Vous êtes sur la page 1sur 59

 

                                       

Projet de Fin d'Étude – Rapport Final

Etude de la faisabilité de tours en 
béton pour des éoliennes de grande 
envergure
Sébastien Werling
2010

Tuteurs de stage : M. Preidikman (UNC, Argentine)

         M. Favier (INSA, France)
Remerciements

Je voudrais sincèrement remercier Dr. Sergio Preidikman, qui a accepté d’être mon tuteur 
durant ce stage à l’Université Nationale de Córdoba et m’a très bien intégré au sein de son 
équipe. Je remercie aussi sa femme, qui m'a été d’une aide précieuse et a facilité mes 
premiers jours en Argentine. 

Ensuite,   je   tiens   tout   particulièrement   à   adresser   ma   reconnaissance   et   mes 


remerciements à Oscar Sartori, qui a fait de son mieux pour m’aider à trouver un stage à 
Córdoba. 

Je   voudrais   également   remercier   toute   l’équipe   du   projet,   tous   les   professeurs, 


employés   et   étudiants   travaillant   dans   les   bureaux   de   recherche   du   département 
Structures, notamment Ginsu Gaggio qui m'a assisté au cours de mon travail. Ils ont tous 
fait preuve d’un accueil chaleureux, m’ont aidé à m’adapter dans ce nouvel environnement 
et m’ont soutenu dans mes activités du début à la fin. 

Enfin, je remercie mon tuteur INSA, monsieur Favier, qui m'a encadré tout au long de ce 
PFE.

3
Sommaire
Remerciements......................................................................................................................................3
Introduction...........................................................................................................................................5
 1 Historique..........................................................................................................................................6
 2 Fonctionnement des éoliennes........................................................................................................10
 2.1 Le générateur...........................................................................................................................10
 2.2 La tour (appelé aussi le mât)...................................................................................................12
 3 L'étude.............................................................................................................................................13
 3.1 Organigramme et objectif du travail........................................................................................13
 3.2 Analyse d'un exemple : La cheminée solaire...........................................................................14
 3.3 Analyse du probleme...............................................................................................................16
 4 Présentation du modèle...................................................................................................................18
 4.1 Le générateur...........................................................................................................................18
 4.2 La tour.....................................................................................................................................19
 4.3 Fondations...............................................................................................................................21
 5 Analyse des charges agissant sur la tour.........................................................................................22
 5.1 Charges de vent agissant directement sur la tour.....................................................................22
 5.1.1 Calcul...............................................................................................................................22
 5.1.2 Charge autour de la tour...................................................................................................24
 5.2 Charges dynamiques induites par le générateur sur la structure.............................................28
 5.3 Bilan des forces.......................................................................................................................30
 5.4 Combinaisons..........................................................................................................................31
 6 Dimensionnement des fondations...................................................................................................32
 7 Dimensionnement de la tour...........................................................................................................36
 7.1 Fréquences et résonnance........................................................................................................36
 7.2 Fréquence d’excitation.............................................................................................................37
 7.3 Fréquence propre.....................................................................................................................37
 7.4 Interaction fréquence d'excitation et fréquence propre de la tour............................................40
 8 Dimensionnement du matériau.......................................................................................................42
 8.1 Dimensionnement de la précontrainte sous charge de service................................................42
 8.2 Dimensionnement à la fatigue.................................................................................................47
 8.2.1 Méthode...........................................................................................................................47
 8.2.2 Résultats..........................................................................................................................49
 8.3 Déplacement de la tour............................................................................................................51
 9 Aspect économique.........................................................................................................................52
Conclusion..........................................................................................................................................55
Bibliographie.......................................................................................................................................57

4
Introduction

Chaque   année,   les   demandes   en   énergie   grandissent   et   les   compagnies   productrices 


d'électricité doivent satisfaire la demande. Les énergies fossiles sont des énergies non 
renouvelables, donc limitées. La crise écologique actuelle pousse les hommes à chercher 
de   nouveaux  moyens   de   produire   de   l’énergie   tout   en   respectant   la   planète.  L’énergie 
éolienne est une bonne alternative aux énergies fossiles puisque sont impact écologique 
est faible. Cette technologie se développe rapidement depuis une trentaine d’années et 
l'industrie des turbines éoliennes est la plus dynamique des industries de production de 
grands équipement pour la génération d'électricité. 

Mais l'argument écologique n’est pas le seul moteur de l'industrie éolienne. D'autant plus 
qu'on   voit   apparaitre   aujourd’hui   de   nombreux   groupes   anti­éoliens   qui   opposent   à 
l’argument   écologique,   des   problèmes   de   santé   publique   (production   d’infrason,   bruit), 
ainsi que des arguments esthétiques et techniques.

Le fait que les compagnies puissent gagner de l'argent avec cette technologie est une 
deuxième   cause   de   son   succès.   En   effet,   les   producteurs   d'énergie   éolienne   peuvent 
revendre leur électricité aux utilisateurs sans que les couts de production ne dépassent 
ceux d'autres industries productrices d'électricité (fossile, nucléaire etc.). 

Cependant, les éoliennes ne fonctionnent pas en permanence et la production d'électricité 
n'est   pas   linéaire.   L'énergie   éolienne   n'est   que   substituable   à   une   autre   source 
d'électricité. En effet, l'électricté produite en courant alternatif n'est pas stockable et doit 
être utilisée au fil du vent. Or, le vent est intermittent, comme la production d'électricité. Il 
faut   donc   associer   les   centrales   éoliennes   à   d'autres   moyens   de   production   dont   la 
puissance disponible doit permettre de couvrir jusqu'à la totalité de la puissance appelée 
par le réseau en cas de réduction à zéro de la puissance éolienne.

Du point de vue de la construction de ces ouvrages, les éoliennes sont exposées à des 
conditions environementales non stationnaires. Les charges aérodynamiques sur les pales 
et la tour  le  sont  donc  elles aussi.  Un  des critères qui  dirige  le dimensionnement  des 
éoliennes est la stabilité de la tour par rapport à ces charges.

Dans ce contexte, mon étude s’attache à étudier la faisabilité de tour en béton pour les 
éoliennes de grande dimension (diamètre des pales : 80m et plus) comme alternative à 
l'acier. Le béton étant moins cher que l’acier en Argentine, il est intéressant de tester cette 
alternative. 

Cette étude est nouvelle; le domaine de recherche n'est pas encore exploré et la première 
partie de l'étude consiste donc à rechercher des références bibliographiques.

5
 1  Historique

Depuis plus de 3000 ans, l’homme cherche à inventer des techniques pour utiliser 
l’énergie éolienne. Elle a été utilisée au cours du temps pour moudre le grain, pomper de 
l’eau etc.

Illustration 1: Ancienne éolienne chinoise 
servant à pomper l'eau                  Illustration 2: Moulin allemand
                              

Le   vent   est   utilisé   pour   faire   avancer   les   bateaux   depuis   plus   longtemps   encore. 
L’utilisation d’éoliennes a débuté à la fin du 19ième siècle avec les travaux de Brush (USA) 
et   Lacour   (Danemark)   mais   la   technique   éolienne   s’est   surtout   perfectionnée   dans   la 
seconde moitié du 20ième siècle. Quelques travaux ont été réalisés, comme l’éolienne de 
100kW et   30m de diamètre1  construite en URSS en 1931, celle de 200kW et 24 m de 
diamètre construite au Danemark en 1956 ou encore les travaux d’EDF qui a testé une 
turbine de 35m de diamètre et 1.1 MW en 1963. D’autres exemples existent encore, mais le 
développement   des   éoliennes   va   devenir   fort   à   partir   de   la   crise   de   1973   et   de 
l’augmentation brutale du prix du pétrole.

Cette crise a été le déclencheur de nombreux programmes de recherche, notamment aux 
USA,   avec   la   création   de   prototypes   de   38m   de   diamètre   et   100kW   en   1975,   jusqu’a 
atteindre 97.5m de diamètre et 2.5MW en 1987. Des programmes similaires ont été menés 
en Allemagne, Royaume­Uni et Suède. Durant ces années d’expérimentation, plusieurs 
solutions   alternatives   à   l’éolienne   à   axe   horizontal   ont   été   proposées,   notamment   les 
éoliennes à axe vertical

1 Ici et dans la suite de l'étude, on fait référence au diamètre des pales de  l'éolienne

6
Illustration 3: Eolienne à axe 
vertical      Illustration 4: Eolienne en H
    

Ou encore, les tours cheminées solaires qui fonctionnent comme un générateur de type 
hydraulique avec de l’air chaud. Des prototypes ont déjà été testés et cette technologie est 
en développement. Plusieurs projets ont été initiés récemment en Espagne, Australie, 
Botswana et Namibie mais n’ont pas encore abouti.

Illustration 5: Fonctionnement 
d’une cheminée solaire    Illustration 6: Cheminée solaire

Ces alternatives fonctionnaient mais se sont révélées moins fiables que l’éolienne à axe 
horizontal. C’est à ce moment qu’a été développé à plus petite échelle l’éolienne “danoise” 
comportant trois hélices orientables. Cette architecture simple est en plus très efficace et a 

7
permis d’atteindre des diamètres de 60m dans les années 80. 

Illustration 7: Eolienne  à axe  Illustration 8: Eolienne à axe 
horizontal et à 3 pales horizontal et à 3 pales

Le moteur du développement de la technologie éolienne n’est aujourd’hui plus la crise 
pétrolière mais la crise écologique. En 1997, l’objectif de la communauté européenne était 
d’augmenter la part d’utilisation d’énergie renouvelable à 12% de l’énergie totale utilisée en 
2010.   Pour   lutter   contre   le   réchauffement   climatique   et   assurer   son   indépendance 
énergétique,   l’Union   Européenne   a   choisi   de   porter   à   20%   la   part   des   énergies 
renouvelables dans sa production d’énergie d’ici 2020.L’énergie éolienne a un rôle majeur 
dans   cet   objectif   puisque   la   capacité   des   turbines   éoliennes   installées   doit   passer   de 
2.5GW en 1995 à 40GW en 2010.

Pour autant, l’énergie éolienne est remise en question par de nombreuses associations en 
France. C’est une énergie intermittente qui ne peut pas fonctionner seule. Une éolienne 
fonctionne   entre   70   et   80%   du   temps   (25%   à   pleine   puissance),   elle   doit   donc   être 
combinée   à   un   autre   système   de   production   d’électricité.   En   Espagne,   ce   sont   des 
centrales au gaz ou au charbon qui prennent le relais, l’impact écologique est dans ce cas 
plus important que pour une centrale nucléaire par exemple. Mais si elles sont associées à 
des centrales thermiques, comme c’est le cas au Danemark, la production d’électricité est 
moins néfaste pour l’environnement. Chaque kWh éolien remplace la production de 1 kWh 
thermique, fossile  ou nucléaire.

Ce que revendiquent surtout les associations anti­éoliens, ce sont les gênes occasionnées 
sur les personnes : une éolienne industrielle produirait des infrasons,  le bruit engendrerait 
des   gênes,   le   coût   supporté   par   les   citoyens   serait   énorme   car   le   système   est 
subventionné par une loi qui oblige EDF à racheter l'électricité très cher, l’impact visuel est 
important. La encore, on peut trouver des arguments contraires puisqu’aucun rapport ne 

8
prouve cette production d’infrason, la réglementation acoustique appliquée à l'éolien est 
assez draconienne (en France du moins) et l’éolienne est la moins chère des énergies 
renouvelables. Le débat reste ouvert.
Etudions maintenant le fonctionnement des éoliennes.

9
 2  Fonctionnement des éoliennes

 2.1  Le générateur

Illustration 9: Schéma de fonctionnement du générateur

Le générateur est composé de deux parties : 
- Le rotor auquel sont fixées les pales
- La nacelle située en haut du mât et qui abrite le système de génération d’électricité 
ainsi que le système de contrôle des pales qui permet de faire varier la vitesse de 
celles­ci.

L’éolienne utilise la force motrice du vent. La production d’énergie est optimale lorsque le 
vent arrive perpendiculairement au plan formé par les pales, c’est pourquoi les éoliennes 
sont équipées d’un moteur permettant d’orienter les pales autour de l'axe de la tour.

10
Le vent n’étant pas une ressource linéaire, il faut pouvoir maitriser la vitesse de rotation 
des pales. Si l’éolienne tourne trop vite, il y a des risques de rupture de la tour à cause des 
efforts trop importants engendrés par le vent. En effet, les charges induites par le vent par 
le biais du générateur sur la tour entrainent des contraintes de traction importantes dans le 
béton qui fragilisent la tour jusqu'à la rupture. De plus, la rotation des pales et du rotor 
engendre des efforts dynamiques dont la fréquence d'excitation peut correspondre avec la 
fréquence propre de la tour, faisant entrer la tour en vibration et entrainant la rupture. Cela 
s’est  produit   en   2008   à   Århus  au   Danemark :  pendant   une   tempête,   une   éolienne   est 
devenue incontrôlable et s’est mise à tourner jusqu’à la rupture de la tour et des pales.

Illustration 10: Rupture d'une  Illustration 11: Rupture d'une 
éolienne due à une vitesse de  éolienne due à une vitesse de 
rotation trop importante rotation trop importante

Il faut donc pouvoir freiner la rotation du rotor. Cette fonction est assurée en partie par le 
disque de freinage. Chaque aile est en plus dirigée par un moteur qui permet d’orienter la 
face plane de la pale plus ou moins face au vent, en fonction des conditions climatiques. 
La rotation du rotor est moins importante lorsque la face large des pales est parallèle à la 
direction du vent. De cette manière, la tour peut résister aux sollicitaions induites par le 
vent.

11
 2.2  La tour (appelé aussi le mât)

La tour qui  supporte le générateur est traditionnellement réalisée en acier. En Argentine, 
le prix du béton étant peu élevé, il semble intéressant d’étudier la faisabilité de construire 
cette tour en béton. Des exemples de tours en béton existent déjà, mais à des petites 
échelles.

Illustration 12: Tour en béton (diam.  Illustration 13: Autre exemple de tour en 
Des pales 17.5 m,50 kW), 1942    béton

On se rend compte que les études ont porté sur des éoliennes de diamètre relativement 
faible. Mon étude porte sur des éoliennes de grande envergure, dont le diamètre des pales 
atteint 90 m.

Le prix du matériau n'est pas le seul avantage des tours en béton. Pour les hauteurs de 
tours   envisagées   (au   dela   de   80m),   les   tours   en   acier   connaissent   des   problèmes   de 
résistance   des   matériau   .   Ces   problèmes   (flambement   par   exemple)   sont   résolus   par 
l'utilisation du béton dans les tours (qui par ailleurs ont la même rigidité que les tours en 
acier).

Une des critiques récurrente de la part des militants anti­éolien est l’intégration paysagère. 
Le fait de changer de matériau ne va pas résoudre le problème. Ce sont des questions 
d’ordre esthétique qui relèvent de l’appréciation personnelle de chacun. Chaque pays doit 
faire des choix de politique énergétique et il faut avoir présent à l’esprit que si l’énergie 
éolienne peut être utilisée de manière écologique, son intégration paysagère est difficile. 

12
 3  L'étude

 3.1  Organigramme et objectif du travail

L’étude   menée   au   sein   du   laboratoire   de   l’Université   de   Cordoba   consiste   à   mieux 


connaitre le comportement des éoliennes. M Preidikman (mon maitre de stage) a déjà 
conçu plusieurs éoliennes de plus petite envergure et encadre le projet de recherche et 
d’optimisation de ces dispositifs.

Le groupe de recherche s'organise comme suit :

Illustration 14: Organigramme de l'équipe de recherche

M   Preidikman   dirige   l’équipe  de   chercheurs  dont  je   fais  partie   dans  le  cadre  du   PFE. 
Chaque personne a un rôle particulier sur le projet : Cristian Gebhard s’occupe de calculer 
les charges induites par le vent sur le rotor. Ses résultats sont donc mes données d’entrée.
L’étude de Cristian Gebhard est terminée. Les charges dynamiques induites dans la tour 
par le rotor sont donc connues.
Il existe 2 autres équipes qui s’occupent  des matériaux des pales et du fonctionnement du 
générateur mais cette étude n’intervient pas dans mon projet.

La tâche qui m'a été confiée est d'étudier un exemple de tour en béton pour une éolienne 
de grande envergure.

13
 3.2  Analyse d'un exemple : La cheminée solaire

Afin de connaître la démarche générale de dimensionnement de la tour, on a étudié un 
exemple de cheminée solaire. 

Une cheminée solaire fonctionne comme une installation hydroélectrique qui utiliserait de 
l'air à la place de l'eau. Cette technologie est surtout utilisée dans les endroits arrides.
Une cheminée est composée d'un toit transparent qui sert de collecteur, d'une tour de 
cheminée centrale et d'un ou plusieurs générateurs à la base.

Illustration 15: Schéma fonctionnel d'une cheminée solaire

L'air est chauffée sous le collecteur. La pression change et l'air se déplace vers le centre 
où il entre dans la cheminée et crée un courant d'air ascendant. L'air chaud remonte  dans 
la cheminée et entraine les turbines qui sont reliés à des générateurs d'électricité.
Un   prototype   de   200m   de   hauteur   et   50kW   de   puissance   a   été   construit   en   1982   en 
Espagne.

• Intégrité structurelle

La taille de la tour représente un défi. L'exemple étudié concerne une tour de 1500m de 
hauteur  et de  160m  de  diamètre intérieur. Cette  tour  présente  des difficultés  bien  plus 
importantes qu'une tour de 90m mais permet de dégager une démarche générale.

Pour ce type de structure, surtout pour de telles hauteurs, on ne peut pas considérer que 
le profil du vent est constant le long de la tour. La première des choses effectuée dans 
cette étude est donc le calcul du profil de vent. Les auteurs calculent ce profil en fonction 
des caractéristiques géométriques de la tour qui ont été déterminées précédemment mais 
le calcul ne figure pas dans l'étude.

Nous laissons de côté le calcul des charges de vent pour nous intéresser directement au 

14
problème   de   fréquence  propre  de   la   tour. Le   vent  étant  une   ressource   non   linéaire  et 
aléatoire,   on   doit  prévoir     la   réponse   structurelle   de   la   tour  en   fonction   du   spectre  de 
fréquence de l'excitation.

Le   graphique   ci­dessous   obtenu   pour   la   cheminée   de   1500m   illustre   le   lien   entre 


l'amplitude d'excitation et la réponse structurelle. On s'apercoit que pour certaines valeurs 
de la fréquence d'excitation, l'amplitude est importante. Cette variation dans la réponse est 
du   au   phénomène   de   résonnance   :   quand   la   fréquence   d'excitation   s'approche   d'une 
fréquence propre de la tour, la réponse s'amplifie.

Ce phénomène de résonnance est un des premiers aspects de la tour à vérifier.

La   deuxième   conséquence   de   la   non   linéarité   de   l'excitation   est   l'apparition   d'une 


sollicitaion de fatigue. La tour est soumise à des cycles d'excitation et il va falloir vérifier sa 
capacité à résister à cette sollicitation durant un nombre de cycle donné. Ce calcul n'est 
pas   détaillé   dans   l'étude   sur   les   cheminées   solaires   mais   est   très   important   pour   les 
éoliennes dont la sollicitaion cyclique est due à la rotation des pales.

Nous   tirons   de   cette   étude   une   démarche   générale   pour   mener   notre   étude   sur   les 
éoliennes : il faudra définir la géométrie de la structure afin d'adapter la fréquence propre 

15
de la tour en fonction de la fréquence de l'excitation. On calculera toutes les charges selon 
un   profil   de   vent   non   vertical.   On   vérifiera   enfin   la   résistance   du   matériau   choisi   à   la 
fatigue.

 3.3  Analyse du probleme

La toute première difficulté de cette étude a été de s'adapter à une culture différente, dans 
un   pays   avec   une   langue   différente   et   des   modes   de   fonctionnement   et   de   travail 
différents. Une fois cette étape réalisée, j'ai pu entrer réellement dans le vif du sujet.

Ce   type   d'étude   est   complètement   nouveau.   La   recherche   de   bibliographie   et   de 


références a donc été une première étape du problème. Il a fallu analyser les étapes de 
dimensionnement   d'éoliennes   de   plus   petite   envergure   et   étudier   des   réalisations 
similaires ou comparables à cette étude (tour de télévision, cheminées solaires).

Nous   avons   ensuite   déterminé   avec   mon   tuteur   une   hauteur   d'éolienne   que   nous 
souhaitions   étudier  en   fonction   du  type   de  rotor  que   l'équipe  de   Cristian   Gebard   avait 
utilisé.

Limites de l'étude : nous nous limitons dans cette étude à un exemple de tour. Cependant, 
la démarche générale peut être reprise pour des éoliennes de plus grandes dimensions et 
certains calculs de charges et de vérification restent valables. 

Nous   calculons  les   charges  de   vent   pour   un   diamètre   de   tour  arbitraire   de   manière   à 
pouvoir dimensionner les fondations. Le diamètre utilisé ici est surdimensionné mais nous 
ne cherchons pas à avoir un dimensionnement précis des fondations.  Nous optimiserons 
le diamètre de la tour par la suite.

La rotation des pales et du rotor crée une excitation dynamique dans la tour. Avant de 
déterminer la fréquence propre de la tour, nous devons dimensionne les fondations. En 
effet, la structure interagit avec le sol et la dimension des fondations fait varier la fréquence 
de la tour. Nous ne dimensionnons que grossièrement ces fondations afin d'avoir une idée 
de l'influence de l'interaction. Nous ne les dimensionnons pas de manière optimpales.

Nous créons alors un premier modèle de tour en élément fini à l'aide du logiciel SAP 2000. 

Nous   pouvons   maintenant   calculer   la   fréquence   propre   de   la   tour   et   la   faire   varier   de 
manière à ce que l'excitation ne fasse pas entrer la tour en résonnance. Pour changer la 
fréquence propre, on modifie le diamètre et l'épaisseur des parois. Cette fréquence est 
calculée par le logiciel et prend en compte le matériau utilisé : du béton précontraint dans 
notre cas2.

Le vent applique une pression directe sur la tour que nous calculons grâce à une norme 

2 Nous justifierons le choix du béton précontraint plus tard

16
Argentine. Cette étape permet aussi de vérifier si l'estimation initiale des charges était 
acceptable ou non.

Nous ajoutons au modèle les charges indirectes de vent transmises à la tour par le biais 
du générateur. Elles ont été préalablement calculées par l'équipe de Cristian Gebard. Le 
poids du rotor et des pales est aussi pris en compte.

Ces charges sont entrées dans le modèle informatique, qui nous permettra d'obtenir les 
informations nécessaires à la vérification du modèle dimensionné.

Nous   vérifions   ensuite   si   la   tour   résiste   aux   charges   de   service.   Nous   vérifions   la 
résistance   du   béton,   puis   la   résistance   de   la   tour   à   la   fatigue   et   nous   calculons   le 
déplacement maximum au sommet de la tour.

Illustration 16: Schéma résumant la démarche

17
 4  Présentation du modèle

 4.1  Le générateur

Le modèle du rotor est fourni par l’équipe qui s’est occupé du calcul des charges indirectes 
de vent. C’est un modèle qui n’existe pas dans le commerce car les informations ne sont 
pas divulguées par les fabricants. Aucune entreprise n’accepte de donner des informations 
complètes sur leurs générateurs3. Le modèle est dont inspiré de modèles existants mais 
n’est pas commercialisé.

Illustration 17: Modèle de générateur utilisé pour le 
dimensionnement de la tour

Pour ce modèle, nous considérons les données suivantes : 

Rotor Masse = 68600 kg
Nacelle Masse: 50000 kg
Tableau 1: Caractéristiques du générateur
Le diamètre du support de la nacelle est de 3m. Le diamètre des pales est de 90m, et la 
3 J'ai contacté plusieurs fabricants de générateur, aucun n'a accepté de me transmettre ces informations

18
puissance de la machine est de 2MW.
Nous dimensionnons la tour en prenant en compte le poids du générateur mais aussi les 
charges de vent qui font tourner le rotor.

 4.2  La tour

La modélisation du mât a été réalisée à l’aide du logiciel SAP20004.

A   l’aide   d’une   méthode   itérative,   nous   dimensionnons   une   tour   haute   de   90m.   Les 
dimensions de la section de la tour dépendent de la résitance et de la rigidité requises. 
Ainsi, le modèle qu'on choisit au départ est arbitraire et n'est pas celui avec lequel on 
mènera l'étude jusqu'à son terme. L'étude dynamique nous permet de déterminer dans un 
premier temps les caractéristiques géométriques de la tour, on mène ensuite l'étude avec 
le modèle adopté.

Le choix du matériau s'est porté sur du béton précontraint par post tension. On aurait pu 
opter pour du béton armé mais la résistance à la fatigue de ce matériau n'est pas bonne. 
En effet, au court des cycles d'excitation de la tour (excitation due à la rotation des pales), 
des fissures se créent ce qui rend les armatures vulnérables à la fatigue. 

L'utilisation du béton précontraint est plus cher que l'acier pour des installations de petite 
taille,  mais   dans notre  cas,  il  s'agit  d'une   éolienne  de   grande  envergure  et le   cout  de 
construction est moins important.
De   plus,   avec   ce   matériau,   on   évitera   le   problème   des   fissures   car   on   dimensionne 
l'éolienne de manière à ce qu'il n'y ait :
• pas   de   traction   dans   le   béton   sous   les   charges   de   service   (effectué   grâce   au 
modèle informatique)
• et pas de problème dus à la fatigue durant un cycle de 20 ans

4 un logiciel d’éléments finis très utilisé dans les bureaux d’étude. Il a été utilisé pour le stade olympique de Pékin 
notamment (stade en nid d’oiseau des architectes Herzog et De Meuron)

19
La modélisation avec SAP2000 est la suivante :

Illustration 18: 
Modélisation 
SAP2000
 
Le modèle est composé de 1448 éléments. Une porte d'entrée est modélisée. Elle permet 
l’accès à la nacelle pour l’entretien du générateur. La maille est plus resserrée autour de la 
porte afin d’étudier plus précisément le comportement du béton dans cette zone. 
La porte d'entrée représente une rupture dans la continuité du béton. Les tendons de post 
tension   seront   courbés   pour   laisser   la   place   à   l'ouverture.   À  une   certaine   distance   au 
dessus de la porte, les effets de la discontinuité s'estompent mais nous ne occuperons pas 
ici de calculer en détail les dimensions de l'ouverture.

• Restriction de l'étude 

On ne dimensionne pas l'ouverture mais ce dont il faudrait tenir compte pour poursuivre 
l'étude est :

• La   déviation   des   tendons   autour   de   l'ouverture   et   les   effets   de   cette   déviation, 


notamment la force engendrée à l'endroit de la déviation.

• La   perte   de   la   capacité   de   charge   dûe   à   l'absence   de   béton   dans   la   zone 

20
d'ouverture, qui peut etre compensée soit par la pose d'un cadre de porte faisant 
office de structure ou en augmentant l'épaisseur du béton dans la zone autour de la 
porte.

• Caractéristiques du béton

Masse volumique 25.0kN/m3
Module d’élasticité moyen 24 800 000 MPA
Résistance en compression  f’c = 48 MPA
Tableau 2: Caractéristiques du béton précontraint

• Caractéristiques de la précontrainte

Tendons
Résistance à la traction :  fpu = 1860 MPa
Contrainte effective après perte de précontrainte :  fre = 1100 MPa
Tension nominale :  εps = 0.0086
Module d'élasticité des tendons post­tension :  Es = 196 500 MPa

En réalité, la tour sera construite en plusieurs fois. La tour en béton précontraint proposée 
est composée de segments qui sont combinés et qui permettent de créer une structure 
monolithique. La précontrainte est déterminée de manière à ce que le béton soit toujours 
en compression sous les charges appliquées.

 4.3  Fondations

Nous dimensionnerons un mdèle grossier de fondation de manière à pouvoir calculer plus 
précisément l'interaction sol/structure. Ce dimensionnement se fait sur la base du calcul 
du moment renversant que nous détaillerons plus tard.

Le modèle initial ne prenait pas en compte cette interaction. J'ai décidé de détailler plus en 
profondeur l'aspect des fondations pour avoir un modèle plus précis et plus en adéquation 
avec la réalité. Le calcul de ces fondations n'est que peu détaillé mais permet de donner 
une   idée   globale   de   l'interaction   sol/structure.   Le   détail   du   dimensionnement   des 
fondations est une évolution possible de cette étude.

Les fondations influent directement sur les caractéristiques dynamiques de la structure. La 
flexibilité de la fondation augmente les périodes naturelles, change les formes des modes 
naturels et diminue le moment à la base. Cette influence est intégrée dans le modèle par 
le biais de coefficient de rigidité prenant en compte le type de fondations et les propriétés 
du sol. Nous détaillerons les calculs ci­après.

21
 5  Analyse des charges agissant sur la tour

Nous calculons les charges pour un modèle arbitraire dont le diamètre à la base est de 
6,50m de diamètre à la base et de 3m au sommet. La hauteur de la tour est de 90m. Le 
diamètre de la tour sera modifié dans les paragraphes suivants.

Les charges agissants sur la structure sont de trois types. Ce sont d'une part des charges 
de vent directes et indirectes, et d'autre part le poids de la nacelle et du rotor. Calculons 
dans un premier temps les charges agissant directement sur la tour.

 5.1  Charges de vent agissant directement sur la tour

Ce calcul de charge ne dépend pas du diamètre de la tour, le calcul restera valable une 
fois le diamètre définitif déterminé.

Le calcul des charges est effectué à l’aide du règlement CIRSOC 102 – Acción del viento 
sobre las Construcciones5.

 5.1.1  Calcul

Vitesse de référence, choisi en fonction de la localisation géographique : β=30 m/s

La   norme   propose   une   répartition   des   vitesses   en   fonction   des   zones   géographiques. 
C’est donc la charge de vent qui va donner un cadre géographique à l’étude. La vitesse 
choisie correspond à la localisation de la province de Cordoba dans laquelle se situe le 
laboratoire. Les vitesses de référence varient de 20 à 35 m/s ; on est donc dans un cas 
assez défavorable, les charges de vents vont être importantes.

Vitesse de calcul : V0 = cp. β = 44m/s

On peut alors calculer une pression de calcul : q0 = 0.000613 V0²

On obtient la pression en fonction de l’altitude de la façon suivante : qz = q0 cz cd

5  Action du vent sur les constructions.

22
Altitude z (m) cz cd qz [kN/m²]
0 1 0,84 0,974357
10 1 0,84 0,974357
20 1,1907 0,84 1,160169
30 1,31 0,84 1,276374
40 1,398 0,84 1,362186
50 1,4683 0,84 1,430669
52 1,4809 0,84 1,44288
60 1,527 0,84 1,487871
70 1,5776 0,84 1,537109
80 1,622 0,84 1,580409
90 1,6617 0,84 1,619102
Tableau 3: Charge directe de vent en fonction de l'altitude

Illustration 19: Charge directe de vent en fonction de l'altitude

La charge de vent diminue avec l'altitude. Cela est du aux ‘frottements’ avec le sol. 

23
Illustration 20: Répartition schématique de la charge directe de vent

 5.1.2  Charge autour de la tour

A une altitude donnée, la charge n’est pas répartie uniformément autour de la tour. Elle est 
plus ou moins importante suivant la position du point de calcul par rapport à la direction du 
vent.
Pour calculer la répartition de la charge autour de la tour, on considère cette dernière lisse 
et sans nervures.
On détermine la répartition de la charge en fonction du coefficient de pression extérieure.

24
Illustration 21: Coefficient de pression extérieur autour de la tour
 
Le   coefficient   de   pression   extérieure   donne   l'allure   de   la   répartition   de   la   charge   en 
fonction de considérations aérodynamiques. Sur le schéma, on se rend compte que le 
coefficient correspond alternativement à une pression et à une succion. 

Par suite, on peut calculer l’action du vent sur la tour. Les résultats sont visibles sur le 
schéma suivant :

25
Illustration 22: Répartition de la charge directe de vent 
autour de la tour

La charge de vent ne se répartit pas de façon uniforme autour de la tour. Le vent exerce 
une pression sur une  partie de la surface avec laquelle il entre en contact frontalement. Il 
crée   une   dépression     de   l’autre   côté,   on   a   donc   un   diagramme   des   charges   comme 
indiqué ci­dessus. La répartition de la charge est donnée par un modèle aérodynamique 
détaillé dans la norme.

On a donc la répartition de la charge due au vent tout le long et autour de la tour. C’est le 
premier type de charges qui agissent sur la tour. Etudions maintenant les charges induites 
par le mouvement des pales et le générateur.

Pour calculer la force statique latérale, on utilse la norme ASCE – 7 – 98
La force directe de vent sur la tour ne dépend pas seulement de la pression de vent directe 
qz,   mais   aussi   du   facteur   d' « effet   rafale »   Gf  et   du   coefficient   de   force   Cf.   Gf  est 
indépendant de la flexibilité de la structure.

Où l'intensité de la turbulence Iz  = 0.15 (10 / z)1/6, la réponse du milieu Q et le facteur de 

26
réponse R sont calculés suivant les équations 6­4 et 6­8 de la norme ASCE 7­98. Le 
facteur de de rafale maximum pour la réponse du milieu g Q et celle du vent gv valent 3,4. 
Le facteur maximum de réponse vibratoire gr vaut 4.

La force statique latérale Fz(z) vaut alors

Le vent n'agit pas seulement directement sur la tour, il a aussi une action indirecte par le 
biais du générateur.

27
 5.2  Charges   dynamiques   induites   par   le   générateur   sur   la 
structure

Le système rotor­ tour est sujet au risque de résonnance. Le mouvement de rotation des 
pales induit une charge dynamique périodique sur la tour.

L’élément le plus important pour contrôler le problème de vibration est d’éviter que les 
forces dynamiques dues au vent ne fassent entrer la tour en résonnance.
Les excitations dynamiques sont classifiables en 2 catégories
­ celles qui proviennent de la rotation du rotor. Elles sont dues aux masses des pales 
et du dispositif.
­ celles qui proviennent de la rotation des pales et qui sont le résultat d’un flux d’air 
asymétrique. Ce sont les forces aérodynamiques.

Les forces provoquant une exictation dynamique de la tour vont déterminer la géométrie 
de la tour. On dimensionnera la tour de manière à ce que la fréquence de celle­ci ne 
correponde pas avec la fréquence d'excitation.

Pour   une   turbine   à   3   pales,   la   fréquence   naturelle   de   la   tour   doit   être   différente   de 
fréquence de l'excitation provoquée par 
• la rotation du rotor d'une part 
• et par la rotation des pales d'autre part.

On appelle ces fréquences d’excitation 1P pour le rotor et 3P pour les pales. La fréquence 
propre de la tour ne doit en aucun cas coïncider avec les fréquences d’excitation. On doit 
en plus garder une marge de sécurité.

28
Illustration 23: Force indirecte de vent sur la tour induite par le générateur
  
Les charges indirectes présentées dans le schéma ci­dessus comprennent :
• Les   charges   aérodynamiques   provoquées   par   un   vent   de   vitesse   uniforme   et 
constante et les forces centrifuges. C'est la partie stationnaire de la charge
• Les   forces   dues   aux   masses   en   rotation   du   rotor   et   des   pales.   C'est   la   partie 
cyclique de la charge.

Pour le dimensionnement géométrique, on ne s'intéressera qu'à la période d'excitation de 
ces  charges.  Pour les vérifications  de  béton, on utilisera  en  plus  la  valeur  de  la  force 
indirecte en considérant la charge maximale pour le modèle informatique.

29
 5.3  Bilan des forces

Les forces appliquées sont résumées sur le schéma suivant.

Illustration 24: Bilan des Forces appliquées à la tour

30
Nous entrons toutes ces charges dans le modèle afin de procéder au dimensionnement.

 5.4  Combinaisons

Les combinaisons utilisées pour effectuer les vérifications sont les suivantes :

• Combinaison pour charges extremes :

γP×P+γdirect×Fdirect+ γindirect Findirect

Avec P poids propre
Findirect Charges dynamiques indirectes 
Fdirect Charges directes de vent
γindirect : 1.35 pour les charges indirectes
γp: 1.20 pour le poids propre
γdirect: 1.60 pour les charges directes sur la tour

• Combinaison de charges de vent sans facteur (charges de service)

P+Fdirect+Findirect

• Combinaison de fatigue:

P+Δ Findirect

31
 6  Dimensionnement des fondations

Le dimensionnement des fondations est dirigé par le moment renversant, les conditions 
extrêmes et les conditions géotechniques locales. On utilisera un modèle générique de 
semelles filantes en béton armé. C'est une solution simple et économique adapté au sol 
considéré. Le dimensionnement effectué ici est approximatif, il s'agit surtout de pouvoir 
calculer l'interaction sol ­ structure en prenant un modèle de fondation générique.

Dans   le   cadre   de   cette   étude,   on   considère   un   sol   dont   les   caractéristiques   sont   les 
suivantes:
densité ρ = 18.85 kN/m3
capacité portante cs = 0.287 MPa
module de cisaillement  Gs = 20.7 MPa
coefficient de poisson  υ = 0.35

Tableau 4: Caractéristiques du sol considéré

Pour le dimensionnement des fondations, on utilise le fait que l'excentricité de la charge 
sur la fondation doive être inférieure à la longueur divisée par 2, ce qui se traduit par

M/W < L/2

où M est le moment renversant 

W est la charge axiale de la tour W = Poids propre de la tour + poids du générateur

L est la longeur de la fondation

• Résultats

M0 140 000 kNm
P 2150 t

D'où L > 14 m

On choisit L = 20 m pour avoir une marge de sécurité suffisante.

Ces coefficients rendent l'étude spécifique à une région. Il faut les recalculer pour chaque 
type de sol.

32
Les coefficients pris en compte sont les suivants :

Kv [kN/m] 1,65 x 106
Kh [kN/m] 1,62 x 106
Kt [kN/m] 3,09 x 108
Kr [kN/m] 1,75 x 108

Pour calculer ces coefficients pour des fondations rectangulaires, on modifie la solution 
obtenue pour  des fondations circulaires. Le rayon équivalent pour la section rectangulaire 
est obtenu comme illustré ci dessous 

Illustration 25: Rayons équivalents pour des fondations rectangulaires 6

Les constantes de rigidité sont définies ainsi

6FHWA Seismic Design and Retrofit Manual for Highway Bridges, Federal Highway Administration 
Contract number DTFH 61­84­C­00085, 1986

33
où α est le facteur de correction de forme, β est le facteur d'encastrement. Ces
facteurs sont obtenus dans les diagrammes suivants (illustration26). K0 est le
coefficient de rigidité pour la fondation circulaire équivalente.

Illustration 26: Facteur d'encastrement pour fondations

G et v sont les modules de cisaillement et coefficient de Poisson


R est le rayon de la fondation
G = 20,7 Mpa et v = 0,35

Longueur Fondation L=B [m] 20


Profondeur Fondation D [m] 3,7

34
Facteur D/R1 0,33
Facteur de forme βh 1,46
βt 2,02
βv 1,16
βr 1,49
Rayon équivalent R0 [m] 10,83
R1,2,3 [m] 10,96

Par suite, on peut calculer

Kv [kN/m] 1,65 x 106
Kh [kN/m] 1,62 x 106
Kt [kN/m] 3,09 x 108
Kr [kN/m] 1,75 x 108

35
 7  Dimensionnement de la tour

 7.1  Fréquences et résonnance

Avec le modèle arbitraire de tour / rotor que nous avons choisi, nous allons vérifier si la 
rigidité est suffisante pour éviter que la tour n'entre en résonnance sous l’effet de l’action 
dynamique du vent. 

Pour  cela,  nous allons calculer la  fréquence   propre  de  la   tour suivant  les  10 premiers 
modes de vibration grâce à la modélisation réalisée avec le logiciel SAP. Nous pouvons 
augmenter la rigidité en faisant varier certains paramètres de la tour (qualité du béton, 
diamètre, épaisseur des parois).

La fréquence correspondant à chaque mode de vibration ne doit pas correspondre à la 
fréquence d’excitation, sinon la tour risque d'entrer en vibration et de s’écrouler.

Illustration 27: Fréquence propre de la tour (1P) et 
fréquence d’excitation pour une turbine éolienne à 2 
(2P) ou 3 pales (3P)

36
On observe qu’il y a 2 zones dans lesquelles on peut construire la tour : soit une tour 
« ductile » en dessous de 3P soit une tour « rigide » au dessus de 3P. Pour les tours de 
taille   normale   en   acier,   l’économie   réalisée   en   construisant   les   tours   flexibles   est 
conséquentes, particulièrement avec l’augmentation de la taille des turbines. On ne peut 
pas   construire   des   tours   flexibles   en   béton   en   raison   de   la   création   de   fissures.   Les 
fissures   changent   la   rigidité   de   la   tour,   sa   fréquence   propre   et   risquent   de   provoquer 
l'affaiblissement de la tour.

 7.2  Fréquence d’excitation

La fréquence d’excitation et la fréquence propre de la tour ne doivent jamais correspondre. 
La fréquence d’excitation dépend de la vitesse de rotation du rotor (RPM). Elle est calculée 
comme suit : 
Fréquence de rotation du rotor : 1P = RPM/60 
Fréquence de passage des pales : 3P = 3* RPM60 
On vérifie les fréquences 1P et 3P pour les vitesses comprises entre 0 et 20 RPM sachant 
que la vitesse de roation moyenne est de 15 RPM.

 7.3  Fréquence propre

La fréquence propre de la tour nous est donnée par le logiciel directement. Celui­ci utilise 
la méthode de Rayleigh qui se base sur le principe de conservation de l'énergie. Le calcul 
de   la   fréquence   propre   dépend   du   sol   sur   lequel   repose   la   tour,   c'est   à   cet   endroit 
qu'interviennent les calculs des coefficients de rigidité calculés plus hauts.

La méthode repose sur la fonction de déplacement courbe suivante :

Où Y(x) est la fonction de déplacement courbe selon l'axe x de la tour sous un mouvement 
simple harmonique. L'énergie cinétique maximum vaut

Où m(x) est la distribution de la masse le long de la tour à une altitude h, et l'énergie de 
déformation maximum vaut

Y''(x) est la dérivée de second ordre de Y(x)), E(x) et I(x) sont les modules d'élasticité et 

37
moment d'inertie le long de la tour. Selon le principe de conservation de l'énergie, Tmax = 
Umax, la fréquence de la tour vaut :

Σmi . Y(xi)² est la somme des masses concentrées en un point i.

Les coefficients de rigidité du sol (Kt, Kh, Kr et Kv) interviennent dans le calcul de Tmax et 
Umax, ainsi, le logiciel prend en compte la rigidité du sol. On note aussi que la fréquence 
calculée   dépend   de   E(x)   et   I(x)   qui   prennent   en   compte   la   composition   en   béton 
précontraint de la tour. La rigidité calculée prend en compte les tendons de précontrainte.

SAP permet de calculer les fréquences des premiers modes de vibration. Nous observons 
la déformation de la tour suivant les 10 premiers modes de vibration sur l'illustration ci­
dessous.

Illustration 28: Déformations de la tour suivant les 10 premiers modes de vibration

38
Ce   calcul   permet   de   déterminer   les   fréquences   propres   des   10   premiers   modes   de 
vibration et de vérifier si ceux­ci ne correspondent pas avec la fréquence d’excitation.

Tableau 5: Fréquence propre des 10 
premiers modes

Le calcul de ces fréquences d'excitation permet de dimensionner la géométrie de la tour. 
Par   itération,   nous   avons   trouvé   la   géométrie   la   mieux   appropriée   en   faisant   varier 
l'épaisseur des murs, la résistance mécanique en compression du béton et le diamètre de 
la tour. Les résultats suivants correspondent au modèle présenté plus haut.

39
 7.4  Interaction fréquence d'excitation et fréquence propre de la 
tour

Illustration 29: Fréquence propre et fréquence d’excitation en fonction de la rotation du rotor

On se rend compte sur le graphique ci­dessus qu’il y a un problème pour une vitesse de 
7.2 tours par minute. Ce problème sera résolu par le système de contrôle de l’éolienne : 
quand la fréquence des pales passe dans la zone de fréquence comprise entre 0,386 et 
0,478 (correspondant aux vitesses 6.7 trs/min et 8.4 trs/min), le système de contrôle fait 
accélérer le rotor7. Ce type de rotor fonctionne à une vitesse moyenne de 15 RPM, cela 
n'empechera donc pas le fonctionnement de la machine.

Le modèle retenu pour le dimensionnement possède les caractéristiques géométriques 
suivantes

7 Cette astuce m’a été fournie par les membres de l’entreprise IMPSA de Mendoza qui l’utilise pour les tours en acier

40
Illustration 30: Caractéristiques du modèle de la tour

L'épaisseur des parois de la tour varient de 60cm à la base à 40 cm en haut de la tour.

Influence du changement de béton

L'utilisation d'un béton 34 Mpa face à un béton de 48MPa fait diminuer la rigidité de la tour 
de l'ordre de 3%. La fréquence propre de la tour change de l'ordre de 1,09, ce qui est peu 
mais favorable pour le béton 48 Mpa.
On   utilise   du   béton   48MPa   qui   permet   d'avoir   d'une   de   meilleures   caractéristiques 
dynamiques et d'économiser du béton d'autre part. En effet, on devrait utiliser plus de 
béton avec du béton 34MPa.

Pour comparer ces deux classes de résistance, nous avons utilisé le même modèle sans 
changer la géométrie ni l'épaisseur des parois.

41
 8  Dimensionnement du matériau

 8.1  Dimensionnement   de   la   précontrainte   sous   charge   de 


service

L'éolienne est dimensionnée pour des charges de vent dans n'importe quelle direction. La 
section   circulaire   est   la   plus   commune   pour   des   raisons   aérodynamiques.   Nous 
dimensionnons ici une tour de section circulaire en béton précontraint par post­tension.

Les fonctions mathématiques des cercles extérieurs (de rayon R2) et intérieurs (de rayon 
R1) sont exprimées comme suit :

Les coordonnées de x à l'intersection d'une ligne horizontale avec les coordonnées y sont

L'aire extérieure à la ligne horizontale est une fonction des coordonnées y

Airey(0) est égal à la moitié de la section transversale. L'axe neutre est calculé comme suit 

Pour un nombre N de tendons distribué régulièrement autour du cercle à un rayon moyen 
R, les coordonnées du ième tendon sont calculées à partir de txi = R sin( i 2 π/N) et tyi =
R cos (i 2 π/N), avec une aire du tendon Ati.

Allongement du tendon :

Raccourcissement élastique du béton :

Où Esi est le modèle d'élasticité des tendons de prétension, Ec est le module d'élasticité du 
béton   et   fsei  est   la   contrainte   de   traction   effective   après   perte   de   tension   associé   au 
raccourcissement axial, au fluage et au retrait du béton.

42
Le raccourcissement élastique des tendons vaut 
où ɛpy est l'effort de prétension des tendons.

Appelons c la profondeur de la zone de compression du béton. 

avec ɛc effort ultime dans le béton, égal a 0,003.

Les forces de compression dans le béton Cn(c) à la section transversale

peuvent être calculées par


où le facteur β1 vaut 0,7 pour du béton 48MPa.

La force de traction Tsn(c) est la somme des forces de tractions de chacun des tendons :

La capacité axiale nominale Pn(c) vaut 
La capacité nominale du moment Mn(c) vaut 

Le   diagramme   d'interraction   Pn(c)   ~   Mn(c)   est   construit   en   conséquence   avec   les 


variations   de   la   profondeur   de   la   zone   de   compression   dans   le   béton.   Le   facteur   de 
réduction de la force Φ(c) est calculé suivant la norme ACI 3188.

La   capacité   de   compression   pure   nominale   est   exprimé   ar

où At est l'aire de  la section transvervale de la tour.

La  demande  de   capacité  est calculée  par  Mu/  ΦMn pour une certaine valeur de
charge axiale du diagramme d'interaction Pn ~ Φmn. Mu est le moment ultime et Mn 
est la capacité de la tour de béton.

8 ACI 318­02 Building Code Requirements for Structural Concrete, American Concrete Institute, 
Farmington Hills, MI, 2002. 

43
• Résultats

Altitude [m] 0 45
Rayon extérieur R1 3 2,25
R2 2,4 1,75
ɛpe 0,00560
ɛce 0,00018
Δɛpy 0,00280
Cb [m]  3,47
Tn(cb) [kN] 108137
Mn(cb) [kN.m] 635438
Pn(cb) [kN] 43644

Par itération, on a déterminé que pour 40 tendons à la base et 32 tendons à partir de la 
motié de la tour, les vérifications sont effectuées.

Altitude [m] Φ.Pn [kN] Φ.Mn [kN.m] Mu/Φ.Mn


0 29320 335970 0,42
45 13330 187508 0,61

Mmax < Mumax  et Mmin> Mumin

Illustration 31: diagramme d'interaction Mn ­ Pn

44
Les contraintes dans le béton en compression sous charge de service pour la section non 
fissurée et avec prise en compte de perte de pré tension ne doit pas dépasser 0.45 fc’.

Moment d'inertie de la section non fissurée

avec   Iz   moment   d'inertie   du   béton   et   le   ratio   de   rigidité   n   est   égal   à   Es/Ec   (module 
d'élasticité de l'acier et du béton).
Les sollicitations dans chacun des tendons est calculé comme suit :

où Ms est le moment de flexion dans la section étudié sous les charges de service. tyi est 
la coordonnée du tendon i selon l'axe y. (tyi = R cos (i 2 π/N))

Contraintes dans le béton

Les résultats des contraintes maximum dans le béton et les tendons sont donnés dans le 
tableau 6.

La post tension dans la tour est aussi dimensionnée de manière à ce que la traction du 
béton n'existe pas sous les charges d'exploitation, ce qui signifie que la section de béton 
reste en pré­compression sur toute la hauteur de la tour lorsqu'elle résiste aux moments 
fléchissants associés aux charges d'exploitation.

45
• Résultats

Compression du béton Traction dans les tendons
fcmax (MPa) fcmin (MPa) fsmax (MPa) fsmin (MPa)
11,3 1,44 1127,6 1078,6
Tableau 6: Contraintes maximales dans le béton et les tendons

On a bien fc < 0,45 f'c

La tour est dimensionnée sans traction sous les charges de service. Nous avons réalisé 
cela grâce au logiciel en testant différentes variantes pour la précontrainte.

Nous aurons donc 40 tendons à la base et 32 tendons à partir de la mi hauteur de la tour.

46
 8.2  Dimensionnement à la fatigue

 8.2.1  Méthode

Chaque rotation des pales entraine une variation de la contrainte dans la tour. Sur une 
période d'utilisation de 20 ans, la tour aura subit environ 5.29 x 108 cycles de fatigue. Ce 
nombre de cycle est très élevé pour une construction de Génie Civil. En comparaison, 
pour des structures de type pont, bâtiments ou structures offshore, on ne considère un 
nombre de cycle que de 10 millions. Il faut donc vérifier que cette petite variation cyclique 
ne constitue pas un danger pour les utilisateurs et n'affecte pas l'intégrité structurelle de la 
tour.
Pour vérifier la fatigue, on utilisera le Model Code 1990 sur lequel se base l'Eurocode 2 
pour du béton précontraint.   Ce code propose trois méthodes plus ou moins complètes 
pour le calcul de l'état limite ultime de fatigue:
• Méthode 1 : Méthode simplifiée pour un nombre de cycles inférieur à  108
• Méthode 2 : Méthode  améliorée pour un nombre de cycles supérieur à  108
• Méthode 3 : Méthode qui permet d'approcher le problème sous forme de spectres 
de charges.

Nous allons utiliser la deuxième méthode qui est la mieux adaptée dans notre cas de 
figure.   La   méthode   simplifiée   n°1   n'est   pas   utilisable   au   vue   du   nombre   de   cycles 
important et la méthode 3 n'étant pas nécessaire et plus compliquée que la 2.

Cette méthode se base sur les courbes caractéristiques SN pour l'acier précontraint et le 
béton. 

Les conditions  pour l'acier  sont données par les formules ci­dessous :

avec

max ∆σ Ss contraintes de calcul maximum
n nombre de cycles prévus durant le temps de vie 
γ Sd facteur sur les charges
γ s , fat facteur sur les contraintes de l'acier
∆σ Rsk (n ) contraintes dues a la fatigue pour n cycles (calculé à partir des courbes SN) 

Pour l'acier, les courbes caractéristiques SN ont pour équations :

47
Pour l'acier de pré­contrainte : N*=106 ; k1=5 ; ké=9 ; 
∆σ Rsk :  ­à N*, ∆σ Rsk= 210MPa
­à 108, ∆σ Rsk=125MPa
On peut tracer la courbe SN suivante :

Illustration 32: Courbe SN pour le béton précontraint

Pour le béton, la condition est donnée par la formule suivante : 

Pour le béton en compression

48
Pour le béton en traction

La résistance à la fatigue du béton en traction est très limitée.
Pour notre vérification, on considère une fréquence de 20 RPM pendant une durée de 30 
ans, avec un nombre de cycle de n = 5.29 * 108

 8.2.2  Résultats

• Résultats Béton

Scmin 0.301
Scdmax 0.401
logN1 10,5
logN2 20
logN3 37.2
0.3 – 3/8 Scdmin 0.187
logN 37.2

On a donc N =1037.2
Et N =1037.2 > n = 5.29 * 108

La résistance du béton à la fatigue est donc vérifiée.

• Résultats Tendons
 
Nombre de tendons : 40
Espace entre les tendons :  35 cm

49
Section des tendons : 16,8cm²

 = 11.489 Mpa, d'où   = 5740 Mpa
et 

 = 6760 MPa

On a bien 

50
 8.3  Déplacement de la tour

L'effort   tranchant   et   le   moment   de   renversement   nous   permettent   de   calculer   le 


déplacement de la tour.

L'effort tranchant et le moment de renversement dus au vent se calculent comme suit :

Où F(z) statique est la charge directe de vent le long de la tour. 

Pour le calcul du déplacement, le module d'élasticité E et le moment d'inertie I de la tour 
varie le long de la hauteur de la tour. 

On obtient un déplacement de 50 cm en haut de la tour pour le vent extreme. Ce qui 
correspond à 0,6% de la hauteur de la tour.
Pour   comparer   avec   la   cheminée   solaire   de   1500m   de   hauteur,   les   déplacements   au 
sommet de la tour étaient limités à 10m, soit 0,7% de la hauteur, on est donc dans le bon 
ordre de grandeur.
On peut considérer que les déplacements maximum sont tolérables.

Tout au long du paragraphe  8 , nous avons démontré la possibilité de dimensionner une 
tour   en   béton   précontraint   pour   des   éoliennes   de   grande   envergure.   Cette   étude   est 
simplifiée mais permet de donner une méthode pour le dimensionnement de tours de cette 
envergure.
On pourrait compléter l'étude en s'intéressant à l'action de la température sur le matériau, 
ainsi que rajputer une vérification au risque sismique.

Considérons maintenant l'aspect économique.

51
 9  Aspect économique

L'analyse économique ne se base que sur des exemples déjà construits, en extrapolant 
pour des tours de notre hauteur.
Selon la Danish Wind Industry Association, le  prix de la tour d'une éolienne représente 
environ 20 % du prix total de l'éolienne. Pour une tour d'environ 50 m de haut, le prix 
supplémentaire pour une augmentation de 10 m s'élève à environ 12.000 Euro. Ces 
chiffres sont valables pour l'éolienne classique à 3 pales et axe horizontal. Nous pouvons 
observer quelques exemples de réalisations en béton.

Eolienne Diamètre des  Matériau de  Cout total du  Cout de la 


pales (m)  ­  la tour projet construction
Puissance du 
générateur (MW)
1. Helgoland  60m / 1,2 béton 20 Million DM 9 Million DM
WKA­60  (10 230 000€) (4 600 000€)
(Allemagne) ­ 
1989

2.  Tjaereborg  60 / 2 béton 70 Million Dkr 40 Million Dkr


ELSAM  (9 400 000€) (5 400 000€)
(Danemarque) ­ 
1987

3.  Nibe A et  40 / 0,630 béton 35 Million Dkr 9,4 Million Dkr


B (Danemarque) ­  (4 700 000€) (1 300 000€)
1980
4. Aeolus II  80 / 3 béton  35 million DM 24 million DM
(Allemagne) ­  (17 900 000€) (12 300 000€)
1990 
5. Growian  100 / 3 acier 90 Million DM 30 Million DM
(Allemagne) ­  (46 000 000€) (15 300 000€)
1982
6. MOD II  91m /2,5 acier ­ 5,3 Million US$
(Etats­Unis) ­  (4 100 000€)
1981
7. WTS 4  78 / 4 acier ­ 5,5 Million US$
(Etats­Unis) ­  (4 300 000€)
1982

52
Illustration 34: ELSAM   Illustration 36: 
Illustration 33: WKA 60 2MW
  rIllustration 35: Nibe A  Nibe B

Illustration 37:   Illustration 38: Aeolus   Illustration 40:  


Growian II Illustration 39: MOD II WTS4

On   constate   qu'il   y   de   grandes   différences   de   prix   entre   deux   éoliennes   de   même 


dimension mais de puissance de générateur différente (éoliennes [1] et [2]). On peut déjà 
supposer que le prix augmente avec la puissance. Le matériau utilisé est du béton dans 
les deux cas. Mais les coûts destinés à la recherche avant la construction ne sont pas les 
mêmes . Pour l'exemple [1], seulement 45% du coût total est investi dans la construction 
alors que 57% ont été utilisés pour l'exemple [2].
Pour un même matériau et une tour de même dimension, on a donc une différence de prix 
conséquente.   Il   faut   prendre   en   compte   la   puissance   du   générateur   dans   l'évaluation 
économique.

L'éolienne   en   acier   [5]   a   un   coût   de   recherche   très   élevé   puisque   la   construction   ne 
représente   que   33%   du   coût   total.   Le   coût   de   construction   est   de   30   Million   de 
DeutschMark  On  constate  que  les deux autres  éoliennes en  acier  sont très nettement 
moins onéreuses, pour des puissances comparables, simplement, la tour est plus basse 
pour les exemples [6] et [7] (respectivement 65m pour [6] et 80m pour [7] contre 100m 

53
pour [5]).
On se rend compte que le prix des tours en acier augmente très fortement quand on passe 
de   hauteurs   inférieures   ou   égales   à   80m,   à   plus   de   80m.   Cela   rejoint   l'aspect   de   la 
résistance   des   matériaux.   On   avait   en   effet   exprimé   que   des   problèmes   mécaniques 
apparaissaient au dela de 85m, d'où une augmentation de la quantité de matériau utilisé et 
une augmentation du prix.
L'analyse de ces exemples ne suffit néanmoins pas à déterminer si le béton est mieux 
adapté aux éoliennes de grandes envergures. En effet, tirer des conclusions générales à 
partir   de   7   exemples   particuliers   qui   sont   plus   ou   moins   comprarables   ne   serait   pas 
raisonnable.
Il faudrait développer cette analyse économique en faisant établir un devis à un fabricant 
de tours en béton précontraint pour avoir une idée réel de l'avantage de ce matériau.

54
Conclusion

L'étude a permis de répondre à la problématique de départ : les tours des éoliennes de 
grande   envergure   peuvent   être   construites   en   béton   précontraint.   Nous   avons   mené 
l'étude   sur   un   modèle   spécifique,   qu'il   convient   d'adapter   le   cas   échéant.   Cette   étude 
permet de fournir une méthode de dimensionnement de ce type de construction, mais les 
évolutions sont encore nombreuses. 

On peut envisager de détailler le calcul des fondations et d'évaluer les conséquences des 
charges   dynamiques   sur   différents   types   de   fondations.   On   pourrait   alors   optimiser   le 
choix de fondation. 

Certaines simplifications ont été effectuées dans la prise en compte des charges. On n'a 
pas   considéré   l'influence   de   la   température   sur   la   structure   qui   pourrait   influer   sur   le 
dimensionnement de la tour. On pourrait aussi envisager de rajouter une charge due au 
séisme.

Il   convient   aussi   d'approfondir   l'analyse   économique   qui   a   été   réalisée   sur   la   base 
d'exemples. On pourrait envisager de créer un modèle équivalent en acier pour pouvoir 
comparer réellement les alternatives, en fonction de choix de construction à effectuer.

55
Illustration Index
Illustration 1: Ancienne éolienne chinoise servant à pomper l'eau.......................................................6
Illustration 2: Moulin allemand............................................................................................................6
Illustration 3: Eolienne à axe vertical ...................................................................................................7
Illustration 4: Eolienne en H.................................................................................................................7
Illustration 5: Fonctionnement d’une cheminée solaire........................................................................7
Illustration 6: Cheminée solaire............................................................................................................7
Illustration 7: Eolienne  à axe horizontal et à 3 pales............................................................................8
Illustration 8: Eolienne à axe horizontal et à 3 pales............................................................................8
Illustration 9: Schéma de fonctionnement du générateur....................................................................10
Illustration 10: Rupture d'une éolienne due à une vitesse de rotation trop importante.......................11
Illustration 11: Rupture d'une éolienne due à une vitesse de rotation trop importante.......................11
Illustration 12: Tour en béton (diam. Des pales 17.5 m,50 kW), 1942................................................12
Illustration 13: Autre exemple de tour en béton..................................................................................12
Illustration 14: Organigramme de l'équipe de recherche.....................................................................13
Illustration 15: Schéma fonctionnel d'une cheminée solaire...............................................................14
Illustration 16: Schéma résumant la démarche....................................................................................17
Illustration 17: Modèle de générateur utilisé pour le dimensionnement de la tour.............................18
Illustration 18: Modélisation SAP2000...............................................................................................20
Illustration 19: Charge directe de vent en fonction de l'altitude..........................................................23
Illustration 20: Répartition schématique de la charge directe de vent................................................24
Illustration 21: Coefficient de pression extérieur autour de la tour.....................................................25
Illustration 22: Répartition de la charge directe de vent autour de la tour..........................................26
Illustration 23: Force indirecte de vent sur la tour induite par le générateur......................................29
Illustration 24: Bilan des Forces appliquées à la tour.........................................................................30
Illustration 25: Rayons équivalents pour des fondations rectangulaires.............................................33
Illustration 26: Facteur d'encastrement pour fondations.....................................................................34
Illustration 27: Fréquence propre de la tour (1P) et fréquence d’excitation pour une turbine éolienne 
à 2 (2P) ou 3 pales (3P).......................................................................................................................36
Illustration 28: Déformations de la tour suivant les 10 premiers modes de vibration.........................38
Illustration 29: Fréquence propre et fréquence d’excitation en fonction de la rotation du rotor.........40
Illustration 30: Caractéristiques du modèle de la tour.........................................................................41
Illustration 31: diagramme d'interaction Mn ­ Pn...............................................................................44
Illustration 32: Courbe SN pour le béton précontraint........................................................................48
Illustration 33: WKA 60.....................................................................................................................53
Illustration 34: ELSAM 2MW............................................................................................................53
Illustration 35: Nibe A........................................................................................................................53
Illustration 36: Nibe B........................................................................................................................53
Illustration 37: Growian......................................................................................................................53
Illustration 38: Aeolus II.....................................................................................................................53
Illustration 39: MOD II.......................................................................................................................53
Illustration 40: WTS4.........................................................................................................................53

56
Bibliographie

CEB­FIP, Model Code 1990 – Design Code, Comite Euro­International du Beton (CEB) 
and International Federation for Prestressing (FIP), Thomas Telford Services Ltd., 1993. 

DIN,   “Concrete,   Reinforced   and   Prestressed   Concrete   Structures   –   Part   1:   Design,” 


Deutsches Institut für Normung (DIN), July 2001. 

ACI 215, Considerations for Design of Concrete Structures Subject to Fatigue Loading, 
ACI, American Concrete Institute (ACI), Reapproved 1997. 

Germanischer Lloyd, Rules and Regulations Section IV, Non­Marine Technology, Part 1 
Wind Energy. Regulation for the Certification of Wind energy Conversion Systems, 1993 
edition Supplement 1 March 1994 Supplement 2 March 1998. 

Guidelines for Design of Wind Turbines , DNV/RISO, 2nd edition, Danemarque, Det Norske 
Veritas,   Copenhagen   (Wind.Turbine.Certification@dnv.com)   and   Wind   Energy 
Department, Risø National Laboratory (Certification@risoe.dk) 2002 

Structural stability of concrete wind turbines and solar chimney towers exposed to dynamic 
wind action , Reinhard Hartea,Ã, Gideon P.A.G. Van Zijl, journal of Wind Engineering and 
Industrial Aerodynamics 95 (2007) 

WIND ENERGY HANDBOOK , Tony Burton , David Sharpe , Nick Jenkins , Ervin Bossanyi 
, Garrad Hassan & Partners, 2001

Wind   Turbines,   Fundamentals,   Technologies,   Applications,   Economics;   2nd  edition, 


springer

INTERACCIONES   AERODINÁMICAS   NO   –   LINEALES   E   INESTACIONARIAS   EN 


TURBINAS   EÓLICAS   DE   EJE   HORIZONTAL   Y   DE   GRAN   POTENCIA   ,   Cristian 
Gebhardt   ,   Sergio   Preidikman,   Julio   Massa   y   Arturo   Della   Barca   ,   Mecánica 
Computacional Vol XXVIII

Béton précontraint Robert CHAUSSIN , techniques de l'ingénieur

57
ANNEXE
ANNEXE A – ADAPTATION CULTURELLE

Córdoba et l’Université Nationale

Établie in 1613, l’Université Nationale de Córdoba est la plus vieille du pays et une des premières 
construite   sur   le   continent   américain.   Elle   est   devenue   un   centre   d’influence,   non   seulement 
culturellement   et   scientifiquement,   mais   aussi   politiquement   et   socialement.   Sa   structure 
académique ne compte pas moins de 12 départements, 98 centres de recherche et 3 centres post­
diplômes. En termes de relations internationales, l’Université Nationale de Córdoba a pour ambition 
d’être   leader   sur   les   liens   établis   par   l’Argentine   entre   son   système   et   le   système   académique 
international, supportant les valeurs de l’éducation publique, la qualité et l’équité. Ces dernières 
années, la mobilité des étudiants entre les universités de différents pays a notablement augmenté 
pour l’Université Nationale de Córdoba, qui a mis en place et signé des conventions avec plusieurs 
grandes universités dans le monde.
D’un point de vue géographique, l’UNC est localisé dans la capitale éponyme de la province de 
Córdoba,   près du cœur géographique de l’Argentine. La deuxième ville du pays (plus  d’un  1,3 
millions d’habitants) est installée au pied des Sierras Chicas, à quelques 700 kms au nord­ouest de 
Buenos Aires. Córdoba est une vieille ville coloniale espagnole comme en témoignent plusieurs de 
ses édifices, dont certains sont reconnus par l’UNESCO.

Analyse d’expérience

Place du travail en Argentine
Au   travers   des   différentes   expériences   professionnelles   que   j’ai   eues   en   Argentine   (laboratoire 
universitaire et entreprise) je me suis rendu compte que la place du travail n’est pas la même qu’en 
France, en Suisse ou au Canada (pays dans lesquels j’ai eu l’occasion de travailler). Le travail en 
Argentine est un moyen de subsistance, mais n’a pas l’importance sociale qu’on lui donne dans 
d’autres   pays.   La   vie   en   dehors   du  travail   est   privilégiée   par   rapport  à   la   vie   au   travail   et   les 
Argentins   donnent   une   grande   importance   aux   relations   humaines,   aux   relations   familiales   et 
amicales. Cela se traduit par exemple chez les étudiants, qui bien souvent restent dans la maison 
familiale pour étudier. Et cela n’est pas uniquement du à des problèmes économiques puisque j’ai 
rencontré   des   personnes   adultes   (entre   28   et   30   ans),   avec   un   salaire   d’ingénieur,   capables   de 
s’assumer économiquement mais qui vivaient encore chez leurs parents.

Relations de travail
Les échanges entre personnes qui travaillent sur un même projet se font autant que possible de vive 
voix, en face à face. Je me suis ainsi rendu à Mendoza (a 10h de bus de Cordoba) pour rencontrer 
des   personnes   de   l’entreprise   IMPSA   qui   travaillaient   sur   un   projet   ayant   des   similarités.   Les 
Argentins   ont   besoin   de   ce   contact   direct   pour   connaitre   la   personne.   Les   échanges   ne   sont 
uniquement d’ordre professionnel et l’aspect personnel fait partie des relations de travail. Il est assez 

58
courant   de   parler   de   sa   famille,   de   ses   hobbies   lors   des   premiers   échanges   avec   un   contact 
professionnel. Cet échange leur est nécessaire pour accorder la confiance à l’interlocuteur. On se 
rend   compte   que   l’aspect   humain   à   une   place   au   moins   aussi   importante   que   l’aspect 
organisationnel/professionnel/la hiérarchie/représentative.

Economie
En partie conséquence de la crise économique de 2001, de la crise internationale actuelle  ou encore 
de la politique, le manque de moyens a impacté les entreprises et toutes les autres organisations 
(universités,   etc.).   Par   exemple,   plus   de   personnes   partagent   le   même   bureau   ou   les   mêmes 
ressources matérielles dans le même groupe de recherche. C’est juste un exemple mais pas le plus 
important si l’on compare cela aux autres problèmes relatifs à l’éducation.
L’Amérique latine est la région qui présente le plus d’inégalité en termes d’accès à l’éducation. Les 
allocations de budget sont loin en dessous des standards définis par l’Unesco et ne couvrent pas tous 
les besoins. En conséquence, les universités essaient de faire preuve de stratégie et de parcimonie 
quant aux investissements.

Recherche en Argentine
Comme la recherche & développement était un domaine nouveau pour moi, j’ai pu mettre 
en évidence certaines caractéristiques qui sont spécifiques à cette activité. D'abord, j’ai 
pris conscience de l'aspect imprévisible de la recherche. En effet, tout au long de mon 
projet,   solutionner   un   problème   conduisait   souvent   à   résoudre   d'autres   problèmes 
insoupçonnés.   L’avancement   du   projet   n'est   donc   pas   entièrement   sous   contrôle   et   le 
calendrier est en constante évolution.
Spécifiquement à l’Argentine, il m’a semblé que l’accès à l’information était plus compliqué. Les 
démarches   sont   lentes  et  souvent  mal   organisées.   A  partir   du  moment  où  internet  ne   peut   pas 
apporter   les   informations   nécessaires,  il   faut   effectuer   des   démarches   longues   pour   obtenir   des 
guides, des normes ou toute sorte d’information. Il faut se confronter au service des postes qui n’est 
pas très performant et qui est aussi très chronophage. C’est un des aspects qui m’a dérangé dans la 
gestion de mon projet.

Vivre en Argentine
L’aspect social:
Vivre en Argentine nous fait remarquer rapidement le sens incroyable de la convivialité 
qu’ont ses habitants, ils sont toujours prêts à vous faire découvrir leur pays et leur culture. 
Je pense que c’est un point commun des pays latins, et en effet 97% de la population 
argentine est d’origine italienne et espagnole. Les gens sont comme dans la plupart des 
pays d’Amérique du Sud très ouverts d’esprit et sympathiques.
En tant qu’étranger, je me suis senti le bienvenu à Córdoba. J’ai rencontré beaucoup de 
personnes rapidement.
En fait, j’ai remarqué que l’Argentine semble dirigée par les relations sociales : les gens 
pensent qu’établir son réseau social est très important. Ils l’utilisent pour se rendre service 
et pour s’entraider réciproquement.

59
Le coût de la vie et la crise :
La vie en Argentine revient généralement moins chère qu’en France. D’abord le prix de la 
location d’un logement sera 35% moins cher environ si on compare au prix dans 
l’hexagone, et l’énergie (eau, gaz) est beaucoup moins onéreuse également.
Beaucoup de gens se déplacent en taxi pour les petits trajets urbains. Un trajet depuis les 
alentours jusqu’au centre­ville coûte 15 pesos (3 euros). En bus, le même trajet revient à 5 
pesos (1euro). La nourriture est moins chère aussi, bien que c’est plus difficile de manger 
sainement et équilibré (on trouve moins de légumes dans les plats). La nourriture française 
m’a beaucoup manquée.

Sur la route :
Entre les piétons et les conducteurs, c’est loin d’être une histoire d’amour.
La manière dont on conduit ici (à Córdoba) est dangereuse en particulier pour les piétons, 
mais aussi pour les chauffeurs eux­mêmes (ceinture de sécurité rarement utilisée). Ils 
conduisent vite et me freinent pas lorsqu’un piéton traverse.
Le port du casque pour les motards n’est pas obligatoire, donc  la plupart des accidents 
sont mortels. Les chiffres annuels sur les accidents sont inquiétants.

60