Vous êtes sur la page 1sur 136

Clovis

Dimitri Djoumessi Fometio

L'envoûtement et les
traditions africaines
Identification, mode opératoire et protections

© Clovis Dimitri Djoumessi Fometio, 2018

ISBN numérique : 979-10-262-2234-7

Courriel : contact@librinova.com

Internet : www.librinova.com


Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation
collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce
soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon
sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

« Je crois que la seule vraie religion consiste à avoir un bon cœur » -


DALAÏ-LAMA.

Pour vous
Claire, Bradley et kyara
Vous faites ma fierté.

Je dédie cet ouvrage à tous ceux ou


celles qui souffrent au quotidien, victimes de
l’égoïsme et la perfidie de nos semblables à
travers la sorcellerie. Puissiez-vous trouver
à travers cet ouvrage, le courage de lutter
et la force de vaincre.
Préambule

Regardez autour de vous ! Branchez votre radio ou mettez en marche


votre poste téléviseur ! Zappez les canaux ! Vous tomberez assurément sur
des images de délivrances spectaculaires ou des récits de témoignages
poignants de personnes victimes d’actions maléfiques et qui disent avoir été
délivrés. Beaucoup d’entre vous d’ailleurs aiment écouter ou regarder ces
témoignages et ces images de délivrances qui magnifient la puissance de
Dieu.
Le plus intéressant est le nombre de personnes qui sont ces malades qui
sollicitent les soins de ces « médecins de Dieu » pratiquants de la
délivrance. Cela montre combien notre société souffre d’un mal méconnu ou
mal connu, donc il n’existe aucune stratégie globale de lutte comme c’est le
cas avec le paludisme, le sida et plus récemment l’Ebola. Et pourtant, il est
beaucoup plus meurtrier. Pourquoi donc un ennemi décime de façon
insidieuse notre société et aucune initiative n’est prise par les pouvoirs
publics ? Pourquoi n’y a que « des médecins de Dieu », prophètes, et des
pasteurs qui s’imposent en tant qu’expert pour trouver des solutions aux
problèmes de ces malades qui relèvent à la fois de toutes les spécialisations
de la médecine et de la science ?
Tout simplement parce que cet ennemi est la sorcellerie, Oui la
sorcellerie, que beaucoup d’entre vous nient de peur de reconnaître leurs
impuissances vis-à-vis des sorciers et de leurs agissements à travers
l’envoûtement. De toutes les classes sociales, de tous les niveaux
intellectuels, de tous les sexes, de tous les âges, notre société est décimée
par les envoûtements de sorciers et ces méfaits sur la santé et la vie sociale
des individus. Rien n’est fait parce que la sorcellerie est taboue, personne
n’ose en parler, et la nature abstraite et insaisissable de la sorcellerie doublée
de l’ignorance et de la négation de la plupart des hommes sur des questions
métaphysiques n’ajoutent qu’à la confusion qu’on fait entre les actes de
nuisances sorciers et les problèmes normaux que les hommes rencontrent au
quotidien.
Par ailleurs, dans la société africaine actuelle, ces images que nous
voyons à la télévision, ces témoignages de victimes de l’envoûtement, ces
délivrances spectaculaires nous suggèrent tous au quotidien de nous
positionner par rapport à l’envoûtement. Chacun de nous à un moment ou
un autre de sa vie, au vu des problèmes ou difficultés en termes de santé, de
manifestations inexplicables, de difficultés financières, de décès dans son
entourage, de malchance, infortune, infertilité, hostilité, échec, problèmes
conjugaux, divorce, maladies et autres ; C’est déjà posé la question : Suis-je
envoûté ? En d’autres termes, les difficultés que je rencontre sont – elles la
conséquence d’une action sorcière ? Voilà la question qui faute de réponse,
nous amène au village consulter les calebasses, nous rendre propice les
ancêtres ou mieux comme c’est la mode actuelle nous mène vers les sectes,
églises éveillées, marabouts, guérisseurs pasteurs et autres.
Cet ouvrage tente d’apporter une lumière sur le phénomène qu’est
l’envoûtement en général et de le mettre en rapport avec l’environnement
culturel africain ou tout phénomène a une explication métaphysique ou
magico-religieuse, et donc propice à la confusion entre ce qui est naturel et
ce qui relève d’une action sorcière. Cet ouvrage vise également à donner à
chacun les connaissances lui permettant de distinguer les événements dans
sa vie qui sont produits par une action sorcière de ceux qui ne le sont pas.
Dans cette démarche que nous avons voulu la plus simpliste, nous
commencerons par définir ce qu’est réellement l’envoûtement. Nous le
mettrons pour une meilleure compréhension, en rapport avec d’autres
phénomènes paranormaux tels que la hantise et la possession. Ensuite, nous
distinguerons les différents types d’envoûtements, pour savoir comment
reconnaître un envoûtement, comment le diagnostiquer. Nous allons par
ailleurs montrer comment la pratique de l’envoûtement fait partie intégrante
de la vie religieuse africaine, montrer l’influence des églises dans
l’évolution des rapports entre les Africains et les pratiques liées à
l’envoûtement. Nous allons nécessairement donner quelques astuces pour se
protéger efficacement contre l’envoûtement, se traiter et s’éveiller aux ruses
maléfiques. Mais plus encore, nous soulignerons enfin l’importance d’une
démarche spirituelle et de la prière pour se prémunir de la sorcellerie en
général et de l’envoûtement en particulier.

Première partie : comprendre l’envoûtement.

Chapitre I : qu’est-ce que l’envoûtement ?


Disons d’entrée de jeu, qu’il est difficile de donner une définition de


l’envoûtement qui puisse contenir la panoplie de techniques, de moyens
utilisés, d’effets recherchés et de résultats obtenus de l’envoûtement. Le mot
envoûtement Vient du mot latin « vultus, » qui signifie « visage, effigie,
figure » et désigne un ensemble de pratiques paranormales visant à faire
subir des piqûres ou des coups à des figures représentant une personne qui
serait ainsi atteinte par ces traitements ou par le biais de philtres et autres
rituels pour modifier son comportement. La victime désignée est alors dite
« envoûtée ». Le terme envoûtement ici renvoie à la domination, à une
emprise du psychisme d’un individu au point où sa volonté est annihilée.
Cette définition cadre avec les formes traditionnelles de plusieurs
sorcelleries occidentale, africaine voire orientale, où l’envoûtement
1
implique l’utilisation de statuettes ou dagydes souvent de cire parfois de
bois ou de chiffons, qui servent à jeter des sorts.
De nos jours, les techniques d’envoûtements et le modus operandi de
l’envoûteur ne se limitent plus seulement à l’usage des poupées de cire, de
piqûres et autres onguents et élixirs. L’envoûtement utilise plus encore des
moyens plus adaptés au mode de vie urbain de la plupart des individus. Ces
techniques impliquent dans la pratique, l’usage des ondes de formes, des
2
téléphones portables et des courriels ; dans les objectifs les blocages
d’ordres professionnels, sentimentaux, commerciaux et autres.
Avant de nous essayer à une définition qui nous semble acceptable,
voyons d’abord pourquoi et comment l’on peut tous être envoûté.
Tout être vivant (minéral, végétal ou animal) possède en plus de son état
physique (corps) un double énergétique invisible aux yeux communs. Ce
double est d’autant plus rayonnant et complexe lorsqu’on évolue dans les
différents règnes de la matière, c’est pourquoi le double d’un homme est
plus sensible et complexe que celui d’un animal, comme celui d’un animal
est plus complexe que celui des minéraux. Nous l’appellerons pour des
mesures de convenance le corps astral.
Ainsi donc le corps physique régit les aspects physiques de notre
existence tandis que le corps astral reçoit les influences psychiques,
émotionnelles et mentales. Ces deux corps ont une interdépendance de telle
sorte que des influences sur le corps physique engendrent des pensées et des
émotions qui agissent sur le corps astral, de la même manière les agressions
sur le corps astral produisent des effets sur le corps physique. C’est
d’ailleurs le principe de base de la médecine psychosomatique.
Agir sur le corps physique équivaut à produire des effets sur le corps
astral et réciproquement. Le corps physique autant que le corps astral sont
des corps énergétiques mais vibrant à des fréquences vibratoires différentes.
À l’exemple de votre téléphone portable qui est physique et reçoit des
communications à travers des ondes que vous ne voyez pas, mais qui le
mènent à sonner et qui vous permettent de communiquer. Le corps astral,
beaucoup plus subtil reçoit des influences d’ordres psychiques, qu’il
transmet au corps physique à travers le subconscient qui parvient à votre
conscience comme des pulsions ou des suggestions post-hypnotique, que
votre raison n’a point la latitude d’analyser, donc d’écarter ou d’assimiler.
Vous comprenez dès lors que l’influence psychique liée à un envoûtement
agit sur vous comme un programme informatique que vous allez exécuter
indépendamment de votre volonté. C’est ainsi que l’envoûteur influencera
votre corps astral vers des actions bénéfiques ou autodestructrices qui vous
conduiront inévitablement vers un mieux-être ou vers une catastrophe.
N’ayant point conscience de ce qui vous arrive dans le cas de l’envoûtement
de nuisance, seul votre entourage ou des yeux avisés susceptibles de lire
dans l’astral ou tout simplement de remarquer dans votre aura des anomalies
qui se traduiront concrètement par un comportement remarquable, des
événements malheureux, des situations inédites, des désirs ou des attirances
vers des personnes ou des choses qui jusque-là n’éveillaient aucun intérêt.
Ces effets qui peuvent être physiques à savoir des maladies bizarres
accompagnées des apparitions somatiques ou psychiques comme nous
l’avons vu plus haut sont entre autres les résultats d’une action sorcière
d’envoûtement. Il est important de dire ici que le même principe
qu’utilise le sorcier envoûteur peut être utilisé pour effectuer des
traitements des victimes de l’envoûtement. De ce fait, l’envoûtement se
pose comme une technique qui peut être utilisée à bon ou à mauvais escient.
Ainsi donc, nous pouvons tirer la définition suivante de l’envoûtement :
l’envoûtement est une action sournoise et insidieuse sur la psyché d’un
individu, donc l’objectif est de produire sur les corps de cette victime des
effets bénéfiques ou maléfiques dans les domaines différents de sa vie qui
peuvent être l’ordre de la santé, de l’amour, du travail, et bien d’autres.
Nous pouvons également la définir comme une technique, un processus
par lequel un individu, produit de façon volontaire une force psychique
dirigée, qui va agir de façon positive ou négative sur les corps subtils ou
simplement le magnétisme d’un être (par extension, un lieu, un être
vivant ou un objet) afin de produire les effets projetés par lui.
Dans la magie noire ou la sorcellerie, on parle plus de maléfices, pour
désigner l’envoûtement dont le but est essentiellement destructeur ou
négatif.
De l’explication qui précède, il apparaît clair qu’il n’y a pas que les êtres
humains qui peuvent être sujets à l’envoûtement. Mais la plupart du temps
lorsqu’un lieu, une plante, un animal est « chargé » dans un but maléfique
par un opérateur, un sorcier ; on parle d’objets maléficiés, de lieu hanté.
Ceci nous permet d’aborder les termes connexes à l’envoûtement qui sont le
maléfice, la hantise, le fétiche, les sortilèges, l’enchantement…
— Maléfice
Du latin maleficium, composé de malus « mal » et facio « faire », c’est-à-
dire faire du mal, causer des Méfaits, d’événements, des préjudices à autrui
dans sa personne et dans ces biens. Le maléfice est une action par laquelle
on est censé causer du mal, soit aux hommes, soit aux animaux et aux fruits
de la terre, en employant des moyens cachés et surnaturels qui sont
généralement du domaine de la sorcellerie.
Cette pratique est essentiellement celle de la destruction, de la haine, de la
violence et de la mort, c’est le leitmotiv des sorciers noirs et des adeptes du
satanisme.

— Hantise
La hantise désigne une situation ou l’harmonie d’une personne ou d’un
lieu est perturbée par une sensation ou des manifestations d’une présence
invisible. Le terme hantise met généralement en relief des contacts avec
l’au-delà, ce sont des esprits, fantômes, dieux, démons, ou des élémentaux
(lutins, gnomes, fées, djinns, sylphes, ondines, nixes, salamandres etc.).
L’on parle de grande hantise, lorsqu’il s’agit d’hantises de lieu qui sont
souvent liées à des morts soudaines et violentes s’étant produit à cet endroit.
Elle découle parfois du simple séjour dans les lieux hantés d’une personne
ultérieurement décédée, ou des rites de magie noire ayant fait appel à des
sacrifices humains, de messes noires, de la présence d’objets rituels ayant
servi à des invocations de Dieux ou démons, élèmentaux infernaux. La
plupart du temps la hantise des lieux est liée à des sorciers ou personnes
désincarnés restés, attachés à leurs vies matériels qui refusent de partir pour
3
le royaume des morts , qui restent auprès de leurs biens ou essayent
d’accomplir encore des actes sur le plan physique, ce qui les fait apparaître
aux personnes vivantes. C’est ce qui est à la base du phénomène de fantôme.
La hantise de personne ou petite hantise est liée en général à des
sensations de présence, sensation de chaleur, d’attirance irrésistible pour un
4 5 6
lieu, hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques , poltergeist , etc.
Certains opérateurs peu avisés, effectuent des invocations d’esprits, dieux
et autres ; l’esprit venu au niveau astral ou physique, l’apprenti opérateur
prend peur dans le rituel et l’interrompt, ou ignore tout simplement qu’un
rituel de conjuration est nécessaire pour faire partir l’esprit invoqué. L’esprit
non-conjuré reste auprès de l’opérateur attendant des instructions de sa part
ou le rituel de conjuration pour repartir, c’est cette situation qui est
généralement à la base de la hantise de personne et de lieu.
Il existe des familles ou il y a des décès à des périodes régulières des
événements étranges ou extraordinaires de façon cyclique, il s’agit très
souvent d’une hantise par esprits familiers. L’histoire du rabbin et du Golem
illustre bien cette réalité.

— Sortilège
Du latin sortilegus « devin » puis « sortilegium » tirage au sort,
divination. Il désigne l’artifice d’un sorcier ou d’un magicien qui envoûte
l’âme ou l’esprit. Sortilège est synonyme de charme, d’ensorcellement, de
maléfice. Désigne une action de jeter un sort, un maléfice. Une influence,
une force irrésistible qui est d’origine supra naturelle, magique.

— Enchantement
Enchanter vient du latin « incantare », qui signifie « chanter dans (un
endroit), prononcer des formules magiques (contre quelqu’un ou sur
quelque chose) », voire « soumettre à des enchantements, ensorceler ».
Ensuite, l’enchantement est le fait d’agir sur quelqu’un grâce à des
opérations magiques, à l’action de charmes, c’est-à-dire de formules
incantatoires (chants, psalmodies, paroles magiques), de sorte que la
personne qui subit, perde sa volonté et même son identité.
On parle encore d’enchantement pour décrire ou imaginer une action qui
embellit une situation, une personne, un paysage. Une forêt enchantée
comme celle dans Alice au pays des merveilles est sublimée, magnifiée, par
des lumières, des parfums…
Au sens étroit, un enchantement est le fait de soumettre une personne ou
une chose grâce à une opération magique.
Le mot « enchanté » apparaît avec le sens de produire un effet
merveilleux au moyen d’une incantation.
Enchantement est synonyme d’ensorcellement, envoûtement, sortilège,
bénéfique ou maléfique, qui a une durée indéterminée, qui n’est pas
instantanée.
L’incantation est un chant exercé pour rentrer en communication avec des
esprits ou forces de l’au-delà. Selon l’intention de l’incantateur et l’esprit à
qui il s’adresse, l'incantation peut prendre des tons différents, qui peuvent
être injonctif ou louangeur. L’incantation est l’acte de magie par excellence
au moyen âge. Jean de Salisbury définit les incantateurs comme des
magiciens qui influencent par le verbe (Incantatoresquidemsunt qui
7
artemverbus exercent) .

— Fétiche
Le fétiche désigne dans certaines religions, un objet naturel ou façonné,
considéré comme le support ou l’incarnation de puissances supra humaines,
et en tant que tel doué de pouvoirs magiques. Il pourrait être encore défini
comme un objet, animal auquel est attribuée une influence bénéfique ou
protectrice par des personnes superstitieuses ; ou encore une personne,
chose à laquelle on attribue des pouvoirs extraordinaires et/ou à laquelle on
voue une admiration ou un respect exagéré.
Le culte du fétiche est très souvent la cause d’une dépersonnalisation et
d’un auto-envoûtement.

— Charme
Le mot « charme » a pour étymologie le mot latin carmen, qui signifie
chant. Il a pour synonyme « incantation ». Le charme peut être aussi une
formule, une incantation, dans la mesure où la formule magique a un côté
chanté ou psalmodié, par ses répétitions, allitérations, assonances,
onomatopées, cris, murmures.
Un charme, au sens large, désigne ce qui, prétendument, exerce une
action magique. Dans ce cas, « charme » est synonyme de « sortilège »,
« enchantement », « prestige », « ensorcellement ».

1. Le processus d’envoûtement

Tout comme le corps humain combat naturellement la plupart des


agressions microbiennes qui attaquent nos organismes, Notre organisme est
naturellement constitué pour résister aux diverses agressions psychiques et
métapsychiques dont nous sommes les victimes au quotidien. Notre
constitution psychique (conséquence de notre hérédité, notre mode vie,
notre milieu social, nos croyances, notre éducation) à travers le moi, nous
permet de faire face à la plupart de ces influences psychiques de la vie
courante. Ces influences sont essentiellement constituées de suggestions,
d’irradiations cosmiques venant des astres, telluriques venant de la terre, et
d’autres liées à notre environnement de vie et de travail, notamment les
bruits urbains, irradiations d’appareils autour de nous, pollution
atmosphérique et autres. La particularité de ces influences est que celles-ci
sont éparses et ne sont pas essentiellement dirigées car elles affectent tous
ceux qui y sont soumis et les réactions physiologiques dépendent en général
de la constitution physique, psychique et de la capacité de résistance de
chaque individu.

Par contre, les influences ou les agressions sournoises liées à
l’envoûtement, nous affectent de façon dirigée au quotidien, à la façon d’un
rayon infrarouge chargé d’influence, de pensées destructrices qui vous
submergent de plus en plus chaque jour.
Le processus d’envoûtement part d’un principe simple celui de globalité,
tout dans l’univers est interconnecté, de ce fait la partie représente le tout, et
le tout la partie. Exactement comme la police scientifique à partir
d’échantillons d’ADN retrouve des suspects, dans plusieurs techniques
d’envoûtements, l’envoûteur va se procurer des éléments corporels de la
victime. Cela peut être de la salive, des vêtements usés, des ongles, poils,
spermes, sang, menstrues etc. Pour constituer ce qu’on appelle en magie
cérémonielle des témoins.
Les témoins ainsi recueillis, serviront à vitaliser l’élément (très souvent la
dagyde) qui représentera après un rituel de baptême, le double astral de la
8
victime . Tous les traitements bons ou mauvais que subira la poupée, la
victime les ressentira sur son corps astral puis son corps physique. Cette
technique est très souvent utilisée pour la protection ou des individus
9
vitalisent un objet, un arbre, « un totem » qui sera lui en toute chose, donc
recevra les attaques et les influences sorcières à sa place ; c’est le principe
de la protection contre les chocs en retour, l’expérience qu’Éric de Rosny
10
relate dans les yeux de ma chèvre en est une parfaite illustration.
L’inconvénient de cette technique est qu’inversement, si l’élément ainsi
vitalisé subissait des modifications, comme l’arbre venait à être couper ou le
nagual blessé ou tué, ces blessures se répercuterons sur les corps de
l’individu et ce sera certainement la mort physique pour celui donc le
double se trouvait dans l’élément vitalisé.
L’opération de baptême et de vitalisation effectué, l’envoûteur s’applique
11
durant 28 jours qui correspondent à un cycle lunaire, à charger la dagyde
de son intention, le rituel se fait chaque jour parfois à la même heure si
l’opérateur n’est pas le demandeur de l’envoûtement comme c’est la plupart
du temps dans les envoûtements d’amour, sa présence est requise pour
exacerber le désir, la charge émotionnelle à transmettre à la victime à travers
son double astral représenté ici par la poupée. Au fil des 28 jours, le rituel
va se répéter et au dernier jour la poupée sera détruite, soit par le feu soit
enterrée au pied d’un arbre ou dans la forêt. C’est alors que la poupée de
cire, en chiffon ou en bois chargé de l’intention de guérison, d’amour, de
nuisance, ou de mort va libérer son programme. C’est à ce moment que la
victime va noter de véritables modifications dans ces pensées à travers des
rêves puis des apparitions somatiques. Ainsi donc, les 28 jours de charges
passés, le temps d’agissements de l’envoûtement dépend en général de la
constitution psychique, physique, spirituelle, l’hygiène de vie, et les
égrégores auxquelles la victime est liée. Cela prend en général quelques
semaines avec des pics de montée en pleine lune.
Il faut dire ici que ce processus n’est pas le même partout, il emprunte des
techniques liées à l’environnement, à l’espace culturel de l’opérateur et qui
très souvent combine plusieurs techniques dans un même rituel. Il faut
savoir également que l’envoûteur quelle que soit la technique a besoin d’un
support représentant la victime, ceci va des objets touchés par la victime par
exemple son linge et autre, à sa photo. Dans l’absence de ces éléments, c’est
par la visualisation, la pensée, que le sorcier atteint le double astral de la
victime, c’est le cas dans plusieurs techniques à l’instar du mauvais œil.

Chapitre II : les différentes catégories d’envoûtements.

La principale difficulté dans le recensement des envoûtements est la


similitude dans les éléments utilisés. En effet l’opérateur a le choix à un
large éventail d’éléments et de technique pour opérer. L’exigence dans le
choix d’une technique par le sorcier s’impose à partir de 3 principaux
paramètres : la première, la maturité et la filiation du sorcier, la deuxième
est liée au résultat escompté et la durabilité de l’action, enfin la troisième, à
la disponibilité des éléments pour la pratique du rituel.

a- La maturité et la filiation du sorcier


Les capacités et pouvoirs de guérison ou de nuisance d’un sorcier sont


liés à ces deux éléments, son appartenance à un groupe lui faisant bénéficier
d’un égrégore puissant dans ces actions, et sa maturité en tant que sorcier.
Cela peut être son grade dans le groupe ou simplement son expérience en
tant que sorcier. Lorsque vous écoutez les témoignages des sorciers qui
« sortent la nuit » c’est-à-dire qui pratiquent le dédoublement ou voyage
astral, ils affirment que dans l’au-delà, les sorciers plus expérimentés
peuvent rester hors de leurs corps plus longtemps et accéder à des endroits
de vibrations plus subtiles. Ceci accroît nettement leurs capacités de
nuisance ou de guérison. Également, la sorcière qui est née d’une mère
12 13
sorcière, donc possédant l’ivu (sorcellerie opérative noire dans le centre
sud du Cameroun) est plus puissante que celle qui l’a reçu. D’autre part, les
sorciers appartenant à des groupes tels que la wicca (en Europe et en
Amérique du Nord), le vaudou en Afrique de l’ouest, la macumba en
Amérique latine et aux Antilles, les tables de nuit (sorcellerie ou l’on
14
pratique anthropophagie énergétique), le famla, le nyongo , le nkong
(sorcelleries à but lucratives pratiquées respectivement dans l’Ouest
Cameroun, le sud-ouest Cameroun et au sud Cameroun et Gabon) dans leurs
agissements bénéficient de la puissance du groupe et peuvent plus aisément
pratiquer des techniques impliquant plusieurs opérateurs telles que les
envoûtements en chaîne et la magie égrégorique. Ceci a l’avantage de rendre
l’envoûtement plus puissant et de dissiper d’éventuels chocs en retour.

b- Le résultat escompté et sa durabilité


Il est clair que l’appareillage ou la logistique pour un envoûtement de
mort ne peut être le même que pour un envoûtement d’amour, pareillement
un envoûtement donc on recherche des effets durables ne peut s’appuyer sur
les techniques de basse sorcellerie comme l’envoûtement par ingestion. Le
sorcier optera pour ce cas pour des techniques comme l’envoûtement par
évocations, donc les résultats sont très puissants. Mais en réalité, il n’y a que
le sorcier puissant et expérimenté qui effectue les envoûtements puissants et
15
durables parce que même s’il s’agit de magie cérémonielle il faut une
certaine maîtrise et expérience pour faire le rituel d’évocation des forces de
la nature ou les entités des sphères infernales.

c- La disponibilité des éléments, plantes et témoins


Prenez un livre de magie, un grimoire vous y trouverez assurément des
recettes pour attirer l’argent, pour l’amour, la prospérité. Vous remarquerez
qu’au-delà de l’invocation, il y a des plantes herbes à associer au rituel. Ces
plantes qui appartiennent très souvent, à l’univers culturel de l’auteur ne
sont généralement pas facile à acquérir par les personnes ayants l’intention
de faire le rituel. Certaines plantes très utilisées en sorcellerie à l’instar de la
mandragore (Mandragora officinarum), de la datura (D. stramonium), de la
jusquiame (Hyoscyamus niger) et belladone (Atropa belladona) nécessitent
une réelle expertise du sorcier pour les retrouver, les ramasser, les
transporter et les utiliser.
L’on peut classifier les envoûtements selon plusieurs paramètres : selon
les moyens utilisés par exemple magie opératoire ou magie cérémonielle ;
selon l’intention la nuisance ou le rétablissement d’une situation anormale,
selon la durée du rituel, le nombre de participant, l’efficacité, la difficulté de
mise en œuvre du rituel, etc.
La plupart des auteurs s’accordent à dire qu’on dénombre plus de 190
formes d’envoûtements, la classification que nous proposons s’appuie sur
16
celle de Pierre MANOURY , et tente de grouper les différents types
d’envoûtements selon leurs modes opératoires et les moyens utilisés pour
leurs mises en œuvre.
Pour cela, nous avons distingué 5 modèles de bases d’envoûtements.
Chaque type d’envoûtement se rattache à l’un de ces modèles qui désigne à
la fois pour chacun un type et une famille d’envoûtement. Cette liste non
exhaustive permet de distinguer les envoûtements directs, les envoûtements
sur statuette, les envoûtements par évocations, les envoûtements par charges
et les envoûtements par magie sexuelle.

I. Envoûtements directs

On désigne par envoûtement direct, tous les envoûtements qui obligent un


contact direct entre l’envoûteur et l’envoûté. Ce contact peut être physique
ou astral. Parmi ces envoûtements on peut citer :

a- Envoûtement alimentaire par ingestion
Cet envoûtement consiste pour le demandeur à faire ingérer à la victime
un breuvage constitué de différentes plantes aux vertus liées à l’objet de
l’envoûtement, ceux sont les fameux élixirs, décoctions et philtres
d’amours. Cet envoûtement de basse sorcellerie est très populaire en
Afrique noire ou des apprentis marabouts composent des potions qu’ils
conseillent à leurs clientes pour susciter ou accroitre l’amour de leurs
partenaires et /ou guérir certains maux. Souvenez-vous des potions que les
marabouts font ingurgiter à leurs patients pour les motifs de lavages,
17
déblocages et autres. Le tombassi. Cette technique parfois subjective et
mal utilisée a pour conséquence de provoquer en général chez la victime
une vive excitation sexuelle, une indigestion ou pire un empoisonnement
de la victime. Un envoûtement qui était censé être d’amour, d’exorcisme
ou d’adorcisme est devenu un envoûtement de mort. Cela montre combien
le résultat de ce type de pratique peut être aléatoire. Par ailleurs, cette
pratique en tant naturopathie apporte énormément de réconfort aux
individus.

b- Le Mauvais œil
C’est un simple regard chargé de mauvaises intentions et densifié, par le
caractère sombre, empreint de haine, de jalousie et de pulsions démoniaques
du jeteur de sorts.
Cette pratique relève des sorciers opérants qui ont la sorcellerie en eux,
donc la pensée et la volonté sont décuplées par l’entité diabolique qu’ils
possèdent très souvent en eux et qui leur octroient différents pouvoirs dont
celui de ruminer la haine et de maudire.

c- Par astral ou par dédoublement
L’envoûtement par dédoublement est la technique la plus usitée par les
sorciers qui « sortent la nuit ». En fait, la sortie astrale, décorporation ou
dédoublement est une technique qui consiste par la consommation de
18
certaines plantes, prononciation de mantras ou par des exercices
respiratoires, à se mettre dans un état proche du sommeil et à projeter sa
conscience hors de son corps, ou simplement à dissocier partiellement et
consciemment son corps astral de son corps physique. Ce processus se
réalise naturellement durant le sommeil et les rêves. Le sorcier hors de son
corps, pourra attaquer le corps astral de sa victime qui physiquement
endormi est plus vulnérable. Cette dernière à son réveil ressentira la
somatisation des effets de l’attaque. Il est important de dire que la
technique de sortie astrale n’est pas l’apanage des sorciers, en effet avec un
peu d’exercices la plupart des gens peuvent effectuer un dédoublement et
visiter leurs amis, les mondes subtils, les astres et les éléments.
Pareillement, les guérisseurs l’utilisent pour des traitements et déterrements
à distance, retirer les blocages que les sorciers laissent sur le double de
leurs victimes.

d- Envoûtement par esprits familiers


Les esprits familiers sont des entités que des mages ou sorciers créent à
19
des fins spécifiques .
La plupart du temps, ils les domicilient dans des statuettes, c’est pourquoi
vous verrez chez tous les marabouts, guérisseurs et autres, des statuettes qui
sont les réceptacles physiques de ces esprits crées pour la protection, la
santé, la divination, le pouvoir, la voyance, la mort, etc.
Ces entités sont comme des valets dévoués à l’opérateur, spécialisés dans
des tâches précises. Elles accumulent rapidement de l’énergie grâce au
condensateur fluidique qui rentre dans leurs fabrications. Les sorciers noirs
ayant des familiers spécialisés dans les jets des sorts sont redoutables car les
résultats obtenus par ces esprits sont rapides efficaces et puissants.

e- Auto envoûtement
L’auto envoûtement comme son nom l’indique est la conséquence d’une
autosuggestion inconsciente qui amène le corps à développer les symptômes
d’un envoûtement. La victime se convainc qu’elle est victime d’un
envoûtement et finit par en développer les signes. Bien que trop souvent
méprisé, l’auto envoûtement existe et prend, à la longue, forme
d’envoûtement réel.
L’auto envoûtement s’apparente à un phénomène obsessionnel, à une
véritable fixation névrotique, qui nécessite parfois plus qu’une
psychothérapie pour en venir à bout.


II. Envoûtement par statuette

L’envoûtement par statuette est une forme d’envoûtement qui utilise la


statuette (dagyde) dans son mode opératoire. Cette technique à elle seule
combine et regroupe plusieurs autres types d’envoûtements, et est usitée
pour des fins aussi variés que la nuisance, la guérison, voire la protection.
L’on peut citer dans ce registre l’envoûtement d’amour communément
nommé retour d’affection, envoûtement de guérison ou action de thérapie à
distance, le nouage d’aiguillette ou envoûtement destiné à provoquer
l’impuissance chez l’homme, celui destiné à provoquer l’infécondité chez la
femme, envoûtement traditionnel chinois qui peut se résumer à une thérapie
d’acupuncture non sur le malade mais sur la statuette, envoûtement de
maladie ou de mort, appel de force sur une personne.
La statuette étant juste un support servant à représenter la victime, donc la
technique peut être n’importe laquelle, allant de l’enclouage, à la messe
noire en passant par les évocations ou magie égrégorique.
Les résultats de ces types d’envoûtements sont très souvent puissants et
efficaces, mais dépendent surtout de la dextérité ou l’expertise du sorcier.

a- L’envoûtement Par photo
En la réalité, il n’existe pas une technique d’envoûtement par photo, tout
comme la statuette la photo représente un support. Pour certains opérateurs
la photo sert à la visualisation de la victime ou du résultat escompté, mais ne
sert à aucun cas à représenter la victime, pour d’autres la photo doit dater de
moins de six mois et doit subir un rituel de vitalisation pour être utiliser
comme support représentant la victime. Pour nous, l’utilisation de la photo
est un outil mineur qui implique des grandes capacités de visualisation que
très peu de sorciers noirs disposent. Ce qui rend les résultats incertains et
peu durables.

b- Les envoûtements par Ligatures, par chevillage et enclouage, par
embarrure
Ces 3 techniques d’envoûtements très fréquentes dans l’univers culturel
africain et sévissant le plus souvent en milieu rural, sont très simples dans
leur mise en œuvre et redoutable dans leur efficacité.

La ligature c’est une procédure qui consiste à nouer fils, cordons, rubans
avec un nœud dans le but de paralyser la victime ou l’une de ces fonctions
comme le nouage des aiguillettes qui rend les hommes impuissants et
provoque la stérilité chez la femme. Ces sorts sont également utilisés pour la
protection des champs cultures contre les voleurs, on les aperçoit souvent
attachés à des plantes, faits de tissus, de fils et même de coquilles
d’escargots.

Une variante de la ligature consiste à suspendre par une corde, à une
branche d’un arbre, le témoin symbolique de la victime. Ainsi le tangage du
témoin sous l’effet du vent est réputé agir sur l’esprit de la victime en la
rendant folle.
20
Les wangas dans la tradition vaudou intègre cette technique de ligature.

L’enclouage ou le chevillage c’est une technique qui consiste à enfoncer
violemment un clou ou une cheville soit dans l’empreinte que vient de
laisser l’individu à envoûter, soit sur son ombre, soit sur la dagyde
représentant la victime. L’enclouage peut également consister à fixer un
témoin symbolisant la victime à un arbre en y enclouant.

Par embarrure cet envoûtement consiste à entortiller un objet
appartenant à la victime en psalmodiant de manière à paralyser ces
mouvements.


III. Envoûtements par évocation

Cette technique entre dans le cadre de la goétie, l’évocation des esprits


maléfiques. Le sorcier appelle une entité Démon, génie, élémental… pour
lui demander d’aller frapper une victime qu’il a désignée. Le sorcier utilise
les sceaux et pentacles de l’entité et le fait les jours correspondants aux
entités évoquées. L’avantage de cette technique est qu’elle met à l’abri des
chocs en retour et offre des résultats fulgurants. Le danger de cette
technique est qu’il nécessite une préparation minutieuse et exige du sorcier
une grande maîtrise du rituel et une domination de l’entité, qui à tout
moment peut se retourner contre lui.

a- Envoûtement par excommunication


Elle n’est pas une technique d’envoûtement mais la conséquence sur une
victime de la soumission à un égrégore maléfique. En effet, tout individu
21
appartenant à un groupe quelconque, participe à l’égrégore ou inconscient
collectif de ce groupe ; Tant que l’individu en question participe activement
à la vie du groupe, il nourrit l’égrégore de ce groupe, rien de particulier ne
se manifeste ; sa présence et son affiliation spirituelle nourrissant l’entité
connue le protègent. Si pour une raison ou une autre, cette personne cesse de
participer aux activités du groupe ou est excommuniée (enlevée de la
communion de la communauté), l’égrégore se retourne contre lui, créant
chez ce dernier un déséquilibre, un état proche de la hantise. Ce cas est très
récurrent chez les adeptes des sectes qui veulent se défaire du groupe et
reprendre leurs libertés. Ils leur arrivent une succession de malheurs et de
phénomènes bizarres.

b- Envoûtement par messe triangulaire
C’est un envoûtement effectué autrefois par des prêtres noirs qui utilisent
l’égrégore de l’Église catholique à des fins de nuisance. L’envoûtement
consistait pour trois prêtres à dire trois messes simultanées dans trois églises
différentes formants un triangle.

c- Envoûtement par chaîne


En la réalité, l’envoûtement en chaîne, n’est pas un procédé
d’envoûtement, mais une parade pour contrecarrer la loi de choc en retour
qui voudrait que l’envoûtement qui n’atteint pas son destinataire revienne à
son émetteur. Dans la pratique, il s’agit pour l’envoûteur de désigner une
chaîne de personnes susceptibles de recevoir le choc en retour d’un
envoûtement qui n’aurait pas atteint sa cible, du fait par exemple que la
victime soit bien protégée. Ceci se fait souvent à l’insu de ces personnes,
mais très souvent le sorcier opte pour la solution la plus simple, qui est celle
de désigner le demandeur de l’envoûtement comme second objet ou victime
de substitution pour recevoir le choc en retour.
L’envoûtement en chaîne est également utilisé comme moyen détourné
pour atteindre une victime de telle manière que l’identité du jeteur de sorts
ne soit facilement perçue, car plusieurs personnes auront été utilisées
comme fusibles, ou points d’émission de l’envoûtement. En conséquence,
des médiums peu avertis, ne verront que l’une ces personnes, le maillon
faible comme émetteur de l’envoûtement plutôt que le véritable sorcier.
Beaucoup de personnes sont malheureusement bannies des familles et
accusés de sorcellerie à cause de pratiques aussi ignobles.

d- Le satanisme
Le satanisme est un ensemble de pratiques rituelles où le diable à travers
les démons est évoqué pour accomplir les volontés malveillantes des
sorciers qui par la pratique sont devenues ces suppôts au même titre que ces
anges déchus. Le Satanisme associe la plupart des formes d’envoûtements.
On y retrouve souvent des dagydes, des orgies sexuelles, l’évocation de
démon, de charge d’objets, de transfert et sacrifices d’animaux, etc. Les
pratiquants de tels rites sont généralement constitués en couvent de sorcières
qui nourrissent un égrégore maléfique dont les démons les octroient divers
pouvoirs allant de la lévitation à la métempsychose.


IV. Les envoûtements par charge

C’est un mode opératoire utilisé dans diverses formes de magie et qui
peut bien s’adapter à la plupart des techniques d’envoûtements. En effet, Le
sorcier choisit un support, lequel peut être un objet quelconque qui passera
inaperçu dans la maison du destinataire, par exemple un objet d’art, un
bijou, une pierre ou autre chose qui une fois le rituel terminé sera offert à la
victime sans éveiller sa méfiance ou glissé discrètement dans son
22
environnement. Le sorcier peut alors utiliser un condensateur pour ancrer
les charges émotives sur l’objet. Chaque jour et patiemment le sorcier
effectuera le même rituel de concentration sur le but atteindre ou
d’évocation de l’énergie recherchée. Au bout de quelques jours ou d’une
lunaison, l’objet ainsi chargé du maléfice ou de l’intention de guérison, de
protection sera introduit dans l’environnement de la victime ou il libérera
progressivement sa charge qui affectera la victime au quotidien.

a- Action par le tellurisme
L’énergie tellurique (de la terre) est une source permanente d’énergie qui
permet à celui qui sait la capter pour se charger ou se recharger, d’en
accumuler et de l’orienter vers une intention précise.
Pour en capter l’énergie, l’opérateur doit identifier un point ayant un
grand potentiel énergétique, cela est parfois une grotte, une source
thermale, un mont, où il s’allongera ou il y restera pieds nus. Grâce à des
exercices respiratoires et de visualisation, il accumulera l’énergie qui
pénétrera en lui travers les inspirations ou la plante des pieds.
L’accumulation faite, il la chargera par la visualisation de son intention,
puis la libérera d’un coup par le chakra du plexus solaire. La victime sera
aussitôt atteinte par l’émotion qui va au fil des jours submerger son
subconscient pour produire des effets sur ces différents corps.

b- Envoûtement dû à un lieu
À la différence de l’action par tellurisme qui est une technique qui
suppose de grandes connaissances et capacité de l’opérateur pour affecter
une victime ciblée, l’envoûtement dû à un lieu peut être une intention
sorcière délibéré pour nuire ou pour guérir et/ou la conséquence de la
fréquentation accidentelle ou volontaire et surtout continue sur un lieu
imprégné d’une énergie susceptible de nuire ou de guérir.
23
Pierre Manoury parlant des envoûtements dus à un lieu, dit : « Tout se
passe comme si certaines personnes, à un moment quelconque,
s’imprégnaient, au niveau inconscient, d’une ambiance morbide ou
maléfique constatée dans un lieu. Au bout de quelques semaines, les
intéressés offrent tous les symptômes d’un envoûtement. Ce type
d’imprégnation est particulièrement difficile à détecter et, là encore,
l’opérateur devra employer des méthodes très spéciales. Un grand nombre
de personnes pose souvent la question de savoir s’il est possible de modifier
l’influence d’un tel lieu. Bien qu’en théorie cela soit faisable, il est
préférable de s’en abstenir, voici pourquoi : plusieurs cas peuvent se
présenter. Ce lieu n’est pas actif en permanence (ce type de problème est
assez fréquent). Le lieu en temps normal étant tout à fait "vivable" ne
possède aucune influence. Puis, sans raison apparente, il devient totalement
impraticable. La raison en est simple, il en va des points géographiques
comme des hommes, ils réagissent à certaines conjonctions ou aspects
planétaires et durant cette période il convient de ne pas y vivre. On peut
envisager la constitution de contre charge, mais les effets ne seront que
limités dans le temps.
D’autres lieux sont "maléfiques" en permanence, il peut s’agir de points
forts, trop forts même de tellurisme, l’antique vouivre des Celtes, Ces points
étaient, dans l’antiquité, utilisés par les initiés qui savaient manipuler cette
énergie et interdisaient l’accès aux profanes ; dans ce cas, la seule solution
est de "changer de secteur".
Il peut s’agir d’un endroit malsain, n’ayant jamais été habité pour ces
raisons et que la fringale immobilière a transformé en résidence de rêve…
Là encore, abstinence. J’attire l’attention, à ce propos, sur un piège
fréquent dans lequel tombent nombre de citadins. On rencontre parfois une
sympathique maison isolée, près de laquelle se trouve un arbre magnifique,
un géant, un monstre végétal… Séduit par la majestueuse beauté de cette
cathédrale de verdure, le malheureux citadin se sent pousser des ailes. Il
s’imagine sur une chaise longue, un verre en main, à l’ombre de ce géant
dont il est le maître orgueilleux. Or si la présence d’arbres forts et
vigoureux est signe d’un lieu sacré et bénéfique, un endroit où se trouve un
seul arbre aux proportions imposantes est suspect. Cette entité végétale a de
fortes chances d’être… Un "vampire", absorbant à son profit la vie et
l’énergie alentour. Par contre, dans certains lieux au tellurisme fort et
destructeur. "L’action négative" peut souvent être contrebalancée par la
plantation de chênes en nombre impair.
Certains lieux habités depuis de nombreux siècles deviennent soudain
inhabitables, la raison est la même que précédemment. Les nouveaux
occupants ou leurs prédécesseurs ont simplement coupé des arbres et ne les
ont pas remplacés, à moins qu’ils ne l’aient fait au profit d’essences moins
nobles et en tout cas inefficaces, comme le pin ou le sapin.
Donc prudence ! Je ne parlerai pas de lieux tragiques imprégnés par des
actions violentes, pas plus que de l’absurdité immobilière qui consiste à
bâtir sur l’emplacement d’un ancien cimetière. En résumé, très souvent les
anciens ont modifié la composante locale, en plantant des arbres ou en
fixant la zone d’influence en y dressant une pierre. Évitez de bouleverser
cette géographie sacrée et, si par malheur vous vivez dans un tel lieu,
consultez un spécialiste ou changez de domicile.
Un autre aspect de l’envoûtement dû au lieu peut être pris en
considération. Je veux parler de l’environnement humain inconscient
collectif. Là, il peut s’agir d’une incompatibilité entre votre propre éthique
ou personnalité et celle d’une population, pas grand-chose à faire sinon de
déménager. Dans les grandes villes, certaines vagues de suicide n’ont pas
d’autre origine. Il s’agit de véritables contagions psychiques »
Dans l’univers culturel africain, la plupart des lieux dits sacrés sont des
« chakras de la terre » que les initiés déclarent sacrés, et parfois les font
surveiller par des entités ou des esprits familiers pour se garantir à eux seuls
l’accès aux vertus de ces lieux, c’est le cas des forêts sacrées à l’ouest du
Cameroun, de certains cours d’eaux et grottes ou l’on pratique des guérisons
religieuses et miraculeuses.

c- Envoûtement par la magie de l’œuf
L’importance de l’œuf en magie n’est plus à démontrer, il est utilisé dans
presque toutes les formes de magie, noire, rouge, blanche, etc.
Dans la magie arabe, il existe de nombreux rituels d’envoûtement
d’amour à partir de l’œuf. Pour les envoûtements et contre-envoûtement,
24
rituel de purification, le puissant potentiel d’énergie que l’œuf possède est
utilisé pour faire germer une émotion, une pensée, une volonté qui peut être
positive ou négative.

d- Envoûtement par transfert
L’envoûtement par transfert est reconnu dans notre aire culturelle comme
une thérapie très efficiente pour traiter certains traumatismes. Cette
technique est utilisée efficacement pour traiter certaines maladies ou
traumatismes comme les fractures. Le guérisseur transfère la maladie sur le
coq qui subira la même fracture, et opère plus facilement ces opérations de
traitement sur la victime qui ressentira aussitôt un grand soulagement. Il est
commun que les malades très graves transfèrent leurs maladies sur un
animal ou un arbre qui périt quelque temps après. Par ailleurs, beaucoup
d’entre vous avez déjà assisté ou subi le rituel de lavage avec un poussin. En
réalité, le rituel consiste à transférer vos impuretés sur le poussin. C’est
d’ailleurs pour cela que vous êtes interdit de consommer ce poussin sous
peine de recouvrer ces impuretés.
Chacun de vous avez déjà rencontré dans un carrefour des calebasses
brisées, avec des pièces de monnaies tout autour. Il s’agit d’un envoûtement
par transfert ou mieux un désenvoûtement par transfert. Il consiste à
transférer la maladie ou l’influence négative de la victime vers un objet, un
animal, un arbre ou toute autre chose. La première personne qui entrera en
contact avec cet animal, objet ou autres, héritera de ces maux.


V. Envoûtement par magie sexuelle

Ce type d’envoûtement ne désigne pas nécessairement une atteinte à la


sexualité de la victime. Ces rites sont très fréquents dans les messes noires,
les orgies qui accompagnaient les sabbats des sorcières. Cette pratique est
25
une magie de puissance qui utilise l’énergie sexuelle issue du serpent .
L’érotisation du rituel se fait par le couple, l’opérateur étant l’élément actif,
le mâle, et l’assistante l’élément accumulateur, la femelle (ou mieux la
demandeuse), l’objectif étant d’exacerber l’énergie sexuelle pour le
canaliser vers le but à atteindre. Dans un envoûtement sexuel, le rituel est
méticuleusement étudié, le rituel peut faire intervenir ou pas une dagyde.
Comme tous les types d’envoûtements, les envoûtements par magie sexuelle
sont divers et empruntent à plusieurs techniques. Les buts sont également
variés allant de l’envoûtement d’amour où il est particulièrement efficace à
l’envoûtement de mort.

a- Le voile
C’est un envoûtement qui se définit plus dans son but que par son mode
opératoire. En effet, l’envoûtement dit par voile ou voilage, est un
envoûtement qui vise à obscurcir, voiler, cacher l’aura d’un individu
généralement une jeune femme qui verra tout son charme, son potentiel de
séduction, ses chances voilées. Ce qui se traduira au quotidien par une réelle
indifférence des hommes à ses charmes, une non-reconnaissance de ses
qualités, des malchances professionnelles, des mésaventures et autres. Cet
envoûtement particulièrement répandu, puise son énergie dans la jalousie et
la haine qu’éprouve l’envoûteur envers la victime, conduit beaucoup de
ceux qui en sont frappés vers la déchéance, la dépression, l’isolation sociale,
la pauvreté voire même le suicide.
Chapitre III : symptômes, détections et tests

Dans ce chapitre nous verrons les différents symptômes que connaissent


les personnes victimes d’un envoûtement. Nous continuerons par explorer
quelques méthodes de détection tout en décrivant quelques tests à faire pour
diagnostiquer un envoûtement.

I. Les symptômes

La plupart des auteurs énumèrent et classifient les symptômes de


l’envoûtement sans évoquer pour notre part ce qui me semble le plus
important l’analyse des rêves. En effet, l’envoûtement étant un processus
psychosomatique, la victime vit les changements dans son aura à travers ses
rêves et ses pensées. La véritable difficulté pour la plupart des individus est
de se souvenir de leurs rêves. Mais avec un peu de méthodes et d’exercices,
vous pouvez mener des observations sur vos activités oniriques surtout dans
les périodes de pleines lunes où en général des rêves répétitifs se produisent,
étant assez explicite pour ne pas nécessiter une interprétation.
La technique est donc de dormir avec un calepin à son chevet de lit, et de
noter les détails des rêves dès qu’ils vous reviennent à votre réveil. Même
quand vous avez l’impression de n’avoir pas rêvé, essayez de vous souvenir
de quelque chose. Au fil des jours, en étant assidu à cet exercice, vous
remarquerez dans vos notes des similitudes dans certains événements ou
faits qui surviennent de façon cyclique dans vos rêves.
Ceci est d’autant plus important que lorsque les symptômes physiques
surviennent cela signifie qu’il y a eu saturation au niveau astral, et percevoir
les symptômes lorsqu’il n’y a pas encore eu saturation au niveau astral, c’est
comme détecter un cancer lorsqu’il est encore bénin.
Notons également que les symptômes s’expriment soit par des actes soit
par une somatisation ou les deux. La victime peut donc voir son humeur ou
son comportement changer complètement au fil des jours, et/ou ressentir
physiquement des modifications ou des dysfonctionnements organiques.
Lorsque des symptômes anormaux surviennent sur le plan physique, la
première des choses à faire est de consulter un médecin. La victime d’un
envoûtement ne doit jamais faire la confusion entre un désenvoûteur et un
médecin. L’avis du médecin est toujours prédominant sur celui du
désenvoûteur. La médecine soigne le corps et l’occultiste s’occupe de votre
double.
Si un envoûtement provoque chez vous des pulsions suicidaires et que
vous avaliez des médicaments ou vous ouvrez les veines pour vous tuer,
c’est le médecin d’abord que vous allez rencontrer pour stopper
l’hémorragie pour que par la suite l’opérateur occulte vous désenvoûte
rompant ainsi la pulsion suicidaire qui vous amène à vous mutiler.
C’est pourquoi quelque que soient les symptômes physiques ou
psychologiques, il faut d’abord consulter un médecin qui va vous soulager
des traumatismes que vous ressentez, pour que par la suite vous rencontriez
un opérateur occulte qui confirmera le diagnostic d’envoûtement et vous
soumettra à un désenvoûtement, qui n’est pas à mettre en opposition avec un
éventuel traitement amorcé chez le médecin.
Les symptômes de l’envoûtement peuvent être classifiés en trois
catégories, les symptômes mineurs, les symptômes intermédiaires et les
symptômes majeurs. Ce classement est subjectif car les réactions aux
différents types d’envoûtements sont fonction de la capacité de résistance de
tout un chacun, de son hygiène de vie, de son ancestralité, de son karma, de
ses croyances et de ses pratiques religieuses ou spirituelles.

a- Les symptômes mineurs


Ce sont des symptômes négligeables qui peuvent bien être la
conséquence d’un envoûtement comme celui d’une agrégation d’énergie
négative générée par soi-même ou par autrui, du stress, des peurs liées à la
situation de vie et l’avenir, ou des sources proches comme le lieu
d’habitation, la haine et la jalousie contre vous. Nous pouvons citer (liste
non exhaustive)

— Angoisse sans raison


— Sensation d’épuisement sans cause, perte d’énergie, fatigue au réveil.
— Impression de poids sur la poitrine ou sur les épaules, continuellement
ou occasionnellement une boule dans le creux de l’estomac ou de la gorge
avec des sensations d’étouffement.
— Sensation de piqûres à la nuque, au plexus solaire, dans la région du
cœur, parfois sensation de brûlure, froid, chaud.
— Des maux de tête sans raison aux mêmes heures de la journée ?
— Un Changement d’attitude vis-à-vis de son entourage, éloignement des
amis.
— Malaises vagues ou contractures musculaires.
— Hostilité du milieu professionnel,
— Hostilité ou agressivité instinctive des inconnues, même des animaux
vis-à-vis de vous.
— Problèmes de couple, par exemple des disputes répétitives sans de
véritables raisons.
— Brusques et brutales accès de colères qui montent sans raison
apparente.
— Inappétence pour la sexualité
— Agressivité et grossièreté dans le langage envers ses proches et ses
amis sans motifs valables.
— Jalousie irraisonnée vis-à-vis de vous.
— Invasion d’insectes dans l’habitation (araignées, cafards etc.) sans
raison apparente.
— Difficultés et malchances répétées (pannes de voiture, pannes
d’appareils électroménagers, fuites d’eau, réparations diverses).

b- Les symptômes intermédiaires


Les symptômes intermédiaires sont ceux qui résultent d’une influence
extérieure. La nature de cette influence peut être un envoûtement ou la
conséquence de troubles psychologiques, d’un stress post-traumatique,
d’une soumission répétée à des sources d’énergies nocives, d’ondes de
26
formes ou d’un déséquilibre élémental dans votre structure. Dans tous les
cas ces symptômes obligent déjà une action de purification, de
27
désagrégation ou de renvoi élémental .

— Palpitations cardiaques, surtout en période de pleine lune.


— Éloignement des personnes du sexe opposé de vous comme si elles
n’éprouvaient aucun intérêt pour vos qualités personnelles.
— Amaigrissement sans raison.
— Peur irraisonnée quand on est seul.
— Réveil en pleine nuit avec sensation de présence dans la chambre.
— Impuissance sexuelle ou frigidité persistante après consultation
médicale.
— Malchance dans tous les domaines, malgré l’acharnement, la volonté
et la persévérance, tous ces efforts se solde par des échecs consécutifs ;
surtout dans le domaine professionnel
— Brusque dégoût du partenaire (quelques fois réciproque) dans les
rapports sexuels provoquant un éloignement affectif.
— Prostration volontaire, abandon soudain des habitudes (loisirs et
autres) désir de s’enfermer, de s’isoler entièrement et de ne voir personne.
Vous n’avez plus envie de rien (faire le ménage, sortir vous amuser, faire
des projets d’avenir, etc.)
— Série de désagrément, problèmes, deuil, catastrophes affectives ou
professionnelles régulièrement et surtout aux lunaisons. Échecs permanents.
— Impression que quelque chose de lourd ou de poisseux vous entoure
— Certains appareils électriques ont parfois un comportement étrange
(extinction, parasites, grésillement, montres qui s’arrêtent) en votre
présence.
— Les ampoules électriques grillent régulièrement en votre présence.
— Perte fréquente de petits objets ou de petites sommes d’argent.
— Les clients fuient votre commerce, votre chiffre d’affaires est en
baisse, malgré un service identique et tous vos efforts.
— Menstruation anormalement prolongée
— Cauchemars éprouvants et répétés avec un paroxysme aux lunaisons.
— Retards fréquents ou annulation de rendez-vous importants sans
raison.

c- Les symptômes majeurs.


Ces symptômes sont ceux qui montrent assurément un problème qui
nécessite une consultation d’un occultiste en urgence pour définir la nature
du problème qui peut être autant un envoûtement, une possession, une
hantise ou un trouble psychopathologique.

— Idées fixes ou phobies, sans rapports avec les préoccupations
habituelles.
— Désir sexuel soudain en période de lunaison, même en absence de
partenaire.
— Choix délibéré d’actions malsaines ou que l’on réprouve en temps
normal, désirs ou phantasmes que l’on a des difficultés à refréner.
— Rêves érotiques et le plus souvent très pornographiques se répétant
avec une fréquence élevée.
— Désirs de masturbation solitaire avec une fréquence provoquant un
épuisement physiologique dangereux
— Phantasmes d’exhibition incoercibles ou attirance de lieux dangereux
ou les risques d’agressions sexuelles sont importants, Pédophilie.
— Désirs de soumissions, phantasmes de masochisme ou d’humiliation,
assouvis ou non.
— Pulsions de bestialité ou désir de souillure (phantasme de prostitution
ou désir de zoophilie).
— Changement des habitudes alimentaires, goût pour des aliments
inhabituels ou détestés en temps normal.
— Fébrilité ou attirance morbide pour des personnes envers qui on
ressentait habituellement du dégoût ou de l’indifférence.
— Désir d’adultère et de tromper le ou la partenaire avec une personne
sans intérêt (en temps normal), pour qui on se sent soudain en affinité.

— Tendance soudaine à la négligence dans les occupations
professionnelles ou dans la tenue de la maison.
— Sommeil anormalement prolongé, en l’absence de fatigue
exceptionnelle.
— Excitation anale inhabituelle, provoquant un désir d’intromission ou de
sodomie (en l’absence d’expérience dans ce genre de rapport).
— Peur de la foule (agoraphobie), sans qu’il y ait de précédent.
— Alcoolisme soudain en l’absence d’antécédents.
— Difficultés à supporter les enfants
— Apparition de marques sur le corps.
— Pulsions répétées de suicide.
— Sensation d’attachement sur le corps (pendant le sommeil)
— Objet se déplaçant dans la chambre ou dans le lieu où l’on habite.
— Sensation d’être mal dans sa peau lorsque l’on pénètre dans une église
ou de dire des grossièretés à l’encontre des images Saintes ou des Icônes à
caractère Religieux.
— Impression que les organes se déplacent dans le corps.
— Impression d’être observé, épié sans cesse.
— Fuite d’animaux familiers (chien, chat, oiseau, etc.) à votre arrivée
— Série noire d’accidents ou de maladies dont les médecins ne
comprennent pas l’origine, la raison ou le mode curatif.
— Audition de voix très désagréables qui vous persécutent.
— Avortements et Fausses couches répétés sans raisons médicales
apparentes.
— Difficultés de conception ne trouvant pas d’explications médicales.
— Couches de nuits régulières avec paroxysme à la pleine lune.
— Rêves symboliques en relation avec la mort ou la sexualité, avec
situations paroxysmiques en période de pleine lune.
Il faut dire que c’est l’association de ces différents symptômes qui
permettent de donner un diagnostic, en effet dans chaque catégorie, il faut
en général plusieurs symptômes mineurs qui ont un impact sur l’analyse des
symptômes intermédiaires puis sur les symptômes majeurs. Par exemple les
cauchemars répétés s’accompagnent généralement de couches de nuit et une
sensation de présence dans la chambre, ces symptômes majeurs sont les
causes d’autres symptômes intermédiaires et mineurs comme la prostration,
l’inappétence sexuelle, l’amaigrissement sans raison et/ou un brusque
dégoût du partenaire. Le diagnostic se fait par palier de ce fait si vous
trouvez deux symptômes majeurs associés à d’autres symptômes mineurs et
intermédiaires, il y a raison de s’inquiéter et consulter rapidement ou faire
l’un des tests que nous allons présenter pour confirmer ce diagnostic.

II. Les tests et méthodes de détection


Après l’anamnèse, certains spécialistes procèdent très souvent à une


confirmation du diagnostic de l’envoûtement par différentes méthodes.
Parmi les méthodes de détection les plus courantes et surtout les plus
fiables, notons : La divination sous toutes ces formes : la voyance, les
mancies en fonction des supports de divination utilisés on distingue
captromancie par le miroir, la cartomancie par les cartes notamment les
tarots, la chiromancie par les mains, etc. La voyance est efficace à condition
que l’opérateur soit un honnête et authentique médium, et ait par ailleurs
l’expérience nécessaire pour parfois interpréter les messages de l’au-delà
qui lui parviennent en général, de manière symbolique.
En complément de ces méthodes de détection, il existe des tests faciles à
entreprendre par tout un chacun pour savoir si les symptômes observés sont
conséquents à une action sorcière, très souvent subjective, les conclusions
de ces tests ne doivent apporter qu’un complément d’informations pour
corroborer ou non un diagnostic. De ce fait, vous ne vous limiterez pas à
effectuer l’un des tests suivants pour affirmer avec certitude que vous ou
l’un de vos proches êtes victimes d’un envoûtement.
Parmi les tests les plus habituels, nous pouvons citer le test du charbon,
celui de l’alun, par la radiesthésie avec le pendule, par les plantes, l’eau
bénite.

a- Test du charbon.
Pour effectuer ce test, il vous faudra un support en général une pierre
plate assez large pour contenir une pastille de charbon en laissant un peu
d’espace et surtout pouvant résister à la chaleur de la combustion du
charbon en pastilles usité généralement pour brûler des encens ; une bougie
blanche montée sur un chandelier.
Votre matériel rassemblé, programmez un soir dans une pièce calme et
reposante où vous n’allez être point dérangés.
Le sujet devra jeûner ce jour-là au moins 6 heures avant l’heure de
l’opération. Il sera assis et détendu pendant une quinzaine de minutes, où il
visualisera les problèmes et les difficultés qu’il rencontre et qui lui font
soupçonner une action sorcière vis-à-vis de lui. Posez la pierre plate sur une
surface plane cela peut être un tabouret, un autel ou une table. Tenez une
pastille vierge de charbon entre le pouce et l’index et faites lentement trois
tours dans le sens des aiguilles d’une montre, autour de la tête du sujet, en
partant de l’épaule droite. Les trois tours effectués, maintenez un instant la
pastille au-dessus de la tête du sujet, puis enflammez la pastille avec le feu
de la bougie préalablement allumée au début de l’opération pour éclairer la
pièce et susciter une ambiance détendue. Aussitôt que le feu commence à se
propager sur la bougie, déposez-la sur la pierre plane. Veillez à faire vite
pour ne pas vous brûler et surtout se rassurer que le charbon a effectivement
entamé sa combustion sur toute sa surface du fond pour que la combustion
ne s’arrête en cours.
Laissez consumer la pastille jusqu’à ce que sa partie visible soit
recouverte de cendre. L’interprétation des résultats peut alors être effectuée.
Il convient d’être très attentif car la combustion de la pastille se poursuivant
la cendre peut s’effondrer à chaque moment ou laisser disparaître une image
en noir et blanc déjà formée.
Si le test est négatif, la surface creuse de la pastille consumée reste d’un
gris uniforme, et totalement neutre.
Par ailleurs, s’il existe une influence, la surface sera marquée par des
indices constitués par des parties charbonneuses persistantes à la
combustion et formants ainsi à la surface de la pastille une image, un
symbole, un visage parfois très net comme une photo ou l’on peut identifier
une personne. Cette image, cette personne ou ce symbole n’est pas à coup
sûr la source des difficultés du sujet, il peut s’agir de la projection
inconsciente d’une préoccupation d’un souci vis-à-vis d’un proche qui
transparaît ainsi, l’interprétation des résultats faits appels comme dans toutes
opérations de voyance ou de divination à l’intuition, à une interprétation
objective, et pour cela l’expérience de l’opérateur couplé à l’analyse des
difficultés ressenties permettent de donner une interprétation fiable des
résultats. Cette technique a pour avantage de vérifier surtout l’absence ou la
présence d’influences pas d’identifier assurément la source des nuisances.

b- Test de l’alun.
L’usage du test de l’alun ou mieux sel d’alun vient en complément du
précédent test, car ces résultats sont plus portés sur effets de la nuisance
plutôt que de l’identification de la présence ou pas de la source de nuisance.
28
Pour ce test, vous aurez besoin d’un morceau de pierre d’alun ,
Le morceau de pierre d’alun sera utilisé comme le morceau de charbon
dans le précédent rituel, les trois tours de têtes effectués sur le sujet, le
morceau de pierre sera posé sur une plaque de fer préalablement chauffée,
au feu de bois, sur un réchaud ou de manière quelconque. Posez donc la
pierre sur la plaque chaude, la fusion sera très rapide, le sel s’écoulera de
part et d’autre de la plaque de manière aléatoire, jusqu’à ce que le bloc de
pierre soit dissous. Vous laisserez refroidir le tout et commencerez l’étude
des formes résultantes de la fusion. L’intérêt de cette technique est que très
souvent elle permet de détecter les formes d’envoûtements affectant les
organes du corps. Il est d’ailleurs fréquent que la fusion reproduise les
formes d’un organe ou d’une partie de cet organe qui est affecté.

c- Test par la radiesthésie.


Le test de radiesthésie le plus simple est à effectuer avec le pendule.
L’usage du pendule est très simple, et demande juste un peu de
concentration. En une ou deux journées d’exercices vous pouvez
efficacement utiliser un pendule.
Le sujet ne peut effectuer ce test lui-même car étant susceptible d’être
sous l’influence d’une action maléfique sa sensibilité est assurément
troublée voire occulté.
Si vous ne disposez pas d’un pendule vous pouvez aisément utiliser un
29
chapelet à la place. Il suffit de défaire votre chapelet au niveau de son
médaillon pour en faire une ligne allant d’une partie du médaillon jusqu’à la
croix, ensuite le tenir dans votre main habile comme les enfants tiennent un
yo-yo pour le faire secouer, c’est-à-dire en tenant un bout dans la paume de
la main et en faisant un tour de main pour le saisir et le laisser pendre entre
le pouce et l’index.
Détendez-vous par des respirations longues et profondes, environ cinq
grandes inspirations et expirations profondes sont suffisantes à vous mettre
dans un état de réceptivité acceptable, veuillez surtout à ce que la main
tenant le pendule ou chapelet soit détendue au point où l’arrivée de sang au
rythme de vos battements de cœur n’a aucune influence sur les mouvements
30
de votre pendule . Ceci fait vous aller essayer de diriger le pendule par la
force de votre volonté, pour cela regarder le pendule, laisser votre pensée
influencer à votre guise les mouvements du pendule, voyez le tout d’abord
bouger de haut en bas, puis de droite à gauche, puis de façon circulaire,
d’abord dans le sens des aiguilles d’une montre puis dans le sens contraire,
Puis alterner les mouvements de façon aléatoire. Ces mouvements maîtrisés,
vous allez fixer une convention mentale, par exemple pour un oui, votre
pendule doit tourner dans le sens des aiguilles d’une montre et pour un non
dans le sens contraire, pour des résultats incertains de droite à gauche ou de
haut en bas, si la réponse à votre question doit rester secrète votre pendule
ne bouge pas ou oscille en diagonale. Ceci fait, tester votre convention par
31
des questions simples , du genre ; sommes-nous le 7 octobre ? Suis-je
pierre ? Puis suis-je malade ? Suis-je envoûté ? Cela vient-il de ma famille ?
De mes amis ? De mes collègues ? Etc.
Je vois déjà certains d’entre vous se demander des choses comme ma
femme me trompe-t-elle ? Mon employé me vole-t-il de l’argent ? Vais-je
gagner au loto demain ?
Rassurez-vous la plupart de temps à ce genre de questions vous n’aurez
aucune ou pas de réponses fiables. Et surtout veillez à faire le test plusieurs
fois à des moments différents pour en tirer une conclusion, que d’ailleurs
vous n’allez utiliser pour accuser ou accabler quelqu’un car n’ayant aucune
preuve matérielle pour confirmer d’éventuels soupçons ou allégations. Le
32
pendule est très souvent utilisé pour déterminer le centre vital qui est
atteint par l’influence négative, pour cela le pendule est placé au-dessus du
chakra et on pose la question ou observe et interprète son oscillement en
fonction des conventions définies préalablement.

d- Test par les plantes vertes


Pour effectuer ce test, vous aurez besoin d’une plante verte en pot, on
utilise habituellement la cataire ou herbe-aux-chats, mais vous pouvez
aisément utiliser la valériane ou toute autre plante verte. Le rituel consiste à
arroser chaque jour la plante en pot par une eau imprégnée de votre
magnétisme. Pour cela vous devez toucher cette eau en y trempant vos
mains, pieds ou en y prenant un bain. Si la plante meurt après quelque temps
du fait d’avoir été arrosé de cette eau, alors vous êtes victime d’un
envoûtement. Ce constat peut également se faire si vous observez que toutes
les plantes que vous tentez de garder chez vous meurent alors soit vous
n’avez manifestement pas la main verte ce qui d’ailleurs a toujours une
raison qui est probablement la conséquence d’un envoûtement, soit votre
domicile est hostile que toutes les plantes y subissent des influences néfastes
qui les font périr.

e- Test par l’eau bénite


Prenez deux vases d’un litre environ chacun, et munissez-vous de deux de
33
vos photos identiques. Dans le premier vase, mettez-y de l’eau bénite, et
dans l’autre de la même eau mais qui n’a pas été bénite. Immergez dans
chaque bol d’eau une photo et gardez les deux bols à l’abri de la lumière,
cela peut être en dessous de votre lit ou une armoire durant une lunaison
c’est-à-dire 28 jours. Ce temps passé, retirer les deux vases de leurs abris et
comparez les photos, si sur la photo immergée dans de l’eau bénite votre
image s’est dégradée ou effacé contrairement à l’autre photo, il y a de forte
chance que vous soyez victime d’un envoûtement.

f- test du sel pour un lieu


Placez dans un récipient en cuivre ou en terre cuite 27 grains de gros sel,
on verse dessus 7 cuillères à café d’alcool et on enflamme le tous d’une
bûchette d’allumette. Si en brûlant, le sel crépite, cela signifie qu’il existe
des négativités dans le lieu où a lieu la combustion. Notez que plus les
crépitements sont bruyants plus le lieu est chargé de négativité. Je
conseillerai de laisser séjourner une nuit, le sel dans la pièce où on
soupçonne la source ou la plus grande concentration de négativité, comme
cela, le sel aura le temps de cristalliser la négativité ambiante pour ensuite la
libérer lors de la combustion par l’alcool à travers le crépitement.

g- test de l’huile
Munissez-vous d’une bougie blanche, de l’eau dans un petit bassin et de
l’huile d’olive dans une soucoupe. Éteignez les lumières et éclairez-vous
34
seulement de la lumière de la bougie enflammée d’une allumette . Trempez
votre index gauche dans la soucoupe d’huile et faites tomber 3 gouttes dans
l’eau. Si les gouttes d’huiles ne se répandent pas et restent concentrées, il
n’existe pas de maléfices, par contre si les gouttes d’huiles se répandent à la
surface de l’eau

Deuxième partie : l’envoûtement et les traditions
africaines.

« Ceux qui sont morts ne sont pas morts... les morts ne sont pas sous la
terre. Ils sont dans l'ombre qui frémit. Ils sont dans l'eau qui coule. Ils sont
dans l'eau qui dort. Ils sont dans la case, ils sont dans la foule. Les morts ne
35
sont pas morts. »— Bigaro Diop ,

Chapitre I : les rites ancestraux


Le principe de l’envoûtement se retrouve dans beaucoup de pratiques


dans l’univers culturel africain. En effet, la plupart de ces pratiques
culturelles intègrent le principe de transfert d’une partie des énergies subtils
dans le but de lier, associer, communier, sceller. De l’Afrique de l’ouest à
l’est, du centre au sud, les rites traditionnels ponctuent la vie d’un individu,
de sa naissance à son retour vers les ancêtres.
Les rites et les cérémonies magico-religieuses commencent d’ailleurs
aussitôt que la femme est enceinte. Des talismans protecteurs sont donnés
partout en Afrique pour protéger la femme enceinte pour diverses raisons
soit pour éviter les sorciers, soit pour combattre les risques d’avortement,
soit encore pour éviter que des âmes errantes se réincarnent dans la
grossesse de la femme enceinte. Ces talismans sont en général faits des
cordelettes portées autour du ventre, Au Sénégal, dans certaines ethnies, la
femme enceinte porte une amulette contenant des versets du coran. Chez les
Ewe du Togo, on pense que tous les objets métalliques sont bénéfiques pour
la femme enceinte. Ils sont réputés protéger cette dernière des maléfices des
sorciers. Diverses croyances entourent d’ailleurs cet état de la femme, chez
les pygmées Baka du Cameroun, on estime que la femme enceinte apporte
la malchance pendant la cueillette et la chasse. Des interdits également
accompagnent la vie de la femme enceinte notamment celui de ne pas sortir
et se promener la nuit sous peine de voir un esprit maléfique ou un sorcier
envouter le fœtus. Au Mali, elle ne doit pas approcher un champ de riz sinon
la récolte sera mauvaise. Au Gabon chez Nzebi, la femme enceinte ne
croisera pas les jambes pour éviter les difficultés d’accouchement. Chez les
Baribs du Benin et partout d’ailleurs en Afrique la femme enceinte est
interdit de tuer un animal, et toute idée de mort ne doit pas être évoqué en sa
présence. Diverses croyances sont associés au comportement de la femme
enceinte et l’apparence et le comportement du futur bébé, ces croyances
l’obligent à s’asseoir d’une certaine façon et dans des endroits précis,
d’éviter par exemple de toucher aux objets assimilables à un cordon
ombilical de peur que l’enfant s’étouffe avec son cordon. Cette croyance se
retrouve d’ailleurs en France dans certaines régions où l’on déconseille à la
femme enceinte d’enrouler ou de dérouler un fil ou un collier de peur que le
bébé s’étrangle avec son cordon.

— Les rites du placenta et du nombril.


Il est de coutume en Afrique et dans plusieurs cultures dans le monde,
qu’à la naissance d’un enfant, le placenta subit certaines cérémonies. Il est
tantôt utilisé en cataplasme sur le ventre de la mère, tantôt en soin
régénérateur pour la peau. En Afrique de l’ouest, le placenta est considéré
comme le frère jumeau du bébé, il symbolise la vie, du fait qu’il a nourri le
bébé quand il était dans le ventre de sa mère. Il est donc planté au pied d’un
arbre pour diverses raisons. Certains disent qu’il servirait à faire pousser
l’arbre, d’autres qu’il garde en vie le frère jumeau. Ce qui nous intéresse ici
est le fait que peu importe le discours, c’est le principe de l’envoûtement par
transfert qui est appliqué ici. Certains en enterrant le placenta au pied de
l’arbre, qui est choisi pour ses qualités de longévité, pour que l’enfant vive
longtemps. D’autres le font surtout pour protéger l’enfant tous au long de sa
vie car l’arbre contenant un élément de son principe vital, est une partie de
lui et par conséquent peut absorber ou atténuer voire même renvoyer les
coups mystiques portés au bébé tous au long de sa vie.

Plus tard lorsque dans la vie du nouveau-né, son nombril va tomber celui-
ci va aussi faire l’objet de plusieurs rites également ; le plus connu est celui
de l’enterrement de cette partie du nombril tombé et desséché dans un lieu
qui liera à vie le bébé. C’est généralement le village natal de ces ascendants.
Ainsi donc, tous au long de sa vie, l’enfant sera lié à ce lieu ou son
principe vital a été encré. Certains mêmes ne pourront décéder qu’en ce lieu,
et les détenteurs de certaines variétés de cette technique peuvent faire venir
l’individu en ce lieu indépendamment de sa volonté. Ceci également répond
au principe de l’envoûtement par transfert, que nous avons expliqué plus
haut, à travers le principe des chocs en retour. Au-delà du discours culturels
qui accompagne ces pratiques, force est de constater que ces techniques ont
des fondements magiques.

— Les rites liés au culte des ancêtres
Les pasteurs et prêtres de loge sectaire et de nouvelles églises martèlent à
leurs fidèles et ouailles que la plupart des rites traditionnels sont des rites
sataniques et s’attèlent à les extirper ou les désocialiser de leurs groupes
sociaux.
Pour pouvoir apprécier quelque chose il faut le comprendre et le problème
est que la plupart de ces fidèles ne comprennent pas les fondements
magiques et religieux de ces rites ancestraux qu’on taxe de sataniste et
qu’on les oblige à quitter.
Le principe du culte des ancêtres qu’on pratique dans la plupart des
sociocultures en Afrique est simple. Il part du principe que nous sommes
tous des enfants de Dieux ou tout simplement de la nature, en chaque être il
existe ce principe divin et chacun de nous lorsqu’ il meurt retourne vers les
36
dieux qui les ont créés . Dans toutes les cultures du monde, il existe des
rites qui sont effectués à la mort d’un membre du groupe, ces rites repartis
en deux phases l’enterrement et les funérailles, ont un triple objectif.
Premièrement, à l’enterrement de préparer le défunt à la nouvelle vie qu’il
s’apprête à commencer, les différentes cérémonies qui varient selon les
cultures mais qui pour la plupart accommode le mort pour une séparation
adoucie et une rapide élévation de son esprit pour que le monde des ancêtres
37
lui soit propice . Deuxièmement, à déterminer les raisons pour lesquelles la
mort frappe un membre de la communauté et par ricochet prémunir les
membres vivants de la communauté de la tragédie que représente la mort
d’un individu. Et puis troisièmement, à travers les cérémonies des
funérailles pour que son esprit puisse se détacher et quitter définitivement le
monde qu’il a connu jusque-là. Et retrouver Les ancêtres qui vivent avec les
divinités. Comme les chrétiens le font pour les saints avec les prières, les
rites consistent à se rendre propice, à donner l’amour, à se souvenir de nos
parents qui ont vécu auprès de nous et qui étant mort nous gardons un lien
affectif qui leurs permettent de veiller sur nous et d’intercéder auprès des
divinités en notre faveur pour la résolution de nos problèmes.
Les différents rites que les vivants effectuent individuellement ou
collectivement obéissent aux principes de l’envoûtement. En effet, l’objectif
est d’entretenir un lien subtil entre le ou les vivants et le mort-ancêtre. Pour
cela les techniques également obéissent aux opérations d’envoûtements,
Les témoins ici sont les restes du défunt ou mieux tous ce qui est
38
imprégné de l’énergie du défunt , sa tombe, la terre de sa tombe, son crâne,
sa cendre, ses vêtements …
Le demandeur va venir opérer son rituel ou tout simplement déposer un
présent (gerbe de fleur, vin, kola, jujube, huile de palme, etc., ceci pour
créer le flux d’énergie qui sera chargé par l’intention qui accompagne le rite.
Comme pour l’envoûtement le rite consiste à créer et dans la plupart des cas
39
à consolider un lien qui va influencer le comportement du mort en faveur
du vivant. Le rite peut être simple comme le verbiage, les prières et
exhortations au-dessus du témoin qui est de nos jours la tombe ou dans
certaines régions, les cendres ou le crâne du défunt. On note parfois des
personnes qui déposent un objet qui séjourne pendant un moment sur la
sépulture du défunt pour charger l’objet de l’intention qui peut recouvrir de
nombreuses formes allant de la bénédiction, de la chance jusqu’ à la
guérison. Des cas un peu plus complexe impliquent que le demandeur
s’imprègne de ce témoin, très souvent à l’ouest Cameroun, la terre du lieu
40
d’inhumation du défunt est déposé sur la fontanelle du demandeur, ou
mieux ce dernier effectue un bain avec de la terre ainsi recueillis, ou même
la consomme au cours d’un repas rituel.

La pauvreté et la malhonnête de certains détenteurs du pouvoir
traditionnel et de faux voyants donnent à ces rites un coté pernicieux. Car
comment comprendre qu’un voyant vous dise que les difficultés que vous
avez, l’accident que vous avez eu, des évènements malheureux qui sont
survenus dans votre vie sont les conséquences du fait que votre défunt
parent qui vous a aimé et a toujours pensé à votre bonheur puisse vous
causer des difficultés et autres parce qu’il demande un sacrifice, ou demande
à manger.
Autrefois les sacrifices étaient symboliques et répondaient aux mêmes
fonctions que les fleurs que l’on dépose sur les tombes des défunts, ces
sacrifices à tête chercheuse que les vivants, que les dignitaires imposent aux
autres pour pouvoir faire la fête et se voir offrir des cadeaux ou se faire
payer, contribuent à jeter l’opprobre sur des traditions millénaires.

— Les génies familiaux et les cultes des ancêtres
Dans certaines familles, il existe des coutumes ou des rites consacrés à
certains esprits-dieux qui se font de façon régulière et cyclique. La plupart
du temps, ces rites nourrissent soit un esprit familier soit une entité avec qui
un ancêtre aurait consenti un pacte, de façon tacite ou volontaire.
Dans le premier cas, lorsque c’est un esprit familier qui a été créé par un
ancêtre pour assurer certains services aux membres de la famille. Avec le
temps, si celui-ci à sa création, sa durée de vie n’a pas été défini, à la mort
de celui qui l’a créée et qui maitrisez le cycle de charge de cette esprit, et
que par hasard il n’a point initié un fils à alimenter cet esprit par les rites
usuels ou mieux que le fils ne pratique pas de façon rigoureuse sa part de
contrat, l’esprit devient incontrôlable et par instinct de survie, vampirise les
ascendants de cette famille, et de façon cyclique provoquent catastrophe et
décès dans cette famille jusque-là paisible.
Dans le deuxième cas, une entité est commise ou s’est installé sur le lieu
où les personnes ont l’habitude de pratiquer des sacrifices avec le sang de
certains animaux. Que l’esprit soit arrivé là, attiré par l’énergie qui se
dégage des rites sacrificatoires ou qu’il ait pactisé avec un membre. La
nature répétitive de ces rites, crée un conditionnement qui s’apparente à un
pacte entre les personnes qui croient dans ce rite et le pratiquent…

L’explication des malheurs et de l’exigence de sacrifices sur les lieux
d’enterrement ancêtres ou de maisons de dieu peut s’expliquer par la
présence d’esprit familier. En effet lorsque une pratique est effectuée de
façon continu et pendant une longue durée une force énergétique se créé, un
ankhour, ou tous simple un esprit malin vient s’installer et profiter des
énergies dégagés des sacrifices. Au fil des sacrifices, un pacte tacite, un
conditionnement se fait entre l’esprit et sacrificateur qui faute de recevoir le
sacrifice de façon ponctuelle l’entité se nourrit des énergies des descendants
du sacrificateur.

Chapitre II : Sorciers et guérisseurs

Sorcellerie et la médecine traditionnelle sont deux aspects d’une même


réalité. C’est la mise en pratique d’un même savoir, mais avec des instincts,
vocations et objectifs différents. L’esprit de la sorcellerie est basé sur la
jalousie et la haine. Dans tellement de famille, certaines entités se
transmettent de génération en génération, de mère en fille, de père en fils. Il
est coutume de dire en Afrique centrale que l’ivu se transmet dans le ventre
car l’enfant qui grandit dans l’utérus d’une mère sorcière naît avec la
sorcellerie, également a le sang de la sorcellerie qui coule en lui parce que
sa mère étant enceinte de lui se livrait au vampirisme, et aux sorties en
groupe de sorcières. C’est pourquoi, avec le temps de nombreuses familles,
des clans et villages entiers se sont vus infestés par l’esprit de la sorcellerie.
De nos jours la mentalité sorcière qui est celle de la haine, de l’envie de la
destruction est un comportement tellement répandu qu’il est facile de
reconnaître dans son entourage ceux qui partagent la façon de penser des
sorciers maléfiques. Le sorcier est celui-là qui répond à un instinct
démoniaque de nuire, de détruire, de tuer pour pouvoir satisfaire ces besoins
vampiriques, sociaux, cupides.
Le guérisseur quant à lui est appelé dans beaucoup de culture également
sorcier, d’ailleurs l’expression guérisseur-sorcier est très souvent usitée pour
mettre en exergue le côté médicinal et magique de l’action du guérisseur. Ce
dernier peut être aussi détenteur d’une entité qu’il utilise pour effectuer ces
travaux de guérison, d’une entité lui permettant de sortir de son corps et
d’agir sur d’autres plans d’existences comme sous terre, dans l’eau et dans
les plans subtils.
Mais les sorciers comme les guérisseurs puissants possèdent en général
des esprits familiers, ce sont eux les clés de leurs véritables pouvoirs, qui
sont souvent une armée de « fidèles serviteurs » conçus pour des tâches
spécifiques.
Un bon guérisseur est très souvent capable d’effectuer des travaux qui
l’obligent à sortir de son corps, de s’interposer et d’affronter les sorciers qui
ont envoûté leurs patients ; Dans ce combat, à mort très souvent il arrive que
le guérisseur détruise le sorcier, meurt lui-même car moins puissant que ce
dernier. Mais il faut savoir que sur les plans subtils c’est comme un ring de
boxe, ou on boxe par catégorie, si le guérisseur se trouve en face d’un
patient envoûté par un sorcier puissant, il reconnaîtra son incompétence et
dirigera ce dernier vers un autre guérisseur plus puissant. ;
Il faut préciser que tous les guérisseurs-sorciers qui n’ont que la
connaissance de plantes et herbes susceptibles de leur faire obtenir des
résultats extraordinaires sur eux ou leurs patients, ceux-là en général ne sont
pas outillés pour ou contre les envoûtements par évocation ou projection
astrale.
La croyance populaire africaine attribue énormément de pouvoir au
sorcier et leurs capacités de nuisances, les coutumes comme nous l’avons vu
plus haut usent des techniques et beaucoup sont d’ailleurs tributaires de
pratiques sorcières. Cela explique pourquoi dans l’imagerie populaire
africaine la sorcellerie est un fait donc on tient compte dans la résolution des
problèmes, dans l’analyse des faits dans la prévention des malheurs. Des
rites, astuces, superstitions et croyances naissent pour éviter le regard
méchant du sorcier, la haine du voisin, la jalousie du collègue, la volonté de
nuire à autrui du jaloux. Ce mode de pensée prédispose ces derniers aux
influences des envoûtements. N’oublions pas d’ailleurs que l’envoûtement
marche avec la pensée, et croire au pouvoir des sorciers sur nous leur donne
plus de pouvoir et augmente leurs capacités à vous atteindre par résonance.
Très peu de sorciers, sont puissants et malheureusement très peu de
guérisseurs le sont aussi. La vérité est que beaucoup de ce qui se présente
comme telle profite de la naïveté des personnes qui s’interrogent sur les
évènements de leurs vies, et/ou veulent trouver des voies et moyens occultes
pour atteindre leurs objectifs parfois cupides et malsains. Des soi-disant
guérisseurs aident leurs patients à pratiquer la magie noire, pour par
exemple arracher le mari d’autrui, prendre le poste de son supérieur, voiler
la beauté de son ennemi, avoir de l’argent.
Aujourd’hui, il est curieux de voir sur l’internet des prétendument
guérisseurs, voyants et autres charlatans proposer leurs services. Ils vendent
des porte-monnaie qui multiplient l’argent, des parchemins aux vertus
extraordinaires, des charmes pour vous rendre irrésistibles, des grimoires
aux rituels merveilleux.
Il est facile de déceler les faux guérisseurs et voyants. Il faut savoir qu’un
vrai guérisseur ne fait pas tous les travaux qu’on lui propose. La divination
est un don ou un développement de l’esprit, c’est une énergie passive, le
travail de guérison est aussi un don, mais qui sous-tend une initiation au
traitement par les plantes par les élèmentaux, par les esprits, c’est une
énergie active. Celui qui dispose donc de l’un de ces authentiques pouvoirs
est plus porté soit par l’un soit par l’autre qu’il exerce efficacement plus ou
moins. Il est donc porté soit par la divination, soit par la guérison, Et quand
bien même ce dernier est porté sur la divination, il utilise une technique
précise de divination qui est très souvent soit la voyance en elle-même,
c’est-à-dire sans support matériel, soit la géomancie et les tarots. Et par
ailleurs, tout pouvoir que l’on acquiert de façon naturelle, se développe en
soi avec le niveau de conscience lié à ce pouvoir. Pareillement, celui qui
apprend les arts martiaux et acquiert la maîtrise de certaines techniques
avancées avec lesquelles il peut tuer facilement un homme, devient
conscient de son pouvoir de destruction, c’est pourquoi il évite
naturellement la bagarre. Ainsi donc, le guérisseur qui propose à leurs
patients des travaux qui visent à nuire à autrui, qui leurs permettent
d’arracher à la nature des richesses, des facilités, des changements brusques
dans leurs vies, ne peuvent qu’être de mauvais guérisseurs qui vous mettent
en relation avec le diable, à travers ces rituels de magie noire. Sachez que
très souvent lorsque des personnes ayants l’esprit sorcier viennent solliciter
des travaux chez ces guérisseurs, ces derniers n’assument qu’en partie le
karma de l’action, le véritable responsable c’est le demandeur de l’action. Et
ces sorciers utilisent comme objets de choc en retour, ces naïfs demandeurs
qui sont guidés injustement par des pulsions malsaines. Je me rappelle, il y a
quelques années, j’ai rencontré un monsieur dans un bureau de poste, à qui
j’ai eu à expliquer quelques phénomènes de sorcellerie, il m’a fait part
aussitôt de sa volonté d’éliminer son frère avec qui il se disputait une
parcelle de terre au village. Ce monsieur n’est pas sorcier au sens strict du
terme mais il a l’esprit de la sorcellerie car dans son mode de penser, dans sa
manière de rechercher les solutions à ces problèmes, à ses souhaits dans la
vie, il ne se soumet à aucune morale et aucun discernement du bien et du
mal qu’il peut faire à autrui dans sa démarche. Et ces pensées de
destructions le rendent vulnérable à d’autres pensées de destructions,
d’actions sorcières contre lui. C’est pourquoi quelle que soit sa religion, son
engagement dans un groupe de prière, son assiduité à l’église, ses pensées et
ses actes attirent le malheur vers lui.
Le bon guérisseur est donc celui qui est porté par l’altruisme, le souci
d’aider son prochain par ses connaissances, le besoin de soulager quelqu’un
d’un fardeau, l’instinct d’agir pour le bien. Partant de cela, il aide d’abord,
et sa rétribution est généralement symbolique car il ne marchande pas son
travail, c’est en général la reconnaissance de ses patients qui lui offre sa
pitance. Il est au service du peuple, car comme le Christ, il a reçu un savoir,
un don pour pouvoir aider, et il aide les autres avec ce don, c’est en cela sa
mission, son sacerdoce.

Chapitre III : les églises réveillées

La mode actuelle dans les sociétés africaines en matière de religion, ce


sont ces fameuses églises réveillées où on accomplit des miracles à longueur
de journée, au nom et par le sang de jésus. Avant de comprendre le
phénomène des églises réveillées, il faut faire l’analyse de qui en sont les
aficionados. J’évite de dire des fidèles de ces églises et quels sont leurs
profils, ensuite qui sont ces pasteurs, révérends docteurs, et médecins de
dieu.
Il existe trois catégories de personnes qui fréquentent assidûment ces
églises réveillées, la première catégorie est constituée des personnes qui
souffrent dans la vie, des veuves sans soutiens, des mères inquiètes pour
leurs mariages, pour leurs enfants, pour leurs familles, des femmes qui
veulent enfanter, des malades, envoûtés qui recherchent la guérison. La
deuxième catégorie de personnes qui se retrouvent naïvement est celle des
personnes que le discours des pasteurs flatte et qui insatisfait du dieu très
peu opérant et coopérant que leur présentent les églises conventionnelles, ils
recherchent la nouveauté, le miracle, la beauté et l’extraordinaire. La
troisième catégorie est celle des sorciers qui ayants effectué leurs sales
besognes dans la nuit, ayants arrachés à la nature des biens, détruits autrui
pour des fins égoïstes, veulent se donner une image sociale en communiant
dans un groupe religieux, ce sont eux qui cherchent des titres d’anciens de
l’église, ils fréquentent des groupes de prières pour attirer et dévier
subtilement de jeunes naïves dans des cercles noirs et les tables de nuit.
Force est de constater qu’il est même récurrent dans les églises réveillées
que le pasteur étale un luxe incroyable acquis par les cotisations des fidèles.
Pour des individus qui n’avaient aucune prédisposition, ou don pour
l’écoute d’autrui, la voyance, le sacerdoce ; Il est simple d’admettre que le
pasteur ou une église que vous fréquentez, n’est pas porté par un esprit
altruiste mais plutôt d’une cupidité exacerbée. Observez comment des
individus, censément prophète de Dieu sont autant accrochés par la gloire, le
luxe et le prestige. Les personnes qui cherchent les honneurs et les richesses
à tout prix sur cette terre ne peuvent pas être de bons bergers qui travaillent
au nom de Dieu. Comment des individus, n’arrivent-ils pas à constater
qu’un homme qui les appauvrit pour s’acheter veste de luxe, montres,
voitures, villas et autres ne peut pas être un messager du Christ ? Il est
important de savoir ceci : tout pouvoir s’accompagne de la conscience de ce
pouvoir. Aucun pouvoir venant de dieu n’est marchandable, aucune mission
au nom de Dieu n’est contraignante soit pour l’envoyé soit pour le
41
bénéficiaire, sauf si elle est effectuée par une entité sainte, un avatar et
pour l’humanité toute entière.
Du point de vue spirituel, il est judicieux de comprendre que la sorcellerie
et tous les phénomènes dans la vie s’expliquent par l’énergie. Observez ces
pasteurs opérer des centaines de délivrances, de désenvoûtement sur des
foules entières et souvenons-nous de Jésus qui alla s’isoler dans le désert
pendant quarante jours, avant d’aller commencer son ministère. Effectuait-il
des miracles sur tout le monde ? Pourquoi a-t-il besoin de s’isoler avant la
réalisation de ces actions divines. La réponse est simple : toute action,
combat physique ou spirituel nécessite de l’énergie ; cette énergie les
mystiques, prêtres guérisseurs, exorcistes l’acquièrent par la prière et
l’ascèse. Pour effectuer à longueur de journée des délivrances, exorcismes et
miracles, il faut avoir en soi une réserve inépuisable d’énergie ou tout
simplement avoir un générateur d’énergie supplémentaire qui peut-être une
entité qui s’incarne en soi. Dans le cas des avatars, des disciples illuminés,
42
on parle d’adombrement , pour ces individus, c’est certainement une entité
avec qui l’individu a pactisé pour pouvoir puiser sa force en elle pour la
réalisation de ces miracles. Comprenons-nous bien, tout individu en
harmonie avec les forces divines peut accomplir des miracles, mais pour
pouvoir faire des miracles en longueur de journée et en faire une profession
cela demande un capital d’énergie surhumain. Par conséquent pour des
personnes en qui on ne reconnaît pas une grande élévation spirituelle, issue
d’une vie ascétique et mystique, Cela ne peut qu’être de la ruse, de
l’illusion, de la malignité.
Les séances de délivrances dans ces églises, mettent souvent en exergue
des phénomènes de transe et de possession. À voir le nombre de malade, on
pourrait conclure que nous sommes entourés d’envoûtés et de possédés. Il
est important de comprendre ce phénomène de possession et de pouvoir le
dissocier de l’envoûtement, et surtout des phénomènes psychopathologiques
43
comme le délire mystique, la schizophrénie et autres …
Pour mieux cerner les différences entre envoûtements et possession, il
faut reconsidérer ce que nous savons de la vie, de Dieu et des êtres vivants.
La plupart des hommes conçoivent ou perçoivent la vie à travers ce qu’ils
peuvent voir entendre et sentir. Mais lorsque vous vous développez
spirituellement donc que vous changez les champs vibratoires de votre
corps, votre perception et votre compréhension de la vie évoluent. En effet,
il existe des êtres, donc le règne de vie, n’est ni animal, ni végétal, ni
humain, et ces êtres interagissent avec vous, que vous en avez conscience ou
pas, le nier ne change en rien leurs existences et leurs capacités à influencer
vos vies. La plupart d’entre vous n’ont jamais vu un microbe même au
microscope mais admettent que ces derniers peuvent agir en eux et
provoquer des maladies. Nier l’existence des microbes ne change en rien
leurs capacités de nuisances dans votre organisme. Dans la nature chaque
être vivant a conscience de son état d’être, l’instinct de survie habite tous les
êtres vivants, et la notion de bien et de mal n’est que le fruit des valeurs que
nous partageons entre nous les hommes. Par conséquent, il n’y a que
l’homme qui a le libre arbitre d’agir réellement en harmonie ou à l’encontre
des lois de la nature. Les autres êtres vivants, animaux, élèmentaux, démons
agissent pour leurs survies.
Il est dit dans diverses écritures saintes que l’homme est un Dieu, qu’il est
à l’image de dieu. Il est dit également dans les sciences initiatiques
44
notamment la kabbale que l’homme est quadripolaire , qu’il règne sur la
création donc utilise les autres êtres pour agir selon sa volonté. C’est ainsi
que le sorcier conscient de ces pouvoirs utilise les autres êtres vivants pour
agir selon sa volonté.
Il peut projeter sa conscience hors de son corps, dans un objet, un animal,
un arbre, ou un humain. Dans le cas d’un humain on parle de possession.
Certaines entités maléfiques rôdent et prennent possession de la conscience
de certaines personnes, ou encore des démons avec qui des individus ont
pactisé, prennent possession de leurs corps pour pouvoir agir sur ce plan
d’existence à travers leurs corps. La possession est donc le fait pour un
individu de voir son esprit submergé par l’esprit d’une ou plusieurs entités
maléfiques ou un sorcier qui va le mener à avoir un comportement inédit, à
développer des talents des pouvoirs ou à s’autodétruire. C’est un processus
assez rare car chaque individu de façon naturelle a développé de défenses
contre des incursions dans son être. Mais ce sont des appétits de la vie, le
mode de vie, les pensées négatives, les pratiques magiques et religieuses, les
45
modes que les individus suivent naïvement ouvrent des brèches dans leurs
défenses psychiques et donnent les armes aux sorciers et aux démons de les
atteindre.
Les foules d’individus qui tombent en grande vague en transe dans les
séances de prière n’obéissent qu’en réalité qu’à une loi physique doublée de
quelque mise en scène savamment orchestrée par les propriétaires de ces
groupes de prière pour attirer beaucoup plus d’adeptes.
En effet, chaque séance de prière comme c’est le cas dans plusieurs
46
rituels , est précédé de chants parfois de danses, cela contribue à changer le
champ vibratoire de chaque adepte. Ainsi les champs vibratoires des corps
modifiés à travers les chants et les danses, les corps astraux des individus
s’éveillent, et ils se sentent plus légers.
Donc susceptible de tomber plus facilement ou de faire un plus aisément
un dédoublement. Ainsi tous les individus possédés ou pas, après une séance
de prière longue et profonde, encore plus si elle est dansée, sentent cette
chaleur en eux et cette légèreté que beaucoup prennent pour la présence
d’un esprit divin ou dans un autre cas d’un esprit démoniaque en eux.
Naturellement un véritable possédé dans cette situation éveillera l’entité
maléfique qui sommeille en lui, mais les véritables cas de possession sont
moins importants que les cas d’envoûtements qui sont beaucoup plus
fréquents et beaucoup moins spectaculaires.

Troisième partie : Combat et protection

Chapitre I : désenvoûtement, contre-envoûtement



Vous avez constaté des anomalies dans votre vie, vous avez analysé les
symptômes, entrepris de rencontrer un médecin ou psychothérapeute pour
évaluer vos traumatismes. Vous avez effectué un ou plusieurs des tests pour
confirmer que vous êtes la victime d’une action sorcière. Le verdict est clair,
vos différents problèmes de santé ou sociaux sont issues d’une action
sorcière contre vous.
Eh bien ! Une solution s’offre à vous, pour en venir à bout. Rencontrer un
occultiste pour effectuer l’une des cérémonies suivantes, un
désenvoûtement ou un contre-envoûtement.


I. Le désenvoûtement

Désenvoûter ou désensorceler désigne l’action de traiter un envoûté,
d’effectuer une action curative sur une personne victime d’envoûtement
donc de sorcellerie. Dans le langage populaire on parle de délivrance. La
délivrance s’exerce le plus souvent en groupe par des pasteurs qui agissent
le plus souvent par une méthode unique, une puissance divine censée
délivrer les différents patients des problèmes diversifiés et pluriels que lui
pose l’assemblée des victimes qui constitue son auditoire.
Le désenvoûtement en réalité est une cérémonie ou une suite de rituélies
magiques et religieuses donc le but est de traiter une ou plusieurs victimes
d’envoûtement. Il s’agit dans la pratique d’un dégagement de la victime.
D’une rupture d’influence entre la source de nuisance et la victime. Ainsi
donc le désenvoûtement consiste à rompre le lien d’alimentation d’énergies
maléfiques qui suscitaient les troubles chez la victime.

Contrairement à ce que semblent nous montrer les séances de délivrances
publiques, il n’existe pas une méthode passe-partout de désenvoûtement.
Comme d’ailleurs, il n’existe pas une méthode universelle d’envoûtement,
chaque envoûtement a ces spécificités, et un véritable rituel de
désenvoûtement ne peut se faire en un soir au sortir d’une séance de prière
publique. C’est un rituel qui exige une préparation minutieuse de l’opérateur
et de la victime qui parfois est très affaibli du fait que son énergie vitale a
été profondément vampirisée. Ne perdons pas de vue le fait que très souvent
47
le rituel implique de l’opérateur de détruire la source de nuisance qui peut
être un sorcier expérimenté, un esprit familier puissant, un démon, un
élément, un djinn ou toute autre entité ; ou mieux lors d’un désenvoûtement
par transfert ou à un moment l’opérateur doit porter sur lui le maléfice,
l’énergie négative avant de le transférer vers le réceptacle choisi. Ce qui à
coup sûr mettra la vie de l’opérateur en danger. C’est ce qui explique
pourquoi certains opérateurs ayant diagnostiqué l’envoûtement
reconnaissent leurs incapacités à pouvoir le traiter et vous dirigent vers un
autre plus puissant ou plus adapté au type d’envoûtement.

De la même manière qu’un chirurgien n’opère pas sur toutes les parties du
corps humain, un désenvoûteur n’a pas la même efficacité avec tous les
types d’envoûtements.
Chaque pratique de désenvoûtement durable exige une grande rigueur
dans le choix du rituel de la part de l’opérateur pour deux raisons, la
première pour éviter de prendre en charge le karma de la victime et/ou de
subir un choc en retour, la deuxième raison est de garantir la durabilité de
l’action de guérison, c’est pourquoi un rituel de désenvoûtement qui se veut
efficace doit être suivi d’une protection pour anticiper une éventuelle
récidive du sorcier. Il faut savoir à ce sujet que très souvent les victimes
assistent à des cérémonies de délivrances, opèrent des rites de purifications
ou de lavage, suivent des traitements divers qui créent une rupture
momentanée de l’alimentation en énergie négative. Elles ressentent des
améliorations mais de courte durée car la source n’ayant pas été détruite,
elle recommence son programme maléfique sur la malheureuse victime qui
retombe dans le cercle infernal de l’envoûteur.

Pour qu’un individu soit envoûté ou désenvoûté, il faudrait que sa
48
destinée, son karma l’ait permis. A. Moryason pour expliquer ce qu’est le
karma dit « Chaque cause produit un effet, chaque acte engendre un
résultat ; un lien existe entre chaque acte et sa conséquence ; ce lien, ou ce
rapport agit et devient ainsi une action : un karma. » Cela signifie
concrètement que tout ce que chacun de nous pense, dit, ressent, et fait que
ce soit dans le bien ou le mal engendre une force réelle qui est ainsi émise.
De ce fait, si vous êtes victime d’un envoûtement, cela signifie que votre
karma en est favorable, ou simplement que certaines actions passées qui
peuvent remonter à vos vies antérieures, engendrent des souffrances ou du
bonheur actuellement dans votre vie. Cette souffrance elle-même étant une
action qui suscitera d’autres effets et produira des actions fastes ou néfastes
dans votre vie.

Ainsi donc, le fait pour vous de rencontrer l’opérateur idéal qui puisse
vous guérir d’un envoûtement, est voulu par votre destinée, si ce n’est pas le
cas les traitements seront vains. Le désenvoûteur expérimenté saura à partir
de prémonition comprendre si la justice céleste lui permet d’engager une
opération de désenvoûtement pour vous guérir. Ceci est particulièrement
important dans la mesure où cette assurance représente une source de foi à
toute épreuve pour combattre les entités maléfiques et les sorciers qui sont à
l’origine de vos troubles.
Le désenvoûtement est un envoûtement, donc le but est de traiter les
effets néfastes d’un autre envoûtement dont le but ou la conséquence, était
la nuisance.
En général, la technique de désenvoûtement est fonction de la technique
d’envoûtement, par conséquent un envoûtement alimentaire sera très
souvent traité par un autre alimentaire, le guérisseur préparera également
une mixture ou un élixir qui viendra estomper les effets de l’envoûtement de
départ. Un envoûtement par magie sexuelle sera en général traité par des
techniques de magies sexuelles.

Par contre, les techniques de désenvoûtements par magie évocatoire,
esprits familiers, magie égrégorique, exorcismes peuvent être utilisées
efficacement contre la plupart des envoûtements.
Le désenvoûtement produit en général des résultats rapides. Par ailleurs,
le désenvoûtement ne peut être effectué sur soit même, ni par une femme
qui a ses menstrues. Les femmes ménopausées sont excellentes dans ces
pratiques de dégagements.

Parmi les techniques de désenvoûtement, nous pouvons citer :

— Les désenvoûtements selon le rite catholique romain notamment les
rituels de l’Abbé Julio,

— Le désenvoûtement par le feu, appelé ainsi, car certains éléments du
rituel sont brûlés pendant la phase incantatoire, il est très efficace et
beaucoup employé en Afrique.

— Le désenvoûtement par le plomb.

C’est un moyen de désenvoûtement qui utilise les pouvoirs magiques du
plomb. Les rituels de désenvoûtement par le plomb, très utilisés dans la
magie arabe sont très efficaces pour lutter contre les envoûtements d’amour.
Le rituel a un double emploi celui de diagnostic et de dégagement. En effet,
le bénéficiaire se munira d’un morceau de plomb qu’il glissera sous son
oreiller pendant quelques jours, s’il est envoûté le plomb troublera son
sommeil, puis par la suite dans un rituel qui associe différents autres
éléments, il devra verser le plomb chauffé et liquéfié dans de l’eau qui en se
solidifiant prendra la forme de clou ou autre élément qui ont constitué son
envoûtement.

Cette technique répétée accumule les charges négatives de la victime sur
le plomb et l’en dégage par le chauffage et la liquéfaction du plomb qui
s’effectue durant le rituel. Au fil des cérémonies, le bénéficiaire verra des
améliorations dans son comportement jusqu’à ce que le plomb liquide versé
dans l’eau ne prenne plus les formes de départ. Il est d’une grande efficacité
contre le mauvais œil, et plusieurs maléfices lancés par les sorciers
d’Afrique noire. Il est très populaire dans les rituels en sorcellerie wicca.

— Le désenvoûtement Cabalistique
C’est un ensemble de techniques de désenvoûtement qui tirent leurs
49
efficacités de la connaissance juive qui est nommé kabbale .

— Le désenvoûtement par ingestion
Il s’agit ici pour l’opérateur de préparer un ou plusieurs breuvages ou
repas que la victime va consommer pour lui faire vomir le poison de nuit
qu’elle a reçu mystiquement à travers le rêve, ou simplement évacuer les
excipients de repas ou breuvage d’envoûtement qu’il a précédemment
consommé.

— Le désenvoûtement par évocation
Le désenvoûteur est pour ce cas un magicien ou sorcier, expérimenté car
pour combattre l’envoûtement, il fait appel par un rituel très élaboré à une
entité qui peut être un élémental (salamandre, gnome, ondine, sylphe) ou
50
une entité diverse (dieu, démon , ange, esprit planétaire, djinn) qui va
accepter d’opérer la libération de la victime de son maléfice. Très souvent
l’occultiste qui a la maîtrise des élèmentaux a également la connaissance de
l’usage de ces éléments pour pouvoir sans besoin d’évocations pratiquer le
désenvoûtement par le feu, la terre, l’eau et l’air. Il est parfois nécessaire
pour l’opérateur d’invoquer une entité royale négative ou infernale pour lui
faire une offrande ou lui ordonner de soumettre l’entité inférieure à lui en
l’obligeant à rompre sa nuisance sur la victime. Cette astuce est très souvent
employée pour combattre les possessions diaboliques.

— Le désenvoûtement par magie sexuelle
La magie sexuelle est une magie très à la mode en occident dans les
rituels de groupe, assemblée de sorciers, wicca, etc.
L’acte sexuel recherche l’orgasme au cours du rituel qui comme vous le
savez, libère une énergie qui peut être dirigé vers une entité présente à
l’instar de Lilith, qui l’utilisera pour réaliser la volonté des participants.
Cette description très simpliste ne montre pas la pluralité des recours que
peuvent avoir les participants et des intentions qui peuvent être à la base de
cette pratique rituelle. Notons juste que cette pratique peut être utilisée
autant pour envoûter que pour désenvoûter.

— Le désenvoûtement par transfert
Comme nous l’avons expliqué plus haut, le but de ce désenvoûtement est
de transférer le maléfice de la victime vers une source définie. Cela peut être
une dagyde, un objet, un animal, voire une autre victime. Lorsqu’il y a
renvoi vers l’envoûteur cette opération prend le nom de contre-
envoûtement.


II. Le contre-envoûtement.

Le contre-envoûtement est une opération de haute magie ou la maîtrise
des énergies est fondamentale.
Comme son nom l’indique, c’est une pratique d’inversion de
l’envoûtement. C’est un « retour à l’expéditeur », la mise en œuvre d’un
effet boomerang de l’envoûtement, la création, volontaire d’un choc en
retour. Le contre-envoûtement n’est pas une opération simple, il est une
contre-attaque qui ne vise plus seulement à traiter la victime mais aussi à
détruire la source émettrice de l’énergie de nuisance, cela peut-être le sorcier
lui-même ou l’entité maléfique.
Le principe du contre-envoûtement est simple, pour mieux le comprendre,
il faut savoir que, un lien invisible se crée entre le sorcier-envoûteur et sa
victime. Ce lien permet l’alimentation en énergie de la nuisance que le
sorcier a programmée chez sa victime.

Le contre-envoûtement consistera premièrement à rompre le lien entre la
source de nuisance et la victime, ceci se passe par la déviation de cette
énergie vers un nouveau support qui est très souvent une dagyde. Cette
opération est en fait une opération de transfert de la nuisance de la victime
vers son double représenté ici par le support. Ensuite, il s’agira d’inverser le
sens du flux d’énergie de telle sorte que le support représentant la victime
renvoie l’énergie vers sa source d’origine. Cette technique a l’avantage
d’utiliser la force de l’adversaire. Plus la force de l’envoûteur de nuisance
est élevée plus le renvoi sera puissant. Mieux encore, L’énergie retournée
par le principe de choc en retour est décuplée pour l’envoûteur, et
foudroyante si ce dernier n’a pas anticipé les chocs en retour.

Le contre-envoûtement est l‘opération par excellence pour se guérir et se
protéger de l’envoûtement. En effet, la déviation effectuée vers le support la
victime commencera à ressentir un soulagement dans ces maux, ensuite le
rituel consistera soit à détruire par le feu le support ou à l’enterrer près d’un
arbre. C’est à cette étape que le contre-envoûtement prend tout son intérêt.
En effet la dagyde enterré, du fait de sa destruction libérera d’un coup toute
l’énergie de nuisance qu’elle a accumulée, cette énergie ne connaissant
qu’un seul circuit retournera vers sa source, c’est ce qui explique pourquoi
les chocs en retour sont aussi foudroyants car l’énergie que le sorcier a
cumulée durant parfois plus d’une lunaison pour nuire à sa victime lui
retournera en un coup. Vous imaginez les dégâts…
Pour nous, le plus important dans ce rituel est le fait que la dagyde
représentant la victime étant enterré et détruite quelque part, toute action
sorcière visant cette dernière se dirigera inévitablement sur ce lieu. La
cérémonie de contre-envoûtement aura non seulement guéri la victime,
détruit la source et protégé cette dernière à vie contre certains actes sorciers.
Il existe différents types de contre-envoûtement, avec des variantes
comme pour l’envoûtement et le désenvoûtement, pour chaque type, mais
qui obéissent en général toutes à ce modus operandi.

Chapitre II : la prévention, les protections

Maintenant abordons, le domaine qui interpelle la plupart d’entre vous, la


prévention contre les envoûtements.

Pour prévenir toutes actions sorcières contre soi, il est d’abord important
de vivre dans la propreté. L’hygiène de vie et l’environnement social sont
des facteurs importants qui nous exposent à des cas d’envoûtements ou de
possession. Il faut savoir que la plupart des envoûtements sont basés sur des
sentiments de jalousie, de convoitise, d’envie, de haine, de vengeance, etc.
Votre première protection contre les actions diaboliques est d’abord votre
personnalité. En effet, lorsque vous jalousez, médisez, enviez, émettez des
pensées négatives vis-à-vis d’autrui cela crée pour vous un karma, et une
énergie négative qui affectent les personnes qui font l’objet de ces
sentiments noirs. De ce fait, si autrui pour les mêmes sentiments émis vis-à-
vis de vous, effectue une action d’envoûtement, vous serez facilement
atteints par résonance entre les sentiments négatifs que vous émettez et les
sentiments négatifs qui sont émis contre vous, à moins que vous ayez des
protections comme les véritables sorciers noirs en possèdent.

Ces moyens de protections sont de deux ordres : Les moyens de
protection passifs, les moyens de protection dynamiques


I. les moyens de protection passifs

Les protections passives sont celles qui peuvent très souvent être mises en
œuvre par les intéressés.
Beaucoup d’astuces connues comme moyens de protections passives, sont
issues des croyances populaires ou sont purement et simplement des
superstitions. Ceux proposés dans cet exposé sont ceux qui pour nous ont
fait leurs preuves et répondent à une logique basée sur les lois
métaphysiques sur lesquelles s’appuient toutes les actions d’envoûtement ou
de désenvoûtement.
Les moyens de protections peuvent être individuels c’est-à-dire effectués
pour un individu ou collectifs effectués pour une famille ou un groupe de
personnes.

Citons quelques astuces pour combattre les influences négatives autour de
soi

1- La prière entièrement désintéressée, ajouté à cela une vie vertueuse
comme précisé plus haut.

2- L’aspersion d’eau bénite dans les pièces de l’habitation.
Cette précaution est généralement utilisée pour empêcher les infestations
diaboliques, mais est inefficace pour la plupart des envoûtements élaborés.
L’eau fixe les forces errantes. Elle peut donc servir à capturer les énergies
négatives qui traînent. L’eau bénite est préférable ou encore l’eau lustrale
(l’eau lustrale est de l’eau dans laquelle on a éteint un tison). Si vous
utilisiez de l’eau ordinaire, il faudra changer l’eau matin et soir en lavant le
récipient, parce que cette eau sera chargée d’influx malsains.
L’eau bénite ne fonctionne pas de la même façon : après avoir absorbé les
influx malsains, elle les dissout.

3- Le charbon de bois ou le sel dans la pièce ou sous le lit.
Le charbon et le sel sont reconnus pour leurs capacités à absorber les
charges négatives environnantes. Cette astuce pourra capter ou atténuer les
sorts qui vous sont lancés lorsque vous êtes dans votre sommeil.

4- Des cierges bénis allumés, apportent la lumière et éloignent les entités
maléfiques qui affectionnent les lieux ténébreux.

5- Les crucifix et les icônes religieuses exorcisés et chargés sont de
véritables refouloirs du malin.

6- Les parfums et encens
Certains parfums aident à dissiper les influences néfastes. Le santal est
particulièrement efficace. On peut l’utiliser en encens à faire brûler ou en
huile que l’on se passera sur le corps.
En général, brûler de l’encens crée une ambiance vibratoire que les
sorciers et les entités négatives ne supportent pas. La magie arabe en
propose une grande variété avec des spécificités pour chacun des cas
d’infestations diaboliques. Les encens tels que le musc, le benjoin, la
myrrhe et le galbanum sont très bénéfiques.

7- Des Clous placés en croix devant portes et fenêtres. C’est une
précaution valable contre les envoûtements directs. En réalité la plupart des
objets pointus neufs, épingles, poignards, athamé, sabres placés au chevet
ou sous l’oreiller ont un impact négatif sur le corps astral des sorciers qui se
dédoublent pour venir auprès de leurs victimes. Cette précaution est très
efficace pour les personnes qui subissent des couches de nuits de sorciers.
Par contre ceux qui subissent ces couches de nuits dont l’origine est une
possession par un incube ou un succube, cette dernière s’avère inefficace.
Notons que les objets tranchants ou pointus neufs, provoquent des
blessures sur le corps astral du sorcier qui se rapproche de votre lit pendant
votre sommeil.

8- La Médaille de st Benoît bénite et exorcisée portant les lettres
51
V.R.S.N.S.M.V.S.M.Q.L.I.V.B. Cette médaille est particulièrement
intéressante pour des personnes possédées ou tourmentés par des esprits
malveillants. Il faut donc le porter en pendentif autour du cou.

9- Les gestes préventifs

Ce sont ceux que l’on peut opposer à une personne que l’on soupçonne
d’avoir de mauvaises intentions contre soi. Ces gestes pour la plupart
d’entre nous seront inopérants, mais rappelez-vous que la magie, c’est la
volonté et la répétition. Donc si vous créez un geste propre à vous, à partir
d’une convention mentale, et vous effectuez ce geste avec la conviction
nécessaire qu’il faut. Il sera fait selon votre volonté, et vous serez protégés.
Ce geste pratiqué, avec répétition et pour les mêmes intentions ; avec le
temps et vos capacités de volition, crée une force magique, un véritable
bouclier, un « ankhour ».
Par ailleurs, ces gestes populaires qui participent parfois de la superstition
sont fondés sur les correspondances planétaires que l’on fait entre les doigts
de la main avec les forces planétaires, donc l’association de deux ou
plusieurs doigts créent un circuit d’énergie susceptible de vous protéger. Ce
sont ces fameuses mudra enseignées dans le yoga et le bouddhisme.
Rappelons que le pouce correspond à la planète Vénus, l’index à Jupiter, le
médius à Saturne, l’annuaire au Soleil et l’auriculaire à mercure.
Ils se font conjointement avec une volonté très forte de contre-attaque.

- La Corne napolitaine : il s’agit de défaire les cornes avec ses doigts, soit
l’index et le médius, soit l’index et l’auriculaire.

- La Figue : on introduira le pouce entre l’index et le médius, tandis que
les autres doigts resteront complètement fermés. Ce geste symbolise l’union
du féminin et du masculin, qui est à l’origine du Cosmos.


II. Les moyens de protection dynamiques

Ce sont ceux qui nécessitent d’être préparés ou conseillés par rapport à
votre cas par un spécialiste. Certains sont efficaces et d’autres des artifices
sans grande valeur que vendent des charlatans qui parfois peuvent d’ailleurs
devenir une source de nuisance pour ceux qui les utilisent. L’on peut citer
entre autres,

a- Les amulettes
Les amulettes encore appelées gris-gris sont des artifices préparés par des
féticheurs ou guérisseurs en vue de protéger le porteur contre des pratiques
magiques déterminées. De ce fait une amulette vous protège contre une
pratique sorcière précise par exemple le mauvais œil, mais est inopérante
pour d’autres opérations sorcières.

b- Les pierres
Les manuels de lithographie proposent des correspondances entre les
individus et les pierres à partir de leur jour et mois de naissance, ange
gardien, signe astrologique, carte de ciel et autres. La pierre ainsi
déterminée, sera montée sur un bijou qui associe également le métal
correspondant à la planète d’influence de l’individu. Le bijou sera porté en
chevalière ou pendentif. Certaines inscriptions telles que
V.R.S.N.S.M.V.S.M.Q.L.I.V.B. ou le tétragrammaton peuvent y être
inscrites pour mieux personnaliser le bijou et le rendre plus efficace.

c- Les talismans et les pentacles.
Les talismans et les pentacles sont des objets qu’un spécialiste dans
l’occultisme prépare spécialement pour une personne. Ils sont très efficaces
mais seulement pour cette personne car ils sont personnalisés en fonction de
caractéristiques biologiques, astrologiques et spirituelles du demandeur. La
fabrication des talismans est une vraie cérémonie magique. Lorsqu’ils sont
bien préparés, ils sont de véritables boucliers contre les attaques mystiques.
Les talismans sont des objets faits de pierres, de fleurs, de parchemins,
d’images, de dessins, de formules, réputés avoir une vertu magique. Les
amulettes et les pentacles entrent dans la catégorie des talismans. Parmi les
talismans traditionnels, les plus connus, on distingue :

— Le pentacle du royaume, c’est un sceau kabbalistique qui représente un
pentagramme, les quatre éléments et qui symbolise l’énergie créatrice
divine.
— Le pentacle de Salomon et bien d’autres
— Le collier orné d’une dent d’animal (lion, tigre, ours, sanglier, loup) ou
d’une griffe de félin (chat, léopard, tigre, guépard, lion), que l’on portera
autour du cou ou du poignet droit.
52
— Le phallus en corail, en bois ou en métal qui ornera le cou, la saignée
du coude ou le poignet.
— La main de Fatima, à présenter à un ennemi. Cette main doit être
ouverte avec les doigts allongés. Elle est symbole de puissance et de
suprématie. Dans ce même registre nous avons la bague ou bracelet atlante
ou Ré, la bague ou bracelet runique orné des lettres du futhark, le spiritor, le
décagone, le dodécaèdre, etc.

Il est important de dire ici que ces talismans prêts à l’emploi vendu de
gauche à droite venant très souvent de l’inde sont la plupart du temps de
véritables portes d’entrée d’énergies inconnues donc non maîtrisés sur les
corps de leurs porteurs. Ces derniers se retrouvent la plupart du temps
vampirisés par des entités qui les créent beaucoup de désagréments.

d- Le transfert de sa sensibilité dans une dagyde, un arbre ou un animal
Ce rituel est à l’image du contre-envoûtement, sauf l’opération de renvoi
du choc en retour. Le transfert peut se faire par deux procédés, soit le
demandeur par un rituel d’envoûtement par dagyde, donc impliquant ces
éléments corporels du demandeur et d’une vitalisation. Ainsi donc, les
coups provenant d’attaques sorcières seront encaissés seulement par la
dagyde et le demandeur sera donc indemne de tout traumatisme que ce soit
physique ou astral. Le Second procédé beaucoup plus efficace, dangereux et
élaboré, implique le transfert permanent d’une partie de sa conscience dans
un réceptacle qui peut être une dagyde, un arbre, un animal. Cette protection
lui permet en quelque sorte d’être à plusieurs endroits à la fois donc
invisible sur d’autres plans.

e- La théurgie, Les invocations, les grands rituels de magie cérémonielle.
La pratique de rituel de théurgie d’invocations, est la voie sacrée pour être
au-dessus des agissements méphitiques des sorciers. Mais malheureusement
la tradition judéo-chrétienne a jeté l’opprobre sur ces pratiques, et des
courants de pensées ésotériques noires ont introduit dans cette sagesse
ancestrale des rituels noirs semant la confusion dans l’esprit de la plupart
des hommes au point où la majorité d’entre eux ne peuvent faire la
53
différence entre la magie authentique et les pratiques de base sorcellerie.
Par ailleurs, le prosélytisme et l’égoïsme dont font preuve la plupart des
grandes religions en gardant l’humanité dans l’ignorance et
l’embrigadement spirituel, pour garantir opulence à une élite religieuse, à
des nations impérialistes, à des gourous loups, exacerbe le sentiment de
fatalité et de désarmement spirituel que cette humanité de brebis subie.
Malheureusement, c’est une infime partie de personnes qui ont la
connaissance et pratiquent les rituels de théurgie et de magie invocatoire, et
c’est seulement ceux-ci qui sont de facto à l’abri d’agissements des sorciers
ou ceux que leur ancestralité confère une grande protection.

Chapitre III : prières, voies spirituelles et développement
personnel.

Vivre à l’abri des sorciers et des envoûtements, c’est vivre en harmonie


avec les lois de l’univers. Car si vous êtes les victimes d’envoûtements,
c’est parce que des causes, des liens karmiques ont permis que vous viviez
cette épreuve. En d’autres termes, des actions, des pensées, des évènements
ou votre ancestralité ont donné lieu ou ont permis que ces évènements
puissent arriver dans votre vie. Cela signifie que des pensées actuelles, vous
mettent en résonance avec des énergies négatives qui vous soumettent à ces
épreuves.
Par conséquent pour être à l’abri des souffrances de tous ordres, il faut
engager une démarche spirituelle qui va agir de façon holistique sur votre
être, en effaçant votre karma, et suscitant des pensées altruistes chez vous,
pour constituer un karma bénéfique. Ceci en élevant votre niveau de
conscience, c’est-à-dire votre niveau de compréhension des lois divines,
dont votre niveau de compréhension de la vie, des hommes, du bonheur, de
la santé, de la joie, du succès, de la prospérité. La démarche spirituelle la
plus simple et la plus accessible à tous, c’est la prière désintéressée et
surtout y ajouter une vie vertueuse. Il ne faudra pas être dans la logique de
ces chrétiens qui sans une vie altruiste, pensent qu’avoir des titres à l’église,
avoir des sacrements, contribuer financièrement pour l’église, être ancien de
l’église, vous élève spirituellement.
Au contraire, ils s’abrutissent et s’étonnent que malgré cela le malheur
soit dans leurs vies. L’adage dit : « on est le fruit de nos pensées ». La prière
pour être efficace et assurer l’élévation spirituelle à un individu, doit être
sincère et dans le seul but de communier avec la divinité. Bref à travers la
prière sincère on apprend à renoncer à soi et comprendre que nous ne
sommes qu’un élément de la création divine avec laquelle l’on doit
s’efforcer de communier pour mieux vivre. Chaque jour, votre prière va agir
en vous (pensées et actes positifs), et pour vous de deux façons.
Premièrement, elle va vous éveiller et vous rendre plus conscient de la vie
autour de vous, de la nature de la création donc aussi des ruses sorcières. Et
deuxièmement, votre prière va nourrir l’égrégore de votre groupe religieux
et vous pourrez utiliser cet égrégore de façon inconsciente à travers vos
prières pour vous prémunir d’évènements malheureux et d’actions sorcières.
Notez que nulle n’est besoin d’aller chanter et danser à tue-tête dans des
églises qui n’ont pour but que d’enrichir le pasteur et toute l’organisation
d’individus qui s’enrichissent et se vautrent dans des parures d’or et se
posent en ministre de Dieu.

La prière se fait dans son intimité, et quelle que soit votre religion, devrait
intégrer des purifications périodiques et peut s’accompagner de chandelles
blanches et de l’encens pour plus d’efficacité.

Une démarche spirituelle va au-delà de ce que la prière propose, elle
implique la transformation de son être, le fameux « born again », galvaudé
par des pratiques d’esclavagismes spirituels. Une démarche spirituelle est
une redécouverte de soi-même, un éveil de son essence divine, de sa
singularité, de son « Moi », de l’éveil de ses énergies. La spiritualité
déconstruit les discours religieux sur la vie et la divinité. Car la spiritualité
est indépendante de la religion, de la croyance, du dogme, elle amène plutôt
à la compréhension de son état intérieur qui crée en soi la souffrance et le
mal-être. La spiritualité n’est pas relation avec Dieu mais communion avec
Dieu. Elle est la recherche de dieu pas dans le ciel ou d’autres lieux mais en
soi. La plupart des religions l’affirment d’ailleurs que nous sommes à
l’image de dieu, que chaque être est une émanation, ou mieux une partie de
Dieu. De ce fait, la recherche de dieu et la communion avec Dieu passent
par une harmonie entre nous et le dieu en nous, et également avec les autres
êtres vivants (hommes, animaux, végétaux, etc.)
Dans les sciences initiatiques on appelle cela le voyage intérieur, cela
nous montre le caractère intérieur de la démarche, un voyage donc vous êtes
le point de départ, la destination, et le moyen de transport.

L’ascèse caractérisée par le jeûne, est très efficace pour rendre votre corps
et votre esprit fort et endurant vis-à-vis des épreuves spirituelles. La
privation crée en nous le manque et nous permet de dominer les différentes
pulsions qui avilissent la plupart des hommes. Lorsque vous privez votre
corps de tous les excès, de nourriture en particulier, l’esprit se charge en
énergies subtiles et votre champ vibratoire est modifié. Ainsi donc vous
pourrez déjà accomplir des choses qui sortent de l’ordinaire comme imposer
les mains aux malades. Souvenez-vous des jeûnes du Christ. Souvenez-vous
qu’à chaque fois qu’un exorciste ou un chaman veut effectuer un travail
spirituel qui l’oblige à combattre les forces du mal, par exemple, il jeûne
pendant quelques jours pour pouvoir gagner en force et en énergie.
N’hésitez donc pas à faire des ascèses et vous aurez la lucidité pour voir la
flamme orangée dans l’œil du sorcier, et pouvoir anticiper de toutes les
attaques mystiques car ayant des prémonitions, vous saurez vous protéger.

L’ascèse vous détache peu à peu de la vie mondaine, des vices, de la
débauche. La pratique de l’ascèse met en éveil vos énergies intérieures,
éveille vos chakras par conséquent vos propres pouvoirs spirituels.

La méditation comme le font encore les authentiques mages, yogis et
maitres spirituels associé à l’ascèse donne à celui qui la pratique de façon
régulière, rigoureuse et objective; des intuitions, des prémonitions, des
solutions à toutes les difficultés qu’il pourrait rencontrer dans la vie. Cet
exercice accroit de façon profonde, ces capacités intellectuelles et
spirituelles, lui offrant de ce fait des pistes d’inspirations dans le domaine de
l’art, la musique et la création artistique.
Beaucoup d’individus se perdent injustement dans la recherche de cette
voie spirituelle qui est la leur. Mais répétons-le « Tout ce qui bien, n’est pas
bien pour tout le monde ». Ne cédez pas donc dans le suivisme de ces
nouvelles écoles qui n’ont que le souci de vous extorquer de l’argent en
vous apprenant des techniques psychologiques que vous-même avec un peu
de recherche vous pouvez trouver dans les librairies et sur internet. Ne vous
laissez pas séduire par des programmes spirituels de beaucoup de sectes qui
vous promettent protection, et pouvoirs merveilleux sur le court terme.

Les maîtres-mots dans toute démarche spirituelle, c’est la patience et la
persévérance. Et si vous ne trouvez pas dans la panoplie de démarches et
d’écoles qui se proposent de vous accompagner celle dont vous ressentez
l’appel, si votre intuition ou votre sensibilité ne vous dirige nulle part;
continuez dans méditation et lorsque vous serez en harmonie avec votre moi
54
profond les choses se feront d’elles-mêmes.

Instruisez-vous, lisez sans restriction, avec le plus grand détachement,
juste pour le goût du savoir. Car l’ignorance et la bêtise sont les plus grandes
sources de malheur. Et par vos connaissances, par votre intuition vous,
découvrirez peut-être que la plante qui pousse dans votre jardin soigne
l’envoûtement, donc l’un de vos proches est la victime depuis des années.

CONCLUSION

Nous voici à la fin de notre propos qui portait sur l'envoûtement. Nous
espérons vous avoir donné des pistes de réflexions sur l'envoûtement,
d’avoir apporté des éléments de compréhension vous permettant de mieux
cerner ce phénomène paranormal, en le mettant en rapport avec
l’environnement culturel africain. Surtout nous voulions montrer que
beaucoup de rites et coutumes qu’ils soient issus des religions
conventionnelles ou des traditions ancestrales dans l’univers culturel
africain, sont tributaires de pratiques magiques relevant de l’envoûtement.
Nous avons pour cela défini l’envoûtement comme une technique qui vise
par des moyens parapsychiques à contraindre un individu à agir
indépendamment de sa volonté, à développer des traumatismes sur ces corps
physiques et psychiques, à créer des situations favorables ou défavorables
dans sa vie sociale, à guérir ou s’autodétruire. Nous avons par ailleurs
montré le processus d’influence par lequel le sorcier-envouteur agit sur le
corps astral de sa victime à travers divers moyens qui constituent en eux-
mêmes les différentes techniques d’envoûtements. L’envouteur utilise les
moyens dont il dispose qui dépendent à la fois de son environnement, de
l’objectif visé, de sa maturité en tant que sorcier et de sa filiation dans des
groupes occultes.
Nous avons montré que le théâtre culturel africain regorge de rites et
coutumes tributaires de pratiques ancestrales qui emploient les modes
opératoires de l’envoûtement dans leurs mises en œuvre. La vie des
individus dans l’univers culturel africain est jalonnée par des rites et
cérémonies qui ont des fondements magiques et religieux. Que ce soit dans
les églises ou les pratiques culturelles pour le bénéfice d’hommes, femmes,
enfants, malades, morts, génies et autres; les rites créent un influx, une force
qui va agir de façon insidieuse sur les corps de ces individus pour produire
des résultats qui peuvent avoir pour ces personnes, une interprétation
religieuse, traditionnelle, culturelle ou magique. Nous avons noté que le plus
important ici, est le processus de transfert qui est un principe magique, qui
crée un lien entre la personne demandeuse du rituel (qui peut-être
l'envoûteur, le sorcier ou le guérisseur, celui qui dépose les fleurs sur la
tombe d’un mort, celui pour qui est effectué un rituel de désenvoûtement,
celui qui veut se rendre un Dieu propice, un mort, un génie ou un ancêtre
propice,) et le bénéficiaire (qui peut être la victime, le malade, le mort,
l'ancêtre, le fétiche, l’esprit familier…). Le principe du transfert des énergies
est appliqué dans toutes ces configurations rituelles et les pratiques
religieuses n’échappent pas à ce principe. C’est pourquoi nous avons montré
que les discours sur certains rituels traditionnels africains par les églises
dites réveillés ne sont que des discours prosélytes, qui ne reflètent en rien
les réalités des principes qui régissent ces rites. Les agissements des
pasteurs, des sorciers et des guérisseurs ne peuvent s'affranchir des principes
magiques, qui ne sont que des mises en œuvre de ces énergies de la nature
avec des discours différents, des vocations différentes et des intentions
différentes.
Les combats que mènent les personnes victimes du mal-être ou d’actions
conséquentes de l'envoûtement peuvent trouver des solutions à travers
différentes astuces que nous avons cité. Mais nous avons montré qu’au-delà
de la cérémonie de désenvoûtement ou du contre-envoûtement qui sont les
opérations curatives des envoûtements, les sentiments de jalousie, d’envie,
de haine, de réussite à tout prix, d’immoralité, de cupidité, les modes, la
magie noire, la débauche, sont les portes d’entrée des influences négatives,
de la maladie, de la souffrance et de la mort, dans le quotidien des individus.
Par ailleurs, une vie vertueuse, une démarche spirituelle constituent des
éléments très importants pour prémunir les individus des actions sorcières
en général et de la souffrance en particulier. La sagesse, bonté, l’altruisme,
la générosité, l’abnégation sont en réalité de grandes protections. S’éveiller
spirituellement à travers un travail personnel qui va au-delà de la religion,
est un gage de bien-être global, d’appréciation de la vie à travers la
compréhension des principes de la nature, de l’ordre des choses, de la vérité
sur la création, de l’intégration des principes de l’amour, du bonheur, de la
santé, de la joie, de la maladie et du malheur.
J’espère vivement vous avoir touché à travers ces propos pour susciter en
vous, l’envie de passer outre le préjugé, de passer dans l’envers du décor,
pour cesser d'être une brebis, un agneau à la merci des loups mais de devenir
un berger, qui communie avec et pour ces semblables. Je reconnais
humblement que cet ouvrage aurait pu aborder ce sujet de mille et une
manières, mais devant l’immensité de l’univers et des savoirs que l’on peut
en tirer, nous sommes limités par nos connaissances, nos propres
imperfections, nos peurs, nos croyances, notre éducation, notre culture. Le
plus important, c’est l'éveil que ces mots auront suscité chez vous sur la vie
autour de vous, les principes de la nature, la magie et la sorcellerie. C’est
ouvrage comme tant bien d’autres écrits et que je me propose d'écrire, est
une goutte d’eau dans l’infinité des connaissances que l’univers nous offre à
travers le concept que nous appelons Dieu. Mon objectif sera atteint si ayant
lu ces lignes, vous vous réconciliez avec le dieu et l’univers qui sommeille
en vous et que vous aussi vous contribuer à sortir notre humanité de
l'esclavage religieux et spirituel dans laquelle les loges noires, les sorciers et
démons essaient de maintenir nos vies.

Bibliographie


BARDON Franz, Le chemin de la véritable initiation magique, éd.
D. Rüggeberg, Troisième éd, 1994.

BERSEZ Jacques, secrets et utilisations des poudres, encens et mélanges
magiques, G.V.P éditions, 2003.

BIBLE SEGOND 1910, Bibli’o/soc.biblique Française, 2006.

BIRAGO DIOP, Le souffle des ancêtres, DU RECUEIL LEURRES ET
LUEURS, éd. Présence Africaine, 1960,

BOUTBOUL Serge, Comment percevoir et agir sur les mondes subtils qui
nous entourent, éd. Exergue, 2011

BRASEY Édouard, La Petite Encyclopédie du merveilleux, Paris,
Éditions le pré aux clercs, 2007,

BRUCKER Charles, Le Policraticus de Jean de Salisbury : Livre IV,
manuscrit n ° 24287 de la B.N., collection travaux du CRAL, presses
universitaires de Nancy.1991.

CARADEAU Jean Luc, Guide pratique de magie moderne, éd.
Trajectoires, Déc.1999

DACO Pierre, Les prodigieuses victoires de la psychologie moderne, éd.
Marabout, 1966

DELAURENTI B., La puissance des mots. Virtus verborum. Débats
doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge, Paris, Le Cerf,
2007.

DE ROSNY Éric, Les yeux de ma chèvre, Collection Terre humaine,
Plon, 1981.

FANGAIN Jocelyne, Cours complet de radiesthésie, éd. Trajectoire, 1996.

FAVRET-SAADA, J., « La mort, les mots, les sorts », Paris, éd.
Gallimard, 1977.

FONTAINE Janine, Médecin des trois corps, éd. J’ai lu, 2005.

FONTAINE L., La nuit pour apprendre. Le chamanisme nocturne des
Yucuna. Société d’ethnologie. 2014.

GESCHIERE Peter, Sorcellerie et politique en Afrique, éd. Karthala,
1995.

HERNANDO RUIZ de Alarcón (Author),​ J. Richard Andrews
(Translator),​ Ross Hassig (Translator), Treatise on the Heathen
Superstitions : That Today Live Among the Indians Native to This New
Spain, 1629 (Civilization of the American Indian Series) (The Civilization
of the American Indian Series) Paperback – March 15, 1987
HUTIN, S. « Techniques de l’envoûtement » Paris, éd. Belfond, 1987.
JAMES E. O., Mythes et rites dans le Proche-Orient Ancien, éd. Payot,
1960.
LABURTHE-TOLRA P., Les seigneurs de la forêt, Essai sur le passé
historique, l’organisation sociale et les normes éthiques des anciens Beti du
Cameroun., éd, L’Harmattan, 2009.
LE BON Gustave, L’évolution de la matière, éd. Flammarion, 1906.
MARIE Éric, Précis de médecine chinoise : Histoire, théories
fondamentales, diagnostic et principes thérapeutiques – Dangles, 2008.
MANOURY Pierre, Traité du désenvoûtement, contre-envoûtement et de
l’exorcisme, éd. Celten, 2001.

MANOURY Pierre, Traité pratique de magie sexuelle, Librairie de
l’inconnu Éditions, 1989.

MANOURY Pierre, Traité des protections et du contre-envoûtement, éd.
Bussière, 2008.

MORYASON Alexandre, La lumière sur le royaume ou pratique de la
magie sacrée au quotidien, éd. Alexandre Moryason, 2000.

MURPHY Joseph, la puissance de votre subconscient, France-loisirs,
1988.

LE LOYER Pierre, Livres des spectres ou apparitions et visions d’esprits,
anges et démons se montrant aux hommes, Paris, 1586.

SABAZIUS R.P, Envoûtement et contre-envoûtement, éd. JBG, 1977.

SERVRANX Félix, vos débuts en radiesthésie, premier pas. éd. Servranx,
1999.

STEINER Rudolf, la science occulte, éd. Triade, 2006.

TOBIE Nathan, « L’influence qui guérit », éditions Odile Jacob

TOBIE Nathan, « Médecins et sorciers », éd. Les empêcheurs de tourner
en rond « Nouvelle Revue de Psychanalyse », l’Emprise, éd. Gallimard
1981

TORRES Mario, Encens, Gommes et Résines, éd. Trajectoire, 2009.

TOUKAM D., Histoire et anthropologie du peuple bamiléké, éd.
L’harmattan, 2010.
VOLGUINE A. Astrologie lunaire, éditions derby, 1972.
WARNIER J.-P., L’esprit d’entreprise au Cameroun, éd. Karthala, 1993.

Remerciements

Sans vos encouragements, vos suggestions, vos critiques, vos histoires


que j’ai partagé, vos soutiens, je n’aurai sûrement pas encore terminé
d’écrire ce livre dont j’ai l’inspiration depuis plusieurs années. Je vous
remercie profondément pour chaque conseil, chaque critique, qui au-delà
d’améliorer ce travail a contribué à faire de moi l’homme que je suis
aujourd’hui.

À toi Boris TCHIMOU, mon ami et frère puisses-tu trouver en cet
ouvrage, la gratification de nos recherches, de nos causeries, de nos
aspirations…

À toi Line KENGNE, merci de ton soutien pluriel, de la volonté que tu as


mis pour que cet ouvrage voie le jour.

À toi Éric MBOUA, pour tes relectures et tes critiques constructives.


À Denilza LOPES, merci pour ton professionnalisme et ta volonté de
parfaire l’esthétique de cet ouvrage.
Au Dr C. Broca, merci pour ta relecture et tes suggestions.

À Wassila DELOUM pour avoir partagé ton histoire, de m’avoir inspiré et


encourager.

À Hortense EPOSSI, cet ouvrage est aussi le fruit de nos discussions.


À Olivier et Fabrice, et Émilie de m’avoir offert la quiétude nécessaire à


l’achèvement de cet ouvrage.

À vous Brice, Cédric, Charlène, Romaric et Vidalise merci de m’apporter


chaque jour votre soutien et votre amour.

À vous Papa et maman, merci pour la sagesse que vous nous avez
inculqué, et le modèle d’intégrité et d’amour que vous avez toujours
véhiculé à travers votre couple jusqu’aujourd’hui. Trouvez en ces mots et en
ce livre, la fierté et la reconnaissance d’un fils qui vous rend hommage et
qui vous aime.
Et enfin à vous Janette TITINE, Christophe MARTET, SHEN
XIAOYING, et à tous ceux qui m'ont apporté leurs soutiens et
encouragements et donc je n’aurai pas cité le nom ici, je vous exprime ma
profonde gratitude.
Notes
[←1]
Du grec dagos, qui signifie poupée
[←2]
Lire à ce sujet l’ouvrage Guide pratique de magie moderne, Jean Luc CARADEAU,
éd. Trajectoires, Déc.1999
[←3]
L’intrigue dans la série télévisée GHOST WHISPERER montre cette réalité.
[←4]
L’état hypnagogique est un état de conscience particulier intermédiaire entre celui de
la veille et celui du sommeil qui a lieu durant la première phase d'endormissement .
En sophrologie, il correspond à l’état sophro-liminal.
[←5]
Trouble du sommeil caractérisé par des paralysies au réveil.
[←6]
De l’allemand poltern «faire du bruit » et geist « esprit », les poltergeists sont encore
appelés esprit frappeurs.
[←7]
Jean de Salisbury, Polycraticus I, 1159, chap. 12.
[←8]
Pour mieux comprendre le principe de création de la vie qui intègre le principe de
vitalisation d’une dagyde ou d’un témoin, Lire l’ouvrage magistral de Franz BARDON,
Le chemin de la véritable initiation magique, éd. D. Rüggeberg, 1994, chap. vii p. 252-
258. Troisième éd.
[←9]
Au sens de nagual. En réalité le totem désigne l’animal fétiche du groupe, lorsqu’il
s’agit de l’animal fétiche d’un individu, on parle de nagual.
[←10]
Éric de Rosny, Les yeux de ma chèvre, Collection Terre humaine, Plon, 1981.
[←11]
Cela peut être moins ou plus de 28 jours, suivant les capacités du sorcier et la
technique de charge usitée.
[←12]
La sorcellerie opérative comme la magie opérative est celle qui ne nécessite pas de
rituel mais qui fait appel à la maitrise des principes magiques naturels, j’en donne une
définition approfondie dans La magie et la sorcellerie dévoilée. (À paraitre)
[←13]
La magie ou la sorcellerie noire est celle donc le but est la nuisance, contrairement à
celle qui est dite blanche dont le but est le rétablissement d’une situation anormal ou
dont le but est de faire le bien, l’altruisme, l’élévation spirituelle. On parle également
de magie rouge pour designer celle dont le but est l’amour.
[←14]
Peter Geschiere, Sorcellerie et politique en Afrique, éd. Karthala, 1995
[←15]
Une magie qui associe des éléments matériels dans un rituel pour produire le résultat.
[←16]
Pierre Manoury, Traité du désenvoûtement, contre-envoûtement et de l'exorcisme, éd.
Celten, 2001
[←17]
Envoutement alimentaire dans le centre-littoral du Cameroun qui consiste à
introduire dans le repas de la personne dont une femme veux s’attirer l’amour, des
compositions de plantes qui auront pour effet de contraindre celui qui va déguster ce
repas, à tomber amoureux et de rester auprès de cette dernière .
[←18]
Ceux sont des mots formés de une ou plusieurs syllabes donc la prononciation
répétée est censé produire des effets sur les corps de celui qui les récite.
[←19]
Voir le processus de création des esprits familiers, Franz BARDON. Op.cit., P.252,
Chap. VII.
[←20]
Ceux sont des paquets ficelés constitués de divers ingrédients animal et végétal, qui
servent à jeter des sorts
[←21]
L’égrégore est l’ensemble des énergies cumulées d’un groupe de personnes
partageant une même croyance, menant de même activités sociales et surtout
spirituelles. L’égrégore se nourrit de l’énergie des pratiques, des prières ou rituels de
ces individus, et inversement ces individus utilisent dans leurs réalisations magico-
spirituelles, l’énergie de cet égrégore qui peut avec le temps, la qualité des individus,
acquérir beaucoup de puissance au point de se personnifier et devenir une entité
autonome.
[←22]
Le processus de fabrication d’un Condensateur fluidique est expliqué par Franz
BARDON. Op.cit., P. 317 Chap. IIX.
[←23]
Traité du désenvoûtement, contre-envoûtement et de l'exorcisme, éd. Celten, 2001,
p.16-17.
[←24]
L’œuf étant la seule matrice extérieure à l’instar de l’utérus ou se conçoit la vie animal
et humaine, l’œuf possède de ce fait un potentiel d’énergie vital non manifestée
énorme qui utilisé en magie produit des effets très puissants, c’est ce qui rend l’usage
de l’œuf très répandu dans diverses magies.
[←25]
La kundalini
[←26]
Jean Luc CARADEAU, op.cit., P. 17
[←27]
Le rituel de purification par excellence qui agit sur les autres éléments est le rituel de
renvoi de la terre, le rituel complet du renvoi de la terre est exposé par Alexandre
MORYASON dans, La lumière sur le royaume, 35° Mille revue, 1992, p.199, chap.
IV, deuxième édition.
[←28]
L’alun doit être en bloc de pierre pas en poudre comme il est très souvent vendu en
pharmacie.
[←29]
Le chapelet doit être imprégné de l’énergie de l’opérateur, c’est pourquoi il est
préférable d’utiliser un chapelet avec lequel vous avez l’habitude de prier ou si votre
chapelet est neuf purifier le avec de l’eau bénite puis le oindre avec de l’huile végétale
(olive de préférence) puis effectuer sept notre père en le tenant dans les mains. Votre
chapelet est donc imprégné de votre énergie.
[←30]
L’entrainement vise d’ailleurs à maitriser cela et à fixer une convention mentale.
[←31]
Toujours utiliser des questions fermées, c'est-à-dire celles à laquelle on peut aisément
répondre par oui ou non.
[←32]
Les chakras qui sont au nombre de sept, mulhadara au niveau du périnée, svadistana
au niveau du pubis, manipura au niveau du nombril, anahat au niveau du cœur,
vishuda au niveau de la gorge, ajna entre les sourcils, sahasrara au niveau de la
fontanelle,
[←33]
Il est préférable de la faire bénir par un prêtre ou toute autres personnes car étant
susceptible d’être voilé votre capacité à conjurer la négativité du sel et de l’eau peut
être entaché.je vous conseille d’ailleurs d’apprendre à faire de l’eau bénite et d’en
utiliser fréquemment pour combattre les énergies négatives.
[←34]
Toujours utiliser une allumette en bois pour enflammer soit les bougies ou de l’encens
dans tout rituel
[←35]
Le souffle des ancêtres (du recueil LEURRES ET LUEURS, 1960, ÉD. PRÉSENCE
AFRICAINE)
[←36]
« …. car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » Genèse 3/19, La
bible, éd. Louis SEGOND
[←37]
Que la terre des ancêtres lui soit légère. Pour dire que le mort au pays des ancêtres
puisse vivre heureux, une façon d’expier ces péchés et ses erreurs quand il était
vivant ;
[←38]
Rappelez-vous de l’importance de l’ADN qui intègre toute la singularité d’un individu,
du point de vue magique l’ADN est plus qu’un numéro de téléphone.
[←39]
Le lien existe par les rites de naissance qui lie l’enfant avec tous ces aïeuls (karma
ancestral) et / ou un ascendant décédé.
[←40]
Le Chakra coronal ou sahasrara chakra, son rôle d’ailleurs dans le bouddhisme est la
connexion avec l’au-delà.
[←41]
Le terme avatar trouve son origine en Inde (du sanskrit avatāra: descente, ava-
TṚ : descendre) et signifie « descente, incarnation divine ».Dans l'hindouisme,
un avatar est une incarnation (sous forme d'animaux, d'humains, etc.) d'un dieu, venu
sur terre pour rétablir le dharma, sauver les mondes du désordre cosmique engendré
par les ennemis des dieux (les démons).

[←42]
L'Adombrement, ou action d'adombrer, est un terme utilisé essentiellement dans la
littérature ésotérique qui désigne le processus par lequel un être spirituellement très
avancé, une entité supérieure pénètre temporairement les corps physique,
émotionnel et mental d'un disciple et travaille par leur intermédiaire. C’est le cas de
Jésus devenu le Christ. Ce processus est très diffèrent du channeling qui ne vise qu’à
rentrer à contact avec une entité astrale à l’initiative du disciple.
[←43]
Pour mieux assimiler les phénomènes psychologiques quotidiens qui peuvent vous
laisser croire que vous souffrez d’un envoûtement ou de troubles psychologiques , je
vous conseille de lire cette belle œuvre de Pierre Daco, Les prodigieuses victoires de
la psychologie moderne, éd. Marabout, 1966
[←44]
L’homme est formé de quatre éléments Yod, hé, vah, hé auquel on ajoute très
souvent le Shin qui est l’esprit le souffle divin. Ces quatre éléments sont l’eau, l’air, le
feu et la terre, ce qui donne YHYH le nom de Dieu, le tétragramme grecque, latinisé
en YEHVE, YAHWE puis JEOVAH, Le nom mystique de Jésus est également formé
de ces quatre l’être plus Shin le souffle divin ce qui donne IESHOUAH, un mantra très
puissant.
[←45]
Des individus suivent certaines modes et se tatouent sur le corps des symboles qui
sont les sceaux de certains démons. Les démons les reconnaissent comme un des
leurs et prennent possession de leurs corps.
[←46]
La plupart d’invocations sont psalmodiées, certains mantras sont prononcés des
milliers de fois par l’adepte. Dans les rites chamaniques la danse jusqu’à la transe
précède toutes actions de guérison autant pour le chaman que pour le patient.
L’importance de la mise en condition du corps à travers le chant et la danse pour
atteindre un état de transe, n’est plus à démontré, on retrouve d’ailleurs le chant et la
danse dans la plupart des rites traditionnels africains
[←47]
Dans le cas d’un contre-envoûtement.
[←48]
A. MORYASON, op.cit. p. 222 Chap. VI.
[←49]
La kabbale ou cabale
[←50]
Les démons sont très souvent sollicités pour effectuer des travaux de
désenvoutements.
[←51]
Abréviation de Vade retro satanas; nunquam suadas mihi vama surit mala quae libas :
ipse venena bibas
[←52]
Le phallus est une représentation du sexe masculin, le symbole de la vie qui lutte
contre la mort, de la force.
[←53]
Qui est la connaissance des principes et lois de l’univers de leurs mises en
application, beaucoup de sciences y sont dérivées à travers les écoles de mystère
d’Egypte et de Grèce antique. C’est celle-là que Euclide, Aristote, Pythagore et plus
récemment Einstein pratiquaient pour pouvoir théoriser certaines lois de l’univers
enseignées jusqu’à nos jours.
[←54]
L’adage dit : lorsque l’élève est près le maitre vient à lui.

Vous aimerez peut-être aussi