Vous êtes sur la page 1sur 53

Université Cadi Ayyad

Faculté des Sciences Semlalia

Marrakech

Département : physique

Spécialité : efficacité énergétique et énergie renouvelable

Mémoire de projet de fin d’études

Pour L’obtention du titre License professionnelle

Sous le thème de :

Récupération d’énergie thermique échappée au niveau


......de calcinateur
....Étude technico-économique et comparative entre la production de l’électrique à partir....
de l’énergie récupérée, à la place de l’utiliser en séchage de phosphate

Pour l’obtention du titre License professionnelle

Réalisé Par : Amine Ait Oufkir

Encadrant : Mr Amin Bennouna

Mr Brahim Benhamou

Période de stage : Du 01/05/2017 à 01/06/2017

Service de l’Usine : Usine De Calcination à Youssoufia

Année Universitaire : 2016 – 2017


DEDICACE

Je dédie ce modeste rapport en guise de reconnaissance à :

A tous les membres de ma famille.


A tous les membres du service Exploitation
Dans l’Usine de Calcination.
A tous mes professeurs à LP 3-ER.
Et tous mes amis et mes collègues à LP-3ER.

1
REMERCIEMENTS

Avant d’entamer le vif de mon travail je tiens à exprimer ma profonde

gratitude à Mr LEMAM, Directeur de traitement, qui m’a accordé

l'opportunité de pouvoir passer ce stage au sein de l’usine de calcination à

Youssoufia.

Nous tenons à remercier en premier lieu l’ensemble de nos enseignants

du département de physique qui ont contribué à notre formation et qui nous

ont transmis leur savoir, en particulier le corps professoral de la section

Electronique et énergétique.

Je remercie également tous mes enseignants qui m’ont orienté

théoriquement et pratiquement durant mon cycle de formation, en particulier

Monsieur A.BENNOUNA, chef de la filière et membre de jury, Monsieur A

.....M..RAOUFI, professeur et membre de jury, Monsieur A.OUTZOURHIT,

professeur et membre de jury et Monsieur A .BRAKEZ, Professeur et membre de

jury.

2
Nomenclature
Désignation Unité
1,2,3,….. Indice du cycle
P Pression Bar
HP Haut pression
BP Basse pression
.min Minimal
Max Maximal
T Température 𝑜
𝐶
W Travail KJ/Kg
H Enthalpie KJ/Kg
Is Isentropique
Q Quantité de chaleur KJ/Kg
H Coefficient de convection
Ƞ Rendement
g.v Générateur de vapeur
.P
.p Pompe
.c Condenseur
Ρ Masse volumique
𝑀, 𝑚 Débit massique Kg/s

𝐿𝑣 Chaleur latent de vaporisation KJ/Kg


𝑞𝑣 Débit volumique 𝑚3 /𝑠
M Masse molaire g/mol
𝐶𝑝 Capacité calorifique KJ/Kg. 𝑂𝐶
.s Sortie
.e Entre
.g Gaz
Vap Vapeur
Liq Liquide
Ф Flux KJ
DTLM Différence température moyenne logarithmique 𝑂
𝐶
S Surface 𝑚2
 Conductivité thermique W/m.𝑂𝐶
𝛍 Viscosité dynamique Kg/m.s
D Diamètre M
𝐷𝑒 Diamètre équivalent m
V Volume 𝑚3
Re Nombre de Reynoldes
Pr Nombre de Prandtal
F Facteur de daryc
Nu Nombre de Nusselt
Conv Convection
.l Longueur du tube M
.n Nombre des tubes
′ Coefficient de pertes de charge
∆P Perte de charge Pa
U Coefficient d’échange global W/𝑚2 . 𝑂𝐶
𝑅𝐺 Résistance du gaz non dépoussière 𝑚2 . 𝑂𝐶 /𝑊
𝑅𝐸𝐼 Résistance d’eau industrielle 𝑚2 . 𝑂𝐶 /𝑊
Ech Echange
.méc Mécanique
.élec Electrique
C Cout MAD
T.R.I Temps de retour sur investissement Année
Moy Moyenne
GES Gaz à effet de serre
Ref Refoulement
NCF Net Cash Flow MAD
VAN Valeur actuelle nette

3
Sommaire
Chapitre 1 : Présentation générale……………………………………………………….………....................................................................................................9

I. Introduction …………………………………………………………………………………........................................................................................................9
II. Présentation de L'OCP……………………………………...………………….....................................................................................................................10
1-Historique ……………...………………….................................................................................................................................................................10
1.1 Historique ………………………………………………………………………....................................................................................................11
1.2Situation…………………………………………………………………………………………………….…………………………………...…..…....….....11
historique…………………………………………………………………………………………………………..…………………………………………..…..….....12
2-Présentation générale…..………………….........................................................................................................................................................12
3-Statut juridique de l’OCP ……………...…………………...................................................................................................................................12
4-Mission de l’OCP ……………...…………………....................................................................................................................................................12
5-Organisation ……………...…………………...........................................................................................................................................................12
6-Les activités du Groupe OCP ……………...…………………............................................................................................................................12
III. Description de l’Usines de calcination……………………………...........................................................................................................................13
1-Parc industriel………………………………………………………………………………………..…………………………………………..……….…...13
2-Définition du procédé de calcination………………………………………………………..……........................................................................14
IV. Contexte du projeté ……………………………………………………………………………………...……………………………………...………............21
1- Problématique ………………………………………………………………………….…………………..……………………………...………...…......21
2- L’Objectif …………………………...……………………………………………………………………………………………………………..…….…..…21
3-Méthodologie de réslution.......……………………………………………….........................................................................................................21
Chapitre 2: Systèmes de production d’électricité et simulation du cycle de Hirn…………………………………………………………………………………16
I .Introduction……………………………………………………………………..........................................................................................................................16
II.Principe..et..réalisation..du..cycle..de..Hirn …………………………………………………………………………………………………………..........17
1. Présentation..du..cycle..Hirn…………………………........................................................................................................................................17
2…Modélisation..de..différents..composants..de..l’installation ………………………………………………………………………………...…18
2.1) Turbines à vapeur ………………………………………………………………………………………………........................................................18
2.2) Simulation du cycle de Hirn .……………………………...………………………………………………………………………………...……....19
2.3) Hypothèses générale………………………………………...…..………………………………………………………………………………..........19
2.4) Etapes de simulation…………………………………………………………………………………………………………………………...............20
3. Diagramme entropique de la vapeur …………………………………………………………………………………….…………………….……....23
4. Modélisation mathématique du cycle de Hirn……………………………………………………………………...............................................23
Chapitre 3 : Dimensionnement de l’installation de cogénération…………………………………………………………………….................27
I. Introduction…………………………………………………………………………………………………………………………………………………......….....28
II. Dimensionnement des composantes du cycle……………………………………..……………………………………………………………...….….28
1. Chaudières de récupération…………………………………………………………………………………………..…………………………….…….…28
2 Chaudière ....……………………………………………………………………………………………………………...............................................................29
3. Turbine………..….…………………………………………………………………………...……………………....................................................................29
4. Condenseur…...…………………………………………………………………………………………………………………………………………...……….30
5. Alternateur…….………………………………………………………………………………………………………………………………………...….……...30
6. Schéma du procédé primaire..…………………………………………………………………………………………………………………...…………30
III. Dimensionnement de l’installation……………………………………………………………………………………………………………………….....31
1. Bilan thermique pour les chaudières……………………………………………………………………………………….........................................31
2 Bilan thermique pour le condenseur :………………………………………………………………………………………........................................31
IV. Dimensionnement des chaudières……………………………………………………………………………………..…................................................32
1. Dimensionnement de la chaudière E1 (1er étage)………..…………………………………………………..…….………………………………32
2. Dimensionnement de la chaudière E2(2 eme étage)….……………………………………………………....………………..………….....…...36
3. Dimensionnement du condenseur…….……..………………..…………………………………………………….…………………………....…...…..37
V.La puissance mécanique, électrique et électrique nette de l’installation…………………………......…………………………………….....38
Chapitre 4 : étude de l’impact économique et environnemental du projet.…...............................................……………………………......39
I. Introduction………………………………………………………………………………….…………………………………………………………….…….….........40
II. Étude économique ……………………………………………………………………………………………………….……………..………………..………...…..41
1. Informations sur les unités de récupération des rejets thermiques…………….…………………….…………………….….……...…...41
2. Coût global du projet……….………………………………………………………………………………………………………………….…....….….…..41
3. Les coûts récurrents – revenus.....……………………..……………….……………………….……...………… ………………….…….......……....42
4. Estimer la rentabilité du projet..........................................................................................................................................................................44
III .Comparaison entre les deux récupérations ………………………………………………………………………………………….….…..….…..........45
IV. Impact sur l’environnement…………...………………………………………………………………..……….....................................................................47
Conclusion Générale…………………………………………………………………………………………………………………………………………..…….…….............48

Bibliographie…...………....………………………………………………………………………...………………………..……....…......49

Webographie……………………………………………………………………………………………………………………………………………….………....…..................50

... ANNEXE………………………………………………………………………………………………………………………….........……………………..……….........................51

4
Liste des figures

Figure 1 : implantation de phosphate au Maroc……………………….……………………………............10

Figure 2 : Présentation l’usine de calcination………………………….…………………….……...................13

Figure 3 : Présentation du cycle de Hirn: ........................................................................................................17


Figure 4: Principe de fonctionnement d'une turbine vapeur..………………………………...............20

Figure 5. Schéma cycle de Hirn sur THERMOPTIM.................................................................... 20

Figure 6 : Schéma du cycle de vapeur………………………………………….……………………………............22

Figure 7 : Résumé des valeurs des six transformations……………….………………………….…..........22

Figure 8: Présentation Diagramme entropique de la vapeur………....……………………….…........23

Figure 9: Schéma de principe d’une chaudière de récupération…….……………………..……........28

Figure 10: Schéma du procédé primaire………………………………………….……………………….............36

Figure 11: Variations du flux de trésorerie cumulés max en fonction du temps .….……......44

Figure 12: Variations du flux de trésorerie cumulés min en fonction du temps .....…..........44

5
Liste des tableaux
Tableau 1 : Valeurs des différents points du cycle à vapeur......................................................26

Tableau 2 : Bilan du cycle.................................................………………………….....…...….....26

Tableau 3 : Paramètres la chaudière..................................................……………………..….....29

Tableau 4 : Paramètres d’entrer et sortie de la turbine .............................................................29

Tableau 5 : Nombres adimensionnels d’eau et gaz (E1) 1ère étage…………………....…........35

Tableau 6 : Nombres adimensionnels d’eau et gaz (E2) 2ère étage………………...…..……...36

Tableau. 7 : Nombres adimensionnels d’eau et vapeur………………………………............….37

Tableau. 8 : Pertes de charge coté eau pour le condenseur ……………………………….........37

Tableau. 9 : Tableau.dé.d’amortissement..du..Projet ………………………………….….…...43

Tableau. 10 : Paramètres d’eau et gaz (E1) 1ère étage ..................................................………....51

Tableau..11....:.Paramètres..d’eau..et..gaz..(E2)..2ère..étage …………………………....……........51

Tableau .12 : Paramètres…d’eau…et…vapeur..pour..le.Condenseur……………………....…...........51

Tableau 13 : Propriétés de quelques métaux ............................................................................53


Tableau 14 :Ordre de grandeur des résistances d’encrassement Re.......................................... 53

6
Présentation générale de OCP
Chapitre 1 et Description de l’Usine
de calcination

7
I. Introduction
Dans le cadre de mon stage de fin d’études, j’ai eu l’opportunité de le passer à
l’OCP (Office Chérifien des Phosphates) à Youssoufia, pour une durée de un mois.
En effet, l’OCP est une très grande entreprise, elle se classe parmi les premières
au Maroc, et elle est aussi la première entreprise exportatrice de phosphate au
monde.
C’est une chance de pouvoir acquérir une expérience professionnelle au sein
d’un groupe d’une telle envergure.
Les unités de calcination de Youssoufia, conçus initialement pour le traitement
du phosphate noir en vue de l’élimination des matières organiques et de sa
décarbonatation et par conséquent son enrichissement en BPL, maintenant ont
été adaptées au traitement du phosphate clair, après la fermeture de la mine
souterraine.
La combustion de ces matières organiques participe à 30% de l’énergie
nécessaire à la calcination, le reste est fourni par la combustion du fuel lourd n°2.
Dans ce cadre, mon stage de fin d’étude que je viens de passer à la Direction
des Exploitations Minières de Gantour et plus précisément à l’unité de calcination
de Youssoufia sera articulé autour des points suivants :

 Une description d’une unité de calcination du phosphate clair.


 Étude technico-économique et comparative entre la production de
l’électrique à partir de l’énergie récupérée, à la place de l’utiliser en
séchage de phosphate

8
II. Présentation de L'OCP [1]
II-1-Historique
II-1.1-Historique

La prospection géologique qui a commencé vers 1908 a révélé les premiers


indices de phosphate au MAROC en 1912 dans les régions de OULED ABDOUN à
120 Km de la mer, mais il a fallu attendre la fin de la première guerre mondiale
en 1919 pour qu’elle soit une étude sérieuse des gisements en vue de leur mise
en exploitation.

L’OCP (Office Chérifien des Phosphates) fut créé par le dahir du 7 août
1920, réservant à l’état marocain tous les droits de recherche et d’exploitation
du phosphate ainsi que le monopole des ventes de ce minerai.

L’exploitation effective du phosphate marocain fut entreprise à partir du


février 1921 dans la région d’Oued-Zem dans le gisement de OULED ABDOUN et
un peu plus tard dans le début des années trente dans la région de GANTOUR à
Youssoufia.

Depuis lors, les besoins mondiaux en phosphates ont fait de l’OCP une
entreprise qui, jusqu’à nos jours, n’a cessé de grandir; et pour se maintenir face
à la concurrence des autres pays producteurs de phosphate et dérivés, l’OCP se
modernise, se développe continuellement et s’affirme comme le leader du
marché mondial des phosphates. En effet l’OCP est le premier exportateur
mondial de phosphate et le deuxième producteur après les Etats-Unis.

9
II-1.2-Situation historique

La carte suivante mont re les différentes situations géographiques des réserves


marocaines…des…phosphates

Figure 1 : Implantation de phosphate au maroc

 Zone d’OULAD-ABDOUN située dans la province de KHOURIBGA, ses


phosphates sont exportés par le port de Casablanca et JORF-LASFAR ;
 Zone de GANTOUR concernant les centres miniers de YOUSSOUFIA et
BENGURIR ;
 Zone des phosphates de BOUCRAA comprenant les mines de BOUCKRAA, les
usines de traitement et le port de LAAYOUNE ;

Les usines des industries chimiques : elles ont pour rôle la valorisation d’une
partie de la production des centres miniers, elles sont situées à SAFI et JORF-
LASFAR

10
II-2- Présentation générale

Le Groupe OCP opère dans le domaine de l’industrie du phosphate et des


produits dérivés.
Le phosphate est une matière naturelle qui est utilisée principalement dans la
fabrication des engrais : 85% du phosphate extrait dans le monde sont destinés à
la production de fertilisants, les autres, 15% sont dirigés vers les usages
techniques (alimentation animale, détergence, traitement de surface,
conservation des aliments, pharmacie…)
II-3- Statut juridique de l’OCP

L’OCP est une entreprise semi-publique, la nature de son activité est à la


fois commerciale et industrielle, elle bénéficie de l’autonomie d’une entreprise
privée. L’état n’intervient en aucun cas dans la gestion financière de l’OCP. Le
Directeur Général de l’OCP est nommé par Dahir Royal sous la tutelle du conseil
d’administration présidé par le Premier ministre.

II-4- Mission de l’OCP

La mission du groupe OCP est centrée principalement sur la production, la


valorisation des phosphates minéraux, la transformation chimique à travers des
filiales intégrées et la commercialisation des produits phosphatés et leurs
produits dérivés.

II-5- Les activités du Groupe OCP


A travers ses multiples activités, l’OCP est devenu le plus puissant groupe
économique du Maroc, il occupe dans l’industrie des phosphates une place
prépondérante tant à l’échelle nationale qu’internationale. En effet, les réserves
marocaines de phosphates sont estimées à 80 milliards de mètres cubes soit 75%
des réserves mondiales.

11
III. Description de l’Usines de calcination
III -1-Parc industriel
ORGANIGRAMME DES OPERATIONS DE LA CALCINATION DU PHOSPHATE

STOCK DE PHOSPHATE CLAIRE

EPIERRAGE

CRIBLAGE CENTRALE

STOCK MECANISE

UNITE2 UNITE 3 UNITE 4

STOCK CALCINE

CHARGEMENT

Le complexe industriel de calcination comporte :


 Une installation de criblage centrale,
 Des stockeuses pour la mise en stock sur les deux tas de phosphate.
 Des roues pelles pour la reprise du phosphate vers les unités
 Des convoyeurs assurant le transport du produit entre installations.
 Une tour d’alimentation qui alimente les unités de calcination en
phosphate humide.
 Trois unités de calcination.
 Une installation de stockage de phosphate calciné.
 Une installation pour chargement des trains (Poste SMESI).
 Un stock du stérile.
 Une installation pour déchargement des trains
12
III -2-Définition du procédé de calcination

Le procédé de calcination a pour but principal l'élimination des matières


organiques et une décarbonatation partielle du phosphate. Le phosphate subit
trois opérations essentielles qui consistent en un séchage, une calcination et
un refroidissement dans une série de réacteurs à lit fluidisé.

Gaz chauds

ELECTROFILTRE
Entrée du produit
B20 G1
G10 5
Mélange
1 Injection
ur
d’eau de
CALCINATEU
refroidissem
PRECHAUFFE R R337
ent
G10 G104 G10
G10 B.V.
B.V.
Y10 6
préchauffe
M10 1 POST
PREREFROIDISSEU
C501 R POST REFR
Fuel REFROIDISSEU

F1 ou
C10 gaz
01 Air de
fluidisation Sortie
Générateur B B 202 Air de fluidisation et
et de produit
des gaz de refroidissement calciné
chauds RS
Figure 2. Présentation l’usine de calcination

La calcination est une suite d’opérations que subie le phosphate et qui est réalisée
par les étapes suivantes :
1. Séchage et préchauffage : (Préchauffeur R.336)
2. Dépoussiérage par cyclone et classification du phosphate
3. Calcination: (Calcinateur R.337)
4. Refroidissement..du..phosphate..calciné

13
IV. Contexte du projeté
IV -1- Problématique
Le Groupe OCP est déterminé à optimiser ses ressources énergétiques à travers
une stratégie ciblée visant à sécuriser ses sources d’énergie et à augmenter
son efficacité énergétique.

La calcination a pour but d’éliminer les matières organiques que contient le


minerai. Elle s’effectue à une température comprise entre 700°C et 800°C par
combustion des matières organiques que l’on complète par un appoint de fuel. qui
assure L’énergie sous forme de chaleur résiduelle avec des quantités très faible des
fines de phosphate Cette chaleur résiduelle utilisée pour le séchage de phosphate
peut être utilisée pour la production d’électricité et en même temps la réduction des
émissions des gaz à effet de serre.
Ce présent travail s’inscrit dans le cadre Étude technico-économique et
comparative de la récupération d’énergie thermique échappé au niveau du
calcinateur au production électrique, à la place de la récupérer au but de sécher le
phosphate

IV -2-L’Objectif
L’objectif de cette étude est l’exploitation de la chaleur perdue dans les gaz
d’échappement afin de produire de l’énergie électrique avec un système de
récupération de la chaleur résiduelle, ainsi compare entre deux récupération au
niveau financier soit récupération pour produire d’ électricités ou récupération
pour sèche le phosphate qui utilise maintenant dans l’usine de calcination puis on
peut conclure un résultat de récupération le plus efficace .
IV- 3-Méthodologie de résolution
La résolution est basée sur le calcinateur qui permet dégage la chaleur
important sous forme des gazes chaude dans la sortie de calcinateur ,. Cette
chaleur résiduelle produite par calcinateur sera calculé à partir des débits,
températures et chaleur spécifique, afin d’en déduire la puissance électrique
produite par le système.

Pour compléter ce travail, un bilan économique sera établi en étudiant le cout


d’investissement et le temps de retour sur l’investissement, sans oublier son
impact sur l’environnement.

14
Systèmes de production
Chapitre 2 d’électricité et simulation
du cycle de Hirn

15
I. Introduction
Dans ce présent chapitre, nous allons présenter le cycle thermodynamiques adapté
pour la récupération des rejets thermiques de l’usine afin de les convertir en électricité.
A la fin de ce chapitre on va faire une simulation du cycle de vapeur sur le progiciel
THERMOPTIM et une modélisation mathématique de chaque composant du cycle.

La récupération et la valorisation des rejets thermiques industriels à basse


température et leur conversion en électricité constituent un moyen efficace pour la
diminution de la consommation énergétique et l'augmentation de l'efficacité
énergétique industrielle. Parmi les technologies actuelles et potentiellement utilisées
pour la valorisation de l'énergie thermique rejetée par les différents secteurs
industriels, on cite Cycle ce Hirn (Rankine avec surchauffe). [2]

16
II. Principe et réalisation du cycle de Hirn [2]

II-1-Présentation du cycle Hirn

Le cycle de Rankine est un cycle thermodynamique dont la source de chaleur


externe est transmise à une boucle fermée qui contient un fluide. Ce cycle est très
utilisé dans l'industrie pour générer de l'électricité.[11]

Le cycle de Hirn se caractérise par surchauffe en fin de l’évaporation. Cette


variation est le cycle qui se rapproche le plus du fonctionnement d’un cycle eau-vapeur
d’une centrale thermique. En plus de fournir un gain l’efficacité, la surchauffe diminue
l’humidité de la vapeur qui se nuisible aux aubes de la turbine. L’utilisation d’un
condenseur et d’une pompe sont également nécessaires pour garantir le fonctionnement
du cycle thermodynamique.

Une installation de cogénération est composée de différents éléments, dont les principaux
....sont :

Figure 3. Présentation du cycle de Hirn

17
II-2-Modélisation de différents composants de l’installation [3]

II-2.1-Turbines à vapeur :
Les cycles des turbines à vapeur utilisent un fluide compressible, qui change d’´état
au cours du cycle. Le changement d’état de la vapeur génère des variations
importantes de l’enthalpie qui permet de transformer de grandes quantités de chaleur
en travail. Dans une turbine la vapeur est détendue de façon continue dans un système
de roues à aubes.

Le fluide moteur parcourt quatre états thermodynamiques distincts. Le cycle


fonctionne entre de deux valeur de pressions :

La pression d’évaporation : 𝑃é𝑣𝑎𝑝 = 𝑃𝑚𝑎𝑥 = 𝑃1 = 𝑃4

La pression de condensation : 𝑃𝑐𝑜𝑛𝑑 = 𝑃𝑚𝑖𝑛 = 𝑃2 = 𝑃3

Figure 4: Principe de fonctionnement d'une turbine à vapeur

Après avoir traversé la chaudière, le mélange s’évapore. La vapeur obtenue sous


forme saturée ou surchauffée (point 1) se détend ensuite dans la turbine (point 2).
A pression constante, cette vapeur se condense dans le condenseur (point 3) en
cédant sa chaleur au fluide de refroidissement. Le fluide de travail traverse enfin la
pompe et pénètre dans le générateur de vapeur (point 4) avec une pression élevée en
vue de compléter le cycle
Les équations de base expriment les bilans de masse et d'énergie pour chaque
composant du cycle. Elles sont introduites pour la modélisation du cycle de Rankine

18
II -2.2-Simulation du cycle de Hirn [3]
Parmi les logiciels de la simulation et la conception des systèmes énergétiques ;
THERMOPTIM a été choisi pour l’étude du cycle de Hirn dans ce projet.

THERMOPTIM est un progiciel qui permet de calculer facilement des cycles


thermodynamiques relativement.

Le modèle en régime permanent fournit un environnement de modélisation intégrant


de manière profondément interconnectée un éditeur de schémas / écran synoptique des
diagrammes interactifs, des fonctions de simulation et une méthode d'optimisation
basée sur .intégration thermique Son objectif est double : faciliter et sécuriser la
modélisation des technologies de conversion de l'énergie.
Cet outil permet de résoudre des systèmes d’équations qui apparaissent dans la plupart des
domaines thermodynamiques

II -2.3- Hypothèses générales


La modélisation du système énergétique, l’introduction de quelques hypothèses s’avère une
grande importance pour la mise en œuvre de la modélisation mathématique.

Les débits des sources de chaleur sont : 57 kg/s à 500 °C, d’où la température de l’eau à
l’entrée de la turbine est supposée égale à 400°C.

19
II- 2.4- Etapes de simulation
Etapes 1 : Nous créons d’abord le schéma de la centrale à vapeur simple, composée d’une
pompe, des trois sous échangeurs de la chaudière de récupération (économiseur, vaporiseur et
surchauffeur), une turbine et un condenseur. Nous choisissons l’eau parmi les vapeurs
condensables comme fluide de travail.

Entrez ensuite de manière similaire les deux autres parties de source externe , la turbine
et le condenseur, et connectez les différents composants. Vous obtenez le résultat suivant :

Figure5. Schéma cycle de Hirn sur THERMOPTIM

1→2 : Compression d’eau de la BP jusqu’à la HP.


2→3 : Économiseur de chaleur, permet d’augmenter la température.
3→4 : Vaporiseur, assure le changement de phase d’eau de l’état liquide à l’état gazeux à
température constante.
4→5 : Surchauffeur, permet d’augmenter la température.
5→6 : Turbine à vapeur, produit l’électricité à partir de la détente de pression entre l’amont et
l’aval.
6→1 : Condenseur, assure la liquéfaction d’eau pour qu’il soit prêt à la compression.

20
Etape 2 : Varier la pression d’évaporation et on fixe le rendement isentropique à la valeur 0,7
jusqu’à ce que le titre de la vapeur reste supérieur ou égale à 0,9 à la sortie de la turbine pour
ne pas avoir le problème de corrosion.

Donc, la pression de vaporisation d’eau est égale à 20 bars. L’eau à l’entrée de la pompe
est supposée à une température égale à 24,9 °C et une pression égale à 0,0316 bar.
L’échange de chaleur pour l’économiseur, vaporiseur, surchauffeur et le condenseur se
fait à contre-courant.

21
Etape 3 : Varier les autres paramètres (économiseur, vaporiseur, surchauffeur, pompe,
condenseur), et afficher les valeurs.

……………………………..Figure 6 : Schéma du cycle de vapeur

La figure 13 représente les valeurs thermodynamiques des 6 nœuds et les transformations de


l’eau au niveau de chaque composant du cycle.

Figure 7 : Résumé des valeurs des six transformations

22
II-3-Diagramme entropique de la vapeur

Figure 8: Présentation Diagramme entropique de la vapeur

II-4-Modélisation mathématique du cycle de Hirn [4]


II-4.1- Turbo-alternateur :

Un turbo-alternateur est l'accouplement d'une turbine et d'un alternateur en vue de


transformer la puissance mécanique d'un fluide en mouvement en électricité .
La détente dans la turbine est considérée comme adiabatique et irréversible et
avec un rendement isentropique constant.
𝑃𝑡𝑢𝑟𝑏𝑖𝑛𝑒 = 𝑚𝑟𝑒𝑓 . (ℎ5 − ℎ2 ) < 0
Le rendement isentropique de la turbine s’écrit:
ℎ6. − ℎ5
 𝑖𝑠 =
ℎ6.𝑖𝑠 − ℎ5
La puissance mécanique fournie par la turbine en tenant compte du débit de la vapeur d’eau
et du rendement mécanique de la turbine s’écrit:

𝑃𝑚é𝑐 = 𝑚. ‫׀ 𝑒𝑛𝑖𝑏𝑟𝑢𝑡𝑤׀‬
Donc on peut déduire la puissance électrique fournie par l’alternateur s’écrit:
𝑃é𝑙𝑒𝑐 = 𝑃𝑚é𝑐 . é𝑙𝑒𝑐

23
II-4.2- Une pompe de circulation :
La pompe Appareil destiné à faire circuler un fluide dans le circuit.
La puissance consommée par une pompe supposant idéale pour compresser l’eau
Peut s’écrit :
𝑃𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒 = 𝑚𝑟𝑒𝑓 . ℎ2 ℎ1  >0
Pour une compression adiabatique irréversible, on introduit, Le rendement isentropique

 𝑤𝑖𝑠.𝑝 ℎ2.𝑖𝑠 −ℎ1


𝑖𝑠.𝑝= 𝑤𝑝 = ℎ2 −ℎ1

Le rendement mécanique fourni par la pompe au fluide égale La puissance consommée par
une pompe divise par La puissance mécanique fournie par la pompe peut s’écrit :
𝑃𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒
𝑚é𝑐𝑎𝑛𝑖𝑞𝑢𝑒 =
𝑃𝑚é𝑐𝑎𝑛𝑖𝑞𝑢𝑒
Le rendement électrique fourni par la pompe peut s’écrit:
𝑃𝑚é𝑐𝑎
é𝑙𝑒𝑐 =
𝑃é𝑙𝑒𝑐
En fin la puissance électrique consommée par la pompe découle du travail mécanique
fourni et du rendement électrique peut s’écrit :
𝑃𝑚é𝑐𝑎
𝑃é𝑙𝑒𝑐 =
é𝑙𝑒𝑐
II-4.3-Générateur de vapeur :
Le générateur de vapeur produit de la vapeur saturée qui traverse la turbine où elle se détend avant de
se condenser, puis l'eau condensée retourne à la chaudière à travers la pompe alimentaire.

𝑠𝑜𝑢𝑟𝑐𝑒 𝑐ℎ𝑎𝑢𝑑𝑒 ∶ 𝑄𝑔.𝑣 = 𝑚𝑟𝑒𝑓 . (ℎ5 − ℎ2 ) > 0

24
II-4.4-Le condenseur :
La condensation à 25 °C implique que nous maintenions dans le condenseur un vide
assez poussé (0,0316 bar). Le refroidissement au condenseur est assuré par un débit approprié
d'eau à 30 °C qui est une valeur moyenne de la température de l'eau à la sortie de la tour de
refroidissement

𝑠𝑜𝑢𝑟𝑐𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑𝑒 𝑄𝑐𝑜𝑛𝑑 = 𝑚𝑟𝑒𝑓 .(ℎ1 − ℎ6 )>0

La récupération de chaleur provenant de l'échappement se fait normalement en trois


étapes:

1/ Dans l'économiseur, la chaleur à faible valeur des gaz d'échappement est utilisée pour
chauffer l'eau d'alimentation sous pression;.

2/ Dans l'évaporateur, la chaleur à moyenne valeur provenant de l'échappement est


utilisée pour ébullition de l'eau sous pression, qui génère de la vapeur saturée;

3/ Dans le surchauffeur, la chaleur à haute valeur de l'échappement est utilisée pour


surchauffer la vapeur générée dans l'évaporateur.

II-4.5-Puissance nette :

𝑃𝑛𝑒𝑡 = −𝑃𝑡𝑢𝑟𝑏𝑖𝑛𝑒 − 𝑃𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒

II-4.6-Rendement thermique du cycle :

𝑃𝑛𝑒𝑡
𝑡ℎ =
𝑄𝑖𝑛
Avec :
𝑄𝑖𝑛 = 𝑄𝑔.𝑣

25
Le tableau suivant présente un résume les paramètres thermodynamique de chaque
composante du cycle de Hirn.
Température Pression Enthalpie Entropie Titre
( 𝑶𝑪) (bar) (Kj/kg. 𝑶𝑲) (kj/kg. 𝑶𝑲) (%)
1 24,96 0,0316 104,67 0,366 0

2 25 20 106,67 0,3667 0

3 212,37 20 908,59 2,44 0

4 212 ,37 20 2797 ,23 6 ,33 1

5 400 20 3248,67 7,12 1

6 24,96 0,0314 2459,2 8,26 0 ,96

𝟔𝒊𝒔 24,96 0,0314 2120,85 7,12 0,7

Tableau 1 : Valeurs des différents points du cycle à vapeur

II-4.7-Bilan du cycle

Le tableau suivant présente les énergies utiliser et produite par les composantes du cycle de
vapeur.

Pompe 𝒘𝒑𝒐𝒎𝒑𝒆 (𝒌𝒋/𝒌𝒈) 2

Turbine 𝒘𝒕𝒖𝒓𝒃𝒊𝒏𝒆 (𝒌𝒋/𝒌𝒈) -789,47

Condenseur 𝒒𝒄 (𝒌𝒋/𝒌𝒈) -2354,33

Générateur de 𝒒𝒄 (𝒌𝒋/𝒌𝒈) 3142


vapeur
Rendement 𝒕𝒉 (%) 25,06
thermique

Tableau 2:Bilan du cycle

26
Dimensionnement
Chapitre 3
de l’installation de cogénération

27
I. Introduction
Dans ce chapitre, nous allons entamer le dimensionnement de l’installation de
cogénération, en commençant par le calcul du débit de vapeur produit, la surface d’échange
nécessaire pour récupérer la chaleur des rejets thermiques, à la fin calcul de la puissance nette
générée par l’installation.

II. Dimensionnement des composantes du cycle


II -1-Chaudières de récupération [6]
Une chaudière de récupération est une unité pour générer de la vapeur, est assimilable à un
échangeur de chaleur entre les gazes chaude et l’eau du cycle, mais en réalité c’est bien plus
complexe.

Figure 9: Schéma de principe d’une chaudière de récupération 

L’économiseur, qui permet de chauffer le fluide moteur en utilisant la puissance


calorifique des gazes chaude disponible en fin de parcours. Cela revient à faire un
préchauffage d’eau.
L’évaporateur, élément dans lequel s’effectue le changement d’état eau-vapeur.
Le surchauffeur (éventuellement) dans lequel circulent les gazes chaude les plus
chaudes et qui permet de surchauffer la vapeur au-delà de la température de
saturation.

28
Nous distinguons deux grands types de chaudières :

Les chaudières à tubes de fumées : historiquement c’est le premier type de


construction, car c’est le plus simple. Les gazes chaude circulent dans des tubes immergés
dans de l’eau à laquelle elles transmettent leur énergie thermique, en effectuant un ou
plusieurs parcours, avant d’être évacuées par la cheminée.
Les chaudières à tubes d’eau : Dans cette construction, plus complexe, c’est l’eau (le
fluide caloporteur) qui circule dans des tubes, autour desquels s’écoulent les gazes chaude

Dans notre cas, la forte concentration des poussières dans les fumées impose l’utilisation
d’une chaudière à tube d’eau.

II-2-Chaudière
On désigne par la chaudière , la chaudière où les gaz chauds préviennent du
calcinateur et pré-refroidisseur et du post-refroidisseur n°1 et n°2. Vers préchauffeur.

Debit(𝑵𝒎𝟑 /𝒉) Débit (kg/s) Température Température


d’entre ( 𝑶𝑪) de sortie( 𝑶𝑪)
E 162000 57 500 140
Tableau 3 : Paramètres la chaudière

 Etage E1 (économiseur) : Débit d’eau ṁ pénètre à 25°C et sort à 170°C sous forme
liquide (avant d’atteindre la température de vaporisation 212,37 °C)

 Etage E2 (vaporiseur et surchauffeur) : Débit d’eau pénètre à 170°C et sort à


400°C sous forme vapeur surchauffée

II -3-Turbine

Les propriétés thermodynamique de la vapeur d’eau à l’entrée et à la sortie de la turbine.


Les autres points sont déterminés directement à partir du tracé du cycle de Hirn sur le
diagramme entropique de l’eau.

Température Pression Enthalpie Entropie Titre


( 𝑶𝑪) (bar) (kj/kg. 𝑶𝑲) (kj/kg. 𝑶𝑲) (%)
Entre 400 20 3248,67 7,12 1
Sortie 24,96 0,0314 2459,2 8,26 0 ,96
Tableau 4 :.Paramètres d’entrer et sortie de la turbine

29
II -4- Condenseur
La condensation à 25 °C implique que nous maintenions dans le condenseur un vide
assez poussé (0,0314 bar). Le refroidissement au condenseur est assuré par un débit approprié
d'eau à 30 °C qui est une valeur moyenne de la température de l'eau à la sortie de la tour de
refroidissement. Cette eau quitte le condenseur à 80°C qui est une valeur moyenne de la
température de l'eau à l’entrée de la tour de refroidissement.

II -5-Alternateur
L'énergie électrique est obtenue par conversion de l'énergie mécanique produite par la
turbine à vapeur, en énergie électrique. Cette conversion est obtenue en couplant un
alternateur (courant alternatif) à la turbine. Le rendement de conversion mécanique/électrique
est d'environ 98%..

II -6-Schéma du procédé primaire

Figure 10 : Schéma du procédé primaire

30
III. Dimensionnement de l’installation
III-1- Bilan thermique pour les chaudières. [5]
ф𝒈𝒂𝒛 é𝒎𝒊𝒔 = ф𝒆𝒂𝒖 𝒓é𝒄𝒖

𝒎𝒈 . 𝑪𝒑.𝒈𝒂𝒛 . (𝑻𝒆.𝒈 − 𝑻𝒔.𝒈 ) = 𝒎𝒆𝒂𝒖 . 𝑪𝒑.𝒆𝒂𝒖 . (𝑻𝒗𝒂𝒑 − 𝑻𝟐 ) + 𝒎𝒆𝒂𝒖 .𝑳𝒗 + 𝒎𝒆𝒂𝒖 . 𝑪𝒑.𝒆𝒂𝒖 . (𝑻𝟓 − 𝑻𝒗𝒂𝒑 )

Les débits massiques d’entrée et sortie sont égaux en régime stationnaire:

𝒎𝒗𝒂𝒑 = 𝒎𝒆𝒂𝒖 =𝒎𝒓𝒆𝒇

𝒎𝒈 .𝑪𝒑.𝒈𝒂𝒛 .(𝑻𝒆.𝒈 −𝑻𝒔.𝒈 ) 𝟏,𝟑𝟗 . 𝟓𝟕 . (𝟓𝟎𝟎−𝟏𝟒𝟎)


𝒎𝒓𝒆𝒇 = 𝑪 =
𝒑.𝒆𝒂𝒖 .(𝑻𝒗𝒂𝒑 −𝑻𝟐 )+𝑳𝒗 +𝑪𝒑.𝒆𝒂𝒖 .(𝑻𝟓 −𝑻𝒗𝒂𝒑 ) 𝟒,𝟑𝟏𝟓𝟕.(𝟐𝟏𝟐,𝟑𝟕−𝟐𝟓)+𝟏𝟖𝟖𝟖,𝟔𝟓+𝟑,𝟎𝟐𝟒𝟖.(𝟒𝟎𝟎−𝟐𝟏𝟐,𝟑𝟕)

Donc le débit d’eau total nécessaire :

𝒎𝒓𝒆𝒇 = 𝟖, 𝟕𝟑 𝐤𝐠/𝐬

III -2- Bilan thermique pour le condenseur :

𝑴𝒆𝒂𝒖 . 𝑪𝒑.𝒆𝒂𝒖 . (𝑻𝒔,𝒄 − 𝑻𝒆,𝒄 )=m. ‫׀ 𝒄𝒒׀‬

Sous une pression de 1 bar et une température de 30 °C, nous avons 𝑪𝒑.𝒆𝒂𝒖 = 𝟒, 𝟐𝟎𝟕𝟔 𝒌𝒋/𝒌𝒈. 𝑂𝐶
Avec 𝑞𝑐 la chaleur fournie par le condenseur par unité de débit.
Donc le débit d’eau dans le refroidisseur :
𝐦. ‫׀ 𝒄𝒒׀‬ 𝟖,𝟕𝟑.𝟐𝟑𝟓𝟒,𝟑𝟑
𝑴𝒆𝒂𝒖 = = =97, 69 kg/s
𝑪𝒑.𝒆𝒂𝒖 .(𝑻𝒔,𝒄 −𝑻𝒆,𝒄 ) 𝟒,𝟐𝟎𝟕𝟔.(𝟖𝟎−𝟑𝟎)

31
IV. Dimensionnement de chaudière
Dans cette partie, nous allons travailler sur un échangeur, double tubes, à L'échange à
contre-courant permet l'échange d'une plus grande quantité de chaleur qu'à co-courant: il est
donc le plus utilisé. Les tubes sont généralement en Laiton de conductivité
thermique 𝐿𝑎𝑖𝑡𝑜𝑛 = 100 𝑊/𝑚. 𝐾.
Les longueurs effectives couramment utilisées sont 3,6, 4,5 ou 6 m.
Pour finaliser le dimensionnement, nous allons calculer les surfaces d’échanges des
chaudières et du condenseur par la méthode de DTLM (Différence de Température
Logarithmique Moyenne). Ensuite, nous allons estimer le coefficient d’échange global en
calculant les coefficients de convection grâce aux nombres adimensionnels (Reynolds,
Prandtl et Nusselt).Finalement nous allons calculer les pertes de charges côté eau ainsi que
les rendements des appareils.
On adopte cette géométrie pour le générateur de vapeur :
 Diamètre des tubes de l’eau : 45 cm
 Matériau de construction des tubes : Laiton (λ=100 W/m.°C)
 Epaisseur des tubes : 2 mm
 Diamètre des tubes de gaz : 30 cm
IV-1- Dimensionnement de la chaudière E1 (1 er étage) [12]
il est plus pratique d’utilise la méthode DTLM (différence de température
logarithmique moyenne)
Pour analyser un échangeur de chaleur lorsque les températures d’entrées des deux
fluides sont connues et les températures de sorties sont spécifiées ou calculées à l’aide
des relations (a) et (b)
Le Bilan thermique pour des volumes de contrôle élémentaires : [5]
a) 𝑄𝐸1 = 𝑚𝑔𝑎𝑧𝑒𝑠 . 𝐶𝑝𝑔𝑎𝑧𝑒𝑠 . (𝑇𝑐.𝑒 − 𝑇𝑐.𝑠 )

𝑏) 𝑄𝐸1 = 𝑚𝑒𝑎𝑢 . 𝐶𝑝𝑒𝑎𝑢 . (𝑇𝑓.𝑠 − 𝑇𝑓.𝑒 )

32
𝐷𝑖𝑓𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑇𝑒𝑚𝑝é𝑟𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝐿𝑜𝑔𝑎𝑟𝑖𝑡ℎ𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑀𝑜𝑦𝑒𝑛𝑛𝑒 𝐷𝑇𝑀𝐿 ∶
(𝑇𝑐1 − 𝑇𝑠.𝑒1 ) − (𝑇𝑠.𝑔 − 𝑇2 )
𝐷𝑇𝐿𝑀 =
𝑇 − 𝑇𝑠.𝑒1
ln ( 𝑐1
𝑇𝑠.𝑔 − 𝑇2 )
(197,31 − 170) − (140 − 25)
= = 50, 14 𝑜𝐶
197,31 − 177,3
ln ( )
140 − 25
 . 𝐶𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑’é𝑐ℎ𝑎𝑛𝑔𝑒 𝑔𝑙𝑜𝑏𝑎𝑙 𝑈𝐸1: [6]
Coefficient d’échange du gaz : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 0,032 bar et température de 140 °C
Coefficient d’échange d’eau : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 20 bars et température de 25 °C. [6]

 Reynolds :
𝛒𝐕𝑫𝒆 𝑚.𝐷𝑒 8,73 .0,45
Re= = = = 29427 > 3000
𝜇 𝐴.𝜇 0,15 .0,000889

Donc le Régime est turbulent


 Prandlt
𝜇.𝐶𝑝.𝑒𝑎𝑢 0,000889.4178
Pr= = = 6,1
 .0,608

Puisque 10 < Re < et 0.6 < Pr < 1000, nous allons utiliser la formule de PETUKHOV-GNIELINSKI
pour calculer le nombre de Nusselt.
 Le Facteur de Darcy :
𝑓 = (0,79. ln(𝑅𝑒) − 1,64) −2
𝑓 = (0,79. ln(29427 ) − 1,64) −2 = 0,023

33
 Nusselt : [4]
𝑓
( ).(𝑅𝑒−1000).𝑃𝑟
8
Nu= 𝑓
1 2
1+12,7.( ) 2 .(𝑃𝑟 3 −1)
8
0,023
( ).(29427−1000 ).6,1
8
Nu= 0,023
1 2 =194,16
1+12,7.( ) 2 .(6,13 −1)
8

Donc le coefficient d'échange par convection du gaz chaud :


𝑁𝑢. 194,16.0,608
ℎ𝑐𝑜𝑛𝑣.𝑒𝑎𝑢 = = = 262, 33 w/𝑚2 . 𝑂𝐶
𝐷𝑒 0,45

Estimation des résistances thermiques d’encrassement :


Eau industrielle :𝑅𝐸𝐼 = 2, 10−4 𝑚2 . 𝑂𝐶 /w
Coefficient d’échange du gaz : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 0,0316 bar et température de 197 ,31°C.

 Reynolds :
𝛒𝐕𝑫𝒆 𝑚.𝐷𝑒 57.0,3
Re= = = = 7264231 > 3000
𝜇 𝐴.𝜇 0,107.0,000022

Donc le Régime est turbulent


 Prandlt :
𝜇.𝐶𝑝.𝑔𝑎𝑧 0,000022.1030
Pr= = = 0,67
 0,0336

Puisque 10 < Re < et 0.6 < Pr < 1000, nous allons utiliser la formule de PETUKHOV-GNIELINSKI
pour calculer le nombre de Nusselt.
 Le Facteur de Darcy :
𝑓 = (0,79. ln(𝑅𝑒) − 1,64) −2
𝑓 = (0,79. ln(7264231) − 1,64) −2 = 0,0085

34
 Nusselt :
𝑓
( ).(𝑅𝑒−1000).𝑃𝑟
8
Nu= 𝑓
1 2
1+12,7.( ) 2 .(𝑃𝑟 3 −1)
8
0,0085
( ).(7264231−1000 ).0,67
8
Nu= 0,0085
1 2 = 5745
1+12,7.( ) 2 .(0,673 −1)
8

Donc le coefficient d'échange par convection du gaz chaud :


𝑁𝑢. 5745.0,0336
ℎ𝑐𝑜𝑛𝑣.𝑔𝑎𝑧 = = = 643,44 W/𝑚2 . 𝑂𝐶
𝐷𝑒 0,3

Estimation des résistances thermiques d’encrassement :


Air non dépoussiéré :𝑅𝐺 = 3,5. 10−4 𝑚2 . 𝑂𝐶 /w

Enfin, le coefficient d’échange global 𝑈𝐸1 :


1
𝑈𝐸1 =
1 𝑒 1
+ 𝑅𝐸𝐼 + + 𝑅𝐺 +
ℎ𝑐𝑜𝑛𝑣.𝑒𝑎𝑢 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 ℎ𝑐𝑜𝑛𝑣.𝑔𝑎𝑧
1
𝑈𝐸1 = 1 0,02 1 = 163,5 w/𝑚2 . 𝑜𝐶
+2,10−4 + +3,5.10−4 +
262,33 100 643,44

Surface d’échange :
Le flux de chaleur est donc donné par la relation :

𝑈𝐸1 . 𝑆𝐸1 .DTLM=𝑚𝑔 . 𝐶𝑝.𝑔𝑎𝑧 . (𝑇𝑒.𝑔 − 𝑇𝑠.𝑔 )

𝑚𝑔 .𝐶𝑝.𝑔𝑎𝑧 .(𝑇𝑒.𝑔 −𝑇𝑠.𝑔 )


𝑆𝐸1 = = 410,35 𝑚2
𝑈𝐸1 .𝐷𝑇𝐿𝑀
.d’où
𝑆 410,35
. n= = = 48 𝑡𝑢𝑏𝑒𝑠
.𝐷𝑒 .𝑙 3,14..0,45.6

Re Pr Nu .h DTLM U S .n
Eau 29427 6,1 194,16 262,33 50,14 163,5 410,35 48
Gaz 7264231 0,67 5745 643,44

Tableau 5.Nombres adimensionnels d’eau et gaz (E1)1ère étage



35

Pertes de charges :
Pour des nombre de Reynolds allant de 4 000 à 100 000 on peut utiliser la corrélation de Blasius.

l’équation de Darcy-Weisbach :
′ = (100.𝑹𝒆)−𝟎,𝟐𝟓
′ = (100.𝟐𝟗𝟒𝟐𝟕)−𝟎,𝟐𝟓 = 𝟎, 𝟎𝟐𝟒
Donc les pertes de charges coté eau sont égales à : [8]
′ (𝑹𝒆).𝑳.𝝆.𝑽𝟐 𝟎,𝟎𝟐𝟒.𝟒𝟖.𝟔.𝟗𝟗𝟕,𝟗.𝟎,𝟎𝟒𝟕𝟐
DP= == = 𝟏𝟔, 𝟗𝟐 𝒃𝒂𝒓
𝟐.𝑫𝒆 𝟐.𝟎,𝟒𝟓

Rendement de la chaudière E1 (1er étage) :


𝒎𝒈 .𝑪𝒑.𝒈𝒂𝒛 .(𝑻𝒄𝟏 −𝑻𝒔.𝒈 )
𝑬𝟏 = = 30 %
𝒎𝒈 .𝑪𝒑.𝒈𝒂𝒛 .𝑻𝒄𝟏

IV-2- Dimensionnement de la chaudière E2 (2éme étage)


Coefficient d’échange d’eau : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 20 bars et température de 170 °C
Coefficient d’échange du gaz : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 0,0316 bar et température de 500 °C

Nous procédons de la même manière que pour le chaudières E1, nous dimensionnons
le chaudières E2

Re Pr Nu .h DTLM U S .n
Eau 1141393 1,15 327,35 496,84 55,98 221,27 1313,31232
Gaz 8280470,670,74 6942,6 569,29

Tableau 6.Nombres adimensionnels d’eau et gaz (E2) 2ère étage








36

Pertes de charges :
Pour des nombre de Reynolds allant de 4 000 à 100 000 on peut utiliser la corrélation de Blasius.
l’équation de Darcy-Weisbach :

′ = (100.𝑹𝒆)−𝟎,𝟐𝟓
′ = (100.𝟏𝟒𝟑𝟏𝟗𝟑)−𝟎,𝟐𝟓 =0,016
Donc les pertes de charges coté eau sont égales à :
′(𝑹𝒆).𝑳.𝝆.𝑽𝟐 ′ (𝑹𝒆).𝒏.𝒍.𝝆.𝑽𝟐 𝟎,𝟎𝟏𝟔.𝟐𝟑𝟐.𝟔.𝟗𝟏𝟕,𝟗.𝟎,𝟎𝟐𝟓𝟐
DP= == = 𝟏𝟒, 𝟏𝟗 𝒃𝒂𝒓
𝟐.𝑫𝒆 𝟐.𝑫𝒆 𝟐.𝟎,𝟒𝟓

Rendement de la chaudière :
𝒎𝒈 .𝑪𝒑.𝒈𝒂𝒛 .(𝑻𝒆𝒈 −𝑻𝒄𝟏 ) 𝟓𝟎𝟎−𝟏𝟗𝟕,𝟑𝟏
𝑬𝟐 = = = 𝟔𝟎 %
𝒎𝒈 .𝑪𝒑.𝒈𝒂𝒛 .𝑻𝒆𝒈 𝟓𝟎𝟎

IV-3- Dimensionnement du condenseur


Coefficient d’échange d’eau : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 1 bars et température de 30 °C
Coefficient d’échange de la vapeur : (calculs des nombres adimensionnels Re, Pr, et Nu).
A pression de 0,0316 bar et température de 25 °C
Nous procédons de la même manière que pour les chaudières E1 et E2, nous dimensionnons
le condenseur.

Re Pr Nu .h DTLM U S .n
VAPEUR 268146,172,313 808,77 118,62 21 104,5 1201 141
EAU 237033,945,39 1120,02 2309,26
Tableau 7. Nombres adimensionnels d’eau et vapeur
Pertes de charge :
Le tableau suivant présente les pertes de charge coté eau pour le condenseur.

′ DP

0,014 137,56
Tableau 8. Pertes de charge coté eau pour le condenseur

Rendement du condenseur :
𝒎𝒓𝒆𝒇 (𝒉𝟔 −𝒉𝟏 ) 𝟐𝟒𝟓𝟗,𝟐−𝟏𝟎𝟒,𝟔𝟕
𝒄 = = = 𝟗𝟓, 𝟕 %
𝒎𝒓𝒆𝒇 .𝒉𝟔 𝟐𝟒𝟓𝟗,𝟐

37
V. La puissance mécanique, électrique et électrique nette
de l’installation [9]
La vapeur d’eau produite par les chaudières de récupération constitue une énergie
potentielle disponible pour entraîner en rotation la turbine d'une génératrice. L'énergie
hydraulique se transforme
alors en énergie mécanique. Accouplée mécaniquement à un alternateur, la turbine
l'entraîne en rotation afin de convertir l'énergie mécanique en énergie électrique.
La puissance mécanique disponible à la turbine :

𝑃𝑚é𝑐 = 𝑚. ‫ = ׀ 𝑒𝑛𝑖𝑏𝑟𝑢𝑡𝑤׀‬8,73 . 789,7 = 6,9 𝑀𝑊

La puissance électrique produite par l’installation : (Le rendement de conversion


mécanique/électrique de la turbine est d'environ 98%) :

𝑃é𝑙𝑒𝑐 = 0,98. 𝑃𝑚é𝑐 = 0,98 . 6,9 = 6,762𝑀𝑊

La puissance électrique nette de l’installation : (L’autoconsommation d’une telle


installation s’estime à 8%) :

𝑃é𝑙𝑒𝑐,𝑛𝑒𝑡𝑡𝑒 = 𝑃é𝑙𝑒𝑐 − 8%𝑃é𝑙𝑒𝑐 = 6, 22 MW

38
étude de l’impact économique
Chapitre 4 et environnemental du projet

39
I. Introduction
Dans ce chapitre, nous allons effectuer une étude économique et environnementale
de l’installation de cogénération pour la production d’électricité par récupération.

L’objectif est de déterminer la fiabilité économique et environnementale du projet.


Pour cela, ce travail se fera en deux temps :

La première partie correspondra à l’étude économique, c’est-à-dire, l’estimation


du cout global du projet et la durée de rentabilité sur investissement et compare entre
deux récupération au niveau financier soit récupération pour produire de
électricités ou récupération pour sèche le phosphate qui utilise maintenant dans
l’usine de calcination puis on peut conclure un résultat de récupération le plus
efficace que l’autre.

La deuxième partie Nous allons nous intéresser aussi à une étude de


l'ensemble des modifications positives qualitatives, quantitatives et
fonctionnelles de l'environnement engendrées par ce projet, plus précisément sa
contribution à la réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES).

40
II. Étude économique :
II-1-Informations sur les unités de récupération des rejets thermiques
Plusieurs Industries dans le monde ont installés le système de récupération des rejets
thermiques comme : Caldyn-Germany, Energy Inc.-USA, Tianzin-China, Mitsubishi
Heavy Industries-Japan et Kawasaki Heavy Industries Ltd
Pour ce projet, nous allons choisir « Kawasaki-Japan », car c’est le leader dans le
domaine de la récupération de l’énergie thermique.
 Principales caractéristiques :
Système de récupération de chaleur résiduelle avec chaudière supplémentaire dans la
séquence
 Le coût de l’installation par MW :
Entre 20-30 million MAD/ MW
 Nombres d’unités installées :
Vietnam « Ha Tien 2 » en 2002 : 2950 KW
China « CONCH » en 2006 : 9100 KW
India cimenterie en 2004 : 7700 KW
II-2- Coût global du projet:
D’après notre étude technique du système, la puissance électrique est 6,22 MW, d’où
le coût global de l’installation varie entre :
 Le coût minimal de l’installation :
𝑪𝒎𝒊𝒏 = 𝑷é𝒍𝒆𝒄,𝒏𝒆𝒕𝒕𝒆 . 𝟐𝟎 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑴𝑨𝑫
𝑪𝒎𝒊𝒏 = 𝟔, 𝟐𝟐. 𝟐𝟎 = 𝟏𝟐𝟒, 𝟒 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑴𝑨𝑫
 Le coût maximal de ‘installation :
𝑪𝒎𝒂𝒙 = 𝑷é𝒍𝒆𝒄,𝒏𝒆𝒕𝒕𝒆 . 𝟑𝟎 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑴𝑨𝑫
𝑪𝒎𝒂𝒙 = 𝟔, 𝟐𝟐. 𝟑𝟎 = 𝟏𝟖𝟔, 𝟔 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑴𝑨𝑫
 Le coût d’investissement est alors
entre :𝟏𝟐𝟒, 𝟒 𝒆𝒕 𝟏𝟖𝟔, 𝟔 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑴𝑨𝑫

41
II-3- Les coûts récurrents – revenus
 La durée de vie estimative de toute l’installation est de : 14 ans.
 Les gaz chaud alimentent le Préchauffeur (heure/année) : 8088 h/an
 La puissance nette de l’installation (MW) : 6,22 MW
 L’énergie nette annuelle de l’installation (GWh) : 50,3 GWh/an
 Le prix d’un kilowatt électrique est 0,8 MAD/kWh c'est-à-dire le projet va
réaliser une économie de :
50 307 360KWh/an.0,8MAD/KWh=40 245 888MAD/an
 Le coût de la maintenance par heure de fonctionnement de toute
l’installation est estimé en 15 MAD/h, alors le coût annuelle
de la maintenance est :
8088 h/an. 15 MAD/h =161 760 MAD/an

 Le prix nette garantira annuellement : 40 084 000 MAD/an

42
 Varriation du NCF cumulé à T=4% en fonction du temps.[11]
Les calculs du temps de retour simple, la VAN du projet sont faits sur
le tableau d’amortissement suivant :
Anneé NCF Coefficient à T= 4% NCF à T = 4% NCF Cumulé
0 -124 400 000 1 -124 400 000 -124 400 000
1 40 245 888 0,9615 -85 703 578,69
38 696 421,31
2 40 245 888 0,9245 -48 496 255,23
37 207 323,46
3 40 245 888 0,8889 -12 721 685,39
35 774 569,84
4 40 245 888 0,8548 21 680 499,67
34 402 185,06
5 40 245 888 0,8219 54 758 595,02
33 078 095,35
6 40 245 888 0,7903 86 564 920,31
31 806 325,29
7 40 245 888 0,7599 117 147 770,6
30 582 850,29
8 40 245 888 0,7306 146 551 416,4
29 403 645,77
9 40 245 888 0,7025 174 824 152,7
28 272 736,32
10 40 245 888 0,6755 202 010 250
27 186 097,34
11 40 245 888 0,6495 228 149 954,3
26 139 704,26
12 40 245 888 0,6245 253 283 511,4
25 133 557,06
13 40 245 888 0,6005 277 451 166,4
24 167 655,74
14 40 245 888 0,5774 23 237 975,73 300 689 142,1

Tableau 9.1 : Tableau d’amortissement du projet de 𝑪𝒎𝒊𝒏.


Avec une déprécation de T=4 %,la VAN du projet excédentaire (+300 689 000 MAD ) Pour 𝐶𝑚𝑖𝑛 ,
Anneé NCF Coefficient à T=4% NCF à T=4% NCF Cumulé
0 -186 600 000 1 -186 600 000 -186 600 000
1 40 245 888 0,9615 -147 903 578,7
38 696 421,31
2 40 245 888 0,9245 -110 696 255 ,2
37 207 323,46
3 40 245 888 0,8889 -74 921 685,39
35 774 569,84
4 40 245 888 0,8548 -40 519 500,33
34 402 185,06
5 40 245 888 0,8219 -7 441 404,98
33 078 095,35
6 40 245 888 0,7903 24 364 920,31
31 806 325,29
7 40 245 888 0,7599 54 947 770,6
30 582 850,29
8 40 245 888 0,7306 84 351 416,37
29 403 645,77
9 40 245 888 0,7025 112 624 152,7
28 272 736,32
10 40 245 888 0,6755 139 810 250
27 186 097,34
11 40 245 888 0,6495 165 949 954,3
26 139 704,26
12 40 245 888 0,6245 191 083 511,4
25 133 557,06
13 40 245 888 0,6005 215 251 167
24 167 655,74
14 40 245 888 0,5774 23 237 975,73 238 489 142,8

Tableau 9.2 : Tableau d’amortissement du projet de 𝑪𝒎𝒂𝒙


Avec une déprécation de T=4 %,la VAN du projet excédentaire (+238 489 000 MAD ), Pour 𝑪𝒎𝒂𝒙 ,

43
Figure 11: Variations du flux de trésorerie cumulés en fonction du temps

Figure 12: Variations du flux de trésorerie cumulés en fonction du temps

II-4- Estimer la rentabilité du projet [10]


Un deuxième critère, qui a l’avantage de rapidement montrer l’intérêt financier d’un projet,
est le temps de retour simple sur investissement. C’est la période, exprimée en années, au
terme de laquelle tous les gains ont permis de rembourser l’investissement initial net. Il
suffit de diviser l’investissement net par le gain annuel net.dans le cas T=0 % on a :
 Temps de retour sur investissement minimal :
𝐥’𝐢𝐧𝐯𝐞𝐬𝐭𝐢𝐬𝐬𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐧𝐞𝐭 𝟏𝟐𝟒 𝟒𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎
𝑻𝑹𝑰𝒎𝒊𝒏 = = = 𝟑, 𝟏 𝒂𝒏𝒏𝒆é
𝑮𝒂𝒊𝒏 𝒂𝒏𝒏𝒖𝒆𝒍 𝒏𝒆𝒕 𝟒𝟎 𝟐𝟒𝟓 𝟖𝟖𝟖
 Temps de retour sur investissement maximal :
𝐥’𝐢𝐧𝐯𝐞𝐬𝐭𝐢𝐬𝐬𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐧𝐞𝐭 𝟏𝟖𝟔 𝟔𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎
𝑻𝑹𝑰𝒎𝒂𝒙 = = = 𝟒, 𝟔 𝒂𝒏𝒏𝒆é
𝑮𝒂𝒊𝒏 𝒂𝒏𝒏𝒖𝒆𝒍 𝒏𝒆𝒕 𝟒𝟎 𝟐𝟒𝟓 𝟖𝟖𝟖
Donc la durée de rentabilité du projet s’estime entre 3 ans, 1 mois et 7 jours jusqu’à
4 ans, 7 mois et 24 jours.

44
III . Comparaison entre les deux récupérations [5]
Le séchage et le préchauffage du phosphate est effectué dans le pré chauffeur
R336 par les gaz chauds recyclés de la section de calcination et de
refroidissement, est préchauffeur alimente par le fuel comme appoint dans le cas
on aura besoin le phosphate sèche plus que le phosphate calcine

Dans mes études en compare annuellement entre deux récupérations au


niveau financier soit récupération pour produire d’électricités ou récupération
pour sèche et le préchauffage du phosphate qui utilise maintenant dans l’usine
de calcination

Donc il faut calcule la consommation de l’énergie et son coût annuel qui assure
le séchage et le préchauffage de phosphate puis on peut conclure un résultat de
récupération le plus efficace .

 Pour le séchage d’un tonne de phosphate on aura besoin 3 kg de fuel


lourd 𝑁 𝑂 2
 Le prix commercial de fuel : 4,9 MAD/kg. [5]
 Le débit de phosphate entre dans Préchauffeur: 150 tonne/h
 Les heures de marche de préchauffeur par année : 8088 h/année
 La masse totale annuelle de phosphate sécher :
𝑴𝐒é𝐜𝐡𝐞𝐫 =150 tonne/h.8088 h/an =1 213 200 tonne/an
 La masse annuelle de fuel consomme pour Le séchage et le préchauffage de
phosphate :
𝑴𝒇𝒖𝒆𝒍 = 3 kg.1 213 200tonne/an=3 639 600 kg/an
 L’unité de séchage consomme annuellement de énergie :
𝑬𝒔é𝒄𝒉𝒂𝒈𝒆 =PCI 𝒇𝒖𝒆𝒍 .𝑴𝒇𝒖𝒆𝒍 = 𝟏𝟏, 𝟓𝟑 𝑲𝑾𝒉/𝒌𝒈 .3 639 600 kg/an= 41, 96 GWh/an

45
 L’unité de séchage consomme annuellement 41, 96 GWh/an
et son prix 33 568 000 MAD/an
 L’unité de récupération garantira une production annuellement de 50,3
GWh/an et son prix sans oubliant le prix de maintenance
est 40 084 000 MAD/an

Donc on peut déduire au point de vue financière que l’énergie revenus qui utilise
par pour le récupération d’énergie pour produire l’électricité Plus grand que l’énergie
qui récupère directement pour le séchage et préchauffe le phosphate, cette
récupération assure revenus annuelle de énergie 8,34 GWh/an
 Le coût revenu de cette installation est : 6 516 000 MAD/an

46
III. Impact sur l’environnement: [11]
Le rejet de la chaleur dans l’atmosphère présente un impact très important sur
l’environnement.
Un aspect de grande importance à ne pas négliger, il impose de sérieuses réflexions à
cette problématique et l’apport de solutions dans le domaine de l’économie, de la
récupération de l’énergie et de l’amélioration de l’efficacité énergétique.

 Nous estimons qu’un kWh équivaut à 0,937 kg de CO2


 L’unité de récupération garantira une production annuelle de 50,3 GWh/an
équivaut à 47131,1 tonnes de CO2 par année.
 L’unité des rejets thermique de séchage consommera annuellement
41, 96 GWh/an équivaut à 39316,52 tonnes de CO2 par année.

Soit une réduction de 7815 tonnes de CO2 par année . des émissions des gaz à
effet de serre (GES) de l’usine chaque année.

47
Conclusion générale
Dans ce projet nous avons fait une Étude technico-économique et
comparative entre la production de l’électrique à partir de l’énergie
récupérée, à la place de l’utiliser en séchage de phosphate au sein de
calcination de Youssoufia.

Les principales parties de ce projet, la modélisation du cycle thermodynamique


adaptable avec notre installation, dimensionnement de l’unité et en fin une étude
économique et environnemental

Finalement, nous avons calculé la durée de rentabilité entre 4-6 ans, ainsi que
Le coût revenus garantira cette installation est : 6 516 000 MAD/an et
une réduction de 7815 tonnes de CO2 chaque année

48
Bibliographie
[1] rapport_annuel_ocp_pdf.

[2] « Cours Thermodynamique appliqué Cycles moteurs ; Université Libre de

Bruxelles, Service d'Aéro-Thermo-Mécanique.

[3] « Irreversible Thermodynamic applied to the study and optimization of organic Rankine

cycle powered by solar energy »; Uniersity POLITEHNICA de Bucarest Faculté de Génie

Mécanique et Mécatronique.

[4] Olivier PERROT, « COURS DE THERMODYNAMIQUE / CHAPITRE 4. TURBINES A

VAPEUR», I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie Thermique et énergie, 2011.

[5] cour échangeur de chaleur de « Mr.H. Qarnia».

[6] Cours de Transferts Thermiques –Convection- de « Mr.Z.Zrikem ».

[8] cour mécanique de fluide et hydraulique de « Mr.A.BRAKEZ».

[9] cour thermodynamique applique « Brahim Benhamou ».

[10] GUIDE COGÉNÉRATION/Comment estimer la pertinence d’une installation de


cogénération. Version août 2009.
[11] Cours « INTEGRATION DES SYSTEMES SOLAIRES, PHOTOVOLTAIQUES,
THERMIQUES ET THERMODYNAMIQUES » Version 12..Amin BENNOUNA

[12] Étude d’une installation de cogénération pour la production d’électricité par


récupération et valorisation des rejets thermiques/LAFARGE.

49
…………………
….Webographie
[1] http://ocpgroupe.ma
[2] http://wikipedia.org/wiki/Cogénération

[3] http://direns.minesparistech.fr/Sites/Thopt/fr/co/chaudieres.html, site

de l’école MINES Paris Tech « La thermodynamique appliquée aux systèmes énergétiques »

[4] https://en.wikipedia.org/wiki/Nusselt_number, site pour le calcul du nombre

adimensionnel « Nusselt ».

[5] http://www.maroc.ma/fr/actualites/le-prix-du-fuel-en-baisse-partir-du-16-janvier
[6] http://www.lenntech.fr/francais/chaudiere/eau-alimentation-chaudiere.htm
[7] https://www.steamtablesonline.com/steam97web.aspx?lang=fr/calculateur Propriétés
.......thermodynamique

50
Annexes
Gaz sortant du calcinateur
Les gaz : O2 , CO2 , N 2 , H 2 O, SO2

Fuel Composition fuel lourd n°2

C  O2  CO2 Pourcentage C = 85%


1
H2  O2  H 2 Pourcentage H2 = 10%
2

S  O2  SO2 Pourcentage S = 4%

Le tableau suivant présente les paramètres [7]


ρ(kg/𝒎𝟑 ) .𝑪 ( 𝒌𝒋 . 𝒐𝒄)
𝒑 𝒌𝒈
. 𝝁(𝒌𝒈/𝒎𝒔) (w/m. 𝒐𝑪 . 𝑫𝒆 (m) .A(𝒎𝟐 ) .m(kg/s) .V(m/s)

EAU 997,9 4,178 0,000889 0,608 0,45 0,15 8,73 0,047

GAZ 1,1266 1,03 0,00002277 0,0336 0,3 0,107 57 497,62

Tableau 10.Paramètres d’eau et gaz (E1) 1ère étage

ρ(kg/𝒎𝟑 ) .𝑪 ( 𝒌𝒋 . 𝒐𝒄)
𝒑 𝒌𝒈
. 𝝁(𝒌𝒈/𝒎𝒔) (w/m. 𝒐𝑪 . 𝑫𝒆 (m) .A(𝒎𝟐 ) .m(kg/s) .V(m/s)

EAU 917,9 4,307 0,0001829 0,683 0,45 0,15 8,73 0,025

GAZ 1,342 0,942 0,0000193 0,0246 0,3 0, 107 57 396,96

Tableau 11.Paramètres d’eau et gaz (E2) 2ère étage

ρ(kg/𝒎𝟑 ) .𝑪 ( 𝒌𝒋 . 𝒐𝒄)
𝒑 𝒌𝒈
. 𝝁(𝒌𝒈/𝒎𝒔) (w/m. 𝒐𝑪 . 𝑫𝒆 (m) .A(𝒎𝟐 ) .m(kg/s) .V(m/s)

VAPEUR 99,72 1,912 0,000097 0,077 0,45 0,15 8,73 0,477

EAU 995,7 4,183 0,0007977 0,603 0,3 0,107 98 0,632

Tableau 12.Paramètres d’eau et vapeur pour le condenseur

51
Métal Conductivité Propriétés
(W/m. 𝒐𝑪)
Acier 46 Résistance mécanique importante, qui fluctue en
fonction du dosage en carbone. Conductivité
thermique assez faible par rapport aux autres
métaux. Recyclable.
Acier inox 16 Résistance mécanique importante. Conductivité
thermique médiocre. Résistance à la corrosion à
froid en milieu humide (induite par la fine couche
d’oxyde de chrome). Recyclable.
Cuivre 389 Bactéricide et fongicide naturel. Métal lourd.
Excellente conductivité électrique et thermique.
Résistance à la corrosion.
Aluminium 200 Faible densité. Léger. Particulièrement malléable.
Parfait pour les alliages. Bon conductivité
électrique et thermique.
Laiton 100 Très bonne résistance à la corrosion. Le laiton est un
alliage relativement malléable qui peut être travaillé à
chaud comme à froid.
Tableau 13 : Propriétés de quelques métaux

Milieux Re (m²°C/W)
Eau de mer à T < 50°C 𝟏𝟎−𝟒
Eau de mer à T > 50°C 𝟐. 𝟏𝟎−𝟒
Eau de ville à T < 50°C 𝟐. 𝟏𝟎−𝟒
Eau de ville à T > 50°C 𝟑, 𝟓. 𝟏𝟎−𝟒
Vapeur d’eau non grasse 𝟏𝟎−𝟒
Vapeur d’eau grasse 𝟐. 𝟏𝟎−𝟒
Liquides réfrigérants 𝟏, 𝟖. 𝟏𝟎−𝟒
Essence, kérosène 2. 𝟏𝟎−𝟒
Huile de lubrification 1,8. 𝟏𝟎−𝟒
Eau de rivière 3,5 à 7. 𝟏𝟎−𝟒
Produits de combustion gazeux 20 à 70 . 𝟏𝟎−𝟒
Tableau 14. Ordre de grandeur des résistances d’encrassement Re

52