Vous êtes sur la page 1sur 9

AfricanScientific Journal

07 juin 2021

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET LE SERVICE RH

Mohamed Amine ENNACIRI


Etudiant Master en Gestion
Spécialité Gestion des Ressources Humaines
Faculté d’économie et de gestion, Settat
Université Hassan 1er
MAROC
mr.ennaciri@yahoo.com
AfricanScientific Journal

Résumé

Le métier RH est le plus important dans chaque organisation que ce soit privé ou public.
Ces dernières années le monde de travail a connait des révolutions numériques avec une
accélération imprévisible. donc les DRH devront elles préparer à chaque situation
particulière.

L’intelligence artificielle vient d'aider le service RH pour conduire les projets avec les
souhaits d'optimiser la productivité. Mais on ne peut pas dire que l'intelligence artificielle
élimine totalement l'intelligence humaine, mais chacun sa valeur et son rôle.

Mots clés :

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, Fonction RH, Compétences.

Abstract

The HR profession is the most important in every organization, whether private or public.
In recent years the world of work has experienced digital revolutions with unpredictable
acceleration. therefore HRDs will have to prepare for each particular situation. artificial
intelligence has just helped the HR departments to lead projects with the desire to optimize
productivity. But we can not say that artificial intelligence totally eliminates human
intelligence, but each has its value and its role.

Keywords :

ARTIFICIAL INTELLIGENCE, HR function, Skills.


AfricanScientific Journal

L’emploi devient complexe de plus en plus,


le changement dans la façon d’organiser les
tâches, les progrès technologiques en
rapidité, ont transformé les méthodes de
travail.

Selon une recherche de l’université de


« oxford » ; d’ici 2030, 80% des métiers
n’existent pas (à l’échelle mondiale) et 6
millions d’emploi qui sont peu qualifiés
vont être disparaitre en Europe d’ici 2025,
avec la création au même temps de 15
millions d’emplois pour une qualification
plus élevée. Donc ces évolutions vont
provoquer une disparition de nombreux
métiers.

Cette révolution a connait une accélération


pendant la crise sanitaire (covid-19).

Tout cela nous amène à ce qu’on appelle


l’Intelligence Artificielle. Mais avant de
parler de l’IA, il faut disposer des
compétences et l’Intelligence Humaine(IH).

Les compétences créent les métiers de


futur, comment ?

Quelles sont les compétences que nous


devrions les développées ? Quel est
l’impact de la digitalisation sur le métier
RH ?
AfricanScientific Journal

Les compétences créent les métiers de demain

Face à un environnement plein de mutation il faut s’adapter pour saisir les opportunités et relever les
multiples défis qui se posent. Pour suivre ce changement il faut s’assurer que les individus assimilent les
bonnes compétences, et pour le faire il faut s’actualiser en continu et tout au long de notre vie. Donc on
peut dire que la mondialisation, l’intelligence artificielle et les changements démographiques ont un
impact majeur sur la manière dont les individus travaillent.

L’intelligence artificielle : L’automatisation entraîne la digitalisation des emplois et des métiers qui
nécessitent un faible niveau de compétences courantes. Donc la problématique porte sur le nombre et la
nature des emplois et des métiers qui vont disparaître et la création de nouveaux types d’emplois qui
nécessite des nouvelles compétences.

Toutes les études dernièrement montrent que plusieurs emplois risquant d’être automatiser, parce que de
nombreuses tâches actuellement réalisées par L’homme pourraient être digitalisées et traitées par les
machines et la plus part de ces emplois sont routiniers, donc L’homme est amené à améliorer leurs
compétences pour éviter le chômage et être capable d’effectuer des missions et des taches de grandes
importances.

Et donc l’intelligence artificielle va donner la naissance à d’autres types d’emplois qui nécessitent
vraiment des compétences et des connaissances plus élevé. Et pour cela il est donc essentiel que ces
personnes qui ce sont trouver devant les portes de leurs organisations de penser à améliorer leur niveaux et
leurs compétences pour suivre ces changements et pourquoi pas de décrocher un nouveau emploi dans ces
nouveaux emplois.

Mondialisation : À cause de La mondialisation des chaînes de valeur mondiales ont été créé dans
lesquelles on trouve divers phases de production peuvent être exécutées et rassemblées dans différents
pays. Dernièrement on constate que plusieurs organisations sont orientées vers la délocalisation des tâches
routinières qui nécessitant peu de compétences et ce phénomène entraîne la perte d’emplois dans les pays
développées au profit des pays en développement.
AfricanScientific Journal

À cet effet on constate qu’il y a une diminution des taux de chômage dans les pays à revenu faible et
intermédiaire. Et cela peut prendre un autre sens chez les payes développées.

Évolution démographique : Dans La majorité des pays développés les évolutions démographiques sont
liées au vieillissement de la population. Alors que les personnes âgées peuvent rester sur le marché du
travail à condition qu’ils bénéficient de la motivation et du soutien. Donc c’est primordial de renforcer
leurs compétences surtout pour les payes qui souffrent d’un taux élevé du vieillissement. La croissance
des besoins des personnes âgées entraînent également l’augmentation et la croissance de ces secteurs liés
aux soins et à la prise en charge sociale, qui sont difficiles à automatiser.

Avoir des compétences utiles le maximum possible de votre vie pour des systèmes de compétences
plus fort : Le monde et entrain de changer et il faut se préparer dès maintenant. Donc tous nos pensés, nos
compétences, nos métiers vont être transformés en données numériques et conservés sur des plates formes
dans un monde digital.

L’évolution des machines et les systèmes d’informations ont intégrés notre vie personnelle et
professionnelle, les compétences évoluent aussi à cause des tendances et se caractérisent surtout par des
compétences particulières donc nous devons être toujours en évolution vers un apprentissage tout au long
de notre vie pour ne pas être licencié un jour à cause d’une machine.

Pour réussir au travail il faut acquérir des compétences plus élevés donc il est essentiel d’améliorer la
qualité des systèmes éducatifs et avoir la capacité de résoudre les problèmes, l’esprit critique, la
cohésion d’équipe et la capacité d’adaptation. On peut dire que le facteur le plus important pour être à
jours c’est l’apprentissage tout au long de la vie.

Pour que les individus puissent s’adapter dans un monde en évolution, chacun doit avoir des compétences
solides et variées, Ce processus doit durer tout au long de notre vie, Les compétences sont de plus en plus
importantes pour réussir actuellement

Le bon choix des compétences à acquérir et la bonne utilisation de ces compétences sont les clés de
la réussite économique et du bien-être de chacun. Donc si vous arrivez à maitriser ces deux facteurs c’est
tout à fait normal que vous aurez plus de chance de trouver de nouveaux emplois avec un salaire élevé.

La transformation numérique : Les progrès de l’intelligence artificielle (IA) et Les technologies de


l’information et de la communication (TIC) et la robotisation sont en train de changer notre façon de faire
les choses et notre façon de travailler.

Actuellement nous utilisons tous des outils numériques (ordinateurs, tablettes,…) quotidiennement dans
notre vie personnelle que professionnelle, il est donc primordiale pour les organisations d’adopter un style
de travail cohérent avec la technologie qui nous en tours. Si les établissements adoptent le numérique et la
digitalisation par souci d’efficacité et de performance donc nous avons besoin de certaines compétences
dans ce domaine.

La digitalisation s’accompagne d’une énorme croissance économique, Parce qu’elles peuvent engendrer
des gains de productivité et de temps. En même temps le développement de ces technologies fait peur
AfricanScientific Journal

pour les demandeurs d’emploi, mais aussi pour la protection de la vie privée et la sécurité de donnes
personnelles.

L’automatisation crée de nombreux emplois et en fera disparaître de nombreux autres. L’incertitude règne
sur l’impact de la technologie sur les besoins en compétences de l’emploi de demain.

On peut dire que l’écart entre ce que demande un emploi et ce qu’une machine est capable de faire est en
train de se résorber. Donc il faut faire de l’effort pour avoir des compétences plus élevés et qui ne seront
pas impacter par l’automatisation. Dans tous les cas les compétences demandées par les nouveaux emplois
sont différentes de celles requises par les emplois qui sont entrain de disparaître.

Donc Les personnes les plus qualifiés ont plus de chances de trouver des emplois avec leurs compétences
qui sont complémentaires de la technologie. Au contraire les moins qualifiés occupent les emplois
menacés par l’automatisation.

Quelles compétences pour l’avenir ?

Dans un monde plein de mutations rapides et d’incertitude, on devra tous assumer de la responsabilité du
développement de compétences tout au long de la vie.

Parmi les connaissances et les attitudes qui seront indispensables à la réussite professionnelle et
personnelle :

Les compétences de base : les mathématiques et la culture numérique, qui devront être maîtrisées pour
permettre à chacun et chacune de s’adapter à l’évolution de leur milieu professionnel, Les personnes qui
métrisent ces compétences seront mieux placés pour acquérir de nouvelles connaissances Ils seront
disposés à apprendre tout au long de leur vie.

Les compétences cognitives et métacognitives transversales : la pensée critique, la résolution de


problèmes complexes, la créativité, apprendre à apprendre sont nécessaires non seulement pour relever les
défis de l’avenir, mais aussi pour transformer l’avenir et le rendre meilleur.

Les compétences socio-émotionnelles : avoir le sens de la responsabilité pour maitriser le travail,


l’empathie, la perception de ses propres capacités et la collaboration, qui contribuent à des sociétés plus
bienveillantes et plus tolérantes.

Les connaissances et les compétences professionnelles techniques et spécialisées : indispensables pour


certaines professions mais dont le potentiel de transfert est suffisant pour qu’elles puissent être appliquées
à d’autres domaines.

On peut dire que notre système d’éducation et d’apprentissage ont du mal à préparer notre génération pour
l’avenir dans un monde très imprévisible. Les pays développés aussi se trouvent confrontés à la
problématique des compétences, et nous devrons tous réagir pour aider les jeunes à être plus inventifs et
AfricanScientific Journal

plus responsables dans un monde complexe, ainsi que les moyens d’intégrer ces compétences dans les
programmes d’enseignement scolaire et pourquoi pas de les préparés pour les métiers de demain.

Aujourd’hui, on peut dire qu’il est difficile de donner une définition claire ce que l’intelligence
artificielle.

L’IA est dernière un grand nombre des techniques, des technologies, telles que les techniques
d’apprentissage machine1, le Deep-Learning2, système expert, traitement de paroles, techniques de
planification, la robotique…

L’IA ou la digitalisation révolutionne avant tout les usages et les comportements humains, donc il est
obligatoire d’associer la fonction RH à la transformation de l’entreprise dans ce domaine.

Les DRH ont donc une double-responsabilité, la première de réussir cette transformation et l’autre de
contribuer activement à celle de ses organisations.

L’IA et le métier RH

Lorsqu’on parle de métier ou la fonction RH, on parle d’un métier qui a une importance au
milieu d’organisation.

Comme nous voyons dans les grandes sociétés mondiales, les DRH donnent une
importance aux personnes disposant des compétences et des expériences aux terrains, c’est
à dire : la pratique plus que la théorie ; cela qui a donné aux pays comme l’Allemagne,
une grande image ou réputation sur leurs secteurs industriels et surtout dans l’automobile.

L’industrialisation besoin de l’IA comme la robotique qui aide de façon efficace et


efficience d’obtenir ou atteindre les objectifs.

La transformation digitale du service RH :

Ces dernières années, on a observé qu’il y a une transformation digitale aussi du métier
RH, comme :

1. Le recrutement ; les différents organisations que ce soit privé ou public, publient des
annonces de recrutement dans les presses, sites web de ses organisations(SIRH) ont

1
Fonde sur des approches mathématiques et statistiques pour donner à l’ordinateur la capacité d’apprendre à partir de
données.
2
Mode d’apprentissage automatique.
AfricanScientific Journal

révolutionne la manière de recruter les collaborateurs en quelque minutes, c’était


moins couteux, soit pour l’organisation ou les candidats.
2. La formation ; avec le digital, les formations, surtout dans la période de la crise
sanitaire étaient, étaient à distance, ce qu’on appelle le e-learning avec une simple
connexion internet.
3. Aussi la GPEC qui se réinvente avec le digital.
4. Le télétravail ; heureusement, ce mode de travail à donner la continuité des services,
de la productiondes entreprises…

Tout cela, nous amènent à certifier que l’intelligence artificielle donne un avantage
concurrentiel pour les entreprises, mais on peut dire aussi l’intelligence humaine a toujours
sa valeur et sa place dans le milieu organisationnel et surtout dans le département RH.

L’intelligence humaine est infinie, par contre


l’intelligence artificielle qui a été créée par l’être
Comment  ? humain.
Bien sûr, il y a des systèmes qui peuvent conduire des
automobiles, des jeux aux échecs, Go, et faire des
tâches qui sont difficile de manière plus rapide et fiable qu’un être humain.
La digitalisation a son importance au milieu d’une organisation, tels que la capacité de
raisonner, de remémorer, planifier…mais n’a pas la capacité de motiver les individus par
exemple d’un être humain.

L’intelligence artificielle n’éliminera pas donc


l’intelligence humaine de sa propre initiative.
Et donc  !
Comme différente technologie puissante, l’IA peut être utilisée pour le profit de service
ressources humaines et de déplacer certains métiers, et de s’accompagner d’une croissance
de production, des services, mais ne peut pas remplacer 100% les capacités totale de
l’intelligence humaine !
AfricanScientific Journal

Bibliographie

Acemoglu, D. and D. Autor (2011), “Skills, Tasks and Technologies : Implications for Employment and
Earnings”, in Handbook of Labor Economics, Elsevier,

Berger, T. and C. Frey (2016), “Structural Transformation in the OECD: Digitalisation,

Deindustrialisation and the Future of Work”, Documents de travail de l’OCDE sur les affaires sociales,
l’emploi et les migrations, No. 193, Éditions OCDE, Paris,

Braconier, H., G. Nicoletti and B. Westmore (2015), “Policy challenges for the next 50 years”, OECD
Journal : Economic Studies, Vol. 2015/1,

Nedelkoska, L. and G. Quintini (2018), “Automation, skills use and training”, Documents de travail de
l’OCDE sur les affaires sociales, l’emploi et les migrations, No. 202, Éditions OCDE, Paris,

OCDE (2013), Perspectives de l’OCDE sur les compétences 2013 : Premiers résultats de l’Evaluation des
compétences des adultes, Éditions OCDE, Paris,

OCDE (2011), Skills for Innovation and Research, Éditions OCDE, Paris,

Organisation des Nations Unies (2018), World Population Prospects: The 2017 Revision, Département des
affaires économiques et sociales, Division de la population,

Gestion des compétences professionnelles en entreprise, Petit-Lancy, Sébastien Meyrat

Batir-le-future-des-métiers.pdf

Vous aimerez peut-être aussi