Vous êtes sur la page 1sur 32

~1~

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des Obligations et


Responsabilité Civile :
Bibliographie :

1. Enseignements de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université


Cheikh Anta Diop de Dakar Sénégal.

Dédicace :

A ma Mère, à mon Père et que l’Eternité paradisiaque soit, pour tous nos morts.
A l’Etudiant aussi, il est infatigable sur les durs chemins de la recherche des Savoirs.

Auteur

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des Obligations et Responsabilité Civile de Bassirou


Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de participation au Tutorat de Droit
en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar (Sénégal). Contacts 221 77 747 94 83,
Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de Banque au SENEGAL/Janvier 2021.

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~2~

Méthodologies en Droit :

1. Méthodologie de commentaire de texte ou d’article en Droit

A. Présentation du texte :
- Source du texte : Nom de l’œuvre d’où est tiré le texte avec la page et toutes les références
de localisation du texte si possible seulement
- Nature : extrait, discours, articles codes, articles d’analyse….
- Auteur : donner des informations sur l’auteur si seulement vous en possédez
- Date : En son existence et si elle est significative, donner des informations sur le date

B. Caractères du texte :

Dire si le texte est normatif ou non mais il faut toujours préciser son caractère pédagogique
parce que renseignant sur un thème déterminé du Droit constitutionnel ou du Droit
administratif.

C. Situation du texte :

Amener et poser le thème du texte donc partir du général au particulier du thème du texte ;
c’est le contextualiser

D. Division du texte :

Donner les deux parties du texte avec leurs étendues et leurs intitulés respectifs.

E. Présentation de l’idée générale :


F. Justification du plan ou articulation du texte :

Donner les arguments qui sont à la base des deux grandes parties. Ces arguments
correspondent aux sous parties qui doivent être dans une phrase pertinente et cohérente
justifiant les deux grandes parties. Faire la même chose pour chaque partie.

G. Annonce du plan :

Annoncer le plan en précisant qu’on reprend le plan du texte. Par exemple dire « A
l’instar de la démarche de l’auteur nous verrons… »

NB : Même démarche pour un commentaire en Histoire du Droit sauf le caractère du texte

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~3~

2. Méthodologie de cas pratiques en Droit:


A. Résumé des faits de chaque cas pratique :

Ce sont les faits qui méritent l’application d’une règle de droit donc revoyant à un thème du
cours ou des TD.

B. Identification des questions de droit. :

Rechercher poser et répondre aux questions de droit si elles ne sont pas posées directement
dans le cas pratique.

C. Réponses aux questions accessoires puis aux questions principales  :

Différencier et répondre aux questions accessoires avant de passer aux questions


principales.

- Rappels de faits liés à la question accessoire à répondre.


- Rappels des normes, principes et exceptions liés à la question accessoire à répondre.
- Répondre concrètement à la question accessoire avant de passer à la question principale.
3. Méthodologie de dissertation en Droit :
A. Amener et poser le sujet :

Partir du général au particulier, du thème au sous thème jusqu’à l’idée du sujet.

B. Définir les termes clés du sujet et Définir le sujet:

Donner la signification des mots importants du sujet. Donner l’idée centrale du sujet et reformuler cette
idée.

C. Délimiter le sujet :
Préciser ce qui entre dans vos développements et élaguer ou éliminer dans l’introduction
toujours ce qui ne fait pas parties de votre étude bien que proche du sujet.
D. Intérêt théorique et intérêt pratique : L’intérêt théorique c’est de préciser ce que le sujet nous
renseigne sur le thème au plan théorique et idem au niveau pratique c’est-à-dire ses
enseignements dans les faits de société.
E. Problématique du sujet :

C’est une question dont la réponse sera à la fois la première et la seconde partie. Mais la réponse se
fera à l’annonce des deux grandes parties et dans la dernière étape de l’introduction

F. Justification du plan :

Démontrer les arguments qui sont à la base des deux grandes parties avec les sous parties par
une phrase pertinente et cohérente. Faire la même chose pour la seconde partie.

G. Annonce du plan :

Nous verrons dans une première partie …puis dans une seconde partie...

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~4~

4. Méthodologie de commentaire d’arrêt en Droit :


A. Résumer des faits :

Ce sont les faits qui méritent l’application d’une règle de droit donc revoyant à un thème du
cours ou des TD.

B. Procédures et prétentions des parties :


Préciser en ordre les juridictions empruntées et devant chaque juge ce qui a été défendu par
chacune des parties (les moyens ou arguments des parties).

C. Question de droit ou problème juridique :


C’est la question que le juge du procès devra répondre pour trancher le litige. C’est une
question dont la réponse sera à la fois la première et la seconde partie. Mais la réponse se
fera à l’annonce des deux grandes parties et dans la dernière étape de l’introduction.

D. Solution ou décision du juge :

C’est le faite de donner la décision du juge et les deux arguments qui sont à la base de sa
décision. Ce qui va former la première partie.

E. Annonce du plan :

Nous verrons dans une première partie …puis dans une seconde partie...

NB : La seconde partie du commentaire d’arrêt sera constituée par l’analyse de la règle de
droit par rapport à la solution du juge.

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~5~

Thème 01 : L’obligation volontaire ou le Contrat

Sous thème 01 : Généralités sur l’Obligation (ou créance ou droit personnel) et le contrat.

Sujet 00 : Les obligations

Problématique : Quelles sont les différentes catégorisations des obligations ?

1. Classification des obligations suivant leur objet et leur intensité  :

A. Catégorisation des obligations suivant leur objet :

-Obligations de faire

- Obligations de ne pas faire

- Obligations de donner

B. Catégorisation des obligations suivant leur intensité :

- Obligations de moyen

- Obligations de résultat

2. Catégorisation des obligations suivant leurs sources :

A. Les obligations légales :

C’est l’obligation émanant d’un acte involontaire donc du législateur. C’est le cas des obligations
découlant de la responsabilité civile qui est l’obligation de réparer par dommages et intérêts du fait
d’un préjudice. Ce sont donc des faits illicites illégaux (délits et quasi-délits) causant dommages à
autrui et entrainant réparation.

B. Les obligations contractuelles et les quasi-contrats :

- Les obligations conventionnelles ou contractuelles émanent d’un contrat ou convention ; provenant


donc de la volonté de la partie (acte ou engagement unilatéral) ou des parties (contrat ou convention) 
qui s’engagent.

- Les obligations émanant des quasi-contrats sont celles provenant de la gestion d’affaire, de
l’enrichissement sans cause et du paiement de l’indu.

Sujet 02: Droit réel et Obligation (ou droit de créance ou droit personnel).

Problématique : Quels sont les liens qui existent entre droit réel et droit de créance?

1. Deux droits différents quant à leur objet et leur nombre:


A. Du point de vue de leur objet :
B. Au niveau de leur nombre :
2. Deux droits opposés quant à leurs caractères et d’autres aspects  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~6~

A. Au niveau de leurs caractères :


B. Du coté des droits de suites et des droits de préférence

Sujet 03: Le contrat.

Problématique : Quel est le régime juridique du contrat?

1. Les conditions de formation du contrat :


A. Conditions de fond :
B. Les conditions de forme ou le formalisme contractuel :
2. Les effets et la sanction de la violation du contrat  :
A. Les effets :
B. La sanction de la violation du contrat ;
- La sanction de la violation des conditions de formation ou la nullité :
- Les sanctions de la violation de l’obligation d’exécuter le contrat.

Sujet 04: Les contrats.

Problématique: Quelle est la catégorisation des contrats suivant le Code des Obligations Civiles et
Commerciales (C.O.C.C.)? Quel est l’intérêt et la critique de la catégorisation du C.O.C.C. ?

1. Contenu de la classification des contrats suivant le C.O.C.C.  :


A. Contrats explicitement prévus par le C.O.C.C. :

- Classification des contrats suivant le nombre contractants (contrats unilatéraux et contrats


multilatéraux).

- Catégorisation suivant un critère économique (contrats onéreux et contrats commutatifs.

- Classification suivant la durée de mise en œuvre (contrats instantanés et contrats à exécution


successifs)

B. Contrats implicitement ou tacitement prévus par le C.O.C.C.:

* Suivant la formalité :

- Contrats nommés et les contrats innommés

- Contrats solennels et contrats consensuels

- Contrats réels et contrats personnels

*suivant la volonté des parties et leur autorité :

- Contrats de gré à gré et contrats d’adhésion

- Contrats individuel et contrats collectif

2. Intérêt et critique de la classification :

A. Intérêt de la classification :
Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de
Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~7~

* Intérêt de la classification fondée sur les contrats explicitement prévus par le législateur :

- L’exception d’inexécution, la résolution pour inexécution et la théorie des risques ne sont applicables
qu’au contrat synallagmatique et non au contrat unilatéral

- Une solennité particulière est prévue pour les contrats à titre onéreux et non les contrats à titre
gratuit. L’ampleur de la donation ne doit pas lésée le donateur et l’origine frauduleuse ne doit pas
lésée les tiers.

- Les règles relatives à la lésion, à la protection du consommateur et même à la nullité peuvent être
écartées concernant les contrats aléatoires et non ceux commutatifs.

- Si la résolution et la destitution et leurs effet respectifs sont applicables aux contrats instantanés ; la
résiliation et ses conséquences caractérisent le contrat à exécution successive.

* Intérêt de la classification fondée sur les contrats tacitement prévus par le législateur :

- Si les dispositions générales réglementent les contrats innommés ; les dispositions spéciales
régissent les contrats nommés

- l’inégale force économique caractérise le contrat d’adhésion contrairement aux contrats de gré à gré.

- La majorité est requise pour les contrats collectifs et non les contrats individuels.

B. Critique de la classification proposée par le C.O.C.C.  :

* Les contrats non prévus par le C.O.C.C. :

- Les contrats internes et les contrats internationaux. Et ces derniers ont un lien avec deux Droits de
deux pays différents au moins et contrairement aux contrats internes.

- Les contrats complexes (association de plusieurs contrats spéciaux) et groupes de contrat


(individualisation des chaines de contrat, des sous contrats et de l’ensemble.

- Les contrats commerciaux, les contrats civils et les contrats mixtes entre civil et commerçant ainsi
que les contrats administratifs.

* D’autres classifications proposées par la doctrine :

- Classification selon les modes de formation : Les contrats consensuels, solennels et réels d’une part
et les contrats négociés et ceux d’adhésion d’autre part.

- Classification selon la structure de l’obligation en cause : contrats synallagmatiques et ceux


unilatéraux ; les contrats à titre onéreux et ceux à titre gratuit ; les contrats commutatifs et ceux
aléatoire.

- Classification selon la personne du cocontractant

- Classification selon le type de contrat : Contrats nommés et les contrats innommés ; contrats
instantanés et contrats à exécution successifs ; les contrats commerciaux, les contrats civils et les
contrats mixtes.

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~8~

Sous thème 02 : Les conditions de formation du contrat

Sujet 01: Le consentement.

Problématique : Quels sont les éléments du consentement et les sanctions de sa violation ?

1. Les éléments composites du consentement:


A. L’offre ou la pollicitation :
B. L’acceptation :
2. Sanction de la violation du consentement :
A. Les affections du consentement :
- Les vices du consentement : L’erreur, le dol et la violence.
- Les obligations générale et spéciale d’information.

B. La nullité du contrat :

- La nullité relative.

- La nullité absolue

Sujet 02: Le Principe du consensualisme.

Problématique : Peut-on se suffire du consentement pour contracter ?

1. La naissance d’obligation dès l’échange de volonté :


A. Le pacte de préférence:
B. Les autres contrats consensuels:
2. L’exigence de certaines formalités pour contracter :
A. Le formalisme d’efficacité :
B. Le formalisme de validité :

Sujet 03: Le Principe de l’autonomie de la volonté.

Problématique : Quelle est l’étendue et la limite de l’autonomie de la volonté?

1. Exposé du principe de l’autonomie de la volonté :


A. La liberté de contracter ou de ne pas contracter :
B. La liberté de déterminer le contenu du contrat :
2. Exceptions au principe de l’autonomie de la volonté  :
A. L’égale force des parties au contrat :
B. L’ordre public

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~9~

Sujet 04: L’offre ou la pollicitation

Problématique : Quelles sont les exigences liées à l’offre? Quel est le régime de la pollicitation ?

1. Exigences liées à l’offre :


A. L’exigence d’une pollicitation pure et simple :
B. L’exigence d’une offre extériorisée :
2. Régime de la pollicitation :
A. La révocation de l’offre :
B. La caducité de l’offre

Sujet 05: L’acceptation

Problématique : Quelles sont les exigences liées à l’acceptation et ces effets?

1. Les exigences liées à l’acceptation :


A. L’exigence d’une acceptation pure et simple :
B. L’exigence d’une acceptation extériorisée :
2. Conséquences de l’acceptation :
A. Les avants contrats :
- La promesse unilatérale
- La promesse synallagmatique
- Le pacte de préférence

B. Sanction de la violation de l’acceptation

Sujet 06: L’échange de volonté

Problématique : Quelles sont les éléments de l’échange de volonté et ses conséquences?

1. Les éléments de l’échange de volonté:


A. L’offre
B. L’acceptation:
2. Conséquences de l’échange de volonté:
A. Les avants contrats :
- La promesse unilatérale
- La promesse synallagmatique
- Le pacte de préférence

B. Sanction de la violation de l’échange de volonté

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 10 ~

Sujet 07: Le silence et le contrat

Problématique : Quelles sont les éléments de l’échange de volonté et ses conséquences?

1. Le principe du rejet du silence comme ayant une valeur juridique  :


A. L’acceptation tacite de contracter :
B. L’acceptation expresse de contracter :
2. Le silence comme ayant une valeur juridique :
A. Le silence comme acceptation suivant la loi :

- Le silence comme acceptation dans le renouvellement d’un contrat de travail ou de contrat de bail.

B. Le silence comme acceptation suivant la jurisprudence :

- Le silence comme acceptation dans des relations d’affaire fréquentes.

- L’usage ou les règles du même milieu professionnel des parties assimile le silence comme une
acceptation de contracter.

- Le silence vaut acceptation de contracter si l’offre est faite dans l’intérêt exclusif du destinataire.

Sujet 08: Le contrat par étape ou la période précontractuelle

Problématique : Quelles sont les différentes phases de la période précontractuelle?

1. Les pourparlers ou les négociations :


A. L’exigence de liberté et de bonne foi :
B. Les accords de principes :
2. Les avants contrats :
A. La promesse unilatérale :
B. Les accords multilatéraux :
- Le pacte de préférence :
- La promesse synallagmatique :

Sujet 09: Le contrat par correspondance (ou contrat entre absent ou telecontrat ou


complication dans l’échange de consentement)

Eliminer la représentation (une forme de contrat par correspondance) dans l’introduction.

Problématique : Quelle est la date et le lieu de formation de l’accord de volonté en matière de contrat
entre absent?

1. Exposé des thèses de la controverse sur la détermination de la date et du lieu de l’échange


de volonté :
A. La théorie de l’émission :
B. La thèse de la réception :
2. Les solutions apportées à la controverse sur la détermination de la date et du lieu de
l’échange de volonté :
A. La fausse solution sénégalaise :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 11 ~

B. La solution de l’Acte Uniforme de l’OHADA ou la théorie de la réception :

Sujet 10: La protection du consentement ou les mesures de protection du consentement (ou


les affections du consentement)

Problématique : Quelles sont les affections contre lesquelles le consentement est protégé?

1. La protection du consentement contre les vices :


A. L’erreur :
B. Le dol et la violence :
2. La protection du consentement contre la violation de l’obligation d’information  :
A. L’obligation d’information 

À l'époque initiale du code civil, il était plus naturel de penser que chacun était à même de défendre
ses intérêts sans attendre le recours d'autrui. On considérait qu'il était du devoir de chaque
contractant de se renseigner, de s'informer lui-même avant de passer le contrat envisagé. Mais à
partir de la seconde moitié du XXe siècle avec l'apparition du phénomène contractuel de masse et
devant le constat de la situation d'infériorité face à l'information dans laquelle se trouve certain
catégories de partenaires d'idée s'est peu à peu imposés d'obliger celui qui détient une information
pertinente à la communiquer à son partenaire, si elle lui semble de nature à influencer son
consentement.

Dans cette perspective, le législateur a multiplié les interventions ponctuelles pour imposer à certains
contractant l'obligation de communiquer à leurs partenaires certaines informations importantes avant
de conclure le contrat.

La loi de 89 " DOUBIN" impose notamment dans les contrats de distribution commerciale que le
fournisseur qui entend conclure des contrats de franchise avec des distributeurs renseigne ces
derniers notamment sur les perspectives d'évolution du marché.

Mais en l'absence même de toute obligation d'information spécialement imposée par un texte, la
jurisprudence est parvenue à imposer une telle obligation au nom des exigences de la loyauté
contractuelle et de bonne foi. Art 1134 al 3.

Ainsi sous ce visa, la jurisprudence est parvenue à imposer au cocontractant une obligation
contractuelle d'obligations ou de renseignements. Cette obligation n'existe que si certaine condition
sont réunies.

Tout d'abord cette obligation ne concerne que les informations pertinentes. C'est-à-dire de
nature à pouvoir influencer le cocontractant.

Cette obligation ne joue que lorsque le partenaire pouvait légitimement ignorer cette
information. Pour apprécier ce caractère, la jurisprudence tient compte des compétences respectives
des parties mais également des relations de confiances qui peuvent les unir .De ce fait cette obligation
d'information pèse principalement sur les professionnels. On considère en effet que la sphère dans

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 12 ~

leurs sphères de compétences les professionnels ont un savoir qu'ils doivent communiquer à leurs
clients dès lors que ces éléments d'information peuvent influencer leur consentement.

D'ailleurs dans bien des cas, cette obligation d'information se double d'une obligation de conseil qui
consistait éclairer le partenaire sur l'opportunité du contrat et qui peut même aller jusqu'à le dissuader
de contracter. Lorsqu'elle existe, cette obligation d'information peut être sanctionnée de différentes
manières. Dans certains cas, ce manquement à cette obligation peut justifier l'annulation du contrat
pour erreur, elle pourrait même justifier une annulation pour réticence dolosive ( À condition que cela
ait été intentionnel). Dans tous les cas, le manquement à une tel obligation constitue une faute et
entraîne par là-même la responsabilité de son auteur, c'est-à-dire l'obligation pour lui de réparer le
préjudice en résultant.

-L’obligation spéciale d’information :

-L’obligation générale d’information :

B. Le délai de réflexion :

C'est ce qui est prévu en cas de crédit immobilier ou l'emprunteur bénéficie d'un délai pour réfléchir à
l'offre de crédit que lui fait son banquier, cette acceptation prématurée est privée d'effet. Ce délai de
réflexion ont alors pour effet de paralyser temporairement le processus contractuel en retardant le
moment de l'acceptation. Mais dans d'autres cas, le mécanisme instauré par la loi est plus original, car
il s'agit d'accorder au cocontractant un véritable droit de repentir, c'est-à-dire de lui accorder un délai
au cours duquel il pourra revenir efficacement sur l'acceptation qu'il aurait donnée et cela sans avoir à
se justifier ni à payer la moindre pénalité.

Loi du 3 janvier 72 qui fait bénéficier notamment le consommateur démarché à son domicile de
bénéficier d'un délai de repentir de sept jours. Par la suite le législateur a multiplié ses techniques,
exemple un délai de 30 jours au consommateur qui achète à distance ).

Sujet 11: L’intégrité du consentement ou protection du consentement contre les vices.

Problématique : Quels sont les mécanismes de protection et de sanction de l’intégrité du


consentement ?

1. Protection du consentement contre les vices :


A. L’erreur :
B. Le dol et la violence
2. Sanctions de la violation de l’intégrité du consentement  :
A. Une nullité relative :
B. Les limites de la nullité : la confirmation

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 13 ~

Sujet 12: Contrat et engagement unilatéral.

Problématique : Est qu’une manifestation unilatérale de volonté peut donner naissance à une
obligation ?

1. Les exigences liées à la une manifestation de volonté source d’obligation  :


A. La nécessité d’une réception et d’une acceptation du créancier  :
B. Les formalités nécessaires à l’engagement unilatéral :
2. L’acceptation d’une simple manifestation de volonté comme source d’obligation  :
A. Protection de la promesse unilatérale contre la révocabilité  :
B. Sanction de la violation de la promesse unilatérale  :

Sujet 13: L’acte de l’incapable (majeur dément et enfant) (la capacité).

Problématique : Est que l’acte de l’incapable est régulier ?

La capacité, c'est l'attitude d'une personne être titulaire de droits et aller exercer. Pour pouvoir
valablement s’engager contractuellement il faut être capable.

La capacité est le principe puisque toute personne peut contracter si elle n'est pas déclarée incapable
par la loi. Plus précisément deux catégories de personnes sont frappées d'une capacité de contracter.
Tout d'abord les mineurs non émancipés et les majeurs protégés en tutelle et sous curatelle. Mais
tandis que les majeurs doivent être représentés sous tutelle, les majeurs sous curatelle peut
valablement agir sous condition d'être assisté par le curateur et peuvent même valablement accomplir
seuls certaine catégorie d'acte.

1. Le principe de la non validité de l’acte de l’incapable  :


A. Une contemporanéité entre l’insanité d’esprit et la conclusion du contrat  :
B. Sanctions de l’acte de l’incapable :
2. L’admission de la validité de l’acte de l’incapable :
A. Un acte réalisé sous assistance juridique :
B. La confirmation :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 14 ~

Sujet 14: L’erreur

Problématique : Quelles sont les différentes erreurs et le régime de la nullité pour erreur ?

1. Les différentes erreurs :

A. Les erreurs indifférentes (tolérées):

-Erreur sur le motif

-Erreur sur la valeur

B. Les erreurs invalidantes (sanctionnées) :

- Erreur sur la qualité essentielle de la personne

- Erreur obstacle inexcusable (sur la nature et/ou objet du contrat)

- Erreur sur la substance même de la chose qui est objet du contrat

2. Régime de la nullité pour erreur :


A. La preuve de l’erreur :

C'est à celui qui se prévaut de l'erreur de l'approuver. L'erreur est un fait juridique donc par tout
moyen, et notamment par présomption. L'erreur est appréciée in concreto par rapport aux
circonstances dans laquelle a été passé le contrat et en considération de la situation personnelle de
celui qui se prétend victime de l'erreur (entre en considération l'âge, l'erreur, la situation sociale, les
compétences, le prix).

B. L’action en nullité :

Lorsqu'elle est prouvée, l'erreur va provoquer l'annulation du contrat réservé à la victime ou à ses
ayants droits. Cette action se prescrit par 5ans et ce délai commence à courir non pas à compter de la
conclusion du contrat mais à compter de la découverte du vice. L'action en nullité est prescrite par la
prescription de 30 ans. L'erreur qui cause de nullité n'ouvre pas elle-même à des dommages-intérêts.

Sujet 15: L’objet du contrat

Problématique : Quelles sont les caractéristiques de l’objet  et ses sanctions?

1. Les caractéristiques de l’objet  valide :


A. L’objet possible et existant:
B. L’objet déterminable et licite:
2. Sanctions de la violation des exigences liées à l’objet :
A. La nullité relative sanctionnant l’absence d’objet :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 15 ~

B La nullité absolue punissant l’immoralité de l’objet  :

Sujet 16: La cause du contrat

Problématique : Quelles sont les mécanismes de protection de la cause  et ses sanctions?

1. Les exigences liées à la cause immorale:


A. Un motif déterminant contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs  :
B. Un motif déterminant illicite entrant dans le champ contractuel  :
2. Sanction de la violation des exigences liées à la cause  :
A. La nullité relative, une sanction de l’absence de cause  :
B. La nullité absolue, une punition de l’immoralité de la cause  :

Sujet 17: Le formalisme contractuel

Problématique : Quels sont les différents formalismes contractuels et leur sanction?

1. Les différents types de formalismes contractuels :


A. Les formalités d’efficacité :
B. Le formalisme de validité :
2. Sanction de la violation formalisme contractuel :
A. Une sanction réelle :
B. Une sanction limitée :
- Les contrats consensuels où seul la rencontre de volonté suffit pour contracter (donc
sans formalisme)

Sujet 18: Le contrat irrégulier

Problématique : Quelles sont les différentes irrégularités du contrat et leurs sanctions?

1. Les différentes irrégularités du contrat :


L’irrégularité concerne une violation des conditions de fond et des conditions de formes
(formalismes) du contrat et non les conditions d’exécutions de l’acte.
A. L’irrégularité du fait de la violation des conditions de fond du contrat  :
B. L’irrégularité du fait de la violation des conditions de forme ou formalisme  :
2. Sanction du contrat irrégulier :
A. La dualité des sanctions de l’acte irrégulier :

- L’inopposabilité au contrat

- La nullité (absolue et relative)

B. Régime des sanctions de l’acte irrégulier


- Les effets relatifs aux personnes
-les effets relatifs à l’acte

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 16 ~

Sujet 19: La promesse de contrat

Problématique : Quelles sont les différentes sortes de promesse de contrat et leur évolution vers le
contrat définitif ?

1. Les différentes sortes de promesse de contrat :


A. La promesse unilatérale de contrat :
B. La promesse synallagmatique de contrat :
2. Le contrat définitif, un sort des promesses de contrat  :
A. La promesse unilatérale de contrat et la levée de l’option :
B. La promesse synallagmatique comme contrat définitif :

Sujet 20: L’exécution du contrat avec la bonne foi

Problématique : Quel est le contenu de la bonne foi dans l’exécution du contrat? Quelles sont les
limites de l’exécution du contrat de bonne foi ?

1. La bonne foi, une exigence dans l’exécution du contrat  :


A. L’obligation de loyauté des parties :
B. L’obligation de coopération des parties :
2. Les limites à l’exécution du contrat de bonne foi :
A. L’es atteintes tolérées : L’interprétation, la révocation et la modification du contrat  :
B. Les atteintes sanctionnées ou les conséquences de la violation des obligation de layauté
et de coopération :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 17 ~

Sous thème 02 : Les effets du contrat et l’exécution du contrat.

Sujet 01: Le contrat et les tiers

Problématique : Quelles sont les différentes catégories d’opposabilité du contrat au tiers?

1. L’opposabilité du contrat au tiers :


A. Le caractère obligatoire du contrat pour les parties :
B. L’interdiction faite aux tiers de s’immiscer dans les rapports contractuels  :
2. L’opposabilité du contrat par les tiers :
A. L’action oblique et l’action paulienne :
B. La simulation du contrat :

Sujet 02: La force obligatoire du contrat

Problématique : Quelles sont les atouts et les atteintes au principe connu de la force obligatoire du
contrat?

1. Exposé du principe de la force obligatoire  :


A. Le caractère obligatoire du contrat pour les parties :
B. L’interdiction faite aux tiers de s’immiscer dans les rapports contractuels  :
2. Limites au principe de la force obligatoire :
A. La modification du contrat
B.L’interprétation et la révocation du contrat

Sujet 03: La modification du contrat

Problématique : Quels sont les différents types de modification du contrat ?

1. La modification judiciaire du contrat :


A. Une modification autorisée par la loi
B. L’octroi d’un délai supplémentaire au débiteur par le juge  :
2. La modification non judiciaire du contrat :
A. La modification du contrat par les parties :

- La clause d’adaptation du contrat (aux difficultés économiques) :

- La clause d’indexation (pour prévoir l’augmentation des prix) :

B. La modification du contrat par la loi :

- l’application de la loi nouvelle déclarée expressément rétroactive

- L’application de la loi nouvelle impérative (Droit du travail ou Droit de la famille)

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 18 ~

Sujet 04: Sanctions de la violation de la force obligatoire du contrat

Problématique : Quelles sont les différentes sanctions de la violation de la force obligatoire du


contrat?

1. Les sanctions spécifiques au contrat synallagmatique  :


A. La résolution du contrat :
B. L’exception d’inexécution et la théorie des risques :
2. Les autres sanctions génériques de la violation de la force obligatoire du contrat  :
A. L’exécution forcée :
B. La responsabilité contractuelle :

Sujet 05: Le juge et le contrat

Problématique : Dans quel cas le juge intervient au contrat ?

1. La modification judiciaire du contrat :


A. Une modification autorisée par la loi
B. L’octroi d’un délai supplémentaire au débiteur par le juge  :
2. L’interprétation du contrat par le juge :
A. Les directives d’interprétation annoncées pour le juge du fond  :
- Clarification du contrat en fonction de la volonté des parties (suivant l’intention des
parties ou suivant les circonstances entourant l’accord de volonté des parties).
- Clarification du contrat en fonction de certaines normes (suivant la loi ou la bonne foi ou
l’équité).

B. Un contrôle de l’interprétation du juge du fond par le juge de cassation :

Sujet 06: Les obstacles intellectuels du contrat (l’interprétation du contrat)

Problématique : Quelles sont les étapes de l’interprétation du contrat ?

1. Les directives d’interprétation annoncées pour le juge du fond  :


A. Clarification du contrat en fonction de la volonté des parties  :
- Suivant l’intention des parties ou suivant les circonstances entourant l’accord de
volonté des parties
B. Clarification du contrat en fonction de certaines normes  :
- Suivant la loi ou la bonne foi ou l’équité
2. L’intervention du juge de cassation (juge du droit) dans le processus d’interprétation du
contrat :
A. L’interprétation du contrat, une œuvre du juge du fond et non du juge du droit  :
B. Le contrôle de l’interprétation par le juge du droit (ou juge de cassation)  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 19 ~

Sujet 07: La simulation

Problématique : Quel est le régime de la simulation?

1. La simulation et les parties au contrat :


A. La validité du contrat :
B. La prééminence de l’acte secret :
2. La simulation et les tiers :
A. Le principe de l’opposabilité de l’acte au tiers :
B. Les atteintes au principe :

Sujet 08: Le contrat pour autrui

Problématique : Quels sont les différents cas de contrat par autrui ?

1. La promesse de portefort :
A. Les exigences liées à la promesse de portefort :
B. Effets de la promesse de porte fort :
2. La stipulation pour autrui :
A. Les exigences liées à la stipulation pour autrui :
B. Les conséquences de la stipulation pour autrui  :

Sujet 09: Pathologie contractuelle

Problématique : Quels sont les pathologies contractuelles et leurs conséquences ?

1. Pathologie dans la formation du contrat :


A. Inobservation des conditions de formation du contrat  :
B. Sanctions ou nullités du contrat :
2. Pathologie dans l’exécution du contrat :
A. Difficultés (d’exécution du contrat :

- Imprévision ou difficultés économique.

- Obstacles intellectuels nécessitant clarification.

B. Remèdes aux difficultés dans l’exécution du contrat :

* Remèdes aux difficultés économiques : La clause d’adaptation du contrat (aux difficultés


économiques) et la clause d’indexation (pour prévoir l’augmentation des prix) 

* Remèdes aux difficultés intellectuelles :

-Clarification du contrat en fonction de la volonté des parties (suivant l’intention des parties ou suivant
les circonstances entourant l’accord de volonté des parties).

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 20 ~

- Clarification du contrat en fonction de certaines normes (suivant la loi ou la bonne foi ou l’équité).

-Un contrôle de l’interprétation du juge du fond par le juge de cassation :

Sujet 10: Contrat et tiers

Problématique : Quels sont les rapports entretenus entre les tiers et les parties au contrat?

1. Relativité des effets du contrat vis-à-vis des tiers :


A. Le caractère obligatoire du contrat pour les parties :
B. L’interdiction faite aux tiers de s’immiscer dans les rapports contractuels  :
2. Le contrat pour autrui ou les limites à l’effet relatif du contrat  :
A. La fausse exception à l’effet relatif du contrat  : La promesse de porte fort :
B. La vraie exception à l’effet relatif du contrat : La stipulation pour autrui 

Sujet 11: L’inexécution du contrat

Problématique : Quelles sont les causes et les sanctions de l’inexécution du contrat?

1. Les causes de l’inexécution du contrat :


A. Inexécution imputable à l’une des parties :
B. Inexécution imputable à la force majeure :
2. Sanctions de l’inexécution du contrat :
A. Sanctions de l’inexécution du contrat du contrat par l’une des parties :

Ici, l’un des contractants ne s’exécute pas. La question est de savoir ce que peut faire l’autre
contractant. Le Droit a mis à sa disposition plusieurs moyens pour lutter contre la défaillance de son
co-contractant.

En premier lieu, il est possible d’invoquer l’Exception d’Inexécution, c’est-à-dire que l’autre partie
refuse de s’exécuter tant que son contractant ne s’est pas exécuté. Mais cela n’est possible que dans
les contrats synallagmatiques parce que l’on sait que dans ce genre de contrats, l’obligation de
chaque partie est dépendante de celle de l’autre. Ce sont des obligations réciproques. L’exception
d’inexécution est une forme de justice privée parce qu’il n’est pas besoin de saisir le Juge. Mais c’est
une situation qui ne peut être que provisoire et qui entraîne la paralysie de l’exécution du contrat.

La deuxième possibilité offerte au contractant, c’est ce que l’on appelle l’Exécution Forcée.
L’exécution forcée sera étudiée plus tard notamment dans la deuxième partie.

La troisième possibilité, c’est de Demander des Dommages et Intérêts pour le préjudice subi du fait
de l’inexécution. C’est alors un problème de Responsabilité Civile qui va être étudié plus tard.

Enfin, la quatrième et dernière possibilité, c’est de demander au Juge de rompre le contrat, c’est ce
que l’on appelle la Résolution Judiciaire du contrat. Mais ce n’est pas parce qu’elle est demandée
qu’elle va être prononcée, parce que le Juge bénéficie d’un pouvoir d’appréciation. Il va en effet
vérifier si le manquement, si l’inexécution justifie la rupture du contrat. Par ailleurs, les parties peuvent
prévoir que dans telles circonstances, le contrat sera résolu de plein droit, de façon automatique.
Lorsque le contrat est résolu, il produit les mêmes effets que la nullité, c’est-à-dire qu’il rétroagit.

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 21 ~

B. Sanctions de l’inexécution du contrat du contrat par l’une des parties : La théorie des
risques :

L’hypothèse ici, c’est celle dans laquelle le contrat ne peut plus être exécuté, parce qu’un événement
imprévisible, irrésistible et insurmontable a empêché cette exécution qui devient impossible.

Quelle est la partie qui va supporter les risques de cette inexécution due à un cas de force majeure ?

Exemple 1 : Un étudiant loue une chambre pour l’année académique, l’immeuble loué est détruit par
un incendie au mois de janvier. Que devient le contrat de bail ?

Exemple 2 : Une personne achète un poste téléviseur chez son voisin, mais le poste implose avant
qu’elle n’en prenne livraison alors qu’elle avait déjà payé. Que devient le contrat de vente ?

La réponse varie en fonction des obligations qui sont contenues dans le contrat.Si le contrat contient
une obligation de faire, les risques de l’inexécution sont supportés par le débiteur de l’obligation
inexécutée ; on dit « Res Perit Debitori ». Et le contrat est résolu en vertu de la théorie des risques.

Par contre si le contrat contient une obligation de transférer la propriété d’une chose, c’est-à-dire
obligation de donner, les risques sont alors supportés par le propriétaire de la chose ; on dit « Res
Perit Domino ». Et le contrat est résolu le cas échéant.

Sujet 12: Les mécanismes d’extension de l’effet obligatoire du contrat

Problématique : Quels sont les différents mécanismes d’extension de l’effet obligatoire du contrat ?

1. La stipulation pour autrui :


A. Conditions :
B. Effets :
2. La transmission légale :
A. La transmission légale aux ayants cause universels :
B. La transmission légale aux ayants cause à titre particulier :

Sujet 13: Nullité et restitution.

Problématique : Quel est le régime de la nullité entre les parties d’une part et entre les parties et les
tiers d’autre part?

1. La restitution entre les parties :


A. Modalités de la restitution :
- Restitution en nature 
- Restitution entre les parties
B. Limites de la restitution :

2. La restitution entre les parties et les tiers :

A. L’effet erga omnes de la nullité :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 22 ~

B. Limites :

- Actes d’administrations

-Actes de disposition

Sujet 14: Le sort des affections ou atteintes du contrat.

Problématique : Quelles sont les conséquences des conditions de formations et celles des conditions
d’exécution du contrat?

1. Le sort des atteintes des conditions de formations : La nullité :


A. La nullité relative :
B. La nullité absolue :
2. Le sort des affections des conditions d’exécution du contrat
A. Remèdes aux difficultés économiques : La clause d’adaptation du contrat (aux difficultés
économiques) et la clause d’indexation (pour prévoir l’augmentation des prix) 
B. Remèdes aux difficultés intellectuelles :

-Clarification du contrat en fonction de la volonté des parties (suivant l’intention des parties ou
suivant les circonstances entourant l’accord de volonté des parties).

- Clarification du contrat en fonction de certaines normes (suivant la loi ou la bonne foi ou


l’équité).

- Un contrôle de l’interprétation du juge du fond par le juge de cassation :

Sujet 15: Les atteintes ou limites à la force obligatoire du contrat.

Problématique : Quelles sont les différentes sortes de promesse de contrat et leur évolution vers le
contrat définitif ?

1. La modification du contrat :
A. La modification judiciaire du contrat :

- Une modification autorisée par la loi

- L’octroi d’un délai supplémentaire au débiteur par le juge :

B. La modification non judiciaire du contrat :

* La modification du contrat par les parties :

- La clause d’adaptation du contrat (aux difficultés économiques) :

- La clause d’indexation (pour prévoir l’augmentation des prix) :

* La modification du contrat par la loi :

- l’application de la loi nouvelle déclarée expressément rétroactive

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 23 ~

- L’application de la loi nouvelle impérative (Droit du travail ou Droit de la famille)

2. L’interprétation et la révocation du contrat :


A. L’interprétation du contrat

* Les directives d’interprétation annoncées pour le juge du fond :

- Clarification du contrat en fonction de la volonté des parties :

Suivant l’intention des parties ou suivant les circonstances entourant l’accord de volonté des parties

- Clarification du contrat en fonction de certaines normes :

Suivant la loi ou la bonne foi ou l’équité

* L’intervention du juge de cassation (juge du droit) dans le processus d’interprétation du


contrat :
- L’interprétation du contrat, une œuvre du juge du fond et non du juge du droit :
- Le contrôle de l’interprétation par le juge du droit (ou juge de cassation) :
B. La révocation du contrat :

Sujet 16: Le déséquilibre contractuel.

Problématique : Quelles sont les différentes sortes de déséquilibres dans la formation et dans
l’exécution du contrat?

1. Le déséquilibre dans la formation du contrat :


A. Le problème de la lésion :
B. Les clauses abusives :
2. Le déséquilibre dans l’exécution du contrat :
A. La théorie de l’imprévision et ses solutions :
B. Le déséquilibre intellectuel et l’interprétation du contra

Sujet 17: La contrainte dans le contrat.

Problématique : Quelles sont les différentes sortes de contraintes dans la formation et dans
l’exécution du contrat?

1. La contrainte dans la formation du contrat :


A. La violence comme vice du consentement :
B. Sanctions de la violence comme vice du consentement  :
2. La contrainte dans l’exécution du contrat : l’exécution forcée :
A. Les exigences liées à l’exécution forcée :
B. Les moyens de l’exécution forcée :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 24 ~

Sujet 18: Le temps et la formation du contrat.

Problématique : Quelle est la fonction du temps dans la formation du contrat ?

1. Le temps dans la formation du contrat entre personnes présentes  :


A. L’offre et le délai :
B. L’acceptation et le délai
2. Le temps dans la formation du contrat entre personnes absentes  :
A. Les thèses en présence (Sénégal et France) :
B. La solution de l’Acte Uniforme de l’OHADA ou la théorie de la réception  :

Sujet 19: L’Obligation inexécutée

Problématique : Quels sont les types d’obligation inexécutée et leur régime?

1. L’inexécution d’une obligation contractuelle :


A. Les causes d’inexécution :

- L’inexécution imputable aux parties.

- L’inexécution imputable à la force majeure

B. Sanctions de l’inexécution du contrat

* Sanctions de l’inexécution du contrat du contrat par l’une des parties :

Ici, l’un des contractants ne s’exécute pas. La question est de savoir ce que peut faire l’autre
contractant. Le Droit a mis à sa disposition plusieurs moyens pour lutter contre la défaillance de son
co-contractant.

En premier lieu, il est possible d’invoquer l’Exception d’Inexécution, c’est-à-dire que l’autre partie
refuse de s’exécuter tant que son contractant ne s’est pas exécuté. Mais cela n’est possible que dans
les contrats synallagmatiques parce que l’on sait que dans ce genre de contrats, l’obligation de
chaque partie est dépendante de celle de l’autre. Ce sont des obligations réciproques. L’exception
d’inexécution est une forme de justice privée parce qu’il n’est pas besoin de saisir le Juge. Mais c’est
une situation qui ne peut être que provisoire et qui entraîne la paralysie de l’exécution du contrat.

La deuxième possibilité offerte au contractant, c’est ce que l’on appelle l’Exécution Forcée.
L’exécution forcée sera étudiée plus tard notamment dans la deuxième partie.

La troisième possibilité, c’est de Demander des Dommages et Intérêts pour le préjudice subi du fait
de l’inexécution. C’est alors un problème de Responsabilité Civile qui va être étudié plus tard.

Enfin, la quatrième et dernière possibilité, c’est de demander au Juge de rompre le contrat, c’est ce
que l’on appelle la Résolution Judiciaire du contrat. Mais ce n’est pas parce qu’elle est demandée
qu’elle va être prononcée, parce que le Juge bénéficie d’un pouvoir d’appréciation. Il va en effet
vérifier si le manquement, si l’inexécution justifie la rupture du contrat. Par ailleurs, les parties peuvent

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 25 ~

prévoir que dans telles circonstances, le contrat sera résolu de plein droit, de façon automatique.
Lorsque le contrat est résolu, il produit les mêmes effets que la nullité, c’est-à-dire qu’il rétroagit.

* Sanctions de l’inexécution du contrat du contrat par l’une des parties : La théorie des risques :

L’hypothèse ici, c’est celle dans laquelle le contrat ne peut plus être exécuté, parce qu’un événement
imprévisible, irrésistible et insurmontable a empêché cette exécution qui devient impossible.

Quelle est la partie qui va supporter les risques de cette inexécution due à un cas de force majeure ?

Exemple 1 : Un étudiant loue une chambre pour l’année académique, l’immeuble loué est détruit par
un incendie au mois de janvier. Que devient le contrat de bail ?

Exemple 2 : Une personne achète un poste téléviseur chez son voisin, mais le poste implose avant
qu’elle n’en prenne livraison alors qu’elle avait déjà payé. Que devient le contrat de vente ?

La réponse varie en fonction des obligations qui sont contenues dans le contrat.

Si le contrat contient une obligation de faire, les risques de l’inexécution sont supportés par le débiteur
de l’obligation inexécutée ; on dit « Res Perit Debitori ». Et le contrat est résolu en vertu de la théorie
des risques.

Par contre si le contrat contient une obligation de transférer la propriété d’une chose, c’est-à-dire
obligation de donner, les risques sont alors supportés par le propriétaire de la chose ; on dit « Res
Perit Domino ». Et le contrat est résolu le cas échéant.

2. L’inexécution d’une obligation légale :


A. Conditions de la responsabilité légale :
B. Effets de la responsabilité délictuelle (responsabilité légale)  : 

Sujet 20: L’Obligation de réparer du fait d’un contrat ou la Responsabilité contractuelle.

Problématique : Quel est le rôle du juge quant à la validité du contrat?

1. Le contrôle judiciaire de la validité du contrat :


A. Le contrôle des conditions de fond du contrat :
B. Le contrôle des conditions de formes du contrat :
2. La sanction judiciaire de la validité du contrat  :
A. Le déclenchement juridique de la sanction : L’action en nullité :
B. La sanction proprement dite ou la nullité :

Sujet 21: L’Obligation de réparer du fait d’un contrat ou la Responsabilité contractuelle.

Problématique : Quel est le régime de la Responsabilité contractuelle?

1. Condition d’engagement de la Responsabilité contractuelle  :


A. Nécessité d’une obligation fautive :
B. Exigence d’un préjudice du fait de l’inexécution d’une obligation contractuelle  :
2. Contraintes liées à l’engagement de la Responsabilité contractuelle  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 26 ~

A. Les causes génériques d’irresponsabilité contractuelle  :


- Fait d’un tiers, faute de a victime et force majeure
B. Les causes spécifiques d’irresponsabilité contractuelle :
- Clauses pénales ( les parties fixe à l’avance une somme forfaitaire que le débiteur d’une
obligation devra payer en cas d’inexécution) et clauses limitatives de responsabilité ou de
réparation.

Thème 02 : L’obligation involontaire ou légale ou la Responsabilité délictuelle.

Ici, on est créancier ou débiteur sans l’avoir voulu. C’est la Loi qui en décide ainsi. Cela concerne
deux hypothèses : c’est d’une part la Responsabilité Civile ; c’est d’autre part ce que le COCC appelle
les Autres Sources d’Obligations.

Sous thème 00 : La Responsabilité Civile.

Elle peut être définie comme l’Obligation de Réparation mise à la charge d’une personne à propos du
dommage causé à autrui (ou subi par autrui). La victime du dommage, c’est le créancier ; le
responsable, c’est le débiteur. Par le seul fait de la Loi, l’obligation se crée ainsi. L’étude de la
responsabilité civile renvoie à trois aspects : c’est d’une part le Fait Générateur de la responsabilité
civile, c’est d’autre part le Dommage et le Lien de Causalité ; c’est enfin les Effets de la responsabilité
civile, c’est-à-dire la réparation du dommage.

Sous thème 00 : La Responsabilité du fait personnel.

C’est la personne qui est responsable et sans intermédiaire.

Sujet 01: Le fait personnel ou la responsabilité du fait personnel

Problématique : Quel est le régime de la responsabilité du fait personnel?

1. Conditions d’engagement de la responsabilité du fait personnel  :


A. L’exigence d’une faute et d’un dommage :
B. L’existence d’un lien de causalité entre la faute et le dommage  :
2. Les facteurs de libération de l’auteur personnellement responsable  :
A. Les moyens de défense ou faits justificatifs :

Légitime défense, état de nécessité ordre de la loi, commandement de l’autorité légitime et


consentement de la victime.

B. Les causes d’exonération :

- Force majeure, fait d’un tiers et cas fortuit.

- Le fait de l’enfant et du dément ne sont plus des causes automatiques d’exonération.

Sujet 02: Les fondements de la responsabilité.

Problématique : Quels sont les différents fondements de la responsabilité au fil du temps?

1. Le fondement initial de la responsabilité civile : la faute :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 27 ~

A. Caractéristique de la faute :
B. Nomenclature des fautes :
2. Les fondements actuels de la responsabilité :
A. La théorie objective ou celle des risques de Saillies  :
B. La théorie de la garantie ou celle de Starck et la précaution  :

Sous thème 01 : Responsabilité du fait autrui.

Ici la personne supporte une responsabilité causée par son enfant, son apprenti, son élevé, son
préposé ou une chose dont elle a la garde.

Sujet 03: La responsabilité du mineur au Sénégal (ou le fait du mineur ou le fait de l’enfant ou


le dommage de l’enfant ou la responsabilité du mineur non émancipé).

Problématique : Quels sont les temps forts de l’évolution du régime du fait du mineur?

1. D’une présomption légale simple de responsabilité des parents  :


A. Exigence d’une possibilité d’empêcher le dommage par les parents et d’une minorité de
l’enfant :
B. Exigence d’une cohabitation avec les parents ou d’une garde  :
2. A une responsabilité individuelle du mineur :
A. L’engagement de la responsabilité personnelle du mineur  :
B. La responsabilité du fait des choses du mineur :
- Arrêt Gabillet dément et mineur peuvent être responsable du fait de la chose autre que
les Véhicule Terrestre à Moteur (ou VTM).

Sujet 04: La responsabilité du préposé au Sénégal (ou le fait du préposé ou le dommage du


préposé).

Problématique : Comment est réglementé le dommage du préposé?

1. Une présomption légale irréfragable de responsabilité  du commettant:


A. Exigence d’un lien de préposition :
B. Exigence d’un lien entre l’acte dommageable et la fonction  :
2. Régime du dommage du préposé :
A. L’impossibilité pour le commettant de prouver son irresponsabilité  sauf pour force
majeure:
- Incompatibilité entre qualité de préposé et qualité de gardien 
- Responsabilité de plein droit ou automatique sauf pour cas de force majeurs

B. Possibilité de poursuivre le commettant et le préposé ensembles et séparés  :

Sujet 05: La responsabilité du maitre d’école publique et artisan (de l’élève ou de l’apprenti) au


Sénégal (ou le fait du de l’élève ou le dommage de l’élève).

Problématique : Quel est le régime du dommage de l’élève?

1. Une présomption légale simple de responsabilité des maitres d’école publique et artisans  :
A. Un dommage causé par l’apprenant :
B. Un dommage causé durant le temps de travail par l’apprenant  :
Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de
Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 28 ~

2. L’irresponsabilité des maitres d’école publique et artisans  :


A. L’absence de défaut de surveillance :
B. Une responsabilité du maitre d’école publique supportée par l’Etat  :

Sujet 06: La responsabilité du fait de la chose au Sénégal (ou le fait du de la chose ou le


dommage de la chose) pour le régime général (toute chose sauf les véhicule terrestre à moteur
V.T.M.).

Problématique : Quel est le régime général du dommage du fait de la chose autre qu’un V.T.M.?

1. Conditions d’engagement de la responsabilité du fait d’une chose différent d’un V.T.M.  :


A. L’exigence d’un dommage de la chose :
B. L’exigence de la garde de la chose :

- Garde : c’est avoir les pleins pouvoirs sur la chose (avoir maitrise, contrôle, usage et direction sur la
chose) au moment du dommage.

-On peut être gardien sans être propriétaire. Il faut un contrat de dépôt, un contrat prêt….

2. Causes d’exonération pour la responsabilité du fait d’une chose différent d’un V.T.M.  :

A. La force majeure, le cas fortuit et l’absence de faute, une cause d’irresponsabilité totale  :

B. La faute de la victime et la fait d’un tiers, des causes d’irresponsabilité partielle  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 29 ~

Sujet 07: La responsabilité du fait d’un accident de la circulation dû par un Véhicule Terrestre à


Moteur (V.T.M.) au Sénégal (ou le fait du V.T.M. ou le dommage du V.T.M. ou le régime spécial
de la responsabilité civile (qui concerne seulement les accidents de la circulation dû par les
véhicule terrestre à moteur V.T.M.).

Désormais lorsqu’un véhicule terrestre à moteur cause à autrui un dommage, ce n’est plus le COCC
qui est applicable, mais le Code CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance). Il s’agit
d’une loi uniforme qui s’applique dans tous les pays adhérant à la CIMA notamment le Sénégal, le
Mali, la Guinée Conakry, le Niger, le Tchad, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Cameroun.
C’est la Loi qui est applicable dans tous ces pays et qui a pour finalité d’améliorer l’indemnisation des
victimes d’accident notamment automobile. Il s’agit plus exactement des dommages corporels parce
que, pour les dommages matériels, on retrouve les règles classiques de réparation. Le système mis
en place facilite ou assure l’indemnisation pratiquement dans tous les cas avec une procédure
simplifiée plus rapide par opposition à la procédure judiciaire. En effet, dès que le dommage survient,
la compagnie d’assurance du véhicule impliqué doit faire l’offre d’indemnisation qui ne peut dépasser
un an. Et pendant cette période, s’il y a urgence, la victime peut bénéficier de provisions pour faire
face aux frais occasionnés par le dommage et si la compagnie d’assurance use de moyens dilatoires
dans l’offre, elle peut être frappée de pénalités. Généralement, il y a l’accord dans ce délai d’un an sur
l’offre d’indemnisation et ce n’est qu’en cas d’échec qu’il est possible de saisir la justice. C’est la
première innovation apportée par le Code CIMA. La deuxième innovation apportée par le Code CIMA,
c’est qu’on ne peut opposer à la victime ni la force majeure, ni le fait d’un tiers, ni sa propre faute sauf
si c’est elle même qui a recherché le dommage. La troisième innovation : même lorsque le véhicule
n’est pas assuré ou le conducteur du véhicule est non identifié, la victime peut obtenir réparation par
le Fonds de Garantie Automobile qui est un fonds alimenté par une subvention de l’Etat, mais aussi de
toutes les compagnies d’assurance.

Cependant, le Code CIMA renferme un inconvénient majeur par rapport à la responsabilité classique.
En effet, la réparation du Code CIMA n’est pas intégrale, elle n’est pas totale. C’est une réparation par
forfait. C’est ce que l’on appelle le Système de la Barêmisation.

Problématique : Quel est le régime spécial du dommage du fait des accidents de la circulation dû
par chose étant un V.T.M. et réglementé par le code C.I.M.A.?

1. Condition d’engagement de la responsabilité en cas d’accident de la circulation dû par un


VTM :
A. L’exigence d’un dommage survenu lors d’un accident de la circulation  :
B. L’exigence d’un dommage dû par un Véhicule Terrestre à Moteur  :
2. Effets de la responsabilité du fait d’un dommage dû par un V.T.M.  :
A. Les modalités de l’indemnisation d’un dommage dû par un V.T.M.  :

- Une indemnisation automatique, barémique et forfaitaire.

B. Les causes d’exonération en cas accidents de la circulation dû par un V.T.M.  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 30 ~

* Il y a un régime particulier pour l’exonération avec la faute de la victime (voir sujet : les
causes d’exonération en matière d’accident de la circulation dû par un V.T.M)
* La faute intentionnelle entraine automatiquement la responsabilité de l’auteur sans
possibilité de libération et si la victime a cherché le dommage il y a exonération.

Sujet 08: Les causes d’exonération en matière d’accident de la circulation au Sénégal.

Problématique : Quelles sont les différentes causes d’exonération en matière d’accident de la


circulation dû par un Véhicule Terrestre à Moteur (V.T.M.) au Sénégal ? /Voir code CIMA

1. Les causes d’exonération en cas d’atteinte corporelles :


A. Pour la faute des victimes conductrices :

- Faute conducteur victime exonération totale ou partielle possible que si faute liée au dommage et
que la victime soit réellement le conducteur art 227 Code CIMA

B. Pour la faute des victimes non conductrices :

- Faute (inexcusable, unique à réaliser le préjudice donc exclusive) de la victime non conductrice
allège la responsabilité de l’auteur de l’accident sauf si la victime fautive à moins de 16 ans ou à plus
de 70ans ou détient un titre d’incapacité de plus de 80%.

2. Les causes d’exonération en cas d’atteinte patrimoniales  :


A. L’exonération totale :

- Faute inexcusable et exclusive exonère totalement si faute liée au dommage sur un bien. Et si la
victime a cherché le dommage il y a exonération totale.

B. L’exonération partielle :

- Faute inexcusable et exclusive exonère partiellement si faute liée au dommage sur un bien ou sur
une personne.

Sujet 09: Le dommage réparable au Sénégal.

Problématique : Quelles sont les caractéristiques du dommage réparable et l’étendue de la


réparation ?

1. Caractéristiques du dommage réparable :


A. L’exigence d’un dommage certain et direct :
B. L’exigence d’un intérêt légitime avec une absence de faute de la victime  :
2. L’étendue de la réparation du dommage :
A. Le principe de la réparation intégrale :
B. Les limites de la réparation intégrale :

Sujet 10: La réparation du dommage.

Problématique : Quelles sont les différentes formes de réparation du dommage ? Quel est le régime
de la réparation du dommage?

1. Les différentes formes de réparation du dommage :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 31 ~

A. La réparation en nature :
B. La réparation par équivalence :
2. Le régime de la réparation du dommage :
A. Le principe de la réparation intégrale :
B. Les limites au principe de la réparation intégrale  :

Sujet 11: Les causes d’exonération de la Responsabilité Civile ou la libération du responsable


du dommage.

Problématique : Quelles sont les différentes causes d’exonération suivant leurs sources?

1. Les causes d’exonération prévues par la loi  :


A. Les causes d’exonération totale et légale :

- L’absence de faute, le cas fortuit et la force majeure.

B. Les causes d’exonération partielle légale:

- Le fait d’un tiers et la faute de la victime.

2. Les causes d’exonération prévues par le contrat :

A. Les clauses limitatives de responsabilité :

B. Les clauses pénales :

Sujet 12: La garde en matière e responsabilité pour autrui.

Problématique : Quels sont les différents types de garde en responsabilité civile?

1. La garde en matière de responsabilité du fait des parents  :


A. Conditions de la garde liées aux parents :
B. Conditions de la garde liées à l’enfant :
2. La garde en matière de responsabilité du fait des choses  :
A. Le Régime général de la responsabilité du fait des choses  :
B. Le Régime spécial ou la responsabilité du fait des V.T.M.  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.
~ 32 ~

Thème 03 : Les quasi-contrats.

Sujet 01: La répétition de l’indu.

Problématique : Quelles sont les conditions de la répétition de l’indu et son régime?

1. Les conditions de la répétition de l’indu :


A. Exigence d’un caractère indu du paiement et d’un paiement de l’indu  :
B. Exigence d’une erreur ou d’un contrat anéanti  :
2. Le régime de la répétition de l’indu :
A. Action et modalités de la répétition :
B. Les limites de la répétition de l’indu :

Sujet 02: L’intervention d’autrui dans les affaires d’autrui sans mandat ou la gestion d’affaires.

Problématique : Quel es le régime juridique de la gestion d’affaire?

1. Les conditions de la gestion d’affaires :


A. Caractéristique de l’acte constitutif de la gestion  :
B. Conditions relatives au géré et au géré:
2. Les effets de la gestion d’affaires :
A. Les effets de la gestion d’affaires dans les rapports entre gérant et les tiers :
B. Les effets de la gestion d’affaires dans les rapports entre gérant et le géré :

Sujet 03: L’enrichissement sans causes.

Problématique : Quel es le régime juridique de l’enrichissement sans cause?

1. Les conditions de l’enrichissement sans cause :


A. L’exigence d’appauvrissement corrélatif à un enrichissement sans cause  :
B. L’exigence d’un appauvrissement et d’un enregistrement sans cause avec absence de
moyen juridique pour obtenir le dû :
2. Les effets de l’enrichissement sans cause : L’action in remverso :
A. Nécessité d’une absence de faute de l’appauvri :
B. L’obligation de respecter la règle du double plafond  :

Esquisses de corrigés d’exercice de Droit des obligations et de Responsabilité Civile de


Bassirou Soumaré titulaire de deux Masters en Droit et d’une attestation de
participation au Tutorat de Droit en 2005 de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar
(U.C.A.D.). Contacts 221 77 747 94 83, Médina Darou Sor St Louis du Sénégal. Agent de
Banque au SENEGAL/Janvier 2021.