Vous êtes sur la page 1sur 45

1

TRAVAUX CONSTRUCTION D’UNE ECOLE PRIMAIRE

LOT 1 : Gros

CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES

Marché passé par appel d’offres ouvert sur offre de prix

En vertu des à leur gestion

ARCHITECTE B.E.T. Centre Structure


R. Tlemçani 12. Rue Charif Amziane
Architecte D.P.L.G - Paris TEL : 022-27-07-98
207 – BD Bir Anzarane.
Angle Péion Résidence la Paix. CASABLANCA
TEL : 022.23.87.34 - FAX : 022.25.13.07

Marché passé par appel d’offres ouvert sur offre de prix

En vertu des dispositions de l'alinéa 2, paragraphe 2 de l'article 19 et alinéa 3 paragraphe 3 de l'article 20 du


décret n° 2-98-482 du 11 Ramadan 1419 (30 décembre 1998) fixant les conditions et les formes de
passation des marchés de l’Etat ainsi que les dispositions relatives à leur contrôle et à leur gestion.

Entre :

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


2

ATTESTATION DE VISITE DES LIEUX

RAVAUX

L'entrepreneur devra soumettre à Al OMRANE dans la semaine qui suit la notification de l'approbation du
marché, le calendrier d'exécution des travaux selon lequel il s'engage à conduire le chantier, comportant
tous renseignements et justifications utiles.

Au cas où la cadence d'exécution des travaux deviendrait inférieure à celle prévue au dit dossier, Al
OMRANE fera application des mesures prévues aux articles N° 60 et 70 du C.C.A.G-T même pour les
délais partiels portés au planning.

Le planning sera obligatoirement affiché au bureau de chantier et constamment tenu à jour sous la
surveillance du Maître d'œuvre, du B.E.T. et de Al OMRANE, l'entrepreneur est tenu de vérifier cette mise à
jour.

Al OMRANE se réserve toutefois le droit sans que l'entrepreneur puisse prétendre à une indemnité, de faire
exécuter les travaux par tranches successives qui seront définies par ordre de service.

ARTICLE 12 : CAUTIONNEMENT - RETENUE DE GARANTIE

Cautionnement provisoire et définitif

En application de l'article N° 12 du C.C.A.G-T le cautionnement provisoire à remettre est fixé à……………


dirhams ( ……………..,00 DHS).

Le cautionnement définitif est fixé à 3% (Trois pour cent) du montant initial du marché, arrondi à la dizaine
de dirhams supérieure. Le cautionnement définitif est constitué dans les trente (30) jours qui suivent la
notification de l’approbation du marché.

Retenue de garantie

La retenue de garantie est fixée à 10% (Dix pour cent) du montant des travaux. Elle cessera de croître
lorsqu’elle aura atteint les 7% (sept pour cent) du montant initial du marché augmenté des montants des
travaux supplémentaires et des avenants s’il y a lieu.

La retenue de garantie sera, si l’Entrepreneur le demande, remplacée par une caution bancaire
conformément à la réglementation en vigueur.

ARTICLE 13 : DOMICILE DE L'ENTREPRISE ET REPRESENTATION

13.1 – DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR

A défaut par l'entreprise de satisfaire aux prescriptions de l'article N° 17 du C.C.A.G-T en ne faisant pas élire
domicile à proximité des travaux, toutes les notifications qui se rattachent à son entreprise lui seront
valablement faites à l'adresse indiquée dans le CPS.

Après réception définitive des travaux l'Entrepreneur est relevé de l'obligation d'avoir un domicile à proximité
des travaux. S'il ne fait pas connaître son nouveau domicile à Al OMRANE, les notifications relatives à son
Entreprise seront valablement faites à l'adresse indiquée dans son acte d'engagement.

13.2 - REPRESENTATION

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


3

L'entrepreneur sera tenu d'assister personnellement ou se faire représenter par son représentant aux
rendez-vous de chantiers qui seront fixés dès la première réunion.

L'Entrepreneur doit avoir en permanence sur le chantier un Technicien Superieur qualifié et habilité à
prendre toutes décisions mêmes financières. Ce représentant dont le curriculum vitae sera joint à l'offre de
l'entreprise sera agrée par Al OMRANE et la Maîtrise de chantier. En cas de changement justifié de ce
représentant, l'Entrepreneur devra soumettre un ou plusieurs candidats à l'agrément de la Maîtrise de
chantier, cette dernière n'aura pas à justifier sa décision en cas de rejet.

ARTICLE 14 : RESPONSABILITE DE L'ENTREPRENEUR

L'entrepreneur, de part sa signature, reconnaît qu'il est seul responsable de tous accidents ou dommages,
matériels ou corporels, du fait direct ou indirect des travaux ou fournitures objet du marché, ou causés par
son personnel ou son matériel.

Cette responsabilité s'étend aussi bien pendant l'exécution des travaux qu'après leur achèvement, pendant
la période de responsabilité légale et à la complète décharge de Al OMRANE.

Il devra soumettre à l'approbation de Al OMRANE le programme d'exécution assorti des plans de sécurité
et d'hygiène pour répondre aux articles N° 30 et 31 du C.C.A.G-T. Ces plans seront tenus à jour par le
titulaire qui en signalera les modifications à la Maîtrise d'œuvre.

En conséquence, il est en particulier responsable :

- De la conformité des installations effectuées par lui aux règlements en vigueur et en particulier à ceux
concernant la sécurité.

- Du respect de toutes obligations résultant des lois et décrets en vigueur, des règlements de police, de
voirie, d'hygiène, de sécurité etc... dans l'organisation des chantiers, de même que des obligations
relatives à la législation de la Sécurité Sociale.

- De tous accidents qui pourraient survenir à lui-même, à son personnel, aux agents de Al OMRANE et
de la Maîtrise d'œuvre et des agents de contrôle ou à tous tiers présents sur les lieux des travaux.

- Des études, des fournitures et des travaux faits par lui, il supporterait les dépenses supplémentaires
auxquelles la correction de ses erreurs ou de ses omissions pourrait donner lieu, y compris les
réfections ou transformations qui seraient imposées à la suite d'une inspection par un organisme agréé,
pour mise en conformité des installations avec les règlements en vigueur.

- Des conséquences qu'entraînent la nature de l'eau et la nature des terrains traversés sur la tenue des
matériaux employés et la résistance de ces matériaux à la corrosion interne.

- De toute action intentée contre Al OMRANE, y compris les revendications des titulaires de brevets,
licences, marques de fabrique ou autres, relatives aux travaux ou fournitures faisant l'objet du marché.

- Des frais de réparation de tous dommages résultant des avaries qu'auraient subies au cours de
l'exécution des travaux ou à la suite de ceux-ci, les ouvrages et installations publics ou privés, apparents
ou souterrains, que ces ouvrages et installations soient ou non indiqués sur les plans établis par la
Maîtrise d'œuvre.

Ces responsabilités ne seront atténuées en rien par les vérifications et les approbations données par Al
OMRANE, l'Architecte ou le B.E.T sur les dispositions d'ensemble ou de détail ou sur les plans des travaux
ou fournitures à effectuer.

ARTICLE 15 : CONTROLE DES BATIMENTS ADMINISTRATIFS

Nonobstant le contrôle et la surveillance normale des travaux par Al OMRANE, l'entrepreneur devra laisser
libre accès de ses chantiers aux ingénieurs chargés du contrôle des bâtiments administratifs, leur présenter

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


4

s'ils le demandent toutes pièces du marché et leur fournir tous renseignements et explications utiles pour
faciliter leur mission.

ARTICLE 16 : LIAISON AVEC Al OMRANE

Toutes les fois qu'il est requis, l'entrepreneur doit se rendre sur convocation de Al OMRANE dans ses
bureaux ou sur le chantier et en particulier pour les réunions de chantier.

Au cas où il ne pourra pas assister personnellement aux réunions prévues, il doit auparavant adresser à Al
OMRANE la liste des personnes qui pourraient agir en son nom et pour son compte avec leurs fonctions et
références qui assisteront à sa place à ces réunions.

Dans tous les cas, la présence aux réunions d'un responsable habilité à prendre des décisions et les faire
appliquer par son entreprise est indispensable, de manière qu'aucune opération ne pourrait être retardée ou
arrêtée par manque de pouvoir de décision.

L'entrepreneur est tenu de fournir à Al OMRANE et à sa demande tous les renseignements intéressant
l'exécution et l'avancement des travaux.

ARTICLE 17 : OBLIGATIONS DIVERSES DE L'ENTREPRENEUR

1. L'entrepreneur sera tenu de provoquer lui-même les instructions écrites et figurées qui pourraient lui
manquer. Dans ces conditions, il ne pourra jamais se prévaloir du manque de renseignements pour
justifier une exécution contraire à la volonté de Al OMRANE.

2. Il est précisé que parmi les dépenses incluses dans les prix selon l'article N° 49 du C.C.A.G-T figurent les
frais de branchement de chantier aux réseaux d'eau, d'électricité etc... et les consommations
correspondantes pendant toute la durée du chantier.

3. En application de l'article N° 45 du C.C.A.G-T, le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et la


remise en état des emplacements mis à la disposition de l'entrepreneur est fixé à quinze jours (15) de
calendrier à compter de la date de réception provisoire.

En outre, une pénalité spéciale de deux cent Dirhams (200,00) par jour de calendrier de retard sera
appliquée à compter de la date d'expiration du délai de quinze jours (15) indiqué plus haut. Cette pénalité
sera retenue d'office par Al OMRANE sur les sommes encore dues à l'entrepreneur.

ARTICLE 18 : ECHANTILLONNAGE

L'entrepreneur devra soumettre à l'agrément de la Maîtrise d'œuvre et de Al OMRANE un échantillon de


chaque espèce de matériau ou de fourniture qu'il se propose d'employer. Il ne pourra mettre en œuvre des
matériaux qu'après acceptation donnée par ordre délivré par la Maîtrise d'œuvre et par Al OMRANE.

Les échantillons seront déposés au bureau de chantier prévu à l'article 201 paragraphe 2 du D.G.A et
serviront de base de vérification pour la réception des travaux.

L'entrepreneur devra présenter à toute réquisition les certificats et attestations prouvant l'origine et la qualité
des matériaux proposés.

ARTICLE 19 : PROVENANCE DES MATERIAUX

En application de l'article N° 38 paragraphe 5 du C.C.A.G-T les matériaux destinés à l'exécution des travaux
ne seront d'origine étrangère qu'en cas d'impossibilité de se procurer des matériaux de fabrication
marocaine.

ARTICLE 20 : PLANS DE RECOLLEMENT

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


5

Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, l'entrepreneur remettra au Maître de l'ouvrage, sous
couvert de la Maîtrise d’œuvre et de Chantier 2 calques, 4 tirages (pliés au format 21 x 31) et un support
informatique (CD) sur format compatible AUTOCAD des dessins suivants :

Dessins côtés des ouvrages non visibles, comme les fondations, les conduites d'évacuation des eaux
pluviales et usées dont la réalisation peut être différente des dessins primitifs tels que ces ouvrages ont été
réellement exécutés.

L'entrepreneur demeure responsable des conséquences que peuvent entraîner la non correspondance des
documents de recollement aux réalisations.

Faute par l'entrepreneur d'avoir fourni les plans de récolement (30) trente jours après la réception provisoire,
il lui sera appliqué une retenue de un pour cent (1%) du montant du marché arrondi à la dizaine de dirhams
supérieure.

Les plans doivent être signés par l'Architecte et le B.E.T avant transmission à Al OMRANE.

Aucun décompte définitif ne sera réglé à l'entreprise avant la remise du dossier de récolement.

ARTICLE 21 : NANTISSEMENT

En application de l’article 11 du CCAG – T, et dans l’éventualité d’une affectation en nantissement du


présent marché, il est précisé que :

1. La liquidation des sommes dues par Al OMRANE en exécution du présent marché sera opérée par
les soins de Madame la directrice de Al OMRANE.

2. Le fonctionnaire compétent pour fournir au titulaire du marché ainsi qu’aux bénéficiaires du


nantissement ou subrogation, les renseignements et états prévus à l’article 7 Dahir du 28 août 1948
tel qu’il a été modifié et complété par les Dahirs du 31/10/61 et 21/10/62 est Madame La Directrice
de Al OMRANE.

3. Les paiements prévus au présent marché seront effectués par M. le Trésorier Payeur de Al
OMRANE, seul qualifié pour recevoir les significations des créanciers du titulaire du présent
marché.

En cas de nantissement du présent marché Al OMRANE délivrera à l’entreprise traitante sur demande et
contre récépissé, l’exemplaire unique. Les frais de timbre de l’exemplaire remis à l’entreprise ainsi que les
frais de l’original conservé par Al OMRANE, seront à la charge de l’Entreprise.

ARTICLE 22 : AJOURNEMENT, CESSATION DES TRAVAUX OU RESILIATION

Dans le cas d’ajournement des travaux, cession des travaux, décès de l’Entrepreneur, incapacité civile ou
physique de l’Entrepreneur, liquidation ou redressement judiciaire, les dispositions des articles n° 44, 45, 46,
47 et 48 du C.C.A.G-T seront appliquées.

ARTICLE 23 : RECEPTION PROVISOIRE

A la fin des travaux il sera procédé en présence de l'entrepreneur à la réception provisoire des travaux.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


6

La Maîtrise d'œuvre après la visite des ouvrages jugera si cette réception peut être prononcée. Tous les
défauts constatés dans la construction au cours de la réception provisoire seront repris conformément aux
règles de l'art et aux frais de l'entrepreneur sans pour cela que le délai d'exécution soit prolongé.

La réception provisoire sera prononcée conformément à l’article n° 65 du C.C.A.G-T.

ARTICLE 24 : RECEPTION DEFINITIVE

La réception définitive aura lieu (12) douze mois après la date de la réception provisoire des travaux et la
retenue de garantie sera débloquée trois mois après que la réception définitive soit prononcée sans
réserves par Al OMRANE, l'Architecte, le B.E.T et le Bureau de contrôle.

Après cette réception, l'entrepreneur restera soumis à la responsabilité de droit commun définie par les lois
en vigueur dans le Royaume du Maroc.

La réception définitive sera prononcée conformément à l’article n° 68 du C.C.A.G-T.

ARTICLE 25 : PERIODE DE GARANTIE

La période de garantie de tous les travaux est fixée à douze mois (12 mois) à partir de la date de réception
provisoire.

Pendant la durée du délai de garantie, l'entrepreneur demeure responsable de ses ouvrages et est tenu de
les entretenir à ses frais ; il reste de même responsable des actions ou indemnités formulées par des tiers
pour dommages résultants de l'exécution des travaux.

La garantie relative au matériel fourni par l'entrepreneur est celle fixée par les normes en vigueur.

Au cas où il aurait été fait application du dernier paragraphe de l'article relatif à la Réception provisoire ci
avant, le délai de garantie compterait à dater de la dernière réception provisoire prononcée après
l'achèvement complet des travaux.

Si, au moment de la réception définitive, il est reconnu que certains ouvrages ne sont pas en bon état, Al
OMRANE peut prolonger le délai de garantie jusqu'à ce que les travaux nécessaires aient été exécutés par
l'entrepreneur, ou faire exécuter les travaux aux frais de celui-ci.

ARTICLE 26 : REGLEMENT DE POLICE ET DE VOIRIE

L'entrepreneur devra obligatoirement se soumettre à tous les règlements de police et de voirie en vigueur à
la ville de la construction. L'entrepreneur sera responsable de tous les dégâts ou détournements commis par
son personnel ou par des tiers sur son chantier ou dans les bâtiments avoisinants mis à sa disposition.

ARTICLE 27 : ORDRES DE SERVICE - LETTRES - INSTRUCTIONS

L'entrepreneur se conformera strictement aux plans, tracés dessins de détails fournis par la Maîtrise
d'œuvre, ainsi qu'aux ordres de services lettres, instructions qui lui seront adressés par Al OMRANE et la
Maîtrise d'œuvre.

L'entrepreneur sera tenu de provoquer lui-même les instructions écrites ou figurées qui pourraient lui
manquer. Dans ces conditions il ne pourra jamais se prévaloir du manque de renseignements pour une
exécution contraire à la volonté de Al OMRANE et de la Maîtrise d'œuvre ou pour justifier un retard dans
l'exécution.

ARTICLE 28 : MODIFICATION

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


7

28.1. Augmentation ou diminution dans la masse des travaux

Pour l'augmentation et la diminution dans la masse des travaux, les dispositions des articles 52 et 53 du
CCAG-T seront appliquées.

28.2. Changement dans l'importance des diverses natures d'ouvrages

Pour le changement dans les diverses natures d'ouvrage, les dispositions de l'article 54 du CCAG-T seront
appliquées.

28.3. Travaux sans autorisation

Si l'Entrepreneur apporte sans autorisation des modifications aux travaux tels qu'ils sont définis par le
marché, le maître de l'ouvrage peut à son gré sur proposition de la maîtrise d’œuvre.

- Soit exiger les démolitions, corrections, reprises nécessaires à l'exécution exacte du marché sans
préjudice d'une part des réfections qu'il pourrait exiger sur le montant du marché si ces démolitions
corrections, reprises, entraîneraient une diminution de la qualité finale des ouvrages et d'autre part
de tout autre incidence, notamment sur les travaux des autres entrepreneurs.

- Soit accepter les modifications opérées et dans ce cas le Maître de l'Ouvrage ne doit aucun
paiement supplémentaire sur les ouvrages modifiés et qui ont entraîné pour l'entrepreneur des
dépenses supérieures à celles afférentes aux ouvrages initialement prévus.

Il est par contre en droit de diminuer le prix du marché du montant des économies si le coût des ouvrages
modifiés est moins élevé que celui des ouvrages initialement prévus.

28.4. Travaux sur injonction administrative, décision judiciaire ou arbitrage

L’entrepreneur est tenu d'effectuer les travaux ou modifications qui lui sont ordonnés par le maître de
l'ouvrage en conséquence d'une injonction administrative ou d'une décision judiciaire ou d'un arbitrage
faisant suite au recours de tiers.

Les travaux feront l'objet d'un avenant au marché et réglés comme travaux modificatifs ou supplémentaires
conformément à l'article 29 ci après.

Si l'origine de ces travaux est imputable à une faute de l'Entrepreneur, le maître de l'Ouvrage pourra user
des dispositions prises à l'article 28.3.

28.5. Travaux urgents intéressant la stabilité ( S.O.)

Par exception aux dispositions de l'article 28.3., l'Entrepreneur a le droit d'apporter aux ouvrages des
modifications qui au cours de l'exécution se révéleraient indispensables à la stabilité des bâtiments et
urgents, à charge pour lui d'en informer le jour même la maîtrise d'oeuvre.

Si l'origine de ces travaux est imputable à une faute de l'entrepreneur le maître de l'ouvrage pourra user des
dispositions prises à l'article 28.3.

Dans le cas contraire les travaux feront l'objet d'un avenant et réglés comme travaux modificatifs ou
supplémentaires, conformément à l'article 29 ci après.

ARTICLE 29 : TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES

Sont désignés par ce terme, tous les travaux en plus de ceux prévus au marché. Ces travaux seront réglés
ou décomptés sur la base de prix unitaires portés au détail estimatif.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


8

Dans le cas d'ouvrage et de fournitures non prévus au marché il sera demandé à l'Entrepreneur d'établir une
proposition de prix ( avec sous détail à l'appui ) sur la base de laquelle sera établi, un bordereau de prix
supplémentaires sous forme d'avenant au marché.

Il est précisé que, seuls seront considérés comme travaux supplémentaires et par suite réglés à
l'entrepreneur des travaux dus à des changements ordonnés par le maître de l'ouvrage et confirmés par
ordre de service.

ARTICLE 30 : DOCUMENTS

L'entrepreneur est tenu de vérifier les cotes et signaler en temps voulu toutes erreurs matérielles qui
auraient pu se glisser dans les plans ou pièces écrites qui lui seraient notifiés.

Aucune cote ne sera prise à l'échelle sur les plans pour l'exécution des travaux. L'entrepreneur devra
s'assurer sur place avant toute mise en œuvre, de la possibilité de suivre les cotes et indications des plans
et dessins de détails. Dans le cas de doute il se référera immédiatement à la Maîtrise d'œuvre.

ARTICLE 31 : MALFACONS

Si les malfaçons viennent à être décelées, les ouvrages seront démolis et refaits à la charge de
l'entrepreneur. Si ces réfections entraînent des dépenses supplémentaires, ces dépenses seront également
à la charge de l'entrepreneur.

ARTICLE 32 : ASSURANCES

32.1 - Assurances du personnel de l'entreprise

Dans les quinze jours (15) qui suivront la notification du marché, l'entrepreneur sera tenu de produire un
certificat d'une compagnie d'assurance autorisée à pratiquer au Maroc, attestant que l'entrepreneur a assuré
l'ensemble de son personnel contre les risques prévus par la législation en vigueur sur les accidents du
travail.

Un exemplaire de ces diverses polices d'assurance devra être adressé à Al OMRANE dans les quinze
jours (15) qui suivent la notification de l'approbation du marché.

32.2 - Responsabilité civile

L'entrepreneur est tenu de justifier à tout moment qu'il est titulaire d'une police d'assurance de responsabilité
civile de chef d'Entreprise délivrée par une compagnie d'Assurance autorisée à pratiquer au Maroc et
couvrant les conséquences pécuniaires des dommages de toutes natures corporels matériels et immatériels
causés aux tiers soit par le personnel salarié en activité de travail, ou par le matériel d'industrie, d'Entreprise
ou d'exploitation et du fait des travaux avant réception.
Cette garantie doit être suffisante. Elle doit être illimitée pour les dommages corporels.

32.3 - Assurance décennale et tous risques chantier

- Assurance décennale : Pour les lots Gros œuvre – Etanchéité.

L'Entrepreneur adjudicataire du présent lot devra souscrire à une police d'assurance responsabilité
décennale, conformément à l'article 769 du Dahir du 12 Août 1913, modifié par le Dahir du 8 Décembre
1959.

Cette police doit couvrir les corps d'état tels qu'ils sont détaillés dans les devis Descriptifs correspondants.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


9

Cette police doit prévoir une extension de garantie pour couvrir les conséquences pécuniaires de la
Responsabilité Civile incombant aux assurés aux termes des Articles 77 - 78 et 83 du Dahir du 12 Août
1913, à raison des dommages corporels matériels et immatériels causés au propriétaire de l'ouvrage ou aux
tiers et consécutifs à un sinistre garanti par la Police d'Assurance Responsabilité Civile décennale.

- Assurances "tous risques chantier"

L'Entrepreneur est tenu de souscrire à la police d'assurance "Tous Risques Chantiers" couvrant l'ensemble
des constructions, installations, approvisionnements matériels, approvisionnés sur chantier, contre pertes,
avaries, détérioration qu'elle qu'en soit la cause, en particulier par cause fortuite telle que maladresse,
négligence, vol ou détournement, incendie, tempête, ouragan, cyclone affaissement de terrain, dégâts des
eaux.

Cette assurance doit couvrir aussi les activités sur le chantier de Al OMRANE et de la Maîtrise d'œuvre.

Le contrat d'assurance "Tous risques chantiers" doit être soumis à l'approbation de Al OMRANE et de la
Maîtrise d'œuvre avant sa signature.

32.4 – Justifications

La souscription des différentes polices sus visées doit intervenir au plus tard quinze jours après signature du
marché.

L'Entrepreneur doit pouvoir à tout instant justifier de la réalité des diverses assurances ci-dessus décrites et
du paiement des primes y afférentes.

Tout règlement de travaux ou d'acomptes pourra être différé si l'Entrepreneur ne peut pas fournir les
justifications demandées.

Les attestations délivrées par les compagnies d'assurance intéressées et subordonnées doivent couvrir le
droit reconnu par l'Entrepreneur à son assureur de notifier à Al OMRANE tout fait de nature à provoquer la
suspension ou la résiliation des dîtes polices ou les diminutions de garantie.

32.5 – Attestations

Les Règlements du solde du décompte définitif et de la retenue de garantie ou de la main levée de la caution
correspondante s'il y a lieu, sont subordonnés à la production par l'Entrepreneur d'attestation des
compagnies d'assurances certifiant que les primes relatives aux polices visées ci-dessus ont été
intégralement réglées.

Al OMRANE se réserve le droit de régler, par prélèvement sur solde dû à l'Entreprise responsable, toutes
quittances de prises impayées avec majoration de 25 % pour peines et soins.

32.6 - Dommages recours

L'Entrepreneur n'aura aucun recours contre Al OMRANE pour tous dommages qui pourraient survenir du
fait des tiers au personnel et au matériel de son Entreprise sauf ses droits de recours contre l'auteur
responsable des dommages.

Dans le cas ou des dommages viendraient à être causés à toutes personnes à l'occasion de l'exécution du
marché, l'Entrepreneur s'engage à garantir Al OMRANE de toutes les condamnations prononcées contre
ce dernier en réparation des dits dommages et s'interdit de tout recours contre lui.

ARTICLE 33 : COMPTE PRORATA

Tous les entreprises sont tenus de participer aux dépense du compte prorata proportionnellement aux
montant de leurs marché. Les dépenses communes du chantier à porter au compte prorata sont énumérées
ci-après
( liste non limitative) :

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


10

 amenée et fourniture de l’eau pour les travaux, l’eau potable pour les ouvriers et l’énergie électrique
nécessaire pour l’exécution des travaux quels que soient les frais à ce sujet ( frais de permission
d’installation, de transport, d’acquisition etc…..).
 Dispositions légales et réglementaires relatives à l’hygiène et à la sécurité dans la mesure ou ces
dispositions intéressant plusieurs entreprises.
 L’éclairage, le nettoyage, entretien et le gardiennage général du chantier ( les baraques de chantier
propres à chaque entreprise restant sous leur surveillance et leur gardiennage).
 Les frais ou dépenses découlant :
- des réparations nécessitées par des dégâts et dommages dont l’auteur est restée inconnu.
- Des manutentions et de l’enlèvement des gravois d’origine inconnue.
- De l’entretien des baraques.
L’entrepreneur de gros œuvre assure la gestion de la commission, il provoque le réunions de la commission
et enregistreuse dépenses ou factures qui doivent être imputés au compte prorata après examen et
approbation de la commission.
En cas de désaccord, la commission est réputée s’en remettre à l’avis de la maîtrise d’œuvre.
- L’entrepreneur de gros œuvre règle aux divers corps d’état du chantier, les dépenses qu’ils auraient
éventuellement engagées pour le compte prorata.
- Règle les factures imputables au compte prorata émises par les tiers (Hors du chantier – assurances
collectives éventuelles).
- Emet les factures du compte prorata et les transmet à la destination de chacun des entrepreneurs.

ARTICLE 34 : MODE DE REGLEMENT DES OUVRAGES

Les règlements seront faits au métré par application des prix unitaires du bordereau des prix détail estimatif
aux quantités réellement exécutées.

Les décomptes de règlement des travaux seront présentés selon le bordereau des prix détail estimatif, avec
présentation des métrés justificatifs et attachements correspondants.

ARTICLE 35 : NETTOYAGE DU CHANTIER

L'entrepreneur devra évacuer régulièrement des locaux où il travaille les gravois ou débris qui sont le fait de
ses activités.

Aucune personne ne doit habiter les locaux en construction. L'entrepreneur devra construire des baraques
de chantier en nombre suffisant afin de loger tout son personnel.

Les gravois et débris seront déposés au voisinage du chantier en un ou plusieurs endroits désignés par la
Maîtrise d'œuvre et seront évacués aux décharges publiques aux frais de l'entrepreneur.

Après l'exécution des peintures, les ouvrages devront être dans un état de propreté indispensable à
l'introduction des usagers des bâtiments sous peine d'application des mesures de l'article n°9 du présent
C.P.S.
L'entrepreneur est en particulier chargé du dégagement des menuiseries et serrures bloquées par la
peinture, des retouches consécutives nécessaires, de la mise en état des appareils sanitaires à débarrasser
de leur plâtre protecteur et les poncer soigneusement avec un produit adéquat pour éliminer les rayures et
tâches diverses et leur rendre leur éclat.

ARTICLE 36 : FRAIS DE TIMBRES ET D'ENREGISTREMENT

L'entrepreneur devra supporter les frais de timbres et s'il y a lieu des frais d'enregistrement des différentes
pièces du marché.

ARTICLE 37 : REGLEMENT JUDICIAIRE DES LITIGES

Tous les litiges pouvant survenir entre l'entrepreneur et Al OMRANE seront soumis aux tribunaux
administratifs.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


11

ARTICLE 38 : INSTALLATION ET ORGANISATION DU CHANTIER - DEPENSES NECESSAIRES

38.1 : Installation et organisation du chantier

L’entrepreneur réalisera, avant au commencement de la construction, les travaux suivants :

1. Bureau de chantier sera alimentés en téléphone, équipés également de fournitures.

2. La fourniture du mobilier table, chaises, tableaux d’affichage, casier à plans, meubles métalliques
fermant à clef.

3. Bloc Sanitaire.

Prescription de l’installation du chantier :

a. L’alimentation en eau du chantier par installation d’un branchement et un compteur d’eau .


b. L’installation ligne téléphonique pour les besoins des entreprises, le Maître d’Ouvrage, pour
l’Architectes et le B.E.T.
c. La réalisation de goulottes métalliques pour l’évacuation des gravois et des emballages depuis les
étages aux points bas ou seront placées des bennes qui devront être évacuées régulièrement.
d. Les barrières de protection à tous les niveaux pour éviter les accidents ainsi que la fourniture des
casques pour tout le personnel travaillant sur le chantier, personnel du Maître de l’Ouvrage du
maîtrise d’œuvres et des visiteurs
e. La clôture de chantier suivant modèle à fournir et accepter par la Maîtrise de chantier.
f. En fin de ce chantier, démolition complète de toutes ces installations et évacuation des gravois à la
décharge publique après chargement.

L'entrepreneur disposera pour l'installation de son chantier de la parcelle de terrain réservée au projet.

Deux cahiers de chantier en trifold seront en permanence à la disposition de Al OMRANE et de la Maîtrise


d'œuvre ou ses représentants, (un pour les réceptions et les attachements et l’autre pour les observations).

Les frais d'installation de chantier et toutes autres installations nécessaires sont à la charge de
l'entrepreneur.

Il est précisé que tous les locaux nécessaires pour le stockage de matériaux ou matériels d'entreprise seront
établis en dehors des constructions sur des emplacements soumis pour approbation à la Maîtrise d'œuvre
et à Al OMRANE.

L’entreprise doit remettre un plan d’installation de chantier à la Maîtrise d’œuvre pour approbation.

38.2 : Dépenses nécessaires

Outre les frais usuels relatifs aux travaux, tous les dépenses nécessaires au bon déroulement du chantier
sont à la charge de l’entrepreneur notamment :

- Disposition légales et réglementaires relatives à l'hygiène et la sécurité du chantier.


- La clôture, l'éclairage, le nettoyage, l'entretien et le gardiennage général du chantier.
- Frais éventuel d'occupation temporaire des voies et domaines publics (dépôt et stockage des
matériaux ou autres). Ces frais et taxes sont à régler à la ville.
- Gardiennage et police
- Les fournitures diverses de bureaux.
- Fourniture des casques et des bottes pour Al OMRANE, la Maîtrise d'œuvre et tous les visiteurs
du chantier chargés du contrôle des travaux
- Dimensions du local de chantier pour les réunions est de (3m x 6 m).
- Locaux de la Maîtrise d'œuvre et de chantier : installation, entretien, démontage des locaux pour les
rendez-vous de chantier. Ces locaux devant être équipés de table de travail, chaises, p, éclairage,
téléphone, panneaux d'affichage des plans et plannings, sanitaires nécessaires,
- Trifolds.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


12

- Dépenses complémentaires éventuelles : eau, électricité etc..


- Les frais ou dépenses découlant :

o Des réparations nécessaires par les dégâts et dommages dont l'auteur est resté inconnu.
o Des manutentions et de l'enlèvement des gravois d'origine inconnue.
o Le panneau de chantier comportant les indications réglementaires. La forme de panneau et
le libellé des inscriptions devront agrées par la Maîtrise d'œuvre et le Maître d'Ouvrage.

ARTICLE 39 : MODE D'EXECUTION

D'une manière générale les travaux seront exécutés suivant les règles de l'art, conformément aux dessins et
plans visés "bon pour exécution" qui seront notifiés à l'entrepreneur.

Les plans d'architecte restent toujours la base de la construction des ouvrages, tous les dessins annexes
devront s'y conformer.

Les dimensions portées aux plans d'exécution et dessins de détail sont celles des travaux ou ouvrages
complètement terminés.

ARTICLE 40 : ESSAIS DE MATERIAUX ET MATERIEL

Conformément aux stipulations de l'article 4, paragraphe 3 du Devis Général d'Architecture, les frais d'essais
des matériaux seront à la charge de l'entrepreneur pour tous travaux ou fournitures qui n'auront pas satisfait
aux conditions imposées par le D.G.A.

Les essais seront effectués conformément aux normes Marocaines en vigueur. Ils seront faits
obligatoirement par un laboratoire agréé.

L'entrepreneur devra tenir en permanence sur le chantier des récipients ou éléments de matériaux
disponibles à des prises de prélèvement pour études, essais ou analyses.

ARTICLE 41 : ORGANISATION DU CHANTIER - COMMANDE DE MATERIEL

Dans un délai de huit jours (8) à dater du jour de la notification de l'ordre de service lui prescrivant de
commencer les travaux, l'entrepreneur devra faire agréer par Al OMRANE et la Maîtrise d'œuvre, les
dispositions détaillées qu'il compte adopter et le matériel qu'il compte utiliser.

La Maîtrise d'œuvre et Al OMRANE pourront exiger qu'elles soient modifiées ou complétées si elles ne
donnent pas satisfaction.

Après approbation des dispositions définitives et après le choix définitif du matériel proposé, l'entrepreneur
aura à passer commande ferme de tout matériel qu'elle qu'en soit son origine. Le matériel reçu sera livré sur
le chantier.

Dans le cas où l'avancement des travaux ne permettrait pas son installation immédiate, le matériel sera
entreposé dans un local parfaitement clos et sous la responsabilité de l'entrepreneur.

Il est spécifié que l'agrément du matériel par La Maîtrise d'œuvre et par Al OMRANE ne diminue en rien la
responsabilité de l'entrepreneur quant au respect des délais et aux conséquences dommageables que son
utilisation pourrait avoir à l'égard des tiers.

Si à un moment quelconque en cours d'exécution, la Maîtrise d'œuvre et Al OMRANE constatent que le


programme n'est pas respecté, l'entrepreneur devra dans un délais de huit jours (8) à partir de l'invitation qui
lui sera faite par ordre de service, proposer un nouveau programme permettant de rattraper le retard et
respecter le délai contractuel.

Dans le cas où il serait impossible d'établir un nouveau programme respectant le délai contractuel,
l'acceptation éventuelle du nouveau programme par La Maîtrise d'œuvre et Al OMRANE ne modifie en rien
le calcul des pénalités stipulées au présent C.P.S.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


13

ARTICLE 42 : SOUS-TRAITANCES

Les conditions de sous traitance sont régies par les dispositions de l’article 78 du décret
n° 2.98.482 du 11 Ramadan 1419 (30 Décembre 1998).

ARTICLE 43 : PRIX

Il est formellement stipulé que l'entrepreneur est réputé avoir parfaite connaissance de la nature, des
conditions et difficultés d'exécution du projet établi par la Maîtrise d'œuvre, avoir visité l'emplacement de la
future construction, s'être rendu sur place et s'être entouré de tous les renseignements nécessaires à la
composition des prix et avoir toutes les précisions désirables pour que l'ouvrage fini soit conforme à toutes
les règles de l'art et aux prescriptions du marché.

Les prix établis par l'entrepreneur correspondent à des ouvrages en parfait état d'achèvement et de
fonctionnement, il comprend également tous percements, saignées, rebouchages, raccords de tous corps
d'état et en général toutes sujétions nécessaires pour une meilleure réalisation des ouvrages.

En supplément des moyens à mettre en œuvre pour réaliser les ouvrages (main d'œuvre, matériaux,
matériel, etc...),sont compris dans les prix les charges suivantes :

- Les études supplémentaires, l'exécution des plans de détail.

- L'organisation du chantier des travaux et les installations de chantier

- L'implantation des ouvrages par un géomètre agrée par Al OMRANE

- Les contrôles des matériaux tels que définis par les normes, les règlements en vigueur et les
spécifications particulières du marché.

- La totalité de la main d'œuvre de direction, de surveillance, et d'exécution des ouvrages, appointements,


salaires, frais de voyage et de séjour, charges annexes, primes et indemnités de toute nature, etc...

- Les moyens à mettre en œuvre et les dépenses à engager pour assurer le fonctionnement sur place.

- Les frais de branchement, de distribution et de consommation d'eau et d'électricité nécessaires à la


réalisation des travaux pendant toute la durée du chantier.

- Les frais d'amenée, de mise en œuvre, d'entretien, et de gardiennage du matériel nécessaire conforme
à celui indiqué dans l'offre de l'entrepreneur.

- La fourniture et l'installation, le chauffage et l'éclairage de tous les baraquements à usage de logements,


ateliers, magasins, bureaux, etc... aux emplacements qui seront désignés par la Maîtrise d'œuvre.

- Les ouvrages permettant d'accéder aux différents points de travail et aux différentes installations de
l'entreprise, y compris l'entretien en parfait état de viabilité des dits ouvrages et éventuellement des
voies publiques ou privées empruntées par les engins de l'entrepreneur durant les travaux.

- L'enlèvement de toutes les installations de l'entrepreneur en fin de chantier, fondations comprises, et de


tous les dépôts de matériaux, terres, gravats, etc... y compris l'enlèvement des terres, déchets et autres
matières provenant de l'exécution des travaux, la remise en état des lieux et le nettoyage de tous les
ouvrages avant réception.

ARTICLE 44 : VARIATION DES PRIX

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


14

En application de l’article 50 du CCAG – T, et vu que le délai d'exécution prévu est inférieur à 12 mois, et
conformément aux dispositions de l'article 16 du décret n° 2 - 98 - 482 précité, les prix du présent marché
sont fermes et non révisables.

ARTICLE 45 : RESILIATION

Le marché peut être résilié de plein droit, au gré de Al OMRANE /C et sans que l’entreprise ou les ayants
droit puissent prétendre à une indemnité et ce dans les cas qui suivent :

 En cas de décès de l’entrepreneur, sauf le droit pour Al OMRANE d’accepter les offres des
héritiers ou des ayants droit si ceux ci lui ont fait part de l’intention de continuer les travaux.
 En cas de sous-traitance, cession, transfert ou apport du marché sans l’autorisation de Al
OMRANE.
 En cas d’incapacité civile ou physique ou de fraude sur la qualité des matériaux et matériels ou la
qualité d’exécution des travaux.
 En cas de liquidation ou de redressement judiciaire, quelles qu’en soient les suites, à moins que
Al OMRANE ne préfère accepter les offres de l’administration judiciaire représentant la masse
pour la continuation des travaux.
 En cas d’abandon du chantier dûment constaté par Al OMRANE et LYDEC et quinze jours
après l’envoi d’une lettre recommandée valant mise en demeure et restée infructueuse.
 En cas de dissolution de l’entreprise, si celle-ci est constituée en société.

ARTCILE 46 : CONSEQUENCES DE LA RESILIATION

Conformément à l’article 63 paragraphe D du CCAG – T, et dans tous les cas de résiliation, l’entrepreneur
est tenu d’évacuer le chantier dans le délai de cinq jours au plus tard à dater de la demande faite par Al
OMRANE.

L’entrepreneur résilié pourra, sur simple ordonnance rendue par le tribunal statuant en référé, être expulsé
du chantier et devra libérer celui-ci de toutes occupations de son propre chef en faisant place nette.

L’entrepreneur ne peut refuser de céder à Al OMRANE, les ouvrages provisoires, les matériels construits
spécialement pour le chantier en cause, La cession est faite aux prix convenus au marché, ou à défaut
d’accord à l’amiable ceux fixés aux dires d’expert.

Dans tous les cas de résiliation, quelle qu’en soit la cause, l’entrepreneur garantit à Al OMRANE le droit et
la possibilité d’utiliser les procédés brevetés ou les brevets pour permettre l’achèvement des travaux par
quelle qu’entreprise que ce soit et laisse à sa disposition tous les matériels, plans, etc...

Conformément à l’article 63, paragraphe D du CCAG – T, Al OMRANE peut conserver les matériels et les
installations de chantier spécialement créées pour le chantier qui seront décomptés à l’entrepreneur compte
tenu de leur amortissement au prorata des travaux. Il peut également acquérir la propriété des matériaux
approvisionnés et non périssables qui ont donné lieu au paiement d’acomptes, moyennant le paiement du
solde de leur prix.

Dans tous les cas de résiliation, il est procédé à la diligence de Al OMRANE et en présence de LYDEC, à
un relevé quantitatif des travaux, l’entrepreneur étant dûment appelé.

Etant précisé que le dit relevé est réputé contradictoire à l’égard de l’entreprise qui n’aurait pas différé à la
convocation qui lui aurait été faite d’avoir à y assister.

- Constatation de l’état des travaux

Dans tous les cas de résiliation, il est procédé à la constatation des travaux exécutés à la date de la
résiliation. Leurs règlements seront effectués sur la base de cet état après liquidation des indemnités
éventuellement dues.

- Résiliation du marché d’un des entrepreneurs groupés

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


15

Dans le cas de marchés passés avec des entreprises groupées, s’il y a résiliation de plein droit ou judiciaire
du marché de l’un des entrepreneurs, il sera fait application des dispositions suivantes :

* Cas du mandataire commun

Le mandataire commun doit prendre les mesures nécessaires pour que les travaux correspondants soient
exécutés aux conditions du marché de l’entrepreneur défaillant.

* Cas d’entrepreneur autre que le mandataire commun

Les autres entrepreneurs groupés doivent, dans le délai de 30 (trente) jours présenter leurs propositions.
S’ils n’ont pu présenter leurs propositions ou si Al OMRANE refuse ces propositions, celui-ci désignera un
nouvel entrepreneur aux risques et périls de l’entrepreneur défaillant ou résilié et les entrepreneurs
désignent le mandataire commun.

ARTICLE 47 : TAXES

Tous les prix du présent marché seront établis en tenant compte de toutes les taxes et charges diverses, y
compris la taxe sur la valeur ajoutée "T.V.A", justifiée par le Dahir n°1.85.347 du 17 Rabii II 1406 (30
Décembre 1985) portant prolongation de la loi n°30.85 relative à la T.V.A BO n°3818 du 19 Rabii II (1er
Janvier 1986).

ARTICLE 48 : BESOIN EN MAIN D'OEUVRE ET CONDITIONS DE TRAVAIL

L'entrepreneur devra faire connaître HUIT JOURS au moins avant l'ouverture du chantier, au bureau de
placement compétent pour le lieu où s'exécuteront les travaux, ses besoins en main d'œuvre par profession,
avec toutes les indications utiles de travail, de salaires et généralement tous renseignements de nature à
intéresser les chômeurs en quête d'emploi.
 
Il devra renouveler ces conditions en temps opportun, toutes les fois qu'il se trouvera dans l'obligation de
procéder à de nouveaux embauchages.

Il devra accueillir les candidats présentés par le bureau de placement toutefois, sa liberté d'embauchage
restera entière. Il ne sera pas tenu d'engager les ouvriers qui ne présenteraient pas les aptitudes requises. Il
devra en cas de refus, en indiquer le motif sur la carte de présentation qui est délivrée par le bureau de
placement, et qui est renvoyée à ce bureau soit par le chômeur, soit par l’entrepreneur.

Il est précisé que les lois en vigueur relatives aux conditions et heures de travail des ouvriers et employés
sont applicables au présent marché.

L'entrepreneur devra organiser le service médical sur le chantier dans les conditions prévues par les lois et
règlements en vigueur. Aucune réclamation fondée sur l'état sanitaire du chantier ne sera admise.

L'entrepreneur s'engage à ne pas débaucher les ouvriers, employés, techniciens ou agents de maîtrise
travaillant pour Al OMRANE ou pour les autres entreprises sauf agrément préalable.

ARTICLE 49 : TRAVAUX OU FOURNITURES DIVERSES

Nonobstant les travaux décrits, l'entrepreneur devra tous travaux nécessaires ou fournitures, pour une
parfaite finition de fonctionnement de ses ouvrages.
Aucune réclamation ne sera admise pour une omission quelconque qui pourrait se glisser dans les plans ou
pièces écrites concernant le présent projet et qui serait contraire aux règles de l'art et à la volonté de Al
OMRANE et de la Maîtrise d'œuvre.

ARTICLE 50 : CONTROLE TECHNIQUE DES TRAVAUX

Le contrôle Technique des travaux sera assuré par l'Architecte, le B.E.T et le bureau de contrôle.
L'entrepreneur sera soumis au contrôle technique d'un laboratoire désigné par Al OMRANE pour
l'ensemble des travaux de son marché, les essais dont les résultats s’avèrent insuffisants ou non conformes
aux exigences du cahier des charges, seront à la charge de l’entreprise.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


16

Pendant toute la durée des travaux, les agents du bureau de contrôle auront libre accès au chantier, et
pourront prélever aussi souvent que nécessaire pour examen, les échantillons de matériaux et de matériel à
mettre en œuvre. Ils vérifieront que les ouvrages sont réalisés conformément aux plans revêtus de leur visa,
ils assisteront à la réception des fouilles, de ferraillage, aux réceptions provisoire et définitive.

L'entrepreneur sera tenu de fournir à ses frais, la main-d'œuvre, les échafaudages, les charges, etc ...
nécessaires aux essais, prévus soit par le C.P.S soit par le Devis Général d'architecture.

ARTICLE 51 : MODE D'EVALUATION DES TRAVAUX - ATTACHEMENTS

Les travaux objet du présent marché seront évalués : au métré

Les attachements seront pris contradictoirement en présence des représentants de l'entrepreneur, de la


Maîtrise d'œuvre et de Al OMRANE.

Ces attachements seront pris au fur et à mesure de l'avancement des travaux, pour déterminer tous les frais
matériels utiles au règlement et qui ne pourraient être constatés ultérieurement.

L'entrepreneur devra avertir Al OMRANE et la Maîtrise d'œuvre au moins sept jours (7) avant la date de
prise d'attachement qu'il propose.
Au cas où l'entrepreneur n'assiste pas aux prises d'attachements ou ne les signe pas, ils lui seront transmis
sous pli recommandé par Al OMRANE et il lui sera accordé un délai de dix jours (10) pour formuler par écrit
ses observations. Passé ce délai, les attachements sont censés être acceptés par lui, comme s'ils étaient
signés sans aucune réserve.
Le paragraphe ci-dessus s'applique aussi au cas où des rectifications seront apportées par la Maîtrise
d'œuvre ou Al OMRANE sur les situations et métrés présentés par l’entreprise.

Les situations seront présentées à la Maîtrise d'œuvre et à Al OMRANE pour vérification.

Tous les attachements seront établis et signés en quatre exemplaires par Al OMRANE, l'Architecte, le
B.E.T. et l'entrepreneur, chacun des signataires conservera une copie dûment signée.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


17

SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES


(S.T.G.)

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


18

SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES


GROS ŒUVRE
I - GENERALITES

1.1. - OBJET :
Le présent devis descriptif a pour objet de définir les conditions d'exécution de l'ensemble des travaux de
Construction d’une Ecole Primaire de présent projet

Sous lot : GROS ŒUVRES

1.1.1 CONSISTANCE DES TRAVAUX

L'ensemble des ouvrages prévus au présent lot comprend essentiellement :

- Les terrassements généraux.


- Béton et béton armé en infrastructure
- Maçonneries et Ouvrages divers en fondation
- Assainissement -
- Sols et Dallages
- Béton, Béton armé et béton précontraint en superstructure
- Ouvrages divers en béton
- Cloisonnements fixes en dur
- Enduits
- Poses et divers.

1.2. - DOCUMENTS TECHNIQUES & NORMES PARTICULIERS DE REFERENCE

Les travaux du présent lot seront calculés et réalisés conformément aux normes et règlements en vigueur au
Maroc à la date de l'offre de l'entreprise ou à défaut aux normes et règlements Français, notamment :

1.2.1. Normes Marocaines

Aciers :

Produits sidérurgies ronds lisses pour béton armé - NM 10.1.012


Produits sidérurgiques - Barres haute - Adhérence pour béton armé - NM 10.1.013

Béton :

Liants hydrauliques - NM 10.1.004


(révision 1988)
Matériaux de construction granulométrique & granulats - NM 10.1.020
Béton de ciments usuels - NM 10.1.008

Autres :

Adjuvants - NM 10.1.100 à 10.1.108

Tamisage :

Analyse granulométrique par tamisage - NM 00.1.004


Toiles métalliques et tôles perforées dans les tamis de contrôle - NM 00.1.002

Assainissement :

- Canalisations d'assainissement en béton armé construites in situ. - NM. 10.1.027

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


19

Sont également applicables les règles de calcul des ouvrages en béton armé.
Les travaux d'assainissement seront exécutés suivant les conditions du devis général pour les travaux
d'assainissement édition 1961.

Maçonneries :

- Blocs en béton de ciment pour murs et cloisons - NM 10.1.009


- Briques de terre cuite pour ouvrages de maçonnerie courante - NM 10.1.042

1.2.2. Liste des documents techniques unifiés applicables  au présent marché (D.T.U.)

- Sondages des sols de fondation (D.T.U. 11.1)

Cahier des charges applicables aux travaux de sondages des sols de fondation, Cahier des Clauses
Spéciales.

- Terrassements pour le bâtiment (DTU 11.12)

Cahier des charges applicables aux travaux de terrassements pour le bâtiment, cahier des clauses
spéciales.

- Fondations superficielles (D.T.U. 13.12 cahier 2223/287 Mars 1988)

Cahier des charges applicables aux travaux de fondations superficielles.


Fascicule N° 62 titre V

- Fondations profondes (D.T.U. 13.2)

- - Cahier des charges 1508/190 Juin 1978


- - Additif n° 1 1542/194 Novembre 1978
- - Commentaires au cahier des charges Septembre 1980
- - Commentaires au cahier des charges (Chapitre (11) Septembre 1983
- - Erratum Juin 1978

- CPT planchers

- Maçonnerie (D.T.U. n° 20)

- Ouvrages en maçonnerie de petits éléments, parois et murs. (DTU 20.11)


- Cahier de clauses techniques 2024/262 Septembre 1985.
- Règles de calculs 2024/262
- Erratum 2047/265 Décembre 1985

- Conception du Gros oeuvre en maçonnerie des toitures destinées  à recevoir un revêtement


d'étanchéité (D.T.U. n°20.12)

- Erratum (Cahier 1468/183 - Octobre 1977)


- Additif n° 1 (Cahier 1531/193 - Octobre 1978)
- Additif n° 2 (Cahier 1725/223 - Octobre 1978)

- Dalles et volées d'escalier préfabriquées, en béton armé, simplement posées sur appuis
sensiblement horizontaux (D.T.U. n° 21.3)

- L'utilisation du chlorure de calcium et des adjuvants contenant des chlorures dans la composition
des coulis, mortiers et béton (D.T.U. n° 21.4)

- Erratum (cahier 1565/198 - Avril 1979)

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


20

1.2.3. Règles de calcul D.T.U, recommandations et normes

- Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé dites
règles B.E.A.L 91 (mod. 99) – Règlement RPS 2000

- Règles de calcul des caractéristiques thermiques utiles des parois de construction, des déperditions de
base des bâtiments du coefficient "G" des logements et autres locaux d'habitation (règles TH G.77 et
ses additifs).
- Recommandations de mise en œuvre et règles de calculs mécaniques et thermiques des blocs creux de
terre cuite de grand format à perforation horizontale pour murs extérieurs enduits (règles T.H.K. 77 et
additifs)
- Méthode de prévision pour le calcul du comportement au feu des structures en béton (D.T.U. Règles F.B.
et ses additifs)
- Règles définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions (dites règles N.V. 65-67) et
annexes (édition janvier 1975) et additif 1975).
- Les surcharges d'exploitation habituelles (normes NF 06.001 et 06 004 et leurs avenants)
- Les cahiers du centre scientifique et technique du bâtiment CSTB notamment les agréments
- Les prescriptions de l'union Européenne pour l'agrément des techniques dans la construction.
- Les matériaux pour lesquels il existe un label de qualité doivent en comporter la marque et être utilisés
en priorité.

- AUTRES

. Revêtements muraux scellés (D.T.U. n° 55)


. Cahier des charges 391/49 Avril 1961
. Revêtements muraux attachés en pierres minces (D.T.U. 55.2)
. Mémento 1618/205 Décembre 1979
. Erratum 1817/235 Décembre 1982
. Cahier des charges 1618/205 Décembre 1979
. Modification n°1 2216/286 Février 1988
. Annales IBTP des travaux de dallages
. Notice technique SIKA

1.3. VERIFICATION DES PLANS D'EXECUTION

Préalablement à toute exécution, l'entreprise doit vérifier les implantations, les côtes des dessins et d'une
manière générale elle doit s'assurer de la possibilité de suivre exactement les indications du marché pour
l'exécution des travaux. Elle doit signaler sans délai à la maîtrise de chantier toutes erreurs ou omissions
qu'elle pourrait relever ou difficultés qu'elle pourrait constater et prévoir.

En aucun cas, l'entreprise ne peut, si elle ne l'a pas signalé en temps utile et par écrit, invoquer le manque
d'information ou de renseignement pour justifier les retards apportés dans l'achèvement de l'ouvrage ou pour
procéder à une exécution de celui-ci contrairement aux stipulations du marché

L'Entreprise doit soigneusement vérifier toutes les côtes portées sur les plans, s'assurer de la concordance
entre les différents plans d'ensemble et de détails et avec le devis descriptif et, le cas échéant, informer la
Maîtrise d’œuvre des omissions, erreurs ou anomalies qu'elle aurait constaté.

Elle reste seule responsable des erreurs et des omissions qu'elle n'aura pas signalé à la maîtrise d'œuvre
avant la signature du marché.

1.4. CONNAISSANCE DES LIEUX

L'Entrepreneur est réputé avant la remise de son offre :

- Avoir pris connaissance des lieux, les avoir examinés et s'être rendu compte de toutes les sujétions
particulières au chantier.
- Avoir obtenu et contrôlé toutes les indications qui lui sont nécessaires auprès des services concernés.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


21

1.5. RESEAUX EXISTANTS

L'entrepreneur devra s'assurer de la présence et des emplacements des anciens réseaux (égouts, eau,
électricité), qui pourraient subsister sur le terrain. Il devra effectuer toutes les démarches utiles pour obtenir
les renseignements et tous les travaux de détournement nécessaires à l'exécution de ses propres travaux
suivant les indications des services intéressés.

1.6. EPUISEMENTS

Dès son intervention, l'entrepreneur, dans le cas de présence d'eau, reprendra à sa charge tous les frais
d'épuisements, de location et d'entretien des pompes, tuyaux ou autres, de fournitures de carburant ou de
courant électrique.

Il devient responsable de toutes les perturbations ou mouvements de terre.

Il devra donc prendre à ses frais toutes précautions utiles à cet effet.

1.7. DEFINITION DES PRESTATIONS

Elles comprennent :

- Les travaux préparatoires.


- La fourniture, le transport à pied d’œuvre, le stockage, la pose, le réglage de tous matériaux, matériels,
éléments constitutifs et ouvrages accessoires nécessaires à l'exécution des travaux conformément aux
dispositions du devis descriptif.
- L'implantation des ouvrages par un géomètre agrée par la Maîtrise d’œuvre.
- La conduite et la surveillance du chantier jusqu'à réception des travaux et levée de toutes réserves.
- La fourniture, la mise en place et le repli de tous les échafaudages nécessaires à l'exécution des
travaux.
- La protection impérative des chapes incorporées contre les intempéries, notamment contre les pluies
tant que les panneaux de façades et les châssis vitrés ne seront pas en place.
- La réfection des ouvrages soit en cours de travaux, soit avant la réception des travaux avec toutes les
conséquences en découlant,
- La fourniture d'échantillons suivant le choix des produits, formes et nuances retenues par le Maître
d'ouvrage et la maîtrise d’œuvre dans les conditions effectives de réalisation.
- La protection de tous les ouvrages, parements en cours de chantier, jusqu'à la réception des travaux.
- Les nettoyages en cours et en fin des travaux, et l'enlèvement des déchets, gravois, etc.... et tous les
matériels utilisés pour la mise en œuvre des ouvrages.
- L'entrepreneur a à sa charge l'exécution de tous les travaux définis par le présent cahier des charges.

Il devra livrer les ouvrages parfaitement terminés et suppléer par ses connaissances professionnelles, aux
détails qui pourraient avoir été omis dans les prescriptions et qui seraient nécessaires au parfait  achèvement
des ouvrages suivant les règles de l'art.

L'entrepreneur aura à sa charge :

- L'ensemble des essais sur les matériaux en vue de leur identification.


- Les voiries nécessaires à l'accès aux ouvrages à partir des voies principales ou secondaires.
- L'entretien et la remise en état des voies de circulation dégradées par la circulation de ses engins de
transport du fait du chargement ou transport des matériaux transportés.
- Les honoraires d'un géomètre expert pour la vérification des implantations et de la géométrie en cas de
contestations de son implantation par la Maîtrise d’œuvre.
- Les études spéciales de conception et d'exécution des détails ou des variantes proposés par l'entreprise
suivant des procès envisages par celle-ci, ces documents sont à soumettre à l'approbation du B.E.T et
du Bureaux de Contrôle.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


22

1.8. - PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

DESIGNATION DES MATERIAUX QUALITE ET PROVENANCE

CIMENT Des usines du MAROC, livré en sacs de papier de 50 kg ou en vrac


dans les silos, devant satisfaire aux conditions réglementaires.

SABLE De mer ou de carrière provenant des meilleures ballastières et


carrières de la région agréés par la Maîtrise d’œuvre après essais
d’agrément.

GRAVETTE POUR GROS BETON ET Gravette agrée par la Maîtrise d’œuvre.


BETON DE PROPRETE

GRAVETTE POUR BETON ARME Quartzite, exempte de farine et filer agrée par la Maîtrise d’œuvre

MOELLONS A BATIR ET POUR Calcaire dur Agréés par la Maîtrise d’œuvre.


BLOCAGE

CHAUX GRASSE Fours à chaux de la région agréés par la Maîtrise d’œuvre.

BRIQUES CREUSES & PLEINES 1er choix, des briqueteries de la région agrées par la maîtrise
PRODUITS DE TERRE CUITE d’œuvre
Classe C2 pour briques creuses ( la classe C1 pourra être
demandée pour certains ouvrages).
AGGLOMERES EN BETON VIBRE
1er choix, des usines de la région agréé par la maîtrise d’œuvre.
BUSES EN CIMENT
1er choix, des usines de la région agréés par la maîtrise d’œuvre.
ACIERS A BETON
D’importation ou des dépôts du Maroc, agréés par la maîtrise
d’œuvre.

Par le fait même de son offre, l'entrepreneur est réputé connaître les ressources des carrières et dépôts
ainsi que leurs conditions d'accès et d'exploitation.

Aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à pied d'oeuvre de ces matériaux.

L'entrepreneur devra présenter à toute réquisition les certificats et attestations prouvant l'origine et la qualité
des matériaux.

1.9. - VERIFICATION DES MATERIAUX

L'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions utiles pour avoir sur son chantier la quantité de
matériaux vérifiés et acceptés, indispensables à la bonne marche des travaux et dont l'échantillonnage aura
été agrée par la maîtrise d’œuvre.

La demande de réception d'un matériau, autre que les matériaux préfabriqués, devra être faite au moins huit
jours (8) avant son emploi. Pour les matériaux préfabriqués, le délai sera porté à un (1) mois.

Tous les échantillons retenus par la Maîtrise d’œuvre resteront sous forme de panoplie fixée dans la
baraque de chantier jusqu'à la fin des travaux.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


23

1.10 - MATERIAUX NOUVEAUX OU PROCEDES NON TRADITIONNELS

Lorsque l'Entrepreneur proposera l'emploi de matériaux nouveaux ou de procédés de construction non


traditionnels, il est tenu :

- De fournir la preuve que le procédé est compris parmi ceux qui ont fait l'objet d'un agrément provisoire
ou définitif par un organisme agrée.
- De prévoir sur ses plans, les mêmes dispositions que celles qui ont fait l'objet de l'agrément provisoire
ou définitif.
- De tenir compte, lors de la mise en œuvre, des observations, réserves ou prescriptions auxquelles
peuvent être subordonnées les réalisations autorisées par la déclaration d'agrément.
- De respecter l'aspect des façades telles qu'elles sont déterminées aux plans, en ce qui concerne les
matériaux apparents.
- A apprécier et à prendre en charge tous les suppléments ou plus-values que la modification entraînerait
pour les autres corps d'état, l'emploi de matériaux ou la réalisation des travaux suivant les procédés
non prévus au devis descriptif de base (prescription formelle).
- S'assurer les responsabilités de toutes les réclamations qui pourraient être faites par les possesseurs de
brevets d'invention, procédés de construction, … etc.

Des contrôles pourront être faits à la demande de la maîtrise d’œuvre et aux frais de l'Entreprise.

Tous les matériaux et tous les travaux, de quelque nature qu'ils soient, qui ne rempliraient pas
rigoureusement les conditions stipulées dans les normes et le présent devis descriptif seront refusés,
démolis et refaits aux frais de l'entrepreneur.

1.11- PROPRIETES INDUSTRIELLES OU COMMERCIALES

- Du seul fait de l’approbation du marché, l’entrepreneur garantit le maître de l’ouvrage contre toutes
revendications concernant les fournitures ou matériaux, procédés et moyens utilisés pour l’exécution des
travaux et émanant des titulaires de brevets, licences, dessins, modèles, marques de fabrique ou de
commerce. Il lui appartient, le cas échéant, d’obtenir les cessions, licences ou autorisations nécessaires
et de supporter la charge des droits, redevances ou indemnités y afférentes.

- En cas d’actions dirigées contre le Maître de l’ouvrage par des tiers détenteurs de brevets, licences,
modèles, dessins marques de fabrique ou de commerce utilisé par l’entrepreneur pour l’exécution des
travaux l’entrepreneur doit intervenir à l’instant et indemniser le Maître de l’ouvrage de tous dommages
et intérêts prononcés à son encontre ainsi que les frais supportés par lui.

- Sous réserve des droits des tiers, le Maître de l’ouvrage a la possibilité de réparer lui-même ou de faire
réparer les appareils brevetés utilisés ou incorporés dans les travaux, au mieux de ses intérêts par qui
bon lui semble et de se procurer comme il l’entend, les pièces nécessaires à cette réparation.

II. PRESCRIPTIONS GENERALES

1- Présentation

L’objet du présent chapitre est la description des prestations et des données d’études de la structure
porteuse, cloisonnement et gros œuvre relative au projet.

2- Consistance du projet

La consistance du projet est écrite dans l’article 4 du C.P.S.

3- DONNEES DES ETUDES DE STRUCTURE

 Dossier Topographique

Constitué par le plan topographique fourni par Al OMRANE.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


24

 Dossier Architecture

L’étude de la structure est faite sur la base des plans d’architecture.

3.1- REGLEMENTS DES ETUDES

Les modalités d’application et le calcul de la structure béton armé et béton précontraint pour l’ensemble des
charges et surcharges sont en stricte conformité avec les règles de l’art et règlements en vigueur :

 Règles techniques B.A.E.L 91 mod. 99


 Règles techniques B.P.E.L 91
 Règles NPF 06004 charges permanentes
 Règles NFP 06001 surcharges d’exploitation
 Règlement RPS 2000( Antisismique)
 DTU 13-12 fondations superficielles
 Fascicule N° 62 titre V
 DTU 20-11 travaux de maçonnerie et de béton
 DTU 20-12 GO en maçonnerie des toitures pour revêtement étanche
 DTU 43 étanchéités des toitures
 DTU 55-2 revêtements muraux attachés
 DTU comportement au feu de la structure :
 CPT plancher
 NV 65

Annales ITBTP des dallages


Notice technique SIKA

3.2- CHARGES PERMANENTES, Réparties sur plancher en (KG/m2)

- Revêtement courant dur sol ép. 7cm 140 kg/m2


- Cloisons légères réparties (fixes en dur) 50 à 100 kg/m2
- Enduit sous plafond 30 kg/m2
- Complexe terrasse protection lourde 350 kg/m2
Dont : étanchéité : 20
Forme de pente (à calculer selon les cas à raison de 22 kg/m/cm d’ép.)
Protection lourde : 100
- Complexe terrasse 20 kg/m2
- Double cloisons intérieures ( pds de la cloison) 200 kg/m2
- Façade vitrée 100 kg/m²
- Double cloison façade ( pds de la cloison) 230 kg/m2
- Terre végétale 2000 kg/m3
- Couche drainante ( par 10 cm d’ep.) 180 kg/m2
- Ossature légère métal 40 kg/m2

 Le poids propre des planchers à ajouter en plus selon indication plans structure.

 12 + 4 : 240 kg/m2
- 16 + 4 : 280 kg/m2
- 20 + 5 : 300 kg/m²
- 25 + 5 : 415 kg/m²

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


25

3.3- SURCHARGES D’EXPLOITATION

Les valeurs non majorées des surcharges sont celles imposées par les règles AFNOR selon l’exploitation
des locaux fixés sur les plans archi :

- Circulation escalier 250 kg/m2


- Logement 250 kg/m2
- Les classes 1000 kg/m2
- Terrasse inaccessible 100 kg/m2

3.4- MATERIAUX DE CONSTRUCTION

- Ciment CPJ 45 pour le béton armé


CPJ 55 pour le béton précontraint
CPJ 35 pour la maçonnerie

- Béton Résistance nominale à la compression égale à 270 bars pour le béton armé et 450 bars
pour le béton précontraint

Dosages des bétons ( donnés à titre indicatif)

* béton armé dosé à 350 kg/m3


* béton précontraint dosé à 400 kg/m3
* béton propreté dosé à 150 kg/m3
* gros béton dosé à 250 kg/m3
* béton cyclopéen dosé à 200 kg/m3
(dosage à confirmer par formulation)

- Aciers FeE 500 TOR (HA)


Toron 12.5 Classe 1860 TBR
Treillis Soudés TS, acier doux écrouis et nervurés selon DTU 23.1

3.5- MATERIAUX DE GROS ŒUVRE

- Hérissonnage posé sur forme compactée servant de dallage 


- Brique rouge et Agglos : produit industriel
- Plancher corps creux : fabrication industrielle

3.6- ETANCHEITE

ETANCHEITE DES TERRASSES

 Terrasse plate

- Forme de pente
- Etanchéité multicouche
- Protection lourde par dallette

3.7- DESCRIPTION DE LA STRUCTURE

3.7.1 INFRASTRUCTURES

a) Fondations

Elles seront :

- En semelles isolées sous poteaux


- En semelles filantes sous voiles

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


26

Le ouvrage à construire sera fondé sur le bon sol travaillant suivant la contrainte de sol sans risque de
tassement.

N.B. :

Le rattrapage de bon sol sera par puits en gros béton en cas de présence de marmite

b) Dallages

Le dallage est constitué de :

- Une forme de blocage de 20 cm d’épaisseur


- Blocage posé sur forme bien nivelée et compactée
- Un dallage en béton armé de 10 à 15 cm selon l’exploitation de la zone

c) Longrines et chaînages

Sont prévus sous les murs, au rattrapage des niveaux du sol du sous-sol, et pour liaison de tous les poteaux
pour les grandes portées sont prévus des plots gros béton intermédiaires.

Leur béton comportera un hydrofuge dans la masse et recevra un enduit étanche intérieur.

3.6.2 SUPERSTRUCTURE

a) La structure verticale constituée par :

- Voile par endroit sur façade


- Voiles parois des gaines et des circulations verticales
- Les poteaux noyés dans les murs ou apparents et peuvent être décoratifs selon plans d’architectures

b) Les planchers

Les planchers sont en dalle pleine béton armé ou plancher corps creux ou dalles alvéolées d’épaisseur
selon exploitation et portées, repris sur poutres et nervures régulièrement espacées.

3.7.3 La disposition des joints

- Compte tenu des dimensions de l’ouvrage, le projet est découpé par des joints de dilatation

- Le traitement des joints sera par :

 Joint superstructure par bourrage ayant mêmes degrés coupe feu que la paroi concernée

3.7.4 Maçonnerie

Les murs de cloisonnement intérieurs et extérieurs seront conformément aux plans archis constitués de : 

- Double cloisons façade 8T+6T


- Cloisons légères 10cm fini soit 6T
- Cloisons en agglomérés de 20cm.
- Enduits intérieurs et extérieurs en mortier de ciment
- Les parois qui recevront les revêtements scellés seront en voile mince BA

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


27

4. CONDITIONS D'EXECUTION ET DE MISE EN OEUVRE DES MATERIAUX

4.1 - STOCKAGE DES AGREGATS

Les granulats seront stockés sur les aires spécialement aménagées, en outre, les catégories seront
séparées par des cloisons pleines.

Les accès aux aires de stockage seront conçus pour empêcher les engins de livraison ou de manutention de
souiller le sol des aires et des granulats.

4.2 - LIANTS HYDRAULIQUES

Le ciment sera stocké dans des locaux secs. Toutes dispositions seront prises pour que l'alimentation du
chantier pendant le coulage des planchers soit assurée normalement.

Le ciment sera le CPJ et doit être conforme à la norme N.M. 10.1.004. (révision 1988).

4.3 - SABLE ET AGREGATS

Les agrégats pour mortier et béton répondront aux prescriptions de la norme marocaine N.M. 10.1.020.

Dès l'ouverture du chantier, l'entreprise, procédera aux essais de granulométrie des agrégats et sables
qu'elle se propose d'employer.

Ces essais seront réalisés par un laboratoire agrée, les frais afférents sont à la charge de l'entreprise.

Les Procès verbaux du laboratoire seront remis à la Maîtrise de chantier.

4.4 - EAU DE GACHAGE

L'eau de gâchage pour les bétons et mortiers sera exempte de toute matière nuisible, et en particulier,
graisse, sulfure. L’eau sera douce (P.H. < 7) l'eau de mer n'est pas admise.

4.5 - MISE EN OEUVRE DES BETONS

La fabrication, le transport, la mise en place et la conservation des bétons satisferont aux conditions
suivantes :

4.5.1 - Béton prêt à l'emploi

Les bétons prêts à l'emploi seront soumis pour approbation de la Maîtrise d’œuvre et doivent répondre à la
norme marocaine N.M. 10.1.011.

4.5.2 - Fabrication des bétons

La fabrication des bétons sera par centrale à béton à dosage pondéral permettant de donner rigoureusement
la composition du béton, de faire varier à volonté la proportion des éléments constituants, de l'observer et de
le contrôler au moyen d'appareils spéciaux agrée par la Maîtrise d’œuvre.

L'utilisation des bétonnières pour la confection des bétons ne peut être faite que sur accord préalable de la
Maîtrise d’œuvre

Préfabrication du béton précontraint

La préfabrication des poutres en béton précontraint doit se faire par une entreprise agréée par la maîtrise
d’œuvre, un dossier technique doit être soumis à l’approbation de la maîtrise d’œuvre avant toute mise en
œuvre.

Toutes les dispositions doivent être prises concernant le transport, la manutention et la mise en place de ces
poutres

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


28

4.5.4 - Transport et mise en œuvre

Le béton sera transporté à pied d’œuvre par un système de grue à godets. Le transport par brouette est
interdit.

Les bétons seront obligatoirement vibrés ou pervibrés avant tout commencement de la prise. La surface de
béton en place sera complètement nettoyée de la laitance à chaque reprise au moyen d'un repiquage, jet
d'eau et soigneusement soufflée à l'air comprimé de manière à ce que les surfaces soient propres,
débarrassées de toutes les parties friables.

Les reprises seront exécutées aux endroits où elles présenteront le moins d'inconvénients pour la résistance
de l'ouvrage. Chaque couche sera fortement comprimée, de manière à ce que la masse soit bien homogène,
bien compacte et qu'elle épouse tous les angles des coffrages.

Pour permettre une bonne reprise des bétons, l'entrepreneur devra employer des adjuvants destinés à cet
effet, agrées par la Maîtrise d’œuvre.

Dans le cas de reprise, les surfaces seront abondamment arrosées avant la reprise de façon que le béton
soit humide dans la masse, il ne devra pas rester d'eau à la surface où le bétonnage recommencera.

Il pourra, en outre être ordonné une augmentation du dosage de la première couche en contact avec la
surface de la reprise.

Dans le cas d'utilisation des bétons prêts à l'emploi, l'entreprise soumettra à la Maîtrise d’œuvre, pour
approbation, les moyens et technique utilisés pour assurer le transport du béton dans les meilleurs
conditions.

4.5.5 - Conservation

Toutes les précautions seront prises pour la bonne conservation du béton mis en œuvre, il sera préservé
contre la sécheresse, la pluie et la gelée.

La Maîtrise d’œuvre pourra exiger que le béton soit maintenu humide pendant deux semaines au moins, le
béton sera recouvert de sable, de paillasses ou de sacs jointifs qu'on arrosera aussi fréquemment qu'il sera
nécessaire.

Il ne sera procédé au décoffrage et aux enlèvements des étais qu'à l'expiration des délais déterminés par
l'entrepreneur sous sa responsabilité pour chacune des opérations en tenant compte des résistances du
béton, du taux du travail adopté dans les calculs et de la destination des travaux. Ces délais devront être
agrées au préalable par la Maîtrise d’œuvre. Pour les opérations de nature à compromettre l'aspect ou la
solidité de l'ouvrage, l'entrepreneur sera tenu de procéder d'urgence aux réparations nécessaires, à ses
frais, risques et périls.

Il est interdit de faire supporter des charges quelconques au béton avant qu'il n'ait fait prise et notamment d'y
circuler, de transporter des matériaux ou d'y faire des installations.
Les parements devront être protégés contre toute détérioration. Aucune surface de béton ne devra être
revêtu ni ragréée avant autorisation de la Maîtrise d’œuvre.

4.5.6 - Aspect du béton

Pour les bétons armés devant rester bruts de décoffrage, ou lisses sans enduits, prêts à recevoir la peinture,
les coffrages devront être particulièrement soignés et devront pouvoir permettre le badigeon ou la peinture
des surfaces vues sans reprise, le béton devra présenter au décoffrage des surfaces absolument planes,
sans bavures, boursouflures, trous ou autres.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


29

Trois qualités de parements sont prévues dans la réalisation du présent marché (ordinaire, courant, soigné).
Les caractéristiques correspondantes sont les suivantes :

PLANEITE PLANEITE
PARAMENTS D’ENSEMBLE RAPPORTEE A CARACTERISTIQUES DE L’EPIDERME ET
RAPPORTEE A UN REGLET DE TOLERANCES D’ASPECT
LA PLACE 0,20
Uniforme et homogène. Nids de cailloux ou zones
ORDINAIRE 15 mm 6 mm
sableuses ragréées. Balèvres affluées par meulage.
Surface individuelle des bulles profondeur inférieure
COURANT 7 mm 2 mm à 5 mm. Etendue maximale des nuages de bulles 25
%. Arêtes et cueillies rectifiées.
Identiques au parement courant l’étendue des
SOIGNE 5 mm 2 mm nuages de bulle étant inférieur à 10 %

- Compositions des mortiers et bétons

A/ Mortiers

COMPOSITION GRANULOMETRIE
chaux sables +
utilisation désignation sables ciment
grasse granulats
Hourdage - mur
Mortier n°1 1000 L 300 KG 0 0,1 / 3,15
cloison - dressages
Enduits gobetis en 500 KG
Mortier n°2 1000 L 0 0,1 / 3,15
couche d'accrochage 600 KG
Corps de l'enduit Mortier n°4 bâtard 1000 L 300 KG 150 KG 0,1 / 3,15

Couche de finition Mortier n°6 1000 L 250 KG 250 KG 0,1 / 2

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


30

B/ BETONS

RESISTANCE NOMINALE A COMPOSITION A TITRE


28 JOURS EN BARS INDICATIF/M3
Désignation compression traction par
Utilisation suivant sur cylindre flexion sur gravette
nm10.1.004.008 éprouvettes
PRISMATIQUES CIMENT SABLE 8/15 15/25
 3,6 M CPJ45 (L) (L) (L)
(a3)3 (Kg)

béton de propreté BETON B5 130 NON DEFINI 150 450 1000 -

béton pour puits BETON B5 130 NON DEFINI 250 450 - 1000

béton pour BETON B3 230 NON DEFINI 300 450 - 1000


ouvrages non
arme ou
légèrement
(regard, dallage,
etc.)

béton pour tous BETON B2 270 22,00 350 350 700 300
ouvrages arme en
supers. & infra.

élément BETON B2 270 22,00 400 350 700 300


préfabriqué

béton pour tous BETON B2 270 22,00 700 (D mm) (est la dimension
travaux immerges 5 D maximale des granulats)
(DTU. 14.1)

béton de BETON B1 300 à 450 24,00


résistance
mécanique élevée
(éléments en
béton arme
fortement sollicites
et éléments en
béton précontraint)

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


31

Les quantités d'agrégats entrant dans la composition des bétons sont données à titre indicatif pour permettre
à l'entrepreneur d'établir ses prix.

Elles n'ont aucune valeur contractuelle. Les quantités réelles et leur teneur en eau seront déterminés à la
charge de l'entreprise après agréments des agrégats par la Maîtrise d’œuvre.

L'entrepreneur devra dès l'ouverture de son chantier et avant tout approvisionnement d'agrégats faire établir
suivant le tableau ci-dessus cité, une granulométrie et la présenter à la Maîtrise d’œuvre.

Par contre, la nature des agrégats entrant dans la composition des bétons, est imposée par le tableau ci
avant.

4.5.7 - ESSAIS PREALABLES (Agréments)

La procédure de contrôle des bétons est la suivante :

- Essai d'études ou de composition (formulation)


- Essai de convenance
- Essais de contrôle.

Chaque type de béton proposé fera l'objet d'essais par le laboratoire aux frais de l'entrepreneur.

Les résultats de ces essais seront consignés dans les procès verbaux qui comporteront les renseignements
suivants :

- Nature des granulats et carrière d'origine pour chacun d'eux.


- Granulométrie - Granulat.
- Dureté Los Angeles.
- Caractéristique du ciment (en référence à la norme N.M. 10.1.004 et usine d'origine).
- Résultat d'analyse de l'eau dont l'emploi est prévu.
- Composition du béton (granulat éventuellement proposé avec copies obligatoires de l'agrément).
- Equivalent de sable (ES).
- Résultats des essais à la compression et à la traction à 7 et 28 jours sur 18 éprouvettes.
- Résultats des trois essais dits "slup test" de référence exécutés sur le béton ayant servi à constituer
les éprouvettes.
- Temps de malaxage préconisé pour le béton proposé.

Il sera également joint des échantillons des granulats proposés, leur grosseur et leur nature devront tenir
compte de l'aspect ou parement fini obtenu après décoffrage.

Enfin, l'Entrepreneur devra fournir d'une façon détaillée pour chaque partie d'ouvrage le type de béton qu'il
propose d'employer. Il devra être fait mention d'une façon claire sur les plans d'exécution fournis par
l'Entrepreneur à l'agrément de la Maîtrise d’œuvre (en cas de variante ou d'adaptation).

4.5.8 - CONTROLE

Au cours du chantier, l'Entrepreneur sera tenu d'utiliser des matériaux ayant les mêmes qualités et même
dosages. Au cas où pour des raisons diverses, l'Entrepreneur serait amené à modifier l'origine de ses
matériaux, il serait tenu d'effectuer une nouvelle série d'essais identiques à ceux décrits à l'article précité
pour justifier les caractéristiques des nouveaux types de béton proposés.

L'Entrepreneur devra toujours pouvoir fournir la preuve de l'origine des matériaux approvisionnés et de leurs
qualités.

Les essais de résistance seront exécutés en cours de chantier à chaque coulage d'ouvrage faisant partie de
la structure en fondation ou en élévation, en plus des prélèvements inopinés effectués à la demande de la
Maîtrise d’œuvre ou du Bureau de Contrôle. Les frais y afférents sont à la charge de l’entreprise.

L'échantillonnage par type d'ouvrage est de nombre n = 2+B/100 arrondi à l'unité supérieure (B : quantité du
béton en m3). Chaque prélèvement s'effectuera tous les 50 m3.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


32

Ces essais, conduits suivant les normes en vigueur porteront sur la détermination des résistances à la
compression sur cylindre à 7 J, 28 J et 90 jours sur 9 éprouvettes.

La cadence des essais, prélèvement et vérification seront en fonction de la cadence des travaux.

Dans tous les cas les prélèvements d'échantillons, la fourniture des moules, la conservation et le transport
des éprouvettes seront réalisés par le laboratoire à la charge de l’entreprise.

Dans le cas de résultats défectueux (résistance obtenue inférieure à la résistance prescrite dans le marché) :

1. D'autres essais de contrôle en place (non destructifs) seront exécutés par le laboratoire à la demande de
la Maîtrise d’œuvre. Les frais y afférents majorés de 20 % pour peines et soins seront à la charge de
l'entreprise.

2. Ces essais et vérifications devront aboutir :

a- A la destruction et la construction de l'ouvrage ou le renforcement des ouvrages concernés, les


frais y afférents seront à la charge de l'entreprise.

b- Les résistances obtenues acceptables mais restent inférieures aux résistances minimales
prescrites (par type de béton) dans le présent marché. Une pénalité sera appliquée à l'entreprise
est calculée de la manière suivante :

Pénalité par M3 de béton concerné =

Prix unitaire du béton concerné 1– Résistance obtenue


Résistance minimale prescrite

4.5.9 – CONDITIONS DE RECEPTION DES TRAVAUX

A la mise en œuvre, les contrôles permettent de s'assurer que les règles d'exécution spécifiées par de
D.T.U, les règles de l'art, les règlements et prescriptions en vigueur ont été observés.

4.5.10 - COFFRAGES

Les coffrages seront exécutés conformément aux plans.


La rigidité des coffrages sera telle que le profil des éléments moulés ne s'écarte pas de plus de deux (2)
millimètres des profils théoriques et que la section transversale des parties d'ouvrages ne soit jamais
inférieure à celle prévue aux dessins d'exécution.

L'Entrepreneur devra concilier cette exigence avec les déformations éventuelles des coffrages dues à la
pervibration des bétons. Toutefois, la tolérance de 2 mm ne sera pas exigée pour les parties de béton
enterrées.

Les éléments préfabriqués du coffrage seront établis pour résister des contre flèches nécessaires pour
compenser avec leur propre déformation celle des éléments de béton qu'ils supporteront, déformation
élastique sous l'action des charges permanentes, déformation dues au fluage et au retrait.

Les coffrages des parements des bétons destinés à rester lisses prêtes à recevoir la peinture seront de
coffrage métallique ou bois de contre plaqué marin.

Avant tout coulage du béton, les coffrages devront être réceptionnés par la Maîtrise d'œuvre. L'étanchéité
des coffrages devra être parfaite.

Les coffrages devront être solidement maintenus et calés afin d'obtenir des ouvrages parfaitement
rectilignes.

Tous les coffrages seront badigeonnés à l'aide d'un produit de démoulage agrée par la Maîtrise d’œuvre.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


33

4.5.11 - LARMIERS

A tous les emplacements où le ruissellement de l'eau risque de provoquer des dégradations, l'entrepreneur
doit l'exécution de larmiers formant goutte d'eau. Ces larmiers sont réalisés par moyen de plastique ou en
bois soigneusement décoffrés.

4.5.12 - ETAT DES SURFACES DES SOLS

Les surfaces des supports, tels que planchers béton, seront laissés parfaitement planes et propres pour
l'exécution des autres ouvrages. Leur état de surface sera fonction des dits travaux destinés à la recouvrir et
dans les limites fixées précédemment.
En ce qui concerne les chapes, surface de dallages, de formes et pente ou d'autres ouvrages d'allure
horizontale, il en sera de même.

1. Dans le cas de surfaces destinées à rester apparentes, elles comporteront, s'il en est prévu aux plans,
des pentes vers les points de recueillement des eaux. Elles seront d'aspect fini, soit lissées, soit
bouchardées à la roulette, au choix de la Maîtrise d’œuvre et selon les échantillons qui lui sont
soumis.

2. Dans le cas de surfaces destinées à recevoir un sol colle, les surfaces seront propres et lisses
pour obtenir une parfaite adhérence des mortiers de pose. Les surfaces seront planes à moins de
pente vers des points d'entrée d'eau par exemple.

3. Dans le cas des surfaces destinées à recevoir l'étanchéité, ces surfaces auront les pentes
prescrites éventuellement par les plans, et seront parfaitement lisses, planes et de pentes
régulières.

4.6. PRESCRIPTIONS CONCERNANT LA MACONNERIE

4.6.1 - Eléments de céramique

Les éléments en terre cuite employés suivant le descriptif seront des éléments creux de bon calibrage sans
fêlure. Ils répondront aux normes et au D.G.A. article 18.

- La liaison des parois dans les doubles cloisons sera assurée par des épingles en acier doux galvanisé
 8 mm disposées tous les mètres en hauteur, en longueur et en quinconce.

4.6.2 - Agglomérés

Les agglomérés seront conformes aux normes et aux prescriptions du D.G.A. article 74 et 120. Ils doivent
être vibrés mécaniquement.
Il ne sera pas toléré de fabrication artisanale sur chantier.

4.6.3. ESSAIS D'AGREMENT ET DE CONFORMITE

Des essais d'agrément des briques céramique et d'agglomérés seront effectués par le laboratoire à la
charge de l'Entreprise.

4.7 - PRESCRIPTIONS CONCERNANT LES ENDUITS DE FACADE

Les enduits de façade seront exécutés conformément aux stipulations du chapitre S.T.D. Le plus grand soin
devra être apporté à la mise en place du grillage galvanisé destiné à éviter les fissures entre les éléments de
béton et les remplissages. Ce grillage devra être incorporé dans la couche de dressage et déborder de 0,25
m de part et d'autre de la liaison entre béton et remplissage. Il sera posé par pointes d'acier galvanisé.

La couche de dressage sera exécutée en deux passes :

- La première après arrosage abondant du support, au mortier clair sous forme de gobetis mortier de
ciment.
- La deuxième, exécutée en 24 heures après la première au mortier n° 4 parfaitement dressée et serrée.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


34

La couche de finition suivant modèle au mortier n° 6 agréé par la Maîtrise d’œuvre, sera exécutée au plus
tard 48 heures après la deuxième couche de dressage.

Le respect de ces prescriptions reste impératif. Toute partie d'enduit n'ayant pas satisfait à ces prescriptions
sera démolie et reprise à la charge de l'entreprise.

4.8. - SOLS-DALLAGES-CHAPES

Les sols en béton ou en ciment seront selon le cas :

Pentés : Pour toute surface comportant des points d'évacuation d'eau ou pour dallage extérieur.

Horizontaux : Pour toutes autres surfaces.

Dans le cas de sols Pentés, la pente sera toujours régulière.

Dans le cas de sols horizontaux, ils seront parallèlement plans et de niveau, les tolérances admissibles étant
les suivantes, sans qu'elles puissent s'additionner sur la longueur du local.

. Chape ciment rapportée, lissée ou bouchardée : 2 mm sur 2,00 m dans tous les sens.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


35

S.T.D. (SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES)

Décapage, nettoyage, débroussaillage du terrain

Ce prix comprend la préparation du terrain par décapage de toutes terres déchets dématit, blocs, pierres et
autre nettoyage et enlèvement de toutes détritus et remblais se trouvant sur le terrain, débroussaillage et
toutes sujétions pour préparation du terrain à la construction y compris le chargement et le transport aux
décharges publiques.
.
CHAPITRE III
MODE D'EXECUTION ET D'EVALUATION DES OUVRAGES

100 – GROS-ŒUVRE

101 - Terrassements

Généralités :

Les fouilles de toutes natures seront descendues aux cotes reconnues et acceptées
par l'architecte et le BET. Elles seront exécutées aux largeurs strictement nécessaires et
feront l'objet d'un procès-verbal de réception. Aucun travail de béton ou de maçonnerie ne
sera entrepris avant l'accord de l'architecte et Le BET.

Les prix de règlement comprennent toutes les sujétions, étaiements, talutages,


relèvements des terres, dessouchages, le remblaiement dans le périmètre du chantier ou
l'évacuation aux décharges pour les terres en excédent ainsi rencontrées lors de
l'exécution des fouilles.

Toutes les précautions nécessaires seront prises contre les éboulements, les
terrassements, la protection des constructions voisines, l'étaiement éventuel d'ouvrages
mis à nu, la clôture des zones ouvertes.

Les fouilles seront prises d'après les plans de béton armé. Lorsque l'entrepreneur au
cours de ses travaux de démolition rencontrera des canalisations d'eau, d'électricité,
téléphone, égouts, etc.. Il devra immédiatement en aviser l'architecte et interviendra
directement auprès des services intéressés.

Les terrains seront classés suivant leurs natures en deux catégories dans l'ordre suivant

a) Terrain ordinaire
Terre végétale, sable, tuff "Hamri" remblais de formation récente, marnes (possibilité
d'extraction à la pelle mécanique)
b) Rocher
Nécessitant l'emploi du compresseur avec fleuret, pointerolle ou marteau piqueur, brise
roches, ou D8.
Lorsque le toit du rocher sera atteint, l'entreprise préviendra le métreur afin de relever
contradictoirement le niveau de ce toit.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


36

101.01 – Décapage de la terre végétale de 20 cm  :

Ce prix comprend la préparation du terrain par décapage de toutes terres déchets dématit,
blocs, pierres et autre nettoyage et enlèvement de toutes détritus et remblais se trouvant
sur le terrain, débroussaillage et toutes sujétions pour préparation du terrain à la
construction y compris le chargement et le transport aux décharges publiques.

Il précisé que le niveau de terrain après décapage doit correspondre au niveau du trottoir
adjacent considéré comme étant le + - 0.00,
Ouvrage payé au mètre carré pour toute la surface de terrain nettoyé et nivelé.
Au prix ……………………………………………………………………………….. N°101-01

101.02 - Fouilles en tranchées ou en trous dans tous terrains y compris rocher

En particulier pour fondation de semelles, de murs, de longrines, poteaux, compris jets sur
berge, épuisements, blindage éventuel, non compris chargements et transports.

Ouvrage payé au mètre cube, pour toutes profondeurs, mesures prises au vide de
construction, sans aucune majoration pour façon de talus, au prix ……………...N° 101.02

101.03 - Remblaiement ou évacuation aux décharges publiques

Comprenant évacuation aux décharges publiques ou mise en remblai compacté, les


remblais seront exécutés par couches successives de 0,20 m immergées à refus et
compactées, la compacité obtenue sur 0,20 m ne sera pas inférieure à 95 % de la densité
Optimum Proctor modifiée.
Les essais de compactage par un laboratoire seront à la charge de l'entrepreneur
Ouvrage payé au mètre cube théorique sans foisonnement suivant cubage de fouilles
réalisées,
au prix ……………………………………………………………………………..N° 101.03

102 - Maçonnerie en fondation

Généralités

a - Les bétons

Tous les ouvrages de béton de toutes natures en fondation seront exécutés avec le plus
grand soin en raison des infiltrations d'eau pouvant survenir pendant les travaux. Les prix
unitaires comprendront toutes les sujétions inhérentes d'équipement, blindages et autres
interventions nécessaires.
Les bétons comprendront le coffrage, le décoffrage, les étais, les sujétions de mise en
oeuvre à toutes profondeurs et toutes hauteurs, la fabrication exclusive aux engins
mécaniques, le dosage à l'aide des caisses, les essais de granulométrie et de résistance.
Le prix de règlement comprend toutes les sujétions pour parties courbes, pentes, formes
irrégulières, coffrage perdu des sous-faces. Ces bétons seront payés au métré théorique
des plans d'exécution de béton armé, visés "Bon pour exécution". Le volume des
armatures ne sera pas déduit.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


37

b - Les protections
Tous les travaux seront réalisés à l'aide de matériaux de premier choix empilés et porteurs
de labels attestant la provenance et la qualité.

Les prix de règlement comprennent les formes, chapes, dressages, travaux préparatoires
de toutes natures, coupes, découpes, chanfreins, champs, joints, arêtes, arrondis, petites
largeurs, protections efficaces de toutes natures et tous travaux de finitions précédant la
livraison des ouvrages. L'entrepreneur sera, de ce fait, tenu de démolir les ouvrages
rejetés et de les exécuter à nouveau afin d'obtenir les résultats escomptés.

102.01 - Béton de propreté

Exécuté en béton B5 sous les semelles, longrines et maçonneries, épaisseur suivant


plans, compris pilonnage. La largeur du béton de propreté dépassera de 0,10 m de
chaque côté de l'aplomb des ouvrages qu'il supporte.
Ouvrage payé au mètre cube, au prix ………………………………………………N° 102.01

102.02 - Gros béton

Exécuté en béton B5 coulé en pleine fouilles et autre dimensions et épaisseurs suivant


plans.
Ouvrage payé au mètre cube, au prix …………………………………………….N° 102.02

102-03 Maçonnerie de moellon en fondation

Réalisée en moellons hourdés au mortier N° 2, joints soigneusement bourrés et serrés à la


truelle et les boutisses judicieusement placés.
Ouvrage payé au mètre cube, tous vides et ouvrages divers déduits compris toutes
sujétions
au prix ……………………………………………………………………………………N° 102-03
102.04 – Tout venant compacté

Comprend la fourniture et la mise en œuvre de tout venant provenant des carrières de la


région suivant le plan de détail du BET.
Y compris arrosage et compactage par couche de 20cm au maximum au rouleau
mécanique et toutes sujétions.
Le taux de compactage doit être de 90 pour cent de l’optimum proctor certifié par un
laboratoire agrée à la charge de l’entreprise.
Ouvrage payé au mètre cube, tous vides et ouvrages divers déduits compris toutes
sujétions
au prix……………………………………………………………………………….. N°102.04

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


38

102.05 - Forme en béton armé de 0,10 m d'épaisseur y compris aciers

Sur hérisson en béton B4 de 0,10 m d'épaisseur y compris retour, soigneusement réglée


et pilonnée mécaniquement . et mise en place d'une armature en simple quadrillage de 6T
.e :20dans le béton de forme, suivant plans de béton armé, sans majoration pour
recouvrements, ancrages, passage sur longrines et toutes sujétions à prévoir dans les prix
unitaires.

Ouvrage payé au mètre carré, au prix…………………………………………….N° 102.05

102.06 – Armature de forme :

Armatures en acier crénelé naturellement dur nuance Fe E 40 TOR ou CARON répondant


aux, conditions exigées fourniture, façonnage et mise en place des aciers, quelle qu'en
soit la difficulté. Des cales d'écartement seront prévues pour garantir un enrobage correct
des aciers, ces cales pourront être cubiques en ciment ou tout autre système agréé par le
Maître de l'Oeuvre.

Le poids des aciers pris en compte résulte du mètre selon plans d'exécution de béton
armé, compte tenu des recouvrements, chapeaux et crochets. Il ne sera pas prévu de
majoration pour chutes, fils de ligature, tolérance de laminage, etc..

Ouvrage payé au kilogramme, suivant plan de béton armé, au prix N°.…………….102.06

102-07 Arase étanche

Sur les maçonneries en fondations se continuant en élévation en moellon, il sera exécuté


une chape étanche débordant de 10cm sur les parties verticales.
-Une arase au mortier N°1.
-Une couche de bitume de 1kg.500 /M2
-Un feutre bitumé 36 S.
-Une couche de bitume de 1kg.500/M2
Ouvrage payé au mètre linéaire y compris toutes sujétions d'exécutions au prix N° 102-07

103 – Béton armé en fondation

103.01 - Béton armé en fondation pour tous ouvrages

En béton B1 ou B2 vibré ou pervibré, exécuté conformément aux plans de détails établis


par le Bureau d'Etudes, compris coffrage, recoupement des balèvres, réserves de
larmiers, trous, trémies, engravures, étais et toutes sujétions de mise en œuvre. Le prix de
règlement comprend toutes les sujétions pour parties courbes, pentes, formes irrégulières,
coffrage perdu des sous-faces.
Le volume des armatures ne sera pas compté

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


39

Ouvrage payé au mètre cube, au prix ……………………………………………..N° 103.01

103.02 – Armature en acier TOR ou CARON

Armatures en acier crénelé naturellement dur nuance Fe E 40 TOR ou CARON répondant


aux, conditions exigées fourniture, façonnage et mise en place des aciers, quelle qu'en
soit la difficulté. Des cales d'écartement seront prévues pour garantir un enrobage correct
des aciers, ces cales pourront être cubiques en ciment ou tout autre système agréé par le
Maître de l'Oeuvre.

Le poids des aciers pris en compte résulte du mètre selon plans d'exécution de béton
armé, compte tenu des recouvrements, chapeaux et crochets. Il ne sera pas prévu de
majoration pour chutes, fils de ligature, tolérance de laminage, etc..

Ouvrage payé au kilogramme, suivant plan de béton armé, au prix N°.…………….103.02

103.03 – Joint de dilatation pour béton armé en polystyrène

Les plaques de polystyrène, de toutes épaisseurs, servant à les joints de dilatation entre
poteaux, chaînages et longrines devrant être retirées après prise du béton de façon à
laisser les joints de dilatation vide de tout matériau conformément à l’addende des PS 69
article AD 1.21. tous vide déduits ,mesuré sur les faces de béton armé des joints de
dilatation, compris fourniture, coupe, façon, mise en place, enlèvement après prise du
béton et toutes sujétions.
Ouvrage payé au mètre carré au prix……………………………………………….. N°1 03-03

103.04 – Mise à la terre

Le bâtiment sera doté d'un circuit de prise de terre, réalisé par un câble en cuivre nu de
section 29 mm2, posé en fond de fouille et formant une boucle. La valeur de cette prise de
terre sera inférieure ou égale à 5 Ohms.
Il sera fait une interconnexion de toutes les armatures principales du bâtiment par griffes
de 28 en cuivre. La liaison équipotentielle principale reliant le circuit de prise de terre à la
canalisation d’eau principale du bâtiment et les remontées du conducteur de terre seront
réalisées par câble en cuivre U500V 1x25mm2 posé sous tubes.
Les remontées du conducteur de terre seront raccordées sur la barrette de mesure et de
sectionnement de la terre du coffret de distribution.
Ouvrage payé à ensemble pour la réalisation de la mise à la terre, y compris câble, tube,
pose, connexions, toutes fournitures et sujétions au prix N°103-04

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


40

104 – Canalisation - Regards


Généralités

Le réseau d'assainissement sera réalisé d'après les plans d’exécution, aucun remblai ne
sera mis en place avant les essais d’étanchéité.

Regards
Les regards seront exécutés soit en béton B3, reposant sur un radier de 15 cm
d'épaisseur. Les parois intérieures seront enduites au mortier hydrofuge avec gorge à la
bouteille
L'arrivée et départ des buses se feront à 10 cm au dessus du radier, ces regards seront
couvertes par les tampons en béton armé avec anneaux de levage rabattables en fer
galvanisé.
Tampons de couverture extérieurs seront soit en fonte, conformes aux normes de ville, en
béton, selon la situation des regards sur plans d'exécution.
Tampons de couverture intérieurs aux bâtiments pour les regards visitables ou sous
siphon de cours seront coulés dans un cadre en cornières galvanisées.
Ces dallages amovibles qui seront munies d'un crochet de levage en fer galvanisé
reposeront sur un cordon bitumineux qui assurera l'étanchéité.
Tous les regards pourront être siphonnés à la demande du maître d’ouvrage et
l’Architecte. y compris terrassement en terrain de toutes natures, remblais, échelons et
toutes sujétions.
Canalisations
Les buses en béton comprimé reposeront sur un lit de sable de 10 cm d'épaisseur, les
joints seront bien traités de façon à ne pas permettre une fuite des EU et EP, et toutes
fuites constatées ultérieurement l’entreprise sera responsable pour leur reprise.
Cet ouvrage sera payé au mètre linéaire y compris terrassements à toutes profondeurs en
terrain de toutes natures et remblai tamisé et damé.

104-01 Canalisation en buse de ciment comprimé pour évacuation

Terrassements en terrain de toute nature, jets sur berge, remblaiement et évacuation


compris buses en ciment de meilleur marque pose sur un lit de sable de 10 cm
d'épaisseur, après essais d'étanchéité et réception par le B.E.T la tranchée sera
remblayée de la manière suivante :
- la première partie de remblai sera exécutée jusqu'à 20 cm au dessus de la buse
avec terres triées ne comportant aucun élément dur.
- mise en place de remblai par couches de 20 cm damées et arrosées pour éviter tout
tassement ultérieur.

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


41

Ce prix comprendra les terrassements, la fourniture et la pose de la buse, le


remblaiement, l'évacuation aux décharges publiques et d'une façon générale toutes
fournitures et sujétions.
Ouvrage payé au mètre linéaire, au prix suivants.
104-01a) ø : 200 au prix…………………………………………………………… N°104-01a
104-01b) ø : 300 au prix ……………………………………………………………N°104-01b

Nota : Les canalisations en béton comprimé pour évacuation devront respectés les pentes
nécessaires et indiquées sur les plans d'exécution.

104-02 Regard non visitable de 50 x 50 :

En béton B3 compris terrassements en terrain de toutes natures et évacuation aux


décharges publiques, béton de propreté, raccordement aux canalisations, façon de
cuvette, enduits pour regard et tampon en béton armé avec levage, cadre cornières
galvanisées.
Ouvrage payé à l'unité au prix ………………………………………………………..N°104-02

104-03 Regard visitable de 60x60 :

Mêmes prescriptions et sujétions que le regard décrit ci avant, mais avec grille de
couverture et cadre à sceller l’ensemble galvanisé
Ouvrage payé à l’unité compris toutes sujétions, au prix………………………….N°104-03

104-04- Caniveau en béton armé de 40 cm de large  :


Les terrassements sont compris dans ce prix.
Le caniveau est exécuté en béton armé suivant les détails du BET, y compris fouilles
évacuation, béton de propreté sous radier et voiles pour réception des eaux vanne ou
usées, les enduits intérieurs seront au mortier gras.
Ouvrage payé au mètre linéaire compris toutes sujétions, au prix……………...N°104-04

104-05 Branchement au réseau d’égout  :


Ce prix rémunère l’exécution du branchement à l’égout des regards de sortie de bâtiment
en buse dia 300 en ciment, y compris les démarches d’autorisation et frais de
branchement auprès des services concernés de LYDEC aussi les terrassements en tout
terrain et sur toute profondeur, pose sur un lit de sable de 10 cm d’épaisseur, raccordées
sur le pourtour à l’aide des éléments de raccorde et après essais d'étanchéité et réception
par le B.E.T le tranchés sera remblayée de la manière suivante :
- la première partie de remblai sera exécutée jusqu'à 20 cm au dessus de la buse
avec terres triées ne comportant aucun élément dur.
Ouvrage payé au l’ensemble compris toutes sujétions, au prix ……………….. .N°104-05

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


42

105 – Béton armé en élévation


Généralités

Les ouvrages en béton armé en élévation seront réalisés en béton B1 et B2, ils
comprennent coffrage, décoffrage, étais, fabrication exclusive aux engins mécaniques,
dosage à l'aide des caisses, essais de granulométrie et de résistance et toutes sujétions
de mise en oeuvre à toute hauteur.
Le prix de règlement comprend toutes les sujétions pour parties courbes, poteaux
cylindriques, formes circulaires, corniches décoratives, voiles minces de toutes épaisseurs
et à toutes hauteurs, pentes, formes irrégulières, coffrage perdu des sous-faces. Ces
bétons seront payés au mètre cube théorique des plans d'exécution de béton armé visés
"Bon pour exécution".
Le volume des armatures ne sera pas déduit.

105.01 - Béton armé en élévation pour tous ouvrages  :

En béton B1 ou B2, vibré ou pervibré, exécuté conformément aux plans de détails établis
par le bureau d'études compris coffrage, décoffrage, recoupement des balèvres, réserve
de larmiers, de trous et trémies, engravures, etc.. sans aucune plus value pour poteaux
circulaires, éléments décoratifs au autres.
Ouvrage payé au mètre cube, suivant plans de béton armé, au prix N° 105.01

105.02 – Plancher préfabriqué en hourdis creux en béton précontrainte  :

Il comprendra la fourniture et la mise en place des hourdis, la fourniture et mise en


place des poutrelle préfabriquées, en béton précontraint selon plans de béton armé, la
fourniture et la mise en place du béton des poutrelles et de la dalle de compression avec
treillis soudés suivant pals de pose de fourniture, y compris toutes sujétions de coffrage,
décoffrage, étayages, etc..
Ouvrage payé au mètre carré, au nu de poutres et chaînages, les trémies de moins de
0,25 m2 n'étant pas déduites aux prix suivantes :
a) 25+5 cm………………………………………………………………….…… N °105-02-a
b) 16+4 cm………………………………………………………………….…… N °105-02-b
c) 12+4 cm………………………………………………………………….…… N °105-02-c

105.03 - Armatures en acier TOR ou CARON :


Mêmes spécifications de mise en oeuvre que les armatures en aciers en fondation.
Ouvrage payé au kilogramme, au prix ………………………………………………N° 105.03

105.04 – Polystyrène pour coffrage de joints de 4 cm  :


Les réservations des vides pour joints de dilatation entre ouvrages en béton armé seront
obtenues par interposition en polystyrène
Les plaques de polystyrène, de toutes épaisseurs, servant à les joints de dilatation entre
poteaux, et poutres devrant être retirées après prise du béton de façon à laisser les joints
de dilatation vide de tout matériau conformément à l’addende des PS 69article AD 1.21.
tous vide déduits ,mesuré sur les faces de béton armé des joints de dilatation, compris
fourniture, coupe, façon, mise en place, enlèvement après prise du béton et toutes
sujétions.
Ouvrage payé au mètre carré, au prix……………………………………………….N° 105.04

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


43

105.05 – Gueulard en béton armé y compris aciers

Y compris toutes sujétions d’exécution et d’étanchéité suivant détail d’exécution.


Ouvrage payé à l’unité, au prix………………………………………………….N° 105.05

106 – Maçonnerie en élévation

NOTA : Concernant toutes les cloisons


L'entrepreneur devra l'exécution des poteaux-raidisseurs et des tendeurs nécessaires à la
bonne tenue de l'ouvrage. Au-dessus de tous les cadres posés, l'entrepreneur exécutera
un linteau, soit en armant et en remplissant de béton une rangée de briques creuses, soit
en exécutant un linteau en béton armé préfabriqué ou non.
Les linteaux sur cloisons simples, ainsi que les têtes de double cloison n'entraîneront
aucune plus-value. Ils devront être compris dans les prix unitaires au mètre carré des
cloisonnements.

106.01 – Maçonnerie en agglomérés de 20/50/20


Les maçonneries seront réalisées en agglomérés creux vibrés de 1 er choix hourdés au
mortier n° 1, les joints seront croisés.
Ouvrage payé au mètre carré, au prix………………………………………………..N° 106.01

106.02 - Cloison en briques creuses de 6 trous

Hourdées au mortier n° 1, rejointoyées sur les 2 faces, tous vides déduits.


Ouvrage payé au mètre carré, prix …………………………………………………..N° 106.02

107 - Enduits

Généralités
Ces prix comprennent les arêtes, cueillies, angles rentrants ou saillants, tableaux, façon
de joints creux, petites largeurs et feuillures. Ils comprennent également la fourniture et la
pose de grillage pour fissures, maille de 0,02 m galvanisé fixé par cavaliers galvanisés en
bande 0,20 m de largeur. Il sera placé dans toutes les liaisons de l'ossature en béton armé
avec les cloisons, double cloison et planchers afin d'éviter les fissurations. Ces enduits
seront payés au mètre carré réel, tous vides déduits. Aucune plus-value ne sera comptée
pour les stries exécutées sur les doubles cloisons en façades.

107.01 - Enduit extérieur au mortier bâtard :


Sur murs et éléments de façades ne comportant pas d'indication de coffrage signalant les
éléments en béton brut.
Exécuté en trois couches :
1) brossage puis imbibition correcte du support,
2) passage d'une barbotine liquide permettant un bon accrochage des couches suivantes,
3) Une couche de dégrossissage au mortier ne dépassant pas 0,01 m d'épaisseur,
4) Une couche de finition passée au bouclier dite "fino" de 0,005 m d'épaisseur au mortier
Le tout parfaitement dressé compris cueillies, grillages galvanisés pour jonction entre
briques et béton et toutes sujétions.
Ouvrage payé au mètre carré, sans plus-value pour petites parties ou faibles largeurs,
joints décoratifs et toutes exécution de mise en œuvre conformément au règle de l’art et
au plan d’architecture.
au prix …………………………………………………………………………………N° 107.01

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


44

107.02 - Enduit intérieur au mortier de ciment sur murs intérieure et plafonds   :

Comprenant crépis au mortier à 300 kg de ciment, couche de finition au mortier dosé à


250 kg de ciment y compris arêtes, cueillies, etc..
Ouvrage payé au mètre carré, au prix……………………………………………….N° 107.02

107.03 - Baguettes d'angles métalliques  :

Tous les angles des murs et piliers recevront une baguette d’angles métalliques de 2,00 m
de hauteur , y compris raccords d'enduits.
Ouvrage payé au mètre linéaire, y compris toutes sujétions de fourniture, de pose et de
scellement,
au prix ………………………………………………………………………………..N° 107.03

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’


45

MARCHE N° : SAC/M/……/08

TRAVAUX DE CONSTRUCTION D’UNE ECOLE


LOTISSEMENT SALAM 1 AHL LOGHLAM TRANCHE. C
PEFECTURE DES ARRONDISSEMENTS SIDI BERNOUSSI
ARRONDISSEMENT SIDI MOUMEN

LOT1 : GROS ŒUVRES


DRESSE PAR LE BET VU PAR L’ARCHITECTE VERIFIE PAR LA DIVISION
DES MARCHES

A Casablanca, le …… A Casablanca, le ……

VERIFIE PAR LE CHEF LU ET ACCEPTER PAR


DU DEPARTEMENT TECHNIQUE L’ENTREPRENEUR SOUSSIGNE
POUR LA SOMME DE :

A Casablanca, le ……….. A ………………., le …………

VERIFIE PAR LE : APPROUVE PAR :


LE DIRECTEUR DE L’UGP LE DIRECTEUR GENERAL
CASA EST DE LA SOCIETE AL OMRANE
CASABLANCA

A Casablanca, le ……….. A ………………., le …………

Travaux de construction d’une Ecole primaire ‘’C’’

Vous aimerez peut-être aussi