Vous êtes sur la page 1sur 43

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.

BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
INTRODUCTION
 Les produits de contraste iodés (PDCI) sont utilisés
pour pallier l’insuffisance de résolution en contraste au
cours des examens d’imagerie à rayon X.
 Ils permettent d’opacifier ou de majorer le contraste
naturel des compartiments dans lesquels ils sont
distribués ou éliminés.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
INTRODUCTION
 Ils permettent ainsi de mieux visualiser:
 une structure anatomique (par exemple un organe)
 ou pathologique (par exemple une tumeur)
 Intérêts :
 dans l’imagerie à rayon X, tous sont à bases d’iode
 Plusieurs types de PDCI
 Savoir comment les utiliser+++

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
- Propriétés physicochimiques
- Préparation à l’utilisation des PDCI
- Accidents et incidents

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PRINCIPES D’ACTION
 L'efficacité de ces produits de contraste iodés (PDCI)
est directement proportionnelle à leur teneur en iode.
 Du fait de son numéro atomique élevé (Z = 53), l’iode
majore l’atténuation des rayons X, essentiellement par
effet photo-électrique.
 Cette interaction ne crée pas de rayonnement diffusé
car le photon X, après collision avec les électrons des
orbitales internes de l’atome d’iode, est totalement
absorbé.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
LES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES
 Les produits sont de faible taille, ce qui leur permet de
franchir l’endothélium vasculaire et de ne pas
emboliser le réseau capillaire. Leur poids moléculaire
est compris entre 600 et 1650.
 Ils sont caractérisés par leur:
 Osmolalité
 Viscosité
 Hydrophylie et lipophylie

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
LES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES
 Osmolalité :
 exprime le nombre de particules osmotiquement actives
c’est à dire les particules qui exercent une force sur les
parois semi perméables qui l’entourent par kg d’eau.
 L’unité de l’osmolalité est le milli-osmole par kilo d’eau.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
LES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES
 Viscosité :
 La viscosité d’une solution est la résistance qu’elle oppose à un
écoulement uniforme.
 L’unité de viscosité est exprimée en centipoises (cp )ou en
milliPascals *seconde (mPa.S).
 Les différents produits ont une viscosité de l’ordre de 4 a 12 cp,
plus élevée que celle du plasma =1,2 cp.
 Les produits fluides adhèrent peu aux parois, alors que les
produits de viscosité plus élevée les dessinent mieux mais au
prix d’une certaine agressivité vis a vis de l’endothélium.
 Différents paramètres ont un rôle sur la viscosité : la
température, la concentration et la nature chimique.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
LES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES
 Hydrophilie et lipophilie :
 Globalement ces molécules sont hydrophiles, ce qui
explique leur absence de passage membranaire au niveau des
différentes cellules : cellules sanguines, cellules de
l'interstitium, cellules endothéliales ou encore cellules
intestinales.
 La lipophilie (ou hydrophobie) des PDCI résulte
essentiellement de la présence du cycle benzénique. Elle est
mise en cause dans la genèse des interférences avec les
systèmes biologiques. L'un des objectifs des molécules
dernièrement synthétisées est de greffer des radicaux
permettant de protéger le cycle benzénique, augmentant ainsi
l'hydrophilie des molécules.
 Les produits actuellement utilisés sont tous hydrosolubles.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS
 La structure de base des molécules est un composé
organique de type cycle benzénique sur lequel sont fixés
trois atomes d’iode en position 2, 4 et 6.
 La fixation de l’iode est covalente et de ce fait solide.
 Les atomes de carbone en position 3 et 5 sont porteurs de
radicaux.
 En position 1, on trouve soit une fonction acide
salifiée (produit ionique), soit un radical R ( produit non
ionique).
 On peut distinguer 4 grandes classes en fonction de la
formule chimique.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS
 On peut distinguer 4 grandes classes en fonction de la
formule chimique:
 Produits tri iodés ioniques
 Produits hexa iodés ioniques
 Produits tri iodés non ioniques
 Produits hexa iodés non ioniques
 Pour chaque catégorie, l'osmolalité de la solution
pour une concentration donnée d'iode dépend du
nombre d'atomes d'iode par molécule (rapport
iode/nombre de particule).
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS
 Produits tri iodés ioniques
 Ce sont les produits de premières générations apparues dans
les années 1950.
 La structure de base de ces produits est un noyau de benzène
(monomère) auquel sont:
 attachés 3 atomes d'iode,
 un radical acide carbonique (COO-) et
 deux radicaux spécifiques R1 et R2.
 L'acide carbonique confère à ces produits leur nature ionique.
 La partie cationique est généralement un mélange de sodium
et de méglumine.
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS
 Produits tri iodés ioniques
 La méglumine réduit l'effet toxique du sodium mais entraîne
une augmentation de la viscosité du produit qui peut être
gênante lors d'injection vasculaire rapide (angiographie).
 Dissociés en solution, ces produits porteurs de 3 atomes
d’iode, se décomposent en 2 particules ayant une activité
osmotique avec un rapport iode/particule de 3/2 soit 1,5 ;
 ce qui rend la solution très hyperosmolaire par rapport au
plasma. Du fait de leur osmolalité très élevée ( 1700-
2200mOsm/Kg H2O ) comparativement à l’osmolalité
plasmatique (300 mOsm/Kg H2O), ces produits sont qualifiés
de PHO (Produits de Haute Osmolalité).
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits tri iodés ioniques

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits tri iodés ioniques
 Ioxitalamate (Télébrix®)
 Amidotrizoate (Radioselectan®)
 ++ en urographie

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS
 A partir des années 70, deux approches différentes ont
permis d’abaisser l’osmolalité :
 l’une a couplé deux structures de base pour constituer un
dimère hexa-iodé ionique qui conserve une fonction acide sur
le premier cycle benzénique en position 1.
 L’autre a substitué à la fonction acide en position 1 un radical
pour constituer un monomère tri-iodé non ionique.
 L’osmolalité de cette génération de produits se situe aux
alentours de 600 a 900 mOsm/Kg.
 Ces produits sont qualifiés de PBO (produit de basse
osmolalité).
 Leur osmolalité reste néanmoins 2 à 3 fois supérieure à
l’osmolalité plasmatique.
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés ioniques
 Ces produits sont composés de la réunion de 2 noyaux
benzéniques (dimère) qui peuvent alors recevoir 6 atomes
d'iode.
 Un acide carbonique est attaché à l'un des noyaux de benzène et
confère à la molécule son caractère ionique.
 En solution, ces produits porteurs de 6 atomes d’iode se
décomposent en 2 particules ; le rapport iode/particule est de
6/2 (équivalent à 3).
 L'osmolalité reste toujours élevée par rapport à l’osmolalité
plasmatique (600 mOsm/Kg)
 Ces produits ne peuvent cependant pas être utilisés par voie
intrathécale (myélographie) du fait de leur nature ionique. La
forte viscosité de ces produits limite leur utilisation par voie
intra-veineuse rapide (angiographies)

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés ioniques

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés ioniques
 Ioxaglate (Hexabrix®)

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits tri iodés non ioniques
 Ces produits de contraste ont été développés dans les
années 70 pour réduire les effets secondaires observés
après injection intrathécale.
 La myélographie représente encore l'indication
majeure de ces produits.
 Ils sont composés d'un noyau benzénique associé à 3
atomes d'iode et 3 radicaux spécifiques.
 Ces produits sont des monomères non ioniques .

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits tri iodés non ioniques
 En solution, pour 3 atomes d’iode, on a une particule
osmotiquement active: le rapport iode/particule est de 3/1.
 Leur osmolalité est réduite mais reste néanmoins
supérieure à l’osmolalité plasmatique.
 La toxicité de ces produits est fortement diminuée en
comparaison des produits précédents car ils sont non-
ioniques et d'osmolalité plus faible.
 Ils peuvent être utilisés par toutes les voies, y compris par
voie intra-thecale.
 Ils sont aussi très intéressants pour l'étude du tube digestif
lorsqu'un produit baryté est contre-indiqué (suspicion de
rupture digestive).
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits tri iodés non ioniques

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits tri iodés non ioniques

 Iopamidol (Iopamiron®)
 Iohexol (Omnipaque ® )
 Iopromide (Ultravist ®)
 Ioméprol (Ioméron ®)
 Iobitridol (Xenetix ®)

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés non ioniques
 Les années 80 et 90 ont vu se développer une nouvelle
classe de produits de contraste non-ioniques.
 Ils sont composés de 2 noyaux benzéniques (dimères).
 La fonction acide en 1 d’un dimère ionique porteur de
6 atomes d’iode est substituée par un radical.
 En solution, ces produits sont porteurs de 6 atomes
d’iode pour une molécule : le rapport iode/particule
est de 6/1, ce qui rend la solution quasiment iso-
osmolaire.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés non ioniques
 Ces produits sont qualifiés de PIO (produits iso-
osmolaire).
 Ces produits sont incolores, hydrosolubles et stables
dans de bonnes conditions de conservation c’est à dire
à l’abri de la lumière, de la chaleur et des Rx (les
rayonnements électromagnétiques peuvent fragiliser la
liaison iode- noyau benzoïque avec apparition
d’iodures).

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés non ioniques

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS:
produits hexa iodés non ioniques
 Iotrolan (Isovist®)
 Iodixanol (Visipaque®)

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS
 Deux regroupements sont utilisés dans la classification
des PDC iodés.
 Selon leur caractère ionique ou non, on a deux classes.
 Selon leur gamme d’osmolalité, on a 3 classes de
produits :
 PHO (le rapport atomes d’iode /molécules est de 1,5),
 PBO (le rapport atomes d’iode / molécules est de 3) et
 PIO (atomes d’iode/molécules est de 6).

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CLASSIFICATIONS

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
- Propriétés physicochimiques des PDCI
- Préparation à l’utilisation des PDCI
- Accidents et incidents

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PREPARATION A L’UTILISATION DES
PDCI : le jeûne
 Hormis les cas où une anesthésie peut se discuter au
décours immédiat de l’injection, le jeûne strict est
maintenant souvent abandonné pour être remplacé par un
simple jeûne des solides.
 En effet le jeûne des liquides avait pour inconvénient de
favoriser la déshydratation et l’hypersécrétion d’un liquide
gastrique acide, potentiellement corrosif en cas de
vomissement et d’inhalation.
 Cette mesure était par ailleurs antinomique avec la
recommandation souvent faite parallèlement d’ingérer 0,5
à 1l d’une suspension a base de PDCI avec l’objectif de
réaliser un balisage digestif.
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PREPARATION A L’UTILISATION DES
PDCI : la prémédication
 Le principe d’une prémédication est assez classique
 L’efficacité d'une prémédication sur les réactions minimes à
d’ailleurs été montré (avec la réserve que la corticothérapie
soit instaurée bien avant l’injection).
 Mais aucune preuve solide n’existe pour démontrer que la
prémédication apporte une protection vis à vis des réactions
sévères.
 Les prémédications proposées utilisent:
 isolément des corticoïdes [par ex. Médrol
(méthylprédrisolone) 32 mg x 2, 12h et 24h avant l’examen]
 ou encore elles associent corticoïdes, antihistaminiques et
anxiolytiques, sur une durée s’échelonnant entre 12 et 72 h.
 Injection de corticoïde juste avant l’examen

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PREPARATION A L’UTILISATION DES
PDCI : la prémédication
 Au total, on ne peut retenir de recommandation
particulière en matière de prémédication.
 La protection apportée, si elle existe, n’est en aucune
façon une garantie.
 On ne diffèrera pas une exploration urgente au motif
d’une prémédication.
 La meilleure prévention semble porter plus sur le choix
du produit, ainsi que sur l’identification des facteurs de
risque, qui peuvent conduite à proposer des stratégies
diagnostiques alternatives.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PREPARATION A L’UTILISATION DES
PDCI : exploration de la fonction rénale
 Avant une injection il convient d’avoir recherché une
éventuelle atteinte préalable de la fonction rénale.
 Chez le sujet âgé le taux de créatininémie sera
complété d’un calcul de la clairance selon la formule de
Cockrofdt.
 Cl créat (ml/min) =1,23 x (140-âge) x poids / créat plasm(
moles/l) chez l’homme
 Cl créat (ml/min) = 0,85 x 1,23 x (140-âge) x poids / créat
plasm ( moles/l) chez la femme

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PREPARATION A L’UTILISATION DES
PDCI : exploration de la fonction rénale
 En pratique :
 -si créatininémie >120 μmol/l (ou si clairance
<60ml/min chez le sujet âgé) : chercher une
substitution (IRM, écho, scanner non injecté) et si
injection créatininémie48-72h après.
 - si créatininémie >200 μmol/l (ou si clairance
<30ml/min chez le sujet âgé) : injection a priori
récusée.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
PREPARATION A L’UTILISATION DES
PDCI : la dose
 La dose maximum classiquement admise est 1g d'Iode
/kg pour un produit à 350 mg Iode/ml, les quantités
utilisées variant habituellement de 1 à 3 cc /kg.
 Il est recommandé de respecter un délai d'environ
cinq jours entre deux examens requérant
l'utilisation de quantités importantes de PCI.
 La nécessité de délais plus rapprochés devra prendre
en compte les doses utilisées et se pratiquer sous
couvert d’une bonne hydratation, après avoir vérifié
l’absence d’insuffisance rénale secondaire.
cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de
service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
- Propriétés physicochimiques des PDCI
- Préparation à l’utilisation des PDCI
- Accidents et incidents

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
ACCIDENTS ET INCIDENTS
 Extravasation
 Passage parenchymateux du PDC autour du point
d’injection
 Fait le plus souvent suite à une brèche veineuse:
 Traumatisme au cours de la prise de la voie veineuse
 Hyperpression au cours de l’injection du PDCI
 Généralement bien tolérée, peut cependant engendrer des
douleur voire des séquelles et perturber le déroulement de
l’examen.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
ACCIDENTS ET INCIDENTS
 Extravasation
 Gravité dépends :
 du produit injecté, du volume (>30ml PHO, >100ml PBO)
 De la zone d’extravasation Dos de la main, dos du pied, pli du
coude
 CAT:
 examen + surveillance le lendemain
 Signes de gravité
 Pansement avec glace
 Chirurgie exceptionnelle

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
ACCIDENTS ET INCIDENTS
 Allergie : il n’y pas d’allergie a l’iode!!!! Mais il existe
une allergie aux produit de contraste iodé.
 Signes Cutanés
 Digestifs
 Respiratoires
 Cardio-vasculaires (pouls rapide)
 Voire le choc Anaphylactique

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
ACCIDENTS ET INCIDENTS
 Allergie : classification de Ring et Messmer.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
ACCIDENTS ET INCIDENTS
 Allergie: dans tous les cas il faut:
 Stopper l ’injection
 Appeler à l ’aide
 Noter l ’heure
 Prendre le pouls, la tension
 Vérifier la voie veineuse
 Donner de l ’oxygène (bon pour tous les cas: asthme, angor,
vagal, anaphylaxie)

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR
CONCLUSION
 Les PDCI ont beaucoup contribué au développement
du radiodiagnostic.
 Ayant des propriétés physico-chimiques, des
mécanismes d’action, une pharmaco cinétique et des
effets secondaires, ils doivent être considérés à ce titre
comme des médicaments à part entière.
 Leur administration, qui doit être pondérée et limitée
au strict nécessaire, est sous l’entière responsabilité du
médecin radiologue.

cours TSRIM / HGR. par Dr I.D.BAKO chef de


service de radiologie et Imagerie Medicale / HGR