Vous êtes sur la page 1sur 44

ARCHITECTURES DES

ORDINATEURS

Dr. OUADA Farah-Sarah


Maître de Conférences Classe B à l’Université A. Mira de
Béjaia
OBJECTIFS
 Ce cours permet de :
 Vous familiariser avec les notions de base de l’architecture
des ordinateurs.
 Connaître le rôle de chaque composant.

 Maîtriser le cheminement de l’information dans les circuits


de base et connaître le fonctionnement de l’unité de
contrôle (séquenceur).
 Comprendre les mécanismes de base permettant à un
calculateur de communiquer (entrées/sorties et systèmes
d’interruption).
2

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


PROGRAMME
 Rappel …………………………………...…….. ….
Introduction aux Architectures des Ordinateurs
 Chapitre 1 …………………………….…..………..
Les Mémoires
 Chapitre 2 …………………………….…..………..
Organes liés a une opération d’Entrée/ Sortie
 Chapitre 3 …………………………….…..………..
Les modes E/S
 Chapitre 4……………………………………………
Les systèmes d’interruption
 Chapitre 5…………………………………………
Le séquenceur
3

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


EVALUATION
 Crédit : 4
 Examen

 Contrôle Continu (10 séances de TD)  06 pts


 Présence
 Participation
 Préparation
 Interrogation  14 pts

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


CHAPITRE I
INTRODUCTION AUX
ARCHITECTURES DES ORDINATEURS

Introduction

Composants et périphériques d’un ordinateur

Architecture de Von Neumann

Cycle d’exécution des instructions


INTRODUCTION
 L'informatique, contraction d'information et
automatique, est la science du traitement de l'information.

 Apparue au milieu du 20ème siècle, elle a connu une


évolution extrêmement rapide. A sa motivation initiale qui
était de faciliter et d'accélérer le calcul, se sont ajoutées de
nombreuses fonctionnalités, comme l'automatisation, le
contrôle et la commande de processus, la communication
ou le partage de l'information.

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE LA
MACHINE INFORMATIQUE
 On distingue généralement trois couches dans la composition
d’une machine informatique :
 Le matériel « hardware »: il correspond à la machine
physique, notamment composée du processeur, de la mémoire
centrale et des périphériques, l’ensemble communiquant par un
bus.
 Le logiciel de système d’exploitation : c’est un ensemble de
programmes qui se place à l'interface entre le matériel et les
logiciels applicatifs. Il permet notamment à ces logiciels
applicatifs d’utiliser les ressources matérielles de la machine.
 Les logiciels des utilisateurs « software » : ce sont des
programmes qui permettent à l’utilisateur de réaliser des
tâches sur la machine.
7

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE LA
MACHINE INFORMATIQUE

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


RÔLE D’UN ORDINATEUR
 Exécuter un programme de traitement sur des
données en vue de résoudre un problème.
 Deux aspects :

- L’expression du problème à résoudre, de sa


solution dans un langage compréhensible par
l’ordinateur,
- La structure de l’ordinateur qui doit être
composé d’éléments permettant le stockage, le
traitement , la lecture ou l’écriture des données

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


A QUOI SERT DONC UN ORDINATEUR ?

10

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LE CODAGE D'UN PROBLÈME ...

11

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LES FONCTIONS DE L’ORDINATEUR
 Les fonctions de l’ordinateur sont de permettre à des
utilisateurs (via des logiciels informatiques) de :
- Effectuer du calcul;
- Stocker des données;
- Communiquer.
 Pour cela, l’ordinateur est doté d’un ensemble de
composants physiques?
 Des éléments permettant la communication entre l’ordinateur et
l’être humain : ce sont les périphériques.
 Un élément permettant d’exécuter les instructions d’un
programme : c’est le processeur (CPU).
 Des éléments permettant de stocker les données : ce sont les
mémoires de l’ordinateur.
 Des éléments permettant aux différents composants
(périphériques, processeur, mémoire) de l’ordinateur de
communiquer : ce sont les bus de l’ordinateur 12

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES

13

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES

14

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES

15

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES

16

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES

17

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES

18

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


COMPOSANTS ET PÉRIPHÉRIQUES
• Le processeur est un Circuit
électronique composé de millions
de transistors placés dans un
boîtier comportant des
connecteurs d'entrée-sortie.
• On appelle ce boitier circuit
intégré ou puce.

19

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LE PROCESSEUR
 Le processeur (CPU, pour Central Processing
Unit) est le cerveau de l'ordinateur. Il permet de
manipuler, des données et des instructions codées
sous forme binaires.
 Le processeur est un circuit électronique
cadencé au rythme d'une horloge interne qui
envoie des impulsions, appelées « top ».
 La fréquence d'horloge, correspond nombre
d'impulsions par seconde. Elle s'exprime en Hertz
(Hz).
 Ordinateur à 200 MHz l’horloge envoie 200
20
000 000 de battements par seconde.
Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia
LES MÉMOIRES DE L’ORDINATEUR
 Une « mémoire » est un composant électronique
capable de stocker temporairement des informations.
 Une mémoire est caractérisée par :

- Sa capacité, représentant le volume global


d'informations (en bits) que la mémoire peut stocker
(par exemple 1 Goctets, soit 2 30 octets, soit 230 * 8 bits.
- Son temps d'accès, correspondant à l'intervalle
de temps entre la demande de lecture/écriture et la
disponibilité de la donnée.
 L’ordinateur contient différents niveaux de mémoire,
organisés selon une hiérarchie mémoire.
21

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LES GRANDEURS DE L’ORDINATEUR
CAPACITÉ – BIT - OCTET
 La donnée de base manipulée par la machine physique est
le bit (Binary Digit) qui ne peut prendre que deux valeurs :
0 et 1 Ce 0 et 1 correspondent aux deux niveaux de voltage
(0-1 et 2-5 volts) admis pour les signaux électriques issus
des composants électroniques (transistors) qui constituent
les circuits physiques de la machine.

 1 octet = 8 bits (byte)


 2^10 octets = 1024 octets
 2^20 octets = 1024 Koctets
 2 ^30 octets = 1024 Moctets

22

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


ARCHITECTURE DE VON NEUMANN

 John Von Neumann (1903-1957)


 Mathématicien et physicien américano-hongrois
 Mécanique quantique
 Analyse fonctionnelle
 Théorie des ensembles
 Sciences économiques
 Informatique (stockage, traitement et communication) 23

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


ARCHITECTURE DE VON NEUMANN
 Les différents organes du système sont reliés par
des voies de communication appelées bus.

24

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


UNITÉ DE TRAITEMENT

 Un ensemble de circuits permettant de réaliser les opérations


arithmétiques et logiques
 UAL (Unité Arithmétique et Logique)
 Accumulateur (ACC)
 Stocker les résultats intermédiaires
 Indicateur (IND)
 Mémoriser l’état du registre ACC
 Registres généraux
 Stocker temporairement les opérandes

25

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


ORGANISATION LOGIQUE DE L’UNITÉ DE
TRAITEMENT

26

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


FONCTIONNEMENT DE L’UNITÉ DE
TRAITEMENT
Exemple d’opération d’addition : R1 + R4

Opération d’addition

R1

R4

Vers l’unité de contrôle ou la mémoire centrale


27

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


UNITÉ DE CONTRÔLE

 Registre Instruction (RI)


 Stocker l’instruction à exécuter
 Registre Compteur Ordinal (CO)
 Stocker l’adresse de la prochaine instruction à
exécuter
 Séquenceur
 Analyser le code opération de l’instruction
 Générer un ensemble de signaux de micro
commandes

28

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


ORGANISATION LOGIQUE DE L’UNITÉ DE
CONTRÔLE

29

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


FONCTIONNEMENT DE L’UNITÉ DE
CONTRÔLE

Incrémenter Adresse de l’instruction

Vers la mémoire centrale

Vers la mémoire centrale

Instruction
Donnée

30

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


MÉMOIRE CENTRALE

 Espace de stockage
 Stocker les instructions et les données
 Organisés sous forme d’un ensemble de mots
mémoire
 Mot mémoire
 Stocker une instruction ou une donnée
 Un ensemble de cellules permettant de stocker un bit
(1 ou 0)
 Registre Adresse Mémoire (RAM)
 Stocker l’adresse du mot mémoire
 Registre Information Mémoire (RIM)
 Stocker le contenu du mot mémoire indexé par
l’adresse stockée en RAM 31

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


ORGANISATION LOGIQUE DE LA
MÉMOIRE CENTRALE

32

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


FONCTIONNEMENT DE LA MÉMOIRE
CENTRALE
Déclenchés par le séquenceur

Adresse

Vers le CPU
33

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


UNITÉ D’ÉCHANGE

 Echange avec les unités périphériques


(entrée/sortie)
 Il existe deux types d’unités d’échange :
 Les mémoires auxiliaires
 Par opposition à la mémoire centrale
 Capacités de stockage importante
 Stocker d’une manière permanente l’information
 Disque dur, lecteur DVD, disque amovible, etc.
 Les unités de communication
 Echange avec l’utilisateur
 Clavier, souris, écran, imprimante, etc.
34

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


EXERCICE (10 MINUTES)

35

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


SOLUTION
 (A)  Unité de traitement
 (B)  Unité de contrôle
 (C)  Mémoire centrale
 (1)  Bus d’adresses
 (2)  Bus de données
 (3)  RIM
 (4)  RAM
 (5)  Registres généraux
 (6)  CO
 (7)  RI
 (8)  Code opération
 (9)  Opérandes
 (10)  Séquenceur 36

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


REPRÉSENTATION DES
INFORMATIONS
Représentation des entiers relatifs
Représentation des nombres réels
INTRODUCTION

Information

Instructions Données

Caractère Numérique

Entiers

Non signés

Signés

Réels 38

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


RAPPEL
 Les différentes représentations
 Décimal
 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  10 symboles
 Octal
 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  8 symboles
 Hexadécimal
 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, A, B, C, D, E, F  16 symboles
 Binaire
 0, 1  2 symboles
 Les méthodes de conversion
 Décimal  Binaire
 Binaire  Octal
 Binaire  Hexadécimal
 Réel  Binaire 39
 … etc.
Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia
DÉCIMAL  LA BASE B
 Une division successive sur b
 On collecte inversement les restes de divisions
 Exemple : N=56

56 2 56 8 56 16
0 28 2 0 7 8 8 3 16
0 14 2 7 0 3 0
0 7 2
1 3 2 (56)10=(70)8 (56)10=(38)16
1 1 2
1 0

(56)10=(111000)2 40

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LA BASE B  DÉCIMAL

 La somme de la multiplication des chiffres


composants le nombre (représenté en base b) par
b à la puissance sa position

 Exemple :
 (111000)2 = 0×20+0×21+0×22+1×23+1×24+1×25 = (56)10
 (70)8 = 0×80+7×81 = (56)10
 (38)16 = 8×160+3×161 = (56)10

41

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


LES NOMBRES ENTIERS

 Un codage sur n bits permet de représenter les


nombres entiers compris entre 0 et 2n–1
 Sur 1 octet, on peut coder de 0 à 255 = 28–1

 La représentation des entiers signés pose un


problème au niveau de la représentation du signe
 On distingue trois méthodes de codage d’entiers
négatifs
 Codage en signe et valeur absolue
 Codage en complément à un
 Codage en complément à deux
42

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


CODAGE SIGNE ET VALEUR ABSOLUE
 Sur n bits, le bit du poids fort indique le signe
 1  nombre entier négatif
 0  nombre entier positif

 Les autres bits (n–1) désignent la valeur absolue du nombre


 Exemple :

1 011 0 011

Signe Valeur absolue Signe Valeur absolue

1001 est la représentation de –3 0001 est la représentation de +3 43

Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia


CODAGE SIGNE ET VALEUR ABSOLUE
Signe Valeur absolue Nombre
0 00 +0
0 01 +1
0 10 +2
0 11 +3
1 00 –0
1 01 –1
1 10 –2
1 11 –3

 Les valeurs sont comprises entre –3 et +3


 –3 ≤ N ≤ +3
 –(4 –1) ≤ N ≤ +(4–1)
 –(22 –1) ≤ N ≤ +(22–1)
 –(2(3 – 1)– 1) ≤ N ≤ +(2(3 – 1)–1)
44
 Sur n bits  –(2(n–1)–1) ≤N≤ +(2(n–1)–1)
Dr. OUADA F-S © 2018/2019 – Université de Béjaia

Vous aimerez peut-être aussi