Vous êtes sur la page 1sur 99

UNIVERSITE LARBI BEN M’HIDI D’OUM EL BOUAGHI

FACULTE DES SCIENCES ET SCIENCES APPLIQUEES

DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE

FILIERE DE GENIE ELECTRIQUE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


en vue de l’obtention du

DIPLOME DE MASTER

Spécialité: Informatique Industrielle

Étude sur la conservation de l’énergie au niveau MAC des


réseaux de capteurs sans fil (RCSF) et leur Simulation en utilisant
le simulateur Castalia sur la plate forme OMNET++.

Mémoire de fin d’études soutenu publiquement à Ain Beida

Le 09/06/2015

Par :

BOUZELATA Hocine

Dirigé par :

Mr. Merazga Ammar et Mr. Atoua Ziani

Année universitaire : 2014/2015


Table de matières

Table des matières


Remerciement.………………………………………………………………………….……I
Dédicace…………………………………………………………………………………….II
Table des matières…………….…………………………………………………………...III
Table des figures…….…………………………………………………………………...VIII
Liste des tableaux…………………………………………………………………………...X
Introduction Générale………………………………………………………...………...…XI
Chapitre I: Les réseaux Wifi et les Réseaux de capteurs sans fil (RCSF)
I.1. Introduction ...................................................................................................................... 1

I.2. Les réseaux sans fil ........................................................................................................... 1

I.2.1. Réseau personnel sans fil (WPAN) ........................................................................... 2

I.2.2.Réseau local sans fil(WLAN) ..................................................................................... 3

I.2.3. Le réseau métropolitain(WMAN) .............................................................................. 4

I.2.4.Réseau étendu sans fil (WWAN ou Wireless Wide Area Network) .......................... 4

I.3. Les caractéristiques des réseaux locaux sans fil .............................................................. 6

I.3.1. Les avantages des réseaux locaux sans fil ................................................................. 6

I.3.2. Les techniques de transmission.................................................................................. 7

I.3.3. Les contraintes des réseaux locaux sans fil ............................................................... 8

I.4. Les modes Wifi................................................................................................................. 9

I.4.1. Le mode infrastructure ............................................................................................... 9

I.4.2. Le mode Ad hoc ....................................................................................................... 12

I.5. Présentation des réseaux de capteurs sans fil ................................................................. 14

I.5.1. Définition d'un capteur (architecture d'un noeud) ................................................... 15

I.5.2. définition d'un réseau de capteurs sans fil : (architecture d'un RCSF) .................... 15

I.5.3. La topologie d'un RCSF........................................................................................... 16

I.5.3.1. La Topologie en étoile ..................................................................................... 16

III
Table de matières

I.5.3.2. La Topologie en grille ....................................................................................... 17

I.5.3.3. La Topologie hybride ........................................................................................ 17

I.5.4. Les types d'architectures des RCSF ......................................................................... 17

I.6.1. Les nœuds et leur communication .............................................................................. 18

I.6.2. Modèle de nœud .......................................................................................................... 18

I.7.Les caractéristiques des réseaux de capteurs sans fil (WSN) .......................................... 21

I.8.Les domaines d’applications des réseaux de capteurs sans fil ........................................ 21

I.9. Le modèle OSI pour les réseaux de capteurs sans fil ..................................................... 24

Le modèle OSI pour les RCSF dans la figure ci-dessous : .............................................. 24

I.9.1. Aspects de la couche Physique ................................................................................ 25

I.9.2. Aspects de la couche MAC ...................................................................................... 25

I.9.3. Aspects de la couche Réseau ................................................................................... 25

I.9.4. Aspects de la couche Transport: .............................................................................. 26

I.10. Conclusion .................................................................................................................... 26

Chapitre II: Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

II.1.Introduction………………………………………………..………………….……….27

II.2. Qu’est-ce qu’un simulateur, quelle est son utilité…………………………………….27

II.3.Types des modèles des simulateurs................................................................................ 28

II.4. Les différents outils de simulation de réseau ................................................................ 29

II.4.1. AgentJ (LAN Taylor) ............................................................................................ 29

II.4.2. ATARRAYA ......................................................................................................... 29

II.4.3. ATEMU ................................................................................................................. 29

II.4.4. Avrora .................................................................................................................... 30

II.4.5. Castalia .................................................................................................................. 30

II.4.6. EmStar ................................................................................................................... 31

IV
Table de matières

II.4.7. Glomosim (Global Mobile Information System Simulate) ................................... 31

II.4.8.J-Sim ....................................................................................................................... 32

II.4.9. JiST (Java in Simulation Time) ............................................................................. 32

II.4.10. Net-SIM ............................................................................................................... 33

II.4.11. Ns-2 (Network Simulator version 2) ................................................................... 33

II.4.12. Ns-3 ..................................................................................................................... 35

II.4.13.OMNET ++ (Objective Modular Network Testbed) ............................................ 36

II.4.14.OPNET++ (Optimum Network Performance) ..................................................... 37

II.4.15. PowerTOSSIM .................................................................................................... 38

II.4.16. Qualnet ................................................................................................................ 38

II.4.17. Sens (Sensor, Environment, and Network Simulator)......................................... 38

II.4.18. SENSE ................................................................................................................. 39

II.4.19. SensorSim ............................................................................................................ 39

II.4.20. SimPy .................................................................................................................. 39

II.4.21.Tossim .................................................................................................................. 40

II.5. Comparaison entre quelques simulateurs ...................................................................... 41

II.6. Avantages et inconvénients de la simulation ................................................................ 44

II.7.Conclusion...................................................................................................................... 44

Chapitre III: Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN
III.1. Introduction ................................................................................................................. 45

III.2.1. Contrôle d'accès au medium (Medium Access control) .......................................... 46

III.2.2. Sources de perte d'énergie dans la couche MAC ..................................................... 47

III.2.3. Les techniques de conservation d'énergie dans la couche MAC ............................. 47

III.2.3.1. Réseau de capteurs sans fil ................................................................................ 48

III.2.4.1 Les protocoles MAC centralisés "Scheduled" ....................................................... 49

V
Table de matières

III.2.4.2. Les protocoles MAC distribués "Unscheduled" ................................................... 51

III.5.Conclusion ................................................................................................................... 53

Chapitre IV: Réalisation d’une simulation en utilisant le simulateur Castalia 3.2 à


base d’OMNET++ 4.3
IV.1. Introduction ................................................................................................................ 54

IV.2. Présentation de la plateforme OMNET++ ................................................................. 54

IV.2.1. Le choix de la plateforme simulation? ................................................................ 55

IV.2.2. Architecture de l’OMNET++ .............................................................................. 55

IV.2.3. Installation du simulateur OMNET++ ................................................................ 56

IV.2.4. les principaux fichiers d’OMNET++ ................................................................... 57

a. Fichier (.Ned) ........................................................................................................... 57

b. Fichier (.ini) ............................................................................................................. 57

c. Fichier (.msg) ........................................................................................................... 58

IV.2.5. Les extensions de la plateforme OMNET++ ....................................................... 58

IV.3 Présentation de Castalia .............................................................................................. 58

IV.3.1. Installation du simulateur Castalia ....................................................................... 60

IV.3.2 Les Commandes Castalia ...................................................................................... 60

IV.4. Simulations et résultats ............................................................................................... 61

IV.4.1 Environnement matériel et Logiciel ...................................................................... 61

IV.4.2 Description du réseau de capteurs pour le suivi d’objets mobiles ....................... 61

IV.4.3. Description des fichiers de configurations ........................................................... 62

IV.4.4. Les protocoles utilisés dans la couche MAC ....................................................... 64

IV.5. Réalisation de la simulation ........................................................................................ 65

IV.5.1. Résultats de la simulation .................................................................................... 66

IV.5.2. La simulation via la visualisation Omnet++ ........................................................ 73

IV.6. Conclusion .................................................................................................................. 75

VI
Table de matières

conclusion et perspectives …………..............……………………………………………..76


Abréviations………………………………………………………………………………..78
Bibliographie…………………..……………………..…………………………………….81
Résumé et mots clé……………………………………………………………………...…48

VII
Table des Figures

Table des Figures :


Chapitre I :
Figure I.1 : Classement des réseaux sans fil selon la portée. .......................................................... 2

Figure I.2 : Les catégories des réseaux sans fil selon la technologie .............................................. 5

Figure I.3 : Fonctionnement d’un BSS ......................................................................................... 10

Figure I.4 : Fonctionnement d’un ESS ......................................................................................... 11

Figure I.5 : Un réseau Wifi en mode Ad hoc…………………………………………………….12

Figure I.6 : Un réseau Wifi en mode Ad hoc avec connexion Internet partagée………………...13

Figure I.7 : Trois stations en mode Adhoc……………………………………………………….13

Figure I.8 : Les composants d’un nœud capteur…………………………………………………15

Figure I.9 : Architecture de communication d’un RCSF. ............................................................. 16

Figure I.10 : Architectures Plat des RCSF. ................................................................................... 17

Figure I.11 : Architectures hiérarchique des RCSF. ..................................................................... 18

Figure I.12 : Le nœud capteur. ...................................................................................................... 18

Figure I.13 : Architecture des différents types de nœuds ............................................................. 20

Figure I.14 : Un service militaire utilisant les RCSF .................................................................... 22

Figure I.15 : Surveillance séismique et volcanique par un RCSF ............................................... 23

Figure I.16 : Modèle OSI pour Les RCSF .................................................................................... 24

Chapitre II:
Figure II.1 : Classification des modèles ........................................................................................ 28

Figure II.2 : les connections des modules sous Castalia. .............................................................. 30

Figure II.3 : Les principaux composants d’un nœud .................................................................... 31

Figure II.4 : Transfert des paquets dans Glomosim ...................................................................... 32

Figure II.5 : la structure de NS-2 .................................................................................................. 34

Figure II.6 : Description architecturale du simulateur NS2. ......................................................... 35

VIII
Table des Figures

Figure II.7 : L’architecture de Ns-3 .............................................................................................. 35

Figure II.8 : L’architecture hiérarchique des module du simulateur OMNeT++ ......................... 36

Figure II.9. Architecture de SimPy ............................................................................................... 40

Chapitre III:
Figure III.1 : Les protocoles MAC ............................................................................................... 49

Chapitre IV:
Figure IV.1: lancement de simulateur OMNeT++ avec la fenêtre de travail…………...………57
Figure IV.2 : Exécution d’une simulation sous OMNeT++…………………………………….58
Figure IV.3 : La machine à état fini du module Radio………………………………………….59

IX
Liste des tableaux

Liste des tableaux


Table 01 : les composants de NS-2…………………………………………………..................34

Table 02 : les Composants d’OMNET++……………………………………………………....37

Table 03 : Comparaison entre quelques simulateurs…………………………………...……….41

Table04 : Environnement matériel et Logiciel………………………………………………….61

X
Introduction générale
Introduction générale

1. Introduction
L'évolution de la technologie dans le domaine microélectronique, micromécanique et
radiocommunication mène à l'essor de capteur. Un capteur est composé d'une unité de
capture, unité de communication et une unité de calcul. Il peut avoir d'autres composants de
plus, suivant l'application qu'on l'associe. Des alors, un ensemble de capteurs forme un réseau
appelé réseau de capteurs (WSN Wireless Sensor Network).
Un réseau de capteurs est un réseau ad hoc spécialisé. On peut le définir comme un système
composé de capteurs numérique distribués dans une zone dont le but est de collecter des
informations. Les nœuds se communiquent en utilisant la technique multi-saut et s'auto-
organisent pour collaborer à l'activité de capture et de transmettre l'information aux
utilisateurs, naturel ou construit (agriculture, génie civil, etc.) et l'automatisation dans les
bâtiments (sécurité, contrôle de la ventilation, du chauffage, etc.).
La mise en œuvre de ces réseaux requiert des techniques développées pour les réseaux Ad
hoc. Cependant, la plupart des protocoles développés pour les réseaux Ad hoc ne sont pas
réutilisables directement pour ce type de réseau. Ils sont caractérisés par leur faible
consommation en énergie électrique, auto-configuration, redondance et collaboration, faible
débit, forte densité en nœuds, et tolérance aux erreurs. De ce fait, les approches utilisées dans
les réseaux Ad hoc sont fragilisées par ces contraintes. L'énergie de capteur est une ressource
très importante dans sa durée de vie et celle du réseau complet. Si un capteur a épuisé sans
énergie il va être défaillant car les batteries sont non remplaçables. Donc, l'objectif principal
est de minimiser la consommation de l'énergie pour étendre la vie du réseau. Par conséquent,
la limitation de l'énergie qui contraint un capteur, a donné beaucoup de recherches sur les
réseaux de capteurs. L’architecture générale d’un réseau de capteurs sans fil montre que les
protocoles de communications classiques doivent être adaptés au fonctionnement de RCSF
(voir figure 1). Nous enregistrons la présence de plusieurs axes de recherches sur les réseaux
de capteurs sans fil.

L’objectif de notre projet est de faire une étude sur la conservation de l’énergie au niveau de
la couche réseau MAC , vu que les protocoles de communication classiques présentes dans la
couche MAC sont inutilisables dans les RCSFs, cette étude fait l’objet d’un état de l’art sur
les protocoles proposés dans les dernières années. par la suite nous abordons , dans la
deuxième partie du notre projet, la simulation du comportement d’un réseau de capteurs sans
fil, en montrant ses caratéristiques. L’entamenation de la partie de simulation nous a conduit
à faire un état de l’art sur les simulateurs de réseau existants et utilisés pour réaliser la

XII
Introduction générale

simulation. Cette étude nous montre l’absence totale d’une plateforme spécifique dédiée à la
simulation et l’étude des caractéristiques (comportemet dynamique, gestion de réseau, les
protocoles, ...etc) des réseaux de capteurs sans fil. Quelques platformes de simulation de
réseau numérique (NS-2 , OMNET++, OPNET++, etc…) intègrent des frameworks dédiés au
simulation du réseau de capteurs sans fil.

Figure 1 : Architeture type d’un RCSF

Ce mémoire est organisé comme suit : Dans le premier chapitre, nous allons présenter de
façon générale les réseaux informatiques sans fil, leur topologie, leur architecture, et leur
mode de fonctionnement. Et nous allons détaillé les Réseaux des capteurs sans fil (RCSF).

Dans le second chapitre nous decrivons un étude sur l’utilisation des différents outils de
simulation des réseaux informatiques pour la simulation des réseaux de capteurs. Le troisième
chapitre est consacré pour étudier la consommation de l’énergie dans les réseaux de capteurs
sans fil en présentant un état de l’art sur les différents protocoles de communication de la
couche MAC proposés dans les dernières années.

Dans le dernier chapitre, nous présentons un exemple d'application des réseaux de capteurs
sans fil WSN aisni que la présentations des logiciels OMNET++ 4.3 et Castalia 3.2 fournie
gratuitement (open source), et les résultats de simulations, et en fin nous terminerons par un
conclusion générale.

XIII
Chapitre I:
Les réseaux Wifi et les réseaux de
capteurs sans fil.
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

I.1. Introduction
Nous abordons ce chapitre par une partie qui sert a présenté d’une façon générale
les réseaux sans fil, leur topologie, leur architecture, et leur mode de fonctionnement.
Dans la deuxième partie, on essaye de décrire les réseaux de capteurs sans fil. Cette
description fait l’objet d’une récapitulation sur les RCSF. En commençant par
l’architecture du nœud capteur, leurs différentes topologies, leurs domaines d’utilisation, et
leur modèle OSI.
I.2. Les réseaux sans fil
C’est quoi un réseau sans fil ? « Un réseau sans fil (en anglais : Wireless network)
est un réseau informatique ou numérisé qui connecte différents postes ou systèmes entre
eux par ondes radio ». Donc c’est un réseau dans lequel au moins deux hôtes (imprimante,
pc, routeur...etc.) peuvent communiquer sans liaison filaires. Les réseaux sans fils sont
basés sur une liaison utilisant des ondes radioélectrique au lieu des câbles habituels. Cette
technologie offre des débits allant jusqu'à 54 Mbps sur une distance de plusieurs centaines
de mètres. Dans Les réseaux sans fil, deux configurations générales sont possibles :
o Infrastructure : Les clients se connectent à une borne, que l’on appelle point d’accès, ou
AP (Access point). Un AP joue le rôle d’un Hub (commutateur) dans un réseau
informatique filaire. Deux points d’accès peuvent être reliés par un système câblé.
Bien sûr, d’autres connexions avec l’extérieur sont possibles (Males et Pujolle, 2002).

1
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

o Ad-hoc: on enregistre l’absence d’un AP. Donc chaque station sert de routeur. Pour
aller d’une station à une autre, il faut transiter par plusieurs stations intermédiaires.
Dans cette configuration, appelée réseau ad-hoc, toutes les stations sont mobiles, et le
chemin suivi par la communication est déterminé par la mobilité des stations.

Il existe un autre classement des réseaux sans fil basé sur le critère distance, ou portée,
entre points d’accès et stations, comme l’illustre la figure (I.1) :

Figure I.1 : Classement des réseaux sans fil selon la portée.


I.2.1. Réseau personnel sans fil (WPAN)
Les tout petits réseaux sans fil, ou WPAN (Wireless Personal Area Network), d’une
portée d’une dizaine de mètres (Males et Pujolle, 2002).
Ce type de réseau sert généralement à relier des périphériques (imprimante, téléphone
portable, appareils domestiques, etc.) ou un assistant personnel (PDA) à un ordinateur sans
liaison filaire ou bien à permettre la liaison sans fil entre deux machines très peu distantes.
Il existe plusieurs technologies utilisées pour les WPAN : Bluetooth, HomeRF, ZigBee et
infrarouge (Fabrice, 2009).
a. La technologie Bluetooth : cette technologie a été lancée par Ericsson en 1994. Elle
est connue aussi sous le nom de la norme IEEE 802.15.1, proposant un débit théorique de

2
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

1Mbps lui permettant une transmission de la voix, des données et des images, d’une portée
maximale d’une trentaine de mètres. Elle utilise les ondes radio UHF1.
b. La technologie ZigBee: Est connue aussi sous le nom de la norme IEEE 802.15.4,
permet d’obtenir des liaisons sans fil à bas prix avec une très faible consommation
d’énergie, ce qui la rend particulièrement adaptée pour être directement intégrée dans de
petits appareils électroniques (capteurs, appareils électroménagers…).
Les réseaux ZigBee opèrent sur la bande de fréquences des 2,4 GHz et sur 16 canaux,
permet d’obtenir des débits pouvant atteindre 250 Kb/s avec une portée maximale de 100
mètres environ. Les RCSF constituent une des applications que cette norme peut couvrir.
c. Les liaisons infrarouges: Les infrarouges sont utilisés dans les communications à
courtes distances (de quelques mètres) avec des débits pouvant monter à quelques mégabits
par second. L’un des grands avantages du réseau infrarouge est qu’il permet d’établir une
connexion entre des équipements compatibles sans fil, sans modem, ni matériel réseau
(Niar, 2012).
I.2.2.Réseau local sans fil(WLAN)
Les réseaux d’entreprise sans fil ou WLAN (Wireless Local Area Network), d’une portée
de l’ordre de quelques centaines de mètres (Males et Pujolle, 2002). Il peut couvrir
l’équivalent d’un réseau local d’une entreprise.
Il existe deux technologies concurrentes les réseaux Wifi et HyperLAN2.
a. Les réseaux Wifi (Wireless-Fidelity): proviennent de la norme IEEE 802.11,
qui définit une architecture cellulaire. On y trouve principalement deux types de réseaux
sans fil : Ceux qui travaillent à la vitesse de 11 Mbits/s à 2.4 GHz (IEEE 802.11b) et ceux
qui montent à 54 Mbits/s à 5 GHz (IEEE 802.11 a/g) (Niar, 2012).
b. Les réseaux HiperLAN2 (High Performance LAN 2.0 ): Découlent de la
norme européenne élaborée par L’ETSI (European Telecommunications Standards
Institute) en 1998. HiperLAN 2 permet d’obtenir un débit théorique de 54 Mbps (30
Mbits/s réels) sur une zone de couverture d’une centaine de mètres dans la gamme de
fréquence comprise entre 5150 et 5300 MHz. Mais 50m pour une qualité optimale. Ce type
de réseaux n’a pas reçu autant de succès que la technologie Wi-Fi (Niar, 2012).

1
Ultra hautes fréquences : la bande du spectre radioélectrique comprise entre 300 MHz et 3000 MHz

3
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

I.2.3. Le réseau métropolitain(WMAN)


Réseau métropolitain sans fil, WMAN (Wireless Metropolitan Area Network), d’une portée
de quelques kilomètres. Il est connu sous le nom de boucle locale radio, ou BLR (Males et
Pujolle, 2002).
LA BLR permet, en plaçant une antenne parabolique sur le toit d’un bâtiment, de
transmettre par voie hertzienne de la voix et des données à haut débit pour l’accès à
l’internet et la téléphonie. Il existe plusieurs types de ce réseau dont le plus connu est :
Le réseau WiMax (Worldwide interoperability for Microwave Access):
c’est un réseau WMAN créé par les sociétés Intel et Alvarion en 2002 et ratifié par l'IEEE
(Institute of Electrical and Electronics Engineer) sous le nom IEEE-802.16. Dans le but est
de développer des liaisons hertziennes concurrentes aux techniques xDSL terrestres et
offrent un débit utile de a à 10 Mbit/s dans la bande 10-66 GHz pour une portée de 4 à 10
kilomètres, ce qui destine principalement cette technologie aux opérateurs de
télécommunication (Niar, 2012).
I.2.4.Réseau étendu sans fil (WWAN ou Wireless Wide Area Network)
Réseau étendu sans fil, ou WWAN (Wireless WideArea Network), également connu sous
le nom de réseau cellulaire mobile, d’une portée de plusieurs centaines de kilomètres. Il
s’agit là taille globale du réseau plutôt que de la distance entre le terminale et l’antenne. Un
tel réseau est obtenu par un ensemble de cellules qui recouvrent la surface que souhaite
desservir un opérateur (Males et Pujolle, 2002). Ce type de réseau sans fil est très répandu
puisque tous les téléphones mobiles sont connectés à WWAN.
Les principales technologies sont les suivantes : GSM (Global System for Mobile
Communication), GPRS (General Packet Radio Service), UMTS (Universal Mobile
Telecommunication System) (Niar, 2012).

4
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

Figure I.2 : Les catégories des réseaux sans fil selon la technologie
La standardisation devrait avoir un fort impact sur les réseaux locaux sans fil WLAN. Aux
États-Unis, c’est principalement le groupe de travail 802.11 de l’IEEE (institue of
Electrical and Electronics Engineers) qui est en charge de cette standardisation, tandis que
le groupe HiperLAN (High Performance Radio LAN) s’en occupe en Europe. Des groupes
d’intérêt font de leur côté avancer la standardisation de fait sous la pression des industriels.
Le nombre de propositions est impressionnant et risque de perturber la compatibilité des
cartes de connexion. Wi-Fi est le nom officiel des produits commercialisés issus du
standard 802.11.
Pour les réseaux à la taille d’une métropole, ou BLR (boucle locale radio), les
standardisations ne sont pas moins nombreuses, qui se concentre sur les réseaux utilisés
pour connecter directement les équipements terminaux, que ce soit à la maison ou au sein
d’une entreprise.
Une autre caractéristique intéressante des réseaux sans fil vient du spectre de fréquences
utilisé. Les deux bandes de fréquences disponibles. Dites sans licence pour indiquer que
l’utilisateur n’a pas besoin d’acquérir une licence pour mettre en place son réseau, sont les
suivantes :
o 2.4-2.483 5 GHZ, soit une bande passante de 83.5 MHZ ;
o 5.15-5.35 et 5.725-5.825 GHZ, soit une bande passante de 300 MHZ.
Ces bandes ne sont pas très larges, mais comme les cellules sont toutes petites, d’une taille
avoisinant 100m, la réutilisation de ces bandes de fréquences est excellente. En effet, pour
une cellule donnée, une certaine largeur de bande, appelée canal, lui est affectée. Etant
donné que la taille des cellules est relativement petite et que la largeur de bande totale
5
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

disponible est faible, les cellules disjointes peuvent utiliser la même largeur de bande. C-à-
d même canal. Cela définit le concept de réutilisation. Les cellules qui se recouvrent
doivent utiliser des canaux différents afin d’éviter les interférences. Cela permet d’atteindre
des débits importants, qui peuvent parfois égaler ou dépasser ceux d’un modem ADSL
mais parfois aussi rester très inférieurs.
Dans les réseaux locaux d’entreprise, les terminaux servent essentiellement à se connecter à
des bases de données de type Web. L’utilisation d’une fréquence par une même personne
est donc faible, même si les débits crêtes élevés. D’où l’idée de partager les fréquences
entre plusieurs utilisateurs, de façon qu’elles soient utilisées à tour de rôle, mais
suffisamment rapidement pour que chaque utilisateur soit satisfait.
Pour partager la bande passante entre les différentes cartes coupleurs des utilisateurs. Il faut
des techniques d’accès aux supports hertziens adaptés. Ces techniques sont différentes de
ce que l’on trouve dans les réseaux filaires, car il n’est pas possible d’écouter et d’émettre
simultanément sur une même fréquence. (Males et Pujolle, 2002)
I.3. Les caractéristiques des réseaux locaux sans fil
I.3.1. Les avantages des réseaux locaux sans fil
Les principaux avantages offerts par les réseaux locaux sans fil sont les suivants :
o Mobilité et nomadisme. C’est évidemment le principal avantage qu’offre un réseau
local sans fil. Contrairement au réseau fixe, un utilisateur peut accéder à des
informations partagées ou se connecter à Internet sans avoir à être relié physiquement
au réseau.
o Simplicité d’installation. L’installation d’un réseau locale sans fil est relativement
simple et rapide, comparée à celle d’un réseau locale, puisqu’on élimine le besoin de
tirer des câbles dans les murs et les plafonds.
o Topologie. La topologie d’un réseau local sans fil est particulièrement flexible,
puisqu’elle peut être modifiée rapidement. Cette topologie n’est pas statique, comme
dans les réseaux locaux filaires, mais dynamiques. Elle s’édifie dans le temps en
fonction du nombre d’utilisateurs qui se connectent et se déconnectent.
o Coût. L’investissement matériel initial est certes plus élevé que pour un réseau filaire,
mais, à moyen terme, ces coûts se réduiront. Par ailleurs, les coûts d’installation et de

6
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

maintenance sont presque nuls, puisqu’il n’y a pas de câbles à poser et que les
modifications de la topologie du réseau n’entraînent pas de dépenses supplémentaires.
o Interconnexion avec les réseaux locaux. Les réseaux locaux sans fil sont compatibles
avec les réseaux locaux existants, à l’image des réseaux Wi-Fi et Ethernet, qui peuvent
coexister dans un même environnement.
o Fiabilité. Les transmissions sans fil ont prouvé leur efficacité dans les domaines aussi
bien civils que militaire. Bien que les interférences liées aux ondes radio puissent
dégrader les performances d’un réseau local sans fil, elles restent assez rares. (Males et
Pujolle, 2002)
I.3.2. Les techniques de transmission
Dans les standards actuels, deux types de support de transmission sont utilisés : les
ondes radio et l’infrarouge. La grande majorité des réseaux locaux sans fil utilisent comme
support de transmission les ondes radio, qui ont pour principal avantage de traverser
différents types d’obstacles, à commencer par les murs. Les premiers réseaux sans fil
utilisant les ondes radio offraient un débit de l’ordre de 1 à 2 Mbit/s. Actuellement, des
débits de l’ordre de 800 Mbit/s peuvent être atteints. Différentes techniques de transmission
radio sont utilisées dans le cadre des réseaux locaux sans fil :
o Etalement de la bande (Spread Spectrum). Développée à l’origine par l’armée
américaine, cette technique large bande est la plus utilisée. Elle permet de transmettre
des données de manière fiable et sécurisée mais à faible débit. Deux méthodes
d’étalement de bande sont utilisées à l’heure actuelle : FHSS (Frequency Hopping
Spread Spectrum) et DSSS (Direct-Sequence Spread Spectrum).
o OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing). Déjà utilisée dans la
télévision numérique avec DVB (Digital Video Broadcasting) et DAB (Digital Audio
Broadcasting) et pour l’accès à Internet de type ADSL (Asymetric Digital Subscriber
Line), cette technique s’applique désormais aux réseaux locaux sans fil. OFDM offre de
meilleurs débits que l’étalement de bande.
Il existe deux types de modes de transmission des faisceaux infrarouge :
o Les faisceaux en diffusion. Le réseau ne peut être situé que dans un espace
correspondant à celui d’une pièce, et le débit n’excède pas 2 Mbit/s.

7
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

o Les faisceaux directifs. Les faisceaux infrarouges ne doivent rencontrer aucun


obstacle, sachant que les perturbations météorologiques, telles que le brouillard, la pluie
ou la neige, n’affectent pas la transmission. La portée d’un tel système peut atteindre 2
km, avec des débits oscillant de 2 à 155 Mbit/s. Cette technique n’entre pas dans le
cadre des réseaux sans fil mais dans celui des réseaux sans fil fixes, pour relier des
bâtiments entre eux, car elle ne permet pas aux utilisateurs d’être mobiles.
Actuellement, peu de produits utilisent l’infrarouge comme support de transmission. La
seule offre disponible concerne les produits destinés à relier des bâtiments entre eux.
L’offre pour le déploiement d’un réseau local infrarouge est quasiment inexistante. (Males
et Pujolle, 2002)
I.3.3. Les contraintes des réseaux locaux sans fil
Idéalement, les réseaux sans fil devraient avoir les mêmes propriétés que les réseaux fixes.
Toutefois, pour satisfaire ces propriétés, ces réseaux doivent faire face aux contraintes
suivantes :
o Débit. Même si le débit des réseaux sans fil est maintenant proche de celui des réseaux
locaux, il peut être affecté par le standard utilisé, la topologie du réseau et la congestion,
du fait d’un trop grand nombre d’utilisateurs.
o Zone de couverture. La distance maximale permettant aux ondes radio et à
l’infrarouge de communiquer dépend de la conception du produit (standard utilisé et
puissance du signal), ainsi que du chemin de propagation, notamment en milieu
intérieur.
o Interférences. Les réseaux sans fil radio peuvent être soumis à des interférences
provoquées par des équipements tels que les fours micro-ondes dans le cas de Wi-Fi,
qui sont situés dans la zone de couverture du réseau et émettent dans la même bande de
fréquence. Aujourd’hui, Les réseaux sans fil sont conçus pour pallier ces problèmes
d’interférences avec la plupart des équipements du quotidien, mais il existe toujours un
risque.
o Réglementation. L’utilisation des ondes radio pour la transmission de l’information
pose un problème juridique, car chaque pays possède une règlementation qui lui est
propre, surtout en ce qui concerne l’allocation des bandes de fréquences. En France, les
principaux utilisateurs de fréquences sont l’armée et l’aviation civile. Comme les

8
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

bandes de fréquences de l’aviation civile ne peuvent être cédées ou modifiées, c’est


l’armée qui en a cédé certaines, comme une partie de la bande des 2.4 GHz, dite bande
ISM (Idustrial, Scientific and Medical). Ce problème se posera bien sûr à nouveau si de
nouvelles bandes sont utilisées. Un autre problème de réglementation concerne la
puissance du signal émis, ou PIRE (puissance isotropique rayonnée effective), qui est
autorisée à 1 W aux États-Unis et à 100 mW en Europe.
o Batteries. Les stations mobiles d’un réseau sans fil utilisent des batteries comme
principale source d’énergie. Comme la durée de vie des batteries et assez courte, les
réseaux sans fil doivent incorporer des mécanismes d’économie d’énergie efficaces de
façon à minimiser la consommation d’énergie.
o Sécurité. On pourrait croire que les réseaux sans fil sont assez difficiles à sécuriser du
fait que le support utilisé. Généralement les ondes radio, est ouvert à n’importe quelle
personne située dans la zone de couverture du réseau. Pour pallier ce problème, des
systèmes de chiffrement de données alliés à des techniques d’authentification
empêchent toute écoute clandestine et interdisent l’accès aux personnes non autorisées.
o Santé. La puissance du signal d’un réseau sans fil est assez faible, de l’ordre de 100
mW au maximum, plus faible en tout cas que celle utilisée dans la téléphonie mobile,
qui atteint 2 W. (Males et Pujolle, 2002)
I.4. Les modes Wifi
I.4.1. Le mode infrastructure
Le mode infrastructure définit un réseau dans lequel l’infrastructure, c’est-à-dire le point
d’accès, permet l’échange d’information entre les stations connectées.
A un point d’accès peuvent être associées jusqu’à 30 stations. Dans ce cas limite, le support
de transmission est partagé entre toutes les stations, de même que le débit. Le débit
maximal de Wi-Fi est de 11 Mbit/s pour 802.11b et de 54 Mbit/s pour 802.11g et 802.11a.
Il peut être de 1, 2, 5,5 ou 11 Mbit/s pour 802.11b et de 6, 9, 12, 18, 24, 36, 48 ou 54 Mbit/s
pour 802.11g et 802.11a. Ces débits sont théoriques. Il s’agit des vitesses à laquelle sont
envoyées les données sur l’interface air. Le débit utile associé est beaucoup plus bas et
dépend de la nature des données de l’application utilisée, encapsulées dans les trames Wifi.

9
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

La figure (I.3) illustre le fonctionnement d’une cellule, ou BSS, d’un réseau Wifi. Le BSS
est composé d’un point d’accès, ou AP (Access Point), et de stations, fixes ou mobiles,
dotées d’une carte Wifi.

Figure I.3 : Fonctionnement d’un BSS


Au sein d’un BSS, les communications passent obligatoirement par le point d’accès.
Supposons deux stations A et B relativement proches connectées à un BSS et voulant
s’échanger des informations. La communication de A vers B se décompose en une
communication entre A et le point d’accès puis d’une autre entre le point d’accès et B. Le
point d’accès est donc l’élément central du BSS puisque toute communication passe par lui.
Un ESS (Extended Service Set) définit un réseau Wifi en mode infrastructure comportant
plusieurs points d’accès. Un ESS est donc constitué d’un ensemble de BSS connectés entre
eux par l’intermédiaire d’un système de distribution, ou DS (Distribution System).
Le DS est une sorte de dorsale, ou backbone, responsable du transfert des trames entre les
différents BSS de l’ESS. Dans les spécifications du standard, le DS est implémenté de
manière indépendante. Le DS le plus utilisé est Ethernet, mais il peut aussi être un autre
réseau Wifi.
Dans le cas où le DS est un autre réseau Wifi, les points d’accès connectés à ce DS Wifi
sont considérés comme des stations. Le débit utile du DS Wifi est de ce fait partagé avec
les points d’accès connectés au DS. Si le débit utile du DS Wifi est de 5 Mbit/s (débit
théorique de 11 Mbit/s) et qu’il y a deux points d’accès connectés au DS, le débit par point
d’accès équivaut à 2.5 Mbit/s.

10
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

Le débit utile de chaque point d’accès connecté à un DS dépend de surcroît du nombre de


stations connectées à chaque point d’accès. Une telle architecture est donc difficilement
applicable si l’on souhaite des débits décents.

Figure I.4 : Fonctionnement d’un ESS


L’ESS peut fournir aux différentes stations l’accès vers un autre réseau, par exemple
internet, par le biais d’une passerelle. Si cet autre réseau est de type 802, tel Ethernet ou
Token-Ring, la passerelle fonctionne à la manière d’un pont.
La topologie d’un ESS peut varier. En effet, l’ESS étant composé de plusieurs cellules
BSS, ces dernières peuvent soit être disjointes, soit se recouvrir.
Le recouvrement de plusieurs cellules permet au réseau d’être beaucoup plus dense que
dans le cas où les cellules sont disjointes. L’avantage du recouvrement est de fournit à un
utilisateur du réseau un service de mobilité lui évitant de subir des pertes de connexion lors
d’une transmission, ce que ne peut offrir un réseau composé de cellules disjointes.
Wifi n’apporte pas pour l’instant de service de mobilité. Ce service de mobilité est toutefois
déjà offert par certains constructeurs comme 3com, Alvarion, Avaya, Cisco Systems,
Proxim, etc., selon des protocoles propriétaires.
Un autre avantage du recouvrement de cellules est de permettre la connexion d’un grand
nombre d’utilisateurs. Chaque cellule ne peut comporter qu’un certain nombre
d’utilisateurs (une trentaine au maximum). Si ce nombre devient trop grand dans l’espace
occupé par la cellule, les performances du réseau se dégradent rapidement. Une solution à
ce problème consiste à placer un autre point d’accès et à créer de la sorte une nouvelle
cellule dans l’espace occupé par la précédente. Deux cellules sont donc complètement

11
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

recouvertes et disponibles dans un même espace, permettant de connecter davantage


d’utilisateurs. (Males et Pujolle, 2002)
I.4.2. Le mode Ad hoc
Le mode Ad hoc, ou IBSS (Independent Basic Set Service) ou encore point-à-point (peer-
to-peer), ne fait pas appel à une infrastructure. Un réseau Wifi en mode ad-hoc ne comporte
pas de point d’accès, et ce sont les stations elles-mêmes qui entrent en communication les
unes avec les autres sans aucune aide extérieure. L’avantage d’une telle topologie est sa
simplicité de mise en œuvre, notamment là où l’on ne peut déployé rapidement de réseau
Wifi.
Un réseau en mode ad-hoc permet, entre autres choses, d’échanger des informations là ou
aucun point d’accès n’est disponible. Si, durant une réunion, par exemple, deux personnes
veulent s’échanger des informations, il leur suffit de configurer leurs stations en mode ad-
hoc, une opération relativement simple. Un réseau en mode ad-hoc ne demande, dans le cas
le plus simple, que deux stations équipées de cartes Wifi.

Figure I.5 : Un réseau Wifi en mode Ad hoc


L’architecture d’un réseau en mode ad-hoc permet de se passer de point d’accès, et ce
quel que soit le type de communication envisagé. Il est possible, par exemple, de monter
un réseau en mode ad-hoc dans lequel une des stations est fixe et connectée à internet.
En partageant la connexion, ce réseau fonctionne comme un BSS. La figure (I.6) illustre
un réseau en mode ad-hoc utilisant une connexion Internet partagée.
L’inconvénient d’un réseau en mode ad-hoc est que les stations ne peuvent faire office
de routeur. Comme le montre la figure (I.6), la connexion Internet ne peut être partagée
qu’avec les stations qui se trouvent dans la zone de couverture de la station connectée à
Internet, qui joue, dans cette architecture, le rôle de point d’accès.

12
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

Figure I.6 : Un réseau Wifi en mode Ad hoc avec connexion Internet partagée
Un réseau en mode ad-hoc est différent d’un réseau ad-hoc dans la mesure où il ne propose
pas de protocole de routage permettant à une station de faire transiter les données qui ne lui
sont pas destinées.
La figure (I.7) illustre trois stations, A, B et C, qui forment un même réseau en mode ad-
hoc dans lequel chaque station possède une adresse IP pour pouvoir communiquer.
La zone de couverture de la station A est recouverte par celle de la station B qui elle-même
est recouverte par celle de la station C. les zones de couverture des stations A et B ne sont
pas recouvertes. Le fait que deux ou plusieurs zones de couverture se recouvrent permet
l’instauration d’une communication entre les stations présentes dans ces zones. A peut ainsi
communiquer avec B, et B avec C. En revanche, A et B ne peuvent communiquer entre
elles.

Figure I.7 : Trois stations en mode Adhoc


Si A veut envoyer des données à C, elle doit passer par B. Or, comme le mode ad-hoc ne
permet pas d’effectuer de routage entre les différentes stations, B ne peut relayer les
informations provenant de A pour C. Si cette topologie correspondait à un réseau ad-
hoc, la station C pourrait recevoir des données de la station A et réciproquement par
l’intermédiaire de la station B.
13
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

Il est assez facile de vérifier par la pratique le fonctionnement du mode ad-hoc d’un
réseau Wifi. Il suffit de respecter la topologie illustrée à la figure (I.7) et d’assigner aux
stations une adresse IP avec une même adresse de réseau, telle que 10.0.0.1 pour la
station A, 10.0.0.2 pour la station B et 10.0.0.3 pour la station C. le test consiste à lancer
des requêtes ping entre les différentes stations.
Le ping est une commande qui consiste à envoyer un message Echo ICMP (Internet
Control Message Protocol) afin de connaître la connectivité d’une station à un réseau
donné.
Pour déterminer l’accessibilité d’une station, il suffit de saisir ping dans un Shell sous
linux ou dans une fenêtre MS-DOS sous Windows puis d’entrer l’adresse IP de la
station, par exemple ping 10.0.0.1 si aucune réponse n’est donnée, c’est que la station
n’est pas connectée au réseau. Dans le cas contraire, la station répond, et le temps aller-
retour s’affiche.
Dans le cas du réseau en mode ad-hoc de la figure (I.7), la station A pingue la station B,
la station B pingue la station C, mais la station C ne pingue pas la station A, et
réciproquement. Dans le cas d’un réseau ad-hoc pur, chaque station peut se pinguer.
(Males et Pujolle, 2002)
I.5. Présentation des réseaux de capteurs sans fil
Un réseau de capteurs sans fil est un réseau ad-hoc avec un grand nombre de nœuds
qui sont des micro-capteurs capables de récolter et de transmettre des données
environnementales d'une manière autonome. La position de ces nœuds n'est pas
obligatoirement prédéterminée. Ils peuvent être aléatoirement dispersés dans une zone
géographique, appelée « champ de captage » correspondant au terrain d'intérêt pour le
phénomène capté.
En plus d'applications civiles, il existe des applications militaires aux réseaux de capteurs
(détection d'intrusions, localisation de combattants, véhicules, armes, etc. sur un champ de
bataille, sous l'eau, dans l'espace, dans le sol…).
L’utilisation des WSNs est souvent corrélée avec l’absence d’infrastructure. Ainsi leur
fonctionnement exige l’utilisation de protocoles collaboratifs. Pour gérer au mieux ces
réseaux, il faut ainsi trouver un compromis entre les contraintes inhérentes aux capteurs et
les besoins exprimés par les applications. La littérature décrit deux approches à savoir: soit

14
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

considérer le réseau à plat dans lequel on déploie directement des protocoles de


communication adaptés, soit concevoir une structure auto-organisée qui offrira un support
efficace pour une grande variété de protocoles comme le routage, la localisation, la
découverte de services, etc. (Tidjane, 2011)
I.5.1. Définition d'un capteur (architecture d'un noeud)
Un nœud capteur est compose de quatre unités principales, qui sont présentées dans la
figure ci-dessous :

Figure I.8 : Les composants d’un nœud capteur.


a. Unité de capture (Sensing unit) : Elle est composée de deux sous unités, un dispositif de
capture physique qui prélevé l'information de l'environnement local et un convertisseur
analogique/ numérique appelé ADC (Analog to Digital Converters).
b. Unité de traitement (Processing unit) : Les données captées sont communiquées au
processeur ou elles sont stockées dans la mémoire.
c.Unité de communication (Transceiver unit) : Elle est composée d'un émetteur/récepteur
(module radio) permettant la communication entre les différents noeuds du réseau.
d.Unité d'énergie (Power unit) : C'est la batterie qui, n’est généralement ni rechargeable ni
remplaçable. La capacité d'énergie limitée au niveau des capteurs représente la contrainte
principale lors de la conception de protocoles pour les réseaux de capteurs. Les unités
d'énergie peuvent être supportées par des photopiles qui permettent de convertir l'énergie
lumineuse en courant électrique. (Niar, 2012)
I.5.2. définition d'un réseau de capteurs sans fil : (architecture d'un RCSF)
Les nœuds capteurs sont habituellement disperses dans une zone de capture. Chacun de ces
nœuds à la possibilité de collecter les données et de les router vers une ou plusieurs stations
de base (sink node). Ce dernier est un point de collecte de données capturées. Il peut

15
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

communiquer les données collectées à l'utilisateur final à travers un réseau de


communication, éventuellement l’Internet.

Figure I.9 : Architecture de communication d’un RCSF.


Comme montre dans La Figure (I.9), un RCSF est compose d'un grand nombre de nœuds
capteurs éparpillés sur le champ de captage.
A un niveau plus élevé un RCSF peut être vu comme étant une combinaison de deux
entités de réseaux :
o Le réseau d'acquisition de données : C'est l'union des nœuds capteurs et du sink,
son rôle consiste à collecter les données à partir de l'environnement et de les
rassembler au sink.
o Le réseau de distribution de données : Son rôle est de connecter le réseau
d'acquisition des données à un utilisateur. (Niar, 2012)
I.5.3. La topologie d'un RCSF
I.5.3.1. La Topologie en étoile
Dans cette topologie une station de base peut envoyer ou recevoir un message à un certain
nombre de nœuds. Ces nœuds peuvent seulement envoyer ou recevoir un message de
l'unique station de base, il ne leur est pas permis de s'échanger des messages.
L'avantage de cette topologie est sa simplicité, sa capacité à minimiser la consommation
d'énergie des nœuds et la minimisation de latence de la communication entre les nœuds et
la station de base. Son inconvénient est que la station de base n'est pas robuste puisque tout
le réseau est gère par un seul nœud.

16
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

I.5.3.2. La Topologie en grille


Dans ce type de topologie, n'importe quel nœud peut envoyer n'importe quel autre nœud
dans le réseau qui est dans la portée de transmission. Ceci est appelé la communication
multi-sauts, dans laquelle, si un nœud veut transmettre un message a un autre nœud qui est
en dehors de sa port& de transmission, il utilise un nœud intermédiaire pour envoyer son
message au nœud destinataire. L'avantage de cette topologie est la possibilité du passage à
l’échelle, la redondance et la tolérance aux fautes, L'inconvénient de cette topologie est la
consommation d'énergie dans la communication multi-sauts et la latence qui sont créés par
le passage des messages entre nœuds avant d'arriver à la station de base.
I.5.3.3. La Topologie hybride
Une topologie hybride entre celle en étoile et en grille fournit des communications réseau
robustes et diverses, en assurant la minimisation de la consommation d'énergie dans les
réseaux de capteurs. Dans ce type de topologie, les nœuds capteur à faible puissance ne
routent pas les messages, mais il y a d'autres nœuds qui ont la possibilité de faire le routage
des messages. En général, ces nœuds ont une puissance élevée.
I.5.4. Les types d'architectures des RCSF
a. Les réseaux de capteur sans fil plat: Un réseau de capteur sans fil plat est un
réseau homogène, ou tous les nœuds disposent des mêmes capacités dans la
communication, captage d'informations... Et un sink différent puisque il joue le rôle de
passerelle chargée à transmettre les informations collectées à l'utilisateur.

Figure I.10 : Architectures Plat des RCSF.


b. Les réseaux de capteurs sans fil hiérarchique: C'est un réseau hétérogène ou
les nœuds peuvent disposés d'une source énergétique, d'une portée de communication ou
d'une puissance de calcul différente les uns des autres. (Niar, 2012)

17
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

Figure I.11 : Architectures hiérarchique des RCSF.


I.6.1. Les nœuds et leur communication
Pour mieux comprendre les systèmes physiques et par la suite, les différentes stratégies
adoptées pour dimensionner et architecturer un WSNs, nous recourrons à des modèles
aussi simples que possible. Dans cette section, nous définissons plusieurs modèles qui sont
utilisées dans les WSNs. Ainsi, nous utilisons les modèles de nœuds, les modèles de
communication, les modèles de détection ou d’acquisition, les modèles de consommation
d’énergie.

Figure I.12 : Le nœud capteur.


I.6.2. Modèle de nœud
Selon l’application et la structure choisie, un WSNs peut contenir différents types de
nœuds.
o Un nœud régulier est un nœud doté d’une unité de transmission et d’une unité de
traitement de données. L’unité de transmission de données est responsable de toutes les
émissions et réceptions de données via un support de communication sans fil pouvant
être de type optique (comme dans les nœuds Smart Dust) ou de type radiofréquence
(comme dans les nœuds Stargate). L'unité de traitement de données est composée d'une
mémoire, d’un microcontrôleur et d'un système d'exploitation spécifique (comme
TinyOS, développé à l’université de Berkeley et actuellement utilisé par plus de 500
universités et centres de recherches à travers le monde). Elle est responsable du

18
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

traitement des données en provenance ou au départ de l’unité de transmission. Ces


deux unités sont alimentées par une batterie embarquée comme le montre la Figure
(I.13) Selon le domaine d’application, un nœud peut être équipé d’unités
supplémentaires ou optionnelles comme un système de localisation (Global Positioning
System ou GPS, etc.) pour déterminer sa position, ou bien un système générateur
d’énergie (cellule photovoltaïque, etc.), ou encore un système mobile pour lui permettre
de changer sa position ou sa configuration en cas de nécessité.
o Un nœud capteur ou nœud source est un nœud régulier équipé d’une unité
d’acquisition ou de détection. L’unité d'acquisition est généralement dotée d'un capteur
ou plusieurs capteurs qui obtiennent des mesures analogiques (physiques et
physiologiques) et d'un convertisseur Analogique/Numérique qui convertit
l'information relevée en un signal numérique compréhensible par l’unité de traitement.
o Un nœud actionneur ou robot est un nœud régulier doté d’une unité lui permettant
d’exécuter certaines tâches spécifiques comme des tâches mécaniques (se déplacer,
combattre un incendie, piloter un automate, etc.)
o Un nœud puits est un nœud régulier doté d’un convertisseur série connecté à une
seconde unité de communication (GPRS, Wi -Fi, WiMAX, etc.). La seconde unité de
communication fournit une retransmission transparente des données provenant de
nœuds capteurs à un utilisateur final ou d’autres réseaux comme internet.
o Un nœud passerelle (ou Gateway) est un nœud régulier permettant de relayer le trafic
dans le réseau sur le même canal de communication.

19
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

Figure I.13 : Architecture des différents types de nœuds :


Régulier, capteur, robot, puits, passerelle (Tidjane, 2011).
Pour optimiser certains paramètres comme la durée de vie du réseau ou le délai de livraison
des données, certains travaux se sont focalisés sur l’architecture (plat, hiérarchique, multi-
niveaux) des WSNs. Ces architectures définissent le plus souvent les rôles joués par les
nœuds dans un WSNs. Nous distinguons principalement 3 rôles à savoir:
o Nœud Source (NS): dont le rôle principal est de détecter les phénomènes physiques ou
physiologiques se produisant dans son environnement immédiat afin de les transmettre,
directement ou via multiples sauts, à un utilisateur final. C’est en fait un nœud capteur.
o Nœud Relais (NR): ils ont pour rôle d’agréger et de retransmettre les mesures
provenant des NS afin que celles-ci parviennent à un utilisateur final. Dans une
architecture à plat, quelques travaux considèrent généralement un NS comme un NR.
Dans une architecture à 2 niveaux, un nœud passerelle joue le rôle de NR pour un ou
plusieurs nœuds sources. Dans une telle configuration réseau, la capacité de
transmission du NR est supposée généralement plus grande que celle du NS.
o Nœud Collecteur (NC) de données: ils ont pour rôle de collecter les mesures
provenant des nœuds sources et éventuellement de les agréger. Généralement, un

20
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

"Cluster -Head " ou chef de cluster est utilisé comme NC dans une architecture
hiérarchique où les NS sont partitionnés en plusieurs groupes. (Tidjane, 2011)
I.7.Les caractéristiques des réseaux de capteurs sans fil (WSN)
Les réseaux de capteurs sans fil (WSN) possèdent plusieurs propriétés dont :
o La durée de vie limitée des capteurs car ils ont des ressources limitées en calcul, en
mémoire, et en énergie.
o La densité élevée de capteurs RCSF qui fonctionnent en communication multi-sauts.
o L'absence d'un identifiant global pour les capteurs qui sont reconnus par leurs
localisations.
o Le fonctionnement des capteurs intermédiaires comme des agrégats et des calculateurs.
o La coopération entre les capteurs pour résoudre une tâche de haut niveau.
o Le fonctionnement en mode "plusieurs-à-un", ou les capteurs envoient des informations
à la station de base, et le fonctionnement en mode "un-à-plusieurs", au niveau duquel la
station de base envoie des données aux différents capteurs. (Niar, 2012)
I.8.Les domaines d’applications des réseaux de capteurs sans fil
Plusieurs applications envisagées dans les réseaux de capteurs font toujours l'objet d'une
recherche et d'un développement actifs universitaires ou industriels. On trouve des
applications pour la détection et la surveillance des désastres, le contrôle de
l'environnement et la cartographie de la bio-divesité, le bâtiment intelligent, l'agriculture de
précision, la surveillance et la maintenance préventive des machines, la médecine et la
santé, la logistique et la télématique, etc. Nous décrivons ici brièvement quelques
applications dans certains domaines pour donner une idée de cette étendue.
Supervision de l'habitat écologique
Pour des raisons de supervision environnementale des thermo-capteurs peuvent être
dispersés à partir d'avions, ballons, navires et signaler d'éventuels problèmes
environnementaux dans le champ de captage (incendie, pollution, épidémies, aléa
météorologique…) permettant d'améliorer la connaissance de l'environnement et l'efficacité
des moyens de lutte. Les études scientifiques des habitats écologiques (animaux, végétaux,
micro-organismes) sont traditionnellement effectuées grâce à des activités sur le terrain par
des enquêteurs. Un problème majeur dans ces études provient de ce qui est parfois appelé
« l'effet de l'observateur ». En effet, la présence et les activités potentiellement intrusives

21
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

des enquêteurs sur le terrain peuvent affecter le comportement des organismes dans
l'habitat supervisé et ainsi fausser les résultats des observations. Des réseaux de capteurs
sans fil sans surveillance promettent une nouvelle approche écologique d'observation à
distance pour la surveillance de l'habitat. En outre, les réseaux de capteurs, en raison de leur
grande échelle potentielle et d'une h au te densité spatiotemporelle, peuvent fournir des
données expérimentales d'une richesse sans précédent.
Un des premiers déploiements expérimental de réseaux de capteurs sans fil pour la
surveillance de l'habitat s'est déroulé, sur Great Duck Island dans le golfe du Maine. Une
équipe de chercheurs du laboratoire de recherche d'Intel à Berkeley, de l'Université de
Californie à Berkeley, et du Collège de l'Atlantique à Bar Harbor ont déployé des nœuds-
capteurs sans fil dans et autour des terriers de « L'océanite culblanc », un oiseau qui vit en
grandes colonies sur l'île, au cours de la sais onde reproduction. Les données transmises par
le réseau de capteurs ont été mise à disposition sur le web, via une station de base sur l'île
reliée à un lien de communication par satellite.
Surveillance militaire et traque de cibles
Comme beaucoup d'autres technologies de l'information, les réseaux de capteurs sans fil
proviennent principalement de la recherche militaire. Des réseaux de capteurs autonomes
sont envisagés comme l'ingrédient essentiel dans cette lancée vers des systèmes de guerre
centrés sur les réseaux. Ils peuvent être rapidement déployés et utilisés pour la surveillance
des champs de bataille afin de fournir des renseignements concernant l'emplacement, le
nombre, le mouvement, et l'identité des soldats et des véhicules, ou bien encore pour la
détection des agents chimiques, biologiques et nucléaires.

Figure I.14 : Un service militaire utilisant les RCSF


Une grande partie de la croissance rapide dans la recherche et le développement des
réseaux de capteurs sans fil a été apportée par des programmes financés par l'Agence

22
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

américaine pour les Projets de recherche Avancée de Défense (DARPA pour Défense
Advanced Research Projects Agency), notamment grâce à un programme connu sous le
nom de « SensIT » (Sensor Information Technology) de 1999à 2002.
Supervision des structures et des phénomènes sismiques
Une autre classe d'applications pour réseaux de capteurs concerne le suivi de l'état des
structures civiles. Ces structures peuvent être des bâtiments, des ponts et des routes, voire
des aéronefs. À l'heure actuelle, la sûreté de ces structures est principalement apportée par
le biais d'inspections manuelles ou visuelles ou occasionnellement par des technologies
onéreuses en temps et en argent, telles que les rayons X et les ultrasons. Des techniques de
détection réseau permettent d'automatiser le processus, en fournissant en temps opportun de
riches informations sur un début de fissure ou d'autres dommages structuraux.

Figure I.15 : Surveillance séismique et volcanique par un RCSF


Les chercheurs envisagent le déploiement de ces capteurs avec une forte densité sur les
structures, en les intégrant dans le matériau de construction comme le béton, ou en les
mettant sur la surface. Ces réseaux de capteurs ont un potentiel pour le suivi à long terme
de l'usure des structures ainsi que de leur état après des événements destructeurs, comme
les tremblements de terre ou des explosions. Une vision futuriste, particulièrement pour
l'utilisation des réseaux de capteurs, implique le développement de structures contrôlables,
qui contiennent des actionneurs qui réagissent en temps réel aux informations du capteur

23
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

pour effectuer une «Annulation-d'écho » sur les ondes sismiques pour que la structure ne
soit affectée par aucune perturbation externe.
Détection en réseau dans l'industrie et le commerce
Dans la fabrication industrielle, des capteurs et des actionneurs sont utilisés pour les
processus de suivi et de contrôle. Par exemple, dans une usine de traitement chimique à
plusieurs étapes, il peut y avoir des capteurs placés en différents points dans le processus
afin de surveiller la température, la concentration chimique, la pression, etc.
Les informations de cette surveillance en temps réel peuvent être utilisées pour diversifier
les processus de contrôle, tels que l'a justement des quantités d'un ingrédient particulier ou
encore pour modifier les paramètres de chaleur. Le principal avantage de la création des
réseaux de capteurs sans fil dans ces milieux est qu'ils peuvent améliorer de manière
significative à la fois le coût et la souplesse inhérente à l'installation, mais encore l'entretien
et la modernisation des systèmes filaires. Il convient de noter qu'il existe déjà plusieurs
sociétés de développement et de commercialisation de ces produits à l'image des
technologies standards telles que le standard IEEE 802.15.4, et de la collaboration
industrielle telle que l'Alliance Zig bee. (Kacimi, 2009)
I.9. Le modèle OSI pour les réseaux de capteurs sans fil
Le modèle OSI pour les RCSF dans la figure ci-dessous :

Figure I.16 : Modèle OSI pour Les RCSF

Il existe cinq couches essentielles, la couche physique qui définit le dispositif matériel
du nœud de capteur, la couche MAC pour l'accès au canal de transmission, la couche

24
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

réseau pour la méthode de routage des paquets, la couche transport pour la congestion du
réseau et du trafic ainsi que la détection d'erreurs, et la couche application qui définit le rôle
de chaque nœud dans le RCSF. (Ziani, 2013)
I.9.1. Aspects de la couche Physique
Cette couche permet de moduler les données et les acheminer dans le media physique tout
en choisissant les bonnes fréquences. Elle est responsable du choix de la modulation, la
fréquence, du cryptage, et de la détection du signal afin de pouvoir convertir les flux
binaires et de les transmettre en signaux radio sur le canal sans fil et vice versa.
Pour économiser l’énergie d’un capteur de RCSF le concepteur de la couche physique
choisisse une transmission à multi-sauts plutôt qu’une transmission directe qui nécessite
une puissance de transmission très élevée.
Le standard le plus utilisé est le standard IEEE 802.15.4, qui a été développé pour les
réseaux à faibles débits, faible puissance, et peu complexes.
La couche physique est responsable de :
- L’activation et la désactivation du module radio.
- La détection d’énergie dans le canal.
- Estimation du LQI (Link Quality Indicator) pour la qualité de la liaison.
- Estimation du CCA (Channel Clear Assessment) pour voir si le canal est libre.
- Le choix de la fréquence.
- Transmission et réception des paquets. (Ziani, 2013)
I.9.2. Aspects de la couche MAC
La couche MAC est responsable de l'établissement des liens entre les nœuds afin de
garantir une certaine connectivité entre les nœuds. L'accès au canal doit être tel que les
collisions entre les transmissions sont minimisées, voire, éliminées. En effet, deux nœuds
voisins qui transmettent en même temps peuvent générer ce genre de phénomènes, et ainsi
provoquer une collision des paquets et leur perte.
I.9.3. Aspects de la couche Réseau
La couche réseau est responsable de la découverte et la gestion des routes dans un réseau
quelconque. Le routage dans les RCSF rencontre plusieurs défis dus à la flexibilité de ce
genre de réseau, la mobilité des nœuds et l'aspect sans fil des capteurs.

25
Chapitre I. Les réseaux Wifi et les réseaux de capteurs sans fil (RCSF)

I.9.4. Aspects de la couche Transport:


La couche de transport est responsable du contrôle de la congestion, de délivrer les
informations reçues par le nœud à l'application de façon efficace, et de gérer l'existence de
plusieurs applications dans un même nœud. D'une autre part, le contrôle du flux de données
est aussi une des responsabilités de cette couche. En effet, l'émetteur ne peut pas surcharger
le récepteur de paquets plus que ce qu'il peut en recevoir. Le contrôle du flux va de pair
avec le contrôle de la congestion, car le premier empêche la surcharge du récepteur, et le
second s'occupe de la surcharge du réseau.
La détection d'erreurs doit être supportée par n' importe quel protocole de communication
qui se veut performant. La détection de paquets manquants ou perdus se fait généralement
grâce au numéro de séquence, et cela se passe au niveau MAC.
Quant à la détection de paquets corrompus, la couche transport doit supporter des
mécanismes de détection de ce genre d'erreurs, généralement, par le moyen de
retransmissions. (Ziani, 2013)
I.10. Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté en premier lieu, les réseaux Wifi, ou les
réseaux sans fil, qui sont basés sur une liaison utilisant des ondes radioélectrique au lieu des
liaisons filaires. Cette technologie offre des débits allant jusqu'à 54Mbps sur une distance
de plusieurs centaines de mètres. Et ensuite nous avons présenté des généralités sur les
réseaux de capteurs sans fil. Un RCSF est un réseau ad-hoc avec un grand nombre de
nœuds qui sont des micro-capteurs capables de récolter et de transmettre des données
environnementales d'une manière autonome. La position de ces nœuds n'est pas
obligatoirement prédéterminée.

Dans le chapitre suivant, nous présentons un étude sur les différents simulateurs de réseaux
numériques, dont l’objectif est de déterminer le simulateur adéquat qui nous permet de faire
une simulation en étudiant le comportement dynamique du RCSF, ainsi que les protocoles
de communication adaptés à ce type de réseau.

26
Chapitre II:
Etude sur les outils de simulation des
réseaux de capteurs sans fil.
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

II.1.Introduction
Le simulateur de réseau est un programme de simulation, prêt à l’emploi et essentiellement
pour les réseaux informatiques filaires et sans fil. Dans ce projet, nous voulons faire une
simulation d’un réseau de capteurs sans fil. A cet effet, nous visons l’utilisation du le célèbre
simulateur NS-2 ou son successeur NS-3. Pour ce dernier jusqu’à présent, il est incomplet pour
simuler ce type de réseau. Dans ce sens, un projet d’extension du NS-3 pour simuler les réseaux
de capteurs sans fil est en cours de réalisation. Sur cette base, nous avons décidé de brosser un
étude sur l’utilisation des différents outils de simulation des réseaux informatiques pour la
simulation des réseaux de capteurs sans fil. Cette étude, par la fin, nous permet de choisir un outil
de simulation adéquat pour réaliser notre projet de simulation.
Nous avons enregistré, dans les travaux de recherche basés sur la simulation des réseaux
informatiques, l’utilisation d’une multitude d’outils de simulation (OMNET++, OPNET++,
...etc.) dont certains possèdent des avantages que d'autres n'ont pas d'où la nécessité de pouvoir
les comparer. Mais avant cela, il est nécessaire de mentionner quel est l'intérêt de ces simulateurs:
à quoi peuvent-ils servir ?
II.2. Qu’est-ce qu’un simulateur, quelle est son utilité?
La simulation est définie comme « un outil utilisé par le chercheur, l'ingénieur, le militaire, etc.
pour étudier les résultats d'une action sur un élément sans réaliser l'expérience sur l'élément
réel ». Les simulations sont réalisées dans un environnement simulé et non pas réel. Ils peuvent
aussi bien simulés un réseau de type LAN ou bien WLAN (suivant les simulateurs). Certains
simulateurs sont plus complets que d’autres dans les résultats d’une simulation mais tous
permettent d’étudier le comportement d’un réseau ayant une topologie et des caractéristiques
précises.
Les simulateurs permettent ainsi d’anticiper sur la topologie d’un réseau. Lorsque les résultats
d’une simulation ne sont pas satisfaisants, il est facile de modifier la topologie pour corriger les
problèmes avancés par la simulation précédente. Par exemple, si une simulation indique de par
ses résultats que l’emplacement d’un AP (Point d’Accès) n’est pas correct (la zone de couverture
n’est pas optimale), on peut facilement modifier son emplacement via le simulateur pour prévoir
le comportement du réseau si l’AP est déplacé réellement.

27
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

La simulation est aussi intéressante pour créer la topologie d’un réseau avant de la mettre en
place réellement. Et cela est possible car les simulateurs intègrent un grands nombre d’outils
permettant de réaliser des simulations assez réalistes.
On peut aussi se servir d’un simulateur pour tester un nouveau protocole (la facilité de
l’intégration dépend du simulateur utilisé) avant de l’utiliser réellement (un protocole de réseau
de capteurs sans fil). (Dupessey et al, 2008)
II.3.Types des modèles des simulateurs

Figure II.1 : Classification des modèles.


• Simulations statiques Méthode applicable seulement si le temps n'a pas d'influence, utilise
des tirages aléatoires et souvent uniformes.
• Simulations dynamiques Système qui change dans le temps.
• Simulations Déterministes Qui ne contiennent pas de variable aléatoire, une variable
d'entrée donnée, produit toujours le même résultat.
• Simulations Stochastiques Entrées et sorties sont aléatoires.
 Simulations à événements discrets Les variables ne changent qu’à un temps définies (temps
d’événements) et restent constantes sur les intervalles entre ces événements.
La simulation à événements discrets permet de modéliser un système réel dont le comportement
peut changer en fonction de l’apparition d’événements au cours du temps.
Par conséquent, dans une simulation à événements discrets, et au contraire d’une simulation
continue, le temps évolue de manière discrète en fonction de l’occurrence des événements.
Illustre l’évolution du temps dans une simulation à événements discrets.
Chaque événement représente un changement d’état, couplé avec une variable qui indique le
temps auquel l’événement aura lieu.
Un simulateur à événements discrets se compose de deux composants fondamentaux :

28
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

• Une horloge centrale qui permet de déterminer à n’importe quel instant le temps logique
de la simulation. Ce temps dépend du temps d’activation de l’événement courant.
• Un échéancier (ordonnanceur) qui est implémenté sous la forme d’une file d’attente avec
priorité, où les événements sont stockés et rangés et il modifie la variable représentant le
temps courant. (Boussadi et al, 2014)
II.4. Les différents outils de simulation de réseau
II.4.1. AgentJ (LAN Taylor)
AgentJ est un outil initialement développé par Ian Taylor pour Naval Research Laboratory
(NRL). Cet outil serve à exécuter une application Java comme une application agent dans le
simulateur à événement discret NS2. AgentJ est essentiellement Java Virtual Machine (JVM)
pour l'environnement de simulation NS2. (Christhu et al. 2013)
II.4.2. ATARRAYA
Développé par le Département d'informatique et d'ingénierie à l'Université de South Florida,
Atarraya est un outil de simulation pour l'enseignement et la recherche des algorithmes de
contrôle de topologie RCSFS. Contrôle de topologie est utilisé dans un RCSFS pour construire
une topologie avec un nombre réduit de nœuds actifs et liens tout en conservant la connectivité
réseau et la zone de couverture.
Bien que les utilisateurs d’Atarraya sont capables d'élaborer et de tester leurs propres protocoles,
Atarraya est pré-chargée avec différents protocoles qui comprennent la construction de topologie,
la maintenance de la topologie, capture de données et protocoles de communication. (Adrian,
2010)
II.4.3. ATEMU
ATEMU Est un émulateur de capteur basé sur un type de capteur existant, le mica21. ATEMU
possède une interface graphique nommé xatdb qui permet de visualiser les évènements qui se
produisent sur chaque capteur et qui simplifie les actions de débogage.
La simulation permet de lancer plusieurs applications pouvant être différentes, et ainsi de simuler
un réseau de capteurs, et d'afficher les événements se déroulant sur chaque capteur.
ATEMU peut émuler un grand nombre de capteurs. Xadtb, la fenêtre graphique d’ATEMU
permet de visualiser les évènements se produisant sur un capteur choisi, d’afficher les messages
de débogage et d’insérer des points d’arrêts ce qui permet de concevoir des applications fiables.

1
Capteur de la firme crossbow

29
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

Lorsque le réseau simulé est composé de beaucoup de capteurs, il devient très difficile de
visualiser tous les échanges entre les capteurs composant le réseau. La visualisation ne permet
pas d’afficher simultanément les évènements de plusieurs capteurs. Il faut donc naviguer entre les
onglets pour avoir un aperçu global de l’activité du réseau. (Badet et Bonneau, 2005)
II.4.4. Avrora
Avrora est un simulateur spécialement conçu pour les réseaux de capteurs sans fil construit en
Java, Similaire à ATEM. Ce simulateur a été développé par l'Université de Californie, Los
Angeles compiler Group. Avrora fournit un large éventail d'outils qui peuvent être utilisés pour
simuler les RCSFS. Ce simulateur combine les mérites d’ATEMU TOSSIM, et limite leurs
inconvénients. Ce simulateur ne fournit pas interface graphique pour l’utilisateur (GUI). il prend
également en charge la consommation d'énergie du capteur sans fil. Ce simulateur fournit des
sources à ciel ouvert et de documents en ligne. (Fei, 2011)
II.4.5. Castalia
Est un simulateur pour les réseaux de capteurs basé sur OMNeT++. Il s’agit d’un simulateur
générique avec un canal sans fil et un modèle de radio basé sur des données mesurées. Comme il
est illustre à la (Figure II.3.), Castalia définit trois modules principaux : le nœud, processus
physiques et les canaux sans fil. Il est développé avec le C++.

Figure II.2 : les connections des modules sous Castalia.


Le module nœud est en fait un composite. La (Figure II.4.) montre la structure interne du module
nœud. Les flèches pleines signifient le passage de message et les flèches pointillés signifient une
interface entre les modules et les appels fonctions.
Par exemple, la plupart des modules font appel au gestionnaire de ressources pour signaler la
consommation d’énergie. Le module d’application est le plus touché par l’utilisateur, le plus
souvent par la création d’un nouveau module pour mettre en œuvre un nouvel algorithme. Les
modules MAC, Routage, ainsi que le module de mobilité, sont également modifiés, généralement

30
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

la création d’un nouveau module est en cause pour la création d’un nouveau protocole. Tous les
modules existants sont très accordés par de nombreux paramètres. (Niar, 2012)

Figure II.3 : Les principaux composants d’un nœud.


II.4.6. EmStar
Est un émulateur spécifiquement conçu pour WSN développé en C, et il était d'abord développé
par l'Université de Californie, Los Angeles. EmStar est une trace-driven émulateur exécuté en
temps réel.
Les gens peuvent exécuter cet émulateur sur un système d'exploitation Linux. Cet émulateur
prend en charge de développer RCSF application sur de meilleurs capteurs matériels. Outre les
bibliothèques, les outils et les services, une extension de micronoyau Linux est incluse dans cet
outil. (Fei, 2011)
II.4.7. Glomosim (Global Mobile Information System Simulate)
C’est un outil de simulation créé par UCLA. Il permet la simulation des réseaux filaires et sans
fils à grandes échelles et en précisant les modèles. Ils utilisent dans cet outil de simulation les
capacités du langage Parsec.
Il offre la possibilité de simuler un réseau WLAN avec tous les protocoles qu’ils incluent
(AODV, DSR, algorithme de Bellman (routage par vecteur de distance), ODMRP (On-Demand
multicast Routing : protocole réactif), WRP (Wireless Routing Protocols qui est un protocole
réactif), FSR (Fisheye State Routing qui est le routage à état du lien), … etc. La majorité des
systèmes de réseaux de Glomosim sont construites en se basant sur les sept couches OSI.
31
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

La simulation sous Glomosim utilise la technique de parallélisme Glomosim est un outil de


simulation connu par un passage à l’échelle, la précision des modèles. En outre le Glomosim est
connu par la complexité de son apprentissage (Boussadi et al, 2014).
Le transfert de paquets dans Glomosim se fait selon le schéma suivant :

Figure II.4 : Transfert des paquets dans Glomosim.


II.4.8.J-Sim
(J-SIM ou Java Simulator est un outil de simulation open source à événement discret développé
en Java. Pour la mise en place du scénario de simulation de J-SIM utilise le langage TCL / Jacl.
J-SIM est construit sur la base de l’ACA (Autonomous Component Architecture). Les éléments
sont des composants (des objets qui permettent de communiquer et qui héritent de
drcl.comp.Component) qui communiquent à travers des ports. TCL fournit les commandes de
base qui permettent de connecter et manipuler les objets. (Boussadi et al, 2014)
II.4.9. JiST (Java in Simulation Time)
JiST est une nouvelle version de simulation, comme son nom l’indique ce simulateur utilise
comme langage de programmation le JAVA et est utilisé généralement avec un autre simulateur
de réseaux mobiles ad hoc qui est le SWANS. La simulation en JiST est constituée en entités qui
représentent les éléments constituant le réseau (les nœuds,...), avancent le temps de simulation
cela en tenant compte des interactions seulement entre entités différentes ; c'est-à-dire que le
temps de simulation correspond aux points de synchronisation entre des entités dans lesquelles
des programmes sont en train de s’exécuter simultanément et cela permet d’obtenir une

32
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

amélioration en performance. Pour exécuter une application en temps de la simulation, JiST


utilise un chargeur JAVA personnalisé qui permet de réécrire dynamiquement le byte-code de
l’application. (Boussadi et al, 2014)
II.4.10. Net-SIM
Est un simulateur à événements discrets stochastiques qui permet pour la simulation de réseaux
divers, y compris des réseaux de capteurs sans fil, LAN sans fil, WiMAX, TCP, les réseaux IP.
Ce simulateur a d'abord été développé par Tectcos en association avec l'Institut indien des
sciences. Net-SIM est capable de simuler divers niveaux du réseau, l'ensemble du réseau, un
sous-réseau, chaque nœud Définition et aussi trace de paquet. Le Net-SIM possède une
bibliothèque de protocoles intégré, qui peut être utilisé directement ou elle peut également être
modifiée comme elle l'est dans le code C simple.
L'interface utilisateur graphique de Net-SIM est un environnement de développement intégré qui
sert d'interface entre la bibliothèque de protocole et le code de l'utilisateur. (Christhu et al. 2013)
II.4.11. Ns-2 (Network Simulator version 2)
Le simulateur réseau (NS-2) est un outil de simulation à événements discrets. Il permet la
simulation des réseaux IP filaires et sans fil. Il a débuté en 1989, on l’a amélioré au fil des
versions. Depuis 1995 NS est soutenu par la contribution de DARPA (Defense Advanced
Research Project Agency). En 1996, la version 2 de ns a été introduite avec, bien sûre, des
améliorations architecturelles. En 1997, le ns-2 a été étendu pour soutenir les réseaux sans fil. De
nos jours, le NS-2 est l’outil de simulation le plus utilisée pour les réseaux typiques ainsi que
pour l’attribution des ressources.
NS-2 est un outil de simulation de réseaux de données. Il est bâti autour d'un langage de
programmation appelé Tcl dont il est une extension. Du point de vue de l'utilisateur, la mise en
œuvre de ce simulateur se fait via une étape de programmation qui décrit la topologie du réseau et
le comportement de ses composants, puis vient l'étape de simulation proprement dite et enfin
l'interprétation des résultats. Cette dernière étape peut être prise en charge par un outil annexe,
appelé Nam qui permet une visualisation et une analyse des éléments simulés.
NS2 est en réalité un programme relativement complexe écrit en C++ et interfacé via Tcl. Pour
modifier le comportement d'objets existants, il est donc nécessaire de modifier le code C++ qui
en réalise l'implantation. (Boussadi et al, 2014)

33
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

Il existe dans le NS-2 une extension, nam (Network Animator) qui permet la visualisation de
la topologie du réseau et peut afficher les flux de paquets et des files d’attente. On a aussi
Gnuplot, Xgraph et Tracegraph qui aident lors de l’interprétation des résultats.

Figure II.5 : la structure de NS-2.

Table 01 : les composants de NS-2


Application Web, FTP, Telnet, générateur de trafic (CBR, ..)

Transport TCP, UDP, RTP, SRM

Routage Statique, dynamique (vecteur distance) et routage

multipoint (DVMRP, PIM)

Gestion des files d'attente RED, Drop Tail, Token bucket

Discipline de service CBQ, SFQ, DRR, Fair Queuing

Système de transmission CSMA/CD, CSMA/CA, lien point à point

34
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

Figure II.6 : Description architecturale du simulateur NS2.


II.4.12. Ns-3
C’est un simulateur à événements discrets de troisième génération, il a été annoncé le
02/07/2006 la première version 3.1 est sortie en juin 2008. NS-3 est composé de modules. Ns-3
est écrit en C++, mais certaines parties optionnelles de simulation peuvent être introduites en
d’autres codes comme le Python. Ns-3 n’est pas rétro compatible avec Ns-2, il est aussi
continuellement amélioré.
En ce qui concerne l’architecture de ns-3 intègre également un langage évolué GTNets qui est un
simulateur de caractéristiques évoluées. Cette conception est faite précisément en raison de
compatibilité. (Boussadi et al, 2014)

Figure II.7 : L’architecture de Ns-3.

35
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

II.4.13.OMNET ++ (Objective Modular Network Testbed)


OMNeT++ est un environnement de simulation open source possédant une interface graphique
solide intégrant un noyau de simulation. C’est un outil de simulation à événements discrets
orientés objets, basé sur C++, gratuit pour les utilisations académiques. Tandis qu’il existe une
version commerciale qui est OMNEST. Il a été conçu pour simuler :
 les systèmes réseaux de communication.
 Les systèmes multi processeurs.
 D’autres systèmes distribués.
 Actuellement il est utilisé dans les universités pour la validation de nouveaux matériels et
logiciel, ainsi que pour l’analyse et l’évaluation de protocoles de communication.
 Les réseaux de file d’attente.
OMNET++ est réalisé grâce au projet d’étude de Technical University of Budapest en 1992 et on
l’améliore au fil des années.
Cependant, la simulation des réseaux d’ordinateurs est le principal domaine d’application, pour
cela il existe des cadres qui fournissent des modules pour la simulation filaire et le sans fil, ou
dans le cadre de la mobilité. (Boussadi et al, 2014)
OMNET++ est connu par la facilité d’apprentissage, d’intégration de nouveaux modules et la
modification de ceux déjà implémentés. L’architecture du modèle OMNeT++ se compose de
plusieurs modules hiérarchiquement (visualisé dans la figure ci-dessous) imbriqués qui sont
 Le module système
 Modules simples (les feuilles) : programmés en C++ encapsulant le comportement d’un réel
d’un système. Pour chaque module simple correspond un fichier .cc et un fichier .h.
 Modules composés : constitués d’un ou de plusieurs modules simples ou des modules
composés reliés entre eux. Les paramètres, les ports et les modules de chaque module sont
spécifiés dans un fichier .ned. l’architecture d’OMNET++ est visualisée dans la figure qui
suit :

Figure II.8 : L’architecture hiérarchique des module du simulateur OMNeT++.

36
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

Table 02 : les Composants d’OMNET++


Application : FTP, Telnet, générateur de trafic (IPTrfGen..), Ethernet, Ping App,
UDPApp, TCPApp
Transport : TCP, UDP, RTP
Réseau : IPv4, IPv6, ARP, OSPF, LDP, MPLS, ICMP, TED...
Liaison : Mgmt, MAC, Radio
Node : Ad Hoc, Wireless, MPLS…

II.4.14.OPNET++ (Optimum Network Performance)


L’outil de simulation OPNET permet de simuler les infrastructures des réseaux puissants, codé en
C++ et conçu en orienté objet. Il permet aussi de concevoir et d’étudier des réseaux de
communications, on se base sur ce simulateur surtout pour le réseau des capteurs sans fil, les
nouvelles technologies…etc. Mais il est long lors de son apprentissage. Il est composé de
plusieurs éditeurs : le module nœuds, le module process et le module simulation (exécution de la
simulation qui apportera des changements aux nœuds
OPNET englobe plusieurs fonctions propriétaires. Il gère aussi certains types d’objets tels que les
liens et les formats de paquets
OPNET est un simulateur assez complexe ce qui résulte les difficultés d’apprentissage. Il est basé
sur deux méthodes qui sont l’utilisation des nœuds programmés et définition des modèles.
OPNET peut être utilisé dans :
 Modélisation de trafic des réseaux de télécommunication.
 Modélisation des protocoles.
 Modélisation des queues réseaux.
 Validation des architectures hardware.
 Evaluation de l’aspect de la performance des systèmes logiciel complexes.
L’architecture d’OPNET est hiérarchique imbriqué, dont le niveau le plus haut le domaine réseau
qui permet de définir la topologie de ce dernier. La simulation sous OPNET est basée sur deux
méthodes, soit par utilisation des nœuds programmés fournis par OPNET, ou bien par la
définition d’un modèle de lien, des protocoles et des modèles processus (Boussadi et al, 2014).

37
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

II.4.15. PowerTOSSIM
L’outil PowerTOSSIM permet de faire des simulations de la même manière que TOSSIM
sauf que celui-ci prend en considération la consommation d’énergie, ainsi le nœud qui ne
possède plus d’énergie s’arrête de fonctionner, ce qui nous permet d’exécuter la simulation
jusqu’à la mort du réseau. (Bouzidi et Benameur, 2011)
II.4.16. Qualnet
C’est un programme qui gère le (le filaire) ainsi que le sans fil. Son architecture est
répartie en 3couches:
 Le noyau de simulation : qui est un planificateur d’évènements discrets comme une couche de
base.
 Les bibliothèques de modèles.
 La couche supérieure est définie par QualNet Devloper GUI.
Qualnet permet de créer et de visualiser des scénarios de réseau, et d’analyser les résultats de la
simulation à l’aide de GUI. Lors de la création du scénario du réseau se les informations basics
seront stockés dans un fichier de description du scénario (XML).
L’environnement sans fil, la pile, le protocole, la collection statique ou le paquet de traçage sont
configurés ainsi que l’emplacement des nœuds et la définition de la topologie utilisé. QualNet
prend en charge plusieurs protocoles de la couche application (CBR, FTP ou VoIP). Vous pouvez
avoir la simulation dans l’outil «Animator». Comme d’autres simulateurs, la vitesse de
simulation peut-être accélérée ou ralentie. Mais il n’y a pas d’analyse durant la simulation les
sorties de la simulation sont différentes par rapport à celles enregistrées dans les fichiers de
sorties. Le ficher de sortie .stat contient les informations statistiques. Il y a même le fichier trace
qui englobe les paquets enregistrés. (Boussadi et al, 2014)
II.4.17. Sens (Sensor, Environment, and Network Simulator)
Sens est un simulateur de réseau de capteurs de haut niveau pour les applications de réseaux de
capteurs sans fil. Il se compose d'application, de réseau et composants physiques qui sont
interchangeables et extensible. Composants d'application sont utilisés pour simuler l'exécution
sur un nœud de capteur, les composants du réseau sont utilisés pour simuler le paquet à envoyer
et recevoir des fonctions d’un sens ou nœud, et les éléments physiques sont utiliser pour
modéliser des capteurs, des actionneurs et de la puissance et d'interagir avec l'environnement.

38
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

Les utilisateurs peuvent modifier ces composants existants ou d'inscrire la nouvelle pour leurs
applications, les modèles réseau, capacités des capteurs et d'environnements. Sens propose la
portabilité des applications pour permettre la portabilité pour activer direct la transférabilité entre
le simulateur et nœuds de capteur réel. (Thamakit et Gu, 2006)
II.4.18. SENSE
SENSE est conçu pour être un simulateur de réseau de capteurs efficace et puissant. Les trois
principaux facteurs de SENSE. Ce simulateur a été utilisé pour simuler le RCSF et mettre en
œuvre les protocoles comme le SSR (Auto -Routage sélective), RSH (Self-Healing routage),
PSRS. Le principal objectif de la conception est de répondre à trois facteurs expliqués ci-dessus
comme l'extensibilité, possibilité de réutilisation, et évolutivité, et de prendre en compte les
besoins des différents utilisateurs. La récente progresse dans la simulation basée sur des
composants, à savoir le composant-port et la simulation de modèle classification de l'organe, a
fourni une base théorique solide pour le simulateur. Des questions pratiques, telles que
l'utilisation efficace de la mémoire, réseau de capteurs des modèles spécifiques, ont également été
examinées. (Christhu et al. 2013)
II.4.19. SensorSim
Est une extension du simulateur NS2, est un cadre de simulation de réseaux de capteurs. Il fournit
des modèles de canaux de capteur, consommateurs d'énergie, les piles de protocole léger pour
Wireless micro-détecteurs, la génération de scénarios et simulation hybride. Les modèles de
canaux de capteurs de l'interaction dynamique entre les nœuds de capteurs et de l'environnement
physique. A chaque nœud, les consommateurs d'énergie dit de contrôler la puissance en modes
multiples d'utiliser efficacement la puissance et prolonge la durée de vie des nœuds. Mais ce
simulateur n'est plus développé, par conséquent, n'est plus disponible. (Thamakit et Gu, 2006)
II.4.20. SimPy
C’est un simulateur à événement discrets orienté processus et écrit en Phyton, les entités de bases
sont des processus exécutés en parallèle, pouvant échanger des objets connexes. SimPy permet
également une synchronisation des processus et de commandes afin de bien suivre les données
simulées. (Boussadi et al, 2014)
.

39
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

Figure II.9. Architecture de SimPy.

II.4.21.Tossim
Permet de simuler le comportement d’un capteur au sein d’un réseau de capteurs, il est un
simulateur discret basé sur la programmation par événement, de même qu’il est conçu et
désigné pour simuler les réseaux de capteurs qui utilisent la plateforme TinyOS. Le principal
but de TOSSIM est de créer une simulation très proche de ce qui ce passe dans ces réseaux
dans le monde réel.
TOSSIM simule le comportement des applications de TinyOS à un niveau très bas. Le
réseau est simulé au niveau des bits et chaque interruption dans le système est capturée.
TOSSIM fourni deux modèles de radios pour la communication : Le modèle par défaut « simple»
où les paquets sont transmis dans le réseau sans aucune erreur et ils sont reçus par chaque
nœud. Avec ce modèle il est ainsi possible que deux nœuds différents peuvent envoyer un
paquet en même temps avec la conséquence que ces deux paquets seront alors détruit à
cause du chevauchement des signaux. Le deuxième modèle est le modèle « lossy », dans ce
modèle les nœuds sont placés dans un graphe. Direct formé d’un couple (a, b) ce qui signifie
qu’un paquet envoyé par le nœud a peut-être été reçu par le nœud b.
TOSSIM est équipé aussi d’un simulateur graphique TinyViz. Cette application est équipée par
plusieurs API plugins qui permet d’ajouter plusieurs fonctions à notre simulateur comme par
exemple contrôler les entrées de notre radio ou bien suivre la dépense d’énergie en utilisant
un autre simulateur qui s’appelle PowerTOSSIM. (Bouzidi et Benameur, 2011)

40
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

II.5. Comparaison entre quelques simulateurs

Simulateurs Avantages Inconvénients


 Permet de simuler un réseau de  Lorsque le réseau simulé est
capteurs relativement fidèlement. Il composé de beaucoup de capteurs,
peut émuler un grand nombre de il devient très difficile de
capteurs. visualiser tous les échanges entre
 Xadtb, la fenêtre graphique les capteurs composant du réseau.
d’ATEMU permet de visualiser les  La visualisation ne permet pas
évènements se produisant sur un d’afficher simultanément les
ATEMU
capteur choisi évènements de plusieurs capteurs.
 peut émuler différents nœuds de  le temps de simulation est
capteurs dans des réseaux beaucoup plus long.
homogènes ou hétérogènes réseaux.
 peut émuler consommations
d'énergie ou les chaînes de radio.

 spécialement conçu pour les réseaux  Avrora est un simulateur de
de capteurs niveau d'instruction.
 peut prendre en charge des milliers  Les codes en Avrora courent
AVRORA
de simulation de nœuds. instruction par instruction.
 peut sauver beaucoup plus de temps
d'exécution.
 Modélisation des processus
physiques, dispositif de détection de  Pas un capteur de plate-forme
partialité et de bruit, le noeud la spécifique.
dérive d'horloge, et plusieurs Mac et  Pas utile si l'on souhaite tester le
Castalia les protocoles de routage mis en code compilé pour une plate-
œuvre. forme de noeud capteur
 Très accordable protocole MAC et spécifique.
un modèle de processus physique
paramétrique flexible.
 permet aux utilisateurs d'EmStar
exécuter chaque module séparément
sans sacrifier la réutilisation des
 Ne peut pas soutenir grand
logiciels.
 peut atténuer les défauts parmi les nombre de simulation de capteurs.
capteurs, et il fournit de nombreux
 ne fonctionne que dans la
modes faire debug et d'évaluer
Emstar
beaucoup plus facile. simulation en temps réel et ne se
 Il y a un environnement souple dans
applique qu'aux nœuds de capteurs
EmStar que les utilisateurs peuvent
changer librement entre le iPAQ de classe et MICA2.
déploiement et simulation capteurs
parmi Aussi avec une des interfaces
standard, chaque service peuvent

41
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

être facilement interconnectés.


 EmStar dispose d'une GUI, qui est
très utile pour les utilisateurs de
contrôler des appareils
électroniques.
 Lors de l'utilisation Emstar, chaque
plate-forme d'exécution est écrit par
les mêmes codes, qui diminueront
des bugs quand itérer les modes
distincts.
 Initialement conçu pour les réseaux  Nécessite de maitriser le parsec
sans fil (surtout les réseaux Ad pour toute personnalisation autour
Hoc), du noyau,
Glomosim  Exécution des simulations  Installation assez complexe.
relativement rapide,
 Environnement de simulation
parallélisable.
 modèles en J-Sim ont une bonne
réutilisation et interchangeabilité.
 installations simulation facilement.
 Le temps d'exécution est beaucoup
 J-Sim contient grand nombre de
plus long que celle de NS-2. Parce
protocoles.
que J-Sim n'a pas été conçu pour
 peut également soutenir diffusions
simuler RCSFs.
J-Sim de données, les gammes et les
 la conception inhérente de J-Sim
simulations de localisation dans
fait guère utilisateurs n’ajoutent de
RCSFs par des modèles de détail
nouveaux protocoles ou des
dans les protocoles de J-Sim.
composants de nœuds.
 peut simuler les chaînes de radio et
de la consommation d'énergie dans
les réseaux de capteurs.
 Utilisé essentiellement dans les  le temps de simulation cela en
réseaux étendus sans fil ad hoc. tenant compte des interactions
 Réseau filaire et sans fil. seulement entre entités différentes
; c'est-à-dire que le temps de
simulation correspond aux points
JiST de synchronisation entre des
entités dans lesquelles des
programmes sont en train de
s’exécuter simultanément et cela
permet d’obtenir une amélioration
en performance.
 utilise l’orienté Objet,  Conçu pour les réseaux filaires,
 permet la simulation des  Difficulté d’ajout de nouveau
Ns-2 comportements des protocoles modèle à cause des dépendances
standards, entre modules,
 nombreux protocoles disponibles,  Intégration difficile à d’autres

42
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

 simulateur Multicouches. applications,


 La faible performance des
simulations de réseaux importants,
 Scénario de simulation décrit en
Otcl.
 Simulation de protocoles (TCP,  ns-3 n’est pas rétro compatible
UDP, IPv4, IPv6…). avec ns-2.
 Simulation de médias (Ethernet,  Exécution d’une implémentation
NS-3 WIFI, WIMAX). d’un protocole dans ns-3.
 Définition de la topologie du réseau
(statistique ou dynamique).
 Possibilité de simulation
 Architecture modulaire permettant  Ne prend pas en charge le cas des
l’intégration de nouveaux modèles, réseaux de capteurs.
 Réseaux capteurs sans fils.  Peu de modèles pour les réseaux
 Réseau filaire. (il peut simuler sans fils,
n'importe quel type de réseau.)  Description des modèles en
 Utilisation du C++ (et récemment langage NED.
OMNET++ du C #) pour le développement du
noyau,
 Les classes de base du simulateur
peuvent être étendues et
personnalisées,
 Conception de modèles se
rapprochant de la réalité,
 Modélisation de trafic des  OPNET englobe plusieurs
réseaux de télécommunication. fonctions propriétaires. Il gère
 Modélisation des protocoles. aussi certains types d’objets tels
que les liens et les formats de
 Modélisation des queues réseaux.
paquets
 Validation des architectures  Est un simulateur assez complexe
Opnet++ ce qui résulte les difficultés
hardware.
d’apprentissage. Il est basé sur
 Evaluation de l’aspect de la deux méthodes qui sont
performance des systèmes logiciel l’utilisation des nœuds
programmés et définition des
complexes. modèles.
 peut prendre en charge des milliers  TOSSIM est conçu pour simuler le
de simulation de nœuds. comportement et les applications
 peut émuler la radio modèles et de TinyOS, et il n’est pas conçu
exécutions de code. pour simuler les mesures de
Tossim  seulement émuler applications performance des autres nouveaux
homogènes. protocoles.
 avoir à utiliser PowerTOSSIM pour  ne peut pas stimuler correctement
simuler la consommation d'énergie. les problèmes de la consommation
d'énergie dans RCSFs.

43
Chapitre II. Etude sur les outils de simulation des réseaux de capteurs sans fil

II.6. Avantages et inconvénients de la simulation


Les simulations permettent à une entreprise de tester différents aspects des changements
proposés ou nouveaux modèles avant d'engager des ressources à l'acquisition. Ceci est important
car une fois que le matériel est acheté, les changements ultérieurs pourraient s’avérer coûteux.
Une vitesse de la simulation pour inspecter le comportement à long terme qui nécessite un
chercheur d’attendre pendant des heures, des jours, voire des années dans le monde réel
expérimental.
Les examens microscopiques des systèmes sont possibles dans les simulations qui aident à
savoir la raison pour laquelle on a l’émergement de certains effets.
En changeant les paramètres de simulation d’un modèle de simulation valides, effets de
nouvelles politiques, méthodes ou procédures peuvent être explorées. Ces nouvelles peuvent être
testées sans affecter le système réel. (Boussadi et al, 2014)
II.7.Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté les différents outils de simulation des réseaux tout en
concentrant sur ceux qui prendront en charge la simulation des réseaux de capteurs sans fil. Vu
que ces outils de jour en jour font l’apparition, on a essayé d’englober le maximum d’outils
possibles.

Dans le chapitre suivant, nous présentons un état de l’art sur les différents Protocoles de réseaux
de la couche MAC du capteur sans fil proposés pour préserver la consommation de l’énergie du
RCSF.

44
Chapitre III
Un état de l’art sur la consommation de
l’énergie dans les réseaux de capteurs sans
fil
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

III.1. Introduction
Dans ce chapitre nous présentons un état sur les techniques proposées de dissipation de
l'énergie dans la couche MAC des systèmes de communication sans fil, tout en mettant
l'accent, plus spécialement, sur les protocoles MAC centralisés et décentralisés. L'idée
principale de conservation de l'énergie dans le routage est la réduction de la puissance de
transmission, qui est proportionnel à la distance au carrée. L'énergie consommée, en utilisant
la transmission en multi-sauts, est comparablement faible à celle, en transmission direct avec
le capteur sink "chef de cluster". La perte de l'énergie dans les protocoles de la couche de
liaison est due aux collisions durant les transmissions des capteurs, à la situation active inutile
du module radio et au changement excessif de l'état du circuit du module radio.
Les exigences mises sur un réseau de capteurs varient d'une application à une autre.
Généralement, sont:
Moins de coût : Le coût d'un capteur varie d'un Euro à 100 Euro et plus.
Une longue durée de vie : dans plusieurs applications le changement de batterie pour un
capteur, soit il est cher soit il est impossible. La durée de vie d'une batterie revient à la
consommation. Une durée de vie de capteur de quelques années peut être utilisée dans
certaines mesures.
Réseau large: le réseau de capteur doit être large dans le but est de couvrir une large zone.
Ces exigences nous conduisent aux exigences systèmes suivants:
Consommation d'énergie faible : L'exigence de faible coût sur les batteries de capteurs
implique l'utilisation modeste capacité. Pour faire vivre une batterie une longue durée, il est
important de minimiser la consommation de l'énergie du capteur. Des nouveaux recherches
doivent être menées sur l'extraction de l'énergie de l'environnement (lumière, vibration, le
bruit acoustique). Ces techniques permettent une durée de vie illimitée pour un capteur et un
réseau de capteurs. Mais comme l'énergie extraite est très petite le besoin à la conservation de
l'énergie reste important.
Faible complexité de matériel et logiciel: les fonctions implémentées dans le matériel
doivent être simples parce que la complexité du matériel est traduite à des circuits un peu
larges et qui sont coûteux et consomment plus d'énergie. A cet effet, le logiciel doit être petit
et qui utilise un minimum de mémoire RAM, afin de minimiser le coût et la consommation
de l'énergie du mémoire. En plus, le software doit minimiser la consommation d'énergie du
traitement.

45
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

Capacité de communication multi-sauts : vu que la perte propagation du signal est


proportionnelle au distance carrée, il est intéressant, en conservant l'énergie, de transmettre les
paquets en mode multi-sauts au lieu des les envoyés directement sur un seul saut.

Auto-organisation: les capteurs de réseaux doivent être capables de s'auto organiser dans le
réseau. Cette exigence est une conséquence de l'exigence du faible coût parce que l'auto-
organisation minimise les coûts de déploiement. Les applications déployant un réseau multi-
sauts large la configuration manuelle est impraticable.
Scalabilité: les protocoles de communications doivent être en mesure de déployer un réseau
large.
III.2.1. Contrôle d'accès au medium (Medium Access control)
Le spectre de la fréquence radio est divisé à des bandes de fréquences qui sont affectées à
un système de communication ou un groupe de systèmes. Un système de communication peut
utiliser les techniques de multiplexage, multiplexage fréquentiel (FDMA), multiplexage
temporel (TDMA) et la technique d'étalement de spectre comme accès multiple par division
de code (CDMA) et saut de fréquence. L'attribution des canaux de transmission aux
dispositifs de transmission peut être fixe ou dynamique. Pour les systèmes de diffusion radio
(radio broadcost systems) l'attribution de ressource est fixe. Dans un système où les
dispositifs de calcul numériques sont interconnectés via média sans fil, il est impossible ou
très difficile d'affecter un canal pour chaque dispositif. Le rôle d'un protocole MAC est de
contrôler l'allocation dynamique d'un ou plusieurs canaux. Les protocoles MAC peuvent être
classés selon plusieurs caractéristiques. Les caractéristiques fondamentales sont, si le contrôle
est centralisé ou distribué et si l'accès est aléatoire, garantie ou hybride. Pour le cas de
protocole MAC centralisé, un contrôle central est chargé pour gérer le médium. La
centralisation simplifie l'algorithme de contrôle mais demande une topologie étoile. Souvent,
ce type de protocole, est caractérisé par plus de calcul et plus de consommation d'énergie. Le
système cellulaire, GSM, WLAN, PAN (Personnel Area Network: Bluetooth) utilisent les
protocoles centralisés. Alors que, dans le cas distribué le même algorithme est exécuté dans
tous les nœuds du réseau. Les protocoles distribués (ex: CSMA, DBTMA, MACA) sont basés
sur le technique multi-saut. Ils n'ont pas besoin d'une station de base pour communiquer.
Certains protocoles, conçus pour les réseaux multi-sauts, utilisent des clusters à contrôle
centralisé avec la rotation du rôle du contrôle central via les nœuds voisins dont le but de
balancer la consommation de l'énergie entre tous les nœuds.

46
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

Le protocole à accès garanti (appelé aussi contentionless ou conflict-free protocol)ne


permet pas la perte de paquet dû à la collision. Exemples de protocoles à accès garanti TDMA
et polling. Avec les protocoles à accès aléatoire (appelé contention protocol) chaque émission
fait sujet probable de collision avec d'autres émissions. Le rôle de protocole à contention est
de minimiser la probabilité de collisions et de gérer les retransmissions. Exemples de
protocole à contention ALOHA et CSMA. La combinaison de protocole à accès garantie et le
protocole à accès aléatoire donne naissance au protocole hybride. Exemples de ce type de
protocole PRMA et DQRUMA. (Alexandre Delye et al. 2005)
III.2.2. Sources de perte d'énergie dans la couche MAC
On peut identifier quatre sources de perte d'énergie:
- Écoute active du canal "Idlelistening": réfère à l'écoute active d'un canal active.
- Surécoute (Overhearing): réfère à la réception des données qui ne sont pas destinés au
nœud lui-même.
- Collisions: la collision aura lieu si un nœud transmit un paquet au voisinage d'un
noeud qui reçoit un autre paquet. La détection de collision mène à une retransmission des
paquets. La retransmission se consomme l'énergie en émission et en réception.
- Surcharge (Overhead): plusieurs protocoles MAC fonctionnent par l'échange de
message de contrôle pour des raisons suivantes: la signalisation, la connectivité,
l’établissement de plans d'accès et l'évitement et l'évitement de collision. Tous ses
messages nécessitant une énergie additionnelle.
Plusieurs applications de réseau de capteurs gèrent peu de trafic dans leur réseau. Donc,
dans la plupart du temps le canal restera en écoute actif "idlelistening". Dans ces cas,
l'énergie perdue en écoute actif devient très importante. La source d'énergie perdue la plus
importante, qui vient en deuxième, est lesurécoute"overhearing", surtout pour le cas d'un
réseau dense. Comme cache protocol, le protocol MAC de réseau de capteurs sans fil doit
minimiser ses Surcharge "overhead". (Amato et al. 2003)
III.2.3. Les techniques de conservation d'énergie dans la couche MAC
Dans les systèmes, ou la conservation de l'énergie est inutile, le mot accès dans le contrôle
d'accès au médium signifie accès pour transmettre. Le protocole MAC doit affecter le
médium avec efficacité et en temps voulu et en prévenant les collisions entre les
transmissions. Le nœud sans fil doit écouter le canal le plein temps, sauf lors de la
transmission. En prenant en considération la conservation de l'énergie, le protocole MAC doit
aussi assurer que la destination de transmission est éveillée durant la transmission. Dans ce
cas, Le mot accès signifie accès pour transmission et réception. Il existe des nombreuses
47
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

méthodes pour assurer qu'un nœud sera éveillé quand il doit recevoir les données. Plusieurs
solutions ont été proposées indépendamment des exigences de système. Dans cette section,
nous présentons dans la littérature les propositions principales pour contrôle d'accès au
medium dans les réseaux de capteurs sans fil. Vu que, les solutions proposées de la couche
MAC pour les WLANs, les MANETs, WPAN et systèmes paging, n'ont pas les mêmes
exigences du système des réseaux de capteurs, nous ne pouvons pas les réutiliser comme
elles sont. Mais, elles peuvent servir comme une source d'inspiration. (Mohammad et Tamer)
III.2.3.1. Réseau de capteurs sans fil
Récemment, La conception des protocoles MAC des réseaux de capteurs sans ont attiré
l'intention de la communauté de chercheurs. En effet, plusieurs solutions ont été proposées.
Ces solutions ont un pont commun qui est la conservation d'énergie en permettant les nœuds
de se mettre dans la plupart de temps en sommeil. Elles se diffèrent dans la façon d'organiser
le temps d'éveille des nœuds. La figure III.1 montre la classification des protocoles MAC
proposés pour les réseaux de capteurs sans fil. Cette classification prend la forme d'une
arborescence pour donner une vue synthèse sur la classification des protocoles selon les
paramètres les plus importants. Le paramètre de classification est si le protocole est
contention (scheduled) ou free-contention (unscheduled).
Avec les protocoles MAC Centralisé "sheduled MAC protocols", tous les nœuds du réseau
sont synchronisés. La communication est faite uniquement dans intervalle de temps prédéfini
appelé slots et les nœuds se mettent en sommeil entre leur slots d'activité. Les slots de temps
sont attribués soit à des liens entre les paires de nœuds de capteurs, soit des nœuds de capteurs
individuels ou groupe de nœuds de capteurs. Quand, le slot est attribué pour le lien, il ne peut
pas avoir des collisions entre les paquets. Accès est garanti. Quand un slot est alloué à un
nœud, ce temps peut être réservé pour la transmission par cet nœud, pour réception par cet
nœud ou permet les deux directions de trafic. Quand un slot est alloué pour le nœud pour
réception, il faut trouver le moyen pour contrôler entre les différents nœuds qui peuvent
communiquer au même nœud durant le même slot. Ils peuvent simplement, transmettre leur
paquet en utilisant les protocoles contention comme ALOHA et CSMA, de ce cas on parle de
l'accès aléatoire. Au lieu de transmettre les paquets de données en contention, ils peuvent,
également, transmettre la demande de l'allocation de ressource en contention. Plus tard les
données sont envoyées en utilisant un protocole d'accès garanti. Dans cet cas, on par à l'accès
hybride.
Les protocoles MAC Unscheduled sont basés sur la technique éveille "wake-upsheme"
pour assurer que la destination de paquet est en éveille "awake" quand le paquet est transmis.

48
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

La communication dans un réseau multi-sauts unscheduled doit être basée sur accès aléatoire.
Le protocole proposé peut être classé selon le mécanisme utilisé à la base de sa technique
d'éveille " wake-upscheme". Le nœud peut périodiquement écouter pour savoir si un autre
nœud veut parler avec lui, périodiquement transmit pour savoir si un autre nœud veut le
répondre, ou utilise certain moyen qui est de l'externe du canal radio utilisé pour la
communication de données. (Auteur El-Hoiydi, 2005)

Figure III.1 : Les protocoles MAC.


III.2.4.1 Les protocoles MAC centralisés "Scheduled"
A. Accès garanti
SMACS: est proposé par Sohrabi el al. Ce protocole est basé sur TDMA. Le SMACS définie
une procédure pour découvrir les nœuds voisins et l'allocation de fréquence et slot de temps
pour la communication entre eux. Pour simplifier le problème de la synchronisation réseau et
la gestion TDMA, ils ont proposé l'allocation les slots entre les nœuds sur différentes
fréquences, aléatoirement choisi.
LEACH (Low Energy Adaptive Clustering Hierarchy): c'est un protocol base sur cluster
"clustered based protocol". Des nœuds appelés clusteredhead. On les suppose capable
d'augmenter la puissance de transmission pour atteindre la station de base pour un seul saut. Il
organise la communication avec leur voisin par le dispositif TDMA, collecte les données de
mesure et transmet l'information agrégée à la station de base. Pour balancer la consommation
d'énergie sur tous les nœuds déployés dans le réseau, le rôle de nœud comme clusteredhead
est pivoté sur tous les nœuds. Parce que le protocole LEACH donne la possibilité pour chaque
nœud de communiquer directement avec la station de base. Ce protocole ne remplit pas les
exigences de la communication multi-sauts dans les cas où la communication multi-sauts
souhaite étendre la porte de station de base.

49
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

PACT (Power AwareClustred TDMA): comme pour le LEACH, les nœuds chef de cluster
"clustreheads" supposé capable de transmettre les données captées directement à la base de
station. PACT prend en considération la consommation de l'énergie on dit qu'il est
"poweraware" c'est-à-dire le rôle de chef de cluster est enrotation en prenant en compte
l'énergie restante des nœuds. L'algorithme de planification de TDMA proposé par PACT est
basé sur l'échange de l'information par deux-sauts. Les frames TDMA sont composés de slot
de données et slots de contrôle. Chaque nœud doit écouter à tous les slots de contrôle.
Chaque nœud a un slot de contrôle alloué qui l'utilise pour annoncer le trafic de données. Les
faiblesses de ce protocole est le fait que tous les nœuds doivent communiquer directement
avec la station de base (comme dans LEACH) et que les nœuds doivent écouter durant tous
les slots de contrôle dans chaque frame de TDMA, ce qui représente une large surcharge
"overhead".
BMA (B it-MapAssisted protocol): ce protocole est proposé pour être utilisé dans les
communications intra-cluster.
B. Accès hybride
EMAC (EYES MAC): est un protocole TDMA cluster basé sur demande-affectation
« demand-assignement ». Chaque cluster détient un slot time. Un slot est subdivisé en section
demande, contrôle et données. La section demande est utilisée les membres de cluster pour
demander l'allocation de slot. La section contrôle est utilisée pour annoncer le trafic downlink.
Les membres de cluster écoutent périodiquement la section contrôle. Le chef de cluster doit
écouter périodiquement à la section demande et périodiquement transmet l'information de
contrôle. L'information de contrôle contient les occupations de temps slot comme vu par le
chef de cluster dans son cluster. Ayant reçu l'information d'occupation de slots auprès de tous
ses voisins chefs de cluster et leur voisins, un nœud peut choisi un time slot libre.
LMAC (Lightweight MAC): c'est une variante d'EMAC. On n'a pas un cluster. Les slots de
temps sont subdivisés en section de contrôle et section de données. Chaque nœud déteint un
slot de temps et périodiquement transmet l'information de contrôle indiquant l'identité du
détenant de slot, le nombre de sauts du chemin et, si le paquet de données est suivi, l'adresse
de destination et la longueur du paquet de données. Comme le clustring n'est pas utilisé, la
section de demande présente dans les slot EMAC a été supprimée. Chaque nœud doit écouter
la section de l'information de contrôle dans chaque slot de temps. Si un nœud trouve son
adresse ou l'adresse de diffusion "broadcast", il écouté la section de données. Le nombre de
slot de temps dans TDMA limite le maximum connexion dans le réseau. Comme chaque

50
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

nœud doit écouter à la section de contrôle pour chaque slot de temps, le surcharge de LMAC
est large.
C. Accès aléatoire (Random Access)
S-MAC (Sensor-MAC): ce protocole définie des intervalles d'endormis "sleep intervals"
dans lesquels tous les nœuds de réseau endormis, et des intervalles d'écouté dans lesquels le
trafic de signalisation peut produire. Parce que, l'intervalle d'écoute est relativement large.
L'intervalle d'écoute contient trois sections. La première section est réservée pour les
messages de synchronisation. La seconde et la troisième section sont dédiées pour l'échange
les paquets de RTS et CTS. Ces paquets sont utilisés pour réserver le médium et le signal à
la destination pour rester éveillé pour la transmission de données. S-MAC utilise le concept de
fragmentation pour transmettre les messages larges pour raison de l’efficacité de l’énergie.
- T-MAC (Timeout-MAC) : T-MAC est une amélioration de S-MAC. Dans le protocole T-
MAC, la longueur de la période active est dynamiquement adaptée au volume de trafic, en
utilisant le timeout. La période active est terminée chaque fois que la détection de porteuse
physique et virtuelle trouve un canal actif « idlechannal » pour la durée du temps mort
« timeout ».
- D-MAC : c’est une variante de S-MAC. Le protocole D-MAC réduit le délai de
transmission par rapport au S-MAC dans les applications ou les données sont collectées vers
au nœud SINK à partir des capteurs arrangés dans une structure arborescence. Le délai est
réduit par le cascade des intervalles d’écoute des nœuds de capteurs. (Gray Girlinget et al.
1997)
III.2.4.2. Les protocoles MAC distribués "Unscheduled"
A. Accès aléatoire
A.1 Eveille extérieur
- PicoRadio : Rabaey et al ont choisi dans le système PicoRadioune solution basée sur le
hardware pour éveiller le nœud destinataire. Ils suggèrent l’utilisation de super faible
puissance pour réveil radio qui va changer le radio principal en mode « on » au début du
paquet de données. Cette solution est mieux intéressante parce qu’elle permet de sauts de
petites latences. Le préambule éveille « wake-up » devient court, cette méthode permettra
également de préserver la capacité du canal. Le développement de cette super faible puissance
pour réveil radio consomme uniquement quelques dizaines de μW étant encore un défi.
Autre technologie de réveille externe peut être trouvé dans le domaine de RFID. RFID
passif absolument, ne consomme aucune énergie en mode endormi. Ils sont réveillés et
alimentés par le biais d’une onde inductive en entrée « incoming inductive wave ».
51
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

Malheureusement, cette méthode ne peut pas être appliquée dans les réseaux de capteurs en
raison coût énergétique élevé à la transmission.
A.2 transmission périodique
L’auteur dans [GJP97] propose dans Piconet une technique réveille basée sur la diffusion
périodique de l’identité. Cette technique demande à tous les nœuds de régulièrement éveiller,
diffuser leur identité, écouter pour un laps de temps « short while », et retour pour endormir si
pas de réception de données a débuté. Cette approche peut fournir une consommation très
faible en énergie quand le trafic est petit et quand l’intervalle d’éveille est large. Les paquets
de données sont envoyés quand la destination est en écoute. Avant, ayant un très faible « duty
cycle », les autres nœuds voisins sont très susceptibles pour endormir. Ce protocole fournit
une solution au problème de surécoute « overhearing ». Les limitations de ce protocoles
apparaîtra quand l’intervalle d’éveil dans l’ordre de 100 ms est souhaité afin d’avoir un délai
de transmission court par saut. Le premier problème est quand le trafic en background, causé
par la diffusion des paquets d’ID, devient non négligeable et peut causer des collisions avec
les paquets de données. Le second, la puissance moyenne nécessaire pour transmettre le
paquet d’identité « ID » et à l’écoute des réponses potentielles devient important. On peut
noter finalement que la période de diffusion de l’identité dans Piconet est similaire au
période de transmission de beacon dans IEEE 802.15.4.
A.3 Ecoute périodique (periodic listining)
- STEM : ce protocole utilise deux canaux : un canal de pagination « channal paging » et
canal de trafic. La plupart du temps, le réseau devrait être en état de surveillance, et
uniquement le canal de pagination qui est utilisé. En cas, d'un alarme, par exemple, un chemin
de données sur le canal est ouvert tout au long du réseau, où la communication se produit
régulièrement en utilisant un protocole sans fil (pas de faible puissance). Dans le protocole
STEM, le canal de pagination est implémenté au niveau de récepteur en écoutant
régulièrement le canal durant le temps nécessaire pour recevoir le paquet de pagination. Un
transmetteur qui veut une page d’un de ses voisins doit répéter le paquet de pagination
contenant l’adresse de destination, jusqu'à la réponse est reçue. Ce protocole fournit une
faible consommation d’énergie dans l’absence de trafic, le canal de pagination consomme
peu d’énergie.
-B-MAC : est un protocole basé sur le CSMA. Il a été développé à Berkeley et implémenté
sous TinyOS. Pour réduire la consommation d’énergie due à l’écoute active, B-MAC utilise la
technique préambule simple. Cette dernière est appelée LPL (Low Power Listening). La
particularité de B-MAC, qu’il est implémenté sur TinyOS avec interface de configuration

52
Chapitre III. Un état de l’art sur la consommation de l’énergie dans les réseaux WSN

riche, permettant au programmeur d’application de configurer les mécanismes de protocole


(clear channal assessment, acknowledgements, backoffs et LPL). (Wei Ye et al. 2001)
III.5.Conclusion :
Dans ce chapitre nous avons présenté les différents Protocoles MAC proposés pour pallier le
problème de consommation de l’énergie dans les réseaux de capteurs sans fil. Cette
présentation fait l’objet d’un état de l’art sur les protocoles proposés dans ces dernières
années.
Le prochain chapitre est consacré à la réalisation d’une simulation d’un réseau de capteurs
sans fil permettant d’étudier le comportement dynamique du réseau. On a utilisé le logiciel
OMNET++ comme plateforme de simulation. Cette dernière, nous permet d’utiliser le
Framework Castalia. Nous espérons que cette partie qu’elle sera une aide précieuse aux
futurs étudiants désirant étudier le comportement, les protocoles de communication, le
routage, les applications du RCSF en utilisant Castalia sous la plateforme OMNET++.

53
Chapitre IV
Réalisation d’une simulation en utilisant le
simulateur Castalia 3.2 à base d’OMNET++ 4.3
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

IV.1. Introduction
La simulation joue un rôle très important pour étudier le comportement dynamique, les
protocoles de communication, la gestion du RCSF. Cela revient au faible cout, à la grande
flexibilité et au contrôle total de la plate-forme expérimentale. Pour la réalisation de notre
projet de simulation, on va utiliser l’environnement OMNET++. Notre choix est justifié dans le
chapitre précédent, vu que l’OMNET++ est un logiciel open source non commercial. Il est
largement utilisé par les chercheurs et les académiciens. Les RCSFs possèdent une pile
protocolaire différente de celle du réseau classique avec des protocoles de communications
adaptés à leur fonctionnement. En conséquence, la plateforme OMNET++ 4.3 permet
l’intégration des Frameworks utilisés pour simuler les réseaux de capteurs sans fil. En effet, il
existe trois logiciels compléments : Castalia, Mobility Framework et Mixim. Dans ce chapitre
nous commençons par la présentation de l’environnement de simulation. Par la suite, nous
présentons la partie réalisation. Nous avons choisi une simple application « suivre des objets
mobiles par un RCSF ». La simulation du RCSF de suivre des objets mobiles est réalisée en
utilisant l’outil Castalia. Dans la fin de ce chapitre, les résultats de simulation seront présentés et
discutés dans la dernière partie du chapitre.
IV.2. Présentation de la plateforme OMNET++
OMNET++ est un environnement de simulation à évènements discrets orienté objet, basé sur
C++. Son grand avantage qu’il est open source (projet a débuté depuis 1992). Il est utilisé pour
la simulation des réseaux de communication, les systèmes multiprocesseurs, et d'autres systèmes
distribués. Grace à son architecture modulaire, OMNET++ est très largement répandu dans
divers domaines d'applications tel que :
 La modélisation des protocoles de communications,
 La modélisation des réseaux filaires et sans fils,
 La modélisation des systèmes repartis,
 Les architectures Hardware,
 En général, il peut être utilise pour n'importe quel système évènements discrets pouvant
être modélise selon des entités communiquant par envoient de messages.

54
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

OMNET++ est basé sur la plateforme Eclipse. Il fournit des outils pour la création et la
configuration des modèles de réseaux (les fichiers NED et INI) et des outils pour l'exécution
des programmes ainsi que pour l'analyse des résultats de simulation. (Niar, 2012)
IV.2.1. Le choix de la plateforme simulation?
Dans le chapitre 2 nous avons présenté un état de l’art sur les différents simulateurs des réseaux
informatiques ainsi que ceux qui permettent l’intégration de simulateur spécifique à la
simulation des réseaux de capteurs sans fil. Cette étude nous a facilité le choix de notre
simulateur. Nous avons utilisé la plateforme OMNET++ (Object Modular Network Testbed in
C++), ce choix est justifié par le caractère non lucratif du projet OMNET++. Il est gratuit pour
les utilisations académiques. Il est connu par la facilité d’apprentissage, d’intégration de
nouveaux modules et la modification de ceux déjà implémentés. Il est utilisé dans les
universités pour la validation de nouveaux matériels et logiciel, l’analyse et l’évaluation de
protocoles de communication, simulation des réseaux de fil d’attente et les systèmes réseaux de
communication, ainsi que les systèmes multi processeurs.
IV.2.2. Architecture de l’OMNET++
L'architecture de l’OMNET++ est basée sur les modules. Ces modules (composants) sont
organisés hiérarchiquement. Un module de base est un module simple, alors qu’un module
composé est groupe de modules simples. Ces composants modules peuvent eux-mêmes être
regroupés en compound modules. Le nombre de niveau hiérarchique n'est pas limité. Ces
modules communiquent entre eux par le biais de messages. Les feuilles de cette architecture
sont les modules simples qui représentent les classes C++. Pour chaque module simple
correspond un fichier .cc et un fichier .h. Les paramètres, les sous modules et les ports de chaque
module sont spécifiés dans un fichier .ned.
L'architecture est construite de telle sorte que les simples modules sont à la fois les émetteurs
et destinataires des messages. Les Composants modules se contentent de relayer les messages
aux simples modules de façon transparente. On peut attribuer différent paramètre aux
connections reliant les modules: des délais de propagation, des débits de données, des taux
d'erreur, etc.
La communication entre les différents modules se fait à travers les échanges de messages. Les
messages peuvent représenter des paquets, des trames d'un réseau informatique, des clients dans
une file d'attente ou bien d'autres types d'entités en attente d'un service. Les messages sont

55
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

envoyés et reçus à travers des ports qui représentent les interfaces d'entrer et de sortie pour
chaque module.
La conception d'un réseau se fait dans un fichier .ned et les différents paramètres de chaque
module sont spécifiés dans un fichier .ini. OMNET++ génère à la fin de chaque simulation deux
nouveaux fichiers omnet.vec et omnet.sca qui permettent de tracer les courbes et calculer des
statistiques.
IV.2.3. Installation du simulateur OMNET++
L'installation d'OMNET++ se fait en différentes étapes suivant une procédure d'installation
décrite dans le package téléchargé selon le système d'exploitation installé. Les éléments
installés sur l'ordinateur seront les suivants:
 Une bibliothèque de simulation interne.
 Un compilateur du langage descriptif de la topologie NED (nedc).
 Un éditeur de réseaux graphiques pour les fichiers NED (GNED).
 Un exécutable OMNET++.
 Une Interface graphique de simulation IDE.
 Un outil de documentation de module (opp_neddoc).
 Autres utilitaires (l'outil de création makefile, etc.).
 Une documentation, des simulations types, etc.
Avant de commencer l'installation, il faut tout d'abord télécharger le code source omnetpp-4.3
du site (http://www.omnetpp.org/) sans oublier la vérification de la version Linux, ensuite
copier la source dans le dossier d’installation et se positionner avec l'invite de commande dans
ce dossier et suivre les étapes suivantes :
$ sudo tar zxf omnetpp-4.3b2-src.tgz -C /home/hcn/ ;
$ cd /home/hcn;
$ sudo In -s omnetpp-4.3b2 omnetpp;
$ sudo apt-get install bison, flex, blt, Imodern, giftrans, doxygen, libxml2-dev,
graphviz, imagemagick;
$ sudo apt-get install tc18.4, tk8.4, tc18.4-dev, tk8.4-dev;
$export LD_LIBRARY_PATH4LD_LIBRARY_PATH :/home/hcn/omnetpp / lib ;
$ export PATH=$PATH : /home/hcn/ omnetpp /bin ;
$ cd /home/hcn/omnetpp4.3 ;
$ sudo "configure ;
$ sudo make

56
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Le lancement d’un programme (voir figure IV.1 ci-dessous) :

Figure IV.1: lancement de simulateur OMNeT++ avec la fenêtre de travail.


IV.2.4. les principaux fichiers d’OMNET++
Les différents fichiers sont :
a. Fichier (.Ned)
On utilise le langage NED pour décrire la structure de simulation et de la topologie. Cette
description se traduit par la déclaration de simple module (décrire ces interfaces et ces
paramètres), de définitions de composant modules (comprend la déclaration des interfaces
externes du module ainsi que la définition de ses sous modules et leur interconnexion) et une
définition de réseau (définit l'ensemble d'un modèle comme une instance du type module). Il
peut être utilisé en 2 modes : Mode Graphique ou Mode Texte.
b. Fichier (.ini)
Est lié étroitement avec le fichier NED. Permet à l'utilisateur d'initialisé les paramètres des
différents modules ainsi que la topologie du réseau.

57
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

c. Fichier (.msg)
Les modules communiquent entre eux en échangeant des messages. Ces derniers peuvent
être déclarés dans un fichier dont l'extension est (.msg) ou l'on peut ajouter des champs de
données. OMNeT++ traduira les définitions de messages en classes C++.
Le diagramme suivant peut donner une idée plus détaillé sur le développement d'exécution
d'une simulation sous OMNET. (Niar, 2012)

Bibliothèque de
simulation et de
l’interface

Fichier Compilateur Compilateur C++ et Programme de Fichiers des


(.msg) opp_msge édition des liens simulation Résultats

Code Source C++ Exécution

Fichiers des
Résultats

Figure IV.2 : Exécution d’une simulation sous OMNeT++.


IV.2.5. Les extensions de la plateforme OMNET++
Le simulateur OMNeT++ n'est pas spécialisé pour les réseaux de capteurs sans fils, Pour cela
il existe plusieurs extensions s’exécutant sous l’environnement de simulation OMNET++ qui
essayent d'introduire ce manque comme "Mobility Framework", "Mixim", "Castalia" ...etc. nous
choisissons pour réaliser notre implémentation le simulateur Castalia. (Niar, 2012)
IV.3 Présentation de Castalia
Castalia est un simulateur pour les réseaux de capteurs sans fil (RCSF), le Body Area Networks
(BAN) et généralement les réseaux informatiques des systèmes embarqués à basse puissance. Il
est basé sur la plateforme OMNET++ et il peut être utilisé par les chercheurs et les développeurs
qui veulent tester leurs algorithmes distribués et/ou protocoles dans un réel medium sans fil et
modèle radio, avec un réel comportement d’un nœud capteur.
La structure de Castalia est également reflétée dans la hiérarchie avec un code source. Chaque
module contient un dossier "ned" qui définit le module lui-même. Si le module est compose, les
sous-répertoires existant définissent les sous-modules avec un code de C++ (cc, dossiers de h)

58
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

qui définit son comportement. Cette hiérarchie complète des dossiers "ned" définit la structure
globale du simulateur de Castalia. Les principaux modules de Castalia sont :
A. Le module MAC
La couche MAC joue un rôle très important en effectuant les différents états aux nœuds pour
améliorer l’efficacité énergétique: nœud en état de transmission (Transmit), d'écoute (Idle), ou en
sommeil (Sleep). Le module "Radio" modifie ces états en fonctions des cas particuliers. Les
utilisateurs peuvent modifies les paramètres aux exemples illustrés au niveau de Castalia pour la
couche MAC en utilisant le fichier de configuration OMNeT++ (.ini). Par un simple réglage de
certains paramètres des fichiers MAC "CSMA/CA", "TMAC", et "l’AMCC" de différentes
simulations seront gérés.
B. Le Module Radio
Il est conçu sur la base des réseaux de capteurs sans fil avec trois états : le sommeil, la
transmission et l’écoute. En outre, la consommation d'énergie sera différente dans chaque Etat.
C'est la caractéristique principale de ce module. La figure IV.3 peut donner une idée générale sur
le changement d'état.

Début

Ecoute

Radio Self
Enter Listen Enter Sleep
Enter Tx

Ecoute Enter Tx Sommeil

Radio Self

Figure IV.3 : La machine à état fini du module Radio.


C. Canal sans fil
Le module du canal sans fil est conçu pour modéliser l'environnement sans fil, qui est une
évolution dynamique de l'environnement pour le nœud statique et mobile. Il ya quatre principaux
modèles de canal sans fil qui sont conçus :

59
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

 la modélisation moyenne de perte de trajet ;


 la modélisation des variations temporelles ;
 les interférences ;
 la modélisation simple;
Castalia utilise certaines formules pour estimer chacun des quatre modèles selon de nombreuses
expériences réalistes.
D. Le module Routage
La fonction la plus importante du module de réseau est de recevoir le message de MAC
module, et envoyer un message à la demande. Il dépend des informations d'entête, Il existe deux
types d'algorithmes de routage dans Castalia : simpleTreeRouting et multipathRingsRouting.
Tous les modules de routage partagent 3 paramètres sont :
 maxNetFrameSize : détermine la taille maximum de paquet.
 Le netDataFrameOverhead : place les frais généraux supplémentaires aux paquets
d'application,
 netBufferSize : indique la taille de l'amortisseur trouve dans le module.
E. Le module Application
Le module Application est le module principal utilise pour contrôler d'autres modules tels que
le module de gestion des ressources, module de traitement physique, le module de routage, et le
module radio. Ainsi ce module utilise également le mécanisme de message pour effectuer des
actions différentes. (Niar, 2012)
IV.3.1. Installation du simulateur Castalia
Les étapes sont les suivantes:
 Décompression de l'archive Castalia déjà télécharger à partir du site (http://castalia-
.npc.nicta.com.au) avec la commande : tar –xvzf Castalia-3.2.tgz.gz.
 ./makemake.
 make.
IV.3.2 Les Commandes Castalia
Il faut toujours être dans le répertoire voulu (Athanassios Boulis, 2011) :
 ../../bin/Castalia Affiche la liste des fichiers et des configurations.
 ../../bin/Castalia -c General Commencer l'exécution de la configuration. Ce qui donne
un fichier trace.

60
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

 CastaliaResults Affiche les résultats obtenus lors de l'exécution.


 CastaliaPlot Affiche le graphe des simulations.
 ../bin/Castalia –h affiche l’aide.
 -i FILE, entré=fichier la sélection de fichier d’entré par défaut est omnetpp.ini.
 -d, --debug le mode debug, sera affiche les résultats.
 -o FILE, --sortie=Fichier sélecte le fichier de sortie pour écrire les résultats.
 -r N, --répète=N numéro des répétitions pour chaque scénario.
IV.4. Simulations et résultats
Dans cette partie, nous allons présenter notre implémentation et les résultats de simulation que
nous avons réalisée.
IV.4.1 Environnement matériel et Logiciel
La simulation a été réalisée sur un ordinateur portable Acer dont la configuration est :
Processeur Intel ® Atom™ 1.60 GHz
Mémoire 1GB DDR2
Disque dur 220 GO
Carte Mémoire 1 Go
Le simulateur a été réalisé est basée sur l’environnement logiciel suivant :
 Système d'exploitation : Linux Ubuntu 12.04;
 Le simulateur OMNeT++ 4.3 ;
 Le Simulateur Castalia 3.2.
IV.4.2 Description du réseau de capteurs pour le suivre d’objets mobiles
Afin de tester la simulation des différents aspects d’un réseau de capteurs sans fil, nous avons
choisi une application de suivre des objets mobiles. Il s’agit de surveiller la circulation des
véhicules à travers un pont. Le réseau de capteurs utilisé a les caractéristiques suivantes :
- les nœuds sont placés dans une grille sur le champ de simulation;
- le Sink est placé au milieu du champ dont tous les autres nœuds de capteur vont délivrer
leurs rapports au Sink;
- Chaque 10 minutes un véhicule (objet mobile) apparait sur le champ de simulation;
- Le passage d’un véhicule provoque son capture par tous les capteurs (nœuds) placés sur
son chemin;
- Le Sink distribuera les différents paquets sur tous les nœuds au début de simulation, ce
qui symbolise la mise à jour logiciel.

61
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

IV.4.3. Description des fichiers de configurations


Dans la section “General”, on commence par l’ajout des fichiers Castalia.ini et Accelerometer.ini
qui contiennent des paramètres spécifiques à Castalia. On définit ensuite quelques paramètres
généraux de notre simulateur : temps de simulation, processus physique et application, ...etc. Les
sections “40mBridge”, “100mBridge” et “200mBridge” définissent les différentes structures de
réseau (le nombre de nœuds et leurs méthodes de déploiement). Les autres sections spécifient les
choix possibles des modules/protocoles qui peuvent être utilisés pour chaque
composants/couches du capteur.
[General]
include ../Parameters/Castalia.ini
sim-time-limit=150s
#Temps de simulations
include ../Parameters/SensorDevice/Accelerometer.ini
SN.physicalProcessName="ObjetMobile"
SN.physicalProcess[*].car_interarrival=10
#chaque 10 minutes Arrive un objet mobile
SN.node[*].ApplicationName="SuiviObjetMobile"
SN.node[0].Application.isSink=true
#le nœud 0 est le SINK
SN.node[*].Application.reportDestination="SINK"
#toutes les destinations des données vers le SINK
SN.node[*].Communication.RoutingProtocolName="MultipathRingsRouting"
#module de Routage
[Config 40mBridge]
SN.field_x=40
SN.field_y=10
#la taille de champ
SN.deployment="[0]->center;[1..6]->3x2"
#les types de SN déploiement des nœuds comme uniforme
SN.numNodes=7
#nombres des nœuds

62
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

SN.physicalProcess[0].point1_x_coord=0
SN.physicalProcess[0].point1_y_coord=5
SN.physicalProcess[0].point2_x_coord=40
SN.physicalProcess[0].point2_y_coord=5
#les points 1 et 2 sont le départ et la fin d’une route, ou la voiture peut apparaitre. Aussi ils
peuvent agir comme points de débit et de fin comme une voiture peut aller dans les deux sens
(bidirectionnels)
[Config 100mBridge]
SN.field_x=100
SN.field_y=20
SN.deployment="[0]->center;[1..18]->6x3"
SN.numNodes=19
SN.physicalProcess[0].point1_x_coord=0
SN.physicalProcess[0].point1_y_coord=10
SN.physicalProcess[0].point2_x_coord=100
SN.physicalProcess[0].point2_y_coord=10
[Config 200mBridge]
SN.field_x=200
SN.field_y=20
SN.deployment="[0]->center;[1..34]->11x3"
SN.numNodes=34
SN.physicalProcess[0].point1_x_coord=0
SN.physicalProcess[0].point1_y_coord=10
SN.physicalProcess[0].point2_x_coord=200
SN.physicalProcess[0].point2_y_coord=10
[Config TMAC]
SN.node[*].Communication.MACProtocolName="TMAC"
#le protocole TMAC dans la couche MAC
#TMAC utilisé pour les RCSF il a plusieurs techniques pour consommer l’énergie (utilise la
fonction « dutyCycling » et la synchronisation.

63
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

[Config SMAC]
SN.node[*].Communication.MACProtocolName="TMAC"
SN.node[*].Communication.MAC.listenTimeout=61
SN.node[*].Communication.MAC.disableTAextension=true
SN.node[*].Communication.MAC.conservativeTA=false
#le protocole SMAC dans la couche MAC est le dérivé d’un protocole TMAC
SN.node[*].Communication.MAC.collisionResolution=0
[Config CSMA]
SN.node[*].Communication.MACProtocolName="TunableMAC"
SN.node[*].Communication.MAC.dutyCycle=1.0
SN.node[*].Communication.MAC.randomTxOffset=0
SN.node[*].Communication.MAC.backoffType=3
[Config justCarrierSenseMAC]
SN.node[*].Communication.MACProtocolName="TunableMAC"
[Config varyDutyCycleMAC]
SN.node[*].Communication.MACProtocolName="TunableMAC"
SN.node[*].Communication.MAC.dutyCycle=${dutyCycle=0.03,0.05,0.1,0.3}
#listening /(sleeping+listening)
#le protocole TunableMAC
[Config varySampleRate]
SN.node[*].Application.sampleInterval=${sampleInterval=10,20,50,200,1000}
[Config noRouting]
SN.node[*].Communication.RoutingProtocolName="BypassRouting"
SN.node[*].Application.reportDestination="0"
IV.4.4. Les protocoles utilisés dans la couche MAC
Le simulateur Castalia propose, à l’utilisateur, trois (3) protocoles :
a. TunableMAC : dans le protocole TunableMAC il y a le protocole Classique CSMA, dont il
existe plusieurs techniques (paramètres) pour minimiser la consommation de l’énergie :
double dutyCycle = default (1.0);

64
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Dutycycle définit la fraction de temps que le nœud reste en mode écoute dans le canal, pour (1-
duty-Cycle) le nœud reste inactive (sommeil), ce paramètre est important et permet de réduire le
temps pour la consommation de l’énergie.
int listenInterval = default (10);
Ce paramètre défini l’intervalle de temps d’un nœud en mode écoute pour chaque cycle.
double beaconIntervalFraction = default (1.0);

Ce paramètre exprime la fraction pour l’intervalle de travail (= intervalle de sommeil). Ce


méthode permet de mettre le nœud en mode écoute avant la transmission des données.
double probTx = default (1.0);
La probabilité d’effectuer un seul essai de transmission des données. Quand la pièce de données a
besoin de la transmission (ou retransmission), l’action s’effectue avec une certaine probabilité.
int numTx = default (1);
Les nombre de transmissions nécessaires (essais) pour une pièce de données pour être transmis.
int randomTxOffset = default (0.0);
Le temps à attendre avant la transmission; une valeur aléatoire uniformément distribué choisi de
l’intervalle [0..Random Transmission Offset].
int reTxInterval = default (0.0);
L’intervalle de retransmission.
b. SMAC et TMAC: Plusieurs paramètre caractérisent ces protocoles. On mentionne :
int maxTxRetries = default (2);
Le nombre de tentatives de transmission d'un seul paquet unicast que TMAC effectuera.
double frameTime = default (610);

La longueur de chaque période de trame pour tous les nœuds (en millisecondes)
bool disableTAextension = default (false);
Ce paramètre activate l’extension de timeout (Athanassios Boulis, 2011); ce qui permet de
passer de TMAC (false) à SMAC (true).
IV.5. Réalisation de la simulation
Nous allons faire notre simulation via l’invite de commande sous linux. On utilise la commande
Castalia pour afficher les options disponibles pour les simulations (paramètres de simulation).
La combinaison de ses options permet de définir plusieurs scénarios de simulation dont chaque

65
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

scénario utilise une configuration spécifique du réseau et des protocoles de communication


utilisés.
Dans notre simulation nous allons utiliser la configuration 100mBridge du réseau en comparant
des protocoles entre eux pour notre application de suivre d’un objet mobile.
IV.5.1. Résultats de la simulation
Le lancement d’un scénario de simulation via Castalia génère un fichier texte qui contient toutes
les données sur le déroulement de la simulation de notre réseau de capteurs. Voici le fichier de
sortie de l’exécution de la simulation 100mBridge en testant les deux protocoles MAC: SMAC et
CSMA :
Castalia|what:100mBridge,varySampleRate,noRouting[SMAC,CSMA](5)
Castalia|when:2015-06-0214:29
Castalia|label:TMAC,sampleInterval=10
Castalia| module:SN.physicalProcess[0]
Castalia| simpleoutputname:Carsgeneratedontheroad
Castalia| 15
Castalia| module:SN.node[0].ResourceManager
Castalia| simpleoutputname:ConsumedEnergy
Castalia| 3.30681
Castalia| module:SN.node[0].Communication.Radio
Castalia| simpleoutputname:RXpktbreakdown
Castalia| 598FailedwithNOinterference
Castalia| 723Failedwithinterference
Castalia| 492Failed,belowsensitivity
Castalia| 675Failed,nonRXstate
Castalia| 202Receiveddespiteinterference
Castalia| 3295ReceivedwithNOinterference
Castalia| simpleoutputname:TXedpkts
Les données que contient ce fichier peuvent être extraite ensuite sous forme de plusieurs tables.
Chaque table est attribuée à un paramètre d’un des modules du réseau.
La table ci-dessous présente les différents modules (Application, Communication.MAC, Radio,
Resource Manager et le Physical Process), les paramètres de chaque module et leurs tailles.

66
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Nous allons afficher la variation de chaque paramètre sous forme d’une table qui peut être
interprété graphiquement sous forme de graphes (histogrammes et courbes).
La réception des paquets (du rapport) qui arrivent au Sink :

67
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Paquets envoyés (Données et synchronisation) par le protocole SMAC dans l’intervalle (10, 20,
50, 200, 1000) :

68
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Paquets reçus par le module application, paquets filtrés, paquets de données envoyées et paquets
de données reçus en utilisant le protocole TunableMAC (CSMA):

69
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Les paquets reçus dans la couche Radio en comparant les deux protocoles CSMA et SMAC :

Les paquets transmis dans la couche Radio (comparaison des protocoles : CSMA et SMAC) :

70
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Comparaison de la consommation d’énergie dans le module Ressouce Manager entre les deux
protocoles SMAC et CSMA:

71
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Les véhicules générés sur la route :

72
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

IV.5.2. La simulation via la visualisation Omnet++


Nous avons essayé aussi la simulation visuelle et personnalisée à travers Omnet++ en utilisant
l’option “General”. Ce qui nous permet d’afficher une fenêtre pour choisir quelques paramètres
du réseau : le nombre des nœuds, leurs déploiements, les deux point sur les axes abscisse x et
ordonnées y qui définit le début et la fin d’une route, où la voiture peut apparaitre; une voiture
peut aller dans les deux sens (bidirectionnels).

73
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Ensuite, on lance et on gère la simulation en utilisant la barre d’outils de simulation :

Stopper la
Éxecuter par Lancer la Vitesse de Zoom out
visualisation Zoom in
étape visualisation visualisation

Les résultats de visualisation peuvent être vue dans le fenêtre d’OMNeT++ ci-dessous :

Notre projet contient les composants suivants : 5 nœuds du réseau, le processus physique qui
représente les objets mobiles et le canal sans fil :

74
Chapitre IV. La réalisation d’un exemple simulation en utilisant le simulateur Castalia à base d’OMNET++

Le réseau de capteurs SN (Sensor Network) et les composants du node 0 (le SINK).


IV.6. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté la réalisation de notre simulateur de réseau de capteurs
pour une application de suivre des objets mobiles. L’implémentation de la simulation a été faite à
travers le Framework de simulation des RCSFs Castalia. Ce dernier est une extension de la
plateforme de simulation OMNET++. Le processus de simulation nous a permet de calculer
plusieurs paramètres qui caractérisent notre réseau et qui sont indispensables pour la comparaison
des différents protocoles employés au niveau de chaque couche surtout au niveau MAC dont
l’objectif principale est de minimiser la consommation de l’énergie des nœuds dans notre réseau.
Les scénarios simulés concernent la comparaison des deux protocoles MAC: SMAC et CSMA et
les résultats obtenus sous forme de graphes ont montré l’effet de la configuration de chaque
paramètre du réseau ainsi que l’avantage de chaque protocole par apport à l’autre.

75
Conclusion et Perspectives

Conclusion et perspectives
Actuellement l’avancement technologique dans le domaine de la micro-électronique, offre
de nouvelles solutions de conception matérielles, telles que les réseaux capteurs sans fil
RCSF, l’utilisation des WSNs est souvent corrélée avec l’absence d’infrastructure. Ainsi
leur fonctionnement exige l’utilisation de protocoles collaboratifs. Pour gérer au mieux ces
réseaux, il faut ainsi trouver un compromis entre les contraintes inhérentes aux capteurs et
les besoins exprimés par les applications. La littérature décrit deux approches à savoir: soit
considérer le réseau à plat dans lequel on déploie directement des protocoles de
communication adaptés, soit concevoir une structure auto-organisée qui offrira un support
efficace pour une grande variété de protocoles comme le routage, la localisation, la
découverte de services, etc.

Dans ce travail nous avons éssayer de faire une simulation des réseaux de capteurs sans fil
pour le suivi d’un objet mobile sur un pont. Le choix de simulateur était une procédure
délicat vue la présence de plusieurs simulateurs destinés à la simulation des réseaux de
communication, des systèmes multi processeurs et les systèmes distribués. On a conclus
depuis le chapitre II que toutes ces plateformes ne peuvent pas simuler les réseaux de
capteurs sans fil sans recourir à des extensions pour faire face à ce manque. Pour notre
réalisation, on a utilisé le simulateur Castalia 3.2 sous la plateforme OMNeT++ 4.3. Notre
objectif, dès le début, c’est de simuler un réseau de capteur sans fil et d’étudier le
comportement dynamique du réseau. Afin de tester la simulation des différents aspects d’un
réseau de capteurs sans fil, nous avons proposé plusieurs scénarios et nous les avons réalisé
en variant sur la couche MAC de la pile protocolaire du RCSF : TMAC, SMAC et
TunableMAC. Pour chaque configuration utilisée, nous avons extrait des résultats sous
forme des tableaux. Par la suite, les résultats de simulation sont présentés sous forme de
courbe ou/et d’histogramme.

76
Conclusion et Perspectives

Perspectives
Nous espérons que ce travail fera une aide précieuse aux étudiants interessés par ce
domaine, ainsi qu’à ceux désirant réaliser des applications pratiques à base de RCSF.

Ce travail ouvre la voie pour :


 étudier un protocole bien précis ou même pour développer d'un nouveau protocole de
communication appartenant à une des différentes couches de la pile protocolaire des
réseaux de capteurs sans fil, en se basant sur les limites des autres protocoles existants.
 faire une étude comparative entre les trois simulateurs Mixim, Castalia et Mobility
Framework.
Nous pensons que ce travail sera même un guide modeste pour les étudiants en graduation
pour réaliser leurs traveaux pratiques que nous espérons être fait pratiquement dans les
laboratoires de notre université.

Enfin, nous tenons à signaler que ce travail était très bénifique pour nous et nous a
beaucoup aidé à enrichir nos conaissance dans ce domaine que nous considérons très
intréressant, d’actualité et à grand avenir.

77
Abréviations

Abréviations
AP Access Point

WPAN Wireless Personal Area Network

WLAN Wireless Local Area Network

WMAN Wireless Metropolitan Area Network

WWAN Wireless Wide Area Network

IEEE Institue of Electrical and Electronics Engineers

HiperLAN High Performance Radio LAN

Wi-Fi Wireless Fidelity

BLR Boucle Locale Radio

FHSS Frequency Hopping Spread Spectrum

DSSS Direct-Sequence Spread Spectrum

OFDM Orthogonal Frequency Division Multiplexing

DVB Digital Video Broadcasting

DAB Digital Audio Broadcasting

ADSL Asymetric Digital Subscriber Line

HomeRF Home Radio Frequency

BRAN Broadband Radio Access Networks

ETSI European Telecommunications Standards Institute

CEPT Conférence Européenne des Fostes et Télécommunications

ISM Industrial Scientific and Medical

U-NII Unlicensed-National Information Infrastructure

OSI Open System Interconnection

78
Abréviations

MAC Media Access Control

WiMAX Worldwide Interoperability for Microwave Access

WEP Wired Equivalent Privacy

WPA Wi-Fi Protected Access

ESS Extended Service Set

DS Distribution System

BSS Basic Service Set

IBSS Independent Basic Set Service

WSN Wireless Sensor Network

RCSF Réseaux de Capteurs Sans Fil

AMP Alternate MAC/PHY

TCP Transmission Control Protocol

UDP User Datagram Protocol

EAR Eavesdrop and Register

GPRS General Packet Radio Service

NS Nœud Source

NR Nœud Relais

NC Nœud Collecteur

DARPA Defense Advanced Research Projects Agency

SensIT Sensor Information Technology

NS-2 Network Simulator Version 2

GUI Graphique User Interface

CPU Central Prcessing Unit

Glomosim Global Mobile Information System Simulate

UCLA University of California, Los Angeles

79
Abréviations

J-SIM Java Simulator

TCL Tool Command Language

JiST Java in Simulation Time

NAm Network Animator

FTP File Transfer Protocol

Telnet Terminal Network ou Telecommunication Network ou aussi Teletype Network

80
Bibliographie

Bibliographie
livre Males, D. et Pujolle, G. (2002), Wi-Fi par la pratique. Solutions réseaux, Paris.

livre Fabrice, L (2009). Tout sur les réseaux sans fil. Comment ça marche, France.

Niar, I (2012). Analyse graphique pour la surveillance dans un réseau de capteurs sans fils
(RCSF) Simulateur : OMNET++, Mémoire Magister, Informatique, Oran.

Tidjane, K (2011). Conception de l’architecture d’un réseau de capteurs sans fil de grande
dimension. Thèse. Université Henri Poincaré, Nancy I.

Kacimi, R (2009). Technique de conservation d’énergie pour les réseaux de capteurs sans
fil. Thèse. L’institut national polytechnique de Toulouse.

Ziani, Y (2013). Étude comparative de méthodes de routage dans les réseaux de capteurs
sans fil pour le domaine résidentiel. Mémoire. L'université du Québec à Trois-Rivières.

Depessey, X (2008) Eude des simulateurs de routage pour les réseaux sans fil. Etude
réalisée dans le cadre du projet personnel et professionnel. Institut Universitaire de
Technologie IUT de Valence, France.

Boussadi, H (2014), Les simulateurs réseaux, rapport de recherche, université des sciences
et de la technologie Houari Boumediene, Bab Ezzouar Alger.

Christhu, R et al. (2013). A Comprehensive Overview on different Network Simulator,


Engineering and Technology, 1, 325-332.

Adrian, S (2010). Wireless Sensor Network Simulator.Projet d’études Supérieurs.


University corpus Christi, Texas A&M. (Graduate Project).

Badet et Bonneau (2005), Réseaux de capteurs Mise en place d’une plate-forme de test et
d’expérimentation, projet tutoré. Université de Pau et des pays de l’Adour.

http://www1.cse.wustl.edu/~jain/cse567-11/ftp/sensor/index.html (A Survey of Wireless


Sensor Network Simulation Tools).

Bouzidi, Z. et Benameur, A. (2011). Mise en place d’un réseau de capteurs sans fil pour
l’irrigation intelligente. Mémoire de fin d’étude Master. Université Abou Bakr Belkaid,
Tlemcen.
81
Bibliographie

Thamakit, S. et Gu,L. (2006). Wireless Sensor Network Simulator. Thèse master en génie
électrique. Université d’informatique et génie électrique Halmstad, suède. (Master’s thesis
in Electrical Engineering).

(Alexandre Delye et al. 2005) Etat de l’art sur les réseaux de capteurs, Rapport de
Recherche, Institut National des Télécommunications, Evry, France, Alexandre Delye de
Mazieux, Vincent Gauthier, Michel Marot, Monique Becker

(Amato et al. 2003) State of the Art and Future Directions in Wireless Sensor Network’s
Data Management, Project: Management of Data in Wireless Sensor Networks (MaD-
WiSe), Deliverable 1 G. Amato, A. Caruso, S. Chessa, V. Masi and A. Urpi.

(Mohammad et Tamer) Energy Efficient MAC protocols for wireless sensor networks,
Mohamed Younis* and Tamer Nadeem, Department of Computer Science and Electrical
Engineering, University of Maryland Baltimore County, Baltimore, MD 21205,
Department of Computer Science, University of Maryland College Park, College.

(Auteur El-Hoiydi, 2005) Energy Efficient Medium Access Control For Wireless Sensor
Networks, École Polytechnique Fédérale De Lausanne Présentée À La Faculté
Informatique Et Communications, Institut D'informatique Fondamentale, Section Des
Systèmes De Communication Pour L'obtention Du Grade De Docteur Ès Sciences, Auteur
El-Hoiydi, Thèse 2005.

(Wei Ye et al. 2001) An Energy-Efficient MAC protocol for Wireless Sensor Networks,
Wei Ye, John Heidemann, Deborah Estrin, 2OO1.

(Gray Girlinget et al. 1997) The PEN Low Power Protocol Stack, Gray Girling, Jennifer Li
KamWa, Paul Osborn, AT&T Laboratories Cambridge, UK, RadinaStefanova, Laboratory
for Communications Engineering, Department of Engineering, University of Cambridge,
Cambridge, UK, 1997.

(Athanassios Boulis, 2011) https://forge.nicta.com.au/docman/view.php/301/592/Castali-


a++User+Manual.pdf (Castalia A simulator for Wireless Sensor Networks and Body Area
Networks Version 3.2 User’s Manual ).

82
Résumé :
Le développement technologique et technique dans le domaine des réseaux sans fil, de la micro-électronique
et de la miniaturisation permet l’essor d’une nouvelle génération de réseaux de capteurs à grande échelle
adaptés à une gamme d'applications très variée. Imaginons un ensemble de petits appareils électroniques,
autonomes, équipés de capteurs et capables de communiquer entre eux sans fil. Ensemble, ils forment un réseau
de capteurs sans fil capable de superviser une région ou un phénomène d'intérêt, de fournir des informations
utiles par la combinaison des mesures prises par les différents capteurs et de les communiquées ensuite via le
support sans fil.
L’objectif de ce projet est de faire étude sur la conservation de l’énergie au niveau de la couche réseau
MAC, par la suite nous abordons, dans la deuxième partie du notre projet, la simulation d’un RCSF pour
suivre un objet mobile par le simulateur de réseau Castalia 3.2 et l’affichage des résultats sur graphes et des
courbes, enfin la visualisation via Omnet++ 4.3.
Mots Clés : réseau sans fil, Réseau de capteurs sans fil, Conservation de l’énergie, SMAC, TMAC, outils
de simulation, Castalia, OMNET++

Abstract:
Technological development and technique in the domain of wireless networks, of microelectronics and
miniaturization allows the development of a new generation of large-scale sensor networks suitable for a range
of varied applications. Imagine a set of small electronic devices, autonomous, equipped with sensors and able to
communicate with each other wirelessly. Together they make up a wireless sensor network capable of
monitoring a region or phenomenon of interest, provide useful information by a combination of measures taken
by the various sensors and the then communicated via the wireless medium.
The objective of this project is to study energy conservation at the MAC layer network; thereafter we
discuss, in the second part of our project, about a simulation of a WSN for monitoring a moving object by a
network simulator Castalia 3.2 and displaying the results on graphs and curves, Finally visualization via Omnet
++ 4.3.
Keywords: Wireless network, wireless sensor networks, Energy Conservation, SMAC, TMAC, Different
tools of simulation, Castalia, OMNET ++

:‫ملخص‬
‫اىخطىر اىخنْيىجي واىخقْي في ٍجاه اىشبناث اىالسينيت اىخاص باىَينزو إىنخزيل واىَصغزاث ميها حسَح ىخطىيز جيو جذيذ ٍِ اىَسخقبالث‬
‫ حخيو ٍجَىعت صغيزة ٍِ األجهزة االىنخزوّيت حعخَذ عيً ّفسها‬،‫اىحسيت واسعت اىْطاق وحنىُ ٍْاسبت ىَجَىعت واسعت ٍِ اىخطبيقاث اىَخْىعت‬
ٍِ ‫ وحىفز ٍعيىٍاث جيّذة‬،‫وحنىُ ٍزودة بأجهزة اسخشعار وىها اىقذرة عيً االحصاه فيَا بيْها السينيا اىهذف ٍْها رصذ ظاهزة أو ٍْطقت ٍعيْت‬
.‫طزف أجهزة االسخشعار اىَخخيفت‬
‫ وٍِ ثٌ ّزي في اىجزء اىثاّي ٍِ ّقاشْا حىه ٍحاماة‬،MAC ‫اىهذف ٍِ هذا اىَشزوع هى درس ميفيت اىحفاظ عيً اىطاقت في طبقت اىشبنت‬
،‫ وّقىً بعزض اىْخائج عيً شنو رسىً بياّيت وٍْحْياث‬2.3 ‫شبنت السينيت ىيَسخقبالث اىحسيت ألحباع هذف ٍخحزك باسخخذاً بزّاٍج ماسخاىيا‬
.3.2 ‫وأخيزا ّزي اىَحاماة اىحزميت عيً بزّاٍج أوٍْيج‬
‫ األدوات المختلفة‬،TMAC ،SMAC ،‫ الحفظ على الطاقة‬،‫ الشبكة الالسلكية للمستقبالت الحسيّة‬،‫ الشبكة الالسلكية‬:‫الكلمات المفتاحية‬
.‫ أومنيث‬،‫ كاستاليا‬،‫للمحاكات‬

84

Vous aimerez peut-être aussi