Vous êtes sur la page 1sur 93

REMERCIMENTS

Nous remercions tout d`abord ALLAH qui nous a donné la force et le courage
pour l`achèvement de ce travail, ainsi que nos parents et toute la famille qui
nous a apporte tout le soutient nécessaire ainsi que leur réconfort, et qui n`on
pas cesse de nous aider durant toute la période de nos études.

Nous souhaitons aussi à remercier notre promoteur Monsieur MOSTFAI qui


n`a pas ménage ses connaissances a notre égard et qui a toujours été présent a
nos cotés.

Nous remercions également tous les enseignants du département de Génie Civil


qui ont contribués à notre formation. Ainsi que ceux de membre du jury; et aussi
tous nos amis.

Sabrina, Samira & Nadia


SOMMAIRE

Pages

CHAPITRE I : Présentation de l’ouvrage.......................................... 01


CHAPITRE II : Pré dimensionnement de l’ouvrage .......................... 06
CHAPITRE III : Calcul des éléments : ................................................. 14
III. 1 :Acrotère................................................. 15
III .2 :Plancher................................................. 20
III.3 :Escalier ................................................... 34
III .4 : Balcon ..................................................... 54
CHAPITRE IV : Etude des portiques sous charges verticales ............ 59
CHAPITRE V : Superposition des charges ......................................... 79
CHAPITRE VI : Ferraillage des portiques .......................................... 82
CHAPITRE VII : Etude de l’infrastructure ........................................... 95

Conclusion
Bibliographie
Chapitre I : présentation de l’ouvrage

CHAPITRE I
Présentation de l’ouvrage

1
Chapitre I : présentation de l’ouvrage

I.1. Présentation de l’ouvrage :


Le travail qui fait l’objet de notre mémoire consiste à étudier les éléments résistant d’une
habitation personnelle à deux niveaux (R+1), avec une terrasse inaccessible.
L’habitation est implanté à Draa Ben Khedda wilaya de TIZI OUZOU, une région classée selon
l’Addenda aux règles parasismiques algériennes (RPA 2003) comme une zone de moyenne
sismicité (zone IIa) d’importance moyenne (groupe 2).

I.2. Caractéristiques géométriques :


Longueur totale………….……….10,70 m
Largeur totale …………………....08,30 m
Hauteur du RDC………………...02,55 m
Hauteur d’étage courant………....03,06m
Hauteur total …………………….06,21m
Hauteur de l’acrotère ……………0,60 m

I.2.1. Eléments composant la superstructure :


a- l’Ossature :
Elle est composée de poteaux et poutres formant un système de portique auto stable dans les
deux sens transversal et longitudinal destinés à reprendre essentiellement les charges et surcharges
verticales et horizontales.

b- les Planchers :
Le plancher est une aire plane servant à supporter son poids propre et les surcharges, limiter les
étages et assurer une isolation thermique et phonique.
Dans notre cas le plancher est constitué de corps creux et d’une dalle de compression portée par
des poutrelles.
Le plancher terrasse sera équipé d’une isolation thermique, d’une forme de pente pour permettre
l’écoulement des eaux pluviales et d’une étanchéité multicouche.

c- l’Escalier :
-Notre ouvrage comporte un seul type d’escalier (RDC) à marche droite, il est constitué de deux
volés, et de palier en béton armé coulé sur place.

d- les Balcons :
-le balcon est une aire encastrée au niveau du plancher, réalisée en dalle pleine.

e- la maçonnerie :
- les murs extérieurs sont en double cloison composés de deux murs en briques creuses de 10 cm
d’épaisseur et 5cm pour la lame d’air qui assure l’isolation thermique.
- les murs intérieurs ou murs de séparation sont en briques creuses d’épaisseur égale à 10cm.

f- les revêtements :
- Mortier de ciment pour les murs de façades.
- Plâtre pour les plafonds et les murs intérieurs.
- Carrelage pour les planchers et les escaliers.
- Revêtement en céramique pour les murs de cuisines et les salles d’eau.

g- le coffrage :
On utilise un coffrage en bois pour les poteaux , les poutres et planchers.

2
Chapitre I : présentation de l’ouvrage

2.2. Les éléments composants l’infrastructure :


Le choix se base sur l’importance de l’ouvrage, la qualité du sol, les surcharges et la contrainte
admissible.

I.3.Caractéristiques physiques et mécaniques :


I.3.1. Le béton :
Une étude de composition du béton doit être réalisée par un laboratoire spécialisé pour la confection
d’un bon béton.

a)- Résistance caractéristique du béton à la compression après 28 jours de durcissement :


Notée par fc28 : fc28=25 MPa
Sa résistance à jours « j » diffère de 28 jours
j
- Pour j < 28 jours : fe j = fc28 Pour fc28 ≤ 40 MPa
4.76 + 0.83 j
j
fe j = fc28 Pour fc28 > 40 MPa
1.40 + 0.95 j
- Pour j > 28 jours : fej =1.1 fc28 Pour fc28 ≥ 40 MPa

b)- Résistance caractéristique du béton à la traction à jours « j » : (BAEL 91/Art A2.1.12)


Notée par ftj : elle est conventionnellement donnée par la formule suivante :
ftj =0.6+0.06 fcj Pour fcj ≤60 MPa

Pour 28 jours on aura : ft28=0,6+0,06(25)=2.1 MPa


c)- Module de déformation longitudinale instantanée du béton « Eij »:
Il est donné par la formule : Eij=11000 3 fcj [MPa] (BAEL 91/Art A2.1.21)

d)- Module de déformation longitudinale différée du béton « Evj » :


Evj=3700 3 fcj [MPa] (BAEL 91/Art A2.1.22)

e)- Module de déformation transversale notée par « G » :


E
Il est donné par la formule suivante : G=
2(1 + υ )
Avec : ν : coefficient de poisson : ν = 0 à l’ELU
ν = 0.2 à l’ELS
E : module de YOUNG : (BAEL 91/Art A2.18)

f)-Contrainte admissible de compression du béton à l’ELU « fbc » :


0.85 fcj
fbc= [MPa] (BAEL 91/Art A4.3.41)
θ (γ b )
Avec θ : coefficient de la durée d’application de la combinaison d’action.
Il a pour valeur : θ = 1 : si la durée d’application est supérieure à 24 heures.
θ = 0.9 : si la durée d’application est comprise entre 1h et 24 heures.
θ =0.85 : si la durée d’application est inférieure à 1 h

γ b : Coefficient de sécurité :

3
Chapitre I : présentation de l’ouvrage

γ b = 1.15 pour les situations accidentelles


γ b =1.5 pour les situations durables
Pour : fc28 = 25 MPa ; θ = 1 ; γ b =1.5, on aura ; fbc =14.2 MPa.

• On utilise pour le béton un diagramme non linéaire dit diagramme « parabole rectangle »
σ bc [MPa ]

( )
ε bc o oo

Fig.1.1. Diagramme contrainte- déformation (ELU)


__

La contrainte admissible du béton à l’ELS est donnée par la formule : σ bc = 0.6 fc 28


__

Pour fc28=25 MPa on aura σ = 15MPa


bc

σ bc [MPa ]

( )
ε bc o oo
Fig .1.2. Diagramme contrainte déformation (ELS)
I.3.2. Les aciers :
On utilise les types suivants :
* des aciers haute adhérence (HA), de nuance FeE400 de limite d’élasticité fe = 400 MPa.
* des aciers ronds lisses (RL), de nuance FeE 235 de limite d’élasticité fe = 235 MPa.
* des treillis soudés (TS), de nuance TLE 520 ayant une limite d’élasticité IV fe = 520 MPa
(∅≤6mm).

a)- Le module d’élasticité longitudinale :


Le module d’élasticité longitudinale Es, sera pris égal à 2 x 105 MPa pour tous les aciers
utilisés. (BAEL 91/Art A.2.2.1)

b)- La contrainte limite dans les aciers : (BAEL 91 Art A.4.3.2)

4
Chapitre I : présentation de l’ouvrage

fe
σs = Avec : γs : coefficient de sécurité dans les aciers
γs
γs = 1.15 pour les situations durables.
γs = 1 pour les situations accidentelles .
Pour les aciers à haute adhérence :
fe = 400 MPa γs = 1.15 ⇒ σs = 348 MPa
γs = 1 ⇒ σs = 400 MPa
Pour les aciers ronds lisses :
fe = 235 MPa γs = 1.15 ⇒ σs = 204 MPa
γs = 1 ⇒ σs = 235 MPa
Pour les treillis soudés :
fe = 520 MPa γs = 1.15 ⇒ σs = 452.17 MPa
γs = 1 ⇒ σs = 520 MPa

Le diagramme simplifié est adopté vis-à-vis des justifications de contraintes des aciers et se fera
à l’état limite d’ouverture des fissures à l’ELS :
a- Fissurations peu nuisibles :
Pour les éléments intérieurs ; aucune vérification à effectuer.
b- Fissurations préjudiciables :
Pour les éléments exposés aux intempéries il faut avoir :
σs ≤ min ( 2/3 fe ; 110 η . ft 28 )
(BAEL 91 Art A.4.5.33)
c- Fissurations très préjudiciables :
Pour les éléments exposés à un milieu agressif (l’atmosphère marine, les acides, les gaz) il
faut avoir :
σs ≤ min ( 0.5 fe ; 90 η . ft 28 )
(BAEL 91 Art A.4.5.32)
η = 1 : pour les aciers ronds lisses et treillis soudés.
η = 1.6 : pour les aciers de haute adhérence (∅≥6mm).
Avec : η : coefficient de fissuration relative.
fe : limite d’élasticité des aciers utilisés.
σs
A
σe A
A
ε1
10‰

ε1 εS
εS 10‰

‫ع‬s
σe
A

σ 's
A
Fig-1.3.daigramme contrainte déformation pour les aciers
5
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

CHAPITRE II :
Pré dimensionnement
des éléments

6
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

Introduction :
Après avoir définie les caractéristiques géométriques et les caractéristiques des matériaux de notre
structure, nous exposons dans ce chapitre les pré-dimensionnements des éléments porteurs
d’immeuble (plancher, poutre, poteaux).

II.1. Détermination des charges et des surcharges :


II.1.1. Charges permanentes :
a)- Plancher terrasse : (inaccessible)
1-Couche de gravillon ………………………. ep=5cm 1,00 KN/m2
2-Etanchéité de type multiple …………….…. ep=2cm 0,12 KN/m2
3-Béton en forme de pente 15% ...................... ep=5cm 1,10 KN/m2
4-Feuille de polyane…………………………. 0.01 KN/m2
5- Isolation thermique………………………... ep=4cm 0,16 KN/m2
6-Plancher à corps creux…………………….. ep=16+4 cm 2,80 KN/m2
7-Enduit en plâtre…………………………….. ep=2cm 0,20 KN/m2

Gt= 5,39 KN/m2

Fig.II.1. Coupe d’un plancher terrasse.

b)- Plancher d’étage courant :


1-Maçonnerie en briques creuses …………….. ep=10cm 0,90 KN/m2
2-Revêtement en carrelage ……………………. ep=2cm 0,44 KN/m2
3-Mortier de pose …………………………….. ep=2cm 0,44 KN/m2
4-Couche de sable …………………………….. ep=3cm 0,36 KN/m2
5-Plancher en corps creux ……………………. ep=16+4 cm 2,80 KN/m2
6-Enduit en plâtre …………………………….. ep=2cm 0,20 KN/m2

Ge=5,14 KN/m2

7
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

Fig.II.2. Coupe d’un plancher d’étage courant.

c)- Les balcons : dans notre cas il est en dalle pleine


1-Carrelage………………………………………… ep=2cm 0.44 KN/m2
2-Mortier de pose…………………………………. ep=2cm 0.44 KN/m2
3-Couche de sable………………………………… ep=2cm 0.36 KN/m2
4- Dalle pleine……………………………………... ep=1.5cm 3.75 KN/m2
5- Enduit en ciment………………………………... ep=2cm 0.36 KN/m2

G=5,35KN/m²
d)- Les murs extérieurs :
Ils sont en double cloison de brique creuse d’épaisseur 10 cm et une lame d’aire de 5 cm :
1- Enduit de ciment …………………………… ep=2cm 0,36 KN/m2
2- Maçonnerie en briques creuses …………….. ep=10cm (2x 0,90) KN/m2
3- Enduit en plâtre …………………………….. ep=2cm 0,20 KN/m2
4- Lame d’air...................................................... ep=5cm 0.00 KN/m2

G =2,36 KN/m2

Fig.II.5. coupe d’un mur extérieur.

e)- Les murs intérieurs :


1- Maçonnerie en briques creuses ……………… ep=10cm 0,90 KN/m2
2- Enduit en plâtre …………………………..….. ep=2cm (2 x 0,20) KN/m2

G =1,30 KN/m2

8
Chapitre II : pré dimensionnement des
éléments

Fig.II.6. Coupe d’un mur intérieur.

II.1.2. Surcharges d’exploitations :


-Plancher terrasse inaccessible ……………... Qt =1,0KN/m2
-Plancher d’étage courant …………………... Qe=1,5KN/m2
-Dalle pleine ………………………………… Q =3,5KN/m2
-Escaliers ……………………………………. Q =2,5KN/m2

II.2. Pré dimensionnements des planchers :


Les planchers sont en corps creux associés à des poutrelles qui sont disposées suivant le sens
de la plus petite portée.
La hauteur du plancher est déterminée par la formule suivante :
Hp ≥ L /22,5 (BAEL 91 Art 6.5.1)
Avec: Hp : épaisseur totale du plancher.
L : portée libre de la plus grande travée dans le sens considéré.
On a: L= 3.65m
D’où Hp≥365/22.5=16.22 cm
On adopte : Hp=20 cm ; soit un plancher de (16 + 4) cm.
4 cm : épaisseur de la dalle de compression.
16 cm : épaisseur du corps creux.

4 cm

1
16 cm

Poutrelle

Fig.II.7. Coupe d’un plancher à corps creux.

II.3. Pré dimensionnement des poutres : (RPA 99 Art 7.5.1)


II.3.1. Poutres principales:
L L
≤h≤
15 10
ht: la hauteur totale de la poutre
L: portée libre de la plus grande travée dans le sens considéré.
400 400
Avec : L = 4.00 m ⇒ ≤ ht ≤
15 10

9
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

26.6 cm ≤ ht ≤ 40 cm
On prend : ht = 40cm.
Pour la largeur b :
0.4 ht ≤ b ≤ 0.7 ht
0.4 (40) ≤ b ≤ 0.7 (40)
16 ≤ b ≤ 28
On prend : b= 25cm
Alors la section de la poutre principale est de (25x 40) cm2

II.3.2. Poutres secondaires :


365 365
L = 3.65 m ⇒ ≤ ht ≤
15 10
⇒ 24.33 cm ≤ ht ≤ 36.5 cm
On adopte ht =35 cm
Pour la largeur b :
0.4 ht ≤ b ≤ 0.7 ht
0.4(35) ≤ b ≤ 0.7 (35)
14 ≤ b ≤24.5
On prend : b = 25cm
La section de la poutre secondaire est de (25x 40) cm2.

h=40 cm h=35 cm

b=25cm b=25cm

1-1 2-2
Fig.II.8. Coupe de la poutre principale (1-1) et la poutre secondaire (2-2).

Vérification au RPA 99 article 7.5.1 :


ht ≥ 30cm
b ≥ 20cm
h/b ≤ 4cm

Poutre principale :
b = 20 cm ≥ 20 cm
ht = 40 cm ≥ 30 cm
ht / b = 1,6 ≤ 4
b max ≤ 1,5 ht + b = 1.5(40) + 20 = 80 (condition vérifiée)

10
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

Poutre secondaire :
b = 25m
ht = 35 cm
ht / b = 1,5 ≤ 4
b max ≤ 1.5 ht + b = 1.5 (35) + 25 = 77.5 cm (condition vérifiée)

II.4. Pré dimensionnement des poteaux :


Le pré dimensionnement des poteaux se fera à l’ELS en compression simple, en supposant
que seul le béton reprend l’effort normal Ns = G + Q.
On effectuera une descente de charge uniquement pour le poteau le plus sollicité, puis par la
condition de la résistance à la compression on déterminera les dimensions de la condition de
l’ADDENDA aux RPA 99.
* min (b1, h1) ≥ 25 cm en zone IIa
* min (b1, h1) ≥ he / 20
1 b1
≤ ≤4
4 h1
Avec : b1 : petit côté
h1 : grand côté
he : hauteur d’étage
La section des poteaux est donnée par la formule suivante :
N
B≥ S
σ bc
B : section du poteau
Ns : l’effort normal appliqué à la section du poteau considéré.
σ bc : Contrainte admissible du poteau en compression à l’ELS.
σ bc = 0.6 fc28 =0.6 x 25 = 15 MPa
N
B≥ S .
15
II.4.1. Détermination de Ns par la descente des charges :
Le poteau le plus sollicité est B2.

A)- Calcul de la section du poteau B2 :


357,5cm

(25x40) cm
(25x35) cm

400cm

Poteau B2

S= (3,575-0,25) x (4,00 – 0,25) = 12,47m2

11
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

 Charge permanente :
1)- poids des poutres :
- poutre principale : Gpp = 0,25x 0,40 x 25 x (4,00 – 0,25) =09,38 KN
- poutre secondaire : Gps =0,25 x 0,35 x 25 x (3,575 – 0,25) = 07,27 KN

2)- poids des planchers :


- plancher terrasse : Gpt = 12,47 x 05,39 = 67,21 KN
- plancher d’étage courrant : Gpc = 12,47 x 5,14= 64,10 KN

3)-poids de la maçonnerie :
Gm =1,3x (4,00 – 0,25) x 2,71 = 13,21KN (étage)
Gm= 1,3x (4,00-0,25) x2,20=10,73KN (RDC)
4)-poids des poteaux :
- poteaux d’étage courant : Gpe = 25x (0,3 x 0,3) x3.06 = 6,89 KN
- poteaux du RDC : GpRDC = 25x (0,3 x 0,3) x2,55 =5,74 KN

 charges d’exploitation :
1)- poids des planchers :
- plancher terrasse : Qpt = 1.00x (12.47) = 12.47 KN
- plancher d’étage courrant : Qpe = 1.5 x (12.47) =18.71 KN

Evaluation de l’effort normal Ns au poteau B2:

NI Terrasse Plancher Poutre Poteaux Murs Poids tot Surcharges Effort


(KN) courant (KN) (KN) (KN) (KN) (KN) Ns=G+Q
I 67,21 0.00 16,65 12,63 23,94 120,43 12,47 132,90
RDC 0.00 64,10 16,65 12,63 23,94 117,32 18,71 136,03

Tableau. II.1. Tableau récapitulatif des calculs relatifs à chaque niveau [KN].

268,93
D’après le tableau Ns =268,93KN ⇒ B= = 179,29cm2
1 .5
On adopte une section de (30x 30) cm2

 Vérification des conditions du RPA 99 article 7.4.1 :


Les dimensions des poteaux doivent satisfaire les conditions suivantes :
1) - min (b; h) = (30,30) cm > 25 cm
2) - min (b; h) = (30,30) cm > he =14.05cm
20
3) - 1 < b <4 on a b =1
4 h h
0.25< 1 <4

Toutes les conditions du RPA 99 sont vérifiées.

 Vérification au flambement : (BAEL 91 modifié)


Le calcul du poteau au flambement consiste à vérifier la condition suivante :

λ = lf i ≤ 35

12
Chapitre II : pré dimensionnement des éléments

λ : Élancement du poteau.
lf : Longueur de flambement.
lf = 0.7 l0
l0 : distance entre les faces supérieures de deux planchers consécutifs.
I ab3
i: rayon de gyration : i = I=
B 12
I: moment d’inertie.
B = a. b = section du Poteau.
lf 0 .7 l 0 0.7l 0 12
λ= = =
i ab 3 b
12
ab
l0 = 306 -30 =276 cm
lf =0.7 x 276 =193.2 cm
3
i= I = bh = h = 30 = 08.66cm
B 12hb 12 12
Donc :
193.2
λ= = 22.31 < 35 (condition vérifiée)
08.66
Conclusion :
Pas de flambement pour les poteaux du RDC et également pour les poteaux des étages.

II-5 L’acrotère:
G = S. Pba
S : surface de l’acrotère
Pba : poids du béton armé = 25 KN/ m2

Le calcul se fera pour une bande de 1 m


0.1 × 0.05
S = (0.6 x 0.1) + [(0.1 + 0.1) – ( )] = 0.0675 m2
2
G = 0.0685 x 25 = 1.687 KN/m

20 cm
10 cm
60 cm

Fig.II.9. Coupe verticale de l’acrotère.

13
Chapitre III : calcul des éléments

CHAPITRE III
Calcul des éléments

14
Chapitre III : calcul des éléments

III.1. Calcul de l’acrotère :

III.1.1. Introduction :
L’acrotère est un élément en béton armé, encastré au niveau de la dalle du plancher terrasse ;
soumis à un effort normal « G » dû à son poids propre, et à un effort horizontal « P »du à la main
courante provoquant un moment « M » dans la section d’encastrement qui est la section dangereuse.
Le calcul se ferra pour une bande de 1 m :
La section est soumise à la flexion composée.

20 cm

10 cm
Q

G
60 cm

Fig. .III.1.1. Coupe verticale de l’acrotère. Schéma statique

III.1.2. Détermination des sollicitations :


• poids propre de l’acrotère :
 0,1
G = ρ ba .V = 25 × (0,6 × 0,1) + (0,1 + 0,08) ×  = 1,725 KN/ml
 2

• Effort horizontal dû la main courante :


Q = 1KN
• Moment de renversement dû a l’effort horizontal:
Mr = Q x h = 1x0,6 =0,6KN.m

III.1.3. Combinaison des charges :


• à l’ELU : qu = 1,35G + 1,5Q
Effort normal de compression :
Nu = 1,35G = 1,35 (1,725) = 2,329KN/ml
Moment de flexion :
Mu = 1,5 Mr =1,5 (0,6) = 0,9 KN.m

• à l’ELS :
Effort normal de compression :
NS =G =1,725KN/ml.
Moment de flexion :

15
Chapitre III : calcul des éléments

MS = P.h =1 (0,6) = 0,6 KN.m

III.1.4. Ferraillage de l’acrotère :


Le travail consiste a étudier une section rectangulaire soumise a la flexion composée, le
calcul se fait à l’ELU et à l’ELS pour une bande de 1 m de longueur :

A. Calcul à l’E.L.U :

• Calcul de l’excentricité :
Mu 0,9
eu = = = 36cm
Nu 2.329
h 10
−c = − 2 = 3cm
2 2
Avec : Nu effort de compression
Mu moment de renversement pondérer dû a la surcharge.
h
On a : eu > − c
2
36 >3 ⇒ le centre de pression est a l’extérieure de la section et comme N est un effort de
compression, la section est partiellement comprimé

• Sollicitation sur l’acrotère :

2
N
8

1,00

Fig. .III.1.2. Coupe verticale de l’acrotère

• Calcule des armatures en flexion simple :


Calcul du moment fictif « Mf » :
h 
Mf = Mu + Nu ×  − c  ⇒ Mf = 0.9+2.329x0.03=0.97KN
2 
Mf 0.97 × 10²
µ= = = 0,010
__
bd σ bc
2 100 (8 ) 2
1.42
µ < µl =0,392 ⇔ section simplement armée, les armatures comprimés ne sont pas nécessaire.

Armatures fictives :
Mf
Af ≥
β .d .σst
µ= 0.010 ⇔ on tire β du tableau : β= 0.995

0.97 × 10²
Af = = 0.35cm² ; A' f = 0
0.995 × 8 × 34.8

16
Chapitre III : calcul des éléments

• Calcul des armatures en flexion composé (réelles) :

Nu 2.329
Au = Af − = 0,35 −
= 0,28cm²
σS 34.8
On prend Au= 5Ø6 =1,41cm2. Avec : e=100/5=20cm

Armatures de répartition :
A 1 . 41
Ar = u = = 0 . 35 cm ² Soit : 4Ø6=1.13cm² avec: e=15cm
4 4
Les vérifications :

 Condition de non fragilité :(BAEL 91 /Art 4-2-1)

ft 28
A min ≥ 0, 23 .b.d
fe
2,1
A min = 0,23 × 100 × 8 ×
= 0.966cm² .
400
Amin=0,966 cm2 ≤ A=1.41 cm2. (Condition vérifiée)

• Vérification de l’effort tranchant : (BAEL 91 /Art 5-1-2)


Il faut vérifier que : τu ≤ τu
τ u = min  0 . 2 fc 28 γ ;5 MPa  = 3 . 33 MPa
 b 
T max 1 .5
τu = = = 0 . 00187 KN / cm ² = 0 . 0187 MPa
bd 100 × ( 8 )

0,0187 MPa < 3,33 MPa (Condition vérifiée)

• Vérification d’adhérence:

Il faut vérifier que : τS ≤ τ S

τ s = Ψs ft28
Ψ : Coefficient de scellement relatif à une armature
Ψ = 1,5 (acier FeE400) ⇒ τ S =3,15 MPa
Vu
τs =
0 ,9 ( d ) ∑ A

τ s : Contrainte d’adhérence
τ : Contrainte limite d’adhérence.
S

∑ A = n π ∅ : Somme des périmètres utiles des barres.


n : nombre des barres
∅ : Diamètre d’une barre.

17
Chapitre III : calcul des éléments

V u = 1.5KN ; d=8cm et ∑ A = 5 × 0.6 × 3.14 = 9.42cm²


τ < τS
s (Condition vérifiée)
B. Calcule a l’E.L.S :
L’effort normal Ns = 1,725 KN
Moment fléchissant Ms = 0,60 KN.m

• Les vérifications :
Ms 0,6
es = = = 34cm
Ns 1,725
es = 34cm > h − c = 10 − 2 = 3 cm ⇒ section partiellement comprimée
2 2

• Flexion simple :

M f = Ms + Ns ( h − c ) =0.6+1.725( 10 − 2 )= 0.578KN
2 2

Mf 0.578 × 10²
µ= = = 0.007
bd σ st 100 × 8² × 1.42
2

µ < µ l = 0,392 ⇒ Section simplement armée. β = 0,870


Κ1=23.46

On procède à la vérification des contraintes (σbc ; σs)


2 1 
σ S = min  fe , max fe ,110 η . ftj 
3 2 
η = 1.6 (barre haute adhérence)
 
σ S =min 2 (400) ,max 1 (400) ,110 1,6×2,1 
3 2 
σ S =min266,66 ; 201,6 =201,6 M
 
σS 201,6
σb = = = 8.59 MPa < 0,6 fc28 = 15 MPa (Condition vérifiée)
Kl 23.46
Mf 0,578 × 10 3
Af = = = 0,41cm²
β .d .σ St 0,870 × 8 × 201,6

• Armature réelle (flexion composée) :


Ns  1.725 × 10 
As = Af − = 0.41 −  
σ St  201.66 
As = 0.32cm²

- On prend 5Ø6 = 1.41 cm²

18
Chapitre III : calcul des éléments

100. As 100 × 1,41


ρ= = = 0,176 ⇒ β = 0,931 ; K1 = 57,46
bd 1000 × 80
Ms 0.60 × 10 3
σ bc = = = 0.99 MPa
β × d × A × k1 0.931(8)(1.41× 57.46)
σ bc = 0.60 × 25 = 15MPa
On a σ bc < σ bc (Condition vérifiée)

Etat limite d’ouverture des fissures :


La fissuration est prise préjudiciable
σ S = σ bc ; K 1 = 0,99 × 57,46 = 56,88MPa
σ S =201,6MPa
On a σ bc < σ bc donc le calcul des armatures à l’ELS n’est pas nécessaire.

Conclusion :
On remarque que notre acrotère est à l’abri d’un éventuel séisme puisque les conditions à
l’ELS sont vérifiées.
On note alors pour les armatures minimales déjà calculées à savoir :
Armatures réelles : 5Ø6
Armatures de répartition :4Ø6

Fig.III.1.3. Ferraillage de l’acrotère

19
Chapitre III : calcul des éléments

III.2. Etude des planchers :


Le plancher est une plate forme horizontale qui constitue une séparation entre les étages.
Les planchers de notre ouvrage sont constitués de corps creux et d’une dalle de compression (16+4)
cm armées d’un quadriage de treillis soudé (T.L.E 520) qui reposent sur des poutrelles préfabriquées
qui sont disposées perpendiculairement aux poutres principales.

III.2.1. Elément composent le plancher :


Nos planchers sont identiques dans tout les niveaux, ils sont constitués de :
- Poutrelles de section en Té, distancées de 65cm.
- Coffrage perdue en corps creux appelés hourdis.
- Une dalle de compression en béton de 4cm d’épaisseur.

Treillis soudée Dalle de compression corps creux

Poutrelle

III.2.2. Principe de calcul :


Le calcul se fera en deux étapes :
• Première étape : avant le coulage du béton de la dalle de compression, la poutrelle est
considérer comme simplement appuis, elle supporte son poids propre, le poids du corps
creux et la surcharge due à l’ouvrier.
• Deuxième étape :
Une fois le béton est coulé, la poutrelle travaille comme une poutre continue de section en
Té, les charges et les surcharges sont définie précédemment.
III.2.3. Calcule de la dalle de compression :
La dalle de compression doit avoir une épaisseur minimale de 4 cm, elle est armée d’un
treillis soudés (T. S) dont les dimensions des mailles ne doit pas dépasser :
• 20 cm : pour les armatures perpendiculaires aux poutrelles.
• 30 cm : pour les armatures parallèles aux poutrelles.
III.2.4.Calcule des armatures : (BAEL 91/Art6-1-21)
• Armatures perpendiculaires aux poutrelles :
4L
A ⊥≥
fe
Avec : L : la distance entre axe des poutrelles.
f e : Limite d’élasticité des barres
4 × 65
A ⊥≥ = 0,5cm² (Treillis soudés TLE 520)
520
Soit : 5Ø4 = 0,63 cm² ; ep=20cm

20
Chapitre III : calcul des éléments

• Armatures parallèles aux poutrelles :


A 0,63
A// ≥ ⊥ = = 0,315cm²
2 2
Soit : 4Ø4 = 0.50 cm² (e=25cm)
On adopte pour le ferraillage de la dalle de compression un treillis soudés TLE 520 de
dimension : TS = 4 x 4 x 200 x 250 [mm]

III.2.5. Etude des poutrelles : b1 = 26 , 5 cm


Dans ce qui suit, on s’intéressera à l’étude de la poutrelle du plancher le plus sollicité,
c'est-à-dire celui qui supporte la plus grande charge d’exploitation.

a. Dimensionnement de la poutrelle :
b1 ≤ min (L 2 ; L1 10 ;8 h 0 )
Avec : L : distance entre deux panneaux voisins de deux poutrelles (65-12) ;( L =53cm).
L1 : Longueur de la plus grande travée ( L1 =365cm).
b 0 : Largeur de la nervure ( b 0 =12cm)
h 0 : Épaisseur de la dalle de compression ( h 0 =4cm)
• Application
b1 ≤ min (26 ,5 ;36 , 5 ;32 )
b1 = 26 , 5 cm
b1 = 2 × b1 + b 0 ⇒ b = 65 cm

III.2.6. Calcul des poutrelles :


a) Avant le coulage de la dalle de compression :
Les charges et les surcharges sont supposées uniformément répartis sur l’ensemble des
poutrelles.

• Charges et surcharges :
Charge permanente G :
- poids propre de la poutrelle : 0,12 x 0,04 x 25 = 0,12 KN/ml
- poids propre du corps creux : 0,65 x 0,95 = 0,62 KN/ml
G = 0,12 + 0,62= 0,74 KN/ml.
Surcharge Q :
-surcharge due à l’ouvrier : 1KN/ml.
Q = 1 KN/ml

21
Chapitre III : calcul des éléments

• Combinaison des charges à l’ELU :


qu = 1,35 G + 1,5 Q
qu = 1,35 (0,74) + 1,5 (1) = 2,5 KN/ml

2,5KN/ml

3,35m

Fig.III.3.2. Schéma statique

• Moment max en travée :


ql ² 2,5 × 3,35²
M0 = Mmax = = = 3,51 KN.m
8 8
• Effort tranchant maximal :
ql 2,5 × 3,35
Tmax = = = 4,19 KN
2 2

2,5KN/ml

3,35m

M(x)
Mmax

T(x)

-+

Fig.III.4.2.
Diagramme des efforts internes

• Calcul des armatures : Les armatures seront calculées en flexion simple.


On calcul le moment réduit : b=12 cm ; h=4cm ; d=2cm
M0 3,51 × 10²
µ= = =5,14> µ l = 0,392
bd ². f bc 12(2)² × 1,42
5 ,14 > µ l = 0,392 ⇒ La section est doublement armée
Alors les armatures de compression sont nécessaires ; et comme la section de la poutrelle est très
réduite pour placer ces armatures, on prévoit donc un coffrage intermédiaire pour aider la poutrelle à
supporter les charges avant le coulage de la dalle de compression.

22
Chapitre III : calcul des éléments

b) Après le coulage de la dalle de compression :


Pour déterminer les moments, en travées, aux appuis et les efforts tranchants, le BAEL 91
propose deux méthodes de calcul qui sont :

• Méthode forfaitaire.
• Méthode des trois moments.

• Méthode de calcul :
Pour l’évaluation des moments fléchissant et des efforts tranchants, ou utilisera la méthode
forfaitaire.

 Détermination des charges revenant au plancher :


-Plancher terrasse :
-L’E.L.U: qt=1,35 (5,39) +1,5(1) = 8,78 KN/m²
-L’E.L.S: qt=5,39+1 = 6,39 KN/m²
-Plancher d’étage courant :
-L’E.L.U: qe=1,35(5,14) +1,5(1,5)=9,19KN/m²
-L’E.L.S: qe= 5,14+1,5=6,64KN/m²

Remarque: Pour la suit de calcul, nous allons étudier le plancher le plus sollicité (plancher terrasse)
puis on adopte le même ferraillage pour le plancher d’étage courant.

 Détermination des charges revenant à la poutrelle a L’E.L.U :


-Charge permanente : G=5,39x0 ,65=3,50KN/ml
-Charge permanente : G= 1x0,65=0,65KN/ml

 Combinaison de charge a L’E.L.U :


Qu=1,35 G+1,5Q
Qu=1,35(3,5) +1,5(0,65)=5,70KN/m

 Condition d’application de la méthode forfaitaire (B.A.E.L 91):

• Q ≤ min (2G ; 5 KN/m²)


Q=0,65 KN/ml ≤ min ( 2(3,5); 5(0,65) )KN/ml (Condition vérifiée)
• Fissuration est considérée comme non préjudiciable.
• Le moment d’inertie des sections transversales sont les mêmes pour les différentes
travées. (Condition vérifiée)
• Les portées successives des poutres sont dans un rapport compris entre 0.8 et 1.25
l 3,35 3,20
0,8 ≤ i ≤ 1,25 : 0,8 ≤ ; ≤ 1,25
li +1 3,20 3,25
0,8 ≤ 1,05;0,98 ≤ 1,25 (Condition vérifiée)

Toutes les conditions sont vérifiées donc la méthode forfaitaire est applicable.
 L’exposée de la méthode forfaitaire :
Q
α= avec 0≤α ≤ 2
Q+G 3
α : le rapport des charges d’exploitations à la somme des charges permanentes et
d’exploitations non pondérées.

23
Chapitre III : calcul des éléments

0,65
α= =0,16 < 2 (condition vérifiée).
3,50 + 0,65 3

. Les valeurs de Mt ,M0 ,Mw, et Me doivent vérifier les conditions suivantes t.q :
Mo : moment max dans les travées indépendantes de même portés que la travée considéree et
soumise à une charge.
Mw et Me : moments en valeurs absolues sur appuis de gauche et de droite de la travée considérée .
Mt : moment max en travée pris en compte dans les calculs de la travée considérée.

•Conditions :
Mw + Me
1) Mt + ≥ max [1,05Mo; (1 + 0,3α ) Mo ]
2
1 + 0,3α
2) Mt ≥ Mo dans les travées intermédiaires.
2
1,2 + 0,3α
3) Mt ≥ Mo dans les travées de rives.
2
Les valeurs de chaque moment sur appuis intermédiaires doit être au moins égale à :

a) 0,6Mo poutre à deux travées:

≥ 0,6 M 0

b) 0,5Mo pour les appuis voisins des appuis de rives d’une poutre à plus de deux travées.

≥ 0,5M 0 ≥ 0,5M 0

c) 0,4Mo pour les autres appuis intermédiaires d’une poutre de trois travées.

≥ 0,5M 0 ≥ 0,5M 0
≥ 0,4 M 0 ≥ 0,4 M 0

Calcul des moments isostatiques à l’ELU :


Poutre continue à trois (3) travées :
Qu=5,70KN/ml

24
Chapitre III : calcul des éléments

1°/calcul de Mo pour une poutre à trois travées :

 Pour les travées (1-2): avec (l = 3,35 m ).


Qu × l 2
(5,70) × (3,35) 2
Mo= = = 8,00 KN .m
8 8

 Pour la travée (2-3) : avec (l = 3,20 m).


Qu × l 2
(5,70) × (3,20) 2
Mo= = = 7,30 KN .m
8 8

 Pour la travée (3-4) : avec (l = 3,25 m).

Qu × l 2 (5,70) × (3,25) 2
Mo= = = 7,53KN .m
8 8

Schéma statique de la poutre :

Qu=5,70KN/ml

3,35 3,20 3,25

Fig.III.4.3. Schéma statique de la poutre.

2°/calcul des moments aux appuis (M0) :


 M1 =0,2 M0 ⇒ M1 =1,60KN.m

 M2 =0,5 max [M0 (1-2) ; M0 (2-3)] ⇒ M2 =4 ,00KN.m

 M3 =0,5 max [M0 (2-3) ; M0 (3-4)] ⇒ M3 =3,77KN.m

 M4 =0,2 M0 ⇒ M4 =1,51KN.m
3°/calcul des moments en travées (Mt) :

Travées de rives :

-Travée (1-2) :
0,2 + 0,5
1) Mt + ≥ max [1,05Mo; (1 + 0.3(0,16)) Mo ] ⇒ Mt =0,7 M0
2
1.2 + 0.3(0,16)
2) Mt ≥ Mo ⇒ Mt =0,62 M0
2

 D’où : Mt = 0,7 M0 ⇒ Mt (1-2) =5,60KN.m

25
Chapitre III : calcul des éléments

-Travée (3-4) :
0,2 + 0,5
1) Mt + ≥ max [1,05Mo; (1 + 0.3(0,16)) Mo ]
2
1.2 + 0.3(0,16)
2) Mt ≥ Mo
2

 D’où : Mt = 0,7 M0 ⇒ Mt (3-4) =5,27KN.m

Travées de rives :

-Travée (2-3) :
0,5 + 0,5
1) Mt + ≥ max [1,05Mo; (1 + 0.3(0,16)) Mo ] ⇒ Mt =0,55 M0
2
1 + 0.3(0,16)
2) Mt ≥ Mo ⇒ Mt =0,52 M0
2

 D’où : Mt = 0,55 M0 ⇒ Mt (2-3) =4,02KN.m

0,5Mo 0,5Mo
0,2Mo 0,2Mo

4,00 3,77
1,60
1,51

4,02
5,27
5,60

Fig.III.4.4. Diagramme des moments fléchissant.

Calcul des efforts tranchants à l’ELU :

L’effort tranchant est donnée par les relations suivantes :

qli M i +1 − M i ql M − M i
Tu ( i ) = + ; Tu ( i + 1) = − i + i +1
2 li 2 li
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :

Travées 1-2 2-3 3-4


Tu (i ) (m) 10,26 9,05 8,57
Tu ( i + 1) (m) -8,83 -9,19 -9,96

26
Chapitre III : calcul des éléments

10,26
9 ,05
8,57

8,83
9,19
9,96

Fig.III.4.5. Diagramme des efforts tranchant a(E.L.U).

III.2.7. Calcul des armatures à l’ELU :


Le calcul des armatures sera étudié comme une section en T de dimensions suivantes :

3,35

Fig.III.4.5. Section en T.

h : hauteur de la section (h = 20cm)


h0 : hauteur de la table (dalle de compression) (h = 4cm)
b : largeur de la table (b = 65 cm)
b0 : largeur de la poutrelle (b0 = 12cm)
d : hauteur utile (d= h – c = 20 - 2 = 18cm)

1-Calcul des armatures longitudinales des poutrelles :


 En travée :
Le moment maximal en travée est égal à :
Mt max =5,60KN.m
h  0.04 
M0 = bh0 . fbc(d − 0 ) = 10 3 (0.65)(0.04 )(14.2 ) 0.18 −  = 59,07 KN.m
2  2 
M0 = 59,07KN.m
Mt max < Mo
L’axe neutre tombe dans la table, donc la section en Té sera calculée comme une section
rectangulaire de largeur b=65cm et de hauteur h=20cm.
Mt 5,60 × 10 3
µ= = = 0.018 < µ l = 0.392
b.d ². fbc 65(18)²14.2
⇔ La section est simplement armée (À = 0)

27
Chapitre III : calcul des éléments

µ = 0.018 ⇒ β = 0,991
Mt 5,60 × 10 3
At = = = 0,90cm²
β .d .σ st (0.991)(18).348
Choix des barres : 3T8 = 1,51 cm²

 Aux appuis
Ma max = 4.00 KN.m
Mt 4.00 × 10 3
µ= = = 0.072 < µ l = 0.392
b.d ². fbc 12(18)²14.2
⇔ La section est simplement armée (À’ = 0)

µ = 0.072 ⇒ β = 0,963
Mt 4.00 × 10 3
Aa = = = 0.66cm²
β .d .σ st (0.963)(18).348
Choix des barres : Aa = 1T12 = 1.13 cm².

Donc: At=3T8=1,51cm2
Aa=1T12=1.13 cm2

2-Vérifications à l’ELU :
• Vérification de la condition de non fragilité : (BAEL 91/Art 4.2.1)

ft 28
= (0.23)(12 × 18)
2 .1
Amin = (0.23).b0 d = 0.26 cm²
fe 400
En travée : At = 1,51 cm² > Amin = 0.26 cm² (condition vérifiée)

Aux appuis : Aa = 1.13 cm² > Amin = 0.26 cm² (condition vérifiée)

• Calcul des armatures transversales :


-Diamètres maximal :
b h
Øt ≥ min ( 0 ; ; Øl)
10 35
Avec :
Øt : diamètre de la barre
b0 : largeur de la poutrelle (b0 = 12cm)
h : hauteur de la poutrelle (h = 20cm)
Øl : la plus grand diamètre des aciers longitudinaux
h 20 b0 12
= = 0,57cm ; = = 1,2cm ; Øl =8mm
35 35 10 10

Øt ≥ min ( 5,7;12;12 ) Øl On adopte : Øt=6mm ⇒ At=2Ø6=0,56cm


-Espacement :
St ≤ min (0,9d ; 40) cm ⇒ St ≤ min (16,2 ; 40) cm
Soit : St=15cm

28
Chapitre III : calcul des éléments

• Vérification à l’effort tranchant :


- Calcul de la contrainte tangentielle : (BAEL 91/Art 5.1.2) :
Pour justifier les armatures transversales vis-à-vis de l’effort tranchant ultime, on doit
vérifier que : τ ≤ τ
τ = min 0,2 fc 28 γ ;5MPa  = 3,33MPa
 b 
3
T max 10,26(10)
τ= = = 0,48MPa
bd 120(180)
0,48 MPa < 3,33 MPa (Condition vérifiée)

• Influence de l’effort tranchant au niveau des appuis : (BAEL 91/Art 5.1.113)


 Appuis de rive :
- Vérification de la compression du béton :
a.b
Tu ≤ 0.4 fc 28 0 avec : a = 0,9 d
γb
25
0 .4 ( 0,9 × 180 × 120 × 10 − 3 ) = 129 ,6 KN
1 .5
Tu = 10,26 KN < 129.6 KN (Condition vérifiée)

- Vérification des armatures longitudinale :


Mu
Tu +
0,9 × d 1,15 × 10 1,6 × 10²
As ≥ = (10,26 − = −0,01cm²
σs 400 0,9 × 18
As = 1,57cm² > -0,01cm² (Condition vérifiée)

 Appui intermédiaire :
- Vérification de la compression du béton :
Tu = −9,19 KN ; Mu = - 4,00KN

1,15 × 10  4 × 10² 
As ≥  − 9,19 −  = −097cm²
400  0,9 × 18 

As = 1,13cm² > -0,97cm² (Condition vérifiée)

• Vérification d’adhérence aux appuis :


Il faut vérifier que : τ S ≤ τ S
τ s = Ψs ft28
Ψ : Coefficient de scellement des barres
Ψ = 1.5 pour les H.A ; Ψ = 1 pour les R.L
Vu
τs =
0.9(d )∑ µi
τ s : Contrainte d’adhérence
τ S : Contrainte limite d’adhérence.
∑ µ i = n π∅ : Somme des périmètres utiles des barres.

29
Chapitre III : calcul des éléments

n : nombre des barres


∅ : Diamètre d’une barre.
10,26(10) 3
τs = = 1.68MPa
0.9(180)(1)(3.14)(12)
τ s =1,68Mpa < τ S =1,5x2,1=3,15 Mpa (Condition vérifiée)

• Vérification d’adhérence en travée :

4 × (10) 3
τs = = 0,66MPa
0.9(180)(1)(3.14)(12)

τ s =0,66Mpa < τ S =1,5x2,1=3,15 Mpa (Condition vérifiée)

III.2.8. Calcul des armatures à l’ELS :


1. Combinaison de charge :
Qs=3,5+0,65= 4,15 KN/ml.
2. Calcul des moments isostatiques à l’ELS :
Poutre continue à (3) trois travées
 En travée :
-Travée de rive (1-2) : l=3.35 m

Qu × l 2 (4.15) × (3,35) 2
Mo= = = 5,82 KN .m
8 8

-Travée de rive (2-3) : l=3.20 m

Qu × l 2 (4.15) × (3,20) 2
Mo= = = 5,31KN .m
8 8

-Travée de rive (3-4) : l=3.25 m

Qu × l 2 (4.15) × (3,25) 2
Mo= = = 5,48 KN .m
8 8

Schéma statique :

Qs= 4,15KN/ml

3,35 3,20 3,25

Fig.III.4.6. Schéma statique de la poutre.

30
Chapitre III : calcul des éléments

3. Calcul des moments en travées Mt :


Après application de la méthode forfaitaire exposée précédemment, on obtient les valeurs des
moments données dans les diagrammes suivants :

0,5Mo 0,5Mo
0,2Mo 0,2Mo

2,91 2,74
1,16
1,10

2,92
3,84
4,07

Fig.III.4.7. Diagramme des moments fléchissan

4. Calcul des efforts tranchants à l’ELS :


L’effort tranchant est donné par les relations suivantes :
q × l i M i +1 − M i q × l i M i +1 − M i
Ts ( i ) = + ; Ts (i + 1) = − +
2 li 2 li
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :

Travées 1-2 2-3 3-4


Tu (i ) (m) 7 ,47 6,59 6,24
Tu ( i + 1) (m) -6,43 -6,69 -7,27

7,47
6,59
6,24

6,43 6,69
7,27

Fig.III.4.7. Diagramme des efforts tranchant a(E.L.S).

31
Chapitre III : calcul des éléments

5. Vérification à l’ELS :
• Etat limite de compression du béton :

σs
σ bc = ≤ σbc = fc28=15Mpa
k1 .

100 × A Ms
ρ1 = ; σs = ; σbc = k .σst
b0 × d β1 .d . A

Avec :
σbc : Contrainte de béton a l’E.L.S.
σbc : Contrainte admissible a l’E.L.S.
ρ 1 : Le rapport de la section d’acier a la section du béton.
A : Section d’armatures tendues.
d : hauteur utile
β 1 et k1 : coefficient en fonction de ρ 1

 Aux appuis :
Ms=2,91KN.m ; A=1,13cm² ; d=18cm ; fc28=25Mpa
100 × A 100 × 1,13
ρ1 = = = 0.523
b0 × d 12 × 18
ρ 1 = 0.523  β 1 = 0.891
k1 = 30,87
Ms 2,91 × 10 3
σs = = = 160,57 Mpa
β1 .d . A 0,891 × 18 × 1,13
σ 160,57
σ bc = s = = 5,20Mpa
k1 . 30,87
σ bc = 5,20 Mpa < σbc =15Mpa (condition vérifiée)

 En travée :
Ms=4,07KN.m ; A=1,51cm²
100 × A 100 × 1,51
ρ= = = 0.129
b0 × d 65 × 18
ρ = 0.129  β 1 = 0.940
k1 = 68,33
Ms 4,07 × 10 3
σs = = = 159,30Mpa
β1 .d . A 0,940 × 18 × 1,51
σ 159,30
σ bc = s = = 2,33Mpa
k1 . 68,33
σ bc = 2,33Mpa < σbc =15Mpa (condition vérifiée)

32
Chapitre III : calcul des éléments

• Etat limite de déformation :


On vérifie les conditions suivantes :
h 1 20 1
1. ≥ ⇒ = 0.055 〉 = 0.044 (Condition vérifiée)
l 22,5 365 22,5
h Mt 20 5.07
2. ≥ ⇒ = 0.055 〉 = 0.046 (Condition vérifiée)
l 15M 0 365 15(582 )
A 4 .2 2.35 4 .2
3. ≤ ⇒ = 0.010〈 = 0.0105 (condition vérifiée)
b0 .d fe 12 × 18 400

 Puisque les trois conditions sont vérifiées, donc le calcul de la flèche n’est pas nécessair

1HA12

20
1T12
20

3T8

Fig.III.4.. ferraillage du plancher.

33
Chapitre III : calcul des éléments

III.3. Les escaliers :

240cm
c320

320 cm
Fig.III.3.1. Schéma statique de l’escalier.

III.3.1. Pré dimensionnement de l’escalier :


• Volée 02 :
14 cm ≤ h ≤ 18 cm on prend: h = 17 cm.
h : hauteur de contre marche
153
n= =9
17
n : nombre des contres marches
240
g=G= = 30cm
(9 − 1)
G=g : giron
L : longueur de volée.
• Vérification de la loi de BLONDEL :
60cm ≤ g + 2h ≤ 64cm
Il faut vérifier que :
60cm ≤ 64cm ≤ 64cm
30 cm
Alors : h = 17cm
g = 30 cm
17 cm

153
tgα = = α = 32,52 0
240 α=32,52°
H H
sin α = ⇒ l' = = 285cm
l' sin α
=2,85m
• Détermination de l’épaisseur de la paillasse et du palier
 Paillasse :
L L
≤e≤
30 20
L : portée totale de l’escalier L=3,70cm
e : épaisseur de la paillasse
370 370
≤e≤
30 20
12,33 ≤ e ≤ 18,5 On prend e = 14cm.

34
Chapitre III : calcul des éléments

III.3.2. Détermination des charges permanentes et des surcharges d’exploitations :


a)- Charges permanentes :
Pour l’étude de l’escalier on prend une bande de 1m de largeur.
• Paillasse :
25 × 0.14 × 1m
 poids propre de la paillasse = = 4,15KN/ml.
cos 32,52
25 × 0.17 × 1m
 poids des marches = =2,13KN/ml
2
 Poids propre du carrelage = 0.36 KN/ml.
 Poids propre du mortier de pose = 0.44 KN/ml.
 Enduit en mortier =0.44 KN/ml.
 Poids du garde corps =0.60KN/ml.

G= 8,24 KN/ml.
• Palier de repos :
 Poids du palier de repos =25 x 0.14 x 1 = 3,50KN/ml
 Poids propre du carrelage = 0.36 KN/ml.
 Poids propre du mortier de pose = 0.44 KN/ml.
 Enduit en mortier =0.44 KN/ml.

G=4,74 KN/ml.
b)- Surcharges d’exploitations :
Q= 2.5KN/ml. (Usage d’habitation)
III.3.3. Calcul à l’ELU :
a) Combinaison des charges : qu = 1.35G+1.5Q
• Paillasse : qups=1.35(8,24)+1.5(2.5)=14,87KN/ml
• Palier de repos : qupr=1.35(4,74)+1.5(2.5)=10,15KN/ml
b) Calcul des réactions d’appuis :
14,87KN/ml
10,15KN/ml

RA RB

2,40m 1,30m

∑ M / A = 0 ⇒ −3,7 R + (14,87 × 2,4)(1,2) + [10,15 × 1,3 × (0,65 + 2,4)] = 0


B

⇒ RB = 22,45 KN .
∑ M / B = 0 ⇒ 3,7 R − (14,87 × 2,4)(1,2 + 1,3) − [10,15 × 1,3 × 0,65] = 0
A

⇒ RB = 26,43KN .

Donc : RA=26,43 KN ;RB=22,45KN.

35
Chapitre III : calcul des éléments

c) Les efforts internes :

• Tronçon 1 : 0 ≤ x ≤ 2,4 m
- Moments fléchissant : 14,85K N/ml
M ( x ) = −7,74 x ² + 26,43x
Pour : x = 0 ⇒ M (0) = 0
x = 2,4 ⇒ M (2,4) = 20,58 KNm
-Les efforts tranchants : 26,43
T ( x) = −14,87 x + 26,43 x
T ( x) = −14,87 x + 26,43
Pour : x = 0 ⇒ T (0) = 26,43KN
x = 2,4 ⇒ T (2,4) = −9,26 KN

• Tronçon 2 : 0 ≤ x ≤ 1,3 m
- Moments fléchissant : 10,15KN
M ( x ) = −5,07 x ² + 22,45 x
Pour : x = 0 ⇒ M (0) = 0 22,45KN
x = 2,4 ⇒ M (2,4) = 20,58 KNm
-Les efforts tranchants : x
T ( x) = 10,15 x − 22,45
Pour : x = 0 ⇒ T (0) = −20,45 KN
x = 1,3 ⇒ T (1,3) = −9,26 KN

Calcul de moment maximal


T ( x) = 0 ⇒ −14,87 x + 26,4 = 0
 x=1,18m
M (max ) = −7,74(1,18)² + 26,43(1,18)
M (max)=23,47K

36
Chapitre III : calcul des éléments

14,87KN/ml

10,15K

26,43KN 22,45KN

2,40m 1,30m

T(x)KN

26,43

9 ,26
22,43
KKK

0
0

23,47 20,58
KKK

M(x)KNm

Fig.III.3.1. Diagramme des efforts internes.

37
Chapitre III : calcul des éléments

En tenant compte de l’encastrement partiel au niveau des appuis, et on prend les corrections
suivantes :
Appuis : -0.30 Mmax = -0,30 × 23,47 =-7,04 KN.m
Travée : 0.85 Mmax = 0,85 × 23,47 = 19,95 KN.m

7,04 KNm 7,04 KNm

19,95KN.m

d) Calcul des armatures :

♦ Aux appuis :
Ma = -7,04 KN.m
Ma 7,04 × 10 2
µ= 2 = = 0,034 < µ l = 0392
bd f bc 100(12 )2 1,42
C’est une section simplement armée (S.S.A)
β = 0.983
7,04 × 10 2
Aa = = 1,71cm 2
0.983(12 )34,8
On prend Aa = 3T10 = 2,35cm2

Armatures de répartition :(Ar)


Aa 2,35
Ar = = = 0,59cm 2
4 4
On prend Ar = 4T6 = 1,13cm2

♦ En travée :
Mt = 19,95 KN.m
Mt 19,95 × 10 2
µ= 2 = = 0.098 < µ l = 0,392
bd f bc 100(12 )2 1,42
C’est une section simplement armée (S.S.A)
β = 0.948
19,95 × 10 2
Aa = = 5,04cm 2
0.948(12 )34,8
On prend Aa = 5HA12= 5,65 cm2

Armatures de répartition :(Ar)


At 5,56
Ar = = = 1,41cm2
4 4
On prend Ar = 4T8 = 2,01 cm2

38
Chapitre III : calcul des éléments

f)-Vérification :
• Condition de non fragilité :(BAEL 91 /Art 4-2-1)
ft
A≥A min = 0.23bd 28
fe
2 .1
A min = 0.23(100)(12) =1,45cm²
400
2,35 cm² > 1,45 cm² (Condition vérifiée)
5,66 cm² > 1,45 cm² (Condition vérifiée)

• Vérification de l’effort tranchant : (BAEL 91 /Art 5-1-2)


Il faut vérifier que : τ ≤ τ
T max =26,43KN
τ = min 0.2 fc 28 γ ;5MPa  = 3.33MPa
 b 
T max 26,43 × (10) 3
τ= = = 0,22 MPa
bd 1000(120)
0,22 < 3.33 (Condition vérifiée)

• Influence de l’effort tranchant aux appuis :


 Vérification de la contrainte du béton : (BAEL 91 /Art 5-1-313)
Il faut vérifier que : Tu ≤ 0.4 fc ab 0,9
28 γb
25 × 10 −1
Tu (max) = 26,83KN ≤ 0.4 × 0,9 × 100 × 12 = 720 KN
1 .5
Tu = 26,83KN < 720KN (Condition vérifiée)
Il n’y a pas d’influence de l’effort tranchant sur le béton.

• Vérification d’adhérence aux appuis :


Il faut vérifier que : τ S ≤ τ S
τ s = Ψs ft28
Ψ : Coefficient de scellement relatif à une armature
Ψ = 1.5 (acier FeE400) ⇒ τ S =3.15 MPa
Vu
τs =
0.9(d )∑ µi
τ s : Contrainte d’adhérence
τ S : Contrainte limite d’adhérence.
∑ µ i = n π∅ : Somme des périmètres utiles des barres.
n : nombre des barres
∅ : Diamètre d’une barre.
26,43(10) 3
τs = = 2,60MPa
0.9(120)(3)(3,14)(10)
τs < τ S (Condition vérifiée)

39
Chapitre III : calcul des éléments

• Vérification des armatures longitudinales: (B.A.E.L 91 Art 5.1) :


Mu − 7,04 × 10²
Tu + 26,83 +
0,9 × d 0,9 × 12
A = 3,14cm² ≥ = = −1,10cm² (Condition vérifiée)
fe 400 × 10 −1
γs 1,15
• Vérification d’ancrage des barres aux appuis : (BAEL 91 /Art 6-1-21)
Calcul de la longueur de scellement droit des barres verticales :

fe 1,2 × 400 1,2 × 400


Ls = ∅ = = = 42,33cm
4τ se 4(0.6Ψs ² ft 28 ) 4 × 0.6(1.5² )2.1

Ls dépasse la hauteur de la poutre palière, donc il faut prévoir un ancrage avec des crochets :
L’s = 0.4 Ls = 0.4 (42,33) cm= 16.93 cm

III.3.4. Calcul à l’ELS :

a) Combinaison des charges qs= G + Q


• Paillasse : qsps=(8,24) + (2.5)=10,74KN/ml
• Palier de repos : qspr=(4,74) + (2.5)= 7,24 KN/ml

b) Calcul des réactions d’appuis :

10,47 KN/ml
7,24KN/ml

RA
RB
2,40m 1,50m

∑ M / A = 0 ⇒ −( R × 3,7) + [7,24 × 1,30 × (0,65 + 2,40)] + (10,74 × 2,4) × (1,20) = 0


B

⇒ RB = 16,12 KN .

∑ M / B = 0 ⇒ (R × 3,7) − [10,74 × 2,4 × (1,20 + 1,30)] − (7,24 × 1,3) × (0,65) = 0


A

⇒ RA = 19,07 KN

Donc : RA=19,07 KN ;RB=16,12KN.

40
Chapitre III : calcul des éléments

c) Les efforts internes :

• Tronçon 1 : 0 ≤ x ≤ 2,4m
- Moments fléchissant : 10,74KN/ml
M ( x ) = −5,37 x ² + 19,07 x
Pour : x = 0 ⇒ M (0) = 0
x = 2,4 ⇒ M (2,4) = 14,84 KNm
-Les efforts tranchants : 19.07KN x
T ( x) = −10,74 x + 19,07
Pour : x = 0 ⇒ T (0) = 19,07 KN
x = 2,4 ⇒ T (2,4) = −6,71KN

• Tronçon 2 : 0m ≤ x ≤ 1,3m
- Moments fléchissant : 7,24KN/ml
M ( x) = −3,62 x ² + 16,12 x
Pour : x = 0 ⇒ M (0) = 0 16,12KN
x = 1,3 ⇒ M (1,3) = 14,84 KNm
-Les efforts tranchants : x
T ( x) = +7,24 x − 16,12
Pour : x = 0 ⇒ T (0) = −16,12 KN
x = 1,3 ⇒ T (1,3) = −6,71KN

Calcul le moment maximal :


T ( x) = 0 ⇒ −10,74 x + 19,07 = 0
⇒ x= 1,78m

M (1,78) = −5,37(1,78)² + 19,07(1,78)


⇒ M(max) = 16,93KN.m

41
Chapitre III : calcul des éléments

10,74KN/ml
7,24KN/ml

19,07KN 16,12KN
2,40 1,30m

T(x)KN

19,07

6,71
16,12

0
0

14,84

16,93
.
M(x)KNm

Fig.III.3.2. Diagramme des efforts internes.

En tenant compte de l’encastrement partiel au niveau des appuis, et on prend les corrections
suivantes :
Appuis : -0.30 Mmax = -0,30 × 16,93 =-5,08 KN.m
Travée : 0.85 Mmax = 0,85 × 16,93= 14,39 KN.m

5,08 KN.m 5,08 KN.m

14,39 KN.m

42
Chapitre III : calcul des éléments

d) Vérification :
• Etat limite de compression du béton :
Appuis : Aa=2,35 cm² ; Ma = -5,08 KN.m
On doit avoir :
σ bc ≤ σ bc = 0.6 fc 28 = 15MPa
MS
σ bc =
K 1 .β 1 .d . A
100. A 100(2,35)
ρ= = = 0.196
b.d 12(100 )
⇒ K 1 = 54,44
β1 = 0,928
5,08(10) 3
σ bc = = 3,57 MPa
54,44(0,928)(12)(2,35)
Alors :
σ bc < σ bc (Condition vérifiée)

Travée : At=5,65 cm² ; Mt = 14,39 KN.m


100(5,65)
ρ= = 0,471
100.(12)
⇒ K 1 = 33,08
β1 = 0.896
14,39(10) 3
σ bc = = 7,16 MPa
33,08(0.896 )(12 )5,65
σ bc < σ bc (Condition vérifiée)

Alors le calcul des armatures à l’ELS n’est pas nécessaire.

• Etat limite d’ouverture des fissures : (BAEL 91 /Art 6-1-21)


Aucune vérification à effectuer pour l’acier, car l’élément est couvert par conséquent la
fissuration est considéré comme étant non préjudiciable

• Etat limite de déformation :


On peut admettre qu’il n’est pas nécessaire de procéder au calcul de la flèche si les trois
conditions suivantes sont vérifiées :

h 1 14 1
• ≥ ⇒ = 0,037 > = 0.044 (Condition non vérifiée)
l 22,5 370 22,5
h Mt
• ≥
l 15M 0
As 3,6
• ≤
b0 .d fe

43
Chapitre III : calcul des éléments

La première condition n’est pas vérifiée, donc le calcul de la flèche est nécessaire.
Dans le but de faciliter le calcul, on s’intéresse au cas le plus défavorable :
qs max (qsps ; qspr) = max (10,74 ; 7,24)

♦ Calcul de la flèche :
5.q.l L
Fv = ≤ f′=
348.Ev.Ifv 500
Avec :
Fv : flèche due à la déformation de longue durée.
Ev : module de déformation longitudinale différée.
Ev = 37003 fc28 = 10820 MPa
Ifv : module d’inertie de la section homogène avec n 15.
n : coefficient d’équivalence est pris égale à Es/Eh
Ifv = (V13 + V23 ) + 15(V2 − c )². At
b
3
Avec :
S / xx′
V1 = ; V2 = h − V1
B0
S/xx’ : moment statique par rapport à l’axe xx’.

b.h ²
S / xx' = + 15. As.d
2
100(17 )²
S / xx ′ = + 15(2,35)12 = 14873cm 3
2
B0 : section homogène.
B0 = B + n.A = b.h + 15 As = (100x17) + (15x2,35) = 1735,25cm²

14873
V1 = = 8,57cm
1735,25
V2 = 17 − 8,57 = 8,43cm

D’ou : Ifv =
100
3
( )
8,57 3 + 8,433 + 15(8,43 − 2 )² × 2,35 = 43757,37cm 4

5(10,74)10 6 (370)
La flèche est : Fv = = 0,12cm 4
348(10820)(43757,37 )
L 370
f′= = = 0,74cm
500 500
Fv = 0,12 cm < 0,74 cm (Condition vérifiée)

III.4. Calcul de la poutre palière :

La poutre palière est soumise à son poids propre et à la réaction des escaliers. Elle est considère
comme semi- encastrée à ses extrémités dans les deux poteaux.
a) Pré dimensionnement :
La poutre palière la plus sollicitée est celle de l’escalier du RDC
L / 15 ≤ ht ≤ L /10
ht : hauteur de la poutre.
L : la portée de la poutre avec L= 320cm.

44
Chapitre III : calcul des éléments

320 320
D’où: ≤ ht ≤
15 10
⇒ 21,33cm≤ ht ≤ 32 cm
On prend: ht = 30cm.
0.4 ht ≤ b ≤ 0.7 ht.
⇒12 cm≤ b ≤ 21cm.

Le RPA 99 modifié en 2003 exige les conditions suivantes :

ht ≥ 30cm
b ≥ 20 cm ⇒ on prend : ht = 30cm ; b = 20 cm
ht / b < 4

b) Détermination des charges :


- Poids propre Gp : 25 × 0,20 × 0,30 = 1,50 KN/ml
- Poids propre des murs : 2,36×(3,06/2)-0,45)×1 =2,54KN/ml
- Réaction du palier a l’E.L.U : RA = 26,43 KN
- Réaction du palier a l’E.L.S : RA = 19,07 KN

G = 4,01 KN/ml
III.3.4.1. Calcul à l’ELU :
a) Combinaison des charges :
qU = 1,35 (4,05) + 1,5 (26,43/1,20) = 27,49 KN/ml.

b) Les réactions d’appuis :


∑ M / B = 0 ⇒ ( R A × 3,2) −(27,49 × 3,20) × (1,6) = 0
⇒ RA = 43,98 KN
R A = RB = 43,98 KN

27,49KN.ml

43,98N 43,98N

3,20m

c) Les efforts internes : 27,49KN/ml


Tronçon : 0≤ x ≤3,20
• Moment Isostatiques :
q .l ² 3,20²
M0 = U = 27,49 ⇒ M0 = 35,19 KN. x
8 8 43,98N

• Effort tranchant :
l 3,20
TU = QU = 27,49 = 43,98KN
2 2

45
Chapitre III : calcul des éléments

27,49KN/ml

43,98KN 43,98KN

3,20m

Tu

43,98KN

43,98KN

35,19KNm

Mu

Fig.III.3.3. Diagramme des efforts internes à l’ELU.

En tenant compte de l’encastrement partiel au niveau des appuis, et on prend les corrections
suivantes :
Appuis : Ma = -0,3 .M0 = -0,3(35,19) = -10,56 KN.m
Travée : Mt = 0,85 M0 = 0,85 (35,19) = 29,91 KN.m

10,56KN.m 10,56KNm

29,91KN.m

46
Chapitre III : calcul des éléments

d) Calcul du ferraillage :
♦ Aux appuis :
Ma = 10,56 KN.m ; d = h – c = 28 cm
Ma 10,56 × 10 2
µ= = = 0,047 < µl =0,392
bd 2 σ bc 20(28) 1,42
__ 2

C’est une section simplement armée (S.S.A)


β = 0.975
10,56 × 10 2
Aa = = 1,11cm 2
0.975(28)34,8
On prend Aa = 3HA12 = 3,39 cm2

♦ En travée : Mt = 29,91 KN.m


Ma 29,91 × 10 2
µ= = = 0,134 < µl =0392
__
bd σ bc
2 20 (28 ) 2
1, 42
C’est une section simplement armée (S.S.A)
β = 0,928
29,91 × 10 2
AT = = 3,31cm 2
0,928(28)34,8
On prend AT = 3HA14 = 4,62 cm2

e) Calcul des armatures transversales :


- D’après les réglés de B.A.E.L 91(modifier), le diamètre des armatures transversales
d’une poutre est donnée par :
h b
Ø ≤ min ; φl ;
35 10
Avec :
h :la hauteur de la poutre (h=30cm).
b :la largeur de la poutre (b=20cm).
φl :le diamètre maximal des armatures.

300 200
Ø ≤ min ;14; =8,75mm on prend : φ l =8m
35 10

Soit : At= 4HA8=2,01cm² (cadre + étrier)

- Espasment des armatures transversales (B.A.EL 91 Art.5.1.22) :


St≤ min(0,9d ; 40cm) = min (25,2 ; 40)
Soit : St= 25 cm

- Vérification selon RPA (version 2003) :

 Zone nodale :
h 30
St ≤ min ( ; 12Ø) = min ( ; 12(14) ) St = 7 cm
4 4

47
Chapitre III : calcul des éléments

 Zone courante :
h 30
St ≤ = = 15 cm
4 4
St = 15 cm

f) Vérifications :
• Condition de non fragilité :(BAEL 91 /Art 4-2-1)
ft
A≥A min = 0.23bd 28
fe
2 .1
A min = 0.23( 20 )( 28) = 0.68 cm²
400
Aa=3,39cm²> Amin= 0,68cm² (Condition vérifiée)
At=4,62cm²> Amin= 0,68cm² (Condition vérifiée)

• Vérification de l’effort tranchant : (BAEL 91 /Art 5-1-2)


Il faut vérifier que : τ ≤ τ
T max =43,98 KN

τ = min 0.2 fc 28 γ ;5MPa  = 3.33MPa


 b 
3
T max 43,98(10)
τ= = = 0,79 MPa
bd 200 × 280
0,79 MPa < 3.33 MPa (Condition vérifiée)

• L’influence de l’effort tranchant aux appuis :

Il faut vérifier que : Tu ≤ 0.4 fc28 ab avec a=0.9 d


γb
28
0.4(2.5)(0.9)(20) = 336 KN
1 .5
Tu = 43,98 KN < 336KN (Condition vérifiée)
Il n’y a pas d’influence de l’effort tranchant sur le béton.

• Vérification d’adhérence aux appuis :


Il faut vérifier que : τ S ≤ τ S
τ s = Ψs ft28
Ψ : Coefficient de scellement relatif à une armature
Ψ = 1.5 (acier FeE400) ⇒ τ S =3.15 MPa
Vu
τu =
0.9(d )∑ µ i
τ u : Contrainte d’adhérence
τ u : Contrainte limite d’adhérence.
∑ µ i = n π∅ : Somme des périmètres utiles des barres.
n : nombre des barres
∅ : Diamètre d’une barre.

48
Chapitre III : calcul des éléments

43098(10) 3
τu = = 0,99MPa
0.9(280)(4)(3.14)(14)
τu < τ u (Condition vérifiée)

• Vérification d’ancrage des barres : (BAEL 91 /Art 6-1-21)


Calcul de la longueur de scellement droit des barres verticales :
- Aux appuis :
fe 1,2 × 400 1,2 × 400
Ls = ∅ = = = 42,32cm
4τ Se 4(0.6Ψs ² ft 28 ) 4 × 0.6(1.5² )2.1
- En travée :
fe 1,4 × 400 1,4 × 400
Ls = ∅ = = = 49,38cm
4τ Se 4(0.6Ψs ² ft 28 ) 4 × 0.6(1.5² )2.1
On remarque que la longueur de scellement droit dépasse l’épaisseur du poteau, donc on fixera une
longueur d’encrage forfaitaire à 0.4 LS:

L’S = 0.4 LS = 0.4 (42,32) cm= 16,93 cm


L’S = 0.4 LS = 0.4 (49,38) cm= 19,75 cm

On prend L’s = 20 cm

III.3.4.2. Calcul à l’ELS :

a) Combinaison des charges :

qs = 4,05 + 19,07/1,2= 19,94KN/m.l.

b) Les réactions d’appuis :


q × l 19,94 × 3,2
R A = RB = s =
2 2
R A = RB = 31,90 KN
19,94KN/ml

31,90KN 31,90KN
3,20m

c) Les efforts internes :


19,94KN/ml
• Moment Isostatiques :
q .l ² 3²
M0 = U = 20,50 ⇒ M0 = 23,06 KNm.
8 8
• Effort tranchant :
l 3 31,90KN
TU = QU = 20,50 = 30,75 KN X
2 2

49
Chapitre III : calcul des éléments

19,94KN/ml

31,90KN 31,90KN

3,20m

Ts

31,90KN

30,75KN

Ms
25,52KNm

Fig.III.3.4. Diagramme des efforts internes à l’ELS.

En tenant compte de l’encastrement partiel au niveau des appuis, et on prend les corrections
suivantes :
Appuis : Ma = -0,3 .M0 = -0,3 (25,52) = -7,66KN.m
Travée : Mt = 0,85 M0 = 0,85 (25,52) = 11,69KN.m

7,66 KNm 7,66 KNm

11,69 KNm

50
Chapitre III : calcul des éléments

d) Vérification :
• Etat limite de compression du béton :
Aux appuis : Aa= 3,39 cm² ; Ms = 7,66KN.m
On doit avoir :
σ bc ≤ σ bc = 0.6 fc 28 = 15MPa
MS
σ bc =
K 1 .β 1 .d . A
100. A 100(3,39)
ρ= = = 0,605
b.d 20(28)
⇒ K 1 = 36,02; β 1 = 0,902
7,66(10) 3
σ bc = = 2,48MPa
36,02(0,902)(28)(3,39)
Alors :
σ bc < σ bc (Condition vérifiée)
En travée : At=4,62 cm² ; Ms = 21,69 KN.m
On doit avoir :
σ bc ≤ σ bc = 0.6 fc 28 = 15MPa
MS
σ bc =
K 1 .β 1 .d . A
100. At 100(4,62)
ρ= = = 0,825
b.d 25(20 )
⇒ K 1 = 23,61; β 1 = 0,871
21,69(10) 3
σ bc = = 8,15MPa
23,61(0,871)(20)(4,62)
Alors :
σ bc < σ bc (Condition vérifiée)
Alors le calcul des armatures à l’ELS n’est pas nécessaire.
• Etat limite d’ouverture des fissures : (BAEL 91 /Art 6-1-21)
Aucune vérification à effectuer pour l’acier, car l’élément est couvert par conséquent la
fissuration est considérée comme étant non préjudiciable.

• Etat limite de déformation :


On peut admettre qu’il n’est pas nécessaire de procéder au calcul de la flèche si les trois
conditions suivantes sont vérifiées :

h 1 30 1
a. ≥ ⇒ = 0,093 > = 0.04 (Condition vérifiée)
l 22,5 320 22,5
h Mt 30 21,69
b. ≥ ⇒ = 0,093 > = 0,057 (Condition vérifiée)
l 15M 0 320 15(25,52 )
As 3,6 462
c. ≤ ⇒ = 0.008 <0.009 (Condition vérifiée)
b.d fe 200.(280)
Conclusion :
Les trois conditions sont vérifiées, donc le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

51
Chapitre III : calcul des éléments

III.5. Calcul des balcons :


III.5.1. Introduction :
Le balcon se calcule comme une console encastrée dans le plancher ; soumise à des charges
permanentes dues à son poids propre « G », au poids propre du garde corps et à une charge
d’exploitation horizontale « p » due à la main courante qui engendre un moment « Mp » dans la
section d’encastrement.
Le calcul de ferraillage se fera pour une bande de 1 m dont la section est soumise à la flexion
composée.
l 120
L’épaisseur : ep ≥ = = 12cm on prend e = 15 cm
10 10

III.5.2. détermination des sollicitations :


a) Charges permanentes :
- Poids propre de la dalle pleine : 25 × (0,15) × 1 =3,75 KN/ml
- Couche de sable (3 cm): =0,36 KN/ml
- Mortier de pose (2 cm) : = 0,44 KN/ml
- Carrelage (2 cm) : =0,44 KN/ml
- Enduit sous plafond (2 cm) : =0,36 KN/ml

G = 5,35 KN/ml
b) Charges d’exploitations :
Qb = 3,50 KN/ml
Surcharge due à la main courante : f = 1,00 KN

c) Charge concentrée : c’est le poids du garde corps


- Poids de la brique = 0,90 KN/ml
- Poids de l’enduit en mortier : 0,44 × 2 = 0,88 KN/ml

Pc = 1,78 KN/ml

III.5.3. Ferraillage du balcon :


-Le ferraillage se fait à l’ELU , et les vérifications se font à l’ELS.
à L’ELU :
a) Combinaison des charges :
qu = 1,35 G + 1,5 Q = 1,35 (5,35) + 1,5 (3,5) = 12,47 KN/ml
Pu = 1,35 (1,78) = 2,4 KN/ml
fu = 1,5 × 1 = 1,5 KN/ml

fu

Qu
Mu
1m

Ty
1,20 m

54
Chapitre III : calcul des éléments

Le moment fléchissant :


qu × l ²
∑ M A = Mu + 2 + Pu × l + fu × 1 = 0

 qu × l ²   (12,47 ) × (1,20 )² 
Mu = − + Pu × l + fu × 1 = − + 2.4 × (1,15) + (1,5) × 1 = −13,36 KN .m
 2   2 
L’effort tranchant au niveau de l’encastrement :
Ty = -(qu ×l + Pu) = - (12,47 × 1,20) – 2,4 = -17,36 KN

b) Calcul des efforts internes : fu


De droite à gauche
• 0 ≤ x ≤ 1.20

1m
x² qu
M(x) = - (Pu×x + fu×1+ qu× )
2

= - (2,4 x +1,5+12,47 ) X
2
M (0) = - 1,5 KN.m
M (1,15) = - 13,36KN.m

Ty(x) = Pu + qu× x
= 2, 4 + 12, 47 x
Ty(0) = 2, 4 KN
Ty(1.15) = 17, 36 KN

13,36

1,5

X[m]
M [KN.m]

T[KN]

17,36

2,4

X[m]

Fig .III.2.1. Diagramme des efforts internes.

55
Chapitre III : calcul des éléments

c) Calcul des armatures :


On a Mu = 13,36 KN.m , d = 13 cm, b = 100 cm
Mu 13,36 × 10 2
µ= = = 0,056 < µl =0,392
bd σ
2
__
100 (13 ) 2
1, 42
bc
C’est une section simplement armée (S.S.A)
β = 0,971
Mu 13,36 × 10 2
Au = = = 3,04cm 2
bd .σ St 0,971 × (13) × 34,8
On prend Au = 5 HA 12 = 5,65 cm² ; e = 20 cm

♦ Armatures de répartition : (Ar)


Aa 5,65
Ar = = = 1,41cm 2
4 4
On prend Ar = 5 HA 10 = 3,93 cm2

d) Vérification à l’ELU :
• Condition de non fragilité :(BAEL 91 /Art 4-2-1)
ft 28
A min = 0,23.b.d
fe
2,1
A min = 0,23 × 100 × 13 × = 1,57 cm2
400

Au=5,65 cm2 ≥ Amin =1,57 cm2.  (Condition vérifiée).

• Vérification de l’effort tranchant : (BAEL 91 /Art 5-1-2)


Il faut vérifier que : τ ≤ τ
T max =17,36 KN
τ = min 0,2 fc 28 γ ;5MPa  = 3,33MPa
 b 
T max 17,36 × 10 3
τ= = = 0,13MPa
bd 1000(130)
0,13 MPa < 3,33 MPa (Condition vérifiée)

• L’influence de l’effort tranchant aux appuis :


Il faut vérifier que : Tu ≤ 0,4 fc 28 ab avec : a=0,9 d
γb
100
0,4(2,5)(0,9)(13) = 780 KN
1,5
Tu = 17,36 KN < 780 KN
Il n’y a pas d’influence de l’effort tranchant sur le béton.

56
Chapitre III : calcul des éléments

• Vérification d’adhérence aux appuis :


Il faut vérifier que : τ S ≤ τ S τ s = Ψs ft28
Ψ : Coefficient de scellement relatif à une armature
Ψ = 1,5 (acier FeE40) ⇒ τ S =3,15 MPa
Vu
τs =
0,9(d )∑ µ i
Avec : τ s : Contrainte d’adhérence
τ S : Contrainte limite d’adhérence.
∑ µ i = n π∅ : Somme des périmètres utiles des barres.
= 5 × 12× π = 188,4 mm

n : nombre des barres


∅ : Diamètre d’une barre.
17,36 × (10) 3
τs = = 0,78MPa
0,9 × (130) × (188,4)
τs < τ S (Condition vérifiée)

• Vérification d’ancrage des barres : (BAEL 91 /Art 6-1-21)


Calcul de la longueur de scellement droit des barres verticales :
fe 1,2 × 400 1,2 × 400
Ls = ∅ = = = 42,33m
4τ se 4 × (0,6Ψs ² ft 28 ) 4 × 0,6((1.5)² )2,1
l’s =42,33 x 0,4 = 16,93 cm Il faut prévoir un ancrage avec des crochets.

e) Vérification à l’ELS :
• Combinaison des charges :
qS = G + Q = 5,35 + 3,50 = 8,85 KN/ml
PS = 1,78 KN
fS = 1,00 KN
Le moment :
q × l²
∑ M A = Ms + S 2 + PS × l + f S × 1 = 0

 q × l²   (8,85) × (1,20 )² 
Ms = − S + PS × l + f S × 1 = − + (1,78 × 1,10) + (1 × 1)  = −9,51KN .m
 2   2 
L’effort tranchant au niveau de l’encastrement :
Ty = -qS×l - PS = -(8,85×1,20) – 1,78 = -12,40KN

• Etat limite de compression du béton :


A=5,65 cm² ; Ma = 13,36 KN.m
On doit avoir :

57
Chapitre III : calcul des éléments

σ bc ≤ σ bc = 0,6 fc 28 = 15MPa
Ma
σ bc =
K 1 .β 1 .d . A
100. A 100(5,65)
ρ= = = 0,435
b.d 13(100 )
⇒ K 1 = 34,50; β1 = 0,899
13,36 × (10) 3
σ bc = = 5,86 MPa
34,50(0,899)(13)(5,65)
Alors : σ bc < σ bc (Condition vérifiée)
Alors le calcul des armatures à l’ELS n’est pas nécessaire.

• Etat limite d’ouverture des fissures : (BAEL 91 /Art 6-1-21)


Aucune vérification à effectuer pour l’acier, car l’élément est couvert par conséquent la
fissuration est considérée comme étant non préjudiciable.

• Etat limite de déformation :


On peut admettre qu’il n’est pas nécessaire de procéder au calcul de la flèche si les trois
conditions suivantes sont vérifiées :
h 1 15 1
• ≥ ⇒ = 0,15 > = 0,044 (Condition vérifiée)
l 22,5 100 22,5
h Mt 15 13,36
• ≥ ⇒ = 0,15 > = 0,066 (Condition vérifiée)
l 15M 0 100 15 × (13,36 )
As 3,6 565
• ≤ ⇒ = 0,004 < 0,004 (Condition vérifiée)
b.d fe 1000 × (130)

Alors le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

5HA 10 (e=20)
15 cm

5HA12 (e=20)

120 cm

Fig.III.2.2. Ferraillage du balcon.

58
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

CHAPITRE IV
Calcul des portiques sous
Charges verticales

59
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

IV.1. Introduction :
Le calcul des portiques sous charges verticales sera mené par la méthode d’ALBERT
CAQUOT, les portiques constituant l’ossature seront soumis :
• A leur poids propre.
• Au poids propre des planchers qu’ils supportent
• Aux surcharges transmises par les planchers.
• Au poids des murs.

IV.2. Domaine d’application de la méthode :


La méthode s’applique aux cas des structures suivantes :
• A des poutres continues solidaires ou non des poteaux.
• Aux planchers à surcharges relativement élevées.
• A des éléments de planchers constitués de nervures et de poutres associées à l’ourdis

IV.3. Principe de la méthode :


Cette méthode consiste à calculer le moment sur chaque appui d’une poutre continue en
considérant uniquement les moments en travée qui encadrent l’appui considéré ,et pour calculer les
moments sur appuis d’une poutre continue à plusieurs travées ; on assimile cette dernière à une
succession de poutres à deux travées. Quant aux moments en travées, ils sont déterminés à partir des
moments sur appuis en utilisant les méthodes usuelles de la résistance des matériaux (RDM).

IV.4. Exposé de la méthode :

Fig.IV.1. Coupe transversale représentant les différents paramètres


utiles au calcul.

60
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

Avec :
hn : hauteur libre du poteau au dessus du nœud A.
hS : hauteur libre du poteau au dessous du nœud A.
lw : portée libre de la travée à gauche du nœud A.
le : portée libre de la travée à droite du nœud A.
MW ; Me ; MS ; Mn : moment de continuité agissant dans les sections des nœuds des
appuis.
IW ; Ie ; IS ; In : sont respectivement les moments d’inertie de la travée de gauche ;de la
travée de droite ; du poteau supérieur et du poteau inférieur.

IV.4.1. Détermination des paramètres fictifs :


a) Valeurs des hauteurs fictives « h’ » :
hn' = 0.9 hn : si le nœud considéré à l’avant dernier plancher.
hn' = 0.8 hn : pour les autres planchers.
hS' = 0.8 hS : dans les poteaux encastrés.
hS' = hS : dans les poteaux articulés à leur base.
b) Valeurs des longueurs fictives « l’ » :
lW' = 0.8 lW ; le' = 0.8 le : pour les travées intermédiaires.
lW' = xi −1 lW ; le' = xi −1 le : pour les nœuds voisins du nœud de rive.
Avec :
xi −1 = 0.8 si : Ksi −1 + Kni −1 ≥ 1.5 Kei −1
Ks + Kni −1
xi −1 = 1- i −1 si : Ksi −1 + Kni −1 ≤ 1.5 Kei −1
7.5 Kei −1

IV-4-2 Détermination des rigidités linéaires :


Iw Ie
• Kw = ; Ke =
lw′ le ′
In Is
• Kn = ; Ks =
ln′ ls ′
D = Kw + Ke + Kn + Ks

IV-4-3 Détermination des moments fictifs :


q (lw′)
2

• Mw′ = W
8,5
q e (le′)
2

• Me′ =
8,5
Avec : Pe : charge concentrée sur la travée de droite.
Pw : charge concentrée sur la travée de gauche.
qe : charge uniformément répartie /ml sur la travée de droite.
qw : charge uniformément répartie /ml sur la travée de gauche.

61
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

IV-4-4 Détermination des moments réels (aux nus d’appuis) :

 K  K 
• M W = M W ' 1 − W  + M e '  W 
 D   D 
 K  K 
• M e = M e ' 1 − e  + M W '  e 
 D D
• M S = S (M e '− M W ')
K
D
K
• M n = n (M e '− M W ')
D
Pour les poutres, les faces tendues se trouvent à la partie supérieure (Me et Mw négatifs).
Pour les poteaux la face tendue du tronçon supérieur est du coté correspondant à la plus
grande des valeurs absolues.
IV-4-5 Moments en travée des poutres :
q  x x
Mt = x × ( L − x) − Mw.1 −  − Me
2  L L
L Mw − Me
x= +
2 qL
IV-4-6 Effort tranchant dans les poutres :
qL Mw − Me
Tw = +
2 L
qL Mw − Me
Te = − +
2 L
IV-4-7 Moment a la base des poteaux du RDC :
Le moment d’inflexion MS est nul au niveau I, est situé approximativement à 0.6h à partir de
la base du poteau, à 0.4h à partir du niveau supérieur du plancher de RDC.
Avec : h : hauteur d’étage.

M sup M inf
On a : = ⇔ M inf = 1.5M sup
0 .4 h 0 .6 h
Fig.IV.2. Diagramme des moments fléchissant
dans les poteaux du RDC

62
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

IV-4-8 Efforts normaux dans les poteaux :


Les efforts normaux dans les poteaux seront déduits à partir des efforts tranchants dans les
poutres : N i = Tei − Twi + Gp
N C = N i + N i +1

Avec : Gp : poids propre du poteau.


N i : Effort normal de poteau (i)
N C : Effort normal cumulé

• Calcul des portiques sous charges verticales :

 Charges et surcharges revenant aux différents portiques :


Avant tout calcul aux charges verticales, on doit calculer les charges et surcharges qui
reviennent aux portiques sous l’influence de son poids, du poids des autres éléments et des
surcharges.
Notre étude se fera sur les portiques les plus sollicités, et dans notre cas on a dans le sens
longitudinal le portique (c-c), et dans le sens transversal le portique (2-2).

 Etude des charges revenant au portique longitudinal (c-c) :


a) Charges permanentes (G) :
• Niveau terrasse (inaccessible) :
0,65
Plancher terrasse : × 5,39 =1,752KN/ml
2
Poids de l’acrotère : =1,725KN/ml
Poids des poutres secondaire:0,25x0,35x25 =2,188KN/ml

Gt=5,66 KN/ml
• Niveau d’étage courant :
0,65
Poids du Plancher d’étage courant : × 5,14 =1,671KN/ml
2
Poids des Poutres secondaire : 0,25x0,35x25 =2,188KN/ml
Poids du Murs extérieur : 1,36(3,06-0,35) =6,395KN/ml

Ge=9,94KN/ml

Partie en corps creux :

G = Gp×0.65/2 si la poutre secondaire est parallèle aux poutrelles.

G = Gp×lPS/2 si la poutre secondaire est perpendiculaire aux poutrelles.

63
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

b) Charges d’exploitations (Q) :


• Niveau terrasse (inaccessible) :
0,65
Plancher terrasse : ×1 =0 ,33KN/ml
2
• Niveau d’étage courant :
0,65
Plancher d’étage : × 1,5 =0,49KN/ml
2

 Etude des charges revenant au portique transversal (2-2) :

a) Charges permanentes (G) :


3,65 + 3,50
Lc : Langueur de calcul Lc = = 3,58m
2

• Niveau terrasse (inaccessible) :


Plancher terrasse : 5,39 x 3,58 =19,30KN/ml
Poids des poutres principales:0,25x0,40x25 =2,5KN/ml

Gt=21,80KN/ml
• Niveau d’étage courant :
- Travée (A-B) :
3,65
Poids du Plancher : × 5,14 =9,38KN/ml
2
Poids des Poutres principales : 0,25x0,40x25 =2,5KN/ml
Poids du Murs intérieur : 1,30(3,06-0,40) =3,46KN/ml

Ge=15,34KN/ml
- Travée (B-C) :
Poids du Plancher : 5,14x3,58 =18,40KN/ml
Poids des Poutres principales : 0,25x0,40x25 =2,5KN/ml
Poids du Murs intérieur : 1,30(3,06-0,40) =3,46KN/ml

Ge=24,36KN/ml

b) Charges d’exploitations (Q) :


• Niveau terrasse (inaccessible) :
Plancher terrasse : 1x3,58 =3,58KN/ml
• Niveau d’étage courant :
3,65
- Travée (A-B) : × 1,5 = 2,74KN/ml
2
- Travée (B-C) : 3,58x1,5 =5,37KN/ml

64
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

NIV Nœud Lw Le hn hs lw le ln ls L'w L'e h'n h's kw ke kn ks D

cm cm cm² cm cm
1 0 335 0 271 0 89323 0 67500 0 268 0 216,8 0 333,29 0 311,35 644,64
2 2 335 320 0 271 89323 89323 0 67500 268 256 0 216,8 333,29 348,92 0 311,35 993,56
3 320 325 0 271 89323 89323 0 67500 256 260 0 216,8 348,92 343,55 0 311,35 1003,8
4 325 0 0 271 89323 0 0 67500 260 0 0 216,8 343,55 0 0 311,35 654,9
1 0 335 271 220 0 89323 67500 67500 0 268 243,9 176 0 333,29 276,75 383,52 993,57
RDC 2 335 320 271 220 89323 89323 67500 67500 268 256 243,9 176 333,29 348,92 276,75 383,52 1342,5
3 320 325 271 220 89323 89323 67500 67500 256 260 243,9 176 348,92 343,55 276,75 383,52 1352,7
4 325 0 271 220 89323 0 67500 67500 260 0 243,9 176 343,55 0 276,75 383,52 1003,8

Tableau. IV.1. Caractéristiques géométriques du portique longitudinal (c-c)

65
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

sous Sous
Nœuds G Q
NIV Gw Ge M'w M'e Mw Me Mn Ms Qw Qe M'w M'e Mw Me Mn Ms
1 0 5,66 0 4,78 0 2,3086 0 2,3086 0 0,33 0 0,28 0 0,1352 0 0,1352
I 2 5,66 5,66 4,78 4,36 4,6391 4,5075 0 -0,132 0,33 0,33 0,28 0,25 0,2699 0,2605 0 -0,009
3 5,66 5,66 4,36 4,5 4,4087 4,4521 0 0,0434 0,33 0,33 0,25 0,27 0,257 0,2632 0 0,0062
4 5,66 0 4,5 0 2,1394 0 0 -2,139 0,33 0 0,26 0 0,1236 0 0 -0,124
1 0 9,94 0 8,8 0 5,848 2,4512 3,3968 0 0,49 0 0,41 0 0,2725 0,1142 0,1583
RDC 2 9,94 9,94 8,8 7,66 8,517 7,9563 -0,235 -0,326 0,49 0,49 0,41 0,38 0,4026 0,3878 -0,006 -0,009
3 9,94 9,94 7,66 7,91 7,7245 7,8465 0,0511 0,0709 0,49 0,49 0,38 0,4 0,3852 0,3949 0,0041 0,0057
4 9,94 0 7,91 0 5,2029 0 -2,181 -3,022 0,49 0 0,39 0 0,2565 0 -0,108 -0,149

Tableau. IV.2. Moment aux appuis dans le portique longitudinal (c-c)

66
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

Sous Sous
Niv Travées L(m) G Q
G Mw Me X Mt Tw Te Q Mw Me X Mt Tw Te
(1 2) 3,35 5,66 2,31 4,64 1,79 4,3475 8,785 -10,18 0,33 0,14 0,27 1,67 0,2581 0,5139 -0,592
I (2 3) 3,2 5,66 4,51 4,41 1,61 2,7848 9,0873 -9,025 0,33 0,26 0,25 1,61 0,1674 0,5311 -0,525
(3 4) 3,25 5,66 4,45 2,14 1,75 4,2226 9,9083 -8,487 0,33 0,26 0,12 1,76 0,2485 0,5793 -0,493
RDC (1 2) 3,35 9,94 5,85 8,51 1,75 6,6764 15,855 -17,44 0,49 0,27 0,4 1,75 0,3481 0,7819 -0,86
(2 3) 3,2 9,94 7,95 7,72 1,6 4,8882 15,976 -15,83 0,49 0,38 0,38 1,6 0,2472 0,784 -0,784
(3 4) 3,25 9,94 7,84 5,2 1,71 6,637 16,965 -15,34 0,49 0,39 0,26 1,71 0,3236 0,8363 -0,756

Tableau. IV.3. Moment entravée et effort tranchant de portique longitudinal (c-c)

67
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

Le poids propre du poteau de niveau : Gp = 0,3x0,3x25x2,20 =4,95 KN/m

Sous Sous
Poteaux G Q
Gp Te Tw Ni Nc Gp Te Tw Ni Nc
1 0 -10,18 10,18 10,18 0 -0,59 0,59 0,59
I 2 8,78 -9,02 17,8 17,8 0,51 -0,52 1,03 1,03
3 / 9,09 -8,49 17,58 17,58 / 0,53 -0,49 1,02 1,02
4 9,91 0 9,91 9,91 0,58 0 0,58 0,58
1 0 -17,42 22,37 32,55 0 -0,86 5,81 6,4
RDC 2 4,95 15,88 -15,86 36,69 54,49 4,95 0,78 -0,78 7,33 8,38
3 15,95 -15,34 36,24 53,82 0,78 -0,76 7,31 8,33
4 16,96 0 21,91 31,82 0,84 0 5,79 6,37

Tableau. IV.4. Effort normaux dans le portique longitudinal (c-c)

68
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

Niv Nœuds Lw Le hn hs Iw Ie In Is L'w L'e h'n h's Kw Ke Kn Ks D

A 0 370 0 266 0 133333,33 0 67500 0 296 0 213 0 450,45 0 317,199 767,65


I B 370 370 0 266 133333,33 133333,33 0 67500 296 296 0 213 450,45 450,45 0 317,199 1218,1
C 370 0 0 266 133333,33 0 0 67500 296 0 0 213 450,45 0 0 317,199 767,65
A 0 370 266 215 0 133333,33 67500 67500 0 296 239,4 172 0 450,45 281,95 392,442 1124,85
RDC B 370 370 266 215 133333,33 133333,33 67500 67500 296 296 239,4 172 450,45 450,45 281,95 392,442 1575,3
C 370 0 266 215 133333,33 0 67500 67500 296 0 239,4 172 450,45 0 281,95 392,442 1124,85

Tableau. IV.5. Caractéristiques géométriques du portique transversal (2-2)

69
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

Sous Sous
Niv Nœuds G Q
Q
Gw Ge M'w M'e Mw Me Mn Ms w Qe M'w M'e Mw Me Mn Ms
A 0 21,8 0 22,47 0 9,285 0 9,285 0 3,58 0 3,7 0 1,53 0 1,529
I B 21,8 21,8 22,5 22,47 22,5 22,47 0 0 3,58 3,58 3,7 3,7 3,7 3,7 0 0
C 21,8 0 22,5 0 9,28 0 0 -9,28 3,58 0 3,7 0 1,53 0 0 -1,53
A 0 24,36 0 25,11 0 15,05 6,294 8,76 0 5,37 0 5,53 0 3,32 1,386 1,929
RDC B 24,4 15,34 25,1 15,81 22,5 18,47 -1,66 -2,32 5,37 2,74 5,53 2,82 4,76 3,59 -0,49 -0,68
C 15,3 0 15,8 0 9,48 0 -3,96 -5,52 2,74 0 2,82 0 1,69 0 -0,71 -0,98

Tableau. IV.6. Moment aux appuis dans le portique transversal (2-2)

70
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

Sous Sous
Niv Travées L(m) G Q
G Mw Me X Mt Tw Te Q Mw Me X Mt Tw Te
(A-B) 3,7 21,8 9,28 22,47 2,01 20,56 36,77 -43,9 3,58 1,53 3,7 2,01 3,37 6,04 -7,21

(B-C) 3,7 21,8 22,5 9,28 2,01 21,72 43,89 -36,8 3,58 3,7 1,53 2,01 3,56 7,21 -6,04
I
(A-B) 3,7 24,36 15,1 22,45 1,93 22,69 43,07 -47,1 5,37 3,32 4,76 1,92 5,11 9,55 -10,3
RDC
(B-C) 3,7 15,34 18,5 9,48 2,01 12,47 30,81 -25,9 2,74 3,6 1,69 2,04 2,09 5,59 -4,55

Tableau. IV.7. Moment entravée et effort tranchant de portique transversal (2-2)

71
Chapitre IV : Etude des portiques sous charges verticales

• Le poids propre du poteau de niveau : Gp = 0,3x0,3x25x2,15=4,84KN/m

Sous Sous
Niv Nœuds G Q
Gp Te Tw Ni Nc Gp Te Tw Ni Nc
0 -44 43,89 43,9 0 -7,21 7,21 7,21
A
/ 36,77 -37 73,54 73,5 / 6,04 -6,04 12,08 12,08
I B
43,89 0 43,49 43,5 7,21 0 7,21 7,21
C
0 -47 51,91 95,8 0 -10,3 15,16 22,37
A
4,84 43,07 -26 73,86 147,36 4,84 9,55 -4,55 18,94 31,02
RDC B
30,81 0 35,65 79,1 5,59 0 10,43 17,64
C

Tableau. IV.4. Effort normaux dans le portique transversal (2-2)

72
Chapitre V : Superposition des sollicitations

CHAPITRE V
Superposition des
Sollicitations

79
Chapitre V : Superposition des sollicitations

 Combinaison d’action :
Les combinaisons d’action à considérer dans les cas courants pour la vérification à l’état limite
de résistance et l’état limite de déformation sur la base des règlements sont :
• Selon le RPA 99 :
Le RPA 99 recommande les combinaisons suivantes :
 Pour les poutres : G + Q + E
 Pour les poteaux : G + Q + 1.2 E
0.8 G + E
Avec :
G : charge permanente.
Q : surcharge d’exploitation.
E : action due au séisme.

• Selon le BAEL 91 :
Le BAEL 91 recommande les combinaisons suivantes :
 Etat limite ultime : 1.35 G + 1.5 Q
 Etat limite de service : G + Q

Remarque :
Notre étude se limitera au recommandation du BAEL 91 (calcul sous charges verticales).
Les combinaisons les plus défavorables sont les seules prises en compte pour la détermination du
ferraillage.

niveau travée G+Q 1,35G+1,5Q


Mw Me Mt Mw Me Mt
A-B 10,81 26,17 23,93 14,82 35,88 32,81
I
B-C 26,20 10,81 25,28 35,92 14,82 34,66
A-B 18,42 27,21 27,80 25,36 37,44 39,29
RDC
B-C 22,10 11,17 14,56 30,37 15,33 19,96

Tableau.V.1. Superposition des moments aux appuis et en travées: portique (2-2)

G+Q 1,35G+1,5Q
niveau travée
Tw Te Tw Te
A-B 42,81 -51,11 58,69 -70,08
I
B-C 51,10 -42,84 70,06 -58,74
A-B 52,62 -57,40 72,46 -79,03
RDC
B-C 36,40 -30,45 49,97 -41,79

Tableau.V.2. Superposition des efforts tranchants dans les poutres: portique (2-2)

80
Chapitre V : Superposition des sollicitations

G+Q 1,35G+1,5Q
niveau
poteaux M sup M inf Nc M sup M inf Nc
2A 10,81 08,22 51,11 14,82 11,39 70,08
I 2B 00,00 -02,15 85,58 00,00 -02,98 117,35
2C -10,81 -04,67 50,71 -14,82 -06,41 69,54
2A 10,15 15,23 118,17 13,91 20,87 162,88
RDC 2B -03,00 -03,93 178,02 -04,15 -05,37 224,98
2C -06,50 -09,75 96,74 -08,92 -13,38 133,24

Tableau.V.3.Superposition des moments et efforts normaux dans les poteaux: portique (2-2)

G+Q 1,35G+1,5Q
niveau
poteaux Mw Me Mt Mw Me Mt
1-2 02,45 04,91 04,61 03,29 06,67 06,26
I 2-3 04,77 04,66 02,95 06,48 06,33 04,01
3-4 04,71 02,26 04,71 06,40 03,07 06,07
1-2 06,12 08,91 07,02 08,30 12,09 09,54
RDC 2-3 08,33 08,10 05,14 11,30 10,99 06,97
3-4 08,23 05,46 06,96 11,32 07,41 09,45

Tableau.V.4. Superposition des moments aux appuis et en travées: portique (C-C)

G+Q 1,35G+1,5Q
niveau travées
Tw Te Tw Te
1-2 09,30 -10,77 12,63 -14,63
I 2-3 09,62 -09,55 13,06 -12,97
3-4 10,49 -08,98 14,25 -12,20
1-2 16,64 -18,30 22,58 -24,83
RDC 2-3 16,76 -16,61 22,74 -22,55
3-2 17,80 -16,10 24,16 -21,84

Tableau.V.5. Superposition des efforts tranchants dans les poutres: portique (C-C)

G+Q 1,35G+1,5Q
niveau
poteaux M sup M inf Nc M sup M inf Nc
1 02,45 02,56 10,77 03,33 03,47 14,63
2 -00,14 -00,25 18,83 -00,19 -00,34 25,58
I
3 0,054 0,057 18,60 0,074 0,078 25,26
4 -02,26 -02,29 10,49 -03,07 -03,12 14,25
1 03,56 05,34 38,95 04,83 07,26 53,54
2 -00,34 -00,52 62,87 -00,46 -00,71 86,13
RDC
3 0,075 00,12 62,15 00,10 00,16 85,15
4 -03,17 -04,76 38,19 -04,30 -06,46 52,51

Tableau.V.6. Superposition des moments et efforts normaux dans les poteaux: portique (C-C)

81
Chapitre VI : ferraillage des portiques

CHAPITRE VI
Ferraillage des portiques

82
Chapitre VI : ferraillage des portiques

VI.1. ferraillage des portiques :


1- Ferraillage des poutres :
Le ferraillage des poutres sera déterminé en flexion simple à ELU puis on procèdera à une
vérification à ELS.
Recommandations du RPA 99 :
a) Armatures longitudinales : Art 7.5.2.1.
Le pourcentage minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la poutre est de
0,5% b.h.
- Poutres principales (25x40) : Amin= 0,005x25x40=5,00cm²
- Poutres secondaires (25x35) : Amin =0,005x25x35=4,38cm²

Le pourcentage maximum des aciers longitudinaux est de :


- 4% en zone courante
- 6% en zone de recouvrement
- Poutres principales (25x40) : Amax=0,04x25x40=40cm²
Amax=0,06x25x40=60cm²

- Poutres secondaires (25x35) : Amax=0,04x25x35=35cm²


Amax=0,06x25x35=52,5cm²

La longueur minimale de recouvrement est de :


- 40 φ en zone I et II
- 50 φ en zone III
L'ancrage des armatures longitudinales supérieures et inférieures dans les poteaux de rive et d'angle
doit être effectué conformément avec des crochets à 90°.
Les cadres du nœud disposés comme armatures transversales des poteaux, sont constitués de 2 U
superposés formant un carré ou un rectangle.

b) Armatures transversales : Art 7.5.2.2.


La quantité d'armatures transversales minimales est donnée par :
At= 0.003.st .b
b : base de la poutre.
st : espacement des cadres.
L'espacement maximum entre les armatures transversales est déterminé comme suit :
h 
Dans la zone nodale et en travée si les armatures comprimées sont nécessaires: st = min ;12φ1 
4 
∅1 : le plus petit diamètre utilisé pour les armatures longitudinales.
h
En dehors de la zone nodale: s ≤
2

1.1). Calcul des armatures à l’ELU :


 Armatures longitudinales :
MU 0.85 fc28
µ= ; f bc =
b.d ² f bc θ .γ b
Tel que : γb = 1.15 ; si la combinaison est accidentelle.
γb = 1.5 ; si la combinaison est durable.
θ =1

83
Chapitre VI : ferraillage des portiques

Deux cas se présentent pour µ :


1 cas : µ < µl ⇔ la section est simplement armé.
er

Avec : µl = 0.392 pour les aciers FeE 400


MU
Alors : As =
β .d .σ st
fe
Avec: σst = =348MPa
γS

2eme cas : µ > µl ⇔ la section est doublement armée (A`≠ 0)


Avec : µl = 0.392 pour les aciers FeE 400.
Mf1 σS Mf 2
Alors : As = + AS′ . et AS′ =
β i .d .σ st γS (d − c)σ S
Avec: Mf1 = µl .b.d².σst
Mf2 = Mu - Mf1
σst = 348 MPa; γS = 1.15 ; situation durable.
σst = 400 MPa; γS = 1 ; situation accidentelle.
Application numérique:
 Portique longitudinal (c-c) : h=35cm ;b=25cm ; d=32,5cm

As Amin A adoptée
niveau Mmax µ obs β (cm²) (cm²) choix des barres (cm²)
I 06,67 0,014 SSA 0,993 00,60 04,38 4HA12 04,52
RDC 12,09 0,024 SSA 0,988 01,08 04,38 4HA12 04,52

Tableau VI.1.Ferraillage des poutres longitudinal (c-c) aux appuis

As Amin A adoptée
niveau Mmax µ obs β (cm²) (cm²) choix des barres (cm²)
I 06,26 0,012 SSA 0,994 00,56 04,38 4HA12 04,52
RDC 09,54 0,020 SSA 0,990 00,85 04,38 4HA12 04,52

Tableau VI.2.Ferraillage des poutres longitudinal (c-c) en travées

 Portique transversal (2-2) : h=40cm ; b=25cm ; d=37,5cm

As Amin A adoptée
niveau Mmax µ obs β (cm²) (cm²) choix des barres (cm²)
I 35,92 0,056 SSA 0,971 02,83 5 4HA14 06,15
RDC 37,44 0,058 SSA 0,970 02,96 5 4HA14 06,15

Tableau VI.3.Ferraillage des poutres transversal (2-2) aux appuis

84
Chapitre VI : ferraillage des portiques

As Amin A adoptée
niveau Mmax µ obs β (cm²) (cm²) choix des barres (cm²)
I 34,66 0,054 SSA 0,972 02,73 5 4HA14 06,15
RDC 38,29 0,060 SSA 0,969 03,02 5 4HA14 06,15

Tableau VI.4.Ferraillage des poutres transversal (2-2) en travées

1.2). Vérifications à l’ELU :


 Vérification de la condition de non fragilité :
ft
As ≥ A min = 0.23 b.d 28 →
fe

- Poutres principales : Amin=0,23x25x37,5 x (2,1/400) =1,13cm²

- Poutres secondaires : Amin=0,23x25x32,5 x (2,1/400) =0,98cm²

→ La condition est vérifiée.


 Vérification de l’effort tranchant : (BAEL91.artA.5.1)
Les poutres soumises à des efforts tranchants sont justifiées vis-à-vis de l’état ultime, cette
justification est conduite à partir de la contrainte tangente « τ u », prise conventionnellement
égal à :
max
Tu
τu = Tu
max
: Effort tranchant max à l’ELU
b×d
79,03 × 10
- Poutres principales : τ u = = 0,84 MPa
25 × 37,5

24,83 × 10
- Poutres secondaires : τ u = = 0,31MPa
25 × 32,5
a) Etat limite ultime du béton de l’âme : (BAEL 91.art A.5.1.21)
Dans le cas ou la fissuration est peut nuisible la contrainte doit vérifier :

 0,2 × f c 28   0,2 × 25 
τ u ≤ min ,5MPa  = min = 3,33;5MPa  =3,33MPa
 γb   1,5 
- Poutres principales : τ u = 0,84 MPa < 3,33MPa…………condition vérifiée.
- Poutres secondaires : τ u = 0,31MPa < 3,33 MPa………..condition vérifiée.
b) Influence de l’effort tranchant sur les armatures longitudinales :
(BAEL 91.art A.5.1.32)
Mu
Lorsqu’au droit d’un appui Tu − > 0 ,on doit prolonger au-delà de l’appareil de
0,9 × d
Mu
l’appui , une section d’armatures pour équilibrer un moment égal à Tu −
0,9 × d
1,15  Mu 
D’où As ≥ Vu − 
fe  0,9 × d 

85
Chapitre VI : ferraillage des portiques

37,44
- Poutres principales : 79,03 − = −31,90 < 0
0,9 × 0,375
12,09
- Poutres secondaires : 24,83 − = −16,50 < 0
0,9 × 0,325
Les armatures supplémentaires ne sont pas nécessaires.

c) Influence de l’effort tranchant sur le béton au niveau des appuis :


(BAEL 91.art A.5.1.32)

0,9 × d × b × f c 28
≤ Tu = 0,4 ×
max
Tu
γb
0,9 × 37,5 × 25 × 2,5
= 79,03KN ≤ Tu = 0,4 × = 562,5 KN
max
- Poutres principales : Tu
1,5
0,9 × 32,5 × 25 × 2,5
= 24,83KN ≤ Tu = 0,4 × = 487,5 KN
max
- Poutres secondaires : Tu
1,5
→ Condition vérifiée .

d) Vérification d’adhérence et de l’entraînement des barres : (BAEL 91/ art A.6.1.3.)


Pour assurer que les barres sont bien encrées, il y’a lieu de vérifier que :
τ se ≤ τ se = ψ s ft 28 = 1,5 × 2,1 = 3,15MPa
ψs : coefficient de scellement relatif à une armature
max
Tu
τ se =
0.9 × d × ∑ µ .i
- Poutres principales : ∑U i = nπφ = 4 × 3,14 × 1,4 = 17,584cm
79,03
τ se = × 10 = 1,33MPa < τ se
0,9 × 37,5 × 17,58
- Poutres secondaires : ∑ U i = nπφ = 4 × 3,14 × 1,2 = 15,07cm
24,83
τ se = × 10 = 0,56 MPa < τ se
0,9 × 32,5 × 15,07
→ Condition vérifiée.

e) Calcul de longueur de scellement droit des barres :


φ. f e
ls = avec τ su = 0,6 ×ψ s ² × f t 28 = 2,835MPa
4 ×τ u
φ14 : ls = 49,38cm
φ12 : ls = 42,33cm
Pour l’encrage des barres rectilignes terminées par un crochet normal, la longueur de la
partie encrée mesurée hors crochet est au moins égal à « 0,4 ls »pour barres à haute adhérence.
φ14 : ls = 19,75cm
φ12 : ls = 16,93cm

86
Chapitre VI : ferraillage des portiques

 Armatures transversales :
La section minimale des armatures transversales est de ( At = 0,003 × S t × b )
h 
Avec : Zone nodale : S t = min ;12φl  = min (10cm;14,4cm ) ⇒ S t = 10cm
4 
h 40
Zone courante : S t = = = 20cm ⇒ S t = 20cm
2 2
D’où : At = 0,003 × 20 × 25 = 1,5cm² Soit : 4T8 = 2,01cm²
1.3). Vérification à l’ELS :
2  2 
σ s ≤ σ s = min  f e ;110 η . f t 28  = min  × 400;110 1,6 × 2,1
3  3 
= min[226,67;201,63] = 201,63MPa
MS
σs =
β1 dAS

100 × As
ρ1 = → β1
bd
α 1 = 3(1 − β1 )

α1
K=
15(1 − α 1 )
σ bc= K × σ S
σbc : contrainte maximale dans le béton comprimé.
σbc : contrainte admissible.
σs : contrainte maximale dans l’acier tendu.
βl : coefficient donné par le tableau.

Asu
niveau Msmax (cm²) ρ1 β1 α1 K σs σbc σbc obs
I 04,91 04,52 0,556 0,889 0,333 0,033 37,60 01,24 15 vérifiée
RDC 08,91 04,52 0,556 0,889 0,333 0,033 68,23 02,25 15 vérifiée

Tableau VI.5.Vérification de ferraillage des poutres longitudinales (c-c) aux appuis

Asu
niveau Msmax (cm²) ρ1 β1 α1 K σs σbc σbc obs
I 04,71 04,52 0,556 0,889 0,333 0,033 36,07 01,20 15 vérifiée
RDC 07,02 04,52 0,556 0,889 0,333 0,033 53,75 01,77 15 vérifiée

Tableau VI.6.Vérification de ferraillage des poutres longitudinales (c-c) en travées

87
Chapitre VI : ferraillage des portiques

Asu
niveau Msmax (cm²) ρ1 β1 α1
K σ s σbc σbc obs
I 26,20 06,15 0,656 0,881 0,357 0,037 128,95 04,77 15 vérifiée
RDC 27,21 06,15 0,656 0,881 0,357 0,037 133,92 04,96 15 vérifiée

Tableau VI.7.Vérification de ferraillage des poutres transversales (2-2) aux appuis

Asu
niveau Msmax (cm²) ρ1 β1 α1
K σ s σbc σbc obs
I 25,28 06,15 0,656 0,881 0,357 0,037 124,42 04,60 15 vérifiée
RDC 27,80 06,15 0,656 0,881 0,357 0,037 136,71 05,06 15 vérifiée

Tableau VI.8.Vérification de ferraillage des poutres transversales (2-2) en travées

f) Etat limite de déformation :(BAEL91/99art .6.5.1)


D’après le BAEL 91, il indispensable de procéder à la vérification de la flèche si les trois
conditions suivantes ne sont pas vérifiées :
h 1 40
 ≥ ⇒ = 0,11 >0 ,0625--------------------------------------(1)
L 16 370
h Mt 40 27,8
 ≥ ⇒ = 0,11 > = 0,09 ---------------------(2)
L 10.M 0 370 10 × 30,94
As 4,2 6,15 4,2
 ≤ ⇒ = 6,65 × 10 −3 < = 1,05 × 10 − 2 ---------(3)
b.d fe 25 × 37,5 400

Avec : M 0 =
(G + Q ).L² = (15,34 + 2,74) × 3,70² = 30,94 KN .m
8 8
M t = 27,80 KN .m
Mt : moment maximal en travée.
M0 : moment isostatique max.
Toutes les conditions sont vérifiées, donc il n’y a pas lieu de calculer la flèche.

88
Chapitre VI : ferraillage des portiques

2. ferraillage des poteaux :


Les poteaux seront calculés en flexion composée à l’ELU dans deux sens, puis vérifiées à
l’ELS en tenant compte des trois types de sollicitation suivante :
• Effort normal maximal et le moment correspondant.
• Effort normal minimal et le moment correspondant.
• Moment maximal et l’effort correspondant.
Recommandation de RPA :
Les armatures longitudinales doivent être :
- En haute adhérence (HA), droites et sans crochets.
- Le diamètre minimal de 12mm.
- La longueur minimale de recouvrement est de 40Ø.
- La distance entre les barres verticales dans une face du poteau ne doit pas dépasser
25cm.
- Le pourcentage minimal d’acier est de 0,8% de la section du béton.

2.1) Détermination des armatures longitudinal à l’ELU :


- Section partiellement comprimé :
> (0,5 × h − c ) et si l’effort normal est un effort de compression et que la
M
Si e =
N
condition suivante soit vérifiée : N (d − c ) − M f ≤ (0;337 × h − 0,81 × c ) × b × h × f bc
Avec : M f = M + N (0,5 × h − c )
Pour calculer la section d’armatures ; on suppose que la section soumise à la flexion
simple ; avec ( M f ) le moment par rapport au centre de gravité des armatures inférieures.
Les sections d’armatures sont calculées par les étapes suivantes :
Mf
µ=
b × d ² × f bc
Si : µ > µ l = 0,392 → (section doublement armée)
M f1 σ 's
M f 1 = µ1 × b × d ² × f bc → A = + A'×
β × d ×σ s σs
M f1
M f 2 = M f − M f 1 → A' =
(d − c)σ s
Si : µ < µ l = 0,392 → (section simplement armée)
Mf N
Af = ; A = Af −
β × d ×σ s σs
h 
Avec : M f = M + N ×  − c 
2 
N
D’où : A = A f −
σS
- Section entièrement ou pareillement comprimée :
< (0,5 × h − c )
M
Ce cas présente lorsque : e =
N
N × (d − c ) − M f > (0;337 × h − 0,81 × c ) × b × h × f bc

90
Chapitre VI : ferraillage des portiques

Avec : X = N × (d − c ) − M f
Y = (0;337 × h − 0,81 × c ) × b × h × f bc
Si : X > Y ⇒ Section pareillement comprimée.
Si : X < Y ⇒ Section entièrement comprimée.

 Sens longitudinal :
a) Détermination de la nature de la section :

N M (h/2)-c Mf
niveau niveau sollicitation e (m) X Y nature
(KN) (KN.m) (m) (KN.m)
M max − N cor 14,63 03,47 0,237 0,125 05,30 - - SPC
I 30x30 N max − M cor 25,58 00,34 0,013 0,125 03,54 103,33 11,75 SPC
N min − M cor 14,25 03,07 0,215 0,125 14,63 - - SPC
M max − N cor 53,54 07,26 0,136 0,125 13,95 - - SPC
RDC 30x30 N max − M cor 86,13 00,71 0,008 0,125 11,48 103,33 10,05 SPC
N min − M cor 52,51 04,30 0,082 0,125 10,86 103,33 02,27 SPC

b) Ferraillage des poteaux :

choix
Af A As(cm2)
niveau section µ β des
(cm2 (cm2 adoptée
barres
0,016 0,992 00,56 00,14 3T12 3,39
I 30x30 0,010 0,995 00,37 00,37 3T12 3,39
0,046 0,976 01,57 01,16 3T12 3,39
0,044 0,978 01,49 00,05 3T12 3,39
RDC 30x30 0,036 0,982 01,22 01,26 3T12 3,39
0,034 0,983 01,15 00,36 3T12 3,39

 Sens transversal :
a) Détermination de la nature de la section :

N M (h/2)-c Mf
niveau niveau sollicitation e (m) X Y nature
(KN) (KN.m) (m) (KN.m)
M max − N cor 70,08 14,82 0,211 0,125 23,58 - - SPC
I 30x30 N max − M cor 117,35 02,98 0,025 0,125 17,65 103,33 11,69 SPC
N min − M cor 69,54 06,41 0,092 0,125 15,10 103,33 02,29 SPC
M max − N cor 162,88 20,87 0,128 0,125 41,23 - - SPC
RDC 30x30 N max − M cor 244,98 05,37 0,021 0,125 35,99 103,33 25,26 SPC
N min − M cor 133,24 08,92 0,066 0,125 25,58 103,33 07,73 SPC

91
Chapitre VI : ferraillage des portiques

b) Ferraillage des poteaux :

choix
Af A As(cm2)
niveau section µ β des
(cm2 (cm2 adoptée
barres
0,073 0,962 02,56 00,55 3T12 3,39
I 30x30 0,054 0,972 01,89 01,48 3T12 3,39
0,046 0,976 01,62 00,38 3T12 3,39
0,128 0,931 04,62 00,06 3T12 3,39
RDC 30x30 0,112 0,940 04,03 03,01 3T12 3,39
0,080 0,958 02,79 01,04 3T12 3,39

2.2) Armatures transversales :


a) Diamètre des aciers :
φ 12
φt ≥ l = = 4mm soit φt = 6mm
3 3
b) Espacement des aciers :
- Zone nodal : S t ≤ (10φl ;15) ⇒ S t ≤ (12;15)
On prend : S t = 10cm
- Zone courante : S t ≤ 15φl = 15 × 1,2 = 18cm
On prend : S t = 15cm
c) Longueur de recouvrement :
Lr ≥ 40φ ⇒ Lr = 40 × 1,0 = 40cm Pour les barres T10
Lr ≥ 40φ ⇒ Lr = 40 × 1,2 = 48cm Pour les barres T12

2.3) Vérification à l’ELS :

Sens longitudinal Sens transversal


Ns Ms eu h/6 Ns Ms eu h/6
NIV obs obs
(KN) (KN.m) (cm) (cm) (KN) (KN.m) (cm) (cm)
I 18,83 00,25 01,33 05 SEC 85,58 02,15 02,51 05 SEC
RDC 62,87 00,52 00,83 05 SEC 178,02 03,93 02,21 05 SEC

2.4) Vérification des contraintes :


N max = 178,02 KN M cor = 3,93KN .m

B0 = b × h + 15( A + A') = 30 × 30 + 15(3,39 + 3,39 ) = 1001,7cm²

b × h² Ad + A' c'
V1 = + 15 et V2 = h − V1
2 B0 B0
30 × 30² 3,39 × 27,5 + 3,39 × 2,5
V1 = + 15 = 15cm
2 × 1001,7 1001,7

92
Chapitre VI : ferraillage des portiques

V2 = 30 − 15 = 15cm

I ZZ ' = (
b 3
3
3
)
V1 + V2 + 15[A' (V1 − d )² + A(V2 − c')² ]

I ZZ ' = (
30 3
3
)
15 + 15 3 + 15[3,39(15 − 27,5)² + 3,39(15 − 2,5)² ]

I ZZ ' = 83390,625cm 4

N 178,02 × 10
σs = = = 0,017 MPa
100 × B0 100 × 1001,7

M 3,39 × 10²
K= = = 0,0047 KN / cm 3
I ZZ ' 83390,625

σ b1 = σ b 2 = σ s + KV1 = 0,0017 + 0,0047 × 15 = 0,0722 KN / cm²


= 0,722 MPa

σ b1 = σ b 2 = 0,722MPa < σ bc = 15MPa

→ Conditions vérifiées .

93
ChapitreVII : Etude de l’infrastructure

CHAPITRE VII
Etude de l’infrastructure

95
ChapitreVII : Etude de l’infrastructure

VII.1. Introduction :
Les fondations sont la partie de l’ouvrage permettant la transmission et la répartition des
efforts de la superstructure dans le sol.
Le calcul sera fait pour la sollicitation la plus défavorable transmise par le poteau le plus sollicité.
Notre construction sera implantée sur un sol de nature meuble ou la contrainte admissible a
été évaluée à 0,15MPa.

VII.2.Etude des fondations :


Sollicitations G+Q 1,35G+1,5Q
N 85,58 117,35
Mcor 2,15 2,98

Le choix de type de fondation à réaliser doit être justifié par deux critères :
- Stabilité totale de l’ouvrage.
- L’économie dans la réalisation.
- En premier lieu, on orientera notre choix sur les semelles isolées.
Le choix définitif de ce type de fondations sera retenu dans le cas où :
Surface de la semelle < 50%
Surface du bâtiment
λmin < 80% avec λmin : entre deux semelles successives.

a) Dimensionnement :
Le dimensionnement sera effectué à l’ES; suivant la semelle la plus sollicité (B-2).
a A 30
k= = = =1⇒ A = B× K
b B 30
Ns N N Ns
σs = ≤ σ s ⇒ A × B ≥ s ⇒ KB ² ≥ s ⇒ B ≥
A× B σs σS K ×σ s
85,58
⇒B≥ = 75,53cm
0,015

On prend : A=B=100cm

- La section totale des semelles St : (1,00x1,00 x12) = 12m²


50% S T =50%(8,30x 11,00)=45,65m² → condition vérifiée.

- Sens longitudinal :
λmin = Lmin − 1,00 = 3,50 − 1,00 = 2,50m > 0,80m

- Sens transversal :
λmin = Lmin − 1,00 = 4,00 − 1,00 = 3,00m > 0,80m

→ Condition vérifiée.

96
ChapitreVII : Etude de l’infrastructure

Puisque toutes les conditions concernant l’adoption des semelles isolées sont satisfaites, on opte
pour ce type de semelles avec les dimensions calculées.

b) Hauteur de la semelle :
A fin d’éviter la vérification à l’effort tranchant on doit avoir :
A − a 100 − 30
h≥ = = 17,5cm
4 4
On prend h=20cm ; d=15cm

c) Vérification des contraintes :


- Excentricité :
M 2,15 × 10²
es = s = = 2,51cm
Ns 85,58
A 100
= = 16,67cm
6 6
A
es < ⇒ 2,51cm < 16,67cm
6
D’où : N appartient au noyau central ⇒ le diagramme des contraintes est trapézoïdale.
- On doit vérifier que : σ 3 ≤ σ s
4

(3σ max + σ min)


σ3 =
4
4
Ns e
σ (max, min) = ( ) × (1 ±6 o )
A× B A

85,58 × 10 3 2,51 × 10
σ (max, min) = ( ) × (1 ± 6 × )
1,00 × 1,00 × 10 6
1,00 × 10 3
σ max = 0,098MPa

σ min =0,073MPa

(3 × 0,098 + 0,073)
Donc : σ 3 = = 0,092MPa
4
4
σ 3 = 0,092MPa < σ s = 0,15MPa → Condition vérifiée.
4

 3e   N 
- On doit vérifier que : A² ≥ 1 + o  ×  s 
 A  σs 
 3 × 0,0251  85,58 × 10 3 
(1,00)² ≥ 1 + ×  = 0,61m²
 1,00   0,15 × 10 6 

1,00 m² > 0,61m² → Condition vérifiée.

d) Calcul des armatures :


Le calcul des armatures sera effectué à l’ELU.

97
ChapitreVII : Etude de l’infrastructure

Etape de calcul :
1er Cas : eo ≤ A ⇒ on utilisera la méthode des bielles dans les deux directions de calcul.
18
2 eme Cas : A ≤ eo ≤ A ⇒ dans la direction ou agit le moment on utilise la méthode des consoles ;
18 6
et dans l’autre direction on utilise la méthode des bielles.
3eme Cas : eo ≥ A ⇒ on utilisera la méthode des consoles dans les deux sens de calcul.
6
A 100
On a : = = 16,67cm
6 6
A 100
= = 5,56cm
18 18
M 2,98 × 10²
eu = u = = 2,54cm
Nu 117,35
A
On eu = 2,54cm < = 5,56cm d’où :
18
On utilise la méthode des bielles dans les deux directions de calcul.
Les armatures parallèles à A et à B sont donnés par :
N ( A − a)
A// a = A// b = u
8× d ×σ s
117,35 × (100 − 30)
A// a = A// b = = 1,97cm²
8 × 15 × 34,8
On adopte : 6T12 = 6,78cm²

e) Calcul de débord libre :

e ≥ max[15cm; (6φ + 6cm )] = [15cm;13,2cm]


On adopte : e=15cm
f) Calcul de la longueur de scellement :
φ × fe 1,2 × 400
Ls = = = 42,33cm
4 × 0,6 ×ψ s × f t 28 4 × (1,5) × 2,1
2 2

g) Condition pour les crochets :


A 100
= = 25cm
4 4
A
Ls > ; Toutes les barres seront protégées jusqu’aux extrémités de la semelle et comportant des
4
crochets.

98
ChapitreVII : Etude de l’infrastructure

VII.3.Etude des longrines :


RPA 99 art 10.1.1 :
a) Les points d’appuis d’un même bloc de fondation doivent être solidarisé par un réseau
bidirectionnel de longrines où tout dispositif équivalent tendant à s’opposer au déplacement
relatif de ses points d’appuis dans le plan horizontal.
b) Les dimensions minimales de la section transversale des longrines sont :
(30x30) cm² pour les sites de catégorie S 4 ayant une forte teneur en eau.
Les longrines ou les dispositifs équivalents doivent être calculé pour résister à la traction
sous l’action d’une force égal à :
N
F = ≥ 20 KN
α
Avec : N : égal à la valeur maximal des charges verticales de gravité apportées par les
points d’appuis solidarisées.

α : Coefficient de la zone sismique et de la catégorie du site considéré.


En zone IIa pour le site S 4 α = 10

 Ferraillage des longrines :


a) Armatures longitudinales :
N max = 224,98 KN
224,98
F= = 22,498 KN ≥ 20 KN
10
F 22,498
A= = = 0,65cm²
σs 34,8
0,6 × 30 × 30
Amin ≥ 0,6 % × b × h ⇒ Amin = = 5,40cm²
100
Soit : A = 4HA14 = 6,15cm²
b) Armatures transversales :

 h b  30 30 
φt ≤ min ; φl ;  ⇒ φt ≤ min ;1,4;  = 0,86cm
 35 10   35 10 
Soit : φt = 8mm
c) Espacement : RPA99/03
S t ≤ min (20cm;15φl ) ⇒ S t ≤ min (20cm;21cm )
On prend S t = 15cm

99
CONCLUSION
Ce mini projet est la première expérience qui nous a permis de mettre en
application les connaissances acquises lors de notre formation.
Nous somme arrivé à conclure que l’étude des ouvrages se fait en fonction de leur
destination à l’exploitation tout en tenant compte de différents paramètres pour
lesquels ils sont conçus à savoir la sécurité (résistance, durabilité, stabilité) et
l’économie.
Notre profond souhait est que ce travail apportera un plus pour les promotions à
venir.

BIBLIOGRAPHIE
Règlement parasismique algériens (RPA 99 modifiée en 2003).
Calcul des ouvrages en béton armé suivant les règles BAEL 91.
Charge permanente et surcharge d’exploitation (DTR BC 22).
Les thèses des promotions précédentes.
Les cours universitaires.

Vous aimerez peut-être aussi