Vous êtes sur la page 1sur 5

2009

Anthropologie
de la Communication
Objectifs :
Approche théorie de la communication sous un jour différent,
entendue comme un comportement sociale : comprendre les
interactions entre les humains. Communication verbal et non-verbal.

Bibliographie :
Anthropologie de la communication, Yves WIKIN [Ed. du Points, 2001]
(Étudier la 1ère, 2ème, et la 5ème partie)
La sociologie de Erving Goffman, J. Nizet, N. Rigaux [Ed. La Découverte 2005]
Mineur

Façon de parler, Erving Gofffman [Paris, Ed. de Minuit – 1987]


Les rites d’interaction, Goffman E. [Paris, Ed. de Minuit – 1974]
Les moments et les hommes, E Goffman [Ed. du Seuil, 1988]

Notes sur l’Examen :


L’examen sera une série de questions autour des sujets traités :
- L’anthropologie de la communication, Y. WINKIN [Ch. de 1 à 5, 7, 14 et 15]
- La Cybernétique (notes + document en ligne)
- La sociologie de Erving Goffman, NIZET [ch. 2, 3, 5, 7]

FAIVRE-MALFROY Florian
Site plateforme Histoire – Géographie Lyon 3
06/10/2009

Anthropologie de la Communication 1
Introduction à quelques notions/définitions :

Anthropologie :
(Grec. anthropos > logos)
Etude des hommes, science humaine et naturelle, qui étudie les humains et leur aspect à la fois physique et
culturel.
Elle s’occupe des faits anthropologiques, tout ce qui distingue l’homme de l’animal (la pensée, el langage, les
rites, les arts), et fait l’étude comparative de plusieurs sociétés. On compare ces facultés humaines entre celle-ci
afin de comprendre l’unicité qui fonde l’être humain. Proche des sciences telle que l’Ethnographie et
l’Ethnologie.

Ethnologie :
Etude d’un groupe humain –Science explicative et comparative d’un ensemble social et culturel. Elle ne touche
pas à la science naturelle et à l’anatomie. Cela ne touche pas l’ordre propre de la science. Elle étudie aussi
l’évolution des sociétés à travers des théories et concepts spécifiques.

La différence entre ces sciences est historique :


On s’est d’abord intéresser à l’étude de l’homme occidentale pour ensuite aller à la découverte du nouveau
monde, où l’on s’est intéresser aux ethnies.

Il y a une différence d’angle d’approche :


On utilise des méthodes quantitatives dans la sociologie, alors qu’en ethnologie on va utiliser des méthodes
qualitatives et observant les objets les sujets d’études. L’ethnologue passe beaucoup de temps auprès des
populations autochtones. En sociologie on rationalise les sondages, les objectifs. L’Ethnologie s’attaque de façon
plus subjective à l’étude des sociétés, c’est une approche plus symbolique.

Ethnographie :
Ecriture des observations et données rassemblées lors des travaux de l’ethnologue. Mais les sources peuvent
venir de fouilles archéologiques. L’ethnologie fait partie de l’ethnologie qui fait partie de l’anthropologie.

Qu'est-ce que la communication ?


Winkin a aussi introduit la nouvelle communication, comme approche différente de la communication
habituelle "analphocom".
Communication : transmission intentionnelle de messages verbaux (ceci est une définition vulgaire)
Communication en tant que performance de la culture (Winkin).
Le terme a été galvaudé, puisque maintenant on parle de communication comme moyens technologiques de
communication ; ou encore avec l' « étude des communications » ou « la communication » comme un service. Il
y a aussi une notion de l’éthique dans la communication, voir même la notion d’art, avec la dialectique, les
grands orateurs et leurs dons de dictions.

Communication (lat. communicare) :


Mettre en commun, ce n'est pas tout à fait transmettre un processus de mise en commun des messages.
Hypothèse qu’a développée SHANNON en 1949 avec sa théorie schématiques et que cette discipline. Toutes les
techniques de communication sont basées sur ce schéma (exemple du téléphone). Il y a aussi eut l’apparition du
« feedback », soit un retour du message.
On peut communiquer en dehors des médias, aujourd'hui la communication s'est adaptée aux nouveaux
moyens de communications, et est toujours basée sur ce schéma. La science de la communication a prouvée
que les limites ne sont pas réduites à la simple transmission.
Et la communication est sociale ; et non pas « une sphère de la société », elle est basée sur la communication.
Cette dernière se construit grâce à la communication, en tant que performance de la culture : c'est un modèle
qui s’oppose à la communication télégraphique de SHANNON.

Anthropologie de la Communication 2
Culture :
Dans son sens le plus large est considéré comme l'ensemble des traits distinctifs et les affectifs, qui caractérise
les sociétés ou au moins un groupe sociale, voir même un seul individu. La culture est le développement de
certaines facultés de l'esprit, mais par extension on considère que la culture est l'ensemble des connaissances
acquises qui permettent le développement des goûts, des jugements, de la connaissance informelle, de
l'attitude à avoir une connaissance plus ou moins étendue sur un domaine. C'est aussi l'ensemble des
caractéristiques de l'ensemble des communautés, des structures territoriales, des pratiques (religieuses…) d’un
groupe social. Ce mot culture caractérise différentes choses selon le domaine. Son usage est vaste, nous en
avons l’exemple avec le « ministère de la Culture » ; ou encore avec l’expression « Choc des Cultures ».

Ward Goodenouh
La culture forme un tout de tout ce qu'il faut savoir ou à savoir pour se conduire de manière acceptable en
société. Et pour les autres membres de ces sociétés, cela se rapproche de l’étiquette et du savoir-vivre.
Le code change selon les catégories sociales et culturelles : « être membres, c’est être prévisibles ». Appartenir à
une culture c’est être prévisible - cela se rapproche du stéréotype, des mythes, des clichés, des croyances, ou
encore des rites. Toutes ces caractéristiques sont des traits généraux à comparer par rapport à
d'autres groupes/sociétés. C’est pour cette raison qu’au sein d'un même groupe, il n’y a pas de stéréotype ; on
fait une généralisation. Pourtant on cultive ces stéréotypes, car le stéréotype est généré pour mieux être
compris, ou pour mieux comprendre les codes d’une culture. C'est le principe de globalisation.
Nous retrouvons un lien avec le Cinéma, lors de l’écriture d’un scénario, ou le choix de personnage (le bon, la
brute…).
Plus on globalise plus on a un développement des cultures locales. Il y a une affirmation de son identité
régionale dans un monde global : maintient de la langue, les traditions « folkloriques ». Mais il ne faut pas que
cela devienne un culte fanatique.

La communication est un ensemble de technique, de métiers, une éthique, une science, et un art.

« La culture d’une société consiste en tout ce qui faut savoir ou croire pour se conduire d’une manière
acceptable pour les membres de cette société » Ward GOODENOUGH.

« La transmission intentionnelle de messages verbaux »

Anthropologie de la Communication 3
Théorie de la nouvelle communication :
L’anthologie de la Communication est l’étude des comportements sociaux. Elle s’intéresse aux interactions.

La sociologie de Ervin Goffmann, Nizet et Rigaux

La période de l’après guerre aux États-Unis : parution de l’ouvrage essentiel fondés sur les notions de
communications et d’informations :
- 1948 : Norbert Wiener, Cybernetics or Control and communication in the Animal and the machine.
- 1949 : Claude Shannon, The Mathematical theory of communication.
Il y a eut une accélération des études des mouvements autour de la sociologie, de la technologie, en rapport à la
communication. Il y a eut une grande évolution en la matière.

Le paradigme de Shannon (1949) :


Le processus de transmission d’un message Em. Msg. Dest.
d’un émetteur
à un/plusieurs récepteur(s)
à travers un média FeedB. Rcpt.
subissant des interférences (bruits)
sous condition de message, de rétroactions ou de feedback

Modèle et vocabulaire « technique » :


L’émetteur code ; le récepteur décode ; le message est transmis/reçu (compris ou non).

Les 7 dimensions de la communication :

1. La communication conçue comme une activité individuelle :


- Transmission des idées intérieures en des paroles extérieurs (l’intérieur de l’individu à l’extérieur,
séparation du corps et de l’esprit).
- Le langage : instrument de la communication.
- La communication : instrument de la transmission de la pensée.

2. La communication : une activité verbal (oral ou écrite)


- Les mots livrent l’information.
- En additionnant ces mots, le récepteur obtient une reproduction fidèle de la pensée de l’émetteur
(encodage/décodage).
- Des bruits (corps) peuvent perturbée le processus de transmission. Le corps peut-être une nuisance.

3. La communication : une activité verbale-orale-écrite : (par conséquent)


- Elle est rationnelle et volontaire.
- Elle est réservée à l’homme.
- 2 personnes sont nécessaires.
- Elle est instituée par la personne émettrice (et non la personne réceptrice)

4. La communication : acte volontaire et conscient : (par conséquent)


- Elle peut être évaluée.
- Elle peut s’enseigner, se corriger, s’améliorer.
- Elle peut être prescrite.
-
5. La communication : une suite de séquences linéaires.
Emetteur  Récepteur
Séquences qui s’inversent successivement :
Stimulus  réponse
Action  réaction

Anthropologie de la Communication 4
6. Posture du chercheur « extérieur » au système étudié (comme dans un laboratoire).
Travail à l’appui d’hypothèse, statistiques et moyens techniques.
Il y a les limites scientifiques.
A décide de faire parvenir un message à B.
Le message est : reçu – décodé – envoyés sur les ondes – reçu-compris/ou pas.
B peut à son tour lancer un message de retour.

7. L’acte de télégraphier : un acte verbal, intentionnel, linéaire, limité dans le temps et dans l’espace.
Le télégramme est explicite, dénotatif (désignation neutre d’un objet), informatif.

Limites du modèle émetteur-message-récepteur :


(Paradigme de Shannon)
- Longtemps privilégié par les sociétés de l’information et de la communication).
- La communication y est réduite à la simple transmission.
- Il n’étudie que la communication verbale.
- Elle est trop souvent pensée dans le cadre des médias.
- On ne prend pas en compte la dimension sociale et culturelle de la communication.
- On ne s’intéresse ni à la valeur, ni à la portée sémantique des « messages ». chez Shannon, l’information
est une grandeur abstraite, étrangère aux considérations sémantiques (contenus, enjeux, objectifs).
 Signification : tout ce qui concerne le sens des mots.
- La communication reste problématique (du point de vue sociologique) tant qu’elle sera considérée
comme une solution à tous les problèmes relationnels et organisationnels.
- Elle ne devient un processus intellectuellement satisfaisant que si elle est abordée comme un problème
= phénomène social complexe.

La communication va devenir un objet d’étude à part entier.

Anthropologie de la communication : la nouvelle communication :


- La communication interprétée comme un comportement social (interactions)
- Elle n’est pas que verbale (gestes, regards, sourires…)

Anthropologie de la Communication 5