Vous êtes sur la page 1sur 14

UNIVERSITE SIDI MOHAMED BEN ABDELAH

Ecole Nationale Des Sciences Appliqués-Fès


Génie industriel

Travaux Pratiques
Sur LabVIEW

Réalisé par :
Encadré par :
AROUR Chaymae Mr. CHALH Zakaria
BENSMIDA hajar
1. Introduction :

 NI myRIO, c’est quoi ?

Au cours de travaux pratiques, nous allons prendre en main


le matériel NI myRIO dédié à la conception de systèmes
embarqués et au contrôle/commande.

D’un point de vue logiciel, NI myRIO utilise toute la


puissance de NI LabVIEW pour le développement d’applications
temps réel et FPGA. Plutôt que de passer des heures à déboguer
une syntaxe complexe ou créer des interfaces graphiques, les
étudiants peuvent se concentrer sur la conception et l’assemblage
du système, sans aucune pression liée à la lourdeur de
l’environnement ou du langage de programmation.

Une personnalité FPGA par défaut est déployée en usine, pour


que les débutants puissants commencer immédiatement à utiliser les E/S disponibles, sans
avoir à reprogrammer le FPGA. Cette possibilité devient beaucoup plus intéressante quand
les étudiants souhaitent adapter le comportement des E/S aux capteurs et actionneurs à leur
disposition. Par exemple, ils pourront facilement remplacer une E/S numérique classique par
une commande PWM pour piloter des moteurs supplémentaires. Cette faculté d’adaptation
rend myRIO utilisable tout au long du cursus, depuis des cours d’initiation aux systèmes
embarqués jusqu’à des projets de fin d’études.

Ce TP vous propose donc de prendre en main ce périphérique dédié au


contrôle/commande et à l’embarqué. NI myRIO est programmable aisément via NI
LabVIEW, un environnement de programmation graphique, convivial et rapide à mettre en
œuvre.

13
 Introduction à LabVIEW

LabVIEW est un environnement de programmation graphique


utilisable pour développer rapidement des applications qui couvriront
plusieurs plateformes et systèmes d’exploitation. La puissance de
LabVIEW repose sur sa capacité à s’interfacer avec des milliers d’appareils
et d’instruments, en utilisant des centaines de bibliothèques et de Vis
existants. LabVIEW accélère ainsi le développement et permet d’acquérir,
analyser et présenter des données très rapidement.

Les applications LabVIEW imitent l’apparence d’instruments réels (comme des


multimètres, des générateurs de signaux ou des oscilloscopes). Elles sont donc appelées
Instruments Virtuels ou VI (Virtual Instruments). Chaque application LabVIEW possède une
face-avant, une icône/connecteur et un diagramme. La face-avant sert à reproduire l’interface
graphique d’un appareil du monde réel. Les programmeurs peuvent adapter et personnaliser
cette face-avant, par exemple avec des types de visualisations différents en fonction des
données à analyser. L’icône/connecteur est l’équivalent direct des terminaux d’entrée/sortie
d’un instrument, pour lui permettre de s’interfacer avec d’autres appareils. Les VIs peuvent
donc contenir d’autres VIs (appelés sous-VIs), tous connectés les uns aux autres et avec une
profondeur illimitée (comme des fonctions et des sous-fonctions dans un langage de
programmation textuel). Enfin, le diagramme est l’endroit où le développeur crée le code lui-
même. Contrairement à des langages textuels comme C, Java, C++ ou Visual Basic,
LabVIEW utilise des icônes à la place de lignes de code pour créer des applications. Cette
différence implique que l’exécution du code est gouvernée par des règles sur le flux de
données, plutôt qu’une exécution séquentielle. Les fils de connexion entre les nœuds et les
VIs déterminent l’ordre d’exécution du code.

En résumé, les VIs LabVIEW sont graphiques, gouvernés par le flux de données et la
programmation événementielle, et sont capables de cibler de multiples plateformes. Ils
profitent de la flexibilité d’une approche orientée objet, en plus de capacités de multithreading
et de programmation parallèle. Enfin, les VIs LabVIEW peuvent être déployés vers des cibles
temps réel et FPGA.

13
2. LED discrète :
Les LED, ou diodes électroluminescentes, sont des voyants simples et essentiels qui
indiquent l'état d'un système et les conditions d'erreur.

Voilà certaines LED classiques

 Montage expérimental de LED discrète :

13
Le circuit d'interface de la LED discrète nécessite deux connexions au connecteur MXP B
du NI myRIO

 Anode → B/+3,3 V (broche 33)


 Commande LED → B/DIO0 (broche 11)
 Face-avant et diagramme

 Modifications de base
1) Ajoutez une commande sur la face avant pour régler la fréquence de clignotement
en hertz

2) F
a
i
tes clignoter deux LED
adjacentes pour simuler un signal de passage à niveau.

13
3) Faites clignoter les LED verte et bleue de la LED RVB avec le même code
LabVIEW que le signal de passage à niveau

 Voilà Broches et diagramme de connexion de la


LED RVB

13
3. Afficheur LED sept segments
Les afficheurs basés sur sept segments LED disposés en forme de « 8 » constituent un
moyen d'affichage simple des chiffres de 0 à 9 et de certaines lettres de l'alphabet.

 Montage expérimental de sept segments LED :

Circuit de démonstration d'un afficheur sept segments, diagramme de connexion, disposition


recommandée du montage expérimental et connexion à huit E/S numériques sur le connecteur
MXP B du NI myRIO.

13
Le circuit d'interface nécessite neuf connexions au connecteur MXP B du NI myRIO

 Anode commune (CA) → B/+3,3 V (broche 33)


 Segment a → B/DIO0 (broche 11)
 Segment b → B/DIO1 (broche 13)
 Segment c → B/DIO2 (broche 15)
 Segment d → B/DIO3 (broche 17)
 Segment e → B/DIO4 (broche 19)
 Segment f → B/DIO5 (broche 21)
 Segment g → B/DIO6 (broche 23)
 Point décimal → B/DIO7 (broche 25)

 Face-avant et diagramme

 Modifications
de base

1) Conservez
le même

13
comportement, mais convertissez le VI Express Digital Output à son code sous-
jacent, puis connectez la commande tableau de la face avant directement au VI
Write de la sous-palette Advanced I/O → Digital I/O du NI myRIO. Créez
également une commande sur la face avant pour que des E/S numériques puissent
être sélectionnées par l'utilisateur.

2) Utilisez une commande numérique (de type entier) sur la face avant pour afficher
le symbole figurant sur l’afficheur sept segments en son nombre entier équivalent ;
une structure Condition avec tableau de constantes booléennes convient
parfaitement. Affichez les valeurs 0 à 9, puis un tiret pour les valeurs supérieures à
9 (points bonus pour un afficheur hexadécimal incluant les lettres A à F).

13
3) Créez un
chenillard
rotatif dans
lequel un
segment
unique
semble se déplacer autour de l'afficheur

13
13
4. Interrupteur à bouton poussoir
Les interrupteurs à bouton poussoir, également appelés interrupteurs à action
momentanée, servent de dispositifs de base sur une interface utilisateur, tout comme les
capteurs simples, par ex. les détecteurs de contact.

 Montage expérimental interrupteur à bouton poussoir:

Circuit de démonstration de l’interrupteur à bouton poussoir ; diagramme de connexion,


disposition recommandée du montage expérimental et connexion au connecteur MXP B du NI
myRIO.

13
 Face-avant et diagramme

 Modifications de base

1) Ajoutez le VI Express LED (sous-palette myRIO | Onboard) comme indicateur de


sortie du détecteur de front (la porte ET).

2) Testez différentes valeurs de vitesse de boucle en ajustant la valeur de Wait (ms) ;


vous préférerez peut-être modifier la constante par commande sur la face avant.

13
3) Réglez le comportement du compteur pour compter les relâchements du bouton
poussoir plutôt que les actionnements.

4) Réglez le comportement du compteur de pressions pour compter les


actionnements et les relâchements du bouton poussoir.

13

Vous aimerez peut-être aussi