Vous êtes sur la page 1sur 11

PROJET DE PUBLICATION DE L’ANTHOLOGIE

DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES

Sous la coordination de
Majêk Makép
Théoricien, essayiste, poète, journaliste
Yaoundé-Cameroun
Tél : +237 665 24 09 55 (WhatsApp aussi)
E-mails : essommakep@gmail.com/essomandretheo@gmail.com

Union Africaine
TABLE DES MATIERES

I- Contexte et justification…………………………...............………………………3
II- Définition du projet………………………………........…….……………………….6
III- Objectifs………………………………………….......…………..……………………….6
IV- Conditions de participation…………………….……........…………………….7
V- Processus de faisabilité……………………………............………………………7
- Du Directoire de l’organisation……………..….......……………………………..7
- Du Comité scientifique…………………………..…………………..………………….7
- Programmation…………………………………....……………………………………….8
VI- Lancement d’appel d’offre en direction des maisons d’éditions
africaines……...............................................……………………………..……..9
VII- Forme de l’Anthologie………………................……………..…………………9
VIII- Clauses de participation…………………………..............………………..10
IX- Prix de vente du livre…………………………...........……....…………………10
X- Partenaires…………………………………….............………………………………11

2 ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES


I - CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Le projet de publication d’une Anthologie de poésie en langues


africaines ou langues vernaculaires s’apparente à une hallucination
d’un Africain. Nous sommes mercredi 15 avril 2020, en plein bouclage
du journal. Il est alors 18h23, lorsque l’affiche annonçant la 2ème édition
du Festival international de poésie des sept collines de Yaoundé
(Festi7) apparait sur la plateforme de la Ronde des poètes. Notre
attention est captivée par la dernière articulation du programme
portant sur le « Grand panel poétique en langues africaines ». Nous
nous sommes alors écrié : « Mon Dieu, quelle innovation ! Quelle
originalité !, Merci Jean-Claude Awono ! Merci honorables membres
du comité d’organisation ! Vous permettez aux générations africaines
d’aujourd’hui de payer les dettes de leurs ancêtres, grands-parents et
parents. Vous permettez à l’Afrique de se retrouver. Vous permettez à
l’Afrique de s’élever au-dessus du Mont Kilimandjaro. Vous permettez
aux générations futures d’Africains de marcher tête haute sur les
chemins du monde. Que le travail commence donc. Etes-vous Africains,
l’heure est venue !».C’était l’expression de la victoire d’un combat de
longue date mais que nous n’exprimions ouvertement que deux jours
auparavant.
En effet, le 13 avril 2020, nous attirions l’attention des organisateurs
du Festi7 qui se préparait pour décembre de l’année en cours, de
prendre en compte la poésie nationale ou patrimoniale ; c’est-à-
dire la poésie écrite en langues africaines. Nous faisions alors sur la
plateforme sus-évoquées ce plaidoyer : «Bonjour à tous et à toutes.
Je voudrais m’adresser particulièrement au promoteur du Festival
international de poésie des 7 collines, qui se tiendra à Yaoundé, la
capitale du Cameroun, en fin d’année. C’est une suggestion que je lui
fais, à savoir penser à innover en inscrivant la poésie nationale au
programme. J’entends ici par poésie nationale, les textes poétiques
écrits exceptionnellement en langues nationales, les langues
camerounaises à distinguer des langues officielles que sont l’anglais et

ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES 3


le français. Et, je crois bien, la matière ne manquera pas. Car il serait
absurde qu’on ait introduit les langues nationales aux programmes
des enseignements scolaires depuis 2015, si je ne me trompe, et
qu’on n’ait pas jusqu’ici des productions littéraires comme des œuvres
poétiques, romanesques, dramaturgiques. Ce n’est que comme ça
que nous nous allons nous approprier notre école, notre éducation et
enfin notre émergence fixée en 2035. Je vous remercie ! ».
La réaction de Jean-Claude Awono, promoteur dudit festival, ne se fit
pas attendre. Il adhéra à notre suggestion.
« Il y a eu surtout cet important débat enclenché par un des nôtres,
il s’appelle Majêk Makép, qui a posé la question en relation avec
le festival international des 7 collines, donc la question des langues
camerounaises. Il a souhaité que cet important événement, qui aura
lieu au Cameroun au mois de décembre prochain, intègre la variable
langues locales. Je pense que c’est très important de souligner ce genre
de question. Parce que de plus en plus, voyez-vous, nous allons être
face à la réalité africaine. Le monde, de plus en plus, est en train de
tourner de telle sorte que nous soyons de moins en moins inconscients
de nous-mêmes. Donc, la conscience de l’Afrique sera désormais un
terrain privilégié dans lequel nous allons pouvoir nous exprimer,
nous mouvoir. Et l’un des éléments clés de cette nouvelle dynamique
africaine, vraiment, ce sont nos langues. Le Cameroun, ça c’est pour
la gouverne des autres nationalités qui interviennent dans ce forum (il
regroupe les poètes de plusieurs nationales africaines, Ndlr), c’est un
pays de langues. C’est une mosaïque linguistique, qui, officiellement,
compte plus de 250 langues, et donc 250 façons d’être, qui sont
réunies dans un triangle national et qui lui donnent sa belle diversité,
sa belle harmonie ; et finalement une réalité linguistique qui ne peut
qu’être désormais intégrée dans la marche du Cameroun et même de
l’Afrique, qui, de plus en plus, prend possession de lui-même. La réalité
de nos langues sera un élément important de la vitrine poétique que
le festival va offrir au mois de décembre prochain. Donc, merci pour ce
débat, merci pour les apports de chacun », acheva-t-il.

4 ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES


Poursuivant la voix qui nous venait d’une planète que nous ne
saurions identifier, le 15 avril, nous publions sur la plateforme en
question un Appel à participation, dont la quintessence est : « Il est
porté à l’attention des poètes et poétesses d’Afrique qu’un projet de
publication d’une anthologie de poésie en langues africaines est en
préparation pour voir le jour en fin de l’année 2020 ».
Et comme si nous nous étions passé le message, des ressources
humaines du Cameroun et d’ailleurs accordèrent leur voix à l’appel
soit en In box soit sur le forum de la Ronde des poètes. Et le premier
fut l’écrivain togolais M. Kokouvi Dzifa Galley. « Je suis intéressé
par l’anthologie », déclara-t-il. Ce fut pour nous quelque chose
d’impensable : savoir que des gens adhèrent instantanément à un
projet aussi fou comme celui-là. D’autres personnes, du côté des
poètes, vont continuer à manifester leur intérêt de participer au
projet. Les éditeurs également de par l’Afrique, se disent favorables
au projet.
Mais c’est un projet astronomique, qui se dessine sous nos yeux vu
l’étendue du territoire à couvrir, les personnes aussi bien morales que
physiques à intéresser.

ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES 5


II - DEFINITION DU PROJET

L’anthologie de poésie en langues africaines se voudra un recueil


de poèmes écrits en langues vernaculaires des pays africains. Mais
les langues privilégiées sont celles qu’on enseigne dans les écoles.
Sont également prises en compte, les langues qui bénéficient d’une
organisation particulière. C’est-à-dire les langues maternelles ou
vernaculaires régies par un alphabet, un syllabaire et chapeautées
par un Comité scientifique.

III - OBJECTIFS

A court terme, le projet vise à mettre à la disposition des


gouvernements, à travers les ministères en charge de l’éducation, des
œuvres de l’esprit (poésie, roman, théâtre, conte, nouvelle, essai) qui
rendent compte des réalités africaines.
A long terme, dans le cadre de la Renaissance africaine, le but est
d’aider l’Union Africaine à adopter deux langues de communication
communes à tous les pays africains et reconnues par l’Union africaine,
par toutes les organisations régionales et sous régionales et les
institutions internationales.
Il s’agira aussi de voir, dans chaque pays, naître une ou deux langues
de communication qui remplaceront, à moyen ou long terme, les
langues héritées ou imposées par les colons. Au niveau national,
ces langues seront adoptées et inscrites dans les enseignements
scolaires, secondaires et universitaires. L’objectif final est qu’au début
de la seconde moitié du 21ème siècle, la carte linguistique des pays
africains soit mise sur pied.

6 ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES


IV - CONDITION DE PARTICIPATION

Les poètes désireux de participer à l’anthologie de poésie en langues


africaines doivent envoyer deux poèmes d’une longueur n’excédant
pas trois pages Word. Les normes retenues sont : police Calibri, corps
de caractère 13 et interligne 1,5. Les poèmes doivent être originaux,
inédits, bien aérés et écrits dans les normes qui régissent l’alphabet,
la grammaire, la conjugaison, le vocabulaire de la langue nationale du
poète.
Les candidats envoient au directoire de l’organisation, dans un même
package les versions écrites ou physiques, les versions audio et la
version traduite (en français ou en anglais) des poèmes.
L’envoi des poèmes se fait uniquement via l’adresse mail que voici :
poesielanguafrik@gmail.com

V - PROCESSUS DE FAISABILITE

Pour une meilleure organisation du projet, il est mis en place les


organes ci-dessous : le directoire de l’organisation et le Comité
scientifique.
-Du Directoire de l’organisation
Il est constitué d’un directeur et d’un ou d’une secrétaire chargé (e)
de la communication et des relations publiques.
-Du Comité scientifique
Il est composé des personnes ressources, des experts, voire des
maitres dans les langues d’écriture des candidats. Leur rôle est
d’apprécier les œuvres : messages, originalité, langue (grammaire,
vocabulaire, conjugaison, style), promotion des valeurs traditionnelles

ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES 7


et patrimoniales que véhiculent les poèmes. Le Comité scientifique
rentrera en scène après l’arrêt de la réception des poèmes. Donc,
chaque poète envoie, en même temps que ses textes, au Directoire
de l’organisation, un ou deux noms d’experts ou maitres dans sa
langue d’écriture.
-PROGRAMMATION
-10 décembre 2020 : publication et diffusion de la Charte du projet
dans les médias sociaux (WhatsApp, Facebook) et les médias
classiques ;
-10 mars 2021 : fin de la réception des textes ;
-25 mars au 25 avril 2021 : relecture et validation des textes dans le
Comité scientifique ;
-5 mai 2021 : envoie du manuscrit, photos et autres éléments aux
maisons d’éditions retenues au terme de l’appel d’offre. Il sera
question d’une coédition ;
-20 octobre 2021 : sortie de l’anthologie des maisons d’éditions ;
-À partie du 1er novembre 2021 : circulation du livre en Afrique et
dans le monde ;
-Décembre 2021 : série de dédicaces dans les pays africains.

8 ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES


VI - LANCEMENT D’APPEL D’OFFRE AUX MAISONS
D’EDITIONS AFRICAINES

L’appel d’offre est lancé en direction des maisons d’éditions africaines


dès la publication d’appel à participation au projet. Une discussion
sera ouverte avec celles qui désirent ou acceptent de coéditer
l’ouvrage pour mettre en place un contrat d’édition.
En effet, l’objectif ici est de signer les coéditions avec plusieurs
maisons, notamment celles des pays dont les compatriotes auront pris
part à l’anthologie de poésie en langues africaines. Ça permettra non
seulement que les auteurs participants ainsi que leurs compatriotes
aient le livre dans leurs pays respectifs, mais aussi cela facilitera une
meilleure circulation de l’ouvrage.
Ça veut dire que, s’il y a, par exemple, cinq nationalités qui ont pris
part à l’anthologie, les maisons de ces cinq nationalités doivent
coéditer le livre. Le Directoire de l’organisation discutera de la forme
du livre avec les maisons d’éditions.

VII - FORME DE L’ANTHOLOGIE

L’Anthologie de poésie en langues africaines sera illustrée. Chaque


auteur devra illustrer ses textes par des photos ou des dessins. La
présentation des auteurs doivent être assorties d’une demi-photo et
d’une brève bibliographie dans le domaine des langues nationales de
leurs pays respectifs.

ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES 9


VIII - CLAUSES DE LA PARTICIPATION

Le frais de participation est de 10.000 FCFA par auteur. L’argent ainsi


perçu servira au fonctionnement de l’organisation et à récompenser
les membres du Comité scientifique.
Les auteurs, qui envoient leurs textes, restent propriétaires des droits
pécuniaires et patrimoniaux.
Toutefois, une discussion pourra être menée entre les poètes pour
des futurs projets.

IX - PRIX DE VENTE

Le prix de vente fera l’objet d’une entente entre le Directoire de


l’organisation et les éditeurs.
Les prix de vente seront fixés en zones :
-Zone Afrique,
-Zone Europe,
-Zone Asie,
-Zone Amérique.

10 ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES


X - PARTENAIRES ET SPONSORING

Les institutions ci-après seront les partenaires financiers et techniques


du projet de publication de l’Anthologie de poésie en langues
africaines.
-Union Africaine,
-Cerdotola,
-Anaclac,
Ciciba,
-Unesco,
-Ministères en charge des Arts et de la culture
D’autres partenariats seront explorés au niveau des Etat dans le but
d’apporter leur soutien multiforme au projet.

Fait à Yaoundé, le 10 septembre 2020


Pour le Directoire de l’Organisation,
Majêk Makép

ANTHOLOGIE DE POESIE EN LANGUES AFRICAINES 11

Vous aimerez peut-être aussi