Vous êtes sur la page 1sur 11

I.

ATTRIBUTION DU MARCHE
La procédure d’attribution d’un marché est effectuée au sein de
chaque autorité contractante par la Commission des marchés.

Cette commission, constituée en début de chaque année, a pour


rôle de :

- Recevoir les offres


- Procéder à l’ouverture en séance publique aux date et heure
limite prévues
- Evaluer les offres ou désigner un comité technique pour
l’évaluation en fonction des critères mentionnés dans le
dossier d’appel à la concurrence.
- Proposer l’attribution du marché

Attribution d’un marché à lot unique

Le candidat choisi doit être celui qui a l’offre conforme évaluée la


moins-disante et qui est reconnu réunir les critères de
qualification mentionnés dans le dossier d’appel à la
concurrence.

1ere phase : Examen de la recevabilité de l’offre

Est-ce que les conditions d’éligibilité sont remplies : candidats


en règles vis –à-vis des administrations fiscales, sociales, ne
pas faire l’objet de sanction d’exclusion dans les marchés
publics, ne pas être condamné, ne pas être en situation de
faillite

2e phase : Examen de la conformité technique

L’offre doit être conforme aux exigences du dossier d’appel sans


divergences ou réserves majeures.

Les divergences ou réserves sont celles :

- Dont l’acceptation compromet la performance ou le résultat


attendu ;
- L’acceptation porte préjudice aux candidats qui ont fait
1
l’effort de présenter des offres conformes ;
- Limitent les droits du maître d’ouvrage ou les obligations de
l’entreprise

3e phase : Analyse financière des offres conformes

Cette phase consiste à :

- corriger les erreurs arithmétiques,


- prendre en compte les rabais inconditionnels proposés,
procéder aux ajustements pour les variations mineures
- Appliquer s’il y a lieu la préférence

4e phase : classement des offres conformes ( de l’offre la moins


disante à l’offre la plus chères)

5e phase : examen de la qualification : pour le candidat ayant


proposé l’offre la moins-disante. Si ce dernier ne remplit pas les
critères de qualification, la commission d’évaluation des offres
passe au second candidat

6e phase : Attribution du marché au candidat ayant proposé


l’offre conforme, évaluée la moins disante et qui remplit les
critères de qualification prévus dans le dossier d’appel d’offres.

ATTENTION :

Ne pas confondre la conformité qui concerne l’offre et la


qualification qui concerne le candidat

2
Attribution pour les marchés allotis

Dans le cas d’un marché à lots, l’attribution se fait par lots


groupés ou séparés selon la combinaison la plus avantageuse
pour l’autorité contractante.

Exemples : Une autorité contractante lance un marché de


construction de salle de classe, en trois lots

Lot 1 : 80 salles de classes et blocs d’hygiène dans la zone Nord


(Saint Louis, Matam)

Lot 2 : 120 salles de classe dans la zone sud et sud est


(Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Tamba, Kédougou)

Lot 3 : 75 salles de classe dans la zone centre et centre ouest


(Diourbel, Kaolack, Fatick, Kaffrine et Thies

A l’ouverture des plis, quatre candidats ont déposé leur


soumission au trois lots

Soumissionnaires Lot 1 Lot 2 Lot 3

A 850 millions 1 350 millions 750 millions

B 780 millions 1 100 millions 690 millions

C 900 millions 1 200 millions 800 millions

D 800 millions 1 300 millions 775 millions

Après évaluation, les quatre offres sont déclarées conformes et


aucune erreur arithmétique n’est décelée.

Toutefois, la commission des marchés se rend compte que les


moyens humains et matériels du soumissionnaire A ne lui
permettent d’être attributaire que de deux lots :

Proposer l’attribution selon la combinaison la plus avantageuse

3
𝑝 𝑛!
Réponse : Nombre de combinaisons possible : 𝐶𝑛 =
𝑝!(𝑛−𝑝)!

3! 3𝑋2
𝐶32 = = =3
2!(3−2)! 2𝑋1

Nous avons 3 combinaisons possibles

Combinaison 1 :

Lot 1 : 1er B : 780 millions ; lot 2 : 1er B : 1 100 millions ; Lot


3 : 2e A : 750 millions

Total : 780 +1 100+ 750 = 2 630 millions

Combinaison 2 :

Lot 1 : 1er B : 780 millions ; lot 3: 1er B : 690 millions ; Lot 2 :


2e C : 1 200 millions

Total : 780+690+1200 = 2 670 millions

Combinaison 3 :

Lot 2 : 1er B : 1 100 millions ; lot 3: 1er B : 690 millions ; Lot


1 : 2e D : 800 millions

Total : 1 100+ 690+800 = 2 590 millions

La combinaison 3 est la plus avantageuse

4
CRITERES DE QUALIFICATION DANS UN MARCHE DE
TRAVAUX

1. Critères financiers

- Chiffre d’affaires annuel des activités de construction


Exemple : Estimation du « chiffre d’affaires annuel moyen » minimum
requis

Marché considéré

- Description : Installation portuaire


- Coût estimatif (imprévus compris) : FCFA 25 milliards
- Durée : 3 ans

a) Montants annuels moyens facturés prévus sur la base d’une projection


linéaire : FCFA 25  3 = FCFA 8,3 milliards/an

b) Par application du coefficient multiplicateur normal de 1,5, le chiffre


d’affaires minimum requis s’établit ainsi : FCFA 8,3 milliards/an  1,5 = FCFA
12,5 milliards/an

-
- Capacité financière ou ligne de crédits
La capacité financière vise à vérifier l’existence de moyens financiers de
l’entreprises permettant de réaliser les travaux dans l’attente de recevoir un
décompte. Une entreprise de travaux doit disposer, soit de liquidités propres
ou d’une ligne de crédits.

Exemple : Estimation des « liquidités » minimales requises

Prenons le marché considéré au paragraphe 3.2 ci-dessus :

Coût estimatif : FCFA 25 milliards

Durée : 3 ans

« Flux » moyens par mois : FCFA 25 milliards  36 = FCFA 0,7


milliards

5
détermination de la période écoulée (exemple)

a) période de travaux 1 mois

b) certificat de paiement délivré par l’Ingénieur 15 jours

c) règlement de la facture par le Maître d’Ouvrage 45 jours

d) période provisionnelle 1 mois

Total 4 mois

« liquidités » requises pour quatre mois : 4  FCFA 0,7 milliards = FCFA


2,8 milliards

2. Critère d’expérience

- Expérience générale de construction : exprimée en nombre


d’années d’ancienneté de l’entreprise dans le secteur de la
construction de façon générale ;

- Expérience spécifique : exprimée en nombre de projets


similaires
Le Candidat doit avoir exécuté des travaux similaires d’une ampleur au moins
semblable à l’ensemble des travaux faisant l’objet de l’appel d’offres. Selon
la nature des travaux en question, le critère doit avoir trait au fait que le
Candidat doit avoir mené totalement ou substantiellement à bien, au cours
des trois à cinq dernières années, un ou plusieurs marchés représentant
chacun une valeur (d’au moins 80 %) par rapport au marché proposé.

NB : Des projets similaires sont de même nature, de


même envergure et comportent la même complexité de
réalisation
Par exemple, s’il s’agit de gros travaux de terrassement, de percement de
tunnels ou de coulage de béton, le Candidat devra démontrer qu’il possède
l’expérience nécessaire en la matière pour avoir réalisé ces travaux selon des
cadences correspondant à un pourcentage donné (par exemple, 80 %) des
taux mensuels et/ou annuels de pointe estimés pour le marché considéré.

6
3. Les moyens humains
- Directeur des travaux, Conducteur des travaux, chef de
chantier, responsables de lots techniques ayant l’expertise

Pour les travaux routiers : ingénieur routier, ingénieur


géotechnicien, topographe….
Pour les ouvrages d’art : spécialiste en structures

4. Les moyens matériels

Terrassement, routes : Engins de TP : Bulldozer, grader,


compacteurs de différents types, dumper, chargeur, camion
bennes

Bâtiment : En fonction de la taille du marché (bétonnière,


bétonnière portée, centrale à béton), matériel de coffrage, lots
étais métalliques, échafaudage, grue à tour et ou grue mobile s’il
y a lieu pour les constructions en hauteur

7
Les variantes

La variante consiste en une modification, à l’initiative du


candidat, de certaines spécifications des prestations décrites
dans le cahier des charges ou plus généralement dans le dossier
de consultation. Les variantes constituent des modifications, à
l’initiative des candidats, de spécifications prévues dans la
solution de base décrite dans les documents de la consultation.

La variante permet aux candidats de proposer à l’autorité́


contractante une solution autre que celle fixée dans le cahier des
charges. Il s’agit d’une offre alternative.

La variante doit être expressément autorisée par le dossier


d’appel d’offres (DAO) et présentée des avantages économiques,
financiers ou techniques évidents par rapport à la solution de
base. Dans tous les cas, le candidat doit répondre prioritairement
aux spécifications techniques du DAO, appelé offre de base. Il ne
faut jamais perdre de vue que l’évaluation va porter sur les offres
de base. Une fois un attributaire désigné, l’autorité contractante
compare son offre de base à sa variante pour faire son choix, à
condition que l’offre variante ne soit pas plus onéreuse que l’offre
de base du candidat classé second. Donc, le candidat ne pas doit
pas négliger la réponse à l’offre de base au profit de la réponse
concernant l'offre variante.

Comment bénéficier de la marge de préférence ?

Le régime préférentiel de 15% est fonction de la nature de l’appel


d’offres. Pour un appel d’offres international il est accordé par
l’autorité contractante

aux candidats de droit sénégalais ou de pays membres de


l’uEMOA et

8
aux candidats dont les offres ne comportent que des produits
d’origine sénégalaise ou de pays membres de l’uEMOA

Pour les appels d’offres nationaux le régime préférentiel est


accordé par l’autorité contractante aux groupements d’ouvriers,
coopératives ouvrières de production, groupements et
coopératives d’artisans, coopératives d’artistes et
artisans individuels, suivis par les chambres consulaires ainsi aux
organismes d’étude, d’encadrement ou de financement agrées.
Pour bénéficier de cette marge de préférence le candidat doit :

joindre aux justifications précitées une déclaration demandant


de bénéficier de cette marge et apporter la preuve qu’il exerce
ses activités au Sénégal ou dans un pays membre de l’uEMOA

justifier l’origine sénégalaise ou communautaire de ses produits

une marge d’au plus 5% cumulable avec la marge de 15% peut


être accordée à un candidat qui décide de sous-traiter au moins
30% du marché à une entreprise locale dans le cadre d’un
marché d’une collectivité locale ou d’un établissement public.

Cas de marchés allotis

L'allotissement est la décomposition d'une commande en


plusieurs lots distincts faisant chacun l'objet d'un marché et

dont l’ensemble permet de satisfaire la totalité du besoin exprimé


par l’autorité contractante.

Lorsque le marché comporte plusieurs lots, ces derniers peuvent


faire l’objet de marchés séparés attribués à des soumissionnaires
distincts.

9
Tout candidat répondant aux critères de participation pour un lot
peut soumissionner pour ce lot.

Le candidat qui soumissionne pour plusieurs lots, doit pour


chaque lot satisfaire aux exigences spécifiées dans le dossier
d’appel d’offres (DAO) concernant :

l’expérience

la situation financière

la capacité de financement

le matériel à mobiliser,

et le personnel à affecter

10
11

Vous aimerez peut-être aussi