Vous êtes sur la page 1sur 28

La maturité spirituelle

Les textes de notre méditation : Ephésiens 4 : 11-15 et Hébreux 5 : 11 à 6 : 3 de ce jour
nous permettent de comprendre 3 points essentiels.

1. Comme un enfant a besoin de grandir pour devenir adulte,


2. un chrétien doit évoluer pour atteindre la maturité spirituelle
3. le Seigneur, comme un bon Père, pourvoit en tous points à cette croissance.

1 – DEFINITION :
Devenir adultes ou matures
[…] jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance
du Fils de Dieu, à l’état de l’homme adulte, à la mesure de la stature parfaite du
Christ. Ephésiens 4 : 13.
Tout comme un étudiant doit travailler pour  s’instruire afin d’arriver à une excellence
professionnelle, un chrétien doit se perfectionner spirituellement, se laisser façonner par
Dieu, afin que sa vie toute entière, consacrée au Seigneur,  soit utile à son Maître. Etre
adulte, ou mature, ce n’est pas seulement avoir un ensemble de connaissances théologiques
– une tête bien pleine – mais agir d’une manière responsable – avoir une tête bien faite. Pour
cela, nous devons évoluer en permanence, dans l’unité de la foi, dans le corps de Christ –
l’Eglise – en nous exhortant, en nous édifiant, en nous supportant les uns les autres.
Comprenons bien cette notion d’unité car si un membre est faible dans l’Eglise, les frères et
sœurs compenseront cette faiblesse. La Bible est formelle : c’est dans l’Eglise que nous
avons notre place,  que nous parviendrons à cette unité de la foi, que nous grandirons et
atteindrons  la stature parfaite de Christ. Lorsque le corps de Christ est uni dans la foi – la
confiance dans le Tout-Puissant – le Seigneur se manifeste, pourvoit et fait tout ce qu’Il a
préparé d’avance pour la gloire de son nom. Cette maturité spirituelle nous permet de
discerner ce qui est bon, agréable et parfait. Romains 12.2. Du reste Paul nous exhorte
« Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi–même de Christ. « 1 Corinthiens 11:1. S’il est
vrai que nous ne serons jamais parfaits – car la perfection est en Christ seul – appliquons-
nous à ne plus nous conduire comme des enfants irresponsables mais à devenir des
hommes adultes, responsables, matures en Christ

2 – LES SIGNES DE LA MATURITE :


2 .1 - Les progrès :
« […] votre foi fait de grands progrès, et que l’amour de chacun de vous tous à l’égard des
autres augmente de plus en plus. » 2 Thessaloniciens 1 :3.

« […] afin que tes progrès soient évidents à tous. » 1 Timothée 4 : 15

Nous sommes les champions de l’autosatisfaction ! Remettons-nous en cause et la maturité


c’est quand les autres peuvent voir que mes progrès sont évidents….

A la lecture de ces textes, posons-nous quelques questions :

Notre foi dans le Seigneur est-elle plus grande que depuis le jour où nous sommes venus à
Christ ?

L’amour qui nous unit aux frères et sœurs est-il plus évident qu’au premier jour ?

Avons-nous plus de compassion pour ceux de notre entourage qui ne sont pas encore à
Christ ? Cet amour doit les amener au  Seigneur et les accompagner dans leur croissance
spirituelle après leur conversion.

« […] soyez fermes, inébranlables, progressez toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant


que votre travail, dans le Seigneur, n’est pas inutile. » 1 Corinthiens 15 : 58.

Notre service pour le Seigneur doit être jour après jour meilleur et plus efficace. Où est
passé le zèle du premier jour ? Sommes-nous refroidis par la vie quotidienne : pour un
chrétien, c’est mal vieillir, c’est reculer, c’est revenir en enfance ! La maturité consiste à
travailler de mieux en mieux et de plus en plus car le Seigneur est à la porte, la moisson est
mûre,  et les ouvriers peu nombreux.

2.2 - Notre jugement :


« […] Mes frères, ne soyez pas des enfants pour ce qui est du jugement ; pour ce qui est du
mal, soyez des enfants, mais pour ce qui est du jugement, soyez des adultes. » 1
Corinthiens 14 : 20.

Comment percevons-nous les choses et jugeons-nous les priorités dans nos vies ?
Recherchons-nous toujours le Royaume de Dieu et sa justice, comme des adultes
expérimentés et matures ou nous conduisons-nous comme des enfants ? Paul nous conseille
de garder la naïveté de l’enfance uniquement en ce qui concerne la malice, la méchanceté, le
désir de nuire mais en ce qui concerne nos raisonnements, nos priorités, nos jugements,
comportons-nous en hommes faits. Ne jouons pas avec la vie spirituelle. 

Et, comme si nous n’avions pas compris, Paul rajoute :

…parce que vous êtes devenus lents à comprendre. Alors que vous devriez, avec le temps,
être des maîtres… » Hébreux 5 : 11-12.

L’apôtre voudrait nous faire comprendre les profondeurs de Christ, les mystères de la Parole
de Dieu, mais il constate notre incapacité alors que nous connaissons le Seigneur depuis
longtemps. Nous devrions être des maîtres, capables d’éduquer, d’enseigner, d’entraîner,
d’exhorter les autres mais nous nous conduisons comme des enfants dont la compréhension
est lente et limitée. Déjà, dans Matthieu 17 :17, Jésus s’est impatienté : « […] jusqu’à quand
vous supporterai-je ?… ». Nous passons notre temps à prier le Seigneur de faire ce que nous
devrions faire….

D’autre part, notre jugement d’homme mature doit nous permettre de discerner ce qui est
bien de ce qui est mal. Hébreux : 14. Notre conscience pure, animée par le Saint-Esprit de
Dieu qui a fait sa demeure en nous, doit nous permettre de distinguer ce qui est de Dieu de
ce qui ne l’est pas dans le monde qui nous entoure.

2.3 - du fruit qui vienne à maturité :


L’un des signes de la maturité c’est de porter du fruit…

« Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, après avoir entendu, sont étouffés en
cours de route par les inquiétudes, les richesses et les plaisirs de la vie, et ne donnent pas
de fruits mûrs. »

Luc 8 : 14.  Dans la parabole du semeur, Jésus met en garde ceux qui connaissent la Parole,
mais qui se sont laissés saisir par le tourbillon de la vie, les soucis quotidiens, les ambitions
du monde, et qui ne portent pas de fruits qui parviennent à maturité. C’est le but de l’Eglise
quand elle évangélise. Ce n’est pas pour être plus importante ou réputée qu’une autre mais
pour prendre en charge des âmes qui elles-mêmes – parvenues à maturité – se consacreront
à d’autres personnes qui ne connaissent pas Christ. Et le Seigneur ajoute : « Si vous
produisez du fruit en abondance et que vous prouvez ainsi que vous êtes vraiment mes
disciples, la gloire de mon Père apparaîtra aux yeux de tous. » Jean 15 : 8 – C’est en portant
du fruit que nous glorifions notre Père.

3    – BESOIN DE CROISSANCE :


3.1 – C’est une nécessité, un besoin
« Ainsi nous ne serons plus des tout–petits ballottés par les flots et entraînés à tout vent
d’enseignement, joués et égarés par la ruse et les manœuvres des gens ; en disant la vérité,
dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est la tête, le Christ. » Ephésiens 4 :
14-15.

Evitons de ressembler à des enfants qui font leurs les affirmations des dernières personnes
qui leur ont parlé. Nous ressemblerions à des gens sans assurance, qui ont toujours besoin
de secours, qui posent toujours les mêmes questions, qui papillonnent à droite à gauche…
Paul nous conseille de croître à tous égards en Christ. Veillons à la cohésion de notre
croissance spirituelle afin de grandir harmonieusement.

3.2 Enfants et fils :


Paul explique aux Galates la différence entre l’enfant et le fils

« Or je le dis : aussi longtemps que l’héritier est tout petit, il ne diffère en rien d’un esclave,
alors qu’il est le maître de tout …; il est soumis à des tuteurs et à des intendants jusqu’au
temps marqué par le père…. Et parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé dans notre cœur
l’Esprit de son Fils, qui crie : « Abba ! Père ! » Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es
fils, tu es aussi héritier, du fait de Dieu. » Galates 4 : 1-7.

La Bible affirme que nous sommes enfants de Dieu, co-héritiers avec Christ, notre héritage
est là. Un enfant ne peut profiter de son héritage : il a besoin de tutelle et de surveillance. Le
chrétien immature est comparable à cet enfant : il a besoin qu’on le surveille, qu’on le
pousse, qu’on l’entraîne à faire ce qu’il doit faire ; il se conduit comme un esclave.
Souvenons-nous du fils prodigue qui a dilapidé son héritage et est revenu à la maison
paternelle. Il s’est conduit comme un enfant. Notre Père nous a donné notre héritage et a fait
de nous ses héritiers, ne nous conduisons plus en esclaves et rejetons rites et habitudes. En
tant que fils de Dieu, n’agissons  plus comme des mendiants ou des quémandeurs, car nous
sommes plus que vainqueurs par Celui qui a tout accompli pour nous. Emparons-nous des
promesses du Très-haut et vivons-les  comme des certitudes. 

3.3 La croissance est-elle possible ?


Oui, nous affirme Paul :

   « […] car en lui vous êtes devenus riches de tout, de toute parole et de toute
connaissance. Dès lors, il ne vous manque aucun donC’est lui qui vous affermira
aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez sans reproche au jour de notre Seigneur
Jésus–Christ. 1 Corinthiens 1 : 5-8. de la grâce, en attendant la révélation de
notre Seigneur Jésus–Christ.
 Nous sommes comblés de toutes les richesses en Christ. La Parole est une source
de vie inépuisable et notre Père désire que nous vivions selon cette connaissance.
 Et Paul insiste : il ne nous manque aucun don de la grâce. Nous avons toutes les
qualités, tous les talents qui sont nécessaires en Jésus-Christ, et de plus, Il nous
a laissé le Saint-Esprit et ses dons : il ne nous manque rien… nous sommes des
chrétiens riches…
 Le Seigneur nous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que nous soyons
irréprochables au jour de son retour. Remarquons qu’il est peu question des
efforts que nous avons à faire mais beaucoup de ce que Dieu nous donne. Il
attend que nous nous emparions de toutes ces promesses pour atteindre la
maturité.
3. 4 Dans le cadre de l’Eglise :
« […] afin de former les saints pour l’œuvre du ministère, pour la construction du corps du
Christ… « Ephésiens 4 : 12.

La croissance du chrétien, son épanouissement, sa maturité se font obligatoirement dans


l’Eglise qui est le corps de Christ. Jésus a donné les différents  ministères afin que ses
enfants soient capables d’accomplir leur diaconat. (service).

 3.5.Une condition :
« […] dans l’attente où vous êtes de la révélation de notre Seigneur Jésus–Christ. » 1
Corinthiens 1 :7. 

Nous devons être dans la même position que l’étudiant qui, en fin d’année scolaire,  désire
son diplôme et met en œuvre tous les moyens pour le réussir.

 3.6 Comment ?
Jésus dit «En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne
meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » Jean 12 : 24. Il y a une loi
spirituelle incontournable pour chacun de nous : c’est le renoncement. Seule la mort à nous-
mêmes nous permettra de porter beaucoup de fruits. Nous avons des choix impératifs à
faire mais le Seigneur nous donnera  suffisamment de sagesse et d’intelligence pour cela.

Jésus affirme également « Or, quiconque en est au lait n’a pas l’expérience de la parole de
justice ; car il est un enfant. » Hébreux 5 : 13. Nous devons donc en déduire que le lait est
réservé à l’enfant tandis que l’adulte a besoin d’aliments solides plus nourrissants.
Nourrissons-nous quotidiennement de la Parole pour devenir des adultes matures.

Pour parvenir à cette maturité, le Seigneur ne nous a pas laissés seuls. Il nous a laissé le
Consolateur. …« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il
demeure éternellement avec vous,… » Jean 14 : 16. - … »Si donc vous, tout mauvais que
vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le
Père céleste donnera–t–il l’Esprit saint à ceux qui le lui demandent ! » Luc 11 : 13.

Sachons encore qu’il n’y a pas de croissance possible sans vie de prière. Pas seulement pour
demander à Dieu des bénédictions mais également pour entretenir avec Lui une communion
intime. Notre mode de vie est aussi très important. Nos pasteurs et prédicateurs posent les
fondements mais il nous appartient de construire notre maison spirituelle. La vie en Christ
nous impose des règles de vie, ne prenons pas de risques inutiles. Imprégnons-nous de 1
Corinthiens 3 : 9-10. « Car nous sommes des collaborateurs de Dieu. Vous êtes le champ de
Dieu, la construction de Dieu. »
 

4 CONCLUSION :
L’apôtre dit « « Quand j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un
enfant, je raisonnais comme un enfant ; quand je suis devenu homme, j’en ai fini avec ce qui
était de l’enfant. »  1 Corinthiens 13 : 11.»

Nous sommes tous appelés à passer du stade de l’enfance au stade de l’adulte mature,
capables d’assumer nos  responsabilités, et de veiller à notre tour sur nos propres enfants
afin de les éduquer et d’accompagner leur croissance. Pour cela, il est nécessaire de passer à
la vitesse supérieure  pour arriver à cette maturité chrétienne, à  cet état d’hommes faits.

1 Corinthiens 13:11

Concept des Versets 

Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme
un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant.

Éphésiens 4:13

Concept des Versets 

jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à
l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ,

Éphésiens 4:15

Concept des Versets 

mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef,
Christ.

Hébreux 5:14

Concept des Versets 

Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par
l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

1 Jean 2:14

Concept des Versets 


Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai
écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous
avez vaincu le malin.

"Mon Père est glorifié en ceci : que vous portiez beaucoup de fruit, et vous serez mes
disciples."Jean 15.8

Dieu a un plan pour l’éternité et vous avez un rôle à y jouer. Il veut que vous
accédiez à la maturité spirituelle pour pouvoir porter du "fruit" spirituel.

Plus vous faites vôtre le plan de Dieu, plus Dieu bénira votre vie.
L’illustration suivante vous aidera à comprendre cette vérité. Comment savez-vous qu’un
plant de tomate est arrivé à maturité ? Quand il produit des tomates. Qu’est-ce qui indique
qu’un pommier est arrivé à maturité ? Le fait qu’il porte des pommes. Comment savez-vous
qu’un être humain est physiquement mature ? Quand il ou elle a la capacité de se
reproduire. À quel signe reconnaît-on que vous êtes spirituellement mature ? Quand vous
êtes capable d’engendrer, ou, comme le dit ce verset, de porter beaucoup de fruit.

Qu’est-ce que le fruit ? Dans la Bible, ce terme est employé dans quatre sens différents. Il
désigne le fruit de la repentance, le fruit de l’Esprit (l’amour, la joie, la paix, la patience, la
bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi), le fruit de la prière
exaucée et le fruit d’un autre chrétien – la reproduction spirituelle.

La volonté de Dieu est que vous portiez beaucoup de fruit, que vous engendriez de
nombreux chrétiens. Cela inclut des personnes de votre famille, de votre communauté et du
monde entier.

Nous lisons dans Actes 1 : "Mais vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit
survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la
Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre" (Actes 1.8). Jérusalem représente votre famille
et votre entourage immédiat, la Judée est votre communauté, la Samarie fait référence à vos
relations interculturelles et les extrémités de la terre à votre appel au niveau du monde.

Si vous voulez la bénédiction de Dieu sur votre vie, votre famille, vos finances, votre santé et
vos relations, vous devez avancer selon son plan. Dieu œuvre à édifier un royaume, une
église, une famille spirituelle pour toute l’éternité. Il veut que ses enfants perdus soient
retrouvés. Et c’est là que vous intervenez. Plus vous faites vôtre le plan de Dieu, plus Dieu
bénira votre vie.

Une prière pour aujourd’hui


Au lieu de dire : "Seigneur, bénis mes projets", priez plutôt ainsi : "Seigneur, aide-moi à faire
ce que tu bénis." C’est la première étape vers la maturité spirituelle et elle amènera du fruit
dans votre vie.

Rick Warren
Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  46 PARTAGES

PS : "Allez, et faites de toutes les nations des disciples" (Matthieu 28.19). Annoncer
l'Évangile à chacun(e), lui parler de l'amour du Père et favoriser un cœur à cœur
avec le Créateur… c'est essentiel et fait partie de la mission du TopChrétien ! Une
fois par an, nous faisons appel à votre générosité afin de permettre l'annonce de
l'Évangile, la proclamation d'une Parole de vie qui restaure et encourage !

Votre don, qu'il soit mensuel ou ponctuel, est essentiel et vous avez la possibilité de


semer dans la vie de milliers de personnes maintenant. C’est grâce à celui-ci que
nous pouvons accomplir notre mission et contribuer à voir Sa volonté, sur la terre
comme au ciel.

La maturité exige une grande variété


d'expériences spirituelles
 Rick Warren
Beaucoup d'églises évaluent la maturité spirituelle seulement sur la base de votre
capacité à identifier des personnages bibliques, interpréter des passages bibliques,
citer des versets bibliques, et expliquer la théologie biblique. La capacité de discuter
la doctrine est considérée par certains comme preuve finale de votre spiritualité.

Le principe fondamental de cette approche est la conviction que tout ce dont toute
personne a réellement besoin pour grandir spirituellement est la bible. J'appelle les
églises insistant sur ce point - " les églises--salles de classe." Les églises--salles de
classe tendent à être mal orientées et focalisées sur la connaissance. Elles
soulignent l’enseignement du contenu et la doctrine de la bible, mais elles donnent
peu - si du moins elles en donnent – d’insistance sur le développement émotif,
expérimental et relationnel des croyants.

Si vous avez " la doctrine dans votre lobe frontal" - comme une église--salle de
classe bien connue le dit – cela est tout ce dont vous avez besoin pour être
spirituellement mature.

La vérité est que cela exige une variété d'expériences avec Dieu pour produire la
véritable maturité spirituelle. En plus de l'étude biblique, cela demande des
expériences d’adoration, des expériences de ministère, des expériences de
communion fraternelle, et des expériences d'évangélisation.

En d'autres termes, la croissance spirituelle se produit en participant à chacun des


cinq buts de l'église. Les chrétiens mûrs font plus qu'étudier la vie chrétienne - ils
l'expérimentent.

Parce que des sectes et des extrémistes émotionnels donnent souvent plus
d’importance et de confiance aux expériences spirituelles qu’à la parole infaillible de
Dieu, beaucoup d'églises évangéliques ont réduit la valeur du rôle de l'expérience
dans la croissance spirituelle. Ils ont exagérément réagi à la glorification de
l'expérience par d'autres groupes en enlevant toute insistance sur l'expérience.
Chaque expérience doit être regardée avec suspicion, particulièrement si elle
entraîne l'émotion.
Tristement, ceci nie le fait que Dieu a créé les êtres humains avec des émotions, pas
simplement un esprit. Dieu nous a donné des sentiments pour un but. Si vous
enlevez toute expérience du processus de croissance chrétien, il ne vous restera rien
qu’une foi stérile et intellectuelle qui peut être étudiée mais non appréciée ni
pratiquée.

Deutéronome 11:2 dit "Rappelez-vous ce que vous avez appris au sujet du Seigneur
par vos expériences avec Lui." (Traduction littérale) L'expérience est un grand
professeur.

En fait, je crois qu'il y a des leçons que nous ne pouvons apprendre que par
expérience. J'aime la paraphrase des Proverbes 20:30 - "Parfois cela nécessite une
expérience douloureuse pour nous faire changer nos voies."

La maturité spirituelle véritable inclut avoir un coeur qui adore et loue Dieu,
construisant et appréciant des rapports affectueux, en utilisant vos dons et talents au
service des autres, et partageant votre foi avec les personnes perdues Toute
stratégie d'église pour conduire des personnes à la maturité doit inclure toutes ces
expériences : adoration, communion fraternelle, étude biblique, évangélisation, et
ministère.

Tant de chrétiens se trompent en pensant que tout ce dont ils ont besoin pour croître
est d’assister à des études bibliques et de prendre des notes.

Evidemment, ce mythe a existé depuis le premier siècle. Jacques a dû avertir ces


premiers chrétiens - " Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à
l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements!" (Jacques 1:22)

Dieu s'attend à ce que nous soyons des "pratiquants de la Parole".

J’ai une fois entendu le célèbre prédicateur de la bible, Gene Getz, dire, "L’étude
biblique en elle même ne produira pas la spiritualité. En fait, elle produira le charnel
si elle n'est pas appliquée et si elle n'est pas pratiquée." J'ai trouvé que cela est vrai.
L'étude sans le service produit des chrétiens avec des attitudes de jugement et de
fierté spirituelle.
Si le christianisme était simplement une philosophie, alors notre activité primaire
pourrait être l’étude. Mais le christianisme n'est pas une philosophie, ni une religion.
C'est une relation (Jean 14:20-21) et c'est une vie (Jean 10:10).

Jésus n'a pas dit, "Je suis venu pour que vous puissiez étudier." En fait, le mot
"étudier" n’apparaît seulement que deux fois dans le Nouveau Testament. Les mots
qui sont le plus souvent utilisés pour décrire la vie chrétienne sont aimer, donner, et
servir. Pourtant le programme de la plupart des églises indique qu'elles croient que le
devoir unique d'un chrétien est d’étudier.

Honnêtement, la dernière chose dont certains croyants ont besoin est une autre
étude biblique. Ils en connaissent déjà beaucoup plus qu'ils n’en mettent en pratique.
Ce dont ils ont besoin, c’est d’un ministère et des expériences d'évangélisation où ils
peuvent mettre en pratique ce qu'ils savent déjà, des expériences relationnelles
(comme dans un petit groupe) où ils peuvent être jugés responsables de ce qu'ils
savent, et des expériences significatives d’adoration où ils peuvent exprimer la
reconnaissance à Dieu pour ce qu'ils savent.

La vieille illustration de l'étang, dont l’eau croupit parce qu'il prend de l'eau mais n’en
donne pas, est appropriée ici. Quand le programme d’un chrétien consiste
uniquement à recevoir des données bibliques mais ne possède aucune sortie vers
un ministère ou de l'évangélisation, sa croissance spirituelle stagnera. L'impression
sans expression mène à la dépression.

Je crois honnêtement que nous rendons à nos membres un très mauvais service
quand nous maintenons les gens si occupés à aller à la prochaine étude biblique
qu'ils n'ont pas le temps pour appliquer ce qu'ils ont appris à la dernière à laquelle ils
ont assisté. Les leçons sont rapidement classées et oubliées avant qu'elles puissent
être digérées et mises en pratique. Toutes les personnes du temps présent pensent
qu’elles croissent parce que leurs agendas deviennent plus gros. C'est une sottise.

Je ne veux pas que vous compreniez mal et que vous pensiez que je ne valorise pas
l'étude biblique. En fait, c’est l’inverse qui est exact. J'ai écrit un manuel sur le
sujet, Personal Bible Study Methods , ( Méthodes d’Etudes Personnelles de la
Bible ) qui est imprimé dans six langues. Nous devons "continuer dans la Parole"
pour être les disciples du Christ.

Tout ce que je suis en train de dire est que c'est une erreur de supposer que seule
l'étude produira la maturité. Elle ne le fera pas. C'est seulement un composant du
processus de maturité.

Les gens ont besoin d'expériences - en plus de l'étude – dans le but de croître. C'est
pourquoi vous devez penser à une stratégie équilibrée pour le développement des
disciples.

Rick Warren

Comment atteindre la maturité spirituelle ?


GRANDIR SPIRITUELLEMENT
PARTAGER L'ARTICLE SUR






Luc 6 : 4 ( Louis Segond) « Le disciple n’est pas plus grand que le maitre; mais
tout disciple accompli sera comme son maitre »
Comme un enfant qui doit passer par plusieurs étapes pour devenir adulte, le
chrétien est appelé à passer par un processus pour croître, grandir et changer pour
devenir à l’image de Christ notre  modèle parfait. Pour grandir, on a besoin de temps,
mais on a surtout besoin d’être dans des conditions propices à la croissance. Car,
comme toute semence, il faut que la foi soit nourrie, entretenue et protégée des
attaques extérieures afin de parvenir à son plein développement.

Si vous êtes jeunes dans la foi ou que après plusieurs années de marche avec le
seigneur vous peinez encore à atteindre la maturité spirituelle, voici quelques
éléments qui vous aiderons à nourrir, entretenir  et maintenir votre croissance
spirituelle.

Mais avant, voyons d’abord les signes de la maturité spirituelle, c’est-à-dire ce à quoi
on peut reconnaître que quelqu’un est mûr spirituellement.
1- La disparition des œuvres  de la chair.
 Quand nous donnons notre vie au Seigneur, le Saint-Esprit vient dans notre vie et
nous rend capables de mener une vie de sainteté. Les désirs de la chair caractérisés
par l’amour du monde et du péché ( Galates 5 : 19-21) disparaissent
progressivement pour laisser place aux fruits de l’Esprit.
Galates 5 :17 ( Louis Segond) « Car la chair a des désirs contraires à ceux de
l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre
eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez »   
Galates 5 : 24 ( Louis Segond) «  Ceux qui sont en Jésus-Christ ont crucifié la
chair avec ses passions et désirs »
2-La manifestation des fruits de l’esprit.
Le Saint-Esprit ne nous donne pas seulement le dégoût du péché, Il nous fait porter
des fruits.

Galates 5 : 22 ( Louis Segond) « Mais le fruit de l’esprit, c’est l’amour, la joie, la
paix, la patience, la bonté, la bénignité, la douceur, la tempérance »
En grandissant et en prenant de la maturité, ces fruits doivent se développer dans
notre caractère, car ils sont en fait le signe réel et visible de la maturité du chrétien.

3- La capacité à faire la distinction entre ce qui est de l’émotion et ce qui est de Dieu.
L’une des caractéristiques du bébé spirituel est sa tendance à se laisser guider par
ses émotions, qu’il attribue le plus souvent à la voix ou à la volonté de Dieu. Cela se
voit à travers son excès de zèle, ses jugements hâtifs et intransigeants. Mais quand
on est mûr spirituellement, on arrive à faire la différence entre la voix de l’émotion et
celle de Dieu. On ne se laisse plus diriger par nos émotions, notre jugement étant
éprouvé et aiguisé par l’expérience.

4- L’indulgence et la considération des opinions et niveaux spirituels des autres.


Quand on est mature on respecte les opinions des autres. On tient compte de leur
niveau spirituel et on ne s’adonne plus aux discussions inutiles.

Romains 14 : 1-3 ( Louis Segond) « Faites accueil à celui qui est faible dans la
foi, et ne discutez pas sur les opinions. Tel croit pouvoir manger de tout: tel
autre, qui est faible, ne mange que des légumes. Que celui qui mange ne
méprise point celui qui ne mange pas, et que celui ne mange pas ne juge point
celui qui mange, car Dieu l’a accueilli »
5- La capacité d’engendrer d’autres disciples.
Un chrétien mûr doit pouvoir se multiplier en amenant d’autres personnes à Christ.

Mathieu 28 : 19-20 ( Louis Segond) « Allez, faites de toutes les nations des
disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et
enseignez-leur à observer tout ce que Je vous ai prescrit… »
Que faut-il faire pour atteindre la maturité spirituelle ?
1- Il faut le désirer.
On ne devient pas mature en un seul jour. Il faut du temps. Mais en même temps, on
ne peut pas être mature si l’on ne fait pas ce qu’il faut. Il est dans un premier temps
très important de vouloir et de prendre la résolution de grandir avec le Seigneur; car
comme le dit la Bible « A tes résolutions répondra le succès » (Job 22 : 28)
1 Pierre 2 :2 ( Louis Segond) « Désirez comme des enfants nouveau-nés, le lait
spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut »
2- Lire et étudier la Parole de Dieu.
Comme notre corps a besoin de nourriture pour se développer, notre âme aussi a
besoin de la Parole de Dieu pour croître, être forte et inébranlable en toutes
circonstances.

Josué 1 :8 ( Louis Segond) « Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta


bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon ce qui y est écrit; car
c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu
réussiras »
3- Affronter les épreuves.
Les épreuves sont pour le chrétien des examens dont le passage lui permet
d’accéder à un niveau supérieur. Imaginez un élève qui ne se présente pas à ses
examens de fin d’année; comment pourrait-il passer en classe supérieure ? Quand
un bébé commence à marcher, il fait des chutes, mais cela ne l’arrête pas. Il
continue jusqu’à ce que ses pieds deviennent fermes. Comment comptez vous
grandir si vous refusez d’affronter les difficultés ? Si à la moindre difficulté vous
prenez la fuite ou  allez chercher des solutions de facilité ? C’est le problème de
plusieurs chrétiens qui, malgré plusieurs années passées dans l’église n’arrivent pas
à grandir spirituellement. Sachez que tant que votre foi n’est pas éprouvée, vous ne
pouvez pas grandir.

1 Pierre 1 : 7-8 ( Louis Segond) « C’est là ce qui fait votre joie, quoique
maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par
diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or
périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange,
la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaitra.
4- Trouver des occasions de pratiquer.
Il est bon d’écouter et de méditer la Parole de Dieu. Mais à quoi cela servirait-il si
vous n’avez jamais l’occasion de la pratiquer ? Pour avoir l’occasion de pratiquer ce
que vous apprenez, il vous faut aller sur le terrain. Participer à des activités à l’église,
servir avec ses dons et talents, sortir pour évangéliser, sont entre autres des moyens
de mettre en pratique ce que l’on apprend.
Jacques 1 : 22 ( Louis Segond) « Mettez en pratique la Parole, et ne vous
bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux
raisonnement »
Dans notre quête de maturité spirituelle, le modèle à qui nous voulons ressembler
c’est Jésus.

Ephésiens 4 :13 ( Louis Segond) « Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus
à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à
la mesure de la stature parfaite de Christ.
Tant que nous n’avons pas encore tous le caractère de Christ en nous, on ne peut
pas arrêter de grandir. Ceci pour dire que la maturité est le processus de tout une vie
avec Dieu. Nous demeurons  toujours des apprenants quel que soit le nombre
d’années et l’importance de nos responsabilités spirituelles.

Dieu vous bénisse.

1 Corinthiens 3:1-23
La maturité chrétienne
Dans l'église de Libramont, nous sommes très bénis d'avoir beaucoup
d'enfants. Chaque semaine, quand les enfants partent pour aller à la
garderie ou à l'école du dimanche, il semble que la moitié de l'église quitte
la pièce. Sans doute, chaque enfant est une grande joie pour ses parents,
mais il demande aussi beaucoup de travail, parce qu'un enfant, surtout
quand il est bébé, ne sait pas faire grand chose par lui-même. Mais un
bébé ne reste pas toujours bébé. Il va grandir, il va apprendre et il va mûrir.
Il y a une certaine tristesse. Notre petit bout de chou n'est plus aussi petit,
ses besoins et ses attitudes changent, mais nous sommes contents quand
même de voir qu'il avance. Dans l'église de Corinthe, il y avait aussi
beaucoup de bébés, selon l'apôtre Paul. Mais il n'est pas aussi positif dans
son estimation de certains de ces bébés.

Lisons 1 Corinthiens 3:1-23  ensemble.


"Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu
vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en
Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne
pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce
que vous êtes encore charnels."

Dans le verset 1, Paul parle de la situation de l'église au début de son


ministère, dans la ville de Corinthe. Il y avait des nouveaux chrétiens, ils ont
entendu le message de la croix, c'est à dire la mort et la résurrection de
Jésus, ils se sont repentis, ils ont été pardonnés par Dieu et ils ont reçu
l'Esprit Saint. Selon la terminologie du Nouveau Testament, ils sont nés de
nouveau, ils sont des bébés chrétiens. Par la suite, une église fut fondée à
Corinthe. Et puis... pas grand chose de bon...

Pour comprendre la nature du problème à Corinthe, il faut regarder


comment Paul emploie le mot "charnel". Ce mot se trouve trois fois au
début du passage. Ce mot est la traduction de deux mots grecs
semblables, sarkikoi et sarkinois. Ils ont des sens un peu différents, bien
qu'ils aient la même racine - le mot "sarx" qui se traduit par "la chair".
Aujourd'hui, une définition simple nous suffira. Etre charnel, c'est vivre
comme une personne qui ne connaît pas Dieu. Maintenant, il faut voir
simplement la différence entre les deux mots par rapport à ce qui se passe
à Corinthe.

Au verset 1, Paul parle des nouveaux chrétiens, les bébés dans la foi qu'il
appelle "charnels", les sarkinois. Paul ne les critique pas. Ceux qui sont
charnels n'ont pas le choix à propos de ce qu'ils sont. C'est leur nature. Un
bébé, c'est un bébé. Paul ne leur adresse pas de reproche. Il est naturel
que ceux qui sont des nouveaux chrétiens soient des enfants en Christ. Ils
ont certains besoins et une certaine connaissance de la vie chrétienne. Ils
expérimentent cette nouvelle vie, la grâce de Dieu, l'Esprit et toutes les
autres choses pour la première fois. Ils ne sont pas des disciples parfaits
tout de suite. Les attitudes et le comportement de l'ancienne vie traînent un
peu. Mais l'attente, c'est qu'ils grandissent.

Quand Paul a écrit sa lettre aux Corinthiens, l'église avait déjà au moins 7
ans. Paul dit qu'ils étaient charnels au début, mais ils sont toujours charnels
7 ans plus tard. Ils n'ont pas avancé vers la maturité. Aux versets 2 et 3, le
mot "charnel", les sarkikoi, suggère que ceux qui sont charnels sont comme
ça parce qu'ils ont décidé de rester comme ça. Ils auraient pu changer et
mûrir, mais ils restent "enfants". Encore pire, ils se croient déjà adultes,
malgré un comportement enfantin. Comme je l’ai dit la semaine passée,
certains Corinthiens prenaient les dons spirituels pour des jouets d'enfant,
des babioles. Ils s'amusaient bien et ils étaient contents de rester comme
ça.

Puisqu'ils étaient enfants au début, Paul leur a donné une nourriture


appropriée à leur âge spirituel. Il a donné du lait aux Corinthiens et non pas
du bifteck. Paul ne savait pas leur donner de la nourriture solide, parce
qu'ils n'étaient pas prêts à la recevoir. Et ils ne le sont toujours pas ! Paul
ne précise pas ce qu'est le lait ou la nourriture solide dont il parle. Je crois
qu'il parle de son enseignement dans l'église de Corinthe. Ce n'est pas le
contenu du message qui est visé, mais plutôt sa façon de parler et
d'enseigner.

Le message qui est présenté est le même, mais la présentation varie selon
les capacités des auditeurs. Nous savons bien qu'on ne peut pas parler
avec un enfant comme on parle avec un adulte. Il faut pouvoir simplifier.
Sinon, ce que nous disons passe au-dessus de la tête de l'enfant. Mais, il y
a aussi des choses qu'on ne sait pas enseigner aux enfants, parce qu'elles
demandent déjà une certaine maturité ou connaissance. Par exemple, nous
ne parlons pas de l'astrophysique quand nous voulons chanter "Au clair de
la lune" avec un enfant de deux ans! Et ça c'est normal. Donner à un enfant
un enseignement qui est au-delà de ce qu'il peut comprendre ne sert à rien,
sauf à confondre et décourager l'enfant. Les problèmes commencent si un
enfant, quand il grandit, ne veut pas apprendre des choses qui sont plus en
accord avec son âge, des choses qui demandent plus de réflexion et plus
de concentration. Un tel enfant aura des problèmes.

Au début de l'église, Paul a prêché un message simple, quelque chose que


les Corinthiens ont pu avaler. Mais ils se contentaient de cette nourriture
simple, et très agréable, croyant qu'ils avaient trouvé tout ce dont ils avaient
besoin. Ils se sont accrochés aux choses de base, surtout l'enseignement
sur les dons spirituels, avec la pratique y associée. Ils étaient pris par ce
qu'ils avaient déjà reçu. Et, comme un enfant qui s'accroche à ses jouets,
ils n'étaient pas prêts à lâcher ce qu'ils considéraient "les leurs" pour
avancer dans la foi.

Le fait que les Corinthiens soient toujours enfants et qu'ils ne boivent


toujours que du lait nous montre la source du problème à Corinthe. Un
jeune enfant, c'est l'égoïste ultime. En général, il ne pense qu'à ses besoins
et ses désirs. Il faut parfois des années avant qu'un enfant apprenne à
considérer les autres. Ceci est précisément le problème des Corinthiens. Ils
ne pensent qu'à eux-mêmes. Ils sont égoïstes et leur égoïsme se voit dans
ce qui se passe dans la communauté. Chez les Corinthiens, l'immaturité est
devenue la cause des divisions dans l'église. Oui, ils sont convertis. Oui, ils
ont reçu le Saint Esprit - c'est pourquoi Paul peut les appeler "frères" et dire
qu'ils sont "en Christ". Mais ils ne cherchent pas à grandir, mûrir et servir.
Ils se contentent de lait spirituel, malgré le fait qu'ils doivent être beaucoup
plus avancés dans la foi.

Les symptômes du problème - des divisions


"En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous
pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme? Quand l'un dit: Moi,
je suis de Paul! et un autre: Moi, d'Apollos! n'êtes-vous pas des hommes?"
Comme je vous l’ai déjà dit, à la base, être charnel, c'est vivre comme une
personne qui ne connaît pas Dieu. L'opposé, c'est l'homme spirituel dont
Paul parle au verset 1. C'est quelqu'un qui a reçu le Saint Esprit dans sa vie
et qui est conduit par l'Esprit dans tout ce qu'il fait. Il manifeste le fruit de
l'Esprit dans sa vie. Le fruit de l'Esprit, selon Galates 5:22, c'est l'amour, la
joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la
maîtrise de soi. Ces fruits sont les marques de la personne spirituelle. Là
où nous voyons l'évidence de ces choses dans la vie d'un chrétien, nous
pouvons dire qu'il vit comme un homme spirituel.
Au contraire, selon Galates 5, les fruits de la chair "ce sont la débauche,
l'impureté, le dérèglement, l'idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles,
les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie,
l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables." Ce sont les
marques de la personne charnelle. Peut-être pas tous au même moment,
mais ils sont symptômes d'un problème. Ce sont quelques-uns de ces
symptômes que Paul voit à Corinthe. Il vise en particulier les jalousies et les
disputes. Paul dit "Comme cela vous êtes charnels." Il poursuit cette idée
en disant "n'êtes-vous pas des hommes?" Il veut dire qu'ils sont comme les
hommes dans le monde sans Dieu. Dans le monde, on s'attend à ce qu'il y
ait des rivalités, des jalousies et des disputes. Dans le monde, c'est chacun
pour soi, la loi du loup. Dans le monde, chacun veut se montrer le meilleur,
même s'il faut grimper sur les autres pour y arriver. Mais il ne devrait pas en
être ainsi dans l'église.

Si nous ne grandissons pas en tant que chrétiens, il y a des conséquences


pour nous, et pour l'église. Nous perdons de vue ce que Jésus veut faire
dans notre vie. Il veut bien que nous parvenions à la maturité, à la stature
parfaite de Christ - des hommes et des femmes spirituels. Un bébé ne
pense pas trop à la maturité, parce qu'il est tout content là où il se trouve.
C'est ainsi pour le chrétien immature et charnel - il ne vise pas ce que Dieu
veut faire en lui, c'est au-delà de ses horizons.

L'égoïsme dont j'ai déjà parlé et l'immaturité ont un effet néfaste dans
l'église. Si nous ne pensons qu'à nous-mêmes, à nos besoins et comment
nous voulons exercer nos dons pour notre bien, la communauté de l'église
souffre. Ce que j'ai pour moi-même devient plus important que ce que je
donne à la communauté. Je dis « communauté » pour ne pas confondre ce
que nous sommes, en tant qu'église, avec le bâtiment que nous voulons
bâtir. Je ne parle pas de l'argent!

Nous voyons aussi, avec l'égoïsme et l'immaturité, des problèmes


relationnels dans l'église. Dans une dispute ou un malentendu, les deux
côtés ne pensent qu'à se justifier et avoir raison. Et cela au lieu de résoudre
le problème pour la paix et l'édification de l'église. Corinthe nous donne un
bon exemple de ceci : le désir de proclamer un tel ou tel responsable "le
meilleur" a provoqué des disputes. Personne n'était prêt à rabattre ses
prétentions. C'est pourquoi Paul doit écrire à son église ce que nous avons
déjà lu.

Pour finir, il me semble qu'il devient difficile de remarquer les différences


entre la personne qui choisit de ne pas grandir dans sa foi et une personne
non-croyante. Ils ont presque la même apparence - ils ont presque le même
comportement. En plus, être charnel, c'est laisser entrer plus facilement le
péché dans sa vie.

A partir du verset 5, Paul commence à montrer aux Corinthiens comment ils


devraient voir les choses. Avoir une bonne compréhension de comment
Dieu voit l'église va dévoiler les problèmes qui les empêchaient de grandir
dans leur foi et qui mettaient l'église en danger. Pour faire ceci, il se sert de
deux images courantes : l'image du champ et l'image du bâtiment.

L'image du champ
Les membres de l'église de Corinthe aimaient la sagesse. Ils cherchaient la
sagesse et, au nom de la sagesse, ils se sont accrochés à leur responsable
préféré. Certains aimaient Paul et sa façon de parler. D'autres préféraient
les enseignements d'Apollos.

A cause de ces préférences, et provoquées par l'immaturité, les divisions


ont grandi dans l'église. Que les Corinthiens soient prêts à élever un
responsable au-dessus d'un autre montre qu'ils n'ont pas compris ce qu'est
un responsable dans l'église. Paul les corrige: "Qu'est-ce donc qu'Apollos,
et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez
cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun."
Malgré ce que nous voyons de temps en temps à la télé dans les émissions
"télévangélistes", les responsables d'une église ne sont pas des vedettes,
ils ne sont pas à louer ou à adorer. Ils sont des serviteurs, avec des
responsabilités qui leur ont été données par le Seigneur. Pas plus que cela,
pas moins. L'idée que Paul veut faire passer dans les versets 5 à 9, c'est
que les responsables dans l'église de Corinthe étaient égaux. Ils n'étaient
pas en opposition. Ils cherchaient le même but - proclamer le message de
la croix, enseigner et former l'église. Ils travaillaient ensemble pour y
arriver, mais c'est Dieu qui a agi dans les cœurs des hommes pour faire
croître l'église. Suivre un tel ou tel responsable en l'acclamant "le meilleur"
est tout à fait opposé à la nature du rôle des responsables d'une église. Sa
façon de parler montre aussi que Paul voit son ministère parmi les
Corinthiens comme quelque chose de temporaire. En fait, il est resté à
Corinthe 18 mois avant de partir. Le ministère d'un être humain est toujours
temporaire, mais Dieu agit toujours dans son église pour la faire croître.
Paul veut bien que les Corinthiens puissent mettre leur confiance dans le
Seigneur et non pas dans le ministère des hommes. Bien que leur ministère
ne soit pas à dédaigner.

Si nous regardons dans les archives de l'église de Libramont, nous


apprenons qu'elle a été implantée en 1983, par un Américain qui s'appelait
Daryl Anderson. Il est resté 3 années avant de partir.

Après son départ, Andy Holdsworth est devenu pasteur de l'église. Il a fait
son ministère pendant 4 ans et puis il est parti. Stephen et Ruth sont arrivés
en 1990 et ils furent responsables de l'église pendant 15 ans. Puis, depuis
juillet 2005, vous m’avez comme pasteur. Je vais rester combien de temps?
Qu'est-ce qui va se passer si ou quand je pars ? L'église va continuer, si
elle fixe les regards sur Jésus et non pas sur les hommes.
Daryl a planté, Andy a arrosé, Stephen a arrosé, Adrian arrose (j'espère)...
mais Dieu fait croître. Paul ne nie pas l'importance des responsables d'une
église, mais il veut bien qu'ils soient à leur place!

L'image qu'il a dessinée d'un travail agricole devient claire au verset 9:


"Vous êtes le champ de Dieu." Il parle d'un champ dans lequel un travail se
fait. Ce n'est pas un champ en friche, oublié. Puis Paul dit des Corinthiens
qu'ils sont aussi "l'édifice" de Dieu. C'est aussi une image active - un
bâtiment en construction, un chantier mouvementé et non pas un vieux
bâtiment à l'abandon.

L'image du bâtiment
A partir de la fin du verset 9, Paul change d'image. De quelque chose
d'organique et vivant qui montre comment Dieu intervient et fait croître, il
passe à un objet construit - un bâtiment, image qui montre plus les
responsabilités de ceux qui construisent.

Au verset 10, Paul commence en disant "Selon la grâce de Dieu qui m'a été
donnée". La grâce dont il parle, ce sont les dons qu'il a reçus pour faire le
travail qui lui a été accordé. L'église a besoin de responsables avec des
dons différents, pour faire tout ce qu'ils doivent faire, ce qui ne veut pas dire
qu'ils vont faire tout!

Tout ce qui suit dans ce que Paul dit repose aussi sur le fait que nous
travaillons par la grâce de Dieu. C'est lui qui nous appelle, c'est lui qui nous
équipe, c'est lui qui nous forme et, sans lui, nous ne savons rien faire de
bon, nos efforts ne sont que cela - nos efforts. Comme le Psaume 127 dit
"Si l'Éternel ne bâtit la maison, Ceux qui la bâtissent travaillent en vain."

Paul va donc parler de ce qu'il a fait à Corinthe, de la valeur même de son


travail, mais il n'oublie pas que son travail s'est fait par la grâce de Dieu. Il
n'y a pas d'arrogance dans ce que Paul va dire.

Au verset 10, il s'appelle un sage architecte, il dit qu'il a bien fait son travail.
A l'époque de Paul, l'architecte était bien impliqué dans la construction d'un
bâtiment - de A à Z. Nous pouvons l'appeler le maître ouvrier du chantier. Il
était responsable pour le commencement de la construction de l'église de
Corinthe. Il a posé le fondement. Et il nous explique la nature du fondement
de l'église; c'est Jésus-Christ.

Le fondement de l'église a été posé par la prédication du message de la


croix. La vérité en ce qui concerne Jésus : sa divinité, son ministère, sa
mort, sa résurrection et son ascension suivie par l'envoi du Saint-Esprit est
la doctrine fondamentale de l'église. Sans ceci, il n'y a pas d'église, il n'y a
pas de chrétiens. Il n'y a pas d'autre base pour notre confiance. Et c'est
cette vérité que Paul a prêchée à Corinthe. C'est ce qu'il a fait quand il a dit
au chapitre 2 "Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre
chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié."

A Corinthe, Paul a fondé une église sur la prédication de l'évangile. Il a


établi les doctrines et les principes de base dont l'église avait besoin pour
vivre la vie chrétienne. Poser les fondements n'est que le début du travail,
comme Paul le sait bien. Il s'attend à ce que d'autres viennent après pour
construire sur le fondement qu'il a déjà posé. Mais ceux qui le suivent dans
l'église sont chargés de prêcher la même vérité que Paul a prêchée. Ils
n'ont pas le droit de changer les fondements, pour imposer des nouvelles
idées ou apporter la sagesse du monde. Il y a pas mal de nouvelles idées
qui ont été proposées pour le fondement de l'église. Quelques exemples
sont la tradition des hommes, l'enseignement moral de Jésus, les bonnes
œuvres ou simplement le sentiment d'amour. Ces choses ne sont pas des
fondements suffisants pour construire l'édifice de Dieu.

Comme nous l’avons vu, Paul parle de son enseignement quand il parle
des fondements qu'il a posés. Au verset 12, nous trouvons une liste de
matériaux de construction. Ces matériaux sont ce que d'autres utilisent
pour bâtir par la suite. Pour maintenir l'image, en premier lieu, ils doivent
être aussi des enseignements. Ces matériaux sont divisés en deux
catégories - des bons enseignements, représentés par l'or, l'argent et les
pierres précieuses. Et des mauvais enseignements représentés par le bois,
le foin et le chaume.

Comment est-ce qu'on peut être aussi certain que ceci est la bonne
interprétation de ce que Paul dit? Les versets 16 et 17 nous donnent
l'indice. L'édifice dont Paul parle c'est un Temple, en fait, le lieu très saint
du temple qui était construit à base de matériaux les plus précieux et
durables. Les pierres précieuses sont des pierres comme le granit et le
marbre qui étaient beaucoup utilisés dans la construction des bâtiments
importants. L'or et l'argent servaient dans les ornements des temples - ils
sont symboles ici de la doctrine pure. Le bois, le foin et le chaume sont des
matériaux communs utilisés dans la construction des maisons ordinaires.
Ce sont des matériaux qui ne conviennent pas à la construction du temple
de Dieu. Si le fondement de l'église est la révélation de Jésus-Christ,
l'édifice qui est construit dessus doit bien convenir au fondement.

Quand nous lisons ces versets, nous pensons souvent à des individus -
l'individu construit sa vie chrétienne avec des matériaux divers et il reçoit sa
récompense en fonction de la qualité des matériaux qu'il a utilisés. Mais
ceci n'est pas toute l'histoire, puisque Paul parle de l'église et non pas
seulement des individus. Nous ne parlons pas seulement de la vie
chrétienne qui est construite par chaque personne toute seule. Nous
parlons de comment chacun contribue à la construction de l'église. Qu'est-
ce qu'il apporte à l'édification de l'église par ses œuvres? Ceci s’accorde
bien avec le problème fondamental de l'église de Corinthe. Chacun vivait
pour lui-même et se servait de ses dons spirituels pour sa propre édification
et satisfaction.

Paul encourage les Corinthiens, et nous aussi, à bâtir l'église avec des
choses d'une valeur éternelle. Il veut bien que ce qui est fait dans l'église
serve à construire et à édifier l'église entière. Le commentateur Thomas
Constable dit ceci à propos des matériaux utilisés dans la construction:

"Même si la qualité du fondement est la meilleure, la condition du bâtiment


dépend aussi de ce qui est construit dessus. A l'époque de Paul, on
construisait avec des matériaux durables ou combustibles, comme
aujourd'hui.
Dans la construction de l'église de Corinthe, les matériaux durables étaient
des activités qui découlaient de la confiance en Christ et en lui crucifié - le
fondement. Ces œuvres ont contribué à la fortification spirituelle et
permanente des croyants. Les matériaux combustibles étaient des activités
qui résultaient de la sagesse humaine sous toutes ses formes... Des
exemples du premier sont l'instruction dans la parole de Dieu, la formation
pour l'évangélisation et la réfutation de l'erreur. Des illustrations du dernier
sont l'enseignement des idées populaires qui ne sont pas enracinées dans
les écritures, l'entraide ou l'aide sociale sans la prédication du message de
l'évangile et l'utilisation de l'argent pour des buts temporels."
Quand Paul parle de ceux qui bâtissent, entre le verset 10 et le verset 17, il
me semble qu'il parle plutôt de ceux qui enseignent dans l'église. Que cela
soit ceux qui se mettent devant l'assemblée pour prêcher ou ceux qui
travaillent dans d'autres ministères d'enseignement. Ils ont une
responsabilité énorme pour ce qu'ils enseignent. Mais, ce qu'il dit par
rapport à comment nous construisons, est d'application pour chaque
membre de l'église. Dans les versets 13, 14 et 15, Paul nous explique que
nos œuvres seront jugées. Il ne parle pas ici du grand jugement où Dieu va
séparer les non-croyants d'entre les croyants, avec soit le ciel, soit l'enfer
comme destin. Non, il parle du jugement des œuvres des croyants. Ce que
nous avons fait ici bas sera jugé. Ce jugement sera comme un feu qui
révèle la qualité de nos œuvres, et plus précisément pour ceux qui
enseignent, la qualité de leurs enseignements.

Le feu dont Paul parle, c'est le jugement de Dieu, c'est son évaluation de la
qualité de nos œuvres. Ceux qui auront construit avec de l'or, de l'argent et
des pierres précieuses vont recevoir une récompense. La nature de la
récompense n'est pas précisée, mais 1 Corinthiens 4 nous dit: "Alors
chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due." Pour celui qui aura
construit avec du bois, du foin et du chaume, le jugement de Dieu sur ses
œuvres sera qu'elles n'ont pas de valeur. Ce chrétien ne recevra pas une
récompense. Et pour lui, cela sera une perte. Son salut n'est pas en
question. Il est toujours sauvé par la grâce de Dieu et non par ses efforts.
Mais il n'entendra pas "la louange" de Dieu.

La Bible parle de ce jugement pour une bonne raison : pour influencer notre
façon de penser et de vivre. Il nous encourage à penser avec joie au retour
de Christ et à vivre pour lui plaire. Quand la vie est difficile, que le travail est
ardu et que nous sommes découragés, cette doctrine nous rassure qu'il
vaut la peine de tenir bon, de persévérer. Nous nous attendons à écouter
les paroles "C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de
choses, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître." et nous
savons que les trésors que nous avons amassés au ciel seront à nous.

La qualité de la construction de l'édifice est plus importante quand nous


considérons que nous construisons le temple de Dieu.

L'avertissement que Paul donne au verset 17 est très fort: "Si quelqu'un
détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et
c'est ce que vous êtes." Détruire, ou défiler, le temple, c'est introduire dans
l'église la sagesse humaine qui influence et détourne les autres croyants de
la vraie parole de Dieu. Il semble que Paul croit que certains dans l'église
de Corinthe la détruisent, par leur façon de vivre et de parler. Et ça, c'est
sérieux, parce que l'église, c'est l'église de Dieu.
Il va la protéger et il va juger sévèrement ceux qui font quoi que ce soit pour
la détruire. Malgré les problèmes et le péché dans l'église de Corinthe, elle
est toujours le temple de Dieu - sainte, aimée de Dieu.
Pour finir, au verset 18, Paul retourne au sujet de la sagesse. Les
Corinthiens étaient préoccupés avec la sagesse et les disputes à propos
des responsables de l'église et ils ont perdu de vue quelque chose de très
important. Ceux qui enseignent dans l'église sont un don de Dieu donné à
l'assemblée. Ils sont serviteurs donnés pour le bien de l'église. Comment
est-ce possible qu'il y ait des divisions, quand l'église possède déjà ce dont
elle a besoin et beaucoup plus ? C'est ici que nous trouvons la réponse de
Paul à ce qu'il a dit aux versets 1 à 10.

Pourquoi élever et acclamer un serviteur? Pourquoi se battre pour un


serviteur? Ne vaut-il pas mieux glorifier celui qui donne? Chaque don de
Dieu appartient à l'ensemble de l'église et est donné pour toute l'église.
C'est là la sagesse de Dieu. Il ne laisse pas place à la vantardise des
hommes, même si ces hommes sont de bons prédicateurs ou enseignants.
Il ne laisse pas place pour nous vanter de ce que nous pouvons faire. Toute
la gloire doit revenir à Christ et à Dieu le Père. Nous n'avons pas besoin de
crier "Moi, je suis de Paul" ou "Moi, je suis d'Apollos" parce que nous
sommes tous de Christ. Celui qui nous unit et celui en qui nous voulons, et
pouvons grandir.

Retourner à la liste de prédications

L4HERITIER…

QUAND J’ETAIS ENFANTS….

Louis Segond Bible

Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin!

Ecclésiaste 10
…15Le travail de l'insensé le fatigue, parce qu'il ne sait pas aller à la ville. 16Malheur à toi,
pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin! 17Heureux toi, pays
dont le roi est de race illustre, et dont les princes mangent au temps convenable, pour
soutenir leurs forces, et non pour se livrer à la boisson!…

La maturité spirituelle est une


exigence et non une option
Publié le 20 août 2018 par Fils d'Abraham en Jésus mon sauveur

 
Malgré cela beaucoup de chrétiens semblent se satisfaire de la nouvelle
naissance, sans en saisir toute l'étendue, dans toute sa longueur, sa largeur,
sa hauteur et sa profondeur. Ils ignorent le « tout est accompli » de la croix.
Notre croissance spirituelle doit s'étendre dans deux domaines :
1 la maturité spirituelle
2  la liberté  spirituelle.
Beaucoup de chrétiens atteignent un niveau qui leur paraît, apparemment
acceptable et confortable dans leur croissance spirituelle, et ils s'y
maintiennent. Si un chrétien renonce à rechercher la maturité spirituelle, il
aura des difficultés à connaître et expérimenter la liberté spirituelle, c'est-à -
dire celle de l'Esprit. Pourtant nous devrions savoir que notre croissance
spirituelle dépend de notre volonté, de nos efforts, de notre obéissance à la
Parole de Dieu, de notre foi. Car c'est le désir même du coeur du père.
La libération de la puissance du péché et de l'influence de Satan sont
héritage de tous les croyants.
Jean 8-36 : si donc le fils vous affranchit, nous vous serez réellement
libres.  Toutefois, remarquons que le Fils nous affranchira seulement que si
réellement nous le connaissons, nous avons une relation avec lui, et nous
désirons tous ce qu'Il nous a acquis à la croix.
Beaucoup de chrétiens n'ont pas d'objectifs de croissance, de maturité pour
leur vie, ils vivent au jour le jour, conduis par la tentation, par de mauvaises
habitudes, par des pensées charnelles et des influences négatives qu'ils ne
peuvent pas maîtriser.
 
Les chrétiens doivent chercher à mieux connaître Dieu et ses plans pour nos
vies, et à marcher dans une bonne relation avec lui.
Ephésiens 4-11 à 15 : et il a donné les uns comme apôtre, les autres comme les
prophètes, les autres comme évangéliste, les autres comme pasteur et
docteurs. Pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère
et de l'édification du corps de Christ. Chuchota ce que nous soyons tous
parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état
d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. Ainsi nous ne
serons plus des enfants, flottants et emportés à tous vents de doctrine, par la
tromperie des hommes, par leurs ruses dans les moyens de séduction. Mais en
professant la vérité dans l'amour, nous croîtrons à tout égard en celui qui est
le chef, Christ.
Retenons bien ceci : six versets nous parlent d'un perfectionnement des
saints et non des pécheurs graciés. Nous sommes tous appelés à croître et à
connaître un état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ.
C'est-à -dire que Christ doit atteindre sa parfaite stature dans nos vies. Sinon
nous resterons des enfants, flottants et emportés à tous vents de doctrine
par la tromperie des hommes, c'est-à -dire par les enseignements bibliques
qu'il nous serons donné. Nous devons croître en tous égards en celui qui est
notre chef, à savoir Christ. Tout cela va s'accomplir dans la vérité est dans
l'amour.
 Il est possible de reconnaître l’église composée de chrétiens mâ tures,
équipés pour exercer un ministère les uns envers les autres et manifester le
royaume de Dieu avec ses signes et ses prodiges dans le monde.
 De même il est facile de constater l'infantilisme de certains chrétiens. Dieu
s'est donné un but, c'est en vue de notre maturité qu'il nous demande de
nous rassembler dans des églises locales, afin que nous soyons entourés de
responsables spirituels pour nous enseigner, nous guider et nous corriger.
Si nous ne recherchons pas la maturité spirituelle nous ne pourrons pas
atteindre le but de Dieu qu'il a fixé pour nos vies, puisque nous ne
répondons pas à son appel, à son élection. Nous ne pourrons pas rentrer
dans notre appel. Si nous espérons grandir et découvrir notre identité, et à
nous réaliser dans notre foi, nous devons comprendre qui  nous sommes en
tant qu'enfants de Dieu.
 
Si nous connaissions Dieu, notre comportement changerait
instantanément et radicalement
 
 L’écriture l’illustre abondamment. Chaque fois que le ciel s’ouvre pour
révéler la gloire de Dieu, les témoins étaient immédiatement et
profondément transformés. La liberté mentale et spirituelle sont
essentiellement déterminée par une juste compréhension de Dieu relation
avec lui. La connaissance de Dieu est indispensable à la maturité et à la
liberté.
Comment pouvons-nous connaître Dieu et grandir dans notre relation avec
lui ?
Les moyens qui nous sont donnés afin de  mieux connaître Dieu et enrichir,
notre relation avec lui sont : le Saint-Esprit, l’étude biblique de la Parole, la
mémorisation, la méditation des passages bibliques, l’adoration, la prière, la
participation aux réunions d’église. Accordons une attention particulière à
cette discipline très connue, elle nous permet de découvrir Dieu qui se
révèle à ceux et celles qui le cherchent. Nous ne pourrons pas atteindre la
maturité spirituelle si nous ne remplissons pas ces conditions de
connaissance et de relation avec Dieu.
 
Les croyants doivent connaître leur identité réelle en Jésus-Christ.
Jean 1  : 11 et 12 : elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçue.
Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qu’ils croient en son nom, elle a donné
le pouvoir de devenir enfants de Dieu lesquels le son nés non du sang, ni de la
volonté de la chair, né de la volonté de l’homme, de Dieu.
Notons que nous sommes devenus les enfants de Dieu par la foi en Christ,
mais souvent nous ne vivons pas comme les enfants adultes de Dieu, libérés
de la puissance du péché.
Pourquoi avons-nous souvent des difficultés à vivre comme des enfants de
Dieu,  c’ette identité  glorieuse ?
Nos maigres efforts pour vivre comme des enfants de Dieu se trouvent
souvent dans un problème fondamental : nous ne le comprenons pas notre
vraie identité en Christ.
Quelle est la raison de cette incompréhension de notre vraie identité en
Christ ?
Satan sait que s’il peut nous empêcher de vivre notre identité en Christ, il
pourra aussi nous empêcher de connaître la maturité et la liberté qui
reviennent aux enfants de Dieu..
Satan est à la base de la confusion qui nous empêche de marcher comme
des enfants de Dieu libre et mû rs. Cette étude a pour but de nous obliger de
percer la confusion de l'ennemi et de saisir notre identité réelle en Christ.
Nous chrétiens, devons reconnaître que Satan et son royaume sont réels
tout comme son objectif qui est de tromper et de détruire le  peuple de
Dieu.
Ephésiens 6: 11 et 12 : revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de
pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter
contre la chair et le sang, Mais contre les dominations, contre les autorités,
contre les princes de ce monde des ténèbres, contre les esprits méchants dans
les lieux célestes.
Nous les croyants nous devons garder les yeux fixés sur Dieu et le ministère
qu’il nous demande d’accomplir pour lui, sans être obnubilé par les démons.
Il n'est pas question de nous transformer en chasseur de sorcières envers
Satan et ses démons. Au contraire, alors que nous vivons pour Christ,
chaque jour nous aurons une vie plus libérée de l'opposition constante de
Satan. Par la liberté, que nous apporte la Bible. Nous avons aussi besoin de
comprendre ce que la Bible dit au sujet de la protection et de l'autorité dont
nous disposons pour résister à Satan et nous approprier la liberté que
Christ nous offre.
Les chrétiens doivent reconnaître que la maturité spirituelle est un
processus à long terme, mais que la liberté spirituelle doit s'obtenir en un
temps relativement court.
2 Pierre 1: 3 : cette divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la
vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par
sa propre gloire et par sa vertu.
Comment réagissons nous en lisant ce verset ? Est-ce ce quelque chose de
nouveau pour nous ou y avons nous déjà pensé ? Dieu nous a tout donné,
tout ce qui contribue vous à notre vie.
Distinguons bien la différence entre la maturité et la liberté.
La maturité est un processus de croissance qui se poursuit tout au long de
notre vie alors que nous nous consacrons à connaître Dieu et Sa parole.
Nous sommes peut-être chrétiens depuis quatre jours ou 40 ans mais nous
sommes comme tous des chrétiens, en route vers la maturité.  Ce processus
se continuera jusqu'au dernier jour de notre vie sur cette terre.
La liberté est une prise de position en réponse à la victoire de Christ sur le
péché et sur Satan. Nous sommes soit libres ou soit liés dans différents
domaines de notre vie. La liberté ne vient pas progressivement dans ces
domaines, nous devons nous en saisir par l'autorité de Christ chaque fois
que nous nous rendons compte que nous avons été trompés par Satan et
par l'amertume.
Chaque croyant doit reconnaître sa responsabilité personnelle en ce qui
concerne sa maturité et sa liberté spirituelle.
 Mais nous ne faisons pas toujours la distinction entre la liberté   maturité
dans la vie chrétienne. Nous ne parlons pas de maturité instantanée
puisqu'il s'agit d'une évolution progressive, on peut, par contre être libéré
instantanément. D'ailleurs, si nous ne sommes pas libérés des liens du
monde de la chair et du diable, nous ne pourrons pas atteindre la maturité.
 
Philippiens 3 : 13 et 14 : Oubliant ce qui est en arrière et tendant vers ce qui
est en avant, je cours vers le but pour obtenir le prix de la vocation céleste de
Dieu en Jésus-Christ.
Galates 5-1 : c'est pour la liberté que Christ ne nous a libérés. Demeurez donc
ferme, et ne vous vous mettez pas de nouveau sous le joug de l'esclavage.
Mais en fin de compte chaque Chrétien est responsable de sa propre
maturité et de sa propre liberté en Christ. Personne ne peut nous faire
grandir. C'est notre décision est notre responsabilité personnelle. Personne
ne peut résoudre nos problèmes. C'est un processus que nous devrons
enclencher et que nous devons mener à bien. Heureusement, aucun d'entre
nous notre cheminée seule à travers les disciplines de la maturité et de la
liberté personnelle. Christ qui est en nous désire instamment marcher avec
nous.
Nous pouvons trouver toutes sortes de description  pour ne pas grandir en
maturité ou exercer notre liberté en Christ : en voici deux exemples : je
viens d'un milieu non chrétien, alors il m'est difficile de changer ma
manière de vivre, mon conjoint n'a pas une bonne influence sur moi, je ne
comprends pas la Bible alors je ne la lis pas, je me sens mal à l'aise dans les
études bibliques alors je n'ai pas, je ne suis pas plus mal que les autres
chrétiens que je connais etc.
Même si la croissance vers la maturité et l'appropriation de notre liberté
peuvent paraître terriblement difficile, personne ne peut le faire pour nous.
Quelles que soient les obstacles de notre passé, dans nos relations dans
notre situation actuelle, nous ne pouvons pas nous appuyer sur ses
difficultés pour justifier notre manque de croissance et de liberté. Ce que
Paul affirme dans Philippiens 3-13 et 14 mentionnées ci-dessus est un
exemple de sa recherche acharnée de la maturité, une recherche dont nous
sommes chacun personnellement responsable.
Et dans Galates 5-1 : il dit « Ne vous remettez pas sous le joug de l'esclavage
» ce qui suggère qu'il nous incombe personnellement de nous saisir de la
liberté et de résister à l'esclavage. Chaque personne doit être responsable
dans sa propre vie, de chercher tous les moyens qui l'aideront à grandir en
maturité et à s'approprier la liberté en Jésus-Christ.

Vous aimerez peut-être aussi