Vous êtes sur la page 1sur 124

Partenariat 2011-2014

Gestion quantitative des ressources en eau


Action n°1

Caractérisation des échanges


nappes/rivières de l’échelle du
tronçon à l’échelle régionale par
métrique expérimentale ou
modélisation

NAPROM (NAPpes-Rivières : Observation et Modélisation)


Rapport final (2011-2014) - ANNEXES

D. Graillot, F. Paran, F. Dujardin, E. Lalot : ENSM-SE, GSE, EVS, UMR CNRS 5600
P. Marmonier, G. Bornette, M. Novel : LEHNA, UMR CNRS 5023
C. Piscart : ECOBIO, UMR CNRS 6653
F. Arthaud : CARRTEL, UMR CNRS042
N. Flipo, A. Mouhri, J.P. Vergnes : Mines ParisTech, Géosciences
F. Habets, C. Thierion, F. Rejiba, L. Bodet, R. Guérin : Sisyphe, UMR CNRS 7619
G. Tallec : Irstea, UR Hydrosystèmes et Bioprocédés
M. Chatelier, O. Douez : BRGM
P. Maugis : LSCE, UMR CNRS 8212
B. Augeard : Correspondant Onema (DAST)

Juillet 2014

Dans le cadre de :
Gestion quantitative des ressources en eau

En partenariat avec :
BRGM et Irstea
Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Fiche signalétique du document

Destinataire du document : ONEMA

Coordonnées complètes : Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), Direction Générale, "Le Nadar"
Hall C, 5, square Félix Nadar, 94300 Vincennes

Interlocuteur : Bénédicte Augeard

Date : Juillet 2014 2013


_________________________________________
Caractérisation des échanges nappes/rivières
de l’échelle du tronçon à l’échelle régionale
par métrique expérimentale ou modélisation
2011-2014 - ANNEXES

Statut du rapport : Version provisoire 


Version intermédiaire 
Version de travail 
Version finale 

Auteurs :
- UMR 5600 – ENSM-SE – GSE (Didier Graillot, Frédéric Paran, Eric Lalot, Florence Dujardin)
- UMR 5023 – LEHNA – Ecologie souterraine (Pierre Marmonier, Mathilde Novel)
- UMR 5023 – LEHNA – Ecologie végétale (Gudrun Bornette).
- UMR 6653 – ECOBIO (Christophe Piscart)
- UMR 042 CARRTEL (Florent Arthaud)
- Mines ParisTech – Géosciences (Nicolas Flipo, Amer Mouhri, Jean-Pierre Vergnes)
- UMR 7619 – Sisyphe GEOPHY (Fayçal Rejiba, Ludovic Bodet, Roger Guérin)
- UMR 7619 – Sisyphe HYDRO (Florence Habets, Charlotte Thierion)
- IRSTEA – UR Hydrosystèmes et Bioprocédés (Gaëlle Tallec)
- BRGM (Marion Chatelier, Olivier Douez)
- UMR 8212 – LSCE (Pascal Maugis)

Financements complémentaires : aucun

Nombres d’exemplaires édités : 0


Diffusion : ONEMA
Nombres de volumes : 2
Nombres de pages du rapport hors annexes : 209
Nombres d’illustrations hors annexes : 147 (103 figures et 44 tableaux)

Nombre d’annexes : 6

Recueil de cartes : aucun

Mots clefs : écoulements souterrains, eaux de surface, échanges nappes/rivières, hydrologie, hydrogéologie, analyse
spatiale, invertébrés souterrains, végétation aquatique, isotopes, modèles

Juillet 2014 ANNEXES - Page 1


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Table des matières synthétique

Fiche signalétique du document .......................................................................................................................... 1


Table des matières synthétique ........................................................................................................................... 3
A1 : Résumé des tâches ....................................................................................................................................... 5
A2 : Grilles de caractérisation de chaque site complétées ............................................................................... 9
A3 : Comptes-rendus de réunions et visites de terrain .................................................................................. 11
A4 : Fiches action .............................................................................................................................................. 103
A5 : Valorisation scientifique ........................................................................................................................... 115
A6 : Présentations des partenaires, des compétences mobilisées et de leurs contributions .................. 117
Table des matières complète ........................................................................................................................... 121

Juillet 2014 ANNEXES - Page 3


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A1 : Résumé des tâches

A1.1. Bilan de l’année 1


Bilan des tâches réalisées en année 1
Par rapport aux tâches définies dans les objectifs de l’action pour l’année 2011/2012 (fiche-action ONEMA),
l'ensemble des tâches A1 à I1 a été effectuée. Toutefois, des compléments pourront être éventuellement apportés
durant les 3 années futures concernant les tâches :
- D1 : identifier les détenteurs de données et de modèles sur chaque site
- E1 : préparation des données en vue du traitement géomatique pour l'évaluation quantitative des échanges
- F1 : analyse des résultats des modélisations locales ou régionales existantes
- G1 : identification des données manquantes, plan d’instrumentation et d’échantillonnage complémentaire
pour l’étude des mécanismes d’échange à l’échelle locale
- H1 : préparation des données pour l’évaluation des variations saisonnières des échanges nappes/rivières :
conséquences en hautes-eaux et basses-eaux

Sur le plan des concepts et du vocabulaire relatifs à chaque spécialité scientifique intervenant dans l’évaluation des
échanges nappe/rivière il est prévu d’en ajuster les différentes formulations (ex : recouvrement, abondance, richesse,
zone humide modèle gigogne, hydrologie, hydraulique…) dans un glossaire. Une première version de ce glossaire a été
réalisée à partir d'une sélection de mots clefs avec propositions de définitions.

Des précisions ont également été apportées concernant les visions différentes des échanges de chacune des équipes
(le long des berges, par le fond du lit, à travers une surface, etc.). Ce travail a permis à chaque équipe de bien
expliciter comment elle conçoit les échanges, de justifier le choix des outils d’évaluation et comment ils peuvent être
adaptés. Ces fiches synthétiques contiennent 8 item : contexte hydrogéologique, échelle de travail, justification du
choix de la méthode, vision (conception) des échanges nappe/rivière, type d'échanges pris en compte (modalités par
rapport aux échanges : en long, par le fond du lit, les berges, toute la surface...), améliorations possibles, forces de la
méthode, faiblesses de la méthode.

Bilan synthétique de l’année 1 est le suivant :


- Sélection des 5 sites d’études
- Présentation des sites et des tronçons à enjeux
- Identification et présentation des modèles de nappes et des métriques pour chaque site, ainsi que de
résultats antérieurs obtenus à partir de celles-ci
- Identification des données, des détenteurs de données et de modèles pour chaque site
- Récupération et préparation d’une partie des données pour traitement SIG
- Intégration des travaux du BRGM
- Construction de grilles pour la caractérisation des sites et des méthodes et saisie de l’information pour chacun
des sites
- Synthèse des tendances des échanges nappe/rivière sur chaque site
- Proposition d’un glossaire des termes techniques
- Réalisation de fiches synthétique renseignant la façon dont chaque équipe envisage d’appréhender les
échanges nappe/rivière à partir des méthodes et outils utilisés
- Rapport intermédiaire (décembre 2011) et rapport final année 1 (juin 2012)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 5


A1.2. Bilan de l’année 2
Le travail de l’année du projet NAPROM a porté sur 2 points principaux : d’une part, le développement des méthodes
de caractérisation des échanges nappes/rivières et l’obtention des premiers résultats et diagnostics par métriques ; et
d’autre part le développement du protocole de comparaison des métriques. Un gros travail de groupe a été réalisé sur
ces questions afin s’assurer de la compréhension mutuelle entre chaque partenaire du projet. Ce travail a conduit à
différentes réalisations.
Développement de méthodes de caractérisation des métriques
Ce point concerne :
- l'amélioration des méthodes de modélisation qui sont actuellement en cours de développement (modèles
distribués à bases physique MARTHE et Plate-forme Eau-Dyssée sur la Sèvres-Niortaise, le Rhin et l’Orgeval et modèle
distribué à base physique et hydrothermique METIS sur l’Orgeval)
- le test de dispositifs de mesures spécifiques (dispositif MOLONARI de mesures de température et flux d'eau à
petite échelle sur l’Orgeval).
Les métriques fondées sur les invertébrés souterrains, les macrophytes et l’analyse géomatique sont déjà
opérationnelles et ont été appliquées sur différents sites.

Premiers diagnostics des échanges nappes/rivières sur tous les sites


Sur chaque site, l’ensemble des métriques impliquées (Erreur ! Source du renvoi introuvable.) a produit les premiers
résultats :
- résultats quasiment finalisés pour les invertébrés souterrains et les macrophytes ;
- premiers résultats pour les métriques fondées sur la modélisation, en attente de développements ultérieurs ;
- premiers diagnostics qualitatifs pour l’analyses géomatiques, en attente de données complémentaires pour
aller plus loin et quantifier les flux d’eau échangés.
Parallèlement, pour chaque site une vision synthétique sectorisée des premiers diagnostics est proposée sous forme
de tableau. En l’état, le diagnostic synthétique est difficile à produire faute de diagnostics par métrique définitifs et
d’une information encore trop souvent fragmentaire.

Typologie des échanges nappes/rivières


Onze configurations ont été retenues, définies et schématisées pour caractériser les échanges nappes/rivières :
- Nappe vers la rivière (1. latéral et /ou 2. par le fond)
- Rivière vers la nappe (3. latéral et/ou 4. par le fond)
- Absence d’échange détectée (5.)
- Colmatage (6. physique et/ou 7. biologique)
- Cheminement de l’eau
. Sous-écoulement (8. méandre/9. digue)
. Recyclage (10.)
. Quantification mélange (11.)
- Situations particulières (12.)

Caractérisation fine de chacune des métriques


Chacune des métriques a été cernée dans le contexte du projet NAPROM et décrite finement dans plusieurs grilles :
- métriques mobilisées par site
- éléments fondamentaux
- prise en compte des échanges
- configurations d’échanges diagnostiquables
- points forts et points faibles

Protocole de comparaison des métriques


Ce protocole est fondé sur les travaux préalables réalisés dans le cadre du projet « Eau Sout’ » sur le Rhône. Ce
protocole sera restructuré (modifié et complété au besoin) au fur et à mesure de l’avancement du projet. A l’heure
actuelle, les étapes qui composent ce protocole sont listées ci-dessous :
- Diagnostic par métriques impliquées sur le site à étudier

6
Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- Sectorisation spatiale des échanges à l’échelle du PK (Point Kilométrique) pour chaque métrique, pour chaque
tronçon de rivière étudié à l’aide de la typologie des échanges nappes/rivières
- Superposition spatiale sous SIG des diagnostics par métrique sur les tronçons étudiés
- Détermination des incertitudes liées au sens de l’échange diagnostiqué et à sa quantification pour chaque
tronçon de rivière
- Diagnostic synthétique multi-métrique des échanges par tronçon de rivière à « dire d’experts » et
développement d’un diagnostic synthétique multi-métrique des échanges par tronçon de rivière autonome à l’aide
d’une règle de calcul fondée sur les incertitudes liées aux diagnostics fournis par chaque métrique
- Représentation cartographique sous SIG du diagnostic synthétique final
- Finalisation du protocole de comparaison des métriques

Bilan synthétique des tâches réalisées en année 2


Par rapport aux tâches définies dans les objectifs de l’action pour l’année 2012/2013, l'ensemble des tâches T1 à T7 a
été effectuée :
- T1 : Analyse géomatique des échanges sur les 5 sites (réalisée d’un point de vue au moins qualitatif sur les 5
sites)
- T2 : Développement et évolution des modèles sur l’Orgeval, l’Ill et la Sèvre-Niortaise (en cours + résultats
provisoires)
- T3 : Acquisition de données hydrogéophysiques
. Acquisition de chroniques de températures et de niveaux de nappe à l’aide de sondes thermiques et de
pression (Orgeval)
. Campagnes d’acquisition d’imageries infrarouges thermiques (IRT) à basse altitude et à forte résolution
spatiale de la température du Rhône.
- T4 : Diagnostics biologique et physico-chimique des sites pour l‘évaluation des échanges, Orgeval, Sèvre-
Niortaise pour la partie végétation, plaine de l’Ill, compléments sur Donzère pour les invertébrés souterrains (tâches
réalisées)
- T5 : Test de méthodes d’analyse ou de traitement prospectives : utilisation du signal thermique, corrélation
températures et données d’imagerie infra-rouge. L’analyse des images IRT sur les secteurs de Donzère-Mondragon et
de Péage-de-Roussillon est décevante. Les apports de nappe ne sont pas détectables sur le cours d’eau. Seules
quelques lônes et casiers Girardon marquent un contraste thermique indiquant des apports d’eaux souterraines. Les
données thermiques ont été utilisées dans les métriques de modélisation incluant l’hydrothermie sur l’Orgeval.
- T6 : Élaboration d’un protocole de comparaison des différentes métriques. La question de l’intégration des
incertitudes dans le protocole de comparaison des métriques reste à peaufiner.
- T7 : Rapport scientifique intermédiaire année 2 - juin 2013

A1.3. Bilan de l’année 3


Lors de l’année 3 du projet la caractérisation des échanges nappes/rivières a été achevée sur chacun des sites. Les
travaux de modélisation sont arrivés à leur terme dans le cadre du projet. L’analyse SIG a été mise à jour en accord
avec les dernières données acquises et les derniers résultats de modélisation.
De plus, un diagnostic synthétique des échanges nappes/rivières a été établi pour chacun des sites du projet. Il
comporte des tableaux et des cartes de synthèse.
Au final, le rapport de dernière année du projet NAPROM contient la matière nécessaire à la rédaction du guide
méthodologique. Une fois le plan du guide déterminé, il conviendra de mobiliser les éléments nécessaires contenu
dans le guide de caractérisation des échanges nappes/rivière réalisé au préalable sur le Rhône. Ceux-ci devront être
enrichi par les apports du projet NAPROM tant sur le plan des méthodes que du protocole.

Bilan synthétique des tâches réalisées en année 3


Les tâches T8 à T14 ont bien avancées. Certaines ne pourront être définitivement terminées qu’après la rédaction du
guide méthodologique :
- T8 : Comparaisons des métriques pour chaque site et inter-sites (réalisées sur les 5 sites)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 7


- T9 : Traitement cartographique des métriques et préconisations méthodologiques pour une utilisation
efficace des métriques (réalisées sur les 5 sites, à finaliser lors de détermination du plan et de la rédaction du guide en
s’appuyant sur le guide Rhône)
- T10 : Établir les modalités d’intégration des cartes dans une Géodatabase structurée, mise aux normes ISO (en
l’état les données disponibles et traitement effectués sont stockés dans des Géodatabases au format ArcGIS)
- T11 : Écriture des règles d’utilisation et de développement des métriques (à finaliser lors de détermination du
plan et de la rédaction du guide en s’appuyant sur le guide Rhône)
Dans le guide sur le Rhône, nous avons déjà déterminée comment l’utilisateur va choisir ses métriques en fonction de
ses besoins (objectifs, enjeux) et des données dont il dispose pour caractériser le site d’étude sur lequel il veut évaluer
les échanges entre la nappe et la rivière. Ce guide contient les informations nécessaires pour aider l’utilisateur à
traiter ces données et les visualiser. La démarche actuelle est la suivante et permet à l’utilisateur :
- de bien définir sa zone de travail (contextes géographiques, hydrogéologiques, géomorphologiques et
anthropiques, inventaire des données existantes)
- de bien définir ses objectifs (connaissance, restauration/réhabilitation, pollution/protection, impact des
captages, réserves/infiltration, impact d’un milieu sur un autre…)
En fonction de ces éléments, l’utilisateur pourra alors :
- déterminer l’échelle spatio-temporelle à laquelle il travaillera
- déterminer les métriques dont il aura besoin et obtenir des informations concernant leur utilisation
- déterminer les données à acquérir
- connaître les méthodes de traitement de l’information appropriées pour l’évaluation des échanges
nappe/rivière
Au final, le cheminement élaboré doit conduit l’utilisateur à mettre en œuvre les métriques sélectionnées (protocole,
calcul et interprétation) pour obtenir différents diagnostics en matière d’échanges nappe/rivière.
- T12 : Écriture des règles de traitements SIG et de comparaison entre métriques : superpositions de cartes,
cartes de synthèse multi-métrique (à finaliser lors de détermination du plan et de la rédaction du guide en s’appuyant
sur le guide Rhône)
- T13 : Organisation des règles selon un graphe de cheminement ou arbre de décision cohérent avec la
structure du guide méthodologique (à finaliser lors de détermination du plan et de la rédaction du guide en
s’appuyant sur le guide Rhône)
- T14 : Rapport scientifique final année 3 - juillet 2014

8
Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A2 : Grilles de caractérisation de chaque site complétées

A l’heure actuelle les grilles complétées pour chacun des 5 sites sont disponibles sur le ftp du projet
NAPEROM hébergé par l’ONEMA (ce ftp est protégé par un mot de passe et un login). Ces grilles ont été
saisies au format OpenOffice, fichier *.ods).
Ces fichiers *.ods sont actuellement stockées dans le répertoire intitulé :
« Naperom_Fiches_Sites_Nov_2011 ». Outre les fichiers contenant les grilles complétées, le fichier intitulé
« Grille_Naprom_Vierge_sept2011.ods » contient une grille vierge.
Le chemin d’accès au répertoire contenant les grilles est le suivant :
ftp://ftp.onema.fr/Livrables_phase1_octobre2011/Naperom_Fiches_Sites_Nov_2011.

A2.1. Rhône aval (Donzère Mondragon) [ENSM-SE+ UMR 5023]


Le fichier contenant la grille de caractérisation du site du Rhône aval est intitulé :
Grille_Naprom_Donzere_Mondragon_Rhone_nov2011.ods

A2.2. Sèvre niortaise (Champ captant d’Echiré-Saint-Maxire) [BRGM]


Le fichier contenant la grille de caractérisation du site de la Sèvre-Niortaise est intitulé :
Grille_Naprom_SGRPOC_Echire_Sevre-niortaise_nov2011.ods

A2.3. Rhin supérieur (Plaine de l’Ill) [Sisyphe Hydro + UMR 5023]


Le fichier contenant la grille de caractérisation du site du Rhin supérieur n’est pas encore disponible. Dès
qu’il sera terminé, il sera déposé sur le ftp Onema dans le même répertoire que les autres et sera intitulé :
Grille_Naprom_Ecozone_Rhin_nov2011.ods

A2.4. Loire amont (Plaine du Forez – Ecozone) [ENSM-SE + UMR 5023]


Le fichier contenant la grille de caractérisation du site de la Loire amont est intitulé :
Grille_Naprom_Ecozone_Loire_nov2011.ods

A2.5. Seine (Orgeval) [Mines ParisTech, Sisyphe Geophy et CEMAGREF]


Le fichier contenant la grille de caractérisation du site de la Seine est intitulé :
Grille_Naprom_ORGEVAL_Seine_nov2011

Juillet 2014 ANNEXES - Page 9


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3 : Comptes-rendus de réunions et visites de terrain

A3.1. Réunion du 11 mai 2010 (ONEMA – Vincennes)

CR réunion ONEMA 11 mai 2010 échanges nappes / eaux de surface

Participants :
Pascal Maugis (ONEMA/DAST)
JF Vernoux (BRGM)
Florence Habets (Sisyphe)
Didier Graillot & Frédéric Paran (EMSE)
Celine Nowak (ONEMA/DCIE)
Delphine Allier (BRGM)
Catherine Thouin (DIREN IdF)
Philippe VERJUS (DIREN IdF)
Ariane Blum (BRGM)
Nicolas Flipo (ENSMP)
Johanna Mesquita (AE SN)

1) rappel de la procédure
- élaboration de 2 fiches projets pour juin
- Arbitrage DST direction scientifique et technique
- Juillet aout fin de négociation des fiches
- Décision en septembre

Ces propositions ne rentrent pas dans une logique d’appel d’offre, mais relèvent plutôt de l’élaboration
concertée d’un projet de recherche cohérent, construit à partir des expertises et des propositions que les
opérateurs de recherche pourront amener.

Chaque fiche devra cependant avoir un référent principal dont l’organisme et l’Onema signeront une
convention, qui se dévouera pour gérer l’action et ventiler les fonds. Ce travail comportera par exemple
l’organisation de réunions d’un comité de suivi (tous les 6 mois – 1 an).

200 a 300 k€ sur l’annee1 pour le thème échange nappe/eaux de surface avec 20% d’autofinancement.
Pas de financement de sites d’instrumentation mais abondement possible sur les ZA

2) Objectif de la réunion
Construction des propositions de recherche sur le thème échange nappes/rivières
Approche multi-échelle grande petite
Aspects quantitatifs et qualitatifs

3) cadre DCE
Non dégradation des milieux aquatiques de surface
Obligations de bon état
Il serait intéressant de se procurer le rapportage 2010 en matière d’échanges nappes/rivieres.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 11


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Prochain rapportage 2013


Manque de connaissances sur l’impact sur l’écologie des milieux
Autres points :
- Evolution des concentrations anthropiques en zone ripisylve
- Attenuation en nappes et rivieres et ripisylves

4) présentation de l’IDPR Delphine Allier (BRGM)


Indice spatial pour comparer les reseaux hydrographiques observe au réseau théorique . L’approche est
guidée par le relief : MNT 50m (BDCarthage)
On en déduit un ratio entre infiltration et ruissellement
Il a été calculé sur toute la France
Exple : bassin sud d’Angers
Avec MNT 20 m on peut descendre au 1/25 000
Il s’agit d’un Indice semi-quantitaif (variant de 0 à 2000). Des croisements cartographiques ont été réalisés
avec les résultats de modelisation Gardenia (modèle réservoir) et Tempo (traitement du signal reponse
impulsionnelle des hauteurs piézométrqiues par en fonction des entrées de pluie , d’ETP et des niveaux
d’eau dans les rivières.
On obtient une estimation globale spatialisée des contributions des eaux de surface aux eaux souterraines.
Application sur la Smagne en Vendée : la contribution des eaux souterraines aux rivières est de 40 à 45%.
Cet indice permet aussi d’obtenir la cartographie de la recharge.
Suites à donner :
Approche complémentaire partir de modèles maillés aux différences finies du BRGM (Marthe)
cartographie du soutien à l’étiage (QMNA5 spécifique)
Evaluation qualitative du soutien à l’etiage
Exploitation du caractère pérenne ou temporaire des cours d’eau

5) présentation de Florence Habets (Sisyphe)


Extension des modélisations hydrogéologiques régionales
La surface modélisée est partielle. Cerains modèles comme celui sur la Rhône (GEWEX) ne sont pas
utilisables en l’état et nécessiteraient un travail d’actualisation.

6) présentation du programme eaux souterraines de la ZABR a RMC et de la fiche projet


(D. Graillot, F. Paran)

7) Discussion et questionnements
Localisation, échelle et temporalité des échanges nappes/rivières
Référence à l’étude BRGM sur ce qui existe en matière d’échanges nappes/rivières
Référence à la thèse de doctorat de Stéphane Esteve sur le Rhin qui a abouti sur une évaluation des
échanges nappes/rivières
Référence à la typologie élaborée par Stéphane Gaillard utilise pour identifier des paramètres de
dénitrification (typologie et fonctions des ZH)
Prise en compte des secteurs de référence (masses d’eau souterraines et superficielles-DCE)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 12


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

8) Conclusions :
On se limitera aux échanges nappes/rivières dans un premier temps

Deux fiches projet doivent être rédigées pour juin

1) Fiche projet sur la caractérisation des échanges nappes/rivières à Grande échelle


référent : JF Vernoux pour le BRGM
Choix de 3 sites : bassin de Seine (Orgeval), Rhône (à définir)
Méthodes et contributions :
a) IDPR (BRGM)
b) Test multimétrique (ZABR)
c) Comparaiison avec modèles mailles (Sisyphe)

2) Fiche projet projet sur la caractérisation des échanges nappes/rivières à Petite échelle
Caractérisation locale, approche mécanistique géophysique et thermique
Référent : N. Flipo pour Armines (EMP-EMSE)
Choix de 3 sites : L’Il sur le bassin du Rhin, l’Orgeval, X, sur le Rhône
Méthodes et contributions :
- Aspects multimétrique (ZABR) y compris géophysique et marqueurs biologiques
- Instrumentation de sites (EMP) Thermique
- Approche qualité

Juillet 2014 ANNEXES - Page 13


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Titre I. Réunions prospectives sur la gestion quantitative de la ressource en eau

Description Relevé de décisions de la réunion du 11/05/2010 – fiches programmation sur les


relations nappes-rivières (RNR)
Éditeur Office national de l'eau et des milieux aquatiques
Créateur Pascal Maugis (DAST)
Contributeurs ONEMA
Date 11/05/10
Version 1

I.1. Participants

Organisme
NOM courriel
&structure
ACKERER Philippe LHyGes ackerer@unistra.fr Excusé

ALLIER Delphine BRGM d.allier@brgm.fr

BERTHAULT Daniel DEB daniel.berthault@developpement-durable.gouv.fr

BLUM Ariane BRGM A.Blum@brgm.fr Absente

CADILHAC Laurent AE RM&C Laurent.CADILHAC@eaurmc.fr Excusé

CHALEON Carine DIREN IdF carine.chaleon@developpement-durable.gouv.fr Excusée

DÖRFLIGER Nathalie BRGM N.Dorfliger@brgm.fr Excusée

FLIPO Nicolas ENSMP Nicolas.Flipo@mines-paristech.fr

GRAILLOT Diddier EM St-Etienne graillot@emse.fr

HABETS Florence Sysiphe florence.habets@mines-paristech.fr

MARCHET Pierre AE AG pierre.marchet@eau-adour-garonne.fr Excusé

MAUGIS Pascal ONEMA DAST pascal.maugis@onema.fr

MESQUITA Johanna AE SN MESQUITA.Johanna@aesn.fr

MOTTET Benoît AE RM&C benoit.mottet@eaurmc.fr Excusé

NOWAK Céline ONEMA DCIE celine.now ak@onema.fr

PAILLOU Alain DEB Alain.Paillou@developpement-durable.gouv.fr Excusé

PARAN Frédéric ENSM St-Etienne paran@emse.fr

PINSON Stéphanie BRGM s.pinson@brgm.fr Excusée

SAPPEY Alain DREAL DB LB Alain.SAPPEY@developpement-durable.gouv.fr Excusé

THOUIN Catherine DIREN IdF catherine.thouin@developpement-durable.gouv.fr

VERJUS Philippe DIREN IdF Philippe.VERJUS@developpement-durable.gouv.fr

VERNOUX Jean-François BRGM jf.vernoux@brgm.fr

Juillet 2014 ANNEXES - Page 14


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

I.2. Décisions majeures


Trois axes de recherche ont été convenus avec des focus et des calendriers différents :
relation nappes-rivières aggrégées à l'échelle du petit bassin versant pour cartographie nationale,
avec visée rapportage 2013
caractérisation des relations nappes-rivières à l'échelle du tronçon, appui à plus long terme
synthèse sur les méthodes d'évaluation de la dépendance des écosystèmes terrestres (rivières et
autres eaux de surface continentales) vis-à-vis des eaux souterraines à l'échelle de gestion locale
pour cartographie nationale
L'étude des milieux aquatiques de surface, autres que les rivières, en relation avec les nappes n'est donc
abordée qu'au travers d'une prospective à plus long terme commençant par une synthèse bibliographique.
On propose donc la rédaction de trois fiches, dont on rappelle ici les grandes lignes. Ces fiches vont faire
l'objet d'une rédaction partagée, puis d'une soumission aux Agences, Délégations de Bassin et à la DEB
pour avis. Chacune a un référent principal qui sera conventionné avec l'Onema. Le rôle de ce référent est de
gérer la fiche côté Organismes de Recherche, de faire circuler l'information et d'organiser 1 ou 2 réunions de
suivi par an. Il reçoit les fonds de l'Onema et se fait facturer les prestations des autres organismes
participants.
1) Caractérisation des relations quantitatives nappes-rivières à l'échelle nationale
On suivra une triple approche pour estimer à gros grain (BV de quelques dizaines de km2) les relations
nappes-rivières en termes de transferts d'eau, en tentant de discriminer trois types d'échange : nappe
drainant la rivière, rivière drainant la nappe, régime alternatif saisonnier :
1) méthode a priori, basée sur des données facilement disponibles à l'échelle nationale (MNT, réseau
hydrographique, carte géologique, etc.) : utilisation de l'indice IDPR (Indice de Développement et de
Persistance des Réseaux hydrographiques). L'intérêt est de couvrir le territoire national, y compris
les espaces peu documenté ;
2) modèle numérique prenant en compte les nappes (MODCOU, MARTHE, GARDENIA …), dont il
conviendra d'agréger les résultats en temps (cumul des débits échangés dans les deux sens
séparément, fraction du débit de rivière, linéaire d'échanges forts) et en espace (sur le découpage
représentatif ~50 km2). La couverture de ces modèles concerne surtout les bassins sédimentaires
métropolitains ;
3) méthode expérimentale multimétrique, telle que mise en œuvre en Loire amont (Plaine de Forez) et
sur le Rhône (Brégnier-Cordon), incorporant en particulier des critères hydrophysiques
(hydrogéologie, hydrologie), et biologiques (macrophytes aquatiques, invertébrés souterrains).
L'objectif est de disposer à court terme (2012), en vue notamment du rapportage DCE de 2013, d'une
méthode générique et valider pour la cartographie nationale des relations quantitatives nappes-rivières. Les
aspects "qualité", ou thermie, qui en dépendent grandement, ne sont pas abordés ici en tant qu'objets à
caractériser.
La ligne directrice est donc d'implémenter la méthode IDPR à l'échelle nationale, et de la valider sur les
sorties de modèles – quand ils existent – à l'échelle des grands bassins sédimentaires, en confrontant le tout
aux observations d'échelle fine réalisées sur sites expérimentaux.
Cette méthode sera étendue aux bassins sur socle granitique, en la généralisant éventuellement à un
indicateurs hydrologique mieux adapté : par exemple le QMNA5 / QA (le débit mensuel minimum
quinquennal sec divisé par le module interannuel). Ce dernier pourra être calculé en s'appuyant sur les
interpolations fournies par le Cemagref dans le cadre des travaux réalisés en 2009-2010.
Il sera nécessaire de procéder à une recherche des territoires sur lesquelles un besoin de caractérisation
des RNR est manifeste, en s'appuyant par exemple sur les tables de rapportage dressées par les Agences,
et en s'associant aux travaux du Pôle de Modélisation en cours de montage. Il est également possible que,
sur une bonne partie des massifs granitiques, la question des RNR ne se pose pas en termes quantitatifs,
mais plutôt en termes de qualité d'eau ou de gestions des barrages ; ou alors à une échelle très localisée
hors de portée pour cette étude.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 15


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Remarques : On ne dispose pas de carte piézométrique à l'échelle nationale. Au prix de caractérisation


annexes et de modèles locaux, on peut aboutir à des cartes à plus petite échelle.
Le BRGM a été sollicité comme référent pour cette fiche.
2) Méthodes de caractérisation des RNR (quantité et qualité) à l'échelle des tronçons
Dans les zones identifiées comme devant bénéficier d'une caractérisation plus poussée des RNR, que ce
soit pour des questions de vulnérabilité à la pollution, de gestion quantitative des eaux, de compréhension
des liens avec la biologie, de restauration ou autres, il est nécessaire de disposer d'un panel de moyens
expérimentaux adaptés aux situations locales, aux questions posées et aux moyens financiers disponibles.
Tel est l'enjeu de cette fiche.
On s'appuiera sur des sites expérimentaux existants, afin de bénéficier de leur historique et de la bonne
connaissance déjà acquise sur leur fonctionnement, et afin également d'en valoriser les résultats et de les
pérenniser en constituant un corpus d'information cohérent et diversifié. Au moins quatre ont été identifiés
comme particulièrement intéressants :
3) Loire amont (Plaine de Forez) et le Rhône (Brégnier-Cordon), évoqués plus haut.
4) BV du Rhin : l'Ill, qui exhibe des échanges contrastés sur son linéaire. La plaine du Rhin bénéficie
d'une très bonne connaissance hydrogéologique, et les très forts échanges entre la nappe et les
rivières en font un particulièrement vulnérable à la pollution.
5) l'Orgeval, qui bénéficie d'un suivi hydrologique depuis une quarantaine d'années, et plus récemment
d'études hydrogéologiques locales ainsi que de suivi hydromorphologiques et piscicoles.
La méthode multimétrique (hydrophysique, macrophytes, faune souterraine) sera ainsi approfondie sur les
BV de la Loire amont et du Rhône, et mise en œuvre sur le BV de l'Orgeval, et si possible sur le BV du l'Ill.
L'association des Agences de l'Eau correspondantes est une des conditions de réussite de cette initiative.
Des protocoles expérimentaux nouveaux seront testés (ex : estimations des RNR par mesures thermiques à
l'aide de fibres optiques). Les modèles numériques pertinents à l'échelle locale (ou développés pour le
devenir, par exemple en incorporant les fluctuations du niveau des rivières) viendront en appui.
On cherchera également une méthode d'évaluation du potentiel d'atténuation des pollutions (pesticides,
nutriments, …) dans la zone hyporhéique. Le travail de synthèse du BRGM (Vernoux, 2010) a déjà balisé les
grandes lignes de cette action.
Remarques : La disponibilité des laboratoires d'analyse biologique pose un souci étant donné leur charge de
travail, ce qui, le cas échéant, pourrait limiter l'implémentation à grande échelle de programmes de mesures
basées sur les métriques biologiques. Catherine Thouin s'est proposé de rentrer en contact avec son équipe
pour éclaircir ce point.
Vis-à-vis de la police de l'eau, ce travail permettrait de dégager une méthodologie pour discriminer
l'attribution à une éventuelle zone hyporhéique des pompages proches des rivières.
L’Onema réfléchit actuellement à la mise en œuvre de travaux visant à dresser un état des lieux et une
analyse sous SIG du contenu des réseaux « hydro(géo)logie/biologie » existants (européens et nationaux)
en vue d’une mutualisation des observations des sites et d’une identification des manques existants.
ARMines (association de recherche contractuelle), par l'intermédiaire de Didier Graillot, sera référente pour
cette fiche.
3) Méthode d'évaluation de la dépendance des écosystèmes terrestres vis-à-vis des eaux
souterraines à l'échelle de gestion locale en vue d'une cartographie nationale.
Il est important, conformément aux exigences de la DCE, d'explorer d'une façon plus générale les relations
nappes-eaux de surface en considérant l'impact des échanges avec la nappe sur l'ensemble des
écosystèmes qui en dépendent (rivières, zones humides, littoral, etc.).
Ces travaux pourront être associés à la réflexion sur l'extension du protocole du RDOE (Réseau
Départemental d'Observation des Etiages), qui passera notamment par le futur groupe de travail « Réseau
national de suivi des étiages » mis en place avec la DEB (contact Onema : C. Nowak).
Jean-François Vernoux sera référent de cette fiche pour le BRGM.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 16


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.2. Réunion du 18 novembre 2010 (ONEMA – Vincennes)

COMPTE-RENDU

Réunion de lancement
Jeudi 18 novembre 2010
ONEMA Paris

Caractérisation des échanges nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du linéaire par métrique


expérimentale ou par modélisation jusqu’à l’échelle régionale

_________________________________________________

PRESENTS : Pascal Maugis (ONEMA/DAST), Catherine Thouin (DRIEE-IF), Nicolas Flipo (MINES ParisTech),
Florence Habets (SISYPHE), Olivier Douez (BRGM Poitiers), Didier Graillot (ENSM-SE), Eric Lalot (ENSM-SE),
Frédéric Paran (ENSM-SE)

_________________________________________________

RAPPEL DE L’ORDRE DU JOUR :

1. Présentation générale de l’ONEMA (P. Maugis)

2. Présentation générale du projet (présentation de la fiche projet ONEMA) (P. Maugis, D. Graillot)
- Enjeux de l'évaluation des échanges nappes/fleuves
- Réseau de partenaires impliqués
- Objectifs et contenu de l'action de recherche (sur le plan scientifique et opérationnel)
- Point sur les méthodes d'analyse des échanges et les outils d'évaluation existant : métriques
hydrologiques, biologiques, modélisations (E. Lalot)
- Discussion

3. Présentation des sites d'étude retenus (15 minutes par site)


- Orgeval (N. Flipo)
- Marais-Poitevin (O. Douez)
- Loire-Amont et Rhône (F. Paran)
- Plaine de l'Ill (D. Graillot)

4. Gestion de projet
- Calendrier de réalisation 2011
- Affectation et description des tâches pour chaque site
- Montage contractuel et financier

Juillet 2014 ANNEXES - Page 17


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

1. Présentation générale de l’ONEMA (P. Maugis)


L’ONEMA dispose en plus de son siège à Paris de 9 délégations régionales.
Notre action de recherche est supervisée par la DAST (Direction de l’Action Scientifique et Technique).
Notre action appartient au thème « Dynamique de la ressource en eau ». Il y au total 6 thèmes (Dynamique
de la ressource en eau, Restauration physique des hydrosystèmes, Dynamique des biocénoses aquatiques,
Contaminants chimiques et écotoxicologie, Réduction des pollutions concentrées et diffuses, Valeur socio-
économique de l’eau).
Il y a au total environ 300 actions pour un budget 2011 de 14 millions d’Euro.

2. Présentation générale du projet (présentation de la fiche projet ONEMA) (P. Maugis, D. Graillot)
2.1. Enjeux de l'évaluation des échanges nappes/rivières
Les enjeux opérationnels sont les suivants :
- DCE : pollution des eaux souterraines par les eaux superficielles et réciproquement
- Forte demande opérationnelle (SDAGE, Volumes prélevables, …)
- Gestion quantitative et qualitative
Il conviendra de prêter une attention particulière au cas des pompages afin de définir s’ils ont lieu
uniquement en nappe où si leur influence va jusqu’à la rivière. Des indicateurs biologiques et hydrauliques
peuvent être utilisés pour traiter cette question.

2.2. Réseau de partenaires impliqués


Les partenaires sont les suivants :
- Armines/ Ecole des mines de Saint-Etienne
- EZUS, Univ. Lyon UMR 5023
- Armines/Mines-Paristech : Géosciences & Sisyphe
- UMR 7619 Sisyphe/FIRE FR3020
- Univ. Strasbourg
- Cemagref HBAN (convention propre)
- BRGM (convention propre)

D’autres partenaires pourront intervenir dans le projet en tant que sources de financements potentiels ou
de soutien :
- L’inter-ZA (Yvan Lagadeuc)
- INEE

2.3. Objectifs et contenu de l'action de recherche (sur le plan scientifique et opérationnel)


Les objectifs sont les suivants :
- Préconiser à l’échelle nationale des recommandations méthodologiques pour caractériser les
échanges nappes/ rivières
- Travailler sur différentes configurations géomorphologiques et hydrogéologiques
Le contenu de l’action de recherche pour 2011 est le suivant :

a. Choix multicritère de sites sur Rhône, Seine, Loire et Rhin (critères : régime hydraulique,
ouvrages et aménagements, usages de l’eau, altitudes et latitudes, sensibilité des milieux)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 18


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

L’ensemble des sites sélectionné devra couvrir un maximum de configurations hydrogéologiques, à


l’exclusion des milieux karstiques. Au besoin, il sera possible d’ajouter des sites par la suite si certaines
configurations importantes ne sont pas représentées.
b. Identification des tronçons à enjeu en lien avec les gestionnaires
c. Modèles de nappe disponibles sur les secteurs et tronçons sélectionnés (recensement des
auteurs / utilisateurs)
d. Préparation/cartographie des données nécessaires (Métadonnées) pour les différentes
métriques hydrauliques et biologiques (invertébrés, végétation aquatique)
Concernant les métadonnées, il apparait nécessaire d’ajouter les métriques géochimiques, isotopiques et
thermiques. Le renseignement des métadonnées devra bien prendre en compte l’échelle spatiale.
Dans le cadre du projet Explore 2070 (financé par le ministère de l’environnement : 2 millions d’Euro sur 2
ans – contact : Xavier de Lacaze) qui s’intéresse à la question de l’adaptation au changement climatique
pour la gestion de la ressource en eau, de nombreuses données et métadonnées seront recueillies sur
différents thèmes (hydrologie de surface, hydrologie souterraine, biodiversité, domaine côtier, socio-
économie). Pour le thème hydrologie de surface, il y aura des modélisations de la température de l’eau en
fonction de la température atmosphérique de surface. La construction d’une base de données nationale sur
le suivi des températures est en cours de construction. On dispose déjà de deux années de chroniques
continues.
e. Métriques expérimentales /modèles locaux ou régionaux recensés
Un des aspects critiques pour l’évaluation des échanges nappes/rivières est lié à l'existence ou à
l'accessibilité de données concernant les hauteurs d’eau en rivière.
Ce type de données pourrait être récupéré dans le cadre d’un accord-cadre en cours de signature entre
l’ONEMA et EDF.
Géosciences travaille déjà en lien avec EDF dans le cadre d’un travail de thèse portant sur la thermie de la
Loire (thèse de Céline Monteil). Il s’agit d’un modèle de contribution des aquifères de la Loire au débit
d’étiage dans un contexte de changement climatique.
f. Plan d’instrumentation et d’échantillonnage complémentaire (hétérogénéités)
Si un investissement en matériel de mesure est nécessaire pour réaliser un plan d’instrumentation et
d’échantillonnage complémentaire, ce dernier sera construit en cohérence avec l'enveloppe budgétaire.
g. Variations saisonnières (quantité et qualité de l’eau de nappe ou de rivière)
h. Rapport d'étape : Caractérisation des échanges nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du
linéaire
Les rapports doivent être rédigés en respectant le modèle de mise en forme fourni par l’ONEMA.
Le rapport d’étape 2011 devra contenir entre autre le plan du guide méthodologique.
Le programme des années 2012 et 2013 dépendra des résultats et de l’avancement des actions de 2011.
Les livrables finaux sont les suivants :
- Rapport final. Il devra contenir la matière permettent la rédaction du guide méthodologique.
- Guide méthodologique (Rapport Onema standard et/ou valorisation par une publication
ONEMA type collection « Comprendre pour agir »). Le délai de publication de ce type d’ouvrage est de 1 an.
La sortie de ce guide pourrait être prévue aux alentours de février/mars 2014.
L’évaluation du travail réalisé (livrables) se fera en terme de satisfaction vis-à-vis :
- des gestionnaires et des usagers
- des questions portées politiquement (adéquation demandes/besoins)
- de la pertinence scientifique (articulation avec les sujets de thèses en cours de
développement dans les laboratoires partenaires, articles dans des revues internationales à comité de
lecture, présentations en colloque internationaux).

Juillet 2014 ANNEXES - Page 19


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

2.4. Point sur les méthodes d'analyse des échanges et les outils d'évaluation existants : métriques
hydrologiques, biologiques, modélisations (E. Lalot)
Le travail bibliographique réalisé a permis de distinguer 4 groupes de méthodes et outils :
- Modèles hydrodynamiques maillées
- Modèles analytiques
- Statistiques et bilans
- Mesures locales
Il conviendra de transmettre cette bibliographie aux différents partenaires. De plus, les sources détenues
par chacun seront également échangées. Un espace de partage de fichiers sera mis en place par l'Onema
sur son serveur ftp avec accès sécurisé.

2.5. Discussion
Suite à cette présentation plusieurs remarques ont été formulées.
Il apparaît que le calage sur les modèles se fait de moins en moins car il est difficile de choisir le paramètre
sur lequel l’effectuer. Désormais, de plus en plus de travaux tentent de prendre en compte l’incertitude à
l’aide d’un jeu de paramètres.
Dans le cas de la problématique des échanges nappes/rivières il y a plusieurs sources d’incertitudes et
notamment :
- l’échelle de travail (laquelle est pertinente ?)
- la propagation de l’erreur sur les données
- la détermination du coefficient d’échange nappe/rivière (ce dernier est souvent inconnu)
La prise en compte de ces incertitudes et leur représentation est importante lors de la négociation avec les
gestionnaires sur des enjeux tels que les quantités d’eaux souterraines autorisées au prélèvement. Il
convient donc de déterminer la manière de diminuer et de valider l’incertitude affichée.
Dans ce type de négociation, il semble préférable de définir directement la marge d’erreur sur la quantité
prélevable et d’afficher la ou les variables qui jouent le plus sur l’incertitude (ex : MNT, piézométrie…).
L’évaluation des échanges nappe/rivière doit aussi prendre en compte les évolutions futures, notamment
les processus de colmatage des berges et des captages. Il serait possible par exemple de réaliser des tests
de pompage pour modifier le sens des échanges, ou encore de regarder ce qui se passe quand on arrête un
gros pompage.
Des phénomènes comme les lâchures de barrage pourront aussi être pris en compte.
Référence : Thèse Tajjaar, ENSMP, 1996 (Lâchures de barrage, réinfiltration en nappe).
Pour les métadonnées, les questions habituelles ont été soulevées concernant leur accessibilité, leur
maintenance et leur actualisation. Au niveau de l’ONEMA, les métadonnées devront être à l’échelle
nationale.
Des liens pourront être faits avec :
- l’inter-ZA et l’INE (Béatrice Ulvoas);
- le réseau RCS (réseau de contrôle et de surveillance) : suivis qualité, hydromorphologie,
poissons, indicateurs biologiques, piézométrie (ADES, n°BSS)

3. Présentation des sites d'étude retenus (15 minutes par site)


3.1. Orgeval (N. Flipo)
Il s’agit d’un bassin de 100km² situé à environ 100km de Paris contenant 2 aquifères. Le bassin des
Avenelles (sous-bassin de l’Orgeval) est plus particulièrement étudié (40km²).
Ce secteur est inclus dans le GISOracle.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 20


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

De nombreuses données sont disponibles sur ce secteur : débits, piézométrie, pluviométrie, SIG (MNT,
géologie, occupation des sols, …), suivi poissons, suivis qualité de l’eau, mesures géophysiques, estimation
des transmissivités (méthode Pasquier)…
Le travail à réaliser sur ce site est le suivant (1 post-doc) :
- Etat des lieux
- Approches hydro-géophysiques prospectives (mesure de température d’eau par fibres
optiques), principalement pour un secteur du cours d’eau qui alimente la nappe (écoulement en zone non
saturée pressenti) / l’investissement pour ce matériel doit être apporté par un financement
complémentaire (en attente de réponse)
- Mesures bathymétriques
- Modélisations hydrologiques et hydrogéologiques (EauDyssée) / module biogéochimique
Lien : thèse de Firas Saleh (fluctuation des niveaux d’eau en rivière /simulation des échanges nappes/rivière
/ modèle régional sur 190km de rivière / temporalité des échanges) : soutenance 15 décembre à l’UPMC.

3.2. Marais-Poitevin (O. Douez)


Le travail porte sur un champ captant de Saint-Maxise et Echiré en Sèvre-Niortaise avec 3 aquifères en
couches. La méthodologie repose sur des corrélations de teneurs en nitrates et de volumes prélevés pour
déterminer le sens et l’intensité des échanges nappes/rivière.
Le travail à réaliser sur ce site est le suivant :
- collecte et analyse de documents
- adaptation du modèle régional préexistant pour une étude locale (amélioration de la géométrie
des couches et affinage du pas de temps)
- modélisation hydrodynamique (logiciel Marthe)
- analyse des paramètres des cours d’eau.

3.3. Loire-Amont et Rhône (F. Paran)


Deux secteurs alluviaux ont été présélectionnés :
- la chute CNR de Brégnier-Cordon (Ain, fleuve Rhône, 100km de Lyon)
Il s’agit d’un secteur relativement peu anthropisé pour le fleuve Rhône. Il a fait l’objet d’un aménagement
par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) pour la production d’hydroélectricité. De plus, des extractions
de granulats on eut lieu dans la plaine alluviale. Du point de vue hydrogéologique, le secteur est caractérisé
par une nappe contenue dans des alluvions récentes. Les formations encaissantes sont constituées de
calcaires.
Ce travail est en lien avec l’action de recherche ZABR/AE-RMC « Echanges nappes/Rhône ». Les échanges
sont évalués à l’aide de plusieurs métriques : hydraulique (analyse géomatique), biologiques (invertébrés
souterrains et macrophytes).
Lien : thèse de Eric Lalot (stratégie de modélisation des échanges).
- le secteur de l’Ecozone du Forez (Loire, fleuve Loire, 40km au nord de Saint-Etienne)
Il s’agit d’un secteur sur lequel il y a de fortes influences anthropiques : agricultures intensives, extractions
de granulats, barrages. Il s’agit d’un hydrosystème fortement modifié, notamment par le phénomène
d’incision du lit du fleuve Loire. Du point de vue hydrogéologique, le secteur est caractérisé par une nappe
alluviale contenue dans des alluvions récentes. Les formations encaissantes sont des terrasses alluviales
anciennes et des formations cristallines.
Ce travail est en lien avec le programme Plan Loire Grandeur Nature 3 (PLGN3) EPL/FEDER. Les échanges
sont évalués à l’aide de la métrique hydraulique (analyse géomatique).

Juillet 2014 ANNEXES - Page 21


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Le travail à réaliser sur ces deux sites est le suivant :


- Extension des portions de berges investiguées
- Intégration de nouvelles métriques (notamment isotopique et biologique) sur les secteurs où
elles font défaut
- Affiner la comparaison entre les métriques ?
- Utilisation du modèle Modcou sur l’Ecozone ?

3.4. Plaine de l'Ill (D. Graillot, F. Habets)


Ce site de plaine est situé près de Mulhouse. Une étude de peuplement en invertébrés souterrain a été
conduite.
Au vu des résultats, l’eau de la nappe de l’Ill provient pour 1/3 du Rhin, pour 1/3 des autres rivières et pour
1/3 de la pluie efficace. Au sud du secteur l’Ill s’infiltre dans la nappe et au nord la nappe alimente l’Ill. La
densité en invertébrés souterrains augmente quand on s’éloigne du Rhin.
Pour l’instant, le travail à réaliser sur ce site consisterait à comparer les métriques biologiques avec des
métriques hydrauliques pour évaluer les échanges entre la nappe, l’Ill et le Rhin.
Actuellement, le choix des sites et le travail à réaliser doit être affiné. De plus, une réflexion concernant le
croisement des travaux inter-sites est à effectuer.

4. Gestion de projet
Le BRGM a une convention à part avec l’ONEMA : 50k€ TTC

4.1. Année 2011


Les autres partenaires seront liés par une convention de reversement ARMINES et bénéficieront d’un
budget sans TVA. Pour l’année 2011, le budget alloué est de 188k€ HT.
On s'achemine vers une convention d'un an, renouvelable pour deux ans.
La répartition est actuellement la suivante sous réserve de modifications et d’ajustements :
- 33k€ pour EZUS
- 155k€ pour le bloc ARMINES (la répartition précise reste à finaliser entre Paris-Tech, Sisyphe
et l’EMSE).

4.2. Années 2012 et 2013


Pour l’année 2012 il est nécessaire de bâtir plusieurs scénarios en fonction du budget alloué : 200 ou 250k€
HT. De toute façon, il conviendra de faire une demande initiale optimiste conforme au plan de financement
initialement prévu (350 k€ en 2012 et 2013 toutes conventions confondues), qui correspond au besoin réel
du projet compte tenu de son ambition.
Il faudra aussi intégrer :
- ½ thèse sur 2 ans pour l’université de Strasbourg : environ 40k€
- 1 post-doc sur 2 ans pour Sisyphe : environ 45k€
Des financements complémentaires pourront aussi être intégrés :
- ANR
- Autofinancement
A terme, les sommes allouées doivent être justifiées par 2 éléments :
- bilan financier
- justification du budget global

Juillet 2014 ANNEXES - Page 22


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.3. Réunion de lancement du 16 février 2011 (Agence de l’eau RMC –


Lyon)

COMPTE-RENDU

Réunion de lancement du projet NAPROM


NAPpes-Rivières Observation Modélisation
Mercredi 16 février 2011
ONEMA- Agence de l’Eau RMC

Caractérisation des échanges nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du linéaire par métrique


expérimentale ou par modélisation jusqu’à l’échelle régionale

_________________________________________________

PRESENTS : Pascal Maugis (ONEMA/DAST), Laurent Cadilhac (AE-RMC,)Gaëlle Tallec (Cemagref), Nicolas
Flipo (MINES ParisTech), Florence Habets (SISYPHE), Olivier Douez (BRGM Poitiers), Didier Graillot (UDL,
ENSM-SE), Frédéric Paran (ENSM-SE), P. Marmonier , Gudrun Bornette, C. Piscart, S. Bechart (UDL UMR
5023 LEHNA)

_________________________________________________

RAPPEL DE L’ORDRE DU JOUR :

1. Introduction, rappel des projets de la DAST de l’ONEMA

2. Rappel des objectifs du projet

3. Présentation des compétences des équipes impliquées et des sites d'étude pressentis

4. Déroulement projet
- 2011-2013
- répartition des tâches par équipe
- Moyens humains et financier

Fiche Armines-ONEMA remise en séance


Document joint : presentation ppt modifiée en commun

Juillet 2014 ANNEXES - Page 23


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

1. Introduction, rappel des projets de la DAST de l’ONEMA


L’ONEMA dispose en plus de son siège à Paris de 9 délégations régionales.
Notre action de recherche est supervisée par la DAST (Direction de l’Action Scientifique et Technique).
Notre action appartient au thème « Dynamique de la ressource en eau ». Il y au total 6 thèmes (Dynamique
de la ressource en eau, Restauration physique des hydrosystèmes, Dynamique des biocénoses aquatiques,
Contaminants chimiques et écotoxicologie, Réduction des pollutions concentrées et diffuses, Valeur socio-
économique de l’eau).
Il y a au total environ 300 actions pour un budget 2011 de 13 millions d’Euro.

2. Rappel des objectifs du projet


L’objectif global est de préconiser à l’échelle nationale des recommandations méthodologiques pour
caractériser les échanges nappes/rivières en prenant en compte les différentes configurations
géomorphologiques et hydrogéologiques.

Il s’agit d’aboutir en fin de 3° année à la réalisation d’un guide méthodologique pour évaluer les échanges
nappes/rivières utilisable par les gestionnaires
Les enjeux opérationnels du projet sont les suivants :
- DCE : pollution des eaux souterraines par les eaux superficielles : la réciproque n'est pas dans
la DCE (à vérifier si dans d'autres textes)
- Forte demande opérationnelle (SDAGE, Volumes prélevables, …)
- Gestion quantitative et qualitative
- Diagnostic des masses d’eau
- obligation de quantifier les échanges nappes-rivières dans les SDAGE pour l'état des lieux de
2013

3. Présentation des compétences des équipes impliquées et des sites d'étude pressentis
Des échanges entre les équipes sont prévus :
Visite du site de l’Echiré ( EMSE- BRGM, …..)
Visite du site de l’Ill (EMSE, LEHNA, Sisyphe, Univ. Strasbourg …..)
Visite du site de l’Orgeval (EMSE, Cemagref, LEHNA,…..)
Visite des sites Loire et Rhône (Donzère)
D’autres membres du groupe pourront se joindre à ces visites en fonction des dates retenues (période
début septembre 2011 et en 2012)

4. Déroulement projet
Le contenu global des actions pour la période 2011-2013 a été rappelé. La répartition des tâches par
équipe est indiquée dans le fichier ppt joint (livrables par équipe pour décembre 2011) avec la répartition
des moyens humains et financiers qui ne reste plus qu’à être validée à ce jour par le contrôleur financier de
l’ONEMA.
Le détail des actions à réaliser en 2011 est rappelé en annexes.
De façon générale pour 2011, chaque équipe doit décrire les spécificités du site sur lequel il travaillera
selon 4 grilles d’analyse :
Spécificités physiques (hydrologiques, configurations hydrogéologiques, géomorphologie de la
rivière,…)
Niveau d’anthropisation (ouvrages de captages, gravières, barrages, canaux, contre-canaux)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 24


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Spécificités en terme d’enjeux socio-économiques (usages de la ressources : industrie, AEP,


volumes prélevés, informations SAGE, contrat de rivière, réserve naturelle, objectifs masses d’eau,
…)
Spécificités en termes d’enjeux de connaissance (secteurs instrumentés modélisés ou non) à
l’échelle locale du site ou autour (échelle régionale)

En plus, chaque équipe devra décrire les techniques d’évaluation des échanges nappes/rivière qu’elle
utilise actuellement ou qu’il est prévu d’utiliser (expérimentations/instrumentation, modélisation,
analyse géomatique, suivi biologique (invertébrés souterrains et végétation aquatique), géochimie).
Pour cela une 5ème grille de description sera proposée pour bien identifier la technique d’évaluation de
ces échanges et surtout le type d’informations nécessaires à cette évaluation (quantitative en m 3/j/km
par exemple ou qualitative : sens et intensité relative par rapport à l’amont ou à l’aval).
Le but est de bien mettre en évidence l’adéquation entre les spécificités des sites et les méthodes/outils
de caractérisation des échanges, l’idéal étant d’aboutir à une typologie de configuration et à un panel de
techniques d’évaluation.
L’ensemble des descripteurs ou critères correspond aux métadonnées (sur la base du référentiel ENV
12607 ou de la norme Inspire) qui seront en année 3) incorporées dans le guide méthodologique.
L’EMSE se chargera de proposer un modèle de base bien sûr modifiable pour ces 5 grilles et l’enverra à
chaque partenaire pour traitement avec un exemple de remplissage pour chacune d’elle. En ce qui
concerne les éléments géographiques (cartes, coupes, sondages) permettant de décrire la spécificité des
sites, on conviendra d’un protocole d’accès à ces données.
C’est le cadre de travail proposé pour réaliser les tâches en 2011.

Annexe :
(CR du 18 novembre 2010 ONEMA-Paris décrivant le contenu scientifique de l’action)
Le contenu de l’action de recherche pour 2011 est le suivant :

a. Choix multicritère de sites sur Rhône, Seine, Loire et Rhin (critères : régime hydraulique,
ouvrages et aménagements, usages de l’eau, altitudes et latitudes, sensibilité des milieux)
L’ensemble des sites sélectionné devra couvrir un maximum de configurations hydrogéologiques, à
l’exclusion des milieux karstiques. Au besoin, il sera possible d’ajouter des sites par la suite si certaines
configurations importantes ne sont pas représentées.

b. Identification des tronçons à enjeu en lien avec les gestionnaires


c. Modèles de nappe disponibles sur les secteurs et tronçons sélectionnés (recensement des
auteurs / utilisateurs)

d. Préparation/cartographie des données nécessaires (Métadonnées) pour les différentes


métriques hydrauliques et biologiques (invertébrés, végétation aquatique)
Concernant les métadonnées, il apparait nécessaire d’ajouter les métriques géochimiques, isotopiques et
thermiques. Le renseignement des métadonnées devra bien prendre en compte l’échelle spatiale.
Dans le cadre du projet Explore 2070 (financé par le ministère de l’environnement : 2 millions d’Euro sur 2
ans – contact : Xavier de Lacaze) qui s’intéresse à la question de l’adaptation au changement climatique
pour la gestion de la ressource en eau, de nombreuses données et métadonnées seront recueillies sur
différents thèmes (hydrologie de surface, hydrologie souterraine, biodiversité, domaine côtier, socio-
économie). Pour le thème hydrologie de surface, il y aura des modélisations de la température de l’eau en
fonction de la température atmosphérique de surface. La construction d’une base de données nationale sur

Juillet 2014 ANNEXES - Page 25


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

le suivi des températures est en cours de construction. On dispose déjà de deux années de chroniques
continues.

e. Métriques expérimentales /modèles locaux ou régionaux recensés


Un des aspects critiques pour l’évaluation des échanges nappes/rivières est lié à l'existence ou à
l'accessibilité de données concernant les hauteurs d’eau en rivière.
Ce type de données pourrait être récupéré dans le cadre d’un accord-cadre en cours de signature entre
l’ONEMA et EDF.
Géosciences travaille déjà en lien avec EDF dans le cadre d’un travail de thèse portant sur la thermie de la
Loire (thèse de Céline Monteil). Il s’agit d’un modèle de contribution des aquifères de la Loire au débit
d’étiage dans un contexte de changement climatique.

f. Plan d’instrumentation et d’échantillonnage complémentaire (hétérogénéités)


Si un investissement en matériel de mesure est nécessaire pour réaliser un plan d’instrumentation et
d’échantillonnage complémentaire, ce dernier sera construit en cohérence avec l'enveloppe budgétaire.

g. Variations saisonnières (quantité et qualité de l’eau de nappe ou de rivière)

h. Rapport d'étape : Caractérisation des échanges nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du


linéaire
Les rapports doivent être rédigés en respectant le modèle de mise en forme fourni par l’ONEMA.
Le rapport d’étape 2011 devra contenir entre autre le plan du guide méthodologique.

Le programme des années 2012 et 2013 dépendra des résultats et de l’avancement des actions de 2011.

Les livrables finaux sont les suivants :


- Rapport final. Il devra contenir la matière permettent la rédaction du guide méthodologique.
- Guide méthodologique (Rapport Onema standard et/ou valorisation par une publication
ONEMA type collection « Comprendre pour agir »). Le délai de publication de ce type d’ouvrage est de 1 an.
La sortie de ce guide pourrait être prévue aux alentours de février/mars 2014.

L’évaluation du travail réalisé (livrables) se fera en terme de satisfaction vis-à-vis :


- des gestionnaires et des usagers
- des questions portées politiquement (adéquation demandes/besoins)
- de la pertinence scientifique (articulation avec les sujets de thèses en cours de
développement dans les laboratoires partenaires, articles dans des revues internationales à comité de
lecture, présentations en colloque internationaux).

2.4. Point sur les méthodes d'analyse des échanges et les outils d'évaluation existants : métriques
hydrologiques, biologiques, modélisations (E. Lalot)
Le travail bibliographique réalisé a permis de distinguer 4 groupes de méthodes et outils :
- Modèles hydrodynamiques maillées
- Modèles analytiques
- Statistiques et bilans
- Mesures locales

Juillet 2014 ANNEXES - Page 26


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Il conviendra de transmettre cette bibliographie aux différents partenaires. De plus, les sources détenues
par chacun seront également échangées. Un espace de partage de fichiers sera mis en place par l'Onema
sur son serveur ftp avec accès sécurisé.

2.5. Discussion
Suite à cette présentation plusieurs remarques ont été formulées.
Il apparaît que le calage sur les modèles se fait de moins en moins car il est difficile de choisir le paramètre
sur lequel l’effectuer. Désormais, de plus en plus de travaux tentent de prendre en compte l’incertitude à
l’aide d’un jeu de paramètres.
Dans le cas de la problématique des échanges nappes/rivières il y a plusieurs sources d’incertitudes et
notamment :
- l’échelle de travail (laquelle est pertinente ?)
- la propagation de l’erreur sur les données
- la détermination du coefficient d’échange nappe/rivière (ce dernier est souvent inconnu)
La prise en compte de ces incertitudes et leur représentation est importante lors de la négociation avec les
gestionnaires sur des enjeux tels que les quantités d’eaux souterraines autorisées au prélèvement. Il
convient donc de déterminer la manière de diminuer et de valider l’incertitude affichée.
Dans ce type de négociation, il semble préférable de définir directement la marge d’erreur sur la quantité
prélevable et d’afficher la ou les variables qui jouent le plus sur l’incertitude (ex : MNT, piézométrie…).
L’évaluation des échanges nappe/rivière doit aussi prendre en compte les évolutions futures, notamment
les processus de colmatage des berges et des captages. Il serait possible par exemple de réaliser des tests
de pompage pour modifier le sens des échanges, ou encore de regarder ce qui se passe quand on arrête un
gros pompage.
Des phénomènes comme les lâchures de barrage pourront aussi être pris en compte.
Référence : Thèse Tajjaar, ENSMP, 1996 (Lâchures de barrage, réinfiltration en nappe).
Pour les métadonnées, les questions habituelles ont été soulevées concernant leur accessibilité, leur
maintenance et leur actualisation. Au niveau de l’ONEMA, les métadonnées devront être à l’échelle
nationale.
Des liens pourront être faits avec :
- l’inter-ZA et l’INE (Béatrice Ulvoas);
- le réseau RCS (réseau de contrôle et de surveillance) : suivis qualité, hydromorphologie,
poissons, indicateurs biologiques, piézométrie (ADES, n°BSS)

3. Présentation des sites d'étude retenus (15 minutes par site)


3.1. Orgeval (N. Flipo)
Il s’agit d’un bassin de 100km² situé à environ 100km de Paris contenant 2 aquifères. Le bassin des
Avenelles (sous-bassin de l’Orgeval) est plus particulièrement étudié (40km²).
Ce secteur est inclus dans le GISOracle.
De nombreuses données sont disponibles sur ce secteur : débits, piézométrie, pluviométrie, SIG (MNT,
géologie, occupation des sols, …), suivi poissons, suivis qualité de l’eau, mesures géophysiques, estimation
des transmissivités (méthode Pasquier)…
Le travail à réaliser sur ce site est le suivant (1 post-doc) :
- Etat des lieux
- Approches hydro-géophysiques prospectives (mesure de température d’eau par fibres optiques),
principalement pour un secteur du cours d’eau qui alimente la nappe (écoulement en zone non saturée

Juillet 2014 ANNEXES - Page 27


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

pressenti) / l’investissement pour ce matériel doit être apporté par un financement complémentaire (en
attente de réponse)
- Mesures bathymétriques
- Modélisations hydrologiques et hydrogéologiques (EauDyssée) / module biogéochimique
Lien : thèse de Firas Saleh (fluctuation des niveaux d’eau en rivière /simulation des échanges nappes/rivière
/ modèle régional sur 190km de rivière / temporalité des échanges) : soutenance 15 décembre à l’UPMC.

3.2. Marais-Poitevin (O. Douez)


Le travail porte sur un champ captant de Saint-Maxise et Echiré en Sèvre-Niortaise avec 3 aquifères en
couches. La méthodologie repose sur des corrélations de teneurs en nitrates et de volumes prélevés pour
déterminer le sens et l’intensité des échanges nappes/rivière.
Le travail à réaliser sur ce site est le suivant :
- collecte et analyse de documents
- adaptation du modèle régional préexistant pour une étude locale (amélioration de la géométrie
des couches et affinage du pas de temps)
- modélisation hydrodynamique (logiciel Marthe)
- analyse des paramètres des cours d’eau.

3.3. Loire-Amont et Rhône (F. Paran)


Deux secteurs alluviaux ont été présélectionnés :
- la chute CNR de Brégnier-Cordon (Ain, fleuve Rhône, 100km de Lyon)
Il s’agit d’un secteur relativement peu anthropisé pour le fleuve Rhône. Il a fait l’objet d’un aménagement
par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) pour la production d’hydroélectricité. De plus, des extractions
de granulats on eut lieu dans la plaine alluviale. Du point de vue hydrogéologique, le secteur est caractérisé
par une nappe contenue dans des alluvions récentes. Les formations encaissantes sont constituées de
calcaires.
Ce travail est en lien avec l’action de recherche ZABR/AE-RMC « Echanges nappes/Rhône ». Les échanges
sont évalués à l’aide de plusieurs métriques : hydraulique (analyse géomatique), biologiques (invertébrés
souterrains et macrophytes).
Lien : thèse de Eric Lalot (stratégie de modélisation des échanges).
- le secteur de l’Ecozone du Forez (Loire, fleuve Loire, 40km au nord de Saint-Etienne)
Il s’agit d’un secteur sur lequel il y a de fortes influences anthropiques : agricultures intensives, extractions
de granulats, barrages. Il s’agit d’un hydrosystème fortement modifié, notamment par le phénomène
d’incision du lit du fleuve Loire. Du point de vue hydrogéologique, le secteur est caractérisé par une nappe
alluviale contenue dans des alluvions récentes. Les formations encaissantes sont des terrasses alluviales
anciennes et des formations cristallines.
Ce travail est en lien avec le programme Plan Loire Grandeur Nature 3 (PLGN3) EPL/FEDER. Les échanges
sont évalués à l’aide de la métrique hydraulique (analyse géomatique).
Le travail à réaliser sur ces deux sites est le suivant :
- Extension des portions de berges investiguées
- Intégration de nouvelles métriques (notamment isotopique et biologique) sur les secteurs où
elles font défaut
- Affiner la comparaison entre les métriques ?
- Utilisation du modèle Modcou sur l’Ecozone ?

Juillet 2014 ANNEXES - Page 28


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

3.4. Plaine de l'Ill (D. Graillot, F. Habets)


Ce site de plaine est situé près de Mulhouse. Une étude de peuplement en invertébrés souterrain a été
conduite.
Au vu des résultats, l’eau de la nappe de l’Ill provient pour 1/3 du Rhin, pour 1/3 des autres rivières et pour
1/3 de la pluie efficace. Au sud du secteur l’Ill s’infiltre dans la nappe et au nord la nappe alimente l’Ill. La
densité en invertébrés souterrains augmente quand on s’éloigne du Rhin.
Pour l’instant, le travail à réaliser sur ce site consisterait à comparer les métriques biologiques avec des
métriques hydrauliques pour évaluer les échanges entre la nappe, l’Ill et le Rhin.
Actuellement, le choix des sites et le travail à réaliser doit être affiné. De plus, une réflexion concernant le
croisement des travaux inter-sites est à effectuer.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 29


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.4. Réunion et terrain du 7 juillet 2011 (Echiré – Sèvre-Niortaise)

Projet NAPROM : Echanges nappes/rivières


Compte-rendu de Réunion et de visite de terrain
du 7 juillet à Echiré (Maison de l’Eau)

Participants : F. Bichot, O. Douez et M. Chatelier (BRGM Poitiers) P. Maugis (ONEMA), R. Van Vlaenderen
(DREE), N. Moreau (Animateur Re-Sources, Syndicat d’Eau du Centre Ouest), G. Tallec (Cemagref), N.
Flipo (Mines ParisTech), F. Paran et D. Graillot (EMSE)
Excusés : G. Bornette, C. Piscart et P. Marmonier (UMR 5023)

1) Présentation du site de la Sèvre Niortaise (Champ captant d’Echiré – Saint-Maxire)

M. Chatelier et O. Douez ont présenté le site d’étude. Il s’agit du champ captant de Saint-Maxire -Echiré.
L’étude de ce site s’intègre dans le cadre du programme Re-sources. La paramétrisation du modèle pour
la quantification des échanges nappe-rivière a été présentée.
La présentation ppt du site d’étude sera envoyée à chaque participant ou mise sur le ftp de NAPROM.
Plusieurs points particuliers peuvent être soulignés :
- le champ captant est constitué de 12 puits (2 dans le Lias à 50m et 10 dans le Dogger entre 15 et
25m) prélevant 7000m3/jour (500m3/h max) en moyenne soit 2,5 million de m3/an
- le secteur d’étude comporte 8 sous-bassins pour une surface de 240km2
- l’aquifère est bi-couche : Dogger et Infra-toarcien (Lias) / la couche imperméable est constituée de
marnes toarciennes
- les fortes teneurs en nitrates relevées dans les forages (0 à 20mg/l dans le Lias ; 40 à 100mg/l dans
le Dogger) et dans la Sèvre Niortaise (10 à 50mg/l) et l’Egray
- une augmentation des concentrations en nitrates quand on augmente des débits de prélèvement
(forage F15). Cette augmentation s’expliquerait par une augmentation de la participation des eaux de
nappe au débit d’exhaure du forage. Lorsque le débit d’exploitation est plus faible, les eaux sont moins
nitratées en raison d’une participation importante des eaux de la Sèvre Niortaise. Le forage F15 est ici
présenté à titre d’exemple. Selon le forage considéré, le ratio eau de surface/eau souterraine varie
toujours en fonction du débit d’exhaure mais aussi en fonction de la distance forage-Sèvre Niortaise.
- Le site d’étude comporte 7 seuils et plusieurs anciens moulins. Il n’y a qu’une section de jaugeage
en amont du champ captant.
- les données sur la nappe alluviale sont peu nombreuses. Le lit de rivière est supposé peu épais (max
20 cm).
- les données hydromorphologiques de la Sèvre niortaise, issues de la BD Carthage,de l’imagerie
satellite disponible sur le Géoportail et de mesures de terrain, concernent la longueur des tronçons par
maille (10-200 m) et leur largeur (7 à 30 m). Certaines rivières sont temporaires et certaines vallées sont
sèches

La description du site d’étude, les principales caractéristiques du système aquifère et les propriétés du
modèle hydrodynamique ont été reportées en partie (à compléter) dans la grille de caractérisation des
sites conclue pour le programme NAPROM

Juillet 2014 ANNEXES - Page 30


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Il est prévu de caler le modèle aux différences finies en régime pseudo-permanent (piézométrie hautes
eaux d’avril 2010) afin d’obtenir la forme générale de la piézométrie pour définir les grands écoulements
souterrains

Plusieurs données restent cependant à préciser ou à acquérir pour évaluer les échanges et compléter la
paramétrisation du modèle, en particulier :
- des données de morphologie du lit de rivière et des données de hauteurs d’eau et de débits sur les
tronçons de la rivière et sur les bras (voir la possibilité d’installation et de suivi d’échelles limnimétriques
sous les ponts et/ou la réalisation de mesures au micro-moulinet en entrée/sortie de méandre)
- la répartition des débits sur les bras inférieurs ou supérieurs pourra être précisée (étiages et hautes
eaux)
- des chroniques de niveaux piézométriques effectuées à partir de 2005 pourraient être exploitées en
plus de celle de 2010 pour un calage en basses eaux.
- le colmatage du lit et des berges de la rivière sera le principal paramètre de calage du modèle pour
les mailles à l’interface nappe/rivière (RG et RD)
- la rugosité de fond de rivière et la pente des tronçons (à vérifier) si un modèle hydraulique est mis
en œuvre
Le site du Champ Captant d’Echiré-Saint Maxire est donc validé et correspond à une configuration de
rivière moyenne pour laquelle les échanges nappe/rivière sont fortement induits par les pompages dans
la nappe. La transposabilité de la méthodologie élaborée pour l’évaluation des transferts nappe/rivière à
d’autres champs captant de ce type est envisagée. L’utilisation des nitrates comme traceur des échanges
demeure une possibilité en particulier pour les forages près de la rivière. L’utilisation des chlorures
comme traceurs conservatifs pourrait être envisagée mais les données sont actuellement insuffisantes.

2) Validation et ajustement de la grille de caractérisation des sites


Une grille de saisie sous OpenOffice (fichier ods) a été générée pour caractériser les sites sur lesquels
chacun des partenaires va travailler. Rappelons que le but de cette grille est de disposer d’un cadre
commun pour caractériser les sites mais aussi les méthodes d'évaluation des échanges selon diverses
métriques. Elle est conçue dans l'idée de pouvoir être aussi utilisée sur d’autres sites.
Dans un premier temps, il s’agissait de valider collectivement cette grille avant de la remplir (structure,
champs à renseigner, contenu des listes déroulantes, etc...).
Le mode de traitement des informations qu'elle contiendra pour en déduire l'applicabilité de méthodes
d'évaluation selon les contextes (anthropiques, hydrogéologiques, etc...) pour s'orienter vers un guide
méthodologique, sera choisi ultérieurement.
Les principaux ajustements de la grille qui ont été suggérés pour les 6 premiers onglets sont les
suivants :
- mettre en place un glossaire qui décrit chacun des champs (INSPIRE ? Geosource ?)
- référence au système CIRA des services départementaux de l’ONEMA en matière de référentiel des
obstacles à l’écoulement et de dynamique du lit (voir SANDRE – EauFrance)
- précisions sur l’état des masses d’eau sur les sites étudiés (mauvais état, bon état, très bon état)
- caractéristiques des eaux souterraines : faciès hydrochimique à préciser
- insertion d’un champ indiquant le linéaire sur lequel sont évalués les échanges
- référence à la base de données sur les hydro-écorégion (redondance avec le champ sur le contexte
bioclimatique) / se référer au niveau 2 de la DB hydro-eco-régions
- précision sur le champ « Centrale nucléaire » (circuit ouvert /fermé) et le type d’impact thermique
(localisé ou diffus)
- occupation du sol : ajouter un champ près des berges

Juillet 2014 ANNEXES - Page 31


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- intégrer un indicateur de similitude RD-RG de la rivière


- prévoir un champ : débit de gestion crise - débit d’objectif de la rivière (à voir), débit réservé
- prévoir un champ : ZRE Zone de répartition des eaux
- préciser le champ vulnérabilité : caractéristiques intrinsèques de l’aquifère (temps de transfert)
- prévoir un champ : niveau d’alerte pour les nappes

Suggestions de nos collègues de l’UMR 5023 (LENAH)


- pour la biologie, les rubriques proposées sont correctes, mais pourquoi ajouter "poissons", "algues"
et "bryophytes" : dans le cas où ces données existeraient sur d’autres sites
- insertion de menus-déroulants pour préciser certaines rubriques (niveau d'expertise par exemple)
- préciser dans l’onglet « résultats » que le diagnostic sur les échanges se fait à l'échelle du secteur
d’étude

3) Planification des tâches à effectuer

Tous :
1) validation CR 7 juillet (fin juillet)
2) Envoi de la grille remplie pour les 6 premiers onglets (tous sauf l’onglet résultats) pour chaque site
(envoi à l’EMSE pour fin septembre)
3) Envoi rapports à l’ONEMA + copie partenaires :
- Armines : rapport intermédiaire fin octobre, rapport final année1 pour fin juin 2011
- BRGM et Cemagref : rapport pour fin décembre (selon convention)
BRGM :
1) envoi des cartes piézométriques de l’Echiré et des valeurs brutes à l’EMSE avec aussi profondeurs et
niveaux estimés en plusieurs points de la rivière (surfaces d’échange) et valeur d’une perméabilité
équivalente (sol/Dogger) pour traitement par analyse géométrique (le plus tôt possible)
2) suite des développements sur Echiré (selon planning proposé le 7 juillet) :
- mise en place d’échelles limnimétriques sur la rivière et mesures au micro- moulinet avant et
après méandre
- récupération de données de végétation aquatique + conductivité hydraulique et T°C (faculté des
sciences. Niort-Poitiers)
- exploitation de données isotopiques pour la pression anthropique

Armines EMSE
0) Envoi du CR pour validation et insertion sur le site ftp NAPROM (12 juillet) et envoi d’un dooddle pour
la réunion d’octobre
1) Modifications de la grille en fonction des suggestions faites en réunion
2) Analyse géométrique pour le site d’Echiré sur la base des données (cartes piézométriques + valeurs
brutes + niveaux et profondeurs rivière + perméabilités) envoyées à l’EMSE (1 mois après après
réception des données)
3) Proposition d’un plan de rapport aux autres partenaires (réunion d’octobre)
4) développement du projet sur la Loire (RD Ecopôle du Forez) et le Rhône (Donzère Mondragon : RD du
vieux Rhône)
5) mise en place des sous-traitances UMR 5023 (bon de commande Armines)
6) Insertion du Programme des 5° rencontres gestionnaires/chercheurs Plan Loire sur le site NAPROM

Juillet 2014 ANNEXES - Page 32


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Mines ParisTech et Cemagref


1) développement du projet sur l’Orgeval :
- instrumentation complémentaire
- paramétrisation du modèle aux différences finies multi-couche
- préparation des données de piézométrie de référence
(calage du model et envoi à l’EMSE pour analyse géométrique déc. 2011)
2) mise en place des sous-traitances (Sisyphe, bon de commande Armines))

Sisyphe
1) récupération et synthèse des données existantes sur l’Ill (août-octobre )
2) préparation de la visite de terrain d’octobre (logistique), coordination avec P. Marmonier et C. Piscart
(UMR 5023) qui possèdent déjà des données sur ce site

UMR 5023 LENHA (selon lettre de commande envoyée par Armines-EMSE)


1) remplissage de la grille pour les volets biologiques (invertébrés souterrains et végétation aquatique)
sur le Rhône (Donzère Mondragon)
2) récupération et synthèse des données sur le Rhin en possession du LENHA
3) préparation visite de terrain sur l’Ill en octobre avec UMR Sisyphe

ONEMA
1) Validation CR 7 juillet
2) P. Maugis met sur le site ftp le rapport ONEMA-Cemagref sur les débits d’étiage 2011.

5) Point sur le projet

Plusieurs recrutements ont été effectués pour la réalisation du projet :

- 1 Postdoc à Armines (Mines ParisTech) : Amer Mouhrii (thèse en hydrogeologie sur l’aquifère de la
craie karstifiée
- 1 Postdoc à Sisyphe : Charlotte Thierion (thèse en hydrogeologie sur la nappe alluviale du Rhin, 3mois à
partir du 1er août)
- 1 Ingénieur de recherche à Armines (EMSE) : Fréderic Paran (hydrosystèmes, Géomatique)

La prochaine réunion est programmée en Octobre sur le site de l’Ill sur le Rhin supérieur en
collaboration avec l’APRENA ou le BRGM de Strasbourg. Il sera consacré à la présentation de ce site
accompagnée d’une visite de terrain sur les secteurs susceptibles de faire l’objet d’échanges entre la
nappe et le Rhin.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 33


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.5. Réunion et terrain du 10 octobre 2010 (Colmar – Plaine de l’Ill)

Projet NAPROM : Echanges nappes-rivières


Compte-rendu de Réunion et de visite de terrain
du 10 octobre à Colmar (APRONA-Biopole)

Participants : Ph. Ackerer (Univ. Strasbourg), O. Douez (BRGM Poitiers), P. Maugis (ONEMA), X. Marly
(DREAL), N. Moreau (DREAL), N. Flipo et A. Mouhri (Mines ParisTech), F. Paran, D. Graillot, E. Lalot
(EMSE), M. Herret et F. Toulet (APRONA), F. Habets et C. Thierion (Sisyphe), P. Marmonier et F. Arthaud
(LEHNA)
Excusés : G. Tallec (Cemagref)

1) Présentation des activités de l’APRONA : L’observatoire de la nappe d’Alsace (1995)


La mission principale de l’APRONA est la protection de la nappe d’Alsace (Volets qualité et quantité).
Pour cela, l’APRONA a initié et développé plusieurs études hydrogéologiques et qualité de l’eau
(notamment nitrates, chlorures : présence de vignes, grandes cultures types maïs, anciennes mines de
potasse) sur la Plaine et en particulier sur l’Ill domaniale (de Colmar à Strasbourg).
Ces études sont référencées sur le site web de l’APRONA : http://www.aprona.net/
Il est possible de télécharger des cartes hydrogéologiques, piézométriques (basses-eaux : sept. 91 ;
moyennes-eaux mai 2009 ; dans l’attente d’une piézométrie hautes-eaux) et qualité.
Un suivi piézométrique de la nappe est réalisé (195 piézomètres). L’optimisation sur 169 piézomètres a
permis de réaliser le modèle hydrodynamique régional d’Alsace. Ceci concerne la partie française de
l’Alsace. Le côté allemand est équipé avec plus de piézomètres que le côté français, notamment au bord
du Rhin.
Une carte de moyennes-eaux a été réalisée en mai 2009 par LLUBW. Une carte de profondeur de la
nappe sur l’Ill domaniale est également disponible. Une modélisation nitrates à mailles de 100m + 3
couches transféré a été réalisée (MoNIT).
Une carte des échanges nappe/rivières est disponible sur le secteur (infiltration/drainage).
Il y a actuellement besoin d’un meilleur MNT (actuellement à 50m avec une précision verticale de 15cm)
pour mieux mettre en évidence l’existence de chenaux préférentiels d’écoulement souterrains et
d’autres zones humides.
Une extension des travaux est prévue sur l’ensemble de la plaine d’Alsace.
Les données disponibles du réseau de piézomètres et des forages (niveaux d’eau et qualité) sont
disponibles sur la base de données ADES.
Le régime hydrologique de l’Ill est pluvio-océanique. Pour le Rhin, la période de hautes-eaux (HE) est en
été et celle des basses-eaux (BE) au printemps. Pour l’Ill c’est le contraire.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 34


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

La description du site d’étude, les principales caractéristiques du système aquifère et les propriétés du
modèle hydrodynamique sont à reporter dans la grille de caractérisation des sites construite pour le
programme NAPROM.
2) Présentation C. Thierion (modélisation de la plaine d’Alsace) et de P. Marmonier
(prélèvements en invertébrés souterrains)
Ces deux présentations seront mises en ligne sur le site du programme NAPROM.
Les travaux de modélisation conduits dans le cadre de la thèse de C. Thierion et du projet ANR Vulnar
ont permis de réaliser des cartes d’échange nappe/rivière sur une période 1985-2003 (aquifère alluvial
du fossé rhénan supérieur entre Vosges et Forêt Noire : environ 14000km²). Le calage du modèle
(MODCOU) sur la partie sud est relativement correct (Indice de Nash de 0,8). L’utilisation de la méthode
de Karhunen-Loève pour la décomposition des chroniques observées montre que plus de 50% des
variations piézométriques sont dues aux interférences entre eaux superficielles et souterraines. On note
cependant une surestimation par le modèle de l’influence des rivières Vosgiennes, et une sous-
estimation de leur soutien d'étiage. Des perspectives d’amélioration en matière de modélisation sont
prévues avec des données MNT plus précises et la prise en compte, entre autres, de la partie
évaporative (ETR).
Une étude du BRGM référencée RP58670FR réalisée par S. Urban en 2010 et portant sur l’optimisation
du réseau de piézomètres de la nappe d’Alsace pourrait contribuer à l’amélioration de la modélisation.
Les mesures réalisées par l’équipe de P. Marmonier (Marie-José Dole-Olivier, Cécile Claret et
Christophe Piscart) sur les communautés d’invertébrés souterrains à deux reprises, en 1988 et en 1996,
sur le secteur de Rhinau, ont permis de caractériser les communautés interstitielles sur un gradient
transversal dans la plaine alluviale du Rhin, allant du chenal du fleuve, aux bras morts de sa plaine et à
l’Ill. Ces recherches n’ont pas mis en évidence d’apports souterrains du côté du Rhin (ces apports étaient
sans doute masqués par la pollution du fleuve par l’incendie des usines Sandoz, en 1987). En revanche,
du côté de l’Ill, les peuplements souterrains semblent traduire d’intenses apports d’eau de nappe. Il
serait intéressant de répéter ces observations par des mesures similaires sur le même secteur de
manière à préciser la variabilité à long terme de cet indice dans une zone anciennement polluée. On
pourrait envisager 35 stations réparties sur le secteur de Rhinau (10 dans l’Ill, 10 dans le Rhin et 12 à 15
autres entre les deux).
Eu égard à l'un des objectifs du projet qui consiste à faire évoluer modèles numériques régionaux vers
plus de pertinence quantitative sur les échanges nappes-rivières, le choix de ces sites tiendra compte de
la nécessité de représentativité des échanges à l'échelle d'un tronçon des modèles de Sysiphe et du
Lhyges.
Finalement, le site de l’Ill est validé. Les résultats des travaux relativement avancés en matière de
modélisation des échanges constitueraient un point d’entrée pertinent pour la démarche à suivre sur ce
site en 2012 :
a) cartes de répartition des coefficients d’échange avec un zoom sur le secteur de l’Ill
b) en parallèle : améliorer les résultats produit par les modélisations/simulations existantes tout
en essayant de respecter une cohérence entre l’échelle locale (Ill) et celle de la Plaine
c) sur les zones d’échanges significatifs identifiées en a), procéder à des prélèvements biologiques
pour comparer les résultats (sens et direction d’écoulements)
d) comparaison avec les résultats de l’analyse géométrique par SIG à partir des données
piézométriques existantes
La recherche de données chimiques ou géochimiques (isotopes) permettrait de compléter la démarche.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 35


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Comme pour les autres sites la représentativité spatiale des différentes métriques devra être étudiée.

3) Validation et ajustement de la grille de caractérisation des sites


Suite à la réunion d’Echiré en juillet, la grille de saisie sous Open Office pour caractériser les sites a été
envoyée à chaque partenaire. Rappelons que le but de cette grille est de disposer d’un cadre commun
pour caractériser les sites mais aussi les méthodes d'évaluation des échanges selon diverses métriques.
Elle est conçue dans l'idée de constituer un cadre de travail commun.
Les modifications indiquées ont été réalisées :
- référence au système SYRAH des services départementaux de l’ONEMA en matière de
référentiel des obstacles à l’écoulement et de dynamique du lit
- précisions sur l’état des masses d’eau sur les sites étudiés
- caractéristiques des eaux souterraines : faciès hydrochimique
- insertion d’un champ indiquant le linéaire sur lequel sont évalués les échanges
- référence à la base de données sur les zonages hydro-écologiques
- précision sur le champ « Centrale nucléaire » (circuit ouvert /fermé) et le type d’impact
thermique (localisé ou diffus)
- occupation du sol près des berges
- indicateur de similitude RD-RG de la rivière
- ajout d’un champ : débit de gestion crise - débit d’objectif de la rivière (à voir), débit réservé
- ajout d’un champ : ZRE
- insertion d’un menu-déroulant pour précisant le niveau d'expertise
- dans l’onglet « résultats » il est précisé que le diagnostic sur les échanges se fait à l'échelle du
secteur d’étude
Des champs supplémentaires, des onglets peuvent être rajoutés si nécessaire.
Rappelons aussi que le mode de traitement des informations que ces grilles contiendront sera choisi
ultérieurement pour s'orienter vers un guide méthodologique.

4) Planification des tâches


Tous
1) Validation du CR 10 octobre pour fin octobre
2) Envoi des grilles renseignées pour les premiers onglets (tous sauf l’onglet résultats) pour
chaque site (envoi à l’EMSE dernier délai 18 octobre)
3) Envoi des contributions de chaque partenaire dernier délai 20 octobre comprenant :
- 3 a 4 pages de présentation du site
- 2 pages pour la description des métriques et/ou des modèles (si cas échéant)
- 1 à 2 pages de références biblio max sur la métrique utilisée ou utilisable
- 1 page de référence biblio max (orientée échange nappe/rivière) sur le site

Juillet 2014 ANNEXES - Page 36


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- la grille renseignée

BRGM
1) Poursuite du travail de modélisation sur la Sèvre niortaise (régime permanent)

Armines EMSE
0) Envoi du CR du 10 octobre pour validation et insertion sur le site ftp NAPROM
Site : ftp.onema.fr
Login : naprom@onema.fr
Mot de passe : N@pperr0n
Protocole : ftp
1) Envoi d’un doodle pour la réunion de février 2012 à l’ONEMA et de mai 2012 sur le site de
l’Orgeval
2) Développement du projet sur le Rhône (Donzère-Mondragon : RD du vieux Rhône) et sur la
Loire (RD Ecopôle du Forez)
3) Coordination du rapport intermédiaire
Mines ParisTech et Cemagref
1) Développement du projet sur l’Orgeval :
- instrumentation complémentaire
- paramétrisation du modèle aux différences finies multi-couche
- préparation des données de piézométrie de référence
(calage du model et envoi à l’EMSE pour analyse géométrique déc. 2011)

Sisyphe
1) Récupération et synthèse des données existantes sur l’Ill (envoi des données piézométriques
pour traitement géomatique fin 2011)
2) Recherche de données sur la géochimie (isotopes) sur le site de l’Ill
UMR 5023 LENHA
1) Synthèse des données sur le Rhin en possession du LENHA
ONEMA
1) Validation CR 10 octobre
2) Eléments budgétaires pour la prochaine convention 2012 afin 2013
3) Logistique prochaine réunion à l’ONEMA (Vincennes)
5) Point sur le projet
Le plan du rapport a été établi et validé avec attribution des contributions de chaque partenaire. Il est
décrit dans le fichier .ppt joint à ce compte-rendu.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 37


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

La prochaine réunion est programmée en février 2012 pour préciser les tâches à réaliser sur les deux
prochaines années sur la base de celles prévues en novembre 2010 et en fonction des retours sur le
rapport intermédiaire. Une autre visite de site est programmée pour mai 2012 sur le site de l’Orgeval.
Elle sera consacrée à la présentation de ce site qui devrait être davantage instrumenté d’ici là et
accompagnée d’une visite de terrain sur les secteurs susceptibles de faire l’objet d’échanges entre la
nappe et le cours d’eau.
Liste des documents remis aux participants :
Documents APRONA
Listes des documents joints et/ou à joindre au compte-rendu (voir ftp ONEMA ou dl):
.ppt Plan du rapport intermédiaire
.ppt Présentation C. Thierion
.ppt Présentation P. Marmonier
. Etude du BRGM référencée RP58670FR réalisée par S. Urban en 2010
.Photos de terrains transmises par dl [Robot.emse]

6) Visite de terrain : Sources du Riedbrunnen


Eléments de localisation et de paysage

Juillet 2014 ANNEXES - Page 38


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Quelques activités de terrain

Découverte d’une zone de remontée de Démonstration de prélèvement


Démonstration de GPS différentiel
nappe d’invertébrés
(E. Lalot)
(exfiltration) (P. Marmonier)

Le tableau ci-dessus donne les résultats des 3 relevés GPS :


- pt-lone1 : Sources du Riedbrunnen
- pt2-ill : rivière l’Ill (amont du seuil)
- ill aval seuil : rivière l’Ill (aval du seuil)
Nom du
point Hauteur_GN Précision_1 Précision_2 Latitude Longitude
pt-lone1 176,03 0,2 0,2 48.156983174 7.449037497
pt2-ill 177,64 0,1 0,1 48.150984202 7.422628548
ill aval seuil 176,75 0,1 0,1 48.151455766 7.422692313

Hauteur_GN : Altitude (en mètres) / la précision est obtenue en multipliant la précision en XY par 1,5
Précision_1 : meilleure précision XY (en mètres)
Précision_2 : plus mauvaise précision XY (en mètres)
Latitude : coordonnées (en degrés)
Longitude : coordonnées (en degrés)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 39


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.6. Réunion du 1er février 2012(ONEMA - Paris)

Projet NAPROM

Compte-rendu de la réunion

du mercredi 1 février 2012 à l'ONEMA (Paris)

Présents : P. Maugis (ONEMA), N. Flipo (MinesParisTech), A. Mouhri (MinesParisTech) G.


Tallec (CEMAGREF), D. Graillot (ENSM-SE), F. Paran (ENSM-SE), F. Dujardin (ENSM-SE), F.
Rejiba (Paris 6), C. Piscart (UMR 5023), F. Arthaud (UMR 5023), F. Habets (Sisyphe), M.
Chatelier (BRGM), Dominique Thiéry (BRGM)

Rappel de l'ordre du jour :

1. Retour sur le rapport intermédiaire


1.1. Bilan global de ce qui manque et de ce qui reste à faire pour le rapport de juin 2012
1.2. Intégration des travaux du BRGM
1.3. Glossaire des termes techniques
1.4. Précisions sur les différentes visions des échanges nappe/rivière

2. Bilan sur les métriques disponibles sur chacun des sites

3. Arbitrage budgétaire pour les années 2 et 3 du projet (2012 à 2014)

4. Validation du choix des stations de prélèvements biologiques sur le site Ill/Rhin

5. Comparaison des résultats obtenus par modélisation hydrogéologique et par analyse géomatique
pour l'évaluation des échanges nappe /Ill (sous réserve)

6. Points divers
__________________________________

1. Retour sur le rapport intermédiaire : Bilan global des compléments à intégrer dans le rapport de juin
2012
Dans l'intérêt d'une bonne compréhension mutuelle et pour préciser les hypothèses de chaque équipe concernant
les processus d'échange nappe-rivière prise en compte et leur modalité de modélisation, il est demandé :
-Un paragraphe doit être rédigé sur le concept d’échanges nappe/rivière en fonction de sa spécialité
(hydrologie, biologie,…) et la notion d’importance relative de ces échanges en fonction de l’échelle et de
l’incertitude avec lesquelles ils sont étudiés
-Un glossaire des termes techniques doit être intégré dans le rapport. F. Paran enverra à chacun une
sélection des termes techniques avec, le cas échéant une définition initiale à valider ou à modifier par chacun. Il
s’agit de se mettre d’accord pour une définition commune
-En ce qui concerne l’intégration des travaux du BRGM dans le projet, les résultats seront comparés aux
autres métriques (stage prévu sur les indicateurs de végétation aquatiques significatifs d’apports phréatiques en
rivière)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 40


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

2. Bilan sur les métriques disponibles sur chacun des sites


Le bilan des métriques actuellement à disposition des partenaires sur chaque site a été validé. D’autres sont
prévues d’être ultérieurement intégrées (en année 2) comme les réponses thermiques infra-rouges par traitement
d’images.
La méthode de caractérisation des échanges par analyse spatiale SIG sera appliquée sur tous les sites.

Seine – Orgeval
-Dispositif multi-échelle (bassin et zone hyporhéique) de mesures in situ des températures et
pressions
-Modélisation hydrologique/hydrogéologique couplée du bassin
-Inversion des données de terrain à l'aide d'un modèle local pour calculer les flux échangés
-Indicateurs biologiques : macrophytes (à confirmer) et invertébrés souterrains (à voir)
Outils : CaWaQS/EauDyssée

Sèvre-Niortaise – Échiré/Saint-Maxire
-Modélisation hydrodynamique
-Indicateurs biologiques : macrophytes (stage de master, Univ. de Tours)
-Physico-chimie de l'eau (cours d'eau, forages)
Outil : MARTHE

Loire – Écozone du Forez


-Modélisation aux déférences finies
-Imagerie infrarouge (à confirmer)
Outil : Modflow

Rhône – Donzère-Mondragon
-Modélisation hydrodynamique
-Indicateurs biologiques (Invertébrés souterrains et macrophytes)
-Géochimie
-Imagerie infrarouge
Outil : MARTHE (modélisation)

Rhin – Plaine de l’Ill


-Modélisation hydrogéologique couplée nappe-surface
-Indicateurs biologiques : Invertébrés souterrains et macrophytes (Bibliographie)
-Géochimie (qualité et isotopes) : recherche de l'existant
Outil : MODCOU (modélisation)

3. Définition et contenu des tâches à réaliser en année 2 et 3 (juillet 2012 à décembre 2014 : 2ans et
demi)
Quelques changements par rapport à la liste des tâches annoncées dans le rapport intermédiaire.

Juillet 2012- octobre 2013:


-T1 : Analyse géomatique des échanges sur les 5 sites (EMSE)
-T2 : Développement et évolution des modèles sur l’Orgeval, l’Ill et la Sèvre-Niortaise (Mines ParisTech,
Cemagref, Sisyphe, BRGM)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 41


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

-T3 : Acquisition de données hydrogéophysiques (thermie, images Infra Rouge Thermique, radar géologique)
(Mines PaisTech, EMSE)
-T4 : Diagnostic biologique et physico-chimique des sites pour l‘évaluation des échanges (Orgeval sous réserve,
Sèvre-Niortaise pour la partie végétation, plaine de l’Ill, compléments sur Donzère pour les invertébrés
souterrains) (UMR 5023)
-T5 : Test de méthodes prospectives (imagerie infra-rouge, fibre optique) (EMSE, Sisyphe)
-T6 : Élaboration d’un protocole de comparaison des différentes métriques sous forme de plan d’expérience
(proposition EMSE +TOUS pour validation collective)
-T7 : Rapport intermédiaire à rendre à l’ONEMA en juin 2013 (TOUS + synthèse EMSE)

Novembre 2013 – décembre 2014 :


-T8 : Comparaisons des métriques pour chaque site et inter-sites (TOUS et synthèse EMSE)
-T9 : Traitement cartographique des métriques et préconisations méthodologiques pour une utilisation efficace
des métriques (EMSE + validation collective)
-T10 : Intégration des cartes dans une Géodatabase structurée de manière à pouvoir être utilisée pour un autre
site, mise aux normes ISO (EMSE)
-T11 : Écriture des règles d’utilisation des métriques (EMSE + validation collective)
-T12 : Écriture des règles de traitements SIG et de comparaison entre métriques (superpositions de cartes, cartes
de synthèse multimétrique) (EMSE + validation collective)
-T13 : Organisation des règles selon un graphe de cheminement ou arbre de décision cohérent avec la structure
du guide méthodologique (EMSE + validation collective)
-T14 : Rapport scientifique final de juin 2014
-T15 : Confection/fabrication du guide méthodologique sous forme de maquette (EMSE + validation collective)
.plan, sommaire, graphe de parcours du guide selon les métadonnées
.description des métriques et des méthodes modélisation et glossaire
.insertion des exemples (sites)
.préparation des illustrations, encarts
.concertation avec les utilisateurs potentiels (1 en mars 2014, au moins 2 d'ici nov. 2014)
-T16 : Test et ajustement du Guide (ONEMA, EMSE)

A prévoir édition, publication, communication sur la parution du guide (ONEMA)


Un diagramme de Gant est joint en fichier attaché pour la planification des tâches sur les années incluant les
réunions, visites de terrain et Comités de suivi.

Jalons 2012 :
-mars 2012 : Comité de programmation, bilan année 1 et prévisions 2012 avec un représentant par
partenaire et par site
-mars 2012 : Annexe technique et financière de l’avenant à la convention Armines
-avril 2012 : Signature de l’avenant
-fin mai 2012 (semaine 21) : Réunion et terrain sur l’Orgeval organisé par le Cemagref et
MinesParisTech
-15 juin 2012 : Chaque partenaire envoie les modifications et compléments au rapport annuel à F.
Paran pour le 15 juin 2012 pour transmission à l’ONEMA fin juin.
-octobre 2012 : visite des sites Rhône et Loire (2 jours)

-mars 2014 : comité de suivi pour co-construction du guide

Juillet 2014 ANNEXES - Page 42


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Année 2 : Projet NAPROM Année 3 : Projet NAPROM


Année 2012 2013 2014
Mois 07 08 09 10 11 12 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12

Tâches

T1 (EMSE)
Analyse géomatique des échanges sur les 5 sites

T2 (Mines ParisTech, Cemagref, Sisyphe, BRGM)


Développement et évolution des modèles sur l’Orgeval, l’Ill et la Sèvre Niortaise

T3 (Mines PaisTech, EMSE)


Acquisition de données hydrogéophysiques

T4 (UMR 5023)
Diagnostic biologique et physico-chimique des sites pour l‘évaluation des échanges

T5 (EMSE, Sisyphe)
Test de méthodes prospectives

T6 (proposition EMSE +TOUS pour validation collective)


Élaboration d’un protocole de comparaison des différentes métriques

T7 (TOUS + synthèse EMSE)


Rapport interm édiaire annuel

T8 (TOUS et synthèse EMSE)


Comparaisons des métriques pour chaque site et inter-sites

T9 (EMSE + validation collective)


Traitement cartographique des métriques et préconisations méthodologiques

T10 (EMSE)
Intégration des cartes dans une Géodatabase structurée

T11 (EMSE + validation collective)


Écriture des règles d’utilisation des métriques

T12 (EMSE + validation collective)


Écriture des règles de traitements SIG et de comparaison entre métriques

T13 (EMSE + validation collective)


Organisation des règles selon un graphe de cheminement

T14 (TOUS + synthèse EMSE)


Rapport scientifique final

T15 (EMSE + validation collective)


Confection/fabrication du guide m éthodologique s ous form e de m aque tte

T16 (ONEMA, EMSE)


Tes t et ajustem ent du Guide

Planification du projet : voir ci-dessous + fichier Plannif_A2 et A3.ods)

4. Première estimation des moyens nécessaires pour les années 2 et 3 du projet (2012 à 2014)

Convention Armines en coût total


* Pour MinesParistech : 1 Postdoc sur 18 mois : 146 k€
* Pour Sisyphe : 1 Postdoc 2 ans : 195 k€
* Pour Sisyphe Geophysique : 30 k€ (sous-traitance)
* Pour l’UMR 5023 invertébrés : 60 k€ (sous-traitance)
* Pour l’UMR 5023 végétation: 40 k€ (sous-traitance)
* Pour EMSE : 1 IS (Ingénieur Senior) sur 30 mois : 381 k€
* Missions à répartir entre partenaires hors sous-traitance incluant IRT (12 k€) : 40 k€

* sous-total : 892 k€
* frais de gestion (10%) : 89 k€
* total : 981 k€
Financement 60% : 588 k€ (Subvention disponible : 2x290k€ soit 580k€)
Pour mémoire,
Convention BRGM, années 2012, 2013 et 2014 : 50/17/17 soit 84k€ au total
Convention Cemagref/IRSTEA, années 2012, 2013 et 2014 : 10/7/0 soit 17k€ au total

5. points divers
La programmation des actions de recherche ONEMA sera affichée sur 3 ans.
Le programme NAPROM pourrait ultérieurement donner suite à un autre projet sur la problématique des
échanges entre les nappes et zones humides, qui serait monté à peu près de la même manière que NAPROM.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 43


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

L’ONEMA est en cours de labellisation de sites expérimentaux, ceux utilisés pour NAPROM et cités à titre
d’exemple dans le guide méthodologique pourraient être proposés.
La campagne de l’étude hydromorphologique des Avenelles serait à intégrer dans l’étude du bassin de l’Orgeval

Prononciation de NAPROM: A la majorité, la prononciation choisie est [NAPROMME].

Juillet 2014 ANNEXES - Page 44


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.7. Réunion et terrain du 23 mai 2012 (Coulommiers – Bassin versant


de l'Orgeval)
COMPTE-RENDU
Réunion d’avancement du projet NAPROM
et visite de terrain du bassin de l’Orgeval (Seine)

Mercredi 23 mai 2012


Boissy-le-Châtel - Irstea

PRESENTS : Pascal Maugis (ONEMA/DAST), Gaëlle Tallec (Irstea), Patrick Ansart (Irstea), Nicolas Flipo
(MINES ParisTech), Amer Mouhri (MINES ParisTech), Florence Habets (SISYPHE), Marion Chatelier
(BRGM), Christophe Piscart (UMR 5023 LEHNA), (Didier Graillot (ENSM-SE), Frédéric Paran (ENSM-SE)

EXCUSES : Gudrun Bornette (UMR 5023 LEHNA), Florent Arthaud (UMR 5023 LEHNA), Pierre Marmonier
(UMR 5023 LEHNA)

_________________________________________________

RAPPEL DE L’ORDRE DU JOUR :

1. BILAN DE L’ANNEE 1 : 2011-2012


CE QUI A DEJA ETE FAIT…

2. RAPPORT FINAL (JUIN 2012)


… CE QUI RESTE A FAIRE

3. PRESENTATION DU SITE DE L’ORGEVAL


- SYNTHESE HYDRO
- DISPOSITIF EXPERIMENTAL

4. PERSPECTIVES POUR LES ANNEES 2 ET 3


- COORDINATION
- VISITES DE TERRAIN (LOIRE ET RHONE)
- TACHES DE L’ANNEE 2 ET DE L’ANNEE 3
- PLANIFICATION DES TACHES
- COUTS PREVISIONNELS

5. VISITE DE TERRAIN

DOCUMENT JOINT : support ppt de la réunion

Ce compte-rendu, le ppt support de réunion, les deux présentations de l’Orgeval, le guide sur la vulnérabilité des
aquifères et les photos de la visite de terrain sont téléchargeables sur le ftp de l’ONEMA
(ftp://ftp.onema.fr/reunion/T3_Orgeval_23_mai_2012)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 45


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

INTRODUCTION
P. Maugis, en introduction de la réunion, a rappelé le contexte du projet NAPROM et les attentes de fortes
l’ONEMA concernant le guide méthodologique. Il a confirmé l’intérêt de l’ONEMA pour le projet.

1. BILAN DE L’ANNEE 1 : 2011-2012


CE QUI A DEJA ETE FAIT…

F. Paran a rappelé la finalité NAPROM (guide méthodologique) et a présenté son état d’avancement :
- contenu du rapport intermédiaire de décembre 2011
- sites sélectionnés, grilles de caractérisation des sites
- éléments complémentaires ajoutés depuis le rapport intermédiaire (bilan des métriques par site, tendance
sur les échanges par site, liens établis mais à formaliser entre sites et entre métriques)
Suite à cette présentation des mises à jour, modifications et compléments ont été apportés :
- à la liste des partenaires
- au bilan des métriques par site (Il y a une forte attente concernant la métrique biologique sur le site de
l’Orgeval)
- à la tendance sur les échanges par site
- aux liens établis mais à formaliser entre sites et entre métriques
Les modifications et compléments ont été faits en direct dans le support de réunion ppt.

2. RAPPORT FINAL (JUIN 2012)


… CE QUI RESTE A FAIRE

F. Paran a présenté les tâches restant à effectuer pour finaliser le rapport final de l’année 1 à terminer pour juin
2012 :
1. Terminer de prendre en compte les remarques de Pascal
Fichier : NAPROM_Otobre_2011_va_oct_PM.doc
et pour vous simplifier la tâche
Fichier : A faire pour le rapport final_juin_2012_V2.doc
2. Préciser la façon dont chacune des équipes prend en compte les échanges nappe/rivière
Fichier : Vision_echanges.odt
8 items à compléter par méthode
3. Modifier et compléter la proposition de glossaire technique
Fichier : Glossaire_V1.odt
4. Modifier et compléter la liste des acronymes
Fichier : Acronymes.odt
5. Modifier et compléter la liste synthétique des données disponibles par site
Fichier : Data_site.odt
6. Recueillir les dernières données pour traitement SIG

L’ensemble des partenaires est invité à transmettre ses contributions au plus vite (première semaine de
juin pour bien faire) pour que le rapport puisse être bouclé fin juin.
Les fichiers évoqués sont tous disponibles sur le ftp de l’ONEMA :
ftp://ftp.onema.fr/Livrables_phase1_Juin2012/
Site : ftp.onema.fr Protocole : ftp
Login : naprom@onema.fr Mot de passe : N@pperr0n

Juillet 2014 ANNEXES - Page 46


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

3. PERSPECTIVES POUR LES ANNEES 2, 3 ET 4


- COORDINATION
L’Ecole des Mines de Saint-Étienne garde le portage du projet. L’animation scientifique et le suivi du projet
seront assurés par F. Paran et D. Graillot.
- VISITES DE TERRAIN (LOIRE ET RHONE)
Une visite de terrain sur 2 journées consécutives sera organisée par l’École des Mines de Saint-Étienne sur deux
sites, Ozone du Forez (Loire) et Donzère-Mondragon (Rhône), en mai-juin 2013.
De plus, un séminaire de travail à l’ONEMA (Paris) est à prévoir pour l’automne 2012.
- TACHES DES ANNEES 2, 3 ET 4
L’ensemble des tâches a été validé par les partenaires.
Leur intitulé est disponible dans le ppt support de réunion. Une version plus détaillée, incluant un paragraphe
descriptif, sera insérée dans la convention dans l’annexe scientifique et technique.
Concernant la méthode géomatique de caractérisation des échanges nappe/rivière l’élaboration de la piézométrie
proche de la rivière demeure la principale source d’incertitudes. Il s’agira donc d’évaluer l’incertitude sur la carte
piézométrique au regard de l’incertitude sur le calcul des échanges compte-tenu également des précisions sur la
surface d’infiltration au niveau des berges de la rivière et de sa perméabilité.
Des éléments sur la reconstitution de données (algorithmes autorégressifs développés dans le cadre de la thèse
d’E. Lalot) pourraient être intégrés au projet. Dans l’optique du guide méthodologique à élaborer en partie finale,
les données disponibles pour l’évaluation des échanges nappe/rivière peuvent être partiellement incomplètes et il
est important de voir si les données manquantes peuvent être reconstituées.

P. Maugis a attiré notre attention sur l’existence d’un guide concernant la vulnérabilité des aquifères karstiques
(BRGM, 2009). Le fichier correspondant sera déposé sur le ftp de l’ONEMA.
N. Dorfliger et V. Plagnes (2009) Cartographie de la vulnérabilité intrinsèque des aquifères karstiques - Guide
méthodologique de la méthode PaPRIKa. BRGM/RP-57527-FR et ONEMA (A vérifier)
- PLANIFICATION DES TACHES
Le diagramme sera modifié en tenant compte des modifications évoquées précédemment. Il sera lui aussi intégré
dans l’annexe scientifique et technique de la convention.
- ESTIMATION DU BUDGET ET CONVENTION
Les besoins budgétaires ont été validés par l’ensemble des partenaires.
Une version 0 du budget a été établie sur cette base avec ARMINES (jeudi 24 mai).
Par rapport aux besoins, la subvention de l’ONEMA couvrira environ 60% des dépenses soit environ 589,6K€.

En l’état, une version 0 de la convention validée par ARMINES a été transmise vendredi 25 mai 2012 à Jacques
Faure à l’ONEMA. Cette convention inclut le budget version 0.
La rédaction de l’annexe 3 scientifique et technique est jointe à ce compte-rendu et reste à valider par l’ONEMA.
Une fois validée par les deux parties (ONEMA et ARMINES) la signature de la convention devrait prendre peu
de temps.

4. PRESENTATION DU SITE DE L’ORGEVAL

- GIS ORACLE
G. Tallec a présenté le GIS ORACLE et la partie du bassin versant de l’Orgeval étudié : zone d’étude, données,
modèle, prévision des risques, étude de tendance sur les données hydrologiques…
- ECHANGES NAPPES/RIVIERES SUR L’ORGEVAL
A. Mouhri a présenté l’avancement de ces travaux sur la question : géologie, hydrogéologie, approche spatiale
multi-échelle, caractérisation et quantification des échanges.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 47


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Ces deux présentations seront disponibles sur le ftp de l’ONEMA dès que G. Tallec et A. Mouhri les auront
déposées : ftp://ftp.onema.fr/reunion/T3_Orgeval_23_mai_2012 .

5. VISITE DE TERRAIN

Lors de cette visite de terrain 4 secteurs ont été visités :


- Piézomètre 1 : démonstration de prélèvement d’invertébrés souterrains, mesures physico-chimiques,
relevé de sonde de pression
L’eau prélevée était très chargé en matière en suspension (aspect laiteux et verdâtre). La physico-chimie de l’eau
était la suivante :
- Conductivité : 1439µS/cm - pH : 7,37
- T° : 15,4°C - Oxygène dissout : 1,08mg/l
Le piézomètre était très réactif. Le niveau mesuré avant pompage était de 1,96m pour atteindre 2,00m peu de
temps après un prélèvement d’environ 10 litres (diamètre du tube : 8,5cm).

- La Bergeresse : dispositif de suivi en rivière et en nappe.


Il y a 1 piézomètre en zone hyporhéique et 2 piézomètres de part et d’autre des berges (un dans la meulière à
1,1m de profondeur en rive gauche et un autre dans le calcaire de Brie à 2,8m de profondeur en rive droite) tous
trois équipés de sondes de pression.
Des prélèvements effectués la veille dans le piézomètre situé dans le calcaire de Brie montrait un pH très élevé
(pH=12)

- La derrier : dispositif de suivi en rivière et en nappe


Ce secteur se situe à la limite de la formation géologique du Champigny (rupture de pente dans le champ en rive
gauche du cours d’eau).

- Piézomètre 2 : démonstration de prélèvement d’invertébrés souterrains, mesures physico-chimiques


La physico-chimie de l’eau était la suivante :
- Conductivité : 706µS/cm - pH : 7,04
- T° : 15,1°C - Oxygène dissout : 7,85mg/l

Finalement, cette visite sur le bassin de l’Orgeval a permis d’appréhender une autre échelle à laquelle se font les
échanges nappe/rivière dans un contexte plus local et largement influencé par une problématique de drainage de
la nappe. Le site vient donc compléter ceux de la Sèvre-Niortaise, de l’Ill, de la Loire et du Rhône. On dispose
donc d’un échantillon représentatif de la diversité des contextes dans lesquels les mécanismes d’échange nappe/
rivière peuvent avoir lieu.

Les photos prises lors de cette journée ont été déposées sur le ftp de l’ONEMA, de même que ce compte-rendu
et le support ppt de réunion (ftp://ftp.onema.fr/reunion/T3_Orgeval_23_mai_2012 ).

Un échantillon de photos est proposé sur les deux pages suivantes.

Merci à Patrick Ansart pour son accueil à la base Irstea de Boissy-le-Châtel, à Nicolas Flippo et à Gaëlle Tallec
pour l’organisation de la journée et à tous pour votre participation et votre implication dans le projet.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 48


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Piézomètre 1 : Démonstration de prélèvement d’invertébrés souterrains, mesures physico-chimiques, relevé de sonde de pression

La Bergeresse : Dispositif de suivi en rivière et en nappe

Juillet 2014 ANNEXES - Page 49


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.8. Réunion du 17 décembre 2012 (Université Jussieu – Paris)

COMPTE-RENDU
Réunion d’avancement du projet NAPROM

Lundi 17 Décembre 2012


14h-17h
Salle Darcy, UMR Sisyphe, Jussieu, Paris

PRESENTS :
Maïa Akopian (Agence de l'eau Seine Normandie), Bénédicte Augeard (DAST/ONEMA), Aurélien
Beaufort (Université de Tours), Sarah Bonneville (MEDDE/DEB), Marion Chatelier (BRGM), Nicolas Flipo
(MINES ParisTech), Didier Graillot (ENSM-Saint Etienne), Florence Habets (UMR Sisyphe), Pierre
Marmonier (UMR 5023 LEHNA), Pascal Maugis (DAST/ONEMA), Amer Mouhri (MINES ParisTech),
Frédéric Paran (ENSM-Saint Etienne), François-Marie Pellerin (consultant FNE, Poitou Charente), Nicolas
Poulet (DAST/ONEMA), Frédéric Raout (DRIEE), Anne Reynaud (AquiBrie)

EXCUSES : Gaëlle Tallec (Irstea), Gudrun Bornette (UMR 5023 LEHNA), Florent Arthaud (UMR 5023
LEHNA)

_________________________________________________

L'objectif de la réunion était de faire le point avec les opérationnels de l'avancée du projet NAPROM et
de discuter des perspectives.

RAPPEL DE L’ORDRE DU JOUR :

1. BILAN DE L’ANNEE 1
2. AVANCEMENT DE L’ANNEE 2
3. PERSPECTIVES POUR LES ANNEES 2, 3 ET 4 ET SUITES DU PROJET

DOCUMENT JOINT : support ppt de la réunion


Ce compte-rendu, le ppt support de réunion et l'article sur les exigences écologiques des macrophytes
utilisées dans le projet sont téléchargeables sur le ftp de l’ONEMA
ftp://ftp.onema.fr/comite/naprom/17_dec_2012/
login : comite.ftp.pascal.maugis@onema.fr
mot de passe : c0m!teR2

Juillet 2014 ANNEXES - Page 50


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

PROCHAINES ECHEANCES

12 février 2013 : prochaine réunion scientifique à l’ONEMA Vincennes salle 5.58.


Visite de terrain sur 2 jours en mai (sites Loire et Rhône) / les dates seront déterminées lors de la
réunion du 12 février

_________________________________________________

DEROULE DE LA REUNION :

P. Maugis, en introduction de la réunion, a rappelé le contexte et les objectifs du projet NAPROM ainsi
que les attentes fortes de l’ONEMA concernant le guide méthodologique. F. Paran a ensuite coordonné
la présentation du bilan de l'année 1, l'avancement de l'année 2 et des perspectives, avec les autres
chercheurs impliqués dans le projet. Chaque partie a fait l'objet de questions et de discussions.

1. BILAN DE L’ANNEE 1

Le bilan de l'année 1 est présenté en détail dans le rapport rendu en juin 2012. Les principales avancées
comprennent la construction des grilles de caractérisation de chacun des sites, le choix des sites et
l'identification pour chacun des sites retenus des enjeux, métriques pertinentes, et données disponibles.
5 sites ont été retenus.

1. Site Loire-amont : Ecozone du Forez


Contexte / enjeux
Hydrologie très contrastée (étiages forts, crues importantes). Le fleuve Loire coule sur une couche
imperméable de marne (plancher de la nappe alluviale). Contexte de forte incision de la rivière, forte
érosion, pompages limités.
Méthodes de caractérisation des échanges nappes-rivière
La méthode d'analyse géomatique a été appliquée. Il s'agit de déterminer des gradients de nappe et
sens d'écoulement avec une triangulation (TIN) à partir des données piézométriques, et une estimation
des débits par loi de Darcy sur le linéaire de berge. L'intérêt est que la méthode est assez légère à
mettre en place. Une des limites de la méthode est qu'elle fournit seulement une photographie des
échanges à un temps t.
La méthode utilisant les macrophytes avait été testée mais le site n'est pas propice (marnes, gravières
récentes).

2. Site Rhône : Donzère-Mondragon


Contexte / enjeux
Aquifère alluvial libre à semi-captif, débits plus importants, très aménagés (barrages hydroélectriques,
centrale nucléaire, urbanisation), pompages importants
Méthodes de caractérisation des échanges nappes-rivière
4 métriques testées (travaux liés au projet ZABR/AE-RMC : échanges nappes/Rhône): analyse
isotopique, analyse géomatique, invertébrés souterraines et macrophytes.
- Invertébrés souterrains : recherche de stygobies (notamment de crustacés) dont les communautés
dépendent de la profondeur explorée et de la nature souterraine ou superficielle des eaux. Le
prélèvement se fait à 50 cm de profondeur et les résultats permettent d'avoir une estimation qualitative

Juillet 2014 ANNEXES - Page 51


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

des échanges ("un peu, moyennement, beaucoup" et origine de l’eau "superficielle, souterrain,
souterrain profond "). L'avantage de la méthode est qu'elle intègre ce qu'il se passe à l'échelle
saisonnière et elle permet de voir le "recyclage" (infiltration et exfiltration d'eau sur faible distance) ou
mouvement plus massif d'échanges (sous-écoulement, échange à travers les berges).
Note sur les invertébrés : Il est nécessaire qu’un cortège spécifique représentatif soit présent (pas en
Bretagne, pas en montagne, pas au nord). Il existe une base de données nationales
(http://umr5023.univ-lyon1.fr/index.php?pid=360&lang=fr thèse David Ferreira) Une base européenne
de l'eau souterraine sera bientôt disponible.
- Macrophytes : Ces macrophytes sont échantillonnés dans des placettes positionnés sur des transects.
Certains végétaux ne poussent qu'avec racines oxygénées et température stable (tamponnage
thermique) ce sont 2 indices qui sont utilisées pour déterminer des "probabilités" d’apport de nappe par
exemple (scores, car ces espèces répondent statistiquement aux facteurs biologiques). Cette méthode
intègre plutôt l'échelle annuelle, elle permet de faire des cartographies avec des probabilités d'apport
de nappe vers rivière (plus difficile de voir les infiltrations dans l'autre sens).
Question: liste des espèces qui témoignent des relations nappes-rivières ? Le BRGM utilise la liste
anglosaxonne. P. Marmonier a transmis la référence utilisée dans le projet pour les macrophytes :
Amoros et al. 2000 (Environmental Management Vol. 25, No. 2, pp. 211–227)
Les 4 méthodes ont été combinées pour obtenir un diagnostic croisé et une cartographie des échanges.
Question sur le "recyclage" : ce recyclage peut avoir des impacts forts sur la qualité de l'eau, il peut aussi
se mêler à des échanges plus régionaux.

3. Site Rhin : plaine alluviale du Rhin et de l'Ill


Contexte / enjeux
Aquifère très épais (un des plus gros d'Europe). L'Ill arrive sur cet aquifère et alimente d'abord la nappe
puis récupère des eaux de nappe. Secteur très anthropisé : débit du Rhin contrôlé, nombreux canaux
d'irrigation. Flux d'évaporation de nappe possible.
Méthodes de caractérisation des échanges nappes-rivière
- Un modèle hydrogéologique a été développé avec des mailles de 125 m de côté. Il inclut un paramètre
pour les échanges nappe-rivière. La transmissivité est difficile à paramétrer. Plusieurs hypothèses ont
été testées pour cartographier les échanges à partir du bilan hydro (Peff, flux latéraux, apport rivière / le
transfert à la ZNS et l’évaporation de la nappe sont difficiles à prendre en compte). Ce travail continuera
avec un post doc qui arrive en janvier pour travailler sur les hauteurs d'eau pour comparer avec les
autres méthodes d'estimation (plus intégrer la perte évaporatoire avec SURFEX).
- Etude invertébrés souterrains en cours : une trentaine de stations (2 campagnes)
- Etude à partir des macrophytes en cours (biblio)
Remarque: certaines forêts dépendent des nappes ce sont des écosystèmes associés. La DCE demande
de les prendre en compte dans la gestion des eaux souterraines.
Par ailleurs, F. Habets informe qu'un projet de satellite (SWOT) est lancé pour mesurer des hauteurs de
l'eau pour des rivières de largeur supérieure à 100 m (mi-2014). La France va être survolée, résolution
10 m sera disponible (Seine et Garonne au moins). Le LIDAR permet aussi d'avoir une partie de ces
données (sur BV Seine)

4. Site Seine: bassin de l'Orgeval


Contexte / enjeux
Aquifère multicouches (Brie et Champigny séparés par des marnes vertes), cours d'eau plutôt amont par
rapport à d'autres sites.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 52


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Méthodes de caractérisation des échanges nappes-rivière


- méthode hydro (campagne snapshot de mesures piézométriques pour caractériser les écoulements
régionaux),
- mesures géophysiques (structure du sous-sol, localisation des aquifères),
- mesures plus locales sur site de température pour suivre les gradients thermiques, dans la zone
hyporhéique et hors cours d'eau pour aller vers de la modélisation. Plusieurs points suivis dans le bassin
le long du cours d'eau
Remarque : Aquibrie fait également des campagnes de jaugeage différencié pour comprendre les
échanges surface – souterrain et recoupe les données avec les données historiques, qui peuvent
remonter à 1900 notamment pour la qualité d'eau (données disponibles par exemple dans les
laboratoires d'analyse départementaux en archives papier). Mais de moins en moins de données sont
disponibles car à mesure que la qualité de l'eau se dégrade, les captages sont fermés.

5. Site Sèvre Niortaise Echiré Saint-Maxire


Contexte / enjeux
Contexte anthropisé : Champ captant dans un méandre de la Sèvre Niortaise, largeur du cours d'eau 10-
30 m. Lâcher de barrage amont pour soutenir les étiages. Système multicouche : un système aquifère
alluvion - substratum calcaire, fracturé et karstifié (du dogger), un plancher marne, et autre aquifère
dessous (infrathoarcien). Une douzaine de forages alluvions / calcaire. Aquifères reliés à la rivière
observés car la qualité d'eau souterraine varie comme celle de la rivière.
Méthodes de caractérisation des échanges nappes-rivière
- Un modèle régional 3D a été plus finement maillé pour être appliqué localement avec plusieurs
configurations d'échanges nappe rivière. La rivière a été redéfinie dans chaque maille. Des calages en
régime pseudo-permanent et transitoires ont été effectués. Il est difficile de faire une différence rive
gauche, rive droite. Pas de temps mensuel (le modèle utilisé pour le Rhin était journalier)

2. AVANCEMENT DE L’ANNEE 2 : TACHES A EFFECTUER

1. Compléter les diagnostics sur différents sites par d'autres méthodes

Site Equipes Tâches


concernées
Rhône EMSE Poursuivre le diagnostic multi-métriques Compléments sur
UMR 5023 Donzère-Mondragon et
LE NHA la confluence Rhône/Ardèche. Un guide méthodologique en
cours sur les échanges nappe-rivière en cours pour l'AE RMC
(édition prévue en 2013). Testeurs et relecteurs de ce guide à
définir

Loire EMSE Analyse géomatique : complément sur rive droite à terminer.

Sèvre BRGM - Analyse géomatique en cours mais plus de données


Niortaise EMSE, piézométriques sont nécessaires
UMR 5023 - Diagnostic macrophyte fait : permet de reconnaître les
LENHA sources de l'aquifère du Dogger (secteur oligotrophe) ; Mise en
évidence d'apports sur une partie de la berge.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 53


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- Mesures de température, conductivité se poursuit mais il


reste difficile de voir les échanges avec cette méthode.
- modélisation : calage en régime transitoire (modèle calibré sur
débit de la rivière en amont et au piézomètre des puits de
pompage.) Effet de seuils sur l'hydraulique de surface difficile à
intégrer, hauteur d'eau mal simulée - à imposer ?
Rhin: Sisyphe, - Analyse géomatique en cours. reprise du travail en janvier
EMSE - Poursuite de la modélisation
UMR 5023 - Invertébrés : 31 stations en cours d'analyse : notamment
LENHA autour de Sélestat dans le chenal du Rhin (remarque sur les
limites de l'utilisation de cet indicateur en cas de pollution)
- Macrophytes : approche bibliographique : il semble que
globalement l'Ill draine la nappe.

Orgeval : Mines - Analyse géomatique : données en cours de collecte.


ParisTech - Invertébrés : 3 stations dans le ruisseau (3 échantillons) 5
Irstea piézomètres en bordure de rivière, rien dans les piézo de
EMSE plateaux, rien dans le cours d'eau (car sédiment fin ?)
- Apport de la géophysique : mise en évidence d'une faille
perpendiculaire au cours d'eau
- Mesures sur sites : 5 points identifiés pour installer les
dispositifs de mesures, identification des décrochages entre
niveau de nappe et niveau de rivière
- Modélisation des transferts et de la température à poursuivre

2. Protocole de comparaison sous forme de plan d'expérience (tous)


Ce protocole sera l'objet de la réunion du 12 février prochain 2013.

3. Rédaction du rapport intermédiaire pour juin 2013 (tous)

3. PERSPECTIVES POUR LES ANNEES 3 ET 4 ET SUITES DU PROJET

1. Tâches de l'année 3
T4 : Comparaisons des métriques
T5 : Traitement cartographique et préconisations méthodologiques
T6 : Écriture des règles d’utilisation des métriques pour déterminer comment l’utilisateur va choisir ses
métriques en fonction de ses besoins
T7 : Écriture des règles de traitements SIG
T8 : Organisation des règles selon un graphe de cheminement
T9 : Rapport scientifique final de juin 2014 à remettre à ARMINES

Juillet 2014 ANNEXES - Page 54


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

2. Tâches de l'année 4
T10 : Confection/fabrication du guide méthodologique sous forme de maquette (EMSE + validation
collective)

3. Suite possible au projet


Relier les échanges nappes/rivières au fonctionnement des zones humides et plus globalement aux
écosystèmes terrestres associés aux eaux souterraines.

4. Questions et remarques
M. Akopian : L'indicateur macrophyte est orienté "trophie" mais quel lien avec les listes floristiques
zones humides et les fiches floristiques rattachées à l'indicateur proposé ?
P. Marmonier enverra l'article utilisé dans le projet (disponible sur le site ftp)

M.Akopian : Une question opérationnelle importante porte sur l'impact des prélèvements et des usages
? Comment regarder cette influence dans ce projet ?
F. Habet : Parmi les métriques disponibles, les modèles peuvent être utilisés pour des scénarios (par
exemple, le modèle hydrogéologique 3D de Poitou Charente est utilisé pour cela).
N. Flipo: il y a également une influence du pompage sur la température du cours d'eau
D. Graillot : il faut aussi identifier les débits des forages qui ont un impact sur les échanges nappe/rivière
(i.e. qui pompent dans la rivière)
FM Pellerin : Impact sur le bon état écologique, donc biologie
Dans le guide il sera intéressant d'avoir l'emboitement des échelles. Quelle est la représentativité des
sites ?

S. Bonneville : Difficulté de faire le lien masse d'eau souterraine vers masse d'eau de surface dans
l'application de la DCE. Les Irlandais sont très dynamiques sur les "écosystèmes associés" aux eaux
souterraines. Ils vont prendre la tête de l'UE en avril prochain, et il est prévu une réunion sur les
écosystèmes terrestres intégrés.

P. Maugis : Il sera important de bien échanger pour orienter la rédaction du guide. Un an est prévu.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 55


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.9. Réunion du 12 février 2013 (ONEMA - Vincennes)

Réunion comité technique ONEMA – NAPROM


12 février 2013 - Vincennes

Participants (14) :
C. Piscart, M. Novel (Univ. Lyon LEHNA), F. Paran et D. Graillot (EMSE), A. Brugeron et D. Allier (BRGM),
M. Chatelier (BRGM), G. Tallec (IRSTEA), S. Bonneville (Ministère Envirt.), P. Maugis (LSCE), B. Augeard
(ONEMA-DAST), N.Flipo, J.P. Vergnes et .A. Mouhri (EMP)

Excusés :
P. Marmonier et G. Bornette (Univ. Lyon LEHNA), F. Arthaud (Univ. Savoie), F. Habets (UMR Sisyphe)

___________________________________

Rappel de l’ordre du jour :

0. Déroulement de la réunion / Introduction - 10mn (14h10)


1. Présentation du projet ONEMA du BRGM (A. Brugeron, D. Allier) - 20mn (14h30)
- résultats de l'action 2012 ONEMA-BRGM sur une "approche cartographique exploratoire
d'identification des piézomètres potentiellement représentatifs d’une relation nappe/rivière",
- objectifs et taches associées de l'action prévue en 2013.
2. Présentation du projet NAPROM - 20mn (14h50)
3. Discussion - 30mn (15h20)
4. Point sur l'avancée des travaux et l'acquisition de données de chaque partenaire (pour le
rapport année 2) - 30mn (15h50)
5. Présentation des acquis du projet ZABR/AE-RMC "Eau Sout" phase 4 - 30mn (16h20)
- typologie des échanges nappes/rivières
- croisement des métriques pour un diagnostic de synthèse des échanges nappes/rivières
- structuration du guide méthodologique de caractérisation des échanges nappes/rivières sur le
bassin du Rhône
6. Travail de groupe sur le protocole de comparaison des métriques (pour le rapport année 2) - 1h
(17h20)
7. Détermination d'une date pour les 2 journées réunion + terrain / Loire + Rhône en mai-juin 2013
(pensez à prendre vos agendas) - (10mn) 17h30)
8. Autres points (au besoin)

___________________________________

Juillet 2014 ANNEXES - Page 56


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Documents joints :
- Support ppt de la réunion de travail
- Présentation ppt du projet du BRGM
Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA :
Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/2013-02-12/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange

1) Présentation du projet réalisé par le BRGM sur les échanges nappes/rivières


(A. Brugeron et D. Allier - BRGM) [disponible sur le ftp de l’ONEMA]

Intitulé : Approche exploratoire des liens entre référentiels hydrographiques et hydrogéologiques


Contact ONEMA : C. Novak

I.3. Action 2012 : identification des relations nappes/rivières


Objectifs :
- approche nationale expérimentale sur les piézomètres
- production de cartographies à destination de l'ONEMA pour le choix des points d'observation
des étiages (observation national des étiages ONDE)
- traitement multicritère et incertitudes
- pré-analyse des référentiels hydrologique et hydrogéologique pour la faisabilité d'une
bancarisation

Méthode et principe :
Détermination de la direction du gradient hydraulique au droit d’un tronçon de rivière.
Hypothèse sur l’existence d’un échange a priori.
Données utilisées :
- sélection de piézomètres de la Banque de données ADES (nappe libre, 5 ans de chronique…) ;
1700 piézomètres retenus sur 3100 environ
- tronçons hydrographiques de la BD Carthage, MNT de la BD Alti (à 25m, avec des erreurs
d'altitude de 3 à 5m)
Association entre tronçons et piézomètres les plus proches (distance, angle entre le piézomètre et
chacun des points sélectionnés sur le tronçon)
Cote alti. des tronçons
Appartenance commune à des bassins versants souterrains définis à partir d’une interpolation de la
profondeur de la zone non saturée (ZNS) qui est en fait une image figée de la crête piézométrique
moyenne

Etapes :
Estimation de l’orientation de la direction des segments reliant piézomètre et tronçons considérés
sélectionnés avec des ordres de Stralher croissants

Juillet 2014 ANNEXES - Page 57


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Comparaison avec l’orientation de l’axe depuis le piézomètre jusqu’au point le plus proche du tronçon
- 1er test
Approche par tâtonnement : distance minimale entre le piézomètre et le tronçon
Appartenance au même bassin versant souterrain
- 2°test
er
1 test + vérification de la cohérence des angles de direction
- 3°test
1+2+ ordre Stralher >=4

Analyse Multicritère des échanges nappe/rivière


Comparaison des H piézométriques et H rivières
Gradient = 100 x (Hauteur Moyenne piézo-Hauteur Rivière / Distance)
5 classes <10%, entre -10% et -1%, entre -1% et 1%, de 1 à 10%, >10% correspondant à différents
domaines : alluvial, sédimentaire, socle, aquifère imperméable, très plissé, volcanique, inconnu
Détermination des variations temporelles

2 départements tests : Oise et Vienne. La cohérence avec l'avis d'expert est relativement bonne (23/29
et 16/21 respectivement).

Intérêt :
- Prise en compte des cours d’eau d’ordres différents (Stralher – BD Carthage) et de différents
types d’aquifères
- Atlas cartographique
- Classification semi-quantitative des échanges
- Prise en compte de l’inertie de la nappe captée à la place des temps de recharge et de résidence

Inconvénients :
- Niveau d’eau dans la rivière fixe et égal à la cote indiquée par la BD Alti
- Pas de quantification des débits d’échanges et donc pas de pondération des angles de direction
d’écoulement
- Hypothèse de base sur l’existence d’une relation d’échanges a priori
- Pas de prise en compte du colmatage
- Pas de prise en compte des secteurs à l’équilibre
- Utilisation dans le contexte de dimensionnement du réseau ONDE (Observatoire National des
Etiages)
- une seule grande nappe continue sur tout le territoire

A faire : comparaison à établir avec la méthode géomatique utilisée dans NAPROM sur un site à choisir
ensemble

Autre volet de l’action 2012 : travail sur les référentiels hydrogéologiques et hydrographiques nationaux
(BD Carthage, BD LISA, dictionnaire des données « Points d’eau »)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 58


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

La BD Lisa permet de distinguer :


- cours d’eau perchés à pertes par infiltration
- cours d’eau à limite d’alimentation
- cours d’eau à limite de drainage
- cours d’eau à limite à potentiel

I.4. Action 2013


Identification du « Besoin métier »
- existence d’une relation
- nature des échanges
- débits quantifiés
- variations spatio-temporelles

Proposer une architecture d’intégration des données sur les échanges nappes/rivières dans les
référentiels existants.
Etude en lien avec le SANDRE (règles de saisie, validation)
Etude en lien avec une autre étude sur l’impact de la qualité des eaux souterraines sur les écosystèmes
associés

Liens avec le guide méthodologique NAPROM (suite à la discussion) / Apports du projet NAPROM
pour le projet du BRGM :
- Que tirer des études locales ?
- Comment valoriser la connaissance existante ?
- Quels critères d’évaluation pour les échanges nappe/rivière ?

II. Présentation du projet NAPROM (F. Paran)


Suite à cette présentation, la discussion a porté sur le protocole de comparaison des métriques et le
guide méthodologique dans le cadre du projet NAPROM. Les points suivants ont été évoqués :
- Discussion sur la notion de gradient hydraulique (vertical au droit de la rivière) à distinguer de
celle d’apports latéraux (horizontaux, inféodée à la perméabilité des berges ou par suintement sus-
jacent)
- Dans les typologies rajouter un bloc diagramme en cas d’incision du lit de la rivière dans le
substratum imperméable, nappe déconnectée et surélevée. Dans ce cas, l'altitude de la rivière ne peut
servir de condition aux limites pour la charge de nappe.
- Prévoir 2 typologies pour les sous-écoulements : à travers les digues (fuites : l'eau est du
recyclage de celle du canal principal) ou les berges (l'eau est plus régionale)
- Sur l’affectation de pénalités associées aux métriques, les règles peuvent ne pas être les mêmes
selon les enjeux (connaissances, vulnérabilité)
- Dans le guide méthodologique, prévoir un niveau d’explication des contraintes
- Discussion sur la différence entre colmatage physique et biologique (discernable par la
désoxygénation induite par la seconde) et des problèmes d’échelle liés au coefficient de colmatage (la
résultante globale pouvant être très différente de celle observable ponctuellement)
- Redéfinir l’aire d’échange (interface nappe/cours d’eau ou toute l’épaisseur des alluvions)
- Cas des cours d’eau perchés au-dessus de la nappe
- Prendre en compte l’échelle et la temporalité selon les métriques utilisées

Juillet 2014 ANNEXES - Page 59


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- Déterminer les paramètres clefs pour les modèles (étude de sensibilité par rapport à la variable
"débit d'échange nappe rivière")
- Importance relative des échanges d’un fleuve à l’autre et en particulier validité de l’indicateur
macrophyte (échange nul/faible/fort) d’un site à l’autre (ex : Sèvre – Rhône)

III. Prochaines échéances

III.1. Organisation d’un atelier de travail – 15 avril


Avancement des travaux sur chaque site pour chaque partenaire impliqué dans le projet (tour de table)
Travail de groupe sur le protocole de comparaison des métriques. Ce travail sera fondé sur une grille
décrivant les spécificités de chacune des métriques (ce document sera transmis ultérieurement à
chaque partenaire).

Cet atelier est prévu le 15 avril prochain de 13h30 à 17h30 à l’ONEMA Vincennes.

III.2. Réunion et visite de terrain – 22 au 24 mai


Réunions et visites de terrain (Péage-de-Roussillon + Ecozone du Forez) du 22 mai 13h au 24 mai le soir
Prise en charge de l’hébergement en gite et des repas du soir sur le budget animation du programme
(Armines EMSE)
Frais de transport à la charge de chacun des partenaires

Juillet 2014 ANNEXES - Page 60


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.10. Réunion du 15 avril 2013 (ONEMA - Vincennes)

Réunion comité technique ONEMA – NAPROM


15 avril 2013 - Vincennes

Participants :
C. Piscart (Univ. Lyon LEHNA), F. Paran et F. Dujardin (ENSM-SE), M. Chatelier (BRGM), G. Tallec
(IRSTEA), P. Maugis (LSCE), B. Augeard (ONEMA-DAST), N.Flipo, J.P. Vergnes et .A. Mouhri
(EMP)

Excusés :
P. Marmonier, G. Bornette et M. Novel (Univ. Lyon LEHNA), F. Arthaud (Univ. Savoie), F. Habets
(UMR Sisyphe), D. Graillot (ENSM-SE)

___________________________________

Rappel de l’ordre du jour :


1. Point sur la sortie de terrain Loire-Rhône : 22 au 24 mai 2013
2. Validation du poster NAPROM
3. Tour de table : avancement de chacun des partenaires pour le rapport année 2 (fin juin
2013)
4. Atelier de travail - Protocole de comparaison des métriques

___________________________________

Documents joints et/ou envoyés par dl :


- programme sortie terrain
- liste participants sortie terrain
- présentation Jean-Pierre Vergnes
- BD ROE et Syrah
- tableau de caractérisation des métriques et définitions
- Rapport BRGM Sèvre-Niortaise

Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA :


Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/2013-04-15/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange

___________________________________

Juillet 2014 ANNEXES - Page 61


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

1. Point sur la sortie de terrain Loire-Rhône : 22 au 24 mai 2013


Chaque participant doit confirmer ou valider sa participation à la sortie terrain du 22 au 24 mai
au plus vite.

2. Validation du poster NAPROM


Le contenu du poster a été validé. F. Paran fait les dernières retouches et transmet la version
finale à chacun au plus vite.

3. Tour de table : avancement de chacun des partenaires pour le rapport année 2 (juin
2013)
L’avancement des travaux devra être rédigé par chacun des partenaires, l'idéal serait de
transmettre une première version au coordonnateur avant le 15 juin. Le texte produit sera
intégré dans le rapport NAPROM année 2 (juin 2013).

 Rhin-Ill (Jean-Pierre Vergnes) – Avancement Post-doc


Modèle Eaudyssée : bilan hydrique imposé (SURFEX), écoulement en nappe (MODCOU),
écoulement de surface-routage en rivière (RAPID).
Il s’agit de la suite du travail de thèse de Charlotte Thieron. L’objectif est de caractériser les
échanges nappes/rivières en prenant en compte des hauteurs d’eau rivières variables. A l’heure
actuelle, la modélisation prend en compte la hauteur d’eau en rivière selon une relation
hauteurs/débits linéaire. Il est prévu d’améliorer l’évaluation de la hauteur d’eau en rivière en :
- travaillant sur des courbes de tarages (régressions) / relation Q = f(H) non linéaire
- utilisant l’équation de Manning

Pour le travail sur les courbes de tarages les données de la banque Hydro ont été mobilisées
(période 1960-2012) sur plusieurs stations de jaugeage de la plaine de l’Ill. Les relations
hauteurs/débits obtenues par régression sont des polynômes d’ordre 3.

Perspectives :
- acquérir des données pour les cours d’eau en Allemagne
- spatialiser la relation hauteurs/débits au cours d’eau de la plaine du Rhin
- comparer les résultats de modèle hauteurs cours d’eau variables vs hauteurs cours
d’eau fixes
- travailler sur l’équation de Manning (estimation de paramètres à grande échelles,
calage)
- intégrer l’évaporation

 Orgeval (Amer Mouhri et Nicolas Flipo)


Les tâches suivantes ont été effectuées en année 2 du projet NAPROM :
- finalisation du dispositif de mesures (5 stations MOLONARI : 2 sondes
pression/température piézométrique, 2 sondes températures hyporhéiques, 1 sonde
pression/température rivière) – Modélisation hydrothermique sur 6km de rivière

Juillet 2014 ANNEXES - Page 62


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- installation d’un transect de piézomètres perpendiculaires à la rivière pour vérifier la


continuité hydraulique
- acquisition de données (1 an sur la station amont et 9 mois pour les autres)
- imagerie tomo à résolution 25m pour compléter celle à 200m
- mise en place d’un dispositif 3D sur la station amont sur 80m de tronçon (40m amont et
40m de la station MOLONARI) pour modélisation 3D locale (Modèle METIS 3D pour une prise
en compte de la variabilité locale des échanges).
- première modélisation 2D des échanges sur la station amont : ceux-ci sont évalués à 8l/s
(régime permanent calé ; régime transitoire en cours)
- première analyse de données et d’événements hydrologiques prometteuses (à suivre)

Au final, la compréhension des échanges au niveau local sera extrapolée à l’intégralité du


bassin.

 Sèvre-Niortaise (Marion Chatelier)


Les tâches suivantes ont été réalisées :
- calage du modèle en régime transitoire : le calage a été effectué sans l’influence des
ouvrages (la relation hauteurs/débits dans le modèle n’est pas satisfaisante : la hauteur simulée
est plus faible que la hauteur réelle de 1 à 2m) pour 3 périodes hydrologiques (BE, ME, HE).
- pour ces simulations la situation de drainage de nappe par le cours d’eau est dominante

Un nouveau calage sera fait en imposant les hauteurs d’eau des seuils. Sur ce site, il y a de
fortes contraintes liées à l’étagement du cours d’eau (ajouter le critère dans les grilles de
caractérisation) et au méandrage serré.

Un diagnostic fondé sur les macrophytes a aussi été réalisé sur le site.

Un rapport contenant l’avancement des travaux a déjà été rédigé pour l’ONEMA et sera mis à
disposition sur le site ftp (rapports). Des éléments de celui-ci seront intégrés dans le rapport
année 2 NAPROM.

 Invertébrés (Christophe Piscart)


Les tâches suivantes ont été effectuées :
- échantillonnage terminé sur le Rhin et l’Orgeval
- tri des échantillons terminés
- comptage des espèces stygobies terminé (pour le diagnostic des échanges
nappes/rivières)
- la moitié des taxons a été déterminée à l’espèce ; l’autre moitié a été envoyée pour
détermination à l’étranger (Italie, Corée,…) (pour le diagnostic de origine de l’eau)

La physico-chimie de l’eau suggère un gradient nord/sud et non est/ouest comme attendu


(sulfates : traceurs du Rhin). Ceci laisse à penser qu’il n’y a pas d’échanges entre l’Ill et le Rhin
et que les zones humides sont alimentées par de l’eau qui a circulée longuement en souterrain.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 63


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Ces premiers résultats restent à revisiter avec la faune (pas de faune stygobies à l’aval de l’Ill ;
beaucoup en amont).

 Analyse géomatique (Frédéric Paran)


L’avancement sur les différents sites est le suivant :
- Loire : diagnostic terminé, pour l’instant il n’y a pas d’autres métriques pour comparer
les résultats
- Rhône : diagnostic terminé dans le cadre du projet Eau Sout’
- Sèvre-Niortaise : diagnostic en cours à partir des données piézométriques issues de la
modélisation MARTHE en régime permanent sans prise en compte de l’influence des seuils. Les
seuils, l’échelle très locale et le méandrage serré posent de nombreux problèmes pour le
diagnostic.
- Rhin-Ill : traitement des données terminé, diagnostic à réaliser
- Orgeval : traitement des données et diagnostic à réaliser

4. Atelier de travail - Protocole de comparaison des métriques


Une première version d’un tableau de comparaison des méthodes a été réalisée. Il présente les
éléments caractéristiques de chacune de méthodes et les typologies d’échanges nappes/rivières qu’elles
peuvent diagnostiquer. Les éléments suivants sont à prendre en compte ou à modifier dans ce tableau :
- définir chacun des attributs
- inclure une distinction entre colmatage physique et chimique
- expliquer la différence entre mélange et sous-écoulement
- ajouter une typologie « Indicateur du cheminement de l’eau » (chemin de l’eau)

Une fois modifier ce tableau sera transmis à chacun des partenaires pour qu’il complète les informations
liées à se méthode. Ce tableau servira de base de travail pour la prochaine réunion.

5. Prochaines échéances :
- réunion de travail : 22 mai apm à Saint-Etienne
- visite de terrain Rhône : 23 mai journée à Péage-de-Roussillon
- visite de terrain Loire : 24 mai journée à Chambéon

Juillet 2014 ANNEXES - Page 64


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.11. Réunion et sortie de terrain des 22,23 et 24 mai 2013 (Ecole des
Mines - Saint-Etienne, Ecopôle du Forez - Chambéon, Réserve de la
Platière – Péage-de-Roussillon)

Réunion comité technique ONEMA – NAPROM


Sorties de terrain Loire (Ecopôle du Forez) et Rhône (Île de la Platière)
22, 23, 24 mai 2013 – Saint-Etienne / Ecole des Mines

Participants projet NAPROM : C. Piscart, P. Marmonier et M. Novel (Univ. Lyon LEHNA), F. Arthaud
(Univ. Savoie), F. Paran, D. Graillot, E. Lalot, J. Ré-Bahuaud et F. Dujardin (ENSM-SE GSE), N.Flipo, J.P.
Vergnes et A. Mouhri (EMP), G. Tallec (IRSTEA), P. Maugis (LSCE), B. Augeard (ONEMA-DAST)

Excusés : M. Chatelier (BRGM), G. Bornette (Univ. Lyon LEHNA), F. Habets (UMR Sisyphe)

Gestionnaires présents : C. Leborgne (RN Platière), P.F. Delsouc (SMIRCLAID), D. Corbin (FRAPNA Loire)
___________________________________

Rappel du programme :

1. Réunion de travail : Ecole des Mines - Mercredi 22 mai 14h00 à 18h00


Lieu : 158 cours Fauriel - Salle C1.19

Ordre du jour :
- avancement du projet
- protocole de comparaison des métriques
Repas au gite

2. Visite de terrain Rhône : Péage de Roussillon - Jeudi 23 mai


Lieu : Réserve Naturelle de l’Île de la Platière – Ferme des Oves
Déplacement : prévoir 1h00

Matin (10h00) :
- Présentation Réserve Naturelle de la Platière (C. Leborgne, chargée d'étude Natura 2000) – 20/30 mn
- Présentation SMIRCLAID (P.F. Delsouc, Directeur, Chargé de Projet, SMIRCLAID) – 20/ 30mn
- Avancement du travail de thèse d’Eric Lalot : Étude des relations hydrauliques nappe alluviale-rivière
– application à un secteur anthropisé du fleuve Rhône (Péage-de-Roussillon) – 40mn
- Discussion
Pique-nique (12h30)
Après-midi : Visite de terrain – Chute CNR pour la production d’hydroélectricité de Péage-de-Roussillon
Repas au gite

Juillet 2014 ANNEXES - Page 65


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

3. Visite de terrain Loire : Chambéon - Vendredi 24 mai


Lieu : Ecozone du Forez – Ecopôle du Forez (FRAPNA Loire) – Ruche
Déplacement : prévoir 1h00

Matin (10h00) :
- Présentation Ecozone du Forez (D. Corbin, FRAPNA Loire) – 40mn
- Présentation du travail de thèse de Jordan Ré-Bahuaud : Apports d’une approche couplée physique
et géochimie des eaux souterraines pour caractériser les fonctionnements hydrodynamiques transitoires
: cas de la plaine alluviale du Forez – 40mn
- Discussion
Pique-nique (12h00)
Après-midi : Visite de terrain – Gravières réhabilitées de l’Ecopôle du Forez
Fin de la visite vers 16h20
___________________________________

Documents joints et/ou envoyés par dl :


- sélection de photos de la sortie terrain (Photo_23_24_mai_2013.zip)
- tableau de caractérisation des métriques et définitions nouvelle version
(Protocole_metrique_V5.xls)

Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA :


Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/2013-05/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange
___________________________________

1. Comité technique – 22 mai 2013 Saint-Etienne / Ecole des Mines : Avancement du projet et
prochaines échéances

IV. Rapport Année 2 : 15 juin 2013


Le rapport d’avancement de deuxième année du projet NAPROM devra être bouclé en juillet 2013.
Chaque partenaire devra envoyer sa contribution pour le rapport avant le 15 juin à F. Paran. La
finalisation du rapport est prévue pour septembre après relecture par l’ensemble des partenaires et des
correspondants ONEMA.

Ce rapport reprendra les éléments du rapport année 1 et sera organisé comme suit :
a. Méthode (reprise du contenu de l’année 1 à ajuster en fonction de l’évolution de chacun)
b. Présentation des sites (reprise du contenu de l’année 1)
c. Premiers résultats par sites (contributions de chacun pour l’année 2)
d. Synthèse des résultats (D. Graillot et F. Paran, contribution pour l’année 2)
e. Protocole de comparaison des métriques V1 (D. Graillot et F. Paran, contribution pour l’année 2)
f. Suites et perspectives pour l’année 3 (contribution de chacun pour l’année 2 et synthèse + tâches
année 3 D. Graillot et F. Paran)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 66


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

La partie « e. Protocole de comparaison des métriques V1 » sera rédigée sur la base du tableau de
comparaison des métriques élaboré en réunion et joint à ce compte-rendu (Protocole_metrique_V5.xls).
Merci à chacun, avant le 15 juin, de valider les indications contenues dans ce tableau pour la ou les
métriques dont il est responsable et de compléter pour les métriques suivantes (s’il les utilise) :
température, résistivité, conductivité, ions majeurs. La définition de chacun des attributs du tableau est
disponible en annexe de ce compte-rendu. Pour les métriques « modélisation », il est envisageable de
s’inspirer du guide des bonnes pratiques de modélisation du BRGM qui est en cours de rédaction
(version de travail disponible sur le site ftp).
Ce travail constitue un premier pas vers un protocole de comparaison des métriques qui devra être
arrêté et testé en année 3.

V. Présentation de restitution : 18 juin 2013


Le 18 juin prochain, une présentation de 30mn du projet NAPROM sera effectuée devant les
correspondants des DREAL et des Agences de l'eau à l’ONEMA Vincennes par F. Paran. Dans cette
présentation, outre les méthodes et résultats, la question du guide méthodologique sera
particulièrement développée :
- Structuration du guide méthodologique
- Planification de la construction du guide méthodologique
- Appel à testeurs pour le guide
- Appel au choix d’un site test en fonction des besoins et objectifs des testeurs

2. Sorties terrain
Les sorties terrains se sont déroulées conformément au programme. Les photos prises lors de ces
journées seront transmises par dl.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 67


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Annexe : Définitions des attributs du tableau de comparaison des métriques

Métrique Nom de la méthode de caractérisation des échanges nappes/rivières


Sites Sites NAPROM sur laquelle la métrique est appliquée

Caractéristiques de la métrique / méthode


Contexte hydrogéologique Dans quels contextes hydrogéologiques la méthode est-elle applicable ?
Sur quels principes, concepts, équations, modèle numérique, hypothèses la
Principe de la méthode
méthode est-elle fondée ?
Quels sont les paramètres (ex : calage), variables, contraintes, données et
Informations nécessaires observations, conditions initiales et limites… à prendre en compte pour
appliquer la méthode ?
Echelle spatiale de Quelle est l’échelle d’acquisition ou de représentation des données
description des données permettant de mettre en œuvre la méthode ?
Echelle spatiale de
Quelle est la plus petite unité spatiale à laquelle la méthode permet
représentativité des
d'interpréter de manière pertinente les échanges nappes/rivières ?
échanges
La méthode permet-elle de diagnostiquer les échanges sur la totalité de
l'interface nappe/rivière ou non (échanges latéraux, échanges par le fond…)
Type d'échanges pris en ? Peut-elle intégrer d'autres types d'échanges (masses d'eau aquifères
compte / Aire d'échange adjacents…) ? Quelle est la nature de la surface d'échange considérée par la
méthode (section plan, surface mouillée…) ? A distinguer de la façon dont
ils sont calculés.
La méthode permet-elle de diagnostiquer des variations saisonnières dans
Temporalité
les échanges nappes/rivière ? Sinon quelle est sa sensibilité temporelle ?
La méthode permet-elle d'identifier le sens de l'échange (rivière vers nappe
Sens de l'échange
ou nappe vers rivière) ?
3
Estimation quantitative de La méthode permet-elle de quantifier les flux d'eau échangés (m /jour ;
l'échange l/s…) ?
Caractérisation de l'échange La méthode permet-elle de distinguer les situations d'échange sur chacune
pour chaque rive des rives d'un cours d'eau (diagnostic rive droite et rive gauche) ?
Représentation Comment les résultats issus du diagnostic peuvent-ils être représentés
cartographique de l'échange (points, lignes, surfaces, 3D…) ?
Caractérisation de la zone La méthode permet-elle de caractériser les échanges en distinguant la zone
hyporhéique hyporhéique ?

Juillet 2014 ANNEXES - Page 68


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Configuration d'échange pris en compte


Nappe vers La méthode permet-elle de diagnostiquer les échanges latéraux
Apports latéraux
rivière nappes vers rivières ?
Apports par le La méthode permet-elle de diagnostiquer les échanges nappes vers
fond rivières par le fond ?
Rivière vers La méthode permet-elle de diagnostiquer les échanges latéraux
Apports latéraux
nappe rivières vers nappe ?
Apports par le La méthode permet-elle de diagnostiquer les échanges rivières vers
fond nappe par le fond ?
La méthode permet-elle de diagnostiquer les situations d’absence
Absence d’échanges
d'échanges observables ?
La méthode permet-elle de diagnostiquer un colmatage physique
Colmatage Physique
de l'interface d'échange ?
La méthode permet-elle de diagnostiquer un colmatage biologique
Biologique
de l'interface d'échange ?
Indicateurs du La méthode permet-elle de diagnostiquer le parcours de l'eau à
Sous-écoulement
cheminement l'échelle de la plaine alluviale (transit cours d'eau vers nappe puis
(berges / plaine)
de l'eau vers cours d'eau) ?
La méthode permet-elle de diagnostiquer le parcours d'une eau à
Sous-écoulement
l'échelle de la berge (transit cours d'eau vers digue puis vers cours
(digues)
d'eau) ?
La méthode permet-elle de diagnostiquer les phénomènes
Recyclage d'infiltration/exfiltration amont/aval dans le cours d'eau au niveau
des bancs de sables et de graviers ?
La méthode permet-elle de quantifier la contribution d'eaux
Quantification du d'origines différentes dans les eaux souterraines et superficielles
mélange (% d'eau provenant : de la nappe alluviale, de la rivière, des
aquifères adjacents…) ?
Nappe
La méthode permet-elle de travailler dans des situations plus
Situations déconnectée ou
particulières et plus spécifiques (nappe perchée, nappe
particulières surélevée (ex :
déconnectée, incision du lit, exhaussement du lit…) ?
incision du lit)

Synthèse
Points Forts Quels sont les points forts, les avantages de la méthode ?
Points faibles Quels sont les points faibles, les défauts, les incertitudes de la méthode ?

Juillet 2014 ANNEXES - Page 69


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.12. Réunion du 14 janvier 2014 (ONEMA – Vincennes)


Réunion comité technique NAPROM – ONEMA
14 Janvier 2014 - Vincennes
Participants :
F. Paran et D. Graillot (ENSM-SE GSE), C. Piscart (Univ. Rennes ECOBIO), M. Chatelier (BRGM), F.
Habets (UMR Sisyphe), J.P. Vergnes et .A. Mouhri (EMP), P. Maugis (LSCE), B. Augeard
(ONEMA-DAST)
M. Akopian (Agence de l'eau Seine Normandie), S. Bonneville et D. Berthault (MEDDE/DEB), F.
Raout (DRIEE), A. Reynaud (AquiBrie), E. Dumont (CETE Ile de France)
Excusés :
N.Flipo (EMP), G. Tallec (IRSTEA), P. Marmonier et G. Bornette (Univ. Lyon LEHNA), F. Arthaud
(Univ. Savoie)
___________________________________
Rappel de l’ordre du jour :
1. Rapide rappel du travail effectué en année 1
2. Retour sur le rapport année 2
- Rappel des tâches
- Principales remarques de Bénédicte et Pascal
3. Objectifs de l’année 3 et rapport
- Rappel des tâches
- Partage de données
- Protocole de comparaison des métriques
4. Présentation du guide méthodologique " Eau Sout’ "
5. Perspectives : suite à donner au projet
___________________________________
Informations importantes à retenir
Finalisation du rapport intermédiaire année 2 (février 2014)
 Compléter si nécessaire les réponses aux remarques de Bénédicte présentées dans ce
compte-rendu et envoyer rapidement à F. Paran
Partage de données pour analyse SIG et comparaison des métriques
 Données à envoyer rapidement à F. Paran
Réunions de groupe par site pour comparaison des métriques (au plus tard fin d’hiver)
 Ce travail nécessite que toutes les données aient été transmises et que les
traitements SIG aient été effectués
Réunion perspective et suite du projet NAPROM (doodle en cours pour fin février)
 Objectif : rédiger et chiffrer une proposition en juin 2014 dans l’optique de la
programmation 2015
Rapport final : juillet 2014
___________________________________

Juillet 2014 ANNEXES - Page 71


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Documents joints et/ou envoyés par dl :


- ppt support de réunion
- Version 3.0 du guide méthodologique Eau Sout’ sur le Rhône
- rapport Naprom année 2 incluant les commentaires de Bénédicte

Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA :


Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/2014-01-15/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange
___________________________________

1. Correction du rapport année 2


Le rapport intermédiaire année 2 (juillet 2013) sera modifié à partir des remarques (commentaires et
modifications) adressées par B. Augeard et P. Maugis. Toutes les remarques ne pourront être traitées
dans cette version du rapport et certaines devront attendre la rédaction du rapport final en année 3.
En conséquence :
- une version final pdf du rapport intermédiaire année 2, tenant compte de la majeure partie des
remarques, sera disponible courant février ;
- une autre version au format word incluant les remarques non traitées sera conservée. Elle servira
de base à la rédaction du rapport final année 3 (prévu pour juillet 2014).
Ces deux fichiers seront transmis à tous les partenaires et aux correspondant ONEMA qui suivent le
projet courant février.

Lors de la réunion les remarques principales ont été discutées. Les réponses apportées et les questions
en suspens sont retranscrites ci-dessous. Les numéros de pages indiqués renvoient à la version du
rapport année 2 annoté par Bénédicte.

1.1. Introduction
Modification du titre : à clarifier et à simplifier
Synthèse :
- penser à faire la mise à jour du tableau et du texte (pXVIII et XIX)
- séparer données initiales et données acquises (pXVIII et XIX)
Introduction :
- réorganiser : contexte, objectif, plan du rapport (p1)
- mettre la présentation des partenaires en annexe (p7)

1.2. Approche multi-métrique


Analyse SIG :
- améliorer la description : TIN/GRID, différentes étapes (p13)
Désormais la méthode est fondée uniquement sur l’utilisation des TIN. Les différentes étapes seront détaillées
pour mieux expliquer le principe de la méthode sur la base du travail effectué pour le guide méthodologique Eau
Sout’. Cette description devra ultérieurement tenir compte des remarques des utilisateurs. Cela devra être le cas
pour les autres métriques.
- bathymétrie : hypothèse surface échange unitaire déterminée par profondeur cour d’eau (p14)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 72


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Le calcul des débits d’échange devra être effectué à partir de plusieurs hypothèses sur la surface d’échange :
hauteur d’eau de la rivière, épaisseur des alluvions ou de l’encaissant et largeur du cours d’eau.
Invertébrés :
- pourquoi prélever dans la zone hyporhéique et pas dans le fleuve ? (p18)
Il n’est pas nécessaire de prélever dans le fleuve car l’indice est fondé sur les espèces souterraines qui sont
suffisantes pour effectuer le diagnostic.
Macrophytes :
- faut-il garder l’indicateur de perturbation par les crues ? (p22)
Si cet indicateur n’est pas essentiel pour le calcul de l’indice macrophyte, il est important de le conserver en terme
d’expertise pour compléter le diagnostic dans certaines situations, notamment quand la dynamique fluviale (crue)
vient perturber les communautés végétales.
MARTHE :
- l’acquisition de données complémentaires a-t-elle été réalisée ? (p28)
A supprimer, ces données ont été acquises en année 2.
MOLINARI et METIS : RAS
EauDyssée :
- faire un test de sensibilité sur les valeurs de débit d’échange (p33)
Ce travail a été effectué, il sera présenté dans le rapport année 3.
- mieux justifier les hypothèses sur la modélisation des échanges et préciser la méthode
d’obtention du coefficient d’échange (p34)
Ces précisions seront apportées dans le rapport année 3.

1.3. Approche multi-site


Rhône : RAS
Sèvre-Niortaise : RAS
Rhin : RAS
Loire : RAS
Orgeval :
- raccourcir la présentation du GIS ORACLE (p51)

1.4 Premiers résultats


Sèvre-Niortaise :
- intégrer la légende sur les figures 40 à 42 – MARTHE (p77) et intégrer la légende sur la figure 43 –
Macrophytes (p81)
Ces précisions seront apportées dans le rapport année 3.
- comment comparer des résultats pour différentes années – Synthèse (p92)
Cette remarque est valable pour tous les sites et fera l’objet de travaux de groupe durant l’année pour aboutir au
protocole de comparaison des métriques. Une attention particulière devra être portée à la prise en compte des
échelles de temps (pas de temps journaliers pour le modèle du Rhin, pas de temps mensuel pour le modèle de la
Sèvre-Niortaise par exemple). Des recommandations devront être rédigées par rapport à l’interprétation des
résultats pour des données acquises à des dates différentes.
Rhône : RAS

Juillet 2014 ANNEXES - Page 73


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Rhin :
- compléter la figure 56 avec le cas de la Saer – EauDyssée (p100) et intégrer la légende sur la figure
57 – EauDyssée (p101)
Ces précisions seront apportées dans le rapport année 3.
- le Brunnwasser est-il un cours d’eau ? – Macrophytes (p105)
A vérifier pour le rapport année 3.
- dates d’échantillonnage ? – Macrophytes (p122)
Le diagnostic macrophyte sur le Rhin est issu des données bibliographiques et non sur des relevés de terrain. Il
s’agit d’un diagnostic proposant une tendance globale sur une période donnée.
Loire : RAS

Orgeval :
- quel est le point non utilisé figure 74 ? – Géophysique (p126)
Ces précisions seront apportées dans le rapport année 3.
- modifier le nom des cours d’eau – Analyse SIG (p139)
Il faut lever l’ambiguïté sur le nom des cours sur le bassin de l’Orgeval. Il a été convenu d’utiliser les noms locaux
que nous transmettra G. Tallec.

1.5. Construction du guide


Approche multi-critère : RAS
Glossaire :
- valider les définitions (p147) et se mettre d’accord sur le terme nappe (p152)
La validation doit être faite par chacun des partenaires du projet. Les définitions doivent être construites à partir
de mots adaptés pour l’utilisateur. Il est possible de proposer plusieurs définitions du même terme en accord avec
les différentes entrées disciplinaires.
Ajouter une définition : taux d’étagement
Les termes du glossaire devront être fournis au groupe de travail SANDRE qui travaille sur un référentiel pour les
échanges nappe-rivière.
Approche multimétrique :
- échanges verticaux ? – analyse SIG ? (p155)
- échanges cours d’eau / nappe roche sédimentaire ? – Macrophytes (p156)
- type de nappes concernées ? – Invertébrés (p157)
- type de nappes concernées ? – MARTHE (p158)
Les fiches de synthèses décrivant chacune des métriques devront être mises à jour à partir des informations
contenues dans les tableaux de synthèse.
Protocole de comparaison des métriques :
- colmatage vs pas d’échange ? – typologie (p163)
La typologie « colmatage » sera supprimée. Pour la métrique Invertébré le colmatage sera présenté comme une
limite de la méthode, une contrainte.
- tableaux 39, 40, 41, 42 et 44 à compléter (p172 à 177) (en année 3)
Il conviendra de compléter les entrées Résistivité, Température, Conductivité, Chimie des eaux souterraines et
isotopes (à voir pour : IRT, fibre optique, AEM) dans les tableaux 39, 40, 41, 42.
Le tableau 39 devra être dédoublé pour d’une part caractériser les métriques dans le cas général et d’autre part
présenter les spécificités des métriques sur les sites étudiés.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 74


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Le tableau 44 sur les incertitudes devra être compléter. En particulier, il faut préciser comment qualifier (ou
quantifier) les incertitudes de façon pragmatique pour chaque méthode (en fonction du nombre de données, du
contexte hydrogéologique, etc).

2. Objectifs de l’année 3 et rapport final

2.1 Partage de données au format SIG


Le partage de données au format SIG est nécessaire pour :
- Réaliser dans de bonnes conditions l’analyse géomatique sur chacun des sites
- Permettre le remplissage du tableau de croisement des métriques avec comme point de repère les
PK
- Construire des cartes de synthèse finales
Les données nécessaires pour l’analyse SIG sont les suivantes :
- carte piézo pour des situations hydrologiques caractéristiques (BE, ME, HE)
- niveaux d'eau des cours d'eau (influence des ouvrages) pour des situations hydrologiques
caractéristiques (BE, ME, HE) synchrones avec les piézo
- niveaux du fond du lit des cours d'eau (ou niveau de l’encaissant si l’épaisseur des alluvions est
connue)
- champs de perméabilité des alluvions ou de l’encaissant
- épaisseur des alluvions ou de l’encaissant
- largeur de la rivière
Les données nécessaires pour le croisement des métriques sont les suivantes (fichiers résultats) :
- MARTHE : GRID maille du modèle / quantité d'eau entrant ou sortant
- EAUDyssée : GRID maille des modèles / quantité d'eau entrant ou sortant
- Tronçons METIS/MOLONARI / quantité d'eau entrant ou sortant
- MACROPHYTES : intensité des apports phréatique, probabilité d'apports phréatiques, trophie
- INVERTEBRES : indice invertébrés, stations échantillonnées

L’ensemble de ces données devra être transmis rapidement afin de pouvoir aller plus loin dans la
comparaison des métriques. La situation pour chaque site est la suivante :
Sèvre-Niortaise
La plupart des données ont été transmises. Reste à transmettre :
- GRID maille du modèle / quantité d'eau entrant ou sortant (sur au moins une période
hydrologiquement comparable à la période d’échantillonnage des macrophytes – été 2012 basses-
eaux moyennes)
- données macrophytes
Orgeval
Des piézométries mesurées et interpolées ont été transmises (avril 2009, juin 2011, septembre 2009).
Reste à transmettre :
- le masque égaré pour travailler sur les piézométries mesurées
- les données permettant l’analyse SIG sur des piézométries modélisées (sur au moins une période
hydrologiquement comparable à la période d’échantillonnage des invertébrés – juin 2012)
- EAUDyssée : GRID maille des modèles / quantité d'eau entrant ou sortant (sur au moins une période
hydrologiquement comparable à la période d’échantillonnage des invertébrés – juin 2012)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 75


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

- Tronçons METIS/MOLONARI / quantité d'eau entrant ou sortant (sur au moins une période
hydrologiquement comparable à la période d’échantillonnage des invertébrés – juin 2012)
Rhin-Ill
Une piézométrie a été transmise (octobre 2011). Reste à transmettre :
- les données permettant l’analyse SIG sur des piézométries modélisées (sur au moins une période
hydrologiquement comparable à la période d’échantillonnage des invertébrés – juillet 2012)
- EAUDyssée : GRID maille des modèles / quantité d'eau entrant ou sortant (sur au moins une période
hydrologiquement comparable à la période d’échantillonnage des invertébrés – juillet 2012)
Pour le Rhin et l’Orgeval, il existe des données isotopiques issues de la bibliographie. Les informations
pertinentes et intéressantes provenant de ces données seront intégrées dans le rapport final année 3.

2.2 Protocole de comparaison des métriques


Une fois les résultats obtenus sur chacun des sites et avec chacune des métriques le travail de
comparaison des métriques pourra débuter. Il est prévu de travailler par petits groupe des personnes
impliquées à l’échelle d’un site :
- Sèvre-Niortaise : Marion, Gudrun, Florent, Didier, Frédéric
- Orgeval : Nicolas, Gaëlle, Amer, Gudrun, Florent, Pierre, Christophe, Didier, Frédéric
- Rhin-Ill : Florence, Jean-Pierre, Pierre, Christophe, Didier, Frédéric
- Loire : Didier et Frédéric
- Rhône : voir Eau Sout’ – Projet ZABR AE-RMC

Le croisement des métriques sera effectué à l’aide du tableau 43 (Tableau de comparaison des
métriques) du rapport année 2. Le diagnostic synthétique sera obtenu à partir d’avis d’expert. Ce
tableau devra aussi inclure les incertitudes pesant sur les résultats de chacune des métriques. Le tableau
44 (Incertitudes) devra donc être complété en conséquence. Il pourra contenir non seulement des
indicateurs d’incertitudes qualitatifs mais des indicateurs quantitatifs (notamment pour les modèles).

Une partie du rapport devra de plus aborder la question concernant l’enchaînement des méthodes, la
propagation des erreurs et les problèmes de synchronisation.

Les résultats quantitatifs concernant les flux échangés produits avec la méthode SIG seront rendus
compatibles pour une comparaison avec les modèles :
- plusieurs hypothèses pour la détermination de la surface d’échange (profondeur rivière, largeur
rivière, épaisseur de l’encaissant)
- agrégation des résultats : bilan cumulé rive gauche/rive droite à l’échelle la surface des mailles des
modèles ; bilan global à l’échelle du cours (à prévoir aussi pour les modèles)

3. Présentation du guide méthodologique " Eau Sout’ "


La version 3.0 (version complète en attente des corrections AE-RMC) du guide méthodologique Eau
Sout’ sur le Rhône a été présentée. La planification est la suivante concernant ce travail :
- test avec ARRA (Association Rivière Rhône-Alpes) : printemps 2014
- version finale du guide intégrant les remarques des testeurs : été 2014
- publication du guide prévu à l’automne 2014
- séminaire de lancement à l’automne (ZABR) ouvert aux partenaires de NAPROM et aux
correspondants ONEMA

Juillet 2014 ANNEXES - Page 76


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Suite à la présentation les principales remarques ont été les suivantes :


- existence d’un guide BRGM sur les indicateurs piézométriques, rapport RP-58139, Jean-Jacques
Seguin, 2009 qui contient des exemples de liens entre la piézométrie et les débits des cours d’eau
(utilisation de statistiques ou de modèles conceptuels)
- le guide Naprom pourra être simplement un supplément à ce guide Eau Sout’ ou pourra reprendre
et restructurer l’information existante dans un nouveau guide
- prévoir une entrée utilisation du guide Naprom à l’échelle de la masse d’eau surtout avec les
modèles en termes de quantité et de qualité

4. Perspectives : suites à donner au projet

4.1 Volet formation


On peut prévoir un premier niveau de formation dédié à la prise en main et à l’utilisation du guide
méthodologique et aussi des formations spécialisées pour certaines métriques :
- Métriques biologiques (prélèvements et interprétations)
- Modélisation hydro (modèles)
- Géochimie
- Analyse SIG

4.2 Volet scientifique


Les perspectives pourraient être les suivantes :
- Evaluation des échanges avec des aquifères karstiques (adaptation de la méthodologie multi-
métriques, cartographie multi-critère)
- Exploitation du travail de thèse d’Eric Lalot (soutenance le 27 janvier) : ACP, méthodes de
traitement du signal (analyses corrélatoire et cohérence spectrale : Fourier, ondelettes), détection
d’anomalies et reconstitution de données, amélioration de la méthode SIG
- Modélisation par éléments analytiques AEM- Comparaison multi-échelle avec les résultats de la
mission altimétrique SWOT
- Traitement d’autres types de masses d’eau (zones humides)
- Mise à jour du guide :
. Nouvelles métriques (IRT, traçage, fibre optique, radar, …)
. Nouveaux contextes hydrogéologiques
. Nouvelles applications (champ captant, vulnérabilité aux pollutions)
. Intégration des sites traités par les utilisateurs (base de cas ou de connaissances)
- Cadre institutionnel : Horizon 2020, ANR
- Publication scientifique (WARM)
- « Projet d’hydrothèque interactive » (bibliothèque de guides)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 77


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Les discussions concernant ces perspectives ont mis en avant les points suivants qui pourraient être
valorisés :
- Echanges karst-rivières
- Influence des échanges nappe-rivière sur les écosystèmes et les zones humides
- Axe restauration (services écologiques, effacement d’ouvrages, reméandrage)
- Formation, mises à jour du guide et retour d’expériences

Une suite au projet NAPROM est envisagé. Une première proposition devra être faite d’ici juin 2014
dans l’optique de la programmation 2015. La thématique de la proposition pourrait être : « impact des
échanges nappes/rivières sur la restauration écologique ».

Une réunion préparatoire est prévue fin février (un doodle en cours)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 78


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.13. Réunion du 27 février 2014 (ONEMA – Vincennes)


Comité technique
Préparation des suites du projet NAPROM – Version 1

Jeudi 27 février 2014 – ONEMA – Vincennes


Présents :
- Equipe projet : F. Paran et D. Graillot (ENSM-SE GSE), C. Piscart (Univ. Rennes ECOBIO), P.
Marmonier (Univ. Lyon LEHNA), F. Arthaud (Univ. Savoie), N.Flipo et A. Mouhri (EMP), P. Maugis (CEA
LSCE), B. Augeard (ONEMA)
- Référents : P. Caessteker et A. Vivier (ONEMA), M. Akopian (AE-SN), S. Bonneville et A.
Veerabadren (MEDDE)
Autres personnes impliquées ou potentiellement impliquées :
- Equipe projet : F. Dujardin et M. Doumas (ENSM-SE), C. Berton (CCSTI La Rotonde), M. Chatelier
(BRGM), F. Habets (UMR Sisyphe), G. Tallec et T. Datry (IRSTEA), G. Bornette (Univ. Lyon LEHNA), E.
Chareyre (CEA), S. Servain (ENSP Blois), V. Lavastre (UJM-SE), A. Johannet (EMA)
- Référents : N. Poulet et P. Dupont (ONEMA), A. Reynaud (Aqui'Brie), J. Bigué (ARRA), FM. Pellerin
(FNE - Marais poitevin), C. De Lavergne (Astee), E. Dumont (CETE Ile de France), F. Raout (DRIEE-IF),
L. Cadilhac (AE-RMC)
Objectif de la réunion : Préparation d’une fiche de proposition pour la suite du projet NAPROM -
Programmation ONEMA 2015
Titre provisoire du projet scientifique : Analyse de l’influence des échanges nappes/rivières sur les
milieux humides [et les masses d’eau ? - cette échelle ne semble pas forcement adaptée] sur les plans qualitatif
et quantitatif - Relations nappes-Milieux Humides ripariennes et plans d'eau
Contexte :
- DCE : non dégradation des eaux souterraines par les eaux superficielles et réciproquement
- Forte demande opérationnelle (SDAGE, Volumes prélevables, …) tant d'un point de vue gestion
quantitative que qualitative (prélèvement-recharge, effacement d’ouvrage, continuité écologique,
pollution/dépollution, dénitrification, soutien des débits d’étiage)
- Ecosystèmes dépendants des eaux souterraines : à l’échelle des milieux humides [voire des masses
d’eau] (diagnostic, restauration, services écosystémiques, changement climatique, tension sur les usages et sur
le foncier, déséquilibre de la ressource)
- Projet NAPROM (ONEMA-ARMINES 2011-14) de caractérisation des échanges nappes-rivières et
d'élaboration d’un guide méthodologique pour leur évaluation. Il s'est appuyé sur plusieurs sites localisés dans
les bassins versants du Rhône, de la Seine, de la Loire, du Rhin et de la Sèvre-Niortaise ainsi que sur une base
de données multicritères (configurations hydrogéologiques, enjeux locaux…) et multi-méthodes (analyse
géomatique, modélisation, bioindicateurs…).
Phasage prévisionnel :
- Volet n°1 : Transfert des connaissances du projet NAPROM (2015)
- Volet n°2 : Maintenance du guide NAPROM, retour d'expérience et préparation du volet n°3
(2015)
- Volet n°3 : Projet scientifique et valorisation des résultats (2016-2020)
Echéance : rédaction de la fiche pour juin 2014
Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA (à mettre à jour) :
Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange

Juillet 2014 ANNEXES - Page 79


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

DESCRIPTION DU PROJET (provisoire)

Il s’agit dans un premier temps de valoriser les résultats du projet NAPROM en assurant la maintenance du
guide, en préparant la mise à profit des retours d’expérience suite à l’utilisation du guide et en assurant le
transfert de savoir et connaissance vers les utilisateurs du guide. D'autre part, ce nouveau programme sera
consacré à l’analyse de l’influence des échanges entre les nappes, les milieux humides et les rivières à l'échelle
de l'unité physique et sur les plans qualitatif et quantitatif.

Volet n°1 : Transfert des connaissances du projet NAPROM (2015)

Tâches prévues :

V1_T1 : Identifier et mobiliser des structures relais pour l’organisation des sessions de transfert de savoir
et de connaissance et des retours d’expérience.

V1_T2 : Etudier la faisabilité et l’opportunité d’un site de formation interactif (ex : MOOC, aide en
ligne…) pour un entraînement à distance à l’évaluation des échanges nappes/rivières et à l’anticipation de
leurs conséquences.

V1_T3 : Créer un cadre de transfert de savoir et de connaissance adapté : 1) prise en main du guide
méthodologique ; 2) prise en main spécifique des métriques (biologiques, modélisation hydro, géochimie,
analyse SIG…).

Durée prévue : 3 jours par session

Période : automne 2015 (après la parution du guide)

Lieu : à définir selon la logistique nécessaire (outils, démonstration sur site,…) ; il existe un centre de
formation de l’ONEMA à Amiens, et aussi des délégations ONEMA régionales voire au centre de
formation de l’OIEAU)

Subvention : avenant à la convention NAPROM 2012-2014


Montant maximum : 10% du montant de la subvention NAPROM 2012-2014 (588 960 €)

Deux possibilités pour le calcul du budget :


1) Si les sessions se font à l’extérieure : pas de coût environné, mais frais de mission (déplacement, nuitées,
repas) + sous-traitance si nécessité d’un appui logistique extérieur (ex : centre de formation de l’OIEAU)
2) Si les sessions se font à l’EMSE : couts environnés mais sans frais de mission sauf pour les intervenants
extérieurs

Voir simulation de coûts dans le tableau page suivante.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 80


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Préparation du budget
Exemple de calcul des temps pour une intervention totale de 6h dont 2h d’exposé et 4h de
terrain/manip impliquant 1 IR (Ingénieur de recherche) et 1 EX (Directeur de recherche)

- préparation : 6x4 = 24h (réparties entre IR et


EX)
- préparation de l’intervention : durée de
l’intervention x4 (uniquement pour la première - exposé : 2x2 = 4h
intervention) - terrain/manip : 4x1 = 4h
- exposé : durée de l’intervention x2 Total : 32h ou 4,3 jours (1 j ARMINES = 7,4 h)
- terrain et manip : durée l’intervention x1 Total IR : 20h ou 2,7j
Total EX : 20h ou 2,7j

Coûts horaires HT ARMINES pour des IR (Ingénieurs de recherche, chargés de recherche) et des EX
(Directeurs de recherche, Professeur) :
- IR chargé : 55,94€
- IR chargé + coût d’environnement : 105,17€
- EX chargé : 85,43€
- EX chargé + coût d’environnement : 160,61€

Coût pour une intervention à l’extérieure Coût pour une intervention à l’EMSE
sur 3 jours sur 3 jours
Coût IR : 20h x 55,94€ x 3j = 3 356,40€ Coût IR : 20h x 105,17€ x 3j = 6 310,20€
Coût EX : 20h x 105,17€ x 3j = 5 125,80€ Coût EX : 20h x 105,17€ x 3j = 9 636,60€
Total IR + EX : 8 482,20€ Total IR + EX : 15 946,80€

Coût pour 3 IR et 3 EX sur 3 jours : Coût pour 3 IR et 3 EX sur 3 jours :


3 x 8 482,20€ = 25 446,60€ 3 x 15 946,80€ = 47 840,40€

+ Frais de missions + Sous-traitance pour les intervenants non EMSE

Juillet 2014 ANNEXES - Page 81


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Volet n°2 : Maintenance du guide NAPROM, retour d'expérience et préparation du


volet n°3 (2015)
Dans la mesure où le guide a fait l’objet de tests pour apprécier l’adéquation aux besoins de l’utilisateur, il
devient intéressant d’en faire un outil de transfert de savoir et de connaissances et de bénéficier des retours
d’expériences.

Tâches prévues :

V2_T1 : Etablir un protocole de mise à jour du guide sur les plans documentaires, administratifs ou
réglementaires, techniques ou scientifiques pour intégrer :
- de nouvelles métriques : IRT, traçage, fibre optique, radar…
- d’autres types de modélisation: traitement du signal, détection d’anomalies, reconstitution de
données…
- d’autres contextes hydrogéologiques (ex : karst)
- d’autres applications (ex : champ captant, vulnérabilité aux pollutions).

V2_T2 : Constituer une base de cas ou de connaissances en intégrant les sites traités par les utilisateurs et
venant compléter la base de cas initiale qui a servi de référence dans le projet NAPROM.

V2_T3 : Définir un cadre de travail commun pour le volet n°3 et une finalité

Voir les éléments projet dans le volet n°3 ci-après.


Voir les annexes à ce compte-rendu identifiant des documents, des liens, des contacts, des rapports, des
programmes et des projets de recherche :
- ANNEXE 1 - Documents, liens et contacts,
- ANNEXE 2 – Zones/Milieux humides : définition, typologie, fonctionnalités / services écoystémiques.

V2_T4 : Sélectionner un ensemble de sites représentatifs en fonction de leur accessibilité et de l’existence


de données / démarrer l’acquisition de données (ex : Confluence Doubs/Loue ; Loire-Amont (tourbières,
gravières) ; Karst de la Touvre (Poitou-Charentes) ?, de Franche-Comté, bassin du Lez ; Milieux humides de
Bretagne, Bassée, ou le Marais Poitevin ; champs captant (Grand-Gravier, Miribel-Jonage) ; Rivières
intermittentes (ex : Albarine) ; Nappe du Var (élimination de seuils) ; Pyrénées orientales soutien d’étiage de
l’Aude par les milieux humides, aquifères molassiques multicouches ; Confluence Drôme/Rhône…)

Le choix des sites (milieux humides) pourrait être guidé par les éléments suivants :
- sites représentatifs des enjeux des territoires en fonction de l’échelle de travail et déjà impliqués
dans des réseaux de suivi,
- sites ou les milieux humides sont sous (ou ont une) influence des (sur les) eaux souterraines,
- sites où il est possible de suivre les effets des modifications liées à des projets de restauration. Il
s’agit de travailler sur différents cas de figure représentatifs des connectivités milieux humides / nappes
phréatiques.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 82


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Volet n°3 : Projet scientifique et valorisation des résultats (2016-2020)


Finalement il semble que le terme « Milieux humides » soit plus adapté dans le contexte du projet que
celui de « Zones humides ».

Questions de départ :
- Quelles sont les milieux humides sous dépendance des eaux souterraines ?
- Quelles sont les milieux humides dégradés quantitativement et qualitativement par les eaux
souterraines ? Quelles sont ceux qui ne le sont pas ?
- Quelles préconisations de gestion des milieux humides en fonction de l’état chimique des eaux
souterraines et des apports quantitatifs ?

Besoin des gestionnaires :


- Détermination des fonctionnalités hydrologiques (connectivité / aspect quantitatif),
- Détermination des fonctionnalités d’épuration (enjeu nitrates / fonctionnalités épuratoire dont
décontamination et dénitrification),
- Caractérisation du bon fonctionnement des milieux humides.

Structuration et organisation provisoire du projet

Juillet 2014 ANNEXES - Page 83


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Phase 1 (2016-17) : Caractérisation des échanges nappes-milieux humides

V3_T1 : Reprendre les typologies existantes en matière de zones ou milieux humides à partir de travaux
de référence : aquifères, alluviaux, aquifères karstiques, cours d’eau permanents, temporaires, intermittents,
gravières, bras-morts, marais, lacs de retenue, annexes fluviales, ripisylves…

Question à traiter dans le cadre de l’action :


- Comment faire le lien avec les typologies existantes ? Comment les utiliser ?

Elément de réponse :
- Synthèse bibliographique fondée sur les travaux existants

V3_T2 : Définir une typologie des fonctionnalités des milieux humides à partir des travaux de référence
du point de vue : 1) des connexions hydro-écologiques : interfaces nappe/rivière, nappe/rivière/étang,
corridor fluvial/lac…) ; 2) des variables quantitatives associées : débits, hauteurs d’eau, espèces, temps de
transfert, températures…

Question à traiter dans le cadre de l’action :


- Comment relier directement la typologie des miliex humides avec les fonctionnalités ?
- Comment classifier les échanges ? Comment sont connectés milieux humides/nappes/rivières ?
- Comment travailler à la fois à l’échelle des masses d’eau et à l’échelle des milieux humides ?
- Comment définir des critères d’identification de fonctionnement ?

Eléments de réponse :
- Synthèse bibliographique fondée sur les travaux existants,
- Définir des types de configurations et schémas de connectivités possibles entre eaux superficielles
et eaux souterraines / Sectoriser les venues d’eau souterraine,
- Traiter les configurations par rapport aux enjeux du territoire (Plaine ou têtes de bassins ?),
- Travailler sur une sectorisation en sous-masses d’eau / Utiliser des milieux humides de référence,
- Définir des critères d’identification de fonctionnement simples, peu nombreux, faciles d’accès,
- Il apparaît importance d'établir une typologie des situations pour les milieux humides en fonction
de leur situation sur les plans topographique, géomorphologique, hydrologique et géo-hydrogéologique,
et de leur mode d'alimentation en eau (précipitations, ruisseaux/rivières, sources ou nappe).

V3_T3 : Mettre au point une méthode de représentation des connectivités hydrauliques et biologiques
(continuité écologique) entre les éléments différents d’un milieu humide [ou d’une masse d’eau] (ex : approche
systémique, ontologies)

V3_T4 : Sélectionner les services écosystémiques rendus par les milieux humides dépendantes des eaux
souterraines :
- champ captant, réserves stratégiques pour le futur, soutien d’étiage des cours d’eau
- vulnérabilité aux pollutions ponctuelles et diffuses
- restauration, renaturation, réhabilitation, mesures compensatoires, effacement d’ouvrages
- recharge des nappes
-…

Juillet 2014 ANNEXES - Page 84


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Question à traiter dans le cadre de l’action :


- Comment tenir compte de la dégradation des eaux ?
- Quelles sont les relations de causes à effet (valeurs seuils à adapter en fonction des milieux
humides, rôle de la dénitrification) ?
- Quelle devenir pour les milieux humides dans un projet de restauration ?
- Que faire avec les milieux humides disparus ?
- Doit-on travailler uniquement sur les milieux humides alluviaux ?
- Comment travailler à la fois à l’échelle des masses d’eau et à l’échelle de milieux humides ?
Eléments de réponse :
- Choisir des sites restaurés ou à restaurer du point de vue hydromorphologique, par exemple des
sites concernés par l’effacement de seuils : critères à définir pour prévoir l’état futur sans seuil
(connexion, ligne d’eau, influence amont/aval)
- Définir un pourcentage de milieux humides à étudier par entité et par enjeux surtout si le
diagnostic est réalisé à l’échelle de masses d’eau
- Définir l’état de ces milieux humides puis leur trajectoire temporelle (passé-présent-futur) /
résilience
- Il y un fort intérêt à travailler sur les services écosystémiques générés par les eaux souterraines
alimentant une zone humide et aussi de pouvoir les quantifier monétairement. Il est important de bien
mettre en évidence la nécessité de changement d'échelle pour gérer les milieux humides (l’échelle masse
d’eau ne semble pas adaptée)
- Il apparaît intéressant de vérifier dans quelle situation une zone humide peut revêtir un intérêt
pour le soutien du débit de cours d'eau à l'étiage ou dans l'alimentation de nappe (il semble que beaucoup
annoncées les différents documents fréquemment produits sur la question sans réelle démonstration
scientifique).

V3_T5 : Engager une réflexion sur la possibilité de qualification et quantification des services
écosystémiques (ex : évaluation des pressions/méthode d’évaluation des services écosystémiques)

Question à traiter dans le cadre de l’action :


- A quelle échelle doit-on quantifier les services écosystémiques ?
- Peut-on aller jusqu’à la quantification monétaire des services écosystémiques ?

V3_T6 : Pour chaque type de milieu humide, mettre au point des grilles de caractérisation multicritères
des fonctionnalités et de services écosystémiques éventuellement associés

V3_T7 : Incorporer les métadonnées identifiées au corpus de métadonnées déjà établi dans le cadre du
projet NAPROM.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 85


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Phase 2 (2018-2019) : Evaluation de l’influence des échanges nappes/milieux humides sur les sites
sélectionnés lors du volet n°2

Pour les sites sélectionnés, la méthode d’analyse comprendra les tâches suivantes :
V3_T8 : Instancier les grilles de caractérisation

V3_T9 : Mettre en œuvre des métriques

V3_T10 : Evaluer l’influence des échanges nappes/milieux humides/masses d’eau sur les services
écosystémiques
- Sur le plan quantitatif : niveaux d’eau, débits, biodiversité (faune et flore aquatiques), colmatage et
recharge
- Sur le plan qualitatif : dynamiques hydrochimiques, transferts de polluants d’origine agricole (N, P, K)
et/ou industriel (Métaux lourds, HAP, PCB), transferts de micropolluants, trajectoires paysagères.

Question à traiter dans le cadre de l’action :


- Quels sont les outils et méthodes d’évaluation les plus appropriés ?
- Comment les développés (pour ceux qui ne le sont pas) et les mettre en œuvre sur les sites
sélectionnés ?
- Comment interpréter les résultats ?

V3_T11 : Etudier la variabilité de ces influences/conséquences sous contraintes et forçages climatiques


(ex : tendances humide/sèche versus chaud/froid…)

Question à traiter dans le cadre de l’action :


- Comment prendre en compte l’incertitude des tendances climatiques envisagées

Phase 3 (2020) : Valorisation

V3_T12 : Organiser un colloque de restitution (ONEMA)

V3_T13 : Intégrer les nouvelles connaissances dans le guide méthodologique NAPROM

V3_T14 : Mettre à jour les sessions de transfert de savoir et de connaissance

Juillet 2014 ANNEXES - Page 86


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

ANNEXE 1 - Documents, liens et contacts

Noms /Contacts Liens / Références


Rhoméo
Delphine Danancher (+ LIFE) bassin RMC http://rhomeo-bao.fr/
delphine.danancher@espaces-naturels.fr
http://www.sandre.eaufrance.fr/
Dictionnaire de données / SANDRE Sortie prévu en mars 2013
Milieux humides ou zones humides
Fiche « Les milieux humides, entre terre http://www.zones-humides.eaufrance.fr/?q=node/571
et eau »
http://www.zones-humides.eaufrance.fr/identifier/identifier-2/inventorier-pour-connaitre-2
Rubrique « Inventaire ZH » (état de l'art)
http://www.zones-humides.eaufrance.fr/identifier/identifier-2/inventorier-pour-connaitre-
sur le Portail ZH (DCIE - DAST) 2/la-collecte-et-la-production-de-donnees
http://www.zones-humides.eaufrance.fr/identifier/typologies-d-habitats
Rubrique « Typologie » du Portail ZH En cours de refonte
Page « Diagnostic fonctionnel » du http://www.zones-humides.eaufrance.fr/identifier/diagnostic-fonctionnel-des-zones-
Portail ZH humides
Fonctions et services http://www.zones-humides.eaufrance.fr/interets
MNHN : Geneviève Barnaud (Contacter de la Le MNHN doit finir un rapport sur les méthodes d'évaluation des fonctions des ZH dans
part de P. Caessteker). les mois à venir.
Evaluation économique des ZH http://www.zones-humides.eaufrance.fr/interets/services-rendus/evaluation-economique
Outils de préservation des ZH http://www.zones-humides.eaufrance.fr/agir/dispositifs
http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Natura-2000,2414-.html
Actualisation 2010 du volet "Zones de protection des habitats et des espèces" du "Registre
Site Natura 2000 et rapportage DCE des Zones Protégées" de la directive cadre sur l'eau. Validation des nouvelles Zones de
Protection Spéciale (ZPS) et Zones Spéciales de Conservation (ZSC)
http://www.certu.fr/efese-comment-mesurer-la-a863.html
Projet EFESE http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/EFESE_bibliogr_CRDD_V3.pdf
Inspiré de la Boite à outils Seine
http://www.forum-zones-humides.org/boites-outils-zones-humides.aspx
Normandie (FMA-AESN)
Présentations de la journée d'échanges http://www.recherche-developpement-zoneshumides.oieau.fr/
Caractéristiques hydrogéomorphologiques de divers types de milieux humides : Brinson
Typologie de base schéma hydro (1993)
Besoin opérationnels des gestionnaires Rencontre de l'ONEMA à sortir dans les 15 jours à venir et synthèse des projets de
et recherche (bilan 2001-2011) recherche transférable dans le courant de l'année 2014.
Explore 2070 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Ecosystemes-aquatiques.html
Etat de connaissance (Basse-
Normandie)
Frédéric Gresselin (Contacter de la part de P. Définir les débits d'étiage, cours d'eau par cours d'eau, et zone humide par zone humide, pour
Maugis) l'ensemble de la Basse-Normandie.
DREAL Basse Normandie/SRMP/DERM/GH Deux exemples : le BV de la Dives et les territoires situés autour de Caen
frederic.gresselin@developpement-
durable.gouv.fr

Juillet 2014 ANNEXES - Page 87


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

ANNEXE 2 – Zones/milieux humides : définition, typologie, fonctionnalités / services


écoystémiques

Projets /
Commentaires
Porteurs
Typologie des zones humides sur le bassin du Rhône (corridors alluviaux) / Lien de la typologie avec Corinne
Biotope / Fédération des Conservatoires Botaniques
Indicateurs d’état des zones humides sur environ 200 sites : hydrologie (indicateur piézométrique, bilan hydrique),
épuration, écologie/biodiversité/paysage
Rhoméo / AE-
Niveau d’interprétation en fonction des écorégions (alpes, continental, méditerranée) et de l’humidité / Travaux du
RMC muséum d’histoire naturel pour une méthode d’évaluation rapide : protocole de suivi et d’acquisition de données
inférieur à 3 jours/5 ans/site (13 indicateurs)
Co-rapportage DCE /écosystèmes
Manque une base de données nationale fiable (voir projet LIFE)
Projet LIFE (2014-
Etendre Rhoméo à toute la France
2019) Réponses : DCE vs DHabitat
En cours de montage
AESN + Travaux sur les zones humides des corridors alluviaux / Manque une assise scientifique à la typologie
Relevés LIDAR, simulation des fréquences d’inondation
Conservatoires Carte de croisement de la chimie des eaux sup. et des eaux sout. / Travaux sur l’état des sols (capacité à dénitrifier,
botaniques indicateur orthoptère)
13 types de zones humides avec des sous-types
SDAGE RMC Vs typologie US avec 6 grands types (depuis les années 1983 / schéma conceptuel)
Vs typologie DCE (Guide 12 écosystèmes associés) – Groupe européen sur les eaux souterraines
Bon état si on ne dégrade pas de manière significative la masse d’eau superficielle état chimique + quantitatif)
Intégrer la question des mesures compensatoires quand il y a destruction de zones humides (voir aussi ICHN :
Indice Compensatoire de Handicaps Naturels – en milieu de montagne)
Actuellement en France, personne ne sait dire si une MESO dégrade une MESU autant du point de vue quantitatif
DCE que qualitatif / questionnaires envoyés aux états membres (synthèse, rapport, constat)
Travaux irlandais, écossais, anglais et danois : Quelles sont les zones humides sous dépendance des eaux
souterraines ? Quelles sont les zones humides dégradées par les eaux souterraines ? Préconisation de gestion des
zones humides en fonction de l’état chimique des eaux souterraines !
INRA / Agro-
Carte des zones humides au 1/100 000e (difficulté à trouver une base de données zones humides)
campus
BRGM Carte de la zone non-saturée (prélocalisation des zones humides)
Museum Portail ZH sur Internet
DREAL
Normandie Diagnostic des zones humides / Zones humides de référence - Modèle nappe/zone humide/rivière
Frédéric Gresselin
Réseau de sites
CREN / CEN Voir aussi : réseau Rhoméo + Basse-Normandie
Définition des services écosystémiques fondée sur le « Millennium Ecosystem Assessment »
Trois grands groupes de services : approvisionnement, régulation, culturel
Projet EFESE Enjeux : fonctionnement hydrologique et connectivité / effacement de seuils
Echelle de quantification des services écosystémiques ?
Quantification financière des services écosystémiques ?
Définition des zones humides / préférer le terme milieux humides
RAMSAR Voir aussi : dictionnaires de données / Vs : réglementation des zones humides
Restauration hydromorphologique (8 sites en tout sur RMC)
Nappe du Var Nappe du Var : 12 seuils à effacer + arasement d’un barrage / Plan de restauration du Rhône (P10)
Rapport ZH Sébastien Coic ?
ANR Pulse Plans d’eau

Juillet 2014 ANNEXES - Page 89


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.14. Réunion du 22 septembre 2014 (ONEMA – Vincennes)

Réunion comité technique NAPROM – ONEMA

22 Septembre 2014 - Vincennes

Participants :
F. Paran et D. Graillot (ENSM-SE GSE), N.Flipo et JP. Vergnes (EMP), A. Mouhri (UPMC), C.
Piscart (Univ. Rennes ECOBIO), P. Marmonier (Univ. Lyon LEHNA), M. Chatelier (BRGM), B.
Augeard (ONEMA-DAST)

Excusés :
F. Habets (UMR Sisyphe), G. Tallec (IRSTEA), G. Bornette (Univ. Lyon LEHNA), F. Arthaud (Univ.
Savoie), P. Maugis (LSCE)

___________________________________

Rappel de l’ordre du jour :


1. Rapport final : Ce qui reste à faire !
2. Guide méthodologique
- Plan version 0
- Choix des testeurs / Testeurs relais
- Répartition du travail
3. Avenant à la convention - 2015
- Réunions de travail
- Test du guide
- Séminaire

___________________________________

Informations importantes et à retenir

Finalisation du rapport – début octobre 2014


Contact des relecteurs (à chacun son contact, puis informer F. Paran)
Réunion générale avec les relecteurs – novembre 2014 / ou rencontres individuelles (A voir
selon les retours)

___________________________________

Page 91 sur 124


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Documents joints et/ou envoyés par dl :


- ppt support de réunion
- Version 0 du plan du guide NAPROM
- Avenant version 1

Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA :


Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/2012-12-17/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange

___________________________________

1. Rapport final : Ce qui reste à faire ! DEAD LINE : Début Octobre

Rhin-Ill
Les dernières remarques concernaient le coefficient d’échange nappe/rivière. Ce coefficient n’est pas
calé mais quantifié par des valeurs plausibles.
Des précisions seront apportées à partir :
- la thèse de C. Thierion
- des éléments transmis par N. Flipo
- des éléments transmis par JP. Vergnes

Sèvre-Niortaise
La légende la figure 40 dans la partie macrophyte reste à expliciter.

Orgeval
Après discussion les noms retenus des cours d’eau pour les cartes du rapport est le suivant :
- La Yaiche = La Yaiche
- Partie amont de l’Orgeval = Les Avenelles
- Petite tronçon aval de l’Orgeval = L’Orgeval

Synthèse par site


Deux réunions téléphoniques de travail sont prévues en plus de celle du 18/09 (Sèvre-Niortaise, M.
Chatelier) : il s’agit du 24/09 (Orgeval, A. Mouhri) et 29/09 (Rhin-Ill, JP. Vergnes). Les synthèses des
croisements de métriques sont prêtes à être rédigées.

Tableau de synthèse
Il conviendra de compléter les tableaux de synthèse :
- qualité de diagnostic : éléments transmis par JP. Vergnes pour les modèles à base physique,
éléments transmis par A. Mouhri pour les modèles hydrothermiques et les dispositifs Molonari
- chimie : les éléments concernant la chimie (eau sout’, eau sup, conductivité…) seront contenus
dans une seule ligne
- thermie : intégrer les informations concernant les IRT et la fibre optique dans le guide mais pas
dans les tableaux qui doivent illustrer les méthodes qui ont été appliquées.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 92


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Un paragraphe présentera le lien entre échelle de travail et qualité du diagnostic et contexte


géomorphologique et qualité du diagnostic.

Conclusion du rapport
La conclusion devra contenir une synthèse opérationnelle rédigée à partir des informations contenues
dans les tableaux de synthèse et les travaux réalisés sur chacun des sites.

2. Guide méthodologique : plan version 1


Le guide devra être conçu comme un guide méthodologique synthétique et non comme un guide de
formation. Il devra contenir des éléments permettant le choix des méthodes les plus adaptées et leur
validité. Le guide sera surtout destiné à des gestionnaires : choix de méthodes, rédaction de cahier des
charges, suivi d’étude…

Eléments de NAPROM à valoriser :


- Grilles multi-critères de caractérisation des sites
- Glossaire thématique sur les échanges nappes/rivières
- Typologie des configurations d’échanges + schémas
- Références et bibliographie
- Exemples traités dans le projet NAPROM
- Rapport(s) NAPROM
Plan du guide version 1
. Titre du guide à déterminer
. Avant-propos / Préface (Historique et contexte – cf. Guide du Rhône)
Introduction
1. Démarche / Choix des méthodes / Clef de lecture
2. Fiches techniques (4 pages par méthode)
3. Diagnostic synthétique (fiche technique croisement des méthodes)
4. Synthèse opérationnelle
Conclusion
. Annexes

L’introduction sera structurée sous forme de questionnements :


- A quoi ça sert de connaitre les échanges nappes/rivières ?
- A quoi sert le guide ?
-…
+ Panorama des méthodes existantes.

Le chapitre 1 présentera la démarche conduisant au choix des méthodes :


- arbre décisionnel / frise / bande
- schéma positionnant les méthodes sur une échelle espace/temps en x/y
Echelles : unité géomorphologique (10 à 100m), tronçon (100m à 10km), sous-bassin/bassin (10 à
100km)
[Liens éventuels à faire sur le schéma : coûts, objectifs de l’étude, contexte géologique]

Page 93 sur 124


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Les fiches techniques seront très synthétiques et éventuellement détachables. Une fiche par méthode
sera rédigée. Elles comporteront 4 pages avec les rubriques suivantes :

Page 1 :
- bandeau : titre + pictogramme (contexte géologique, échelle d’espace/temps, coût…)
- description de la méthode : principe # Protocole # Photo et/ou schéma
- encarts : dispositifs / matériel

Page 2 :
- interprétation des données/résultats (unité, format, berges…)
- carte de résultats

Page 3 :
- Points forts et points faibles
- Limites / Conditions d’utilisation / Prérequis
- Données nécessaires
- Coût (€ et homme/jour)
- Méthodes complémentaires (méthodes préconisées pour accompagner le diagnostic)

Page 4 :
- Exemple d’application
- Référence et liens pour en savoir plus

3. Avenant à la convention - 2015


Seule la question de la co-construction du guide et de sa relecture a été abordée. La question de la
préparation d’un projet sur 2016 n’a pas été creusée.

Objectifs :
- constituer un panel de relecteurs avec éventuellement un acteur relais (CRESEB ?)
- impliquer ce panel dans la co-construction du guide

Echéances :
- plan détaillée du guide avec une ébauche de contenu (mots clefs, premiers §) [octobre 2014]
- rédaction du guide [décembre 2014/janvier 2015] ; co-construction à distance avec le panel de
lecteurs à distance OU réunion générale
- présentation et discussion avec le panel de lecture [Janvier/Février 2015] ; Réunion générale ou
visio en bilatérale
- fin relecture [mai 2015]
- séminaire de lancement du guide [octobre 2015]
- édition du guide [décembre 2015]

Juillet 2014 ANNEXES - Page 94


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Liste pressentie de relecteurs suivant déjà le projet NAPROM ou informés :


ONEMA : N. Poulet et éventuellement P. Dupont
AE-SN : M. Akopian
AE-RMC : L. Cadilhac
MEDDE : S. Bonneville
CETE Ile de France : E. Dumont
DRIEE-IF : F. Raout
Aqui'Brie : A. Reynaud
FNE - Marais poitevin : FM. Pellerin

Astee : C. De Lavergne
ARRA : J. Bigué

Autres relecteurs pressentis :


Syndicat des eaux du Vivier (sédimentaire) : Marc Lambert (à contacter par M. Chatelier)
Champ captant de Saint-Maxire-Echiré / ?? (à contacter par M. Chatelier)

CRESEB : Gilles Pinay (à contacter par C. Piscart) / Delphine Klerch (contact de B. Augeard)
SAGE Vilaine : ?? (à contacter par C. Piscart) / ou contacter par l’intermédiaire de D. Klerch
SAGE Beauce : ?? (à contacter par ??)

AE-AG : Pierre Marchet (Plaine de l’Ariège – Alluvial) (à contacter par M. Chatelier)

Page 95 sur 124


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A3.15. Réunion du 5 octobre 2015 (ONEMA – Vincennes)

Réunion comité technique NAPROM – ONEMA

5 Octobre 2015 - Vincennes

Participants présents :
F. Paran et D. Graillot (EMSE GSE), N.Flipo (EMP), C. Piscart (Univ. Rennes ECOBIO), P. Marmonier (Univ.
Lyon LEHNA), P. Maugis (LSCE), B. Augeard (ONEMA-DAST)
Participant en visioconférence : O. Douez (BRGM)
Excusés :
F. Habets (UMR METIS), G. Bornette (Univ. Franche-Comté), F. Arthaud (Univ. Savoie)
___________________________________

Rappel de l’ordre du jour :


1. Bilan et avancement guide technique
- Ce qui déjà été fait !
- Ce qui reste à faire…
2. Séminaire présentation/formation guide technique : novembre 2015
- Séminaire guide Eau Sout’ : exemple
- Séminaire NAPROM : choix du site et ateliers
3. Suites du projet…
- ZABR-AERMC / ZH de tête de bassin et soutien d’étiage
- Cadre : Zones humides – Eaux souterraines
___________________________________

Informations importantes et à retenir


Séminaire de présentation du guide : vendredi 27 novembre à Orléans La Source
Dead line retour des relecteurs du guide : fin octobre
Réunion pour discuter des suites du projet NAPROM : janvier 2016

___________________________________

Documents joints et/ou envoyés par dl :


- ppt support de réunion

Ces documents sont accessibles sur le ftp de l’ONEMA (à mettre à jour) :


Lien : ftp://ftp.onema.fr/NAPROM/2012-12-17/
Login : hydrologie-echange.dast@onema.fr
Mot de passe : echange

Juillet 2014 ANNEXES - Page 96


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

1. Points préalables

1.1. Guide méthodologique bassin du Rhône


Le guide méthodologique de caractérisation des échanges nappes/rivières en milieux alluvionnaire sur le
bassin du Rhône est terminé. Les premiers exemplaires ont été imprimés.
L’envoi du document aux personnes impliquées dans le projet NAPROM devrait se faire courant
octobre/novembre. La mise à disposition en téléchargement du document en pdf devrait se faire dans les
mêmes délais.

1.2. Dictionnaire de données SANDRE – A. Brugeron (BRGM)


La mise à disposition d’un échantillon des données du projet NAPROM à A. Brugeron pour le test du
dictionnaire (référentiel) de données SANDRE a été validée. F. Paran se charge de la transmission des
données.

2. Bilan et avancement du guide technique NAPROM

Une version 1 des chapitres et des fiches outils a été rédigée. Cette version est en cours de relecture par les
trois groupes de travail. La dead line pour les retours est fixée fin octobre.

 Généralités
Le guide technique NAPROM devra rester dans l’esprit du guide Nappes/Rhône. Un graphe expliquant le
cheminement et la structuration du guide devrait être intégré dans l’introduction. L’introduction devra
aussi expliqué l’ordre des fiches et des chapitres.
Le travail de mise en forme du guide sera réalisé avec une maquettiste (V. Barre) de l’ONEMA.
Le guide ne pourra pas répondre à toutes les besoins et toutes les questions posées par les gestionnaires et
les relecteurs. Certaines questions nécessiteraient des guides spécifiques.

 Partie 1 : Chapitres explicatifs


Cette partie devra bien mettre en avant à qui est destiné le guide. Il est nécessaire de bien expliquer la
structuration et le cheminement dans le guide pour assurer un bon transfert des connaissances
scientifiques pour des besoins opérationnels.

Dans le chapitre 1 « Enjeux » indiquer que le guide pour servir au diagnostic d’un état de référence ou d’un
état initial avant aménagement par exemple.

Le chapitre 3 « Typologie » devra être modifié afin de :


- généraliser les blocs diagrammes : remplacer « Fleuve » par « Cours d’eau », remplacer « Plaine
alluviale » et « Alluvions aquifères » par « Alluvions/colluvions » ;
- préciser la notion de colmatage (cas 6 et 7),
- ajouter la mention « Echanges hyporhéiques » pour le cas « Recyclage » ;
- supprimer les rubriques « Gestion » et « Risque » et les remplacer par « Enjeux ». Cette rubrique
reste encore à compléter ;

Le chapitre 4 « Caractérisation des sites » sera intégré au chapitre 2 « Données ».

Page 97 sur 124


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

 Partie 2 : Fiches outils


Dans cette partie, il est important d’essayer de se mettre dans la peau de quelqu’un qui ne connait pas les
méthodes pour finaliser les fiches outils afin qu’elles soient le plus accessible possibles et qu’elles
fournissent un niveau d’explication suffisamment simple pour les non initié aux échanges nappes/rivières.
Le bandeau présent en tête de chaque fiche outil devra être modifié :
- remplacer « Intégration annuelle » par « Intégration temporelle » ;
- changer le symbole « Intégration annuelle » par 3 appareils photo ;
- peut-être enlever « Transitoire » et « Instantanée ».

Il est nécessaire permettre au lecteur de prendre du recul et de bien lui montrer que toutes les méthodes
ne sont pas présenter dans le guide. La fiche 8 présentera donc un panel de méthodes non développées
dans les autres fiches (cf. rapport de Vernoux BRGM).

La fiche n°2 sur les modèles hydrodynamiques devra être modifiée afin d’être centrée sur la modélisation
de l’interface. Elle devra mettre en avant la calibration du coefficient de conductance en relation avec la
transmissivité horizontale. Il est aussi nécessaire de proposer des exemples : 1) faisant le lien entre
granulométrie et perméabilité ; 2) des cas de déconnexion de nappes en lien par exemple avec
l’enfoncement des rivières.

3. Préparation du séminaire de présentation du guide technique

Date et lieu
Le séminaire de présentation du guide technique NAPROM est prévu le vendredi 27 novembre à Orléans la
Source sur le site du BRGM journée.

Salle
O. Douez a effectué les démarches pour une option de réservation de l’Auditorium du BRGM [Centre
scientifique et technique, BRGM, 3 avenue Claude-Guillemin, BP36009, 45060 Orléans Cedex 2] à cette date.
Le coût est de 1900€HT la journée (créneau : 8h30 à 17h00). Ce bâtiments peut accueillir 200 personnes et
dispose d’un hall d’entrée de 100m² et de 40 places de parking auto.
La réservation sera finalisée par F. Paran et D. Graillot [Contact : Alain GARNIER – 02 38 64 32 12]. La fiche
de réservation de l’auditorium a été envoyée par e-mail le 8 octobre 2015.
Il faut aussi s’assurer d’avoir des salles de repli en cas de mauvais temps pour effectuer les ateliers prévus à
l’extérieur en salle (O. Douez).

Repas et pause café


La restauration est possible sur place à partir de 13h00 dans le self du BRGM pour 10,95€HT par personne.
Il est nécessaire de donner le nombre de personnes une semaine avant [Contact : Michel Poubeau – 02 38
64 38 51].
Il est possible de prévoir des pauses café : 2,5 à 3,8€HT par personne (125 à 190€HT pour 50 personnes).
Diffusion et relais d’information
Les structures identifiées sont : la ZABR, l’ASTEE, la SHF, l’Académie de l’eau, Hydrotope…
L’information devra être diffusée à partir de mi-octobre (ONEMA : B. Augeard).

Juillet 2014 ANNEXES - Page 98


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Public visé
Il est prévu d’accueillir environ 50 personnes. Le public visé est le suivant : SAGE, Contrat de milieu,
Etablissements publics, Agences de l’eau, Administration…

Programme

Programme prévisionnel

Accueil : café (9h00)

Matin : présentations orales (9h30 – 12h45)


 Ouverture – B. Augeard
 Présentation du guide NAPROM (+ information sur le guide Nappes/Rhône) – F. Paran
 Présentation des outils :
- Analyse géomatique – F. Paran
- Modélisation hydrodynamique – N. Flipo
- MOLONARI – N. Flipo
- Géochimie – V. Lavastre (à confirmer)
- Végétation aquatique – F. Arthaud et/ou G. Bornette (à confirmer)
- Invertébrés souterrains – C. Piscart / et P. Marmonier
- IRT + profil en long (Karst) – J. Ré-Bahuaud
 Présentation des ateliers (ou en début d’apm)

Midi : Repas au self du BRGM (13h00 – 14h00)

Après-midi : ateliers (14h00 – 17h00)


 Ateliers de terrain :
- MOLONARI (t°, pression différentielle) – N. Flipo
- Hydro, géochimie et GPS – D. Graillot et V. Lavastre
- Invertébrés souterrains – C. Piscart / et P. Marmonier
 Ateliers en salle :
- Modélisation hydrodynamique – O. Douez
- Analyse géomatique – F. Paran

La localisation des ateliers de terrains a été prédéterminée avec l’aide d’A. Gutierrez du BRGM le 8
octobre (voir annexe). Une pré-visite de terrain est prévue le 4 novembre à Orléans (D. Graillot et F.
Paran).

Page 99 sur 124


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

4. Suites à donner au projet

Faute de temps ce sujet a été abordé rapidement. La problématique des milieux humides sous dépendance
des eaux souterraines reste un enjeu fort. A noter que : Alexandra Lequien remplace Sara Bonneville et
reprend le suivi des milieux humides dans le contexte Natura 2000 et la DCE.

Idées clefs : déclassement des masses d’eau en mauvais état, indicateurs de maintien des milieux humides
(ex : RHOMEO) et de transit, soutien d’étiage (ex : pozzine en Corse)

Réunion suivante : prévoir une réunion de travail en Janvier 2016 pour discuter des suites à donner au
projet NAPROM

ANNEXE

Suite à un premier entretien téléphonique avec A. Gutierrez, il apparaît que le secteur de la source du
Loiret à Orléans semble bien adapté à nos ateliers de terrains. Cette source se situe à 15mn de marche de
l’auditorium environ dans le Parc Floral (voir cartes).

Juillet 2014 ANNEXES - Page 100


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

Dans le parc floral il est possible de monter les tous les ateliers sauf celui lié à un piézomètre. Le secteur est
composé d’alluvions reposant sur un karst sans couche imperméable.

Alexis Guttierez se charge de demander les autorisations nécessaires à la Ville d’Orléans pour effectuer les
ateliers dans le parc floral. Il est nécessaire de lui transmettre le nombre de personnes et le programme.

Le cours d’eau « La Dhuy » est de mauvaise qualité (nitrates, phytosanitaires, polluants émergents…). La
source du Bouillon (source du Loiret) est quant à elle de meilleure qualité. Il s’agit d’une résurgence, après
circulation karstique, d’eau des pertes de la Loire (à environ 20km au nord-est). Il existe une deuxième

Page 101 sur 124


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

résurgence (source de l’abîme) au lieu-dit « Le Miroir ». Le lit de « La Dhuy » est composé d’alluvions ; celui
du Loiret est plutôt vaseux.

Ce contraste géochimique et la nature du lit des cours d’eau semble rendre possible et intéressant les
ateliers géochimies, invertébrés souterrains et MOLONARI.

Pour l’atelier piézomètre deux solutions sont possibles. Il existe des piézomètres et forages appartenant au
BRGM :
- à côté de l’auditorium ;
- près du stade du BRGM (Rue de Concyr).

Documentation :
Emmanuelle JOIGNEAUX (2011) Etat qualitatif des eaux de la nappe du Val d’Orléans : Impact du
changement climatique et gestion durable de la ressource. Thèse de doctorat, Université d’Orléans.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 102


Partenariat 2011-2014
Gestion quantitative des ressources en eau
Action n°1

A4 : Fiches action

A4.1. Année 1 – 2011/2012


Convention Onema-Armines 2011
Titre complet de l’action Caractérisation des échanges nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du linéaire par
métrique expérimentale ou par modélisation jusqu’à l’échelle régionale (NAPROM)
Action n° 1
Objectifs de l’opérateur Sciences de la terre et environnement
Programmation Onema 12-1 : Gestion quantitative des ressources en eau
Contexte de l’action DCE : pollution des eaux souterraines par les eaux superficielles et réciproquement
Forte demande opérationnelle (SDAGE, Volumes prélevables, …) tant d'un point de vue
gestion quantitative que qualitative.
Les applications sont à la fois d’ordre quantitatif (par ex. assèchement des cours d’eau
et des zones humides par des prélèvements saisonniers en nappe, ou inversement le
soutien au débit des rivières) et d’ordre qualitatif (pollution des eaux souterraines par
les eaux superficielles, et inversement).
Le CS de l'Eau et des Milieux Aquatiques plaide pour une amélioration de la
régionalisation des scénarios de changement climatique, laquelle passe notamment par
une amélioration de la modélisation des relations nappes-rivières pour décliner
correctement le signal climatique en termes hydrologiques. De même, il encourage le
soutien d'observatoires de l'environnement aquatique.
Projet NAPROM (NAPpes-Rivières : Observation et Modélisation) lancé par l'Onema.
Description de l’action en Dans la continuité de plusieurs projets développés depuis plusieurs années par les
2011 partenaires dans le cadre de zones ateliers (ZABR, Piren Seine, ZAL) ou en collaboration
avec les agences de l’eau (RMC, Seine Normandie,…) sur le thème des échanges
hydrauliques entre les fleuves et leurs nappes d’accompagnement, l’objectif est de
travailler dans différentes configurations géomorphologiques et hydrogéologiques pour
être en mesure de préconiser à l’échelle nationale des recommandations
méthodologiques pour caractériser ces échanges. On cherchera à déterminer des
mécanismes transposables en matière d’échange nappes/rivières sur des typologies de
cours d'eau/faciès géologique identifiées. En 2011, il est prévu dechoisir et de
caractériser plusieurs sites qui serviront de test pour l’évaluation des échanges entre les
nappes et les fleuves sur les bassins versants du Rhône, de la Seine, de la Loire et du
Rhin. Pour cela plusieurs critères seront à prendre en compte comme le régime
hydraulique, les ouvrages et aménagements, les usages de l’eau, les altitudes et
latitudes, la sensibilité des milieux ;
identifier les tronçons présentant un enjeu en matière de connaissance des
échanges nappe/rivière, ceci en lien avec les gestionnaires ;
étudier les modèles de nappe disponibles à l’endroit des secteurs sélectionnés et
comportant les tronçons retenus. En parallèle, il faudra recenser les détenteurs de ces
modèles et plus particulièrement ceux ayant participé à leur réalisation et ceux qui les
utilisent encore actuellement ;
préparer/cartographier les données nécessaires à l’évaluation de ces échanges
(sens, intensité, débit) en distinguant les périodes hautes/basses eaux ;
comparer les résultats aux modèles locaux ou régionaux recensés. Les endroits où
ces échanges ne pourront être évalués fautes de données suffisantes ou insuffisamment
précises feront l’objet de plans d’instrumentation et d’échantillonnage complémentaire
en particulier s’il existe dans les nappes des zones hétérogènes influençant ces
échanges;
proposer une méthodologie pour évaluer les variations saisonnières des échanges
Page 103 sur 124
A3 : Fiche action

nappes/rivières et permettre d’en tirer les conséquences sur le plan de la quantité et de


la qualité de l’eau de nappe ou de rivière (par ex. en fonction des régimes de pompage
existant dans des captages proches d’une rivière).
Spécificité de l’action
Responsable Opérateur Didier Graillot (Armines/ Ecole des mines de Saint-Etienne)
Autres correspondants F. Paran et M. Batton-Hubert (Armines/EMSE), N. Flipo et F.Habets (Armines/Mines-
Opérateur Paristech : Géosciences & Sisyphe)Ph. Ackerer (Univ. Strasbourg), P. Marmonier (Univ.
Lyon), C. Piscart, G. Bornette (UMR 5023), F. Rejiba & R. Guérin (UMR 7619
Sisyphe/FIRE FR3020), G. Tallec (Cemagref HBAN / FIRE FR3020), F. Bichot (BRGM)
Responsable Onema Pascal Maugis
Autres correspondants N. Poulet, Y. Reyjol, N. Domange (DAST), Ph. Baran (Pôle Toulouse), Marion Langon,
Onema Nicolas Roset (DIR)
Autres correspondants CROGUENNEC Stéphanie (DEB) ;CADILHAC Laurent (AE RMC) ; VERJUS Philippe (DRIEE IF)
; THOUIN Catherine (DRIEE IF) ; MARLY Xavier (AE RM) ; GRESSER Julie (OE Martinique) ;
MARCHET Pierre (AE AG)
Livrables attendus Livrables Date prévisionnelle
Utilisateur cible
en 2011 (Type de livrable + titre du livrable) (T1/T2/T3/T4)
Rapport d'étape : Caractérisation des échanges ONEMA T4
nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du
linéaire par métrique expérimentale ou par
modélisation jusqu’à l’échelle régionale

Perspectives de l’action Durée prévue de l’action : Date de début : Date de fin :


(le cas échéant) 3 ans Janvier 2011 Décembre 2013

Livrables attendus au terme de l’action Date prévisionnelle


Utilisateur cible
Indiquer les livrables diffusables en gras (année)
Rapport final : Caractérisation des échanges ONEMA2013 2013
nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du
linéaire par métrique expérimentale ou par
modélisation jusqu’à l’échelle régionale
Guide pour la caractérisation des échanges AE, DREAL, 2013
nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du Services
linéaire par métrique expérimentale ou par Déconcentrés, BE,
modélisation jusqu’à l’échelle régionale Plans d'action des
grands bassins
versants
Personnel Opérateur Personnel permanent (en jours) : 300 Personnel temporaire (en jours) : 540
impliqué dans l’action
Coût total de l’action 313 k€
en 2011
Financement Onema 188 k€
en 2011
Autres apports Onema
Cofinancement en 2011
Actions liées1 fiche action BRGM "Etude par modélisation hydrodynamique des relations
nappes/rivières autour du champ captant d’Echiré dans le bassin versant de la Sèvre-
Niortaise (79)"
fiche action Cemagref "Caractérisation des échanges nappes-rivières sur le bassin des
Avenelles (Orgeval) par méthode biologique et thermique"

Juillet 2014 ANNEXES - Page 104


ANNEXE n°1 Convention Onema- Opérateur 2011

Action n° 1 - Caractérisation
des échanges nappes/rivières
à l’échelle du tronçon ou du linéaire par métrique expérimentale
ou par modélisation jusqu’à l’échelle régionale

4) Contexte de l’action
Cette action de recherche fait suite à plusieurs projets développés depuis plusieurs années par les
partenaires dans le cadre de zones ateliers (ZABR, Piren Seine, ZAL) ou en collaboration avec les agences
de l’eau (RMC, Seine Normandie,…) sur le thème des échanges hydrauliques entre les fleuves et leurs
nappes d’accompagnement. Dans le cas du Rhône et de la Loire ces travaux se sont développés dans le
cadre des SDAGE, du Plan Loire et du Plan Rhône. Plusieurs approches méthodologiques développées sur
ces bassins sont potentiellement génériques et transférables au niveau national.
Dans le cadre de la DCE, cette action répond à une forte attente opérationnelle des Agences de l'Eau et des
DREAL qui doivent, d'une part gérer qualitativement et quantitativement la ressource à travers, par exemple,
les autorisations de prélèvement, et d'autre part réaliser des études d'impacts d'ouvrages.
De plus, cette action de recherche aborde les questions concernant « les changements globaux » et « la
prospective changement climatique » en s’intéressant surtout à l’influence des régimes transitoires au pas
de temps saisonniers sur les échanges nappes/fleuve.
Cette action s'inscrit dans le projet NAPROM (NAPpes-Rivières : Observation et Modélisation), lancé par
l'Onema en 2011, et animé par Armines. La finalité scientifique de ce projet est de proposer une synthèse
interdisciplinaire des méthodes et outils pour l’identification, la caractérisation et l’évaluation, tant qualitative
que quantitative des échanges entre les fleuves et les aquifères superficiels qui les jalonnent en tenant
compte de leur degré plus ou moins élevé d’anthropisation (ouvrages, aménagement, projets de
restauration, usages de l’eau). A terme (2013), cette synthèse permettra de mettre en place un guide
méthodologique pour évaluer qualitativement et quantitativement les échanges nappes/rivières et de
contribuer ainsi à la préservation des nappes phréatiques et plus généralement de la ressource en eau et de
la biodiversité sur les bassins présentant des enjeux importants. Cette action est complémentaire et s’inscrit
dans la continuité de l’étude proposée par le BRGM en 2010 en lien avec la problématique d’identification et
d’évaluation des relations entre les fleuves et leurs nappes d’accompagnement.
Dans un objectif de gestion coordonnée de la ressource en eau tant superficielle que souterraine, et plus
généralement de préservation de la ressource en eau et de la biodiversité cette action permettra:
d’estimer la contribution des eaux souterraines au débit des fleuves et d’identifier leur origine

d’identifier à l’échelle du tronçon ou du linéaire, les portions de fleuve les plus directement sous
dépendance majoritaire d’apports souterrains influence de la nappe et les plus vulnérables à une pollution
d'identifier les zones où, a contrario, les nappes sont potentiellement exposées à une pollution
provenant de la rivière.
Sur le plan opérationnel les résultats obtenus fourniront des éléments d’informations appréciables pour la
préservation de la ressource en eau (ex: AEP, dimensionnement des captages, réalimentation de nappe…)
et l’alimentation des milieux aquatiques superficiels par les eaux souterraines (ex : maintien de débit et
tamponnage thermique des eaux de surface, limitation de l’assèchement estival, maintien de milieux
oligotrophes …) en vue de la prévention des conflits d’usage. Les éléments acquis apporteront également
des indications utiles pour la poursuite de programmes de restauration des milieux aquatiques.
Actuellement, les méthodologies développées relèvent de trois approches :
- une approche dite multimétrique (hydraulique, biologique, géochimique) des échanges nappe/rivière
- une approche par modélisation hydrogéologique
- une approche statistique par analyse corrélatoire des débits
Selon les contextes hydrologiques et hydrogéologiques dans lesquels s’effectuent les échanges
nappe/rivière et en fonction des données disponibles, ces méthodes sont à priori transposables à des
bassins versants différents de ceux sur lesquels elles ont été testées.
Un premier essai de transposition de la méthode multimétrique appliquée au Rhône (pour les nappes
alluviales) été réalisé sur un site de la Loire amont et les résultats obtenus permettent d’établir la faisabilité
d’une transposition à d’autres fleuves.

5) Description de l’action en 2011


Le programme proposé à l’ONEMA pour 2011 comporte les étapes suivantes:

A1. Caractérisation et choix multicritère de sites test sur les bassins versants Rhône, Seine, Loire , Rhin
(régime hydraulique, ouvrages, aménagements, usages, altitudes, latitudes, sensibilité des milieux….)
Page 105 sur 124
Les bassins versants candidats seront sélectionnés en fonction de leur similitude ou de leur spécificité
hydrologie et régime hydraulique du fleuve, ouvrages, aménagements, altitudes, latitudes, sensibilité des
milieux….). Le but est aussi de couvrir une typologie de cas représentatifs des situations hydrogéologiques,
hydrogéomorphologiques dans lesquelles ces échanges se font.

B1. Identification des tronçons et des linéaires présentant un enjeu en matière de connaissance des
échanges nappe/rivière
Sur chacun des bassins versants sélectionnés, il s’agira d’identifier les secteurs (tronçons, linéaires) faisant
l’objet d’enjeux particulièrement important en terme de vulnérabilité (zones de vulnérabilité potentielle ou
avérée des nappes ou des cours d’eau) ou d’usages prioritaires (AEP, restauration écologique) ou intensifs
(prélèvements pour l’irrigation). C’est sur ces secteurs que les données hydrologiques, hydrogéologiques,
biologiques qui serviront de base a l’approche multimétrique devront être définies et acquises. Pour cela un
géocatalogage de données sera mis en place sur la base de la norme européenne ENV 12657 des
métadonnées dans le domaine de l’environnement.

C1. Recensement des modèles de nappe disponibles sur l’ensemble des bassins sélectionnés et concernant
les tronçons et linéaires retenus
Dans un premier temps il s’agira de caractériser les modèles existant sur les secteurs à étudier ( type de
modèle : déterministe ou stochastique, mode de résolution et de discrétisation, incertitudes, adaptation aux
échelles, date de réalisation, accessibilité….). Il peut s’agir de modèles hydrodynamiques ou de modèles de
qualité (hydrodispersifs).

D1. Recensement et contact (conventionnement) avec les acteurs détenteurs de données et de modèles
Cette étape est destinée à identifier les acteurs détenteurs de données et de modèles (agences de l’eau,
institutions, bureaux d’études, gestionnaires du fleuve, service administratifs, organismes de recherche).
Des contacts seront établis pour fixer les modalités d’utilisation ou d’exploitation des données disponibles
(conventionnement)

E1. Préparation des données (hydrauliques, géophysiques, biologiques, géochimiques) en vue du


traitement géomatique pour l’évaluation quantitative des échanges (débits hautes-eaux et basses eaux)
Les piézométries d’étiage et de hautes eaux des nappes sont indispensables pour évaluer les débits
d’échange selon l’approche multimétrique. Leur traitement par analyse géométrique des gradients
hydrauliques combinée à une loi de filtration en milieu perméable s’applique bien au cas de nappes
alluviales à condition d’avoir accès aux données bathymétriques du fleuve pour en déduire les sections à
travers lesquelles se font les échanges. L’analyse critique des ces données servira de base pour
comprendre les variations en intensité et direction de ces échanges selon les périodes (hautes eaux ,
basses eaux).
Une analyse critique des données biologiques existantes sur les basins versants étudiés différents de celui
du Rhône représentera une partie importante du travail (prélèvement d’invertébrés souterrains,
prélèvements de végétation aquatique. En fonction de l’expérience conduite sur plusieurs sites du Rhône
(Brégnier Cordon, Donzère Mondragon) et des caractéristiques des autres fleuves et bassins versants
étudiés, il s’agira d’établir les conditions d’utilisation des métriques biologiques pour ces nouveaux sites et
d’établir un cahier des charges pour l’acquisition de données complémentaires (protocole d’échantillonnage,
choix des sites de prélèvement).
En matière de données géochimiques, il s’agira de répertorier les mesures existantes sur les différents
18 2 3
secteurs d’étude pour les isotopes O, H, H pour la détermination des temps de renouvellement de l’eau
dans les nappes et les altitudes de leur recharge.

F1. Analyse des résultats des modélisations locales ou régionales existantes


Ces modèles le plus souvent maillés intègrent des coefficients d’échange entre nappe et rivières sur les
mailles aux interfaces (relation de Cauchy par exemple). Il s’agira de les extraire dans le but de les comparer
ultérieurement aux débits d’échanges calculés selon la méthode multimétrique. Il faudra bien évidemment
tenir compte de l’environnement de fonctionnement de ces modèles (conditions limites, date de la
piézométrie de référence utilisée pour le calage du modèle, période de hautes eaux ou de basses eaux dans
la rivière et dans la nappe).

G1. Identification des données manquantes, plan d’instrumentation et d’échantillonnage


complémentaire pour l’étude des mécanismes d’échange à l’échelle locale
Il s’agira de voir comment peuvent être étudiés plus précisément les mécanismes physiques hydrauliques
d’échange entre nappe et rivière à l’échelle des berges (infiltration, résurgence, suintements). Pour cela des
modes d’investigation adaptés seront examinés comme par exemple des techniques d’auscultation faisant
appel à la géophysique (fibre optique) pour identifier par exemple le rôle des hétérogénéités dans les
échanges au niveau de l’interface nappe/rivière. Les modes d’enregistrement en continu seront précisés

Juillet 2014 ANNEXES - Page 106


ainsi que les méthodes de traitement du signal.

H1. Préparation des données pour l’évaluation des variations saisonnières des échanges nappes/rivières :
conséquences en hautes eaux et basses eaux

I1 : Adaptation du modèle du BRGM sur la Sèvre niortaise qui présente l’avantage de pouvoir étudier un
contexte hydrogéologique différent incluant les cours d’eau, les relations nappes/rivières autour d’un
important champ captant AEP situé dans un méandre. Ce champ captant comprend 12 forages captant 2
aquifères calcaires (Infra-Toarcien et Dogger) séparés par une éponte marneuse, intrinsèquement
imperméable mais traversée par de nombreuses failles.
Enfin, avant de procéder à l’évaluation proprement dite des échanges en deuxième année, il conviendra de
distinguer les données qui seront nécessaires à l’estimation (sens, intensité) des variations saisonnières.
Les données de hautes eaux et de basses eaux seront à distinguer tant sur les plans hydrauliques, que
biologiques. Les résultats des modèles fonctionnant en régime transitoire devront être également analysés
en fonction de ces variations.

Deux réunions techniques et scientifiques seront organisées chaque année : une à l’ONEMA et
l’autre sur un des sites retenus et appartenant au Rhône, à la Loire, à la Seine et au Rhin.

6) Perspectives
Description de l’action en 2012 (année 2) prévisions actualisables en fonction des résultats de
l’année 1
Les principales étapes de l’année2 seront fonction des résultats obtenus en première année mais plusieurs
d’entre elles peuvent être déjà indiquées :

A2. Traitement géomatique des données et caractérisation des débits d’échanges en hautes eaux et basses
eaux selon les différentes métriques à partir des données existantes recensées en année 1.

B2. Premières comparaisons avec les résultats des modélisations locales et/ou régionales
(Comparaison statistique, analyse spatiale multicritère)
A la suite de ces deux étapes, la répercussion des variations journalières ou hebdomadaires du niveau des
fleuves sur les régimes d’étiage ou de hautes eaux (nappe/fleuve) pourra être analysée en 2D ou localement
en 3D à l’interface nappe/fleuve (influence des hétérogénéités sédimentaires). Pour cela il faut disposer de
séries chronologiques de niveau dans le fleuve et de hauteurs piézométriques en nappe. Leur traitement par
analyse corrélatoire ou spectrale pourra être envisagée selon les ratios d’apports souterrains par rapport au
débit du fleuve.

C2. Analyse des données de qualité, incidence sur la qualité des eaux de nappe, sur les invertébrés
souterrains et la végétation aquatique
Une première analyse sera effectuée pour établir les corrélations éventuelles entre les concentrations en
polluants mesurées dans le fleuve et celles relevées dans les piézomètres (analyse statistique selon la
nature des données : indices, classes, valeurs continues de concentrations). La sensibilité des invertébrés
souterrains et de la végétation aquatique à ces variations de qualité ou à ces pollutions permettra de statuer
sur leur rôle de détection. Il s’agira également de savoir si cela ne perturbe pas leur pouvoir indicateur sur
l’intensité des échanges.

D2. Analyse des modes d’intégration des données complémentaires définies en année 1

E2. Représentation géomatique des données de qualité et analyse spatiale des zones à enjeux prioritaires,
forts, secondaires,… selon le les périodes du cycle hydrologique (croisement débits / qualité/ saison)
Le traitement SIG visera à géolocaliser par exemple, les secteurs sur lesquels les débits d’alimentation de la
nappe par le fleuve sont les plus importants et où les risques de pollution sont les plus élevés par rapport à
des usages sensibles (captages AEP). L’élaboration d’une géodatabase structurée pour effectuer l’analyse
spatiale de l’ensemble des données permettra de préciser et caractériser les zones à forts enjeux (débits
d’échange importants et pollutions potentielles).

F2. Préconisations méthodologiques et opérationnelles en fonction des zones à enjeux prioritaires


La comparaison de la géodatabase élaborée dans l’étape précédente avec les systèmes d’information
existant (SIG Agences, SDAGE, géorépertoires ou géoportails sur l’eau,…) permettra d’en vérifier la
cohérence pour conduire à des préconisations en terme de gestion (zones à protéger, cohérence avec la
DCE pour les objectifs de qualité des masses d’eau superficielles et souterraines concernées).

G2 (option : validation par modèle hydrogéologique) Caractérisation des échanges issue de piézométries
Page 107 sur 124
calculées en régime transitoire à partir de modèles de nappe existants

H2 (option : incidences changements climatiques) Acquisition de données de prévision climatique


(pluviométrie) auprès de Météo France (CERFACS).

I2. Comparaison et analyse des résultats obtenus en régime transitoire avec ceux obtenus par le BRGM sur
le bassin versant de la Sèvre-Niortaise.

Perspectives pour l’année 3 (2013)


Dans les grandes lignes, le programme de l’année 3 devrait être consacré à :

- l’Intégration des informations complémentaires


Si les étapes d’instrumentation définies en année1 ont été réalisées en année 2 hors cadre du soutien de
l’ONEMA (participation agences), il s’agira d’exploiter ces nouvelles données piézométriques, biologiques
et/ou géophysiques, de les intégrer dans le corpus de données existantes après vérification de leur
consistance et de leur cohérence (filtrage)
- l’actualisation des méthodes d’évaluation des échanges et des résultats qui en auront été issue en année2
(méthode multimétrique, modélisations)
- l’exploitation des résultats obtenus par le BRGM sur le bassin versant de la Sèvre-Niortaise
- au développement de différentes options :
prise en compte de scénarios liés à l’incidence de changements climatique. Acquisition de
données de prévision climatique (pluviométrie) auprès de Météo France (CERFACS)
Pour compléter l’exploitation des modèles, des scénarios de changement climatiques désagrégés
à des mailles de 8 km (SCRATCH 08 du CERFACS) pourront être utilisés pour en déduire les
conséquences sur les échanges (évolution des paramètres pluie, évapotranspiration, débit du fleuve).
- Validation des échanges par modélisation hydrogéologique complémentaire
Caractérisation des échanges issue de piézométries calculées en régime transitoire à partir de
modèles de nappe existants. S’il existe des modèles hydrogéologiques hydrodynamiques et/ou
hydrodispersifs sur les secteurs étudiés, les résultats pourront être comparés et ajustés.
- Guide méthodologique pour la caractérisation des échanges nappes/rivières

4) Livrables attendus et jalons

Année 1 (2011)

T0+6mois : Métadonnées sur les bassins versants retenus


T0+6mois : Cartographie des données existantes par bassin versant (hydrauliques, biologiques, hydrogéologiques, géochimiques)
T0+6mois : Fiches descriptives multi-échelles (tronçons, linéaires)
T0 + 9 mois : Rapport sur l’adaptation du modèle hydrodynamique régional du bassin versant de la Sèvre (BRGM) pour
l’évaluation des échanges nappe/rivière
T0+9mois : Cartographie des modèles existants par rapport aux bassins versants sélectionnés
T0+9mois : Fiches descriptives des modèles (coefficients d’échange)
T0+9mois : Plan d’instrumentation et protocoles d’échantillonnage pour acquisition de données complémentaires
T0+12mois : Rapport de 1ere année (synthèse livrables)

Année 2 (2012)

T0+6mois : cartographie des débits d’échanges en hautes eaux et basses eaux selon les différentes métriques
T0+6mois : Analyse des données de qualité, cartographie par masse d’eau DCE
T0+9mois : Fiches synthétiques de préconisations méthodologiques et opérationnelles en fonction des zones à enjeux prioritaires
T0+9mois : cartographie des échanges issue de piézométries calculées en régime transitoire
T0+ 12 mois : rapport sur le calage en transitoire modèle hydrodynamique régional du bassin versant de la Sèvre (BRGM)
T0+12mois : Rapport de 2ème année (synthèse livrables)

Juillet 2014 ANNEXES - Page 108


Année 3 (2013)

T0+6mois : identification des scénarios de changements climatiques sur des secteurs identifiés comme à fort enjeux.

T0+9mois : note sur la qualité de l’eau dans la dynamique des échanges nappes/rivières en période de basses eaux
(nappe/fleuve) et de hautes eaux (nappe/fleuve)
T0+9mois : rapport intermédiaire sur la confrontation des échanges nappes/rivières avec ceux identifiés dans les modélisations
régionales
T0+12mois : Exploitation des résultats du modèle hydrodynamique régional du bassin versant de la Sèvre-Niortaise
Rapport final (synthèse livrables de l’ensemble de l’étude sous forme de guide méthodologique) et colloque de restitution
T0+12mois

5) Budget 2011

Coût total de l’action


Dont auto- Dont financement Dont autre
Catégorie de personnel pour l’opérateur
financement de Onema € financement €

l’opérateur €

Personnel
d’encadrement
Catégorie et durée
(Prof, DR, CR, tech) 125 000
(en jours)
125 000

Catégorie et durée
Personnel (en jours)
permanent
Catégorie et durée
(en jours)

Catégorie et durée
(en jours)

Niveau et durée Ing. Sénior et Postdoc


146 693,51
(en mois) 146 693,51
Personnel non
permanent
Niveau et durée
(en mois)

Fonctionnement (sous traitance EZUS et UMR


30 064,09 30 064,09
SISYPHE)

Déplacements 11 242,40 11 242,40

Equipement

Total 313 000 125 000 188 000


NB : l’opérateur doit indiquer le coût total de l’action en tenant compte de son assujettissement à la TVA.

Page 109 sur 124


A4.2. Années 2, 3 et 4 – 2012/2014

Convention Onema-Armines 2012-2014


Titre complet de l’actionNAPROM (NAPpes-Rivières : Observation et Modélisation)
Mise en œuvre d’un guide méthodologique pour la caractérisation des échanges
nappes/rivières à l’échelle du tronçon ou du linéaire par métrique expérimentale ou
par modélisation jusqu’à l’échelle régionale
Objectifs de l’opérateurSciences de la terre et environnement
Programmation Onema12-1 : Gestion quantitative des ressources en eau
Contexte de l’actionLa pollution des eaux souterraines par les eaux superficielles et réciproquement a une
influence sur la température des rivières qui est un paramètre important pour le bon
état biologique et physique des cours d'eau.
Il y a donc une forte demande opérationnelle (Directive Cadre sur l’Eau dont l'Etat des
Lieux et la caractérisation des pressions pour le Risque de Non Atteinte du Bon Etat,
SDAGE, Volumes prélevables, …) du point de vue gestion tant quantitative que
qualitative de la ressource en eau.
Par ailleurs, le Conseil Scientifique de l’ONEMA plaide pour une amélioration de la
régionalisation des scénarios de changement climatique, laquelle passe notamment par
une amélioration de la modélisation des relations nappes/rivières pour décliner
correctement le signal climatique en termes hydrologiques. De même, il encourage le
soutien d'observatoires de l'environnement aquatique.

Description de l’actionDans la continuité de plusieurs projets développés depuis plusieurs années par les
partenaires dans le cadre de zones ateliers (ZABR, PIREN Seine, ZAL) ou en collaboration
avec les agences de l’eau (RMC, Seine Normandie,…) sur le thème des échanges
hydrauliques entre les fleuves et leurs nappes d’accompagnement, l’objectif de ce Projet
est de travailler dans différentes configurations géomorphologiques et
hydrogéologiques pour être en mesure de préconiser à l’échelle nationale des
recommandations méthodologiques pour caractériser ces échanges. On cherchera à
déterminer des mécanismes transposables en matière d’échanges quantitatifs
nappes/rivières sur des typologies de cours d'eau/faciès géologique identifiées.
En 2011, une action a fait l’objet d’une précédente convention entre l’ONEMA et
ARMINES signée le 4 juillet 2011. Cette action a permis de choisir et de caractériser
plusieurs sites qui servent de test pour l’évaluation des échanges entre les nappes et les
fleuves sur les bassins versants du Rhône, de la Seine, de la Loire, du Rhin et de la Sèvre-
Niortaise. Pour cela plusieurs critères ont été définis : régime hydraulique, ouvrages et
aménagements, usages de l’eau et enjeux, altitudes et latitudes, sensibilité des milieux.
Par rapport aux tâches effectuées en 2011 (identification des tronçons de rivière
pertinents, recensement et analyse des modèles et des données disponibles, mise au
point d’une grille de caractérisation des sites d’études et des différentes méthodes), les
tâches prévues pour cette nouvelle action consistent à :
- préparer/cartographier les données nécessaires à l’évaluation de ces échanges (sens,
intensité, débit) en distinguant les périodes hautes/basses eaux ;
- comparer les résultats aux modèles locaux ou régionaux recensés. Les endroits où ces
échanges ne pourront être évalués faute de données suffisantes ou insuffisamment
précises feront l’objet de plans d’instrumentation et d’échantillonnage complémentaire
en particulier s’il existe dans les nappes des zones hétérogènes influençant ces
échanges;
- proposer une méthodologie pour évaluer les variations saisonnières des échanges
nappes/rivières et permettre d’en tirer les conséquences sur le plan de la quantité et de
la qualité de l’eau de nappe ou de rivière (par ex. en fonction des régimes de pompage
existant dans des captages proches d’une rivière) ;
- concevoir, élaborer, développer et tester un guide méthodologique de caractérisation
des échanges nappes/rivières fondé sur l’exploitation et la structuration de toutes les
connaissances acquises durant le Projet. Ce guide est destiné aux gestionnaires de l’eau.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 110


Spécificité de l’action

Responsable OpérateurDidier Graillot (ARMINES – Centre SPIN)

Correspondants ARMINESFrédéric Paran, Florence Dujardin et Eric Lalot (ARMINES – Centre SPIN), Nicolas Flipo,
Amer Mouhri et Florence Habets (ARMINES – Centre de Géosciences).

Responsable OnemaPascal Maugis

Correspondants OnemaN. Poulet, Y. Reyjol, N. Domange (DAST), Ph. Baran (Pôle Toulouse), Marion Langon,
Nicolas Roset (DIR)

Autres correspondants duImpliqués dans la réalisation de tâches du Projet comme sous-traitants : Pierre
ProjetMarmonier, Christophe Piscart et Gudrun Bornette (UMR 5023), Fayçal Rejiba, Ludovic
Bodet et Roger Guérin (UMR 7619 Sisyphe/FIRE FR3020),
Impliqués dans la réalisation d’actions liées au Projet, en tant que Partenaires Associés:
GaëlleTallec (Irstea HBAN / FIRE FR3020), Marion Chatelier (BRGM),

Associés au suivi du Projet :CROGUENNEC Stéphanie (DEB) ; CADILHAC Laurent (AE RMC)
; VERJUS Philippe (DRIEE IF) ; THOUIN Catherine (DRIEE IF) ; MARLY Xavier (AE RM) ;
GRESSER Julie (OE Martinique) ; MARCHET Pierre (AE AG)

Livrables attendus Livrables


Utilisateur cible Date prévisionnelle
(Type de livrable + titre du livrable)
- Rapport intermédiaire : Caractérisation ONEMA juin 2013
multimétrique des échanges nappes/rivières sur
les cinq sites expérimentaux
- Rapport final : Evaluation des métriques de ONEMA juillet 2014
caractérisation des échanges nappes/rivières
(contexte, précision, échelle, complémentarité)
- Guide méthodologique pour la caractérisation AE, DREAL, décembre 2014
des échanges nappes/rivières à l’échelle du Services
tronçon ou du linéaire par métrique déconcentrés, BE,
expérimentale ou par modélisation jusqu’à Plans d'action des
l’échelle régionale grands BV

Perspectives de l’actionSi une poursuite du Projet est proposée par l’une des Parties, elle sera décidée d’un
(le cas échéant)commun accord entre les Parties et fera l’objet d’un contrat établi et signé à cet effet
entre les Parties, définissant les travaux retenus, le planning d’exécution, les conditions
financières et autres modalités contractuelles associées.
La poursuite du Projet pourra consister, sous réserve de l’accord préalable et écrit des
Parties sur les modalités contractuelles, agrées par la signature d’un contrat, dans une
étude avec des objectifs et une méthode similaires sur les relations nappes-rivières-
zones humides, en mettant l'accent sur ces dernières.
Personnel permanent (en jours) : 453
Personnel Opérateur Personnel temporaire (en jours) : 594
impliqué dans l’action
Coût total de l’action981,6 k€

Financement Onema 588.96K€

Actions liées au Projet- Fiche action BRGM "Etude par modélisation hydrodynamique des relations
nappes/rivières autour du champ captant d’Echiré dans le bassin versant de la Sèvre-
Niortaise (79)"
- Fiche action Irstea "Caractérisation des échanges nappes-rivières sur le bassin des
Avenelles (Orgeval) par méthode biologique et thermique"

Page 111 sur 124


A4.3. Année 5 – 2015

Convention Onema-Armines – Avenant 2015

Titre complet de l’action NAPROM (NAPpes-Rivières : Observation et Modélisation)

Test du guide méthodologique NAPROM et transfert de


connaissances
Objectifs de l’opérateur Sciences de la terre et environnement
Programmation Onema 22-2 : Gestion équilibrée de la ressource en eau
Contexte de l’action La pollution des eaux souterraines par les eaux superficielles et réciproquement a une
influence sur la température des rivières qui est un paramètre important pour le bon état
biologique et physique des cours d'eau.
Il y a donc une forte demande opérationnelle (Directive Cadre sur l’Eau dont l'Etat des
Lieux et la caractérisation des pressions pour le Risque de Non Atteinte du Bon Etat,
SDAGE, Volumes prélevables, …) du point de vue gestion tant quantitative que
qualitative de la ressource en eau.
En 2011, une action a fait l’objet d’une convention entre l’ONEMA et ARMINES signée
le 7 juillet 2011. Cette action a permis de choisir et de caractériser plusieurs sites qui
servent de test pour l’évaluation des échanges entre les nappes et les fleuves sur les
bassins versants du Rhône, de la Seine, de la Loire, du Rhin et de la Sèvre-Niortaise.
Pour cela plusieurs critères ont été définis : régime hydraulique, ouvrages et
aménagements, usages de l’eau et enjeux, altitudes et latitudes, sensibilité des milieux.
En 2012, la phase 2 de l’action précédente a fait l’objet d’une autre convention entre
l’ONEMA et ARMINES signée le 17 août 2012. Par rapport aux tâches effectuées en
2011, les tâches prévues pour cette nouvelle action visaient à concevoir, élaborer et
développer un guide méthodologique de caractérisation des échanges nappes/rivières
fondé sur l’exploitation et la structuration de toutes les connaissances acquises durant le
projet. Ce guide est destiné aux gestionnaires de l’eau

Description de l’action En 2015, il est prévu d’une part de finaliser et de tester le guide en vue de son édition
et d’autre part d’organiser le transfert de connaissances pour les utilisateurs du guide.
Les tâches prévues sont les suivantes :
- sélection d’un panel de testeurs pour le guide méthodologique NAPROM :
gestionnaires (ex : SAGE, contrats de rivière), institutionnels (Agence de l’Eau,
associations…), bureaux d’étude, chercheurs extérieurs au projet…
- structuration définitive du guide sur le mode de la co-construction avec les chercheurs,
l’Onema et les testeurs pour rédaction d’une version 0 ou version test
- relecture du guide version 0 par le panel de testeurs et modifications en vue d’aboutir
à la version éditable
- organisation d’un séminaire de lancement du guide
- sortie du guide méthodologique NAPROM
Spécificité de l’action
Responsable Opérateur Didier Graillot et Frédéric Paran (Armines/ENSM-SE, GSE UMR 5600 EVS)

Autres correspondants Florence Dujardin (Armines/ENSM-SE, GSE UMR 5600 EVS), Nicolas Flipo, Amer
Opérateur Mouhri, Jean-Pierre Vergnes (Armines/Mines-Paristech, Géosciences), Florence Habets
(Sisyphe HYDRO, UMR 7619), Pierre Marmonier et Gudrun Bornette (LEHNA, UMR
5023), Christophe Piscart (ECOBIO, UMR 6553), Florent Arthaud (CARRTEL, UMR
042), Gaëlle Tallec (Irstea HBAN / FIRE FR3020), Marion Chatelier (BRGM), Pascal
Maugis (LSCE, UMR 8212)
Responsable Onema Bénédicte Augeard

Page 113 sur 124


Autres correspondants N. Poulet, Y. Reyjol, N. Domange (DAST), Pierre Sagnes (Pôle Toulouse), Marion
Onema Langon, Nicolas Roset (DIR), Anne Vivier, Pierre Caessteker
Autres correspondants Daniel Berthault (DEB) ; Cadilhac Laurent (AE RMC) ; Verjus Philippe (DRIEE IF) ; Thouin
Catherine (DRIEE IF) ; Marly Xavier (AE RM) ; Gresser Julie (OE Martinique) ; Marchet Pierre (AE
AG), Maïa Akopian (AE SN), Anne Reynaud (Aquibrie), Emmanuel Dumont (CETE IF), François-
Marie Pellerin (FNE Marais Poitevin), Sarah Bonneville (MEDDE), Adèle Veerabadren (MEDDE),
Frédéric Raout (DRIEE-IF), Julien Bigué (ARRA), CCSTI La Rotonde

Livrables attendus Livrables Date prévisionnelle


Utilisateur cible
(Type de livrable + titre du livrable) (T1/T2/T3/T4)

- Guide méthodologique NAPROM version éditable ONEMA, T1 septembre 2015


gestionnaires,
- Séminaire de lancement du guide méthodologique institutions, bureaux T2 octobre 2015
NAPROM d’étude

Perspectives de l’action
(le cas échéant)

Personnel Personnel non Coût total de


permanent permanent l’action Financement Cofinancement externe à
Année (en jours) (en mois) Onema l’opérateur
pour
cadre A
Techni-
cadre A
Techni- l’opérateur (€) (montant en € et cofinanceur)
cien B cien B (€ )

2015 31 384 39 944 20 000


Précisez si les cofinancements sont obtenus ou sollicités.
Autres apports
Onema
Actions liées - Fiche action BRGM Sèvre-Niortaise
- Fiche action Irstea Bassin des Avenelles (Orgeval).

Date de rédaction de 25/07/2014 Version 1


la fiche

Juillet 2014 ANNEXES - Page 114


A5 : Valorisation scientifique

Articles internationaux (rang A)


Kurtulus, B. et Flipo, N., 2011: Hydraulic head interpolation using ANFIS - Model selection and
sensitivity analysis. Computers and Geosciences, vol. In Press, 2011. doi:10.1016/j.cageo.2011.04.019
Kurtulus, B., Flipo, N., Goblet, P., Vilain, G., Tournebize, J., Tallec, G. (2011). Hydraulic head
interpolation in an aquifer unit using ANFIS and Ordinary Kriging. Studies in Computational Intelligence
343, 265-276, doi: 10.1007/978-3-642-20206-3_18

Présentations orales et proceedings


Flipo, N. et Kurtulus, B., 2011: geo-anfis: application to piezometric head interpolation in
unconfined aquifer unit. Proceedings of FUZZYSS’11, November 17-18 2011, Ankara, Turkey.
Flipo, N. et Kurtulus, B., Mouhri, A., de Fouquet, C. 2012 Piezometric head mapping in agricultural
watershed: sampling strategy and interpolation methods. Computational Methods in Water Resources ,
XIX International Conference, June, 2012, Illinois, USA. – soumis
Mouhri, A., Flipo, N., Rejiba, F., Durand, V., Tallec, G., Kurtulus B., de Fouquet, C., Jost, A., Bodet L.
2011 a: Mise en place d’un dispositif expérimental multi échelle pour quantifier les échanges nappe-rivière
dans un système aquifère multicouche. 8eme Colloque de GFHN-GEOFCAN, 29 novembre – 1er décembre
2011 – ORLEANS , France.
F. Paran, A. Mouhri, F. Arthaud, L. Bodet, G. Bornette, M. Chatelier, N. Flipo, D. Graillot, R. Guérin,
F. Habets, P. Marmonier, C. Piscart, F. Rejiba, G. Tallec, C. Thierion, B. Augeard, P. Maugis (2013) NAPROM
(NAPpes-Rivières, Observation et Modélisation) Synthèse méthodologique multi-site et multi-critère des
échanges nappes/rivières. Colloque annuel du programme de recherche PIREN-Seine CNRS – Paris – 6
février 2013.
Paran F., Graillot D., G. Bornette, Marmonier P., Arthaud F., Piscart C., Cadilhac L. (2012)
Development of practical guidebook for water managers: a tree structured approach to characterize
exchanges between alluvial aquifers and the Rhône River. IS RIVER, Conférence Internationale, Lyon,
France, Juin 2012.
Paran F. (2011) Interface eau souterraine / eau superficielle : Du bassin du fleuve Rhône à l’échelle
nationale en passant par le bassin du fleuve Loire. Communication orale au Colloque Inter Zone Atelier,
Atelier n°12, Rennes - 6 octobre 2011.

Posters
Mouhri, A., Flipo, N., Rejiba, F., Durand, V., Tallec, G., Kurtulus B., de Fouquet, C., Jost, A., Bodet L.
2011 b : Designing a multiscale experimental sampling system for quantification of stream aquifer water
exchanges – the Orgeval basin case study (France). AGU, San Francisco, December 5-9, 2011.
Paran F. , D. Graillot, E. Lalot, F. Dujardin, P. Marmonier, G. Bornette, C. Piscart, M. Novel, F.
Arthaud, N. Flipo, A. Mouhri, J.P. Vergne, F. Habets, C. Thierion, F. Rejiba, L. Bodet, R. Guérin, G. Tallec, M.
Chatelier, O. Douez, P. Maugis, B. Augeard (2013) Poster de présentation du projet NAPROM.

Page 115 sur 124


A6 : Présentations des partenaires, des compétences
mobilisées et de leurs contributions

A6.1. ENSM-SE – GSE – UMR 5600 EVS (D. Graillot, F. Paran, E. Lalot, F.
Dujardin)
Les thématiques de recherche de ce département nouvellement créé à l’École des Mines de Saint-Étienne
sont essentiellement à caractère environnemental ou aménagiste et appréhendées à diverses échelles
spatiales, locales et régionales. La recherche est envisagée avec une réelle interdisciplinarité (sciences de la
terre, hydrogéologie, hydrologie, géochimie) et des approches multidimensionnelles et multiscalaires.

Les trois activités principales sont :


- milieux aquatiques et hydrosystèmes,
- transfert de polluants eau/sol/plante,
- transfert réactif en milieu géologique

Les méthodes et les outils scientifiques relèvent de la modélisation spatio-temporelle pour la simulation
des processus naturels avec une forte composante géomatique.

Les thématiques de recherche sont les suivantes :


- Interactions Hommes-Milieux / Changements environnementaux
- Ressources naturelles (Eau et géoréservoirs)
- Changements climatiques, risques naturels (Eau)
- Territoires contaminés : Réhabilitation et réaffectation, Bio indication des sols contaminés, fond
pédogéochimique ambiant, phytostabilisation.

A6.2. UMR 5023 – LEHNA (P. Marmonier, C. Piscart, G. Bornette, F.


Arthaud, M. Novel)
Les thèmes de recherche de l’UMR couvrent un gradient de domaines allant de l’écologie évolutive à
l’écologie fonctionnelle, à différents niveaux d’organisation, de l’individu à l’écosystème. Les objets d’étude
sont des milieux aquatiques et les organismes qui les habitent. Les caractéristiques particulières de ces
milieux déterminent les orientations de recherche de l’unité :
- de fortes contraintes physiques (continuité vs insularité, courant vs stagnant, lumière vs obscurité,
érosion vs sédimentation, inondation vs dessiccation, stabilité vs instabilité thermique) déterminent des
conditions de vie caractérisées par de fortes variabilités spatiales et temporelles (prévisibilité vs
imprévisibilité, fragmentation vs connectivité).
- ces milieux sont les récepteurs naturels de matière et d’énergie en provenance des milieux
terrestres. Dans un paysage fortement artificialisé, ils deviennent récepteurs de pollutions diverses,
agricole, industrielle ou urbaine.
- leur dynamique induit un renouvellement fréquent des habitats, cette instabilité favorisant la
colonisation par une grande diversité d’organismes, incluant des pathogènes ou des taxons introduits
envahissants.

Deux équipes de cet UMR sont impliqués dans le projet :


- Écologie végétale et zones humides dont les objectifs scientifiques sont principalement
l’élaboration de nouveaux modèles combinant les contraintes abiotiques, les communautés végétales, et le

Page 117 sur 124


fonctionnement des zones humides dans le contexte du changement global. Ces résultats permettent
d’élaborer des outils destinés à la gestion et à la restauration des écosystèmes aquatiques.
- Écologie, évolution, écosystèmes souterrains qui étudie les patterns de la biodiversité et de
l’évolution souterraines d’une part et l’écologie fonctionnelle des systèmes souterrains et de leurs
interfaces d’autre part.

A6.3. Mines ParisTech – Géosciences (N. Flipo, A. Mouhri ; J.P.


Vergnes)
MINES ParisTech, Centre de Géosciences a de nombreuses activités de recherche dont une certaine partie
s’intéresse à la caractérisation et à la compréhension du fonctionnement des hydrosystèmes naturels ou
soumis à une forte pression anthropique. L’équipe Systèmes Hydrologiques et Réservoirs a acquis, depuis
quarante ans, des compétences concernant la gestion optimisée des hydrosystèmes. Aujourd’hui, l’équipe
mène, à l’aide d’outils numériques fiabilisés ou en développement, des recherches s'articulant autour de
deux grands thèmes :

1. Développement d'outils de modélisation intégrée du cycle de l'eau


- Simulation des écoulements de surface et souterrains
- Transfert de soluté et d'énergie
- Prise en compte de forçages climatiques

2. Étude des interactions entre les activités humaines et les systèmes hydrologiques
- Exploitation de ressources naturelles (ressources en eau, géothermie,...)
- Stockages souterrains de déchets
- Contaminations agricoles diffuses
- Impact des rejets urbains sur la qualité des eaux de surface

Plus spécifiquement, l’équipe mène des actions de recherche dans le domaine de la modélisation
quantitative et qualitative des hydrosystèmes continentaux. A cet effet, elle dispose de différents types de
modèles distribués basés sur la représentation conceptuelle ou déterministe des processus intervenant
dans le cycle de l’eau. Les processus pouvant être de natures différentes, l’équipe a développé depuis de
nombreuses années une compétence forte dans le couplage de modèle, ce qui offre la possibilité d’adapter
la modélisation (c'est-à-dire le choix des différents modules à mettre en œuvre) aux données caractérisant
le fonctionnement du système étudié. L’équipe dispose aujourd’hui des modèles de grands bassins français,
et notamment des modèles des bassins de la Seine et de la Loire (Monteil, 2011 ; Monteil et al., 2011). En
collaboration avec l’UMR Sisyphe, un modèle de la plaine d’Alsace a aussi été développé.

A6.4. UMR – 7619 Sisyphe (F. Rejiba, L. Bodet, R. Guérin, F. Habets, C.


Thierion)

A6.4.1. Geophy (F. Rejiba, L. Bodet, R. Guérin)


L’équipe GEOPHY de l’UMR 7619 Sisyphe dispose d’une expertise en géophysique appliquée et théorique
associée aux méthodes d’investigations électromagnétiques, électriques, thermiques et sismiques pour la
caractérisation des milieux superficiels. Les compétences essentielles apportées par l’équipe GEOPHY de
l’UMR Sisyphe pour le projet NAPROM sont les suivantes : prospections géophysiques des terrains
superficiels, hydrogéophysiques, développement instrumental, modélisation/inversion géophysique
thermique, électromagnétique et TDR, monitoring.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 118


A6.4.2. Hydro (F. Habets, C. Thierion)
L’eau, fil conducteur des recherches menées à l’UMR Sisyphe, est le sujet central du thème HYDRO, qui s’y
intéresse sous trois aspects, comme ressource, comme vecteur (de matières et d’énergie) et comme agent
de transformation des milieux (en surface et en profondeur).
Une spécificité du thème HYDRO est d’appréhender l’ensemble des compartiments qui constituent les
hydrosystèmes continentaux :
- les surfaces continentales qui composent les bassins versants,
- les aquifères et aquitards dans le domaine souterrain,
- les milieux à l’interface : zone non saturée, systèmes karstiques, systèmes alluviaux, zones humides
et cours d’eau.

La démarche combine classiquement les approches expérimentale (in situ et en laboratoire) et théorique
(avec une large part à la modélisation), afin de caractériser et quantifier les processus dominants au sein
des compartiments ci-dessus :
- processus hydrodynamiques, qui contrôlent les circulations d’eau à travers et entre ces milieux,
- processus énergétiques et thermiques, qui s’expriment au sein d’un continuum atmosphère-
surface-souterrain (transferts sol-végétation-atmosphère, évolution des pergélisols, thermique des cours
d’eau, géothermie),
- processus qui régissent le fonctionnement hydrogéochimique des aquifères, étudiés aussi bien dans
des aquifères naturels dont l’état géochimique est la résultante de processus exprimés à l’échelle des
temps géologiques, ou au contraire mobilisés à des fins d’ingénierie environnementale (stockage de CO2 et
de déchets, pollutions souterraines, etc.),
- autres processus couplés (couplages hydro-électriques, couplages hydro-mécaniques, érosion et
mise en place des systèmes alluviaux, étroitement associés aux processus géologiques).

Dans ce cadre, leurs recherches s’articulent selon 3 axes principaux, en hydrologie, hydrogéologie et
hydrogéochimie souterraine, en collaboration étroite avec le Centre de Géosciences de MINES-ParisTech.
Une de leurs ambitions est de dépasser les clivages entre surface et souterrain et de contribuer au
développement d'une réelle interdisciplinarité pour mieux répondre aux grandes questions
environnementales (préservation des ressources, impacts des grands changements environnementaux,
adaptation, remédiation).

A6.5. Irstea (G. Tallec)


UR HBAN, Irstea est un organisme public de recherche finalisée sur la gestion des eaux et des territoires.
Ses recherches sont orientées vers la production de connaissances nouvelles et d’innovations techniques
utilisées par les gestionnaires, les décideurs et les entreprises pour répondre à des questions concrètes de
société dans les domaines de la gestion des ressources, de l’aménagement et de l’utilisation de l’espace. Il
centre ses recherches sur les ressources en eau de surface, les systèmes écologiques aquatiques et
terrestres, les espaces à dominante rurale, les technologies pour l’eau, les agro-systèmes et la sûreté des
aliments.

Le thème de l’eau est un axe à part entière de recherche pour cet institut. L'UR HBAN est responsable de
l'animation scientifique du GIS ORACLE et depuis près de 50 ans gère le bassin versant de l'Orgeval. ORACLE
a pour objectif scientifique le fonctionnement hydrologique et biogéochimique des bassins sédimentaires
en milieu rural anthropisé. Cette recherche passe par l'observation multi-variable et multi-échelle d'un
ensemble de sous-bassins versants emboîtés (1km² à 1800 km²) du bassin parisien. ORACLE fournit les
bases scientifiques nécessaires à la gestion et à la maîtrise des risques liés aux événements extrêmes
(inondations, sécheresses) ainsi qu’à l’évaluation des impacts des activités anthropiques, et notamment
agricoles, sur le régime et la qualité des eaux. L'une des finalités d’ORACLE est la modélisation des
processus d'écoulement afin de mettre en place des systèmes opérationnels pour la prévision des risques
Page 119 sur 124
lors d'événements hydrologiques extrêmes. La modélisation des processus de transfert d'eau sert
également de support aux modèles biogéochimiques élaborés et fonctionnant grâce aux données
d’ORACLE.

A6.6. BRGM DAT Poitou-Charentes (M. Chatelier, O. Douez)


L’activité principale du BRGM dans cette région est d’appuyer les politiques publiques en collaboration avec
les services de l’État et des collectivités. Il gère pour le compte de l’État une base de données du sous-sol
comprenant plus de 25000 références, en particulier des forages. Il est aussi référent en matière de
documentation sur le sous-sol régional avec plus de 5000 documents archivés.
En dehors de la gestion des données du sous-sol et de l’édition des cartes géologiques, les activités
principales du Service Géologique Régional Poitou-Charentes consistent à l’amélioration de la connaissance
du fonctionnement des eaux souterraines, en matière de quantité comme de qualité, et à des inventaires,
des cartographies et des diagnostics dans le domaine des risques géologiques (cavités souterraines,
mouvements de terrain, retrait-gonflement des argiles, sismicité, inondation par remontée de nappe…).

En local, le personnel est principalement constitué par des ingénieurs spécialisés dans l’hydrogéologie, la
géologie, les risques naturels. Le service régional dispose aussi de capacités de mesures notamment en
matière d’hydrogéologie (qualité et quantité). Il s’appuie aussi sur les importants moyens scientifiques du
siège basé à Orléans.

Les principales thématiques traitées sont :


- Eau,
- Risques naturels,
- Matériaux et géologie,
- Sites et sols pollués,
- Géothermie.

Juillet 2014 ANNEXES - Page 120


Table des matières complète

Fiche signalétique du document .......................................................................................................................... 1


Table des matières synthétique ........................................................................................................................... 3
A1 : Résumé des tâches ....................................................................................................................................... 5
A1.1. Bilan de l’année 1 ...................................................................................................................................... 5
A1.2. Bilan de l’année 2 ...................................................................................................................................... 6
A1.3. Bilan de l’année 3 ...................................................................................................................................... 7
A2 : Grilles de caractérisation de chaque site complétées ............................................................................... 9
A2.1. Rhône aval (Donzère Mondragon) [ENSM-SE+ UMR 5023] .................................................................... 9
A2.2. Sèvre niortaise (Champ captant d’Echiré-Saint-Maxire) [BRGM] ............................................................. 9
A2.3. Rhin supérieur (Plaine de l’Ill) [Sisyphe Hydro + UMR 5023] ................................................................... 9
A2.4. Loire amont (Plaine du Forez – Ecozone) [ENSM-SE + UMR 5023] ....................................................... 9
A2.5. Seine (Orgeval) [Mines ParisTech, Sisyphe Geophy et CEMAGREF] ..................................................... 9
A3 : Comptes-rendus de réunions et visites de terrain .................................................................................. 11
A3.1. Réunion du 11 mai 2010 (ONEMA – Vincennes) ................................................................................... 11
A3.2. Réunion du 18 novembre 2010 (ONEMA – Vincennes) ......................................................................... 17
A3.3. Réunion de lancement du 16 février 2011 (Agence de l’eau RMC – Lyon) ........................................... 23
A3.4. Réunion et terrain du 7 juillet 2011 (Echiré – Sèvre-Niortaise)............................................................... 30
A3.5. Réunion et terrain du 10 octobre 2010 (Colmar – Plaine de l’Ill) ............................................................ 34
er
A3.6. Réunion du 1 février 2012(ONEMA - Paris) ......................................................................................... 40
A3.7. Réunion et terrain du 23 mai 2012 (Coulommiers – Bassin versant de l'Orgeval) ................................. 45
A3.8. Réunion du 17 décembre 2012 (Université Jussieu – Paris).................................................................. 50
A3.9. Réunion du 12 février 2013 (ONEMA - Vincennes) ................................................................................ 56
A3.10. Réunion du 15 avril 2013 (ONEMA - Vincennes) ................................................................................. 61
A3.11. Réunion et sortie de terrain des 22,23 et 24 mai 2013 (Ecole des Mines - Saint-Etienne, Ecopôle
du Forez - Chambéon, Réserve de la Platière – Péage-de-Roussillon) ................................................ 65
A3.12. Réunion du 14 janvier 2014 (ONEMA – Vincennes) ............................................................................ 71
A3.13. Réunion du 27 février 2014 (ONEMA – Vincennes) ............................................................................. 79
A3.14. Réunion du 22 septembre 2014 (ONEMA – Vincennes) ...................................................................... 91
A3.15. Réunion du 5 octobre 2015 (ONEMA – Vincennes) ............................................................................. 96
A4 : Fiches action .............................................................................................................................................. 103
A4.1. Année 1 – 2011/2012 ............................................................................................................................ 103
A4.2. Années 2, 3 et 4 – 2012/2014 ............................................................................................................... 110
A4.3. Année 5 – 2015 ..................................................................................................................................... 113
A5 : Valorisation scientifique ........................................................................................................................... 115
A6 : Présentations des partenaires, des compétences mobilisées et de leurs contributions .................. 117
A6.1. ENSM-SE – GSE – UMR 5600 EVS (D. Graillot, F. Paran, E. Lalot, F. Dujardin) ............................... 117
A6.2. UMR 5023 – LEHNA (P. Marmonier, C. Piscart, G. Bornette, F. Arthaud, M. Novel) .......................... 117
A6.3. Mines ParisTech – Géosciences (N. Flipo, A. Mouhri ; J.P. Vergnes) ................................................. 118
A6.4. UMR – 7619 Sisyphe (F. Rejiba, L. Bodet, R. Guérin, F. Habets, C. Thierion) .................................... 118
A6.5. Irstea (G. Tallec) ................................................................................................................................... 119
A6.6. BRGM DAT Poitou-Charentes (M. Chatelier, O. Douez) ...................................................................... 120
Table des matières complète ........................................................................................................................... 121

Page 121 sur 124


Onema Armines
Hall C – Le Nadar 60, Boulevard Saint-Michel
5 Square Félix Nadar 75 272 PARIS Cedex 06
94 300 Vincennes

01 45 14 36 00 01 40 51 90 50
www.onema.fr www.armines.net

NAPROM (NAPpes-Rivières : Observation et Modélisation) - D. Graillot, F. Paran, E. Lalot, F. Dujardin,


P. Marmonier, G. Bornette, C. Piscart, M. Novel, F. Arthaud, N. Flipo, A. Mouhri, J.P. Vergne, F. Habets,
C. Thierion, F. Rejiba, L. Bodet, R. Guérin, G. Tallec, M. Chatelier, O. Douez, P. Maugis, B. Augeard

Vous aimerez peut-être aussi