Vous êtes sur la page 1sur 118

ECONOMIE D’ENTREPRISE

PREMIÈRE TI

CONFORME AU PROGRAMME OFFICIEL DE LA SERIE (TI)


TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION AU CAMEROUN

 COURS COMPLETS AVEC EXERCICES D’APPLICATION CORRIGES POUR


CHAQUE CHAPITRE
 PROPOSITION D’EPREUVES TYPE EXAMEN
 SUJETS CORRIGES DES DERNIERS PROBATOIRES

Réalisé par :

MENGANG VALERE

Professeur des Lycées d’Enseignement Technique (PLET)

Diplômé de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l’université de


Yaoundé II (SOA)
Economie d’Entreprise Première TI

OBJECTIF GENERAL

I- OBJECTIFS DU MANUEL

La TI (Technologie de l’Information) est cette nouvelle filière que l’évolution technologique a


amené le gouvernement camerounais à introduire dans son système éducatif. Cette filière donne
aux élèves une formation qui leur permettra après le BAC d’obtenir facilement un emploi. D’où
l’introduction dans leur programme des cours comme l’économie d’entreprise encore appelé
économie et organisation des entreprises et d’autre cours sur l’utilisation pratique des outils
informatiques. Cette discipline permet de manager rationnellement les ressources de l’entreprise
afin de maximiser les profits. Ce manuel vise à donner aux élèves de la classe de première TI tous
les moyens possibles pour aborder avec succès l’épreuve d’économie d’entreprise au probatoire.
Ceci en mettant à leur disposition un cours complet bien élaboré clair précis concis et qui est
conforme au programme officiel. Des exercices d’application détaillés pour chaque chapitre avec
corrigé, proposition d’épreuves type examen corrigés et en fin des sujets d’examen corrigés.

II- OBJECTIFS DU COURS

L’économie des entreprises est une nouvelle matière pour les élèves des classes de première TI
(Technologie de l’Information). Elle a pour objectif de permettre aux apprenant de comprendre la
notion d’entreprise ses réalités entant que unité de production et de création de richesses. Ceci
passera donc par la maitrise de cinq thèmes majeurs à savoir:

 Identifier l’entreprise comme système ; identifier son environnement et son marché


 Analyser les politiques d’approvisionnement de l’entreprise
 Déterminer la politique commerciale de l’entreprise
 Définir la production et les méthodes de rémunération du personnel
 Et en fin analyser la situation financière de l’entreprise

Ces cinq thèmes sont développés dans 12 chapitres qui constituent le l’essentiel du cours.
Avec l’économie d’entreprise on fait de ses études une observation une réflexion sur la nature de
l’entreprise son organisation son fonctionnement son rôle et ses moyens.

Mengang Valère PLET 2


Economie d’Entreprise Première TI

Contenue Du Manuel

OBJECTIF GENERAL
I- OBJECTIFS DU MANUEL
II- OBJECTIFS DU COURS

CHAPITRE 1 : L’ENTRPRISE AGENT ECONOMIQUE ET SOCIAL


I- DEFINITION ET OBJECTIFS DE L’ENTREPRISE
II- ROLE ET CARACTERISTIQUE DE L’ENTREPRISE
III- L’ENVIRONNEMENT DE L’ENTREPRISE

CHAPITRE 2 : FORMES ET CLASSIFICATION DES ENTREPRISES


I- CLASSIFICATION SELON LA NATURE D’ACTIVITE
II- CLASSIFICATION SELON LE STATUT JURIDIQUE
III- CLASSIFICATION SELON LA DIMENSION OU LA TAILLE

CHAPITRE 3 : ORGANISATION DES ENTREPRISES


I- LES FONCTIONS DE L’ENTREPRISE
II- LA STRUCTURE DE L’ENTREPRISE
III- L’ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE

CHAPITRE 4 : L’ENTREPRISE ET LE MARCHE


I- LA NOTION DE MARCHE
II- ETUDE DES TYPES DE MARCHES DE L’ENTREPRISE
III- L’ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 5 : LES APPROVISIONNEMENTS


I- DEFINITION ET OBJECTIFS
II- L’ACHAT ET LE MAGAZINAGE
III- NOTION DE STOCK

CHAPITRE 6 : LA GESTION DES STOCKS


I- LA GESTION ADMINISTRATIVE DES STOCKS
II- LA GESTION ECONOMIQUE DES STOCKS
III- GESTION SELECTIVE DES STOCKS

Mengang Valère PLET 3


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 7 : L’ACTION COMMERCIALE


I- LA POLITIQUE DE PRODUIT
II- LA POLITIQUE DU PRIX
III- LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION

CHAPITRE 8 : LA GESTION DU PERSONNEL COMMERCIAL


I- DEFINITION ET COMPOSANTES DU PERSONNEL COMMERCIAL
II- LES FORMES DE REMUNERATION
III- LES PROFILS DE VENDEURS

CHAPITRE 9 : L’ORGANISATION DE LA PRODUCTION


I- GENERALITE SUR LA PRODUCTION
II- LES MODES ET LES SERVICES DE PRODUCTION
III- L’ORGANISATION SCIENTIFIQUE DU TRAVAIL

CHAPITRE 10 : LA REMUNERATION DU PERSONNEL


I- IMPORTANCE DE LA REMUNERATION
II- LES FACTEURS DE LA REMUNERATION
III- LES MODES DE REMUNERATION

CHAPITRE 11 : ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIERE DE L’ENTREPRISE


I- NOTION DE BILAN
II- EVALUATION DE LA SITUATION FINANCIERE DE L’ENTREPRISE
III- ETUDE DE LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT

CHAPITRE 12 : LA GESTION FINANCIERE DE L’ENTREPRISE


I- LES BESOINS DE FINANCEMENT

II- LES MOYENS DE FINANCEMENT DE L’ENTREPRISE

III- LES CHOIX DE FINANCEMENT

PROPOSITION D’EPREUVES TYPE EXAMEN

SUJETS D’EXAMEN ET CORRIGE

Mengang Valère PLET 4


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 1 : L’ENTRPRISE AGENT ECONOMIQUE


ET SOCIAL

L’entreprise est une réalité existentielle car elle a une date de naissance un nom un domicile
bref un carte d’identité. L’entreprise est une organisation complexe, elle peut s’analyser de
différentes manières.

I- DEFINITION ET OBJECTIFS DE L’ENTREPRISE

1) Définition
La définition de l’entreprise a évolué au fil du temps. Elle peut se définir de plusieurs
façons. Très simplement appréhendé on dit que toute organisation qui a pour but de revendre les
fruits de son activité est une entreprise. Les définitions qu’on peut donner dans le cadre de ce
cours sont :

L’entreprise est un organisme financièrement indépendant qui produit des biens et services
destinés à un marché pour réaliser un profit.

L’entreprise est un système de production des biens et services marchands dirigée par un centre
de décision souverainement autonome et recherchant le profit.

2) Objectifs de l’Entreprise
Un objectif est un résultat fixé à atteindre dans un délai déterminé. Pour l’entreprise les
objectifs peuvent être regroupés en deux catégories :

a) Les objectifs économiques

On peut citer ici :

 L’amélioration de la productivité,
 L’accroissement de la qualité et de la quantité des biens et services produits,
 Le bon choix des ressources de financement et d’investissement,
 Augmentation de la dimension ou de la taille de l’entreprise,
 Assurer l’indépendance financière de l’entreprise.

Mengang Valère PLET 5


Economie d’Entreprise Première TI

b) Les objectifs sociaux

On peut citer entre autre

 La formation du personnel,
 Maintien de l’unité sociale dans l’entreprise,
 L’amélioration des conditions de la société dans laquelle vit l’entreprise.

Tous ces objectifs concourentà atteindre l’objectif principal de l’entreprise, l’objectif des
objectifs à savoir la maximisation du profit. La finalité de toute l’entreprise est donc la production
des biens et services destinés à la vente pour réaliser un bénéfice et le partager entre les
partenaires. Mais l’atteinte de ces objectifs soumet l’entreprise à des contraintes sociales,
financières, administratives, commerciales…

II- ROLE ET CARACTERE DE L’ENTREPRISE

1) Le Rôle de l’Entreprise
Le rôle de l’entreprise s’analyse à deux niveaux : le plan économique et le plan social.

 Comme rôle économique, on peut citer la production des biens et services ; la


rémunération ; et l’assurance de la croissance.
 Comme rôle social il s’agit de créer des emplois, répartir les revenus, former le personnel,
développer la localité.

2) Caractères de l’Entreprise
Les caractères de l’entreprisse s’analyseront à trois niveaux. L’entreprise comme
institution,l’entreprise comme système et l’entreprise comme groupe de travail.

L’entreprise s’analyse comme institution car elle dispose d’une unité de patrimoine et d’une
autonomie de décision dans l’exercice de ses fonctions. Elle dispose également d’une relative
indépendance dans sa gestion ; c’est pour cela qu’on dit que l’entreprise est une organisation
autonome.

L’entreprise comme système car elle entretient des relations permanentes avec son
environnement, il s’agit d’un système « input output » l’environnement fournit à l’entreprise des
matières premières ce sont les hommes, les capitaux et les informations. Tous ces éléments
constituent les « inputs » ou entrées. L’entreprisse transforme ces inputs sous forme de produits
finis et de services qu’elle fournit à son environnement sous forme de output ou sorties. Un
système est un ensemble d’éléments fonctionnant de manière harmonieuse pour atteindre un but
commun.

Mengang Valère PLET 6


Economie d’Entreprise Première TI

L’entreprise est vue comme groupe de travail car c’est un groupe humain de travail organisé
hiérarchiquement. Elle est composée d’un groupe de personnes aux comportements et habitudes
diversifiés on dit que c’est un groupe hétérogène. On qualifie encore l’entreprise de groupe
humain conflictuel parce qu’entre les hommes variés que l’on retrouve en son sein surviennent
très souvent de nombreux conflits qu’elle doit aussi gérer. En somme l’entreprise est un groupe
sociale rationnellement organisé et durable. L’entreprise nait grandit s’épanouit et meurt ; c’est
pourquoi on peut dire que l’entreprise est une organisation vivante.

III- L’ENVIRONNEMENT DE L’ENTREPRISE

1) Définition
Aucune entreprise ne peut vivre repliée sur elle-même. Pour vivre l’entreprise doit interagir
avec son environnement. C’est dans son environnement que l’entreprise tire ses inputs et déverse
ses outputs.

L’environnement de l’entreprise est l’ensemble des éléments externes qui ont une influence
sur l’activité de l’entreprise.

2) Les Composants de l’Environnement


Les composants de l’environnement sont :

 Le cadre géographique : relief, climat, végétation, hydraulique…


 L’état de la société : il s’agit ici de la situation politique, juridique, économique,
technologique culturelle…
 Les éléments démographiques : la population sa densité, ses goûts, ses traditions,
sa religion…
 Les partenaires directs de l’entreprise : il s’agit des fournisseurs des clients des
concurrents l’Etat la banque…
 Autres centres décision externes : on peut citer ici la communauté internationale,
les conventions et traités internationaux.

Toutes ces composantes s’organisent en deux types d’environnements : le


microenvironnement c’est l’environnement immédiat de l’entreprise sur lequel il peut agir par sa
stratégie. Il est constitué des partenaires directs à l’entreprise. Lemacro environnement c’est celui
qui détermine le cadre des activités de l’entreprise. Il s’agit du cadre géographique, la
démographie, l’état de la société, les centres de décision externes.

Compte tenu de la fréquence et de l’importance des changements de l’environnement celui-ci


peut prendre plusieurs états :

Mengang Valère PLET 7


Economie d’Entreprise Première TI

L’état stable : ici les fréquences de changement sont faibles.

L’état transitoire : ici les fréquences de changement sont faibles mais tellement
importantes.

L’état instable : l’importance du changement est faible mais sa fréquence oblige


l’entreprise à s’adapter continuellement.

L’état turbulent : la fréquence de changement est importante et l’entreprise est obligée


d’évoluer avec en permanence.

Toute entreprise qui veut survivre et prospérer a intérêt à maitriser son environnement qui est
constamment en évolution. Cette maitrise permettra à l’entreprise de s’adapter au changement
de son environnement qui lui offre de nouvelles opportunités à exploiter et de nouveaux obstacles
à surmonter.

Mengang Valère PLET 8


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
EXERCICES I-1
1) Le rôle de l’entreprise s’analyse à deux niveaux citez les et donnez une activité pour chaque
niveau.
2) Pourquoi dit-on que l’entreprise est une institution ?
3) Définir Système et expliquer le fonctionnement du système « input-output » de l’entreprise.
4) Pourquoi qualifie –t- on l’entreprise de groupe humain conflictuel ?
5) Pourquoi dit-on que l’entreprise est une organisation vivante ?
6) Définir environnement de l’entreprise et donner trois de ses composants
7) Quelle est la différence entre microenvironnement et macro-environnement ?
8) Quels sont les états de l’environnement ?

EXERCICE I-2 :
Dans un village de l’EST Cameroun05frères créent une entreprise dénommée « SABATO »
qui exerce dans l’achat et la vente du cacao. « SABATO » a réduit de 45% le taux de chaumage
dans le village et ses employés bénéficient d’une formation en marketing chaque année. Pour
faciliter l’écoulement de ses produits, l’entreprise a créé 05 points de vente et chaque point est
doté d’une machine qui teste la qualité du cacao.

Travail à Faire
1) définir le mot Entreprise

2) quel est l’objectif principal ou premier de toute entreprise ?

3) Donner deux opérations ou activités dans le texte qui prouvent que l’entreprise veut atteindre
ses objectifs économiques.

4) Donner deux opérations ou activités dans le texte qui prouvent que l’entreprise veut atteindre
ses objectifs sociaux.

Exercice I-3
1) Définir les termes : entreprise, système, environnement de l’entreprise(3pts)
2) Donner la signification des sigles SA, et SARL(2pts)
3) En vous appuyant sur les caractéristiques de l’entreprise dite pourquoi on dit que l’entreprise
est un groupe humain conflictuel.(2pts)
4) Citer trois objectifs économiques et trois objectifs sociaux d’une entreprise. (3pts)
5) Montrer en quelques lignes comment le comportement de l’environnement de l’entreprise
peut influencer ses activités. (10pts)

Mengang Valère PLET 9


Economie d’Entreprise Première TI

Correction des Exercices


Corrigé Exercice I-1
1) Le rôle de l’entreprise s’analyse à deux niveaux : le rôle économique et le rôle social.

Au niveau économique l’entreprise a pour activité : la production des biens et service ; la


rémunération ; et l’assurance de la croissance.

Comme activité du niveau social il s’agit de créer les emplois, répartir les revenus, former le
personnel développer la localité.

2) L’entreprise s’analyse comme institution car elle dispose d’une unité de patrimoine et d’une
autonomie de décision dans l’exercice de ses fonctions. Elle dispose également d’une relative
indépendance dans sa gestion.
3) Un système est un ensemble d’éléments fonctionnant de manière harmonieuse pour atteindre
un but commun.
Le système « input-output » fonctionne comme suit : L’environnement fournit à l’entreprise
des matières premières ce sont les hommes, les capitaux et les informations ces éléments
constituent les « inputs » ou entrées. L’entreprisse transforme ces inputs sous forme de
produits finis et de services qu’elle fournit à son environnement sous forme de output ou
sorties.
4) On qualifie encore l’entreprise de groupe humain conflictuel parce qu’entre les hommes
variés que l’on retrouve en son sein surviennent très souvent de nombreux conflits qu’elle doit
aussi gérer.
5) On dit que l’entreprise est une organisation vivante parce que l’entreprise nait grandit
s’épanouit et meurt.
6) L’environnement de l’entreprise est l’ensemble des éléments externes qui ont une
influence sur l’activité de l’entreprise. Ses composants sont : Le cadre géographique (relief,
climat, végétation) ;L’état de la société (situation politique, juridique, économique…) ; Les
éléments démographiques (la population sa densité, ses goûts, ses traditions, sa religion…) ; Les
partenaires directs de l’entreprise (les fournisseurs des clients des concurrents l’Etat la
banque…).
7) La différence est que : le microenvironnement c’est l’environnement immédiat de
l’entreprise sur lequel il peut agir par sa stratégie. Il est constitué des partenaires directs à
l’entreprise. Alors que le macro environnement est celui qui détermine le cadre des activités de
l’entreprise. Il s’agit du cadre géographique, la démographie, l’état de la société, les centres de
décision externes.
8) Compte tenu de la fréquence et de l’importance des changements de l’environnement
celui-ci peut prendre plusieurs états :
 L’état stable : ici les fréquences de changement sont faibles.
 L’état transitoire : ici les fréquences de changement sont faibles mais tellement importantes.
 L’état instable : l’importance du changement est faible mais sa fréquence oblige l’entreprise à
s’adapter continuellement.

Mengang Valère PLET 10


Economie d’Entreprise Première TI

 L’état turbulent : la fréquence de changement est importante et l’entreprise est obligé


d’évoluer avec en permanence.
Corrigé Exercice I-2
1) L’entreprise est un organisme financièrement indépendant qui produit des biens et
services destinés à un marché pour réaliser un profit.
2) L’objectif principal de l’entreprise ou objectif des objectifs est la maximisation du
profit.
3) Deux opérations qui prouvent que l’entreprise veut atteindre ses objectifs sociaux :
- Pour ses faciliter l’écoulement de ses produits, l’entreprise a créé 5 points de vente et
- chaque point est doté d’une machine qui teste la qualité du cacao.
4) Deux opérations qui prouvent que l’entreprise veut atteindre sesobjectifséconomiques :
- « SABATO » a réduit de 45% le taux de chaumage dans le village et
- ses employés bénéficient d’une formation en marketing chaque année.

Corrigé ExerciceI-3
1) Définir les termes :

L’entreprise est un système de production des biens et services marchands dirigée par un centre
de décision souverainement autonome et recherchant le profit.

Un système est un ensemble d’éléments fonctionnant de manière harmonieuse pour atteindre un


but commun.

L’environnement de l’entreprise est l’ensemble des éléments externes qui ont une influence sur
l’activité de l’entreprise et qui peuvent être influencés par elle.

2) Signification des sigles : SA signifie Société Anonyme et SARL signifie Société A Responsabilité
Limité.
3) Les caractères de l’entreprisse s’analyseront à trois niveaux nous avons l’entreprise comme
institution, comme système et comme groupe de travail. La caractéristique de L’entreprise
comme groupe de travailleest celle qui permet de voir l’entreprise comme groupe humain
conflictuel. On qualifie l’entreprise de groupe humain conflictuel parce qu’entre les hommes
variés que l’on retrouve en son sein surviennent très souvent de nombreux conflits qu’elle doit
aussi gérer.
4) Citons trois objectifs économiques et trois objectifs sociaux d’une entreprise ;

Objectifs économiques :

 L’amélioration de la productivité,
 L’accroissement de la qualité et de la quantité des biens et services produits,
 Le bon choix des ressources de financement et d’investissement,
 Augmentation de la dimension ou de la taille de l’entreprise,
 Assurer l’indépendance financière de l’entreprise.

Mengang Valère PLET 11


Economie d’Entreprise Première TI

Les objectifs sociaux

 La formation du personnel,
 Maintien de l’unité sociale dans l’entreprise,
 L’amélioration des conditions de la société dans laquelle vit l’entreprise.
5) Aucune entreprise ne peut vivre repliée sur elle-même. Pour vivre l’entreprise doit interagir avec son
environnement défini comme cet ensemble d’éléments externes à l’entreprise mais avec lesquels
l’entreprise interagit. C’est dans son environnement que l’entreprise tire ses inputs et déverse ses
outputs. Les composants et les états de l’environnement de l’entreprise peuvent influencer ses activités.
Pour les composants de l’environnement on a le cadre géographique (le climat la végétation le
relief…) le climat et/ou le relief peuvent par exemple favoriser ou défavoriser un type d’activité précis ;
Les éléments démographiques (la population sa densité, ses traditions, sa religion…) ; une entreprise
installée dans une zone à forte densité a une activité intense car la demande est forte mais celle-ci
variant en fonction des traditions et des religions que l’entreprise doit prendre en compte ; Les
partenaires directs de l’entreprise comme les fournisseurs, les concurrents, l’Etat, la banque… peuvent
entrainer l’arrêt ou la relance de ses activités.
Pour les états de l’environnement on peut dire que l’état stable est favorable aux activités de
l’entreprise ; l’état transitoire et l’état instable oblige l’entreprise à réorganiser à chaque instant son
activité ; alors que l’état turbulent peut pousser à un arrêt temporaire ou définitif des activités.

Mengang Valère PLET 12


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 2 : FORMES ET CLASSIFICATION DES


ENTREPRISES

Il existe dans le monde, une multitude d’entreprises avec des formes diversifiées. Leur
classification se fait en fonction de trois grands critères : la nature de l’activité, le statut juridique
et la dimension.

I- CLASSIFICATION SELON LA NATURE D’ACTIVITE

1) Définition de Quelques Concepts


Un secteur d’activité est un ensemble d’entreprises qui exercent la même activité
principale.

Une filière d’activité est un ensemble d’entreprises qui mettent un produit à la disposition
du consommateur final, grâce à une succession d’opérations réalisées par des entreprises
différentes et qui se complètent. En d’autre terme c’estune chaine d’activités qui se complètent et
liées entre elles par des opérations d’achats et de vente. Exemple la filière bois, la filière caco…

Une branche d’activité est un ensemble d’entreprises produisant et commercialisant le


même type de produit.

Un secteur d’activité est un ensemble constitué d’entreprises qui ont la même activité
principale

2) La Classification
La classification des entreprises selon la nature de l’activité tient conte du secteur d’activité
des entreprises. C'est-à-dire de l’activité principale. L’économiste COLINK CLARK va donc classer
les entreprises en trois secteurs : le secteur primaire, le secteur secondaire et le secteur tertiaire.

 Le secteur primaire : il regroupe les entreprises qui ont pour activité principale
l’exploitation des ressources naturelles, les activités du sol et du sous sol. Les

Mengang Valère PLET 13


Economie d’Entreprise Première TI

activités du sol sont l’agriculture, la chasse, la pêche, l’exploitation forestière.


Quant-aux activités du sous sol elles font appel à l’exploitation des mines.
 Le secteur secondaire : l’activité principale ici est l’industrie c'est-à-dire la
transformation des matières premières en produits finis. On y inclut aussi les
entreprises de bâtiments et travaux publics (BTP).
 Le secteur tertiaire : il regroupe l’ensemble des entreprises donc l’activité
principale est le commerce et la prestation des services. Les entreprises
commerciales ont pour activité l’achat et la vente des biens sans transformation
quelconque. Les entreprises des services produisent des services marchands et non
marchands

II- CLASSIFICATION SELON LE STATUT JURIDIQUE

Le statut juridique distingue les entreprises en fonction de l’origine des moyens de production
on distinguera donc ici les entreprises de droit prié ou entreprises privéeslorsque les moyens de
production appartiennent à des personnes physiques de droit privé ; et des entreprises publiques
lorsque ces moyens appartiennent aux personnes morales de droit public ; les entreprises
parapubliques dans le cas de bi-appartenance.

1) Les Entreprises Privées


Les entreprises privées sont celles ou la totalité des capitaux appartient à un ou plusieurs
individus la gestion étant assurée soit par eux même soit par des dirigeants de leur choix. On
distinguera ici deux variantes, les entreprises individuelles et les entreprises sociétaires ou
sociétés.

a) Les entreprises individuelles

Une entreprise individuelle est celle ou la totalité des capitaux est la propriété d’une seule
personne et qui en assure la gestion. Elle a un caractère familial très imprégné et très souvent de
petite taille. On distingue aussi des entreprises unipersonnellesici la responsabilité des
propriétaires est limitée par leur apport en cas de faillite de l’entreprise. Les entreprises
individuelles les plus rencontrées sont :

 L’artisanat : Unité de production traditionnelle et manuelle propriété privée de l’artisan


qui en est le gestionnaire et le chef d’entreprise.
 Les entreprises de type agricole : ici il ya trois variables,
• Les faires valoir directs dans les quelles les propriétaires terriens exploitent eux
même leur terres.
• Les fermages ici les propriétaires terriens libèrent leurs terrains aux exploitants
pendant une période et reçoivent en contre partie un loyer en argent ou en nature.

Mengang Valère PLET 14


Economie d’Entreprise Première TI

• Les métayages ce sont les plantations dans lesquelles les propriétaires fournissent
les terres aux exploitants appelés ici métayers et la récolte est partagée entre les
deux parties.
b) Les entreprise sociétaires ou sociétés

Une société est une structure née d’un contrat entre deux ou plusieurs personnes qui
décident de mettre ensemble quelque chose dans le but de partager les bénéfices qui en
résulteront. On distingue trois types de sociétés les sociétés de personnes les sociétés à
responsabilité limitée et les sociétés de capitaux.

 Les sociétés de personnes

Elles sont constituées d’un nombre très réduit d’associés qui généralement se connaissent. Le
capital est divisé en parts sociales difficilement négociables. On distingue deux variantes :

• Les sociétés à nom collectif : ce sont dessociétés privées dans lesquelles les moyens
de production appartiennent à un groupe de personnes physiques solidairement
responsable des dettes en cas de faillite.
• Les sociétés en commandite simple : ce sont des sociétés ayant deux types de
d’associé, les commanditaires et les commandités.

Les commanditaires sont des associés qui apportent des fonds ; ils ne s’occupent pas de la
gestion de l’entreprise. Les commandités sont des personnes qui participent à la gestion de
l’entreprise et sont garants de sa faillite.

 Les Sociétés A Responsabilité Limité (SARL)

Les SARL sont les sociétés intermédiaires entre les sociétés de personnes et les sociétés de
capitaux. Elles sont caractérisées par un nombre réduit d’associés dont la responsabilité se limite à
la hauteur des apports (parts sociales souscrites). Les parts sociales ne sont transmises qu’avec le
consentement de tous les autres membres.

 Les sociétés de capitaux

Les sociétés de capitaux sont celles ou un grand nombre d’associés (actionnaires) qui ne se
connaissent pas mettent ensemble des capitaux et laissent la gestion à des spécialistes. Les parts
sociales sont divisées en actions négociables. On distingue ici les Sociétés à Commandite par
Action (SCA) et les Sociétés Anonymes (SA).

• Les sociétés à commandite par action fonctionnent exactement comme les sociétés
à commandite simple à la seule différence que dans les SCA les commanditaires
peuvent librement céder leurs actions.
• Les sociétés anonymes sont celles qui mettent à la disposition d’un grand publique
des actions et obligations. Ces actions sont négociables et la gestion de l’entreprise
est confiée aux directeurs qui rendent compte devant un conseil.

Mengang Valère PLET 15


Economie d’Entreprise Première TI

2) Les Sociétés Publiques


Une entreprise publique est toute unité de production ou les pouvoirs publics (l’Etat)
détiennent la totalité des capitaux et la responsabilité de la gestion. On distingue :

 Les régies ou régies directes : qui sont des unités économiques dirigées par l’Etat et qui
très souvent font le monopole du marché.
 Les offices : entreprises industrielles ou commerciales ayant une autonomie de gestion.
 Les sociétés nationalisées : les SA dont la propriété est revenue à l’Etat.

3) Les Sociétés Parapubliques


Une entreprise parapublique est celle où les capitaux et la gestion appartiennent à la fois à
l’Etat et aux personnes privées. On distingue :

 Les régies intéressées : entreprises dans lesquelles l’Etat fournit la totalité des capitaux
et fixe les conditions de gestion les gérants étant des personnes privées qui
s’intéressent au résultat et ont une rémunération bien définie.
 Les concessions : ici les capitaux sont apportés par des personnes privées et l’Etat fixe
les conditions de gestion et lui accorde des facilités d’exploitation
 Les sociétés d’économie mixte : ici l’Etat partage les capitaux avec des personnes
privées.

III- CLASSIFICATION SELON LA DIMENSION OU LA TAILLE

1) Les Critères d’Appréciation de la Dimension


La dimension ou la taille d’une entreprise peut être mesurée à partir de plusieurs critères à
savoir :

 le nombre de salariés,
 le chiffre d’affaire réalisé qui représente le montant des ventes d’un ou de plusieurs
produits effectuées par une entreprise pendant une période donnée. On parle aussi
de valeur ajouté c’est la différence entre les produits et les charges d’un ou de
plusieurs biens dans l’entreprise,
 la superficie de l’entreprise (valable surtout pour les entreprises agricoles),
 les capitaux propres utilisés,
 la part de marché. Qui est le pourcentage de marché local détenu par l’entreprise.

La notion de taille de l’entreprise est une notion relative qui varie dans le temps et dans
l’espace.

Mengang Valère PLET 16


Economie d’Entreprise Première TI

2) Classification
On distingue en fonction de la dimension les micro-entreprises ou petites entreprises ; les
petites et moyennes entreprises (PME) et les grandes entreprises. En tenant par exemple compte
du nombre de salariés travaillant dans une entreprise on peut classer les entreprises comme suit :

 Les micro-entreprises, toute entreprise ayant un nombre de salariés inférieur ou égale à


dix (10)
 Les PME : toute entreprise dont l’effectif des salariés est compris entre 10 et 200
 Les grandes entreprises ce sont les entreprises qui emploient plus de 200 salariés

Mengang Valère PLET 17


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’Application

Exercice II-1
1) Définir les expressions suivantes filière d’activité ; chaine d’activité ; secteur d’activité
2) Selon L’économiste COLINK CLARK les entreprises sont classées en trois secteurs cité les.
3) Les entreprises privées sont divisées en deux variantes cité les.
4) Définir entreprise individuelle et donné un exemple
5) Quelle différence faites-vous entre métayage et fermage
6) Quelle différence faites-vous entre commandités et commanditaires.
7) Comment appelle-t-on une société parapublique ou les capitaux sont apportés par des
personnes privées et l’Etat fixe les conditions de gestion et lui accorde des facilités
d’exploitation
8) Les régis intéressées sont un type de société parapublique définir régis intéressées et
donné deux autres exemples de sociétés parapubliques
9) Quelle est la différence entre une société en commandite simple et une société en
commandite par action. Comment appelle-t-on les détenteurs de capitaux dans ces types
de sociétés ?
10) Le sigle SA veut dire Société Anonyme, définir Société Anonyme comment appelle-t-on les
détenteurs de capitaux dans ce type de société et la rémunération qui leur est due

Exercice II-2
« MELO VOYAGE » est une PME qui exerce dans le domaine du transport interurbain des
personnes et des biens. Le capital social de cette compagnie de transport est apporté par les
membres de la famille Ndinga en collaboration avec les familles Oumarou et Koko. « MELO
VOYAGE » emploie 5 administrateurs 15 chauffeurs ayant chacun un assistant et 15 chargeurs. Les
parts sociales sont difficilement négociables.

Travail à Faire :

1) Quels sont les grands critères qui permettent de faire une classification des entreprises ?
2) En tenant compte du statut juridique dites à quelle forme de société appartient « MELO
VOYAGE » et donner trois caractéristiques de ce type de société.
3) Que signifie PME
4) Classifier « MELO VOYAGE » en tenant compte du nombre de salariés.
5) Citer 4 critères essentiels permettant d’apprécier la dimension d’une entreprise.

Exercices II-3
« SICOCAM » (Société Industrielle de Coton du Cameroun) est une société qui fabrique et
commercialise les tissus avec un effectif de 1750 salariés. La fabrication se fait à partir du coton
(matière première) acheté au Nord. Le transport de ce coton est assuré par « Doudou Voyage »
société de transport qui emploie 75 salariés. Le capital social de SICOCAM appartient à 45% à l’Etat

Mengang Valère PLET 18


Economie d’Entreprise Première TI

et le reste à une filiale Sénégalaise. SICOCAM est venu remplacer « COTONCAM » qui exerçait
dans le même secteur et qui appartenant en totalité à l’Etat. Le principal concurrent de SICOCAM
est la SA « CTM » (Coton et Tissus Moderne) dont l’activité se limite uniquement à l’achat et la
vente du coton et des tissus. CTM a un effectif de plus de 1000 salariés, et est en collaboration
avec les établissements « CISSE ». Société à nom collectif dont l’activité est l’achat et la vente de
marchandises en gros. Elle emploie 10 salariés.

Travail à Faire (TAF) :

1) Définir société à nom collectif


2) CTM est elle une entreprise industrielle ou commerciale justifiez votre réponse
3) Donner dans le texte le nom d’une entreprise industrielle
4) Classer les entreprises du texte en utilisant le tableau suivant :

Types de sociétés Noms des sociétés


Sociétés parapubliques
Sociétés d’économie mixte
Sociétés privées
Sociétés du secteur primaire
Sociétés du secteur secondaire
Sociétés du secteur tertiaire
PME
Grandes entreprises
Entreprises publiques

CORRECTION DES EXERCICES

Corrigé Exercice II-1


1) Définition des expressions
Une filière d’activitéc’est un ensemble d’entreprises qui se complètent et qui réalisent une
succession d’opérations pour mettre un produit à la disposition du consommateur final. En
d’autre terme c’estune chaine d’activités qui se complètent et liées entre elles par des
opérations d’achats et de vente.
Une branche d’activité est un ensemble d’entreprises produisant et commercialisant le même
type de produit.
Secteur d’activité : ensemble constitué des entreprises ayant une même activité principale
2) Les trois secteurs d’activité définis par COLINK CLARK sont : le secteur primaire, le secteur
secondaire et le secteur tertiaire

Mengang Valère PLET 19


Economie d’Entreprise Première TI

3) Les entreprises privées sont divisées en deux variantes on a : les entreprises individuelles
et les entreprises sociétaires ou sociétés
4) Une entreprise individuelle est celle ou la totalité des capitaux est la propriété d’une seule
personne et qui en assure la gestion. Elle a un caractère familial et très souvent de petite
taille. Exemple : l’artisanat ; les entreprises de type agricole
5) Les fermages sont un exemple d’entreprise de type agricole ou les propriétaires terriens
libèrent leur terrain aux exploitants pendant une période et reçoivent en contre partie un
loyer en argent ou en nature. Alors que pour Les métayages les propriétaires fournissent
les terres aux exploitants appelés ici métayers et la récolte est partagée entre les deux
parties.
6) La différence est que Les commanditaires sont des associés qui apportent des fonds ; ils ne
s’occupent pas de la gestion de l’entreprise alors que Les commandités sont des personnes
qui participent à la gestion de l’entreprise et sont garant de sa faillite.
7) Une société ou les capitaux sont apportés par des personnes privées et l’Etat fixe les
conditions de gestion et lui accorde des facilités d’exploitation est appelée concession
8) Les régies intéressées : entreprises dans lesquelles l’Etat fournit la totalité des capitaux et
fixe les conditions de gestion les gérants étant des personnes privées qui s’intéressent au
résultat et ont une rémunération bien définie. Deux autres exemples de sociétés
parapubliques sont les concessions et les sociétés à économie mixte
9) Les sociétés en commandite simple sont des sociétés ayant deux types d’associés : les
commanditaires et les commandités alors que Les sociétés à commandite par action
fonctionnent exactement comme les sociétés à commandite simple à la seule différence
que dans ici les commanditaires peuvent librement céder leurs actions.
Les détenteurs de capitaux dans ce type de sociétés sont appelés les commanditaires.
10) Le cigle SA veut dire Société Anonyme, définir Société Anonyme comment appelle-t-on
Les détenteurs de capitaux dans les SA sont les actionnaires et la rémunération qui leur est
due est appelée dividende

Corrigé Exercice II-2


1) La classification des entreprises se fait en fonction de trois grands critères : la nature de
l’activité, du statut juridique et de la dimension.
2) En tenant compte du statut juridique « MELO VOYAGE » est une société de personnes. Ce
type de société se caractérise par :
- Un nombre réduit d’associés qui se connaissent
- Le capital est divisé en part sociale difficilement négociables
- Les associés sont en totalité responsables des dettes de la société en cas de faillite
3) PME veut dire Petite et Moyenne Entreprise ce sont des entreprises de petite et moyenne
taille qui emploient moins de 200 salariés.
4) « MELO VOYAGE » emploie moins de 200 salariés donc c’est une PME
5) Critères permettant d’apprécier la dimension d’une entreprise
- le nombre de salariés,
- le chiffre d’affaire réalisé
- la superficie de l’entreprise

Mengang Valère PLET 20


Economie d’Entreprise Première TI

- les capitaux propres utilisés,


- la part de marché.

Corrigé Exercices II-3


1) Une société à nom collectif est unesociété privée dans laquelle les moyens de production
appartiennent à un groupe de personnes physiques solidairement responsable des dettes en
cas de faillite.
2) CTM est une entreprise commerciale car son activité se limite uniquement à l’achat et la
vente du coton et des tissus.
3) Le nom d’une entreprise industrielle dans le texte : SICOCAM
4) Classification des entreprises du texte en utilisant le tableau

Types de sociétés Noms des sociétés


Sociétés parapublique SICOCAM,
Sociétés d’économie mixte SICOCAM,
Sociétés privées Doudou Voyage, CTM, CISSE
Société du secteur primaire
Société du secteur secondaire SICOCAM, COTONCAM
Société du secteur tertiaire Doudou Voyage, CTM, COTONCAM
PME Doudou Voyage, CISSE
Grandes entreprise SICOCAM, CTM, COTONCAM
Entreprises publiques COTONCAM

Mengang Valère PLET 21


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 3 : ORGANISATION DES ENTREPRISES

L’entreprise est une structure organisée et hiérarchisée. Elle est créée pour des missions et des
buts bien précis. Sa performance dépend du type et de l’efficacité de son organisation.

I- LES FONCTIONS DE L’ENTRPRISE

1) Définitions
La fonction est un domaine d’activité relativement homogène contribuant à la réalisation d’un
même objectif. En d’autres termes une fonction est un ensemble d’activités confiées à plusieurs
services et qui concours à un même but.

Un service est un ensemble de moyens matériels, financiers et humains mis en commun pour
l’exécution d’une activité et sur l’autorité d’un responsable. Ou encore c’est un groupe de
personnes disposant des moyens matériels et financiers et qui exécutent une tâche sous la
direction d’un chef.

une entreprise. On a :

 La fonction de direction ou administrative : c’est l’organe dirigeante ; elle détermine les


objectifs de l’entreprise et définit sa politique générale. Selon Henry Fayol cinq principes
ou clés définissent la fonction administrative à savoir: prévoir, organiser, commander,
coordonner, et contrôler.
 La fonction financière et comptable : elle gère les ressources financières de l’entreprise à
travers la collecte et la répartition des capitaux
 La fonction technique : pour la production des biens et services
 La fonction commerciale : elle est chargée de la vente
 La fonction d’approvisionnement : pour l’achat et la gestion des stocks de matières
premières
 La fonction personnelle ou sociale : pour la gestion des ressources humaines.
II- LA STRUCTURE DE L’ENTREPRISE

1) Définition

Mengang Valère PLET 22


Economie d’Entreprise Première TI

La structure est la manière dont sont répartis les tâches les responsabilités et les pouvoir de
décision dans une entreprise. Les éléments qui permettent de définir la structure formelle d’une
entreprise sont : la nature de l’activité de l’entreprise, la taille de l’entreprise et la longueur du
cycle d’exploitation de l’entreprise.

2) Rôle et Objectif de l’Entreprise


La structure a pour rôle de recueillir, d’élaborer et de transmettre les informations facilitant la
coordination du système qui est l’entreprise. Et son objectifs est de :

 Etablir les attributions d’exercice de chacun dans entreprise ;


 De fixer les taches à effectuer pour chaque responsable c'est-à-dire organiser les activités
de l’entreprise;
 De préciser les relations qui devront exister entre les services.

3) Classification des Entreprises


On distingue trois types de structures : la structure hiérarchique, la structure fonctionnelle et la
structure hiérarchico-fonctionnelle

a- La structure hiérarchique linaire

Elle est proposée par Henry Fayol. Ici tout employé est sous les ordres de son chef
hiérarchique directe. C’est une structure simple qui présente l’unité de commande, une bonne
coordination et qui précise les responsabilités tout en limitant les conflits d’autorités. Comme
avantages on peut dire que cette structure est facile à comprendre de par ses principes, elle
définit clairement le partage des tâches, elle évite les conflits entre chefs. Et comme inconvénients
cette structure est trop rigide, elle ne permet pas aux subordonnées de prendre des initiatives,
l’information circule lentement.

Elle se schématise comme suit :

Directeur Général

Directeur
Mengang financier
Valère PLET Directeur commercial Directeur technique
Mengang Valère PLET 23
Economie d’Entreprise Première TI

Exemple de schéma de la Structure Linéaire ou Hiérarchique

b- La structure fonctionnelle

Celle-ci, aussi proposé par Fayol, est fondée sur le principe de compétence et de la pluralité
des chefs hiérarchiques. Chaque subordonné peut recevoir des ordres provenant de plusieurs
chefs hiérarchiques spécialisés chacun dans son domaine. Comme avantage cette structure
améliore l’efficacité du chef hiérarchique et il y a rapidité dans la prise de décision ; et comme
inconvénient il y a difficulté de coordination, risque de conflits et l’imprécision dans les décisions.
Sa représentation schématique est la suivante :

Directeur Général

Directeur financier Directeur commercial Directeur technique

Comptable Chef des Chef des Chef Chef


ventes produits Atelier A Atelier B

Exemple de Schéma de la Structure Fonctionnelle

c- La structure hiérarchico-fonctionnelle

Cette structure est appelée en anglais Staff and line elle combine les deux précédentes pour
combler leurs insuffisances. C'est-à-dire qu’elle allie le principe de l’unité de commande de la
structure hiérarchique avec le principe de spécialisation des tâches de la structure fonctionnelle
pour mettre sur pied un conseil dit « Etat Major » lequel est constitué de spécialistes de divers
domaines. Il existe ici deux types de relations :

 La relation line pour les chefs opérationnels qui donnent les commandes directes aux
employés.
 La relation staff pour les chefs fonctionnels ou le conseil qui donnent des informations et
des conseils aux chefs opérationnels pour la prise de décision.

Mengang Valère PLET 24


Economie d’Entreprise Première TI

Comme avantages on peut dire que cette structure maintient l’unité de commande tout en
apportant aux chefs opérationnels les compétences des chefs fonctionnels. Le rendement des
chefs opérationnels est amélioré puisqu’ils bénéficient des conseils de « l’Etat major ». Et comme
inconvénient cette structure crée des risques de conflits d’autorité entre les chefs. Sa
représentation est la suivante :

Directeur Général

ETAT MAJOR : groupe de


conseillers à des domaines variés

Directeur financier Directeur commercial Directeur technique

Comptable Chef des Chef des Chef Chef


ventes produits Atelier A Atelier B

Exemple de Schéma de la Structure Hiérarchico-fonctionnelle

c) Autres types de structures

La structure centralisée (la centralisation)c’est celle qui concentre tous les pouvoirs de décision
entre les mains d’un seul grand chef situé au sommet de la hiérarchie

La structuredécentralisée (décentralisation) est celle qui prône la répartition du pouvoir entre


plusieurs personnes situées à des niveaux hiérarchiques différents.

La structure fonctionnelle est celle représentée par un organigramme fait à partir des grandes
fonctions de l’entreprise.

La structure par produit est celle représentée par un organigramme fait à partir des différents
types de produits de l’entreprise.

La structure géographique est celle représentée par un organigramme fait à partir des différentes
zones d’implantation de l’entreprise.

III- L’ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE

1) Définition et Rôle

Mengang Valère PLET 25


Economie d’Entreprise Première TI

L’organigramme est un schéma qui représente la structure interne d’une entreprise. il a pour
rôle de préciser la répartition des tâches ; de ressortir les niveaux hiérarchiques et les liaisons
existants entre les différents services telles que les liaisons hiérarchiques et les liaisons
fonctionnelles.

2) Importance
L’organigramme est important dans une entreprise car il est:

 Un instrument d’information du personnel


 Un élément d’analyse de l’organisation de l’entreprise permettant de détecter les lacunes
et les dualités (une personne qui fait deux tâches à la fois).
 Instrument de diagnostique et de prévision

3) Les Types d’Organigrammes


Généralement on distingue quatre types d’organigrammes :

 L’organigramme normalisé
 L’organigramme en bannières (bandes)
 L’organigramme en trèfles
 L’organigramme circulaire

Nous nous intéresserons à la schématisation des deux premiers c’est-à-dire l’organigramme


normalisé et l’organigramme en bannières.

Représentation schématique de l’organigramme en bannière

DirecteurGénér 1er niveau


al hiérarchique

Mengang Valère PLET Directeur


Directeur Directeur 26
2e niveau
financier commercial technique hiérarchique
Economie d’Entreprise Première TI

Représentation schématique de l’organigramme Normalisé

DG de
l’entreprise

Directeurs

Chefs de
services

Sous chefs de
services

Employés

Effectifs

Attributions

Couleur

Mengang Valère PLET 27


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application

Exercice III-1
1) Définir les termes suivants : fonction, service, structure, organigramme
2) Quels sont les éléments qui permettent de définir la structure formelle d’une entreprise ?
2) Pour Henry Fayol combien de fonctions peuvent être distinguées dans une entreprise? citez
en quatre
3) Citer les cinq clés qui définissent la fonction administre
4) Quel est le rôle de la structure dans une entreprise ?
5) Donner deux avantages et deux inconvénients de la structure hiérarchique linéaire
6) Différencier la structure hiérarchique linéaire et la structure fonctionnelle
7) Citer les deux types de relations qui existent dans une La structure hiérarchico-fonctionnelle
8) Donner l’importance d’un organigramme dans une entreprise
9) Citer les quatre types d’organigrammes que peut adopter une entreprise

Exercice III-2
L’entreprise « YAYIS » est spécialisée dans la production et la vente des produits
cosmétiques. Sa structure interne se présente comme suit :

- Directeur général : M. NNJOH


- Directeur des études : M. NJIKAM
- Directeur technique : M. BELO
- Directeur commercial : Mme MBASSI

Tous les directeurs reçoivent les ordres du DG qui est l’instance suprême de l’entreprise. M. BELO
est assisté de M. TABA et de Mlle MAYO, respectivement chef service de fabrication et chef
service du matériel.

Travail A Faire (TAF)

1°) Présenter l’organigramme en bannière de cette structure.

2°) Combien y’a-t-il de niveaux hiérarchiques dans cet organigramme ?

3°) donner à travers 2 arguments, l’utilité de l’organigramme d’une entreprise.

4°) quelles sont les limites de l’organigramme d’une entreprise ?

5°) Quel est le rôle de la direction technique dans une entreprise ?

Exercice III-3
« Delano jojo » est une entreprise privée qui fabrique et commercialise l’huile végétale son
organisation structurelle est schématisée dans l’organigramme ci-dessous :

Mengang Valère PLET 28


Economie d’Entreprise Première TI

Directeur Général

M. MBAPE

Directeur financier Directeur commercial Directeur technique

M. Ndogmo Mme Ebon M. EKORO

Chef Chef des ventes Chef des produits Chef Atelier A Chef Atelier B
Comptable
M. Delano M. Efemba Mme Melia M. Afana M. Nonos

Vendeur
Caissier Vendeur Vendeur
Diego
Salissou Matias
M. Olinga

Travail A Faire :

1) De quel type de structure interne s’agit-il justifiez votre réponse.


2) Combien de niveaux hiérarchiques compte cet organigramme ? Citez-les
3) Donner deux principes essentiels de cette structure.
4) Donner deux avantages et deux inconvénients liés à ce type de structure.
5) Etablir l’organigramme normalisé de la structure de cette entreprise.

Correction des Exercices


Corrigé Exercice III-1
1) Définition

La fonction est un domaine d’activité relativement homogène contribuant à la réalisation d’un


même objectif.

Un service est un ensemble de moyens matériels, financiers et humains mis en commun pour
l’exécution d’une activité et sur l’autorité d’un responsable.

L’organigramme est un schéma qui représente la structure interne d’une entreprise.

Mengang Valère PLET 29


Economie d’Entreprise Première TI

La structure est la manière dont sont répartis les tâches les responsabilités et les pouvoir de
décision dans une entreprise.

2) Les éléments qui permettent de définir la structure formelle d’une entreprise sont : la
nature de l’activité de l’entreprise, la taille de l’entreprise et la longueur du cycle
d’exploitation de l’entreprise.
3) pour Henry Fayol six fonctions peuvent être distinguées dans une entreprise. On a :
 La fonction de direction ou administrative : c’est l’organe dirigeante ; elle détermine les
objectifs de l’entreprise et définit sa politique générale ;
 La fonction financière et comptable : elle gère les ressources financières de l’entreprise
à travers la collecte et la répartition des capitaux ;
 La fonction technique : pour la production des biens et services ;
 La fonction commerciale chargée de la vente ;
 La fonction d’approvisionnement pour l’achat et la gestion des stocks de matières
premières ;
 La fonction personnelle ou sociale pour la gestion des ressources humaines.
4) Les cinq principes ou clés qui définissent la fonction administrative selon Henry Fayol sont:
prévoir, organiser, commander, coordonner, et contrôler.
5) La structure a pour rôle de recueillir, d’élaborer et de transmettre les informations
facilitant la coordination du système qui est l’entreprise.
6) Comme avantage cette structure améliore l’efficacité du chef hiérarchique et il y a rapidité
dans la prise de décision ; et comme inconvénient il y a la difficulté de coordination, le
risque de conflits et l’imprécision dans les décisions. Sa représentation schématique est la
suivante :
7) Ces deux structures ont été proposées par Henry Fayol. Dans la structure hiérarchique tout
employé est sous les ordres de son chef hiérarchique directe c’est une structure simple qui
présente l’unité de commande, une bonne coordination et qui précise les responsabilités
tout en limitant les conflits d’autorités. Alors que la structure fonctionnelle est fondée sur
le principe de compétence de la pluralité des chefs hiérarchiques. Chaque subordonné
peut recevoir des ordres provenant de plusieurs chefs hiérarchiques spécialisés chacun
dans son domaine.
8) Les deux types de relations qui existent dans une La structure hiérarchico-fonctionnelle
sont : La relation line pour les chefs opérationnels qui donnent les commandes directes aux
employés.
La relation staff pour les chefs fonctionnels ou le conseil qui donnent des informations et
des conseils aux chefs opérationnels pour la prise de décision.
9) L’organigramme est important dans une entreprise car il est:
 Un instrument d’information du personnel
 Un élément d’analyse de l’organisation de l’entreprise permettant de détecter les lacunes
et les dualités (une personne qui fait deux tâches à la fois).
 Instrument de diagnostique et de prévision
10) Généralement on distingue quatre types d’organigrammes :
 L’organigramme normalisé

Mengang Valère PLET 30


Economie d’Entreprise Première TI

 L’organigramme en bannières (bandes)


 L’organigramme en trèfles
 L’organigramme circulaire

Corrigé Exercice III-2


1°) présentons l’organigramme en bannière de la structure interne de l’entreprise « YAYIS »

Directeur
GénéralM. NJOH

Directeur des Etudes Directeur Technique Directeur Commercial


M. NJIKAM M. BELO Mme MBASSI

Chef de service de Chef de service du


fabrication M.TABA matériel Mlle MAYO

2°) Il existe trois niveaux hiérarchiques dans cet organigramme

- Le niveau du Directeur général ;


- Le niveau des directeurs de fonction (Etudes, Techniques, Commerciale)
- Le niveau des chefs services

3°) utilité de l’organigramme d’une entreprise

L’organigramme d’une entreprise est utile pour plusieurs raisons car c’est pour l’entreprise :

 Un instrument d’information du personnel ;


 Un instrument de diagnostique et de prévision ;
 Un instrument d’analyse et de contrôle qui permet de déceler les erreurs d’organisation

4°) les limites d’organigramme d’une entreprise :

L’organigramme d’une entreprise étant un schéma simplifié de sa structure interne, présente des
limites (des insuffisantes) car :

- Il ne fait pas ressortir toutes les réalités qui existent dans l’entreprise
- Il ne matérialise pas les relations informelles qui existent dans l’entreprise

5°) rôle de la direction technique dans une entreprise

Cette direction (encore appelée la fonction de production) assure la production des biens à partir
de la combinaison optimale des facteurs de production de l’entreprise.

Mengang Valère PLET 31


Economie d’Entreprise Première TI

Corrigé Exercice III-3


1) Le type de structure interne dont-il est question ici est la structure fonctionnelle car on
constate que chaque subordonné peut recevoir des ordres provenant de plusieurs chefs
hiérarchiques spécialisés chacun dans son domaine.
2) Cet organigramme compte quatre niveaux hiérarchiques :
- le niveau de directeur général (au sommet),
- le niveau des directeurs de fonctions, (financier, commercial, technique)
- le niveau des chefs services, (comptable, ventes, produits, ateliers)
- le niveau des employés (caissier, vendeurs).
3) Les deux principes essentiels de cette structure sont : le principe de la performance et le
principe de la pluralité des chefs hiérarchiques.
4) Comme avantages cette structure améliore l’efficacité du chef hiérarchique et il y a
rapidité dans la prise de décision ; et comme inconvénients il y a difficulté de coordination,
risque de conflits et l’imprécision dans les décisions.
5) Organigramme normalisé de la structure de cette entreprise.

Directeur Général
(M.MBAPE)

Directeur financier Directeur commercial Directeur technique


(M. Ndogmo) (Mme. Ebon) (M. Ekoro)

Chef Comptable Chef des ventes Chef des produits


(M. Delano) (Mme. Melia) Chef Atelier A Chef Atelier B
(M. Efemba)
(M. Afana) (M. Nonos)

Caissier Vendeur Vendeur Vendeur


(M. Olinga) (M. Diego) (M. Salissou) (M. Matias)

Mengang Valère PLET 32


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 4 : L’ENTREPRISE ET LE MARCHE

L’entreprise est une entité économique qui produits des biens et services destinés à un
marché en vu de réaliser un profit. Une bonne maitrise de ce marché est donc indispensable pour
la prise des décisions commerciales et la maximisation du profit de l’entreprise.

I- LA NOTION DE MARCHE

1) Définition
Le marché est le lieu de rencontre de l’offre et de la demande. On peut encore définir le
marché comme un lieu géographique ou les vendeurs (offreurs) mettent des biens et services à la
disposition des acheteurs (demandeurs) à des prix fixés.

2) Les Caractéristiques du Marché


Trois éléments importants permettent de caractériser un marché : l’offre la demande et le prix

 L’offre est la quantité des biens et services mis sur un marché par les offreurs à la
disposition des demandeurs.
 La demande est la quantité de bien et services que les demandeurs sont prêt à acheter
dans un marché à un prix donné.
 Le prix est la valeur d’un bien ou d’un service estimée en monnaie et effectivement
échangé dans un marché.

Ce sont dont ces trois éléments qui caractérisent un marché et sont interdépendants c'est-à-
dire c’est la combinaison de l’offre et de la demande qui permettent de déterminer le prix selon
une loi qu’on appelle « la loi de l’offre et de la demande ». La loi de l’offre et de la demande
stipule que :

 Lorsque l’offre est supérieure à la demande le prix baisse sur le marché.


 Lorsque la demande est supérieure à l’offre le prix augmente sur le marché.
 Lorsque la demande est égale à l’offre le prix est constant sur le marché, on
parle encore de stabilité des prix

Mengang Valère PLET 33


Economie d’Entreprise Première TI

3) Les Types de Marchés de l’Entreprise


On distingue plusieurs types de marchés. Ceux-ci sont classés en fonction d’uncertains nombre
de critères comme :

 Le critère du type de produit, on distingue ici deux types de marchés :


 Le marché de biens avec deux variantes le marché des biens de production (cacao,
café) et le marché de biens de consommation final (chocolat, le nescafé)
 le marché de services.
 Le critère de l’étendue géographique, ici on classe les marchés en quatre types :
 le marché local, c’est celui ou les acteurs (demandeurs et offreurs) se trouvent au
alentour du territoire d’implantation de l’entreprise.
 Le marché national ou intérieur, ici les acteurs se retrouvent à l’intérieur d’un
même pays.
 Le marché régional ou sous régional, il concerne les pays qui ont en commun un
certain nombre d’accords de partenariat. Exemple le marché de la CEMAC
 Le marché international ou externe qui s’effectue avec des acteurs provenant des
pays étrangers.
 Le critère du nombre d’intervenants : il s’agit du nombre d’offreurs et du nombre de
demandeurs qui exercent dans le marché. on peut donc citer ici :
 le marché de monopole, dans ce type de marché on a affaire à un seul offreur pour
plusieurs demandeurs.
 Le marché d’oligopole, ici on a un petit nombre d’offreurs et plusieurs demandeurs.
 Le marché d’oligopsone, dans celui-ci on a un petit nombre de demandeurs et un
petit nombre d’offreurs.
 Le marché de concurrence pure et parfaite dans ce dernier type on a plusieurs
demandeurs et plusieurs offreurs.
 Le critère de type de consommateur : en termes de consommateurs nous distinguons les
non consommateurs relatifs qui sont des personnes qui ne consomment pas encore les
produits de l’entreprise mais qui les consommeront dès que les conditions seront
favorables. Les non consommateurs absolus c’est l’ensemble de personnes qui ne
pourront jamais consommer les produits de l’entreprise. Ce critère permet de classer les
marchés en trois types :
 le marché actuel de l’entreprise ou marché réel qui est constitué de l’ensemble de
clients qui consomment actuellement les produits de l’entreprise.
 Le marché potentiel ou marché théorique est un marché constitué par l’ensemble
des consommateurs actuels ou réels et des non consommateurs relatifs.
 Le marché de concurrence qui est constitué de l’ensemble des clients qui achètent
les produits des entreprises concurrentes.

Remarque : le marché globald’un produit de l’entreprise représente l’ensemble des demandes et


des offres du produit de l’entreprise à un moment donné et à lieu précis.

Mengang Valère PLET 34


Economie d’Entreprise Première TI

La part de marché de l’entreprise (pme) pour un bien donné est la portion de la demande totale
de ce bien sur le marché qui revient à l’entreprise.

‫ݐ݅ݐ݊ܽݑݍ‬é ݀݁ ‫݈ ݎܽ݌ ݁ݑ݀݊݁ݒ ݐ݅ݑ݀݋ݎ݌‬′݁݊‫݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ‬


pme(en quantité) = ∗ 100
‫ݐ݅ݐ݊ܽݑݍ‬é ݀݁ ‫݈ ݎܽ݌ ݁ݑ݀݊݁ݒ ݐ݅ݑ݀݋ݎ݌‬′ ݁݊‫݉ ݈ܽ ݁݀ ݏ݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ݊݁ ݏ݁݀ ݈ܾ݁݉݁ݏ‬ê݉݁ ܾ‫ܿ݊ܽݎ‬ℎ݁

Ou

ܿℎ݂݂݅‫݀ ݁ݎ‬′ ݂݂ܽܽ݅‫ݎ ݁ݎ‬é݈ܽ݅‫ݏ‬é ‫݈ ݎܽ݌‬′ ݁݊‫ݐ݅ݑ݀݋ݎ݌ ݈݁ ݎݑ݋݌ ݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ‬


pme(en valeur) = ∗ 100
݈݁ ܿℎ݂݂݅‫݀ ݁ݎ‬′ ݂݂ܽܽ݅‫ݎ݁ݎ‬é݈ܽ݅‫ݏ‬é ‫݈ ݎܽ݌‬′ ݁݊‫݉ ݈ܽ ݁݀ ݏ݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ݊݁ ݏ݁݀ ݈ܾ݁݉݁ݏ‬ê݉݁ ܾ‫ܿ݊ܽݎ‬ℎ݁

II- ETUDE DU MARCHE DE L’ENTREPRISE

1) Définition et Objectifs
L’étude du marché est l’analyse et la recherche des données qualitatives et quantitatives de
l’offre et de la demande dans le but de prendre une décision commerciale. Elle a pour objectifs de
recueillir des informations nécessaires à la prise de décision ; elle permet également de
déterminer les besoins réels du marché en vu d’adapter le produit à ces besoins, et en fin elle
permet de recueillir les informations concernant les concurrents. Les éléments nécessaires pour
une étude de marché sont :

Les demandeurs, les fournisseurs, les distributeurs, les concurrents, l’environnement de


l’entreprise, le prix, produit, la communication.

2) Les Techniques d’Etude du Marché et d’Enquête


On distingue généralement comme techniques d’étude de marché, les études primaires et les
études documentaires.

 Les étudesprimairessont les études menées au niveau le plus proche de l’entreprise et


permettent de prendre des décisions commerciales.
 Les études documentaires consistent à recueillir les informations à partir des données
disponibles dans l’entreprise. Ces informations peuvent être internes c’est à dire les
informations obtenues à l’intérieur de l’entreprise. Ou externes hors de l’entreprise.
• Les informations internes ont pour source l’analyse des ventes du passé, les contes
rendues des réunions, les fiches de prospection des clients de l’entreprise, les
entretiens avec les membres, les rapports d’activité de l’entreprise.
• Les informations externes elles tirent leurs origines des journaux et revues, des
articles et publications des ambassades des institutions en charge du
développement économique, des ministères…
 Les techniques d’enquête on distingue les techniques ou études qualitatives (qui
réunissent les informations qui décrivent le comportementdes individus impliqués dans

Mengang Valère PLET 35


Economie d’Entreprise Première TI

l’étude) et les techniques ou études quantitatives (qui concernent les éléments chiffrés
nombre de consommateurs actuels potentiels…). Comme techniques d’enquête on a donc
les sondages, les tests, les interviews, les marchés-test.

Les marchés-test sont des marchés représentatifs des marchés globaux qui permettent
d’expérimenter la vente d’un produit.

III- L’ENVIRONNEMENT

1) Définition et Aspect de l’Environnement


L’environnement du marché est l’ensemble des sous systèmes qui tournent autour du marché
et qui peuvent l’influencer. L’environnement du marché se présente très souvent sous trois
aspects :

 L’environnement technique, car les progrès ou l’évolution technologique put avoir une
influence sur le marché de l’entreprise ;
 L’environnement institutionnelil est question de considérer l’impacte des contraintes
réglementaires et légales ;
 L’environnement socioculturel il s’agit des comportements, de la culture et des mœurs des
acteurs du marché.

L’environnement de l’entreprise est composé de plusieurs intervenants. Ce sont des personnes


physiques ou morales qui interviennent directement ou indirectement sur le marché et qui
peuvent l’influencer. On a par exemple les acheteurs ou demandeurs, les fournisseurs ou offreurs,
les distributeurs, les concurrents…

2) Segmentation du Marché
Segmenter un marché c’est diviser celui-ci en sous-groupes homogènes suivant des critères
bien définis. L’objectif de la segmentation est de définir et de déterminer les propriétés et les
besoins réels de chaque segment pour proposer des produits satisfaisants et conformes à ces
besoins. Les critères de segmentation d’un marché sont :

 Les critères sociodémographiques ;


 Les critères socioéconomiques ;
 Les critères psychologiques ;
 Les critères géographiques.

Mengang Valère PLET 36


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
Exercice IV-1
1) Définir les expressions suivants : marché ; marché global d’un produit ; la part de marché de
l’entreprise (pme) ; étude de marché ; la segmentation du marché, l’environnement du marché.
2) Trois éléments importants permettent de caractériser un marché, citez les explicitement.
3) Enoncer les trois règles stipulées par la loi de l’offre et de la demande ?
4) Les marchés sont classés en fonction d’un certain nombre de critères. Citer quatre types de
marchés qui existent selon le critère du nombre d’intervenants.
5) Quel est l’objectif d’une étude de marché ?
6) Citer les éléments nécessaires pour une étude de marché
7) Qu’entant-on par marché-test dans les techniques d’enquête ?
8) Quels sont les objectifs de la segmentation ?
9) Donner quatre critères de segmentation d’un marché
10) Donner trois exemples d’intervenants dans l’environnement du marché

Exercice IV-2
Pour payer ses fonctionnaires, le gouvernement de l’Etat d’ABANGMINOM les oblige à s’affilier aux
trois institutions financières suivantes : DelanoMonney, JOJObanck et Totofinance. Le personnel de l’Etat
est réparti dans les services publics. Le reste de la population exerçant dans le secteur privé ne pourra
jamais bénéficier des services de ces trois institutions spécialisées dans la gestion des fonctionnaires. Le
pays a 4 écoles de formation pour la formation et le recrutement de son personnel: l’EMIA avec 3000
étudiants, l’ENS avec 15 00 étudiants, le CUSS avec 2 000 étudiants et l’ENAM avec 500 étudiants. Les
statistiques de 2013 ont évalué la population totale de ce pays à 3 000 000 d’habitants. DelanoMonney
compte 700 000 clients (salariés) ; JOJObanck150 000 et Totofinance 120 000. Un salarié ne peut s’affilier
qu’à une seule banque mais peut changer selon ses préférences.

Travail à faire :

1) En fonction du critère de type de produit on distingue deux types de marchés citez les et dites lequel
correspond aux trois entreprises qui gèrent le personnel de l’Etat d’ABANGMINOM
2) Selon le critère de type de consommateur définir les expressions suivantes : marché actuel de
l’entreprise, marché potentiel marché de la concurrence, non consommateurs relatifs non
consommateurs absolus
3) Compléter le tableau suivant :
Marché Marché de la Marché Non Non consommateurs
actuel concurrence potentiel consommateursrelatifs absolus
JOJObanck
DelanoMonney
Totofinance

Exercice IV-3

Mengang Valère PLET 37


Economie d’Entreprise Première TI

« Mad-oilcompany » est une SA qui fabrique et commercialise le beurre « JADIDA ». Le prix de ce


produit est fixé par l’Etat et s’élève à 1000fr CFA le Kilogramme. Pour se moderniser cette SA doit faire une
étude de marché à la fois primaire et documentaire à fin de recueillir les informations lui permettant de
produire un beurre répondant aux exigences des clients. Les données statistiques ont estimé le marché
global du beurre pour l’année 2013 à 600 000 000. La quantité vendue par les entreprises de cette branche
est de 120 000 000 Kg. «Delanojojo » en a vendu 15 000 000 Kg.

Travail A Faire (TAF)

1) Lors de son étude de marché l’entreprise utilise les techniques quantitatives et les techniques
qualitatives. Quelle est la différence entre ces deux techniques
2) Que veut dire étude documentaire ? Donnez les deux types d’informations nécessaires à cette
étude.
3) Quelle est l’utilité de l’étude de marché pour une entreprise
4) Qu’entend-t-on par marché global d’un produit
5) Calculer la part de marché de l’entreprise (pme) en quantité et en valeur

Correction des Exercices


Corrigé Exercice IV-1
1) Le marché est le lieu de rencontre de l’offre et de la demande. On peut encore définir le marché
comme un lieu géographique ou les vendeurs (offreurs) mettent des biens et services à la
disposition des acheteurs (demandeurs) à des prix fixés.
L’étude du marché est l’analyse et la recherche des données qualitatives et quantitative de
l’offre et de la demande dans le but de prendre une décision commerciale.
L’environnement du marché est l’ensemble des sous systèmes qui tournent autour de celui-ci et
qui peuvent l’influencer.
La Segmentationd’un marché c’est le fait de diviser celui-ci en sous-groupes homogènes suivant
des critères bien définis.
Le marché global d’un produit del’entreprisereprésente l’ensemble des demandes et des offres
du produit de l’entreprise à un moment donné et à lieu précis.
La part de marché de l’entreprise (pme) pour un bien donné est la portion de la demande totale
de ce bien sur le marché qui revient à l’entreprise.
2) Citons explicitement les trois éléments qui permettent de caractériser un marché
 L’offre est la quantité des biens et services mis à la disposition des demandeurs sur un
marché par les offreurs.
 La demande est la quantité de bien et services que les demandeurs sont prêt à acheter
dans un marché à un prix donné.
 Le prix est la valeur d’un bien ou d’un service estimée en monnaie et effectivement
échangé dans un marché.

Mengang Valère PLET 38


Economie d’Entreprise Première TI

3) « la loi de l’offre et de la demande » celle-ci stipule que :


- Lorsque l’offre est supérieure à la demande le prix baisse sur le marché
- Lorsque la demande est supérieure à l’offre le prix augmente sur le marché
- Lorsque la demande est égale à l’offre le prix est constant sur le marché
4) Selon le critère du nombre d’intervenants on peut donc citer :
 Le marché de monopole dans ce type de marché on affaire à un seul offreur pour plusieurs
demandeurs.
 Le marché d’oligopole ici on a un petit nombre d’offreurs et plusieurs demandeurs.
 Le marché d’oligopsone dans celui-ci on a un petit nombre de demandeurs et un petit
nombre d’offreurs.
 Le marché de concurrence pure et parfaite dans ce dernier type on a plusieurs demandeurs
et plusieurs offreurs
5) L’étude de marché a pour objectifs de recueillir des informations nécessaires à la prise de
décision ; de déterminer les besoins réels du marché en vu d’adapter le produit à ces
besoins, et en fin de recueillir les informations concernant les concurrents.
6) Les éléments nécessaires pour une étude de marché sont : les demandeurs, les
fournisseurs, les distributeurs, les concurrents, l’environnement de l’entreprise, le prix, le
produit, la communication.
7) Les marchés-test sont des marchés représentatifs des marchés globaux qui permettent
d’expérimenter la vente d’un produit.
8) L’objectif de la segmentation est de définir et de déterminer les propriétés et les besoins
réels de chaque segment pour les proposer des produits satisfaisants.
9) Les critères de segmentation d’un marché sont :
 Les critères sociodémographiques ;
 Les critères socioéconomiques ;
 Les critères psychologiques ;
 Les critères géographiques.
10) L’environnement de l’entreprise est composé de plusieurs intervenants. Ce sont des
personnes physiques ou morales qui interviennent directement ou indirectement sur le
marché et qui peuvent l’influencer. On a par exemple les acheteurs ou demandeurs, les
fournisseurs ou offreurs, les distributeurs, les concurrents…

Corrigé Exercice IV-2


1) En fonction du critère de type de produit on distingue le marché de biens et le marché de services. Et
pour les trois entreprises gérant le personnel de l’Etat d’ABANGMINOM il s’agit du marché de services
2) Selon le critère de type de consommateur :le marché actuel de l’entreprise ou marché réelest
l’ensemble de clients qui consomment actuellement les produits de l’entreprise. Le marché
potentielou marché théoriqueest un marché constitué par l’ensemble des consommateurs
actuels ou réels et des non consommateurs relatifs. Le marché de concurrence est constitué de
l’ensemble des clients qui achètent les produits des entreprises concurrentes.les non
consommateurs relatifs qui sont des personnes qui ne consomment pas encore les produits de
l’entreprise mais qui les consommeront dès que les conditions seront favorables. Les non

Mengang Valère PLET 39


Economie d’Entreprise Première TI

consommateurs absolus c’est l’ensemble de personnes qui ne pourront jamais consommer les
produits de l’entreprise.
3) Complétons le tableau suivant :
Marché Marché de la Marché Non Non consommateurs
actuel concurrence potentiel consommateursrelatifs absolus
JOJObanck 150 000 700 000 + 120 000 150 000 + 7000 3000 + 1500 + 2000 + 500 3000000 - (700 000+ 150 000 +
= 820 000 =157 000 =7000 120 000+3000+1500+2000+500)
= 2023 000
DelanoMonney 700 000 120 000 + 150 000 700 000 + 7000 3000 + 1500 + 2000 + 500 3000000 - (700 000+ 150 000 +
= 270 000 =707 000 =7000 120 000+3000+1500+2000+500)
= 2023 000
Totofinance 120 000 150 000 + 700 000 120 000 + 7000 3000 + 1500 + 2000 + 500 3000000 - (700 000+ 150 000 +
=850 000 = 127 000 =7000 120 000+3000+1500+2000+500)
= 2023 000

CorrigéExercice IV-3
1) La différence est que les techniques qualitatives réunissent les informations qui décrivent
le comportement des individus impliqués dans l’étude alors que les techniques
quantitatives concernent les éléments chiffrés nombre de consommateurs actuels
potentiels…
2) Les études documentaires consistent à recueillir les informations à partir des données
disponibles dans l’entreprise. Ces informations peuvent être de deux types
Les informationsinternes c’est à dire les informations obtenues à l’intérieur de l’entreprise
et les informations externes hors de l’entreprise.
3) L’étude de marché permet à l’entreprise de :
- Estimer son marché actuel, potentiel et concurrent à un moment précis
- Connaitre les exigences de la demande en vue de satisfaire les consommateurs
- Comprendre le comportement du consommateur
- Maitriser le marché à fin de développer les stratégies de lutte contre la
concurrence…
4) Le marché global d’un produit représente l’ensemble des demandes et des offres du
produit de l’entreprise à un moment donné et à lieu précis.
5) Calcul des parts de marché :

‫ݐ݅ݐ݊ܽݑݍ‬é ݀݁ ‫݈ ݎܽ݌ ݁ݑ݀݊݁ݒ ݐ݅ݑ݀݋ݎ݌‬′݁݊‫݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ‬


pme(en quantité) = × 100
‫ݐ݅ݐ݊ܽݑݍ‬é ݀݁ ‫݈ ݎܽ݌ ݁ݑ݀݊݁ݒ ݐ݅ݑ݀݋ݎ݌‬′ ݁݊‫݉ ݈ܽ ݁݀ ݏ݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ݊݁ ݏ݁݀ ݈ܾ݁݉݁ݏ‬ê݉݁ ܾ‫ܿ݊ܽݎ‬ℎ݁

15 000 000
pme(en quantité) = × 100 = ૚૛, ૞%
120 000 000

ܿℎ݂݂݅‫݀ ݁ݎ‬′ ݂݂ܽܽ݅‫ݎ ݁ݎ‬é݈ܽ݅‫ݏ‬é ‫݈ ݎܽ݌‬′ ݁݊‫ݐ݅ݑ݀݋ݎ݌ ݈݁ ݎݑ݋݌ ݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ‬


pme(en valeur) = × 100
݈݁ ܿℎ݂݂݅‫݀ ݁ݎ‬′ ݂݂ܽܽ݅‫ݎ݁ݎ‬é݈ܽ݅‫ݏ‬é ‫݈ ݎܽ݌‬′ ݁݊‫݉ ݈ܽ ݁݀ ݏ݁ݏ݅ݎ݌݁ݎݐ݊݁ ݏ݁݀ ݈ܾ݁݉݁ݏ‬ê݉݁ ܾ‫ܿ݊ܽݎ‬ℎ݁

15 000 000 × 1000


pme(en valeur) = × 100 = ૚૛, ૞%
120 000 000 × 1000

Mengang Valère PLET 40


Economie d’Entreprise Première TI

Mengang Valère PLET 41


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 5 : LES APPROVISIONNEMENTS

Toute entreprise qu’elle soit industrielle ou commerciale, privée ou publique, a besoin de


s’approvisionner pour pouvoir fonctionner. L’approvisionnement est donc l’une des activités
primordiale que doivent maitriser les dirigeants de l’entreprise.

I- DEFINITION ET OBJECTIFS

1) Définition
L’approvisionnement est l’ensemble des activités qu’effectue une entreprise pour acheter des
biens et services nécessaires à son fonctionnement et à des meilleurs délais.

2) Objectif
L’objectif générale de l’approvisionnement est de permettre à l’entreprise de se procurer les
biens et services dont elle a besoin pour son fonctionnement et ceux à moindre coût et à des
délais raisonnables. En spécifique l’approvisionnement vise :

 la sécurité,elle permet à l’entreprise d’éviter les ruptures de stock et les pénuries pouvant
entrainer les perturbations dans le processus de production ou de commercialisation de
l’entreprise.
 La rentabilité (ou moindre coût) il faut acheter autant que possible à moindre coût pour
améliorer la rentabilité.
 La qualité se procurer des produits de bonne qualité en grand nombre
 Le prix acheter une grande quantité de biens ou de services à moindre coût

II- L’ACHAT ET LE MAGAZINAGE

1) L’Achat
L’achat est l’acquisition d’un bien ou d’un service en contre partie de la monnaie. L’objectif de
l’achat étant de se procurer en grande quantité des biens et services de bonne qualité et à

Mengang Valère PLET 42


Economie d’Entreprise Première TI

moindre coût. Pour l’entreprise le processus d’achat doit être celui qui lui permet d’atteindre son
objectif premier à savoir la maximisation du profit.

La décision d’achat pour l’entreprise se fait suivant un certain nombre de critères à savoir : la
qualité du bien ; le prix du bien ; les conditions de livraison et les conditions de payement.

Pour l’entreprise la décision d’achat résulte d’un choix et se fait suivant les étapes suivantes :

 L’identification des besoins : détermination les qualités et quantités des biens et services
dont a besoin l’entreprise.
 La recherche des fournisseurs : recueille des offres des fournisseurs analyses et choix des
meilleurs.
 Négociation et passation des commandes : la réalisation des achats.
 La réception des stocks et l’évaluation des commendes
 Le magasinage : c’est l’ensemble des opérations de contrôle (de la qualité et de la
quantité), de la manutention, de la conservation et la distribution des marchandises
achetées.

2) Le Magasinage
Il concerne toutes les activités et opérations qui consistent à contrôler la qualité et la quantité
des marchandises livrées, la manutention et le gardiennage de ces marchandises en stock et en fin
à leur distribution aux différents services et clients de l’entreprise.

III- NOTION DE STOCK

1) Définition
Le stock est un ensemble de produits gardés quelque part pour une utilisation future et
pour alimenter les consommateurs. La présence du stock dans l’entreprise a des avantages et des
inconvénients : comme avantage la présence de stock permet de résoudre les problèmes de
pénurie et de rupture de stock ; le stock permet de faire des spéculations et d’accroitre le profit. Et
comme inconvénients on peut citer les coûts liés à la conservation des stocks ; les pertes liées à la
diminution des coûts ou au caractère périssable du stock.

2) Types de Stocks
On distingue plusieurs types de stocks :

Mengang Valère PLET 43


Economie d’Entreprise Première TI

 Le stock initial : c’est l’ensemble des matières ou de produits que dispose une entreprise
en magasin au début d’une période donnée. On l’appelle encore stock d’ouverture ou de
début de période comptable.
 Le stock final : c’est celui dont dispose l’entreprise en magasin à la fin d’une période
comptable.
 Stock minimum (Sm) : c’est la quantité de matière à consommer ou de produit à vendre
pendant le délai de livraison (période entre la date de passation d’une commande et la
date de livraison)
Sm = D*C
Avec D : délais de livraison C : consommation d’une période. (C et D s’exprimant dans la même unité de temps).

 Stock de sécurité (Ss) : c’est le niveau de stock au dessousdu quel l’entreprise ne doit pas
se retrouver. On peut encore dire que le stock de sécurité est la quantité de bien qui doit
rester en permanence en stock dans l’entreprise. Il a pour rôle de lutter contre les aléas
tels que les ruptures de stock, les retards de livraison, l’accélération du rythme de
consommation. On l’appelle encore stock permanent, ou stock mort, stock outil.
 Le stock d’alerte (Sa): c’est le niveau de stock une fois atteint déclenche automatiquement
le processus de commande.
Sa = Ss + Sm

 Stock maximum : c’est le niveau de stock au delà du quel l’entreprise immobilise les
capitaux.
 Le stock moyen (SM) : c’est le niveau de stock consommé en moyenne dans l’entreprise
pendant une période comptable. Elle est calculée à partir de la moyenne arithmétique de
certaines valeurs de stock :

‫ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬+ ‫ܔ܉ܖܑ܎ ܓ܋ܗܜܛ‬


ࡿࡹ =

‫ ܕܝܕܑܖܑܕ ܓ܋ܗܜܛ‬+ ‫ܕܝܕܑܠ܉ܕ ܓ܋ܗܜܛ‬


ࡿࡹ =

۱‫܌ ܖܗܑܜ܉ܕܕܗܛܖܗ‬ᇱ ‫ܘ ܍ܖܝ‬é‫܍܌ܗܑܚ‬


ࡿࡹ =
૛‫ۼ‬
Avec N= nombre de commandes passés au cours d’une période

‫܍ܔܔ܍ܝܖܖ܉ ܖܗܑܜ܉ܕܕܗܛܖܗ܋‬
ࡿࡹ =
૚૛

Mengang Valère PLET 44


Economie d’Entreprise Première TI

Représentation schématique des stocks

Quantités

Stock Initial

Stock d’alerte

Stock de sécurité

Date de Date de Mois


commande livraison

3) La Rotation des Stocks


Les stocks de l’entreprise doivent être renouvelés suivant un rythme et une fréquence bien
délimités en fonction de la consommation des matières et la vente des produits. C’est ce
phénomène de renouvellement des stocks de l’entreprise qu’on qualifie de rotation de stock. Pour
apprécier cette rotation de stock l’entreprise utilise deux variables : le taux de rotation et la
vitesse de rotation.

a) Le taux de rotation (Tr)

Le taux de rotation est le nombre de fois que le stock a été renouvelé au cours d’une période
comptable. Elle est fonction des ventes et du stock moyen. On l’appelle encore coefficient ou ratio
de rotation de stock. Sa formule est :

‫ܝ܌ܖ܍܄ ܓ܋ܗܜ܁‬
ࢀ࢘ =
‫ܗ܋ ܝ܉ ܖ܍ܡܗۻ ܓ܋ܗܜ܁‬û‫܌ ܜ‬ᇱ ‫ܜ܉ܐ܋܉‬

Avec Stock vendu = Stock Initial + Achat – Stock Final

Mengang Valère PLET 45


Economie d’Entreprise Première TI

‫ܜܑܜܖ܉ܝۿ‬é‫ܛ܍ܝ܌ܖ܍܄ ܛ‬
ࢀ࢘ =
‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܖ܍ܡܗۻ ܓ܋ܗܜ܁‬é

۱‫܌ ܍ܚ܎܎ܑܐ‬ᇱ ‫܍ܚܑ܉܎܎ۯ‬


ࢀ࢘ =
‫܍ܜܖ܍ܞ ܍܌ ܠܑܚܘ ܝ܉ ܖ܍ܡܗۻ ܓ܋ܗܜ܁‬

Avec
stock initial + stock ϐinal
ܵ‫= ܯ‬
2

b) Vitesse de rotation (Vr)

La vitesse de rotation d’un stock est le temps mis par ce stock pour être renouvelé pendant la
période comptable en fonction du taux de rotation de cette période. Elle exprime la durée
moyenne du séjour d’une marchandise en stock on parle de ratio d’écoulement du stock. Sa
formule est :

‫ܚܝ܌‬é‫۾ ܉ܔ ܍܌ ܍‬é‫܍܌ܗܑܚ‬
ࢂ࢘ =
‫ܖܗܑܜ܉ܜܗܚ ܍܌ ܝ܉܂‬
La période peut être en mois ou en jours et est très souvent égale à un an (12 mois ou 365 jours).

Mengang Valère PLET 46


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
Exercice V-1
1) Définir les expressions suivantes : approvisionnement, achat, magasinage, stock
2) Citer quatre types de stock de votre choix pour un bien donné
3) Que signifie rotation des stocks ?
4) Quel est l’objectif général de l’approvisionnement
5) Donner les visés de l’approvisionnement pour l’entreprise
6) Donner les variables utilisées par l’entreprise pour apprécier sa rotation de stocks.
7) Pour l’entreprise la décision d’achat résulte d’un choix et se fait suivant cinq étapes citer les
8) Quelles sont les critères qui favorisent une décision d’achat ?
9) Donner deux avantages et deux inconvénients de la présence d’un stock dans une entreprise
10) Donner la représentation schématique des stocks

Exercice V-2
« Aladi-Computeur » est une PME qui commercialise le matériel informatique. Elle vous donne les
informations suivantes concernant la vente des clés USB au cours de l’année 2013 :

Stock initial en début d’année 1800 unités


Consommation mensuelle et régulière 1200 unités
Délais d’approvisionnement 15 jours
Stock de sécurité 20 jours de consommation

Travail A Faire (TAF)

1) Que signifie stock de sécurité ? donnez son importance pour l’entreprise


2) Calculer le stock de sécurité (Ss) de « Aladi-Computeur » pour les clés USB
3) Quelle est la différence entre stock minimum et stock maximum ?
4) Calculer le stock minimum (Sm) et interpréter le résultat obtenu
5) Calculer le stock d’alerte (Sa) et interpréter le résultat obtenu

Exercice V-3
« Delanojojo » est une SA basé à Douala qui achète et vent les voitures. Pour la marque Peugeot 406, Elle a
effectué au cours de l’année 2013 les achats pour un montant de 1 000 000 000 FCFA. Le stock initial de
cette marque au 1er Janvier 2013 était de 28 voitures et le stock le 31 Décembre 2013 est de 36 voitures.
Une voiture est vendue à 5000 000. Les ventes mensuelles et régulières s’élève en moyenne à 17 voitures,
alors que les achats varient en quantité et en valeur en fonction des saisons. Les voitures sont achetées en
Allemagne le délai de livraison est donc de deux mois. Le stock de sécurité de « Delanojojo » est de 05
voitures

Travail à Faire (TAF)

Mengang Valère PLET 47


Economie d’Entreprise Première TI

1) Quelle est la différence entre stock d’alerte (Sa) et stock de sécurité (Ss)
2) Calculer le stock minimum (Sm); le stock d’alerte (Sa); le stock moyen (SM)
3) Calculer le taux de rotation et la vitesse de rotation
4) Quel est l’intérêt de la détermination du taux de rotation de stock d’une entreprise
5) Que signifie stock de sécurité (Ss) ? Quelle est son importance dans l’entreprise ?

Exercice V-4
La SA « SOSUCAM » fabrique du sucre à partir de la canne à sucre. La culture de la canne nécessite
de l’engrais chimique que la « SOSUCAM » importe du brésil. La cadence de consommation de cet engrais
est de 3 60 000 tonnes par mois. Le délai de livraison est de 90 jours. Le stock de sécurité est estimé à 15%
du stock minimum. L’état des stocks en 2012 est le suivant : stock initiale = stock final = stock moyen =
750 000 tonnes, et les achats de cette période s’élève à 3 000 000 tonnes

Travail A Faire (TAF)

1) Calculer le stock minimum (Sm).


2) Calculé le stock de sécurité (Ss)
3) Calculer le stock d’alerte (Sa)
4) Calculer le taux de rotation et interpréter le résultat
5) Calculer la vitesse de rotation et interpréter le résultat

Correction des Exercices


CorrigéExercice V-1
1) Définitions

L’approvisionnement est l’ensemble des activités qu’effectue une entreprise pour acheter des biens et
services nécessaires à son fonctionnement et à des meilleurs délais.

L’achat est l’acquisition d’un bien ou d’un service en contre partie de la monnaie

Le magasinage est l’ensemble des opérations de contrôle (de la qualité et de la quantité), de la


manutention, de la conservation et la distribution des marchandises achetées.

Le stock est un ensemble de produits gardé quelque part pour une utilisation future et pour alimenter les
consommateurs.

2) Quatre types de stocks au choix : le stock initial, le stock moyen, le stock de sécurité, le stock
d’alerte, le stock minimum, le stock maximum…

Mengang Valère PLET 48


Economie d’Entreprise Première TI

3) La rotation de stocks est un phénomène de renouvellement des stocks de l’entreprise suivant un


rythme et une fréquence bien délimités en fonction de la consommation des matières et la vente
des produits.
4) L’objectif générale de l’approvisionnement est de permettre à l’entreprise de se procurer les biens
et services dont elle a besoin pour son fonctionnement et ceux à moindre coût et à des délais
raisonnables.
5) Les visés de l’approvisionnement:
- La sécurité elle permet à l’entreprise d’éviter les ruptures de stock et les pénuries
- La rentabilité (ou moindre coût) il faut acheter autant que possible à moindre coût pour
améliorer la rentabilité.
- La qualité se procurer des produits de bonne qualité en grand nombre
- Le prix acheter une grande quantité de biens ou de services à moindre coût.
6) Pour apprécier la rotation de stock l’entreprise utilise deux variables : le taux de rotation et la
vitesse de rotation.
7) Pour l’entreprise la décision d’achat résulte d’un choix et se fait suivant les 5 étapes suivantes :
- L’identification des besoins : déterminer les qualités et quantités des biens et services
dont a besoin l’entreprise.
- La recherche des fournisseurs : recueille des offres des fournisseurs analyses et choix des
meilleurs.
- Négociation et passation des commandes : la réalisation des achats.
- La réception des stocks et l’évaluation des commendes
- Le magasinage : c’est l’ensemble des opérations de contrôle (de la qualité et de la
quantité), de la manutention, de la conservation et la distribution des marchandises
achetées.
8) La décision d’achat pour l’entreprise se fait suivant un certain nombre de critères à savoir : la
qualité du bien ; le prix du bien ; les conditions de livraison et les conditions de payement.
9) La présence du stock dans l’entreprise a des avantages et des inconvénients : comme avantage, la
présence de stock permet de résoudre les problèmes de pénurie ; de prévoir la rupture de stock ;
de faire des spéculations ; d’accroitre le profit... Et comme inconvénients on peut citer les coûts liés
à la conservation des stocks ; les pertes liées à la diminution des coûts ou au caractère périssable
du stock.
10) Représentation schématique des stocks

Quantité
s

Stock Initial

Stock d’alerte

Stock de sécurité

Date de Date de Mois


commande livraison

Mengang Valère PLET 49


Economie d’Entreprise Première TI

CorrigéExercice V-2
1) Stock de sécurité (Ss) : c’est le niveau de stock au dessousdu quel l’entreprise ne doit pas se
retrouver. On peut encore dire que le stock de sécurité est la quantité de bien qui doit rester en
permanence en stock dans l’entreprise. Il a pour rôle de lutter contre les aléas tels que les ruptures
de stock, les retards de livraison, l’accélération du rythme de consommation.
2) Calcul du stock de sécurité (Ss)

Le stock de sécurité est égale à 20 jours de consommation et la consommation mensuelle est de 1200 donc
Ss = (1200/30) ×20 = 800 ↔ Ss = 800
3) La différence est que le stock minimum (Sm) est la quantité de matière à consommer ou de produit
à vendre pendant le délai de livraison alors que le stock maximum est le niveau de stock au delà du
quel l’entreprise immobilise les capitaux.
4) Calcul du stock minimum (Sm)
Sm = D*C ↔ Sm = 1200/30 × 15 = 600 ↔ Sm = 600
Pour interpréter, on peut dire que ce résultat (600) représente le nombre exacte de clés USB à vendre
par cette PME pendant le délai de livraison ; c'est-à-dire il y’a exactement 600 clés USB vendues pendant 15
jours qui représentent le délai de livraison.

5) Calcul du stock d’alerte (Sa)


Sa = Ss + Sm ↔ Sa = 800 + 600 = 1400 ↔ Sa = 1400
Ce résultat représente le niveau de stock qui déclenche une commande dans la PME donc lorsqu’il ne reste
plus que 1400 clés USB en stock l’entreprise doit passer une commande

CorrigéExercice V-3
1) La différence est que le stock d’alerte (Sa) est le niveau de stock une fois atteint déclenche
automatiquement le processus de commande alors que le Stock de sécurité (Ss) est le niveau de
stock au dessousdu quel l’entreprise ne doit pas se retrouver.
2) Calcul du stock minimum (Sm)
Sm = C × D ↔ Sm = 17 × 2 = 34 Sm = 34
Calcul du stock d’alerte (Sa)
Sa = Sm + Ss ↔ Sa = 34 + 5 = 39 Sa = 39
Calcul du stock moyen (SM)

ܵ‫=ܯ‬
ୱ୲୭ୡ୩ ୧୬୧୲୧ୟ୪ାୱ୲୭ୡ୩ ϐ୧୬ୟ୪ ଶ଼ାଷ଺
↔ ܵ‫= ܯ‬ = 32 SM = 32
ଶ ଶ

3) Calcul du taux de rotation (Tr)

‫ܜܑܜܖ܉ܝۿ‬é‫ܛ܍ܝ܌ܖ܍܄ܛ‬ ૛ૡା(૚૙૙૙૙૙૙૙૙૙/૞૙૙૙૙૙૙)ି ૜૟
ࢀ࢘ = ‫ܜܑܜܖ܉ܝܙܖ܍ܖ܍ܡܗۻܓ܋ܗܜ܁‬é
↔ ࢀ࢘ = ૜૛
= ૟Tr =6

Mengang Valère PLET 50


Economie d’Entreprise Première TI

Calcul de la vitesse de rotation (Vr)


‫ܚܝ܌‬é‫۾܉ܔ܍܌܍‬é‫܍܌ܗܑܚ‬ ૚૛‫( ܛܑܗܕ‬૜૟૙‫)ܛܚܝܗܒ‬
ࢂ࢘ = ↔ ࢂ࢘ = = ૛‫( ܛܑܗܕ‬૟૙‫ )ܛܚܝܗܒ‬Vr = 2 mois
‫ܖܗܑܜ܉ܜܗܚ܍܌ܝ܉܂‬ ૟

4) La détermination du taux de rotation des stocks permet de connaitre le cycle de renouvellement


des stocks de biens de l’entreprise. Il permet également de mesurer l’efficacité de l’utilisation des
biens de l’entreprise.
5) Stock de sécurité (Ss) : c’est le niveau de stock au dessousdu quel l’entreprise ne doit pas se
retrouver. On peut encore dire que le stock de sécurité est la quantité de bien qui doit rester en
permanence en stock dans l’entreprise. Il a pour importance de lutter contre les aléas tels que les
ruptures de stock, les retards de livraison, l’accélération du rythme de consommation.

CorrigéExercice V-4
1) Calcul du stock minimum (Sm)

Sm = C×D ↔ Sm = 360 000 × 3 = 360 000 Sm = 1 080 000 tonnes


2) Calcul du stock de sécurité (Ss) le stock de sécurité est égal à 15% du stock minimum donc

Ss = 15 / 100 × 1 080 000 = 162 000 Ss = 162 000 tonnes


3) Calcul du stock d’alerte (Sa)

Sa = Sm + Ss ↔ Sa = 1 080 000 + 162 000 = 1 242 000 Sa = 1 242 000 tonnes


4) Calcul du taux de rotation

‫ܜܑܜܖ܉ܝۿ‬é‫ܛ܍ܝ܌ܖ܍܄ܛ‬ ૠ૞૙૙૙૙ା૜૙૙૙૙૙૙ିૠ૞૙૙૙૙
ࢀ࢘ = ↔ ࢀ࢘ = =૝ Tr = 4
‫ܜܑܜܖ܉ܝܙܖ܍ܖ܍ܡܗۻܓ܋ܗܜ܁‬é ૠ૞૙૙૙૙

Interprétation : cette entreprise renouvelle son stock d’engrais 4fois au cours del’année

5) Calcul de la vitesse de rotation


‫ܚܝ܌‬é‫۾܉ܔ܍܌܍‬é‫܍܌ܗܑܚ‬ ૚૛‫( ܛܑܗܕ‬૜૟૙‫)ܛܚܝܗܒ‬
ࢂ࢘ = ‫ܖܗܑܜ܉ܜܗܚ܍܌ܝ܉܂‬
↔ ࢂ࢘ = ૝
૜‫ૢ( ܛܑܗܕ‬૙‫)ܛܚܝܗܒ‬Vr = 3mois

Interprétation : la durée moyenne du séjour de l’engrais en stock est de 90 jours ou 3mois

Mengang Valère PLET 51


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 6 : LA GESTION DES STOCKS

Dans une entreprise les stocks n’ont pas la même importance. Gérer un stock c’est être
capable de connaitre à tout moment quel est l’état de ce stock en terme de nature de l’existence
et en terme de qualité et de quantité. Chaque stock d’article aura donc une gestion particulière. La
maitrise de la gestion des stocks étant d’une importance capitale pour une entreprise qui veut
maximiser son profit.

I- LA GESTION ADMINISTRATIVE DE STOCKS

Administrer un stock c’est recenser les marchandises et approvisionner les demandeurs en


fonction de leurs besoins de consommation. La gestion administrative des stocks encore appelée
gestion comptable se fait de plusieurs manières. Il s’agit à chaque cas de valoriser les entrées en
stock et les sorties de stock c'est-à-dire évaluer la valeur des entrées et celle des sorties. Les
méthodes utilisées dans notre système comptable sont : la méthode FIFO, la méthode CMUPCE, la
méthode CMUPPS.

Les méthodes administratives de gestion de stock diffèrent uniquement dans la valorisation


des sorties. La valorisation des entrées se fait soit au coût d’achat pour les marchandises
achetées soit au coût de production pour les produits fabriqués dans l’entreprise.

1) La Méthode FIFO (First In First Out)


La méthode FIFO en français PEPS (Première Entrée Première Sortie) consiste à évaluer les
produits qui sortent en fonction de l’ordre de leurs entrées. Ainsi les premiers articles à entrer en
stock seront les premiers à sortir. Ici la sortie des articles se fait auxcoûts de leurs entrées.

2) La Méthode du CMUPCE (Coût Moyen Unitaire Pondéré à Chaque Entrée)

Mengang Valère PLET 52


Economie d’Entreprise Première TI

Cette méthode consiste à déterminer un coût de toutes les marchandises en stock à chaque
entrée de marchandise lequel coût sera utilisé pour les prochaines sorties. Ce coût est appelé Coût
Moyen Unitaire Pondéré. La formule de calcule de ce coût est :

‫ ܚܝ܍ܔ܉ܞ ܖ܍ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬+ ‫ܚܜܖ܍‬é‫ܚܝ܍ܔ܉ܞ ܖ܍ ܍‬


۱‫۾܃ۻ‬۱۳ =
‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬é + ‫ܚܜܖ܍‬é‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܍‬é

3) La Méthode du CMUPS (Coût Moyen Unitaire Pondéré de la période de


Stockage)
Ici on découpe l’exercice comptable en petites périodes et on détermine un coût à partir du
stock initial et la somme des entrées de cette période. Le coût ainsi calculé sera utilisé pour les
prochaines sorties. Sa formule est :

‫ ܚܝ܍ܔ܉ܞ ܖ܍ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬+ ‫ܚܜܖ܍ ܛ܍܌ ܍ܕܕܗܛ‬é‫ܘ ܉ܔ ܍܌ ܚܝ܍ܔ܉ܞ ܖ܍ ܛ܍‬é‫܍܌ܗܑܚ‬


۱‫۾܃ۻ‬۱۳ =
‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬é + ‫ܚܜܖ܍ ܛ܍܌ ܍ܕܕܗܛ‬é‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܛ܍‬é‫ܘ ܉ܔ ܍܌‬é‫܍܌ܗܑܚ‬

En plus de ces méthodes on distingue aussi la méthode LIFO (Last In First Out) c'est-à-dire les
dernières articles à entrer en stock sont les premiers à sortir.

NB : La fiche de stock est une représentation sous forme de tableaux des opérations
effectuées dans le stock d’un article donné au cours d’une période déterminée. Ces opérations
sont de deux sortes : les achats qui constituent les entrées en stock, et les ventes qui constituent
les sorties de stock. Chaque article en stock possède sa fiche de stock. Il existe plusieurs types de
fiches de stock. Mais une fiche de stock standard se présente comme suit :

Dates Libellés Entrées Sorties Stocks


Q PU Mt Q PU Mt Q PU Mt
SI

SF

II- LA GESTION ECONOMIQUE

Gérer économiquement un stock c’est minimiser l’ensemble des coûts liés à


l’approvisionnement tout en assurant un niveau de service de qualité. Nous allons ici grâce au

Mengang Valère PLET 53


Economie d’Entreprise Première TI

modèle de Wilson analyser ces différents coûts de liés à la gestion économique des stocks puis
déterminer le nombre économique de commande et le lot économique.

1) Analyse des Différents Coûts Liés au Stock


La gestion économique des stocks passe par l’analyse et la minimisation de trois types de coûts liés
au stock à savoir : le coût de passation de commande, le coût de possession de stock et le coût total
d’approvisionnement.

a) Le coût de passation de commande

C’est l’ensemble des coûts liés à la passation et au traitement des commandes que supporte
une entreprise pour l’acquisition des articles. On l’appelle encore coût d’acquisition de
commande. Ces coûts sont constitués des frais de recherche, des frais de conception et
d’expédition des lettres de commande, des autres frais de déplacement et d’amortissement etc.…
Le coût de passation de commande est généralement noté Y1 et sa formule est :

Y1 = Ca * N
AvecCa = le cout de passation d’une commande et N = le nombre de commandes

b) Le coût de possession de stock

C’est l’ensemble des charges que l’entreprise supporte chaque fois qu’elle dispose des articles en stock.
C’est charges sont liées à l’existence et à l’entretient des stocks dans l’entreprise. Il peut s’agir ici des frais
d’éclairage, de gardiennage, de loyer, de manutention… Ce coût est généralement noté Y2 et sa
formule est :

Y2 = stock moyen (en valeur) * taux de possession ou

‫ܜ۾ۿ‬
ࢅ૛ =
૛ࡺ
Avec Y2 =coutde possession de stock
Q = quantité d’articles commandés pour l’année
P = prix unitaire d’un article commandé
t = taux de possession de stock exprimé généralement en %
N = nombre de commandes

c) Le coût total d’approvisionnement

C’est l’ensemble des dépenses supportées par l’entreprise pour l’achat et le stockage des
marchandises. Il s’agit donc de la somme des deux coûts précédents. Il est généralement noté Y et
sa formule est :

Mengang Valère PLET 54


Economie d’Entreprise Première TI

Y = Y1 + Y 2 ce qui donne

‫ܜ۾ۿ‬
ࢅ૛ = ۱‫ ۼ ∗ ܉‬+
૛ࡺ
Avec Ca = le coût de passation d’une commande
Y=couttotal d’approvisionnement
Q = quantité d’articles commandés pour l’année
P = prix unitaire d’un article commandé
t = taux de possession de stock exprimé généralement en %
N = nombre de commandes

2) Détermination du Nombre Economique et du Lot Economique

a) Le nombre économique

Le nombre économique ou cadence optimale est le nombre optimal de commandes que


l’entreprise peut passer au cours d’une période donnée afin de minimiser le coût totale
d’approvisionnement. Ce nombre est très souvent noté N*il est atteint lorsqu’il y’a égalité entre le
coût de passation de commande et le coût de possession de stock (Y1 = Y2). Sa formule est obtenu
en dérivant la fonction du coût total Y. Or Y est fonction de N et admet un minimum lorsque sa
dérivée première est nul. Tout calcul fait on obtient la formule suivante :

‫ܜ۾ۿ‬
‫ = ∗ۼ‬ඨ
૛۱‫܉‬

Avec N* le nombre économique


Ca = le coût de passation d’une commande
Q = quantité d’articles commandés pour l’année
P = prix unitaire d’un article commandé
t = taux de possession de stock exprimé généralement en %

b) Le lot économique

C’est la quantité optimale de marchandises à commander pour minimiser le coût total


d’approvisionnement. On l’appelle encore quantité économique à commander il est noté par L et
a pour formule :

‫ۿ‬
ࡸ=
୒∗
Ce qui donne après calcul

૛۱‫ۿ܉‬
‫=ۺ‬ඨ
‫ܜ۾‬

Mengang Valère PLET 55


Economie d’Entreprise Première TI

NB le temps optimum ou temps économique ou période économique est la durée


optimum qui sépare deux commandes au cours d’une année. Il est noté T sa formule est
donnée par :

૚૛ ‫ ܝܗ( ܛܑܗܕ‬૜૟૙ ‫)ܛܚܝܗܒ‬


ࢀ=
N∗

III- GESTION SELECTIVE DES STOCKS

Les stocks n’ont pas toujours la même importance pour l’entreprise. Certaines marchandises
contribuent pour beaucoup à la formation du chiffre d’affaire de l’entreprise et d’autres pour peu.
Il s’agit donc de ressortir les différents groupes d’articles pour appliquer à chacun une gestion de
stock particulière. Pour l’économiste italien Pareto il existe deux méthodes de gestion sélective
de stock : la méthode 20/80 et la méthode ABC.

1) La Méthode 20/80
Cette méthode de gestion consiste à diviser le stock en deux grands groupes d’articles en fonction de leur
valeur et de leur quantité on a ainsi :

 Le groupe 1 : qui est constitué d’environ 20% d’articles en référence dont la valeur représente 80%
du chiffre d’affaire de l’entreprise. Ce groupe est très précieux pour l’entreprise et est géré avec
rigueur.
 Le groupe 2 : qui est constitué d’environ 80% d’articles en référence dont la valeur représente 20%
du chiffre d’affaire de l’entreprise. Ce groupe est constitué d’articles moins chers et la gestion de
leur stock est moins rigoureuse.

2) La Méthode ABC
Cette méthode consiste à organiser le stock d’articles de l’entrepris en trois grands groupes en
fonction de leur valeur laquelle détermine la rigueur accordée à la méthode de gestion. On a
donc :

 Le groupe A: constitué d’environ 10 à 20% d’articles en référence dont la valeur représente


environ 70 à 80% de la valeur du stock. C’est legroupe d’articles leader ;
 Le groupe B : constituéd’environ 20 à 30% d’articles en référence qui représente environ
20 à 30% de la valeur du stock. C’est un groupe d’article moyen;
 Le groupe C : constitué d’environ 50 à 60% d’articles en référence et dont la valeur est
d’environ 5 à 10% de la valeur du stock. C’est groupe d’articles bon marché.

Mengang Valère PLET 56


Economie d’Entreprise Première TI

Les deux méthodes de gestion sélective de stock proposées par l’économiste Pareto peuvent se
représenter graphiquement comme suit :

Représentation graphique du chiffre d’affaire avec la méthode 20/80

%cumulé
de CA

100%

G2

80%

G1

0% 20% 100% %cumulé de


référence

Représentation graphique du chiffre d’affaire avec la méthode ABC

%cumulé
de CA

100%
GC

90%
GB

60%
GA

0% 10% 30% 100% %cumulé de


référence

Mengang Valère PLET 57


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
Exercice VI-1
1) Définir les expressions suivantes : gérer un stock ; administrer un stock ; la fiche de stock ; lot
économique
2) Quelles sont les méthodes utilisées dans notre système comptable pour la gestion des stocks ?
3) Qu’entend-t-on par gestion économique des stocks ?
4) Que signifie nombre économique ?
5) L’économiste italien Pareto a développé deux méthodes de gestion sélective de stock citez les
6) En quoi consiste la méthode 20/80 ?

Exercice VI-2
L’entreprise « Foléfin » est une PME appartenant à DELANO. Cette PME fabrique est commercialise une
boisson à partir des feuilles de Foléré achetées au nord Cameroun. Les informations suivantes sont mises à
votre disposition concernant les opérations d’approvisionnement en feuilles de Foléré :

- Consommation annuelle 15 0 kg à 1000fr le Kg


- Coût de passation de commande 9375fr
- Taux de possession d’un franc de stock est de 2%
- Le stock de sécurité n’existe pas et la consommation est régulière
- Le nombre de commande varie entre 1 et 5

Travail A Faire (TAF) :

1) Calculer le cout total de passation des commandes (Y1)


2) Calculer le coûte total annuel de possession de stock (Y2)
3) Le coût total d’approvisionnement (Y)

NB vous pouvez utiliser le tableau suivant

Nombre de commandes Coût annuel de passation Coût annuel de possession Coût total
(N) de commandes (Y1) de stock (Y2) d’approvisionnement (y)

Mengang Valère PLET 58


Economie d’Entreprise Première TI

4) Déduire du tableau ci-dessous la cadence optimale et vérifier le résultat par calcul

5) calculer le lot économique

Exercice VI-3
L’entreprise « kenkam » est une PME appartenant à DELANO. Cette PME fabrique est commercialise une
boisson à partir des feuilles de kenkéliba achetées au sud Cameroun. Les informations suivantes sont mises
à votre disposition par le gestionnaire de stock de matières premières de cette entreprise:

- 01/01/N Stock initiale 745Kg à 10 000fr le Kg


- 04/01/N sortie de stock pour transformation 400Kg
- 09/01/N sortie de stock pour transformation 150 Kg
- 25 /01/N entré en stock de 300 Kg qui on une valeur se 2 700 000Fr
- 30/01/N sortie de stock pour transformation 250Kg
- 25/03/N entré en stock de 100 Kg pour une valeur de 950 000
- 30/03/N sortie de stock pour transformation 100Kg

Travail A Faire (TAF)

1) Présenter la fiche de stock en utilisant la méthode du coût moyen unitaire pondéré à chaque entré
(CMUPCE).
2) Présenter la fiche de stock en utilisant la méthode FIFO

Exercice VI-4
Au cours de l’année 2009, le prix et les quantités des différents types d’articles vendus par les
établissements « black and white » sont consigné dans le tableau ci-dessous :

Référence des Articles Quantités Prix Unitaire


A 80 200
B 232 190
C 117 150
D 50 150
E 50 240
F 56 132,5
F 520 192,5
H 45 240
I 60 150
J 15 360

Le gestionnaire de cet établissement compte classer les articles de manière à prêter une attention
particulière à un certain type d’articles.

Le classement d’article se fait en trois catégories comme suit :

Catégorie A : regroupe les articles dont 20% de référence représente environ 60% du chiffre d’affaire (CA)

Mengang Valère PLET 59


Economie d’Entreprise Première TI

Catégorie B : regroupe les articles dont 30% de référence représente environ 20% du CA

Catégorie C : regroupe les articles dont 50% de référence représente environ 15% du CA

Travail A Faire (TAF)

1) Dresser un tableau vous permettant de procéder à la classification des articles dans cet établissement
2) Identifier dans un autre tableau les articles qui constituent chacune des catégories (ABC)
3) Quelle est la règle de gestion qu’on doit appliquer aux articles de la catégorie A, et aux articles de la
catégorie C justifiez votre réponse
4) Représenter graphiquement les trois catégories d’articles
5) Cette méthode de gestion sélective de stock est appelé la méthode ABC qui est sont auteur ? Donnez
le nom de la deuxième méthode inventé par le même auteur
6) Procédé à la classification de ces articles en deux groupes selon la deuxième méthode trouvée à la
question 6)
7) Faite la représentation graphique des deux groupes d’articles

Correction des Exercices


Corrigé Exercice VI-1
1) Définition

Gérer un stock c’est être capable de connaitre à tout moment quel est l’état de ce stock en terme de
nature de l’existence et en terme de qualité et de quantité.

Administrer un stock c’est recenser les marchandises et approvisionner les demandeurs en fonction de
leurs besoins de consommation.

La fiche de stock est une représentation sous forme de tableaux des opérations effectuées dans le stock
d’un article donné au cours d’une période déterminée

Le lot économiqueest la quantité optimale de marchandises à commander pour minimiser le coût total
d’approvisionnement.

2) Les méthodes utilisées dans notre système comptable pour la gestion administrative des stocks
sont : la méthode FIFO, la méthode CMUPCE, la méthode CMUPPS.
3) Gérer économiquement un stock c’est minimiser l’ensemble des coûts liés à l’approvisionnement
tout en assurant un niveau de service de qualité.
4) Le nombre économique ou cadence optimale est le nombre optimal de commande que l’entreprise
peut passer au cours d’une période donnée afin de minimiser le coût totale d’approvisionnement
5) Pour l’économiste italien Pareto il existe deux méthodes de gestion sélective de stock : la méthode
20/80 et la méthode ABC.

Mengang Valère PLET 60


Economie d’Entreprise Première TI

6) La méthode de gestion 20/80 consiste à diviser le stock en deux grands groupes d’articles en
fonction de leur valeur et de leur quantité.

CorrigéExercice VI-2
Nombre de Coût annuel de Coût annuel de possession de stock (Y2) Coût total
commandes passation de Y2 = QPT/2N d’approvisionnement (y)
(N) commandes (Y1)Y1 = Y = Y1 + Y2
Ca × N

1 9375×1=9375 (1500×10000×0.02)/(2×1)=150000 9375+15000=159375


2 9375×2=18750 (1500×10000×0.02)/(2×2)=75000 18750+7500=93750
3 9375×3=28125 (1500×10000×0.02)/(2×3)=50000 28125+5000=78125
4 (N*) 9375×4=37500 (1500×10000×0.02)/(2×4)=37500 37500+3750= 75000
5 9375×5=46875 (1500×10000×0.02)/(2×5)=30000 46875+3000=76875

4) Déduction de la cadence optimale d’approvisionnement

A partir du tableau on constate que le cout total est le plus faible pour le nombre de commande égale à 4
dont la cadence d’approvisionnement est donc N* =4

Vérification par calcul de la cadence optimale d’approvisionnement

ට ↔ N* = ට
‫ܜ۾ۿ‬ ૚૞૙૙×૚૙૙૙૙×૙,૙૛
N*=
૛۱‫܉‬ ૛×ૢ૜ૠ૞
=4 N* = 4

5) Calcul du lot économique

‫ = ܮ‬ට ‫ܜ۾‬ ↔ ‫ = ܮ‬ට૚૞૙૙×૛×ૢ૜ૠ૞ = ૜ૠ૞L = 375


‫ۿ‬૛۱‫܉‬
૚૙૙૙૙ ×૙,૙૛

CorrigéExercice VI-3
1) Présentation de la fiche de stock en utilisant la méthode du coût moyen unitaire pondéré à
chaque entré (CMUPCE).

‫ ܚܝ܍ܔ܉ܞ ܖ܍ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬+ ‫ܚܜܖ܍ ܛ܍܌ ܍ܕܕܗܛ‬é‫ܘ ܉ܔ ܍܌ ܚܝ܍ܔ܉ܞ ܖ܍ ܛ܍‬é‫܍܌ܗܑܚ‬


۱‫۾܃ۻ‬۱۳ =
‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܔ܉ܑܜܑܖܑ ܓ܋ܗܜܛ‬é + ‫ܚܜܖ܍ ܛ܍܌ ܍ܕܕܗܛ‬é‫ܜܑܜܖ܉ܝܙ ܖ܍ ܛ܍‬é‫ܘ ܉ܔ ܍܌‬é‫܍܌ܗܑܚ‬

Dates Libellés Entrées Sorties Stocks


Q PU Mt Q PU Mt Q PU Mt
01/01/N Stock Initial 750 10000 7500000 750 10000 7500000
O4/01/N Sortie de stock 400 10000 4000000 350 10000 3500000
09/01/N Sortie de stock 150 10000 1500000 200 10000 2000000
25/01/N Entrée en stock 300 9000(a) 2700000 500(b) 9500(c) 4700000(d)
30/01/N Sortie de stock 250 9500 2375000 250 9500 2375000

Mengang Valère PLET 61


Economie d’Entreprise Première TI

25/03/N Entrée en stock 100 9500 950000 350 (f) 9500(e) 3325000
30/03/N Sortie de stock 100 9500 950000 250 9500 2375000
31/03/N Stock final 250 950 2375000

(a)= 2700000/300 = 9000 (b) =200+300= 500 (c) = (2700 000 + 2000 000)/505 = 9500 (d) = 2700
000 + 2000 000) = 4700 000 (e) = (2375 000 + 950 000)/350 = 9500 (f) 100 + 250 = 350

2) Présenter la fiche de stock en utilisant la méthode FIFO

Dates Libellés Entrées Sorties Stocks


Q PU Mt Q PU Mt Q PU Mt
01/01/N Stock Initial 750 10000 7500000 750 10000 7500000
O4/01/N Sortie de stock 400 10000 4000000 350 10000 3500000
09/01/N Sortie de stock 150 10000 1500000 200 10000 2000000
25/01/N Entrée en stock 300 9000(a) 2700000 200 10000 2000000
300 9000 2700000
30/01/N Sortie de stock 200 10000 2000000 250 9000 2250000
50 9000 450000
25/03/N Entrée en stock 100 9500 950000 250 9000 2250000
100 9500 950000
30/03/N Sortie de stock 100 9000 900000 150 9000 1350000
100 9500 950000
31/03/N Stock final 150 9000 1350000
100 9500 950000

Corrigé Exercice VI-4


1) Tableau de calcul préliminaire
Référence Qté PU CA Rang Ref Valeur %ref % CA %cumulé %cumulé
(CA) de Ref de CA
é
A 80 200 16000 4 G 100100 10 43,56 10 43,56
è
B 232 190 44080 2 B 44080 10 19,18 20 62,74
è
C 117 150 17550 3 C 17550 10 07,63 30 70,37
è
D 50 150 7500 8 A 16000 10 06,97 40 77,37
è
E 50 240 12000 5 E 12000 10 05,22 50 82,56
è
F 56 132,5 7420 9 H 10800 10 0470 60 87,26
è
G 520 192,5 100100 1 I 9000 10 03,91 70 91,17
è
H 45 240 10800 6 D 7500 10 03,27 80 94,44
è
I 60 150 9000 7 F 7420 10 03,22 90 97,66
è
J 15 360 5400 10 J 5400 10 02,34 100 100
TOTAL / / 229850 / / 229850 100 100 / /

NB : Formule de calcul
- CA (valeur) = Q×PU ↔ CA de l’article A = 80 × 200 = 16000
ଵ୰é୤é୰ୣ୬ୡୣ
- %réf = ୲୭୲ୟ୪ ୢୣ ୰é୤é୰ୣ୬ୡୣ× 100 ↔ %Réf = (1/10) × 100 = 10%
େ୅ ୢᇲ ୳୬ୟ୰୲୧ୡ୪ୣ
- %CA = େ୅ ୲୭୲ୟ୪
× 100 ↔ % CA de l’article G = (100100/229850) ×100 = 43,56
2) Tableau de classification des trois catégories d’articles (A, B, C).
catégories Eléments % de références % de chiffre d’affaire (CA) Référence des articles
Catégorie A 20% 62,74% G, B
Catégorie B 30% 19,82% C, A, E
Catégorie C 50% 17,44% H, I, D, F, J
TOTAL 100% 100% /

Mengang Valère PLET 62


Economie d’Entreprise Première TI

3) Règle de gestion de stock appropriée à chaque catégorie A et C


- Les articles de la catégorie A représentant les articles chers (article leader) de l’entreprise,
nécessitent une gestion très rigoureuse du stock.
- Les articles de la catégorie C représentant les articles moins chers (articles bon marché) de
l’entreprise nécessitent une gestion souple du stock.
4) Représentation graphique

%cumulé
de CA

100%
90%
GC
80%
70%
60% GB
50%
40% GA
30%
20%
10%

0% 20% 50% 100% %cumulé de


référence

5) La méthode ABC a été inventée par l’économiste italien Pareto ; la deuxième méthode
inventée par le même auteur est la méthode 20/80
6) Classification des articles en deux groupes selon la méthode 20/80

Eléments % de Référence % de Chiffre d’Affaires Référence des articles


Groupes (CA)
Groupe 1 20% 62,74% G, B
Groupe 2 80% 37,26% A, C, D, E, F, H, I, J
Total 100% 100%

7) Représentation graphique du chiffre d’affaire avec la méthode 20/80

%cumul
é de CA

100
%
G2

Mengang Valère PLET 63


80%
Economie d’Entreprise Première TI

NB : les représentations graphiques se font à partir du premier tableau

Mengang Valère PLET 64


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 7 : L’ACTION COMMERCIALE

Pour commercialiser ses marchandises avec une bonne rentabilité dans son marché,
l’entreprise met sur pied un certains nombres de techniques. C’est cet ensemble de techniques
qu’on appelle Action Commerciale. Cet ensemble de techniques ou moyens d’écoulement des
marchandises se résume en quatre politiques à savoir : la politique du produit, la politique du prix,
la politique de distribution et la politique de communication.

I- LA POLITIQUE DE PRODUIT

1) Définition
Le produit est un bien ou un article dont les composants matériels ou immatériels permettent
de satisfaire les besoins de ses consommateurs. La politique du produit est l’ensemble des moyens
mis sur pied pour améliore la qualité du produit de l’entreprise en vu de satisfaire les exigences
des consommateurs sur le marché.

2) Classification
La classification des produits se fait suivant plusieurs critères à savoir :

 La nature du produit : on a ici


 Les biens matériels tels que le téléphone, les voitures…
 Les biens immatériels ou les services tels que la télécommunication, le transport…
 La durée d’utilisation du produit : on cite ici
 Les biens durables ce sont ceux dont la durée de vie est supérieure à 5ans exemple la
maison, la route, la voiture…
 Les produits semi-durables ce sont ceux dont la durée de vie est de 1 à 3ans tel que les
chaussures les vêtements…
 Les produits périssables ce sont ceux qui se détruisent dès leur première utilisation
exemple les denrées alimentaires
 Le comportement d’achat du produit: on a dans ce cas
 Les produits banaux qui sont des produits à achat courant ayant des prix bien faibles. On
parle encore de produits de première nécessité exemple le riz le savon le sel…
 Les produits anormaux ce sont des produits à achat réfléchit ayant un niveau de prix élevé
on parle encore de biens de lux exemple les tablettes numériques les micro-ondes…

Mengang Valère PLET 65


Economie d’Entreprise Première TI

 La destination : on a
 Les biens de production ce sont ceux destinés à la production d’autres biens exemple le
ciment, la farine,
 Les biens de consommation finale le pain le tapioca le chocolat.

3) Les Moyens ou Techniques de la Politique du Produit


Les moyens de la politique du produit qu’utilise une entreprise pour assurer la compétitivité
dans le marché sont : les caractéristiques du produit, l’étude de la gamme du produit et l’analyse
du cycle de vie du produit.

a) Les caractéristiques du produit

Un produit est généralement doté de trois caractéristiques principales qui doivent être pris en
compte lors de sa conception. Ces caractéristiques sont :

 Les caractéristiques physiques : il s’agit de la forme de la couleur, de la taille, de la


présentation du produit c'est-à-dire conditionnement et emballage ;
 Les caractéristiques fonctionnelles : il s’agit des services rendus par le produit, son utilité,
ses composants ;
 Les caractéristiques psychologiques : l’image que le consommateur a du produit ou celle
que véhicule le produit il s’agit ici de la qualité du produit elle doit respecter les exigences
des consommateurs.

NB :La différence entre le conditionnement et l’emballage est que : le conditionnement d’un


produit est la manière dont est présenté un produit sur le marché. Il est lié au produit et
représente généralement son unité de vente. Alors que l’emballage d’un produit est l’objet
matériel qui protège le produit et facilite sa manutention. Il est facilement dissociable du produit.

b) Etude de la gamme du produit

La gamme est un ensemble de produits de même nature proposés par une entreprise et
destinés à satisfaire le même type de besoins. La gamme d’un produit représente donc les diverses
variétés par lesquelles le produit est présenté dans un marché. L’entreprise a le choix entre les
gammes longues et les gammes courtes. Il existe en principe trois niveaux de gamme à savoir :

 Le haut de gamme qui correspond aux produits de lux ayant un prix élevé
 Le milieu de gamme ce sont des articles au prix moyen
 Le bas de gamme il s’agit des produits courants ayant un prix considérablement faible

La ligne de produit est l’ensemble de modèles que présente une entreprise. Et la profondeur
d’une ligne représente l’ensemble des modèles différents que présente une ligne de produit.

La largeur d’une gamme est l’ensemble des différents produits que présente l’entreprise. Alors
que la longueur d’une gamme est l’ensemble des lignes ou des modèles de produits que dispose
l’entreprise.

Mengang Valère PLET 66


Economie d’Entreprise Première TI

c) Analyse du cycle de vie du produit

Le produit peut être comparé à l’homme dans ce sens que comme l’homme le produit nait,
grandit, vieillit et meurt. On peut définir le cycle de vie d’un produit comme étant l’ensemble de
phases par lesquelles passe un produit pour se maintenir dans un marché avant sa disparition. On
distingue généralement quatre phases principales dans le cycle de vie d’un produit :

 La phase une ou phase de lancement: c’est la naissance du produit, il est destiné à un


marché, il n’est pas encore connu. Les ventes sont donc faibles et le bénéfice est
presque nul, l’entreprise doit vulgariser le produit.
 La phase deux ou phase de croissance : le produit commence à s’imposer sur le
marché les consommateurs s’y intéressent ce qui augmente les ventes et les bénéfices
l’entreprise doit continuer la communication pour maintenir la clientèle.
 La phase trois ou phase de maturité : le produit a grandit il est présent dans tous les
marchés, les produits concurrents apparaissent les ventes atteignent l’optimum et se
stabilisent les bénéfices aussi. L’entreprise doit penser à la promotion du produit.
 La phase quatre ou phase de déclin : le produit a vieillit il ne répond plus aux besoins
des consommateurs ce qui entraine une chute des ventes et donc du bénéfice. Deux
solutions s’offrent à l’entreprise : soit la relance du produit en changeant certaines
caractéristiques ; soit l’abandon complet du produit et la mise sur pied d’un nouveau.

NB : les actions telle que la publicité, la promotion des ventes, l’amélioration des qualités du
produit, l’emballage, le conditionnement la baisse du prix… sont des pratiques qui permettent de
revaloriser le produit et relancer les ventes. Ce qui fait qu’après la phase de déclin on peut
constater une renaissance du produit qui pourra encore passer par les quatre phases du cycle de
vie. Le cycle de vie d’un produit se schématise donc ainsi :

Schéma du cycle de vie du produit

Vente
oubénéfic

Phase 1 Phase 2 Phase 3 Phases

Mengang Valère PLET 67


Economie d’Entreprise Première TI

II- LA POLITIQUE DU PRIX

1) Définitions et Objectifs des Prix


Le prix est la valeur exprimée d’un bien ou d’un service sur le marché. La politique du prix est
l’ensemble des décisions qui permettent de fixer le prix de vente compétitif des biens et services
sur le marché. Le prix d’un bien ou d’un service a cinq objectifs majeurs pour l’entreprise :

 Rentabiliser les capitaux investis


 Augmenter les volumes des ventes
 Augmenter le chiffre d’affaire
 Augmenter les parts de marché
 Faire face à la concurrence

2) Les Stratégies du Prix


On distingue trois stratégies de prix à savoir :

 La stratégie de pénétration : elle consiste pour une entreprise à fixer le prix de vente de
ses produits à un niveau plus bas que celui de la concurrence. Cette stratégie vise à
arracher les clients de la concurrence et à élargir les parts de marché de l’entreprise. On
distingue ici deux variantes : la stratégie de pénétration progressive et la stratégie de
pénétration massive.
 La stratégie d’alignement : elle consiste pour une entreprise à fixer les prix de ces produits
au même niveau que celui des produits concurrents. Cette stratégie aspire à arracher les
clients de la concurrence et éventuellement certains segments de marché.
 La stratégie d’écrémage : ici,l’entreprise fixe le prix de vente de ses produits à un niveau
plus élevé que celui des produits concurrents. Cette stratégie vise à donner une bonne
image du produit et élever le niveau de l’entreprise dans le marché.

3) Méthode de Fixation du Prix


La fixation du prix se fait à l’issue d’une bonne étude de marché et à partir des éléments suivants:

 Le coût : l’entreprise détermine le coût de production ou mieux le prix de revient d’un


article à celui-ci il ajoute une marge de bénéfice pour fixerson prix de vente.
 La demande : il s’agit pour l’entreprise d’évaluer le niveau de la demande sur le marché
afin de proposer un prix de vente qui satisfait la demande.

Mengang Valère PLET 68


Economie d’Entreprise Première TI

 La concurrence : l’entreprise a intérêt de connaitre le prix des produits des entreprises


concurrentes et ainsi fixe un prix en fonction de la stratégie adopté pour arracher les
clients concurrents pénétrer le marché et ou augmenter sa part de marché.
 L’action des pouvoirs publics : l’Etat prélève une taxe sur les articles vendus ce qui
influence leur prix et dans certains cas décide du prix des articles.

NB : le prix psychologique est le prix public pour lequel un grand nombre de consommateurs est
près à acheter le produit sur le marché. Le prix de compétition d’un bien doit être proche de son
prix psychologique.

III- LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION

1) Définition et Objectifs
La distribution est l’ensemble des opérations qui s’effectuent dès lors que le produit est à
l’état fini jusqu’au moment ou le consommateur final en prend possession. Cette politique
consiste pour l’entreprise à mettre sur pied un certains nombres de moyens lui permettant de
mettre à moindre coût les produits à la disposition des consommateurs. La distribution a pour but
de faciliter le transport des marchandises leur stockage et leur manutention.

2) Quelques Notions de la Politique de Distribution


Le canal de distribution : c’est le chemin suivit par un produit du producteur au consommateur
finale.

Le circuit de distribution : c’est l’ensemble des canaux de distribution utilisé par l’entreprise pour
la vente de ces produits.

Le réseau de distribution : c’est l’ensemble de circuits de distribution dont dispose l’entreprise


dans un marché.

La longueur d’un circuit de distribution : c’est le nombre d’intermédiaires qui interviennent dans
le processus de vente d’un produit.

3) Les Différents Types de Circuits de Distribution


On distingue trois types de circuits de distribution à savoir :

 le circuit court ou direct : ici il n’existe aucun intermédiaire entre le producteur et le


consommateur final. La transaction est directe du producteur au consommateur final.

Mengang Valère PLET 69


Economie d’Entreprise Première TI

Producteur Consommateur final

 Le circuit moyen ou indirect : il existe un seul intermédiaire entre le producteur et le


consommateur final.

Producteur Grossiste Consommateur final

 Le circuit long ou indirect : ici il existe au moins deux intermédiaires dans le processus de
vente.

Producteur Grossiste Consommateur final

Détaillant
Semi-grossiste

Leservice après vente est une section de l’entreprise dont le rôle est d’assurer pendant la période
de garanti l’échange, la réparation et la manutention du bien acheté en cas de besoin.

Le marchandising est une technique de présentation des produits dans un grand magasin de façon
attrayant pour attirer les clients.

IV- LA POLITIQUE DE COMMUNICATION

1) Définition
En entreprise communiquer c’est véhiculer un message avec l’intention de convaincre et
de vendre. La politique de communication en entreprise vise à informer les consommateurs pour
les amener à découvrir aimer et consommer les produits de l’entreprise. Les moyens d’action de la
politique de communication sont : la publicité, la promotion des ventes, les relations publiques, la
force de vente, et le sponsoring ou mécénat. La politique de communication utilise deux moyens
de communication qui sont la communication média et la communication hors média.

2) La Communication Média
C’est la communication qui s’effectue à l’aide d’un moyen matériel (médias) tel que la radio, la
télévision, la presse… elle passe par plusieurs techniques à savoir :

a- La publicité

Mengang Valère PLET 70


Economie d’Entreprise Première TI

C’est la communication d’un message dans le but de convaincre et d’informer. Ou c’est le fait
de venter les produits de l’entreprise dans le but d’attirer les consommateurs et d’augmenter les
ventes. Les différents types de publicités sont :

 La publicité de marque : qui consiste à valoriser la marque d’un produit spécifique.


Exemple la publicité de POUMA, de Renauld, de 33 export…
 La publicité institutionnelle : qui vise à rehausser l’image d’une entreprise. Exemple la
publicité de Express Union,
 La publicité d’intérêt général : c’est celle qui consiste à informer ou à protéger une cause
sociale. Exemple les publicités de lutte contre le Sida, le paludisme…

La publicité vise trois objectifs majeurs :Faire connaitre, c'est-à-dire informer le consommateur de
l’existence du produit ; Faire aimer, c'est -à-dire amener le consommateur à accepter le produit ;
Faire agir, c'est-à-dire amener le consommateur à acheter le produit.

La publicité a des avantages et des inconvénients pour l’entreprise et pour le consommateur on a :

Avantages : pour l’entreprise, la publicité permet d’accroitre les ventes donc des bénéfices elle
permet à l’entreprise de conserver sa clientèle. Pour le consommateur, la publicité informe les
consommateurs sur les caractéristiques et les qualités du produit et lui procure une possibilité de
choix.

Inconvénients : pour l’entreprise on note la hausse de prix du aux coûts de la publicité, quelque
fois la publicité est inefficace il y’a donc perte financier en plus on ne peut pas mesurer
financièrement la rentabilité de la publicité. Pour le consommateur elle crée une multitude de
besoins que le consommateur ne peut pas assouvir en plus la hausse de prix due à la publicité
baisse le pouvoir d’achat du consommateur.

b- Promotion des ventes

C’est l’avantage temporaire que l’on donne à un produit pour encourager les consommateurs
à acheter et accroitre ainsi ses ventes. Elle vise à augmenter les ventes et par là le chiffre d’affaire
de l’entreprise, de combattre la concurrence et de fidéliser la clientèle. Les techniques qu’utilise la
promotion sont divers on a les jeux concours ; la réduction temporaire des prix ; les tombolas ; les
ventes par lot les distributions gratuites… la promotion d’un produit est très souvent effectuée à la
phase de naissance du cycle de vie d’un produit pour pousser le produit vers les consommateurs
ou à la phase de déclin dans le but de le relancer.

3) La Consommation Hors Média


C’est la communication qui ne nécessite pas l’usage des médias pour faire passer le message.
Elle s’effectue à travers les relations publiques et le sponsoring ou mécénat.

a) Les relations publiques

Mengang Valère PLET 71


Economie d’Entreprise Première TI

On entend par relations publiques l’ensemble de moyens ou techniques mis en œuvre par une
entreprise pour maintenir un bon climat d’affaire avec son public cible et créer une bonne image
de marque. Les techniques utilisées ici sont : les visites d’entreprises, les journaux d’entreprise, la
participation aux foires, la participation aux salons d’entreprises, l’organisation des séminaires…

b) Le sponsoring ou le mécénat

Le sponsoring est l’acte qui consiste à soutenir matériellement et ou financièrement un


événement ou une activité dans le but de faire connaitre l’entreprise et ses produits à la
population. Le mécénat est aussi une forme de sponsoring qui concerne beaucoup plus les
activités culturelles.

Mengang Valère PLET 72


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
Exercice VII-1
1) Définir les expressions suivantes : action commerciale ; le produit ; la politique du produit ; la
publicité ; le prix ; sponsoring ; longueur d’un circuit de distribution
2) Qu’entend-t-on par promotion de vente ? donner ces visées
3) Que veut dire gamme et gamme d’un produit ? citer les différents niveaux de gamme
4) Quelle différence y’a-t-il entre publicité de marque et publicité institutionnelle ?
5) En quoi consiste la politique de communication en entreprise ?
6) Donnez les moyens utilisés par la politique de communication

Exercice VII-2
1) Définir les expressions suivantes : la Distribution, la longue d’une gamme et la ligne de produit
2) En quoi consiste la politique de distribution
3) Donnez le but de la politique de distribution
4) On distingue trois circuits de distribution citez les
5) Citer les cinq objectifs majeurs du prix d’un bien ou d’un service pour l’entreprise
6) Donner les éléments utilisés pour la fixation du prix d’un bien.

Exercice VII-3
1) La publicité vise trois objectifs majeurs citez les
2) Citer les avantages de la publicité pour l’entreprise et pour le consommateur
3) Citer les inconvénients de la publicité pour l’entreprise et pour le consommateur.
4) Citer les trois types de circuits de distribution avec les schémas correspondants
5) Quelle est la différence entre la communication média et la communication hors média

Exercice VII-4
La PME « Ebon Come » est l’une entreprise qui fabrique et commercialise plusieurs types de produits dont
la classification est réalisée par l’expert que vous êtes. En début d’année 20013 il met sur pied une nouveau
produit appelé « Come étoile » c’est une huile utilisé pour le traitement des cheveux. Son emballage est
constitué des boites en plastique et son conditionnement très attractif. Pour étudier le cycle de vie de vie
«Come étoile » les variations du chiffre d’affaire et des bénéfices dans le temps on été analysées dans le
tableau suivant :

Périodes Chiffre d’affaire Bénéfice


Du 01/01/2013 au 29/03/2013 6 000 000 0
Du 30/03/2013 au 01/02/2014 90 000 000 30 000 000
Du 02/02/2014 au 15/08/2014 800 000 000 320 000 000
Du 16/08/2014 au 31/12/2014 20 000 000 25 000

Mengang Valère PLET 73


Economie d’Entreprise Première TI

En 2015 lors du conseil d’administration, les dirigeants sollicite votre expertise pour apporter une solution à
la vie de « Come étoile »

Travail A Faire

1) Définir cycle de vie d’un produit


2) Combien de phase compte le cycle de vie d’un produit
3) En observant le tableau d’analyse du chiffre d’affaire et des bénéfices présentez explicitement les
différentes phases du cycle de vie de « Come étoile »
4) Qu’entend-t-on par caractéristique fonctionnelle d’un produit ? donnez une caractéristique
fonctionnelle de « Come étoile » cité dans le texte.
5) Donner trois critères permettant de classer les produits.
6) Quelle différence y’a-t-il entre emballage et conditionnement ?

Correction des Exercices


Corrigé Exercice VII-1
1) Définition

L’action commerciale est l’ensemble de technique qu’une entreprise met sur pied pour
commercialiser ses marchandises avec une bonne rentabilité dans son marché.

Le produit est un bien ou un article dont les composants matériels ou immatériels permettent
de satisfaire les besoins de ses consommateurs.

La politique du produit est l’ensemble moyens mis sur pied pour améliore la qualité du
produit de l’entreprise en vu de satisfaire les exigences des consommateurs sur le marché.

La publicitéest la communication d’un message dans le but de convaincre et d’informer. Ou


c’est le fait de venter les produits de l’entreprise dans le but d’attirer les consommateurs et
d’augmenter les ventes.

Le prix est la valeur exprimée d’un bien ou d’un service sur le marché.

Le sponsoring est l’acte qui consiste à soutenir matériellement et ou financièrement un


événement ou une activité dans le but de faire connaitre l’entreprise et ses produits à la
population.

La longueur d’un circuit de distribution est le nombre d’intermédiaires qui interviennent dans le
processus de vente d’un produit.

2) La promotion de vente est l’avantage temporaire que l’on donne à un produit pour
encourager les consommateurs à acheter et accroitre ainsi ses ventes. Elle vise à

Mengang Valère PLET 74


Economie d’Entreprise Première TI

augmenter les ventes et par là le chiffre d’affaire de l’entreprise, de combattre la


concurrence et de fidéliser la clientèle.
3) La gamme est un ensemble de produit de même nature proposé par une entreprise
destiné à satisfaire le même type de besoins. La gamme d’un produit représente donc les
diverses variétés par lesquelles le produit est présenté dans un marché.

Il existe en principe trois niveaux de gamme à savoir :

 Le haut de gamme qui correspond aux produits de lux ayant un prix élevé
 Le milieu de gamme ce sont des articles au prix moyen
 Le bas de gamme il s’agit des produits courants ayant un prix considérablement faible

4) La publicité de marque consiste à valoriser la marque d’un produit spécifique. (Exemple la


publicité de POUMA, de Renauld, de 33 export…) alors que La publicité institutionnelle est
celle qui vise à rehausser l’image d’une entreprise. Exemple la publicité de Express Union,
5) La politique de communication en entreprise consiste à informer les consommateurs pour
les amener à découvrir aimer et consommer les produits de l’entreprise.
6) Les moyens d’action de la politique de communication sont : la publicité, la promotion des
ventes, les relations publiques, la force de vente, et le sponsoring ou mécénat. La politique
de communication utilise deux moyens de communication, la communication média et la
communication hors média.

Corrigé Exercice VII-2


1) Définition
La distribution est l’ensemble des opérations qui s’effectuent dès lors que le produit est à
l’état fini jusqu’au moment ou le consommateur final en prend possession.
La ligne de produit est l’ensemble de model que présente une entreprise. Et la profondeur
d’une ligne représente l’ensemble des modèles différent que présente une ligne de
produit.
La largeur d’une gamme est l’ensemble des différents produits que présente l’entreprise.
Alors que la longueur d’une gamme est l’ensemble des lignes ou des modèles de produits
que dispose l’entreprise.

2) La politique de distribution consiste pour l’entreprise à mettre sur pied un certains


nombres de moyens lui permettant de mettre à moindre coût les produits à la disposition
des consommateurs.
3) La distribution a pour but de faciliter le transport des marchandises leur stockage et leur
manutention.
4) Les trois circuits de distribution que l’on distingue sont :

Le circuit court ou direct

Le circuit moyen ou indirect

Le circuit long ou indirect

Mengang Valère PLET 75


Economie d’Entreprise Première TI

5) Le prix d’un bien ou d’un service a cinq objectifs majeurs pour l’entreprise :
 Rentabiliser les capitaux investis
 Augmenter les volumes des ventes
 Augmenter le chiffre d’affaire
 Augmenter les parts de marché
 Faire face à la concurrence
6) La fixation du prix se fait à l’issue d’une bonne étude de marché et à partir des
éléments suivants:
 Le coût : l’entreprise détermine le coût de production ou mieux le prix de revient d’un
article à celui-ci il ajoute une marge de bénéfice pour avoir le prix de vente.
 La demande : il s’agit pour l’entreprise d’évaluer le niveau de la demande sur le marché
afin de proposer un prix de vente qui satisfait la demande.
 La concurrence : l’entreprise a intérêt de connaitre le prix des produits des entreprises
concurrentes et ainsi fixe un prix en fonction de la stratégie adopté pour arracher les
clients concurrents et augmenter sa part de marché.
 L’action des pouvoirs publics : l’Etat prélève une taxe sur les articles vendus ce qui
influence leur prix et dans certains cas décide du prix des articles.

Corrigé Exercice VII-3


1) La publicité vise trois objectifs majeurs : Faire connaitre, c'est-à-dire informer le
consommateur de l’existence du produit ; Faire aimer, c'est-à-dire amener le
consommateur à accepter le produit ; Faire agir, c'est-à-dire amener le consommateur à
acheter le produit.
2) Avantages : pour l’entreprise, la publicité permet d’accroitre les ventes donc des
bénéfices elle permet à l’entreprise de conserver sa clientèle. Pour le consommateur, la
publicité informe les consommateurs sur les caractéristiques et les qualités du produit et
lui procure une possibilité de choix.
3) Inconvénients : pour l’entreprise on note la hausse de prix du aux coûts de la publicité,
quelque fois la publicité est inefficace il y’a donc perte financier en plus on ne peut pas
mesurer financièrement la rentabilité de la publicité. Pour le consommateur elle crée une
multitude de besoins que le consommateur ne peut pas assouvir en plus la hausse de prix
due à la publicité baisse le pouvoir d’achat du consommateur.
4) Les trois types de circuits de distributions sont :
 le circuit court ou direct : ici il n’existe pas d’intermédiaire entre le producteur et le
consommateur final. La transaction est directe du producteur au consommateur final.

Producteur Consommateur final

 Le circuit moyen ou indirect : il existe un seul intermédiaire entre le producteur et le


consommateur final.

Producteur Grossiste Consommateur final

Mengang Valère PLET 76


Economie d’Entreprise Première TI

 Le circuit long ou indirect : ici il existe au moins deux intermédiaires dans le processus de
vente.

Producteur Grossiste Consommateur final

Détaillant
Semi-grossiste

5) La communication média est la communication qui s’effectue à l’aide d’un moyen matériel
appelé médias tels que la radio, la télévision, la presse… elle passe par plusieurs techniques
entre autres La publicité Promotion des ventes alors que la communication hors média est
la communication qui ne nécessite pas l’usage des médias pour faire passer le message.
Elle s’effectue à travers les relations publiques et le sponsoring ou mécénat.

Corrigé Exercice VII-4


1) Le cycle de vie d’une entreprise comme étant l’ensemble de phases par les quelles passe
un produit pour se maintenir dans un marché avant sa disparition.
2) Le cycle de vie d’un produit comte quatre phases : la naissance, la croissance, la maturité
et le déclin.
3) En observant le tableau d’analyse du chiffre d’affaire et des bénéfices les différentes
phases du cycle de vie de « Come étoile » sont :
 La phase 1 du 01/01/2013 au 29/03/2013. Ici le chiffre d’affaire est le plus faible les
bénéfices sont nuls elle correspond à la naissance
 La phase 2 du 30/03/2013 au 01/02/2014. Le chiffre d’affaire augmente et les bénéfices
apparaissent elle correspond à la croissance
 La phase 3 du 02/02/2014 au 15/08/2014. Ici le chiffre d’affaire est le plus élevé c'est-à-
dire maximal et les bénéfices sont optimales ce qui signifie que le produit est apprécié dans
le marché et les ventes très grandes. Cette phase correspond à la maturité
 La phase 4 du 16/08/2014 au 31/12/2014 ici le chiffre d’affaire à chuté et dont les ventes,
les bénéfices sont devenu insatisfaisants on peut parler ici du déclin
4) On entend par caractéristiques fonctionnelles :l’ensemble des services rendu par le
produit, son utilité, ces composants… La caractéristique fonctionnelle citée dans le texte
est l’utilité du produit : « Come étoile » est une huile utilisée pour le traitement des
cheveux.

5) Les critères de classification d’un produit sont : La durée d’utilisation du produit, la nature du
produit, le comportement d’achat du produit, la destination
6) La différence entre le conditionnement et l’emballage est que : le conditionnement d’un
produit est la manière dont est présenté un produit sur le marché. Il est lié au produit et
représente généralement son unité de vente. Alor que l’emballage d’un produit est l’objet

Mengang Valère PLET 77


Economie d’Entreprise Première TI

matériel qui protège le produit et facilite sa manutention. Il est facilement dissociable du


produit.

Mengang Valère PLET 78


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 8 : LA GESTION DU PERSONNEL


COMMERCIAL

La mise sur pied de l’action commerciale dans l’entreprise requiert un personnel commercial.
Cette partie du personnel doit mettre en oeuvre les procédés permettant de combler les souhaits
de l’entreprise dans le but d’améliorer les résultats.

I- DEFINITION ET COMPOSANTES DU PERSONNEL COMMERCIAL

1) Définition
Le personnel commercial est l’ensemble des ouvriers de l’entreprise dont le domaine d’activité
est l’achat la vente et l’échange des produits. Il est divisé très souvent en deux groupes : le
personnel en contact avec le marché en amont on parle de force d’achat, et le personnel en
contact avec l’entreprise on parle de force de vente.

a) La force d’achat

La force d’achat est l’ensemble de personnes chargées de l’approvisionnement de l’entreprise


en matière première, en produits, en matériels et d’autres services. Sa fonction est de passer les
commandes ; de créer et gérer les contacts avec les fournisseurs potentiels ; d’informer les
services de l’entreprise qui utilisent ses activités.

b) La force de vente(FDV)

La force de vente est l’ensemble du personnel chargé de la prospection de la vente et des


relations commerciales de l’entreprise. Les agents de la FDV sont les vendeurs, les prospecteurs,
les représentants, et les commerciaux ou marchandeur organisés en trois équipes :

 Une équipe de vente sédentaire ou vendeur fixe: il s’agit du personnel qui ne se


déplace pas pour entrer en contact avec les clients et vendre les produits. Il s’agit par
exemple du directeur commercial, le chef des ventes, les vendeurs en magasin…
 Les équipes de vente non sédentaire ou équipes de vente mobiles : il s’agit du
personnel commercial de l’entreprise qui sort à la rencontre des clients. Il s’agit des
délégués commerciaux, les démonstrateurs, les marchandiseurs, les prospecteurs, les
représentants…

Mengang Valère PLET 79


Economie d’Entreprise Première TI

 Les équipes de vendeurs indépendants : ce personnel n’est pas employé par


l’entreprise. Il s’agit des personnes physiques ou morales qui signent des contrats avec
l’entreprise. On a par exemple les commissionnaires, les agents commerciaux les
coursiers…

2) Les méthodes de ventes


Il existe trois méthodes de ventes qui sont aujourd’hui utilisées en entreprise :

 Lavente de contact : ce sont les ventes qui se font par l’intermédiaire d’un vendeur et qui met
l’accent sur le contact direct entre le vendeur et l’acheteur. Cette méthode se présente sous
plusieurs formes : la forme traditionnelle des ventes, la vente sur stands la vente à domicile, les
ventes par téléphone…
 La vente visuelle : elle s’effectue sans la présence d’un vendeur. Elle se présente sous plusieurs
formes : les ventes en libre service, les ventes par distributeur automatique, les ventes en libre
choix…
 La vente à distance : c’est une vente qui ne nécessite pas un contact direct entre le vendeur et
l’acheteur. Elle se forme sous les formes suivantes les ventes par correspondance, les ventes par
internet, les téléventes…

II- LES FORMES DE REMUNERATION


Le personnel commercial peut être rémunéré de deux manières la rémunération fixe et la
rémunération variable.

1) La rémunération fixe
Il s’agit d’un salaire fixe et stable qui ne tient pas compte du volume de vente réalisé ni du
rendement du vendeur mais qui est basé sur l’analyse de la tache à réaliser. C’est une méthode de
rémunération peut motivante pour le vendeur bien qu’elle soit sécurisante.

2) La Rémunération Variable
Ici le vendeur est payé en fonction de son rendement. Cette rémunération comporte
quelquesvariantes :

 La méthode de commissions ou de primes: ici la rémunération dépend uniquement du


résultat réalisé par le vendeur. C’est une méthode qui stimule le vendeur mais qui ne lui
garanti pas un salaire donc sans sécurité.

Mengang Valère PLET 80


Economie d’Entreprise Première TI

 La méthode fixe plus commissions : il combine la rémunération fixe et la méthode de


commissions ici le vendeur reçois d’abord un salaire fixe auquel s’ajoute une commission
en fonction de du résultat de ses ventes. C’est un système à la fois sécurisant et stimulant.
 La méthode fixe plus commission plus prime : il s’agit de la méthode précédente à la
quelle on ajoute une prime au vendeur qui atteint un quota(en quantité ou en valeur) de
vente fixé au préalable. En plus d’être sécurisant et motivant ce système dynamise le
vendeur.

III- LES PROFILS DE VENDEURS

Un bon prospecteur, un vendeur ou un marchandeur doit être doté de type de qualités les
qualités personnelles ; les qualités techniques ; et les qualités commerciales.

1) Les qualités personnelles


Il s’agit de :

 La bonne présentation
 La confiance en soit
 L’optimisme
 La persévérance

2) Les Qualités Techniques


Comme qualité technique le personnel commercial doit :

 Bien connaitre le marché


 Avoir une bonne culture générale
 Avoir le sens de l’observation
 Etre créatif

3) Les Qualités Commerciales


Les qualités attendues ici sont :

 Etre prêt à l’écoute,


 Etre disponible et raisonnable,
 Avoir le sens de l’initiative et l’innovation,
 Pouvoir s’adapter facilement.

Mengang Valère PLET 81


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
Exercice VIII-1
1) Définir les expressions suivantes : le personnel commercial, la force d’achat, la force de vente
2) Le personnel commercial est divisé en deux grand groupes citez les.
3) Quelle est la fonction de la force d’achat.
4) Quelle est la différence entre vendeurs sédentaires et vendeurs mobiles
5) Citer les trois qualités d’un bon marchandeur.

Exercice VIII-2
1) Que veut dire vendeur indépendant donné un exemple
2) Le personnel commercial peut être rémunéré de deux manières les quelle ?
3) De ces deux manières de rémunérations qu’elle est celle qui tient compte du rendement
du personnel commercial.
4) Citer explicitement les variantes de la rémunération qi tient compte du rendement du
personnel commercial.
5) Donner deux différences entre la rémunération variable et la rémunération fixe

Exercice VIII-3
Pour payer les vendeurs le directeur des établissements « Mandelle » offre un salaire fixe de 100 000frs et
des commissions composées de :

- 2% jusqu’à 750 000frs du chiffre d’affaire


- 3% sur la tranche de chiffre d’affaire comprise entre 750 000frs et 1 500 000frs
- 4% pour la tranche supérieure à 1 500 000frs

Il offre également une prime de :

- 10 000frs si le chiffre d’affaire réalisé est compris entre 1000 000frs et 2 000 000frs
- 20 000frs si le chiffre d’affaire réalisé est supérieur à 2 000 000frs

Travail A Faire (TAF)

Calculer la rémunération d’ENGOLO qui a réalisé un chiffre de 1 750 000frs

Mengang Valère PLET 82


Economie d’Entreprise Première TI

Correction des Exercices


Corrigé Exercice VIII-1
1) Définition

Le personnel commercial est l’ensemble des ouvriers de l’entreprise dont le domaine


d’activité est l’achat la vente et l’échange des produits.

La force d’achat est l’ensemble de personnes chargées de l’approvisionnement de l’entreprise


en matière première, en produits, en matériels et d’autres services.

La force de vente est l’ensemble du personnel chargé de la prospection de la vente et des


relations commerciales de l’entreprise.

2) Le personnel commercial est très souvent divisé en deux groupes : le personnel en contact
avec le marché en amont on parle de force d’achat, et le personnel en contact avec
l’entreprise on parle de force de vente.
3) La fonction de la force d’achat est de passer les commandes ; de créer et gérer les contacts
avec les fournisseurs potentiels ; d’informer les services de l’entreprise qui utilisent ses
activités.
4) La différence est que les vendeurs sédentaires ou vendeur fixe constituent l’ensemble de
personnel qui ne se déplace pas pour entrer en contact avec les clients et vendre les
produits. Alors que vendeurs mobiles ou non sédentaires constituent le personnel
commercial de l’entreprise qui sort à la rencontre des clients.
5) Un bon marchandeur, un vendeur ou prospecteur un doit être doté de type de qualités les
qualités personnelles ; les qualités techniques ; et les qualités commerciales.

Corrigé Exercice VIII-2


1) Les vendeurs indépendants : c’est la partie du personnel qui n’est pas employé par
l’entreprise. Il s’agit des personnes physiques ou morales qui signent des contrats avec
l’entreprise. On a par exemple les commissionnaires, les agents commerciaux les
coursiers…
2) Le personnel commercial peut être rémunéré de deux manières la rémunération fixe et la
rémunération variable.
3) De ces deux manières de rémunérations celle qui tient compte du rendement du
personnel commercial est la rémunération variable.
4) Les variantes de la rémunération variable sont :
 La méthode de commissions ou de primes: ici la rémunération dépend uniquement du
résultat réalisé par le vendeur. C’est une méthode qui stimule le vendeur mais qui ne lui
garanti pas un salaire donc sans sécurité.
 La méthode fixe plus commissions : il combine la rémunération fixe et la méthode de
commissions ici le vendeur reçois d’abord un salaire fixe auquel s’ajoute une commission
en fonction de du résultat de ses ventes. C’est un système à la fois sécurisant et stimulant.

Mengang Valère PLET 83


Economie d’Entreprise Première TI

 La méthode fixe plus commission plus prime : il s’agit de la méthode précédente à la


quelle on ajoute une prime au vendeur qui atteint un quota(en quantité ou en valeur) de
vente fixé au préalable. En plus d’être sécurisant et motivant ce système dynamise le
vendeur.
5) La première différence est que la rémunération fixe ne tient pas compte du rendement du
personnel commercial alors que la rémunération variable tient compte de la rentabilité du
travailleur. La seconde est que la rémunération fixe procure une sécurité contrairement à
la rémunération variable. On peut également parler de la motivation la rémunération fixe
ne motive pas le travailleur alors qu’avec la rémunération variable le travailleur est motivé
à augmenter son rendement pour augmenter son salaire.

Corrigé Exercice VIII-3


Calcul de la rémunération d’ENGOLO qui a réalisé un CA de 1 750 000frs

Salaire totale = salaire fixe + commission + primes

Salaire fixe = 100 000frs

Calcul des commissions on a 2% si CA = 750 000frs ; 3% si 750 000frs ≤ CA ≤ 1 500 000frs ; et 4% si


CA > 1 500 000frs

- 750 000frs × 0,02 = 15 000frs


- 750 000frs × 0,03 = 22 500frs
- (1 750 000frs – 1 500 000frs) × 0,04 = 10 000fr
Total commission 15 000 + 22 500 + 10 000 = 47 500frs

Prime = 10 000frs

Salaire total = 100 000 + 47 500 + 10 000 = 157 500frs

ST = 157 500 frs

Mengang Valère PLET 84


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 9 : L’ORGANISATION DE LA
PRODUCTION

Dans une entreprise l’activité de production est sa raison d’existence. Elle implique pour ce
fait la maitrise et l’organisation des techniques de production pour rentabiliser les capitaux
investis.

I- GENERALITE SUR LA PRODUCTION

1) Définition
La production et l’acte par lequel une entreprise crée des biens et services à partir de la
combinaison des facteurs de productions pour la satisfaction des besoins ressentis.

2) Les Objectifs de la Production


L’objectif principal de la production pour une entreprise est de mettre à la disposition des
commerciaux, à moindre coût, dans les meilleurs délais et en tenant compte de la qualité et des
quantités des produits susceptibles d’être vendus dans un marché. Ceci passe par trois objectifs à
savoir:

 L’objectif de productivité (ou de capacité): il s’agit de la production des biens et en quantité


suffisante pour éviter les ruptures de stocks et satisfaire la demande ;
 L’objectif de coût ou de rentabilité : l’entreprise doit chercher à minimiser les coûts de production
pour accroitre le bénéfice ;
 L’objectif de qualité : l’entreprise doit mettre sur le marché des produits de bonne qualité
répondant aux exigences des consommateurs ;
 L’objectif de délai : l’entreprise doit chercher à produire des biens de manière à respecter les délais
donnés aux clients.

3) Les Contraintes de la Production

Mengang Valère PLET 85


Economie d’Entreprise Première TI

Dans son activité de production permettant de rentabiliser les capitaux investis et de


maximiser le profit, l’entreprise fait face à un certain nombre de contraintes à savoir :

 Les contraintes de délais : le respect de ces contraintes permet de fidéliser les clients
et maintenir la continuité du fonctionnement de l’entreprise ;
 Les contraintes de qualité : le respect permet de se maintenir sur le marché et
d’augmenter les parts de marché du produit ;
 Les contraintes de coût : dont l’optimisation permet d’accroitre la rentabilité de
l’entreprise et vaincre la concurrence
 Les contraintes de quantité : le respect de ses contraintes évite à l’entreprise des
surcoûts liés au stockage ou des pertes pour les articles périssables.

Pour subvenir à toutes ces contraintes l’entreprise doit adopter une organisation du travail qui
optimise tous les facteurs de production.

II- LES MODES ET LES SERVICES DE PRODUCTION

1) Les Modes de Production


Il existe plusieurs modes de production que l’entreprise peut adopter en fonction de ces
clients, de son marché, de l’organisation du travail de production etc. Nous allons citer les trois
principales que propose l’art de produire :

 La production sur commande unitaire : ce mode de production consiste à concevoir les


produits pour le compte d’un client en respectant les besoins spécifiques de ce client
exprimés dans la commande ;
 La production en série : elle consiste à produire en chaine des biens en petite ou en grande
quantité. C’est une fabrication standardisée ;
 La production continue : elle consiste en la production des biens et service sans
interruption dans le but de rentabiliser la machine.

2) Les Services de Production


La préparation du travail de production dans une entreprise comporte deux phases majeures
lesquelles déterminent les services de production. Ces phases sont la préparation administrative
et la préparation technique.

a) La préparation administrative de la production

Cette préparation concerne les activités liées à l’ordonnancement des tâches, au lancement
effectif de la production et au contrôle du travail effectué. La préparation administrative est
assurée par trois services dans l’entreprise :

Mengang Valère PLET 86


Economie d’Entreprise Première TI

 Le service d’ordonnancement : il a pour rôle d’étudier de programmer et de répartir les


taches liées à la production dans les différents services et les ateliers de production pour
favoriser le respect des contraintes de la production ;
 Le service de lancement : il garantit au moment opportun le démarrage effectif des
opérations de production et l’approvisionnement des matières et outillages nécessaires à
la production.
 Le service de contrôle : il a pour rôle de confronter les résultats ou les réalisations et les
prévisions ou objectifs. E contrôle porte sur le respect des normes de qualité, l’évolution de
la production, le volume de la production, les pertes de matières, etc.

b) La préparation technique de la production

Cette phase concerne les études relatives à la conception du produit et aux méthodes de
fabrication utilisées pour améliorer les conditions de production. Elle est assurée par le service ou
bureau des études et le service ou bureau des méthodes.

 Le bureau des études : il a pour rôle de déterminer les caractéristiques du produit à


fabriquer et les techniques de production appropriées à utiliser ;
 Le bureau des méthodes : le rôle de ce service est de définir et de choisir les méthodes de
fabrication appropriées, ainsi que les moyens nécessaires à leur réalisation, afin de
produire à moindre coût.

III- L’ORGANISATION SCIENTIFIQUE DU TRAVAIL

1) Définition
L’organisation scientifique du travail (OST) est un système de rationalisation du travail par
l’analyse systémique des gestes et des comportements en vu de les réduire les améliorer et
obtenir ainsi un rendement optimum. L’OTS a été mis sur pied par Frederick William Taylor d’où le
nom de Taylorisation ou taylorisme qu’on lui attribue. C’est une organisation du travail basé sur
certains principes visant à accroitre la production.

2) Les Principes de l’OTS


L’Organisation Scientifique du Travail repose sur les grands principes suivants :

 La division fonctionnelle du travail : le travail de conception effectué par les cadres doit
être séparé de celui d’exécution effectué par les ouvriers.
 La parcellisation des tâches et la spécialisation: il s’agit de diviser le travail en plusieurs
tâches et confier à des personnes différentes (parcellisation) un travailleur ne devant
effectuer qu’une tâche précise dans l’exécution d’un travail donné.

Mengang Valère PLET 87


Economie d’Entreprise Première TI

 La rationalisation du travail : elle consiste à étudier les mouvements et le temps


d’exécution d’un travail donné de manière à éviter les pertes de temps et les gestes
inutiles.
 La disparition du travail en équipe au profit de l’individualisme.

L’OST prône un système de rémunération basé sur le rendement du travailleur afin d’accroitre
sa productivité.

3) Avantages Limites et Amélioration de l’OST


a) Les avantages de l’OST
 Limiter les pertes de temps le gaspillage et donc d’augmenter la productivité
 Utiliser une main d’œuvre qualifiée
 Optimiser le rendement des travailleurs

b) Limites de l’OST

A cause du rythme et des conditions de travail qu’impose l’OST on a put constater les
inconvénients suivants : L’ouvrier ne peut pas prendre les initiatives dans l’entreprise ;

 La monotonie des tâches due à la spécialisation peut conduire à la baisse de la productivité


des travailleurs ;
 La rémunération basée sur le rendement du travailleur peut pousser le surmenage de
celui-ci ;
 Risque d’accident de travail ou de somnolence du travailleur à cause de la fatigue ;
 Le travailleur est considéré comme une machine de production pas de considération
sociale.

c) L’amélioration des conditions de travail

Dans les années 50 l’OST est remis en cause et des idées nouvelles voient le jour visant à
améliorer l’Organisation Scientifique du Travail il s’agit en particulier de :

 La prise en compte de l’aspect social des travailleurs à travers une bonne information et
une formation conséquente ;
 L’amélioration du cadre de travail permettant au travailleur d’évoluer dans un milieu
favorable à son épanouissement ;
 La révision du système de rémunération ;
 Considérer l’employé comme un humain qui peut participer à la vie de l’entreprise en
prenant des initiatives et non comme un instrument de production ;
 Diminuer la durée de travail
 Développer la polyvalence des ouvriers pour éviter la monotonie et par là prévoir les
accidents.

Mengang Valère PLET 88


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’Application
Exercice IX-1
1) Définir les termes suivants : la production ; L’organisation scientifique du travail (OST)
2) Quel est l’objectif principal de la production pour une entreprise
3) Quelles sont les deux phases de la préparation du travail de production dans une entreprise
4) L’Organisation Scientifique du Travail repose sur quatre grands principes citez les.
5) Donner les avantages et les inconvénients de l’OST

Exercice IX-2
1) Donner les deux services ou bureaux qui assurent la production technique avec leurs rôles
respectifs.
2) Qui est l’auteur de l’OST et donner la visé principal de l’OST.
3) Pour améliorer les conditions de travail de l’OST plusieurs propositions ont été faites citez
en trois.
4) Citer les trois principales méthodes de production proposées par l’art de produire.
5) Donner trois contraintes dont fait face l’entreprise pendant son activité de production

Correction des Exercices


Corrigé Exercice IX-1
1) Définition

Laproduction et l’acte par lequel une entreprise crée des biens et services à partir de la
combinaison des facteurs de productions pour la satisfaction des besoins ressentis.

L’organisation scientifique du travail (OST) est un système de rationalisation du travail par


l’analyse systémique des gestes et des comportements en vu de les réduire les améliorer et
obtenir ainsi un rendement optimum.

2) L’objectif principal de la production pour une entreprise est de mettre à la disposition des
commerciaux, à moindre coût, dans les meilleurs délais et en tenant compte de la qualité
et des quantités des produits susceptibles d’être vendus dans un marché.
3) La préparation du travail de production dans une entreprise comporte deux phases
majeures lesquelles déterminent les services de production. Ces phases sont la préparation
administrative et la préparation technique.
4) L’Organisation Scientifique du Travail repose sur les grands principes suivants :
 La division fonctionnelle du travail : le travail de conception effectué par les cadres doit
être séparé de celui d’exécution effectué par les ouvriers.

Mengang Valère PLET 89


Economie d’Entreprise Première TI

 La parcellisation des tâches et la spécialisation: il s’agit de diviser le travail en plusieurs


tâches et confier à des personnes différentes (parcellisation) un travailleur ne devant
effectuer qu’une tâche précise dans l’exécution d’un travail donné.
 La rationalisation du travail : elle consiste à étudier les mouvements et le temps
d’exécution d’un travail donné de manière à éviter les pertes de temps et les gestes
inutiles.
 La disparition du travail en équipe au profit de l’individualisme.
5) Les avantages de l’OST
 Limiter les pertes de temps le gaspillage et donc d’augmenter la productivité
 Utiliser une main d’œuvre qualifiée
 Optimiser le rendement des travailleurs

Les inconvénients de l’OST

A cause du rythme et des conditions de travail qu’impose l’OST on a put constater les
inconvénients suivants :

 L’ouvrier ne peut pas prendre les initiatives dans l’entreprise ;


 La monotonie des tâches due à la spécialisation peut conduire à la baisse de la productivité
des travailleurs ;
 La rémunération basée sur le rendement du travailleur peut pousser le surmenage de
celui-ci ;
 Risque d’accident de travail ou de somnolence du travailleur à cause de la fatigue ;
 Le travailleur est considéré comme une machine de production pas de considération
sociale.

Corrigé Exercice IX-2


1) La production technique est assurée par le service ou bureau des études et le service ou
bureau des méthodes.
 Le bureau des études : il a pour rôle de déterminer les caractéristiques du produit à
fabriquer et les techniques de production appropriées à utiliser ;
 Le bureau des méthodes : le rôle de ce service est de définir et de choisir les méthodes de
fabrication appropriées, ainsi que les moyens nécessaires à leur réalisation, afin de
produire à moindre coût.
2) L’OTS a été mis sur pied par Frederick William Taylor d’où le nom de Taylorisation ou
taylorisme qu’on lui attribue. C’est une organisation du travail basé sur certains principes
visant à accroitre la production.
3) Les conditions d’amélioration de l’OST sont :
 La prise en compte de l’aspect social des travailleurs à travers une bonne information et
une formation conséquente ;
 L’amélioration du cadre de travail permettant au travailleur d’évoluer dans un milieu
favorable à son épanouissement ;
 La révision du système de rémunération ;

Mengang Valère PLET 90


Economie d’Entreprise Première TI

 Considérer l’employé comme un humain qui peut participer à la vie de l’entreprise en


prenant des initiatives et non comme un instrument de production ;
 Diminuer la durée de travail
 Développer la polyvalence des ouvriers pour éviter la monotonie et par là prévoir les
accidents.
4) Citons les trois principales méthodes de production que propose l’art de produire :
 La production sur commande unitaire : ce mode de production consiste à concevoir les
produits pour le compte d’un client en respectant les besoins spécifiques de ce client
exprimés dans la commande ;
 La production en série : elle consiste à produire en chaine des biens en petite ou en grande
quantité. C’est une fabrication standardisée ;
 La production continue : elle consiste en la production des biens et service sans
interruption dans le but de rentabiliser la machine.
5) Les contraintes dont fait face l’entreprise pendant son activité de production sont :
 Les contraintes de délais : le respect de ces contraintes permet de fidéliser les clients
et maintenir la continuité du fonctionnement de l’entreprise ;
 Les contraintes de qualité : le respect permet de se maintenir sur le marché et
d’augmenter les parts de marché du produit ;
 Les contraintes de coût : dont l’optimisation permet d’accroitre la rentabilité de
l’entreprise et vaincre la concurrence
 Les contraintes de quantité : le respect de ses contraintes évite à l’entreprise des
surcoûts liés au stockage ou des pertes pour les articles périssables.

Mengang Valère PLET 91


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 10 : LA REMUNERATION DU
PERSONNEL

« Tout travail a droit à un salaire.» Pour atteindre ces objectifs économiques et sociaux
l’entreprise doit tenir compte du personnel qui participe au quotidien à sa survie. La rémunération
du personnel est d’une importance capitale que ce soit pour l’entreprise, pour le travailleur que
pour l’économie national. La rémunération vient en contrepartie des efforts fournis et doit tenir
compte aussi bien de l’aspect technique que de l’aspect social.

I- IMPORTANCE DE LA REMUNERATION

La rémunération est d’une importance indéniable que ce soit pour l’entreprise et le travailleur,
que pour l’économie nationale.

1) Importance de la Rémunération pour l’Entreprise


La rémunération est un élément important pour l’entreprise parce qu’elle participe à
l’évaluation du coût de revient des produits fabriqués, elle a un impacte significatif sur le
rendement des employés d’où la nécessité de choisir une bonne méthode de rémunération qui va
favoriser la productivité du travail.

2) Importance de la Rémunération pour le Travailleur

Pour le travailleur la rémunération est un élément de satisfaction, d’épanouissement et de


motivation. Elle procure au travailleur un pouvoir d’achat (ensemble des possibilités et des
moyens dont dispose un individu pour acquérir un bien sur un marché) ce qui lui permet
d’organiser ses dépenses et de se sentir responsable.

3) Importance de la Rémunération pour l’Economie Nationale


La rémunération permet une redistribution des revenus et permet de relancer la demande
des biens et services. C’est également grâce à un bon réglage de la rémunération que certain
secteurs de l’économie comme l’agriculture le commerce l’élevage etc. vont accroitre.

Mengang Valère PLET 92


Economie d’Entreprise Première TI

II- LES FACTEURS DE LA REMUNERATION

Le niveau de salaire d’un travailleur peut être influencé par trois principaux facteurs à
savoir les facteurs liés à l’entreprise,les facteurs externes à l’entreprise et les facteurs liés au
travailleur.

1) Les Facteurs Liés à l’Entreprise


Les facteurs liés à la l’entreprise sont les caractéristiques de l’entreprise qui impactent sur la
rémunération de l’activité de production. On peut citer ici les éléments tels que :
 Le niveau de la production et la rentabilité de l’entreprise,
 La taille de l’entreprise,
 Le type d’activités,
 Les risques liés au travail.
 Le système de rémunération adopté par l’entreprise

2) Les Facteurs Externes à l’Entreprise


Pour rémunérer son personnel l’entreprise a souvent des pressions provenant des structures
externes telles que :
 Les pouvoirs publics par la législation du travail,
 Les syndicats des travailleurs,
 Les ONG,
 Les entreprises concurrentes.

3) Les Facteurs Liés au Travailleur


On les appelle encore facteurs individuels il s’agit des éléments tels que :
 La qualification professionnelle du travailleur
 La productivité du travailleur
 Le poste du travailleur
 L’ancienneté du travailleur
 Les charges familiales du travailleur
 La nationalité du travailleur.

III- LES MODES DE REMUNERATION

Il existe plusieurs méthodes de rémunération, mais quelle que soit la méthode, pour s’estimée
satisfaisante, elle doit revêtir un certaine nombre de qualités. Une bonne rémunération doit être
simple, facile à comprendre et à contrôler par le travailleur, connue d’avance par le travailleur,
proportionnel à l’effort fourni, évité le surmenage du travailleur…
On distingue en général trois modes se rémunération : la rémunération forfaitaire, la rémunération par le
temps et la rémunération liée au rendement.

Mengang Valère PLET 93


Economie d’Entreprise Première TI

1) La Rémunération Forfaitaire
C’est une rémunération fixe qui ne tient pas compte de la quantité ou même de la qualité de
travail que fournit le salarié. Elle varie juste en fonction du poste. Cette méthode ne favorisepas
l’accroissement du rendement.

2) La Rémunération par le Temps


Ici le salaire payé est proportionnel à la durée du travail effectué ou le temps mis au travail.
Cette méthode est d’une extrême simplicité cependant elle ne garantit pas l’accroissement du
rendement ou de la productivité du travail mais favorise plutôt la flânerie. Sa formule est :
S = s*t
Avec S= salaire total, s = salaire horaire, t= temps mis au travail

3) La Rémunération liée au Rendement

Cette méthode contrairement au deux précédentes tient compte de l’importance du travail


fourni par le salarié. Elle a deux variantes le salaire à la pièce et le salaire mixte,fixe plus prime.

a) Le salaire à la pièce
Le salaire payé est calculé proportionnellement au nombre de pièces fabriquées au cours
d’une période donnée. Ce système accroit les taux de rendement et diminue la surveillance des
ouvriers qui sont moins flâneurs. Cependant il augmente les risques de surmenage et d’accident
en plus la qualité des pièces fabriquées est douteuse et nécessite un contrôle rigoureux.
La formule de calcul est :

S=n×p
Avec S = salaire total n = nombre de pièces fabriquées p = salaire par pièce

b) Le salaire mixte, fixe plus prime


Il essaie de remédier aux insuffisances du système précédent (salaire à la pièce). Il comprend
d’abord un montant fixe qui garantit un minimum de salaire et un montant variable qui est
fonction du rendement. Cette prime peut être calculée de deux façons :
- soit à partir du nombre de pièces fabriquées, ici il y’a un nombre de pièce fixes qu’il faut
fabriquer et le surplus fait l’objet de la prime.
- soit sur l’économie de temps réalisée par le travailleur, ici il y’a un temps fixe la prime
apparait donc lorsque le travailleur fini avent ce temps.
Sa formule est :

S = Sf + P
Avec S= salaire total Sf= salaire fixe P= prime et P = st ou s(to-t) ou sp ou s(po-p)
Trois autres formules ont été proposées pour le calcule du salaire on a :
 La formule de GANT : elle préconise le reversement d’un salaire de base et d’un
pourcentage de prime chaque fois que le temps standard (temps prévu) est atteint.

Mengang Valère PLET 94


Economie d’Entreprise Première TI

S = s × t + s(T × k) si t ≤ T
S=s×t si t > T
Avec S= salaire total s = salaire horaire t= temps réel ou temps passé T = temps standard k=
coefficient de la prime
 La formule de HALSEY William : ici on propose un salaire de base et une prime sur
l’économie de temps réalisée.
S = s × t + s(T-t) × k
Toute chose restant égale par ailleurs

 La formule du boni intégral : ici la totalité de l’économie du temps réalisé est payé
S = s × t + s(T-t)
Toute chose restant égale par ailleurs

 La formule ROWAN : il s’agit d’un salaire fixe auquel on ajoute une prime qui
correspond à une fraction de l’économie du temps réalisée. Dans ce cas la fraction
de l’économie du temps réalisée est K = t ÷ T

S= (s × t) + (t ÷ T) × s(T-t)

Mengang Valère PLET 95


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’Application
Exercice X-1
1) Définir : rémunération forfaitaire
2) On évalue l’importance de la rémunération à trois niveaux citez les
3) Quels sont les principaux facteurs qui peuvent influencer le niveau de salaire d’un
travailleur ?
4) Comment appelle-ton la rémunération qui tient compte de l’importance du travail que
fourni le salarié ?
5) Donner l’importance de la rémunération au niveau de l’économie national

Exercice X-2
L’entreprise DDC est une PME qui emploie cinq ouvriers la fiche de calcul du salaire pour le mois
de décembre 2013 vous est présenté ci-dessous.

Noms ouvriers Dikosso Essomba Nanga Olinga Ndoko


Eléments du salaire
Salaire horaire 2000 Fr 2000 Fr 2000 Fr 2000 Fr 2000 Fr
Temps alloué au travail par mois 100H 100 H 100H 100H 100H
Temps mis au travail par mois 95 H 95 H 98 H 90 H 91 H
Nombre de stylos fabriqué 2000 2100 2200 1900 2010
Salaire pour un stylo fabriqué 90 90 90 90 90

Travail A Faire (TAF)

1) Citer trois facteurs liés au travailleur et trois facteurs liés à l’entreprise qui influencent la
rémunération d’un travailleur dans une entreprise.
2) Calculer le salaire mensuel de chaque ouvrier en utilisant la formule du salaire au temps
3) Calculer le salaire des ouvriers en utilisant la formule du salaire aux pièces.

Exercice X-3
ATANGANA est un employé de l’entreprise « WABO & FILS » situé à Bertoua qui fabrique dans
trois ateliers successifs (atelier de collecte, atelier de fabrication, atelier de conditionnement) une
gamme de produits. L’entreprise« WABO & FILS » pour motiver ses employés a opté de calculer
leurs salaires avec la méthode mixte, fixe plus prime. Cette méthode est complexe pour
ATANGANA il vous demande donc de l’aider à calculer son salaire et vous donne les éléments
suivants qui permettent le calcul de son salaire :

N° de bon de travail Temps prévu (temps standard) Temps mis ou temps passé ou réel
ATEL1 2Heures 20 minutes 1Heure 20 minutes
ATEL2 3Heures 10 minutes 2Heures
ATEL3 4Heures 30 minutes 3Heures 40 minutes
Le salaire horaire est de 6300,

Mengang Valère PLET 96


Economie d’Entreprise Première TI

Le coefficient de la prime ou la fraction de l’économie de temps à prendre en compte est k = ½

Travail A Faire (TAF):

1) Que signifie gamme de produit


2) En quoi consiste le calcul du salaire mixte, fixe plus prime ?
3) Citer trois méthodes de calcul dérivées de salaire mixte, fixe plus prime
4) Calculer le salaire d’ATANGANA avec chacune des trois méthodes.

Exercice X-4
Un représentant commercial de l’entreprise CAMLAIT est rémunéré mensuellement d’après le
système suivant :

 Salaire fixe : 150 000


 Commission sur les ventesréalisée suivant le barème ci-après :
- 5% jusqu’à 1 500 000frs de CA
- 8% de 1 500 000fr à 3 000 000frs de CA
- 10% de 3 000 000 à 4 500 000frs de CA
- 12% au-delà de 4 500 000frs de CA

Travail A Faire (TAF)

1) Calcul le salaire pour le mois de Novembre 2013 de ce représentant qui a réalisé un chiffre
d’affaire (CA) de 4 000 0000frs au cours de ce mois
2) Sachant que ce représentant à reçu un salaire de 345 000 frs en septembre calculer le
chiffre d’affaire qu’il a réalisé en septembre

Correction des Exercices


Corrigé Exercice X-1
1) La rémunération forfaitaire : est une rémunération fixe qui ne tient pas compte de la quantité
ou même de la qualité de travail que fournit le salarié. Elle varie juste en fonction du poste.
2) La rémunération est d’une importance indéniable que ce soit pour l’entreprise et le travailleur,
que pour l’économie nationale.
3) Le niveau de salaire d’un travailleur peut être influencé par trois principaux facteurs à savoir les
facteurs liés à l’entreprise,les facteurs externes à l’entreprise et les facteurs liés au travailleur.

Mengang Valère PLET 97


Economie d’Entreprise Première TI

4) Cette méthode qui tient compte de l’importance du travail fourni par le salarié est la
rémunération au rendement. Elle a deux variantes le salaire à la pièce et le salaire mixte,fixe plus
prime.
5) Au niveau de l’économie national, la rémunération permet une redistribution des revenus et une
relance de la demande des biens et services. C’est également grâce à un bon réglage de la
rémunération que certain secteurs de l’économie comme l’agriculture le commerce l’élevage etc.
vont accroitre.

Corrigé Exercice X-2


1) Les facteurs liés au travailleur et qui influence sa rémunération :
 La qualification professionnelle du travailleur
 La productivité du travailleur
 Le poste du travailleur
 L’ancienneté du travailleur
 Les charges familiales du travailleur
 La nationalité du travailleur.

Les facteurs liés à l’entreprise et qui influence la rémunération du travailleur :

 Le niveau de la production et la rentabilité de l’entreprise,


 La taille de l’entreprise,
 Le type d’activités,
 Les risques liés au travail.
 Le système de rémunération adopté par l’entreprise
 Les pouvoirs publics par la législation du travail,
 Les syndicats des travailleurs,
 Les ONG,
 Les entreprises concurrentes.
2) Calcul du salaire de chaque ouvrier suivant la formule du salaire au temps

On sait que

S=s×t
Avec S = salaire total s = salaire auraire t = temps mis au travail

Noms Dikosso Essomba Nanga Olinga Ndoko


Eléments du salaire ouvriers
Salaire horaire (s) 2000 Fr 2000 Fr 2000 Fr 2000 Fr 2000 Fr
Temps mis au travail par mois (t) 95 H 95 H 98 H 90 H 91 H
Salaire Total (S = s × t) 95× 2000 95 × 2000 98 × 2000 90 × 2000 91 × 2000
=190 000 = 190 000 = 196 000 = 180 000 = 182 000

3) Calcul du salaire de chaque ouvrier suivant la formule du salaire à la pièce

Mengang Valère PLET 98


Economie d’Entreprise Première TI

On sait que : S = n × P avec S = salaire Totale n nombre de pièces p = salaire par pièce

Noms Dikosso Essomba Nanga Olinga Ndoko


Eléments du salaire ouvriers
Nombre de stylos fabriqué (n) 2000 2100 2200 1900 2010
Salaire pour un stylo fabriqué (p) 90 90 90 90 90
Salaire totale (S= n × p) 90 × 2000 90 × 2100 90 × 2200 90 × 1900 90 × 2010
= 180 000 = 189 000 =196 000 =171 000 =180900

Corrigé Exercice X-3


1) Gamme est un ensemble de produit de même nature proposé par une entreprise destiné à
satisfaire le même type de besoins. La gamme d’un produit représente donc les diverses
variétés par lesquelles le produit est présenté dans un marché.
2) Le calcul du salaire mixte, fixe plus prime comprend d’abord un montant fixe qui garantit
un minimum de salaire et un montant variable qui est fonction du rendement.
3) Trois autres formules ont été proposées pour le calcule du salaire on a :
 La formule de GANT
S = s × t + s(T × k)
 La formule de HALSEY William
S = s × t + s(T-t) × k
 La formule du boni intégral
S = s × t + s(T-t)
 La formule ROWAN
S= (s × t) + (t ÷ T) × s(T-t)
4) Calcul du salaire d’ATANGANA

ATEL1 T = 2H20min = 140min t = 1H20min = 80min s = 6300/H = 105/min

ATEL2 T = 3H10 190min t = 2H = 120min

ATEL3 T= 4H 30min = 270 min t= 3H 40min = 220 min

a) Suivant la formule de GANT : on a

S = s × t + s(T × k)
Avec S = salaire total s = salaire horaire t = temps réel T = temps standard k =
coefficient de la prime

N° de Temps prévu Temps mis Salaire fixe (S×t) Primes Salaire


bon de (temps ou temps s(T×K) (S×t) + s(T×K)
travail standard) passé ou réel
ATEL1 2H 20 min 1H 20 min 105×80 = 8400 105× 140× 0,5 = 7350 15750
ATEL2 3H 10 min 2H00min 105×120 = 12600 105×190× 0,5 = 9975 22575
ATEL3 4H 30 min 3H 40 min 105× 220 = 23100 105× 270×0,5 = 14175 37275
TOTAL 10H 7H 105× 420 = 44100 105× 600×0,5 = 31500 75600
Mengang Valère PLET 99
Economie d’Entreprise Première TI

b) Suivant La formule de HALSEY William


S = s × t + s(T-t) × k
Avec S = salaire total s = salaire horaire t = temps réel T = temps standard k =
coefficient de la prime

N° de Temps prévu Temps mis Salaire fixe (S×t) Primes Salaire


bon de (temps ou temps s(T- t)×K (S×t) + s(T-t)×K
travail standard) passé ou réel
ATEL1 2H 20 min 1H 20 min 105×80 = 8400 105× 60× 0,5 = 3150 11550
ATEL2 3H 10 min 2H00min 105×120 = 12600 105×70× 0,5 = 3675 16275
ATEL3 4H 30 min 3H 40 min 105× 220 = 23100 105× 50×0,5 = 2625 25725
TOTAL 10H 7H 105× 420 = 44100 105× 180×0,5 = 9450 53550

c) La formule du boni intégral


S = s × t + s(T-t)
N° de Temps prévu Temps mis Salaire fixe (S×t) Primes Salaire
bon de (temps ou temps s(T- t)×K (S×t) + s(T-t)×K
travail standard) passé ou réel
ATEL1 2H 20 min 1H 20 min 105×80 = 8400 105× 60 = 6300 14700
ATEL2 3H 10 min 2H00min 105×120 = 12600 105×70 = 7350 19950
ATEL3 4H 30 min 3H 40 min 105× 220 = 23100 105× 50 = 5250 28350
TOTAL 10H 7H 105× 420 = 44100 105× 180 = 18900 63000

Corrigé Exercice X-4


1) Calcul de la rémunération (R) du représentant commercial :
R = SF (Salaire Fixe) + C (Commission)
Calcul des commissions
Tranche de CA Montant de CA Taux de la commission Montant de la
commission
[0 – 1 500 000] 1 500 000 5% (0,05) 75 000
[1 500 000 – 3 000 000] 1 500 000 8% (0,08) 120 000
[3 000 000 – 4 500 000] 1000 000 10% (0,1) 100 000
[4 500 000 – ∞] 0 12% (0,12) 0
TOTAL 4 000 000 295 000

R = 150 000 + 295 000 = 445 000frs

2) Calcul du chiffre d’affaire réalisé en septembre


Calcul du montant des commissions (C) réalisées en ce mois
C (commissions) = R (rémunération) – SF (salaire fixe) ↔ 345 000 – 150 000 = 195 000
Calcul du chiffre d’affaire (CA)
Tranche de CA Montant de CA Taux de la commission Montant de la

Mengang Valère PLET 100


Economie d’Entreprise Première TI

commission
[0 – 1 500 000[ 1 500 000 5% (0,05) 75 000
[1 500 000 – 3 000 000] 1 500 000 8% (0,08) 120 000
TOTAL 3 000 000 195 000

Le chiffre d’affaire réalisé en septembre est de 3 000 0000frs

Mengang Valère PLET 101


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 11 : ANALYSE DE LA SITUATION


FINANCIERE DE L’ENTREPRISE

L’analyse de la situation financière de l’entreprise permet aux dirigeants de l’entreprise de


bien gérer la création d’une entreprise son fonctionnement et sa survie. Cette analyse consiste
pour les dirigeants d’évaluer à travers certains instruments ou indicateurs financiers comme le
bilan financier, le fond de roulement la trésorerie… les sources et l’évolution des finances de
l’entreprise à la fin de chaque période.

I- NOTION DE BILAN

1) Définitions
Le patrimoine d’une personne physique ou morale est l’ensemble des biens et des dettes
détenus par cette personne à un moment donné. Le bilan est un tableau qui présente de façon
détaillée la situation du patrimoine de l’entreprise à un moment donné. Le bilan condensé est un
bilan qui regroupe les éléments du bilan de l’entreprise en grandes masse significatives.

2) Etude analytique du Bilan


Le bilan d’une entreprise est un tableau descriptif du patrimoine qui comprend deux grades
parties : l’actif (l’ensemble des biens) et le passif (l’ensemble des dettes). On peut définir le passif
comme l’origine des biens ou encore l’ensemble des moyens financiers qui ont permis à une
entreprise ou à une association d'acquérir les biens et qui figurent à l'actif de son bilan. L’actif
quand à lui est l’emploi qui est fait des ressources. C'est-à-dire ce que les ressources ont permis à
l’entreprise d’acquérir. On peut encore définir l’actif comme l’ensemble des biens matériels et
immatériels et des créances qui figurent sur le bilan au titre des avoirs. Au regard de ces définition
il doit toujours avoir un équilibre entre le passif et l’actif c’est la caractéristique principale du bilan.
Le bilan comptable présente les éléments du passif et de l’actif de façon détaillé alors que le
bilan financier les regroupe en grandes masses. L’analyse du bilan ou le regroupement de ces
éléments en grandes masses constitue le passage du bilan comptable au bilan financier. Le bilan
financier se présente donc comme suit :

Mengang Valère PLET 102


Economie d’Entreprise Première TI

Bilan de l’entreprise XXX au 31/12/2012


Actif Passif
Libellés Montants Libellés Montants
Actif immobilisé Capitaux propres
Actif
ou immobilisations
immobilisé Capitaux
Valeurs Dettes à long et moyen permanents
d’exploitation terme ou dettes
financières
Actif Valeurs réalisables Dettes à court terme
circulent Passif
Disponibilité ou Trésorerie passif circulent
Trésorerie actif
Β β
TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF

3) Analyse des Masses du Bilan Financier

d) L’actif Immobilisé ou Stable (AI ou AS) : ce sont des immobilisations financières, biens
corporels (matériels) et des biens incorporels (immatériels) acquis par l’entreprise pour
être utilisés de manière durable. Exemples les titres de participation, les terrains, les
bâtiments, les frais de recherche…).
e) les Valeurs d’Exploitation ou actif circulant d’exploitation: c’est l’ensemble des stocks de
l’entreprise c'est-à-dire les stocks de marchandises et les stocks de matières premières.
f) les Valeurs Réalisables : cette masse est constituée des créances sur les clients
g) Les Valeurs Disponibles ou Disponibilités ou Trésorerie Actif (TA) : ce sont des avoirs en
banque et en caisse les bons de trésorerie les effets de à recevoir les CCP (compte chèque
postal)…
h) Les Capitaux Propres (CP) : ils sont constitués du capital social (apports des associés), des
réserves (bénéfices non distribués), les provisions, les subventions d’investissement…
i) Les Dettes Financières (DF) ou Dettes à Long et Moyen Terme (DLMT) : ce sont des
dettes exigibles à plus d’un an on a les emprunts obligataires, les dettes de crédit-bail
(contrat de location d'un bien au terme duquel le locataire a la possibilité d'acheter ce
bien pour un prix qui tient compte des versements locatifs déjà effectués).
j) Les Dettes à Court Terme (DCT) : ils sont constitués des crédits fournisseurs, des dettes
fiscales (TVA), des dettes sociales.
k) La Trésorerie Passive (TP) : découverts bancaires, les effets à payer, (EAP)…

NB : Le passif finance l’actif en fonction de la durée de vie des éléments. C'est-à-dire les éléments
de l’actif doivent être financés par ceux du passif avec qui ils ont la même durée de vie dans
l’entreprise. Ainsi l’actif immobilisé (AI) est financé par les capitaux permanents et le passif
circulent finance l’actif circulent. D’où le rôle de l’équilibre du bilan.

Mengang Valère PLET 103


Economie d’Entreprise Première TI

II- EVALUATION DE LA SITUATION FINANCIERE DE L’ENTREPRISE

L’évaluation de la situation financière de l’entreprise passe par l’analyse et le calcul des


indicateurs de la situation financière de l’entreprise à savoir : le fond de roulement, le besoin en
fond de roulement et la trésorerie.

1) Le Fond de Roulement (FR)


Le fond de roulement est la marge de sécurité constitué par la partie des capitaux permanents
utilisée pour financer l’actif circulent. En d’autres termes c’est l’excédent des capitaux permanents
resté après le financement total de l’actif immobilisé. On distingue deux méthodes de calcul du
FR :
 Par le haut du bilan on parle de Fond de Roulement Permanent :
FR = capitaux permanents – actif immobilisé
 Par le bas du bilan on parle de Fond de Roulement Net :
FR = Actifs circulent – passif circulent

On distingue également d’autres fond de roulement spécifiques au choix des entreprises comme
- Le Fond de Roulement Propre (FRP) :
FRP = capitaux propres – actif Immobilisé
- Le Fond de Roulement Etranger (FRE) :
FRE = DLMT – DCT
- Le Font de Roulement Total (FRT) :
FRT = valeurs d’exploitation + valeurs réalisable + valeurs disponibles

NB : le fond de roulement peut être excédentaire s’il est positif ou alors déficitaire s’il est négatif.
Si le FR est excédentaire on parle d’indépendance financière car l’entreprise est capable de
financer ces immobilisations, et elle dispose d’une trésorerie pour faire face aux échéances.
Si le FR est déficitaire ceci implique que les immobilisations sont financées par les dettes à court
terme. En cas de difficulté l’entreprise ne pourra pas faire face aux échéances.

2) Le Besoin en Fond de Roulement (BFR)


Le BFR est l’ensemble des besoins financiers nécessaires à la couverture du cycle d’exploitation
de l’entreprise. Il désigne encore la partie des besoins permanents de l’actif circulant et des dettes
qui doivent être financés par le fond de roulement de l’entreprise. Sa formule est :
BFR = (valeurs d’exploitation + Valeurs réalisables) – Dettes à court Terme
Il peut être sectionné en deux
 Le BFR d’Exploitation (BFRE) ou BFR de l’Activité Ordinaire (BFRAO)
BFRE ou BFRAO = valeur d’exploitation – DCT d’Exploitation (fournisseurs)
 Le BFR Hors Exploitation (BFRHE) ou BFR Hors Activité Ordinaire (BFRHAO)
BFRHE ou BFRHAO = valeurs réalisables – DCT Hors Exploitation (dettes diverses)
Ce qui donne cette autre formule du besoin en fond de roulement

Mengang Valère PLET 104


Economie d’Entreprise Première TI

BFR = BFRE + BFRHE


Lorsque le Fond de Roulement est supérieur au Besoin en Fond de Roulement
l’atmosphère financière de l’entreprise est parfaite.

3) La Trésorerie (T)

C’est l’ensemble des valeurs dont peut disposer l’entreprise immédiatement ou à très bref
échéance pour effectuer ses payements courants. C’est l’ensemble des disponibilités ou liquidités
financières dont dispose l’entreprise pour rembourser les dettes à court terme. Sa formule est :
T = Trésorerie Actif – Trésorerie Passif
Une autre formule est : T = FR – BFR

NB : Le Budget de trésorerie est un tableau qui permet de calculer la trésorerie de l’entreprise à


un moment donné en présentant les recettes à court terme ou encaissements à court terme et les
dettes à court terme ou décaissements à court terme effectués par l’entreprise au cours de cette
période. Sa structure est la suivante :

Eléments périodes Jan Fev Mar Avr Mai Juin Jui Aout Sep Oct Nov Dec

Trésorerie initiale (solde initial SI)

Encaissement (E) les recettes

Décaissement (D) les dépenses

Trésorerie finale (solde final SF)

III- ETUDE DE LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT ET


QUELEQUES RATIOS

1) La Capacité d’Autofinancement
La Capacité d’Autofinancement (CAF) encore appelé cash flow est le surplus monétaire
partiellement dégagé par l’activité de l’entreprise. La CAF permet de financer les nouveaux
investissements de rémunérer les actifs de rembourser les emprunts.

CAF = Encaissement de la Période -- Décaissement de la Période ou


CAF = Produits Encaissables – Charges Décaissables

Mengang Valère PLET 105


Economie d’Entreprise Première TI

2) Calcule des Ratios


Un ratio est un rapport entre deux grandeurs significatives dont le résultat est utilisé pour la
prise de décision. Les ratios sont souvent importants pour analyser la situation financière de
l’entreprise. On distingue plusieurs ratios :
 Ratio d’Auto Financement ou Ratio d’Autonomie Financière (RAF) ou Ratio d’Indépendance

࡯ࢇ࢖࢏࢚ࢇ࢛࢞ ࡼ࢘࢕࢖࢘ࢋ࢙
Financière (RIF) :

‫ۯ܀‬۴ =
࡯ࢇ࢖࢏࢚ࢇ࢛࢞ ࡱ࢚࢘ࢇ࢔ࢍࢋ࢙࢘ (ࡰ࡯ࢀ + ࡰࡸࡹࢀ)

Ce ratio est bon lorsqu’il est supérieur à 1

 Ratio d’Endettement à Long Terme RELT

ࡰࡸࡹࢀ
‫܀‬۳‫= ܂ۺ‬
࡯ࢇ࢖࢏࢚ࢇ࢛࢞ ࡼࢋ࢘࢓ࢇ࢔ࢋ࢔࢚࢙ (ࢉࢇ࢖࢏࢚ࢇ࢛࢞ ࢖࢘࢕࢖࢘ࢋ࢙ + ࡰࡸࡹࢀ)
 Ratio de Liquidité Réduit ou Restreint (RLR)

ࢂࢇ࢒ࢋ࢛࢙࢘ ࡾéࢇ࢒࢏࢙ࢇ࢈࢒ࢋ࢙ + ࢂࢇ࢒ࢋ࢛࢙࢘ ࡰ࢏࢙࢖࢕࢔࢏࢈࢒ࢋ࢙


‫= ܀ۺ܀‬
ࡰ࡯ࢀ
 Ratio de Liquidité Immédiate (RLI) ou Ratio de Trésorerie Immédiate (RTI)

ࢂࢇ࢒ࢋ࢛࢙࢘ ࡰ࢏࢙࢖࢕࢔࢏࢈࢒ࢋ࢙
‫ۺ܀‬۷ =
ࡰ࡯ࢀ

࡭ࢉ࢚࢏ࢌ ࡯࢏࢘ࢉ࢛࢒ࢋ࢔࢚
 Ratio de Liquidité Générale (RLG)

‫ۺ܀‬۵ =
ࡰ࡯ࢀ

 Ratio de Capacité de Remboursement (RCR)

࡯࡭ࡲ
‫܀‬۱‫= ܀‬
ࡰࡸࡹࢀ
Ces ratiossont bons lorsqu’ilssont supérieurs à 1

࡯ࢇ࢖࢏࢚ࢇ࢛࢞ ࡼࢋ࢘࢓ࢇ࢔ࢋ࢔࢚࢙
 Ratio de Fond de Roulement (RFR)

‫܀‬۴‫= ܀‬
࡭ࢉ࢚࢏ࢌ ࡵ࢓࢓࢕࢈࢏࢒࢏࢙é
 Ratio de Rentabilité Financière (RRF)

࡮é࢔éࢌ࢏ࢉࢋ࢙ ࡺࢋ࢚࢙
‫܀܀‬۴ =
࡯ࢇ࢖࢏࢚ࢇ࢛࢞ ࡼ࢘࢕࢖࢘ࢋ࢙

Mengang Valère PLET 106


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’application
Exercice XI-1
1) Définir les termes suivants : patrimoine, bilan, bilan condensé, trésorerie.
2) Quelle différence existe-t-il entre le bilan comptable et le bilan financier ? en quoi
consiste le passage du bilan comptable au bilan financier ?
3) A quoi sert le Budget de trésorerie dans une entreprise?
4) Que signifie CAF et quel est son rôle dans l’entreprise ?
5) Citer les trois indicateurs de la situation financière de l’entreprise

Exercice XI-2
On vous donne les informations suivantes concernant le bilan de l’entreprise DJIPITA

- Immobilisations ………………………………………………….. 1 400 000


- Valeurs d’exploitation …………………………………………. 700 000
- Valeurs réalisables……………………………………………….. 350 000
- Valeurs disponibles ……………………………………………... 450 000
- Capitaux propres …………………………………………………. 1 500 000
- Dettes à long et moyen terme …………………………….. 1 150 000
- Dettes à court terme …………………………………………… 250 000

Travail A Faire (TAF)

1) Utiliser les informations ci-dessus pour établir le bilan condensé ou en grande masse de
l’entreprise DJIPITA
2) Définir fond de roulement et le calculer de deux façons
3) Calculer les besoins en fond de roulement de cette entreprise et sa trésorerie
4) Apprécier la situation financière de cette entreprise à partir du fond de roulement et du
besoin en fond de roulement
5) Calculer le ratio d’auto financement RAF

Exercice XI-3
L’entreprise « Black and White » est une PME situé à Kribi elle vous donne les informations
suivantes qui représentent les estimations des mouvements de trésorerie pour le premier
semestre 2013

 Janvier
- paiement d’une facture de 50 000 frs
- achat divers 150 000frs
- paiement des salaires 400 000fr
- Vente au comptant 400 000frs

Mengang Valère PLET 107


Economie d’Entreprise Première TI

 Février
- Encaissement d’une créance 100 000frs
- Règlement d’un client par chèque 40 000frs
- Paiement des salaires 20 000frs
 Mars
- Règlement des factures fournisseurs pour 440 000
 Avril
- Vente par chèque pour 100 000frs
- Règlement d’un client en espèce 60 000frs
- Paiement des impôts 200 000frs
 Mai
- Encaissement d’une créance de 60 000frs
- Paiement des intérêts sur emprunt 200 000frs
 Juin
- Payement des salaires 900 000frs
- Encaissement des effets de commerce 1 800 000

Travail A Faire

1) Citer trois moyens permettant d’améliorer la trésorerie d’une entreprise


2) Sachant que la trésorerie initiale de cette entreprise est de 600 000frs établir son budget
de trésorerie pour le premier semestre 2013

Correction des Exercices


Corrigé Exercice XI-1

1) Définition :

Le patrimoine d’une personne physique ou morale est l’ensemble des biens et des dettes
détenus par cette personne à un moment donné.

Le bilan est un tableau qui présente de façon détaillée la situation du patrimoine de l’entreprise à
un moment donné.

Le bilan condensé est un bilan qui regroupe les éléments du bilan de l’entreprise en grandes
masse significatives.

La trésorerieest l’ensemble des valeurs dont peut disposer l’entreprise immédiatement ou à très
bref échéance pour effectuer ses payements courants. C’est l’ensemble des disponibilités ou
liquidités financières dont dispose l’entreprise pour rembourser les dettes à court terme.

Mengang Valère PLET 108


Economie d’Entreprise Première TI

2) La différence est que le bilan comptable présente les éléments du passif et de l’actif de
façon détaillée alors que le bilan financier les regroupe en grandes masses. L’analyse du bilan ou le
regroupement de ces éléments en grandes masses constitue le passage du bilan comptable au
bilan financier.
3) Le Budget de trésorerie est un tableau qui permet de calculer la trésorerie de l’entreprise à
un moment donné en présentant les recettes à court terme ou encaissements à court terme et les
dettes à court terme ou décaissements à court terme effectués par l’entreprise au cours de cette
période.
4) La CAF ou Capacité d’Autofinancement encore appelé cash flow est le surplus monétaire
partiellement dégagé par l’activité de l’entreprise. Dans l’entreprise la CAF permet de financer les
nouveaux investissements de rémunérer les actifs de rembourser les emprunts.
Les trois indicateurs de la situation financière de l’entreprise sont : le fond de roulement, le
besoin en fond de roulement et la trésorerie.

Corrigé Exercice XI-2


1) Etablissement du bilan en grande masse
ACTIF PASSIF
Libellés Montants Libellés Montants
Actif immobilisé 1 400 000 Capitaux propres 1 500 000
Immobilisations
Actif circulant Dettes à long et moyen 1 150 000
Valeurs d’exploitation 700 000 terme
Valeurs réalisables 350 000
Actif de trésorerie Passif circulant
Valeurs disponibles 450 000 Dettes à court terme 250 000
TOTAL 2 900 000 TOTAL 2 900 000

2) Le fond de roulement est la marge de sécurité constitué par la partie des capitaux
permanents utilisée pour financer l’actif circulent. En d’autres termes c’est l’excédent des capitaux
permanents resté après le financement total de l’actif immobilisé.

On distingue deux méthodes de calcul du FR :

 Par le haut du bilan on parle de Fond de Roulement Permanent :


FR = capitaux permanents – actif immobilisé
FR = (1500 000 + 1 150 000) – 1 400 000 = 1 250 000
FR = 1 250 000

 Par le bas du bilan on parle de Fond de Roulement Net :


FR = Actifs circulent – passif circulent
FR = (700 000 + 350 000 + 450 000) – 250 000 = 1 250 000
FR= 1 250 000
3) Calcul du besoin en fond de roulement (BFR)

Mengang Valère PLET 109


Economie d’Entreprise Première TI

BFR = Actif circulant – passif circulant ↔ (700 000 + 350 000) – 250 000 = 800 000

BFR = 800 000


Calcul de la trésorerie T

T = Trésorerie actif – Trésorerie passif ↔ T = 450 000 – 0 = 450 000 ou

T= FR – BFR ↔ T = 1 250 000 – 800 000 = 450 000

T = 450 000
4) Appréciation de la situation financière de l’entreprise DJIPITA
A partir des résultats nous constatons que le FR est positif donc excédentaire donc l’entreprise est
financièrement indépendant et peut financer ces actifs et respecter les échéances de payement de
dettes. Au regard du BFR on peut dire que la situation financière de l’entreprise est bonne car le
BFR est inférieur au FR (800 000 < 1 250 000)

‫ݏ݁ݎ݌݋ݎܲ ݔݑܽݐ݅݌ܽܥ‬
5) Calcul du ratio d’autofinancement (RAF)

RAF =
‫ ܶܥܦ( ݏݎ݁݃݊ܽݎݐܧ ݔݑܽݐ݅݌ܽܥ‬+ ‫)ܶܯܮܦ‬

1 500 000
RAF = = 1,07 > 1
(1 150 000 + 250 000)

Ce ratio étant supérieur à 1 il confirme que l’entreprise jouit d’une indépendance financière

Corrigé Exercice XI- 3


1) Les moyens d’amélioration de la trésorerie d’une entreprise :
- L’augmentation des recettes de l’entreprise en privilégiant les ventes au comptant
- L’augmentation des dettes à court terme obtenues auprès des fournisseurs des banques et
autre partenaires
- La négociation des effets de commerce
- La multiplication des effets d’affacturage
2) Etablissement du budget de trésorerie du premier semestre 2013

Eléments périodes Jan Fév. Mar Avr. Mai Juin

Trésorerie initiale (solde initial SI) 600 000 400 000 520 000 80 000 40 000 -100 000

Encaissement (E) les recettes 400 000 140 000 / 160 000 60 000 1 800 000

Décaissement (D) les dépenses 600 000 20 000 440 000 200 000 200 000 900 000

Trésorerie finale (solde final SF) 400 000 520 000 80 000 40 000 -100 000 800 000

NB : SF = SI + E – D ; SIN = SFN-1

Mengang Valère PLET 110


Economie d’Entreprise Première TI

CHAPITRE 12 : LA GESTION FINANCIERE DE


L’ENTREPRISE

La gestion financière pour une entreprise consiste à déterminer ses besoins de financement à
analyser les moyens possibles de financement et à faire un choix de financement. La gestion
financière est importante car elle donne à l’entreprise la possibilité de choisir un moyen optimal
de financement.

I- LES BESOINS DE FINANCEMENT


Pour mener à bien son activité l’entreprise a besoin de financer les actifs stables c'est-à-dire
ceux qui on une longue vie dans l’entreprise, et les actifs circulants qui ont une vie courte dans
l’entreprise. Ainsi donc l’entreprise distingue deux catégories de besoins de financement : les
besoins de financement à long terme et les besoin de financement à court terme.

1) Les Besoins de Financement à Court Terme


Ce sont les besoins liés aux activités courantes de l’entreprise, le cycle d’exploitation, les
opérations financières habituellement effectuées. On peut les diviser en deux groupes : les
besoins d’exploitation et les besoins hors exploitation :

a) Les besoins d’exploitation


 Les besoins liés aux dépenses d’achats,
 Les besoins liés au payement des frais de stockage,
 Les besoins liés au payement des frais de fabrication,
 Les besoins liés au payement des frais de vente des produits de l’entreprise…

b) Les besoins hors exploitation


 Les besoins liés au remboursement des emprunts et de leurs intérêts
 Les besoins liés au payement des dividendes aux actionnaires
 Les besoins liés de l’impôt sur les bénéfices réalisés

2) Les Besoin de Financement à Long Terme

Mengang Valère PLET 111


Economie d’Entreprise Première TI

Ce sont des besoins de financement liés aux investissements en immobilisation qui sont
généralement financé par les capitaux propres et les dettes à long et moyen terme (capitaux
permanents ou stables).

On peut citer :

 Les besoins liés à l’investissement matériel ou humain


 Les besoins liés à l’achat d’action dans d’autres entreprises (investissement financier)
 Les besoins liés au remboursement des DLMT et leur intérêt.

II- LES MOYENS DE FINANCEMENT DE L’ENTREPRISE


Selon qu’ils existent des besoins on distingue deux grandes catégories de moyens (sources,
modes) de financement de l’entreprise : les moyens de financement à court terme et les moyens
de financement à long terme.

1) Les Moyens de Financement à Court Terme


Les ressources de financement à court terme sont des capitaux utilisés pour financer les
besoins à court terme de l’entreprise c'est-à-dire les besoins liés aux activités courantes de
l’entreprise. On a donc ici :

 Les recettes de l’entreprise issues des ventes au comptant,


 Les créances sur les clients,
 Les découverts bancaires, (ce sont des crédits à très court terme accordés par une banque
à une personne qui y a un compte.)
 La négociation des effets de commerces (c’est la vente des effets de commerce aux
banques avant leurs dates d’échéance)
 Le factoring ou l’affacturage (accord établit entre l’entreprise et un établissement financier
appelé ici factor dans lequel le factor s’engage à payer les créances de l’entreprise et à les
recouvrer auprès des débiteurs moyennant des commissions)
 Les crédits fournisseurs
 Les subventions d’exploitation (aides financière non remboursable accordées par l’Etat aux
entreprises).

NB : les moyens de financement à court terme de l’entreprise peuvent être regroupés en


ressources internes et en ressources externes comme suit :

 Les ressources internes de financement à CT : il s’agit des recettes de l’entreprise issues


des ventes au comptent, les créances sur les clients…
 Les ressources externes de financement à LT : ici on a les découverts bancaires, la
négociation des effets de commerce, le factoring, les crédits fournisseurs, les
subventions d’exploitation…

Mengang Valère PLET 112


Economie d’Entreprise Première TI

2) Les Moyens de Financement à LMT


Ce sont les capitaux (DLMT + capitaux propres) que l’entreprise utilise pour financer ses
besoins à LMT ou besoin de financement des immobilisations. On distingue plusieurs moyens de
financement à LMT que l’on peut regrouper en deux catégories :

a) Les moyens internes de financement à LMT

Ils représentent les fonds propres de l’entreprise nécessaires pour financer ses investissements.
On distingue généralement deux types : l’autofinancement et l’augmentation par l’apport des
associés de l’entreprise.

 L’autofinancement : c’est un moyen de financement permettant à l’entreprise de


financer ses investissements en utilisant les fonds dégagés de ses propres activités.
L’autofinancement dépend du volume de sa capacité d’autofinancement CAF
CAF = Bénéfice Net (BN) + Amortissements (A) + Provisions (P)
Autofinancement = CAF – Dividendes (bénéfice net distribué aux associés)

L’autofinancement a pour avantage d’améliorer l’indépendance financière de l’entreprise, d’éviter


les charges financières liées aux capitaux empruntés… et comme limites on peut dire que
l’autofinancement hausse le prix de vente des biens, empêche l’augmentation des salaires, la
diminution des dividendes…

 L’augmentation du capital par l’apport des associés :

Lors de la création d’une entreprise les associés mettent en commun des apports matériels ou
financiers qu’on appelle encore capitaux propres et qui permet de financer les investissements.
Ces apports sont de diverse formes on peut citer :

- Les DLMT contractées auprès des banques et autres partenaires de l’entreprise ;


- Le crédit-bail ou le leasing qui est la location d’un bien par l’entreprise pendant une durée
au terme de laquelle l’entreprise peut décider d’annuler le contrat, le renouveler ou
acheter ce bien à un prix fixé d’avance ;
- L’émission des titres ou obligations et des prêts participatifs
- Les subventions d’équipement.

III- LES CHOIX DE FINANCEMENT

Ayant identifié ses besoins de financement et analyser les potentiels moyens à sa disposition
pour financer ces besoins, il est maintenant question pour l’entreprise de choisir des meilleurs
moyens de financement. L’entreprise devra donc faire un premier choix parmi les moyens de
financements à Court Terme et un choix entre les moyens de production à Long et Moyen Terme.

Mengang Valère PLET 113


Economie d’Entreprise Première TI

1) Choix des Moyens de Production à CT


Ici l’entreprise doit choisir parmi les moyens de financement à court terme ceux qui lui sont
accessible facilement et à moindre cout. Le choix établit doit assurer l’équilibre de la trésorerie de
l’entreprise qu’on peut encore appeler trésorerie zéro.

La trésorerie zéroest lasituation de trésorerie qui ne permet pas l’existence des moyens
excédentaires inutilisés.

2) Le Choix des Moyens de Financement à LMT


Pour l’entreprise, le choix judicieux est celui qui permet à l’entreprise d’assurer son autonomie
financière et accroitre sa rentabilité. On peut distinguer plusieurs choix dans ce cas :

- Choix entre les capitaux propres et les capitaux étrangers (dettes à LMT)
- Choix entre les capitaux propres et le crédit-bail
- Choix entre capitaux propres et prêts participatif. /

Mengang Valère PLET 114


Economie d’Entreprise Première TI

Exercices d’Application
Exercice XII-1
Les éléments du patrimoine de la SA CCC au 31/12/2011 sont les suivantes (en millions de FCFA) :

- Capitaux propre 100 ;


- Immobilisations 70 ;
- Actifs circulants (stocks 50 et créances 30) ;
- Trésoreries actifs (banque 35, caisse 15) ;
- Dettes financières (à long terme 70)
- Dettes à court terme 30

4-1- présenté le bilan en grande masse de la SA CCC au 31/12/2011.

4-2- citer les moyens de financement de l’entreprise deux à long terme et deux à court terme)

4-3- calculer le fond de roulement (FR), le besoin en Fond de Roulement (BFR) et le Trésorerie (T) de cette
structure.

Correction des exercices


Corrigé Exercice XII-1
4-1- PRESENTATION DU BILAN EN GRANDE MASSE DE LE SA CCC (Données en millions de
FCFA)

ACTIF PASSIF

Immobilisations : 70 Capitaux propres : 100

Actifs circulants : 80 Dettes financières (à long terme) : 70

Dettes à court terme : 30

Trésoreries actifs : 50 Trésorerie passif : 00

TOTAL : 200 TOTAL : 200

4-2- LES MOYENS DE FINANCEMENT DE L’ENTREPRISE :

 Les moyens de financement à long terme (2)


- L’autofinancement ;
- L’augmentation du capital par l’apport des associés ;

Mengang Valère PLET 115


Economie d’Entreprise Première TI

- Les emprunts (ou dettes) à long terme ;


- Le crédit bail (ou leasing)
- L’augmentation du capital par l’émission des titres négociables
- Les subventions d’équipement
 Les moyens de financement à court terme (2)
- Les recettes de l’entreprise issues de ces ventes au comptant ;
- Les créances échues sur les clients ;
- Les découverts bancaires ;
- La négociation des effets de commerce
- L’affacturage ;
- Les subventions d’exploitation

4-3 CALCUL DU FOND DE ROULEMENT, DU BESOIN EN FOND DE ROULEMENT, ET DE LA


TREESORERIE

 CALCUL DU FOND DE ROULEMENT (FR)


FR = Capitaux Permanents (CPer) – Actif Immobilisé (AI)
FR = (100 + 70) – 70 = 100 (en million de FCFA)

ou FR = (AC + TA) – (PC+TP)

FR = (80 + 50) – (30) = 100 (en million de FCFA)

 CALCUL DU BESOIN EN FOND DE ROULEMENT (BFR)


BFR = AC hors trésorerie (valeur d’exploitation + valeur réalisable) – passif circulant hors
trésorerie (PC) (ou DCT)
BFR = 80 – 30 = 50 (en million de FCFA)
 CALCUL DE LA TRESORERIE
T= AT – PT
T = 50 – 0 = 50 (en million de FCFA)
Ou T = FR – BFR
T = 100 – 50 = 50 (en million de FCFA)

Mengang Valère PLET 116


Economie d’Entreprise Première TI

SUJETS D’EXAMEN ET CORRIGE

PROBATOIRE TI SESSION 2014


PROBATOIRE ESG
REPUBLIC DU CAMEROUN
Série : TI
Paix -Travail- Patrie
MINESEC/OBC Session : 2014
Durée : 1h
Coefficient : 2

NOTES AUX CANDIDATS


ECONOMIE
Aucun document en dehors de ceux remis aux candidats par D’ENTREPRISE
les examinateurs n’est autorisé.
Toutes les questions sont obligatoires.

ENONCE DU SUJET
La CICAM est une compagnie camerounaise de textiles. Elle dispose pour ses activité de plusieurs
types de stocks répartis dans différents magasins dont la gestion est dispensable vu leur
importance dans le processus de production et de commercialisation.

Ayant postulé à un emploi de commercial à la CICAM, le chargé de recrutement jauge vos


connaissances en vous soumettant à un test de sélection.

TRAVAIL A FAIRE : 20 POINTS

1- Donner une définition de chaque expression suivante : 4 points

- Environnement de l’entreprise ; - Approvisionnement ;

- Cycle d’exploitation ; - Force de vente.

2- Donner deux effets positifs et deux effets négatifs de l’entreprise sur son environnement.4 points

3- Donner quatre sources de financement externe et à court terme de l’entreprise. 4 points

4- La CICAM pratique la méthode FIFO pour la gestion des stocks de coton, principale matière première
utilisée. Au cours du mois de février 2013, le mouvement de stock est le suivant :

- 01/02/13 en stock 100 tonnes pour une valeur totale 600 000 FCFA.

- 03/02/13le bon d’entrée de 60 tonnes à 5000 FCFA /tonne.

- 04/02/13 bon de sortie de 80 tonnes pour honorer les commandes d’un client.

Mengang Valère PLET 117


Economie d’Entreprise Première TI

- 07/02/13 bon de sortie de 40 tonnes.

- 10/02/13 bon d’entrée de 50 tonnes pour une valeur totale de 350 000 FCFA.

- 15/02/13 bon de sortie 60 tonnes.

- 20/02/13 bon d’entrée de 90 tonnes à 9000FCFA / tonne.

- 25/02/13 bon de sortie de 50 tonnes.

- 28/02/13 bon d’entrée 110 tonnes à 9000 FCFA / tonne.

4.1- Présenter le fiche de stock de coton. 6 points

4.2- Présenter la ligne de la fiche de stock présentée par la méthode du CMUP à la date du 4 février 2013.
2 points

CORRIGE HARMONISE NATIONAL


1- Définition des termes et expressions
Environnement de l’entreprise : ensemble des éléments externes à l’entreprise susceptibles
d’influencer son activité et d’être influencés par elle.
Approvisionnement : a) ensemble d’opérations permettant de mettre à la disposition de
l’entreprise tous les produits et services dont elle a besoin pour son activité au moment et au lieu
voulu, au moindre coût en quantité suffisante et en qualité requise.
b) ensemble d’opérations qui consiste pour l’entreprise à se procurer à l’extérieur des biens ou des
services nécessaire à son activité et à les gérer.
Le cycle d’exploitation : a) ensemble d’opérations répétitives d’une entreprise qui se découpent en
phase d’approvisionnement, de production et de commercialisation.
b) ensemble d’opération qui se succèdent et s’enchaine de façon répétitive depuis
l’approvisionnement jusqu’à l’encaissement des créances.
Force de vente : ensemble des personnes de l’entreprise chargées de promouvoir et vendre les
produits, de stimuler la demande.

2- Donnons deux effets positifs et deux effets négatifs de l’entreprise sur son environnement
Effets positifs de l’entreprise sur son Effets négatif de l’entreprise sur son
environnement environnement

- Création d’emplois, - Dégradation de l’environnement


- Distribution des revenus - Création des nouveaux besoins
- Construction des infrastructures - Réchauffement climatique et pollution
- Payement des taxes et cotisations diverses - Mise sur pied des produits de qualité
- Financement des œuvres sociales douteuse
- Satisfaction de besoins humains par la - Destruction des forêts et de la faune
production des biens et services - Exploitation abusive des ressources
- Développement des lieux d’implantation naturelles
- Etc. - Création des nuisances sonores

Mengang Valère PLET 118

Vous aimerez peut-être aussi