Vous êtes sur la page 1sur 3

Master – Finance et Economie Appliquée

Option Comptabilité, Contrôle et Audit


(2ème année)
----------------------------
Techniques d’Audit et Commissariat Aux Comptes

Cas pratique : Société ATD

Pôle académique de rattachement : Rabat Business School

Auteur : Monsieur Adnan CHARIBA, Expert Comptable DPLE et


Commissaire Aux Comptes inscrit à l'Ordre des Experts Comptables - Conseil
Régional Fès, Meknès et l’Oriental.

Année Universitaire : 2020/2021


Dans le cadre de la prise de connaissance de l’entité dénommée ATD, l’auditeur cherche à
évaluer le risque d’anomalies significatives dans les comptes. Pour ce faire, il commence par
identifier les risques inhérents pour ensuite apprécier l’organisation de l’entité et dans quelle
mesure elle permet de couvrir les risques inhérents ou d’en atténuer les effets.

Cette évaluation des risques qui s’avère fondamental pour la conduite de la mission d’audit
est faite dans un premier temps de manière globale avant d’affiner l’analyse pour chaque
processus/cycle.

Contexte :

L’entité ATD est une société à responsabilité limitée de droit marocain créée il y a 10 ans.

Les associés de la société font partie de la même famille.

Cette société agit dans le secteur de la distribution de produits informatiques.

Au début de son activité, la société ATD se contentait de revendre les produits informatiques
acquis auprès d’importateurs agréés à des particuliers et quelques petites et moyennes
entreprises.

En vue de développer son activité dans un secteur qui est marqué par une évolution
technologique perpétuelle et une concurrence accrue, la société a commencé à orienter ses
efforts commerciaux vers la catégorie clients-entreprises, étant donné l’importance des
commandes faites par cette catégorie.

Contrairement aux clients particuliers qui règlent leurs achats au comptant, les clients-
entreprises exigent un délai de paiement.

Suite à une décision stratégique prise par les associés, la société importe directement les
produits informatiques afin de les revendre à ses clients.

La société dispose d’un entrepôt de stockage et d’un magasin pour la vente de ses produits
notamment aux particuliers.

La société compte une quinzaine de personnes.

Comme les achats sont effectués à l’étranger, une couverture de change a été mise en place
par la société sur proposition de son conseiller financier.

Pour être en conformité avec les dispositions de la loi 5-96 traitant, entre autres, de la société
à responsabilité limitée, le cabinet C-expertise a été nommé commissaire aux comptes pour
auditer les comptes de la société ATD.

D’après Monsieur Ali, directeur général ayant la qualité de gérant et détenant 80% des titres
de la société ATD :

« Cette nomination n’était pas une décision aisée. Il a fallu solliciter une consultation auprès
d’un conseiller juridique pour prendre connaissance du caractère obligatoire de la
2
©Adnan Chariba, Expert comptable DPLE, Commissaire aux Comptes
désignation du commissaire aux comptes et des sanctions correspondantes si ladite
désignation n’est pas faite conformément aux dispositions légales en vigueur.

Nommer un tiers pour fouiller dans nos affaires ne fait pas partie de notre culture ».

Travail à faire :

1. Quels sont les risques liés à la structure du capital ?

2. A la lumière de la déclaration de Monsieur Ali, le directeur général de la société ATD,


quelles peuvent être les conséquences de l’attitude du top management sur le
déroulement de la mission de commissariat aux comptes ?

3. Compte tenu de la description de l’activité de la société ATD et à la lumière de


l’approche par les risques,
i. Quelles sont, à votre avis, les opérations qui comportent le plus de risques ?
ii. Quel(s) est (sont) le(s) risque(s) associé(s) à chaque nature d’opération identifiée ?

4. A la lumière des risques inhérents identifiés dans la question 3, quelles sont, à votre
avis, les mesures de contrôle interne à mettre en place pour réduire ces risques ou d’en
atténuer les effets ?

5. A votre avis, quels sont les points qui doivent retenir le plus l’attention du
commissaire aux comptes dans le cadre de l’évaluation du contrôle interne et du
contrôle des comptes de la société ATD ?

6. Si on qualifie le niveau des risques inhérents afférents aux opérations identifiées au


niveau de la question 3 de moyen, comment appréciez-vous le niveau de diligences de
contrôle des comptes et le risque de non détection sous les deux hypothèses suivantes :
i. Risque lié au contrôle est faible ;
ii. Risque lié au contrôle est élevé.

3
©Adnan Chariba, Expert comptable DPLE, Commissaire aux Comptes

Vous aimerez peut-être aussi