Vous êtes sur la page 1sur 4

Extrait « La pratique des régimes de neutre en HT »

lambert.michelp@wanadoo.fr

1 Les protections résiduelles


1.1 Généralités
Observons le système électrique d’un réseau HTA en défaut dont le neutre est mis à la terre par une résistance.

1.1.1 Composante résiduelle et composante homopolaire

Au point P, En un point du réseau, le module du courant résiduel


r r r ∠ -9° est le triple du courant homopolaire. Ils ont même
Id = Ii = Io = 54 A
r r argument.
Ir = Jd = 162 A r r
Ir = 3Io

∠-176° La tension résiduelle est, dans ce cas particulier, en


Vo = 6952 V
rr rr
∠-176°
opposition de phase avec l’intensité résiduelle.
Mlb
Vr = 3Vo = 20856 V
Qo
Le signe des puissances homopolaires dépend
du déphasage θ entre Vo et Io.
Au point P π/2 ≤ θ ≤ 3π/2. Ζο capacitive
La puissance active homopolaire est donc
naturellement négative. Le signe de la Po < 0 Po > 0
Qo > 0 Qo > 0
puissance réactive homopolaire dépend de
l’impédance homopolaire. θ
Zo résistive → Qo ≈ 0
Zo inductive → Qo < 0 Vo Io Po
Zo capacitive → Qo > 0 Po < 0 Po > 0
Nous verrons plus loin l’utilisation de cette Qo < 0 Qo < 0
propriété.
Ζο inductive

Tensions Courants Impédances Puissances


active réactive
r 1r Pr = 9.Po Qr = 9.Qo
r r r r Zr = Zo
Vr = 3Vo Ir = 3 Io Pr = 3Vo.3Io.cos θ Qr = 3Vo.3Io.sin θ
3
Vr
Zo =
Ir -3,3 MW -0,76 MVAR*
20856 V 162 A
128Ω

1
Extrait « La pratique des régimes de neutre en HT »
lambert.michelp@wanadoo.fr

1.1.2 Réalité physique des composantes homopolaires


Elles n’interviennent qu’en présence d’un déséquilibre homopolaire. Le courant homopolaire traverse alors les
éléments constituant l’impédance homopolaire du réseau. Pour mettre en évidence cette propriété, nous ajoutons
au réseau précédent une impédance homopolaire transversale « Zo » représentant le capacitif homopolaire du
réseau de câble.

Le réseau est équilibré Le réseau est le siège d’un déséquilibre homopolaire

Dans ce réseau à vide, la composante directe de tension Les composantes symétriques sont surtout représentées
est égale à la tension simple du réseau. Les tensions par les composantes directes et homopolaires1.
inverses et homopolaires sont nulles. Les tensions simples et composées sont déséquilibrées.
Il existe un courant dans le neutre du réseau.
Les impédances homopolaires Zo sont traversées par
1
un courant Io = 12 A .
3

On peut considérer qu’une composante homopolaire est l’expression mathématique d’un déséquilibre
homopolaire. La composante résiduelle en est sa manifestation physique. La composante résiduelle d’une
grandeur électrique est la valeur que l’on mesure pour détecter un déséquilibre homopolaire.
Pour mesurer le courant résiduel, on effectue la somme des courants qui transitent dans les phases en un point du
réseau. Les sommes géométriques des courants dans les systèmes direct et inverse étant nulles (§Erreur !
Source du renvoi introuvable.), l’intensité résiduelle est donnée par la relation
r r r r r
I1+ I2 + I3 = 3Io = Ir

On peut alors réaliser le montage suivant:

On effectue la somme des courants au secondaire


des transformateurs de mesure (TC)

I'1

I'2

I'r I'3

On déduit de la valeur de I’r, la valeur I’o telle que


I' r
I’o = et Io = K.I’o où K est le rapport de
3
transformation des TC

1
Si le neutre est relié à la terre par une faible impédance, les composantes inverses ne sont plus négligeables.

2
Extrait « La pratique des régimes de neutre en HT »
lambert.michelp@wanadoo.fr

Pour mesurer la tension résiduelle, on effectue en un point du réseau la somme des tensions simples « phase-
neutre » ou « phases-terre ». Les sommes géométriques des tensions dans les systèmes directe et inverse étant
nulles, la tension résiduelle est donnée par la relation
r r r r r
V1 + V2 + V3 = 3 Vo = Vr

la mesure de Vr est obtenue par le montage suivant

On utilise trois transformateurs de


tension (TT) dont les secondaires
sont couplés en série de manière à
alimenter le relais par
r r r r r
V' 1+ V' 2 + V' 3= V' r = 3 V' o .

On en déduit la valeur de Vo telle que


V' r
Vo = K
3
On verra dans le livre 3 qu’il existe
des variantes à ce montage.

A l’aide des deux montages précédents, on peut mesurer ou calculer les impédances et les puissances
homopolaires.

Vr Vr Vr
Zo = , Ro = . cosθ, Xo = . sinθ,
Ir Ir Ir

Vr . Ir Vr . Ir Vr . Ir
So = , Po = . cosθ, Qo = . sinθ
9 9 9

1.1.3 Les circuits de mesure

Le circuit de mesure de la protection « Max de I »


comprend:

 la protection,

 la boite d’essai,

 les transformateurs de courant


(TC) et le câblage du secondaire.

3
Extrait « La pratique des régimes de neutre en HT »
lambert.michelp@wanadoo.fr

Le circuit de mesure du « PARCS2 »

 le relais sensible,

 le transformateur de courant de type


tore et le câblage du secondaire (Le
tore est généralement monté en sortie
de caisson du départ HTA)

1.1.4 Plan de protection d’un réseau HTA de distribution

L’architecture d’un tel plan de protection essentiellement constitué de relais à maximum d’intensité résiduelle est
représentée par le schéma ci-dessous.

Transformateur HTB/HTA Transformateur HTB/HTA


 Protection des masses du
transformateur.  Détection des défauts à la terre
sur le réseau HTA.

Arrivée HTA
 Protection à maximum
d’intensité résiduelle à temps
indépendant. Jeu de barres protégé HTA
Départ HTA  Protection des masses du jeu de
 Protection à maximum barres HTA.
d’intensité résiduelle à temps
indépendant.
 Protection à maximum
d’intensité résiduelle à temps
dépendant.
Poste divisionnaire HTA/HTA
 Protection à maximum
d’intensité résiduelle à temps
indépendant.
 Protection à maximum
d’intensité résiduelle à temps
dépendant.

2
Protection ampèremétrique résiduelle et sélective