Vous êtes sur la page 1sur 69

A.

U: 2019/2020

Méthodologie de recherche

ENCG d’El Jadida


Semestre 8

Pr. A. EL KHAMLICHI
abdelbari.el.khamlichi@gmail.com

1
Présentation du cours

2
Élément : Méthodologie de recherche
 Cours magistral + travaux intégrés
 Contrôle continu + travaux + examen final
 Veillez à respecter les règles de bonne conduite :
 Assiduité

 Comportement

 Participation

 Préparation en continu

 …

3
Objectifs
 Situer la méthodologie de recherche dans son contexte
et montrer son importance
 Expliquer les fondements épistémologiques de la
recherche
 Distinguer les différentes voies, méthodes et approches
de la recherche
 Maitriser le processus de recherche
 Savoir les types de données, leurs modes de collecte et
de traitement
 Développer un esprit critique et être en mesure
d’analyser (et d’écrire) un manuscrit.
 Bien réussir son mémoire, rapport de stage ou thèse 4
Bibliographie sélective
 Avenier M-J et T. Catherine (2012), à quoi sert l’épistémologie dans la
recherche en sciences de gestion ?, Le libellio d’Aegis, Vol 8, n°4, pp : 13-26.
 Dumez H. (2013), Méthodologie de la recherche qualitative, Vuibert
 Gavard-Perret M.L. et al. (2008) , Méthodologie de la recherche en sciences
de gestion, Pearson, Paris.
 Kalika M. (2008), Le mémoire de master, 2ème édition, Dunod, Paris
 Livian Y. (2015), Initiation à la méthodologie de recherche en SHS : réussir
son mémoire ou thèse.<halshs-01102083>
 Mace G. et Petry F. (2000), Guide d'élaboration d'un projet de recherche en
sciences sociales, P.U. Laval.
 Muller J.L. (1988), « Pour une revue quantitative de la littérature : les méta-
analyses », Psychologie Française, 33-4, pp. 295-303.
 Romelaer P. et M. Kalika, (2007), Comment réussir sa thèse ?, Dunod, Paris
 Thietart R-A. (ed.), (2014), Méthodes de Recherches en Management, 4ème
édition, Dunod, Paris

5
Plan du cours
Introduction
 Chapitre 1 : Les fondements épistémologiques
 Chapitre 2 : L’objet de la recherche
 Chapitre 3 : Les voies et les approches de la recherche
 Chapitre 4 : Les données : collecte et traitement
 Chapitre 5 : La validité et la fiabilité de la recherche
 Chapitre 6 : Les principales méthodes de recherche
 Chapitre 7 : Réussir son mémoire (ou PFE)
 Chapitre 8 : La thèse de doctorat
Conclusion

6
Introduction

7
 La recherche est un processus
 La méthodologie de recherche renvoie vers
le choix des méthodes et leur mise en œuvre
 C’est en faisant des erreurs qu’on apprend à
faire de la recherche
 Différents manuscrits
 Abondance de l’information
 Par quoi commencer ?
 Dilemmes : données vs. traitement
qualitatif vs. quantitatif
théorie vs. pratique
8
 Contraintes : temps, moyens, confidentialité,
compétences, etc.
 La recherche en SHS
 Décrire, comprendre et expliquer
 Science actionnable : Recommandations
 Légitimité des recherches en gestion ?
 Approche : Objectivité vs. subjectivité
 Nul ne peut prétendre détenir la vérité

9
Chapitre 1 :
Fondements épistémologiques

Section 1 : la recherche en SHS


Section 2 : la réalité et la connaissance
Section 3 : Positions épistémologiques et modes de raisonnement

10
Section 1 : Les sciences humaines et sociales
 disciplines s'intéressant aux hommes et à leurs relations en société .
 Des sciences "dures" vs."molles" , "exactes" vs. "approximatives"
Sciences de la nature SHS
L’objet réside dans le monde L’objet est la société et les
physique interactions entre les individus
Le chercheur observe, fait des Le chercheur est inclus dans la
calculs société
Le chercheur ne modifie pas l’objet Interaction entre le chercheur et
étudié l’objet étudié
Le chercheur cherche à expliquer, à comprendre et/ou à généraliser
Les méthodes utilisées doivent être transparentes
Chaque recherche doit s'exposer à la réfutation et la critique des pairs
Plus "positif" (ce qui est) que "normatif" (ce qui devrait être) + neutralité
11
Section 2 : La réalité et la connaissance
 L’objet de la connaissance est régi par règles
et lois stables et généralisables.
 « Une réalité c’est ce qui ne disparait pas
quand on arrête d’y penser »
 La réalité a ses propres lois immuables et
invariables.
 Le réel a une nature définie qui s’impose
 La contrainte sociale implique que les
manières collectives d’agir ont une réalité en
dehors des individus . Emile Durkheim
12
 Le réel est stratifié en trois niveaux :
 Le réel empirique : expériences
 Le réel actualisé : évènements
 Le réel profond : forces et mécanismes
 La dimension historiquement construite des
phénomènes et des connaissances en
sciences sociales. Passeron
 Les résultats restent indexés sur une période
et un lieu
 Une carte est une représentation
(connaissance) du territoire (réalité)
13
 Toutes les sciences sont basées sur
l’observation (partielle)
 La vérité objective, absolue est inatteignable.
K. Popper
 Chaque théorie ou recherche doit s'exposer à
sa propre réfutation (valable tant que cette
réfutation n'a pas eu lieu).
 Est scientifique une connaissance qui peut
potentiellement être critiquée (mais ne l'a pas
encore été de manière convaincante).
 La gestion est une science actionnable
(Avenier, 2004)
14
Section 3 : Les positions épistémologiques et
les modes de raisonnement

 Paradigme/position : concept fixant une


manière de poser et de résoudre un
problème.
 Epistémologie : discipline qui s'intéresse à la
justification des connaissances.

15
Positions épistémologiques
 Positivisme : s'attachant à établir des lois reliant
les phénomènes, des corrélations. Attitude
centrée sur les faits et la logique.
 Réalisme/critique : les objets étudiés en SHS
évoluent. La relation entre le sujet et l'objet est
indirecte et mentale.
 Interprétativisme : comprendre les constructions
de sens que les acteurs effectuent en situation.
 Constructivisme : la connaissance des
phénomènes résulte d'une construction effectuée
par le chercheur.
16
17
Modes de raisonnement

 Déduction : partir d'une loi générale et vérifier si


celle-ci s'applique dans la situation observée.
 Induction: partir d'une observation qui, si elle se
répète, va permettre d'émettre une loi générale.
 Abduction (ou adduction) : n'aboutit qu'à des
conclusions hypothétiques au singulier élargi.

18
Source : Thiétart et al. 2014, page 82

19
Chapitre 2 :
L’objet de la recherche
Section 1 : le processus de recherche
Section 2 : Définition et construction de l’objet de recherche
Section 3 : La revue de littérature

20
Section 1 : le processus de recherche
Par où dois-je
L’idée
commencer
??!
L’objet

Le design

La méthodologie

Les résultats

La communication

21
Section 2 : L’objet de recherche : définition et construction

 Qu’est ce que je cherche ?


 UNE question large et générale
 L’objet de recherche est :
 Un élément clé du processus de recherche
 Une condition nécessaire de son succès
 ≠ des questions de recherches
 ≠ des objets théoriques (concepts, modèles, etc.)
 ≠ des objets méthodologiques (mesures, etc.)
 ≠ des objets empiriques (études, évènements,
etc.)
22
 L’objet de recherche se construit
 Processus long et exigeant (aller-retour)
 Lien entre les objets théoriques,
méthodologiques et empiriques
 La combinaison permet de créer d’autres objets:
contribution
 Créer ou découvrir des objets de recherche
 Expliquer, comprendre ou changer la réalité

23
Démarche pour choisir l’objet :
 Choisir une thématique

 Lire ce qui a été écrit sur cette thématique


(lecture générale)
 Se poser des questions (5W)

 Chercher les réponses à ces questions


(lecture ciblée)
 Soulevez les questions sans réponses

 En faire une problématique

24
Différents points de départ :
 Concepts, théories : à combler !
 Ex: Théorie du signal (Ross 1977) appliquée
 Méthodologie : à compléter !
 Ex: Mesures de performance
 Problème concret : recherche-action !
 Ex: absentéisme, mévente
 Des données disponibles : à exploiter !
 Ex: Données sur les budgets marketing
 Intérêt pour un domaine : à raffiner !
 Ex: Audit des procédures, logistique maritime
25
 Objet de recherche = originalité
 Nouveau domaine à explorer
 Travail empirique nouveau
 Nouvelle interprétation des idées, pratiques, etc.
 Nouvelles données
 Nouvelles connaissances dans un domaine
 Synthèse originale
 Appliquer une (des) technique(s) dans un
nouveau contexte
 Etre transdisciplinaire (méthodologies diverses)
26
Section 3 : La revue de littérature

 Recherche documentaire
 Synthèse de la connaissance dans un domaine
 Literature review
 L’élément essentiel du positionnement de la
question de recherche.
 Commence par l’exploration simple
 Puis approfondissement
 Suppose la rédaction préalable d’un projet de
recherche (proposal)
 Fixer les frontières du savoir et du non-savoir.
27
 Objectifs de la revue de littérature (Dumez 2013):
 Identifier la frontière entre ce qui est fait et ce qui reste à
faire
 Découvrir les variables importantes liées au sujet
 Identifier les relations entre des idées et des pratiques
 Etablir le contexte du problème
 Etablir la signification du problème
 Acquérir le vocabulaire et les concepts liés au problème
 Comprendre la structure de l’objet de l’étude
 Savoir les méthodes et les techniques déjà utilisées
 Replacer le problème dans une perspective historique,
et tenir compte de son développement.

28
 Recherche par mots clés
 Synonymes, analogie
 Pas uniquement en français !
 Fiches de lecture (papier ou électronique)
 Application : Zotero

29
Chapitre 3 :
Les voies et les approches de la recherche
Section 1 : les voies de la recherche
Section 2 : Les approches de la recherche

30
Section 1 : les voies de la recherche
il existe deux voies de recherche : les tests et l’exploration
 L’exploration = la voie par laquelle le chercheur
propose des résultats théoriques novateurs.
 Le test = une mise à l’épreuve de la réalité d’un
objet théorique déjà existant.

 Les deux voies coexistent dans les recherches en


management
 Le test situe la recherche dans le paradigme positiviste
 L’exploration peut situer la recherche dans plusieurs
paradigmes

31
1. L’exploration

 L’exploration théorique : opérer un lien entre


deux champs théoriques (minimum) jusqu’alors
non liés dans les travaux antérieurs.
 L’exploration empirique : Explorer un
phénomène compte non tenu des
connaissances antérieures sur le sujet
 L’exploration hybride : Aller-retour entre les
observations empiriques et les connaissances
théoriques

32
2. Le test

2.1. Le test d’une hypothèse

 Utiliser une hypothèse unique est très rare


 hypothèses indépendantes, mais convergentes
 Confirmer ou infirmer : Confronter à une réalité
qui sert de référent
 Démarche hypothético-déductive

33
2.2. Le test d’un modèle

 Rejoint le test d’une hypothèse


 Le modèle est accepté (temporairement) si
aucune hypothèse n’est infirmée.
 Le modèle est accepté partiellement (et
temporairement) si plusieurs hypothèses sont
infirmées (au moins une hypothèse confirmée).
 Le modèle est rejeté si toutes les hypothèse
sont infirmées.
34
2.3. Le test d’objets théoriques concurrents

 Théories concurrentes
 Modèles concurrents : chacun correspond à
des situations différentes

35
Section 2 : les approches de la recherche
il existe deux approches de recherche : Qualitative et quantitative

1. L’approche qualitative
 Stéréotypes : riche, narrative, sans calcul.

 Démarche souvent inductive (préférée par les


constructivistes et interprétativistes)
 Caractère intensif (approfondissement)

 Accès direct aux acteurs eux-mêmes

 Collecte non (ou semi) directive

 Attitude compréhensive

 Etude des processus sociaux

 Forte prise en compte du contexte


36
2. L’approche quantitative
 Stéréotypes : analytiquement puissante,
stérile, que des calculs !
 Démarche souvent hypothético-déductive
(préférée par les constructivistes)
 Caractère extensif (grand nombre)

 Accès indirect aux données

 Collecte directive

 Attitude objectivante

 Etude des variables explicatives d’un


phénomène
 Peu (ou pas) de prise en compte du contexte
37
 Le choix de l’approche dépend de l’objectif de la
recherche, des données, du terrain, etc.
 Observer le phénomène ou mesurer son ampleur ?
 Etudier les variables explicatives ou Etudier les réactions
(interactions) des individus dans leur contexte ?
 Expliquer ou discuter les explications ?
 Souvent le chercheur s’inscrit dans l’approche
dominante
 Les deux approches sont complémentaires (et ne
s’opposent pas systématiquement)
38
Chapitre 4 :
Les données : collecte et traitement
Section 1 : le choix des données
Section 2 : L’analyse des données
Section 3 : L’échantillonnage

39
Section 1 : le choix des données

 Les données sont les prémisses des théories


 Leur traitement produit des résultats
 La donnée est un postulat (représentation de
réalité)
 Données publiques vs. privées
 Données primaires vs. secondaires
 Données qualitatives vs. quantitatives
 Données obtenues de façon ouverte vs.
dissimulée ( à l’insu)

40
* Sources de données secondaires
 Presse, média, archives, documents internes,
rapports, internet, ouvrages, articles,
colloques, séminaires
 Bloomberg, Eurekahedge, Failaka,
Bankscope, Datastream, Decypha,Thomson
Reuters, etc.
 Institutions (FMI, BRI, etc.)
 Contact des opérateurs concernés

41
* La collecte des données primaires dans des recherches
quantitatives
 Par questionnaire
 Rédaction des questions : à partir d’hypothèses
 Choix des échelles de mesure pour questions
fermées (nominales, ordinales, d’intervalle, de
proportion)
 Choix de la structure : maximum de données
pertinentes et exploitables (mais pas très long)
 Version papier, ou électronique (sur Google forms
par exemple)
 Séparer et introduire chaque thème (si nombreux)
 Tenir compte des spécificités des personnes
interrogées (langue, statut, âge, santé, etc.)
42
 4 modes d’administration : questionnaire postal,
électronique, téléphonique, face à face
 Ne jamais lancer un questionnaire sans l’avoir
pré-testé :
 Vérifier que le protocole d’étude est réaliste
 Vérifier que les échelles de mesures sont valides
 Vérifier que les résultats sont exploitables
 Vérifier l’outil de l’analyse statistique à utiliser

43
* La collecte des données primaires dans des recherches
qualitatives

 Entretiens simples et/ou de groupe


 Distance et/ou intimité
 Guide d’entretien
 Enregistrement fortement recommandé
 Observation (participante ou pas, dissimulée
ou pas)
 L’accès se fait directement, par autorisation,
par RDV, par parrainage, etc.

44
Section 2 : L’analyse des données

 Les données sont traitées, analysées par le


chercheur
 L’analyse dépend du choix méthodologique
 Données quantitatives (des chiffres) ou
qualitatives (des discours, des textes)
 Analyse manuelle ou par des logiciels
 Confirmer ou infirmer les hypothèses
formulées

45
* Données longitudinales

 Comparaison de séquences
 Non récurrentes : calcul du coefficient de corrélation
de rang
 Récurrentes : on utilise les processus markoviens :
la probabilité d’occurrence d’un évènement dépend
de son prédécesseur immédiat

46
 Analyse par réduction de dimensions
 ACP
 AFC
 ACM
 Etc.
 Analyse par l’outil économétrique
 Séries temporelles
 Coupes transversales
 Données de panel

47
* Données textuelles

 Analyse de contenu
 Postulat : la répétition des mots et expressions révèle
le centre l’intérêt et les préoccupations des auteurs
 Découpage du texte en unités (mot, sens, phrase, etc.)
 Puis classification en catégories
 Codage des données
 Ensuite comptage des mots et calcul de fréquence
 Analyse statistique (factorielle, discriminante, etc.)
 Interprétation et étude du contenu et de la structure du
document

48
 Analyse de discours
 Le discours est un objet qui peut être analysé, compté
 Diverses disciplines : linguistique, sociologie, psychologie
 Terrain disciplinaire complexe et riche
 Le discours n’est pas appréhendé comme un texte, mais
comme une pratique ou un ensemble d’actions
 Analyse critique de discours : relation entre discours et
pouvoir
 Etude du contexte de production des discours
 Logiciels : Alceste, Lexico 3, Prospéro, Nvivo, etc.

 NB : L’analyse de discours et de contenus sont souvent


49
confondues, mais des différences existent entre les 2.
Section 3 : L’échantillonnage

 "échantillon" et "population mère"


 échantillon "représentatif"
 Tout doit être expliqué et justifié
 les méthodes probabilistes comme le « hasard »,
ou « le hasard stratifié proportionnel »
 Le nombre d’individus dépend de la population, de
la « marge d’erreur » et du « niveau de confiance »
 Entretiens : le nombre peut être fixé en cours
d'enquête, OK si discours recueilli redondant

50
Chapitre 5 :
Validité et fiabilité de la recherche

Section 1 : La validité de la recherche


Section 2 : La fiabilité de la recherche

51
Section 1 : La validité de la recherche

 Validité interne : Existence d’un lien logique entre les


variables choisies et les résultats. Les résultats sont-ils
plausibles ?
 Validité du construit : l'opérationnalisation des concepts,
des hypothèses a-t-elle été valable ? Les variables de
mesure sont-elles pertinentes? Le résultat porte-t-il
vraiment sur la question posée au départ ?
 Validité externe : dans quelle mesure les résultats sont-
ils applicables ailleurs que là où ils ont été produits ?
Sont-ils valables sur d'autres populations ou
phénomènes ? Peut-on généraliser les conclusions ?

52
Section 2 : La fiabilité de la recherche

 Fiabilité (ou fidélité) d’un instrument de mesure


 Un instrument fiable permet de faire des
mesures concordantes d’un même sujet à des
moments différents.
 Obtenir les mêmes résultats par des chercheurs
différents utilisant le même instrument
 Une recherche est fiable si ses résultats sont :
reproductibles, généralisables et cumulatifs.

53
 Recherches quantitatives :
 Vraie valeur + erreur aléatoire+erreur systématique
 Méthode du test-retest
 Méthode des formes alternatives
 Méthode des deux moitiés
 Méthode de la cohérence interne

54
 Recherches qualitatives :
 Observation fiable : procédure de prise de notes, et
contexte de l’observation. Différents observateurs,
protocole de codage explicite
 Sources documentaires fiables : catégorisation des
données, codage, différents codeurs
 Entretiens fiables : s’assurer que les questions sont
claires, retranscription totale, différents codeurs,

55
Chapitre 6 :
Les principales méthodes de la recherche

56
 1. La méta-analyse

 Une revue quantitative de la littérature


 Permet de synthétiser l’ensemble des résultats des
études antérieures portant sur un sujet.
 «L’application d’un ensemble de méthodes d’analyse
statistique à un ensemble de résultats empiriques issus
d’études singulières, afin de les intégrer, les
synthétiser et leur donner un sens» (Muller 1988)
 L’objectif commun à toutes les méta-analyses est
d’étudier la force de la relation (ou la taille de l’effet)
 Valeur ajoutée ? méthode « scientifique » ? Robuste ?

57
 2. La méthode expérimentale

 Effet des variables explicatives sur la variable


à expliquer
 « L’expérience" consiste à tester plusieurs
variables
 « In vitro » ou « in vivo »
 Méthode rigoureuse et reproductible
 suppose une simplification des phénomènes :
modélisation

58
 3. L’enquête

 L'enquête quantitative apporte une information


étendue
 L'échantillon doit être représentatif, avec
l'exploitation statistique le résultat est
généralisable.
 L'enquête qualitative apporte des éléments

plus directs et plus approfondis sur une réalité


plus restreinte (exploitation du "verbatim").
59
 4. La méthode des cas

 Analyse détaillée d'une situation, dans un lieu et un


espace donnés.
 Le cas : une organisation, un individu, un groupe, ou
évènement (rare)
 Un seul cas (si l'importance le justifie) ou sur
plusieurs
 Se fait de manière longitudinale
 Convient bien à une recherche exploratoire.
 La collecte de données se fait souvent par entretiens.
60
 5. La méthode ethnographique

 Observation globale d'un phénomène


 Contact direct du chercheur avec la réalité.
 Observation et entretiens avec les personnes
rencontrées.
 Convient dans les études de comportement
(marketing)
 Suppose un observateur compétent et accepté par le
"milieu" observé.
 Richesse d'informations et d'analyses
 objectivité ?
61
 6. L’observation participante

 Observation d'un milieu social, ou d'un


phénomène
 Le chercheur participe à l'action sans
dévoiler son statut.
 Fait apparaitre des phénomènes
habituellement cachés
 Nécessite une grande rigueur
 subjectivité

62
 7. La recherche-action (intervention ou clinique)

 « Méthode de recherche dans laquelle il y a une action


délibérée de transformation de la réalité » (Thiétart 2014)
 L'action peut apporter des connaissances
 Implique d’ancrer l’objet de recherche dans un problème
concret
 Volonté de résoudre un problème
 Richesse des idées et solutions émergentes
 Caractère spécifique et non généralisable

63
 8. Les études d’événements

 « Information qui est rendue publique sur le marché et


qui est de nature à affecter la valeur d’une ou de
plusieurs firmes en même temps » (Grar 1997)
 général ou spécifique, périodique ou occasionnel
 Crise financière, fusion/acquisition, évènement
politique ou sportif majeur, engagement RSE, etc.
 Qualitatif et/ou quantitatif
 liées à la théorie d’efficience des marchés qui sont
censés réagir en conséquence
 impact d'un événement sur la valeur d'une entreprise
 rentabilités anormales autour de l’annonce 64
Chapitre 7 :
Réussir son mémoire (ou PFE)

65
 Voir le guide de rédaction des PFE

66
Chapitre 7 :
La thèse de Doctorat

67
 À venir

68
Merci de votre attention !

69