Vous êtes sur la page 1sur 57

PFE/Ms-EECB 2015/2016

Master Spécialisé
Efficacité Energétique et
Contrôle des Bâtiments « EECB »

Mémoire de Fin d’Etudes

Présenté à l’Ecole Nationale des sciences Appliquées

d’Agadir (ENSA) en vue d’obtenir

Le Diplôme du Master Spécialisé


Thème :

Optimisation de la consommation
énergétique à la SME FANTASIA

Réalisé par : Encadré par :

Salima ELMAARADI Mr. Mbarek FEDDAOUI, encadrant à ENSA.

Melle. Soukaina IGUIMDRANE, encadrant à l’entreprise.

Devant la commission d’examen :

Mr. FEDDAOUI, Professeur à ENSA.

Mr. MEFTAH, Professeur à ENSA.

Mr. BOUAADI, Professeur à ENSA.

I
Année universitaire 2015/2016
PFE / MS -EECB 2015/2016

Remerciements

Je remercie tout particulièrement Monsieur Mbarek FEDDAOUI, Professeur à l’Ecole


Nationale des Sciences Appliquées Agadir, d’avoir partagé son expérience en me transmettant
des conseils pertinents, sa disponibilité, ses remarques critiques de mon travail lors des
nombreuses et fructueuses discussions.

Dans le même cadre, je présente mes sincères remerciements à Melle Soukaina


IGUIMDRANE, chef service qualité pour m’avoir donné l’opportunité de passer mon stage
dans les meilleures conditions de professionnalisme, matérielles et morales, et pour sa
disponibilité, et ses précieux conseils dont j'ai bénéficiés tout au long du stage

Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoigner toute ma reconnaissance à


Monsieur Mr. Hossam, responsable maintenance et Mr. ABD, responsable technique, pour
leur aide et conseils enrichissants qu’ils m’ont procuré et pour l’intérêt qu’ils ont présenté
pour mon Projet de Fin d’Etudes.

Aussi, mes remerciements s’adressent-ils à tous le corps professoral de l’Ecole


Nationale des Sciences Appliquées d’AGADIR pour leurs efforts afin de nous assurer une
bonne formation.

Enfin, je remercie toute personne ait m'aider de près ou de loin à la réalisation de ce


travail, et que j'ai involontairement oublié de citer son nom.

Encore une fois merci à tous.

II
PFE / MS -EECB 2015/2016

Dédicaces

A mes chers parents qui m’ont toujours encouragé et aidés et soutenus moralement et
matériellement durant toute la période de mes études, je souhaite que ce travail soit un
témoignage de leurs sacrifices.

A mon frère et mes sœurs,

A tous ceux qui me sont chers.

III
PFE / MS -EECB 2015/2016

Résumé

L’efficacité énergétique est une voie prometteuse pour améliorer la rentabilité des
procédés. L’application de ses techniques commence à avoir lieu dans l’industrie marocaine.

L’objectif majeur du présent travail est ainsi de mener une étude sur la source d’énergie
et les composantes consommatrices au sein de l’usine Fantasia, tout en identifiant, analysant
et améliorant la cause des pertes énergétiques.

Avoir la meilleur combinaison possible entre ce qui est consommé réellement et la


puissance souscrite d’abonnement, ainsi, compenser l’énergie réactive dans les deux usines :
Dcheira et Ait Melloul, tout ceci a permis de réduire la facture électrique annuelle de la
Société Marocaine des Emballages.

Pour faire face aux pertes des chaudières, nous avons proposé une méthode simplifié
pour réduire l’excès d’air pendant la combustion, et pour améliorer de plus le fonctionnement
du système, nous avons élaboré une étude de mise en place des systèmes de récupération de
chaleur ce qui assure une bonne réduction en terme de combustible.

Avoir une source d’énergie gratuite comme l’éclairement naturel, n’est pas donné à tout
le monde, pour en profiter au maximum, nous avons étudié la durée dont laquelle on peut
exploiter cette source pour chaque mois de l’année et pour une meilleure efficacité du système
d’éclairage industrie, nous avons intégrer lampes LED dans l’éclairage de l’usine, ce qui
permet une économie importante sur la consommation électrique chaque année.

IV
PFE / MS -EECB 2015/2016

Liste des tableaux :

Tableau 1: Fiche technique de l'entreprise .............................................................................................................. 3


Tableau 2: Contrat ONEE souscrits ........................................................................................................................ 6
Tableau 3: Tarification de l'énergie électrique (ONEE 2015) ................................................................................. 6
Tableau 4: Ecart entre calcul de la facture par RDPS actuel et réel à l’usine Dcheira. .......................................... 9
Tableau 5: Différence de calcul entre RDPS réel et actuel à usine Ait Melloul.................................................... 10
Tableau 6: Recalcule de la puissance d'abonnement avec l'ONEE (1450KVA) ................................................... 11
Tableau 7: Recalcule de la puissance d'abonnement avec l'ONEE (500KVA) ..................................................... 12
Tableau 8: Gain en changement de la puissance souscrite (site de Dcheira) ........................................................ 12
Tableau 9: Fiche technique des chaudières à vapeur............................................................................................. 17
Tableau 10: Fiche technique des chaudières à fluide thermique ........................................................................... 17
Tableau 11: Résultats des analyses sur les chaudières à vapeur............................................................................ 19
Tableau 12: Résultats de calcul des pertes et rendements des chaudières vapeur. ................................................ 21
Tableau 13: Résultats des analyses sur les chaudières thermiques ....................................................................... 22
Tableau 14: Résultats de calcul des pertes et rendements des chaudières thermiques .......................................... 22
Tableau 15: Résultats de réglage d'excès d'air de la chaudière à vapeur 1 ............................................................ 23
Tableau 16: Economie à réaliser en cas de réglage d'excès d'air .......................................................................... 23
Tableau 17: Coefficients intervenant dans le calcul du coefficient de transmission thermique. ........................... 26
Tableau 18: Economie à réaliser en cas d'installation de l'économiseur pour la chaudière à vapeur 1. ................ 26
Tableau 19: Economie en cas d'installation d'économiseur aux chaudières vapeur 1 et 2 .................................... 27
Tableau 20: Facteur de réflexion des parois .......................................................................................................... 30
Tableau 21: Caractéristiques technique de la lampe ............................................................................................. 33
Tableau 22: Redimensionnement du système d'éclairage ..................................................................................... 33
Tableau 23: Résumé de calcul de redimensionnement du système d'éclairage ..................................................... 34
Tableau 24: Caractéristiques de la lampe LED utilisé .......................................................................................... 35
Tableau 25: Redimensionnement du système d'éclairage avec des lampes LED .................................................. 36
Tableau 26: Résumé de calcul avec une lampe LED ............................................................................................ 37
Tableau 27: Jour moyen de chaque mois de l'année ............................................................................................. 41
Tableau 28: Calcul de la durée moyenne du jour pour chaque mois ..................................................................... 42
Tableau 29: Economie sur l'éclairage en utilisant l'éclairage naturel .................................................................... 42
Tableau 30: Résumé des calcule d'amélioration du système d'éclairage et son retour d'investissement. .............. 43

V
PFE / MS -EECB 2015/2016

Liste des figures :

Figure 1: Organigramme de l'entreprise ..................................................................................... 4


Figure 2: Evolution de la puissance appelée et souscrite pendant l'année 2015. ....................... 7
Figure 3: état du cos phi actuel par rapport au recommandé..................................................... 8
Figure 4: Pénalité de retard de payement des factures électriques ............................................. 8
Figure 5: Evolution de la puissance appelé et souscrite (2015) ................................................. 9
Figure 6: état du cos phi actuel par rapport au recommandé.................................................... 10
Figure 7: Pénalité du retard de payement des factures électriques. ......................................... 10
Figure 8: Economie à gagné en cas de changement de la puissance souscrite. ....................... 13
Figure 9: Gain économique en cas d'installation de compensateur électrique ......................... 14
Figure 10: Mode de compensation globale .............................................................................. 15
Figure 11: Mode de compensation partielle et individuelle. .................................................... 15
Figure 12: Courbe de détermination de NTU........................................................................... 25
Figure 13: Coupe des couches de transmission de chaleur dans un échangeur. ...................... 25
Figure 14: Lampe LED utilisé .................................................................................................. 35
Figure 15: Ouverture d'éclairage naturel .................................................................................. 38
Figure 16: Niveau d'éclairement naturel dans l'atelier de déroulage mois de Décembre. ........ 39
Figure 17: Niveau d'éclairement naturel dans l'atelier de déroulage mois de Juin .................. 40

VI
PFE / MS -EECB 2015/2016

Nomenclature :

*1 ONEE Office National de l’Electricité et l’eau potable


*2 PS Puissance Souscrite
*3 RDPS Redevance de Dépassement de la Puissance Souscrite
*4 Papp Puissance Appelée
*5 Q Puissance Réactive
*6 Pf Prime fixe
*7 Qc Capacité de condensateur
*8 P Puissance Active
*9 Cos (φ) Facteur de puissance
*10 PCI Pouvoir Calorifique Inférieur
*11 ρ Masse Volumique
*12 NTU Nombre d’Unité de Transfert
*13 LED Light-emiting diode

VII
PFE / MS -EECB 2015/2016

Table des matières

Remerciements .......................................................................................................................... II

Dédicaces ................................................................................................................................. III

Résumé ..................................................................................................................................... IV

Liste des tableaux : .................................................................................................................... V

Liste des figures : ..................................................................................................................... VI

Nomenclature : ........................................................................................................................VII

Introduction générale : ............................................................................................................... 1

Chapitre I : Présentation de l’entreprise ..................................................................................... 2

I.1 Historique de l’entreprise : ............................................................................................ 3

I.2 Fiche technique de l’entreprise :.................................................................................... 3

I.3 Objectifs stratégique de FANTASIA : .......................................................................... 4

Chapitre II : Analyse des factures d’ONEE. .............................................................................. 5

II.1 Analyse des factures de la SME FANTASIA: ............................................................. 6

II.1.1 Usine Dcheira : ........................................................................................................ 6

II.1.2 Usine Ait Melloul : .................................................................................................. 9

II.2 Recommandations pour l’amélioration :.................................................................. 11

II.2.1 Usine Dcheira : ...................................................................................................... 11

II.2.2 Usine d’Ait Melloul:.............................................................................................. 13

Chapitre III : Amélioration de l’efficacité énergétique des chaudières.................................... 16

III.1 Description des chaudières : ..................................................................................... 17

III.1.1 Chaudières à vapeur : ......................................................................................... 17

III.1.2 Chaudières thermiques : ..................................................................................... 18

III.2 Calcul du rendement : ............................................................................................... 19

III.2.1Chaudières à vapeur : .......................................................................................... 19

VIII
PFE / MS -EECB 2015/2016

III.2.2 Chaudières thermiques : ..................................................................................... 22

III.3 Plan d’action : ............................................................................................................ 23

III.3.1 Réglage d’excès d’air : ........................................................................................ 23

III.3.2 Récupération de la chaleur des fumées : ........................................................... 24

Chapitre IV : Gestion d’éclairage de la SME Dcheira ............................................................. 28

IV. 1 Diagnostique de l’existant : ...................................................................................... 29

IV.2 Dimensionnement du système d’éclairage : ............................................................. 30

IV.3 Amélioration du système d’éclairage : ..................................................................... 35

IV.3.1 Utilisation des lampes LED: ............................................................................... 35

IV.3.1 Niveau d’éclairement naturel : .......................................................................... 37

Conclusion ................................................................................................................................ 44

Bibliographie, web graphie : .................................................................................................... 45

Annexes .................................................................................................................................... 46

IX
PFE/Ms-EECB 2015/2016

Introduction générale :

Le Maroc ne possède pas assez de sources énergétiques, il dépend quasi totalement de


l’extérieur, pour satisfaire sa demande économique croissante et sa progression
démographique. Cependant cette dépendance énergétique très élevée, environ 96% en 2008,
commence à baisser vue l’intégration des énergies renouvelables dans la consommation
national, avec 94.6% en 2010 visant au long terme un chiffre de 85.44% en 2025.Dans le
cadre de cette vision, le Maroc a adopté dés 2009, une stratégie nationale qui considère
l’efficacité énergétique (quatrième source d’énergie) comme priorité nationale contribuant à
l’économie de 12% d’énergie à l’horizon 2020 et 15% en 2030.

A ce sujet, le Maroc fait appel la loi N°47-09 du Mai 2012, relative à l’efficacité
énergétique dont l’objectif est d’éviter le gaspillage et atténuer le coût d’énergie sur
l’économie nationale et contribuer au développement durable. C’est dans ce contexte que la
Société Marocaine d’Emballage Fantasia, vise la réduction de sa consommation énergétique.
Pour atteindre l’objectif de la SME, ce projet de fin d’études prend place pour détecter les
lacunes cause de fuites, comme les éléments constituant le contrat d’abonnement avec
l’Office National d’électricité et l’Eau potable, les installations énergivores, par exemple les
chaudières, ainsi que le système d’éclairage fonctionnant en continu.

L’intégration de l’efficacité, nécessite la mise en place d’un ensemble d’actions


d’améliorations, débutant par la modification de la puissance souscrite, la compensation de
l’énergie réactive, la réduction des pertes de chaleur dans les chaudières et l’intégration des
technologies innovantes au niveau d’éclairage tout en bénéficiant de l’éclairement naturel.

Pour ceci, nous allons commencer par une présentation de la SME Fantasia dans le
premier chapitre. En second chapitre, on focalisera sur l’analyse des factures ONEE, les
failles rencontrées et les améliorations proposé. Le troisième chapitre met l’accent sur la
rentabilité des chaudières avant et après l’implantation des solutions proposés. On terminera
par un quatrième chapitre, qui rénove le système d’éclairage dans le cadre d’efficacité
énergétique.

1
PFE / MS -EECB 2015/2016

Chapitre I : Présentation de l’entreprise


But : Définir l’entreprise d’accueil en terme économique et
administratif.

2
PFE / MS -EECB 2015/2016

Le Maroc, est considéré comme l’un des pays exportateurs des agrumes et des primeurs, ce
secteur est très important pour l’économie nationale. Malgré quelques difficultés rencontrés
récemment et qui sont tributaires des conditions climatiques et concurrentielles. La
commercialisation des emballages est indispensables pour l’exportation des produits agricoles ce
qui a poussé la SME (société Marocaine des emballages) FANTASIA de s’inscrire dans le secteur
des emballages.
I.1 Historique de l’entreprise :
L’entreprise FANTASIA a été crée en 1947 par le Français "PIERRE ANGEBAULT"
et avait comme mission la fabrication et la commercialisation des briques rouges destinées
aux constructions. En 1958, elle changea d’activité et se spécialisa dans la fabrication et la
commercialisation des emballages en bois pour les Agrumes et les Primeurs destinées
exclusivement à l’exportation. Depuis cette date, FANTASIA accompagne les exportateurs
d’une manière soutenue et elle a participé activement à l’évolution de l’emballage, depuis le
billot, la caisse africaine, la floridienne, la caisse armée, le pack, le plateau hollandais et
actuellement le plateau européen avec l’introduction du kit et le montage en station. Ce
changement radical est dû à l’importance du marché des produits agricoles dans la région
SOUSS - MASSA ainsi qu’à la proximité des clients dont pourrait bénéficiée FANTASIA. En
1973 son nom devient "la Société Marocaine des Emballages FANTASIA".
I.2 Fiche technique de l’entreprise :
Tableau 1: Fiche technique de l'entreprise

Société SME FANTASIA (Société Marocaine des Emballages Fantasia

Logo

Secteur Industrie du bois


Activités Fabrication d’emballages en bois pour les primeurs et les agrumes
Forme juridique SA
Capital 5 250 000
E-mail smefantasia@sudp.ma
Téléphone +212(0)528 27 15 74/+212(0)528 27 15 80
Fax +212(0)528 27 15 82
Adresse BD Mohamed V BP 74, 80350 INEZGANE
Effectif 640

3
PFE / MS -EECB 2015/2016

Figure 1: Organigramme de l'entreprise

I.3 Objectifs stratégique de FANTASIA :

La mission principale de la Société Marocaine d’Emballages FANTASIA, est


d’accompagner les exportateurs des agrumes et primeurs, de la région SOUSS-MASSA en
particulier, dans leurs exportations, en leur offrant des emballages en bois qui répondent à
leurs exigences en termes de qualité, prix et sécurité.

La SME FANTASIA, offre à ses clients un produit de bonne qualité afin de faire face
aux exigences du commerce international dans une économie de plus en plus compétitive et
concurrentielle. En outre, la société répond à un besoin social qui entre dans le cadre de ses
objectifs et vocations, à savoir, la création de l’emploi et la contribution au développement
économique et social dans la région.

4
PFE / MS -EECB 2015/2016

Chapitre II : Analyse des factures d’ONEE.


But : Etude et analyse des factures d’ONEE pour détecter les
anomalies et les rectifier.

5
PFE / MS -EECB 2015/2016

Lorsqu’on parle d’économie d’énergie ou d’optimisation de la consommation


énergétique, on s’attend à la réduction de la facture électrique puisqu’elle représente dans la
plupart du temps la source fondamentale d’alimentation des différentes énergivores. Donc
pour atteindre le but de réduire la consommation électrique, il était indispensable de débuter
par une analyse de facture, à travers l’étude, l’analyse et la proposition de solutions adéquates.

La SME FANTASIA détient deux contrats ONEE (*1) moyenne tension pour Dcheira et
Ait Melloul :

Tableau 2: Contrat ONEE souscrits


N° de contrat Lieu de consommation Tarification
2388625 Dcheira MT Général
4369186 Ait Melloul MT Général

II.1 Analyse des factures de la SME FANTASIA:

II.1.1 Usine Dcheira :

Le but de cette analyse est de mettre l’accent sur la consommation, le dépassement et le


facteur de puissance tout en s’appuyant sur des graphes représentatifs.

Pour quantifier cette consommation et l’économie à réaliser, on devrait voir la


tarification d’ONEE de l’année 2015 puisqu’elle change d’une année à une autre selon les
circonstances.

Tableau 3: Tarification de l'énergie électrique (ONEE 2015)

Hiver Eté PRIME FIXE Prix en


Postes horaires
du 01/10 au 31/03 du 01/04 au 30/09 (DH/an) DH/kWh

Heures de Pointe (HP) 17h à 22h 18h à 23h 1,16465

Heures Pleines (HPL) 07h à 17h 07h à 18h 371,63 0,81351

Heures Creuses (HC) 22h à 07h 23h à 07h 0,53632

6
PFE / MS -EECB 2015/2016

1800

1600

1400

1200
Puissance en KVA

1000

800

600

400

200

janv.-15 févr.-15 mars-15 avr.-15 mai-15 juin-15 juil.-15 août-15 sept.-15 oct.-15 nov.-15 déc.-15
PS KVA (*2) 1450 1450 1450 1450 500 500 500 500 1450 1450 1450 1450
(*3)
P app KVA 1617.0 1424.5 1566.8 1621.5 1307.7 1246.7 1200 375.75 1338.5 1346.7 1505.4 1553.9

Figure 2: Evolution de la puissance appelée et souscrite pendant l'année 2015.

La puissance souscrite avec l’ONEE dans le site Dcheira est entre 500KVA et
1450 KVA selon le niveau de consommation mensuel. La puissance appelée pendant cette
année suit le même rythme que celle enregistré chez l’ONEE sauf les mois de Mai à Août où
la consommation est assez faible.

On constate d’après ce graphe que dans la majorité des mois, le dépassement de


puissance qui est la différence entre la puissance appelée et la puissance souscrite n’apparait
pas ou il figure avec une faible puissance, sauf les trois premier mois où il ya un changement
puissance souscrite de 1450KVA à 500KVA.

7
PFE / MS -EECB 2015/2016

1.2
1
0.8
0.6
Cos phi 0.4
0.2
0

janv.- févr.- mars- avr.- mai- juin- juil.- août- sept.- oct.- nov.- déc.-
15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15
CosΦ facture 0.786 0.789 0.785 0.769 0.796 0.839 0.85 0.998 0.898 0.943 0.914 0.908
Cos Φ recommandé 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8

Figure 3: état du cos phi actuel par rapport au recommandé


Avant le mois juillet, il y’avait des problèmes de diminution du facteur de puissance
cos(φ) (*9) = 0.7, durant après on constate que ce problème à été résolu puisqu’il dépasse
maintenant 0.9.

1400
1200
Menton en DH/mois

1000
800
600
400
200
0

janv.-15 févr.-15 mars-15 avr.-15 mai-15 juin-15 juil.-15 août-15 sept.-15 oct.-15 nov.-15 déc.-15
Retard 334.85 0 0 0 879.23 0 0 0 0 0 1169.6 438.3

Figure 4: Pénalité de retard de payement des factures électriques

Chaque facture à un délai pour payer ce qui est consommé, le dépassement de ce dernier
engendre des pénalités, pour l’année 2015 la somme des pénalités sur le retard est de
2487.13DH.

8
PFE / MS -EECB 2015/2016

• Remarque :

Parmi les remarques importantes sur les factures de la SME, la méthode de calcul de la
redevance de dépassement de la puissance souscrite, qui est normalement :

(∗ 4) = 1.5 ∗ ∗( − )
12

Alors que dans le calcul de la facture par l’ONEE, il y’avait :

(∗ 6)
= ∗( − )
12

Tableau 4: Ecart entre calcul de la facture par RDPS actuel et réel à l’usine Dcheira.

Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Actuel Dh 558536 393093 517879 537678 381067 414893 312289 64461 363334 586936 718794 736082

Réel Dh 562958 393093 520977 542232 402462 434665 330824 64461 363334 586936 720263 738835

Diff Dh 4422 0 3098 4554 21395 19772 18535 0 0 0 1469 2754

Total Dh 75999

Cette erreur de calcul, a diminué la facture annuelle en électricité d’environ 76000 Dh,
l’équivalent de 1.3%.

II.1.2 Usine Ait Melloul :

500
450
400
Puissance en KVA

350
300
250
200 PS
150
100 P app
50
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
PS 450 450 450 450 450 450 450 450 450 450 200 200
P app 223. 234. 230. 207. 79.4 287. 309. 251. 294. 277 260. 266.

Figure 5: Evolution de la puissance appelé et souscrite (2015)


L’usine de la SME situé à Ait Melloul, a 450KVA comme puissance souscrite avec
l’ONEE durant une période de 10mois et 200KVA le reste de l’année (mois novembre et
décembre). La première période ne pose pas de problème au niveau de dépassement de

9
PFE / MS -EECB 2015/2016

puissance mais l’année finie par deux dépassements en parallèle avec le changement du
contrat ONEE

1
0.8
0.6
Cos phi

0.4
0.2
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
CosΦ facture 0.90 0.90 0.90 0.91 0.34 0.55 0.55 0.53 0.54 0.57 0.57 0.60
Cos phi reco- 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8

Figure 6: état du cos phi actuel par rapport au recommandé.

Ce graphe prouve que la valeur du facteur de puissance à l’usine Ait Melloul est sous le
seuil exigé par le distributeur d’électricité (ONEE), ce qui provoque des pénalités.

200
Menton en DH/mois

150
100
50
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Retard 35.0 0 0 0 87 0 0 0 0 0 166. 165.

Figure 7: Pénalité du retard de payement des factures électriques.

Pour l’usine d’Ait Melloul, il existe aussi des retards sur quelques mois mais à faible
poids par rapport à l’usine de Dcheira, avec une somme de 367.33 Dh pendant l’année 2015.

Remarque :

Tableau 5: Différence de calcul entre RDPS réel et actuel à usine Ait Melloul.
Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Avant Dh/mois 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2809.989802 3091.817053
Après Dh/mois 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4214.984703 4637.725579
Diff Dh/mois 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1404.994901 1545.908526
Total Dh/an 2950.903427

10
PFE / MS -EECB 2015/2016

La RDPS est calculé de la même façon que pour l’usine Dcheira, donc, dans le cas
normale, on aura à payer 2950Dh par an de plus.

II.2 Recommandations pour l’amélioration :

II.2.1 Usine Dcheira :

La puissance souscrite liant l’ONEE avec la SME, prend une valeur de 1450KVA et
change dans une période à 500KVA.

Tableau 6: Recalcule de la puissance d'abonnement avec l'ONEE (1450KVA)

Jan Fev Mars Avril Sept Oct Nov Dec RDPS+RP


Pss App.
1618 1425 1567 1622 1339 1347 1506 1554
(kVA)

1339 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415613.5425

1339+1 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 414274.5425

1339+2 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 414274.5425

1339+3 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 414274.5425

. .
. .
. .
1423 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415697.5425

1424 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415698.5425

1425 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415699.5425

1426 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415700.5425

1427 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415701.5425

1428 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415702.5425

. .
. .
. .
1621 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415895.5425

1622 75162.17 66196.59 72793.03 75347.98 62201.57 62573.2 69959.35 72189.13 415896.5425

Selon les calculs, par la méthode de dimensionnement de la puissance souscrite, il est


recommandé de garder l’abonnement en 1450KVA comme il est, puisque la valeur trouvé est
de 1425 KVA, donc une différence de 25 KVA, qui n’est pas motivante.

11
PFE / MS -EECB 2015/2016

Tableau 7: Recalcule de la puissance d'abonnement avec l'ONEE (500KVA)

Mois Mai Juin Juillet Out


RDPS+RP
Pss App. (kVA) 1308 1247 1200 376

376 43294.895 40461.216 38277.89 0 168611.63


377 43248.441 40414.763 38231.436 0 168596.14
378 43201.988 40368.309 38184.983 0 168580.66
. . .
. . .
. . .
1199 5063.4588 2229.78 46.45375 0 155867.82
1200 5017.005 2183.3263 0 0 155852.33
1201 4970.5513 2136.8725 0 0 155883.3
. .
. .
. .
1306 92.9075 0 0 0 161875.83
1307 46.45375 0 0 0 161953.26
1308 0 0 0 0 162030.68

Pour la période de Mai à Août, où le contrat est transformé à 500KVA, au lieu de


s’abonner à cette puissance, on prend 1200KVA affin de minimiser le dépassement de
puissance.

Tableau 8: Gain en changement de la puissance souscrite (site de Dcheira)


Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Avant 558536 393093 517879 537678 381067 414893 312289 64461 363334 586936 718794 736082
Après 558536 393093 517879 537678 405978 402536 299932 89174 363334 586936 718794 736082
Diff 0 0 0 0 0 12357 12357 0 0 0 0 0
Gain 24714

Si nous appliquons ce changement de puissance souscrite de 500KVA à 1200KVA, en


gagnera annuellement environ 25 000Dh. Ce changement ne nécessite qu’une demande signé
par le directeur et envoyer à l’ONEE.

12
PFE / MS -EECB 2015/2016

II.2.2 Usine d’Ait Melloul:

Nous avons basé sur les résultats du graphe N°5, pour prouver qu’on peut optimiser la
puissance d’abonnement avec l’ONEE dont le but de réduire le dépassement de puissance.
Donc sur la base de la consommation de l’année référentielle 2015, on a obtenue les résultats
motivant, une nouvelle puissance souscrite de 235KVA et 0 dépassement de puissance
souscrite. (Voir annexe 1)

100000
90000
Menton en DH/mois

80000
70000
60000
50000
40000
30000
20000
10000
0

janv.-15 févr.-15 mars-15 avr.-15 mai-15 juin-15 juil.-15 août-15 sept.-15 oct.-15 nov.-15 déc.-15
Avant 79797. 66895. 61474. 26261. 32464. 72067. 92128. 77622. 84085. 85581 66870. 84564.
Après 72207. 59304. 53883. 18671. 17890. 60788. 80787. 66039. 72639. 74559. 65971 83704
Diff 7590.5 7590.5 7590.5 7590.5 14573. 11279. 11340. 11583. 11446. 11021. 899.59 860.05

Figure 8: Economie à gagné en cas de changement de la puissance souscrite.

D’après le tableau et le graphe ci-dessus le changement de la puissance souscrite avec


l’ONEE de 450KVA à 235KVA assure une économie de 103366.7515 DH.

13
PFE / MS -EECB 2015/2016

100000
Menton en DH/mois
80000
60000
40000
20000
0

janv.-15 févr.-15 mars-15 avr.-15 mai-15 juin-15 juil.-15 août-15 sept.-15 oct.-15 nov.-15 déc.-15
Après 79797. 66895. 61474. 26261. 17399. 48797. 61968. 51182. 56068. 59225. 43076. 57607.
Avant 79797. 66895. 61474. 26261. 32464. 72067. 92128. 77622. 84085. 85581 66870. 84564.
Diff 0 0 0 0 15064. 23270 30159. 26439. 28017 26355. 23794. 26956.

Figure 9: Gain économique en cas d'installation de compensateur électrique

En analysant les factures électriques, nous avons constaté des pénalités dues à la forte
diminution du cos (φ). Avec l’installation d’un compensateur d’énergie réactive adéquat, on
arrive à économiser environ 200 057.112DH

La puissance réactive Qc (*7) requise pour la compensation, est calculée à partir de la formule
suivante :

= (∗ 8) ∗( ( é) − ( à #$ %& ))

Mois 6 7 8 9 10 11 12
P active 34463 49805 37692 43324 46535 39154 55210
P réactive 51378 74876 59167 66471 66340 56044 72736
Cos φ 0.5570591 0.5538351 0.537284 0.5460321 0.5742654 0.5727082 0.6046017

La valeur du cos φ des mois de Janvier à Avril dépasse 0.8, au mois Mai la valeur
calculé de 0.3, n’est pas prit en considération, puisqu’il représente un cas exceptionnel, donc,
on prend la valeur du cos φ minimal mesuré entre le mois de Juin et Décembre.

Cos φ (mesuré) = 0.53 et cos φ (à obtenir)= 0.9

La puissance active correspondante au cos(φ) mesuré est de 37692KW, donc

'( = 42052 *+,

14
PFE / MS -EECB 2015/2016

La capacité trouvé est assez grande ce qui veut dire un investissement très important. La
compensation globale, n’est pas une solution adaptée à notre cas.

Figure 10: Mode de compensation globale

Donc, nous avons pensé à une compensation partielle ou individuelle, pour diminuer la
capacité de compensation.

Figure 11: Mode de compensation partielle et individuelle.

La seule contrainte qui bloque cette démarche est l’absence de compteur pour chaque
atelier et machine pour mesurer consommation réel et détecter la source de problème de
cos(φ).

Globalement, l’étude et l’analyse des factures électrique pour les deux sites de la Société
Marocaine des Emballage (Dcheira et Ait Melloul), a détecté plusieurs lacunes dont on peut
réduire leur effet sur la facture électrique. L’application des différentes solutions proposées
permettra une économie de globale de 303 423 Dh/an.

15
PFE / MS -EECB 2015/2016

Chapitre III : Amélioration de l’efficacité


énergétique des chaudières
But : Calculer le rendement des chaudières de l’usine Dcheira
et proposer des actions d’amélioration du rendement et du
fonctionnement du système.

16
PFE / MS -EECB 2015/2016

La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur si


l'eau est chauffée au-delà de sa température d’ébullition. Industriellement, on utilise les
chaudières pour produire la vapeur nécessaire au fonctionnement des procédés. La source de
chaleur peut-être fournie par un combustible (gaz, fioul, charbon…) ou une résistance
électrique, dans le cas de la SME le bois est la source d’énergie.

L’usine Fantasia dispose de 4 chaudières, 2 chaudières à vapeur et 2 autres à fluide


thermique pour assurer le séchage des palettes.

Chaudières à vapeur :

Tableau 9: Fiche technique des chaudières à vapeur


N° chaudière 1 2
Type Tubes de fumée Tubes de fumée
Marque EGFI THERMIQUE EGFI THERMIQUE
N °de fabrication 178 365
Année de mise en œuvre 10/1977 12/1982
Puissance (Kcal/h) 1500000 1500000
Pression de service (bar) 0à4 0à4
Timbre (bar) 6 6
Volume de chambre de combustion (m3) 2 ,4 2 ,25

Chaudières thermiques :

Tableau 10: Fiche technique des chaudières à fluide thermique


N° chaudière 1 2
Type BV 180 BV 180
Marque STANDARD FASEL STANDARD FASEL
N °de fabrication 8114 8114
Année de mise en œuvre 11/1981 08/1989
Puissance maximale (Th/H) 1500 1500
Pression d’épreuve en usine (bar) 20 20
Température max de départ (T) 280 280
Température différentielle départ/ retour (°C) 40 40
Débit max de circulation (m3/h) 75 75
Volume fluide du générateur(l) 1790 1790

III.1 Description des chaudières :


III.1.1 Chaudières à vapeur :

La production de la vapeur d’eau à l’usine Fantasia permet l’alimentation de quatre


séchoirs servant au séchage des palettes afin d’éviter toutes apparitions de moisissures. Les
deux chaudières à vapeur utilisé à ce but ont les mêmes caractéristiques techniques et
fonctionnent presque dans les mêmes conditions.

17
PFE / MS -EECB 2015/2016

Les chaudières vapeur sont classées en deux catégories :


• Les chaudières à tubes de fumées.
• Les chaudières à tubes d’eau.
Notre étude portera sur les chaudières à tubes de fumée puisque c’est le type installé par
la SME.

Source « 1 »

Principe de fonctionnement :
Dans une chaudière à tubes de fumée, les gaz de combustion circulent à l'intérieur des
tubes tandis que l’eau entoure ceux-ci. L'ensemble est confiné dans une grande virole qui
constitue le corps cylindrique de la chaudière. Ces générateurs sont aussi appelés "chaudières
à foyer intérieur" ou "chaudière" tout court.

III.1.2 Chaudières thermiques :

Ce type de chaudière est l’équivalent d’un échangeur, avec le fluide thermique, les
transferts thermiques sont plus élevés et moins confronté aux problèmes de d'encrassement,
de corrosion ou de gel.

Le fluide reste en phase liquide tout au long du circuit et peut atteindre une température
de 280°C dans les conditions de pression assez faible.

18
PFE / MS -EECB 2015/2016

Ces chaudières alimentent des séchoirs de feuille de bois, ce séchage ne dure que
30min, ce qui minimise le temps d’attente, et montre le degré d’efficacité par rapport aux
chaudières à vapeur.

III.2 Calcul du rendement :


La chaleur apportée par un combustible qui brûle, n’est pas totalement récupérée par le
fluide que l’on veut chauffer, on perd toujours une partie par différents mécanismes.

Les pertes représentent la différence entre la chaleur totale apportée par le combustible
et la chaleur effectivement reçue par le fluide à chauffer. Ces pertes sont de natures et
d’importances différentes. Parmi les pertes les plus typiques d’une chaudière on distingue :

• Pertes par les fumées.


• Pertes par les parois.
• Pertes par purge.

III.2.1Chaudières à vapeur :

III.2.1.1 Evaluation des pertes :

D’après une analyse d’une base de données élaborée pour le calcul des pertes des
chaudières, les résultats obtenus ont été résumé dans le tableau ci-dessous :

Tableau 11: Résultats des analyses sur les chaudières à vapeur


Caractéristiques Chaudière 1 Chaudière 2
Température des fumées °C 235,7 220,4
Température air °C 25 25
Teneur en O2 (%) 10,8 4,8
Teneur en CO2 (%) 7,7 12

• Pertes par fumées :


Ces pertes sont, de loin, les plus importantes Elles représentent la chaleur emportée par
les gaz chauds sortant de la cheminée. Cette quantité de chaleur est proportionnelle au volume
des fumées et à leur température. Le coefficient de proportionnalité dépend de la composition
des gaz.

1 − 1
-./- (%) = * ∗
232

19
PFE / MS -EECB 2015/2016

Tf : Température des fumées.

Ta : Température ambiante.

K : Coefficient de proportionnalité.

• Pertes par les parois :

Ces pertes, de l’ordre de 0.5% de la puissance nominale de la chaudière, proviennent


des échanges de chaleur par convection et rayonnement entre les parois chaudes de la
chaudière et l’air ambiant. Ces pertes dépendent surtout des dimensions géométriques et la
nature des matériaux des parois de la chaudière.

0.5 ∗ 65 7(- 74857 9-


-./- . .45 (%) =
65 7(- (/6-99- 46 84:-77-

• Pertes par purge :

La purge est souvent utilisée pour contrôler le niveau total de solide dissous dans une
chaudière. Les solides dissous peuvent se déposer sur les tubes de la chaudière. Un
compromis est réalisé entre les pertes en énergie dues à la purge et en maintenant le niveau de
concentration des solides dissous à 3000 mg/l pour la plupart des chaudières industrielles
opérées aux pressions inférieurs à 20 bars.

Ces pertes proviennent de la chaleur sensible des purges. Elles dépendent de la


température et du taux de purge.

,
1 6; <- 6.=- = 100 ∗
−,

A : Taux de salinité de l’eau d’alimentation.

P : Taux de salinité de la purge.

On utilisant le graphe d’annexe 2, on déduit la valeur des pertes par purge.

• Excès d’air :

C’est la différence entre la quantité d’air utilisée et la valeur stœchiométrique (la


quantité exacte en oxygène nécessaire à la combustion complète d’une unité de combustible).

20
PFE / MS -EECB 2015/2016

3₂
- (%) = 100 ∗
21 − 3₂

III.2.1.2 Evaluation du rendement :

En général, le rendement est par définition le rapport de l’énergie utile à l’énergie totale
apporté par un combustible.

?7-.=5- 6/59-
-7<-8-7/ (%) = 100 ∗
?7-.=5- /4/ 9-

?7-.=5- /4/ 9- − -./-


-7<-8-7/ (%) = 100 ∗
?7-.=5- /4/ 9-

On définit souvent deux types de rendement selon les pertes dont on veut tenir compte
pour calculer l’énergie utile. Lorsqu’on ne tient compte que des pertes par fumées, le
rendement obtenu est appelée : « Rendement de combustion ». D’où :

?7-.=5- /4/ 9- − -./- 68é-


-7<-8-7/ (%) = 100 ∗
?7-.=5- /4/ 9-

Tableau 12: Résultats de calcul des pertes et rendements des chaudières vapeur.
Chaudière 1 Chaudière 2
Pertes par fumées 16,42% 7,98
Pertes par parois 0.5% 0.5%
Pertes par purge 1.2% 1.2%
Excès d’air 105,3% 29%
Rendement de combustion 83,58 % 92.02%
Rendement de la chaudière 81.88% 90.32%

III.2.1.2Analyse des résultats :

Les pertes par fumées constituent la majorité des fuites pour les deux chaudières, avec
16.42% pour la chaudière 1 et 7.98% pour la chaudière 2, les pertes par parois et purge sont
identique, 0.5% et 1.2% consécutivement.

Les pertes par fumées peuvent avoir comme causes : un manque d’air ou un mauvais
mélange air-combustible, dans ce cas, on ne peut pas parler de manque d’air puisque l’excès
d’air constitue 105.3% de plus du besoin de la combustion. On parle d’une valeur de 30%
d’excès d’air dans le cas normale pour le combustible de bois.

21
PFE / MS -EECB 2015/2016

III.2.2 Chaudières thermiques :

On procèdera de la même façon pour le calcul du rendement des chaudières thermiques


que de celle à vapeur, la seule exception c’est que les pertes par purge ne seront pas calculées
puisqu’elle n’existe pas.

Tableau 13: Résultats des analyses sur les chaudières thermiques


Caractéristiques Chaudière 1 Chaudière 2
Température des fumées (°C) 249 253
Température air (°C) 26.5 26.5
Teneur en O2 (%) 5 5.2
Teneur en CO2 (%) 9.7 9.3

III.2.2.1 Evaluation des pertes :

Le calcule des pertes des chaudières thermiques a donné les résultats suivant :

Tableau 14: Résultats de calcul des pertes et rendements des chaudières thermiques
Chaudière 1 Chaudière 2
Pertes par fumées 13.760% 14.61%
Pertes par parois 0.5% 0.5%
Excès d’air 31.25 32.91
Rendement de combustion 86.24% 85.39%
Rendement de la chaudière 85.74% 84.89%

D’après ces résultats, on constate que comme le cas précédent, les pertes par fumées
diminuent la puissance des chaudières 1 et 2 de 13.76% et 14.61% chacune. L’excès d’air
peut être considéré dans les limites.

III.2.2.1 Analyse des résultats :

Les pertes par fumées dans ce cas ne sont pas dues à un problème d’excès d’air,
puisqu’il est dans le seuil recommandé, dans ces conditions, elles peuvent avoir comme cause
l’état non satisfaisant du brûleur.

22
PFE / MS -EECB 2015/2016

III.3 Plan d’action :

III.3.1 Réglage d’excès d’air :

La procédure du réglage d’excès d’air est une méthode de détermination de la valeur


pratique optimale du débit d’air pour opérer une chaudière. Elle consiste à ajuster les débits de
combustible et d’air, à mesurer la teneur en O₂(ou en CO₂) dans les fumées, à déterminer
l’excès d’air et à ajuster de nouveau le débit d’air à l’entrer du brûleur.

Cette procédure d’ajustement et de mesure est répétée jusqu’à ce que la valeur optimale de
l’excès d’air soit obtenue.

En suivant cette méthode de réglage, pour diminuer d’excès d’air de la chaudière à vapeur 1
de 105.3% à 30% :

Tableau 15: Résultats de réglage d'excès d'air de la chaudière à vapeur 1


Caractéristiques Avant modification Après modification
Température des fumées 235.7°C 235.7°C
Excès d’air 105.3% 30%
Teneur en O₂ 10.8% 4.48%
Teneur en CO₂ 7,7 12,2
Pertes par fumées 16,42 10,36
Rendement de combustion 83,58% 89%
Rendement de la chaudière 81.88% 87.94%

Evaluation d’économie à réaliser :

Si en arrive à réaliser ce qui est indiqué dans le tableau précédent, on gagnera environ
6% de chaleur perdue par fumées, comme le montre ce tableau :

Tableau 16: Economie à réaliser en cas de réglage d'excès d'air


Puissance de la chaudière 1500 000Kcal/h
Réduction des pertes par fumées 6.06%
Gain en puissance 90900Kcal/h
Gain en bois 18.6 Kg/h = 121.8 T/an = 238.82m3
Gain en Dh/an 586 550 Dh/an

23
PFE / MS -EECB 2015/2016

Avec un pouvoir calorifique inférieur (PCI) (*10) du bois (peuplier, pin) utilisé = 4890
Kcal/Kg. Masse volumique du bois utilisé ρ (*11) =510Kg/m3

Prix de 1m3 de bois = 2456Dh/m3.

III.3.2 Récupération de la chaleur des fumées :

La chaleur des fumées constitue la perte thermique prépondérante d’une chaudière. Il


est dès lors normal de la récupérer autant que possible, en utilisant un économiseur.

Un économiseur est un dispositif permettant de transférer de l’énergie thermique entre


deux fluides, habituellement séparés par une paroi solide.
III.3.2.1 Dimensionnement d’un économiseur :

III.3.2.1.1 Chaudière à vapeur 1 :

L’alimentation de l’économiseur se fait par l’eau du retour du condensat qui est à 60°C.
Le débit de cette eau est de 340 kg/h et le rendement de la chaudière est de 87.94%. La
température des gaz de combustion à l’entrée d’économiseur est 235.7°C, avec un débit de
0,21kg/s., en plus la chaleur massique des fumées est estimé de 1264 J/(kg. °C) en prenant en
considération la chaleur molaire des différents constituants qui contiennent dans le fumées,
ses fractions molaires, et la masse molaire moyenne de l’ensemble.

1) L’efficacité thermique d’un échangeur :

2 × '8 × (1 − 1 -)
?=
(2 × '8) × (1(- − 1 -)

4,18 × 0,1 × (90 − 60)


?=
(1,264 × 0,21) × (235.7 − 60)

? = 0.26

2) Le ratio de minimum et maximum des capacités thermiques des deux fluides R :

(2 × '8)857
=
(2 × '8)8 ;

(1,264 × 0,21)
= = 0,63
(4,18 × 0,1)

24
PFE / MS -EECB 2015/2016

3) Déterminer le nombre d’unité de transfert NTU (*12) :


La figure ci-après montre une courbe qui représente la variation de l’efficacité thermique en
fonction de NTU et R.

Avec R=0.63 et E=0.26, on trouve que NTU= 0.6.

Source « 2 »

Figure 12: Courbe de détermination de NTU


4) Coefficient de transmission thermique U :

Source « 2 »

Figure 13: Coupe des couches de transmission de chaleur dans un échangeur.


Si on suppose que les transferts de chaleur entre le fluide et la paroi, d’épaisseur e et de
conductivité thermique l, se font essentiellement par convection, U peut s’écrire de la manière
suivante :

25
PFE / MS -EECB 2015/2016

1 1 1 -
= + + + - + -(
K ℎ( ℎ N

Tableau 17: Coefficients intervenant dans le calcul du coefficient de transmission thermique.


Symbole signification Valeur
hc Coefficient d'échange convectif en W/m2.K 181.5 W/m².K
hf coefficient d'échange convectif en W/m2.K 436.17 W/m².K
λ Conductivité thermique de la paroi conductrice (aluminium) 66.6 W.K
Ref Résistance thermique d’encrassement coté froid 2*10^-4 m².K/W
Rec Résistance thermique d’encrassement coté chaud 4*10^-4 m².K/W
U Coefficient de transmission thermique 118.59 W/m².K

5) Surface totale de l’échangeur :

O1K ∗ 2 ∗ '8
,=
K

Cp : Chaleur spécifique (fumée).

0.6 ∗ 1264 ∗ 0.21


,= = 1.348²
118.59

Tableau 18: Economie à réaliser en cas d'installation de l'économiseur pour la chaudière à


vapeur 1.
Avant Après
La chaleur que l’eau doit recevoir 41.8 Kw 29.26 Kw
La chaleur fournie par la chaudière 47.53 Kw 33.2 Kw
L’économie réalisée 30.14%
Gain en puissance 452 100 Kcal/h
92.5 Kg/h
Gain en bois 605.75 T/an
1 187,74 m3
Coût du bois économisé 2 917 102 Dh/an
Coût de l’échangeur 204 450 Dh
Retour sur investissement 25 jours

D’après ces résultats en gagnera 30% de matière première pour chauffer la même
quantité d’eau à la même température de fonctionnement actuelle. Notre investissement sera
amorti en 6 mois et 22 jours.

26
PFE / MS -EECB 2015/2016

III.3.2.1.2 Chaudière à vapeur 2 :

Tableau 19: Economie en cas d'installation d'économiseur aux chaudières vapeur 1 et 2


Vapeur
Ch1 Ch2
Avant Après Avant Après
La chaleur que l’eau doit recevoir 41.80 29.26 44.73 32.19
La chaleur fournie par la chaudière 47.53 33.27 49.52 35.64
L’économie réalisée 0.30 0.28
Gain en puissance 452100.00 420560.75
Gain en bois kg/h 92.45 86.00
Coût du bois économisé Dh/an 2 917 102 2 713 504
Surface de l’échangeur m² 1.34 1.57
Coût de l’échangeur Dh 204 450 239 542
Retour sur investissement 25 jours 1mois

L’installation d’un économiseur pour la deuxième chaudière à vapeur, de surface


157m2, diminuera la consommation de bois en 2 713 504 Dh/an, avec un retour
d’investissement en un mois.

L’adoption des différentes modifications pour les chaudières, permettra d’assurer une
économie totale de 6 803 706 Dh/an.

27
PFE / MS -EECB 2015/2016

Chapitre IV : Gestion d’éclairage de la


SME Dcheira
But : Diagnostique du système d’éclairage existant et le situer
par rapport à la norme et proposer des améliorations rentable
et efficace.

28
PFE / MS -EECB 2015/2016

Pour accomplir n’importe qu’elle tâche, qu’elle soit très facile ou trop difficile, la
présence de lumière suffisante est un facteur primordial pour l’atteinte du but fixé. Et comme
une usine est construite pour fabriquer un produit respectant des normes et des exigences, il
est indispensable de garantir un espace de travail confortable au niveau visuel.

Donc dans ce chapitre, on va diagnostiquer la situation d’éclairage actuel à l’usine


Fantasia de Decheira, en termes de qualité, performance et consommation, on mettra l’accent
aussi sur la possibilité d’intégrer l’efficacité énergétique dans l’éclairage quotidien de la SME
ainsi que l’économie à réalisé dans ce cas.

IV. 1 Diagnostique de l’existant :

Pour diagnostiquer l’état d’éclairage actuel, un inventaire sur l’équipement d’éclairage


au sein de l’usine Dcheira à été fait pour identifier les points faibles de l’installation. Les
résultats sont présentés dans l’annexe…

D’après ces données collectées, la première remarque, c’est que l’installation


d’éclairage actuel n’est pas dimensionnée selon les exigences et les recommandations des
normes appliquées (Eclairage des lieux de travail intérieur EN 12464-1).

Le type de lampes utilisé est fluorescent, appelés couramment "néons", ils renferment
un mélange d'argon et de vapeur de mercure très raréfié; une décharge électrique au travers de
ce gaz, d'un bout à l'autre du tube, fait briller le mercure d'un rayonnement ultraviolet, qui
excite une substance fluorescente (composés phosphorés) déposée sur la paroi interne du tube;
cette substance émet en retour une lumière blanche.

Le nombre de luminaire par atelier n’a pas pris en considération la géométrie de


l’espace et la nature de la tâche exercé.

Les lampes fluorescentes utilisées ont une puissance unitaire de 36W et chaque
luminaire doit contenir normalement 2 lampes.

Presque la totalité de l’usine Fantasia (Dcheira) travail en continue 24h/24h et 6 jours


par semaine.

29
PFE / MS -EECB 2015/2016

IV.2 Dimensionnement du système d’éclairage :

Un projet complet d’éclairage comporte normalement les trois phases suivantes :

Source « 3»

1) Calcul de l’indice du local : K.

,∗Q
*=
(, + Q) ∗ R3

2) Calculer le rapport de suspension J.

R2
S=
R2 + R3

On ne retient que deux valeurs :

• j = 0 soit luminaire contre le plafond,


• j = 1/3 luminaire suspendu.
3) Donner les valeurs des facteurs de réflexion en %.

La lumière est réfléchie dans la pièce en fonction des couleurs des parois :

Tableau 20: Facteur de réflexion des parois


Très clair Clair Moyen sombre Nul
Plafond 8 7 5 3 0
Murs 7 5 3 1 0
Plan utile 3 3 1 1 0

30
PFE / MS -EECB 2015/2016

Déterminer la classe du luminaire et son rendement.

4) Déterminer l'utilance.

C'est le rapport du flux utile (reçu par le plan utile) au flux total sortant des luminaires.
A partir du rapport de suspension et du facteur de réflexion on détermine le facteur d’utilance
sur les tableaux fournis par les constructeurs de luminaires.

Source « 3 »

5) Donner le facteur de dépréciation et d’empoussièrement

Facteur d’empoussièrement (D1).


Trois niveaux:
• Faible: 1,1
• Moyen: 1,25
• Fort: 1,4

Facteur de dépréciation (D2).


• Incandescence courante: 1,10
• Incandescence aux halogènes: 1,00
• Tube fluorescent: 1,20
• Vapeur de mercure ballon fluorescent: 1,20
• Halogènes métalliques: 1,35

31
PFE / MS -EECB 2015/2016

• Vapeur de sodium: 1,10


6) Calculer le flux total : Φt.

?∗,∗Q∗ 1∗ 2
T =
K5 ∗ U

• η: rendement du luminaire.
• D1 : Facteur d’empoussièrement
• D2 : facteur de dépréciation
• E : éclairement demandé en lux.
• A : longueur du local en m.
• B : largeur du local en m.
• Ui : facteur d'utilance.
7) Détermination du nombre de luminaire : N.

T
O =
T9

• N : nombre de luminaires.
• F : flux lumineux total à produire en lumens.
• FL : flux lumineux produit par chaque luminaire
8) Emplacement des luminaires de façon à ce que le flux soit équitablement réparti.

Pour répartir équitablement le flux lumineux dans la pièce, il faut prendre en


considération la classe du luminaire et hauteur du luminaire au dessus du plan utile H3.

Le tableau ci dessous donne la valeur des coefficients d’inter distance entre deux
luminaires.

Source « 3 »

32
PFE / MS -EECB 2015/2016

Nous avons débuté notre étude sur l’éclairage, par un inventaire des lampes installé à
usine Dcheira (voir annexe 3), on a trouvé que le système actuel ne satisfait pas les exigences
relatives à la norme d’éclairage des lieux de travail 12464-1.

Redimensionnement du système d’éclairage :

On se base la méthode déjà décrit pour redimensionner le système d’éclairage avec le


même type de lampe utilisé pour que le système repende aux exigences de la norme
d’éclairage intérieur des lieux de travail 12464-1 (voir annexe 4). La lampe utilisé pour se
dimensionnement est caractérisé par :

Tableau 21: Caractéristiques technique de la lampe


Type Fluorescent
Flux lumineux (lum) 2550
Puissance (w) 36
Température de couleur (K) 4000
Durée de vie moyenne (h) 20000
Diamètre (mm) 26/38 mm
Longueur (mm) 1500 mm

Le redimensionnement a donné les résultats suivant en comparaison avec le nombre et


la puissance existante :

Tableau 22: Redimensionnement du système d'éclairage


Puissan
Nb Nb
Puissance à ce
Local L l h Eclairement luminaire luminaires
installé (w) actuel
à installé actuel
(w)
Chaudière à huile 8.00 5.50 5.00 50 1
72 2 72
thermique 5.00 4.15 5.00 50 1

Chaudière à vapeur 3.50 2.00 5.00 50 1 72 1 36

Magasin 15.40 5.20 5.00 100 3 216 4 144

stockage colle palette 23.00 17.00 5.00 100 7 504 16 576

Atelier scierie 1 34.00 24.50 5.00 300 38 2736 25 900

Atelier de
15.50 8.50 5.00 300 11 792 4 144
maintenance

Atelier entretien 15.50 10.00 5.00 300 11 792 12 432

33
PFE / MS -EECB 2015/2016

Mezzanine+pièces de
21.70 4.60 5.00 100 4 288 4 144
rechanges

Atelier de scierie
19.60 11.80 5.00 300 15 1080 14 504
récupération

Magasin de scierie 2 13.50 9.00 5.00 300 9 648 10 360

Déligneuse 14.80 6.20 5.00 100 3 216 4 144

Garage mécanique 10.15 7.00 5.00 100 2 144 2 72

Contre collé 78.00 21.00 5.00 100 45 3204 79 2844


Ligne de montage 52.00 21.00 5.00 300 49 3528 36 1296
Suite ligne de
55.00 25.00 5.00 300 56 4032 28 1008
montage
Magasin de montage 39.00 24.00 5.00 300 42 3024 30 1080

Découpage 45.50 33.50 5.00 300 62 4464 21 756


Séchoirs 25.50 3.00 2.50 50 1 72 6 216
Bretteuses 24.00 21.50 5.00 300 25 1800 37 1332

Atelier impression 31.00 21.00 5.00 500 52 3744 63 2268

Déroulage 37.00 12.00 5.00 500 39 2808 42 1512

Séchoir feuille 21.80 6.00 5.00 50 2 144 4 144

Chaine contre plaqué 48.00 12.00 5.00 500 51 3672 31 1116

Bassin 24.00 21.20 5.00 50 4 288 4 144

D’après ces résultats, on peut résumer tous ce calcul dans le tableau suivant :

Tableau 23: Résumé de calcul de redimensionnement du système d'éclairage


Etat actuel Recommandé Différence
Nombre de luminaires 479 534 55
Puissance totale (KW) 17,242 38,448 21,206

Se redimensionnement montre qu’il ya une grande différence entre ce qui existe et ce


qu’on doit avoir dans le cadre réglementaire au niveau de nombre de luminaire dans l’usine.

Chaque luminaire doit contenir deux tubes fluorescents, ce qui explique le décalage
entre la puissance d’éclairage installé et recommandé puisqu’elle n’est pas respecter.

34
PFE / MS -EECB 2015/2016

IV.3 Amélioration du système d’éclairage :

IV.3.1 Utilisation des lampes LED:

Afin d’améliorer ce système, on s’est orienté vers l’utilisation des lampes à basse
consommation.

La tendance d’éclairage des usine est de substituer les lampes standard (fluorescent) par
des lampes économiques, utilisation des LED dont 50% d’économie minimum par rapport au
lampes standards avec une durée de vie de 50000h contre 1000h pour les lampes ancienne.

Pour ceci on dimensionne le système une autre fois en utilisant la lampe dans les
caractéristiques suivantes :

Tableau 24: Caractéristiques de la lampe LED utilisé


Type LED
Flux lumineux (lum) 3800
Puissance (w) 40
Température de couleur (K) 4000
Durée de vie moyenne (h) 30000
Indice de rendu de couleur Ra >80
Longueur (mm) 1200

Avantages de la lampe :

• Jusqu’à 55% d’économies d’énergie par rapport aux réglettes avec lampes fluorescentes

•Technologie LED fiable et aucune maintenance requise.

•Remplacement direct pour les réglettes conventionnelles en termes de performance


lumineuse, de flexibilité d’installation et de longueur.

Figure 14: Lampe LED utilisé

35
PFE / MS -EECB 2015/2016

Tableau 25: Redimensionnement du système d'éclairage avec des lampes LED

Nb Puissance
Nb Puissance
Désignation L l h Eclairement luminaire à à installé
LED (w)
installé (w)
Chaudière à huile 8.00 5.70 5.00 50 1 40 1 72
thermique 5.00 4.15 5.00 50 1 40 1

Chaudière à vapeur 11.70 5.50 5.00 50 2 80 1 72

Magasin 15.40 5.20 5.00 100 4 160 3 216

stockage colle palette 23.00 17.00 5.00 100 10 400 7 504

Atelier scierie 1 34.00 24.50 5.00 300 50 2000 38 2736

Atelier de
15.50 8.50 5.00 300 15 600 11 792
maintenance

Atelier entretien 15.50 10.00 5.00 300 15 600 11 792

Mezzanine+pièces de
21.70 4.60 5.00 100 5 200 4 288
rechanges

Atelier de scierie
19.60 11.80 5.00 300 20 800 15 1080
récupération

Magasin de scierie 2 13.50 9.00 5.00 300 12 480 9 648

Déligneuse 14.80 6.20 5.00 100 4 160 3 216

Garage mécanique 10.15 7.00 5.00 100 3 120 2 144

Contre collé 78.00 21.00 5.00 100 60 2400 45 3204

Ligne de montage 52.00 21.00 5.00 300 66 2640 49 3528

Suite ligne de montage 55.00 25.00 5.00 300 75 3000 56 4032

Magasin de montage 39.00 24.00 5.00 300 57 2280 42 3024

Découpage 45.50 33.50 5.00 300 83 3320 62 4464


Séchoirs 25.50 3.00 2.50 50 1 40 1 72
Bretteuses 24.00 21.50 5.00 300 33 1320 25 1800

Atelier impression 31.00 21.00 5.00 500 70 2800 52 3744

Déroulage 37.00 12.00 5.00 500 53 2120 39 2808

Séchoir feuille 21.80 6.00 5.00 50 2 80 2 144

36
PFE / MS -EECB 2015/2016

En résumé :

Tableau 26: Résumé de calcul avec une lampe LED


Recommandé Amélioration Différence
Nombre de luminaires 534 716 182
Energie totale (KWh) 38,448 28,640 9.80
Puissance annuelle en(MW) 251.9 187.64 64.26
Economie en Dh/an 53 860.16

On constate d’après ce dimensionnement que l’adoption des lampes LED diminuera la


consommation de 9,8 KWh, l’équivalent de 25% d’économie d’énergie.

IV.3.1 Niveau d’éclairement naturel :

La lumière naturelle participe de manière importante au confort visuel. La qualité de la


lumière naturelle est en effet souvent meilleure que celle de la lumière artificielle, ainsi que le
rendu de couleurs qui a une influence positive pour la détection des défauts, l’amélioration de
la qualité et de la sécurité présentent aussi un intérêt pour les économies d’énergie.

Pour évaluer et quantifier le niveau d’éclairement naturel au sein de l’usine Fantasia de


Dcheira, on a pris comme utile de simulation le logiciel Ecotect de la famille Autodesk, qui a
été créé pour évaluer l’éclairage naturel dans le bâtiment.

Nous avons pris comme exemple de calcule un espace qui nécessite le maximum
d’éclairement 500 lux (Atelier déroulage). Touts les ateliers bénéficient de la même quantité
d’éclairement vue les caractéristiques de construction, presque identique, comme
l’emplacement et la surface des ouvertures qui permettent d’éclairer l’espace de travail.

37
PFE / MS -EECB 2015/2016

Figure 15: Ouverture d'éclairage naturel


Les facteurs influant sur l’éclairement naturel interne sont la clarté du ciel, La période
de l’année ainsi que le degré de propreté des baies de transmission d’éclairement.

L’utilisation du logiciel Ecotect définit deux états de fonctionnement : minimal et


maximal, l’éclairement minimal pendant l’année est mesuré au mois de décembre avec une
valeur minimale de 520Lux dans l’espace de travail (voir figure 11). Le résultat maximal de
l’année est au mois de Juin (voir figure 12), qui montre que l’éclairement minimal entrant à
l’atelier est de 370 lux qui est localisé au périphérique du bâtiment, mais on constate que dans
l’espace destiné au travail, la valeur de l’éclairement dépasse le seuil recommandé qui est
640lux. Ces résultats peuvent être unifiés sur la totalité de l’usine, puisque touts les ateliers
ont la même forme géométrique et le même pourcentage d’ouvertures.

38
PFE / MS -EECB 2015/2016

Figure 16: Niveau d'éclairement naturel dans l'atelier de déroulage mois de Décembre.

39
PFE / MS -EECB 2015/2016

Figure 17: Niveau d'éclairement naturel dans l'atelier de déroulage mois de Juin

40
PFE / MS -EECB 2015/2016

Puisqu’on dispose d’un niveau d’éclairement naturel satisfaisant et gratuit, on aura qu’à
en profiter au maximum.

Donc, on détermine la durée maximale où on peut bénéficier de l’éclairage naturel. Au


lieu de calculer la durée éclairée pour chaque jour, on calculera la moyenne mensuelle du
mois à partir de son jour moyen, le tableau ci-dessous présente la date du jour moyen de
chaque mois de l’année :

Tableau 27: Jour moyen de chaque mois de l'année


Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
17 16 16 15 15 11 17 16 15 15 14 10

L’étape suivante est le calcule de la déclinaison (δ), l’angle horaire (ω), le temps du
lever de soleil (TLS) et du coucher de soleil (TCS), ainsi que la durée du jour (N) pour chaque
mois, tout en intégrant l’altitude du lieu (φ) dans les calculs :

• La déclinaison : L’angle que fait le plan équatorial avec la direction du soleil.

284 + 7
V = 23.45 ∗ sin (360 ∗ )
365

• L’altitude du lieu, dans ce cas d’étude de la ville d’Agadir φ=30.38°N.


• L’angle horaire :
Z = ,.(4 (−/=([) ∗ /=(V))
• L’heure solaire vraie du lever du soleil :
1\ = 12 − Z/15
• L’heure solaire vraie du coucher du soleil :
12 = 12 + Z/15
• La durée du jour :
O = 2 ∗ Z/15
• Nombre d’heures d’autonomie :
O] = O − 2

Puisque l’éclairement du début et de fin de la journée n’est pas assez important, le


nombre d’heurs à prendre en considération commence une heure après lever du soleil et prend
fin une heure avant le coucher du soleil.

41
PFE / MS -EECB 2015/2016

Le tableau ci-dessous résume tout calcul fait pour trouver la durée moyenne du jour
éclairé naturellement pour chaque mois de l’année.

Tableau 28: Calcul de la durée moyenne du jour pour chaque mois


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
δ -20.92 -12.95 -2.42 9.41 18.79 23.09 21.18 13.45 2.62 -9.60 -18.91 -23.05
φ 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38 30.38
ω 77.05 82.25 88.58 95.58 101.51 104.47 103.13 98.06 91.54 84.31 78.41 75.56
TLS 6.86 6.52 6.09 5.63 5.23 5.04 5.12 5.46 5.90 6.38 6.77 6.96
TCS 17.14 17.48 17.91 18.37 18.77 18.96 18.88 18.54 18.10 17.62 17.23 17.04
N 10.27 10.97 11.81 12.74 13.53 13.93 13.75 13.08 12.20 11.24 10.46 10.07
N’ 8.27 8.97 9.81 10.74 11.53 11.93 11.75 11.08 10.2 9.24 8.46 8.07

La durée d’éclairement varie selon la saison et précisément selon l’emplacement de la


terre par rapport au soleil, donc la durée minimale pendant l’année est de 8h 4 min au mois
de décembre et celle maximale est de 11h 56 min au mois de juin.

Au mois d’août, l’usine arête la production pour la maintenance annuelle, donc il n’est
pas pris en compte dans les calculs.

Si on utilise des lampes économique et on bénéficie de l’éclairement naturel pendant la


journée, on augmente nos économie comme suite :

Tableau 29: Economie sur l'éclairage en utilisant l'éclairage naturel

Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
N' (h) 8 9 10 11 12 12 12 11 10 9 8 8
Continu
17871 17871 17871 17871 17871 17871 17871 17871 17871 17871 17871 17871
KW
naturel KW 11710 11194 10566 9871 9283 8988 9121 0 10272 10990 11575 11859
Diff KW 6161 6677 7306 8000 8589 8883 8750 17871 7599 6881 6296 6012
GainKW/an 99026
Gain Dh/an 82999.48

Donc, on finira par avoir une économie de 39.3% en prenant comme référence la
consommation avec un système d’éclairage réglementaire et lampes ordinaire (fluorescent).

42
PFE / MS -EECB 2015/2016

Calcul du retour sur investissement:

Tableau 30: Résumé des calcule d'amélioration du système d'éclairage et son retour
d'investissement.
Consommation annuelle avec un système dimensionné 251.9 MW
Consommation annuelle après amélioration 115.4 MW
Puissance économie 136.5 MW
Economie 114 408.84 Dh/an
Coût d’investissement 358 000 Dh
Retour d’investissement 3 ans

Donc notre étude de combinaison entre l’éclairage naturel et l’utilisation des lampes
basse consommation « LED » est faisable, rationnelle et économique, avec une économie de
totale de 358 000Dh/an, l’équivalent de 51% et un retour d’investissement pendant 3 ans.

43
PFE / MS -EECB 2015/2016

Conclusion

« Le Maroc 2030 » est un grand projet où coopèrent plusieurs intervenants, en matière


de l’énergie, débuté par le lancement du programme national de développement des énergies
renouvelables et de l’efficacité énergétique, visant la réalisation d’une économie sur la
consommation énergétique vue que le Maroc ne dispose pas de sources énergétiques
suffisantes pour satisfaire les besoins internes.

Ce projet de fin d’étude, a été élaboré affin de mettre en place une stratégie d’efficacité
énergétique à la Société Marocaine d’Emballage Fantasia, élargir le cercle de conscience sur
l’importance et la nécessité de la maitrise d’énergie au sein de l’entreprise marocaine.

Le mauvais dimensionnement de la puissance souscrites, engendre soit des pertes en


puissance d’abonnement où des pénalités sur le dépassement de la puissance souscrite, pour
remédier à ces problèmes, nous avons redimensionné la puissance souscrite, ce qui a permit
de minimiser la facture annuelle de 128 000 Dh/an. Nous avons aussi proposé la
compensation d’énergie réactive, pour économiser 200 000 Dh/an.

Pour les chaudières de la SME, où apparaissent plusieurs types de pertes, si on participe


à leur diminution, comme la réduction de l’excès d’air à une valeur raisonnable de 30% et
l’intégration des systèmes de récupération de la chaleur perdue dans les fumées, nous gagnant
une sur la quantité de matière première utilisé, l’équivalent de 6 217 156 Dh/an.

Si nous remplaçons les lampes fluorescentes traditionnelles par les LED économiques
d’énergie, en respectant le besoin de chaque tâche en éclairement dans chaque atelier, on
arrive à réduire la facture électrique annuelle d’éclairage d’environ 83 000 Dh/an, mais
l’exploitation de l’éclairage naturel réduit de plus cette consommation à 114 000 Dh/an.

Donc, le total d’économie réalisable, est de 6 659 156 Dh/an, traduisant la fiabilité des
projets d’efficacité énergétique dans l’industrie marocaine et la rentabilité des investissements
liés à la maitrise de l’énergie.

44
PFE / MS -EECB 2015/2016

Bibliographie, web graphie :

− Source « 1 » : Cours « Chaudières à vapeur », Christophe Alleau, Enseignant de BTS


CIRA Lycée Pilote Innovant Téléport 5 86130 JAUNAY-CLAN.
− Source « 2 » : Cours « Les échangeurs de chaleur », professeur Mr. B. Bourret,
Département génie civile, INSA Toulouse.
− Source »3 » : Cours d’éclairage, professeur Mr. Ait El Kadi, ENSA Agadir.
− Cours « thermique du bâtiment », professeur Mr. ZRIKEM, Faculté des Sciences
Semlalia Marrakech.
− « AMELIORATIONS DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES
CHAUDIERES », Projet GEM, Projet du Ministère de l’énergie et des Mines (MEN)
et de l’agence Américaine pour le Développement International (USAID). Préparé
par : RCG/Hagler, Bailly, Inc. Septembre 1990.
− www.ONEE.ma

45
PFE / MS -EECB 2015/2016

Annexes

46
PFE/Ms-EECB 2015/2016

Annexe 1 :

Tableau de redimensionnement de la puissance souscrite pour l’usine Ait Melloul.

Pss Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juil Out Sep Oct Nov Dec
App.
(kVA) 224 235 231 208 80 288 310 352 395 278 261 267 RDPS+RP

80 6689 7200 7015 5946 0 9662 10684 12635 14633 9198 8408 8687 130489
81 6643 7154 6968 5900 0 9616 10638 12589 14586 9151 8362 8640 130349
82 6596 7107 6922 5853 0 9569 10591 12543 14540 9105 8315 8594 130210
. .
. .
231 0 186 0 0 0 2648 3670 5621 7618 2183 1394 1672 110839
232 0 139 0 0 0 2601 3623 5574 7572 2137 1347 1626 110839
233 0 93 0 0 0 2555 3577 5528 7526 2090 1301 1579 110839
234 0 46 0 0 0 2509 3530 5482 7479 2044 1254 1533 110839
235 0 0 0 0 0 2462 3484 5435 7433 1998 1208 1487 110839
. .
. .
393 0 0 0 0 0 0 0 0 93 0 0 0 146143
394 0 0 0 0 0 0 0 0 46 0 0 0 146469
395 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 146794

Annexe 2 :

Pertes par purges en fonction de taux de purge.

47
PFE / MS -EECB 2015/2016

Annexe 3 :

Inventaire d’éclairage.

Annexe 4 :

Eclairement recommandé par la norme 12464-1.

48