Vous êtes sur la page 1sur 36

CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


INTRODUCTION

Les problèmes de stabilité des pentes sont assez fréquents dans les sols.

Pentes naturelles
Remblais en général
Digues et barrages
Excavations, tranchées
Murs de soutènements

Secteur de Chicoutimi Nord avec 22 anciens glissements


de terrain

Glissement de terrain, St-Jean-des-Piles, Qc 1


GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


INTRODUCTION

2
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


INTRODUCTION

Il existe plusieurs types d’instabilités et de rupture dans les pentes :

Mouvement de fluage Phénomène très lent qui peut être détecté


par des arbres ou arbustes inclinés.
Érosion Très lent. Surtout superficielle. Pas de mouvement de masse

Mouvement par rotation Surtout dans le sols cohérents. La surface de


rupture est circulaire (soulèvement de la base)

Cercle de rupture

Mouvement par translation Il existe un plan


préférentiel de glissement

Coulée d’argile Ce sont des glissements successifs


très courants dans les argiles sensibles
du Québec.
L’argile coule et ne se stabilise pas
3
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


MÉTHODE D’ANALYSE – ÉLEMENT DE SOL

RÉSISTANCE MOBILISÉE – RÉSITANCE DISPONIBLE


& FACTEUR DE SÉCURITÉ τ
φ
RÉSISTANCE MOBILISÉE (S = cd+σΝ’tanφd)

La résistance mobilisée est la contrainte de cisaillement c φd


qui prévot à un angle αf = 45ο +φd/2 pour un état de contrainte
donnée (figure a). cd et φd sont respectivement la cohésion
cd αf S=τf
et la friction effectives développées le long de la surface de σ3 σ’Ν σ1 σ
rupture.

RÉSISTANCE DISPONIBLE (τ = c+σΝ’tanφ)


φ
La résistance disponible est la contrainte de cisaillement
critique déterminée à partir du critère de rupture τ = c+σ’Νtanφ
pour la contrainte normale σΝ en question (figure b) . c φd
cd τ=τff
αf
FACTEUR DE SÉCURITÉ σ3 σ’Ν σ1 σ1 σ

F.S = Résistance disponible (τ)/ Résistance mobilisée (S)

4
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


MÉTHODE D’ANALYSE – MASSE DE SOL

RÉSISTANCE MOBILISÉE

La résistance mobilisée : la contrainte de cisaillement


totale ou moyenne (S) mobilisée par le poids de la pente.

RÉSISTANCE DISPONIBLE
τ
La résistance disponible : la contrainte de cisaillement totale α
ou moyenne critique déterminée à partir du critère de rupture
S
τ= c+σ’Νtanφ. Correspond à la résistance que le sol peut développer.

FACTEUR DE SÉCURITÉ

F.S = Résistance disponible moyenne (τ) / Résistance mobilisée moyenne (S)


=
c+σΝ’tanφ/cd+σΝ’tanφd F.Sc = c/cd et F.Sφ = tanφ/tanφd

F.S = F.Sc = F.Sφ

Lorsque le facteur de sécurité est égale à 1, la rupture de la pente est imminente. Généralement
un facteur de sécurité supérieur à 1,2 ou 1,3 est acceptable pour la conception d’un talus.
5
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


PENTE DE LONGUEUR INFINIE
Sans nappe
γLH cos β γLH sin β
σ '= = γH cos 2 β et τ = = γH cos β sin β
L L
cos β cos β Sol τ
τ d = cd + σ 'tan φd = cd + γH cos 2 β tan φd c ≠ 0; φ≠0
S
β
γH cos β sin β = cd + γH cos 2 β tan φd
cd
= cos β sin β − cos 2 β tan φd = cos 2 β (tan β − tan φd )
γH
H
Le facteur de sécurité défini précédemment nous permet d’écrire
c tan φ
cd = et tan φd = donc

α
F .S F .S

os
W β

Wc
c tan φ
F .S = + Ws
γH cos 2 β tan β tan β i nα
c 1
F .S = 1 Hcr =
γ cos 2 β (tan β − tan φ ) L

Lorsqu’il n y a pas de cohésion c = 0, le facteur de sécurité devient indépendant de la hauteur du talus et


égal à tanφ/tanβ. Ceci indique que dans les sols granulaires la pente est stable si β < φ. L’angle φ est appelé
Angle de repos. 6
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


PENTE DE LONGUEUR INFINIE – APPLICATION

Exemple
Réponse
En considérant la pente infinie montrée à la figure ci-dessous,
a) F.S = c/γHcos2βtanβ + tanφ/tanβ
a) Déterminer le facteur de sécurité contre le glissement le long
Pour c = 9,6 kPa, γ = 15,7 kN/m3, φ = 15o, β = 25o
de l’interface sol-roc pour une hauteur H de 2,5 m
et H = 2,5 m
b) Quelle est la hauteur H qui permet d’avoir un facteur de
sécurité de 2 contre la rupture le long de l’interface sol-roc.
F.S = 9,6/(15,7*2,4*cos2(25)*tan(25) + tan(15)/tan(25)

F.S = 1,24

b) F.S = c/γHcos2βtanβ + tanφ/tanβ = 2

H Pour c = 9,6 kPa, γ = 15,7 kN/m3, φ = 15o, β = 25o


γ = 15,7 kN/m3 et H = 2,5 m
c = 9,6 kPa
φ = 15o c 1
F .S = 2 H=
Rocher α = 25ο γ cos 2 β (F .S * tan β − tan φ )
H = 9,6/(15,7*cos2(25)*(2*tan(25)-tan(15))

H = 1,12 m

7
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


PENTE DE LONGUEUR INFINIE - EAU
Avec nappe
γ sat LH cos β γ sat LH sin β
σ= = γ sat H cos 2 β et τ = = γ sat H cos β sin β
L L
cos β cos β D
D’é irect τ
τ d = cd + (σ − u ) tan φd = cd + (γ sat H cos β − γ w H cos β )tan φd
2 2 cou ion
lem
σ' ent S
β
γ sat H cos β sin β = cd + (γ sat − γ w )H cos 2 β tan φd Sol
γ' c ≠ 0; φ≠0
cd γ' 2 γ'
= cos β sin β − cos β tanφd = cos2 β tan β − tanφd
γ sat H γ sat γ sat

Hcos2β
Le facteur de sécurité défini précédemment nous permet d’écrire

α
c tan φ

os
cd = et tan φd = W β

Wc
donc
F .S F .S
Ws
c γ ' tan φ i nα
F .S = + H
γ sat H cos 2 β tan β γ sat tan β
L
1
F .S = 1 H cr = c
cos 2 β (γ sat tan β − γ 'tan φ )

Lorsqu’il n’y a pas de cohésion c = 0, le facteur de sécurité devient indépendant de la hauteur du talus et
égal à (γ’tanφ)/(γsattanβ). Dans les sols granulaire la pente est moins stable en présence de l’eau.
8
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


PENTE DE LONGUEUR INFINIE – APPLICATION
Exemple Réponse

En considérant la pente infinie montrée à la figure ci dessous et a) F.S = c/γsatHcos2βtanβ + γ’tanφ/γsattanβ


une nappe d’eau en surface
Pour c = 9,6 kPa, γ = 16 kN/m3, φ = 15o, β = 25o
a) Déterminer le facteur de sécurité contre le glissement le long et H = 2,5 m
de l’interface sol-roc pour une hauteur H de 2,5 m
b) Quelle est la hauteur H qui permet d’avoir un facteur de F.S = 9,6/(16*2,4*cos2(25)*tan(25)
sécurité de 2 contre la rupture le long de l’interface sol-roc. + (16-10)tan(15)/(16)tan(25)

F.S = 0,87

b) F.S = c/γsatHcos2βtanβ + γ’tanφ/γsattanβ = 2


H
γ = 16 kN/m3 Pour c = 9,6 kPa, γ = 16 kN/m3, φ = 15o, β = 25o
c = 9,6 kPa et H = 2,5 m
φ = 15o
Rocher 1
α = 25ο F .S = 2 H =c
cos 2 β (F .S * γ sat tan β − γ 'tan φ )

H = 9,6/(cos2(25)*(2*16*tan(25)-(16-10)*tan(15))

H = 0,88 m

9
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


PENTE DE LONGUEUR FINIE
sin (β − θ ) W
W=
1
2
( ) 1
2
1
H BC (1)(γ ) = Hγ (H cot θ − H cot β ) = H 2γ
2 sin β sin θ
Na B C
Ta
1 sin (β − θ ) 1 sin (β − θ )
N a = H 2γ cos θ et Ta = H 2γ sin θ
2 sin β sin θ 2 sin β sin θ
H
Na Na 1 sin (β − θ ) Tr
σ '= = = Hγ cos θ sin θ
( )
AC (1) H 2 sin β sin θ
A θ
Nr
sin θ β R
Ta Ta 1 sin (β − θ )
τ= = = Hγ sin 2 θ
( )
AC (1) H 2 sin β sin θ
Sol
sin θ c ≠ 0; φ≠0
τf = c+σ’tanφ
1 sin(β − θ )
τ d = cd + σ 'tan φd = cd + γH sin θ cosθ tan φd
2 sin β sin θ
1 sin(β − θ ) 1 sin(β − θ ) 1 sin(β − θ )(sin θ − cosθ tan φd )
γH sin 2 θ = cd + γH sin θ cosθ tan φd cd = γH
2 sin β sin θ 2 sin β sin θ 2 sin β

Cette expression est dérivée pour la surface de rupture AC. Pour déterminer le plan de rupture critique, on peut utiliser le principe du
maxima et du minima (pour une valeur de φd donnée) pour déterminer l’angle θ où la cohésion la maximum est développée. Donc la
première dérivée de cd par rapport à θ est égale 0.
β + φd
∂cd
=0

(sin (β − θ )(sin θ − cos θ tan φd )) En résolvant cette équation on obtient : θ critique =
∂θ ∂θ 2
γH 1 − cos(β − φd ) 4c sin β cosφ
cd = La hauteur maximum de la pente H critique =
4 sin β cosφd où l’équilibre est critique : γ 1 − cos(β − φ ) 10
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


PENTE DE LONGUEUR FINIE – APPLICATION

Réponse
Exemple

Une tranchée est réalisée dans un dépôt de sol dont les propriétés
a) γH 1 − cos(β − φd )
cd =
sont montrées à la figure ci-dessous : 4 sin β cosφd
F.S = c/cd = tanφ/tanφd
a) Déterminer le facteur de sécurité contre le glissement pour
une hauteur de tranchée de 9 m de profondeur. tan φ
1 − cos β − tan −1
b) Quelle est la hauteur H qui permet d’avoir un facteur de c γH F .S
=
sécurité de 3 contre la rupture. F .S 4 tan φ
sin β cos tan −1
F .S

tan15
1 − cos 45 − tan −1
29 16,5 *12 F .S
=
F .S 4 tan15
sin 45 cos tan −1
F .S

Par essai et erreur F.S = 2,49


γ = 16,5 kN/m3
c = 29 kPa H
φ = 15o b) F.S = 3 donc cd = c/3 = 29 /3 = 9,67 kPa
β = 45ο et φd = tan-1(tan15o/3) = 5,1o

En remplaçant cd et φd dans l’équation :

4cd sin β cosφd 4.9,67 sin 45. cos 5,1


H= = = 7,1m
γ 1 − cos(β − φd ) 16,5 1 − cos(45 − 5,1)

11
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GLISSEMENT PAR ROTATION
Centre de
rotation
Dans les sols cohérents, les ruptures se produisent
habituellement en profondeur, soit par rotation (surtout)
ou par translation.

Dans le cas d’un glissement par rotation, le plan de rupture


se rapproche d’un cercle. Si on veut stabiliser ce talus, il faut
ajouter un poids au pied de la pente (berme).
berme

Centre de
rotation

Le poids W va tendre à faire tourner la masse autour du centre R


de rotation O.
La résistance S va tendre à résister à ce mouvement.
R
Ce système de forces va produire un système de moment autour x
du point O :

F.S = Moment résistant / Moment moteur = S.L.R/W.x


W
L est la longueur de la surface de rupture
S
12
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GLISSEMENT PAR ROTATION
Centre de
rotation

Il existe trois types de surface de glissement :


H
Cercle de pieds : La surface de glissement passe par le pieds. ndH

Cercle de pente : La surface de glissement intercepte la pente


au-dessus du pieds.

L/2 L/2
Cercle de mi-pente : Le centre du rayon de la surface de glissement
se situe sur une ligne verticale qui est au centre
de la pente.

13
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GLISSEMENT PAR ROTATION

La réalisation des calculs avec la méthode des tranches est un exercice laborieux. Pour simplifier la tâche, plusieurs
auteurs ont développé des abaques. On exposera d’abord l’approche de Janbu pour un cas simple :

La surface de rupture est assumée être un cercle.


Un paramètre appelé le nombre de stabilité Ns est introduit et il
regroupe les facteurs affectant la stabilité des pentes :
γH
Ns = Cu = cte
crequis ndH
H
β φ=0
γ=cte
Si la valeur de φ est zéro ou presque nulle, l’abaque de la page D
13 (notes de cours) peut être utilisée. À partir de la valeur de β (abscisse)
et de nd on détermine la valeur de Ns.

Lorsque β > 53o, la surface de glissement est un cercle de pied.


Lorsque nd > 4, la surface de glissement est toujours un cercle de mi-pente.
La valeur de Ns obtenue avec l’abaque correspond à un facteur de sécurité
de 1. Si on désire déterminer le facteur de sécurité, on utilise la relation :

N sc
F .S =
γH
14
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GLISSEMENT PAR ROTATION - APPLICATION

Exemple Réponse

Une excavation de 7,5 m de profondeur est envisagée dans un dépôt a) nd = 12 / 7,5 = 1,6; pour β =30ο
d’argile avec un angle de pente de 30o . Le roc se situe à une
profondeur de 12 m. Le poids volumique du sol est 19 kN/m3 et D’après l’abaque Ns =6
la résistance non drainée de l’argile (Cu) est de 31 kPa. Quel sera
le facteur de sécurité de cette pente ? N sc
F .S =
γH
6.31
γ = 19 kN/m3 F .S = = 1,3
c = 31 kPa H=7,5 m 19.7,5
12m φ = 0o
β = 30ο

b) Pour quelle hauteur de l’excavation (H) le facteur de sécurité est


égale 2.

c) Déterminer le facteur de sécurité pour un angle de pente de


30o et de 55o. Indiquer dans chacun des cas le type de rupture.
15
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


MÉTHODE DES TRANCHES
rsinαn

Équilibre des forces N r = Wn cos α n


La force de cisaillement résistant r
τ f ∆Ln 1
Tr = τ d ∆Ln = = (c + σ 'tan φ )∆Ln r
F .S F .S r bn C
1
N r Wn cos α n γ1,φ1,c1
La contrainte effective normale, σ’ = 2
∆Ln ∆Ln n
γ2,φ2,c2
A B Wn
La somme des moments autour de O
γ3,φ3,c3
n= p n= p
1 W cos α n
Wn r sin α n = c+ n tan φ (∆Ln )(r ) αn
n =1 n =1 F .S ∆Ln Tn
Tn+1 Pn
n= p Pn+1 Wn
(c∆Ln + Wn cos α n tan φ )
F .S = n =1
n= p αn Tr Nr
Wn sin α n R=Wn αn
n =1
∆Ln 16
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


MÉTHODE DES TRANCHES - BISHOP

1 N
La force de cisaillement résistant Tr = c + r tan φ ∆Ln (1) Tn
F .S ∆Ln
Tn+1 Pn
La force verticale totale, Wn+ ∆T Wn + ∆T = N r cos α n + Tr sin α n ( 2)
Pn+1 Wn
c∆Ln
(1) Dans (2) Wn + ∆T − sin α n
Nr = F .S .
tan φ sin α n αn Tr Nr
cos α n +
F .S . R=Wn αn
La somme des moments autour de O ∆Ln
n= p n= p
1 N
Wn r sin α n = c + r tan φ (∆Ln )(r ) c∆Ln/F.S
n =1 n =1 F .S ∆Ln Nrtanφ/F.S

Wn
n= p φd
1
(cbn + Wn tan φ + ∆T tan φ )
n =1 mα ( n ) tan φ sin α n Nr αn
F .S = n= p
avec mα ( n ) = cos α n +
F .S . ∆T=Tn-Tn-1
Wn sin α n
n =1
∆P=Pn-Pn+1
La valeur de F.S est obtenue par itération (essai et erreur). La méthode de Bishop est probablement
la méthode la plus utilisée pour l’analyse de stabilité de pente.
17
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


MÉTHODE DES TRANCHES – PRESENCE DE L’EAU

Méthode des tranches (simple)

n= p
(c∆Ln + (Wn cos α n − un ∆Ln ) tan φ )
F .S = n =1
n= p
Wn sin α n
n =1

Écoulement
β

Méthode de Bishop

n= p
1
(cbn + (Wn + ∆T − unbn ) tan φ )
n =1 mα ( n ) tan φ sin α n
F .S = n= p
avec mα ( n ) = cos α n +
F .S .
Wn sin α n
n =1

18
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


STABILITÉ DES EXCAVATIONS

Zone de rupture en tension mur-sol


a) Cas actif :
-2c(Ka)0,5

τ
z0=2c/γ(Ka)0,5 Actif Passif

H - =
H-z0
σ
σh = γH-2Cu σv = γH σh = γH+2Cu

KaγH 2c(Ka)0,5 KaγH-2c (Ka)0,5

1
H
1
V
1,2 m (max.)

β < tan-1(tanφ/F.S)

Excavation temporaire (Argile) Excavation temporaire (granulaire, sans eau)


19
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


CAUSES D’INSTABILITÉ DES PENTES

Causes qui augmentent la contrainte de cisaillement

Charge ajoutée au sommet;


Matériel enlevé à la base;
Abaissement du niveau d’eau à l’extérieur de la pente;
Augmentation de la pression d’eau dans les fissures de traction.

Causes qui diminuent la résistance au cisaillement

Augmentation de la pression interstitielle sans augmentation de la charge totale;


Changement de la résistance avec le temps (altération, lessivage).

Méthodes pour augmenter la stabilité


Fissure de traction
Diminuer la pression d’eau par drainage;
Réduction de la pente β;
Ajouter un contre poids (berme);
Augmenter la résistance au cisaillement Consolidation de la fondation
dans le cas des remblais construits sur un dépôt argileux.

Dans les analyses, on considère parfois la possibilité de fissure par traction (développée
par fluage. Habituellement ce n’est pas tellement défavorable sauf si la fissure est remplie
d’eau. La fissure ne doit pas être plus profonde que le pied de la pente.
20
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE
www.geo-slope.com/downloads/downloadgeostudio.htm

21
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GEO-SLOPE

Exemple Réponse

Une excavation de 7,5 m de profondeur est envisagée dans un dépôt a) nd = 12 / 7,5 = 1,6; pour β =30ο
d’argile avec un angle de pente de 30o . Le roc se situe à une
Profondeur de 12 m. Le poids volumique du sol est 19 kN/m3 et D’après l’abaque Ns =6
La résistance non drainée de l’argile (Cu) est de 31 kPa. Quel sera
Le facteur de sécurité de cette pente ? N sc
F .S =
γH
6.31
γ = 19kN/m3 F .S = = 1,3
c = 31 kPa H=7,5 m 19.7,5
12m φ = 0o
β = 30ο

Avec Geo-SLOPE

22
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

23
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

24
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

25
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

26
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

27
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

28
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

29
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

Cercle de mi-pente

30
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

31
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7
STABILTÉ DES PENTES
GEO-SLOPE

Slice 1 - Morgenstern-Price Method

22.317

92.488

74.917

5.0318

58.651

Type de résultat (forces dans la tranche No1)

32
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GEO-SLOPE

Cercle de mi-pente
4,75 m

33
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GEO-SLOPE

34
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


GEO-SLOPE

35
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II
CHAPITRE 7

STABILTÉ DES PENTES


EXEMPLE AVEC GEO-SLOPE

Étudier à l’aide de Geo-Slope la stabilité de la pente montrée à la figure ci-dessous :

a) À court terme (φ =0)


b) À long terme (c’, φ’)

Utiliser la méthode de Bishop ordinaire et Janbu seulement.


Début des cercles - 10 m

4m 2,4 m
Fin des cercles - 10 m

1,35 m 1 m
3m
H=5m Argile
γ = 15,8 kN/m3
γsat = 16 kN/m3
β=32ο Cu = 35 kPa
φ = 10o
2,5 m c= 19 kPa

Sable fin
γ = 18,5 kN/m3
4m γsat = 19 kN/m3
φ = 28o

rocher 36
GCI 315 – MÉCANIQUE DES SOLS II

Vous aimerez peut-être aussi