Vous êtes sur la page 1sur 7

2.

1 Généralités

2.1.1 Introduction
2.1.2 Exemples d’applications
2.1.3 Définitions
2.1.4 Matériaux
2.1.5 Types de tirants
2.1.6 Notations
2.1.7 Déplacements
2.1.8 Contraintes dans l’acier et forces
d’ancrage

2.1.1 Introduction Parmi les nombreuses techniques développées autour de la


précontrainte, celle des tirants d’ancrage dans le sol a été l’une
des toutes premières. En effet, dès 1939, Eugène Freyssinet
utilisait, en association avec des vérins plats, des tirants
précontraints ancrés pour stabiliser le barrage de Beni Bahdel
(Algérie). Puis en 1944, l’arrivée des « CONES FREYSSINET »
permettait la mise en œuvre de tirants précontraints pour renforcer
le barrage de Poses.
Depuis lors, un essor considérable a eu lieu dans ce domaine
d’application et, grâce à l’évolution technologique, l’étendue des
possibilités s’est fortement accrue permettant ainsi aux projeteurs
et aux constructeurs de résoudre avec sûreté et efficacité les
problèmes liés aux techniques actuelles de construction.
Ce document a pour but de mieux faire connaître, aux auteurs
de projets ainsi qu’aux entrepreneurs, les diverses possibilités
offertes par le système Freyssinet dans le domaine des tirants
d’ancrage précontraints.
De plus, les services techniques de la société sont à la disposition
des bureaux d’ingénieurs et des entreprises pour l’étude de
solutions adaptées aux besoins les plus divers.
La présente documentation se base sur l’expérience acquise
au cours des nombreuses années d’application des produits et
procédés Freyssinet ainsi que sur la norme SIA 267 + 267/1 (2003)
et EN 1537 (1999), les normes SIA 262 + SIA 262/1 (2003), les
directives de l’Office fédéral des routes et le guide de l’Office
fédéral des routes. Elle prend en compte l’évolution la plus
récente de la technologie des tirants.
De plus, toutes les mesures nécessaires sont prises pour assurer
la qualité de nos produits et prestations conformément à notre
système qualité certifié ISO 9001.
L’attestation de conformité de notre système de tirants d’ancrage
ainsi que le certificat SQS, ISO 9001 sont disponibles sur
demande.

06/2007-1 freyssinet sa | Introduction 2.1


2.1 Généralités

2.1.2 Exemples d’application

Les tirants FREYSSINET ancrés


dans le sol sont largement
utilisés pour assurer la stabilité
des ouvrages en associant le
poids des terrains environnants
à l’équilibre de la structure.

Parois des fouilles


C’est l’application la plus fréquente des ancrages dans le sol.
Elle concerne toutes les méthodes de construction des parois :
moulages dans le sol à la bentonite, panneaux préfabriqués,
parois berlinoises, etc. Les ancrages sont mis en œuvre au fur et
à mesure de la progression de l’excavation, et assurent la stabilité
des parois sous la charge du terrain et des immeubles voisins.

Barrages
L’ancrage dans le sol de
barrages peut être réalisé,
soit au moment de leur
construction, soit beaucoup
plus tard, lorsqu’il s’agit de
solidariser une surélévation
avec un barrage existant, et
améliorer la stabilité de celui-ci,
ou lorsqu’il s’agit de consolider
un barrage qui présente des
signes de défaillance. Des
tirants peuvent être également
ancrés dans le béton.

06/2007-1 freyssinet sa | Exemples d’application 2.2


2.1 Généralités

Radiers résistants aux sous-pressions Structures souterraines


Les cuvelages étanches d’immeubles peuvent subir des sous- Epinglage du rocher des
pressions importantes (nappe phréatique élevée) susceptibles de voûtes et parois d’ouvrages
faire flotter la structure. tels que centrales électriques
souterraines, galeries, tunnels
et souterrains divers.

Murs de quai Structures diverses


L’amélioration de la stabilité de murs de quai est un type Les applications peuvent
d’application fréquent, quel que soit le mode de construction être très variées. Ancrage
du mur de quai : rideau de palplanches, béton coulé sur place, d’ouvrages de grandes
éléments préfabriqués, parois moulées. hauteurs soumis à l’effort
du vent (tours, cheminées,
pylônes), ancrage de massifs
de câbles de ponts suspendus,
culées de ponts, ouvrages
présentant de grands porte-
à-faux (hangars d’aviation,
tribunes de stades…)

Murs de soutenement
Les murs de soutènement qui longent les routes à flanc de
montagne ont souvent besoin d’être ancrés. Il est également
possible d’épingler à leur partie arrière les terrains à forte pente
qui tendent à glisser ou à s’ébouler.

06/2007-1 freyssinet sa | Généralités 2.3


2.1 Généralités

2.1.3 Définitions

Les tirants d’ancrage • la longueur de scellement qui transmet l’effort au sol à la


précontraints sont des profondeur définie par l’auteur du projet. La transmission de
éléments de construction dont l’effort s’effectue par le corps d’ancrage réalisé par injection
la fonction est de transmettre du terrain au coulis de ciment. La longueur de scellement
des efforts au sol, sol meuble indiquée dans les documents de soumission est choisie par les
ou rocher, par l’intermédiaire responsables des études sur la base de valeurs d’expérience
d’armatures actives. ou d’essais antérieurs. La longueur de scellement nécessaire
Ils comportent trois parties est déterminée sur la base d’essais de traction exécutés
principales : préalablement ou au début des travaux d’ancrage. Pour assurer
la résistance ultime interne du tirant (transmission de l’effort des
torons au coulis d’injection), la longueur de scellement ne doit
pas être inférieure à 3 m’ ;
• la longueur libre qui permet l’allongement du câble lors de sa
mise en tension. Dans le but de limiter les pertes de force
d’ancrage au cours de la durée d’utilisation de l’ouvrage, il peut
être opportun de choisir une longueur libre supérieure à la
longueur théorique calculée. En règle générale, la longueur libre
ne devrait pas être inférieure à 7 m. ;
• la tête d’ancrage qui maintient le câble tendu et transmet l’effort
du câble à la structure ancrée.

2.1.4 Matériaux Les torons et les têtes d’ancrage constituant les tirants ont les
mêmes caractéristiques que ceux utilisés dans les structures
précontraintes. Ils répondent aux exigences de l’article 3.3 de la
norme SIA 262 (2003).
Pour ce qui est des torons, le paragraphe 2.2, ci-après, en rappelle
les principales caractéristiques.
Les têtes d’ancrage, avec les accessoires adaptés à leur fonction
et au type de tirant, sont présentées en détail dans le chapitre
2.4 (têtes pour tirants temporaires) et 2.6 (têtes pour tirants
permanents).
Les autres éléments entrant dans la constitution des tirants (tubes
de gainage et d’injection en PEHD, graisse, manchons, plaque
isolante, produit de remplissage) sont également fabriqués et
contrôlés selon les procédures définies dans les manuels et plans
d’assurance qualité.

06/2007-1 freyssinet sa | Définitions | Matériaux 2.4


2.1 Généralités

2.1.5 Types de tirants

Les tirants précontraints en sol meuble et en rocher peuvent être


définis selon différents critères :
• selon le degré de protection contre la corrosion.
L’auteur du projet fixe la catégorie de protection nécessaire
PL3 (anciennement K1) = protection poussée ;
PL2 (anciennement K2) = protection limitée ;
PL1 (anciennement K3) = pas de protection spéciale
sur la base des définitions qui figurent au chapitre 2.2.5 ci-après.
• selon la destination.
On appelle tirants permanents ceux dont la fonction doit être
remplie pendant toute la durée d’utilisation de l’ouvrage. Ils sont
conçus en conséquence et font l’objet de dispositions spéciales,
principalement en matière de protection contre la corrosion et
d’isolation électrique.
On appelle tirants temporaires ceux dont la fonction est limitée
dans le temps, en règle générale ne dépassant pas 2 ans. Les
tirants provisoires mis en place dans un milieu agressif ou soumis
à un niveau critique de courants vagabonds doivent être traités
comme des tirants permanents. Des dispositions spéciales en
matière de protection contre la corrosion doivent également être
prises pour les tirants provisoires dont la durée d’utilisation peut
être supérieure à 2 ans.
On appelle tirants d’essai des tirants spéciaux destinés à être
soumis préalablement ou au début des travaux d’ancrage à
des essais de traction ayant pour but de fournir les éléments
nécessaires au dimensionnement des tirants, en particulier la
valeur de la résistance ultime externe Ra atteignable dans la zone
donnée du sol et la longueur de scellement nécessaire.
On appelle tirants de contrôle et tirants de mesure des tirants
sur lesquels on procède à des observations et à des mesures sur
une longue période. Les mesures de la tension résiduelle des
tirants de contrôle sont effectuées à l’aide d’un vérin vissé sur le
filetage extérieur du bloc d’ancrage et celles des tirants de mesure
se font par l’intermédiaire d’une cellule prévue à cet effet.
On appelle tirants de contrôle réglables des tirants qui
permettent aussi bien une mise en tension à une valeur
supérieure qu’une détente partielle ou totale.

06/2007-1 freyssinet sa | Types de tirants 2.5


2.1 Généralités

2.1.6 Notations

Forces Résistances

Ppk valeur caractéristique de Ri résistance ultime interne du tirant


la force de rupture de Ra résistance ultime externe du tirant = résistance ultime du
l’armature terrain au droit du corps d’ancrage
Pp force d’épreuve lors des R résistance ultime déterminante
épreuves de mise en (la plus petite valeur de Ri et Ra)
tension
Ppv force d’épreuve lors Valeurs de calcul
d’essais de traction
Po force de blocage Rd valeur de calcul de la résistance ultime du tirant
(force de précontrainte au Fd valeur de calcul d’une action
temps t = 0)
P∞ force d’ancrage à la fin du Facteur
temps d’utilisation
P force d’ancrage effective γΑ coefficient de correction de la force d’ancrage
au temps 0 < t < ∞
Pser force d’ancrage théorique Valeurs représentatives
à l’état de service
Pa force initiale lors d’essais fpk résistance à la traction d’armatures de tirants précontraints
de traction ou d’épreuves en acier selon la norme SIA 262
de mise en tension fpo,1k valeur caractéristique de la limite d’écoulement de l’acier
Δ P intervalle entre 2 paliers de précontrainte selon la norme SIA 262
de charge lors d’essais de Ep module d’élasticité de l’armature de tirants précontraints
traction ou d’épreuves de Ap section de l’armature de tirants précontraints
mise en tension k taux de fluage
kkrit taux de fluage critique

2.1.7 Déplacements Δl déplacement de l’extrémité antérieure de l’armature


par rapport à un point fixe
Δ li déplacement de l’extrémité antérieure de l’armature
au temps ti
Δ lel déplacement élastique
Δ lbl déplacement permanent
s déplacement de la plaque d’appui par rapport au point fixe
v déplacement du corps d’ancrage

Le déplacement élastique est proportionnel à la force de


précontrainte P et se calcule au moyen de la formule :

P ⋅ Lfr
Δ lel =
Ep ⋅ Ap

Le déplacement effectif est mesuré et contrôlé aux divers paliers


de force au cours de la mise en tension du tirant.

06/2007-1 freyssinet sa | Notations | Déplacements 2.6


2.1 Généralités

2.1.8 Contraintes dans l’acier


et forces d’ancrage

Les relations entre les contraintes dans l’acier et les forces


d’ancrage sont présentées à la fig. 12 page 37 de la norme
SIA 267/1 (2003).
Pour les tirants d’ouvrage, les principales valeurs à appliquer sont
les suivantes :

Pp max. = 0,75 ⋅ Ppk = Ap ⋅ 0,75 fpk


Po max. = 0,60 ⋅ Ppk = Ap ⋅ 0,60 fpk
Po min. = 0,30 ⋅ Ppk = Ap ⋅ 0,30 fpk

Les valeurs précitées figurent aux chapitres 2.3 et 2.5, ci-après,


selon le nombre de torons constituant les différents tirants
temporaires ou permanents en sol meuble et en rocher.

Pour les essais de traction, l’armature est en principe renforcée et


la force d’épreuve maximum est la suivante :

Ppv max = Ap ⋅ 0,95fpo,1k ≅ Ap ⋅ 0,82 fpk

06/2007-1 freyssinet sa | Contraintes dans l’acier et forces d’ancrage 2.7

Vous aimerez peut-être aussi