Vous êtes sur la page 1sur 42

Définition

 famille de composé organiques htérogènes aractérisés, en générale


par leur insolubilité dans l’eau (lipos) et leur solubilité dans les
solvants organiques apolaires comme benzène, chloroforme, éther,

 Ils sont caractérisés par la présence dans la molécule d’au moins un
acide gras ou chaîne
grasse.
• Sont rattachés aux lipides, en raison de leur insolubilité dans
l’eau, le cholestérol, les sté-
roïdes, la vitamine D, qui sont des dérivés polyisopréniques.
 Les lipides peuvent être classés en trois groupes principaux : les
esters (combinaison d'un acide gras et d'un alcool), les amides
(combinaison d'un acide gras et d'une amine) et enfin des
molécules de structure plus complexe.
Structure et Classification des des lipides
On distingue :
1. Les lipides simples : Glycérides et Stérides
2. Les lipides complexes : Glycérophospholipides et Sphingolipides.

 1. Esters d'acides gras (AG) et d'un alcool, le glycérol (propane-1,


2, 3-triol) : les glycérides (mono, di et tri);
d'un alcool, le cholestérol : les stérides;
• d'un alcool « gras » : les cérides.
On pourrait aussi y placer les glycérophospholipides, esters
d'acides gras et du glycérol phosphaté.
2. Amides d'AG et d'une amine primaire, la sphingosine. Ce sont
les sphingolipides.
3. Molécules complexes très hydrophobes : les carbures, les
stérols, les stéroïdes, les caroténoïdes et les quinones.
Classification des lipides
 On classe les lipides en fonction de leur nature chimique et du rôle
qu’ils tiennent dans la structure et le fonctionnement des
organismes.
 Les lipides de réserve, Ils ont un rôle métabolique de réserve
énergétique efficace (la graisse de réserve est logée dans les
adipocytes, elle est faite de triglycérides TG, riches en atome
d'hydrogène, qui occupent très peu de place). Les triglycérides sont
à l'origine de carburants cellulaires importants, les acides gras.

 Les lipides de structure sont des phospholipides et des


sphingolipides qui s’associent pour former une double couche
lipidique ; cette dernière constitue, avec le cholestérol, les
membranes biologiques qui délimitent les cellules ou les organites
intracellulaires tels que le noyau, les mitochondries, les
chloroplastes, le réticulum endoplasmique, les peroxysomes ou les
lysosomes ; pour cette raison, les phospholipides et des
sphingolipides sont appelés habituellement lipides membranaires.
Tous ces lipides contiennent dans leur structure des acides gras où
ces derniers apparaissent comme les constituants élémentaires clés.
Classification des lipides

 d’autres lipides, bien que présents en quantité moindre,


jouent des rôles fonctionnels d’une grande importance.
Ainsi, appartiennent au groupe des lipides les sels
biliaires qui participent à la digestion et l’assimilation des
lipides de l’alimentation, les hormones stéroïdes, les
hormones eicosanoïdes, les vitamines liposolubles A, D, E et
K qui interviennent dans la régulation de nombreux
processus biologiques fondamentaux, des pigments
susceptibles d’absorber la lumière, des cofacteurs
enzymatiques, des transporteurs d’électrons, des ancres
hydrophobes et des messagers intracellulaires.
Les acides gras
 Les acides gras sont les briques de base de nombreux lipides dont les lipides
énergétiques. Ce sont des acides organiques faibles (monoacides), linéaires, à
nombre pair de carbone , de 4 à 36., soit saturés, soit insaturés.
 La plupart des acides gras d'intérêt biologique ont un nombre d'atomes de
carbone compris entre 14 et 22, les autres n'ayant pas de rôle biologique majeur.
Ce sont des molécules amphipathiques orientables (intérêt dans la structure
des lipides membranaires), avec un pôle hydrophile (deux atomes d'oxygène de
la fonction acide
carboxylique qui peuvent établir des liaisons faibles type ponts hydrogènes avec
l'eau) et une région hydrophobe représentée par la chaîne hydrogénocarbonée.
 NB. acides gras à nombre impair d'atomes de carbone
(acides formique ou valérianique, isolés des graisses de certains animaux),
ou à
chaîne ramifiée (tel l'acide phytanique porteur de quatre ramifications
méthyles
trouvé dans certains tissus des patients atteints de la maladie de Refsum)
Structure et nomenclature des acides gras

Il existe deux catégories d'acides gras


1. Les AGS :
Le premier atome de carbone dans la
nomenclature internationale est
celui de la fonction acide
carboxylique.
Si 4 ≤n ≤ 24 : huiles, graisses.
n ≥26 : graisses, cires
Les acides gras
 Les acides gras saturés [CH3 -(CH2)n - COOH]
4C Acide butyrique
16C Acide palmitique
18C Acide stéarique
24C Acide lignocérique
Le premier carbone est le carboxyle. Exemple : Acide
palmitique CH3 - (CH2)14 – COOH
Les acides gras
2. Les AGI: (éthéniques) avec x le nombre
de doubles liaisons carbone-carbone.
Toutes les doubles liaisons carbone-
carbone ont une configuration cis, par
opposition à la configuration trans qui
n'existe pas dans les acides gras
naturels.
 Les doubles liaisons carbone-carbone
sont placées à des endroits précis de la
molécule.
 Elles sont très importantes car elles
induisent une variation dans
l'agencement global des atomes et ont
une répercussion sur la fonction de la
molécule.
Les acides gras
Notation : Cn : x Cis ∆ m,... avec m la position
du premier atome de carbone engagé dans la
première double liaison (symbolisée par ∆) à
partir du carbone acide numéroté 1.
Ou Cn :x ωk qui sonnera l'appartenance
à la série des«ω »
Ou Cn :x, n-k, avec k la position du
premier atome de carbone de la première ∆ à
partir du CH3 qui est le Cω.

NB. Trois doubles Liaisons entraînent donc un repliement complet de La chaîne sur
ellemême , ce qui peut permettre La synthèse de composés cycliques
Les acides gras
Ex: Acide oléique (huile d'olive): très importantcar très présentdans l'alimentation.
CH3-(CH2) 7-CH=CH-(CH) 7-COOH

• La double liaison entraîne une angulation de 120° de la chaîne carbonée. Le volume


occupé par la chaîne est plus important lors de la rotation de l'acide gras sur lui-même
que lors de celle d'un acide gras saturé.
• L'intérêt de ces doubles liaisons est d'augmenter la fluidité membranaire.
•Exemple : Les acides gras des huiles de poissons ont entre 1 et 6 doubles liaisons, ce qui
permet aux membranes de rester fluides à de très basses températures.
Tableau : Principaux acides gras (tous les noms doivent
être précédés du terme acide).
Propriétés des acides gras
A. Propriétés physiques

 1. Solubilité
• L’acide butyrique à 4C est soluble dans l’eau, puis la
solubilité des acides gras baisse progressivement et ils sont
insolubles à partir de 10C.
• Ils sont solubles dans les solvants organiques apolaires :
benzène, chloroforme,
2. Le point de fusion
• augmente avec le nombre de C.
• diminue quand le nombre de doubles liaisons augmente.
Ils sont liquides à 20° C si n <10 C
solides si n = 10 C
Propriétés des acides gras
B. Propriétés chimiques
 1. Oxydation des doubles liaisons
• L’oxydation par l’oxygène de l’air conduit au rancissement des
graisses
• L’oxydation enzymatique intracellulaire de l’acide arachidonique
par la cyclooxygénase (cyclisation + oxydation) conduit aux
prostaglandines qui sont des médiateurs très actifs, très
rapidement dégradés.

prostaglandines Ce sont des médiateurs chimiques qui possèdent divers effets


physiologiques, contribuant notamment au développement de plusieurs manifestations
inflammatoires, la vasodilatation et la douleur.
Cascade de l'acide arachidonique
Elles interviennent
 dans la contraction des muscles lisses (intestin, utérus,
vaisseaux) ;
 dans la régulation des métabolismes ;
 dans l’agrégation plaquettaire. L’inhibition de la
cyclooxygénase des plaquettes par l’aspirine est utile en
thérapeutique (antiagrégant plaquettaire).
Propriétés des acides gras
B. Propriétés chimiques

2. Formation de sels de sodium ou potassium


Ce sont des savons à propriétés moussantes, mouillantes et
émulsionnantes. Dans l’eau les savons se dissocient en Na+ + R-
COOL’anion a 2 pôles :

Ces molécules appelées amphiphiles ou amphipathiques, sont


tensioactives : elles abaissent la tension superficielle de l’eau d’où
leurs propriétés.
3. Formation d’ester (avec Glycérol et Cholestérol) et de
thioester (avec le coenzyme)
1.1 Les glycérides
• Ce sont des esters d’Acides Gras et de Glycérol.
•Si les 3 AG sont identiques, le triglycéride est homogène ; s’ils sont différents, il est
hétérogène.
• Ce sont les lipides naturels les plus nombreux, présents dans le tissu adipeux
(graisses de réserve) et dans de nombreuses huiles végétales. Ils représentent une
réserve énergétique importante chez l’homme.
• Ils sont solubles dans l’acétone ce qui les différencie des phospholipides (ils sont très
apolaires).
1.1 Les glycérides
 Hydrolyse des triglycérides :
— La lipase, enzyme du suc pancréatique, hydrolyse
les triglycérides alimentaires en monoglycéride + 2
acides gras :
1.2 Les stérides
 Ce sont des esters du cholestérol. Le cholestérol est une
structure composée de 3 cycles hexagonaux + un cycle
pentagonal correspondant au
cyclopentanoperhydrophénanthène.
Il possède une fonction alcool secondaire en C3 et une doub
liaison en Δ5.

-Le stéride est formé par estérification d’un


AG sur la fonction alcool en 3 du cholestérol.
Le cholestérol
 Le cholestérol est apporté dans l’alimentation et synthétisé par le foie ; il est
transporté dans le sang dans les lipoprotéines. C’est un constituant des
membranes (rôle dans la fluidité).
• Le cholestérol sert dans l’organisme à la synthèse de 3 groupes de molécules :
— Les hormones stéroïdes (cortisol, testostérone…)
— La vitamine D3
— Les acides biliaires
1.3 La vitamine D3 ou Cholécalciférol
 Lors de l’exposition solaire, le 7-déhydrocholestérol (provitamine D3)
présent dans la peau est transformé en prévitamine D3, puis en vitamine
D3. Grâce à une alpha-globuline (vitamine D binding protein, DBP), la
vitamine D3 est transportée jusqu’au foie où elle est hydroxylée en 25-
OH vitamine D3 ou calcidiol. Transportée par la circulation sanguine
jusqu’au rein, la 25-OH vitamine D3 y subit une deuxième hydroxylation
en 1,25-(OH)2 vitamine D3 ou calcitriol, forme hormonale biologiquement
active de la vitamine D3.
 La vitamine D3 est une vitamine liposoluble qui prévient le rachitisme en
favorisant la fixation du calcium sur l’os.
2. Glycerophospholipides
2.1 L’acide phosphatidique
• C’est l’élément de base des
glycérophospholipides.
Acide phosphatidique = Glycérol + 2 Acides
Gras + H3PO4
 Les deux acides gras ont une chaîne longue (≥
14C), l’acide gras en position 2 est souvent
insaturé.
• L’acidité de la molécule provient des 2 H
mobiles libres de l’acide phosphorique.
• Au pH sanguin (7,35 - 7,45) les 2 fonctions
acides sont ionisées.
• L’acide phosphatidique est un second
messager intracellulaire.
2.2 Les glycérophospholipides
 Le lipide se forme par fixation d’un alcool sur l’acide
phosphatidique. Selon l’alcool, on obtient des classes différentes
de lipides.
Phosphatidylsérines = Acides Phosphatidiques + Sérine
Phosphatidyléthanolamines = Acides Phosphatidiques +
Ethanolamine
Phosphatidylcholines = Acides Phosphatidiques + Choline
Phosphatidylinositols = Acides Phosphatidiques + Inositol
Propriétés des Glycérophospholipides

Ce sont des molécules amphipathiques (ou amphiphiles)


car elles présentent 2 pôles :
— l’un hydrophobe dû aux AG ;
— l’autre hydrophile dû à l’ester phosphorique.
• Elles ont donc des propriétés identiques à celles des
savons (émulsionnants, …).
• Ce sont des molécules amphotères car elles possèdent à
la fois :
— une fonction acide apportée par H3PO4
— une fonction basique apportée par l’AA alcool (sérine,
thréonine) ou par la choline.
Hydrolyse des phospholipides par les
phospholipases
 1. Il existe 4 phospholipases spécifiques A1, A2, C et D :

Si hydrolyse par la phospholipase A1 :


AG saturé + Lyso1 phospholipide
• Si hydrolyse par la phospholipase A2 :
AG insaturé + Lyso 2 phospholipide
• Si hydrolyse du phosphatidylinositol
4, 5 diphosphate par une
phospholipase C :
Hydrolyse des phospholipides par les
phospholipases

- Si hydrolyse par la phospholipase D :


Acide phosphatidique + alcool (choline par exemple).
Rôle des phospholipases
• L’hydrolyse des phospholipides alimentaires lors de la
digestion est réalisée par la phospholipase A2
pancréatique.
• L’hydrolyse des phospholipides membranaires permet
la synthèse de médiateurs lipidiques :
— une phospholipase A2 conduit aux prostaglandines,
leucotriènes, lysophospholipides
— une phospholipase C conduit aux DAG
(Diacylglycérol), IP3 (inositol 1, 4, 5 triphosphate)
— une phospholipase D conduit à l’Acide
phosphatidique.
2.3 Sphingolipides

 Ce sont des amides de la sphingosine qui se forment


par liaison du carboxyle de l’AG sur le –NH2 de la
sphingosine :
2.3.1 Acylsphingosine ou Céramide
 Le plus simple des sphingolipides est le céramide ou acylsphingosine.
Le Céramide est un second messager intracellulaire.
 L’acide gras est saturé et à longue chaîne.
 L’acide gras le plus fréquent est l’acide lignocérique (C24:O).
• Au pH du sang, la molécule est ionisée.
• On les trouve dans le tissu nerveux (graines de myéline) et dans les
membranes.
• La déficience en sphingomyélinase entraîne leur accumulation dans
le cerveau, la rate et le foie.
2.3.2 Les Sphingomyélines

 Elles sont constituées de l’association


Sphingosine + AG + Phosphorylcholine
2.6.3 Les Glycolipides
 A. Cérébrogalactosides ou Galactosylcéramides
Ils sont constitués de :
Sphingosine + AG + βD Galactose
Métabolisme des acides gras

Introduction

 Les acides gras ont été sélectionnés au cours de l’Évolution


parce qu’ils représentent très concentrée d’énergie ; ils sont
en effet très réduits et anhydres, contrairement aux glucides
et aux protéines beaucoup plus polaires et hydratés. Ainsi,
chez un homme adulte dont les réserves énergétiques sont
d’environ 500 000 kJ, 80 % viennent des triglycérides, 19,5 %
des protéines, essentiellement musculaires, et 0,5 % du
glycogène.
 Tout comme la glycolyse permet la synthèse d'ATP à partir
des sucres, la lipolyse permet cette même synthèse à partir
des acides gras. les acides gras proviennent essentiellement
de deux sources: hydrolyse des triglycérides du tissu adipeux
ou issus de la digestion des aliments.
Schéma générale du métabolisme des lipides
Formation des acyls-CoA

 Les acides gras sont dans un premier temps activés en


acyls-CoA grâce à des acyls thiokinases appelées
également acyl-CoA synthétases. Cette réaction se déroule
dans le cytoplasme, sur la face externe de la mitochondrie.
 Grâce à l'hydrolyse d'une molécule d'ATP en
pyrophosphate, l'acyl-CoA possède une liaison thioester
riche en énergie. Cette réaction est normalement une
réaction réversible. Mais la présence d'une
pyrophosphatase très active dans le milieu entraîne
l'hydrolyse du pyrophosphate produit, ce qui déplace
l'équilibre vers la production quasi-totale d'acyl-CoA
(réaction irréversible)
L'activation des acides

Remarque
L'activation des acides gras sous forme
d'acyl-CoA permet soit de dégrader ces
derniers si la demande en énergie est
importante, soit de permettre la synthèse
des triglycérides ou de lipides plus
complexes, tels les glycérophospholipides, si
la demande en énergie est faible.

Structure de La carnitine.
Entrée des acyls-CoA dans la mitochondrie.
β -OXYDATION MITOCHONDRIALE
DES ACIDES GRAS

 Un tour de β-
oxydation des
acides gras saturés
fait intervenir
successivement
une oxydation,
une hydratation,
une seconde
oxydation et une
thiolyse .
Les quatre étapes de la β -oxydation

 Il va falloir enlever successivement des acétyls-CoA à partir


de l'acyl-CoA. Chaque décrochage d'un acétyl-CoA va
impliquer quatre étapes qui se répéteront donc jusqu'à ce
que tout l'acyl-CoA ait été réduit en fragments de deux
atomes de carbone :
1. une première déshydrogénation par une enzyme à FAD, ce
qui génère donc une double liaison entre les carbones a et β;
FADH2produit va ensuite intégrer les chaînes respiratoires
pour générer de l'ATP.
2. une hydratation sur la double liaison qui vient d'être
créée;
3. une deuxième déshydrogénation par une enzyme à
NAD+;
4. intervention d'un coenzyme A.
La première réaction d’oxydation
1. La première réaction d’oxydation, réalisée par une acyl CoA
déshydrogénase à FAD, conduit à un trans-D2-énoyl CoA. Les électrons
sont immédiatement transmis à une flavoprotéine de transport
d’électrons de la chaîne respiratoire mitochondriale dénommée ETF (de
electron-transferring flavoprotein), qui les transfère à son tour à une
protéine fer-soufre, l’ETF-ubiquinone réductase. L’ubiquinone est
réduite en ubiquinol qui délivre ses deux électrons de haut potentiel au
second site de pompage de protons de la chaîne respiratoire
mitochondriale, la Q-cytochrome c réductase, ce qui conduira à la
création de 1,5 molécule d’ATP par molécule de FADH2.
 L’acyl CoA déshydrogénase de la b-oxydation des acides gras est analogue
à la succinate déshydrogénase du cycle de l’acide citrique; dans les deux
réactions, l’enzyme est lié à la membrane interne, une double liaison est
introduite dans un acide carboxylique entre les carbone a et b, FAD est
l’accepteur d’électrons et ces derniers entrent dans la chaîne respiratoire
pour être transférés à O2 avec la synthèse
concomitante de 1,5 molécule d’ATP.
Le bilan de l’oxydation
 Chaque tour d'hélice a donc généré une molécule de FAD H 2 , une
molécule de NADH , H +et une molécule d'acétyl-CoA soit:
• une molécule de FADH2 qui génère 2 ATP
 une molécule de NADH, H+qui génère 3 ATP;
 une molécule d'acétyl-CoA génère dans le cycle de Krebs 12 ATP.
Si nous faisons le bilan énergétique pour la ,B-oxydation de l'acide
héxanoïque (équivalent du glucose pour les glucides), nous obtenons
donc:
• 2 molécules de FADH2, soit 2 x 2 =4 ATP;
• 2 molécules de NADH, H +, soit 2 x 3 =6 ATP;
• 3 molécules d'acétyl-CoA, soit 3 x 12 = 36 ATP
 Le bilan est donc de 46 ATP, auquel il faut retrancher 1 ATP
correspondant à l'activation de l'acide gras en acyl-CoA. Le bilan est
donc de 45 ATP produits. Si nous comparons au bilan énergétique de la
dégradation du glucose qui est de 38 ATP, nous voyons que les lipides
sont beaucoup plus énergétiques que les sucres.
Merci de
votre attention

Vous aimerez peut-être aussi