Vous êtes sur la page 1sur 74

UNIVERSITÉ D’ANTANANARIVO

DOMAINE : SCIENCES ET TECHNOLOGIE

MENTION : PROCEDÉS ET ECOLOGIE INDUSTRIELLE (P.E.I)

PARCOURS : PHYSICO-CHIMIE DES MÉLANGES COMPLEXES

MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES POUR L’OBTENTION


DE DIPLÔME DE MASTER II

CONTRIBUTION À L’ÉTUDE D’UN POINT


AZÉOTROPE D’UN MELANGE LIQUIDE RÉEL
(TOAKA-GASY)

Présenté le 22 décembre 2018 par :

Monsieur SITRAKINIAINA Manou Hasinavalona

Devant le jury composé de :

Président du jury : Mr RAKOTOARIMANGA Jeannot Victor

Professeur Titulaire

Encadreur : Mr RAJERISON Wilson Adolphe

Professeur Titulaire

Examinateurs : Mr RAFENOMANANTSOA ALPHONSE

Professeur Titulaire Emérite

Mme LANTOVOLOLONA Jeanne Roger Eliane

Maître de Conférences

Année Universitaire : 2016-2017


REMERCIEMENTS

En préambule de ce mémoire, je remercie Dieu tout puissant qui nous aide et nous donne la

patience et le courage durant ces longues années d’études.

Je souhaite adresser mes remerciements les plus sincères aux personnes qui m’ont apporté

leur aide et qui ont contribué à l’élaboration de ce mémoire, ainsi qu’à la réussite de cette

formidable année universitaire.

Mes remerciements vont tout d’abord au corps professoral et administratif de la Faculté des

Sciences (mention : Procédé et Écologie Industrielle) pour la richesse et la qualité de leurs

enseignements, et qui déploient de grands efforts pour assurer à leurs étudiants une formation

de haut niveau.

Je tiens à remercier sincèrement à Mr RAJERISON Wilson Adolphe, professeur Titulaire

Emérite à la Faculté des sciences Université d’Antananarivo, qui, en tant que encadreur,

s’est toujours montré à l’écoute et très disponible tout au long de la réalisation de ce

mémoire, ainsi pour l’inspiration, l’aide et le temps qu’il a bien voulu me consacrer. Sans lui,

ce mémoire n’aurait jamais vu le jour.

J’exprime mes profonds remerciements à Mr RAKOTOARIMANGA Jeannot Victor,

professeur Titulaire à la Faculté des sciences, Université d’Antananarivo pour avoir bien

voulu accepter de présider le jury de ce mémoire.

J’adresse mes sincères remerciements à Mr RAFENOMANANTSOA Alphonse, professeur

Titulaire Emérite à la Faculté des sciences, Université d’Antananarivo pour avoir bien voulu

examiner ce travail.

Je tiens aussi à exprimer mes vifs remerciements à Mme LANTOVOLOLONA Jeanne Roger

Eliane, Maître de conférences à la Faculté des sciences, Université d’Antananarivo et

I
Responsable du parcours Physico-chimie des Mélanges Complexes pour accepter d’évaluer

ce mémoire.

Je n’oublie pas mes parents pour leur encouragement, leur contribution, leur soutien et leur

patience. Enfin, je voudrais exprimer ma reconnaissance envers tous mes proches et amis, qui

m’ont toujours encouragé au cours de la réalisation de ce mémoire.

À tous ces intervenants, je présente mes remerciements, mon respect et ma gratitude

II
SOMMAIRE

REMERCIEMENTS ............................................................................................I

LISTE DES ABRÉVIATIONS ........................................................................ VI

LISTE DES FIGURES...................................................................................VIII

LISTE DES TABLEAUX .................................................................................. X

INTRODUCTION ............................................................................................... 1

PREMIÈRE PARTIE :ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE


I.1 HISTORIQUE ................................................................................................................... 2

I.2 DEFINITION .................................................................................................................... 2

I.2.1 Distillation simple....................................................................................................... 2

I.2.2 Distillation fractionnée ............................................................................................... 3

I.2.3 Colonne de distillation ................................................................................................ 3

I.2.3.1 Les différents types de colonnes .......................................................................... 3

I.2.3.1.1 Colonne à plateaux ....................................................................................... 3

I.2.3.1.2 Colonne à garniture ...................................................................................... 4

I.2.3.2 Choix entre plateaux et garnissage....................................................................... 5

I.2.4 Plateaux théoriques .................................................................................................... 6

I.2.5 Nombre de plateaux nécessaires pour la distillation discontinue ............................... 6

I.2.6 Mélange azéotropique ................................................................................................. 6

I.2.7 Pression partielle ......................................................................................................... 7

I.2.8 Tension de vapeur ou pression de vapeur saturante .................................................. 7

I.2.9 Solution liquide idéale ............................................................................................... 7

I.2.10 Solution liquide réelle ............................................................................................... 9

I.2.11 Volatilité relative (A vis-à-vis de B) ...................................................................... 13

I.3 TYPES DE DISTILLATION .......................................................................................... 13

I.3.1 Distillation discontinue ............................................................................................ 13

III
I.3.2 Distillation continue ................................................................................................. 14

I.3.3 Distillation sous vide ................................................................................................ 14

I.4 THERMODYNAMIQUE DE LA DISTILLATION ..................................................... 16

I.4.1 Principe de construction expérimentale d’un diagramme isobare « liquide-vapeur »


........................................................................................................................................... 16

I.4.1.1 Courbe d’analyse thermique de chauffage ......................................................... 16

I.4.1.2 construction d’un diagramme isobare ................................................................ 17

I.4.2 Mode de lecture du diagramme isobare ................................................................... 18

I.4.3 Principe de construction de courbe d’équilibre « liquide-vapeur » .......................... 19

I.4.3.1 Construction de courbe d’équilibre à partir de l’isobare d’ébullition et de rosée


....................................................................................................................................... 19

I.4.3.2 Équation de la courbe d’équilibre pour le système idéal .................................. 20

I.4.4 Détermination graphique du nombre d’étages théorique minimum ( ) à


reflux total et à reflux minimum ....................................................................................... 22

I.4.5 Détermination théorique de nombre d’étages théorique en rectification ................. 25

DEUXIÈME PARTIE : MATÉRIELS ET METHODES


II.1 APPAREILLAGE .......................................................................................................... 28

II.2 DESCRIPTION DE CHAQUE COMPOSANT ............................................................ 29

II.2.1 Colonne de distillation ............................................................................................ 29

II.2.2 Condenseur ou réfrigérant à eau .............................................................................. 30

II.2.3 Thermomètre à mercure .......................................................................................... 31

II.2.4 Ballon de distillation ............................................................................................... 31

II.2.5 Chauffe-ballon ......................................................................................................... 31

II.2.6 Erlenmeyer .............................................................................................................. 31

II.3 AUTRES MATERIELS UTILISÉS: ............................................................................. 32

II.3.1 Alcoomètre étalonné à 20°C ................................................................................... 32

II.3.2 Thermostat ............................................................................................................... 33

II.4 MATERIEL DE BEFORONA ...................................................................................... 34

IV
TROISIÈME PARTIE : RESULTATS ET INTERPRETATIONS
III.1 DESCRIPTION DU SITE PROPREMENT DIT BEFORONA .................................. 35

III.2 DIAGRAMME BINAIRE ISOBARE .......................................................................... 37

III.2.1 Courbe d’analyse thermique .................................................................................. 37

III.2.1.1 Distillation d’un mélange toaka-gasy de 45%vol............................................ 37

III.2.1.2Mélange binaire éthanol-eau de 10% en volume d’éthanol ............................. 40

III.2.1.3 Mélange binaire éthanol-eau de 20% en volume d’éthanol ............................ 41

III.2.1.4 Mélange binaire éthanol-eau de 30% en volume d’éthanol ............................ 42

II.1.5Mélange binaire éthanol-eau de 40% en volume d’éthanol.................................. 43

III.2.1.6 Mélange binaire éthanol-eau de 50% en volume d’éthanol ............................ 45

III.2.1.7 Mélange binaire éthanol-eau de 60% en volume d’éthanol ............................ 46

III.2.1.8Mélange binaire éthanol-eau de 70% en volume d’éthanol ............................. 47

III.2.1.9 Mélange binaire éthanol-eau de 80% en volume d’éthanol ............................ 48

III.2.1.10Mélange binaire éthanol-eau de 90% en volume d’éthanol ........................... 49

III.2.1.11 Mélange binaire éthanol-eau de 92% en volume d’éthanol .......................... 50

III.3 Interprétation des courbes d’analyses thermique: ..................................................... 51

III.4 Diagramme isobare du binaire éthanol-eau .............................................................. 53

III.4.1 Interprétation Du diagramme isobare du binaire éthanol-eau : .......................... 54

III.4.2 Déroulement de la distillation ............................................................................ 54

CONCLUSION ET PERSPECTIVES ........................................................... 56

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ET WEBOGRAPHIQUES ......... 57

V
LISTE DES ABRÉVIATIONS

HEPT : Hauteur Équivalent aux Plateaux Théorique T : Température

P : Pression de vapeur au-dessus de la solution é : Température d’ébullition

: Pression partielle d’un corps pur A : Température de rosée

: Pression partielle d’un corps pur B t : Temps

: Pression de vapeur saturante d’un corps pur A mn : Minute

: Pression de vapeur saturante d’un corps pur B L+V : Équilibre liquide-vapeur

X : Fraction molaire dans la phase liquide E : Efficacité

Y : Fraction molaire dans la phase vapeur r : Reflux

: Fraction molaire de A dans la phase liquide V : Volume

: Fraction molaire de B dans la phase liquide Az : Azéotrope

: Fraction molaire de A dans la phase vapeur : Volatilité relative

: Fraction molaire de B dans la phase vapeur °C : degré Celsius

: Fraction molaire d’un constituant dans le résidu % : Pourcent

: Fraction molaire d’un constituant dans le distillat r : Reflux

: Fraction molaire d’un constituant dans le mélange à : Reflux minimum


distiller ml : millilitre

: Nombre de mole de A dans la phase liquide ° : Degré

% vol : Pourcentage volumique


: Nombre de mole de B dans la phase liquide
ΔT : Variation de la température
: Nombre de mole de A dans la phase vapeur
: Pression réduite
: Nombre de mole de B dans la phase vapeur
Km : Kilomètre
: Volume molaire de corps pur liquide A

: Volume molaire de corps pur liquide B : Variation de l’enthalpie du


mélange

VI
: Température d’ébullition sous une pression de 760 mm Hg
R : Débit molaire total de reflux dans la colonne

Dv : Débit total de vapeur dans la colonne

Mm Hg : Millimètre de mercure

n : Nombres de plateaux théoriques

: Pression d’après la loi de Raoult

: Température d’ébullition d’un corps pur A

: Température d’ébullition d’un corps pur B

: Volume molaire partiel de A dans le mélange

: Volume molaire partiel de B dans le mélange

: Enthalpie molaire de A

: Enthalpie molaire de B

: Composition de l’éthanol dans la phase liquide

: Composition de l’éthanol dans la phase vapeur

VII
LISTE DES FIGURES

Figure 1: Colonne à garnissage structuré métallique ................................................................. 5


Figure 2: Diagramme isotherme d’une solution liquide idéale ................................................. 8
Figure 3: Diagramme isobare d’une solution liquide idéale ...................................................... 9
Figure 4: Diagramme isotherme d’une solution binaire présentant une déviation positive par
rapport à la loi de Raoult .......................................................................................................... 11
Figure 5 : Diagramme de phase isobared’un azéotropisme positif .......................................... 11
Figure 6 : Diagramme isotherme d’une solution binaire liquide réelle présentant une déviation
négative par rapport à la loi de Raoult ..................................................................................... 12
Figure 7: Diagramme de phase isobare d’un azéotropisme négatif ......................................... 12
Figure 8 : Montage d’une distillation sous vide ....................................................................... 14
Figure 9 : Abaque « température-pression » ............................................................................ 15
Figure 10: Allure générale des courbes d’analyse thermique T = f(t) ..................................... 16
Figure 11: Construction d’un diagramme isobare .................................................................... 17
Figure 12 : Mode de lecture d’un diagramme isobare ............................................................. 18
Figure 13: Courbe d’équilibre liquide-vapeur ........................................................ 20
Figure 14 : Courbe de Mc Cabe à reflux total .......................................................................... 23
Figure 15: Mc Cabe et Thiele pour le taux de reflux minimum en rectification Discontinue . 24
Figure 16: Description du déroulement d’équilibre liquide-vapeur dans une colonne ............ 25
Figure 17 : Montage de distillation de laboratoire ................................................................... 28
Figure 18: Colonne vigreux..................................................................................................... 29
Figure 19: Différents types de réfrigérant ................................................................................ 30
Figure 20: Thermomètre à mercure de graduation de 0°C à 100°C ......................................... 31
Figure 21 : Alcoomètre de graduation de 0%vol à 100%vol ................................................... 32
Figure 22: Table de correction ................................................................................................. 33
Figure 23 :Distillateur de Beforona .......................................................................................... 34
Figure 26: Courbe T = f(t) de distillation de toaka gasy 45%vol ............................................. 38
Figure 27: Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 10% en
volume d’éthanol ...................................................................................................................... 40
Figure 28: Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 20%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 41
Figure 29 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 30%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 42

VIII
Figure 30 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 40%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 43
Figure 31 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de
50%en volume d’éthanol .......................................................................................................... 45
Figure 32 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 60%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 46
Figure 33 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 70%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 47
Figure 34 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 80%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 48
Figure 35 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 90%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 49
Figure 36 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 92%
en volume d’éthanol ................................................................................................................. 50
Figure 37 : Diagramme des phases de mélange binaire éthanol-eau (toaka-gasy) .................. 53

IX
LISTE DES TABLEAUX

Tableau I : Analyse thermique de toaka gasy de 45% en volume d’éthanol fait Beforona ..... 37
Tableau II: Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 10% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 40
Tableau III : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 20% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 41
Tableau IV : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 30% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 42
Tableau V : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 40% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 43
Tableau VI: Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 50% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 45
Tableau VII : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 60% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 46
Tableau VIII : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 70% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 47
Tableau IX : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 80% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 48
Tableau X : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 90% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 49
Tableau XI : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 92% en volume
d’éthanol ................................................................................................................................... 50
Tableau XIV : Tableau de récupération de é et pour différents pourcentage en
volume d’éthanol ...................................................................................................................... 51

X
INTRODUCTION

L’alcool est connu depuis 3500 ans avant Jésus Christ. C’est l’élixir de longue vie
dans la vie humaine.

L’éthanol est connu dans le milieu rural sous le nom de « toaka gasy ». C’est un alcool
local de Madagascar. C’est une boisson alcoolique de campagne provenant surtout de la canne
à sucre. Mais il existe aussi d’autres alcools artisanaux comme : alcool de satrana, alcool de
miel, alcool de manioc, etc…. La production de toaka gasy pourrait s’élever vers 100000
litres par an. La majeure partie de production vient des régions de Haute Matsiatra, Alaotra
Mangoro, Bongolava…..

Mais pour produire de l’alcool combustible à 90 %vol substituant de charbon de bois,


il faudrait distiller ce toaka gasy qui est à 45%vol- 50%vol. Ce dernier contient encore
beaucoup de produits autres que l’éthanol (méthanol 3%, les huiles de fusels 0,4%, les alcools
supérieurs, etc…).

Ainsi, notre étude vise à bien connaître et à maîtriser la technique de distillation. Notre
lieu de stage se trouve Beforona à 48 Km de Moramanga, dans l’usine de la société Ethanolab
fabricant d’éthanol combustible. L’appareil utilisé est un distillateur à fonctionnement
discontinue et à chauffage directe.

Pour ce faire, on consacre la première partie pour l’étude bibliographique et on essaye


de donner toutes les définitions et les techniques connues.

Dans la partie expérimentale; d’une part, on trace les courbes d’analyses thermiques
T= (t) pour déterminer les températures d’ébullitions ( ) et les températures de

rosée , et d’autre part, on détermine le point azéotrope à partir de la courbe de rosée et


d’ébullition afin de qualifier le mélange toaka gasy comme une solution liquide réelle ou
idéale.

Une conclusion et perspective fermeront notre étude.

1
PREMIÈRE PARTIE :
PREMIÈRE PARTIE :ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
I.1 HISTORIQUE

Dans l’antiquité, la distillation était une méthode appliquée seulement aux huiles
aromatiques et à la parfumerie [1].

Vers 3500 ans avant Jésus Christ, les archéologues ont trouvé des alambics en Irak pour les
parfums.

Au Moyen-âge, on a fabriqué des « élixirs de longue vie ou eau de vie » dans le domaine de
la médecine et de l’alchimie

Au huitième siècle, les alchimistes du moyen orient utilisent de la distillation afin de purifier
certains produits chimiques utilisés dans l’artisanat : des huiles ou esters (pour les parfums) et de
l’alcool [2].

Au douzième siècle, les occidentaux ont développé la technique de distillation d’alcool afin
d’utiliser comme un médicament réservé aux médecins.

C’est au quinzième siècle que l’alcool de consommation s’est développé. Les alambics, les
fabrications et les ventes d’alcool hors domaine médical ont connu un grand essor.

La commercialisation débutait véritablement au dix-septième siècle (cognac et armagnac en


France, whisky en Grande Bretagne, vodka en Pologne puis en Russie) [1].

I.2 DEFINITION

I.2.1 Distillation simple

La distillation simple permet de séparer les liquides dont les températures d’ébullitions sont
très différentes. Elle est utilisée principalement pour purifier un liquide ou le séparer des impuretés
non-volatiles [3].
La distillation simple consiste dans un premier temps à chauffer le mélange pour générer
des vapeurs. On peut aussi nommer cette opération« évaporation ». Dans un deuxième temps, les
vapeurs seront condensées dans un réfrigérant pour obtenir des produits liquides.
La distillation peut être utilisée pour séparer des composants ayant une très grande
différence de volatilité, tels que :
 Un solvant et un résidu (recyclage de solvants)
 De l’eau et un sel (concentration de l’eau saline)

2
I.2.2 Distillation fractionnée

Pour des produits possédant des volatilités proches, il faudrait utiliser une colonne de
rectification pour fractionner les produits [4]. Il s’agit d’une colonne munie d’éléments séparateurs
dont le but est d’assurer un contact intime entre les vapeurs venant du rebouilleur et le liquide
redescendant du condenseur (reflux).

Le contact intime entre vapeur et liquide le long de la colonne se comporte comme une
cascade de distillation simple permettant d’enrichir progressivement vers le haut, les vapeurs en
composants le plus volatil, et finalement, les composants lourds s’accumulent dans le bouilleur.

Selon l’efficacité de la colonne et selon la volatilité des produits dans le mélange, on


recueille successivement dans le réfrigérant des produits différents. Les produits possédant de
température d’ébullition faible passent en premier. Tandis que les produits lourds en température
d’ébullition élevée sortent en dernier.

I.2.3 Colonne de distillation

Une colonne est une unité de séparation physico-chimique. Il s’agit en général d’un tube
contenant des éléments séparateurs, au sein duquel des échanges de matières (base de séparation) et
d’énergie (chaleur) s’effectuent entre une phase liquide descendante et une phase gazeuse montante
[5].

I.2.3.1 Les différents types de colonnes

On distingue deux types de colonne :

I.2.3.1.1 Colonne à plateaux [6]

Une colonne à plateaux est une colonne utilisée pour des mélanges visqueux dans laquelle il
est nécessaire de mettre en contact une phase liquide et une phase gazeuse.
La phase liquide s’écoule vers le bas à travers la colonne par gravité tandis que la phase
gazeuse monte vers le haut par évaporation. Ces deux phases entre en contact au niveau de
perforation, de soupapes ou de calottes présents sur le plateau. Le gaz se déplace vers le plateau
supérieur tandis que le liquide se déplace vers le plateau inférieur.

3
Les plateaux sont les principaux éléments d’une colonne de distillation. Ils permettent le
transfert de matière entre deux phases, la vapeur montante et le liquide descendant.
Les plateaux sont constitués de plusieurs éléments : la zone d’échange, le barrage et le
déversoir. Le barrage fixe la hauteur de liquide et la perte de charge. Le déversoir permet le transit
du liquide vers le plateau et force la vapeur à passer par la zone d’échange.
On a trois sortes de plateaux :
 Plateaux perforés
 Plateaux à calottes
 Plateaux à soupapes
Les colonnes à plateaux sont plus intéressantes en continue, sous la pression
atmosphérique ou sous une pression élevée et en cas de besoin de nombre d’étages importants.

I.2.3.1.2 Colonne à garniture [7]

Le garnissage est une partie des colonnes qui permet d’augmenter la surface de contact entre la
phase liquide et la phase gazeuse. Il permet d’améliorer les échanges entre les phases pour un
volume de colonne donnée.
On distingue deux types de garnissage :

 Garnissage en vrac [8]


Il est composé d’éléments aux formes complexes disposés de manière aléatoire dans la colonne. Le
transfert de matière entre le liquide et la vapeur se fait à la surface de chaque élément. Il existe de
nombreuses formes et matériaux disponibles pour le garnissage en vrac. Ils sont caractérisés par
leur surface spécifique (en / ), leur fraction de vide appelé aussi porosité (en %) et leur masse
volumique. En contrepartie la perte de charge est importante.

 Garnissage structuré [9]


Le garnissage structuré est un garnissage relativement nouveau. Ilest très apprécié pour son
efficacité et ses faibles pertes de charge. Ces deux qualités permettent un gain appréciable dans la
taille et hauteur de colonne et un meilleur échange thermique avec faible transfert de matière.
Ce garnissage est constitué d’un assemblage de plaques ondulés montés verticalement dos à dos.
L’inclinaison des ondulations avec la verticale peut être de 30° ou de 45°.
L’assemblage de plaques ondulées en forme de nids d’abeille assure une répartition uniforme des
phases ascendantes vapeur et descendantes liquide, et un contact optimal pour le transfert de
matière (Figure 1).

4
L’efficacité d’un garnissage structuré se mesure avec l’équivalence en nombre de plateaux
théoriques par mètre de garnissage et la perte de charge en pascal par mètre.
Les colonnes à garnissage sont intéressantes en discontinue sous pression réduite.
Un bon garnissage remplit deux conditions : un rapport de surface/volume élevé et une faible
résistance de déplacement des phases dans la colonne. Un garnissage nécessite un flux liquide
minimum pour assurer un transfert de masse suffisant.

Figure 1: Colonne à garnissage structuré métallique

I.2.3.2 Choix entre plateaux et garnissage [10]

Systèmes moussants
Étant donné que le barbotage de la vapeur dans le liquide provoque des mousses. Il sera
préférable de travailler à l’aide d’une colonne à garnissage.
Liquides chargés
Les particules solides amenées par le liquide ont tendance à se déposer dans les vides des
garnissages qui conduit à une perte d’efficacité et des bouchages. Dans ce cas, il est plus intéressant
de choisir des plateaux et particulièrement les plateaux perforés pour faciliter le nettoyage.

Opérations discontinues
Dans les opérations discontinues, on minimise la rétention de liquide dans la colonne. Dans
ce cas, on devra employer un garnissage ou des plateaux perforés.
Produits sensibles à la température
Les garnissages permettent une perte de charge le long de la colonne plus faible que les
plateaux. On les emploiera de préférence dans les colonnes sous vide pour limiter la pression.
5
Séparation difficile
Dans les distillations sous vide ou à pression modérée, les garnissages (structuré) offrent un
nombre d’étage théorique au mètre de colonne supérieur aux plateaux. Ainsi, les produits
difficilement séparables sont conviés.
Liquides visqueux
Les garnissages permettent une plus grande surface de contact entre le gaz et le liquide.

I.2.4 Plateaux théoriques [11]

L’efficacité E d’une colonne se mesure par le rapport du nombre de plateaux théoriques N


obtenu à l’aide du diagramme de Mac Cabe et Thiele et le nombre de plateaux réels existant dans la
colonne elle-même.

é
E=
é

Dans un transfert à contre-courant, pour chaque plateau théorique, la composition du gaz


s’échappant par le haut, est en équilibre avec le liquide s’écoulant vers le bas.
Dans une colonne à garnissage, une certaine hauteur sera nécessaire pour atteindre
l’équilibre correspondant à un plateau théorique. On parlera de hauteur équivalente à un plateau
théorique (HEPT).

I.2.5 Nombre de plateaux nécessaires pour la distillation discontinue

C’est le nombre d’étages théoriques nécessaires pour effectuer une séparation donnée à reflux total
[12]. Il est fonction de la volatilité relative des composants à séparer et de la pureté souhaités des
constituants.

I.2.6 Mélange azéotropique

C’est un mélange qui présente, pour une composition particulière, une phase vapeur ayant la
même composition que la phase liquide avec laquelle elle est en équilibre [13].
Pour une distillation, au point azéotrope, le mélange se comporte comme un corps pur, à
savoir que les phases liquides et vapeur en équilibre ont la même composition.

6
I.2.7 Pression partielle

La pression partielle d’un composé dans un mélange gazeux, est la pression qu’il engendrait
s’il était seul à occuper le volume [14]. Elle s’obtient en multipliant la pression totale du mélange
gazeux par la fraction molaire du composé dans le mélange.
= P

I.2.8 Tension de vapeur ou pression de vapeur saturante

Toute substance solide ou liquide, émet des vapeurs en quantité telle que la pression partielle
de ce corps dans la phase gazeuse atteigne une valeur d’équilibre qui dépend de la température. La
tension de vapeur augmente avec la température. Lorsque la tension de vapeur atteint une valeur
égale à la pression atmosphérique normale, la température est dite température normale d’ébullition
[15].

I.2.9 Solution liquide idéale [16]

Il s’agit d’une phase homogène contenant les deux corps purs A et B à l’état liquide dont la
réalisation du mélange obéit à deux critères.
 Il n’y a pas de variation de volume lors du mélange des deux constituants :
V= +
et sont respectivement les volumes molaires des corps purs liquides A et B
 La fabrication du mélange est athermique

é H=0=( + )–( + )
Les enthalpies molaires , et , sont identiques.
D’après la loi de Raoult pour une solution liquide idéale :
= ; =
et sont respectivement les pressions de vapeur saturante de corps pur A et B liquides.

7
Le diagramme isotherme d’un mélange idéal P= f(X) à T constante (Figure 2) nous donne les
différentes phases délimitées par la courbe d’ébullition et la courbe de rosée [17]. Notons que

P P

Courbe d’ébullition

Liquide
(L)

(L+V)

Courbe de rosée
Vapeur (V)

0 1 ,

Figure 2: Diagramme isotherme d’une solution liquide idéale

: Fraction molaire de B dans la phase liquide


: Fraction molaire de B dans la phase gazeuse
: Pression de vapeur saturante de corps pur A
: Pression de vapeur saturante de corps pur B
P : Pression de vapeur au-dessus de la solution

(L+V) : Équilibre liquide-vapeur


Le diagramme isobare d’un mélange idéal T = f(X) à P= constante nous donne la même
(Figure 3) [17] seulement :

8
P = constante
T T

Courbe de rosée

Vapeur (V)

(L+V)

Liquide (L)

Courbe d’ébullition

0 1 ,

Figure 3: Diagramme isobare d’une solution liquide idéale

: Température d’ébullition de corps pur A


: Température d’ébullition de corps pur B
Dans ce cas , le liquide B est alors plus volatil que A.

Pour que le mélange de deux liquides donne une solution idéale, il faut que les deux liquides
aient des formules moléculaires voisines, présentant des groupes fonctionnels identiques, des
longueurs de chaîne carbonée voisines et des interactions moléculaires semblables. Ces conditions
diminuent considérablement le nombre des solutions liquides idéales.

I.2.10 Solution liquide réelle [18]

Il s’agit d’une phase homogène contenant les deux corps purs A et B sans réaction chimique.

 Le mélange s’accompagne d’une variation de volume.


V= +

 La fabrication du mélange s’accompagne d’un transfert thermique :

é H

9
La pression de vapeur P au-dessus de la solution est différente de la pression donnée par la

loi de Raoult :
P + =
Dans le cadre d’un diagramme isotherme, on distingue deux types de solutions réelles :

 P :

Dans le cas où la pression de vapeur au-dessus la solution P est supérieur à celle de


pression , on a une déviation positive par rapport à la loi de Raoult.
La Figure 4 représente le diagramme de la solution liquide réelle présentant une déviation
positive par rapport à la loi de Raoult [17].
Le point de rencontre de deux courbes (Az) est dit point Azéotrope.
La pression est supérieure à celles des pressions et dans une déviation positive (

).
La Figure 5 montre que pour un mélange binaire présentant une déviation positive, la
température d’ébullition de l’azéotrope est inférieure à celles des composés purs.
( )

10
Azéotrope
P P
T = constante

Courbe d’ébullition

L+V
Liquide (L)

Courbe de rosée

Vapeur (V)

0 1 ,
Figure 4: Diagramme isotherme d’une solution binaire présentant une déviation
positive par rapport à la loi de Raoult
T T
P = constante

Vapeur (V)
Courbe de rosée

Liquide (L)

L+V
Courbe d’ébullition

Azéotrope

0 = 1 ,
Figure 5 : Diagramme de phase isobared’un azéotropisme positif

P
 Diagrammes de la solution liquide réelle présentant une déviation négative par rapport à la
loi de Raoult (Figure 6) [17]

11
P T = constante P

Courbe d’ébullition

Liquide (L)

Vapeur (V) L+V

Courbe de rosée
Azéotrope

0 1 ,

Figure 6 : Diagramme isotherme d’une solution binaire liquide réelle présentant


une déviation négative par rapport à la loi de Raoult

T P = Constante T
L+V

Courbe de rosée
Azéotrope

Liquide (L)

Courbe d’ébullition

Vapeur (V)

0 = 1 ,

Figure 7: Diagramme de phase isobare d’un azéotropisme négatif

La température d’ébullition de l’azéotrope est supérieure à celles des composés purs pour un
mélange binaire présentant une déviation négative (Figure 7).

12
I.2.11 Volatilité relative (A vis-à-vis de B) [19]

C’est le ratio des rapports de concentration des deux constituants en phase gazeuse (y), sur

celui en phase liquide(x). Il est souvent représenté par la lettre grecque α.

=( / )/( / )
Le composant le plus volatil est dit composant léger tandis que le composant moins volatil
est dit composant lourd.
Si les constituants sont supposés avoir un comportement idéal, leur volatilité relative devient
le rapport de leur coefficient d’équilibre.

= / ) avec = et =

Il est d’usage de placer le composant le plus volatil au numérateur, le coefficient de


volatilité est donc supérieur à 1.
La volatilité relative des composants varie avec la température et donc de la pression de
travail. Elle augmente aux basses températures et pressions de travail. C’est pourquoi les
séparations de composants ayant une volatilité faible seront facilitées en opérant sous pression
réduite.
Une distillation est considérée comme un bon procédé de séparation si la volatilité relative
est supérieure à 1,05 [20]

I.3 TYPES DE DISTILLATION

La distillation peut être effectuée de plusieurs manière : discontinue, continue, sous vide

I.3.1 Distillation discontinue [21]

La distillation peut être menée en chargeant le mélange à séparer dans un réacteur servant de
bouilleur. Celle-ci est chauffée pour générer des vapeurs qui sont ensuite condensés pour constituer
le distillat. Le mélange chargé initialement s’appauvrit progressivement en composants les plus
volatils, tandis que le distillat, au début pauvre en composants les moins volatils, s’enrichit
progressivement. Lorsque les quantités et qualités souhaités pour le distillat et/ou le résidu sont
atteintes, on arrête l’opération et on décharge le résidu du bouilleur avant de préparer pour une
nouvelle opération.

13
I.3.2 Distillation continue [21]

Une distillation continue est une distillation où l’installation de distillation est


continuellement alimentée avec le mélange à séparer. Ce type d’installation permet de travailler
sans modification les profils de composition et de température.

I.3.3 Distillation sous vide

La distillation sous vide (Figure 8) est en fait une distillation opérée sous une pression totale
inférieure à la pression atmosphérique. La température d’ébullition du mélange comme celle des
composants est abaissée quand la pression est réduite. Dans le cas général, la volatilité relative des
composants est augmentée [22].
La distillation sous vide demande des équipements plus volumineux, donc plus coûteux,
comparée à la même distillation à pression atmosphérique.
La distillation sous vide est utilisée principalement [23] :
 Pour séparer des composants pouvant être dégradés par une température excessive
 Pour améliorer la séparation des composants dont les volatilités sont proches.
La température en tête de colonne est souvent le paramètre déterminant pour fixer la
pression du travail.

Figure 8 : Montage d’une distillation sous vide

La distillation sous pression réduite est utilisée aussi pour :


- Des composés à haut point d’ébullition (température supérieure à 150°C).

14
- Des composés instables à pression atmosphérique.

Un séparateur rotatif de type « pis de vache » permet de changer le ballon réceptacle pour
chaque fraction, sans casser le vide.
Généralement la température d’ébullition à pression atmosphérique est connue, mais il est
plus difficile d’accéder à cette valeur sous vide. Pour estimer la température d’ébullition du produit
on utilise l’abaque « température / pression » (Figure 9) ci-après :

Figure 9 : Abaque « température-pression »

La détermination graphique d’un point d’ébullition sous pression réduite


(Colonne a) est effectuée par alignement du point d’ébullition normal (colonne b) avec la
pression mesurée (colonne c).
Exemple :
Soit un hydrocarbure dont le point d’ébullition normal est de 180°C
Son point d’ébullition sous une pression de 25mm Hg est d’environ 80°C
On peut également utiliser la relation de Clausius-Clapeyron si la pression est inférieure à
30 mm Hg

15
: Pression réduite en mm Hg
: Température d’ébullition sous une pression réduite
: Température d’ébullition sous une pression de 760mm Hg

I.4 THERMODYNAMIQUE DE LA DISTILLATION

I.4.1 Principe de construction expérimentale d’un diagramme isobare « liquide-


vapeur » [24][25] [26]

I.4.1.1 Courbe d’analyse thermique de chauffage

On utilise plusieurs mélanges liquides des constituants A et B , de façon à couvrir


l’ensemble des compositions pour passer d’un corps pur à l’autre.
Par exemple : 0% de B 30% de B 50% de B 80% de B 100% de B
Ces mélanges sont chauffés sous pression (P) constante.
La courbe d’analyse thermique de chauffage isobare (Figure 10) correspond à l’évolution de
la température en fonction du temps (t) de chauffage à partir d’un mélange binaire initialement
liquide.

Allure générale des courbes :

Apparition de la
T (°C) Disparition de la dernière
première bulle de
goutte de liquide
vapeur

B corps pur Mélange A+B A corps pur

t (mn)

Figure 10: Allure générale des courbes d’analyse thermique T = f(t)


16
I.4.1.2 construction d’un diagramme isobare

Principe de construction
Le diagramme est construit de manière suivante (Figure 11)
 Ordonnée : température (°C)
 Abscisse : fraction molaire du mélange en un des constituants (B ici)
Si = 0 : il y a 0% de B donc A est pur

Si = 1 : il ya 100% de B donc B est pur

Traçage des courbes d’analyse thermique

Pour chaque composition, les températures de début et de fin de changement d’état sont
reportées
Domaines et noms des frontières
Domaine liquide (L): du côté des basses températures
Domaine vapeur (V) : du côté des hautes températures
Courbe de rosée : frontière entre domaine vapeur et zone diphasée liquide/vapeur
Courbe d’ébullition : frontière entre domaine liquide et zone diphasée liquide/vapeur
Exemple : mélange binaire eau- méthanol tracé sous pression atmosphérique

Figure 11: Construction d’un diagramme isobare

17
Par simple lecture du diagramme d’isobare, on peut déterminer totalement l’état du système
lors du changement d’état :
 Nombre de phases
 Nature des phases
 Composition de chacune des phases présentes
Les courbes de rosée et d’ébullition indiquent les températures de début et de fin de
changement d’état pour un mélange de composition donnée (Figure 12).

I.4.2 Mode de lecture du diagramme isobare [27]

Dernière goutte
de liquide
Mélange
Liquide-vapeur

Vapeur (V) 1 ère bulle


M
de vapeur
(L+V)

rosée

Liquide (L)

Ébullition

0 1
Fraction molaire en phase liquide ( ou vapeur (

Figure 12 : Mode de lecture d’un diagramme isobare

Pour un mélange binaire A+B donné et à une pression donnée :


 L’isobare d’ébullition donne la température d’ébullition é d’une solution de titre

molaire

 L’isobare de rosée donne la température de condensation d’une vapeur de titre

molaire

18
 Une solution de titre molaire émet, à l’ébullition, une vapeur de titre molaire situé
sur la courbe de rosée et à la même température (droite horizontale)
 Une solution de titre molaire , lorsqu’elle est portée à la température du point M, est
partiellement vaporisée donnant deux phases L (liquide) et V (vapeur) ayant pour
composition les abscisses des points L et V

I.4.3 Principe de construction de courbe d’équilibre « liquide-vapeur »

I.4.3.1 Construction de courbe d’équilibre à partir de l’isobare d’ébullition


et de rosée [28]

Pour tracer la courbe d’équilibre liquide vapeur à partir des isobares d’ébullition et de rosée.
Il suffit de tracer un nombre suffisant de point M à partir de couple (L, V).
Pour cela :
 On reporte sur une verticale la valeur de (point L) sur l’axe Ox de la courbe d’équilibre
liquide- vapeur ce qui donne l’abscisse du point M ( )
 On reporte la valeur de y (point V) par une verticale jusqu’à la bissectrice puis par une
horizontale jusqu’à l’axe Oy de la courbe d’équilibre liquide-vapeur, ce qui donne
l’ordonnée du point M ( )
On recommence pour une dizaine de point pour obtenir sur la Figure 13

19
V
L

0 X Y 1
Fraction molaire en phase liquide ( ) ou vapeur (

0 Fraction molaire en phase liquide ( 1

Figure 13: Courbe d’équilibre liquide-vapeur

I.4.3.2 Équation de la courbe d’équilibre pour le système idéal [29]

Soit A et B sont deux liquides miscibles en toutes proportions, et le nombre de moles

de chacun d’eux dans la phase liquide et et le nombre de moles de chacun dans la phase
gazeuse.

20
Dans ces deux phases les fractions molaires deviennent respectivement :

= , = 1- = en phase liquide

= , = 1- = en phase gazeuse

Puisque dans un système idéal la loi de RAOULT s’applique

= et = (1- )

On a: P= + = + (1- )

La loi de DALTON s’écrit:

P et =P

On a : = ⁄

Et puisque PV = n R T

= = donne = P=

Et

Il y a donc une relation étroite entre la composition de la phase vapeur et de la phase liquide.
La fraction molaire du composé le plus volatil est toujours plus grand qu’en phase liquide.
Les volatilités des composés A ( ) et B ( ) sont telles que

= et = =
Si la température d’ébullition de A, est inférieure à celle de B, alors

˃1 et ˂1

21
La volatilité relative est telle que :

= =
Ou encore :

=
- = -
= - +
D’où

Cette équation permet donc de tracer le diagramme isobare d’équilibre liquide-vapeur à


partir de la volatilité.

I.4.4 Détermination graphique du nombre d’étages théorique minimum


( ) à reflux total et à reflux minimum

On se place dans le cas où on souhaite obtenir une qualité de distillat donnée à partir de
composition de bouilleur fixée. La composition du bouilleur évolue au cours du temps dans une
rectification discontinue ; les raisonnements ne peuvent s’appliquer qu’à un instant donné.

 Reflux total [30]


On parle de reflux total quand le débit de distillat est nul : tout le condensat retourne dans la
colonne. Dans ces conditions on observe que la droite opératoire est la bissectrice. On montre dans
ce cas que le nombre d’étages théoriques est minimum : néanmoins ceci n’a qu’un intérêt théorique
car il n’y a aucune production de distillat.
Soit à séparer par rectification deux constituants en un résidu de titre molaire et un

distillat de titre molaire .

22
Le nombre minimum d’étages théoriques pour réaliser cette séparation est déterminé par la
construction de la courbe de Mac Cabe et Thiele à reflux total (Figure 14), qui consiste à tracer des

escaliers (ou étage entre la courbe d’équilibre et la bissectrice, de à ).

Le nombre d’étages théoriques déterminé est en général arrondi au nombre entier


immédiatement supérieur. Il comprend aussi le bouilleur qui compte pour un plateau théorique.

Droite opératoire
3
Escaliers

B(1)

Figure 14 : Courbe de Mc Cabe à reflux total

Ici, on a =4

 Reflux minimum [31]


On parle de reflux minimum quand on trace une droite opératoire issue du point ( , )
et coupant la courbe d’équilibre pour l’abscisse La droite ne peut pas passer au-dessus de la
courbe d’équilibre.

Une telle droite a une pente minimale, donc r est le reflux minimum .

L’utilisation de ce reflux permet d’avoir une production maximale de distillat.

23
Soit à séparer par rectification discontinue deux constituants en un distillat de titre molaire à

partir d’un bouilleur de titre molaire .


Le taux de reflux minimum pour réaliser cette séparation est déterminé par l’ordonnée à
l’origine de la droite passant par les points suivants.
 Le point ( , ) situé sur la bissectrice
 point de la courbe d’équilibre ayant pour abscisse

Cette ordonnée déterminée graphiquement vaut ce qui permet d’en déduire .

En rectification discontinue, la composition du bouilleur évolue de en début de

distillation à en fin de distillation. Le taux de reflux minimum est donc également différent. On
applique en général un taux de reflux déterminé en début de distillation, que l’on augmente au fur et
à mesure de l’épuisement du bouilleur de vers .

Y=

Figure 15: Mc Cabe et Thiele pour le taux de reflux minimum en rectification


Discontinue

24
I.4.5 Détermination théorique de nombre d’étages théorique en rectification [32] [33] [34]

Dv,
Condenseur

R,

D,
Etage n

Dv, R,

Etage n-1

Dv, R,

Dv, R,
Etage i

Dv, R,

Dv, R,
Etage 2

Dv, R,
BOUILLEUR
Étage 1 =

Figure 16: Description du déroulement d’équilibre liquide-vapeur dans une colonne

25
On utilise les notations suivantes :

R : débit molaire total de reflux dans la colonne

Dv : débit molaire total de vapeur dans la colonne

D : débit molaire total de distillat

est la composition du bouilleur en B

On admet que les débits R et Dv sont constants à chaque étage de la colonne

On écrit le bilan matière global sur le condenseur puis les bilans matière en B sur l’étage i et
les étages supérieurs :

Dv = R+D

Dv +R = Dv +R

Dv +R = Dv +R

Dv +R = Dv +R

V +R =V +R

On a: = c’est la composition en B des vapeurs en tête de colonne.

L’hypothèse de reflux total permet d’écrire les bilans de matières global et sur B suivants.

V= R+D

En reflux total D = 0, donc V=R


Ainsi:
V +R =V +R

26
D’où V +R =V +R
Soit R =V donc =

Si on poursuit l’écriture du bilan sur B pour les autres étages, on écrit =

A l’équilibre sur chaque plateau i, on peut écrire :

Soit =α

=α soit =α

=α soit =α =

=α soit =α =

=α soit =α =

Donc =

Enfin, le nombre de plateaux théorique n s’écrit :

n=

27
DEUXIÈME PARTIE :
DEUXIÈME PARTIE : MATÉRIELS ET METHODES
MATÉRIELS ET METHODES
II.1 APPAREILLAGE

En général, l’appareillage de distillation se compose :


 Un bouilleur ou ballon
 Une chauffe ballon
 Un réfrigérant
 Une colonne de distillation
 Un thermomètre à mercure
 Un support élévateur
 Erlenmeyer ou flacon de récupération

Statif

Sortie d’eau

Entrée d’eau

Figure 17 : Montage de distillation de laboratoire

28
II.2 DESCRIPTION DE CHAQUE COMPOSANT

II.2.1 Colonne de distillation

Une colonne vigreux (Figure 18) est utilisée au laboratoire pour distiller notre
mélange toaka-gasy.
Il s’agit d’un tube en verre de 50 cm de longueur et de 2,5cm de diamètre au bout
duquel est placé un thermomètre à mercure, de graduation de 0°C à 100°C. Au pied de la
colonne est placé un ballon rempli à moitié du mélange à distiller. Des pierres ponce sont jetés
dans le ballon afin de réguler l’ébullition. Des pics descendants permettent des échanges de
matière (à la base de séparation) et d’énergie (chaleur) entre la phase liquide descendante et
la phase gazeuse montante [35]. Etant donné que le toaka-gasy est un mélange éthanol-eau,
l’éthanol s’évapore en premier car il et plus volatil que l’eau. Ainsi, par capillarité et
volatilité, les vapeurs d’éthanol montent en reflux jusqu’à la tête de la colonne, créant un
anneau indiquant l’équilibre liquide-vapeur. Tandis que la grande majorité de l’eau reste dans
le ballon de distillation (bouilleur). Pour améliorer la séparation, soit on augmente la longueur
de la colonne pour augmenter la surface des pics, soit on diminue le taux de reflux de
mélange.

Sortie de vapeur

Place du thermomètre

Pic descendant
Entrée de vapeur

Figure 18: Colonne vigreux

29
II.2.2 Condenseur ou réfrigérant à eau

Dans notre expérience au laboratoire, un tube de réfrigérant à boule est utilisé pour
refroidir et condenser les vapeurs d’éthanol sortant de la colonne vigreux [36]. Pour se faire,
on a fait circuler de l’eau froide à contre-courant à l’extérieur des boules. Au bout du
réfrigérant est placé un récipient ou un ballon pour récupérer le distillat. Le gaz chaud venant
du milieu réactionnel est refroidi en pénétrant dans le réfrigérant et se condense alors sur les
parois sous formes de gouttelettes.

Figure 19: Différents types de réfrigérant

30
II.2.3 Thermomètre à mercure

On a pris un thermomètre à mercure de 0°C à 100°C Figure 20. C’est un tube fin
fabriqué en verre placé à la tête de la colonne afin de déterminer la température des gaz
passant. Ce thermomètre est gradué avec une précision au 0,1°C près.

Graduation en °C

Réservoir à mercure

Figure 20: Thermomètre à mercure de graduation de 0°C à 100°C

II.2.4 Ballon de distillation

C’est un récipient en pyrex qui contient les mélanges à distiller de volume 250 ml. Le
mélange éthanol-eau à distiller est de 150 ml.

II.2.5 Chauffe-ballon

C’est un appareil électrique thermostaté qui permet de chauffer les ballons. Il est
utilisé pour les montages, notamment à reflux. Le chauffe-ballon est monté sur un support
élévateur.

II.2.6 Erlenmeyer

C’est un récipient en verre utilisé pour recueillir le distillat ou le produit obtenu par la
distillation. Il est placé au bout du réfrigérant.

31
II.3 AUTRES MATERIELS UTILISÉS:

II.3.1 Alcoomètre étalonné à 20°C

C’est un densimètre permettant de mesurer le degré alcoolique d’une solution à la


température de 20°C. La mesure se fait à température stabilisée, dans une éprouvette de
diamètre et contenance adaptée. On relève sous le ménisque entourant la tige de l’alcoomètre
le degré entier d’alcool affiché.

Graduation de 0%vol à
100%vol

Leste en Plomb

Figure 21 : Alcoomètre de graduation de 0%vol à 100%vol

Pour une température différente de 20°C, on doit faire une correction en utilisant la
table (Figure 22). Cette table permet de corriger le taux d’alcool indiqué par l’alcoomètre en
tenant compte la différence de température de l’alcool mesuré par rapport à la température
d’étalonnage de l’alcoomètre qui est à 20°C [37].

32
Figure 22: Table de correction

Le nombre de degrés à ajouter ou à soustraire est indiqué à l’intersection du degré


d’alcool indiqué par l’appareil (ligne horizontal en haut) et de la température de la solution
éventuellement indiqué par le thermomètre (ligne verticale à gauche).

II.3.2 Thermostat

Afin de mesurer les échantillons à une température prise de 20°C, on utilise un


thermostat.

33
Le thermostat de laboratoire est constitué d’un bac contenant de l’eau muni d’un
agitateur. Pour augmenter la température, un thermocouple est branché sur un moteur
électrique

II.4 MATERIEL DE BEFORONA

Notre distillateur est fabriqué d’une manière artisanale (Figure 23). Il produit environ
100 litres par jour d’alcool combustible. Sa manipulation est assez facile car son chauffage est
direct.
Il est composé :
- d’un bouilleur en inox de 200 litres placé au-dessus d’un four à bagasse
- d’une colonne de 2,5 mètres de hauteur et de 25 cm de diamètre
- d’un réfrigérant de 1,20 mètres de hauteur 0,6 mètre de diamètre
- de 4 bonbonnes de 200 litres serviront de réservoir d’eau pour la réfrigération

Réservoirs d’eau

Colonnes
Bouilleurs Réfrigérant

Figure 23 :Distillateur de Beforona

34
TROISIÈME PARTIE :
TROISIÈME PARTIE : RESULTATS ET INTERPRETATIONS
RESULTATS ET INTERPRETATIONS
III.1 DESCRIPTION DU SITE PROPREMENT DIT BEFORONA

Beforona se trouve à 168 Km d’Antananarivo dans la région Alaotra-Mangoro sur la


route nationale RN2 vers Toamasina (Figure 25).
Les coordonnées géographiques sont les suivantes :
Latitude : 18°58’54,65’’
Longitude : 48°34’07,22
Altitude : 535
Le climat est assez pluvieux d’où la culture de canne à sucre pour la fabrication de
toaka-gasy est favorable.
Climat :
Température moyenne annuelle : 24,1 °C
Pluviométrie moyenne annuelle : 2751 mm
Vents : la direction météorologique n’a pas des données en ce qui concerne le
vent.
Mais tout ce qu’on peut dire, étant donné que le site est entouré de collines, et que
Beforona est au pied de la falaise de Tanambao-Manampotsy, le site est bien abrité du vent.

Site de distillation

Figure24: Site Beforona

35
Pour déterminer la qualité d’un mélange binaire qu’il soit réelle ou idéale, on doit
tracer les courbes d’analyses thermiques à partir de la distillation d’un mélange binaire
éthanol-eau ( toaka-gasy ) de 45 % en volume d’éthanol obtenue dans une distillerie artisanale
à Beforona (Figure 25).

La fabrication du toaka-gasy est une méthode très archaïque mais simple : un bouilleur
en fût métallique, un réfrigérant en canon refroidit par de l’eau contenu dans un bambou. Le
toaka-gasy est récupéré dans une bouteille. Tout cela se fait sans colonne, sans thermomètre,
mais la méthode est déjà rodée. Ainsi, on obtient un mélange de produits éthanol, eau,
méthanol, alcools supérieurs, huile de fusel et même il existe encore des particules en
suspension. Ces derniers peuvent présenter 3 % en volume du mélange.

Champ de canne à sucre

Réfrigérant

Circulation d’eau

Fabricant de toaka-gasy
Réacteur
Récepteur

Four à bois

Figure25 : Distillateur de toaka-gasy appartenant à un paysan situé à


Beforona

36
III.2 DIAGRAMME BINAIRE ISOBARE

III.2.1 Courbe d’analyse thermique

Dans un premier temps, lors du stage à Beforona, on a mesuré la température T (°C )


en fonction du temps t ( mn ) lors d’une distillation d’un mélange de toaka-gasy de fraction
molaire 45 % en volume d’éthanol sous la pression atmosphérique. Pour obtenir une courbe
d’analyse thermique T = .

Mode opératoire :
On a pris un échantillon de toaka-gasy de 45% en volume d’éthanol provenant des
paysans de quantité 25 litres.
On a versé le produit à distiller dans le bouilleur préalablement lavé.
On met en place le système de réfrigération : le réservoir d’eau, le réfrigérant, la
tuyauterie, etc….
Et on commence à chauffer au feu de bois le bouilleur.
Au bout d’une 1 heure de chauffe, la chaleur commence à monter dans la colonne et la
première goutte de distillat apparait à 55°C à la sortie du réfrigérant.
Et on suit l’évolution de la température en fonction du temps T = f(t).

III.2.1.1 Distillation d’un mélange toaka-gasy de 45%vol

Les résultats T = f(t) sont donnés dans le tableau I suivant.

Tableau I : Analyse thermique de toaka gasy de 45% en volume d’éthanol fait Beforona

Température (°C) 55 59 66 69 74 79 80 82 83 90 95 98 100

Temps (mn) 39 47 66 67 68 68,5 69 70 73 77 82 87 88

37
120
T (°C)

100

80

60

=79°C = 83°C
40

20

0
39 47 66 67 68 69 70 73 77 82 87 88
t (mn)

Figure 24: Courbe T = f(t) de distillation de toaka gasy 45%vol


Interprétation :

C’est une courbe ascendante laissant apparaître deux points d’inflexions.


- Premier point

T = 79 °C
t = 68,5 mn
Ce point est le point d’ébullition ( ) du mélange.

- Deuxième point

T = 83 °C
t = 73 mn
C’est le point de rosée ( ).

Ces deux points caractéristiques de ce mélange toaka-gasy n’est pas très visible du fait
qu’il n’est pas un mélange binaire bien déterminé mais réel.
Mais étant donné que pour tracer le diagramme binaire isobare, la courbe d’analyse thermique
à = 45%vol ne suffit pas car il faut connaître toutes les courbes correspondants à la fraction

38
volumique = 10 %vol jusqu’à = 90%vol. Ceci a été fait au laboratoire car d’un côté il
est difficile d’avoir un mélange d’une fraction volumique de grande quantité au site de
Beforona. Et de l’autre côté les températures obtenues ne sont pas bien précises. Ainsi, on a
continué le traçage des courbes thermique au laboratoire de macromolécule à l’université
d’Antananarivo.

 Traçage des courbes d’analyse thermique à partir de la distillation des mélanges


binaire éthanol-eau fait au laboratoire

- Mode opératoire

On a distillé le même volume de mélanges binaires éthanol-eau (V=150ml) de


différents pourcentage volumique en éthanol. Au cours de la distillation, un thermomètre est
placé au-dessus de la colonne de distillation pour suivre l’évolution de la température.

Pour ce faire, on introduit dans un ballon 150 ml du mélange binaire éthanol-eau. Puis,
on chauffe ce mélange en mettant le chronomètre en marche dans un même moment. A
l’instant où il y a une apparition de première goutte de distillat, on suit l’évolution de la
température en fonction du temps t (mn) jusqu’à la fin de distillation.
On obtient les Figure 27 jusqu’à Figure 36

39
III.2.1.2Mélange binaire éthanol-eau de 10% en volume d’éthanol

Les résultats T = f(t) sont inscrits dans le tableau II jusqu’à tableau

Tableau II: Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 10% en volume
d’éthanol

Température (°C) 49 60 70 79 88 90 91 92 93 95 100

Temps (mn) 19 20 21 22 24 30 31 32 33 33,3 33,4

T (°C)
110
100
90
80
70
= 88°C = 95°C
60
50
40
30
20
10
0
19 20 21 22 24 30 31 32 33 33,25 33,4 t (mn)

Figure 25: Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


10% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 88°C

Point de rosée 95°C

Ecart ( - ) 7°C

40
III.2.1.3 Mélange binaire éthanol-eau de 20% en volume d’éthanol

Tableau III : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 20% en volume
d’éthanol

Température (°C) 38 52 67 83 84,5 86 88 90 91,5 96 100

Temps (mn) 11,5 11,6 11,7 11,9 12 14 17 20 21,5 22 23

T (°C)
110
100
90
80
70
60
= 84,5°C = 91,5°C

50
40
30
20
10
0
11,5 11,6 11,7 11,9 12 14 17 20 21,5 22 23 t (mn)

Figure 26: Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


20% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 84,5°C

Point de rosée 91,5°C

Ecart ( - ) 6,5°C

41
III.2.1.4 Mélange binaire éthanol-eau de 30% en volume d’éthanol

Tableau IV : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 30% en volume


d’éthanol

Température (°C) 52 56 60 64 68 73 77 81,5 83 84 86 87 94 100

Temps (mn) 11 11,4 12 13,8 15,2 17 17,7 17,8 18,5 18,8 19 19,5 19,6 20

T (°C)
110
100
90
80
70
60
50 =81,5°C = 87°C

40
30
20
10
0
11 11,4 12 13,8 15,2 17 17,7 17,8 18,5 18,8 19 19,5 19,6 20 t (mn)

Figure 27 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


30%en volume d’éthanol

Point d’ébullition 81,5°C


Point de rosée 87°C
Ecart ( - ) 5,5°C

42
II.1.5Mélange binaire éthanol-eau de 40% en volume d’éthanol

Tableau V : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 40% en volume


d’éthanol

Température (°C) 52 56 60 64 68 72 76 80 81 81,5 82 83 84 88 92

Temps (mn) 11 12 12,5 13 15 17 19 20 22 24 24,5 26 26,5 26,6 26,7

T (°C)
100
90
80
70
60
50
= 80°C = 84°C
40
30
20
10
0
t (mn)
11 12,5 15 19 22 24,5 26,5 26,7

Figure 28 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


40% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 80°C

Point de rosée 84°C

Écart ( - ) 4°C

43
Mélange toaka-gasy de 45% en volume d’éthanol fait à Beforona

Copie du tableau I : Analyse thermique de toaka gasy de 45% en volume d’éthanol

Température (°C) 55 59 66 69 74 79 80 82 83 90 95 98 100

Temps (mn) 39 47 66 67 68 68,5 69 70 73 77 82 87 88

T (°C)
120

100

80

60

40 =79°C = 83°C

20

0
39 47 66 67 68 69 70 73 77 82 87 88 t (mn)

Copie de la figure 26: Courbe d’analyse thermique de toaka gasy de

45%en volume d’éthanol fait à Beforona

Point d’ébullition 79°C

Point de rosée 83°C

Ecart ( - ) 4°C

44
III.2.1.6 Mélange binaire éthanol-eau de 50% en volume d’éthanol

Tableau VI: Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 50% en volume
d’éthanol

Température (°C) 62 66 70 74 78 79 80 81 81,5 84 87 90 94

Temps (mn) 11 15 19 21 21,7 26,3 26,5 27 27,2 27,3 27,4 27,5 27,6

T(°C)
100
90
80
70
60
= 78°C = 81,5°C
50
40
30
20
10
0
11 15 19 21 25,7 26,3 26,5 27 27,2 27,3 27,4 27,5 27,6 t (mn)

Figure 29 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


50%en volume d’éthanol

Point d’ébullition 78°C

Point de rosée 81,5°C

Ecart ( - ) 3,5°C

45
III.2.1.7 Mélange binaire éthanol-eau de 60% en volume d’éthanol

Tableau VII : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 60% en volume
d’éthanol

Température (°C) 40 44 49 54 60 66 72 77,5 78 79 80 84 88 91 94

Temps (mn) 8,5 10 13 17 22 23,5 25,8 26 27,9 28,5 29 29,4 29,5 29,8 29,9

T (°C)
100
90
80
70
60 = 79,5°C
50
40 = 77°C
30
20
10
0
8,5 13 22 25,8 27,9 29 29,5 29,9 t (mn)

Figure 30 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


60% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 77°C


Point de rosée 79,5°C
Ecart ( - ) 2,5°C

46
III.2.1.8Mélange binaire éthanol-eau de 70% en volume d’éthanol

Tableau VIII : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 70% en volume
d’éthanol

Température (°C) 40 50 60 69 76,5 77 77,5 82 86 90 94 98


Temps (mn) 9,8 10 10,5 10,8 11 22 33 34 34,5 34,8 35 35,6

T (°C)
100
90
80
70
60 = 77,5°C
50
40
= 76°C
30
20
10
0
t(mn)
9,8 10 10,5 10,8 11 22 33 34 34,5 34,8 35 35,6

Figure 31 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


70% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 76°C


Point de rosée 77,5°C

Ecart ( - ) 1,5°C

47
III.2.1.9 Mélange binaire éthanol-eau de 80% en volume d’éthanol

Tableau IX : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 80% en volume


d’éthanol

Température (°C) 53 57 60 64 67 70 73 76 76,5 80 84 88 92

Temps (mn) 11,3 11,5 11,9 12,5 13 14 15 15,2 26 30 35 37 39

T (°C)
100

90

80

70

60
= 75,5°C = 76,5°C
50

40

30

20

10

0
11,3 11,5 11,9 12,5 13 14 15 15,2 26 30 35 37 39 t (mn)

Figure 32 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


80% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 75,5°C


Point de rosée 76,5°C
Ecart ( - ) 1°C

48
III.2.1.10Mélange binaire éthanol-eau de 90% en volume d’éthanol

Tableau X : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 90% en volume


d’éthanol

Température T (°C) 40 45 50 55 60 65 70 75 75 75 80 84 88

Temps t (mn) 11 14 15,5 16 18 19 19,5 19,6 19,7 23 23,2 30 45

T (°C)
100
90
80
70
60
50
= 75°C = 75°C
40
30
20
10
0
11 14 15,5 16 18 19 19,5 19,6 19,7 23 23,2 30 45 t (mn)

Figure 33 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


90% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 75°C


Point de rosée 75°C
Ecart ( - ) 0°C

49
III.2.1.11 Mélange binaire éthanol-eau de 92% en volume d’éthanol

Tableau XI : Analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de 92% en volume


d’éthanol

Température T (°C) 41 44 48 52 56 60 65 70 75,5 76 81 86

Temps t (mn) 11 12 12,5 13 14 15 16 17 23 29,5 33 36

T(°C)
100
90
80
70
60
50
=75,5 °C = 76°C
40
30
20
10
0
11 12 12,5 13 14 15 16 17 23 29,5 33 36 t(mn)

Figure 34 : Courbe d’analyse thermique d’un mélange binaire éthanol-eau de


92% en volume d’éthanol

Point d’ébullition 75,5°C


Point de rosée 76°C
Ecart ( - ) 0,5°C

50
III.3 Interprétation des courbes d’analyses thermique:

On obtient des courbes ascendantes possédant trois parties distinctes :


La première partie consiste à chauffer le mélange de la première goutte jusqu’à la température
d’ébullition correspondant au point d’inflexion.

Dans la deuxième partie, on a une droite de pente inférieure que la première allant de
la température d’ébullition jusqu’à la température de rosée .
Et enfin, une troisième partie de pente supérieure que celle de la deuxième, allant de
température de rosée jusqu’à la température d’ébullition d’eau pure
(Eau pure) = 98°C
Ces courbes serviront à tracer le diagramme de phases afin de déterminer le point
azéotrope.
L’écart ΔT = - varie d’une façon aléatoire pour des pourcentages
volumiques variant de 10 %vol à 92 %vol.

Tableau XII : Tableau de récupération de é et pour différents pourcentage en


volume d’éthanol

Pourcentage en volume 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 92 100


d’éthanol (%vol)
Point d’ébullition 98 88 84,5 81,5 80 78 77 76 75,5 75 75,5 78,5
Point de rosée 98 95 91,5 87 84 81,5 79,5 77,5 76,5 75 76 78,5

51
Interprétation du tableau:

Ce tableau nous montre les différentes températures d’ébullition et de rosée

pour différente fraction volumique d’éthanol. On constate que la variation de et

n’est pas linéaire. Ces températures décroissent jusqu’à la fraction volumique


= 90%vol et les deux courbes se rencontrent à ce point. Après, la pente augmente
d’une manière faiblement jusqu’à = 100%vol. Les deux courbes se rencontrent de nouveau
à la température .
Remarquons que les températures d’ébullition sont plus faibles que les températures
de rosée correspondants à une fraction volumique donnée.

Ainsi, en traçant les courbes d’ébullition et de rosée à partir de tableau XII, on obtient
la Figure 37. Cette figure nous permet d’obtenir le point azéotrope qui est la rencontre de
deux courbes.

52
III.4 Diagramme isobare du binaire éthanol-eau

T(°C) T(°C)
102 102
100 Pression atmosphérique

92 Vapeur (V) 92

(4)
L+V ébullition
(2) rosée
Courbe de rosée

82 Liquide (L) 82

(1) (L+V)
78,5

courbe d'ébullition (3)


= 75°C
Azéotrope Az
72 72
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 ,
= 90%Vol
(%Vol)

Figure 35 : Diagramme des phases de mélange binaire éthanol-eau (toaka-gasy)

 Domaine (1) : phase liquide


 Domaine (2) et (3) : équilibre liquide vapeur
 Domaine (4) : phase vapeur

53
III.4.1 Interprétation Du diagramme isobare du binaire éthanol-eau :

On obtient deux courbes dites courbes d’ébullition et de rosée. La courbe de rosée se


trouve au-dessus de celle d’ébullition. Elles partent toutes à une température de 98°C qui est
la température d’ébullition de l’eau pure. Puis, elles s’écartent d’une manière graduelle
jusqu’à un écart maximum = 30 %vol et se renferment pour se rencontrer de nouveau à
une température T = 75°C et = 90 %vol ; c’est le point azéotrope. De nouveau, les deux
courbes s’écartent et montent pour se rencontrer à une autre température T = 78,5°C qui est la
température d’ébullition de l’éthanol pur.

Le diagramme isobare du mélange binaire éthanol-eau montre que les courbes


d’ébullition (inférieure) et de rosée (supérieure) sont tangentes au point azéotrope. À ce point,
la vapeur obtenue possède une composition identique au liquide. Ainsi, on peut affirmer que
le mélange binaire éthanol-eau (toaka-gasy) est une solution liquide réelle.

La température d’ébullition de l’azéotrope est inférieure à celles de l’éthanol pur et


de l’eau pure ( ). Alors en traçant le diagramme isotherme, on
obtient une déviation positive par rapport à la loi de Raoult.
La composition de l’azéotrope est = = 90%vol.

III.4.2 Déroulement de la distillation

Le déroulement de la distillation d’un mélange suivant les courbes d’ébullition et


de rosée du diagramme isobare se fait d’une manière suivante :

A une solution aqueuse diluée d’éthanol (point ) est chauffée jusqu’à la température
donnant un point sur la courbe d’ébullition, cette solution émet une vapeur (point sur
la courbe de rosée) qui est plus riche en éthanol que la solution initiale.

Puis en montant le long de la colonne à distiller, la vapeur se condense (point sur


la courbe d’ébullition), le liquide obtenu émet une vapeur encore plus riche que la précédente
en éthanol (point sur la courbe de rosée), etc. Mais en haut de la colonne, on obtient
l’azéotrope.

54
Donc au cours de la distillation, le bouilleur s’appauvrit en éthanol, la composition de
la phase liquide suit les abscisses des points de la courbe d’ébullition E, alors que la
composition de la phase vapeur émise correspond aux abscisses des points de la courbe de
rosée .

55
CONCLUSION ET PERSPECTIVES

Même si la distillation est une méthode la plus ancienne pour séparer des mélanges de
produit en phase liquide, il s’avère qu’elle est toujours difficile de la maîtriser étant donné
qu’on est en présence de plusieurs paramètres (température, pression, chaleur mise en jeu,
colonne, débit, échange de chaleur, échange de matière, etc…) surtout en grande échelle semi-
industrielle. La théorie de distillation se cantonne surtout pour des petits appareils de
laboratoires. Par conséquent, les bilans de chaleur (température) et de matière sont
difficilement en mettre en équation.

Comme notre échantillon toaka-gasy est un mélange éthanol-eau de degré alcoolique


de 45%vol à 50%vol produits par les paysans par fermentation de la canne à sucre. Il
nécessite une purification par une distillation jusqu’à 90%vol pour une utilisation en alcool
combustible. Pour cette opération, il faut connaître les caractéristiques du mélange en
question. Ainsi, d’après le diagramme isobare, l’existence du point azéotrope nous permet de
déduire que c’est un mélange réel dont les structures des produits sont presque identiques. Et
la courbe isotherme présente une déviation positive par rapport à la loi de Raoult. Ce qui
implique que la température d’ébullition de l’eau est supérieure à la température d’ébullition
de l’éthanol supérieure à la température d’ébullition de l’azéotrope = 75°C.

Une fois qu’on caractérise le toaka-gasy en tant que mélange réel, on pourrait par la
suite améliorer le rendement de la distillation soit en changeant les dimensions de la colonne,
soit en jouant sur le paramètre du travail (chaleur du chauffe, débit de distillat, échange de
chaleur, etc).

En perspective de ce travail, on pourrait étudier les échanges de chaleur et faire un


bilan énergétique du système. Mais ceci nécessite aussi d’une manière exacte les échanges de
matières.

56
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ET
WEBOGRAPHIQUES
[1] : http://www. oldcook.com/histoire d’alcool/consulté le 22/06/2018

[2] : (en) Robert Briffault, the making of Humanity, 1938, P.195

[3] : http://www.atl-chaudronnerie.fr/la-distillation-simple-définition_ar357.html/consulté le
22/06/2018
[4] : https ://fr.m.wikipedia.org/wiki/Distillation fractionnée/consulté le 22/06/2018

[5] : Cicile J.-C. (1994), Technique de l’ingénieur, Distillation. Absorption- Généralités sur
les colonnes de fractionnement, J 2621

[6] : Kirschbaum E . (1948), Distillation and rectification, Chemical Publishing Co, Brooklyn,
New York.

[7] : Copigneaux P. (1993)? Technique de l’ingénieur, traité Génie des procédés J 2 626 – 1 J
626 3 – Distillation. Absorption. Colonnes garnies.

[8] : https://www.labbe-France.fr/internes-de-colonne/consulté le 22/06/2018

[9] : http://Kempro.eu/garnissagesucturé.html/consulté le 22/06/2018

[10] : http :// process.free.fr/Pages/VersionMobile.php?page=3290/consulté le 27/06/2018

[11] : http :// process.free.fr/Pages/VersionMobile.php?page=3240/consulté le 27/06/2018

[12] : http://www.ressources-stl.fr/df/cours_gc/distillation.html/consulté le 27/06/2018

[13] : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Azéotrope/consulté le 27/06/2018

[14] : http://www.chim.lu/ch 0250.php/consulté le 27/06/2018

[15] : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/pression_de_vapeur_saturante/consulté le 27/06/2018

[16] : JACQUES MESPLEDE, LES NOUVEAUX Précis BREAL, Réf : 210.0322, Dépôt à
Pris : 34, rue serpente – 75006 Paris, ISBN : (2842915704), P.104

[17] : JACQUES MESPLEDE, LES NOUVEAUX Précis BREAL, Réf : 210.0322, Dépôt à
Pris : 34, rue serpente – 75006 Paris, (ISBN : 2842915704), P.121
57
[18] : JACQUES MESPLEDE, LES NOUVEAUX Précis BREAL, Réf : 210.0322, Dépôt à
Pris : 34, rue serpente – 75006 Paris, (ISBN : 2842915704), P.110

[19] : http://processs.free.fr/pages/VersionMobile.php?page=3010/consulté le 15/07/2018

[20] : (en) Ronald W. Rousseau, Handbook of Separation Process Technology, John Wiley &
Sons, 1987 (ISBN 978-0-471-89558-9), “chapitre 22”, Selection of Separation Process”

[21] : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Distillation/consulté le 15/07/2018

[22] : https//www.prelectronics.com/fr/industries/oil-gas/application-exampales-oil-refinery-
plant/vacuum-distillation-valve-control/consulté le 20/07/2018

[23] : http://www.exchem.fr/Distillation.html/consulté le 20/07/2018

[24] : GM. BARROW, Chimie-Physique, Masson 1976

[25] : André DURUPTHY, Claude MESNIL, Thérèse ZOBIRI, Thermodynamique chimique,


2A PC-PC*, H-Prépa, Hachette 1996

[26] : Peter W.ATKINS, Julio de PAULA, Chimie-Physique, DeBoeck, 2004

[27] : http://www.azprocede.fr/cours_GC/rectification_isobares.html/consulté le 02/08/2018

[28] : http://www.azprocede.fr/cours_GC/rectification_yfx.html/consulté le 04/08/2018

[29] : http://www.azprocede.fr/cours_GC/rectification_yfx_idéal.hml/consulté le 10/08/2018

[30] : http://www.azprocede.fr/cours_GC/rectification_McRtot.html/consulté le 15/08/2018

[31] : http://www.azprocede.fr/cours_GC/rectification_McRmin.html/consulté le 18/08/2018

[32] : Technique de l’ingénieur : articles relatifs à la rectification

[33] : Chemical Engineer’s Handbook , PERRY (Mc Graw-Hill)

[34] : Equilibrum-Stage Separation Operations in Chemical Engineering E.J HENLEY et


SEADER (WILEY)

[35] : http ://fr.m.wikipedia.org/wiki/Colonne_(separation)/consulté le 05/09/2018

58
[36] : http ://fr.m.wikipedia.org/wiki/Réfrigérant(instrument)/consulté le 06/09/2018
[37] : http//www.laconfreriedesfinsgoustiers.org/pages/Table-de-correction-
pouralcoomètre8869592.html/consulté le 11/09/2018

59
Nom : SITRAKINIAINA
Prénoms : Manou Hasinavalona
Contact : 0349486310
Email : smh.manou@gmail.com
Titre : CONTRIBUTION A L’ETUDE D’UN POINT AZEOTROPE D’UN MELANGE
LIQUIDE REEL

RESUME
La distillation du « toaka-gasy », un mélange binaire éthanol-eau, nécessite la
connaissance de ses caractéristiques. Notre étude consiste à tracer le diagramme isobare d’un
binaire à partir de ses températures d’ébullition et de rosée des solutions ayant de
pourcentages volumique différents (10 %vol à 92 %vol).

À Beforona (région Alaotra-Mangoro), à l’aide d’un distillateur artisanale de la société


Ethanolab, on a pu tracer une courbe T = f(t) pour un pourcentage volumique de 45%vol.
Mais pour les autres pourcentages, il faudrait qu’on les effectue au laboratoire de
macromolécule à Université d’Antananarivo. Ainsi, d’une part, à partir de diagramme isobare
d’ébullition et de rosée, on a obtenu un point de rencontre : c’est le point azéotrope :
(éthanol pur) (eau pure). Et on a déduit d’une autre part que le mélange toaka-
gasy est un mélange liquide réel.

ABSTRACT
The distillation of "toaka-gasy", a binary ethanol-water mixture, requires the
knowledge of its characteristics. Our study consists in drawing the isobar diagram of a binary
from its boiling and dew-boiling temperatures of solutions with different volume percentages
(10 %vol to 92 %vol).

In Beforona (Alaotra-Mangoro region), with the help of an artisanal distiller from


Ethanolab, a T = f (t) curve could be drawn for a volume percentage of 45%vol. But for the
other percentages, they should be made in the macromolecule laboratory at University of
Antananarivo. Thus, on the one hand, from an isobaric diagram of boiling and dew, we have
obtained a meeting point: it is the azeotropic point: < (pure ethanol) < (pure water).
And it has been deduced on the other hand that the toaka-gasy mixture is a real liquid mixture.

Encadreur : Monsieur RAJERISON Wilson Adolphe, Professeur Titulaire