Vous êtes sur la page 1sur 6

▼ Les coupes coronales → montrent bien les ménisques, les

20 min
IRM du Genou
ligaments latéraux (interne et externe, LLI et LLE), les cartilages
fémorotibiaux, et les ligaments croisés.

Introduction :
- L'IRM du genou est devenue l'examen de référence pour
étudier les ménisques, les ligaments, la cavité articulaire et les
éléments squelettiques.
- Elle remplace maintenant l'arthrographie et le scanner.
Rappel anatomique : voire le cour
Indication :
● Pathologie traumatique : Lésion tendineuse , ligamentaire. ▼Les coupes sagittales → permettent d'apprécier l'état des
● Pathologie rhumatismale. ménisques, des ligaments croisés, antérieur et postérieur. les
● Pathologie tumorale. tendon rotulien et quadricipital sont aussi très bien vus.
● Pathologie osseuse.
Installation du patient :
- Décubitus dorsal. Bras le long du corps
- Le genou est placé dans une antenne dédiée (antenne "genou").
Il est fléchi d'environ 15deg (position spontanée au repos).
Protocole IRM : coupe de 3 à 4 mm tous les 1.5 mm
● Plans d’exploration :
-Plan sagittal : perpendiculaire au plan bicondylien postérieur ou
avec 10° de rotation médiale par rapport à ce plan) Sémiologie normale : voire le cour
- Plan coronal: parallèle au plan bicondylien postérieur.
Exemples de la pathologie : voire le cour
- Plan axial: au-dessus de la patella jusqu’à la tubérosité tibiale
Conclusion :
antérieure.
L’IRM garde une place importante dans l’imagerie du genou
● Séquences conventionnelles:
notamment dans la pathologie traumatique.
* sagittales ► T1 sans saturation de graisse: médullaire.
Sa réalisation nécessite :
* axiales, sagittales et coronales ► Densité de proton avec
-Une bonne préparation et installation du patient.
saturation de graisse. (TE entre 30 et 60 ms): ménisque,
- Des connaissances anatomiques précises.
ligaments, cartilage, médullaire, synoviale, parties molles.
●Séquences optionnelles :
* T2 sans saturation de graisse →pour différencier les tissus à
contenu hydraté du liquide.
* Plan axial oblique perpendiculaire au grand axe du LCA →en cas
de suspicion de rupture de ce dernier.
* 3D à base d’écho de gradient : cartilage+++.
* Axiales DP fines centrées sur les ménisques.
* T2 écho de gradient: suspicion de synovite villonodulaire
L’injection du produit de contraste n’est pas systématique.
Elle est utile pour explorer les pathologies synoviales articulaires.
- En cas de lésion tumorale.
- La prise de contraste est mise en évidence sur les séquences T1
FAT SAT.
▼ Les coupes axiales → permettent d'analyser la rotule, son
positionnement et le cartilage entre rotule et fémur (fémoraux-
patellaire), les épanchements liquidiens apparaissent nettement,
le tissus synovial est aussi bien vu.
IRM de l’épaule
30 min

Introduction :
- L’IRM est la plus récente des techniques d’imagerie de l’épaule.
Pratiquée en seconde intention.
-Elle permet un bon examen de la coiffe des rotateurs.
- Elle fournit une imagerie lésionnelle topographique précise.
Rappel anatomique : L'épaule comprend 02 articulation
-l'articulation principale entre omoplate et humérus (gléno-
humérale)
- une articulation accessoire entre omoplate et clavicule
(acromio-claviculaire)
- Ces deux surfaces articulaires sont donc maintenues en bonne
position par la capsule et les tendons.
- La coiffe des rotateur comprend d'avant en arrière : le
subscapulaire, le supraépineux, l'infraépineux et le petit rond.
- D’autres muscles de l’épaule →
•Muscle deltoïde: •Muscle grand rond •Muscle grand dorsal
Indication :
● Pathologie traumatique de la coiffe (rupture).
● Pathologie dégénérative.
● Pathologie inflammatoire.
● Pathologie tumorale. Sémiologie normale : voire le cour
● Pathologie osseuse. Dans le plan sagittal oblique les différentes structures
Installation du patient : tendineuses constituant la coiffe, apparaissent en hyposignal
- Décubitus dorsal. Les bras le long du corps. homogène quelle que soit la séquence utilisée.
- L'examen est réalisé avec une antenne de surface, rotation Exemples de la pathologie : voire le cour
externe modérée du membre examiné. ● pathologie de la coiffe :
- CENTRAGE AU LASER : aligner le centreur lumineux horizontal - Hypersignal T2 liquidien intra-tendineux et aspect
avec le milieu de l’antenne et le centreur sagittal avec l’axe du morphologique évocateur = rupture
bras. - Hypersignal T2 non liquidien : tendinopathie
Protocole IRM : epaisseur de coupe 3 à 4 mm - Hypersignal T2 liquidien d’allure strictement intra-tendineux :
● Séquences : possibilité de dégénérescence mucoïde interstitielle.
* axiale et coronale ►T1. o Épanchement intra articulaire.
* axiale ► T2 FAT SAT. ● autres pathologies :
* axiale sagittale et coronales ► Densité de proton avec - Rehaussement synovial diffus dans le cadre d’une capsulite.
saturation de graisse. - Arthrite/ Ostéoarthrite
L’injection du produit de contraste n’est pas systématique. - Pathologie tumorale
Conclusion :
La réalisation d’une l’IRM de l'épaule nécessite :
-Des connaissances anatomiques précises, en particulier pour ce
qui concerne l'arche osseuse acromio-claviculaire et la coiffe des
rotateurs.
-Une collaboration avec le radiologue à fin de choisir le protocole
adéquat.

▼ Les coupes axiales → Le plan axial transverse: permet


d’obtenir des coupes de référence, acquises depuis l’articulation
Acromio-claviculaire jusqu’au bord inférieur de la glène.
▼ Les coupes coronales → Le plan coronal oblique: parallèle à
l’axe du tendon supraépineux.
▼Les coupes sagittales → Le plan sagittal oblique :
perpendiculaire au supraépineux
● Séquences complémentaires :

IRM de la Hanche
Introduction :
•La hanche est l’articulation qui relie le bassin au membre inf.
• Région anatomique composée d’une partie ostéo-articulaire et
d’un environnement large (Muscles, tendons, vaisseaux, nerfs, …)
• Région profonde IRM +++
Rappel anatomique : • Elle met en jeu deux os:
Os iliaque & Fémur Sémiologie normale : voire le cour
• C’est une Enarthrose qui permet la flexion, l’extension, Exemples de la pathologie : voire le cour
l’adduction, l’abduction, la rotation interne et la rotation externe
Conclusion :
de la cuisse.
• L’IRM de la hanche est un examen performant pour l’analyse de
• Les éléments ostéo cartilagineux →
toutes les structures la composant.
Cavité Cotyloïde (ou Acétabulum) + Labrum
• La réalisation d’un bon protocole avec les séquences de base et
Tête fémorale: ¾ de sphère/ Col du fémur/ Grand trochanter:
les séquences complémentaires permettront au radiologue de
• Les tendons (les plus importants) →
conclure au mieux avec le bon diagnostic.
Moyen Fessier: Grand Trochanter
• L’injection de produit de contraste n’est pas systématique
Petit Fessier: Grand Trochanter
Psoas: Petit Trochanter
Tendon direct du Droit Fémoral: Epine iliaque antéro inférieure
Indication :
● Définir l’origine articulaire ou extra articulaire des symptômes.
● Identifier l’origine exacte de la souffrance.
● Orienter le patient vers une exploration dédiée à l’articulation
(Arthro Scanner ou Arthro IRM)
Installation du patient :
- Position du patient: Décubitus
- Position de la hanche: Rotation neutre
Protocole IRM :
● Séquences de base:
*Débuter par des séquences coronales ► T1et STIR à large
champs (du haut des crêtes iliaques jusqu’aux cuisses)
* Puis coupes axiales► T2 Fat Sat à petit champs (centrée sur
l’articulation et les insertions trochantériennes)
Remarque!
Le STIR a une meilleure sensibilité à l’eau et une meilleure
saturation du signal de la graisse, plus homogène sur de larges
champs.
Le T2 FS offre une meilleure résolution spatiale que le STIR
● Injection de produit de contraste :
Rare /Avis du médecin radiologue ! .
À discuter si tumeur, maladie inflammatoire ou infectieuse (voie
veineuse à prévoir avant installation du patient)
20 min
IRM du coude
Introduction :
•L’IRM du coude est un excellent examen pour l’étude des
pathologies des tissus mous (muscles, tendons, nerfs)
• Elle n’est pas pratiquée en première intension (en général après
une radiographie standard et une échographie)
Rappel anatomique :
- Le coude est l’articulation qui relie le bras à l’avant--‐bras.
• Elle met en jeu trois os:* Humérus * Radius * Ulna
• Elle permet la flexion et l’extension de l’avant bras sur le bras
ainsi que la prono--‐supination de l’avant--‐bras inférieure
●Les tendons ►
- Tendon commun des épicondyliens latéraux: Epicondyle latéral
- Tendon commun des épicondyliens médiaux: Epicondyle médial
-Tendon distal du Biceps: Tubérosité radiale
- Tendon du Triceps: Olécrane
● Les nerfs►
- Nerf médian: En dedans de l’artère humérale
- Nerf ulnaire: dans sa gouttière
- Nerf radial: En avant de l’épicondyle latéral puis trajet
antérieur jusqu’à la division dans l’arcade de Frohse. Sémiologie normale : voire le cour
Indication : Exemples de la pathologie : voire le cour
● Bonnes indications ►
Conclusion :
• Inflammation des tendons (épicondylite médial, latéral).
• L’IRM du coude est un examen facile qui dure environs 20
• Rupture des tendons / lésions musculaires (muscle biceps,
minutes avec un protocole standard.
triceps)
• L’injection de produit de contraste,n’est pas systématique
• Neuropathies du nerf médian, ulnaire, radial (conséquences de la
(demander,au radiologue)
dénervation)
• Certaines séquences supplémentaires peuvent être ajoutées
• Arthro--‐IRM: atteinte des ligaments.
(Pathologie du biceps: POSITION FABS ++++++++).
● Moins bonnes indications ►
• Atteinte de l’os
Installation du patient :
- Position du patient: procubitus
- Position du coude: extension
- Position de la main: supination
(Si impossible: Patient en Décubitus, bras le long du corps avec
main en supination)
Protocole IRM :
● Séquences de base:
*Débuter par des séquences axiales► T2 FatSat (ouSTIR) et T1
* Puis coupes frontales► axe bi--‐épicondyliens T2 Fat Sat (ou
STIR) et T1
● Injection de produit de contraste :
Rare /Avis du médecin radiologue ! .
À discuter si tumeur, maladie inflammatoire ou infectieuse (voie
veineuse à prévoir avant installation du patient)
● Séquences complémentaires : Si
* pathologie tricipitale ou articulaire► sagittaleT2 Fat Sat.
* pathologie bicipitale ► coupes perpendiculaires au radius T2
Fat Sat (ou STIR) et T1.
*Position FABS ►Procubitus, coude en fléxion 90°, antenne
souple (ou épaule), poignet en supination maximale
l’axe des os de la première rangée du carpe et non par rapport à
>30 min
IRM du Poignet
l’axe radius- cubitus.

Introduction :
- L’IRM du poignet est un examen de deuxième intension
pratiquée après la radiographie standard.
- Non invasive et Permet une très bonne analyse des structures
anatomiques et fournit une imagerie lésionnelle précise.
Rappel anatomique : -Constituants du poignet :
-Les éléments osseux → radius . cubitus /scaphoïde .semi lunaire
.pyramidal. pisiforme / trapèze .trapézoïde. grand os. Os crochu
-Les structures ligamentaires → ligaments de la face dorsale et Sémiologie normale : voire le cour
palmaire /Ligament triangulaire (Moyen d’union entre l’ulna et le Exemples de la pathologie : voire le cour
radius Fibrocartilage prolongeant la surface articulaire radiale Conclusion :
- Les structures tendineuses → Les tendons fléchisseurs / Les
La réalisation d’une IRM du poignet nécessite :
tendons extenseurs:
- Une bonne préparation et installation du patient.
- Les structures vasculaires et nerveuses →
- Des connaissances anatomiques précises.
*Canal carpien: Contenu - Nerf médian - Tendons fléchisseurs
- Une collaboration avec le radiologue à fin de choisir le protocole
* Loge de Guyon: Contenu - le nerf cubital (ulnaire) - l’artère
adéquat.
cubitale et le tendon cubital antérieur.
Indication :
● Pathologie traumatique : Lésion tendineuse , ligamentaire et ou
fracture de scaphoïde.
● Pathologie rhumatismale.
● Pathologie tumorale.
● Analyse du canal carpien et de la loge de Guyon.
●Pathologie osseuse (ostéonécrose )
Installation du patient :
- Décubitus dorsal. Les bras le long du corps.
- Prono-supination neutre.
- Antenne dédiée
Protocole IRM :
- coupes fines , de l’ordre de 3 mm espacées de 0,3 mm dans les
plans sagittal et frontal.
- L’épaisseur des coupes axiales et la distance intercoupes
peuvent être un peu plus larges (4 mm/0,4 mm jusqu’à 5 mm/1
mm), adaptées au volume à explorer.
● Séquences :
* axiale ► T1
* axiale ►T2 FAT SAT
* sagittales et coronales ► STIR
* axiale sagittale et coronales ►Densité de proton avec
saturation de graisse.
L’injection du produit de contraste n’est pas systématique. Elle
est utile pour explorer les pathologies synoviales articulaires ou
tendineuses.
- En cas de lésion tumorale.
- En cas de problème après chirurgie tendineuse.
– En cas d’une nécrose osseuse.
-La prise de contraste est mise en évidence sur les séquences T1.
▼ Les coupes axiales → sont orthogonales par rapport aux
coupes coronales et les coupes sagittales perpendiculaires aux
coupes axiales.
▼ Les coupes coronales → sont positionnées parallèlement à
IRM de la cheville
Introduction :
• L’IRM de la cheville est un excellent examen pour l’étude des
pathologies des tissus mous de cette région anatomique (muscles,
tendons, nerfs)
● Séquences de base:
• Elle n’est pas pratiquée en première intension (en général après
a. Axiale ►Densité Protonique (DP)
une radiographie standard et une échographie)
b. Coronale► DP FAT SAT
Rappel anatomique : c. Axiale ►DP FAT SAT
- La cheville ou cou--‐de--‐pied est l’articulation qui relie la jambe d. Sagittale ► T1SE
au pied. Elle met en jeu trois os: Tibia /Fibula (ex péroné) ● Injection de produit de contraste :
Talus(ex astragale) Rare /Avis du médecin radiologue ! .
• C’est une articulation trochléenne qui permet la dorsiflexion et À discuter si tumeur, maladie inflammatoire ou infectieuse (voie
la flexion plantaire du pied. veineuse à prévoir avant installation du patient)
●Les tendons ►
● Séquences complémentaires :
Groupe antérieur→ - Tendon Tibial Antérieur
- -Tendon Extenseur Propre de l’Hallux
- - Tendon Extenseur Commun des orteils
Groupe Latéral → -Tendon Court Fibulaire -Tendon Long Fibulaire
Groupe Médial → - Tendon Tibial Postérieur
- - Tendon Fléchisseur Propre de l’Hallux
- - Tendon Fléchisseur Commun des orteils
Tendon d’Achille→
● Les Ligaments ►
La syndesmose → ligament tibio fibulaire antéroinférieur (LTFAI)
Le ligament Collatéral Latéral→
Faisceau talo fibulaire antérieur (LTFA)
Faiscau calcanéo fibulaire
Faisceau talo fibulaire postérieur
Le ligament Collatéral Médial → Complexe ligamentaire supérieur
et profond
Indications :
● Bonnes indications ►
• Atteintes des ligaments ++++
• Inflammation des tendons
• Rupture des tendons / lésions musculaires
• Atteintes nerveuses.
Sémiologie normale : voire le cour
• Arthro--‐IRM: atteinte des ligaments.
● Moins bonnes indications ► Exemples de la pathologie : voire le cour
• Atteinte de l’os Conclusion :
Installation du patient : • L’IRM de la cheville est un examen très performant pour
- Position du patient: Décubitus dorsal fémur en extension l’analyse des tissus mous et des structures anatomiques

- Position de la cheville: Flexion neutre profondes.

- Pied--‐jambe à 90° • Elle sera réalisée en seconde intension (toujours après des

- Antenne: Type extrémité. radiographies standard et souvent après une échographie)


• Il est important de connaitre la pathologie explorée afin
Protocole IRM :
d’adapter le protocole.
● plan de coupe :

Vous aimerez peut-être aussi