Vous êtes sur la page 1sur 10

Foie

Angiome : hypodensité homogène siégeant au niveau, relativement bien limitée mesurée a


,avec prise de contraste progressive, centripète, en « mottes » avec un remplissage complet de
la lésion sur un temps tardif.
Hyperplasie nodulaire focale : Lésion très modérément hypo dense en contraste
spontané siégeant au niveau, parfaitement homogène, la zone centrale est un peu plus hypo
dense, avec prise de contraste intense, homogène et fugace, visible dès le temps artériel avec
un effacement de la lésion dès le temps portal. Rehaussement de la zone centrale au temps
tardif (flèche) traduisant l’existence d’une fibrose vasculaire.
Adénome : Lésion nodulaire du segment VII, hyper intense, relativement homogène, avec
Prise de contraste intense, homogène dès le temps artériel, s’effaçant partiellement au temps
portal, avec un aspect plus hétérogène. Au temps tardif, la lésion est hypo-intense, avec la
persistance d’un rehaussement périphérique. À aucun moment il n’est visualisé de zone
centrale fibreuse.
Kyste biliaire : Volumineuse formation kystique du segment VII, non rehaussée par le
produit de contraste (B). Calcifications fines, pariétales, arciformes.
Cystadénocarcinome : Masse tumorale kystique du segment VIII. Les parois sont
épaisses, irrégulières et se rehaussent peu au temps portal. Après injection de produit de
contraste, les
formations tissulaires intra kystiques sont mieux visibles.
Angiomyolipome : Lésion du segment VI, bien limitée avec un contenu mixte. Les zones
très hypo denses (- 50 UH) correspondent au contingent graisseux.
Syndrome de Budd-Chiari : dysmorphie hépatique majeure avec une atrophie
droite complète. La vésicule biliaire (flèche blanche) est située en avant du rein droit et le
foie n'est constitué que du foie gauche hypertrophié. On note que la veine cave inférieure
est filiforme. Le rehaussement hépatique est très hétérogène au temps artériel.
la veine cave n'est plus visible que sous la forme d'un liseré de calcifications (flèche
blanche). De très volumineuses voies de dérivation azygos sont visibles dans les espaces
rétro cruraux.
les veines hépatiques ne sont plus visibles mais il existe une très volumineuse voie de
dérivation à drainage capsulaire.
Contusion : coupe passant par le lit vésiculaire. Hypodensité bien limitée, homogène,
refoulant harmonieusement le parenchyme hépatique et pouvant faire discuter l’existence
d’un hématome sous-capsulaire. Sur les coupes sous-jacentes, il existe un épanchement
liquidien péri vésiculaire.
Vaste zone de contusion hypo dense, hétérogène, des segments latéraux droits, étendue vers le
segment I et la veine cave inférieure. Fuite vasculaire active sous pariétale. Hématome de la
surrénale droite. Emphysème sous-cutané lié à un fracas thoracique.

Pancréas :
Pancréatite aiguë lithiasique :
Densification de la graisse de l’arrière-cavité des épiploons de la région prépancréatique,
séparée d’un liseré hypodense du corps et de la queue du pancréas. Les phénomènes
inflammatoires intéressent le pédicule hépatique, la racine du mésentère, le fascia prérénal
droit et gauche, et le fascia de Toldt droit. Au cours de l’évolution, la persistance d’un état
fébrile amène à la découverte de bulles gazeuses dans la région prérénale gauche, témoin
d’une surinfection.
La parenchymographie du corps et de la queue du pancréas a disparu. Enk, ; revanche, la tête
du pancréas a un aspect normal. L’absence de parenchymographie a été considérée comme
liée une nécrose.

La partie haute de la tête du pancréas est hypodense * Elle est entourée d’une collec-tion qui
remonte le long du pédicule hépatique * et s’étend le long du segment I et du lobe gauche du
foie .l
La tête du pancréas dans sa partie basse est augmentée de taille . Il existe un épanchement
pleural gauche, avec condensation du parenchyme pulmonaire du lobe inférieur , des coulées
inflammatoires dans l’arrière-cavité des épiploons , en prépancréatique, le long du pédicule
splénique , en prérénal gauche et dans le fascia de Toldt gauche. Le rein gauche est normal,
entouré de graisse dans sa loge. La collection s’étend en sous-rénal gauche, le long du psoas
et des vaisseaux iliaques gauches et le Douglas. L’aérobilie est liée à la cholangiographie
rétrograde.

Classification tomodensitométrique : classification de Balthazar . Index de sévérité.


A : Pancréas normal : 0 point
B : Augmentation de volume globale ou localisée : 1 point
C : Pancréas hétérogène associé à un flou périphérique de la glande et à des densités striées de
la graisse péri pancréatique : 2 points
D : Présence d’une collection péri pancréatique : 3 points
E : Présence d’au moins deux collections liquidiennes mal définies ou présence de bulles de
gaz dans le pancréas ou dans une collection : 4 points.
Pancreatite chronique :
Le scanner en contraste spontané montre les calcifications de la région céphalique.La
pancréatographie montre une importante dilatation du canal pancréatique principal et des
canaux secondaires.

Classification TNM des tumeurs pancréatiques.


Définitions TNM
Tumeur (T) TX Ne peut être défini
T0 Pas de tumeur démontrée
Tis Carcinome in situ
T1 Tumeur ≤2 cm de diamètre, confinée au pancréas
T2 Tumeur > 2 cm de diamètre, confinée au pancréas
T3 Extension extrapancréatique, sans atteinte de l’artère mésentérique supérieure et du tronc
coeliaque
T4 Atteinte de l’artère mésentérique supérieure et du tronc coeliaque
Ganglions régionaux (N)
NX Ne peut être défini
N0 Pas de ganglion régional envahi
N1 Ganglion(s) régional(aux) envahi(s)
Métastases à distance (M)
MX Ne peut être défini
M0 Pas de métastase(s) à distance
M1 Métastase(s) à distance
Stade tumoral
Stade 0 Tis, N0, M0
Stade I
Stade Ia T1, N0, M0
Stade Ib T2, N0, M0
Stade II
Stade IIa T3, N0, M0
Stade IIb T1-3, N1, M0
Stade III T4, N0-N1, M0
Stade IV T1-4, N0-N1, M1

Thorax
Cancer bronchique :
Appréciation du T – tumeur primitive
Tx La tumeur ne peut être évaluée ou la tumeur est prouvée par l’existence de cellules
malignes dans l’expectoration
ou un liquide de lavage bronchique mais ne peut être visualisée par l’imagerie ou une
fibroscopie.
T0 Pas de tumeur primitive décelable
Tis Cancer in situ
T1 Tumeur inférieure ou égale à 3 cm dans sa plus grande dimension entourée par le
parenchyme pulmonaire ou la
plèvre viscérale, sans signe fibroscopique d’envahissement au-delà de la bronche lobaire
(n’atteignant pas la bronche
souche).
T2 Tumeur avec l’un des critères de taille ou d’extension suivants :
— tumeur supérieure à 3 cm dans sa plus grande dimension
— envahissement de la plèvre viscérale
— association à une atélectasie ou à une pneumopathie obstructive qui s’étend à la région
hilaire mais n’atteint
pas tout le poumon
T3 Tumeur de toute taille avec extension directe à l’une des structures suivantes : paroi
thoracique (incluant les tumeurs
de l’apex), diaphragme, plèvre médiastinale, péricarde pariétal.
Tumeur de le bronche souche située à moins de 2 cm de la carène mais ne l’atteignant pas.
Tumeur associée à une atélectasie ou à une pneumopathie obstructive atteignant la totalité du
poumon
T4 Tumeur de toute taille envahissant l’une des structures suivantes : médiastin, coeur, gros
vaisseaux, oesophage, corps
vertébral, carène
Tumeur avec plusieurs lésions tumorales satellites dans le même lobe.
Tumeur avec pleurésie maligne.
Appréciation du N – extension ganglionnaire locorégionale
Nx Les adénopathies régionales ne peuvent être évaluées
N0 Pas d’adénopathie régionale métastatique
N1 Adénopathies régionales métastatiques, homolatérales péribronchiques et/ou
homolatérales hilaires y compris une extension directe à partir de la tumeur primitive.
N2 Adénopathie(s) régionale(s) médiastinale(s) homolatérale(s) et/ou sous-carénaire(s)
métastatique(s)
N3 Adénopathie(s) métastatique(s) régionale(s) controlatérale(s), hilaire(s) controlatérale(s),
scalènique(s) homolatérale(
s) ou controlatérale(s) ou sus-claviculaire(s) métastatique(s)
Appréciation du M – atteinte métastatique à distance
Mx Les métastases à distance ne peuvent être évaluées
M0 Pas de métastase à distance
M1 Métastases à distance incluant les lésions tumorales nodulaires dans des lobes diférents
homolatéraux ou controlatéraux
Classification en stades
Stade 0 Carcinome in situ
Stade I Stade IA : T1 N0 M0
Stade IB : T2 NO MO
Stade II IIA : T1 N1 M0
IIB : T2 N1 MO, T3 N0 M0
Stade III IIIA : T3 N1 M0, T1 N2 M0, T2 N2 M0, T3 N2 M0
IIIB : T4 tout N M0, tout T N3 M0
Stade IV Tout T, tout N, M1.
-Tumeur du lobe supérieur droit de 15 mm de diamètre (T1). PM : micronodule sous pleural
axillaire calcifié (flèche).
-Syndrome tumoral lobaire supérieur droit de 25 mm sur 35 mm dans ses plus grandes
dimensions (T2). Noter l’opacité linéaire se prolongeant en arrière vers le plèvre (flèches).
-Envahissement médiastinal direct avec un contact aortique supérieur à 180et un
englobement de l’oesophage.
-Envahissement médiastinal direct avec refoulement et déformation localisée de la partie
basse de la trachée.
-Epaississement nodulaire du péricarde avec épanchement liquidien de faible abondance.
-Déformation de la paroi postéro-latérale droite de l’oreillette gauche avec thrombose de
la veine pulmonaire inférieure homolatérale.
-Envahissement médiastinal par contiguïté (associé à une extension ganglionnaire
locorégionale).
-Sténose de l’artère pulmonaire gauche par une masse tumorale de la région hilaire.
-Envahissement médiastinal direct avec thrombus endoluminal cave supérieur.
-Extension ganglionnaire métastatique atteignant les groupes médiastinal 5 de la fenêtre aorto-
pulmonaire (tête de flèche) et pulmonaire 10 hilaire (flèche) dans le cadre d’une tumeur
culminale. Patient classé N2.
-Syndrome tumoral lobaire supérieur droit avec extension ganglionnaire médiastinale
intéressant le groupe homolatéral 4R latéro-trachéal inférieur droit (double flèches blanches),
les groupes controlatéraux 4L latérotrachéal inférieur gauche (flèche noire) et 6 para-aortique
(flèche blanche simple). Patient classé N3.
-Présence de deux formations ganglionnaires en projection sous carinaire : la plus
volumineuse appartient au groupe 7 sous-carinaire (flèche blanche), la seconde, située sur la
face interne du tronc bronchique intermédiaire appartient au groupe 10 hilaire (tête de flèche
blanche).
CONDENSATION :hyperdensité effacant les scissures ,les contours des vaisseaux et les
parois bronchiques ,siege d’un bronchogramme aérique.
Lymphangite carcinomateuse :Epaississement des septa interlobulaires associé à un
épaississement péribronchovasculaire et à des nodules septaux.
KYSTES AERIQUES :plages aeriques de formes et de repartion variables limitées par une
paroi fine ,separées les unes des autres par du poumon normal :lymphangio myomatose ou
histiocytose x.
Bulle :collection aerique ,bien delimitée entourée d’une paroi de moins de 01mm.
Emphyseme centro lobulaire :hypodensites focalisées sans paroi centrées par l’artere
centrolobulaire.
BRONCHECTASIES :dilatatrions des bronches de types cylyndriques ,kystiques ou
moniliforme a paroi epaissie reguliere ,siege d’une impaction mucoide.
Nodule de type alveolaire :nodules de contours flous ,de densité variable ,situés dans
lkes espaces aeriens centro lobulaires.
Nodule de type alveolaire :nodules de contours nets ,de meme densité ,situés dans les
espaces interstitiels sous pleuraux et peri broncho vasculaires.
Atelectasie ronde :masse pulmonaire ,se raccordant a angle aigu ,retracticle ,attirant
vaisseaux et bronches ,avec aspect en queue de comete en contact d’un epaississement
pleural regulier en regard.
Fibrose :
Kystes en rayons de miel :espaces aeriques kystiques limités par des parois epaissies
denses ,fibreuses a repartition sous pleurale peripherique.
Epaississement de l’interdstitium peri bronchiolaire et iner lobulaire.
Images lineaires denses sous pleurales entrecroisées agencées en reseau a petites mailles.
Emphyseme centro lobulaire :destruction du parenchyme pulmonaire responsable
d’hypodensité centrées par une artere sans paroi propore predominant au niveau des lobes
superieurs.
Emphyseme centro lobulaire :destruction du parenchyme pulmonaire responsable
d’hypodensité homlogene ,sans paroi propore predominant au niveau des lobes inferieurs.
Abces :masse presentant un contingent liquidien declive surmontée par une image aerique
delimitant un niveau hydro aerique , a paroi epaisse se rehaussant apres injection du produit
de contraste ,entouré par des lesions en verre depoli.
Excavation :espace aérique au sein d’une condensation ,d’une masse ou d’un nodule en
contact directe avec une bronche.

ORL
Larynx :

Cancer laryngé :
*Présence d’une prise de contraste de la corde vocale gauche avec condensation de
l’aryténoïde , La reconstruction coronale en phonation montre l’extension de cette tumeur sus-
glottique au ventricule laryngédroit qui ne s’ouvre pas avec prise de contraste en continuité de
la corde vocale , aspect normal de la sous-glotte . Tumeur de deux étages (susglotte étendue à
la glotte).
*Tumeur sus-glottique gauche atteignant la bande ventriculaire ;extension en profondeur à
l’espace paralaryngé . Présence d’un ganglion infra-centimétrique mais nécrotique
spinalmoyen gauche ,La reconstruction frontale en phonation montre l’absence d’extension
tumorale au plan glottique avec une bonneouverture du ventricule laryngé La tumeur est
limitée à un étage (sus glotte).

*Reconstruction sagittale d’une tumeur du bord libre de l’épiglotte avec extension en


vallécule et extension en base de langue .

*Tumeur de la face laryngée d’épiglotte bourgeonnante .absence d’extension à la loge pré-


épiglottique.

*Tumeur de la face laryngée d’épiglotte ulcérée . présence d’une adénopathie nécrotique


jugulaire moyenne gauche avec thrombose de la veine jugulaire et contact étroit avec l’artère
carotide. L’extension à la loge pré-épiglottique est bien visible sur la reconstruction sagittale .

*Tumeur de la face laryngée d’épiglotte. Extension complète, massive à toute la loge pré-
épiglottique .

*Tumeur des deux tiers postérieurs de la corde vocale gauche,superficielle sans extension en
profondeur à l’espace paraglottique .

*Tumeur superficielle des deux tiers antérieurs de la corde vocale gauche . Absence
d’extension à la commissure antérieure .

*Tumeur infiltrante de toute la corde vocale droite, infiltration en profondeur de l’espace


paraglottique, infiltration de la commissure antérieure. À noter la condensation de
l’aryténoïde droite.

*Tumeur de la corde vocale droite infiltrante. Tumeur étendue à la commissure antérieure et à


la corde vocale controlatérale, Présence d’une extension sous glottique antérieure avec à ce
niveau une érosion du cartilage thyroïde La reconstruction sagittale montre une extension à la
partie basse de la loge pré-épiglottique , tumeur des 3 étages.

*Tumeur très infiltrante de la corde vocale gauche étendue à lacommissure antérieure et à la


partie initiale de la cordecontrolatérale. Présence d’une condensation adjacente du cartilage
thyroïde et d’une lyse franche de la partie antérieure de l’aile thyroïdienne gauche.

*Volumineuse tumeur du plan glottique. Lyse complète du cartilage thyroïde dans sa partie
antérieure et extension.

*Tumeur infiltrante de la corde vocale gauche. Érosion du cartilage thyroïde en regard de la


commissure antérieure.Présence d’une extension sous-glottique , avec condensation du
cartilage cricoïde au contact de la tumeur ; La reconstruction coronale en phonation apprécie
la hauteur de cette extension sous-glottique à noter également l’extension sus-glottique.

* Tumeur du sinus piriforme droit. Petite tumeur bourgeonnante de la face antérieure du sinus
piriforme droit en manoeuvre de Valsalva. Ganglion de 10 mm de diamètre
transverse nécrotique.
*Acquisition en Valsalva montrant une tumeur superficielle de la face latérale et postérieure
du sinus piriforme gauche ; La tumeur atteint presque la ligne médiane en paroi pharyngée
postérieure.

*Volumineuse tumeur du sinus piriforme droit avec extension en région rétro-crico-


aryténoïdienne ; La tumeur dépasse largement la ligne médiane en paroi postérieure ;
Extension endolaryngée et extension extra-laryngée le long du muscle constricteur inférieur
du pharynx .Une coupe sous-jacente montre une extension sous muqueuse à la bouche de
l’oesophage et une adénopathie jugulaire inférieure
droite .

*La manoeuvre de Valsalva montre qu’il s’agit d’une tumeurde la face antérieure du sinus
piriforme dans sa partie inférieure, La tumeur est étendue en région rétro-crico-
aryténoïdienne.

*Tumeur étendue de l’hypopharynx. Coupe en respiration indifférente montrant une prise de


contraste tumorale de l’hypopharynx ;L’acquisition en Valsalva montre qu’il s’agit d’une
tumeur de toute la paroi pharyngée postérieure avec extension en profondeur aux parties
molles prévertébrales .

*Tumeur du sinus piriforme droit face antérieure et angle avec érosion du cartilage thyroïde
en regard et volumineuse adénopathie nécrotique en rupture capsulaire englobant la carotide .
La veine jugulaire est thrombosée.

*Tumeur de la corde vocale gauche étendue à la commissure antérieure ; extension en


profondeur à l’espace paraglottique, et extension sous muqueuse à la partie profonde de la
bande ventriculaire, petite extension sous-glottique antérieure limitée. Absence d’extension
cartilagineuse décelable.
Une « phonation » doit être réalisée, pour bien analyser l’extension
sus-glottique.
3. La reconstruction coronale en phonation montre l’absence d’ouverture du ventricule
laryngé gauche et l’extension susglottique à la partie profonde de la bande ventriculaire.
4. La reconstruction sagittale montre l’absence d’extension à la loge pré-épiglottique (HTE) et
l’extension limitée en sous-glotte antérieure.
5. Il s’agit d’un patient encore jeune, en bon état général sans adénopathie sans autre
localisation. Une cordectomie laser ne peut être proposée, la tumeur ayant infiltré l’étage sus-
glottique (intérêt du scanner car cette infiltration sous-muqueuse n’était pas détectée par
l’endoscopie). Le caractère infiltrant de la tumeur justifie un geste chirurgical, l’extension
limitée en sous glotte antérieure uniquement sur 5 mm environ et l’absence d’extension à la
loge HTE autorisent encore la réalisation d’une laryngectomie partielle horizontale de type
CHEP (crico-hyo-épiglottopexie).

Nasopharynx :
*Visualisation de végétations adénoïdes, de même densité que la muqueuse, peu rehaussées,
homogènes, prenant un aspect strié lié au « piégeage aérique » au sein des replis muqueux.

*Présence d’un kyste de Thornwaldt , en position médiane au niveau de la paroi postérieure


du cavum, de densité liquidienne,non rehaussé apres injection de produit de contraste.
*Extension postérieure osseuse d’une volumineuse tumeur du nasopharynx, infiltrant les
muscles longs du cou puis détruisant l’arc antérieur de l’atlas et envahissant le canal
rachidien ;On note également chez ce patient une extension antérieure à la fosse nasale droite
et à l’espace parapharyngé droit.

Classification T des cancers du nasopharynx selon l’UICC 2002.


T1 Limité au nasopharynx
T2a Extension à l’oropharynx et/ou aux fosses nasales
T2b Extension aux espaces parapharyngés
T3 Extension aux structures osseuses ou aux sinus de la face
T4 Extension intracrânienne et/ou atteinte des nerfs crâniens, de la fosse infratemporale, de
l’hypopharynx ou de l’orbite.

Classification N des cancers du nasopharynx selon l’UICC 2002.


N0 Absence de ganglion
N1 Adénopathie cervicale homolatérale unique ≤6 cm
N2 Adénopathies cervicales bilatérales ≤6 cm
N3a Adénopathie cervicale > 6 cm
N3b Adénopathie

*L’extension inférieure à l’oropharynx se fait le long de la paroi latérale vers la loge


amygdalienne ou vers le voile du palais. La muqueuse et les muscles sous muqueux de
l’oropharynx sont envahis par continuité et présentent les mêmes caractéristiques et
rehaussement que la formation primitive du nasopharynx.
*L’extension antérieure à la fosse nasale dans sa partie postérieure . avec extension dans les
cavités sinusiennes puis dans les espacesprofonds de la face.
*L’ extension latérale avec un franchissement du fascia pharyngo basilaire. la densité
graisseuse de l’espace parapharyngé est remplacé par celui de la masse tissulaire en
prolongement direct avec la lésion primitive . L’extension à cet espace graisseux ouvre la voie
aux extensions autour de la base du crâne et aux extensions postérieures vers l’espace
vasculaire rétro-stylien. Cet espace comprend les nerfs mixtes, la veine jugulaire interne et la
carotide interne .
*L’extension supérieure vers le sinus sphénoïdal , le corps du sphénoïde et le clivus, puis plus
latéralement vers les grandes ailes du sphénoïde pour envahir l’étage moyen de la base du
crâne.

Oropharynx :
*Coupe axiale et reconstruction sagittale en TDM : lésion peu rehaussée par le produit de
contraste, extension dans le plancher mal analysée. Absence de lésion mandibulaire décelée
en constante osseuse.
*Tumeur de l’ogive amygdalienne (partie haute de la région tonsillaire). : lésion peu
rehaussée après injection, appréciation du volume tumoral impossible.

*aMasse infiltrante centrée sur la base de langue, sans perte de substance. Prédominant à
droite, elle dépasse largement la ligne médiane. Infiltration profonde massive dans le plancher
buccal le long des faisceaux musculaires extrinsèques et vasculo-nerveux.Elle englobe le
pédicule lingual droit et vient à proximité du pédicule
lingual gauche. Respect du plan des muscles mylo-hyoïdiens et du larynx. Dimension axiale
maximale : 3,5 cm. Absence de <ganglion morphologiquement suspect dans les premiers
relais.

PAPILLOME INVERSÉ :processus expansif solkide de la fosse nasale ,centreé sur le meat


moyen a contours poly lobés ,s’etendant a travers une lyse de la paroi mediale du sinus
maxillaire

MORPHOGRAMME FŒTAL :sus expansif de la


fostrée mTableau II. – Vérification anatomique.
Tête
Diaphragme
Abdomen
Cerveau Foie, vésicule biliaire, rate
Ligne médiane Estomac, intestin grêle
Ventricules latéraux
IIIe et IVe ventricules
Réseau porte, veine cave inférieure, aorte,
réseau ombilical
Cervelet, septum pellucidum, corps Reins, vessie
calleux Surrénales
Citerne postérieure, vallées sylviennes Ombilic
Tissus mous du cou
Face Squelette
Orbites (distance inter- ou intraorbitaire)
Cristallin
Rachis (coupes sagittales, parasagittales
et axiales, peau), canal rachidien
Nez, narines
Bouche, lèvres (bourgeons dentaires)
Membre supérieur G/D, main G/D (bien
dérouler)
Profil Membre inférieur G/D, pied G/D (axe
pied)
Côtes
Bassin (mesure d’angle)
Thorax Sexe
Poumons Organes génitaux externes
Coeur : quatre cavités (VD = VG)
(mesure du diamètre transverse
thoracique sur cette coupe)
(Utérus)
Axe, pointe
Croisement gros vaisseaux
Aorte
(Thymus)

VD : ventricule droit ; VG : ventricule gauche ; G : gauche ; D : droit.oyen (


), s’étendant à travers
une lyse de la paroi médiale du
sinus maxillaire avec scalloping
sur sa paroi postéro latérale ( ).
Lyse du septum et
envahissement de la fosse
nasale controlatérale ( ). Vous
avez noté aussi l’extension à la
choane homolatérale ( ). Noter
la difficulté de faire la part entre
processus tumoral proprement dit
et rétention.
……..$..jjhhgg uns des autres
**ré

par du poumon normal.


2 étiologies essentielles: Lymphangiomyomatose
(cas
présenté) et hystiocytose X (cas ci-contre).
contours des vaisseaux et les parois
bronchiques parfois avec
bronchogramme aérique.

Vous aimerez peut-être aussi