Vous êtes sur la page 1sur 7

Communications & Réseaux Chapitre O

Préface

Les besoins de communication de données informatiques entre systèmes plus ou


moins éloignés sont multiples: transmission de messages (messagerie), partage de ressources
(imprimante, disque dur, internet), transfert de fichiers (FTP), consultation de bases de
données, gestion de transactions, télécopie, etc.,

Dans l'entreprise des informations circulent et les besoins varient suivant les
utilisateurs. Comme les besoins des différents services de l’entreprise sont différents, il a fallu
concevoir plusieurs types de réseaux locaux.

La pyramide CIM (Computer Integrated Manufacturing) a été crée dans les années 80
afin de mieux faire comprendre l’apport de l’informatique au monde des automaticiens.

Les réseaux locaux industriels répondent aux besoins du système d’automatisme


(niveaux 2, 1 et 0), les réseaux informatiques et les systèmes de télécommunication
apparaissent dans les niveaux 3 et 4.

La pyramide CIM

1|Page
Chapitre 0 Communications & Réseaux

Exemple des différents échelons de la communication industrielle

A la base de la pyramide industrielle, les signaux des organes TOR sont transmis sur
un bus de capteurs-actionneurs.

Au niveau terrain, la périphérie décentralisée (E/S, transmetteurs, variateurs de


vitesse, analyseurs, vannes et interfaces opérateurs) dialogue avec les automatismes sur un
puissant réseau temps réel.

Le dialogue inter-automate (API et PC industriels) relève du niveau cellule, qui peut


aussi communiquer avec l’informatique de l’entreprise sur des réseaux Ethernet et TCP/IP, des
intranets et l’Internet.

Généralement, on regroupe sous le terme «bus de terrain» tous les bus de


communication industriels. On distingue par complexité décroissante :

● Le bus d'usine («data bus») : réseau local industriel (RLI) permet la communication
entre l'automatisme et le monde informatique.

— Quantités importantes d'information (messages, fichiers)


— Temps de réaction de 1 s à 10 s (temps non critique)
— Longue distance
● Le bus de terrain :

(field bus) réseaux entre unités de traitement (automates programmables,


superviseurs, commandes numériques ...),

(device bus) bus et réseaux pour la périphérie d'automatisme (variateurs, robots,


axes...) permet la communication d'unités de traitement pour la coordination des
automatismes distribués.

— Quantité relativement faible de données < 256 octets


— Temps de réaction < 100 ms (notion d'événements temps réel)
— Distance < 1 km

2|Page
Communications & Réseauxx C
Chapitre O

● Le bus de bas niveau («sensor bus») : interface avec les capteurs/actionneurs, relie
entre eux des nœuds à intelligence limitée
limit ou nulle.

— Niveau bits
— Temps de réaction
r < 10 ms (contrainte temps réel)
— Distance < 100 m.
m

Les Réseaux les plus connus et leur domaine de prédilection

Exem
mple de projection pour la pyramide CIM
WORD : entier 16bits
DWORD = Double WORD : entier 32bits

3|Page
Chapitre 0 Communications & Réseaux

Structure d’une installation automatisée

Le réseau Ethernet pénètre de plus en plus la structure d’automatisme : automate, variateur


et bientôt capteurs.

4|Page
Communications & Réseaux Chapitre O

Avantages :
 Câblage simplifié : réduction des frais d'installation, conception, installation et mise en
service plus rapides.
Les coûts ⇒ économiser sur les câbles et leur installation

 Maintenance simplifiée et plus efficace :


Accès aux informations d'état des périphériques
Détection facilitée des défauts réparations plus rapides
La décentralisation ⇒ distribution de l'intelligence

5|Page
Chapitre 0 Communications & Réseaux

 performances plus élevées :


Facilite la décentralisation de la commande
Données des périphériques accessibles partout
Les délais de livraison ⇒ gain de temps

 Modularité :
Machines plus modulaires, plus vite assemblées
Flexibilité d'extension et de modifications des machines
L’accès Internet ⇒ télémaintenance, télédiagnostique, ...

Inconvénients :
• technologie plus complexe
L’accès au bus requiert des périphériques plus sophistiqués (logique programmée ou μP)
Gestion des limites de performance

• coûts logistiques supplémentaires


Outils spécialisés plus coûteux et plus complexes

Les bus de terrain hors ateliers

 bâtiments, domotique: supervision de l'éclairage, du chauffage, des ascenseurs, de la


sécurité d'accès et incendie, ...

6|Page
Communications & Réseaux Chapitre O

Illustration : Bus LONWORKS dans un hôpital

Le bus supporte, dans cet exemple proche de la domotique, le transfert des données et
commandes de systèmes de chauffage, de systèmes de sécurité incendie, des
ascenseurs, des climatiseurs, etc.
 embarqué (voiture, avion, bateau, machines agricoles, ...): aide au pilotage, gestion
de la sécurité, confort, ...

Illustration : Bus CAN dans une voiture Volvo.

Le bus est chargé du transfert d'informations issues de capteurs/actionneurs autour


de fonctions telles que l'ABS, le verrouillage centralisé, la boîte de vitesse
automatique, les rétroviseurs extérieurs, l'accélération contrôlée (anti-dérapage), etc.

 infrastructures (autoroutes, tunnels, ...): gestion et surveillance de la ventilation, de


l'éclairage, de la signalisation, de la vidéosurveillance, ...

7|Page