Vous êtes sur la page 1sur 78

JEAN-MARC GILLIOT 2014-2015

Durée 4,5 heures

Création et intégration de données


dans les SIG avec ArcGIS 10.1

3e année ingénieur

Support de TD
ArcGIS 10.1
Grande école européenne d'ingénieurs et de managers
dans le domaine du vivant et de l'environnement Jean-marc.gilliot@agroparistech.fr
ArcGis 10.1 Création et intégration des données 2 /78

Conseil, astuce, info A vous de jouer Attention

durée tuto. vidéo objectif à retenir

Point important sur les projections françaises NTF de ArcGIS 10.1 ................... 4
Exécution en arrière-plan dans ArcGIS 10.1.............................................. 6
La géodatabase personnelle par défaut Default.gdb et formats « externes » ....... 8
I. Gestion des données avec ArcCatalog .................................................. 9
1. ArcCatalog vs Explorateur windows .................................................................................................................. 10
2. ArcCatalog comme application indépendante ...................................................................................................... 13
3. Les modes d’affichage des contenus accessibles par les onglets. .................................................................. 14
4. Les principaux types de fichier .............................................................................................................................. 17
5. Copie, transfert, suppression de données ............................................................................................................ 18
6. Recherche de données .............................................................................................................................................. 19
7. Métadonnées ............................................................................................................................................................... 19
II. intégration de données vectorielles et attributaires ................................. 22
1. import de couches mapinfo TAB/MAP avec ogr2gui / ogr2ogr ...................................................................... 22
2. Importation de données au format d’échange MapInfo : MIF avec ogr2gui .............................................. 24
3. Lecture directe de données AutoCad : DXF....................................................................................................... 25
4. Lecture directe des couches dans une géodatabase microsoft Access ....................................................... 26
5. Export en ShapeFile des couches externes lues directement ....................................................................... 27
6. Lecture directe de données attributaires en format DBF ............................................................................. 28
7. Lecture directe de données attributaires en format microsoft excel ........................................................ 29
8. Lecture directe de données en format ascii formaté délimité : .csv ........................................................... 30
9. Importation de données en format ascii formaté largeur fixe ...................................................................... 31
9. Fichiers googleEarth KML / KMZ ......................................................................................................................... 37
10. Lecture de données géographiques sur des serveurs internet : protocole WFS / WMS ..................... 40
III. intégration de raster .................................................................. 42
1. Introduction au Géoréférencement ...................................................................................................................... 42
2. Géoréférencement d’une carte scannée à partir d’un carroyage cartographique ...................................... 44
3. Géoréférencement d’une carte scannée à partir du fond IGN ...................................................................... 52
4. Géoréférencement d’une photo aérienne à partir du fond IGN .................................................................... 54
5. géoréférencement d'une image satellite SPOT ................................................................................................ 56
6. Importation de données raster SRTM depuis un format texte ASCII ....................................................... 58
7. Mosaïquage de données raster .............................................................................................................................. 59
IV. numerisation vectorielle sur fond de plan ............................................ 61
1. Le mode Edition : barre d’outils éditeur .............................................................................................................. 65
2. Création des polygones de notre carte pédo. ..................................................................................................... 66
3. Gestion de la topologie : polygone automatique ................................................................................................. 67
4. Modification des entités ......................................................................................................................................... 69
5. Construction d’objets complexes composés de plusieurs parties ................................................................... 71
6. Opérations géométriques entre polygones ......................................................................................................... 73
7. Capture et tolérance ................................................................................................................................................ 74
8. Attributs : Saisie d’une information sémantique............................................................................................... 76

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 3 /78

Les jeux de données des TD:

Vous y trouverez 3 jeux de données pour les TD :

Ces TD de 3A s’appuient sur les TD et le cours SIG de 1er année ingénieur :

Supports de cours et deTD SIG 1er année: https://gaia.agroparistech.fr/d/atelier/ing1a/1a-SIG/


Le cours SIG de 1ère année complet en vidéo: https://tice.agroparistech.fr/coursenligne/courses/SIG1

Les prérequis nécessaires sont les notions de :


- Couches SIG
- Données vecteur et Raster
- Projet ArcGIS MXD
- Projections géographiques et systèmes de coordonnées
- Légendes cartographiques
- Mise en page cartographiques

L’objectif du TD1 est d’aborder les techniques SIG permettant d’intégrer et de créer de
nouvelles informations dans une base de données géographiques sous ArcGis 10.1.

On distinguera en particulier le cas :

- Des données sémantiques (tables de données)


- Des données vectorielles
- Des données RASTER (images)

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 4 /78

Point important sur les projections françaises NTF de ArcGIS 10.1

Attention des changements importants dans les projections françaises NTF ArcGIS 10
peuvent entrainer des problèmes, en particulier si on utilise des couches qui ont été
faites avec les versions 9 et antérieures.

- Dans les anciennes versions françaises d’ArcGIS , les projections française NTF (NTF
Lambert Carto, NTF Lambert Zone) étaient basés sur le méridien de Greenwich.

- Dans la version 10 les projections NTF s’appuient sur le méridien de Paris.

Les correspondances entre les noms des projections version 9 et version 10 peuvent être la
cause d’erreur.

Nom projection version 9 Nom projection correspondent en version 10

NTF Lambert I Carto NTF Lambert Zone I ou NTF France I (degree)


NTF Lambert Zone I n’existe plus

Le NTF lambert Zone de la V10 correspond donc au NTF Lambert Carto de la V9


Alors que le Lambert Zone de la V9 n’existe plus en V10 !!!!!

Pour la projection Lambert Lambert 93 rien de changer, mis à part le nom qui a changer entre la
version 9 et la version 10.

Copier le dossier dans votre dossier de travail, il s’agit des projections de


l’ancienne version 9.

Remarquez que j’ai renommé ces projections en mettant à la fin,


ArcGIS 9 de façon à clairement les distinguer de la version 10.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 5 /78

Ouvrir le projet projections.mxd dans le dossier PRJ_ArcGIS9

Vérifiez la projection du projet : NTF France II degree


Vérifiez la projection de la couche regions : NTF France II degree

Ajoutez la couche Picardie_zone_I.shp

Vérifiez la projection de la couche Picardie : NTF_Lambert_zone_I


Il s’agit d’un nom de projection version 9, la région Picardie semble s’afficher correctement, cela
est possible car le fichier de projection de la couche picardie_zone_i.prj qui a été créé sous
arcgis 9 est bien présent.

Ajoutez maintenant la couche nord_zone_I.shp qui est aussi en lambert Zone I.

Le nord ne s’affiche pas correctement, car son fichier PRJ est absent.

Comme on sait qu’elle est en Lambert Zone I version 9 on va avec ArcToolBox lui définir sa
projection :

ArcToolBox : Outils de gestion de données -> Projections -> Définir une projection

L’erreur à ne pas commettre c’est de lui affecter une projection « zone » de la version
10 qui correspond en fait à du carto de la version 9.

Avec le bouton

Importez la projection Zone I version 9

La région se repositionne bien à sa place.

Il est de toute façon préférable maintenant de ne travailler, autant que possible, en


RGF93-Lambert 93 et plus en NTF.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 6 /78

Exécution en arrière-plan dans ArcGIS 10.1


Dans la version 10.1 d’ArcMap, les outis de Géotraitement de ArcToolBox s’exécutent en arrière-plan.

Cela signifie que lorsque vous lancez un traitement, en


particulier un traitement long, au lieu d’être bloqué par
une boite de dialogue pendant le calcul, comme ici pour
une opération de Fusion.

ArcMap vous rend la main au début du calcul, vous pouvez continuer à consulter vos données pendant que le
calcul se fait, on parle d’exécution en arrière-plan ou en tache de fond.

Si on ne pense plus à ce mécanisme, on peut croire que le traitement ne s’est pas fait.

Pendant l’exécution en arrière-plan un petit


message défile dans la barre de message de
ArcMap en bas à droite.

Ici par exemple l’opération Fusionner est en cours

En fin de calcul un petit message apparait pendant


quelques secondes en bas à gauche de la fenêtre
ArcMap.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 7 /78

Il y a 2 types de messages de résultat:

Quand le traitement a réussi

Quand le traitement a échoué

Il peut arriver qu’une fonction ne marche pas en mode arrière-plan mais fonctionne en mode normal.

On peut basculer du mode arrière-plan au mode normal :

Menu -> Géotraitement -> Options de Géotraitement

Activer / Désactiver le mode


arrière-plan

Durée d’affichage du message.

Consultez les détails des messages : Menu : Géotraitement -> Résultats

Les messages de session en cours

Les données en entrée

Les messages

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 8 /78

La géodatabase personnelle par défaut Default.gdb et utilisation des


formats « externes » dans ArcGIS 10.1
Dans la version 10.1 les résultats de nombreux traitements géographiques sont maintenant créés par
défaut en format géodatabase (personnelle ou fichier) et non plus en format Shape. Plus précisément ces
résultats sont « envoyés » dans une base par défaut qui est créé dans le profil windows de l’utilisateur :
Default.gdb

Remarquer dans le chemin « default.gdb » qui précise que la sortie sera en format base de données
fichier.

Le problème avec les couches sous forme .GDB ainsi que les couches dans des formats
externes comme DXF, excel, CSV (différents de SHP et DBF) est qu’il y a des fonctions qui
BUG quand les données sont dans ces formats.

Mon conseil pour l’utilisation des formats autres que SHP / DBF dans ArcGIS :

- Pour une utilisation simple (consultation, légende) on peut laisser la donnée dans son
format de départ, excel par exemple.

- Pour des traitements (jointure avancée, calculs, récapitulés statistiques …) convertir


avant traitement la données en SHP / DBF

Pour convertir une couche ou une table :

Cliquez avec le bouton droit de la souris sur la couche dans la table des matières
Menu : Données -> Exporter

De même pour les géotraitements vous pouvez modifier l’espace de travail par défaut pour changer
le fait que la géodatabase soit le résultat par défaut.
Menu : Géotraitements -> Environnements

Changer ces chemins vers un répertoire


dans le dossier de votre projet.

Travailler plutôt avec des Shape que


avec des GDB

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 9 /78

gestion des données avec arccatalog


I. Gestion des données avec ArcCatalog

Durée 20 minutes objectif : manipuler les données


avec ArcCatalog

I.
Recopier le dossier dans votre espace de travail 100 MO

Faites attention dans la suite des TD de bien travailler sur votre copie des données et pas sur le
serveur sur T: (qui est en lecture seule).

Les applications ArcGIS sont disponibles depuis le bouton démarrer de windows

Dans le menu ArcGIS

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 10 /78

1. ArcCatalog vs Explorateur windows

ArcCatalog 10.1 est l’application d’ArcGIS qui permet de gérer les fichiers de données
géographiques : copier/coller, renommer, visualiser, documenter, rechercher … A la manière de
l’explorateur de fichiers de Windows.

Lancer ArcMap 10.1 et ouvrir le projet France.mxd depuis le dossier France

Menu : Fichier -> Ouvrir

Dans la version 10.1 de ArcGIS, ArcCatalog est disponible :


- Soit directement dans la fenêtre de ArcMap
- Soit comme application indépendante

Dans ArcMap ouvrir le volet ArcCatalog

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 11 /78

Le volet catalogue s’ouvre sur la droite de la fenêtre ArcMap

Vous pouvez dans ce volet explorer vos fichiers géographiques :

Accueil = le dossier du projet ouvert dans ArcMap

Dossiers sur les disques

Boites à outils ArcToolBox

Connexions à des serveurs réseaux (bases)

Bouton qui envoie au dossier accueil du projet

Bouton qui envoie à votre géodatabase par défaut (dans votre compte utilisateur) voir page 15

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 12 /78

Il peut arriver que le disque où sont vos données (N:) n’apparaisse pas dans la liste, il faut alors le
connecter avec le bouton :

On peut déconnecter un dossier en cliquant avec la souris (bouton droit) sur ce dossier :

+ ouvrir le dossier Accueil (France) ET afficher ce même dossier dans l’explorateur Windows

Comparer les deux affichages.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 13 /78

Comparer par exemple la couche des régions :

ArcCatalog Explorateur Windows

On a un affichage plus synthétique sous ArcCatalog car il reconnait les fichiers géographiques et n’affiche
que le fichier principal de la couche.

2. ArcCatalog comme application indépendante

Conservez ArcMap ouvert et lancez ArcCatalog.

Bouton démarrer de windows -> Menu ArcGIS -> ArcCatalog 10.1

On a à gauche les dossiers et à droite le contenu d’un dossier comme dans l’explorateur Windows.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 14 /78

Affichez votre dossier France.


3. Les modes d’affichage des contenus accessibles par les onglets.

●L’onglet Contenu, permet de voir la liste des données.

Regardez les différents modes de visualisation des contenus

Grandes icones Liste Miniatures

Détails

●Avec l’onglet « Aperçu » on peut visualiser les données

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 15 /78

gestion des données avec arccatalog


Cliquez à gauche sur une couche pour en voir son aperçu à droite.
En mode aperçu géographique cette barre d’outils permet de « naviguer » dans la carte à la façon de
ArcMap :

Si une couche n’a pas de miniature, comme ici notre couche regions.shp, on peut en créer une avec le

bouton :

I.
Cliquez sur regions.shp, cadrez votre affichage et enfin bouton miniature

●L’onglet Description, donne accès à une information descriptive sur les données = Métadonnées.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 16 /78

●Les modes d’affichages dans le volet Catalogue de ArcMap

Sous ArcMap dans le volet catalogue -> bouton contenu :

En cliquant successivement sur le bouton contenu, affichez :

Dossiers seuls ou dossiers et contenu ou contenu seul

Ce bouton permet de choisir les modes d’affichages : icones / liste / détails / miniatures

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 17 /78

●Ajouter une couche à la carte ArcMap depuis le volet catalogue

Ajoutez la couche des rivières à votre carte dans ArcMap depuis le volet catalogue

Dans le volet catalogue, cliquez avec le bouton gauche de la souris sur la couche et restez cliqué, puis
faites « glisser » la couche dans la table des matières à gauche, pour ajouter la couche.

En cliquant bouton droit de la souris sur une couche dans l’onglet catalogue, on peut changer sa
projection.

4. Les principaux types de fichier

Repérez les principaux types de fichiers : vecteurs, attributaires et rasters dans le dossier FRANCE et
dans son sous-répertoire REGION_IDF

●Format Raster / images


GRID (sans extension) : c’est le format raster de base de l’extension Spatial Analyst
.jpg = Image JPEG
.jp2 = jpeg 2000
.sid = Image Mr SID
Pleins d’autres format raster sont supportés (tiff, bmp, …)

●Format table de données


.dbf = table DBASE
.xls = Fichier Excel (seulement en lecture)
.txt = texte ASCII
.csv = comma separated value = texte formaté

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 18 /78

gestion des données avec arccatalog


●Format Fichier vecteur
.shp = ShapeFile = Fichier de forme = c’est le format vecteur de base de ArcGIS
Le shp est toujours accompagné d’un fichier .dbf (sa table de données)
.lyr = Fichier de couche = layer

●Format Géodatabase personnelle:


Les géodatabases sont des bases de données pouvant contenir des données géographiques, certaines
tables de la base seront ainsi des couches géographiques (polygones par ex). La base est dite
« personnelle » car elle n’est pas gérée par un serveur de base de données (SQL), elle n’est pas destinée à
être utilisée simultanément par plusieurs utilisateurs.

.mdb = Géodatabase format Microsoft Access.

I.
.gdb = Géodatabase format ESRI.

Cliquez sur pour voir un exemple de .gdb :

Dans la version 10.1 de ArcGIS, la base


Default.gdb est automatiquement créée dans
le répertoire de votre profil Windows. Les résultats des
traitements sont alors souvent par défaut « envoyés »
dans cette base.

5. Copie, transfert, suppression de données

Il est recommandé de faire les copies, transfert et suppression de données géographiques avec
ArcCatalog plutôt qu’avec l’explorateur windows. ArcCatalog se charge de copier tous les fichiers d’une
couche, si vous le faite « à la main » avec l’explorateur windows vous risquez d’oublier certains fichiers.

Les mécanismes (copier, coller, couper, supprimer) sont les mêmes que sous l’explorateur windows, en
cliquant avec le bouton droit de la souris sur le fichier.

Faites un copier / coller de la couche régions.shp

Supprimez cette copie.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 19 /78

6. Recherche de données

L’outil de recherche d’ArcCatalog permet de faire des recherches sur les noms des fichiers mais
aussi sur leurs métadonnées et sur leur localisation géographique.

7. Métadonnées

Visualisation des métadonnées

Placez-vous sur l’onglet « Description » et consultez les métadonnées présentes :

Les métadonnées sont stockées au format XML (standard)


Par exemple les métadonnées de regions.shp sont dans le fichier regions.shp.xml

Création / Modification des métadonnées

Le bouton permet de renseigner les informations métadonnées des couches du SIG.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 20 /78

Il est très important pour le suivi des projets de renseigner ces informations Métadonnées, pour
assurer la traçabilité des informations. Beaucoup d'informations utiles pour bien utiliser les
données (auteurs, projets, précision …) ne peuvent pas être conservées dans le format SIG qui n'est pas
prévu pour ça.

Le style de feuille de métadonnées « Description » est un style très simplifié, d’autres styles
correspondant à des normes internationales sont aussi disponibles :

Menu -> Personnaliser -> Options ArcCatalog


Onglet Métadonnées

Choisissez le style INSPIRE et retournez dans l’éditeur de métadonnées.

Vous pouvez aussi gérer vos métadonnées avec votre propre format de fichier, le format intégrer à
ArcGis pouvant paraitre trop complexe.

Regardez le fichier : dans le répertoire REGION_IDF

Il s'agit d'un exemple de fiches de métadonnées, pour la couche parcelle, réalisées sous le format excel.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 21 /78

gestion des données avec arccatalog


I.
Remarquez le système de nommage du fichier de métadonnées, à savoir le nom de la couche elle-même plus
".xls", ce qui permet que dans l'explorateur de fichiers, la fiche métadonnées soit "à côté" de la couche
qu'elle renseigne.
Remarquez les onglets excel, en bas de la feuille, qui donnent accès aux différentes fiches de
métadonnées

Vous pouvez aussi, par exemple, utiliser un simple format texte pour vos fiches métadonnées.

à retenir de la partie I. Gestion des données avec ArcCatalog

- ArcCatalog est l’explorateur de fichiers pour les données géographiques


- Il permet de visualiser d’un coup tout le contenu des dossiers
- Il permet de gérer la gestion de fichiers (copier/coller …)
- Il permet de créer des fiches de métadonnées
- Il est important de créer des métadonnées pour assurer la traçabilité des informations

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 22 /78

II. intégration de données vectorielles et attributaires

intégration de données vectorielles attributaires


Durée 40 minutes objectif : être capable d’intégrer
des données vecteur et des tables dans ArcGis

Pour les importations / exportation il existe une extension de ArcGIS : Data Interoperability qui
Lit directement plus de 70 formats de données spatiales, parmi lesquels GML (Geography Markup

II.
Language), XML, WFS, Autodesk®, DWG/DXF, MicroStation® Design, MapInfo® MID/MIF et TAB,
Oracle® et Oracle Spatial, et Intergraph® GeoMedia® Warehouse, et exporter vers plus de 50 formats
de données spatiales

Mais il s’agit d’une extension payante, nous allons utiliser dans la suite, les capacités de ArcGIS sans Data
Interoperability.

1. import de couches mapinfo TAB/MAP avec ogr2gui / ogr2ogr

MapInfo est un logiciel de SIG qui aussi assez répandu en France, vous serez
souvent amener à échanger des données avec des utilisateurs de ce logiciel.

Il y a 2 formats de données vectorielles du logiciel MapInfo :


- Le format « natif » de MapInfo : format Tab / Map
- Le format dit d’échange Mif / Mid qui est produit par une exportation sous MapInfo

ArcGis ne sait pas lire directement le format natif de mapinfo : Map / Tab.

Vous trouverez les programmes OGR dans le sous-répertoire REGION_IDF.

ogr2ogr est une commande permettant de convertir de nombreux formats vectoriels de SIG (ligne de
commande), Cet outils peut être téléchargé librement : http://www.gdal.org/ogr/ogr2ogr.html

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 23 /78

ogr2gui est une petite interface graphique de l'utilitaire précédent : http://www.ogr2gui.ca


C’est un outil de l’utilitaire de GDAL - Geospatial Data Abstraction Library

Convertir avec cet outil la carte des sols d’île de France à partir du fichier mapinfo TAB / MAP

Sol_idf.tab sol_idf.map

Il s’agit du format natif des couches du logiciel mapinfo.

Avec le poste de travail, allez cliquer sur ogr2gui.exe dans le sous-répertoire REGION_IDF :

 Choisir le format de départ


MapInfo

 Bouton Open : choisir le


fichier MapInfo sol_idf.tab

 Format en sortie :
ShapeFile

 Bouton Save : nom du


fichier en sortie

 Execute : lancer la
conversion

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 24 /78

Avec ajouter la couche shape résultat : sol_idf.shp dans ArcMap

Il arrive que ogr2gui bug, on peut alors essayer ogr2ogr dans une fenêtre de commande Windows
(sans interface)

2. Importation de données au format d’échange MapInfo : MIF avec ogr2gui

Intégrer les communes de France au format MapInfo MIF


(1 / 500 000e) dans ArcGis.

Un collègue de la DIREN vient de vous envoyer la couche des communes de France qu’il a exporté depuis
son logiciel MapInfo en export mif/mid. Comment la récupérer dans ArcGis ?

Vous trouverez dans le répertoire « FRANCE », deux fichiers : com.mif et com.mid. Ce sont les communes
de France au 1 / 500 000e en format d’échange MapInfo.

Le fichier Mif contient les données cartographiques


Le fichier Mid contient les données attributaires

Utilisez l’outil ogr2gui vu au point précédent.

Une petite astuce avec ogr2gui pour les fichiers MIF :

1) Choisir format MapInfo

2) Bouton Open

Dans la boite de dialog Open, il n’affiche pas les .mif (seulement les .tab) mais si vous entrez à la main
com.mif cela marche.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 25 /78

Ajoutez les communes dans ArcMap :

intégration de données vectorielles attributaires


Les 36000 communes de France

Il existe aussi un utilitaire en ligne de commande fourni avec ArcGis: avmifshp.exe qui permet la
conversion mif vers shp. Dans le dossier de ArcGis: C:\Program Files\ArcGIS\Desktop10.1\bin

3. Lecture directe de données AutoCad : DXF

II.
Le format DXF est un format du logiciel de CAO (CAD) Autocad (architectes, paysagistes). Ce format
vectoriel est parfois utilisé comme format d’échange entre les SIG. ArcMap sait lire directement ce type
de format.

Affichez sous ArcMap depuis le dossier France le


fichier departements_autocad.dxf

Avec vous pouvez ouvrir directement les couches DXF sous ArcGis

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 26 /78

4. Lecture directe des couches dans une géodatabase microsoft Access

Dans le répertoire « <REGION_IDF » vous trouverez : Geodatabase_IDF.mdb


Il s’agit d’une géodatabase = Base de données au format microsoft Acces dans laquelle ArcGis peut aussi
gérer des couches cartographiques.

Avec vous pouvez explorer le fichier mdb ouvrir la couche Corine Land Cover

ArcGis sait donc lire et écrire des couches et des tables directement dans une géodatabase

Il s'agit d'une couche d'occupation des sols sur la région Ile de France.

Appliquez le fichier de légende : legende_corine__land_cover.lyr au champ CLC3

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 27 /78

intégration de données vectorielles attributaires


Le fichier word Corine.doc donne la légende complète de Corine land cover
Il s’agit d’une légende hiérarchique

Corine Land Cover est un programme européen de cartographie de l’utilisation des terres (1 / 100 000e)

5. Export en ShapeFile des couches externes lues directement

Il arrive que certaines fonctions de ArcGIS bug sur des couches en format externes (DXF,
geodatabase …) dans ce cas vous pouvez enregistrer votre couche en format Shape pour ensuite
faire le traitement sur cette copie :

II.
Exportez votre couche Corine_Land_Cover en ShapeFile

Cliquez avec le bouton droit de la souris sur la couche


Puis : Menu contextuel : Données -> Exporter des données

De cette façon on fait un « Save As » de la couche en format ShapeFile.

Au moment de l’export on peut :

N’exporter que la sélection (très


utile)
N’exporter que la zone affichée

Changer le système de coordonnées


pour celui du bloc de données

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 28 /78

6. Lecture directe de données attributaires en format DBF

intégration de données vectorielles attributaires


Avec ajoutez la table de données Liste_des_departements.dbf

Il s’agit de la liste de l’INSEE des départements français.

L’extension DBF correspond au format DBASE.


C’est le format principal des tables de données attributaires sous ArcGis.

Elle ne contient pas de carte mais seulement des données attributaires, aussi rien n’apparaît sur la carte.

II.
La table apparaît dans la table des matières.

ArcGis bascule automatiquement sur l’onglet « par sources » de la


table des matières, quand vous ouvrez une donnée qui n’est
qu’attributaire (sans carte)

Le format DBF est lisible directement par Excel


Une feuille excel peut facilement être exportée en DBF : Menu Fichier -> Enregistrer sous

Attention les dernières versions de Microsoft Office (> 2007) ne gèrent plus le DBF, on peut alors
utiliser Open Office.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 29 /78

7. Lecture directe de données attributaires en format microsoft excel

intégration de données vectorielles attributaires


Depuis la version 9.2 ArcGis sait lire directement des données depuis un fichier Excel.

Ouvrir depuis le répertoire Grignon

Ce fichier donne les surfaces en forêt des communes de la région Ile de France.

Attention pour ouvrir des données Excel


ne pas faire bouton Ajouter directement sur le fichier excel

II.
Tout d’abord double cliquer sur le fichier excel cela fait
apparaître les feuilles présentent dans le fichier excel.

Puis choisir la feuille surface_foret puis bouton Ajouter

La feuille excel apparaît alors dans la table des matières

Cliquez avec le bouton droit sur la table


Et ouvrir

Les tables excel ne sont accessibles qu’en LECTURE sous ArcGIS.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 30 /78

8. Lecture directe de données en format ascii formaté délimité : .csv

On distingue dans les fichiers textes formatés :

- fichier délimité : colonnes sont séparées par un caractère séparateur : espace,


tabulation « , » « ; » « : » etc

- fichier à largeur de colonnes fixes : on précise un nombre de caractères fixes


pour chaque colonne.

Ouvrir dans le bloc note Windows le fichier :


Liste_des_regions.csv

Le format CSV (comma separated value) est un exemple de


fichier délimité, les colonnes sont ici séparées par des virgules.

Le format CSV est reconnu par tous les tableurs.

ArcGIS 10.1 peut lire directement des CSV

Avec ajoutez le fichier Liste_des_regions.csv : il est reconnu directement par ArcGIS.

Pour certains traitements ultérieurs il peut être


préférable de l’exporter ensuite en DBF.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 31 /78

9. Importation de données en format ascii formaté largeur fixe

intégration de données vectorielles attributaires


Vous allez créer une carte des stations météorologiques à partir du fichier de la liste
des stations météo (site climathèque de météo France) :

Le fichier des stations est :


Dans le répertoire France.
Afficher ce fichier dans le WordPad.

Il s’agit d’un fichier texte (ascii) . On parle de format texte formaté car on y retrouve
une organisation en colonnes

II.
Notre fichier est du type formaté de largeur fixe.

On remarque les colonnes latitude et longitude qui nous permettrons de localiser les
stations dans le SIG.

Le décodage du fichier va se faire via excel :

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 32 /78

Dans Excel : Fichier -> Ouvrir

intégration de données vectorielles attributaires


Choisir comme type de fichier : *.prn *.txt *.csv

II.
Ouvrir le fichier

Choisir Type de données LARGEUR FIXE

Débuter à la 2e ligne (ligne des titres de colonnes)

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 33 /78

Excel « découpe » le fichier en colonnes : vérifiez la bonne séparation des champs :

intégration de données vectorielles attributaires


Le fichier apparaît dans Excel sous la forme d’un tableau :

II.
Il y a quelques filtrages et mises en forme des données à faire :

Eliminer les lignes 1 et 3 : on est dans une logique de base de données et non plus de
tableur, on doit construire une table SANS VIDE avec des colonnes d’informations
HOMOGENES :

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 34 /78

pré-traitement des latitudes / longitudes :

intégration de données vectorielles attributaires


vous allez remettre les latitudes et longitudes en fraction de degré plutôt qu’en DMS
(degré minutes secondes) :

Eclater degrés et minutes dans 2 colonnes.

On utilisera une formule avec la fonction STXT(chaine,position,longueur)

II.
combinez degrés et minutes en fraction de degrés dans un champ LAT :

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 35 /78

Forcez le type des colonnes contenant des valeurs réelles

intégration de données vectorielles attributaires


Cliquez bouton droit de la souris sur la colonne

Choisir : Format de cellule

Choisir :

Type Nombre

II.
4 décimales

Menu : Fichier -> Enregistrer sous

Attention choisir format EXCEL

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 36 /78

Une fois le fichier enregistré, fermez excel. Il faut éviter d’avoir le même fichier
ouvert avec 2 applications sinon vous risquez de n’y accéder qu’en lecture seule.

intégration de données vectorielles attributaires


Dans ArcMap Ajouter votre fichier XLS comme une nouvelle table :

Liste-station-meteo-centre-est.xls

Ouvrez la table et vérifier que l’importation s’est bien passée en affichant la table

Créer une couche de points correspondant à vos stations météo :

Menu : Fichier -> Ajouter des données -> Ajouter des données XY

II.
Votre couche des stations

Le nom de vos champs contenant les


coordonnées latitude et longitude

Avec le bouton Mettre à jour


précisez le référentiel
géographique :
Latitude/ longitude WGS84
Une nouvelle couche
« EVENEMENTS » est créé pour
les points de vos stations

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 37 /78

intégration de données vectorielles attributaires


Les stations météo. De la zone centre-est.

9. Fichiers googleEarth KML / KMZ

Il arrive fréquemment dans des projets, que des partenaires qui ne disposent pas de
logiciels SIG, saisissent de l’information géographique sous google earth.

En effet sous google earth on peut créer un dossier : Menu : Ajouter -> Dossier
Ici par ex. on a ajouté le dossier : « mon projet SIG »

II.

Puis on peut « dessiner » des éléments cartographiques avec :


Ici on a ajouté la couche « parcelle ».

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 38 /78

Enfin on peut exporter en cliquant sur la couche


avec le bouton droit de la souris :

Enregistrer le lieu sous :

Le format earth explorer est le KML ou le KMZ (version compressée du kml)

Importer dans ArcMap le fichier KMZ des éoliennes de la région centre

est le fichier KMZ des éoliennes de la région centre.

Ouvrir ArcToolBox dans ArcMap

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 39 /78

Dans la catégorie Outils de conversion prendre :

KML vers couche

Une couche en format ArcGIS est ajoutée à partir du KMZ.

Les éoliennes de la région centre.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 40 /78

10. Lecture de données géographiques sur des serveurs internet : protocole


WFS / WMS

Il est aujourd’hui possible d’accéder à des cartes ou à des couches de données élémentaires, à travers des
réseaux informatiques, en particulier internet. Des protocoles de communications normalisés existent et
sont de plus en plus supportés par les logiciels.

Web Map Service (WMS) et Web Feature Service (WFS) sont des normes d’accès à des serveurs de
données cartographiques.

WMS pour des cartes de présentation (sous forme raster) et WFS pour accéder à des couches
vectorielles élémentaires.

Ajouter la carte géologique BRGM par internet

Accès au serveur WMS de la géologie du BRGM :

http://mapsone.brgm.fr/1GmapserverFR/wms

Ajouter une couche dans ArcMap

Allez sur Serveurs SIG -> Ajouter un serveur WMS

Entrer l’adresse du serveur BRGM : http://mapsone.brgm.fr/1GmapserverFR/wms

Puis ajouter BRGM géology

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 41 /78

On peut aussi accéder à des serveurs WFS, pour des couches vectorielles.

A retenir de la partie II. Intégration des données vectorielles


et attributaires

Pour les tables de données :


- le format DBF est le format de table standard de ArcGis
- Excel et OpenOffice peuvent lire et exporter du DBF
- Le format geodatabase (Access) est aussi supporté en standard
- Depuis qq versions ArcGis sait lire le format Excel (lecture seule)

Pourles couches vectorielles :


- Le format de base est le ShapeFile
- Géodatabase = base qui permet aussi de stocker des couches vecteurs
- On peut grâce à différents outils importer d’autres formats de données
géographiques
- On peut importer des couches créées sous google earth
- Des « services » internet permettent d’accéder directement à des couches de
données sur des serveurs via internet

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 42 /78

III. intégration de raster

Durée 80 minutes objectif : être capable d’intégrer des


données raster : carte scannée, photo. Aérienne, MNT, image satellite
dans ArcGis

intégration de raster
Recopier le dossier dans votre espace de travail 50 MO

1. Introduction au Géoréférencement

Ouvrir le projet : Grignon.mxd

III.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 43 /78

Scan25 est un groupe de couches

Il est composé de couches qui sont des


morceaux de carte IGN 25 000e scannées.

Il s’agit donc de couches RASTER


On parle de tuilage
L’extension .SID = format « Mister SID » un
format hautement compressé (par ondelettes)
utilisé pour les photos aériennes et les cartes
scannées.

Superposez les limites et les étiquettes des


communes à ces cartes scannées :

Vous constaterez la bonne superposition


géographique des 2 couches.

Cette superposition n’est possible que


parce que les cartes scannées sont
géoréférencées.

intégration de raster
Le géoréférencement est l’ensemble des paramètres qui permettent au logiciel de
positionner la donnée raster exactement, au bon endroit dans l’espace géographique et à la
bonne échelle.

Ces paramètres sont :


- La résolution du pixel (en X et en Y)
- Les coordonnées cartographiques du pixel origine de la matrice image
- Le système cartographique utilisé (référentiel) facultatif mais fortement conseillé.
III.

Regardez avec l’explorateur windows, dans le dossier de Grignon les fichiers de la couche scan3_5 :

Scan3_5.sid est le fichier image proprement dit (taille en Ko + importante)


Scan3_5.sid.xml = métadonnées = description du fichier
Scan3_5.sdw = world file = information de géoréférencement
Scan3_5.sid.aux = informations auxiliaires

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 44 /78

Le fichier « World » ou fichier « W ». C’est un fichier au format texte de même nom que le fichier du
raster avec un w à la fin, qui donne les informations de géoréférencement.

Pour le fichier scan3_5 le fichier de géoréférencement s’appelle : scan3_5.sdw

2.5 résolution en X
Scan3_5.sid 0.0
scan3_5.sdw 0.0
-2.5 résolution en Y
580010.46 coord. X Lambert du point haut gauche
1129765.22 coord. Y Lambert du point haut gauche

Pour ArcGis l’origine (0,0) des matrices RASTER est en haut à gauche

0 X
0 Y Lambert

intégration de raster
X Lambert

Calculez la résolution scanner en dpi,


avec laquelle il a fallu numériser la carte papier IGN au 1 / 25 OOOe pour avoir une résolution
du pixel final de 2,5 mètres.

Dpi = dot per inch


Dot = point = pixel
1 inch = 1 pouce = 2,54 cm III.

2. Géoréférencement d’une carte scannée à partir d’un carroyage


cartographique

Vous avez remarqués le trou au milieu des cartes IGN

Ce trou correspond à la couche scan3_4.jpg qui n’est pas géoréférencée.

Géoréférencez la couche scan3_4.jpg

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 45 /78

Ajoutez la couche scan3_4.jpg avec


Cliquez avec le bouton droit de la souris sur cette couche -> zoom sur la couche
Puis dezoomez fortement

Constatez que la couche scan3_4.jpg est mal localisée !! par


exemple ici au sud de l’Espagne.

Vous remarquerez en explorant le répertoire Grignon qu’il n’y a


pas de fichier de géoréférencement scan3_4.jgw pour cette

intégration de raster
couche.

Zoomez fortement sur la carte Vous verrez apparaître, disposées régulièrement dans l’espace, de
petites croix

III.

Ce réseau de petites croix alignées ou croix d’amer, constitue un carroyage géographique. Ces croix sont
ajoutées à l’impression de la carte en des positions de coordonnées choisies et donc connues.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 46 /78

Sur les côtés des cartes papiers on trouve les amorces, ces petits traits alignés avec une ligne ou une
colonne de croix en donne les coordonnées :
X Lambert I Carto X Lambert II étendu (en bleu)

Longitude en ° et grade

Latitude en ° et grade

Amorce

Y Lambert I Carto en km

Y Lambert II étendu en km

UTM fuseau 31

intégration de raster
Vous allez utiliser les coordonnées, en Lambert I, connues de plusieurs de ces croix pour géoréférencer
cette carte.

Repérez cette croix près de VILLEPREUX

1127000
III.

1126000

573000 574000

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 47 /78

Attention : sur la carte papier les coordonnées sont en Km, dans le SIG on travaille en mètres.

Attention : pour les opérations de géoréférencement vous devez OBLIGATOIREMENT utiliser


les coordonnées correspondent à la projection cartographique de la carte papier, sinon vous
allez introduire une erreur géographique. Pour connaître cette projection lire la légende de la carte.

Vous allez utiliser un module de ArcGis pour le géoréférencement :

Avant de démarrer l’opération de géoréférencement, placer votre carte dans


la projection cartographique de la couche que vous allez référencer.

Vous pouvez utiliser comme projection pour le Lambert I Carto:

- NTF Lambert I Carto (ou NTF Lambert I Carto ArcGIS 9) (version 9)


- NTF France I (Degree) ou NTF Lambert Zone I (version 10)

Activer la barre d’outils « géoréférencement » :

intégration de raster
Choisir la couche à géoréférencer

III.

Attention : ne pas changer en cours de route cette couche cela réinitialise


tout le processus de géoréférencement.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 48 /78

ArcGis va déformer scan3_4 pour le rendre superposable au référentiel Lambert I.


Pour cela il va calculer un modèle géométrique de déformation.

Il s’agit d’un modèle polynomiale, on parle de rectification géométrique polynomiale.

On peut utiliser un polynôme de différents degrés, on va utiliser un polynôme de degré zéro :

intégration de raster
X,Y coordonnées Lambert de la croix et x,y coordonnées de la croix en pixel dans l’image

ArcMap résout le polynôme à partir d’un jeu de bipoints homologues que vous allez lui donner, entre la
III.

carte (x,y) et le référentiel géographique (X,Y), dans notre cas on va utiliser les croix d’amer

un bipoint homologue sont 2 points représentant le même endroit sur la carte et sur le référentiel
géographique

Vous allez choisir au moins 3 couples de points homologues :

En prenant 3 couples de point on peut calculer un polynôme de degré 1 : rectification de premier ordre
En prenant 6 couples de point on peut calculer un polynôme de degré 2 : rectification de second ordre

Les modèles polynomiaux sont bien adaptés pour corriger des déformations géométriques continues dans
l’image, comme c’est souvent le cas pour les cartes scannées ou les images satellitales.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 49 /78

   Choisir comme
couche à traiter
« scan3_4.jpg»

 Cliquez
Pour prendre un couple
de points d’amer

 Cliquez précisément
sur le point d’amer
zoomer au niveau de
quelques pixels.


ArcGis attend que vous cliquiez le second point du bipoint.

Cliquez n’importe où à côté de la croix.

intégration de raster

 Avec ce bouton éditez le tableau des liens de rectification

III.

- Source X et Source Y sont les coordonnées de la croix dans l’espace image en pixels
- X Carte et YCarte les coordonnées de la croix dans l’espace cartographique Lambert I en mètres

XCarte et YCarte sont pour l’instant faux puisque l’on a cliqué n’importe où pour le second point.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 50 /78

Mais on connaît grâce à la carte papier les coordonnées cartographiques de ce point : 574000, 1126000
Vous pouvez cliquer et modifier les valeurs X et Y directement dans le tableau

La couche scan3_4 disparaît de l'écran.

Faire zoom sur la couche


Puis dezoomer

Constatez que ArcMap applique la déformation à l’affichage au fur et à


mesure de la prise des points.

intégration de raster
On voit scan3_4 apparaître au milieu des
autres scan.

Par contre elle n’occupe pas tout son


espace car le modèle encore incomplet n’a
pas encore calculé la résolution. III.

Continuer de prendre des couples de


points.

Le carroyage IGN au 25000e est kilométrique les croix sont donc disposées tous les 1000 mètres

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 51 /78

Residual = erreur quadratique moyenne

Sauvegarder au fur et à mesure votre tableau de points

Zoom sur un point


Supprimer un point

La déformation est appliquée dynamiquement à l’image spot, à l’affichage : c’est à dire qu’elle n’existe que
dans la session ArcGis, vous allez créer un nouveau fichier correspondent à la photo rectifiée :

On peut aussi générer avec le même modèle une nouvelle image


« physiquement » rectifiée

intégration de raster
Attention de mettre une résolution
III.
cohérente avec la donnée de départ.

Vérifier la cohérence géographique de votre résultat avec les autres cartes scannées.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 52 /78

3. Géoréférencement d’une carte scannée à partir du fond IGN

Ajouter la couche pedo.jpg dans le répertoire grignon avec

intégration de raster
Il s’agit d’une carte pédologique de grignon scannée, la carte est dessiné sur un fond IGN en lambert I.
La carte a été scannée de travers.

Peut-on scanner une carte droite ?


Par définition une couche doit être parallèle au référentiel géographique.
III.

Géoréférencez pedo.jpg

Vous allez utiliser le module de géoréférencement comme au point précédent :

Il n’y a pas sur cette carte de carroyage lambert, nous allons cette fois utiliser le fond IGN qui est
présent sur la carte pédologique et les cartes scannées IGN comme références.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 53 /78

Bien définir pedo.jpg comme couche à géoréférencer

Vous allez saisir des couples de points homologues.


Choisissez les points homologues dans les éléments du fond ign présent à la fois dans la carte pédologique
et sur les cartes IGN :

1 point sur la carte pédologique le même point (homologue) sur la carte IGN

Avec saisir le premier point sur la carte pédologique

de raster
Attention : l’ordre de saisie des points est impérativement :

de raster
1) dans la donnée à rectifier puis
2) dans la carte de référence.

géoréférencement
Vous devez maintenant cliquer sur le point homologue (le même endroit) sur la carte IGN.

intégration
Quand vous avez cliqués le 1er point le curseur élastique attend que vous cliquiez le
point homologue dans la carte IGN.
La carte pédologique n’étant pas encore référencée elle ne s’affiche pas au même
endroit que le fond IGN. III.

Pour atteindre rapidement la zone dans la carte ign, cliquez sur la couche scan25 avec bouton
droit Zoom sur la couche Puis zoomer sur grignon

La carte pédologique vient « se placer » sur le fond IGN.

Elle n’est pas encore à la bonne échelle.

Continuez de prendre des points d’amers.

Pour vérifier la qualité de votre rectification mettre la carte pédo. en transparence sur le fond
IGN.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 54 /78

Pour terminer générez une couche rectifier


En jpg par exemple : pedo_rec.jpg

Dans cette technique c’est une autre carte qui sert de référence géographique pour calculer le
modèle polynomiale de déformation, la qualité du résultat dépend donc de la qualité de cette
couche de référence. Quand on construit un SIG on essaye d’avoir une couche de bonne qualité
géographique qui sert de référence pour intégrer de nouvelles couches, on parle de :

Référentiel géographique.

4. Géoréférencement d’une photo aérienne à partir du fond IGN

Ajoutez le fichier photo2003FD75_1609.jpg, c’est une photo. Aérienne IGN de Grignon de 2003.

L’image n’est pas géoréférencée. Elle ne correspond pas géométriquement au fond cartographique ign, il
faut la rectifier géométriquement (la déformer) pour la ramener dans un référentiel cartographique.

Géoréférencez photo2003FD75_1609.jpg

Choisissez des points faciles à identifier à la fois sur la carte et sur la photo, qui peuvent être
localisés précisément (intersection de routes).

Si possible les points doivent être choisis sur les bords de l’image.

Attention : sur les cartes IGN, du fait de la généralisation cartographique, certains éléments
(routes) ne sont pas à l’échelle (épaisseur) on doit alors cliquer sur l’axe de la route et non pas sur
les bords.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 55 /78

Au final la photo déformée a la même géométrie que la carte IGN.

intégration de raster
Vérifiez votre résultat en affichant en
transparence le fond IGN sur la photo
aérienne

III.

La déformation est appliquée dynamiquement à l’image spot, à l’affichage : c’est à dire qu’elle n’existe que
dans la session ArcGis, vous allez créer un nouveau fichier correspondent à la photo rectifiée :

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 56 /78

5. géoréférencement d'une image satellite SPOT

Ajouter la couche spot.bmp

Il s'agit d'une image satellite SPOT de 20m de résolution, non géoréférencée.


Comme l'image n'est pas géoréférencée elle ne s'affiche pas sur les cartes IGN, pour la visualiser faire
"Zoom sur la couche"

Grignon

Plaisir

Etang de Saint Quentin

intégration de raster
Ajustez l’affichage en composition colorée fausses couleurs 3/2/1

Les images du satellite SPOT donnent des informations dans les gammes spectrales du visible et de
l’infra-rouge, l’image est découpée en plusieurs bandes correspondants à des domaines spectraux :

Band_1 : vert
Band_2 : rouge III.
Band_3 : proche infra-rouge

On remarque que le bleu n’est pas présent, on ne peut donc pas afficher cette image en couleurs
naturelles.

On va réaliser ce que l’on appelle une composition colorée en « fausses couleurs ».

Composition 3/2/1 : 3 -> en rouge 2 -> en vert 1 - > bleu

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 57 /78

Avec cette composition, la végétation chlorophyllienne apparait en rouge et les sols nus en vert/bleu.

Géoréférencer cette image par rapport aux cartes IGN

intégration de raster
Il est préférable d'utiliser comme carte de référence, une carte qui a une échelle proche de l'image à
géoréférencer, cela permet d'identifier plus facilement les points d'amer, ici la carte IGN 100 000 e :

Scan100.jp2

III.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 58 /78

6. Importation de données raster SRTM depuis un format texte ASCII

Regardez avec le poste de travail windows dans le dossier GRIGNON, les fichiers d'extension .ASC :

SRTM_1.ASC et SRTM_2.ASC

Ce sont données altimétriques SRTM (Shuttle Radar Topography Mission) téléchargées sur le site Earth
Explorer de l’USGS (United States Geological Survey) : http://edcsns17.cr.usgs.gov/EarthExplorer/
Le MNT est découpé en 2 "pavés" (pour des facilités de téléchargement par internet).

Ces données ont été acquises par la navette spatiale américaine en 2000 (mesures RADAR).

Ouvrez un de ces fichiers dans le wordpad :

intégration de raster
Il s'agit d'un fichier texte, contenant des altitudes, le début du fichier (entête) donne des informations
sur l'organisation de l'information :
Ncols = nombre de colonne de la matrice des altitudes
Nrows = nombre de lignes
Xllcorner = coordonnées x en lambert 93 du coin inférieur gauche (lower left) de la matrice
Yllcorner = coordonnées y en lambert 93 du coin inférieur gauche de la matrice
Cellsize = résolution du pixel en mètres
NODATA_VALEUR = valeur utilisée pour les données absentes
III.

Vous allez convertir ces 2 fichiers en format GRID (un des formats raster de ArcGis), pour cela dans
ArcToolbox :

Utilisez la fonction de conversion ASCII vers raster

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 59 /78

Vous obtenez 2 "pavés", on parle de pavage ou de tuilage :

SRTM1 SRTM2

7. Mosaïquage de données raster

intégration de raster
On souhaite fusionner les 2 MNA précédents en un MNA unique : on parle de mosaïquage

Pour ce faire utiliser ArcToolbox

III.

La fonction Mosaïque vers nouveau raster

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 60 /78

Ajoutez dans la liste en entrée les 2 MNA :

Les 2 MNA sont fusionnés dans la couche unique résultat « mosaique »

intégration de raster
III.

A retenir de la partie III. Intégration de RASTER

- La notion de géoréférencement d’un rater : position et échelle de l’image


dans l’espace géographique.
- La structure des fichiers « W » world file de géoréférencement
- La méthode de rectification des raster par modèle polynomiale
- La notion de référentiel géographique qui sert de base à la construction du SIG
- Les différentes références pour le calcul du modèle : des coordonnées ou un raster
déjà géoréférencé (carte, photo …)

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 61 /78

IV. numerisation vectorielle sur fond de plan

Durée 40 minutes objectif : voir les bases de la méthode permettant


de créer une couche vectorielle par dessin par-dessus une couche raster affichée en
fond d’écran

Numériser dans une couche vectorielle Shapefile la


carte pédologique de Grignon.

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


Affichez la carte pédologique de Grignon : pedo_rec.jpg qui vous avez géoréférencés

Cadrer l’affichage sur la couche pedo_rec

Ajoutez la couche parcelles.shp : ce sont les parcelles de Grignon

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 62 /78

Repérez la parcelle de « pont cailloux »

Cadrez votre affichage sur la parcelle de pont cailloux :

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 63 /78

Vous allez « digitaliser » les plages pédologiques de cette carte


Uniquement sur la parcelle de « pont cailloux ».

Vous allez tout d’abord créer une nouvelle couche vectorielle vierge :

Vous pouvez créer un ShapeFile dans


ArcToolbox :

Outils de gestion de données

Créer une classe d’entités

Répertoire de création

Nom de la couche : carte_pedo

Type de la couche

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


Il est toujours recommandé de
préciser la projection même quand
c’est un choix optionnel.

Référentiel géographique

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 64 /78

Ouvrir le shapefile carte_pedo dans la vue d’ArcMap

et ouvrir sa table de données

Créez un nouveau champ (format text) « legende » bouton options : Ajouter un champ

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


Attention : vous ne pouvez ajouter ou supprimer un champ quand vous êtes en mode « mise à
jour ». Il faut temporairement quitter ce mode pour le faire.

Activer la barre d’outils Editeur en cliquant sur

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 65 /78

1. Le mode Edition : barre d’outils éditeur

Pour pouvoir numériser sur une couche vectorielle, elle doit être placée dans un mode particulier où les
modifications sont permises : le mode Edition.

La séquence générale des opérations doit donc être :

 Placer la couche « carte_pedo » en mode d’édition : Menu Editeur : Ouvrir session mise à jour

Cliquez sur Créer des entités le volet apparait à droite ->

Puis cliquez sur la couche à numériser : carte_pedo

Et choisir Polygone comme outils

Numériser / Modifier votre couche


 Sauver régulièrement les modifications :

 Sortir du mode édition (sauvegarde des modifications) : Quitter la session

Attention il faut quitter la session de mise à jour quand vous avez terminés. Certaines fonctions
ArcGis ne marchent pas si vous restez dans une session de mise à jour.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 66 /78

2. Création des polygones de notre carte pédo.

Choisir l’outil de dessin segment et construction Polygone :

Cliquez (bouton gauche) point à point sur


le pourtour de la plage pédo.

Pour fermer le polygone double cliquez


sur le dernier point.

1er point

dernier point

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


Un nouveau polygone est ajouté à la couche parcelle.

Vérifier que dans la table une nouvelle ligne correspondent à ce polygone, a été ajoutée

Remarquer le petit crayon qui signale que vous êtes en mode édition

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 67 /78

Pour supprimer un polygone : prendre la flèche du menu Editeur

Sélectionner le polygone avec la flèche

Supprimer Annuler Rétablir

Regarder quelle est la précision de votre tracé ?.

La précision de votre tracé dépend essentiellement du niveau de zoom choisit, au moment de la


saisie.

3. Gestion de la topologie : polygone automatique

Numériser une plage contiguë à la plage précédente.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 68 /78

Regardez (zoom) à la limite commune aux deux plages cartographiques

Il est presque impossible de faire une limite


vraiment commune aux deux plages, sans trous ni
débordements. Les propriétés de connexité, on
parle de relation topologique, ne sont plus
correctes.

Dans ArcGis il y a des outils pour faciliter la numérisation et en particulier régler ces problèmes
topologiques.

Supprimez ce polygone et recommencez en utilisant « Polygone automatique »

Premier point
En bas du volet « Créer des entités » à droite de l’écran

Dans Outils de construction

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


Choisir « Polygone automatique »

Redessiner votre second polygone

Ce mode permet de numériser un polygone en s’appuyant sur une limite commune avec un autre polygone
déjà numérisé, ArcGis ferme alors automatiquement le polygone.

Premier point

Dernier point La limite commune est


Double clique créée automatiquement par
ArcGis

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 69 /78

Ce mode polygone automatique est très important pour réussir à créer des couches
« propres » sans trous ni superpositions entre polygones.

4. Modification des entités

Edition point à point d’un polygone : « Modifier les sommets »

Sélectionnez le polygone avec

Puis cliquez sur Modifier les sommets ou double cliquez sur le polygone.

La barre apparait

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


Vous voyez aussi apparaître les nœuds du polygone.

Avec le curseur
placez-vous sur un nœud.

Le curseur change de forme

En cliquant avec le bouton gauche de la souris, vous pouvez déplacer le nœud.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 70 /78

Ajouter ou supprimer des nœuds :

Curseur pour ajouter des nœuds :

Curseur pour supprimer des nœuds :

On peut aussi supprimer un nœud avec un clic droit de la souris sur le nœud (menu)

Accès au tableau des points du polygone : Menu Propriétés :

Dans le volet de droite apparait un tableau avec les coordonnées des nœuds :

Termine la construction et sort de l’éditeur de sommets.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 71 /78

5. Construction d’objets complexes composés de plusieurs parties

1 objet = 1 ligne dans la table attributaire correspond à 2 « polygones » = parties qui sont liées

1 tore = 1 objet troué = 1 ligne dans la table = 2 parties = le contour extérieur + le trou

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan

Pour construire un objet complexe composé de plusieurs parties :

Après avoir saisie la première partie

Ouvrir « Modifier les sommets » comme précédemment

Choisir dans la barre d’outils : Continuer l’entité

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 72 /78

Cliquez avec le bouton droit sur le polygone et dans le menu choisir :


Terminer la partie = ce qui commence une seconde partie

Digitaliser la seconde partie (ici un trou)

Dans les propriétés on voit maintenant 2 parties

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 73 /78

6. Opérations géométriques entre polygones

(fusion, intersection, union …)

Sélectionnez les polygones à traiter, pour ce faire vous pouvez utiliser les sélections multiples classiques
(avec touche shift ou ctrl) :

Ici 2 polygones ont été sélectionnés :

Vous pouvez ensuite appliquez des opérateurs géométriques depuis le menu Editeur.

Comme : Combiner, Union …

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 74 /78

Combiner :

Les 2 polygones sont fusionnés en 1 seul.

Union :
Les 2 polygones sont fusionnés en 1 seul pour former un nouveau polygone mais les 2 polygones du départ
sont conservés, on a au final 3 polygones.

7. Capture et tolérance

Ouvrir la boite à outils Capture

Vérifiez que la capture est bien activée : Utiliser


La capture

Cochez : capturer sur une construction

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 75 /78

Lorsque la capture est activée et que en cours de saisie vous vous approchez d’un sommet existant, le
point est comme capté, magnétisé sur le sommet existant.

Position du curseur souris le point saisi est capturé sur le sommet existant

La capture n’est active que dans une certaine distance autour du point cliqué, on parle de distance de
capture ou de tolérance.

Pour fixer la distance de tolérance de la capture : Menu Capture -> Options

On fixe la tolérance (distance de capture) en pixels.

La capture peut se faire sur les nœuds (vertices) mais aussi sur les segments (edges).

Il existe beaucoup d’autres possibilités pour la numérisation dans ArcMap.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 76 /78

8. Attributs : Saisie d’une information sémantique

Lors de la numérisation on doit en général rentrer aussi des informations sémantiques dans les polygones
dessinés (dans la table) = la légende. Ici vous allez « renseigner » vos polygones avec la légende pédo.

Mettez votre couche en transparence de manière à pouvoir voir la légende « sous » vos polygones.


Permet d’ouvrir une boite de dialogue où apparaissent les champs de données

IV. numérisation vectorielle sur fond de plan


 Sélectionnez la plage cartographique avec

 Renseignez le polygone avec sa légende : ici A21


Quittez la session de mise à jour et enregistrez

Afficher une légende thématique en fonction de la légende pédologique sur votre couche finale.

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 77 /78

Il est indispensable que l’opérateur saisisse la légende de la carte au moment de la digitalisation


car elle ne pourra pas être retrouvée automatiquement après.

Attention : la digitalisation vectorielle peut être une opération longue et fastidieuse. Les
plantages du logiciel ou du PC peuvent être fréquent, avec le risque de perdre le travail effectué,
il est fortement conseillé de :

1) faire des sauvegardes multiples à chaque étape de création de la couche : par ex travailler sur une
nouvelle version numérotée toutes les ½ heure : carte_pedo1, carte_pedo2, . . . carte_pedo32 . . .

2) faire des sauvegardes sur un autre support physique que le disque du poste de travail : disque sur
un serveur, cd ou DVD gravé etc . . .

A retenir de la partie IV. Numérisation vectorielle


sur fond de plan

- La barre d’outils éditeur pour créer ou modifier des polygones


- Les couches sont en lecture seule, il faut se mettre en session de mise à jour pour
pouvoir les modifier.
- Quitter session de mise à jour quand on a terminé la digitalisation
- Le mode polygone automatique pour garantir des polygones « bord à bord »
- Il faut aussi saisir un attribut (légende) dans les polygones

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE


ArcGis 10.1 Création et intégration des données 78 /78

Point important sur les projections françaises NTF de ArcGIS 10.1 ................... 4
Exécution en arrière-plan dans ArcGIS 10.1.............................................. 6
La géodatabase personnelle par défaut Default.gdb et formats « externes » ....... 8
I. Gestion des données avec ArcCatalog .................................................. 9
1. ArcCatalog vs Explorateur windows .................................................................................................................. 10
2. ArcCatalog comme application indépendante ...................................................................................................... 13
3. Les modes d’affichage des contenus accessibles par les onglets. .................................................................. 14
4. Les principaux types de fichier .............................................................................................................................. 17
5. Copie, transfert, suppression de données ............................................................................................................ 18
6. Recherche de données .............................................................................................................................................. 19
7. Métadonnées ............................................................................................................................................................... 19
II. intégration de données vectorielles et attributaires ................................. 22
1. import de couches mapinfo TAB/MAP avec ogr2gui / ogr2ogr ...................................................................... 22
2. Importation de données au format d’échange MapInfo : MIF avec ogr2gui .............................................. 24
3. Lecture directe de données AutoCad : DXF....................................................................................................... 25
4. Lecture directe des couches dans une géodatabase microsoft Access ....................................................... 26
5. Export en ShapeFile des couches externes lues directement ....................................................................... 27
6. Lecture directe de données attributaires en format DBF ............................................................................. 28
7. Lecture directe de données attributaires en format microsoft excel ........................................................ 29
8. Lecture directe de données en format ascii formaté délimité : .csv ........................................................... 30
9. Importation de données en format ascii formaté largeur fixe ...................................................................... 31
9. Fichiers googleEarth KML / KMZ ......................................................................................................................... 37
10. Lecture de données géographiques sur des serveurs internet : protocole WFS / WMS ..................... 40
III. intégration de raster .................................................................. 42
1. Introduction au Géoréférencement ...................................................................................................................... 42
2. Géoréférencement d’une carte scannée à partir d’un carroyage cartographique ...................................... 44
3. Géoréférencement d’une carte scannée à partir du fond IGN ...................................................................... 52
4. Géoréférencement d’une photo aérienne à partir du fond IGN .................................................................... 54
5. géoréférencement d'une image satellite SPOT ................................................................................................ 56
6. Importation de données raster SRTM depuis un format texte ASCII ....................................................... 58
7. Mosaïquage de données raster .............................................................................................................................. 59
IV. numerisation vectorielle sur fond de plan ............................................ 61
1. Le mode Edition : barre d’outils éditeur .............................................................................................................. 65
2. Création des polygones de notre carte pédo. ..................................................................................................... 66
3. Gestion de la topologie : polygone automatique ................................................................................................. 67
4. Modification des entités ......................................................................................................................................... 69
5. Construction d’objets complexes composés de plusieurs parties ................................................................... 71
6. Opérations géométriques entre polygones ......................................................................................................... 73
7. Capture et tolérance ................................................................................................................................................ 74
8. Attributs : Saisie d’une information sémantique............................................................................................... 76

jean-marc.gilliot@agroparistech.fr 01-30-81-52-71 département SIAFEE

Vous aimerez peut-être aussi