les procédures à suivre dans le cas dans le non remboursement du crédit ?

Pour répondre aux questions posées, le présent travail sera articulé en trois chapitres.
Le premier chapitre est consacré à la présentation du système bancaire, de la BIAT en général et
l’agence 43 Sfax Hached en particulier. On va s’intéresser également à présenter les différents services
et produits de l’agence, le déroulement de stage et on va étudier les différents crédits de gestion. Par la
suite on va présenter les différentes types des risques bancaires et on va se développer dans le risque de
crédit en particulier en présentant les procédures à suivre dans le cas de non remboursement de crédit.
Finalement, on va clôturer notre travail par un cas pratique afin d’appuyer notre étude théorique et ce à
travers l’étude d’un dossier de crédit de gestion d’une entreprise présenté à la BIAT (dossier
contentieux).

Akram Kani Page 2


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE TUNISIEN ET


PRESENTATION DE LA BIAT

Introduction

Dans ce chapitre, on s'intéresse au premier lieu à la présentation du système bancaire. En


deuxième lieu on va présenter d'abord la Banque International Arabe de Tunisie, l'agence BIAT
HACHED 43 lieu de stage ainsi que les services et produits offertes à la clientèle. Et on termine avec
la présentation des tâches qu'on a réalisé durant la période de stage.

Section 1 : Généralités sur le système bancaire tunisien

Un système bancaire est un ensemble de banques et d'autres établissements financiers et d'une


banque centrale qui entretiennent des relations financières des créances et des engagements les uns
vis-à-vis des agents non financiers.

La création du système bancaire Tunisien remonte à 1958 quand la banque centrale a été crée
en plus de deux institutions publiques. Après l'indépendance (en 1956), la priorité immédiate était de
décoloniser l'économie du contrôle français et en 1958, le gouvernement a pris en main la direction
du secteur bancaire et depuis cette date le secteur bancaire a toujours été dominé par l'Etat.

Le système bancaire Tunisien qui a accompagné le développement économique du pays, a


réalisé une progression considérable au cours de deux décennies, résultante d'un vaste programme de
mise à niveau des institutions financières et générale et du secteur bancaire en particuliers,
d'ouverture économique d'une concurrence de plus en plus grande entre les institutions financières
internationales et de développement des nouvelles technologies d'informations, la libéralisation des
services financiers en Tunisie s'est avérée comme étant un choix stratégique pour les autorités
économiques et monétaires dans un souci de promotion de l'investissement et de diversification de
l'économie.

Le paysage bancaire tunisien apparait souvent sous capitalisé et atomisé, a été appelé par
plusieurs organismes compétences tel que le FMI, à privilégier les fusions pour aborder une taille
critique plus compétitive et qui pourra accéder à de meilleurs conditions de financement.

Le système financier est composé de 44 établissements de crédit comprenant 21 banques (dont


11 banques sont cotées sur la BVMT), disposant d'un large réseau d'agences (1301 agences sur

Akram Kani Page 3


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

tous le territoire Tunisien). Il regroupe 15 établissement financiers spécialisés dont 10 sociétés


de Leasing, 3 établissements de factoring et 2 banques d'affaires ainsi que 8 banques Offshore.

Banque centrale
de la Tunisie

Banques
Etablissements de Bureaux de
spécialisées ou à
crédit représentation
statuts particuliers

Etablissement Banques de
Banques Banques Offshore
financiers développement

Etablissements de Société de
Banques d'affaires
Leasing Factoring

Figure 1 : Les différentes composantes du système bancaire Tunisien

I. La banque centrale de la Tunisie

La BCT est un organigramme étatique, c'est un organisme mandaté par l'Etat, elle a pour
mission générale de préserver la stabilité des prix. A cet effet elle est chargé notamment :

 De veiller sur la politique monétaire.


 De gouverner la circulation monétaire et d'assurer le bon fonctionnement des systèmes
de paiement et garantir sa stabilité, sa solidité, son efficacité et ainsi sa sécurité.
 De superviser les établissement de crédit.
 De préserver la stabilité et la sécurité du système financier.

La banque centrale a pour missions particuliers, l'émission de billet de banque et de pièces de


monnaie qui, seuls, ont cours légal et pouvoir libératoire dans le pays.

Akram Kani Page 4


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

La banque centrale exerce beaucoup de fonctions:

 la fonction de banque de l'Etat.


 la fonction de banque des banques.
 la fonction d'autorité et la mise en place des normes prudentielles.
 la fonction de suivi de la qualité des services bancaires.

1. Etablissements de crédit

Un établissement de crédit est une société financière qui pratique des opérations de banque à
titre habituel, et qui octroie des crédits à d'autres entreprises ou à des particuliers.

On distingue deux catégories d'établissements de crédits:

A. Banque

Une banque est une entreprise qui a une activité financière. Elle constitue juridiquement une
institution financière régie par le code monétaire et financier.

La fonction principale de la banque consiste a proposer des services financier tel que:

 Recevoir les dépôts d'argent.

 Collecter l'épargne.

 Accorder des crédits.

 Gérer les moyens de paiement.

 Joue le rôle d'un intermédiaire financier.

 Joue le rôle d'un conseiller pour les particuliers et les entreprises.

Une banque fonctionne généralement sous forme d'agence, constituant ainsi un réseau
d'agences.

La banque est aussi un intermédiaire entre les entités économiques (entreprises, Etats et
collectivités) et les marchés financiers.

Akram Kani Page 5


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Si par exemple une entreprise a besoin de lever une quantité importante des fonds, c'est sa
banque qui va la conseiller sur le dispositif le mieux adapté (actions ou obligations par exemple) et
qui va placer ces actions ou ces obligations auprès de ses autres clients (particuliers, entreprises).

B. Etablissements Financiers

Les établissements financiers sont des entreprises qui s'occupent d'affaires financières. Ces
établissements peuvent effectuer toutes les opérations de banque (réception de fonds remboursables
de public, opérations de crédit, services bancaires de paiement ..), elles peuvent effectuer des
opérations réputées connexes à leur activité, opérations de change, gestion de patrimoine.

a) Etablissement de Leasing

Lorsqu'une entreprise ou un particulier veut acquérir un bien immobilier ou mobilier alors qu'il
ne dispose pas des fonds nécessaires, le Leasing constitue souvent un moyen de financement très
prisé.

Le Leasing ou Crédit-bail est une opération établie entre trois acteurs qui sont l'entreprise, le
fournisseur de matériel, et un établissement financier (le Leasing). Ce contrat de location permet à
une société de profiter d'un bien pendant une certaine durée sans être le propriétaire.

 Assurer le financement d'acquisition de matériel.

 Le mettre en location pour usage professionnel à la disposition d'un opérateur


économique.

 Ce dernier à la possibilité de l'acquérir à une valeur résiduelle en fin de contrat.

b) Sociétés de Factoring

Ces établissements sont chargés de gérer, au moyen de techniques de gestion financière


appropriées, les comptes-clients en acquérant leurs créances et d'assurer le recouvrement de ces
créances pour leur propres comptes. Il y'a actuellement trois sociétés de Factoring en Tunisie.

c) Banques d'affaires

Les banques d'affaires sont régies par une loi spécifique promulguée en 1994. Elles assurent
des services de conseils et d'assistance en matière de gestion de patrimoine, d'ingénierie financière
et tous les services destinés à faciliter la création, le développement et la restructuration d'entreprise.

Akram Kani Page 6


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

2. Banques spécialisés ou à statut particulier

Une banque de financement spécialisée est une banque dont l'activité repose essentiellement sur
la distribution de crédit auprès d'acteurs de secteurs de l'économie bien déterminés.

On distingue :

A. Banque Offshore

Les banques Offshore ont été crées en Tunisie depuis 1976, elles interviennent principalement
auprès des entreprises non résidentes au niveau des opérations de change, de financement
d'opérations d'importation-exportation et de crédit d'investissement.

Les banque Offshore sont souples et accessibles en ligne pat l'internet Banking. Elles offrent
tous les moyens de paiement usuels mais avec une discrétion bien plus grande et pour tout type de
montant. Les banques Offshore opérant en Tunisie sont au nombre de huit.

B. Banque de développement

Les banques de développement sont des institutions financières publiques qui ont l'objectif ou
le mandat fondamental d'aider à atteindre des objectifs politiques publiques en vue de soutenir le
développement économique.

3. Bureaux de représentation

Ils représentent en Tunisie les établissements notamment financiers et bancaires (le siège à
l'étranger) à la condition que cette représentation ne donne lieu à perception d'aucune rémunération
directe ou indirecte et que les dépenses qui en découlent soient intégralement couvertes par les
apports en devises de l'étranger.

II. La Banque Internationale Arabe de Tunisie (BIAT)

1. Présentation général de la BIAT

Au bout de quarante années d'existence, la BIAT lancée en 1976 dont le siège social se situe à
Tunis 70-72 Avenue Habib Bourguiba, est devenue l'une des institutions financières en Afrique du
Nord et un acteur de référence en Tunisie.

Akram Kani Page 7


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Avec 2180 collaborateurs en 2017, la BIAT compte plus de 838 000 clients et un réseau de
correspondants internationaux de prés de 1500 banques. Elle dispose d'un réseau des plus denses en
Tunisie avec 205 agences réparties sur tout le territoire Tunisien.

La fiche signalétique de la BIAT est présenté comme suit:

 Dénomination: Banque Internationale Arabe de Tunisie.


 Date de création : 29 Mars 1976
 Forme juridique : Société Anonyme
 Catégorie: Banque commerciale
 Réseau : 205 Agences
 Clientèles: 838 000 clients
 Effectif: 2180 Collaborateurs
 PDG: MR MOHAMED AGERBI
 Siège social: 70-72 Avenue Habib Bourguiba, 1080 Tunis Cedex
 Téléphone: 71 340 733
 Fax: 71 342 820
 Code SWIFT: BIATNET
 Télex: BIATUN 14090
 Site Web: www.biat.com.tn
 Part du marché: 17,4%
La BIAT constitue aujourd’hui un groupe bancaire diversifié. En plus de son activité
principale, la BIAT intervient dans les domaines de l’assurance, de la gestion d’actifs, du capital-
investissement, de l’intermédiation boursière et du conseil à l’international. Appuyant son
développement sur la proximité et l’engagement sociétal, elle met son expertise au profit de ses
clients, de ses partenaires et de l’économie du pays.

2. Analyse financière de la BIAT

A. Structure du capital

Tableau n°1 : Structure du capital au 31/12/2017

Akram Kani Page 8


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Actionnaires Nombre d'actions Part en %

PERSONNES MORALES 12 960 795 76,24%

PERSONNES PHYSIQUES 4 039 205 23,76%

TOTAL 17 000 000 100%

Le tableau suivant montre les renseignement relatifs à la répartition du capital:

Les capitaux propres relatives à l'exercice 2017 s'établissent 1040,2 MD contre 893,8 MD en
2016, soit une progression de 16,4% .

B. Produit Net Bancaire

Le produits Net Bancaire (PNB) totalise un montant autour de 701,3 MD en 2017, s'inscrivant
une hausse de 18,1% par rapport à 2016.

La marge en intérêts, la marge en commissions et des autres revenus ont été progressés en
inscrivant une hausse respectivement 21,6%, 10,2% et 19,2% en 2017 par rapport à 2016.

La structure du PNB est ventilée comme suit :

Figure 2 : Structure du PNB

C. Résultat Net

Akram Kani Page 9


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Le résultat net passe de 107,7 MD en 2013 à 214 MD en 2017, soit une croissance annuelle
moyenne de 18,7 % au cours des cinq derniers années.

Figure 3 : Evolution du Résultat Net (en MD)

D. Total Bilan

Le total de bilan enregistre en hausse moyenne de 11,5% au cours des cinq dernières années
pour s'établir à 13 535 à la fin de décembre 2017.

Figure 4 : Evolution du total de bilan (en MD)

E. Les Ratios

Les ratios de la BIAT en 2016 sont présentés comme suit:

Tableau n°2: Ratios de rentabilité


2012 2013 2014 2015 2016

Akram Kani Page 10


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Dépôts/Crédits Bruts 113,7% 117,9% 118,4% 115,4% 111,9%

a) Ratios de rentabilité

120.00%

118.00%

116.00%

114.00% Colonne2

112.00%

110.00%

108.00%
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 5 : Ratios de rentabilité

On remarque une diminution de dépôts / crédit bruts de 2016 par rapport au deux années
précédentes.

Tableau n°3: Ratios de structure


2013 2014 2015 2016 2017
PNB/Total Actif 4,82% 5,04% 5,62% 5,41% 5,24%
Résultat net/PNB 24,6% 24,4% 20,8% 28,5% 30,1%
Résultat net/FP 17,2% 17,6% 15,3% 19,7% 21,3%
Résultatnet/Total 1,19% 1,23% 1,17% 1,54% 1,68%
Actif
b) Ratios de structure

On remarque une augmentation de ratios de structure de 2017 par rapport à 2013.

c) Ratios de productivité

Tableau n°4: Ratios de productivité


2012 2013 2014 2015 2016
Dépôts/employé 2444 2703 2952 3289 3788
Crédits/employé 2150 2292 2493 2850 3386
PNB/employé 147 168 192 216 248

Akram Kani Page 11


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

4000

3500

3000

2500
Dépots employé
2000 Crédits bruts/employé
PNB / employé
1500

1000

500

0
2012 2013 2014 2015 2016

Figure 6 : Ratios de productivité

On remarque une augmentation de ratio de productivité de 2016 par rapport à 2013.

Tableau n°5: Ratios de solvabilité


2013 2014 2015 2016 2017
Ratios de solvabilité 10.94% 10.89% 10.83% 10.40% 10.75%
d) Ratios de solvabilité

La BIAT respecte de façon stricte la norme car son ratio de solvabilité a presque connut une
stabilité en restant à hauteur de 10% (Ce ratio doit être supérieur ou égale à 8%).

Tableau n°6: Classement des Banques


RANG BANQUES PNB

1 BIAT 593 642


2 BNA 344 095
3 ATTIJARI BANK 267 253
4 STB 262 255
5 AMEN BANK 260 167
6 BH 244 072
7 UIB 197 097
8 BT 196 429

Akram Kani Page 12


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

9 ATB 173 606


10 UBCI 150 461
3. Classement de la BIAT dans le secteur bancaire Tunisien

L’édition 2016 du classement des entreprises tunisiennes a respecté la hiérarchie dans le secteur
bancaires. La BIAT, qui caracole en tête, est l’une des rares banques qui ne soit pas adossée à un
groupe bancaires étranger est saluée par tous les professionnels pour sa qualité de gouvernance et de
ses services.

Au point de vue de profits, Voici le classement des banques tunisiennes par PNB en milliers de
dinars en 2016 où la BIAT prend le premier rang dans le classement :

Section 2: Présentation du lieu du stage "BIAT Sfax Hached 43"

I. Historique

L'agence "BIAT Sfax Hached" est l’une des principales agences, située au centre-ville.

Elle est crée en 1978, elle est constitué essentiellement de commerçants en gros et en détail de
pièces détachées auto.

Le capital géré par l’agence atteint 90 MD , dont 41 MD de dépôt et 49 MD d’engagement.

Cette agence continue à développer sa clientèle pour englober aussi les fonctions libérales, les
cadres du secteur public et privé, cette politique a été dictée suite au recul du marché pièce auto.

On peut dire, bien qu’elle soit entourée de trois banques confrères, l’agence a pu maintenir sa
clientèle et les fidéliser par des produits ciblés et appropriés pour augmenter sa part de marché et
développer son chiffre d’affaire.

La fiche signalétique de la BIAT Sfax Hached 43 est présenté comme suit:

 Agence : AGENCE SFAX HACHED

 Type agence : Particuliers et Professionnels

 Adresse : 148 AVENUE FARHAT HACHED 3000

Akram Kani Page 13


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

 Gouvernorat : SFAX

 Tél. : 31 372 043

 Fax : 74 408 052

 E-mail : biat43.sfaxhached@biat.com.tn

II. Généralités sur l'agence BIAT Sfax Hached 43

1. L'organigramme de l'agence

Il s’agit d’une agence structurée de 10 employés tel que:

Akram Kani Page 14


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Chef d'agence
Mr Makram Ben Amor

Chargé de clientéle Attaché Commercial


Chargé de clientéle P.P Responsable étranger
P.M.E - Mr Zied Bouzid
Mr Wacel Khadraoui Mme Karama Ketata
Mr Ahmed ElAoud - Mme Alia Kallel

Commercial de guichet
- Mr Achraf Bouguerra Service Back Office
- Mme Fairouz Garbaa Mr Mohamed Chtourou
- Mlle Ons Benzouitina

Figure 7: L'organigramme de l'agence BIAT Sfax Hached 43

2. La répartition des tâches

A. Chef d'agence

Il a pour objectifs de développer et de chapeauter l’activité commerciale d’une agence


bancaire dont il est le responsable. Son principal rôle est de diriger son équipe (commerciaux et
conseillers) les superviser et répartir les portefeuilles clients entre chargés. Il est aussi responsable de
réaliser les objectifs commerciaux fixés par la direction et conseiller la clientèle.

Le chef d'agence exerce beaucoup de fonction:

 Il suit les autorisations de crédits, le recouvrement des créances, définit les taches de
chaque agent bancaire, et il met à la disposition du personnel les outils de travail.

 Il consulte toutes les nouveautés de la banque via intranet et en informe toute l’équipe.

Akram Kani Page 15


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

 Il assiste le chargé de clientèle dans son activité commerciale (l’aide à recruter un


prospect, concrétiser une vente de produit …)

 Il est à l’écoute de chaque collaborateur et s’assure de sa motivation pour le poste qu’il


occupe.

B. Chargé de clientèle P.M.E

La mission du chargé clientèle P.M.E réside dans la mise en place des crédits de gestion.

Le chargé de clientèle occupe une place clé dans l’organigramme de l’agence. En effet, pour
assurer la performance du service crédit ce dernier doit utiliser des outils informatiques regroupant
toutes les applications nécessaires pour exercer son métier tel que (intranet, Excel, notes services,
SED, bases de données…).

C. Chargé de clientèle P.P

Ses principales taches se résument dans l’ouverture de compte, le suivi du client en portefeuille,
le fidéliser et le conseiller sur les produits et service offerts.

Il partage son temps entre le contact avec le public et la gestion des comptes.

Son objectif est  de:

 Gérer les dossiers de crédit particulier.

 Vendre des produits et des services financiers.

 Garantir la satisfaction et la fidélisation du client en répondant à ses besoins et ses


exigences réels.

D. Attaché commercial

Il assure la prise en charge des clients affectés non affectés à un portefeuille, Il s’occupe de:

 L’ouverture et la clôture des comptes.

Akram Kani Page 16


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

 La gestion de demande de crédit.


 Délivrer aux clients leurs cartes monétiques et leurs chéquiers.
 Gérer les flux de la clientèle.
 Il a une mission de contrôle au niveau de l'agence.

E. Responsable étranger

Le responsable étranger est occupé par les opérations vers l’international .Il s’occupe de
l’ouverture de compte devises, des placements devises et des négociations.

il assure aussi les opérations de paiement à l'étranger , aussi que les moyens de paiement
internationaux.

F. Commercial de guichet

Ce service est assuré par trois commerciaux de guichet dotés chacun d’un ordinateur. Leur
mission consiste à s’occuper de toutes les opérations de caisse à savoir :

 Les versements espèces.


 Les retraits espèces.
 Les virements.
 Les extraits de compte.
 Western union.
 Les opérations de change.
 Ils s’intéressent à :
 La réception de la demande de chéquier remplie et signée par le client, c’est une
demande qui doit contenir le choix de la nature de chéquier, le nombre de chéquier et
l’option de barré ou de non barré.
 Chargements du DAB, alimentation et collecte de l’espèce via l’IBS.
 Consultation des soldes des clients et les oriente.

G. Service BackOffice

Ce service tient compte des opérations suivantes :

 Assurer la télé compensation des chèques.


 Régler des chèques reçus.

Akram Kani Page 17


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

 Validation des remises chèques impayés.


 Payer des effets.
 Escompter les effets.
 La réception et envoi du courrier.

3. Les services et les produits offerts à la clientèle

A. Les comptes

Un compte est un contrat par lequel le banquier et son client conviennent d’inscrire un
ensemble d’opérations qui seront effectuées au débit et au crédit du compte.

C’est un compte ouvert à :

- Toute personne physique ou morale, jouissant de la capacité civile, exerçant une activité
commerciale ou industrielle matérialisée par l’ouverture d’un registre de commerce.

- Toute autre personne non commerçante qu’elle soit physique (agriculteur…) ou morale
(société civile, association,…)

Il existe plusieurs types de comptes :

a) Le compte chèque

Le compte chèque BIAT est destiné à recevoir les dépôts d’argent et à honorer les retraits tout
en permettant un suivi très précis des opérations quotidiennes. Il est ouvert à toute personne
physique majeure

b) Le compte épargne

C’est un compte rémunéré disponible et rentable matérialisé par un livret ou une carte de
retrait. Il permet au client de verser ou retirer de l’argent. Les intérêts sont décomptés et versés
trimestriellement. Il est éligible pour toute personne physique.

c) Le compte courant 

Il existe deux formes de compte courant. Le compte courant bancaire peut être aussi bien
ouvert par des particuliers que des personnes morales. Servant généralement de support à des

Akram Kani Page 18


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

opérations bancaires complexes, le compte courant peut fonctionner aussi bien en lignes débitrices
que créditrices.

d) Le compte en devise

Le compte étranger en devises BIAT vous permet de loger vos avoirs en devises et vous permet
d’en assurer la gestion en évitant le risque de change et en toute sécurité.

B. Les cartes bancaires

Tableau n°7 : Les différents types des cartes bancaires

Type de carte Description

Carte visa premier


Carte de retrait et de paiement offrant les mêmes
fonctionnalités que la carte de paiement classique, mais avec des
plafonds de dépenses plus importants et des avantages
supplémentaires [assurance/assistance voyage, elle est destinée à
une clientèle haut de gamme (revenu mensuel min : 2 300 DT)].

La MASTERCARD
électronique Carte de retrait et de paiement appelant systématiquement à
chaque utilisation une demande d’autorisation auprès du serveur
monétique (MXP) de la BIAT, limitant ainsi le risque carte sur le
client, au montant de l’autorisation hebdomadaire.

Carte destinée à la clientèle grand public (niveau de revenu


mensuel < 600 DT) avec un plafond hebdomadaire de 150DT.

La carte BIATTRAVEL est une carte MASTERCARD


Carte BIATTRAVEL
internationale de paiement/retrait adossée à l’allocation touristique
de son titulaire, lui permettant de disposer d’un moyen de paiement
moderne et sécurisé à l’étranger. Cette carte est porteuse du montant
(partiel ou total) de l’allocation touristique annuelle (plafond actuel
de 6 000 DT/an).

Akram Kani Page 19


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Carte de crédit Ligne de crédit revolving (renouvelable) utilisable


Revolving Tempo
exclusivement par carte de crédit, permettant au client d’équilibrer
son budget en périodes de pics de dépenses (fêtes, dépenses
inattendues, opportunité,…).Elle est disponible pour les clients qui
ont un revenu mensuel min : 600 DT

Plafond de la ligne de crédit : min 500 DT, max : 10000DT.

Express card C’est une carte de retrait personnelle reliée directement au


compte du client utilisable au niveau des D.A.B internes et externes.

Cette carte est destinée pour les clients qui possède des
comptes épargne ou courant avec un plafond 1000DT/jour.

L'Express Card ne permet pas à son porteur de débiter son


compte

C. Banque à distance

La panoplie de produits Banque à distance de la BIAT donne au client particulier le moyen de


consulter son compte et d’effectuer à distance des opérations simples :

 MESSAGIS: C’est un service d’information à distance via le téléphone mobile. Le


client reçoit sur son mobile son solde de la veille, ses trois dernières opérations,
optionnellement les préavis de rejet de chèque, la date de la disponibilité de son
chéquier ou de sa carte.

 BIATNET : service de banque sur internet qui vous permet à tout moment et
n’importe où, d’accéder à votre compte chèque et même d’y initier certaines
opérations (consultation en temps réel des soldes de vos comptes, historique de vos

Akram Kani Page 20


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

mouvements sur 3 mois, Commande de chéquier). Ce service est accessible via le site
web de la BIAT à l’adresse www.biat.com.tn 24h/24 et 7j/7.

D. Bancassurances

la BIAT lance des produits qui ont pour objectif d`offrir à la clientèle des formules souples de
protection financière de la famille, à titre d`exemple d`assurances-vie : FAMILIA, BANOUN &
PROJET AVENIR.

E. Les crédits

La BIAT a mis en place une multitude d’opportunité d’offres de crédits pour les particuliers et
pour les entreprises:

a) Les crédits pour les particuliers

Ce tableau présente certains types de crédits au particuliers offerts par la BIAT:

Tableau n°8 : Les différents types des crédits pour les particuliers

Type de credits Description

Formule de crédit immédiat mise en place en 48 heures


CREDIT-MEDIA
maximum. Il est destiné à satisfaire tous les besoins de financement
de la clientèle à titre privé, qu’ils soient urgents ou planifiés.

Les principaux besoins concernés sont l’achat de biens de


consommation, les voyages, les mariages, la santé…

Crédit finançant l’acquisition d’une voiture de tourisme neuve


ou d’occasion
CREDIT-AUTO
Deux déclinaisons se présentent pour ce crédit :

 Crédit auto neuf : finançant l’acquisition d’une voiture de


tourisme neuve (âgée de 6 mois max)

Akram Kani Page 21


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

 Crédit auto occasion : finançant l’acquisition d’une voiture


de tourisme d’occasion (âgée max 4 ans date de 1ére mise
en circulation).

CREDIT-RENOV Crédit destiné au financement de tous les travaux


d’extension/aménagement d’un logement (peinture, menuiserie,
installation chauffage central,…)

Crédit à long terme destiné au financement d’un projet


immobilier à usage d’habitation :
BIATIMMO
-acquisition d’un logement principal neuf ou ancien.

-construction du logement principal.

-extension ou aménagement du logement principal.

Crédit Najah est une formule de crédit reliée à une épargne


CREDI-NAJAH
préalable (sur Compte épargne Najah), accordée aux étudiants du
2éme et/ou 3éme cycle d’enseignement supérieur public ou privé en
Tunisie du à l’étranger.

b) Les crédits aux entreprises

Les crédits au entreprises sont classés selon leur durée ou selon leur objet:

Les types de crédits selon la durée

 Crédit à court terme

Ce sont des crédits destinés au financement de l’exploitation et de l’équilibre de la trésorerie de


l’entreprise. La durée des crédits à court terme est inférieure à deux ans.

Akram Kani Page 22


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Ils sont octroyés en fonction de la nature de l’activité de l’entreprise, de ses besoins et des
réalisations antérieures.

 Crédit à moyen terme

Concours consentis pour financer des investissements à moyen terme réalisés dans le cadre de
l’extension ou du renouvellement des équipements de production dans les secteurs industriel,
commercial et des services. Les crédits à moyen terme oscillent entre les crédits à court terme et les
crédits à long terme.

Le crédit à moyen terme s'étend approximativement entre 2 et 7 ans au maximum. Ils servent
au financement des activités rentables à moyen terme (exemple : construction).

 Crédit à long terme 

Ce sont les crédits d'une durée supérieure à 7 ans et inférieure ou égale à 15 ans.
Les entreprises préfèrent ce genre de crédit lorsqu'elles investissent dans des projets qui donneront
des résultats qu'à long terme (exemple : usine).

Les types de crédits selon leur objet

 Crédit d’exploitation 

Le crédit d'exploitation est un crédit à court terme (quelques mois maximum), accordé
habituellement par des banques ou des fournisseurs aux entreprises permettant de financer des actifs
circulants dits aussi valeurs d'exploitation (stocks, travaux en cours, créances sur clients...) non
couvert par le fonds de roulement.

 Crédit d’investissement 

Il est destinés à l'acquisition soit des investissements corporels (machines, matériels et


outillages,...) soit des investissements incorporels (financement de frais d'établissement, le
financement des dépenses de recherche et de développement, l'achat ou la mise en place du fonds de
commerce, ...).

 Crédit de gestion

Akram Kani Page 23


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

La BIAT a mis en disposition de ses clients entrepris toute une gamme de crédits de gestion
pour le financement de leurs activités, on note:

- La facilité de caisse 

La facilité de caisse est un moyen de financement à court terme utilisable sur une petite
durée. Ce crédit est accordé par la banque qui précise préalablement par écrit les conditions
d'usage en durée, en montant et en taux d'intérêt.

- Escompte commercial

C'est une opération de crédit par laquelle la banque met à la disposition de l’entreprise, le
montant d’un ou plusieurs effets de commerce avant leur échéance contre remise des effets.

- Avance sur marchandises

L’avance sur marchandises est un crédit destiné à couvrir les besoins de trésorerie engendrés
par la détention de stocks des produits agricoles soit en l'état, soit conditionnés soit transformés, en
attendant leur écoulement progressif. Grâce à ce crédit, l’entreprise bénéficie d’un soulagement de la
trésorerie face à la saisonnalité de l’activité.

- Crédit de campagne

Le Crédit de campagne permet de financer les besoins de trésorerie liés à une activité
saisonnière. C’est un concours destiné à financer l’achat de produits agricoles et de pêche durant les
diverses campagnes (céréales, huiles, agrumes, …), en vue de leur transformation, de leur
conditionnement ou de leur écoulement en l’état. Il est remboursé à la fin de la compagne

- Crédit de financement de stock

Le crédit de financement permet de couvrir les besoins de trésorerie nés de la détention de


stocks de matières premières, de matières consommables, produits semi-finis.

Cette forme de concours bancaire est mise à la disposition des entreprises industrielles dont le
cycle de production nécessite la détention d'un stock de sécurité que les ressources internes ou le
fonds de roulement est externe à savoir les fournisseurs, ne suffisant pas pour sa couverture.

- Les engagements par signatures

Akram Kani Page 24


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Le crédit par signature est une forme de concours bancaire qui permet d'aider l'entreprise qu'il y
ait une mise à disposition de fonds. Ainsi, le crédit par signature épargne le banquier de toute sortie
de fonds ; au lieu de remettre à son client des espèces, il lui prêtera sa signature.

4. Mission de stage

Ce stage était pour moi l’occasion de découvrir l’univers bancaire. Mes connaissances
théoriques m’ont bien servi pour débuter le travail.

Durant mon stage au sein de la BIAT, j’ai effectué plusieurs tâches dans les différents postes.

 Le guichet

J’ai fait les retraits, les versements, les virements, l’extrait et la consultation du compte.

J’ai aussi effectué des tâches périphériques mais intéressantes en même temps :

 Consulter la démarche de nouveau système informatique Temenos 24 (T24).


 Information pour les clientèles.
 Classement des ouvertures de compte.
 Envoi des documents par courrier.

 La remise des chèques

La remise de chèques correspond au dépôt d'un ou de plusieurs chèques par un client auprès de
sa banque afin que celle-ci en assure le recouvrement. Pour la remise de chèque, je dois remplir un
bordereau de remise de chèque portant le nom du bénéficiaire, son numéro de compte, la banque
tirée, le numéro de chèque, le nom du tireur, le montant du chèque en chiffre ainsi qu’en toutes
lettres et la signature du verseur. Après, je mets le cachet. Finalement, j’établis la télé-
compensation des chèques qui se fait à travers un cachet compensé au verso du chèque et la
scénarisation du chèque (voir annexe 7).

 La remise des effets

La remise des effets à l’encaissement doit être accompagné d’un bordereau de remise effet sur
lequel est mentionné : le nom du client, son numéro de compte, la mention à l’encaissement coché, le

Akram Kani Page 25


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

numéro de l’effet, la banque du tiré et son nom, la date de création de l’effet, son échéance, son
montant et enfin la signature du déposant puis je mets le cachet (voir annexe 8).

 Le chéquier

Quand je reçois la demande de chéquier remplie et signée par le client qui contient le choix de
la nature de chéquier, du nombre de chèque et de l’option de barré ou non barré, je procède à
l’opération de saisie de la demande du client. Après, je procède à la validation de la demande par la
personne habilitée (autorisation ou rejet). Lors de la réception, je procède au pointage des chéquiers
reçus avec le bordereau d’envoi de pièce, je fais la saisie sur le système puis je conserve les chéquiers
dans un coffre-fort.

Lorsque le client se présente pour retirer son chéquier, je procède à la vérification de


l’interdiction de chéquier puis le client signe la souche sur le cahier de délivrance de chéquier en
écrivant la date. Ensuite, je saisis la délivrance au niveau du menu (délivrance de chéquier) pour
qu’enfin le chéquier soit remis au client.

 Les cartes

Concernant l'activation, réception et la délivrance des cartes bancaires et remise des cartes
capturées aux clients .

 Service crédit

J’ai assisté à l’étude de quelques cas de crédits aux particuliers qui passe par les étapes
suivantes :

 Consultation de l’interdit de chéquier.


 Consultation des engagements des clients à partir du central du risque.
 Vérification du bon fonctionnement du compte.
 Calcul du ratio d’endettement.
 Prise de décision .

J’ai assisté aussi à l’étude de quelques cas de crédits de gestion (cas contentieux) qui seront
décrits dans les chapitres 2 et 3.

Conclusion

Akram Kani Page 26


CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR LE SYSTEME BANCAIRE
TUNISIEN ET PRESENTATION DE LA BIAT

Ce premier chapitre a été consacré à la présentation du système bancaire Tunisien et la


présentation de la BIAT en général et de l’agence  « BIAT Sfax Hached ». Cette agence donne une
grande importance à l’activité exercée et aux services distribués. On a présenté aussi les différents
produits offertes à la clientèle.

Malgré que la BIAT est classé dans le premier rang dans le secteur bancaire, elle est exposée à
une série de risques vue que l'environnement bancaire est devenu très instable et très vulnérable face
aux différents fluctuations de la sphère monétaire.

Par ailleurs, pour mieux comprendre le risque, on va présenter une étude théorique concernant
la notion, les différentes types et l'évaluation du risque bancaire. Par la suite on va présenter une
étude pratique sur l'intervention de la banque vis-à-vis le risque.

Akram Kani Page 27


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

Introduction

Vue que l'environnement bancaire est devenu instable et très vulnérable, les
banques, comme beaucoup d'entreprises, sont exposés à une série de risques.
Aujourd'hui l'analyse de risque bancaire revêt, plus que jamais, une importance stratégique
pour les banques cherchant à se démarquer et à acquérir un avantage concurrentiel par rapport
à leurs confères et d'avoir une sécurité totale.

Dans ce chapitre on va présenter dans une première partie la notion du risque, les
différentes types de risques bancaires, l'évaluation de risque et la gestion du risque. On va
étudier dans une seconde partie la gestion et l'analyse du risque de crédit et l'intervention de la
banque vis-à-vis ce risque, c'est ça qu'on va l'expliquer avec une étude de cas dans le dernier
chapitre.

Section 1 : Généralités sur les risques bancaires

I. La notion du risque bancaire

Le risque bancaire est inévitable pour un établissement bancaire lors de l'exercice de son
activité. De son rôle d'intermédiation financière et ses services connexes, les banques
s'exposent à des nombreux dangers bien spécifique. Les événements sont parfaitement
identifiables, mais on ne peut savoir quand il va se produire face à cette incertitude, il est
important de savoir anticiper et prendre des mesures au préalable afin de mieux se prémunir
contre les risques existants.

Le risque en matière bancaire peut être défini comme étant un engagement portant une
incertitude dotée d'une probabilité de gain et de préjudice, que celui-ci soit une dégradation ou
une perte, tout simplement c'est une exposition à une danger potentiel, inhérent à une
situation ou une activité.

 Le risque est tout impact négative qui touche l'activité bancaire , il a toujours dominé
les préoccupations du métier du banquier, l’attitude de ce dernier face au risque c’est
toujours caractérisée par un conservatisme et une sécurité totale.

Akram Kani Page 28


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

II. Les différents types des risques bancaires

Risque de
Risque de crédit Risque de
change marché

Risque de Risque
taux opérationne
d'interêt l
Les risques
bancaires

Risque de Risque de
solvabilité liquidité

Risque de Risque de
moralité pays

Figure 8 : Les différents types des risques bancaires

1. Risque de crédit

Le crédit est une opération qui consiste pour un prêteur ou un créancier à mettre à
disposition d'un emprunteur ou débiteur, une certaine somme d'argent moyennant un
engagement de remboursement à une date déterminée à l'avance.

Le risque de crédit est le risque que ce débiteur ou emprunteur fasse défaut ou que sa
situation économique se dégrade au point de dévaluer la créance que l'établissement bancaire
détient sur lui. Il existe donc un risque pour la banque dès qu'elle se met en situation
d'attendre une entrée de fonds de la part d'un client ou d'une contrepartie de marché. La
banque doit faire face à tout type de risque de faillite pour les sociétés ou d'insolvabilité pour
les particuliers et professionnels. Elle se doit par conséquent de les connaître, les identifier le
moment venu de la manière la plus rapide possible, et les anticiper au maximum. Le cas
échéant, il convient également de sortir du crédit avec un minimum de pertes.

Akram Kani Page 29


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

2. Risque de liquidité

Le risque de liquidité, ou plus précisément d'absence de liquidité donc d'illiquidité, est


le fait pour une banque de ne pouvoir faire face à ses engagements par l'impossibilité de ce
procurer les fonds dont elle a besoin.

Cette catégorie de risque indique l'insuffisance de liquidité bancaire pour faire face à ces
dépenses inattendues. En effet, ce risque est très important et sensible car il peut conduire à la
faillite de la banque suite à un mouvement de panique des déposants, qui peuvent demander
leurs dépôts au même temps. Ce retraits de masse des fonds par les déposants peut aggraver la
situation de cette dernière et entraîne ce qu'on appelle "une crise de liquidité brutale".

3. Risque de solvabilité

Désigne l'insuffisance des fonds propres afin d'absorber les pertes éventuelles par la
banque, en effet, ce risque ne découle pas uniquement d'un manque de fonds propres mais
aussi des divers risques encourus par la banque tel que, le risque de crédit, du marché, du taux
et de change. L'exposition des banques à ce type de risque peut mettre en danger son activité,
d'où l'objectif recherché par les institutions financières c'est d'essayer d'ajuster les fonds
propres aux risques afin de faire face à ce genre de risque d'insolvabilité.

4. Risque de marché

Le risque de marché correspond à la baisse de la valeur du portefeuille d'actifs


concernant les obligations et les titres détenu par la banque suite l’évolution défavorable des
cours sur le marché, autrement dit ce risque provient de l'incertitude de gains résultant de
changement dans les conditions du marché.

Les pertes peuvent se produire sur les compartiments des marchés financiers : change,
titre de créance, titre de propriétés, matières première, que ce soit par la détention directe de
ces instruments ou par des produits dérivés. Ils sont la conséquence des variations des cours
de change, des taux d'intérêt, des actions ou des matières premières.

Akram Kani Page 30


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

5. Risque de change

Ce type de risque est né dans au sein des institutions financiers, à travers des opérations
de prêts et d'emprunts à plus d'un an en devise . En d'autre terme la banque supporte cette
catégorie de risque lorsqu'elle se trouve face à une évolution défavorable du taux de change
,par exemple les opérations de financements en devise des sociétés importatrices. En outre, il
est aussi remarquable qu'il existe une interaction entre le risque du taux et celui de change.

6. Risque opérationnel

Le risque opérationnels est défini comme le risque de perte provenant de processus


internes inadéquats ou défaillants, de personnes et système, ou d'événements externes.

Autrement dit le risque opérationnel est le risque qui résulte d'un événement externe qui
perturbe la réalisation des objectifs de l'établissement (catastrophes naturelles, , changements
de loi ou de réglementation) ou une événement interne , erreur humaine (fraude).

7. Risque de taux d'intérêt

C'est un risque qui concerne essentiellement les opérations de crédits surtout celle du
marché, cette catégorie de risque concerne tous les types d'intervenants que ce soit financier
ou autre, tant qu'ils sont prêteurs ou emprunteurs sur le marché.

Les activités bancaires de dépôt et de crédit impliquent un risque significatif en cas de


variation importante des taux d'intérêt. Ses effets peuvent se révéler être une bombe à
retardement. Le risque de taux d'intérêt est identifié par le fait de voir les résultats affectés
défavorablement, par les mouvements des taux d'intérêt.

Une banque supporte un risque de hausse des taux si elle prête à un taux fixe et se
refinance au taux variable et vice versa pour le cas de baisse des taux. Aussi toute évolution
inattendue du taux d'intérêt peut agir négativement sur l'activité bancaire, en touchant la
crédibilité de la banque et provoquant des retraits des dépôts des clients.

Akram Kani Page 31


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

8. Risque de pays

Le risque pays, s'applique aux différente formes d'endettement qu’ils s’agissent de


créances non négociables, ou de titres de portefeuille d'investissement et provient de
l'incapacité ou de refus d'un pays à fournir des devises nécessaires pour satisfaire les
engagements financiers de l'Etat ou des agents économiques privés opérant dans ce pays ».

Ce risque constitue un autre type du risque bancaire, il est nommé aussi le risque
souverain puisqu'il se manifeste suite à une incapacité remboursement de la créance étrangère,
qui est due à la condition économique, politique, sociales et financière de pays débiteur. Il
trouve son origine dans deux principaux phénomènes, une incapacité de paiement et le refus
de remboursement des dettes, qui sont liées aux opérations internationales.

9. Risque de moralité

Le risque de moralité est identifié par l'incomplétude de l'information qui provient du


comportement non observable susceptible d'être entrepris suite à la signature du contrat.

Section 2 : Analyse et évaluation du risque de crédit au entreprises et professionnels

Les crédits restent aujourd'hui les opérations les plus importantes en terme de volume.
Il apparait important pour une banque de posséder un modèle de prédiction des probabilités de
défaut qui soit fiable et précis, afin de mesurer et gérer le risque de crédit.

Cette section va être consacrée pour la présentation de processus d'octroi de crédit de et par
la suite on va passer à la phase d'évaluation et la gestion de risque jusqu'a atteindre le service
contentieux qui est la dernière étape de la filière risque.

I. Mécanisme de traitement d’un dossier de Crédit de Gestion

L'entrée en relation avec un nouveau client ainsi que l'actualisation des programmes de
crédits déjà dispensés aux clients nécessitent la collecte du maximum de renseignements et
d'informations permettant une évaluation convenable de la situation de ses clients.

L'évaluation repose sur le plan financier, commercial, technique et social, une appréciation
de ses perspectives d'évolution et de ses possibilités de remboursement ainsi que l'ampleur du
risque inhérent au financement à accorder et les précautions à prendre pour sa couverture.

Akram Kani Page 32


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

Le contenu du dossier peut varier d’une banque à une autre. Néanmoins, la BIAT sollicitera
les éléments suivants :

 Demande écrite (datée et signée)


 Dossier juridique (statut + registre de commerce original + copie CIN + publication
au JORT)
 Bilans et états financiers certifiés des trois derniers exercices
 Bilans consolidés (pour les groupes d’affaires)
 Situation comptable récente relative à l’année en cours
 La notation éventuellement
 Plan de trésorerie prévisionnelle
 Etat des achats (pré-imprimé)
 Etat des ventes (pré-imprimé)
 Etat des stocks (pré-imprimé)
 Liste des principaux clients avec modalités de règlement
 Liste des principaux fournisseurs avec modalités de règlement
 Autres documents :
 Etat des réalisations des trois dernières campagnes (pour le crédit de campagne )
 Etat des marchés en cours, Etat des marchés prévisionnels, Taux d’avancement
des travaux (pour le financement de marché )
 Programme des exportations, Réalisations, Copie des bons de commande ou
contrats commerciaux, CA exportation des années précédentes (pour crédit
exportation)

II. Description du processus d'octroi de Crédit de Gestion

1. ETAPE 1: Instruction, Etude et Décision:

Etude d’un dossier de crédit (aspect crédit)

Niveau Direction régional : Les dossiers de crédits relevant du pouvoir du Directeur régional
sont à sa charge (crédit de gestion dont l’enveloppe globale ne dépasse pas 250mD)

Niveau Comité régional de Crédit : Les dossiers rentrant dans le cadre du pouvoir du comité
régional de crédit doivent être transmis avec un avis motivé à la Direction de crédit de la zone
pour étude en vue de les soumettre à ce comité pour décision.

Akram Kani Page 33


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

Niveau Comité Central de crédit: Les dossiers dépassant les compétences du comité régional
de crédit doivent être transmis par la direction de crédit de la zone, avec un avis motivé, à la
Direction de Crédit du siège pour analyse approfondie en vue de les soumettre au comité central
de crédit. (crédit de gestion dont l’enveloppe globale compris entre 250mD et 750mD).

Niveau Comité Supérieur de crédit: Les dossiers dépassant les compétences du comité
central de crédit doivent être transmis par la direction du crédit siège, avec un avis motivé, au
comité supérieur de crédit pour décision (crédit de gestion dont l’enveloppe globale est supérieur
à 750mD).

Etude d’un dossier de crédit (aspect garantie)

Cette tâche consiste à consulter éventuellement et en cas de garanties réelles la Direction des
Actes et garanties sur les supports de garantie fournis par le client (avis notamment sur la validité
des documents proposés et sur la faisabilité des garanties).

Les réponses de la Direction des Actes seront adressées à l’agence qui est appelée à
soumettre le dossier à l’organe compétent pour décision (et ce quel que soit l’avis de la Direction
des Actes).

Etablissement et Signature de l’autorisation de crédit :

L’autorisation de crédit sera établie, signée et dispatchée par :

- La Direction de crédit de la zone : Pour les dossiers relevant du pouvoir du comité de


crédit de zone et du pouvoir du Directeur de zone.
- . La Direction crédit du siège: Pour les dossiers relevant du pouvoir des comités
central et supérieur de crédit.

2. ETAPE 2 : Etude et vérification du dossier complet

La Direction des Actes ayant reçu le dossier complet (supports de garanties, dossiers
juridiques auprès de l’agence et copie d’autorisation auprès de la Gestion des Crédits), procède à :

Pour les nouveaux dossiers :

- Vérifier les documents reçus, (support de garantie + dossier juridique)


- Etablir une lettre de rejet motivé à adresser à l ’agence, en cas d’anomalie.

Akram Kani Page 34


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

Pour les anciens dossiers :

- Consultation de l’ancien dossier


- S’assurer que les réserves émises éventuellement au stade de l’instruction du dossier
ont été levées, le cas échéant établir une lettre de rejet motivé.

En cas d’absence d’anomalie la Direction des Actes procède à l’élaboration du contrat et à la


constitution des garanties.

3. ETAPE 3: Etablissement du contrat

- Elaboration du contrat en fonction du crédit (selon modèle approprié),


- Vérification du contrat.
- Envoi du contrat accompagné éventuellement de l’échéancier pour signature
légalisée et visa de la relation.

4. ETAPE 4: Signature du contrat par le client :

L’agence remet le contrat reçu auprès de la Direction des Actes au client pour visa et
signature légalisée. A la réception du contrat auprès du client, l’agence est appelée à faire des
contrôles élémentaires (signature légalisée, conformité entre le nom mentionné au niveau du
contrat et celui de la signature légalisée, pages visées…) avant de le remettre à la Direction des
Actes.

5. ETAPE 5: Signature du contrat par la Banque

Au niveau de cette étape la Direction des Actes procède à :

- la vérification du contrat et à l’établissement des lettres de débit ainsi que des


bordereaux d’inscription (s’il s’agit d’un nantissement sur fonds de commerce et
matériel).
- la présentation du contrat pour signature au responsable compétent.

Akram Kani Page 35


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

6. ETAPE 6 : Formalités d’achèvement de Constitution de la garantie

Cette étape consiste à accomplir les formalités ultimes nécessaires à la validité de l ’acte ou
à son opposabilité aux tiers (A accomplir soit par le client soit par la Banque avec imputation des
frais), à savoir:

- Légalisation de signature déposée au niveau de la Municipalité.


- Enregistrement du contrat auprès de la recette des finances.
- Dépôt du contrat au niveau de la CPF ou au niveau du tribunal de première instance
et notification au propriétaire des murs (en cas de nantissement sur fonds de
commerce et matériel) et au teneur de compte en cas de nantissement sur action.
- Notification à l ’AFH, AFI, AFT, etc.

7. ETAPE 7 : Déblocage (Les autorisations entre en vigueur)

A la réception du document valant constitution des garanties (fiches ou autres documents)


auprès de la Direction des Actes, la Direction de la Gestion des Crédits procède à la saisie des
garanties constituées puis elle met les autorisations en vigueur en système

L’étape déblocage varie en fonction de la nature de crédit :

Cas des crédits de gestion renouvelables :

- Le déblocage des crédits de gestions renouvelables est effectué par la Direction de la


Gestion des Crédits en utilisant les opérations relatives aux autorisations de crédit de
gestion renouvelables.
- Suite au déblocage, le compte client concerné peut faire l’objet d ’une utilisation au
niveau du système agence.

Cas des crédits ponctuels :

* Premier niveau de déblocage: Direction Gestion des Crédits - Portefeuille central


- Déblocage électronique
- Envoi des effets ou des échéanciers de remboursement, par l’agence au portefeuille
central via la Direction de la Gestion des crédits.

Akram Kani Page 36


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

* Deuxième niveau de déblocage : Portefeuille central - agence


- Déblocage vers l’agence,
- Conservation des effets ou des échéanciers de remboursement par le Portefeuille
Central.
* Troisième niveau de déblocage :
- Déblocage réel au niveau de l ’Agence.

8. ETAPE 8 : Conservation des Dossiers

 Conservation et règlement des « effets » : La conservation des « effets » est assurée


par le portefeuille central. A l’échéance, les « effets » seront adressés aux agences
pour règlement,
 Conservation des dossiers de crédit : La conservation des dossiers de crédits est
assurée par la Direction de la Gestion des Crédit
 Conservation des dossiers de garanties : La conservation des dossiers de garanties est
assurée par la Direction des Actes.

III. Evaluation du risque de crédit au entreprises et professionnels

Nous allons étudier l'analyse des risques inhérents au crédit. Comme nous l'avons vu,
l'analyse intervient dans un processus bien définit. L'analyse des risques suit également une
méthode qu'il convient d'étudier afin de comprendre comment l'analyste arrive à porter un avis sur
la faisabilité d'un crédit ou d'une opération. L'évaluation du risque de crédit se fait dans la
première étape du processus d'octroi de crédit.

1. Analyse des informations provenant du client

Parmi les informations provenant du client, il y a bien sûr les documents comptables et
financiers obligatoires. Les documents prévisionnels sont également très appréciés par les
banquiers car ils permettent d'évaluer les perspectives des dirigeants.

Ces prévisionnels permettront ensuite d'être confrontés avec la réalité et donneront une
indication sur la crédibilité du client et de la confiance à lui accorder. Certains éléments de
communication peuvent également être très utiles (plaquettes, sites Internet, publicité...) afin de
mieux connaître un secteur d'activité parfois très spécifique.

Akram Kani Page 37


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

Enfin, il y a les « impressions » que peut avoir le banquier avec son client. Ces informations
quoique subjectives sont évoquées dans les analyses afin de rendre compte des relations
qu'entretiennent les clients vis-à-vis de la banque. Ces relations peuvent être opaques et floues,
délibérément ou non, ou apparaître au contraire très transparent.

Ce sont également des éléments déterminant de la confiance, contribuant à se forger une


opinion générale notamment sur toute la durée de la relation. On peut en effet tromper la confiance
d'un banquier une fois mais, en principe, pas deux fois.

2. L`analyse financière et évaluation des risques :

Dans toutes les banques, quel que soit le cas, l'analyste crédit examine la situation financière
des clients pour évaluer la recevabilité de leur demande, leur solvabilité, l'existence de garanties
suffisantes. Il analyse les documents financiers en examinant l'évolution des comptes
d'exploitation et en établissant un certain nombre de ratios à partir du bilan.

Ce travail, qu'il faut toujours faire, ne doit pas forcément être commenté dans la note finale.
Le but final n'étant pas de faire un commentaire descriptif et donner une succession de chiffres ou
ratios mais de mettre en exergue les risques à partir de ces évolutions.

3. Analyse de l'équilibre financier

A. Le fonds de roulement

Le fonds de roulement est défini comme l’excédent des capitaux stables par rapport aux
emplois durables, utilisé pour financer une partie des actifs courants, c'est la différance entre les
actifs courants et le passifs courants ou c'est la différance entre les capitaux permanents et les
actifs courants

B. Besoin en Fonds de Roulement

Le besoin en fonds de roulement est le besoin de financement résultant du décalage existant


généralement entre les flux réels et les flux financiers. En effet, il dépend à la fois des contraintes
techniques liées à la durée du cycle d’exploitation et des relations financières de l’entreprise avec
ses clients et ses fournisseurs.

On peut distinguer le Besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE), c'est la


différance entre les besoins courants et les ressources courantes. Le Besoin en fonds de roulement

Akram Kani Page 38


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

hors exploitation (BFRHE), c'est la différance entre besoins hors exploitation et ressources hors
exploitation

C. Trésorerie nette

La trésorerie est une notion fondamentale car elle assure l’équilibre financier à court terme
entre le FR et le BFR. L’équilibre financier de l’entreprise est assuré lorsque la trésorerie nette de
l’entreprise est positive ou à la limite nulle. Elle représente la différence entre le fonds de
roulement et le besoin en fonds de roulement.

4. Calcul des ratios financiers

Les ratios sont des outils de gestion (sous forme de coefficients ou de pourcentages). Ils font
le rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables.

Les ratios permettent de se faire une idée globale de la santé financière de l'entreprise pour
évaluer son risque.

Les ratios financiers se basent sur des données existantes (passées ou de préférence
présentes) et fournissent diverses indications : la rentabilité d’une entreprise, la structure de ses
coûts, sa productivité, sa solvabilité, ses liquidités, son équilibre financier... Ces ratios sont
calculées et donnés par le système T24 de la BIAT avoir taper les coordonnées du bilan sur le
système. Il existe de très nombreux ratios financiers, nous vous en présentons quelques-uns ici

A. Les ratios de solvabilité

a) Le ratio d'autonomie financière

Le ratio d'autonomie financière (endettement net par rapport aux capitaux propres) donne
une indication sur le niveau d'endettement de la société. Il se calcule en divisant les capitaux
propres (aussi appelés fonds propres) par le total du bilan et permet d'apprécier l'importance des
fonds propres par rapport à l'ensemble des ressources. Il est souhaitable qu'il se situe au moins à
20 %. 

b) Le ratio de capacité de remboursement

Le ratio de capacité de remboursement se calcule en divisant les dettes financières par la


capacité d'autofinancement. Le banque estime que ce ratio ne devrait pas excéder un seuil de 4 ou

Akram Kani Page 39


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

5 fois sinon l'entreprise est exposée à un risque d'avoir des difficultés pour rembourser ses dettes à
terme. Ce ratio doit être inférieur à 1.

c) Ratio de couverture des frais financiers

Le Ratio de couverture des frais financiers se calcule en divisant le bénéfice avant intérêt et
impôt par les frais financiers. Ce ratio indique jusqu'a quel niveau les bénéfices peuvent diminuer
sans mette l'entreprise dans une situation financière embarrassante. Le Ratio de couverture des
frais financiers doit être supérieur à 1.

d) Ratio de couverture des frais fixes

Ratio de couverture des frais fixes est le rapport entre la marge sur coût variable et les frais
fixes, il met en évidence l'importance du point mort. Ce ratio ne doit pas être supérieur à 1.

B. Les ratios de gestion

a) Délai de règlement clients

Le délai clients se calcule en divisant le montant total des créances sur les clients toutes
taxes comprises par le chiffre d'affaires TTC et en multipliant ce quotient par 360. On obtient ainsi
la durée pendant laquelle l'entreprise attend ses paiements du crédit accordé par les fournisseurs.

b) Le ratio de rotation des stocks 

Le ratio de rotation des stocks  se détermine en divisant la valeur du stock de marchandises


par le prix d'achat desdites marchandises et en multipliant le quotient par 360. Il est tout aussi
pertinent de retenir 365 jours (soit le nombre de jours ouvrés dans l’année) car le nombre de 360
relève davantage d’une tradition que d’une réalité. Le ratio de rotation des stocks doit rester
relativement faible (en effet, un ratio de rotation des stocks élevé révèle que l'entreprise éprouve
des difficultés pour écouler ses stocks). 

c) Délai de règlement fournisseurs :

Le délai fournisseurs se calcule en divisant le montant TTC par les achats TTC et en
multipliant le résultat par 360. Le résultat indique la durée des crédits accordés par les fournisseurs
en nombre de jours.

Akram Kani Page 40


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

C. Les ratios de structure

Les ratios de structure financière visent à mesure l'importance des dettes par rapport aux
autres sources de financement des activités de la firme. Ils permettent à la banque de mesurer le
risque encouru.

a) Ratio d'effet de levier

Le ratio d'effet de Levier (appelé aussi Bras de Levier) est le rapport entre les dettes et la
valeur des capitaux propres, il apprécie la capacité d'endettement de l'entreprise et permet de
vérifier que le montant des dettes de l'entreprise n’est pas trop important par rapport au montant
des capitaux propres. Plus il est élevé, plus l’entreprise est endetté, il doit être inférieur à 1.

b) Ratio d'endettement

Ce ratio se calcule en divisant le total du passif par le total de l'actif. Il indique le


pourcentage des fonds utilisés dans l'actif qui proviennent des créanciers externes. Il est évident
que le complément de ce pourcentage constitue la proportion des actifs totaux financés par les
actionnaire. Ce ratio indique dans quelle proportion le financement de l'entreprise provient de
ressources extérieurs ( créditeurs ) plutôt que ressources intérieurs ( actionnaires ) . Le ratio
d'endettement doit être inférieur à 60%.

c) Le ratio d'indépendance financière

Le ratio d'indépendance financière sert à analyser l’équilibre financier d’une entreprise. Il se


calcule en divisant le montant des fonds propres par le total des capitaux permanents. Il doit se
situer au moins à 50 % pour que la structure des ressources stables de l'entreprise soit équilibrée.

D. Le ratio de liquidité

Le ratio de liquidité générale mesure la capacité d’une entreprise à s’acquitter de ses dettes à
court terme. Il se calcule en divisant l'actif circulant par le passif circulant. L'entreprise sera jugée
solvable si ce ratio est au moins égal à 1.

5. L'étude des garanties 

L'analyse des comptes annuels est bien insuffisante dans certains cas pour avoir une idée du
devenir d'une société ou d'un dossier. Il n'y a pas ou peu de méfiance vis-à-vis d'une société

Akram Kani Page 41


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

présentant d'excellents résultats sur plusieurs années avec une structure financière satisfaisante.
Réciproquement, il faut tenter de sortir d'une affaire qui tourne très mal.

Se pose le problème des sociétés, particulièrement nombreuses, au devenir incertain ou


présentant certains risques inhérents au dossier. Après une étude financière et comptable, il s'avère
que les comptes d'une société n'offrent pas suffisamment de garanties dans l'octroi d'un crédit et la
capacité de l'entreprise à le rembourser. La banque cherche donc des garanties lui permettant, si le
risque se concrétise, de pouvoir sortir de l'affaire à tout moment sans trop de pertes. Les banquiers
ont donc l'habitude de demander alors des garanties ou des gages à leurs clients les plus difficiles.
Ces demandes sont toutefois commercialement délicates car certaines sociétés ou dirigeants sont
parfois réticents.

Les sûretés ou garanties

Personnelles Réelles

 Solidarité Garantie Action directe Garantie


mobilière ou immobilière
 Indivisibilité Droit de rétention
gages
 Cautionnement

 Caution bancaire

Nantissement Hypothèque
mobilière

Figure 9 : Les différentes types de garanties

Akram Kani Page 42


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

A. Les garanties personnelles 

a) Le cautionnement

Le cautionnement est un engagement pris par un tiers, la caution, de s `exécuter en cas de


défaillance du débiteur. Il ne peut excéder ce qui est dû par le débiteur. Le cautionnement est
unilatéral c'est à dire que seule la caution prend un engagement.

b) L'aval 

L'aval est l'engagement apporté par un tiers appelé « donneur d'ordre » ou avaliste sur un
effet de commerce pour en garantir le paiement. L'avaliste est donc solidaire du débiteur principal.
Cette opération s'apparente donc à un cautionnement.

c) La lettre d'intention 

La lettre d'intention est un document écrit adressé par une société mère à un établissement de
crédit pour garantir les engagements pris par sa société filiale. Selon les termes employés dans
cette lettre, ce document crée un engagement moral et une véritable obligation de moyens ou de
résultat.

B. Les garanties réelles 

a) Le nantissement 

Le nantissement est l'acte par lequel le débiteur remet au créancier un bien en garantie de sa
créance. Si le bien remis en garantie est meuble, on parle de gage. Il existe plusieurs types de
garanties : le nantissement du fonds de commerce, le nantissement du matériel et véhicule, le gage
sur véhicule et le nantissement de parts sociales.

b) L'hypothèque 

C'est l'acte par lequel le débiteur accorde au créancier un droit sur un immeuble sans
dessaisissement et avec publicité (inscription au registre de la conservation des hypothèques du
lieu de situation de l'immeuble). Elle peut être légale, conventionnelle (à la suite d'un contrat) ou
judiciaire (résultant d'un jugement). En cas de non paiement et de poursuites, le créancier procède
à la réalisation du bien par vente forcée de l'immeuble saisi, aux enchères publiques. De même, le

Akram Kani Page 43


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

débiteur ne peut vendre le bien sans avoir rembourser au préalable le créancier car la garantie est
attachée à l'immeuble. La durée de l'hypothèque diffère selon le type de crédit à garantir. Une
hypothèque est assortie d'un rang, critère fondamental qui détermine les priorités lors de la vente
de l'immeuble en présence de plusieurs créanciers. Une hypothèque offre donc une bonne garantie
si le rang est bon.

Section 3 : Contentieux bancaire

I. Définition

Dans sa définition large, un « contentieux » est une querelle, un conflit qui oppose deux ou
plusieurs personnes. On dira par exemple que telle personne est en contentieux avec telle autre.
Contentieux est ici synonyme de litige, querelle, , opposition, conflit.

Dans sa définition plus étroite et en même temps plus juridique, un contentieux désigne ou
une querelle portée devant les tribunaux pour être tranchée par un juge.

Apres avoir traiter, analyser, calculer les ratios financiers et évaluer les risques du dossier
du crédit, la banque met les autorisations en vigueur et passe à la phase du suivit de crédit. Dans
le cas où le client ne rembourse pas son crédit, un conflit se naître entre le client et la banque ; on
parle ici du contentieux bancaire.

II. L'évolution du risque vers le non remboursement du crédit

Risque Traitement judicaire


Traitement 2éme
niveau
Traitement 1ér
niveau
Détection
Rétablir les Recouvrir par
conditions de tous les moyens
Régulariser dans
solvabilité
Anticiper les meilleurs
délais

Gestion courante Recouvrement amiable Contentieux

Akram Kani Page 44


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

Figure 10 : Schéma de l'évolution du risque vers le non remboursement du crédit

La sortie du crédit ne pose aucun problème quand il va à son terme normalement après
remboursement du capital et des intérêts.

Cependant, il arrive qu'une société ou une personne physique voit sa situation financière se
dégrader considérablement et ne puisse plus rembourser son crédit. Dans d'autres cas encore plus
graves, la société peut subitement disparaître sans avoir remboursé ses crédits.

Traitement de 1ér et 2éme niveau : Les affaires spéciales ( Phase recouvrement


amiable)

Cette entité est, comme son nom l'indique, « l'antichambre » du contentieux avec la
recherche de solutions amiables. L'agence conserve le compte dans son portefeuille et le
département des affaires spéciales informe le directeur d'agence de tout évènement de nature à
aggraver le risque et à accélérer le recouvrement.

En revanche, le dossier sort du réseau et le directeur d'agence ne pilote plus la relation ni ne


décide des opérations. A la réception du dossier, les membres du département des affaires
spéciales analysent la situation et définissent une stratégie en accord avec le client.

Ensuite, elle veille au suivi de cette stratégie et accompagne le client jusqu'à la régularisation
complète de l'exigible. Une fois la relation recadrée, le dossier retourne à l'agence qui retrouve
alors toutes ses prérogatives de gestion à l'égard du client.

Si les négociations amiables se soldent par un échec, le directeur d'agence consolide les
garanties et envoie le dossier au contentieux avec un historique de toutes les interventions
précédentes.

Traitement judiciaire : Le contentieux :

Le service contentieux est la dernière étape pour la banque. Il est composé de spécialistes du
siège (des juristes essentiellement) qui s'appuient sur des intervenants extérieurs (avocats,
huissiers, expert judicaire...). La prise en charge par ce service s'impose, entre autres, dès la
survenance du jugement ouvrant la procédure en cas de redressement judiciaire ou de liquidation
judiciaire dés la situation du client sera aggravé par les impayées financiers ou commerciaux.

Les litiges peuvent naître d’un défaut d’information de la part de l’établissement de crédit,


d’un manque de conseil, d’un calcul erroné des taux d’intérêt de l’emprunt ou d’une « arnaque »,

Akram Kani Page 45


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

ou en cas où le bénéficiaire de crédit n'honore pas ses engagements ( retard de remboursement ou


cessation de paiement des échéances de crédit).

La banque de son côté déclenche une procédure de contentieux bancaire dans le cadre
du recouvrement de sa créance.

III. La procédure de contentieux bancaire

1. Les procédures à suivre d'un dossier en pré contentieux

A. Le recouvrement amiable ( ETAPE 1 )

Le recouvrement amiable est un préalable avant toute procédure contentieuse.

C'est une période de négociation qui peut éviter le recouvrement judiciaire. Par définition,
celui-ci est plus long, plus coûteux et toujours incertain.

Selon la célèbre formule, « il vaut mieux un mauvais accord qu'un très beau procès ». En
effet, il peut être très difficile de faire exécuter une décision de justice (résistance du débiteur,
dissimulation de ses biens…). Une exécution volontaire est donc toujours plus sûre.

Il est ainsi parfois préférable de consentir quelques délais à son débiteur pour se ménager
l'effectivité du paiement.

Le recouvrement amiable d'un impayé suit logiquement le même processus :

• Des relances écrites voire téléphoniques (lorsque le numéro est connu) rappelant
l'origine de la dette et son montant.

• Proposition de mise en place d'échéancier, si le paiement intégral est impossible.

B. Mise en demeure de payer ( ETAPE 2 )

• La banque adresse une lettre de mise en demeure sous forme de lettre recommandée
avec accusé de réception notamment en raison des délais prévus. ( Cette lettre doit porter la
mention « mise en demeure » ). La banque précise également l'origine de l'obligation de payer, le
montant à payer, ainsi que le délai laissé au débiteur pour payer la somme demandée.

Le débiteur peut être mis en demeure aussi par un acte d'huissier par la délivrance d'une
sommation de payer valant mise en demeure, en effet La banque adresse une lettre de mise en

Akram Kani Page 46


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

demeure sous forme de lettre recommandée avec accusé de réception par un huissier accompagnée
des pièces justificatives en demandant le client de procéder à la sommation de payer valant mise
en demeure et ce dans les plus brefs délais afin que soit régularisée la situation (selon l'article 732
du code de commerce).

En cas d'échec de cette tentative de se faire rembourser et en tenant compte de la solvabilité


du client, il se chargera de recourir à la procédure du contentieux.

La mise en demeure adressé à notre débiteur (par lettre recommandée avec accusé de
réception ou par huissier judiciaire) servira à la clôture du compte agence. ( selon l'article 732 du
CC)

2. Les procédures à suivre d'un dossier en contentieux

Lorsque l'agence n'arrive pas à une solution avec le client, le recouvrement amiable et la
mise en demeure ne résolue pas le problème, une procédure du contentieux bancaire se déclenche.

A. Assignation devant le tribunal et injonction de payer ( ETAPE 3 )

La banque fait appel à un huissier qui établira une assignation. Cette assignation sera
transmise au tribunal et signifiée au client.

Le contentieux sera ensuite instruit par le juge. Au terme de l’instruction, le juge délivrera
une ordonnance d'injonction de payer ( l'injonction de payer signifie que le juge ordonne au
débiteur de payer la somme réclamée par la banque ) et fixera une date de procès.

Le procès se compose de trois phases :

1 - L'assignation des parties : l'assignation du client signifiée par huissier et lui avertit qu'un
procès est engagé contre lui.

2 - L'instruction de l'affaire : Le juge rassemble tous les éléments nécessaires pour la


présentation du dossier. Après la clôture de l'instruction, le juge rend une ordonnance et fixe la
date du procès.

3 - La prononciation du jugement : si le client est condamné à régler sa dette, la banque,


munie ainsi d'un titre exécutoire, peut procéder à la mise en jeu des garanties. Tout jugement peut
faire l'objet d'un recours auprès de la cour d'appel voire ensuite auprès de la cour de cassation.

Akram Kani Page 47


CHAPITRE 2 : LES RISQUES BANCAIRES

B. La saisie immobilière ( ETAPE 4 )

En cas de non paiement du crédit, la banque procède à un recours contre le client en faisant
la mise en jeu de la garantie ( l'hypothèque ) . La maison, appartement ou terrain hypothéqué
pourra être mis en vente. Le résultat de la vente servant à rembourser la banque ; on parle ici de la
saisie immobilière, tout débiteur qui n’exécute pas ses obligations s’expose à la saisie de ses biens
(mobiliers ou immobiliers).

La saisie immobilière une procédure judiciaire, elle se déroule depuis son commencement


jusqu’à son achèvement devant le tribunal de première instance (chambre de saisies immobilières).

C. Récupération des fonds ( ETAPE 5 )

La vente a lieu à l’expiration des délais de recours, la somme récoltée suite à la vente du
bien hypothéqué sera versée directement au PNB de la banque.

Conclusion

La banque tient compte dans l’octroi des crédits de gestion de l’analyse financière et des
engagements bancaires selon la centrale des risques. La banque peut refuser l’octroi de crédits de
gestion pour plusieurs raisons tels que le respect des règles prudentielles, l’insuffisance de
garanties, l’existence d’impayés et la mauvaise réputation de l’entreprise.

Un dossier de crédit de gestion bien fait, qui contient des informations et des explications
suffisantes, ce qui facilite le travail du banquier et augmente les chances d’octroi des crédits.
Parfois, malgré que le dossier est sans défaut, la banque accepte d'octroyer le crédit mais elle se
trouve dans un problème de ne pas être rembourser ce qui déclenche des procédures à suivre pour
recouvrir sa créance.

Par ailleurs, pour mieux comprendre la gestion du risque bancaire, on va présenter une
étude pratique d'un dossier en contentieux et on va voir les procédures suivies par la banque pour
recouvrir sa créance.

Akram Kani Page 48


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CRÉDIT DE GESTION (DOSSIER EN


CONTENTIEUX)

Introduction

Pour octroyer un crédit de gestion à l’un de sa clientèle, la banque suit une démarche pour
formuler une note détaillée sur l’entreprise.

Dans ce qui va suivre, on va étudier le processus de l’octroi d’un crédit de gestion, d’une
demande formulée par Monsieur « X » gérant de la société « S » qui détient un compte ouvert sur
les livres de la BIAT et plus précisément de l’agence BIAT HACHED 43. Par la suite on va voir
les procédures à suivre après l'envoi du dossier de crédit à la direction contentieux vue que la
banque n'été pas remboursé.

Section 1 : Etude d’un cas réel de crédit de gestion à l’agence BIAT HACHED 43

I. Etude de dossier de crédit de gestion

1. Présentation de l'affaire

La société  « S » bénéficiaire du crédit est présentée comme suit :

Nom ou Raison Sociale : Société « S »


Date de création : 30/05/2006
Compte N° : 43-10 ***** 9
Forme Juridique : SARL
Implantation : Sfax
Date d’ouverture de compte : 12/06/2006
Identifiant : 3B080*****8
Capital : 200mD
Dirigeant : Mr X
Activité : Tout genre de transport terrestre et location des engins et grues

La société « S » est une société à responsabilité limité  créé en Mai 2006 au capital initial de
200mD, son objet porte sur le transport terrestre et la location des engins et grues. Le client fournit
à la banque tous les documents exigés. Le banquier doit à son tour examiner les états financiers
fournis afin de juger la situation financière de cette société.

Akram Kani Page 49


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Le bilan et l'Etat de résultat de la société « S » relatifs aux exercices 2014, 2015 se trouvent
respectivement dans les annexes 1 et 2.

2. Demande du client

Le 13/02/2015 Mr « X » gérant de la société « S », se présente à l’agence pour rencontrer le


chargé de clientèle afin de réaliser un entretien dont l’objet porte sur la possibilité de lui accorder
le renouvellement programme de crédit de gestion pour réaliser ses objectifs. Ce programme se
répartit comme suit :

 Porter la côte de Crédit par caisse de 20mD à 50mD au taux de TMM+3%(+30mD).

 Porter la côte d’Escompte Commercial de 50mD à 150mD au taux de TMM+3%


(+100mD).

 Caution bancaire en faveur SNDP AGIL : 50mD au taux 3 ‰ par mois ( nouvelle
côte)

Outre que l’étude du bilan et de l’état de résultat, la banque doit diagnostiquer la situation
des clients et des fournisseurs de l’entreprise ainsi que leurs modes de règlement (voir les tableaux
suivants).

Nouveau dossier Dossier B.C.T. B.I.A.T. seul banquier X


Renouvellement X Dossier Interne Banquier chef de file 
3. Nature de crédit

4. Liste des principaux clients et fournisseurs de l’entreprise

Outre que l’étude du bilan et de l’état de résultat, la banque doit diagnostiquer la situation
des clients et des fournisseurs de l’entreprise ainsi que leurs modes de règlement :

Clients Mode de paiement

Mr « C1 » Traite 120 jours


Akram Kani Page 50
CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Mr « C2 » Traite 90 jours

Mr « C3 » Traite 60 jours

Mr « C4 » Virement 120 jours

Mr « C5 » Chèque

Fournisseurs Mode de paiement

Mr « F1 » Prélèvement mensuelle

Mr « F2 » Traite 90 jours

Mr « F3 » Traite 60 jours

Mr « F4 » Traite 30 jours

Mr « F5 » Chèque

5. Situation des engagements

Le point des engagements comporte les différentes sortes de crédit obtenu à court terme avec
ses montants.

Utilisation en cours au Conditions


Nature de credit Autorisation 10/02/2015 en vigueur

Crédit par caisse 20 29 TMM+3%

Escompte commercial 50 39 TMM+3%


TOTAL 70 68

6. Centrale des risques

L’affaire est une relation exclusive avec des utilisations moyennes en nette augmentation
passant de 1 413 mD en 2013 à 1645 mD en 2014. Cette situation s’explique par le fait que la
société a pris en charge l'escompte commercial et CMLT. La société « S » utilise le crédit par
caisse durant les 2 années, alors son compte bancaire fonctionne en ligne débitrice. Pour pouvoir
participer et financer les marchés, la société bénéficie des engagements par signatures qui passent
de 1 mD en 2013 à 51 mD en 2015. (voir annexe 3)

Akram Kani Page 51


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

7. Fonctionnement du compte

Concernant les engagements du client, le chargé clientèle utilise un ensemble de source


d’information interne ; on note essentiellement le PIE, résume dans le tableau ci-dessous :

DESIGNATION 2012 2013 2014


Chiffre d’affaires 2 273 000,00 2 250 000,000 2 314 000,000
Mouvement net 319 000,750 604 000,416 829 000,641
M.M.M. 26 000,209 49 000,678 77 000,536
S.M.V. (5,536) (5 000,620) (3 000,810)
Solde extrême (+) 93 000,925 28 000,539 15 000,501
Solde extrême (-) 13 000,397 30 000,398 60 000,756
SDM 9 000,601 14 000,798 24 000,631
Nombre de jours débiteurs 312 j 339 j 313 j
Moyenne des dépassements 5 000,972 5 000,276 6 000,965
Nombre de jours de dépassement 190 j 197 j 252 j

8. Les garanties proposées

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 1841m², objet TF n°5**60 à hauteur


70mD© déjà en possession de la banque (expertisée pour 110 mD le 12/2014).

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 9205m², objet TF n°5**59 à hauteur


130mD (expertisée pour 368 mD le 12/2014).

 Caution personnelle et solidaire de Mr X à hauteur de tous engagement.

II. Analyse de la situation financière de l’entreprise

On va s’intéresser dans cette sous section de la situation économique et financière de


l'entreprise par l’analyse de l’équilibre financier tel que le fonds de roulement, le besoin en fonds
de roulement et la trésorerie nette, et par l’analyse des ratios tel que les ratios de liquidité, de
rentabilité et de solvabilité ( voir annexe 4).

1. Analyse de l'équilibre financier

Cette analyse porte essentiellement sur l’analyse du fonds de roulement FR, du besoin en
fonds de roulement BFR, et de la trésorerie nette TN.

Akram Kani Page 52


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

A. Calcul et analyse du Fonds de Roulement (FR)

Le fonds de roulement est défini comme l’excédent des capitaux stables par rapport aux
emplois durables, utilisé pour financer une partie des actifs courants. Il peut être déterminé par
deux manières :

 Par le haut de bilan :

FR = Capitaux permanents – Actifs non courants


Avec Capitaux permanents = (Capitaux propres + Passifs non courants)

 Par le bas de bilan :

FR = Actifs courants – Passifs courants

Calcul du Fonds de Roulement

Libellé (D) 2012 2013 2014

Capitaux propres 186 344,143 213 338,239 269 934,143


+ Passifs non courants
722 378,245 852 834,068 725 184,379

=Capitaux permanents 908 722,388 1 066 172,397 995 118,522

– Actifs non courants 1 544 526,865 1 658 604,281 1 774 047,605

Fonds de roulement -635 804,477 -592 431,884 -778 929,083

On remarque que le Fonds de Roulement est négatif. Il est passé de -635804,477 D en 2012
à environ -592 431,884 en 2013, puis à -778 929,083 D en 2014. Ceci signifie que les capitaux
permanents n'arrivent pas à financer la totalité des actifs non courants et une partie permanente de
l’actif courant. L’entreprise ne dispose pas une marge de sécurité et elle est en situation de
déséquilibre financière à LT, ceci peut causer un risque important d'insolvabilité à CT.

Le FR ne peut pas être lui seul un instrument de diagnostic financier. En fait, cet indicateur
doit être apprécié par référence à d’autres indicateurs notamment le BFR et la TN.

B. Calcul et analyse du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) 

Akram Kani Page 53


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Le besoin en fonds de roulement est le besoin de financement résultant du décalage existant


généralement entre les flux réels et les flux financiers. En effet, il dépend à la fois des contraintes
techniques liées à la durée du cycle d’exploitation et des relations financières de l’entreprise avec
ses clients et ses fournisseurs.

On peut distinguer le Besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE) et le Besoin en


fonds de roulement hors exploitation (BFRHE) :

BFR Globale = BFRE + BFRHE

Avec

BFRE = Besoins Courants – Ressources Courantes

BFRHE = Besoins hors exploitation – Ressources hors exploitation

Calcul de Besoin en Fonds de Roulement

Libellé (D) 2012 2013 2014

BFRE -142 455,268 137 713,028 124 602,555

Stock 0,000 0,000 0,000


+ Clients et comptes rattachés
473 245,826 428 017,179 420 753,941
- Fournisseurs et comptes rattachés
615 701,094 290 304,151 296 151,386

BFRHE -372 910,486 -517 678,873 -542 554,177

Autres actifs courants 166 796,500 130 802,074 240 930,702


+ Placements et Autres actifs
0,000 0,000 0,000
Financiers
- Autres passifs courants 539 706,986 648 480,947 783 484,879

BFRE + BFRHE = BFR Globale -515 365,754 -379 965,845 -417 951,622

On remarque que le BFR global est négatif Il s’est situé à -515 365,754 D en 2012 pour passer à
-379 965,845 D en 2013 et enfin il atteint - 417 951,622 D en 2014. C’est le signe que les emplois
d'exploitation de l'entreprise sont inférieurs aux ressources d'exploitation et dans cette hypothèse,
l'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation à financer puisque le passif circulant excède les
besoins de financement de son actif d'exploitation et l'entreprise n'a donc pas besoin d'utiliser ses
excédents de ressources à long terme (fond de roulement) pour financer d'éventuels besoins à CT.
Akram Kani Page 54
CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

C. Calcul et analyse de la trésorerie nette

La trésorerie est une notion fondamentale car elle assure l’équilibre financier à court terme
entre le FR et le BFR. L’équilibre financier de l’entreprise est assuré lorsque la trésorerie nette de
l’entreprise est positive ou à la limite nulle. Elle représente la différence entre le fonds de
roulement et le besoin en fonds de roulement.

D’où la formule simplifier est :

TN = FR – BFR
Ou bien 
TN = Trésorerie active – Trésorerie passive

Calcul de la Trésorerie Nette

Libellé (D) 2012 2013 2014

Fonds de roulement -635 804,477 -592 431,884 -778 929,083

-Besoin en Fond de Roulement -515 365,754 -379 965,845 -417 951,622

=Trésorerie Nette -120 438,723 -212 466,039 -360 977,461

On remarque que la trésorerie net est négative pendant les 3 années, cela signifie que
l’entreprise ne dispose pas des ressources suffisantes pour faire face à ses besoins. Sa situation
financière est déficitaire et elle doit absolument avoir recours à des modes de financements à court
terme pour palier cette situation (découvert bancaire). Cette situation ne peut être que temporaire
et représente un réel danger pour l’entreprise si elle devient structurelle : elle laisse présager un
risque de faillite.

2. Analyse des ratios financiers

Les ratios financiers sont un bon moyen d'évaluer le rendement de l’entreprise et de repérer
les problèmes s'il y en a. Les ratios permettent de mesurer certains facteurs comme la rentabilité,
ces ratios apportent un éclairage sur l'équilibre entre les ressources et les emplois dans le cadre
d'une opposition entre court terme et long terme.

Akram Kani Page 55


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Dans notre cas on va étudier les principaux ratios affectant la décision d'octroi d'un crédit,
essentiellement les ratios de liquidité, de rentabilité et de solvabilité.

A. Analyse de la liquidité 

Les ratios de liquidité mesurent la capacité d’une entreprise à faire face à ses dettes exigibles
à court terme. Ils mesurent sa capacité de transformer rapidement des actifs courants en
disponibilités. Cette analyse est basée sur les ratios de liquidité suivants :

Actifs Courant
Ratio de Liquidit é G é n é rale=
Passifs Courant

( Actifs Courant−Stock)
Ratio de Liquidit é R é duite=
Passifs Courant

Liquidités
Ratio de Liquidit é Imm é diate=
Passifs Courant

Ces ratios permettent de mesurer la liquidité de l’entreprise. Cette dernière doit être
constamment en mesure de couvrir ses dettes à court terme, autrement elle s’expose à une
situation de cessation de paiement et pourra être mise en liquidation judiciaire.

Calcul des Ratios de Liquidité

Libellé 2012 2013 2014

Actifs courants 658 174,386 597 857,397 705 134,945

/ Passifs courants 1 293 978,863 1 190 289,371 1 484 064,028

Akram Kani Page 56


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Ratio de Liquidité Générale 0,508 0,502 0,475

Actifs courants 658 174,386 597 857,397 705 134,945

- Stock 0,000 0,000 0,000

/ Passifs courants 1 293 978,863 1 190 289,371 1 484 064,028

Ratio de Liquidité Réduite 0,508 0,502 0,475

Liquidités 18 132,060 39 038,144 43 450,302

/ Passifs courants 1 293 978,863 1 190 289,371 1 484 064,028

Ratio de Liquidité Immédiate 0,0140 0,0327 0,0292

Le ratio de liquidité générale montre que les actifs courants ne permettent pas de couvrir
les passifs courants. Ce ratio doit être supérieur à 1, correspondant à un fonds de roulement positif,
or ce n'est pas le cas, Le ratio de liquidité générale pour cette entreprise est inférieur à 1 pendant
les 3 dernières années, correspondant à un fond de roulement négatif. On constate que ce ratio n'a
pas respecté la norme pendant les 3 années, ce qui signifie que l’entreprise est insolvable à court
terme.

Le ratio de la liquidité réduite permet de mesurer la capacité de l’entreprise à faire face à


ses dettes à court terme avec ses créances et ses liquidités. On remarque que ce ratio est nettement
inférieur 1 pendant les 3 années, ceci est dû à la hausse apparente des passifs courants. Cela
signifie que des pressions devront être exercées pour alimenter les liquidités de l’entreprise par les
sommes nécessaires au règlement de ses obligations à court terme.

Le ratio de liquidité immédiate mesure la capacité instantanée de l’entreprise à faire face à


ses engagements si les fournisseurs exigent le remboursement immédiat. Ce ratio est inférieur à 1
pendant les 3 années, ce qui montre que l’entreprise a un problème de liquidité et de solvabilité.

B. Analyse de la rentabilité

La rentabilité de l’entreprise peut être mesurée grâce à l’analyse de ses performances


économique et financière. Elles sont exprimées par des indicateurs chiffrés qui ont pour objectif
d’apprécier l’efficacité et l’efficience de l’entreprise dans l’utilisation de ses ressources, compte
tenu de la nature de ses activités et de ses objectifs stratégiques.

Akram Kani Page 57


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Cette analyse se base sur l’interprétation des ratios suivants :

Bénéfice Net
Ratio de Rentabilit é Financié ℜ=
Capitaux propres

Bénéfice Net
Ratio de Rentabilit é de l ' Actif =
Total Actifs

Calcul des Ratios de Rentabilité

Libellé 2012 2013 2014

Bénéfice Net 47 339,828 26 994,096 56 595,904

/ Capitaux propres 186 344,143 213 338,239 269 934,143

Rentabilité financière 0,254 0,126 0,209

Bénéfice Net 47 339,828 26 994,096 56 595,904

/ Total Actifs 2 202 701,251 2 256 461,678 2 479 182,550

Rentabilité de l’actif 0,0214 0,0119 0,0228

La rentabilité financière intéresse principalement les actionnaires qui cherchent à


maximiser la rentabilité de leurs placements. L’entreprise dégage une rentabilité financière
positive.
La rentabilité de l’actif est un bon indicateur pour mesurer l'efficacité de l'ensemble des
capitaux utilisés dans l’entreprise. La rentabilité de l’actif étant positive dans la période étudié,
mais elle enregistre une légère diminution en 2013 . Ainsi on peut conclure que l'entreprise est
rentable et crée de la valeur.

C. Analyse de solvabilité

Capitaux Propres
Akram Kani Ratio de solvabilit é = PageBilan
58
Total
CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Calcul du ratio de solvabilité Le

Ratios (D) 2012 2013 2014

Capitaux propres CP 186 344,143 213 338,239 269 934,143

/ Total Bilan 2 202 701,251 2 256 461,678 2 479 182,550

Ratio d'Autonomie financière 8,45% 9,45% 10,88%

ratio de solvabilité est inférieur à 20% pendant les 3 dernières années. L'autonomie financière de
l'entreprise n'est pas pas trop satisfaisant signifie que les capitaux propres ne couvrent pas l'ensemble
des dettes.

III. Avis de l'agence et la direction de crédit

1. Avis de l'agence

Vu ce qui précède et compte tenu :

 De l'intérêt commercial de cette affaire de part son chiffre d'affaires de 2,5 mD en 2014,
la promesse du gérant de développer d'avantage son mouvement sur nos livres.

 L'augmentation de capital de la société réalisé le 27/10/2014 en portant de 50 à 200 mD.

 Les impayés sur le système bancaire sont relatifs au crédit Leasing, l'encours a fait l'objet
d'un arrangement.

 son utilisation moyenne en matière de crédit par caisse et escompte commercial sur le
système bancaire.

 La qualité de la clientèle de cette société.

 De l'hypothèque sur le terrain déjà en possession de la banque à hauteur de 70 mD


( expertisée à 110mD)

 La valeur de la nouvelle garantie proposée expertisée pour 368 mD le 17/04/2014

Akram Kani Page 59


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Moyennant comme garantie le maintien de l'hypothèque sur le terrain déjà en notre


possession et une nouvelle propriété expertisée pour 368 mD le 17/04/2014:

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 1841m², objet TF n°5**60 à


hauteur 70mD © expertisée pour 110 mD le 12/2014).

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 9205m², objet TF n°5**59 à


hauteur 180mD (expertisée pour 368 mD le 12/2014).

Néanmoins, le comité régional de crédit lui a accordé seulement les côtes suivantes:

 Crédit par caisse : Porter de 20 mD à 30 mD au taux TMM+3%

 Escompte commercial: Porter de 50 mD à 70mD au taux de TMM+3%

Moyennant les garanties suivantes :

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 1841m², objet TF n°5**60 à


hauteur 70mD © expertisée pour 110 mD le 12/2014).

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 9205m², objet TF n°5**59 à


hauteur 180mD (expertisée pour 368 mD le 12/2014).

Actuellement, notre relation revient à la charge et nous sollicite de ne pas exiger


l'hypothèque sur le terrain d'une superficie de 9205m², objet du TF n°5**59 et nous contenter de
l'hypothèque sur le terrain, déjà en notre possession, d'une superficie de 1814m², objet du TF
n°5**60 à hauteur de 100 mD (expertisée pour 110 mD).

De notre côté et compte de la connaissance de la garantie proposée, nous sommes d'avis


favorable pour la modification des garanties comme suit :

 Crédit par caisse 30 mD au taux de TMM+3%

 Escompte commerciale : 70 mD au taux TMM+3%

 CMP : 1 %

En couverture des CCT :

Akram Kani Page 60


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

Hypothèque en rang utile (après BIAT pour 70 mD) sur terrain d'une superficie de
1814m² objet du TF n°5**60 à hauteur 100mD (expertisé pour 110 mD 12/2014)

Caution personnelle et solidaire de Mr X à hauteur de tous engagement

2. Avis de la direction de crédit

Vu la valeur de la garantie déjà en notre possession, expertisée à 110 mD en décembre 2014,


qui couvre le risque à courir , et compte tenu de la notation qualitative (voir annexe 5) et des
bonnes performances commerciales réalisées en matière de CA et résultats, de l’équilibre
structurel de la société, son intérêt d’exploitation pour notre établissement, nous sommes d'avis
favorable de suivre l'agence dans sa proposition ci-dessus et de modifier les garanties ainsi :

Hypothèque en rang utile (après BIAT pour 80 mD) sur terrain d'une superficie de
1814m² objet du TF n°5**60 à hauteur 100mD (expertisé pour 110 mD 12/2014)

Caution personnelle et solidaire de Mr X à hauteur de tous engagement

Suite l'avis favorable d’accord de crédit, le contrat de prêt signé, les garanties régularisées,
alors la banque met les autorisations en vigueur en système ( voir annexe 6 ).

Section 2 : L'intervention de la BIAT vis à vis la non remboursement de crédit

Lorsque le compte sera débiteur et dépasse l'autorisation, suivi d'un absence de mouvement
sur le compte, ça sera claire que le client est en difficulté de paiement et que la banque est exposé
contre un risque de non remboursement, donc une procédure de recouvrement se déclenche.

I. Les procédures à suivre au niveau de l'agence

Tout d'abord la banque a notifié Mr X par un appel téléphonique rappelant l'origine de la


dette et son montant pour éviter le recouvrement judiciaire car celui-ci est plus long, plus coûteux
et toujours incertain. A ce moment là, la banque consent Mr X quelque délais pour se ménager et
vient de payer sa dette.

Suite à l'appel téléphonique jusqu'a la fin du délai consenti Mr X n'a pas réagi et il n'a pas
venu à la banque pour résolu son problème. La banque a adressé un simple lettre de rappel. Cette
lettre n'a pas de valeur judiciaire: c'est juste pour informer Mr X de payer sa dette (en fait, il part

Akram Kani Page 61


CHAPITRE 3 : ETUDE DE CAS D’UN CREDIT
DE GESTION (DOSSIER EN CONTENTIEUX)

du principe que le client passe par une difficulté financière très ponctuelle). Notez que la banque a
rappelée Mr X de tous les risques qui peuvent l'encourir s'il n'a pas régler sa dette.

Mr X n'a pas réagi, la banque a adressé une lettre de mise en demeure sous forme de lettre
recommandée avec accusé de réception par un huissier accompagnée des pièces justificatives en
demandant le client de procéder à la sommation de payer valant mise en demeure et ce dans les
plus brefs délais afin que soit régularisée la situation.

Les négociations amiables se soldent par un échec, le chef d'agence a procédé à la fermeture
du compte bancaire au niveau de l'agence et a consolidé les garanties et envoyé le dossier au
direction contentieux avec un historique de toutes les interventions précédentes.

II. Les procédures à suivre au niveau de direction contentieux

Dés que le dossier est arrivé au direction contentieux, un nouveau dossier est constitué
(dossier contentieux n° ****/*) contenant tous les documents concernant Mr X.

La direction contentieux procède à une enquête sur la patrimoine de Mr X et tous les biens
qu'il possède pour protéger la banque en cas où la valeur de l'hypothèque ne couvre pas le montant
de la dette puis elle a fait appel à un huissier qui a établi une assignation, qui été transmise au
tribunal et signifiée au client.

Le juge a délivré une ordonnance d'injonction de payer à Mr X, ce dernier a réagi et a


demandé un arrangement avec la banque.

En ce cas, il y a rupture de paiement, la banque a la possibilité de réclamer les dommages et


les intérêts et une reprise de recours judiciaire se déclenche.

Conclusion

Dans ce dernier chapitre, on a établi le processus d'octroi un crédit de gestion sur le plan en
précisent les garanties pour que la banque se protège contre les risques qu'elle est susceptible de
subir de la part de son client. Par la suite on a présenter l'intervention de la banque lorsque le client
n'a pas remboursé son crédit en allant du niveau agence jusqu'a atteindre la direction contentieux,
en indiquent que le service contentieux fait recours au recouvrement amiable avant de recourir au
procédures judicaires.

Akram Kani Page 62


CONCLUSION GENERALE

CONCLUSION GENERALE

Pour conclure, j'ai eu l'honneur d'effectuer mon stage au sein de la banque internationale
arabe de Tunisie (BIAT) exactement à l'agence 43 BIAT Sfax Hached durant 3 mois.
Cette formation pratique m'a été bénéfique et venait compléter la formation théorique que j'ai à eu
à la faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG). De même, j’ai eu l’occasion de
rédiger mon premier rapport de stage, une expérience qui m’a autorisé de mieux connaitre les
enjeux du monde de l’emploi.

L'agence 43 (Sfax Hached) m'a donné l'opportunité d'accéder à un dossier de


renouvellement du programme de crédit de gestion (dossier contentieux) pour compléter mon
étude théorique. Dans ce rapport, On a commencé par la présentation, dans le premier chapitre, du
secteur bancaire tunisien et de la BIAT puis on a énuméré les différents crédits de gestion. par la
suite, on a analysé dans le deuxième chapitre, les différents types de risques bancaires, le
processus d’octroi d’un crédit de gestion et les procédures à suivre dans la direction contentieux.
Enfin on a étudier un dossier contentieux d'un crédit de gestion à travers un cas pratique d'une
société « S » de l'agence 43.

D’après mon stage effectué à l’agence 43, les principaux points forts de l’agence sont :

 La polyvalence du personnel qui a la capacité d’effectuer n’importe quelle opération.


Ceci constitue un facteur clé de succès dans la mesure où il serait possible de
s’adapter facilement à la demande.
 L’accueil chaleureux des clients constitue un avantage pour l’agence. En effet, le
personnel qui est en contact avec les clients est toujours à l’écoute de ceux-ci et il
garde toujours le calme et la sympathie.
 L’accueil chaleureux se manifeste aussi à travers l’acceptation des stagiaires à
l’intérieur de la banque en veillant à ce qu’ils soient à l’aise et en leur fournissant de
bon gré toutes les informations dont ils ont besoin.
 La bonne formation du personnel surtout en matière d’utilisation des nouvelles
technologies.

Akram Kani Page 63


LISTE DES ANNEXES

Liste des annexes

Annexe 1 : Bilan comptable

Actifs 2012 (D) 2013 (D) 2014 (D)

Actifs non courants


Actifs immobilisés
Immobilisations incorporelles 24 800,954 26 658,097 26 828,097
Moins : amortissements 9 529,719 16 336,615 20 066,167
Immobilisations corporelles 2 740 620,045 3 151 188,494 3 690 270,530
Moins : amortissements 1 211 964,015 1503 505,295 1923 584,455
Immobilisations financières 599,600 599,600 599,600
Moins : provisions 0,000 0,000 0,000
Total des actifs immobilisés 1 544 526,865 1 658 604,281 1 774 047,605
Autres actifs non courants 0,000 0,000 0,000
Total des actifs non courants 1 544 526,865 1 658 604,281 1 774 047,605

Actifs courants
Stock 0,000 0,000 0,000
Moins : provisions 0,000 0,000 0,000
Clients et comptes rattachés 473 245,826 428 017,179 420 753,941
Moins : provision 0,000 0,000 0,000
Autres actifs courants 166 796,500 130 802,074 240 930,702
Placements et autres actifs financiers 0,000 0,000 0,000
Liquidités et équivalents de liquidités 18 132,060 39 038,144 43 450,302
Total des actifs courants 658 174,386 597 857,397 705 134,945

Total des actifs 2 202 701,251 2 256 461,678 2 479 182,550

Akram Kani Page 64


LISTE DES ANNEXES

Capitaux propres et passifs 2012 (D) 2013 (D) 2014 (D)

Capitaux propres
Capital social 50 000,000 50 000,000 200 000,000
Réserves 953,774 953,774 13 338,239
Résultats reportés 88 050,541 135 390,369 0,000
Total des capitaux propres avant résultat 139 004,315 186 344,143 213 338,239
de l’exercice
Résultat de l’exercice 47 339,828 26 994,096 56 595,904
Total des capitaux propres avant 186 344,143 213 338,239 269 934,143
affectation

Passifs

Passifs non courants 722 378,245 852 834,068 725 184,379


Emprunts 0,000 0,000 0,000
Autres passifs financiers 0,000 0,000 0,000
Provisions 722 378,245 852 834,068 725 184,379
Total des passifs non courants

Passifs courants 615 701,094 290 304,151 296 151,386


Fournisseurs et comptes rattachés 539 706,986 648 480,947 783 484,879
Autres passifs courants 138 570,783 251 504,273 404 427,763
Concours bancaires et autres passifs
financiers
1 293 978,863 1 190 289,371 1 484 064,028
Total des passifs courants 2 016 357,108 2 043 123,439 2 209 248,407
Total des passifs

Total des capitaux propres et des passifs 2 202 701,251 2 256 461,678 2 479 182,550

Etat de résultat 2012 (D) 2013 (D) 2014 (D)

Produit d’exploitation
Revenus 1 986 372,824 2 249 832,128 2 541 752,408
Autres produits d’exploitation 8 853,551 22 842,890 39 531,513
Production immobilisée 0,000 0,000 0,000
Total des produits d’exploitation 1 995 226,375 2 272 675,018 2 581 283,921
Charges d’exploitation
Achat d’approvisionnements consommés -331 704,639 -262 273,075 -144 718,420
Charges de personnels -239 543,586 -294 317,461 -290 918,903
Dotations aux amortissements et aux -504 754,632 -586 412,132 -532 970,731

Akram Kani Page 65


LISTE DES ANNEXES

provisions
Autres charges d’exploitation -1 016 887,938 -1 055 352,757 -1 449 305,491
Total des charges d’exploitation -2 292 890,795 -2 198 355,325 -2 417 913,545
Résultat d’exploitation -97 664,420 74 319,593 163 370,376
Charges financières -96 875,916 -134 781,697 -138 329,357
Transfert de charges 0,000 0,000 0,000
Autres gains ordinaires 260 874,064 111 500,000 66 598,356
Autres pertes ordinaires 0,000 0,000 -9 177,316
Résultat des activités ordinaires avant 66 333,728 51 037,896 82 462,059
impôt
Impôt sur les bénéfices -18 993,900 -24 043,800 -25 866,155
Résultat des activités ordinaires après 47 339,828 26 994,096 56 595,904
impôt
Eléments extraordinaires (gain/pertes) 0,000 0,000 0,000
Résultat net de l’exercice 47 339,828 26 994,096 56 595,904
Annexe 2 : Etat de résultat

Annexe 3 : Central des risques

Akram Kani Page 66


LISTE DES ANNEXES

Nature de crédits Utilisation moyenne Utilisation moyenne Septembre 2014


2013 2014
SYS-BC BIAT % SYS-BC BIAT % SYS-BC BIAT %

Crédit par caisse 31 16 52 % 44 25 57% 70 42 60%


Escompte commercial 136 45 33% 251 69 27% 257 74 29%
Avance sur créance 3 0 0% 6 0 0% 0 0 0%
FED export 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
Total mobilisation poste 139 45 32% 257 69 27% 257 74 29%
client
Financement de stock 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
Préfinancement export 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
FED import 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
Total court terme Ref 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
Total court terme non 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
Ref
CMLT investissement 0 0 0% 106 0 0% 183 0 0%
CMLT consolidation 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
CMLT ressources 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
spéciales
Leasing 1 186 0 0% 1 051 0 0% 1067 0 0%
Total CMLT 1 186 0 0% 1 057 0 0% 1250 0 0%
ENG/SIG à décaissement 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
ENG/SIG sans 1 1 100% 51 0 0% 51 1 2%
décaissement
Total ENG/SIG 1 1 100% 51 0 0% 51 1 2%
Impayés 56 0 0% 82 0 0% 17 0 0%
Contentieux 0 0 0% 0 0 0% 0 0 0%
Total 1 413 62 4% 1 591 95 6% 1645 117 7%

Annexe 4 : Situation économique de l'entreprise

RUBRIQUE 2013 2014 RUBRIQUE 2013 2014


Chiffre d'affaires (CA) 2250.0 2542.0 Fonds Propres Nets 213 270
(dont exportation) 0.0 0.0 (dont Capital) 50 200
Valeur Ajoutée (VA) 956.0 988.0 Dettes structurelles 853 725
Taux de VA = (VA / C A) 42.0% 38.0% Actif immobilisé 1 659 1 775

Akram Kani Page 67


LISTE DES ANNEXES

EBE 662.0 697.0 (dont Participation) 1 1


Marge opérationnelle 29.0% 27.0% Fond de roulement -593 -779
Résultat d'exploitation 76.0 164.0 BFR d'exploitation 138 125
Marge d'exploitation 3.0% 6.0% ( En mois de CAHT ) 0 0
Charges financières 135 138 Trésorerie d'exploitation 0 0
Charge Fin / CA 6% 5,429 BFR hors exploitation -517 -542
%
Résultat Net 29 58 TN 517 542
Marge nette 1.0% 2.0% Rentabilité Fin: (RN/FPN) 14% 21%
CASH FLOW NET 615 591 Solvabilité : (FPN/total Bilan) 9% 10%
Flux Trés Gen par l'expl - - Autonomie : DLMT / 80% 72%
CAP.PERM
Dividendes Distribués - - Cap Remb : DLMT / C FLOW 1.3 1.2

Annexe 5 : Notation qualitative de l'entreprise

Commentaire
ACTIONNARIAT/GROUPE  Note 2,67
Capacité et volonté de soutien des actionnaires :
4.Soutien important des principaux actionnaires
( participation au augmentation de capital)
Frontière patrimoniale entreprise / actionnaires
La société a un caractère familiale.
3.Usage moyen des participations, distribution
raisonnable des dividendes
Plan de succession
1. Pas de plan de succession envisagé

Note 3
GOUVERNANCE / MANAGEMENT 

Forme juridique
1. Ets, SARL
Management
3. Management assuré par l'actionnaire majoritaire ou
Management et actionnariat séparé et management
instable Une coordination entre les associés pour mieux gérer
la société.

Akram Kani Page 68


LISTE DES ANNEXES

Transparence financière
2. Etats financiers assez pertinents mais non certifiés,
ou certifiés avec beaucoup de réserves du CC

Stratégie
4.Stratégie cohérente et réaliste à moyen terme

SECTEUR Note 2,6


Marché
3. En croissance
Volatilité des cash-flows
3. Cash-flows moyennement volatils

Scène Concurrentielle
Marché très concurrentiel dont notre relation a p
2.Forte concurrence : 10-20 acteurs > 70% des parts accroché sa part.
de marchés

Sensibilité à des facteurs exogènes: conjoncture,


quotas, autorisations, réglementation,
environnement
2. Forte

Barrières à l'entrée : réglementaire,


capitalistique, technologique...
3. Moyennes

Note 3
POSITIONNEMENT
Positionnement concurrentiel
3. Acteur important

Produits/Services : qualité, cycle de vie, produits de


substitution
4. Bonne qualité/ Produit ayant un avantage compétitif
majeur/ Phase de croissance/ Faible menace de La qualité de service et les moyens de transport
produits de substitution utilisés permettent à notre relation d'être plu
concurrentiel

Dépendance/clients
2.Certaine dépendance

Akram Kani Page 69


LISTE DES ANNEXES

Dépendance/fournisseurs
2.Certaine dépendance
Adéquation des moyens mis en œuvre pour la
réussite de l'entreprise: implantation,
production, technologie, qualité, RH, logistique,
distribution, promotion
4.Moyens de bonne qualité/ récents

REFERENCES BANCAIRES / Note 4


ACCES AU FINANCEMENT 
Références bancaires
4. Client BIAT avec un historique significatif et de
bonne qualité, en relation avec banques connues pour
leur gestion prudente des risques
Client à la BNA et Attijari Bank
Historique bancaire
4.Bon (pas d'incidents, quelques retards de paiement)
Accès au financement (banques et autres bailleurs
de fonds)
4. Facile (sauf bourse et international)

Annexe 6 : Autorisation de crédit de gestion

AUTORISATION DE CREDITS DE GESTION

GROUPE CODE AGENCE


DIRECTION DE LA ZONE SFAX I 4 3 SFAX F.HACHED

NUMERO DU COMPTE NOM OU RAISON SOCIALE


PRINCIPAL Société "S"

IDENTIFIANT CODE EN DATE DU ECHEANCE


3B080****8 - 1 5 / 0 2 / 2 0 1 5 3 0 / 1 1 / 2 0 1 5
CODE LIBELLE CODE ACTIVITE TMM

Akram Kani Page 70


LISTE DES ANNEXES

- Transport terrestre de marchandises -

CODE COD NATURE ENGAGEMENT, DUREE ET MONTANT TAUX


Engageme E MODALITE DE REMBOURSEMENT AUT (mD) APPLIQUE
nt DEVI
SE
111 TND Crédit par caisse 30mD TMM+3
310 TND Escompte Commercial 50mD TMM+3
C.M.P : 1%

CODE NATURE DES GARANTIES


Hauteur Val.Exp
GARANT
IE

 Hypothèque sur terrain d'une superficie de 1814m² objet du 80 110


TF n°5**60 à
 Caution personnelle et solidaire de Mr X à hauteur de tous
engagement

Akram Kani Page 71


BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

Les ouvrages :

 COLLONGUES Y. (2005). Ratios Financiers et prévision des faillites des PME.

 MASMOUDI Z. (2006) ; « analyse financière de l’entreprise pour les études de crédit à


court terme » ; APTBEF.

Autres documents :

 Cours de techniques bancaire.

 Cours Banques et institutions financières.

 Cours diagnostic financier de l'entreprise .

Webographie

 http://www.biat.com.tn
 www.jurifiable.com/
 http://www.wikipédia.com/

 http://www.bct.org.tn/
 www.legavox.fr/
 www.contentia.fr/

Akram Kani Page 72