Vous êtes sur la page 1sur 8

Université M’Hamed Bouguera Boumerdes

Faculté des sciences


Département de Mathématiques Boumerdes 2020
Licence Mathématiques
Deuxième année, Algèbre4

Réduction des formes quadratiques dans


Un espace vectoriel de dimension finie

Sommaire :
Chapitre 1 : Formes linéaires et dualité…………………………………….…1
1.1 Formes linéaires et espace dual
1.2 Base duale – Pré duale
1.3 Changement de bases pour la dualité
1.4 Exercices
Chapitre 2 : Formes bilinéaires et formes quadratiques………….....................9
2.1 Définitions
2.2 Aspect matriciel
2.3 Rang et noyau
2.4 Orthogonalité
2.5 Méthode de Gauss
Chapitre 3 : Espace euclidien – Produit scalaire…………………………….24
3.1 Formes quadratiques positives
3.2 Orthogonalisation de Gram-Schmidt
3.2.1 Le procédé de Gram-Schmidt
3.2.2 Matrices orthogonales
3.3 Adjoint d’un endomorphisme d’un espace vectoriel euclidien
Chapitre 4 : Réduction des matrices symétriques réelles……………………..33
Terminologies dans le corps des nombres complexes ………………..….....37
Quelques sujets d’examens……………………………………………...…....39

Références……………………………………………………………………..43
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

Chapitre1 : Formes Linéaires et dualité

K désignera un corps commutatif et E un K espace vectoriel de dimension finie.


Dans ce chapitre, on introduit la notion de dual de l’espace E et de la base duale ℬ*
d’une base donnée ℬ de E.
L’objectif est de savoir déterminer ℬ*connaissant ℬ et déterminer ℬ connaissant ℬ*

1 Formes linéaires – Espace dual :

Définition 1.1: Une forme linéaire sur E est une application linéaire de E dans K.
L’ensemble L(E,K) des formes linéaires sur E, s’appelle le dual de E et se
note E*. C’est un espace vectoriel sur K.
Exemples :
1. 𝑓 :ℝ2 → ℝ est une forme linéaire sur ℝ2
(𝑥, 𝑦) ↦𝑓(𝑥, 𝑦) = 𝑥 + 𝑦

2. 𝑓 :ℝ𝑛 [X] → ℝ
P ↦ 𝑓(P) = P(1) est une forme linéaire sur ℝ𝑛 [X]

3. 𝑒𝑖∗ : E → K
x ↦ 𝑒𝑖∗ (x) = xi
Pour x= ∑𝑛𝑖=1 𝑥𝑖 𝑒𝑖 et ℬ={ 𝑒1 , … , 𝑒𝑛 } une base de E
𝑒𝑖∗ est une forme linéaire appelée la ième forme coordonnée sur la base ℬ
Il suffit de vérifier que 𝑒𝑖∗ (𝑥 + 𝑦) = 𝑒𝑖∗ (𝑥 ) + 𝑒𝑖∗ (𝑦) et 𝑒𝑖∗ (𝜆𝑥 ) = 𝜆𝑒𝑖∗ (𝑥)
∀𝑥, 𝑦 ∈ 𝐸 𝑒𝑡 𝜆 ∈ 𝐾

Proposition1.2 : Le dual E* d’un espace vectoriel E de dimension finie est de même


dimension que E (𝑠𝑖 𝑑𝑖𝑚𝐸 = 𝑛 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑑𝑖𝑚𝐸 ∗ = 𝑛)

Preuve : Montrer que E* et Kn sont isomorphes (construire une application 𝑓 :Kn→E*


et montrer que c’est un isomorphisme)
En dimension finie deux espaces isomorphes ont la même dimension∎
2
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

2 Base duale- Pré duale :

Proposition 2.1 : Soit E un K espace vectoriel de dimension finie n ≥ 1


Soit ℬ= { 𝑒1 , … , 𝑒𝑛 } une base de E
Soient 𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ des vecteurs de E* vérifiant les relations :
1 𝑠𝑖 𝑖 = 𝑗
𝑒𝑖∗ (𝑒𝑗 ) = 𝛿𝑖𝑗 = {
0 𝑠𝑖 𝑖 ≠ 𝑗
Alors ℬ* = {𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ } est une base de E*

Preuve : Soient 𝑓 ∈ 𝐸 ∗ et 𝜆1 , … , 𝜆𝑛 ∈ 𝐾 tel que𝑓 = ∑𝑛𝑖=1 𝜆𝑖 𝑒𝑖∗

On a ∀𝑗 ∈ {1, … , 𝑛}: 𝑓(𝑒𝑗 ) = (∑𝑛𝑖=1 𝜆𝑖 𝑒𝑖∗ )(𝑒𝑗 )


Alors 𝑓(𝑒𝑗 ) = ∑𝑛𝑖=1 𝜆𝑖 𝑒𝑖∗ (𝑒𝑗 ) = 𝜆𝑗 . Donc 𝑓 = ∑𝑛𝑖=1 𝑓(𝑒𝑖 )𝑒𝑖∗ c’est-à-dire que
𝑓 s’écrit de façon unique comme combinaison linéaire des 𝑒𝑖∗ ∎

Définition 2.2 : La base ℬ* est appelée la base duale de ℬ

Proposition 2.3: Soient ℬ = { 𝑒1 , … , 𝑒𝑛 } une base de E et ℬ* = {𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ } sa


Base duale. On a :
1. ∀ 𝑓 ∈ 𝐸 ∗ : 𝑓 = ∑𝑛𝑖=1 𝑓(𝑒𝑖 ) 𝑒𝑖∗
2. ∀ 𝑥 ∈ 𝐸 : 𝑥 = ∑𝑛𝑖=1 𝑒𝑖∗ (𝑥) 𝑒𝑖

Preuve : 1/ Preuve proposition 2.1


2/ On a ∀ 𝑥 ∈ 𝐸 𝑒𝑗∗ (𝑥 ) = 𝑒𝑗∗ (∑𝑛𝑖=1 𝜆𝑖 𝑒𝑖 ) = ∑𝑛𝑖=1 𝜆𝑖 𝑒𝑗∗ (𝑒𝑖 ) = 𝜆𝑗
Donc 𝑥 = ∑𝑛𝑖=1 𝜆𝑖 𝑒𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝑒𝑖∗ (𝑥)𝑒𝑖 ∎

Proposition 2.4: Soient ℬ = { 𝑒1 , … , 𝑒𝑛 } une base de E et ℬ* = {𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ } sa


Base duale. Alors
∀ 𝑓 ∈ 𝐸 ∗ ,∀ 𝑥 ∈ 𝐸 : 𝑓 (𝑥) =tu.X avec u = 𝑀𝑎𝑡𝐵∗ (𝑓) et X = 𝑀𝑎𝑡𝐵 (x)

Preuve : On a ∀ 𝑓 ∈ 𝐸 ∗ : 𝑓 = ∑𝑛𝑖=1 𝑓(𝑒𝑖 ) 𝑒𝑖∗ donc tu = (𝑓(𝑒1 ),… ,𝑓(𝑒𝑛 ))

3
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

Et ∀ 𝑥 ∈ 𝐸 : x = ∑𝑛𝑖=1 𝑥𝑖 𝑒𝑖 donc tX= ( 𝑥1 , 𝑥2 , … , 𝑥𝑛 )


Alors tu.X = ∑𝑛𝑖=1 𝑓(𝑒𝑖 ) 𝑥𝑖 = ∑𝑛𝑖=1 𝑓( 𝑥𝑖 𝑒𝑖 ) = 𝑓(∑𝑛𝑖=1 𝑥𝑖 𝑒𝑖 ) = 𝑓( x ) ∎

3 Changement de bases pour la dualité :

Soient ξ = {𝑒1 , … , 𝑒𝑛 } et ℬ= {𝑏1 , … , 𝑏𝑛 } deux bases de E, on suppose ℬ donnée par


les coordonnées de ses vecteurs dans la base ξ.
Posons ξ* = { 𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ } une base de E* duale de ξ. On s’intéresse à la recherche

de ℬ * = {𝑏1∗ , 𝑏2∗ , … , 𝑏𝑛∗ } duale de ℬ (les vecteurs 𝑏𝑖∗ étant exprimés dans la base ξ*)

Proposition 3.1 : Soient ξ et ℬ deux bases de E, ξ* et ℬ * leurs bases duales

Respectives.
Alors : Pass (ξ*, ℬ*) = t [(Pass (ξ, ℬ))-1]
Preuve : Posons A = (𝑎𝑖𝑗 )1≤𝑖,𝑗≤𝑛 = Pass (ξ, ℬ) et B = (𝑏𝑖𝑗 )1≤𝑖,𝑗≤𝑛 = Pass (ξ*, ℬ *)

On a 𝑏𝑗 = ∑𝑛𝑘=1 𝑎𝑘𝑗 𝑒𝑘 et 𝑏𝑖∗ = ∑𝑛𝑙=1 𝑏𝑙𝑖 𝑒𝑙∗ par définition des matrices de

Passage.

Donc pour tout i, j ∈ ⟦1, 𝑛⟧ : 𝛿𝑖𝑗 = 𝑏𝑖∗ (𝑏𝑗 ) = (∑𝑛𝑙=1 𝑏𝑙𝑖 𝑒𝑙∗ )(∑𝑛𝑘=1 𝑎𝑘𝑗 𝑒𝑘 )

= ∑𝑛𝑙=1 ∑𝑛𝑘=1 𝑏𝑙𝑖 𝑎𝑘𝑗 𝑒𝑙∗ (𝑒𝑘 )

= ∑𝑛𝑙=1 ∑𝑛𝑘=1 𝑏𝑙𝑖 𝑎𝑘𝑗 𝛿𝑙𝑘

= ∑𝑛𝑘=1 𝑏𝑘𝑖 𝑎𝑘𝑗

= ( 𝑡B. A)1≤𝑖,𝑗≤𝑛

Donc tB.A = In et B = t (A-1) ∎

Exemple 3.2:

1 1 0
Soit ℬ = {𝑣1 = (−1) , 𝑣2 = (0) , 𝑣3 = ( 2 )} une base de E = ℝ3 .
1 1 −1

On note par ℬ * = {𝑣1∗ , 𝑣2∗ , 𝑣3∗ } la base duale de ℬ, ξ= {𝑒1 , … , 𝑒𝑛 } la base canonique

de E et ξ* = { 𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ } sa base duale

4
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

1 1 0
A = Pass (ξ, ℬ) = (−1 0 2 ) alors
1 1 −1

2 −1 1
B = Pass (ξ*, ℬ*) = t(A-1) = (−1 1 0)
−2 2 −1

Il en résulte que : 𝑣1∗ = 2𝑒1∗ − 𝑒2∗ − 2𝑒3∗ , 𝑣2∗ = −𝑒1∗ + 𝑒2∗ + 2𝑒3∗ et 𝑣3∗ = 𝑒1∗ − 𝑒3∗
Et donc 𝑣1∗ (𝑥 ) = 2𝑥 − 𝑦 − 2𝑧 , 𝑣2∗ (𝑥 ) = −𝑥 + 𝑦 + 2𝑧 et 𝑣3∗ (𝑥 ) = 𝑥 − 𝑧

Remarque 3.3: Puisque B = t (A-1) ⇔ A = t (B-1) cela revient au même que de


Chercher la base ℬ de E dont ℬ* est la duale

Proposition3.4 : Pour toute base ℭ de E* il existe une base unique ℬ de E telle que
ℭ= ℬ*, ℬ est appelée la base pré duale de ℭ.

Exemple3.5 : Soient 𝑓1 , 𝑓2 𝑒𝑡 𝑓3 trois formes linéaires sur E = ℝ2 [X] définies par :


𝑓1 ( P ) = P( 1 ), 𝑓2 ( P ) = P( 2 ) et 𝑓3 ( P ) = P( 3 ) pour tout P∈ E
Posons ξ la base canonique de E et ξ* sa base duale
1 1 1
ℬ* = { 𝑓1 , 𝑓2 , 𝑓3 } est une base de E* puisque la matrice P = (1 2 3) est
1 4 9
De rang 3
On pose ℬ= {𝑃1 , 𝑃2 , 𝑃3 } la base pré duale de ℬ*
3 −3 1
−5 −3⁄
Pass (ξ, ℬ) = t( P-1) = ( ⁄2 4 2)
1⁄ −1 1⁄
2 2
Il en résulte que :
5 1 3 1
𝑃1(X) = 3− X + X2 , 𝑃2 (X) = −3 + 4X –X2 et 𝑃3 (X)= 1− X + X2
2 2 2 2

5
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

4 Exercices :

Exercice1 :
Trouver la forme linéaire 𝑓 définie sur ℝ3 telle que :
𝑓 (1, 1, 1) = 0, (2, 0, 1) = 1 et (1, 2, 3) = 4

Exercice2 : Soit E = ℝ𝑛 , on pose pour tout 𝑥 = (𝑥1 , … , 𝑥𝑛 ) ∈ 𝐸 𝑓𝑖 (𝑥 ) = 𝑥𝑖 + 𝑥𝑖+1


∀𝑖 ∈ {1, … , 𝑛 − 1} et 𝑓𝑛 (𝑥 ) = 𝑥𝑛 + 𝑥1
1 Montrer que ∀𝑖, 1 ≤ 𝑖 ≤ 𝑛 , 𝑓𝑖 est une forme linéaire sur E
2 La famille {𝑓1 , … , 𝑓𝑛 } est-elle une base de l’espace dual E* ?

Exercice3 :
I. Soit ℬ = { 𝑒1 , 𝑒2 , …, 𝑒𝑛 } une base d’un K-espace vectoriel E
Soit ℬ* = { 𝑒1∗ , 𝑒2∗ , … , 𝑒𝑛∗ } la base duale de ℬ
Montrer que :
1 ∀ 𝑓 ∈ 𝐸 ∗ : 𝑓 = ∑𝑛𝑖=1 𝑓(𝑒𝑖 ) 𝑒𝑖∗
2 ∀ 𝑥 ∈ 𝐸 : x = ∑𝑛𝑖=1 𝑒𝑖∗ (x) 𝑒𝑖
II. Soient E = ℝ3 et ℬ 0 = { 𝑒1 , 𝑒2 , 𝑒3 } la base canonique de E.
On pose 𝑣1 = 𝑒2 + 𝑒3 , 𝑣2 = 𝑒2 − 𝑒3 et 𝑣3 = 𝑒1 + 𝑒2 − 2𝑒3
Montrer que ℬ = { 𝑣1 , 𝑣2 , 𝑣3 } est une base de E et déterminer sa base
duale
En déduire la matrice de passage de ℬ à ℬ0

Exercice4 :
I. Montrer que ℬ est une base de E et déterminer sa base duale si :
1. E = ℝ3 [X] et ℬ = {𝑃0 = 𝑋 2 − X, 𝑃1 = 𝑋 2 + 𝑋, 𝑃2 = 𝑋 2 − 1,
𝑃3 = 𝑋 3 − 𝑋}
2. E = ℝ4 et ℬ = {(1, -1, 0, 1), (0, 1, 1, 0), (1, 0, 0, 1), (1, 1, 1, 0)}
II. Soit E = ℝ3 trouver la base pré duale de
{ 𝑓1 = 2𝑥 + 2𝑦 + 3𝑧, 𝑓2 = 2𝑥 + 𝑦 − 2𝑧, 𝑓3 =−3𝑥 − 2𝑦 + 4𝑧}

6
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

Exercice5 :
Soient E un ℝ-espace vectoriel de dimension 3 et { 𝑒1 , 𝑒2 , 𝑒3 } une base de E

Posons 𝑓1∗ = 2𝑒1∗ + 𝑒2∗ + 𝑒3∗ , 𝑓2∗ = −𝑒1∗ + 2𝑒3∗ et 𝑓3∗ = 𝑒1∗ + 3𝑒2∗ trois formes

linéaires sur E.

Montrer que {𝑓1∗ , 𝑓2∗ , 𝑓3∗ } est une base de E* et déterminer sa base pré duale

Exercice6 :
Soient E = ℝ2 [𝑋] et ξ la base canonique de E. Soient 𝑓1 , 𝑓2 𝑒𝑡 𝑓3 trois
formes linéaires sur E telles que :
1
𝑓1 (𝑃) = 𝑃(1), 𝑓2 (𝑃) = 𝑃′ (1) 𝑒𝑡 𝑓3 = ∫0 𝑃(𝑋)𝑑𝑋
1 Montrer que ℬ = {𝑓1 , 𝑓2 , 𝑓3 } est une base de E*
2 Trouver la base pré duale de ℬ.

Indications :

Exercice1 : 𝑓 est l’application linéaire 𝑓: ℝ3 → ℝ telle que

𝑓 (𝑥, 𝑦, 𝑧) = 𝑎𝑥 + 𝑏𝑦 + 𝑐𝑧 ; 𝑎, 𝑏, 𝑐 ∈ ℝ (1)
Trouver 𝑓 revient à trouver 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 dans (1)

Exercice2 : 1. Montrer que : 𝑓𝑖 (𝑥 + 𝑦) = 𝑓𝑖 (𝑥 ) + 𝑓𝑖 (𝑦) et


𝑓𝑖 (𝛼𝑥 ) = 𝛼𝑓𝑖 (𝑥) pour tout i , ∀𝑥, 𝑦 ∈ 𝐸 𝑒𝑡 ∀𝛼 ∈ ℝ
2. Vérifier si {𝑓1 , … , 𝑓𝑛 } est libre

Exercice3 : 1. Reprendre la preuve de la proposition2.3


2 Vérifier si ℬ est libre pour montrer que c’est une base de E.
On note par ℬ*={𝑣1∗ , 𝑣2∗ , 𝑣3∗ } la base duale de ℬ tel que
𝑣𝑖∗ : ℝ3 → ℝ définie par 𝑣𝑖∗ (𝑣 = (𝑥, 𝑦, 𝑧)) = 𝑥𝑣𝑖∗ (𝑒1 ) + 𝑦𝑣𝑖∗ (𝑒2 ) + 𝑧𝑣𝑖∗ (𝑒3 )
En posant 𝑣𝑖∗ (𝑒1 ) = 𝑎, 𝑣𝑖∗ (𝑒2 ) = 𝑏, 𝑣𝑖∗ (𝑒3 ) = 𝑐 On a :

7
Chapitre1: Formes linéaires et dualité

𝑣𝑖∗ (𝑣 = (𝑥, 𝑦, 𝑧)) = 𝑥𝑎 + 𝑦𝑏 + 𝑧𝑐 ; il s’agit donc de trouver 𝑎, 𝑏 𝑒𝑡 𝑐 pour


Tout 𝑖 ∈ {1, 2, 3}. (Noter que 𝑣𝑖∗ (𝑣𝑗 ) = 𝛿𝑖𝑗 )

Pour déduire la matrice de passage utiliser question I.2

Exercice4 : Utiliser la relation Pass (ξ*, ℬ*) = t [(Pass (ξ, ℬ))-1] (revoir les exemples

du cours)

Exercice5 : Pour montrer que ℬ* est une base de E* on vérifie que le rang de la

2 −1 1
Matrice (1 0 3) est égal à 3
1 2 0

Noter ℬ = {𝑓1 , 𝑓2 , 𝑓3 } la base pré duale de ℬ* tel que pour tout 𝑖 ∈ {1,2,3}

𝑓𝑖 = 𝑎𝑒1 + 𝑏𝑒2 + 𝑐𝑒3 ∈ 𝐸 et utiliser la relation 𝑓𝑖∗ (𝑓𝑗 ) = 𝛿𝑖𝑗

Exercice6 : 1 Vérifier que c’est une famille libre


2 Utiliser la relation Pass (ξ*, ℬ*) = t [(Pass (ξ, ℬ))-1]