Vous êtes sur la page 1sur 22

ENSA Tétouan

Filière GC, semestre S9


Module: Transfert Thermique des bâtiments

Chapitre II:
TRANSFERT DE CHALEUR PAR CONDUCTION EN
REGIME PERMANENT

El Khannoussi Fadoua

1
Plan:

 Equation de la chaleur
Transfert unidirectionnel stationnaire 1D
Transfert multidirectionnel
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 L’équation de la chaleur

x
x x  dx

Bilan énergétique pour la tranche élémentaire: x g xdx st

 T   T 
x    xdx    
 x  x  x  xdx
  T  g T
    q c
x  x  t
T
g  q g dx st  q st dx c p dx
t
3
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

L’équation de la chaleur en 3D

Bilan énergétique pour la tranche élémentaire: e g s st

  T    T    T  g T

 x   
 y   
 z   q  c
x  x  y  y  z  z  t

C’est une conséquence de la loi de Fourier et du premier principe de la thermodynamique.

Cas homogène isotrope Cas homogène isotrope sans source interne

T T
T  q c
g T c
t t

4
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

Cas homogène isotrope sans source interne

T
T c
t

T
 aT
t

 Diffusivité thermique qui caractérise la vitesse de


a (m 2 .s 1 )
c propagation d’un flux de chaleur à travers un matériau

Régime permanent: T  0
Equation de Laplace

C’est la même équation qui gère le potentiel électrique, on va retrouver


l’analogie avec les résistances électriques.
5
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

Problème en coordonnées cylindriques

 2 T 1 T 1  2T  2T 1 T
  2 2 2
r r r r  z a t
2

Problème à symétrie cylindrique T  T(r,t)

 2 T 1 T 1 T
 
r 2 r r a t

Problème en coordonnées sphériques

1   rT 1  T  1  2T 1 T
2
 2  sin    2 2 
r r 2 r sin      r sin  2 a t

6
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 Transfert unidirectionnel stationnaire 1D

Hypothèses : 
⇒ Régime permanent
⇒ Pas de flux de rayonnement
⇒ Pas de génération de chaleur
x
T1 T2

 2T  2T e
 0  T(x) x  0
x 2
x 2
x
Conditions aux limites T(x)  T1  T1  T2 
e

La densité de flux:
T T1  T2
  
x e
7
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

T1  T2 T1  T2
Le flux énergétique: S  
e R
S
On peut écrire
i V1  V2 

1
 T1  T2 
R
On appelle R la résistance thermique du milieu: (K/W)

La température apparaît ainsi comme un potentiel thermique et le terme


e/λS apparaît comme la résistance thermique d’un mur plan d’épaisseur
e, de conductivité thermique λ et de surface latérale S.
On se ramène donc au schéma équivalent représenté sur la figure ci-
dessous:

8
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

• Mur multicouches

9
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

• Mur multicouches

En régime permanent, le flux se conserve lors de la traversée du mur et


s’écrit:
 AS  S  S
 h1STf 1  T1   T2  T1   B T3  T2   C T4  T3   h 2ST4  TF2 
eA eB eC
Tf 1  Tf 2

1 e e e 1
 A  B  C 
h1S  AS  BS  CS h 2S
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

• Mur multicouches

Tf 1  Tf 2
 Tf 1  Tf 2
1 e e e 1 
 A  R AB  B  R BC  C  R eq
h1S  AS  BS  CS h 2S
11
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

• Mur composites

Schéma électrique
équivalent

12
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

• Mur composites

Schéma équivalent d’un mur composite

• La résistance thermique équivalente:

1
R eq  R1  R 2  R6 R7
1 1 1
 
R3 R4 R5
1 e1 e e e e 1
R1  ; R2  ; R 3  2 ; R 4  2 ; R 5  2 ;R 6  3 ; R 7 
h1 L 1 L  2 1L 1 2 L  2 3L 1 L h2 L

13
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 Cylindre creux long (tube)

On considère un cylindre creux de conductivité


thermique λ, de rayon intérieur r1, de rayon
extérieur r2, de longueur L, les températures
des faces internes et externes étant
respectivement T1 et T2.

• Condition aux limites:

T r1   T1 et T  r2   T2

Effectuons le bilan thermique du système constitué par la partie de


cylindre comprise entre les rayons r et r + dr :

r rdr

14
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 Cylindre creux long (tube)

 dT   dT 
r   2rL  et rdr   2 r  dr L 
 dr r  dr  rdr
Soit:
 dT   dT  dT
 2rL    2 r  dr L   r  C
 dr r  dr  rdr dr
r
D’où:
ln  
T(r)  T1  r1 

T2  T1 r 
ln  2 
Le flux thermique:  r1 

2LT1  T2 

r 
ln  2 
 r1 
15
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 Cylindre creux multicouches

En régime permanent, le flux de chaleur  se conserve lors de la


traversée des différentes couches et s’écrit:

Tf 1  Tf 2

 r2   r3 
ln   ln  
1
  r1 
  r2 

1
h1 2r1L 2 A L 2 B L h 2 2r3L
16
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 Prise en compte des transferts radiatifs


Dans le cas où le fluide en contact avec la surface est un gaz et où la convection
est naturelle, le transfert de chaleur par rayonnement avec les parois (à la
température moyenne Tr ) entourant la surface peut devenir du même ordre de
grandeur que le transfert de chaleur par convection avec le gaz (à la température
Tf ) au contact de la surface et ne peut plus être négligé.

 
La relation de Stephan-Boltzmann:
r S T 4  Tr4
On peut la mettre sous la forme:   h ST  T 
r r r

 
hr étant appelé le coefficient de transfert radiatif: h r  T  Tr T  Tr 
2 2

17
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

 Transfert multidirectionnel

 Méthode du coefficient de forme:

Dans les systèmes bidimensionnels ou tridimensionnels où n’interviennent


que deux températures limites T1 et T2.

 
Le flux de chaleur:
 F T1  T2
Avec: λ conductivité thermique du milieu séparant les surfaces S1 et S2
F coéfficient de forme (m),
T1 Température de surface S1 et T2 la température de la surface S2

Le coefficient de forme F ne dépend que de la forme, des dimensions et


de la position relative des deux surfaces S1 et S2.

18
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

19
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

Valeur du coefficient de forme de conduction

20
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

Cas particulier: Enceinte tridimensionnelle ( four, chambre froide, pièce


climatisée ...).
Méthode : on découpe l’enceinte en différents éléments et on calcule le flux
traversant chacun d’eux.

Méthode de découpe d’une enceinte tridimensionnelle

21
Chapitre II: Transferts thermiques par conduction en régime permanent

Si les dimensions longitudinales sont grandes devant l’épaisseur L des parois


(supposée constante), les coefficients de forme des différents éléments
ont pour valeur: Fparoi i  Si Li
Fbord i  0.54Di
Fcoin i  0.15Li

Avec: Si Aire de la paroi i,


Di longueur de la paroi ou du bord i,
Li épaisseurs des parois.

Le flux de chaleur traversant l’enceinte s’écrit alors :


6 12 8
  i Fparoii Ti   i Fbordi Ti   i Fcoini Ti
i1 i1 i1

i Conductivité thermique ( équivalente si paroi multicouche) ) de la paroi i.


ΔTi différence de température entre les faces internes et externes de la
paroi i. 22