Vous êtes sur la page 1sur 2

www. n ancialafrik.

com
Abidjan . Cas ablan ca . D ak ar. Tunis. Libre vi lle . Dou ala . j oh annesburg .
ÉVÉNEMENT 20
CAROLE MBESSA ELONGO, Directrice générale adjointe du groupe Business Facilities Corporation SA (BFC)

RXV GH RQV OH HU RXV OHV REV DFOHV SRXU TXH O LQGXV ULH
DIULFDLQH VH Gp HORSSH j O pFKHOOH FRQ LQHQ DOH
W D K t E

Carole Mbessa Elongo est l’une des « wonder women » les plus en vue du
paysage des a aires au Cameroun. Directrice générale adjointe du groupe
Business Facilities Corporation SA (BFC) elle est la promotrice de la
plateforme de rencontres et d’échanges Pro Meet Up and Learn (PML). Une
plateforme dont l’ADN a rme-t-elle est « d’adresser toutes les questions
ayant un impact sur le développement de l’Afrique sous le prisme de la
« cohérence africaine ». Financial Afrik l’a rencontré à Douala.
Après des études primaires et secondaires, et un BTS Action Commercial
obtenu au Cameroun elle réalise ses études supérieures en France.
Elle obtient un Diplôme Universitaire et Technologique en Gestion des
Entreprises et des Administrations à l’Université de Nantes et plusieurs
certi cations dont une en Management de l’AFPA de Nantes, ainsi qu’une
certi cation en stratégie d’image personnelle et des entreprises. Elle se fait
les dents pendant plusieurs années en commerce, cabinet de recrutement et
placement de cadres. Puis elle se lance dans la création d’entreprises dans
le commerce et dans l’import exports en France. En 2012, elle décide de
rentrer au Cameroun dans le but, dit-elle « de mettre mon potentiel et mon
énergie au service du développement de mon pays ».
Au Cameroun elle va créer plusieurs entreprises, dont une dans le
développement de solutions technologiques à fortes valeurs ajoutées,
et le groupe Business Facilities Corporation S.A, qui se déploie à travers
plusieurs domaines d’activités stratégiques opérationnels structurés ainsi :
BFC Weighing, BFC Mining, BFC Oil and Gas, BFC Energy, BFC Events
qui organise le PML. C’est à travers PLM de Carole Mbessa Elongo organise
un grand rendez-vous business, les 15 et 16 septembre 2021 à Douala.
Pour les lecteurs de Financial Afrik elle présente ce Forum économique
dont la thématique est : « Comment le nancement et le développement de
l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays
membres ? »
Dans le cadre de la deuxième édition exemple. On ne peut pas continuer à avoir livraison rallongés. Il est capital aujourd’hui fait notre gloire d’antan, nos particularités
de Pro Meet up and Learn (PML), des économies dépendantes en tout point de développer une industrie forte et et qui de ce fait seraient en phase avec nos
plateforme d’échange, de ré exion, de et prétendre accéder au développement. diversi ée en Afrique. réalités.
partage et d’a aires, vous organisez Les crises nous l’enseignent également. Cela convoque bien entendu le problème Ils pourraient envisager l’impact de leurs
un forum dont la thématique est une Nous l’avons encore expérimenté tout de son nancement, qui représente un ré exions à deux niveaux. Sur le court
ré exion autour de la ZLECAF. Avec une récemment avec le choc de la pandémie véritable dé , eût égard aux multiples terme en proposant et/ou vulgarisant
interrogation générique : « Comment Covid19. Les économies africaines ont freins structurels et obstacles qui existent. des modèles de nancement alternatifs
le nancement et le développement de démontré leur faible résilience économique Les experts du domaine ainsi que tous permettant aux PME de contourner les
l’industrie peuvent-il être un support car elles étaient pour beaucoup d’entre les autres acteurs doivent régulièrement biais immédiats, et sur le long terme
à la dynamique de croissance des pays elles totalement paralysées du fait que les échanger et ré échir à des mécanismes formuler des propositions pertinentes à
membres ? » Pourquoi ce focus sur la importations de produits manufacturés de nancement alternatifs intégrants nos l’endroit des instances dirigeantes, dans le
Zone de libre échanges africaine ? étaient impossibles, ou des délais de spéci cités en Afrique, notre culture qui a but de procéder à des réformes et, de créer
un cadre plus vertueux pour le nancement
Le contexte nous l’exige. La ZLECAF est un de nos entreprises.
marché commun qui est à ses débuts. Elle Nous avons les matières premières. Nous
représente un enjeu important pour un réel devons lever tous les obstacles qui existent
développement économique de l’Afrique, DURO 0E D (OR JR O G ZR G U pour que l’industrie africaine se développe
et charrie dans le même temps son lot et s’étende à l’échelle continentale et
d’opportunités pour les entrepreneurs. Il est
ZRP O SO Y G SD DJ G internationale.
donc nécessaire de déterminer les outils qui affaires au Cameroun. Directrice générale Le Cameroun s’est-il inscrit dans la
permettront aux entreprises ainsi qu’aux dynamique de la ZLECAF ? On ne sent
Etats de tirer parti de cette zone de libre- DGMRL G JUR S L )DFLOL L pas véritablement l’engagement des
échange en adressant progressivement tous pouvoirs publics ni même les acteurs du
les dé s qui sont gre és à sa mise en œuvre
RUSRUD LR ) OO OD SURPR ULF secteur privé, pour faire bouger les lignes
e ective. G OD SOD IRUP G U FR U G pFKD J et faire avancer les choses.

Pourquoi mettez-vous l’accent sur Pro Meet Up and Learn (PML). Une plateforme Le Cameroun a pris la mesure des enjeux
l’industrie et son nancement ? de cette zone de libre-échange et s’organise
dont l’ADN af rme-t-elle est « d’adresser pour en tirer le meilleur parti. Les pouvoirs
L’industrie est une clé indiscutable pour R O T LR D D LPSDF UO publics sont actifs et ne ménagent pas
le développement d’un pays ou d’un les e orts pour que les entreprises
continent. GpY ORSS P G O IULT R O SUL P camerounaises soient de la partie.
Ce sont les révolutions industrielles qui ont
fait les nations puissantes d’aujourd’hui,
G OD FRKpU F DIULFDL Des séminaires sont organisés, d’initiative
publique ou privée, comme tout récemment
à l’instar de la Chine et des USA par la conférence en ligne de la Fondation

NUMÉRO 82 DU 15 JUILLET AU 14 SEPTEMBRE


www. n ancialafrik.com
Abidjan . Cas ablan ca . D ak ar. Tunis. Libre vi lle . Dou ala . j oh annesburg .
ÉVÉNEMENT 21
Inter Progress branche Afrique, qui a réuni mette en place des plateformes permettant
de nombreux experts, des entrepreneurs, que l’Afrique puisse elle-même tirer parti
des banques à l’instar d’Afreximbank, des de son formidable potentiel, à savoir ici
universitaires de renom, et des ministres les 1,2 milliards de consommateurs que
en charge de ces secteurs d’activités. Les représente son marché commun.
procédures se mettent progressivement Ce marché commun peut être rendu
en place au niveau local. Le contexte opérationnel de manière e cace en
de déploiement de cette zone est aussi continuant à traiter tous les aspects liés
particulier et représente un véritable dé , à l’é di cation d’un cadre propice et, qui
car les entreprises, qui ont beaucoup concourra à sécuriser tous les acteurs
sou ert des e ets du Covid, du fait et les pays, comme le font actuellement
notamment de la fermeture des frontières les institutions qui ont la charge du
et de la rupture forcée des relations avec déploiement de la ZLECAF. Les disparités
les fournisseurs basés en Europe et en Asie entre les zones économiques et les pays
principalement, ont compris la nécessité existent. Les cultures sont di érentes
d’innover et de se lancer dé nitivement également, ainsi que les objectifs de
dans les innombrables niches du « Made manière intrinsèque. Mais l’ensemble
in Cameroon ». Il reste à trouver, avec le représente une richesse qui devrait servir
gouvernement, les points de convergence l’objectif ultime qui est le développement
dans la promotion des « champions de l’Afrique. Les échanges doivent donc
nationaux » pour créer un cercle vertueux se poursuivre en vue d’optimiser l’existant
autour de cette opportunité de la Zlecaf. et de réformer lorsqu’il y a lieu de le faire.
D’autres pistes existent : la valorisation Les pays peuvent aussi continuer à élaborer
de nos terroirs et le national branding des mécanismes permettant de stimuler le
qui sont également des éléments clés de libre-échange.
valorisation.
Le PML est ainsi une autre initiative qui, En lançant la plateforme Pro Meet Up
avec la thématique de cette année, est and Learn quel est l’objectif visé ?
une occasion de plus pour les pouvoirs
publics, le secteur privé et les institutions Le PML a une mission, celle de mettre à
de partager sur les outils disponibles et disposition des acteurs du développement
vulgariser les procédures mises en vigueur, une plateforme permanente d’échanges,
pour les entrepreneurs d’édi er sur les de ré exions sur les problématiques liées
freins, et pour tous les acteurs de ré échir au leadership économique africain, en
au meilleur moyen d’adresser ce vaste s’appuyant sur le concept de la cohérence
marché. Les groupes de travail constitués, africaine comme levier dans l’élaboration
entre autres, sur l’agro-industrie, sur le des solutions adaptées à la construction
portuaire et la logistique, et sur le digital, d’une Afrique plus performante
autant que les ateliers sur les partenariats économiquement.
public-privé, les mécanismes de levée de L’objectif est d’en faire un outil au service
fonds, ainsi que les nouvelles approches du benchmark des bonnes pratiques et
d’accompagnement des PME et PMI, du sourcing des outils e caces et adaptés
orientent à su sance sur les meilleures pour l’écosystème économique de l’Afrique,
pistes à explorer. dans tous les pays où il va se déployer.
Qu’est-ce qui vous a poussé à vous Vous êtes vous-même une dirigeante
A l’issue de chaque édition, la substance
engager dans un tel projet ? d’entreprise, une femme d’a aires. Quel
Des rendez-vous et des plateformes des ré exions menées sera partagée avec
est votre avis personnel sur l’idée d’un
business comme Prop Meet Up and Learn les institutions, groupements d’intérêts
Lorsque j’ai décidé de rentrer en Afrique marché unique africain ? Et comment
existent un peu partout en Afrique. économiques, en totale cohérence avec
après une vingtaine d’année passées à pensez-vous qu’il peut être rendu
Qu’est ce PML apporte de spécial et de cette valeur forte de la culture africaine
l’étranger, c’était avec l’ambition d’apporter opérationnel sur le terrain ?
di érent ? qu’est le PARTAGE.
ma modeste pierre à l’édi cation d’une
Afrique prospère. Mon projet étant clair, Le marché unique africain est une
Nous pensons qu’il est important Au nal qu’attendez-vous de ce rendez-
je savais que je ne devrais pas ménager opportunité de développement. Les autres
pour les africains d’échanger, et que les vous et qu’envisagez-vous pour la
mes e orts pour le faire. L’avenir de continents l’ont fait et cette mutualisation
plateformes qui le permettent devraient prochaine édition ?
notre continent est un projet exaltant. Je leur est pro table.
être plus nombreuses et plus accessibles.
m’implique toujours dans tous les projets, Les faibles volumes d’échanges entre pays
Il est capital d’adresser régulièrement les Nous attendons que cette édition tienne
personnels ou menés par d’autres, qui ont africains ont été longuement commentés. Il
problématiques pour mesurer l’impact des ses promesses et nous apporte des
pour nalité son rayonnement. était temps que l’on passe à l’action et que l’on
concepts et des actions et ajuster au besoin, extrants e caces et pertinents, au vu
et surtout de le faire sous plusieurs angles. de la qualité des intervenants locaux et
Nous pensons qu’il en faudrait donc internationaux qui y participeront. Nous
davantage. 1R D GR T F pGL LR L espérons donc dégager et promouvoir
Le Pro Meet Up and Learn vient dans cet des solutions concrètes pro tables aux
écosystème avec un ADN bien dé ni, qui SURP R DSSRU G UD principaux acteurs, de valoriser les chaînes
est d’adresser toutes les questions ayant un ef caces et pertinents, au vu de la qualité des de valeur, de décloisonner les acteurs
impact sur le développement de l’Afrique locaux et internationaux, d’e ncourager
sous le prisme de la « cohérence africaine ». L UY D ORFD L U D LR D T L le partage et le réseautage et, au-delà
Il s’agit de poser les problématiques et de de tout, de faire émerger une nouvelle
mener les ré exions en intégrant les e ets participeront. Nous espérons donc dégager et génération d’entrepreneurs dans les
de la particularité des zones africaines promouvoir des solutions concrètes pro tables secteurs innovants. Pour ce qui concerne
où les concepts vont se déployer, d’y les prochaines éditions, nous pensons que
intégrer les éventuels freins ou leviers D SUL FLSD DF U G YDORUL U O FKDv pour rester cohérents avec notre projet,
spéci ques à la culture endogène qui elle, nous devrons les organiser ailleurs qu’au
doit demeurer, mais aussi associer les G YDO U G GpFORL R U O DF U ORFD Cameroun, a n d’impliquer encore plus les
valeurs fondamentales reconnues d’antan L U D LR D G FR UDJ U O SDU DJ O gouvernements et le secteur privé d’autres
à l’Afrique comme le partage, l’hospitalité, pays africains. Sans doute commencerons-
etc. Up D DJ D G Oj G R G IDLU pP UJ U nous par un autre pays d’Afrique centrale…
Le pro l des principaux intervenant Nous avons engagé des concertations et
étrangers, ainsi que l’implication des R Y OO Jp pUD LR G U SU U GD nous l’annoncerons en temps utile.
pouvoirs publics dans cette démarche, sont les secteurs innovants.
des indicateurs patents de cette originalité.

NUMÉRO 82 DU 15 J UILLET AU 14 SEPTEMBRE