Vous êtes sur la page 1sur 71

Cours:

HYDRAULIQUE DES RESEAUX


Mme F. ELMOUJADDIDI

1 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Au programme dans ce cours :
 Caractéristiques des écoulements
 Proprietes des liquides
 Ecoulements en charge
 Ecoulements à surface libre
 Les Grandeurs hydrauliques
 Les pompes

2 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Définition:

 L’hydraulique est l’étude des écoulements.

En tant que telle, les champs d'investigation qu'elle propose regroupent plusieurs
domaines :
• les machines hydrauliques
• les écoulements de fluides incompressibles en conduite ou à surface libre
• l'énergie hydraulique
• l'hydraulique urbaine

 De manière générale, le fluide utilisé dans les systèmes hydrauliques est


incompressible telle l'eau ou l'huile

3 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Définition:

 On distingue deux types d’écoulements :


 les écoulements en charge, dans lesquels l’eau remplit complètement la
canalisation, c’est le cas notamment des réseaux d’eau potable.
 les écoulements à surface libre (interface entre l’eau et l’air), c’est le cas
des rivières et des réseaux d’assainissement.

4 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide
 Définition de la notion de fluide

Un fluide est un corps physique sans forme propre, qui peut


s’écouler, c'est-à-dire subir de grandes variations sous l’action de
forces extérieures. Les liquides et les gaz sont des fluides.
 Poids et masse
Le poids P et la masse m d’un corps sont liés par la relation
fondamentale :
P  m.g (en Newton)

• m : masse du corps (Kg)

• g est l’accélération de la pesanteur (9,81 m/s2 )

5 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide
1- Masse volumique
 La masse volumique (ρ) est le rapport :
 le volume est pratiquement insensible aux variations de pression
 la majorité des cas, il augmente faiblement quand la température augmente, l’eau
faisant exception à cette règle en dessous de 4°C.
 eau = 1000 kg/m3
 mercure = 13546 kg/m3
 air sec = 1,205 kg/m3

2- Densité
C’est le rapport de la masse (ou du poids) d’un certain volume du corps en question
à la masse (ou le poids) d’un égal volume d’eau.

6 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide
3- Viscosité
 La viscosité d’un fluide en mouvement est la propriété qui exprime sa
résistance à une force tangentielle

 N
  m 2 N .S
dv   1  2
dy S m
 Les dimensions de μ sont: 1 N.s/m2 = 0,10 Kg/m.s.
o L’unité dans le S.I est le Poiseuille : PL / 1PL = 1Kg/m.s
o L’unité pratique est le poise : (Poi) / 1Poi = 10 g/cm.s = 0,1PL

 *C’est la propriété la plus importante en hydrodynamique

7 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide

4- Poids spécifique

 Il représente la force de gravité agissant sur la masse par unité de volume :

*C’est la propriété la plus importante en hydrostatique

8 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide

5 - Pression de vapeur saturante


L’ébullition est un phénomène de changement d’état, dans lequel le liquide passe à
l’état de vapeur. Tous les liquides ont tendance à s’évaporer ; la phase liquide se
transforme en phase gazeuse. Au cours de cette transformation, les molécules de
vapeur exercent une pression appelée pression de vapeur saturante. Dans le cas de
l’eau, la pression de vapeur (ps) croît avec une augmentation de la température (T).
 La pression de vapeur saturante pour l’eau est donnée par la relation empirique
suivante :

 Si, à température constante, on abaisse la pression à la surface d’un liquide, ce


dernier se met à bouillir lorsqu’on atteint la pression de vapeur saturante
correspondant à cette temperature.

9 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide
6- Pression de vapeur saturante
Le phénomène de cavitation:

Variations de
volumes lors du
ébullition changement d’etats
P<Ps

10 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Propriétés physiques du fluide
7 - Tension superficielle

La force d’attraction tangentielle à la surface nécessaire pour arracher des particules


agissant le long d’un segment de longueur unitaire est appelée tension superficielle.
Tension de surface : Air – eau à 20°C : 0,0724 N/m.

11 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
1- Les écoulements en charge

1-Les régimes d’écoulement


Le régime d’un écoulement se caractérise par la fluctuation temporelle des vitesses et
des pressions au sein de la veine liquide.

Vitesse du fluide : elle dépend de la charge qui force le


fluide à traverser la conduite. Plus la charge est élevée, plus
le débit de fluide est important et plus le volume
d'écoulement est important.

12 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
1- Les écoulements en charge
1-Les régimes d’écoulement

 Le régime Laminaire: la vitesse est très faible (quelques millimètres par


seconde) le filet coloré reste bien défini, rectiligne et parallèle à l’axe du
tuyau.

13 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
1- Les écoulements en charge

1-Les régimes d’écoulement:

Régime turbulent:
 la vitesse est plus élevée, le filet devient ondulé et très instable.
 Le filet se mélange rapidement au fluide ambiant. Des tourbillons de
différentes tailles apparaissent .

14 Cours Hydraulique urbaine Mme F.


ELMOUJADDIDI
1- Les écoulements en charge
2. Distribution des vitesses

2.1 un tuyau rectiligne

La distribution de la
vitesse moyenne

Les forces dans


l’écoulement

Le régime d’ecoulement

 La connaissance du profil de vitesse dans une conduite permet de calculer le débit.

15 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2.1 un tuyau rectiligne

 la vitesse maximale est au centre


de la canalisation.
 le profil de vitesse turbulent varie
beaucoup plus qu’en laminaire
 au voisinage de la paroi: zone de
fort gradient de vitesse est
appelée couche limite.

16 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2.1 un tuyau rectiligne

 Écoulement laminaire : les lignes de courant demeurent parallèles entre elles, les
couches de fluide glissant les unes sur les autres sans se mélanger. Les pertes de
charge sont alors proportionnelles à la vitesse.
 Écoulement turbulent : les lignes de courant ne gardent plus leur individualité,
mais s'enchevêtrent. Les pertes de charge sont proportionnelles au carré de la
vitesse.
2.2. - Elargissement et rétrécissement dans une conduite

 La transition entre deux conduites de diamètre différent pour un écoulement en


charge provoque une répartition transversale des vitesses longitudinales totalement
différentes de celles vues précédemment.
 On constate une zone ou les veines liquides proches de la paroi se décollent sur
une longueur L. Dans cette zone, on observe des recirculations à l’origine de
perturbations importantes dans l’écoulement.

18 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2.3 - Sortie d’un réservoir

 La sortie d’un réservoir provoque également une modification de la répartition de


la vitesse et une zone de décollement de la veine liquide. On remarque que les lignes
de courant (ligne enveloppe du champ de vitesse) se resserrent au passage de la zone
de recirculation.
La présence de cette zone a pour effet de diminuer légèrement la section de passage
de l’écoulement.

19 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2.4 – Coude
 En raison de la courbure de la conduite, un mouvement hélicoïdal des lignes de
courant peut s’établir. La présence de ce mouvement de rotation persiste sur une
longueur en aval du coude (à peu près 50 fois le diamètre de la conduite).
 Lorsque la courbure est importante, des zones de recirculation peuvent apparaître.
 Le mécanisme interne de l’écoulement au travers d’un coude n’est pas encore bien
connu, malgré le grand nombre de chercheurs qui ont analysé cet élément
important.

20 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2.5 - Obstacles dans un écoulement en charge

 Les figures suivantes montrent l’évolution des tourbillons à l’aval d’un obstacle dans
un écoulement en fonction de l’intensité de la vitesse

21 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2.6 - Le coup de bélier
Le coup de bélier est un ensemble de phénomènes hydrauliques complexes provenant
de la modification brutale du champ de vitesse et de pression dans une conduite.
 L’amplitude et la soudaineté des surpressions et dépressions qui sont mises en jeu
peuvent détériorer la conduite ou les organes qui y sont branchées.
 Le coup de bélier: exemple, dans le cas de la fermeture brutale d’une vanne.

22 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2. Ecoulement à surface libre

La surface libre
 La surface libre est l’interface entre l’air et l’eau. La pression y est égale le plus
souvent à la pression atmosphérique.
 Les écoulements dans les canaux naturels (rivière) et artificiels (irrigation,
assainissement) sont, dans la plupart des cas, des écoulements à surface libre.

23 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
2. Ecoulement à surface libre
 Distribution des vitesses dans un canal
 La distribution des vitesses dans une section transversale varie en fonction de la
forme de la section et de la rugosité des parois.

 Les figures suivantes montrent la répartition des iso-vitesses dans le cas d’un
régime turbulent. Dans certains cas, la vitesse peut-être maximale un peu au-
dessous de la surface libre.

24 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
 Les grandeurs Hydrauliques

25 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Les grandeurs Hydrauliques

Le débit
•C’est le volume d’eau transité dans une conduite par unité de temps, il est exprimé en [m3/s].
Q = V /T

Débit en [m3/s] Volume en [m3] Temps en [s]


•C’est aussi le produit de la vitesse de l’eau par la section de la conduite

Q =V * S

Débit en [m3/s] Vitesse en [m/s] Section en [m2]


L’unité légale de débit est le mètre cube par seconde [m3/s], mais on utilise
fréquemment les mètres cubes par heures [m3/h] ou les litres par secondes
[l/s].
Les grandeurs Hydrauliques

 Nombre de REYNOLDS :
 Pour faciliter la comparaison entre deux écoulements, on utilise des nombres sans
dimension.

Avec:
o V : vitesse moyenne de débit en m/s
o D : diamètre de la canalisation en mètre
o n : viscosité cinématique du fluide en m²/s (eau douce n = 1,1 x 10-6 m²/s )
o µ : viscosité dynamique du fluide en poise (1centipoise = 1 millipascal.seconde)
Les grandeurs Hydrauliques

 Applications
 Notion de Débit :
 Le débit Q est le volume du liquide écoulé par unité de temps :
V :Volume exprimé en m3
V
Q  t :Temps en secondes

t Q : Débit en m3/s

Exemple :
 Volume V : 100 m3
 Temps t : 2s 100
 Débit dans une conduite Q  50m 3 / s
2
Le débit dans une conduite de diamètre D est calculé par l’expression :

Q  V .S
V :Vitesse de l’eau dans la conduite (m/s).
S : Section de la conduite (m2).

 .D 2
S 
4
Les grandeurs Hydrauliques

 Applications:

 Calcul du diamètre d’une conduite :


Soit une conduite qui transporte un débit de 100 l/s à une vitesse de 1.5 m/s.
Calculer le diamètre de la conduite en mm.

 Calcul du débit dans une conduite :


Soit une conduite de diamètre qui transporte l’eau avec une vitesse de 1.5 m/s.
Calculer le débit dans la conduite en l/s.
Les grandeurs Hydrauliques

La pression
C’est le rapport de la force exercée sur une surface
P = F / S
P: Pression en [N/m²], F: Force en [N], S: Section en [m²]

L’unité légale de la pression c’est le Pascal [Pa].


Les distributeurs d’eau préfèrent utiliser d’autres unités:
Le bar, le mètre colonne d’eau, Le kilogramme force par centimètre carré
1 atmosphére = 1 bar = 105 Pa = 1 Newton / m² = 1 kgf / cm² = 10,2 m.c.e

La notion de pression est très importante sur un réseau de distribution d’eau potable.
En effet la pression ne doit pas être trop importante pour entraîner une détérioration, ni trop
faible pour ne pas assurer l’alimentation.
Les grandeurs Hydrauliques

 Applications:
 Notion de Pression
 La pression est égale au rapport de la force par la surface sur laquelle elle est exercée :
F : Force en Newton (N)

F
 P  S : Surface en m2
 S P : Pression en N/m2 ou Pascal (Pa).
 Exemple de calcul de pression :
 Force F = 400 N
F 400
 Surface S = 4m x 0,5m = 2 m2 P   200 N / m 2  200 Pa
S 2
 Pression en un point d’un liquide au repos :
 Quand l’eau est au repos (cas d’un réservoir), on peut calculer la pression en tout point du
liquide par :

P  .g.h
 Avec :
 P : Pression exprimée en Pascal
 ρ : masse volumique du liquide en Kg/m3.
 g : accélération de la pesanteur = 9.81 m/s2.
 h : profondeur en m du point considéré comptée à partir de la surface libre de l’eau dans le réservoir.
Les grandeurs Hydrauliques

• Applications:
• 1- Temps de remplissage d’un réservoir :
• On veut remplir un réservoir cylindrique de diamètre 4m et de
hauteur 3m à l’aide d’un groupe de pompage débitant 1,30 l/s.
• Calculer le temps de remplissage du réservoir ?

• 2-Calcul de pression sur la paroi d’un réservoir :


• Soit un réservoir rempli d’eau dont la profondeur h = 1m. Calculer la
pression exercée par l’eau sur la paroi verticale du réservoir.
ρ = 1000 Kg/m3.
g = 9.81 m/s2.
Les grandeurs Hydrauliques
L’eau transportée dans les réseaux de distribution d’eau potable se caractérise par :
Sa pression, son débit, les pertes de charge et le rendement du réseau
Pression
Pertes de charge
C ’est le poids de la colonne
Au cours de la distribution, les frottements de
d ’eau qui crée une
l ’eau sur les parois des canalisations
pression. Plus la hauteur
d ’eau est élevée plus la engendrent une perte de pression
pression est forte

Pression

La pression est la force avec Débit


laquelle l’eau arrive au robinet P =
force en newton/ surface en m² Le débit = V/ t= m3/h
et c’est la quantité
1 atmosphére = 1 bar = 105 Pa = 1 d’eau fournie sur un
Newton / m² = 1 kgf / cm² = 10,2 temps donné .
m.c.e
Les grandeurs Hydrauliques

Pertes de charge:
 En Hydraulique, la perte de charge correspond à l'énergie dissipée par le
frottement du liquide. Cette énergie doit être compensée afin de
permettre au liquide de se déplacer.
 On l'exprime couramment sous la forme d’une pression (on l'appelle aussi delta P), bien qu'elle
soit en fait représentative d'une dissipation d’énergie et qu'elle apparaisse dans l'équation de
Bernoulli comme une hauteur de colonne d'eau.

On peut classer les pertes de charges en 2 types suivant leurs origines :


 1 : Pertes de charges linéaires
 2 : Pertes de charges singulières
Les grandeurs Hydrauliques
Les pertes de charge ou pertes de pression
 Perte de charge linéaire
Lorsqu’il y a écoulement d’eau dans une conduite ou accessoire sous pression, l’eau
en frottant sur les parois de la conduite entraîne une chute de pression appelée
perte de charge.

Cette perte de charge dépend:


•De la nature du liquide
•De la vitesse du liquide
•De la nature et de la rugosité du matériau de la conduite
HL = KxQ2/D5
HL = perte de charge linéaire, Q=débit, D=diamètre
Les grandeurs Hydrauliques

• Pertes de charge linéaires:


Ces pertes se produisent le long des conduites et dépendent de :
 Nature de la canalisation
 Diamètre de la canalisation
 Débit de l’eau dans la canalisation
 Longueur de la canalisation
 Les pertes de charge linéaires J sont calculées par l’équation de Darcy Weisbach :

Avec :
.L v 2
 J : Pertes de charge linéaires en m
J  .
 λ : Coefficient des pertes de charge D 2.g
 D : Diamètres de la conduite (cas d’une conduite circulaire) en m
 v : Vitesse moyenne de l’écoulement en m/s
 g : Accélération de la pesanteur = 9,81 m/s2.
Les grandeurs Hydrauliques

Exemple de Perte de charge linéaire :

Conduite neuve Conduite entartrée

La section est réduite. La rugosité du matériau est importante, ce qui entraîne une augmentation

des pertes de charge et une diminution de débit.


Les grandeurs Hydrauliques
Pertes de charge singulières
Lorsque les particules d’eau rencontrent un changement brutal dans la forme
géométrique des parois internes, la turbulence augmente en occasionnant des pertes
de charges singulières.

Exemple de singularités: (Coudes,Tés,Vannes, Rétrécissements, Élargissements, …).


Les pertes de charges singulières se produisent localement, à l’endroit des
accessoires installés sur la canalisation sont proportionnelles à la vitesse du liquide. Ils
sont données par la formule suivante.
v2
 h  K . (K Généralement donné par constructeur)
2.g
Δh : Perte de charge singulière
 K : Coefficient de pertes de charges singulières ou locales
 v : Vitesse de l’écoulement en amont de l’appareil
 _Exemple de valeurs du coefficient K pour le cas d’un rétrécissement brusque
(d petit diamètre, D grand diamètre) :
d2/D 0,1 0,2 0,4 0,6 0,8
2

K 0,5 0,42 0,33 0,25 0,15


Les grandeurs Hydrauliques
 Perte de charge totale

 La perte de charge totale crée dans une canalisation est :


J totale  J linéaire  J sin gulière
 Perte de charge unitaire
 La perte de charge unitaire est égale à la perte de charge totale
par unité de longueur de conduite :
J to ta le
j 
 Avec : L
 j : pertes de charge unitaire m/m.
 Jtotale : pertes de charge totale en m.
 L: longueur de la canalisation en m.
 Les pompes

40 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Il existe différentes pompes qui peuvent se classer en deux grandes familles :
 •Les pompes centrifuges
 •Les pompes volumétriques

41 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES VOLUMETRIQUES
1. Définition et principe
 Le déplacement du fluide est dû aux transports d’un volume Vo à chaque
rotation.
 Les pompes volumétriques ou à capacité variable sont des pompes dans
lesquels l’écoulement du fluide résulte de la variation d’une capacité
occupée par le fluide.
 On distingue deux grandes types de pompes volumétriques :
• Les pompes alternatives
• Les pompes rotatives

42 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES VOLUMETRIQUES
2. Le principe de fonctionnement et constitution

 2.1 Les pompes alternatives ou à piston


 Les pompes à piston constituent l’un des plus anciens types de pompes et
demeurent parmi les plus répandues. Comme son nom l’indique la pompe à
piston utilise les variations de volumes occasionnées par le déplacement
d’un piston dans un cylindre.
 Ces machines ont donc un fonctionnement alternatifs et nécessite un jeu
de soupapes ou de clapets pour obtenir tantôt l’aspiration dans le cylindre
tantôt son refoulement.

43 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES VOLUMETRIQUES
Il existe différentes types de pompes à piston
• Pompes à simple effet : le refoulement et l’aspiration n’a lieu que pour un sens de
déplacement du piston

44 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES VOLUMETRIQUES

45 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES VOLUMETRIQUES
 Les pompes à membrane (variante des pompes à piston)
 Dans ce type de pompe, le fluide n’entre pas en contact avec le piston. Il est séparé
par une membrane souple ou diaphragme.

46 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES VOLUMETRIQUES
 Les pompes rotatives
Le principe de ces pompes est le suivant :
 Deux rotors tournent en roulant l’un sur l’autre sans glisser pour
éviter les frottements et déplacent un volume de fluide

 Il existe différentes pompes rotatives:


• Pompes à engrenages
• Pompes à lobes
• Pompes à vis
• Pompes à rotor hélicoïdal excentré
• Pompes à palettes rigides ou souples
• Pompes péristaltiques

47 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES
 Définition et principe
La pompe centrifuge est une machine tournante qui grâce à un rotor à aubes
convenablement orientées augmente l’énergie cinétique et projette à l’aide de
la force centrifuge le liquide à la périphérie sur la volute.
 A la sortie et à l’aide d’un divergent, un grande partie de l’énergie cinétique
se transforme en pression motrice

48 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES

Ces machines comprennent donc :


• un distributeur (arrivée du liquide)
• l’ouïe d’aspiration
• le corps de la pompe ou volute
• le refoulement qui va s’élargir
• l’ouïe de refoulement
 Constitution
 Les pompes centrifuges sont de construction très simple en version de base. Elles
sont essentiellement constituées d’une pièce en rotation le rotor appelée aussi
roue ou hélice qui tourne dans un carter appelée corps de pompe ou volute.

49 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES

50 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES

3 - Le principe de fonctionnement
On peut décomposer le fonctionnement en deux étapes :
• L’aspiration :
 Le liquide est aspiré au centre du rotor par une ouverture appelée distributeur
dont le rôle est de conduire le fluide depuis la conduite d’aspiration jusqu’à la
section d’entrée du rotor.
 La pompe étant amorcée, c’est à dire pleine de liquide, la vitesse du fluide qui
entre dans la roue augmente et par conséquent la pression dans l’ouïe diminue
et engendre ainsi une aspiration et maintient l’amorçage.
• L’accélération
 Le rotor transforme l’énergie mécanique appliquée à l’arbre de la machine en
énergie cinétique. A la sortie du rotor, le fluide se trouve projeté dans la volute dont
le but est de collecter le fluide et de le ramener dans la section de sortie.
 La section offerte au liquide étant de plus en plus grande, son énergie cinétique se
transforme en énergie de pression.

51 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES

4. Les différents types de pompes centrifuges


Il existe différentes formes de roues et d’aubes qui induisent une classification de
ces machines
 • Des rotors fermés ou rotors ouverts
 • On peut monter plusieurs roues sur le même arbre ce qui permet
d’augmenter la pression de refoulement. On les appelle pompes multicellulaires
ou multi-étagées.

52 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
5. La courbe caractéristique d’une pompe centrifuge

53 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES

 5. La courbe caractéristique d’une pompe centrifuge

Remarque !!!
 Connaissant la caractéristique d'une pompe pour une vitesse de rotation donnée,
on peut calculer celle pour une autre vitesse à partir des relations suivantes :

courbe caractéristique d'une pompe centrifuge


Source: http://gpip.cnam.fr

54 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
LES POMPES CENTRIFUGES

55 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
56 Cours Hydraulique urbaine
Mme F. ELMOUJADDIDI
NPSH – Hauteur nette absolue à l'aspiration
 NPSH

 NPSH est l‘abréviation de l‘expression anglaise «Net-Positive-Suction-Head», encore appelée


«hauteur d‘aspiration nette positive» ou «hauteur totale de pression de retenue».
 Le NPSH est rattaché au phénomène de cavitation. De même que la hauteur d‘élévation, le
débit et la puissance absorbée, il représente pour une pompe une des données les plus
importantes.
 On distingue le NPSH de l‘installation (NPSHdisponible) et le NPSH de la pompe NPSH
requis).
 En comparant simplement les deux valeurs NPSHdisp. et NPSHnécess., il est possible de
déterminer si la pompe choisie pour l‘installation concernée est adaptée ou non.
 Pour que la pompe fonctionne sans caviter on doit avoir:
NPSHdisp. > NPSHrequis

57 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
NPSH – Hauteur nette absolue à l'aspiration

 Le NPSHreq est déterminé par le fabricant de la pompe. Cette valeur dépend de


plusieurs facteurs comme la géométrie de l'impulseur, le débit de la pompe, la
vitesse de rotation, la nature du liquide, etc.

 On définit ensuite le NPSHdisp selon l'équation suivante :


 NPSH disp = ha - hvap ± hst - hfs
 ha : pression absolue à la surface du liquide au point d'alimentation de la pompe (pi de liquide)
 hvap : pression de vapeur absolue du liquide à la température de pompage (pi)
 hst : différence de hauteur du liquide à l'alimentation par rapport au centre de la pompe
 hfs : pertes de charge par frottement dans le tuyau d'aspiration (pi)

58 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Conseils Pratiques
 Pour éviter la cavitation, il faut de préférence :
 monter la pompe en charge (pour que la hauteur soit négative et de valeur absolue
maximale) ;
 travailler à basse température (où la pression de vapeur saturante est plus faible) ;
 limiter les pertes de charge sur le circuit d'aspiration (et notamment éviter d'y placer
une vanne).
 On choisit la pompe (et sa vitesse de rotation) en fonction de la gamme de
débit souhaitée.
 Pour régler le débit, on fait varier les pertes de charge sur le circuit de
refoulement à l'aide d'une vanne.
 Si une variation importante du débit s'avérait nécessaire (suite à une
modification importante de l'installation ou de ses conditions de
fonctionnement par exemple), on pourra également être amené à changer
la vitesse de rotation de la pompe ; il pourra même être nécessaire de
changer de pompe.

59 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable

 La courbe du système

 La caractéristique d’une conduite est une représentation des variations des pertes
de charges totales en fonction du débit qui passe dans cette conduite

 Les pertes peuvent s’écrire sous la forme : H  R.Q 2


 L’équation est une fonction parabolique.
 L’allure de cette courbe est représentée sur le graphique suivant:
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable

 La courbe du système
 Conduites en série
 Soient deux conduites en série ayant des dimensions différentes et transitant le
même débit.
 Connaissant les caractéristiques de chacune, on peut construire graphiquement
les caractéristiques du système équivalent aux deux conduites.
 Autrement dit :
 Le débit est le même.
 Les pertes de charges s’ajoutent.
 L’ Hydraulique du réseau d’eau potable

 Conduites en parallèles
 Conduites en parallèles

Les débits s’ajoutent.


Les pertes de charges sont les mêmes quelque soit le chemin emprunté.
H AB  R1.q12  R2 .q22 Q  q1  q2
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable

Hauteur géométrique :
Pour que l’eau arrive au réservoir, il faut que la pompe fournisse une pression
suffisante pour relever l’eau à une hauteur égale à celle qui sépare le réservoir bas et
le réservoir haut.
 Cette élévation s’appelle Hauteur géométrique totale et est notée Hg.

Hauteur manométrique totale :


L’écoulement de l’eau dans le circuit hydraulique s’accompagne d’une perte de
charge totale Jtotale qui doit être compensée par la pompe.
 Donc, la pompe doit fournir une hauteur totale égale à la somme de la hauteur
géométrique (entre le réservoir bas et le réservoir haut) et les pertes de charges
dans les canalisations. C’est la hauteur manométrique totale qu’on note
généralement HMT.
 HMT = Hg + Jtotale
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable

 Point de fonctionnement d’une pompe


Le point de fonctionnement d’une pompe correspond à l’intersection de la courbe
caractéristique de la pompe et la courbe caractéristique d’un réseau de refoulement.
 Pompe refoulant sur une seule conduite

 Pompe refoulant sur deux tronçons de diamètres différents

64
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable
 Pompe refoulant sur deux tronçons en parallèle:

65
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable
Couplage des pompes
 Couplage en série
 On considère deux pompes P1 et P2. Le couplage en série est obtenu en branchant la
conduite d’aspiration de la pompe P2 sur la conduite de refoulement de P1.
 Chaque pompe possède sa propre courbe Q-H. Pour ce montage en série, le même débit
Q traverse les deux pompes P1 et P2. Pour cette valeur de débit, la pompe P1 fournit une
charge H1, alors que P2 à ce même débit élève sa charge d’une quantité H2. Il en résulte
que la caractéristique globale de ce couplage en série, s’obtient en sommant pour un débit
donné les hauteurs fournies par chacune des pompes.
L’ Hydraulique du réseau d’eau potable
Couplage des pompes
 Couplage en parallèle
 Le couplage en parallèle est obtenu par deux pompes aspirant isolément de l’eau, les
conduites de refoulement de chacune des deux pompes aboutissent sur une conduite de
refoulement commune.
 Le débit total du système est égal à la somme des débits partiels Q1 et Q2.Soit :
QT = Q1 + Q2
 En négligeant les pertes d’énergie entre les sorties des pompes et le point de jonction A,
les débits Q1 et Q2 s’établissent de telle sorte qu’on ait l’égalité des charges au point de
branchement A.
 La caractéristique globale du couplage en parallèle s’obtient alors en sommant pour une
charge HA donnée (H1 =H2=HA) les débits partiels Q1 et Q2 correspondants.
Exercice d’application
Choix d'une pompe centrifuge & dimensionnement
complet de la pompe
 On souhaite remplir une cuve de stockage au moyen d'une pompe centrifuge
qui débiterait 50 m3/h à travers le circuit suivant :
 en amont de la pompe, 20 m de conduite rectiligne horizontale de diamètre
100 mm, en acier inoxydable de rugosité 0,02 mm, branchée directement en
partie basse de la paroi du bac d'alimentation : rétrécissement brusque (k =
0,5) & clapet anti-retour (k = 0,5). Le niveau supérieur du bac d'alimentation
est à 2 m au-dessus de l'axe de la pompe.
 en aval, 35 m de conduite identique (même diamètre, même rugosité),
comprenant deux coudes de coefficient k = 0,25. Le liquide qui sort en jet
horizontal à 17 m au-dessus du niveau supérieur du bac d'alimentation est
recueilli dans la cuve de stockage.
 Le liquide pompé a les caractéristiques suivantes : masse volumique de 1000 kg
m-3 ; viscosité de 1,14 10-3 Pa s ; pression de vapeur de 5500 Pa.

68 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Exercice d’application
Questions :
 Déterminer la caractéristique du
circuit.
 Parmi les trois pompes pour
lesquelles vous disposez de
courbes caractéristiques, laquelle
est adaptée à votre besoin ?
 Quelle sera la puissance fournie
au fluide et la puissance absorbée
(rendement = 62%) ?
 Le NPSH requis de la pompe
choisie étant de 0,4 bar, calculer le
NPSH disponible et vérifier le bon
fonctionnement de la pompe.

69 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
Diagramme de Moody

70 Cours Hydraulique urbaine


Mme F. ELMOUJADDIDI
71 Cours Hydraulique urbaine
Mme F. ELMOUJADDIDI

Vous aimerez peut-être aussi