Vous êtes sur la page 1sur 3

Problème de mathématiques: MP Enoncé

Formes linéaires continues, distance à un hyperplan

Soit (E, k . k) un R-espace vectoriel normé non nul et φ une forme linéaire non nulle sur E.

Partie I
1. Montrer qu’il existe a ∈ E tel que φ(a) = 1
2. Montrer que si φ est continue alors Ker(φ) est fermé
3. Montrer que φ est bornée sur la sphère unité S(0, 1) alors φ est continue

Partie II
On suppose dans cette partie que φ n’est pas continue et on se propose de montrer que Ker(φ) n’est pas fermé
4. Prouver l’existence d’une suite (xn ) d’élément de la sphère S(0, 1) telle que pour tout n ∈ N ; |φ(xn )| > n
xn
5. On pose, pour tout n ∈ N, yn = a −
φ(xn )
(a) Prouver que yn ∈ Ker(φ)
(b) Montrer que yn −−−−−→ a
n→+∞
(c) Ker(φ) est-il fermé ?
6. Déduire que φ est continue si, et seulement si, Ker(φ) est fermé

Partie III
On suppose dans cette partie que φ est continue
 
|φ(x)|
7. Justifier l’existence du réel ||| φ ||| = sup | x ∈ E \ {0}
kxk
8. Montrer que pour tout (x, y) ∈ E × Ker(φ) :

|φ(x)| 6 ||| φ ||| k x − y k

9. Soit x ∈
/ Ker(φ)
(a) Montrer que E = Ker(φ) ⊕ Vect(x)
(b) Montrer que pour tout y ∈ E \ Ker(φ) :

|φ(x)|
d (x, Kerφ) 6 .kyk
|φ(y)|

(c) En déduire que :


|φ(x)|
d (x, Kerφ) 6
||| φ |||
10. Conclure que pour tout x ∈ E,
|φ(x)|
d (x, Kerφ) =
||| φ |||

elamdaoui@gmail.com 1/3 www.elamdaoui.com


Problème de mathématiques: MP Correction

Formes linéaires continues, distance à un hyperplan

b
1. φ est non nulle, donc il existe b ∈ E tel que φ(b) 6= 0. Soit, alors a = , on a bien φ(a) = 1
φ(b)
2. Si φ est continue alors Ker(φ) = φ−1 ({0}) est l’image réciproque d’un fermé par une fonction continue, donc
fermé
+
3. Si φ est bornée sur la sphère unité S = S(0,  il existe M ∈ R tel que pour tout X ∈ S, on a k φ(x) k 6 M .
1) alors
x x
Soit x ∈ E \ {0}, alors φ k x k 6 M , puis k φ(x) k 6 M k x k, cette dernière est vraie pour
∈ S, donc
kxk
x = 0, ainsi
∀x ∈ E, k φ(x) k 6 M k x k
D’où φ est continue
4. On suppose que φ n’est pas continue
(a) Par contraposée, φ n’est pas continue alors elle n’est pas bornée sur S, donc pour tout n ∈ N, il existe
xn ∈ S tel que |φ(xn )| > n. Ainsi l’existence d’une suite (xn ) de S N telle que pour tout n ∈ N ; |φ(xn )| > n
xn
(b) On pose, pour tout n ∈ N, yn = a −
φ(xn )
1
i. On a φ(yn ) = φ(a) − φ(xn ) = 0. Donc yn ∈ Ker(φ)
φ(xn )
ii. On a
k xn k 1 1
k yn − a k = = < −−−−−→ 0
φ(xn ) φ(xn ) n n→+∞
Donc yn −−−−−→ a.
n→+∞
iii. (yn ) est une suite de Ker(φ) qui converge vers a, avec a ∈
/ Ker(φ). On conclut donc que Ker(φ) n’est
pas fermé
5. On suppose que φ est continue
(a) A écrire
(b) φ est continue, donc elle est lipschitzienne et

(x, y) ∈ E × E, |φ(x) − φ(y)| 6 ||| φ ||| k x − y k

En particulier pour tout (x, y) ∈ E × Ker(φ) :

|φ(x)| 6 ||| φ ||| k x − y k

(c) Soit x ∈
/ Ker(φ)
i. On a x ∈/ Ker(φ), donc Ker(φ) ∩ R.x = {0}.
φ(y)
Pour y ∈ E, on poseα = et h = y − αx. On a : y = h + αx, φ(h) = φ(y) − αφ(x) = 0. Donc
φ(x)
h ∈ Ker(φ), puis y ∈ Ker(φ) ⊕ R.x, ainsi E ⊂ Ker(φ) ⊕ R.x. L’inclusion inverse est évidente, ce qui
prouve l’égalité E = Ker(φ) ⊕ R.x
φ(x)
ii. Soit y ∈ E \ Ker(φ), alors x − y ∈ Ker(φ). Par définition de la distance d (x, Kerφ) =
φ(y)
φ(x)
inf{k x − h k | h ∈ H}, On a en particulier pour h = x − y
φ(y)

|φ(x)|
d (x, Kerφ) 6 k x − h k = .kyk
|φ(y)|

kyk 1
iii. Déduction : D’après l’inégalité |φ(y)| 6 ||| φ ||| . k y k, on obtient 6 . D’après la question
|φ(y)| ||| φ |||
précédente, on obtient donc
|φ(x)|
d (x, Kerφ) 6
||| φ |||
(d) Soit x ∈ E.
— L’égalité est trivaile si x ∈ Ker(φ)

elamdaoui@gmail.com 2/3 www.elamdaoui.com


Problème de mathématiques: MP Correction

Formes linéaires continues, distance à un hyperplan

|φ(x)|
— Si x ∈
/ Ker(φ), alors d’après la question précédente, on a d (x, Kerφ) 6 . D’autre part, d’après
||| φ |||
|φ(x)|
la question 5b, on a démontré que pour tout y ∈ Ker(φ) : 6 k x − y k. Par passage à la borne
||| φ |||
|φ(x)|
inférieure, on trouve 6 d (x, Kerφ), puis
||| φ |||

|φ(x)|
d (x, Kerφ) =
||| φ |||

elamdaoui@gmail.com 3/3 www.elamdaoui.com

Vous aimerez peut-être aussi