Vous êtes sur la page 1sur 6

1°Spé physique Activité Expérimentale

Les fluides au repos


(lois de la statique des fluides)
I Modèle microscopique des fluides

Un fluide est un milieu n’ayant pas de forme propre qui regroupe les liquides (quasiment incompressibles) et
les gaz (compressibles).
A l’échelle macroscopique (à notre échelle), un fluide est décrit par trois grandeurs physiques : la masse
volumique, la température et la pression. On peut se demander quel changement dans le comportement des
particules du fluide entraîne la variation de ces grandeurs.

• Cliquer sur l’animation suivante qui simule le comportement d’un gaz à l’échelle
microscopique :
https://phet.colorado.edu/sims/html/gas-properties/latest/gas-properties_fr.html
• Choisir la première animation (Idéal).
• Faire apparaitre le menu des particules en cliquant sur le « plus » vert dans le menu à
droite. Mettre 50 particules légères dans l’enceinte en cliquant sur la double flèche :
• Changer l’unité de la température en haut à droite et mettre la température en degré
Celsius.
Changer l’unité de la pression et mettre la pression en kPa (kilopascal).
Cliquer sur le compteur de collision dans le menu à droite. Il faut cliquer sur la flèche verte pour
lancer le compteur à chaque nouvelle modification.
On peut changer le volume de l’enceinte en « attrapant » la poignée à gauche. On peut augmenter ou diminuer
la température en soulevant ou en baissant le curseur en bas de l’écran.

1) Quel est l’effet d’une diminution du volume occupé par un gaz sur :
a. la valeur de la pression augmente
b. le nombre de particules contenues dans le récipient ne change pas
c. le nombre de chocs de particules sur les parois du récipient augmente
2) Quelle est la conséquence d’une augmentation de la température (à volume constant) sur :
a. le comportement microscopique des particules ne change pas
b. la valeur de la pression augmente
c. le nombre de chocs de particules sur les parois du récipient augmente
3) Comment varie la pression d’un gaz quand le nombre de particules augmente dans le récipient ?
La pression d’un gaz augmente quand le nombre de particules augmente dans le récipient
4) Relier les trois grandeurs physiques avec ce qu’elles rendent compte à l’échelle microscopique :

Masse volumique=Nombre de particules par mètre cube


Température=État d’agitation des particules du fluide
Pression=Nombre de chocs de particules contre une paroi

II Pression dans un gaz

Les gaz sont compressibles, c’est-à-dire que, dans un récipient fermé et rempli de
gaz, on peut changer son volume et cela entraîne une variation de pression.
On peut se demander s’il existe une relation entre la pression et le volume d’un
gaz.

Le montage expérimental est le suivant :


On dispose d’une seringue graduée reliée par un tube flexible à un manomètre (ou pressiomètre) qui mesure la
pression de l’air emprisonné dans la seringue.

La pression se mesure en pascal (symbole : Pa), mais on la mesure presque toujours en hectopascal (symbole :
hPa). On a donc : 1 hPa = 100 Pa.
Le manomètre affiche la pression à l’intérieur de la seringue qui est égale, au début de l’expérience, à la
pression atmosphérique notée P0.

• Le piston est normalement placé sur un volume de 30 mL. Relever la pression correspondante et la noter
dans le tableau ci-dessous.
• Pousser ou tirer sur le piston sur les volumes indiqués dans le tableau suivant. Relever les pressions
correspondantes et les noter dans le tableau.

Compléter le tableau ci-dessous à partir des résultats obtenus dans la vidéo suivante :
https://www.youtube.com/watch?v=KmJ_Yd5v_3Q

Volume (mL) 15 20 25 30 35 40 45 50

Pression (hPa) 2067 1537 1216 1016 857 759 667 605

5) Recopier les valeurs mesurées en convertissant le volume en m3 et la pression en Pa (unités légales).


Rappel : 1 mL = 1 cm3 = 1 × 10–6 m3

1,5* 2,0* 2,5* 3,0* 3,5* 4,0* 4,5*


Volume (m3) 5,0*1
10^-5 10^-5 10^-5 10^-5 10^-5 10^-5 10^-5
0^-5
20670 15370 12160 10160
Pression (Pa) 85700
0 0 0 0 75900 66700 60500

• Ouvrir le tableur Excel et recopier en ligne les valeurs de V en m 3 et de P en Pa.


• Tracer la courbe représentant P en fonction de V. Attention : la ligne des abscisses (ici le volume) doit
être placée avant celle des ordonnées (ici la pression). Il faut utiliser le graphique « nuage de points ».

6) La pression d’un gaz est-elle proportionnelle au volume du récipient dans lequel il est enfermé ?
Justifier.
La pression d’un gaz n’est pas proportionnelle au volume du récipient dans lequel il est enfermé car la courbe
du graphique ci-dessus n’est pas une droite lineaire
En physique, on cherche toujours à obtenir une droite à partir de mesures car on peut en déduire une équation
de droite, qui deviendra une formule reliant les grandeurs mesurées.
• Ajouter une ligne au tableur notée « 1/V » et faire calculer à Excel la valeur de 1/V de chaque volume.
• Copier la ligne des pressions P et la coller en dessous de la ligne « 1/V ».
• Tracer la courbe représentant P en fonction de 1/V.

7) Quelle est la forme de la courbe obtenue ?


La forme de la courbe obtenue est une droite croissante
8) Que peut-on en déduire entre P et 1/V ?
On peut donc en déduire que P et 1/V sont proportionnelles

• Cliquer sur un des points de la droite et afficher l’équation de la droite en obligeant la droite à passer par
l’origine (définir l’interception en 0).

9) En remplaçant x et y dans l’équation par leurs grandeurs respectives, écrire la relation entre P et V.
1/V=0,0319P+97,7

Le résultat obtenu se met plutôt sous cette forme : « P × V = constante » et s’appelle la loi de Mariotte.

III Pression dans un liquide

La pression dans un liquide ne dépend pas du volume d’eau environnant mais de la


profondeur considérée. On peut se demander quelle relation relie la pression de l’eau et la
profondeur.

Le montage expérimental est le suivant :


La sonde du manomètre est cette fois plongée dans l’eau contenue dans une éprouvette graduée. On mesure la
pression de l’eau à différentes profondeurs.

Complétez le tableau à partir des mesures réalisées dans la vidéo en suivant ce lien :
https://www.youtube.com/watch?v=JJ8G0if5S7Q

altitude z
0 5 10 15 20 25 30 40 45 50
(m)
Pression P
1015 1020 1025 1030 1035 1040 1045 1050 1055 1060
(hPa)
Pression P
10250 10300 10400 10450 10500 10550 10600
(Pa) 10200 10350
101500 0 0 0 0 0 0 0
0 0

• Ouvrir une nouvelle page du tableur et recopier en ligne les valeurs de z en m et de P en Pa.
• Tracer la courbe représentant P en fonction de z.

11) La pression dans un liquide est-elle proportionnelle à l’altitude ? Justifier.


Oui la pression dans un liquide est proportionnelle à l’altitude car la courbe du graphique est une droite
On parle en général de profondeur plutôt que d’altitude quand on descend en dessous de 0 sur l’axe z. Il ne
faut pas oublier le signe – devant la valeur de la profondeur.

• Cliquer sur un des points de la droite et afficher l’équation de la droite .

12) Recopier l’équation de la droite et remplacer x et y dans l’équation par leur grandeur respective. On
obtient une relation entre la pression P dans un liquide et la profondeur z.
P=88,1 z + 101636
13) De quelle valeur de pression l’ordonnée à l’origine est-elle proche ?
L’ordonnée à l’origine est proche de la valeur de pression 101500. Cette valeur est atteinte pour z= 0m

L’équation de la droite permet de trouver la relation suivante : P = – ρ g z + P0.


Le résultat obtenu se met plutôt sous cette forme : P – P 0 = – ρ g (z – z0) car z0 = 0 m ou encore :
P – P 0 = ρ g (z0 – z)
On a dans cette expression une proportionnalité entre les différences de pression et les différences d’altitudes.

Cette relation est également valable entre deux points d’altitude quelconque, notée z1 et z2, de pression P1 et P1.

La relation s’écrira alors : P1 – P2 = ρ g (z2 – z1)

Elle s’appelle la loi fondamentale de la statique des fluides

IV. Force pressante dans un fluide


Une simple feuille de papier suffit à faire tenir un liquide dans un verre la tête en bas.
On peut se demander pourquoi la
feuille ne tombe pas sous l’effet
du poids de l’eau dans le verre.

• Visionner la vidéo suivante montrant l’expérience.


http://phymain.unisciel.fr/leau-est-arretee-par-le-papier/

On modélisera le verre par un cylindre de 2,50 cm de rayon et de 10,0 cm


de hauteur.

14) Quelles sont les deux forces qui agissent sur la feuille de papier ?
Le poids de l’eau et la force pressante
15) Représenter ces deux forces sans souci d’échelle sur le schéma suivant (Point d’application des deux
forces : centre de la feuille). Force pressante (flèche rouge)
poids de l’eau (flèche bleue)

16) Calculer en mètre cube le volume V du verre. Garder 3 chiffres significatifs


Vcylindre=π*r^2*h=π*2,50^2*10,0
=196,35 cm cube= 1,96*10^-4 m cube
17) Calculer en kg la masse m de l’eau contenue dans le verre (Rappel : m = ρ × V).
m=p*v
m=1000*1,96*10^-4
m=196*10^-1 Kg
18) Calculer le poids P de l’eau contenue dans le verre (Rappel à connaitre par cœur pour la Tale : P = m × g).
P=mg
P=9,8*196*10^-1
P= 192,08 Kg
19) Calculer en mètre carré la surface S de la base du verre correspondant à l’eau en contact avec la
feuille.
S=πr^2
S=π*(2,50*10^-2)^2
S=1,96*10^-3 m
20) Calculer la valeur de la force pressante F qui modélise l’action de l’air sur la surface de la feuille.
F= P*S
F=(1,013*10^5)*(1,96*10^-3)
F=198,5 N
21) Comparer la valeur de la force pressante F à la valeur du poids P de l’eau. (= calculer le rapport du
plus grand sur le plus petit).
198,5/192,08=1,03

La valeur de la force pressante F est supérieur à la valeur du poids P de l’eau ( 198,5>192,08), la force
pressante dirige la feuille vers le haut et la maintient coller aux bords du verre c’est pour cela qu’une
simple feuille permet de faire tenir l’eau dans le verre