Vous êtes sur la page 1sur 5

UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

FACULTE DE MEDECINE-DEPARTEMENT DE PHARMACIE


MODULE D’HEMOBIOLOGIE
Dr N.Si Smail

ANOMALIES MEMBRANAIRES DU GR

I-INTRODUCTION

Les hémolyses dues à une anomalie des protéines du squelette membranaire


se résument essentiellement à deux entités clinico-biologiques : la
sphérocytose héréditaire ou maladie de Minkowski-chauffard, et
l’elliptocytose héréditaire.

Des protéines membranaires ne faisant pas partie du squelette érythrocytaire


sont impliquées dans des syndromes plus rares (ex : stomatocytose héréditaire,
xérocytose héréditaire, phénotype Rh nul, phénotype Mc Léod, etc….)

Exceptionnellement, c’est la composition lipidique de la membrane qui est


modifiée (ex : acanthocytose héréditaire, déficit en lécithine-cholestérol
acyltransférase, etc…)

II-SPHEROCYTROSE HEREDITAIRE

1-Historique et définitions

La sphérocytose héréditaire ou maladie de Minkowski-Chauffard, est la plus


fréquente des anomalies constitutionnelles du globule rouge dans le nord de
l’Europe. Son incidence clinique est d’environ 1 cas pour 5000 naissances.

La maladie est hétérogène et comporte 3 formes génétiques :


-Autosomique dominante, avec plusieurs formes : discrète, modérée et sévère ;
-Autosomique dominante avec acanthocytose ;
-Autosomique récessive (homozygote ou hétérozygote composite)

1
2-Physiopathologie

a-Lésions moléculaires :

Sur le plan moléculaire, il existe diverses lésions primitives ou secondaires.


Il existe plusieurs anomalies biochimiques :
-il s’agit le plus souvent d’anomalies de l’ankyrine(60% des cas) ou de la bande
3(20%)
-les anomalies primitives de la proteine 4-2 ou des chaines de spectrine sont
rares ou exceptionnelles ;
-ces lésions provoquent :

Une déstabilisation des portions membranaires avec microvésiculation, ces


microvésicules sont libérées. Il en résulte une diminution du rapport
surface/volume érythrocytaire et transformation des discocytes en sphérocytes.
Les érythroblastes et les réticulocytes sont normaux ;les sphérocytes sont des
globules rouges rigides et déshydratés qui ont perdu leur capacité de
déformabilité et ils sont séquestrés par les capillaires de la rate, lyse et
phagocytose par les macrophages ;

3-Diagnostic positif

3-1-Circonstances de découverte

-forme habituelle : petite enfance ; ictère, anémie chronique peu intense,


splénomégalie modérée, notion d’antécédents familiaux

-forme modérée : hémolyse bien compensée, affection dépistée à l’âge adulte

-forme sévère ou le diagnostic est posé dès la naissance, avec ictère néonatal
nécessitant une exsanguino-transfusion.

3-2-Tableau hématologique

-anémie hémolytique normochrome et normocytaire

VGM et TCMH sont normaux mais le pourcentage des cellules


microcytaires(VGM<60fl) est augmenté ; une CCMH élevée (> 35g/dl)
traduisant la déshydratation des GR.

-frottis sanguin : sphérocytes( diamètre réduit,coloration très foncée, sans pâleur


centrale ; érythroblastose sanguine modérée(<10%) ; réticulocytes élevés ; les
GB et les plaquettes sont normaux
2
-fer sérique et la ferritinémie sont normaux ou élevés ; la bilirubine libre est
élevée ;

3-3-Tests d’hémolyse in vitro :

3-3-1-La fragilité osmotique des GR aux solutions hypotoniques est


augmentée

Normalement l’hémolyse débute à 0.45-0.50% de NaCL et après incubation


pendant 24h à 37°C à 0.55-0.65% ; elle est totale à 0.25-0.35%.
Dans la sphérocytose héréditaire, l’hémolyse est plus précoce, apparaissant à
0.55% et totale à 0.40%.

3-3-2-Le Pink test : est anormal ; le temps de lyse des GR du malade est
beaucoup plus court que chez le sujet normal :L’hémolyse à PH acide (6.6) dans
une solution de Nacl(25 mmol) par adjonction de glycérol. Les sphérocytes sont
hémolysés et le surnageant rosit, l’Hb libérée est dosée par méthode
colorimétrique : les résultats sont exprimés en % d’hémolyse du surnageant par
rapport à l’hémolyse totale ;

% d’hémolyse=DO surnageant x 100 / DO du 100% de lyse

V Nl : 0-30%. Dans la sphérocytose, il est ˃30%.

Ces tests ne sont pas spécifiques et ne peuvent servir qu’au dépistage ;

3-3-3-L’autohémolyse spontanée in vitro à 37° : est chez le sujet normal de


0.2 à 2% au bout de 48h ; chez le malade elle est très augmentée, mais cette
hyperhémolyse est corrigé par l’adjonction de glucose qui permet le maintien
d’un taux d’ATP intracellulaire. Ce test est plus spécifique ;

3-4-Examens biologiques spécialisés :

3-4-1-L’ektacytométrie qui étudie la déformabilité des GR soumis à une force


de cisaillement constante générée par un viscosimètre. Parallèlement , on fait
varier de façon continue l’osmolarité du milieu de suspension. Les GR circulent
en flux continu, passent devant un rayon laser dont ils diffractent la lumière. Le
signal lumineux est traduit en index de déformabilité(ID) qui quantifie
l’étirement ou l’ellipticité de la cellule.

Technique fiable et très sensible ; elle permet de faire le diagnostic de toutes les
sphérocytoses héréditaires et de les distinguer des autres anomalies

3
constitutionnelles de membrane . Seuls les cas de Dyserythropoïèse congénitale
de type II et d’anémie hémolytique auto-immune peuvent reproduire les mêmes
résultats.

3-4-2-étude des protéines membranaires : par éléctrophorèse sur gel de


polyacrylamide SDS-PAGE:

Principe : extraction et préparation des membranes, dosage des protéines,


analyse des protéines membranaires sur gel de polyacrylamide → mise en
évidence d’un déficit partiel, total ou bande anormale ;

C’est une technique qualitative et quantitative. Cette technique manque de


sensibilité ; elle a été remplacée par l’électrophorèse capillaire sur gel

SDS-PAGE : Sodium Dodecyl Sulfate-Electrophorèse sur gel de


polyacrylamide.
SDS-CGE : Sodium Dodecyl Sulfate- Electrophorèse capillaire sur gel.

3-4-3-Cytométrie en flux après marquage des GR avec l’éosine-5’ –


maleimide (EMA) :
L’EMA est une molécule fluorescente qui se lie aux protéines bande 3 des
hématies. La quantité de bande 3 accessible à l’EMA en surface de l’hématie est
proportionnelle à la surface membranaire quelque soit l’anomalie d’ancrage
entrainant les pertes membranaires (spectrine , ankyrine, protéine 4.2 ou
protéine bande 3)
Sensibilité : 93-96% Spécificité : 95-99%
Inconvénients : faux positifs avec les autres anomalies membranaires.

3-4-4-étude isotopique de la durée de vie des hématies :

Par marquage des GR au chrome 51(Cr51) et permet de révéler :


-une diminution de la vie des hématies
-une destruction sélective des GR au niveau splénique.

3-4-5-étude moléculaire

4
III-ELLIPTOCYTOSE HEREDITAIRE

1-Etiologies

-prédomine chez les sujets de race noire contrairement à la sphérocytose ;


-se transmet selon le mode autosomique dominant ;due à une anomalie de la
spectrine ou de la protéine 4.1
-l’anomalie caractéristique est la présence sur le frottis sanguin de plus de 15%
de GR ayant une forme ovale. Des elliptocytes sont observés dans : les
thalassémies, anémie macrocytaire, carence en fer, déficit enzymatique.

2-Diagnostic

-habituellement cliniquement latente, elle se traduit uniquement par l’anomalie


morphologique des GR.
-dans 10 à 15% des cas il existe une anémie hémolytique semblable à celle de la
sphérocytose héréditaire ;
-le test de résistance globulaire et de l’autohémolyse sont normaux en l’absence
d’hyperhémolyse.

Vous aimerez peut-être aussi